Thema n°13 | La personnalité

pourlascience

Êtes-vous agréable ? Extraverti ? Ouvert à l’expérience ? Consciencieux ? Anxieux ? La personnalité de chacun d’entre nous est une combinaison unique de ces cinq traits, si l’on en croit le modèle psychologique plébiscité du Big Five. Ces cinq dimensions de la personnalité reposent sur des fonctions cognitives identifiées, elles-mêmes associées à différentes régions cérébrales.

Génétique

À MI-CHEMIN ENTRE

INNÉ ET ACQUIS

Thérapie

PEUT-ON CHANGER

DE PERSONNALITÉ ?

Psychologie

RECONNAÎTRE ET GÉRER

LES PERSONNALITÉS DIFFICILES

LA PERSONNALITÉ

Comment notre caractère se forge


ÉDITO

QUI ÊTES-VOUS ?

Philippe Ribeau

Responsable éditorial web

Êtes-vous agréable ? Extraverti ? Ouvert à l’expérience ?

Consciencieux ? Anxieux ? La personnalité de chacun d’entre

nous est une combinaison unique de ces cinq traits,

si l’on en croit le modèle psychologique plébiscité du Big Five.

Ces cinq dimensions de la personnalité reposent sur des fonctions

cognitives identifiées, elles-mêmes associées à différentes

régions cérébrales.

Mais comment notre personnalité se forge-t-elle ?

Les recherches montrent qu’elle évolue durant l’enfance

et l’adolescence pour se stabiliser vers l’âge de 30 ans.

Une évolution déterminée par nos expériences (attitude

des parents, scolarisation, éventuels traumatismes, etc.) mais

aussi par notre tempérament initial. La part d’héritage génétique

dans les traits de personnalité serait comprise entre 40 et 60 %,

même si les gènes impliqués restent difficiles à identifier. Ces traits

dépendent aussi de la culture : les mentalités – liées à l’éducation,

aux valeurs, etc. – diffèrent d’un groupe social à un autre.

Quelle que soit son origine, notre personnalité a un impact

déterminant sur notre réussite scolaire, notre carrière, nos

relations sociales ou notre vie amoureuse : les relations sont plus

stables quand les partenaires partagent certains traits de caractère.

Dès lors, peut-on changer de personnalité, du moins

en atténuer les aspects problématiques ? Si elle reste en moyenne

relativement stable à l’âge adulte, la personnalité évolue tout

de même à la marge au fil des expériences vécues, sans que nous

en ayons conscience. Et des stratégies thérapeutiques parviennent

à tempérer certains traits négatifs et renforcer les positifs.

Au travail, dans son cercle de connaissances, voire en famille,

connaître sa personnalité et celle des autres est en fin de compte

indispensable. Ne serait-ce que pour savoir reconnaître et faire face

aux personnalités toxiques : paranoïaques, narcissiques,

obsessionnels, etc., qui représentent entre 10 et 25 % des gens.

Alors, quelle est votre personnalité ? Le test à la fin

de ce Thema vous livrera peut-être des surprises !

Pour la Science

170 bis boulevard du Montparnasse - 75014 Paris

Tél. : 01 55 42 84 00

Directrice des rédactions : Cécile Lestienne

Pour la Science

Rédacteur en chef : Maurice Mashaal

Rédactrice en chef adjointe : Marie-Neige Cordonnier

Rédacteurs : François Savatier, Sean Bailly

Conceptrice graphique : Pauline Bilbault

Directrice artistique : Céline Lapert

Maquette : Pauline Bilbault, Raphaël Queruel, Ingrid Leroy

Réviseuse : Anne-Rozenn Jouble

Développement numérique : Philippe Ribeau-Gésippe

Marketing & diffusion : Arthur Peys

Chef de produit : Charline Buché

Presse et communication : Susan Mackie

susan.mackie@pourlascience.fr

Tél. : 01 55 42 85 05

Directeur de la publication et gérant : Frédéric Mériot

Publicité France

Stéphanie Jullien

stephanie.jullien@pourlascience.fr

Tél. : 06 19 94 79 25

© Pour la Science S.A.R.L.

Tous droits de reproduction, de traduction, d’adaptation et de représentation

réservés pour tous les pays. Certains articles de ce numéro sont publiés en

accord avec la revue Spektrum der Wissenschaft (© Spektrum der Wissenschaft

Verlagsgesellschaft, mbHD-69126, Heidelberg). En application de la loi du 11 mars

1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement la présente revue

sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français de l’exploitation du droit

de copie (20, rue des Grands-Augustins - 75006 Paris).

© Couverture : Flashpop / Getty Images

EAN : 9782490754021

Dépôt légal : Juillet 2019

Suivez-nous sur

Thema / Personnalité 2


SOMMAIRE

P/4

P/35

P/17 P/72

4/QUI ÊTES-VOUS ?

MARTINE BOUVARD

9/LES 5 FACETTES

DE LA PERSONNALITÉ

JEAN-PIERRE ROLLAND

16/ INFOGRAPHIE

LES 5 DIMENSIONS DE LA PERSONNALITÉ

OBSERVÉES DANS LE CERVEAU

17/ENTRE GÈNES ET ENVIRONNEMENT

AURÉLIE CHOPIN ET DIANE PURPER-OUAKIL

26/CULTURES ET MENTALITÉS

PASCAL DE SUTTER

35/DÉCHIFFRER LE SOI,

UN ENJEU DE SOCIÉTÉ

FILIP DE FRUYT

42/LES PERSONNALITÉS DIFFICILES

JEAN-PIERRE ROLLAND

55/COMMENT NOTRE ENFANCE

NOUS FAÇONNE

GRÉGORY MICHEL

64/PEUT-ON CHANGER

DE PERSONNALITÉ ?

MICHEL HANSENNE

72/LA PERSONNALITÉ

FAIT-ELLE LE COUPLE ?

BEATRICE RAMMSTEDT

76/TEST : QUELLE EST VOTRE

PERSONNALITÉ ?

GRÉGORY MICHEL

Thema / Personnalité

3


Qui êtes-vous ?

MARTINE BOUVARD

© Malik Earnest / Unsplash


Chaque individu est une combinaison unique de traits

de personnalité, normaux ou plus ou moins pathologiques.

Grâce à des modèles et à divers tests, on définit

les grandes caractéristiques de la personnalité.

« Chacun de nous possède une musique d’accompagnement intérieure.

Et si les autres l’entendent aussi, cela s’appelle la personnalité. »

Gilbert Cesbron,

Journal sans date : Bonheur de rien, 1979

C’est ainsi que Gilbert Cesbron

définissait la personnalité. Ce serait ce qui

nous caractérise et ce que notre entourage

perçoit. Si les différents modèles de personnalité

s’accordent sur son caractère

constant, c’est-à-dire prévisible, et sur l’importance

des interactions de l’individu et

de l’environnement dans sa construction,

parler de la personnalité d’un individu

revient à décrire ses réactions, voire à prévoir

son comportement dans telle ou telle

situation. La personnalité aurait une composante

génétique (le tempérament) et des

traits acquis au cours de l’enfance (le caractère).

Durant l’enfance, les traits de caractère

seraient malléables, alors qu’à l’âge

adulte, la personnalité serait stable – bien

que certains traits puissent changer si des

événements marquants surviennent.

La personnalité est un concept complexe,

car elle comprend plusieurs facettes.

Les modèles la décrivant peuvent se résumer

à deux grands courants. Ceux proposés

par les psychologues s’appliquent à la

personnalité dite normale. C’est le cas des

modèles de Hans Eysenck, de Paul Costa

et de Robert Mc Crae, qui ont étudié les

dimensions de la personnalité et cherché

à la décrire par le nombre le plus réduit

possible de dimensions. Pour H. Eysenck,

deux dimensions, l’extraversion (la tendance

à l’extériorisation ou à l’action)

et le névrosisme (l’instabilité émotionnelle),

seraient suffisantes, mais il a aussi

ajouté le psychoticisme (l’impulsivité et la

recherche de sensations).

De multiples facettes

Aujourd’hui, le modèle le plus utilisé

pour décrire la personnalité normale

compte cinq dimensions – extraversion,

agréabilité, conscience (implication au

travail), névrosisme et ouverture aux

Thema / Personnalité

5


Les 5 facettes de la personnalité

JEAN-PIERRE ROLLAND

© Sergeyyyyy / Shutterstock.com


NÉVROSISME

▶ Anxiété

▶ Colère - Hostilité

▶ Dépression

▶ Timidité sociale

▶ Impulsivité

▶ Vulnérabilité

Comment décrire au mieux votre personnalité ?

Cinq dimensions suffisent : le névrosisme, l’agréabilité,

l’ouverture à l’expérience, l’extraversion et le caractère

consciencieux. Quelle combinaison vous caractérise ?

AGRÉABILITÉ

▶ Confiance

▶ Franchise

▶ Altruisme

▶ Conciliation

▶ Modestie

▶ Sensibilité

EXTRAVERSION

▶ Chaleur

▶ Sociabilité

▶ Assertivité

▶ Activité

▶ Recherche de sensations

▶ Émotions positives

CARACTÈRE

CONSCIENCIEUX

▶ Compétence

▶ Ordre et méthode

▶ Sens du devoir

▶ Recherche de la réussite

▶ Autodiscipline

▶ Délibération

OUVERTURE

À L’EXPÉRIENCE

Ouverture :

▶ aux rêveries

▶ à l’esthétique

▶ aux sentiments

▶ aux actions

▶ aux idées

▶ aux valeurs

La personnalité correspond à

l’ensemble des traits qui déterminent

comment un individu s’adapte à son

environnement et réagit dans une situation

donnée. Les traits de personnalité

décrivent des différences individuelles

dans nos façons de penser, de ressentir des

émotions et d’agir. Les cinq dimensions

qui résument correctement les traits sont

le névrosisme, l’agréabilité, l’ouverture à

l’expérience, l’extraversion et le caractère

consciencieux : c’est le modèle dit à cinq

facteurs. Chaque dimension est un continuum

et la plupart des gens se situent à

mi-chemin entre les extrémités.

Ces cinq grands domaines permettent

une description complète et économique

de la personnalité de la plupart des personnes.

Mais ils regroupent en réalité une

multitude de traits spécifiques. Pour évaluer

la personnalité d’un adulte, il existe

plusieurs tests où chaque domaine est

représenté par plusieurs traits de personnalité.

Chacun est plus ou moins pertinent

en fonction du contexte, En psychologie

clinique, on utilise ainsi le questionnaire

neo-pi-3, tandis que le questionnaire PFPI

est conçu pour les ressources humaines.

Connaître sa personnalité ou celle des

autres est utile dans différents domaines,

comme les ressources humaines, l’éducation

ou la santé, la personnalité ayant un

impact sur notre façon de nous adapter à

l’environnement.

Thema / Personnalité

10


Entre gènes et environnement

AURÉLIE CHOPIN ET DIANE PURPER-OUAKIL

© Blake Barlow / Unsplash


Les traits de la personnalité sont autant innés qu’acquis.

On ignore quels gènes sont impliqués, mais on sait

que l’environnement modifie leur expression.

La personnalité comprend un

ensemble de caractéristiques individuelles

complexes qui associent des composantes

supposées stables, innées, et des composantes

acquises. Les premières définissent

de façon presque immuable comment nous

réagissons à notre environnement – ce sont

les traits de tempérament –, les secondes

évoluent avec notre histoire – ce sont les

traits de caractère. Notons que très souvent

les termes tempérament et caractère sont

utilisés sans distinctions, ce qui n’est pas

le cas ici, car ce sont des composantes différentes

de la personnalité. Les premières

théories du fonctionnement humain faisaient

référence aux déterminants innés de

la personnalité, mais les conceptions plus

récentes insistent sur le rôle de facteurs

extérieurs dans son développement.

Du tempérament au caractère

La recherche d’indicateurs biologiques,

notamment génétiques, des traits

de personnalité a évolué récemment avec

les progrès des techniques neuroscientifiques.

Comment mettre en évidence les

relations entre personnalité et processus

neurobiologiques ?

Aujourd’hui, les scientifiques

cherchent à identifier des traits de tempérament

« basiques », plutôt que de

comprendre les traits de personnalité

complexes résultant de l’interaction avec

le milieu. Ainsi, on étudie les mécanismes

impliqués dans les variations individuelles

de la personnalité.

Un autre aspect de la recherche neurobiologique

et génétique sur le comportement

humain est l’étude des troubles

de la personnalité : quels sont les facteurs

biologiques mis en cause dans l’apparition

et l’évolution des troubles de la

personnalité, tels que la personnalité borderline

ou antisociale ?

Qu’elles s’intéressent aux traits ou aux

troubles de la personnalité, les études génétiques

donnent des résultats distincts selon

les méthodes utilisées. Et ce parce qu’on

ignore comment identifier les mécanismes

biologiques sous-tendant les comportements

complexes, tels que l’intelligence et

la personnalité. En effet, les interactions des

gènes avec l’environnement interviennent

non seulement dans le développement individuel,

mais aussi dans l’histoire de l’espèce.

Nous allons retracer les principales étapes

de la recherche en génétique de la personnalité

et en décrire les enjeux.

Les études de jumeaux permettent

aux scientifiques d’estimer l’importance

des facteurs génétiques dans un trait de

Thema / Personnalité

18


Cultures et mentalités

PASCAL DE SUTTER

© file404 / Shutterstock.com


Les traits de la personnalité sont identiques dans tous

les groupes humains. Mais ils sont plus ou moins marqués

chez chaque individu et dépendent de la culture : la mentalité

n’est pas la même partout !

touchent moins, en moyenne, le bras ou

l’épaule que les Français quand ils communiquent

; et ils se serrent la main moins

souvent et moins longtemps. Ces résultats

confirment en quelque sorte l’impression

de « distance » que ressentent les Français

vis-à-vis des Britanniques. Dans ce cas, le

préjugé serait partiellement fondé.

Les Écossais sont avares, les Italiens

bavards, les Polonais buveurs, les Belges

benêts, les Anglais distants, les Espagnols

fiers, les Allemands travailleurs, les Français

râleurs, etc. Des caractéristiques, des modes

de fonctionnement ou des traits de personnalité

sont souvent attribués aux différentes

nationalités. Il est de bon ton aujourd’hui

de qualifier ces jugements de « préjugés ».

Cependant, si nous voyageons à l’étranger,

nos préjugés peuvent disparaître ou être

renforcés. Prenons l’exemple du préjugé :

« les Anglais sont distants ». Si vous prenez

une bière dans un pub londonien le soir

d’une victoire du club de football d’Arsenal,

vous trouverez au contraire les Anglais

chaleureux, conviviaux, bavards, familiers

– tout sauf distants. Et vos préjugés, notamment

sur le flegme britannique et leur self

control, seront modifiés au contact des supporters

déchaînés.

Alors existe-t-il des spécificités nationales

dans le comportement et la personnalité

des individus ? Il semble que non.

Pourtant, plusieurs études scientifiques

montrent que les caractéristiques des

populations changent d’un groupe culturel

à l’autre. Par exemple, les Anglais se

Les préjugés sur la « race »

L’idée selon laquelle les traits de personnalité

changent avec la culture n’est

pas récente. Durant l’Antiquité déjà, les

Égyptiens attribuaient aux Hébreux plusieurs

caractéristiques négatives : « C’est une

abomination pour les Égyptiens de manger

avec les Hébreux » (Livre de la Genèse).

Longtemps, ces différences de fonctionnement

(réelles ou imaginaires) ont été attribuées

à la « race » plutôt qu’à la culture…

Plus près de nous, disons quelques

mots des délires du neurologue et psychiatre

français Edgar Bérillon qui exprimait

son opinion – qu’il qualifiait de

scientifique – sur les Allemands, dans son

livre La psychologie de la race allemande :

« L’odeur de la race allemande a toujours

Thema / Personnalité

27


Déchiffrer le soi,

un enjeu de société

FILIP DE FRUYT

© Laurenz Kleinheider / Unsplash


Au travail, à l’école ou en thérapie, connaître

sa personnalité et celle des autres est indispensable.

Mais comment s’y prend-on concrètement ?

Lorsque Philippe a envoyé sa

candidature à un poste de chef de projet

dans une agence publicitaire très renommée,

il ne s’attendait pas à devoir passer

un test de personnalité. Le poste était très

demandé, et les candidats d’un niveau très

relevé. Il fut donc surpris d’être retenu. Lors

de l’entretien qui a suivi le test, le consultant

en recrutement a échangé avec lui de

manière assez approfondie sur deux traits

de caractère qui apparaissaient comme très

marqués dans son profil de personnalité :

l’agréabilité et le caractère consciencieux.

Ces deux dimensions de la personnalité

étaient des atouts pour le poste, nécessitant

de déclencher des synergies dans

un groupe et de respecter les deadlines, et

donc, pour son futur manager, des qualités

cruciales. Lors de l’entretien de débriefing,

le consultant chargé du recrutement lui

a fait savoir que – outre ses compétences

et son curriculum vitae – ces deux critères

avaient été déterminants dans la décision

de le recruter.

Mais qu’est-ce que l’analyse de personnalité

? Et que sont ces fameux domaines

de la personnalité qu’évaluent les questionnaires

? Dans cet article, nous verrons

comment les recherches en psychologie

de la personnalité ont posé les bases de

ce décryptage du soi, puis quel usage (raisonné)

en faire dans les contextes professionnel,

éducatif et de santé.

Les chercheurs sont arrivés à un

consensus : il faut examiner – au moins –

cinq dimensions (ou domaines), chacune

comprenant différents traits, pour avoir

une vision correcte de la personnalité. Pour

le psychologue américain Gordon Allport,

la personnalité est « l’organisation dynamique

des traits qui détermine l’adaptation

unique d’une personne à son environnement

». La notion de trait est centrale. Un

trait est une tendance relativement stable

à avoir certaines pensées récurrentes – par

exemple, l’extraverti a tendance à penser

que la vie est belle –, à vivre certaines émotions

– par exemple, une personne agréable

a tendance à se montrer conciliante –, et à

se comporter d’une manière particulière –

une personne ouverte à l’expérience peut,

par exemple, aimer voyager. Dès lors, les

différences de personnalité entre individus

correspondent à diverses combinaisons de

ces cinq dimensions.

Thema / Personnalité

36


Les personnalités difficiles

JEAN-PIERRE ROLLAND

© Charlotte Martin


On les trouve au travail, dans son cercle de connaissances,

voire en famille. Antisociaux, paranoïaques, narcissiques,

obsessionnels… Ils représentent parfois un problème

pour eux-mêmes et leur entourage. Comment les repérer

et y faire face ?

méfiance permanente. Si, pour le sujet et

son entourage, il en résulte une souffrance

ou une altération du fonctionnement psychique,

les psychologues et les psychiatres

parlent de « troubles de la personnalité », de

« personnalités difficiles » ou de « styles ou

de tendances dysfonctionnels ».

Pierre est arrivé au bureau il y a trois

semaines. Il est vraiment très compétent,

mais nous avons tous assez vite remarqué

qu’il semble se méfier de nous et qu’il ne

fait confiance à personne. Il a de grandes

difficultés à partager ses dossiers et a peur

qu’on ne l’intègre pas dans tous les projets.

Si on lui fait une remarque, même mineure,

il se sent attaqué et réagit très vivement.

Son comportement commence vraiment

à poser des problèmes dans l’équipe. Ce

genre de témoignage n’est pas si rare.

Pierre est peut-être un peu « paranoïaque »

une des personnalités « difficiles » que l’on

peut trouver dans la population. Ces styles

de personnalité sont caractérisés par un

ensemble de traits figés, parfois inadaptés

au contexte, comme une peur ou une

Dix troubles qui s’entremêlent

Nous présentons ici ces personnalités

difficiles. Divers modèles décrivent

ces troubles, mais nous abordons ici celui

développé par l’Association américaine de

psychiatrie (American psychiatry association

ou APA), qui propose dix styles dysfonctionnels

ayant fait l’objet de nombreuses

recherches. L’objectif n’est pas de classer

une personne dans une catégorie, mais

de fournir un ensemble de repères pour

comprendre la dynamique psychologique

des personnes ayant des troubles de la personnalité.

Les personnalités difficiles (ou

dysfonctionnelles) ne sont pas des entités

distinctes. Par exemple, un individu peut

être à la fois narcissique et paranoïaque, à

des degrés divers (voir la suite page 54).

Thema / Personnalité

43


Comment notre enfance

nous façonne

GRÉGORY MICHEL

© Shutterstock.com / Eakachai Leesin


Comment sommes-nous modelés par l’attitude

de nos parents, l’entrée à l’école, les éventuelles expériences

traumatiques ? En suivant des personnes sur des décennies,

les psychologues ont vu se dessiner les premières réponses.

Ils sont plus ou moins actifs, répondent à

des stimulations d’intensité variable, ont

tendance à rechercher ou à fuir la nouveauté

et ont des cycles biologiques (faim, sommeil,

excrétion) plus ou moins réguliers.

Au départ, ces traits sont essentiellement

d’origine génétique, mais très vite, l’environnement

va les moduler. Plusieurs études

dites longitudinales (où des personnes sont

suivies à plusieurs années d’intervalle) ont

mesuré la façon dont la personnalité évolue,

parfois pendant une trentaine d’années.

Vous décririez-vous comme une

personne plutôt introvertie ? Rigoureuse

et consciencieuse ? Faisant facilement

confiance aux autres ? Encline à l’anxiété ?

Tous ces comportements, pensées, sentiments

et façons de réagir définissent en

grande partie qui vous êtes. D’après le dictionnaire

Le Littré, la personnalité est « ce

qui appartient à une personne et ce qui

fait qu’elle est elle et non une autre ». Mais

qu’est-ce donc qui fait de nous des individus

uniques ?

Bien sûr, nos gènes sont en partie responsables

: en influant sur des paramètres

biologiques comme les concentrations

hormonales, ils nous rendent par exemple

plus ou moins émotifs. Mais les différents

apprentissages, la culture, les règles sociales,

les relations avec les autres vont aussi façonner

ce que nous sommes. À ce titre, l’enfance

et l’adolescence ont un poids particulier.

Ce sont en effet des périodes marquées

à la fois par une forte maturation du cerveau

et par un grand nombre d’expériences

structurantes.

Dès l’âge d’environ 6 mois, les enfants

présentent des différences de « personnalité »

– à cet âge, on parle plutôt de tempérament.

Les parents forgent l’estime de soi

Un facteur déterminant dans la

construction de notre personnalité est

l’environnement familial. Il a une forte

influence sur notre capacité à nous apprécier

nous-mêmes, notre confiance en soi et

notre estime de soi. Ce lien a été exploré

dès les années 1970, notamment par une

psychologue de l’université de Berkeley,

Diana Baumrind. Selon ses études, notre

estime de soi peut en partie s’expliquer

par quatre types de comportements que

nos parents ont eus à notre égard. Si ceux-ci

nous procurent un encadrement attentif

Thema / Personnalité

56


Peut-on changer

de personnalité ?

MICHEL HANSENNE

© Jacob Townsend / Unsplash


La personnalité se modifie tout au long de la vie et dépend

des expériences vécues. Cette évolution se fait

sans que nous en ayons conscience. Des stratégies

thérapeutiques peuvent atténuer certains traits négatifs

ou renforcer les positifs.

mesurer afin de trouver la personne correspondant

au profil souhaité par l’employeur.

D’autres études ont aussi mis en évidence

une relation assez forte entre les

tempéraments des jeunes enfants et leur

personnalité à l’âge adulte ; un enfant

réservé et timoré sera sans doute anxieux et

introverti à l’âge adulte ; un enfant curieux

et souriant sera vraisemblablement extraverti

à l’âge adulte. Dès lors : peut-on envisager

de changer de personnalité ?

La personnalité régit la façon dont

nous nous comportons, mais aussi dont

nous pensons, ainsi que nos représentations

mentales des autres et du monde. Elle

contribue à une intégrité individuelle qui

nous rend unique. Bien que la personnalité

soit influencée par des facteurs génétiques

sur lesquels nous n’avons pas d’emprise,

elle est aussi façonnée par l’expérience et

l’apprentissage qui, jusqu’au début de l’âge

adulte, peaufinent ce que nous sommes.

Un concept central en psychologie

de la personnalité est celui de stabilité. En

effet, de nombreuses études ont montré

que les grandes dimensions de la personnalité

sont relativement stables dans le

temps pour une même personne, ce qui

permet d’ailleurs de prévoir de façon fiable

comment un individu se comportera dans

telle ou telle situation. Si la personnalité

n’était pas stable, il serait inutile, lors d’un

entretien d’embauche par exemple, de la

On peut tous changer

Oui. Heureusement, la personnalité

peut évoluer. D’abord, naturellement

avec l’âge. Ensuite, parce qu’elle change

en fonction des différents événements

que nous vivons. Enfin, parce qu’elle peut

se transformer suite à des interventions

thérapeutiques.

Avant d’aborder ces trois points, il est

important de comprendre que la personnalité

n’est pas dichotomique : ce n’est pas tout

ou rien ; c’est un continuum. Autrement dit,

il n’y a pas les personnes extraverties d’une

part et les introverties d’autre part, mais au

contraire chaque personne se situe sur un

Thema / Personnalité

65


La personnalité

fait-elle le couple ?

BEATRICE RAMMSTEDT

© Pablo Heimplatz / Unsplash


La psychologue Beatrice Rammstedt a suivi 7 000 couples,

et montré que les relations sont plus stables quand les

partenaires partagent certains traits de caractère, comme

elle l’explique dans cet entretien.

ouvert à la nouveauté – et donc prêt à tester

un nouveau restaurant de temps en temps

–, tandis que l’autre veut toujours retourner

dans le même restaurant, la situation

peut engendrer des tensions, l’un des deux

étant toujours insatisfait.

Peut-on prévoir, dès le mariage,

si une relation durera ?

Pour un couple en particulier, c’est

hasardeux, car cela fait intervenir des facteurs

à la fois trop nombreux et imprévisibles.

Toutefois, quand on fait la moyenne

sur un grand nombre de couples, on voit

apparaître quelques constantes. Avec

mes collègues, nous avons étudié chez

7 000 couples environ si certains appariements

de partenaires sont plus durables

que d’autres. Nous avons constaté qu’en

moyenne les relations sont plus stables

lorsque les partenaires se ressemblent en

termes de conscienciosité, d’agréabilité et

d’ouverture à la nouveauté.

Il s’agit de trois des cinq traits

fondamentaux de personnalité que

les psychologues nomment Big Five.

Exactement. Appliqué à la vie de

tous les jours, cela signifie, par exemple,

qu’il vaut mieux que les deux partenaires

laissent traîner leurs chaussettes dans

l’appartement (ce qui correspond à un

faible degré de conscienciosité). S’il n’y

en a qu’un à le faire, la situation devient

une source de conflits. De même si l’un est

Que se passe-t-il quand les deux

partenaires sont égocentriques

ou non coopératifs ?

Paradoxalement, deux partenaires

désagréables peuvent vivre en bonne

entente. Les conflits apparaissent plutôt

si l’un des deux est très coopératif et

éprouve un fort besoin d’harmonie, tandis

que l’autre ne partage pas ces aspirations.

Là encore, le mode relationnel est asymétrique

et instable.

La similarité des autres traits

de personnalité est-elle

moins importante ?

Pour certains de ces traits, toutes

les combinaisons semblent autorisées.

Par exemple, deux personnes extraverties

sont susceptibles de bien s’accorder,

mais il est aussi possible qu’elles entrent

Thema / Personnalité

73


TEST : quelle est votre personnalité ?

GRÉGORY MICHEL

© Mario Purisic / Unsplash


Agréable, sociable, extraverti, anxieux, consciencieux ?

Vous êtes probablement une combinaison de ces différents traits.

Mais c’est justement cette combinaison qui vous rend unique.

Découvrez-la en 10 minutes.

Voici un questionnaire qui va vous

permettre d’évaluer certains aspects de

votre personnalité. Il est dérivé du modèle

des big five et du test NEO-PI-3 de Paul Costa

et de Robert McCrae, du NIH (Institut américain

de la santé), aux États-Unis. Ce test

mesure les cinq dimensions fondamentales

de la personnalité : l’extraversion (la

tendance à l’extériorisation et à l’action),

l’agréabilité (la bienveillance et le besoin

d’aider les autres), le névrosisme (l’instabilité

émotionnelle et les émotions négatives),

le caractère consciencieux (le besoin

de réussite et l’implication au travail) et

l’ouverture à l’expérience. Il s’applique aussi

bien aux enfants (de plus de 6 ans) qu’aux

adultes. Votre personnalité, c’est-à-dire les

comportements et les attitudes qui vous

caractérisent, se construit dès l’enfance et

se forge tout au long de la vie. Elle est le fruit

des interactions de facteurs biologiques (ce

que vous avez hérité de vos parents) avec

votre environnement social et culturel

(votre éducation, vos amis, vos lectures…),

et vos expériences personnelles. Ce test

peut éclairer votre façon d’être et d’agir.

Thema / Personnalité

77

More magazines by this user