Jeunes Producteurs 2016

artplus

Invitant des jeunes élèves à construire

leur regard et leur sensibilité grâce à une

pratique artistique mise en perspective

de leur formation professionnelle, le

projet Jeunes producteurs constitue un

programme de sensibilisation à la santé,

la sécurité et le bien-être au travail ainsi

qu’une initiation à l’art contemporain.

De la recherche à la définition du

projet artistique, du dessin jusqu’à sa

réalisation, ce sont les compétences

et les techniques développées au fil

de la formation de ces jeunes qui sont

sollicitées, valorisées et analysées pour

une meilleure compréhension des risques

liés à leur futur métier.

Croisant leurs savoir-faire avec ceux

d’un artiste invité, le projet favorise

l’interdisciplinarité et contribue à

remobiliser les élèves dans leur

scolarité. Plateforme d’échanges

et d’interrogations, ce programme

pédagogique est l’occasion de

questionner ensemble les manières dont

l’art peut trouver des formes d’activations

et de réactivations permanentes, et

appartenir singulièrement à tous.


jeunes

producteurs 2016

dans le cadre de Gestes et métiers en images


Initié par la Fondation GIMS en partenariat avec l’académie Aix-Marseille et mis

en œuvre par Sextant et plus / Group, le projet Jeunes Producteurs a été lancé

en 2014 afin d’initier les élèves de cursus professionnels à la création artistique

contemporaine tout en les mobilisant sur l’importance de la prévention des risques

liés à la pratique d’un métier.

Cette année, le projet a été mené par cinq artistes au sein de trois établissements

marseillais : Olivier Tourenc et Mickey Nectoux au CFA-BTP de la Valentine,

Delphine Borg et Stefan Eichhorn au Lycée Denis Diderot, Pascale Mijares au

Lycée Jean-Baptiste Brochier.

En collaboration étroite avec les Intervenants en Prévention des Risques

Professionnels de la Fondation GIMS, service de santé au travail, ces

micro-résidences croisent les pratiques et techniques du monde du travail,

la prévention des dangers et l’initiation aux mécanismes à l’œuvre dans la production

artistique. L’objectif est de susciter l’intêret des jeunes pour l’art contemporain,

tout en valorisant leurs compétences et développant une réflexion autour de leur

futur profession.


Seconde Maroquinerie

Lycée Professionnel

Jean-Baptiste Brochier


Artiste invitée :

Pascale Mijares


Professeur référent du projet :

Cendrine Le Gal &

Clody Bertacchi Sillard


Jeunes producteurs :

Enola Berzano

Adam Bidje

Nesrine Bouazzaoui

Emma Clouet

Maxime Fiandino

Roudayna Galeb al Adimi

Elisa Hammoudi

Neslyhan Kalabas

Amel Touat

workshop 1


« Ni chair ni poisson »*

Dans la culture vaudou ou dans certaines tribus

les hommes des dieux. Si je n’adhère pas à cette

porteurs d’une grande qualité esthétique. Depuis

confronter des objets qui a priori semblent étran

créent un effet de surprise. Dans certains cas je

Les objets constituent mon langage, ils me perm

variant entre humour et violence, de dépeindre le

En s’inspirant des fétiches, il s’agit de mettre en

du cuir en réalisant des objets hybrides. Les obje

coutures apparentes ou inclusions de matériaux

à l’univers de la mode, de la maroquinerie.

Chacun est invité à exprimer avec humour son id

travail ne sera pas à l’effigie humaine mais inspir

ficelés. La peau représentera la chair comme l’ap

objets rapprocheront le familier de l’inattendu de

normalité. La création dans tous les domaines es

réalisations individuelles composera une installa

cabinets de curiosité.

Le porte-bonheur protège et sécurise. Les situat

nous amènent à recourir à des croyances, à la su

jusque-là oubliées, inavouées. Injustement liée à

Son pouvoir qu’il soit étrange, fascinant, inquiéta

raccrocher à quelque chose, d’accéder à l’imma

souvent mercantile et matérialiste. Les œuvres d

du monde. Pascale Mijares

*expression signifiant « quelque chose d’indéfini


d’Afrique, le fétiche permet de rapprocher

croyance, ces objets me fascinent. Ils sont

quelques temps je m’en inspire. J’aime

gers, faire des associations inattendues qui

révèle la poésie issue du rebus, d’un fragment.

ettent de décrire avec ambiguïté des situations

monde dans lequel j’évolue.

avant la pratique et les techniques du travail

ts ligotés, percés de clous, de pointes, aux

(coquillages, perles, breloques) nous renvoient

entité en racontant une histoire. La base du

ée de l’étal du boucher riche en éléments

parence cherche à révéler la personnalité. Les

façon à perturber l’ordinaire, à charcuter la

t issue de multiples influences. L’ensemble des

tion qui interpelle, qui intrigue, à la manière des

ions d’incertitude et d’inquiétude actuelles

perstition associées à des pratiques qui étaient

la sorcellerie, la magie a un rôle thérapeutique.

nt ou enchanteur est avant tout de se

tériel. C’est une bouffée d’air dans un monde

’art nous convient à reconsidérer notre vision

ssable »


atelier #3 — salle de cours

PRÉSENTATION DE L’ARTISTE PASCALE MIJARES

ET DE SON TRAVAIL

atelier #1 — salle de cours

GOÛTER D’INTRODUCTION,

PRÉSENTATION DE L’ART

CONTEMPORAIN

atelier #2 — FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur

SORTIE CULTURELLE

#1

#2

#3

DÉCEMBRE

JANVIER


atelier #5 — Société Varjan

CHOIX ET ACHAT DU CUIR

#4

#5

atelier #4 — salle de cours

RÉALISATION DE CROQUIS

FÉVRIER


atelier #6 — salle de cours

RÉALISATION DU PREMIER OBJET PAR ÉLÈVE

Choix des matières, des couleurs, découpe,

assemblage, collage, couture, essayage.

#6

#7

MARS

atelier #7 — salle de cours

RÉALISATION DU DEUXIÈME

OBJET PAR ÉLÈVE


atelier #8 — salle de cours

FINITION DU DEUXIÈME OBJET PAR ÉLÈVE

Présentation du travail réalisé à l’ensemble de l’établissement.

atelier #9 — salle de cours

RÉALISATION D’UN TROISIÈME OBJET

#8

#9

#10

#11

atelier #10 —salle de cours

SÉANCE DE PRÉVENTION AUTOUR

DES RISQUES DU MÉTIER

AVRIL

atelier #11 — salle de cours

DERNIÈRE SÉANCE RÉALISATION

D’UN TROISIÈME OBJET


Première climatisation

Lycée Professionnel Denis Diderot


Artiste invité :

Stefan Eichhorn


Professeur référent du projet :

Amir Hamed


Jeunes producteurs :

Abdelkader Nouri

Alvaro Lopes Santos

Eddy Khelfi

Enzzo Santiago

Fabbrizio Atzeni

Frederic Mendes

Jasser El Meddeb

Mohamed Azziz

Rabah Barek

Sofian Attalah

workshop 2


Au sein de la classe froid et cond

ont appris à créer un environnem

technologie toujours plus fine et

En lien avec l’univers de l’artiste

l’imaginaire aérospatial, les élève

composé de tubes de cuivre ém

à une machine à condensation. D

l’œuvre et fiers de cette réalisatio

intégrer le mot énergétique, révé

compétence.

Stefan Eichhorn a initié les élève

d’une œuvre, tandis qu’en retour

savoir-faire technique. Cette renc

et d’imagination a donné lieu à u

l’établissement.

« Ce projet proposait d’explorer,

choses en grand, de laisser l’ima

sauvage. Ces futurs professionn

budget, sécurité, autorisations h

de conception et de réalisation.


itionnement de l’air, les élèves

ent confortable grâce à une

précise.

Stefan Eichhorn, qui explore

s ont réalisé un nuage

ettant des gouttes d’eau, grâce

ans un souhait de s’approprier

n, la classe a souhaité y

lant l’identité de leur champ de

s au processus de création

ils lui ont apporté leur

ontre de compétences

ne œuvre pérenne dans

de designer, de penser les

gination devenir libre et

els ont été amenés à penser :

iérarchiques, écologie et temps

». Stefan Eichhorn


atelier #1 — Cité Radieuse de Le Corbusier

VISITE D’UN MONUMENT PIONNIER DE

L’ARCHITECTURE CONTEMPORAINE

#1

#2

#3

JANVIER

FÉVRIER

atelier #2 — salle de cours

LES DIFFÉRENTS COURANTS

ARTISTIQUES, QU’EST-CE QUE

L’ART CONTEMPORAIN ?

atelier #3 — salle de cours

PRÉSENTATION DU TRAVAIL DE STEFAN ET

RECHERCHE DE LIEU POUR INSTALLER L’ŒUVRE


atelier #4 — salle de cours

RÉALISATION DE CROQUIS, QUESTIONNEMENTS

(TEMPS, BUDGET, SÉCURITÉ...),

EXPÉRIMENTATION DU FIL DE CUIVRE

#4 #5

MARS

atelier #5 — salle de cour

MESURE DU SITE CHOISI POUR

ACCUEILLIR L’ŒUVRE, RÉALISATION

D’UNE MAQUETTE, CHOIX

D’INSERTION DU MOT ÉNERGÉTIQUE


atelier #7 — salle de cour

INSERTION DU MOT DANS

LE NUAGE, NETTOYAGE

#6

#7

atelier #6 — salle de cour

RÉALISATION ET FAÇONNAGE

DES LETTRES, CRÉATION DU NUAGE

AVRIL


atelier #8 — salle de cour

PEINTURE DE LA BOITE DE LA MACHINE,

NETTOYAGE DE LA MACHINE

atelier #9 — salle de cour

PEINTURE DES LETTRES

#8

#9

#10

MAI

atelier #10 — sur site

ECHAFAUDAGE ET INSTALLATION

FINALE DU NUAGE

JUIN


Terminale Electricité

Lycée Professionnel Denis Diderot


Artiste invitée :

Delphine Borg


Professeur référent du projet :

Kevin Arnaudet


Jeunes producteurs :

Samir Abdallah

Fouad Ali Hatubou

Malek Bouhafa

Marwan Derbal

Luigi Floro

Marcos Furtado Tavares

Islam Hamidia

Absouar Hamidou

Massoude Mohamed

Abdul Mohammad Younus

Amin Moustafa

workshop 3


L’architecte Delphine Borg s’est

électricité du lycée Denis Didero

élèves aux façons de valoriser u

plus largement un espace, grâc

Après une brève initiation à l’arc

la découverte de projets mettan

d’éclairage remarquables et une

jeunes apprentis de l’art ont ima

lumineuse.

Comme l’aurait fait l’architecte D

testé de multiples procédés d’é

le biais de maquettes, jouant ain

réflexions des couleurs.

Choisissant de valoriser par leur

d’apprentissage, les élèves ont

dans un couloir menant à leur at

sombre, ils ont mis en œuvre un

jouant sur des couleurs subtiles

dynamique propre à un lieu de p


associée à la section

t afin de réfléchir avec les

n monument, un bâtiment, ou

e à des procédés électriques.

hitecture et à l’espace par

t en valeur des systèmes

visite de la Cité Radieuse, ces

giné un dispositif d’ambiance

elphine Borg, ils ont d’abord

clairage expérimentaux par

si avec les ombres et les

savoir-faire leur espace

réalisé une œuvre in situ

elier de travail. Dans ce lieu

système d’éclairage diffus,

ainsi que sur l’effet de rythme

assage.


atelier #1 — salle de cours

QU’EST-CE QUE L’ART

CONTEMPORAIN?

#1

#2

#3

DÉCEMBRE

JANVIER

atelier #2 — salle de cours

DÉFINITION DU PROJET,

PRÉSENTATION D’ŒUVRES

LUMINEUSES, REPÉRAGE

DES ESPACES

atelier #3 — Cité Radieuse de Le Corbusier

VISITE D’UN MONUMENT PIONNIER DE L’ARCHITECTURE

CONTEMPORAINE


atelier #4 — salle de cours

DISCUSSION AUTOUR DE DISPOSITIFS À PROPOSER,

FABRICATION DE MAQUETTES, CHOIX D’UN DISPOSITIF

#4

#5

FÉVRIER

atelier #5 — salle de cours

RÉALISATION DE LA MAQUETTE FINALE

MARS


atelier #6 — salle de cours

PRÉSENTATION DU PROJET À LA DIRECTION,

DISCUSSIONS AUTOUR DES COULEURS ET DU CHOIX

DES MATÉRIAUX

#6

#7

MARS

ateliers #7 — salle de cours

RÉALISATION D’UN DEVIS


AVRIL

#8

ateliers #8 — salle de cours

SENSIBILISATION AUX RISQUES LIÉS

AUX ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES

MAI


BP peinture-revêtement et

BP serrurerie-métallerie CFA-BTP

La Valentine


Artistes invités : Olivier Tourenc

puis Mickey Nectoux.


Professeurs référents du projet :

Magali Couturier, Frédéric Fabre,

Patricia Martinet, Jean-Marc Occhipinti,

Christian Perrin, Nicole Rieux,

Aurélien Urgelles, Béatrice Vallat.


Jeunes producteurs :

Sercan Apak, Quentin Battesti,

Benoit Eranossian,

Ismael Hamadi, Lucas Kessas,

Lucas Lucini, Kevin Masse,

Thomas Rendina,

Maxime Aprahamian,

Stuart Auboyer, Axel Bonnefoy,

Terry Bracco, Victor Brunel,

Lucas D’Alessio,

Elhadj Amadou Diallo,

Kamel Ferret,

Thomas Lambert Blanc,

Arthur Not.

workshop 4


Le CFA de la Valentine est spécialisé

liés au bâtiment. Le directeur désira

autrement appelée mur anti-bruit, so

mêmes afin d’améliorer leurs condit

meilleur confort. Ce projet a vu le jo

interdisciplinaire puisque les métalli

applicateurs de revêtement y ont pr

Olivier Tourenc et Mickey Nectoux o

de les sensibiliser à l’esthétique d’u

ont fait preuve d’inventivité pour rép

la fonction et de l’usage : choix des

d’usages, spécificité des techniques

Les deux classes, spécialisées dans

différents, ont allié leurs compétenc

isophonique en forme de « mur-mar

bois teintées et de trois hublots. Sui

ont choisi de présenter une cloison

l’identité de Marseille et sa dimensio

apporte confort acoustique et améli

apprentis. Elle peut être dupliquée a

plusieurs ateliers.


dans l’apprentissage des métiers

it qu’une cloison isophonique,

it réalisée par les élèves euxions

de travail et de leur offrir un

ur grâce à une véritable dynamique

ers-serruriers ainsi que les peintres

is part.

nt coopéré avec les élèves afin

n objet à vocation utilitaire. Ils

ondre au cahier des charges de

solutions techniques, conditions

antibruit, matériaux absorbants...

deux corps de métier très

es afin de réaliser une installation

inière » composé de Bandes de

te à une réflexion commune, ils

antibruit qui illustre visuellement

n portuaire. Œuvre-objet, elle

ore les conditions de travail des

fin d’être fonctionnelle au sein de


atelier #1 — salle de conférence

QU’EST-CE QUE L’ART CONTEMPORAIN?

FÉVRIER

atelier #2 — salle d’atelier

SENSIBILISATION AUX RISQUES LIÉS AU BRUIT,

TESTS ACOUSTIQUES

atelier #3 — bibliothèque

DÉFINITION D’UN CAHIER DES CHARGES

#1

#2

#3

JANVIER

MARS


atelier #4 — FRAC, Palais des Beaux-Arts, Friche Belle de mai

VISITE D’INSTITUTIONS CULTURELLES

MARSEILLAISES

#4 #5

AVRIL

MAI

atelier #5 — bibliothèque

CROQUIS ET RÉFLEXION À PROPOS DES MATÉRIAUX


atelier #7 — salle d’atelier

VISITE DANS L’ATELIER DE MAÇONNERIE

#6

JUILLET


#7

AOÛT

atelier #8— salle d’atelier

CHOIX DE LA FORME FINALE


#9

OCTOBRE

ateliers #9 — salle d’atelier

DEBIT ET ASSEMBLAGE

atelier #8 — salle d’atelier

DÉFINITION DES ÉTAPES DE FABRICATION DES JOURS

SUIVANTS, FORMATION DES BINÔMES, DÉBAT

SUR LES DÉTAILS TECHNIQUES, VISITE DE L’ATELIER

#8


#10

#11

NOVEMBRE

ateliers #11 — salle d’atelier

FINITIONS

ateliers #10 — salle d’atelier

MONTAGE


les acteurs du projet

Parce que la culture et la création sont les clefs pour agir sur les pratiques et les

comportements, depuis 2008, Le GIMS puis la Fondation GIMS, en collaboration

avec l’Académie d’Aix-Marseille ont mis en place un dispositif culturel s’inscrivant

dans la politique éducative et culturelle académique «Gestes et métiers en images» :

des ateliers de pratique artistique sont ainsi réalisés chaque année dans les Lycées

d’Enseignement Professionnel de la région. Cette action a pour ambition de

contribuer à la prévention des risques physiques et psychologiques chez les jeunes,

futurs actifs, dans l’exercice de leur métier tout en les initiant aux mécanismes de la

création artistique. Plus encore, elle doit les inviter à réfléchir sur ce qui est en jeu au

travail, lieu de créativité, de transformation de soi et du monde. L’ouverture est une

nécessité pour préparer les élèves au monde de demain et c’est bien de cela dont il

est ici question.

Gérard Aubanel

Le Président de la Fondation GIMS

Parce qu’il est urgent de réfléchir sur la place des jeunes dans l’entreprise, la

Fondation Gims met en place, dans la continuité des ateliers artistiques sur le thème

du travail, le réseau Pop-Up (projet d’orientation et de prévention). Ce réseau a

pour ambition de réunir des entreprises choisies pour leur faculté à accompagner,

transmettre et s’engager avec de jeunes stagiaires issus des Zone d’Education

Prioritaire des Bouches-du-Rhône.

En orientant les élèves des lycées d’enseignement technique ou de Centre de

Formation des Apprentis dans leurs recherches de stages ou de formation vers

l’entreprise qui saura valoriser leurs capacités personnelles et professionnelles, nous

espérons faciliter durablement leur insertion et établir un rapport de confiance

mutuelle indispensable à la réussite de l’ensemble des acteurs.

La question des jeunes et du travail dans toutes ses dimensions constitue un enjeu

majeur, et tout particulièrement dans notre région où 74% des moins de 25 ans sont

sans emploi après trois années…

Odile Sigaud

Déléguée de la Fondation GIMS


Aux côtés de nos actions en tant que producteur et diffuseur d’œuvres, concepteur

d’expositions, gestionnaire de résidences d’artistes, éditeur et porteur d’ ART-O-RAMA,

salon international d’art contemporain, notre association a depuis de nombreuses

années affirmé la transmission comme un axe fort et transversal à l’ensemble

de nos activités. Il est le point de jonction de plusieurs volontés. Tout d’abord la

volonté d’une Fondation qui fait de la prévention des risques au travail son fil rouge

et se révèle un acteur indispensable de son temps. La volonté de l’inspection

académique de valoriser ses filières et l’interface entre les porteurs de projets

culturels et le monde de l’enseignement. La volonté des établissements scolaires

eux-mêmes dont l’investissement des équipes éducatives ne fait plus débat. La

volonté des lycéens pris dans la dynamique d’un projet dont ils deviennent très vite

les principaux acteurs. Et enfin notre volonté en tant que coordinateur de ces élans

multiples, mais aussi en tant que porteur, producteur, animateur et transmetteur qui,

accompagnés des équipes artistiques, faisons de ces projets des vecteurs essentiels

de dynamiques collectives. Ce programme de sensibilisation et d’actions s’adresse

ainsi et prioritairement aux lycéens issus de filières professionnelles souvent éloignés

des pratiques culturelles. Décloisonnant et mettant en partage les compétences, ce

dispositif innovant participe à faire de l’art l’affaire de tous.

Véronique Collard Bovy

Directrice de Sextant et plus / Group

Le projet Jeunes Producteurs est une histoire de partage, de relations humaines,

de découverte des savoir-faire et de l’art d’aujourd’hui. Chaque intervenant (élèves,

professeurs, artistes et professionnels des risques des métiers) ajoute sa pierre à

l’édifice et participe au procédé de création artistique.

Les jeunes lycéens et apprentis donnent libre cours à leur imagination, collaborent et

s’entraident afin de réaliser une œuvre collective. Avec l’appui de leurs professeurs

et des artistes ils deviennent acteurs d’un projet de la conception à la réalisation,

découvrant aussi de nouvelles techniques de travail et de nombreuses pratiques

artistiques.

Ces futurs professionnels réfléchissent tout au long du projet aux risques liés à leurs

futurs métiers, aux méthodes qui permettent d’améliorer les conditions de travail et

d’apporter un certain confort.

Dynamiques et plein de ressources, ils s’affirment, innovent, choisissent. Ils

découvrent que l’art n’a pas de frontières, qu’art et artisanat peuvent être

complémentaires.

Lilia Khadri

Coordinatrice du projet, Sextant et plus / Group


Fondation GIMS

En 2011, le GIMS (Groupement Interprofessionnel Médico-Social, Service de

Santé au Travail) s’est doté d’une Fondation pour enrichir son offre de prévention

et développer des actions éthiques et solidaires en direction, principalement, des

travailleurs indépendants et des jeunes futurs actifs pour que la Santé au Travail

se loge au coeur des préoccupations quotidiennes et au plus près des réalités du

terrain. La Fondation s’engage avant tout à contribuer à la création de nouveaux

systèmes d’actions collectives afin de mettre l’humain au centre des préoccupations

d’un monde du travail en constante évolution.

Président : Gérard Aubanel

Déléguée : Odile Sigaud

Sextant et plus / Group

Association résidente de la Friche la Belle de Mai à Marseille, Sextant et plus /

Group invente, développe et met en œuvre des systèmes de production et de

diffusion de l’art contemporain. Productions d’œuvres et d’événements, programmes

d’expositions et de résidences, projets d’éditions, conceptions de supports, d’ateliers

et de parcours de médiation… autant d’interfaces actives au service de la création

des artistes et du point de vue des publics.

Direction : Véronique Collard Bovy

Coordination et mise en œuvre du projet : Lilia Khadri

Conception du livret : Maud Chavaillon

Partenaires projet :

Partenaires Sextant et plus / Group :

More magazines by this user
Similar magazines