Diversités magazine numéro 16

villedeliege

Diversités magazine le magazine de toutes les diversités

diversités

Magazine

16 - mars, avril, mai 2017

Le débat : Représentations

liées à l’immigration en Wallonie


eDIto

Parler de diversité(s) dans le

contexte actuel, ne s’avère pas

chose facile. Quand on porte regard

sur ce qui agite l’opinion en

Europe voire dans le monde, on

peut se poser beaucoup de questions.

On y préfère maîtriser les

flux migratoires plutôt que leurs

causes. Ainsi, par le petit bout de la

lorgnette, on appréhende celle ou

celui qui vient de quitter un pays en

guerre comme un adversaire résolu

de soi. On se perd entre « Les identités

meurtrières » d’Amin Maalouf

et « Le choc des civilisations » de

Samuel Huntington.

4

Focus

• Journée Ihsane Jarfi contre

l’homophobie

• #Donnemoiuneminute

• Projet 109

• Medialand

D’aucuns pleurent la mort d’un enfant

échoué sur une plage de Turquie

quand d’autres font le succès

de formations politiques qui rétrécissent

la vision du monde de leur

population. La parole transgressive

se libère en bas des articles

de presse ou plus largement sur

les réseaux sociaux. On y fabrique

même de faux récits pour conforter

son argumentaire de haine.

sommaire

16 - mars, avril, mai 2017

D’où un débat sur centré sur la déconstructions

de stéréotypes liés

aux migrations et l’opération Mars

Diversités qui revient chaque année

depuis 7 ans déjà. Elle entend soutenir

et mettre en lumière le travail

d’opérateurs qui donnent à voir des

illustrations de projets portant des

envies de partage dans la curiosité,

l’égalité et la solidarité. C’est une

sorte d’élégance que l’on doit aux

valeurs qu’on prétend défendre.

Échevin de la Culture,

de l’Urbanisme et des Relations

interculturelles de la Ville de Liège

Le feuilleton

Afrique du Sud

6

8

Suggestions

Lectures, films, musique


10

gastronomie

et recettes

Espagne

12

LE DÉBAT

Représentations liées à

l’immigration en Wallonie :

perception n’est pas raison !

Du côté

du Creahm

14

+

7

7

14

15

La vidéo

Les outils de la diversité

coup de projecteur :

La Maison de la laïcité de Liège

Agenda


focus

Journée Ihsane Jarfi

contre l’homophobie

Ihsane Jarfi était le nom d’un jeune

Liégeois assassiné en 2012 en raison

de son orientation sexuelle.

Il s’agit du premier crime homophobe

reconnu comme tel par la

justice belge.

Depuis 2015, une marche et une

journée en sa mémoire sont organisées

chaque année dans diverses

villes du pays. Cette année, c’est

Liège qui accueille les diverses activités

contre les discriminations envers

les LGBT avec un programme

tant quantitatif que qualitatif.

Journée Ihsane Jarfi

LIÈGE

30 MARS 17

Programme de la journée

12h-14h - Espace Opéra – Ulg :

vernissage en collaboration avec

l’Université de Liège de l’exposition

« les couples imaginaires » du

photographe français Olivier Ciappa.

L’exposition met en scène des

personnalités du monde du cinéma,

de la télévision, de la politique,

du sport ou encore de la chanson

comme si elles étaient en couple

homosexuel, à travers de clichés

intimes ou du quotidien. Pour lutter

contre l’homophobie, Cécile Duflot

a ainsi posé avec Virginie Lemoine,

Florent Manaudou avec Frédérick

Bousquet, Eva Longoria avec Lara

Fabian ou encore Olivier Sitruk

avec François Vincentelli.

© Olivier Ciappa

14h30-17h - Cité Miroir : ateliers à

destination de la jeunesse sur les

discriminations homophobes en

collaboration avec Unia et Arc-en-

Ciel Wallonie.

17h30-19h30 - Cité Miroir : conférence

sur le thème de la lutte

contre l’homophobie, dans le

sport et, plus particulièrement,

dans le football.

Invités :

• David Testo,le premier footballeur

professionnel américain à avoir

fait son coming-out au faîte de sa

gloire (Impact Montréal).

• Raf Van Puymbroeck, Mister Gay

Belgium et Mister Gay Europe 2016,

enseigne l’éducation physique à la

haute école Thomas More à Turnhout.

• An De Cock, coordinatrice à la

Football + Foundation et Corporate

Social Responsibility à l’URBS-

FA. Cette organisation a créé l’an

dernier une campagne de lutte

contre l’homophobie au sein des

clubs de foot belges et a été suivie

par la quasi-totalité des clubs de

D1 et D2. Cette année, elle réitère

l’expérience à l’échelle européenne.

• Professeur Marco Martiniello est

sociologue à l’Université de Liège.

Ses travaux relèvent de la sociologie

politique.

• Christian Rudolpj de LSVD (Lesben

und Schwulenverband Berlin-

Brandenburg), Fédération des gays

et lesbiennes de Berlin, qui ont mis

sur pieds un projet de lutte contre

l’homophobie dans le sport.

• Wim Belaert, Coordinateur Voetbal

in de stad, qui travaille aux actions

en lien avec la société au sein

du club de football La Gantoise.

Les intervenants s’exprimeront en

français, néerlandais et anglais. Une

traduction simultanée est prévue.

19h45-20h30 : la marche en souvenir

d’Ihsane Jarfi débutera de la

Cité Miroir et se clôturera à la Maison

Arc-en-Ciel de Liège. Un moment

de recueillement sera prévu

au niveau de la stèle commémorative

du jeune homme inaugurée en

2014 par les autorités communales.

20h45 : Soirée à la maison Arc-en-

Ciel

Jeudi 30 mars 2017

www.fondation-ihsane-jarfi.be

focus


focus

#Donnemoiuneminute

Venez nous rejoindre ce 17 mars

sur la Place Saint Etienne pour

contrer les idées reçues à travers

l’expression artistique.

Chaque année, Unia organise des

activités autour de la journée internationale

de lutte contre le racisme

(21 mars). Cette année, elle met en

place une campagne qui tournera

autour du hashtag #DonneMoi1Minute

et s’associe à la Ville de Liège

pour organiser une journée événementielle

sur la place Saint Etienne.

Cette journée se veut pour et par

les jeunes (de 14 à 25 ans) et entend

diffuser un message anti-racisme

à travers l’art.

Le # représente un appel au dialogue,

à la rencontre avec l’autre,

au dépassement des idées reçues

et des préjugés. Il permet aussi aux

jeunes de créer leur propre contenu

et de le diffuser sur les réseaux

sociaux.

Des ateliers de street art (graff, hiphop,

théâtre de rue, arts plastiques,

atelier d’écriture) seront ainsi proposés

au public scolaire durant la

journée qui se clôturera dès 17h

dans un moment festif par des démonstrations

des différents artistes

et animateurs d’ateliers (scène ouverte

de Slam, Rap, flashmob...).

Medialand

Medialand, c’est avant tout une

invitation à revisiter de façon aussi

ludique que pédagogique le monde

des images, des médias, de l’esprit

critique et nos engagements dans

ceux-ci. Au travers de six expositions

thématiques et autant de

visites animées, le Centre d’Action

Laïque de la Province de Liège

vous invite à la réflexion critique

autour de notre rapport au monde

des images.

Voici la liste des expositions :

• L’invité : Oliviero Toscani

• Le cirque des clones numériques

Un voyage étonnant qui interroge

nos représentations de la beauté

• Voyage au centre de l’info. Cette

exposition permet de (re) découvrir,

qu’au fil du temps, les mécanismes

qui régissent la propagation

de l’information ont finalement très

peu changés

• L’Expérience critique. Votre pensée

est-elle aussi libre que vous ne

le pensez ?

• Stéréotypes !

C’était mieux avant ?

• Traits d’humour. Une analyse

drôle et (im)pertinente sur le récit

médiatique des attentats de janvier

2015

Programme complet

& infos pratiques :

www.exposition-medialand.be

Projet 109

Le projet 109 (« sang neuf ») vise à mettre en relation des jeunes migrants (jusque 30

ans) en recherche d’emploi avec des Liégeois-es retraités ou en fin de carrière professionnelle

(à partir de 50 ans). Ce parrainage a pour but de favoriser la confiance en soi

chez les jeunes, de les accompagner dans la définition d’un projet professionnel, et de

développer leur réseau social et professionnel. Pour les mentors, c’est l’occasion de partager

et valoriser leur expérience mais aussi de mieux comprendre les réalités migratoires et de s’engager dans

une action de citoyenneté.

Une formation est prévue pour les futurs parrains, abordant la communication

interculturelle, la relation de parrainage, l’insertion socio-professionnelle…

(en collaboration avec l’IRFAM et le CRIPEL). En outre, des rencontres et ateliers

seront organisés régulièrement.

L’aventure vous tente ? N’hésitez pas à nous rejoindre!

Plus d’informations : www.possibles.org/109-2/ • crutzenma@possibles.org

Le Monde des Possibles ASBL • Rue des Champs 97, 4020 Liège • 04/232.02.92

le débAT


Afrique du Sud

L e feuilleton : préambule au 100 e anniversaire de la naissance

de Nelson Mandela (18 juillet 1918)

17 mars 1992 : référendum sur la fin de l’apartheid

Il y a 25 ans, avait lieu un référendum

historique pour l’histoire de

l’Afrique du Sud et pour l’égalité

des droits en général. Le 17 mars

1992, les Sud-Africains et Sud-Africaines

se rendaient aux urnes pour

se prononcer sur la désidérabilité

de la fin de l’apartheid.

La question posée aux électeurs

visait alors à obtenir leur soutien

aux réformes lancées par le président

Frederik de Klerk et de l’autoriser

à poursuivre les négociations

constitutionnelles, entamées en

1990, avec le congrès national africain

(ANC). L’objectif était de valider

également l’abrogation des lois

de l’Apartheid. Même si ce référendum

n’était réservé qu’à la population

blanche du pays, le taux de

participation atteint 85,08 % et le

«oui» à la question posée remportale

soutien de 68,73 % des votants.

Muni de ces résultats, Frederik

De Klerk déclara alors devant les

bâtiments du parlement du Cap

qu’« aujourd’hui, nous avons fermé

le livre de l’apartheid et ce chapitre

est définitivement clos ».

L'apartheid, c'est quoi ?

Le nom apartheid est un mot afrikaans qui signifie séparation, mise à part. Ce concept renvoie à une politique

de développement séparé, c'est à dire une politique où la couleur de peau des personnes définit leur

statut social, la quantité de leurs droits, leur possibilité de pénétrer dans certains lieux ou de vivre dans

certains quartiers.

Il fut introduit à partir de 1948 en Afrique du Sud (Union d'Afrique du

Sud, puis République d'Afrique du Sud) par le parti national. Il s'agit

là d'une formalisation d'une pratique jusque là informelle de ségrégation

raciale mise en place depuis la fondation par la Compagnie

néerlandaise des Indes orientales de la colonie du Cap en 1652.

Pour une présentation ludique de l'apartheid en Afrique du Sud,

cliquez ici

rosa parks


Les outils de la diversité

Le logement constitue assurément

l’un des besoins les plus élémentaires

pour mener une vie conforme

à la dignité humaine. Le droit à un

logement décent figure d’ailleurs

à ce titre parmi les droits économiques

et sociaux consacrés par

l’article 23 de la Constitution belge.

La réalisation de ce droit n’en

reste pas moins difficile. Elle est

confrontée à de nombreux obstacles

comme l’évolution des prix,

l’offre insuffisante de logements

à prix abordables ou le manque

d’informations pertinentes, etc. La

discrimination, dont la réalité a été

confirmée par le récent Baromètre

de la diversité dans le logement,

fait partie de ces obstacles.

Combattre la discrimination passe

d’abord par l’information et la sensibilisation.

C’est la raison d’être de

la brochure « La discrimination au

logement » que vous pouvez télécharger

ici.

Elle s’adresse à tous, locataires,

propriétaires, mais aussi acteurs

professionnels (agents immobiliers)

ou associatifs qui interviennent

dans le domaine du logement.

• législation

• conseils

• contacts

La discrimination

au logement

Informations aux locataires, propriétaires

et professionnels du secteur

la vidéo

Un jeune footballeur raconte son coming-out à Dries Mertens.

la parole est à vous


Suggestions

S

U

G

G

E

S

T

I

Livres

ESsai • adulte

Roman • Jeunesse

bd • Adulte

Pierre Bitoun & Yves Dupont, Le

sacrifice des paysans, une catastrophe

sociale et anthropologique,

L’Échappée, 2016

Malmené dans l’imaginaire collectif

et oppressé par les défis du capitalisme

et du productivisme, l’agriculteur

est au cœur de cet ouvrage.

Les deux auteurs, sociologues, se

penchent sur ce métier à l’heure

des supermarchés et vont jusqu’à

affirmer le sacrifice de la figure

paysanne. Comment en est-on arrivé

là ? Quelles répercutions pour

l’humanité ? Voilà des questions

auxquelles tente de répondre cet

ouvrage en revenant sur l’histoire

et le contexte actuel d’un tel métier.

Dans le cadre de Nourrir Liège

2017, la librairie Livre aux trésors

accueille Pierre Bitoun le 15 mars à

18h30.

Une suggestion de la Maison des

Sciences de l’Hommede l’Université

de Liège.

Marion Muller-Collard,

Bouche cousue, Gallimard Jeunesse,

2016.

Dans la famille d’Amandana, la propreté

irréprochable n’est pas qu’un

métier. C’est un mode de vie. Rien

qui dépasse. Dans le Lavomatique

tenu par ses parents, le bruit des

machines couvre celui des élans du

cœur et du corps. Mais comment

faire taire son attirance pour une de

ses camarades de lycée ?

Une suggestion de Alliage

Javier de Isusi, Asylum,

Rackham, 2016.

Au cours d’une visite de sa petitefille

Maialen, Marina évoque le

périple qui - 80 ans plus tôt - l’a

portée de l’Espagne ravagée par

la Guerre civile jusqu’en France,

puis au Venezuela. Ses souvenirs

de l’exil se croisent et se fondent

avec ceux de Sanza, Aina, Chris,

Imelda et les autres qui de nos

jours fuient la guerre et la violence,

les mariages forcés, l’homophobie,

l’esclavage sexuel. Sous le pinceau

de Javier de Isusi se déroulent les

histoires de ceux qui, hier comme

aujourd’hui, ont été forcés à quitter

leur foyer pour sauver leur vie ou

préserver leur intégrité.

Une suggestion de Barricade

suggestions


O N S

Films

Théâtre

Musique

Les figures de l’ombre

Le destin extraordinaire des trois

scientifiques afro-américaines qui

ont permis aux Etats-Unis de

prendre la tête de la conquête spatiale,

grâce à la mise en orbite de

l’astronaute John Glenn. Maintenues

dans l’ombre de leurs collègues

masculins et dans celle d’un

pays en proie à de profondes inégalités,

leur histoire longtemps restée

méconnue est enfin portée à

l’écran. Elles ont eu à mener une

double lutte pour la reconnaissance

de leurs qualités.

Actuellement en salle.

Pour visionner la bande annonce,

cliquez ici

No future, nos futurs

Un spectacle pluridisciplinaire,

interculturel et intergénérationnel

mêlant des jeunes de la Baraka

mais aussi des adultes, des personnes

âgées, amateurs et professionnels

du spectacle.

Le titre « No Future – Nos Futurs »

interroge personnellement, mais

aussi collectivement notre capacité

à nous projeter. Car, ouvrir certaines

portes mène à un voyage,

une métamorphose, et tout acte à

une conséquence…

Dans la fiction, les protagonistes

doivent faire fonctionner une machine

qui ne leur sert plus, et dont

ils sont les serviteurs dociles. Même

s’ils portent le passé de leurs ancêtres

sur leurs épaules, ils vont

devoir faire des choix dans le présent,

surmonter leurs peurs, et faire

face à la venue d’étranges personnages

qui leur ouvriront les portes

du temps. Le changement est dès

lors en marche…

Le 13 & 14 mai, au Théâtre de Liège,

5 €.

Romeo Swing

Romeo swing est un groupe de

jazz à l’esprit farouchement manouche.

Composé d’une voix féminine,

de deux guitares et d’une

contrebasse, son originalité est

de mettre ce style de musique en

chansons. Agrémentés de textes

en français et en anglais, les

propres compositions du groupe et

les standards de jazz revisités installent

une atmosphère irrésistiblement

drôle et optimiste. Un vent de

fraîcheur et de swing qui vous emportera

le temps d’un spectacle !

Le 29 avril, l’Aquilone, 20h30, 7€.

2017 à 20H.

Pour plus de détails, cliquez ici

suggestions


Culture, gastronomie et recettes

Espagne

Tortilla

L’Espagne… Avec sa superficie de

505.000 km2 et ses 47.000.000

habitants, sa diversité des paysages,

des cultures, des langues

(castillan, catalan, basque), des terroirs

et des villes.

Découvrir Salamanque, la petite

Rome espagnole, ou Tolède la belle

médiévale perchée sur son promontoire.

Parcourir le rude plateau

de Castille, de Ségovie à Léon, à la

découverte de magnifiques cathédrales

et d’extraordinaires musées.

Goûter à la spécificité de l’âme catalane

et à ses trésors artistiques,

de Dalí à Gaudí en passant par

Tapiès et Miró. Prendre le chemin

de Saint-Jacques-de-Compostelle

pour admirer les beautés de la rurale

Galice, aussi verdoyante que

la terre des Basques, à laquelle ils

sont tant attachés.

A la croisée des cultures

Temps de préparation

15 minutes

Temps de cuisson

20 minutes

Ingrédients (pour 2 personnes)

• 5 oeufs

• 1/2 oignon

• pommes de terre (2 ou 3, de

taille moyenne)

• huile

• sel et poivre

• herbes de Provence (facultatif)

Rendez-vous le 13 mai à 18h à la Maison de la laïcité d’Angleur pour

voyager en Espagne le temps d’un bon repas.

Pour plus de détails sur le menu et le programme, merci de consulter

la page Facebook

Préparation

Battez les oeufs en omelette dans

un saladier en ajoutant le sel, le

poivre et les herbes de Provence.

Coupez l’oignon en fines lamelles,

les pommes de terre en carrés et

réservez.

Faites chauffer de l’huile dans une

poêle, lorsque l’huile est chaude y

faire cuire les pommes de terre à

feu doux et les dorer en fin de cuisson

(vérifier avec la pointe d’une

fourchette) à feu moyen.

Ajoutez et faites rissoler les oignons.

Verser les oeufs battus en omelette

sur la poêle.

Retournez l’omelette comme vous

pouvez sur l’autre face (soit à l’aide

d’une assiette, soit en la découpant

en quatre morceaux et en les

retournant avec une spatule)et cuisez-la.

Cette omelette se déguste aussi

bien chaude que froide ;

Remarque :

Les pommes de terre ne doivent

en aucun cas baigner dans l’huile.

Retournez fréquemment et surveillez

la cuisson.

Recette issue de marmiton.org

Pour en savoir plus sur la

culture espagnole, voici

quelques suggestions disponibles

chez PointCulture

Musique

• Musique du monde – Flamenco

• Exilio

• Micha Maisky – Espana

DVD

• Gaudi – Le mystère de la Sagrada

Familia

• L’Europe des écrivains –

L’Espagne de…

• Pour l’Espagne – Frédéric

ROSSIF

culture, gastronomie et recette


culture, gastronomie et recette


Le débat

Représentations liées à l’immigration en

4

Wallonie : Perception n’est pas raison !

lusieurs facteurs peuvent être avancés pour expliquer les écarts entre le taux d’emploi des natifs et celui des personnes

rangères : le faible niveau d’éducation et de qualification des migrants, la non-reconnaissance de certains diplômes et

périences professionnelles acquis à l’étranger, le niveau des compétences linguistiques, la faible expérience

10

ofessionnelle et le non-accès à certains emplois exigeant des conditions de nationalité. Mais à ces facteurs vient s’ajouter

Autre élément intéressant à souligner est le fait que plus de sept wallons sur dix (74%) estiment que les discriminations

phénomène de discrimination à l’embauche, notamment en raison de l’origine ethnique. Aujourd’hui, les wallons

à l’égard

jugent

des immigrés représentent un problème et qu’une large majorité estime que les immigrés doivent avoir les

e cette forme de discrimination est la plus répandue au niveau de la Région.

mêmes droits que les autres citoyens (62%). Ceci peut laisser supposer que les wallons seraient opposés à la

L’Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et

de la Statistique (IWEPS) vient de réaliser une enquête

auprès des Wallons dont une partie portait sur

leurs représentations par rapport à l’immigration. En

voici quelques résultats clés :

1. Tout d’abord, sept wallons sur dix estiment que les

discriminations sur la base de l’origine ethnique sont

largement répandues en Wallonie.

3. La majorité des Wallons estiment que les discriminations

à l’égard des immigrés représentent un problème

(74%) et qu’une large majorité des immigrés

doivent avoir les mêmes droits que les autres citoyens

(62%). Pourtant 55% des Wallons estiment qu’à compétences

et qualifications égales, les employeurs

doivent embaucher en priorité des travailleurs nonimmigrés

et 54% pensent que ces derniers doivent

être prioritaires en matière d’attribution de logements

et aides sociales, par rapport aux immigrés résidant

en Belgique légalement.

discrimination à l’égard des immigrés mais, paradoxalement, ce n’est pas le cas. En effet, une majorité d’entre eux

ertes, les différentes formes de discriminations ne se comparent pas mais s’additionnent. Mais au-delà de cet élément,

estiment qu’à compétences et qualifications égales, les employeurs doivent embaucher en priorité́ des travailleurs

après les résultats du Baromètre social de la Wallonie, sept wallons sur dix (70%) estiment que les discriminations sur

non-immigrés (55%) et que ces derniers doivent également être prioritaires en matière d’attribution de logements et aides

base de l’origine ethnique sont largement répandues en Wallonie.

sociales par rapport aux immigrés, résidant en Belgique légalement (54%).

Graphique 2 - Perceptions des formes de discriminations les plus répandues en Wallonie

Origine

ethnique

Religion ou

convictions

Apparence

physique

Orientation

sexuelle

Origine ethnique

Religion ou convictions

Apparence physique

Orientation sexuelle

Handicap

tion “Selon vous, en tenant compte de l'environnement dans lequel vous vivez en Wallonie, dans quels domaines

Sexe

29

s que les discriminations sont les plus importantes?”, six wallons sur dix considèrent que c’est dans l’accès à

Âge Age

28

ue les discriminations sont les plus importantes, largement devant l’accès au logement qui est cité par près

dant sur cinq (19%), voir tableau 1.

Les discriminations

à

2. Selon six Wallons sur dix, c’est dans le secteur de l’égard des

réponses.

l’emploi que les discriminations sont les plus importantes

où les personnes interrogées considèrent que les discriminations sont immigrés les

personnes

Source : Baromètre social de la Wallonie 2016, IWEPS

1 – Domaines plus

te de lecture : Les pourcentages correspondent au ratio de la somme de « très répandu » et « assez répandu » par rapport au total des

importantes, en pourcentage

Pourcentage

Accès à l’emploi 60

Accès aux biens et aux services 3

Accès aux transports en commun 5

Route de Louvain-la-Neuve, 2 – B-5001 BELGRADE (NAMUR)

Tél : 081/468 411 – Fax : 081/468 412 – E-mail : info@iweps.be

Accès aux soins de santé 3

Accès à l’enseignement 6

Accès au logement 19

Accès à la culture et aux loisirs 2

Ne sait pas 2

Total 100

Source : Baromètre social de la Wallonie 2016, IWEPS

46

53

59

67

70

Graphique 7 – Opinion des wallons par rapport à l’égalité des droits entre immigrés et non-immigrés,

somme des personnes qui déclarent être tout à fait d’accord et plutôt d’accord en pourcentage de

représentent-elles

un

problème en

Wallonie

7

l’ensemble des réponses

Les immigrés

doivent avoir

les mêmes

droits que

Source : Baromètre social de la Wallonie 2016, IWEPS

les autres

citoyens

A compétences

et

qualifications

égales, les

employeurs

doivent

embaucher en

priorité des

travailleurs

non-immigrés

Route de Louvain-la-Neuve, 2 – B-5001 BELGRADE (NAMUR)

Tél : 081/468 411 – Fax : 081/468 412 – E-mail : info@iweps.be

Les citoyens

nés en Belgique

doivent

être prioritaires

dans

l’attribution de

logements et

aides sociales

par rapport

aux immigrés,

résidant en

Belgique légalement

4. Les Wallons surestiment largement le poids démographique

de la population immigrée et des différents

groupes minoritaires vivant en Belgique. Ils estiment

la population immigrée à 30%, ce qui représente le

double de leur présence réelle. (ajouter graphique).

Ils pensent par ailleurs que les juifs représentent 13%

de la population totale vivant en Belgique et les musulmans

29%, alors qu’ils ne représentent respectivement

que 0,3% et 6%.

ogique, 47% des non-immigrés estiment que c’est dans le secteur de l’emploi que les autorités publiques

gir prioritairement pour lutter contre le phénomène des discriminations. Les immigrés sont plus nombreux encore à

et avis (56%). Une proportion moins importante mais néanmoins significative cite l’enseignement comme secteur

voir graphique 5.

Le débat


générale, les citoyens de différents pays tendent, en moyenne, à surestimer le poids démographique des groupes

pas à la prospérité économique du pays. On peut également noter qu’une majorité (53%) juge que les immigrés accentuent

minoritaires vivant dans leur pays et, par conséquent, ils sous-estiment celui des groupes majoritaires.

les problèmes de criminalité dans le pays.

Graphique 8 – Poids démographique des minorités belges (en pourcentage de la population totale) : Le Graphique 10 – Proportion des wallons qui estiment que l’immigration représente une source de

décalage entre la perception et la « réalité statistique »

problèmes pour le pays, en pourcentage

68

Perception

"Réalité statistique"

64

53

52

40 41

30

29

16

Poids démographique

de

l’immigration

Poids

démographique de

l'immigration

13

0,3

Juifs Musulmans Chrétiens

Note de lecture : Les données relatives à la « réalité statistique » correspondent respectivement à l’année 2010 pour les statistiques du

PEW et janvier 2015 en ce qui concerne l’immigration. La population immigrée correspond aux personnes nées à l’étranger.

Source : Baromètre social de la Wallonie 2016, IWEPS.

16

Source : PEW pour les poids démographiques des chrétiens, juifs et musulmans, l’OCDE pour le poids démographique de l’immigration et

du pays pays

le Baromètre social de la Wallonie 2016, avec calculs propres, en ce qui concerne la perception du poids démographique des groupes Peut-on 12 influer sur la perception biaisée des wallons par rapport à l’immigration ? La réponse est oui et les résultats du

5. Les représentations des Wallons quant à la composition

de la population immigrée belge ne corres-

minoritaires et majoritaires en Wallonie.

pondent pas non plus à la réalité. Ils pensent que 43%

Route de Louvain-la-Neuve, 2 – B-5001 BELGRADE (NAMUR)

des immigrés Tél belges : 081/468 411 – proviennent Fax : 081/468 412 – E-mail d’Afrique : info@iweps.be subsaharienne

alors qu’il ne s’agit en fait que 12%. Le même

décalage existe pour l’immigration originaire des pays

arabes (16% de présence contre 34% imaginés) et les

pays à majorité musulmane (22% contre une idée de

33%). A l’inverse, les Wallons sous-estiment la proportion

des immigrés de l’Union européenne dans

l’immigration totale. Ceux-ci représentent la moitié de

l’ensemble de la population belge immigrée mais ne

sont mentionnés que par un répondant sur 25.

6

Les wallons ont également une vision biaisée de l’importance des autres minorités vivant dans le pays. Ils pensent que wallons estiment que le gouvernement belge devrait en accepter plus. Et, lorsqu’on les informe que près de 9 réfugiés sur dix

les juifs représentent 13% de la population totale vivant en Belgique alors que cette proportion ne dépasse pas vivent dans des pays en développement, la proportion des wallons favorables à ce que la Belgique accepte plus de réfugiés

0.3%. Les wallons estiment que les musulmans vivant dans le pays représentent 29% de la population belge, soit près monte de à 38%.

cinq fois leur poids démographique (6%), alors qu’ils sous-estiment le nombre de personnes de religion chrétienne vivant

dans le pays.

7. Malgré tout, 29% des Wallons estiment que le gouvernement

belge Route de Louvain-la-Neuve, devrait accepter 2 – B-5001 BELGRADE plus (NAMUR) de réfugiés et

Tél : 081/468 411 – Fax : 081/468 412 – E-mail : info@iweps.be

lorsqu’on Graphique 12 – les L’information informe influe que sur l’opinion 9 réfugiés des wallons sur par dix rapport vivent à l’immigration dans

un pays en développement, ce chiffre monte à 38%.

Opinion des personnes interrogées par rapport à l’affirmation « le gouvernement belge devrait accepter plus de réfugiés »

Les wallons ont également une image déformée de la composition de la population immigrée belge. Ils estiment

qu’un peu plus de quatre immigrés belges sur dix sont originaires de l’un des pays de l’Afrique Subsaharienne (43%),

alors qu’en réalité c’est environ un sur dix (12%). Le même décalage, mais d’une ampleur moins importante, est observé

pour l’immigration originaire des pays arabes (34% versus 16%) et des pays à majorité musulmane (33% versus 22%). A

l’inverse, les wallons sous-estiment la proportion des immigrés de l’Union européenne dans l’immigration totale.

Graphique 9 – Structure de l’immigration par origine : Le décalage entre la perception et la « réalité

statistique », en pourcentage

Les immigrés Les immigrés

prennent le

Les immigreś

prennent le travail

des gens neś en

travail

Belgiquedes

gens nés en

Belgique

Les immigrés ne

contribuent pas à la

ne contribuent

prospérité

économique du

pas

paysà

la prospérité

économique

Les immigrés Les immigrés

les

représentent accentuent

problèmes de

une charge criminalité les problèmes dans le

pour la sécurité

sociale du dans le

de criminalité

pays

pays

Les immigrés

représentent une

charge pour la

sécurité sociale du

pays

Baromètre social de la Wallonie fournissent une bonne illustration à cet égard. Concernant l’accueil des réfugiés, 29% des

Perception

"Réalité statistique"

43

47

34

38

33

28

16

12

Immigrants

Immigrants

originaires

des pays

Arabes

des pays

arabes

Immigrants

originaires de

de

l'Afrique

l’Afrique Subsaharienne

Subsaharienne

Immigrants

Immigrants

de

originaires

l'Union europeénne

de l’Union

européenne

Immigrants

Immigrants

originaires des pays

originaires

à majorité

des pays

musulmane

à majorité

musulmane

Note de lecture : Les pourcentages correspondent aux proportions des immigrés par région d’origine dans l’immigration totale belge. Le

groupe des pays arabes correspond aux 22 membres de la ligue arabe, celui des pays à majorité musulmane aux 57 Etats de

l’organisation de la coopération islamique et l’Union européenne se réfère aux 27 pays de l’ex-UE à 27 (sans la Croatie) dont le Royaume-

Uni.

Source : OCDE et le Baromètre social de la Wallonie 2016, avec calculs propres, en ce qui concerne les perceptions.

6. 40% des Wallons estiment que les immigrés

prennent le travail des personnes nées en Belgique.

53% pensent que les immigrés ne contribuent pas à

la prospérité de leur pays d’accueil et 68% pensent

Route de Louvain-la-Neuve, 2 – B-5001 BELGRADE (NAMUR)

même que les immigrés représentent une charge

Tél : 081/468 411 – Fax : 081/468 412 – E-mail : info@iweps.be

pour les finances publiques. Finalement, 53% jugent

que les immigrés accentuent les problèmes de criminalité

dans le pays. Ces perceptions vont à l’encontre

des résultats d’études qui ont démenti un quelconque

lien entre immigration et criminalité, ont mis en évidence

une contribution positive des immigrés aux

finances publiques belges et ont démontré qu’ils ne

créent pas des réductions de perspectives d’emploi

pour les natifs du pays.

Tout à fait

Plutôt

Plutôt pas

Note de lecture : « avant information » indique le degré d’accord ou de désaccord des wallons par rapport à l’accueil de plus de réfugiés

par la Belgique d’accord

et « après information » d’accord

se réfère à leurs réponses après d’accord

avoir été informés du fait que d’accord

la majorité des réfugiés dans le

monde vivent dans des pays en développement.

Source : Baromètre social de la Wallonie 2016, IWEPS.

Pas du tout

Pour consulter le communiqué de presse de l’IWEPS

Route de Louvain-la-Neuve, 2 – B-5001 BELGRADE (NAMUR)

présentant les Tél : 081/468 principaux 411 – Fax : 081/468 résultats 412 – E-mail : info@iweps.be du rapport, cliquez

ici

Pour le travail du CIRE présentant 10 préjugés et 10

réponses argumentées, cliquez ici

Pour un travail similaire d’Amnesty International,

cliquez ici

Le débat


Le creahm

Les rencontres internationales du

Creahm

Les « Rencontres » proposent des

spectacles internationaux de qualité

en théâtre, danse, musique,

cirque, qui laissent une place active

et réelle aux artistes handicapés.

Cette programmation révèle des

compagnies où la mixité des artistes,

handicapés ou non, confirme

et encourage un objectif de reconnaissance

et d’intégration des

artistes différents. Le programme

est constitué de spectacles mais

aussi d’ateliers de recherche, de

réflexions, de moments festifs qui

participent à une dynamique internationale

favorisant échanges

et rencontres. Provoquer ces rencontres

entre les compagnies invitées

et le public, intéresser les opérateurs

culturels sur des démarches

inconnues ou inédites reste un moteur

de ces « Rencontres », même

si progressivement une évolution

se dessine vers une programmation

de plus en plus diversifiée. La

programmation 2017 confirme son

originalité par la diversité des démarches

proposées. De nouvelles

découvertes attendent le public de

cette 7e édition.

Quand ? Du 8 au 11 mars 2017.

Où ? Caserne Fonck

Quel programme ?

• Mercredi 8 mars : 19h, soirée

d'ouverture, 20h15 Summernacht

(danse)

• Jeudi 9 mars : 20h15, Lou Bolland

(Musique), 21h, The extraordinary

film festival

• Vendredi 10 mars : 20h15, Personnagi

(Théâtre dansé), 21h30,

DJ Ridoo (Musique)

• Samedi 11 mars : 20h15, Less is

more (Danse), 21h30, Katabanga

(Musique)

Et des tas d'autres activités.

Quel prix ?

Prévente 10€ / 6€

Sur place 12€ / 8€

Abonnement “Festivalier 2017”

25€ (4 soirées)

Tarif réduit -12ans, étudiants, institutions,

seniors et Art. 27

Infos ?

04/286.99.21 ou cliquez ici

Coup de projecteur

La Maison de la laïcité

de Liège

La Maison de la Laïcité de Liège,

comme toutes les Maisons de la Laïcité,

est le centre communautaire

de tous ceux qui, dans un esprit

indépendant de toute confession,

adoptent le libre examen comme

méthode de pensée et d’action et

optent pour une société plus juste,

progressiste et fraternelle, favorisant

l’autonomie et la responsabilité

des individus , des collectivités et le

respect des différences. La Maison

de la Laïcité est le point de contact

de la communauté laïque dans la

cité. Elle est un lieu de rencontres,

d’échanges, d’informations et de

services. Des salles sont disponibles

à la location.

Boulevard d‘Avroy 86 - 4000

Liège - 04 252 60 90

Facebook : Maison De La Laïcité

De Liège

le cripel


agenda de Mars

Chaque mois, vous retrouverez l’agenda des diversités sur le site www.liege-diversites.be.

Pour ce mois de mars, nous avons naturellement repris le détail des activités développées

dans le cadre de l’opération «Mars Diversités» qui connait sa septième édition.

Ici les valeurs d’égalité, de solidarité et de diversité se déclinent en plus de 70 projets

mobilisant pas moins de 150 opérateurs.

Découvrez le programme complet en cliquant ci-dessous.

70

1 > 31 MARS 2017

Manifestations culturelles engagées

1

Vous pouvez nous renseigner vos activités

du mois d’avril en cliquant ici.

Merci à nos partenaires qui ont collaboré à ce numéro : Alliage, Amnesty International, Barricade, les Bibliothèques de la Ville de

Liège, la Cité Miroir, le Creahm, la Fondation Ihsane Jarfi, la Maison de la laïcité d’Angleur, Chênée et Grivegnée, la Maison de la

laïcité de Liège, la Maison des Sciences de l’Homme, le Monde des Possibles, Point Culture, Unia, l’Université de Liège.

agenda


Consultez les précédents numéros

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

genre et droits des

femmes

Le rôle des villes

dans la lutte

contre le racisme

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

homophobie et

droits des lgbt

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

le harcèlement de rue

DIVERSITÉS

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

La diversité

dans La presse

N°5 - juillet-août 2015

tourisme et migrations

: quelle égalité dans

les mobilités

N°6 - septembre 2015

L’école : un outil de

démocratie ?

N°7 - octobre 2015

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

N°8 - novembre 2015

les jeux au service du

Les jeux au service du ?

handicap

diversités

Magazine

Dialogues

diversités

sur

Magazine

diversités

Magazine

faut-il avoir

Faut-il avoir peur des

stéréotypes ?

peur des

stéréotypes

diversités

le langage

Le Langage codé des

partis d’extrême droite

codé des partis

d’extrême

droite

Magazine

LA

Diversité

N°9 - décembre 2015

sexistes les

jouets ?

SexiSteS, noS jouetS ?

N°10 - janvier 2016

dialogues sur la

diversités

N°11 - février 2016

N°12 - mars, avril, mai 2016

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

pas en

promo

N°13 - juin, juillet, août 2016

70 ans

d’immigration

italienne

70 ans

d’immigration italienne

N°14 - septembre, octobre, novembre 2016

Zoos humains

L’invention du sauvage

N°15 - décembre 2016 - janvier, février 2017

10 décembre : journée

internationale des droits humains

Échevin de la Culture et des Relations interculturelles

04 221 93 33

www.liege-diversites.be

More magazines by this user