Views
4 months ago

Os animais

et bouteille

et bouteille d’oxygène en train de devoir latter du zombi. Leur mouvement sont ralentis par la tenue (1 tour de jeu complet pour virer les palmes et les bouteilles, sinon 1D rouge à toutes les actions). Si les PJs tirent un coup de feu, doublez le nombre de réanimés (la plupart portant des traces de coups de feu, de putréfaction due à l’eau de mer et des crabes charognards), sinon, une dizaine de rôdeurs se jettent sur eux. Au bout du sixième tour, les PJs entendant provenant de la jetée des bruits de sabots. Quatre cavaliers habillés de Shemaghs, ils prennent les réanimés de dos, et de leurs machettes leur décollent la tête. L’un d’eux s’avance, les toise, puis s’exprime en Anglais mêlé d’un fort accent. « Vous êtes sur le terres des Maures Libres. Vous êtes les hôtes du Prince Abdul Sayef ». Pendant ce temps les autres ont rengainés leurs machettes. Si les PJs tentent de se soustraire à cette invitation, faites-leur entendre le bruit d’un véhicule venant de la ville se rapprochant d’eux, cela devrait finir à les convaincre. Les 4 cavaliers, les mènent à 1 kilomètre ou les attendent un humer blindé. Ce dernier les convoie à une quinzaine de kilomètres dans les terres. Quelques massifs dissimulent un réseau de grottes ou vit une partie des Maures Libres. Chaque buisson, chaque recoin semble être gardé par un sentinelle silencieux. Le véhicule entre dans une immense grotte fermée par une porte d’acier de plusieurs pouces d’épaisseur. Cette installation souterraine semble être une ancienne base militaire. Schrödinger Le cavalier qui les accompagne leur servira d’interprète, et les mène à Abdul Sayef. Le prince est un homme dans la force de l’âge, il est d’origine Algérienne mais a toujours vécu en Mauritanie. Il ne parle qu’Arabe. Il invite les PJs à s’asseoir et leur offre rafraichissements et vivres. Une trentaine de ses hommes sont présents à tout moment, aucune femme. Près de lui un guéridon où se trouve un ordinateur dernier cri ouvert. Il tire tranquillement sur un Narguilé. Abdul Sayef est un homme qui peut paraître civilisé, mais c’est avant tout un guerrier avisé et rusé. Ce que les PJs ont pris pour une installation militaire est une ancienne raffinerie transformée pour l’occasion en avant-poste des Maures Libres. Abdul demandera la raison de leur présence aux PJs (psychologie 4D+6), s’il décèle un mensonge son ton se durcit. Si les PJs trouvent un mensonge plausible, ils peuvent le balader et voir ou cela les mène. Page | 10

Schrödinger S’ils jouent franc-jeu avec Abdul, ce dernier leur explique sans détour qu’il cherche à reprendre le pouvoir en éliminant le président et le général. La mission des PJs pourrait bien porter le coup de grâce qu’il attend aussi est-il prêt à aider les PJs. S’il ne peut espérer gagner de front – la junte possède une puissance de feu qu’Abdul ne prétend pas rivaliser – il peut faire une diversion ou encore faire entrer les PJs en toute quiétude dans la capitale. Une fois les PJs sur la même longueur d’onde qu’Abdul et plan ébauché, ils peuvent se remettre en route. Abdul dispose de contact dans la capitale et il se fait fort de les contacter pour faire passer les PJs en toute discrétion jusqu’à l’étatmajor 6 . 2 – Le Général “L'avenir contient de grandes occasions. Il révèle aussi des pièges. Le problème sera d'éviter les pièges, de saisir les occasions et de rentrer chez soi pour six heures.” De Woody Allen / Destins tordus Les PJs sont menés à dos de cheval à 1 kilomètre de la ville. Les chevaux ont pour habitude de sentir les réanimés et de les éviter, ce qui en fait un moyen de locomotion assez sûr. Sur place les cavaliers, récupèrent les chevaux et retournent au campement. Abdul leur a indiqué un endroit plus faible dans le mur autour de la capitale. Effectivement les PJs entrevoient une bâtisse dont le mur extérieur est suffisamment long pour plonger la zone dans les ténèbres. En bas du mur se trouve un tunnel creusé à même le sol et passant sous les remparts. Il est fermé par une simple plaque de fer cachée par des fourrés. A l’intérieur du boyau sombre, il faut ramper sur 75m avant d’arriver sur une décharge de véhicules accolée au bâtiment. Une personne nommée Abubakar les attend. Ce qu’Abdul ignore c’est qu’un homme du général fait partie de ses troupes et qu’il informe ce dernier des faits et gestes du prince. Abubakar a été rapidement intercepté et un comité d’accueil attend les PJs. Quelques mètres après leur arrivée dans la casse, des projecteurs illuminent la zone. Des enfants (une cinquantaine) pointent des fusils dans leur direction (2D+3, dommages 5D6). Un adulte, se dresse au milieu (c’est un des lieutenants du général), il tient une machette et à ses pieds repose le cadavre d’Abubakar. Il prend un porte-voix et s’adresse aux PJs (si un combat éclate, pas de quartier, faites venir autant de renforts que besoin et capturez les PJs). Il s’adresse à eux en Arabe et leur somme de baisser leurs armes sous peine d’être exécutés comme « ce chien de traitre ». 6 Comme le reste du scénario ce n’est qu’une piste que j’exploite pour faire vivre certains événements aux PJs. Il conviendra au MJ de s’adapter en essayant de se rattraper aux branches ou d’en élaguer au besoin. Page | 11

La Légende dorée des prêtres et des moines : dévoilant leurs ruses ...
Le Nouveau conservateur belge : recueil ecclésiastique et ... - Index of
N°92 – Novembre 2010 - DVSM
Les prisons de Paris sous la Révolution; d'après les relations des ...
tnST JEUNE COLOSSE DE SIX ANS Né eu Yougoslavie, le jeune ...
AA-Paragraphe 1-2006 - Club vol libre Gruyère, Fribourg