Untitled - Versoix

versoix.ch

Untitled - Versoix

SOMMAI REpage1. INTRODUCTION........................................................................................................................ 11.1 Cadre légal................................................................................................................... 11.2 Déroulement ................................................................................................................ 11.3 Enseignements de la première phase d'étude................................................................. 21.4 Structure du plan directeur........................................................................................... 32. PORTRAIT DE LA COMMUNE.................................................................................................... 52.1 Contexte régional et cantonal ........................................................................................ 52.2 Contexte communal...................................................................................................... 73. POLITIQUE DE L'HABITAT ..................................................................................................... 113.1 Caractéristiques générales ......................................................................................... 123.2 Approche par quartiers ............................................................................................... 153.2.1 Versoix-la-Ville, Argand ...................................................................................... 153.2.2 Choiseul............................................................................................................ 183.2.3 Versoix-le-Bourg ................................................................................................ 203.2.4 Sous-Saint-Loup ................................................................................................ 223.2.5 Ravoux.............................................................................................................. 243.2.6 Fayards et Mâchefer .......................................................................................... 253.2.7 Ecogia............................................................................................................... 273.2.8 Richelien........................................................................................................... 293.2.9 Creuson, Sauverny ............................................................................................. 314. POLITIQUE DES EQUIPEMENTS ET DES SERVICES................................................................ 354.1 Equipements scolaires (primaires) et para- scolaires .................................................... 354.2 Equipements et installations pour les enfants .............................................................. 364.3 Equipements pour les jeunes ...................................................................................... 374.4 Equipements pour les personnes âgées........................................................................ 374.5 Equipements de sports et loisirs.................................................................................. 384.6 Principaux équipements culturels ............................................................................... 394.7 Plantages ................................................................................................................... 405. POLITIQUE DE L'ECONOMIE ET DE L'EMPLOI ........................................................................ 435.1. Développements à l'intérieur de la zone à bâtir............................................................ 465.2. Les activités hors zone à bâtir..................................................................................... 475.3 Promotion, marketing, communication ........................................................................ 486. POLITIQUE DES ESPACES PUBLICS, DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE ................................ 516.1 Le réseau des espaces publics .................................................................................... 516.2 Paysage, sites et patrimoine........................................................................................ 59


7. POLITIQUE DES MILIEUX NATURELS ET DE L'AGRICULTURE ................................................657.1 Le vallon de la Versoix.................................................................................................657.2 Les rives du lac...........................................................................................................677.3 Nature en ville ............................................................................................................687.4 La forêt ......................................................................................................................697.5 Corridors à faune ........................................................................................................707.6 Information et sensibilisation ......................................................................................707.7 Agriculture .................................................................................................................718. POLITIQUE DE L'ENVIRONNEMENT .......................................................................................758.1 Nuisances sonores ......................................................................................................758.2 Protection de l’air .......................................................................................................768.3 Gestion des déchets....................................................................................................788.4 Rayonnement non ionisant (RNI) .................................................................................798.5 Gestion des eaux météoriques .....................................................................................808.6 Energie.......................................................................................................................818.7 Sites pollués...............................................................................................................828.8 Risques majeurs .........................................................................................................829. PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTS ................................................................................859.1 Cadre de référence......................................................................................................859.2 Réseau routier ............................................................................................................919.3 Stationnement ..........................................................................................................1029.4 Transports collectifs..................................................................................................1079.5 Réseau cyclable........................................................................................................11210. PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONS................................................................11710.1 Introduction..............................................................................................................11710.2 Enjeux généraux et locaux .........................................................................................11810.3 Objectifs et principes ................................................................................................12110.4 Mise en œuvre et priorités.........................................................................................13211. SYNTHESE.........................................................................................................................139PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE………………………………………………………………………...143Tableaux récapitulatifsFiche de mesure N°1 : Versoix-Centre……………………………………………………………….153Fiche de mesure N°2 : Richelien Gravines…………………………………………………………. 157Fiche de mesure N°3 : "Chez Pélissier"…………………………………………………………….. 159Fiche de mesure N°4 : Ecogia – Bécassière………………………………………………………...161Fiche de mesure N°5 : Vallon de la Versoix (tronçon urbain)……………………….................. 163Fiche de mesure N°6 : La voie lacustre…………………………………………………………….. 165Fiche de mesure N°7 : Espaces publics……………………………………………………………. 167Fiche de mesure N°8 : Aménagement de la route de Suisse………………………................... 169Fiche de mesure N°9 : Prolongement du chemin de la Scie……………………………………... 171DOSSIER D'ANNEXES


INTRODUCTION1. INTRODUCTION1.1 Cadre légalLa modification de la LaLAT approuvéepar le Grand Conseil le 29 novembre2002 a donné un statut légal au plandirecteur communal. Celui-ci est en effetadopté par le Conseil municipal sous laforme d'une résolution et approuvé par leConseil d'Etat. Il lie ainsi les autoritésentre elles.L'établissement du plan directeur de Versoixs'inscrit dans la procédure définie parles nouvelles dispositions légales.Le plan directeur communal doit êtreconforme au plan directeur cantonal.Celui-ci définit les options de niveau cantonalet laisse ainsi une certaine marge demanœuvre pour que les communes puissentexprimer leurs options à l'intérieur ducadre cantonal. Une fois approuvé par leConseil d'Etat, le plan directeur communalengage le canton.1.2 Déroulement1.2.1 Phases d'étu d eL'étude du plan directeur a démarré enaoût 2002 et s'est déroulée en 2 phases :la première visait à établir le cadre deréférence, la seconde à mettre au point leplan directeur et le programme de mesures.La 1 ère phase poursuivait trois objectifsprincipaux.> aboutir à une vision partagée du territoire,sur sa situation actuelle;> identifier les enjeux, car ceux-ci donnentla légitimité de mener une politiquepublique pour y répondre ;> identifier les marges de manœuvre dela commune, c'est-à-dire, cerner sonchamp et ses moyens d'action.La 1 ère phase d'étude a fait l'objet d'unrapport qui a été mis en consultation auprèsdes partis politiques, des commissions(CU et CMNS) et services cantonauxainsi que des communes voisines.Au démarrage de l'étude, des enquêtesont été lancées, d'une part auprès d'unevingtaine d'associations communales et,d'autre part, auprès d'une cinquantained'entreprises installées sur le territoirecommunal.Le faible pourcentage de réponses desentreprises ne permet pas une utilisationde ces données de manière statistique.Toutefois, les avis récoltés expriment uncertain nombre de sensibilités qui ont étédiscutées avec la Commission ad hoc. Ledétail des résultats figure dans le dossierd'annexes du plan directeur.Les résultats de la première phase d'étudeont été présentés lors d'une séance d'informationpublique le 12 février 2003.Cette présentation a été très largementsuivie et a fait l'objet d'un compte-rendudans le journal communal.Le rapport de 1 ère phase (mai 2003) a étéprésenté en séance de Toutes CommissionsRéunies le 15 mai 2003 et mis enconsultation auprès des services cantonaux.La deuxième phase d'étude s'est dérouléede septembre 2003 à décembre 2006. Autravers de nombreuses séances avec laCommission ad hoc, le projet des plansdirecteurs a été mis au point. Un avantprojet(mai 2004) a été mis en consultationauprès des partis politiques et descommissions communales de mai à novembre2004. La synthèse de cetteconsultation interne à été présentée enséance de Toutes Commissions Réunies le27 janvier 2005. Le document a ensuiteété mis en consultation technique auprèsdes services de l'Etat et des commissionscantonales (CU, CMNS).Le document adapté suite aux préavis del'Etat a été mis en consultation publiquedu 8 février au 8 mars 2006. Les observationsont ensuite été analysées par laCommission ad hoc et le document adaptéa été soumis pour contrôle de conformitéau Département du Territoire.Par lettre datée du 30 août 2006, M. RobertCRAMER, Conseiller d'Etat donnaitson accord à ce que le document soitprésenté au Conseil municipal pour adoption.Celui-ci l'a adopté à l'unanimité lorsde sa séance du 11 décembre 2006.Plan directeur communal de Versoix – 2006 1


INTRODUCTION> Le développement résidentiel dans lessecteurs entre le nant de Braille, leCentre sportif et la limite cantonale(mise en conformité des constructionsexistantes et éventuelle compensationdes zones de villas rendues inconstructiblesen raison des nuisances sonores).> Le développement d’une zone de villasà l’Est d’Ecogia, entre la route del’Etraz et la zone de villas existante.La commune de Versoix prend acte queces développements ne sont actuellementpas admissibles au regard de la planificationcantonale, mais souhaite que dans lecadre de la future révision (partielle oucomplète) du plan directeur cantonal, cespoints soient examinés. Elle tient notammentà mettre en avant les éléments suivantsà l'appui de sa demande :> il existe une très forte demande pour dela zone de villas qui n'est pas satisfaitesur le canton de Genève, induisant ainsiun important exode de contribuablesvers la France voisine ou le canton deVaud.> la réalisation de ces terrains pourraitcompenser le fait qu'une très grandepartie de sa zone à bâtir fait l'objet derestrictions de construction en raisondes nuisances aériennes : près de 42ha en 5 ème zone sont soumis à un dépassementdes VLI DSII.> la vente de ces terrains qui appartiennentà la commune lui permettrait definancer un certain nombre d'équipementsnécessaires à la population.1.4 Structure du plan directeurLe plan directeur est un instrument qui :> fixe les buts à atteindre : les objectifs,> trace une voie pour y parvenir : lesprincipes et mesures d'aménagement.Il définit ainsi les politiques publiques,qui dans les domaines de l'aménagementdu territoire vont permettre d'orienter ledéveloppement communal.Une politique publique est une stratégiesur un thème de l'action communale quiprécise les objectifs, les priorités et lesactions en fonction des moyens économiqueset politiques à disposition.Le plan directeur communal est composéde trois documents :> Le plan directeur comprenant les objectifset principes d'aménagement etfixant les grandes options.> Le programme de mise en œuvre précisantles actions à mener pour atteindreles objectifs. Ce programme établit lelien avec le budget communal et permetainsi de hiérarchiser les objectifs.Le programme de mise en œuvre estcomplété par des fiches de mesuresqui précisent les conditions-cadre demise en œuvre des opérations majeures.> Le dossier d'annexes présentant uncertain nombre d'analyses statistiques,d'inventaires et de données ayant serviaux analyses.Le plan directeur des déplacements et leplan directeur des chemins pour piétonsselon la loi L 1 60 ont été établis préalablementau plan directeur communal etont été intégrés au plan directeur communal.3


PORTRAIT DE LA COMMUNE2. PORTRAIT DE LACOMMUNECe chapitre dresse un rapide portrait de lacommune permettant de définir le cadrede référence des options communales.2.1 Contexte régional et cantonalRéférence au plan directeur cantonalObjectif 2.1: Promouvoir une organisationconcertée entre les diverses centralités del'espace franco-valdo-genevois.Moyens : Renforcer les centres périphériquessitués dans les cantons de Genève et de Vaudainsi qu'en France voisine en y favorisant l'accueilde fonctions régionales, voire internationales.Mesure d'application : Renforcement du rôledes centres périphériques genevois, en particulierceux desservis par le chemin de fer.SITUATIONVersoix occupe une position à part dansl'agglomération. Seul centre urbain périphérique,la commune joue de fait un rôlede pôle régional pour de nombreusescommunes genevoises et vaudoises de larive droite, en offrant des équipements etdes services dont le rayonnement dépassele cadre communal.L'agglomération multipolaire selon le conceptde l'aménagement cantonalLe plan directeur cantonal reconnaît àVersoix le statut de centre périphérique,dont le soutien "vise la lutte contre lemitage du territoire et un rééquilibrage dela localisation des activités. L'implantationd'équipements et de fonctions exceptionnellespeut y drainer des emplois complémentaires.Ces centralités sont importantespar la quantité et la qualité deséchanges qui s'y déroulent. Ainsi, la qualitéde leur aménagement représente unenjeu déterminant. Leur développementest toutefois conditionné par une bonnedesserte par les transports publics 1 ."Dans ce contexte, la mise en place d'unRER avec une fréquence au quart d'heure(planifié pour 2008), va constituer un réelenjeu pour le développement de la commune.Versoix va en effet se retrouver, entermes de fréquence et de temps de parcours,dans une position similaire auxcommunes de la périphérie urbaine (Carouge,Lancy, Vernier, Onex, etc.), tout enbénéficiant d'une situation géographiqueprivilégiée au bord du lac et entourée pardes espaces de grande qualité paysagère(aire rurale, bois et forêts).Cette situation géographique particulièrede proximité avec le centre tout en étant àl'écart des perturbations de l'agglomérationconstitue un atout majeur de la commune.La notion de "centre périphérique" définiepar le plan directeur cantonal doit êtremis en perspective par rapport aux potentialitéset spécificités de la commune. Eneffet, Versoix ne peut rivaliser en termes degrandes zones d'activités industrielles ouartisanales avec d'autres situations prochesdes nœuds autoroutiers ou de dessertesferroviaires. La vocation régionale de Versoixest en effet plutôt orientée vers d'autrestypes d'activités, d'équipements et deservices qui sont liés aux caractéristiqueshistoriques et géographiques de la commune.1 Concept de l'aménagement cantonal, page25Plan directeur communal de Versoix – 2006 5


Ainsi, les principales caractéristiques dela vocation régionale et cantonale de Versoixsont :L'accueil d'activités de niveau régional etcantonal dans le secteur de la gare. Laqualité de la desserte par transports publicset la situation privilégiée au bord dulac font du secteur de la gare un espacetrès attractif pour l'implantation d'activitésliées à l'enseignement, à l'administrationcantonale, aux ONG, etc. Avec la réalisationde la ligne CEVA, ce secteur peutconstituer un pôle de développement aumême titre que les autres gares CEVA del'agglomération.L'accueil d'activités liées au tourismeloisirset aux sports : le lac, La Versoix, leschamps et les bois permettent la pratiqued'un très grand nombre d'activités de loisirs,de sport et de détente. Les nombreusesinstallations et équipements existantsrépondent ainsi à la demande d'un largebassin de population. Ainsi, la diversitéde l'offre et la qualité du site constituentindéniablement des facteurs qui renforcentl'attractivité du territoire que ce soitpour la résidence ou pour l'accueil d'activitéséconomiques.La valorisation de ces différents créneauxfait l'objet de politiques spécifiques visantà renforcer la vocation régionale de Versoixen tant que centre périphérique.La mise en œuvre de ces politiques esttoutefois cadrée par :> le plan directeur cantonal qui ne prévoitaucune extension urbaine à Versoixet donc oblige à rechercher lespossibilités de développement à l'intérieurdu tissu bâti ;> l'annexe 5 de l'OPB 1 dont l'applicationlimite fortement les possibilités deconstruire du logement. En effet, surenviron 40 % des zones à bâtir (soit 96ha), les valeurs limites d'immissionpour le degré de sensibilité II sont dépassées.A l'intérieur de ce secteur, 43ha sont en principe inconstructiblespour du logement.Plan directeur cantonal (extrait)L'accueil d'activités oeuvrant dans descréneaux particuliers à l'exemple de l'observatoirede Sauverny, du centre de formationdu CICR, de l'ISDC, du collège duLéman. A divers titres, ces entreprisesprofitent soit de synergies entre elles, soitde la situation de la commune à proximitédes organisations internationales, duCERN, de l'aéroport, etc. Versoix joue ainsiun rôle non négligeable dans l'accueild'organisations ou d'entreprises de rayonnementinternational.Le patrimoine : qu'il soit naturel, culturel(plan Choiseul) ou industriel (canaux,moulins alimentant les entreprises), Versoixpossède un patrimoine d'une granderichesse et diversité, mais relativement peuvalorisé.Les équipements sociaux et culturels :Versoix offre une palette d'équipements,de services et d'activités qui profitent à larégion proche.L'offre commerciale, bien que modestejoue un rôle important à l'échelle intercommunale(pour les petites communesgenevoises et vaudoises de la rive droite).1 OPB : Ordonnance fédérale sur la protectioncontre le bruit6


PORTRAIT DE LA COMMUNE2.2 Contexte communalSITUATIONQuelques données statistiques permettentde saisir les principales caractéristiquesde la commune :Démographie, populationEvolution de la population de 1920 à 20061920 1'9771930 2'211 + 12 %1941 2'114 - 5 %1950 2'471 + 17 %1960 3'426 + 38 %1970 5'627 + 64 %1980 7'483 + 33 %1990 8'927 + 19 %2000 10'826 + 21 %2006 12'175 + 12 %> Versoix connaît une croissance régulièreet soutenue depuis 1950 avec unpic dans les années 60-80, période aucours de laquelle la ville de Genèveperd des habitants au profit des communespériphériques.> Pendant la dernière décennie (1990-2000), la croissance de Versoix continueà être plus forte que la moyennecantonale.- Versoix + 21 %- Canton + 8 %> Les projections démographiques établiesen 2000 par le canton prévoyaientune population de 11'581 en2010 et de 12'252 habitants en 2020.Ces projections ont été largement sousestimées,puisqu’au 30.11.06, la populationatteint déjà 12'175 habitants.Les estimations faites dans le cadre duplan directeur, tablent sur un potentield’environ 12'500 à 13'000 habitants àl’horizon 2010 et de 13'000 à 13'500habitants à l’horizon 2020, en tenantcompte de la mise en zone du terrain"Chez Pélissier".> Le bilan démographique en 2000présente un solde positif très largementdépendant du gain migratoire. Lemouvement migratoire, montre, quant àlui, un renouvellement annuel de lapopulation de l'ordre de 10 %.> La population étrangère (40 %) est trèslégèrement supérieure à la moyennecantonale (38 %).> Du point de vue de la pyramide desâges, on constate que Versoix comprendune population plus jeune quela moyenne cantonale. C'est une communequi a régulièrement attiré lesjeunes familles.> Par ailleurs, on constate comme partoutune augmentation progressive dela catégorie de plus de 65 ans qui estpassée de 8 % en 1970 à 11 % en2000. Selon les projections cantonales,la proportion de personnes âgéesde plus de 65 ans devrait passer de14 % en 2000 à 17 - 18 % en 2025.Alors que la population âgée de 80ans ou plus augmentera de + 24 % entre2000 et 2010.> Du point de vue socioprofessionnel,selon le RFP 2000 (recensement fédéralde la population), plus de 50% dela population se trouve dans une catégoriemoyenne à élevée. La populationayant une qualification professionnelleest supérieure à la moyenne cantonale.Emplois> En 2001, la commune offrait 2'350emplois pour 11'005 habitants, soitenviron un emploi pour 4,7 habitants.Ce déficit de places de travail est importantet tend à s'aggraver. En effet,entre 1991 et 2001 le nombre d'emploisest resté pratiquement stable,alors que pendant la même période, lapopulation a augmenté de près de22 %.> Les PLQ légalisés ou à l'étude permettentla création d'environ 900 emploiset l'accueil d'environ 2'000 habitants.> Selon les projections DAEL-OCSTAT, àl'horizon, 2020, Versoix pourrait compterenviron 2'800 à 3'000 emplois 1 .1 Projections DAEL-OCSTAT représentantapproximativement 70 % du potentiel totaldu plan de zones7


Structure du territoire> Un découpage du territoire en 3 "strates"relativement homogènes : 418 hade forêts à l'ouest et au sud, 317 ha dezone agricole au centre et 310 ha d'urbanisationà l'est.Découpage schématique de la commune entrois strates : bois et forêts, agriculture, urbanisation> La majeure partie de la zone à bâtir estclairement délimitée par des espacesnaturels (vallon de la Versoix au sud etnant de Braille au nord) et agricoles.Les quartiers de la Pelotière et du Nantde Crève-Cœur, et les nombreusesconstructions situées dans la zoneagricole (dans le prolongement de lazone de villas de Mies) nuancent toutefoiscette lecture schématique.> Des secteurs bâtis relativement homogènes: quartiers d'immeubles à Versoix-la-Ville,quartier de villas à l'ouestdu canal et le long des rives, constructionsvillageoises à Versoix-le-Bourg.> La coupure du territoire communal parl'autoroute, la voie ferrée et la route deSuisse limite fortement les points depassage et est source d'importantesnuisances.> Le survol de la commune par les avionsoccasionne des nuisances sonores et setraduit par d'importantes restrictionsd'usage des terrains.> Des accès publics au lac peu nombreux.Versoix est une commune lacustrequi offre peu de rives accessibleslibrement à la population.Fonctionnement du territoire> Une répartition géographique de lapopulation "déséquilibrée" : le Bourgaccueille environ 10 % de la population,alors que les quartiers de Versoixla-Villeen accueillent 50 %. Cet écartva encore s'accentuer à l'avenir, puisque90 % du potentiel à bâtir est situéau Nord de la commune.> Une concentration des commerces etéquipements dans le bourg et le longde la route de Suisse, posant localementdes problèmes d'accessibilité auxservices. Les projets en cours tendent àrenforcer la polarisation autour dubourg au détriment de Versoix-la-Villequi manque d'une centralité de quartier.> Des espaces naturels peu accessibles :faible longueur de rives publiques, autorouteconstituant une coupure entrele secteur urbanisé et les forêts.> Un important déséquilibre entre lenombre d’emplois et d’habitants induisantdu trafic pendulaire.> Une desserte multimodale en inadéquationavec le rôle de la commune.ENJEUX ET MARGES DE MANŒUVRECe portrait succinct de la commune permetde fixer les grands enjeux qui vontorienter la définition des politiques communales.A l'échelle régionale et cantonale :> Renforcer le rôle de centre périphériqueet pôle régional en tirant parti desgrands projets en cours, notammentceux liés à l'amélioration de la desserteferroviaire.> Exploiter au mieux les possibilités dedéveloppement à l'intérieur du tissubâti, malgré les contraintes liées aubruit aérien.> Valoriser la spécificité communaled'être une "ville à la campagne".A l'échelle communale :> Améliorer le ratio emplois / habitants.L'accueil de places de travail sur lacommune est important à divers titres :8


PORTRAIT DE LA COMMUNE- Pour permettre le financement desservices à une population en constanteaugmentation.- Pour que Versoix ne soit pas considéréecomme une cité dortoir, maiscomme un réel pôle régional.- Pour favoriser l'animation urbaine(éviter les quartiers monofonctionnels).- Pour limiter les mouvements pendulaires.> Développer les accès publics au lac.> Améliorer l'accessibilité multimodale.L'enjeu consiste à tirer parti des nombreuxprojets planifiés : améliorationde la cadence ferroviaire (RER), P+R,aménagement de parkings, aménagementde la route de Suisse, développementdes réseaux piétonniers et cyclables,embranchement autoroutier,etc.Ces enjeux sont abordés de manièreplus spécifique dans les chapitres relatifsaux politiques sectorielles (habitat,équipements, déplacements, espacespublics).A l'échelle localeA l'échelle des quartiers, les enjeux sontdifférents selon leur situation et potentielde développement. C'est pourquoi, dansle chapitre 3, les quartiers sont abordés demanière spécifique.OPTIONS STRATEGIQUESLes options stratégiques qui cadrent etorientent les politiques communales sont :Renforcer le rôle de Versoix en tant quecentre périphérique et pôle régional, notammentdans les domaines :> Des activités de sports et loisirs.> De l'accueil d'activités internationales.> Des équipements socioculturels.> Des commerces et services.> Du patrimoine naturel et culturel.Soutenir le développement des projets lesplus porteurs de cette fonction, notammentle quartier de la gare (Versoix Centre-Ville).Diminuer le déséquilibre entre emplois ethabitat.Améliorer l'attractivité du territoire par :> La mise en valeur du cadre paysager etnaturel.> L'aménagement des espaces publics.> Le renforcement des équipements socioculturels.Améliorer le fonctionnement du territoire(accessibilité multimodale).Développer les accès publics au lac.9


0m 100 200 00 600 700Echelle 1/20'000Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIREC TEURPlan des zones d'affectationZone 4 B / 4 B protégéeZone 5Zone ferroviaireZone agricoleZone de développement 5Zone de développement industriel et artisanalTerrain destiné à des équipementsd'utilité publiqueémentaiZZZone de dement 4 B0250 - zones20'000- MW - 17.11.05 - jca


POLITIQUE DE L’HABITAT3. POLITIQUE DEL'HABITATRéférences au plan directeur cantonalObjectif 1.4 : Satisfaire, à l'intérieur du canton,à l'accueil d'une part de la populationfuture de la région.Objectif 1.5 : Développer une politique dulogement répondant à une demande diversifiéede la population.Moyen : Garantir un parc de logements suffisantet diversifié pour l'accueil de nouveauxrésidents.Moyen : Promouvoir des formes de logementsadaptées aux multiples nouveaux besoins.Objectif 1.8 : Maintenir et favoriser la mixitésociale dans les quartiers.Moyen : Garantir une offre de logements quiréponde à cet objectif en termes de typologie,de disposition et de loyers répondant aux besoinsde la population.Objectif 2.12 : Densifier les zones à bâtir demanière différenciée.Moyen : En 5 ème zone destinée aux villas, densifierles terrains libres qui s'y prêtent par unemodification du régime des zones ; dans d'autressecteurs, encourager le recours à l'indiced'utilisation de 0,4 ; maintenir une faible densitédans les secteurs qui ont valeur de site.PRELIMINAIRELa définition d'une politique communalede l'habitat constitue un relais et un complémentà la politique cantonale du logement.En effet, habiter ne se résume pasà occuper un logement. La notion d'habiterfait appel à des dimensions sociales,économiques, environnementales quidéfinissent la qualité du cadre de vie.Mettre à disposition de la population deslogements et des logements sociaux enparticulier 1 , répond à un droit fondamental.Il ne faut toutefois pas négliger l'environnementsocio-économique des quartierset de la commune pour ne pas avoir àgérer par la suite des situations difficiles.Dans cette perspective, les enjeux qui sontidentifiés dans la politique de l'habitat nese limitent pas à une notion quantitative,mais prennent également en compte d'autresdimensions issues des diagnosticssectoriels dans les domaines de l'économie,des espaces publics, de l'environnement,etc.La notion d'habitat implique une approchefine du territoire, afin de prendre encompte les spécificités des quartiers. C'estpourquoi, la situation dans ce domaineest présentée par quartiers, correspondantpour des raisons pratiques, au découpagedes sous-secteurs statistiques.1 En 20 ans, au niveau cantonal, la part deslogements sociaux a été divisée par deux.Plan directeur communal de Versoix – 2006 11


3.1 CaractéristiquesgénéralesSITUATION / DIAGNOSTICConstructions et logements 1La proportion de villas est supérieure à lamoyenne cantonale, mais on assiste progressivementà un rééquilibrage : en1990, les villas représentaient 66 % desbâtiments avec logements. En 2000, cetteproportion est tombée à 54 %.Le taux d'occupation des logements en2000 était de 2,37 habitants par logement.Cette valeur est en augmentationdepuis 1990 (2,35) et est plus élevée quela moyenne cantonale (2,00). Ceci indiqueune forte présence de jeunes familles,ce qui est confirmé par l'analyse des groupesd'âge.Le parc de logements subventionnés représente19,83 % (situation au30.09.05). Cette valeur est supérieure à lamoyenne cantonale qui est de 10,27 %,et correspond à l'objectif cantonal deconstituer un parc pérenne de logementslocatifs économiques de 20 %.En 2000, le taux de vacance de 0,33 %est à l'image de la situation cantonale :une pénurie marquée (moins de 2 %).De manière un peu caricaturale, et àquelques intéressantes exceptions près,l'offre actuelle en logements se résume àdeux types : l'immeuble et la villa. Or,entre ces deux extrêmes, il existe bien despossibilités de formes intermédiaires présentantdes qualités adaptées aux besoinsdes diverses catégories de la population :maisons de ville, habitat groupé, etc.Il y a donc un réel potentiel pour diversifierl'offre en logements (PPE, coopérative,loyer libre, loyer subventionné).Potentiel en zone à bâtirLe potentiel de développement dans leszones légalisées représente 2 :> environ 300 logements dans les PLQlégalisés, soit 750 habitants 3 ,> environ 450 à 500 logements en zonede développement, soit 1'100 à 1'250habitants,> environ 110 logements en 5 ème zone,soit 250 à 275 habitants.Le plan de zones actuellement légalisépermet ainsi une augmentation d'environ900 logements, soit 2'000 habitants supplémentaires.Considérant la croissance moyenne des 10dernières années (+ 1'900 habitants/10ans) et des 20 dernières années (+1'650/10 ans), le potentiel représente 10-15ans si le rythme de croissance est maintenu.Une réévaluation des besoins devraitainsi être faite à court terme pour préparerla mise à disposition de nouvelles potentialités.Le secteur "Chez Pélissier" peutconstituer cette réserve (voir chapitre3.2.7).Logements et nuisances sonoresLe territoire communal est très fortementtouché par les nuisances des avions (cf.chap. 8.1). Les valeurs limites fixées dansl'annexe 5 de l'OPB sont dépassées surune grande partie de la zone à bâtir, limitantainsi très fortement les possibilités deconstruction de nouveaux logements.Chaque situation étant particulière (importancedes potentiels, objectifs communaux,etc.), les propositions communalesd'application de l'ordonnance fédéralesont explicitées dans les chapitres spécifiquesà chaque quartier. La communesouhaite que ces propositions soient prisesen compte par le canton lors de la prochainerévision du plan directeur cantonalet dans le cadre du traitement des dossiersen cours.Cette limitation très importante des possibilitésde construire de nouveaux logementsdans une grande partie de la zone àbâtir justifie également la propositioncommunale de déclasser le terrain "ChezPélissier" qui offre de bonnes conditionspour le développement d'un nouveauquartier.1 Source : OCSTAT2 Pour le détail, voir carte et tableaux dans ledossier d'annexes3 L'estimation ayant été faite initialement en2002-04, une partie du potentiel est déjàréalisé12


POLITIQUE DE L'HABITATDensification de la zone de villasLa densification de la zone de villas constitueun objectif du plan directeur cantonalqui préconise le recours à l'indice de0,4 sauf dans les secteurs ayant valeur desite.Si le principe de densification de la zonede villas permet une utilisation rationnelledu territoire, il a également pour corollaireune augmentation du transport individuelmotorisé. Ces secteurs sont en effet maldesservis par les transports publics. Parailleurs, ce type d'urbanisation soulèved'autres problèmes, notamment en relationavec l'offre en équipements publics scolaires.Dans ces conditions, l'option communaleest de procéder à une densification modéréede la zone de villas.L'octroi de dérogations pour une densificationde la zone de villas constitue égalementl'occasion pour la commune denégocier des contreparties, soit sous laforme d'emprises pour la réalisation d'espacespublics dans les quartiers, soit pourexiger des projets présentant un intérêturbanistique.Densification de la zone de villas parchangement de zoneEn vertu de l'article 11 A §2 de la LALAT,tout terrain situé en 5 ème zone, peu ou pasbâti et d'une surface de plus de 5'000 m 2 ,doit faire l'objet d'un examen en vued'évaluer l'intérêt d'une densification parchangement de zone.Les terrains riverains du lac ne sont pasconcernés, car ils sont régis par la loi deprotection des rives du lac qui limite l'indiceà 0,2.Les terrains concernés par cette dispositionlégale sont répertoriés sur le plan dupotentiel à bâtir. Il s'agit d'une parcellesituée le long du chemin du Molard (soumiseaux contraintes du bruit des avions etpar conséquent ne se prêtant pas à unedensification), de l'ancien terrain de footballle long du canal (pour lequel le départementa confirmé par lettre son accordpour une réalisation avec un indice de0,35), et enfin de deux parcelles communalesau Levant qui totalisent 5'000 m 2 ,mais qui sont séparées par un chemin.OBJECTIFS-CADRE DE LA POLITIQUE DEL'HABITATDévelopper un nouveau quartier "ChezPélissier".Diversifier l'offre en logements pour répondreaux divers besoins de la population.Introduire plus de mixité dans les quartiers.Restructurer les quartiers soumis aux nuisancessonores.Densifier de manière modérée la zone devillas.Offrir un cadre de vie de qualité à la population(en lien avec les autres politiquessectorielles).Pour chaque quartier, ces objectifs-cadresont déclinés au travers d'objectifs sectorielsspécifiques aux situations et caractéristiqueslocales.Par ailleurs, la politique de l'habitat dansses dimensions sociales, environnementaleset économiques ne s'applique pasuniquement aux nouveaux développements,mais concerne l'ensemble desquartiers existants. Cette politique estainsi interdépendante de celles liées auxéquipements et services (chap. 4), auxespaces publics (chap. 6), aux milieuxnaturels (chap. 7), à l'environnement(chap. 8) et au plan directeur des déplacements.PotentielLe plan ci-après indique le potentiel àbâtir des zones et PLQ légalisés (état2004).Un tableau détaillant le nombre de logementsfigure en annexe.13


0 m 100 200 300 400 500Echelle 1/15'000Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEURPotentiel à bâtir dans les zones légaliséesPlan d'aménagement et PLQ:10César-Courvoisier (voir autorisation) (1988)24Sauverny (1993)12réalisé / partiellement réaliséà éàtudier (potentiel)Grand-Monfleury (1983)Versoix-la-Ville (1995)1112131415Industrie / Moulins (1975)Chocolaterie (1981)( réviser)(à réviser)(1972)(1974)La Scie (1987)252627282930Pont-Céard / Sauverny (2000)Collège du Léman (1997)Canal de Versoix / Montfleury (1995)Montfleury / CFF (1973)° (2002)PLQ N° 29196 (2003)34Fleur d'eau (1991)Rte de Suisse / Graviers / Machard (1995)1617ZDIA Scie (révision en cours) (1987)La Pelotière (1992)Zones:5677a8Pré-Colomb (1992)Pont-Céard / Rte de Suisse (1974)Rte de Suisse 93 (1984)A. Argand (1990)Rte de Sauverny (1985)1822è œur (1988)(1972)Lachenal (1987)Sauverny / CFF (1971)Sauverny / A. Argand (1983)Villas / 4 ARZ (ZDIA)rrain libre de plus de 5'000 m2(hors zone de protection des rives)9Val-de-Travers (1994)23Pont-Céard / A. Argand (1964)Limite communale0250 - PotBatir15'000- MW - 17.11.05 - jca


POLITIQUE DE L'HABITAT3.2 Approche par quartiers 13.2.1 V ersoix-la-V i lle, Arga n d 2SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXCes quartiers ont un caractère monofonctionnelrésidentiel affirmé. L'offrecommerciale est limitée avec quelquessurfaces au Grand-Montfleury, à la CitéChoiseul et le long de la route de Suisse.Pour la plupart, ces dernières ne constituenttoutefois pas des commerces deproximité.Un plan directeur sectoriel établi en 1985couvre une partie de ce secteur. Les orientationsde ce document ont été partiellementsuivies. Celui-ci reste donc un pland'intention, notamment en ce quiconcerne l'implantation des constructionset l'aménagement des espaces publics. Ilest toutefois à relever que les gabaritsprévus pour les bâtiments sont ceux de lazone 4B (10 mètres à la corniche,R+2+A), alors que la zone de fond (4A)permet des gabarits plus élevés.> Population 2006 : 6'144 habitants,soit le 51 % de la population communale.> Population potentielle : env. 7'000habitants (+ 1'300 habitants,soit + 25 %).> Emplois 2001 : 647> Etablissements 2001 : 129> Emplois potentiels : 1'200 (+ 650)C'est dans ces deux quartiers que se trouvele plus grand potentiel constructible dansles zones à bâtir existantes.Les PLQ légalisés ne prévoient pratiquementpas de surfaces pour des activités :sur les 38'000 m 2 de SBP autorisés, il n'ya que 165 m 2 à Machard-Graviers.Les terrains en zone de développement 4Areprésentent un potentiel d'environ52'500 m 2 de SBP (application d'un indicethéorique de 0,8).La halte de Pont-Céard se trouve dans uneposition centrale par rapport au quartier etest située sur le tracé d'importantes liaisonspiétonnes. Elle est fréquentée parplus de 1'000 personnes par jour. Lesconstructions projetées à son pied prévoientla création de quelques surfacescommerciales, ce qui va permettre derenforcer le rôle de cette halte en tantqu'équipement de quartier. L'absence deterrains libres disponibles à proximitéimmédiate ne permet toutefois pas undéveloppement plus important des activitéséconomiques ou sociales dans ce secteurpour en faire un pôle plus important.1 Les chiffres concernant les potentiels sontbasés sur les projections du DAEL-OCSTATet sur les options exprimées dans le plandirecteur communal. Ils sont à considérercomme un ordre de grandeur fournissantune indication du potentiel théorique.2 Sous-secteurs statistiques 05 et 1215


Le plan d'aménagement 27'807B situé àl'angle des ch. Dégailler et Lachenal datede 1987. Il recèle encore des droits à bâtirqui s'inscrivent mal dans le site et netiennent pas compte des développementsprévus sur les terrains devant et autour dela gare. Les normes de protection contre lebruit aérien interdisent la réalisation delogements.Les bâtiments le long de la route deSuisse sont soumis à d'importantes nuisancessonores. Les valeurs d'alarme sontdépassées.La réalisation d'une jonction autoroutièrenécessitera une bretelle d'accès entre larte de Suisse et la rte de l'Etraz. La localisationd'un tel ouvrage n'est pas fixée,mais pourrait être sur le ch. de Braille carla voie ferrée étant en tranchée, son franchissementest plus facilement réalisableà cet endroit. Des études de détail encollaboration avec le service vaudois desroutes et la commune de Mies doivent êtremenées. Celles-ci devraient prendre laforme d'une évaluation environnementalestratégique (EES) abordant la compatibilitéenvironnementale, économique et socialede cet ouvrage.Compte tenu de l'importance du potentielde développement du quartier, les principauxenjeux sont d'une part d'accompagnerla réalisation de nouveaux logementspar des équipements de quartier (commerces,services, espaces collectifs, etc.)pour obtenir un cadre de vie de qualité etd'autre part, de profiter de ce potentielpour développer des activités et ainsicontribuer au rééquilibrage du ratio emplois/habitants.OBJECTIFS SECTORIELS ET PRINCIPES DEMISE EN ŒUVREIntroduire plus de mixité dans le quartier(activités économiques, culturelles et sociales).> Dans le cadre de l'élaboration des PLQ,négocier la réservation d'espaces nécessairesà des équipements socioculturels: locaux de réunion pour lessociétés, crèches, garderies, etc.> Privilégier l'implantation d'activités lelong de la route de Suisse et du ch. dePont-Céard.Diversifier les formes d'habitat.> Réviser le PLQ situé à l'angle des ch.Dégailler et Lachenal et l'englober dansla réflexion avec le secteur de la gare(Versoix-Centre). Dans ce contexte,admettre des dérogations pour la constructionde logements.Prendre en compte la réservation d'uncouloir pour la réalisation d'une bretelled'accès à l'autoroute.Offrir un cadre de vie de qualité à la population.> Exiger, dans le cadre de l'élaborationdes PLQ, une haute qualité et une diversitédes espaces collectifs.16


POLITIQUE DE L'HABITATCOMMENTAIRESMixité logements / activités à Versoix-la-VilleL'implantation d'activités à Versoix-la-Villerépond non seulement à des objectifssocio-économiques (ratio emplois / habitants),mais également environnementaux.Ainsi, il est préconisé de développer lesactivités d'une part le long des sources debruit (rail, route) pour faire écran au bruitet d'autre part, à proximité de la halte dePont-Céard pour tirer parti d'une bonneaccessibilité par transports publics. Lamixité devrait ainsi s'appliquer de manièredifférenciée selon la situation :> mixité avec prédominance d'activités lelong de la route de Suisse et le ch. dePont-Céard ;> mixité avec prédominance de logementà l'intérieur du quartier.Activités le long de la rte de SuisseEn se basant sur le plan directeur deVersoix-la-Ville de 1985 pour l'implantationdes constructions, il apparaît que lepotentiel à bâtir le long de la route deSuisse représente environ 20'000 m 2 deSBP pouvant se traduire par environ 650emplois. Ce calcul théorique est basé surles hypothèses suivantes : gabarits de R+4(15 m selon la zone de développement4A) ; 30 m 2 /emploi; affectation de la totalitédes bâtiments le long de la rte deSuisse à des activités ; exploitation de latotalité du potentiel (contiguïté des bâtiments).Il s'agit ainsi d'une valeur maximale.DOCUMENTS DE REFERENCE> Versoix-la-Ville. Plan directeur de quartiercompris entre la rte de Suisse, lech. de Montfleury, le chemin de fer etle ch. de Pont-Céard. J.-M. Lamunière,G. van Bogaert et coll. Juillet 1985> PLQ Grand-Montfleury> PLQ Versoix-la-Ville> PLQ Pré-Collomb> PLQ Pont-Céard – Rte de Suisse> PLQ Rte de Suisse 93> PLQ Ami-Argand> PLQ Rte de Sauverny> PLQ Canal de Versoix - Montfleury> PLQ n° 29'147> PLQ n° 29'196> Etude d'aménagement de la route deSuisse à Versoix, Urbaplan, mai 1999> Mies, Plan directeur communal, 2000> Recensement architectural> Inventaire des voies historiques deSuisse (IVS)Jonction autoroutièreCet ouvrage est prévu au plan directeurcantonal et est inscrit dans le plan directeurrégional du district de Nyon ainsi quedans le plan directeur communal de Mies.Sa justification est également abordéedans les études régionales Vaud-Genève(voir le plan directeur des déplacements,chap. 9).17


3.2.2 Cho ise u l 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXDeux PLQ en cours de réalisation constituentdes enjeux importants :> PLQ Fleur d'Eau : des activités deprestige donnant sur la route deSuisse, situation d'entrée de ville, créationde places de travail.> PLQ Machard-Graviers : relation à laroute de Suisse, parc public et amorcede promenade en direction du lac.Mis à part ces deux PLQ, le potentiel dedéveloppement est restreint d'une part enraison de la loi de protection des rives dulac qui limite les possibilités de densificationet d'autre part, en raison de difficultésde desserte (notamment depuis larte de Suisse) ou une structure parcellairetrès morcelée.> Population 2006 : 540 habitants.> Population potentielle : env. 650 habitants(+ 190 hab., soit + 41 %).> Emplois 2001 : 53> Etablissements 2001 : 8> Emplois potentiels : env. 310(+ 270)Ce quartier est celui qui offre la plusgrande "largeur" de terrain en bordure dulac. Il s'agit donc d'un secteur stratégiquementsitué pour le développementd'activités lacustres et pour renforcer lesliens avec le lac et confirmer ainsi Versoixcomme un pôle d'activités de loisirs lacustres.Actuellement, toutefois, la communea peu de marges de manœuvre car elle nepossède que peu de terrains.OBJECTIFS SECTORIELS ET PRINCIPES DEMISE EN ŒUVRERenforcer le rôle de la commune en tantque pôle de loisirs lacustres.> Mener une politique d'acquisition foncière.Développer des accès publics au lac.> Réaliser une promenade le long desrives du lac (voir fiche de mesure 6).> Réaliser l'allée Céard : liaison piétonneroute de Suisse – port (voir chapitre 6).> Négocier de nouvelles possibilitésd'accès au lac (servitudes de passage).Coordonner les futurs développements.> Elaborer une image directrice sectorielleen cas de volonté d'urbanisationdes terrains libres.1 Sous-secteur statistique 061, 06218


POLITIQUE DE L'HABITATCOMMENTAIRESChemin piétonnier en bordure du lacLa fiche de mesure n° 6 détaille les principeset conditions de mise en œuvre.DOCUMENTS DE REFERENCE> Plan de protection des rives du lac> PLQ Fleur d'Eau> PLQ rte de Suisse - Graviers - Machard> Etude d'aménagement de la route deSuisse à Versoix, Urbaplan, mai 1999> Recensement architectural> Inventaire des voies historiques deSuisse (IVS)19


3.2.3 V ersoix-le-Bo urg 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXUn quartier qui n'abrite qu'environ 10 %de la population, mais qui a une valeuremblématique très importante. Il est identifiécomme le cœur, le centre de la commune,notamment en raison de la présencedu bourg et de ses ruelles (noyauhistorique présentant un intérêt patrimonial),de la mairie, de nombreux commerces,des places publiques et du quai, dela gare.Dans le Vieux Bourg, l'enjeu réside essentiellementdans la mise en valeur desqualités spatiales du lieu par l'aménagementdes espaces publics et la transformationde certains bâtiments.Les normes de protection contre le bruitdes avions constituent une contraintemajeure pour ce quartier car celles-cilimitent fortement la réalisation de nouveauxlogements.> Population 2006 : 1'284 habitants(population relativement plus âgée quela moyenne)> Population potentielle : 1'315 habitants(+ 95 habitants, soit + 8 %)> Emplois 2001 : 514> Etablissements 2001 : 128> Emplois potentiels : env. 1'000Les nuisances sonores routières et ferroviairesconstituent également des contraintessupplémentaires.La proximité de La Versoix est peu mise envaleur : canalisée et bordée de d'espacesprivés, le cours d'eau ne participe guère àla qualité des lieux. Le projet de renaturationdevrait toutefois améliorer cette situationà court terme.Le quartier de la Gare comprend deuxPLQ qui doivent être abrogés et remplacés.La commune pilote l'élaboration d'unplan directeur de quartier permettant dedéterminer les éléments structurants etd'intérêt public. Outre l'aménagementd'une Place de la gare et d'espaces publics(promenade, terrasse), le programmeà développer comprend des activités commercialeset tertiaires, des logements, deséquipements publics, un hôtel, etc.Les potentialités de cet espace dépassentle cadre local. En effet, la qualité desaccès qui sera offerte avec le RER permetd'envisager l'implantation de programmesd'intérêt régional ou cantonal.Mis à part le quai et les ruelles, les possibilitésde contacts avec le lac sont peunombreuses.1 Sous-secteur statistique 0720


POLITIQUE DE L'HABITATOBJECTIFS SECTORIELS ET PRINCIPES DEMISE EN ŒUVREConfirmer le Bourg comme un noyau historiquevivant (mixité des affectations).> Admettre des dérogations ponctuellesaux normes de protection contre lebruit aérien afin de permettre des projetscomprenant activités et logements.> Aménager les espaces publics.Renforcer le secteur de la gare (VersoixCentre-Ville) comme un pôle offrant desservices de niveau communal et régional /cantonal.> Mettre en œuvre le plan directeur dequartier de Versoix Centre-Ville.> Favoriser la transformation progressivedes parcelles occupées par des villasvers des activités et services.DOCUMENTS DE REFERENCE> Inventaire ISOS> Plan directeur de quartier Versoix Centre-Ville> Plan de protection du vallon de laVersoix> Etude d'aménagement de la route deSuisse à Versoix, Urbaplan, mai 1999> PLQ César-Courvoisier> PLQ Industrie / Moulins> PLQ Chocolaterie> PLQ Av. Deshusses - Vandelle> PLQ Rampe de la Gare - Av. Deshusses> Recensement architectural> Inventaire des voies historiques deSuisse (IVS)Améliorer et renforcer les possibilités derelations avec le lac.> Réaliser la promenade au bord du lac(voir fiche de mesure 6).COMMENTAIRESBruit aérienLa courbe VLI est dépassée de + 3 dB(A)pour de nombreux terrains. Les propositionscommunales sont de :> valoriser les parcelles cantonales lelong des voies CFF par la réalisationd'activités et / ou d'un parking ;> de réserver à des activités les éventuelsdéveloppements sur les parcelles privées.21


3.2.4 So us-Saint-Lo u p 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXUn quartier qui se caractérise par :> Une occupation de faible densité (villasessentiellement).> La présence d'importants équipementsscolaires (Lachenal – Colombières).> La papeterie offrant un important potentielpour le développement d'activités.> La proximité de la gare.> Des commerces le long de l'av. Lachenal.> La proximité d'espaces de détentenaturels (promenades le long du canalet de La Versoix).Le territoire compris entre La Versoix, lecanal et l'av. Dégailler occupe une situationstratégique entre le Bourg, Versoix-la-Ville, et les quartiers Sud (Pelotière,Fayards). De plus, il est proche de la gareet des écoles.Un quartier à l'articulation de Versoix-le-Bourg,de Versoix-la-Ville et de la zone de villas> Population 2006 : 817 habitants (relativementplus âgée que la moyenne).> Population potentielle : env. 865 habitants(+ 90 habitants, soit plus 12 %)> Emplois 2001 : 243> Etablissements 2001 : 16> Emplois potentiels : environ 370(+ 130)1 Sous-secteurs statistiques 10.1, 10.222


POLITIQUE DE L'HABITATCette situation présente donc des potentialitésintéressantes pour le développementd'un quartier mixte qui, d'une partpourrait profiter de la proximité de la futurehalte RER et d'autre part, faire le lienentre les différents secteurs de la commune.Les contraintes de bruit des avionslimitent toutefois les possibilités de réaliserdes logements.OBJECTIFS SECTORIELS ET PRINCIPES DEMISE EN ŒUVREPromouvoir une transformation progressivede la zone de villas située à l'est du canalvers un quartier mixte plus dense.> Mener une politique d'acquisition foncière.> Favoriser les échanges et regroupementsde parcelles.> Favoriser la réalisation de PLQ permettantune densification et diversificationprogressive du secteur.COMMENTAIRESL'habitat groupé se compose d'habitationsindividuelles contiguës entre elles et possédantchacune des espaces privés (jardins).Les constructions sont regroupéesautour d'espaces collectifs. Certains équipementset infrastructures sont égalementmis en commun. Par rapport à l'habitatindividuel de type pavillonnaire, l'habitatgroupé permet d'importantes économiesde sol et d'équipements et favorise leséchanges sociaux.DOCUMENTS DE REFERENCE> Plan de protection de la Versoix> PLQ Lachenal – St-Loup> Recensement architectural> Inventaire des voies historiques deSuisse (IVS)Favoriser une utilisation rationnelle duterritoire.> Autoriser une densification de la zonede villas supérieure au CUS de 0,25.Favoriser une diversification des typesd'habitat.> Dans le cadre de projets de densificationde la zone de villas, favoriser desformes urbaines privilégiant les espacescollectifs (habitat groupé, parexemple).23


3.2.5 Ravo ux 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXUn quartier essentiellement occupé pardes villas et le Collège du Léman. Le potentielde terrains libres est relativementfaible, mis à part l'éventuel déménagementdu terrain de football de Champ-Pauvre. Le potentiel de développement estessentiellement lié à la densification progressivedes terrains.Les principaux problèmes sont liés aufonctionnement du réseau routier en raisondu Collège du Léman (problème destationnement et de dépose des élèves).OBJECTIFS SECTORIELS ET PRINCIPES DEMISE EN ŒUVREFavoriser une utilisation rationnelle duterritoire.> Autoriser une densification de la zonede villas supérieure au CUS de 0,25.> Réserver le terrain de Champ-Pauvre àdes équipements publics et parc dequartier.> Population 2006 : 810 habitants (relativementplus jeune que la moyenne).> Population potentielle : environ 890habitants (+ 125 habitants, soit plus10 %).> Emplois 2001 : 310> Etablissements 2001 : 13> Emplois potentiels : idemFavoriser une diversification des typesd'habitat.> Dans le cadre de projets de densificationde la zone de villas, favoriser desformes urbaines privilégiant les espacescollectifs.Atténuer les impacts en matière de circulationet de stationnement liés au Collègedu Léman, sur le quartier environnant.COMMENTAIRESDOCUMENTS DE REFERENCE> PLQ Collège du Léman> Inventaire des sites archéologiques> Inventaire des voies historiques deSuisse (IVS)Le terrain de football de Champ-Pauvre :en cas d'urbanisation de ce terrain, desaccès piétons et vélos depuis l'est devraientêtre prévus, afin de mieux relier cesecteur aux équipements et services situésde l'autre côté du canal.Collège du Léman : les pistes à explorerpour résoudre ce problème sont : le déplacementde l'école primaire, ladélocalisation de certaines activités sur laparcelle voisine de Concha Blanca(secteur "Chez Pélissier", fiche de mesuren° 3), la création de parkingssupplémentaires, etc.1 Sous-secteur statistique 1124


POLITIQUE DE L'HABITAT3.2.6 F ayards et Mâchefer 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXUn quartier qui se caractérise par :> Une occupation hétérogène : petitesvillas le long de la rte des Fayards,grands domaines au bord du lac, importantsensembles résidentiels à laPelotière, au Nant-de-Crève-Cœur et àl'Ancien-Péage, activités artisanales àla Scie et au Nant-de-Crève-Coeur, forains,zone agricole.> Un relatif isolement par rapport auxautres quartiers et équipements communauxen raison de la route desFayards, des voies CFF et du vallon dela Versoix. L'absence d'équipementspublics au sud de la Versoix renforcecette marginalisation.> Des nuisances importantes (avions,train, rte de Suisse, rte des Fayards).> Population 2006 : 1'876 habitants(relativement plus jeune que lamoyenne).> Population potentielle : en diminutioncompte tenu du déménagement des forainset gens du voyage et de la reconversionprogressive de la zone devillas vers des activités en raison descontraintes de bruit.> Emplois 2001 : 157> Etablissements 2001 : 30> Emplois potentiels : augmentationpossible en raison des normes de bruitqui limitent le logement.1 Sous-secteurs statistiques 08 et 09Le quartier de La Pelotière comprendenviron 270 logements sociaux HBM etHLM. Le manque de diversité sociale,l'absence d'équipements commerciaux oude services (école ou locaux de réunionpar exemple) et l'isolement du quartierconstituent des facteurs qui renforcent lemal vivre des habitants.Terrains du Molard : le déménagementdes forains et des gens du voyage permettrala création d'un parc public. Les terrainsdevraient être affectés à la zone deverdure.Zone artisanale de la Scie : un nouveauplan directeur de zone industrielle est àl'étude intégrant le prolongement du ch.de la Scie (voir plan directeur des déplacements)et la renaturation de la Versoix(voir chapitre 7.1.2).Quartier du Nant-de-Crève-Cœur : lacourbe VLI est dépassée de + 3 dB(A)pour le DS II. Il n'y a plus de potentiel àbâtir dans ce secteur affecté en zone dedéveloppement industriel et artisanal.Quartier de villas du ch. du Molard : lacourbe VLI est dépassée de + 3 dB(A)pour le DS II. A l'est du chemin du Molard,l'Etat de Genève possède des terrains.La commune souhaiterait pouvoir yréaliser un équipement scolaire (voir chapitre4.1).25


La zone de villas au sud de la Pelotière estenglobée dans le PLQ du "Grand-Malagny"qui prévoit son affectation en zone agricoleet de bois et forêts. La commune apréavisé négativement le PLQ car celui-cireporte les droits à bâtir situés sur Versoix,sur la commune de Genthod, sans aucunecompensation.Zone de villas de "Champ Barbon"Les VLI sont dépassées pour le DS II. Ilsubsiste quelques potentiels à bâtir peuimportants. La commune souhaite que desdérogations soient accordées pour comblerles "trous" encore non bâtis.Zone de villas du ch. R.-ContiLes VLI sont dépassées de + 3 dB(A). Lacommune propose le maintien en zone devillas. Les potentiels subsistants ne devraientpas accueillir du logement, maisdes activités pour lesquelles des dérogationspourraient être nécessaires.Le triangle situé entre les voies CFF, laroute de Suisse et la rte des Fayards vientde faire l'objet d'une modification de zoneet a été affectée en zone de développementindustriel et artisanal.Le projet de renaturation de la Versoix etréaménagement du delta aura d'importantesincidences sur les terrains bordiers. Unplan de site est à l'étude afin de définirles conditions d'aménagement du parc dela Bécassine et des parcelles situées ausud.Les enjeux pour ce quartier très hétéroclitene concernent pas l'accueil d'une nouvellepopulation, mais portent essentiellementsur l'amélioration des conditionsde vie des habitants.OBJECTIFS SECTORIELS ET PRINCIPES DEMISE EN ŒUVRERenforcer et améliorer les relations et lesliens entre les quartiers au sud de la Versoixet le Bourg.> Traiter le futur parc public du Molardcomme un élément de liaison entre leBourg et la Pelotière.Atténuer l'isolement des quartiers situésau sud de la Versoix.> Renforcer la présence d'équipementspublics.Favoriser la reconversion des quartiers devillas soumis aux nuisances sonores.> Envisager la modification du régimedes zones.> Favoriser les changements d'affectationindépendamment du statut de la zone.Améliorer les conditions de vie dans lequartier de la Pelotière.> Favoriser les changements d'affectationdes appartements au profit d'activitéscommerciales, économiques et de services.COMMENTAIRESPLQ de la Pelotière : celui-ci prévoyait àl'origine des activités au rez-de-chausséedes bâtiments. L'objectif communal visedonc à revenir à la situation initialementprévue.DOCUMENTS DE REFERENCE> PLQ La Pelotière> PLQ La Scie> PLQ Nant-de-Crève-Coeur> PLQ du Grand-Malagny> Projet de plan de site "Bécassine -Sans-Souci".26


POLITIQUE DE L'HABITAT3.2.7 Ecog ia 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXOutre le centre sportif de la Bécassière etle site d'Ecogia, ce secteur abrite quelquesconstructions dispersées dans lazone agricole le long de la rte de l'Etrazainsi que des villas le long du cheminMaurice-Ravel et les hauts du ch. Dégailler.Dans le secteur Ecogia-Bécassière, unegrande partie des terrains appartient à lacommune.Le secteur d’Ecogia est régi par un plande site approuvé par le Conseil d’Etat le30.07.04. Celui-ci définit de manièreprécise les aménagements et transformationsqui peuvent être effectués.Le secteur "Chez Pélissier", zone agricolesituée entre le nant de Braille et le cheminde Montfleury, a été identifié lors dela 1 ère phase d'étude comme un intéressantpotentiel de développement : horsdes nuisances du bruit des avions, prochesdes écoles et à l'intérieur des limitesnaturelles qui cadrent le tissu urbanisé.> Population 2006 : 345> Population potentielle : 345 (sanscompter le relogement des forains etgens du voyage et le développement"Chez Pélissier")> Emplois 2001 : 132> Etablissements 2001 : 14> Emplois potentiels : variable selonhypothèses de développement du secteur"Chez Pélissier". A terme, potentielimportant en cas de réalisation d'un"Ecoparc" dans le secteur des "Longs-Prés".Il est à relever que le déclassement de ceterrain n'est pas prévu par le plan directeurcantonal. La pré-consultation auprèsdes services cantonaux a toutefois confirmél'intérêt d'un déclassement de ce terrain.Le secteur de La Bécassière a fait l'objetd'un projet de modification de zone afinde permettre le relogement des forains etdes gens du voyage. Leur installation nécessiteraun certain nombre d'aménagements(accès à revoir, cheminements piétonniers,etc.) ainsi qu'un suivi social.Le secteur des "Longs-Prés" constitue pourla commune une réserve pour la réalisationd'un "Ecoparc" (parc d'activités technologiques)en relation avec la jonctionautoroutière.Le bruit induit par l'autoroute péjore laqualité de vie de nombreux habitants.1 Sous-secteur statistique 0427


OBJECTIFS SECTORIELS ET PRINCIPES DEMISE EN ŒUVREDévelopper progressivement un quartiermixte avec priorité au logement sur leterrain "Chez Pélissier".> Procéder à l'établissement d'un plandirecteur de quartier sur un périmètreélargi.Favoriser l'intégration des futurs habitantsdes nouveaux quartiers excentrés (Bécassièreet "Chez Pélissier").> Assurer un suivi et un accompagnementsocial des forains et gens duvoyage dans le cadre de leur nouvelleinstallation.> Prévoir dans le nouveau quartier "ChezPélissier" des équipements et servicespour la population.Protéger la population exposée aux nuisancessonores.> Etudier les mesures constructives lesplus adéquates : butte, mur, etc. et lesréaliser.COMMENTAIRES"Chez Pélissier"La fiche de mesure n° 3 détaille lesconditions-cadre du déclassement duterrain "Chez Pélissier".Parc rural d'Ecogia - BécassièreLa fiche de mesure n° 4 détaille lesconditions-cadre du parc rural d'Ecogia-Bécassière et d'agrandissement du centresportif de la Bécassière.DOCUMENTS DE REFERENCE> Fiches de mesure n° 3 et 4> DAEL - DAT, Relogement des forains etdes gens du voyage. Aménagement dusite de la Bécassière à Versoix. Rapportd'étude. Urbaplan, janvier 2003> Plan de site Ecogia> Recensement architectural> Inventaire des sites archéologiques28


POLITIQUE DE L'HABITAT3.2.8 R ic h e lie n 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUX 2Le secteur de Richelien – Gravines - LaBâtie regroupe un ensemble de constructionsdestinées à l'habitation ou à desactivités. Celles-ci sont situées en zoneagricole et en zone de bois et forêts.L'urbanisation du secteur s'est développéeessentiellement le long de l'av. de Richelien,où au gré des années, s'est créé unesorte de quartier résidentiel.Le vallon de la Versoix est relativementpréservé, exception faite de la presqu'îlequi abrite les installations de la protectioncivile et quelques entreprises.Un restaurant et un manège reliés par unréseau de cheminements piétonniers trèsfréquenté confèrent à ce secteur un rôled'espace de délassement très prisé.> Population 2006 : 156> Population potentielle : idem> Emplois 2001 : 199, dont 17 dans lesecteur primaire> Etablissements 2001 : 18> Emplois potentiels : ?Ce secteur est touché par un certain nombrede contraintes :> les nuisances sonores dues à l'autoroute;> les distances de non-construire parrapport à la Versoix ;> la ligne à haute tension et sa bandenon-aedificandi ;> la zone alluviale d'importance nationalequi longe les rives de la Versoix ;> le plan de protection du vallon de laVersoix ;> un réseau d'assainissement partiel.De nombreuses études et discussions onteu lieu ces dernières années en vue de"régulariser" la situation et affecter lesterrains bâtis en zone à construire. Dans lapremière phase de l'étude du plan directeurcommunal, il a notamment été envisagéla création d'une zone d'activitésartisanales intercommunale (avec Collex-Bossy) permettant une mise en conformitéet un développement potentiel des entreprisesexistantes. Bien que le service del'agriculture ait favorablement préavisé untel changement d'affectation, la Direction1 Sous-secteur statistique 12 Certains éléments du diagnostic sont extraitsde : "Etude d'aménagement en vued'un déclassement du secteur de Richelien",DTPE, Commune de Versoix, ASS,31.01.9729


de l'Aménagement du Territoire a estiméqu'une telle modification de zone n'étaitpas admissible au regard du plan directeurcantonal et des objectifs du plan deprotection du vallon de la Versoix.Le plan de protection du vallon de laVersoix laisse la porte ouverte à l'établissementd'un plan de site qui permettraitde traiter de manière localisée le statutdes constructions existantes aussi bien surCollex-Bossy que sur Versoix. Les conditionscadre de cette étude sont décritesdans la fiche de mesure n°2.L'enjeu pour ce secteur réside ainsi essentiellementdans :> la protection des habitants contre lebruit de l'autoroute (voir chapitre 8.1).> la possibilité pour les entreprises existantesde maintenir leurs activités,voire de les développer (voir chapitres5.2 et 7.7.1).DOCUMENTS DE REFERENCE> Fiche de mesure n° 2> Plan de protection du vallon de laVersoix> Etude d'aménagement en vue d'undéclassement du secteur de Richelien,DTPE, Commune de Versoix, ASS,31.01.97> Inventaires des voies historiques deSuisse (IVS)> Inventaire des sites archéologiques30


POLITIQUE DE L'HABITAT3.2.9 Creuso n, Sa uverny 1SITUATIONDIAGNOSTIC / ENJEUXLe secteur de Sauverny avec ses anciensbâtiments d'activités au bord de l'eau et lesecteur de la Branvaude avec son domaineagricole présentent un grand intérêt patrimonial.Ces deux entités bâties sont situées enzone agricole. Leur structure ne correspondpas à la définition de la zone dehameaux. Par contre, un plan de sitepourrait être établi, si les propriétairesvenaient à en faire la demande. Pour lacommune, il n'y a pas de nécessité d'établirun tel document.Le hameau de Sauverny a récemment étéassaini, les eaux usées étant dirigées versla STEP en France.L'observatoire de Sauverny occupe unesituation particulière dans une clairière.> Population 2006 : 52> Population potentielle : idem> Emplois 2001 : 95, dont 9 dans lesecteur primaire> Etablissements 2001 : 8> Emplois potentiels : ?Le rapport accompagnant le plan de protectiondu vallon de la Versoix recommandela mise en valeur des abords dufranchissement de Sauverny et l'aménagementd'une structure d'accueil (départde promenade, canoë, aire d'arrêt, information,etc.).Les enjeux pour ce secteur résident essentiellementen :> la protection du patrimoine bâti ;> l'amélioration de l'espace public ;> le développement du réseau agroécologique.> la possibilité de transformer les constructionsagricoles obsolètes en logements.La commune soutient de telsprojets pour autant que leur intégrationsoit assurée, notamment du pointde vue des places de stationnement.DOCUMENTS DE REFERENCE> Plan de protection du vallon de laVersoix> Recensement architectural> Inventaire des voies historiques deSuisse (IVS)1 Sous-secteurs statistiques 2 et 331


0 m 200 400 600 800Echelle 1/25'000Juin 2006COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEURHabitatexistant / projetéCentralité de quartier (équipements et services)Quartier du Vieux-BourgPréserver la mixitéexistant / projetéMixité avec priorité aux activitésRenforcement de la centralité urbainepar densificationéréeHabitat moyenne densitéHabitat faible densitéParcs publics, espaces de détenteéslllllllllllllllllllllllllllllllllla jonction0250 - Habitat25'000- MW - 07.06.06 - jca


POLITIQUE DES EQUIPEMENTS ET DES SERVICES4. POLITIQUE DESEQUIPEMENTS ET DESSERVICES4.1 Equipements scolaires(primaires) et parascolairesSITUATION 1 / DIAGNOSTICPRELIMINAIREL'offre en équipements (sociaux, culturels,sportifs, sanitaires, etc.) a toujours été unfacteur important pour évaluer la qualitédu cadre de vie d'une commune. A telpoint que la réalisation d'équipements alongtemps symbolisé les politiques publiques.Aujourd'hui la notion d'équipement esttoujours importante, mais tend de plus enplus à être remplacée par celle de service :ce n'est pas tant l'équipement qui estimportant que les services mis à la dispositionde la population.Références au plan directeur cantonalObjectif 2.8 : Adapter l'offre des équipementsde quartier à l'évolution des besoins.Moyen : Pratiquer une politique d'achats immobiliersanticipés pour disposer des terrainsrépondant aux besoins.Mesures d'application :- Développement et valorisation de la plurifonctionnalitédes équipements.- Encouragement de l'intercommunalité.- Mise en place de mesures (légales, foncières,financières, administratives) permettant defaciliter la politique de réservation des espacesnécessaires pour les équipements publics.Les prévisions (2002 – 2005) et les perspectives(2006 – 2011) établies par leSRED indiquent qu'après un pic en 2003les effectifs devraient se stabiliser autourde 1'070 élèves.Les prévisions du SRED sont établies surla base d'une estimation de 515 nouveauxlogements pour la période 2003 – 2011.Cette croissance relativement forte correspondau 65 % du potentiel en zone sur lacommune. C'est un taux de croissanced'environ 60 logements par an. A titre decomparaison, entre 1990 et 2000, il s'estconstruit environ 90 logements/an.Ces prévisions ne tiennent compte que dubesoin en classes, mais pas des locauxannexes (salles polyvalentes, locaux spécialisés,etc.). Or, plusieurs établissementsscolaires manquent de locaux pour lesactivités parascolaires.Ainsi, pour répondre au besoin généraliséde classes pour les activités décloisonnéeset parascolaires, de nouveaux locaux serontnécessaires. Des locaux parascolairesdoivent être prévus en périphérie des bâtimentsscolaires.Une population nombreuse habite la rivedroite de la Versoix. Ces quartiers ne bénéficienttoutefois pas d'établissement scolaireproche. Un établissement sur la rivedroite de la Versoix permettrait non seulementde mieux intégrer les quartiers de laPelotière et du nant de Crève Cœur, maisaussi de décharger l'école de Lachenal etainsi de rééquilibrer les bassins de recrutement.La construction d'une école posetoutefois un problème de compatibilitéavec les normes liées au bruit des avions(DS II en principe pour une école).L'école de Courvoiser comprend deuxclasses qui ne sont plus aux normes. Enraison du bruit, une démolitionreconstructionest envisageable à d’autres1 Sources : Evaluation des besoins scolaires,Ortis, octobre 2001 ; Prévision localiséed'effectifs de l'enseignement primaire,SRED, mai 2002 ; entretien avec M. J.-D.Guex, octobre 2002Plan directeur communal de Versoix – 2006 35


fins qu’un établissement scolaire (petiteenfance).OBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREAdapter l'offre d'équipements scolairesaux besoins futurs.Développer une politique d'acquisitionfoncière anticipée.Rechercher des possibilités d'implantationd'un équipement scolaire sur la rive droitede la Versoix.> Négocier avec le canton la possibilitéde construire une école sur les terrainsde l'Etat en bordure du chemin du Molard.COMMENTAIRESLes localisations de nouvelles écoles quiont été retenues sont :> Sur le terrain de football de Champ-Pauvre.> Dans le cadre du développement d'unnouveau quartier "Chez Pélissier".> Sur les terrains de l'Etat en bordure duch. du Molard.> Agrandissement des établissementsexistants.4.2 Equipements et installationspour les enfants4.2.1 Crèches, garderiesSITUATION / DIAGNOSTICVersoix offre actuellement environ 130places de garde, dont 60 à la crèche et lereste entre les deux garderies etl’association des familles d’accueil.En moyenne, l’on considère qu’environ1/5 des enfants de 0 à 5 ans recherchentune place. L'application de ce taux àVersoix, représente environ 120 à 130enfants à placer, en ne prenant pas encompte les parents qui, travaillant à Versoix,souhaiteraient trouver une place surla commune.Considérant à terme une population de 12à 13'000 habitants et une demande toujoursplus importante pour ce type deservice, les besoins pourraient alors s'éleverà environ 150 à 160 places.La villa Yo-Yo installée dans un appartementde la Pelotière accueille des enfantsde 4 à 11 ans après les heures d'école etles jours de congé. Cet équipement complèteainsi l'offre de prise en charge desenfants.OBJECTIFAdapter l'offre en crèches et garderies auxbesoins actuels et futurs.COMMENTAIRESLes localisations de nouvelles crèches quiont été retenues sont :> Secteur du Levant> Pelotière> Ecole Courvoisier> Dans les nouveaux quartiers de Versoixla-Villesous la forme d'haltesgarderies.36


POLITIQUE DES EQUIPEMENTS ET DES SERVICES4.3 Equipements pour lesjeunesSITUATION / DIAGNOSTICSelon les sondages effectués lors de lapremière phase d'étude du plan directeur,les demandes formulées concernent unesalle de spectacle (musique, répétitions)et un terrain de skate-park. L'associationde Montfleury relève également que dansleur quartier (privé), des équipementsexistent pour les enfants, mais rien pourles jeunes. Ils proposent la création, parexemple, d'un mur de grimpe et d'unterrain de volley-ball.4.4 Equipements pour lespersonnes âgées4.4.1 EMSSITUATION / DIAGNOSTICIl existe un EMS et un foyer de jour à Versoix.Selon le plan directeur cantonal EMS2010, la construction d'un nouvel EMSest nécessaire pour répondre aux besoinsrégionaux.Après analyse de différents sites, celui dela Gare est retenu prioritairement pourl'implantation de l'EMS.OBJECTIF ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREAdapter l'offre en équipements pour lesjeunes aux besoins actuels et futurs.> Rechercher des synergies avec d'autresprojets de construction.> Développer des solutions flexibles.COMMENTAIRESLes localisations potentielles de nouveauxlocaux pour les jeunes :> Versoix Cetre-Ville (plateau de la Gare)> Site de la papeterie> Versoix-la-Ville> "Chez Pélissier"La flexibilité des installations consiste àutiliser au mieux les espaces existants parleur utilisation différenciée dans le temps.Dans cette optique, certains parkings outronçons de rue pourraient par exempleêtre mis à disposition pour des jeux de rue(street-ball, roller, skate-park, etc.) à certainsmoments de la semaine. Ces pratiquessont courantes pour des activitéscommerciales (marché), et devraient égalementêtre pratiquées pour des activitéssociales, sportives ou ludiques.4.4.2 CASS 1SITUATION / DIAGNOSTICVersoix fait partie d'un secteur sociosanitairecomprenant les communes deBellevue, Genthod et Collex-Bossy.Le plan directeur cantonal des locaux desCASS 2000-2010 définit les besoins ensurfaces pour la période considérée.> Surface actuelle : 303 m 2> Surface nécessaire pour l'adaptation àcourt terme : 104 m 2OBJECTIF ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVRERépondre aux besoins de la populationâgée.> Réaliser un nouvel EMS sur le plateaude la Gare.> Réserver la possibilité de créer de nouveauxéquipements pour les personnesâgées.COMMENTAIRESL'agrandissement des locaux actuels duCASS semble faisable et ne nécessite pasla réservation d'autres terrains.A plus long terme toutefois, compte tenudu vieillissement de la population, il n'estpas exclu que des besoins supplémentairesapparaissent.1 CASS : centre d’action sociale et de santé37


4.5 Equipements de sports etloisirsSITUATION / DIAGNOSTICVersoix possède une offre très étoffée d'installationset d'équipements pour la pratiquedes sports et des loisirs qui répondaux besoins de la population locale etrégionale.Le centre sportif de la Bécassière accueilleles principales installations grandesconsommatrices d'espace (football,tennis) et présente quelques réserves pourla réalisation de certains équipements etinstallations (agrandissement du tennis,terrain de beach-volley, agora-espace,piste finlandaise, nouveaux vestiaires,etc.).Par contre, il ne pourrait pas accueillird'autres nouveaux équipements plus importantscomme le déplacement du terrainde football de Champ Pauvre ou la réalisationd'une piscine couverte.Pour les loisirs (promenade, vélos, picnique,etc.), les forêts situées à l'ouest del'autoroute sont fortement sollicitées. Outrela pression qui est exercée sur ces milieux(concentration dans le temps et dans l'espace),ces espaces sont relativement éloignésdes quartiers pour pouvoir jouer unrôle d'équipement de proximité. L'étangde la pisciculture constitue un endroit trèsprisé et pourrait être aménagé en tantqu'espace de détente.Les terrains entre le centre sportif et Ecogiasont dans une situation intéressanteentre territoire urbanisé et espaces naturels.Ils pourraient ainsi jouer à terme unrôle de d'espace-relais entre les quartiersrésidentiels et les espaces naturels.Les demandes de la part des associationsconsultées portent essentiellement sur lacréation d'une piscine couverte. C'est unéquipement qui renforcerait le rôle deVersoix en tant que pôle régional. Danscette optique, une collaboration intercommunaledevrait être développée.Il existe également une forte demande auniveau cantonal pour des équipementslacustres (places d'amarrage dans lesports). A ce titre, on peut rappeler qu'en1974 le Département des Travaux Publicsavait établi une étude générale pour laprotection et l'aménagement des rives dulac 1 , suivie d'une étude de détail pour lesecteur de Versoix 2 . Cette dernière prévoyaitnotamment l'agrandissement de portChoiseul (+ 560 places), le prolongementdu quai de Versoix, la création d'îles artificielles,la réalisation d'un camping,d'une piscine, etc.Aménagement des rives, 1975 (extrait)Il n'y a plus aujourd'hui de volonté cantonaleou communale de prendre en chargel'agrandissement des infrastructures portuaires.Dans le cadre du projet de renaturationdu delta de la Versoix, le port de l'institutForel pourrait être démoli. Dans cetteéventualité, des emplacements de substitutionpour les bateaux de l'institut devrontêtre trouvés.OBJECTIFSDévelopper une collaboration intercommunalepour la réalisation d'équipementsde sports et loisirs.Réserver la possibilité d'une extension duCentre sportif de la Bécassière.Aménager un parc rural à Ecogia-Bécassière.1 Protection et aménagement des rives dulac, Etude générale, DTP, octobre 19742 Aménagement des rives du lac, Versoix –secteur I, DTP, mars 197538


POLITIQUE DES EQUIPEMENTS ET DES SERVICESCOMMENTAIRESParc rural d'Ecogia-BécassièreL'aménagement d'un parc rural répond àdifférents objectifs :> Renforcer l'attractivité du territoire, parl'offre d'équipements et d'installationsde niveau régional.> Améliorer les relations entre les quartiersde Versoix, le Centre sportif et lesespaces naturels en offrant un lieu relais.> Accompagner l'évolution de l'agriculturepériurbaine : diversification,nouvelles activités, etc.La fiche de mesure n° 4 détaille lesconditions de mise en œuvre du parc etles options concernant l'agrandissementdu centre sportif de la Bécassière.Références au plan directeur cantonalObjectif 3.11 : Répondre aux nouveaux besoinsen matière d'espaces de détente et d'équipementssportifs et de jardins familiaux en garantissantune coordination intercommunale.Objectif 3.2 : Faire jouer à l'agriculture, en susde sa fonction première de production, son rôled'entretien du paysage et de la nature, enparticulier aux abords de l'agglomération.Ecogia - Bécassière : un espace-relais entrel'urbanisation et les milieux forestiers4.6 Principaux équipementsculturelsSITUATION / DIAGNOSTICLes équipements culturels sont :> La Maison du Charron> La salle communale de Lachenal> L'aula du collège des Colombières> Les caves de Bon-Séjour> La Ludothèque> La bibliothèque communale> L’Espace Patrimoine> L’Ancienne Préfecture> Le Club des Aînés> Le Rado> Le Galaxy> La Maison de la Grève> Ecogia> L’Observatoire de GenèvePar ailleurs, l'association Ecole & Quartierpropose un très grand nombre d'activités(cours, animations, etc.), expression d'unegrande richesse culturelle et associative.Les associations communales sont égalementnombreuses et contribuent à l'animationsociale et culturelle de la commune.Certaines associations ont exprimé le désirde créer à Versoix un centre socioculturelpolyvalent comprenant des salles de spectacles,répétitions, musique, expositions,cinéma, etc.La Commission culture de la communesouhaite développer un véritable pôleculturel autour des Caves de Bon-Séjour,incluant l’Ancienne Préfecture et la MaisonFerrier. Un autre axe culturel pourraitse développer à Ecogia lorsque la sallepolyvalente sera achevée. D’autre part, unréaménagement des espaces publics duBourg (par exemple sous la forme d’unezone piétonne comprenant le quai et lesruelles du bourg permettrait de développerde nouvelles possibilités d’animationspour les nombreuses associations communales.Les sites de la gare et de la papeterieprésentent également des potentialités39


intéressantes pour l'implantation de locauxsocioculturels. L'un en tant que pôled'échanges et interface de transports,l'autre par la qualité exceptionnelle ducadre paysager. D'autres localisations nesont pas à exclure selon les opportunitésqui se présentent.La réalisation d'équipements socioculturelsrépond non seulement à une demandelocale, mais participe égalementau renforcement de l'attractivité du territoire.OBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVRERenforcer les équipements socioculturels.> Nouvelle salle de spectacle> Extension des caves de Bon-Séjour> Maison de la musique et de la danseDévelopper une collaboration intercommunalepour la réalisation d'équipementssocioculturels.4.7 PlantagesSITUATION / DIAGNOSTICLes prolongements extérieurs de nombreuxbâtiments locatifs se réduisent à une simplepelouse qui présente peu d'intérêts entermes de possibilités d'appropriation,d'environnement et de paysage.Des aménagements simples sous la formede plantages permettraient de diversifierces espaces collectifs et d'offrir des lieuxde détente à proximité immédiate deslogements.Les plantages sont des "mini-jardins familiaux"mis à disposition des habitantsproches (3 à 5 minutes à pied). Les parcellesde 5 à 50 m 2 au maximum par locatairesont aménagées de manière rudimentaire,sans maisonnettes ni places de jeux.L'équipement se limite juste à quelquespoints d'eau et chemins en revêtementstabilisé.Ces installations jouent un rôle importanten termes de diversification de la végétationet en termes sociaux (appartenance àson quartier, lieu d'échanges, activitéspour les aînés, etc.).Exemples de plantages (Lausanne)OBJECTIFInciter à la réalisation de plantages.COMMENTAIRESL'aménagement de plantages est principalementdu ressort des propriétaires privés.Afin d'inciter les propriétaires à offrir unepartie de leur terrain aux locataires pourles transformer en plantages, la communede Versoix pourrait donner l'exemple (rôlemoteur) en proposant aux amateurs desparcelles qui se prêtent à cet usage.L'aménagement et l'équipement pourraientaussi être pris en charge par lacommune, par exemple sous la formed'emplois pour les jeunes en été, d'atelierspour les chômeurs, etc.40


POLITIQUE DE L'ECONOMIE ET DE L'EMPLOI5. POLITIQUE DE L'ECO-NOMIE ET DE L'EMPLOISITUATION / DIAGNOSTICQuelques données statistiques permettentde caractériser la situation communale.EmploisSi l'on considère l'évolution des emploisentre 1995 et 2001, on voit que malgré laperte constante d'emplois dans le secteursecondaire (moins 155 emplois), le développementdu secteur tertiaire (+ 291emplois) a permis à la commune de légèrementaugmenter le nombre total d'emplois.Nombre d'emplois selon RFE 1 95/98/011995 1998 2001primaire 62 62 45secondaire 580 523 425tertiaire 1'589 1'743 1'880TOTAL 2'231 2'328 2'350Selon le RFEde 2001, la part des emploissecondaires est légèrement plus importante(15 %) que la moyenne cantonale(18 %).Dans le secteur secondaire, les industriesmanufacturières représentent la grandemajorité des emplois, mais sont en diminutionde 8 % de 1995 à 1998.Dans le secteur tertiaire, on peut mettre enévidence les grandes tendances suivantes(RFE 1995 et 1998) :> L'enseignement représente plus duquart des emplois (26,8 %).> Le secteur de la santé représente 20 %des emplois.> Le commerce de détail et la réparationconnaît une augmentation de 23 %.> Les services fournis aux entreprisesconnaissent également une forte croissancede près de 16 %.Surfaces de vente et surfaces de bureaux> En 1999, la surface de vente s'établissaità 3,08 m 2 /habitant dans le cantonde Genève. A Versoix, ce taux était de1,04 m 2 /habitant. Il y a donc un réeldéficit de commerces à Versoix.> En 2000, il y avait 11'000 m 2 de surfacesde vente à Versoix et 210 m 2 vacants.En 2002, le taux de vacance esttombé à 0.> En 2000, il y avait 23'000 m 2 de surfacesde bureaux à Versoix. En 2001 et2002, le taux de vacance était de 0.Contraintes et atoutsUne politique réaliste en matière d'accueild'emplois doit tenir compte des contrainteset atouts du territoire communal.ContraintesUne des contraintes relevée lors des enquêtesest l'absence de grandes zonesd'activités offrant des terrains disponibles.Après de longues années d'attente, lesterrains de Fleur-d'Eau et de la Scie devraientà court terme être réalisés. Dès lors,les principales potentialités concernentdes secteurs à restructurer (Gare, papeterie,Nant-de-Crève-Coeur) ou des opérationsponctuelles dans les nouveaux quartiersen développement à Versoix-la-Ville.La structure du territoire communal offrepeu de possibilités pour la création denouvelles zones d'activités. En effet, côtélac de l’autoroute, les secteurs en contiguïtéavec le territoire bâti sont prochesdes zones de villas (éventuels problèmesde voisinage), sont excentrés et donc maldesservis par les transports publics. CôtéJura de l’autoroute, (Richelien-Gravines),on se trouve dans un secteur déjà en partieoccupé par des entreprises, maiscomme pour le côté Lac, les terrains sontaffectés en zone agricole.La situation pourrait évoluer à terme avecla réalisation d'une jonction autoroutièrequi offrirait une nouvelle accessibilité ausecteur des Longs-Prés. Le développementd'un "Ecoparc" (parc d'activités technologiques)en relation avec cette infrastructureconstitue dès lors un objectif communal.1 Recensement fédéral des entreprisesPlan directeur communal de Versoix – 2006 43


Les problèmes de circulation et de stationnementdans le Bourg sont relevés parplusieurs commerçants comme un facteurnégatif. Plusieurs projets en cours devraientpermettre une amélioration de lasituation.L'absence d'une jonction autoroutière estsignalée comme un facteur négatif parquelques entreprises. Une telle réalisationpourrait être profitable pour certainesactivités, mais pourrait également porteratteinte aux commerces qui tirent profit dutrafic de passage.AtoutsL'environnement paysager est relevécomme l'un des principaux avantages queprésente la commune. La proximité du lacet des forêts constitue donc un réel atoutqu'il faut continuer à valoriser. Un cadrede vie agréable est autant bénéfique pourles habitants que pour attirer des entreprises.La présence de deux haltes CFF constitueégalement un atout important. Ce sont eneffet des lieux de passage très fréquentés(environ 1'800 voyageurs/jour sur les deuxhaltes). Par ailleurs, la mise en placed'une desserte RER (fréquence au quartd'heure) va fortement renforcer l'attractivitédes terrains autour de la Gare.La situation régionale à proximité du centrede Genève, de Nyon, de l'AIG, duCERN de la ZIMEYSA et des organisationsinternationales, tout en étant à l'écart desdysfonctionnements de l'agglomérationurbaine, constitue également un atoutréel.L'offre en équipements de sports et loisirsconstitue également sur la commune ou àproximité immédiate constitue égalementun élément qui contribue à l'attractivitédu territoire.Localisation et caractéristiques des secteursd'activitésLa localisation des activités économiquessur le territoire communal peut être décritede la manière suivante :> Au sud de la commune, de part etd'autre de la voie ferrée et proche de laVersoix, se trouvent les zones d'activitésindustrielles et artisanales (Scie, Papeterie,Chocolaterie). Ces zones sont inséréesdans un tissu urbain et naturel.Leurs caractéristiques locales (dimension,contraintes d'accès, proximité dela Versoix, etc.) limitent leur capacitéde développement. Les potentialitéssont les suivantes :- Quartier de la Scie : potentiel de10'000 m 2 de SBP, soit environ200 emplois (artisanat essentiellementet tertiaire). Promotion et gestionpar la FTI 1 . Terrains en partie àla commune. Dossier en cours pourune prochaine mise à l'enquêtepublique du plan directeur de lazone.- Papeterie : potentiel de 20'000 m 2de SBP, soit environ 400 emplois.La réalisation dépend essentiellementdes propriétaires privés. Ceterrain présente des atouts etcontraintes :° la proximité de la Versoix constitueune contrainte en termes depossibilités de construction etde stationnement sur le site. Parcontre, le site offre un cadrepaysager exceptionnel à proximitéimmédiate des équipementset services du Bourg ;° les accès routiers ne sont pas optimauxpour une desserte par lespoids-lourds ;° la proximité de la gare CFF devraitpermettre de contrebalanceren partie l'inconvénient de lalimitation des possibilités de réaliserde grands parkings à l'intérieurdu site.- Rte de Suisse / rte des Fayards : cesterrains ont fait récemment l'objetd'une modification du régime deszones et offrent ainsi environ 1 hade zone d'activités représentant unpotentiel théorique de 50 emplois.- Nant-de-Crève-Cœur : un projetd'agrandissement des ateliers existantsprévoit la surélévation d'unbâtiment, offrant ainsi 1'875 m 2supplémentaires.> Tout le long de la route de Suisse ainsique dans le Bourg, on trouve des activitéscommerciales et artisanales. Ils'agit d'activités urbaines situées leplus souvent au rez-de-chaussée desbâtiments. Les emplois liés à ces acti-1 FTI : Fondation pour les Terrains Industriels44


POLITIQUE DE L'ECONOMIE ET DE L'EMPLOIvités représentent une proportion trèsimportante du nombre total d'emplois.> Le plateau de la gare fait l'objet d'uneplanification en cours offrant un potentielde 300 à 600 emplois.> A Versoix-la-Ville, les emplois sontessentiellement liés à des équipements(écoles, EMS) avec quelques commercesépars.> Dans la zone de villas, les pôles d'emploisont également liés à des établissementsscolaires (Lachenal, Colombières,Léman).> Le PLQ de Fleur-d'Eau présente unpotentiel de 10'300 m 2 de SBP, soitenviron 340 emplois (tertiaires). La réalisationdu centre administratif dépendde promoteurs privés.> Dans la zone agricole, on trouve unegrande diversité et quantité d'activités :outre ceux liés au secteur primaire,cette zone abrite nombre d'emplois dusecteur secondaire et tertiaire. Au total,18 % de l'ensemble des emplois de lacommune se trouvent hors zone. Lamise en conformité de ces entreprises,notamment dans le secteur de Richelien-Gravinesconstitue un objectifcommunal et fait l'objet de la fiche demesure n°2.ORIENTATIONS / ENJEUXTenant compte des particularités locales,la politique communale en matière dedéveloppement économique est basée surles postulats suivants :> Versoix ne peut rivaliser avec d'autressecteurs de l'agglomération pour l'accueild'activités artisanales ou industrielles.L'absence de grands terrainsdisponibles et bénéficiant d'accès performantsexcluent le développementconséquent de ce créneau. La réalisationultérieure d'une jonction autoroutièrepermettant l'aménagement d'unparc technologique reste toutefois uneoption de développement futur.> Les terrains disponibles pour des activitésartisanales sont relativement limités: Scie, Chocolaterie, Papeterie. Dece fait, leur vocation est essentiellementlocale.> Les principaux potentiels de développementd'activités économiques sontsitués à l'intérieur du tissu urbanisé,soit dans les zones prévues (Plateau dela gare, Fleur-d'Eau), soit dans le cadrede la reconversion des quartiers soumisaux nuisances sonores.> Les activités qui pourront donc s'ydévelopper devront être compatiblesavec l'environnement résidentiel urbain.> La qualité du cadre naturel et paysagerde la commune permet égalementd'envisager l'implantation de certainesactivités particulières (ONG, recherche,etc.) qui privilégient un environnementde qualité.Sur la base de ces analyses, la politiquecommunale pour favoriser l'accueil d'emploisest déclinée selon trois axes :> A l'intérieur des zones à bâtir :- Le développement de projets sur lesterrains destinés aux activités.- Le renforcement de la mixité dansles quartiers résidentiels.> A l'extérieur des zones à bâtir :- Le maintien et le développementd'activités dans la zone agricole, notammentpar la mise en conformitédu secteur Richelien-Gravines.> Des actions de marketing et de promotionsont également envisagées pourcompléter les mesures à caractère spatial."Ecoparc" (parc d'activités technologiques)La notion d'Ecoparc évoquée pour le secteurdes Longs-Prés se réfère à une zoned'activités économiques, plutôt orientéesur les hautes technologies que les activitésindustrielles et implantées dans uncadre paysager et environnemental degrande qualité. La réalisation de constructionsà faible consommation énergétiqueparticipe également au principe d'unezone d'activités combinant harmonieusementéconomie et écologie.45


5.1. Développements à l'intérieurde la zone à bâtir5.1.1 L es zo nes d'activitésléga liséesLes zones légalisées, (notamment Fleurd'Eau,Scie, Papeterie et triangle rte deSuisse / rte des Fayards, Nant-de-crève-Coeur) représentent un potentiel d'environ1'000 emplois, soit près de la moitié desemplois existants actuellement. Il s'agitdonc d'un enjeu considérable nécessitantque ces projets soient soutenus par lacommune avec l'aide, le cas échéant, dela promotion économique cantonale.5.1.2 L e re nforceme nt de lamixité da ns le tissu b âtiRéférence au plan directeur cantonalObjectif 2.4 : Offrir aux activités une structured'accueil souple et diversifiée.Moyens : Maintenir et favoriser la mixité dansles quartiers d'habitation lorsqu'elle est compatibleavec l'habitat.Mesure d'application : Encouragement de lamixité entre logements et activités dans lesquartiers en faisant usage des plans d'utilisationdu sol et des plans localisés de quartier.Trois secteurs se prêtent à l'introductiond'une plus grande mixité habitat – travail,soit par des opérations de restructuration,soit dans le cadre de nouveaux développements:> Restructuration du secteur élargi autourde la gare (Versoix Centre-Ville).> Restructuration du secteur du Nant-de-Crève-Cœur.> Introduction de la mixité dans les nouveauxdéveloppements à Versoix-la-Ville.Le quartier de la Gare (Versoix Centre-Ville)Références au plan directeur cantonalObjectif 4.3 : Coordonner la mise en place desinfrastructures et les projets d'urbanisationdans l'esprit d'une valorisation réciproque.Objectif 4.4 : Réduire les déplacements inutilespar une localisation judicieuse des activités,de l'habitat et des services.Le développement du quartier autour dela Gare constitue un enjeu majeur pour lacommune :> A court terme (intention 2008), il s'agitde préparer le passage à une cadencede RER au 1/4 d'heure : P+R, convivialitédu lieu (confort de l'interface)par la présence de commerces et d'espacespublics, etc.> A moyen et long terme, il s'agit de renforcerla centralité urbaine par le développementd'un quartier mixte : activités,logements, équipements, espacespublics, etc.Du côté Lac des voies, la commune possèdedes terrains libres et assure le pilotagedes études en vue de la réalisationd'une opération comprenant activitéscommerciales et tertiaires, équipementspublics et logements. Selon le programmeactuellement à l'étude, le plateau de laGare pourrait accueillir à court terme environ150-200 emplois.Du côté Jura des voies (voir également lechapitre 3.2.4 "Sous-Saint-Loup"), lacommune possède peu de terrains encoredisponibles. Dans ce contexte, la margede manœuvre communale repose sur lespistes suivantes :> Une politique d'acquisition foncière.> Une politique d'échanges foncierspermettant à la collectivité de maîtriserles terrains les plus stratégiques.> Le soutien d'initiatives privées visant lamodification des zones afin de permettrele développement de projets mixtes(activités/logements).46


POLITIQUE DE L'ECONOMIE ET DE L'EMPLOISecteur du Nant-de-Crève-Cœur.Celui-ci couvre environ 6 ha de terrainspresque entièrement occupés par desvillas ainsi que par des immeubles locatifset des ateliers artisanaux. La restructurationne pourra se faire que très lentement.Versoix-la-VilleLes PLQ légalisés ne prévoient pratiquementpas de surfaces pour des activités :sur les 38'000 m 2 de SBP autorisés, il n'ya que 165 m 2 à Machard-Graviers.La création d'activités économiques aupied des immeubles semble peu réalistedans le contexte versoisien (peu de visibilité,nuisances de trafic, viabilité économiquepas assurée). C'est pourquoi, l'optioncommunale est de destiner les bâtimentssitués le long de la route de Suisseet du chemin de Pont-Céard prioritairementaux activités. Cela permet ainsi deprotéger du bruit les bâtiments à l'arrièreet d'offrir des surfaces qui bénéficientd'une situation intéressante (visibilité,accessibilité, proximité des arrêts TC).Plan directeur de Versoix-la-Ville (1985)5.2. Les activités hors zone àbâtirSelon le RFA 1 de 2000 et le RFE 2 de2001, on trouve en zone agricole 3 environ18 % du total des emplois de la commune.Ceux-ci se répartissant en :EmploisI 389 %II -III 39191 %Total 429100 %Etablissements1330 %3070 %43100 %Les emplois liés à l'affectation agricolesont donc tout à fait minoritaires.Les activités que l'on trouve dans cettezone sont de diverses natures :> des activités industrielles et artisanales(chantier naval) qui sont sur place depuislongtemps ;> des activités liées aux loisirs (manège) ;> des activités de formation (centre de laprotection civile).De nombreux emplois dans cette zone sontdans une situation plus ou moins précaire:> Les emplois liés à l'agriculture diminuentchaque année. La viabilité économiquedes exploitations dépend de :- leur taille 4 (grandes exploitations),- leur capacité à se diversifier (surtoutpour l'agriculture périurbaine).> Les autres emplois sont liés à des entreprisesqui ne sont pas conformes àla zone et qui ne peuvent donc quedifficilement s'adapter.La marge de manœuvre de la communeest faible (rigidité du cadre législatif cantonalet fédéral, économie de marchémondialisée).1 Recensement fédéral agricole2 Recensement fédéral des entreprises3 Ont été pris en compte, les sous-secteursstatistiques 01-Richelien ; 02-Creuson ;03-Sauverny ; 04-Ecogia et 09-Mâchefer4 Au plan suisse, 7 exploitations de moins de20 ha disparaissent chaque jour47


Le maintien de ces activités (plus de 400emplois) constitue toutefois un enjeu trèsimportant pour la commune. C'est pourquoi,la commune souhaite que des solutionsnégociées puissent être trouvées pourtoutes les activités se trouvant dans la zonede protection, soit via l'établissement deplans de site, soit par des mesures facilitantune relocalisation des activités ailleurssur le territoire communal.La fiche de mesures n°2 détaille lesconditions cadre pour le secteur Richelien-Gravines.Référence au plan directeur cantonalObjectif 3.1 : Mener une politique globale del'espace rural dans une vision inter-cantonaleet transfrontalière.Mesures d'application : Elaboration en concertationavec les milieux concernés, d'un schémad'aménagement de l'espace rural qui proposeun projet de gestion coordonnée de cet espaceselon cinq volets : agriculture, milieux naturels,sites et paysages, domaine bâti et loisirs.5.3 Promotion, marketing,communicationL'offre en terrains ou en locaux permettantl'accueil d'emplois est une condition nécessairemais non suffisante pour effectivementattirer des entreprises sur la commune.D'autres actions liées à la promotion, aumarketing et à la communication doiventégalement être développées en parallèleaux opérations d'aménagement du territoire.Un certain nombre d'actions de promotionet de marketing ont été mises en évidencedans le cadre d'une étude menée par HEC/ Junior entreprise 1 . Celles-ci sont énuméréesci-après.Des mesures visant à développer le rôle dela FIVEAC sont également avancées : offreen matière de consulting et prestations deservices, amélioration du bâtiment Choiseul(pour favoriser les rencontres et leséchanges entre entreprises), constructiond'un nouveau bâtiment sur la parcellevoisine (1'500 m 2 ).1 Elaboration d'une stratégie de développementéconomique pour la commune deVersoix. Antoine Bacle et Luc Berthoud.Mémoire en recherche marketing. Juniorentreprise Genève, HEC, mars 2002.48


POLITIQUE DE L'ECONOMIE ET DE L'EMPLOIOBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREContinuer à soutenir et développer lesprojets en cours.> Développer la collaboration avec la FTIpour la mise en valeur de la zone de laScie.> Développer la collaboration avec lapromotion économique cantonale envue de la mise en valeur de Fleur-d'Eauet des terrains de la papeterie.> Engager les procédures de modificationdes zones au fur et à mesure des besoins: chez Pélissier, quartier de laGare, Nant-de-Crève-Cœur.Introduire plus de mixité à Versoix-la-Ville.> Etablir un plan directeur de quartier ouun PUS afin de fixer les affectations.Continuer à renforcer l'attractivité du territoirepar l'aménagement des espaces publicset une amélioration de l'offre enéquipements de loisirs-détente et deculture.> Développer une collaboration intercommunale.Continuer à améliorer le fonctionnementdu territoire en termes d'accessibilité multimodaleet de stationnement.Préserver les activités économiques situéeshors zone à bâtir.> Développer en collaboration avec lecanton et les communes voisines, unprojet-pilote sur la gestion des activitésen zone agricole.> Etablir un plan de site pour le secteurRichelien-Gravines.Accompagner les opérations d'aménagementpar des mesures de promotion économique.Réserver la possibilité d'implanter unezone d'activités sous la forme d'un "Ecoparc"(parc d'activités technologiques) enrelation avec la future jonction autoroutière.> A l'instar de la jonction autoroutière(voir chap. 9.2), soumettre le développementde cette zone à une évaluationenvironnementale stratégique (EES)démontrant sa compatibilité environnementale,économique et sociale.COMMENTAIRESPromotion et marketingDifférentes mesures ont été identifiées parl'étude d'HEC / Junior entreprise :> Système de parrainage.> Mise à disposition d'infrastructures parle biais de la FIVEAC.> Amélioration de l'offre actuelle apportéeaux entreprises locataires du bâtimentChoiseul.> Contacts avec la promotion économiquecantonale rendus plus efficacespar une plus grande implication de lapart des autorités communales.> Mise en place d'un comité communalpour l'économie.> Création d'un poste de délégué à lapromotion économique, en contactpermanent avec les autorités cantonales.> Création d'une plaquette et / ou d'unesynthèse stratégique.> Gain de visibilité par un usage efficaced'internet.> Recherche de partenariats au niveaude la région.> Participation à des événements rassembleurs.Activités hors zone à bâtirLe maintien des activités non conformes àla zone agricole nécessitera des mesuresau cas par cas (plan de site, dérogation,délocalisation). Cette manière de faireprésente les inconvénients de ne pas anticiperles situations et n'offre pas de garantiespour les propriétaires. C'est pourquoi,il est proposé de lancer un projet-pilote,en collaboration avec le canton et lescommunes voisines, afin de définir lesmoyens de gestion et d'évolution des activitésen zone agricole.49


0 m 200 400 600 800Echelle 1/25'000Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEUREconomie & Emploiexistant / projetéexistant t / projetéCentralité urbainePôle d'emplois à renforcerActivités artisanales et industriellesrée rayonnementllllllllllllllllllllllllllllllllllMixité avec priorité aux logementsMixité avec priorité aux activitésMaintien des activités en zone agricoleRER et stationAutoroute et jonctionèreLimite communale0250 - EcoEmploi25'000- MW - 17.11.05 - jca


POLITIQUE DES ESPACES PUBLICS, DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE6. POLITIQUE DESESPACES PUBLICS, DUPAYSAGE ET DUPATRIMOINE6.1 Le réseau des espacespublicsPRELIMINAIREL'espace public ne se résume ni au domainepublic ni aux équipements publics: il comprend l’espace entre façadesainsi que les parcs, jardins et places quidéfinissent l'image de la ville et permettentson appropriation.Dans le cadre d'une politique communalesur les espaces publics, deux niveauxhiérarchiques sont à considérer :> Le niveau de la ville : ce sont les espacespublics centraux à caractère uniqueet marquant la spécificité dulieu : places, parcs, grandes artères. Lecritère essentiel dans l'aménagementde ces lieux est l’accessibilité.> Le niveau du quartier : ce sont lesespaces collectifs au pied des immeublesqui peuvent s’étendre au voisinage,voire au quartier : places dejeux, parcs de quartier, zones de rencontre,etc. Le critère essentiel dansl'aménagement de ces lieux est la possibilitéd’appropriation.L’espace public est le support des déplacementsqui rythment notre vie quotidienne.Il est dès lors important que leséquipements (écoles, équipements sportifset de loisirs, arrêts de transports publics,etc.) qui constituent des pôlesd’attraction, soient en réseau, c'est-à-direreliés entre eux par des parcours assurantsécurité et confort.SITUATION / DIAGNOSTICVersoix se caractérise par différents typesde tissus bâtis : tissu urbain traditionnel"compact" (ordre contigu) ponctué denombreuses places à Versoix-le-Bourg ;tissu de quartier résidentiel à Versoix-la-Ville (immeubles dans un parc) ; lotissementde villas à l'ouest du canal.La définition d'un réseau d'espaces publicsà l'échelle de la commune nécessitede prendre en compte la spécificité de cestissus, soit :> Un réseau de places, de rues et deruelles à Versoix-le-Bourg (quai, ruedes Boucheries, rue des Moulins,place L.-A. Brun, place L.-Simond,place du Bourg, place de la Gare,place Ch.-David). De nombreuses activitéscommerciales sont présentes et lecaractère minéral prédomine.> Un réseau de parcs et promenades àVersoix-la-Ville (mail piétonnier, jardins,chemins, sentiers).> Des espaces publics ponctuels à créerdans la zone de villas.> Et des parcours qui relient entre euxces espaces.Plan directeur communal de Versoix – 2006 51


OBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREMettre en place un réseau d'espaces publicsreliant les habitations, équipementsscolaires, commerces et parcs.> Aménager progressivement les parcoursmajeurs, charpente du réseau des espacespublics.> Compléter le réseau de parcs etpromenades à Versoix-la-Ville.Mettre en valeur les espaces publics centrauxpar un aménagement qui révèle leurcaractère emblématique et leur fonctionsociale de lieu de rencontre.> Aménager les places publiques emblématiques: Place de la Gare, Placedu Bourg, quai, belvédère.> Aménager de nouveaux parcs publicsurbains : parcs du sud, parc du Molard,parc de la papeterie, parc de port Choiseul,parc Céard.Promouvoir des espaces collectifs de qualitédans les quartiers.Aménager un grand parc de loisirs – détentede vocation régionale à Ecogia-Bécassière.Mettre en valeur les vestiges archéologiquesà Ecogia.Diversifier les espaces collectifs, lieux desociabilité.COMMENTAIRESPrincipe généralDes projets spécifiques adaptés à chaquesituation particulière devront être élaborésen temps opportun. Ces projets doiventprendre en compte les différentes dimensionsqui caractérisent l'espace public :> Dimension sociale en favorisant lesrencontres spontanées et permettantl'identification des habitants à leurquartier.> Dimension culturelle en révélant lesvaleurs héritées et en construisant lepatrimoine futur par de nouveaux aménagements.> Dimension économique par l'attractivitéet le rayonnement des aménagements.> Dimension urbanistique en tantqu'élément ordonnateur et structurantdu tissu urbain.> Dimension environnementale par uneamélioration de la qualité de l'environnementurbain.Parcours majeursQuatre parcours Nord-Sud, trois parcoursEst-Ouest et un parcours en boucle constituentdes liaisons majeures tant en termesde fonctionnement du territoire (relationsentre les quartiers, les équipements, lesparcs et les places) qu'en termes d'imageurbaine. Ces huit axes forment ainsi lacharpente du réseau des espaces publics àl'échelle de la commune.Les quatre parcours Nord-Sud sont :> La voie lacustre : cheminement piétonnierà créer en bordure du lac pourrelier le quai à la plage de Port-Choiseul jusqu'au nant de Braille (voirfiche d mesure n°6).> La route de Suisse : à la fois avenueurbaine et rue de village, cet axe caractérisel'image de Versoix. Fortes composanteshistorique, sociale, paysagère etéconomique (effet "vitrine").> Le chemin des écoliers : parcours piétonnieret cyclable situé côté lac desvoies CFF et reliant entre eux les principauxéquipements scolaires.> La promenade du canal : relie deuxentités paysagères importantes (le nantde Braille et le vallon de la Versoix).Son usage est aujourd'hui essentiellementlinéaire. A l'avenir, il serait souhaitableque ponctuellement ce sentierpuisse se dilater, permettantl'aménagement de lieux qui fassent lacouture entre les quartiers à l'est et àl'ouest et offrent des espaces publicsau quartier de villas. L'établissementd'un plan d'alignement devrait permettrede progressivement récupérer despetits espaces pour l'aménagement de"placettes" lors de nouvelles constructions.Ces placettes seront aménagéesdans le respect des caractéristiques locales(pas de construction "en dur").52


POLITIQUE DES ESPACES PUBLICS, DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINELes trois parcours Est-Ouest sont :> L'allée Céard : liaison entre le lac et lesecteur Ecogia-Béacassière via la routede Sauverny, le chemin de Pont-Céardet son prolongement vers le port le longdu bief de Pont-Céard.> Le chemin de Saint-Loup : relie levieux bourg de Versoix au secteur deGravines – Richelien en longeant d'importantséquipements publics.> Le sentier de la Versoix : promenadelongeant le cours d'eau dans un environnementassociant nature et culture(important patrimoine industriel).Les placesLa plupart des places publiques de Versoixservent de parkings. La création d'espacespiétonniers, conviviaux favorisantl'animation urbaine et permettant l'organisationde manifestations, de rencontres,etc. répond à une forte demande sociale.Les principaux espaces identifiés pour detelles réalisations sont décrits ci-après.Principales places à aménagerCes sept liaisons sont complétées par unparcours permettant des promenades enboucle :> La promenade Braille – Versoix : reliele nant de Braille à La Versoix par unchemin longeant la zone agricole. Ilassure également l'interconnexion entreles différents parcours Nord-Sud.Ces huit axes majeurs sont ponctués pardes places, parcs, etc. qui enrichissent lesparcours et offrent à l'échelle des quartierstraversés des espaces collectifs pour lesjeux, rencontres et activités de loisirs.IllustrationsChemin en encorbellement réalisé à Nyon> La place de la Gare : cet espace jouitd'une situation exceptionnelle pourl'aménagement d'un espace publicemblématique pour la commune : importantlieu de convergence (800-900passagers par jour), point de passageobligé (les passages sous-voies suivantssont situés à 500-600 mètres), terrainsà disposition, proximité de commerceset services, vue sur le lac, etc.> La place du Bourg : prolongement desruelles du Bourg, la Place du Bourgest un espace à fort potentiel d'animation(marchés, terrasses de restaurant),présentant actuellement une imagepeu conviviale en raison de la circulationqui la traverse et de son aménagementqui met peu en valeur sa relationavec les bâtiments bordiers.La réalisation du prolongement du ch.de la Scie limitera fortement le trafic à53


travers la Place et permettra la réalisationd'un aménagement plus convivial.> Le quai : lieu emblématique d'unecommune riveraine, le quai répond aujourd'huiessentiellement à des besoinsde stationnement pour les résidentset les commerçants. Ainsi, unemise en valeur de ce lieu en tantqu'espace piétonnier nécessite de résoudrepréalablement la question dustationnement.> Les nombreuses places et placettes quiponctuent le parcours de la route deSuisse 1 : place L.-A. Brun, placeLouis-Simon, place Ch.-David, placeMussard, place Bordier.> L'esplanade du lac située à l'emplacementdes anciens bains et dans l'axeGare – Lac.1 Voir l'étude d'aménagement de la route deSuisse, Urbaplan, mai 199954


0 m 100 00 400 500Echelle 1/15'000Juin 2006ntà créerexi1234a voie lacustreLe cheminLa promenade du canal5677466323810250 - ParcoursMaj15'000- MW - 07.06.06 - jca


Les parcsVersoix possède quelques parcs en borduredu lac qui constituent des espacesde détente très appréciés du public.Le plan directeur propose l'agrandissementet la création de parcs publics, ainsique la réalisation d'un grand parc deloisirs - détente d'échelle régionale (voirchapitre 2.5).> Les parcs du sud : l'aménagement dela propriété Barakat en parc public(environ 7'500 m 2 ) permettrait de constituerun vaste ensemble paysager reliantle quai, le parc de la Mairie et leparc de la Bécassine (institut Forel) etdestiné aux activités de loisirs lacustres.Le plan de protection de la Versoixaffecte ce terrain en zone de verdure.> Le parc de Richelien : la loi sur la protectiongénérale et l'aménagement desrives de la Versoix prévoit la mise enzone de verdure de la partie de la parcelleoù est implantée la protection civileà Richelien. Le projet de loi exprimeainsi la volonté de créer un parcpublic le jour où ce bâtiment verraitson affectation modifiée, contribuantainsi à diminuer la pression des promeneursdans la zone alluviale.> Le parc de Port-Choiseul : la réalisationdes constructions de Fleur-d'Eau seral'occasion d'agrandir le parc et la plageexistants. Les conditions d'usage decet espace doivent encore être préciséesafin de répondre aux besoins dela population.> Le parc Céard : dans le cadre de laréalisation du PLQ Graviers/Machard,un parc public sera aménagé dans leprolongement du chemin de Pont-Céard.> Le parc du Molard : le déménagementdes forains et des gens du voyage va libérerun vaste espace d'environ 27'550m 2 qui sera affecté en zone de verdure.L'aménagement d'un parc public enbordure de la Versoix, devrait contribuerà diminuer la pression des promeneursdans les secteurs les plus fragiles,notamment la zone alluvialed'importance nationale située aux Gravines.> Le parc de la papeterie : cet espaced'environ 33'000 m 2 acquis par l'Etatde Genève pourrait être aménagé encontinuité avec le parc du Molard etaccueillir des activités publiques enrelation avec le cours d'eau.La réalisation de ces deux derniers parcspourraient se faire à court terme comptetenu des procédures en cours pour libérerles terrains. Il y a donc lieu, dès à présentde réfléchir à leur aménagement et gestion.Le parc rural d'Ecogia – Bécassière constitueun équipement régional et est traitédans le chapitre 2.5. Les conditions demise en œuvre sont décrites dans la fichede mesure n° 4.Le réseau projeté de parcs et promenades56


POLITIQUE DES ESPACES PUBLICS, DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINELes espaces collectifs, parcs de quartier etplaces de jeuxEn principe, chaque quartier devrait avoirsa place de jeux, facilement accessiblepar les enfants (sans route à traverser,donc sans accompagnement).L'aménagement des places de jeux n'estpas toujours adapté en termes de sécuritéet de diversité et ne répond pas entièrementaux besoins des enfants. La plupartdes jeux importants pour leur développementsocial, tels les jeux de groupe (cache-cache),les jeux de rôle (gendarmes etvoleurs), les jeux d'imagination, etc. sedéroulent au pied des immeubles et nonsur les espaces aménagés. Il est doncparticulièrement important que les prolongementsextérieurs des immeubles nese résument pas à de grands parkings,mais offrent des espaces diversifiés pourles activités ludiques spontanées.Malheureusement, faute d'une réelle prisede conscience de l'importance des espacescollectifs, ceux-ci restent à quelquesexceptions près, les parents pauvres duprojet architectural.Par ailleurs, la commune a peu de margesde manœuvre dans ce domaine. Un levierd'action pour pouvoir négocier de telsaménagements serait utile.Dans le cadre de l'élaboration des PLQ etde leur réalisation, la commune, en collaborationavec le canton, doit avoir desexigences de qualité élevées en matière deplaces de jeux et prolongements extérieurs.Espaces et installations à faible valeur d'usageRecommandations> Lors de la réalisation de nouveaux bâtimentsrésidentiels, une grande attentiondoit être portée aux aménagementsextérieurs afin qu'ils offrent sécuritéet polyvalence d'usage.> Une diversification de l'équipementdes places de jeux doit être recherchéeafin de permettre différents types d'activitésludiques (jeux symboliques, jeuxd'équipe, jeux de rôles, etc.) et pourrépondre aux différentes catégoriesd'âge.> L'aménagement des prolongementsextérieurs devrait également répondre àdes objectifs environnementaux. Parexemple, en prenant en compte le traitementdes eaux superficielles (bassin,canal, dépression, etc.) et la gestiondifférenciée des espaces verts (voirchapitre 7.3).Place de jeux, d'aventures et de découvertes 11 photo Pro Natura57


0m 100 0 400 500Echelle 1/15'000Juin 2006existanéAccès au lac à 0250 - EspPubl15'000- MW - 07.06.06 - jca


POLITIQUE DES ESPACES PUBLICS, DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE6.2 Paysage, sites et patrimoineOn trouvera en annexe, un plan du patrimoinenaturel, bâti et archéologique.PRELIMINAIRELe terme de paysage se prête à de multiplesinterprétations : les oppositions entreles visions naturalistes ou culturelles, lesdébats concernant son caractère objectifou subjectif, etc. reflètent la complexité etla richesse d'une notion qui traite aussibien des espaces vus que vécus, bâtis quenon bâtis, hérités que projetés.Dans le cadre du plan directeur communal,le paysage n'est pas abordé en tantque domaine particulier, mais comme unedémarche transversale. En effet, que cesoit au travers d'un aménagement routier,de la réalisation d'un équipement ou dudéveloppement d'un quartier, la dimensionpaysagère doit faire partie de la démarchede projet. Dans cette perspective,il s'agit moins de contraindre que deconvaincre.Le lac : des perceptions à valoriserSITUATION / DIAGNOSTICA l'échelle communale, l'ossature paysagèredéfinie ci-dessous illustre les grandeslignes de l'organisation territoriale.> La topographie en plateaux et coteauxorientés en direction du lac offre debeaux points de vue sur le paysagelointain. Ces percées visuelles sont àvaloriser tant dans le cadre de l'aménagementdes espaces publics quedans l'orientation des logements. Réciproquement,les vues depuis le lac doiventégalement être intégrées à la réflexionsur les projets.> Les espaces agricoles et naturels enserrentle territoire bâti et forment ainsiune couronne verte autour de la ville.Les poches bâties à l'intérieur de cecadre ne perturbent pas la lectureclaire des limites, car ces entités sontsituées dans des clairières. Une attentionparticulière devra être portée àtous les projets situés dans ces espacesafin de maintenir la continuitépaysagère et la qualité des dégagements.> Les vallons de La Versoix et du nant deBraille constituent à l'échelle localedes pénétrantes de verdure qui relientla ville aux espaces naturels.Lignes de force de l'organisation territoriale59


6.2.1 Pla n Choise u lSITUATION / DIAGNOSTICLe projet de Versoix-la-Ville qui devaitconcurrencer Genève et Berne fut mis enœuvre dès 1768. Après une éclipse due àla disgrâce du duc de Choiseul, son soutienmajeur à la cour de Versailles, leprojet est repris en 1772 par NicolasCéard, mandaté par l'inspecteur généraldes Ponts et Chaussées, M. Querret, quisigna les plans.La ville nouvelle s'inscrivait dans un octogoneidéal, dont les deux pans sur le lacétaient occupés par le port. La trame enéchiquier comptait 48 îlots autour d'unrond-point central. Deux axes perpendiculairesorganisaient la composition : l'avenuedu port, qui correspond à l'actuelchemin de Pont-Céard et une voie parallèleau lac, l'actuelle route de Suisse.L'entrée de ville et sa sortie devaient êtremarquées par des portes et des rondeaux.Bien qu'incomplet, le système viaire constitueavec le port, l'héritage le plus présentde la ville nouvelle. D'autres vestiges plusponctuels, notamment certains bâtiments,rappellent également des éléments de lacomposition initiale.Plan Choiseul et photo de la maquette 1ENJEUX ET MARGES DE MANŒUVREBien que le développement ultérieur del'urbanisation ait passablement brouillé lacomposition générale, ces traces historiquesn'en constituent pas moins un magnifiquehéritage culturel.Il serait toutefois illusoire et inappropriéde vouloir recomposer la trame urbained'origine. Par contre, il existe un potentielimportant de mise en valeur des élémentsles plus significatifs du plan d'origine autravers de l'aménagement des espacespublics (rues et places) : la route deSuisse, la place Mussard, la place Bordiersont, parmi d'autres, des espaces qui peuventpermettre d'évoquer de manièrecontemporaine ces vestiges historiques.6.2.2 Sites archéo log i q u esSITUATION / DIAGNOSTICLe territoire communal comprend différentssites archéologiques fouillés, connusou présumés.Les sites connus les plus importants sontconstitués par le tumulus de Mariamont,la station littorale dans le lac et le vieuxbourg de Versoix. D'autres vestiges ponctuelsde routes (voie romaine), de canalisations(aqueduc) sont présents à Versoix-la-Ville et dans le secteur d'Ecogia.Les sites présumés, sur lesquels des précautionsparticulières doivent être prisesen cas de travaux, sont reportés sur le plandes données de base, dans le dossierd'annexes.1 photo A. Résseguier60


POLITIQUE DES ESPACES PUBLICS, DU PAYSAGE ET DU PATRIMOINE6.2.3 ISOSSITUATION / DIAGNOSTICL’inventaire fédéral des sites construits àprotéger en Suisse (ISOS) identifie despérimètres et secteurs à protéger. Cet inventairen'est pas contraignant et a uniquementvaleur d'information.L'inventaire met notamment en évidencele noyau du Vieux-Bourg constitué autourdes rues des Boucheries et des Moulins :"les bâtiments, souvent modestes, présententdes caractéristiques constructivestypiques de la région (encadrements,chaînes d'angle, etc.) ; le type de groupement,très dense, présente des qualitésspatiales prépondérantes, constituant unexemple presque unique dans le canton,d'une valeur typologique évidente."Compte tenu de ces qualités exceptionnelles,un objectif de protection "A" est proposé,correspondant à la sauvegarde intégralede toutes les constructions et espaceslibres et à la suppression de toutes lescauses de perturbation.6.2.4 Patrimoin e hydra u li q u eLa commune de Versoix est très riche d'unpatrimoine hydraulique remarquable. Unnombre élevé d'ouvrages témoignent del'importance du cours d'eau en tant quesystème énergétique : canaux, martinets,papeteries, pressoirs, battoirs, scieries,centrales hydro-électriques).Le plan de protection de la Versoix tend àpréserver cet héritage. Le concept d'écomusée,développé au chapitre 7, chercheà mettre en valeur ces éléments et lesintégrer dans un projet de gestion duvallon de la Versoix.Carte du patrimoine hydrauliqueENJEUX ET MARGES DE MANŒUVRELa sauvegarde des caractéristiques dubourg est aujourd'hui essentiellementréalisée au travers de la zone 4B protégée.L'aménagement des espaces publics (ruedes Moulins, rue des Boucheries, placedu Bourg) à l'occasion de la réalisation denouveaux bâtiments contribue égalementà la mise en valeur de cette entité.Extrait de l'inventaire ISOS61


6.2.5 IVSSITUATION / DIAGNOSTICL’inventaire fédéral des voies de communicationhistoriques de la Suisse (IVS) estétabli en application de l'article 5 de laloi fédérale sur la protection de la natureet du paysage (LPN). L'IVS distingue troisniveaux hiérarchiques d'importance de lavoie (nationale, régionale et locale) et troisdegrés de préservation (sans substance,avec substance et avec beaucoup de substance)des traces historiques, tels quemurs, végétation, bornes, etc.Sur la commune de Versoix, les routes deSuisse et des Fayards sont d’importancenationale, mais leur substance historiquea pratiquement disparu. Seules quelquestraces ponctuelles subsistent à certainsendroits.Le reste du réseau est considéré d'importancelocale ou régionale, et est situéessentiellement dans l’espace rural.Extrait de l'inventaire IVS62


0 m 200 400 600 800Echelle 1/25'000Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEURPaysage & PatrimoineCours d'eau, étang, canalBois et forêtsPlan de siteTracé IVS avec / sans substanceZone 4B protégéePatrimoine naturel et culturel à valoriserCadre paysager à préserver et valoriserLimite communaleZone alluviale d'importance nationale0250 - PaysPatrim25'000- MW - 17.11.05 - jca


POLITIQUE DES MILIEUX NATURELS ET DE L'AGRICULTURE7. POLITIQUE DESMILIEUX NATURELS ETDE L'AGRICULTURE7.1 Le vallon de la Versoix7.1.1 L e p la n d e protectio nSITUATION / DIAGNOSTICEcosystèmeLa Versoix constitue un écosystème complexe: des espaces ayant une valeur naturellemajeure côtoient des usages industriels,sportifs (canoë), de loisirs (pêche,parcours pédestres, équestres, de VTT,etc.).Il s'agit d'une des dernières rivières libreset sauvages du canton et à ce titre elleconstitue un couloir biologique d'importancerégionale entre le lac et le massif duJura, de grande valeur pour la faune terrestre.En liaison directe avec les massifsforestiers du Jura et du canton de Vaud,les bois de Versoix sont favorables à lagrande faune : sangliers, chevreuils etmême cerfs se déplacent fréquemment àtravers la frontière. Renards, blaireaux,fouines, martres, putois fréquentent égalementles massifs boisés. Les zones alluviales,les bois humides, les étangs etmarais accueillent de nombreux batracienset reptiles (grenouilles rousse etverte, crapaud commun, sonneur à ventrejaune, triton alpestre, couleuvre à collieret couleuvre vipérine, vipère aspic, orvet,lézard, etc.).La Versoix est reconnue pour sa richessepiscicole en salmonidés. Avec l'Allondon,c'est une des rivières les plus prisées despêcheurs du canton. Les espèces piscicolesprésentes dans la Versoix sont principalementles truites, ombres, truites de lacet chabots. Les recensements réalisés aucours de ces dernières années ainsi queles statistiques de pêche indiquent queles peuplements de truites et ombres sonten forte régression depuis plus de 10 ans,sans que les causes de cette situation ensoient bien définies. Plusieurs ouvrages defranchissement (échelles à poisson) ontété réalisés et permettent aux truites ettruites lacustres de remonter le cours de laVersoix jusqu'à Divonne.La proximité de la ville en fait aussi unlieu de promenade et de détente recherché.Ce qui peut donner lieu à desconflits d'intérêts et d'usage."Mesures de protectionLa Versoix et son vallon constituent uneentité paysagère d'une grande valeur écologiqueet patrimoniale. A ce titre, plusieursmesures de protection et de réhabilitationles concernent :> Le contrat de rivière du pays de Gexqui associe les collectivités françaiseset suisses et couvre l'ensemble des rivièresdu pays de Gex. Le contrat de rivièreest une démarche globale de réhabilitationdu milieu aquatique.> Le plan de protection accompagné dedeux lois : l'une sur les modificationsde limites de zones, et l'autre sur lesmesures de protection.Dans sa délibération du 15 avril 2002relative au projet de loi sur la protectiongénérale et l'aménagement des rives de laVersoix et sur les modifications de limitesde zones, le Conseil municipal a émis unpréavis favorable tout en signalant sa volontéde maintenir des possibilités decheminements piétonniers le long desberges. Ces cheminements devraient êtreaccompagnés d'une information sur lafragilité de ces milieux et de l'interdictiondes VTT et chevaux. Des mesures de compensationpourraient être trouvées ailleurs(voir chapitre 7.4 - commentaires).La loi sur la protection générale et l'aménagementdes rives de la Versoix (L 4 19)définit une zone de protection au sens del'article 17 de la loi fédérale sur l'aménagementdu territoire. Cette zone se superposeà des zones à bâtir existantes, deszones agricoles et de bois et forêts. Dans lesecteur de Richelien, la zone de protectionenglobe de nombreuses constructionsabritant des activités économiques (voirchapitre 5.2).Le vallon de la Versoix constitue historiquementla zone industrielle de Versoix.Avec le temps, d'autres usagers se sontapproprié les lieux notamment pour despratiques liées aux sports et loisirs.Le plan de protection de La Versoix figeune situation qui pose problème à certainesactivités. Son application doit donc sefaire de manière réfléchie et nuancée.Plan directeur communal de Versoix – 2006 65


Pour que cela se fasse dans une démarchecohérente et globale (gestion de site), unepiste pourrait être de faire du vallon unécomusée 1 favorisant ainsi une valorisationréciproque des milieux naturels, des activitéséconomiques, du patrimoine culturelet des équipements et installations publiques.OBJECTIF ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREPréserver les valeurs écologiques, patrimoniales,paysagères et économiques duvallon de la Versoix.> Mettre sur pied un groupe de gestiondu vallon de la Versoix.> Evaluer l'intérêt de faire du vallon unécomusée.COMMENTAIRESGroupe de gestion "vallon de la Versoix"La fiche de mesure n° 5 détaille les enjeuxde gestion du vallon de la Versoix.Périmètre de protection du vallon de la Versoix1 "L'écomusée assure d'une manière permanente,avec la participation de la population,les fonctions de recherche, de conservation,de présentation et de mise en valeurde l'héritage culturel et naturel d'un territoire."(Georges-Henri Rivière, fondateurdes écomusées).7.1.2 L e pro jet de re nat uratio nd e la V ersoixSITUATION / DIAGNOSTICLa richesse piscicole de la Versoix lui avalu de bénéficier de nombreux travaux derenaturation (Versoix 2000). Ainsi desaménagements ont été effectués sur lenant du Martinet, le nant du Moulin duPont, le canal de St-Loup, le canal de laPapeterie. Une zone humide riveraine aété aménagée dans un méandre, peu àl'aval de Sauverny. Des frayères et despasses à poisson ont également été réalisés.Le tronçon de la Versoix entre le pont CFFet le lac a fait l'objet d'une étude visant àredonner un cours naturel à la rivière. Cestravaux répondent à deux objectifs principaux: sortir les secteurs bâtis du bourgdes zones inondables et reconstituer descouloirs de déplacement pour la faune.Le projet comprend deux séquences :l'une urbaine (entre les voies CFF et la rtede Suisse) et l'autre plus paysagère(parcs).Dans la séquence urbaine, les principauxenjeux sont :> de rendre les berges accessibles par lepublic dans le respect des contraintesécologiques.> d'assurer une continuité spatiale etfonctionnelle entre le ch. de l'Ancien-Péage et rue des Moulins.> d'assurer une transition de qualitéentre le quartier de la Scie et la zonenaturelle.La renaturation de l'embouchure constitueun enjeu majeur d'un point de vue écologique(possibilité de recréer un site d'importancecantonale, de reproduction despoissons). Un projet détaillé devra êtreétabli afin que la commune puisse seprononcer en connaissance de cause,notamment sur les points suivants :> possibilités d'appropriation par le publicdu parc et de la plage,> relogement du pêcheur,> port de l'Institut Forel,> impact sur la végétation.Un plan de site du secteur est à l'étude.66


POLITIQUE DES MILIEUX NATURELS ET DE L'AGRICULTUREOBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREConcilier les objectifs écologiques avec lesvaleurs d'usage des lieux.> Considérer les espaces créés commedes éléments du réseau des espacespublics (possibilités d'accès et d'appropriationdes lieux).> Préserver la possibilité de créer à termeune liaison piétonne entre le parc Forelet le parc de la propriété Barakat.Limiter les impacts sur la végétation duparc de la Bécassine dans le cadre de larenaturation du delta.Négocier des solutions équilibrées pourl'aménagement du delta de la Versoix :accès public aux rives, relogement dupêcheur et relocalisation du port de l'institutForel.Extrait de l'étude de faisabilité pour le réaménagementdes berges et du lit de la Versoix,Cera-Gren-Urbaplan, janvier 20027.2 Les rives du lacSITUATION / DIAGNOSTICLe secteur compris entre la route deSuisse et les rives du lac est soumis à laloi sur la protection des rives du lac. Cellecifixe notamment l'indice d'utilisation dusol à 0,2.Les grandes propriétés ainsi que les ancienneszones de villas où la taille plusgénéreuse des parcelles permet le développementde grands arbres abritent unepetite faune qui contribue au maintien dela diversité des espèces. En bordure de lacou des cours d'eau, les potentialités écologiquessont encore plus intéressantes. Ace titre, l'article 3 §2 de la loi de protectiondes rives permet de subordonner l'octroid'une autorisation de construire à desaménagements permettant de restituer lemilieu naturel lorsque celui-ci a disparuau profit d'enrochements ou de murs dontle maintien dans leur état actuel ne sejustifie plus.La préservation des qualités paysagères etécologiques de cette zone est égalementassurée par les dispositions de l'art. 11 dela loi de protection des rives qui stipuleque le cadre végétal existant doit êtresauvegardé et que les plantations nouvellesdoivent s'intégrer au site tout en ménageantles vues.ENJEUXUn des principaux enjeux de ce secteurdu point de vue des milieux naturels résidedans l'aménagement d'un parcourspiétonnier riverain (voir fiche de mesure n°3) et dans l'amélioration des accès publicsau lac. Comme dans d'autres secteurs dela commune (par exemple le vallon de LaVersoix), il s'agira de développer un projetqui permette de concilier les aspects deprotection de la nature avec des possibilitésd'appropriation des espaces riverainspar la population.67


7.3 Nature en villeSITUATION / DIAGNOSTICLa conservation de la flore et de la fauneau cœur de la ville est l'un des thèmesmajeurs du concept de l’aménagementcantonal. Le milieu urbain n’est pas incompatibleavec une augmentation de labiodiversité et l’aménagement d’espacesnaturels dans les quartiers participe àl'amélioration de la qualité de vie deshabitants.La Versoix et le nant de Braille constituentd'importantes pénétrantes de verdure. Lebief de Pont-Céard fait l'objet d'un projetde remise à ciel ouvert.OBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREAugmenter la biodiversité des espacesverts en maintenant un équilibre entremilieux naturels et activités humaines.> Procéder à un entretien différencié desespaces verts communaux.> Préserver et renouveler le patrimoinearboré de la commune.> Diversifier les aménagements extérieursdes bâtiments (par exemple sousla forme de plantages).> Inciter les propriétaires des villas àdiversifier la végétation de jardin (voirchap. 7.6).> Favoriser les espèces indigènes.Assurer la préservation et le renouvellementdu patrimoine arboré de la commune.> Assurer un suivi de l'état sanitaire desarbres.> Planifier le renouvellement pour rajeunirle patrimoine.> Assurer des conditions d'existencecorrectes aux arbres en milieu urbain.COMMENTAIRESLes arbresL'arbre en ville est non seulement unélément naturel, mais aussi une composantemajeure de l'aménagement des espacespublics.Entretien extensif des espaces verts (gestiondifférenciée)Les parcs et jardins publics, ainsi que lesespaces verts spécialisés (terrains de sport,cimetières) sont généralement entretenusde manière intensive. Cela représente uneforte charge sur l’environnement (engrais,pesticides, tontes régulières, etc.). Enfonction de leur usage et vocation, certainssecteurs pourraient faire l’objet d’unentretien extensif (gestion différenciée),par exemple en transformant certainespelouses en prairies. Cela aurait pouravantages :> une diminution de la charge environnementale,> une économie dans l’entretien,> une augmentation de la biodiversité,> une diversification paysagère.Les secteurs appropriés à un entretienextensif doivent être définis avec les responsablesdes services compétents. Lesterrains qui recèlent un potentiel particulièrementintéressant pourraient faire l'objetd'essais dans un premier temps.Plantages (voir également chapitre 4.7)Ces "mini-jardins familiaux" permettent dediversifier la flore et la faune des espacesverts collectifs.Les néophytesLes néophytes sont des plantes exotiquesenvahissantes qui peuvent gravementperturber les écosystèmes. Un strictcontrôle de leur développement est nécessaireet dans certains cas, leur destructionpeut s'avérer indispensable.68


POLITIQUE DES MILIEUX NATURELS ET DE L'AGRICULTURE7.4 La forêtSITUATION / DIAGNOSTICLes bois et forêts couvrent environ 417 ha,soit 40 % de la superficie du territoirecommunal. Versoix est ainsi la communequi, avec Jussy, possède la plus grandesuperficie forestière.Le plan directeur forestier (PDF, approuvépar le Conseil d’Etat en novembre 2000)constitue la base pour la gestion forestièredu canton. Outre la définition du cadastreforestier, il attribue deux fonctions auxmassifs forestiers : l’une prioritaire, donnantles options à long terme, l’autre,subsidiaire ou tendance, modulant lesactions prévues pour la fonction prioritaire: conservation de la nature et desstructures paysagères, accueil du public,protection physique, gestion particulière.Une grande partie des bois de Versoix aune fonction d'accueil du public confirmantainsi le rôle d'espace de détente quejouent ces espaces. Cette fréquentationtrès importante a des impacts sur l’état deschemins piétonniers qui se dégradent. Or,beaucoup de ces chemins ne sont plusentretenus et n’assurent plus le confort etla sécurité des promeneurs.Le plan de protection de la Versoix proposela suppression d'un certain nombrede cheminements piétonniers à l'intérieurdes massifs boisés, notamment le long desberges et dans les bois de Creuson (secteurcompris entre la route de Sauverny, lech. des Douves et le ch. de Marcagnou).Outre sa fonction paysagère et écologique,les forêts jouent également un rôle économique.Ainsi, l'ensemble d'Ecogia estchauffé par une centrale au bois.Sur le plan légal, on constate qu'enmaints endroits, le cadastre forestier necorrespond pas aux zones de bois et forêts.OBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVREPromouvoir une exploitation sylvicole répondantaux contraintes biologiques, socialeset économiques de la forêt.> Envisager le chauffage au bois desfuturs équipements publics, voire desnouveaux quartiers ("Chez Pélissier",par exemple).> Renforcer la vocation paysagère etécologique des lisières.Maintenir les chemins existants dans lesbois de Creuson et dans le vallon de laVersoix.Offrir un réseau de cheminements piétonnierssûrs et confortables pour les promeneurs.> Assurer un entretien régulier des cheminementspar le propriétaire (canton,commune).COMMENTAIRESAdaptation du plan des zones au cadastreforestierUn levé de la lisière forestière devra êtreétabli dans les secteurs où des développementssont prévus.Aménagement des lisières forestièresLes lisières des bois et forêts, particulièrementcelles exposées au sud, sont desmilieux naturels qui présentent un importantpotentiel écologique. Leur aménagementselon une structure étagée d'arbres,d'arbrisseaux de buissons et d'un ourletherbeux permet de valoriser ce potentiel etconstitue en outre une améliorationpaysagère. Ces actions sont à définir dansle cadre des plans d'aménagement forestiers.Cheminements piétonniersLa suppression des certains cheminementspiétonniers dans le vallon de laVersoix tel que préconisé dans le plan deprotection est difficile à mettre en œuvreen milieu urbain. La commune souhaitele maintien des cheminements prochesdes lieux d'habitat. En contrepartie, certainssecteurs plus éloignés des quartierspourraient faire l'objet de restrictions plusimportantes.69


7.5 Corridors à fauneSITUATION / DIAGNOSTICLe plan directeur cantonal identifie plusieurscorridors à faune sur le territoirecommunal. Le maintien de ces axes dedéplacement pour la faune nécessite desactions à l'échelle régionale (transfrontalière).A une échelle locale, le canal de la Versoixpeut également jouer un rôle de corridorà faune entre le vallon de la Versoixet les nants de Braille et de la Bécassière.Le plan de protection du vallon de laVersoix identifie les principaux problèmesrencontrés par les déplacements de lafaune (notamment la traversée de la rte deSauverny) et propose des mesures qui sontactuellement planifiées.> Publications sur les éléments naturelscommunaux.> Information auprès des propriétaires devillas sur la diversification de la végétationdes jardins.> Etc.Toutes ces actions peuvent être prises encharge par des organismes différents :associations, services communaux ou cantonaux,sociétés locales, entreprises, privés,etc.Panneaux d'information dans le vallon de laVersoix7.6 Information et sensibilisationLa simple mise sous protection au traversd'instruments légaux existants (plan deprotection, inventaire, classement, etc.) nesuffit pas toujours à garantir la pérennitédes éléments naturels.Assurer un développement durable impliqueun changement de comportement quine peut se faire qu'à long terme. La formationet l'information sont donc des outilsindispensables pour sensibiliser la population,et par là, induire des comportementsplus respectueux vis-à-vis de lanature.OBJECTIFPromouvoir des actions de sensibilisationet d'information.PRINCIPES ET MESURES> Organisation de cours et conférences.> Aménagement de sentiers didactiquesà l'instar de ce qui a été réalisé avecles élèves le long de la Versoix.> Aménagement dans les cours d'écolesde biotopes ou de plantages pris encharge et entretenus par les élèves.70


POLITIQUE DES MILIEUX NATURELS ET DE L'AGRICULTURE7.7 Agriculture7.7.1 L a zo ne agrico leSITUATION / DIAGNOSTICLa zone agricole représente 384 ha, soit37 % de la superficie du territoire communal(sans le lac et les cours d'eau). Ceterritoire est essentiellement voué auxgrandes cultures, la surface agricole utilede 317 ha se répartissant en 290 ha deterres arables et 27 ha d'arboriculture. Lamajeure partie des terres est comprisedans les surfaces d'assolement.La zone agricole de Versoix se caractérisepar une présence très importante de constructions,d'équipements et d'installationsdestinées à des activités économiques, àde l'habitat et aux loisirs. Selon le recensementfédéral de l'agriculture (RFA) de2000 et le recensement fédéral des entreprises(RFE) de 2001, il y avait 429 emploisdans ce territoire rural. Les emploisliés au secteur primaire ne représententtoutefois moins de 9 % de ceux-ci (38emplois).Localisation des emplois selon le RFA 1 2000et RFE 2 2001L'économie agricole est un secteur enpleine mutation obligeant de plus en plusles agriculteurs à s'adapter à de nouvellesexigences. En situation périurbaine, lesterritoires ruraux subissent en plus d'importantespressions : à la fonction traditionnellede production d'une alimentationsaine, s'ajoutent des exigencesécologiques et des demandes sociales(cadre paysager de qualité, espace dedétente et de loisirs, etc.). Enfin, cesespaces sont également convoités pour desextensions urbaines.Cette proximité de la ville ne constitue passeulement une menace. Cela peut aussiêtre une chance pour le développementde certaines activités telles que marché àla ferme ou autres prestations à caractèreenvironnemental (valorisation des déchetsverts de la commune, par exemple).ENJEUXLe maintien d'une activité agricole dynamiqueconstitue un important enjeu pourla commune, notamment en termes devalorisation du territoire et préservationd'activités économiques. Bien que lacommune de Versoix soit propriétaire desterres agricoles à Ecogia, dans le secteurde La Bécassière et le long de la route deSauverny, la marge de manœuvre communaleest très faible, les législations fédéraleset cantonales étant très contraignantes.Sa situation de propriétaire foncier devraittoutefois lui permettre d'influencer dansune certaine mesure la gestion de cesespaces.Par ailleurs, considérant les mutations trèsrapides de l'économie agricole, la nécessitéqu'ont les agriculteurs à devoir diversifierleurs activités, les besoins induits parle développement urbain, la situationenclavée de certains terrains, le plan directeurpropose :> une diversification possible des activitésagricoles dans le secteur d'Ecogia-Bécasière sous la forme d'un parc rural(voir fiche de mesures n° 4).> le déclassement du secteur "Chez Pélissier"(voir fiche de mesures n° 3).1 Recensement fédéral agricole2 Recensement fédéral des entreprisesLe développement envisagé du secteur"Chez Pélissier" se traduirait par une diminutiond'environ 13 ha de SDA.71


Cette bande de terrain, située entre le ch.de Montfleury et le nant de Braille estconstituée de 5 parcelles, dont une de17'000 m 2 appartenant à une SA et abritantune maison et son jardin, les autresétant aux mains de l'exploitant, abritantferme et maison d'habitation. La surfaceeffectivement soustraite à la productionagricole serait d'environ 11 ha."Conformément au plan directeur cantonal,la question des compensations quantitativesou qualitatives devra être abordée demanière globale à l'échelle du canton.OBJECTIFDéclasser les terrains agricoles nécessairesau développement de projets d'intérêtcommunal, cantonal et régional et, dansce cadre, rechercher les solutions les plusfavorables pour les exploitants concernés.7.7.2 Résea u agro-écolog i q u eSITUATION / DIAGNOSTICLe projet Colver prévoit la mise en placeprogressive d’un réseau de haies, de cordonsboisés, de vergers et de jachèresflorales sur le territoire communal (principalementdans le secteur de Sauverny)dans le cadre de compensations écologiquesnégociées avec les agriculteurs.Ce projet qui concerne un territoire deplus de 1'000 ha sur les territoires deCollex-Bossy et Versoix 1 présente l'intérêtde prendre en compte non seulement lesdimensions agricoles et biologiques, maiségalement les aspects patrimoniaux etpaysagers. Il a également permis de constituerun réseau équestre complet et desaménagements paysagers le long des cheminspiétonniers. Enfin, il participe à ladiversification des activités agricoles (miseen valeur des produits du terroir, vente àla ferme), à la valorisation du paysage etau renforcement de la biodiversité.OBJECTIF ET PRINCIPE DE MISE ENOEUVREPoursuivre l'aménagement du réseau agroécologique.> Soutenir les démarches afin d'assurerla pérennité des réalisations et favoriserleur extension.1 L’extension du programme Colver est envisagéesur la Terre Sainte (VD).72


0 m 200 400 600 800 1'000Echelle 1/30'000Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEURMilieux naturels et agricultureexistant / projetéMILIEUX NATURELS:Cours d'eau, étang, canalBois et forêtsFonction tendance accueil du public, selon PDFZone alluviale d'importance nationaleCorridor de déplacement pour la grande fauneRéserve naturelle, réserve biologique forestièrePlan de protection des rives du lacPlan de protection de la VersoixPlantages à promouvoirexistant / projetéAGRICULTURE:Zone agricole - SDA - réseau agro-écologique (Colver)Constructions et installationsnon agricoles en zone agricoleConstructions à vocation agricoleAire à vocation arboricole, selon PDCaTerritoire bâti et à bâtir, affecté à la constructionPDCa:PDF:Plan directeur cantonalPlan directeur forestier0250 - MilNatAgric30'000- MW - 18.11.05 - jca


POLITIQUE DE L'ENVIRONNEMENT8. POLITIQUE DEL'ENVIRONNEMENT8.1 Nuisances sonoresRéférence au plan directeur cantonalObjectif 5.12 : Réduire sensiblement les atteintesdues au bruit dans l'environnement.Moyens : Dans les secteurs très critiques, tellesles zones où le niveau des nuisances sonoresexcèdent les valeurs limites d'immission, desmodifications des zones de construction devrontintervenir afin d'y limiter l'habitat à celuiexistant actuellement, voire à le diminuer.SITUATION / DIAGNOSTICBruit routierLe cadastre du bruit du trafic automobilemet en évidence un dépassement desvaleurs d'alarme [70dB(A)] sur de nombreusesfaçades situées le long de la routede Suisse. Sur le reste du réseau, de légersdépassements sont constatés sur lesroutes de St-Loup, de l'Etraz et de Sauverny.Les habitations en zone agricole à Richelienet aux Gravines sont également soumisesà des nuisances sonores importantesdues à l'autoroute.Bruit ferroviaireDans le cadre de la construction de la 3 èmevoie ferroviaire, des mesures de protectionsphoniques sont réalisées dans les secteursles plus exposés. Avec l'amélioration dumatériel roulant, les nuisances sonoresauront bien diminué sur la commune,malgré l'augmentation du nombre detrains.Bruit aérienLa courbe de bruit Aéroport internationalde Genève (AIG) à l'état 2000, toujoursvalable en 2004 indique que d'importantsquartiers résidentiels (Bourg, Crève-Cœur,Pelotière, Sous-Saint-Loup) sont soumis àdes nuisances qui dépassent les valeurslimites fixées par l'annexe 5 de l'OPB.Les zones à bâtir touchées par un dépassementdes VLI DS II + 3B(A) représentent31,15 ha, soit 15 % du total de la zone àbâtir.Une application stricte de l'OPB conduiraità "geler" une grande partie du territoirecommunal (environ 30 % de la zone àbâtir) et ce notamment dans des secteurscomme celui du Bourg qui constituent unpôle d'attraction important et vivant par lamixité des affectations.OBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVRERéduire les nuisances sonores.> Appliquer les mesures prévues par leplan directeur des déplacements (modérationde la circulation, mesurestechniques).> Réaménager la route de Suisse.> Favoriser l'utilisation de revêtementsphono-absorbants.Protéger la population exposée aux nuisancessonores.> Appliquer les principes de préventiondans le cadre de l'aménagement duterritoire : reconversion des quartiersles plus exposés, implantation d'activitésle long des routes pour protéger lesquartiers résidentiels, etc.> Envisager le cas échéant des mesuresconstructives de protection (mur,butte, etc.).> Etablir et mettre en œuvre un programmed'assainissement des routescommunales où les VLI sont dépassées.Prendre en compte les caractéristiqueslocales et les besoins communaux (notammentpour la réalisation d'équipementsscolaires), dans l'application del'annexe 5 de l'OPB.> Négocier avec l'Etat les dérogationsnécessaires.Ainsi, près de 71 ha de zone à bâtir sontconcernés par un dépassement des valeurslimites d'immission pour le degré de sensibilitéII et sont donc, a priori, nonconformes pour le logement.Plan directeur communal de Versoix – 2006 75


MESURES D'AMENAGEMENTModération de la circulationLa diminution des vitesses de circulationet une conduite calme permettent deréduire le bruit d'environ 2 à 3 dB (A). Lepassage de 50 à 30 km/h dans une rueéquivaut à une diminution de 40 % de lavaleur initiale du bruit. La mise en placede zones à vitesse limitée peut donc grandementcontribuer à l’amélioration ducadre de vie des quartiers. Il faut toutefoisque ces zones soient bien aménagées afinque l’automobiliste adapte effectivementsa vitesse et son mode de conduite.Revêtements phono-absorbantsL'utilisation de revêtements phonoabsorbants,dont l’efficacité en milieuurbain et dans un contexte de vitessesmoyennes et basses1, commence à êtremieux connue, devrait être favorisée. Leurefficacité en ville est estimée à quelque 2dB (A) ce qui offre un "apport" complémentairenon négligeable au gain obtenupar la réduction des charges de trafic et àla modération des vitesses.Reconversion des quartiers soumis à desnuisances sonoresLes quartiers résidentiels soumis à d'importantesnuisances sonores doivent progressivementêtre reconvertis en quartiersmixtes ou en quartiers d'activités, selonleur localisation. Cette mesure répondégalement à l'objectif communal de créerdes emplois.Application de l'annexe 5 de l'OPBSur de nombreux terrains que la communepossède les VLI sont dépassées. La communeaura certainement besoin de cesterrains pour la réalisation de nouveauxéquipements scolaires. Des dérogationsseront nécessaires car les possibilités debâtir ailleurs sont extrêmement restreintes.8.2 Protection de l’air1 Les moteurs étant de plus en plus silencieux,le paramètre clé est le bruit du frottementdes pneus sur la chaussée. Plus lavitesse est élevée, plus ce facteur prend del'importance. Rappelons en outre que lecomportement du conducteur est égalementun facteur déterminant : uneconduite "sportive", avec beaucoup d'accélérationset de freinages ou un régime dumoteur inapproprié peuvent entraîner uneaugmentation de 10 dB(A).SITUATION / DIAGNOSTICLa protection de l’air est une tâche complexede compétence essentiellementcantonale. Cependant, la commune peutcontribuer à la mise en œuvre du plan demesures OPair 2003-2010 approuvé par leConseil d'Etat le 02.04.2003.Sur le territoire communal, l'on ne constateactuellement pas de dépassement desvaleurs limites d'immission pour le NO 2 . Sicela venait à survenir, des projets d'assainissementlocalisés devraient être établis.8.2.1 Urba n isme et mob il itéA Genève, les sources d'émission descomposés polluants qu'on retrouve dansl'air sont constituées en majeure partie parle trafic routier. Les mesures touchant à lamobilité sont dès lors extrêmement importantespour diminuer la pollution de l'air.Dans ce domaine, la marge de manœuvrecommunale peut s'exercer à différentsniveaux :> Aménagement du territoire : par exemple,par la densification des emploisautour de la gare CFF.> Urbanisme de proximité : développementdes réseaux piétonniers et cyclables,mise en valeur des espaces publics,équipements et accès des immeublesfavorisant les mobilités douces(parc à vélos, cheminements piétons,etc.) ;> Transports publics : localisation etconfort des arrêts de transports publics,amélioration de l'accès piéton / cyclable/ automobile aux TC, qualité desinterfaces TC ;> Circulation : gestion coordonnée desaxes de transit, aménagement d'espacespublics conviviaux et de zones à vitesselimitée ;> Promotion de l'éco-conduite 2 ;> Stationnement : gestion incitative,parcage d'échange ;> Economie : incitations, taxes, subventions,développement de plans de mobilitéd'entreprise 1 ;2 Une conduite calme se traduit par unediminution de la consommation d'un véhiculede 10 à 20 % et permet une réductiondes gaz d'échappement d'environ 40 %.76


POLITIQUE DE L'ENVIRONNEMENT> Information et sensibilisation : informationdu public sur les solutions de déplacementoffertes, influence du comportementdes usagers.OBJECTIFSAssainir la qualité de l’air.Relayer les mesures du plan OPair auniveau communal.PRINCIPES DE MISE EN ŒUVREReport modal et chaîne des déplacementsPour parvenir à une croissance des déplacementsen TC, il ne s'agit pas seulementd'accroître la capacité de l'offre TC maisencore et surtout d'agir sur les facteurssusceptibles de favoriser une utilisationaccrue des TC. Ceci implique une actionà toutes les étapes de la chaîne des déplacements,depuis le lieu d'origine jusqu'aulieu final de destination.Dans la chaîne des déplacements, le rôledu "premier pas" est important. C'est aulieu d'origine que se fait le choix dumoyen de transport. Rappelons que letransport public est a priori perdant parrapport à la voiture compte tenu de samoindre disponibilité (trajet jusqu'à l'arrêt,contraintes de l'horaire). Les multiplesentraves à l'accès au transport public audomicile donnent autant d'occasions supplémentairesde recourir à un autre moyende déplacement. Dans ce sens, la commune,qui maîtrise la partie amont de lachaîne des déplacements, a un rôle essentielà jouer.Par ailleurs, il ne faut pas négliger lesrésultats des campagnes d'information quisont souvent sous-estimées. Certaines enquêtesdans des pays européens ont démontréqu'un report modal non négligeablepouvait être obtenu par des campagnesde sensibilisation régulières et ci-1 Les plans de mobilité d'entreprise définissentdes actions liées au déplacement desemployés, et favorisant les modes de transportnon polluants (par ex. subventionnementde l'abonnement de transports encommun, mise à disposition de douches etvestiaires pour les cyclistes, taxation desplaces de stationnement pour les voitures àun seul conducteur, etc.).blées. Celles-ci sont d'autant plus efficacesque des alternatives facilement accessiblesexistent. Le choix du mode detransport étant très subjectif, l'informationet l'éducation permettent un changementde comportement.Des campagnes d'information spécifiquespeuvent ainsi être envisagées auprès degroupes-cibles : parents d'élèves (accompagnementnon motorisé), commerçants(livraisons à domicile), usagers CFF (créerl'événement autour de l'inauguration deRail 2000 1ère étape), résidents des quartiersen zone 30 (respect de la limitation),etc.Plans de mobilité d'entrepriseLa commune incite et soutient les entreprisesinstallées sur son territoire à élaborerdes plans de mobilité d'entreprise afinde diminuer le trafic individuel motorisé.Urbanisme de proximitéLe choix du moyen de transport est engrande partie conditionné par les aménagementsexistants au lieu de domicile.Dans ce sens, l'équipement et l'organisationdes accès aux immeubles d'habitationpeuvent jouer un rôle déterminant. Parexemple :> l'accès des immeubles et le réseau decheminements à l'intérieur des quartiersdevraient contribuer à minimiserles distances et obstacles pour l'accèsaux arrêts de transports publics. Cetélément peut être pris en compte lorsde l'élaboration des plans localisés dequartier.> si l'on veut développer les mobilitésdouces, l'accès au vélo doit être facilitéce qui est aujourd'hui très loin d'êtrele cas. Les bâtiments résidentiels etd'activités devraient disposer systématiquementde garages à vélos. En outre,ceux-ci doivent être conçus en fonctiond'un usage quotidien du vélo. Ce typed'exigences devrait être introduit dansles réglementations relatives à la constructionet à la transformation des immeubles.77


Décloisonnement des structuresIl est impératif de décloisonner les structuresactuelles dans lesquelles les compétenceset les décisions sont trop souventprises au détriment des modes de déplacementles plus vulnérables. Il faut réintroduireà tous les stades de la planificationune réflexion sur la mobilité : conceptiondes PLQ, localisation d'équipementset de services, aménagements extérieurs,etc.Constructions communalesCertaines mesures sont directement liéesaux bâtiments communaux :> Contrôle régulier des installations dechauffage.> Promotion du label "Minergie".> Promotion des énergies renouvelables.8.3 Gestion des déchetsSITUATION / DIAGNOSTICConformément au plan cantonal de gestiondes déchets (PGD 2003-2007),l’objectif est d’atteindre un quota de45 % de l'ensemble des déchets urbains(des communes et des entreprises) collectésséparément. La commune de Versoixenregistre un taux de recyclage de 39,3 %en 2005.La commune a installé 10 points de collectemettant ainsi à disposition de chaquequartier un emplacement proche etbien accessible.OBJECTIFSPoursuivre l'effort en vue de diminuer laquantité de déchets par leur valorisationet leur recyclage.Poursuivre la promotion du tri des déchetsà la source.PRINCIPES DE MISE EN ŒUVRECampagnes de sensibilisationL'expérience montre que des campagnesde sensibilisation régulières sont indispensablespour induire une modificationdes comportements. De plus, compte tenudu renouvellement de la population(10 % par an), un effort continu doit êtrefourni pour toucher le maximum de personnes.Points de collecte sélective des déchetsménagers dans les quartiers.Plus la densité des points de collecte estimportante, plus le taux de recyclageaugmente.Par ailleurs, une amélioration de l'accueildes usagers peut être réalisée par l'aménagementde points de collecte enterrés. Cesmesures se justifient particulièrement surles places publiques.78


POLITIQUE DE L'ENVIRONNEMENT8.4 Rayonnement non ionisant(RNI)SITUATION / DIAGNOSTICLa protection contre les rayonnements nonionisants est définie dans l'ordonnancefédérale sur la protection contre le rayonnementnon ionisant du 1 er février 2000(ORNI) qui fixe des valeurs limites en lamatière.Au niveau cantonal, la base légale est lerèglement sur la protection contre lerayonnement non ionisant des installationsstationnaires (K 1 70.07) du16.10.99.Les principales sources de RNI sont :> la ligne électrique à très haute tensionqui traverse la zone agricole et les boisde Versoix ;> les lignes CFF ;> les antennes de téléphonie mobile.ENJEUX ET MARGES DE MANŒUVRELa marge de manœuvre de la communeest faible dans la mesure où les autorisationsde construire sont de compétencecantonale et doivent respecter les valeursde l'ORNI. Seul le critère de l’intégrationpaysagère peut être mis en avant par lesautorités communales pour formuler unpréavis négatif.Toutefois, lors de sa séance de janvier2003, le Conseil municipal a voté unmoratoire sur l'installation de nouvellesantennes et le refus d'installations sur lesterrains communaux.OBJECTIFLimiter l'implantation de nouvelles antennesde téléphonie mobile.Les valeurs fixées dans l'ORNI sont actuellementpartout respectées.Le long des voies CFF, une distance del'ordre de 20 à 30 mètres par rapport àl'axe de la caténaire ou de la ligne d'alimentationdoit être respectée pour êtresitué en dehors d'un champ magnétiquesupérieur à 1µT. Cette distance est indicativeet doit être vérifiée pour chaque projetafin de tenir compte des caractéristiqueslocales (importance du trafic, type deconstruction, nature du sol, etc.).Le cadastre des installations de téléphoniemobile datant de fin 2002 indique laprésence de 6 sites en milieu urbain etdeux sites en milieu agricole. Trois nouveauxsites sont en projet (Grand-Montfleury, stade rue Louis-Yung, carrefourRichelien - rte de l'Etraz).79


8.5 Gestion des eaux météoriquesSITUATION / DIAGNOSTICLe développement de l’urbanisation apour conséquence une imperméabilisationdu sol. Cette imperméabilisation ades répercussions négatives car elle nécessiteun dimensionnement des exutoirestoujours plus grand pour absorber lespériodes de crue (débits de pointe).Par ailleurs, les cours d’eau secondairesqui reçoivent les eaux de ruissellementdes nouveaux quartiers sont très sensiblesà des modifications, même ponctuelles,de l’occupation de leur bassin versant.Dans le cadre de l'aménagement du centresportif de la Bécassière d'importantesmesures de gestion des superficielles ontété mises en place. De mesures similairessont prévues pour l'aménagement du futurterrain destiné aux forains et gens duvoyage.> Retenir l’eau avant qu’elle n’atteignele réseau :- toitures jardins,- bassins de rétention en eau (permanents)tels que biotopes de quartier,- bassins de rétention temporaires(parkings, places de jeu ou desports inondables épisodiquement,dépressions du terrain, etc.).> Infiltrer l’eau avant qu’elle n’atteignele réseau :- infiltration décentralisée des eauxde toiture,- infiltration des eaux de voirie.IllustrationsOBJECTIFFavoriser les mesures d'aménagementlimitant l'évacuation des eaux météoriquesdans le réseau des canalisations.PRINCIPES EDE MISE EN ŒUVREDès le début de toute étuded’aménagement ayant des incidences surla perméabilité du sol, la question de lagestion des eaux météoriques doit êtreprise en compte. En fonction des caractéristiqueslocales (situation par rapport auxexutoires, géologie), les principesd’aménagement suivants seront favorisés :> Diminuer l’importance des surfacesimperméables :- places de stationnement avec revêtementsperméables,- grilles-gazon dans le gabarit de laroute.80


POLITIQUE DE L'ENVIRONNEMENT8.6 EnergieSITUATION / DIAGNOSTICLa Suisse s'est engagée pour une réductiondes émissions de CO 2 de 10 % à l'horizon2010, avec 1990 comme année deréférence. Dans le domaine de l'énergie,les deux principaux leviers d'actions sont :> la maîtrise du CO 2 avec une diminutionpour tous les émetteurs : moins 15% pour les combustibles et moins 8 %pour les carburants ;> le passage aux énergies renouvelables.Pour atteindre ces objectifs, il faut intervenirà toutes les échelles : bâtiment,quartier, territoire, à l'instar de ce qui aété fait pour le PDQ "Versoix Centre-Ville".OBJECTIFS ET PRINCIPES DE MISE ENŒUVRELimiter les besoins en énergie.> Favoriser les mesures constructivestelles que : éclairage naturel des locaux,ventilation naturelle, isolation,etc.> S'engager à l'obtention du label "Citéde l'énergie".Exploiter les synergies avec des sources oudes infrastructures de production d'énergieexistantes ou projetées.> Valoriser les déchets thermiques, sidisponibles.> Envisager la réalisation d'un réseau dechauffage à distance pour les nouveauxdéveloppements urbains.Favoriser l'utilisation d'énergies renouvelables(solaire, pompes à chaleur, géothermie,etc.).> Evaluer le potentiel des énergies renouvelablesde la commune.> Utilisation prioritaire des énergies renouvelablesdans le cadre de nouveauxdéveloppements.Limiter les émissions de polluants.> Planifier des systèmes de productioncentralisée d'énergie fonctionnant avecun réseau de quartier plutôt que desinstallations individuelles.> Encourager les propriétaires privés àlimiter les émissions de polluants(contrôle des installations de chauffage,etc.).PRINCIPES DE MISE EN ŒUVRELabel "Cité de l'énergie"Ce label est décerné aux communes sur labase d'une évaluation d'un programmed'action.ConstructionsA l'échelle des bâtiments, la limitation desémissions passe par :> un contrôle régulier des installationsde chauffage,> des mesures de réduction de laconsommation (par exemple par le labelMinergie),> l'usage d'énergies renouvelables.Ces principes doivent être appliqués aussibien aux bâtiments communaux que privés(habitations, constructions artisanalesou industrielles).81


8.7 Sites polluésSITUATION / DIAGNOSTICLe cadastre des sites pollués est publicdepuis le 1 er juin 2004 et est constammentmis à jour. Il indique les sites qui,sur la base d'un recensement et d'uneévaluation, ont été identifiés comme sitespotentiellement pollués. Ceux-ci ne nécessitentun assainissement qui si desatteintes nuisibles ou incommodantes ontété engendrées sur l'environnement ou siun danger concret existe. Si tel est le cas,le site est alors considéré comme un istecontaminé et son assainissement est obligatoire.Au stade actuel, certains sites dont onconnaît l'historique (anciennes gravièresou décharges, présence d'activités industriellespolluantes, etc.) sont répertoriéscomme pollués dans le secteur des Gravineset à Ecogia.8.8 Risques majeursSur le territoire communal, aucune entreprisen'est soumise aux dispositions del'OPAM.Par contre, les voies de communication(autoroute, RC8, voies CFF) présentent desrisques potentiels et sont soumises à cetteordonnance :> Autoroute : un rapport succinct a étéproduit en 1993. Son actualisation esten cours par le DT. Une réévaluationsera nécessaire lors de la réalisation dela bretelle autoroutière.> RC8 : le cadastre des risques considèrele tronçon traversant Versoix comme potentiellementcritique. Le projetd'aménagement de la route de Suisseainsi que la déviation du transit surl'autoroute sont de nature à diminuerles risques.> Voies ferrées : un rapport succinct aété établi par les CFF. L'évaluation finalesera effectuée dans une 2 èmeétape. En attendant, tous les projetsqui entraînent une augmentationconséquente de la population résidente,employée ou publique auxabords des voies doit faire l'objet d'unpréavis de la part du service de sécuritédu DT.82


0m 100 200 300 400 500 600 700Echelle 1/20'000Juin 2006COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIREC TEUREnvironnementSources de bruitBruit aérienBruit routierVoie CFFStand de tir(à titre d'information)ée (VLI + 3 dBA pour le DS II)ée (VLI pour le DS II)Route communaleRoute cantonaleRSource23290250 - Envir20'000- MW - 07.06.06 - jca


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTS9. PL AN DIRECT EUR D ESDEPLACEMENTS9.1 Cadr e d e r éf ér en c e9 . 1 . 1 Prélimin a ireLes déplacements, quels que soient leurmode (transports individuels ou collectifs,piétons ou cyclistes) ou leurs motifs(travail, loisirs, achats, etc.) constituentune préoccupation majeure descollectivités publiques. En effet, pour desraisons de nuisances, de sécurité, deconfort, etc., les autorités communalessont constamment interpellées par desdemandes émanant de citoyens ou degroupements d'intérêt (associations dequartier, associations de parents d'élèves,etc.).Toutefois, les déplacements ne peuventêtre appréhendés uniquement à l'échellede la commune. Leur gestion doits'inscrire dans une vision régionalecohérente. Les objectifs à atteindre sontainsi largement dictés par les politiquesdéveloppées à l'échelle du canton ou dela région .9 . 1 . 2 Hiérarch ie d u résea uroutierSelon C 2000, la route de Suisse et laroute des Fayards sont des axes du réseauprimaire (priorité à la fluidité du trafic)alors que la route de Sauverny et la routede l'Etraz font partie du réseau secondaire(priorité aux fonctions collectrices etd'accessibilité locale, ainsi qu'à la fluiditédes transports collectifs).9 . 1 . 3 Mo b il ité 2020Les projections montrent que si le traficcontinue à augmenter de la mêmemanière qu'il a cru ces 20 dernièresannées, cela conduirait à des charges detrafic difficiles à absorber par le réseauroutier (allongement des heures despointe) et se traduisant par uneaugmentation conséquente de la pollutionatmosphérique. Le report modal vers lesTC (pour les déplacements versl'agglomération genevoise) et vers lesmobilités douces (pour les déplacementsinternes) est donc indispensable.L'augmentation de la fréquence du RER(fréquence au ¼ d'heure) et la création enparallèle d'un système efficace derabattement sur la gare constituent doncun enjeu majeur tant du point de vuecommunal que cantonal pour infléchir larépartition modale.9 . 1 . 4 Co nce pt régio n a l d egestio n coordo n n ée d esrésea ux de d é p laceme ntsVersoix a été une des communes-moteurdans la collaboration intercommunale etinter-cantonale. C'est en effet en grandepartie sous son impulsion qu'un groupe detravail réunissant des communes vaudoisesde la Terre Sainte et genevoises acommencé à collaborer dès 1997. Cesréflexions ont abouti à une résolutionsignée le 2 avril 1998 par les 11communes concernées et transmise auxConseils d'Etat des cantons de Genève etVaud (voir annexe 1). Depuis, les étudesse sont poursuives en collaboration avecles deux cantons et ont abouti à uncatalogue de mesures 1 .La résolution signée par 11 communesvaudoises et genevoises 2 est accompagnéed'un schéma de gestion coordonnée desréseaux de déplacement dont les grandeslignes sont rappelées ci-dessous.Principes d'organisation du réseauL'organisation proposée du réseau routiervise à :> rabattre le trafic de transit surl'autoroute. Celle-ci offre en effet plusde points d'entrée à Genève, lesquelspeuvent par ailleurs recevoir desparkings d'échange connectés auxlignes de rabattement TC ;> préserver les poches urbanisées dutrafic de transit ;> favoriser les modes de déplacementnon motorisés et les transports publicssur l'ensemble du réseau interne auxpoches urbanisées.1 Mobilité entre Coppet et Genève.Catalogue des mesures, juin 20042 voir en annexePlan directeur communal de Versoix – 2006 85


Hiérarchie du réseauLe concept distingue trois niveauxhiérarchiques :> le réseau principal est constitué parl'autoroute et par les routes cantonalesqui assurent la relation entre lepérimètre d'étude et les autres régions.Sa fonction est essentiellementd'écouler le trafic de transit ;> le réseau collecteur est constitué desroutes qui permettent depuis le réseauprincipal de desservir les pochesd'urbanisation ;> le réseau intercommunal (interne) estconstitué des principales routesinternes aux poches urbanisées etreliant les quartiers aux équipementspublics et arrêts de transports encommun. Ce réseau n'est pas destinéau trafic de transit. Par conséquent, iln'est pas nécessaire qu'il assure unecontinuité des parcours à travers toutesles communes. Il doit être aménagépour répondre avant tout aux besoinsde déplacement internes à la région, etdoit donc favoriser les moyens detransport non motorisés et les TC.Mesures envisagéesPour le rabattement du trafic de transit surl'autoroute :> éclatement de la jonction autoroutièrede Coppet en deux demi jonctions (auSud et au Nord de Chavannes-de-Bogis) reliées par une contre-route ;> aménagement d'un nouvel axe entreFounex et Céligny, permettant deconnecter la RC 1 (route Suisse) à lademi jonction prévue au Nord deChavannes, et de délester ainsi lespoches urbanisées des nuisances dutrafic de transit ;> aménagement d'une nouvelle jonctionautoroutière à Versoix (connectée à laroute de Sauverny) ;> aménagement d'un nouvel axe d'accèsà la jonction de Versoix (liaison entrela route Suisse et la route de l'Etrazdans le secteur du Nant de Braille) ;> aménagement d'une liaison entre laroute de Ferney et la route de Colovrex(route du Bois-Brûlé) ;> aménagement de l'évitement duGrand-Saconnex (route des Nations) ;> réaménagement de la jonction duVengeron permettant, depuis Bellevue,un accès en direction de Lausanne.Pour préserver les poches urbanisées dutrafic de transit :> mesures de modération généralisées surle réseau interne ;> mesures de dissuasion sur les axesreliant Commugny à Tannay. L'objectifest d'inciter les habitants de la pocheCommugny / Coppet / Founex à accéderà l'autoroute via la jonction de Coppetet les habitants de la poche Mies /Tannay à se diriger vers la jonction deVersoix.Pour favoriser les modes de déplacementnon motorisés et les transports publics surle réseau intercommunal :> le réseau intercommunal devrait fairel'objet d'un schéma d'aménagement etde gestion. Celui-ci doit en effet assurerune continuité des liaisons piétonnes,cyclables et de transport public quinécessite une coordination entrecommunes. Le reste du réseau internepourrait par contre être aménagéponctuellement par les communesconcernées.> il s'agira en outre de garantir un accèsautomobile aux gares (P+R), en tenantcompte des bassins versants dechacune d'elles.9 . 1 . 5 L a ro ute d'évitement d uBo urg ( REB)La REB était un projet inscrit dansl'ancien plan directeur cantonal quiconsistait en l'aménagement d'unetranchée couverte entre le carrefour Rte deSuisse / ch. Vandelle au Nord et la routede Suisse au sud de la route des Fayards.Il visait à délester le Bourg du trafic detransit.L'évaluation faite du projet dans le cadrede la pré-étude 1 d'octobre 1996 a mis enévidence un rapport coûts/bénéfices plutôtdéfavorable. En effet, cette infrastructuren'aurait soulagé qu'une très petite partie1 Etude générale des circulations. Vers ladéfinition d'une stratégie communale,Rapport de pré-étude, Urbaplan, octobre199686


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTSde la population avec le risque d'aggraverla situation à Versoix-la-Ville. Cela pour uncoût extrêmement important.Commune et canton ont donc décidéd'abandonner ce projet au profit duréaménagement de la route de Suisse, duprolongement du chemin de la Scie et dela réalisation de la jonction autoroutière.Ces aménagements profitent en effet àl'ensemble de la population pour un coûtnettement moindre.9 . 1 . 6 Caractéristiq u es loca lesVersoix occupe une situation particulièredans le territoire cantonal. Ceci se traduitpar certaines spécificités sur le plan desréseaux et des flux de déplacements.Transit à travers le territoire communalLa Commune de Versoix est le point depassage entre Genève et le reste de laSuisse. Elle est donc traversée par unimportant flux de transit, selon l’axe Nord-Sud.L’essentiel de ce flux de transit est assumépar l’autoroute A1 et la ligne de cheminde fer. On constate néanmoins un traficautomobile de transit important en termesde volume, sur la route de Suisse et,accessoirement, la route de l’Etraz. Celuiciest principalement lié aux communesde la Terre Sainte situées entre Versoix etla jonction autoroutière de Coppet.Compte tenu de la présence du lac à l’Estet de la faible urbanisation en Francevoisine à l’Ouest, on n’observe pas d’autreflux de transit marqué à travers la localité.Ceci a été clairement confirmé par lescomptages effectués 1 .Les problèmes liés au trafic de transitconcernent donc essentiellement la routede Suisse (et accessoirement la route del'Etraz) et devraient s'atténuer grâce auxmesures envisagées dans le cadre de laplanification régionale.En dehors de la route de Suisse, le traficest essentiellement local. Dès lors, l'enjeuest moins de dissuader un éventuel trafic1 Voir rapport phase 1. Analyse descomptages automatiques du trafic",RR&A, 28.11.00parasite (transit) que d'organiser lesdéplacements locaux.Déplacements à l’origine de VersoixLes déplacements extérieurs sont trèsfortement orientés vers Genève, dont lecentre-ville est situé à une dizaine dekilomètres de Versoix.En voiture, ces déplacements se fontaujourd’hui par la route de Suisse etaccessoirement par la route de l’Etraz. Aterme, l’objectif est de reporter ceux-ciautant que possible sur l’autoroute, grâceà l’amélioration de l’accessibilitéautoroutière.En ce qui concerne les transportscollectifs, Versoix bénéficie d’unelocalisation privilégiée le long de la lignede chemin de fer Lausanne – Genève. Defait, l’essentiel du territoire urbanisé sesitue dans la zone d’influence des deuxhaltes ferroviaires, où les usagers disposentd’un temps d’accès à Genève trèsconcurrentiel.La meilleure manière d’exploiter cepotentiel passe par un renforcement de lafréquence. le passage de trains régionauxà une cadence élevée bénéficierait àl’ensemble de la commune (ainsi qu'auxcommunes voisines) et amélioreraitsignificativement l’attrait du chemin defer : avec une cadence de l’ordre de 10-15minutes, on peut se déplacer sans devoirforcément se préoccuper de l’horaire, cequi peut avoir une influencepsychologique déterminante pour le choixdu moyen de transport. L'arrêt des trainsaccélérés permettrait par ailleurs un gainde temps qui n'est peut-être pasdéterminant pour le choix du mode dedéplacement, mais qui contribuerait àrenforcer le rôle de Versoix en tant quecentralité périphérique.L'amélioration de la desserte ferroviaireconstitue un enjeu d'autant plusimportant que la part des pendulairesutilisant les transports collectifs a diminuéde 35,2 % en 1990 à 31 % en 2000 pourles actifs travaillant en ville de Genève.Par ailleurs, pour améliorer le report modalvers le chemin de fer, il importe égalementd'améliorer les correspondances avec labranche CFF qui dessert la Zimeysa.Plan directeur communal de Versoix – 2006 87


La desserte ferroviaire est complétée parune desserte routière régionale (ligne V)dont Versoix est le terminus. Cependantcette ligne vise avant tout à desservir leslocalités situées entre Versoix et Genève,dont l’urbanisation s’est développéerelativement en marge des axes decommunication principaux (voie ferrée etroute de Suisse). Ceci explique l’itinéraire"tourmenté" de la ligne de bus et sonattrait limité pour les versoisiens quiveulent se rendre à Genève. Cette structuredu réseau pourrait à terme être remaniéedans le sens d'un rabattement vers letrain.En ce qui concerne les mobilités douces,la distance élevée à parcourir limitesensiblement le potentiel du vélo pour lesdéplacements pendulaires vers Genève.Le report modal du trafic pendulaire desTI vers les TC constitue un enjeu majeur.Pour cela, outre le renforcement de lafréquence ferroviaire, la maîtrise de l'offreen stationnement à destination estégalement indispensable. En effet, lesétudes ont montré un recours systématiqueà la voiture lorsqu'une possibilité destationnement est assurée sur le lieu detravail, cela indépendamment du niveaud'offre de transport public.Déplacements à destination de VersoixMême si les localités voisines sontorientées principalement vers Genève ouNyon, l'on peut mettre en évidenceplusieurs flux de déplacements àdestination de Versoix :> Les déplacements pendulaires (plusde la moitié des emplois est occupéepar des personnes résidant hors de lacommune 1 ).> Les déplacements scolaires (accès desélèves de Collex-Bossy et Genthod auCycle d’orientation des Colombières,accès des élèves de toute la région auCollège international du Léman). Ceuxcisont effectués principalement entransports collectifs.> Les déplacements liés aux commerceset services ainsi qu'au Centre sportifdepuis les communes voisines.> Les déplacements liés aux loisirs(accès à Port Choiseul, Centre sportif,bois de Versoix, etc.). Il s’agit surtout1 Selon le RFP 2000de déplacements motorisés durant leweek-end.Les pendulaires et les scolairesreprésentent donc un important potentielde déplacements à organiser par lestransports publics.Déplacements internesToute la localité de Versoix tient dans unebande de 2,5 km (à l’exception deshabitations situées au Sud de la Versoix).Même si l’on tient compte du fait que leprincipal secteur d’habitation (Versoix-la-Ville) est situé à l’opposé du principalsecteur d’activités (Versoix-le-Bourg), lesdistances à parcourir dépassent rarement1.5 à 2 km.Les transports collectifs offrent une liaisonentre les différents quartiers de Versoix.Néanmoins, cette fonction de desserteinterne a un potentiel limité si l’oncompare la fréquence offerte (15 minutesaux heures de pointe et 60 minutes auxheures creuses) et les temps dedéplacements à pied (10 minutes enmoyenne, 20 minutes au maximum).Le vélo et la marche à pied peuvent doncjouer un rôle majeur pour lesdéplacements internes, ainsi que les buspour autant que la fréquence soitaugmentée.Résultats de la campagne de comptagesDes comptages automatiques du trafic ontété réalisés en mars 2000 durant unesemaine, sur une dizaine de tronçons duréseau routier (sur les principaux pointsd'accès et itinéraires de transit potentiel, àl’exception de la route de Suisse et de laroute de l’Etraz) 2 . Ces comptages ont misen évidence les caractéristiques du trafic àl'intérieur de la "poche" constituée par leterritoire urbanisé situé à l'ouest de laroute de Suisse.2 Rapport "Phase I - Inventaires etanalyses, Analyse des comptagesautomatiques du trafic", RR&A,28.11.0088


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTSL'essentiel du trafic observé semble générépar les activités de Versoix plutôt que parun trafic pendulaire émigrant hors de lacommune. En effet :> les pointes de trafic en semaine necorrespondent pas particulièrement àun comportement pendulaire,> le trafic de semaine n'est pasbeaucoup plus élevé que le samedi,> le volume de trafic entrant dans lapoche et le volume de trafic sortant dela poche sont similaires, ceci le matincomme le soir.Il n'y a pas non plus de flux pendulairesmajeurs transitant par la poche. En effet,le nombre de véhicules qui entre d'uncôté de la poche et ressort à l'opposé estpratiquement identique le matin et le soiret les charges sur le réseau de desserteinterne sont très modestes.Les axes ont néanmoins des fonctions plusou moins distinctes. Ainsi :> la rue de l'Industrie semble constituerun itinéraire privilégié d'accès auxactivités à l'intérieur de Versoix (pointede trafic entre 9h et 10h, flux "entréedans la poche" dominant) ;> le chemin de Pont-Céard serait, plusqu'ailleurs, un itinéraire de sortie despendulaires (pointe de trafic entre 7 et8h, flux "sortie de la poche"dominant) ;> l'avenue Adrien-Lachenal joue un rôlede liaison important entre les routes deSt-Loup et de Sauverny (chargesélevées).Les observations du trafic montrent doncque celui-ci est essentiellement local. Dèslors, le principal enjeu en termes degestion et d'aménagement des réseaux estd'organiser les déplacements locaux. Dansce but :> une hiérarchisation du réseau routier,au sens classique d'une action sur larépartition des volumes de trafic(influencer les choix d'itinéraires),n'aurait qu'un impact limité comptetenu des origines-destinations localesdu trafic,> en revanche, il y a certainement uneaction à mener au niveau d'une"hiérarchisation des comportements",c'est-à-dire en favorisant des vitesses etcomportements adaptés à la fonctionspécifique de chaque axe. Il s'agitdonc avant tout d'une questiond'aménagement,> en outre, le potentiel dedéveloppement des mobilités douces(vélo, marche à pied) n'est pasnégligeable et constitue un levieressentiel pour une limitation de lacroissance du trafic local.9 . 1 . 7 Mo b il itéLes aspects liés à la mobilité (reportmodal, chaîne des déplacements,urbanisme de proximité, etc.) sont abordésdans le chapitre 8.2 du plan directeurcommunal.OBJECTIFSFavoriser le recours aux transports publics,en particulier pour les déplacements àdestination de l'agglomération genevoise.A ce titre, promouvoir le renforcement dela cadence des trains.Favoriser les mobilités douces (vélo,marche à pied) pour les déplacementsinternes.Les principes et mesures qui permettent lamise en œuvre de ces objectifs sontabordés dans les différents volets du plandirecteur communal et du plan directeurdes déplacements.Plan directeur communal de Versoix – 2006 89


200 400Echelle 1/12'500000000périodes de pointe (avril 2001)8'222'8602'4100250 - TrafJour- MW - 25.11.05 - jca


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTS9.2 Rés e au r ou ti erSITUATION / DIAGNOSTICRoute de SuisseEn tant qu’axe structurant de Versoix, laroute de Suisse (RC 8) assume diversesfonctions:> A l'échelle nationale en tantqu'itinéraire destiné aux convoisexceptionnels, ainsi qu'aux voituresétrangères sans vignette autoroutière.> A l'échelle régionale, cet axe constitueun des principaux accès à Genève.Son utilisation comme liaison interrégionaleest renforcée par la saturationoccasionnelle de l'autoroute.> A l'échelle communale elle assure lesliaisons inter-quartiers et l'accessibilitéaux principaux pôles d'attraction. Cerôle de distribution interne estactuellement insatisfaisant et devraitêtre amélioré.> A l'échelle locale, la route de Suisseassure la desserte fine de nombreuxcommerces, services et logements.Cette situation est actuellement peusatisfaisante et devrait être améliorée.Rues ayant une fonction "principale"Rte de St-LoupLes axes les plus sollicités par le trafic (ruede l’Industrie, route de St-Loup, av. Adrien-Lachenal, rte de Sauverny, ch. de Pont-Céard, ch. de Montfleury, rte des Fayards)ont des caractéristiques très diverses, entreautres :> Largeur de chaussée (varie entre 6 et 10m) et gabarit entre limites de propriété(varie de 7 à 17 m).> Trottoirs (tronçon sans trottoirs sur laroute de St-Loup, trottoirs d’un seul côtéde la chaussée sur plusieurs axes).> Stratégie de modération (rétrécissementsponctuels sur la route de St-Loup, seuilsde ralentissement sur la route deSauverny).> Offre de stationnement (rue del’Industrie, avenue Adrien-Lachenal, basdu chemin de Pont-Céard).> Un volume de trafic variant de 2'000 v/jà plus de 4'000 v/j.> Un environnement urbain relativementhétérogène.Certains carrefours présentent des problèmesde fonctionnement ou de capacité :> Route de Suisse / rte des Fayards :saturation du carrefour aux heures depointe du matin et du soir.> Route de Suisse / rue de l'Industrie :problème de fonctionnement en raisonde la géométrie de la route et dumanque de place pour une présélection.> Route de Suisse / av. Deshusses : letourner à gauche depuis l'av. Deshussesest saturé aux heures de pointe du matinet du soir.> Route de Suisse / ch. Vandelle : letourner à gauche depuis le cheminVandelle est saturé aux heures de pointedu matin et du soir.> Route de Suisse / rte de Sauverny : letourner à gauche depuis la route deSauverny est saturé aux heures de pointedu matin et du soir.> Route de Suisse / ch. Ami-Argand :mauvaise visibilité.> Route de Suisse / ch. du Vieux-Port :problème de saturation, notamment enété (sortie du parking).Plan directeur communal de Versoix – 2006 91


Rues de quartiersCh. H.-Saladinrue E.-YungLes rues des quartiers de villas secaractérisent par :> Des gabarits modestes (6-7 m entrelimites de propriété).> L’absence de trottoirs.> Une matérialisation forte des limites depropriété (haies, murets) ne laissantaucun dégagement latéral.Certains tronçons sont modérés au traversd’un stationnement alterné et derétrécissements ponctuels de la chaussée.Ces mesures visent à modérer les vitessesdu trafic, cependant elles n’améliorentpas le confort des piétons et des cyclistes.Les comptages de trafic ont montré qu’iln’y a pas de problème de trafic parasitesur ce réseau (trafic essentiellementriverain).SécuritéLes accidents de la circulation survenus surle territoire de la commune ont été analysés 1à partir des données fournies par laGendarmerie genevoise (période du01.01.95 au 31.08.00).Cette analyse a permis d’identifier plusieursproblématiques :> Plusieurs carrefours semblentaccidentogènes. Leur réaménagementdevrait être envisagé.Secteurs concernés : carrefour route desFayards / route de Malagny, carrefourroute de Sauverny / avenue Marc-Peter,giratoire route de Sauverny / route del'Etraz.> On rencontre des problèmes de vitessesur plusieurs tronçons. Leurréaménagement dans une optique demodération des vitesses devrait êtreenvisagé. Il faut cependant noter quecertains de ces axes ont déjà étéaménagés.Secteurs concernés : le chemin duGrand-Montfleury, la route de Sauverny,la route de St-Loup (en particulier lehaut), la rue de l'Industrie - rue desMoulins, la route des Fayards, le tronçonde l'avenue Adrien-Lachenal entre laroute de Sauverny et le chemin Louis-Dégailler.Des contrôles de vitesse effectués en juin2004 ont permis de faire les constatssuivants :- ch. de Montfleury à la hauteur del'école de Montfleury (vitesse limité à40 km/h) : 15 % d'infractions. Vitessela plus élevée : 69 km/h.- Av. Adrien-Lachenal, face au 21(vitesse limitée à 50 km/h) : 12 %d'infractions. Vitesse la plus élevée :77 km/h.- Rte de l'Etraz-ch. de Biolay (vitesselimitée à 80 km/h) : 1,8 %d'infractions. Vitesse la plus élevée :100 km/h.- Ch. de Pont-Céard, 12 (vitesse limitéeà 50 km/h) : 8.5 % d'infractions.Vitesse la plus élevée : 68 km/h).1 Rapport "Phase I - Inventaires et analyses,Analyse des statistiques d’accidents",RR&A, 28.11.00.92


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTS> Certains tronçons cumulent desaccidents avec des piétons et cyclistes.Il s'agit ici d'offrir des possibilités detraversée sécurisée pour les piétons etcyclistes et, le cas échéant, de mieuxsécuriser les traversées existantes.Secteurs concernés : carrefour routedes Fayards / route de Malagny,chemin de Pont-Céard à la hauteur dela cité Choiseul, route de Sauverny(tronçons non encore modérés), rue desMoulins - rue de l'Industrie.> Quelques tronçons ont connu desaccidents surtout de nuit. Il s'agiraitd'examiner ce qui peut être fait pouraméliorer la lisibilité nocturne desaménagements.Secteurs concernés : le chemin deMontfleury, le Nant-de-Crève-Cœur, laroute de Sauverny, le haut de la routede St-Loup.> Quelques secteurs animés (activitésriveraines) accumulent les petitsaccidents sans gravité. Uneclarification des aménagementspourrait éventuellement contribuer àréduire les risques d'incidents.Secteurs concernés : abords de la gare(avenue Adrien-Lachenal, cheminVandelle, rampe de la Gare), route deSt-Loup (aval).Il faut pondérer ces considérations entenant compte qu'une très grande partiedes accidents constatés est à imputer àl'alcool ou la drogue. Autrement dit, laprévention des accidents estmalheureusement plus dépendante d'unemaîtrise de ce problème de société qued'une politique d'aménagementambitieuse.OBJECTIFSAméliorer l’adéquation entre aménagementet fonction des espaces routiers.> Réaménager la route de Suisse.Compléter le réseau routier avec les tronçonsmanquants afin d'optimiser sonfonctionnement.> Aménager le prolongement du ch. de laScie.Rendre l’ensemble du réseau routierplaisant et sûr pour les piétons et cyclistes(encourager les déplacements à pied et envélo).> Compléter le réseau piétonnier etcyclable et modérer les vitesses àl'intérieur du tissu bâti.Sécuriser le réseau routier pour tous lesmodes de déplacement.Tirer le meilleur parti possible del’autoroute pour le trafic de transit et letrafic à l’origine/destination de Versoix.> Aménager une jonction autoroutière et sabretelle d'accès.> Soumettre la réalisation de cetteinfrastructure à une évaluationenvironnementale stratégique (EES)démontrant sa compatibilitéenvironnementale, économique etsociale.Par ailleurs, il faut tenir compte quedepuis lors de nombreux aménagementsont été réalisés.Plan directeur communal de Versoix – 2006 93


PRINCIPES DE MISE EN ŒUVREEtapesSchéma long termeLes objectifs en matière de gestion descirculations tiennent compte de deuxtermes, dépendants de l'organisation duréseau au niveau régional, plusparticulièrement du raccordement àl'autoroute.A court terme, en attendant leraccordement à l'autoroute, lesinterventions sur le réseau sontessentiellement locales :> Aménagement de la route de Suisse envue de fluidifier et tranquilliser letrafic.> Mise en place de contrôles de débitaux carrefours de Montfleury et desFayards afin de contrôler le flux desvéhicules qui traversent la communedans un certain laps de temps. Ilsfavorisent un trafic fluide et repoussentles congestions à l'extérieur dupérimètre urbanisé.> Adaptation des carrefours pour faciliterla progression des bus.> Prolongement du chemin de la Sciepour permettre de délester la traverséedu Bourg.Schéma court termeIl est proposé de développer une typologied’aménagement traduisant les fonctions etutilisations spécifiques des différentsespaces routiers.A long terme, la volonté de diminuer lacharge de trafic sur la route de Suissenécessite de prendre en compte unpérimètre élargi et à englober lescommunes de Bellevue et Genthod.Des contrôles d'accès sont disposés auxdeux extrémités de ce territoire (carrefourde Montfleury et échangeur du Vengeron)et permettent de diriger le trafic surl'autoroute.94


0 00 300 400 500Echelle 1/15'000Novembre 2005Tronçons accidentogènes *Carrefours / tronçonsAccidenAcciden0250 - Rout_Situ15'000- MW - 25.11.05 - jca


Réseau régional principalLe réseau régional principal est constituédes axes en périphérie du territoireurbanisé.L’accès automobile à Versoix est assurépar quelques points d’accès préférentiels :au Nord par la route de Suisse, à l’Ouestpar la route de St-Loup et la route deSauverny, au Sud par le chemin de laScie et la route de Suisse.Ces "portes" devront être matérialisées pardes aménagements marquant l’entréedans un environnement urbain. En outre,sur les entrées Ouest (route de St-Loup etroute de Sauverny) il s’agira égalementd’améliorer la sécurité (plusieursaccidents nocturnes et/ou liés à unevitesse inadaptée).Cette structure du réseau régional permetd’éviter tout transit majeur à travers leszones urbanisées de Versoix, notammenten le reportant en grande partie surl’autoroute.Réseau interne de baseCe réseau assume une double fonction :> itinéraire des lignes de transportspublics,> collecte du trafic et liaison entre lesquartiers.Dès lors, son aménagement doit êtreélaboré selon les principes suivants :> Largeur de chaussée compatible avecle passage des bus.> Absence de seuils de ralentissement(ou seuils très doux visant uniquementà créer un effet optique modérateur)sur les itinéraires des bus.> Perte de priorité des débouchés desrues adjacentes, de sorte à optimiserles temps de parcours des véhiculesTPG et favoriser la fluidité du réseau.> Priorité aux mouvements effectués parles véhicules TPG dans les grandscarrefours afin d'optimiser les temps deparcours TPG d’une part et de modérerla vitesse du trafic d’autre part.De plus, le réseau interne de base doitêtre complété par le prolongement du ch.de la Scie (voir fiche de mesure n° 9).Enfin, la commune souhaite pouvoir mettreen zone 30 certains de ces axes. Dans cetteoptique elle entend poursuivre lesdiscussions avec l’OCM afin d’obtenirl’accord de l’Etat sur cette question.Réseau de quartierCe réseau doit être aménagé dans l’optiquede :> rendre plus agréable le cheminementdes piétons et cyclistes,> modérer les vitesses sur les longstronçons rectilignes.Dans ce but, il est proposé une mise en"zone 30" des différents quartiers délimitéspar le réseau interne de base.Les mobilités douces pourront être favoriséespar la délimitation d’espaces decheminement pour les piétons/cyclistes (depart et d’autre de la chaussée ou seulementdans le sens de la montée), franchissablespar les véhicules automobiles en cas debesoin (Cf. figure ci-après). L'espace decirculation automobile sera ainsi ramené àune largeur de l'ordre de 3.50 m. Laséparation des espaces pourra êtrematérialisée par des rigoles de pavé (voiredu marquage) et ponctuellement par unebordure haute ou des potelets(rétrécissement physique ponctuel de lachaussée dans un but de modération desvitesses).Espaces publics centraux et zones derencontreCe sont des lieux où il y a superposition defonctions de circulation et de fonctionssociales.Compte tenu du caractère particulier de ceslieux, l'élaboration de projetsd'aménagement spécifiques est nécessaire.Toutefois, certains principes générauxd’aménagement peuvent être définis :> Priorité au confort des piétons et cyclistes(introduction de "zones de rencontre").> Priorité aux besoins d’espace desactivités riveraines.> Traitement de qualité (esthétique,sociabilité).96


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTSSchéma : principes d'aménagement du réseau de quartierBandes de cheminement piéton-vélo bilatérales,pour une largeur disponible de 6 m1.25 m3.50 m 1.25 m1.25 m3.50 m 1.25 mBande de cheminement piéton-vélo dans un seul sens (montée),pour une largeur disponible de 6 m3.50 m 2.50 m 3.50 m 2.50 mStationnement latéral, bande de cheminement piéton-vélo dans un seul sens (montée),pour une largeur disponible de 7.5 m2.00 m 3.50 m 2.00 m 2.00 m 3.50 m 2.00 mPlan directeur communal de Versoix – 2006 97


MESURES / COMMENTAIRESNouvelle jonction autoroutièreUne jonction autoroutière complète àl'intersection avec la route de Sauverny estprévue tant dans le plan directeurcantonal que dans C 2000. Elle estégalement inscrite dans le plan directeurdu district de Nyon et dans le concept degestion coordonnée des réseaux routiersaccompagnant la résolution signée par 11communes vaudoises et genevoises.Sa réalisation est toutefois dépendantedes instances fédérales. Par ailleurs, unmoratoire de la Confédération concernantl'aménagement de nouvelles jonctionsautoroutières court jusqu'en 2010.Mesures d'accompagnement> Structure du réseau régional- pour que le trafic d'accès à cetouvrage ne provoque pas unedégradation de la situation entraversée du village de Mies, leschéma régional prévoit dedélimiter en amont et en aval deMies, deux "bassins versants" dirigésl'un vers la jonction de Coppet etl'autre vers la jonction de Versoix.Le trafic de transit à travers Miesdevrait ainsi être très fortementdissuadé par des mesuresconstructives (modération) et degestion (contrôles d'accès).- pour éviter que le trafic venant deBellevue et voulant se diriger versLausanne ne traverse Versoix, leréaménagement de la jonction duVengeron est envisagé.> Capacité de l'autorouteLa saturation de l'autoroute estrégulièrement invoquée pour repousserla réalisation de la jonctionautoroutière. Sans exclure l'éventualitéd'une troisième voie autoroutière (quipourrait être réservée à certains usagersparticuliers : bus, voitures avec aumoins deux passagers, comme cela sefait dans certains pays), d'autresmesures peuvent permettre dans unpremier temps de mieux exploiter lescapacités de l'autoroute :- Le taux d'occupation moyen desvéhicules : à un volume decirculation de 60'000véhicules/jour occupées enmoyenne par 1.3 personnes/voiturecorrespond 78'000 voyageurs. Passerce taux d'occupation à 1.4personnes/voiture se traduit par unediminution de quelque 4'500véhicules/jour. Le même nombre depersonnes est alors transporté par55'500 véhicules/jour, soit uneréduction de charges de traficd'environ 8 %.L'incitation au covoiturage et unepolitique de stationnementappropriée sont les principauxmoyens d'influencer le tauxd'occupation des véhicules.- L'étalement des déplacements dans lajournée. L'approche d'une situationde saturation induit des modificationsau niveau des heures de départchoisies par l'automobiliste : celui-cidébute son trajet un peu plus tôt ouun peu plus tard en fonction de l'étatde saturation connu. Par ailleurs, lesmutations progressives dans le mondedu travail - réduction du nombred'heures de travail, temps partiel,travail de nuit, etc. - impliquerontprobablement des "remplissages" desheures d'utilisation de l'autoroute quine sont pas aujourd'hui saturées.Quand on estime entre 60'000 et70'000 la capacité d'une autoroute àquatre voies, on se réfère en réalité àsa capacité à l'heure de pointe laplus élevée, sans admettre dans leraisonnement un accroissement desdébits s'écoulant à d'autres momentsde la journée.- La gestion des vitesses de circulationet de la fluidité. La capacité del'autoroute connaît son optimum pourune vitesse des flux de circulation quiest sensiblement inférieure à lavitesse maximale autorisée. Unevitesse plus basse permet un débithoraire plus élevé du fait qu'ellecontribue à homogénéiser les vitessesdes différentes catégories devéhicules, à réduire les distancesnécessaires entre véhicules, à faciliterles manœuvres de dépassement, etc.Une signalisation variable indiquantaux conducteurs des perturbationséventuelles et modulant les vitessesselon la densité de trafic peutapporter un gain de capacitéintéressant.98


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTS> Liaison entre la route de Suisse et laroute de l'Etraz.La réalisation d'une jonctionautoroutière nécessitera la créationd'une nouvelle liaison entre la route deSuisse et la route de l'Etraz. Le tracéde cet axe n'est pas encore défini demanière précise, mais devrait se situerdans un espace compris au nord par lastation-service de la Buna sur lacommune de Mies et au sud par lechemin de Braille. Il devra faire l'objetd'une étude de détail en collaborationétroite avec les deux cantons et lesdeux communes.En accord avec la commune de Miesqui a inscrit la réservation de ce tracédans son plan directeur communal, leservice vaudois des routes devraitengager une procédure d'instaurationde zone réservée sur les terrains enlimite de la frontière cantonale afin dene pas hypothéquer toute possibilitéde réalisation de ce raccordementavant l'aboutissement des études dedétail.L'installation des forains et des gensdu voyage sur les terrains de Braille vatoutefois rendre la réalisation de cetouvrage beaucoup plus problématique.Route de SuisseLa route de Suisse doit être réaménagéecar cet axe constitue l'espace de vie(sociale, économique) d'une grande partiede la population versoisienne. Lesprincipes d'aménagement ayant étédéfinis 1 et contrôlés du point du vue descirculations 2 (capacité des carrefours), ilimporte maintenant de passer à une phasede réalisation. La commune encourage lecanton à déposer un projet de loi en vuede l'étude et la réalisation du projetdéfinitif.Les objectifs spécifiques et conditionscadredu réaménagement de la route deSuisse sont décrits dans la fiche demesures n° 8.Prolongement du ch. de la ScieL'aménagement d'un axe routier reliant legiratoire des Fayards à la rue des Moulins aété étudié en collaboration avec les servicescantonaux 3 . Ce nouveau tracé répond à desobjectifs d'intérêt cantonal et communal enmatière de gestion des déplacements etd'aménagement du territoire.Par ailleurs, le projet s'inscrit dans unevision globale de la commune prenant encompte le développement urbain et lesmobilités douces.Le projet permet un assainissement trèsimportant du Bourg sans que cela ne sefasse au détriment d'un autre secteur de lacommune puisque le projet ne permetqu'un report du trafic existant d'un axe surun autre axe. Le projet ne constitue doncpas une offre routière supplémentaire, maispropose une liaison de substitution à unitinéraire aujourd'hui très problématique(engorgements, bruit, pollution).En tant que tel il ne génère pas de traficadditionnel sur le réseau interne car il nefavorise pas un itinéraire de contournementde la commune. Sa fonction routière estessentiellement locale. Les bénéficesinduits par le projet présentent par contreun intérêt qui dépasse largement le cadrecommunal.Les objectifs et conditions-cadre du projetsont décrits dans la fiche de mesure n° 9.Zones 30Parmi les zones 30 proposées, celles quiprésentent le plus d'intérêt du point de vuede la sécurité sont :> Poche "Bourg" : nombreux accidents surch. Vandelle, itinéraire cyclableimportant, lieu de passage.> Poche "Montfleury" : concerne unepopulation importante.> Poche "Yung-Dégailler-ch. du Lac" : trèsnombreux chemins sans trottoirs.Il est très important que l'entrée dans une"zone 30" soit clairement perceptible par1 Etude d'aménagement de la route deSuisse, Urbaplan, mai 19992 Complément à l'étude d'aménagement dela route de Suisse du point de vue descirculations, RGR, Urbaplan, août 20013 Nouveau franchissement de la Versoix etaménagement du quartier de la Scie.Rapport final, notice d'impact et cahierdes charges pour le rapport d'impact,Urbaplan, décembre 2000Plan directeur communal de Versoix – 2006 99


l'automobiliste comme le fait de passerd'un réseau routier à un réseau dequartier. La simple mise en place depanneaux de signalisation ne suffitgénéralement pas. A l'instar d'autrescommunes, un dispositif spécifique àVersoix pourrait être développé, rendantainsi la porte clairement identifiable. Desaménagements tels que seuils,rétrécissements, trottoirs continus, etc.permettent d'obtenir une réduction de lavitesse dès l'entrée dans la zone.A l'intérieur des zones 30, il estrecommandé de supprimer tout marquage,à l'exception des parkings, (y compris dansles carrefours) et de gérer les carrefoursselon la règle de priorité à droite (ce quicontribue à modérer les vitesses), chaquefois que les conditions de sécurité lepermettent.Espaces publics centraux et zones derencontre> Vieux Bourg : Le réaménagement de laPlace du Bourg et de la rue del'Industrie est conditionné par laréalisation du prolongement duchemin de la Scie. Les ruelles et laplace du Bourg pourraient être gérésen zone de rencontre.> Quai de Versoix : La suppression dustationnement sur le quai permettraitune réelle mise en valeur de cetespace emblématique de la commune.Une telle mesure ne peut toutefois êtreenvisagée que si les places existantesétaient compensées ailleurs. Lesdifficultés (techniques et financières)de réaliser un parking à proximitéobligent donc au maintien de lasituation actuelle. Une mise en zonede rencontre pourrait néanmoins êtreenvisagée.Une mise en sens unique permettraitd'augmenter le nombre de places destationnement (places en épis au lieude places longitudinales) et dediminuer l'emprise des carrefours avecla route de Suisse. Toutefois, une tellemesure offrirait moins de souplesse dupoint de vue de la gestion descirculations.> Chemin du Vieux-Port : Le chemin duVieux-Port entre le chemin des Gravierset le chemin Isaac-Machard relie laplage au port de Versoix. Il s'agit doncd'un espace où la circulation piétonneest très importante et devrait êtreprioritaire.> Chemin Ami-Argand : Ce chemin enimpasse dessert une importante école etdes quartiers résidentiels. Pour confirmercette vocation, il est proposé de le classeren tant que zone de rencontre.DOCUMENTS DE REFERENCE> Etude d'aménagement de la route deSuisse à Versoix, Urbaplan, mai 1999> Complément à l'étude d'aménagementde la route de Suisse du point de vuedes circulations, RGR-Urbaplan, août2001> Plans directeurs de gestion coordonnéedes réseaux de déplacement, Urbaplan,septembre 2000> Résolution adoptée par les communes dela région Versoix – Terre Sainte, 2 avril1998> Nouveau franchissement de la Versoix etaménagement du quartier de la Scie.Rapport final, notice d'impact et cahierdes charges pour le rapport d'impact.Urbaplan, décembre 2000> Analyse des statistiques d'accidents,RR&A, 28 novembre 2000100


0 300 400 500Echelle 1/15'000Novembre 2005RéRjonctionRéPrincipaux équipementsLimite communale0250 - Rout_Interv15'000- MW - 25.11.05 - jca


9.3 Stati onn emen tSITUATION / DIAGNOSTICLes quartiers résidentielsAucune enquête détaillée n'a été menéedans le cadre de la présente étude. Ilapparaît toutefois que dans certainsquartiers on rencontre des problèmes dusau fait que les locataires ne louent pas lesplaces souterraines qui ont été réaliséesavec les immeubles et se parquent sur ledomaine public, au détriment des placesvisiteurs et, dans certains cas, audétriment de la sécurité (stationnementsauvage encombrant la rue et les trottoirs).Les quartiers les plus touchés sont> Grand-Montfleury : dans ce quartier, lacommune a conseillé à la régie uncertain nombre de mesures : réductiondu prix de location de places,surveillance du stationnement horscases.> Versoix-la-Ville, Petit-Montfleury, Av. deChoiseul : du stationnement sauvage aété constaté. Faute d'enquêtesprécises, il n'est pas possible de savoirsi un déficit réel existe ou si, commedans d'autres quartiers, c'est la sousutilisationdes places à louer qui esten cause.Les pôles de commerces et de services> Le secteur de la gare : Selon les relevéseffectués autour de la Gare 1 , le déficiten stationnement dans le secteursemble plus subjectif qu'objectif. Sion a pu constater qu'il n'y avait jamaissaturation des parkings existants, iln'en reste pas moins que les voiesferrées constituent une coupure quiaccentue la perception des distances àparcourir : si l'on veut se rendre auxcommerces de l'avenue Lachenal etqu'on ne trouve des places que ducôté Lac des voies, on a effectivementle sentiment de ne pas trouver deplace 2 . L'amélioration des liaisons1 Observation du stationnement aux abordsde la gare CFF. Relevés et bilan. RR&A,25.02.00.Zone du Bourg et de la Gare. Etude pourla création d'une zone macarons. BlaiseDériaz, juillet 2002.2 Rappelons toutefois que le centre deVersoix tient dans un rayon de 250piétonnes entre les deux côtés des voiespermettrait certainement d'atténuer l'effetde coupure.> La route de Suisse : Dans le cadre del'étude d'aménagement de la route deSuisse, une enquête auprès descommerçants bordiers a été effectuée : lesondage effectué révèle un sentiment dedéficit de places et ponctuellement desproblèmes de gestion de celles-ci (placesutilisées par des résidents au détrimentdes usagers des commerces). Le projet deréaménagement de la route de Suissepermet d'augmenter le nombre de placesde stationnement de façon significative :- augmentation d'environ 10 à 15 %du nombre de places à Versoix-le-Bourg,- augmentation d'environ 48 % dunombre de places à Versoix-la-Ville,sans compter celles créées sur letronçon entre la frontière cantonale etle carrefour de Montfleury.> Le Bourg : Ce secteur connaît desproblèmes de stationnement du fait dumanque de places pour les visiteurs descommerces et restaurants ainsi que pourles habitants du quartier. Pour améliorerla situation, la solution préconiséeconsiste à créer des parkings enpériphérie proche du Bourg : quartier dela Scie (facilement accessible par lapasserelle piétonne), route de Suisse,gare.Les haltes ferroviaires et le P+RRabattementLa gare de Versoix constitue un point d'arrêtpréférentiel pour d'éventuels trains"accélérés" assurant la relation avec laSuisse. Elle dispose d'un bâtiment offrantde grandes possibilités d'accueil alentours,et d'une offre commerciale et de services àproximité. C'est donc sur la gare de Versoixqu'un P+R devrait être organisé depréférence, la halte de Pont-Céard ayant unrôle plus interne à la commune.Au Nord de Versoix, la gare de Coppetconstitue le point de rabattement privilégiédes communes de la Terre Sainte sur lemètres, soit une étendue comparable aucentre commercial de Balexert. De fait,généralement on parcourt de plus grandesdistances dans un centre commercial qu'enville.102


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTSchemin de fer. Au Sud de Versoix, lesusagers disposent de places de parc auxdifférentes gares régionales et n’ont apriori aucun intérêt à se rendre à la garede Versoix. A l’Ouest, les habitants deFrance voisine (Grilly, Sauverny,Versonnex) peuvent théoriquement serendre en voiture à Versoix pour prendre letrain, néanmoins cela représente uncertain détour. Un rabattement par bus deces communes sur Versoix n’a pas lieud’être envisagé. Si l’on souhaite desservirces communes avec les transports publics,il faudrait plutôt l'envisager via Ferney-Voltaire, tant pour des raisons deperformance (accès plus rapide et sanstransbordement à Genève) qued’aménagement du territoire et de marché(favoriser l’accès à Ferney-Voltaire quiconstitue le pôle de la région).Compte tenu de ce qui précède, la garede Versoix ne constitue pas un point derabattement majeur à l’échelle de larégion, elle concerne essentiellement lesusagers de Versoix et des communesproches. Toutefois, il faut considérer quec’est le seul P+R de la région bénéficiantd’une offre commerciale et de services àproximité. Une partie de la population descommunes voisines pourrait donc préférerun stationnement à la gare de Versoix. Ced’autant plus si l’offre P+R évolue vers unlibre choix du site, plutôt qu’unabonnement à un site déterminé commeaujourd’hui. En effet, les relevéseffectués 1 montrent que les places destationnement autour de la gare CFF sonten partie utilisées par des pendulairesfrançais et vaudois. Cela peut être dû aufait que jusqu'à récemment lestationnement était gratuit alors qu'il étaitpayant à Coppet.DimensionnementLe plan directeur cantonal prévoit laréalisation d'un P+R à la gare de Versoix(fiche 4.07). Cette intention est égalementconfirmée par le rapport de l'OTC"Politique du stationnement. Parcs relais.Plan d'actions 2003-2006" de janvier2003 qui indique pour le site de Versoix,un objectif de réaliser un parkingd'échange d'environ 80 places.Actuellement sur la parcelle des CFF àproximité de la gare, l'offre est de :> 13 places avec cartes de parcage, nonrégies selon les normes applicables auxP+R,> 2 places réservées à la clientèle CFF,max. 30 minutes,> 2 places livraisons.Cette offre paraît manifestement insuffisantecar on observe que les pendulaires utilisentles places publiques plutôt que les placesqui leur sont réservées. En effet, sur lesterrains avoisinants plus de 200 placespubliques sont offertes, dont la majoritén'est pas limitée dans le temps.Bien que l'offre en transports soitactuellement plus importante à Coppet qu'àVersoix, il faut considérer qu'à terme,l'attractivité de la gare de Versoix devrait serenforcer par :> L'amélioration de la fréquence (cadenceau quart d'heure),> Le renforcement du pôle de commerceset services.Il ressort des négociations menées avec lesCFF, l'OCM et la Fondation des parkingsdans le cadre de l'établissement du plandirecteur de quartier de "Versoix Centre-Ville" que, compte tenu du caractèreuniquement local du P+R de Versoix, lecanton n'y envisagerait plus de parkingd'échange. Seules seraient aménagées 32places sur les terrains CFF. La communeregrette vivement que l'OCM ne veuille pasappliquer le plan directeur cantonal.Le collège du LémanLe collège du Léman accueille 1'800élèves, 200 professeurs et une cinquantained'autres employés (administration,exploitation, internat).Une étude 2 mandatée conjointement par laVille de Versoix et par le Collège du Lémana permis de mettre à plat les problématiquesactuelles de dépose et de stationnement liésau Collège.1 Observation du stationnement aux abordsde la gare CFF. Relevés et bilans. RR&A,25.02.022 Cf. "Etude du stationnement et de ladépose liés au Collège du Léman", Ville deVersoix / Collège du Léman, RR&A, mars2003Plan directeur communal de Versoix – 2006 103


En ce qui concerne l'accès des élèves :> 200 résident sur place la semaine(internat),> 600 sont acheminés par le service deramassage scolaire (le collège dispose àcet effet de 23 bus et autocars),> 100 viennent en train (halte de Pont-Céard),> 300 viennent à pied ou en vélo,> le solde, soit environ 600 élèves, estdéposé par les parents.En ce qui concerne l'accès desenseignants, jusqu'à 150 sont présentssimultanément au Collège :> environ 25 d'entre eux ne viennent pasen voiture,> environ 45 disposent d'une place deparc attitrée (louée),> le solde, soit environ 80 enseignants,stationne sur les rues alentours.Les problèmes qui se posent autour duCollège du Léman sont principalement dedeux ordres :> Aux heures de pointe, on observe laconcentration d’un nombre trèsimportant de véhicules : voitures desparents d’élèves qui viennentdéposer/reprendre leurs enfants, busde ramassage scolaire, véhicules privésdu corps enseignant stationnés sur lesite et les rues alentours.Le ch. du Lac, mis à sens unique auxheures d'affluence, est très fortementsollicité par les véhicules des parentsd'élèves déposant/reprenant leurenfant à l'école primaire, avec entreautres pour résultante une difficultéd'accès des riverains et un blocagecomplet de la route de Sauvernypendant 5-10 minutes autour de15h30, dans le sens descendant. Il està noter qu'au moins une vingtaine devéhicules stationnent plus d'un quartd'heure durant cette période critiquesur le chemin du Lac (où seul l'arrêtest autorisé), limitant sensiblement lacapacité d'accueil de ce chemin.Le site du Collège est bien sûr aussifortement sollicité durant ces périodes.Compte tenu de l'espace limité àdisposition et de la configurationactuelle des lieux, l'accès des parentsd'élèves au parking qui leur est réservé setrouve obstrué lorsque les derniers busde ramassage arrivent sur le site.L'affluence simultanée sur le site etl'obstruction par les bus de l'accès auparking, contribuent au blocagesusmentionné de la route de Sauverny.Le refoulement du trafic sur la route deSauverny induit une insécurité voire descomportements dangereux précisémentau moment où sortent les élèves(passages piétons obstrués,dépassements intempestifs, traversée desélèves hors des passages aménagés).> La seconde problématique est liée àl'insuffisance de places destationnement sur le site du Collège parrapport aux besoins que celui-ci génère.On peut estimer qu'environ 80-90 placesde stationnement des rues alentours sontutilisées par les enseignants.Ceci a entre autres pour conséquenceque les rues les plus proches du Collège(principalement l'avenue Louis-Yung, lechemin Ravoux et le chemin d'Ecogia)ne disposent pratiquement plus deplaces libres lorsque les parents d'élèvesviennent déposer/reprendre leursenfants.Ceci étant, il subsiste à toute heure desdizaines de places libres un peu plusloin, dans un rayon de moins de5 minutes à pied. A noter égalementqu'en dehors des besoins destationnement induits par le Collège, lademande générée par ce quartieressentiellement résidentiel est très faible(taux d'occupation nocturne inférieur à10%).OBJECTIFSFavoriser une utilisation appropriée desoffres de stationnement.Encourager le développement de l'offre destationnement (en principe sur le domaineprivé) lorsque celle-ci est insuffisante. Enparticulier :> parcage d'échange à la gare de Versoix,> stationnement à proximité des pôles decommerces et de services,> stationnement et dépose au collège duLéman.104


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTSPRINCIPESD'une manière générale> Les places de stationnement liées auxhabitations ou aux activités doiventêtre en principe réalisées sur ledomaine privé.> Les collectivités publiques doivent seréserver la possibilité d'en vérifier lebon usage.> Le domaine public doit être affecté enpriorité aux déplacements desdifférents usagers. Le stationnementsur domaine public ne devrait doncêtre envisagé que là où les espacesrésiduels le permettent. Cette offredevrait être destinée avant tout àpallier les éventuels déficits.> Si nécessaire, l'offre sur domainepublic doit être réglementée etcontrôlée afin qu'elle répondeeffectivement aux besoins visés etdissuade les usagers non autorisés.> Les réglementations adoptées,devraient autant que possiblecorrespondre à celles appliquées dansl'agglomération genevoise.> Exigence d'un nombre de places destationnement suffisant lors de nouvellesconstructions.> Encouragement à la création de parcs destationnement communs plutôt que depetites installations individuelles.> Limitation des besoins de stationnementau travers de plans de mobilitéd'entreprises.Haltes ferroviairesCollaboration avec les CFF et la Fondationdes Parkings pour :> La réalisation d'un P+R.> Le développement d'une tarificationattractive.> La création d'abonnements valables dansplusieurs parkings de gare (par exemple,libre choix du site de stationnement ausein d'une région donnée) et pour desdurées diverses (abonnements à lajournée, à l'année).> L'aménagement d'espaces de dépose àVersoix gare et à Pont-Céard.Quartiers résidentiels> Exigence d'un nombre de places destationnement adéquat lors denouvelles constructions.> Selon besoin, création de places destationnement supplémentaires pourcompenser les éventuels déficits etlibérer le domaine public.> Dans les quartiers d'immeubles,réglementation du stationnement surdomaine public et collaboration avecles régies en vue d'une meilleureutilisation des parkings en sous-sol.> Dans les quartiers mixtes, introductionde macarons permettant lestationnement prolongé des habitantssur les places publiques réglementées.Pôles d'activités et de services> Augmentation de l'offre au travers de lamise en œuvre du plan directeur dequartier Versoix Centre-Ville et del'aménagement de la route de Suisse.Stationnement devant la GareCollège du LémanA court terme les mesures suivantes sontenvisagées :> Aménagement d'un parking provisoired'environ 30 places sur un terraincommunal à la route de Sauverny.Plan directeur communal de Versoix – 2006 105


A plus long terme, d'autres pistes doiventêtre explorées :> Une part importante des élèves (615,soit plus d'un tiers) et du personnel(95, soit environ 40%) habitent dansun rayon de 3 km autour du Collège(communes de Versoix, Genthod, Miesou Chavannes-des-Bois). Le potentieldu vélo pour l'accès au site mériteraitd’être mieux exploité.Par exemple : parc à vélos abrité etsécurisé sur le site, mise à dispositionde vélos pour le personnel, ramassagescolaire à pied (Cf. concept Pedibus àGenève, Lausanne, ...) ou à vélo (Cf.concept Vélobus en Wallonie, àToulouse, à Caen).> Optimisation du fonctionnement dusite du Collège (en particulier :accessibilité du parking du Collègeréservé aux parents d'élèves).> Contrôle du stationnement au chemindu Lac (arrêt seul autorisé),éventuellement inversion du sensunique temporaire du chemin du Lac(accès via l'avenue Louis-Yung pourlimiter le reflux sur la route deSauverny).> Mise en zone bleue des chemins duLac et Louis-Yung.> Optimisation du stationnement auxabords de l'école primaire en fonctiondes besoins de la dépose (p. ex. arrêtdes véhicules en épis plutôt quelongitudinal sur le chemin du Lac,arrêt seul autorisé aux heuresd'affluence sur l'avenue Yung).A terme, un déplacement de l'écoleprimaire au Nord du chemin deMontfleury est en discussion ("ConchaBlanca" dans le secteur "Chez Pélissier").Auquel cas, pour ne pas déplacer lesproblèmes au chemin de Montfleury, ils'agira d'aménager un vaste espace dedépose adapté à l'ensemble des besoins(primaire, secondaire, petite enfance) etde mieux couvrir les besoins destationnement du personnel sur le site.MESURES ET COMMENTAIRESP+R de la gare de VersoixIl est opportun de maintenir le parking ducôté Lac des voies ferrées : c’est de ce côtéque se situe le quai des trains régionaux etla majorité des activités commerciales et deservices susceptibles d'intéresser l'usager duparking.Le parking pourrait se situer sur les terrainsCFF, mais sa capacité serait alors limitée àun maximum de 32 places. De plus, ce P+Roccuperait un espace qui pourrait êtremieux valorisé en termes d'aménagementurbain.La possibilité de combiner le P+R (ou unepartie de celui-ci) avec le parking destinéaux futurs commerces devrait être favorisée(dimensionnement du parking commercialpour les besoins du samedi, et mise àdisposition en semaine d'un nombre deplaces à définir pour les besoins du parkingd'échange). Cette utilisation mixte desplaces permettrait des économiesintéressantes.Selon la réglementation P+R appliquée àGenève, seuls ont accès à un P+R lespersonnes résidant et travaillant à plus de1,5 km du parking. L'objectif est d'éviterque l'offre P+R ne soit détournée comme"parking privé ou d'entreprise à bonmarché". Or, en appliquant ce régime aucas de Versoix, le parking proposé ne seraitpas accessible aux versoisiens (à l'exceptiondes habitants des hameaux de Richelien,La Bâtie, Sauverny), alors qu'ils enconstituent la principale clientèlepotentielle. Une solution particulièreappropriée sera donc à développer.Par ailleurs, des places de dépose doiventêtre réalisées tant à la gare de Versoix qu'àla halte de Pont-Céard.En parallèle à la réalisation d'un P+R, lestationnement sur domaine public sur toutle périmètre de la gare devra être réglementéet surveillé.Ainsi, cette problématique dustationnement du collège devra égalementêtre abordée dans le cadre dudéclassement des terrains "Chez Pélissier"(fiche de mesure n° 3).106


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTS9.4 Tr ansp orts coll ectifsSITUATION / DIAGNOSTICOffre TCVersoix est aujourd'hui desservi par :> Des trains régionaux (Nyon - Genève),circulant à une cadence de l'ordre dela demi-heure en périodes de pointe,de l'heure le reste du temps.> 7-8 paires de trains "accélérés".> La ligne V des TPG, circulant à unecadence de l'ordre de la demi-heureen périodes de pointe, de l'heure lereste du temps.> Une navette interne Centre sportif -Entrée-Versoix, circulant en périodesde pointe uniquement, à une cadencede l'ordre de la demi-heure, enalternance avec la ligne V.En moyenne journalière 1 (lu-di), 850voyageurs/jour utilisent le train à VersoixGare et 1'960 à Pont-Céard. Ces chiffressont en augmentation régulière. Sur laligne V des TPG, on compte 1'000voyageurs/jour en moyenne à l'entrée deVersoix.Le temps de parcours Versoix-Gare -Genève-Cornavin est de 30-35 minutesavec la ligne V, 14 minutes avec les trainsrégionaux, 7 minutes avec les trains"accélérés" (sans arrêt intermédiaire).En comparaison avec les autres communesurbaines genevoises périphériques, Versoixdispose d'une desserte très performante(chemin de fer) mais de fréquence trèsmodeste (Meyrin et Bernex, par exemple,sont desservis par les TPG à une cadencede 3 à 4 minutes aux heures de pointe !).En matière d'offre TC, le principal enjeu,pour Versoix, est donc clairementl'amélioration des cadences de desserte.Cette augmentation des cadences devraitse faire en priorité sur l'offre TC la plusperformante, autrement dit le chemin defer. Dans ce but, il est essentiel devaloriser les deux haltes de Versoix et dePont-Céard, qui sont complémentaires etassurent ensemble une desserte optimale dela commune.Couverture territorialeL'essentiel du territoire communal urbaniséest bien desservi, tant par le chemin de ferque par le bus. Seuls les hauts de St-Loup,Sauverny et Richelien ne disposentaujourd'hui d'aucune desserte TC à moinsde 300-500 m.L'itinéraire des lignes de bus est largementconditionné par les caractéristiques etcontraintes du réseau routier. Cet itinérairepermet néanmoins une bonne localisationdes points d'arrêts.Avec le prolongement du chemin de la Scie,les arrêts TPG Entrée-Versoix et Versoix-Bourg devraient disparaître au profit d'unnouvel arrêt dans le quartier du chemin dela Scie.La couverture territoriale dans le secteurCollège du Léman – Ecogia est en coursd'amélioration.AccessibilitéAvec Rail 2000 1 ère étape, seuls les quaiscôté Lac des voies ferrées seront utilisés parles trains régionaux. Ceci a desrépercussions sur la localisation deséquipements des haltes (parking, dépose,services).EvolutionAvec la mise en service de la 3 ème voie CFF,il n'y a pas de modification prévueconcernant la ligne V. Toutefois à court /moyen terme, une restructuration de la ligneassurant un rabattement performant sur lagare est envisagé. Cette restructuration devrase faire en étroite concertation avec lacommune.1 Données fournies par les CFF pourl'année 2003Plan directeur communal de Versoix – 2006 107


0 300 400 500Echelle 1/15'000Novembre 2005Ligne TPG V (cadence 30'/60'/60')Navette interne (cadence 30'/60'/-)(rayon 300 m)0250 - TrPubl_Situ15'000- MW - 25.11.05 - jca


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTSOBJECTIFSAugmenter la fréquence de desserte TC(en particulier ferroviaire) vers Genève.Améliorer la couverture territoriale del'offre bus.Améliorer l'accessibilité et l'équipementdes deux haltes ferroviaires,principalement à pied et en vélo,accessoirement en voiture et en deux-rouesmotorisés.Prolonger la navette interne vers Mies etGenthod.Une augmentation significative de lacadence ferroviaire régionale (cadence auquart d'heure par exemple) ne peut êtreenvisagée avant fin 2007, compte tenu dudélai nécessaire à la réalisation de points decroisements supplémentaires. Il est proposé,dans le cadre du Plan directeur TPG 2003-2006, de tout mettre en œuvre dans cesens.Couverture territorialeLa nouvelle ligne U et une adaptationponctuelle de la localisation des arrêts TPGpermettront d'améliorer sensiblement lacouverture du territoire.PRINCIPESOffre TCDes améliorations sensibles peuvent êtreescomptées dans le cadre du plandirecteur genevois des transports publics àl'horizon 2003-2006, du moins au vu despropositions formulées par lesmandataires 1 .> Mise en œuvre de Rail 2000 1 ère étape,prévue pour fin 2004. Ceci permettraune amélioration principalementqualitative de la desserte ferroviairerégionale : l'horaire offrira uncadencement plus régulier, la stabilitéd'horaire devrait s'améliorer (moins desensibilité aux perturbations et retardsdu réseau CFF), la capacité disponibledans les convois sera augmentée.> Amélioration des cadences de la ligneV (en principe également à fin 2004) :la ligne circulera avec une cadence àla demi-heure de 6h à 20h (non-stop)en semaine, de même que le samediaprès-midi.> Nouvelle ligne U (en principeégalement à fin 2004) : cette lignesuivra l'itinéraire Collex-Bossy -Richelien - St-Loup - Lachenal - Pont-Céard - Montfleury - Centre sportif; ellecirculera à la demi-heure en périodesde pointe uniquement; son horairesera cadencé avec celui de la ligne V,les deux lignes assurant ensemble àl'intérieur de la commune, unedesserte de pointe au quart d'heure.1 Plan directeur des transports publics2003-2006 - Rapport technique n° 3 -Image directrice 2006, RR&A,14.01.02.AccessibilitéLes améliorations souhaitables del'aménagement et de l'équipement deshaltes ferroviaires ont été définies dans lecadre d'une étude menée en collaborationentre les CFF, le Canton et les communes 2 .> Aménagement de couverts à vélo degrande capacité :- à Versoix-gare : côté Jura et côté Lac,à proximité immédiate du passageinférieur,- à la halte de Pont-Céard : côté Lac,aux deux extrémités du quai régional.> Augmentation de la capacité du P+R deVersoix-gare.> Aménagement d'un espace de dépose,côté Lac de la gare de Versoix.> Aménagement d’un espace de dépose àproximité de la halte de Pont-Céard.> Aménagement de la place de gare.> Amélioration du confort, de l'esthétiqueet du niveau d'équipement de la haltede Pont-Céard.MESURES ET COMMENTAIRESOffre TCConcernant l'augmentation souhaitable descadences du chemin de fer (réalisation depoints de croisements supplémentaires),l'appui des communes concernées estessentiel pour y parvenir. Pour uneexploitation de la ligne régionale à unecadence de l'ordre du quart d'heure, il faut2 Rail 2000 1 ère étape - Affinement duconcept de transport régional entre Coppetet Genève, CFF/OTC, RR&A, mai 1996Plan directeur communal de Versoix – 2006 109


envisager un point de croisementsupplémentaire dans le secteur Mies et unautre dans le secteur Sécheron -Chambésy.AccessibilitéLes aménagements et équipementsproposés sont de la compétence de lacommune. Il est souhaitable quel'essentiel de ces interventions puissentêtre achevées à l'horizon de Rail 2000 1 èreétape (fin 2004), de sorte à ce quel'amélioration de la desserte ferroviaires'accompagne d'une améliorationsimultanée de la qualité et du confort deshaltes.Interface TPG / CFF à Pont-Céard110


0 m 100 00 400 500Echelle 1/15'000Novembre 2005RnagemenLign-- éraire via le chemin de la ScieLigne TPG U (nouvelle)- cadence 30'/-/--Arrêts TPG conservés et zone d'inArr0250 - TrPubl_Interv15'000- MW - 25.11.05 - jca


9.5 Rés e au cy cl abl ePROBLEMATIQUE GENERALEDans l'agglomération genevoise, enmoyenne 30 % des déplacements fontmoins de 3 km. Or, sur ces courtesdistances, le vélo est plus rapide quen'importe quel autre mode dedéplacement. A Versoix cette proportionrisque d'être moins élevée du fait de lasituation périphérique de la commune parrapport à l'agglomération genevoise.Relevons toutefois que selon le RFP 1 de2000, 44 % des emplois de Versoix sontoccupés par des actifs de la commune.Les aménagements qu'il faut prévoir neconcernent pas seulement les itinérairessécurisés (pistes et bandes cyclables),mais également les emplacements pour lestationnement.Référence au plan directeur cantonalObjectif 4.22 : Développer les réseauxcyclables et piétonniers et assurer leurcontinuité selon la LCPR.SITUATION / DIAGNOSTICDepuis de nombreuses années, lacommune met progressivement en placeun itinéraire principal, parallèle aux voiesferrées, côté Lac, et desservant lesprincipaux équipements scolaires. Seulsquelques tronçons au sud sont manquantspour assurer la continuité de cet itinéraireà travers toute la commune.Du côté Jura des voies ferrées, la route deSauverny et un tronçon de la route deSaint-Loup sont aménagés avec descheminements mixtes piétons-vélos.Le chemin du canal est également mixtepiétons-vélos entre St-Loup et Montfleury.L'offre d'emplacements de stationnementest relativement faible et devrait êtrerenforcée.OBJECTIFFavoriser l'usage du vélo pour lesdéplacements internes à Versoix.PRINCIPESRoute de SuisseLe projet de réaménagement de la route deSuisse ne prévoit pas d'aménagement cyclablespécifique, car les gabarits disponibles nepermettent pas d'avoir une continuité duparcours. Pour les cyclistes qui continuent àemprunter la route de Suisse, plusieursmesures ont quand même été intégrées àl'avant- projet :> A l'approche des carrefours régulés, dansla mesure du possible, les voies sontélargies afin de faciliter la possibilité deremonter la file des voitures à l'arrêt.> Dans le tronçon de Versoix-la-Ville, unebande centrale polyvalente a été prévue.Celle-ci permet le dépassement d'uncycliste de manière aisée.> Cette bande centrale polyvalente pourrait,le cas échéant, recevoir les grillesd'écoulement d'eau, ce qui rendrait leparcours des cyclistes en bord dechaussée beaucoup plus confortable.> A Versoix-le-Bourg, l'aménagement devraitavoir pour effet une modération desvitesses, ce qui améliorera les conditionsde circulation pour les cyclistes.> Des emplacements de stationnement pourles vélos sont prévus à proximité descommerces.Itinéraires cyclablesDes itinéraires cyclables offrant desconditions de confort et de sécurité aussihomogènes que possible et reliant lesquartiers d'habitation aux principauxgénérateurs (écoles, gare et halte CFF,équipements sportifs et culturels, centred'achats et de service) doivent être aménagés.Compte tenu du gabarit des chaussées, desbandes cyclables sont prévues surtout dans lesens de la montée.1 Recensement fédéral de la population112


PLAN DIRECTEUR DES DEPLACEMENTSTrottoir mixte rte de St-LoupMESURES ET COMMENTAIRESLes mesures figurent dans le programme demise en œuvre.Passage sous-voies, rte de St-LoupCarrefoursLes traversées et l’insertion des cyclistesdans le trafic aux carrefours doivent fairel'objet d'une attention particulière.StationnementDes emplacements de stationnementadaptés aux besoins des cyclistes doiventêtre aménagés à proximité des grandsgénérateurs et aux interfaces avec les arrêtsde transports publics. Les parkingsdoivent permettre de cadenasser le vélo àun élément fixe et de le mettre à l'abri desintempéries.Des exigences relatives aux garages à vélosdoivent être introduites dans lesrèglements de construction et detransformation des bâtiments résidentielset d'activités. L'objectif est que chaqueimmeuble dispose d'un garage à vélosspacieux, sécurisé et protégé desintempéries, localisé au rez-de-chaussée àproximité de l'entrée du bâtiment, et reliésans déclivités ou détours inutiles auxvoies de circulation.Plan directeur communal de Versoix – 2006 113


0 m 100 200 300 400 500Echelle 1/15'000Novembre 2005PPPPPPPPPPPP0250 - Cycl_Struct15'000- MW - 25.11.05 - jca


0 m 100 200 300 400 500Echelle 1/15'0Novembre 20existant t / à créerAménagement cyclable:- Piste cyclableerPPPPPPPPP0250 - Cycl_Interv15'000- MW - 25.11.05 - jca


116


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONS10. PL AN DIR ECTEUR DE SCHEMINS POUR PI ETONS10.1 Int r odu cti onL es exige n ces léga les…L'élaboration du plan directeur deschemins pour piétons découle de l'article 5de la loi sur l'application de la loi fédéralesur les chemins pour piétons et les cheminsde randonnée pédestre, L 1 60 (ci-après, loid'application) qui précise :"Les projets de plans directeurs fixant leréseau des chemins pour piétons sontdressés par la commune concernée sur labase de directives élaborées par ledépartement."Le contenu d'un plan directeur deschemins pour piétons est fixé dans l'article4 :"Les chemins pour piétons sont fixés par desplans directeurs, qui en établissent leréseau pour les agglomérations.Les plans directeurs fixant le réseau deschemins pour piétons indiquent leschemins existants et le tracé de ceux dont lacréation paraît souhaitable, ainsi que lestraversées à réaménager.Ils comportent des propositions de mesuresde circulation favorisant la liberté dedéplacement des piétons."…et le ur trad u ct io n d a ns le p la nd irecteur.Tel que défini dans la loi, le contenu duplan directeur des chemins pour piétonssoulève un certain nombre de questions :> Question d'échelle : il n'est guèreenvisageable de déterminer de manièreprécise l'ensemble des liaisonsmanquantes et surtout des traverséespiétonnes à réaménager sur l'ensembledu territoire communal.> Question de niveau de planification : leplan directeur doit-il définir des mesuresprécises ou des objectifs et desprincipes ?> Question plus fondamentale de ce qu'estun réseau de chemins pour piétonssachant que la liberté qu'offre la marcheà pied fait que tous les espaces,planifiés ou non, sont utilisés par lespiétons. De fait le plan directeur deschemins pour piétons traite de toute laville.Le plan directeur des chemins pour piétonsde Versoix répond à ces questions enmettant en avant les exigences spécifiquesaux piétons dans les différents domainesqui concernent le territoire urbanisé :circulations, urbanisme, aménagement desespaces publics et paysage.C'est pourquoi, le plan directeur définit desobjectifs et des options en faveur despiétons. De ces options découlent desprincipes d'aménagement qui concernentces différents domaines.La mise en œuvre des principesd'aménagement se fait au travers d'étudessectorielles qui permettent de préciser lesmesures d'aménagement. Ainsi, le rôle duplan directeur est avant tout d'identifier lesproblèmes et les déficits de liaisons. Lessolutions et les détails étant abordés auniveau des projets particuliers.Dans cet esprit, le plan directeur doit êtreconsidéré comme un document évolutif. Lesmesures qui sont décrites ne sont niexhaustives, ni définitives. A l'occasiond'études sectorielles, de nouveaux besoinspeuvent surgir ou être précisés et le réseaupourra ainsi être complété et enrichi denouvelles liaisons.C'est le propre même de la ville que d'êtreun système en constante évolutionnécessitant une adaptation continue desmesures.Re latio ns avec d'a utres doc ume ntsd e p la n if icatio nPlanification de niveau cantonalLe principal document avec lequel le plandirecteur des chemins pour piétons interfèreest le réseau de chemins de randonnéepédestre défini dans la loi d'application etla hiérarchie du réseau routier défini dansC 2000 et dans le projet de plan directeurroutier.Les données du plan directeur des cheminsde randonnée pédestre sont reportées dansle plan directeur.Plan directeur communal de Versoix – 2006 117


La hiérarchie du réseau routier est conformeaux documents de planification de l'Etat.Planification de niveau communalLe plan directeur des chemins pour piétonsconstitue une pièce parmi un ensemble dedocuments qui s'articulent entre eux etassurent ainsi une continuité de laplanification à la réalisation et unecohérence entre aménagement du territoireet politique des déplacements.Par ailleurs, le plan directeur des cheminspour piétons reprend et complète deséléments de planification déjà définis dansd'autres études, notamment :> le plan directeur communal et le plandirecteur des déplacements,> le projet d'image directrice (ACAU,1995),> l'étude d'aménagement de la route deSuisse,> l'étude du prolongement du chemin dela Scie et de l'aménagement du quartierde la Scie,> le plan directeur de quartier "Versoix-Centre",> les PLQ,> le plan de site d’Ecogia,> le plan de protection du vallon de laVersoix.10.2 Enj eux génér aux et loc auxL es e n je ux gé néra uxLa planification d'un réseau piétonnierrelève du paradoxe, de l'évidence et de lanécessité :> du paradoxe parce que le piéton estmultiple, ses motivations diverses et qu'ilutilise tous les espaces à dispositionpour se déplacer selon ses besoins :raccourcis périlleux ou détoursbucoliques. La liberté qu'offre la marcheà pied est précisément celle du choix duparcours, improvisé, détourné ouréfléchi ;> de l'évidence parce que sur le terrain onne peut que constater la multiplicationdes barrières de toutes natures : clôtures,routes à grand trafic, dénivellations,jardins privés, etc., sont autantd'éléments qui tendent à rendre leterritoire de plus en plus imperméable ;> de la nécessité car, d'une part, lespiétons sont particulièrementvulnérables dans le trafic et, d'autre part,la marche à pied est un mode dedéplacement favorable au maintien de laforme physique des individus ettotalement respectueux del'environnement.Ce triple constat détermine les principalesoptions du plan directeur, soit la mise enplace d'un réseau piétonnier qui réponde àquatre critères :La sécuritéParce qu'ils sont l'espace privilégié desenfants et des personnes âgées notamment,les cheminements piétonniers doiventrépondre à un haut degré de sécurité quece soit au niveau des aménagements euxmêmes(par exemple, visibilité aux traverséespiétonnes) ou au niveau de l'usage del'espace public en général (empêcher lestationnement sauvage sur les trottoirs,118


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSabaisser les vitesses à certains carrefours ousur des tronçons, etc.).L'amélioration de la sécurité est une tâchecontinue à mener sur l'ensemble du réseau,quel que soit le niveau hiérarchique de lavoie.La continuitéLa notion de réseau implique celle decontinuité, qui consiste à interconnecterdifférents cheminements pour former unmaillage irriguant le territoire. Le réseaucomprend donc les sentiers, les trottoirs, lesplaces (de jeux, de parking), les jardins, lescours d'école, les passages piétons, etc. quiconstituent chacun le maillon d'unparcours (utilitaire, quotidien, dedélassement, etc.).La continuité des parcours est à rechercherprincipalement au travers des opérationsd'urbanisation qui permettront de créer denouveaux cheminements.La notion de confort se décline en effet autravers de multiples éléments qui peuventapparaître comme de petits détails, maisqui se révèlent déterminants dans lapratique et l'usage des cheminements :abaissements de trottoirs devant lespassages piétons, mains courantes le longdes rampes ou d'escaliers, éclairagesuffisant, revêtement qui ne devient pasimpraticable à la première pluie, trottoirs"désencombrés" de tout ce qui fait obstacle,bancs pour se reposer, etc. Toutes cesmesures permettent de rendre plus agréablela pratique de la marche.Tous les piétons sont concernés parl'amélioration du confort descheminements. Toutefois, les personnesâgées et à mobilité réduite ainsi que lesenfants sont particulièrement sensibles àces aspects qui peuvent constituer plusfacilement une entrave au déplacement.C'est pourquoi les principes développéstiennent tout particulièrement compte desbesoins de ces catégories de personnes.A ces trois critères "fonctionnels", on peutajouter un quatrième qui estl'embellissement. Le réseau des cheminspour piétons est l'espace de la ville. Il doitdonc aussi répondre à des exigences dequalité et d'esthétique qui sont le moteurmême du plaisir de cheminer à travers laville.Le confortCes critères constituent le fil rouge qui aguidé la conception du document etapparaissent en filigrane dans les principesdéfinis.Outre la sécurité, le confort descheminements piétonniers constitueégalement un facteur important pourfavoriser la marche à pied. Or, le conforttient souvent à des détails qui généralementéchappent aux circuits traditionnels dedécision.Plan directeur communal de Versoix – 2006 119


L es e n je ux loca uxVersoix à la particularité d’avoir un territoireurbain situé le long du lac, clairementcirconscrit par un territoire "rural" et naturel.Au-delà de l’autoroute, le territoirecommunal est largement occupé par desbois et forêts offrant de nombreusespossibilités de promenade.difficile et dangereux la traversée de cet axequi par ailleurs coupe l'accès au lac.L'accès aux haltes CFFLes chemins pour piétons se concentrentdans la partie la plus habitée de lacommune. C’est pourquoi le contenu duplan directeur est principalementdéveloppé en relation avec le territoireurbanisé.A l'intérieur de ce territoire, les enjeuxmajeurs en vue d'une amélioration duréseau des cheminements piétonniers sont :Le franchissement des voies CFFCe sont des points de convergence et dedispersion d'importants flux piétonniers et àce titre, tant le réseau d'accès quel'aménagement des stations doit répondre àun haut niveau de performance.Les établissements scolairesAu Nord de la commune, les points depassage sont relativement bien situés, tousles 300 mètres en moyenne. Par contre, auSud, entre le passage sous-voies de la Gareet le route de Sauverny, il y a plus de 600mètres de distance, ce qui constitue unecoupure territoriale très forte.La route de SuisseLa sécurité sur le réseau d'accès doit êtreoptimale. De plus, des itinéraires en dehorsdu trafic principal sont à rechercher pourdesservir ces équipements.Les espaces publicsLe gabarit de la chaussée, la vitesse desvéhicules et le volume du trafic rendentLes places, placettes et parcs publicsconstituent des lieux privilégiés pour les120


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSpiétons et contribuent à rendre la marcheplus attractive.Le réseau de promenades10.3 Objectifs et prin cip esLe plan directeur est découpé en 5 voletsafin de faciliter sa présentation et lisibilité.Ces volets correspondent aux principauxenjeux liés à la planification du réseaupiétonnier :10.3.1 La sécurité10.3.2 Les continuités10.3.3 Le confort10.3.4 Les promenades10.3.5 Les espaces publicsLe réseau de promenades vise à mettre enrelation les habitations avec les espacesnaturels proches. Il offre des parcours auxcaractéristiques paysagères et naturelles degrande qualité.L'accès aux bâtiments publicsL'accès aux bâtiments publics pour lespersonnes à mobilité réduite ne relève pasdirectement du plan directeur des cheminspour piétons tel que défini dans la loi, maisconstitue néanmoins une importantemesure visant à prendre en compte lesbesoins de l'ensemble de la population entermes de facilités de déplacement etd'accès aux services.1 0 . 3 . 1 Séc ur itéSITUATION / DIAGNOSTICLa sécurité doit être assurée partout. Maiselle est particulièrement importante àproximité des écoles et des homes pourpersonnes âgées (populations fortementexposées aux risques) et sur les axesprincipaux (milieux souvent hostiles auxpiétons et pourtant fortement fréquentéspour rejoindre les arrêts de transportspublics, par exemple).Les besoins spécifiques des personnesâgées doivent être pris en compte. En 2002,la population âgée de 65 ans et plusreprésentait 11,2 % de la populationcommunale. En 2025, cette proportionpourrait atteindre 17 à 18 %.L'amélioration de la sécurité nécessite desinterventions qui concernentprincipalement :La visibilité (de jour comme de nuit)Visibilité avec ou sans avancée de trottoirPlan directeur communal de Versoix – 2006 121


La vitesse des véhiculesRelation entre la vitesse et l'angle de vueA 50 km/h, le conducteur est obligé de seconcentrer sur ce qui se passe loin devant lui: son champ de vision est étroit. S’il roulait à30km/h, il ouvrirait son champ de vision et ilapercevrait le piéton. Les distances defreinage diminuent de façon exponentielleavec la vitesse. A 50 km/h, l’automobilisteayant vu le piéton s’engager à une distance de15 m n’aurait même pas commencé à freineravant le choc. A 30 km/h, il aurait eu letemps de s’arrêter.Le niveau d'équipement des cheminements(largeur de trottoirs, refuges, feux, etc.).Les refuges constituent un équipement depremière importance pour assurer la sécuritédes piétons dans la traversée des chaussées.Statistique des accidentsUne analyse des statistiques d’accidents aété effectuée 1 . Celle-ci relève que lesaccidents ont principalement lieu sur laroute de Suisse, dans les grands carrefourset sur le tronçon compris entre la rue del’Industrie et la rte de Sauverny. Selon lerapport de police pour la période 1995-2000, certains tronçons cumulent desaccidents avec des piétons et cyclistes(carrefour rte des Fayards / rte de Malagny,ch. de Pont-Céard à la hauteur de la citéChoiseul, rte de Sauverny, rue des Moulins -rue de l’Industrie) et d’autres sontfavorables aux vitesses élevées (le ch. duGrand-Monfleury, la rte de Sauverny, le hautde la rte de St-Loup, la rue de l’Industrie,la rue des Moulins et la rte des Fayards).OBJECTIFSAméliorer la sécurité des piétons sur tous lesaxes routiers.Sécuriser tout particulièrement les traverséesdes routes principales.Modérer la vitesse des véhicules, enparticulier par la création de zones 30 dansles secteurs qui s'y prêtent.Renforcer la sécurité des enfants sur lechemin de l’école.Part des accidents mortels : sur les passagessans refuge, il y a presque autant de piétonstués que sans passage. Le passage avecrefuge est aussi sûr (en nombre de tués) que lepassage avec feux.Exemple de "pédibus"D'autres mesures, liées notamment auconfort (abaissement du trottoir, qualité durevêtement, etc.) contribuent également àl'amélioration de la sécurité, notammentpour les personnes à mobilité réduite.Toutefois, le présent volet traite plusparticulièrement de la sécurité liée au traficautomobile, car il s'agit de la principalecause d'accidents impliquant les piétons etde plus, ce sont des accidents graves.1 Analyse des statistiques d'accidents,RR&A, 28.11.02122


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSPRINCIPES> Traversées piétonnes du réseau régionalprincipal (route des Fayards, route del’Etraz) : avec refuges.> Traversées piétonnes du réseau internede base : selon les cas, refuge, avancéesde trottoir (notamment lorsqu'il y a dustationnement le long de la rue), trottoircontinu, surélévation, etc. A l'intérieurdes zones 30, les traversées piétonnes nesont en principe pas marquées. Dans cescas, des dispositifs particuliers doiventéventuellement être mis en place pourgarantir la sécurité des piétons auxendroits critiques.> Traversées piétonnes : elles doivent êtreéclairées selon les directives del'Association suisse pour l'éclairage(SLG). Dans les secteurs centraux, ellesne devraient pas être éloignées de plusde 50-60 mètres.> Modération des vitesses : mise en placedes dispositifs permettant de diminuer lavitesse en fonction des situationsparticulières (zone 30 et de rencontre,mesures d’aménagement). Les portesd'entrée dans les zones 30 doiventnotamment être aménagées de manière àimposer une réduction des vitesses.> Refuges : largeur minimum de 2 mètresafin de permettre à une personne avecune poussette ou une chaise roulanted'être à l'abri.> Trottoirs : le réseau régional principal etinterne de base devrait être équipé detrottoirs des deux côtés en milieudensément urbanisé. Quant au réseaude quartier, selon l'aménagement, onpeut envisager 1, 2 ou pas de trottoir(mixité complète, par exemple dans lecas de rues résidentielles ou zones derencontre).> Eclairage : l’ensemble du réseau descheminements pour piétons doit êtreéclairé, en particulier les tronçons situésen marge du réseau des circulationsautomobiles.> Mise en place de "Pédibus" (ramassagescolaire à pied) entre le domicile etl’école.1 0 . 3 . 2 L es co ntin u itésSITUATION / DIAGNOSTICLe réseau piétonnier doit garantir unebonne accessibilité à l’ensemble duterritoire, notamment aux équipementspublics. Un maillage fin et continu permetde rendre la marche à pied plus attractive.La continuité du réseau piétonnier est liéeà la densité de l’urbanisation. En effet, lesbesoins et le nombre de déplacements sontplus importants lorsque la population estdense et le taux d’équipement élevé. C’estpourquoi les améliorations possibles de lacontinuité du réseau se concentrentprincipalement dans le périmètre comprisentre la route de l’Etraz et le lac.Ces améliorations se concrétisent par descompléments à certains tronçons et lacréation de nouvelles liaisons. La réalisationde ces cheminements se fera notamment autravers des PLQ planifiés ou à planifier. Unecoordination étroite entre Canton etCommune est indispensable, nonseulement lors de la planification, maiségalement lors de la réalisation.Le bord du lac n’est accessible que par lequai de Versoix, Port Choiseul et le parc dela Bécassine. La frange urbanisée entre laroute de Suisse et le bord du lac constitueun obstacle difficilement franchissable. Leplan directeur communal inscrit dans lesparcours majeurs la réalisation d'uncheminement entre le quai et la plage sousla forme d'un encorbellement afin de limiterles emprises sur les parcelles privées.MESURESLes mesures particulières sont décrites dansle programme de mise en œuvre.Plan directeur communal de Versoix – 2006 123


OBJECTIFSAssurer la continuité du réseau et unebonne irrigation de tout le territoire.Densifier le réseau des chemins ouverts aupublic pour éviter les détours.Offrir plus d’accès au lac et un lien entre lelac et les bois de Versoix.PRINCIPES> Aménagement de nouveaux cheminspour piétons.> Négociation de servitudes de passagepour la réalisation de tronçons surterrains privés.> Inscription de servitudes de passagedans le cadre d’opérationsd’urbanisation (PLQ ou densificationsectorielle). Dans les zones dedéveloppement, la loi (L 1 60) indiqueque la réalisation et l'entretien deschemins incombent aux propriétaires.> Etablissement, si nécessaire, de planslocalisés de chemin pédestre (voirchapitre 4.1).> Aménagement de nouveaux accèspublics au lac.Exemple de continuité des cheminementsentre différents PLQMESURESLes mesures particulières sont décrites dansle programme de mise en œuvre.124


0 m 100 200 300 400Echelle 1/12'500Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSContinuitésexistantRéseau piétonnierChemin pour piétons (trottoir, site propre)Route avec peu de traficLimite communaleà créer / à améliorer ContinuitésTrottoir, cheminementVariante de tracéAccès au lac à développer0250 - PDP- continuités - MW - 17.11.05 - jca


1 0 . 3 . 3 L e co nfortSITUATION / DIAGNOSTICLe confort est une notion à la fois objectiveet subjective : objective par rapport auxattentes de certains usagers quant àl’aisance de leurs déplacements etsubjective par rapport à la qualité spatiale,environnementale et paysagère desitinéraires.La prise en compte des usagers à mobilitéréduite est un critère déterminant dans lanotion de confort. Pour ceux-ci, le confort setraduit par des chemins dégagés de toutobstacle pouvant provoquer une gêne sur leparcours.Il s’agit des barrières architecturalesobstruant le passage ou le réduisant àmoins de 1.20 m (largeur minimum pour lecroisement entre piéton et fauteuil roulant),du mobilier urbain placé au milieu dutrottoir, des parcours chaotiques imposantdes détours, du revêtement de sol malentretenu, etc.La qualité des itinéraires est aussi un critèreimportant, lié au plaisir d’emprunter tel outel parcours. Ainsi, les aspects paysagersd’un itinéraire sont à prendre en comptepour agrémenter les cheminements piétons.Il s’agit ainsi de prendre en compte : laqualité environnementale (nuisancessonores et olfactives), la présence ou nond’éléments naturels, les dégagementsvisuels, la richesse spatiale des séquencessuccessives, etc.Dès lors, le confort des parcours piétonniersest à envisager au travers de mesuresd’améliorations ponctuelles ainsi qu’autravers de l’embellissement général desitinéraires pratiqués par les piétons. Lesvolets concernant la sécurité et la continuitécomplètent bien-entendu ces aspects deconfort.La voie de chemin de fer constitue unebarrière franchissable en certains lieux quisont des passages obligés (passerelle oudénivelé). Ceux-ci ainsi que le réseaud’accès doivent répondre à un haut niveaude confort et de sécurité.L’éclairage des passages sous-voies est à cetitre particulièrement important.OBJECTIFSAméliorer le confort du réseau piétonnierpour l’ensemble des usagers.Rendre les itinéraires piétons attractifs afinde favoriser la marche à pied.PRINCIPES> Dimensions : la largeur du trottoir doitêtre suffisante (2 m minimum) pourpermettre la cohabitation entre tous lesusagers (croisement de deux fauteuilsroulants, parcage d’une bicyclette sur letrottoir, etc.).> Revêtements : prévoir des matériaux desurface non glissants ainsi qu’untraitement unifié par séquence demanière à obtenir une lecture claire del’espace.> Mobilier urbain : implanter les élémentsde mobilier urbain en dehors des fluxpiétonniers, notamment aux abords desprincipaux lieux de convergence (arrêtTPG, écoles, commerces, etc.).> Obstacles : supprimer les obstaclesarchitecturaux, notamment pour lesaccès aux bâtiments publics.> Eclairage : il doit être généralisé sur tousles parcours et adapté en fonction dechaque situation (bon éclairage dans lespassages sous-voies CFF et auxdébouchés de ceux-ci).> Entretien : assurer un suivi régulier del’entretien des trottoirs et autrescheminements pour une satisfactionoptimale des usagers.> Paysage : privilégier les parcours offrantdes perspectives visuelles variées ainsiqu’une qualité paysagère attractive.> Bancs publics : L'importance des lieuxpour s'asseoir est souvent négligée endehors des espaces qui ont clairementune fonction de place ou de jardin. Ilsjouent pourtant un rôle essentiel qui estde permettre un usage plus domestiquede l'espace public. Permettre au passantde s'arrêter, de se reposer c'est en fin decompte la manifestation d'une certaine"politesse des villes".> Abaissements : aux passages piétons etcarrefours, les trottoirs doivent êtreabaissés.126


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONS> Application des directives pour les voiespiétonnes adaptées aux handicapés 1 lorsde la réalisation ou l’amélioration descheminements piétonniers : revêtementsadaptés, pentes, guidage sonore ouoptique, lieux pour se reposer, etc.Extraits des Directives pour les voiespiétonnes adaptées aux handicapés1 0 . 3 . 4 L es promena d esSITUATION / DIAGNOSTICLe réseau de promenades et de délassementse développe en général en marge des voiesde circulation. Il est constitué de parcourstraversant majoritairement des milieux aucaractère naturel et paysager. Les itinérairesde promenade empruntent des chemins auxrevêtements variés, soit en bitume ou enbéton, soit en matière stabilisée ou en terre.Les chemins de promenade doivent offrir àla population des espaces de détente et detranquillité en relation avec la nature. Lacommune de Versoix est riche en espacesboisés à l’intérieur desquels le promeneurpeut se délasser selon divers itinérairespossibles. Le vallon de La Versoix complèteet enrichit ces possibilités de promenadepar des espaces variés en termes deparcours et de biotopes.Le territoire urbanisé de Versoix est situéentre le lac et les bois. Afin que lapopulation puisse pleinement profiter deces entités naturelles, des cheminementsagréablement aménagés doivent êtreréalisés. Les chemins de randonnéepédestre, dans la continuité des cheminssitués sur le Canton de Vaud, sontrépertoriés sur le plan directeur deschemins pour piétons.Un réseau de promenades doit être attractifet clairement balisé pour accueillir ungrand nombre d’utilisateurs tout enrespectant les milieux naturels traversés. Ilest d’autant plus attractif s’il permet derelier les parties urbanisées de la communeavec les espaces naturels des alentours ets’il offre des parcours en boucle. Leparcours aménagé le long du canal deVersoix constitue à ce titre un élémentmajeur du réseau de promenades.Sentier nature le long de la Versoix (extrait dela fiche-rivière n° 2, DIAE, juillet 2001)1 Directives pour les voies piétonnesadaptées aux handicapés. Centre suissepour la construction adaptée auxhandicapés.Plan directeur communal de Versoix – 2006 127


OBJECTIFSDévelopper le réseau de promenades àproximité directe de la partie urbanisée duterritoire communal.Garantir une bonne relation avec le lac etles bois de Versoix.PRINCIPES> Aménagement de parcours en boucle etde liaisons Nord – Sud et Lac – Bois deVersoix. Pour renforcer le réseau depromenades de Versoix, l’aménagementd’un cheminement le long de la limiteouest de la partie urbanisée est prévu.Ce cheminement permettrait de faire latransition entre la zone villas et leterritoire "rural" et créerait une boucleentre la Versoix, le Nant de Braille et lecanal.> Mise en valeur des caractéristiquespaysagères du site.> Aménagement des abords descheminements par la plantation d’unevégétation généreuse par endroits,ponctuelle à d’autres pour obtenir unevariété spatiale.> Liaison des itinéraires de promenadeavec le bord du lac.> Balisage des chemins à emprunter pourcanaliser les promeneurs et les mainteniren dehors des espaces naturels àpréserver.> Dans la mesure du possible, le réseau depromenades sera composé de cheminsen site propre, sentiers, etc. Des raccordsempruntant le réseau routier de quartiersont possibles pour autant que le trafic ysoit fortement modéré.Promenade du canal128


0 m 200 400 600 800Echelle 1/25'000Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSPromenadesexistant / à créer / à améliorerexistantChemin de randonnée péédéraleétons et les cheminsde randonnée pédestre du 4.12.1998 - L 160)Chemin de promenadeAccès au lac à développerBois et forêtEquipement public lié aux loisirsLieu d'accueil (parking, infomation, signalétique)Limite communale0250 - PDP- promenades - MW - 17.11.05 - jca


1 0 . 3 . 5 L es espaces p u b l icsSITUATION / DIAGNOSTICL’espace public comprend l’espace entrefaçades ainsi que les places, parcs etjardins. Pour le réseau piétonnier, lestrottoirs constituent la majeure partie del’espace parcouru. Cependant, toute unesérie de sous espaces le complètent etparticipent à la composition de l’espacepublic. Ce sont par exemple les squares, lesplaces aménagées par quelques bancs, leparvis des églises et les abords des entréesdes équipements publics ; à une autreéchelle, les arrêts de transports publics, lesmarquises abritant un trottoir, lesdécrochements dans l’alignement desfaçades, l’ombre d’un arbre, etc. Ces sousespacesdiversifient l’usage et la qualité deslieux.En milieu urbain, l’ensemble de cesespaces contribue à caractériser les lieux,leur ambiance et leur image. Encadrées parle tissu bâti, rues et places constituentl’interface entre les activités urbaines et lesusagers. Le caractère des espaces publicsest également donné par la morphologie desbâtiments qui constituent l’environnementurbain et par le type et le nombre desactivités qu’ils accueillent.L’attractivité des parcours piétonniers estdonc indissociable de la qualité desespaces publics. Les aménagementsextérieurs participent à favoriser etencourager les déplacements à pied, enparticulier en direction et à l’intérieur dessecteurs concentrant les activitéscommerciales et les équipements publics.En termes de politique communale,l'aménagement des espaces publicsconstitue des enjeux :> socioculturels : la ville n'est passeulement un lieu, c'est aussi unsystème de communication. Tissu urbainet tissu social sont étroitement liés,l'espace public étant un vecteur de viesociale. Son aménagement exprime desvaleurs, des symboles et des signes de laculture urbaine. Il favorise les rencontresspontanées et permet l'identification deshabitants à leur quartier,> économiques : la qualité d'un espacejoue un rôle de valorisation économique,> urbanistiques : l'espace public est unélément ordonnateur du tissu urbain. Iljoue un rôle structurant de l'espacecollectif et peut être utilisé comme unlevier pour l'aménagement urbain,> environnementaux : la convivialité entreles différents modes de déplacement, lamodération de la circulation, permettentd'améliorer la qualité de l'environnementurbain.Dans la partie urbaine de Versoix, lessecteurs relevés comme étant des espacesparticulièrement attractifs sont :> les rues et places du Bourg quiconstituent un espace au caractèreessentiellement minéral ,> les chemins et parcs de Versoix-la-Ville,espaces à caractère essentiellementvégétal.Un effort particulier dans le traitement desespaces publics est à envisager pouraffirmer leur mise en valeur à l’échelle de lacommune.Avec le développement du secteur de lagare et la mise en service de la 3 ème voieCFF , la Place de la Gare est appelée àdevenir un espace emblématique. Sonaménagement représente un enjeu majeurpour Versoix.Le parcours de la route de Suisse estponctué de placettes qui peuvent être misesen valeur avec des moyens simples, commela pose de bancs pour rendre l’espacepublic "domestique". Les lieux identifiésdans l’étude d’aménagement de la route deSuisse sont repris dans le présent plandirecteur.OBJECTIFSAménager avec soin les espaces publicspour favoriser et encourager lesdéplacements à pied.Mettre en valeur les espaces publicscentraux par un aménagement qui révèleleur caractère emblématique et leurfonction sociale de lieu de rencontre.130


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSPRINCIPESLes principes d'aménagement des espacespublics doivent découler de projetsspécifiques tenant compte de laparticularité des lieux. Quelquesillustrations sont présentées dans lesesquisses ci-après.Place Louis-Simond(avant-projet Urbaplan, 1999)Rte de Suisse / Rampe de la Gare(avant-projet Urbaplan, 1999)Esplanade du Lac(avant-projet Urbaplan, 1999)Place Bordier(avant-projet Urbaplan, 1999)Plan directeur communal de Versoix – 2006 131


10.4 Mis e en œuvr e et pri orités1 0 . 4 . 1 Instrume nts de mise e nœ uvreInstruments de droit publicLa loi cantonale contient diversesdispositions qu'il convient de relever. Sur labase d'un plan directeur des chemins pourpiétons approuvé, une commune peut :> Elaborer un plan localisé de cheminpédestre. Celui-ci permet unedéclaration d'utilité publique permettantd'ouvrir une procédure d'expropriationen vue de la réalisation d'uncheminement ou d'un tronçonmanquant.> Exiger qu'en zone de développement leschemins soient réalisés et entretenus parles privés.> Inclure dans son plan, des mesures liéesà la circulation (zones 30, modération dela circulation, etc.). Dès lors, l'OCMdevra tenir compte de ces mesures danstoute sa planification.En outre, lors de l’élaboration de nouveauxplans localisés de quartier (PLQ),l’application du plan directeur des cheminspour piétons devra être respectée demanière à prévoir les cheminements autravers des parcelles concernées (servitudesou cessions).Instruments de droit privéDes servitudes entre la commune et despropriétaires privés peuvent être établies entout temps pour autoriser le passage publicsur des chemins privés.1 0 . 4 . 2 L a coor d in at io ni ntercommu n a leLe plan directeur cantonal des chemins derandonnée pédestre assure la continuité descheminements de promenades sur lescommunes de Genthod et Collex-Bossy. Larelation en direction de la commune deGenthod peut se faire par la route deMalagny, qui n’est cependant pas encoreaménagée pour les piétons. Sur ce tronçon,un projet de réaménagement devra êtrecoordonné avec Genthod.Pour la commune de Mies, aucun cheminde randonnée pédestre n’a été recensé surle plan cantonal. Le plan directeurcommunal, quant à lui, identifie le réseaude desserte (trafic modéré) et certainstronçons en site propre en relation directeavec la commune de Versoix. La continuitéavec le cheminement des rives du lac (plandirecteur cantonal des rives vaudoises dulac Léman) est possible uniquement par laroute de Suisse. Celle-ci constitue la liaisonprincipale entre les communes de Mies etde Versoix.La liaison entre le Centre sportif de laBécassière et le polo de Mies est en coursde réalisation.Plus au Nord, du côté de la commune deChavannes-des-Bois, la continuité duréseau des chemins de randonnée pédestreest assurée et inscrite sur les planscantonaux.132


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONS1 0 . 4 . 3 Hiérarch ie d es mesures etpr ior itésLes mesures prévues dans le plan directeurdes chemins pour piétons sont de naturetrès diverses : elles vont par exemple del'abaissement de trottoir au réaménagementcomplet d’une rue.Leur mise en œuvre peut dans certains casêtre menée de manière autonome, alors quedans d'autres cas, c'est uniquement dans lecadre de projets plus importants que laréalisation pourra être finalisée.Il n'est dès lors pas aisé de hiérarchiser lesmesures. Il importe surtout de saisir chaqueopportunité pour appliquer les principespréconisés par le plan directeur deschemins pour piétons. Dans cette optique,chaque PLQ ou projet d'aménagement oude construction devra être examiné parrapport aux objectifs définis dans le présentplan directeur.S'il n'y a pas à proprement parler dehiérarchie des mesures (toutes les mesuressont importantes et nécessaires), il y a parcontre des priorités. Celles-ci correspondentpour la plupart aux principaux enjeuxidentifiés sur le territoire communal.> La réalisation du projet d’aménagementde la route de Suisse, en priorité lacréation des nouvelles traverséespiétonnes et la réfection des trottoirs.> L’amélioration des liaisons entre lesquartiers situés au Nord et au Sud de laVersoix (nouveau franchissement de laVersoix et aménagement du chemin duMolard).> La mise en place des mesures decirculation (principalement les zones 30et de rencontre) prévues par le plandirecteur des déplacements.1 0 . 4 . 4 Informatio n etsensi b i l isatio nL'amélioration du réseau piétonniernécessite différentes mesuresd'aménagement. Celles-ci ne sont toutefoispas toujours suffisantes, car lecomportement des automobilistes constitueun facteur essentiel pour la sécurité et leconfort des piétons. C'est pourquoi, descampagnes d'information et desensibilisation sont nécessaires.Différents groupes-cibles spécifiquespeuvent être identifiés :> Parents d'élèves : accompagnement nonmotorisé des enfants à l'école;comportement adéquat devant lesécoles; mise en place d'un pédibus.> Ecoliers : parcours de découverte(sentier-nature, sentier didactique).> Résidents des quartiers en zone 30 : lerespect des zones 30 dépend en grandepartie de l'adhésion de la populationconcernée. Il est donc indispensablequ'une large information et participationsoit organisée préalablement à la miseen place de ces mesures.> Commerçants : respect des trottoirs lorsdes livraisons.> Employés et actifs sur la commune :possibilités et facilités de déplacementsà pied.> Automobilistes : encourager uneconduite calme; éviter le stationnementsauvage sur les trottoirs, etc.> Population en général : participation aux"journées sans voitures", importance dela marche à pied pour la santé,itinéraires de promenade au travers de lacommune. Pour induire un changementde comportement, il est nécessaired'inscrire les aménagements réalisésdans le cadre de véritables stratégies depromotion de la marche à pied. Dans cetesprit, les recommandations suivantesconstituent des pistes à explorer :- agir sur plusieurs fronts : aménager larue en faveur du piéton,communiquer (tant vers l’extérieur :la population, que vers l’intérieur :l’administration), informer (valoriserles exemples réussis), associerd’autres partenaires à la démarche,etc.;Plan directeur communal de Versoix – 2006 133


- mettre en avant le côté positif de lamarche (liberté, simplicité, confort,santé, etc.);- agir sur la jeune génération, parexemple via l’éducation scolaire;- baliser des itinéraires de découverte;- animations de l'espace public(concours, fêtes, etc.).Exemples d'actions communales de promotionde la marche à pied134


PLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSPlan directeur communal de Versoix – 2006 135


DONNÉES DE BASELIEUXRÉSEAUX PIÉTONNIERSObjetPrincipes d'aménagement,exigencesObjetPrincipes d'aménagement,exigencesObjetPrincipes d'aménagement,exigencesexistantà créerDescriptionCommentaireen termes de circulationsur le réseau routieren termes d'urbanisme, d'espacespublics et de paysageexistantà créerà aménagerDescriptionCommentaireen termes de circulationsur le réseau routieren termes d'urbanisme, d'espacespublics et de paysageexistantà créerà améliorerDescriptionCommentaireen termes de circulationsur le réseau routieren termes d'urbanisme, d'espacespublics et de paysageRéseau routierprincipalRéseau régional principalet interne de baseRoute au trafic important.Sécurité des traversées piétonnes,contrôle de la vitesse par des mesuresde modération ponctuelles.Trottoirs larges et sans interruption.Equipement publicImportant point deconvergence.Ecole / EMSSécurité sur le réseau d'accès et lestraversées piétonnes.Générosité de l'espace à dispositionpour les piétons.Aménagement par exemple de kit-école. CheminementTrottoir confortableTronçon manquant pourassurer la continuité d'unparcours, liaison nouvelleprojetée ou à prévoirdans les PLQ.Application des directives pour les voiespiétonnes adaptées aux handicapés lorsde la réalisation ou l'améliorationdes tronçons.Suppression des barrières architecturales.Recherche de continuité dans le traitementdes espaces publics.Réseau routierde quartierRéseau de desserte interne.Route avec peu de trafic.Mesures de réduction des vitesses,"zone 30", "zone de rencontre",suppression des marquages,mixité de la chaussée.Aménagement des portes d'entrée dansles zones 30.Point de convergenced'une populationparticulièrement fragile.Pôle d'emploiImportant point deconvergence.Recherche de tracés en site propre(internes au quartier) en tant qu'alternativeaux trottoirs le long des axes principaux.Sécurité sur le réseau d'accès, en particulierentre l'arrêt T.P. et le lieu de travail.Aménagement des accès piétons.Cheminement en sitepropreChemin pour piéton surdomaine public ou privéen dehors de la circulationautomobile.Traitement paysager de l'espace public.Chemin de randonnéepédestreRéseau définidans la loi L 1 60.Ouvrage d'artPont, passerellepassage sous-voie.Pont: passage piétonnier de chaque côtéde l'ouvrage (dessus ou dessous).Passerelle: réservée aux piétons et cycles.Largeur suffisante pour permettre le croi–sement de plusieurs personnes à la fois.CentreRues et places regroupantde nombreux services etcommerces. Importantpoint de convergence etde passage.PlaceLieux privilégiés pour lescontacts sociauxet le repos.Mesures visant à modérer la vitesse.Facilités pour traverser la rue.Continuité et mise en valeur des espacespublics. Suppression des barrièresarchitecturales.Secteur à priorité piétonne.Traitement de l'espace public. Promenadetracé à étudier.TraverséeCheminement si possibleen site propre présentantune qualité de parcoursparticulière. Itinérairesdévolus aux loisirs et àla détente permettantl'accès aux sites naturels.Tronçon situé en dehors des axes importantsde circulation.Aménagement de lieux de repos (bancs,espaces de détente, pique-nique) le longdes parcours. Accompagnement végétalselon les situations.Insertion des ouvrages dans le site.Parc et espace vertParc public ou privéaccessible au public.Terrain de sport.Arrêt de transportspublics: bustrainPoint de convergenceconcentré dans le temps.Sécurité sur le réseau d'accèset les abords.Attractivité des cheminements internes.Sécurité sur le réseau d'accèset à proximité de l'arrêt.Générosité de l'espace d'attente.Signalisation.Traversée piétonnePassage sécurisé pourles piétons.Ilôt de sécuritéfaisant partie d'uncarrefour à feux.Traversée piétonne avec refuge ou feuxsur la route de Suisse, la route desFayards et la route de l'Etraz.A l'intérieur des zones 30, autresdispositifs assurant la sécurité de latraversée: avancée de trottoir (lorsqu'ily a du stationnement le long de la rue),trottoir continu, surélévation, etc.Largeur confortable desrefuges (min 2.00m).Eclairage selon les directives SLG,abaissement de trottoir et signalisation.0250-PDP-lég(ai9).ai - 25.11.05 - jca


l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l llnl l l l l l l l l l l l l l llllllllllllllllllllllllllllllllllllllll l l l l l l lln nllllllllllllllllllllllllllln n n n n n n n ln nnn n n n n n n n n n nl l l ll l lllll l l l l ll ll l llllllllllllllll lllllllllllllllllllllllllllllll l l llllllllll l l l l l l l l l l l l l l llllllll ll l lllll llllllllll ll l l llllllllllllllllll lnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn n n n n nnn nn n nn n n n n n n n nSelon la loi cantonale sur l'application de la loi fédérale sur les chemins pour piétons et les chemins de randonnée pédestre du 4 décembre 1998.Juin 20060m 20 40 60 80 100 150 200Echelle 1/5'000COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEUR DES CHEMINS POUR PIETONSl l l l l l l l l l l llll l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l lèll l lnnnnnnnnnnnnnnnèl l l l l l l ll l ll ll l ll lllllnnlln n n n n n n nn n n n nnn n n n n n n nnn n n nllllllllllnl l l lnnn n n n n n nnllllllllllllln nnnnnnnnllllllllllllllnnn n nlllln n nlllll lllllllllllll llllllllllllllllln n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n nllllllllllllllllllllll l llllllllllllllllllllllllllllllllllllllln n n nnnllllllll lllllllnlllllllllllll lllllll lllllllllllllllllllllllllllllln nlln n n n n n nlllllllllllln nnnn nnnnnnnnnnl l ll l ll l ll l l l l llll l l lll l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l lnnnnnnnnnnlll l l l l l l ll lnl lnnnnnnnnnnnnnnlnlllll ll l l lll l ll l l l l l ll lllnnnnnnnnnnnn nnnnnnnnnl l l ll l l l l llnnn n nnnnnnnnnnnnnllnnnnnn n nnnnllln n n nl lln n nlllllllln n n n n nèllll llllllll l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l ln n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n nn n n n n n n n n n n n n n n n n nnn n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n nn n n n nnnnnnn n n nnn n n nnnn n n nnn n nnn n nnn n n nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn nnnnnnnn n n n n n n n nn n nnnnnnnnnnnnnnnnl l l l lnnnnnnnn n n n n n nnnnnnnl l l l l l l l l l ln n n nlnnnnnnnn n n n n n nnnnnnnnnnlnnnnnnnnnnnnnnnnn nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnènnnnl l l l l l l l l lnl l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l ll l l l lln n n nnnn nnnn n nlnll n n n n n n n n n nl ll lnn n n n n n n n n n n n n n n n n n n n nllll ll ll l l l l l l l l lll l l l l l l l lnnnl llllllln nn llllllllnnnnnnnnnnnn nl l l l l l l l l l llllll l lll l lll l llll l l llllllll l lllll l l lll lllnn n nn nn nn n n nlll l ll llllllllllllllllllllllll l l l l l l l l l l llllll l l l l l l ll llln n nn n n n n n n n nn n n nèn n n n n nn n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n nllllllllllnnnllllll llllllllllllllllllnnnnnlll lnnnnnnnnnnnnn n nnnn n n n nnnnnnnnnnnnnnnnnnn n n n n n n n n n n nnn n n n n n n n n nnn n n nn n n n n n nnn n n nnn nn nllllllnnnnnnnl l lnnnnnnlllèlnnnnnnnnnnnnnnllllllllnnnnnnnnnnllllll ll l l lllllll ll l l lllllllnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnllllllllllllnnnllllllllllllnnnllllllllllllllllllnnnnnnnnl l l l l l l lll l l l l lll llnnnnl lllllllllllllllnnnn lllllllllllllllllllllllllnnnl lllllllllllll l ll l llllllll l l lllnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnlllll lllllll l lll lll l llllllnnnnnnnAlternativeˆ l'ŽtudeLES CHEMINS PROJETÉS, INDIQUÉS SUR LE PLAN DIRECTEUR,CONSTITUENT DES PRINCIPES DE LIAISON ET NON DESTRACÉS LOCALISÉS DE MANIÈRE PRÉCISE.nnnnnnnnn nnnnnnnnnnnn nnnn nn nnnn n n n n n n n n nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn n n n nllllllllll l l lllllll llllllllllnnnnnnnnnnnnnnnn nnnllllll llllllllnnnnnnnnnnn n nnnnnnnnnnnnn nnnnnnnnnnnnn nnnnnnnnnnnn nnnnnnnnllll llllllllllllllllllllllllllllln n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n n nn n n n n n n n n nllllllllll lllllll l l l l l lll l l l l l l l l l llParcours majeursl l l l ll l l ll l l l l l l l l l l ll l l l l l l l ll l l l l l ll l l l0250-PDP-plan(ai8).ai - MW - 07.06.06 - jca


138


11. SYNTHESE> Mettre en valeur les espaces publics :parcs, places, promenades, jardins.Le plan directeur communal est basé surLe plan directeur communal peut êtrerésumé au travers des objectifs-cadre etprojets figurant ci-dessous.Conforter la commune dans son rôle decentre périphérique et pôle régional.> Renforcer la collaborationintercommunale pour développer desprojets dans les domaines :- Des activités de sports et loisirs.- De l'accueil d'activitésinternationales.- Des équipements socioculturels.- Des commerces et services.- Du patrimoine naturel et culturel.> Réaliser une desserte RER à lacadence du quart d'heure.> Développer le secteur de la gare(Versoix Centre-Ville).> Diminuer le déséquilibre entre emploiset habitat, notamment par :- l'implantation d'activités àl'intérieur des zones bâties, biendesservies par les transports publics(mixité habitat/activités),- le maintien des activités hors zone àbâtir,- le développement d'une nouvellezone d'activités, sous la forme d'unparc technologique (Ecoparc), enrelation avec la jonctionautoroutière.> Offrir de bonnes conditions d'accueilaux entreprises (accessibilité multimodale,qualité environnementale,espaces publics, paysage, etc.).Renforcer l'attractivité du territoire> Développer les accès au lac et lesespaces publics riverains.> Aménager un parc rural de détenteloisirsà Ecogia-Bécassière.> Mettre en valeur les richessesnaturelles, industrielles, patrimonialesdu vallon de la Versoix.> Mettre en place un réseau d'espacespublics reliant les habitations,équipements scolaires, commerces etparcs.Promouvoir une politique de l'habitatprenant en compte les conditionsenvironnementales, économiques etsociales> Diversifier l'offre en logements pourrépondre aux divers besoins de lapopulation.> Restructurer les quartiers soumis auxnuisances sonores.> Densifier de manière modérée la zonede villas.> Renforcer et améliorer les relations etles liens entre les quartiers au sud dela Versoix et le Bourg.> Développer progressivement unquartier mixte avec priorité aulogement sur le terrain "Chez Pélissier".> Adapter l'offre d'équipements publicsaux besoins futurs.Améliorer le fonctionnement du territoire,gérer la mobilité> Améliorer la desserte par les transportspublics en direction de Genève- Desserte RER au quart d'heure- Parking d'échange à la gare> Réaménager la route de Suisse> Réaliser le prolongement du cheminde la Scie.> Mettre en place un réseau continu etsécurisé de mobilités douces (piétonsvélos).Préserver et valoriser l'environnement> Préserver les valeurs écologiques,paysagères et patrimoniales despénétrantes de verdure.> Contribuer à l'assainissement de l'air.> Limiter les besoins en énergie.> Promouvoir l'utilisation d'énergiesrenouvelables.> Promouvoir des constructions à faibleconsommation énergétique (par ex.label Minergie ou HQE).> Diminuer la quantité des déchets.139


PrioritésLa mise en œuvre des objectifs du PDComrelève d'une part d'une "gestionquotidienne" des affaires communales,d'autre part de la planification etréalisation de nouvelles infrastructures ouéquipements.patrimoniales et naturelles de lacommune :> la réalisation d'un "parc rural" àEcogia-Bécassière,> la mise en valeur du vallon de laVersoix, par exemple au travers d'unprojet d'écomusée.La commune de Versoix étant trèsfortement touchée par les nuisances liéesaux trafics (routier, autoroutier, ferroviaire,aérien), les priorités communalesconcernent particulier les projetsd'infrastructures susceptibles d'améliorerla situation.> L'augmentation de la fréquence de ladesserte ferroviaire (desserte RER auquart d'heure) qui permettra derenforcer la vocation communale decentre périphérique.> Le réaménagement de la route deSuisse dont les effets bénéfiquesportent sur la diminution desnuisances de bruit et de pollution,l'amélioration des conditions desécurité, la mise en valeur dupatrimoine paysager et historique.> Le prolongement du chemin de la Sciequi participe de manière importante àl'assainissement des nuisances liées autrafic sur la route de Suisse.Répondant aussi bien à des enjeuxrégionaux que locaux, les autoritéscommunales soutiennent les autoritéscantonales en vue d'une mise en œuvrerapide de ces infrastructures quiconstituent des projets majeurs pour larequalification du territoire communal.Le développement du quartier de VersoixCentre-Ville (autour de la gare) constitueégalement une priorité dans la mesure oùce projet répond à de nombreux objectifs :mise en valeur des espaces publics,accueil d'emplois, renforcement de l'offrecommerciale et équipementsocioculturels, P+R, etc.Par leur ampleur et importance, laréalisation de ces projets va nécessiter unimportant effort de la part de la commune.Par ailleurs, 2 projets dont les modalitésde mise en œuvre doivent être précisées,présentent un intérêt majeur pourrenforcer l'attractivité du territoire et mettreen valeur le richesses paysagères,140


COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIRECTEURConcept directeuré43Centralité urbainePôle d'activités et services.Centralité de quartierEspace à enjeux multiples(nature, patrimoine, agriculture,activités économiques, loisirs)Quartier du Vieux-BourgPréserver la mixité.Habitat moyenne densitéHabitat faible densitéActivités secondaires et tertiairesMixité avec priorité aux activités.Densification modérée.Accès au lac et espaces publics riverainsà développer.Reconversion progressive vers des activités.6Parc technologique à envisagerParcours piétons majeursParcs publics, espaces de détenteEquipements sportifs et espacesspécialisés / réserve pour extensionBois et forêtsFiches de mesureZone agricole123456789Versoix-centreRichelien-Gravines"Chez Pélissier"Ecogia - BécassièreVallon de la Versoix (tronçon urbain)La voie lacustreEspaces publicsAménagement de la Route de SuisseProlongement du chemin de la Scie0250 - ConceptDir2-15'000- MW - 07.06.06 - jcallllllllllllllllllllllllllllllllllJuin 2006xxLocalisation des mesures (N° fiches)RER et gare (station)Accès à la jonction autoroutièreLiaison routièreEchelle 1/15'0000 m 100 200 300 400 500 600


142


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVREPROGRAMME DE MISE ENŒUVRELe programme de mise en œuvre du plandirecteur communal comprend :> Un récapitulatif des actions etopérations à engager par la commune.Celui-ci présente d'une part les actionsd'ordre général portant sur l'ensembledu territoire et, d'autre part, lesopérations spécifiques à chaquequartier.Les mesures sont issues soit du plandirecteur communal (PDCom), soitplan directeur des déplacements(PDD), soit du plan directeur deschemins pour piétons (PDCP).> Des fiches de mesures. Celles-ci ontété établies pour certains secteurs dontles enjeux sont prioritaires pour lacommune.Ces secteurs sont le plus souvent à chevalsur plusieurs quartiers et leurproblématique répond à des objectifsde différentes politiques sectorielles.La fiche de mesure permet ainsi demieux détailler et illustrer les optionscommunales.Ces fiches sont en nombre limité, car ils'agit d'opérations d'une certaineenvergure qui vont nécessiter unimportant engagement de la part de lacommune.Plan directeur communal de Versoix – 2006 143


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVREMESURES GENERALES PORTANT SUR L'ENSEMBLE DU TERRITOIREOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisDévelopper une politique d'acquisitionfoncière anticipée (équipements publics,espaces de détente au bord du lac, etc.)Mettre sur pied un groupe de gestion duvallon de la Versoix.Entreprendre les démarches en vue del'obtention du label "Cité de l'énergie".Rechercher la collaborationintercommunale en vue de la réalisationd'équipements de sports, loisirs,socioculturels, etc.Mettre en place une politique de gestiondifférenciées des espaces vertscommunaux.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR X X Chap. 4R X 2 X Chap. 7.1.1R X Chap. 8.6R 3 X Chap. 4R X Chap. 7.3Elaborer un plan directeur de l'affichage. R 1 X X Fiche de mesure 7Etablir un plan d'alignement pour le canalpermettant de ponctuellement récupérerdes espaces pour la création de placettes.Réaliser de nouveaux points de collecte desdéchets.Elaborer un concept pour l'installation detoilettes publiques payantes.Contrôler les installations de chauffage desbâtiments communaux.Promouvoir la réalisation de plantages :> Identifier les secteurs les plusintéressants.> Réaliser une plaquette explicative pourles habitants et les régies.> Contacter les associations de quartier etles régies pour évaluer l'intérêt.> Organiser les chantiers pour laréalisation (emplois-jeunes pendantl'été ; ateliers pour chômeurs, etc.).Inciter le canton à entreprendre les étudesen vue de la réalisation de la jonctionautoroutière et sa brettelle d'accès.Inciter le canton à déposer un projet de loien vue du réaménagement de la route deSuisse et du prolongement du ch. de laScie.Définir un dispositif spécifique à Versoixpour marquer l'entrée dans les zones 30.R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 SGA2 Collex-Bossy3 Communes voisines4 Canton de Vaud, région de Nyon et commune de Mies5 TPGR X X Chap. 6.1R X Chap. 8.3R X Fiche de mesure 7R X Chap. 8.6R 1 X Chap. 4.7R R 4 X Chap. 9.3R R X Chap. 9.3R X Chap. 9.3Plan directeur communal de Versoix – 2006 144


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVREVERSOIX-LA-VILLEOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencesDans le cadre de l'établissement de futursPLQ, prévoir des équipementssocioculturels.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR X Chap. 4.6Mettre en place une Zone 30. R X X Chap. 9.3Adapter les carrefours pour faciliter la R R X Chap. 9.3progression des bus> Pont-Céard / rte de Suisse> Montfleury / rte de SuisseAménager le passage d'usage (barrière R 1 X Chap. 10défoncée) entre la route de Suisse et leGrand-Montfleury.Aménager un cheminement piéton entre le R X Chap. 10Grand-Monfleury et le terrain des forains etgens du voyage.Poursuivre et compléter le mail piétonnierentre le ch. de Pont-Céard et le ch. deR X Chap. 10PLQ Versoix-la-VilleMontfleury.Aménager un trottoir sur l'avenue De-Choiseul.R X Chap. 10PLQ Versoix-la-VilleAméliorer le cheminement en site propreexistant entre l'avenue De-Choiseul et le ch.du Pré-Colomb.Améliorer et aménager une liaison entre lech. de Pont-Céard et le ch. de Montfleury, àl’ouest des voies CFF, et jusqu’au canal.Aménager un parking à vélos, proche de lahalte CFF.Négocier l'ouverture du ch. de Pré-Colomb(chemin privé) aux cyclistes.R X Chap. 10PLQ Versoix-la-VilleR X Chap. 10PLQ "canal deVersoix / Montfleury"R X Chap. 9.6R X X Chap. 9.6R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 PropriétairesPlan directeur communal de Versoix – 2006 145


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVREARGANDOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencesDans le cadre de l'établissement de futursPLQ, prévoir des équipementssocioculturels.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR X Chap. 4.6Réviser le plan d'aménagement 27'807B. R R 1 X Chap. 3.2.1Adapter les carrefours pour faciliter la R R X Chap. 9.3progression des bus> Lachenal / Sauverny> Pont-Céard / rte de SuisseEtudier et mettre en place des mesures de R X X Chap. 9.3 et 9.6modération des vitesses et d'aménagementen faveur des cyclistes (par ex. bandecyclable dans le sens de la montée) sur lebas de la rte de Sauverny.Etudier et mettre en place des mesures R X Chap. 10sécurisant les piétons sur l'av. Marc-Peter.Sécuriser la traversée piétonne av. Marc- R X X Chap. 10Peter – ch. du Levant.Aménager un parking à vélos, proche de la R X Chap. 9.6halte CFF.Négocier un passage piéton-vélos entre larte de Suisse (à la hauteur de Isaac-Machard) et l'arrière de l'école Ami-Argand.R X 1 X Chap. 9.6R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 Propriétaires146


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRECHOISEULOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisMener une politique d'acquisition foncièreen vue de renforcer le rôle de Versoixcomme pôle d'activités lacustres.Négocier des servitudes de passage en vuede créer des accès publics au lac et faciliterla réalisation par étapes de la voie lacustre.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR X Chap. 4.5R X 1 X Fiche de mesure n°6Mettre en place une Zone 30. R X X Chap. 9.3Aménager des parkings à vélos, proches de R X Chap. 9.6la plage et du port.Réserver la réalisation de l'allée Céard (rtede Suisse-Port Choiseul).R 1 X Chap. 6.1, 9.6 et 10PLQ 28'546Négocier des servitudes de passage.Sécuriser le parcours piétonnier le long duch. du Vieux-Port, éventuellement par lasuppression du stationnement et/ou lanégociation de servitudes sur les parcellesprivées.R X Chap. 10Prolonger la promenade le long du lac àtravers le parc projeté au Nord du cordonboisé jusqu'au nant de Braille, puis le longde ce dernier jusqu'à la route de Suisse.Sécuriser le parcours piéton sur le ch. H.-Saladin (trottoir côté Lac).Négocier cession au domaine public de laparcelle (jardin) située dans leprolongement du trottoir, le long du mur.Etudier et mettre en place une zone derencontre sur le ch. du Vieux-Port, le longde Port Choiseul.R X 1 X Chap. 6.1 et 10PLQ "Fleur-d'Eau"R 1 X Chap. 10R X X Chap. 3 et 10R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 PropriétairesPlan directeur communal de Versoix – 2006 147


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVREVERSOIX-LE-BOURGOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencesNégocier avec les CFF la réalisation d'unnouveau passage sous-voies piétons-vélosdans le prolongement du ch. Dégallier.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR 1 X PDQ "Versoix Centre-Ville"Mettre en place la Zone 30. R X X Chap. 9.3Piloter l'aménagement du plateau de la gareselon le PDQ "Versoix Centre-Ville" (*).R X X PDQ "Versoix Centre-Ville"Sécuriser le carrefour Vandelle / Val-de-Travers pour les vélos.R X X Chap. 9.6PDQ "Versoix Centre-Ville"Aménager des parkings à vélos, proches des R X Chap. 9.6commerces, de la mairie, de la gare.Etudier et mettre en place des mesures desécurisation des piétons sur la rue desMoulins, entre les 2 branches du ch.Courvoisier.R X X Chap. 10Etudier et mettre en place des mesures desécurisation des piétons sur le ch. du Valde-Travers(trottoir).Négocier emprise sur les parcelles privées.Etudier et mettre en place des zones derencontre :- englobant la place du Bourg et lesruelles adjacentes- sur le quai- sur les hauts de l'av. DeshussesR 2 X Chap. 10PLQ "Val-de-Travers"R X X Chap. 9.3 et 10R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 CFF2 Propriétaires(*) Le PDQ "Versoix Centre-Ville" comprend son propre programme de mesures148


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRERAVOUXOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencescommunecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéMettre en place une Zone 30. R X X Chap. 9.3Adapter le carrefour Montfleury / Sauverny R X X Chap. 9.3pour faciliter la progression des bus.Aménager un parking à vélos, proche du R X Chap. 9.6terrain de football de Champ-Pauvre.Etudier l'aménagement d'une liaisonpiétonne entre l'avenue L.-Yung et lapromenade du canal.R X Chap. 10Négocier une servitude de passagepermettant de desservir le terrain deChamp-Pauvre depuis l'Est du canal.Etudier la réalisation d'un nouveaufranchissement du canal.Etudier et mettre en place un aménagementsécurisant les piétons sur les hauts du ch.L.-Dégailer (trottoir à élargir, par exemple).Continuer à négocier un hors-ligne le longdu l'av. L.-Yung en vue de la réalisationd'un trottoir.Aménager un nouveau chemin accompagnéd’une végétation à la limite entre la zonevillas et la zone agricole. Mesure à mettreen œuvre dans le cadre de l’application dela loi fédérale sur l’agriculture (LAgr) etl’ordonnance sur les contributionsécologiques (OCEco).Aménager un trottoir sur le ch. du Lac entreav. L.-Yung et ch. Ravoux, éventuellementpar suppression du stationnement.R X Chap. 10R X X Chap. 10R 1 X Chap. 10R 1 X Chap. 6.1 et 10R Chap. 10R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 PropriétairesPlan directeur communal de Versoix – 2006 149


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRESOUS-SAINT-LOUPOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencesMener une politique d'acquisition foncièreen vue de contribuer au renforcement deVersoix Centre-Ville.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR X Chap. 3.2.4Mettre en place les Zones 30. R X X Chap. 9.3Etudier et mettre en place des mesures de R X X Chap. 9.3 et 10modération des vitesses sur l'av. Lachenalet améliorer le confort de l'arrêt de bus.Etudier et mettre en place des mesures R X X Chap. 9.3, 9.6 et 10d'aménagement sécurisant les piétons etvélos sur les hauts de la rte de St-Loup.Adapter les carrefours en vue de favoriser la R X X Chap. 9.3progression des bus :> St-Loup / Lachenal / Moulins> Sauverny / Pont-CéardAménager une liaison piétons-vélos entre la R X Chap. 9.6 et 10rte de St-Loup et l'av. A.-Lachenal (entre leterrain de l’école et les immeubles locatifs).Améliorer la liaison piétonne passant par le R X Chap. 10tennis.Négocier des servitudes de passage dans lecadre de l’élaboration des futurs PLQ.Négocier un passage piéton-vélo entre la R X 1 X Chap. 9.6rue Marc-Peter et la rte de Saint-Loup, dansle cadre de futurs PLQ.Etudier l'aménagement d'une passerelle R X X Chap. 9.6piétons-vélos entre le ch. du Nant-Le-Crève-Cœur et le ch. des Colombières, par dessusle vallon de la Versoix.Aménager des parkings à vélos, proches des R X Chap. 9.6commerces de l'av. Adrien-Lachenal, du COdes Colombières, de la salle communale.Sécuriser la traversée piétonne ch. Marc- R X X Chap. 10Peter – ch. du Levant.Prolonger le trottoir du ch. Th.-Vernes R X Chap. 10jusqu'au canal.Aménager un trottoir côté Lac du ch. R 1 Chap. 10Dessous-St-Loup. Négocier emprise surparcelles privées.Négocier avec la papeterie un passagepiétons-vélos au travers de la cour enalternative au parcours actuel.R 1 X Chap. 10R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 Propriétaires150


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVREFAYARDS, MACHEFEROpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencesNégocier avec l'Etat la possibilité deréaliser une école sur les terrains situés lelong du chemin du Molard.Etudier et mettre en place des mesuresd'aménagement sur la rte des Fayards,sécurisant les piétons et vélos entre le ch.du Nant-Le-Crève-Cœur et le ch. du Molard(par ex. trottoir mixte).Etudier l'aménagement d'une passerelleentre le ch. du Nant-le-Crève-Cœur et le ch.des Colombières.Planifier l'aménagement du terrain duMolard en parc public (par exemple :lancement d'un concours d'idées).Négocier avec l'Etat la relocalisation dupêcheur.Collaborer avec l'Etat en vue de laréalisation d'un nouveau franchissement dela Versoix (prolongement du ch. de la Scie)intégrant les itinéraires piétons et cyclables.Aménager un itinéraire cyclable dans leprolongement de la rte de l'Ancien-Péage(nouvelle passerelle à créer).Etudier et mettre en place un cheminementmixte piéton-vélos sur la rte de Malagny.Coordonner avec la commune de Genthod.Sécuriser le carrefour rte de Malagny / rtedes Fayards pour les piétons et vélos(traversée de la rte des Fayards en 2temps).Sécuriser le parcours des piétons et vélossur le ch. du Molard.Améliorer le cheminement piétonnier lelong de la Versoix, entre les anciens tenniset le delta.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR R X Chap. 3.2.6 et 4.1R X X Chap. 9.3, 9.6 et 10X R X Chap. 10R X Chap. 6R R X Chap. 7.1.2Plan de siteBécassine - Sans-SouciR R X Chap. 9.3 et 9.6R X X Chap. 9.6R X 1 X Chap. 10R X X Chap. 9.6R X X Chap. 10R X Chap. 10R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 Commune de GenthodPlan directeur communal de Versoix – 2006 151


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVREECOGIAOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencesEngager l'étude d'un plan directeur dequartier en vue du déclassement du secteur"Chez Pélissier".Aménager un nouveau chemin accompagnéd’une végétation à la limite entre la zonevillas et la zone agricole. Mesure à mettreen œuvre dans le cadre de l’application dela loi fédérale sur l’agriculture (LAgr) etl’ordonnance sur les contributionsécologiques (OCEco).Mettre sur pied un groupe de travail en vuede l'étude du parc rural Ecogia –Bécassière.Aménager un parking à vélos, proche duCentre sportif.Etudier et mettre en place un aménagementsécurisant le parcours piéton sur le ch. deBraille.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR R 1 X X Chap. 3.2.7Fiche de mesure n° 3R 2 X Chap. 6.1 et 10R X 3 X Fiche de mesure n° 4R X Chap. 9.6R X X Chap. 10R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 propriétaires, exploitant, collège du Léman2 propriétaires3 exploitants, AgriGenève et autre à définirGRAVINES, RICHELIEN, SAUVERNY, CREUSONOpérations à entreprendreInstancesconcernéesDegré deprioritéRenvoisRéférencesEngager les études de faisabilité et d'unplan de site pour le secteur Richelien-Gravines.Aménager l'étang de la pisciculture enespace de détente.Inviter l'Etat à engager une étude-pilote envue du maintien des activités économiquesdans la zone agricole.communecantonautrescourt termemoyen termeselonopportunitéR R 1 X Fiche de mesure n° 2R X X Chap. 4.5R X 2 X Chap. 5.2 et 7.7.1R = instance principale responsable de la mise en œuvre1 Collex-Bossy, Confédération, entreprises concernées, ville de Genève (protection civile)2 Communes voisines, entreprises concernées152


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 1VERSOIX-CENTRE FICHE DE MESURE N° 1Objectifs de référence> Renforcer le rôle de Versoix en tant que centre périphérique et pôle régional.> Diminuer le déséquilibre entre emplois et habitat.> Améliorer l'attractivité du territoire.> Améliorer le fonctionnement du territoire.> Restructurer les quartiers soumis aux nuisances sonores.Description, conditions-cadreVersoix Centre désigne un quartier en formation-transformation autour de la gare CFF.L'amélioration de la desserte ferroviaire, les contraintes dues au bruit des avions, lespotentialités de développement font de cet espace à l'articulation entre Versoix-le-Bourg etVersoix-la-Ville un des secteurs qui présente les plus grands enjeux pour la commune.Les limites de ce futur quartier ne sont pas encore tracées, mais englobentapproximativement les terrains situés dans un rayon de 300 mètres autour de la gare CFF.L'évolution du quartier se faisant progressivement, il importe que des conditions-cadre soientfixées pour orienter les futures opérations. Celles-ci sont exprimées sous la forme depostulats et de schémas qui expriment et illustrent la vocation de Versoix Centre à troiséchelles complémentaires :> le contexte régional et cantonal> la dimension communale> le niveau localLe contexte régional et cantonalPlan directeur communal de Versoix – 2006 153


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 1Le contexte régional et cantonal> Le PDCa reconnaît Versoix comme un pôle périphérique et à ce titre conditionne ledéveloppement à une bonne desserte par les transports publics.> La desserte par RER avec une cadence de 1/4 d'heure répond à cette condition et"rehausse" l'intérêt stratégique de cet espace au même niveau que les autres gares CEVAet l'inscrit ainsi dans la dynamique métropolitaine de valorisation des gares CEVA.> Dans ces conditions, Versoix Centre devrait bénéficier de l'implantation d'équipements etde services de niveau cantonal ou régional (par exemple : enseignement, services del'administration, ONG, etc.).> La papeterie est à considérer comme faisant partie du pôle de développement. Cesbâtiments sont situés à moins de 300 mètres de la gare, mais sont aujourd’hui perçuscomme "en marge" de la commune. Reconnaître leur situation dans un pôle dedéveloppement de l'agglomération leur donnerait une autre visibilité.La dimension communaleLa situation du quartier à l'articulation entreVersoix-le-Bourg, Versoix-la-Ville et la zone devillas en fait un lieu de rassemblement et derencontre privilégié. Versoix Centre doit doncoffrir des espaces publics et des équipementsde niveau communal, bénéficiant à l'ensemblede la population. Dans cet esprit, il s'agira dedéfinir quels sont les équipements publics quidevraient trouver place autour de la gare, soitpar déménagement, soit dans le cadre denouvelles constructions.Du point de vue commercial, il s'agira d'être attentif aux risques de concurrence afin de nepas dévitaliser le Bourg.Des synergies sont à rechercher avec d'autres projets proches :> la place de la gare comme "porte d'entrée" dans le vallon de la Versoix (voir fiche demesure 5) ;> le plateau de la gare comme espace d'accueil pour des infrastructures complémentaires àd'autres projets (par exemple, places de stationnement pour les employés de la papeterieou pour les commerces du Bourg).Du point de vue de la maîtrise de l'énergie, il s'agira de rechercher les possibilités d'unsystème de chauffage unique pour tout le quartier de la gare.154


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 1Le niveau localLe rôle central de cet espace exige unegrande attention en termes d'accessibilitémultimodale : liaisons piétonnes etcyclables performantes, places destationnement, etc. A ce titre, undeuxième passage sous-voies dans leprolongement de l'av. Deshusses seraitsouhaitable pour mieux intégrer lesterrains à l'ouest des voies CFF.Un grand soin devra être porté àl'aménagement des espaces publics,notamment devant la gare et sur les lieuxoffrant des vues sur le lac et les Alpes.Opérations à entreprendre> Adopter les plans localisés de quartier remplaçant les plans d'aménagement "Av.Deshusses – Vandelle" et "Rampe de la Gare – Av. Deshusses".> Piloter l’ensemble des opérations afin de préserver les intérêts publics.Instances concernées> Commune pour le pilotage des opérations.> Etat de Genève, CFF, propriétaires privés, Fondation communale Versoix Centre,Fondation Bon-séjour comme partenaires de l’opération.Degré de priorité / Délais> Court terme pour les premières opérations sur les îlots nord et sud et CFF.> Développements ultérieurs selon opportunités.Plan directeur communal de Versoix – 2006 155


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 1156


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 2RICHELIEN-GRAVINES FICHE DE MESURE N° 2Objectifs de référence> Diminuer le déséquilibre entre emplois et habitat.> Préserver les activités économiques situées hors zone à bâtir.> Préserver les valeurs écologiques, patrimoniales, paysagères et économiques du vallon dela Versoix.Description, conditions cadreA l'ouest de l'autoroute, le secteur de Richelien-Gravines, à cheval sur les communes deCollex-Bossy et Versoix est situé en zone agricole. Il comporte de nombreuses entreprisesdont les activités ne sont pas conformes à la zone et qui ne peuvent donc que difficilements'adapter.Le maintien des emplois sur la commune constitue un important objectif des politiquescommunales.Par ailleurs, ce secteur est partiellement compris dans la zone alluviale d'importancenationale. Toutefois, la configuration actuelle du terrain ne permet pas au cours d'eau dedivaguer.Enfin, le plan de protection du vallon de la Versoix prévoit la réalisation d'une zone deverdure à la place du terrain d'entraînement de la protection civile. Cet aménagement ne peuttoutefois être envisagé que lorsque les activités sur place auront déménagé.Ainsi, la situation actuelle n'est pas entièrement satisfaisante ni pour les propriétaires privés,ni pour la commune, ni pour le canton, ni pour la Confédération.Des solutions concertées entre les différents partenaires doivent ainsi être recherchées afinde répondre aux objectifs des uns et des autres. Des premières réflexions ont abouti à unscénario qui doit être vérifié en termes de faisabilité. Celui-ci est basé sur les opérationssuivantes :> Elargissement du lit de la rivière afin de diminuer les problèmes d'érosion, de favoriser ladiversité des milieux naturels et de créer des zones de verdure conformément au plan deprotection du vallon de la Versoix. Ces zones seraient situées sur la parcelle Sarkos et surles terrains d'exercice de la protection civile.> Délocalisation de l'entreprise Sarkos et démolition du bâtiment pour en faire une zone deverdure.> Déménagement de la protection civile dont les activités de formation pourraient êtreeffectuées dans d'autres locaux.> Transformation du bâtiment de la protection civile pour les besoins de Fluid Automationqui pourrait ainsi accueillir de nouveaux collaborateurs.> Mise en conformité des constructions maintenues : Fluid automation et Environnement2000.Opérations à entreprendreEtablissement des études de faisabilité et d'un plan de site.Instances concernéesCommunes de Versoix et Collex-Bossy, canton, propriétaires privés, Confédération.Degré de priorité / DélaisEtablissement d'un plan de site : court terme.Plan directeur communal de Versoix – 2006 157


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 2158


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 3"CHEZ PELISSIER" FICHE DE MESURE N° 3Objectifs de référence> Réserver la possibilité d'une extension maîtrisée de la zone à bâtir.> Diversifier l'offre en logements.> Offrir un cadre de vie de qualité à la population.> Adapter l'offre d'équipements scolaires aux besoins futurs.Description, conditions cadreSecteur actuellement en zone agricole d'environ 12 ha, mais présentant un intérêt pour undéveloppement urbain par sa situation proche des équipements et services existants etrespectant les grandes lignes de l'organisation territoriale (développement urbain contenu pardes limites naturelles).En première estimation, on peut considérer que 25'000 à 30'000 m 2 de SBP pourraient êtreconstruits (à terme). A titre d'hypothèse, une répartition de 80 % de logements et de 20 %d'activités représenterait approximativement :80 % logements / 20 % activitésLogements* 165 - 200Emplois** 165 - 200* 120 m 2 / logement** 30 m 2 / emploiLe déclassement de ce terrain devra faire l'objet d'une étude de planification qui prendra encompte les conditions-cadre suivantes :> Développer un quartier mixte : logements, activités, équipements publics, services dequartier. La priorité sera donnée au logement. Les activités pourraient par exemple êtresituées le long des voies CFF pour protéger le quartier du bruit et localiser les emplois àproximité de la halte ferroviaire.> Développer une diversité de logements et une mixité sociale.> Assurer la préservation de la continuité paysagère entre Ecogia et le nant de la Bécassière.Dans cette optique prendre en compte un éventuel agrandissement du centre sportif de laBécassière sur le terrain des Hôpitaux.> Assurer une desserte TC performante.> Garantir des liaisons piétonnes directes vers le quartier de Montfleury (écoles, commerces,services).> Prendre en compte les problèmes du collège du Léman.> Réserver des terrains pour les équipements publics.> Prévoir des mesures de compensation pour l'exploitant agricole.> Développer un système de chauffage unique pour tout le quartier.Opérations à entreprendreEtablissement d'un plan directeur de quartier servant de base pour le changement de zone etl'élaboration d'un ou plusieurs PLQ.Plan directeur communal de Versoix – 2006 159


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 3Instances concernées> Initiative de la commune> Pilotage des études : canton et commune.> Associer dès le début des études les propriétaires, l'exploitant et AgriGenève pour ladéfinition de mesures de compensation.Degré de priorité / DélaisEtude d’un plan directeur de quartier : court-moyen terme, selon réévaluation du potentieldisponible des zones à bâtir.Schéma160


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 4ECOGIA - BECASSIERE FICHE DE MESURE N° 4Objectifs de référence> Renforcer le rôle régional de Versoix dans les domaines des activités de sports, loisirs,détente.> Renforcer l'attractivité du territoire.> Développer une collaboration intercommunale pour la réalisation d'équipements de sportset loisirs.Description, conditions cadreLe parc rural d'Ecogia – Bécassière : un processus et un projetLe plan directeur communal reconnaît au secteur compris entre Ecogia et le centre sportif dela Bécassière une vocation d'espace de détente-loisirs pouvant accueillir des activités autresqu'agricoles. Il s'agit de terrains communaux en zone agricole représentant un peu plus de 40ha, sans les forêts. Le périmètre figurant en plan est indicatif, cet espace pouvant êtreétendu au-delà de l'autoroute sur les terrains qui accueillent déjà des installations sportives(stand de tir, piste d'aéromodélisme).L'affectation agricole actuelle du terrain n'est pas incompatible avec l'idée d'un parc rural. Laproduction agricole peut y être intégrée sous diverses formes (marché de produits locaux,cueillette de fruits et légumes, etc.) et contribuer à la définition d'un nouveau type de parc.Dans cet esprit, le parc rural d'Ecogia-Bécassière est à considérer comme un processusd'élaboration d'un territoire qui infléchit les évolutions en cours (demandes sociales,évolution des pratiques agricoles, production de paysage, etc.).Le principe d'aménagement pourrait être en partie comparé au parc des Evaux (Onex) :installations et équipements de loisirs dans un vaste espace paysager intégrant des milieuxnaturels, (les nants), les activités existantes (restaurant, ISDC, Croix-Rouge), des éléments dupatrimoine mis en valeur (Ecogia, vestiges de l'aqueduc romain, etc.). Toutefois, à ladifférence des Evaux, des équipements sportifs construits n'y sont pas prévus.A titre indicatif, les installations pouvant être développées : surfaces polyvalentes pour sportsen plein air, parcours vita, emplacements pour pique-nique, jeux pour enfants, étang naturel,parcours de découverte, vergers de cueillette, expositions d'art en plein air, etc.Compte tenu de l'affectation agricole du terrain, dans un premier temps, seuls desinstallations légères pourraient y être réalisées. A plus long terme, toutefois des changementsd'affectation ne sont pas totalement exclus.Dans le cadre du développement de cette option, une grande attention devra être portée pourrésoudre les conflits d'usage entre le parc rural et les accès à l'autoroute. Par ailleurs, àl'instar du parc des Evaux, une collaboration intercommunale est à rechercher pour ledéveloppement d'un tel équipement.L’aménagement du parc rural doit également intégrer l’étude d’un dispositif de protectioncontre le bruit de l’autoroute.Agrandissement du centre sportif de la Bécassière : une réserve pour le futurLe centre sportif répond actuellement aux besoins communaux et offre encore quelquesréserves pour de nouveaux équipements. Toutefois, il ne pourra pas accueillir ledéménagement du terrain de football de Champ Pauvre ou une piscine couverte, c'estpourquoi, une extension future est à prévoir.Plan directeur communal de Versoix – 2006 161


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 4Au stade actuel des réflexions, l'extension pourrait être envisagée aussi bien en direction dunord que du sud :> en direction du nord, les terrains voisins sont privés et sont proches de la zone de villas deMies ;> en direction du sud, le terrain des Hôpitaux constitue une propriété communale. Uneextension sur une partie de ces terrains "rapprocherait" le CS de la ville. Dans cettehypothèse, son aménagement devrait être coordonné avec le développement "ChezPélissier".Opérations à entreprendrePour le développement du parc rural, il n'y a aucune procédure spécifique. Le projet reste àinventer avec les partenaires volontaires.Pour démarrer un tel processus, il y aurait lieu de mettre sur pied un petit groupe de travailqui aurait pour tâche dans un premier temps :> d'identifier et sensibiliser les partenaires> d'imaginer des programmes> de documenter les exemples similaires (notamment en France et en Allemagne)> de lancer des opérations-pilote> de rechercher des financements (par exemple auprès du Fonds Suisse pour le Paysage)> etc.Instances concernéesLa commune pourrait prendre l'initiative de mettre sur pied le groupe de travail avec l'appuiéventuel d'AgriGenève ou d'autres partenaires intéressés.La constitution d'un groupe de travail est une étape importante pour engager une dynamique.Degré de priorité / Délais> Mise en route du processus "parc rural" : court-moyen terme.> Agrandissement du centre sportif : selon besoins.Références, exemples> Parc paysager régional de Stuttgart – Filderpark, (Allemagne).> Développement d'un concept de parc rural dans les communes de Bernex et deConfignon. Travail de diplôme de Julien Raemy, HES de Lullier, mars 2006162


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 5VALLON DE LA VERSOIX (TRONÇON URBAIN) FICHE DE MESURE N° 5Objectifs de référence> Renforcer le rôle de Versoix en tant que centre périphérique et pôle régional dans ledomaine du patrimoine naturel et culturel.> Améliorer l'attractivité du territoire par la mise en valeur du cadre paysager et naturel.> Préserver les valeurs écologiques, patrimoniales, paysagère et économiques du vallon dela Versoix.Description, conditions cadreLe tronçon urbain du vallon de la Versoix (à l'aval de la papeterie) constitue un site d'unequalité exceptionnelle présentant une grande richesse tant naturelle que culturelle(patrimoine industriel de canaux et moulins, ouvrages militaires, etc.).Plusieurs projets sont planifiés dans le secteur :> déménagement des forains et gens du voyage du terrain du Molard qui devrait devenir unparc public,> renaturation de la Versoix entre les voies CFF et la route de Suisse,> prolongement du chemin de la Scie et nouvelles passerelles piétons-vélos,> éventuelle implantation d'une école sur les terrains de l'Etat le long du chemin du Molard,> plan de site "Bécassine – Sans-Souci".Par ailleurs, le secteur offre encore des potentialités intéressantes :> réaffectation de la papeterie et des constructions annexes,> développement du quartier industriel de la Scie,> potentiels à bâtir le long de la Versoix dans le Bourg,> projet d'un éventuel musée du chocolat (usine Favarger)> projet d'un éventuel parc de jeux (Pixiparc © ) dans les locaux situés à la pointe ouest de lapapeterie.Par ailleurs, le plan de protection du vallon de la Versoix et les contraintes du bruit desavions imposent des restrictions d'usage. Enfin, le bas du vallon étant inséré dans un tissuurbain (à 300 mètres de la gare), la pression humaine y est également importante.Cette profusion de projets ponctuels dans un espace contraint, protégé et convoité pourraits'avérer problématique.Le plan de protection du vallon nécessite donc une application nuancée et réfléchie. Pourinscrire cette application dans une démarche cohérente et globale (gestion de site), il estsuggéré la mise sur pied d'un groupe de gestion du vallon de la Versoix. Celui-ci auraitnotamment pour missions :> d'élaborer une vision du site en termes d'aménagement, d'animation, d'information,d'accueil, de gestion, etc.> de rechercher des partenariats publics-privés,> de développer des synergies entre projets,> d'évaluer l'intérêt de faire du vallon un écomusée.Plan directeur communal de Versoix – 2006 163


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 5La notion d'écomusée traduit la volonté d'une valorisation réciproque des milieux naturels,des activités économiques, du patrimoine culturel et des équipements et installationspubliques.Dans cette perspective, outre la valorisation du patrimoine industriel et naturel, d'autrestypes de programmes pourraient être explorés dans le cadre des projets pour le terrain desMolard ou pour la papeterie : activités de recherche et d'expression culturelle (musée,galerie, salle de concerts, ateliers pour artistes), salles de réunions pour les jeunes, etc.Opérations à entreprendreIdentifier les partenaires concernés pour mettre sur pied le groupe de gestion.Instances concernéesInitiative communale avec par exemple l'appui du service cantonal des forêts, de laprotection de la nature et du paysage qui a manifesté son intérêt lors de la consultation de lapremière phase.Degré de priorité / DélaisMise sur pied du groupe de travail à court terme, compte tenu des nombreux projets engagésou à l'étude.Références, exemples> Ecomusée de Vessy (GE).> Association pour le Patrimoine industriel (www.patrimoineindustriel.ch).164


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 6LA VOIE LACUSTRE FICHE DE MESURE N° 6Objectifs de référence> Développer les accès publics au lac.> Renforcer l'attractivité du territoire.Description, conditions cadreLa "voie lacustre" désigne un cheminement piétonnier aménagé le long des rives et reliant lequai de Versoix à Port-Choiseul.Afin de limiter au maximum les emprises sur le domaine privé, l'aménagement devra, dans lamesure du possible, se faire sous la forme d'un cheminement en encorbellement.Du point de vue des milieux naturels, le cheminement devra préserver des zones de calmeafin de pas provoquer une perturbation continue de l'interface.La réalisation d'un tel cheminement doit se faire par étapes : tronçons reliant des espacespublics.Actuellement du côté du Bourg, il pourrait être envisagé des tronçons entre le quai et lesruelles 1, 2 et 3. Du côté de Versoix-la-Ville, entre le port et les anciens bains (dans l'axe dela gare), il n'y a pas d'espaces relais permettant une réalisation en plusieurs étapes. Il estdonc indispensable de pouvoir négocier des servitudes de passage dans la zone de villaspermettant à intervalles réguliers de remonter de la rive vers la rte de Suisse.Lorsque le plan directeur des chemins pour piétons sera approuvé, la commune pourra, sinécessaire, recourir à l'établissement d'un plan localisé de cheminement pédestre (PLCP) quipermet d'ouvrir la voie de l'expropriation.Opérations à entreprendreEtude de faisabilité pour les premiers tronçons entre le quai et les ruelles.Instances concernéesCommuneDegré de priorité / DélaisEtudes de faisabilité : court-moyen terme.Références, exemplesCheminement en encorbellement réalisé à NyonExemple d'un cheminement en encorbellement réalisé à NyonPlan directeur communal de Versoix – 2006 165


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 6166


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 7ESPACES PUBLICS FICHE DE MESURE N° 7Objectifs de référence> Mettre en place un réseau d'espaces publics reliant les habitations, équipementsscolaires, commerces et parcs.> Mettre en valeur les espaces publics centraux par un aménagement qui révèle leurcaractère emblématique et leur fonction sociale de lieu de rencontre.> Promouvoir des espaces collectifs de qualité dans les quartiers.Description, conditions cadreLe plan directeur communal identifie l'aménagement de nombreuses places, placettes, parcs,rues et promenades. A cette échelle de réflexion, il n'est pas pertinent de définir dans ledétail des mesures qui devront faire l'objet de projets d'aménagement. Toutefois, certainsprincipes généraux sont rappelés ci-dessous en tant que" fil rouge" des réflexions à menerdans le cadre de l'aménagement des espaces publics.> Le mobilier urbain : l'implantation de mobilier urbain présente aujourd'hui le plus souventun caractère pléthorique et anarchique. L'envahissement de l'espace constitue undésagrément pour les piétons et conduit à une confusion de l'image urbaine. La règledevrait donc être de désencombrer l'espace et restreindre au maximum l'implantation denouveaux éléments. Par ailleurs, le recours à une gamme complète de mobilier etd'éléments de balisage spécifique à la commune permet de renforcer l’unité (mais pasl'uniformité) des lieux.> L'affichage : les panneaux publicitaires sont généralement très présents sur les espacespublics. Lorsqu'ils deviennent trop envahissants, ils peuvent défigurer une place, obstruerune vue ou rendre un parcours piétonnier peu praticable. C'est pourquoi, il importe queles communes définissent des règles 1 précises quant à leur implantation, localisation,densité, support, éclairage, etc.> Les revêtements de sol : la réalité de la gestion des villes impose le recours à desmatériaux éprouvés et fonctionnels qui, en plus de coûts réduits, permettent desinterventions régulières pour accéder aux réseaux souterrains. La définition d'une gammerestreinte contribue, au même titre qu'une famille de mobilier, à renforcer l'unité et lalisibilité des espaces publics de la ville.> Les végétaux : d'une manière générale il serait souhaitable d'éviter le mobilier surajoutéde type bacs et jardinières au profit de plantations en pleine terre assurant aux végétauxde bonnes conditions de croissance.> La lumière : longtemps conçu en fonction des seuls impératifs liés à la circulationautomobile et à la sécurité routière, l’éclairage public répond également à d’autresenjeux : ordonner la vision nocturne, mettre en relation les espaces avec leurenvironnement, utiliser le potentiel scénographique de la lumière, créer une signalétique,des points de repère particuliers, diversifier la nuit, prolonger les activités diurnes, etc.L'élaboration d'un plan-lumière est l'outil qui permet de penser la mise en lumière dansl’optique d’une composition urbaine nocturne.1 La loi genevoise sur les procédés de réclame donne des compétences aux communes en matièred'affichage sur le domaine public.Plan directeur communal de Versoix – 2006 167


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 7Opérations à entreprendre> Définition d'une gamme de mobilier type pour les aménagements communaux.> Etablissement d'un plan directeur de l'affichage.> Elaboration d'un plan lumière.Instances concernéesCommuneDegré de priorité / Délais> Définition d'une gamme de mobilier : à mener en parallèle à l'établissement du projetd'aménagement de la route de Suisse.> Plan directeur de l'affichage : court-moyen terme.> Plan lumière : à mener en parallèle à l'établissement du projet d'aménagement de la routede Suisse.Images de référenceSobriété et robustesse du mobilierSimplicité des tracés et des matériaux168


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 8AMENAGEMENT DE LA ROUTE DE SUISSE FICHE DE MESURE N° 8Objectifs de référence> Améliorer le cadre de vie.> Mettre en valeur les espaces publics emblématiques.> Diminuer les nuisances (bruit, pollution).Description, conditions cadreEn termes d'urbanisme (évolution et transformation du tissu bâti, aménagement et usage desespaces publics) et de paysage, les objectifs et principes d'aménagement sont :> Diminuer le bruit, la pollution et le sentiment d'insécurité- abaissement des vitesses de circulation,- amélioration de la fluidité du trafic (suppression des engorgements),- élargissement des trottoirs,- augmentation du nombre de passages piétons,> Faciliter les relations ville-lac; Versoix est une commune riveraine mais coupée du lac parla route- amélioration des traversées piétonnes,- aménagement des points d'accrochage entre la route de Suisse et les rues quidesservent les quais, le port et la plage,> Favoriser les activités sociales; Versoix possède de nombreuses places publiques. Ellessont pour la plupart envahies par le stationnement- aménagement des places et placettes qui ponctuent le tracé,> Favoriser les activités économiques- maintien, voire augmentation de la capacité du stationnement à certains endroits afinde favoriser les activités commerciales,- "mise en scène" de la voie, créant un effet de vitrine, image de marque pourl’implantation d’activités économiques,> Mettre en valeur le patrimoine paysager, architectural, historique et culturel ; la route deSuisse est un axe d'importance nationale au sens de l'IVS (inventaire fédéral des voies decommunication historiques)- mise en évidence des traces historiques.Opérations à entreprendre> Mise au point du projet sur la base de l'avant-projet de 1999.Instances concernéesCommuneCantonDegré de priorité / DélaisCourt terme.Plan directeur communal de Versoix – 2006 169


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 8170


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 9PROLONGEMENT DU CHEMIN DE LA SCIE FICHE DE MESURE N° 9Objectifs de référence> Résoudre les problèmes de circulation et de nuisances dans le Bourg, notamment aucarrefour route de Suisse / rue de l'Industrie.> Mettre en valeur les espaces publics du Bourg.> Améliorer la continuité des parcours piétons-vélos entre le nord et le sud de la Versoix.Description, conditions cadreMise en valeur de l'espace urbain Bourg - quartier de la gareLa rue de l'Industrie et la rue des Moulins constituent un itinéraire obligé pour le trafic àdestination des hauts de la commune (route de St-Loup, chemin Louis-Dégallier, etc.). Cetaxe routier constitue donc une coupure importante dans le tissu urbain (environ 7'000véhicules/jour).Ce trafic provenant principalement de Genève sera repris en totalité par la nouvelle liaisonroutière projetée. Cependant, les mouvements en provenance de Lausanne seront maintenus,voire limités à certains ayants droits. Dès lors, la rue de l'Industrie et la rue des Moulinspourront être réaménagées (en faveur des piétons, des cycles et des besoins d'accèsriverains) et constituer un espace de liaison de qualité entre le centre du Bourg et le quartierde la gare. L'aménagement de la Place du Bourg, espace central de Versoix le Bourg, pourraêtre revalorisé.Le nouveau tracé permettrait d'envisager l'aménagement d'un arrêt de bus à proximité desimmeubles de la route de l'Ancien-Péage.Sécurisation du carrefour route de Suisse / rue de l'IndustrieLe carrefour route de Suisse / rue de l'Industrie, passage obligé pour se rendre sur les hautsde la commune, induit de nombreux embouteillages sur la route de Suisse. Une améliorationdu fonctionnement de ce carrefour n'est physiquement pas réalisable pour deux raisonsprincipales :> manque de place pour créer une présélection de tourner-à-gauche de la route de Suissevers la rue de l'Industrie,> emprise nécessaire au tourner-à-droite du bus sortant de la rue de l'Industrie.Le report du trafic de la rue de l'Industrie sur le nouvel axe routier permettra de supprimer letourner-à-gauche depuis la route de Suisse et de restreindre l'accès à la rue de l'Industrie auseul trafic de desserte.Le délestage du carrefour aura pour effet de rendre le trafic plus fluide sur la route de Suisseet, par conséquent, contribuera à diminuer le bruit et la pollution sur cet axe.Hiérarchie du réseauLe prolongement du chemin de la Scie a une fonction locale. Il permet de reporter une partiedu trafic à destination des hauts de Versoix, de la route de Suisse sur ce nouvel axe.L’aménagement de cette route doit donc être en adéquation avec sa fonction. De plus, desmesures d’accompagnement devront être prises pour garantir que le nouvel ouvrage n’induisepas du trafic de transit au travers des quartiers.Diminution des charges de trafic à travers le vieux BourgLe report de trafic de la rue de l'industrie sur le chemin de la Scie amènera à une diminutionsensible des charges de trafic sur la route de Suisse (estimée à environ 6'400 véhicules/jour),permettant un abaissement des charges sonores d'environ 1 dB(A). Les valeurs d'alarme étantdépassées pour la plupart des bâtiments bordiers, cette diminution n'est toutefois pasPlan directeur communal de Versoix – 2006 171


PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE : FICHE DE MESURE N° 9suffisante pour assurer le respect des valeurs d'alarme : un assainissement reste toujoursnécessaire.Cheminements cyclables et piétonniersLe franchissement de la Versoix dans le secteur de la Scie et des voies CFF constitue unimportant point de croisement de différents itinéraires piétonniers et cyclables : itinéraires depromenade le long de la Versoix (chemin de randonnée pédestre) et parcours quotidiens deliaison entre les quartiers situés au sud de la Versoix et le Bourg.Ceux-ci sont très fréquentés notamment par les écoliers (les enfants résidant au sud de laVersoix se rendent aux écoles communales et au C.O. des Colombières).La réalisation de la nouvelle route permettra de compléter le réseau des cheminementscyclables et piétonniers, en particulier :> assurer la continuité de l'itinéraire cyclable de la route de Suisse. Selon l'image directrice,l'itinéraire cyclable de la route de Suisse ne sera pas prolongé sur celle-ci à traversVersoix. L'itinéraire devrait emprunter un tracé parallèle aux voies CFF (côté lac) etdesservant les principaux équipements scolaires communaux. Les aménagements ainsiprévus dans le quartier de la Scie constituent un maillon indispensable pour assurer lacontinuité entre les pistes cyclables existantes sur la route de Suisse, au sud de Versoix,et les aménagements cyclables du chemin Vandelle.> assurer la continuité de l'itinéraire cyclable et piétonnier entre les quartiers Pelotière /Nant de Crève-Coeur et le secteur gare CFF / C.O. des Colombières. La création d'unnouveau franchissement de la Versoix, permet l'amélioration (sécurité, confort) de cescheminements qui aujourd'hui sont peu attractifs du fait de leur aménagement et tracé.Mise en valeur des terrains du quartier de la ScieLa nouvelle liaison routière facilitera la mise en valeur des terrains du quartier de la Scie. Cesterrains affectés en zone de développement industriel vont bénéficier de meilleuresconditions d'accès.CoordinationUne étroite coordination doit être assurée entre les différents projets qui touchent le secteuret qui sont planifiés à des horizons divers : prolongement du chemin de la Scie,développement du quartier industriel, mise en valeur du vallon de la Versoix (fiche de mesuren° 5).Opérations à entreprendre> Mise au point du projet et étude d’impact définissant les mesures de circulation et degestion des flux.Instances concernées> Commune> CantonDegré de priorité / DélaisCourt terme et en parallèle à l'aménagement de la route de Suisse.172


COMMUNE DE VERSOIXUN PROJET DE VILLEPLAN DIRECTEUR COMMUNALDossier d'annexes


SOMMAIREpage1. POTENTIEL A BATIR ..........................................................................................12. INVENTAIRES DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET ARCHEOLOGIQUE ................33. DONNEES STATISTIQUES.................................................................................113.1 Population, démographie..........................................................................113.2 Economie et emplois................................................................................153.3 Construction et logement ..........................................................................183.4 Surfaces de vente et surfaces de bureaux ....................................................193.5 Espace et environnement..........................................................................194. RESOLUTION ADOPTEE PAR LES COMMUNES DE LA REGION VERSOIX -TERRE-SAINTE LE 2.04.98...............................................................................215. PLAN DIRECTEUR DES TRANSPORTS PUBLICS 2003-2006................................255.1 Desserte ferroviaire (CFF) ..........................................................................255.2 Desserte bus (TPG) ..................................................................................266. PROCEDURE D'ADOPTION DES PLANS LOCALISES DE CHEMIN PEDESTRE .........29


ANNEXE 11. POTENTIEL A BATIRPLQN° 28’673BCanal de Versoix / Montfleury(1995)N° 28'295 Fleur d’eau(1991)N° 26'654 Montfleury /CFF (1973)NoteDDSBP m 2activités10'300(bureaux)EmploisSBP m2log.Log.Hab.- - 9’478 88 220340DR - - 4’565 28 70N° 29’147 - - 8’500 70 175N° 29’146 - - 3’431 26 65N° 28'546 Graviers /Machard (1995)N° 28’739A Pont Céard/ Sauverny (2000)N° 28'520 Val-de-Travers (1994)SelonDDétape 1165 5 3’987 33 82DD - - 5’900 45 1121’200 24 2’200 18 45TOTAL 11’665 369 38’061 308 769Terrains en zoneNoteSBP m 2activitésEmploisSBP m2log.Log.Hab.A Ch. Pont-Céard / CFF - - 4’270 35 87B Rte Suisse - - 9’700 80 200C Rte Suisse / Colomb - - 1’500 12 30D Rte Suisse / V.-la-Ville - - 3’000 24 60E Ch. Montfleury - - 1’900 16 40F Côté école Choiseul - - 6’800 56 140G Ch. Dégallier 14’000 130 325H Ch. Marc-Peter DP1'067(bureau)35 8’855 73 182I Rte Sauverny 2’400 20 50TOTAL 1’067 35 52’425 446 1’114Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 1


ANNEXE 1Secteur de la gare (zone de dév. 3)PLQN° 26'588 Av. Deshusses/ Vandelle (1972)N° 26'692 Rampe-dela-Gare/ av. Deshusses(1974)NoteParoissecatho.Nartex,SavignySBP m 2activités1’500 –2'500(com.)2'700 -3'300(com.)Emplois50 - 8090 -110SBP m2log.5’500 –6’5001'300 –1’700Log.46 - 54Hab.115 -13511 - 14 28 - 35Terrains en zoneDomaine CFFTOTALNoteSBP m 2activités5'000 –7'000(bureau)9'200 -12’800Emplois165 -230140 -190SBP m2log.Log.Hab.- - -6'800 -8’20057 - 68143 -170Versoix Sud (zone de dév. industriel et artisanal)Plan directeur du quartierde la ScieModification du régimedes zonesNoteSelonprojetEtude àfaireSBP m 2activitésEmplois10'000 2007’000 140SBP m2log.Log.Hab.TOTAL 17’000 340Zone villas (avec CUS = 0,25)Côté lacEmploisVillasHab.Selon parcellairePar morcellementEn lotissement10 255 1228 70Côté JuraEmploisVillasHab.Selon parcellairePar morcellementEn lotissementIndéterminéIndéterminéIndéterminéIndéterminéIndéterminéIndéterminé13 3226 6528 70TOTAL 110 274TOTAL GENERALARRONDI40’000 900 100’000 900 ∼ 2’3002


0m 0 250Echelle 1/10'000Novembre 2005PLAN DIREC TEURInventaire du patrimoine architectural et archéologiqueSite archéologique fouillé / connu / présuméSites liés au patrimoine hydrauliqueOuvrage miTracé IVS avec / sans substanceêtre classétiment recensé de valeur 3 ou 4+susceptible d'être inscrit à l'inventaireStation lacustrePde l'inventaire ISO0250 - InventA-10'000- MW - 25.11.05 - jca


ANNEXE 24


0m 50 250Echelle 1/10'000Novembre 2005Site archéologique fouillé / connu / présuméé0250 - InventB-10'000- MW - 25.11.05 - jca


ANNEXE 26


0 50 100 150 200 250Echelle 1/10'000Novembre 2005Inventaire du patrimoine architectural et archéologiqueSite arché fouillé / connu / présuméBâésusceptible d'être classéBâtiment recensé de valeur 3 ou 4+susceptible d'être inscrit à l'inventaireSites liés au patrimoine hydrauliqueOuvrage militaireTracé IVS avec / sans substanLimite communale0250 - InventC-10'000- MW - 25.11.05 - jca


ANNEXE 28


0m 50 100 150 200 250Echelle 1/10'000Novembre 2005COMMUNE DE VERSOIXPLAN DIREC TEURInventaire du patrimoine architectural et archéologiqueSite archéologique fouillé / connu / présuméBâtiment recensé de valeur 1 ou 2susceptible d'être classéSites liés au patrimoine hydrauliqueTracé IVS avec / sans substanceLimite communaleBâtiment recensé de valeur 3 ou 4+susceptible d'être inscrit à l'inventaire0250 - InventD-10'000- MW - 25.11.05 - jca


ANNEXE 210


ANNEXE 33. DONNEES STATISTIQUES3.1 Population, démographiePopulation résidante de quelques communes depuis 19201920 1930 1941 1950 1960 1970 1980 1990 2000Versoix 1'977 2'211(+ 12 %)2'114(- 5 %)2'471(+ 17 %)3'426(+ 38 %)5'627(+ 64 %)7'483(+ 33 %)8'927(+ 19 %)10'826(+ 21 %)Bernex 1'004 1'129(+ 12 %)1'099(- 3 %)1'266(+ 15 %)1'679(+ 33%)3'870(+ 1308'055(+ 1088'812(+ 9 %)8'709(- 2 %)%) %)Meyrin 1'325 1'709(+29 %)1'945(+ 5,5 %)2'063(+ 6 %)3'215(+ 56 %)14'255(+443 %)18'808(+ 32 %)20'058(+ 7 %)19'655(- 2 %)Thônex 1'479 1'504(+ 2 %)1'727(+ 15 %)1'953(+ 13 %)3'245(+ 66 %)6'680(+105 %)9'241(+ 38 %)10'273(+ 11 %)12'452(+ 21 %)Genève 126'626 124'121 124'431 145'473 176'183 173'618 156'505ville(- 2 %) (+ 0,2 %) (+ 17 %) (+ 21 %) (- 2 %) (- 10 %)Canton 171'000 171'366 174'855 202'918 259'234 331'599 349'040(+ 0,2 %) (+ 2 %) (+ 16 %) (+ 28 %) (+ 28 %) (+ 5 %)Nyon 10'935 12'297(+ 12 %)171'300(+ 9 %)382'543(+ 9 %)13'306(+ 8 %)177'692(+ 4 %)413'585(+ 8 %)15'589(+ 17 %) Versoix connaît une croissance régulière et soutenue depuis 1950Un boum dans les années 60-70 : la ville de Genève perd des habitants au profit descommunes de la première couronneProjections démographiques (DAEL-OTC)PopulationScénarioobjectifScénariotendance2000 2010 2020 2020Versoix 10'826 11'581 12'252 12'021+ 755 + 1'426+ 14,6 % + 13 % + 11 %Canton 413'585 435'178 465'965 448'343+ 5,2 % + 12,6 % + 8,4 %Une croissance plus soutenue que la moyenne cantonale.Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 11


ANNEXE 3Population résidante de quelques communes depuis 19901990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 Var.90-00Versoix 8'927 9'017 9'266 9'326 9'418 9'527 9'955 10'128 10'270 10'546 10'826 + 1'899(+ 21 %)Bernex 8'812 8'817 8'704 8'813 8'676 8'495 8'545 8'401 8'428 8'622 8'709 - 103(- 2 %)Meyrin 20'058 19'829 19'618 20'063 20'175 20'130 20'005 19'788 19'733 19'669 19'655 - 403(- 2 %)Thônex 10'273 10'757 10'924 11'027 11'056 11'140 11'228 11'097 10'986 11'834 12'452 1 2'179(+ 21 %)Genève ville 171'300 171'411 172'486 174'334 175'630 176'372 174'859 174'653 175'210 176'435 177'692 + 6'392(+ 4 %)Canton 382'543 384'657 386'999 391'176 395'609 399'081 400'399 400'860 403'022 408'350 413'585 + 31'042(+ 8 %)Nyon 13'306 13'706 13'983 14'454 14'769 14'987 15'083 15'225 15'308 15'441 15'589 15'748(+ 17 %) Moyenne cantonale : + 8 % Les communes avec la plus forte croissance sont les petites communes :- Gy + 47 %- Aire-la-Ville + 40 %- Troinex + 40 %Croissance des communes de la couronne- Plan-les-Ouates + 35,5 %- Grand-Saconnex + 25 %- Veyrier + 25 %- Versoix + 21 %- Thônex + 21 %- Carouge + 16 %- Chêne-Bourg + 14 %- Lancy + 10 %- Vernier + 4 %- Onex + 4 %- Genève + 4 %Bilan démographique de quelques communes, en 2002MouvementMouvement Variation totalenaturelmigratoireVersoix + 42 + 81 + 123Bernex + 40 + 157 + 197Meyrin + 97 + 35 + 132Thônex + 47 + 40 + 87Genève ville + 408 + 1'494 + 1'902Canton + 1'312 + 4'228 + 5'540Un solde positif largement dépendant du gain migratoire.12


ANNEXE 3Population résidante selon l'origine, en 2002Population en 2002 Suisses EtrangersVersoix 11'128 6'691 (60 %) 4'437 (40 %)Bernex 9'062 7'282 (80 %) 1'780 (20 %)Meyrin 20'307 11'343 (56 %) 8'964 (44 %)Thônex 13'020 8'596 (66 %) 4'424 (34 %)Genève ville 182'560 102'627 (56 %) 79'933 (44 %)Canton 427'705 263'624 (62 %) 164'081 (38 %)Une proportion d'étrangers très légèrement supérieure à la moyenne cantonale.Population résidante selon le groupe d'âges de quelques communes, en 20020 – 19 ans 20 – 64 ans 65 et plus TotalVersoix 3'212 (29 %) 6'671 (60 %) 1'245 (11 %) 11'128Bernex 2'245 (25 %) 5'765 (64 %) 1'052 (11 %) 9'062Meyrin 4'580 (23 %) 13'258 (65 %) 2'469 (12 %) 20'307Thônex 3'273 (25 %) 7'848 (60 %) 1'899 (15 %) 13'020Genève ville 33'056 (18 %) 120'901 (66 %) 28'603 (16 %) 182'560Canton 93'612 (22 %) 272'612 (64 %) 61'477(14 %) 427'705Une population plus jeune que la moyenne cantonale.Une commune qui attire les jeunes familles.Au niveau cantonal, la proportion de personnes âgées de plus de 65 ans devrait passer de14 % en 2000 à 17 –18 % en 2025.La population âgée de 80 ans ou plus augmentera de 24 % entre 2000 et 2010.On considère que 20 % de la population de plus de 80 ans aura recours à un accueil enEMS.Population résidante selon le groupe d'âges 1970 -20000 – 19 ans 20 – 64 ans 65 et plus Total1970 1'902 (34 %) 3'251 (58 %) 474 (8 %) 5'6271980 2'191 (29 %) 4'629 (62 %) 663 (9 %) 7'4831990 2'356 (27 %) 5'398 (63 %) 850 (10 %) 8'6042000 3'114 (29 %) 6'532 (60 %) 1'180 (11 %) 10'826Augmentation progressive de la catégorie 65 et plus.Un vieillissement de la population qui se constate partout.Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 13


ANNEXE 3Mouvement migratoire en 2000Extérieur du canton Intercommunal TotalImmigrés Emigrés Solde Immigrés Emigrés Solde Immigrés Emigrés SoldePop.Tot.Versoix 699 604 95 744 585 159 1'443 1'189 254 10'826(48 %) (51 %) (52 %) (49 %)Bernex 286 274 12 623 600 23 909 874 35 8'709(31 %) (31 %) (69 %) (69%)Meyrin 971 897 74 1'025 1'249 - 224 1'996 2'146 - 150 19'655(49 %) (42 %) (51 %) (58 %)Thônex 450 441 9 1'324 743 581 1'774 1'184 590 12'452(25 %) (37 %) (75 %) (63 %)Genève 12'815 10'142 2'673 6'256 8'174 - 19'071 18'316 755 177'692ville1'918(67 %) (55 %) (33 %) (45 %)Canton 23'072 19'282 3'790 24'268 24'268 - 47'340 43'550 3'790 413'585(49 %) (44 %) (51 %) (66 %)Renouvellement annuel de plus de 10 % de la population.Mouvement migratoire intercommunal pratiquement équivalent au mouvement migratoire deet vers l'extérieur du canton.Population active occupée, selon la catégorie socio-professionnelle (RFP 1990)VersoixCantonDirigeants 123 (3 %) 3'817 (2 %)Professions libérales 66 (1,5 %) 3'187 (2 %)Autres indépendants 375 (9 %) 13'981 (7 %)Professions intellectuelles et 701 (17 %) 25'826 (13 %)d'encadrementProfessions intermédiaires 905 (21,5 %) 36'750 (17 %)Non-manuels qualifiés : employés945 (22,5 %) 4'604 (23 %)Manuels qualifiés : employés 254 (6 %) 12'996 (7 %)Travailleurs non qualifiés 658 (15,5 %) 43'574 (22 % )Indéterminé 167 (4 %) 13'230 (7 %)TOTAL 4'194 (100 %) 197'875 (100 %)Plus de 50 % de la population se trouve dans une catégorie socio-professionnelle intermédiaireà élevée.Une population ayant une qualification professionnelle, supérieure à la moyenne cantonale.14


ANNEXE 33.2 Economie et emploisEmplois selon l'activité économique, situation en septembre 2001Secteur secondaireSecteur tertiaireTotal % Total %Versoix 425 18 1'880 82Carouge 3'780 22 13'052 78Bernex 320 17 1'562 83Meyrin 3'266 13 21'044 87Thônex 788 19 3'404 81GE-ville 10'388 7 130'736 93Canton 39'261 15 220'744 85La part du secteur secondaire est relativement plus importante que la moyenne cantonale.Evolution des emplois 1985 –2001Secteur primaire Secteur Secteur tertiaire TOTALsecondaire1985 75 603 1'435 2'1131991 47 - 37,3% 585 - 3,0% 1'735 + 20,9% 2'367 +12,0%1995 62 + 31,9% 580 - 0,9% 1'589 - 8,4% 2'231 - 5,7%1998 62 0,0% 523 - 9,8% 1'743 + 9,7% 2'328 + 4,3%2001 45 - 28 % 425 - 19 % 1'880 + 8 % 2'350 + 1%Malgré la perte constante d'emplois dans le secteur secondaire (moins 178 emploisdepuis 1985), le développement du secteur tertiaire a permis à la commune de gagner237 emplois supplémentaires, notamment dans la deuxième moitié des années quatrevingtet depuis la reprise économique.Etablissements et emplois selon l'activité économique, secteur secondaireEtablissementsEmplois1995 1998 1995 1998Industrie 39 30 473 435Construction 27 25 107 88TOTAL 66 55 580 523Les industries manufacturières représentent la grande majorité des emplois, mais sonten diminution de 8 % 1995 à 1998.Avec la mise en faillite de la papeterie en 2000, le secteur secondaire a connu uneforte baisse qui n'apparaît pas encore dans les statistiques.Le secteur de la construction est en légère régression.Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 15


ANNEXE 3Etablissements et emplois par activité économique, secteur tertiaireEtablissementsEmplois1995 1998 1995 1998Commerce, réparation80 70 276 316Hôtellerie, restauration19 22 110 120Transports et communications11 12 50 51Activités financières,assurances7 7 34 30Immobilier, serv.aux entreprises51 63 230 269Administration pub. 5 4 55 48Enseignement 19 15 443 468Santé, activitéssociales47 55 307 349Autres servicescollectifs personnels38 31 84 79Secteur public international-1 - 13TOTAL 277 280 1'589 1'743 L'enseignement représente plus du quart des emplois (26,8 %).Le secteur de la santé représente 20 % des emplois. Le commerce de détail et la réparation connaît une augmentation de 23 %.Les services fournis aux entreprises connaissent également une forte croissance de prèsde 16 %.Ratio emplois/habitants en 1995Emplois 1995 Habitants 1995 RatioVersoix 2'231 9'527 1/4,3Bernex 1'981 8'495 1/4,3Meyrin 25'491 20'130 1,26/1Thônex 4'460 11'140 1/2,5GE-ville 140'212 176'372 1/1,25Canton 249'201 399'081 1/1,6 Un déficit important de places de travail qui tend à s'aggraver :ooen 1998 le ratio passe à 1 emploi pour 4,4 habitants)en 2001 le ration passe à 1 emploi pour 4,68 habitants16


ANNEXE 3Evolution des emplois 1991-1995-1998Emplois 1991 Emplois 1995 Emplois 1998Versoix 2'367 2'231 2'328(- 6 %) (+ 4,3 %)Bernex 2'196 1'981 1'956(- 10 %) (- 2 %)Meyrin 26'357 25'491 23'130(- 3 %) (- 10 %)Thônex 4'296 4'460 4'162(+ 3,8 %) (- 7 %)GE-ville 154'781 140'212 136'869(- 10 %) (- 3,5 %)Canton 262'715 249'201 240'484(- 5 %) (- 3,5 %)Entre 1991 et 1998 les emplois ont diminué de 2 % alors que pendant la même période,la population a augmenté de près de 14 %.Ratio actifs / population résidente en 1990Actifs 1990 Population 1990 RatioVersoix 4'379 8'603 0,50Bernex 4'532 8'646 0,52Meyrin 11'145 19'519 0,57Thônex 5'487 10'180 0,54GE-ville 95'571 171'042 0,56Canton 206'919 379'190 0,55Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 17


ANNEXE 33.3 Construction et logementBâtiments avec logements, depuis 1970TotalbâtimentsVersoix 742 437(59 %)Canton 24'123 11'497(48 %)1970 1980 1990 2001Dont Total Dont villas Total Dont Totalvillas bâtimentsbâtiments villas bâtiments824 490(59 %)28'123 14'405(51 %)1'015 674(66 %)32'404 18'046(51 %)Dontvillas1'233 769(54 %)Une proportion de villas supérieure à la moyenne cantonale, mais une tendance à unrééquilibrage progressif.Ratio habitants / logementsPopulation1990Logements1990Ratiohab/logPopulation2000Logements2000Ratiohab/logVersoix 8'603 3'652 2.35 10'826 4'568 2.37Genève 171'042 96'315 1.77 177'692 103'057 1.72villeCanton 379'190 186'454 2.03 413'585 206'448 2.00Le taux d'occupation des logements indique une forte présence de jeunes familles, cequi est confirmé par l'analyse des groupes d'âge.Pourcentage de logements subventionnés par rapport au parc de logements dans quelquescommunes (situation au 30.04.02).Bernex 2,6 %Meyrin 4,4 %Bellevue 7,3 %Grand-Saconnex 10 %Moyenne cantonale 10,7 %Lancy 13,2 %Plan-les-Ouates 14,1 %Versoix 17,6 %Carouge 17,9 %Chêne-Bourg 17,9 %Thônex 18,8 %Onex 19,7 %Vernier 21,5 %Troinex 22,2 %Versoix a un pourcentage de logements subventionnés supérieur à la moyenne cantonale,mais inférieur à l'objectif cantonal de constituer un parc de logements locatifs sociauxpérennes (LLSP) de 20 %.18


ANNEXE 3Logements construits et taux de vacanceAutorisationsLogements Taux de vacanceaccordéesconstruits1996 62 273 0,741997 100 44 1,181998 59 57 1,161999 2 81 1,062000 62 141 1,362001 0,33On considère qu'en dessous de 2 %, l'on se trouve dans une situation de pénurie. AVersoix, comme sur le reste du canton, le marché est complètement asséché.3.4 Surfaces de vente et surfaces de bureauxVenteEn 1999, la surface de vente s'établissait à 3,08 m 2 /habitant dans le canton de Genève. AVersoix ce taux était de 1,04 m 2 /habitant.Il y a donc un réel déficit de commerces à Versoix.En 2000, il y avait 11'000 m 2 de surfaces de vente à Versoix et 210 m 2 vacants. En 2002, letaux de vacance est tombé à 0.BureauxEn 2000, il y avait 23'000 m 2 de surfaces de bureaux à Versoix. En 2001 et 2002, le taux devacance était de 0.Le projet "Fleur d'eau" prévoit la réalisation de 11'000 m 2 de surfaces de bureaux.3.5 Espace et environnementUtilisation du sol en 1992/1997 (en hectares)Surfaceagricoleutileha % Aire debâtimentsSurfaces d'habitats et d'infrastructuresSurfacesboiséesSurfacesimproductivesAire Infrastructures Espaces total % ha % ha %indust. de transport verts/détente317 30,3 201 8 75 26 310 29,7 417 39,9 1 0,1Surfaces des zones selon le type de zone, en hectares, en 2002Zones à bâtirAutres zones3 4 5 ind./art. ferrov. Total agric. forêts verdure totalTOTALzonesLaccoursd'eauTOTAL11,4 64,1 142,2 9,9 7,1 234,7 383,8 410,7 19,7 814,3 1'048,9 466,2 1'515,2Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 19


ANNEXE 320


ANNEXE 4RESOLUTIONADOPTEE PAR LES COMMUNES DE LA REGION VERSOIX - TERRE SAINTEBOGIS-BOSSEY, CELIGNY, CHAVANNES-DE-BOGIS, CHAVANNES-DES-BOIS, COMMUGNY, COPPET,CRANS-PRES-CELIGNY, FOUNEX, MIES, TANNAY, VERSOIXEXPOSE DES MOTIFSLes communes de la région Versoix-Terre Sainte se sont regroupées pour faire une réflexiond’ensemble sur les déplacements dans l’espace qui les concerne. Après plusieurs rencontreset suite à l’étude exploratoire qu’elles ont lancé en 1997 (Déplacements dans la région Versoix- Terre Sainte, Vers une politique de gestion intercommunale, Urbaplan septembre 1997et février 1998 pour la version résumée), les communes constatent qu’elles ont en commun:Des problèmes régionaux de déplacements• La région subit d'importants problèmes liés aux circulations, notamment dus au traficqui « déborde » de plus en plus fréquemment et régulièrement de l’autoroute pour sediffuser sur un réseau communal et cantonal incapable d’absorber convenablement cescharges supplémentaires (sécurité, nuisances, surcharges des réseaux, déstructurationdes villages, etc.).• Malgré les efforts consentis en faveur des transports publics (rail et bus 2000, offre detransports scolaires supérieure au minimum exigible), ces problèmes risquent de s'aggraverencore vu la croissance continue de la surcharge de l’autoroute, l’augmentation généralede la mobilité et le fort potentiel d'accroissement de la population dans la régionet sur l’ensemble de l’espace lémanique compris entre Lausanne et Genève.Une politique concertée à définir et à appliquer• Pour optimiser les résultats escomptés, la réalisation en cours du projet rail et bus 2000doit être appuyée localement et régionalement par des mesures d’accompagnement àcoordonner entre les diverses instances (confédération, cantons, région de Nyon et communes)et sociétés de transport (CFF, PTT, TPG, TPN, NStCM, transports scolaires publicset privés, etc.) concernées.• Les problèmes de circulation ne peuvent pas être résolus au niveau local, mais nécessitentune étroite collaboration entre les communes et les cantons.• Les actions doivent être coordonnées dans le temps et l'espace, englobant tous les domainesqui ont une influence déterminante sur les déplacements: aménagement du territoire,exploitation du réseau, politique multimodale des déplacements (transports publics,trafic individuel, cyclistes, piétons, etc).Une démarche à poursuivre• Pour toutes les décisions importantes qui engagent l’avenir, chacun des partenaires(cantons, communes) a besoin de s’appuyer sur une « plate-forme » qui soit admise partous afin d’orienter ses actions en fonction d’une perspective à long terme réalisableprogressivement.• L’étude exploratoire réalisée pose les premières bases de cette « plate-forme » communepour la gestion future des déplacements dans la région Versoix - Terre Sainte.• Cette étape préliminaire doit être poursuivie avec la collaboration des deux cantons deGenève et Vaud en vue de l’établissement et de l’adoption d’un plan directeur des déplacements.Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 21


ANNEXE 4DECISIONSPar la présente résolution adoptée le 2 avril 1998 à Tannay,les communes de la région Versoix -Terre Sainteapprouventles conclusions de l’étude exploratoire et en particulier le schéma ainsi que les objectifs etmesures annexés à la présente résolution,invitentles Conseils d'Etat des cantons de Genève et Vaud à prendre position sur ces propositions età collaborer à leur mise en oeuvre.Les maires et syndics des communes de :CélignyVersoixBogis-BosseyChavannes-de-BogisChavannes-des-BoisCommugnyCoppetCrans-près-CélignyFounexMiesTannay22


ANNEXE 4OBJECTIFS ET MESURES A ADOPTER POUR UNE GESTION INTERCOMMUNALE DESDEPLACEMENTSFavoriser les déplacements en train pour les trajets pendulaires d’échange interne/externeà la région.aménager des parkings d’échange,assurer un rabattement par bus,assurer une bonne accessibilité piétons et 2 roues,réserver un couloir pour la réalisation à long terme d’une troisième voie ferroviaire au-delà de Coppet.Favoriser les déplacements non-motorisés pour les trajets internes à la région.développer les réseaux piétons et deux roues en particulier pour l’accès aux écoles et autres générateurs.Développer un réseau interne de bus.maintien, voire amélioration des transports scolaires,mixité éventuelle transports scolaires/publics,communauté tarifaire,réserve pour parking d’échange aux endroits favorables le long des lignes (le long de la RC 2b par exemple).Rabattre sur l’autoroute le trafic de transit et le trafic pendulaire.améliorer la jonction de Chavannes,réaliser une jonction nouvelle à Versoix,assurer un réseau performant d’accès aux jonctions.Dissuader l’utilisation du réseau secondaire pour le trafic externe (transit et échange).hiérarchiser et sécuriser le réseau,l’aménager de façon à favoriser les accès directs depuis le réseau principal périphérique sans traverser lesquartiers,assurer une protection des réseaux internes piétons et 2 roues.Conditionner le développement de l’urbanisation à la réalisation des objectifs et mesuresen faveur de la gestion des réseaux de déplacements.densifier en priorité les secteurs proches des gares,garantir la continuité des réseaux piétons et 2 roues au travers des “ poches ” existantes et futures,organiser les accès véhicules selon la hiérarchie des routes et rues.Coordonner la mise en œuvre au niveau intercommunal.Planifier et gérer conjointement les réseaux :- fonctions,- connexions,- aménagements,- réalisation.Appliquer les mesures proposées concernant l’urbanisation :- étapes,- densités,- "perméabilité".Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 23


ANNEXE 424


ANNEXE 55. PLAN DIRECTEUR DESTRANSPORTS PUBLICS2003-2006Le plan directeur genevois des transportspublics (bus, tram, rail, mouettes) pour lapériode 2003-2006 se veut ambitieux. L'objectifest de réorganiser et d'étoffer l'offre desorte à permettre la prise en charge d'unnombre nettement accru d'usagers, conformémentau scénario "Objectif" d'évolutionde la mobilité.Les propositions formulées par les mandataires1 pour le corridor Lac - Aéroport sontillustrées sur le plan en fin de chapitre. Anoter que celles-ci ne figurent pas explicitementdans le contrat de prestations desTPG.5.1 Desserte ferroviaire (CFF)Le projet Rail 2000 1 ère étape est en coursde réalisation, sa mise en service est prévuepour fin 2004.Infrastructures nouvellesAu niveau des infrastructures, le projetconsiste à construire :• une 3 ème voie ferroviaire entre Coppet etGenève. Celle-ci est réalisée du côtéJura des voies existantes (sauf à l'entréede Genève),• une 3 ème et une 4 ème voie ferroviaire auCreux-de-Genthod (point de croisementdes trains régionaux).Les deux voies côté Jura seront affectées autrafic national, international et marchandises.La voie existante côté Lac sera réservéeau trafic régional.De ce fait, dans les haltes, les trains régionauxutiliseront exclusivement le quai côtéLac, ceci dans les deux sens. Ainsi, l'aménagementet l'équipement des haltes devratenir compte du fait que la clientèle destrains régionaux accèdera désormais du côtéLac des voies ferrées uniquement.1 Cf. "Plan directeur des transports publics2003-2006 - Rapport technique n° 3 -Image directrice 2006", RR&A, 14 janvier2002.Desserte ferroviaire régionaleAujourd'hui, l'offre ferroviaire régionale estdirectement conditionnée par l'horaire destrains nationaux, internationaux et marchandises.Bien que l'objectif soit d'offrirune desserte régionale à la demi-heure enpériodes de pointe et à l'heure hors pointe,dans les faits l'horaire des trains régionauxest relativement irrégulier (cadences variables)et instable (les régionaux subissent lesretards des autres catégories de trains).A partir de fin 2004, avec une voie réservéeau trafic régional et un point de croisementintermédiaire, il sera possible de garantir unvéritable cadencement à la demi-heure dela desserte régionale et de mieux respecterles horaires.En outre, la capacité disponible dans lestrains, à Versoix, augmentera sensiblement.En effet, les trains régionaux n'iront plus audelàde Coppet, et Coppet sera desservi parles trains accélérés. Ainsi, toute la capacitédes trains régionaux sera à disposition de laclientèle du tronçon Tannay - Genève.Ceci dit, Rail 2000 1 ère étape permettra uneamélioration surtout qualitative de l'horairerégional. Afin de permettre à moyen termeune amélioration également quantitative, ila été proposé, dans le cadre du Plan directeur2003-2006, de mettre tout en oeuvreen vue d'une augmentation significative dela cadence de la desserte régionale (cadenceau quart d'heure par exemple). Cecinécessitera la réalisation de points de croisementsupplémentaires. Compte tenu desdélais d'étude, de procédures et d'exécution,la mise en service de points de croisementsupplémentaires serait envisageablepour fin 2007 au plus tôt. Les points decroisement sont prévus à Pregny et Mies.Desserte ferroviaire "accélérée"Les CFF ont introduit depuis peu entreLausanne et Genève, des trains de type"accéléré" (parfois appelés RegioExpress),s'arrêtant, selon les cas, à Renens, Morges,Rolle, Gland, Nyon, Coppet, Versoix. Ceuxcioffrent un niveau de desserte intermédiairebienvenu entre les trains régionauxs'arrêtant dans toutes les haltes et les trainsInterRegio (IR) desservant uniquement Nyonet Morges. Ils circulent cependant de manièreoccasionnelle, en fonction des créneauxhoraires disponibles.Avec Rail 2000 1 ère étape (fin 2004), il estprévu d'introduire une offre RegioExpress(RX) régulière et cadencée. Ces trains circuleronttoute la journée à la cadence horairePlan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 25


ANNEXE 5et pourraient passer à une cadence à lademi-heure aux périodes de pointe.Compte tenu des contraintes d'horaires, lestrains RX ne pourront en principe pas s'arrêterà Versoix, du moins pas systématiquement.Les possibilités dépendent de l'horairedéfinitif et des créneaux à réserver pourl'offre internationale et marchandises.5.2 Desserte bus (TPG)Dans le cadre du Plan directeur 2003-2006, il a été proposé pour le territoiresuburbain, de viser une desserte de pointeau quart d'heure. La solution préconiséepar les mandataires (Cf. rapport techniquefinal) consiste à atteindre ce niveau dedesserte par l'introduction de nouvelleslignes TPG circulant en alternance avec leslignes régulières existantes et offrant desdestinations complémentaires.Pour le corridor Lac - Aéroport, l'offre proposéeà cet horizon peut être résumée commesuit :• ligne V :- itinéraire conservé,- cadence à la demi-heure de 6h à20h (non-stop) en semaine, ainsique le samedi après-midi; cadencehoraire le reste du temps.• ligne Z :- itinéraire conservé,- cadence à la demi-heure de 6h à20h (non-stop) en semaine, ainsique le samedi après-midi; cadencehoraire le reste du temps.• ligne U (nouvelle) :- itinéraire Collex-Bossy - Richelien- St-Loup - Lachenal - Pont-Céard- Montfleury - Centre sportif,- circule à la demi-heure, uniquementles jours de semaine en périodede pointe,- à Versoix, son horaire est cadencéavec celui de la ligne V, les deuxlignes offrant ensemble à l'intérieurde la commune, une dessertede pointe au quart d'heure,- cette ligne nouvelle permet lasuppression des courses scolairesentre Collex-Bossy et le C.O. desColombières.chemin de fer aux haltes de Genthod-Bellevue, Versoix et Pont-Céard.Un éventuel prolongement des lignes TPGU et V sur les communes vaudoises n'est pasà exclure et sera examiné dans le cadre desétudes planificatrices en cours en TerreSainte et dans le District de Nyon.Au-delà de 2006, avec un cadencement auquart d'heure de la desserte ferroviaire, uneréorganisation plus radicale de l'offre TPGpourrait être envisagée (développement durabattement bus sur le chemin de fer).Dans la mesure des possibilités, les lignes Uet V assurent la correspondance avec le26


ANNEXE 5Offre proposée pour le corridor Lac - Aéroport dans le cadre du Plan directeur genevois destransports publics 2003-2006Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 27


ANNEXE 528


ANNEXE 66. PROCEDURE D’ADOPTION DES PLANS LOCALISES DE CHEMI NPEDESTRE (PLCP) SELON ART. 12 ET SS DE LA LOICANTONALE D’APPLICATION DE LA LOI FEDERALE SUR LESCHEMINS POUR PIETONS ET LES CHEMINS DE RANDONNEEPEDESTRE (L 1 60)Plan directeur communal de Versoix – 2006 - Annexes 29


ANNEXE 630

More magazines by this user
Similar magazines