13.07.2015 Views

Familles d'accueil et intervention jeunesse - Rapport du Groupe de ...

Familles d'accueil et intervention jeunesse - Rapport du Groupe de ...

Familles d'accueil et intervention jeunesse - Rapport du Groupe de ...

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Équipement :Hewl<strong>et</strong>t Packard — 1024 Low EmissionsTraitement <strong>de</strong> texte : Word 8.0Dactylographie <strong>et</strong> mise en page : Lucille GRONDINNote :Dans ce texte, l’utilisation <strong>du</strong> masculin pour désigner <strong>de</strong>s personnes a comme seul butd’alléger le texte <strong>et</strong> d’i<strong>de</strong>ntifier sans discrimination les indivi<strong>du</strong>s <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux sexes. Lalectrice <strong>et</strong> le lecteur verront à interpréter selon le contexte.Le présent document est disponible sur le site Web <strong>du</strong> Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec à lasection Institut universitaire sur les jeunes en difficulté, dans la page <strong>de</strong>spublications. L’adresse <strong>de</strong> ce site est : www.centre<strong>jeunesse</strong><strong>de</strong>quebec.qc.caPro<strong>du</strong>ction :Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> QuébecInstitut universitaire sur les jeunes en difficulté2915, avenue Bourg–RoyalBEAUPORT (Québec)Téléphone : (418) 661–6951Télécopieur : (418) 644–6513Dépôt légalBibliothèque nationale <strong>du</strong> Québec, 2000Bibliothèque nationale <strong>du</strong> Canada, 2000ISBN 2-921151-43-X©Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialListe <strong>de</strong>s tableauxTableau1 Éléments ayant servi <strong>de</strong> soutien empirique à la démarched'analyse <strong>du</strong> groupe <strong>de</strong> travail.........................................Pagev2 Distribution <strong>de</strong>s 384 enfants accueillis par les 152 familles<strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> sondage, selon l’âge........................................ 53 Nombre <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> dans lesquelles les 109adolescents interrogés rapportent avoir vécu .......................... 64 Distribution <strong>de</strong> la <strong>du</strong>rée <strong>de</strong> placement pour les 384 enfantsplacés dans les 152 familles <strong>d'accueil</strong> répondantes................. 65 Degré d’accord avec l’affirmation « tes contacts avec tes parentsnaturels sont agréables »....................................................... 106 Années d'expérience <strong>de</strong>s 152 familles <strong>d'accueil</strong> interrogées...... 117 Nombre d'enfants accueillis par les familles <strong>d'accueil</strong>.......... 128 Nombre <strong>de</strong> rencontres consacrées à l’évaluation <strong>de</strong>s famillespostulantes d’après les intervenants aux ressourcesinterrogés ..................................................................... 339 Nombre d'heures consacrées à l'évaluation <strong>de</strong>s famillespostulantes ................................................................... 3310 Comment en êtes-vous venu à jumeler c<strong>et</strong>te familled’accueil <strong>et</strong> c<strong>et</strong> enfant? ................................................... 3811 Temps écoulé entre le moment où le besoin <strong>de</strong> placementa été déterminé <strong>et</strong> celui où l’enfant s’est r<strong>et</strong>rouvé dans lafamille d’accueil ............................................................. 38


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialListe <strong>de</strong>s organismes <strong>et</strong> indivi<strong>du</strong>s ayantsoumis un avis✦ CENTRES JEUNESSE❖ Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Bas–St–Laurent❖ Centres <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> <strong>de</strong> la famille Batshaw❖ Centres <strong>jeunesse</strong> Chaudière–Appalaches❖ Centre <strong>jeunesse</strong> Gaspésie–Les Îles❖ Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> l’Estrie❖ Centres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la Mauricie <strong>et</strong> <strong>du</strong> Centre–<strong>du</strong>–Québec❖ Centres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Montréal❖ Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec✦ ASSOCIATIONS DE FAMILLES D’ACCUEIL❖❖❖❖❖❖❖❖❖Madame Micheline AUGERPrési<strong>de</strong>nte intérimaireMadame Ruth CARRIERPrési<strong>de</strong>nteMadame Marie–Clau<strong>de</strong> CLAVELLEPrési<strong>de</strong>nteMadame Christiane CLOUTIERPrési<strong>de</strong>nteMadame Gilberte CORMIER DERAPSPrési<strong>de</strong>nteMadame Micheline GAUTHIERPrési<strong>de</strong>nteMadame Jacqueline LESAGETrésorièreMadame Ghislaine LÉVEILLÉPrési<strong>de</strong>nteMonsieur Pierre ROBITAILLEPrési<strong>de</strong>ntAssociation <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> MontréalmétropolitainAssociation régionale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong>Chaudière–AppalachesAssociation <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong> l’EstrieAssociation régionale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong>Saguenay Lac St–JeanAssociation <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> Bas–<strong>du</strong>–FleuveAssociation régionale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> àl’enfance <strong>du</strong> Centre–<strong>du</strong>–QuébecAssociation régionale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong>l’Abitibi–TémiscamingueAssociation locale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong> Laval inc.Association régionale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong>l’Abitibi–Témiscamingue


xii<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial❖Madame Michèle TURGEONPrési<strong>de</strong>nteAssociation régionale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong>Québec❖ Conseil d’administration Association régionale <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong> laCôte–Nord✦ INTERVENANTS❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖Monsieur Michel ALARIEIntervenant <strong>du</strong> territoire Sud–OuestMadame Danièle BOUCHARDCoordonnatriceMadame Lise BOUCHERIntervenante <strong>du</strong> territoire Sud–OuestMonsieur Laurent CHABOTConseiller en développement professionnelMonsieur Jean–Pierre CORMIERDirecteur <strong>de</strong>s services professionnelsMonsieur Sylvain CYRChef d’équipeMadame Nicole DE–ROYIntervenante <strong>du</strong> territoire Sud–OuestMadame Gin<strong>et</strong>te DUTILDirectrice <strong>de</strong>s services à la clientèleÉquipe <strong>du</strong> point <strong>de</strong> service <strong>de</strong> Ste–Anne<strong>de</strong>s MontsMonsieur Yves FOUQUETTEIntervenant <strong>du</strong> territoire Sud–OuestMadame Carol GILBERTTravailleuse socialeMadame Martine LAFORMEIntervenante <strong>du</strong> territoire Sud–OuestMadame Marie–Andrée LANGLOISIntervenante <strong>du</strong> territoire Sud–OuestMadame Jacinthe OUELLETIntervenante <strong>du</strong> territoire Sud–OuestMonsieur Camil ST–HILAIREConseiller aux ressources à l’hébergementCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Saguenay–Lac–Saint–Jean • secteur La BaieCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong>s Laurenti<strong>de</strong>sCentre <strong>jeunesse</strong> Gaspésie—Les ÎlesCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Saguenay–Lac–Saint–JeanCentre <strong>jeunesse</strong> Gaspésie—Les ÎlesCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> LanaudièreCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la MontérégieCentre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> l’Abitibi–Témiscamingue


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialxiii❖Madame Denise TRANOCoordonnatrice <strong>de</strong>s ressourcesCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong>s Laurenti<strong>de</strong>s❖ Madame France TREMBLAY Centre <strong>jeunesse</strong> Côte–Nord❖Madame Annie TEMPIERPsychologueCentres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Lanaudière✦ FAMILLES D’ACCUEIL❖ Madame Véronique DUBÉ❖ Monsieur Robert BROUILLET


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialxvListe <strong>de</strong>s collaborateursLe GROUPE DE TRAVAIL tient à remercier les groupes <strong>et</strong> personnes qui, à un momentou l’autre, ont collaboré au présent rapport :❖ Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> l’Abitibi–Témiscamingue❖ Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> Batshaw❖ Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> la Côte–Nord❖ Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> l’Estrie❖ Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> la Gaspésie–Les Îles❖ Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> la Mauricie <strong>et</strong> <strong>du</strong> Centre–<strong>du</strong>–Québec❖ Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> Montréal❖ Comité <strong>de</strong>s répondants aux ressources intermédiaires <strong>et</strong> <strong>de</strong> type familial <strong>de</strong>scentres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec❖ Comité <strong>de</strong>s usagers <strong>du</strong> Centre <strong>jeunesse</strong> Gaspésie—Les Îles❖ Comité <strong>de</strong>s usagers <strong>de</strong>s Centres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la Mauricie <strong>et</strong> <strong>du</strong> Centre–<strong>du</strong>–Québec❖ Comité <strong>de</strong>s usagers <strong>de</strong>s Centres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Montréal❖ Comité <strong>de</strong>s usagers <strong>de</strong>s Centres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> l’Outaouais❖ Comité <strong>de</strong>s usagers <strong>du</strong> Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec❖ Comité <strong>de</strong>s usagers <strong>de</strong>s Centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Saguenay—Lac Saint–Jean❖Équipe <strong>de</strong>s intervenants aux ressources <strong>de</strong>s Centres <strong>jeunesse</strong> Chaudière–Appalaches❖ Équipe <strong>de</strong>s intervenants aux ressources <strong>du</strong> Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec❖ Madame Christiane ASSELIN – Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec❖ Madame Micheline AUGER – Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> Montréal Métro❖ Madame Anne-Marie BARETTE – École <strong>de</strong> psychologie – Université Laval❖ Madame Nathalie Bissonn<strong>et</strong>te – ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux❖Madame Suzanne BOIVIN – Fédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> Québec❖ Madame Suzanne BOUCHER – Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec❖ Monsieur Jean BOUDREAU – Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec❖ Madame Marie-Luce BOYER – Régie régionale <strong>de</strong> la santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s services sociaux<strong>de</strong>s Laurenti<strong>de</strong>s


xvi<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial❖ Monsieur Gérard CHÉNARD – Régie régionale <strong>de</strong> la santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s services sociaux <strong>du</strong>Bas–Saint-Laurent❖Madame Micheline GAUTHIER – Fédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> Québec❖ Madame Séverine HERVOUET – École <strong>de</strong> psychologie, Université Laval❖ Monsieur Daniel JEAN – ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux❖ Monsieur Pierre LAROSE – Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> l’Estrie❖ Madame Mélissa LASNIER – École <strong>de</strong> psychologie, Université Laval❖ Madame Lucie LEDUC – ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux❖ Madame Lise MÉTHOT – Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec❖ Monsieur Pierre MICHAUD – ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux❖ Madame Anna OLIVEIRA – École <strong>de</strong> psychologie – Université Laval❖ Madame Isabelle OUELLET–MORIN – École <strong>de</strong> psychologie, Université Laval❖ Monsieur Gilles Paradis – ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux❖ Madame Nathalie PICHÉ – École <strong>de</strong> service social – Université Laval❖Monsieur Pierre ROBITAILLE – Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> l’Abitibi–Témiscamingue❖ Madame Rachel RUEST – ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux❖ Madame Laurie TREMBLAY – École <strong>de</strong> psychologie, Université Laval❖ Madame Michelle TURGEON – Association <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>de</strong> Québec❖ Monsieur Jacques VACHON – École <strong>de</strong> service social, Université Laval❖ Monsieur Daniel VIENS – Régie régionale <strong>de</strong> la santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s services sociaux <strong>de</strong> laMontérégieMerci également à madame LUCILLE GRONDIN qui a réalisé le travail <strong>de</strong> dactylographie<strong>et</strong> <strong>de</strong> mise en page <strong>et</strong> à madame GABY CARRIER qui a assuré la logistique <strong>de</strong>s travaux.Toutes <strong>de</strong>ux sont <strong>de</strong> l’Institut universitaire sur les jeunes en difficulté – Centre<strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec.Finalement, le GROUPE DE TRAVAIL tient tout particulièrement à remercier lesadolescents, les parents d’accueil <strong>et</strong> les intervenants aux ressources qui ont répon<strong>du</strong>aux sondages.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialIntro<strong>du</strong>ctionLe ministre délégué à la Santé, aux Services sociaux <strong>et</strong> à la Protection <strong>de</strong> la<strong>jeunesse</strong>, monsieur GILLES BARIL, avait raison : le GROUPE DE TRAVAIL a été à même<strong>de</strong> constater la gran<strong>de</strong> pertinence d’un examen <strong>de</strong>s pratiques <strong>de</strong> placement <strong>de</strong>s enfantsdans les familles <strong>d'accueil</strong> au Québec, <strong>et</strong> ce, dans le but <strong>de</strong> m<strong>et</strong>tre en place <strong>de</strong>smesures sérieuses pour améliorer la situation.C<strong>et</strong>te démarche d'analyse représente une opportunité d'être à l'écoute <strong>de</strong> ceque vivent les enfants placés <strong>et</strong> <strong>de</strong> confronter les obstacles qui nuisent à la réponse àleurs besoins. Elle part d'une volonté <strong>du</strong> ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux<strong>de</strong> trouver <strong>de</strong>s pistes d'amélioration <strong>de</strong> ce qui est offert à ces enfants <strong>et</strong> à leurs famillesnaturelles.Il s’agit cependant d’une étape initiale dans un processus qui <strong>de</strong>vra sepoursuivre. Il n'est donc pas étonnant que <strong>de</strong> nombreuses questions y restent sansréponse <strong>et</strong> que le regard vers le futur soit si présent dans les solutions espérées.Toutefois, bien plus que ce ne fut le cas au cours <strong>de</strong>s récentes années, le contexteapparaît propice à une relance <strong>de</strong>s mesures visant le développement <strong>de</strong> la qualité,relance qui doit nécessairement passer par un soutien accru <strong>de</strong>s enfants, <strong>de</strong>s familles<strong>et</strong> <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong>.Dans c<strong>et</strong>te optique, les contributions <strong>de</strong>s différents acteurs sont ici scrutées <strong>et</strong>critiquées, mais aussi respectées <strong>et</strong> valorisées. Sur la scène <strong>de</strong> l'offre faite à l'enfant,les familles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> les centres <strong>jeunesse</strong> représentent les protagonistes principaux,ce qui leur confère un statut important dans l'analyse suivante <strong>du</strong> système.La famille est le premier contexte <strong>de</strong> développement <strong>de</strong> l’enfant, le milieu quicontribue le plus directement à répondre à ses besoins physiques, psychologiques <strong>et</strong>sociaux. La plupart <strong>de</strong>s pays reconnaissent maintenant l’importance primordiale <strong>de</strong> lafamille dans la socialisation <strong>de</strong>s enfants <strong>et</strong> <strong>de</strong>s jeunes <strong>et</strong> se donnent comme objectif <strong>de</strong>la soutenir <strong>et</strong> <strong>de</strong> la renforcer dans l’accomplissement <strong>de</strong> ce rôle fondamental. La santé<strong>et</strong> le bien-être <strong>de</strong>s enfants, les a<strong>du</strong>ltes <strong>de</strong> <strong>de</strong>main, passent par l’accès à une familleprésente, sensible <strong>et</strong> capable <strong>de</strong> répondre à leurs besoins, <strong>de</strong> sorte que le soutien <strong>de</strong>sfamilles est une responsabilité collective. Au Québec, le maintien <strong>de</strong>s enfants dansleur milieu naturel constitue une priorité. La Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> lesservices sociaux (LSSSS) témoigne <strong>de</strong> c<strong>et</strong> engagement collectif en vue <strong>de</strong> la création <strong>de</strong>conditions favorables au développement <strong>de</strong>s personnes <strong>et</strong> <strong>de</strong>s familles. Dans certains


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>2 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialcas, cependant, c<strong>et</strong>te même société doit prendre <strong>de</strong>s mesures exceptionnelles pour quele droit <strong>de</strong> l’enfant à un milieu <strong>de</strong> vie sécuritaire <strong>et</strong> capable <strong>de</strong> fournir une réponse àses besoins soit respecté. Lorsque la sécurité ou le développement <strong>de</strong> l’enfant estcompromis, la communauté se doit d’intervenir pour le protéger. Il s’agit d’une règled’éthique que le Québec s’est engagé à respecter.Annuellement, les centres <strong>jeunesse</strong> reçoivent 50 000 signalements dont lamoitié (25 000) est r<strong>et</strong>enue pour une évaluation. De ce nombre, 10 500 (42 % <strong>de</strong>ssignalements r<strong>et</strong>enus) mèneront à la conclusion que la sécurité ou le développement<strong>de</strong> l’enfant est compromis, ce qui entraînera une prise en charge à l’étape <strong>de</strong>l’application <strong>de</strong>s mesures. La moitié <strong>de</strong> ces 10 500 enfants seront suivis dans leurmilieu naturel.Lorsqu’il n’est pas possible <strong>de</strong> maintenir l’enfant dans sa famille naturelle, leplacement peut se faire dans différents milieux substituts. L’enfant peut être placédans une famille qui s’est portée volontaire <strong>et</strong> qui a été reconnue 1 pour accueillir <strong>de</strong>senfants <strong>et</strong> <strong>de</strong>s jeunes : il s’agit d’une famille d’accueil. Dans d’autres cas, ce peut êtreune organisation, comme un centre <strong>de</strong> réadaptation pour jeunes en difficultéd’adaptation, qui l’accueille à l’interne ou à l’externe. Toutefois, lorsque le placements’impose, trois fois sur quatre (76 % <strong>de</strong>s cas), c’est vers une famille <strong>d'accueil</strong> quel’enfant sera orienté 2 .En plus <strong>de</strong> ces enfants suivis en vertu <strong>de</strong> l’un ou l’autre <strong>de</strong>s articles <strong>de</strong> la Loisur la protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong>, les centres <strong>jeunesse</strong> confient aux familles d’accueil <strong>de</strong>sjeunes suivis dans le cadre <strong>de</strong> la Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les services sociaux ou<strong>de</strong> la Loi sur les jeunes contrevenants. En mars 1999, on comptait au Québec8 550 enfants placés en famille d’accueil par les centres <strong>jeunesse</strong> 3 .À partir <strong>du</strong> moment où un enfant est en famille d’accueil, l’État <strong>de</strong>vientresponsable <strong>de</strong> l’exercice <strong>de</strong> certains <strong>de</strong>s attributs <strong>de</strong> l’autorité parentale, dont la gar<strong>de</strong>physique. Au moment d’examiner la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> typefamilial, l’obligation <strong>de</strong> l’État d’offrir aux enfants qu’il prend en charge <strong>de</strong>s servicesappropriés à leur situation ressort comme un principe fondateur.En tant que ressources <strong>de</strong> placement <strong>du</strong> domaine <strong>de</strong> la protection <strong>de</strong> la<strong>jeunesse</strong>, l’importance <strong>de</strong>s familles d’accueil perm<strong>et</strong> d’affirmer que, sans elles, il n’y1L’expression antérieure était « accréditée ».2 GROUPE D’EXPERTS EN ORGANISATION CLINIQUE EN MATIÈRE JEUNESSE (1998). État <strong>de</strong> la situation <strong>et</strong>recommandations au regard <strong>de</strong>s listes d’attente en protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> <strong>de</strong>l’accessibilité aux services à la <strong>jeunesse</strong>. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux,p. 14.3Données issues <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec en date <strong>du</strong> 31 mars 1999. Association <strong>de</strong>s centres<strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec (le document annexe fournit <strong>de</strong>s données sur l’évolution <strong>du</strong> nombre d’enfantsplacés en famille d’accueil au Québec).


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>4 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialpartie <strong>de</strong>s soins offerts aux jeunes <strong>et</strong> à sa famille d'origine. C'est d'ailleurs cecaractère déterminant <strong>du</strong> rôle <strong>de</strong> ces <strong>de</strong>ux acteurs dans le système qui explique laplace accordée à leur relation mutuelle dans l'analyse.Le GROUPE DE TRAVAIL tient à remercier toutes les personnes qui ont accepté<strong>de</strong> participer à l'analyse en agissant à titre <strong>de</strong> collaborateur, <strong>de</strong> répondant dans lesenquêtes ou en soum<strong>et</strong>tant un avis dans le cadre <strong>de</strong> nos consultations. La liste nonexhaustive <strong>de</strong> ces collaboratrices <strong>et</strong> collaborateurs apparaît en page xi.Provoquer un nouvel élan <strong>de</strong> qualité dans les soins offerts aux enfants placésen ressource <strong>de</strong> type familial, voilà le but poursuivi par ce rapport <strong>et</strong> la très largeadhésion observée à l'égard <strong>de</strong> c<strong>et</strong> objectif perm<strong>et</strong> d'espérer <strong>de</strong>s progrès réels à courtterme.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLes acteurs en présenceAfin <strong>de</strong> comprendre le fonctionnement <strong>du</strong> placement en famille <strong>d'accueil</strong>, il estnécessaire <strong>de</strong> prendre connaissance <strong>de</strong>s principaux acteurs en présence. La présentesection dresse un rapi<strong>de</strong> portrait <strong>de</strong> la situation <strong>et</strong> s’attar<strong>de</strong> à <strong>de</strong>ux types d’acteurs :• ceux jouant un rôle direct dans la politique <strong>de</strong> placement enressource <strong>de</strong> type familial ;• ceux jouant un rôle <strong>de</strong> soutien auprès <strong>de</strong>s premiers.1. Les acteurs jouant un rôle directLES JEUNESLes enfants <strong>et</strong> les adolescents constituent la raison d’être<strong>du</strong> système <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial.En date <strong>du</strong> 1 er avril 1999, ils étaient quelque 8 550 à êtreplacés en famille <strong>d'accueil</strong> par les centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong>Québec.Selon les données recueillies par le GROUPE DE TRAVAIL,l’âge moyen <strong>de</strong> ces jeunes est 10,15 ans.Tableau 2Distribution <strong>de</strong>s 384 enfants accueillis parles 152 familles <strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> sondage, selon l’âgeDe ces jeunes,40,8 % sont âgés<strong>de</strong> 12 ans <strong>et</strong> plus.Tranche d’âge0–4 ans5–9 ans10–14 ans15 ans <strong>et</strong> plusPourcentage14,228,436,221,8Toujours pour le même échantillon, 57 % <strong>de</strong>s jeunes sont<strong>de</strong> sexe féminin.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>6 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialParce que leurs parents ne sont pas en mesure <strong>de</strong> prendresoin d’eux, <strong>de</strong> façon temporaire ou permanente, il a étéjugé qu’un milieu stable, recréant le milieu familial,représentait le type d’environnement dans lequel cesjeunes étaient le plus à même <strong>de</strong> s’épanouir <strong>et</strong> <strong>de</strong> trouverréponse à plusieurs <strong>de</strong> leurs besoins. Cependant, lamajorité <strong>de</strong>s adolescents interrogés par le GROUPE DETRAVAIL rapportent avoir vécu plusieurs déplacements <strong>et</strong>seuls 10,5 % d’entre eux n’ont connu qu’une seule familled’accueil.Tableau 3Nombre <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> dans lesquelles les 109adolescents interrogés rapportent avoir vécuLe quart <strong>de</strong>s répondants(24,2 %) rapportent avoirvécu dans 5 familles d’accueil<strong>et</strong> plus.Nombre <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> danslesquelles le jeune a vécu1–23–45–67–89 <strong>et</strong> plusPourcentage44,231,612,67,44,2Il ressort également que le temps passé dans ces famillesest relativement court.Tableau 4Distribution <strong>de</strong> la <strong>du</strong>rée <strong>de</strong> placement pour les 384 enfantsplacés dans les 152 familles <strong>d'accueil</strong> répondantesUne proportion <strong>de</strong> 61,2 %<strong>de</strong>s jeunes hébergéspar les familles <strong>d'accueil</strong><strong>de</strong> l’échantillon s’ytrouvent <strong>de</strong>puis <strong>de</strong>ux ansou moins.Moins <strong>de</strong> 11–1213–2425–3637–4849–6061 <strong>et</strong> plusNombre <strong>de</strong> moisPourcentage9,035,916,49,29,55,814,2


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 7Le GROUPE DE TRAVAIL a interrogé 109 jeunes sur leurexpérience en famille d’accueil. Ils ont notamment étéinvités à parler <strong>de</strong> ce qu’ils ont aimé dans ces familles <strong>et</strong><strong>de</strong> ce qui a été le plus difficile pour eux. Voici <strong>de</strong>sexemples <strong>de</strong> ce qu’ils ont dit.Pour certains, la famille <strong>d'accueil</strong> donne le sentiment d’avoirune famille, un foyer :• Le fait qu’on me traite comme un membre <strong>de</strong> la famille.• J’avais <strong>de</strong> bons contacts avec le Monsieur d’une famille d’accueil ; ilétait comme un <strong>de</strong>uxième père pour moi.• Dans la <strong>de</strong>uxième (famille), le vendredi soir, quand on se réunissaitau salon pour être tous ensemble.• Me sentir apprécié comme les autres dans une vraie famille.• J’aime ma chambre <strong>et</strong> la maison où je vis présentement. Je me senschez moi.• Dans une famille d’accueil, je me sentais comme si j’avais une vraiefamille. J’y suis resté sept ans.• Avoir une maison <strong>et</strong> une famille sur laquelle je peux compter.• Le fait d’avoir une famille lorsque arrive le temps <strong>de</strong>s fêtes, un foyeroù il n’y a pas <strong>de</strong> violence.• J’ai été choyé <strong>et</strong> accepté comme leur enfant légitime. Il faut dire quec’était ma grand-mère.• Ça m’a montré c’était quoi, une famille.La famille <strong>d'accueil</strong> est aussi un lieu où créer <strong>de</strong>s amitiés,l’occasion <strong>de</strong> faire <strong>de</strong>s activités :• Certains jeunes qui vivaient avec moi sont <strong>de</strong> bons amismaintenant.• Je me suis fait <strong>de</strong>s amis dans tous mes passages en familled’accueil.• J’ai aimé faire <strong>de</strong>s voyages.• J’ai aimé aller dans le bois avec le père <strong>et</strong> la mère <strong>de</strong> la familled’accueil pour pêcher <strong>et</strong> chasser.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>8 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLa famille <strong>d'accueil</strong> est un lieu d’expériences positives :• J’ai aimé leur bonne humeur <strong>et</strong> leur joie <strong>de</strong> vivre.• Me sentir aimé par ma famille d’accueil.• La confiance qui m’a été démontrée en me perm<strong>et</strong>tant <strong>de</strong> gar<strong>de</strong>r leurbébé <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux ans.• De l’affection, <strong>de</strong> l’amour, <strong>de</strong> la joie dans ma vie <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’espérance.• J’ai r<strong>et</strong>enu le positif <strong>de</strong> chaque famille.• Beaucoup <strong>de</strong> soutien, <strong>de</strong> la confiance <strong>et</strong> surtout <strong>de</strong> la sécurité.• Un répit, <strong>du</strong> support.• Ils m'ont apporté <strong>de</strong> la sécurité <strong>et</strong> le goût <strong>de</strong> faire quelque chose <strong>de</strong>ma vie.• Ils m'ont fait prendre conscience que j’étais capable <strong>de</strong> faire <strong>de</strong>schoses <strong>et</strong> que je n’étais pas coupable <strong>de</strong> tous les malheurs.À certains, la famille <strong>d'accueil</strong> a apporté une é<strong>du</strong>cation <strong>et</strong> <strong>de</strong>nouvelles valeurs :• Ils m’ont aidé à r<strong>et</strong>ourner à l’école <strong>et</strong> aidé à vivre normalement monenfance <strong>de</strong> 9 à 10 ans.• À être plus responsable.• J’ai appris à bien me développer <strong>et</strong> les règles <strong>de</strong> bienséance. J’aigardé contact avec quelques-unes ; c’est mon seul point <strong>de</strong> référence.• Apprendre à travailler en équipe. Le plus important est d’avoirappris à communiquer <strong>et</strong> à régler immédiatement les problèmes.• Un environnement plus sain que celui que j’avais dans ma famille.Certains ont vécu <strong>de</strong> nombreux changements <strong>de</strong> familled’accueil <strong>et</strong> ont éprouvé <strong>de</strong> la difficulté lors <strong>de</strong> leurintégration :• Le changement <strong>de</strong> famille <strong>et</strong> <strong>de</strong>voir toujours recommencer à zéroavec une nouvelle famille.• Être obligé <strong>de</strong> changer <strong>de</strong> famille d’accueil <strong>et</strong> d’é<strong>du</strong>cateur.• J’ai pas l’impression d’avoir eu <strong>de</strong> famille parce que j’étais toujoursen train <strong>de</strong> changer <strong>de</strong> famille.• Devoir changer <strong>de</strong> famille d’accueil <strong>et</strong> laisser les jeunes avec qui jevivais.• J’ai eu trois familles d’accueil <strong>et</strong>, à chacune, l’intégration a été difficile.• Mon arrivée dans ma famille d’accueil actuelle, qui s’est faite troprapi<strong>de</strong>ment.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 9Certains nous ont aussi parlé <strong>du</strong> sentiment d’être traitésdifféremment <strong>de</strong>s enfants naturels :• De l’injustice entre moi <strong>et</strong> leur enfant naturel.• Je n’étais pas traité comme leur enfant dans une famille d’accueil.• Dans la famille d’accueil, si elle faisait <strong>de</strong>s erreurs, c’était pasgrave, mais nous, ça l’était extrêmement.• Une famille d’accueil me faisait sentir comme une « moins querien » ! J’étais privée sur l’argent <strong>et</strong> la nourriture ; elle avait sespréférés.D’autres nous ont parlé <strong>de</strong> la difficulté <strong>de</strong> ne pas se sentir dans« sa » famille :• Toujours vivre chez <strong>de</strong>s gens qui ne sont pas tes parents.• Vivre dans une famille tout en sachant que ce n’est pas ma famille.Malheureusement, faisant référence à <strong>de</strong>s expériences passées,quelques jeunes nous ont aussi rapporté avoir déjà vécu <strong>de</strong> laviolence <strong>et</strong> <strong>de</strong>s mauvais traitements :• J’ai été battu avec une ceinture <strong>de</strong> cuir.• J’ai déjà vécu <strong>de</strong> l’abus sexuel <strong>et</strong> je n’ai pas aimé la façon d’êtr<strong>et</strong>raité : je me faisais engueuler.• La violence. Le fils <strong>de</strong> la famille d’accueil courait après moi avecun bâton <strong>de</strong> baseball.• Je <strong>de</strong>vais prendre un bain dans la même eau que plusieurspersonnes s’étaient déjà servies.LES PARENTSNATURELSLes parents naturels jouent un rôle important dans leplacement. Comme le r<strong>et</strong>our dans le milieu familialreprésente l’objectif <strong>de</strong> la majorité <strong>de</strong>s placements, laqualité <strong>de</strong> la préparation <strong>de</strong>s parents à c<strong>et</strong>te réinsertionconstitue un facteur important <strong>de</strong> réussite 1 . Autrefoisexclus ou presque <strong>de</strong> tout ce qui entourait le <strong>de</strong>venir <strong>de</strong>leur enfant une fois celui-ci placé, ils sont maintenant,sauf exception, encouragés à maintenir <strong>de</strong>s liens avec lui1 SIMARD, M. • J. VACHON • M. MOISAN (1991). La réinsertion familiale <strong>de</strong> l’enfant placé : facteur<strong>de</strong> succès <strong>et</strong> d’échec. Québec : Université Laval – Centre <strong>de</strong> recherche sur les servicescommunautaires.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>10 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialpendant c<strong>et</strong>te pério<strong>de</strong>. D’ailleurs, ils <strong>de</strong>meurent lespremiers responsables <strong>de</strong> ses soins, <strong>de</strong> son entr<strong>et</strong>ien, <strong>de</strong>son é<strong>du</strong>cation <strong>et</strong> <strong>de</strong> sa surveillance, même s’il appartientà la famille <strong>d'accueil</strong> d’exercer certaines prérogatives <strong>de</strong>l’autorité parentale à titre supplétif 1 .Plusieurs jeunes (73,6 % <strong>de</strong> l’échantillon) maintiennent<strong>de</strong>s contacts avec leurs parents naturels pendant leplacement. Ces contacts sont-ils agréables ? Les jeunesen question indiquent que oui.Tableau 5Degré d’accord avec l’affirmation« tes contacts avec tes parents naturels sont agréables »Pour 72,2 % <strong>de</strong>sjeunes, les contactsavec les parentsnaturels sontagréables.DegréTout à fait d’accordPlutôt d’accordPlutôt en désaccordTout à fait en désaccordPourcentage45,626,621,56,3Pour les parents <strong>d'accueil</strong>, le parent naturel est un acteurimportant avec lequel ils doivent transiger. Ainsi, 65,7 %<strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> sondées rapportent avoir <strong>de</strong>scontacts avec lui. Il s’agit, dans certains cas, d’un appelpour prendre <strong>de</strong>s nouvelles <strong>et</strong> pour déterminer le momentoù le parent naturel viendra chercher l’enfant pour unevisite. Toutefois, les intervenants à l’application <strong>de</strong>smesures <strong>de</strong>man<strong>de</strong>nt parfois aux parents d’accueil <strong>de</strong>servir <strong>de</strong> modèles aux parents naturels dans lesinteractions avec le jeune, ce qui suppose <strong>de</strong>s rencontresplus fréquentes.Ces contacts ne sont pas toujours satisfaisants pour lesfamilles <strong>d'accueil</strong>, car 20 % se disent « tout à fait endésaccord » <strong>et</strong> 20,8 % « plutôt en désaccord » avecl’affirmation « Les contacts avec les parents naturels sontsatisfaisants ».1Contrat famille <strong>d'accueil</strong>, mai 1999.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>12 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialEn moyenne, les familles<strong>d'accueil</strong> hébergent2,5 enfants. Pour 90 %d'entre elles, ce sont5 enfants ou moinsqui sont accueillisTableau 7Nombre d'enfants accueillis par les familles <strong>d'accueil</strong>Nombre d’enfants accueillisAucun au moment <strong>du</strong> sondage1–23–56–8Pourcentage12,546,730,310,6Il est à noter que 12,5 % <strong>de</strong>s familles <strong>de</strong> l’échantillonn'avaient pas d'enfant placé chez elles au moment <strong>du</strong>sondage. De plus, <strong>de</strong>s 152 familles sondées, aucune n’enavait 9 (le maximum prévu par la loi).Lorsqu'elle signe son contrat, la famille <strong>d'accueil</strong> s’engageà collaborer avec le centre <strong>jeunesse</strong> afin <strong>de</strong> contribuer audéveloppement <strong>de</strong> l’enfant. Cela signifie qu’elle voit àappliquer le plan d’<strong>intervention</strong>, à informer le centre<strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> tout changement dans la situation <strong>de</strong> l’enfant,à collaborer avec les intervenants à l’application <strong>de</strong>smesures <strong>et</strong> les é<strong>du</strong>cateurs, à suivre les formations qui luisont <strong>de</strong>mandées. Elle accepte également <strong>de</strong> collaboreravec les parents naturels lorsque cela est prévu 1 .Les familles <strong>d'accueil</strong> reconnues peuvent accueillir <strong>de</strong>uxtypes d’enfants : ceux qui ne nécessitent pas <strong>de</strong> servicesparticuliers <strong>et</strong> ceux dont la problématique requiert unniveau d’intensité plus élevé pour ce qui est <strong>de</strong>s services.Plus loin, la section « Le soutien financier offert auxfamilles d’accueil » donne le détail <strong>de</strong> la rétributionrattachée aux niveaux <strong>de</strong> service, mais mentionnons dèsmaintenant que sept enfants sur dix requièrent un niveauparticulier.1Pour une information plus complète, consulter le Contrat famille <strong>d'accueil</strong>, mai 1999, dans ledocument « ANNEXE ».


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 13Parmi les familles d’accueil, un sous-groupe se distinguepar le fait qu’il connaissait l’enfant avant son placement.En eff<strong>et</strong>, les familles qui le composent faisaient partie <strong>de</strong>l’entourage immédiat <strong>de</strong> l’enfant (tante, grand-mère oufamille amie) <strong>et</strong> elles ont été reconnues par la régierégionale uniquement pour accueillir celui-ci. Selon uneétu<strong>de</strong> québécoise, ce sous-groupe représente 38 % <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong> 1 . Le caractère distinctif <strong>de</strong> ces familles<strong>et</strong> ses répercussions sur les pratiques mériteraient qu’ons’y attar<strong>de</strong> davantage, ce qui n’est pas fait dans le présentdocument.Les 152 familles <strong>d'accueil</strong> interrogées ont été invitées à nommer certaines <strong>de</strong>leurs réussites <strong>et</strong> <strong>de</strong> leurs difficultés. Voici <strong>de</strong>s exemples <strong>de</strong> leurs propos.En ce qui concerne les réussites, elles nous ont parlé :<strong>de</strong> la réussite scolaire :• Avoir aidé un jeune à réussir à l’école malgré ses difficultés.• Rendre les jeunes jusqu’au cégep.• Voir un <strong>de</strong> mes jeunes intégrer l’école régulière.• Deux jeunes ren<strong>du</strong>s au cégep (l’un six ans chez-nous, l’autre <strong>de</strong>uxans). Ils sont heureux <strong>et</strong> sont bien réhabilités.• Je suis fier <strong>de</strong> leurs résultats scolaires, 80 % <strong>et</strong> plus, alors que l’anpassé, elles échouaient toutes les <strong>de</strong>ux.• Jeune décrocheur (plus ou moins délinquant), se stabilise, termineson année scolaire avec une moyenne <strong>de</strong> 75 %, vit enfin un succès.• Two children that were extremely damaged, not being able to stayin regular school. Then were helped so they are now in a regularprogram (Deux enfants qui avaient <strong>de</strong>s problèmes tels qu’ils nepouvaient être dans une école régulière. Ils ont eu <strong>de</strong> l’ai<strong>de</strong> <strong>et</strong>maintenant, ils sont dans le programme régulier).1 SIMARD, M. • J. VACHON • S. BÉRUBÉ (1998). Les familles <strong>d'accueil</strong> pour les jeunes en difficultéau Québec : étu<strong>de</strong> comparative <strong>de</strong>s familles spécifiques <strong>et</strong> non spécifiques. Québec :Université Laval – Centre <strong>de</strong> recherche sur les services communautaires.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>14 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial<strong>de</strong>s améliorations, <strong>de</strong>s progrès à la suite <strong>de</strong> l’arrivée dans lafamille <strong>d'accueil</strong> :• J’avais eu un jeune qui était plutôt démoli <strong>et</strong>, lors <strong>de</strong> sa sortie <strong>de</strong>chez moi, il était tout à fait ébloui <strong>et</strong> plus heureux.• La gran<strong>de</strong> évolution, enfants bien adaptés, épanouis.• J’ai réussi à venir en ai<strong>de</strong> à un jeune en manque <strong>de</strong> confianceprofon<strong>de</strong>. Il s’est transformé en un an chez moi.• On a réussi à libérer c<strong>et</strong> enfant <strong>de</strong> l’angoisse <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’insécurité qu’ilavait en arrivant.• Je suis émerveillée par ce jeune : belle présence, réussite sur tout <strong>et</strong>ses attitu<strong>de</strong>s ont changé.• Un jeune qui bégayait, il a arrêté après trois mois.• Réussi à faire exprimer la p<strong>et</strong>ite, communique <strong>de</strong> plus en plus.• Rendre un enfant jusqu’à la majorité <strong>et</strong> le voir fonctionner enappartement dans sa vie d’a<strong>du</strong>lte.• Que les jeunes puissent sortir par la gran<strong>de</strong> porte avec un bagagesuffisant pour réussir dans le futur.<strong>du</strong> fait <strong>de</strong> gar<strong>de</strong>r le contact, d’avoir établi <strong>de</strong>s liens avec lejeune :• Pour moi, la réussite est <strong>de</strong> voir que l’enfant placé a encore un bonsouvenir <strong>de</strong> nous.• D’avoir aidé <strong>de</strong>s jeunes à s’en sortir <strong>et</strong> qu’ils rappellent pour t’enremercier.• Les jeunes que j’ai accueillis, aujourd’hui a<strong>du</strong>ltes, reviennentrégulièrement nous dire l’importance que j’ai eue dans leur vie.Parmi les difficultés éprouvées se trouvent :le manque d’informations :• Difficulté d’<strong>intervention</strong> auprès <strong>de</strong>s enfants parce que je neconnaissais pas leur vécu avant d’être chez moi.• Lack of information on a child. That he steals, plays with fire, liesand they don’t tell you anything about it. (Le manqued’information à propos d’un enfant. Il vole, joue avec le feu, ment <strong>et</strong>ils ne nous en avaient rien dit).


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 15les comportements difficiles <strong>de</strong>s jeunes :• Le vol <strong>de</strong> la part d’un jeune en famille d’accueil.• Le jeune qui a mis le feu chez nous.• J’ai une enfant très agressive <strong>et</strong> je manque <strong>de</strong> ressourcespersonnelles.• La difficulté <strong>de</strong> dépasser le côté émotif quand les jeunes m’envoyaientpromener <strong>et</strong> faire un travail sur moi tout en respectant meslimites.• Un jeune violent, j’ai dû le r<strong>et</strong>ourner pour protéger les autresenfants.• Des crises, violence, peur, sans savoir trop comment m’y prendre.les inquiétu<strong>de</strong>s, les peines :• La perte par suici<strong>de</strong> d’un jeune en famille d’accueil chez nous.• Les fausses accusations venant <strong>de</strong>s enfants.• La maladie grave d’un enfant.les difficultés avec les intervenants responsables <strong>du</strong> suivi <strong>de</strong>sjeunes :• L’incompréhension <strong>de</strong>s intervenants face aux parents.• Un intervenant qui n’écoutait rien <strong>de</strong> ce qu’on lui disait, ce qui aprovoqué un échec avec un jeune.• Le changement constant <strong>du</strong> TS auprès <strong>de</strong>s jeunes <strong>et</strong> la nondisponibilité<strong>du</strong> TS.• La difficulté <strong>de</strong> rejoindre les intervenants.• J’ai avisé le centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong>s difficultés d’un jeune, mais rien n’aété fait.le manque <strong>de</strong> considération <strong>de</strong> la part <strong>du</strong> centre <strong>jeunesse</strong> :• Aucun suivi si l'employé (<strong>de</strong>s paies) part en vacances, donc <strong>de</strong>uxmois sans rémunération. Si on <strong>de</strong>man<strong>de</strong> un suivi, on te répond qu<strong>et</strong>u gar<strong>de</strong>s pour l’argent.• Le centre <strong>jeunesse</strong> ne tient pas compte <strong>de</strong> mon expertise sur le vécu<strong>du</strong> jeune.• La lenteur à avoir un intervenant ou un é<strong>du</strong>cateur.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>16 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialle manque <strong>de</strong> soutien :• Lors d’un changement <strong>de</strong> TS, le travail est toujours à recommencer.On doit justifier, expliquer <strong>et</strong>, en bout <strong>de</strong> ligne, rien ne change.• Quand un enfant est en crise <strong>et</strong> que l’on a besoin <strong>de</strong> l’urgencesociale, on n’a pas <strong>de</strong> service.• Une jeune en difficulté <strong>de</strong>puis longtemps <strong>et</strong> je n’ai pas reçu l’ai<strong>de</strong> àtemps. Trop tard : je suis épuisée !• Il faut toujours <strong>de</strong>man<strong>de</strong>r ; il faut se battre pour avoir <strong>de</strong>s servicespour nos jeunes. Il n’y a jamais rien d’acquis. Il faut que les jeunessoient ren<strong>du</strong>s loin pour agir.• Vivre avec les conséquences <strong>du</strong> manque <strong>de</strong> service, l’épuisement audétriment <strong>de</strong> mes propres enfants.• Le plan d’<strong>intervention</strong> n'est pas fait assez vite.• Quand il y a urgence, il n’y a jamais personne : non–disponibilité.• Isolement, on se sent souvent seul à prendre <strong>de</strong>s responsabilités.• Pas beaucoup <strong>de</strong> soutien <strong>et</strong> <strong>de</strong> répit.Interrogées à savoir pourquoi elles continuaient à être familles <strong>d'accueil</strong>, ellesont répon<strong>du</strong> :Parce que ce rôle est valorisant, il fait évoluer, grandir <strong>et</strong> sedépasser :• Ça fait <strong>du</strong> bien, très valorisant d’avoir <strong>du</strong> succès auprès <strong>de</strong>s jeunes.• On grandit dans tout placement.• Je crois en ces enfants, je leur apprends à se dépasser <strong>et</strong> àmoi-même par la même occasion.• Les enfants nous ai<strong>de</strong>nt à évoluer <strong>et</strong> à nous rem<strong>et</strong>tre en question.Parce qu’elles aiment être une famille <strong>d'accueil</strong> :• J’adore ça. J’aime pas trouver la maison vi<strong>de</strong>.• J’aime mon rôle. Je suis comme un é<strong>du</strong>cateur. J’aime les enfants.• J’aime ce que je fais : jamais routinier, sens à la vie, même siquelques fois je me sens seule <strong>et</strong> sans sécurité.• C’est un choix <strong>de</strong> carrière <strong>et</strong> c’est où j’excelle le mieux.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 17• Je suis toujours seule <strong>et</strong> le salaire m’ai<strong>de</strong>. J’ai le temps pour ça <strong>et</strong> jereçois beaucoup.• Le plaisir d’être avec eux <strong>et</strong> l’amour <strong>de</strong> mon travail.• C’est une vocation <strong>et</strong> on aime ça.• J’ai besoin d’ai<strong>de</strong>r les enfants malgré toute la pression que le centre<strong>jeunesse</strong> me fait vivre. Jamais je n’abandonnerai mes enfants. J’aipris un contrat moral.• If I can give them love and attention and help them on their way. Iam willing (Si je peux leur donner <strong>de</strong> l’amour <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’attention <strong>et</strong> lesai<strong>de</strong>r : je ne <strong>de</strong>man<strong>de</strong> pas mieux).Cependant, certaines familles <strong>d'accueil</strong> nous ont fait part <strong>de</strong> leursquestionnements, <strong>de</strong> leurs doutes :• Je veux continuer pour les enfants que j’ai actuellement, mais je nesais pas si je vais en prendre d’autres.• Je me pose la question : pourquoi je suis famille d’accueil <strong>et</strong>comment je fais malgré l’incompréhension <strong>du</strong> système ?• Je ne sais pas. Parfois j’ai le goût d’arrêter ; je suis enquestionnement par pério<strong>de</strong>s <strong>et</strong> je continue toujours.LES CENTRESJEUNESSEEn vertu <strong>de</strong> la Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les servicessociaux (article 82), les centres <strong>jeunesse</strong> doivent offrir auxjeunes <strong>et</strong> à leur famille :• <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> nature psychosociale, y compris <strong>de</strong>sservices d’urgence sociale requis en vertu <strong>de</strong> la Loi surla protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> <strong>de</strong> la Loi sur les jeunescontrevenants ;• <strong>de</strong>s services requis en matière <strong>de</strong> placement d’enfants<strong>et</strong> <strong>de</strong> médiation familiale ;• <strong>de</strong>s services d’expertise sur la gar<strong>de</strong> d’enfants à la Coursupérieure ;• <strong>de</strong>s services d’adoption <strong>et</strong> <strong>de</strong> recherche <strong>de</strong>s antécé<strong>de</strong>ntsbiologiques.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>18 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLes centres <strong>jeunesse</strong> jouent donc un rôle essentiel dans lesystème <strong>de</strong> placement <strong>et</strong> ils doivent exercer plusieursfonctions afin d’assurer <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> qualité à l’enfantplacé en famille <strong>d'accueil</strong>. Ces fonctions sont assurées par<strong>de</strong>ux acteurs principaux : l’intervenant aux ressources <strong>et</strong>l’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures, auxquels peutse joindre l’é<strong>du</strong>cateur.L’intervenantaux ressourcesNormalement, chaque famille <strong>d'accueil</strong> peut compter surun intervenant aux ressources qu’il est convenu d’appelerl’intervenant <strong>de</strong> la famille d’accueil. Celui-ci voit à luiapporter ai<strong>de</strong>, conseils <strong>et</strong> assistance afin <strong>de</strong> la soutenirdans son rôle.C'est aussi <strong>de</strong> l'intervenant aux ressources que dépend lerecrutement <strong>de</strong>s familles postulantes, leur évaluation <strong>et</strong>,le cas échéant, la recommandation <strong>de</strong> leur reconnaissancepar la régie régionale.Lorsqu’un enfant a besoin d’un placement en ressource d<strong>et</strong>ype familial, c’est à c<strong>et</strong> intervenant qu’on s’adresse afin<strong>de</strong> trouver la famille <strong>d'accueil</strong> qui sera le plus à même <strong>de</strong>répondre aux besoins <strong>de</strong> l’enfant (jumelage).L’intervenant aux ressources doit également établir, avecla famille <strong>d'accueil</strong>, un programme <strong>de</strong> formation continue<strong>et</strong> voir à tout m<strong>et</strong>tre en place pour l'ai<strong>de</strong>r à se ressourcerou à s’accor<strong>de</strong>r <strong>du</strong> répit.Tout au long <strong>de</strong> la « carrière » <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong>,l'intervenant aux ressources assure un suivi auprès d'elle.Si elle éprouve <strong>de</strong>s difficultés dans sa dynamique, si elledoit développer certaines habil<strong>et</strong>és pour intervenir auprèsd’un enfant, c’est c<strong>et</strong> intervenant qui répondra à sesbesoins.Selon un sondage mené auprès <strong>de</strong> 31 intervenants auxressources, ils comptent en moyenne 19 annéesd’expérience dans les centres <strong>jeunesse</strong>, dont 11 au secteur<strong>de</strong>s ressources. De plus, il s’agit principalement <strong>de</strong>femmes (71 % <strong>de</strong> l’échantillon).


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 19Ces intervenants sont, en très gran<strong>de</strong> partie (94 %) <strong>de</strong>spermanents <strong>et</strong> 80 % d'entre eux travaillent plus <strong>de</strong>30 heures par semaine au secteur <strong>de</strong>s ressources. Ceuxtravaillant à temps plein dans ce secteur ont, enmoyenne, 40 familles d’accueil sous leur responsabilité.L’intervenant àl’application <strong>de</strong>smesuresChaque enfant placé se voit assigner un intervenant quiassure un suivi auprès <strong>de</strong> lui <strong>et</strong> <strong>de</strong> ses parents naturels,soit l’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures. Lorsqu’unefamille <strong>d'accueil</strong> héberge plusieurs enfants, chacun d’euxpeut être suivi par un intervenant qui lui est propre.Ainsi, si elle accueille quatre enfants, elle peut transigeravec quatre intervenants à l’application <strong>de</strong>s mesures enplus <strong>de</strong> l’intervenant aux ressources.Étant celui qui connaît le mieux l’enfant lors <strong>du</strong>placement, l’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures doitvoir à fournir à la famille <strong>d'accueil</strong> les informations <strong>de</strong>base concernant celui-ci lors <strong>de</strong> son arrivée dans sonnouveau milieu (état <strong>de</strong> santé, habitu<strong>de</strong>s alimentaires,routine, <strong>et</strong>c.) 1 .Par la suite, il doit pro<strong>du</strong>ire un plan d’<strong>intervention</strong> àl’égard <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong>, communément appelé PIFA.Ce document constitue un plan <strong>de</strong> travail pour la famille<strong>d'accueil</strong>. Il précise quels objectifs doivent être poursuivisavec l’enfant <strong>et</strong> quels moyens doivent être pris pour lefaire.Tout au long <strong>du</strong> séjour dans la famille <strong>d'accueil</strong>,l’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures assure un suiviauprès <strong>de</strong> l’enfant. Si la ressource éprouve <strong>de</strong>s difficultésliées au jeune, si elle se pose <strong>de</strong>s questions sur lameilleure façon d’intervenir auprès <strong>de</strong> ce <strong>de</strong>rnier, c’est c<strong>et</strong>intervenant qui agit.1Le <strong>Rapport</strong> sommaire.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>20 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialL’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures, en collaborationavec la famille <strong>d'accueil</strong>, est aussi responsable <strong>de</strong>la détermination <strong>du</strong> niveau <strong>de</strong> service requis par l’enfant(soit la détermination <strong>de</strong>s caractéristiques particulières<strong>de</strong> l’enfant, dont découlera la rétribution supplémentairepour niveau <strong>de</strong> service remise à la famille <strong>d'accueil</strong>) 1 .Dans certains cas, les fonctions d’intervenant auxressources <strong>et</strong> d’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesuressont cumulées par la même personne. Plus loin, lors <strong>de</strong>l’examen <strong>du</strong> « soutien professionnel offert aux familles<strong>d'accueil</strong> », les problèmes associés à ce cumul serontconsidérés.L’é<strong>du</strong>cateurEn plus <strong>de</strong> l’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures, uné<strong>du</strong>cateur peut être assigné au jeune. C<strong>et</strong>te personnepeut soutenir la famille <strong>d'accueil</strong> dans la routinequotidienne (repas, couchers, <strong>de</strong>voirs) ou lors <strong>de</strong>situations plus difficiles (comportements problématiques<strong>de</strong> l’enfant). L’é<strong>du</strong>cateur peut aussi accompagner unjeune afin <strong>de</strong> favoriser son intégration (à l’école, dans sesloisirs, <strong>et</strong>c.).Dans un sondage effectué auprès <strong>de</strong> 109 adolescents, 50 %d’entre eux ont rapporté être suivis par un é<strong>du</strong>cateur 2 .Dans ces cas, les contacts sont hebdomadaires ou toutesles <strong>de</strong>ux semaines. C<strong>et</strong>te importante contributionpourrait être prise en compte dans l’évaluation <strong>du</strong> soutienoffert à l’enfant par le centre <strong>jeunesse</strong>.1Anciennement désigné par le terme « catégorisation », voir le document « ANNEXE ».2Il est possible que c<strong>et</strong>te donnée ne soit pas généralisable à tous les groupes d'âge, les adolescentsayant <strong>de</strong>s besoins d'encadrement particuliers.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 21LES CENTRES DERÉADAPTATIONEN DÉFICIENCEINTELLECTUELLE ET ENDÉFICIENCE PHYSIQUELes centres <strong>jeunesse</strong> ne sont pas les seuls utilisateurs <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong> pour enfants ; les centres <strong>de</strong>réadaptation en déficience intellectuelle <strong>et</strong> en déficiencephysique y ont également recours. Toutefois, comme leurclientèle est principalement constituée d’a<strong>du</strong>ltes <strong>et</strong> que laproportion <strong>de</strong>s places en famille <strong>d'accueil</strong> pour enfantsutilisées par ces établissements est limitée 1 , le GROUPE DETRAVAIL n’a pas considéré c<strong>et</strong> acteur dans son analyse.LES RÉGIESRÉGIONALESSelon la Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les services sociaux(articles 301 <strong>et</strong> 304), les seize régies régionales doivent :• établir les modalités d’accès aux familles <strong>d'accueil</strong> ;• préciser la nature <strong>de</strong>s critères <strong>de</strong> reconnaissance <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong> ;• i<strong>de</strong>ntifier les établissements qui peuvent recourir auxservices <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong>, s’assurer <strong>de</strong> la mise enplace <strong>et</strong> <strong>du</strong> fonctionnement <strong>de</strong>s mécanismes <strong>de</strong>concertation entre les établissements <strong>et</strong> les familles<strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> veiller à ce que les établissements qui ontrecours à une même famille <strong>d'accueil</strong> se concertent ;• allouer aux établissements les sommes nécessaires aupaiement <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> ;• reconnaître les familles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> maintenir unfichier <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> ;• examiner, à la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> d’un responsable d’une famille<strong>d'accueil</strong>, la décision d’un établissement à son endroit.1À la fin <strong>de</strong> l’année 1998–1999, 719 enfants présentant une déficience physique <strong>et</strong>/ou intellectuelleétaient placés en familles <strong>d'accueil</strong>. Données <strong>du</strong> ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux.Formulaire AS–485 : Usagers placés en ressource <strong>de</strong> type familial – enfants.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>22 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLE MINISTÈREDE LA SANTÉET DES SERVICESSOCIAUXSelon la loi, le Ministère doit déterminer la classification<strong>de</strong>s services offerts par les familles <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong> même quele taux <strong>de</strong> rétribution applicable pour chaque type <strong>de</strong>service. De plus, il doit voir à ce que les régies régionalessuivent les orientations ministérielles quant auxmodalités d’accès.En tant que premier responsable <strong>du</strong> système <strong>de</strong>placement en ressource <strong>de</strong> type familial <strong>de</strong>vantl’Assemblée nationale, il doit, non seulement s’assurer <strong>de</strong>la reddition <strong>de</strong> comptes <strong>de</strong>s autres acteurs qui yparticipent, mais aussi exercer un rôle <strong>de</strong> lea<strong>de</strong>r sur leplan <strong>du</strong> développement <strong>de</strong> la qualité <strong>de</strong> la réponse auxbesoins <strong>de</strong>s enfants.2. Les acteurs jouant un rôle <strong>de</strong> soutienL’application <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialdépend également d’autres acteurs qui, s’ils ne jouent pas un rôle direct, n’en<strong>de</strong>meurent pas moins importants. Il s’agit notamment <strong>de</strong>s comités d’usagers, <strong>de</strong> laFédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> Québec <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong>Québec.LES COMITÉSD’USAGERSEn vertu <strong>de</strong> la Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les servicessociaux, on trouve, dans chacun <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong>Québec, un comité d’usagers qui représente à la fois lesenfants qui bénéficient <strong>de</strong>s services <strong>et</strong> leurs parents.La loi prévoit que ces comités soient le « chien <strong>de</strong> gar<strong>de</strong> »<strong>de</strong> la qualité <strong>de</strong>s services offerts. Leurs mandats sontmultiples : ils doivent évaluer la satisfaction <strong>de</strong>s usagerspar rapport aux services reçus, les informer quant à leursdroits <strong>et</strong> leurs obligations <strong>et</strong> veiller à la qualité <strong>de</strong>sconditions <strong>de</strong> vie dans les centres. De plus, si un usagersouhaite porter plainte contre son centre <strong>jeunesse</strong>, lecomité peut l’accompagner dans ses démarches.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 23LA FÉDÉRATIONDES FAMILLESD'ACCUEILDU QUÉBECDans toutes les régions <strong>du</strong> Québec, on trouve <strong>de</strong>sassociations <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong>. Parmi celles-ci,quatorze sont affiliées à la Fédération <strong>de</strong>s familles<strong>d'accueil</strong> <strong>du</strong> Québec. Composées <strong>de</strong> bénévoles, ellesaccompagnent les familles d’accueil dans leursnégociations avec les centres <strong>jeunesse</strong>, aidées par leurFédération. Celle-ci fait également <strong>de</strong>s représentationsauprès <strong>du</strong> ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux <strong>et</strong><strong>de</strong>s régies régionales. Elle a participé à différentstravaux, notamment à l’élaboration <strong>du</strong> Gui<strong>de</strong> d’orientation: la pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> typefamilial <strong>et</strong> <strong>du</strong> contrat type.Les associations <strong>et</strong> leur fédération tentent <strong>de</strong> faireconnaître le rôle <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> <strong>de</strong> le revaloriser.Elles revendiquent également un traitement respectueux<strong>de</strong> ces familles en vue qu’elles soient considérées commece qu’elles sont vraiment : <strong>de</strong>s partenaires.La Fédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> joue également unrôle lors d’un litige entre une famille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> uncentre <strong>jeunesse</strong>. Elle fait aussi <strong>de</strong>s représentations dansles différentes régions auprès <strong>de</strong>s cadres <strong>et</strong>, <strong>de</strong>puis peu,auprès <strong>de</strong>s intervenants, afin <strong>de</strong> faire connaître le rôle <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong>.La formation <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> est <strong>du</strong> ressort <strong>de</strong>scentres <strong>jeunesse</strong>. Toutefois, ayant constaté que peu <strong>de</strong>choses se font <strong>de</strong> ce côté, les associations organisentelles-mêmes diverses activités <strong>de</strong> formation telles que <strong>de</strong>scafés–causeries <strong>et</strong> <strong>de</strong>s soirées thématiques.L’ASSOCIATION DESCENTRES JEUNESSEDU QUÉBECL'Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec est formée<strong>de</strong>s dix-sept centres <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux centres àvocations multiples <strong>du</strong> territoire québécois.L’Association s'est dotée d'une structure <strong>de</strong> concertation<strong>et</strong> <strong>de</strong> consultation qui vise à fournir un soutien auxpersonnes exerçant différents niveaux <strong>de</strong> responsabilitédans les services à la <strong>jeunesse</strong> :


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>24 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial• la conférence <strong>de</strong>s directeurs généraux ;• les tables qui regroupent les cadres supérieurs quiexercent <strong>de</strong>s responsabilités décisionnelles <strong>et</strong> stratégiquesdans les centres <strong>jeunesse</strong> ;• les comités qui regroupent <strong>de</strong>s gestionnaires <strong>et</strong> <strong>de</strong>sintervenants engagés dans les opérations d'un serviceou d'un programme. Parmi ces comités se trouve celui<strong>de</strong>s répondants aux ressources intermédiaires <strong>et</strong> d<strong>et</strong>ype familial <strong>de</strong> chacun <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong>. Cecomité poursuit plusieurs travaux dont l’élaborationd’instruments visant le recrutement <strong>et</strong> la rétention <strong>de</strong>sfamilles d’accueil <strong>et</strong> une réflexion sur la grille servantà catégoriser le niveau <strong>de</strong> service requis par l’enfant.En 1999, l’Association a entrepris <strong>de</strong>s travaux afind’actualiser un plan national <strong>de</strong> formation basé surl’approche par compétences <strong>et</strong> visant la mise à niveau <strong>de</strong>scompétences, <strong>de</strong> même que l’organisation, l’évaluation <strong>et</strong>l’amélioration continues <strong>de</strong> la formation.Les lignes précé<strong>de</strong>ntes ont permis <strong>de</strong> situer les acteurs principaux <strong>de</strong> lapolitique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial. Les prochaines sectionsporteront plus particulièrement sur les différentes étapes <strong>du</strong> processus <strong>de</strong> placement.La majorité <strong>de</strong>s activités qui y seront présentées relèvent <strong>de</strong> l’intervenant auxressources, soit le recrutement <strong>de</strong>s familles d’accueil, leur évaluation <strong>et</strong> larecommandation <strong>de</strong> leur reconnaissance. Il prend part également au jumelage <strong>et</strong>doit procé<strong>de</strong>r à la réévaluation annuelle <strong>de</strong>s ressources.Dans les prochaines sections, le soutien aux enfants placés <strong>et</strong> auxfamilles d’accueil sera également abordé. La formation <strong>de</strong>s parents d’accueilterminera c<strong>et</strong>te partie <strong>du</strong> rapport.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLe recrutement<strong>de</strong> nouvelles familles d’accueil« Le recrutement est une activité qui consiste à encourager <strong>de</strong>sfamilles ou <strong>de</strong>s indivi<strong>du</strong>s à soum<strong>et</strong>tre leur candidature pour <strong>de</strong>venirune ressource <strong>de</strong> type familial. Les établissements désignés par la loiou par la régie régionale doivent effectuer le recrutement <strong>de</strong>sressources <strong>de</strong> type familial en tenant compte <strong>de</strong>s besoins prévisibles <strong>de</strong>la clientèle <strong>et</strong> en tenant compte <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s milieux <strong>de</strong> viesubstituts <strong>de</strong> leur région, <strong>et</strong> ce en accord avec la planificationrégionale. Ils peuvent s’associer avec <strong>de</strong>s familles ou <strong>de</strong>s rési<strong>de</strong>ncesd’accueil ayant une expérience dans ce domaine (…) » 1 .La qualité <strong>de</strong>s familles d’accueil constitue la clé <strong>de</strong> voûte <strong>du</strong> placement. Laprestation <strong>de</strong> bons services à l’enfant passe nécessairement par la création d’un réseauoù l’on trouve en nombre suffisant <strong>de</strong>s familles <strong>de</strong> qualité pour perm<strong>et</strong>tre àl’intervenant <strong>de</strong> choisir « la » famille <strong>d'accueil</strong> qui répondra le mieux aux besoinsparticuliers <strong>de</strong> l’enfant, <strong>et</strong> ce, tout en tenant compte <strong>de</strong>s préférences <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te famille.LE RECRUTEMENT :UNE ACTIVITÉDIFFICILELe GROUPE DE TRAVAIL constate que, pour la plupart <strong>de</strong>scentres <strong>jeunesse</strong>, le recrutement <strong>de</strong> nouvelles familles<strong>d'accueil</strong> n'est pas facile. Ainsi, les intervenantsinterrogés ont mentionné que la rar<strong>et</strong>é <strong>de</strong>s postulants, lemanque d'efficacité <strong>de</strong> la publicité <strong>et</strong> le manque <strong>de</strong>connaissances <strong>de</strong>s postulants versus les conditions <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong> constituent <strong>de</strong>s problèmes fréquents lors<strong>du</strong> recrutement, ce qui se tra<strong>du</strong>it par un bassininsuffisant <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> 2 . La difficulté <strong>de</strong> recruter<strong>de</strong> nouvelles familles est loin d’être unique au Québec :dans plusieurs provinces <strong>et</strong> pays, le recrutement estdifficile <strong>et</strong> bon nombre d’hypothèses ont été soulevéespour expliquer c<strong>et</strong>te situation.1La pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial : Gui<strong>de</strong> d’orientation, page 21.2Toutefois, bon an mal an, les jeunes nécessitant un placement trouvent une place. Actuellement, <strong>de</strong>spratiques telles que le placement en centre <strong>de</strong> réadaptation, le recours à l'entourage (réseaud'entrai<strong>de</strong>) ou le r<strong>et</strong>ar<strong>de</strong>ment <strong>du</strong> moment d'entrée expliquent c<strong>et</strong>te situation.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>26 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialen raison <strong>de</strong>schangementsdans lesystème familial…en raison <strong>de</strong>l’image sociale <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong>…Traditionnellement, les familles <strong>d'accueil</strong> étaient tenuespar <strong>de</strong>s mères au foyer. L’accès <strong>de</strong> plus en plus grand <strong>de</strong>sfemmes au marché <strong>du</strong> travail fait en sorte que moins <strong>de</strong>familles sont disposées à héberger <strong>de</strong>s enfants. Bien sûr,le travail <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux parents à l’extérieur n’est pas un motifpour refuser une famille postulante, mais plusieurs nevoient pas comment elles pourraient concilier leur réalitéavec la présence d’un ou <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux enfants en plus, surtoutsi ceux-ci éprouvent <strong>de</strong> grands besoins 1 .Socialement, les familles <strong>d'accueil</strong> n’ont pas droit à toutela reconnaissance qu’elles méritent. Lorsqu’il estquestion d’elles dans les médias, c’est habituellementpour dénoncer une situation d’abus sur <strong>de</strong>s enfants.Considérant le nombre d’enfants placés en famille<strong>d'accueil</strong> (quelque 8 550) <strong>et</strong> leur vulnérabilité (liée à leurâge, à leurs caractéristiques comportementales <strong>et</strong> à leursbesoins), notre société doit reconnaître haut <strong>et</strong> fort lavaleur <strong>de</strong>s services qui lui sont ren<strong>du</strong>s par c<strong>et</strong>teressource.Le fait que les familles <strong>d'accueil</strong> reçoivent <strong>de</strong>s compensationsfinancières est également mal perçu <strong>de</strong> l’opinionpublique : on les soupçonne <strong>de</strong> jouer ce rôle uniquementpour l’argent. Pourtant, nous reconnaissons tous que l<strong>et</strong>ravailleur social ou l’é<strong>du</strong>cateur qui intervient auprès <strong>de</strong>l’enfant n’est pas uniquement mu par une motivationsalariale. Il semble que notre société soit moins disposéeà reconnaître qu’« amour <strong>de</strong>s enfants » <strong>et</strong> « compensationfinancière juste » peuvent coexister chez les parentsd’accueil 2 .1 CHAMBERLAIN, P. • S. MORELAND • K. REID (1992). « Enhanced Services and Stipends for FosterParents : Effects on R<strong>et</strong>ention and Outcomes for Children ». Child Welfare, 71, 387–401.TESTA, M.F. • H. ROLOCK (1999). « Professional Foster Care : A Future Worth Pursuing ? ». ChildWelfare, 71, 387–401.KAHN, A.J. • S.B. KAMMERAN (1990). « Social Services for Children, Youth and Families in the UnitedStates ». Children and Youth Services Review, 1–2, p. 1–180.2 ZELIZER, Z.A. (1985). Pricing the Priceless Child : the Changing Social Value of Children. NewYork : Basic Books.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 27en raison <strong>de</strong>l’alourdissement<strong>de</strong> la tâche…En 1995–1996, on a entrepris ce qui est convenu d’appelerle « virage milieu ». À c<strong>et</strong>te époque, plus <strong>de</strong> 500 places 1 eninternat ont été fermées au Québec <strong>et</strong> les servicesspécialisés <strong>de</strong> réadaptation ont été redéployés dans lemilieu en vue d’éviter le placement. On constateaujourd’hui que ce virage milieu s’est tra<strong>du</strong>it, pour lesfamilles <strong>d'accueil</strong>, par un alourdissement <strong>de</strong>s besoinsmanifestés par les enfants placés chez elles. Plusieursobservateurs rapportent que, comme on évite autant quepossible le placement, les jeunes qui sont actuellement enfamille <strong>d'accueil</strong> sont ceux qui auraient été dirigés vers lesfoyers <strong>de</strong> groupe il y a quelques années 2 . Les enfantsplacés en famille <strong>d'accueil</strong> ne nécessitent donc plusuniquement un toit <strong>et</strong> l’encadrement parental qui sont <strong>de</strong>mise pour tous les autres enfants. Leurs besoins sontmaintenant plus grands <strong>et</strong> <strong>de</strong>s objectifs précis doiventêtre établis. De plus, <strong>de</strong>puis quelques années, les familles<strong>d'accueil</strong> doivent transiger avec un nouvel acteur : leparent naturel, qui gar<strong>de</strong> beaucoup plus souvent qu’auparavantle contact avec son enfant <strong>et</strong> qui n’est pas toujoursheureux <strong>de</strong> voir ce <strong>de</strong>rnier dans une autre famille.En réalisant l’ampleur <strong>de</strong> la tâche qui les attend <strong>et</strong> lesoutien qu’on leur offre, plusieurs postulants abandonnentle proj<strong>et</strong> <strong>de</strong> <strong>de</strong>venir famille <strong>d'accueil</strong>.en raison <strong>de</strong>scompensationsfinancières…Plusieurs familles <strong>d'accueil</strong> constatent que les sommes quileur sont allouées couvrent à peine leurs déboursés <strong>et</strong>qu’elles ne sont pas suffisantes pour compenserl’investissement <strong>de</strong> temps que requiert ce rôle. Il ne faitpas <strong>de</strong> doute que les compensations financières actuellesinfluent négativement sur le recrutement 3 .1Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec.2Les données <strong>du</strong> ministère indiquent que 66% <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> hébergent <strong>de</strong>s enfants considéréscomme ayant <strong>de</strong>s besoins plus grands que ceux correspondant aux soins <strong>de</strong> base (niveau 2 ousupérieur <strong>de</strong> la catégorisation).3C<strong>et</strong>te question sera abordée dans la section « Le soutien financier offert aux familles d’accueil ».


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>28 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialen raison <strong>du</strong> peu <strong>de</strong>moyens consacrés à lapublicité…Malgré tous les éléments qui viennent d’être mentionnés,les sommes allouées au recrutement sont insuffisantes <strong>et</strong>les intervenants aux ressources en charge <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te activitéont surtout recours à la publicité dans les journauxlocaux, ainsi qu’aux dépliants <strong>et</strong> aux affiches « maison ».Plusieurs intervenants se sentent d’ailleurs peu outilléspour transiger avec les médias <strong>et</strong> considèrent qu’à l’heureoù les publicitaires rivalisent d’imagination pourrejoindre le public, leur invitation, réalisée avec peu <strong>de</strong>moyens, passe inaperçue plus souvent qu’autrement.Quelques initiatives à plus gran<strong>de</strong> échelle ont été menéesà bien, mais elles ont toujours eu un caractère ponctuel <strong>et</strong>elles n’ont pas tenu compte <strong>de</strong> la diversité <strong>et</strong>hnique <strong>et</strong>linguistique <strong>de</strong>s communautés.Compte tenu <strong>de</strong>s difficultés éprouvées pour maintenirdans chacun <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> une banque suffisante<strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong>, il est impératif que le recrutementsoit considéré comme une activité <strong>de</strong> premier ordre. Ondoit également réaliser que l’énergie <strong>de</strong>s intervenants quis’emploient, dans chacun <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong>, à pro<strong>du</strong>ire<strong>du</strong> matériel avec <strong>de</strong>s moyens limités ne peut être aussifructueuse qu’une action provinciale concertée pourlaquelle <strong>de</strong>s moyens professionnels sont mis à profit.RECOMMANDATION 1Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux adopteun plan <strong>de</strong> communication provincial <strong>de</strong> promotion <strong>du</strong> rôle<strong>de</strong> famille <strong>d'accueil</strong>.RECOMMANDATION 2Que le Ministère rem<strong>et</strong>te à jour les outils <strong>de</strong> promotion déjàdéveloppés en tenant compte <strong>de</strong> la diversité <strong>et</strong>hnique <strong>et</strong>linguistique.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 29RECOMMANDATION 3Que les centres <strong>jeunesse</strong> adoptent un plan cohérent <strong>et</strong>permanent <strong>de</strong> recrutement <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familial ense dotant d’outils <strong>de</strong> qualité pour la promotion <strong>et</strong>l’information à l’endroit <strong>de</strong>s personnes susceptibles d’êtreintéressées à jouer ce rôle.RECOMMANDATION 4Que les régies régionales s’assurent que les centres <strong>jeunesse</strong>appliquent un plan cohérent <strong>et</strong> permanent <strong>de</strong> recrutement<strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familial.LES FAMILLESD’ACCUEIL :DE PUISSANTSAGENTS DERECRUTEMENTLes familles <strong>d'accueil</strong> elles-mêmes constituent l'un <strong>de</strong>smeilleurs agents <strong>de</strong> recrutement par le « bouche àoreille ». Certaines provinces canadiennes ont adopté <strong>de</strong>sstratégies pour encourager c<strong>et</strong>te forme <strong>de</strong> recrutement.Ainsi, au Nouveau–Brunswick, une famille <strong>d'accueil</strong>reçoit une somme <strong>de</strong> 200 $ pour chaque famille qu’ellerecrute <strong>et</strong> qui assure ce rôle pendant au moins un an.Lorsqu’elles considèrent leur expérience comme positive,les familles <strong>d'accueil</strong> sont à même d’intéresser d’autresfamilles à jouer le même rôle qu’elles. Toutefois, lesdésillusions <strong>et</strong> le mécontentement constituent un freinpuissant 1 .RECOMMANDATION 5Que les centres <strong>jeunesse</strong> m<strong>et</strong>tent en place <strong>de</strong>s moyensconcr<strong>et</strong>s <strong>de</strong> valorisation <strong>de</strong> la contribution <strong>de</strong>s familles<strong>d'accueil</strong> au recrutement <strong>de</strong> nouvelles familles d’accueil.1 SANCHIRICO, A. • J.W. LAU • K. JABLONKA • S.J. RUSSELL (1998). « Foster Parent Involvement inService Planning : Does it Increase Job Satisfaction ? ». Children and Youth Services Review, 20,325–346. Voir également à ce suj<strong>et</strong> la section « Le soutien professionnel offert aux familles d’accueil ».


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialL’évaluation <strong>et</strong> la reconnaissance<strong>de</strong>s familles d’accueilPour diverses raisons, tous ne sont pas en mesure <strong>de</strong> jouer le rôle exigeant <strong>et</strong>complexe <strong>de</strong> famille <strong>d'accueil</strong>. C'est pourquoi l’évaluation constitue une étapecharnière, car c’est d’elle que dépend la qualité <strong>de</strong>s services dispensés par les familles<strong>d'accueil</strong>. Non seulement elle doit être effectuée avec rigueur, mais elle doit aussi êtrecontinue <strong>et</strong> non limitée aux seules activités liées à la reconnaissance. En eff<strong>et</strong>,l’évaluation d’une famille postulante perm<strong>et</strong> <strong>de</strong> déterminer son potentiel mais, si ellen’est pas réévaluée régulièrement, il n’est pas possible d’affirmer qu’elle est appropriéedans les faits.Pourtant, le GROUPE DE TRAVAIL constate que, si <strong>de</strong>s outils <strong>et</strong> <strong>de</strong>s procé<strong>du</strong>resont été élaborés, le soutien à leur implantation fait souvent défaut. Des orientationsclaires <strong>et</strong> communes à tous manquent <strong>et</strong> l’évaluation dépend bien souvent <strong>de</strong> la seuleexpérience <strong>de</strong>s intervenants aux ressources.1. L‘évaluationLe Gui<strong>de</strong> d’orientation sur la pratique professionnelleprécise <strong>de</strong>s éléments <strong>de</strong>vant être pris en considérationlors <strong>de</strong> l’évaluation <strong>de</strong>s postulants. Il propose notammentune démarche minimale d’évaluation <strong>et</strong> un certainnombre <strong>de</strong> dimensions dont il faut tenir compte, soit lesaspects biologiques (état <strong>de</strong> santé, déficience physique ousensorielle), psychologiques (motivations, qualitéspersonnelles, habitu<strong>de</strong>s <strong>de</strong> vie) <strong>et</strong> environnementaux(physique, social <strong>et</strong> culturel).Si certains critères d’évaluation sont plus objectifs parceque liés à l’environnement physique (accessibilité <strong>de</strong>sservices <strong>de</strong> la communauté, aménagement <strong>de</strong>s lieux),d’autres sont plutôt subjectifs parce qu’ils exigent uneinterprétation <strong>de</strong> la part <strong>de</strong> l’évaluateur. Par exemple,l’évaluation doit tenir compte : <strong>de</strong> l’équilibre émotif, <strong>du</strong><strong>de</strong>gré <strong>de</strong> maturité, <strong>de</strong> l’empathie <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’estime <strong>de</strong> soi <strong>du</strong>


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>32 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialpostulant, <strong>du</strong> fonctionnement familial, <strong>et</strong>c. Plusieursintervenants aux ressources s’interrogent sur leurcapacité à bien évaluer ces critères <strong>et</strong> expriment leurmalaise <strong>de</strong>vant le manque <strong>de</strong> balises <strong>et</strong> le fait <strong>de</strong> <strong>de</strong>voirles évaluer seuls <strong>et</strong> sans outil standardisé. Dans bien <strong>de</strong>scas, les intervenants doivent s’en rem<strong>et</strong>tre à leurjugement lorsqu’ils se <strong>de</strong>man<strong>de</strong>nt : Est-ce que jeconfierais mes propres enfants à c<strong>et</strong>te famille ? Pour lesnouveaux arrivés dans ce secteur, le malaise est d’autantplus grand 1 .Des avis reçus, <strong>de</strong>s sondages menés <strong>et</strong> <strong>de</strong>s rencontres <strong>de</strong>groupe, certains constats se dégagent au regard <strong>de</strong>l’évaluation.LA PROCÉDURED’ÉVALUATIONIl n’y a pas homogénéité d’un centre <strong>jeunesse</strong> à l’autre surla procé<strong>du</strong>re suivie pour l’évaluation <strong>de</strong>s famillespostulantes. De plus, bien que le Gui<strong>de</strong> d’orientation surla pratique professionnelle ait établi une démarcheminimale à c<strong>et</strong> égard, elle n’est pas suivie <strong>de</strong> façonuniforme. De même, <strong>de</strong>s questions telles que lesinformations vérifiées au plumitif 2 ou les personnes aveclesquelles communiquer pour obtenir <strong>de</strong>s l<strong>et</strong>tres <strong>de</strong>référence sur les postulants sont traitées différemmentd’un endroit à l’autre.En ce qui a trait à l’évaluation elle-même, les intervenantsrapportent qu’elle nécessite en moyenne3,6 rencontres.1Les <strong>de</strong>rniers changements organisationnels dans les centres <strong>jeunesse</strong> ont amené plusieursintervenants d’expérience d’autres secteurs à être transférés aux ressources. Toutefois, l’expertiseacquise en protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> diffère <strong>de</strong> celle nécessaire aux ressources. Dans le premier cas, ondoit statuer sur la compromission existante <strong>et</strong> sur les faits. Lors <strong>de</strong> l’évaluation d’une famille<strong>d'accueil</strong>, on doit poser un jugement, non pas sur les faits mais sur les risques <strong>et</strong> la capacité à ai<strong>de</strong>r unenfant.2Vérification <strong>de</strong>s antécé<strong>de</strong>nts judiciaires.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 33Tableau 8Nombre <strong>de</strong> rencontres consacrées à l’évaluation <strong>de</strong>sfamilles postulantes d’après les intervenants auxressources interrogésPlus <strong>de</strong> la moitié <strong>de</strong>sintervenants auxressources rencontrentla famille postulantequatre fois ou pluspour l’évaluer.Nombre <strong>de</strong> rencontres123457Pourcentage3,26,535,545,26,53,2Dans la majorité <strong>de</strong>s cas (74,2 %) ces rencontres se font aubureau <strong>de</strong> l'intervenant <strong>et</strong> dans la famille <strong>d'accueil</strong>. Seul3,2 % rapportent ne rencontrer les postulants qu'aubureau.En moyenne, les intervenants consacrent 12,7 heures àl’évaluation d’une famille postulante, mais on note <strong>de</strong>sécarts sur ce point.Tableau 9Nombre d'heures consacrées à l'évaluation<strong>de</strong>s familles postulantesLa moitié <strong>de</strong>sintervenants auxressources disentconsacrer plus <strong>de</strong>onze heures àl’évaluation <strong>de</strong>sfamilles postulantes.Moins <strong>de</strong> 5De 6 à 10De 11 à 15De 16 à 2021 <strong>et</strong> plusNombre d’heuresPourcentage6,538,835,512,96,5Les intervenants aux ressources interrogés rapportentdans une proportion <strong>de</strong> 83,9 % effectuer seuls l’évaluation<strong>de</strong>s familles postulantes. Ils n’ont donc pas l’occasion <strong>de</strong>discuter <strong>de</strong> leurs observations avec quelqu’un d’autre.Pourtant, pour paraphraser un participant à un groupe <strong>de</strong>discussion, on peut dire que, lors <strong>de</strong>s entrevues <strong>de</strong>sélection dans les centres <strong>jeunesse</strong>, on constitue <strong>de</strong>s comités<strong>de</strong> sélection <strong>et</strong> on considère comme normal que la décision<strong>de</strong> r<strong>et</strong>enir un candidat pour un poste d’intervenant soit


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>34 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialprise par plus d’une personne. Pourquoi n’en est-il pasainsi pour les familles <strong>d'accueil</strong> ?LES OUTILS ET LESCRITÈRES D’ÉVALUATIONLa plupart <strong>de</strong>s intervenants aux ressources rapportentfaire usage d'outils d'évaluation. Cependant, ceux-ci nesont pas partagés par l'ensemble <strong>de</strong> ces intervenants.Dans certains centres <strong>jeunesse</strong>, on note <strong>de</strong>s différencesd’un intervenant à l’autre dans l’interprétation <strong>de</strong>scritères d’évaluation <strong>et</strong> <strong>de</strong> reconnaissance. C<strong>et</strong>tesituation semble plus importante dans les centres où ladirection <strong>de</strong>s ressources a été remplacée par unecoordination sans autorité sur les intervenants <strong>et</strong> quin’est pas en mesure <strong>de</strong> donner <strong>de</strong>s orientations claires <strong>et</strong>,dans certains cas, <strong>de</strong> les imposer.Au Québec, il existe un vif besoin <strong>de</strong> généraliser l’emploid’outils standardisés propres aux familles <strong>d'accueil</strong>.Considérant que les familles <strong>d'accueil</strong> constituent uneressource dans plusieurs pays <strong>et</strong> dans toutes les provincescanadiennes, il est possible d’affirmer que <strong>de</strong> tels outilsexistent <strong>et</strong> qu’on peut les adapter à la réalité québécoise,pour peu qu’une mobilisation en ce sens ait lieu.LE RESPECTDES NORMESD’ÉVALUATIONLorsque la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong> places en famille <strong>d'accueil</strong>augmente <strong>et</strong> que la banque <strong>de</strong> ressources disponibles estrestreinte, la pression est forte sur les intervenants auxressources pour ce qui est <strong>de</strong> trouver <strong>de</strong> nouvellesressources. Ceux-ci se r<strong>et</strong>rouvent dans la position difficile<strong>de</strong> <strong>de</strong>voir maintenir <strong>de</strong>s standards d’évaluation élevésmalgré la pression. Dans ce contexte, il n’est pas facile <strong>de</strong>refuser une famille postulante lorsque <strong>de</strong>s enfants sont enattente d’un placement. La pression pour un nombreaccru <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> peut amener à recomman<strong>de</strong>r<strong>de</strong>s ressources qui ne l’auraient pas été dans d’autrescirconstances. Ce qui peut placer l’enfant dans unesituation à risque.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 35Il est donc essentiel que la fonction « ressources » dispose<strong>de</strong> toute l’indépendance requise pour exercer son rôle <strong>de</strong>protection <strong>de</strong> la qualité <strong>du</strong> milieu d’accueil offert àl’enfant 1 . Pour garantir c<strong>et</strong>te indépendance, il estessentiel que les ressources aient un droit <strong>de</strong> parole réelau sein <strong>de</strong> l’établissement.RECOMMANDATION 6Que chaque centre <strong>jeunesse</strong> s’assure que toutes les familles<strong>d'accueil</strong> fassent l’obj<strong>et</strong> d’une évaluation minimale.RECOMMANDATION 7Que chaque centre <strong>jeunesse</strong> s’assure que toutes lesévaluations soient effectuées à l’ai<strong>de</strong> d’outils standardisésutilisés par <strong>de</strong>s intervenants formés à c<strong>et</strong> égard.RECOMMANDATION 8Que la décision <strong>de</strong> r<strong>et</strong>enir ou non la candidature d’unefamille postulante soit formulée par un comité d’évaluation.1Les centres <strong>jeunesse</strong> ont connu, autour <strong>de</strong> l’année 1998, un changement dans l’organisation <strong>de</strong>sservices. Connu sous le nom <strong>de</strong> « sous-régionalisation », ce changement a entraîné l’abolition <strong>de</strong>sdirections <strong>de</strong>s ressources <strong>et</strong> le rattachement <strong>de</strong>s intervenants aux ressources à <strong>de</strong>s équipes constituéesen très gran<strong>de</strong> partie d’intervenants à l’application <strong>de</strong>s mesures. Par la suite, les intervenants auxressources se sont r<strong>et</strong>rouvés sous la responsabilité <strong>de</strong> supérieurs qui méconnaissaient la fonction« ressources » <strong>et</strong> ses réalités. Il est à noter que, <strong>de</strong>puis, certains centres <strong>jeunesse</strong> ont fait marchearrière <strong>et</strong> ont décidé <strong>de</strong> se doter <strong>de</strong> nouveau d’une direction <strong>de</strong>s ressources.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>36 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial2. La reconnaissanceDepuis 1992, la reconnaissance <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> typefamilial relève <strong>de</strong>s régies régionales. C<strong>et</strong>te reconnaissanceimplique une double fonction :• vérifier la qualité <strong>du</strong> processus d’évaluation utilisé parle centre <strong>jeunesse</strong> eu égard aux normes en vigueur ;• évaluer la pertinence <strong>de</strong> la reconnaissance (ou <strong>de</strong> lamodification <strong>de</strong> la capacité d’accueil) compte tenu <strong>de</strong>sressources déjà reconnues dans son réseau.La planification <strong>du</strong> réseau <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familialdépend directement <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te <strong>de</strong>rnière fonction.Dans plusieurs instances régionales, la fonction <strong>de</strong>vérification <strong>du</strong> processus d’évaluation fait défaut <strong>et</strong> laplanification <strong>du</strong> réseau est insuffisante.RECOMMANDATION 9Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux exigeque les régies régionales i<strong>de</strong>ntifient les moyens qu’elless’engagent à prendre pour assurer leurs responsabilités <strong>de</strong>vérification <strong>du</strong> processus d’évaluation <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> typefamilial <strong>et</strong> <strong>de</strong> planification <strong>de</strong> ce réseau.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLe jumelageLe jumelage est une opération très importante pour la réussite <strong>du</strong> placement<strong>de</strong> l’enfant <strong>et</strong> la protection <strong>de</strong> la ressource, <strong>de</strong> sorte qu’il s’agit d’un processus qui nepeut être improvisé. En eff<strong>et</strong>, un mauvais jumelage peut provoquer le déplacement <strong>de</strong>l’enfant vers une autre famille <strong>d'accueil</strong>, mais aussi la démotivation <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te famille,son désistement <strong>et</strong> le déplacement <strong>de</strong> tous les enfants qui y étaient hébergés.« Le jumelage consiste à sélectionner une ressource <strong>de</strong> type familialprésentant <strong>de</strong>s caractéristiques, compétences <strong>et</strong> attitu<strong>de</strong>s qui la ren<strong>de</strong>nt susceptible <strong>de</strong>répondre aux besoins d’une personne donnée <strong>et</strong> à pairer c<strong>et</strong>te ressource avec c<strong>et</strong>tepersonne » 1 . Le document annexe fournit les informations nécessaires pour procé<strong>de</strong>rau jumelage tel que le stipule le Gui<strong>de</strong> d’orientation sur la pratique professionnelle.Malheureusement, on observe que ces critères sont rarement appliqués <strong>de</strong> façonsystématique <strong>et</strong> que les intervenants qui procè<strong>de</strong>nt au jumelage n’ont pas toujours étéformés à leur utilisation.RECOMMANDATION 10En conformité avec les balises déterminées dans le Gui<strong>de</strong>d’orientation sur la pratique professionnelle, que les centres<strong>jeunesse</strong> s’assurent <strong>de</strong> l’application d’un processus standardisé<strong>de</strong> jumelage par <strong>de</strong>s intervenants obligatoirementformés à c<strong>et</strong> égard.UNE DISPONIBILITÉMINIMALELa notion <strong>de</strong> jumelage (ou pairage) renvoie donc à lacorrespondance entre le profil <strong>de</strong>s besoins <strong>de</strong> l'enfant <strong>et</strong> leprofil <strong>de</strong>s compétences <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong>. Pour quec<strong>et</strong>te correspondance soit élevée, il faut accepter que <strong>de</strong>splaces <strong>de</strong> qualité soient libres ; le jumelage n'est paspossible si toutes les places sont prises.1La pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial : Gui<strong>de</strong> d’orientation, 1992, page 41.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>38 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialIl n'est pas toujours facile pour les familles <strong>d'accueil</strong>d'accepter d'avoir <strong>de</strong>s places vi<strong>de</strong>s, mais c'est le prix àpayer pour que le jumelage puisse réellement avoir cours.Cependant, le jumelage peut aussi servir <strong>de</strong> prétexte pourévincer une famille <strong>d'accueil</strong> si la transparence <strong>du</strong>processus n’est pas assurée.Alors qu’idéalement le jumelage <strong>de</strong>vrait se faire sur labase <strong>de</strong> la compatibilité entre un jeune <strong>et</strong> une familled’accueil <strong>et</strong> qu’une rencontre préalable <strong>de</strong>vrait avoir lieupour perm<strong>et</strong>tre à chacun (jeune <strong>et</strong> famille d’accueil) <strong>de</strong> sepréparer, on constate d’après les sondages menés, que cen’est pas toujours le cas.Par manque <strong>de</strong> disponibilité,plus <strong>du</strong> quart <strong>de</strong>srépondants (27,6 %)n’ont pu chercher la famillequi serait le plus à même <strong>de</strong>répondre aux besoins <strong>de</strong>l’enfantTableau 10Comment en êtes-vous venu à jumeler c<strong>et</strong>te familled’accueil <strong>et</strong> c<strong>et</strong> enfant?Critère utiliséCompatibilité <strong>de</strong>s caractéristiquesAucun choixConnaissance <strong>de</strong> la famille d’accueilLieu <strong>de</strong> rési<strong>de</strong>ncePourcentage41,427,624,16,9Tableau 11Temps écoulé entre le moment où le besoin <strong>de</strong> placementa été déterminé <strong>et</strong> celui où l’enfant s’est r<strong>et</strong>rouvé dans lafamille d’accueilLa majorité, soit 55 %,<strong>de</strong>s placements ontété faits dans lajournée même.1 ou moinsDe 2 à 5De 6 à 10De 11 à 15De 16 à 3031 <strong>et</strong> plusNombre <strong>de</strong> joursPourcentage55,26,83,417,210,36,8


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 39Les adolescents interrogés pour savoir si une rencontre aeu lieu avant leur arrivée dans la famille <strong>d'accueil</strong> nousont répon<strong>du</strong> dans 38 % <strong>de</strong>s cas que ce ne fut pas le cas.Ces données soulèvent la question <strong>de</strong>s placements ensituation d’urgence, thème abordé à la section « Le soutienaux enfants placés en famille <strong>d'accueil</strong> ».Afin <strong>de</strong> s’assurer <strong>de</strong> la disponibilité minimale pour lejumelage <strong>et</strong> <strong>de</strong> faire en sorte que les ressources d’accueilne soient pas les seules à en porter le far<strong>de</strong>au, <strong>de</strong>sdispositions doivent être prises pour assurer le respectd’un seuil optimal d’occupation. À c<strong>et</strong>te fin, au-<strong>de</strong>là <strong>du</strong>respect <strong>de</strong>s exigences d’un jumelage approprié, la priorité<strong>de</strong>vrait être accordée aux familles reconnues ayant <strong>de</strong>splaces disponibles qui conviennent, plutôt qu’à l’ouverture<strong>de</strong> nouvelles familles d’accueil. Cependant, il estimportant <strong>de</strong> noter que le jumelage réussi requiert laconsidération <strong>de</strong> différents facteurs : situation géographique<strong>de</strong>s candidats, origine <strong>et</strong>hnique, langue d’usage,profil d’intérêt <strong>et</strong> <strong>de</strong> compétences au regard <strong>de</strong> l’âge <strong>et</strong> <strong>de</strong>la problématique <strong>de</strong> l’enfant, <strong>et</strong>c. Par conséquent, le tauxd’occupation recherché peut varier d’un centre <strong>jeunesse</strong> àl’autre.Une telle façon <strong>de</strong> faire repose sur une gestion étroite <strong>de</strong>splaces en famille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> nécessite que l’on statueclairement sur la situation <strong>de</strong>s familles dont les places nesont pas occupées <strong>de</strong>puis un certain temps.Donc, afin <strong>de</strong> garantir la marge <strong>de</strong> manœuvre nécessaireau jumelage, tout en respectant les spécificités régionales<strong>et</strong> le droit <strong>de</strong>s familles d’accueil d’être informées sur lesattentes qu’elles peuvent entr<strong>et</strong>enir quant à leur tauxd’occupation, le GROUPE DE TRAVAIL formule larecommandation suivante :


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>40 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRECOMMANDATION 11En concertation avec la régie régionale chargée <strong>de</strong> laplanification <strong>du</strong> réseau, que chaque centre <strong>jeunesse</strong>i<strong>de</strong>ntifie <strong>et</strong> fasse connaître aux familles d’accueil le tauxrecherché d’occupation qui lui sert <strong>de</strong> gui<strong>de</strong> dansl’utilisation <strong>de</strong>s places reconnues.L’UTILISATIONDU RÉSEAU DEFAMILLES D’ACCUEILL'objectif <strong>de</strong> placer le bon enfant dans la bonne famillefait <strong>de</strong> la gestion <strong>du</strong> réseau <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familialune opération complexe. Or, même en l'an 2000, les outils<strong>de</strong> gestion mo<strong>de</strong>rnes font encore vivement défaut. Dansun centre <strong>jeunesse</strong>, comment coordonner un répertoirecomprenant <strong>de</strong>s centaines <strong>de</strong> familles, chacune possédantson profil propre au regard <strong>de</strong> ses caractéristiques <strong>et</strong> <strong>de</strong> sadisponibilité <strong>et</strong> qui sont en lien avec <strong>de</strong>s dizainesd'intervenants, sans une centralisation <strong>de</strong> l'information ?Par exemple, comment gérer les placements <strong>de</strong> dépannage<strong>de</strong> façon cohérente si dix intervenants, travaillant dansdifférentes sous-régions, sollicitent les mêmes ressources<strong>de</strong> dépannage sans être informés <strong>de</strong>s opérations <strong>de</strong>sautres <strong>et</strong>, donc, <strong>de</strong>s ressources disponibles ? À maintesreprises, lors <strong>de</strong> nos consultations, les intervenants auxressources ont dénoncé l'improvisation nuisible dans lesplacements <strong>de</strong> dépannage <strong>et</strong> réclamé une centralisationrégionale informatisée <strong>de</strong> la gestion <strong>de</strong> la banque <strong>de</strong>ressources.Paradoxalement, on observe <strong>de</strong>s places vi<strong>de</strong>s dont lesfamilles <strong>d'accueil</strong> reconnues se plaignent, un phénomèneaccompagné <strong>de</strong> placements en surnombre <strong>et</strong> <strong>de</strong> jeunesdirigés vers <strong>de</strong>s centres <strong>de</strong> réadaptation, en attente d’unjumelage avec une famille <strong>d'accueil</strong>.Ces problèmes sont reconnus <strong>de</strong>puis plusieurs années <strong>et</strong>sont à la base <strong>de</strong> la création <strong>du</strong> système d’information surles ressources <strong>de</strong> type familial (SIRTF), mais l’applicationgénéralisée <strong>de</strong> celui-ci n’est pas encore acquise puisqu’onen est au sta<strong>de</strong> <strong>de</strong> proj<strong>et</strong>–pilote dans certaines régions.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 41RECOMMANDATION 12Que les centres <strong>jeunesse</strong> reçoivent les ressources financières<strong>et</strong> humaines nécessaires pour implanter <strong>et</strong> maintenir lesystème d’information sur les ressources <strong>de</strong> type familial(SIRTF) afin <strong>de</strong> gérer efficacement leur réseau <strong>de</strong> familles<strong>d'accueil</strong> sur une base régionale.LES PLACEMENTSEN SURNOMBRELes meilleurs parents d’accueil <strong>de</strong>viennent vulnérableslorsqu’on leur <strong>de</strong>man<strong>de</strong> plus qu’ils ne peuvent fournir ouqu’on néglige <strong>de</strong> les soutenir convenablement. Unefamille <strong>d'accueil</strong> « en surnombre », c'est-à-dire qui hébergeplus d'enfants que le nombre <strong>de</strong> places pour lequel elle estreconnue, est probablement en situation <strong>de</strong> stress, sinonsa reconnaissance était erronée. Or, si l'établissementmaintient le surnombre pour se dépanner, il risque <strong>de</strong> la« brûler » <strong>et</strong> il place alors les enfants qu'elle accueille dansune situation à risque. Lorsque le nombre <strong>de</strong> places enfamille <strong>d'accueil</strong> n'est pas suffisant pour répondre auxbesoins, ce type <strong>de</strong> pression est n<strong>et</strong>tement plus probable,ce qui influe sur la prestation <strong>de</strong> services à l'enfant <strong>et</strong>augmente le risque <strong>de</strong> détérioration <strong>de</strong>s soins ou <strong>de</strong>désistement <strong>de</strong> la part <strong>de</strong> la famille d’accueil.RECOMMANDATION 13Que les placements en surnombre soient interdits puisqu<strong>et</strong>out changement <strong>de</strong> la capacité d’accueil requiert lamodification <strong>du</strong> contrat <strong>de</strong> la famille d’accueil.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>42 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLE NOMBRE DEPLACES RECONNUESSelon la Loi sur les Services <strong>de</strong> Santé <strong>et</strong> les Servicessociaux, une famille <strong>d'accueil</strong> peut se voir confier unmaximum <strong>de</strong> neuf enfants. C<strong>et</strong>te limite diffère <strong>de</strong> celleadoptée par d’autres provinces canadiennes. Parexemple, l’Ontario confie un maximum <strong>de</strong> quatre enfantsaux familles d’accueil.Les données, dont dispose le GROUPE DE TRAVAIL,indiquent qu’en moyenne 3,5 places sont prévues aucontrat <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> québécoises. Celles quipeuvent accueillir 6 enfants <strong>et</strong> plus ne représentent que10 % <strong>de</strong> l’échantillon.Cependant, il est clair que la limite <strong>de</strong> neuf enfants enpréoccupe plusieurs. C<strong>et</strong>te question a été abordée dansquelques avis reçus <strong>et</strong> le GROUPE DE TRAVAIL s’est faitconfirmer que certains centres <strong>jeunesse</strong> ont adopté unelimite supérieure différente. C<strong>et</strong>te situation entraîne <strong>de</strong>sdisparités d’un endroit à l’autre <strong>et</strong>, parfois, d’unintervenant aux ressources à l’autre, d’où l’importance <strong>de</strong>statuer sur la question.RECOMMANDATION 14Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux revoie,en collaboration avec les partenaires, le nombre maximald’enfants que peut accueillir une famille.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLa réévaluation« La réévaluation perm<strong>et</strong> à l’établissement responsable <strong>de</strong> porter un jugementsur la pertinence <strong>de</strong> maintenir ou <strong>de</strong> modifier son lien contractuel avec une ressource<strong>de</strong> type familial. Lors <strong>de</strong> la réévaluation, l’établissement doit s’assurer que laressource satisfait toujours aux critères d’évaluation (…). C<strong>et</strong>te réévaluation doitporter une attention particulière aux changements significatifs survenus <strong>de</strong>puis la<strong>de</strong>rnière évaluation (exemple : augmentation ou diminution <strong>du</strong> nombre <strong>de</strong> placesreconnues, changement <strong>du</strong> type <strong>de</strong> clientèle) 1 . »UNE ACTIVITÉNÉCESSAIREBien que le Gui<strong>de</strong> d’orientation sur la pratique professionnellestipule qu’une réévaluation doit être faite surune base annuelle (<strong>et</strong> plus rapi<strong>de</strong>ment si <strong>de</strong>s raisonsdonnent à penser que la famille <strong>d'accueil</strong> n’est plus enmesure <strong>de</strong> satisfaire à certaines exigences <strong>du</strong> contrat),trop souvent c<strong>et</strong>te règle n’est pas respectée.Par exemple, les intervenants aux ressources interrogésrapportent que 41,3 % <strong>de</strong> leurs familles d’accueil n’ont pasfait l’obj<strong>et</strong> d’une réévaluation au cours <strong>de</strong> la <strong>de</strong>rnière année.Le sondage réalisé auprès <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> a permis<strong>de</strong> constater que plusieurs ignorent si elles sontréévaluées annuellement ou qu’elles ne sont pasinformées <strong>de</strong>s résultats <strong>de</strong> leur évaluation. Si l’on considèreles ressources <strong>de</strong> type familial comme <strong>de</strong>spartenaires, la réévaluation doit être l’occasion <strong>de</strong> faire lepoint sur la situation <strong>et</strong> <strong>de</strong> déterminer les acquis <strong>et</strong> lesaspects à améliorer <strong>de</strong> part <strong>et</strong> d’autre. La réévaluationsuppose donc que toutes les familles <strong>d'accueil</strong> activessoient évaluées annuellement, qu’elles aient le droit <strong>de</strong>réagir par rapport à l’évaluation qui est faite d’elles <strong>et</strong>qu’elles puissent, à leur tour, évaluer le centre <strong>jeunesse</strong>quant au soutien qui leur est offert.1La pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial : Gui<strong>de</strong> d’orientation, page 54.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>44 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRECOMMANDATION 15Que les centres <strong>jeunesse</strong> procè<strong>de</strong>nt annuellement à la réévaluation<strong>de</strong> toutes leurs familles <strong>d'accueil</strong> reconnues, enconformité avec les éléments proposés dans le Gui<strong>de</strong>d’orientation sur la pratique professionnelle 1 . Dans le casd’une nouvelle famille <strong>d'accueil</strong>, c<strong>et</strong>te réévaluation <strong>de</strong>vra sefaire six mois après sa reconnaissance 2 .RECOMMANDATION 16Que, lors <strong>de</strong> sa réévaluation annuelle, la famille <strong>d'accueil</strong>soit informée <strong>du</strong> contenu <strong>de</strong> l’évaluation, qu’elle soit invitéeà commenter ce contenu <strong>et</strong> qu’elle puisse se prononcer sur lesoutien qu’elle a obtenu <strong>de</strong> la part <strong>du</strong> centre <strong>jeunesse</strong>pendant l’année.RECOMMANDATION 17Que la famille <strong>d'accueil</strong> reçoive copie <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te évaluationdans les meilleurs délais.1« Au moment <strong>de</strong> la réévaluation, on portera une attention particulière :• Aux résultats obtenus par la ressource <strong>de</strong> type familial en fonction <strong>de</strong>s plans d’<strong>intervention</strong> <strong>de</strong>susagers (qualité <strong>de</strong>s <strong>intervention</strong>s, soins <strong>et</strong> services ren<strong>du</strong>s aux usagers).• Aux forces, faiblesses <strong>et</strong> intérêts particuliers <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familial, ceci afin <strong>de</strong> favoriser lesjumelages adéquats.• À la qualité <strong>du</strong> milieu <strong>et</strong> aux conditions <strong>de</strong> vie• À la collaboration <strong>de</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial avec l’établissement responsable, les autresétablissements en cause <strong>et</strong> la famille naturelle.• Au respect, par la ressource <strong>de</strong> type familial <strong>de</strong>s normes en vigueur <strong>et</strong> <strong>de</strong>s exigences particulières quiprévalaient lors <strong>de</strong> sa reconnaissance.• Au <strong>de</strong>gré <strong>de</strong> satisfaction <strong>de</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial dans le cadre <strong>de</strong> son mandat.• À la révision <strong>du</strong> plan <strong>de</strong> supervision qui consiste à i<strong>de</strong>ntifier les besoins <strong>de</strong> la ressource <strong>de</strong> typefamilial concernant la supervision <strong>et</strong> la formation.• À concevoir un plan <strong>de</strong> travail qui correspon<strong>de</strong> à ses besoins ».La pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial : Gui<strong>de</strong> d’orientation, page 55.2Plusieurs avis ont recommandé au GROUPE DE TRAVAIL qu’une réévaluation se fasse systématiquementaprès six mois pour les nouvelles familles <strong>d'accueil</strong>, car c’est lorsque <strong>de</strong>s enfants sont placés chez ellequ’une famille est le plus à même <strong>de</strong> démontrer ses capacités <strong>et</strong> <strong>de</strong> prendre conscience <strong>de</strong> son intérêtpour c<strong>et</strong>te fonction. Pendant c<strong>et</strong>te pério<strong>de</strong>, un suivi plus étroit <strong>de</strong>vrait être assuré par l’intervenantaux ressources.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 45RECOMMANDATION 18Que les résultats <strong>de</strong> la réévaluation effectuée par les <strong>de</strong>uxacteurs (famille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> centre <strong>jeunesse</strong>) soient colligésau dossier <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> inscrits dans le plan d<strong>et</strong>ravail pour l’année suivante <strong>et</strong> que les coordonnateurs <strong>de</strong>sressources en reçoivent une copie.LE TRAITEMENT DESALLÉGATIONSCONCERNANT LESFAMILLES D’ACCUEILPour différentes raisons, les familles <strong>d'accueil</strong> risquent <strong>de</strong>faire l’obj<strong>et</strong> <strong>de</strong> fausses allégations 1 . En eff<strong>et</strong>, les écritsconcernant les personnes, plus particulièrement leshommes, intervenant auprès d’enfants en bas âge(é<strong>du</strong>cateurs en gar<strong>de</strong>rie, enseignants, <strong>et</strong>c.), font ressortirles risques qu’elles courent <strong>de</strong> se voir injustementsoupçonnées d’abus. Il y a quelques années, les centres<strong>jeunesse</strong> ont élaboré un protocole pour traiter cesallégations 2 . Toutefois, il n’y a pas eu <strong>de</strong> suivi quant àson implantation <strong>et</strong> on note un grand besoin <strong>de</strong> leréactiver <strong>et</strong>, si nécessaire, <strong>de</strong> le remo<strong>de</strong>ler.RECOMMANDATION 19En collaboration avec la Fédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong>,réactualiser le protocole relatif au traitement <strong>de</strong>sallégations d’abus à l’égard <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> animercelui-ci afin qu’il soit utilisé dans tous les centres <strong>jeunesse</strong>.RECOMMANDATION 20Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux <strong>et</strong> lesrégies régionales s’assurent <strong>de</strong> l’application <strong>du</strong> protocolerelatif au traitement <strong>de</strong>s allégations.1 CARBINO, R. (1992). « Policy and Practice for Response to Foster Families when Child Abuse orNeglect is Reported ». Child Welfare, 71, 497–509.CARBINO, R. (1991). « Advocacy for Foster Families in the United States Facine Child AbuseAllegations : How Social Agencies and Foster parents are Responding to the Problem ». ChildWelfare, 70, 131–149.2Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec (1990). Protocole d’<strong>intervention</strong> en ressourcesintermédiaires à l’enfance lors <strong>de</strong> présomption <strong>de</strong> con<strong>du</strong>ite inacceptable, 43 pages <strong>et</strong> annexes.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>46 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLE TRAITEMENTDES MÉSENTENTESLorsqu’une mésentente survient entre une famille<strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> un centre <strong>jeunesse</strong>, <strong>de</strong>s démarches sontprévues pour perm<strong>et</strong>tre à ceux-ci <strong>de</strong> se faire entendre.Les premières étapes consistent à faire part <strong>du</strong> litige ausupérieur hiérarchique <strong>de</strong> l’intervenant. Si la famille<strong>d'accueil</strong> n’est pas satisfaite <strong>de</strong> sa réponse, elle peut s<strong>et</strong>ourner vers la personne désignée par le centre <strong>jeunesse</strong>pour traiter les plaintes <strong>et</strong> les mésententes. Ultimement,la régie régionale peut être appelée à statuer sur lasituation (article 307 <strong>de</strong> la LSSSS).Dans les faits, très peu <strong>de</strong> situations sont portées àl’attention <strong>de</strong>s régies. Selon les observateurs consultés, cen’est pas parce qu’il n’existe pas <strong>de</strong> situations quijustifient un tel recours, mais parce que les démarchesnécessaires sont trop longues <strong>et</strong> complexes <strong>et</strong> que lesfamilles <strong>d'accueil</strong> ont peu d’espoir d’obtenir satisfaction.RECOMMANDATION 21Que le Ministère revoie avec ses partenaires, l’application <strong>de</strong>l’article 307 <strong>de</strong> la Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les servicessociaux.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLe soutien aux enfants placés<strong>et</strong> aux familles d’accueilLe soutien apporté aux enfants placés <strong>et</strong> aux familles d’accueil constitue unepartie importante dans le présent rapport. En eff<strong>et</strong>, aucun autre thème n’a fait l’obj<strong>et</strong>d’autant <strong>de</strong> mentions dans les avis reçus <strong>et</strong> lors <strong>de</strong>s rencontres <strong>de</strong> groupe. Il s'agit <strong>du</strong>moteur <strong>du</strong> système <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial mais aussi <strong>de</strong> saprincipale zone <strong>de</strong> besoins. C<strong>et</strong>te rubrique est divisée en trois parties :• le soutien aux enfants placés en famille d’accueil ;• le soutien clinique offert aux familles d’accueil ;• le soutien financier offert aux familles d’accueil.1. Le soutien aux enfants placés en famille d’accueilLa seule raison d’exister <strong>de</strong> tout le système <strong>de</strong>s services à la <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong>, donc,<strong>du</strong> système <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial est la promotion <strong>de</strong> la santé, <strong>de</strong>la sécurité <strong>et</strong> <strong>du</strong> bien-être <strong>de</strong>s enfants. Les enfants sont les citoyens les plusvulnérables <strong>de</strong> nos communautés parce qu’ils ne sont pas en mesure <strong>de</strong> répondreeux-mêmes à leurs besoins <strong>et</strong> <strong>de</strong> défendre leurs droits. Le soutien qui leur est offertest donc capital.Au moment <strong>de</strong> la transition <strong>du</strong> placement, l’enfant a besoin d’unaccompagnement particulier. Lorsqu’un enfant est r<strong>et</strong>iré <strong>de</strong> sa famille <strong>et</strong> confié à lagar<strong>de</strong> <strong>de</strong> personnes qu’il ne connaît pas, il est appelé à vivre une transition quientraîne un stress potentiellement déstabilisant. Ce stress s’ajoute à celui qu’il a vécudans son milieu d’origine <strong>et</strong> qui a justifié son r<strong>et</strong>rait. Une pratique cliniquecompétente doit reconnaître ce fait <strong>et</strong> offrir un accompagnement à l’enfant à lahauteur <strong>de</strong> ses besoins en matière <strong>de</strong> sécurité, <strong>de</strong> confiance <strong>de</strong> base, <strong>de</strong> continuité <strong>et</strong> <strong>de</strong>soutien psychologique dans ce contexte transitionnel. Les informations recueillies parle GROUPE DE TRAVAIL perm<strong>et</strong>tent <strong>de</strong> formuler quelques observations à c<strong>et</strong> égard.LES PLACEMENTSD’URGENCEPlusieurs placements en famille d’accueil se fontd’urgence. Les intervenants aux ressources interrogésestiment que 48 % <strong>de</strong>s placements se font dans un telcontexte. Par définition, le placement d’urgence soustrait


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>48 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familiall’enfant <strong>et</strong> la famille d’accueil à une préparation auplacement, oblige à confier l'enfant à une famille <strong>de</strong>dépannage <strong>et</strong> à le déplacer par la suite, souvent àplusieurs reprises 1 . Considérant les conséquences pourl’enfant, il y a lieu <strong>de</strong> se <strong>de</strong>man<strong>de</strong>r si c<strong>et</strong>te moitié <strong>de</strong>placements ne pourrait pas être mieux planifiée.RECOMMANDATION 22Nonobstant la nécessité <strong>de</strong> respecter le besoin d’une réactionrapi<strong>de</strong>, que les centres <strong>jeunesse</strong> entreprennent une démarched’évaluation <strong>de</strong>s enjeux <strong>du</strong> placement d’urgence pour lesenfants, leurs parents naturels <strong>et</strong> les parents d’accueil.LE MANQUE DESTABILITÉLes déplacements <strong>de</strong> l’enfant d’une famille d’accueil à uneautre sont un important facteur <strong>de</strong> discontinuité parceque, chaque fois, l’enfant vit une rupture <strong>et</strong> doit établirune nouvelle relation. Les eff<strong>et</strong>s néfastes <strong>de</strong> ce typed’attachement–détachement ont été abondammenttraités 2 .Le roulement <strong>du</strong> personnel <strong>et</strong> le mo<strong>de</strong> d’attribution <strong>de</strong>sdossiers lors d’une réouverture font en sorte que lenombre <strong>de</strong> changements d’intervenants chargés d'établirun lien <strong>de</strong> confiance avec l'enfant (l’intervenant àl’application <strong>de</strong>s mesures) est trop élevé <strong>et</strong> que lacontinuité relationnelle avec lui est mal protégée.1Quelques centres <strong>jeunesse</strong> ont réussi à ré<strong>du</strong>ire <strong>de</strong> façon importante leur proportion <strong>de</strong> placementsd'urgence en rendant obligatoire une concertation minimale entre l'intervenant à l'évaluation, quidétermine l’urgence <strong>de</strong> la situation, <strong>et</strong> la direction <strong>de</strong>s ressources, ce qui semble avoir pour eff<strong>et</strong> <strong>de</strong>restreindre considérablement l'utilisation improvisée <strong>de</strong>s places en familles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> <strong>de</strong> réserver lacatégorie « urgence » pour les véritables cas d'urgence sociale.2 CARRIER, G. • S. BEAUDOIN (1993). Les déplacements d’enfants dans le réseau <strong>de</strong>s ressourcesd’accueil. Québec : Université Laval – Centre <strong>de</strong> recherche sur les services communautaires.STEINHAUER P. (1996). Le moindre mal : la question <strong>du</strong> placement <strong>de</strong> l’enfant. Montréal :Presses <strong>de</strong> l’Université <strong>de</strong> Montréal.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 49UNE NORME DE SUIVIMINIMALDe plus, une fois l’enfant placé dans la famille d’accueilqui semble correspondre à ses besoins, on a tendance àmoins le visiter. En eff<strong>et</strong>, la lour<strong>de</strong>ur <strong>de</strong> la charge d<strong>et</strong>ravail <strong>de</strong>s intervenants à l’application <strong>de</strong>s mesures faiten sorte que ce sont les cas urgents <strong>et</strong> les gestesprofessionnels obligatoires (associés à la judiciarisationpar exemple) qui occupent leur temps disponible. S’il nepose pas <strong>de</strong> problème important une fois placé « dans safamille d’accueil », l’enfant régresse dans l'ordre <strong>de</strong>spriorités cliniques. Il n’est pas rare <strong>de</strong> rencontrer <strong>de</strong>senfants qui n’ont pas reçu la visite <strong>de</strong> leur intervenantsocial <strong>de</strong>puis plus <strong>de</strong> six mois <strong>et</strong> même un an. Leminimum <strong>de</strong> soutien <strong>de</strong> l’enfant placé n’est donc pastoujours assuré convenablement.La recherche indique que les risques d’échec <strong>du</strong> placement<strong>et</strong> <strong>de</strong> mauvais traitement <strong>de</strong>s enfants en famille d’accueilsont plus élevés au cours <strong>de</strong>s premiers mois 1 . On aégalement observé que les cas d’abus sont davantagesusceptibles <strong>de</strong> survenir dans les familles d’accueil où lesenfants sont moins visités par les intervenants sociaux <strong>et</strong>lorsque ces familles ne sont pas suffisamment suivies 2 .Le manque <strong>de</strong> ressources humaines est sans doute lepremier facteur responsable <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te situation. Ons’accor<strong>de</strong> pour dénoncer le trop grand nombre <strong>de</strong> casqu’ont à traiter les intervenants à l’application <strong>de</strong>smesures. Par exemple, le Child Welfare League ofAmerica, recomman<strong>de</strong> une charge maximale <strong>de</strong>15 dossiers par intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures,tandis qu’au Québec, celle-ci oscille régulièrement entre25 <strong>et</strong> 30.1BC Report of the Task Force on Safeguards for Children and Youth in Foster or group Home Care(1997). Victoria : British Columbia Ministry for Children and Families.ALBERS, E. C. • T. REILLY • B. RITTNER (1993). « Children in Foster Care : Possible Factors AffectingPermanency Planning ». Child and adolescent Social Work journal, 10, p. 329-341.SIMARD, M. • J. VACHON • S. BÉRUBÉ. (1998). Les familles <strong>d'accueil</strong> pour jeunes en difficulté auQuébec. Étu<strong>de</strong> comparative <strong>de</strong>s familles spécifiques <strong>et</strong> non spécifiques. Québec : UniversitéLaval – Centre <strong>de</strong> recherche sur les services communautaires.2Ryan, P. • K. Cole (1992). Maltreatment in Family Foster Care : A Survey of the States.National Foster Care Resource Center.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>50 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialCertaines provinces canadiennes se sont dotées <strong>de</strong> normesminimales <strong>de</strong> suivi. Ainsi, la Colombie–Britannique exigeune visite tous les trois mois <strong>et</strong> l’Ontario, une tous les<strong>de</strong>ux mois. À l’instar <strong>de</strong> ces provinces, le Québec a besoind'une norme <strong>de</strong> suivi minimal concernant l'enfant placéen famille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> les ressources professionnellesrequises pour son application <strong>de</strong>vront suivre.RECOMMANDATION 23Qu’au minimum, l’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesuresvisite l’enfant dans sa famille <strong>d'accueil</strong> une fois le jour <strong>du</strong>placement, au cours <strong>de</strong>s sept jours suivants celui-ci, dans les30 jours suivants <strong>et</strong> au moins tous les <strong>de</strong>ux mois par la suite.Les données disponibles sont à l’eff<strong>et</strong> que 50 % <strong>de</strong>s jeunes sont visitésselon c<strong>et</strong>te fréquence. Les autres sont visités environ <strong>de</strong>ux fois moinssouvent. En fonction <strong>de</strong> la charge <strong>de</strong> cas moyenne actuelle (25 dossiers),85 postes supplémentaires sont nécessaires pour assurer c<strong>et</strong>te normeminimale <strong>de</strong> visite.Les 152 familles d’accueil interrogées révèlent que lamoitié <strong>de</strong>s enfants qu’elles gar<strong>de</strong>nt n’a pas droit à ceminimum <strong>de</strong> visites.Dans les cas <strong>de</strong> gran<strong>de</strong> vulnérabilité (très jeunes enfants,enfants sans contact avec leur famille naturelle <strong>et</strong>c.), c<strong>et</strong>tenorme minimale sera insuffisante <strong>et</strong> le pland’<strong>intervention</strong> <strong>de</strong>vra prescrire <strong>de</strong>s visites plus fréquentes.Bien sûr, c<strong>et</strong>te norme <strong>de</strong> visite dans la famille <strong>d'accueil</strong> nenie pas l’importance pour l’enfant <strong>de</strong> rencontrer sonintervenant seul à seul afin <strong>de</strong> pouvoir discuter librementavec lui <strong>de</strong> tous les suj<strong>et</strong>s qui le préoccupent.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 51UN CADREMÉTHODOLOGIQUEPOUR LE SUIVILa responsabilité <strong>de</strong> l’État à l’égard <strong>de</strong>s enfants qu'il placerequiert que le proj<strong>et</strong> <strong>de</strong> développement <strong>de</strong> l’enfant soitune priorité 1 . Dans la famille naturelle, les enfants ontgénéralement <strong>de</strong>s parents qui s’occupent, non seulementd’assurer leur sécurité <strong>et</strong> leur hygiène, mais aussi <strong>de</strong>réunir les conditions <strong>de</strong> leur réussite. Ainsi, le parentsera attentif aux proj<strong>et</strong>s scolaires <strong>de</strong> son enfant, ilvérifiera s’il a besoin <strong>de</strong> lun<strong>et</strong>tes pour bien voir le tableauen classe, il s’informera <strong>de</strong> ses amis <strong>et</strong> lui offrira unsoutien dans ses contacts sociaux. Il s'agit <strong>de</strong> l'ABC <strong>de</strong> lasensibilité parentale envers l’enfant <strong>et</strong> cela se fait spontanément,par attachement naturel au proj<strong>et</strong> <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>l’enfant 2 .Le défi d’assurer c<strong>et</strong>te sensibilité à l’égard <strong>du</strong> proj<strong>et</strong> <strong>de</strong> vie<strong>de</strong> l’enfant placé se pose dans tous les pays qui ont unsystème <strong>de</strong> placement lié à la protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> 3 .C’est dans c<strong>et</strong>te perspective que la méthodologie Lookingafter children (S’occuper <strong>de</strong>s enfants) a été élaborée <strong>et</strong>expérimentée dans neuf pays. L’objectif <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te approcheest <strong>de</strong> soutenir le développement <strong>de</strong> l’enfant placé endéterminant ses potentialités, ses préoccupations <strong>et</strong> sesaspirations personnelles comme base <strong>de</strong> planification.Looking after children va plus loin que la simple« protection » <strong>de</strong> l’enfant placé en lui offrant un soutienorganisé dans sept zones <strong>de</strong> développement : santé,é<strong>du</strong>cation, i<strong>de</strong>ntité, famille <strong>et</strong> relations sociales,présentation en société, développement affectif, habil<strong>et</strong>és <strong>et</strong>soins personnels. C<strong>et</strong>te approche repose sur <strong>de</strong>s outilsstandardisés d’évaluation <strong>de</strong>s progrès <strong>de</strong> l’enfant danschacune <strong>de</strong> ces zones <strong>de</strong> développement. Une fois parannée, une évaluation en profon<strong>de</strong>ur est effectuée pour1Voir J. HUDSON • B. GALAWAY. The State as Parent. International Perspectives onInterventions with Young Persons. Dordrecht, Londres : Kluwer Aca<strong>de</strong>mic Publishers, Natoscientific affairs division, vol. 53.2En protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong>, la moitié <strong>de</strong>s situations fait l'obj<strong>et</strong> <strong>de</strong> mesures appliquées dans le milieunaturel, sans placement <strong>de</strong> l'enfant. Ces mesures visent en bonne partie à soutenir les parents dansl'accomplissement <strong>de</strong> leurs rôles auprès <strong>de</strong> l'enfant. Comme le prévoit la loi, le maintien <strong>de</strong> l'enfantdans son milieu naturel constitue le premier choix dans l'<strong>intervention</strong> <strong>et</strong> ce n'est que lorsque c<strong>et</strong>teavenue n'est pas possible que le placement est envisagé.3 KUFELDT, K. • J. AMSTRONG • M. DORSH (1989). In Care, in Contact ? Dans : J. HUDSON andB. GALAWAY. The State as parent. International Research Perspectives on Interventions withYoung Persons. Londres : Kluwer Aca<strong>de</strong>mic Publishers, Nato Scientific Affairs Division, vol. 53.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>52 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familiall’enfant <strong>et</strong> colligée dans son « journal ». Les acquis <strong>et</strong> lesobjectifs futurs sont indiqués <strong>et</strong> communiqués aux acteursgravitant autour <strong>de</strong> lui, ainsi qu’à l’enfant lui-même, dansla mesure <strong>du</strong> possible. Les évaluations <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te métho<strong>de</strong><strong>de</strong> suivi <strong>de</strong> l’enfant indiquent qu’il s’agit d’une source trèsprécieuse d’informations pour l'équipe <strong>de</strong> soins (c'est-àdirela famille d’accueil <strong>et</strong> les intervenants), autant pourla planification <strong>de</strong>s <strong>intervention</strong>s <strong>et</strong> la concertation quepour la connaissance <strong>du</strong> jeune <strong>et</strong> <strong>de</strong> ses aspirationspersonnelles. Le « journal <strong>de</strong> l’enfant » constitue unemémoire clinique inestimable pour le jeune lui-même <strong>et</strong>les intervenants appelés à se relayer auprès <strong>de</strong> lui.Les évaluations disponibles indiquent également queLooking after Children 1 est une approche efficace pourmieux connaître le jeune <strong>et</strong> ses besoins <strong>et</strong>, conséquemment,prévoir le soutien nécessaire <strong>et</strong> évaluer sesprogrès dans la vie. Il serait gran<strong>de</strong>ment avantageux,pour l’enfant <strong>et</strong> ceux qui interviennent auprès <strong>de</strong> lui, que,sur une base annuelle, dans le cadre d’entrevues enprofon<strong>de</strong>ur avec l’enfant, l’intervenant à l’application <strong>de</strong>smesures applique c<strong>et</strong>te métho<strong>de</strong> <strong>de</strong> suivi validée, d’autantplus qu’une version allégée est présentement en élaboration.RECOMMANDATION 24Que les centres <strong>jeunesse</strong> aient recours aux outils mis aupoint pour Looking after Children, afin d’assurerl’évaluation annuelle <strong>de</strong>s sept zones <strong>de</strong> vie <strong>de</strong> l’enfant placéproposée par ce programme.1LAC (1998). Looking After Children. Colloque <strong>de</strong> suivi canadien tenu à Québec. Sainte–Foy :Université Laval, mai.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 53UN SOUTIENTRANSITIONNELVERS L’AUTONOMIEADULTEIl est faux <strong>de</strong> prétendre que, dans la société québécoiseactuelle, la capacité <strong>de</strong> vivre indépendamment estgénéralement acquise dès l’âge <strong>de</strong> 18 ans. Le processus<strong>de</strong> maturation socioéconomique se prolonge bien au-<strong>de</strong>là<strong>de</strong> la majorité en raison, notamment, d’une pério<strong>de</strong> <strong>de</strong>formation <strong>de</strong> plus en plus complexe <strong>et</strong> <strong>de</strong> plus en plusexigeante. Si les familles cessaient <strong>de</strong> soutenir concrètementleur jeune au moment <strong>de</strong> leur 18 e anniversaire,une proportion élevée d’entre eux éprouveraient <strong>de</strong>sérieuses difficultés. Abandonner le jeune à lui-même dèsl’âge <strong>de</strong> 18 ans équivaut, dans bien <strong>de</strong>s cas, à le m<strong>et</strong>tre endanger d’inadaptation (isolement, marginalisation, décrochage,déviance, <strong>et</strong>c.) 1 . Pourtant, les centres <strong>jeunesse</strong>n’ont plus <strong>de</strong> ressources pour continuer <strong>de</strong> soutenir leursusagers une fois que ceux-ci ont atteint c<strong>et</strong> âge. On verraalors l’intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures accompagnerle jeune pour qu’il se trouve une chambre <strong>et</strong>s’inscrive à l’ai<strong>de</strong> sociale, au moment <strong>de</strong> m<strong>et</strong>tre un termeau placement en raison <strong>de</strong> sa « majorité ». Cela estd’autant plus alarmant qu’une proportion élevée <strong>de</strong>sjeunes placés révèlent <strong>de</strong>s r<strong>et</strong>ards scolaires importants.Non seulement <strong>de</strong>vront-ils s’assumer plus tôt que lamoyenne <strong>de</strong>s autres jeunes vivant dans leur famille mais,<strong>de</strong> plus, ils sont souvent moins outillés pour faire face auxdéfis <strong>de</strong> la vie autonome.Deux actions réalistes doivent être entreprises <strong>de</strong>vant ceproblème.• Premièrement, pour l’enfant placé à moyen ou à longterme en famille <strong>d'accueil</strong> 2 , il y a lieu d'amorcer saformation en vue <strong>de</strong> la vie a<strong>du</strong>lte dès l'âge <strong>de</strong> 16 ans.Sur ce plan, les sphères <strong>de</strong> scolarisation <strong>et</strong> <strong>de</strong> formationà l'emploi, la planification financière <strong>et</strong> l’établissementd'un réseau <strong>de</strong> soutien, constituent autantd'exemples <strong>de</strong> champs d'autonomisation dans latransition vers la vie a<strong>du</strong>lte au terme <strong>du</strong> placement,soit après 18 ans. Comme tout bon parent le ferait1Voir à ce suj<strong>et</strong> les recommandations <strong>du</strong> <strong>Rapport</strong> <strong>du</strong> GROUPE DE TRAVAIL SUR LES JEUNES (1998).Agissons en complices. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux.2L'expression « placement à moyen ou à long terme » renvoie ici à une <strong>du</strong>rée <strong>de</strong> placement prévue <strong>de</strong><strong>de</strong>ux ans <strong>et</strong> plus.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>54 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialavec son enfant, les services sociaux responsables <strong>du</strong>jeune placé à long terme en famille <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong>vraientfaire en sorte, en tenant compte <strong>du</strong> profil <strong>de</strong> sescompétences, que les habil<strong>et</strong>és dont il aura besoin pourvivre <strong>de</strong> façon autonome constituent <strong>de</strong>s objectifsexplicitement formulés, accompagnés <strong>de</strong> mesurespratiques <strong>et</strong> <strong>de</strong> façon suffisamment précoce, pourperm<strong>et</strong>tre leur acquisition avant que le jeune soitlaissé à lui-même.RECOMMANDATION 25Que le centre <strong>jeunesse</strong>, en collaboration avec la famille<strong>d'accueil</strong> s’assure, pour chaque jeune <strong>de</strong> 16 ans placé àmoyen ou à long terme, <strong>de</strong> m<strong>et</strong>tre en branle un processus <strong>de</strong>formation pratique en vue <strong>de</strong> la vie autonome <strong>et</strong> évaluesystématiquement ses progrès <strong>de</strong> façon à favoriser laréussite <strong>de</strong> la transition vers l’âge a<strong>du</strong>lte.• Deuxièmement, pour perm<strong>et</strong>tre au jeune placé enfamille <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong> réussir son entrée dans le mon<strong>de</strong>a<strong>du</strong>lte, il faut établir <strong>et</strong> maintenir <strong>de</strong>s mesures <strong>de</strong>soutien après l’âge <strong>de</strong> 18 ans. On parle ici d’accès à unmilieu <strong>de</strong> vie, <strong>de</strong> soutien à l’avancement scolaire,d’insertion sur le marché <strong>de</strong> l’emploi, <strong>et</strong>c. Pour ce faire,un programme intégré <strong>de</strong> soutien transitoire <strong>de</strong>vraitêtre accessible aux jeunes a<strong>du</strong>ltes sortant <strong>de</strong> famillesd’accueil. L’animation <strong>de</strong> tels programmes pourraitêtre confiée à <strong>de</strong>s organismes à but non lucratifchargés <strong>de</strong> la concertation avec les promoteurs enmatière <strong>de</strong> formation <strong>et</strong> d’insertion sur le marché <strong>de</strong>l’emploi dans la communauté (commissions scolaires,centres régionaux <strong>de</strong> développement, centres locauxd’emploi, <strong>et</strong>c.) afin <strong>de</strong> maximiser les chances <strong>du</strong> jeune<strong>de</strong> réussir son insertion sociale 1 .1Il existe un certain nombre d’expériences pouvant servir <strong>de</strong> modèles dans ce secteur. Le proj<strong>et</strong>« Dimension », actuellement en cours à Saint–Augustin <strong>de</strong> Desmaures, en est un exemple intéressant.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 55RECOMMANDATION 26En collaboration avec les promoteurs <strong>de</strong> l’insertion sur lemarché <strong>de</strong> l’emploi <strong>et</strong> <strong>de</strong> la participation sociale <strong>de</strong>s jeunes(commissions scolaires, centres locaux d’emploi, centresrégionaux <strong>de</strong> développement, groupes communautaires,<strong>et</strong>c.), qu’un programme <strong>de</strong> soutien transitoire <strong>de</strong>s jeunesa<strong>du</strong>ltes ayant été placés en famille d’accueil soit ren<strong>du</strong>accessible <strong>et</strong> maintenu jusqu’à l’âge <strong>de</strong> 21 ans.RECOMMANDATION 27Que chaque régie régionale ait la responsabilité <strong>de</strong> désignerun organisme local responsable d’assurer la concertation<strong>de</strong>s partenaires engagés dans ce programme.RECOMMANDATION 28Que chaque centre <strong>jeunesse</strong> inscrive à ce programme lejeune qui atteint son 17 e anniversaire.RECOMMANDATION 29Que, lorsque le jeune a<strong>du</strong>lte le souhaite <strong>et</strong> que la famille<strong>d'accueil</strong> l’accepte, celle-ci soit autorisée à utiliser une <strong>de</strong>ses places pour maintenir l’hébergement <strong>du</strong> jeune <strong>et</strong> que lesrègles <strong>de</strong> rétribution concernant les rési<strong>de</strong>nces d’accueils’appliquent dans ce cas.DES CANAUXOUVERTS DECOMMUNICATIONPOUR L’ENFANTPLACÉLa participation <strong>de</strong> l’enfant aux décisions qui leconcernent est généralement souhaitée, mais la place quilui est offerte dans les faits est insuffisante 1 . L'enfantplacé ne doit pas être un enfant isolé. L'objectif centrald'être sensible à ce que vit l'enfant placé en famille<strong>d'accueil</strong> ne peut être atteint sans l'offre <strong>de</strong> voies <strong>de</strong>communication facilement accessibles <strong>et</strong> exemptes <strong>de</strong>stigmatisation. Les informations obtenues par le GROUPEDE TRAVAIL auprès <strong>de</strong>s jeunes placés en famille <strong>d'accueil</strong>indiquent que, dans certaines situations, l'enfant peutdifficilement exprimer ses problèmes ou ses plaintes pour1 MELTON, G.B. (1999). « Parents and Children : Legal Reform to Facilitate Children’s Participation ».American Psychologist, 54, p. 935–944.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>56 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialtoutes sortes <strong>de</strong> raisons. Il ne sait pas comment faire, ilne connaît pas les mécanismes <strong>de</strong> traitement <strong>de</strong>s litigesmis à sa disposition, il est mal à l'aise <strong>de</strong> soulever <strong>de</strong>squestions qui concernent sa famille <strong>d'accueil</strong> par peur <strong>de</strong>sreprésailles, <strong>et</strong>c. Le taux <strong>de</strong>s plaintes enregistrées dansles centres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> la part <strong>de</strong> jeunes placés en famille<strong>d'accueil</strong>, serait beaucoup moindre que celui <strong>de</strong>s jeunes enétablissement. Il est possible que cela soit dû à unnombre moins grand <strong>de</strong> problèmes, mais aussi à unecommunication moins soutenue pour les jeunes en famille<strong>d'accueil</strong> 1 .L'émergence d'une communication franche <strong>et</strong> précoce surles problèmes <strong>de</strong> l'enfant peut favoriser le règlement <strong>de</strong>sdifficultés avant que celles-ci ne se transforment en crises<strong>et</strong> ne provoquent un échec <strong>du</strong> placement <strong>et</strong> le déplacement<strong>de</strong> l'enfant.Le GROUPE DE TRAVAILa également été à même <strong>de</strong>constater que, en raison <strong>de</strong> la confi<strong>de</strong>ntialité à laquelle lescentres <strong>jeunesse</strong> sont tenus, plusieurs comités <strong>de</strong>s usagerspeuvent difficilement joindre les jeunes hébergés enfamille <strong>d'accueil</strong>. Ces comités ont pourtant le mandat <strong>de</strong>défendre les droits <strong>de</strong>s usagers <strong>et</strong> il est <strong>de</strong> leur ressort <strong>de</strong>s’assurer <strong>de</strong> la qualité <strong>de</strong>s services reçus. Bien qu’il soitclair que la confi<strong>de</strong>ntialité <strong>de</strong>s dossiers doit être assurée,le GROUPE DE TRAVAIL s’interroge sérieusement sur lapossibilité pour les comités <strong>de</strong>s usagers <strong>de</strong> remplirpleinement leur rôle auprès <strong>de</strong>s jeunes en famille<strong>d'accueil</strong> s’ils n’ont pas accès à ceux-ci. Tout en respectantle droit fondamental à la confi<strong>de</strong>ntialité, il y a lieu d<strong>et</strong>rouver <strong>de</strong>s façons <strong>de</strong> donner aux comités un accès rapi<strong>de</strong>au groupe qu’ils <strong>de</strong>sservent.1Consultations auprès <strong>de</strong> SUZANNE BOUCHER, responsable <strong>de</strong>s plaintes <strong>et</strong> <strong>de</strong> LISE MÉTHOT, responsable<strong>du</strong> comité <strong>de</strong>s usagers. Beauport : Centre <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Québec, automne 1999.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 57RECOMMANDATION 30Qu’à l’instar <strong>de</strong>s procé<strong>du</strong>res en place dans les centres <strong>de</strong>réadaptation les centres <strong>jeunesse</strong> informent systématiquementle jeune ou ses parents naturels sur ses droits, <strong>et</strong>ce, au début <strong>de</strong> tout nouveau placement 1 .RECOMMANDATION 31Que les régies régionales s’assurent que les centres <strong>jeunesse</strong>m<strong>et</strong>tent en place ce programme d’information systématique.LE MANQUE DEDONNÉES FIABLESTout au long <strong>de</strong> la démarche d’analyse, le GROUPE DETRAVAIL a été amené à constater que le réseau <strong>de</strong>placement en famille d’accueil manque d’une base d’informationfiable <strong>et</strong> accessible sur ce qui arrive aux enfantsplacés. Les données disponibles sont centrées sur lesopérations comptables <strong>et</strong> sont très dépendantes <strong>de</strong>sdisparités régionales dans la façon <strong>de</strong> les comptabiliser <strong>et</strong><strong>de</strong> rapporter la réalité (dans les centres <strong>jeunesse</strong> notamment).Ces données, souvent incomplètes, perm<strong>et</strong>tentdifficilement <strong>de</strong> savoir ce qui arrive aux enfants.Pourtant, il existe <strong>de</strong>s informations, mais celles-ci ne sontpas traitées. Le Proj<strong>et</strong> intégration <strong>jeunesse</strong> (PIJ) vise àrendre accessible une banque <strong>de</strong> données fiables.Cependant, les travaux menant à l’élaboration <strong>de</strong> c<strong>et</strong> outilsont présentement arrêtés.De plus, il ne se fait pas suffisamment <strong>de</strong> recherche dansce secteur important <strong>de</strong>s services sociaux québécois. Unobservatoire mo<strong>de</strong>rne <strong>et</strong> fiable est donc nécessaire pourassurer un suivi responsable <strong>et</strong> un développementcohérent.Ce constat nous amène à faire la recommandationsuivante :1Le Gui<strong>de</strong> « L’accompagnement <strong>de</strong>s enfants <strong>et</strong> <strong>de</strong>s adolescents lors <strong>de</strong> leur placement »développé par l’Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec, en 1999, vise c<strong>et</strong> objectif.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>58 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRECOMMANDATION 32Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux, encollaboration avec le ministère <strong>de</strong> la Famille <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’Enfance,m<strong>et</strong>te sur pied, sur la base d’une concertation entre lesinstances représentant les acteurs impliqués dans le placementen famille d’accueil (comités d’usagers, associations<strong>de</strong> familles d’accueil, Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong>Québec, équipes universitaires, Conférence <strong>de</strong>s régies régionales,<strong>et</strong>c.), un centre québécois <strong>de</strong> développement <strong>et</strong> d<strong>et</strong>ransfert <strong>de</strong>s connaissances sur les soins <strong>de</strong>s jeunes enfamille d’accueil.2. Le soutien professionnel offert aux familles d’accueilLa notion <strong>de</strong> soutien professionnel renvoie ici à l'ensemble <strong>de</strong>s mesuresd'appui offertes à la famille <strong>d'accueil</strong> dans l'exercice <strong>de</strong> son rôle auprès <strong>de</strong> l'enfant dontelle a la gar<strong>de</strong>. « Le but <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te supervision est d’ai<strong>de</strong>r la ressource dans l’exercice <strong>de</strong>son rôle <strong>et</strong> <strong>de</strong> perm<strong>et</strong>tre une évaluation <strong>de</strong> façon continue 1 . »La qualité <strong>du</strong> soutien offert aux familles d’accueil revêt une gran<strong>de</strong>importance, car lorsque celui-ci fait défaut, <strong>de</strong>s familles <strong>de</strong> qualité peuvent cesserd'exercer c<strong>et</strong>te fonction. Au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> la nécessité <strong>de</strong> recruter une nouvelle famille, celasignifie souvent, pour les enfants qui y sont placés, un déplacement supplémentaireavec tout ce que celui-ci entraîne.Le soutien peut provenir <strong>de</strong> diverses instances, <strong>de</strong>s associations <strong>de</strong> familles<strong>d'accueil</strong> notamment, mais c'est celui offert par le centre <strong>jeunesse</strong> qui est visé ici. Lesthèmes <strong>de</strong> la formation, <strong>de</strong> l'évaluation <strong>et</strong> <strong>du</strong> soutien financier faisant l’obj<strong>et</strong> d’unesection dans le présent rapport, le soutien professionnel est abordé ici en fonction <strong>de</strong>cinq dimensions :• le statut <strong>de</strong> la famille d’accueil en <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong> ;• l’accessibilité aux outils nécessaires pour jouer son rôle ;• le suivi assuré à la famille d’accueil en tant que ressource ;• le statut <strong>de</strong> l’intervenant aux ressources ;• le développement <strong>et</strong> le transfert <strong>de</strong>s connaissances sur les enfantsplacés en famille <strong>d'accueil</strong>.1La pratique professionnelle <strong>et</strong> les ressources <strong>de</strong> type familial : Gui<strong>de</strong> d’orientation, page 47.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 59LE STATUT DE LAFAMILLE D’ACCUEILEN INTERVENTIONJEUNESSELa famille d’accueil est-elle une simple ressourced’hébergement sécuritaire ou un partenaire à part entièredans l’<strong>intervention</strong> auprès <strong>du</strong> jeune qu'elle accueille ?S’agit-il d’une instance bénévole ou d’un acteur rétribuédans le continuum <strong>de</strong> services <strong>jeunesse</strong> ? Est-ce unprivilège que d’être une famille d’accueil ou est-ce unefonction qui mérite une plus gran<strong>de</strong> reconnaissancesociale ? Ces questions pourraient donner lieu à un longdébat puisque les avis sont partagés sur chacune.Cependant, il existe un consensus sur les principessuivants :• De façon générale, au Québec, la famille <strong>d'accueil</strong>n’assure pas sa subsistance par son activité auprès <strong>de</strong>senfants dont elle assume la gar<strong>de</strong>.• Le soutien financier qu’elle obtient correspond à unecompensation non imposable pour services ren<strong>du</strong>s.Il <strong>de</strong>meure toutefois que plusieurs facteurs contribuent àmaintenir l’ambiguïté <strong>du</strong> statut <strong>de</strong>s familles d’accueil.Nous en relevons trois ici.• Premièrement, financièrement, les familles <strong>d'accueil</strong> nesont pas rémunérées mais plutôt compensées pour lesdépenses que la gar<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’enfant leur occasionne. Lessommes qu’elles obtiennent ne sont pas considéréescomme un revenu <strong>et</strong>, par conséquent, ne sont pasimposables. Cependant, au-<strong>de</strong>là <strong>du</strong> montant offert endédommagement <strong>de</strong>s frais <strong>de</strong> gar<strong>de</strong> selon le barème <strong>de</strong>base (variable selon l’âge <strong>de</strong> l’enfant), une « rétributionsupplémentaire » est versée à la famille selon le« niveau <strong>de</strong> service » qu’elle est appelée à offrir enréponse aux besoins particuliers <strong>de</strong> l’enfant. Donc, sesdépenses sont remboursées selon un barème <strong>de</strong> base <strong>et</strong>une rétribution pour services particuliers peut aussi luiêtre versée 1 . Le caractère non imposable <strong>de</strong> ces <strong>de</strong>uxsources <strong>de</strong> soutien financier les place dans la catégorie<strong>de</strong>s « compensations » <strong>et</strong> non pas <strong>de</strong>s « revenus ».Toutefois, on pourrait considérer que la notion <strong>de</strong>1Les données indiquent qu’environ 66 % <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> reçoivent une rétribution supplémentaireactuellement.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>60 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial« service ren<strong>du</strong> » s’éloigne <strong>de</strong> la stricte compensation<strong>de</strong>s dépenses engagées.• Deuxièmement, les familles d’accueil posent volontairementleur candidature dans les centres <strong>jeunesse</strong>,mais ceux-ci n’entr<strong>et</strong>iennent pas <strong>de</strong> lien d’emploi avecelles. En revanche, un contrat lie les <strong>de</strong>ux partieslorsque, après évaluation, la famille d’accueil satisfaitaux exigences liées à la reconnaissance. C<strong>et</strong>teévaluation, lorsqu’elle est effectuée dans les règles 1 , esthautement scrutatrice <strong>de</strong> la vie familiale <strong>et</strong> le niveaud’exigence qu’elle sous-tend est élevé. On comprendbien qu'il en soit ainsi puisqu’il serait très dommageablepour les enfants <strong>de</strong> confier ce type <strong>de</strong> fonction à<strong>de</strong>s personnes aux motivations inappropriées ou nepossédant pas les compétences requises. Il ne s’agitpas <strong>de</strong> promouvoir ici la « professionnalisation » <strong>du</strong> rôle<strong>de</strong> famille d’accueil, mais <strong>de</strong> reconnaître que, sur lecontinuum qui s’étend entre la fonction professionnelle<strong>et</strong> l’activité bénévole ponctuelle <strong>et</strong> sporadique, il existedivers niveaux d’engagement. Les a<strong>du</strong>ltes quis’engagent à assumer la gar<strong>de</strong> complète d’un enfant oud’un adolescent vivant <strong>de</strong>s transitions importantesdans sa vie s’engagent également à participer à unplan d’<strong>intervention</strong> en ce qui le concerne <strong>et</strong> à assumerles nombreuses obligations d’une famille d’accueil envertu d’un contrat (voir la section « Les acteurs enprésence »). Ils ne se situent pas à un niveau <strong>de</strong>« bénévolat ponctuel ». On parle au moins d’une forme<strong>de</strong> « bénévolat imputable » qui comman<strong>de</strong> uneréciprocité <strong>du</strong> soutien à la mesure <strong>de</strong> c<strong>et</strong>teimputabilité.• Troisièmement, sur le plan <strong>du</strong> temps <strong>de</strong> contact avecl’enfant, la famille est sans contredit l’acteur le plusprésent. Son rôle lui confère un potentiel inégaléd’influence sur la vie courante <strong>de</strong> l’enfant. Lesinformations disponibles montrent clairement qu'il nes’agit pas d’un environnement passif <strong>de</strong> type« stationnement pour enfant », mais bien d’un milieu<strong>de</strong> vie tra<strong>du</strong>isant <strong>de</strong>s valeurs, <strong>de</strong>s attachements, <strong>de</strong>s1La pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial : Gui<strong>de</strong> d’orientation, p. 29.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 61attitu<strong>de</strong>s, <strong>de</strong>s modèles comportementaux qui laissentleur marque sur le jeune qui s’y développe. De tous lesacteurs <strong>du</strong> système <strong>de</strong>s services à la <strong>jeunesse</strong>, lafamille d’accueil est certainement parmi ceux quiconnaissent le mieux l’enfant.Bien qu’au cours <strong>de</strong>s <strong>de</strong>rnières années <strong>de</strong>s effortsimportants aient été faits pour reconnaître officiellementl’importance <strong>de</strong> l’apport <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> le faitqu’elles constituent <strong>de</strong>s partenaires (Gui<strong>de</strong> d’orientationsur la pratique professionnelle, contrat type entre lafamille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> le centre <strong>jeunesse</strong>), c<strong>et</strong>te reconnaissancene s’est pas tra<strong>du</strong>ite dans la pratique.L’ambiguïté qui <strong>de</strong>meure quant à leur statut <strong>de</strong>partenaire affecte la motivation <strong>de</strong>s familles d’accueil,leur sentiment d’être respectées <strong>et</strong> reconnues dans leurrôle auprès <strong>de</strong> l’enfant <strong>et</strong> leur confiance dans les servicessociaux à la <strong>jeunesse</strong>. Le GROUPE DE TRAVAIL estime quec<strong>et</strong>te situation est nuisible aux services offerts à l’enfantplacé en ressource <strong>de</strong> type familial.Il est impératif <strong>de</strong> surmonter les craintes <strong>de</strong> perdre <strong>du</strong>pouvoir sur le processus d’<strong>intervention</strong> <strong>et</strong> les craintesd’avoir à rendre <strong>de</strong>s comptes sur la logique <strong>de</strong>s décisionsprises en matière <strong>de</strong> placement. En c<strong>et</strong>te époque <strong>de</strong>recherche intensive <strong>de</strong> concertation entre les diversacteurs responsables <strong>de</strong>s enfants, la reconnaissance <strong>de</strong> lafamille d’accueil comme partenaire <strong>de</strong> l’<strong>intervention</strong>s’impose <strong>et</strong>, pour le GROUPE DE TRAVAIL, n’est passynonyme <strong>de</strong> professionnalisation. Le statut <strong>de</strong>partenaire <strong>de</strong> l’<strong>intervention</strong> est tout à fait compatible aveccelui <strong>de</strong> ressource bénévole engagée <strong>et</strong> imputable auprès<strong>de</strong> l’enfant, <strong>de</strong> la même façon qu’il va <strong>de</strong> soi que le parentnaturel est un partenaire à part entière <strong>du</strong> processus <strong>de</strong>scolarisation <strong>de</strong>s enfants à l’école. Le Gui<strong>de</strong> d’orientationsur la pratique professionnelle <strong>et</strong> le contrat typereconnaissent les ressources <strong>de</strong> type familial comme <strong>de</strong>spartenaires dans l’<strong>intervention</strong> auprès <strong>de</strong>s jeunes. Lesfamilles <strong>d'accueil</strong> ne peuvent donc être considérées commeun « pro<strong>du</strong>it à offrir » (comme c’est parfois le cas), car ellessont un partenaire à part entière. Forte <strong>de</strong> c<strong>et</strong>tereconnaissance, elles pourront réclamer légitimement leurplace dans l’<strong>intervention</strong> au bénéfice <strong>de</strong>s jeunes.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>62 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRECOMMANDATION 33Que les centres <strong>jeunesse</strong> reconnaissent les familles d’accueilcomme partenaires à part entière dans l’<strong>intervention</strong> auprès<strong>de</strong>s jeunes <strong>et</strong>, à ce titre, leur offrent toute l’informationpertinente pour leurs fonctions, <strong>et</strong> que celles-ci soientimpliquées dans les décisions qui les concernent <strong>et</strong> quiconcernent l’enfant placé chez elles.RECOMMANDATION 34Que les régies régionales, les centres <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> lesassociations régionales <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> m<strong>et</strong>tent enplace un comité consultatif régional (ou linguistique)responsable <strong>de</strong> la mise en application <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te recommandation.L’ACCESSIBILITÉAUX OUTILSNÉCESSAIRESPOUR JOUER SON RÔLEPour bien jouer son rôle, la famille d’accueil doit êtreinformée sur l’enfant dont elle assume la gar<strong>de</strong> <strong>et</strong>, le caséchéant, sur ses besoins particuliers. Elle doit connaîtreles attentes <strong>de</strong>s services <strong>jeunesse</strong> à son égard, biencomprendre les objectifs poursuivis par l’<strong>intervention</strong>auprès <strong>de</strong> l’enfant <strong>et</strong> <strong>de</strong> sa famille d’origine, <strong>de</strong> même queles rôles assumés par chaque acteur dans la poursuite <strong>de</strong>ces objectifs. La plupart <strong>de</strong> ces éléments se trouventnormalement dans le « plan d’<strong>intervention</strong> à l’égard <strong>de</strong> lafamille d’accueil », couramment appelé le PIFA.En vertu <strong>de</strong> l’article 102 <strong>de</strong> la Loi sur les services <strong>de</strong> santé<strong>et</strong> les services sociaux, tout établissement a l’obligationd’élaborer un plan d’<strong>intervention</strong> pour ses usagers.Lorsque l’usager est confié à une famille <strong>d'accueil</strong>, lesrèglements sur l’organisation <strong>et</strong> l’administration <strong>de</strong>sétablissements <strong>de</strong> services définissent le plan d’<strong>intervention</strong>à l’égard <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong> comme un outilessentiel à l’exercice <strong>de</strong> leur rôle. Ce document tient lieu<strong>de</strong> convention explicite sur :


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 63• les besoins <strong>de</strong> l’enfant ;• les objectifs poursuivis par l’<strong>intervention</strong> ;• les moyens à m<strong>et</strong>tre en œuvre pour les atteindre.Le plan d’<strong>intervention</strong> à l’égard <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong> estélaboré sur l’initiative <strong>de</strong> l’intervenant à l’application <strong>de</strong>smesures en collaboration avec la famille <strong>d'accueil</strong>, lejeune, l’intervenant aux ressources <strong>et</strong>, dans toute lamesure <strong>du</strong> possible, la famille d’origine.Dans les faits, malgré l’obligation légale <strong>et</strong> les multiplesrappels réglementaires, les familles d’accueil disposent <strong>de</strong>c<strong>et</strong> outil pour moins <strong>de</strong> la moitié <strong>de</strong>s jeunes placés chezelles. Ce problème n’est pas sans rappeler celui <strong>de</strong>l’absence <strong>de</strong> plan d’<strong>intervention</strong> pour un trop grandnombre <strong>de</strong> jeunes suivis à l’application <strong>de</strong>s mesures,problème pour lequel la Commission <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> lapersonne <strong>et</strong> <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> s’est employée à forcer unesolution dans les centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec au cours <strong>de</strong>l’année 1999. Comme c’était le cas pour justifier l’absence<strong>de</strong> plan d’<strong>intervention</strong> dans les dossiers, on invoquesouvent le fait que les intervenants à l’application <strong>de</strong>smesures sont surchargés <strong>de</strong> travail pour expliquer lemanque <strong>de</strong> plan d’<strong>intervention</strong> à l’égard <strong>de</strong> la famille<strong>d'accueil</strong>.Bref, ce plan est associé à l’<strong>intervention</strong> auprès <strong>du</strong> jeune<strong>et</strong>, <strong>de</strong> ce fait, placé sous la responsabilité <strong>de</strong> l’intervenantà l’application <strong>de</strong>s mesures, mais il n’en <strong>de</strong>meure pasmoins un outil essentiel pour la famille d’accueil <strong>et</strong>l’intervenant aux ressources. Par conséquent, la familled’accueil <strong>et</strong> l’intervenant aux ressources peuventlégitimement le réclamer en tant qu'outil <strong>de</strong> travailnécessaire à l’exercice <strong>de</strong> leurs fonctions auprès <strong>de</strong>l'enfant.La Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les services sociaux, leGui<strong>de</strong> d’orientation sur la pratique professionnelle enressource <strong>de</strong> type familial <strong>et</strong> le contrat type entre le centre<strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> la famille <strong>d'accueil</strong> stipulent la présence d’unplan d’<strong>intervention</strong> à l’égard <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong>.Pourtant, pour plus <strong>de</strong> la moitié <strong>de</strong>s enfants placés enfamille <strong>d'accueil</strong>, ce document n’est pas rédigé.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>64 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRECOMMANDATION 35Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux exigeque les centres <strong>jeunesse</strong> déterminent les mesures qu’ilss’engagent à prendre pour faire respecter la loi en ce qui atrait au plan d’<strong>intervention</strong> à l’égard <strong>de</strong> la famille d’accueil.LE SUIVI ASSURÉ À LAFAMILLE D’ACCUEIL ENTANT QUE RESSOURCEDans le système québécois <strong>de</strong> placement en ressource d<strong>et</strong>ype familial, ce sont les centres <strong>jeunesse</strong> qui assurent lesuivi <strong>du</strong> jeune par l’entremise <strong>de</strong> l’intervenant àl’application <strong>de</strong>s mesures <strong>et</strong> qui assurent le suivi <strong>de</strong> lafamille d’accueil par l’entremise <strong>de</strong> l’intervenant auxressources. Cela implique qu’au moins <strong>de</strong>ux intervenantsdifférents sont appelés à intervenir dans la familled’accueil 1 . Normalement, celle-ci n’a affaire qu’à un seulintervenant aux ressources, mais elle aura habituellementà transiger avec un intervenant à l’application <strong>de</strong>smesures pour chacun <strong>de</strong>s enfants qu’elle accueille.Le problème <strong>de</strong>s frontières dans les différents rôles <strong>et</strong> <strong>de</strong>la cohésion dans les pratiques cliniques se pose <strong>de</strong> façonimportante <strong>et</strong> il est ravivé par le taux <strong>de</strong> roulementimportant pour ce qui est <strong>de</strong>s affectations cliniques <strong>de</strong> cesintervenants. Pour une famille d’accueil, c'est un défi d<strong>et</strong>aille que <strong>de</strong> départager les responsabilités <strong>de</strong> chacund’eux, <strong>de</strong> respecter (<strong>et</strong> <strong>de</strong> faire respecter) les mesuresconvenues avec l’un <strong>et</strong> l’autre en l’absence <strong>de</strong> documentsécrits fiables <strong>et</strong> <strong>de</strong> rencontres régulières.À cela s’ajoute la « multiplicité changeante » <strong>de</strong>sintervenants qui, eux-mêmes, ne disposent pas d’unsystème convenable <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s informations cliniquespour faire leur travail.1Il est possible, <strong>de</strong> plus, qu’un é<strong>du</strong>cateur soit affecté au suivi <strong>de</strong> l’enfant en famille d’accueil. Comme ilpeut arriver qu’un même intervenant soit à la fois responsable <strong>du</strong> jeune <strong>et</strong> <strong>de</strong> la ressource.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 65Par ailleurs, même s’il faut adm<strong>et</strong>tre que la notion <strong>de</strong><strong>du</strong>rée moyenne <strong>du</strong> placement en famille d’accueil auQuébec est hautement théorique, puisqu’elle découle <strong>de</strong> lasomme <strong>de</strong>s placements d’un jour <strong>et</strong> <strong>de</strong>s placements <strong>de</strong>plusieurs années, il faut comprendre que, dans l’ensemble,tout cela se passe dans un système où la longévitémoyenne <strong>du</strong> placement est <strong>de</strong> moins <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux ans.L’enfant placé en famille d’accueil a une équipe d’acteursautour <strong>de</strong> lui (parents d’accueil, intervenant à l’application<strong>de</strong>s mesures, intervenant aux ressources) <strong>et</strong> c<strong>et</strong>temultiplicité d’intervenants ne <strong>de</strong>vrait pas représenter unproblème, mais bien une force pour l’<strong>intervention</strong>. Lesrecommandations suivantes portent sur le besoin <strong>de</strong>cohésion dans c<strong>et</strong>te équipe.RECOMMANDATION 36Que les centres <strong>jeunesse</strong> s’assurent <strong>de</strong> fournir systématiquementà la famille d’accueil, dès l’arrivée <strong>du</strong> jeune, le<strong>Rapport</strong> sommaire sur celui-ci 1 <strong>et</strong> sur les modalités précisespour rejoindre chacun <strong>de</strong>s intervenants <strong>jeunesse</strong> engagésenvers l’enfant.1Il s’agit <strong>du</strong> document qui suit normalement l’enfant <strong>et</strong> qui fait état <strong>de</strong> ses besoins particuliers sur leplan <strong>de</strong> la santé (médicaments, asthme, <strong>et</strong>c.) <strong>de</strong> l’alimentation (allergies, <strong>et</strong>c.) <strong>et</strong> autres.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>66 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRECOMMANDATION 37Que les centres <strong>jeunesse</strong> se penchent sur la question <strong>du</strong>roulement <strong>de</strong>s intervenants auprès <strong>du</strong> jeune <strong>et</strong>, en cas <strong>de</strong>remplacement <strong>de</strong> l’un d’eux, qu’ils appliquent systématiquementune procé<strong>du</strong>re établie pour le transfertpersonnalisé <strong>du</strong> dossier, tant à l’application <strong>de</strong>s mesuresqu’aux ressources 1 .LE STATUT DEL’INTERVENANTAUX RESSOURCESLe statut <strong>de</strong> l’intervenant aux ressources dans les centres<strong>jeunesse</strong> mérite notre attention. Sa fonction principaleest d’assurer la qualité <strong>et</strong> l’accessibilité <strong>de</strong>s ressourcesfamiliales aux enfants <strong>de</strong>vant être placés en conformitéavec le profil <strong>de</strong> leurs besoins. Les intervenants auxressources sont donc responsables <strong>du</strong> lien avec lesfamilles d’accueil <strong>et</strong> leur charge <strong>de</strong> travail se définit enfonction <strong>de</strong> familles à suivre. Cependant, comme ils sontégalement responsables <strong>de</strong>s jumelages, leur tâchecomprend aussi les activités liées à c<strong>et</strong>te fonction, <strong>et</strong> ce,pour chaque enfant placé en famille <strong>d'accueil</strong>.Plusieurs indices témoignent que la fonction ressources aeu tendance à être banalisée : attribution à <strong>de</strong>s gens peuformés à celle-ci, faible promotion <strong>de</strong> l’usage d’outilsstandardisés, morcellement <strong>de</strong>s équipes ressources dansle cadre <strong>de</strong> la sous-régionalisation <strong>et</strong>c. Pourtant, leshabil<strong>et</strong>és requises par l’évaluation <strong>et</strong> la supervision <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong> constituent une expertise spécifiquerelativement complexe dont dépend la qualité <strong>du</strong>placement.1Le transfert personnalisé <strong>du</strong> dossier implique que le centre <strong>jeunesse</strong> s’organise pour que l’intervenantqui part s’assure :• De planifier les étapes <strong>de</strong> son transfert <strong>et</strong> d’en informer les acteurs touchés.• D’accompagner personnellement son remplaçant pour rencontrer le jeune, ses parents naturels, lesparents d’accueil <strong>et</strong> les autres intervenants au dossier.• De rendre disponibles <strong>et</strong> <strong>de</strong> lui faire comprendre toutes les informations pertinentes pour la con<strong>du</strong>ite<strong>de</strong> l’<strong>intervention</strong>.• De rester disponible pour répondre aux <strong>de</strong>man<strong>de</strong>s qui pourraient survenir <strong>de</strong> la nouvelle équipe.Dans les cas <strong>de</strong> contractuels, le centre <strong>jeunesse</strong> doit s’assurer <strong>de</strong> prévoir la continuation <strong>du</strong> liend’emploi pour perm<strong>et</strong>tre le transfert personnalisé.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 67Actuellement, dans certains centres <strong>jeunesse</strong>, la fonction« intervenant aux ressources » n’est pas exclusive,certaines personnes la cumulant avec la fonction« application <strong>de</strong>s mesures ». Pour le GROUPE DE TRAVAIL,ce cumul <strong>de</strong> fonctions est peu favorable aux familles<strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> aux enfants qui y sont placés. Pourquoi ?Parce qu’une forte proportion <strong>de</strong>s activités liées àl’application <strong>de</strong>s mesures est prescrite par <strong>de</strong>s normesadministratives <strong>et</strong> juridiques (<strong>du</strong>rée <strong>de</strong>s ententes,obligation <strong>de</strong> judiciariser après <strong>de</strong>ux ententes volontaires…)<strong>et</strong> que, dans ce contexte, les fonctions ressourcessont plus susceptibles d’être mises <strong>de</strong> côté parce qu’ellesne sont pas explicitement protégées. De plus, l’expertiserequise ne peut être entr<strong>et</strong>enue <strong>et</strong> développée sur la based’activités sporadiques aux secteurs <strong>de</strong>s ressourcespartagées avec d’autres fonctions.La surcharge <strong>de</strong> travail <strong>et</strong> le manque <strong>de</strong> temps <strong>de</strong>sintervenants aux ressources sont invoqués pour expliquerl’insuffisance <strong>de</strong>s contacts avec les familles d’accueil.Alors que la charge <strong>de</strong> travail recommandée par le ChildWelfare League of America (CWLA) est <strong>de</strong> 30 familles<strong>d'accueil</strong> par intervenant aux ressources, la moyenneactuelle est <strong>de</strong> 40 familles 1 <strong>et</strong> aucune norme <strong>de</strong> pratiquene garantit un contact minimal avec la ressource<strong>d'accueil</strong>. À l’échelle <strong>du</strong> Québec, il faudrait 45 postessupplémentaires pour respecter la norme <strong>du</strong> CWLA.RECOMMANDATION 38Qu’au minimum l’intervenant aux ressources visite chacune<strong>de</strong> ses familles d’accueil tous les <strong>de</strong>ux mois.1Selon les données recueillies lors <strong>de</strong> notre sondage.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>68 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRECOMMANDATION 39Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux assureaux centres <strong>jeunesse</strong> les ressources nécessaires au respect <strong>de</strong>la norme <strong>de</strong> un intervenant pour un maximum <strong>de</strong>30 ressources <strong>de</strong> type familial.En moyenne, les intervenants aux ressources sont en charge <strong>de</strong>40 ressources <strong>de</strong> type familial. Considérant le nombre <strong>de</strong> ressources(5 500), pour atteindre une moyenne <strong>de</strong> 30 dossiers, 45 postessupplémentaires sont nécessaires.LE DÉVELOPPEMENTET LE TRANSFERTDES CONNAISSANCESET DES OUTILSPlusieurs outils sont nécessaires au bon fonctionnement <strong>du</strong>système <strong>de</strong> placement en familles d’accueil. Certains ontdéjà été formalisés (textes, vidéos, cours, <strong>et</strong>c.) <strong>et</strong> il ne nousappartient pas ici d’en faire l’inventaire. Il importecependant <strong>de</strong> souligner le manque d’une démarche intégrée<strong>de</strong> rassemblement, <strong>de</strong> développement <strong>et</strong> <strong>de</strong> transfert <strong>de</strong> cesoutils vers les familles d’accueil. Au Québec, les cégeps, lesassociations <strong>de</strong> familles d’accueil <strong>et</strong> leur fédération, leministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux, les centres<strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> l’Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec <strong>de</strong>même que certains centres <strong>et</strong> équipes <strong>de</strong> chercheursuniversitaires constituent <strong>de</strong>s exemples d’instancesdisposant <strong>de</strong> matériel utile pour ce réseau. Toutefois, cematériel n’est pas intégré <strong>et</strong> sa mise à jour fait souventdéfaut. Ailleurs au Canada <strong>et</strong> dans les pays occi<strong>de</strong>ntaux, ilexiste une foule d’instruments potentiellement pertinentspour soutenir les familles d’accueil.Les outils nécessaires pour faire face aux difficultéspouvant se présenter en famille <strong>d'accueil</strong> <strong>de</strong>vraient aussifaire l’obj<strong>et</strong> d’une attention prioritaire : <strong>de</strong>s documentssimples précisant à la famille <strong>d'accueil</strong> quoi faire en cas<strong>de</strong> fugue d’un jeune, <strong>de</strong> problème sérieux <strong>de</strong> contrôle <strong>de</strong>comportement, <strong>de</strong> con<strong>du</strong>ite suicidaire, <strong>de</strong> litiges avecdifférents acteurs autour <strong>de</strong> l’enfant (famille naturelle,intervenant à l’application <strong>de</strong>s mesures, <strong>et</strong>c.) ou d’allégationd’abus sexuel contre un parent d’accueil, <strong>de</strong>vraientêtre couramment offerts.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 69Le développement <strong>et</strong> la mise à jour <strong>de</strong> ce type d’outilscoûtent cher <strong>et</strong> peuvent difficilement être assumés <strong>de</strong>façon efficiente par chaque établissement <strong>du</strong> réseau. Ici,un lea<strong>de</strong>rship s’impose à l’échelle <strong>du</strong> Québec pourcoordonner <strong>de</strong>s conventions <strong>de</strong> création <strong>et</strong> d’utilisationd’outils mo<strong>de</strong>rnes <strong>et</strong> adaptés.RECOMMANDATION 40Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux se doted’une politique provinciale <strong>de</strong> création <strong>et</strong> <strong>de</strong> mise encommun d’outils aux fins <strong>de</strong> la formation <strong>et</strong> <strong>de</strong> la pratiqueclinique.3. Le soutien financier offert aux familles d’accueilLe soutien financier offert aux familles <strong>d'accueil</strong> constitue un élément trèsimportant dans la reconnaissance <strong>de</strong> leur contribution <strong>et</strong> dans l’appui concr<strong>et</strong> à leurprestation auprès <strong>de</strong> l’enfant. À l’analyse, il appert que le soutien financier offert auxfamilles <strong>d'accueil</strong> québécoises nécessite une mise à niveau tangible.Actuellement, au Québec, la rétribution <strong>de</strong> base pour la compensationfinancière augmente selon l’âge <strong>de</strong> l’enfant, <strong>de</strong> sorte qu’une famille accueillant unenfant âgé <strong>de</strong> 0 à 4 ans reçoit 14,97 $ par jour <strong>de</strong> gar<strong>de</strong> (449,10 $ par mois)comparativement à 23,32 $ pour un adolescent <strong>de</strong> 16 ou 17 ans (699,60 $ par mois) 1 .C<strong>et</strong>te question <strong>du</strong> soutien financier accordé aux familles <strong>d'accueil</strong> est abordéeici selon trois dimensions :• les éléments <strong>de</strong> comparaison ;• les items couverts par la rétribution <strong>de</strong> base ;• la rétribution supplémentaire en fonction <strong>du</strong> niveau <strong>de</strong> service.1Selon les taux en vigueur le 1 er janvier 2000.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>70 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialÉLÉMENTS DECOMPARAISONNonobstant les différences <strong>de</strong> contextes qui limitent lavaleur <strong>de</strong>s comparaisons, l’examen <strong>de</strong>s barèmes envigueur au Canada, indique que certaines provincesmaritimes (exemple : Terre–Neuve, Nouveau–Brunswick,Nouvelle–Écosse) offrent à leurs familles <strong>d'accueil</strong> unsoutien financier comparable ou inférieur à celui envigueur au Québec tandis que les provinces <strong>de</strong> l’Ouestoffrent aux leurs un soutien supérieur. Pour sa part,l’Ontario, la province la plus proche <strong>de</strong> nous sur le plansociodémographique, offre, pour le gîte <strong>et</strong> couvertseulement, un barème <strong>de</strong> base <strong>de</strong> 25,72 $ à l’ensemble <strong>de</strong>sfamilles d’accueil régulières. C<strong>et</strong>te somme ne couvre pasles frais liés aux vêtements <strong>de</strong> l’enfant, à son argent <strong>de</strong>poche, aux transports <strong>et</strong> exclut les rétributions pourniveau <strong>de</strong> services. 1 La démarche <strong>de</strong> révision <strong>du</strong> barème<strong>de</strong> base ontarien s’est appuyée sur le Fe<strong>de</strong>ral ChildSupport Gui<strong>de</strong>lines <strong>du</strong> ministère <strong>de</strong> la Justice <strong>du</strong> Canada.Lorsque les dépenses liées à l’habillement, aux loisirs, àl’argent <strong>de</strong> poche <strong>et</strong> à l’é<strong>du</strong>cation sont soustraites <strong>du</strong> barème<strong>de</strong> base en vigueur au Québec, la moyenne <strong>de</strong> celui-ci est <strong>de</strong>14,53 $ par jour. Ainsi, un écart <strong>de</strong> 11,19 $ sépare leQuébec <strong>de</strong> l’Ontario sur le plan <strong>du</strong> barème <strong>de</strong> basequotidien. 2 3 Cependant, c<strong>et</strong>te comparaison doit prendreen compte l’écart économique entre le Québec <strong>et</strong> l’Ontario,celui-ci étant estimé à environ 20% au profit <strong>de</strong> l’Ontario.1La famille <strong>d'accueil</strong> peut également recevoir 1,69 $ par jour pour lui perm<strong>et</strong>tre <strong>de</strong> s’aménager <strong>de</strong>smoments <strong>de</strong> répit <strong>et</strong> jusqu’à 4,80 $ pour tenir compte <strong>de</strong> sa formation <strong>et</strong> <strong>de</strong> son expérience.2Fe<strong>de</strong>ral–Provincial Working Group on Child and Family Services Information (1999). Foster Care.Quantitative and Information Analysis, Human Resources Development. Canada, September.3En 1998, l’Ontario a procédé a un investissement <strong>de</strong> 170 millions sur trois ans afin d’augmenter lesressources humaines en protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong>, d’améliorer la formation <strong>de</strong>s intervenants <strong>jeunesse</strong><strong>et</strong> <strong>de</strong> mieux soutenir les familles <strong>d'accueil</strong> (1998, Ontario Budg<strong>et</strong> Ministry of Finance). Ceci s’estnotamment tra<strong>du</strong>it par une augmentation moyenne <strong>de</strong> 85 % <strong>du</strong> taux <strong>de</strong> base minimum (13,90 $ à25,72 $). Child Welfare Reforme in Ontario, Update – September 1999.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 71À l’intérieur même <strong>du</strong> Québec, la comparaison avec lesservices <strong>de</strong> gar<strong>de</strong> à l’enfance 1 perm<strong>et</strong> <strong>de</strong> constater que lebarème <strong>de</strong> base quotidien accordé aux familles d’accueilest <strong>de</strong> 8 $ à 10 $ inférieur aux tarifs quotidiens en vigueurdans les centres <strong>de</strong> la p<strong>et</strong>ite enfance pour les p<strong>et</strong>its <strong>de</strong> 0 à4 ans (20 $ à 24 $ par jour). Certes, les familles d’accueiln’ont pas <strong>de</strong> salaires comme tels à payer, comme c’est lecas <strong>de</strong>s gar<strong>de</strong>ries, mais elles gar<strong>de</strong>nt l’enfant 24 heuressur 24.LES ITEMS COUVERTSPAR LA RÉTRIBUTIONDE BASESur le montant <strong>de</strong> la rétribution <strong>de</strong> base (449,10 $ parmois pour un enfant âgé <strong>de</strong> 0 à 4 ans comparativement à699,60 $ par mois pour un adolescent <strong>de</strong> 16 ou 17 ans) 2 , lafamille d’accueil est invitée à prélever certaines sommesdédiées aux vêtements (80,83 $ par mois pour lestout-p<strong>et</strong>its <strong>et</strong> 104,94 $ pour les plus vieux), aux loisirs <strong>et</strong> àl’argent <strong>de</strong> poche (17,96 $ par mois pour les tout–p<strong>et</strong>its <strong>et</strong>48,97 $ pour les plus vieux) <strong>et</strong> à l’é<strong>du</strong>cation (7,63 $ parmois pour les plus jeunes <strong>et</strong> 16,79 $ par mois pour les plusvieux). Ces différents prélèvements correspon<strong>de</strong>nt à cequi est couramment appelé « barème éclaté ». Une fois cespostes budgétaires respectés, il reste 342.68 $ par mois(soit 11,42 $ par jour) à la famille pour nourrir, laver <strong>et</strong>loger les plus p<strong>et</strong>its (y compris le paiement <strong>de</strong>s couches),<strong>et</strong> 528,90 $ par mois pour les plus vieux (soit 17,63 $ parjour) 3 . À cela s’ajoutent les dépenses que la familled’accueil doit consentir pour intégrer l’enfant à la viefamiliale normale <strong>et</strong> éviter ainsi son exclusion : sortie aucinéma ou au restaurant, transport en commun, ca<strong>de</strong>aux<strong>de</strong> Noël, d’anniversaire, <strong>et</strong>c.1Dans ce milieu, le mo<strong>du</strong>le <strong>de</strong> services donne accès :• À <strong>de</strong>s services é<strong>du</strong>catifs continus d’un maximum <strong>de</strong> 10 heures par jour, <strong>de</strong> 20 jours par quatresemaines <strong>et</strong> <strong>de</strong> 261 jours par année (année <strong>de</strong> référence : <strong>du</strong> 1 er septembre au 31 août).• À <strong>de</strong>ux collations <strong>et</strong> un repas.• Au matériel servant à la prestation <strong>du</strong> programme é<strong>du</strong>catif.Quantitativement la contribution <strong>de</strong> la famille d’accueil peut être considérée comme le double <strong>de</strong> c<strong>et</strong>teprestation. ministère <strong>de</strong> la Famille <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’Enfance <strong>du</strong> Québec (1999). Site Intern<strong>et</strong>.2Selon les taux en vigueur le 1 er janvier 2000.3Calcul basé sur l’analyse <strong>du</strong> barème <strong>de</strong> base éclaté réalisé par la Fédération <strong>de</strong>s familles d’accueil <strong>du</strong>Québec avec les taux <strong>de</strong> janvier 2000.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>72 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialDans l’environnement immédiat <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> typefamilial au Québec, les familles <strong>d'accueil</strong> pour enfantssont les seules à assumer les frais associés au barèmeéclaté à même leur rétribution <strong>de</strong> base. En eff<strong>et</strong>, lacomparaison avec les familles accueillant <strong>de</strong>s personnesâgées ou <strong>de</strong>s a<strong>du</strong>ltes vivant avec une déficience physiqueou intellectuelle révèle que les frais associés au barèmeéclaté (vêtements, loisirs, argent <strong>de</strong> poche, <strong>et</strong>c…) ne sontpas imputés <strong>du</strong> barème <strong>de</strong> base mais couverts par <strong>de</strong>sbudg<strong>et</strong>s indépendants.Il s’agit d’une iniquité qui impose une correction rapi<strong>de</strong>.C<strong>et</strong>te correction <strong>de</strong>vant être réalisée en priorisant unegestion simple <strong>et</strong> standardisée <strong>de</strong> ce processusadministratif 1 .Dans ce contexte, le GROUPE DE TRAVAIL formule larecommandation suivante :RECOMMANDATION 41Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxdébloque les sommes nécessaires pour que les frais associésau barème éclaté soient couverts par un budg<strong>et</strong> indépendant<strong>du</strong> barème <strong>de</strong> base donné à la famille <strong>d'accueil</strong>.C<strong>et</strong>te première étape plus urgente <strong>de</strong>vrait être suivie d’un examen <strong>de</strong>l’ensemble <strong>de</strong>s moyens à prendre pour assurer un soutien financier mieux adapté auxbesoins <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> <strong>de</strong>s jeunes qu’elles reçoivent.1À titre d’exemple, les Centres <strong>jeunesse</strong> <strong>de</strong> Montréal ont récemment mis en place une procé<strong>du</strong>re <strong>de</strong>paiement mensuelle informatisée basée sur les réclamations <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> accompagnées <strong>de</strong>pièces justificatives. C<strong>et</strong>te expérience s’avère être un succès <strong>et</strong> les outils pour sa gestion pourraientservir <strong>de</strong> modèle.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 73LA RÉTRIBUTIONSUPPLÉMENTAIREEN FONCTION DUNIVEAU DE SERVICESelon la Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les services sociaux(chapitre 42) :« Afin <strong>de</strong> favoriser un encadrement adéquat <strong>et</strong>la mise en place rationnelle <strong>de</strong>s ressourcesintermédiaires <strong>et</strong> d’assurer la flexibiliténécessaire à l’émergence <strong>de</strong> nouvelles ressourcesdans le cadre <strong>de</strong>s plans régionaux d’organisation<strong>de</strong> services, le Ministre établit uneclassification <strong>de</strong>s services offerts par lesressources intermédiaires qui est fondée sur le<strong>de</strong>gré <strong>de</strong> soutien ou d’assistance requis par lesusagers. C<strong>et</strong>te classification s’accompagne <strong>de</strong>staux <strong>de</strong> rétribution applicables pour chaqu<strong>et</strong>ype <strong>de</strong> services prévus dans la nomenclature» 1 .Ainsi, en plus <strong>de</strong> la compensation <strong>de</strong> base, les besoinsparticuliers <strong>de</strong> certains enfants peuvent entraîner unerétribution supplémentaire en fonction <strong>du</strong> niveau <strong>de</strong>service requis <strong>de</strong> la part <strong>de</strong> la famille d’accueil. Celarenvoie à la classification <strong>de</strong>s niveaux <strong>de</strong> service élaboréepar le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux en1992 2 <strong>et</strong> qui définit le cadre selon lequel ces niveauxdoivent être évalués <strong>et</strong> la rétribution correspondante,déterminée.En fonction <strong>de</strong> la classification <strong>du</strong> Ministère, l’intervenantà l’application <strong>de</strong>s mesures remplit une fiche d’évaluationportant sur l’état <strong>de</strong> l’enfant <strong>et</strong> sur son fonctionnement.Pour obtenir chacune <strong>de</strong> ces <strong>de</strong>ux mesures, une cote estattribuée aux dimensions suivantes : physique, cognitive,affective, comportementale <strong>et</strong> enfin relationnelle <strong>et</strong> sociale.La cote, sur chacune <strong>de</strong> ces cinq dimensions <strong>et</strong> pour les<strong>de</strong>ux mesures, est établie en fonction d’une échellevariant <strong>de</strong> 1 (état ou fonctionnement normal n’entraînant1Extrait <strong>de</strong> l’article 303, chapitre 42.2MSSS (1992). <strong>Rapport</strong> <strong>du</strong> comité frontières concernant la mise en place d’un nouveau système <strong>de</strong>compensation <strong>de</strong>s services dispensés par les ressources <strong>de</strong> type familial. Québec : ministère <strong>de</strong> laSanté <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>74 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialaucune rétribution supplémentaire) à 5 (état ou fonctionnementrévélant une déficience grave <strong>et</strong> impliquant unerétribution supplémentaire quotidienne variant <strong>de</strong>16,21 $ à 25,33 $) 1 . Parce que c<strong>et</strong>te détermination <strong>de</strong>scaractéristiques <strong>de</strong> l’usager exige une connaissancesuffisante <strong>du</strong> jeune, c’est l’intervenant à l’application <strong>de</strong>smesures (celui <strong>du</strong> jeune) qui l’effectue en collaborationavec les parents d’accueil. Ultimement, c’est l’intervenantqui est responsable <strong>et</strong> imputable <strong>de</strong> la cotation 2 .Il faut noter que ces barèmes ont été établis en 1990 dansun environnement social où les clientèles <strong>de</strong>s familles<strong>d'accueil</strong> étaient moins lour<strong>de</strong>s <strong>et</strong> où les rétributionssupplémentaires étaient moins scrutées. Dans le contexteactuel <strong>de</strong> ce qu’exigent les enfants, elles affichent undécalage important. Les données <strong>de</strong> 1998 <strong>du</strong> Ministèrerévèlent que 66 % d’entre elles touchent une rétributionsupplémentaire en fonction <strong>du</strong> niveau <strong>de</strong> service, lamoyenne <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te rétribution supplémentaire étant <strong>de</strong>6,72 $. Ainsi en 1998 :• 33,8 % <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> ne recevaient pas <strong>de</strong>rétribution supplémentaire.• 23,5 % en recevaient une <strong>de</strong> 2,33 $ par jour.• 23,5 % <strong>de</strong> 6,52 $.• 9 % une <strong>de</strong> 11,95 $.• 1,6 % une rétribution s’échelonnant entre 15,95 $ <strong>et</strong>24,95 $ par jour.Cela indique évi<strong>de</strong>mment que les enfants placés ont <strong>de</strong>sbesoins particuliers reconnus, mais aussi que lacompensation <strong>de</strong> base n’est pas le seul soutien que lamajorité <strong>de</strong>s familles d’accueil reçoivent actuellement.1Selon les taux <strong>de</strong> janvier 2000.2MSSS (1993). Gui<strong>de</strong> d’application <strong>et</strong> <strong>de</strong> gestion <strong>du</strong> Cadre <strong>de</strong> catégorisation <strong>de</strong>s services dispensés parles ressources <strong>de</strong> type familial. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 75Dans le contexte actuel où on constate une compensation<strong>de</strong> base n<strong>et</strong>tement insuffisante, une banque <strong>de</strong> ressources<strong>de</strong> type familial restreinte, une forte pression pourl’élimination <strong>de</strong>s listes d’attente <strong>et</strong> pour les économiesbudgétaires dans les centres <strong>jeunesse</strong> 1 , on comprendraque la rétribution supplémentaire selon le niveau <strong>de</strong>service est l’un <strong>de</strong>s points chauds <strong>du</strong> fonctionnement <strong>du</strong>système.Dans la pratique, nous avons observé que le mo<strong>de</strong> <strong>de</strong>catégorisation <strong>de</strong>s services pose <strong>de</strong>s problèmes importantsqui influent sérieusement sur le fonctionnement <strong>du</strong>système <strong>de</strong> placement d’enfants en famille d’accueil.Les familles d’accueil ayant la gar<strong>de</strong> <strong>de</strong> plusieurs jeunesont affaire à différents intervenants sociaux. Avec l<strong>et</strong>emps, elles sont à même <strong>de</strong> constater que la façon <strong>de</strong>coter l’état <strong>et</strong> le fonctionnement d’un enfant peut varierconsidérablement d’un intervenant à l’autre. Lesassociations <strong>de</strong> familles d’accueil constatent aussi que lespratiques varient d’un centre <strong>jeunesse</strong> à l’autre. C’étaitd’ailleurs là un <strong>de</strong>s arguments formulés pour justifier lebesoin d’une nouvelle catégorisation en 1990. Le rapport<strong>du</strong> COMITÉ FRONTIÈRES (1992) faisait état d’une différenceallant <strong>de</strong> 1 à 2,3 dans la cotation moyenne <strong>de</strong> l’ensemble<strong>de</strong>s clientèles <strong>de</strong> l’époque 2 . Le sentiment que la gestion<strong>du</strong> système <strong>de</strong> rétribution supplémentaire « selon leniveau <strong>de</strong> service » comporte une bonne part d’arbitraireconstitue un irritant majeur nuisible à la mobilisation <strong>de</strong>sforces autour <strong>de</strong> l’enfant.De leur côté, les intervenants <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong>estiment que le système est beaucoup trop complexe <strong>et</strong>qu’il n’est pas bien adapté à leurs <strong>intervention</strong>s (il a étécréé pour tous les types <strong>de</strong> placements en ressource d<strong>et</strong>ype familial, y compris les personnes âgées). Les1À chaque année, en fonction <strong>de</strong> paramètres déterminés à l’avance, les régies régionales accor<strong>de</strong>nt uneenveloppe budgétaire globale à leur centre <strong>jeunesse</strong> pour couvrir les coûts <strong>de</strong>s ressources <strong>et</strong> il revient àces <strong>de</strong>rniers <strong>de</strong> rencontrer leurs besoins avec c<strong>et</strong>te enveloppe, les dépassements n’étant pas autorisés.2MSSS (1992). <strong>Rapport</strong> <strong>du</strong> comité frontières concernant la mise en place d’un nouveau système <strong>de</strong>compensation <strong>de</strong>s services dispensés par les ressources <strong>de</strong> type familial. Québec : ministère <strong>de</strong> laSanté <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>76 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialintervenants disent perdre une partie considérable <strong>de</strong>leur temps à gérer ce système : « On peut passer <strong>de</strong>uxheures à réviser pour enlever 2 $ <strong>de</strong> rétributionsupplémentaire (…) ».En décembre 1999, un comité d’analyse animé parl’Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> débouchait sur leconstat que le système <strong>de</strong> catégorisation est impro<strong>du</strong>ctif,qu’il détourne les intervenants, déjà surchargés, <strong>de</strong> leurmission envers les enfants. Il recommandait son abolitionau profit d’un système beaucoup plus simple à <strong>de</strong>ux outrois niveaux <strong>de</strong> service. Cela tra<strong>du</strong>it le sérieux problème<strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> par rapport à ce système.Cependant, la Fédération <strong>de</strong>s familles d’accueil inscrit sondésaccord avec c<strong>et</strong>te recommandation d’abolition <strong>du</strong>système parce qu’elle estime inacceptable que les centres<strong>jeunesse</strong> règlent leur problème <strong>de</strong> gestion en privant lesfamilles d’accueil <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te composante importante <strong>du</strong>soutien financier qui leur est consenti. Par la voix <strong>de</strong> leurFédération, les associations <strong>de</strong> familles d’accueil se disentd’accord pour rechercher <strong>de</strong>s solutions aux problèmes,mais pas à leur détriment.Enfin, plusieurs estiment que le cadre <strong>de</strong> 1992 a faitl’obj<strong>et</strong> d’une démarche minutieuse <strong>de</strong> validation mais qu’ila été lancé dans les services <strong>de</strong> placement <strong>jeunesse</strong> sansbénéficier <strong>de</strong> tout le soutien approprié à son implantationprofessionnelle <strong>et</strong> que, s’il y a eu une formation au départ,le manque <strong>de</strong> suites a fait en sorte que les nouveauxintervenants n’ont pas été formés à l’utilisation <strong>de</strong> c<strong>et</strong>tegrille. De plus, aucun mécanisme régional ou provincialn’assure la cohérence <strong>de</strong> son utilisation.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 77RECOMMANDATION 42Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux encollaboration avec les régies régionales, les centres <strong>jeunesse</strong>,les centres <strong>de</strong> réadaptation en déficience intellectuelle <strong>et</strong>déficience physique <strong>et</strong> la Fédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong>réexamine la métho<strong>de</strong> actuelle <strong>de</strong> rétribution supplémentairereliée au niveau d’intensité <strong>de</strong> service afin <strong>de</strong>m<strong>et</strong>tre en place une métho<strong>de</strong> plus efficace <strong>et</strong> efficiente.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLa formationUne formation continue <strong>de</strong> qualité constitue un outil essentiel pour lesfamilles <strong>d'accueil</strong>. Considérant les besoins <strong>de</strong> plus en plus importants <strong>de</strong>s enfantsplacés en ressource <strong>de</strong> type familial <strong>et</strong> le fait que plusieurs manifestent <strong>de</strong>scomportements qui dépassent n<strong>et</strong>tement ce que l’on peut trouver chez la majorité <strong>de</strong>sjeunes, la formation <strong>de</strong>vient un atout précieux. D’ailleurs, le contrat type entre lafamille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> le centre <strong>jeunesse</strong> prévoit que ce <strong>de</strong>rnier doit offrir un programme<strong>de</strong> formation continue selon ses ressources <strong>et</strong> que la famille <strong>d'accueil</strong> doit suivre le plan<strong>de</strong> formation élaboré par le centre <strong>jeunesse</strong>.« La formation offerte aux ressources <strong>de</strong> type familial <strong>de</strong>vrait avoirtrois grands objectifs :• perm<strong>et</strong>tre aux ressources <strong>de</strong> type familial d’acquérir ou d’améliorerles connaissances nécessaires à l’accomplissement <strong>de</strong> leur nouveaurôle ;• développer <strong>de</strong>s capacités <strong>et</strong> <strong>de</strong>s attitu<strong>de</strong>s adaptées aux fonctions <strong>et</strong>aux tâches <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familial;• favoriser l’acquisition <strong>de</strong>s connaissances liées aux problématiquesque peuvent présenter les usagers qui leur seront confiés » 1 .UNE FORMATION PEUSOUTENUEActuellement, la formation <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> n’est passuffisamment soutenue. Au début <strong>de</strong>s années quatrevingt-dixun effort substantiel a été consenti pour m<strong>et</strong>treen place le programme « Technique d’accueil » <strong>de</strong>stiné auxfamilles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> offert par plusieurs cégeps. Ceprogramme a été élaboré en collaboration avec laFédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong>, le ministère <strong>de</strong>l’É<strong>du</strong>cation, le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Servicessociaux <strong>et</strong> l’Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong> <strong>du</strong> Québec.Malheureusement, ce cadre <strong>de</strong> formation est loin d’êtreutilisé à son plein potentiel.1La pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial : Gui<strong>de</strong> d’orientation, page 52.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>80 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialUNE SITUATIONFORT VARIABLEDans bien <strong>de</strong>s régions, les associations <strong>de</strong> familles<strong>d'accueil</strong> elles-mêmes organisent <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong>formation <strong>et</strong> le rôle <strong>du</strong> centre <strong>jeunesse</strong> se limite souvent àfournir <strong>de</strong> l’information sur les sessions offertes au cégeple plus près. Dans quelques endroits, <strong>de</strong>s activités sontorganisées sur l’initiative d’un intervenant auxressources.UNE FORMATIONPRÉALABLEÀ l’heure actuelle, aucune formation préalable n’estofferte ou exigée <strong>de</strong> la part <strong>de</strong>s postulants au rôle <strong>de</strong>famille <strong>d'accueil</strong>. Devenir famille <strong>d'accueil</strong> n’est pourtantpas quelque chose <strong>de</strong> négligeable <strong>et</strong> l’État est en droitd’exiger une formation avant <strong>de</strong> confier <strong>de</strong>s enfants à <strong>de</strong>sindivi<strong>du</strong>s.La réussite d’un cours <strong>de</strong> base <strong>de</strong>vrait donc être exigéeavant qu’une famille puisse accueillir <strong>de</strong>s enfants. Lesyllabus <strong>de</strong> la formation « Technique d’accueil » recèle <strong>de</strong>scours dits « d’intro<strong>du</strong>ction » qui visent à définir les rôles<strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong> 1 . Pour le GROUPE DE TRAVAIL, ils’agit d’un exemple <strong>de</strong> ce qui peut être requis <strong>de</strong> toutepersonne souhaitant <strong>de</strong>venir famille <strong>d'accueil</strong>. Toutefois,avant d’exiger une telle formation, on doit s’assurer <strong>de</strong>l’accessibilité <strong>de</strong> celle-ci.UNE FORMATIONPEU SUIVIE…en raison <strong>du</strong>manque d’incitatifsMême lorsque <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> formation existent, ellesn’obtiennent pas toujours le succès escompté, <strong>et</strong> ce, pourplusieurs raisons.Outre le désir d’obtenir <strong>de</strong>s outils supplémentaires, iln’existe aucun incitatif pour que les familles <strong>d'accueil</strong>acquièrent une formation <strong>et</strong>, actuellement, une formationaccrue n’entraîne pas une reconnaissance <strong>de</strong> la part <strong>du</strong>centre <strong>jeunesse</strong> ou une compensation supplémentaire.Tout comme la Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les servicessociaux reconnaît que la compensation versée aux familles<strong>d'accueil</strong> doit tenir compte <strong>de</strong>s besoins manifestés parl’enfant qui leur est confié <strong>et</strong> <strong>de</strong>s services accrus qui en1Le cours « Rôle <strong>de</strong> la famille <strong>d'accueil</strong> » s’avère tout particulièrement pertinent pour toute personne quisouhaite <strong>de</strong>venir famille <strong>d'accueil</strong>. Voir document « ANNEXE ».


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 81découlent, on doit reconnaître les efforts consentis pouraccroître ses connaissances <strong>et</strong> sa compétence afin <strong>de</strong>répondre aux besoins <strong>de</strong> l’enfant. Il est donc essentiel <strong>de</strong>m<strong>et</strong>tre en place <strong>de</strong>s incitatifs à c<strong>et</strong> égard.en raison <strong>du</strong>manque <strong>de</strong> facilitésLa participation à <strong>de</strong>s formations suppose souvent quel’un <strong>de</strong>s parents d’accueil <strong>de</strong>meure avec les enfants ou queceux-ci soient gardés, mais pour cela il faut pouvoircompter sur une personne fiable <strong>et</strong> en mesure <strong>de</strong> le faire.Le contrat prévoit le remboursement <strong>de</strong>s frais <strong>de</strong> gar<strong>de</strong>associés à la participation à une formation, <strong>du</strong> moins enpartie 1 . Toutefois, encore faut-il trouver la personne quipourra jouer ce rôle.De même, les lieux où sont offertes les formationss’avèrent problématiques dans plusieurs régions. Lescégeps sont éloignés pour bien <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong>, <strong>de</strong>même que les locaux <strong>du</strong> centre <strong>jeunesse</strong>.RECOMMANDATION 43Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux assureaux centres <strong>jeunesse</strong> les sommes nécessaires pour rembourseraux familles <strong>d'accueil</strong> les sommes engagées poursuivre une formation (kilométrage, repas, gardiennage) <strong>et</strong>ce, aux taux usuels en vigueur.Bien que <strong>de</strong>s efforts aient été faits pour rendre leprogramme « Technique d’accueil » accessible (courscon<strong>de</strong>nsés <strong>de</strong> soir ou <strong>de</strong> fin <strong>de</strong> semaine), son accès n’estpas garanti à tous <strong>et</strong> la souplesse dont il peut être capablen’est pas exploitée dans la réponse aux besoins.1Remboursement <strong>de</strong>s frais <strong>de</strong> gardiennage engagés, jusqu’à concurrence <strong>de</strong> 74,87 $ pour uneparticipation correspondant à 45 heures <strong>de</strong> cours ou d’un montant calculé au prorata <strong>du</strong> nombred’heures <strong>de</strong> cours suivies dans le cas d’une participation moindre.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>82 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialPour toutes ces raisons, <strong>de</strong>s modalités flexibles <strong>de</strong>formation doivent être envisagées. Parmi celles-ci, laformation à distance s’avère une avenue intéressante.RECOMMANDATION 44Que le programme « Technique d’accueil » soit ren<strong>du</strong>disponible sous forme d’enseignement à distance 1 .La concertation entre association <strong>de</strong> familles d’accueil,centre <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> cégep <strong>de</strong>vrait assurer, sur une baserégionale, un meilleur ajustement <strong>de</strong>s outils <strong>de</strong> formationaux besoins <strong>de</strong>s familles.1Ce matériel <strong>de</strong> formation peut prendre la forme <strong>de</strong> documents écrits ou <strong>de</strong> vidéocass<strong>et</strong>tes pour faciliterle suivi <strong>de</strong> certaines formations <strong>de</strong> base jugées nécessaires (<strong>de</strong>stinées aux postulants, à l’ensemble <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong> hébergeant <strong>de</strong>s enfants ou <strong>de</strong>s adolescents).


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLa reddition <strong>de</strong> comptesLes ressources <strong>de</strong> type familial jouent un rôle <strong>de</strong> premier plan dans leplacement <strong>de</strong>s enfants <strong>de</strong>puis <strong>de</strong> nombreuses années. Au fil <strong>de</strong>s ans, <strong>de</strong>s énergiesconsidérables ont été consacrées au raffinement <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement. Lescadres normatifs définissant les rôles <strong>et</strong> les relations entre les différents acteurs ontconstamment évolué dans le but <strong>de</strong> s’ajuster aux réalités changeantes.Le Gui<strong>de</strong> d’orientation sur la pratique professionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> typefamilial (1992) en constitue une illustration importante. Une quantitéimpressionnante d’informations s’y trouve au suj<strong>et</strong> <strong>de</strong>s rôles <strong>de</strong>s différents acteurs <strong>et</strong><strong>de</strong>s modalités <strong>de</strong> leurs interactions. Malheureusement, ce gui<strong>de</strong>, dont la valeur estreconnue par la communauté <strong>de</strong>s acteurs, n’a pas eu l’emprise souhaitée sur lesservices offerts aux enfants. Plusieurs facteurs peuvent expliquer c<strong>et</strong>te situation dont,notamment, le caractère non contraignant <strong>de</strong>s suggestions formulées, le défaut d’uneanimation active pour sa diffusion <strong>et</strong> son implantation <strong>et</strong> le moment <strong>de</strong> son lancement,correspondant au début <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> restructurations <strong>et</strong> <strong>de</strong> compressionsbudgétaires que nous avons connues <strong>de</strong>puis lors dans les services <strong>jeunesse</strong>s auQuébec.La Loi sur les services <strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les services sociaux elle-même affiche unhaut niveau <strong>de</strong> précision sur les rôles <strong>de</strong>s acteurs <strong>et</strong> les relations qu’ils doivententr<strong>et</strong>enir entre eux. Bref, les fonctions, les responsabilités <strong>et</strong> les liens sont très bienétablis, mais un écart important existe entre ce qui <strong>de</strong>vrait être fait <strong>et</strong> ce qui se passedans la réalité.Tout au long <strong>de</strong> son rapport, le GROUPE DE TRAVAIL a fait plusieurs constatsconcernant le <strong>de</strong>gré d’accomplissement <strong>de</strong>s responsabilités dévolues à certains acteurs(notamment les centres <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> les régies régionales). Cependant, un acteurmajeur <strong>du</strong> système <strong>de</strong> placement en famille <strong>d'accueil</strong> ne fut pas considéré dans lespages précé<strong>de</strong>ntes : le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux.De 1989 à 1992, trois professionnels à temps plein étaient affectés au dossier« ressources <strong>de</strong> type familial » <strong>et</strong> ces années correspon<strong>de</strong>nt à une pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> grandsdéveloppements pour les familles <strong>d'accueil</strong>. Le Ministère a alors élaboré, le contrattype, le Gui<strong>de</strong> d’interprétation <strong>du</strong> contrat, le Gui<strong>de</strong> d’orientation sur la pratiqueprofessionnelle, la classification <strong>et</strong> la grille <strong>de</strong>s taux <strong>de</strong> rétribution. Il a procédé à la


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>84 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialrévision <strong>du</strong> programme « Technique d’accueil » <strong>et</strong> assuré la promotion <strong>du</strong> rôle <strong>de</strong>sressources <strong>de</strong> type familial.Pendant plusieurs années, aucun professionnel n’a été affecté à ce dossier.Cependant, <strong>de</strong>puis janvier 2000, une nouvelle équipe est en place au Ministère <strong>et</strong> unprofessionnel est titulaire <strong>de</strong> ce dossier. Pour sa part, le Gui<strong>de</strong> d’orientation sur lapratique professionnel n’a pas été soutenu dans son implantation ni réévalué <strong>et</strong> il n’estpas utilisé à une gran<strong>de</strong> échelle. Pour les mêmes raisons, le Ministère n’est pas enmesure <strong>de</strong> s’assurer que les régies régionales suivent les gran<strong>de</strong>s orientations <strong>et</strong>jouent leurs rôles correctement.LE PRINCIPE DELA REDDITIONDE COMPTESRÉCIPROQUEDe l’ensemble <strong>de</strong> sa démarche d’analyse, le GROUPE DETRAVAIL en vient à la conclusion qu’un systèmefonctionnel <strong>de</strong> reddition <strong>de</strong> comptes fait vivement défautdans le réseau <strong>de</strong> ressources <strong>de</strong> type familial. Pour que lapolitique <strong>de</strong> placement fonctionne bien, il est nécessaireque chacun <strong>de</strong>s acteurs engagés auprès <strong>de</strong> l’enfant, <strong>de</strong>puisle Ministère jusqu’au jeune lui-même, ren<strong>de</strong> <strong>de</strong>s comptessur l’actualisation <strong>de</strong> toutes ses fonctions.Dans l’usage courant, c’est plus souvent l’instancesubordonnée qui doit rendre <strong>de</strong>s comptes à l’instance quilui est supérieure dans l’organisation, <strong>de</strong> sorte quel’inverse est inhabituel.Ce caractère unidirectionnel <strong>de</strong> la reddition <strong>de</strong> comptes(<strong>du</strong> bas vers le haut) pose <strong>de</strong>s problèmes dans lessystèmes complexes où la responsabilisation réciproque<strong>de</strong> tous les acteurs est essentielle à l’équilibre fonctionnel.C’est le cas <strong>du</strong> système <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> typefamilial, où une reddition <strong>de</strong> comptes réciproque ressortcomme nécessaire, nonobstant le cadre légal qui doit êtremaintenu évi<strong>de</strong>mment.Ainsi, à partir <strong>du</strong> moment où les rôles mutuels sontétablis, chacun <strong>de</strong>s acteurs peut réclamer <strong>de</strong> l’autrel’accomplissement <strong>de</strong> ses fonctions.Par exemple, un jeune placé en famille <strong>d'accueil</strong> a laresponsabilité d’accomplir certaines choses dans le cadre<strong>de</strong> son plan d'<strong>intervention</strong>. Pour ce faire, il a besoin <strong>du</strong>soutien <strong>de</strong> ses parents d’accueil <strong>et</strong> <strong>de</strong> ses intervenants


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 85sociaux. Pour assumer son rôle, le jeune a besoin d’unsoutien qu’il doit pouvoir réclamer. La même logiques’applique à la famille <strong>d'accueil</strong>, qui est responsabled’assurer <strong>de</strong>s services à l’enfant, mais qui doit pouvoircompter sur <strong>de</strong>s outils essentiels comme le PIFA, le soutienprofessionnel <strong>et</strong> le soutien financier. La famille <strong>d'accueil</strong>doit pouvoir réclamer aux instances <strong>du</strong> centre <strong>jeunesse</strong> cedont elle a besoin pour jouer son rôle auprès <strong>de</strong> l’enfantcomme le prévoit le contrat.Le schéma suivant illustre sommairement l’application <strong>de</strong>ce principe <strong>de</strong> reddition <strong>de</strong> comptes réciproque requisentre les acteurs <strong>du</strong> système <strong>de</strong> placement en ressource d<strong>et</strong>ype familial.Le jeuneLa famille d’accueilL’intervenant àl ’application <strong>de</strong>s mesuresL’intervenantaux ressourcesLe centre <strong>jeunesse</strong>La régie régionaleLe ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>86 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialL’objectif poursuivi est que tous les acteurs <strong>de</strong> la politique<strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial au Québecpuissent légitimement réclamer <strong>de</strong>s acteurs voisinsl’accomplissement <strong>de</strong> toutes les fonctions touchantl’accomplissement <strong>de</strong> leurs propres rôles.RECOMMANDATION 45Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux définisseles modalités selon lesquelles les différents acteurs vontrendre <strong>de</strong>s comptes sur leurs fonctions auprès <strong>de</strong>s autresacteurs touchés.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialConclusionL’analyse <strong>du</strong> GROUPE DE TRAVAIL SUR LA POLITIQUE DE PLACEMENT ENRESSOURCE DE TYPE FAMILIAL débouche sur les éléments <strong>de</strong> conclusion suivants :• Le réseau <strong>de</strong> ressources <strong>de</strong> type familial pour les enfants <strong>et</strong> lesjeunes constitue un acquis précieux qu'il faut protéger <strong>et</strong>développer, car le système <strong>de</strong> protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> en dépend.• Au cours <strong>de</strong>s sept <strong>de</strong>rnières années, une pression accrue s'estmanifestée sur le réseau <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> au Québec à la suite<strong>de</strong> la diminution <strong>de</strong>s ressources dans le système <strong>de</strong> services à la<strong>jeunesse</strong> en difficulté. Les efforts pour diminuer le placement <strong>de</strong>sjeunes en établissement se sont tra<strong>du</strong>its par un alourdissement<strong>de</strong>s besoins <strong>de</strong>s jeunes placés en famille <strong>d'accueil</strong>.• C<strong>et</strong>te pression accrue sur le réseau <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> n'a pasété accompagnée d'un soutien approprié, <strong>de</strong> sorte que l'écart entreles besoins <strong>de</strong> soutien professionnel ou financier <strong>de</strong>s familles<strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> celui qui leur est offert s'est agrandi d'une façoninacceptable.• Actuellement, le soutien offert aux enfants placés en ressource d<strong>et</strong>ype familial se situe généralement en <strong>de</strong>çà <strong>de</strong>s normes prescritespar la loi <strong>et</strong> les règlements en vigueur. On ne fait pas ce qu'il fautfaire. Ce défaut d'accomplir l'ensemble <strong>de</strong> ses fonctions selon lesstandards <strong>de</strong> qualité atten<strong>du</strong>s touche la plupart <strong>de</strong>s acteurs encause, <strong>de</strong>puis le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxjusqu'aux centres <strong>jeunesse</strong>, en passant par les régies régionales. Àchaque palier hiérarchique, c'est le manque <strong>de</strong> ressources qui estinvoqué pour justifier la situation.Le coup <strong>de</strong> barre qui s'impose ne se réalisera pas sans une volonté politiqueferme mais le contexte est extraordinairement favorable pour l'action, car l'ensemble<strong>de</strong>s acteurs consultés est convaincu qu'il faut agir. Trois gran<strong>de</strong>s initiativesapparaissent maintenant nécessaires :


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>88 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial• Premièrement, il faut procé<strong>de</strong>r à une sérieuse mise à niveau dansle soutien offert aux enfants placés, à leurs parents naturels <strong>et</strong> auxfamilles d’accueil. Dans c<strong>et</strong>te perspective, le GROUPE DE TRAVAILs'est efforcé <strong>de</strong> formuler <strong>de</strong>s recommandations réalistes <strong>et</strong>explicites.• Deuxièmement, il faut instaurer une dynamique <strong>de</strong> reddition <strong>de</strong>comptes pour tous les acteurs engagés dans la politique <strong>de</strong>placement en famille d’accueil au Québec. Le GROUPE DE TRAVAILformule <strong>de</strong>s propositions explicites à ce suj<strong>et</strong> parce que, sans d<strong>et</strong>elles pratiques, il est convaincu que l'écart manifeste, existantentre ce qui doit être fait <strong>et</strong> ce qui est fait, se maintiendra.• Troisièmement, il faut que le Ministère mandate un comitéreprésentatif, chargé <strong>du</strong> suivi <strong>de</strong> l’application <strong>de</strong>s recommandations<strong>du</strong> présent rapport au cours <strong>de</strong>s cinq prochainesannées avec une reddition <strong>de</strong> comptes annuelle.Le GROUPE DE TRAVAIL est optimiste quant à la capacité <strong>de</strong> l’État québécois <strong>de</strong>provoquer ces transformations dans le respect <strong>de</strong>s acteurs, le respect <strong>de</strong>s acquis <strong>et</strong> lapromotion <strong>de</strong> la cohérence <strong>de</strong>s pratiques. L'initiative même <strong>de</strong> c<strong>et</strong>te analyse <strong>de</strong>spratiques en matière <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial témoigne d'unevolonté d'être sensible à ce qui s'y passe <strong>et</strong> d'une intention <strong>de</strong> donner une impulsion audéveloppement <strong>de</strong> la qualité.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialRésumé <strong>de</strong>s recommandationsLes recommandations émises par le GROUPE DE TRAVAIL sont rassembléesdans les pages suivantes. Pour assurer le suivi nécessaire, il recomman<strong>de</strong>, entreautres, que le Ministère mandate un comité représentatif <strong>de</strong>s acteurs, chargés <strong>du</strong> suivi<strong>de</strong> l’application <strong>de</strong>s recommandations <strong>du</strong> présent rapport au cours <strong>de</strong>s cinq prochainesannées avec une reddition <strong>de</strong> comptes annuelle.La plupart <strong>de</strong> ces recommandations ont un impact sur les ressourceshumaines <strong>et</strong> financières, mais seulement trois d’entre elles ont vu leur coût estimé icisur la base <strong>de</strong>s paramètres disponibles. Pour les autres, <strong>de</strong>s étu<strong>de</strong>s détaillées sontnécessaires <strong>et</strong> c’est le comité chargé <strong>du</strong> suivi <strong>de</strong> l’application <strong>de</strong>s recommandations <strong>du</strong><strong>Rapport</strong> qui <strong>de</strong>vra réunir les informations requises pour l’estimation <strong>de</strong>s coûts, encollaboration avec les acteurs concernés.Le recrutementMINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxadopte un plan <strong>de</strong> communication provincial <strong>de</strong>promotion <strong>du</strong> rôle <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong>.(recommandation 1 – page 28)• Que le Ministère rem<strong>et</strong>te à jour les outils <strong>de</strong>promotion déjà développés en tenant compte <strong>de</strong> ladiversité <strong>et</strong>hnique <strong>et</strong> linguistique.(recommandation 2 – page 28)RÉGIES RÉGIONALES• Que les régies régionales s’assurent que les centres<strong>jeunesse</strong> appliquent un plan cohérent <strong>et</strong> permanent <strong>de</strong>recrutement <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familial.(recommandation 4 – page 29)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>90 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialCENTRES JEUNESSE• Que les centres <strong>jeunesse</strong> adoptent un plan cohérent <strong>et</strong>permanent <strong>de</strong> recrutement <strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> typefamilial en se dotant d’outils <strong>de</strong> qualité pour lapromotion <strong>et</strong> l’information à l’endroit <strong>de</strong>s personnessusceptibles d’être intéressées à jouer ce rôle.(recommandation 3 – page 29)• Que les centres <strong>jeunesse</strong> m<strong>et</strong>tent en place <strong>de</strong>smoyens concr<strong>et</strong>s <strong>de</strong> valorisation <strong>de</strong> la contribution<strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> au recrutement <strong>de</strong>s nouvellesfamilles <strong>d'accueil</strong>.(recommandation 5 – page 29)L’évaluation <strong>et</strong> la reconnaissanceCENTRES JEUNESSE• Que chaque centre <strong>jeunesse</strong> s’assure que toutes lesfamilles postulantes fassent l’obj<strong>et</strong> d’une évaluationminimale.(recommandation 6 – page 35)• Que chaque centre <strong>jeunesse</strong> s’assure que toutes lesévaluations soient effectuées à l’ai<strong>de</strong> d’outilsstandardisés utilisés par <strong>de</strong>s intervenants formés àc<strong>et</strong> égard.(recommandation 7 – page 35)• Que la décision <strong>de</strong> r<strong>et</strong>enir ou non la candidatured’une famille postulante soit formulée par un comitéd’évaluation.(recommandation 8 – page 35)MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxexige que les régies régionales i<strong>de</strong>ntifient les moyensqu’elles s’engagent à prendre pour assurer leursresponsabilités <strong>de</strong> vérification <strong>du</strong> processus d’évaluation<strong>de</strong>s ressources <strong>de</strong> type familial <strong>et</strong> <strong>de</strong>planification <strong>de</strong> ce réseau.(recommandation 9 – page 36)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 91Le jumelageCENTRES JEUNESSE• En conformité avec les balises i<strong>de</strong>ntifiées dans leGui<strong>de</strong> d’orientation <strong>de</strong> la pratique professionnelle,que les centres <strong>jeunesse</strong> s’assurent <strong>de</strong> l’applicationd’un processus standardisé <strong>de</strong> jumelage par <strong>de</strong>sintervenants obligatoirement formés à c<strong>et</strong> égard.(recommandation 10 – page 37)• Que les placements en surnombre soient interditspuisque tout changement <strong>de</strong> la capacité d’accueilrequiert la modification <strong>du</strong> contrat <strong>de</strong> la familled’accueil.(recommandation 13 – page 41)CENTRES JEUNESSE•RÉGIES RÉGIONALES• En concertation avec la régie régionale chargée <strong>de</strong> laplanification <strong>du</strong> réseau, que chaque centre <strong>jeunesse</strong>i<strong>de</strong>ntifie <strong>et</strong> fasse connaître aux familles d’accueil l<strong>et</strong>aux recherché d’occupation qui lui sert <strong>de</strong> gui<strong>de</strong>dans l’utilisation <strong>de</strong>s places reconnues.(recommandation 11 – page 40)MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que les centres <strong>jeunesse</strong> reçoivent les ressourcesfinancières <strong>et</strong> humaines nécessaires pour implanter<strong>et</strong> maintenir le système d’information sur lesressources <strong>de</strong> type familial (SIRTF) afin <strong>de</strong> gérerefficacement leur réseau <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> surune base régionale.(recommandation 12 – page 41)MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX•PARTENAIRES• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxrevoie, en collaboration avec les partenaires, lenombre maximal d’enfant que peut accueillir unefamille.(recommandation 14 – page 42)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>92 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLa réévaluationCENTRES JEUNESSE• Que les centres <strong>jeunesse</strong> procè<strong>de</strong>nt annuellement àla réévaluation <strong>de</strong> toutes les familles <strong>d'accueil</strong>reconnues en conformité avec les éléments proposésdans le Gui<strong>de</strong> d’orientation sur la pratiqueprofessionnelle. Dans le cas d’une nouvelle famille<strong>d'accueil</strong> c<strong>et</strong>te réévaluation <strong>de</strong>vra se faire six moisaprès sa reconnaissance.(recommandation 15 – page 44)CENTRES JEUNESSE•FAMILLES D'ACCUEIL• Que lors <strong>de</strong> sa réévaluation annuelle, la famille<strong>d'accueil</strong> soit informée <strong>du</strong> contenu <strong>de</strong> l’évaluation,qu’elle soit invitée à commenter ce contenu <strong>et</strong> qu’ellepuisse se prononcer sur le soutien qu’elle a obtenu<strong>de</strong> la part <strong>du</strong> centre <strong>jeunesse</strong> pendant l’année.(recommandation 16 – page 44)• Que la famille <strong>d'accueil</strong> reçoive copie <strong>de</strong> c<strong>et</strong>teévaluation dans les meilleurs délais.(recommandation 17 – page 44)• Que les résultats <strong>de</strong> la réévaluation réciproqueeffectuée par les <strong>de</strong>ux acteurs (famille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong>centre <strong>jeunesse</strong>) soient colligés au dossier <strong>de</strong> lafamille <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> inscrits dans le plan <strong>de</strong> travailpour l’année suivante <strong>et</strong> que les coordonnateurs <strong>de</strong>sressources en reçoivent une copie.(recommandation 18 – page 45)CENTRES JEUNESSE•FÉDÉRATION DESFAMILLES D'ACCUEIL• En collaboration avec la Fédération <strong>de</strong>s familles<strong>d'accueil</strong>, réactualiser le protocole relatif autraitement <strong>de</strong>s allégations d’abus à l’égard <strong>de</strong>sfamilles <strong>d'accueil</strong> <strong>et</strong> animer celui-ci afin qu’il soitutilisé dans tous les centres <strong>jeunesse</strong>.(recommandation 19 – page 45)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 93MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX•RÉGIES RÉGIONALES• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux<strong>et</strong> les régies régionales s’assurent <strong>de</strong> l’application <strong>du</strong>protocole <strong>de</strong> traitement <strong>de</strong>s allégations.(recommandation 20 – page 45)MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX•PARTENAIRES• Que le Ministère revoie avec ses partenairesl’application <strong>de</strong> l’article 307 <strong>de</strong> la Loi sur les services<strong>de</strong> santé <strong>et</strong> les services sociaux.(recommandation 21 – page 46)Le soutien aux jeunes placés en famille <strong>d'accueil</strong>CENTRES JEUNESSE• Nonobstant la nécessité <strong>de</strong> respecter le besoin d’uneréaction rapi<strong>de</strong>, que les centres <strong>jeunesse</strong> entreprennentune démarche d’évaluation <strong>de</strong>s enjeux <strong>du</strong>placement d’urgence pour les enfants, leurs parentsnaturels <strong>et</strong> les parents d’accueil.(recommandation 22 – page 48)• Qu’au minimum, l’intervenant à l’application <strong>de</strong>smesures visite l’enfant dans sa famille <strong>d'accueil</strong> unefois le jour <strong>du</strong> placement, au cours <strong>de</strong>s sept jourssuivants celui-ci, dans les 30 jours suivants <strong>et</strong> aumoins tous les <strong>de</strong>ux mois par la suite.Les données disponibles sont à l’eff<strong>et</strong> que 50 % <strong>de</strong>s jeunessont visités selon c<strong>et</strong>te fréquence. Les autres sont visitésenviron <strong>de</strong>ux fois moins souvent. En fonction <strong>de</strong> la charge<strong>de</strong> cas moyenne actuelle (25 dossiers), 85 postessupplémentaires sont nécessaires pour assurer c<strong>et</strong>te normeminimale <strong>de</strong> visite.(recommandation 23 – page 50)• Que les centres <strong>jeunesse</strong> aient recours aux outils misau point pour Looking after Children, afin d’assurerl’évaluation annuelle <strong>de</strong>s sept zones <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>l’enfant placé proposée par ce programme.(recommandation 24 – page 52)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>94 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial• Que le centre <strong>jeunesse</strong> en collaboration avec lafamille <strong>d'accueil</strong> s’assure, pour chaque jeune <strong>de</strong>16 ans placé à moyen ou à long terme, <strong>de</strong> m<strong>et</strong>tre enbranle un processus <strong>de</strong> formation pratique en vue <strong>de</strong>la vie autonome <strong>et</strong> évalue systématiquement sesprogrès <strong>de</strong> façon à favoriser la réussite <strong>de</strong> latransition vers la vie a<strong>du</strong>lte.(recommandation 25 – page 54)CENTRES JEUNESSE•RÉGIES RÉGIONALES• Que, lorsque le jeune a<strong>du</strong>lte le souhaite <strong>et</strong> que lafamille <strong>d'accueil</strong> l’accepte, celle-ci soit autorisée àutiliser une <strong>de</strong> ses places pour maintenirl’hébergement <strong>du</strong> jeune <strong>et</strong> que les règles <strong>de</strong> rétributionconcernant les rési<strong>de</strong>nces d’accueil s’appliquentdans ce cas.(recommandation 29 – page 55)RÉGIES RÉGIONALES•PARTENAIRES• En collaboration avec les promoteurs <strong>de</strong> l’insertionsur le marché <strong>de</strong> l’emploi <strong>et</strong> <strong>de</strong> la participationsociale <strong>de</strong>s jeunes (commissions scolaires, centreslocaux d’emploi, centres régionaux <strong>de</strong> développement,groupes communautaires, <strong>et</strong>c.) qu’unprogramme <strong>de</strong> soutien transitoire <strong>de</strong>s jeunes a<strong>du</strong>ltesayant été placés en famille d’accueil soit ren<strong>du</strong>accessible <strong>et</strong> maintenu jusqu’à l’âge <strong>de</strong> 21 ans.(recommandation 26 – page 55)RÉGIES RÉGIONALES• Que chaque régie régionale ait la responsabilitéd’i<strong>de</strong>ntifier un organisme local responsable d’assurerla concertation <strong>de</strong>s partenaires impliqués dans ceprogramme.(recommandation 27 – page 55)CENTRES JEUNESSE• Que chaque centre <strong>jeunesse</strong> inscrive à ce programmele jeune qui atteint son 17 e anniversaire.(recommandation 28 – page 55)• Qu'à l'instar <strong>de</strong>s procé<strong>du</strong>res en place dans lescentres <strong>de</strong> réadaptation, les centres <strong>jeunesse</strong>


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 95informent systématiquement le jeune ou ses parentsnaturels sur ses droits, <strong>et</strong> ce, au début <strong>de</strong> toutnouveau placement.(recommandation 30 – page 57)RÉGIES RÉGIONALES• Que les régies régionales s’assurent que les centres<strong>jeunesse</strong> m<strong>et</strong>tent en place ce programme d’informationsystématique.(recommandation 31 – page 57)MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX•MINISTÈRE DE LAFAMILLE ET DEL’ENFANCE• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxen concertation avec le ministère <strong>de</strong> la Famille <strong>et</strong> <strong>de</strong>l’Enfance, m<strong>et</strong>te sur pied, sur la base d’uneconcertation entre les instances représentant lesacteurs impliqués dans le placement <strong>de</strong> l’enfant enfamille d’accueil (comités d’usagers, associations <strong>de</strong>familles d’accueil, Association <strong>de</strong>s centres <strong>jeunesse</strong>,équipes universitaires, Conférence <strong>de</strong>s régiesrégionales, <strong>et</strong>c.) un centre québécois <strong>de</strong> développement<strong>et</strong> <strong>de</strong> transfert <strong>de</strong>s connaissances sur les soinspour les jeunes en famille d’accueil.(recommandation 32 – page 58)Le soutien professionnel offert aux familles <strong>d'accueil</strong>CENTRES JEUNESSERÉGIES RÉGIONALES•CENTRES JEUNESSE•ASSOCIATIONS RÉGIONALESDE FAMILLES D'ACCUEIL• Que les centres <strong>jeunesse</strong> reconnaissent les famillesd’accueil comme partenaires à part entière dansl’<strong>intervention</strong> <strong>et</strong>, à ce titre, leur offrent toutel’information pertinente à leurs fonctions, <strong>et</strong> quecelles-ci soient impliquées dans les décisions qui lesconcernent <strong>et</strong> qui concernent l’enfant placé chezelles.(recommandation 33 – page 62)• Que les régies régionales, les centres <strong>jeunesse</strong> <strong>et</strong> lesassociations régionales <strong>de</strong> familles <strong>d'accueil</strong> m<strong>et</strong>tenten place un comité consultatif régional (oulinguistique) responsable <strong>de</strong> la mise en application<strong>de</strong> c<strong>et</strong>te recommandation.(recommandation 34 – page 62)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>96 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialMINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxexige que les centres <strong>jeunesse</strong> déterminent lesmesures qu’ils s’engagent à prendre pour fairerespecter la loi en ce qui a trait au Plan d’<strong>intervention</strong>à l’égard <strong>de</strong> la famille d’accueil.(recommandation 35 – page 64)CENTRES JEUNESSE• Que les centres <strong>jeunesse</strong> s’assurent <strong>de</strong> fournir systématiquementà la famille d’accueil, dès l’arrivée <strong>du</strong>jeune, le <strong>Rapport</strong> sommaire sur celui-ci <strong>et</strong> sur lesmodalités précises pour rejoindre chacun <strong>de</strong>s intervenants<strong>jeunesse</strong> engagés envers l’enfant.(recommandation 36 – page 65)• Que les centres <strong>jeunesse</strong> se penchent sur la question<strong>du</strong> roulement <strong>de</strong>s intervenants auprès <strong>du</strong> jeune <strong>et</strong>,en cas <strong>de</strong> remplacement <strong>de</strong> l’un d’eux, qu’ils appliquentsystématiquement une procé<strong>du</strong>re établie pourle transfert personnalisé <strong>du</strong> dossier, tant à l’application<strong>de</strong>s mesures qu’aux ressources.(recommandation 37 – page 66)• Qu’au minimum, l’intervenant aux ressources visitechacune <strong>de</strong> ses familles d’accueil tous les <strong>de</strong>ux mois.(recommandation 38 – page 67)MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxassure aux centres <strong>jeunesse</strong> les ressources nécessairesau respect <strong>de</strong> la norme <strong>de</strong> un intervenantpour un maximum <strong>de</strong> 30 ressources <strong>de</strong> type familial.En moyenne, les intervenants aux ressources sont encharge <strong>de</strong> 40 ressources <strong>de</strong> type familial. Considérant lenombre <strong>de</strong> ressources (5 500), pour atteindre une moyenne<strong>de</strong> 30 dossiers, 45 postes supplémentaires sont nécessaires.(recommandation 39 – page 68)• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxse dote d’une politique provinciale <strong>de</strong> création <strong>et</strong> <strong>de</strong>mise en commun d’outils aux fins <strong>de</strong> la formation <strong>et</strong><strong>de</strong> la pratique clinique.(recommandation 40 – page 69)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familial 97Le soutien financier aux familles <strong>d'accueil</strong>MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxdébloque les sommes nécessaires pour que les fraisassociés au barème éclaté soient couverts par unbudg<strong>et</strong> indépendant <strong>du</strong> barème <strong>de</strong> base donné à lafamille <strong>d'accueil</strong>.(recommandation 41 – page 72)MINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX•PARTENAIRES• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxen collaboration avec les régies régionales, lescentres <strong>jeunesse</strong>, les centres <strong>de</strong> réadaptation endéficience intellectuelle <strong>et</strong> déficience physique <strong>et</strong> laFédération <strong>de</strong>s familles <strong>d'accueil</strong> réexamine lamétho<strong>de</strong> actuelle <strong>de</strong> rétribution supplémentairereliée au niveau d’intensité <strong>de</strong> service afin <strong>de</strong> m<strong>et</strong>treen place une métho<strong>de</strong> plus efficace <strong>et</strong> efficiente.(recommandation 42 – page 77)La formationMINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxassure aux centres <strong>jeunesse</strong> les sommes nécessairespour rembourser aux familles <strong>d'accueil</strong> les sommesengagées pour suivre une formation (kilométrage,repas, gardiennage) <strong>et</strong> ce, aux taux en vigueur.(recommandation 43 – page 81)MINISTÈRE DEL'ÉDUCATION• Que le programme « Technique d’accueil » soit ren<strong>du</strong>disponible sous forme d’enseignement à distance.(recommandation 44 – page 82)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>98 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialLa reddition <strong>de</strong> comptesMINISTÈRE DE LASANTÉ ET DESSERVICES SOCIAUX• Que le ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociauxdéfinisse les modalités selon lesquelles les différentsacteurs vont rendre <strong>de</strong>s comptes sur leurs fonctionsauprès <strong>de</strong>s autres acteurs touchés.(recommandation 45 – page 86)


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialBibliographieALBERS, E. C. • T. REILLY • B. RITTNER (1993). « Children in Foster Care : PossibleFactors Affecting Permanency Planning ». Child and Adolescent SocialWork Journal, 10, p. 329–341.ASSOCIATION DES CENTRES JEUNESSE DU QUÉBEC (1999). L'accompagnement <strong>de</strong>senfants <strong>et</strong> <strong>de</strong>s adolescents lors <strong>de</strong> leur placement.ASSOCIATION DES CENTRES JEUNESSE DU QUÉBEC (1990). Protocole d'<strong>intervention</strong>en ressources intermédiaires à l'enfance lors <strong>de</strong> présomption <strong>de</strong>con<strong>du</strong>ite inacceptable, 43 pages <strong>et</strong> annexes.BC Report of the Task Force on Safeguards for Children and Youth in Fosteror Group Home Care (1997). Victoria, British Columbia : Ministry forChildren and Families.CANADIAN FOSTER FAMILY ASSOCIATION (1995). National Gui<strong>de</strong>lines for FosterCare in Canada. March.CARBINO, R. (1992). « Policy and Practice for Response to Foster Families when ChildAbuse or Neglect is Reported ». Child Welfare, 71, p. 497–509.CARBINO, R. (1991). « Advocacy for Foster Families in the United States Facing ChildAbuse Allegations : How Social Agencies and Foster Parents are Respondingto the Problem ». Child Welfare, 70, p. 131–149.CARRIER, G. • S. BEAUDOIN (1993). Les déplacements d'enfants dans le réseau<strong>de</strong>s ressources <strong>d'accueil</strong>. Québec : Université Laval – Centre <strong>de</strong> recherchesur les services communautaires.CHAMBERLAIN, P. • S. MORELAND • K. REID (1992). « Enhanced Services andStipends for foster parents : Effects on r<strong>et</strong>ention and outcomes for children ».Child Welfare, 71, 387–401.CHILD WELFARE LEAGUE OF AMERICA (1995). Standards of Excellence for FamilyFoser Care Services. Revised Edition : Washington DC.COLTON, M., • M. WILLIAMS (1998). The World of Foster Care. Al<strong>de</strong>rstrot, Arena.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>100 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialCOLTON, M. • W. HELLINCKX (1994). « Resi<strong>de</strong>ntial and Foster Care in the EuropeanCommunity : Current Trends in Policy and Practice ». British Journal ofSocial Workers, 24, 559-576.DURAND–BRAULT, G. (1999). La protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> au Québec. Montréal :Boréal.FEDERAL–PROVINCIAL WORKING GROUP ON CHILD AND FAMILY SERVICESINFORMATIONS : FOSTER CARE (1999). Quantitative and InformationAnalysis, Human Resources Development Canada. September.FÉDÉRATION DES ASSOCIATIONS DE FAMILLES D’ACCUEIL DU QUÉBEC (1999). Analyse<strong>du</strong> barème <strong>de</strong> base éclaté avec les taux <strong>de</strong> janvier 1999. Québec, novembre.FORMULAIRE # AS–1950–1 (93–09) intitulé : I<strong>de</strong>ntification <strong>de</strong>s caractéristiques <strong>de</strong>l’usager placé en ressource <strong>de</strong> type familial.GAUTHIER, L • M. ST–ANDRÉ (1997). « Entrevue avec Maurice Berger ». PRISME, 7(1) printemps.GROUPE D’EXPERTS EN ORGANISATION CLINIQUE EN MATIÈRE JEUNESSE (1998).<strong>Rapport</strong> LeBon. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services Sociaux,p. 14.GROUPE DE TRAVAIL SUR LES JEUNES (1998). Agissons en complices. Québec :ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services sociaux.HUDSON, J. • B. GALAWAY (1989). « The State as Parent ». InternationalPerspectives on Interventions with Young Persons, vol. 53. Dordrecht,Londres : Kluwer Aca<strong>de</strong>mic Publishers, Nato Scientific Affairs Division.KAHN, A.J. • S.B. KAMMERAN (1990). « Social Services for Children, Youth andFamilies in the United States ». Children and Youth Services Review,1–2, p. 1–180.KUFELDT, K. • J. AMSTRONG • M. DORSH (1989). In Care, in contact ? DansJ. Hudson and B. Galaway. The State as Parent. International researchPerspectives on Interventions with Young Persons, vol. 53. Londres, KluwerPublishers : Nato Scientific Affairs Division.LAC (1998). Looking After Children. Colloque <strong>de</strong> suivi canadien. Québec :Université Laval, mai.MELTON, G. B. (1999). « Parents and Children : Legal Reform to Facilitate Children’sParticipation ». American Psychologist, 54, p. 935–944.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>101 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialMINISTRY FOR CHILDREN AND FAMILIES (1999). Practice Standards forGuardianship. British Columbia , July.MORISSETTE, P. (1993). « Towards the Prevention of Abuse Allegations in FosterCare : Exploring Interpersonal Dynamics ». Child and Adolescent SocialWork, 10, p. 533–548.MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (2000). Indicateurs repères surl’application <strong>de</strong> la Loi sur la protection <strong>de</strong> la <strong>jeunesse</strong> 1993–1994 à1997–1999. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services Sociaux —Services <strong>de</strong>s indicateurs <strong>et</strong> mesure <strong>de</strong> la performance – Direction <strong>de</strong> la gestion<strong>de</strong> l’information, janvier.Les ressourcesintermédiaires. Cadre <strong>de</strong> référence. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>sServices Sociaux — Services <strong>de</strong> l’adaptation <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’intégration sociales –Direction <strong>de</strong> la planification – Direction générale <strong>de</strong> la planification <strong>et</strong> <strong>de</strong>l’évaluation, juill<strong>et</strong>.MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (1998).MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (1995). L’accueil <strong>du</strong> pland’<strong>intervention</strong>. Sensibilisation à la nécessité <strong>et</strong> à l’importance <strong>de</strong> latransmission <strong>et</strong> <strong>de</strong> l’utilisation adéquate <strong>du</strong> plan d’<strong>intervention</strong> à l’égard <strong>de</strong> lafamille d’accueil pour chaque enfant placé. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong><strong>de</strong>s Services Sociaux — Direction générale <strong>de</strong> la coordination régionale.MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (1993). Gui<strong>de</strong> d’application <strong>et</strong> <strong>de</strong>gestion <strong>du</strong> Cadre <strong>de</strong> catégorisation <strong>de</strong>s services dispensés par lesressources <strong>de</strong> type familial. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s ServicesSociaux — Direction <strong>de</strong>s communications.MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (1992). <strong>Rapport</strong> <strong>du</strong> comitéfrontières concernant la mise en place d’un nouveau système <strong>de</strong>compensation <strong>de</strong>s services dispensés par les ressources <strong>de</strong> typefamilial. Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services Sociaux — Direction<strong>de</strong>s communications.MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (1992). La pratiqueprofessionnelle <strong>et</strong> la ressource <strong>de</strong> type familial. Gui<strong>de</strong> d’orientation.Québec : ministère <strong>de</strong> la Santé <strong>et</strong> <strong>de</strong>s Services Sociaux — Direction générale<strong>de</strong> la prévention <strong>et</strong> <strong>de</strong>s services communautaires.RYAN, P. • K. COLE (1992). Maltreatment in Family Foster Care : A Survey ofthe States. National Foster Care Resource Center.


<strong>Familles</strong> d’accueil <strong>et</strong> <strong>intervention</strong> <strong>jeunesse</strong>102 Analyse <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> placement en ressource <strong>de</strong> type familialSANCHIRICO, A. • J.WS. LAU • K. JABLONKA • S.J. RUSSELL (1998). « Foster ParentInvolvement in Service Planning : Does it Increase Job Satisfaction ? ».Children and Youth Services Review, 20, p. 325-346.SIMARD, M., • J. VACHON • S. BÉRUBÉ (1991). La réinsertion familiale <strong>de</strong> l’enfantplacé : facteurs <strong>de</strong> succès <strong>et</strong> d’échec. Québec : Université Laval – Centre<strong>de</strong> recherche sur les services communautaires.SIMARD, M., • J. VACHON • S. BÉRUBÉ (1998). Les familles <strong>d'accueil</strong> pour lesjeunes en difficulté au Québec. Étu<strong>de</strong> comparative <strong>de</strong>s famillesspécifiques <strong>et</strong> non spécifiques. Québec : Université Laval – Centre <strong>de</strong>recherche sur les services communautaires.STEINHAUER, P. (1996). Le moindre mal : la question <strong>du</strong> placement <strong>de</strong> l'enfant.Montréal : Presses <strong>de</strong> l'Université <strong>de</strong> Montréal.TESTA, M.F. • H. ROLOCK (1999). « Professional Foster Care : A Future WorthPursuing » Child Welfare, 71, 387-401.TESTA, M.F. • N. ROLOCK (1999). « Professional Foster Care : A Future WorthPursuing ? ». Child Welfare, 78, 108–124.ZELIZER, Z.A. (1985). Pricing the Priceless Child : The Changing Social Valueof Children. New York : Basic Books.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!