rapport d'activité 2009 - MINES ParisTech

mines.paristech.fr

rapport d'activité 2009 - MINES ParisTech

apport d’activité

2009


ÉDITORIAL

Pour préparer l’après-crise, la plupart

des grands pays occidentaux réfléchissent

à des voies nouvelles pour développer

leurs économies, et donc maintenir l’activité

sur leurs territoires. L’innovation est au cœur des

réflexions, et cela a été le cas en France dans le cadre

des États généraux de la recherche. L’articulation

entre la recherche et développement publique et

privée, entre R&D et innovation, les rôles des PME et

des grands groupes méritent d’être complètement

revisités. Les centres de recherche en sciences économiques

et sociales de l’École sont à la pointe de la

réflexion en la matière - qu’il s’agisse des théories de

la conception, du management de l’innovation, ou

de la formation des marchés.

Le gouvernement souhaite créer des lieux privilégiés

qui serviraient de creuset pour concevoir des

connaissances scientifiques et techniques nouvelles,

des produits ou procédés originaux, et donneraient

naissance à des innovations à vocation mondiale, et

à des créations d’entreprises.

Cette politique n’est pas nouvelle : les pôles

de compétitivité, créés il y a une demi-douzaine

d’années en sont une illustration. L’ambition est

aujourd’hui plus large : regrouper sur un même lieu

des Grandes écoles, des universités, des organismes

de recherche, et des entreprises innovantes, des

centres de Recherche & Développement de grands

groupes… Et compter sur les synergies locales, les

mutualisations, les coopérations pour faire émerger

des concepts improbables, et des idées audacieuses.

Le fameux concept ERI de l’École (enseignement/

recherche/innovation) apparaît comme particulièrement

fédérateur, en rupture avec l’opposition

traditionnelle « recherche professionnelle/recherche

académique » ou « formation scientifique/formation

professionnelle ». L’objectif est de développer ce

qu’il est maintenant convenu d’appeler « l’économie

de la connaissance ».

Même s’il est clair que le regroupement géographique

ne constitue qu’une réponse partielle à cet enjeu,

et que des laboratoires de petite taille continueront

à être au meilleur niveau international, l’environnement

sera beaucoup plus favorable à l’éclosion

et au développement de projets ambitieux sur les

« campus d’excellence » qui seront retenus par le

gouvernement qu’ailleurs.

L’École à donc présenté à l’État, et plus particulièrement

à son ministère de tutelle, un projet très

ambitieux d’installation à Palaiseau, pour accompagner

son développement, et nouer de nouveaux

partenariats sur place. Huit des douze écoles de

ParisTech y seront localisées, partiellement, comme

l’École, ou en totalité.

Ce regroupement physique ne suffira pas à Paris-

Tech pour concurrencer sérieusement les grandes

universités nord-américaines et britanniques, en

particulier. ParisTech doit se doter d’une gouvernance

qui, par subsidiarité avec ce que font les

écoles et les centres de recherche, permette des

orientations générales en matière de formation

et de recherche, des négociations globales avec les

organismes de recherche, avec les grands comptes

et les partenaires étrangers, et la mise en œuvre

de moyens importants pour recruter des sommités

scientifiques et techniques, ou pour lancer d’ambitieux

programmes interdisciplinaires de formation

et de recherche.

Les années qui viennent sont très riches d’enjeux

stratégiques, et d’opportunités sans doute tout à

fait rares.

Benoît Legait, Directeur

avril 2010


4

S O M M

Éditorial de Benoît Legait, Directeur de MINES ParisTech

MINES ParisTech et ses valeurs............................................................................................................. 6

Plan stratégique 2008-2011.................................................................................................................... 7

L’École en bref........................................................................................................................................ 8

Les réseaux nationaux et internationaux.............................................................................................. 9

FI3M, la Fondation de MINES ParisTech.............................................................................................. 11

Les chaires d’enseignement et de recherche....................................................................................... 12

Pollen : l’entrepreneuriat.................................................................................................................... 14

Les implantations géographiques........................................................................................................ 15

Le Conseil d’administration................................................................................................................ 16

Moyens financiers................................................................................................................................ 17

Les effectifs........................................................................................................................................... 18

Organigramme..................................................................................................................................... 19

Les services communs

• Direction et services administratifs................................................................................................. 20

• Centre de calcul et des systèmes d’information (CCSI) .................................................................. 22

• Bibliothèque et documentation....................................................................................................... 23

• Musée de minéralogie...................................................................................................................... 24

• Presses des Mines............................................................................................................................. 25

LA FORMATION

Effectifs des cycles de formation......................................................................................................... 28

La formation : les cycles et les principes pédagogiques...................................................................... 29

Les Ingénieurs civils de MINES ParisTech.......................................................................................... 30

Les autres formations de niveau Master............................................................................................. 34

Les Mastères spécialisés....................................................................................................................... 36

La formation continue......................................................................................................................... 40

Les Corps techniques de l’État............................................................................................................. 42

Le Doctorat........................................................................................................................................... 45


MINES PARISTECH

5

A I R E

LA RECHERCHE

La recherche à MINES ParisTech........................................................................................................ 49

L’Institut Carnot M.I.N.E.S................................................................................................................... 50

Sciences de la terre et de l’environnement..................................................................... 51

• Géosciences.................................................................................................. GEOSCIENCES................. 53

• Institut supérieur d’ingénierie et de gestion de l’environnement............................. ISIGE................. 57

Énergétique et génie des procédés ..................................................................................... 59

• Énergétique et procédés.............................................................................................. CEP................. 61

Mécanique et matériaux.......................................................................................................... 65

• Mise en forme des matériaux..................................................................................CEMEF................. 67

• Matériaux.................................................................................................................... MAT................. 71

• Mécanique des solides.................................................................................................LMS................. 75

Mathématiques et systèmes.................................................................................................... 77

• Automatique et systèmes ........................................................................................... CAS................. 79

• CAO et robotique...................................................................................................... CAOR................. 81

• Bio-informatique....................................................................................................... CBIO................. 83

• Mathématiques appliquées .......................................................................................CMA................. 85

• Morphologie mathématique .................................................................................... CMM................. 87

• Recherche en informatique .........................................................................................CRI................. 89

Économie, management, société.......................................................................................... 91

• Économie industrielle ........................................................................................... CERNA................. 93

• Gestion scientifique ...................................................................................................CGS................. 95

• Recherche sur les risques et les crises ....................................................................... CRC................. 97

• Sociologie de l’innovation .......................................................................................... CSI................. 99

Index scientifique ......................................................................................................................... 101


6 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

E

R

I

MINES PARISTECH ET SES VALEURS

Science is Mine

Nous formons des ingénieurs ouverts à tous les

champs de recherche*. Nos enseignements pluridisciplinaires

leur permettent d’envisager l’ensemble

des aspects de projets industriels, techniques, organisationnels,

juridiques, économiques…

Les origines fondatrices de l’École liées à l’industrie

des mines, concentrant les connaissances scientifiques,

ouvrent aujourd’hui les champs de recherche,

transport, énergie, mécanique…

Talent is Mine

Tous les talents se retrouvent à MINES ParisTech.

Pour nos diplômés, les opportunités de carrières

sont nombreuses dans tous les secteurs de l’économie,

et les perspectives professionnelles sans

frontières.

Excellence is Mine

L’accompagnement et la proximité sont les principes

fondateurs de notre pédagogie. Nous croyons

aux promotions de taille réduite permettant un

encadrement individualisé et une pédagogie innovante.

Deux prix Nobel ont été formés à l’École

Georges Charpak (physique, 1992) et Maurice

Allais (économie, 1988).

Challenge is Mine

D’année en année nos ingénieurs sont devenus les

partenaires référents de nombreuses entreprises.

Chaque année, nos contrats industriels enrichissent

nos thématiques de recherche.

Innovation is Mine

Nos ingénieurs bénéficient d’un cadre d’études

exceptionnel*. Nos enseignements sont exigeants et

s’adaptent en permanence aux nouvelles techniques

et aux nouveaux enjeux professionnels.

Creativity is Mine

L’esprit d’entreprise est une valeur identitaire

de MINES ParisTech. Il guide nos principes

pédagogiques et aboutit à la création de projets

d’envergure.

The world is Mine

Etudiants de toutes origines, stages à l’étranger,

réseaux internationaux*… MINES ParisTech est une

école connectée sur le monde. Le multiculturalisme

irrigue notre pédagogie et notre organisation.

* L’École offre des débouchés variés, 15 % des ingénieurs sortis de l’École depuis moins de 10 ans travaillent à l’étranger.


MINES PARISTECH

67

STRATÉGIE DE MINES PARISTECH

MINES ParisTech s’adapte en permanence à son environnement

en évolution constante. Les entreprises

attendent des écoles qu’elles forment des cadres multiculturels,

excellents sur les plans scientifique et technologique,

capables d’évoluer et possédant une réelle

étique personnelle. L’économie est de plus en plus

tirée par l’innovation et l’École se doit d’accompagner

de manière professionnelle les entreprises dans leurs

transformations. La concurrence entre écoles est devenue

internationale, marquée par la domination du

modèle anglo-saxon et le développement des universités

asiatiques. Enfin, les jeunes, futurs étudiants, sont

en recherche de référents.

La vision de l’École de demain

Sur le plan de la recherche, quatre champs émergents

ont été identifiés, et l’ensemble des centres

de l’École s’est approprié ces thématiques pour en

faire la base de son développement stratégique. Ces

champs sont les suivants et leur volume d’activité

représente aujourd’hui les deux tiers de la recherche

de l’École :

■■

la sécurité : surveillance, transports, risques et dangers, sécurité

logicielle ;

■■

l’ingénierie de la santé : bioinformatique, biomatériaux,

biomécanique ;

■■

le CO 2 : optimisation des systèmes et procédés industriels,

captage de CO 2 et traitement de gaz, carburants de synthèse

et H 2 , énergies renouvelables ressources, bâtiment et réseaux,

impacts environnementaux ;

■■

la simulation intégrée des matériaux : dimensionnement

des pièces en service, prenant en compte l’histoire thermomécanique

et microstructurale du matériau.

« MINES ParisTech, membre de ParisTech, est un excellent

établissement de formation et de recherche scientifique

et technologique, reconnu comme tel à l’international et

étroitement lié au monde des entreprises ».

Nombre

d’enseignantschercheurs

(permanents)

Nombre de

Doctorants

Ressources

Armines

(M€)

Pour mettre en œuvre cette vision, l’École possède

des atouts différenciant qui sont le fondement de

ses valeurs : sa pédagogie qui associe technologie et

management, son tutorat, son insertion dans le monde

socio-économique, son corps professoral très mobilisé,

son ouverture internationale.

Quatre axes stratégiques

de développement

■■

une école internationale, capable d’attirer les

meilleurs étudiants, professeurs et chercheurs au

niveau mondial ;

■■

l’École acteur de l’innovation, tant dans sa recherche

au contact des entreprises que de l’enseignement,

des cycles d’ingénieur au doctorat ;

■■

une recherche originale, développée sur des

champs émergents et renforçant ses points forts ;

■■

une réponse améliorée à la demande sociétale, par

l’ouverture sociale et le développement de la formation

tout au long de la vie.

CO 2 : énergies

décarbonées 95 109 10,2

Ingénierie de la

santé 32 41 2,5

Sécurité 29 32 2,0

Simulation intégrée

des matériaux 35 55 4,5

Autres :

compétitivité

des

entreprises

Simulation

intégrée

des matériaux

Sécurité

CO 2 :

énergies

décarbonées

Ingénierie

de la santé


8 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

L’ÉCOLE EN BREF

Mines ParisTech, Établissement public à caractère

administratif (EPA), sous tutelle du Ministère chargé de

l’industrie, est une Grande école construite autour de

sa recherche. Elle forme, chaque année, quelque 1 300

étudiants encadrés par ses 264 enseignants-chercheurs.

La recherche se développe aujourd’hui autour de 15

centres de recherche investiguant 5 grands domaines

de recherche.

225 ans d’histoire

L’École a été fondée en 1783, à l’époque où l’exploitation

des mines était l’industrie de haute technologie

par excellence et concentrait les problèmes de sécurité

des personnels et de planification économique, voire les

enjeux géopolitiques (l’accès aux matières premières rares

ou stratégiques). Tout naturellement, les compétences de

l’École ont suivi le développement de l’industrie et l’École

étudie, développe et enseigne aujourd’hui l’ensemble des

techniques utiles aux ingénieurs, y compris les sciences

économiques et sociales.

Installée depuis 1816 au cœur du Quartier Latin, dans l’ancien

Hôtel de Vendôme (60, Boulevard Saint-Michel, en

bordure du Jardin du Luxembourg), l’École s’est étendue

en 1967 à Fontainebleau (à 500 m du château), et à Corbeil

puis Évry (dans les locaux de la SNECMA), enfin en 1976 dans

le parc technologique de Sophia Antipolis, à Valbonne

près de Nice.

Chargée originellement de la formation des ingénieurs

civils des Mines de Paris et des Corps techniques de l’État,

l’École a développé depuis les années soixante des activités

de recherche et d’enseignement de troisième cycle (mastères

spécialisés, doctorat), en liaison avec l’industrie et en

partenariat avec l’association ARMINES.

MINES ParisTech comporte à la fin décembre 2009 :

■■

2 088 personnes dont :

888 salariés dont 264 enseignants-chercheurs ;

444 doctorants dont 2 permanents ;

869 autres étudiants ;

■■

15 centres de recherche ;

■■

4 implantations principales : Paris, Évry, Fontainebleau,

Sophia Antipolis.

Les diplômes délivrés en 2009

■■

les Ingénieurs civils des mines de Paris (146) ;

■■

le Cycle rattaché aux Ingénieurs civils des mines de Paris (4) ;

■■

les Ingénieurs de l’Institut supérieur des techniques (13) ;

■■

les Masters pro (46) ;

■■

les Mastères spécialisés, temps plein (174) ;

■■

les Ingénieurs des corps techniques de l’État (16) ;

■■

les Docteurs (97) ;

■■

la formation continue diplômante (132).

Les liens forts avec les entreprises

se traduisent par :

■■

29,9 M de contrats de recherche en partenariat avec ARMINES,

association Loi 1901, représentant environ 1000 contrats

par an ;

■■

Une trentaine d’entreprises créées grâce à l’École au cours

des 5 dernières années : Morphosystèmes, Ecobilan, Napac,

Géovariances, Exalead…

■■

70 brevets gérés par Armines ;

■■

5 M de licences logicielles réalisés par TRANSVALOR, société

anonyme filiale d’ARMINES.

L’excellence académique

de la recherche se manifeste par :

■■

la soutenance de plus de 90 thèses et la publication de

400 articles ou livres par an ;

■■

des partenariats avec des organismes de recherche français

ou étrangers comme le CNRS, les écoles de ParisTech et du GEM

(Groupe des écoles des mines), l’INRIA, Imperial College, le MIT…

■■

la création de disciplines nouvelles (géostatistique, morphologie

mathématique, systèmes plats…).

Échanges en 2009

■■

110 étudiants étrangers ont participé à la formation ingénieur civil ;

■■

179 étudiants étrangers sont inscrits en études doctorales ;

■■

50 scientifiques étrangers ont été accueillis à l’École ;

■■

tous les élèves ingénieurs civils français de la promotion 2007

ont effectué leur stage ingénieur à l’étranger, dont :

■ ■ 19 % en Amérique du Nord ;

■ ■ 58 % en Europe ;

■ ■ 16 % en Asie et Australie ;

■ ■ 4 % au Moyen-Orient et en Afrique ;

■ ■ 3 % en Amérique du Sud.


MINES PARISTECH

9

RÉSEAUX NATIONAUX & INTERNATIONAUX

MINES ParisTech, institution conviviale avec des promotions

à taille humaine, entretient de multiples partenariats

et rayonne au cœur de réseaux réputés.

ParisTech* : pour compter au nombre des

meilleures universités mondiales

L’École est membre fondateur de ParisTech (créé en

1991, devenu Établissement public de coopération

scientifique, en 2007). Rassemblant douze des plus

prestigieuses grandes écoles françaises couvrant l’ensemble

des sciences et technologies, ParisTech constitue

un pôle d’excellence à l’égal des meilleures universités

mondiales :

■■

13 000 étudiants ;

■■

3 500 enseignants-chercheurs ;

■■

2 000 doctorants ;

■■

130 laboratoires de recherche ;

■■

le projet européen ICARE d’information dans le domaine des

énergies renouvelables.

Le portail ParisTech Graduate School garde son

attractivité avec plus de 50 000 visites mensuelles. Les

ressources utilisées dans les cours des écoles et accessibles

librement sont de plus en plus nombreuses. Le

projet « Baladodiffusion » porté par le projet ParisTech

Libres Savoirs permettra d’améliorer ces ressources en

proposant d’enregistrer les cours et les conférences des

écoles de ParisTech.

Dans le cadre de ParisTech, l’École participe à de

nombreux programmes d’échanges et de coopération.

Programme Chine : actions de coopération mises sur

pied en partenariat avec 9 des plus prestigieuses universités

chinoises :

■■

l’IFCIM, (Institut franco-chinois d’ingénierie et de management) ;

■■

le programme «50 ingénieurs chinois à Paris» ;

■■

le Centre franco-chinois de l’université de Tongji ;

■■

le projet européen ICARE de formation dans le domaine des

énergies renouvelables.

Programme Brésil : le programme, «40 ingénieurs

brésiliens » à Paris, démarré en 2004, a permis d’initier

des contacts prometteurs avec nos partenaires du Brésil,

du Chili, du Mexique et d’Argentine.

Programme Russie : démarré en 2008 pour des échanges

d’étudiants avec l’université d’État de Novosibirsk et

de Tomsk et l’université Polytechnique de Tomsk.

ATHENS : ce programme d’échange de dix jours est

proposé deux fois par an aux élèves des écoles de Paris-

Tech et d’universités techniques européennes. Il permet

chaque année, à plus de 500 étudiants français, de suivre

un cours dans un autre pays européen.

L’Idea League (Imperial College, Delft, Aix-la-Chapelle,

Polytechnicum de Zurich et ParisTech) a pour objectifs :

■■

le développement d’activités communes dans le champ de la

recherche et de l’éducation ;

■■

le développement d’échanges d’étudiants, de professeurs et de

chercheurs, d’idées et d’expertises.

ParisTech est également membre de CESAER (Conference

of European Institutes for Advanced Engineering

Education and Research), et de la SEFI (Société européenne

pour la formation des ingénieurs).

ARMINES

L’association ARMINES, créée à l’origine par MINES ParisTech, a

étendu son partenariat à d’autres écoles, en particulier les autres

écoles des mines sous tutelle du Ministère chargé de l’industrie

(environ 49 millions d’euros de chiffre d’affaires de contrats). Elle

a servi de modèle à la création d’autres structures de même type

qui ont ensuite créé un réseau l’ASRC (Association des structures de

recherche sous contrats) ; elle s’est dotée d’une filiale, Transvalor,

chargée de la valorisation commerciale des brevets et logiciels.

ARMINES et les écoles des mines ont été labellisées Carnot. Ce label

est décerné à des laboratoires mettant au cœur de leur activité la

recherche partenariale avec le secteur économique.

Le Groupe des écoles des mines (GEM)

École sous tutelle du Ministère en charge de l’industrie,

MINES ParisTech appartient au GEM qui regroupe

les 7 écoles des mines françaises (Paris, Saint-Étienne,

Nancy, Douai, Alès, Nantes et Albi-Carmaux). Parmi

les actions initiées par le GEM, citons : un catalogue

Graduate school, qui décrit l’ensemble des formations

des écoles des mines ; une formation doctorale «science

et entreprise», comportant des enseignements en management

de la technologie, en gestion de l’innovation,

d’ouverture scientifique, avec pour objectif de préparer

les doctorants à exercer des fonctions de chefs de projets

ou de directeur R&D dans de grandes entreprises.

Une réflexion, menée par le Conseil général de l’industrie,

de l’innovation et des technologies (CGIET), vise à rapprocher

les écoles des mines et des télécommunications.

La Grande école virtuelle du GEM (GEV) s’appuie sur le

réseau des cellules TICE des écoles pour aider les enseignants

chercheurs à concrétiser leurs projets de « e-learning

». Citons, notamment, le module de formation à

distance en énergétique Thermoptim, proposé par

* AgroParisTech, École des Ponts ParisTech, Arts et Métiers ParisTech, Chimie Paris - ParisTech, MINES ParisTech, TELECOM ParisTech, ENSTA ParisTech,

École polytechnique, ESPCI ParisTech, ENSAE ParisTech, Institut d’Optique Graduate School et HEC ParisTech.


10

© Zaubitzer Stephan — www.stephanzaubitzer.com

Renaud Gicquel (CEP-MINES ParisTech). En 2009, la GEV

a participé activement, en collaboration avec l’Institut

Télécom, à un projet commun d’OpenCourseWare (site

avec des ressources en accès libre) destiné à valoriser

le travail des enseignants-chercheurs de l’ensemble des

écoles (http://campus.gemtech.fr).

Autres partenariats nationaux

Implantée à Paris, Fontainebleau, Évry, Palaiseau et Sophia

Antipolis, l’École est un partenaire déterminant pour le

développement de nouvelles activités pédagogiques,

de nouveaux cycles, de nouvelles entreprises, à travers

des réseaux locaux comme PERSAN à Sophia Antipolis,

ou les 14 pôles de compétitivité auxquels elle participe.

Plusieurs centres de recherche sont communs avec

d’autres écoles de ParisTech et avec le CNRS.

La coopération avec les universités se traduit par la

participation à plusieurs écoles doctorales, l’organisation

de Masters (DNM) communs et par des échanges

de cours.

L’École abrite le siège de la Conférence des grandes

écoles qui regroupe la plupart des grandes écoles d’ingénieurs

et de commerce de France. Elle contribue fortement

à son animation.

MINES ParisTech est très actif dans le réseau des

Instituts Carnot qui représente un quart de la recherche

partenariale en France.

... et internationaux

Des partenariats et conventions multiples ont été

signés avec près d’une centaine d’universités. À titre

d’exemple :

■■

Amérique du Nord : Canada (Polytechnique de Montréal, NRS du

Québec), États-Unis (UC Berkeley, MIT, Caltech, Drexell University à

Philadelphie, Stanford, Worcester Polytechnic Institute, University

of Boulder du Colorado, Colorado School of Mines, Minnesota

University, Purdue University, East Virginia University, Mexique

(Université Autonome de Mexico, Institut Polytechnique de

Mexico) ;

■■

Amérique du Sud : Brésil (École des mines d’Ouro Preto,

Universidade Federal de Rio de Janeiro, Universidade Federal

do Rio Grande do Sul, Université de Sao Paulo, Université de

Campinas, PUC Rio de Janeiro), Chili (PUC Santiago), Pérou

(PUC Lima), Argentine (ITB) ;

■■

Afrique : Maroc (ENIM, EMI, École Mohamadia des Travaux

Publics), Tunisie (École Polytechnique de Tunis, ENIT), Côte

d’Ivoire (Institut Houphouët Boigny, Yamoussoukro), Niger (École

des mines de Niamey);

■■

Asie : Chine (Shanghai : Jiao Tong University, Tong Ji University et

Fu Dan University ; Pékin :Tsinghua University, Beida university ;

Nanjing : South East University et Nankin University ; Hong-

Kong : University of Hong-Kong), Corée (KAIST, Seoul NU), Japon

(Université de Tokyo Todaï, Université de Kyoto, TokyoTech),

Singapour (NUS) ;

■■

Europe : Allemagne (Université d’Aix-la-Chapelle, TUB de Berlin,

Université de Stuttgart, Université de Bochum), Autriche

(UT Vienne, Montanuniversität Leoben), Belgique (Université de

Liège, Université Libre de Bruxelles, Université Catholique de

Louvain-la-Neuve, Université de Leuven (KUL), Bulgarie (Université

technique de Sofia), Espagne (École des mines d’Oviedo,

Université Polytechnique de Madrid, Université Polytechnique

de Catalogne, Université Carlos III de Madrid, Université de

Saragosse, Université de Vigo, Université Autonome de Barcelone),

Finlande (UT Helsinki), Grande-Bretagne (Imperial College

de Londres, Cambridge University, University of Strathclyde),

Grèce (UT Athènes, Université Démocrite de Thrace), Hongrie

(Université des sciences et économie de Budapest), Irlande

(University College of Dublin), Islande (Université d’Islande),

Italie (Université Polytechnique de Milan, Université de Naples),

Norvège (Université de Trondheim, Université d’Oslo), Pays-bas (TU

Delft), Pologne (Université de Varsovie, Université Polytechnique

de Varsovie, Université Jagiellon de Cracovie, AGH Cracovie),

Portugal (IST de Lisbonne, Université de Porto), Roumanie (Institut

Polytechnique de Bucarest, Université de Galatz), Russie (École des

mines de Saint-Petersbourg, Académie des Sciences de Moscou),

Suède (Chalmers, KTH), Suisse (École Polytechnique Fédérale de

Lausanne, ETH Zurich), Tchéquie (Université Technique Charles de

Prague, Institut des mines d’Ostrawa) ;

■■

Moyen-Orient : Israël (Technion, Haïfa), Arabie Saoudite (KAU, KSU) ;

■■

Océanie : Australie (Université de New South Wales, Université de

Queensland).

Enfin, MINES ParisTech participe à bon nombre de

programmes de recherche européens (7 e PCRDT) ainsi

qu’à Socrates et Tempus. Elle collabore également au

cycle pour étudiants d’Europe de l’Est Copernic.

Grâce à tous ces partenariats, l’École mobilise des

compétences un peu partout dans le monde et met au

service de ses étudiants des programmes originaux et

de grande qualité. Ses anciens élèves sont des acteurs

des principales entreprises mondiales, recherchés pour

leurs compétences.


MINES PARISTECH

11

FI3M, LA FONDATION DE MINES PARISTECH

Président de la fondation : Jacques Lévy

La Fondation des industries minérales,

minières et métallur giques

françaises, sise à MINES ParisTech,

plus commodément désignée Fi3M, ou

encore « Fondation », a été créée en 1946

et déclarée d’utilité publique par le décret du 17

décembre 1947.

Son rôle

La Fi3M a pour objet de partager et soutenir, dans le

cadre défini par ses statuts, les ambitions de MINES Paris-

Tech. Et, d’une façon plus générale… « susciter l’essor des

mêmes industries, ainsi que des professions qui s’y rattachent,

en conformité des intérêts généraux du pays » (Art.1 des

Statuts).

Ses engagements

La Fondation s’engage depuis toujours à consacrer aux

projets l’intégralité des sommes allouées par les donateurs

avec des frais de gestion réduits.

Contribuez à l’ambition

de MINES ParisTech

La campagne de levée de fonds pour l’École vise un objectif

de 25 millions d’euros en 5 ans. Dans l’univers de l’enseignement

supérieur et de la recherche devenu mondialisé et hautement

concurrentiel, MINES ParisTech doit investir encore plus pour :

■■

porter plus haut l’excellence de ses formations et de sa recherche sur

la scène internationale,

■■

être référencée parmi les meilleurs établissements du monde.

Pour cela, MINES ParisTech doit accroître sa présence et sa visibilité

internationales, attirer les étudiants, enseignants et chercheurs de

talent, où qu’ils se trouvent, soutenir et valoriser une recherche de

pointe sur des thèmes émergents et porteurs d’innovations.

La levée de fonds constitue le levier de cette ambition : elle permet

d’apporter de nouvelles ressources à notre École et de l’accompagner

dans son projet de développement.

En janvier 2010, les dons et engagements de dons représentaient

presque 17 millions d’euros.

Pour en savoir plus :

www.mines-paristech.fr/Fr/Actualites/CampagneDevParis

Contact : johanna.ducret@mines-paristech.fr

Les programmes en cours

■■

soutien social et administratif pour les élèves : prêts d’honneur et

cautions, aide à la mise en place des activités pédagogiques et,

globalement, à ce qui touche à l’entrepreneuriat, l’incubation et

la création d’entreprise ;

■■

soutien à l’accueil des étudiants étrangers et à la politique internationale

de l’École. Cette année, la Fondation a contribué à

soutenir financièrement plus d’une quarantaine d’étudiants ;

■■

soutien à des travaux de recherche fondamentale ;

■■

création de chaires pluriannuelles de recherche et d’enseignement

(12 à ce jour).

Les programmes sont financés grâce au soutien des

anciens élèves et amis de MINES ParisTech et par des

partenaires industriels.

Ensemble préparons demain

Avantages fiscaux

D’importants avantages fiscaux sont accordés pour les versements

à la Fondation :

■■

pour les particuliers :

■■

réduction d’impôt de 66 % du montant versé, dans la

limite de 20 % du revenu imposable ;

■■

réduction d’ISF de 75 % du montant versé dans la limite de

50 Keuros ;

■■

pour les entreprises : réduction d’impôt de 60 % du montant

versé dans la limite de 0.5 % du CA.

La fondation Fi3M

FI3M, MINES ParisTech, 60, boulevard Saint-Michel, 75272, Paris cedex 06

Siret : 784 285 611 00017– Code APE : 913E

Président : Jacques Lévy, Ingénieur général des Mines,

membre de l’Académie des technologies

01 40 51 90 18 – jacques.levy@mines-paristech.fr

Représentante de l’École auprès de la FI3M : Johanna Ducret,

Mécénat – 01 40 51 94 15 – johanna.ducret@mines-paristech.fr

Secrétariat : Danielle Gozlan

01 40 51 90 16 – danielle.gozlan@mines-paristech.fr


12 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

LES CHAIRES D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE

Fondées sur le mécénat, les chaires MINES Paris-

Tech sont destinées à accroître la collaboration

avec les entreprises, en matière d’enseignement et

de recherche. Elles couvrent des domaines « grand

public » et d’avenir comme la sécurité industrielle,

les nouvelles stratégies énergétiques, l’eau, l’énergie…

Elles ambitionnent de satisfaire un triple objectif :

■■

développer les enseignements sur les thématiques identifiées,

au sein des formations dispensées à MINES ParisTech ;

■■

mener un programme de recherche ;

■■

favoriser les échanges et synergies entre les partenaires de la

chaire.

Projet porté par les centres de recherche de MINES

ParisTech, éventuellement en association avec

d’autres écoles de ParisTech, une chaire comprend

de un à dix partenaires industriels.

Le financement des entreprises permet de déployer

un projet ambitieux de recherche et de formation

sur 5 ans (renouvelables), avec une équipe généralement

constituée d’un professeur de renom, de

jeunes chercheurs et de doctorants. La création de la

chaire selon le principe du mécénat, via la Fondation

FI3M, garantit la propriété publique des résultats.

Ainsi, la chaire contribue t-elle à l’essaimage de la

connaissance et au progrès de la recherche, dans

un domaine émergent. Au niveau national… voire

international.

Sécurité industrielle

Partenaires : AGF, Apave, Total, Mittal-Arcelor,

GDF-Suez, SNCF, Ineris.

Axes de recherche : l’équipe poursuit son implication

dans le domaine de l’ingénierie de la résilience

et de la promotion des concepts et méthodes reliés.

Titulaire : Eric Hollnagel (CRC).

Nouvelles stratégies énergétiques

Partenaires : EDF, Keolis, Safran, Suez, Total,

Natexis.

Axes de recherche : la chaire a poursuivi le développement

de la thématique biomasse à usages énergétiques.

Une première thèse, portant sur l’adaptation

des ACV (analyses des cycles de vie) à différentes

caractéristiques des systèmes vivants, en s’appuyant

sur l’exemple des carburants végétaux de première

génération, a été soutenue fin 2009.

Un travail sur les déterminants de l’organisation

des entreprises sur le sujet du climat et de l’économie

qualité carbone est en cours avec le Centre de gestion

scientifique (CGS). Une nouvelle thèse avec l’INRA

a démarré, fin 2009, sur des pistes d’amélioration

des bilans environnementaux de l’étape culturale des

carburants végétaux. Ces différents travaux donneront

lieu à des soutenances de thèses et publications au

cours des années 2010 à 2012. Un colloque d’étape

de la chaire est prévu pour avril 2010.

Titulaire : Dominique Dron (CEP).

Droit et économie du brevet

Partenaires : Air Liquide, Microsoft, SAP, Philips,

Alcatel.

Axes de recherche : la chaire poursuit des travaux

de recherches sur l’ensemble des questions contemporaines

liées au brevet. Elle s’intéresse notamment

aux enjeux et aux perspectives des réformes du droit

des brevets, tant en Europe qu’aux États-Unis. Elle a

par ailleurs développé deux champs de recherches

nouveaux, l’un sur l’implication des entreprises dans

le développement des logiciels libres, l’autre sur le

traitement de la propriété intellectuelle dans les standards

industriels.

Titulaire : François Lévêque (CERNA).

Bioplastiques

Partenaires : Arkema, L’Oréal, Nestlé, PSA,

Schneider Electric.

Axes de recherche : la chaire a comme vocation

d’amener des réponses et une compréhension globale

et fondamentale des polymères issus de la biomasse

et de leurs propriétés. Son objectif sera également

de proposer de nouveaux matériaux et de nouvelles

applications. Une nouvelle formation internationale

Post-Master « Bioplastics » entre dans l’activité sur

les bioplastiques.

Titulaire : Tatiana Budtova (CEMEF).

Éco-conception des ensembles bâtis

et des infrastructures

(MINES ParisTech, École des Ponts ParisTech et AgroParisTech)

Partenaire : VINCI.

Axes de recherche : les activités de recherche

ont pour objectif de créer des outils de référence

pour évaluer la performance environnementale

des bâtiments, des quartiers et des infrastructures,

puis de mettre ces outils à la disposition des

acteurs de la ville (concepteurs, constructeurs et

utilisateurs). Onze thèses et post-docs sont en

cours, notamment sur l’éco-conception des quartiers,

la réhabilitation des bâtiments, les analyses

de cycle de vie des ouvrages, les études d’impact

et la biodiversité, l’éco-conception du stationne-


MINES PARISTECH

12 13

ment, la modélisation des transports collectifs et

la gestion du trafic routier.

Théorie et méthodes de la conception

innovante

Partenaires : Dassault Systèmes, RATP, Renault,

Thales et Vallourec.

Axes de recherche : le programme de recherche

de la chaire est structuré selon quatre axes :

approfondissement et consolidation des fondements

mathématiques et logiques de la théorie C-K ; formes

d’organisation collaboratives de l’innovation dans et

entre les entreprises ; bases culturelles, cognitives et

neuropsychologiques de la conception ; théorie de

la conception et théorie économique de l’entreprise

innovante.

Titulaires : Armand Hatchuel et Benoît Weil (CGS).

Modélisation prospective au service du

développement durable

(MINES ParisTech, École des Ponts ParisTech et AgroParisTech)

Partenaires : Ademe, EDF, Renault, Schneider

Electric et Total.

Axes de recherche : développement et pérennisation

d’outils de modélisation prospective innovants

ayant vocation à faciliter la prise de décision sur la

base de scénarii prospectifs portant sur des questions

d’énergie et de climat, de développement industriel

et de choix technologiques.

Titulaires : Nadia Maïzi (CMA) et Jean-Charles

Hourcade (École des Ponts ParisTech/AgroParisTech/

CNRS/EHESS).

Durabilité des matériaux

et des structures pour l’énergie

(MINES ParisTech, École des Ponts ParisTech)

Partenaires : EDF, GDF-Suez, GRTgaz

Axes de recherche : évaluation de la durée de vie

des ouvrages (centrales thermiques, centrales nucléaires,

barrages...). Étude des évolutions microstructurales

des matériaux et en particulier de leur dégradation.

Evaluation de l’impact de ces évolutions sur la durée

de vie des structures. Développement de méthodes et

modèles de prévision des dégradations aux échelles

du matériau et de la structure. Quatre thèses sont en

cours de lancement.

Titulaires : Jacques Besson (MAT) et Alain

Ehrlacher (École des Ponts ParisTech).

Matériaux du nucléaire(MAT et CEMEF)

Partenaire : AREVA

Axes de recherche : les recherches sont menées

dans le cadre du développement des réacteurs à eau

légère avec prise en compte du retour d’expérience

des réacteurs en fonctionnement. Elles investiguent

les principaux types de dégradation environnementale

connus et orientées vers le développement de

nouveaux matériaux, de nouveaux procédés de fabrication,

de matériaux à usage nouveau ou de nouveaux

traitements (thermiques, physico-chimiques etc.).

Une attention particulière est portée aux modifications

des propriétés de matériaux sous irradiation et

sur la prévision de leur comportement en conditions

de service et en situation accidentelle.

Titulaire : Esteban Busso (MAT).

Environnement Eau pour tous

(MINES ParisTech et AgroParisTech)

Partenaire: Suez

Axes de techerche : favoriser l’accès à l’eau dans le

respect de l’environnement. Analyser les conditions de

l’accès à l’eau pour les populations. Étudier la gouvernance

des services d’eau potable et d’assainissement

dans les pays en voie de développement.

Titulaires : Jean Antoine Faby (AgroParisTech),

Daniel Fixari et Michel Nakhla (CGS).

Captage, transport et stockage

du CO 2 - CTSC

(MINES ParisTech, École des Ponts ParisTech, BRGM,

Université du Havre)

Partenaires : Air liquide, EDF, GDF Suez, Lafarge,

Total, Le Grand port maritime du Havre, La communauté

de l’agglomération Havraise, La ville du

Havre

Axes de recherche : le captage et les moyens de

minimisation de l’énergie de séparation ; les réseaux

de transport de CO 2 et la mutualisation de la gestion ;

le stockage long terme ; le CTSC et ses intégrations

industrielles, territoriales et sociales dans la région du

Havre ; la gestion des risques ; le CTSC et l’économie

carbone.

Titulaire : Denis Clodic (CEP).

Économie des médias et des marques

(MINES ParisTech, TELECOM ParisTech)

Partenaires : Vivendi (la chaire reste ouverte à

d’autres partenaires).

Axes de recherche : économie de la création ;

économie du copyright et du droit des marques ;

économie des contrats ; économie de la distribution

de l’expérience ; économie de la réglementation ;

réseaux du futur.

Titulaire : Olivier Bomsel (CERNA).


14 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

POLLEN : L’ENTREPRENEURIAT

Contact POLLEN : Philippe Mustar, Professeur, responsable de l’option Innovation et entrepreneuriat

(philippe.mustar@mines-paristech.fr)

La création d’entreprise est devenue une nouvelle

mission pour les écoles, les universités, les organismes

de recherche. À MINES ParisTech, les activités

d’aide à l’essaimage et à la création d’entreprise,

communes à l’École, Armines et Transvalor, sont

coordonnées et animées par le Pôle Innovation et

entrepreneuriat (POLLEN).

Première promotion sortante 2009 de la nouvelle option

« Innovation et entrepreneuriat ».

Ces vingt dernières années, une quarantaine

d’entreprises ont été créées à partir de MINES

ParisTech. Les trois quarts sont le fait d’enseignantschercheurs

qui ont créé une entreprise sur la base

de leurs travaux de recherche et de doctorants qui

amènent ainsi sur le marché le résultat de leur thèse.

Le dernier quart est dû à des élèves ingénieurs qui,

après leur diplôme (dans la continuité, pour

certains, de leur Acte d’entreprendre ou de

leur travail d’option), tentent cette aventure.

Nombreux sont aussi les élèves qui créent une

entreprise après quelques années d’expérience

professionnelle au sein d’un grand groupe ou

d’une PME.

La première promotion de la nouvelle option

Innovation et entrepreneuriat est sortie en 2009,

plusieurs de ses élèves ont, pendant leur troisième

année à l’École, participé à la création d’une entreprise.

Après l’obtention de leur diplôme, deux

d’entre eux créent, au sein d’une équipe, leur entreprise

(voir les deux encadrés ci-dessous).

DriveNoo : un transport de personnes low-cost et éco-responsable

Le secteur du transport de personnes connaît, sous l’effet d’enjeux économiques et environnementaux, des changements

d’usage au profit de solutions alternatives (transport publics, taxis, covoiturage, autopartage…). DriveNoo propose une solution

de transport de personnes low-cost et éco-responsable, via une plate-forme d’intermédiation (internet, Smartphone

et téléphone) qui met en relation des passagers et des conducteurs occasionnels. Pour garantir son modèle économique,

DriveNoo dispose d’outils de simulation algorithmiques qui se fondent sur l’expertise du Centre de robotique de MINES

ParisTech ainsi que de technologies d’optimisation et de partage de courses, développées en partenariat avec le laboratoire

d’informatique de l’École polytechnique. Des partenaires industriels potentiels ont d’ores et déjà été recensés. Le projet est

conduit par Frédéric Ollier, ancien élève de MINES ParisTech et de l’École polytechnique, aux côtés d’un entrepreneur expérimenté,

Pierre Cesarini, à l’origine de l’idée. Ce dernier est intervenant au sein de l’option « Innovation et entrepreneuriat ».

DriveNoo, aujourd’hui en cours de création est accompagnée par l’incubateur public du plateau de Saclay, Incuballiance.

Nest For All : la santé de la mère et de l’enfant en Afrique

Nest For All proposera des soins de qualité aux populations à bas revenus d’Afrique de l’Ouest en utilisant un réseau d’établissements

de santé de proximité. Contrairement au secteur privé, Nest for all adoptera un modèle simple, abordable et qui

atteindra à la fois les standards de l’OMS et la rentabilité. Ce projet vise à remédier aux principaux obstacles que les patients

rencontrent avec le système de santé public des pays d’Afrique de l’Ouest : longs temps de transport et d’attente, manque

d’infrastructures pour la maternité et mauvaises conditions d’hygiène et d’accueil. Par ailleurs, l’entreprise, en mettant en

place un réseau étendu, espère permettre aux personnels de santé des pays d’Afrique de l’Ouest, de poursuivre une carrière

gratifiante et évolutive.

Le projet a été initié en 2008 par des anciens élèves de MINES ParisTech, de l’École polytechnique et de Harvard Business School

ainsi que par des médecins au Sénégal. Khadidiatou Nakoulima, diplômée de MINES ParisTech en 2009, a rejoint l’équipe pour

l’exécution du projet. Nest for all s’est déjà distinguée lors de plusieurs compétitions d’entrepreneuriat social. Le projet participera

à la finale de la Harvard Social Entreprise Business Plan Contest et est sélectionné pour la finale régionale de la Global Social

Venture Competition organisée par l’ESSEC, la London Business School et la Haas School of Business de Berkeley.


MINES PARISTECH

14 15

LES IMPLANTATIONS GÉOGRAPHIQUES

PARIS

416 personnes

dont 74 enseignants-chercheurs

237 autres personnels

105 doctorants

FONTAINEBLEAU

(60 km, sud de Paris)

254 personnes

dont 81 enseignants-chercheurs

79 autres personnels

94 doctorants

622 autres étudiants

97 autres étudiants

• Bibliothèque

Musée de Minéralogie

Centre de calcul et des systèmes d’information

Presses des Mines

• Économie industrielle

• Gestion scientifique

• Sociologie de l’innovation

• Énergétique et procédés

• Robotique

• Automatique et systèmes

Géosciences •

Morphologie mathématique •

Recherche en informatique •

Automatique et systèmes •

Institut sup. d’ingénierie et de gestion de l’environnement •

Énergétique et procédés •

Bio-informatique •

PALAISEAU

(15 km, sud-ouest de Paris)

47 personnes

dont 7 enseignants-chercheurs

40 autres personnels

(30 doctorants autres établissements)

23 autres étudiants

• Mécanique des solides

www.mines-paristech.fr

ÉVRY

(30 km, sud de Paris)

203 personnes

dont 33 enseignants-chercheurs

69 autres personnels

101 doctorants

10 autres étudiants

• Centre des matériaux

SOPHIA ANTIPOLIS

(20 km, ouest de Nice)

301 personnes

dont 67 enseignants-chercheurs

90 autres personnels

144 doctorants

77 autres étudiants

Mise en forme des matériaux •

Énergétique et procédés •

Mathématiques appliquées •

Centre de recherche sur les risques et les crises •

NB : Le total des personnes ne comprend pas les 38 doctorants (dont 30 pour le LMS) effectuant leur thèse dans un laboratoire de l’École, mais

inscrits dans un autre établissement.


16 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

CONSEIL D’ADMINISTRATION*

Denis Ranque

Président

Personnalités nommées par le Ministre chargé de l’Industrie

Michel Bénézit

Jacqueline Lecourtier

Corinne Cuisinier

Christian Streiff

Christopher J. Padfield

Thierry Trouvé

Directeur général, Raffinage & marketing TOTAL

Directeur général, Agence nationale de la recherche (ANR)

Membre du comité de direction, Directeur commercial du groupe SIBELCO France

Administrateur de THYSSEN-KRUPP

Director of Strategic Development, Université of Cambridge (UK)

Président de l’Association des anciens élèves de MINES ParisTech

Représentants de l’État nommés par le Ministre chargé de l’Industrie

Jean-Jacques Dumont

Jean-François Verdier

Véronique Barry

Jean-François Guthmann

Bernard Carrière

Vice-Président délégué, Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies

Directeur général de l’administration et de la fonction publique

Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l’État

Sous-Directrice de l’innovation de la compétitivité et du développement des PME,

Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services

Ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi

Chef de mission de contrôle général, financement, recherche, innovation pédagogique

Contrôle général économique et financier,

Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique et de la réforme de l’État

Professeur des universités et Conseiller d’établissement

auprès du Directeur de l’enseignement supérieur,

Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

Gabriele Fioni Directeur du secteur « Énergie, développement durable, chimie et procédés »,

Direction générale de la recherche et de l’innovation,

Service de la stratégie de la recherche et de l’innovation

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

Représentants des Collectivités territoriales de la région Île-de-France

désignés par le Ministre chargé de l’Industrie

Marie-Claire Champoux

Gérard Eude

Jean-Louis Missika

Représentants des Personnels de MINES ParisTech

Armand Hatchuel

Assaad Zoughaib

Élisabeth Baysal

Représentants des Élèves de MINES ParisTech

Aurélie Viossat

Antoine Petiot

Grégory Fabre

Assistent avec voix consultative

Benoît Legait

Marie-Solange Tissier

Nicolas Cheimanoff

Michel Schmitt

Patricia Fournier

Franck Mordacq

Jean-Christophe Giocanti

Conseillère régionale de la région Île-de-France

Vice-Président du Conseil général de Seine-et-Marne,

chargé du développement économique, de la recherche et de l’emploi

Adjoint au Maire de Paris chargé de l’innovation, de la recherche et des universités

Professeur de classe exceptionnelle, Centre de gestion scientifique, Paris

Maître assistant de classe normale, Centre énergétique et procédés, Palaiseau

Secrétaire administratif de classe exceptionnelle, Direction des études, Paris

Au titre des élèves en formation initiale, continue ou en spécialisation

Au titre des élèves en formation initiale, continue ou en spécialisation

Au titre des élèves-chercheurs, Centre des matériaux

Directeur de MINES ParisTech

Directrice adjointe de MINES ParisTech,

chargée de la formation des Corps techniques de l’État

Directeur adjoint de MINES ParisTech,

chargé de la formation des ingénieurs civils

Directeur adjoint de MINES ParisTech,

chargé de la recherche et des formations post-diplôme

Secrétaire général de MINES ParisTech

Contrôleur budgétaire et comptable ministériel,

Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique et de la réforme de l’État

Agent comptable de MINES ParisTech

* mars 2010


MINES PARISTECH

17

MOYENS FINANCIERS

Les ressources

Le tableau ci-dessous indique la répartition des ressources de l’École en 2009 et en M .

Ressources 2008 2009 2010

prévisionnel

MINEFE 45,7 45,9 46,3

Personnel affecté (1) 18,0 19,0 20,0

Personnel EPA 17,5 17,0 15,8

Bourses 0,4 0,4 0,4

Vacations 1,6 1,3 1,0

Fonctionnement 4,7 4,7 5,2

Investissement 3,5 3,5 3,9

Autres ressources EPA 2,0 2,1 3,5

Produits de gestion et financiers 0,4 0,3 0,1

Ressources affectées 0,0 0,1 1,5

Taxe d’apprentissage 1,5 1,4 1,4

Subventions collectivités 0,1 0,3 0,5

Ressources hors EPA 36,3 40,6 41,2

Armines 29,0 30,0 30,0

Fondation Fi3m 1,3 3,6 4,0

CNRS (2) 1,0 1,0 1,0

Autres partenaires 5,0 6,0 6,2

Total 84,0 88,6 91,0

(1) montant global des rémunérations

brutes et charges employeur versées ou

provisionnées par l’État pour les personnels

affectés à MINES ParisTech ; ne sont pas

prises en compte les rémunérations des

ingénieurs-élèves de MINES ParisTech en

formation à l’École.

(2) hors moyens attribués par le CNRS

au LMS, principalement rattaché à l’École

Polytechnique, comptabilisés dans la rubrique

« partenaires ».

Les dépenses issues de la comptabilité analytique

Enseignement* (20 %) Recherche** (80 %)

26%

15%

15%

5%

2%

4%

63%

11%

21%

38%

■■

Cycles Ingénieurs

■■

Mastères spécialisés

■■

Master DNM

■■

Doctorat

■■

Autres (extérieur, formation continue…)

■■

Sciences de la terre et de l’environnement

■■

Énergétique et génie des procédés

■■

Mécanique et matériaux

■■

Mathématiques et systèmes

■■

Économie, management, société

* hors rémunération des étudiants ** y compris encadrement du doctorat, environ 5 %


18 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Les effectifs

au 31 décembre 2009

Direction & administration

Total École

Répartition

par employeur

EPA / Minefe

ARMINES

Autres

Enseignants

Chercheurs

Répartition

par fonction

Direction Générale & Services Généraux (DG) 55 50 3 2 — 55 — — — —

Direction Corps Technique de l’État (CTE) 5 5 — — — 5 — — 57 —

Direction des Études (Ingénieur Civil) (DE) 21 21 — — 7 14 — — 439 —

Direction de la Recherche (DR) 9 6 3 — — 9 — — — —

Délégation Paris 14 14 — — — 14 — — — —

Délégation Fontainebleau 19 19 — — — 19 — — — —

Délégation Sophia Antipolis 13 13 — — — 13 — — — —

Délégation Évry 3 3 — — — 3 — — — —

Sous-total 139 131 6 2 7 132 — — 496 —

Services communs

Centre de Calcul & des systèmes d’information (CCSI) 14 14 — — 2 12 — — — —

Bibliothèque 24 22 2 — — 24 — — — —

Autres

personnels

Doctorants

Post-Doctorants

Autres étudiants

Doctorants

autres établissements

(1) (2) (3) (4)

Musée de Minéralogie 6 6 — — 3 3 — — — —

Presses des Mines 2 2 — — — 2 — — — —

Sous-total 46 44 2 — 5 41 — — — —

Sciences de la Terre et de l’Environnement

Géosciences 144 76 40 28 48 40 49 7 36 —

Sous-total 144 76 40 28 48 40 49 7 36 —

Énergétique et Génie des Procédés

Énergétique et Procédés (CEP) 159 66 72 21 32 69 57 1 153 —

Sous-total 159 66 72 21 32 69 57 1 153 —

Mécanique et Matériaux

Mise en Forme des Matériaux (CEMEF) 148 66 33 49 29 27 75 17 21 —

Matériaux (MAT) 203 65 65 73 33 52 101 17 10 4

Mécanique des Solides (LMS) 47 1 1 45 7 36 — 4 0 30

Sous-total 398 132 99 167 69 115 176 38 31 34

Mathématiques et systèmes

Automatique & Systèmes (CAS) 23 10 5 8 7 2 14 — — —

CAO Robotique (CAOR) 55 26 12 17 18 13 23 1 22 —

Mathématiques Appliquées (CMA) 48 15 20 13 10 13 25 — 17 —

Morphologie Mathématique (CMM) 25 12 7 6 9 3 8 5 — —

Recherche en Informatique (CRI) 18 9 4 5 6 5 7 — 12 —

Bio-Informatique (CBIO) 10 6 2 2 4 1 4 1 — 1

Sous-total 179 78 50 51 54 37 81 7 51 1

Économie, management, société

Économie Industrielle (CERNA) 28 14 1 13 9 5 13 1 — 1

Gestion Scientifique (CGS) 39 19 4 16 14 3 21 1 — 1

Risques et crises (CRC) 49 19 12 18 10 5 30 4 17 1

Sociologie de l’Innovation (CSI) 31 13 3 15 11 3 15 2 — —

Sous-total 147 65 20 62 44 16 79 8 17 3

Institut de formation

Instit. Sup. d’ingénierie et de gestion de l’envir. (ISIGE) 7 4 3 — 5 2 — — 47 —

Sous-total 7 4 3 — 5 2 — — 47 —

Effectifs globaux 1219 596 292 331 264 452 *442 61 831 38

Doctorants inscrits dans d’autres établissements (4) 38 — — 38 — — 38 — 38 38

Total général 1257 596 292 369 264 452 480 61 869 38

(1) enseignants-chercheurs permanents.

(2) ingénieurs fonctionnels, personnels techniques et administratifs et visiteurs.

(3) Élèves-ingénieurs, Mastères spécialisés (MS), Masters, Corps Techniques, Institut Supérieur des Techniques, Formation continue…

(4) Doctorants inscrits dans des établissements extérieurs dont 30 au LMS.

(*) Plus 2 permanents inscrits en doctorat.


MINES PARISTECH

18 19

ORGANIGRAMME*

Conseil

d’Administration

D. Ranque

Directeur

B. Legait

Direction

des études

N. Cheimanoff

Direction des Corps

techniques de l’État

M-S. Tissier

Communication

C. Grosz

Études

P. Podvin, M. Lucas

Relations

entreprises

I. Liotta

Mécénat

Chaires

J. Ducret

Relations internationales

J. du Mouza, P. Baladi

Formation des ingénieurs-élèves

C. Marcovici, B. Leperchey

Sciences de la terre & environnement

Géosciences

D. Goetz

Énergétique – génie des procédés

Énergétique et procédés D. Mayer

Mécanique et matériaux

Centre des matériaux

E. Busso

Pierre-Marie Fourt G. Cailletaud *

Mécanique des solides B. Halphen

Mise en forme

Y. Chastel

des matériaux

}

Délégations

Paris

M-S. Tissier

Fontainebleau

M. Franz

Direction

des recherches

M. Schmitt

Doctorat

R. Molins

Formations spécialisées

et formation continue

S. de Cacqueray

Institut Carnot M.I.N.E.S

F. Prêteux

Mathématiques et systèmes

Informatique

R. Mahl

Automatique et systèmes N. Petit

Mathématiques appliquées N. Maïzi

Bio-informatique

J-P. Vert

Morphologie mathématique F. Meyer

CAO et robotique A. de la Fortelle

Évry

E. Busso

Sophia Antipolis

J-F. Agassant

Secrétaire général

P. Fournier

Agent Comptable

J-C. Giocanti

Service financier

A. Girard

Ressources humaines

M. Maalem

Paye

P. Fortin

Bureau des marchés

A. Jaubert

Économie, management, société

Économie industrielle M. Glachant

Gestion scientifique

F. Aggeri

Sociologie de l’innovation M. Akrich

Centre de recherche sur les risques

et les crises

F. Guarnieri

* directeur de l’unité CNRS

LA TUTELLE

LES INSTITUTS

Ministre de l’économie,

des finances et de l’emploi

Vice-Présidence

du Conseil général de l’industrie,

de l’énergie et des technologies

P. Faure / J-J. Dumont

Tutelle des écoles

Ch. Digne

* février 2010

Conseil

d’administration

D. Ranque

MINES ParisTech

B. Legait

Conseil d’orientation stratégique

des écoles des mines

J-J. Gagnepain

Ministre de

l’enseignement

supérieur

et de la recherche

Institut supérieur

des techniques

Institut supérieur

d’ingénierie et de gestion

de l’environnement

LES SERVICES COMMUNS

B. Legait

F. Vincent

Centre de calcul et syst. d’information

G. Huberman

Bibliothèque & documentation

C. Zur Nedden

Musée de minéralogie

Presses des Mines

L. Touret

S. Dekorsy


20 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

LES SERVICES COMMUNS

La direction

Le Directeur, Benoît Legait, assisté d’une Directrice

de la communication et d’un secrétariat, remplit les

missions définies dans le statut de l’établissement

(Article 18, décret n° 91-1033 du 8 octobre 1991).

Celles-ci sont de trois types :

■■

représentation de l’établissement à l’extérieur, notamment

dans le cadre des réseaux de coopération ;

■■

préparation et exécution des décisions du Conseil d’Administration,

en particulier dans la définition et la mise en œuvre de

la stratégie de l’établissement ;

■■

responsabilité du bon fonctionnement de l’École.

La direction des études

Le Directeur adjoint, chargé de la Direction des Études,

Nicolas Cheimanoff, assisté de deux adjoints et d’un

service d’une vingtaine de personnes, assure :

■■

l’organisation du cycle « Ingénieur Civil des Mines de Paris » ;

■■

l’animation des réflexions sur la formation des ingénieurs ;

■■

la gestion du personnel enseignant ;

■■

l’animation du comité pédagogique du cycle des ingénieurs

civils et du comité des études ;

■■

la gestion du matériel pédagogique, en particulier du matériel

audiovisuel et des locaux d’enseignement.

La direction des corps

techniques de l’État

La Directrice adjointe, chargée de la formation des

corps techniques de l’État, Marie-Solange Tissier,

assistée d’un adjoint et d’un secrétariat, assure l’organisation

du cycle « Ingénieur des Corps Techniques

de l’État » : recrutement, élaboration du programme

et des emplois du temps, gestion des enseignants,

suivi des stages, animation du comité pédagogique

correspondant.

Marie-Solange Tissier gère, par ailleurs, au sein du

Ministère de l’économie, des finances et de l’emploi,

les carrières des ingénieurs au Corps des Mines, sous

l’autorité du Vice-Président du Conseil général de

l’industrie, de l’énergie et des technologies.

Ce cycle a été modifié, en liaison avec Télécom

ParisTech, à la suite de la fusion des deux Corps des

mines et des télécommunications en un nouveau

«Corps des mines».

La direction de la recherche

Le Directeur adjoint, chargé de la Direction de la

Recherche, des formations post-diplômes et de la

formation continue, Michel Schmitt, assisté de trois

adjoints et d’un service de cinq personnes, assure la

tutelle des centres de recherche de l’École dans leurs

activités de recherche et d’enseignement post-master

(enseignements spécialisés, doctorats, formation

continue). Les missions de la Direction de la recherche

recouvrent notamment les aspects suivants :

■■

direction scientifique : élaboration de la politique scientifique

de l’École, orientation des activités de recherche des centres,

relations industrielles ;

■■

gestion des ressources humaines et financières allouées aux

activités de recherche, en concertation avec le Comité de la

recherche ;


MINES PARISTECH

20 21

■■

organisation, animation et gestion des études doctorales de

MINES ParisTech : gestion des inscriptions, organisation de

cours d’intérêt général, gestion des soutenances de thèses et

de la délivrance des diplômes, animation de la Commission

des études doctorales ;

■■

coordination des cycles de formations spécialisées : politique

générale, création de nouveaux cycles, animation de la

commission des Formations Spécialisées ;

■■

suivi de la carrière des chercheurs ;

■■

réflexion sur la formation continue, en France et à l’étranger ;

■■

animation de réseaux d’experts en matière de formation et de

conseils tournés vers les entreprises ;

■■

relations avec Armines.

Enfin, depuis 2005, le Directeur de la Recherche

assume également la direction de l’Institut Carnot

M.I.N.E.S.

Le secrétariat général

Le Secrétaire général, Patricia Fournier, assisté de deux

adjoints, Myriam Maalem et Alain Girard, assure,

sous l’autorité du Directeur, la direction des services

administratifs de l’établissement :

■■

Myriam Maalem a autorité sur le service de gestion des

ressources humaines et le burau de la paye ;

■■

Alain Girard a autorité sur le service financier (Stéphanie Guez,

pour les affaires financières et Florence Boderiou pour les affaires

budgétaires), le bureau des Marchés (Annick Jaubert) et les

affaires juridiques ;

■■

Caroline Scotto (chargée de mission, pour le patrimoine

immobilier de l’École) et de Rose-Marie Duarte (chargée de

la politique architecturale de l’École) relèvent également du

Secrétariat général.

L’agence comptable

Jean-Christophe Giocanti, nommé par arrêté conjoint

des ministres chargés de l’Industrie et du Budget,

assure, sous sa responsabilité, le paiement et la comptabilisation

des recettes et des dépenses de l’établissement.

L’agence comptable compte quatre personnes.

Les délégations

Les délégations de Paris (Marie-Solange Tissier), d’Évry

(Esteban Busso), de Fontainebleau (Michel Franz) et de

Sophia Antipolis (Jean-François Agassant) ont la responsabilité

de la gestion quotidienne des implantations :

■■la surveillance, la sécurité, l’entretien des locaux ;

■■l’accueil, le courrier et le standard téléphonique ;

■■les installations de reprographie et prestations de travaux

pour les différents services de l’École, en complément de

leurs moyens propres.

Elles font des propositions pour la conception des projets

de construction et la préservation du patrimoine immobilier

et assurent l’exécution des projets : instruction des

permis de construire, relations avec les architectes et les

entreprises, suivi des chantiers, réception des bâtiments…

Les délégations de Sophia Antipolis et d’Évry gèrent

également l’ensemble des aspects administratifs des

divers cycles d’enseignement :

■■Ingénieurs civils, pour la partie localisée à Sophia ;

■■Mastères ;

■■Doctorats ;

■■Formation continue.

Autres services communs

Les services suivants, en support des laboratoires et

des étudiants de l’École ont également une mission

de service public et de diffusion des savoirs et de

l’information :

■■

Centre de calcul et des systèmes d’information (CCSI) ;

■■

Bibliothèque et documentation ;

■■

Musée de minéralogie ;

■■

Presses des Mines.


22

Directrice : Gladys HUBERMAN

Responsable Informatique de gestion :

Jean-Michel Viovy

Téléphone 01 40 51 91 40

Courriel ccsi@mines-paristech.fr

Web

Activités

http://www.mines-paristech.fr/

Fr/Services/CC/Intro/cc.html

Enseignants chercheurs 2

Autres personnels 12

■■

gestion, mise à disposition, et suivi des moyens de calcul communs

pour l’enseignement ;

■■

enseignements d’informatique, assistance technique ;

■■

réseau informatique du site de Paris, suivi des interconnexions,

de la sécurité et des moyens généraux informatiques de l’École ;

■■

développement et suivi de services de communication informatique de

l’institution, responsabilité des systèmes d’information de l’École ;

■■

technologies éducatives (TICE ) ;

■■

informatique de gestion des services administratifs.

Systèmes et réseaux

Le CCSI, dans un souci permanent de maîtrise des applications

hébergées et mises à disposition des utilisateurs,

assure de nombreux développements en interne, et fait

en sorte de sélectionner rigoureusement les applications

externes utilisées.

Le logiciel j-chkmail poursuit son évolution, les travaux

de recherche sur le filtrage de spam ont été présentés dans 3

conférences : SIGIR 2009 à Boston (USA), CEAS à San Francisco

(USA) et JRES 2009 à Nantes. Nous avons modifié la stratégie

de filtrage des « exécutables » : ces derniers sont maintenant

mis en quarantaine, puis vérifiés par un logiciel antivirus.

Nous continuons à assurer la redondance des services

principaux. Grâce aux techniques de virtualisation sous

Solaris, plusieurs services sont concentrés, de façon étanche,

sur un même serveur. Un système adapté permet la

surveillance et une métrologie permanentes des serveurs,

des services, et des connexions réseaux.

Un « proxy » authentifié, accessible à tous les utilisateurs

de l’École, permet l’accès nomade à l’intranet ainsi

qu’aux ressources documentaires sous abonnement.

La structure de l’annuaire a évolué afin d’en faire une

source globale d’identification auprès de différentes applications,

comme le wifi sur différents sites, les proxies, ou les

serveurs de messagerie sortants authentifiés, accessibles de

l’extérieur de l’École par l’ensemble des utilisateurs.

Centre de calcul et des

systèmes d’information

Le cœur du réseau wifi parisien a été renouvelé, la couverture

du site est en cours d’amélioration. Un contrôleur en permet

maintenant une gestion plus souple. Un portail captif « alcasar »

gère les connexions « publiques ».

Web et bases de données

Cette année, les développements orientés « Web et base de

données » ont surtout concerné l’outil interne de gestion de

contenu (CMS). Ses nouvelles fonctionnalités ont permis aux

contributeurs du nouveau site web international d’intégrer,

dans le graphisme choisi, aussi bien leurs propres articles que

des données issues d’autres bases d’information de l’École.

L’outil de « Sondages » a lui aussi évolué. Il permet maintenant

le vote en ligne. Les élèves l’ont expérimenté avec succès à

la rentrée pour élire leurs représentants.

Enseignements, TICE

Le Centre a la charge de certains enseignements d’informatique

(tronc commun de première année ; enseignement spécialisé

sur l’analyse et la conception orientée objet, UML). En 2009 le

centre a participé au lancement du programme S3 recherche du

cycle Ingénieurs civils.

La formation à distance a pris de l’ampleur. Les cours de

français langue étrangère, avant le cycle ingénieur ou pendant le

doctorat se sont passés totalement à distance via la plate-forme

de formation et des classes virtuelles.

Le projet « Outils pour les pédagogies actives », co-porté

avec l’ISIGE est premier aux trophées du libre dans la catégorie

Scenari (Voir : http://tice.mines-paristech.fr/projetopa).

Informatique de gestion

Comptabilité, finance, marchés publics, ressources humaines,

paye, intranet... L’équipe informatique de gestion apporte des

outils pour une gestion efficace de toutes les tâches administratives.

Tantôt partenaire, tantôt conseil, parfois développeur

ou formateur, nous cherchons à proposer à tous, personnels ou

partenaires, un service fiable, aisé et rapide.


22 23

Directrice : Clothilde ZUR NEDDEN

Courriel : bib@bib.mines-paristech.fr

Bibliothèque et documentation

Personnels : 24

Les catalogues : http://bib.mines-paristech.fr

des formations plus diversifiées et proches des attentes

des sites : publier, classer ses références, référencer sa

thèse… autant d’enjeux qui font des bibliothèques des

atouts pour la réussite.

Valoriser les articles de nos chercheurs au-delà de

toute frontière

400 000 documents au total dont la moitié est signalée

dans les catalogues des 4 bibliothèques (Paris,

Fontainebleau, Évry, Sophia Antipolis).

Documentation et bibliothèques :

oser des choix pour offrir le meilleur

et valoriser l’excellence

La préfiguration d’un véritable pôle de compétences en

information et documentation s’est appuyée principalement

sur quatre leviers au cours de l’année 2009 : les

évolutions informatiques, une meilleure connaissance de

l’utilisateur, la valorisation de la production intellectuelle

de l’École et la poursuite de la numérisation d’un patrimoine

auquel l’École est très attachée.

La modernisation informatique passe

par la bibliothèque 2.0

La maquette du futur portail documentaire est prête et

verra sa concrétisation en 2010. Pour l’heure une véritable

bibliothèque numérique est déjà accessible sur place et à

distance. Des contenus diversifiés et enrichis permettent

à nos utilisateurs d’obtenir une information de niveau

international, fiable et actualisée. En augmentant considérablement

l’offre de ressources électroniques, les quatre

bibliothèques du réseau donnent les moyens :

■■

d’analyser les citations des articles des chercheurs ;

■■

de constituer et d’accéder à des bibliographies exhaustives dans la

plupart des domaines ;

■■

de participer à la mise en valeur des contenus produits par l’École.

En outre, la fusion des catalogues de l’École et la préparation

de l’entrée dans le catalogue collectif de l’enseignement

supérieur (Sudoc) assurent une grande visibilité

des fonds.

Aller à la rencontre de l’utilisateur :

une grande préoccupation

L’enquête sur les ressources électroniques est un premier

pas vers nos usagers. Elle a mis en lumière les besoins en

matière d’accès et de formation aux outils documentaires.

Avec une offre d’accompagnement concernant principalement

les élèves de 1 ère année et les doctorants, les

bibliothèques envisagent de compléter les sessions par

Le portail des publications est accessible sur :

http://hal-ensmp.archives-ouvertes.fr/

Il présente les collections référencées par tous les

centres de l’École. Plus de 700 documents en texte intégral

sont déjà référencés et ces collections seront enrichies

au cours de l’année 2010. Ce projet très récent, mené

en partenariat avec l’ensemble des Écoles de ParisTech,

illustre la volonté affichée d’avancer de concert.

Les thèses numériques, toujours autant recherchées

par le biais de Pastel, bénéficieront de plusieurs autres

vitrines. Le circuit de dépôt et de signalement des thèses

sera renforcé dans les années qui viennent. La pérennité

des données également.

Le patrimoine est un trésor qui se recherche,

s’affiche et s’exporte

Notre « pôle associé » de la Bibliothèque nationale

de France opère sa mutation : une première sélection

de documents à numériser est en cours, dans la

continuité des travaux réalisés à l’image de ceux des

Annales des Mines.

Deux années de choix et de chiffres

■■

la fréquentation dans les bibliothèques de Paris et

Fontainebleau = + 50% ;

■■

les prêts de documents dans les bibliothèques de Paris et

Fontainebleau = + 40% ;

■■

le prêt inter bibliothèques sur l’ensemble de notre réseau

documentaire (4 bibliothèques) = + 40% en moyenne ;

■■

les abonnements électroniques sur l’ensemble du réseau ont

été multipliés par 5 avec une forte influence sur l’usage de ces

ressources : augmentation importante des téléchargements

et des sessions de recherches ainsi qu’une baisse significative

de nos emprunts à l’extérieur en raison d’une offre désormais

très étoffée et élargie à d’autres disciplines ;

■■

une augmentation significative des formations encadrées à la

recherche documentaire sur les outils électroniques ;

■■

les acquisitions de monographies sur l’ensemble du

réseau = + 70% ;

■■

la dépense documentaire globale est stabilisée et dépasse

les 300 € /utilisateur/an. Ce montant est comparable aux

dépenses d’établissements universitaires qui soutiennent leur

politique documentaire.


24

Directrice : Lydie TOURET

Téléphone 01 40 51 91 39

Télécopie 01 40 51 91 75

Courriel musee@musee.mines-paristech.fr

Web http://www.mines-paristech.fr/

Fr/Services/Musee/musee.html

Musée de minéralogie

grand succès des opérations «portes ouvertes» (Nuit des

Musées, Journées du Patrimoire). Au quotidien les visites

de groupes, stages, expertises, cession de photographies ou

d’échantillons rythment la vie des personnels qui participent

de la notoriété du Musée par de multiples conférences

extra-muros. Les fréquentations du site Musée confirment

l’enthousiasme du public

Enseignants chercheurs 3

Autres personnels 3

Heures d’ouverture

mardi à vendredi : 13 h 30 à 18 h

samedi : 10 h à 12 h 30 et 14 h à 17 h

www.mines-paristech.fr/Fr/Services/Musee/musee.html

La conservation des collections et des données relatives

aux minéraux et aux roches est la vocation

première du Musée. Objets de culture et de curiosité

pour le grand public, ils sont aussi les messagers de

l’histoire de notre planète, source de toutes les substances

utiles. Ils représentent aussi des outils scientifiques

issus d’un patrimoine naturel inestimable et

à l’origine de recherches très actuelles, débordant

le champ des sciences de la terre pour toucher aux

domaines de pointe de la physique du solide et de

la science des matériaux.

Les actions du Musée peuvent être présentées sous

deux rubriques : Activités internes, dans le cadre et

au service de MINES ParisTech (Enseignement et

Recherche), et Missions de Service Public tournées

vers l’extérieur.

Activités internes: un Musée en mouvement

La numérisation des collections étant achevée, on a pu

mesurer tout au long de l’année l’intérêt d’un instrument

sans équivalent. De nombreuses demandes de

chercheurs ont ainsi pu être satisfaites, concernant

aussi bien les caractéristiques spécifiques de certaines

espèces (datolite, delvauxite, pyromorphite…)

que des données gitologiques. Ces contacts (École

Normale, CRPG…) ont été finalisés par des collaborations

académiques . L’ouverture au public se traduit par

une réponse, illustrant la réussite une mission essentielle

de diffusion des connaissances d’un Musée qui

se veut pour tous. Le nombre de visiteurs, passionnés,

amateurs, clients d’un divertissement ou touriste, est

en augmentation régulière, avec notamment un très

Enseignement et recherche

Minéralogie, pétrographie ou métallogénie n’ont certes plus

la place qu’elles occupaient autrefois dans l’enseignement

des cycles ingénieurs civils. On assiste toutefois à un regain

d’intérêt, marqué par le succès auprès des élèves de cours

d’options de 3 e année (minéralogie, gemmologie, introduction

aux nanomatériaux) mais aussi décernés dans le cadre

de la semaine Athens ou de conventions ENSAD-MINES

Paris-Tech.

En ce qui concerne les activités de recherche, on peut

distinguer plusieurs catégories:

■■

analyses physico-chimiques de phases minérales: sulfures de plomb,

bismuth ou arsenic, souvent effectuées en collaboration avec le Centre

de recherches et de restauration des musées de France (C2RMF) ;

■■

étude géologique d’un gisement de quartz de très haute pureté (THP)

en Mauritanie ;

■■

caractérisation de thortvéitite de Norvège, ou provenance d’échantillons

de rhodonite et de téphroite, fluorines, spodumène, améthystes

chauffées, zéolites, diopsides ;

■■

dépôt par la Commission des espèces nouvelles (IMA) de deux types : la

tazieffite, chlorosulfosel complexe du Kamtchatka (Russie), et le sulfosel

de Pb-Hg-As d’Iran (en cours de dénomination) ;

■■

rédaction de biographies concernant : J. de Morgan, J.E. Guettard,

C. Guillemin, P. Sainfeld, N.-H. Abel ;

■■

mission de Service Public : le Musée a été appelé à faire, une expertise

auprès du Tribunal de grande instance de Paris ;

■■

accueil de lycéens et collégiens, dans le cadre de l’action « Ouverture

sociale » ;

■■

publications dites de « vulgarisation », enseignements, voyages, débats.

ont été menés à bien dans le cadre d’ABCmines.

Faits marquants, Perspectives d’avenir

Un ouvrage consacré à Jacques de Morgan (1857-1924),

ancien élève et pionnier de l’aventure archéologique, a

obtenu le prix «Jacques de Morgan-Vachon » – Académie

des sciences et lettres de Marseille .

Tout en continuant ses activités traditionnelles, le Musée

prépare une exposition de prestige Notre terre, ce joyau, qui

se tiendra de mai à août 2010 dans les locaux de l’École.

Elle présentera des cristallisations exceptionnelles, véritables

œuvres-d’art de la nature.


24 25

Directrice : Silvia DEKORSY

Téléphone 01 40 51 93 17

Télécopie 01 40 51 90 25

Courriel presses@mines-paristech.fr

silvia.dekorsy@armines.fr

Web http://www.mines-paristech.fr/Presses

Presses des Mines

4 missions des Presses des Mines

■■

Permettre la diffusion du savoir scientifique auprès d’un large public ;

■■

Pérenniser le rayonnement des Écoles des mines en particulier ;

■■

Étudier tous les manuscrits scientifiques avec des experts réputés ;

■■

Publier les actes de colloques des écoles des mines en proposant un

conseil en édition.

Personnels 2

■■

15 à 20 nouvelles publications par an ;

■■

Un catalogue de plus de 120 titres ;

■■

Plus de 400 auteurs ;

■■

11 collections ;

■■

Éditeur : Transvalor.

Un cadre d’édition pour les enseignants

chercheurs

Les Presses des Mines, dont Transvalor – filiale

d’Armines – est l’éditeur, proposent une solution

éditoriale nouvelle et adaptée aux travaux

scientifiques de haut niveau qui, trop souvent, ne

connaissaient pas de publication du fait de leurs

tirages réduits. En 2009, le champ des Presses a été

étendu à toutes les écoles des mines.

Les Presses des Mines sont basées sur un concept

particulier de micro-édition qui se distingue grâce

à de multiples tirages limités. La maison d’édition

répond ainsi de façon très réactive à la demande

d’un public exigeant et spécialisé.

La publication offre aux scientifiques une visibilité

inédite auprès d’un public large et international.

Un comité éditorial, auquel participent seize spécialistes

de différents domaines scientifiques, mais aussi

des rédacteurs et des communicants des différentes

écoles des mines, examine chaque projet.

La distribution

Les Presses des Mines ont noué un partenariat

avec GEODIF EYROLLES pour la distribution dans

les librairies de France, de Belgique, de Suisse et

d’Afrique du Nord et avec Polytechnique Montréal

pour le Québec.

Les parutions en 2009

■■

LES MINÉRAUX DES ROCHES, Michel Demange

Caractères optiques Composition chimique Gisement

■■

SE MOBILISER POUR LA SANTÉ, Madeleine Akrich, Cécile Méadel,

Vololona Rabeharisoa

Des associations de patients témoignent

■■

SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES, Renaud Gicquel

Tome 1 : Méthodologie d’analyse, bases de thermodynamique,

composants, Thermoptim

Tome 2 : Applications «classiques»

Tome 3 : Cycles avancés, syst. innovants à faible impact environnemental

■■

LES PHÉNOMÈNES MIGRATOIRES, UN DÉFI POUR LA FRANCE

Aurélie Bray, Soraya Thabet

■■

LE MODÈLE SUÉDOIS, UN MALENTENDU

Benjamin Huteau, Jean-Yves Larraufie

■■

LE TRAITÉ DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE, Direction : P. Fuchs,

Coordination générale : G. Moreau; Coordination du volume : S.Donikian

Volume 5 : Les humains virtuels

■■

SÛRETÉ NUCLÉAIRE ET FACTEURS HUMAINS, Grégory Rolina

La fabrique française de l’expertise

■■

L’ESSOR DE LA GÉOLOGIE FRANÇAISE, coordination par Jean Gaudant

■■

L’ÉVALUATION DES CHERCHEURS EN QUESTIONS 1992 - 2009

Daniel Fixari, Jean-Claude Moisdon, Frédérique Pallez

■■

MANAGEMENT DES TECHNOLOGIES ORGANISATIONNELLES

Pierre-Michel Riccio, Daniel Bonnet

Journées d’étude 2009, Alès

■■

CARBONE ET PROSPECTIVE, Nadia Maïzi, Jean-Charles Hourcade,

coordination Sandrine Selosse

Colloque international organisé conjointement par la Chaire

Modélisation prospective et l’ETSAP

■■

FASCINANTES NANOTECHNOLOGIES, Julie Dubois, François Rousseau

Au-delà des grandes peurs, des grands doutes et des grands espoirs

■■

LA FAIM DANS LE MONDE, Frédéric Baudouin, David Parlongue

Crises d’aujourd’hui et défis de demain

■■

L’ŒUVRE SCIENTIFIQUE DE CHARLES CRUSSARD 1916-2008

Jean Philibert, Jean Plateau et Gilles Pomey

Textes de Charles Crussard réunis et commentés par Jacques Friedel

■■

CE QUE SOIGNER VEUT DIRE, Annemarie Mol

Repenser le libre choix du patient

■■

LE SIÈCLE DE LA VOITURE INTELLIGENTE, Claude Laurgeau


MINES PARISTECH

27

&


28 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Effectifs des cycles de formation

Rappel

2008/2009

Diplômes

2009

CYCLE

Durée

Ingénieurs civils (IC) 3 ans 426 439 92 — 146

1 ère année 101 103 13 — —

2 e année 145 164 35 — —

3 e année et fin de scolarité (1) 180 172 44 — 146

Master professionnel rattaché au cycle ingérieurs civils 18 mois 23 21 21 — 4

Stratégies énergétiques 23 21 21 — 4

Corps techniques de l’État (CTE) 3 ans 49 60 — — 16

1 ère année 15 24 — — —

2 e année 18 15 — — —

3 e année 16 21 — — 16

Institut Supérieur des Techniques (IST) 2 ans 29 28 — — 15

1 ère année 14 28 — — —

2 e année 15 — — — 15

Mastères spécialisés, temps plein 12-16 mois 178 190 61 28 174

Optimisation des systèmes énergétiques (OSE) 17 17 5 3 16

Ingénierie et gestion du gaz (Gaz) 15 19 5 2 15

Management international de l’énergie (ALEF) 11 17 7 — 11

Énergies renouvelables (ENR) 11 15 3 5 11

Ingénierie et gestion de l’environnement (IGE) 26 20 1 7 26

Management international de l’environnement (ENVIM) 14 11 4 — 14

Management industriel & systèmes logistiques (MISL) 19 19 6 10 17

Management des syst. d’info. & des techno. (MSIT) (2) 32 26 5 2 32

Maîtrise des risques industriels (MRI) — 16 7 2 —

Computational mechanics (COMPUMECH) 7 11 5 — 6

Comportement des matériaux et dim. struct. (COMADiS) 11 6 2 0 11

Materials Engineering (MATMEF) 6 10 4 — 6

Bioplastics (Bio) 9 — — — 8

Executive Mastères spécialisés, temps partagé 12-24 mois 99 57 — 57 67

Management QSE et développement durable (QSE-DD) 10 16 — 16 8

Fac. hum. et organis. du managt. de la sécu. ind. (FHOMSI) (3) 19 17 — 17 —

Management méthode et pratiques (MMP) 31 — — — 23

Management des syst. d’info. et des techno. (MSIT) (2) 15 12 — 12 15

Ingén. production et infrastruct. en syst. ouverts (IPISO) 24 12 — 12 21

BADGE accrédités par la CGE 6 mois 28 25 — 21 17

Management associatif (ADEMA) 23 17 — 17 12

Management de la dématérialisation (DAE) 4 8 — 4 4

Énergies renouvenables : enjeux et filières (ENR) 1 — — — 1

Cycles du CESMAT 6-9 mois 48 41 41 41 48

Géostatistique (CFSG) 13 7 7 7 13

Exploitation à ciel ouvert (CESECO) 11 12 12 12 11

Évaluation économique de projets miniers (CESPROMIN) 13 13 13 13 13

Administration publique des mines (CESAM) 11 9 9 9 11

Doctorants (encadrés à MINES ParisTech) 3 ans 419 444 179 — 97

1 ère année 113 138 56 — 1

2 e année 108 109 46 — —

3 e année 107 105 45 — 41

Prolongation 91 92 32 — 55

Totaux 1 299 1 305 391 147 584

2009/2010

Effectifs

dont

étrangers

dont

F. continue

1) élèves polytechniciens restant 21 mois à l’École. 2) mastère en collaboration avec HEC. 3) mastère en collaboration avec ESCP-Europe.

Formations en partenariat avec d’autres institutions

Masters professionnels 2 ans 60 178 126 0 46

Transport et développement durable (TRADD) 30 50 49 — 30

Gestion et traitement des eaux, des sols et des déchets (GTESD) 30 38 34 — 16

Nuclear Energy — 90 43 — —


28 29

LA FORMATION

Les cycles

L’École mène de nombreuses actions de formation,

parmi lesquelles figurent depuis longtemps

deux cycles particulièrement prestigieux. L’un

assure la formation des ingénieurs du Corps des mines

et de quelques ingénieurs d’autres Corps techniques

de l’État, l’autre conduit désormais environ 150 élèves

issus des classes préparatoires aux grandes écoles, de

l’École polytechnique ou d’universités françaises ou

étrangères, au diplôme d’Ingénieur civil des Mines

de Paris. L’École délivre également, pour des titulaires

d’un DUT ou d’un BTS ayant déjà une expérience

professionnelle, un diplôme d’ingénieur de l’Institut

supérieur des techniques.

Depuis la réforme LMD, l’École s’est impliquée dans

la création de masters professionnels, seule ou en association

avec d’autres écoles et ParisTech.

Depuis une dizaine d’années, les Mastères spécialisés

se sont fortement développés. MINES ParisTech propose

13 mastères spécialisés à temps plein et 5 en temps

partagé, dans les domaines d’excellence de sa recherche.

L’École anime par ailleurs, 4 cycles spécialisés du Centre

d’études supérieures des matières premières (CESMAT).

Environ 90 thèses de doctorat sont soutenues chaque

année à l’École.

Les principes pédagogiques

Malgré leur grande diversité, les cycles de formation

de MINES ParisTech sont conçus autour de quelques

grands principes. Ainsi, les enseignants sont presque

toujours des chercheurs des laboratoires de l’École,

en contact fréquent avec les industriels qui leur

soumettent leurs problèmes. Ils transmettent donc

un savoir à jour et en prise avec les besoins du monde

socio-économique. Ils sont jugés non seulement sur

la qualité de leur travail de recherche, mais aussi

sur leurs qualités pédagogiques et leur disponibilité

vis-à-vis des étudiants qui évaluent régulièrement

et anonymement la qualité des prestations qu’ils

reçoivent. Les élèves sont, dans chaque filière, sélectionnés

avec le plus grand soin pour leur motivation

et leur aptitude à tirer parti de l’enseignement à très

haute valeur ajoutée qu’ils reçoivent. Ils bénéficient

d’un suivi individuel pendant l’ensemble de leur

scolarité, dont la qualité est un élément essentiel de

la réputation de l’École.

Enfin, le terrain occupe une place importante

dans tous les cycles de formation. Ainsi, la plupart

des cycles comportent des stages avec tuteurs dans

des entreprises ou des laboratoires, en France ou

à l’étranger, qui permettent aux élèves de compléter

leur formation théorique et de féconder leur

réflexion par le traitement de problèmes concrets

d’ingénierie, de recherche ou d’organisation.

Évolution du nombre des diplômes

Cycle de formation 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

Ingénieurs Civils 123 120 119 112 111 105 117 159 130 140 128 146

Master Pro rattaché au cycle Ingénieurs Civils - - - - - - - - - 7 10 4

Corps Techniques de l’État 19 19 15 13 13 16 16 18 16 16 17 16

Institut Sup. des Techniques 14 9 12 11 8 13 - 13 10 10 13 13

Masters professionnels (en partenariat) - - - - - - - 36 56 54 60 46

Institut Sup. d’Inform. & d’Automatique 15 14 9 16 13 10 11 8 9 7 - -

Mastères Spécialisés (MS) (à temps plein) 66 89 148 127 184 *221 *238 *249 *185 *214 170 174

Executive Mastères Spécialisés (à temps partagé) - - - - - - - 9 12 44 49 67

BADGE - - - - - - - - - 13 10 17

Cycles du CESMAT 37 47 38 40 33 38 34 34 35 40 40 48

DEA / Masters recherche 57 40 43 47 34 48 7 1 - - - -

Doctorats 95 71 85 98 77 99 83 90 116 86 83 97

Total 426 409 469 464 473 550 506 617 569 631 580 628

*) en incluant les diplômes en Masters européens ENR et ECPCEM


30 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

LES INGÉNIEURS CIVILS

Responsable : Nicolas Cheimanoff — de@mines-paristech.fr — Tél. : 01 40 51 91 33

http://www.mines-paristech.fr/ingenieurcivil

À la création de l’École, en 1783, l’exploitation et la

transformation des matières premières représentaient

l’essentiel du développement de l’activité économique

des pays européens. L’art des mines était, par excellence,

celui où devait s’exercer l’esprit scientifique.

Depuis lors, L’École perpétue sa vocation à investir

de nouveaux domaines d’action, à la pointe des sciences

et des techniques et des évolutions de l’industrie et des

services. Ainsi, en-dehors des secteurs où ses compétences

sont reconnues de longue date, qu’il s’agisse des

industries extractives, des sciences de la terre ou des

matériaux, l’École a développé un potentiel très important

en mathématiques appliquées, génie des procédés,

biotechnologies, énergétique et sciences économiques

et sociales.

Un des premiers objectifs du cycle Ingénieurs civils

des Mines de Paris est de rester proche de la pratique et

du concret, qui doivent être connus et maîtrisés à l’aide

de savoirs et d’outils théoriques. La pratique se traduit

par des stages industriels intégrés à la scolarité, des

projets réalisés en équipe et un important travail personnel

d’option sur un sujet exécuté en liaison avec des ingénieurs

en fonction dans l’industrie et sous la direction

du corps enseignant. L’École remplit ainsi sa première

fonction de diffusion de savoirs et de savoir-faire. Par

ailleurs, dans un monde économique en constante évolution,

largement ouvert aux échanges internationaux,

l’École a pour deuxième mission de rendre ses élèves

capables de travailler dans un environnement changeant

et multiculturel. À la sortie de l’École, les « Mineurs »

auront d’importantes responsabilités professionnelles ;

ils sauront d’autant mieux anticiper, prévoir et s’adapter

que leur formation se sera déroulée dans une institution

qui évolue et innove, une école ouverte sur le monde.

L’École donne ainsi une grande importance aux

enseignements relevant d’acquisition de savoir être, de

faire savoir et de savoir-faire. Dans cet esprit, différents

enseignements sont consacrés à l’étude de controverses

(dimension sociologique des grands problèmes de

société), à la découverte des métiers de l’ingénieur généraliste

dans ses principales composantes (MIG), et à la

promotion de l’autonomie, de la prise de risque et de

l’esprit d’initiative (Acte d’entreprendre).

Ainsi, MINES ParisTech propose à ses élèves du

cycle Ingénieurs civils une formation pluridisciplinaire,

généraliste, à fort contenu technique, scientifique et

socioéconomique, leur permettant, grâce à un corps

enseignant de haut niveau et par des activités pédagogiques

diversifiées, d’acquérir un solide bagage de

connaissances fondamentales et de savoir-faire pratiques.

Elle s’attache à leur donner les moyens d’être de

futurs créateurs de richesses et des acteurs très recherchés

des entreprises.

Admission dans le cycle en 2009

Admission sur concours en 1 ère année :

■■

96 élèves ainsi répartis : 46 issus de la filière MP, 17 de la filière PC,

27 de la filière PSI, 3 de la filière PT, et 2 de la filière TSI.

Admission sur titres en 1 ère année :

■■

6 élèves, dont 1 issu de la filière ATS, et 5 titulaires d’une licence

de l’Université ou d’un titre étranger équivalent.

Admission sur titres en 2 e année :

■■

en voie généraliste : 17 élèves titulaires d’une maîtrise de

l’Université ou d’un titre étranger équivalent.

■■

en voie spécialisée : 36 élèves de l’École polytechnique.

Admission dans le master Stratégies énergétiques :

■■

9 étudiants étrangers.

Étudiants visiteurs en 2 e et 3 e année :

■■

20 étudiants européens et/ou étrangers.

Sur l’ensemble du cycle, on compte cette année 113

étudiants étrangers (25%) et 109 jeunes femmes.

Les trois années du cycle

La première année est marquée par la fin des enseignements

de niveau « bachelor » et par une rupture pédagogique avec les

classes préparatoires :

■■

les modules d’initiation aux métiers d’ingénieur généraliste (MIG) :

4 semaines d’immersion dans les Centres de recherche et les

entreprises ;

■■

le stage d’observation en géologie se déroule sur 2 semaines, dès

le mois d’octobre ;

■■

les Controverses ;

■■

l’Acte d’entreprendre : un projet personnel mené en 2 ans.

La deuxième année est consacrée aux sciences de l’ingénieur.

La possibilité d’un semestre académique à l’étranger est offerte

au 3 e semestre en formation « graduée » ; parallèlement, un

« mi-temps recherche » peut aussi être proposé aux élèves, en

collaboration avec les centres de recherche de l’École.

La troisième année est consacrée aux options. L’accueil d’étudiants

étrangers du meilleur niveau est une priorité de l’École

qui souhaite leur proposer une gamme d’offres diversifiées. La

3 e année, organisée autour des options, répond en partie à cet

objectif.

La scolarité est organisée en semestres d’une durée

comprise entre 16 et 20 semaines, l’ensemble de la

scolarité, pour les élèves admis en 1 ère année, constituant

un minimum de 120 semaines.


La diversité des activités pédagogiques, des modalités

et des moyens utilisés pour les mettre en œuvre, contribue

au développement de qualités essentielles pour

l’ingénieur. Ainsi, tout au long de leur cursus, les élèves

du cycle Ingénieurs civils ont l’occasion de découvrir le

travail en équipe (réalisation de projets), la communication

écrite (rédaction de rapports de stage, de curriculum

vitae, de lettres de motivation…) et orale (soutenance

de projets, conduite de réunion…). La taille réduite des

promotions (une centaine d’élèves par année de formation)

favorise des approches pédagogiques variées et

permet un véritable tutorat.

MINES PARISTECH

Les stages

Trois séquences en entreprise sont intégrées à la scolarité

obligatoire :

■■

un stage d’exécution (4 semaines en première année) en milieu

industriel ;

■■

un stage ingénieur (12 à 16 semaines en deuxième année)

au cours duquel un travail réel d’ingénieur est effectué à l’étranger ;

■■

un travail d’option (équivalent de 4 mois à temps plein en 3 e

année) .

Un stage long d’une année est possible entre la

deuxième et la troisième année.

Nombre minimal d’heures suivies par les élèves (par type d’activité)

Type d’enseignement 1 ère année 2 e année 3 e année

Enseignement de tronc commun 320 226 78

Enseignements personnalisés 309 98 –

Langues vivantes 120 115 30

Enseignements au choix 20 263 138

Activités d’option (dont travail en entreprise) – 75 750

Stage en entreprise et à l’international 140 420 –

Activités physiques et sportives (facultatif) 151 138 63

Cycles culturels (facultatif) 23 13 13

30 31

Quelques Actes d’entreprendre de 2009

Heliotopia

Aide au développement rural

au Burkina Faso.

Fenêtre sur la Chine

Faire comprendre les réalités

de la Chine au-delà des a priori.

Maquette de voilier

Réalisation d’une maquette avec

des élèves en difficulté.

Acte d’entreprendre

À leur entrée en 1 ère ou en 2 e année (pour les admis sur

titres), les élèves choisissent seuls ou de préférence en

équipe, un projet personnel – dans le domaine scientifique,

technique, social, culturel ou humanitaire – qu’ils

doivent mener à bien avant la fin de la seconde année.

Tout au long de sa démarche, l’élève est accompagné par

un tuteur qui peut le conseiller dans son travail et lui faciliter

les contacts extérieurs. L’acte d’entreprendre permet

aux élèves de se confronter à la réalité d’une gestion de

projet mené avec des partenaires extérieurs à l’École et

sur une longue durée (2 ans).

Modules d’initiation aux métiers de

l’ingénieur généraliste (MIG)

Ces modules ont pour objectif la mise en relation rapide

des élèves avec les problèmes posés à l’ingénieur manager

d’aujourd’hui, dans toutes les composantes du

métier. Ils sont fondés sur une rupture pédagogique qui

insiste sur l’acquisition de méthodes ou de démarches

plutôt que de savoirs. C’est aussi l’occasion de découvrir

les centres de recherche de l’École, et d’acquérir

des éléments de culture industrielle lors de visites et

conférences.

L’idée générale est, pour les élèves, de réaliser une

micro-étude de développement. Pour cela, ils doivent

mesurer le problème à l’occasion de visites industrielles,

connaître les outils scientifiques et techniques

disponibles dans les centres de recherches, et proposer

une solution (mini-projets). Une soutenance orale,

réalisée par le groupe d’élèves de chaque module, est

faite devant un public et un jury ouverts sur l’extérieur

de l’École (industriels, journalistes, personnalités).

Un rapport écrit est aussi réalisé.

Les MIG ont été adaptés pour s’inscrire dans le

cursus des élèves admis sur titres (AST) en seconde

année.


32 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Les MIG en 2009

Responsable : Marc Lucas

Coordinateurs : Daniel Abergel, Marie-Hélène Berger,

Chakib Bouallou, Evelyne Darque-Ceretti,

Michel Deveughèle, Cécilie Duhamel,

François Goulette, Emmanuel Ledoux,

François-Pascal Neirac, Valérie Roy

■■

En 1 ère année

■■

ALEF : L’énergie des mers ;

■■

CARTO 3D : Cartographie 3D urbaine et accessibilité ;

■■

EAU : Traitement des eaux – Filtration membranaire Zéro énergie ;

■■

ESPACE : De l’espace à la Terre – Conception de moyens de transport

spatial et gestion du risque associé ;

■■

POST-URANIUM : Gestion de l’après-mine d’uranium en France,

l’exemple du Limousin ;

■■

RESSOURCES MINÉRALES : Des ressources importantes en granulats

mais d’accès difficile. Comment éviter une pénurie

■■

SANTÉ : L’ingénieur et la santé – prévention par filtres optiques de

la photo toxicité de la lumière bleue, facteur de risque de la DMLA ;

■■

SENSO : Aspect sensoriel dans les transports ;

■■

SYSTÈMES EMBARQUÉS : Conception de systèmes embarqués.

■■

En 2 e année (nouveaux élèves admis sur titres)

■■

SÉCURITÉ INDUSTRIELLE : application à un site Arkema.

Les enseignements au choix

(ou « enseignements spécialisés »)

À différents moments de leur scolarité, les élèves doivent

choisir un minimum d’enseignements spécialisés pour

valider un nombre d’unités de valeurs imposé, semestre

par semestre. Leur proportion croît constamment

tout au long de la scolarité. Le choix des enseignements

spécialisés par les élèves est libre, les responsables d’options

étant toutefois en droit de conseiller certains enseignements

(au maximum 50 % du volume à choisir par

l’élève). Des enseignements spécialisés se déroulent en

parallèle et sont parfois proposés simultanément aux

élèves de 2 e et de 3 e année. Certains ne sont pas dispensés

tout au long d’un semestre, mais se déroulent en

une semaine.

L’ouverture internationale

Les entreprises fonctionnent aujourd’hui dans une

économie totalement mondialisée. Elles cherchent

ainsi à recruter de jeunes cadres parfaitement aptes à

travailler au sein d’équipes multi-culturelles et à diriger

des projets multi-localisés. Dans le but de développer

cette dimension internationale chez ses élèves, l’École

a décidé d’accroître fortement les échanges d’étudiants

par différents moyens :

L’envoi d’élèves en formation à l’étranger durant une

partie significative de leur scolarité (formation et stages) :

■■

tous les élèves ont l’obligation de faire au moins un stage

industriel à l’étranger : stage d’ingénieur entre la 2 e et la 3 e

année ou travail d’option en 3 e année. Au total, chaque élève

de l’École passe au minimum quatre mois à l’étranger pendant sa

scolarité ;

■■

une partie des élèves admis en 1 ère année (environ 30%) a choisi

d’effectuer le 3 e semestre (début de la 2 e année) dans une université

étrangère sélectionnée par l’École. En 2009, cette possibilité est offerte

pour le MIT et Caltech aux USA, Polytechnique Montréal au Canada,

Hong-Kong University en Chine, NUS à Singapour, l’Université de Séoul

en Corée, Tokyo Tech au Japon, l’Université de Novossibirsk en Russie,

l’Université de Queensland et de New South Wales en Australie, l’Université

de Sao Paulo et de Campinas au Brésil et l’Université Catholique

de Lima au Pérou. Dans la plupart des cas, ce semestre académique

peut être pris en compte par les universités étrangères pour l’obtention

d’un double diplôme, après un complément effectué à l’issue de

la scolarité à l’École ;

■■

en outre, dans certaines conditions, la possibilité est offerte d’effectuer

une année de césure entre la 2 e et la 3 e année en entreprise à l’étranger

(une quarantaine d’élèves concernés en 2009/2010).

Le développement de l’accueil d’étudiants étrangers : à

la rentrée 2009, l’École a accueilli 25 % d’étudiants étrangers

dans son cycle ingénieur, avec 33 nationalités représentées.

Ceci est obtenu par l’accroissement constant du nombre

d’institutions partenaires (voir ci-dessous).

Une meilleure lisibilité de son offre de formation :

l’École se présente maintenant comme une «graduate

school» (cf. site web en anglais : www.mines-paristech.eu)

avec des formations à deux niveaux :

■■

Master (graduate)

■■

le cycle Ingénieurs civils des Mines de Paris, en 3 ans ;

■■

un cycle «master of Sciences and executive engineering» en 2 ans

correspondant aux deux dernières années du cycle Ingénieurs civils ;

■■

les diplômes nationaux de master (DNM), professionnalisants ou de

recherche.

■■

Post master (post graduate)

■■

ces formations post-diplômes incluent le doctorat et les mastères

spécialisés.

Le tout s’accompagne de l’adoption des crédits ECTS et du

supplément au diplôme suivant les normes européennes.

La création de nouvelles formations ciblées pour un

public international, les masters DNM et masters conjoints :

l’École a mis en place des masters en collaboration avec les

écoles de ParisTech.

Suite à la mise en œuvre quasi générale de la réforme

de Bologne en Europe, MINES ParisTech cherche aussi à

développer des cursus de masters conjoints sur la base de

cursus existants et facilement mutualisables (création en

cours d’un master Mathématiques industrielles).

Le développement d’accords de coopération avec des

institutions étrangères sélectionnées avec différentes

modalités possibles :

■■

l’accord d’échange non diplômant, de type Erasmus (une quarantaine

d’accords) ;


MINES PARISTECH

32 33

■■

l’accord d’échange diplômant et de double diplôme (une vingtaine

d’accords) : moyennant le suivi de deux années du cycle

Ingénieurs civils, l’étudiant étranger obtient le diplôme d’ingénieur

civil des Mines de Paris (et le grade de master) et, en cas

d’accord avec son institution d’origine, le double diplôme ;

■■

l’accord de recrutement par concours d’étudiants de niveau

bachelor, comme c’est déjà le cas en Chine sous l’égide de

ParisTech dans plusieurs universités.

Ceci passe par une plus grande implication de l’École

dans ses réseaux nationaux et internationaux. MINES

ParisTech développe ainsi, avec ParisTech et avec le

GEM, plusieurs actions internationales de coopération et

d’échanges d’étudiants tant en Asie (Chine, Inde, Corée

du Sud, Singapour, Thaïlande, Vietnam) qu’en Amérique

Latine (Brésil, Chili, Argentine et Mexique) ou dans

les pays de l’Est (Russie, Pologne, Ukraine, République

tchèque) et du Moyen Orient (Liban, Turquie).

La recherche de l’accroissement de son partenariat

d’entreprises : l’École est très liée au monde des entreprises

françaises et étrangères. Pour assurer le développement

de leurs implantations à l’étranger, les entreprises

ont la nécessité d’avoir des cadres nationaux parlant

français et ayant bénéficié d’une excellente formation

d’ingénieur dans une grande école. Elles ont donc intérêt

à financer des bourses, intégrées dans un véritable partenariat

négocié, pour des étudiants étrangers. Un poste a

été créé spécialement pour le développement de cette

action, qui est aussi relayée plus globalement au niveau

de ParisTech (action Fonds international).

Des procédures d’accueil et d’intégration particulières

visant à optimiser l’intégration des étudiants étrangers

du cycle ingénieur : formulaires d’inscription en

ligne français/anglais, obtention de bourses, facilitation de

l’obtention du visa et de la carte de séjour et du permis de

travail, personne administrative dédiée, journée d’accueil

spéciale, visites pendant le stage de français préalable,

accueil BDE, journées d’intégration, enseignement de FLE

(Français langue étrangère) intégré au cursus.

Les élèves ont l’obligation d’étudier deux langues

étrangères (parmi onze proposées) et d’obtenir, avant la

fin de leur scolarité, un diplôme extérieur dans la langue

de leur choix (Proficiency mention bien, TOEFL 580 points

ou TOEIC 850 points, ZMP niveau bien/très bien...).

L’ouverture internationale s’exprime enfin par des

cours organisés dans le cadre d’échanges universitaires

avec de grandes institutions européennes (dans le cadre,

entre autres, des semaines d’enseignements ParisTech

Athens) et des enseignements de culture économique :

La globalisation de l’économie mondiale, institutions européennes

: Europe utile, une approche industrielle ; International

contracts for large-scale projects…

Les options

L’École offre aux élèves 17 options au choix. L’option

se déroule surtout en 3 e année. En 2 e année, une

période de pré-option de deux semaines permet

aux élèves de prendre contact avec la discipline. Ces

connaissances sont approfondies pendant un mois

complet en début de 3 e année (cours, jeux d’entreprise,

travaux pratiques, mini-projets, visites industrielles

en France et à l’étranger). C’est ensuite en

janvier et à partir d’avril que les élèves, seuls ou en

binômes, se consacrent à leur sujet d’option proposé

par une entreprise ou un organisme public. L’activité

d’option représente un total de 22 semaines.

Exemples de sujets soutenus

en juillet 2009

■■

Biotechnologie – Étude de l’expression de marqueurs impliqués

dans la pigmentation après exposition UV ;

■■

Développement industriel des procédés avancés –

Modélisation d’un procédé de transformation de biomasse en

carburant de synthèse ;

■■

Droit et économie de l’entreprise – Déréglementation du

secteur des transports ;

■■

Économie industrielle – Stratégie de développement des énergies

renouvelables ;

■■

Finance quantitative – Structuration de nouveaux produits

d’assurance-vie ;

■■

Génie atomique – Amélioration des calculs de propagation

neutrons-gammas ;

■■

Géosciences – Modélisation de la dégradation du ciment pour

puits de pétrole en milieu carbonaté ;

■■

Géostatistique – Étude des relations entre les épidémies de

grippes et quelques paramètres météorologiques en France ;

■■

Gestion scientifique – Organisation des réseaux cliniques en

protonthérapie ;

■■

Ingénierie de la conception – Concevoir de nouveaux services

d’auto-mobilités à partir de l’exploration des usages collectifs

de la voiture ;

■■

Innovation et entrepreneuriat – Réussir la commercialisation

d’un service technologique innovant ;

■■

Machines et énergie – Impact des écarts de géométrie des

pales sur les performances globales d’une éolienne de grande

taille ;

■■

Management des systèmes d’information – Systèmes d’information

d’entreprise orientée service Web ;

■■

Mareva –Traitement d’images radar ;

■■

Sciences et génie des matériaux – Procédé d’électro-décontamination

des bétons. Application au démantèlement d’installations

nucléaires ;

■■

Sol et sous-sol – Extension d’une carrière de granulats et

recherche d’un nouveau gisement ;

■■

Systèmes de production et de logistique – Amélioration des

règles de planification dans un laminoir à chaud.


34 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

LES AUTRES FORMATIONS DE NIVEAU MASTER

Les masters professionnels

Les masters professionnels, tournés vers le monde

économique et la société, permettent aux étudiants

d’acquérir une spécialisation très appréciée sur le

marché de l’emploi.

Ces masters se font dans le cadre de ParisTech. Le

master Stratégies énergétiques est rattaché au Cycle des

ingénieurs civils.

Ces formations de très haut niveau en science de

l’ingénieur sont bâties sur le modèle standard international

des Masters of science. Elles s’adressent principalement

aux étudiants étrangers titulaires d’un

Bachelor of science ou d’un Bachelor of engineering. Les

cours ont lieu dans une ou plusieurs écoles de Paris-

Tech. Un stage de 4 à 6 mois en entreprise complète

le cursus.

Stratégies énergétiques (MSE)

Responsables : Philippe Rivière (CEP) et Gilles Le Blanc (CERNA)

Objectifs : Rendre les étudiants aptes à participer

à l’élaboration des politiques énergétiques de leur

entreprise ou de leur pays, en lien avec les entreprises

du secteur. Ce Master est destiné prioritairement à

des étudiants étrangers provenant des universités

partenaires de MINES ParisTech dans le cadre des

programmes de mobilité (Erasmus, Unitech, Singapour,

Chine…).

Ce master est rattaché à la 3 e année du cycle Ingénieurs

civils de MINES ParisTech. Il recrute au niveau

M1 ou Bac+4. Il est délivré en français et est sanctionné

par un diplôme de Master ParisTech.

Durée : 18 mois.

Effectifs au 31 décembre 2009 : 21 étudiants

étrangers.

Site web : http://masterenergy.mines-paristech.fr

Visite d’une centrale à cycle combiné, en Belgique.

Nuclear Energy

Responsables pour MINES ParisTech : Didier Mayer (CEP),

Jérôme Crépin (MAT).

Écoles associées : Université Paris Sud, écoles de ParisTech,

Supélec, ECP, INSTN.

En partenariat avec EDF, AREVA, SUEZ.

Objectifs : faire acquérir à des étudiants de haut

niveau les principaux savoirs nécessaires à l’industrie

nucléaire, quels que soient le pays ou l’activité

dans le domaine. Ce Master en anglais, sur deux ans,

permettra aux industriels ou entreprises qui recruteront

ces étudiants de gagner un temps précieux

dans leur employabilité initiale grâce à la qualité et

à l’étendue des contenus traités. Il vise aussi à préparer

les étudiants à la recherche dans le domaine du

génie nucléaire (physique des réacteurs, modélisation

et simulation, instrumentation…). Les partenaires

travaillent avec un guichet de sélection et d’inscription

unique, et délivrent un diplôme unique cosigné par

tous. Recrutement : étudiants français ou étrangers

titulaires d’une licence ou d’un bachelor en mathématiques,

physique, ou sciences de l’ingénieur ou

en chimie. Une entrée directe est possible en M2

pour des élèves issus des grandes écoles ou pour des

étudiants ayant validé 60 ECTS de cours de niveau

gradué dans le domaine.

Effectifs 2009/2010 : 90 étudiants, dont 43 étrangers.

Site web : http://www.master-nuclear-energy.fr


MINES PARISTECH

34 35

Transport et développement durable(TRAAD)

Responsable pour MINES ParisTech : Jérôme Adnot (CEP).

Écoles associées : École des Ponts ParisTech, MINES Paris-

Tech, Polytechnique.

En partenariat avec la Fondation Renault.

Objectifs : Former des ingénieurs capables de resituer

les projets de transport dans une démarche de

développement durable et de prendre en considération

l’inter-modalité, l’interface entre système des

transports, l’espace et la mobilité, ainsi que les conséquences

économiques et sociales du secteur transport.

Ce master recrute au niveau M1 ou Bac+4. Il est

délivré en français et est sanctionné par un diplôme

de Master ParisTech.

Durée : 16 mois.

Effectifs 2009/2010 : 50 étudiants, dont 49 étrangers.

Site web : http://www.enpc.fr/fr/formations/

dea_masters/pfr/pfr_accueil.htm

Gestion et traitement des eaux, des sols et des déchets

(GTESD)

Responsable pour MINES ParisTech : Alain Gaunand (CEP).

Écoles associées : ENSTA ParisTech, MINES ParisTech,

AgroParisTech, École des Ponts ParisTech, Chimie ParisTech

et ESPCI ParisTech.

Objectifs : former des cadres compétents dans les métiers

de l’eau, des sols ou des déchets pour identifier, gérer et

traiter les impacts environnementaux. Deux semestres

constituent 2 grands ensembles d’enseignement consacrés

respectivement aux outils et méthodes pour la connaissance

des milieux, puis aux techniques pour le traitement

des eaux, des sols et des déchets. À l’issue de la période de

cours, la mise en pratique des connaissances et l’insertion

professionnelle se font grâce à un stage de 6 mois effectué

dans une entreprise (partenaire ou non). Les étudiants sont,

plus particulièrement, destinés à travailler dans les filières

à l’international de nos partenaires industriels. Partenariats

industriels : Veolia, Suez-Lyonnaise des eaux.

Effectifs 2009/2010 : 38 étudiants, dont 34 étrangers.

Site web : www.agroparistech.fr

Les Masters Recherche

Dans le cadre de la refonte du LMD, l’École s’est associée à des universités pour participer à un nombre significatif

de Masters Recherche*.

Mentions Spécialités Établissements conjoints

Responsables

MINES ParisTech

Géoenvironnement Géomatériaux et environnement Univ. Marne-la-Vallée M. Deveughèle

(GÉOSCIENCES)

Géo-risques et informations

environnementales

Univ. Marne-la-Vallée

M. Deveughèle

(GÉOSCIENCES)

Géosciences et géomatériaux Univ. Paris 6, Cergy, ENS Ulm M. Thiry

(GÉOSCIENCES)

Environnements continentaux

et hydrosciences

Univ. Paris 6, Paris 7, Paris 10, ENS Ulm,

Muséum, AGRO ParisTech, ENS Géo

E. Ledoux

(GÉOSCIENCES)

Matériaux Matériaux pour les structures et l’énergie Univ. Paris 11, 12, ECP, EP, ENSCP, INSTN J. Besson (MAT)

Physique des matériaux, mécanique

numérique et modélisation numérique

(PMMM)

Univ. Nice Sophia Antipolis (UNSA),

Univ. Sud-Toulon-Var (UTVS)

M. Vincent

(CEMEF)

Sciences de l’ingénieur Énergétque et environnement Univ. Paris 6, ENSAM, EP, ENS Cachan D. Clodic (CEP)

Informatique, systèmes et

technologie (IST-EEA)

Automatique et traitement du signal et

des images

Univ. Paris 11, ENSTA, ENS Cachan,

INSTN, SUPELEC

STIC Réalité virtuelle et systèmes intelligents Univ. Évry, INST Télécoms, INST Inform.

Évry

Économie et finance

Mathématiques,

informatique, recherche

opérationnelle

Économie du développement durable,

de l’environnement et de l’énergie

Modélisation, optimisation,

décision et organisation

Univ. Paris 10, ENPC, EP, INSTN, AGRO

ParisTech, ENSPM, EHESS

Univ. Paris 9 Dauphine

J. Lévine (CAS)

P. Fuchs (CAOR)

M. Glachant

(CERNA)

A. Hatchuel (CGS)

Projet, innovation, conception Projet, innovation, conception Univ. Marne-la-Vallée, EP B. Weil (CGS)

Sciences de gestion Gestion et dynamique des organisations Univ. Paris 10, EP, ESCP-EAP, ENS Cachan J.-C. Sardas (CGS)

* liste non exhaustive, en cours d’évolution.

Management des organisations

et politiques publiques

Univ. Paris 10, EP, ENA, ESCP-EAP,

ENS Cachan

F. Kletz (CGS)


36 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

LES MASTÈRES SPÉCIALISÉS

Responsable : Stéphanie de Cacqueray — Tél. : 01 40 51 90 38

masteres@mines-paristech.fr — www.mines-paristech.fr/ms

MINES ParisTech propose, en 2009, 13 Mastères spécialisés

à temps plein et 5 executive Mastères spécialisés

à temps partagé. Depuis 1987, plus de 2 600 étudiants

ont reçu le diplôme de « Mastère spécialisé (MS) » de

MINES ParisTech, accrédité par la Conférence des grandes

écoles.

Spécificité des Mastères spécialisés temps plein

Ces formations de niveau Post Master apportent une

spécialisation de haut niveau ou une double compétence.

Très recherchées par les entreprises, elles intéressent des

jeunes diplômés de l’enseignement supérieur ou des

personnes expérimentées désirant donner un nouvel élan

à leur carrière.

Sont admis : les diplômés d’école d’ingénieur, de

commerce ou les titulaires d’un diplôme, français ou

étranger, de niveau Master. Sont également admises les

personnes de niveau Bac+4 ayant acquis au moins 3 années

d’expérience. Les Mastères spécialisés temps plein se déroulent

en deux temps :

■■

6 mois de formation théorique incluant plus de 350 heures de cours

académiques, de conférences, d’études de cas, mais aussi des visites

d’entreprises ou des voyages d’études ;

■■

4 à 6 mois de mission en entreprise consacrée a la résolution d’un

problème industriel et concrétisée par un mémoire écrit et une

soutenance orale devant un jury.

NB : les executive Mastères spécialisés sont décrits pages

suivantes, dédiée à la Formation continue.

Avantages des Mastères spécialisés de

MINES ParisTech

Ils présentent, pour les étudiants, trois avantages principaux

:

■■

la très grande qualité de l’enseignement qui s’appuie sur la compétence

pédagogique et scientifique des enseignants-chercheurs de

l’École, de ses partenaires académiques ainsi que celle des intervenants

extérieurs issus du monde professionnel ;

■■

la pertinence des sujets des missions professionnelles soigneusement

sélectionnés par les responsables de MS ;

■■

le financement des études pour certains MS : les coûts de la formation

qui représentent environ 15 000 euros sont souvent pris en charge

par les entreprises partenaires des centres de recherche dans le

cadre d’un partenariat École-Entreprise.

Remise des diplômes 2008-2009

Une très belle cérémonie a été organisée en l’honneur

des 174 étudiants de la promotion 2008-2009 diplômés

Liste des 13 Mastères spécialisés (MS)

à temps plein

Énergie

Optimisation des systèmes énergétiques (OSE)

Ingénierie et gestion du gaz (GAZ)

International Energy Management (ALEF)*

Énergies renouvelables (ENR)

Environnement

Ingénierie et gestion de l’environnement (IGE)

International Environmental Management* (ENVIM)

Logistique

Management industriel et systèmes logistiques (MSIL)

Informatique

Management des systèmes d’information et des

technologies (MSIT)

Sécurité

Maîtrise des risques industriels (MRI)

Matériaux et modélisation

Computational Mechanics* (COMPUMECH)

Comportement des matériaux et dim. des structures (COMADIS)

Materials Engineering* (MATMEF)

Bioplastics* (BIO)

* formations en anglais

de MS temps plein de MINES ParisTech. L’amphithéâtre

de l’École a accueilli plus de 400 personnes. Étaient

également présents les partenaires de l’École sur ces

MS dont :

■■

trois professeurs de l’Université de Tsignhua à Pékin impliqués

dans les deux MS franco-chinois de l’École ;

■■

des représentants d’AgroParisTech et de l’École des Ponts ParisTech ;

■■

la Secrétaire générale de l’Agence européenne des énergies

renouvelables, EUREC.

Bilan des inscriptions en 2009

Pour l’année 2009-2010, 190 étudiants étaient inscrits

dans l’ensemble des Mastères spécialisés temps plein

de MINES ParisTech (178 en 2008-2009). À ces inscrits,

s’ajoutent 57 personnes qui se sont inscrites au cours

de l’année civile 2009 dans les 5 executive Mastères

spécialisés (cf. pages sur la formation continue). Parmi

ces 247 étudiants, on compte :

■■

24% d’étudiants d’origine étrangère (30% en 2008) ;

■■

37% de cadres en formation continue (46% en 2008) ;

■ ■ 62% d’étudiants qui bénéficient d’un financement de leur MS

(64 % en 2008).


MINES PARISTECH

36 37

Cérémonie de remise des diplômes de la promotion de Mastères spécialisés 2008-2009.

Optimisation des systèmes énergétiques (OSE)

Année de création : 2000.

Responsable : Gilles Guerassimoff (CMA, Sophia Antipolis).

Objectifs : former les décideurs qui devront concevoir

les projets énergétiques de demain dans un

contexte marqué par la dérégulation des marchés et le

poids grandissant des contraintes environnementales.

Ce mastère donne aux élèves une compétence technique

dans tous les domaines concernés, une maîtrise

des aspects économiques et juridiques propres à ce

secteur, ainsi qu’une formation au management de

projets.

Débouchés : études techniques, services économie,

achat d’énergie, finance, conseil.

Lieu : Sophia Antipolis.

Ingénierie et gestion du gaz (GAZ)

En partenariat avec l’Association française du gaz.

Année de création : 1987.

Responsable : Dominique Marchio (CEP, Paris).

Objectifs : apporter des compétences professionnelles

dans les métiers du gaz. L’enseignement s’appuie

en partie sur les sessions spécialisées du Centre

de formation aux techniques gazières (CFATG).

Débouchés : métiers du transport, du négoce,

du stockage, de la distribution et des utilisations des

combustibles gazeux.

Lieu : Paris

International Energy Management (ALEF)

En partenariat avec l’INSA de Lyon et l’Université de

Tsinghua (Chine). Année de création : 2007.

Responsable : François-Pascal Neirac (CEP, Sophia

Antipolis).

Objectifs : former, à la demande des entreprises du

secteur énergétique actives à l’international, des cadres

au management des équipes, des risques et des projets.

Cette formation leur apporte une vision globale des

alternatives énergétiques dans un avenir incertain et

mondialisé. Elle fait intervenir de nombreux experts

internationaux et insiste sur l’innovation technologique

(énergies renouvelables, fusion nucléaire, microalgues)

et son management.

Débouchés : managers et experts du monde énergétique

volontaires à l’international.

Fait marquant : vif succès auprès des partenaires

industriels acteurs de l’électricité, du pétrole,

du nucléaire, de l’éolien, de la chimie et de la

finance.

Lieu des cours : 4 mois en France, à Sophia Antipolis

et 4 mois en Chine, à Pékin.

Promotion 2008-2009 du Mastère spécialisé ALEF.

Énergies renouvelables (ENR)

En partenariat avec l’EUREC Agency (EUropean Renewable

Energy Centres) et les universités de Loughborough, Saragosse,

Oldenbourg, Newcastle, Athènes, Kassel.

Année de création : 2002 ; accrédité MS en 2007.

Responsable : Didier Mayer (CEP, Sophia Antipolis).

Objectifs : former des étudiants prêts à répondre

à la demande croissante du secteur des énergies

renouvelables. Les spécialisations proposées

leur permettent d’acquérir une réelle expertise

technique dans un domaine particulier, tout en

ayant une bonne vision du contexte énergétique

global.

Débouchés : chefs de projets à forte capacité d’innovation,

pour l’industrie ou les bureaux d’études.

Atouts : réseau de l’agence EUREC qui regroupe

les centres de recherche européens du domaine des

énergies renouvelables.

Lieu des cours : 4 mois en France à Sophia Antipolis,

puis 4 mois de spécialisation en Angleterre

(photovoltaïque), Grèce (énergie éolienne et énergie

solaire), Espagne (biomasse) ou Allemagne

(systèmes hybrides).


38 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Ingénierie et gestion de l'environnement (IGE)

En partenariat avec l’ENPC et AgroParisTech.

Année de création : 1992.

Responsable : Frédérique Vincent (ISIGE, Fontainebleau).

Objectifs : donner une vision large de la dimension

environnementale, et plus généralement les questions

de durabilité, aux futurs managers et décideurs de l’entreprise.

Ces questions font intervenir une multitude

de compétences scientifiques, économiques, juridiques

mais aussi sociales et éthiques.Ce mastère forme des

cadres capables de mettre en œuvre des outils et des

méthodologies adaptées.

Débouchés : responsables environnement, chargés

de mission, consultants dans les grands cabinets de

conseil, agences de notation, bureaux d’études spécialisés,

collectivités territoriales, syndicats professionnels,

CCI, ADEME, DRIRE, agence de l’eau, Ministères.

Lieu : Fontainebleau

Promotion 2008-2009 du Mastère spécialisé IGE.

International Environmental Management (EnviM)

En partenariat avec l’INSA de Lyon et l’Université de

Tsinghua (Chine). Année de création : 2007.

Responsable : Frédérique Vincent (ISIGE, Fontainebleau).

Objectifs : former des ingénieurs européens et asiatiques

aux métiers du management de l’environnement

et du développement durable dans un contexte

international. Sont abordés les fondements scientifiques,

les enjeux économiques, réglementaires et

sociétaux ainsi que les méthodes et outils pour l’aide

à la décision permettant d’appréhender les grandes

problématiques environnementales : impacts industriels,

santé-environnement, gestion de l’eau, gestion

des déchets… La pédagogie est interactive et basée

sur des études de cas, des projets en équipes et des

voyages d’étude en Europe et en Asie.

Débouchés : grands groupes industriels internationaux.

Faits marquants : partenariat avec l’Université de

Pensylvanie, depuis 2008.

Lieu des cours : 4 mois en France, à Fontainebleau

et 4 mois en Chine, à Pékin.

Diplômée chinoise du Mastère spécialisé ENVIM, 2008-2009.

Management industriel

et systèmes logistiques (MISL)

Année de création : 1997.

Responsable : Hugues Molet (CAOR, Paris).

Objectifs : développer les capacités des ingénieurs

et des cadres à mobiliser l’ensemble des

démarches – planification, qualité, logistique amont

et aval, maintenance des équipements, gestion en

projets, conception des produits et des ressources

– et les outils de conception, de production

et de logistique dans une optique d’intégration

des processus. Une telle formation les conduira

à auditer, à maîtriser et piloter ces processus, à

les évaluer et éventuellement à re-concevoir les

systèmes existants.

Débouchés : responsables de bureau d’études,

de méthodes ou de production, responsables industriels,

responsables logistique, responsables qualité,

chefs de projets, dans le domaine industriel et les

services.

Lieu : Paris

Management des systèmes d’information

et des Technologies (MSIT)

Géré par HEC. Année de création : 1998.

Responsable : Robert Mahl (CRI, Fontainebleau)

Objectifs : préparer les étudiants à des fonctions

d’animation, de conception et de gestion applicative.

Cette formation est également ouverte aux personnes

expérimentées dans le cadre d’une reconversion

ou un projet d’évolution de carrière dans les

grands projets informatiques. Un voyage d’étude a

lieu chaque année, en général en Inde, en Chine ou

au Japon.

Débouchés : consultant dans un grand cabinet de

conseil ou fonction de maîtrise d’ouvrage en systèmes

d’information (SI) dans une grande entreprise.

Lieu : HEC et MINES ParisTech.


MINES PARISTECH

38 39

Maîtrise des risques industriels (MRI)

Année de création : 2004 ; accrédité MS en 2009

Responsable : Jean-Luc Wybo (CRC, Sophia Antipolis)

En partenariat avec l’Université de Tongji (Chine)

Objectifs : répondre à une demande en cadres

capables de prendre très rapidement des responsabilités

opérationnelles dans le domaine de la sécurité

industrielle. Cette formation associe théorie et

pratique, sciences de l’ingénieur, sciences sociales,

droit et gestion et bénéficie d’une expérience de

collaboration étroite avec le monde industriel et avec

les services de l’État. De nombreuses études de cas

et d’immersion sont proposées.

Débouchés : responsables Risques industriels,

responsables HSE, chargés d’études Risques et environnement,

consultants dans ces domaines.

Lieu : Paris

Computational Mechanics (CompuMech)

Année de création : 1999.

Responsable : François Bay (CEMEF, Sophia Antipolis).

Objectifs : former des ingénieurs de haut niveau

dans le domaine du calcul scientifique en mécanique

et en physique. Répondant à une forte demande

industrielle, ce mastère permet de former des spécialistes

maîtrisant l’ensemble des disciplines intervenant

dans la résolution de problèmes industriels à

l’aide de la modélisation numérique et capables de

faire une utilisation critique de grands logiciels.

Débouchés : sociétés de développement de logiciels

de simulation, départements de simulation numérique

de grandes entreprises (automobile, aéronautique,

métallurgie…).

Fait marquant : dispensé en anglais depuis septembre

2007 afin d’attirer plus d’étudiants internationaux.

Lieu : Sophia Antipolis

Comportement des matériaux

et dimensionnement des structures (CoMaDiS)

Année de création : 2000.

Responsable : Jacques Renard (MAT, Évry).

Objectifs : couvrir des domaines allant des propriétés

physiques (mécaniques ou non) jusqu’au dimensionnement

de pièces industrielles. À l’échelle du

matériau, les propriétés sont analysées en relation

avec les procédés de fabrication, les microstructures

générées et les environnements dans lesquels évoluent

les structures sollicitées. Le dimensionnement des

structures est abordé par des cours théoriques largement

illustrés par le traitement de cas concrets.

Débouchés : experts en matériaux et calculs de

structures dans de grandes entreprises : PSA, Safran,

Renault, CEA, Airbus…

Lieu : Évry

Materials Engineering (MATMEF)

(Ancien « Matériaux et mise en forme»)

Année de création : 1987

Responsable : Jean-Marc Haudin (CEMEF, Sophia Antipolis).

Objectifs : combiner les approches mécaniques et

physiques et les appliquer à la transformation des

matériaux (métaux, polymères) et aux composites,

en intégrant la simulation numérique des procédés.

Les intervenants sont des permanents scientifiques et

techniques du CEMEF et quelques personnalités extérieures.

Tous les étudiants ont obtenu un financement

industriel.

Débouchés : industrie, enseignement supérieur ou

recherche publique.

Fait marquant : dispensé en anglais depuis 2009.

Lieu : Sophia Antipolis

Bioplastics (BIO)

Accréditation obtenue en 2009.

Année d’ouverture en tant que Formation spécialisée : 2008.

Responsable : Tatiana Budtova (CEMEF, Sophia Antipolis)

Objectifs : permet d’acquérir des compétences

techniques en physico-chimie, mise en forme des

polymères biodégradables et issus de la biomasse,

ainsi que des connaissances en biotechnologies, sur

le développement durable, la modélisation et le

management.

Faits marquants : unique formation en Europe sur

ce sujet ; tous les cours sont délivrés en anglais.

Débouchés : ingénieurs spécialisés en R&D ou

bureaux d’études dans les secteurs chimie, automobile,

emballage, agro-alimentaire, pharmaceutique,

cosmétique, construction, textile, papier…

Insertion professionnelle

et satisfaction des diplômés*

1 sur 2

C’est la part des étudiants qui ont trouvé un emploi avant

la fin du Mastère spécialisé.

89 %

C’est le pourcentage d’étudiants en poste moins de 4 mois

après la sortie du MS.

36 600 € (brut par an primes comprises)

C’est le salaire moyen d’embauche pour un jeune diplômé

de MS de MINES ParisTech sans expérience.

98 %

C’est le nombre d’étudiants qui recommandent à un jeune

diplômé de niveau Bac+5 de faire le MS qu’ils ont suivi.

* Enquête réalisée en février 2008 sur 220 diplômés

de MS de MINES ParisTech (taux de réponses 80 %)


40 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

LA FORMATION CONTINUE

http://www.mines-paristech.fr/formationcontinue

La formation continue de MINES ParisTech s’articule

autour de 4 activités :

■■

les executive Mastères spécialisés et les Bilans d’aptitude (BADGE)

accréditées par la Conférence des grandes écoles (CGE) ;

■■

le diplôme d’ingénieur de l’ISUPFERE ;

■■

les formations du CESMAT ;

■■

les séminaires courts.

Toutes ces formations sont animées par les centres

de recherche de MINES ParisTech.

Les executive Mastères spécialisés (MS)

(www.mines-paristech.fr/masteres)

Ces MS en temps partagé sont destinés aux cadres de

niveau Bac+4 et Bac+5 désireux de maintenir leur

activité dans l’entreprise tout en acquérant une

double compétence ou une spécialisation qui leur

permettra une évolution professionnelle.

Comme pour les MS temps plein, la formation

propose plus de 350 heures de séminaires, conférences,

études de cas, visites de terrain et voyage

d’études. Le rythme est de 5 jours par mois en

moyenne, répartis sur 12 à 24 mois. La mission

professionnelle est tutorée et donne lieu à une thèse

professionnelle et une soutenance devant un jury.

Elle correspond à un volume de travail personnel

de 4 mois minimum répartis sur le temps laissé

libre par la formation.

L’École propose, depuis 2008, 5 executive MS sur

le management du développement durable (voir cicontre),

de l’informatique ou de la sécurité industrielle

avec des partenaires prestigieux comme :

■■

HEC ;

■■

ESCP-Europe ;

■■

CEGOS.

L’École a diplômé, en 2009, près de 70 personnes

en executive MS et devrait diplômer 100 personnes

en 2010.

Les Bilans d’aptitude délivrés par les

grandes écoles (BADGE)

Le BADGE est un label crée en 2001 par la CGE pour

renforcer et faire reconnaître les compétences des

cadres en activité par la validation de leurs acquis

professionnels. Ce sont des formations diplômantes

en temps partagé, accessibles à partir d’un niveau Bac,

Bac+2, Bac+3, mais aussi destinées aux cadres supérieurs

de niveau Bac+4 ou Bac+5. Ces formations offrent environ

200 heures de cours répartis sur 6 à 10 mois et ne

nécessitent pas la rédaction d’une thèse professionnelle.

Les participants ont en moyenne 15 ans d’expérience.

L’École propose en 2009, 4 BADGE, seule ou en partenariat

avec :

■■

l’association ADEMA, spécialisée dans le management des

associations ;

■■

l’organisme spécialisé sur l’archivage électronique, DEMATEUS et

FEDISA.

L’École a délivré, en 2009, 17 BADGE et devrait le

remettre à 20 personnes environ en 2010.

1 ère Promotion de l’executive MS en développement durable, diplômée

en 2009.

Le diplôme d’ingénieur ISUPFERE

(www.isupfere.org)

Destiné à des techniciens issus des filières BTS ou DUT

ayant une expérience professionnelle, le diplôme d’ingénieur

en alternance de l’ISUPFERE (Institut supérieur

des fluides, énergies, réseaux et environnement ou

encore Institut supérieur des techniques) leur permet

en deux ans, de devenir spécialiste dans les fluides et

l’énergie. Il répond aux besoins des entreprises qui

désirent consolider leur savoir-faire tout en offrant une

possibilité de promotion interne à leurs techniciens. Il

est délivré, depuis 1991, par MINES ParisTech et ses

partenaires :

■■

le CNAM, le lycée Maximilien Perret, l’Université Paris Diderot-Paris 7 ;

■■

des branches professionnelles (GIM, FIM, FG3E et UCF) ;

L’École diplôme en moyenne 15 ingénieurs spécialisés

par an.


MINES PARISTECH

40 41

La formation CESMAT (www.cesmat.asso.fr)

Le Centre d’études supérieures des matières premières

(CESMAT), placé sous la tutelle du Ministère chargé

de l’industrie, a entre autres pour mission de former

des cadres étrangers dans les divers domaines d’expertise

des professions minières. Quatre spécialités

sont assurées par l’École (voir ci-dessous). Ces

cycles, d’une durée de 6 à 9 mois, sont accessibles

au niveau ingénieur et sanctionnés par un diplôme

de « Formation spécialisée ». Les diplômés viennent

de tous les continents (Afrique, Moyen orient, Asie,

Amérique latine) et représentent 25 nationalités

différentes.

L’École diplôme en moyenne 40 stagiaires par an.

Les séminaires courts des centres

de recherche

Les centres de recherche de MINES ParisTech organisent

par ailleurs des séminaires de courte durée à

destination des salariés des entreprises pour répondre

à leur besoin de formation dans les domaines

suivants :

■ ■ Sciences de la terre et de l’environnement ;

■ ■ Énergétique et génie des procédés ;

■ ■ Mécanique et matériaux ;

■ ■ Mathématiques et systèmes ;

■ ■ Économie, management, société.

L’agenda est disponible sur :

www.mines-paristech.fr/formationcontinue.

5 executive MS à temps partagé

Coordinatrice: Stéphanie de Cacqueray

Liste des 14 formations continues diplômantes

Responsable

Management QSE et développement durable (1) Jasha Oosterbaan ISIGE

Facteurs humains et organisationnels du management de la sécurité industrielle (2) Denis Besnard CRC

Management : méthodes et pratiques (3) Robert Mahl CRI

Management des systèmes d’information et des technologies (4) Robert Mahl CRI

Ingénierie production et infrastructures en systèmes ouverts (5) Robert Mahl CRI

Partenaires: (1) Cegos, (2) ESCP-Europe, (3) la CDG du Maroc, (4) HEC, (5) France Télécom-Orange.

4 BADGE à temps partagé

Responsable

Management associatif (6) Michel Callon CSI

Management de la dématérialisation et de l’archivage électronique (7) Fabien Coelho CRI

Énergies renouvelables : enjeux et filières technologiques Didier Mayer CEP

Centre de recherche

Centre de recherche

Creusement de galeries et tunels Damien Goetz GEOSCIENCES

Partenaires : (6) ADEMA, (7) FEDISA et DEMATEUS.

Diplôme d’ingénieur de spécialité en alternance ISUPFERE

Ingénieur spécialisé en Fluides et énergies (8)

Partenaires : (8) CNAM, Lycée Maximilien Perret, Université Paris Diderot-Paris 7.

Responsable

Jérôme Adnot et

Dominique Marchio

Centre de recherche

CEP

4 Cycles de formation du CESMAT

Secrétaire général du CESMAT : Nicolas Cheimanoff

Responsable

Centre de recherche

Géostatistique* Gaëlle Le Loc’h GEOSCIENCES

Exploitations à ciel ouvert mines et carrières* J.A. Fleurisson GEOSCIENCES

Évaluation économique de projets miniers* Isabelle Thénevin GEOSCIENCES

Administration publique des mines Hugues Accarie GEOSCIENCES

* Cycle donné en anglais une année sur deux.


42 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

LES CORPS TECHNIQUES DE L’ÉTAT

Directrice : Marie-Solange Tissier— marie-solange.tissier@mines-paristech.fr — Tél. : 01 40 51 90 31

En février 2009, le Corps des Mines a fusionné avec

le Corps des Télécommunications, pour donner

naissance à un nouveau corps d’ingénieurs baptisé

« Corps des mines ». Suite à cette fusion, la formation

des ingénieurs des mines est dorénavant assurée

conjointement par MINES ParisTech, qui la décline

au sein du cycle des corps techniques de l’État (CTE),

et TELECOM ParisTech.

Le cycle des CTE est ainsi destiné à former des hauts

fonctionnaires, ayant acquis au préalable une solide

formation scientifique et technique. À l’issue de la

formation, les ingénieurs se voient confier dans l’administration

des responsabilités de nature technique

et économique, en matière de développement économique,

de gestion des technologies de l’information

et de la communication, de sécurité industrielle et

technologique, de protection de l’environnement, de

sûreté nucléaire, etc. Ils peuvent également débuter

leur carrière dans la recherche, dans un domaine

présentant un intérêt pour la compétitivité nationale,

ou encore à la Commission européenne. Ils évolueront

par la suite dans des postes à responsabilité au sein

du ministère chargé de l’économie et dans d’autres

ministères (énergie, économie numérique, développement

durable, intérieur, défense, aménagement du

territoire, recherche, santé…).

Le recrutement se fait sur classement à l’issue

de l’École polytechnique ou sur concours spécifique

à la sortie des écoles normales supérieures

(Ulm, Cachan et Lyon), de MINES ParisTech

(cycle civil) ou TELECOM ParisTech. Des concours

dédiés (examen professionnel, concours interne)

permettent aussi à des ingénieurs ayant déjà une

expérience au sein de l’administration d’intégrer

le corps des mines.

Chaque promotion compte une vingtaine d’élèves.

La première promotion commune du « nouveau »

Corps des mines a été recrutée en septembre 2009 :

elle fait l’objet d’une formation rénovée détaillée

ci-dessous. Des dispositions transitoires, qui étaient

celles préexistantes dans chacun des Corps, s’appliquent

aux promotions en deuxième et troisième

année de formation.

Ingénieurs-élèves en formation en 2009-2010

Origine du recrutement 1 ère année 2 e année 3 e année

À titre transitoire suite à la fusion

du Corps des Mines et des Télécommunications

À MINES ParisTech À TELECOM ParisTech À MINES ParisTech

École polytechnique 20 12 12 13

École normale supérieure 2 2 1 3

MINES ParisTech 1 1 0 2

TELECOM ParisTech 1 0 1 0

Examen professionnel/ Concours interne 0 0 0 3

Total 24 15 14 21

Présentation de la formation

Le but principal de la formation est de donner une

connaissance théorique et pratique du fonctionnement

des entreprises, ainsi qu’une bonne compréhension

des responsabilités de l’État dans les domaines

technique et économique.

Elle se compose principalement de deux années

d’expérience professionnelle en entreprise (une en

France et une à l’étranger), de périodes d’enseignements

scientifiques et techniques et d’une année de

formation généraliste de haut niveau. Elle est largement

ouverte sur l’international, par les stages et par

une forte intégration dans le contexte économique et

institutionnel européen.

Les ingénieurs-élèves sont suivis individuellement

par la direction des corps techniques de l’État et par

des tuteurs, afin qu’ils développent leurs compétences

et leur personnalité le plus largement possible.

Enfin, un comité pédagogique formé de personnalités

de l’administration, de l’enseignement et de l’entreprise

s’assure de l’adéquation de la formation avec les

objectifs poursuivis et de sa constante actualisation.


MINES PARISTECH

42 43

Les stages en 2009-2010

Élèves de 1 ère année

AIR FRANCE Roissy (95)

ALSTOM Petite-Forêt (59)

ANDRA Chatenay-Malabry (92)

AREVA Chalon-sur-Saône (71)

AREVA TA Cadarache (13)

CNR Lyon (69)

COFELY Saint-Denis (93)

CRYPTOLOG Paris (75)

DANONE - NUTRICIA Rueil Malmaison (92)

FASTLITE Orsay (91)

FRANCE TELECOM Paris (75)

GUERBET Aulnay-sous-Bois (93)

KEOLIS Saint-Denis (93)

L’OREAL Aulnay-sous-Bois (93)

LAFARGE Saint-Quentin Falavier (38)

LYONNAISE DES EAUX Paris (75)

PERNOD-RICARD Reims (51)

RATP Paris (75)

RENAULT Guyancourt (78)

SITA Paris (75)

SNCF Paris (75)

SNECMA Colombes (92)

THALES ALENIA SPACE Cannes La Bocca (13)

TOTAL Paris (75)

Élèves de 2 e année

AEROTECHNIC

CARREFOUR

COLUMBIA UNIVERSITY

CSG ENSMP / RENAULT

EDF CEIDRE

EDF ENERGIES NOUVELLES

FRANCE TELECOM

IMPERIAL COLLEGE

PRINCETON UNIVERSITY

SAINT-GOBAIN

SAINT-GOBAIN

THALES

TOTAL

UNION DES PHOSPHATES

UNIVERSITE DE ZURICH

Afrique du Sud

Colombie

États-Unis

France / Japon

Japon

Italie

Royaume-Uni

Royaume-Uni

États-Unis

États-Unis

Chine

Australie

Congo

Maroc

Suisse

Organisation de l’enseignement

Une première période d’un mois, associant enseignements

théoriques et pratiques, permet de présenter

quelques mécanismes fondamentaux du fonctionnement

des entreprises.

Le stage de première année se déroule généralement

en France sur une période suffisamment longue (12

mois) pour que le stagiaire soit placé en position d’acteur

véritable dans la vie de l’entreprise, comparable à

un jeune ingénieur débutant. Il peut se dérouler aussi

bien dans une PME que dans une grande entreprise.

Au cours de ce stage, l’ingénieur-élève entretient

des relations mensuelles avec un correspondant qui

l’aide à tirer un maximum d’enseignements de cette

expérience.

Pendant la durée des stages, les contacts avec l’École

sont maintenus par des réunions de promotion périodiques

qui permettent également aux élèves de partager

et confronter leurs expériences professionnelles.

De plus, tout au long de l’année, les stagiaires

fournissent un travail de réflexion, individuel puis

collectif, sur un thème transverse (« Motivation /

Démotivation » en 2009-2010). Ils suivent aussi

des formations à distance en langues vivantes. Le

stage se conclut par une semaine de synthèse en

commun.

La deuxième année débute par une période de deux

mois d’enseignements scientifiques et techniques à

MINES ParisTech ou TELECOM ParisTech, sur la base

d’options proposées aux élèves. Les enseignements

peuvent être communs au cycle civil ou mastère. Elle

se poursuit par un stage d’une durée de dix mois, à

l’étranger. Ce stage se déroule, le plus souvent, dans

une entreprise où l’ingénieur-élève occupe des fonctions

de nature différente et complémentaire de celles

du premier stage, par exemple dans des fonctions

commerciales ou financières. Certains élèves choisissent

plutôt d’effectuer une année d’études et de

recherches dans un laboratoire universitaire. Comme

lors du stage de première année, chaque élève est suivi

par un correspondant.

À leur retour de stage, les élèves ont de nouveau

une période de deux mois d’enseignements scientifiques

et techniques, qu’ils partagent avec la promotion

précédente. La suite de la troisième année est destinée


44 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

à préparer les ingénieurs-élèves à leurs responsabilités

administratives futures dans des fonctions

de régulation et d’animation, aux interfaces entre

l’État et les entreprises. Elle se compose de cours, de

conférences, de séminaires et de missions d’études,

y compris à l’étranger.

Un « mémoire », travail de réflexion sur un sujet

concernant les politiques publiques ou la gestion des

entreprises, est effectué en binôme sous la direction

d’un « pilote ». Il fait l’objet d’un rapport écrit et d’une

soutenance orale. Ce travail de réflexion occupe environ

la moitié du temps des ingénieurs-élèves de 3 e année.

Les sujets de réflexion traités en 3 e année en 2008-2009

Mémoires disponibles sur demande auprès de Dominique Villeroy (dominique.villeroy@mines-paristech.fr) :

■■

Les investissements à venir dans les secteurs du gaz et de l’électricité (Nadia Faure, Eugénie Le Quéré, Antoine Pellion) ;

■■

Les matières premières agricoles et la faim dans le monde (Frédéric Baudouin, David Parlongue) ;

■■

Les hautes fonctions publiques (Grégoire Deyirmendjian, Charles-Henri Weymuller) ;

■■

Le patron de PME (Benjamin Bertrand, Philippe Bodenez, Etienne Hans) ;

■■

La transposition de la directive services et les professions réglementées (Jean-François Jamet, Xavier Piccino) ;

■■

La convergence contenus-réseaux – acte 2 (Franck Lirzin, Stéphane Reiche) ;

■■

Les nanomatériaux (Julie Dubois, François Rousseau).

Les Ingénieurs-élèves de 3e année.


MINES PARISTECH

44 45

LE DOCTORAT

Responsable : Régine Molins — doctorat@mines-paristech.fr — http://www.mines-paristech.fr/Doctorat

La formation doctorale que dispense MINES Paris-

Tech a une double vocation :

■■

former des docteurs de haut niveau scientifique, préparés

à s’intégrer aux entreprises et capables de mener des

projets industriels innovants ;

■■

former de futurs enseignants-chercheurs aptes à

conduire des programmes de recherche visant l’excellence

académique tout en développant des partenariats

avec les acteurs économiques et sociaux, publics et

privés.

Pendant les trois années de recherche passées dans

une unité de recherche de l’École, les doctorants bénéficient

d’un spectre de compétences particulièrement

large. Ils ont la possibilité de participer à des programmes

pluridisciplinaires en partenariat avec des entre-

Répartition des doctorants

par département

prises et reçoivent une formation solide aux enjeux du

monde économique et social.

MINES ParisTech est co-accréditée dans 5 Écoles

doctorales pour les inscriptions et réinscriptions à

partir d’octobre 2009. Les nouveaux inscrits des trois

unités relevant du domaine « Mathématique et Systèmes

» (unité mathématique et systèmes, centre de bioinformatique,

une partie de l’équipe géostatistique de

Géosciences) ont été rattachés à l’école doctorale SMI

432 dans laquelle l’École est co-accréditée avec Arts et

Métiers ParisTech.

Deux nouvelles spécialités doctorales ont été ouvertes

(Bio-informatique et Mécanique), ce qui amène le

nombre de spécialités doctorales à 18.

Répartition des doctorants

par école doctorale

18 %

14 %

16 %

16 %

36 %

Mathématiques

et systèmes

Mécanique

et matériaux

Économie, management,

société

Énergétique et

génie des procédés

Sciences de la terre

et de l’environnement

55 %

4

13 %

14 %

14 %

EOS 396

GRN 398

SFA 364

SMI 432

STIC 84

9 %

Recrutement 2009

20 %

terre 14 %

Le recrutement des doctorants fait l’objet d’une attention

toute particulière et concerne les étudiants titu-

énerg

17 %

laires d’un diplôme national eco de master ou tout autre 40 %

diplôme conférant le grade

meca

de master à l’issue d’un

parcours de formation établissant leur aptitude à la

math

recherche. Les candidats sont sélectionnés après une

évaluation scientifique et technique menée par les

unités de recherche, sous forme d’entretien devant

un jury pour évaluer les candidats en termes d’aptitude

personnelle et d’adéquation avec le sujet de thèse

proposé. Outre un bon niveau de culture générale et

scientifique et un bon niveau de pratique en anglais,

les candidats doivent posséder de bonnes capacités

d’analyse et de synthèse, d’innovation, être motivés

par l’activité de recherche et présenter un projet professionnel

cohérent.

138 nouveaux doctorants ont été recrutés pour la

rentrée 2009, ce qui représente 20 % de plus que

l’année précédente. 30 % sont des femmes et 40 %

des étudiants de nationalité étrangère, avec 47 nationalités

représentées. Parmi ces nouveaux doctorants,

stic

50 % sont titulaires d’un diplôme d’ingénieur français

et 17 % titulaires d’un diplôme smiétranger. 55 % de ces

doctorants sont rattachés à l’école

sfadoctorale Sciences des

Métiers de l’Ingénieur dans laquelle MINES ParisTech

grn

est co-accréditée avec Arts et Métiers ParisTech. Parmi

eos

les principaux modes de rémunération des doctorants

entrant en 1 ère année, 47 sont sur un contrat doctoral

de MINES ParisTech, 33 sur convention Cifre et 30 sur

CFR Armines.

À l’issue de cette rentrée, 444 doctorants ont été

inscrits ou réinscrits (138 en 1A, 109 en 2A, 105 en 3A et

92 en prolongation). Les doctorants ont reçu, lors de leur

inscription, une carte d’étudiant internationale (ISIC).

Le contrat doctoral

Les nouveaux doctorants bénéficient de la mise en

place du contrat doctoral, conformément au décret du

23 avril 2009 et aux circulaires d’application.


46 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Sont concernés par ce contrat doctoral tous les

doctorants en 1 ère année payés sur le budget de l’établissement

(EPA, financement AMX, ENS, chaires et région).

Le contrat correspond à un CDD de 3 ans et aucune

suspension n’est possible pendant cette période.

Toute mission d’enseignement dans un autre

établissement doit être précisée et faire l’objet d’une

convention entre établissements. Le cumul d’activités

(type vacations) n’est pas autorisé.

Une prolongation d’un 1 an maximum en cas de

circonstances exceptionnelles (jusqu’à date de soutenance)

est possible mais sera prise sur le quota des

nouveaux entrants.

Toute décision de non réinscription entrainera une

procédure de licenciement. À cet effet, une commission

consultative a été constituée, composée de deux

doctorants contractuels élus et de deux membres du

Comité de la recherche nommés (cf. règlement intérieur).

Cette commission est en charge de toutes les

questions relatives à la situation professionnelle des

doctorants (obligations de service, licenciement). Les

litiges de nature pédagogique ou scientifique relèvent

de la charte des thèses.

Évaluation

Évaluation

Soutenance

1A 2A 3A

Modules scientifiques (60 h)

Thèse en partenariat avec les entreprises

Approfondissement scientifique

Séminaires scientifiques

Cursus professionnalisant

Communication, insertion professionnelle (60 h)

Langues

Anglais, FLE

Activités d’enseignement

Socle commun

Formation « doctorat science et entreprise » (120 h)

Outils juridiques

Coût et financement de projet

Conception industrielle et entreprise

Publics, marchés, usagers

Exposés et visites d’entreprise

Doctorat program in management de l’ENPC

School of international management (120 h)

Label ParisTech

Docteur pour

l’entreprise

Formations

complémentaires

La formation doctorale

Les études doctorales s’étalent sur une période d’environ

trois ans consacrée à la préparation de la thèse

sur un sujet de recherche déterminé, sous la conduite

d’un directeur de thèse.

Au cours de la préparation de sa thèse, le doctorant

est pleinement intégré dans un centre de recherche de

l’École. Il participe à l’ensemble des activités et de la

vie scientifique du centre, et notamment aux activités

de recherche sur contrat et d’enseignement.

Le sujet de recherche traité durant la thèse fait généralement

l’objet d’un partenariat entre le doctorant

motivé par les métiers de l’entreprise, le laboratoire

d’accueil fortement impliqué dans la recherche orientée

vers les milieux économiques et l’entreprise de

haute technologie.

Ainsi, la thèse, déclinée sous la forme d’un projet de

recherche avec l’entreprise, constitue une réelle expérience

professionnelle dans le monde économique

que le doctorant intégrera à l’issue de son doctorat.

Une meilleure valorisation du doctorat auprès des

entreprises passe par un renforcement des aspects

formation durant la thèse, en termes de formation

multiculturelle (dont une bonne capacité de communication

en anglais), d’aptitudes au management, à


MINES PARISTECH

46 47

l’entrepreneuriat et à l’innovation, en plus de l’excellence

scientifique et technique de la recherche partenariale

menée.

Pour cela, les doctorants suivent un « socle

commun » de formation doctorale composé d’enseignements

doctoraux de différents types :

■■

modules d’approfondissement scientifique en liaison avec la ou

les disciplines académiques du projet de recherche, participation

à des séminaires dans les centres de recherche, inter-centres,

écoles doctorales…

■■

modules de cursus professionnalisant : connaissance du monde

économique, communication, animation d’équipe, aide à l’insertion

professionnelle…

■■

cours de langues (anglais, français pour les étrangers non francophones).

Une évaluation devant un jury des travaux scientifiques

à l’issue des 1 ère et 2 e années valide les réinscriptions.

Cette exigence de formation, conformément aux

directives de l’arrêté du 7 août 2006, est un droit pour

le doctorant, mais aussi une chance pour son insertion

professionnelle et sa future carrière. Outre les différentes

exigences en termes de formation et d’évaluation des

travaux scientifiques, il est demandé à chaque doctorant

au moins une publication soumise dans une revue

avec comité de lecture et au moins une participation à

une conférence internationale avec présentation orale

en anglais. Les mesures de suivi des doctorants de l’École

comprennent aussi les points suivants :

■■

une charte du doctorant, fixant les droits et devoirs respectifs de

l’intéressé et de son équipe d’encadrement ;

Les spécialités doctorales

Diplômés

1A 2A 3A Pro Total 2009

ED EOS 396 - Économie, organisations, société 18 13 8 14 53 9

Économie et finance (M. Glachant) 7 3 1 3 14 5

Sciences de gestion (B. Segrestin) 7 6 6 5 24 4

Socio-économie de l’innovation (A. Hennion) 4 4 1 6 15 0

ED GRN 398 - Géosciences et ressources naturelles Paris 19 6 12 6 43 6

Dynamique et ressources des bassins sédimentaires (M. Thiry) 6 0 1 1 8 1

Géostatistique (J. Rivoirard) 0 1 3 1 5 2

Hydrologie et hydrogéologie quantitatives (E. Ledoux) 7 3 4 3 17 1

Géologie de l’ingénieur (M. Deveughèle) 0 0 0 0 0 1

Techniques et économie de l’exploitation du sous-sol (M. Tijani) 6 2 4 1 13 1

ED SFA 364 - Sciences fondamentales et appliquées 19 20 14 23 76 15

Mécanique numérique (T. Coupez) 7 8 7 13 35 10

Sciences et génie des matériaux - Sophia Antipolis (J.M. Haudin) 12 12 7 10 41 5

ED SMI 432 - Sciences des métiers de l’ingénieur 77 64 63 43 247 47

Énergétique (L. Wald) 17 10 12 3 42 15

Génie des procédés (D. Richon) 5 4 3 2 14 6

Mécanique - Evry (D. Ryckelynck) 2 4 4 2 12 1

Sciences et génie des matériaux - Évry (E. Busso) 29 19 21 20 89 21

Sciences et génie des activités à risques (F. Guarnieri) 7 10 4 9 30 4

Géostatistique (J. Rivoirard) 1 0 3 1 5 0

Informatique temps réel, robotique et automatique - Fontainebleau (F. Irigoin, Y. Rouchaleau) 2 3 1 1 7 0

Informatique temps réel, robotique et automatique - Paris (F. Goulette, Y. Rouchaleau) 4 6 10 2 22 *5

Morphologie mathématique (D. Jeulin) 2 4 2 0 8 *4

Mathématique et automatique (J. Lévine) 7 4 1 2 14 *4

Bio-informatique (J.P. Vert) 1 0 2 1 4 *1

ED STIC 84 - Sciences et technologies de l’information et de la communication 5 6 8 6 25 6

Informatique temps réel, robotique et automatique - Sophia Antipolis (J.P. Marmorat, Y. Rouchaleau) 5 6 8 6 25 6

138 109 105 92 444 97

* ED ICMS 431


48 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

■■

un encouragement à faire un séjour à l’étranger pendant la durée

de la thèse (exemple : le label de docteur européen, ou encore

thèse co-dirigée avec une université étrangère);

■■

une enquête d’évaluation en fin de thèse, adressée au docto rant et

à son directeur de thèse ;

■■

une aide au placement par la direction de la recherche, en liaison

avec son équipe d’accueil, l’ABG (Association Bernard Grégory) et

Intermines-Carrières (Service Emploi Carrières de l’Association des

anciens de Mines Paris) ;

■■

un suivi de carrière de la part de la direction de la recherche en vue

de fournir aux écoles doctorales et aux associations de doctorants

un réseau d’anciens à jour actif et efficace.

Domino est l’outil de gestion de la scolarité des

doctorants partagé par la direction de la recherche, les

unités de recherche, les doctorants (et les docteurs) et les

intervenants de formation. Les objectifs sont la centralisation

des données, l’organisation de celles-ci, le suivi

individuel ou par groupe, le regroupement du catalogue

des formations et des documentations ainsi que la

valorisation du parcours de formation doctorale. Outre

la gestion des inscriptions et réinscriptions depuis la

rentrée 2007, l’outil permet une gestion et un affichage

dynamiques sur le site web du doctorat des propositions

de sujets de thèse, ainsi que des soutenances de thèse.

Pour la formation doctorale, une ordonnance de formation

est établie dès l’entrée en doctorat, personnalisée en

fonction du cursus antérieur et du projet professionnel,

ainsi qu’un portefeuille de compétences, recensant l’ensemble

du cursus doctoral (formations suivies, conférences,

publications, séjours à l’étranger, activités d’enseignement

et toutes autres valorisations personnelles). Ce portefeuille

de compétences est joint lors des demandes de réinscription

ainsi qu’au dossier de soutenance. Véritable supplément

au diplôme, il constitue un gage supplémentaire de

qualité pour l’insertion professionnelle et le déroulement

de carrière du futur docteur.

De nombreuses actions collaboratives ont été mises

en œuvre dans le cadre de l’Institut doctoral ParisTech

pour faire du doctorat un des produits phare de Paris-

Tech, qui soit d’excellence internationale sur le plan

académique et de référence pour les entreprises.

Label ParisTech

« Docteur pour l’Entreprise »

Parmi les doctorants qui se destinent à une carrière en

entreprise, certains d’entre eux, sélectionnés en fonction

de leur motivation et de leur futur projet professionnel,

peuvent suivre une formation au management accréditée

par ParisTech qui leur permettra de se porter candidat

pour l’obtention du label «Docteur pour l’Entreprise»

qui distingue des docteurs alliant l’expertise et la rigueur

scientifiques à des compétences managériales. MINES

ParisTech propose la formation «Doctorat Science et

Entreprise» qui correspond à une formation renforcée

spécifique en management d’au moins 4 semaines,

réparties sur les deux premières années de la thèse. Elle

comporte des unités de valeur dans les domaines du

droit, de l’innovation, de l’économie du changement et

du management. Ces enseignements prenent souvent la

forme de jeux d’entreprise et sont clôturés par des cycles

de rencontre avec des acteurs du monde économique,

ainsi que des visites d’entreprises.

Participations de MINES ParisTech dans les écoles doctorales

N° École doctorale (ED) Directeur ED Établissements

co-accrédités

Unité de recherche

Correspondant

École

398 GRN – Géosciences et

ressources naturelles Paris

F. Baudin

(E. Ledoux)

Univ. Paris 6,

MINES Paristech, Agro-

ParisTech, IFP School

GEOSCIENCES

E. Ledoux

432 SMI – Sciences des métiers

de l’ingénieur

G. Coffignal

(R. Molins)

Art & Métiers ParisTech,

MINES ParisTech

CEP, MAT, CRC, C-BIO

Mathématiques et

systèmes (CAOR, CAS, CRI,

CMM), GEOSCIENCES

R. Molins

364 SFA – Sciences fondamentales

et appliquées

G-L. Lippi

(J.F. Agassant)

UNSA, MINES ParisTech CEMEF J-F. Agassant

84 STIC – Sciences et technologies

de l’information et de

la communication

396 EOS – Économie, organisations,

société

P. Comon UNSA, MINES ParisTech, Mathématiques et

systèmes (CMA)

F. Vatin

(J-C. Sardas)

Univ. Paris 10,

MINES ParisTech

CGS, CSI, CERNA

J-P. Marmorat

A. Hatchuel


MINES PARISTECH

48 49

LA RECHERCHE

En 1967 Pierre Laffitte, alors Directeur de la Recherche initie le concept

novateur de « recherche partenariale », orientant l’excellence scientifique

vers le monde économique et la société. Cette même année est

créée l’association Armines, garantissant la mise en œuvre efficace de

cette nouvelle politique de recherche. Aujourd’hui, les 15 laboratoires

de l’École, forts de leurs 260 enseignants-chercheurs, 450 doctorants et

90 post-doctorants, continuent cette aventure et se positionnent très

largement en tête des Grandes écoles pour leur volume de recherche

sur contrats – qu’ils soient publics ou privés.

Des laboratoires d’excellence

Les laboratoires de l’École sont pour partie associés au CNRS, à l’École

polytechnique et à l’INSERM. Leurs recherches, à l’intersection de

domaines multiples, ont permis l’émergence de nouvelles disciplines,

telles la géostatistique, la morphologie mathématique ou le contrôle

des systèmes plats, largement étudiées par la communauté scientifique

et diffusées dans l’industrie et les services.

Une recherche partenariale très développée

Le partenariat École-Armines, encadré par la loi recherche du 18 avril

2006, a permis de développer significativement l’effort de recherche,

Armines employant environ 300 personnes, dont plus de la moitié

en CDI. L’intensité des liens avec l’industrie française et étrangère et le

professionnalisme de cette relation a permis à l’École, en association avec

les écoles des Mines d’Albi, Alès, Douai, Nantes et Saint-Étienne, d’obtenir

le label Carnot en 2006, label accordé aux structures de recherche

qui mettent au cœur de leur stratégie la recherche partenariale.

Un lien étroit enseignement – recherche

L’ensemble des cycles de formation –ingénieur, masters, mastères spécialisés

et doctorat– sont coordonnés par des enseignants-chercheurs,

immergés dans les laboratoires. Ainsi, les étudiants sont bien au fait

des réalités et des enjeux techniques, économiques et sociaux.

Une valorisation active

Au-delà de la diffusion des connaissances par le biais de la recherche

partenariale, Armines exploite une cinquantaine de brevets.

Certains, telle la captation du CO 2 , font l’objet d’exploitations de

licences. Enfin, une trentaine d’entreprises ont été créées par l’École

au cours des 10 dernières années.

L’offre

scientifique et

technologique de

MINES ParisTech

Énergie & développement durable

Bâtiment

Sources d’énergie

Infrastructure & réseaux

Matériaux pour l’énergie

Production d’énergie

Énergie et CO 2

Ressources naturelles

Pétrole

Ressources minières

Sol

Eau

Air

Sécurité

Surveillance

Cindyniques

Transports

Automobile

Aéronautique

Infrastructure

Santé

Biomédical

Bioinformatique

Organisation de la santé

Transformation de la matière

Élaboration

Caractérisation

Mise en forme

Nano-technologie

Processus industriel

Informatique

Logiciel

Sc. de la terre et de l’environnement

: domaine d’excellence, : activité pérenne

Énergétique et génie des procédés

Mécanique et matériaux

Mathématiques et systèmes

Économie, management, société


50 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

L’INSTITUT CARNOT M.I.N.E.S

Directeur : Michel Schmitt — michel.schmitt@mines-paristech.fr — http://www.carnot-mines.eu/

2009, le bilan à quatre

ans des premiers

Instituts Carnot

Le dispositif des Instituts Carnot, mis en place en 2006

pour une période de quatre années, renouvelable, a fait

l’objet, en 2009, d’un rapport de l’Inspection générale

de l’administration de l’Éducation nationale (IGAENR).

Les instituts créés dès 2006 ont par ailleurs déposé, en

septembre à l’ANR, un bilan à 4 ans. La labellisation

de ces premiers instituts a été prolongée d’un an pour

mettre l’ensemble des instituts sur un pied d’égalité

pour une nouvelle campagne de labellisation, dont les

modalités ne sont pas connues à ce jour.

« Les instituts Carnot,

un lancement réussi, un avenir à préparer »

Ce titre du rapport de l’IGAENR rend compte de la

place que les instituts Carnot, des « Fraunhofer » à la

française, ont su prendre d’entrée de jeu : originalité du

dispositif, diversité d’instituts bien adaptée à la réalité

française, nécessité d’un recul dans le temps pour juger le

dispositif, même si une augmentation des recettes partenariales

de 30 % a pu être observée. Le réseau Carnot,

constitué autour de l’Association des Instituts Carnot,

est apparu essentiel à la vie du dispositif et déjà très

efficace. 30 recommandations sont faites aux pouvoirs

publics pour améliorer le dispositif, dont quelques unes

portent sur l’augmentation des financements dévolus au

programme pour en conforter l’ambition.

Dans son rapport à quatre ans, l’institut Carnot

M.I.N.E.S met l’accent sur l’atteinte des objectifs fixés

dans le contrat initial et détaille les actions phares réalisées

grâce à l’abondement reçu dans les différents départements

scientifiques de l’Institut.

Un séminaire des responsables d’équipes et de

centres de recherche s’est tenu à Marne-la-Vallée les 15

et 16 décembre pour préparer la nouvelle habilitation.

Chiffres clés 2009

■■

l’activité recherche stabilisée à..............................................69,4 M€ ;

■■

L’activité abondable (contrats directs avec

les entreprises) en légère augmentation à........................13,8 M€ ;

■■

l’abondement réduit à..................................................................3, 8 M€.

Une participation toujours très active

aux actions de l’Association des instituts

Carnot (AIC)

L’Institut Carnot M.I.N.E.S est resté très actif au sein

du réseau de l’AIC, avec sa participation :

■■

aux instances statutaires (CA, Bureau) ;

■■

dans les groupes de travail transversaux (bonnes pratiques,

mécanique-matériaux-procédés ; télécommunicationinformatique-communication,

construction durable,

transport, communication, pilotage des RV R&D) ;

■■

aux rendez-vous R&D organisé par l’AIC à Versailles les 13 et

14 mai (accent mis sur les groupes de travail collaboratifs

NanoMines, SensoMines et GEM’AIR ; environ 80 rendez-vous

d’affaires organisés) ;

■■

au séminaire annuel de l’AIC, cette année à Bordeaux, les 12 et

13 octobre.

Un accent mis sur la communication,

la transversalité et la prospective

Le site Internet propre à l’Institut Carnot, mis

en place en 2008, a été activement alimenté pour

présenter l’organisation de l’Institut, ses thématiques

dominantes, ses marchés adressés, ainsi que les 150

compétences présentes dans ses laboratoires.

(http://carnot-mines.eu)

De même, les chercheurs se sont bien approprié le

site de travail collaboratif.

(http://www.communaute.carnot-mines.eu/)

Un quatrième groupe de travail inter écoles et inter

laboratoires a été déployé dans le domaine du génie

des procédés, avec une première thématique autour

du stockage du CO2 par les hydrates. Il complète le

dispositif collaboratif avec les groupes NanoMines,

SensoMines et GEM’AIR sur les traitements de l’air.


Étude des modifications subies par une argilite au contact de barrières

ouvragées : approche expérimentale et modélisation

Flore Rebischung, élève de l’option Géosciences - IRSN. Contact : laurent.dewindt@mines-paristech.fr

Dans le cadre de l’étude de faisabilité d’un stockage en couches géologiques

profondes des déchets radioactifs de haute activité et à vie longue, l’Institut

de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) étudie les interactions entre

les roches argileuses, constituant la formation hôte et la barrière principale de

confinement des radionucléides, et le béton, matériau alcalin utilisé en grandes

quantités pour la réalisation de la barrière ouvragée. En effet, le panache alcalin

d’origine cimentaire, attaquant la roche, est susceptible d’en modifier la minéralogie

et d’altérer ainsi ses propriétés de rétention des radionucléides. Dans ce

contexte, le laboratoire de recherche sur le stockage géologique des déchets

et les transferts dans les sols (LR2S) a notamment réalisé des expériences de

percolation mettant en contact des échantillons d’argilite et une eau alcaline

synthétique représentative de l’eau porale du béton.

Des méthodes d’analyse et d’observation de l’argilite ont montré que la composition

minéralogique globale reste sensiblement la même, même si quelques

néoformations ont été observées, principalement dans les plans de fissure de

la roche. Il s’agit majoritairement de précipitation de calcite, mais également

d’aluminosilicates de calcium hydratés (CASH) et de surcroissances de feldspaths

potassiques. De plus, les résultats des mesures de capacité d’échange cationique

mettent en évidence l’importance de l’état de fissuration initial de la roche : les

échanges cationiques semblent être d’autant plus importants que le matériau est

fissuré. On note, en particulier, une très forte mobilisation des ions potassium dans

Les activités de recherche et d’enseignement

dans le domaine des Sciences de la Terre et

de l’Environnement sont étroitement liées à

l’histoire de l’institution : des équipes travaillant sur ces

sujets ont été présentes dès la création des centres de

recherche en 1967. Après deux décennies durant lesquelles

les questions relatives à l’exploitation des matières

premières minérales ou des combustibles fossiles étaient

passées au second plan, loin derrière les préoccupations

environnementales, les différents aspects de l’exploitation

du sous-sol connaissent aujourd’hui un réel regain

d’intérêt, motivé par l’évolution des cours des différentes

matières premières, et à plus long terme, par la

question de l’approvisionnement et de la durabilité du

développement de nos sociétés.

L’organisation de ce domaine à MINES ParisTech repose

sur le Centre de géosciences et une équipe qui conduit des

actions de formation, l’Institut supérieur en ingénierie et

gestion de l’environnement (ISIGE).

Le Centre de géosciences est organisé en deux groupes

de recherche, Géosystèmes et Hydro-géo-ingénierie. Le

réservoir

l’espace interfoliaire des argiles dans le cas d’un matériau fissuré, qui pourrait avoir des conséquences négatives sur les propriétés

de gonflement des argiles. Enfin, un autre résultat important est la remontée rapide du pH dans le percolat de l’essai fissuré.

Cette phase expérimentale a été complétée par un travail de modélisation à l’aide du code HYTEC, développé par MINES

ParisTech. Si les deux approches de l’équilibre thermodynamique et de la cinétique ont été adoptées, seule cette dernière a

donné des résultats satisfaisants, en accord avec les observations expérimentales.

piston

échantillon

d’argilite

résine

récupération du

percolat

Schéma du dispositif de percolation.

Calcites néoformées – essai, surface amont,

calcite prise dans une matrice argileuse.

Département Sciences de la terre et de l’environnement

Responsable du département : Damien Goetz

premier étudie la caractérisation, la compréhension, la

modélisation et la simulation des objets géologiques ;

il est subdivisé en trois équipes : Géologie (animée

par Isabelle Cojan), Géophysique (Hervé Chauris)

et Géostatistique (Jean-Paul Chilès). Le second s’intéresse

au comportement des objets géologiques

soumis à une sollicitation extérieure ; il est également

subdivisé en trois équipes : Systèmes hydrologiques

et réservoirs (Patrick Goblet), Hydrodynamique et

réactions (Vincent Lagneau) et Géologie de l’ingénieur

et géomécanique (Hedi Sellami).

L’ISIGE propose des formations tournées vers des

problématiques environnemen tales : les mastères

spécialisés en Ingénierie et gestion de l’environnement,

et l’International Advanced Master in Environmental

Management, ce dernier en collaboration avec l’INSA

de Lyon et l’université de Tsinghua en Chine.

Enfin, le Service informatique de Fontainebleau,

(Charles Wazana), assure la maintenance et la

gestion informatique de l’ensemble du réseau de

l’implantation bellifontaine de l’École.

sciences

de la terre et de l’environnement


52 SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’ENVIRONNEMENT : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Analyse statistique des données de sismique répétée

avant sommation pour la calibration d’ondelettes

Mariya Krotova, élève de l’option Géostatistique – CGG Veritas. Contact : helene.beucher@mines-paristech.fr

La sismique répétée consiste à acquérir des cubes

1150

1150

1150

sismiques lors de plusieurs campagnes. Ces mesures

1200

1200

1200

permettent de suivre l’évolution, au long de l’exploitation,

de la pression et des saturations en hydrocarbures

1250

1250

1250

1300

1300

1300

dans le volume poreux des roches constitutives des

1350

1350

1350

réservoirs pétroliers.

1400

1400

1400

La répétition des acquisitions permet de séparer l’information

relative à la structure géologique du réservoir du

1450

1450

1450

1500

1500

1500

bruit lié aux artefacts d’acquisition (bruit du bateau ou

1550

1550

1550

déplacements des capteurs d’une année à l’autre).

1600

1600

1600

Des analyses statistiques (cartes des moyennes et variances

des énergies) et géostatistiques (variographie et

1650

1650

1650

1700

1700

1700

krigeage factoriel) ont été utilisées pour répondre à cette

800 850 900 950 1000 1050 1100 1150 800 850 900 950 1000 1050 1100 1150 800 850 900 950 1000 1050 1100 1150

Line

Line

Line

problématique. Les différentes étapes (égalisation des

Sections horizontales pour les campagnes des années 2001 et 2005

Section finale

acquisitions, élimination des stries parasites et diminution

des bruits) ont conduit à la construction d’un cube de référence 4D (espace-temps) qui sera ensuite utilisé pour l’inversion sismique.

CDP

1800

1600

1400

1200

1000

800

600

Influence de la congélation des terrains sur la stabilité des ouvrages dans les

mines d’uranium de Cigar Lake et MacArthur River (Canada)

Jean-Félix HUBERT, élève de l’option Sol et Sous-sol – AREVA. Contact : faouzi.hadj_hassen@mines-paristech.fr

Les gisements canadiens d’uranium de Cigar Lake et de McArthur River, exploités par AREVA, sont d’une richesse exceptionnelle mais

situés dans un environnement géologique rendant leur exploitation difficile. Il existe un risque important d’ennoyage de ces mines

souterraines à cause de la présence d’un aquifère à leur proximité. Un moyen d’éviter l’infiltration d’eau est de recourir à la congélation

des terrains, afin de créer une barrière étanche entre l’aquifère et les ouvrages.

Outre son effet imperméabilisant, la congélation a des effets mécaniques sur les roches environnantes et sur les ouvrages qui les

traversent. Dans un premier temps, les données de site et de laboratoire ont été analysées dans le but de déterminer leur fiabilité, et les

approches scientifiques utilisées pour rendre compte des effets de la congélation ont été évaluées. Il en ressort que peu d’entre elles

sont fiables et qu’il existe un manque certain de données expérimentales pour mener à bien un travail complet. Un modèle thermique

et mécanique a ensuite été développé grâce aux codes CHEF et VIPLEF développés par le Centre de géosciences de MINES ParisTech.

La confrontation des résultats du modèle et des données expérimentales a fait apparaître que les modélisations ne permettent pas

encore de simuler correctement les phénomènes, mais a aussi permis de proposer plusieurs pistes de réflexion pour les futurs travaux

dans le domaine.

Formations doctorales

Dynamique & ressources des bassins sédimentaires

Responsable : Médard Thiry, Fontainebleau.

Géologie de l’ingénieur

Responsable : Michel Deveughèle, Fontainebleau.

Géostatistique

Responsable : Jacques Rivoirard, Fontainebleau.

Hydrologie et hydrogéologie quantitatives

Responsable : Emmanuel Ledoux, Fontainebleau.

Techniques & économie de l’exploitation du sous-sol

Responsable : Michel Tijani, Fontainebleau.

Formations spécialisées

Administration publique des mines (CESAM)

Responsable : Hugues Accarie, Fontainebleau.

Cycle de formation spécialisée en géostatistique (CFSG)

Responsable : Gaëlle Le Loc’h, Fontainebleau.

Évaluation économique de projets miniers (CESPROMIN)

Responsable : Isabelle Thénevin, Fontainebleau.

Exploitation à ciel ouvert, mines et carrières (CESECO)

Responsable : Jean-Alain Fleurisson, Fontainebleau.

Ingénierie et gestion de l’environnement (ISIGE)

Responsable : Frédérique Vincent, Fontainebleau.

International Advanced Master in Environmental Management

Responsable : Frédérique Vincent, Fontainebleau.


Directeur : Damien GOETZ

Téléphone (33)1 64 69 47 10/49 56

Courriel contact@geosciences.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/Geosciences

Enseignants chercheurs 48

Autres personnels 40

Doctorants MINES ParisTech 49

Autres étudiants 36

(y compris les Formations spécialisées)

Le Centre de géosciences regroupe l’ensemble des activités

de recherche et d’enseignement du domaine des

sciences de la terre de MINES ParisTech. Ses missions

de formation et de recherche sont appliquées à la

connaissance, l’exploitation et la gestion du sous-sol,

qu’il s’agisse de la mise en valeur des ressources ou

encore de l’étude de l’impact des activités humaines

sur les objets du sol et du sous-sol dans une perspective

de développement durable.

Formation

En matière d’enseignement, et outre la participation

aux enseignements du cycle Ingénieurs civils

de MINES ParisTech, le Centre est responsable de 5

cycles doctoraux (accrédités dans des Écoles doctorales)

et participe à plusieurs formations de type Master

recherche ou Master professionnel. Il est par ailleurs

très impliqué dans des actions de formation spécialisée

et continue, à travers l’organisation et l’animation

de divers séminaires, mais surtout à travers sa responsabilité

sur quatre formations spécialisées de MINES

ParisTech en partenariat avec le CESMAT (Administration

publique des mines, Géostatistique, Exploitation minière

à ciel ouvert et Évaluation économique de projets miniers).

Recherche

Les activités de recherche du Centre se déploient sur

quatre thématiques :

■■l’exploitation des matières premières minérales et des combustibles

fossiles ;

■■la stabilité à long terme des milieux géologiques et de leurs

ouvrages ;

■■l’environnement ;

■■les risques liés au sol et au sous-sol.

Centre de géosciences


(MINES ParisTech – GEOSCIENCES)

À ces thèmes s’ajoute la présentation des

moyens expérimentaux, particularité remarquable

du Centre, et des outils numériques sur

lesquels s’appuient les travaux menés.

Exploitation de matières premières

minérales et de combustibles fossiles

L’exploitation de matières premières minérales

est une activité profondément ancrée dans l’histoire

de l’École. Les équipes du Centre travaillent

sur des questions de caractérisation de gisements

ou d’environnements de gisements et

sur les techniques d’exploitation.

L’exploitation des hydrocarbures est l’un des

principaux domaines d’application du Centre,

depuis des travaux géologiques de caractérisation

ou de modélisation/simulation des gisements,

jusqu’au développement de technologies

d’exploitation au travers des travaux sur le

forage pétrolier, en passant par les développements

des techniques géostatistiques et d’imagerie

sismique.

Le Centre s’intéresse enfin à des thèmes liés

plus largement à l’exploitation de ressources naturelles

comme la géothermie ou l’halieutique.

Stabilité à long terme des milieux

géologiques et de leurs ouvrages

Le domaine du stockage en souterrain étant en

très fort développement, toutes les équipes du

Centre sont impliquées, soit dans des projets

relatifs au stockage de déchets radio-actifs à

haute activité et à vie longue (HAVL), soit dans

des projets liés au stockage géologique de CO 2 ,

soit encore dans des projets liés au stockage de

gaz en cavités salines.

L’analyse de la stabilité d’ouvrages réalisés ou

fondés dans le sous-sol est également un axe de

travaux pour le Centre.

53


54 SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’ENVIRONNEMENT : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Environnement

Les travaux menés par le Centre dans ce domaine

portent aussi bien sur la caractérisation de sols

pollués, le développement d’une plate-forme intégrée

de modélisation du cycle de l’eau couplée

avec des modèles météorologiques et des modèles

d’infiltration des eaux de surface (dans le cadre du

PIREN Seine), la caractérisation et la définition de

procédures d’échantillonnage dans le domaine de

la qualité de l’air.

Risques liés au sol et au sous-sol

Le Centre a développé, durant les dernières

années, des travaux portant essentiellement sur

l’analyse des phénomènes de retrait-gonflement

de matériaux argileux, qui sont à l’origine de

l’aléa de sécheresse géotechnique.

Par ailleurs le Centre travaille sur des questions

d’après-mine, aussi bien dans le cadre du GISOS au

niveau national, que dans celui de projets européens

financés par le Research Fund for Coal and

Steel (RFCS).

Inversion de données

micro-sismiques :

localisation et tomographie

non linéaires

Contact : alexandrine.gesret@mines-paristech.fr

L’écoute micro-sismique est un domaine de la géophysique

en plein essor. Les applications sont multiples :

suivi de la fracturation des réservoirs carbonatés dans le

domaine pétrolier, suivi de l’évolution des effondrements

de cavité dans le domaine minier (block caving) ou du

stockage souterrain. Pour mieux comprendre les phénomènes

de fracturation, il est nécessaire d’avoir des localisations

plus précises que celles fournies par les algorithmes

actuels. L’équipe de géophysique, en collaboration avec

des industriels, développe un nouveau logiciel de localisation

3D non linéaire, combiné à un algorithme de tomographie

3D, et appliqué aux données micro-sismiques.

Dans cet exemple nous montrons l’apport de l’approche

combinée : localisation plus tomographie. La mise à jour

simultanée du modèle de vitesse permet de réduire les

incertitudes sur la localisation des événements.

Moyens de caractérisation et outils numériques

Pour mener à bien ses travaux de recherche

et d’expertise, le Centre dispose d’importants

moyens de caractérisation et d’expérimentation,

parmi lesquels une micro-sonde ionique, un

diffractomètre à rayons X, des moyens de microscopie

électronique à balayage, des équipements

de pétrophysique (porosimètres, perméamètres),

des équipements de mécanique des roches et des

sols, des équipements liés à l’étude de la fragmentation

mécanique et hydraulique des roches,

des équipements liés au forage pétrolier (sur son

site palois) et, enfin, des laboratoires d’analyse

des eaux.

Par ailleurs le Centre développe ses propres outils

numériques au service des travaux de recherche

(MODCOU et METIS pour l’étude des écoulements et

des transferts de matière dans les milieux poreux ;

CHESS et HYTEC pour le transport réactif ; VIPLEF

pour l’étude de la stabilité d’ouvrages souterrains ;

ABIS pour l’analyse du comportement des systèmes

de forage pétrolier), ou contribue au développement

de logiciels largement commercialisés (en

particulier ISATIS, plate-forme géostatistique diffusée

par Géovariances).

Résidus avant (noir) et après (rouge) inversion tomographique

pour les ondes P.

Incertitudes de

localisation, avant

inversion tomographique

(haut),

et après nouveaux

pointés et inversion

(bas). La mise à jour

du modèle de vitesse

entraîne une nouvelle

localisation.


MINES PARISTECH – GEOSCIENCES

55

Genèse des gisements d’uranium de type roll-front :

une approche par simulation du transport réactif (projet Carnot)

Contact : vincent.lagneau@mines-paristech.fr

Les concentrations de type roll-front constituent le type majeur de gisements d’uranium en contexte sédimentaire et représentent

une part très importante des réserves mondiales à bas coût. Une représentation correcte de la géométrie souvent

complexe de ces concentrations est primordiale, aussi bien pour leur estimation que pour leur exploitation rationnelle.

Nous présentons ici une alternative à une approche purement géostatistique de ce problème : la simulation génétique à

l’aide des outils de modélisation du transport réactif. La simulation s’attache à représenter aussi bien l’ensemble des processus

chimiques à l’origine de la formation de ces concentrations, que les paléo-circulations complexes développées dans un

aquifère sablo-gréseux hétérogène.

Pour simuler l’écoulement complexe dans un aquifère réel, un modèle géostatistique de perméabilité a été utilisé. Un modèle

géochimique a également été construit : il représente un aquifère à caractère initialement réduit, riche en pyrite et en matière

organique, et son comportement vis-à-vis d’un flux entrant d’eau oxydante.

Le code de transport réactif HYTEC a été utilisé pour des simulations en 2-D de l’évolution de ce système, basées sur plusieurs

réalisations aléatoires de distribution des perméabilités. Les résultats obtenus montrent la formation et le déplacement dans

l’aquifère d’un front redox où l’uranium s’accumule. Du fait des variations locales de perméabilité, les vitesses et les directions

d’écoulement sont hétérogènes, et il s’ensuit des variations locales de la vitesse d’avancement du front. En conséquence le

front présente une structure complexe : des boucles apparaissent, avec des tronçons d’orientation variable vis-à-vis de la

direction générale de l’écoulement ; des interruptions du front minéralisé sont également générées. Ces particularités sont

bien celles que l’on peut observer dans ce type de gisement.

L’étude ouvre ainsi des perspectives d’applications très prometteuses, tant pour ce qui concerne les processus métallogéniques,

la répartition, et le tonnage prévisionnel des concentrations, que pour une meilleure estimation, et une exploitation optimisée

de ce type de gisement.

Création et migration d’un front

d’uranium = «le roll-front» à 2 dates

différentes : résultat du calcul de

transport réactif.

Faits marquants

L’année 2009 a été marquée par l’attribution à Emmanuel

Ledoux, conseiller scientifique du Centre, du prix

Dolomieu de l’Académie des Sciences. Créé en 1998, ce

prix annuel est destiné à récompenser un ou plusieurs

chercheurs ou ingénieurs, français ou ressortissants

de la communauté européenne, pour un travail de

recherches remarquables dans le domaine des sciences

de la Terre. L’Académie a décerné ce prix à E. Ledoux,

jugeant qu’il a été pionnier dans l’essor de la géologie

quantitative en France, en élaborant des modèles

hydrauliques, thermiques, mécaniques et géochimiques,

et qu’il a su appliquer ces outils à de nombreux

problèmes difficiles posés par les pouvoirs publics et

la société industrielle.

Le Centre de géosciences a participé en juin, en

tant qu’acteur majeur, à la célébration des 20 ans

du PIREN-Seine. Le PIREN-Seine (Programme interdisciplinaire

de recherche sur l’environnement de

la Seine) est un groupement créé en 1989 pour

développer, à partir de mesures de terrain et de

modélisations, une vision d’ensemble du fonction-


56 SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’ENVIRONNEMENT : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

nement du système complexe formé par le réseau

hydrographique de la Seine, son bassin versant et

ses eaux souterraines, et la société humaine qui

l’investit. Ce programme est porté par l’université

Pierre et Marie Curie et plus particulièrement par

l’UMR Sisyphe à laquelle 14 membres du Centre de

géosciences sont associés. C’est aussi à l’occasion

de cet anniversaire que l’Agence de l’Eau Seine-

Normandie a demandé aux différents acteurs du

PIREN-Seine de rédiger des fascicules thématiques

dont l’hydrogéologie du bassin de la Seine et la

pollution du bassin par les nitrates qui sont le fait

du Centre de géosciences.

Quatre enseignants-chercheurs ont été recrutés

pour renforcer les équipes de Géostatistique, Géologie,

Géophysique et Hydrodynamique et Réactions. Deux

nouveaux postes ouverts seront pourvus dès le début

de l’année 2010 en Géologie de l’ingénieur et Géomécanique.

Trois visiteurs scientifiques issus des universités

de Tsinghua en Chine, de Singapour et du CIEMAT de

Madrid ont été accueillis au Centre en 2009.

Étude de l’intégrité mécanique des équipements de forage

dans les puits complexes

Contact : stephane.menand@mines-paristech.fr

Face à la complexité croissante des forages pétroliers (profondeurs et/ou longueurs croissantes, pression, température,

agressivité des roches…), les durées d’exposition en service des équipements de forage ne cessent d’augmenter. Ces

équipements doivent non seulement résister à des contraintes ultimes, mais ils doivent également résister dans la durée.

Ainsi, les fabricants d’équipement et les contractants de forage doivent répondre à la demande de plus en plus exigeante

des opérateurs en fournissant un équipement dont la tenue mécanique en service est garantie pendant toute la durée de

construction et/ou d’exploitation du puits. Les phénomènes de fatigue et d’usure entre autres doivent être bien maîtrisés

pour assurer l’intégrité mécanique de ces équipements. Dans ce domaine, le Centre de Géosciences, en étroite collaboration

avec la société Drillscan, développe une nouvelle approche pour simuler la fatigue subie par les tiges de forage lors du creusement

du puits. Cette approche s’appuie sur les récentes avancées du Centre dans la modélisation du comportement de la

structure du forage dans des puits à trajectoires complexes. Ce programme de recherche mené dans le cadre du consortium

CITEPH (Concertation pour l’Innovation Technique dans l’Exploitation de la Production des Hydrocarbures) est financé par

des industriels du secteur pétrolier.

1750

4e+06

(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11)

3.5e+06

3e+06

2.5e+06

2e+06

1.5e+06

1e+06

25MPa


Directrice : Frédérique VINCENT

Responsable communication

Institut

Xavier Moquet

Téléphone 01 64 69 48 78

Courriel

info@isige.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/ISIGE/

Enseignants chercheurs 5

Autres personnels 2

Autres étudiants 47

(y compris les Formations spécialisées)

L’ISIGE a pour mission de développer des approches

globales des enjeux de développement durable. Il offre

trois formations post-master (mastères spécialisés) et

participe à des projets de recherche pluridisciplinaires

en association avec des institutions extérieures et les

centres de recherche de MINES ParisTech.

Le développement durable au cœur des

formations de l’ISIGE

L’environnement et le développement durable font

aujourd’hui partie intégrante du management et des

décisions stratégiques de l’entreprise. Ces questions

s’inscrivent dans des réalités complexes qui font

intervenir une multitude de compétences : scientifiques,

économiques, juridiques, mais aussi sociales

et éthiques. Pour gérer l’ensemble de ces paramètres,

les entreprises ont besoin de cadres disposant d’une

vision large et mettant en œuvre des outils et des

méthodologies adaptées.

Fruit d’une réflexion pédagogique innovante et

fort de 18 années d’expérience, le Mastère spécialisé

supérieur d’ingénierie

et de gestion

de l’environnement


(MINES ParisTech – ISIGE)

en Ingénierie et gestion de l’environnement, organisé en

collaboration avec AgroParisTech et Ponts ParisTech,

vise par ses méthodes d’enseignement variées à

donner à des étudiants et des cadres de haut niveau

une vision globale des enjeux du développement

durable.

Développé en collaboration avec l’INSA Lyon et

l’université chinoise de Tsinghua (Pékin), l’International

Advanced Master in Environmental Management

(EnvIM) permet de mieux cerner les enjeux

environnementaux de pays en pleine croissance

économique et des entreprises qui s’y développent.

Conduite en association avec de grands

groupes industriels français, cette formation délivre

un double diplôme français et chinois.

Pour répondre à une demande croissante de la

part des entreprises, l’ISIGE en association avec la

CEGOS propose également un Exécutive mastère

spécialisé en Management de la qualité-sécurité-environnement

et développement durable. Ce parcours de

18 mois s’adresse à des cadres et est compatible

avec la poursuite de leur activité professionnelle.

Toujours en avance pédagogiquement, l’ISIGE

continue de développer des formations multimédia

en ligne. Vous pouvez les retrouver en accès libre

service sur www.e-sige.mines-paristech.fr.

57

Les locaux de l’ISIGE (bâtiment Boufflers du site MINES ParisTech à Fontainebleau).


58 SCIENCES DE LA TERRE ET DE L’ENVIRONNEMENT : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

2009, une année sous le signe de l’innovation

Étang de Berre.

Les interférences entre les politiques d’aménagement ou

de développement durable, les stratégies industrielles

et la santé des populations constituent l’un des grands

enjeux actuels de nos sociétés. Sur la base de ce constat,

MINES ParisTech et l’École des hautes études en santé

publique (EHESP) ont mis en commun leurs compétences

pour donner naissance à un nouveau Mastère spécialisé

intitulé Santé environnement : enjeux pour le territoire et

l’entreprise. Lancement prévu de la première promotion :

octobre 2010.

Plus d’informations : www.ehesp.fr/info/formation/

formations-diplomantes/mastere-specialise/

En partenariat avec UVED, l’université française numérique

dans le domaine de l’environnement, une étude de cas

multimédia sur le thème du quartier durable a vu le jour.

L’objectif : proposer un module de formation pour mieux

appréhender la complexité de mise en œuvre d’un projet

de développement durable urbain. Pensée comme un outil

où l’apprenant est acteur de la construction urbaine, l’apprentissage

devient ainsi concret et opérationnel.

Plus d’informations : www.e-sige.ensmp.fr/uved/

quartierdurable/

Fribourg, quartier Vauban.

En mars 2009, le Mastère spécialisé EnvIM a été invité à participer

à l’International workshop of urban design organisé par Les

Ateliers d’urbanisme de Cergy, à Huludao (Chine). L’objectif

était de proposer une approche de la conception, de la

planification et du design d’une éco-cité en minimisant les

impacts environnementaux et énergétiques. Les étudiants

ont présenté une analyse environnementale du site et fait des

propositions pour le fonctionnement des systèmes urbains :

eau, énergie, déchets, santé, biodiversité.

Plus d’informations : www.ateliers.org/content/

designing-eco-city

Atelier à Huludao : trois étudiants EnvIM.

Connaître les impacts d’une innovation sur l’environnement. Les entreprises

s’interrogent de plus en plus à leur empreinte écologique. Pour les aider,

l’ISIGE accompagne plusieurs travaux de recherche et d’étude sur l’analyse

du cycle de vie : véhicule électrique pour Renault (encadrement en

collaboration avec le Centre énergétique et procédés), nouveaux cycles de

production pour AREVA, évolutions de certains produits pour Cray Valley.

Toutes les étapes de fabrication (depuis le choix de la ressource primaire

jusqu’à la fin de vie du produit) et tous les facteurs environnementaux (changement climatique, épuisement de ressources

et accumulation de substances toxiques) sont pris en considération.


Traditionnellement, les questions énergétiques et la transformation

de la matière ont été au centre des préoccupations

des ingénieurs de l’industrie minérale. De par ses missions,

il est ainsi naturel que MINES ParisTech dispose d’une forte

capacité de recherche et d’expertise en énergétique et en génie

des procédés.

Le centre de recherche de ce département, le Centre « Énergétique

et procédés » (CEP), mobilise des compétences multiples

pour traiter les questions qu’il étudie, par nature pluridisciplinaires.

Il anime par ailleurs de nombreuses formations en

énergétique et en génie des procédés.

L’énergie est devenue au cours du XX e siècle

une composante essentielle de notre niveau de

vie et de la compétitivité de notre économie.

Celle-ci est cependant soumise à des crises et des tensions

de plus en plus vives. Aujourd’hui, les systèmes énergétiques

de tous les pays sont confrontés à deux problèmes

techniques de fond dans la stratégie d’évolution de leurs

systèmes énergétiques :

■■

l’épuisement des réserves naturelles de combustibles fossiles ;

■■

la nécessité de limiter leurs impacts environnementaux.

L’interface entre l’énergétique et le génie des procédés

suscite, dès lors, de nouvelles problématiques

de recherche tout à fait essentielles dans le contexte

actuel.

Dans le secteur industriel (chimie, agroalimentaire…),

il s’agit de répondre aux besoins des entreprises

D

A B C

A Brûleur régénératif en mode flamme (CEP - Paris).

B Plasma triphasé pour la synthèse de fullerènes : on notera la couleur verte du

plasma, caractéristique de la bande d’émission de la molécule C2 (CEP - Sophia).

C L’usine de tri-génération de Monaco. Les élèves de 1 ère année du cycle ingénieurs

civils de MINES ParisTech ont étudié, dans le cadre du MIG ALEF 2009, le couplage

de cette usine à un échangeur sur eau de mer. La technologie amènerait une diminution

de plus de 50 % des émissions de CO 2 de l’usine.

D Observation d’un point critique (CEP/TEP - Fontainebleau).

Département Énergétique et Génie des Procédés

Responsable du département : Didier Mayer – Adjoint enseignement : Dominique Marchio

qui visent à améliorer leurs procédés, pour maîtriser

les coûts et la qualité des produits et répondre

à des normes environnementales toujours

plus strictes. La maîtrise des consommations des

opérations unitaires, ajoutée à l’intégration de

nouvelles opérations de traitement de matières

(filtration, réduction des émissions de CO 2 , NOx

et SO x ) en constituent un enjeu majeur.

Le bâtiment ainsi que les transports, en tant

que gros contributeurs aux émissions de gaz

à effet de serre, sont également concernés. Les

objectifs fixés pour les décennies à venir aux

niveaux national et européen, en termes de réduction

de consommation, spécifique d’un secteur à

l’autre, sont extrêmement ambitieux et auront

pour conséquence une mutation profonde dans

la conception des réseaux énergétiques et des bâtiments,

alliant éco-efficacité et intégration poussée

de moyens décentralisés de production et de stockage

d’énergie, avec un recours important aux

énergies renouvelables.

Enfin, de nombreuses innovations dans le

domaine énergétique passent par la mise au

point de matériaux adaptés – souvent nanostructurés

– et des procédés de fabrication associés.

Les convertisseurs ou les superisolants que

nous utiliserons demain seront ainsi issus des

travaux menés à la frontière des domaines de

l’énergie, des matériaux et du génie des procédés.

Énergétique & Génie des Procédés


60 ÉNERGÉTIQUE ET GÉNIE DES PROCÉDÉS : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Les recherches menées dans le département Énergétique

et génie des procédés s’inscrivent dans un

cadre de développement technologique ayant pour

ambition de proposer des solutions fiables, compétitives,

respectueuses de l’environnement et adaptées

à une demande accrue de biens et de services. Elles

correspondent à différents niveaux d’intervention,

dont la conjonction permet d’offrir une alternative

à court terme et de travailler, à plus long terme, sur

le futur énergétique des pays industrialisés ou en

développement, à savoir :

■■

L’(éco)-efficacité énergétique

La maîtrise des consommations, tous secteurs confondus,

constitue une première étape, incontournable, de l’analyse de

l’évolution des systèmes énergétiques et des procédés industriels.

L’étude de l’impact environnemental au long de leur

cycle de vie deviendra un critère discriminant.

■■

La décarbonisation des procédés et des combustibles

Le captage du CO 2 constitue une réponse industrielle à la

réduction des émissions. Une autre voie complémentaire

consiste à privilégier des filières faiblement voire non émettrices,

telles que celles valorisant la biomasse et l’hydrogène.

■■

Le recours à des alternatives énergétiques, telles que les

énergies renouvelables

Les énergies renouvelables font depuis toujours partie du

« mix » énergétique. Être capable d’évaluer leur potentiel

et de prédire leur contribution pour 9 milliards d’habitants

permettra d’en maîtriser l’intégration à grande échelle dans le

bâti, les réseaux d’énergie, voire les procédés.

Les recherches menées dans le département Énergétique

et génie des procédés prennent des formes

variées chaque fois adaptées aux objectifs et reflètent

de ce fait la diversité des modes de diffusion des

résultats de R&D dans la société. Elles comportent

aussi bien des études à dominante scientifique, des

activités de développement technologique, que des

études à caractère économique sur l’énergie et l’environnement.

Les missions d’enseignement du Département

portent d’une part sur les disciplines fondamentales

: thermodynamique, thermomécanique des

fluides, énergie électrique, conception de procédés,

d’autre part sur leurs applications industrielles,

particulièrement dans le domaine des innovations

technologiques : systèmes énergétiques, énergies

renouvelables, cycle de vie des systèmes énergétiques.

Pôles de compétitivité

■ ■ « Capénergies », Région PACA (Provence - Alpes - Côte d’Azur) :

Énergies non génératrices de gaz à effet de serre

(6 contrats de recherche en cours en 2009)

Contact : Didier Mayer, membre du Conseil d’Administration

■ ■ « Pégase », Région PACA (Provence - Alpes - Côte d’Azur) :

Filière aéronautique et spatiale régionale

(1 contrat de recherche en cours en 2009)

Contact : Patrick Achard

■ ■ « ADVANCITY », pôle national :

Ville et Mobilité Durables

(1 contrat de recherche en cours en 2009)

Contact : Bruno Peuportier

■ ■ « PASS », Région PACA (Provence - Alpes - Côte d’Azur) :

Parfums, Arômes, Senteurs, Saveurs

(1 contrat de recherche en cours en 2009)

Contact : Laurent Fulcheri

■ ■ « IAR », Régions Champagne-Ardennes, Picardie :

Industries et Agro-Ressources

(1 contrat de recherche en cours en 2009)

Contact : Christophe Coquelet

Formations doctorales

Énergétique

Responsable : Lucien Wald, Sophia Antipolis.

Génie des procédés

Responsable : Dominique Richon, Fontainebleau.

Formations de niveau Master (DNM)

Masters of Science

Master professionnel Transport et développement durable : TRADD

(ParisTech/Fondation Renault)

Responsables MINES ParisTech : Jérôme Adnot et Philippe Rivière, Paris.

Master professionnel Stratégies énergétiques : MSE (CEP/CERNA)

Responsables : Philippe Rivière (CEP) et Gilles Le Blanc (CERNA), Paris.

Master professionnel Gestion et traitement des eaux, des sols

et des déchets : GTESD

(ENSTA ParisTech/MINES ParisTech/AgroParisTech/ENPC/ENSCP/ESPCI)

Responsable MINES ParisTech : Alain Gaunand, Paris.

Master professionnel et recherche Énergie nucléaire (Nuclear

Energy)

(Université Paris Sud/ParisTech/Supélec/ECP/INSTN)

Responsable MINES ParisTech : Didier Mayer (CEP) et Jérôme Crépin

(MAT), Paris.

Formations post-Master (Mastères spécialisés)

Mastère Ingénierie et gestion du gaz

Responsable : Dominique Marchio, Paris.

Mastère européen sur les Énergies renouvelables (EnR)

Responsables MINES ParisTech : Didier Mayer

et Christian Beauger, Sophia Antipolis.

Mastère International energy management (ALEF)

Responsable : François-Pascal Neirac, Sophia Antipolis.

Autres formations

IST (ISUPFERE)

Responsables : Jérôme Adnot et Dominique Marchio, Paris.

e-learning

Énergétique : THERMOPTIM® – DIAPASON

(Diaporamas pédagogiques animés et sonorisés)

Responsable : Renaud Gicquel, Sophia Antipolis.

Génie des procédés : Cristallisation-précipitation

Responsable : Alain Gaunand, Paris


Directeur : Didier MAYER

Responsable communication : Roseline Adde-Wald

Courriel cep@cep.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CEP

Centre énergétique et procédés


(MINES ParisTech – CEP)

« Énergies Renouvelables », et « International Energy

Management », ce dernier en collaboration avec

l’Université de Tsinghua.

61

Effectifs au 31/12/ 2009 159

dont:

Enseignants chercheurs 32

Autres scientifiques 33

Techniciens et administratifs 37

Doctorants, dont 1 VAE 57

Étudiants et stagiaitres 153

Le Centre énergétique et procédés (CEP) s’intéresse

aux systèmes énergétiques complexes, notamment

en régimes variés, et à la maîtrise de leurs émissions.

Il développe pour cela des compétences dans

de nombreux domaines utiles à l’étude de la transformation

de la matière et de l’énergie. Cette diversité

thématique permet au Centre d’assurer ses missions

de formation, de recherche et de diffusion des développements

technologiques les plus récents vers tous

les secteurs d’activité.

Le CEP est réparti sur quatre implantations géographiques

: Paris, Palaiseau, Fontainebleau et Sophia

Antipolis, avec des domaines de compétence marqués

dont la complémentarité permet d’aborder de nouvelles

problématiques de recherche, à l’interface entre

l’énergétique et le génie des procédés, entre l’énergétique

et les matériaux, et entre l’énergétique et les technologies

de l’information et de la communication.

Formation

Le CEP est très impliqué dans la formation à MINES

ParisTech. Dans le cycle Ingénieurs civils, il a en charge

deux options, « Développement industriel des procédés

avancés » et « Machines et énergie ». Il organise

en tronc commun l’enseignement de Thermomécanique

des fluides et Techniques moteurs, et cinq

enseignements spécialisés. Il a proposé en 2009 deux

MIG (Énergie des mers, et traitement des eaux par

filtration membranaire micro-énergie). Il participe

également à la formation des ingénieurs des Corps

techniques de l’État.

En cycle Post-Master, il assume trois Mastères

Spécialisés : « Ingénierie et Gestion du Gaz »,

Recherche

Les activités de recherche du CEP sont organisées

selon trois grands axes stratégiques, animés par un

responsable (AAS : Animateur d’Axe Scientifique), qui

rassemblent les compétences du Centre en un ensemble

cohérent, orienté vers les préoccupations majeures des

différents secteurs économiques et de la société.

Axe 1 : Maîtrise des procédés industriels

(AAS : Laurent Fulcheri)

Les recherches portent sur la maîtrise des consommations

énergétiques et des impacts environnementaux

des procédés industriels. L’accent est mis sur la

décarbonisation des combustibles et la production

d’hydrogène pour, d’une part, minimiser les émissions

en jouant sur les conditions à la source (optimisation

des procédés, amélioration des rendements, utilisation

d’hydrogène, biocarburants) et , d’autre part, concevoir

et développer des solutions technologiques permettant

le captage, le transport et le stockage du CO 2 .

Axe 2 : Infrastructures énergétiques

(AAS : Bruno Peuportier)

Les contraintes énergétiques et environnementales

imposent une transformation en profondeur des

infrastructures, en particulier des bâtiments et des

réseaux d’énergie. L’objectif est de développer des

méthodes et des critères de conception, d’évaluation

et d’optimisation de nombreux systèmes qui constitueront

les infrastructures de demain. Il s’agit de prendre

en compte les évolutions à moyen ou long terme

de la demande d’énergie et ses fluctuations à court

terme, et de savoir gérer des sources d’énergie ellesmêmes

très variables dans le temps et l’espace (solaire,

éolien, biogaz, biomasse). L’adéquation entre offre et

demande passe par des analyses complexes, allant des

ressources aux impacts environnementaux, en intégrant

production et consommation, sans oublier les

aspects stockage. Cette approche articule plusieurs

domaines d’analyse et différentes échelles, allant du

composant de bâtiment à la planification d’actions au

niveau d’un territoire.


62 ÉNERGÉTIQUE ET GÉNIE DES PROCÉDÉS : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Axe 3 : Nanomatériaux et énergie

(AAS : Arnaud Rigacci)

Les recherches menées explorent le potentiel des

nanomatériaux pour améliorer les performances des

systèmes énergétiques aussi bien actifs que passifs.

Elles sont orientées vers les ruptures technologiques

et les procédés d’élaboration. Au niveau des ruptures

technologiques, une attention toute particulière est

accordée au stockage et à la conversion d’énergie par

voie électrochimique ainsi qu’à la superisolation thermique.

Du côté des procédés d’élaboration, l’essentiel

des activités concerne les procédés en phase gaz (de

type plasma ou CO 2 supercritique) et en solution

(précipitation contrôlée et sol-gel).

Chacun des groupes de recherche du Centre contribue

à l’un au moins de ces trois axes stratégiques.

Observation, modélisation,

décision (OMD)

Philippe Blanc, Isabelle Blanc, François Cauneau,

Mireille Lefèvre, Lionel Ménard, Thierry Ranchin,

Lucien Wald

Le groupe OMD développe des méthodes et outils qui

permettent d’accroître la capacité d’estimation et de

représentation mathématique de la réalité géographique

dans le domaine de l’énergie, par l’observation et

la modélisation (Axe 2).

Il contribue au développement de la météorologie

spécifique à l’énergie, à l’accroissement de l’usage

des énergies renouvelables, à l’analyse et l’aide à la

décision en termes de réduction des impacts environnementaux

des transports, de la production et des

usages de l’énergie. Dans le domaine de l’observation

de la Terre, il s’intéresse aux problématiques relevant

de l’analyse multi-échelles de séries d’images multitemporelles

et multispectrales.

Énergies renouvelables et réseaux (EnR)

Georges Kariniotakis, Robin Girard, Didier Mayer,

François-Pascal Neirac, Nils Siebert

Les recherches concernent l’ensemble des étapes qui

accompagnent une pénétration significative et compétitive

des énergies renouvelables et de la production

décentralisée dans les réseaux électriques ou les sites

isolés (Axe 2).

Le groupe EnR travaille dans le domaine de la

prédiction du potentiel de production d’électricité

d’origine éolienne et solaire et développe des

méthodologies de caractérisation de la production

renouvelable à des échelles spatiales différentes.

Il s’intéresse à la gestion appropriée de l’énergie

produite dans les systèmes électriques, et propose

de nouvelles méthodes de planification et des

configurations vers lesquelles les réseaux de

distribution pourraient évoluer.

Éco-conception et thermique

des bâtiments (ETB)

Bruno Peuportier, Alain Guiavarch

L’éco-conception nécessite d’identifier les principales

causes des impacts environnementaux et d’étudier

des solutions permettant de les réduire. L’outil d’analyse

de cycle de vie EQUER est utilisé dans cet objectif.

Cette méthode, appliquée aux bâtiments, est étendue

à l’échelle d’un quartier (Axe 2).

Les aspects énergétiques jouent un rôle important

dans le bilan environnemental d’un bâtiment

et sont évalués à l’aide du simulateur COMFIE. Un

modèle de réseau multizones a été intégré afin

d’améliorer la prise en compte des mouvements

d’air. Des modules complémentaires concernent

les systèmes solaires thermiques et photovoltaïques,

les pompes à chaleur air/air, les échangeurs air-sol,

la micro-cogénération et les matériaux à changement

de phase.

Maîtrise de la demande d’énergie (MDE)

Dominique Marchio, Jérôme Adnot, Philippe Rivière,

Pascal Stabat

L’objectif est de développer des modèles de connaissance,

des méthodes et des critères de conception,

d’évaluation et d’optimisation des systèmes consommateurs

et producteurs d’énergie dans les bâtiments.

Les solutions étudiées vont de l’amélioration de l’efficacité

des appareils mécaniques « traditionnels » à

l’étude de technologies alternatives : climatisation

solaire, ventilation naturelle, micro-cogénération,

géothermie basse température (Axe 2).

Le groupe MDE étudie les services énergétiques

de conduite, maintenance et exploitation, audit. Il

s’implique également dans la gestion dynamique

de la demande au travers d’outils incitatifs de suivi

en temps réel.

Thermique des systèmes (Systherm)

Denis Clodic, Maroun Nemer

Les recherches portent sur la minimisation des

consommations d’énergie des fours industriels, et

plus généralement de tous les systèmes à haute température.

Le groupe Systherm développe des codes de

calcul de thermique extrêmement rapides dans leur

résolution en intégrant l’ensemble des transferts radia-


MINES PARISTECH – CEP

63

tifs, convectifs, conductifs et par advection. Ces travaux de

modélisation permettent de reconcevoir des fours de traitement

de différents matériaux en articulant modélisation

et campagne de mesures, soit en laboratoire, soit sur le

terrain (Axe 1).

Thermodynamique des systèmes (TDS)

Denis Clodic, Chakib Bouallou, Elias Boulawz Ksayer,

Renaud Gicquel, Youssef Riachi, Assaad Zoughaib

Les activités du groupe TDS comportent quatre volets

essentiels : le développement d’outils de simulation, le

développement de méthodes d’analyses exergétique et

énergétique de procédés, le développement de prototypes

et de démonstrateurs et, enfin, la mesure de performances

sur des bancs dédiés.

Le développement des travaux d’intégration thermique,

qui s’appuie sur des logiciels comme Thermoptim®

et sur une nouvelle plateforme de modélisation MinEIT,

permet une modélisation dynamique de systèmes de

tailles variables allant d’une pompe à chaleur à une ligne

de production industrielle intégrant de nombreux échangeurs

et des équipements spécifiques. L’enjeu est presque

toujours l’amélioration de l’efficacité énergétique, mais

aussi le captage du CO 2 , à travers, notamment, sa séparation

physique par un procédé spécifique : l’antisublimation

(Axe 1).

Énergies du vivant (ENERVIV)

Dominique Dron, Assaad Zoughaib

Les travaux reposent d’une part sur les études réalisées

dans le cadre de la Chaire « Nouvelles stratégies énergétiques

» (NSE), d’autre part sur des actions d’enseignement

et de recherche menées par plusieurs groupes du

CEP : enseignements sur les enjeux du développement

durable, analyse de cycle de vie des carburants végétaux

et robustesse des territoires face au changement climatique,

conception et réalisation d’un bio-réacteur pour

carburants à partir de micro-algues (Axe 1).

Thermodynamique et équilibres

entre phases (TEP)

Christophe Coquelet, Amir-Hossein Mohammadi,

Dominique Richon, Pascal Théveneau

Les études menées visent à déterminer des diagrammes de

phases en s’appuyant sur des travaux expérimentaux suivis

d’une modélisation des données obtenues. La connaissance

précise du comportement des mélanges est nécessaire pour

le dimensionnement et l’optimisation des procédés industriels.

Pour obtenir ces diagrammes dans un large domaine

de températures et de pressions, TEP conçoit lui-même les

outils expérimentaux nécessaires (Axe 1).

Les domaines d’applications sont le traitement et le

fractionnement du gaz naturel, le captage et la séquestration

du CO 2 , l’étude des composés fluorés et des

fluides supercritiques, et l’étude des gaz de l’air.

Énergétique, matériaux & procédés (EM&P)

Patrick Achard, Christian Beauger, Sandrine Berthon-Fabry,

Rudolf Metkemeijer, Arnaud Rigacci

Le groupe EM&P effectue des recherches sur les

nouvelles technologies de l’énergie dans les trois

axes du CEP. Il travaille sur : les piles à combustible

et la filière hydrogène, en se concentrant sur les

convertisseurs de type PEMFC et l’ensemble des

procédés connexes (traitement et stockage des gaz,

gestion de l’eau et de l’énergie thermique, vieillissement

sur site) ; les matériaux fonctionnels pour

l’énergie, focalisés sur des matériaux nanostructurés

issus de la transition sol-gel (matériaux de

type aérogels) et sur leurs procédés d’élaboration

(séchages subcritique ou au CO 2 supercritique,

pyrolyse…) ; les enveloppes de bâtiments à haute

efficacité énergétique.

Procédés de conversion par voie plasma

Laurent Fulcheri, Frédéric Fabry

Les recherches du groupe Plasma se déclinent dans

le cadre des axes 1 et 3 du CEP. Elles concernent

respectivement la conversion des hydrocarbures

fossiles et renouvelables (biomasse, déchets) et leur

utilisation rationnelle, ainsi que le développement

de procédés de synthèse de nanoparticules en phase

gazeuse.

Sur un plan expérimental, les recherches conduisent

à l’étude et la mise en œuvre de solutions technologiques

faisant appel à des plasmas thermiques ou

non thermiques, allant du dispositif de laboratoire au

pilote pré-industriel, ainsi qu’à des outils de diagnostic

et des méthodes d’analyse avancées.

Systèmes colloïdaux dans les procédés

industriels (SCPI)

Jean-François Hochepied, Alain Gaunand

SCPI développe de nouvelles voies de production, par

chimie douce, de particules minérales nanométriques,

nanostructurées ou multi-échelles. Pour contrôler ces

caractéristiques, les travaux portent aussi bien sur les

conditions opératoires des procédés (effet de mélange,

précipitation homogène, intensification, couplages

cinétiques) que sur la physico-chimie des solutions

(pH), ou encore sur les surfaces des solides en formation

(effet des tensioactifs) (Axe 3).


64 ÉNERGÉTIQUE ET GÉNIE DES PROCÉDÉS : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Faits marquants et perspectives

L’extension du CEP Paris, dans des locaux d’environ

2 000 m 2 qui accueilleront 60 personnes au 5 rue Léon

Blum à Palaiseau dès janvier 2010, a été rendue nécessaire

par le développement de prototypes de grande taille et la

mise en place de bancs d’essais associés au développement

du pilote de captage du CO 2 . Les équipes rassemblées sur

ce site seront les premières à intégrer les futurs bâtiments

de l’École sur le plateau de Saclay à quelques kilomètres

du lieu actuel.

Une nouvelle chaire « Captage, transport et stockage

du CO 2 », associant MINES ParisTech, le BRGM, l’Université

du Havre et l’École des Ponts ParisTech, a été créée en

partenariat avec Air Liquide, EDF, GDF Suez, Lafarge, Total,

le Grand Port Maritime du Havre, la Ville du Havre, et

la Communauté de l’Agglomération Havraise.

Le CEP et le CGS vont travailler ensemble sur l’évolution

mensuelle et future du premier indicateur carbone

de la consommation des Français, dans le cadre du projet

ECO2Climat mené en partenariat avec le cabinet Carbone

4 et TF1. Cet indicateur a été lancé dans le journal de 20 h

de TF1 le 7 décembre 2009, jour de l’ouverture du sommet

de l’ONU sur le climat à Copenhague.

Projet Pil_Ansu® : Captage du co 2 par antisublimation

Le projet Pil_AnSU (pilote d’antisublimation) a été sélectionné

dans le cadre de l’appel à manifestations d’intérêt de l’ADEME

comme pilote de captage du CO 2 apte à capter 10 000 t/an.

Ce projet rassemble Alstom, EDF, GDF Suez et le Centre énergétique

et procédés de MINES ParisTech. Au cours de l’année

2009, les travaux de recherche préalables ont abouti à l’installation

d’une unité mobile sur un site EDF (cf. illustration ci-contre),

permettant de refroidir 300 m 3 /h de fumées, afin d’étudier les

polluants captés et d’effectuer ainsi la conception des premiers étages de refroidissement en y incluant la dépollution. Ce premier pilote

devrait entrer en fonctionnement en septembre 2011.

Contact : Denis Clodic (axe 1)

Impacts environnementaux de la consommation d’un pays à l’échelle mondiale

Cette carte représente la répartition régionale, en pourcentage, des activités économiques et des impacts environnementaux induits

par la production des biens et services en Allemagne. Les impacts environnementaux sont exprimés en termes d’émissions de carbone,

d’oxydes d’azote (NOx) et de souffre (SOx), de potentiel de réchauffement global (GWP : Global Warming Potential) et de diminution de

durée de vie de l’homme (DALYs : Disability Adjusted Life Years impacts). C’est le premier exemple existant d’évaluation d’impacts environnementaux

dans leur dimension géographique, obtenu par Damien Friot dans le cadre d’une thèse soutenue en décembre 2009. Les

travaux ont été menés en collaboration avec l’UNEP (United Nations Environment Programme), dans le cadre du projet TREI-C (Tracking

Environmental Impacts of Consumption).

Contact : Isabelle Blanc (axe 2)


Matériaux homothétiques et architecturés en acier inoxydable

Réalisations de structure homothétique effectuées au Centre des matériaux (MAT). Des mousses de nickel ont été dupliquées, à

l’échelle 20, à partir d’un fichier issu de la microtomagraphie X.

Mousse de nickel Fichier 3D Mousse base nickel x20

Microtomographie X

Fabrication SLM

La machine permet la fabrication de matériaux architecturés dont le design correspond à la fonction requise.

Département Mécanique et matériaux

Responsables du département : Jean-François Agassant (Sophia Antipolis), Georges Cailletaud (Évry)

Les civilisations anciennes ont été classées en fonction de la

nature des matériaux qu’elles utilisaient ainsi que des techniques

d’élaboration et de façonnage qu’elles maîtrisaient.

La technologie de nos sociétés contemporaines repose plus que

jamais sur la capacité d’élaborer, de mettre en forme et de

contrôler des matériaux toujours plus variés et sophistiqués.

l a science des matériaux évolue à un rythme élevé :

■■

dans son objet même car de « nouveaux matériaux » apparaissent régulièrement

et même les matériaux plus traditionnels subissent des transformations,

à la fois en composition chimique, microstructure, si bien que

tous les matériaux peuvent être considérés comme nouveaux ;

■■

dans les procédés d’élaboration et de mise en forme, toujours plus

ingénieux et qui comportent un nombre croissant de dispositifs de

régulation permettant un contrôle des processus et une optimisation

du produit final ;

■■

dans la caractérisation expérimentale et la modélisation du

comportement des matériaux, indispensable pour la compréhension

et la prédiction des phénomènes physiques à différentes

échelles ;

■■

dans ses méthodes où la simulation numérique intervient pratiquement

à tous les stades de la conception, depuis le choix de la molécule

jusqu’aux propriétés d’emploi, en passant par les procédés de

mise en forme, les lois de comportement et l’analyse des conditions

de sollicitation.

Matériau

homothétique.

Matériau

architecturé en

acier inoxydable.

La recherche en mécanique

et matériaux à MINES ParisTech

Elle est répartie dans trois laboratoires, le Centre

des Matériaux à Évry, Le Centre de Mise en forme

des Matériaux à Sophia Antipolis et le laboratoire

de Mécanique des Solides, commun à MINES

ParisTech et à l’École polytechnique.

Elle s’intéresse à une grande variété de matériaux

et couvre largement les thèmes allant de

l’élaboration aux propriétés d’emploi, en passant

par la mise en forme et la caractérisation de leurs

propriétés physiques et fonctionnelles ainsi que leur

comportement mécanique. L’objectif est à la fois de

contribuer à la résolution des problèmes concrets

du milieu industriel par une approche mettant en

œuvre les connaissances technologiques concrètes

et les méthodes scientifiques les plus pointues, et de

dispenser une formation complémentaire opérationnelle

(thèse ou mastère spécialisé).

La connaissance et l’expérience accumulées

au cours des études applicatives sont en général

transposables à des domaines voisins et permettent

ainsi de s’adapter aux changements technicoéconomiques.

MÉCANIQUE ET MATÉRIAUX


66 MÉCANIQUE ET MATÉRIAUX : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Une réputation internationale

Les laboratoires de MINES ParisTech ont acquis une réputation

internationale dans leurs domaines et une place

importante dans la communauté française. Ils sont tous

les trois associés au CNRS. Ils poursuivent leur mission de

formation et de recherche avec l’appui de l’industrie française.

Les collaborations sont nombreuses avec des entreprises

internationales, grâce notamment aux programmes

de recherche de l’Union européenne.

Des thèmes de recherche novateurs

Les équipes de recherche de nos laboratoires ont largement

contribué au développement des méthodes d’analyses théoriques

en vue de la modélisation :

■■

en mécanique des milieux continus et en thermique ;

■■

en analyse numérique par éléments finis ;

■■

en calcul des structures et en mécanique des fluides ;

■■

en modélisation analytique et numérique appliquée au calcul de

structures et à la simulation des microstructures.

Au plan physique et expérimental les efforts ont surtout

porté sur :

■■

la caractérisation du comportement et des propriétés mécaniques

et fonctionnelles des matériaux à travers des essais instrumentés en

mécanique, rhéologie et tribologie ;

■■

les études de procédés de fabrication et d’assemblage ;

■■

l’observation, la quantification et la modélisation des micro structures

et de leur évolution ;

■■

la science des surfaces et des interfaces.

Une grande diversité de matériaux et de

procédés de mise en forme

La structuration en disciplines scientifiques permet de traiter

une large gamme de matériaux et d’aborder de nombreux

types d’applications intéressant l’industrie :

■■

métaux et alliages ;

■■

polymères et mélanges de polymères d’origine fossile ou biosourcés

et, plus récemment, biomatériaux ;

■■

composites à matrice métallique ou organique ;

■■

céramiques, verres, matériaux de construction et réfractaires ;

■■

matériaux agro-alimentaires ;

■■

structures multimatériaux.

Les procédés de mise en forme des matériaux les plus

étudiés sont :

■■

pour les métaux : laminage, forgeage, emboutissage, hydroformage,

fonderie, soudage ;

■■

pour les polymères et certains composites : calandrage, extrusion, injection

dans les moules, thermo formage, RIM, RTM, extrusion soufflage.

Des moyens numériques et expérimentaux à

la pointe

L’École a amplifié au cours du temps ses moyens d’études,

nécessaires à une recherche de qualité. Parmi ceux-ci,

notons :

Rhéométrie - Tribométrie - Propriétés mécaniques

■■

rhéomètres, capillaires à précisaillement, rotatifs, élongationnel,

rhéo-optique ;

■■

tribomètre rotatif, machine de fatigue thermomécanique, machine

d’usure des aciers à outil, mesure de coefficient de frottement

métal-polymère, rugosimètre ;

■■

essais mécaniques (traction, traction-compression, torsion biaxiaux)

dans de grands domaines de vitesse (jusqu’à 25 m/s), certains adaptés

à des mini-nanoéprouvettes ; dûreté à froid et à chaud ; essais de

fatigue fluage, certains sous atmosphère contrôlée (jusqu’à 2300 °C).

Caractérisation physique

■■

microscopes électroniques en transmission, en particulier à « résolution

atomique » et à balayage ;

■■

techniques d’analyse : Tof Sims, rayons X, infrarouge, microscope de

Castaing équipé de 4 spectromètres, diffusion de lumière aux petits

angles, analyse enthalpique différentielle ;

■■

mesures de déformation par corrélation d’images ;

■■

visualisation d’écoulement et de déformations : anémométrie laser

doppler, biréfringence d’écoulement, caméra rapide, extensomètre

vidéométrique, dispositif de corrélation d’images.

Procédé

■■

projection thermique par plasma sous atmosphère controlée ;

■■

projection dynamique par gaz froid « Cold Spray » ;

■■

machine de choc laser pour essai d’adhérence, plateforme de fabrication

laser et d’étude de fusion sélective de lit de poudre.

Élaboration et mise en forme

■■

métaux : presse d’emboutissage de laboratoire (30T), plateau de

coulée, machines d’hydroformage de tubes et de tôles, filage à

chaud de tubes et de barres ;

■■

polymères : presse à injecter, extrudeuses monovis, bivis, prototype

instrumenté de soufflage bi-étirage de bouteilles, machine d’étirage

soufflage ;

■■

machine de fabrication de monocristaux (Brigman 1600 C).

Moyens numériques

■■

plusieurs clusters de calcul parallèle ; des logiciels de référence

(Forge 3, Rem3D, Zebulon, Zetmat, CIMLIB, THERCAST…).

Formations doctorales

Sciences et génie des matériaux :

Responsables : Esteban Busso, Évry et Jean-Marc Haudin, Sophia

Antipolis.

Mécanique numérique

Responsable : Thierry Coupez, Sophia Antipolis.

Mécanique

Responsable : David Ryckelynck, Évry

Mastères spécialisés (MS)

Compumech

Responsable : François Bay, Sophia Antipolis.

Comportement des matériaux et dimensionnement

des structures

Responsable : Jacques Renard, Évry.

Material engineering

Responsable : Jean-Marc Haudin, Sophia Antipolis.


Unité Mixte de recherche CNRS (UMR 7635)

Directeur : Yvan CHASTEL

Directeurs adjoints : François Bay, Thierry Coupez,

et Patrick Navard

Téléphone 04 93 95 74 18

Courriel cemef@cemef.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CEMEF/

Enseignants chercheurs 29

Autres personnels 44

Doctorants MINES ParisTech 75

Autres étudiants 21

(y compris les Formations spécialisées)

Centre de mise en forme

des matériaux


(MINES ParisTech – CEMEF)

La recherche partenariale est une volonté affichée

du CEMEF : les études réalisées dans ce cadre

permettent simultanément la résolution de problèmes

industriels d’actualité ainsi que des avancées

scientifiques amont telles que le développement de

nouvelles méthodes numériques, de nouvelles lois

de comportement et de frottement, de nouvelles

lois physiques d’évolution des matériaux.

Les travaux du CEMEF ont été évalués par l’AERES

en 2008 et classés A+.

67

Les domaines d’expertise du CEMEF couvrent les procédés

et les opérations de transformation des matériaux.

Les études abordent les différentes classes de

matériaux (métaux, polymères, composites, verres,

cristaux liquides) et leurs évolutions lors de la mise

en forme (microstructure, rhéologie, comportement),

l’impact de ces transformations sur leurs propriétés

d’emploi et les problèmes d’interface entre le matériau

et les outils (frottement, contact). Le Centre

développe des essais de laboratoire spécifiques, des

prototypes semi-industriels à différentes échelles et

des logiciels de simulation numérique des procédés.

Nous étudions par exemple les procédés de mise en

forme et leurs opérations annexes pour les polymères

tels que l’extrusion, l’injection, le soufflage, le filage,

pour les polymères. Nous nous intéressons également

aux procédés de mise en forme des métaux tels que

forgeage, laminage, emboutissage, hydroformage,

fonderie, ou coulée continue.

Les recherches sont réalisées dans le cadre de

contrats industriels et de projets financés par les

instances publiques telles que l’Agence nationale pour

la recherche et la Commission européenne dans les

secteurs suivants : métallurgie, matières plastiques,

chimie fine, emballage, aéronautique, automobile,

énergie (équipements pour le nucléaire et les énergies

fossiles). Le CEMEF participe également à sept pôles

de compétitivité.

Formation

Le CEMEF s’implique fortement dans la formation :

■■

il participe à la formation des ingénieurs-élèves du corps des

Mines et des ingénieurs civils (option Sciences et génie des

matériaux, MIG).

■■

il est à l’origine et anime deux mastères spécialisés. Le

mastère Matériaux et mise en forme devient Materials

Engineering et ses cours sont tous délivrés en anglais

depuis la rentrée 2009. Il combine approches mécaniques

et physiques dans une démarche pluridisciplinaire (Jean-

Marc Haudin). Le mastère Computational Mechanics

forme au calcul scientifique appliqué à la mécanique et à

la thermique (François Bay).

■■

il est impliqué dans le Master Physique des matériaux,

mécanique et modélisation numérique cohabilité avec

l’UNSA, notamment en 2 e année du parcours Recherche

(M2R) ainsi que dans le Master Materials Engineering

Sciences in Paris (MAGIS) en collaboration avec l’UPMC, Arts

et Métiers ParisTech, l’ENS Cachan, Centrale Paris et École

polytechnique.

■■

il anime deux formations doctorales de MINES ParisTech :

Sciences et génie des matériaux (Jean-Marc Haudin) et

Mécanique numérique (Thierry Coupez) qui s’intègrent dans

l’école doctorale Sciences fondamentales et appliquées de

l’UNSA.


68 MÉCANIQUE ET MATÉRIAUX : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Recherche

Les activités de recherche au Cemef sont menées au

sein de 9 équipes de recherche :

■■

Rhéologie – Polymères – Procédés : Bruno Vergnes,

Jean-François Agassant, Rudy Valette, Michel Vincent

■■

Physico-chimie des polymères : Patrick Navard, Tatiana

Budtova, Edith Peuvrel-Disdier

■■

Métallurgie – Structure – Rhéologie : Roland Logé, Yvan

Chastel, Nathalie Bozzolo, Marc Bernacki

■■

Structures et propriétés dans les procédés de

solidification : Charles-André Gandin, Jean-Marc Haudin

(conseiller scientifique)

■■

Surfaces et Tribologie : Pierre Montmitonnet, Alain Burr,

Evelyne Darque-Ceretti, François Delamare (conseiller

scientifique), Eric Felder, Bernard Monasse, Monique Repoux

■■

Thermo-mécanique et plasticité : Michel Bellet, Elisabeth

Massoni

■■

Mécanique physique des polymères industriels : Noëlle

Billon, Jérôme Bikard

■■

Modélisation mécanique et multiphysique : François Bay,

Pierre-Olivier Bouchard, Katia Mocellin, Yannick Tillier

■■

Calcul intensif en mise en forme des matériaux : Thierry

Coupez, Lionel Fourment, Patrice Laure, Hugues Digonnet,

Luisa Silva, Rudy Valette, Marc Bernacki, Elie Hachem

Les activités menées au sein de ces équipes se

structurent autour de différents thèmes se situant à

l’interface entre matériau, procédé et modélisation

numérique - ce qui structure nos principaux axes de

recherche présentés ici.

Le matériau dans ses différentes phases

La description de l’évolution du matériau lors des

transformations (solidification des alliages métalliques,

cristallisation des polymères, traitements thermiques)

fait très souvent l’objet d’approches couplant

analyse expérimentale et approche numérique, en

particulier avec les approches de type « matériau digital

» (DigiMicro ® ).

Des pièces mécaniques allégées aux performances améliorées

Une approche basée sur l’interaction produit-process

Contact : pierre-olivier.bouchard@mines-paristech.fr

Les nouvelles normes automobiles européennes imposent une réduction du poids des véhicules, tout en assurant des

performances mécaniques de plus en plus élevées. Dans ce contexte, il s’avère nécessaire d’améliorer la résistance des pièces

de structure des véhicules et d’optimiser leur phase de conception.

Une chaîne de simulations numériques, intégrant modélisation des procédés de mise en forme et dimensionnement en

service, a été mise en place. Les résultats thermomécaniques et microstructuraux de la phase de mise en forme sont utilisés

comme données d’entrée pour améliorer la prédiction du comportement de ces pièces en service. Ce dimensionnement

au plus juste des propriétés en service permet alors d’optimiser les phases de conception pour obtenir des pièces à la fois

plus légères et plus robustes.

La conjonction de 2 projets importants coordonnés par le CEMEF, l’un européen (VIF-CA avec 29 partenaires académiques

de 17 pays européens et de 20 partenaires industriels sur le ‘Virtual Intelligent Forging’) et l’autre de l’ANR (Optiforge avec

3 laboratoires et 6 partenaires industriels) a impulsé une nouvelle dynamique à la thématique de la prise en compte du

procédé de mise en forme dans l’étude de la tenue en service d’une pièce.

Histoire thermomécanique des matériaux

Procédés de

mise en forme

Propriétés microstructurales induites

Dimensionnement

des structures

Préforme Écrasement Écrasement

Ébavurage Finition Ébauche Cambrage


MINES PARISTECH – CEMEF

69

Études physico-chimiques

De nombreuse études en cours portent sur la

physique, physico-chimie et rhéologie de polysaccharides

(cellulose, amidon, aérogels de cellulose,

mélanges de polymères naturels) et de certains

polymères (mélanges, composites) lors de leur

mise en forme.

Surfaces, revêtements, tribologie

La caractérisation des surfaces des matériaux en

termes de propriétés mécaniques et chimiques, du

micromètre au nanomètre permet d’analyser les

phénomènes de surface et d’interface - entre autres

ceux qui sont liés au contact produit/outils dans les

procédés de mise en forme et d’assemblage des matériaux

: frottement, lubrification, usure, évolution de

composition superficielle ou de rugosité, adhérence.

La plate-forme expérimentale a été renouvelée pour

associer AFM, XPS, ToF-SIMS, MEB et MET.

Comportement mécanique

des matériaux

La détermination du comportement mécanique des

matériaux est menée dans des conditions représentatives

des procédés, à l’aide de moyens d’essai adaptés

pour les métaux (torsion, traction) comme pour

les polymères à l’état solide ou fondu (rhéomètres

capillaires et élongationnels...). Elle s’appuie sur des

méthodes d’analyse inverse et la mise au point de

nouveaux modèles physiques. Ces études concernent

les métaux (à chaud ou à froid), les polymères,

ainsi que des matériaux à matrice polymère

de complexité croissante (matériaux chargés fibres,

mousses…).

Les procédés de mise en forme des

métaux et des polymères

Les recherches menées couplent des approches

numériques et expérimentales pour permettre

d’analyser et d’optimiser les procédés industriels ;

elles donnent lieu au développement de logiciels

de simulation. Côté métaux, les procédés traités

couvrent les procédés de mise en forme à l’état

solide - forgeage, laminage, martelage, emboutissage,

hydroformage, fluotournage…ainsi que les procédés

de fonderie ou encore la coulée continue. Côté

polymères, l’analyse porte sur les procédés tels que

l’extrusion ou l’injection de matériaux complexes.

Par ailleurs, une activité importante se développe

autour des procédés d’assemblage mécanique

et de soudage.

La chaîne procédé – tenue en service

Les outils de modélisation des procédés, couplés

à un suivi et une modélisation des évolutions

microstructurales au cours des procédés, permettent

d’envisager la mise en place de chaînes virtuelles

allant de l’élaboration et de la mise en forme des

matériaux jusqu’à la tenue en service des pièces,

et l’optimisation à terme de la tenue en service.

L’ensemble de cette chaîne a été mis en œuvre dans

plusieurs cas : forgeage, assemblage par déformation

plastique… La modélisation des phénomènes

d’endommagement (multi-échelles, modèles non

locaux...) et des techniques de propagation de fissures

est également menée dans ce cadre.

La modélisation des couplages

multiphysiques

La modélisation des couplages thermiques, chimiques,

métallurgiques se poursuit dans le cadre des

procédés de mise en forme et des procédés connexes

: les procédés de chauffage et de traitements

thermiques (couplages électromagnétiques en

chauffage par induction avec la mise en place de

solveurs des équations de Maxwell basées sur des

éléments finis d’arête), interaction fluide/structure

pour les procédés de chauffage en four et

de trempe (avec la résolution des équations de

Navier-Stokes par des méthodes variationnelles

multi-échelles).

Les défis numériques

La recherche de performances accrues en

termes de précision et temps calcul nécessite

de nouveaux algorithmes de contact, formulations

ALE, solveurs performants (schémas multigrilles…),

méthodes explicites pour la simulation

de procédés à grande vitesse, méthode « level

set » et immersion de domaines en conjonction

avec les recherches sur la génération et l’adaptation

de maillages anisotropes… Les développements

sur le calcul massivement parallèle se

poursuivent en s’appuyant sur le développement

de la librairie CimLib. La modélisation de

comportements spécifiques en biomécanique

engendre également de nouvelles problématiques.

Enfin, les méthodes d’analyse inverse

pour l’identification de paramètres et d’optimisation

pour les procédés constituent également

un champ important de recherches.

Principaux outils de modélisation : Forge3 ® ,

Thercast ® (fonderie), Rem3D ® (injection), Ludovic,

Ximex (extrusion).


70 MÉCANIQUE ET MATÉRIAUX : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Amélioration du rendement des procédés d’extrusion

Analyse de l’impact du procédé sur l’aspect de surface des produits

Contact : bruno.vergnes@mines-paristech.fr,

evelyne.darque-ceretti@mines-paristech.fr

100 μm

L’extrusion de certains polyéthylènes (généralement linéaires)

entraîne, à partir d’un certain débit, l’apparition de défauts d’aspect

(le principal étant un défaut de surface, dit de « peau de

requin ») qui limitent les rendements de production. Les travaux de

thèse de Claire Dubrocq-Baritaud, en collaboration avec la société

ARKEMA, ont concerné l’utilisation d’additifs fluorés, appelés Polymer

Processing Aids (PPA), utilisés pour supprimer ces défauts et permettre

ainsi d’augmenter la productivité. Les études menées ont permis

de définir les modes d’action de ces PPA et de déterminer les paramètres

influant sur leur efficacité. Ceci conduit bien entendu à une

amélioration de la formulation de ces additifs, en termes de composition

chimique, morphologie, comportement rhéologique... Grâce à

ce travail, riche en résultats scientifiques originaux et de haut niveau,

les connaissances d’ARKEMA dans le domaine des mécanismes d’élimination

de défauts d’extrusion par l’utilisation d’additifs fluorés se

sont considérablement enrichies.

100 μm

Morphologie des dépôts de PPA à la paroi de la filière, pour différentes

formulations.

100 μm

Faits marquants

■■

Claire Dubrocq-Baritaud a été distinguée deux fois pour sa

thèse Mécanismes d’action de «Polymer Processing Aids» fluorés

durant l’extrusion d’un polyéthylène basse densité linéaire:

études expérimentales et interprétations, dirigée par Bruno

Vergnes (groupe Rhéologie-Polymères-Procédés) et Evelyne

Darque-Ceretti (groupe Surfaces et tribologie). Elle a reçu le

prix de thèse annuel du GFR (Groupe français de rhéologie)

lors de son colloque annuel à Strasbourg du 4 au 6 novembre

2009. Elle est également lauréate du prix de thèse ParisTech,

décerné le 18 novembre 2009 (cf. encadré ci-dessus).

■■

La chaire industrielle de recherche et d’enseignement

Bioplastiques a été inaugurée à MINES ParisTech le 12 juin

2009, lors d’une table ronde réunissant les partenaires industriels,

Arkema, L’Oréal, Nestlé, PSA Peugeot Citroën et Schneider

Electric.

■■

La chaire industrielle de recherche et d’enseignement

Matériaux pour le nucléaire a été inaugurée le 7 décembre 2009.

Il s’agit d’une chaire MINES ParisTech (Centre des matériaux et

Centre de mise en forme des matériaux) et Areva NP.

■■

Le réseau européen d’excellence sur les polysaccharides,

EPNOE, est devenu EPNOE Association (loi de 1901) depuis le 1 er

novembre 2009, avec un fonctionnement autonome grâce à la

participation financière de ses membres industriels.

■■

Le CEMEF a fêté les trente ans d’association MINES ParisTech/

CNRS en organisant la première Journée jeunes chercheurs

azuréens en Sciences des matériaux, le 17 novembre 2009.

Chercheurs et doctorants des différents laboratoires régionaux

y ont participé.

■■

Pierre Montmitonnet reçoit une prime d’excellence scientifique

du CNRS pour la période 2009-2013.

■■

Le CEMEF a organisé, sous la houlette de Noëlle Billon, le 22 e

DEPOS (congrès sur la déformation des polymères solides) à la

Colle sur Loup, du 18 au 20 mars 2009.


Directeur : Esteban P. BUSSO

Directeur adjoint : Yves Bienvenu

Unité mixte de recherche CNRS (UMR 7633)

Directeur de l’UMR : Georges Cailletaud

Secrétaire générale : Anne Piant

Téléphone 33(0)1 60 76 30 00

Courriel mat@mat.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/MAT

Enseignants chercheurs 33

Autres personnels 69

Doctorants MINES ParisTech 101

Doctorants autres établissements 4

Autres étudiants 10

(y compris les Formations spécialisées)

Le Centre des matériaux est situé, depuis sa création

en 1967, sur le site d’Évry-Corbeil de la Société

SNECMA du groupe SAFRAN. Ses activités concernent

principalement les matériaux de structure utilisés

dans les secteurs de l’aéronautique, l’énergie, l’automobile

et la mécanique. Des études concernent

également des matériaux possédant des propriétés

ou des morphologies particulières pour la génération

et stockage de l’énergie, les filtres et systèmes catalytiques

pour moteurs thermiques mais aussi pour

les composants pour l’électronique, entre autres. La

majeure partie des actions est réalisée en collaboration

avec de grands groupes industriels, mais de

nombreux travaux concernent aussi les PME-PMI.

Le Centre est associé au CNRS dans le cadre d’une

Unité mixte de recherche (UMR 7633) du département

des Sciences pour l’ingénieur appartenant à

la Fédération francilienne des laboratoires en mécanique

et matériaux dont l’objectif est de coordonner

les initiatives des laboratoires de l’Île-de-France

travaillant sur cette thématique.

Centre des matériaux PM FOURT


(MINES ParisTech – MAT)

L’ambition du Centre est de réaliser une recherche

scientifique de qualité profitant à l’industrie

et à la société. Ses ressources contractuelles représentent

près de 50 % d’un budget global d’environ

13 millions d’euros et résultent d’accords avec des

partenaires industriels dans le cadre de programmes

bilatéraux ou dans celui de programmes de l’Agence

nationale pour la recherche, des Instituts Carnot, de

la DGA, des pôles de compétitivité et des programmes

européens.

Son personnel scientifique offre un vaste domaine

de compétences (chimistes, physiciens, métallurgistes,

mécaniciens, numériciens…). Le Centre dispose

d’un ensemble important d’équipements d’élaboration

et de traitement, d’analyses microstructurales,

d’essais mécaniques et de calcul numérique, servi

par des personnels techniques nombreux et hautement

qualifiés, permettant de répondre à une large

palette des besoins de recherche en matériaux et

mécanique. Le renouvellement du personnel permanent

du Centre s’accélère et de nouvelles thématiques

émergent, dont celle des biomatériaux et des

nanomatériaux.

L’activité de recherche est caractérisée par une

étroite complémentarité entre l’approche expérimentale

et la modélisation des phénomènes. Les

résultats sont de plus en plus fréquemment intégrés

dans des codes de calculs numériques. En particulier,

l’ensemble des logiciels structurant «Z-set»

est désormais utilisé dans de nombreux centres de

recherche, publics ou industriels et par les bureaux

d’études. Avec les contrats industriels de recherche,

la diffusion et l’exploitation de ce code représentent

une part très significative de la valorisation industrielle

des travaux scientifiques du Centre.

71

Le Centre a été noté A+ lors de la dernière

évaluation faite par l’AERES. Il est partenaire des

pôles de compétitivité constitués en Île-de-France

(pôles SYSTEM@TIC, ASTech, MOVE’O, EMC2, I-TRANS)

et du pôle scientifique d’Évry Vals de Seine qui

regroupe aussi l’Université d’Évry, l’INT, l’ENSIEI

et le Genopole.

Formation

Les activités de formation concernent le cycle

des élèves ingénieurs civils, le nouveau master

recherche Materials and Engineering Sciences in Paris

(MAGIS), partagé avec des laboratoires franciliens


72 MÉCANIQUE ET MATÉRIAUX : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

de mécanique et matériaux, le master recherche

Nuclear Energy, monté par ParisTech, Orsay,

Centrale Paris et l’INSTN, le Mastère spécialisé

Comportement des matériaux et dimensionnement

des structures (COMADIS), et le doctorat dans la

spécialité Sciences et génie des matériaux (500 thèses

environ préparées au Centre depuis sa création).

Le Centre assure également de nombreuses activités

de formation continue, en particulier dans

le cadre du CACEMI.

Le Centre entretient des relations suivies avec

plusieurs grandes universités étrangères. Il a ainsi

accueilli des visiteurs étrangers de différentes nationalités

et plusieurs enseignants chercheurs ont fait

des séjours à l’étranger (MIT, Berkeley, Georgia Tech,

universités européennes et asiatiques).

Recherche

Les travaux des équipes de recherche et du groupe

de valorisation présentés ici, visent la compréhension

des phénomènes et des processus permettant

d’expliquer et de prévoir le comportement des matériaux

en fonction des sollicitations mécaniques, thermiques

et de l’environnement souvent corrosif. Ce

comportement résulte de leur composition, mais

aussi du processus d’élaboration et de transformation

thermomécanique que l’on cherche à optimiser.

La maîtrise des matériaux repose, d’une part, sur les

procédés d’élaboration (l’amélioration de la pureté

des alliages et le contrôle des microstructures ont

un effet bénéfique considérable sur leurs propriétés

mécaniques) et, d’autre part, sur la connaissance de

leur comportement dans les conditions de sollicitation

aussi proches que possible de celles rencontrées

en service. La notion de performance des matériaux

s’est progressivement effacée au profit de celles de

fiabilité et de préservation de l’environnement.

Si cette liaison est évidente, on oublie généralement

que l’augmentation du rendement des

machines ou de la durabilité des objets, due à l’augmentation

des performances des matériaux, est l’un

des principaux facteurs de progrès. Les développements

récents en génie des matériaux sont le fruit

d’une collaboration entre physico-chimistes, métallurgistes,

mécaniciens et numériciens. Cette association,

outre la formation de jeunes scientifiques

intégrant les quatre cultures, a permis des avancées

significatives par :

■■

la prise en compte de lois représentatives du comportement

d’une variété de plus en plus vaste de matériaux (métaux et

alliages, céramiques, polymères, composites, tissages, multimatériaux...)

et d’assemblages (soudage, brasage, collage...)

dans des conditions complexes de sollicitation (grandes

déformations, fluage, fatigue...) pour le dimensionnement

des composants et des structures ;

■■

l’intégration de la notion de défauts et d’endommagement

dans l’évaluation de la fiabilité ;

■■

le développement des approches « micro-macro ou multiéchelles

» qui déduisent, à partir de caractéristiques microstructurales,

les propriétés macroscopiques (mécaniques ou

physiques) ;

■■

le développement des approches multi-physiques qui

permet, à partir d’une compréhension des mécanismes

physiques de couplage entre la microstructure, par exemple,

et la diffusion, de prédire le comportement et la durée de vie

des matériaux ayant des structures complexes ;

■■

le développement et la validation du concept d’approche

locale de la mécanique de la rupture qui intègre les caractéristiques

microstructurales dans les processus d’endommagement

et de fissuration.

L’amélioration des performances des ordinateurs

permet maintenant de traiter des problèmes industriels

prenant en compte une géométrie complexe,

une représentation fine du matériau et la variabilité

des sollicitations mécaniques et thermiques.

Équipe Surfaces, interfaces

& procédés (SIP)

Marie-Hélène Berger, Yves Bienvenu,

Christophe Colin, Cécilie Duhamel,

Vincent Guipont, Michel Jeandin, Alain Thorel

L’objectif des recherches est de relier les procédés

par ses paramètres aux propriétés d’emploi, via la

microstructure. L’élaboration et la mise en forme

impliquent des transformations de phase (solidification,

polymérisation, cristallisation...) à l’équilibre

on non, des réactions entre phases (élaboration

ou assemblage réactif) et souvent le passage de

l’état de poudre à celui de matériaux denses ou à

porosité maîtrisée. L’étude des interfaces (joints

de grains, interfaces hétérophases) est indispensable

pour comprendre le frittage, l’infiltration

d’un solide par un liquide et les assemblages de

matériaux. L’approche scientifique repose sur la

thermodynamique des volumes, des surfaces et

interfaces, sur la cinétique des transferts de chaleur

et de matière, sur la physico-chimie de la matière

condensée et sur la mécanique des matériaux. Ces

approches globales de l’élaboration, mais aussi du

vieillissement des matériaux en service, prennent

en compte divers phénomènes physico-chimiques

quantifiables au laboratoire, comme la capillarité,

le mouillage et la rhéologie, les changements de

phase, la diffusion (solide, liquide et gazeuse), la

déformation et la réactivité.


MINES PARISTECH – MAT

73

Équipe Matériaux & mécanique (MM)

Jacques Besson, Sabine Cantournet, Laurent Corté,

Jérôme Crépin, Lucien Laiarinandrasana,

Anne-Françoise Lorenzon, Yazid Madi,

Thilo Morgeneyer, André Pineau, Henry Proudhon

Cette équipe se situe à la frontière entre l’étude physique

et structurale des matériaux et la mécanique des

milieux continus. Elle utilise une approche originale

combinant intimement la caractérisation expérimentale

des mécanismes physiques gouvernant le

comportement des matériaux et leur interprétation

à l’aide de modèles analytiques et numériques.

La majorité des études menées à ce jour concernent

autant les alliages métalliques que les polymères

thermoplastiques ou élastomères pour les secteurs

de l’aéronautique, de la production d’énergie électrique,

pétrolière et gazière ou encore des moyens de

transport terrestres. Plus récemment, ce champ de

recherche s’est élargi à de nouvelles problématiques

liées à la matière molle et aux biomatériaux.

Voici quelques-uns des principaux thèmes et

matériaux étudiés par l’équipe :

■■

mécanismes et mécanique de la plasticité et de la viscoplasticité

monotone et cyclique ;

■■

endommagement sous chargement cyclique ;

■■

la rupture, étudiée principalement selon la méthodologie de

l’approche locale développée au Centre des matériaux ;

■■

physico-chimie et mécanique de la matière molle et des

biomatériaux.

Équipe Comportement à hautes

températures (CHT)

Michel Boussuge, Alain Köster, Vincent Maurel,

Loïc Nazé, Luc Rémy

L’étude du comportement de matériaux à hautes

températures s’appuie sur une large panoplie de

moyens d’essais mécaniques sur éléments de volume

et sur structures, entre l’ambiante et 2000 °C, voire

au-delà, qui associe essais monotones, de fluage, de

relaxation, cycliques et sous chargements thermiques

et mécaniques combinés. Il s’agit de simuler expérimentalement,

de façon aussi réaliste que possible les

sollicitations attendues ou observées en service.

L’identification des mécanismes et des échelles

pertinentes des phénomènes nécessite le recours

aux observations microstructurales, à différentes

échelles, et à leur quantification, avant leur intégration

dans les outils de calculs de structure du Centre

ou de l’extérieur.

Le champ couvre aussi bien des matériaux métalliques

(aciers, alliages à base de nickel, de titane) et

non métalliques (céramiques, graphites, réfractaires,

cermets…) que des composites à matrice métallique

et des multimatériaux. Les pôles d’activité sont

le développement et la sélection de matériaux, la

détermination de lois de comportement mécanique

et d’endommagement en conditions isothermes ou

non, monotones ou cycliques.

Équipe Composites, Assemblages,

Modélisation (CAM)

Anthony Bunsell, Jacques Renard, Alain Thionnet

Les activités de l’équipe CAM couvrent l’ensemble des

domaines expérimentaux et théoriques nécessaires

à la connaissance et à la compréhension des mécanismes

physiques au sein des milieux dits « composites

». L’équipe est capable de traiter des études

à l’échelle de la microstructure, motivées par des

physico-chimistes, aussi bien qu’à l’échelle de la

structure, motivées par des mécaniciens.

Les principaux thèmes de recherche de l’équipe

sont :

■■

à l’échelle microscopique : l’analyse des constituants (caractérisation

et rupture des fibres, le comportement mécanique

à long terme des composites, le vieillissement), les

problèmes d’interface entre ces constituants (décollement,

ensimage) ;

■■

à l’échelle mésoscopique : la décohésion fibre/matrice,

l’endommagement des composites en général, les phénomènes

de fatigue et de vieillissement ;

■■

à l’échelle macroscopique : la caractérisation des assemblages

et de leur tenue dans le temps, le délaminage et les

effets de bords, le comportement en dynamique rapide,

l’écriture des lois de comportement des milieux anisotropes.

Ses thématiques de recherche sont structurées de

telle sorte qu’elles conduisent en toute fin, à la réalisation

de calcul sur des structures industrielles.

Équipe Comportement

& calcul de structure (CoCas)

Georges Cailletaud, Samuel Forest, Matthieu Mazière,

Henry Proudhon, David Ryckelynck

L’objectif est de disposer de bonnes représentations

du comportement et de la rupture des matériaux

dans des codes de calcul. On compte donc des études

avec une forte composante numérique incluant

le développement de logiciels, et des recherches

menées la plupart du temps en collaboration avec

d’autres équipes du Centre, permettant de mettre

en regard les modèles développés avec des résultats

expérimentaux. Les échanges se font également de

plus en plus nombreux avec des équipes extérieures,


74 MÉCANIQUE ET MATÉRIAUX : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

françaises ou étrangères, en particulier grâce aux

différents types de réseaux européens, qui permettent

des échanges d’étudiants et des thèses en cotutelle.

Tant pour les problèmes de comportement

que pour les problèmes de rupture, les méthodes

utilisées font appel à l’approche phénoménologique

et à l’approche micromécanique, la première

présentant l’avantage d’une plus grande facilité de

manipulation, la seconde de meilleures capacités de

prévision. Les thématiques abordées sont :

■■

modèles phénomélogiques ;

■■

milieux hétérogènes ;

■■

traitement de problèmes couplés ;

■■

réflexions sur la structure des codes.

Groupe Valorisation (VAL)

Farida Azzouz, Laurent Jeanfaivre, Djamel Missoum,

Nikolay Osipov, Stéphane Quilici

Le groupe VALorisation se situe à l’intersection de

la recherche et de la réalité industrielle. Ses activités

gravitent essentiellement autour du code de

calcul ZéBuLoN, spécialisé dans les matériaux aux

comportements non-linéaires. Se plaçant comme

une interface entre les laboratoires de recherche et

l’industrie, VAL intervient :

■■

dans le développement du code de calcul ZéBuLoN, partagé

entre l’ONERA, Northwest Numerics (Seattle, USA), et le Centre

des matériaux ;

■■

en amont ou en aval de thèses, dans le cadre de projets de

recherche en liaison avec les autres groupes de recherche du

Centre ;

■■

en tant que sous-traitant sur les thèmes de compétence du

Centre des matériaux, par le biais d’études ou d’expertises ;

■■

dans la distribution du code de calcul ZéBuLoN, impliquant

la maintenance, la gestion des licences ainsi que l’assistance

technique ;

■■

dans les formations dispensées sur les domaines d’application

du code de calcul ZéBuLoN.

Faits marquants

En 2009, 20 thèses de doctorat ont été soutenues ;

5 brevets déposés ; 2 chapitres d’ouvrage, 71 articles

ou actes de congrès publiés dans des revues

internationales à comité de lecture et 31 articles

dans des Actes de conférence.

Anthony Bunsell a reçu la médaille de Toulouse

et Midi Pyrénées pour ses contributions pendant

plus de trente ans à la recherche en France sur les

matériaux composites.

Luc Rémy a obtenu le prix Ugine René Castro,

fondé par la Société UGINE, du groupe ARCELOR-

MITTAL et attribué par la SF2M.

Abderrahmen Kaabi, doctorant au Centre des

matériaux, a reçu le prix spécial, décerné par l’association

GAMI de Supmeca Paris, pour le meilleur

poster à la conférence Innovation technologique et

systèmes de transport, ITT 2009. Ses travaux s’inscrivent

dans le projet MENKAR du pôle de compétitivité

Mov’eo et visent à la mise au point de l’électronique

de puissance des véhicules électriques.

Dans le cadre du programme FEDER In Europe et

avec le soutien de la Région Île-de-France, le Centre

des matériaux a acquis une machine de fabrication

rapide d’objets par méthode additive à partir de

fichiers CFAO suivant la technique de fusion sélective

de poudres (procédé SLM) (Investissement :

426 K€).

Grâce au soutien du Conseil général, un équipement

de choc laser a été acquis, permettant la

caractérisation de l’adhésion de matériaux et de

revêtements (investissement : 182 K€).

Enfin, le Centre des matériaux a pu réaliser l’acquisition

d’une plate-forme biaxiale pour mini ou

nano-éprouvettes dans le cadre d’un programme

SESAME financé par le Conseil régional, l’École, ARMI-

NES et le CNRS (investissement : 716 K€).


Laboratoire de mécanique des solides

Directeur : Bernard HALPHEN

Centre commun MINES PARIS-PONTS-X

Unité Mixte de Recherche CNRS/X

(UMR 7649), Département ST2I du CNRS

Téléphone 01 69 33 57 03

Courriel lms@lms.polytechnique.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/LMS

Enseignants chercheurs 7

Autres personnels 40

Doctorants autres établissements 30

Formation

(MINES ParisTech – LMS)

Près de la moitié des chercheurs permanents du laboratoire

participe, à plus d’un tiers de temps, à l’enseignement

du cycle d’ingénieur de l’École polytechnique. Le

laboratoire s’est fortement impliqué dans le montage

d’une nouvelle spécialité de master (Matériaux et sciences

de l’ingénieur « Magis », en partenariat avec l’ENS

Cachan, l’ENSAM, MINES ParisTech et l’UPMC). Le laboratoire

a aussi largement contribué à l’école thématique

CNRS Mesure de champs (8-12 juin 2009).

75

Le domaine de recherche du laboratoire porte sur la

mécanique des milieux continus, étudiée à des échelles

multiples du triple point de vue théorique, expérimental

et numérique. Le laboratoire se structure autour

de trois pôles de compétence.

Le pôle Comportement des matériaux et analyses

multi-échelles s’intéresse à la formulation de lois de

comportement ou de critères d’endommagement des

matériaux, à l’optimisation de leur microstructure,

tout comme à l’évaluation de l’impact des procédés

d’élaboration sur leur tenue mécanique. Cette activité

s’appuie sur la caractérisation des microstructures et de

leur hétérogénéité, l’étude expérimentale et la modélisation,

aux échelles pertinentes (souvent multiples) de

leurs mécanismes de déformation, d’endommagement

et de rupture ainsi que la mise en œuvre de techniques

de changement d’échelle.

Le pôle Comportement et durabilité des structures

s’intéresse à la modélisation de structures

complexes et à l’étude de leur comportement. Cette

activité est motivée par des applications industrielles

(notamment via des collaborations dans les domaines

automobile, ferroviaire, aéronautique, énergie, génie

civil). Dans ce cadre, des sujets tels que la fatigue,

l’expérimentation et l’analyse de la stabilité en dynamique,

l’identification et l’inversion, ont connu de

forts développements.

Le pôle Problèmes multidisciplinaires s’intéresse

aux nouveaux enjeux de la mécanique des solides:

milieux complexes – qu’ils soient granulaires, amorphes

ou autres – et développement de la complexité

dans ces matériaux, milieux actifs, mécanique de la

croissance, biomécanique des cellules et des tissus.

Recherche

Approches non itératives en identification de défauts.

Le travail porte, d’une part, sur l’étude de conditions

mathématiques d’identifiabilité de paramètres dans

un contexte viscoélastodynamique et, d’autre part,

sur le développement d’une méthode d’identification

qualitative, non itérative et reposant sur la notion de

gradient topologique, pour l’identification de fissures

à l’aide de données dynamiques. Cette approche se

met aisément en œuvre dans un cadre éléments finis

standard et permet un calcul d’identification beaucoup

plus rapide que les méthodes itératives d’inversion

classiques.

Mécanique des tissus mous. Il s’agit d’étudier le

lien entre propriétés mécaniques des tissus et leurs

compositions et structure microscopique. Deux collaborations

sont développées : une avec le CHU Lariboisière

à Paris (service de neurochirurgie), sur les

propriétés de la dure-mère et une avec le Laboratoire

d’optique et bioscience (LOB) à l’École polytechnique,

sur le tendon.

Modélisation numérique de la déformation

ductile de silicates bi-phasés. Il s’agit de représenter les

différents mécanismes de plasticité identifiés dans les

géomatériaux en torsion à haute température et pression.

Le modèle aux éléments finis prend en compte

les effets de forme, d’interactions et de comportement

fortement non linéaire d’inclusions rigides en forte

proportion (30 %) dans une matrice ductile à réponse

linéaire.

Modèle d’endommagement du verre borosilicate

employé pour la vitrification des déchets nucléaires.

Les propriétés visco-élastiques, d’endommagement et


76 MÉCANIQUE ET MATÉRIAUX : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

de rupture de ce matériau ont été identifiées dans une

large gamme de températures, au moyen d’essais de

flexion biaxiale à chaud. Une méthode énergétique de

prévision de l’accroissement, par multi-fissuration lors du

refroidissement des colis, de la surface potentiellement

accessible à l’eau, lors du stockage, a été proposée et validée.

Une formulation non locale du modèle d’endommagement

devrait, à terme, permettre de rendre compte

également de l’impact de cette multi-fissuration sur la

résistance résiduelle à la rupture différée du verre.

Développement de matériaux sandwich allégés. L’objectif

est de faire émerger une nouvelle classe de matériaux

entièrement métalliques élaborés à partir de tôles, selon

des procédés adaptés à une production de masse. Il s’agit

d’étudier la formabilité des tôles minces à structure sandwich,

dont le comportement en grandes déformations

est analysé expérimentalement et numériquement pour

déterminer l’architecture optimale de la couche centrale.

En raison de la présence de déformations résiduelles, l’emboutissage

de la couche centrale et ses conséquences sur le

comportement du sandwich sont également analysés en

détail. Le problème est abordé à de multiples échelles, au

moyen d’essais sous MEB ou conventionnels.

Rupture et criticalité. Il s’agit d’étudier le développement

microscopique anticipant la rupture finale par

l’analyse de la structure statistique des signaux acoustiques

intermittents générés par le système sous chargement

quasi-statique. L’idée technologique sous-jacente

au projet est d’établir un lien entre les phénomènes

précoces de dommage et de fatigue et le niveau de criticalité

du signal acoustique. Un des objectifs est d’identifier

la rupture par fatigue par le changement entre

deux régimes de fatigue sans échelle : l’un créé par des

dislocations et l’autre par des microfissures.

Le projet ANR Mixmodfatfis (2006-2009)

Ce projet qui a conduit à trois publications

internationales à comité de lecture, a permis de

mieux comprendre la fissuration par fatigue des

métaux en mode mixte (ouverture & cisaillement

plan), sous chargement proportionnel ou

non, et de développer une méthode de prévision

des trajets et vitesses de fissuration tenant

compte des interactions complexes entre les

deux modes.

La fissuration en mode de cisaillement plan et

antiplan combinés a également été abordée

sur des géométries tridimensionnelles. Des

lois cinétiques tenant compte des effets de

friction ont été établies pour un acier et un

alliage de titane.

Mode I

Mode I

Mode II + III

Taux de restitution d’énergie

(MPa.m)

0,005

0,004

0,003

0,002

0,001

0,000

0 2 4 6 8 10

Position le long du front (mm)

Faits marquants

meilleur article, décerné par la Society for Experimental

Mechanics.

Les travaux de Habibou Maitournam, sur le comportement

à la fatigue des structures, ont été distingués par le

prix Plumey 2009 de l’Académie des sciences.

L’article de D. Mohr et S. Henn, Calibration of Stresstriaxiality

Dependent Crack Formation Criteria: A New Hybrid

Experimental-Numerical Method, publié dans la revue

Experimental Mechanics, a reçu le prix Hetenyi 2009 du

L’équipe de Lev Truskinovsky a développé une

nouvelle modélisation du cycle de contraction musculaire.

L’originalité de l’approche a été de se placer dans

une dynamique de Langevin. Le modèle est une des

premières descriptions purement mécaniques des

quatre étapes du cycle de contraction de Lymn-Taylor

prenant en compte la biochimie de base du cycle de

contraction musculaire.


77

Réalité virtuelle et réalité augmentée

Philippe Fuchs, Laure Leroy, Alexis Paljic, Vincent Meyrueis, Nan Wang, Xue Cao, Pascaline Neveu

L’expertise en réalité virtuelle du Centre de robotique (CAOR) porte sur l’interfaçage comportemental de l’homme dans

un monde virtuel. En partenariat avec les équipementiers et les constructeurs d’automobiles dans le cadre du projet

IHS10, nos recherches ont eu pour résultats :

■■

l’amélioration de la vision stéréoscopique par traitement des fréquences spatiales et la validation de correspondance

entre un objet réel et sa modélisation en environnement virtuel. Les traitements d’images se font maintenant en temps

réel en exploitant les

« shaders » des cartes

graphiques ;

■■

la modification de

conception de produits

directement en immersion.

Entre autres, la possibilité

de modifier la forme de

surfaces en temps réel par

une interaction manuelle

et naturelle ;

■■

la mise en place d’une

nouvelle méthode d’insertion

d’images haute

résolution, en stéréoscopie,

dans un affichage de

résolution inférieure.

Les travaux du département sont très variés et s’articulent

autour des axes suivants :

■■

le traitement d’images ;

■■

le contrôle et l’optimisation ;

■■

les langages pour les technologies de l’information ;

■■

la bio-informatique.

Traitement d’images

Département Mathématiques et systèmes

Responsable du département : Pierre Rouchon – Responsable enseignement : Brigitte d’Andréa-Novel

Le Centre de morphologie mathématique

(CMM) étudie, comme son nom l’indique,

les techniques fondées sur la morphologie

mathématique et dont il est à l’origine avec les travaux

fondamentaux de Georges Matheron et Jean Serra. Cette

science s’appuie sur des méthodes stochastiques et algébriques

qui lui sont propres. Elle permet d’analyser des

images en identifiant et en modélisant les objets qui les

composent et en détectant certaines de leurs propriétés

structurelles. Les images traitées par la morphologie

mathématique sont très variées: radiographies d’objets

techniques ou biologiques, images de microscopie électronique,

analyse de scènes pour l’aide à la conduite

automobile. On assiste aujourd’hui à un retour

en force du traitement des images d’origine

médicale.

Le Centre de Robotique (CAOR) étudie,

quant à lui, des algorithmes permettant

l’analyse en temps réel de scènes tridimensionnelles

pour des applications associées à la

voiture intelligente (collaboration avec l’INRIA

dans le cadre de la Joint Research Unit LARA) et

aux systèmes de cartographie mobile. Le CAOR

a également développé une compétence en

matière de «réalité virtuelle» et de «téléprésence»

lui permettant de mettre en œuvre des

applications telles que l’opération de robots

à distance.

Contrôle et optimisation

L’automatique, domaine d’excellence historique

de l’École depuis la création par Rudolf

Kalman en 1968 du Centre Automatique et

Systèmes, a formé de nombreux responsables

de l’industrie et des organismes publics. Les

mathématiques et systèmes


78 MATHÉMATIQUES ET SYSTÈMES : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

trois centres impliqués dans ce vaste domaine sont le

Centre Automatique et Système (CAS), le Centre de

Mathématiques Appliquées (CMA) et le CAOR.

Au CAS, une partie importante des activités portent

sur le contrôle des systèmes physiques linéaires et

non linéaires avec comme thèmes : les systèmes différentiellement

plats, la stabilisation par feedback et

synthèse Lyapounov, les observateurs asymptotiques

et le filtrage invariant, la fusion de données,

les systèmes de dimension infinie gouvernés par

des équations aux dérivées partielles. Ces recherches

académiques ont fait l’objet de nombreuses applications

: procédés de raffinage et pétrochimie, moteurs

à combustion interne, moteurs électriques, minidrones

et navigation inertielle, robotique mobile,

estimation et contrôle automatique des véhicules

terrestres, et spatiaux…

Le CMA déploie ses compétences en modélisation,

mathématiques du contrôle de l’optimisation et de la

décision, autour d’une activité dédiée aux questions

relatives au changement climatique. Notamment, le

CMA développe des modèles d’optimisation pour la

prospective long terme, apporte son expertise sur la

gestion optimale des systèmes énergétiques, travaille

sur les marchés de l’électricité et du carbone, a créé

une chaire ParisTech sur la Modélisation prospective

au service du développement durable, et a développé

de nombreuses collaborations, industrielles

et internationales.

Langages pour les technologies

de l’information

Le Centre de recherche en informatique (CRI) se

consacre à l’étude des langages utilisés par les technologies

de l’information (langages de programmation,

de description de données, d’interrogation ou semiformels

voire naturels), et développe des techniques

d’analyse sémantique et de transformation automatiques

destinées à répondre aux besoins industriels

(performance, coût de développement, time-tomarket)

et aux besoins administratifs et sociétaux

(partage d’information cohérente, normalisation

des données, accès à l’information, sauvegarde du

patrimoine). Ces travaux trouvent des applications

aussi bien dans les systèmes embarqués professionnels

ou personnels que dans les grands systèmes

d’information.

Le CMA, pour sa part, a longtemps modélisé les

systèmes « temps réel » parallèles et distribués,

notamment les langages réactifs parallèles synchrones,

ce qui a conduit au développement du langage

ESTEREL, dont le déploiement industriel a été assuré

par la start-up Esterel Technologies.

Bio-informatique

Le Centre de Bio-informatique (CBIO) développe

depuis 2006 des méthodes mathématiques et informatiques

pour analyser et modéliser des données

biologiques et chimiques, notamment au niveau moléculaire,

en s’appuyant sur une expertise en apprentissage

statistique et en biologie structurale. Le CBIO

collabore de manière très étroite avec l’Institut Curie

et l’INSERM, dans le cadre d’un laboratoire commun

dédié à la bio-informatique et à la biologie systémique

du cancer.

Formations doctorales

Mathématique et automatique

Responsable : Jean Lévine (CAS), Fontainebleau.

Contrôle, optimisation et prospective (COP)

Responsable : Jean-Paul Marmorat, Sophia Antipolis

Informatique temps-réel, robotique, automatique

Responsables : François Irigoin(CRI), Fontainebleau et

François Goulette(CAOR), Paris.

Morphologie mathématique

Responsable : Dominique Jeulin (CMM), Fontainebleau.

Bio-informatique

Responsable : Jean-Philippe Vert(CBIO), Fontainebleau.

Formations spécialisées

Management en mode projet (MMP)

Responsables : Robert Mahl (CRI) et Alain Berdugo (HEC), Paris

Mastère spécialisé (MS), OSE « Optimisation des

sys tèmes énergétiques »(CMA)

Responsable : Gilles Guerassimoff (CMA), Sophia Antipolis.

Mastère spécialisé (MS), Management des systèmes

d’information et des technologies full-time (MSIT)

Responsables : Marie-Hélène Delmond (HEC) et Robert

Mahl (CRI), Paris et Jouy-en-Josas.

Mastère spécialisé (MS), Ingénierie, production et

infrastructures en systèmes ouverts (IPISO)

Responsable : Robert Mahl (CRI), Paris

Mastère spécialisé (MS), Management industriel et

systèmes logistiques

Responsable : Hugues Molet (CAOR), Paris.

Badge, Management de la dématérialisation

et de l’archivage électronique (MDAE)

Responsable : Fabien Coelho (CRI)


Directeur : Nicolas PETIT

Téléphone 01 40 51 93 30

Courriel nicolas.petit@mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CAS

Enseignants chercheurs 7

Autres personnels 2

Doctorants MINES ParisTech 14

Le Centre automatique et systèmes (CAS) s’intéresse au

contrôle de systèmes de toutes natures (systèmes mécaniques,

chimiques, électrotechniques, aéronautiques,

mécatroniques, automobiles, pétroliers, énergétiques…).

Notre spécialité est la conception d’algorithmes de

contrôle et de filtrage qui garantissent un comportement

dynamique spécifié à l’avance. Les méthodes mises en

œuvre se rattachent aux sciences physiques et mathématiques

(théorie du contrôle, stabilisation, identification

et modélisation, systèmes dynamiques, optimisation…).

Les activités du CAS s’articulent autour de la recherche

scientifique académique, de collaborations directes avec

l’industrie, de l’enseignement (cours en deuxième et

troisième cycles, stages) et de l’encadrement de thèses.

Formation

Les activités du CAS en matière de formation comportent

trois volets :

■■

encadrement des doctorants préparant le doctorat

Mathématiques et automatique de MINES ParisTech ;

■■

cours dans plusieurs écoles d’ingénieurs et masters ;

■■

participation à des formations spécialisées (écoles d’été, séminaires

internationaux, formations professionnelles...).

Liste des principaux cours

MINES ParisTech

■■

cours d’Automatique du tronc commun (Nicolas Petit, Pierre

Rouchon) et petites classes;

■■

enseignement spécialisé Cryptographie et théorie des nombres

(Pierre Rouchon) ;

■■

enseignement spécialisé Optimisation (Nicolas Petit) ;

■■

participation au cours Introduction au calcul scientifique (Laurent

Praly) ;

■■

Participation aux projets Mécatronique (Pierre-Jean Bristeau,

Philippe Martin, Nicolas Petit).


Centre automatique et systèmes

ENSTA ParisTech

(MINES ParisTech – CAS)

■■

cours d’Automatique de 2 e année (Nicolas Petit).

École polytechnique

■■

enseignement en « MODules EXPérimentaux autonomes »

(Nicolas Petit).

École centrale Paris

■■

cours d’Automatique du tronc commun (Philippe Martin) et

petites classes (Caroline Claasen et Éric Dorveaux).

Masters recherche

■■

MVA Mathématiques, vision, apprentissage, ENS Cachan : cours

Contrôle non-linéaire (Pierre Rouchon) ;

■■

IST, spécialité Sciences de l’automatique et du traitement du

signal, Université Paris-Sud : cours Introduction à la commande

des systèmes non-linéaires (Jean Lévine) ; cours Stabilisation

non-linéaire (Laurent Praly).

Recherche

Plusieurs axes de recherches en Automatique ont été

fondés au laboratoire :

■■

les systèmes plats (differentially flat systems) pour les systèmes

régis par des équations différentielles ordinaires, et les équations

aux dérivées partielles ;

■■

la stabilisation par retour de sortie et les observateurs nonlinéaires

par ajout d'intégrateurs (forwarding).

Le CAS a aussi des contributions dans les domaines

suivants :

■■

contrôle de systèmes quantiques ;

■■

optimisation par inversion dynamique et trajectographie ;

■■

traitement de signal, filtrage et fusion de capteurs ;

■■

contrôle de moteurs à combustion interne ;

■■

robotique expérimentale, drones, systèmes embarqués ;

■■

optimisation de systèmes énergétiques ;

■■

commande de machines électriques synchrones et asynchrones ;

■■

commande de procédés de raffinage, chimie, pétrochimie ;

■■

commande d'écoulements multiphasiques ;

■■

contrôle de systèmes mécaniques à structures flexibles ;

■■

pilotage/guidage en aéronautique.

Collaborations industrielles

Les collaborations industrielles sont effectuées dans le

cadre de contrats de recherche Armines et portent sur

des problèmes concrets définis avec nos partenaires

79


80 MATHÉMATIQUES ET SYSTÈMES : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

industriels. Cette « recherche partenariale » permet

de confronter nos méthodes à des cas réels et d’en

développer de nouvelles ; elle constitue une source

permanente de renouvellement de nos problématiques

scientifiques.

Nos principaux partenaires industriels :

■■

Total (commande d’écoulements en gas-lift, commande de

procédés de raffinage, blending, commande de réacteurs de

polymérisation chimiques) ;

■■

Statoil (modélisation et contrôle d'écoulements multiphasiques

dans les puits pétroliers) ;

■■

Schneider-Toshiba Inverter (commande « sans capteur » de

moteurs électriques) ;

■■

IFP (commande de combustion dans les moteurs diesel et

essence, positionnement de tête de riser, systèmes de posttraitement

des gaz d'échappement) ;

■■

DGA/LRBA (contrôle coopératif de drones) ;

■■

EDF (optimisation multi-énergie pour les bâtiments d’habitation) ;

■■

Pôle System@tic, projet LOCINDOOR (Localisation indoor par

magnétométrie) ;

■■

AXA (Capteur de mouvement "intelligent" pour la chirurgie

prothétique) ;

■■

Air Liquide (contrôle d’unités autonomes de production de gaz

à haute pureté).

Plusieurs algorithmes de commande, directement

issus de collaborations du CAS, sont utilisés

dans l’industrie : conduite en qualité d’unité

de distillation (logiciel Colbin, Total), conduite

avancée d’unités de polystyrène et polypropylène

(Total), commande et optimisation temps-réel de

mélange en raffinerie (logiciel Anamel V4 et V5,

Total), variateurs de vitesse « sans capteur » pour

moteur électrique asynchrone (Schneider Inverter),

système de positionnement de précision anti-vibration

Base-Stop (Newport).

Analysis and Control of Nonlinear Systems

Analysis and Control of Nonlinear Systems : A Flatness-Based Approach

Publié en 2009, chez Springer, le livre de Jean Lévine est le fruit de plus de 15 ans de recherche

en automatique non linéaire menée au CAS. Cet ouvrage présente une approche mathématique

des problèmes de commande et de la théorie des systèmes plats développée au

laboratoire depuis les années 1990.

C’est le premier volume de la nouvelle collection Mathematical Engineering. Il s’adresse plus

particulièrement aux doctorants, chercheurs et ingénieurs en Automatique ou dans des

domaines connexes. Les deux principaux problèmes abordés sont la planification de trajectoire

et le suivi de trajectoire en présence de perturbations pour les systèmes différentiels non

linéaires commandés.

Cet ouvrage est constitué d’une première partie théorique et d’une seconde partie consacrée

à une série d’applications industrielles.

SYSNAV, startup du CAS, lauréat OSEO 2009

Fondée par David Vissière, ancien doctorant au CAS, prix de thèse

ParisTech 2009 sous la direction de Nicolas Petit, la startup SYSNAV est

spécialisée dans les systèmes de navigation sans GPS.

Ses innovations portent sur l’utilisation de capteurs inertiels et magnétiques

MEMS.

SYSNAV emploie 8 ingénieurs et a reçu le prix du concours OSEO 2009,

remis par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche,

Valérie Pécresse, en juin 2009.

De gauche à droite : Nicolas Petit, Valérie Pécresse et David Vissière.


Directeur : Arnaud de LA FORTELLE

Téléphone 01 40 51 92 55

Courriel caor@caor.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CAOR

Enseignants chercheurs 18

Autres personnels 14

Doctorants MINES ParisTech 23

Autres étudiants 22

(y compris les Formations spécialisées)

Formation

Le Centre a une très forte activité d’enseignement au

sein de l’École.

Au niveau du cycle Ingénieurs civils :

■■la responsabilité de la macro-option Mareva (Mathématiques

appliquées : robotique, vision, automatique) et de l’option Systèmes

de production et logistique en 2 e et 3 e anné ;

■■l’organisation de cinq enseignements spécialisés : Réalité virtuelle,

Systèmes de production et logistique, Chaîne logistique globale,

Acoustique, informatique et musique, Apprentissage artificiel ;

■■

la participation à l’enseignement de tronc commun en électronique ;

■■l’enseignement de Mécatronique, très orienté vers les nouvelles

technologies, avec la réalisation de projets innovants ;

■■l’organisation et le suivi du MIG Carto-3D, en cartographie numérique

tri-dimensionnelle ;

■■la co-responsabilité du département Mathématiques et systèmes,

notamment sur les aspects d’enseignement.

Au niveau des cycles Master :

■■la responsabilité du Mastère spécialisé « MISL » acronyme de

Management industriel et systèmes logistiques.

Autres formations :

■■

la participation à l’enseignement à ISUPFERE en formation continue

ainsi qu’au cycle de formation des Corps techniques de l’État

(Introduction aux SPL).

Recherche

La thématique de recherche du Centre de robotique est

centrée sur l’accroissement de l’autonomie et des performances

des systèmes robotiques. L’autonomie est le résultat

du développement de fonctions de perception et de

modélisation de l’environnement, de compréhension des

scènes et de fonctions de contrôle automatique.


Centre de robotique

(MINES ParisTech – CAOR)

Perception et compréhension de situations

en temps réel par fusion multi-sensorielle,

et techniques d’apprentissage

La détection d’objets par fusion multi-capteurs

Dans le cadre du projet LOVe (Logiciels d’observation des

vulnérables), des travaux ont été menés pour Valeo afin

d’adapter la détection de piétons à une caméra de recul

grand-angle située à l’arrière d’un véhicule.

Détection et reconnaissance visuelle de signalisation

routière verticale

Le but est de permettre au conducteur de connaître à tout

moment la vitesse limite courante. En 2009, les travaux se

sont focalisés sur le prototypage et l’expérimentation d’une

méthode de fusion à base de règles, et intégrant la détection

des lignes de marquage au sol, pour interpréter correctement

les cas complexes de type « voie de sortie » avec des

panneaux de limite dotés de panonceaux type « flèche ».

Vidéo-protection intelligente

Les travaux dans ce domaine se sont poursuivis, à la fois

dans le cadre du projet ANR KIVAOU, portant notamment

sur la reconstitution a posteriori de trajectoires de personnes

à partir de plusieurs caméras, et du projet amont VIGILE,

financé par l’Institut Carnot M.I.N.E.S.

Analyse et prédiction de trafic routier

Début 2009 a démarré un nouveau champ d’application

des techniques d’apprentissage et fouille de données :

l’analyse et prédiction de trafic routier, dans le cadre du

projet ANR TRAVESTI, en collaboration avec les équipes

IMARA et TAO de l’INRIA.

Environnements logiciels et Systèmes

embarqués

Le Centre de robotique conçoit des plates-formes logicielles

répondant aux nouveaux besoins des systèmes robotiques

mobiles : développement d’applications embarquées

temps-réel et interactives, demande croissante de systèmes

communicants et distribués, exigence accrue de robustesse

et de sécurité des applications, prise en compte des

standards et processus de conception du secteur automobile.

Nos travaux s’articulent notamment autour de deux

projets du pôle de compétitivité System@tic, labellisés par

Numatech Automotive :

■■AROS (Automotive Robust Operating Services), projet ANR dans le

cadre du programme PREDIT, dont l’objectif est la conception d’un

exécutif temps réel capable de gérer des applications distribuées de

manière transparente et cohérente du point de vue temporel.

■■

EDONA/HMI (Environnement de développement aux normes de

l’Automobile/Human Machine Interface). Le Centre réalise une

81


82 MATHÉMATIQUES ET SYSTÈMES : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

plate-forme innovante de conception d’interfaces graphiques pour

l’automobile. Après avoir conçu un modèle standard de description,

graphique et fonctionnel, de ces interfaces, nous développons des

outils de manipulation de ces modèles, de génération de composants

ainsi qu’une architecture d’exécution favorisant le prototypage rapide

d’IHM pour l’automobile.

Robotique mobile

Nous continuons les développements autour du robot

Mines Rover (initié avec la SAGEM). De conception simple

et reproductible, équipé de nombreux capteurs, il constitue

une plate-forme de démonstration intéressante pour

d’autres projets du Centre.

Réalité virtuelle et réalité augmentée

L’expertise en réalité virtuelle du Centre porte sur l’interfaçage

comportemental de l’homme dans un monde virtuel.

En partenariat avec les équipementiers et les constructeurs

d’automobiles dans le cadre du projet IHS10, nos recherches

ont eu pour résultats d’améliorer la vision stéréoscopique

par traitement des fréquences spatiales ; de modifier la

conception de produits directement en immersion et enfin,

de développer une nouvelle méthode d’insertion d’images

haute résolution, en stéréoscopie, dans un affichage de résolution

inférieure.

Systèmes de cartographie mobile (Mobile

Mapping)

Toujours autour du véhicule prototype LARA-3D, équipé

de nombreux capteurs de localisation et de numérisation

d’environnements urbains, nous poursuivons nos travaux

sur l’amélioration des modèles (ajout de couleurs, de textures…)

en vue de répondre aux conditions opérationnelles

demandées par nos collaborateurs. Plusieurs campagnes

d’acquisitions de données ont été menées, en environnement

routier pour des applications de sécurité routière

(projets VIZIR et DIVAS du PREDIT) et en environnement

urbain (projet Terra Numerica/Terra Data).

Systèmes de contrôle avancés

Contrôle et estimation : notre collaboration se poursuit avec

VALEO sur la problématique du contrôle longitudinal de

type Stop-and-Go. Une intégration du module a été réalisée.

Les méthodes algébriques pour l’estimation, associées au

principe de contrôleurs sans-modèle nous ont permis de

compenser des dynamiques inconnues au niveau du châssis.

Nous poursuivons nos travaux sur le parking automatique.

Une étude de complexité en nombre de manœuvres a été

réalisée et permet de prédire le nombre de manœuvres

nécessaires pour se garer en créneau sans collision, en fonction

de la géométrie du véhicule et de la place de parking.

Contrôle en dimension infinie : Le projet ANR CONSONNES

(Contrôle de sons instrumentaux naturels et synthétiques)

arrive à son terme. Durant ces deux années, des collaborations

fructueuses ont été réalisées :

■■notamment avec le groupe Analyse/Synthèse de l’IRCAM, pour

l’élaboration d’observateurs asymptotiques de l’état de modèles

dynamiques de cuivres ;

■■et avec un chercheur acousticien du laboratoire LAM (Lutherie–

Acoustique – Musique) de UPMC sur la modélisation et le contrôle

de systèmes de type flûte, avec la prise en compte notamment de

l’interactions du jet d’air et du résonateur. Le prototype de la flûte

à coulisse devant illustrer ces concepts, est à présent opérationnel

et est utilisé comme banc d’essai pour valider des algorithmes de

contrôle et d’analyse sonore dans le cadre de l’option MAREVA et de

l’enseignement spécialisé Acoustique-Informatique-Musique.

Systèmes de production et de logistique (SPL)

Les activités de recherche liées aux modèles de production

se poursuivent, principalement vers la gestion de

la chaîne logistique globale. Signalons les collaborations

avec le Groupement Galia sur le déploiement des TIC au

niveau des fournisseurs du secteur automobile et l’étude

avec la société Disneyland Resort sur des problématiques

de stratégie d’entreposage. Une chaire en logistique

est actuellement en projet avec l’ENSAM et HEC.

Notons que l’équipe SPL coordonne le groupe de

recherche Vendôme à l’échelon national sur le développement

des chaînes logistiques

Faits marquants

Le Centre de robotique est très présent dans les pôles de

compétitivité en particulier, System@tic, Moveo, Cap

Digital, Numatech Automotive. Grâce à la collaboration

avec l’INRIA (JRU LARA), il participe à de nombreux

contrats européens. Ces actions sont complétées par des

collaborations directes et suivies avec certains partenaires

industriels tels que VALEO, PSA, MENSI (PME française d’Îlede-France

spécialisée dans les systèmes de numérisation

et modélisation 3D), SAGEM.

La production scientifique du Centre en 2009

comprend 4 thèses, 2 HDR, 7 publications dans des

revues nationales ou internationales, ainsi qu’une vingtaine

de communications dans des conférences. Notons

qu’Arnaud de La Fortelle a été nommé professeur, et

que le Centre a recruté un nouveau maître-assistant

en la personne de Silvère Bonnabel qui a reçu le prix

de la meilleure thèse 2009 du GdRMACS du CNRS ainsi

que le prix de thèse du club EEA. Enfin, à l’occasion de

ses 20 ans, le Centre a organisé les 18 et 19 novembre,

un colloque intitulé Le siècle de la voiture intelligente. Ce

colloque a réuni une centaine de participants, dont

un nombre important d’industriels, parmi lesquels

le PDG de Valeo, Jacques Aschenbroich ainsi que le

Directeur R&D, Guillaume Devauchelle. Un livre édité

aux Presses des Mines a été écrit à cette occasion par

le professeur Claude Laurgeau, fondateur du Centre

de robotique.


Directeur : Jean-Philippe VERT


Centre de bio-informatique

(MINES ParisTech – CBIO)

83

Responsable communication :

Isabelle Schmitt

Téléphone 01 64 69 47 81

Courriel cbio@cbio.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CBIO

Enseignants chercheurs 4

Autres personnels 2

Doctorants MINES ParisTech 4

Doctorants autres établissements 1

Formation

Le CBIO intervient dans la formation des ingénieurs civils

des Mines en assurant les cours d’option, les enseignements

spécialisés en biotechnologie et en participant

au MIG L’ingénieur et la santé. Il contribue également aux

enseignements de 2 e année du master Mathématiques,

vision et apprentissage de l’École normale supérieure de

Cachan, en assurant le cours Apprentissage statistique par

méthodes à noyaux.

Recherche

L’activité principale de recherche au CBIO consiste à

développer des méthodes mathématiques et informatiques

innovantes pour l’analyse et la modélisation de

données biologiques et chimiques. En 2008 nous avons

entamé un partenariat privilégié avec l’Institut Curie

et l’INSERM sur les applications de ces méthodes pour

la recherche contre le cancer, via la création de l’unité

mixte de recherche INSERM U900 « Cancer et Génome :

bioinformatique, biostatistiques et épidémiologie d’un

système complexe ». Le CBIO constitue l’équipe Apprentissage

statistique et modélisation des systèmes biologiques de

cette unité.

Vers une médecine prédictive

et un traitement du cancer personnalisé

L’apparition de nouvelles technologies permettant de

caractériser les tumeurs au niveau moléculaire, telles

les puces à ADN pour mesurer l’expression des gènes,

ou l’hybridation génomique comparative (CGH) pour

détecter les aberrations génomiques, ouvre la voie à

nouvelles méthodes pour le diagnostic, le pronostic sur

l’évolution probable de la maladie, et la prédiction d’efficacité

des traitements. Ces nouveaux outils impacteront

la prise en charge des malades, par une meilleure prise

en compte des spécificités de chaque cancer et l’arrivée

d’une médecine de plus en plus personnalisée et efficace.

Dans cette optique nous avons proposé de nouvelles

méthodes statistiques robustes pour construire des

modèles prédictifs et sélectionner des gènes d’intérêt

formant des groupes cohérent d’un point de vue biologique,

et avons commencé leur validation pour le pronostic

du cancer du sein, en collaboration avec des médecins

de l’Institut Curie. 2009 a également vu se terminer le

projet BIOTYPE, labellisé par le pôle de compétitivité

Medicen Santé, impliquant comme partenaires Sanofi

Aventis, le CEA, et plusieurs entreprises franciliennes de

biotechnologie. Ce projet visait à développer des signatures

multidimensionelles pour caractériser les cancers

de la prostate et rechercher de nouvelles cibles thérapeutiques.

Inférence de réseaux biologiques

De nombreuses voies de signalisation, régulation, et

métabolisme, impliquant des interactions entre de

nombreux gènes, jouent un rôle critique dans l’initiation

et le développement des tumeurs. Notre connaissances

de ces systèmes reste cependant très parcellaire, et il

semble possible de combler ces lacunes en exploitant

les grandes quantités de données générées par les différentes

technologies en génomique et protéomique. Afin

de reconstruire in silico les informations manquantes

sur ces réseaux, nous avons continué à développer un

cadre général d’inférence de graphe à partir de données

génomiques hétérogènes, en nous appuyant sur de

nouveaux développements en apprentissage statistique.

Nous avons poursuivi notre collaboration avec William

Noble (University of Washington), sur la prédiction à

grande échelle du réseau d’interaction protéine-protéine

à partir de structures 3D des protéines, et avec plusieurs

institutions japonaises (Universités de Kyoto et Tokyo,

Institut technologique de Tokyo, CBRC) sur la prédiction

de réseaux métaboliques. Nous avons également

proposé de nouvelles approches pour la comparaison

et l’alignement de grand graphes, visant à identifier des

interactions conservées au cours de l’évolution entre

différentes espèces, et poursuivons des développements

méthodologiques en apprentissage statistiques et modèles

graphiques dans le cadre du projet Modèles graphiques

et applications, financé par l’ANR, en collaboration avec

l’ENS Paris, l’INRIA, et plusieurs écoles de ParisTech.


84 MATHÉMATIQUES ET SYSTÈMES : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Ces images représentent des réseaux

d’interactions connues entre les

protéines de la mouche (à gauche)

et celles de la levure (à droite).

Nous avons développé un algorithme

permettant d’aligner les

structures de ces deux graphes, afin

d’identifier les gènes et les interactions

ayant des fonctions similaires

dans les deux organismes. Cela

peut permettre de prédire les fonctions

de protéines d’un organisme

à partir des fonctions connues dans

un autre organisme (Zaslavskiy et

al., Bioinformatics, 25:i259-i267,

2009).

Bio-informatique structurale, interactions

moléculaires et criblage virtuel

Nous avons combiné notre expertise en biologie structurale

et en apprentissage statistique pour proposer de nouvelles

méthodes pour prédire des interactions entre protéines et

petites molécules. Ces prédictions peuvent permettre de

comprendre la fonction de certaines protéines et d’identifier

des petites molécules précurseurs de médicaments.

Nous avons ainsi poursuivi nos recherches en chémogénomique

in silico, visant à prédire systématiquement les

interactions entre une banque de petites molécules et une

famille de protéines, dans le cadre d’un projet soutenu

par l’Institut Carnot M.I.N.E.S et d’une collaboration avec

l’Université de Kyoto. Nous avons notamment poursuivi

nos efforts pour développer de nouvelles représentations

de petites molécules dans l’optique du criblage virtuel et

proposé de nouvelles mesures de similarité entre poches de

fixation de ligands sur des structures 3D de protéines. Nous

avons, par ailleurs, élucidé les mécanismes de l’enzyme

6PGL de T. brucei, une cible thérapeutique potentielle contre

la maladie du sommeil, en combinant de la dynamique

moléculaire avec de la diffraction par rayons X avec des

collègues de l’Institut Pasteur.

Criblage multi-cellulaire à haut débit

Le criblage multi-cellulaire à haut débit, couplant des

méthodes de cultures en parallèle, telles les puces à cellules

à la microscopie, permet de caractériser l’effet d’une

molécule ou d’un traitement sur la forme et le comportement

des cellules affectées au niveau d’une population.

Nous continuons le développement du logiciel CellRA,

dédié à l’analyse statistique et l’interprétation des données

générées par cette technologie, en particulier pour la quantification

des relations cause-effet. Ces développements

sont effectués dans le cadre de trois projets :

■■

BIOTYPE, qui s’est achevé en 2008, où nous collaborons avec le CEA

(X. Gidrol) et la société IMSTAR sur le criblage de kinases par siRNA et

qui a permis de détecter de nouvelles cibles thérapeutiques potentielles

contres le cancer de la prostate ;

■■

PARTOX (projet financé par l’ANR), avec le CEA (B. Schaak), où nous

utilisons les puces à cellules pour quantifier la toxicité de nanoparticules

;

■■

RAMIS (projet labellisé par le pôle de compétitivité Cancer Bio-santé),

avec Pierre Fabre et le CNRS, où nous cherchons à identifier des

nouveaux agents antimitotiques.

Faits marquants

Nous avons organisé en novembre 2009, à l’Institut

Curie, un colloque franco-japonais sur la bio-informatique

pour la santé, dans le cadre d’un programme de

collaboration avec l’Université de Kyoto, financé par

l’INSERM et la JSPS.

Nous avons proposé de nouvelles méthodes d’apprentissage statistique pour la sélection de gènes dont l’expression est utile pour le pronostic thérapeutique dans le

cancer du sein. Ces méthodes sont basées sur la construction de formes mathématiques ayant des singularités (par exemple, quatre sommets sur l’image de gauche,

quatre arètes sur l’image de droite). Ces formes, une fois intégrées dans un problème d’optimisation sous contraintes, permettent de sélectionner des ensembles de

gènes parmi des groupes pré-définis selon des critères biologiques, et ainsi d’obtenir des signatures pronostiques ayant un sens biologique.


Directrice : Nadia MAÏZI

Téléphone 04 97 15 70 73

Courriel cma@cma.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CMA

Enseignants chercheurs 10

Autres personnels 13

Doctorants MINES ParisTech 25

Autres étudiants 17

(y compris les Formations spécialisées)


Centre de mathématiques appliquées

(MINES ParisTech – CMA)

2050. Il a ensuite permis au CMA, d’évaluer les conséquences

pour la France des engagements européens à l’horizon 2020.

Enfin, des stratégies optimales de réalisation des objectifs

d’énergie renouvelable ont également été déclinées dans

le cadre du projet européen RES2020, grâce à un couplage

avec d’autres modèles nationaux européens.

Éclairer des choix technologiques : notre expertise est

mise en œuvre, en collaboration avec l’IFP, l’INRA et le FCBA,

dans le cadre du projet Valerbio financé par la fondation

TUCK pour l’évaluation prospective de la valorisation de

la biomasse en France à l’horizon 2050. Enfin, nous avons

participé aux réflexions de l’AIE dans la rédaction de l’Energy

Technology Prospective 2008.

85

Formation

Le CMA intervient dans le cycle Ingénieurs civils, organise

le MIG Systèmes embarqués, participe aux semaines Athens,

est responsable de la formation doctorale Contrôle, Optimisation

et Prospective de MINES ParisTech, co-accréditée

avec l’École doctorale STIC de l’UNSA, et participe aux

enseignements des masters de l’UNSA et de l’Université

de Marseille-Provence.

Le CMA est responsable du mastère spécialisé en

Optimisation des systèmes énergétiques (OSE) : www.ose.

cma.fr.

Recherche

Prospective et changement climatique

L’objet de ce projet est de dégager une expertise originale

pour l’application de modèles mathématiques à

l’aide à la décision dans le domaine de l’énergie en

s’appuyant sur l’ensemble des compétences du centre en

modélisation, optimisation et recherche opérationnelle,

mathématiques du contrôle et de la décision, informatique

du temps réel. Nous avons développé une approche

prospective fondée sur des modèles d’optimisation de

la famille MARKAL/TIMES et représentons officiellement

la France dans le programme cadre de l’AIE (Agence

internationale de l’énergie).

Éclairer des politiques publiques : notre approche a

été exploitée dans le cadre de la Commission énergie du

Conseil d’analyse stratégique pour évaluer des voies de

réduction d’émissions de CO 2 soutenables à l’horizon

Approfondir la compréhension des systèmes : deux

nouvelles thèses ont été initiées pour affiner la représentation

de notre modèle de prospective. La première, en partenariat

avec EDF, concerne le comportement des ménages

sous la contrainte carbone. La seconde, en partenariat avec

Schneider Electric, s’intéresse à l’intégration spatio-temporelle

des dynamiques de réseau. Deux thèses, en collaboration

avec le département d’Éco-efficacité et procédés

industriels d’EDF, sont en cours sur l’arbitrage entre technologies

pour les secteurs industriels gros consommateurs

d’énergie d’une part, et industriels diffus, d’autre part.

Chaire Modélisation prospective

au service du développement durable

La Chaire associe des partenaires académiques, MINES

ParisTech, École des Ponts ParisTech, AgroParisTech, Paris-

Tech, la FI3M, la Fondation de l’École des Ponts ParisTech, et

des industriels - ADEME, EDF, RENAULT, SCHNEIDER ELECTRIC

et TOTAL - apportant une contribution équilibrée pour doter

la Chaire d’un budget de 2,5 millions d’euros sur 5 ans.

L’objectif de cette chaire est de constituer une force vive

visant à faciliter la prise de décision dans les débats touchant

aux enjeux scientifiques et technologiques liés à la double

contrainte énergie-climat. Répondant aux contraintes énergétiques,

environnementales et économiques auxquelles

les industriels et les décideurs publics sont confrontés dans

leurs choix stratégiques, le projet de la chaire s’articule

autour des enjeux suivants :

■■Assurer une présence renforcée des laboratoires fondateurs et de

leurs partenaires dans les lieux importants de l’expertise nationale et

internationale ;

■■Faire émerger une plate-forme de prospective pour l’aide à la décision ;

■■Assurer un rayonnement académique international ;

■■Mettre en place des programmes de financement de thèse et de

séminaires de formation.

La première Journée de la chaire intitulée « Préparer

l’après Copenhague : les nouvelles frontières de la modélisa-


86 MATHÉMATIQUES ET SYSTÈMES : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

tion prospective. Questions autour du World Development

Report on Climate Change 2009 de la Banque mondiale »,

s’est tenue le 20 novembre 2009 à Paris.

Optimisation des marchés du carbone

et de l’électricité

Afin d’évaluer la valeur carbone et sa sensibilité à différents

paramètres (nature du mix, volatilité des prix sur le marché

de CO 2 , niveau de taxe…), nous développons, en collaboration

avec le projet TOSCA (INRIA), une approche de pricing

par prix d’indifférence, conduisant à la résolution d’une

équation d’Hamilton-Jacobi-Bellman. Une thèse financée

par l’ADEME a été initiée en novembre 2008.

Le projet européen OPTIMATE, regroupant des gestionnaires

européens de transport d’électricité et des partenaires

académiques, a pour objectif de construire une

plate-forme permettant d’analyser tant au plan technique

que réglementaire, différentes manières d’intégrer en un

marché unique l’ensemble des marchés de l’électricité

en Europe.

Contrôle et optimisation pour le domaine

spatial

Bien que relevant de la théorie linéaire des systèmes, la

conception de régulateurs multi-objectifs performants

pour le contrôle d’attitude est un problème qui n’a

toujours pas reçu de solution définitive. Ce problème

motive nos études en collaboration avec ESA et Thales-

Alenia-Space sur la factorisation de la boucle fermée

et le paramétrage de la variété différentielle des régulateurs

stabilisant un système donné. Le paramétrage

des systèmes sans pertes est également utilisé dans

un logiciel maintenu au CMA et livré à Thales-Alenia-

Space, aboutissement d’une étude en collaboration

avec le projet APICS (INRIA) sur la synthèse des filtres

hyperfréquence et l’optimisation de la réponse de

multiplexeurs de sortie dans les satellites de télécommunication.

Identification et problèmes inverses

dans les applications biomédicales

Nous étudions, avec les projets APICS et ODYSSEE (INRIA),

une classe de problèmes inverses concernant la détection

de sources dipolaires à partir de données d’électro- ou

de magnéto-encéphalogrammes. Dans les deux cas le

modèle interne est régi par un Laplacien et on recherche

les singularités internes de la solution connue au

bord. Ce problème mal posé est traité par des méthodes

d’approximation rationnelle dans divers plans de coupe.

Nous testons ces méthodes sur des données simulées ou

collectées dans le milieu médical.

Systèmes embarqués critiques

et sécurité de zones maritimes

Dans le projet SECMAR du pôle de compétitivité MER-

PACA, les pistes d’informations issues des moyens de

détection proposés par les industriels partenaires

(BERTIN technologies, CESIGMA, CHRISAR, Thales Surface

RADAR, DIGINEXT, Thales Underwater Systems) sont

les entrées de nos algorithmes de reconnaissance de

comportements suspects. Ces comportements, proposés

par Nafvco et la sécurité du Port Autonome de

Marseille, sont spécifiés formellement sous la forme

réseaux de programmes réactifs synchrones dans une

variante de l’environnement de programmation Esterel

en cours de développement au CMA. L’implantation

du prototype sur le site du Port Autonome de

Marseille débutera en mars 2010. Deux thèses accompagnent

ce projet. La première, sur les données probabilistes

contradictoires, sera soutenue en février 2010.

La seconde étudie l’apport des modèles de Markov

Cachés pour la classification des comportements

usuels des objets présents dans la zone.

Le CMA, via la Chaire Modélisation

prospective au service

du développement durable, a

représenté ParisTech en tant que

délégation officielle observatrice

de l’ONU, à la Conférence des

Nations Unies sur le changement

climatique (COP15) à Copenhague,

en décembre 2009.

Le CMA y a organisé un side

event, seul français sélectionné

dans l’enceinte internationale,

sur le thème « Beyond the financial

crisis : Regional energy policy

and global carbon constraints ». Une interview de Nadia Maïzi a été réalisée par la journaliste Edie Lush pour une

diffusion via CNN’s iReport, HubCulture.com et YouTube.


Centre de morphologie mathématique


(MINES ParisTech – CMM)

87

Directeur : Fernand MEYER

Téléphone 01 64 69 47 06

Courriel cmm@cmm.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CMM

Enseignants chercheurs 9

Autres personnels 8

Doctorants MINES ParisTech 8

Depuis sa fondation, en 1967, le CMM a contribué

à la croissance et à la diffusion du corpus théorique

et algorithmique de la morphologie mathématique,

en s’appuyant sur des domaines d’application très

larges, fournissant ainsi un terrain d’expérimentation

riche pour le développement de nouveaux

concepts et outils. Ses activités s’articulent autour de

l’enseignement, de la recherche et des collaborations

avec l’industrie.

Formation

Le CMM est responsable des enseignements spécialisés

de MINES ParisTech : Physics and Mechanics of

random media, Models of random structures, et Analyse

d’image : de la théorie à la pratique. Le CMM participe au

nouvel enseignement Introduction aux nanomatériaux,

proposé par plusieurs centres de l’École. Il intervient

également dans des cours dans divers masters ainsi

qu’à l’étranger.

L’École d’été en Morphologie mathématique et une

formation en segmentation avancée pour le monde

industriel ont eu lieu en 2009.

Dans le cadre de la formation permanente, le CMM

dispense également des formations sur mesure, adaptées

à des demandes spécifiques d’industriels.

Recherche

Le CMM participe à plusieurs pôles de compétitivité

(Medicen Santé, CapDigital, Minalogic). Il collabore

avec les autres écoles des Mines au sein de l’Institut

Carnot M.I.N.E.S et avec l’Institut Fraunhofer ITWM

(Allemagne).

Les principaux domaines d’application sont les

suivants :

Multimédia

Le CMM contribue au développement d’une plateforme

visant à générer des représentations 3D virtuelles

réalistes d’environnements urbains. À partir d’un

nuage de points 3D saisi sur place, nous analysons

des pans de rue entiers pour en extraire les bâtiments,

leurs éléments constitutifs tels que fenêtres, balcons,

les trottoirs et éléments de mobilier urbain (voir illustration

page suivante). Par ailleurs un système de

localisation de texte enfoui en milieu urbain apportera

une information sémantique dans des systèmes de

navigation enrichis.

Une étude concernant la restauration des pistes

son optiques de films cinématographiques s’achève

par la soutenance d’une thèse et le développement

d’un outil industriel.

Monde de la santé

Dans le monde de la santé, nous travaillons à toutes

les échelles.

En collaboration avec le CBIO (Centre de bio-informatique),

le CMM développe des logiciels pour la

quantification automatique de systèmes miniaturisés

en biologie expérimentale tels que les puces

à ADN et les puces à cellules pour le phénotypage

cellulaire (étudier si et comment des cultures de

cellules sont perturbées lorsqu’on bloque certains

de leurs gènes).

En collaboration avec le service d’ophtalmologie

du Centre hospitalier intercommunal de Créteil,


88 MATHÉMATIQUES ET SYSTÈMES : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

une recherche sur le diagnostic et le suivi de la

Dégénérescence maculaire liée à l’âge a été menée

dans le cadre d’une thèse financée par le Conseil

régional d’Île-de-France. Un important contrat

industriel est en cours sur le même thème. Un

nouveau projet de télémédecine ophtalmologique

sur les maladies rétiniennes vient d’être sélectionné

par l’ANR.

Physique des milieux hétérogènes

En physique des milieux hétérogènes, nous modélisons

par itérations de FFT le comportement mécanique

de nanocomposites, de mortiers et de bétons

(thèse avec EDF démarrée en 2009), les propriétés

de transport du réseau poreux (perméabilité de

Darcy) et des constituants (conductivité électrique)

de piles à combustible (projet européen, thèse

en collaboration avec le Centre des matériaux).

Nous traitons des images de microtomographie

de matériaux granulaires (avec la DGA - CEG de

Gramat), de composites fibreux (thèse ANR), et

de réseaux de fibres (thèse avec l’Institut Fraunhofer

ITWM de Kaiserslautern). Une modélisation

hydrodynamique du dépôt de peinture sur les tôles

d’acier rugueuses est réalisée (thèse avec ARCELOR

Research).

Sciences de la terre et de l’environnement

À travers une collaboration industrielle, une thèse

est en cours avec pour objectif d’établir une passerelle

entre le traitement d’images et l’exploitation des

données spatiales cartographiques.

Vision par ordinateur

Dans le domaine de la vidéosurveillance et de la

biométrie nous élaborons des méthodes génériques

de segmentation de scènes. Nous travaillons sur l’intégration

de différents capteurs ainsi que sur les outils

embarqués pour la détection de piétons.

Dans le domaine du contrôle, en collaboration

avec le monde industriel, nous développons des outils

d’inspection de cartes électroniques et d’inspection et

d’analyse du vieillissement du réseau routier.

Architectures logicielles et matérielles

De nombreuses applications nécessitent un temps

de traitement rapide, temps-réel et plus. Nous développons

de nouvelles architectures de logiciels et de

processeurs de traitement d’image rapide. Une thèse

a été soutenue en 2009.

Faits marquants

Une nouvelle édition du congrès International Symposium

on Mathematical Morphology a eu lieu à Groningue

(Pays-Bas) en août 2009.

Le CMM s’est distingué dans deux compétitions

internationales :

■■

Première place au concours ICDAR 2009 sur la vérification statique

de signatures.

■■

Deuxième place dans la compétition de binarisation de documents

DIBCO-ICDAR 2009, (collaboration avec le LIP 6, l’Université

Pierre et Marie Curie).

Analyse de scènes urbaines : détection des

piétons, voitures, mobilier et immobilier urbain

(thèse de Jorgé Hernandez).


Directeur : Robert MAHL


Centre de recherche en informatique

(MINES ParisTech – CRI)

89

Directeur adjoint : François Irigoin

Téléphone 01 64 69 47 08

Courriel cri@cri.mines-paristech.fr

Web et publications

www.mines-paristech.fr/Fr/CRI

Enseignants chercheurs 6

Autres personnels 5

Doctorants MINES ParisTech 7

Autres étudiants 12

Le Centre de recherche en informatique se consacre à

l’étude des langages utilisés par les technologies de l’information

(langages de programmation, de description

de données, d’interrogation ou semi-formels voire naturels)

et développe des techniques d’analyse sémantique

et de transformation automatiques destinées à répondre

aux besoins industriels (performance, coût de développement,

time-to-market) et aux besoins administratifs

et sociétaux (partage d’information cohérente, normalisation

des données, accès à l’information, sauvegarde

du patrimoine).

Formation

Au niveau des activités pédagogiques de l’École, le CRI

participe activement à l’enseignement de tronc commun,

à l’Acte d’entreprendre et aux cours de l’option Management

des systèmes d’information dont il assure l’organisation

et l’encadrement. Trois enseignements spécialisés

en informatique sont proposés aux élèves ingénieurs :

Architecture matérielle et logicielle des ordinateurs, Systèmes

d’information et Informatique fondamentale.

Le CRI organise par ailleurs quatre mastères spécialisés

(MS), dont trois en mode Exécutif (temps partiel),

ainsi qu’un BADGE. Le premier, Management des systèmes

d’information et des technologies (MSIT), est co-encadré avec

HEC et a lieu pour moitié à MINES ParisTech (à Paris) et

pour moitié à HEC (Jouy-en-Josas) ; la onzième promotion,

rentrée en septembre 2009, comporte 26 étudiants,

qui profitent des fruits d’une collaboration active entre

les deux écoles, tant au niveau des enseignants que des

services administratifs, financiers ou de communication.

La seconde promotion de la version Exécutif du mastère

MSIT compte, en 2009, 12 participants issus du monde

de l’industrie et des services. Le troisième MS, Ingénierie

production et infrastructures en systèmes ouverts (IPISO),

issu d’une collaboration avec l’École des mines de

Saint-Étienne, l’École des mines de Nancy et France

Télécom, se concentre sur un problème clé pour les

entreprises : la production informatique et les infrastructures

techniques. La nouvelle promotion, rentrée

en 2009, comporte 12 étudiants. Le dernier MS, Management

: méthodes et pratiques (MMP), est organisé au

Maroc en partenariat avec la Caisse de dépôt et de

gestion ; la quatrième promotion rentrera en janvier

2010 avec 35 participants. Enfin, la première promotion

du BADGE Management de la dématérialisation et de

l’archivage électronique (MDAE), organisé en collaboration

avec la Fedisa, a réuni 4 participants pour la

rentrée 2009.

Recherche

Les travaux de recherche du CRI s’articulent autour

d’un axe principal, celui des langages, qu’il s’agisse

des langages de programmation ou des langages de

description de données. Ces travaux trouvent des

applications aussi bien dans les systèmes embarqués,

professionnels ou personnels, que dans les grands

systèmes d’information.

Langages de programmation

L’objectif général de cet axe de recherche est de réduire

les coûts d’utilisation des ordinateurs – qu’il s’agisse

des coûts de développement ou d’exploitation – en

développant des outils aussi automatiques que possible

pour effectuer des analyses, instrumentations et

transformations de programmes. Ces outils sont utilisés

en développement pour faciliter la réutilisation

de code ou effectuer de la synthèse de logiciels ou

de tests. Ils sont aussi utilisés pour réduire les temps

d’exécution de logiciels, sans augmenter sensiblement

les coûts de développement, ni les coûts de maintenance.

Deux directions de recherche particulières ont

été poursuivies en 2009 : l’extension des analyses et

des transformations de notre outil PIPS pour mieux

couvrir le langage C et l’optimisation de code hétérogène

pour deux accélérateurs FPGA de traitement

d’images (projet FREIA) et pour les processeurs

graphiques de type GPGPU (projet OpenGPU). L’extension

de PIPS est menée en coopération avec la


90 MATHÉMATIQUES ET SYSTÈMES : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

société HPC Project. Pour les calculateurs hétérogènes,

le compilateur PIPS est utilisé pour optimiser la partie

du code source qui peut être avantageusement exécutée

sur un accélérateur, pour découper le code de l’application

entre le code de la machine hôte et le code de

l’accélérateur, pour générer les communications entre

hôte et accélérateur et, enfin, pour configurer ou pour

générer le code de l’accélérateur. Par ailleurs, deux axes

de recherche nouveaux ont été abordés en 2009, celui

des analyses de pointeurs et celui de la compilation

pour GPGPU, qui donnent chacun lieu à une thèse en

cours.

Le projet européen ACOTES s’est terminé et de bons

résultats expérimentaux ont été obtenus en exploitant le

parallélisme de stream au sein du compilateur libre gcc. Le

projet Ter@ops est aussi arrivé à son terme et les résultats

obtenus en terme de modélisation de code doivent

maintenant être exploités dans le cadre d’OpenGPU et

dans celui d’un nouveau projet.

Pour le projet ANR ASTREE, dans lequel le CRI étudie

la définition et l’implantation efficace du langage tempsréel

synchrone FAUST adapté à la composition musicale

et audio développé par le Centre national de création

musicale GRAME, deux sémantiques formelles, de typage

et dénotationnelle, ont été définies. Elles sont en cours

d’adaptation pour prendre en compte les extensions

vectorielle et multifréquentielle de FAUST.

Langages de données

Cet axe de recherche s’attache à capitaliser les compétences

en technologie avancée des langages de données, et en

particulier des couches applicatives au-dessus de XML, en

vue de développer de nouveaux systèmes d’information

facilitant la collaboration de nombreux partenaires grâce

à la normalisation des données.

La recherche dans le domaine des langages pour la

description des données appliquée à la gestion de documents

numériques utilise deux outils, Plinn et GeLaBa,

développés au CRI. Plinn est un ensemble d’outils dédié à

la gestion de contenu sur le Web, dans lequel on cherche

à réduire les transferts réseaux pour rendre les applications

plus rapides, que cela soit pour les pages standard

affichées par les navigateurs Web ou des images en très

haute résolution. L’environnement de développement

de schémas XML GeLaBa (Générateur de langage de balisage)

permet de concevoir, de maintenir et de valider des

schémas XML. Cet outil cherche à garantir la satisfiabilité

et la pertinence des schémas créés, de façon à ce que le

langage ainsi créé vérifie des contraintes structurelles et

sémantiques fortes. Ces contraintes forment un ensemble

de conditions suffisantes pour permettre la génération

automatique d’outils de manipulation des documents

ainsi définis et garantissent une maintenance et une

évolution plus aisées du langage.

Ces outils sont utilisés dans de nombreux projets liés

aux données publiques, notamment en relation avec le

Ministère du travail et la Direction des journaux officiels.

Ils sont également à la base de la solution déployée

dans le futur service Légimobile d’accès au droit sur téléphone

mobile, projet subventionné par la Délégation

aux usages d’Internet dans le cadre de l’appel à projets

Proxima Mobile. Nous allons par ailleurs participer

au projet ANR NEOPPOD consacré à la mise au point de

solutions de stockage objet distribué de gros volumes

de données (de l’ordre du pétaoctet).

Autres travaux

Le CRI s’intéresse à l’utilisation des technologies issues

des jeux vidéo pour créer des environnements collaboratifs

adaptés à la musicothérapie de groupe afin

d’évaluer si ces technologie permettent d’améliorer

les processus thérapeutiques et/ou de fournir des aides

algorithmiques aux thérapeutes.

Dans le projet MAWii, le CRI a conçu un instrument

numérique novateur fondé sur l’interface 3D

« Wiimote » de Nintendo. En collaboration avec R.

Michel du groupe de psychothérapie psychodynamique

de l’Institut de psychologie (Prof. E. Lecourt, Paris V),

une campagne d’évaluation, initiée en 2008 dans un

institut hospitalier parisien avec des enfants souffrant

de troubles du comportement et achevée cette année, a

montré l’excellente réception de cette approche par les

enfants et la bonne capacité de médiation du dispositif

développé au CRI.

Une nouvelle déclinaison de cette approche propose,

via le projet MINWii, une interface homme-machine

destinée cette fois à des patients souffrant de la maladie

d’Alzheimer. Une campagne d’évaluation et de test a

débuté au deuxième semestre 2009, en collaboration

avec le docteur Péquignaud (Médecine et réadaptation,

hôpital St-Maurice, Val-de-Marne) et la professeure

Rigaud, spécialiste renommée en gérontechnologie

(service de gérontologie, hôpital Broca, Paris).

Faits marquants

Le CRI mène une forte activité de valorisation de ses

travaux de recherche grâce à la collaboration avec la

startup HPC Project, dont l’un des acteurs-clés, Ronan

Keryell, est un ancien chercheur du CRI ; une ancienne

doctorante du CRI, Béatrice Creusillet, récipiendaire

du prix Le Chatelier en 1996, et un nouveau doctorant,

Mehdi Amini, participent également à cet effort.


MINES ParisTech partenaire de ECO 2 Climat :

une première européenne sur TF1

Lancé au journal de 20h de TF1, lundi 7 décembre 2009, jour de l’ouverture du

sommet de l’ONU sur le climat à Copenhague, cet indicateur fera ensuite l’objet

d’une mise à jour mensuelle (http://lci.tf1.fr/eco-climat/). Les internautes pourront

également calculer d’une manière simple leur bilan carbone individuel

sur TF1 News.

EC0 2 Climat a été conçu avec le cabinet « Carbone 4 » dirigé par Jean Marc

Jancovici et Alain Grandjean, polytechniciens, spécialistes du sujet et

concepteurs du bilan carbone développé pour l’Ademe.

Le calcul mensuel de cet indice sera effectué par

MINES ParisTech.

Le Centre énergétique des procédés (CEP) et le Centre de gestion scientifique

(CGS) identifieront les modifications à introduire et intégreront les évolutions des

données pour lesquelles des mises à jour mensuelles sont disponibles. L’École proposera

les évolutions du modèle qu’il lui semblera pertinent et fournira les explications scientifiques

expliquant les variations de l’indicateur. Une doctorante travaillera spécifiquement sur ces sujets :

■■

ECO 2 Climat prend en compte toutes les émissions dont dépend un ménage français dans sa vie quotidienne, qu’elles aient lieu sur

le territoire français ou non. Il a pour objectif d’estimer le contenu en carbone de leurs consommations de produits et services, de

l’habitat et de leurs déplacements.

■■

ECO 2 Climat prend en compte les émissions de gaz à effet de serre liées à :

■■

la construction et le gros entretien des logements ;

■■

la consommation d’énergie des logements ;

■■

l’alimentation ;

■■

les autres biens de consommation ;

■■

le déplacement des personnes ;

■■

les services fournis par le secteur public (éducation nationale, santé, défense…) et par le secteur privé (hôtel, restaurant, poste,

banque, activités culturelles).

L’École a été l’une des premières à intégrer une

formation aux sciences économiques et sociales

dans le cursus des ingénieurs, avec en particulier

le professeur Maurice Allais, ancien élève et

professeur de l’École, prix Nobel d’économie. Les

recherches en ce domaine se sont ensuite développées

à partir de la fin des années soixante, avec la

création successive de quatre centres :

■■

le Centre de gestion scientifique (CGS) ;

■■

le Centre de sociologie de l’innovation (CSI) ;

■■

le Centre d’économie industrielle (CERNA) ;

■■

le Centre de recherche sur les risques et les crises (CRC).

Département Économie, management, société

Responsable du département : Madeleine Akrich

Selon les principes de l’École, ces

recherches sont menées en étroite

collaboration avec les acteurs

concernés dans la société, en alternant

travail sur le terrain, au plus près des faits, et

élaborations théoriques. Chacun des centres a

développé une approche originale, qui déborde les frontières

traditionnelles entre disciplines académiques, et a

souvent joué un rôle de pionnier dans son domaine. Les

échanges entre centres, déjà nombreux au niveau de l’enseignement,

vont croissant au niveau de la recherche, avec

le caractère de plus en plus inter-disciplinaire des sciences

économiques et sociales.

Les sciences de gestion

Partant de la problématique de l’optimisation des choix,

dans la tradition de la recherche opérationnelle, le CGS a

été très vite amené à l’élargir à l’analyse des déterminants

des comportements réels des acteurs dans les organisations,

mettant ainsi à jour des logiques locales implicites,

antinomiques avec une optimisation globale.

L’analyse n’est pas pour autant sociologique, tant

par sa grille de lecture que par sa méthodologie. L’accent

est mis à la fois sur les dispositifs concrets de délégation,

économie, management, société


92 ÉCONOMIE, MANAGEMENT, SOCIÉTÉ : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

de coordination et d’évaluation, qui structurent les relations

entre acteurs, et sur les savoirs dont disposent ces

acteurs, dans une perspective d’interaction dynamique

entre savoirs et relations. La méthodologie, elle, est

fondée sur une interaction forte avec les acteurs concernés,

où le chercheur n’est pas un simple observateur

mais propose aussi bien des outils d’aide à la décision

que de nouvelles procédures de gestion ou des modélisations,

auxquelles les acteurs réagissent. Ces réactions

livrent alors de nouvelles clés de compréhension des

phénomènes en cause.

L’approche du CGS a permis, en particulier, d’analyser

l’évolution récente des systèmes productifs, en

liaison avec celle des métiers et des compétences, et

le mouvement de modernisation des services publics.

Elle s’étend à présent à des domaines où les dispositifs

de gestion sont encore peu formalisés : conception de

produits, gestion de projet, recherche, formation, activités

culturelles.

L’économie industrielle

Axé à sa création sur l’économie des ressources naturelles,

le CERNA est rapidement devenu un centre d’économie

industrielle et a élargi son champ de recherche

à de nombreux secteurs économiques. La démarche

privilégie l’analyse des dynamiques d’évolution, à partir

d’études de cas approfondies, choisies dans des activités

et des pays confrontés à des mutations importantes.

Les problématiques théoriques construites à partir

de ces analyses ont permis de renouveler l’approche

de questions de stratégie d’entreprise et de politique

publique telles que la prise en compte des préoccupations

environnementales, les mutations industrielles

des anciens pays socialistes, la restructuration des industries

de l’armement, la déréglementation des entreprises

publiques, l’économie numérique.

Le CERNA fait évoluer ses domaines de recherche où

il se veut un défricheur, ouvrant de nouvelles perspectives,

mais les problématiques générales des relations

État - Industrie (rôles de l’État et des marchés, politiques

réglementaires), et des tendances lourdes d’évolution

de l’organisation du tissu industriel (degré d’intégration,

sous-traitance et partenariats, réseaux), structurent

ses investigations.

La sociologie de l’innovation

Fondé sur le pari de la fécondité d’une approche pluridisciplinaire

intégrant à l’analyse de la société les objets

scientifiques, techniques et culturels, le CSI a construit

des outils théoriques et pratiques d’analyse socio-techni-

que qui ont connu une large diffusion. Ils permettent

de donner un cadre aux phénomènes de création et

de diffusion des innovations dans les domaines les

plus variés, qu’il s’agisse de science, de technologie,

d’art ou de médias.

Pour étudier des innovations sur le terrain, en

train de se faire, le CSI analyse les controverses entre

acteurs, en gardant une symétrie entre arguments

techniques et sociaux, et les processus de mise en

réseaux, de médiation et de traduction qui précèdent

l’émergence d’un marché.

Les travaux du CSI, qui ont permis en particulier

d’éclairer les problèmes de la programmation et de

l’évaluation de la recherche, s’ouvrent à des thèmes

liés à des débats publics importants, notamment du

fait des problèmes de responsabilité et d’éthique

qu’ils posent (biologie, santé, environnement, sécurité,

exclusion…).

Sur le plan théorique, les questions actuellement

explorées portent sur les modes de coordination, aussi

bien économiques que sociologiques, sur la frontière

entre biens privés et biens collectifs, et sur l’analyse

des services et des usages.

Les risques

La société, les pouvoirs publics ainsi que les industriels

demandent aujourd’hui une maîtrise accrue des situations

de risque. Le Centre de recherche sur les risques

et les crises a été créé pour étudier cet objet complexe

présentant de nombreuses facettes en fonction du

point de vue sous lequel on l’observe. L’approche

proposée est résolument trans-disciplinaire et se

concentre autour de trois axes principaux :

■■

l’évaluation des risques et l’information du public ;

■■

les systèmes d’information pour la gestion des risques ;

■■

la formalisation de l’expérience et l’apprentissage

organisationnel.

Formations doctorales

Économie & finance

Responsable : Matthieu Glachant, Paris.

Sciences de gestion

Responsable : Armand Hatchuel, Paris.

Socio-économie de l’Innovation

Responsable : Antoine Hennion, Paris.

Sciences et génie des activités à risques

Responsable : Franck Guarnieri, Sophia Antipolis.


Directeur : Matthieu GLACHANT

Téléphone 01 40 51 90 91

Courriel cerna@cerna.mines-paristech.fr

web et publications

http: //www.mines-paristech.fr/Fr/CERNA

Enseignants chercheurs 9

Autres personnels 6

Doctorants MINES ParisTech 13

Doctorants autres établissements 1

Le Cerna est le centre d’économie industrielle et de

finance de MINES ParisTech. Ses travaux portent sur la

dynamique des entreprises et des marchés, ainsi que sur

les effets économiques et concurrentiels des interventions

publiques (politique de la concurrence, réglementation,

environnement, politique technologique, accords commerciaux)

et la finance quantitative. Les raisonnements d’économie

industrielle et d’économie de la réglementation

tiennent aujourd’hui une place centrale dans la formulation

des stratégies d’entreprises, leur communication financière,

le choix des instruments des politiques publiques, ainsi

que dans les arbitrages juridiques (litiges commerciaux

et réglementaires). Les recherches du Cerna s’organisent

autour de six grands domaines : l’économie numérique, la

régulation, l’environnement et le changement climatique,

la globalisation, la finance quantitative et le management

de l’innovation. Les projets correspondants sont réalisés

dans le cadre de partenariats variés (académiques, industriels),

nationaux et internationaux.

Formation

Le Cerna anime trois des options du cycle Ingénieurs civils de

l’École : Économie industrielle, Droit et économie de l’entreprise et

Finance quantitative. Nous participons également à la formation

des ingénieurs civils en économie et finance avec les cours de

tronc commun (Macroéconomie, Initiation à l’économie, Calcul

économique) et d’enseignements spécialisés (Économie industrielle,

Introduction à la finance de marché, Project Finance, Processus

stochastiques, La globalisation de l’économie mondiale). En outre, le

Cerna assure aussi les cycles Biens publics et gouvernance mondiale,

Recherche et innovation et Stratégie d’entreprise, ainsi que l’encadrement

de mémoires des ingénieurs des Corps techniques de

l’État. Il dirige, avec le CEP, le Master professionnel Stratégies

énergétiques de l’École, habilité en 2004.

Enfin, les chercheurs du Cerna interviennent à l’extérieur

dans des formations de troisième cycle : le Master Économie

du développement durable, de l’environnement et de l’énergie

Centre d’ économie industrielle


(MINES ParisTech – CERNA)

(EDDEE), le Master Gestion du risque en finance et assurance

de l’Université Paris Ouest, le Master de droit de l’Université

Catholique de Louvain, le Master Technologie et

innovation de l’Université Paris Dauphine et le Mastère

spécialisé Ingénierie et gestion de l’environnement (IGE).

Recherche

L’économie numérique

En 2009, l’équipe a déployé sa problématique de

l’économie industrielle des médias dans l’environnement

numérique. Elle a aussi progressé dans l’analyse

économique de la réglementation des industries

culturelles. Enfin, l’année a vu la création en janvier

de la Chaire ParisTech d’Économie des médias et des

marques (voir la rubrique Faits marquants).

La régulation des industries de réseau

Nos recherches sur ce thème concernent principalement

le secteur du gaz et de l’électricité en Europe.

Elles portent notamment sur la tarification d’accès, la

structure des marchés et les politiques énergétiques.

En 2009, François Lévêque a contribué aux débats sur

la réforme de l’organisation des marchés électriques

français. Il a notamment publié sur ce sujet dans The

Electricity Journal un article intitulé Where the Champsaur

Commission has got it wrong.

Le droit de la propriété intellectuelle

Les travaux sur la propriété intellectuelle entrent dans

le cadre de la Chaire industrielle de Droit et économie

des brevets, soutenue par Air liquide, Microsoft

et Philips. Les recherches de la Chaire en 2009 ont

poursuivi les travaux déjà engagés en 2008 sur les

standards technologiques d’une part, et l’implication

des entreprises dans le logiciel libre d’autre part.

Deux nouveaux doctorants, Henry Delcamp et Justus

Baron, ont été recrutés pour produire et analyser des

données empiriques sur le thème des standards. Une

enquête internationale a également été lancée sur les

politiques des organisations de standardisation en

matière de propriété intellectuelle.

La politique industrielle

Les travaux sur ce thème portent sur la caractérisation

du périmètre industriel et de ses principales

évolutions structurelles depuis vingt ans (poids relatif,

rôle économique, spécialisation, phénomènes de

désindustrialisation et de délocalisations). Ils cher-

93


94 ÉCONOMIE, MANAGEMENT, SOCIÉTÉ : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

chent également à développer une analyse comparée des

différents instruments de politique industrielle (pôle de

compétitivité, fonds d’investissement stratégique, plans

sectoriels).

Les politiques de l’environnement

et du changement climatique

Dans le domaine des politiques de lutte contre l’effet

de serre, le Cerna est engagé dans un programme de

recherche sur le transfert de technologies économes en

gaz à effet de serre depuis les pays industrialisés vers les

pays en développement. Ce programme est notamment

financé par l’Agence française de développement, le GICC

et le Conseil français de l’énergie. En 2009, Benjamin

Bureau et Antoine Dechezleprêtre ont soutenu d’excellentes

thèses. Le Cerna était présent au sommet sur le

climat de Copenhague pour présenter les résultats d’une

nouvelle étude sur l’industrie photovoltaïque. Le Cerna

a également lancé une nouvelle thèse sur l’économie de

la Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE).

L’analyse de la globalisation

Les thèmes de recherche de Cerna Globalisation portent

actuellement sur le développement urbain durable, la

mesure et les dynamiques du capital naturel épuisable et

renouvelable et la construction des indicateurs de développement

durable.

Dans le domaine du développement urbain durable,

les travaux se poursuivent sur l’évaluation économique

des politiques de résorption de l’habitat dit « illégal »

à Mumbaï, la soutenabilité des politiques de transport

urbain et l’évaluation des coûts de transition vers un

développement urbain durable.

Dans le domaine de la mesure du capital naturel et des

indicateurs de durabilité, le travail de Timothée Ollivier

s’est achevé par une thèse soutenue en décembre 2009.

Trois publications sont en cours.

P-N. Giraud et son équipe de chercheurs sur la ville ont

été chargés par le WEC (World Energy Council) d’une étude :

Energy for Megacities, qui sera présentée au Congrès mondial

de l’énergie à Montréal, en septembre 2010.

La finance quantitative

Les projets dans les domaines de la mine et du pétrole

sont soumis à de fortes incertitudes techniques et économiques.

L’équipe finance quantitative développe des

approches pour inclure les deux types d’incertitudes.

Dans le domaine de la mine, un consortium de sociétés

internationales composé d’Areva (France), BHP Billiton

(Australie) et Codelco (Chili) finance des travaux

théoriques ainsi que des cas d’étude. Deux articles

présentant ces travaux ont fait l’objet de communication

au congrès international de Project Evaluation qui a

eu lieu à Melbourne en avril 2009.

Nos travaux sur les Virtual Power Plants ont été présentés

au séminaire Price & decision support modeling in electricity

markets qui a eu lieu en février, à Trondheim, et

au congrès international de l’IAEE à San Francisco, en

juin. Un article paraîtra prochainement dans le Journal

of Energy Markets.

Nous poursuivons les travaux sur les copules dynamiques,

en collaboration avec Daniel Totouom (de BNP

Paribas, NY).

Management de l’innovation

L’observatoire des pôles de compétitivité, animé par une

équipe mixte associant le Cerna et le CGS (avec le concours

de l’IMRI de Paris-Dauphine et d’ESCP-Europe) permet des

échanges fructueux entre équipes de recherches, observateurs

et participants des différents pôles. Un séminaire

mensuel, une lettre trimestrielle, un site web facilitent le

développement d’une communauté de pratique.

Le financement du projet Epictete par l’ANR permet

d’analyser les trajectoires des pôles de compétitivité et

le pilotage de cette politique publique. Nous travaillons

notamment sur la caractérisation du contexte, des actions,

des résultats et de la valeur ajoutée des pôles.

Le séminaire mensuel Ressources technologiques et innovation,

animé en partenariat avec l’École de Paris du management,

a permis, pour la treizième année consécutive,

de riches débats entre praticiens de l’innovation autour

de cas concrets.

Faits marquants

Publication en livre de poche (Points Seuil) du livre

de P-N. Giraud, initialement publié en 2001 (Grand

Prix Turgot et Prix européen du livre d’économie) : Le

Commerce des Promesses, augmenté de deux nouveaux

chapitres sur la crise financière et économique de 2008.

La création en janvier 2009 de la Chaire ParisTech

d’Économie des médias et des marques associe le Cerna et

le Département informatique et réseaux de TELECOM

ParisTech. Cette Chaire a obtenu le soutien sur 5 ans de

Vivendi. Le Groupe Lagardère rejoint la chaire en 2010.

Organisation d’un Side Event, en décembre 2009 au

sommet sur le climat de Copenhague, intitulé Beyond

patents: innovation, competition and technology diffusion in

the photovoltaic industry.


Directeur : Franck AGGERI

Directeur adjoint : Armand Hatchuel


Centre de gestion scientifique

(MINES ParisTech – CGS)

95

Téléphone 01 40 51 90 95

Courriel cgs@cgs.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CGS

Enseignants chercheurs 14

Autres personnels 4

Doctorants MINES ParisTech 21

Doctorants autres établissements 1

Fondé en 1967, le Centre de gestion scientifique

(CGS) est un laboratoire pionnier dans le domaine

des Sciences de gestion. Trois points caractérisent

l’approche ingénierique développée au sein du

CGS. Celle-ci se caractérise, en premier lieu, par une

double culture de la modélisation et de l’organisation.

Tournés à l’origine vers la production d’outils

issus de la recherche opérationnelle, ses travaux se

sont ensuite orientés, dans les années 80, vers la

conception et l’étude des outils de gestion (comptabilité

analytique, tableaux de bord, contrats, modèles

d’aide à la décision, etc.) dans les organisations.

Cette approche a notamment été mise en œuvre

pour analyser et accompagner la transformation

de différentes organisations : système hospitalier,

systèmes de production entreprises industrielles et

organisations publiques. Les travaux conduits sur le

rôle de l’instrumentation dans la dynamique des

organisations font aujourd’hui référence en France.

Les travaux du CGS ont évolué ces dernières années

vers de nouvelles formes de modélisation. La théorie

de la conception (C-K), développée au sein du

CGS, propose ainsi un formalisme du raisonnement

de conception dont les applications potentielles

concernent les activités de conception entendues

au sens large : innovation de produit et de procédés,

recherche innovante, conception de nouveaux

modèles économique, etc.

L’approche du CGS se distingue, en second lieu,

par une tradition de recherche collaborative de

longue durée avec les organisations dont les chercheurs

étudient et accompagnent les mutations :

la recherche-intervention. Cette forme de recherche

collaborative qui a été théorisée par toute

une série d’articles est aujourd’hui établie au

plan international comme l’un des modes de

production de connaissances scientifiques dans

le domaine des Sciences de gestion.

Troisième caractéristique : les travaux du CGS

cherchent à articuler de façon cohérente les trois

dimensions de l’activité : enseignements (E),

recherches académiques (R) et recherches en

partenariat (I). Ce modèle ERI se concrétise par

le développement simultané d’offres de formation,

de publications et de recherches collaboratives

avec les entreprises et les organisations

sur différents thèmes autour de la gestion de

l’entreprise et des organisations : théorie de la

conception et gestion de l’innovation, gestion

et dynamique des métiers, systèmes logistique,

stratégies de développement durable dans les

entreprises, management public, etc.

Formation

Les enseignants chercheurs du CGS sont très fortement

impliqués dans la formation des ingénieurs

de MINES ParisTech. Ils dirigent trois options

(Ingénierie de la conception, Systèmes de production

et logistique (en collaboration avec le CAOR) et

Gestion scientifique), assurent sept cours d’enseignement

spécialisés, etc. Le CGS intervient également

dans quatre Masters recherche dans lesquels

MINES ParisTech est co-accréditée. Par ailleurs,

Jean-Claude Sardas, co-dirige l’école doctorale

EOS (Économie Organisation Société) avec l’université

Paris X Nanterre.

Recherche

Un axe de recherche fédérateur : le management

pour l’innovation

L’événement marquant de l’année 2009

a été l’inauguration de la chaire Théories et

méthodes de la conception innovante (TMCI),


96 ÉCONOMIE, MANAGEMENT, SOCIÉTÉ : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

soutenue par cinq entreprises (Thalès, Renault,

Dassault systèmes, RATP et Vallourec). Cette chaire

concrétise quinze ans de travaux collaboratifs et

de recherches fondamentales sur les théories et

les activités de conception. Elle permet d’accélérer

le programme international engagé sur ce thème

qui s’est concrétisé cette année par de nombreuses

publications, par différents prix internationaux et

par l’organisation du 2 d international workshop on

Design Theory qui est un Special Interest Group (SIG)

de la principale société savante dans le domaine

de la conception : la Design Society. Une marque

de reconnaissance des travaux menés dans ce

domaine a été la nomination en 2009 d’Armand

Hatchuel, l’un des responsables de cette chaire, à

l’Académie des technologies.

Les activités de recherche du CGS s’orientent

désormais autour d’un axe fédérateur : le management

pour l’innovation. Outre les théories et

méthodes de la conception, nous étudions les innovations

technologiques et sociales selon différentes

facettes complémentaires : gestion des métiers de la

conception et de leurs identités professionnelles ;

nouvelles formes d’éco-innovation et méthodes

d’innovation pour le développement durable ;

histoire de la conception industrielle ; nouvelle

théorie et formes de l’entreprise favorables à l’innovation

; nouvelles formes d’action publique pour

l’innovation (ce thème a conduit à la création, en

2009, à l’initiative du CGS et du Cerna de l’observatoire

des pôles de compétitivité) ; systèmes

logistiques innovants.

Cette palette de travaux a permis de construire

un point de vue original, dont la richesse est sans

équivalent en France, sur la gestion de l’innovation,

ses enjeux et ses méthodes tant sur un plan historique,

qu’empirique et théorique. Ce projet fédérateur

se déploie partenariat avec de grandes entreprises

et organisations innovantes (Renault, Thalès, ST

Micro, Vinci, Vallourec, Total, etc.) et en lien étroit

avec des institutions de recherche partenaires (Chalmers,

Imperial College, Stanford, Copenhagen Business

School, École polytechnique, Université Paris

Dauphine, AgroParisTech, ESCP-Europe, etc.).


Directeur : Franck GUARNIERI

Téléphone 04 93 95 75 43

Courriel crc@crc.mines-paristech.fr

Web et publications

http://www.crc.mines-paristech.fr/fr/

Enseignants chercheurs 10

Autres personnels 9

Doctorants MINES ParisTech 30

Doctorants autres établissements 1

Autres étudiants 17

(y compris les Formations spécialisées)

Le Centre de recherche sur les risques et les crises

(CRC) a pour mission de contribuer à la formalisation

et à l’unification des savoirs à destination des organisations

(et plus particulièrement des entreprises)

souhaitant réduire leurs vulnérabilités et accroître

leurs capacités de résilience face à des événements

particulièrement perturbateurs et dommageables

(accident technologique majeur, accident du travail,

maladie professionnelle, aléas naturel et environnemental,

risques de projet, risques opérationnels…).

Le CRC profite de l’expertise scientifique multidisciplinaire

de ses chercheurs (sciences pour l’ingénieur,

ergonomie, gestion, géographie, droit, psychologie,

informatique…) pour conduire ses travaux de recherche

dans le cadre de partenariats étroit et durable

avec des industriels, les pouvoirs publics et l’Union

européenne.

Formation


Centre de recherche sur les risques

et les crises

Recherche

(MINES ParisTech – CRC)

Retour d’expérience et apprentissage

L’équipe, animée par Jean-Luc Wybo, traite principalement du

concept de retour d’expérience, concept qui tient une place

importante, puisqu’il permet aux organisations de progresser

à partir de l’expérience acquise. Cela est particulièrement

intéressant, notamment lors de la survenance de situations

exceptionnelles qui sortent du cadre de la planification et

qui nécessitent de s’adapter aux changements. Les travaux de

recherche s’appuient sur le Groupement d’intérêt scientifique

REXAO (www.rexao.org) ; un ouvrage a été publié pour

diffuser cette méthodologie (Retour d’expérience et maîtrise des

risques, aux éditions Lavoisier). Ambre Brizon a soutenu sa

thèse portant sur la gestion des signaux faibles dans l’industrie

pharmaceutique, qui a permis de mettre en évidence les

facteurs favorables ou défavorables à une transmission et une

gestion efficace de ces signaux. Cette recherche s’est effectuée

en partenariat avec l’ICSI et le groupe Sanofi-Aventis. Audrey

Auboyer a soutenu sa thèse portant sur l’amélioration du

retour d’expérience des accidents en tunnels routiers, par la

prise en compte les facteurs humains. Cette recherche s’est

effectuée en partenariat avec le Centre d’études des tunnels

(CETU) et la société du tunnel du Fréjus (SFTRF). Dans le

domaine de la protection des végétaux contre les nuisibles,

l’analyse des réseaux d’acteurs et des modes d’organisation

d’une filière de production (tomates) soumise à ce type de

risque a été finalisée dans le cadre d’un projet ANR Agriculture

durable ; cette étude contribue à une thèse en cours portant sur

les modalités de mise en place d’une organisation vigilante

pour la lutte contre les nuisibles pour l’agriculture (thèse

d’A. Paré-Chamontin, en partenariat avec le ministère de

l’agriculture).

97

Les enseignants-chercheurs du CRC interviennent au

sein du cycle Ingénieurs civils des Mines de Paris :

cours Introduction aux cindyniques pendant la semaine

ATHENS, MIG (Module d’initiation aux métiers de l’ingénieur

généraliste) Sécurité industrielle, option DIPA en

collaboration avec le Centre énergétique et procédés.

Ils interviennent aussi auprès des élèves du corps des

Mines. Ils animent la formation doctorale Sciences et

génie des activités à risques, dirigent le Mastère spécialisé

Maîtrise des risques industriels, participent au Mastère

spécialisée de l’ISIGE « QHSE-DD » et ils co-dirigent,

avec l’ESCP-EAP et l’ICSI, l’Executive Mastère spécialisé

Facteurs humain et organisationnel en sécurité industrielle.

Une méthodologie de retour d’expérience sur les exercices

de crise a été développée, en partenariat avec l’université

de Namur et l’institut Symlog, dans le cadre du programme

Risque, décision, territoire (RDT) du MEEDM.

Ingénierie de la résilience

L’équipe animée par Erik Hollnagel (titulaire de la chaire

Sécurité industrielle), au travers d’actions de recherche, de

formation, de publications et de contrats, a poursuivi son

implication dans le domaine du facteur humain de la sécurité

industrielle et dans la promotion des concepts et méthodes

de l’ingénierie de la résilience.


98 ÉCONOMIE, MANAGEMENT, SOCIÉTÉ : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

Cinq doctorants mènent leurs recherches dans les

domaines précités. La thèse d’Eduardo Runte s’intéresse

au travail réel dans les processus complexes. L’objectif est

de démontrer l’utilité des adaptations de procédures, de

modéliser les conditions dans lesquelles elles se produisent

afin de développer un outil d’audit centré sur la prédiction

de performance du système socio-technique. Celle de François

Pieri, sur le management de la sécurité industrielle,

vise à identifier les facteurs qui améliorent l’efficacité des

interventions déclenchées par un système de management

de la sécurité et à développer une méthode permettant de

fiabiliser le processus de décision en matière de sécurité

industrielle. La thèse de Luigi Macchi, sur le risque dans la

navigation aérienne, consiste à faire évoluer une méthode

d’évaluation (FRAM) et à collaborer à son déploiement au

sein de DFS (Deutsche Flugsicherung, le service allemand

de contrôle de la navigation aérienne). La thèse de Damien

Fabre a pour objectif d’analyser les défaillances possibles

au sein des diverses étapes d’une analyse d’accident, et de

produire une méthode de support à l’enquête afin de fiabiliser

l’ensemble du processus d’analyse. La thèse de Daniel

Hummerdal, sur les compromis de la sécurité industrielle,

a pour objectif de comprendre et développer un ensemble

d’outils d’aide à la gestion des compromis, entre les enjeux

de sécurité, de rentabilité et de productivité.

Méthodes et outils de la performance

L’équipe, animée par Franck Guarnieri, s’intéresse, d’une

part, à renforcer l’usage d’outils théoriques de description et

d’explication permettant de qualifier les multiples champs

de la vulnérabilité auxquels sont exposées les organisations

(et plus particulièrement les entreprises) et d’autre part, à

poser les fondements exploratoires d’instruments d’aide à

la décision, permettant aux dirigeants d’anticiper des effets

indésirables sur la performance de leurs organisations.

Deux thèses ont été soutenues : l’une par Gabriele Rasse,

sur les Plans de prévention des risques (PPR) et l’autre par

Julien Iris, sur l’apport du géo-décisionnel à la prévention

des risques naturels par le secteur de l’assurance. L’année

2009 a vu la consolidation du partenariat, conclu en 2007,

avec le département de R&D de DCNS, leader européen de

la construction de navires de guerre et du développement

de systèmes navals de combat. Citons les projets ANR :

SCANMARIS, TAMARIS, SYSMARIS et SARGOS. Enfin, l’activité

dans le cadre des projets européens NEUROPRION, DIPLECS,

EU-CONGNITON, HEALTH TV et I2C se poursuit.

Faits marquants

La formation doctorale Science et génie des activités à risques a

diplômé cette année, Gabrièle Rasse, Ambre Brizon, Julien

Iris et Audrey Auboyer.

Valérie Godfrin et Emmanuel Garbolino ont obtenu,

en décembre 2009, leur Habilitation à diriger des

recherches (HDR) auprès de l’Université de Nice Sophia

Antipolis.

En collaboration avec la maison d’édition Lavoisier

(premier pôle d’édition scientifique et technique francophone),

le CRC dirige la collection SRD. Cette collection

s’adresse principalement à une très large communauté

scientifique (allant des sciences humaines et sociales aux

sciences de l’ingénieur). Elle compte à ce jour plus de

25 ouvrages (autant sont en chantier). Les publications

les plus récentes traitent du retour d’expérience, de l’expertise

en matière de risque, de perception des risques,

de sécurité économique, de santé et sécurité au travail…

Pour en savoir plus : www.lavoisier.fr/collectionSRD.asp

PREVENTEO, la société, liée par contrat de collaboration

au CRC (contact F. Guarnieri), spécialisée dans le

domaine de la maîtrise des risques Hygiène, sécurité et

environnement (HSE), poursuit sa croissance. Signalons

parmi les clients : Eurocopter, Schneider, Servair, Electrolux,

Thales, AirFrance, Vinci Energie, Galderma, Merck,

Gaz de Strasbourg…

Le CRC lance son Mastère spécialisé « Maîtrise des risques industriels » (MRI)

Le Mastère spécialisé Maîtrise des risques industriels (MRI) de MINES ParisTech est une formation post-diplôme qui associe théorie et

pratique ; sciences de l’ingénieur, sciences sociales, droit et gestion. Elle a été établie pour répondre à une demande essentielle du

monde industriel et des services de l’État : disposer de cadres qui puissent prendre très rapidement des responsabilités opérationnelles

dans le domaine de la sécurité industrielle. Ce programme bénéficie de l’expérience de collaboration étroite du CRC avec le monde

industriel et avec les services de l’État (Intérieur, Équipement et Défense) et fait largement appel aux résultats de recherche des équipes

du Centre. La formation théorique dure 5 mois et s’organise autour de trois axes :

■■

connaissance de la gestion des risques ;

■■

connaissance des comportements et du fonctionnement des organisations ;

■■

aptitude à agir dans des situations variées par une série d’immersions.

La mission professionnelle se déroule sur 6 mois. Il s’agit d’une étude concrète pour une entreprise. L’étudiant bénéficie d’un tutorat

académique et industriel.

Contact : jean-luc.wybo@mines-paristech.fr – www.master-mri.org


Directrice : Madeleine AKRICH

Téléphone 01 40 51 91 91

Courriel csi@csi.mines-paristech.fr


Centre de sociologie de l’innovation

(MINES ParisTech – CSI)

99

Web et publications

http://www.mines-paristech.fr/Fr/CSI

Enseignants chercheurs 11

Autres personnels 5

Doctorants MINES ParisTech 15

Fondé en 1967, le Centre de sociologie de l’innovation

(CSI) est un laboratoire de recherche de MINES Paris-

Tech. Depuis 2001, il est associé au CNRS, aujourd’hui

en tant qu’Unité mixte de recherche (UMR 7185),

sections 36 (sociologie) et 40 (sciences politiques).

L’équipe du CSI est constituée d’une trentaine de

personnes, dont dix chercheurs permanents (Madeleine

Akrich, Yannick Barthe, Michel Callon, Antoine

Hennion, Alexandre Mallard, Cécile Méadel, Fabian

Muniesa, Philippe Mustar, Vololona Rabeharisoa

et Catherine Rémy), trois ingénieurs de recherche

(Florence Javoy, Florence Paterson et Frédéric

Vergnaud) et une responsable administrative (Catherine

Lucas), puis un nombre variable de doctorants

(15 en 2009) et post-doctorants (3 en 2009). Le CSI est

actuellement dirigé par Madeleine Akrich.

Les travaux réalisés au sein du CSI portent sur

l’innovation scientifique, technique, marchande et

culturelle. Refusant l’opposition entre recherche

fondamentale et recherche appliquée au profit d’une

conception réflexive du rapport aux acteurs étudiés,

le CSI associe une production académique de haut

niveau et une politique contractuelle auprès de partenaires

variés (ministères, agences, régions, Europe,

entreprises, associations, etc.). Les contrats de recherche

assurent en moyenne 300 000 euros par an, soit

environ 30 % des ressources du centre. À la fois dans

le cadre de MINES ParisTech et à l’extérieur, les chercheurs

du centre assurent de nombreuses activités

d’enseignement et d’expertise. Enfin, à travers des

séminaires communs et des partenariats de recherche

de diverses formes, le CSI multiplie ses contacts

institutionnels, français et internationaux.

S’appuyant sur la sociologie des sciences,

du droit et de la culture, le CSI s’est intéressé

de façon privilégiée depuis sa création à la

dynamique de la recherche dans l’entreprise,

à l’anthropologie des laboratoires, à l’analyse

socio-technique de l’innovation et à la scientométrie.

Sur ces bases, les thématiques se

sont structurées dans les années 1980 autour

de trois axes complémentaires sur lesquels le

CSI a acquis une réputation internationale :

l’anthropologie des sciences et des techniques,

les politiques de recherche et d’innovation

(publiques, associatives, privées), la construction

des publics, des marchés et des usages.

Le centre s’est notamment distingué, dans

le domaine des Science and Technology Studies

(STS), par sa contribution à l’élaboration de

la théorie de l’acteur-réseau (« actor-network

theory »), une perspective originale en sciences

sociales. Depuis les années 1990, les efforts

de recherche du CSI se sont orientés vers des

domaines tels que l’environnement, la sécurité,

les transports, la santé et le handicap, l’alimentation,

les goûts, la communication, les services,

la finance, l’État et l’entrepreneuriat.

Formation

Les enseignants chercheurs du CSI participent

à de nombreuses activités de formation.

Dans le cycle d’ingénieurs civils de MINES

ParisTech, le CSI assure deux enseignements

de tronc commun (Description de controverses

et Société, histoire, culture) et cinq enseignements

spécialisés (Dynamique des sciences et

des techniques, Management de la recherche et

de la technologie, Sociologie des marchés, Publics,

marchés, usagers, et Health and medicine in

Europe : social, political, and ethical issues) qui

permettent, sous des formes pédagogiques

variées, de donner aux élèves les outils et la

culture de base qui les aideront à mieux appré-


100 ÉCONOMIE, MANAGEMENT, SOCIÉTÉ : RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

hender l’insertion de leurs futures activités dans la

société. L’option Innovation et entrepreneuriat approfondit

ces acquis avec une nette dimension managériale

en préparant les ingénieurs à la création

d’entreprises ou au développement d’activités innovantes

au sein de grands groupes. Les équipes du

CSI encadrent également les étudiants du Mastère

spécialisé en Ingénierie et gestion de l’environnement de

l’ISIGE dans la réalisation d’un travail d’enquête sur

les controverses environnementales. Enfin, le CSI

anime un atelier de recherche doctorale et encadre

un certain nombre de thèses doctorales (en

moyenne, trois thèses soutenues par an). Les enseignants

chercheurs du CSI assurent par ailleurs des

cours de troisième cycle et d’autres collaborations

pédagogiques dans diverses institutions en France

et à l’international (universités, écoles d’ingénieurs,

écoles de commerce et instituts spécialisés). Le CSI

participe à une activité de formation continue en

partenariat avec l’ADEMA (Association pour le développement

du management associatif) : les Unités

de formation au management associatif (UMA).

Recherche

Innovation, entrepreneuriat

et politiques publiques

Les travaux du CSI se rattachant à cet axe s’inscrivent

dans trois thématiques complémentaires : l’analyse

des réseaux de relations existant entre les différents

acteurs impliqués dans les processus d’innovation

(avec une attention toute particulière portée aux

zones hybrides entre public et privé), l’analyse

des politiques publiques dans le domaine de la

recherche (dans le but, notamment, d’affiner les

instruments d’analyse et de gestion des politiques

publiques) et, enfin, la création d’entreprises innovantes

à partir de la recherche (avec une analyse des

activités de transfert de technologie dans les institutions

d’enseignement supérieur et de recherche).

Formation des marchés

La mise en forme des marchés (leur création, leur

stabilisation, leur transformation) est le résultat des

actions entreprises par une multiplicité d’acteurs

aux démarches et intérêts hétérogènes. La sociologie

économique, discipline ayant acquis une véritable

indépendance théorique et méthodologique, s’attache

à rendre compte de ces processus. La perspective

développée au CSI contribue au développement de

ce domaine de manière originale. Cette perspective

est particulièrement attentive à la variété des

acteurs concernés par la formation des marchés, au

rôle central des dispositifs techniques et des savoirs

scientifiques, à l’importance des pratiques d’expérimentation

dans la construction des marchés, au

processus de qualification des biens et des services

et à l’analyse pragmatique des formes d’attachement

et d’appréciation.

Médecine et santé

Les recherches menées sur cet axe au CSI s’organisent

autour de trois objectifs principaux : caractériser et

analyser le rôle des divers collectifs de patients dans

la structuration et l’articulation de différents espaces

d’intervention et d’action (espaces scientifique,

médical, politique, économique, médiatique, etc.),

étudier l’émergence de nouveaux modes de production

de connaissances et de pratiques médicales (et

la constitution concomitante de nouveaux collectifs

engagés dans cette production, tels les associations

de malades) et, enfin, comprendre les enjeux normatifs,

éthiques, politiques qui caractérisent le domaine

de la santé et de la médecine.

Expérimentation et politique

Tout en s’inscrivant dans la continuité des travaux

menés au sein du CSI sur le thème de la démocratie

technique et du débat public depuis le milieu

des années 1990, cet axe de recherche correspond

à une volonté d’élargir le questionnement sur l’action

publique au-delà du domaine des politiques

scientifiques et technologiques. De la même façon

que, dans les années 1980, l’importation au sein des

travaux du CSI de concepts relevant de l’analyse du

politique (« porte-parole », « représentants ») avait

permis d’éclairer sous un jour nouveau la dynamique

des sciences et des techniques, la notion d’expérimentation

devrait permettre de renouveler le

regard sur l’État, sur les actions de gouvernement

en général et sur les controverses et conflits qui

animent la vie politique.


101

Index scientifique

(Le numéro de page, signalé après chaque sigle renvoie au début de la présentation du centre de recherche concerné)

Abattage des roches........................................................ GEOSCIENCES(p:53)

action publique....................................................................CEP(p:61), CGS(p:95)

aérogels.................................................................................CEMEF(p:61), CEP(p:61)

aéronautique.......................LMS(p:75), CEMEF(p:67), LMS(p:75), MAT(p:71)

analyse chronostratigraphique..............................GEOSCIENCES(p:53)

analyse de données............................ CBIO(p:83), CEP(p:61), CERNA(p:93)

analyse d’images..................................... CAOR(p:81), CEP(p:61), CMM(p:87)

analyse du cycle de vie (ACV)...............................................CEP(p:61)

analyse statique de programmes............................................... CRI(p:89)

anthropologie des marchés............................................................. CSI(p:99)

atelier logiciel.......................................................................................... CAOR(p:81)

automatique.............CAOR(p:81), LMS(p:75), CMA(p:85), GEOSCIENCES(p:53)

automobile.............................................CAOR(p:81), CEMEF(p:67), CMA(p:85),

CMM(p:87), LMS(p:75), MAT(p:71)

Bassins sédimentaires..................................................... GEOSCIENCES(p:53)

bâtiment...........................................................................................................CEP(p:61)

bio informatique............................................................CBIO(p:83), CMM(p:87)

biomasse..........................................................................................................CEP(p:61)

biomatériaux, biomécanique..........CEMEF(p:67), LMS(p:75), MAT(p:71)

Calcul des structures, modélisation par éléments finis


CEMEF(p:67), GEOSCIENCES(p:53), LMS(p:75), MAT(p:71)

carrière......................................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

changement climatique................................................................... CMA(p:85)

changement d’échelle....... CEMEF(p:67), CEP(p:61), LMS(p:75), MAT(p:71)

chauffage et traitement thermique...................................CEMEF(p:67)

cinétiques d’absorption......................................................................CEP(p:61)

CO 2

(captage, stockage)........................... CEP(p:61), GEOSCIENCES(p:53)

collages........................................................................................................... MAT(p:71)

commande adaptative et filtrage non linéaires...............LMS(p:75)

compétitivité des firmes et territoires

économiques........................................................................CERNA(p:93)

compilation pour machines parallèles................................... CRI(p:89)

comportement des matériaux....CEMEF(p:67), LMS(p:75), MAT(p:71),

composites................................................................................................... MAT(p:71)

consommation............................................................................................ CSI(p:99)

conception d’appareillage de mesure....................................CEP(p:61)

contrainte carbone............................................................................... CMA(p:85)

contrainte énergie climat................................................................ CMA(p:85)

construction mécanique.......................................CEMEF(p:67), MAT(p:71)

controverses scientifiques et techniques............................. CSI(p:99)

couplages multiphysiques...................................CEMEF(p:67), MAT(p:71)

cycle ORC (Organic Ranking Cycle)..............................................CEP(p:61)

Débat public et risques...................... CERNA(p:93), CRC(p:97), CSI(p:99)

démocratie..................................................................................................... CSI(p:99)

description des gisements.......................................... GEOSCIENCES(p:53)

développement de logiciels de simulation numérique des

procédés.............................................................. CEMEF(p:67), CEP(p:61)

développement durable.................................CEMEF(p:67), CERNA(p:93),

CEP(p:61), CMA(p:85), GEOSCIENCES(p:53), ISIGE(p:57)

dynamique de croissance (firmes et industries)............CERNA(p:93)

E-learning..................................... CEP(p:61), ISIGE(p:57), CSI(p:99), TICE(p:24)

eau (gestion des ressources)...........CERNA(p:93), GEOSCIENCES(p:53),

ISIGE(p:57)

économie........................................................ CERNA(p:93), CGS(p:95), CSI(p:99)

éco-conception..........................................................................................CEP(p:61)

écosystèmes.................................................... GEOSCIENCES(p:53), ISIGE(p:57)

écoulements liquide/chaleur à travers des milieux poreux

(roches et sols)................................. GEOSCIENCES(p:53), LMS(p:75)

emboutissage.......................................................................................CEMEF(p:67)

empreinte carbone......................................................... CEP(p:61), CMA(p:85)

énergie (prix).........................................................................................CERNA(p:93)

énergie (stockage, conversion, énerg. renouvelables, solaire,

éolien)................................... CEP(p:61), GEOSCIENCES(p:53), LMS(p:75)

entreprenariat............................................................................................. CSI(p:99)

environnement.....................CERNA(p:93), CRC(p:97), CRI(p:89), CSI(p:99),

GEOSCIENCES(p:53), ISIGE(p:57)

épidémiologie....................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

équilibres entre phases.......................................................................CEP(p:61)

étanchéité, mesures de débit de fuite....................................CEP(p:61)

évaluation économique de projet...................................... CERNA(p:93),

GEOSCIENCES(p:53)

évaluation des ressources renouvelables...........................CEP(p:61),

GEOSCIENCES(p:53)

extrusion (métaux et polymères).........................................CEMEF(p:67)

Fatigue-rupture.......................................CEMEF(p:67), LMS(p:75), MAT(p:71)

finance.........................................................................................................CERNA(p:93)

fluides frigorigènes.................................................................................CEP(p:61)

fluotournage..........................................................................................CEMEF(p:67)

fonderie................................................................................CEMEF(p:67), MAT(p:71)

forage............................................................................................ GEOSCIENCES(p:53)

forgeage....................................................................................................CEMEF(p:67)

fullerènes.........................................................................................................CEP(p:61)

fusion de données...................................................................................CEP(p:61)

Gaz acides (capture).................................... CEP(p:61), GEOSCIENCES(p:53)

génie civil............................................................. GEOSCIENCES(p:53), LMS(p:75)

géochimie des eaux.......................................................... GEOSCIENCES(p:53)

géologie..................................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

géomatériaux et environnement.......................... GEOSCIENCES(p:53)

géoprospective.................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

géostatistique........................................................................ GEOSCIENCES(p:53)

géotechnique........................................................................ GEOSCIENCES(p:53)

géothermie.............................................................................. GEOSCIENCES(p:53)

gestion des risques................................................................................CRC(p:97)

globalisation..........................................................................................CERNA(p:93)


102 RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

goût et consommation........................................................................ CSI(p:99)

Halieutique.............................................................................. GEOSCIENCES(p:53)

hydroformage de tôles et de tubes....................................CEMEF(p:67)

hydrogène (production, stockage, conversion).............CEP(p:61)

Hydrologie, hydrogéologie........................................ GEOSCIENCES(p:53)

hydrométallurgie......................................................................................CEP(p:61)

Identification de système......................................... LMS(p:75), CMA(p:85)

imagerie médicale...................................................... CAOR(p:81), CMM(p:87)

imagerie sismique.............................................................. GEOSCIENCES(p:53)

impacts environnementaux..................................... GEOSCIENCES(p:53),

CEP(p:61)

indexation par le contenu.........................................CMM(p:87), CRI(p:89)

injection de polymères...........................................CEMEF(p:67), MAT(p:71)

innovation............................................................. CGS(p:95), CRI(p:89), CSI(p:99)

instrumentation médicale...............................CAOR(p:81), CEMEF(p:67),

CMM(p:87)

interactions superficielles outil-matériau.....................CEMEF(p:67)

internet...............................................................CERNA(p:93), CRI(p:89), CSI(p:99)

Laminage..................................................................................................CEMEF(p:67)

langages informatiques ..........................................CMA(p:85), CRI(p:89)

laser ................................................................................................................ MAT(p:71)

lois de comportement.......................CEMEF(p:67), LMS(p:75), MAT(p:71)

logistique...............................................................................CAOR(p:81), CGS(p:95)

Maîtrise de la demande d’électricité............ CEP(p:61), CERNA(p:93)

marchés...........................................................CERNA(p:93), CMA(p:85), CSI(p:99)

matériaux.................................CEMEF(p:67), CEP(p:61), LMS(p:75), MAT(p:71)

matériaux de construction..............CEMEF(p:67), GEOSCIENCES(p:53)

matériaux pour l’énergie................CEMEF(p:67), CEP(p:61), CMA(p:85),


GEOSCIENCES(p:53), MAT(p:71)

mécanique des roches............................. GEOSCIENCES(p:53), LMS(p:75)

mécanisation & simulation des techniques d’exploitation

minière......................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

mécanique numérique.................................................................CEMEF(p:67)

médecine.............................................. CBIO(p:83), CMM(p:87), CSI(p:99)

médias.................................................................................... CERNA(p:93), CRI(p:89)

métaux et alliages..................................CEMEF(p:67), LMS(p:75), MAT(p:71)

micro-algues.................................................................................................CEP(p:61)

microscopie quantitative...................................CEMEF(p:67), CMM(p:87),

LMS(p:75), MAT(p:71)

microstructure, mécanismes et comportements......... CEMEF(p:67),


LMS(p:75), MAT(p:71)

mine ............................................................................................ GEOSCIENCES(p:53)

minéraux...................................................................................................MUSÉE(p:24)

mise en forme des matériaux..................................................CEMEF(p:67)

modélisation.............................................. LMS(p:75), CEMEF(p:67), CEP(p:61),

CMA(p:85), GEOSCIENCES(p:53), LMS(p:75), MAT(p:71)

modèles technico-économiques............................................. CMA(p:85)

multimédia.............................................................................CMM(p:87), CRI(p:89)

musique............................................................................................................ CRI(p:89)

Nano-technologies...............................CEMEF(p:67), CEP(p:61), MAT(p:71)

nucléaire.......................................................CEMEF(p:67), CEP(p:61), CMA(p:85),


GEOSCIENCES(p:53), MAT(p:71)

Océanographie..................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

options réelles......................................................................................CERNA(p:93)

Pétrole...............................................................CERNA(p:93), GEOSCIENCES(p:53)

Pétrophysique....................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

piles à combustible...........................................................CEP(p:61), MAT(p:71)

plasmas........................................................................................CEP(p:61), MAT(p:71)

plasticité........................................................CEMEF(p:67), LMS(p:75), MAT(p:71)

politique et actions publiques........................ CERNA(p:93), CGS(p:95),

CRI(p:89), CSI(p:99)

politiques de recherche et innovation................................ CERNA(p:93),

CGS(p:95), CSI(p:99)

polymères/polymères biosourcés................ CEMEF(p:67), LMS(p:75),


MAT(p:71)

prévision de la production éolienne........................................CEP(p:61)

problèmes inverses....................................... CMA(p:85), GEOSCIENCES(p:53)

propriétés d’emploi des matériaux.......................................... CEMEF(p:67)

production combustibles minéraux................... GEOSCIENCES(p:53)

produits dérivés financiers........................................................CERNA(p:93)

programmation réactive................................................................. CMA(p:85)

propriétés des sols et des roches.......................... GEOSCIENCES(p:53)

prospectives...............................................CEP(p:61), CERNA(p:93), CMA(p:85)

Qualité de l’air et de l’eau....................... CEP(p:61), GEOSCIENCES(p:53)

Réalité virtuelle..................................................................................... CAOR(p:81)

reformage d’hydrocarbures.............................................................CEP(p:61)

réfrigérants.....................................................................................................CEP(p:61)

réglementation...................................................................................CERNA(p:93)

relations État-industrie..................................................................CERNA(p:93)

réseaux de distribution.......................................................LMS(p:75), CEP(p:61)

résilience.........................................................................................................CRC(p:97)

retour d’expérience...............................................................................CRC(p:97)

rhéologie..................................................................................................CEMEF(p:67)

risque, risques naturels.............................CRC(p:97), GEOSCIENCES(p:53)

risques financiers...............................................................................CERNA(p:93)

robotique et systèmes mécaniques.............. CAOR(p:81), LMS(p:75)

Santé ........................................................... CAOR(p:81), CEMEF(p:67), CGS(p:95),

CMM(p:87), CSI(p:99), GEOSCIENCES(p:53)

sciences politiques...................................................................................CSI(p:99)

sécurité.............................................................................................................CRC(p:97)


RAPPORT D’ACTIVITÉ 2009

103

sédimentologie.................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

sidérurgie............................................................................CEMEF(p:67), MAT(p:71)

sismologie, sol....................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

soudage.....................................................................................................CEMEF(p:67)

stabilité des pentes et mouvements

de versants............................................................... GEOSCIENCES(p:53)

stockage souterrain.................................. GEOSCIENCES(p:53), LMS(p:75),

structure et propriétés mécaniques des matériaux à fibres

CEMEF(p:67), MAT(p:71)

système de gestion de bases de données........................... CRI(p:89)

systèmes d’information géographique (SIG)..................... CEP(p:61)

systèmes à événements discrets...........................LMS(p:75), CEP(p:61)

systèmes collaboratifs.......................................................................... CRI(p:89)

systèmes colloïdaux et précipitation.......................................CEP(p:61)

Tenue en service...........................................................CEMEF(p:67), MAT(p:71)

thermo-formage................................................................................CEMEF(p:67)

thermodynamique (des systèmes, des équilibres entre

phases)..........................................................................................CEP(p:61)

thermomécanique des milieux continus..................CEMEF(p:67),

LMS(p:75)

tomographie...................................................CMM(p:87), GEOSCIENCES(p:53)

transferts gaz-liquide............................................................................CEP(p:61)

transferts thermiques...........................................................................CEP(p:61)

transformation des matières plastiques........................CEMEF(p:67)

transports........................................................ CAOR(p:81), CEP(p:61), MAT(p:71)

travaux publics...................................................................... GEOSCIENCES(p:53)

tribologie..................................................................................................CEMEF(p:67)

Usages................................................................................................................ CSI(p:99)

usinage.................................................................................CEMEF(p:67), MAT(p:71)

Valorisation des déchets industriels.................. GEOSCIENCES(p:53)

véhicules hybrides/hybrides rechargeables......................CEP(p:61)

vision tridimensionnelle................................................................ CAOR(p:81)

More magazines by this user
Similar magazines