Les Génies de la Sciences n° 37 - Novembre 2008

pourlascience

En 1882, Jean-Martin Charcot est l’une des célébrités du moment. Le Tout-Paris se presse à ses leçons du mardi. Avec passion et clarté, le médecin de la Salpêtrière y présente des cas « intéressants » et prononce son diagnostic en public. Nombre des cas exposés sont des hystériques, chez qui Charcot déclenche, sous hypnose, les différentes phases de la crise hystérique. L’assistance est en émoi. Pourtant, ses leçons sont bien plus que de simples scènes de théâtre. Chacune d’elles est portée par une démarche rationnelle, la même qui a hissé Charcot parmi les sommités de la neurologie. Car Charcot est avant tout un neurologue, et c’est en neurologue qu’il aborde l’hystérie. Jean-Claude Dupont, historien de la neurologie, retrace le cheminement qui mena cette personnalité marquante du XIXe siècle de l’étude des pathologies du système nerveux aux portes de l’inconscient. Également au sommaire : Louis Daubenton, sorti de l’ombre de l’imposant Buffon, un vif débat au XVIIe siècle entre Margaret Cavendish, philosophe, et Joseph Glanvill, savant, sur l’existence des sorcières, et les méfaits de la théorie du « rayon sonore » en acoustique.

More magazines by this user