Télécharger le magazine au format PDF - Conseil Général de l'Hérault

herault.fr

Télécharger le magazine au format PDF - Conseil Général de l'Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT

n°219

DÉCEMBRE 2012

herault.fr

6 /

MALIK BENTALHA

SE RACONTE

22 /

RD 61 : LES TRAVAUX

COMMENCENT

Pierres vives

remonte le temps

34 /

NOS CHÂTEAUX

RENAISSENT


NOS CHÂTEAUX RENAISSENT • 35

QUE FAIRE À PIERRES VIVES • 12

CHRISTIAN DUPRAZ • 18

MALIK BENTALHA • 06

RD 61 : LES TRAVAUX

DÉMARRENT • 22

1 000, rue d’Alco 34087 Montpellier. Tél. : 04 67 67 74 41. Fax : 04 67 67 72 71.

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Pierre Maurel. DIRECTRICE DE LA COMMUNICATION :

Florence Combes-Boulard. RÉDACTEUR EN CHEF : Vincent Girard. RÉDACTION : Claire

Vincent, Jean-David Bol, Valérie Pépin-Pérez et Agence JAM. PHOTO : Cathy

Agrinier (10, 13, 28, 41) ; Olivier Mas (14, 23, 25, 27, 28, 29, 30, 32) ; Christophe

Cambon (04, 09, 18, 19, 23, 24, 25, 29, 33, 36, 37, 39, 42) ; Christophe

Cordier (01, 02, 12) ; Luc Jennepin (40) ; Aurel (04, 44) ; C. Vincent : 26 ; F.

Mazeran (02, 34, 35) ; L. Gigou (43) ; P. François (16) ; DR (02, 11, 14, 15,

26, 30, 41, 45, 46, 47, 48). PHOTOTHÈQUE : Danielle Iacoponelli. INFOGRAPHIES : Aline Lugand. DESSIN :

Aurel. CRÉATION : Lowe Stratéus. MISE EN PAGE ET PHOTOGRAVURE : Atelier Six. IMPRIMERIE : Imaye Graphic.

Imprimé dans le respect de la charte sur les déchets, les produits dangereux et toxiques sur papier issu de

forêts gérées durablement. DISTRIBUTION : La Poste - Médiapost. CONTRÔLE DE DIFFUSION : Feedback.

ISSN : 1155-1259.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SOMMAIRE 03

4 ENTRETIEN

6 L’INVITÉ Malik Bentalha

8 DES CHIFFRES ET DES MOTS

9 L’HÉRAULT

EN MOUVEMENT

10 AGIR POUR DEMAIN Vos vieux mobiles contre le cancer

12 ACTIONS Rencontre avec les visiteurs de Pierres vives

14 EN BREF

16 LES CLEFS POUR COMPRENDRE

Pourquoi l’année commence le 1 er janvier ?

17 ÉLUS SUR

LE TERRAIN

18 UN ÉLU/UN CANTON Christian Dupraz

20 L’ACTION EN IMAGES L’Hérault Trait Libre

22 RENCONTRE RD 61 : les travaux commencent

24 C’EST VOTÉ Un nouveau théâtre à Montpellier

27 CONTRAT DE TERRITOIRE Le Parc naturel régional

du Haut-Languedoc

28 FACE-À-FACE Se déplacer dans mon canton

30 CELA FAIT DÉBAT Faut-il interdire les week-ends

d’intégration ?

31 EXPRESSION LIBRE

32 CONSEILLERS JUNIORS

33 GENS D’HÉRAULT

34 PORTFOLIO Drôles de châteaux dans l’Hérault

36 ILS AGISSENT À Ils agissent à Gambetta-Écusson

38 AVENTURE CITOYENNE Franck Laurent, mécano du cœur

40 AVENTURES COLLECTIVES Culture et Sport solidaires 34

42 AVENTURE SINGULIÈRE Laure Gigou et ses curiosités

44 QUESTION DU NET Pour ou contre limiter la vitesse sur les

pistes cyclables ?

45 SORTIR

48 LES BONS PLANS

LE MOIS

PROCHAIN,

DU

NOUVEAU !

À partir du mois de

janvier, votre magazine

de l’Hérault change de

maquette. Ce sera aussi

le dernier mois de diffusion

en toutes boîtes

aux lettres. À partir de

février, il faudra être

abonné pour continuer

à le recevoir. Pour

s’abonner gratuitement,

rendez-vous en

page 5 ou sur herault.fr

VOTRE

CANTON

DANS CE NUMÉRO

Béziers pages 23, 46 et

48, Capestang page 34,

Clermont-l’Hérault page

47, Frontignan pages

23 et 25, Ganges pages

28 et 34, Gignac page 9,

Lattes page 8, Lodève

page 14, Lunel pages 25

et 47, Les Matelles pages

18, 19 et 48, Mèze page

46, Montagnac page 48,

Montpellier pages 12,

13, 20, 23, 24, 25, 32,

38,40, 45 et 47, Olargues

pages 34, 35, 36, 37 et 48,

Pézenas page 46, Roujan

pages 15 et 48, Saint-

Gervais-sur-Mare pages 26

et 46, Sète page 47.

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


04 ENTRETIEN

ANDRÉ VEZINHET aime à rappeler les propos du Président de la République, François Hollande : « le Département est plus une source

d’économies qu’une charge pour la Nation. »

« Le Département réhabilité »

Pour André Vezinhet, les collectivités

locales ont connu « une rupture

de la confiance avec l’Etat ces dernières

années ». Aujourd’hui, des rapports

nouveaux naissent à la veille

d’une nouvelle étape de décentralisation.

Changement de gouvernement, changement pour

les Départements ?

Oui, il y a manifestement une nouvelle manière de

penser les relations entre l’Etat et les collectivités

locales. Nous nous sentions mal aimés par la précédente

majorité, nous avons souffert pendant cinq ans

d’une véritable recentralisation du pouvoir. Les collectivités

étaient ignorées : pas de concertation, aucun

dialogue possible.

La crise financière a pourtant révélé une fragilité liée à

la dette du pays, et les collectivités y participent.

Mais les collectivités territoriales n’ont jamais été

dispendieuses, y compris en temps de crise. Les finances

des Départements sont saines, même si le gel des

dotations de l‘Etat et une perte d’autonomie fiscale a

mis à mal beaucoup de conseils généraux, notamment

ruraux. Même dans cette situation difficile, notre déficit

ne représente que 0,1 % du PIB alors que les collectivités

locales représentent 75 % de l’investissement public.

Donc aujourd’hui tout va aller mieux ?

Il faut rester vigilant, même avec ses amis politiques !

Mais les rapports semblent se baser sur la confiance.

Un exemple : les Départements ont signé fin octobre un

pacte avec le Gouvernement. L’Etat va débloquer une

aide en urgence pour les trente Départements les plus

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


05

en difficulté en raison de l’explosion de dépenses sociales.

Nous allons surveiller avec attention la répartition

de ces fonds et il faudra que l’État s’engage à mettre en

place un système pour que les Départements puissent

avoir les ressources suffisantes pour assumer leurs

dépenses obligatoires : Apa, RSA, allocations aux personnes

handicapées, etc. Mais dans l’Hérault où le taux

de chômage est à 14,4 %, le Département va continuer à

s’impliquer fortement pour l’emploi. Les Départements

font partie des collectivités qui vont créer des contrats

d’avenir. D’ailleurs, j’ai déjà co-signé avec Benoît Hamon

la convention d’engagement sur cent contrats.

On se dirige également vers une nouvelle phase de

décentralisation, qu’en attendez-vous ?

Nous sommes un maillon incontournable de l’aménagement

du territoire. Et nous exigeons le respect du

principe constitutionnel de non-tutelle d’une collectivité

sur une autre. Bien évidemment, dans ce contexte, il faut

maintenir la clause générale de compétence qui nous

permet d’aller au-dede nos compétences obligatoires

quand les circonstances l’exigent. Je rappelle que le

Département est le premier financeur des communes.

Et si on reparle de suppression des Départements ?

Il y a quelque semaines, Marylise Lebranchu, Ministre

de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la

Fonction publique a dit : « Au quotidien, rares sont les

politiques publiques qui ne passent pas, d’une manière

ou d’une autre, par le Département. Que seraient-elles

sans cet échelon incontournable ? Et que seraient beaucoup

de communes sans l’appui du Département ? » Le

débat est clos. Et si toutefois il ne l’était pas, je serai vent

debout contre tous ceux qui remettent cela en cause.

Les Français sont attachés à leur commune et leur Département,

vrais acteurs publics de la proximité, fruits

de la démocratie locale. Et ça, il ne faut pas l’oublier.

J’AIME L’HÉRAULT, JE M’ABONNE !

Le Conseil général met en œuvre les principes de développement durable dans ses supports de communication.

En 2013, si vous ne vous abonnez pas, vous ne recevrez plus ce magazine dans votre boîte aux lettres. Alors,

pour ne rien manquer de l’actu de l’Hérault, vous pouvez d’ores et déjà vous pré-abonner. Pour cela, il suffit

de remplir ce bulletin ci-dessous et de le renvoyer à l’adresse indiquée. L’abonnement à L’Hérault est gratuit.

Je désire recevoir L’Hérault

à partir de 2013 par voie postale

Je désire recevoir L’Hérault

à partir de 2013 par internet

Nom :

Nom :

Prénom :

Prénom :

Adresse mail :

Adresse :

Ville :

Code postal :

Bulletin à renvoyer à :

Conseil général de l’Hérault

Direction de la Communication

1000 rue d’Alco

34087 Montpellier cedex 4

Vous pouvez

aussi

vous abonner

en ligne sur

herault.fr

herault.fr


06 L’INVITÉ

MALIK BENTALHA

“Jamel a mis la barre

très très haut”

REPÉRÉ PAR JAMEL DEBBOUZE, Malik intègre le Jamel Comedy Club en 2010.

Aujourd’hui, son one man show Malik Bentalha se la raconte cartonne !

En tournée, il fait escale à Montpellier le 9 décembre.

Votre père est algérien, votre

mère marocaine, et vous êtes né

à Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard.

D’où vient cette vocation d’humoriste

?

— Depuis tout petit, mon père

m’a donné goût à l’humour avec

des sketches de Pierre Desproges,

Gad Elmaleh, les Inconnus, Jamel…

On s’écoutait la radio « Rire et

chansons ». J’ai baigné là-dedans.

Plus tard, j’ai eu une prise de

conscience avec ma prof d’espagnol

qui m’a conseillé de monter à

Paris pour en faire un métier.

Jamel vous repère en 2010…

— C’était au Comedy Club, dans

son théâtre. Tous les mardis, il y a

des scènes ouvertes. Le soir où je

suis monté sur scène, Jamel était

là, il a bien aimé, et tout a commencé.

Il m’a proposé d’intégrer le

Jamel Comedy Club, et de le suivre

en tournée pour la première

partie de son spectacle.

Un exemple pour vous ?

— Un mentor ! Artistiquement, il a

mis la barre très très haut. C’est un

monument ce mec-là en France ! Son

image dépasse le cadre artistique.

C’est aussi un des premiers Maghrébins

qui aient réussi. En le voyant à

la télé, je me disais : on lui permet de

réussir, donc si lui y arrive, pourquoi

pas moi ? Si j’avais grandi à l’époque

de Laurent Gerra ou Michel Sardou,

je n’aurais peut-être pas fait ce

métier-là. De la même façon, Jamel

a grandi avec Smaïn. C’est une sorte

de passation de pouvoir.

Peut-on rire de tout ?

— Je sais plus si c’est moi ou Pierre

Desproges qui disait (rires), « On

peut rire de tout mais pas avec

n’importe qui ». Il faut avoir du

recul sur ce qu’on fait. Un exemple :

le 11 septembre. Faire des blagues

sur les victimes le 12 septembre,

c’est malvenu. Personne ne t’en

empêche. Mais je pense qu’il faut

avoir un peu de retenue dans

certains moments.

Vous étiez au Marrakech du rire

2011, animé par Jamel…

— C’était la colonie de vacances ! Si

tu ne passes pas un bon moment,

t’es soit schizo, soit dépressif. Etant

à moitié marocain par ma mère, j’ai

reçu un super accueil. C’est un de

mes meilleurs souvenirs sur scène.

En 2011, vous apparaissez dans le

film Et soudain, tout le monde me

manque. D’autres projets cinéma ?

— Je viens de terminer un film qui

sort l’année prochaine avec Dany

Boon, Les Volcans, et un autre film

qui sort le 19 juin 2013 avec Jamel,

Né quelque part. Je suis dans une

phase où j’ai pas mal de projets. Le

cinéma, ça m’attire énormément.

Après Malik se la raconte, un autre

spectacle en cours de préparation ?

— Ce spectacle, je l’ai joué six mois,

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


« C’est un réel

plaisir d’improviser.

Quand je me jette sans

filet, y’a le petit côté adrénaline

qui prend le dessus et

c’est vraiment

un kiff ! »

je l’ai coupé en plein milieu pour

partir avec Jamel, etc. Donc quand

je mets tout bout à bout, je ne l’ai

joué que 10 mois. Y’a encore tout à

faire, même si je commence à avoir

d’autres idées. Un spectacle normalement,

on le tourne 3-4 ans : il y a

une tournée dans toute la France,

un DVD, un Olympia… Et là j’ai

encore rien fait, je suis au commencement.

En 2013, je devrais partir

dans des salles plus grandes et

faire une promo plus importante.

Donc, je ne me disperse pas.

plus d’infos www.malikbentalha.com

ACTUALITÉ

Malik Bentalha se la raconte, au

théâtre Jean-Vilar de Montpellier

EN CO-RÉALISATION AVEC L’ASSOCIATION

MONTPELLIÉRAINNE UNI’SONS DANS LE CADRE

DE LA CARAVANE ARABESQUES. « J’ai 22 ans,

les gens disent souvent que je ne

fais pas mon âge. Je fais plus gros. »

Autodérision et générosité à fleur

de sourire, il interprète depuis 2010,

son spectacle Malik Bentalha se la

raconte, mis en scène par Alex Lutz.

Après avoir fréquenté le cours Florent

de 2007 à 2008, il présente ses propres

sketches dans les cafés-théâtres

parisiens. Repéré par Jamel Debbouze

en 2010, il intègre le Jamel Comedy

Club et fait la première partie de son

spectacle Tout sur Jamel avant d’être

seul sur scène, pratiquant le stand-up

de main de maître.

Dimanche 9 décembre, 17 h, durée :

1 heure. Théâtre Jean-Vilar,

155 rue de Bologne, Montpellier.

Tarifs : 5, 11 ou 15 €.

Résa : 04 67 40 41 39. Accès : tramway

ligne n° 1 dir. Mosson - arrêt halles

de La Paillade.

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


08 DES CHIFFRES ET DES MOTS

200 000

SIGNATURES POUR LA PÉTITION

contre les pesticides tueurs

d’abeille, déposée au

ministère de l’Agriculture.

Infos : pollinis.org

Le 14

DÉCEMBRE, c’est la date

limite pour déposer votre

projet d’entreprise sociale

innovante. Infos :

www.alterincub-lr.coop

BIEN !

LE SITE INTERNET MALADIES RARES

INFO SERVICES vous met en

contact avec des médecins

et scientifiques spécialisés

pour apporter des réponses

claires, simples et fiables à

vos questions. L’échange peut

se faire par téléphone, mail

ou tchat. Depuis peu, le site

propose un forum où

les familles peuvent partager

leur vécu et se soutenir.

Infos : maladiesraresinfo.org

01 56 53 81 36

PAS BIEN !

LE CRÉDIT IMMOBILIER DE FRANCE

RISQUE LE DÉMANTÈLEMENT.

Une mauvaise nouvelle pour

ses dizaines d’employés

dans l’Hérault mais aussi

pour le logement en général.

En prêtant à des ménages

exclus du circuit bancaire

traditionnel, il était depuis

plus d’un siècle un acteur

incontournable de l’accession

sociale à la propriété. Les élus

du Département appellent

l’Etat à trouver des solutions.

TEMPÊTE

« LE LITTORAL FACE au changement climatique : subir ou

s’adapter ? » Le Conservatoire du littoral présente son approche

du sujet le 5 et 6 décembre à Montpellier, 165 rue Rimbaud.

Infos : 04 99 23 29 00.

ÉCOL’HÔPITAL

À PALAVAS, L’INSTITUT SAINT-PIERRE voit sa démarche développement

durable récompensée. Après plus de trois ans d’efforts, l’hôpital pour

enfants est parvenu à diminuer ses consommations énergétiques de

manière significative : - 19 % pour l’électricité, - 8 % pour le gaz, - 31 %

pour l’eau, etc. Des chiffres qui en font l’un des établissements sanitaires

les plus « écolos » de France. Une spécificité qui s’ajoute à d’autres, déjà

reconnues. En effet, l’Institut Saint-Pierre est le seul hôpital pour enfants

de la région, il dispose d’une école pour permettre aux enfants en long

séjour de poursuivre leur scolarité, d’une piscine d’eau de mer pour la

rééducation et d’un atelier qui confectionne sur place et sur mesure les

appareillages (corsets, prothèses, etc.).

Infos : www.omem.fr

150

PHOTOS dans le nouveau livre

de Marc Deotte,

Les Echelles de Bacchus, sur

le patrimoine viticole local.

Infos : 04 67 53 44 90

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


L’HÉRAULT EN

MOUVEMENT

09

Des actions concrètes, des sujets d’actualité, des éclairages différents

sur un problème à résoudre , des chantiers en cours, des acteurs de terrain,

des questions que vous vous posez.

10 AGIR POUR DEMAIN Vos vieux mobiles contre

le cancer

12 ACTIONS Rencontre avec les visiteurs

de Pierres vives

14 EN BREF

16 LES CLEFS Pourquoi l’année commence

le 1 er janvier ?

ZOOM

À St-Bauzille-de-la-Sylve,

le domaine

Calage-Resseguier

devient le seul en France

à avoir deux millésimes

dans les caves

de l’Elysée.


10 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

AU CONSEIL GÉNÉRAL AUSSI, la récolte de portables a été bonne.

Ne jetez plus : pensez

à la Ligue contre le cancer !

Téléphones portables hors d’usage,

radiographies obsolètes ou cartouches

d’encre vides… Vous pouvez vous

en débarrasser pour la bonne cause

et sans polluer.

Lequel d’entre nous n’a pas, au fond d’un tiroir, un

mobile ou une radiographie dont il n’a plus l’utilité ?

Et qui n’a jamais jeté une cartouche d’imprimante

usagée ? Pourtant, ces objets gardent une valeur

réelle pour la Ligue contre le cancer de l’Hérault, qui

les récupère pour les recycler : « Cette collecte évite

le gaspillage par le reconditionnement des éléments

valorisables et protège l’environnement par une destruction

des déchets selon les normes européennes »,

résume Ghislaine Guelorget, bénévole à la Ligue depuis

plus de vingt ans et responsable de la récupération de

ces produits dans le département. « La démarche est

doublement solidaire : elle offre un emploi à des personnes

en situation de handicap qui participent au recyclage,

et génère des ressources affectées à la recherche

contre le cancer et à l’aide aux malades. »

25 645 € l’an dernier

Grâce à un partenariat avec l’Association des paralysés

de France, chaque téléphone assure 1,40 € net à

la Ligue. Et mille appareils représentent un emploi

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AGIR POUR DEMAIN 11

« Nous allons pérenniser

cette collecte… et l’étendre. »

Lilian Parnot, président du centre E.-Leclerc à Saint-Aunès

Pourquoi soutenez-

la Ligue. J’ai trouvé ce

Depuis trois ans, nous

veulent changer leur

vous la Ligue contre le

projet en phase avec les

collectons des mobi-

appareil. Dans les mois

cancer ?

valeurs environnemen-

les usagés auprès des

à venir, nous allons pé-

Cinq étudiants de l’IUT

tales et responsables

clients de l’hypermar-

renniser cette collecte

techniques de commer-

portées par l’enseigne…

ché, de ses différents

jusqu’alors ponctuelle.

cialisation, à Montpel-

Et pris le relais de mon

espaces et drives. Et

Et l’étendre à la récupé-

lier, nous ont sollicités

père qui appuyait déjà

les vendeurs du rayon

ration des cartouches

pour participer à un

les actions du comité

téléphonie vantent l’in-

d’encre et des radiogra-

challenge visant à

héraultais.

térêt de cette démarche

phies, tout en aidant

récolter 10 000 télépho-

Quelle forme prend cet

écologique et solidaire

la Ligue à sensibiliser

nes usagés au profit de

engagement ?

auprès de ceux qui

d’autres magasins.

adapté durant un mois. Deux conventions similaires

ont été signées avec des entreprises spécialistes du

recyclage des cartouches et des radiographies. Résultat

: « 25 645 € générés l’an dernier sans que personne

ne débourse un centime. » Financés par des partenaires,

des collecteurs sont installés dans les mairies,

entreprises, établissements scolaires, etc. Une fois

remplis, ils sont enlevés gratuitement avant d’être

traités. Ghislaine Guelorget, qui cherche à récupérer

des flottes de téléphones auprès de collectivités et

d’entreprises renouvelant leur matériel, invite aussi

les particuliers à donner leurs mobiles, cartouches et

vieux clichés argentiques : « Car le passage à la photo

numérique, non valorisable, réduit nos sources. Certains

cabinets de radiologie et pharmacies servent

déjà de lieu de dépôt. » Chaque coup de pouce compte

: « A raison de mille nouveaux cas de cancer par jour

en France, il faut absolument poursuivre la lutte. » Ce

qu’elle fait déjà comme six cents bénévoles héraultais,

bien décidés à multiplier le nombre de partenaires, de

relais et de donateurs.

FOCUS

Appel au bénévolat

Chargés de relayer les informations de la Ligue

contre le cancer dans leur commune, et encouragés

à organiser au moins une manifestation

caritative dans l’année, les délégués locaux assurent

un lien essentiel avec les habitants. Ils sont

une centaine pour 343 communes héraultaises :

il manque donc des bénévoles pour continuer à

mailler le territoire…

plus d’infos 04 67 61 31 31 - mobiligue34@gmail.com

www.ligue-cancer.net/cd34

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


12 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

EN ACCÈS LIBRE, un grand nombre d’ateliers thématiques : Ici, une animation pour les 6- 10 ans encadrée par l’illustratrice Catherine Louis.

À Pierres vives, une multitude

d’offres pour tous

VOYAGE AU CŒUR DE PIERRES VIVES :

des archives à la médiathèque,

des expos à l’espace multimédia,

chacun peut y trouver son bonheur.

10 h : le vaisseau s’éveille, Pierre vives ouvre ses portes.

Déjà, une foule impatiente s’éparpille dans le

grand hall. Direction la salle des archives : ambiance

feutrée, personnel souriant. Henri, chercheur et professeur

d’université spécialisé dans l’histoire du Languedoc,

s’installe : « J’ai l’habitude de fréquenter les

archives depuis 1959 ! Ici j’apprécie la qualité d’accueil

du personnel, disponible et efficace. La conservation

des documents anciens et l’attention portée au travail

de recherche sont remarquables ! » De son côté,

Dominique, en deuxième année de doctorat d’histoire

confie : « J’ai trouvé tous les documents précieux pour

avancer mon travail de thèse. Dans cet espace, tout

est bien pensé. Le mobilier confortable, fonctionnel,

la lumière bien adaptée. Je vais continuer à venir travailler

ici le plus souvent possible. »

Des activités de qualité

Côté médiathèque, voilà un petit groupe de mamans

venant chercher leurs enfants à la sortie d’un atelier

ludique autour du livre et de la lecture. « J’ai deux enfants

de 3 ans et 7 ans qui sont enchantés de venir

participer aux ateliers. Ce sont toujours des activités

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


ACTIONS 13

de belle qualité, encadrées par des animateurs spécialisés

qui ont beaucoup de créativité et connaissent

bien le monde de l’enfance, détaille Françoise avec enthousiasme.

Il y a aussi de jolis spectacles pour tous

les niveaux d’âge. Par ailleurs, l’offre et les espaces de

lecture sont aussi très intéressants. On se sent bien,

dans un environnement calme et chaleureux, avec un

accueil souriant et très professionnel. » Même les plus

petits ont droit à des activités d’éveil. Pour exemple

l’atelier « Miniclics » s’adressant aux 3/5 ans. « Chaque

enfant accompagné d’un des parents découvre

l’apprentissage du clavier et de la souris de manière

ludique. Nous aidons aussi les parents à mieux maîtriser

l’utilisation d’Internet, à découvrir des sites ludoéducatifs

beaux et gratuits », explique Marie-Pierre

Soriano, responsable de l’atelier. Côté multimédia,

tout un groupe d’ados teste des jeux vidéo. « Ce sont

des jeux qu’ils ne connaissent pas, qui ont toujours

un aspect éducatif, nous les choisissons avec soin. »

Découverte d’internet, des outils informatiques, de

sites administratifs, ou aide à la conception d’un CV

sont encore autant d’ateliers possibles et accessibles

à tous.

plus d’infos pierresvives.herault.fr

« L’accessibilité a été pensée

dans la concertation »

Stéphane Janneau

pésident du comité départemental Handisport

Que pensez-vous

de l’accès ?

Je me déplace en fauteuil

roulant et j’apprécie de

pouvoir facilement venir

ici, ce qui n’était pas le cas

dans les anciens locaux.

La fluidité des déplacements,

c’est un confort

important ! La question

de l’accessibilité a été

pensée dans la concertation,

et nous apprécions

la qualité de l’écoute que

nous avons rencontrée,

et ce pour tous les types

de handicap.

Quelle est la place

du sport ?

Hérault Sport est très

présent dans les programmes

d’activités.

Avec « Découvrez le

sport à Pierres vives »,

les jeunes de tous âges

sont accueillis de 14 h à

17 h les mercredis, samedis

et petites vacances

scolaires et encadrés par

des animateurs qualifiés,

dynamiques et très

impliqués, pour partager

en accès libre jeux et

ateliers sportifs.

PAR ICI LA VISITE !

Dans ce grand

bâtiment on va

se perdre !

FAUX

Des animateurs et

médiateurs culturels

du Service des publics

proposent à heures

régulières des visites

du bâtiment, de l’exposition

en cours et des

ateliers. Ceci permet à

l’usager de trouver

rapidement ses repères

et d’accéder à une

bonne connaissance de

toutes les activités possibles.

Avec aussi « Voyage

au cœur de Pierres vives »,

les médiateurs reçoivent

et encadrent les classes

des collèges qui viennent

découvrir le site avec leurs

professeurs, de manière

ludique et pédagogique.

Tout est vraiment

gratuit ?

VRAI

Le Département est très

attaché au service public,

à ses missions d’éducation

et de culture pour

tous. Tous les films,

conférences, expositions,

spectacles, animations

et ateliers sont gratuits,

mais l’inscription

préalable est recommandée

notamment pour

les ateliers.

Pour connaître le programme

:

pierresvives.herault.fr

25 000

ouvrages à

consulter sur place

dans la

médiathèque

35 km

linéaires de documents

d’archives

conservés

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


14 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT

RÉGIONALISME

DICO D’OC

Joanda, jeune artiste occitan, sort

le Petit dico du pays d’Oc, un glossaire

commenté et accompagné

d’exemples croustillants sur cette

belle langue d’Oc. Si vous l’offrez

à Noël, vous ne risquez pas qu’on

l’escampe, mais plutôt de recevoir

des poutous qui pèguent ! Infos :

joanda.fr (118 pages – 17 €)

LOISIRS

GRÂCE AUX SELLES ADAPTÉES,

ILS KIFFENT LE BOURRICOT

EXPO

UN CARTON

Ils font des meubles en carton !

Ces « cartonnistes » exposent leurs

œuvres jusqu’au 15 décembre à

l’espace culturel du CHRU de Montpellier,

à la Colombière (39 avenue

Charles-Flahaut). Horaires : du

lundi au vendredi de 10 h à 18 h

et le samedi de 14 h à 18 h.

Infos : 04 67 33 08 93.

Allez, hue ! Au départ de La Vacquerie-et-Saint-Martin-de-Castries,

un groupe d’enfants et d’adultes

part en randonnée depuis le centre

Sherp’ânes. Direction : le Larzac !

Parmi eux, des enfants atteints de

handicaps. Le centre leur ouvre en

effet l’accès à cette activité, sans

aucun surcoût et grâce à des selles

adaptées, offertes par l’association

languedocienne Handiane France.

« Notre objectif : répondre à la loi

de 2005 sur l’égalité des droits et

des chances. Lorsqu’un enfant n’a

pas de piscine, on construit une

piscine municipale. Eh bien de la

même façon, nous proposons un

équipement mis à disposition de

tous », explique Luc Bénart, chargé

de développement à Handiane.

Les enfants polyhandicapés sont

souvent maintenus par un corset

ou une coque. Avec les étudiants de

l’École des mines d’Alès, Handiane

a donc conçu trois types de selles

spécifiques. « Nous cherchons des

subventions pour leur fabrication –

le Conseil général de l’Hérault a par

exemple voté 4 500 €. Aujourd’hui,

l’objectif est d’équiper un centre

équestre par département. » Cette

activité permet en outre aux jeunes

de travailler le tonus, développer

la coordination et l’estime de soi.

Avis aux mécènes !

Infos : www.handiane.com

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


A L’AFFICHE

1€ le trajet

Depuis 2011, c’est l’entreprise

Pisoni qui a en

charge l’affichage des

campagnes de communication

du Département

(sur chaque

panneau, une des deux

faces est réservée à la

collectivité). Mobiliers

neufs, formats plus

adaptés aux paysages

urbains, ce marché

prévoit également le

versement au Conseil

général d’une redevance

annuelle. Résultat :

une communication

gratuite visible dans

tout l’Hérault.

n

Affichage en cours : Depuis « tout l’Hérault

à 1 € », des milliers d’Héraultais sont

passés au car. Pourquoi pas vous ?

Infos : herault-transport.fr

EXPLOIT

LE FOU

DE VAILHAN

Antoine Guillon accède pour la

4 e fois au podium de la Diagonale

des fous (2 e ), ultra-trail de 170 km à

l’Île de la Réunion (10 000 m de dénivelé).

Ce grand champion organise

chaque année la 6666 Occitane,

un trail qui attire 500 coureurs de

France et du monde dans l’Hérault.

ET AUSSI…

Grand prix

nature

Bravo au Siel ! Le

Syndicat mixte

des étangs littoraux

décroche le

grand prix Natura

2000 pour sa

stratégie de mise

en cohérence

des politiques

foncières. En

effet, les communes

du site se

sont engagées

depuis 2009 à

maintenir une

veille foncière,

afin de lutter

Bal et bulles

La communau

de communes

Orb et Jaur organise

son festival

de bandes desensemble

contre

la pression

immobilière et

préserver les

milieux naturels.

Il s’agit de Frontignan,

Villeneuvelès-Maguelone,

Lattes, Pérols,

Mireval et Vic-la-

Gardiole.

Rapprochement

Le quotidien Midi

Libre et la télé

locale TV Sud

se rapprochent.

Les deux médias

SOLIDARITÉ

PRATIQUE

EN BREF 15

Pensez à vous procurer le sac à

sapin pour décorer votre salon et

emballer le sapin après les fêtes.

Pratique, joli et écolo, il a permis

l’an dernier à Handicap International

de récolter 630 000 € pour ses

actions dans 60 pays. Disponible

partout (5 € dont 1,50 € reversé à

l’association).

cherchent à

optimiser leur

complémentarité

dans

les domaines

rédactionnels,

promotionnels

et publicitaires.

Cette synergie

entre écrit et

audiovisuel permettra

d’intensifier

l’info locale

des Pyrénées

au Rhône.

sinées à Colombières,

le samedi

8 décembre :

le « Bal’ivern à

l’italienne ». Côté

balèti, l’Italie

sera également

à l’honneur avec

Paolo Napoli,

Antonio Arvia,

Tonino Cavallo

et Francesco

Rosa, des musiciens

venus

de Calabre qui

jouent de la

zampogne, de

l’accordéon et du

tambourin. Ambiance

garantie !

Infos :

04 67 95 21 10.

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


16 L’HÉRAULT EN MOUVEMENT LES CLEFS POUR COMPRENDRE

Champagne, confettis, feux d’artifice ! Le 31 décembre à minuit, nous nous

ferons tous la bise sous le gui, pour fêter l’arrivée de 2013. Mais au fait,

Pourquoi la nouvelle année

commence le 1 er janvier ?

Nous y sommes tellement

habitués que cela

paraît naturel, depuis

la nuit des temps. Pourtant,

le nouvel an n’a

pas toujours commencé

le 1 er janvier, loin s’en

faut ! Les Romains s’emberlificotaient

entre

les cycles de la lune et

ceux du soleil. César,

en 46 avant JC, a donc

créé son petit calendrier

perso, dit « julien », qui

comptait 12 mois et

365 jours et commençait

le 1 er mars, le susdit

Mars étant le dieu de

la guerre.

La citation

« Janvier est le mois

où l’on offre ses

meilleurs vœux à ses

amis. Les autres mois

sont ceux où ils ne se

réalisent pas. »

Georg Christoph

Lichtenberg

Mais Jésus arrive, et

après lui, la religion

chrétienne s’installe.

En 532, l’Eglise décide

que la nouvelle année

de l’An 1 commencera

le 1 er janvier suivant la

naissance du Christ.

Télé, radio et internet

n’existant pas encore,

c’est parfois le bazar

dans les provinces, où

l’on commence l’année

à Pâques, à Noël, etc.

Du coup, le 9 août 1564,

le roi Charles IX tape

sur la table et impose

le 1 er janvier comme

date obligatoire dès

1567. Mais en 1582 le

pape Grégoire XIII crée

le calendrier grégorien,

sur le modèle du julien

de César. On garde le 1 er

janvier… mais on saute

direct, cette année-là,

du jeudi 4 octobre au

vendredi 15 octobre (le

soleil était en avance).

Parenthèse en 1792 avec

le calendrier révolutionnaire,

le « 1 er vendé-

Superstition…

Et vous, si le Jour

de l’An tombait un

vendredi 13 (1) , vous

le fêteriez quand

même ? Etes-vous ou

non superstitieux ????

Vous n’êtes pas tombés

dans le panneau,

bravo ! Mais posez

la question à vos proches

: un sur deux

au moins plonge

allègrement…

janvier ne peut pas tomber

un 13 !

(1)

Ben oui, banaste, le 1 er

miaire An I » tombe le

22 septembre. Mais en

1805, la France est seule

en Europe à garder

ce système-là… Marche

arrière toute ! Le

calendrier grégorien et

le 1 er janvier reviennent.

Et ça fait 208 jours

de l’An que ça dure !

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


ÉLUS SUR

LE TERRAIN

17

Des décisions qui changent notre quotidien, des élus que l’on croise sur le terrain,

des débats, des portraits, des prises de position, des choix politiques expliqués.

C’est l’actualité des 49 élus du Département.

18 UN ÉLU/UN CANTON Christian Dupraz

20 L’ACTION EN IMAGES L’Hérault Trait Libre

22 RENCONTRES RD 61 : les travaux commencent

24 C’EST VOTÉ Un nouveau théâtre à Montpellier

27 CONTRAT DE TERRITOIRE Le Parc naturel

régional du Haut-Languedoc

28 FACE-À-FACE Se déplacer dans mon canton

30 CELA FAIT DÉBAT Faut-il interdire les weekends

d’intégration ?

31 EXPRESSION LIBRE

32 CONSEILLERS JUNIORS

L’ÉVÉNEMENT

André Vezinhet signe

avec Benoit Hamon, ministre

délégué à l’économie sociale

et solidaire, la création

de cent contrats

d’avenir.


18 ÉLUS SUR LE TERRAIN

CHRISTIAN DUPRAZ

DANS SON CANTON

DES MATELLES

Au pied du pic Saint-Loup, dans un véritable écrin naturel à préserver, un canton

péri-urbain en forte croissance, un des plus peuplés du département.

1

1 POUR LA PROMENADE, comme

pour la desserte des collèges et des

équipements publics, le Département

poursuit son effort depuis 1998 pour

développer le réseau de pistes cyclables

dans le canton. Plus de 500 km d’aménagements

cyclables ont été réalisés sur

l’ensemble du territoire départemental.

2 À ST-BAUZILLE-DE-MONTMEL,

la rénovation d’une ancienne bergerie,

mise à la disposition de tous, est un

bel exemple de valorisation du patrimoine.

3 LE FESTIVAL « St-Gély chante

Brassens ». Depuis trois ans, un rendez-vous

qui a trouvé son public.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


UN ÉLU / UN CANTON 19

2

3

4

4 À PRADES-LE-LEZ, 33 logements

sociaux basse consommation

sont construits en pierre locale

et bois provenant de forêts gérées

dans le cadre du développement

durable.

Le canton des Matelles

EN CHIFFRES

80%

de la population

travaille dans l’agglo

de Montpellier

14

communes

très diversifiées

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


20 ÉLUS SUR LE TERRAIN

CROQUEZ LES DESSINS !

Le premier festival

international

de dessin de presse

a trouvé son public.

2

3

4

1 LES TROIS ORGANISATEURS

trinquent au succès du festival

l’Hérault Trait libre :

André Vezinhet, président

du Conseil Général, Olivier Roirand,

président du Club de la presse

et Plantu, président

de Cartooning for Peace.

1

2 PAR PETITS GROUPES,

les Héraultais ont pu bénéficier

d’une visite guidée par les

dessinateurs eux-mêmes.

Ici avec le Suisse Chappatte

et l’Iranienne Firoozeh.

3 200 JEUNES COLLÉGIENS

ont participé à des ateliers

avec les dessinateurs.

Ici avec le Haïtien Bousiko.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


L’ACTION EN IMAGES 21

5

5 L’EAU ÉTAIT LE THÈME

de ce festival de dessin de presse.

Des grands témoins sont venus

débattre du sujet avec le public

et les 29 dessinateurs venus

de 18 pays. Ici, Nicolas Hulot.

Une expo à voir en famille

4 L’HUMORISTE POLITIQUE

Sophia Aram sur la scène

de Pierres vives pour la soirée

de clôture du festival.

Retrouver toutes les photos

du festival sur herault.fr

Les dessinateurs sont repartis mais l’exposition

Lignes d’eau qui rassemble 180 œuvres est à

Pierres vives jusqu’au 28 février 2013.

8 000 personnes sont venus la voir, dès le premier

jour. Et vous ? Visites du mardi au samedi

de 10 h à 19 h, 907 avenue du Pr Blayac

à Montpellier. Entrée libre. Programme des visites

guidées sur pierresvives.herault.fr

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


22 ÉLUS SUR LE TERRAIN

LA PISTE CYCLABLE sera séparée de la route, aménagée de manière à éviter une image trop « autoroutière ». Vitesse limite : 90 km/h.

Doublement de la RD 61 :

les travaux commencent

Ça y est ! Le chantier de la mise en 2 x 2 voies

de la RD 61, entre Lunel et La Grande-Motte, débute.

Présentation de la 1 ère tranche … et de la suite.

La RD 61 est LA route pour rejoindre le littoral, qu’on

vienne de tout l’Est-héraultais ou de l’A 9. En pleine

saison, ça fait du monde, avec des pointes à 23 000

véhicules par jour. « L’échangeur ouvert en 1993 a été

déclencheur de tout le réseau secondaire, résume

Claude Barral. Le Département avait refait la RD 34,

de Boisseron à Lunel, il faut maintenant continuer de

Lunel à La Grande-Motte. »

Les raisons de l’attente

Malheureusement, les choses n’ont pas avancé aussi

vite que le Département l’aurait souhaité, notamment

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


RENCONTRES 23

à cause des contraintes environnementales très fortes,

« car la RD 61 longe l’étang de l’Or, zone classée

Natura 2000 » rappelle l’élu. Il y a eu aussi beaucoup

de travaux préparatoires, comme le déplacement des

réseaux d’eau brute. » .

Un gros morceau

Début 2013, les travaux principaux commencent avec

un « gros morceau » : la construction d’un nouveau

pont de 130 mètres sur le canal du Rhône à Sète qui

viendra compléter le pont actuel. Un chantier particulièrement

complexe et ce, pour plusieurs raisons. Tout

d’abord, les sols mous présents dans ce secteur vont

nécessiter de creuser des fondations très profondes

et de réaliser des remblais allégés en polystyrène. De

plus, la circulation des péniches sur le canal ne devra

pas être perturbée par les travaux. Enfin, les espèces

végétales et animales présentes sur les terrains environnants

feront l’objet d’une attention particulière

avec le contrôle spécifique d’un écologue. Pour cette

première tranche, le chantier va durer 18 mois, pour

un coût de 9 M€.

MONTPELLIER

MERCI !

La traditionnelle brioche

remise au Département

par l’Union départementale

des associations de

parents et amis de personnes

handicapées mentales

de l’Hérault, en remerciement

de son soutien.

Infos : herault.fr/13429

les travaux de rénovation

du « foyer domaine » de

l’Entreprise et service

d’aide au travail (Esat)

accueillant 80 travailleurs.

Coût : 1,8 M€.

BÉZIERS

L’OR BLEU

À chacun sa chaussée

La 2 x 2 voies comportera trois giratoires pour sécuriser

les carrefours, des pistes cyclables et des contreallées

latérales pour desservir les parcelles et permettre

la circulation des engins agricoles. Le coût total

de l’opération de 32 M€ est financé totalement par le

Département.

CE QUE ÇA CHANGE

« Ce nouvel axe va faire respirer l’arrière-pays et le littoral,

explique l’élu. Et puis il est extrêmement important pour

l’économie locale. Chaque été, les 200 000 touristes présents

sur le littoral pourront monter dans le Lunellois dans de

meilleures conditions. »

VILLENEUVE-LÈS-

MAGUELONE

TRAVAIL

SOLIDAIRE

P. Bouldoire, conseiller

général du canton de

Frontignan, a inauguré

Au domaine de Bayssan,

Jean-Luc Falip, pdt de la

commission environnement

du Département,

participait à une journée

de travail autour de

l’eau : actualités, stratégie

politique, avancées

des actions…

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


24 ÉLUS SUR LE TERRAIN

JACQUES ATLAN présente le théâtre Jean-Claude-Carrière, du nom de l’écrivain, scénariste, metteur en scène et président du Printemps

des Comédiens.

Un nouveau théâtre

au domaine d’O

À LA VEILLE DE L’ÉTÉ 2013, le domaine d’O

à Montpellier disposera d’une nouvelle salle

de spectacle. Objectif : améliorer encore

son offre culturelle. Présentation du projet.

L’été dernier, vous avez été près de

145 000 amateurs d’art et de spectacles

à vous rendre au domaine d’O à

Montpellier. Jacques Atlan, vice-président

délégué à la culture, lance un

début d’explication : « Nous proposons

de plus en plus de festivals et

de diversité ». A la belle saison, la

pinède et son amphithéâtre de 1 800

places à ciel ouvert font le plein.

L’hiver, c’est différent. Seul le théâtre

d’O est à même d’accueillir du

public en intérieur. Mais pas plus de

220 spectateurs. « Entre les deux, il

manque un chaînon et l’offre artistique

a besoin de s’exprimer aussi

en hiver », résume l’élu. Ce double

constat a donné l’idée aux élus du

Département d’équiper le Domaine

d’O d’une structure intermédiaire et

couverte.

De 600 à 1 200 spectateurs

Cette salle sera construite en bordure

de la pinède du domaine, entre

l’amphithéâtre et la rue de Saint-

Priest. Elle pourra accueillir 600

personnes assises ou 1 200 debout,

grâce à des gradins télescopiques et

escamotables. En plus de l’accueil,

des vestiaires et des sanitaires, le

hall d’entrée est coiffé d’un foyer

en mezzanine où s’installeront des

expositions. Enfin, un restaurant

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


C’EST VOTÉ 25

complètera l’équipement. Des

baies vitrées repliables permettent

même d’ouvrir la salle de réception

sur la pinède. « C’est la réponse au

problème de restauration que nous

avions sur le domaine, explique

Jacques Atlan. La demande était de

plus en plus importante et il nous

fallait y répondre en garantissant

sécurité et confort. »

Bois et son

Côté intégration dans le site,

c’est le parti pris du bois qui a été

retenu. « Nous l’avons voulu dans

l’esprit et le charme du domaine »

résume l’élu. Ce projet labellisé BBC

(bâtiment basse consommation)

sera doté d’une structure bois, majoritairement

issu de forêts certifiées.

Le bois présente en outre des

vertus phoniques. En effet, couplé

à des aménagements intérieurs

performants, il permet à la salle

d’être parfaitement isolée. Un

sérieux avantage pour les riverains.

De plus, par son positionnement, la

salle constitue un excellent parason

entre les habitations limitrophes

et les concerts de la pinède.

Budget total : 12 M€.

CE QUE ÇA CHANGE

Cette salle et ses équipements sont prévues

pour accueillir aussi bien des troupes

de théâtre que des colloques professionnels.

Et ce, de janvier à décembre.

Montpellier-

Thau à vélo

Se déplacer en toute sécurité à

vélo depuis Montpellier jusqu’à

l’étang de Thau (et inversement),

un doux rêve qui devient petit à

petit réalité. Pour compléter les

pistes cyclables qui relient Lavérune

à Cournonsec et Montbazin

à Poussan, Kléber Mesquida,

conseiller général, a présenté les

travaux d’aménagements de la

RD 5. Ils prévoient une piste cyclable

entre Cournonsec et Montbazin,

mais aussi l’élargissement de

la chaussée et des accotements

sur 2 km, la construction d‘une déviation

à l’ouest de Montbazin sur

1,8 km, des carrefours et ouvrages

d’art, etc. Travaux : 9 850 000 €.

À RETENIR

500 km d’aménagements cyclables

dans l’Hérault. Carte vélo VTT

de l’Hérault (pdf) sur herault.fr

(rubrique Sports et Loisirs)

Parc & Co

Frédéric Roig, conseiller général,

a annoncé la création deux zones

d’aménagement différé (ZAD) sur

les communes de Lunel (65,9 ha) et

de Saturargues (27,5 ha), nécessaires

à la construction du futur écoparc

départemental du Lunellois.

CE QUE ÇA CHANGE

Ce 5 e écoparc renforcera l’activité économique

à l’Est de l’Hérault.

Défi : un toit

pour chacun

Acquisition de terrains à Frontignan-la-Peyrade,

comme l’a présenté

Pierre Guiraud, conseiller

général du canton de Pézenas.

Subv. : 750 000 €..

CE QUE ÇA CHANGE

Construction de 55 logements sociaux

et de l’agence de la solidarité

du Bassin de Thau. Fin des travaux :

2 nd semestre 2014.

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


26 ÉLUS SUR LE TERRAIN

Au cœur des hauts-cantons,

l’Ortensia vous attend

« ANCIEN HAUT LIEU DE LA CULTURE DE L’HORTENSIA, une belle demeure reconvertie

en résidence d’accueil touristique haut de gamme ouvre son restaurant. »

QU’EN PENSEZ-VOUS ?

« Rester en lien

avec le territoire »

Corinne Roger

Directrice du Pays Haut-Languedoc

et Vignobles

« Tout de suite, nous avons eu le

coup de cœur. J’ai su que c’était

ici que ma cuisine trouverait sa

place ! » Eric Balan, ancien pâtissier

et chef de renom au parcours impressionnant,

a d’instinct adopté le

site exceptionnel du domaine de la

Pièce à Saint-Gervais-sur-Mare, et la

cuisine flambant neuve de l’Ortensia.

« Ce restaurant créé au cœur du

domaine s’intègre magnifiquement

dans le paysage de collines boisées,

en parfaite harmonie avec un

village plein de charme » souligne

Patricia Rochette, sa compagne, en

charge de la gestion du restaurant

et des six chambres d’hôtes au design

chic et confortable. Construite

en 1880, la demeure de style art

déco, entourée d’arbres centenaires,

était par le passé tournée vers

la culture de l’hortensia. De beaux

spécimens agrémentent encore

le parc, lieu privilégié accueillant

chaque année expos et manifestations

estivales, avec notamment

les fameux « Imprévus au jardin ».

« Par sa cuisine à la fois terroir et

inventive, Éric Balan saura ravir

curieux et fins gourmets » se félicite

Jean-Luc Falip, élu du canton

de Saint-Gervais-sur-Mare.

plus d’infos 04 67 97 69 88

et www.restaurant-ortensia.com

« C’est un pari

audacieux, un

défi à relever

dans un espace

rural, un des plus

isolés du département.

St-Gervais-sur-Mare

est au cœur d’un

canton aux grands atouts touristiques

mais qui n’a pourtant pas de structure

d’accueil référencée sur son territoire.

Proposer un restaurant et chambres

d’hôtes haut de gamme dans ce domaine

magnifique, chargé d’histoire, avec

son parc classé, c’est aussi une aventure

partagée. Aux côtés de la communau

de communes, propriétaire des

lieux, le Département de l’Hérault et

les autres partenaires institutionnels

ont su fédérer leurs compétences pour

porter ensemble ce projet, sans perdre

de vue la nécessité de rester en lien

avec le territoire. C’est dans cet esprit

qu’Eric Balan a été choisi pour donner

vie au domaine de la Pièce : il a ressenti

immédiatement les atouts de notre

terroir pour les mettre en valeur et

inspirer sa cuisine. Ce projet est une

chance pour notre arrière-pays et nous

ne doutons pas de son rayonnement. »

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


CONTRAT DE TERRITOIRE 27

296 000 €

sont consacrés par le Conseil

général à sa participation

dans l’ingénierie et

l’animation du Parc.

95 075 €

du CG en 2012 pour : la

valorisation des produits,

l’agriculture, les énergies

renouvelables, la

biodiversité…

PARC

NATUREL

RÉGIONAL

DU HAUT-

LANGUEDOC

ATTRACTIVITÉ

Le Département reste l’un des acteurs

majeurs du Parc naturel régional du Haut-

Languedoc (PNRHL). Plus de 391 000 €

d’aide sur un budget global de 1,47 M€.

Ce n’est pas nouveau. Depuis 2004 les

subventions départementales s’élèvent

à 3,4 M€. Elles ont permis au Parc, créé

en 1973, de voir son label régulièrement

renouvelé et son attractivité augmentée.

Cette année, une nouvelle charte en sera

la « feuille de route » jusqu’en 2023.

ENVIRONNEMENT

« Le Parc, ce sont désormais 109 communes

adhérentes et 10 partenaires »,

souligne Jean Arcas, conseiller général

d’Olargues. « Même si l’on peut regretter,

comme la ministre de l’Ecologie,

que le vote de deux communes remette

« L’essentiel pour le

Parc, ce sont les actions

de développement »

JEAN ARCAS, vice-président du Conseil général à propos du contrat

de territoire Département/Parc naturel régional du Haut-Languedoc

en cause le classement de 121 autres et

que la cohérence écologique soit ainsi

mise en échec. » Allusion à quelques

péripéties tarnaises.

ACTIONS

Mais pour Jean Arcas, vice-président

délégué du PNRHL, l’essentiel est ailleurs.

En particulier dans les actions novatrices.

Comme celle de Regal d’Oc, association

qui permet aux producteurs locaux de

trouver des consommateurs sur place

(notamment cantines scolaires et maisons

de retraite). Ou les textes encadrant

des activités parfois problématiques :

engins motorisés, carrières, centrales

photovoltaïques, éoliennes… « Pour ces

dernières nous avons fixé des limites :

300 machines de 125 m de haut. Ce sont

des maximums. Pas des objectifs. »

PASSA PAIS

« C’EST UN AXE STRUCTURANT. » Jean Arcas est formel. La voie verte

baptisée Passa pais (le Passe-pays) n’est pas seulement une piste

piétonnière, cyclable ou cavalière, elle constitue une artère majeure

pour le Parc. Elle permet de découvrir des lieux étapes et de pratiquer

de nombreuses activités tout au long de son parcours. D’être, aussi, un

point de départ qui mène vers des paysages, des sites architecturaux

ou d’autres randonnées. Toujours à travers une nature préservée et

parfois surprenante, à l’exemple des boucles de l’Orb et des impacts

de météores de Cabrerolles. Au départ d’Aussillon (près de Mazamet),

la voie verte emprunte sur 80 km l’ancienne ligne ferroviaire Castres-

Bédarieux. Terminus provisoire ? « Notre vœu serait de faire le tour

du Parc en remontant vers St-Gervais-sur-Mare. »

L’implantation du parc régional naturel du

Haut-Languedoc, sur plusieurs départements

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


28 ÉLUS SUR LE TERRAIN

Comment se déplacer

facilement dans mon canton ?

1. Qu’est-ce qui a changé avec

« l’Hérault à

1 € » ?

Certains habitants de Ganges ou

des alentours prennent aujourd’hui

le car alors qu’ils n’y auraient pas

songé auparavant. Il est devenu

plus facile et

plus économique

d’aller à Montpellier. Un aller-retour

en car qui coûtait environ 15 € re-

vient désormais à 2 €. Le calcul est

vite fait. C’est

aussi beaucoup plus

économique

qu’en voiture, surtout

au prix actuel des carburants.

« Une

amélioration

considérable

de la vie au

quotidien »

JACQUES RIGAUD,

conseiller général du canton de Ganges

2. Le prix seul fait tout ?

Il y a aussi la fréquence et l’amplitude

horaire. Plus de cars, plus tôt

et plus tard, cela correspond mieux

aux besoins des habitants. En

outre, à certains horaires, pour aller

ou revenir de Montpellier, le soir et

le matin, les trajets sont plus directs

et les passagers gagnent 15 à 20 mn.

Autant dire que les commentaires

sont très positifs. Les habitants

des hauts-cantons plébiscitent la

nouvelle formule.

3. Des exemples concrets de leurs

usages ?

Oui, on a beaucoup d’associations

qui les utilisent en groupe pour

venir profiter des loisirs à Montpellier,

notamment des musées.

Plusieurs habitants empruntent

maintenant les cars d’Hérault

Transport pour leurs déplacements

professionnels. Et puis il

y a les lycéens qui descendent à

Montpellier.

Ganges

200 000

voyageurs par an

sur la ligne

Hérault Transport

de Ganges..

75%

de fréquentation

en plus depuis

la mise en place

de la réforme.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


FACE À FACE 29

LOUIS VILLARET ET JACQUES RIGAUD, élus des cantons

de Gignac et de Ganges expliquent comment « les cars à

un euro » ont changé les habitudes de déplacement.

3

QUESTIONS À…

1. Qu’est-ce qui a changé avec

« l’Hérault à 1 € » ?

En Cœur d’Hérault, nous avons la

plus forte hausse de fréquentation

des lignes départementales. C’est la

preuve que les gens sont satisfaits

et ont modifié leurs habitudes de

déplacement. Le car à 1 € intéresse

tout le monde. En premier lieu, bien

sûr, tous ceux qui ont les moyens

les plus modestes : retraités, étudiants,

personnes au chômage…

Mais beaucoup d’autres aussi.

2. Pourquoi cet engouement ?

Cela facilite la vie des gens.

Outre le prix, être conduit, cela

« économise » du stress. Moins

de tension nerveuse sur la route

ou à la recherche d’une place

de stationnement. Certains, par

exemple, viennent en voiture à

Gignac ou Lodève puis prennent le

car pour Montpellier. Aller à la fac,

à la clinique ou à un autre rendezvous

devient plus simple et moins

onéreux. Avec moins de voitures

LOUIS VILLARET

conseiller général du canton de Gignac

« Le Cœur d’Hérault a la plus

forte hausse de fréquentation

du département »

sur les routes, ce qui est bon pour

l’environnement.

3. L’avenir ?

Il existe le projet de « cars à haut

niveau de service » qui emprunteraient

l’autoroute et bénéficieraient

de leur propre re voie dans

les villes. Pour éviter qu’ils soient

pris dans les embouteillages,

nous sommes en train d’étudier

la possibilité de faire circuler

les cars sur une voie réservée et

avec une fréquence e de passage

plus élevée. Ils seront plus

confortables, plus fiables et

toujours économiques.

Gignac

515 000

voyageurs par an sur

l’axe Clermont-l’Hérault-

Gignac-Montpellier

130%

de fréquentation

en plus depuis

deux ans

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


30 ÉLUS SUR LE TERRAIN CELA FAIT DÉBAT

Faut-il interdire

les week-ends d’intégration ?

LA LOI PUNIT LE BIZUTAGE DEPUIS 1998. Mais les dérapages continuent lors

de soirées dites d’intégration. Entre interdiction et encadrement, pour ne pas

pénaliser ceux qui visent simplement la convivialité, les avis sont partagés.

“OPPOSÉ”

S’

il s’agissait de réunir les jeunes dans un

amphithéâtre pour évoquer la vie sur

le campus et leur permettre de faire

connaissance, la notion d’intégration aurait un sens.

Le Conseil général finance d’ailleurs ce type de journée

pour les collégiens, sous l’autorité des chefs d’établissement

et des professeurs. Mais ce n’est pas ce qui

intéresse nombre d’étudiants, toujours attachés au

rite du bizutage et qui trouvent dans l’intitulé de ces

week-ends une façon de contourner l’interdit : le séjour

de ski s’avère souvent ponctué de soirées de beuveries

propices aux séances d’humiliation collectives. Comme

pour les rave parties, il est difficile de déterminer à

partir de quel moment la police doit intervenir ou de

faire respecter la loi, faute de sanction. Je suis opposé à

ces manifestations et pense qu’elles devraient au moins

engager la responsabilité des établissements nocturnes

dans lesquelles elles se déroulent la plupart du temps.

“COOPÉRATION”

Evénement majeur dans la naissance d’une

promotion, le week-end d’intégration permet

à des élèves souvent issus d’horizons et

de nationalités différentes de se rencontrer et de rester

soudés. Il associe challenges sportifs et soirée dansante,

dans le respect de l’autre et sous la supervisions

d’adultes. J’en garde pour ma part un souvenir bon

enfant et de belles amitiés. Confier l’organisation de

ces week-ends à une association étudiante contribue

à la formation des élèves et à la création de réseaux.

Mais pour éviter les dérapages, mieux vaut les placer

sous l’égide de l’administration. Laquelle peut aussi

prévoir des séances de prévention : c’est ainsi que nous

avons par exemple été formés aux gestes qui sauvent

par la Croix-Rouge. En conclusion, je recommande une

coopération étroite entre associations d’étudiants et

corps administratif pour les manifestations prévues

hors des établissements scolaires.

PIERRE MAUREL

vice-président délégué

à l’éducation pour tous

et à l’administration générale

SIMON ROBERT

ancien élève d’Ecole supérieure

de commerce de Paris/Europe,

responsable de la vie de l’école

en 2006

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


EXPRESSION LIBRE 31

Ces propos sont sous la stricte responsabilité de leurs auteurs. Loi de démocratie de proximité (27/02/2002)

Groupe d’opposition de Droite

Groupe Démocratie et République

Acte manqué !

Alors que Madame Marylise Lebranchu,

ministre de la Réforme de l’Etat,

de la Décentralisation et de la Fonction

publique, affirmait vouloir aller

vite en matière de décentralisation,

elle semble aujourd’hui moins pressée.

Le projet de loi qui devait être

présenté dès le mois de novembre

en Conseil des Ministres ne le sera

qu’au début de l’année prochaine.

Très attendu par les collectivités territoriales,

ce projet de loi, rappelonsle,

devrait clarifier les compétences

entre l’Etat et les territoires.

A plusieurs reprises, le groupe

« Démocratie et République » s’est

exprimé sur ce sujet en rappelant

son attachement à l’échelon départemental

et en insistant sur l’urgence

de cette réforme.

Il y a quelques semaines, les Etats

généraux de la Démocratie territoriale,

qui devaient être l’occasion

d’annoncer cette grande réforme,

n’ont malheureusement pas été à la

hauteur de l’attente qui s’est pourtant

exprimée avec force.

En effet, le chef de l’Etat s’est

contenté d’annoncer que les Régions

se verront confier les politiques

de l’emploi, de la formation et du

soutien aux PME-PMI et que les

Départements auront en gestion

l’essentiel des compétences relevant

du champ du handicap et de la

dépendance. Il a par ailleurs déclaré

que pour dénouer « le millefeuille

administratif », « c’est le principe du

chef de file qu’il faut étendre à tous

les domaines de l’action locale. »

Cela ne suffira pas à rassurer les

élus départementaux, inquiets des

propos tenus par François de Rugy,

co-président du groupe écologiste à

l’Assemblée nationale qui avait

affirmé que son parti, Europe Ecologie-Les

Verts, était favorable à

« la suppression du Conseil général ».

Depuis lors, une délégation de

l’Assemblée des Départements de

France a été reçue à l’Elysée. Et si la

reconnaissance des Départements

et de leur importance n’est plus à

démontrer, la question de la mise en

œuvre des conditions pérennes de

financement des dépenses de solidarité

qui leur incombent (APA, RSA,

PCH) reste entière pour 2013.

Sébastien FREY

Président de Groupe

Groupe

communiste

Préserver les terres

agricoles, un

devoir pressant

Chaque année, en France, ce sont près

de 90 000 ha de terres agricoles qui sont

utilisées à des fins d’urbanisme, que ce

soit pour le logement ou les activités

économiques. Cette urbanisation

extensive, que l’on songe à l’étalement

pavillonnaire ou à la banalisation des

espaces commerciaux et industriels

aux portes de nos villes, menace tout

à la fois la survie d’une agriculture de

proximité et l’équilibre des différents

espaces. Notre département, champion

de la démographie, n’échappe pas au

dilemme consistant à affirmer qu’il

est nécessaire de construire plus de

logements, de développer l’activité

économique et, dans le même temps, de

préserver ce qui fait la qualité de vie de

ce département, ses contrastes, la proximité

des villes et de la campagne, la

place pour une agriculture dynamique,

l’attractivité touristique. Cette contradiction,

brandie comme un fatalisme

par ceux qui rêvent de bétonner notre

littoral ou qui espèrent transplanter des

villes à la campagne, n’est pas inéluctable.

Le Conseil général dispose, de par la

loi et par sa volonté propre, de nombreux

outils pour préserver les terres

agricoles, il agit en ce domaine.

L’Etat, avec la loi SRU, portée par un

ministre communiste, dispose aussi

de leviers permettant d’agir, ainsi que

la Préfecture de l’Hérault le rappelait

récemment à l’attention des élus.

Aussi, ce qui est en jeu, c’est la volonté

politique de tous les acteurs de mettre

en œuvre ces dispositions, tant dans

l’examen des documents d’urbanisme

des communes que lors des enquêtes

publiques sur tous les projets d’envergure.

Un cas d’école pourrait mettre

chacun face à ses responsabilités,

s’agissant de la volonté de transformer

de riches terres agricoles sur Poussan en

base arrière du port de Sète : pourquoi

assortir le nécessaire développement de

l’activité maritime à l’installation d’un

« hinterland » qui, outre l’artificialisation

de plus de 100 ha, ouvrirait la voie au

développement d’un important trafic

routier ? Le développement durable

pour nous, signifie avant tout replacer

l’humain au centre des politiques publiques,

et pour vous ?

François LIBERTI

Président de Groupe

Groupe majoritaire socialistes

et apparentés

La solidarité,

une valeur forte

Pour les élus départementaux de notre

majorité, la solidarité est une valeur

forte. Cela se voit dans nos actions et

se vérifie dans les chiffres. Le Conseil

général investit chaque année plus de

700 M€, soit plus de la moitié de son

budget global, dans ce qu’il a de plus

cher : la solidarité, pierre angulaire

d’un véritable équilibre social de ses

habitants. Cela s’appelle l’intelligence

du cœur et c’est une valeur sûre pour

un développement durable. Le Département

de l’Hérault, protecteur

face aux accidents de la vie, combat

en première ligne sur le front de la

solidarité et de l’insertion : engagement

auprès des aînés, des personnes

malades, dépendantes, handicapées

et dispositifs en faveur de l’insertion et

du soutien à l’emploi.

Dans un contexte de crise financière

et économique, les départements font

face à une crise sociale sans précédent

et réaffirment leur vocation solidaire

dans la réorientation de la politique

sociale, aux côtés du gouvernement,

pour en finir avec les mesures injustes

et irresponsables des années précédentes.

Quelle que soit la situation,

même en temps de crise, il faut être

solidaire et ne pas se cristalliser

uniquement sur des considérations

comptables. L’important c’est l’humain,

la justice et « Liberté, égalité,

fraternité » n’est pas qu’une devise,

mais le socle sur lequel nous devons

fonder nos actions.

Sous les effets combinés de la refonte

de l’intercommunalité, des nouvelles

règles qui seront adoptées, les collectivités

territoriales sont appelées à

connaître d’importantes évolutions.

Les différents débats lancés au niveau

national se prolongent à l’intérieur

même des collectivités locales, au moment

où elles revisitent leurs pactes

financiers et fiscaux.

A l’heure où la démocratie territoriale

évolue, les élus mettent la main à une

nouvelle organisation des collectivités

et les conseillers généraux du

département de l’Hérault continuent à

assumer leurs choix politiques d’aide et

de soutien en faveur des plus fragiles,

concentrent leurs efforts pour une

meilleure efficacité de l’action publique

et déterminent leurs politiques départementales

à l’aune de la solidarité.

Kléber MESQUIDA

Président de Groupe

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


32 ÉLUS SUR LE TERRAIN CONSEILLERS JUNIORS

ON VOUS FAIT UN DESSIN ?

Du 15 au 17 novembre, Pierres

vives accueillait L’Hérault Trait

Libre, 1 er festival international

du dessin de presse, organisé

par le Conseil général, le Club

de la presse et l’association

Cartooning for Peace. Invités à

en décerner le prix « jeune », des

collégiens héraultais avaient au

préalable été sensibilisés à cet

art lors d’ateliers animés par des

dessinateurs.

Réflexion

« Une excellente initiative doublée

d’une totale découverte pour

les élèves », selon Denis Tuchais,

professeur documentaliste au collège

Les Escholiers-de-la-Mosson,

à Montpellier, venu avec quatorze

collégiens de huit classes. « Nous

travaillons déjà beaucoup sur

l’éducation aux médias mais le

dessin de presse est une autre clé

« Des exemples concrets nous ont permis de comprendre

comment fonctionnait un dessin de presse.

Une expérience utile à notre rôle de membre du jury :

pouvoir confronter nos points de vue, donner notre

avis lors d’un festival international est une expérience

exceptionnelle. »

Laïla Hallous, élève de 3 e

aux Escholiers-de-la-Mosson

d’entrée pour aider les jeunes à

comprendre l’information, aiguiser

leur esprit critique et favoriser

leur ouverture culturelle. »

Application

Entre la recherche de dessins

dans diverses publications et

leur décryptage, les questions

ont fusé : A quoi sert le dessin de

presse ? De quoi se compose t-il ?

Que signifie la liberté de la presse

? Un homme politique peut-il

porter plainte après avoir été

caricaturé ?... Après une matinée

de théorie, les participants sont

retournés à Pierres vives tester

leur coup de crayon. Et vont

maintenant faire partager cette

expérience aux élèves de leur

collège.

« Citoyen reporter », un grand concours

de reportages dessinés est lancé dans les

collèges de l’Hérault. Règlement à télécharger

sur lheraulttraitlibre.com

« Je ne lis pas la presse… J’ignorais donc qu’il existait différents

styles de journaux et que l’on pouvait dire autant de choses

dans un dessin. J’ai beaucoup appris sur l’objectif du dessin

de presse - nous faire rire et nous faire réfléchir -, l’intérêt des

caricatures… J’ai aussi amélioré ma culture générale, tout en

ayant une préférence pour l’atelier pratique. »

Théo Soriano, élève de 3 e aux Escholiers-de-la-Mosson

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


GENS

D’HERAULT

33

Ils créent, ils cherchent, ils portent les couleurs de l’Hérault, ils sont solidaires,

ils vivent dans des paysages extraordinaires, ils font vivre une culture

et un patrimoine. C’est eux et vous, les gens d’Hérault.

34 PORTFOLIO Drôles de châteaux dans l’Hérault

36 ILS AGISSENT À Ils agissent à Gambetta-Écusson

38 AVENTURE CITOYENNE Franck Laurent, mécano

du cœur

40 AVENTURES COLLECTIVES Culture et Sport

solidaires 34

42 AVENTURE SINGULIÈRE Laure Gigou et

ses curiosités

44 QUESTION DU NET

Pour ou contre limiter la vitesse sur les pistes

cyclables ?

L’INSOLITE

À Pinet, Michel Merleau

a passé un an à remettre

en état la crèche animée,

visible tous les jours dans

l’église. Plus d’images

sur herault.fr


34 PATRIMOINE

NOS CHÂTEAUX RENAISSENT

Cinq de nos monuments

ont été remis

en état grâce au soutien

du Département.

Plus d’infos sur herault.fr

1

2

1 CAPESTANG

En 2011, restauration de la façade du

logis sud-est du château des Archevêques

de Narbonne (XII e , XIV e et XV e s.).

2 MONTOULIEU

Rempart, tour d’enceinte, courtine…

En 2012, le Castellas (XII e s.) a été

rénové et sécurisé, permettant la

création d’un circuit touristique.

3 MONTPEYROUX

En 2012, réalisation d’une campagne

de restauration et de mise en sécurité

du château du Castellas (XI e s.).

4 OLARGUES

Mise en valeur du site du Castrum (XII e s.

et antérieur) en 2010-11: consolidation

des vestiges, aménagement paysager…

3

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


PORTFOLIO 35

4

5

Montoulieu

Olargues Montpeyroux

Roquebrun

Capestang

5 ROQUEBRUN

En 2011, restauration et consolidation

de la tour de guet (XI e siècle) et aménagement

d’une passerelle. Matériaux et

échafaudages ont été transportés par

hélitreuillage.

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


36 GENS D’HÉRAULT

ILS AGISSENT À GAMBETTA-

ÉCUSSON

Le centre-ville de Montpellier est un territoire

de 25 000 habitants où se mélangent Histoire

et modernité. La vie culturelle et associative

y est riche et solidaire.

1

1 JEAN-PHILIPPE PEREZ

dirige la Brasserie du Dôme. Située

à l’angle des boulevards Gambetta

et Clemenceau depuis la fin du XVIII e ,

elle accueille toute l’année des cafés

à thèmes (philo, langues, etc.),

des conférences et des concerts.

Infos : 04 67 92 66 70.

2

3

2 MARIE-FRANCE NAVARRO

préside « À cœur ouvert », 7, rue de

Candolle. L’asso offre repas et accueil

médical aux personnes en détresse.

Elle lance un appel pour des duvets

et couvertures. Infos : 06 61 16 89 31.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


PORTFOLIO 37

4

4 YVETTE CAMILLERI

et son équipe représentent l’asso

Saint-Vincent-de-Paul au centre-ville.

L’an dernier, ils ont notamment

réalisé 800 visites à domicile et servi

9 300 personnes dans la boutique

solidaire, rue Saint-Denis.

Infos : 04 99 63 69 10.

Montpellier

3 L’ASSOCIATION LA GERBE

œuvre dans le quartier Gambetta

depuis plus d’un siècle : crèche, centre

de loisirs, scouts, ateliers, théâtre…

Le tout dans un havre de paix en plein

centre-ville. Infos : 04 99 74 24 30

www.lagerbe.com

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


38 GENS D’HÉRAULT AVENTURE CITOYENNE

Le mécano des sans-voiture

À « MÉCAM », Franck Laurent entretient, avec des salariés en insertion, un parc

de véhicules destinés à ceux qui ont besoin d’être motorisés pour aller au travail.

« Pas d’auto, pas de boulot, mais pas de boulot, pas

d’auto ! » Combien sont-ils dans l’Hérault, ceux ou celles

qui cherchent un travail et se voient refuser le poste

parce qu’ils ne sont pas mobiles ?

Depuis 2002, Franck Laurent, chef de l’atelier Mécam,

à Saint-Jean-de-Védas, est l’un des maillons forts de la

structure-mère, Passerelles-Insertion. Pour répondre à

ce problème de mobilité des Héraultais en situation précaire,

inscrits dans un dispositif d’accompagnement-emploi,

Mécam met à leur disposition, à prix « mini- mini »

grâce à des aides publiques, 22 voitures et 47 scooters.

Pour un mois renouvelable deux fois. Les véhicules sont

neufs ou d’occasion, achetés ou cédés par des partenaires

et des mécènes. Vérifiés chaque quinzaine, assurés

par l’asso. « Les personnes embauchées en CDD, CDI

FRANCK LAURENT

Dans l’Hérault depuis 1987

1957 : je nais à Sainte-Colombe (Rhône)

Mai 1987 : je quitte la Haute-Marne pour Montpellier

18 novembre 2002 : je passe du secteur marchand au

monde associatif et solidaire. Un grand changement.

Novembre 2012 : nous fêtons les 10 ans de Mécam !

« Mac Gyver,

enseignant et

parfois, assistante

sociale ! »

ou intérim, doivent

passer par

un « référent »

RSA, Pôle emploi,

CCAS, assistante

sociale… qui vérifient

s’il n’y a

pas de possibilité de transports en commun avant de

nous les envoyer. » C’est qui, nous ? Le second volet de

Mécam : l’atelier d’insertion. Franck - avec Jean-Louis -

forme entre quinze et vingt futurs mécanos par an, « capables

d’intégrer des garages à la pointe de la technologie

! » Pas de « chef », tous l’appellent par son prénom :

mécanicien auto depuis 1973, puis agent de maîtrise

dans une grande concession montpelliéraine, Franck

Laurent a saule pas en 1999 en obtenant un diplôme

de formateur. La rencontre avec Passerelles en 2000 sera

décisive dans la création de Mécam. « J’ai perdu en salaire,

en statut social, mais aider les autres, c’est naturel.

J’ai gagné sur le plan humain, en donnant à ces personnes

l’impulsion qui leur permet de sortir de l’exclusion. »

Et de bien (re)démarrer dans la vie.

plus d’infos www.passerelles-formation.fr/ ou Mécam,

tél. 04 30 57 00 65. Les dons de petites voitures ne nécessitant pas

de trop grosses réparations sont les bienvenus !

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


40 GENS D’HÉRAULT

AIDES LES FAMILLES à accéder aux loisirs ? La lutte contre l’exclusion peut aussi passer par là.

Un ticket pour lutter contre

les exclusions

CULTURE ET SPORT SOLIDAIRES 34

permet aux personnes en grande

difficulté de sortir. Et de s’en sortir.

Se rendre à un spectacle ou à un match ? Monnaie

courante pour les uns. Luxe inouï pour les autres. Ce

constat n’est pourtant pas une fatalité aux yeux de

« Culture et sport solidaires 34 ». Depuis près de dix

ans, cette association collecte des invitations auprès

des théâtres, festivals, musées, salles de concert, clubs

sportifs, cinémas et autres sites. Puis elle les met à la

disposition de 500 structures sociales partenaires dans

l’Hérault, à même de les diffuser auprès des personnes

et familles en grande difficulté : agences départementales

de la solidarité, missions locales d’insertion pour

les jeunes, centres communaux d’action sociale, associations

caritatives, services pénitentiaires d’insertion

et de probation, centres d’hébergement et de réinsertion

sociale, structures psychiatriques...

Un geste pour Noël

« Notre association s’inscrit dans la loi d’orientation

de 1998 relative à la lutte contre les exclusions, qui

affirme l’accès à la culture comme un droit fondamental

», rappelle son directeur, Jérémie Chassang.

« Elle constitue ainsi un levier d’insertion, complémentaire

des dispositifs d’accompagnement : les

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AVENTURES COLLECTIVES 41

travailleurs sociaux constatent que les personnes qui

en bénéficient font preuve de plus d’autonomie et de

dynamisme - par exemple dans la recherche d’emploi. »

À condition de les aider à s’autoriser le droit aux loisirs

et à lever d’autres blocages. « Voilà pourquoi nous

proposons aussi des formations destinées à favoriser

le travail de médiation des professionnels », souligne

Jérémie Chassang. Grâce à 350 partenaires, 300 événements

sont disponibles chaque jour, au profit de 17 000

personnes par an : une évaluation de l’impact de ces

actions est menée avec des étudiants de l’université

Paul-Valéry. Jérémie Chassang salue l’investissement

important des partenaires, dont le Département

(40 000 €) mais avoue « un pincement au cœur devant

certaines places vides de salles ou de stades ». Et formule

un vœu à l’approche de Noël : « Si toutes les collectivités

locales ayant une saison culturelle pouvaient

inviter des familles… »

plus d’infos www.cultureetsportsolidaires34.fr

« S’appuyer sur le potentiel

et non partir des difficultés. »

Patrick Germain-Géraud

président de Culture et Sport Solidaires 34

« J’ai été frappé de voir

une femme en insertion

s’exclamer, en découvrant

la peinture : « Je

peins pour ne pas être

rien ». Ce témoignage

prouve qu’il est possible

de s’appuyer sur le

potentiel des individus

et non sur leurs difficultés

pour les aider à s’en

sortir par eux-mêmes.

Capables de remobiliser

les plus fragilisés,

la culture et le sport

redonnent du sens aux

missions des travailleurs

sociaux. J’espère aussi

que les élus financeurs

nous aideront à poursuivre

notre action, tant la

tâche est immense. »

ACCOMPAGNEMENT

Spectateurs…

mais aussi acteurs

Les structures sociales partenaires de l’association

mènent de nombreuses actions de sensibilisation,

en amont ou en aval, afin d’impliquer

les bénéficiaires dans l’organisation des sorties

proposées. Préparation du déplacement (transport,

garde des enfants…), débats après spectacle,

ateliers d’écriture constituent autant d’occasions

d’échanges, de libre expression

et de remobilisation.

Reprendre

confiance en

soi, retisser des

liens familiaux

et sociaux, se

reprendre en

charge, apprendre

la citoyenneté lors

des ateliers de

sorties culturelles…

Tél. association :

04 67 42 26 98

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


42 GENS D’HÉRAULT

LAURE GIGOU a passé 32 ans à fouiner dans les musées et les collections. Une connaisseuse des secrets de l’Hérault !

JACOU

A la chasse aux trésors…

ANGE GARDIEN FACÉTIEUX DE NOTRE

PATRIMOINE, Laure Gigou nous dévoile,

en textes et en photos, des aspects

méconnus de l’Hérault.

soigné le père de Napoléon 1 er : « Au-delà ou à l’intérieur

de grands pôles touristiques très fréquentés, on peut encore

découvrir des coins méconnus, riches en anecdotes »,

s’enthousiasme cette retraitée pleine de « peps », plongée

très tôt dans un bouillon de culture.

Six mille kilomètres en quatre mois… Qu’est-ce qui a donc

poussé Laure Gigou à sillonner ainsi le département ? La

réponse se trouve dans Hérault, 100 Lieux pour les curieux,

un guide insolite qu’elle vient de publier aux éditions

Christine Bonneton. De l’étrange histoire de la statue de

l’aviateur de Paulhan aux bannières du musée de Cruzy,

classées monuments historiques. Du monastère orthodoxe

de Joncels aux anciens thermes de Juvignac, où fut

Carrière muséale

« Mon arrière-grand-père était professeur de dessin, mon

grand-père féru de peinture et mon père, licencié en lettres…

De l’âge de dix ans jusqu’au bac, j’ai pris des cours

à l’école des Beaux-Arts. Je pensais en faire un métier, au

grand dam de mes parents. Ami de la famille, le conservateur

du musée de Sète m’a alors conseillé de suivre un cursus

d’histoire de l’art. » Son « premier et unique poste » sera

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


AVENTURE SINGULIÈRE 43

celui de conservatrice en chef des musées du patrimoine

au Conseil général : trente-deux ans à établir patiemment

des inventaires, créer et rénover de nombreux musées (Les

Matelles, Pézenas, Lodève, Bouzigues, Saint-Pons-de-Thomières,

Hérépian...), organiser des expositions, tout en rédigeant

le guide des musées et des collections de l’Hérault.

Championne de diaporama

L’expérience aurait pu la propulser à la tête d’un grand

musée… Si son cœur n’avait penché pour le travail de

terrain, « en contact permanent avec les amoureux du patrimoine…

». Un précieux réseau qui l’a aidée à dénicher,

pour ce projet, cent perles rares dont les illustrations révèlent

aussi son talent de photographe. « Etudiante, j’ai

assisté à tant de projections floues que je m’étais promis

d’employer de bons clichés si un jour je devais faire des

conférences. Dès que j’ai commencé à travailler, j’ai intégré

l’école de photographie de Castelnau-le-Lez où j’ai attrapé

le virus du diaporama. » Championne de France de cette

technique qu’elle enseigne bénévolement au sein du club

baillarguois Photo passion 34, Laure Gigou s’apprête, au

printemps, à remettre son titre en jeu… Non sans dépoussiérer,

au passage, l’image du conservateur de musée.

Hérault, 100 Lieux pour les curieux, éditions Christine Bonneton,

155 p, 15,50 €.

AUSSI RARE QUE SURPRENANT, ce retable se cache dans l’église

Saint-Martin, au Caylar. Classé monument historique en 1905,

il figure rarement dans les guides … sauf dans celui de Laure Gigou !

RETOUR SUR…

Ça tourne encore

au CSRE de Lamalou !

Dans L’Hérault n°203 (juin 2011), l’article « Silence,

ça tourne ! Hollywood à Lamalou » relatait

l’aventure cinématographique des jeunes du

Centre de soins, de rééducation et d’éducation

de Lamalou-les-Bains (CSRE). Déjà récompensés

au concours régional Discrimétrages (2009),

Prix des droits de l’Homme et concours de la

Résistance et de la Déportation (2011), ils ont

continué, script à la main et caméra à l’épaule.

Leur dernier film 4 Roues et la vie - dont le protagoniste

est un fauteuil roulant - a reçu le Prix

de l’éducation citoyenne départemental 2012,

décerné par les membres de l’Ordre national

du mérite et l’Inspection académique. Il est

disponible sur You tube en tapant le titre dans

le moteur de recherche. Les jeunes comptent

sur vous pour « faire le buzz » !

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


44 GENS D’HÉRAULT QUESTION DU NET

POUR OU CONTRE LIMITER LA VITESSE DES PISTES CYCLABLES ? Un débat qui ne pédale

pas dans la choucroute. Solutions à la clef s’il vous plait !

Partager la route en toute

sécurité, sans décourager

Vous avez répondu

« Un bon joggeur court

à plus de 10km/h. Ils

se verront interdire les

pistes cyclables aussi ?

interroge Luc de Vias.

N’importe quoi ! On nous

demande de préserver

l’environnement, et on

accuse ceux qui font

l’effort de prendre leur

vélo de rouler trop vite ».

Décourageant. Pour

autant, le danger pour

les piétons existe dès

lors que les pistes sont

partagées. C’est ça le vrai

problème, et vous êtes

nombreux à souligner.

Alors, on fait quoi ? « Si

la piste cyclable est

mixte vélos–piétons, on

limite la vitesse. Si elle

est réservée aux cyclistes,

pas de limitation »,

suggère Michel de Mèze.

Autre possibilité : « Si la

construction d’une piste

réservée aux cyclistes

n’est pas possible, la

place des cyclistes est

sur la route, conseille

Cathy, de Castelnaule-Lez.

L’impératif de

sécurité est alors déplacé

: il faut protéger les

cyclistes des automobilistes

en réduisant leur

vitesse. Ceux-ci seront

alors peut-être tentés

de rouler en vélo. » Qui

sait ? Le débat continue

sur herault.fr.


C’est une absurdité,

au moins

tant que les vélos

n’ont ni compteur

de vitesse, ni immatriculation.

Daniel, Montpellier


On voudrait

tuer le vélo (ou

les cyclistes ?) qu’on

ne s’y prendrait pas

autrement.

Pascal, Montpellier


Je suis pour.

Parfois, on

se croirait au Vélodrome

d’Hiver ! Vous

roulez à vitesse normale

sur pistes cyclables,

et vous vous

faites carrément engueuler

par les types

déguisés comme

des coureurs du tour

de France.

Michel, Villeneuve-lès-

Maguelone.


Contre. Il est

possible de

partager certaines

sections avec les

promeneurs. Mais

ceux-ci doivent faire

autant attention que

les cyclistes.

Bernard, Baillargues


Si les élus veulent

décourager

les cyclistes en

les verbalisant, qu’ils

le fassent. Nous roulerons

sur la route,

voire nous reprendrons

la voiture !

Bruno, Jacou

VOTRE AVIS

Maillot jaune ou à

pois, venez-vous

vous faire les cuisses

sur herault.fr.

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SORTIR

45

CHAÎNE DE PRODUCTION dans une usine en Chine. Image extraite du film documentaire de Jennifer Baichwal, Paysages manufacturés.

COUP DE CŒUR

MERCREDI 12 DECEMBRE

MONTPELLIER/

PIERRES VIVES

Mutation

des paysages

En réalisant « Paysages

manufacturés », à partir

Tourné à l’occasion d’un

voyage en Chine, il montre la

terre depuis le sol, à hauteur

d’homme : à l’opposé de la

démarche de Yann Arthus

Bertrand, ce n’est pas la vision

d’une nature intacte mais

celle des blessures portées par

l’homme. À 20 h à l’amphidu

travail documentaire du

photographe Edward Burtynsky,

la Canadienne Jennifer

Baichwal présente un film

dont la seule force des images

donne à voir et réfléchir sur

les effets de l’industrialisation

et de la pollution dans

la mutation des paysages.

théâtre. Ce film s’inscrit dans

la lignée des Rendez-vous

de la médiathèque : cinéma

fiction ou documentaires sont

proposés gratuitement. À voir

aussi régulièrement, pour les

plus jeunes, films d’animation

et films jeunesse.

En savoir plus : pierresvives.herault.fr

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


46 SORTIR

ST-GÉNIÈS-

DE-VARENSAL

COLOMBIÈRES-

SUR-ORB

LOUPIAN

PÉZENAS

BÉZIERS

DU 5 AU 9 DÉCEMBRE

VALLÉES ORB-JAUR

Festival de BD

5 e édition du festival

« Carnet de villages »,

à Olargues, Vieussan,

Prémian et Colombièressur-Orb

: expo, rencontres,

dédicaces, ateliers pour les

enfants (sur inscription),

films, bande dessinée

numérique et animations.

Repas italien sur réservation

le samedi soir suivi

d’un bal Trad Oc à 21 h 30

à Colombières-sur-Orb.

Rens. : 04 67 97 59 58.

LES 22 ET 23 DÉCEMBRE

BÉZIERS SORTIEOUEST

Cirque aérien

Larsen est joué comme une révolte contre l’ennui.

Produit par la Cie 220 Vols, un spectacle aérien

sur fond de concert aux ambiances sans concession.

Un travail audacieux, poétique et personnel, des

morceaux de vie et une fenêtre ouverte sur l’intérieur

de trois êtres. Voilà un hymne à l’amour et un corps

à corps aérien d’une beauté époustouflante. Un

spectacle qui a le goût du risque et de la légèreté.

À partir de 8 ans. À 21 h le 22 et 16 h le 23 au

domaine de Bayssan. Tarif de 6 € à 16 €.

Rens. : 04 67 28 37 32 et www.sortieouest.fr

VENDREDI 7 DÉCEMBRE

ST-GÉNIÈS-DE-

VARENSAL

Oratorio solo

La Mastication des morts de

et avec Nicolas Heredia. Dans

le cadre du Grand tour de

SortieOuest. Un seul acteur

fait apparaître tous les habitants

du village en redonnant

la parole aux centaines de

défunts enterrés au cimetière

du village. À 21 h au foyer

rural. Tarif : 5 € et 8 €.

Rens. : 04 67 23 78 03.

LES 1 ER ET 2 DÉCEMBRE

PÉZENAS

Clowns acrobates

Artisanal Circus, Cie les

Magnificos et Belouga, spectacle

de cirque co-accueilli

avec la Verrerie d’Alès, pôle

national cirque. Portées acrobatiques

et art clownesque de

deux artistes au cœur tendre.

À voir en famille. À 16 h, sous

yourte au parc des Sports.

Tarif de 4 € à 10 €.

Rens. : 04 67 90 19 08

et www.ville-pezenas.fr

SAMEDI 1 ER DECEMBRE

LOUPIAN

Femmes et viticulture

Les Automnales du festival

de Thau, événement mêlant

musique, rencontres et ateliers

sur le thème des femmes

et de la viticulture. Dès 14 h,

au collège Olympe-de-Gouges,

conférence-débat avec

vigneronnes et scientifiques ;

à 16 h dégustation sur des

accords vin/chocolat avec le

maître chocolatier Emmanuel

Servant (gratuit mais

sur inscription) ; et concert à

20 h d’Emily Loizeau (photo)

qui présente son nouvel

album Mothers et Tygers au

centre socio-culturel. Tarif

du concert 20 € et 22 €.

Rens. : 04 67 18 70 83

et festivaldethau.com

L’Hérault

LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT


SORTIR 47

LUNEL

CLERMONT- MONTPELLIER

L’HÉRAULT

ST-JEAN-DE-VÉDAS

BÉZIERS

LES 6 ET 7 DÉCEMBRE

CLERMONT-L’HÉRAULT

Théâtre d’objets

L’Etrange Cas par la Cie

Volpinex, une création

jouée dans six classes de

collèges dans le cadre de

l’opération « Collèges en

tournée ». À partir du

roman de Robert Louis Stevenson

Le Cas étrange du

Dr Jekyll et Mr Hyde, les

artistes créent un univers

ambivalent, un dispositif

scénique présentant la

dualité du bien et du mal.

Au théâtre, à 19 h le 6, et

20 h 30 le 7. Tarif : 5 €.

Rens. : 04 67 96 31 63.

SÈTE

DU 4 AU 7 DÉCEMBRE

SÈTE

Entre magie

et illusion

Ne m’oublie pas par la Cie

Philippe Genty. Extraordinaire

voyage entre magie

et illusion. S’inspirant de

rêves féminins, dix artistes

et leurs doubles forment

un ballet étrange. Philippe

Genty poursuit son explo-

LES 28 ET 29 DÉCEMBRE

MONTPELLIER

Cirque au Domaine d’O

ration d’un langage visuel,

vocal et musical singulier.

Au chai Skalli à 20 h 30,

sauf mercredi à 19 h.

Tarif : 10 € et 18 €.

Rens. : 04 67 74 66 97.

MARDI 4 DÉCEMBRE

ST-JEAN-DE-VÉDAS

Conte drôlatique

Le Grand Cahier d’Agota

Kristof adapté et mis en

scène par Paula Giusti.

Un spectacle d’une cruelle

Wear it like a crown, Cie suédoise Cirkus Cirkör. Un

univers proche de celui de Tim Burton où l’art de la

piste devient conte philosophique. Proches de la danse

contemporaine, imprégnés d’art visuel, ces artistes

laissent s’échapper des personnages dignes de la

famille Adams. Du jamais vu sur une piste de cirque.

À partir de 10 ans. À 19 h sous chapiteau, entrée

nord. Tarif de 5 € à 15 €.

Rens. : 0 800 200 165 et www.domaine-do-34.eu

beauté, l’histoire de jumeaux

privés d’enfance

et apprenant tout seuls à

devenir grands. Personnages

fascinants à la vie dure, les

yeux ouverts, le cœur fermé,

ils tiennent leur journal

dans le « grand cahier ».

Une adaptation puissante

d’un chef-d’œuvre littéraire.

À 20 h au Chai du Terral.

Tarif 10 € et 15 €.

Rens. : 04 67 82 02 34.

JEUDI 20 DÉCEMBRE

LUNEL

Cirque pour tous

Pss Pss de Camilla Pessi et

Simone Fassari. Mêlant la

poésie et l’acrobatie les

Baccalà vous emportent

dans un tourbillon de

situations hilarantes.

Poétique, intime et surréel

ce spectacle ébouriffe petits

et grands qui n’ont jamais

grandi. Ils ont parcouru le

monde avec cette histoire

tendre où tout est permis.

Une performance de clowns

contemporains hors pair. À

20 h 30 à la salle Georges

Brassens. Tarif 7 € et 10 €.

Rens. : 04 67 22 03 78.

N°219 – DÉCEMBRE 2012

herault.fr


48 SORTIR

gratuit ou presque

jeune public

accessible handicap

LES BONS PLANS

MAGALAS

PÉRET

PRADES-LE-LEZ

SÉRIGNAN

VILLENEUVE-

LÈS-MAGUELONE

JUSQU’AU 15 DÉC.

PÉRET

Expo peinture

Une expo des œuvres de Philippe

Morlighem, présentée

par la fondation A.N.P.Q.

(Arts N’imPorte Quoi). L’occasion

d’explorer des formes

d’expressions différentes

pour traduire les émotions et

la créativité artistique. À la

galerie d’art contemporain

A.N.P.Q. de 14 h à 20 h du

mercredi au vendredi et de

10 h à 19 h le samedi.

TOUT LE MOIS

QUINZE COMMUNES

Contes gourmands

Avec la Tournée des

contes de Noël de la médiathèque

départementale,

Confiotes et La Grande

Cuisine (photo), deux

spectacles gourmands à

savourer en famille dans

les bibliothèques de quinze

communes.

Rens. : 04 67 62 71 00 et herault.fr

Rens. : 04 67 44 79 86.

DU 1 ER AU 15 DÉC.

TROIS COMMUNES

Hommage à Boby

« Boby Lapointe repiqué »

avec pas moins de six artistes

pour un concert hommage au

grand homme proposé par le

Département en partenariat

avec les communes et produit

par le Printival Boby-Lapointe.

À 20 h 30, le 1 er aux

halles à St-Gervais-sur-Mare,

le 14 à l’office culturel à

Gignac et le 15 salle Léo-

Malet à Mireval.

Rens. : 04 67 67 41 30.

SAMEDI 22 DÉC.

VILLENEUVE-LÈS-M.

Illusion et poésie

Le Manipulateur ou la

Véritable Histoire de Paul

Cres par Luc Apers. Un

univers magique et des manipulations

époustouflantes

combinant textes humoristiques,

chorégraphie théâtrale

et tours de prestidigitation

étonnants. Un conteur tendre

et amusant qui livre un récit

émouvant et établit avec le

public une vraie complicité.

À 20 h 30 au théâtre. Tarif

de 8 € à 15 €.

Rens. : 04 67 69 58 00.

MARDI 18 DÉC.

MAGALAS

Théâtre

Avec Théâtrevardavilar, en

tournée dans les médiathèques,

la Cie Hirsute porte un

regard décalé sur Jean Vilar

vu par Agnès Varda. À 19 h

à la médiathèque.

Rens. : 04 67 36 49 45.

LES 19 ET 20 DÉC.

SÉRIGNAN

Western revisité

Bang ! par la Cie Volpinex.

Bruitages et effets spéciaux

garantis, venez assister à

la fabrication d’un western

pas comme les autres. À 20

h le 19 et 14 h 30 le 20, au

théâtre de la Cigalière.

Rens : 04 67 326 326.

DIMANCHE 2 DÉC.

PRADES-LE-LEZ

Conférence

Mauvaises herbes : sont-elles

si mauvaises ? Documentaire

et débat avec Michel

Chauvet, ethnobotaniste et

chercheur au Cirad. À 15 h à

la Maison départementale de

l’environnement.

Rens. : 04 99 62 09 40

LE MAGAZINE DU CONSEIL GÉNÉRAL DE L’HÉRAULT – 1000 RUE D’ALCO – 34087 MONTPELLIER CEDEX 04

More magazines by this user
Similar magazines