252 - (CCI) de Strasbourg et du Bas-Rhin

strasbourg.cci.fr

252 - (CCI) de Strasbourg et du Bas-Rhin

Transports

20 Accessibilité

La Magistrale mettra

Strasbourg au cœur

de l’Europe élargie

Information

22 La veille économique

Une attitude d’écoute

à la portée de tous

Espace

entreprendre

37 Création-reprise

d’entreprise

Les dix ans de l’Espace

Entreprendre de la CCI

Métiers

60 Restauration livrée

à domicile

Quelques créneaux à

prendre, à condition

d’innover

p. 30

E

dossier industrie

La sous-traitance

Un levier à

l’innovation

3 EUROS / N°252 / SEPTEMBRE 2006


actualité

des entreprises

Concours Lépine

Guy Dettwiller

lauréat alsacien

En travaillant sur les toits alsaciens,

Guy Dettwiller, couvreur

de son métier, est confronté

chaque jour à l’inconfort des

pantalons dans les positions

agenouillées. C’est par hasard,

en déchirant malencontreusement ledit vêtement qu’il découvre l’aisance

que lui apporte cette ouverture pour grimper ou s’accroupir. De

là, il n’y avait qu’un pas (ou qu’une enjambée) à faire vers la solution

vestimentaire idéale, un short doté de protection au genou. Le résultat

: un modèle qui sera désormais fabriqué en série, une économie

substantielle pour les Caisses primaires d’assurance maladie grâce aux

genoux protégés et, comble de l’étonnement pour Guy Dettwiller, une

médaille au concours Lépine 2006 (4 e place).

[ CONTACT ] Ets Dettwiller, 03 88 89 71 63

Concours Alsace

Innovation

Un coup de pouce

à vos projets

Vous êtes chef d’entreprise,

artisan, commerçant, salarié,

chercheur, étudiant ou

demandeur d’emploi et vous

souhaitez créer ou développer

une activité innovante dans la

région ? En participant au

Concours Alsace Innovation vous pourrez obtenir un coup de pouce à

vos idées et projets. Vous bénéficierez d’un avis structuré gratuit de

votre projet, qui sera ainsi médiatisé. Ce concours est organisé et cofinancé

pour la 4 e année consécutive par le CEEI Alsace* et la DRIRE

Alsace dans les onze territoires alsaciens.

* Le CEEI Alsace est financé par la Région Alsace, le Conseil Général du Bas-Rhin, le

Conseil Général du Haut-Rhin, l’Union européenne, la CCI Sud Alsace Mulhouse et

les CCI d’Alsace.

[ CONTACT ] CEEI Alsace, Marie-France Mathieu, 03 89 36 72 45

[ SITE ] www.alsace-innovation.com

Strasbourg

L’Holiday Inn City Centre primé

Sélectionné parmi plus de 600 hôtels du groupe InterContinental

Hotels Group (IHG) à travers l’Europe, le Moyen Orient et l’Afrique, l’hôtel

Holiday Inn Strasbourg City Centre a reçu le Prix d’Excellence 2005

grâce à son exceptionnelle performance.

Ce prix récompense les hôtels des enseignes InterContinental Hotels

and Resorts, Crowne Plaza, Holiday Inn et Express by Holiday Inn qui

ont obtenu les meilleurs indices de satisfaction clientèle. Cet indice est

élaboré en utilisant des données obtenues de questionnaires remplis

par des clients sélectionnés au hasard durant leur séjour. Il leur est

demandé d’évaluer l’hôtel sur différents critères comme le service, le

personnel et les équipements. Patrick Libs, directeur général de

l’Holiday Inn Strasbourg City a reçu ce prix comme «une reconnaissance

pour le formidable travail d’équipe effectué par l’ensemble du personnel».

[ SITE ] www.holidayinn-strasbourg.com

Communication

MDM devient Citeasen

Créée à La Wantzenau il y a dix ans par Daniel

Reyt,MDM,agence-conseil en communication

globale, franchit un nouveau cap en s’installant à

Strasbourg. Devenue Citeasen (prononcez citizen),

elle se dote d’une nouvelle stratégie, intégrant

développement durable et éthique à ses prestations.

En dix ans de présence

sur le marché

alsacien, Daniel Reyt

a vu émerger au sein de

sa clientèle une prise de

conscience environnementale.

«Petit à petit, nos

recommandations ont intégré les trois dimensions : développement

économique, protection de l’environnement et équité sociale». C’est

ainsi que Citeasen intègre des encres et produits associés de qualité

écologique dans la fabrication des documents – lettres et plaquettes.

Les chefs de projets de Citeasen choisissent également des prestataires

actifs en matière de gestion des déchets et de traitement des

effluents dangereux de l’imprimerie. Travaillant à la fois pour un

public d’institutionnels et d’entreprises leaders sur leur marché,

l’équipe dirigée par Daniel Reyt a gagné leur confiance en les accompagnant

du début à la fin des projets, avec des résultats à la clé. Pour

inventer et faire vivre au quotidien l’idée même de la communication

durable, Daniel Reyt vient d’étoffer son équipe. De six salariés, ils

devraient passer à 12 personnes d’ici la fin de l’année. Spécificités de

Citeasen : études et stratégie, éditions, relations presse, publicité,

promotion des ventes, stands et événements, Internet et multimédia.

Parmi leurs références : la Région Alsace, le Département du

Haut-Rhin, Tschoeppé, RGR, WH France… et l’Aéroport international

Strasbourg, pour une animation musicale avec jeu-concours organisée

en début d’année.

Nouvelle adresse : 24, avenue des Vosges à Strasbourg, 03 88 68 06 06

[ SITE ] www.citeasen.fr

«Après l’hiver, l’envers» 2007

Le CRT lance un appel à projets

Pour l’édition 2007 de l’événement touristique régional, «Après l’hiver,

l’envers», le Comité Régional du Tourisme recherche des partenaires

(offices du tourisme, villes, hôteliers-restaurateurs, associations et

opérateurs touristiques, organisateurs d’événements culturels) qui

pourraient s’inscrire dans ce programme, soit en créant un événement

inédit, soit en adaptant une animation existante. Dossier d’information

à demander au CRT.

[ CONTACT ] Jenny Seibert, 03 89 24 73 76

/suite p.9/

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 1


sommaire

La veille économique

Une attitude d’écoute

à la portée de tous

E

dossier information p. 22

C’est un fait : l’information est un facteur déterminant dans

la stratégie des entreprises. Les nouvelles technologies aidant,

la collecte d’informations ratisse des sources de plus en plus vastes.

Mais attention, plus qu’une simple récolte, la veille économique

est une démarche alliant écoute, diagnostic et prise de décision.

5

La CCI en action

Édito

Jean-Louis Hoerlé, président de la CCI

de Strasbourg et du Bas-Rhin

Soyons optimistes !

Témoignages

Christophe Thil, Blueboat

L’intervention humaine, un aspect primordial de la veille

économique

Valérie Gibert, Axima Réfrigération

Une intelligence économique globale accompagnée

d’une action locale

Hélène Bonarota, Gazomat

Une veille exigée par les clients

Terrain

E

6 Alsace-Maroc

7

Des opportunités

pour les PME

Assemblée plénière

Karlsruhe invitée

par Strasbourg

1 Actualité

des entreprises

17 Aéroport international

Strasbourg

Restauration

La nouvelle offre d’Elior

18 Tour de France

Strasbourg et le Tour de France

La petite reine mobilise

Strasbourg et Obernai

20 Transports

Eurolog 2006

Une plate-forme de

compétence et d’échanges

21 Accessibilité

La Magistrale mettra

Strasbourg au cœur de

l’Europe élargie

28 Commerce

Parcours du design

Une deuxième édition

en préparation

37 Espace entreprendre

Création-reprise d’entreprises

Les dix ans de l’Espace

Entreprendre de la CCI

41 Découvertes

42 Industrie

Fibois Alsace

En campagne pour défendre

les enjeux de la filière bois

45 International

AMPIE – Entreprise Alsace

Une plate-forme alsacienne

de veille dédiée aux marchés

publics internationaux

47 TIC

Journée nationale

de l’E-Entreprise

Les solutions de dématérialisation

au menu

48 International

l’Alsace multilingue

Les langues incontournables

à la CCI

49 Tourisme

Hôtellerie-restauration

Savoir préparer son entreprise

à la transmission

50 CEFPPA

Cycle management

en hôtellerie-restauration

Dominique de Matteis,

La Table Chaude

«Un autre regard

sur ses troupes»


E

dossier industrie p. 30

La sous-traitance

Un levier à l’innovation

Sous-traiter une partie de ses activités pour se recentrer sur son

cœur de métier est une opération délicate mais qui peut être

payante à bien des égards. Bien menée, elle permet d’optimiser

les performances afin d’abaisser les coûts et pouvoir, à terme,

se spécialiser. Pour le sous-traitant également, il importe de

rester créatif dans une relation où il doit préserver ses propres

intérêts tout en intégrant ceux du donneur d’ordres.

Témoignages

Joseph Huberd, Alstom Transport

Une sous-traitance de proximité

R&D Project Managing : Évolubox

Quand la machine sous-traite

Luc Remmy, Aloxan

Une sous-traitance innovante

Fabien Pivetta, Design Technik

La sous-traitance de matière grise

8 Le WTC chez Eiffel –

Lauterbourg

La maîtrise des défis

technologiques

9

51 Commerce

Vallée de la Sauer-

Pechelbronn

Jean-Marie Fuchs fédère

artisans et commerçants

52 Observatoire du commerce

Enquête 2003-2006

53 Vallée de la Bruche

Acalas et Comaro regroupés

au sein de Proval

54 Espace entreprendre

Vincent Buecher

L’auto formation

multimédia sur mesure

Manou Heitzmann

Massenez

Chevalier de la

Légion d’honneur

55 Sébastien Eydmann

et Marc Geisser, Uhaina

Vélos et prêt-à-porter

branchés

56 Formation

Rencontre Prospective

L’Alsace en crise ?

Faiblesses et atouts en débat

57 Septembre

Rentrée dynamique

au Pôle Formation CCI

58 Juridique

Juges consulaires

Arriver à une adéquation

performance économique -

respect des législations

60 Métiers

Restauration livrée à domicile

Quelques créneaux à prendre,

à condition d’innover

64 Rendez-vous

Le 8 octobre, salle de la

Bourse à Strasbourg

8 e Salon International

des collectionneurs

de flacons de parfum

252 - Septembre 2006

Le Point Économique est édité

par la CCI de Strasbourg et du

Bas-Rhin - 10, place Gutenberg

67081 Strasbourg cedex

Tél. 03 88 75 24 18

point-eco@strasbourg.cci.fr

Directeur de la publication :

Jean-Louis Hoerlé

Directeur de l’édition : Patrick Heulin,

responsable communication

Rédactrice en chef :

Françoise Herrmann

Journalistes : Florence Baader,

Véronique Leblanc

Secrétariat : Chantal Kolb,

Catherine Slatine-Barusta

Comité de rédaction :

Barbara Calligaro, Jocelyne

Choukroun, Philippe Edel, Muriel

Ischia-Weber, Didier Kahn, June

Marchal, Marie-Claude Ouvrard,

Alban Petit, Claude Ribeiro,

Sabrina Ripert, Nathalie Rolling,

Christiane Sibieude.

Éditeur délégué :

André Rodeghiero (ADC)

Conception et réalisation :

Art, Design et Communication

03 90 41 17 41

Photos : couverture © Gettyimages

intérieur : Henri Parent, sauf p. 9

Sylvie Mattle, p.22 Gettyimages

Impression : SICOP

Prix du numéro : 3 €

Prix de l’abonnement : 22 €

Tirage : 35 000 exemplaires

Numéro de la commission

paritaire : AD.E.P.347

Dépôt légal : 3 e trimestre 2006.

Publicité : Performance Média

Chantal Harter Dautheville

Tél. 03 88 78 47 73

Fax. 03 88 78 87 50

contact@performance-media.fr

Encartage invitation TEC

liée au rédactionnel page 47


le point sur...

Les investissements dans les entreprises

à fort potentiel de développement

Devenez un business angel et contribuez

au développement économique

E

C’est sur l’initiative du CEEI

Alsace* avec la DRIRE et la

Région Alsace, qu’un Club de

business angels et un fonds de coinvestissement

ont été créés par

une dizaine de dirigeants alsaciens.

Le business angel, c’est une

femme ou un homme qui envisage

d’investir dans une entreprise

prometteuse et de mettre à disposition

ses compétences, son expérience,

son réseau relationnel et

son temps. Cette attitude pionnière

ne s’improvise pas. Le CEEI

organise des journées d’information.

«En adhérant au Club, vous travaillez

avec une équipe qui, par la

complémentarité de ses compétences,

devient un acteur de l’accompagnement

de l’économie alsacienne.

Si vous avez cet esprit d’entreprise

et des moyens personnels,

venez nous rejoindre, c’est une

expérience enrichissante !» souligne

Francis Muller, président de

Cardinal Développement et business

angel. Avec seulement

quelques milliers de business

angels, ce système est peu

répandu en France. Néanmoins, si

l’on observe les autres pays, on en

escompte plusieurs dizaines de

milliers à terme, soit une capacité

de financement de 2 à 3 milliards

d’euros grâce aux fonds de coinvestissement

approvisionné par

chaque business angel. L’Alsace est

une terre d’entrepreneurs, les projets

porteurs ont besoin de

moyens financiers et de compétences.

Les business angels sont

une réponse à ces besoins. /

* Centre Européen d'Entreprises et

d'Innovation

[ CONTACT ]

Mireille Salva, CEEI Alsace,

03 89 36 12 40

Journées

d’information

5 octobre à Mulhouse /

19 octobre à Strasbourg.

Cible : business angels en

activité, personnes intéressées

par un investissement.

E

La formation à l’international

Réveillez vos projets avec des stagiaires

franco-allemands

Pour parer aux écueils interculturels rencontrés

par les entreprises alsaciennes et

badoises, les CCI d’Alsace et l’IHK

«BildungsZentrum» Offenburg/Freiburg ont

monté conjointement une formation* destinée

aux chargés de projets commerciaux

franco-allemands, accompagnée d’un stage de

cinq semaines en entreprise.

Après le succès de la première session, la

seconde promotion démarrera début

novembre. Pour les entreprises, l’intérêt d'engager

un stagiaire est multiple. Les missions

pouvant lui être attribuées relèvent de la prospection

vers l’Allemagne, de la recherche de

fournisseurs/distributeurs, de la coordination

avec d’éventuelles filiales/maison mère ou

bien de la mise en place d’une démarche de

veille économique. Un projet d’internationalisation,

mis en veilleuse, peut ainsi être remis

en marche, de nouvelles perspectives de développement

peuvent s’ouvrir ou les compétences

dans l’entreprise se diversifier.

De plus, l’employeur a une opportunité unique

de tester et former un futur collaborateur

durant la période de stage. Les entreprises

intéressées peuvent s’adresser à Marina

Boulandet de la CRCI/AUEF. /

* Ce cursus est ouvert aux ex-frontaliers, demandeurs

d’emploi et aux salariés dans le cadre de la formation

continue. L’opération, en partenariat avec l’ANPE, est cofinancée

par la Région Alsace et l’Assedic.

[ CONTACT ] Marina Boulandet, 03 88 76 45 04

m.boulandet@alsace.cci.fr

4 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


édito

Jean-Louis Hoerlé, président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

Soyons optimistes !

Batteries rechargées au soleil de l’été,

bonnes résolutions à foison, la rentrée est

décidément une période clé de l’année. Et

quand en plus, elle démarre sous le signe d’indicateurs

favorables, il n’y a pas à hésiter : l’heure

est à l’optimisme ! La conjoncture s’améliore en

effet dans notre région. Avec un taux de chômage

en baisse sensible grâce notamment à

l’impact du redressement de la conjoncture

allemande sur l’économie alsacienne, le

contexte évolue, l’esprit d’entreprise se raffermit.

Plus 13 % de créations d’entreprise enregistrées

au premier semestre 2006 dans le Bas-

Rhin : 2 476 créations contre 2 147 pour la même

période, l’an passé. Un succès incontestable

auquel a largement participé la Commission

«Création, reprise et transmission d’entreprises »

présidée par mon ami et vice-président, Jean-

Luc Heimburger, épaulé par le travail quotidien

des collaborateurs de l’Espace Entreprendre qui

fête ce mois-ci ses dix ans (voir page 37).

Des entreprises se créent mais doivent

s’inscrire dans la durée

Ce pas en avant est essentiel. Il traduit l’état

d’esprit de notre région et génère des créations

d’emplois. 100 TPE qui recrutent deux employés

compensent un plan social supprimant 200

emplois dans une grosse société, prouvant ainsi

que la fermeture de quelques entreprises

emblématiques ne sonne pas le glas d’une économie.

Reste toutefois à pérenniser ces créations

afin de traduire sur le long terme les promesses

des débuts. Les chiffres en la matière

peuvent se révéler implacables. En France, 35 %

des nouvelles entreprises ont disparu après

trois ans et 60 % après cinq ans d’existence.

Malgré les nombreuses aides et structures de

soutien, la création d’entreprise reste un exercice

à haut risque et les défaillances sont

encore trop nombreuses. Nous refusons de voir

là une fatalité et c’est pourquoi nous venons de

créer une cellule chargée d’accompagner les

jeunes entreprises, quel que soit le secteur d’activité

où elles se développent. Instaurée dans le

cadre du Pôle création-cession, cette cellule

sera animée par deux conseillers chargés d’aider

les « jeunes pousses » à passer le cap fatidique

des trois, voire des cinq ans.

Le TGV Est européen dans moins d’un an

Autre raison d’être optimiste : l’arrivée du

TGV Est européen en juin 2007. Impossible de

ne pas voir en cet événement une formidable

opportunité pour la région de dynamiser l’économie

locale, car, comme j’ai l’habitude de le

dire, le TGV ne met pas seulement Paris à 2h20

de Strasbourg mais il place aussi notre capitale

régionale à 2h20 de Paris. À nous de tout mettre

en œuvre pour attirer en Alsace un maximum

de Franciliens. Nous avons les atouts pour y

parvenir.

En ce qui concerne l’Aéroport international

Strasbourg, l’impact de l’arrivée de la grande

vitesse ne sera pas négligeable. Air France est

prêt à affiner son offre en fonction de cette

nouvelle donne en maintenant un maximum

de liaisons aériennes vers Paris par le biais

d’avions plus petits. La compagnie développe

par ailleurs les lignes transversales vers les

autres métropoles régionales françaises, qui

connaissent de plus en plus de succès. Si le

«low cost » n’est malheureusement pas encore

d’actualité à Entzheim, le « low fare » (tarif

duit) est développé par de grandes compagnies

qui proposent de plus en plus d’offres promotionnelles.

Je mettrai tout en œuvre dans les

mois à venir, avec l’aide des collectivités locales,

pour maintenir un maximum de passagers à

Entzheim en développant des offres diverses et

variées.

«Le contexte

économique évolue

dans le bon sens.»

Les choses évoluent dans le Bas-Rhin, et

dans le bon sens. L’optimisme est de mise, non

comme un simple mot d’ordre volontariste

mais en tant que réalité fondée sur des éléments

concrets et porteurs de croissance.

Espérons que cette situation s’inscrive dans

la durée. /

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 5


terrain

La CCI en action

Alsace-Maroc

Des opportunités

pour les PME

«Depuis plusieurs années, le Maroc est un marché prioritaire et stratégique

pour l’Alsace, pour la CCI comme pour les entreprises exportatrices», rappelait

Jean-Louis Hoerlé en accueillant l’ambassadeur Fathallah Sijilmassi et

une vingtaine de chefs d’entreprises alsaciennes travaillant avec le Maroc.

Participaient à la rencontre Mohammed Alaoui Belrhiti, Consul du Maroc à

Strasbourg, et Émile Marco, conseiller du commerce extérieur de la France.

Àl’instar de la campagne

de communication menée

dans diverses grandes

villes françaises (Nantes,

Lille, Grenoble, Bordeaux, Marseille,

Strasbourg, Lyon, Toulouse, Rennes,

etc.), Fathallah Sijilmassi a exposé

les potentialités économiques du

Maroc : opportunités commerciales

et secteurs porteurs. Attraits

évoqués de l’économie marocaine,

«en pleine modernisation sur des

secteurs à plus forte valeur ajoutée»,

la stabilité politique et

macroéconomique, une structure

de production diversifiée et une

politique économique qui se caractérise

par un développement

humain. «Nous ne pouvons pas

construire une économie moderne

sans travail sur un véritable projet

de société. D’où la lutte contre la

pauvreté et la précarité», a précisé

son Excellence l’ambassadeur.

Parmi les secteurs porteurs, celui-ci

a cité les infrastructures, le tourisme,

l’industrie mécanique et de

transformation, la sous-traitance

industrielle (aéronautique et automobile),

l’agroalimentaire, le textile

et les nouvelles technologies.

La cible visée par les opérateurs

marocains concerne plus particulièrement

les PME, à l’exemple des

entreprises présentes à la séance

de travail à la CCI. «Nous cherchons

à travailler avec des établissements

en bonne santé qui souhaitent

développer leur présence au Maroc

et dans le monde», affirmait l’ambassadeur.

Son premier commentaire

à l’issue de la rencontre :

«Nous avons déjà identifié un certain

nombre d’opérations concrètes,

notamment des projets d’investissements

dans le domaine industriel et

des services et des produits spécifiques».

Une affaire à suivre par la

cellule économique du consulat

général du Maroc et la CCI. /

[ CONTACT CCI ]

Olivier Epp, 03 88 76 42 18

Le WTC ouvert au

corps diplomatique

20 ambassadeurs

à la CCI

Venus à Strasbourg en juin dernier

afin de rencontrer les représentants

de la Région Alsace,

du Conseil Général du Bas-Rhin,

de la Préfecture et de la CCI de

Strasbourg et du Bas-Rhin, vingt

diplomates appartenant au

Conseil des ambassadeurs

arabes ont été accueillis personnellement

à l’aéroport par le

président Jean-Louis Hoerlé.

Invités à dîner à la CCI, ils ont

eu l’occasion d’échanger avec

de nombreux chefs d’entreprises

en relation avec les pays représentés,

comme la Jordanie, le

Soudan, l’Égypte, le Qatar, le

Liban, l’Algérie, le Maroc, etc.

L’illumination exceptionnelle de

la façade de la CCI a été perçue

comme «un geste d’amitié»

qui a notamment fait sens pour

l’ambassadeur du Maroc en

France, Fathallah Sijilmassi.

Le lendemain, ajoutant un volet

bilatéral à cette visite, l’ambassadeur

présentait plus en détail

les opportunités d’affaires de

son pays, conformément aux

objectifs de l’opération «Maroc

Hexagone 2006», un roadshow

organisé dans plusieurs villes

françaises pour développer

les relations politiques, économiques,

sociales et culturelles

entre le Maroc et la France.

À savoir

L’Alsace peut mieux faire !

Les exportations alsaciennes, avec 70 M€,représentent moins de 3 %

des exportations françaises vers le Maroc. Une contre-performance

par rapport à la moyenne nationale, de l’ordre de 7 %. Le premier

poste à l’exportation est réalisé par Peugeot Mulhouse. 600 000 €

de tissus fabriqués en Alsace, confectionnés en vêtements, reviennent

sous forme de produits finis en Alsace.

E

Distinction

Gaston Girard, médaille d’or de la CCI

Lors de la dernière assemblée plénière de la CCI, Gaston Girard, ancien membre titulaire, ancien

président du Groupement commercial du Bas-Rhin, a été honoré par le président de la CCI, Jean-

Louis Hoerlé, qui lui a remis la «médaille d’or de la CCI». Gaston Girard a notamment été récompensé

pour ses activités exercées au profit du commerce et de la commission départementale

des baux commerciaux entre 1989 et 2006.

6 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

La CCI en action

Assemblée plénière

Karlsruhe invitée par Strasbourg

Le 22 juin, le Parlement européen de Strasbourg a été le théâtre d’une grande première : l’assemblée

conjointe de deux Chambres de commerce et d’industrie issues de deux pays, la CCI de Strasbourg et

du Bas-Rhin et l’IHK de Karlsruhe. Une large convergence de vues s’est dégagée.

Réunis dans les locaux de

l’IPE4, élus et collaborateurs

des CCI de

Strasbourg et de Karlsruhe

ont échangé autour de thématiques

et préoccupations communes

lors de leur assemblée plénière

du 22 juin. Parmi les points

évoqués et longuement discutés

par Jean-Louis Hoerlé et Bernd

Bechtold, les transports et la réalisation

de la Magistrale européenne

(voir page 21), la taxation des poids

lourds, la coopération transfrontalière

et le développement commercial.

Plusieurs résolutions ont été

prises, comme notamment l’appel

aux gouvernements nationaux

afin qu’ils inscrivent leur politique

de tarification de l’usage des infrastructures

routières dans le cadre

législatif européen, la prise en

compte de l’accroissement du

volume des transports par un aménagement

adapté des infrastructures

routières et le soutien du

développement de l’espace rhénan

supérieur en fonction des problèmes

de l’économie régionale.

De nouvelles voies pour une

collaboration renforcée

« Cette première assemblée

conjointe a fait ressortir une grande

convergence de points de vue et

marque le pas vers une coopération

resserrée », soulignait Jean-Louis

Hoerlé en fin de séance. « Une collaboration

réussie existe déjà dans

le domaine de l’information juridique

aux entreprises, ce qui permet

d’informer de manière pertinente

les entreprises françaises sur le

/ VOTE DES RÉSOLUTIONS LORS DE LA PLÉNIÈRE CCI - IHK AU PARLEMENT EUROPÉEN /

contexte juridique allemand et

inversement », a-t-il rappelé. Le président

Hoerlé a, par ailleurs, insisté

sur les remarquables avancées

dans le domaine de la formation

(voir page 4) et les échanges commerciaux

transfrontaliers favorisés

par l’introduction de l’euro et l’ouverture

du nouveau pont Pierre

Pflimlin. Autant de contacts qui,

selon lui, ne pourront aller qu’en

s’intensifiant et justifient la mise

en place de l’observatoire du commerce

de part et d’autre du Rhin

pour mieux connaître les comportements

des consommateurs. De

manière plus large, cette coopération

transfrontalière pourra trouver

son prolongement dans un cadre

européen. Jean-Louis Hoerlé a également

insisté sur les bénéfices

que pourraient tirer les deux

régions d’une collaboration entre

l’IHK de Karlsruhe et la CCI de

Strasbourg et du Bas-Rhin en

matière de créations d’entreprise.

Cette synergie permettrait en effet

de tirer le meilleur parti possible du

programme communautaire intitulé

« Offensive Regio ». Beaucoup

de pistes sont donc ouvertes qui

permettront de donner encore plus

d’impact à une collaboration déjà

très concrètement entamée. D’ores

et déjà, une prochaine rencontre

transfrontalière est prévue à

Karlsruhe en 2007. /

Résolutions adoptées

à Strasbourg le 22 juin 2006 par

l’Assemblée plénière commune

de la CCI de Strasbourg et du

Bas-Rhin et de l’IHK Karlsruhe

• La tarification de l’utilisation

des réseaux routiers

www.strasbourg.cci.fr/photos/

3496_lkw_maut.pdf

• Magistrale Européenne* –

Liaison TGV/ICE

www.strasbourg.cci.fr/photos/

3497_magistrale_TGV_ICE.pdf

• Les aéroports dans le Rhin

Supérieur

www.strasbourg.cci.fr/photos/

3498_aeroports_rhin_superieur.pdf

• Région métropole commune

du Rhin Supérieur

www.strasbourg.cci.fr/photos/

3499_region_rhin_superieur.pdf

* Voir aussi en page 21

E

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 7


terrain

La CCI en action

Le WTC chez Eiffel – Lauterbourg

La maîtrise des défis

technologiques

Organisée par la CCI dans le cadre de l’ouverture du World Trade Center

(WTC) au corps diplomatique, la visite de l’entreprise Eiffel à Lauterbourg a

été fort appréciée par l’ensemble des participants, ambassadeurs, consuls et

chefs d’entreprise. Merveilleux outil industriel, à la pointe de la technologie,

Eiffel est une composante du groupe européen de construction Eiffage.

/ LE PROCHAIN PONT DE LA GRANDE RAVINE SUR L'ÎLE DE LA RÉUNION, HÉRITIER DES TRAVAUX DU VIADUC DE MILLAU /

Tout en conduisant la visite,

Marc Buonomo, le directeur

du site de Lauterbourg, qui

assure également la direction

de la division Ponts et

Ouvrages d’Arts et Chaudronnerie

depuis 1988, a passé en revue les

métiers du groupe : le bâtiment et

les travaux publics, la route, l’électricité,

la gestion et l’exploitation

d’infrastructures et la construction

métallique (spécificité d’Eiffel). Le

dirigeant a mis l’accent sur les

nombreux défis techniques relevés

par le groupe et couronnés de réalisations

exceptionnelles. Eiffage,

c’est 48 000 collaborateurs et 7,76

mds € de CA. Pour Eiffel, cinq

métiers, quatre sites – un outil

industriel particulièrement performant

– permettent de mener à

bien tous les projets, de la conception

à la réalisation.

L’usine de Lauterbourg est spécialisée

dans la fabrication de

grands ponts et ouvrages d’arts, de

vantellerie et de grosse chaudronnerie,

mais également d’emballages

de haute technologie pour

l’industrie nucléaire. Capacité de

production : 25 000 tonnes d’acier

par an. Située en bordure du Rhin,

elle bénéficie d’une situation géographique

privilégiée pour assurer

son propre transport fluvial en

France, en Europe et dans le

monde. Par ailleurs, un raccordement

direct au réseau ferré lui facilite

la réception des composants de

base (tôles et viroles). L’usine

compte 245 personnes avec un

bureau d’études et des moyens

industriels de pointe dont des

outils de levage très performants,

parmi lesquels un portique de soudage

robotisé. L’ouvrage réalisé le

plus connu du grand public est

sans doute le Viaduc de Millau, où

plus de 300 personnes dont 120

soudeurs ont œuvré sous la responsabilité

de Marc Buonomo. Il y

en a beaucoup d’autres !

De Millau à Paris...

Parmi les références, la réhabilitation

du Grand Palais à Paris, qui

a rassemblé 120 personnes durant

deux ans, le pont levant de Rouen

(le plus grand d’Europe), le Skin

Pass de Dunkerque, les ponts sur la

ligne à grande vitesse Est, etc.

Autant de chantiers d’exception

dont Marc Buonomo a évoqué les

techno-logies innovantes mises en

œuvre avec un enthousiasme

communicatif./

[ CONTACT ] 03 88 94 68 20

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 333916385

Sensibilisation

à la création

d’entreprise

La CCI à la

rencontre

des élèves

du lycée ORT

Dans le cadre d’une action de

sensibilisation des jeunes à la

création d’entreprise, des élus

de la CCI ont rencontré les

futurs techniciens supérieurs

de la section «Opticienlunetier»

du lycée ORT de

Strasbourg. L’opération encadrée

par leur professeur de

gestion s’est déroulée en deux

étapes : une première séance

de deux heures consacrée au

parcours du créateur d’entreprise,

complétée par les témoignages

de Dominique Danon,

présidente du conseil d’administration

d’Alsatel, membre

associée de la CCI et Christian

Geissmann, gérant d’Everest

Conseil, conseiller technique

intuitu personae et viceprésident

de la Commission

«Création, reprise et transmission

d’entreprises». Un dossier

de création d’une entreprise

fictive a été remis aux élèves.

La deuxième séance était

consacrée à la présentation

du dossier de création d’entreprise

par des groupes d’élèves.

Un jury composé d’élus et de

permanents de la CCI a désigné

l’équipe vainqueur, qui

a reçu des bons/kilomètres

offerts par la SNCF et des bons

cadeaux offerts par la CCI.

Cette expérience sera renouvelée

prochainement auprès

d’autres élèves du lycée ORT.

[ CONTACT CCI ]

Gaby Lallement,

03 88 75 24 82

E

8 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

La CCI en action

Manou Heitzmann Massenez

Chevalier de la

Légion d’honneur

André Bord, ancien

ministre, commandeur de

la Légion d’honneur, a

remis les insignes de chevalier

de la Légion d’honneur à

Manou Heitzmann Massenez,

directrice commerciale de la distillerie

G.E. Massenez de Villé,

membre titulaire de la CCI. La cérémonie

s’est déroulée le 2 juillet au

musée «Les secrets du Chocolat» de

Geispolsheim, dont elle est la

cofondatrice avec Jean-Louis Burrus

(président de la chocolaterie

Schaal) et Hélène Heimburger (PDG

des Pâtes Heimburger et membre

titulaire de la CCI). Participaient à la

cérémonie de nombreuses personnalités,

dont le ministre délégué à

l’Industrie François Loos, le président

Adrien Zeller, le président

Jean-Louis Hoerlé et le préfet du

Bas-Rhin. Administrateur de l’Aria,

conseiller du commerce extérieur,

juge consulaire, membre titulaire

de la CCI, Manou Heitzmann-

Massenez s’est également beaucoup

investie à la CCI, où elle a

assuré la présidence de la commission

des échanges internationaux

pendant cinq ans.

Après un discours en vers,

teinté d’humour, de François Loos,

André Bord a salué la conviction

inébranlable avec laquelle «Manou»

s’attache à promouvoir ses produits

partout dans le monde. Présente

dans 156 pays, l’entreprise du Val de

Villé réalise près de 88 % de son

chiffre d’affaires à l’export. En fin de

cérémonie, la récipiendaire de la

Légion d’honneur a tenu à rendre

un hommage particulier à son père

Gaby, « qui a eu le courage de défricher

le monde il y a cinquante ans

– il était le premier à vendre de la

framboise à des Japonais », a-t-elle

ajouté. Un moment particulièrement

émouvant, où Manou

Heitzmann Massenez a associé

avec beaucoup d’émotion l’ensemble

de sa famille et ses collaborateurs

à sa réussite personnelle et

professionnelle. Son dernier message

a été adressé à la salle : «Faites

en sorte que les eaux de vie d’Alsace

soient protégées». /

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 9


actualité

des entreprises

Trophée SFR Data 2006

Tech Services relie ses

techniciens par PDA

Pour sa deuxième édition strasbourgeoise,

le Mobile Data Tour de SFR Entreprises s’est

rendu en Alsace pour présenter ses nouveautés

aux professionnels. Après la conférence

plénière et les débats liés aux applications

mobiles, le Trophée a été remis à Tech Services-

Strasbourg, nominée avec quatre autres

entreprises.

Filiale des Brasseries Kronenbourg, Tech Services est

spécialisée dans la maintenance de matériels de

tirage de bière pression. 210 employés en France,

dont 180 techniciens, qui ont été équipés à partir de

janvier 2005 de PDA SFR. Objectif : optimiser la gestion

de leurs interventions. Sont concernés en France 18 000

établissements. Le système d’information qui intègre la

mobilité a été réalisé en partenariat avec Kimoce.

«Nous avons prévu plusieurs vagues d’équipement en

PDA, qui viennent de s’achever, avec des formations dispensées

à l’ensemble des collaborateurs», explique le

directeur, Benoît Thouvenin. Lequel se montre satisfait

des résultats obtenus : descente d’information,

meilleure gestion du stock, gains de productivité

importants. «Nous avons une meilleure gestion de nos

ressources, une réactivité plus grande.» Celui-ci a apprécié

l’implication des techniciens à la construction de

l’applicatif. «Une fois le carbone oublié, l’utilisation de ce

nouvel outil a donné une dimension technologique à

notre réseau. Nos techniciens sont devenus fiers de leur

métier. Ce bel exemple d’utilisation de la mobilité comme

une revalorisation de la chaîne de l’entreprise a été

primé par SFR pour sa qualité et ses potentialités au sein

de l’entreprise, de la production au marketing.»

Les autres candidats nominés étaient les Grands

Moulins Becker (Strasbourg) qui ont adopté une solution

Swing Mobility avec application métier (gains de

temps, réduction des délais de livraison, amélioration

du service et réactivité); Socomec a mis en place la solution

BlackBerry Serveur (amélioration des échanges

d’informations et augmentation de la disponibilité des

dirigeants); EPS (Euro Protection Service) a choisi une

liaison sans fils des centrales d’alarme pour permettre

une utilisation autonome des centrales d’alarme ou de

secours; Éco Chauffage a mis en place une solution

Blackberry avec la création de boîtes aux lettres sur le

serveur Exchange et un partage de rendez-vous.

[ SITE ] www.mdt.sfr.fr

Industrie

Erstein

«La vie est faite

pour être savourée»

Certains ont dû voir ce slogan affiché

sur les abribus, que ce soit à Strasbourg,

Colmar ou Mulhouse, ou encore sur les

46 faces dans

l’Aéroport international

Strasbourg.

«La vie est faite pour

être savourée» est

une nouvelle signature

inédite pour la

Sucrerie d’Erstein,

qui veut surprendre

etduire…. En septembre, elle parraine

également le bulletin météo de 20h

sur France 3 Alsace. La Sucrerie d’Erstein,

créée en 1893, emploie 200 personnes

à Erstein, transforme et vend 125 000

tonnes de sucre par an. Certifiée Iso 9001

et IFS (International Food Standard), elle

développe une politique résolument axée

sur la qualité et le savoir-faire.

[ SITE ] www.sucre-erstein.com

La Poste à Holtzheim

Une machine de tri

industriel nouvelle

génération

Elle a été mise en exploitation sur le

site pilote du centre de traitement du

courrier de La Poste à Strasbourg-

Holtzheim. Cette première machine

de tri industriel nouvelle génération

s’inscrit dans le programme de modernisation

industriel du courrier, Cap

Qualité Courrier. Déployées sur tout

le territoire, 650 machines ultramodernes

de différents types équiperont

à terme les plates-formes industrielles

courrier. Ce programme, d’un coût de

3,4 M€ au total, est l’investissement

le plus important de toute l’histoire

de La Poste. Avec une capacité accrue

de traitement et de stockage des plis

et une réduction du nombre de plis

rejetés, cette machine apporte un réel

gain de performance par rapport à la

génération précédente. Objectif de la

modernisation entreprise par La Poste

: distribuer 90 % des plis le lendemain

du jour de leur dépôt en 2010.

[ SITE ] www.laposte.fr

Beiser Environnement

Nouveau centre

logistique à Bouxwiller

À l’occasion du 30 e anniversaire de

la création de la société Beiser à

Bouxwiller, les dirigeants de l’entreprise

ont inauguré leur nouveau

centre logistique, au domaine de la

Reidt à Bouxwiller. Beiser, créée en

1976, occupait alors deux personnes

disposant d’un seul véhicule pour

réaliser un chiffre d’affaires de

quelque 3 000 €.Trente ans plus tard,

l’entreprise réalise un chiffre d’affaires

de 20 M€.Devenue Beiser

Environnement en 2000, la société

anonyme au capital de 980 000 €

est l’une des premières entreprises

de vente au service du monde agricole,

avec 70 salariés et 37 véhicules. Elle a

également créé une filiale en Pologne.

[ SITE ] www.beiser.fr

Services

Deloitte et In Extenso

Rassemblés à

Schiltigheim

Implanté à Strasbourg depuis 1995,

Deloitte vient de s’implanter à l’Espace

européen de l’entreprise à Schiltigheim.

Sa filiale, In Extenso, dédiée à l’expertise

comptable, qui l’avait rejointe à

Strasbourg en 2005, s’y installe également.

Deux associés ont la responsabilité

de Strasbourg : Bernard Harder pour In

Extenso et Didier Obrecht pour Deloitte.

Le bureau de Strasbourg s’appuie sur

78 collaborateurs et associés qui peuvent

compter sur l’expertise de leurs collègues

d’In Extenso dans la région (90 personnes).

[ SITES ] www.deloitte.com

www.inextenso.fr

/suite p.12/

10 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


Dirigeants

Vincent Froehlicher,

président des anciens de l’IECS

L’association des anciens

élèves de l’IECS (École

de management de

Strasbourg créée en 1919

par la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin) a élu Vincent Froehlicher à sa présidence.

Il succède à André Marchal. Âgé de 44 ans, Vincent Froehlicher, directeur

adjoint de l’Adira est sorti diplômé de l’IECS en 1985. Initiateur du programme

«Les jeunes ambassadeurs de l’Alsace» avec Didier Ernst et Francis Schillio,

respectivement président et secrétaire général de la fondation IECS, Vincent

Froehlicher a également créé les «IECS Network Breakfast» avec deux anciens :

Francis Ehrmann (Publicis-Koufra) et Hélène Renault (Cial).

[ SITE ] www.anciens-iecs.net

Hôteliers-restaurateurs

Roger Sengel, président de la Fédération

Président du Groupement des CHRD du Bas-Rhin, président de la commission

Tourisme à la CCI de Strasbourg et président du CEFPPA, Roger Sengel a été élu

à la présidence de la Fédération d’Alsace des hôteliers, cafetiers et discothécaires.

Celle-ci regroupe les deux organisations professionnelles départementales

alsaciennes. [ CONTACT ] 03 88 25 05 15

terrain

E

Actualité des entreprises

Marco Polo II

Pour une diminution

du fret routier

Sauf surprise, le rapport «Marco Polo II» voté par le

Parlement européen le 17 mai dernier devrait être validé

par le Conseil des ministres des transports et applicable au

1 er janvier 2007. Il prévoit un budget de 400 M€ (nettement

moins que les 740 prévus initialement) destinés à financer

des actions visant au transfert du fret routier vers le transport

maritime à courte distance, le ferroviaire et le fluvial.

Ce programme est destiné aux 25 États membres mais

aussi aux candidats à l'adhésion et aux pays voisins à l'Est,

dans les Balkans et la région méditerranéenne. Certains

des amendements adoptés par les eurodéputés visent à

accroître la participation des PME à ce programme.

[ SITE ] http://www.europarl.europa.eu/

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 11


actualité

des entreprises

Easyfairs : 500 visiteurs

au Pôle formation CCI

Les meilleures initiatives

alsaciennes primées

Plus de 80 exposants, soit 10 % de plus que l'an dernier,

721 enseignes représentées, 500 visiteurs : le

cru 2006 du salon Easyfairs. Les exposants

visaient à dénicher de nouveaux franchisés, sur des secteurs

aussi divers que la restauration, l'immobilier, le

bâtiment, la grande distribution, les services, etc. À l'issue

de la manifestation, Yves Sassi, fondateur de l'observatoire

de la franchise, Michel Kahn et Pierre Bardet,

qui représentait le président de la CCI, ont salué les

meilleurs projets de création alsaciens qui avaient participé

au concours des Espoirs de la franchise. Ont été

remis deux Trophées : le premier à Thierry Schwab, pour

«Allo plombier services», une société de dépannage

sanitaire créée à Mundolsheim et qui dispose déjà de

trois sites, le second à Jacques Dambron, Serge Felden,

Sylvie Weibel et Christian Vicedo, de Transhygiène à

Ribeauvillé. Cette société a créé une unité mobile de

maintenance et de désinfection de fauteuils roulants

qui couvre actuellement toute l'Alsace avec trois véhicules.

Deux mentions spéciales ont été attribuées à

Charles Richert et Delphine Toussaint pour les Jardistes

de France, spécialisés en aménagement d'espaces verts

à Ingwiller, et à Xavier Gillig et Jean-Pierre Baadé pour

leur société de location temporaire de meublés en

milieu urbain sous forme de coopérative, Pied'à terre.

Ont également été nominés Germain Schrodi, coiffeur,

pour son nouveau concept Ongl’Éclat installé dans ses

salons, la Joaillerie Niederländer, qui vend des bijoux

sur Internet et Joseph Desantis, pour Europ Telecom.

[ SITE ] www.easyfairs.fr

Transports-législations européennes

Eurovignette

à l’horizon 2012

Publiée au Journal Officiel de l’Union européenne depuis

le 17 mai, la directive européenne relative à la taxation des

poids lourds (eurovignette) s’appliquera à partir de 2012

aux plus de 3,5 tonnes (contre 12 tonnes auparavant). Le

réseau concerné s'étendra aux routes sur lesquelles le trafic

des routes principales peut être dévié pour des raisons

de délestage. Adaptée en droit national, cette taxe pourrait

être modulée en fonction du type de véhicule, du

moment de la journée, de l’axe routier concerné, etc. Une

variation des péages en fonction de la pollution des

véhicules sera en tout cas obligatoire après 2010.

[ SITE ] http://eurlex.europa.eu

Services

Ascenseurs de l'Est

Vingt bougies

Est Maintenance a été créée en septembre

1986 par Roland Peter. Devenue

Est Ascenseurs, la PME de 25 salariés, certifiée

Iso 9001 depuis octobre 2000, est

aujourd’hui dirigée par Bernard Gerber,

membre actif de la Fédération des

Ascenseurs. Est Ascenseurs s’est imposée

dans la région grâce à son expérience et

à son savoir-faire. Sa clientèle est constituée

de particuliers, d’agences immobilières,

de cabinets d’architecture, d’organismes

d’habitat social, de collectivités.

Pour fêter ses vingt ans, une journée

d’information thématique (ascenseur,

modernisation et mise aux normes, etc.)

a été organisée à l’attention des collaborateurs,

clients, partenaires.

[ CONTACT ] 03 88 28 75 50

iconoval

Le pôle image

déménage

C’est sur l’ancien site Alcatel à Illkirch-

Graffenstaden rebaptisé « Heuréka »

que le pôle image alsacien iconoval

vient de s’installer. Ce choix délibéré recèle

de nombreuses perspectives : tout

d’abord, les services destinés aux entreprises

du secteur de l’image vont pouvoir

se concrétiser et la future école

européenne de management de la TV

va s’installer dans les locaux.

Parallèlement, avec la centralisation de

fonctionnalités physiques comme des

salles de réunion, des auditoriums, etc.,

Heuréka propose un terrain idéal pour

l’implantation d’entreprises du secteur

de l’image et des TIC. Déjà une quinzaine

d’entreprises ont manifesté leur

intention de rejoindre le site. Le modèle

iconoval stimule et rassemble. Une synergie

porteuse.

[ SITE ] www.iconoval.fr

Multimédia

Solutions Internet

pour l’immobilier

Le prestataire strasbourgeois de services

plurimédias, Novéis présente un

nouveau produit : le Pack Immo Web.

Cette solution Internet simple est destinée

aux agences immobilières désireuses

de bénéficier des retombées de

la mise en ligne de leurs catalogues.

Les atouts ? Des mises à jour simples et

rapides, une visibilité optimisée, aucune

formation spécifique pour les utilisateurs

et une charte graphique personnalisable.

[ SITE ] www.pack-immo-web.com

Club de la presse

Un nouveau site

relooké

«Clair, moderne, actuel» : voici la sentence

à laquelle on aspire quand on

vient de mettre en ligne un site remode

dont la vocation première est

d’être une plate-forme pour la population

de gratte-papiers et autres journalistes

de tous bords implantés dans la

région strasbourgeoise. Ce pari est gagné

pour le nouveau site du club de la

presse strasbourgeois. Véritable mine

d’informations, il permet de conserver

un contact étroit avec les gens du métier

et propose une vision plus large de

la profession. Pour être au courant des

grands et des petits événements, pour

trouver des contacts ou tout simplement

en savoir plus. Bravo au club !

[ SITE ] www.club-presse-strasbourg.com

Syndicat français

de l’éclairage

Pascal Rinckenberger,

président

Sa carte d’identité : Bas-Rhinois, président

depuis 2002 de la société Osram

implantée à Molsheim (Groupe

Siemens), artisan d’un succès incontestable

avec une place de deuxième fabricant

mondial d’ampoules et membre

titulaire de la CCI de Strasbourg et du

Bas-Rhin – en résumé, un expert en la

matière. C’est à ces titres que Pascal

Rinckenberger a été élu président

du Syndicat français de l’éclairage. Il

succède à Michel Touzeau du groupe

Philips Éclairage.

[ SITE ] www.syndicat-eclairage.com

12 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


Schiltigheim

Steelcase dans ses murs

Leader mondial de l’aménagement des

espaces de travail et de la conception

de mobilier de bureau, Steelcase a regroupé

les différents services support

de son siège social à l’Espace Européen

de l’Entreprise à Schiltigheim. Un nouveau

centre entièrement dédié à l’innovation,

le «Steelcase international

worklab» qui marque l’ancrage régional

de 300 salariés. Sur l’espace laboratoire

de 7 300 m 2 sont développés

l’ensemble des produits de Steelcase

International, la division du groupe qui

conçoit et fabrique les produits pour

tous les produits hors Amérique du

Nord. Parallèlement à ce siège,

Steelcase appuie son activité industrielle

sur quatre sites de production

à Sarrebourg, Wisches, Marlenheim

et Rosheim. Les activités du groupe

rassemblent près de 1 330 personnes

en France.

[ SITE ] www.steelcase.fr

Développement économique

Adoption du Schéma régional

de développement économique

[ LE SRDE EST DISPONIBLE EN LIGNE SUR LE SITE ]

www.region-alsace ou sur simple demande au 03 88 15 68 80

L’Alsace connaît une situation économique

tendue dans un contexte international luimême

en pleine mutation. Mondialisation,

élargissement de l’Union européenne, émergence

de nouveaux pays, accélération des mutations

technologiques, etc., les défis sont lourds

pour une région confrontée à des transformations

industrielles importantes. Pour les relever,

la Région Alsace a défini un Schéma régional de

développement économique (SRDE) dont l’élaboration,

la mise en œuvre et le suivi sont menés

en concertation avec les collectivités territoriales

et les chambres consulaires. De grands axes prioritaires

ont été dégagés : ils se basent sur le

développement de l'accessibilité de la région au

travers des grands projets ferroviaires, aéroportuaires

et portuaires et sur le renforcement

des actions en faveur de l'innovation technologique.

Ces efforts vont de paire avec l'émergence

de nouvelles activités, notamment liées à la R&D

et impliquent des financements adaptés aux

entreprises à tous les stades de leur développement.

Il s’agit aussi, précise le texte adopté le 30

juin dernier, «d’agir solidairement face aux

mutations économiques et de renforcer l’ouverture

internationale de l’Alsace». Ces priorités

stratégiques correspondent, pour une large partie,

à l’objectif «compétitivité régionale et

emploi» défini par l’Union européenne et peuvent

être intégrées à des financements communautaires.

LE POINT ÉCO_ juillet/août 06_ n°251 / 13


actualité

des entreprises

Le Kempferhof

Un endroit pour travailler

au vert

Réputé pour la qualité de son golf, classé 2 e meilleur parcours de France (noté 18/20

au Guide Peugeot) et 7 e d’Europe, le Kempferhof de Plobsheim ouvre ses espaces de

séminaire et de restauration aux chefs d’entreprise qui souhaitent allier à leurs

séances de travail le charme du lieu.

/ LE GREEN DU KEMPFERHOF : AMBIANCE STUDIEUSE

ET CHARME ASSURÉ /

Àsa création en 1989, ce

golf privé avec ses 13

chambres était uniquement

réservé à une clientèle

strasbourgeoise et allemande.

Reconnu internationalement, il

s’est ouvert progressivement à un

public de non-golfeurs, venus

apprécier la cuisine soignée, en terrasse

ou dans le restaurant intérieur,

avec vue imprenable sur le

green. À midi brasserie, le soir gastro;

la carte inventive a été initiée

par Guillaume Robuchon, ancien

sommelier du Crocodile. «J’ai voulu

casser l’image élitiste fermée du golf

en accueillant une clientèle de

cadres et chefs d’entreprise»,

explique celui qui est devenu le

directeur de l’établissement, toujours

en quête d’idées innovantes.

Un cadre féérique pour un séminaire

studieux, sportif et convivial

En ajoutant un hôtel de 16

chambres avec terrasse privée, des

espaces séminaires adaptés – l’ensemble

de l’espace, extérieurs compris

est connecté au wifi –

Guillaume Robuchon vise une nouvelle

clientèle d’affaires. Comment

résister à ses propositions de forfait

séminaire privé associant

pauses café, déjeuner, boisson et

accès personnalisé au site à 52 €

par personne ? De plus, ceux qui

souhaitent associer la détente peuvent

accéder à un programme

adapté, pouvant intégrer leçon de

golf, compétitions privées, cours

d’œnologie, massage relaxant, etc.

Guillaume Robuchon est également

à l’origine d’un club rassemblant

une soixantaine de dirigeants

qui viennent régulièrement

au Kempferhof pour échanger et

partager idées ou adresses. Golf

rimerait aussi avec réseautage ! Les

derniers projets de Guillaume

Robuchon, après la création d’un

espace wellness, l’ouverture d’une

boutique destinée aux touristes,

avec des vins – le meilleur des

cépages de la région –, des huiles

d’olive, des confitures et même le

miel de leur propre récolte. Enfin, à

l’étude le projet d’un spa sur le

lac… /

[ CONTACT ] 03 88 98 72 72

[ SITE ] www.golf-kempferhof.com

14 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


La lettre de

Strasbourg Place Financière

n°3

CCI : les tendances

conjoncturelles

bas-rhinoises

• Emploi

Taux de chômage

dans le Bas-Rhin

1 er trim. 2006

C (- 3,49 %)

Chômage longue durée

dans le Bas-Rhin

Avril 2006/Avril 2005

B (+ 4,03 %)

(Source : DRTEFP)

• Consommation

Dépenses de consommation

des ménages en

produits manufacturés

Mai 2006/Mai 2005

B (+ 5,6 %)

Immatriculations des

voitures particulières

neuves dans le Bas-Rhin

1 er trim. 2006/1 er trim. 2005

B (+ 0,8 %)

(Source : Insee, ministère de

l'Équipement)

• Tourisme

Congrès, colloques

et salons en Alsace

(nombre de journées)

B (+ 25 %)

(Sources : Observatoire Régional

du Tourisme d'Alsace)

• Créations/

Défaillances

d’entreprises

Créations / Reprises d’entreprises

par secteur d’activité

2 e trim. 2006/2 e trim. 2005

• BTP CC (-3,6 %)

• Industrie BB (+23,1 %)

• Commerce BB (+ 32,5 %)

• Services BB (+ 5,7 %)

(Source : CCI Strasbourg)

Pour en savoir plus et acquérir

le dossier «Conjoncture Alsace» :

http://information.strasbourg.

cci.fr/boutique

Immobilier professionnel

État du marché

et réflexions

>François Retailleau

Président du Club de l’Immobilier

Directeur Général d’Alsabail

Dans la plupart des pays occidentaux et

anglo-saxons, les prix de l’immobilier augmentent

depuis dix ans à un rythme trois

ou quatre fois supérieur à celui du PIB.

Au Royaume-Uni ou en Espagne par exemple, l’immobilier

résidentiel a vu son coût multiplié par

2,5 sur la période 1995-2005. En France, le coefficient

a été de 1,9 sur la même période contre 1,7

aux États-Unis.

>

Les taux d’intérêt servant de base aux

emprunts se situant, pour leur part, à un niveau historiquement

bas, les limites de l’endettement sont

sans cesse repoussées par un secteur bancaire disposant

d’importantes liquidités et dès lors, moins vigilant

en terme de prise de risques.

Nous nous trouvons donc en présence de tous les

facteurs traduisant un haut de courbe, susceptibles

d’annoncer une inversion de cycle : baisse des prix,

entraînant des faillites personnelles et professionnelles,

resserrement des conditions d’octroi de crédit

de la part du secteur bancaire, hausse des taux d’intérêt,

etc.

Ce scénario préoccupant, pouvant lui-même provoquer

une récession généralisée dans certaines zones

géographiques, n’est heureusement pas inéluctable.

En France, en particulier, la plupart des experts

estime que la hausse des prix de l’immobilier constitue

d’abord un phénomène de rattrapage après la

baisse marquée du début des années 1990, tandis

que le taux d’endettement des ménages reste

raisonnable et que celui des entreprises décroît

depuis 2002.

>

Le segment de l’immobilier d’entreprise

– hormis certains biens comme les

bureaux des quartiers d’affaires parisiens – par opposition

au segment du résidentiel, reste pour sa part

faiblement soumis aux courants spéculatifs. En effet,

le niveau des loyers reste cantonné dans des limites

rationnelles, qui sont dictées par les ratios affectés à

la charge immobilière au niveau des comptes d’exploitation

d’entreprises soucieuses de préserver leur

rentabilité.


Nouveau

membre

• Le Cabinet

d’avocats HSKA

Nos adhérents

nous informent

• Le Cabinet HSKA

organise le 21 septembre

2006 au Pôle formation

CCI de Strasbourg un

petit déjeuner-débat sur

le thème : «Actualité de

l’intégration fiscale».

(Contact :

03 90 40 26 00)

>

En Alsace et dans le Grand Est

>

plus

généralement, les excès sont rares, les rendements

globalement peu volatils et pour l’heure notoirement

supérieurs à ceux des marchés financiers et

obligataires. Investir dans l’immobilier d’entreprise

dans nos régions constitue donc une option performante

et raisonnablement risquée, pour peu que les

fondamentaux de l’objet lui-même soient professionnellement

appréhendés : localisation, accès, rapport

qualité-prix, etc.

Le contrôle local doit être pris en compte. Ainsi, l’arrivée

du TGV en Alsace à partir de juin 2007 aura

sans aucun doute un impact positif, en particulier

pour le secteur bureaux du quartier gare de

Strasbourg.

Quelques données

• surfaces de bureaux tertiaires de la CUS:

n°3

La lettre de

Strasbourg Place Financière

Les critères de choix pour le type

de financement à mettre en place, créditbail

ou emprunt, qu’il soit amortissable ou in fine,

devront tout particulièrement faire l’objet d’une

analyse sereine et objective. Souvent opposés, ces

deux modes de financements sont, en réalité,

complémentaires l’un de l’autre selon la finalité de

l’investissement.

>

surfaces totales 2 610 000 m 2

dont:

– privé 1 505 000 m 2

– public 664 000 m 2

– institutionnel 441 000 m 2 (*)

(*) dont IPE 1 à 4 / 270 000 m 2

• rendements

agglomération de Strasbourg:

– bureaux 7.2 / 9.5%

– locaux d’activité 8.8 / 11.8%

– entrepôts 8.5 / 9.5%

L’immobilier professionnel, à la fois

composante de l’ensemble productif des entreprises,

outil de transmission ou de stratégie financière avec

les techniques d’externalisation ou de lease-back,

voire support patrimonial sur le long terme, est évidemment

un sujet trop important pour ne pas être

étudié dans le cadre d’une démarche structurée

impliquant les partenaires financiers et conseils de

l’entreprise.

(Source : Club de l’Immobilier d’Entreprise de Strasbourg et du Bas-Rhin –2005 / 200 financiers et conseils de l’entreprise.)

L’ÉVOLUTION DE LA SITUATION ÉCONOMIQUE

Tendances régionales Alsace – juin 2006

(source : Banque de France Strasbourg)

Solde des opinions par rapport à des carnets de commande et à des stocks jugés normaux dans l’industrie.

La bonne configuration d’ensemble depuis le début de l’année, à moduler selon les secteurs, reflète l’orientation

très positive des carnets et la forte réduction des stocks.


aéroport international Strasbourg

Restauration

La nouvelle offre

d’Elior

Un restaurant agrandi, une carte retravaillée par Antoine

Westermann, chef du Buerehiesel, un service continu et une

boulangerie Paul sont les grands traits du concept restauration

repensé par le nouveau directeur d'exploitation, Julien

Reix, à l’Aéroport international Strasbourg. Affilié au groupe

Elior, présent dans de nombreux sites comme Nice, Lyon,

Orly ou Roissy, il compte puiser dans l’expérience acquise et

y ajouter une note dynamique très personnelle.

/ JULIEN REIX : «PUISER DANS L'EXPÉRIENCE

ET AJOUTER UNE NOTE PERSONNELLE» /

Si vous êtes passé récemment

dans l’aérogare, vous

avez certainement constaté

les prémices du chantier qui

revigorera, à l’horizon 2007, l’offre

en restauration de l’aéroport. Le

principe affiché par Julien Reix privilégie

l’accueil du voyageur. Ce

dernier pourra s’installer dans un

grand restaurant à la décoration

modernisée «tendance» et découvrir

une carte à la portée de tous

les budgets. Les plus pressés pourront,

eux, se procurer des sandwichs

ou s’accorder une pausecafé

dans les bars. Julien Reix

explique : «Par ces diverses offres

regroupées au rez-de-chaussée,

nous voulons présenter une vitrine

moderne, flexible et avenante de

l’Alsace. Pas de restriction locale et

pourtant une note individuelle

sachant allier l'ouverture internationale

de notre région et sa spécificité.

Nous prévoyons également

deux autres bars en zone internationale

et des distributeurs permettant

une restauration 24h sur 24

répartis sur tout le site.» Et ce n’est

pas tout. Les projets d’animation

foisonnent. «Ce ne sera en rien une

offre statique. Bien au contraire,

nous comptons organiser des

semaines gastronomiques sur des

thèmes régionaux ou internationaux,

des dégustations de vins, des

animations en phase avec les

évènements locaux. Dans un

deuxième temps, nous voulons attirer

la clientèle de la région et amener

par notre activité des acteurs

économiques sur le site. Bref, un

véritable service à l’entreprise.

D’ailleurs, les employés de l’aéroport

profitent déjà de notre offre.

L’aéroport peut devenir un grand

complexe d’affaires. Notre carte à

jouer ? La diversification de nos

prestations qui peut contribuer à

transformer l’aéroport.» /

[ CONTACT ]

Julien Reix, 03 88 64 50 02

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 17


tour de France

La petite reine mobilise

L'événement, sportif certes, aura été d'un impact médiatique et touristique

prometteur pour notre région. De Strasbourg à Obernai, il a mobilisé élus,

collectivités et entreprises.

/ TOUS EN JAUNE POUR LE TOUR DE FRANCE : FABIENNE KELLER, ROBERT GROSSMANN ET JEAN-LOUIS HOERLÉ

ENTOURÉS DE COMMERÇANTS STRASBOURGEOIS /

Strasbourg, prologue et départ

L’hôtellerie a gagné avant même le départ

Le Tour de France et son cortège

d’accompagnateurs, de médias et

de commerciaux sont passés par

ici. Et les touristes repasseront parlà…

Un beau succès pour l’hôtellerie

strasbourgeoise : en amont, les

organisateurs sont venus faire les

repérages. En aval, le week-end du

prologue a rempli les hôtels une

seconde fois. Et il est fort probable

que les images de la ville ensoleillée

diffusées dans le monde

entier génèrent de nouvelles arrivées

de touristes.

Roger Sengel, le président du

Groupement des Hôteliers-restaurateurs

du Bas-Rhin, est donc très

satisfait du bilan de l’événement

sportif qui a marqué le début de

l’été strasbourgeois. «Les retombées

économiques sont très positives.

Et pas seulement pour la ville

même. Les hôtels des alentours affichaient

complet dans un rayon de

40 à 50 kilomètres. Il ne faut pas

oublier que la caravane compte à

elle seule 2 500 personnes. Les bars

ont également enregistré des résultats

en hausse. Si les restaurants, ne

ciblant guère les spectateurs du

Tour, ont eu une part de gâteau

moins belle, il semblerait, en

revanche, que les boulangers et la

restauration rapide aient été pris

d’assaut. Mais il faut surtout voir

l’aspect promotionnel pour notre

ville et notre région. En termes de

publicité, les dépenses de la ville et

de la région ont été minimales par

rapport à ce qu’il aurait fallu

débourser pour obtenir une

audience comparable à celle que

nous avons eue sur les chaînes

mondiales. Nous pouvons escompter

avoir des retombées touristiques

sur plusieurs années. Réussi,

non ?» /

Le commerce

affiche un bilan

en deux teintes

Plusieurs facteurs se sont télescopés

le jour du départ du Tour :

tout d’abord, la cacophonie médiatique

a laissé craindre une mauvaise

accessibilité du centre-ville.

Ensuite, le quart de finale de la

Coupe du Monde, France-Brésil, a

détourné un grand nombre de

consommateurs potentiels. Or,

premier samedi des soldes d’été,

cette journée était fatidique pour

les commerçants. En dépit de leur

engagement intense pour cette

fête du vélo, ils ont souffert de ce

concours de circonstances et les

résultats ont été plutôt émoussés.

Pour Pierre Bardet, directeur général

des Vitrines de Strasbourg, il

faut considérer l’opération dans

son ensemble : les actions organisées

par les Vitrines de Strasbourg

comme le grand jeu concours

aux cartes-vélos multicolores, les

maillots jaunes et les kits vitrines

ont remporté un succès incontestable.

Et si les résultats immédiats

laissent à désirer, il ne faut pas

perdre de vue que «les retombées

médiatiques ont été immenses.

Strasbourg, habituellement montré

pour son marché et ses illuminations

de Noël, s’est présentée sur les

écrans du monde entier sous un

soleil radieux et avec une vitalité

indéniable. Cette image dynamique

aura rapidement des répercussions

économiques positives. Il nous

aurait fallu près de 100 ans de budget

communication pour obtenir

un accès médiatique équivalent.» Et

il ajoute : «À l’avenir, si Strasbourg

est de nouveau le théâtre de manifestations

de cette ampleur, nous

serons plus attentifs en amont et

essaierons de prévenir une telle désinformation

sur l’accès en ville.» /

18 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

tour de France

Strasbourg et Obernai

Obernai

«La ville maillot jaune des villes étapes»

/ UNE VÉRITABLE MARÉE JAUNE À OBERNAI /

Obernai, ce joyau alsacien

de 12 000 habitants, a

drainé 35 000 personnes

pour le passage du Tour

de France. Quant au slogan

«Obernai, la ville maillot jaune des

villes étapes», son pari a été tenu :

22 000 personnes en maillot jaune

étaient postées le long du parcours.

Créant une marée jaune

soleil – comme le temps et l’humeur.

Il est vrai que les Obernois

avaient mis les bouchées doubles.

Toutes les grandes entreprises

s’étaient mobilisées au travers

d’un «village entreprises» et près

de la moitié des employés ont participé

aux animations proposées

(soit 4 000 personnes).

Parallèlement, 60 % des associations

avaient travaillé en

concertation pour monter un programme

d’animation éclectique et

plus de 300 bénévoles ont apporté

leur aide à l’organisation. Si, ici

aussi, les retombées économiques

directes sur les chiffres du commerce

ont été plus mitigées que

prévu, la fête a permis de présenter

au monde entier une ville dynamique

et radieuse. L’alsacienne

Obernai est une ville résolument

moderne dont les charmes

typiques n’ont rien de passéistes.

Sa présentation pendant le Tour

n’en est qu’une preuve de plus.

Obernai dans la course

Obernai est moins connue

pour sa bonne santé économique

que pour sa valeur touristique. Et

pourtant ! Pas moins de huit

grandes entreprises (Kronenbourg,

Hager, Triumph, Supra, Stoeffler,

EBM Papst, CMO et Grippel) sont

implantées dans la commune.

Avec, en plus, la présence de nombreuses

PME/PMI, la région

d’Obernai emploie 8 000 personnes

alors que la ville ne compte

que 12 000 habitants.

Ce dynamisme qui remonte

aux années 60 est le résultat d’une

politique foncière favorisant l’implantation

des entreprises et le

développement industriel à long

terme. Mais ce n’est pas seulement

cette anticipation qui a permis à la

ville d’être aujourd’hui, avec

Molsheim, l’une des plus performantes

du Bas-Rhin : un réseau de

transport urbain, Pass’O – chose

rare dans les villes de moins de

20 000 habitants –, un hôpital de

proximité, une association pour la

promotion économique d’Obernai,

l’Apéro, et une communauté des

communes forte permettent à la

ville de travailler sur tous les fronts

et de rester à la pointe. Preuve en

est, qu’en dépit d’une tendance au

recul dans le monde de la bière,

Kronenbourg vient d’inaugurer

une nouvelle salle à brasser à

Obernai. Peut-être est-ce la ville

qui porte chance ?

[ CONTACT ] Ville d’Obernai,

03 88 49 95 95

E

Histoire

Le maillot jaune est alsacien,

le saviez-vous ?

C’est le capitaine Alfred Dreyfus, Mulhousien et innocent héros de la triste

affaire portant son nom, qui est à l’origine indirecte du maillot jaune.

1900 : Farouche défenseur de Dreyfus, le directeur parisien du journal Le Vélo,

Pierre Giffard, décide de refuser de publier dans ses pages vertes les publicités

d’un de ses plus gros annonceurs, le comte de Dion, un riche industriel résolument

anti-dreyfusard. Celui-ci décide alors de créer son propre journal pour pouvoir

continuer à promouvoir ses produits. L’Auto-Vélo paraît pour la première fois

en octobre 1900. Le support ? Des pages de couleur jaune. Dès lors, la concurrence

est vive entre les deux titres qui organisent chacun des grandes classiques. En

1903, le directeur de L’Auto-Vélo, Henri Desgranges, lance le premier Tour de

France. Et déjà le leader aborde après chaque étape le maillot de couleur jaune

orné des initiales HD. Détail resté actuel. Quant au capitaine Dreyfus, victime

d’une effroyable machination antisémite en 1894,il est réhabilité en 1906, il y a

tout juste cent ans.

/ L’ALSACE EN JAUNE, MÊME À GERSTHEIM /

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 19


transports

La logistique en Europe

Eurolog 2006 :

une plate-forme de

compétence et d’échanges

En juin 2006, le congrès européen de la logistique 2006 a réuni à Strasbourg

plus de 500 logisticiens issus d’une quinzaine de nations. Cette manifestation de

grande envergure, organisée par l’Aslog et l’Ela, a pour objectif de reconnaître les

grandes tendances dans le métier de la logistique, de repérer les thèmes nécessitant

un approfondissement et de nouer des contacts interprofessionnels.

ASLOG

L’Association française pour la

logistique s'occupe de la logistique

sous toutes ses formes et

soutient les entreprises dans

leur recherche de compétivité et

de performance. Elle rassemble

près de 1 500 adhérents et est

membre fondateur de l’ELA.

ELA

L’Association européenne pour la

logistique fédère environ 60 000

professionnels européens et

regroupe plus de 30 associations

dédiées à l’optimisation de la

logistique.

23 juin 2006 Roland Dachs

prend la présidence de l’ELA.

Déjà président de l’ASLOG et

vice-président Logistics &

Planning Europe du groupe

Crown Cork & Seal., Roland

Dachs est le premier Français

à occuper cette fonction.

Les participants, prestataires

et chargeurs confondus,

sont issus de tous les secteurs

industriels. «Les échos

sur la qualité des échanges ont été

très positifs» se réjouit Pascal

Carrier, le président de la délégation

Aslog Alsace. Il ajoute «Le but

de notre travail est de capitaliser

sur les expériences des uns et des

autres. Nous abordons une problématique

de savoir-faire et non de

tarifs, ainsi la peur de la concurrence

n’a pas lieu d’être. La logistique

est une activité

interdisciplinaire

qui pilote les

flux physiques et

d’information entre

l’activité de production

et l’activité

commerciale. La

réflexion est donc

commune à tous les

secteurs. Grâce à la

remontée d’informations

croisées,

/ PASCAL CARRIER : «LES ÉCHANGES PENDANT LE CONGRÈS

une plate-forme

ONT ÉTÉ TRÈS POSITIFS» /

d’échanges comme Eurolog nous Et pas seulement chez les industriels

permet d’avancer dans notre

: l’organisation d’Eurolog a été

recherche de solutions innovantes.

À partir des idées émergeant du

congrès, nous créerons des commissions

amplement soutenue par le Conseil

Général, la Région Alsace et la

CUS.» /

de travail sur les thèmes

récurrents. Pour Aslog Alsace, nous

travaillons à l’élaboration d’un programme

d’actions avec une rencontre

[ CONTACT CCI ]

Pascal Carrier 03 88 97 17 37

[ SITE ] www.aslog.org

trimestrielle, un événement

annuel

et

la création d’un laboratoire

La lettre semestrielle de

d’échanges.» Et de conclure : «En l’Observatoire régional des

dépit d’une situation géographique transports et de la logistique

a priori privilégiée, la logistique est d’Alsace, D’un point à l’autre,

vient de publier une synthèse

difficile en Alsace car il y a peu de

des premiers résultats de l’étude

réserves foncières et l’encombrement

sur les besoins en plates-formes

des routes par les poids-

intermodales en Alsace. Étude

pilotée par la Région Alsace et

lourds est très handicapant. Il faut

cofinancée par l’Etat, les Conseils

réfléchir à d’autres solutions afin de généraux du Bas-Rhin et du

préserver l’attrait de la région. Haut-Rhin, l’Ademe, RFF, la SNCF

Le succès du congrès nous a montré

que la volonté d’engagement est là.

et VNF.

[ CONTACT ] 03 90 23 83 52

E

La nouvelle est tombée le 9

juin dernier. Réunis à

Luxembourg, lors d’un

Conseil des ministres des transports

de l'Union européenne, les

représentants de l'Autriche, de la

France, de l'Allemagne et de la

Slovaquie adoptaient une déclaration

d'intention qui demandait

que tout soit mis en œuvre pour

que la Magistrale (nom de code

communautaire :TE-T No17 !) soit

mise en œuvre dans les

meilleurs délais. «À l’horizon

2015», précise le document qui

ajoute que rien ne s'y oppose

d'un point de vue technique. À

l'actif du dossier figure évidemment

la réalisation du TGV Est

européen qui sera opérationnel

en juin 2007. Conçu dès le départ

comme un premier maillon de

cet axe global qui s'élancera vers

les confins orientaux d'une

Europe désormais élargie, il s’intègrera

dans une ligne européenne

Est-Ouest qui permettra

à la France et à l’Allemagne de

moderniser leurs relations avec

les nouveaux États membres de

l’Union.

«Le tronçon

Baudrecourt-

Strasbourg doit

être adapté

prioritairement

à la LGV»

Baudrecourt-Strasbourg :

l’urgence de la grande

vitesse

Le nouvel élan donné à la

Magistrale rend impérative la

mise aux normes grande vitesse

du tronçon Baudrecourt-

Strasbourg sur lequel le TGV Est

européen roulera encore à

vitesse normale en juin 2007. Le

Hongrois Peter Balasz, coordonnateur

de la Magistrale, nommé

par la Commission européenne,

20 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


transports

Accessibilité

La Magistrale mettra Strasbourg

au cœur de l’Europe élargie

Avec le TGV Est européen qui sera opérationnel en juin 2007 et le financement désormais programmé

du TGV Rhin-Rhône prévu pour 2011, Strasbourg s'inscrit résolument comme un carrefour ferroviaire de

premier plan. Dernière carte en date : l'impulsion donnée à la Magistrale, une ligne grande vitesse qui

reliera Paris-Strasbourg-Stuttgart-Vienne-Bratisalva et, à terme Budapest.

Longue de

1500 km, la

Magistrale desservira

un couloir

où vivent

et travaillent

34 millions de

personnes.

E

l’a d’ailleurs pointé comme un

«goulet d’étranglement» qu’il

convient d’adapter prioritairement

à la circulation TGV, de même

qu’un autre, situé entre Munich et

Salzbourg. «Deux jonctions transfrontalières

sont également à aménager»,

précise-t-il : un pont sur le

Rhin entre Strasbourg et Kehl

devrait être réalisé d’ici 2010 ainsi

qu’une jonction de 7 km comprenant

également un pont, entre

Freilassing et Salzbourg, aux pieds

des Alpes.

Le financement

La Magistrale devrait mobiliser un

investissement évalué à 15 Mds €,

ce qui constituera un soutien puissant

à la croissance européenne,

plus particulièrement à celle des

pays traversés. Si la décision de

réalisation appartient aux États

membres concernés, le financement

devra en être assuré par les

dits États, conjointement avec les

collectivités locales et l'Union

européenne. Reste à déterminer le

taux d’implication communautaire

dans un projet inscrit depuis

2005 au nombre des cinq ultraprioritaires

pointés par l’Union

parmi les trente chantiers désignés

en 2003 dans le cadre du

réseau transeuropéen de transport

(RTE-T). Ce sera à Peter Balasz,

ex-Commissaire européen aux

transports de la négocier. Ses

contacts avec les élus locaux des

zones traversées sont en tout cas

permanents, de même que la collaboration

établie entre Fabienne

Keller, maire de Strasbourg, présidente

de l’association TGV Est et

son collègue de Karlsruhe qui

supervise l’Initiative «Magistrale

für Europa». «Nous nous concertons

tous en permanence aussi bien

pour échanger des informations

que pour agir aux niveaux les plus

pertinents», précise Fabienne

Keller. /

[ CONTACT CCI ]

Tania Desfossez, 03 88 75 24 67

t.desfossez@strasbourg.cci.fr

La CCI de Strasbourg

et du Bas-Rhin et l’IHK*

de Karlsruhe

se prononcent pour la

Magistrale européenne

Lors de leur première assemblée

plénière commune, le 22 juin dernier,

les deux chambres de commerce

ont adopté une résolution

qui soutient le projet de

Magistrale européenne et appelle

les gouvernements nationaux à

tout mettre en œuvre pour un

achèvement rapide des parties

non terminées du tronçon. En ce

qui concerne la France, il s'agit de

l'aménagement LGV Strasbourg-

Baudrecourt. Pour ce qui est de

l'Allemagne, restent à mettre

en œuvre la construction du pont

à deux voies près de Kehl, la

construction et l’aménagement

des tronçons Kehl-Appenweier

ainsi que le tunnel de Rastatt.

*IHK : Industrie-und Handelskammer

de Karslruhe

[ SITE ]

www.www.strasbourg.cci.fr

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 21


dossier information

C’est un fait : l’information est un facteur déterminant dans la stratégie

des entreprises. Les nouvelles technologies aidant, la collecte d’informations

ratisse des sources de plus en plus vastes. Mais attention, plus qu’une

simple récolte, la veille économique est une démarche alliant écoute,

diagnostic et prise de décision.

La veille économique,

une attitude d’écoute

à la portée de tous

Pour les dirigeants, une

formidable chance de

sortir de l’isolement

quotidien et de consolider

leur compétitivité. La

CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

entend les accompagner dans

cette voie en créant en son sein

une fonction dédiée à la veille.

Un esprit d’ouverture

Être en permanence à l’écoute

de l’environnement immédiat et

des tendances générales est la

condition sine qua non de la veille

économique. Bernard Stirnweiss,

membre du Bureau et président de

la Commission information de la

CCI, précise : «L’importance de

cette tâche est évidente pour

garantir la compétitivité d’une

entreprise. Veiller l’information est

/ BERNARD STIRNWEISS /

une attitude qu’il faut apprendre à

adopter. Il s’agit moins d’une activité

d’investigation offensive – et

ce, malgré la connotation du terme

«Intelligence économique» – que

du fait d’être attentif à ce qui se

passe autour de soi. Notre rôle en

tant que CCI est d’inciter le chef

d’entreprise à sortir, à visiter des

salons, à participer à des réseaux ou

à côtoyer les groupements professionnels.

La CCI est aussi un lieu de

rencontres idéal. Et au-dede la

recherche d’informations purement

techniques, il est important de

savoir prendre chaque jour un certain

recul et de se pencher sur les

informations d’ordre général permettant

de reconnaître les tendances

et les orientations économiques

qui pèsent sur la stratégie

de l’entreprise. Chacun peut acquérir

cet état d’esprit.»

Digérer les entrées

En outre, le travail de veille ne

s’arrête pas à la collecte d’informations.

Avec les outils actuels, les

recherches peuvent être, certes,

plus exhaustives mais le risque

d’errements augmente également.

«On souffre plus du trop

plein que du trop peu» relève

Bernard Stirnweiss. Après la collecte,

il faut donc traiter l’information

et savoir la valoriser au sein

de l’entreprise en l’intégrant aux

processus opérationnels. Un travail

d’envergure qui peut être simplifié si

l’on s’appuie sur ses collaborateurs

selon leur sensibilité technique.

Soutenir les petites et

moyennes entreprises

Tout un programme donc qui,

en dépit des apparences, n’est

guère l’apanage des grandes

entreprises. Consciente des difficultés

de temps que peuvent

rencontrer les dirigeants des

PME/TPE, la CCI de Strasbourg et

du Bas-Rhin vient d’intégrer la

notion de veille à ses objectifs stratégiques.

Un groupe de travail se

22 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


penche actuellement sur les

actions envisageables pour aider

efficacement ses ressortissants

dans ce domaine si primordial

à leur compétitivité. Bernard

Stirnweiss explique : « Si la connaissance

est au cœur de certains

métiers, elle est difficile à acquérir

dans le quotidien de beaucoup

d’entreprises. À la CCI, notre activité

concertée en matière d’informations

économiques nous prédestine

à créer un encadrement approprié

pour les dirigeants afin qu’ils puissent

accéder aisément et de

manière ciblée – donc sans perte de

temps – aux informations qui les

intéressent. Il faut systématiser la

démarche et réfléchir par secteur

d’activité, collecter les informations

sectorielles auprès de nos professionnels

et rendre ce condensé

accessible au plus grand nombre.»

Un portail régional d’accès aux

bases de données économiques –

le projet AlsaEco – est une solution

qui va être prochainement

mise en place au profit de tous. /

[ CONTACT CCI ]

Direction Veille & Info Éco

Philippe Edel, 03 88 75 25 29

/suite p.24/

Les appels d’offres en ligne

La veille commerciale

sur le web

«En matière de veille, toutes les entreprises sont concernées, même

les plus petites, notamment pour leur développement commercial,

insiste Francis Hirn, vice-président de la Commission Information de

la CCI. Sur le web, certains sites permettent au travers d’alertes quotidiennes

l’identification automatique des avis d’appels d’offres ou

des opportunités d’affaires. Cette démarche est une première étape

dans une action de veille systématique. Il faut ensuite savoir traiter

et valoriser l’information collectée. Le site www.est-legales.com, mis

en ligne récemment par les DNA en partenariat avec la CCI, permet

aux entreprises de se familiariser avec ces méthodes de veille.»

[ SITE ] www.est-legales.com

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 23


dossier

information

Association

pour la promotion

et l’utilisation

de l’intelligence

économique

L’APUIE, un nid

de compétences

professionnelles

Créée il y a un an, l’APUIE réunit

aujourd’hui une vingtaine de

sociétés spécialisées en veille,

protection de l'information et

lobbying. Cette association,

soutenue par la Région Alsace

et la DRIRE, s’est fixé deux

objectifs principaux : d’une

part, promouvoir la mise en

place d’outils de veille au travers

de formations et d’un travail

de communication par les

professionnels en prolongeant

l’effort de sensibilisation

engagé par le programme

Cogito, et d’autre part, être

un opérateur en ingénierie

et conseil à vocation régionale

pour les projets collectifs de

veille et les partenariats

publics/privés.Son rayon d’action

: l’Alsace. L’APUIE prévoit

à présent de s’étendre aux

régions limitrophes, la Suisse

et l’Allemagne.

[ CONTACT ]

Christophe Thil, secrétaire

général, 03 89 33 38 87

E

E

Témoignage. Christophe Thil, Blueboat, dirigeant

L’intervention humaine, un aspect

primordial de la veille économique

Les entreprises alsaciennes

et la veille économique

(toutes activités confondues)

Entreprises fermées

à leur environnement

E

Entreprises qui font des

études occasionnelles

Objectifs

• suivre l’évolution des clients : 83 %

• identifier et prospecter de nouveaux marchés : 81 %

• détecter l’émergence de nouveaux produits : 64 %

• identifier et être informé sur la concurrence : 61 %

• identifier de nouvelles technologies et/ou savoir-faire : 55 %

E

34 %

24 %

Entreprises qui

la pratiquent

42 %

Source : Enquête téléphonique réalisée par ED Institut auprès de 305

entreprises alsaciennes de plus de 10 salariés, avril 2005.

/ CHRISTOPHE THIL : «LA TAILLE HUMAINE DE NOS PRESTATIONS

EST CAPITALE» /

Depuis quatre ans,

Blueboat travaille

avec une

quinzaine de partenaires

externes et propose

aux PMI/PME des

solutions de gestion de

l’information : veille,

traitement et analyse.

Au-dedes outils informatiques

(analyse

sémantique pour la

veille concurrentielle,

qualification de nouveaux

marchés pour la

veille commerciale, gestion

du flux d’informations*),

le jeune dirigeant

de Blueboat,

Christophe Thil, mise

sur l’atout humain :

«La taille humaine de

nos prestations est capitale

: nous écoutons nos

clients pour aller à l’essentiel

et définir d’entrée

le type d’informations

à rechercher.

L’informatique n’est

qu’un instrument.

Certes formidable.

Néanmoins, pour le

mettre en place, méthodologie

et expérience

sont nécessaires. Il reste

donc un moyen et non

une fin» Et il ajoute :

«d’ailleurs, même les

grands comptes s’adressent

à Blueboat. Ils sont

débordés par le flux

d’informations et leurs

spécialistes n’hésitent

plus à contacter des

experts externes, en l’occurrence

nous. D’une

manière générale, la

prise de conscience des

entreprises face à la

valeur de l’information

est manifeste. Autrefois,

nos partenaires amenaient

leurs clients déjà

sensibilisés, alors qu’aujourd’hui,

la clientèle est

offensive et n’hésite plus

à clamer ses besoins en

nouant elle-même le

premier contact. Une

évolution fort positive.

Pour le chiffre d'affaires

et pour le principe

même de l’Intelligence économique.»

/

* Le flux RSS permet d’être tenu

informé des nouveaux contenus d’un

site web, sans avoir à le consulter.

[ CONTACT ] 03 89 33 38 88

Donner et recevoir –

une information multipliée

L’importance du réseautage

L’isolement du dirigeant est un risque pouvant altérer les chances de

pérennité d’une entreprise. À l’époque où nul ne peut tout savoir, il

est primordial de se créer un réseau, source d’informations et d’entraide,

afin de pouvoir avancer plus facilement. Pratiquer le réseautage,

c’est créer intentionnellement des liens dans une perspective précise :

stratégie, souci de complémentarité, diversification du savoir, obtention

d’informations utiles, etc. Mais attention, réseauter ne signifie pas uniquement

tirer des bénéfices des autres mais également s’investir afin

que l’échange soit fructueux. Et contrairement à ce que l’on pourrait

croire, le temps imparti à cette activité n’est aucunement perdu.

Quelques règles sont de rigueur : un réseau se construit quand tout va

bien, 10 % de son temps de travail devrait y être consacré, un bon contact

signifie confiance, informations pertinentes, utilité et… vice-versa. Alors,

pourquoi ne pas vous entourer d’alliés, notamment en participant à l’un

des nombreux clubs d’entreprises initiés par la CCI ?

[ CONTACT CCI ] Philippe Edel, 03 88 75 25 29

24 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


Information

E

Témoignage. Valérie Gibert, Axima Réfrigération,

Groupe Suez, Knowledge manager

Une intelligence économique globale

accompagnée d’une action locale

Valérie Gibert s’occupe

de la gestion

des connaissances

au siège social

d’Axima Réfrigération

à Bischheim, une entreprise

active dans le

domaine de la réfrigération

et des services

associés. Son poste est

axé sur la collecte, la

capitalisation et la diffusion

de l’information

dans l’ensemble de la

structure européenne

de l’entreprise (1 900

salariés). La veille de

l’information a été

organisée très méthodologiquement

au sein

de la société : veille

extérieure, collecte,

valorisation, diffusion

en interne et retour des

utilisateurs, qui complètent

ainsi le savoir distribué.

«Chez Axima, les

notions de knowledge

management et de

veille économique sont

étroitement liées. Notre

action se décline en

deux temps. D’une part,

dans l’entreprise même,

avec la capitalisation

des savoirs et le partage

des connaissances sous

la forme d’une banque

de données interne, de

formations, de conférences

biannuelles. Et

d’autre part, à l’extérieur,

avec une veille

technologique sur les

salons, le net ou lors de

journées techniques,

une veille réglementaire

permettant d'accompagner

nos clients en leur

proposant des services

adaptés aux enjeux des

réglementations

actuelles et futures et

une veille commerciale

au travers d’une revue

de presse sur nos clients

et sur nos concurrents.

Ces connaissances sont

également réparties

dans l’entreprise par le

biais d’une lettre d’information

mensuelle.» Et

la jeune femme de préciser

: «Cette action,

étant à l’échelle européenne,

induit une

vision globale du marché

de la réfrigération.

Néanmoins, nous encourageons

également nos

filiales dans les différents

pays à pratiquer

leur propre activité de

veille afin de pouvoir

affiner les informations

au niveau local.» Cette

démarche permet de

resserrer les mailles du

filet et de cibler plus

judicieusement la stratégie

régionale. Une

exhaustivité modèle.

[ CONTACT ] Valérie

Gibert, 03 88 19 19 54

/suite p.26/

/ VALÉRIE GIBERT : «CAPITALISER LE SAVOIR

ET PARTAGER LES CONNAISSANCES» /

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 440267177

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 25


dossier information

COGITO

Favoriser la pratique

de la veille économique

Le programme Cogito a pour objectif de rendre le principe de l’intelligence

économique accessible aux entreprises alsaciennes en

finançant les actions qui contribuent à cet objectif. Cogito aide

les PME alsaciennes à pratiquer la veille stratégique à travers des

conférences, des formations, des conseils personnalisés délivrés par

les partenaires du programme (Centre régional de veille stratégique,

CCI, ADA, Associations sectorielles, etc.).

Cogito finance également des actions de veille sectorielle (marchés

publics internationaux, entreprises de l'environnement, biotechnologies),

ainsi que des veilles mutualisées entre plusieurs PME (11 projets

financés en 2005-2006). Le site du programme comporte notamment

un agenda, une lettre d'information, un autodiagnostic en ligne, un

annuaire des compétences, etc. Cogito a été initié par l’État et la

Région dans le cadre du contrat de plan 2000-2006 et est financé en

partenariat par la Région Alsace, la DRIRE et les CCI d’Alsace.

[ SITE ] www.cogito-alsace.com

[ COORDINATION ] Daniel Munck 03 88 76 45 19

E

Témoignage. Hélène Bonarota, Gazomat

(groupe TD Williamson France),

responsable Qualité

Une veille exigée par les clients

La société Gazomat,

implantée à

Bischheim, est spécialisée

dans la fabrication

de détecteurs de

gaz et surveillance des

réseaux de distribution

de gaz. Dans ce

domaine hautement

sensible, le suivi des

normes est une obligation

imposée par plusieurs

parties prenantes

de l’entreprise : les

clients, les fournisseurs

et la société civile par le

biais de la loi. Hélène

Bonarota, la responsable

Qualité de l’entreprise,

explique : «Nos

bureaux d’études sont

tenus de suivre les

textes réglementaires

et de surveiller les directives

européennes, afin

de pouvoir répercuter en

interne les dates butoirs

et de contrôler l’application

des normes. Grâce

à notre abonnement

au listing de la veille

normative Normajour,

la CCI fait une synthèse

Où aller ? Que consulter ?

Un pêle-mêle d’infos

• L’offre veille de la CCI : www.strasbourg.cci.fr/veille

E

des changements et

nous les communique.

Cette solution est simple

et nous pouvons ainsi

travailler en conformité

avec la loi. Effectuer ce

travail de veille nousmêmes

aurait été une

opération bien trop

lourde pour une structure

de notre envergure

(14 salariés).»

[ CONTACT ]

03 88 19 72 30

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 349155267

• Le site gouvernemental : www.intelligence-economique.gouv.fr

• Le Centre régional de veille stratégique (CRVS) à Colmar met à la disposition

des entreprises un panel de démonstrations d’outils de veille et leur

permet de s’initier à la pratique de l’intelligence économique.

www.colmar.cci.fr/crvs/index.html

• Protection de l’information

Des conventions viennent d’être signées entre les CCI d’Alsace et deux instituts

spécialisés dans la protection du patrimoine physique et immatériel des

entreprises et dans la sécurité de leurs informations, l’IERSE qui dépend de la

Gendarmerie et l’IHEDN qui relève de la Défense nationale. L’objectif : l’organisation

de journées d’études, de conférences, de visites et de formations

en ingénierie de la sécurité et de la sûreté dans les entreprises.

Cible : les dirigeants de TPE/PME.

[ CONTACT ] Daniel Lacour – Maison de l’Entrepreneur, Mulhouse

03 89 36 54 80

• Veille sur les créations et les disparitions d’entreprises : la CCI publie

deux bulletins d’information bimensuels servis sur abonnement, l’un sur

les entreprises nouvellement créées ou reprises dans le département (Flash

Créations), l’autre sur les entreprises en redressement ou en liquidation

judiciaire (Flash Jugements).

[ CONTACT CCI ] Christiane Burel, 03 88 75 25 92

• Veille normative et réglementaire : la CCI assure un service de surveillance

sur mesure (Normajour-Vigilist) sur l’évolution des textes concernant

le fonds normatif de l’entreprise et les réglementations afférentes.

[ CONTACT CCI ] Blandine Cazaubon, 03 88 75 25 50

• 5 e Forum de la Veille, le 20 octobre aux Tanzmatten à Sélestat

La CCI organise une journée de témoignages et de rencontres à l’intention

des dirigeants d’entreprise sur le thème de la veille économique.

[ CONTACT CCI ] 03 89 20 20 40

26 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


Information

En Allemagne

Le temps, principal rival de la veille

économique chez les PME allemandes

Si les dirigeants allemands sont conscients du bien-fondé de la veille économique, l’obstacle premier

est le manque de temps. Gérer les affaires quotidiennes en accapare énormément et souvent les PME

n’ont pas les capacités suffisantes pour s’occuper de l’activité «Intelligence économique».

Symptomatique ? Il n’existe pas vraiment de terminologie traduisant l’esprit de la veille.

Dès les années 70, le principe

de collecter un

maximum d’information

dans le but d’étayer le

processus de décision des chefs

d’entreprise était devenu une évidence.

Des systèmes de gestion de

l’information furent même conçus

mais ils échouèrent : au-dede

pertinente à ces informations afin

de pouvoir les redistribuer efficacement

au sein de l’entreprise. En

mettant en évidence leur plusvalue

potentielle. Dans les structures

importantes, ce sont les commerciaux

et les spécialistes en

marketing qui se chargent du

contenu et les informaticiens de la

gestion technique.

trop complexe et trop dévoreuse de

temps.» Mais grâce à l’évolution

technologique et face au développement

fulgurant de la mondialisation

– ce qui signifie une pression

accrue de la concurrence – , la veille

économique devient néanmoins

un thème de plus en plus souvent

abordé… même dans les petites

entreprises. /

* WVIB – Fédération des industriels

du Pays de Bade

/fin de dossier/

«Les dirigeants

sont très au fait

de l'état de leur

marché»

problèmes techniques, les attentes

des usagers et les promesses des

concepteurs n’étaient pas encore

dans le domaine du réalisable.

Aujourd’hui, il existe en Allemagne

un éventail immense de solutions

techniques aptes à servir ce dessein.

Mais le problème de fond,

c’est-à-dire le temps nécessaire à la

veille, est resté le même.

Et les outils ?

Face à une multitude d’outils

informatiques destinés à gérer efficacement

les informations récoltées,

un certain nombre de règles

s’imposent : définir concrètement

les besoins de l’utilisateur afin

d’éviter une nébuleuse de données

inutiles et donner une structure

Couper la poire en deux

Les petites structures, elles,

continuent de se concentrer sur le

quotidien. C’est pourquoi le terme

même d’information a été dédoublé

entre informations internes et

informations externes. Matthias

Maier, ingénieur en économie au

WVIB*, explique : «Au sein des PME

allemandes, il existe une attitude de

veille assidue de toutes les informations

internes avec une tentative

d’optimiser les processus au maximum.

Vers l’extérieur, la recherche

d’information est nettement plus

précise : les dirigeants sont généralement

très au fait de l’état du marché

qui les concerne. Et ce par le

biais du réseautage, méthode très

développée en Allemagne, de salons,

de fédérations professionnelles ou

autres instituts privés spécialisés

auxquels ils commandent des

études sur la concurrence. En

revanche, l’observation des grandes

tendances économiques et politiques

reste une tâche délaissée car

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 27


commerce

Parcours du design

Une deuxième édition

en préparation

Pari gagné pour la première édition du Parcours du design qui s’est tenue du 3 au 19 juin 2005.

Face à ce succès, Jean-Louis Hoerlé, président de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin, s’est engagé

à inscrire l’événement dans le temps en l’instituant en biennale. Retour sur une première et regard

prospectif sur la prochaine manifestation programmée pour juin 2007.

Ville historique, riche d’un

patrimoine monumental

exceptionnel, Strasbourg

est un écrin particulièrement

apte à accueillir la beauté

sous toutes ses formes, jusqu’aux

plus contemporaines. Le passé,

aussi somptueux soit-il, n’entrave

pas la création. Il peut au contraire

la servir en de stimulantes

confrontations. C’est notamment

à ce titre que le Parcours du

design, créé sous l’égide de la CCI

de Strasbourg et du Bas-Rhin en

juin 2005, prend tout son sens

dans notre cité. L’idée de faire

pétiller «autrement» les commerces

de centre-ville est née

simultanément, mais de manière

Commerçants, industriels,

designers,

participez à

l’édition 2007 !

Les commerçants situés dans la

zone de Strasbourg centre-ville

et petite couronne ainsi que les

industriels et les designers alsaciens

>

peuvent participer au prochain

parcours du design. Les

conditions et le bulletin de participation

sont disponibles sur le

site ainsi qu'un aperçu exhaustif

et interactif de la première édition.

[ SITE ]

www.parcours-du-design.fr

[ CONTACT CCI ]

Nathalie Rolling, 03 88 75 24 65

E

/ EXPO 2005 À LA SALLE MOZART. LE DESIGN INDUSTRIEL,

ÉGALEMENT AU PROGRAMME DE 2007. /

non concertée, dans l'imagination

de Barbara Salerno-Lefèvre, responsable

de la boutique BeMac au

quai Saint-Nicolas et de Guy

Beyler, directeur du très bel espace

Cor+ Interlübke, quai Kellermann.

«Nous nous sommes adressés, chacun

de notre côté au service

Commerce de la CCI, explique ce

dernier, ils nous ont mis en contact

et nous nous sommes aperçus que

le design nous rassemblait.»

Thierry Kalebdjian, directeur de la

boutique Baccarat de la rue des

Hallebardes a rejoint le duo et

le projet du Parcours du design

s’est progressivement mis en

place avec un nouvel intervenant

sollicité par les organisateurs :

l’École Supérieure des Arts

Décoratifs de Strasbourg. Un partenariat

qui a permis d’organiser,

parallèlement à l’animation «commerces»,

une série d’expositions et

de conférences de haut niveau. Le

tout a créé un événement global

placé sous le signe de la recherche

de l’excellence.

2005 :

le design est dans la ville

L’idée était de faire découvrir le

design sous toutes ses formes et de

le démocratiser en montrant qu’il

était à la fois accessible à chacun et

présent dans tous les domaines de

la vie quotidienne. Les Vitrines de

Strasbourg – «heureuses de participer

à une opération novatrice et

qualitative», selon leur directeur

général, Pierre Bardet, membre titulaire

de la CCI – se sont associées à

la manifestation et un véritable

parcours s’est mis en place. Plan à

l’appui, de commerce en commerce,

d’expositions en conférences, le

public a pu découvrir les mille

visages du design : de l’ébauche de

l’objet à sa fabrication et sa distribution.

Des animations ont été

organisées en parallèle parmi lesquelles

un jeu et un concours de

dessin ouverts aux enfants des

écoles où s’est révélée une liberté

d’expression extraordinaire.

2007 :

un retour programmé !

Face au succès de cette première

édition, l’idée d’une biennale

s’est imposée avec juin 2007

en perspective. Une date qui correspond

à l’inauguration du TGV

Est-européen, objet design s’il en

est, puisqu’il associe fonctionnalité

et esthétisme tant dans son

profil extérieur que dans son aménagement

intérieur confié à

Christian Lacroix. Un train qui met

Strasbourg à 2h20 de Paris et doit,

à terme, la rapprocher de

l’Allemagne, de l’Autriche, de la

Slovaquie et de la Hongrie, intégrant

ainsi «une dimension internationale

qui est aussi celle du

design», souligne Guy Beyler en

28 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


PARMI LES PARTICIPANTS AU PARCOURS 2005, HABITAT STRASBOURG. /

évoquant notamment la marque

Thonet, dessinée par un designer

anglais, professeur dans une

faculté allemande et distribuée

par un revendeur français. «Le

succès de la première édition est à

la fois une satisfaction et une stimulation

pour les organisateurs.

Nous devons être à la hauteur de

l’esprit impulsé et nous montrer

novateurs afin d’imposer progressivement

le parcours strasbourgeois

comme un événement national et

international», déclarent les organisateurs

en soulignant les atouts

dont dispose la ville avec l’Ecole

des arts décoratifs, l’espace expo

de la CCI ou bien encore le musée

d’art moderne et contemporain.

Un an avant le lancement du

nouveau parcours du design, les

idées foisonnent déjà : du côté de

BeMac, Barbara Salerno-Lefèvre

hésite entre une exposition sur

l’I Pod ou une autre sur l’évolution

des portables, chez Baccarat; on se

réjouit de l’événement global que

pourrait représenter l’inauguration

d’un nouvel espace conçu par

Philippe Starck et la présentation

de la collection d’objets laque et

cristal conçue par Kenzo.

L’édition 2007 s’annonce prometteuse.

De nombreuses surprises

se profilent et le site du parcours

du design les présentera au

fur et à mesure de leur éclosion.

N'hésitez pas à le consulter pour

les découvrir en avant-première. /

[ CONTACT CCI ]

Nathalie Rolling, 03 88 75 24 65

n.rolling@strasbourg.cci.fr

[ SITE ] www.parcours-du-design.fr

Le parcours 2005

en quelques

chiffres

• 100 commerçants de

Strasbourg impliqués

dans l’opération.

• 30 commerçants présentés à

l’appartement «vue d’intérieur»

aménagé à la CCI.

• 21 designers participants

• 4 partenaires majeurs : Altarea,

Cora, la Banque Populaire et

les Dernières Nouvelles d’Alsace

• 22 écoles primaires,

467 dessins présentés

• 9 expositions

• 7 conférences et tables rondes

• 14 000 visiteurs

• 855 participants aux conférences

• 96 951 internautes sur le site

parcours-du-design.fr

• 1 388 participants au jeu

concours et 49 gagnants

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 29


dossier industrie

Sous-traiter une partie de ses activités pour se recentrer sur son cœur de

métier est une opération délicate mais qui peut être payante à bien des

égards. Bien menée, elle permet d’optimiser les performances afin d’abaisser

les coûts et pouvoir, à terme, se spécialiser. Pour le sous-traitant également,

il importe de rester créatif dans une relation où il doit préserver ses propres

intérêts tout en intégrant ceux du donneur d’ordres.

La sous-traitance

Un levier à l’innovation

En Alsace, les professionnels

de la sous-traitance

sont essentiellement des

PME de 10 à 50 personnes

dont plus de la

moitié font de cette pratique leur

activité principale (plus de 50 % de

leur chiffre d'affaires). Du côté des

donneurs d’ordres, on liste des

moyennes et grandes entreprises

qui trouvent auprès des PME-PMI

des solutions relativement performantes

à des coûts peu élevés

pour la réalisation de tâches à

faible valeur ajoutée. Il s’agit donc

d’un partenariat qui prend plus de

« Un partenariat

qui peut être

gagnant

gagnant »

sens encore en Alsace, où la soustraitance

est essentiellement dite

«de proximité». 62 % du CA de la

sous-traitance alsacienne sont

réalisés dans la région, la part

moyenne de CA réalisé à l’export

compte environ pour un tiers, tous

secteurs confondus. Ce partenariat

peut être gagnant-gagnant si l’on

prend la peine de tenir compte de

tous les paramètres en œuvre pour

l’une comme pour l’autre des parties.

Car des risques existent : un

lien de dépendance trop exclusive

d’un sous-traitant avec son donneur

d’ordres est à éviter car il fragilise

la société et risque aussi

d’entraîner une faille dans la diversification

de ses activités. Du côté

des donneurs d’ordres, il faut tenir

compte de l’état d’esprit du personnel

qui peut craindre que l’externalisation

des tâches soit le prélude

à une restructuration plus

profonde de l’entreprise. Il importe

donc d’appréhender la soustraitance

de manière objective, de

l’inscrire dans le fonctionnement

de l’entreprise en en mesurant les

tenants et les aboutissants. Ce

dossier présente les expériences

de quatre entreprises alsaciennes

qui envisagent ce partenariat de

manière dynamique en l’axant sur

l’innovation. Avec un détour par le

Pôle de compétitivité Véhicule du

futur où «excellence» est le

maître-mot, y compris en matière

de sous-traitance./

La sous-traitance en Alsace en chiffres

E

Une enquête menée en 2004 par la CRCIA et la CCI

de Strasbourg et du Bas-Rhin a permis d’établir une base

de données «Sous-traitance» pour l’Alsace. Celle-ci identifie

plus de 600 entreprises, ce qui représente environ 20 000

emplois en Alsace.

2 % Autres

11,3 % Services & autres

7,2 % Fabrication de

matériel de transport

8,4 % Électroniqueélectrique

7,9 % Plastique

63,2 % Mécanique

30 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


Lexique

La sous-traitance,

au sens large du terme, désigne

l’ensemble des produits ou des

travaux dont une entreprise

donneuse d’ouvrage ou «donneuse

d’ordres» peut confier la

réalisation à une entreprise

spécialisée dite «sous-traitante»,

travaillant en accord

avec elle ou suivant ses directives.

E

Le Pôle véhicule du futur

Concevoir et réaliser

de manière collaborative

En 2005, le Pôle de compétitivité

véhicule du futur a été

attribué à la Région Alsace -

Franche-Comté. Il a pour but

la conception et la réalisation de

produits innovants, à forte valeur

ajoutée et compétitifs au niveau

international. «La sous-traitance*

intervient à différents niveaux, de la

recherche à la production» explique

Daniel Bray, directeur de programmes

«Excellence de la filière».

Et c’est logique puisqu’une des raisons

d’être du Pôle est le développement

économique du périmètre

sur lequel il est situé (entre 400

et 450 entreprises directement

concernées pour 90 000 emplois),

que ce soit en recourant aux entreprises

locales ou en favorisant l’implantation

et la création d’autres

sociétés capables de s’intégrer

dans la stratégie du projet. L’Alsace

avec la présence de PSA-Peugeot-

Citroën dispose d’atouts. La soustraitance

«immatérielle» est un

autre aspect qui mérité d’être évoqué.

« Grâce à des financements,

expertises, mises en relation, nous

assurons une aide aux projets qui

correspondent à nos objectifs,

explique Daniel Bray. Dans ce

domaine également, le Pôle n’a

donc rien d’un laboratoire de

recherche autarcique, il est en lien

direct avec le terrain. Il s’agit d’un

«savoir concevoir de manière collaborative,

innovante et productive,

résume Daniel Bray. Le mot-clé est

«excellence de la filière». Pas question

de s’en déconnecter» ! /

*Dans ce secteur, on parle de fournisseurs

R1 (équipementiers, constructeurs) et

R2 (fournisseurs d’équipementiers), par

exemple.

[ SITE ]

www.vehiculedufutur.com

• Sous-traitance de capacité ou

sous-traitance ponctuelle :

elle correspond à la commande

d’une entreprise qui se trouve

dans l’incapacité de répondre

aux commandes dans les délais

impartis.

• Sous-traitance de spécialité

ou sous-traitance programmée :

l’entreprise y a recours quand

elle estime ne pas disposer du

savoir-faire adéquat pour fabriquer

un produit ou réaliser une

prestation.

En Alsace, la sous-traitance de

spécialité représente 69 % et la

sous-traitance de capacité, 31 %

(chiffres 2004).

• Sous-traitance de marché :

lorsqu’une entreprise confie à

une autre entreprise l’exécution

d’un marché conclu avec un

maître d’ouvrage. Deux contrats

la sous-tendent : le contrat

principal et le contrat de soustraitance.

• Sous-traitance en cascade ou

en chaîne : le sous-traitant

devient lui-même donneur

d’ordre.

/suite p.32/

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 31


dossier

industrie

Adaptation, innovation et rigueur :

trois clés pour une sous-traitance réussie

E

Témoignage. Joseph Huberd, Alstom Transport

Une sous-traitance de proximité

/ JOSEPH HUBERD : «DES EXIGENCES DE QUALITÉ ET DE DÉLAIS» /

« Un des avantages de la sous-traitance locale :

les contacts privilégiés »

Responsable de la

sous-traitance

pour Alstom

Transport, société spécialisée

dans la conception

et la fabrication

d’autorails et basée à

Reichshoffen, Joseph

Huberd est un vrai passionné

tant de l’entreprise

que des fonctions

qu’il y exerce. «Étant

convaincus que la soustraitance

locale pouvait

trouver sa place par rapport

aux pays réputés à

bas coûts (Pologne,

Slovaquie, Roumanie

etc.), nous nous sommes

tournés vers le local en

privilégiant l’Alsace-

Lorraine sur un périmètre

de 250 km maximum.

Un choix dont la

pertinence fut vite

confirmée au travers des

résultats de la période

2000-2003. Les arguments

tiennent essentiellement

aux coûts des

transports, explique

Joseph Huberd, nous

achetons la matière première

(tôle, aluminium,

inox). L’acheminer dans

ces pays représente un

investissement non

négligeable que l’on

peut faire baisser en

travaillant avec des

sous-traitants concentrés

dans un périmètre

restreint.

La proximité est également

importante en

ce qui concerne la soustraitance

ponctuelle.

Nous travaillons alors à

échelle très locale, dans

un rayon de 50 km, où

nous avons une série

d’entreprises très réactives,

conscientes de nos

exigences de qualité et

de délais». Des notions

qu’ont intégrées tous

les sous-traitants

d’Alstom. «C’est une

condition sine qua

non», explique notre

interlocuteur qui insiste

sur les spécificités du

ferroviaire en matière

À l’origine, la sous-traitance en Pologne

représentait 15 à 20 000 heures par mois

pour Alstom-Reichshoffen.

Aujourd’hui, la société soustraite

– tous secteurs confondus

– 6 800 h par mois réparties

en 5 500 h en local et

1 300 h en Pologne.

Alstom travaille avec une trentaine de soustraitants

dont 25 en local. Les plus éloignés

sont à Lyon, Valenciennes et Laval et réalisent

des travaux pour lesquels la compétence

locale est très limitée, par exemple la soudure

de l’aluminium de grandes dimensions.

de traçabilité et de

rigueur. «Je fais visiter

l’entreprise à chaque

sous-traitant. Après

cette prise de contact,

l’essentiel est acquis. Les

gens comprennent qu’il

faut tenir les délais sous

peine d’arrêter une

chaîne de 60 ou 100 personnes,

ce qui aurait des

répercussions sur les

autres sites d’Alstom».

[ SITE ]

www.transport.alstom.com

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 389191982

Pour Joseph Huberd, un

autre avantage de la

sous-traitance locale est

ce genre de contacts

privilégiés, impossibles

à mettre en place à

longue distance, dans

des pays où l’on négocie

souvent non pas en

direct mais avec des

cabinets. /

32 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


Sous-traitance

Témoignage. R&D Project Managing : Évolubox

Quand la machine sous-traite

E

Spécialisée dans la

recherche de solutions

d’automatismes

dans divers secteurs

de production, et

plus particulièrement

dans l’assemblage, R&D

Project Managing à Dossenheimsur-Zinsel

s’est lancée dans la

conception et la réalisation d’une

machine totalement adaptée aux

besoins spécifiques de ses clients.

Évolutive, bourrée d’astuces, celle-ci

permet de réaliser différentes tâches

automatiques, telles que soudage,

collage, clipage, rivetage, vissage,

etc. mais également marquage,

contrôle, sur des produits en petites

et moyennes séries. Elle permet

d’automatiser à des prix abordables

des productions qui autrement risqueraient

d’être délocalisées. C’est

donc une machine prestataire de

«Automatiser à des prix

abordables des productions

qui risqueraient d’être

délocalisées »

sous-traitance qui est proposée aux

clients de R&D Project Managing.

«Un condensé de vingt ans d’expérience,

résume Philippe Roser, gérant

de la société. Son utilisation est

simple et ne demande aucune qualification

particulière,

car la technicité est intégrée à la

machine.» Dans le souci de faciliter

l’utilisation et la maintenance de la

machine, un système de connexion

à distance a été intégré pour permettre

aux techniciens de R&D

de se connecter à l’automate de

la machine. /

[ SITE ] www.rdpm.net

/ L'EVOLUBOX, UNE MACHINE ADAPTÉE AUX BESOINS DES CLIENTS /

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 408221125

/suite p.34/

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 33


dossier

industrie

E

Témoignage. Luc Remmy, Aloxan

Une sous-traitance innovante

pour accéder à de nouveaux marchés

Basée à Betschdorf

depuis 1976,

Aloxan est une

société spécialisée dans

l’usinage des pièces en

aluminium

« Si le projet

aboutit, il permettra

de nouveaux marchés »

et le traitement

de

surface par

oxydation

anodique.

Ses donneurs d’ordres

se recrutent tant dans

les transports, que dans

l’électromécanique, le

matériel médical ou

bien encore de bureau…

Elle emploie 40 personnes

et réalise un CA

de 3,5 M€ dont 40 %

à l’export dans l’Union

européenne, plus

particulièrement

l’Allemagne. En 2006,

cette société s’est lancée

dans un partenariat

avec l’INSA (démarré à

partir de la demande

d’un client). «L’idée a

germé lors d’une conversation

entre un client,

un conseiller CCI et

moi-même, raconte Luc

Remmy, gérant de la

société.S’est en effet

posée la question de

l’usinage à sec des pièces

que nous livrons.

Impossible à l’heure

actuelle, il serait profitable

sous plus d’un

aspect : logistique simplifiée,

coûts réduits, de

même que l’impact sur

/ LUC REMMY : «UN PARTENARIAT AVEC L’INSA» /

l’environnement puisque

l’eau et les lubrifiants

n’interviendraient plus

dans le process. Nous

nous sommes adressés à

l’INSA qui a rapidement

mis en place un Projet

de recherche technologique

(PRT) mené par un

étudiant de 3 e année en

génie mécanique chargé

de vérifier la pertinence

de la problématique.

En janvier, celle-ci était

prouvée et nous avons

embrayé sur un projet

de fin d’études qui a mis

en place des essais sur

la plate-forme UGV de

Haguenau.» Une

«décentralisation»

des études qui a évité à

Aloxan d’arrêter ses

propres machines pour

des tests. Terminée fin

juin, l’étude a permis de

finaliser des process qui

n’avaient pu aboutir lors

du PRT. «C’est en très

bonne voie, commente

Luc Remmy, il nous reste

à réaliser des pièces

totalement représentatives

de ce qu’attend le

client, nous avons commandé

de l’outillage à

cette fin». Si le projet

aboutit, l’usinage à sec

finalisé avec l’INSA permettra

à Aloxan d’accéder

à de nouveaux

marchés. /

[ SITE ] www.aloxan.com

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 304475494

E

Témoignage. Fabien Pivetta, Design Technik

La sous-traitance de matière grise

Fabien Pivetta dispose d’un

diplôme allemand de technicien

process en productique. La

majorité de ses donneurs d’ordres se

trouve aujourd’hui outre-Rhin mais il

souhaite se développer côté français.

« En arrière plan : la

rationalisation des

coûts de production »

Ses activités couvrent la conception

assistée par ordinateur, le design

industriel métallique et la programmation

de machines à commande

numérique. «Avec toujours en arrière

plan, commente-t-il, la rationalisation

des coûts de production». De ses

contacts avec l’Allemagne, il retient

une grande rapidité dans la décision

d’octroyer un marché. «Il y a moins

d'hésitations qu’en France, précise-t-il.

Si le besoin est immédiat, il faut que la

tractation aboutisse sans tarder et

que l’on se mette rapidement au travail.»

Ses outils de travail : des logiciels

à la pointe de la technologie, une

connexion très haut débit jointe à

une unité de stockage sur le web qui

permet de travailler en direct avec le

client ou avec d’autres sous-traitants

sur un même projet. Il se déplace

aussi en entreprise pour assister un

programmateur ou travailler sur un

projet confidentiel qui ne peut circuler

sur le net. /

[ CONTACT ]

Fabien Pivetta, 03 88 56 95 71

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 483651584 / FABIEN PIVETTA :«TRAVAILLER EN DIRECT VIA LE WEB» /

/suite p.36/

34 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


dossier

industrie

Fist : le salon des services à l’industrie

L’édition 2007

est en préparation

Pour s’inscrire

Créé en 1993, le Fist s’est imposé comme le premier salon de la

sous-traitance du Grand Est. L’édition 2007 se tiendra les 25, 26

et 27 septembre 2007, au Parc des Expositions du Wacken.

Les dossiers d’inscription seront disponibles à partir de début octobre

sur le site : www.fist-net.com

[ Contact CCI ] Charles Ertzbischoff, Commissaire général au Fist

03 88 75 25 11 - c.ertzbischoff@strasbourg.cci.fr

• Les lettres d’information sous-traitance de la Direction

de l’Industrie et de l’International sont disponibles sur le site

de la CCI. Il est possible de s’y abonner.

Des salons ciblés

« Un salon est la vitrine des

savoir-faire, déclare Charles

Ertzbischoff, responsable

Foires et Salons France et Europe

pour la CCI de Strasbourg et du

Bas-Rhin, il permet les prises de

contact directes qui ne seront

jamais possibles par Internet.» Pour

lui, l’enjeu du Fist 2007 est de

taille. «En matière industrielle, les

choses évoluent très vite, expliquet-il,

nous ne pouvons nous contenter

de présenter une offre correspondant

à un instant T. Il nous faut

être prospectifs de façon à anticiper

ce que sera la demande à l’automne

2007, que ce soit au niveau de la

production, des achats ou de la

livraison des produits. Une offre

affinée qui se traduit par une organisation

du Salon projetant autour

d’un noyau central, une série d’espaces

satellites à vocations plus

ciblées. Un «village» consacré aux

nouvelles technologies de l’information

et de la communication

(NTIC) sera ainsi proposé dans un

espace Innovation plus important

qu’en 2005», prévoit Charles

Ertzbischoff. Fondamentalement,

la préparation de ce Fist 2007

devrait se baser sur un suivi pointu

du monde industriel grâce à un

processus de veille des marchés.

Forts de l’exemple du jumelage du

Midest parisien avec ELEC, les deux

salons alsaciens que sont le Fist et

JTELEC (Journée de l’électricité)

vont s’associer en 2007 en tablant

sur une synergie porteuse. Autre

fait à souligner : les donneurs

d’ordres devraient être largement

impliqués dans la manifestation

puisque la CCI a contacté vingt

grands capitaines d’industrie alsaciens

afin qu’ils exposent et

présentent ainsi une véritable

vitrine technologique de l’économie

locale.

• Des documents du CENAST (Centre national de la sous-traitance)

sont accessibles sur le site www.acfci.cci.fr/industrie/actualite.htm

«La sous-traitance : un secteur menacé»

[ VOTRE CONTACT SOUS-TRAITANCE ]

Jacques Meyer, 03 88 76 42 41 j.meyer@strasbourg.cci.fr

Interpart-Surfacts à Karlsruhe

Un salon consacré à l’automobile,

aux machines

et aux équipements

Interpart est un salon international

de la sous-traitance qui

se concentre sur les thèmes de

l’industrie automobile ainsi que

sur la construction de machines et

équipements. La CCI de Strasbourg

et du Bas-Rhin organise pour le

compte des CCI d’Alsace, un

pavillon France qui permettra aux

PME de faire émerger leur offre

tout en minimisant leurs frais.

/ L’ESPACE ALSACE AU FIST 2003 /

E

À ce jour, le pavillon France

(400 m 2 ) compte déjà 21 inscriptions

d’entreprises dont neuf alsaciennes

(chaudronnerie Bieber /

CMO Obernai / Asteel / Techlase /

Schoeller Industrie / Steelcase /

Sony / SMC / Vosgebois). La Région

Alsace subventionne une partie de

l’investissement. Un rendez-vous à

ne pas manquer !

Du 10 au 12 octobre 2006.

Témoignage. Steelcase Rosheim

Un fidèle du Fist

et d’Interpart

Steelcase-Rosheim

comptait au

nombre des exposants

du Fist en 2005 et

s’y est d’ores et déjà inscrit

pour 2007. «En

termes de notoriété et de

mise en place sur le marché,

les retombées sont

indéniables», déclare

Philippe Haegele, directeur

de cette société spécialisée

dans la tôlerie et

l’outillage. Steelcase privilégie

la sous-traitance

de proximité – que ce

soit quand elle est donneuse

d’ordre ou prestataire

– car cela diminue

les coûts de transport

tant en ce qui concerne

le suivi clients, que

l’acheminement des

matières premières ou

des produits semiouvrés.

«Dans ce

contexte, les salons à

dimension régionale que

sont le Fist ou Interpart,

sont les plus rentables

pour nous», conclut

Philippe Haegele. /

[ SITE ] www.steelcase.com

/fin de dossier/

E

36 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


espace entreprendre

Création-reprise d’entreprises

Les dix ans de l’Espace

Entreprendre de la CCI

Dédié à l’accompagnement des créateurs-repreneurs d’entreprise, l’Espace Entreprendre de la CCI

souffle ses dix bougies en septembre 2006. Un anniversaire qui rime avec plus de 125 000 porteurs

de projets reçus, orientés, accompagnés ou formés par les spécialistes de l’Espace. Dont l’objectif

est de «faire en sorte que les créateurs soient suffisamment armés pour passer le cap difficile

et souvent fatidique des trois ans». À l’Espace Entreprendre, les résultats sont au rendez-vous :

cinq ans après leur immatriculation, 91 % des entreprises titulaires du Passeport délivré par

un jury d’experts, sont toujours en activité.

Point d’accueil et d’information

pour la créationreprise

d’entreprise, l’Espace

Entreprendre de la CCI est

né en octobre 1996. Il est alors

constitué d’une équipe de trois

personnes. Aujourd'hui elles sont

sept et travaillent avec l’ensemble

des services d’appui de la CCI. C’est

ainsi que le futur créateur-repreneur

pourra accéder à tous types

de documentation utile à l’exercice

d’un métier (listes d’entreprises,

ouvrages, études, annuaires, etc.)

et à un espace dédié aux nouvelles

technologies.

Les conseillers sont également

entourés d’un réseau de partenaires

qui s’est étoffé au fil des

ans : experts-comptables, notaires,

avocats, groupes de prévoyance et

d’assurances, banques, centres

d’affaires, sociétés de cautionnement,

etc.

Indispensable adéquation

homme-projet

Lorsqu'on est créateur ou

repreneur, le premier passage quasiment

obligé à la CCI est la matinée

d’information. Objectif : présenter

les principales étapes de la

création-reprise, se poser les

bonnes questions avant de passer

à l’acte. Tous les spécialistes s'accordent

à dire que «l'on ne naît pas

entrepreneur, mais qu'on le

devient»... À force de ténacité, en

ayant formé des partenariats efficaces,

en ayant une bonne

connaissance de la gestion et du

marché et enfin un carnet

d’adresses bien rempli. Lors de son

rendez-vous avec un spécialiste

économique ou juridique, le futur

créateur verra son projet évalué :

l’idée est-elle bonne, répond-elle à

un besoin ? Les conseillers de la CCI

veilleront à ce que le projet soit

bien l'aboutissement d'une

réflexion approfondie. Afin que

l’aventure ne devienne pas hasardeuse,

un projet bien ficelé doit

s'inscrire en complément du goût

et de la volonté affichés par le

créateur-repreneur. Des formations

approfondies permettront à

ceux qui le demandent de mieux

maîtriser les aspects commerciaux,

juridiques, comptables, fiscaux

et sociaux de la créationreprise.

/suite p.38/

E

Quand les élus s’impliquent...

Gérard Obringer

«Régénérer le tissu économique»

Cet ancien membre

titulaire de la CCI

devenu conseiller

technique intuitu personae

en 2004, anciennement

président du

Comité régional des

banques, a contribué à

la signature de la charte

nationale Entreprendre

en France. Membre du

jury de la commission

Passeport depuis dix

ans, il avoue avoir affiné

au fur et à mesure son

expérience en matière

d’analyse des dossiers.

«De pionniers, nous

avons pris de la bouteille,

sourit-il, pour

devenir de plus en plus

professionnels et rigoureux».

Un regret cependant

: «La loi Dutreil sur

la création d'entreprise

avec un euro de capital

a manqué de sérieux,

même prise au second

degré. Il faut raison garder

: les banquiers ne

prêtent qu'à condition

que le créateur investisse.

Créer comporte

un risque, et même les

jeunes doivent avoir un

minimum d'apport personnel».

La recette du

succès pour Gérard

Obringer : «Il faut croire

en son projet, avoir un

enthousiasme illimité,

sacrifier beaucoup de

choses et apporter du

capital qu’on aura économisé

au préalable».

Pour les membres de la

commission Passeport,

l’audition du créateur

sera déterminante. «Un

dossier peut sembler

faible, mais l’enthousiasme

et la détermination

du créateur peuvent

prendre le dessus. C’est

l’homme que l’on juge,

son adéquation par rapport

au projet». Pendant

ces dix années passées

au jury, Gérard Obringer

a constaté des phénomènes

de mode dans la

création : bistrots à

thème, sociétés informatiques,

espaces loisirs.

Mais le constat

vaut pour tous types de

projet. «Un bon projet

résulte d’une longue

maturation : on ne se

lève pas un matin avec

une idée». Un élément

de frustration pour

Gérard Obringer est de

ne pas savoir ce qu’est

devenu l’entrepreneur

dont le dossier l'a passionné.

Eh oui, collaborateurs

de la CCI et élus

finissent par s’attacher

aux créateurs. Et Gérard

Obringer de conclure :

«En aidant les gens, nous

contribuons à la régénération

du tissu économique,

nous écoutons

leurs propositions et leur

faisons partager notre

enthousiasme. Le pire

danger du créateur est

la solitude. Il trouve à la

CCI l'accompagnement

adapté». /

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 37


espace entreprendre

Signée fin 1995 entre les CCI

et l’association française des

banques et leurs partenaires, la

Charte nationale a pour but de

favoriser la pérennité des entreprises

créées ou reprises.

La charte Entreprendre en

France déclinée en Alsace

Cette volonté a été traduite en

Alsace par la signature d’une

charte Alsace, en septembre 1996,

afin d’organiser les synergies entre

les partenaires régionaux et

locaux. Signataires : le Conseil

supérieur de l’ordre des expertscomptables,

représenté par le

Conseil régional de l’Ordre, le

Conseil supérieur du notariat

représenté par les Chambres

départementales des notaires, la

Chambre de métiers d’Alsace, la

Région Alsace, l’Union patronale,

etc*. Parmi les prestations

L’Espace Entreprendre

en chiffres

En 10 ans

• plus de 100 000

demandes d’information

• 15 650 participants aux

séances d’information

• 8 000 entretiens

individuels

• 1500 participants à la

formation pour créateurs

d’entreprises

• 96 500 contacts téléphoniques

avec un conseiller

de l’Espace Entreprendre

• 891 créations ex nihilo

au 1 er semestre 2006.

octroyées : la réalisation d’un

compte de résultat prévisionnel

gratuit auprès des experts-comptables

inscrits au tableau de

l’Ordre, une première consultation

juridique gratuite auprès des

notaires et avocats bénévoles,

ainsi que différentes réductions

auprès des sociétés d’assurances

et de prévoyance, et la garantie de

prêts bancaires facilités. Le

Passeport Entreprendre délivré par

un jury d'experts donne également

droit à un suivi sur trois ans…

des années déterminantes pour la

survie du projet. En effet, selon les

statistiques, une entreprise sur

deux disparaît avant cette période.

Souvent parce que le projet n'a pas

été bien préparé, que l'étude de

marché et les actions de communications

se sont avérées incomplètes

voire inexistantes et que le

créateur n'était pas assez déterminé.

Au sein de la Commission

Passeport, ce sont autant de spécialistes

qui se relaient chaque

mois pour examiner les dossiers

étudiés préalablement par les

conseillers de la CCI. Jugés porteurs

de développement et d’emploi,

les futurs dirigeants présenteront

eux-même leur projet

devant la commission. Une fois le

Passeport attribué par le jury, les

chefs d'entreprise font l’objet d’un

suivi personnalisé au travers du

Club des Créateurs. /

*D’autres signataires ont rejoint la

charte, parmi lesquels Maaf Assurances,

Gan Assurances, Groupe Médéric, le

groupe des Banques Populaires, les

centres d’affaires affiliés Acces, Le Caire

pour les hébergés de la pépinière d’entreprises,

les sociétés de cautionnement

Sofaris et Siagi.

« Volonté farouche et

engagement : deux conditions

pour réussir »

Élu à l’Ordre

des experts comptables,

il exerce

cette fonction depuis

un an et demi. Dans ce

cadre, il a participé à 16

commissions

Entreprendre à la CCI,

ce qui correspond à une

soixantaine de projets

analysés. «Quand on

décide de rentrer à

l’Ordre des expertscomptables,

il faut dégager

du temps pour servir

la profession, et dans le

cas de la créationreprise,

accompagner le

tissu économique de la

région». Dans la plupart

des cas, les gens créent

leur propre emploi,

motivés par une envie

d’indépendance et de

liberté : « Ils ont envie de

sortir du schéma de travailleur

salarié. Leur

volonté de se prendre en

mains intervient souvent

après la fin d’un contrat

de travail.» Les créations

se sont multipliées ces

dernières années.Effet

Dutreil ? Partageant

l'avis de Gérard

E

Les derniers arrivés à la

Bertrand Angsthelm, Ordre des experts-comptables

Président de la commission Création d’entreprise

Obringer, Bertrand

Angsthelm regrette

que le gouvernement

n’ait pas aussi fait état

des difficultés à créer

une entreprise, et des

risques financiers.

«Certains projets ont été

menés uniquement pour

résoudre un problème de

chômage. Or, il faut que

le créateur fasse preuve

d’une volonté farouche

et d’un fort engagement

pour voir aboutir son

projet.» Manque d’innovation

? Si le représentant

de l’Ordre des

experts-comptables

relève une prédominance

d’activités liées à

l’évolution des marchés

comme la vente en

ligne ou le marché de

l’art, il remarque que les

projets touchent le plus

souvent au commerce, à

la restauration et à la

prestation de service. «Il

y a un vrai manque de

projets ambitieux pouvant

déboucher sur des

créations d’emplois»,

regrette-t-il. Dans la

plupart des cas, les

créateurs sont des gens

assez jeunes dont certains

n’ont pas d’expérience

professionnelle.

Mais ils ont un challenge

à remporter.

Alors que chacun donne

son appréciation globale

après lecture du dossier

et présentation du

candidat, Bertrand

Angsthelm s’intéresse

plus particulièrement

à la partie financière,

et vérifie l’adéquation

entre la personne et le

projet. «Un choix parfois

difficile, lorsque l'on se

trouve face à des personnes

qui se sentent

capables mais que nousmêmes

ne « sentons »

pas. Cela nous mène à

recaler les candidats, en

leur demandant d’approfondir

certains points.

Dans tous les cas, il est

essentiel que le candidat

ait des connaissances de

base en matière de gestion.

Dans ce domaine,

avoir recours à un expert

semble le minimum

requis.» /

Espace Entreprendre

Les étapes clés

• 1996 Création de

l’Espace Entreprendre ;

inauguration en présence

du ministre Jean-Pierre

Raffarin

• 1998 Lancement du Club

des créateurs-repreneurs de

la CCI

• 1999 Lancement, en partenariat

avec d’autres acteurs

économiques, de la 2 e Pfil du

Bas-Rhin : Cap Création

Initiative (prêt d’honneur,

parrainage, suivi)

Première Journée régionale de

la création-reprise d’entreprise

• 2000 Le stage «3 jours»

devient le stage «Entreprendre»

d’une durée de cinq jours minimum

+ une journée spécifique

à l’hôtellerie-restauration

• 2002 Les réunions d’information

deviennent hebdomadaires

afin de répondre à la

forte demande de renseignements

Création des séances d’information

pour commerçants

non sédentaires

• 2003 Mise en place de

réunions d’information décentralisées

en partenariat avec la

Chambre de Métiers d’Alsace

38 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

espace entreprendre

Commission Passeport

Éric Roller,

Comité local des banques

« Il faut prendre le temps

et se poser les bonnes

questions »

Représentant la

fédération des

banques françaises

à la commission

Passeport depuis un an,

Éric Roller a eu l’occasion

d’examiner une

bonne douzaine de dossiers.

Expert crédit chez

BNP-Paribas, il est tout

désigné pour assumer

cette fonction d’appui

technique. Concernant

le type de projets analysés,

il reconnaît voir un

peu de tout, et notamment

des gens qui veulent

transcrire ce qu’ils

savent faire en créant

leur emploi. Les

membres de la commission

Passeport échangent

énormément, et se

positionnent parfois de

manière divergente ou

convergente. Éric Roller

reconnaît que sa participation

est intéressante

à titre personnel. «On

ressort satisfait d’avoir

apporté un plus. De dossier

en dossier, on glane

des infos qui nous enrichissent

également ; parfois

on voit revenir des

• 2004 Initiation de

séances de sensibilisation

à la cession-transmission

d’entreprises et

création de la Journée de

la cession-transmission

en partenariat avec la

CMA

projets qui grandissent;

c’est plutôt sympathique.»

Ce qu’il vérifie en

premier : les compétences

et qualités

du créateur

Le budget prévisionnel

n'est pas le point qu’il

vérifie en premier, mais

la personnalité du créateur

: est-il du métier,

a-t-il les compétences

et qualités requises à

l’exercice de sa fonction

– techniques, commerciales,

gestionnaires

ou de management ?

«On se pose d’abord des

questions de bon sens».

Ce n’est qu'après que

sont abordés les aspects

économiques du produit

par rapport au

marché et à la concurrence,

puis la transaction

: acheter trop cher

handicape le retour sur

investissement. Le plan

de financement et le

budget prévisionnel

interviendront en fin

d’analyse. «En général,

les dossiers sont bien

• 2005 Mise sur pied

d’un pôle de services

transfrontaliers avec

l’IHK Südlicher Oberrhein

(cofinancé par Interreg III

-fonds européens)

Labellisation Qualité de

l’Espace Entreprendre

étoffés. Certains projets,

franchement innovants,

font que l’on s’interroge

sur le devenir de l’affaire

car on manque de recul

parfois certains trouvent

des niches. En tous les

cas, pour se lancer, il faut

prendre le temps au

départ et se poser les

bonnes questions, disposer

d’une étude de marché

et recueillir l’assentiment

de son entourage.

Le créateur doit être

conscient qu’à ses débuts

il passera de 35 à 70h,

pour un salaire moins

important. Le soutien

ou non de sa famille

peut impacter la poursuite

du projet. Il faut

aussi qu’il prenne le

temps de faire un business

plan cohérent avec

les objectifs qu'il s'est

fixés». /

• 2006 Création d’un

site transfrontalier pour

les futurs commerçants,

prestataires de services

et industries

www.offensive-regio.eu

Mise en place de formations

spécifiques pour les

repreneurs d’entreprises

E

Ils ont créé il y a dix ans.

Que sont-ils devenus ?

Christophe Schneider, de Rapido à Planete Permis

Une diversification devenue

incontournable

Christophe Schneider a

démarré son activité en solo,

après avoir créé une solution

dédiée aux auto-écoles. «La première

année a été très difficile»,

avoue le créateur de Rapido à

Obernai.

Au bout d’un an, celui-ci arrive

péniblement à vendre une dizaine

de logiciels de gestion. La persévérance

du jeune chef d’entreprise

finit par porter ses fruits : trois ans

plus tard, 200 sites sont équipés et

il commence à se verser un «petit

salaire». Six ans plus tard, le

nombre de logiciels vendus passe à

500. Malheureusement, les autoécoles

traversent une crise.

Christophe Schneider décide de

diversifier son activité en fonction

du nouveau contexte : un examen

devenu plus difficile, des autoécoles

qui s’adaptent aux nouvelles

technologies en se tournant

vers les produits dvd et cédéroms.

Spécialiste de l’informatique, le

patron de Rapido adapte ses produits,

logiciel de code en tête. Un

nouvel outil facile d’utilisation, qui

permet également un suivi des

candidats.

L’entreprise individuelle change

son enseigne qui devient Planète

Permis. On est en 2003. Tout en se

diversifiant, Christophe Schneider

conserve la partie logiciels qui

représente aujourd’hui près de

25 % de son chiffre d’affaires. En

parallèle, il crée un kit pour les candidats

au permis : pochette pour

l’inscription, support d’apprentissage,

support pour code de la

route, contrat de formation qui lie

le candidat avec l’auto-école,

disque adhésif, cédérom. Et le fournisseur

d’auto-écoles ne s’en tiendra

pas là : il participe à la création

des questions des examens, se fait

/ CHRISTOPHE SCHNEIDER :

«IL FAUT ÊTRE UN BOSSEUR !» /

référencer par le ministère.

Aujourd’hui, à tout juste 38 ans, il

emploie huit commerciaux, qui

sillonnent la France. Mille autoécoles

utilisent son logiciel. Sa

clientèle s’est développée en

Tunisie, dans les DOM-TOM, et

peut-être bientôt vers le Maroc et

l’Algérie, où les auto-écoles francophones

cherchent des solutions.

Son dernier objectif est sur le point

d’être finalisé : créer une structure

pour faire du permis à point. À la

clé, des embauches supplémentaires

! Parce qu’il a su se diversifier

à temps, Christophe Schneider a

perduré : «Dans un parcours la création

n’était pas l’étape la plus difficile,

le plus dur est de continuer»,

résume-t-il, en évoquant les atouts

indispensables d’un bon entrepreneur

: le travail, la qualité, l’endurance,

la pugnacité. «Bref, il faut

être un bosseur ». /

[ SITE ] www.planetepermis.com

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 411481104

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 39


espace entreprendre

Statistiques : de

l’envie à la création

Les velléités de création

dans le Bas-Rhin

• 31 % dans le commerce

(26 % au niveau national)

• 11 % dans les CHR

(9 % au niveau national)

• 12 % dans le service

aux entreprises (22 %

au niveau national)

Source Apce, Insee 1 er semestre 2006

Les créations réelles

• 36 % dans le commerce

• 4% dans l’industrie

• 60 % dans les services.

Source Fichier CCI 2006

Le Club des créateursE

Lieu d’informations,

d’échanges

et de partage

Des réunions mensuelles rassemblent

chaque mois les membres de

cette association autour de thématiques

générales ou techniques,

qui intéressent les créateurs. Selon

Christophe Schneider, le premier

président qui avait été élu à la

fonction, «c’est un moyen de ne pas

rester seul, de se retrouver avec des

gens avec lesquels on a des points

communs. Créer, ce n’est pas un

aboutissement, mais un travail de

tous les jours. À entreprendre avec

sérieux et disponibilité».

[ CONTACT CLUB ]

June Marchal, 03 88 75 24 25

[ CONTACT CCI ]

Espace Entreprendre

June Marchal, 03 88 75 24 25

E

Ils ont créé il y a dix ans. Que sont-ils devenus ?

Olivier Kubler, Advisa

Dix ans de turbulence,

la réussite au rendez-vous

Olivier Kubler fait partie

des spécialistes de

l’Internet qui ont réussi

a passer à travers les

mailles de l’e-krach de 2000, surmontant

les périodes de rapprochements/rachats

successifs.

Sa première activité est une

web agency intégrée au fournisseur

d’accès Pandemonium. Son

activité est spécialisée dans la

création de sites Internet, promotion

en ligne, intranet, extranet,

etc. Sa volonté de capitaliser sur

son expertise sera plus forte que

les périodes de turbulence liées à

la vente de l’entreprise à des

Allemands puis à des Anglais… qui

ont fini par fermer la porte.

En 2002, devenu plus structuré,

Olivier Kubler qui affiche une lassitude

par rapport aux fluctuations

liées aux grands groupes, choisit

l’indépendance. Fort de ses sept

ans d’expérience et de son portefeuille

clients, il crée Advisa avec

huit cadres de l’entreprise.

Leitmotiv : faire de la qualité

«J’ai eu la chance de conserver

une clientèle fidèle, composée à la

fois de grands comptes et de petites

entreprises», avoue le créateur

d’entreprise, dont la stratégie est

aujourd’hui «de bien servir ses

clients existants». Si le phénomène

Internet a connu des balbutiements,

puis des besoins restreints,

les entreprises sont devenues plus

structurées, la moitié sont équipées

en haut débit et intègrent

l’outil média dans leur stratégie de

communication. Chaque entreprise

veut vendre et fidéliser

davantage ses clients. Graduellement,

Advisa renforce ses équipes

pour répondre à la demande. Ses

/ OLIVIER KUBLER ET SON ÉQUIPE : «PERSÉVÉRER ET SAVOIR REBONDIR» /

principales références, souvent

liées à des sites primés, sont les

Cuisines Schmidt, les Brasseries

Kronenbourg, le Racing Club de

Strasbourg, Danone, Columbia ou

Puma. Pour ce dernier client, Olivier

Kubler s’est également chargé des

relations presse, en créant deux

lettres d’information destinées

aux journalistes. Au départ, le

jeune homme avait créé son site

tout seul. «J’ai bien vite compris que

je n’y arriverais pas. Le multimédia

est une œuvre collective rassemblant

le client, le consultant, le chef

de projet, l’analyste programmeur,

l’intégrateur multimédia… et de

nombreuses compétences externes

pour les aspects son, photo et vidéo,

ou encore la rédaction. Un bon site

doit coordonner l’ensemble de ces

talents». En 2006, l’équipe dirigée

par Olivier Kubler est de 14 personnes.

Spécialisé en communication

et marketing, il est convaincu

que son métier est une affaire

d’hommes. Son leitmotiv : faire de

la qualité. «Nous sommes sur un

marché porteur qui a eu ses

périodes de rebondissement, mais

nous comptons bien être là dans dix

ans». Présente à Paris et à Lyon

grâce à une joint-venture avec le

groupe Novembre, la web agency

affiche une progression annuelle

de 30 % et un doublement de ses

clients. Une illustration d’un parcours

de chef d’entreprise persévérant,

qui a su rebondir. /

[ SITE ] www.advisa.fr

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 442000949

40 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


découvertes

Incontournables Made in Alsace

La région à la carte

Distribuées dans un

réseau exclusif de restaurants,

d’hôtels et

de sites prédestinés à la promotion culturelle et touristique, des cartes

en papier glacé (70x120), à glisser dans une poche ou dans un portefeuille,

proposent un éventail éclectique des attractions incontournables

en Alsace : patrimoine, loisirs et spectacles, art de vivre, culture et

musées, etc. Déjà plus d’un million d’exemplaires ont été imprimés. Ces

cartes participent à une promotion originale des

savoir-faire alsaciens et leur cachet garantit

un succès certain auprès du public régional

et international. Un don d’ubiquité

unique en son genre, un moyen de

communication insolite etduisant.

[ SITE ] www.madeinalsace.info

Le chocolat vous écrit

À déguster : les infos du musée

«Les secrets du Chocolat»

Auriez-vous imaginé être un jour friand d’une missive sur le chocolat

envoyée par la Marquise de Sévigné ? Avant de répondre, penchez-vous

tout d’abord sur la nouvelle Lettre du Musée, éditée par le musée «Les

secrets du chocolat» à Illkirch. À moins d’être allergique,

difficile de résister à cette douceur qui allie

une fève fleurant les contrées lointaines à un savoirfaire

pointu et des légendes aussi mystérieuses

qu’ensorcelantes. Le musée, qui a déjà accueilli plus

de 80 000 visiteurs depuis sa création en 2003, fait

partager sa passion au travers de cette nouvelle

chronique et vous informe sur les actualités du chocolat

: expos, animations, tour d’horizon sur les évènements

chocolatés en France, nouveautés

Marquise de Sévigné, etc. Que l’eau vous monte à la bouche !

[ SITE ] www.musee-du-chocolat.com

Des fêtes inoubliables

C’est Fêtes en Stock

qui organise

Particuliers, associations, comités d’entreprises, collectivités locales, etc.

C’est à vous que s’adresse l’entreprise strasbourgeoise, Fêtes en Stock. Elle

se propose d’organiser vos événements. L’originalité ? Une mine de propositions

quasiment inépuisable. Des spectacles pour faire rire ou rêver

(accessibles aux plus âgés), une décoration sur mesure, une «grande

bouffe» ou des amuse-gueules, des animations en masse, etc. Fêtes en

Stock gère le projet de la location d’une salle, si besoin est, aux menus

détails si importants pour une fête réussie. Laissez-vous tenter et amusez-vous,

au lieu de stresser ! [ SITE ] www.fetesenstock.com

Chronovente.com

Vos achats en ligne

top chrono

Lancé à Strasbourg par

Sophie Weil, ce site d’ecommerce

n’est pas une

simple boutique en ligne.

Chronovente se situe en fait

à mi-chemin entre la vente

privée et la vente aux

enchères. Les bonnes

affaires – de -25 à -70 % par

rapport au prix boutique – concernent des domaines variés : bijoux,

accessoires, mode, décoration, jouets, équipement de la maison,

high-tech, etc.

Le principe des ventes Flash

Au départ, l’article est proposé à un prix plancher. Les premiers arrivés

bénéficieront de la meilleure offre, puisque le prix proposé est

amené à augmenter graduellement jusqu’à épuisement du stock,

sur une période moyenne de trois jours. Pour recevoir les invitations

et avoir accès au site, les internautes doivent être membres du club.

Une inscription gratuite ! Une fois le choix effectué (rapidité indispensable

pour bénéficier du meilleur prix qui restera toujours

avantageux par rapport au prix boutique), la commande est passée

en ligne. Pas d’inquiétude, le site est totalement sécurisé. La livraison

est réalisée via Colissimo ou un transporteur. Le logiciel de

gestion de contenu de Chronovente a été réalisé par l’entreprise

strasbourgeoise 2exVia, qui l’a voulu simple, agréable et évolutif.

[ SITE ] www.chronovente.com

Techniques de développement

du personnel

Faire face au trop

plein émotionnel

Gérer une équipe, c’est gérer un pot-pourri de personnalités

diverses qui, en groupe, se rencontrent,

s’observent, se cognent, s’accordent et se stimulent.

Un mélange passionnant mais pouvant laisser

désemparé devant des situations qui s’enflamment

sans raison apparente ou qui menacent de dériver, si rien n’est

fait à temps. L’ouvrage de Christine Chevalier, Faire face aux émotions,

permet de comprendre et d’apprendre à identifier les émotions rencontrées.

Anticiper en reconnaissant des signes annonciateurs de

dérive, savoir gérer un conflit sans devenir interventionniste, apporter

une aide réelle et se protéger soi-même. Ce n’est pas si simple d’être

chef.

[ CONTACT ] Faire face aux émotions, Christine Chevalier, InterEditions

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 41


industrie

Fibois Alsace

En campagne pour défendre

les enjeux de la filière bois

Destinée essentiellement à un public d’élus locaux, une campagne d’information a été menée

par l’association Fibois (l'interprofession forêt-bois Alsace) sur son rôle de soutien et de promotion

du bois en Alsace, ponctuée de plusieurs visites d’entreprises de la filière. Parmi celles-ci,

UPM Stracel à Strasbourg, en illustration de l’industrie papetière.

La filière bois en Alsace : la 3 e

région la plus boisée en

France (avec 1/3 de son territoire

environ) est également

la 1 re région forestière de France

au niveau du pourcentage de surface

certifiée PEFC*. Moteur de la

certification de la gestion durable

des forêts alsaciennes, Fibois

Alsace est un lieu de réflexion,

d’analyse et de prospective pour la

filière bois dans son ensemble.

L’association regroupe une douzaine

de membres, forestiers, charpentiers,

menuisiers, entreprises

de débardage, scieurs, négociants,

et l’industriel UPM Stracel.

Du bois frais

pour du bon papier

Parmi les entreprises visitées,

figurait Stracel, seule industrie

lourde en Alsace, rattachée au

groupe UPM, dont le siège social

est situé à Helsinki en Finlande. Un

groupe présent dans 62 pays,

employant 31 500 salariés pour

un CA de près de 10 mds €. Les

activités du groupe UPM sont

structurées autour de trois pôles :

les papiers – magazines, journaux,

papiers spéciaux – , les produits de

l’industrie du bois et les matériaux

de transformation. À Strasbourg,

l’usine Stracel, reprise par le

groupe UPM en 1988, s’est spécialisée

en 2000 dans la production de

papier couché pour magazines et

éditions publicitaires.

/ UNE LIVRAISON DE BOIS FRAIS GARANTIT UN PAPIER DE QUALITÉ /

Produire en réduisant les

impacts environnementaux

L’usine UPM Stracel, c’est 326

salariés, 170 M€ de CA, une capacité

de production annuelle de 280 000

tonnes de papier (800 tonnes par

jour). Imaginez qu’en une journée,

Stracel produit 1 900 km de papier

sur 8,48 m de large : cela correspond

à la distance aller-retour de

Lille à Marseille sur une route à trois

voies. Les papiers sont produits à

partir d’épicéa commun et de sapin

pectiné. Le bois est livré à l’usine

sous forme de plaquettes et de bois

ronds. L’objectif de l’entreprise est

de produire plus en réduisant les

impacts environnementaux. C’est

ainsi que 2 M€ ont été consacrés à

la réduction de la consommation

d’eau et à l’amélioration des performances

de leur station d’épuration.

«Nous plaçons les performances

environnementales, qualitatives et

celles qui relèvent de la santé-sécurité

au travail, sur le même plan que

les performances économiques»,

souligne Philippe Gaudron, viceprésident

du groupe, directeur

général de Stracel et membre associé

de la CCI.

UPM Stracel, certifiée Iso

14001, Iso 9001, OHSAS 18001,

EMAS et PEFC, est engagée dans

une démarche d’amélioration

continue dans les domaines de la

sécurité, de la qualité et de l’environnement.

/

*PEFC : Programme de reconnaissance

des Certifications Forestières

EFibois, le représentant

de la filière régionale

Des arbres aux

produits finis

Soutenue par l’État, l’Union européenne

et la Région Alsace, Fibois

contribue au développement de la

filière bois et de ses entreprises, en

mettant en œuvre des actions spécifiques.

C’est ainsi qu’en 2006, six

rendez-vous de sensibilisation ont

été organisés à l’attention des élus

dans des entreprises de la région

particulièrement représentatives

du dynamisme régional : Siat Braun

à Urmatt, plus grande scierie française

de résineux ; Mathis, entreprise

de charpente à Muttersoltz,

leader dans le domaine de la charpente

lamellé-collé ; la menuiserie

Bieber à Waldhambach, leader dans

le domaine des portes et fenêtres;

la scierie Schmitt à Ste-Croix-aux-

Mines, spécialisée dans

la production de palettes ; Bois

Énergie Alsace à Cernay, négociant

en bois de chauffage, et UPM

Stracel à Strasbourg.

[ CONTACT ]

Fibois, 03 88 19 17 19

[ SITE ] www.fibois-alsace.com

[ CONTACT ]

Stracel, 03 88 41 75 41

[ SITE ] www.upm-kymmene.fr

42 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

industrie

MIDEST 2006

Les entreprises

alsaciennes à Paris

Afin de permettre aux entreprises alsaciennes de participer à ce grand rendez-vous

de l’industrie, les CCI d'Alsace et la Région Alsace mettent en place

un espace collectif régional sur le salon du Midest. Cette année encore, la

Région Alsace soutient les entreprises alsaciennes exposantes en prenant

en charge 50 % du coût HT de location de l’emplacement. Les participants

pourront y établir de nouveaux contacts au niveau national et international,

renforcer leurs relations-clients, promouvoir leur savoir-faire, s’informer

sur la concurrence et les tendances du marché ou bien encore conforter

leur position d’acteur clé. Les métiers présents : transformation des métaux

et des plastiques, électronique et électricité, microtechniques et les services

à l'industrie (ingénierie, étude-recherche-qualité, maintenance industrielle).

Du 15 au 18 novembre, Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte.

[ CONTACT CCI ] Charles Ertzbischoff, 03 88 76 42 11

Ingwiller

Nouveau siège pour

Dietrich Carebus Group

Spécialisé dans la vente d’autocars et d’autobus,

Dietrich Carebus Group vient d’installer son

siège à la sortie d’Ingwiller, en direction de

Wimmenau. D’une architecture moderne et

fonctionnelle, le nouveau bâtiment s’étend sur

quelque 8 500 m 2 couverts, répartis sur 5,5 ha

qui viennent d’être augmentés de 1 500 m 2 .

Salon Pollutec

Un «Village

Du 28 novembre au 1 er

décembre se tiendra à Lyon le

salon international des équipements,

des technologies et

Alsace» à Lyon

des services de l'environnement,

Pollutec 2006. Sur une surface de plus de 400 m 2 , les CCI d’Alsace avec

le soutien financier de la Région Alsace organisent un Village pour promouvoir

les éco-entreprises alsaciennes. Cet espace collectif permettra de présenter

en force le savoir-faire alsacien en la matière. Profitez donc de cette

synergie. À ce jour, 23 exposants sont déjà inscrits.

[ CONTACT CCI ] Charles Ertzbischoff 03 88 76 42 11

PME

Saisissez vos opportunités

dans les PECO

Tel est le prochain thème qui sera abordé lors d’un colloque organisé par

Pamina le 5 octobre 2006 à 14h à Landau, Altes Kaufhaus, Marktplatz in der

Innenstadt. Le Sud Palatinat, le Mittlerer Oberrhein et le Nord Alsace totalisent

ensemble 10 représentations dans les PECO* : Slovaquie, Pologne,

République Tchèque, Roumanie, Biélorussie, etc.

À l’occasion de cette rencontre, les entreprises Aluplast de Karlsruhe,

Hornbach du Palatinat et Cafés Sati de Strasbourg présenteront les expériences

de leurs activités dans les PECO. Vous aurez aussi l’occasion de vous

informer ou faire connaissance des différents bureaux dont disposent les

partenaires de Pamina dans ces pays ou encore les partenaires des réseaux

locaux : CCI, le CIAL, etc.

* Pays d'Europe centrale et orientale

[ CONTACT ] Adira - Valérie Carasco ou Monique Stutzmann, 03 88 52 82 82

Distributeur exclusif national de la marque Temsa depuis

1999, Dietrich Carebus représente aujourd’hui la 2 e marque

en France sur ce marché. Clients de l’entreprise : les 3 500

entreprises de transport de voyageurs françaises, la SNCF, les TER

et l’ensemble des collectivités locales.

En s’installant dans ses nouveaux locaux, l’entreprise vise également

à renforcer son réseau sur le territoire, son service aprèsvente

et à se rapprocher de ses clients. À Ingwiller, vous trouverez

un showroom de 450 m 2 qui présente les derniers fleurons de la

gamme. Certifiée par la norme ISO 9001 version 2000 et 14001, la

recherche de la compétence maximale se double d’efforts permanents

en matière de formation professionnelle.

25 personnes ont été embauchées depuis début 2005.

[ CONTACT ] 03 88 89 40 16

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 428101190

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 43


international

AMPIE – Entreprise Alsace

Une plate-forme alsacienne de veille

dédiée aux marchés publics internationaux

La globalisation engendre une nouvelle donne dans l’ordre économique mondial : la compétition

s’intensifie, les marchés publics internationaux sont en croissance constante et si la transparence

technologique permet aux entreprises françaises de repérer plus facilement la demande à l’étranger,

la réciproque est également vraie. En réponse à cette évolution, l’ADA* multiplie ses actions et crée,

dans le cadre du projet AMPIE (voir encadré), une plate-forme dédiée à la veille de ces marchés :

Entreprise Alsace.

Cette plate-forme permet

d’identifier les

opportunités d’affaires

avec les grandes institutions

internationales.

Et au-dedu travail de veille et de

tri de l’information, elle accompagne

en amont les entreprises en

les soumettant à un audit sur leurs

capacités d’accès à un marché

donné. Parallèlement, elle les

conseille tout au long du projet

(dossier, aspect juridique,

recherche, mise en partenariat).

Brian Martin, le coordinateur

régional à l’ADA, précise : «Nous

avons pour mission l’aménagement

du territoire. Dans cette optique, il

nous faut identifier les sources susceptibles

de dynamiser le développement

régional. Or, les marchés

publics sont des clients comme les

autres. Le seul obstacle, c’est que les

AMPIE – Accès aux

marchés publics

internationaux et

européens

Financé par le programme

Cogito dans le cadre du

contrat de plan État

Région 2000-2006, AMPIE

s’appuie sur une veille

dynamique des marchés

publics internationaux.

(voir PE 220 février 2003)

nombreuses PME/PMI alsaciennes

ne peuvent y accéder simplement.

Nous leur proposons, au moyen de

cet outil de proximité, une

démarche pratique et concrète de

bout en bout. De plus, comme nous

sommes situés au cœur du projet,

nous pouvons favoriser la création

de partenariats entre différents

métiers et ces clusters** renforcent

les chances face à des marchés trop

vastes pour des petites entreprises.

Notre tissu économique est ainsi

préservé et nos acteurs se retrouvent

en première ligne.» Et il ajoute

«Projet pilote en Europe, notre opération

éveille aussi un intérêt certain

dans les autres régions françaises.

D’ailleurs, depuis la création

de notre site web en mai dernier,

nous comptabilisons déjà 63 instructions

d’adhésion. Les chefs d’entreprise

pourront y trouver une

information valorisée, le vademecum

de la procédure, un forum

interne de discussion et une partie

réservée aux adhérents. Des perspectives

encourageantes». /

*Agence de Développement de l’Alsace

** Partenariat entre des entreprises

d’activités diverses et complémentaires

dans le cadre de projets précis

[ CONTACT ]

Brian Martin, 03 88 24 77 67

[ SITE ]

www.entreprise-alsace.com

E

Témoignage. Michel Lallement,

Flying Robots, Schiltigheim

Se faire connaître sur les marchés

publics internationaux

/ MICHEL LALLEMENT : «LA PLATE-FORME ENTREPRISE

ALSACE, UN OUTIL-CLÉ POUR PERCER SUR LES MARCHÉS

PUBLICS INTERNATIONAUX» /

Entreprise spécialisée

dans la

conception et l’assemblage

de drones

hybrides, Flying Robots

se distingue par une

politique résolument

innovante. «Notre technologie

a été reconnue

par les plus grands

comme Dassault qui

nous a intégrés dans un

consortium pour des

projets spécifiques.

Pourtant, il faut préciser

que, seuls, nous travaillons

uniquement sur

les marchés étrangers de

la protection civile car il

n’y a malheureusement

pas de place en France

pour les petites sociétés

de notre taille» regrette

Michel Lallement. Et

d’ajouter «C’est pourquoi

le projet AMPIE

(voir encadré) et la

plate-forme Entreprise

Alsace sont pour nous

des outils - clés pour

pouvoir percer sur les

marchés publics internationaux.

Ceux-ci sont

fort complexes et il est

très difficile pour une

PME d’obtenir les informations

nécessaires à

une candidature. Grâce

au réseau créé, nous

avons pu entrer plus

facilement en rapport

avec Bruxelles et l’ONU.

Des perspectives d’affaires

considérables et

une opportunité unique

de se faire connaître

dans ces cercles fermés.

Cela nous permet de

prendre les devants face

à l’arrivée des entreprises

étrangères sur le marché.»

/

[ CONTACT ]

Michel Lallement

et Antoine Morand,

03 88 19 98 62

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 454080789

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 45


international

Le 7 septembre

Information sur

le marché russe

Le 7 septembre 2006 se tiendra à la

CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin,

une journée d’information avec le

consul de Russie dans le cadre du

programme régional export, sur le

thème : «Comment réussir sur le

marché russe». La matinée sera

suivie d’ateliers et d’entretiens

individuels.

[ CONTACT CCI ]

Jocelyne Choukroun, 03 88 76 42 16

Forum France-India

Un marché

immense à ne

pas manquer

Du 3 au 5 décembre 2006 se tiendra

à Dehli le Forum France-India, une

convention d’affaires réunissant

200 entreprises françaises et plusieurs

centaines d’entreprises

indiennes. La croissance du marché

indien, de 7 à 8 % par an et supérieure

à 10 % pour les services et les

produits manufacturés, implique

un besoin vital en infrastructures.

Parallèlement, le pouvoir d’achat

augmente et les produits importés

sont de plus en plus consommés.

Profitez de l’encadrement

Ubifrance/Missions économiques

pour vous positionner sur ce marché

avec un minimum de 12 rendezvous

ciblés, un village expert pour

s’initier à l’approche du marché

indien et des extensions du forum

vers Bombay, Bangalore, Calcutta

et Chennai.

[ INFORMATION ET INSCRIPTION ]

www.forumfranceindia.com

[ CONTACT CCI ]

Christophe Antoine 03 88 76 42 38

E

Export et dynamisme

Les Trophées de l’Export en

Alsace fêtent leurs 10 ans

Chaque année, des entreprises régionales

sont récompensées pour leurs performances

et leurs démarches exemplaires à l’export.

Soixante lauréats ont ainsi été distingués depuis

dix ans, preuve de la vitalité et de la diversité du

savoir-faire alsacien dans les secteurs de pointe et

dans les secteurs traditionnels.

La 10 e édition récompensera les entreprises dans les

catégories suivantes :

• Export : conquérants de nouveaux marchés

(marchés proches, marchés lointains)

• Investissements à l’étranger

• Nouveaux exportateurs

• V.I.E.

Lors de la soirée de remise des Trophées, le 18

décembre prochain à l’Illiade, les anciens lauréats

seront également à l’honneur.

Le dossier de candidature est téléchargeable sur le

site www.trophee-export.com

[ CONTACTS CCI ]

Jocelyne Choukroun, 03 88 76 42 16

et Olivier Epp, 03 88 76 42 18

Forum PME à Hong Kong

Aborder le marché chinois

La place de la Chine dans l’économie mondiale

devient chaque jour plus prépondérante. Toute

stratégie internationale doit aujourd’hui en tenir

compte, car le potentiel que représente ce pays est

immense. Faire profiter les entreprises alsaciennes de

ce nouveau marché est un objectif des CCI d’Alsace qui,

pour la deuxième fois, les accompagneront lors du

Forum PME à Hong Kong du 28 au 30 novembre 2006.

Les participants disposeront de rendez-vous individuels

et pourront y faire connaître leurs produits ou préciser

un projet d’implantation commerciale. En amont de la

manifestation (du 26 au 28 novembre), un déplacement

encadré vers Canton, Pékin, Shanghaï et Taiwan

sera prévu pour les entreprises désireuses de prospecter

directement sur place. La Région Alsace soutiendra

financièrement les participants alsaciens (sous réserve

d'éligibilité).

[ CONTACT CCI ]

Emmanuel Butz 03 88 76 42 30

46 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


TIC

Le 17 octobre

au Palais de la Musique

et des Congrès

Journée nationale

de l’E-Entreprise

Les solutions de

dématérialisation au menu

Êtes-vous une E-Entreprise ?

Pour le savoir répondez aux questions suivantes :

❍ utilisez-vous les services

de l’E-administration

(télé TVA, compte fiscal,

net-entreprises…) ?

❍ dématérialisez-vous vos

factures avec vos clients ?

❍ signez-vous électroniquement

vos mails ?

❍ dématérialisez-vous et

signez-vous électroniquement

vos contrats, devis ?

❍ répondez-vous aux marchés

publics par voie électronique

?

❍ réalisez-vous les formalités

légales de votre entreprise

en ligne ?

❍ utilisez-vous un certificat

électronique à la place de

votre login/mot de passe ?

❍ archivez-vous électroniquement

vos documents ?

Vous avez pu répondre à une ou plusieurs questions ? Certains

points vous semblent encore abstraits ? Dans les deux cas, vous

êtes concerné par cette journée où vous pourrez rencontrer dans

un lieu unique l’ensemble des acteurs et opérateurs de la dématérialisation

(services fiscaux, URSSAF, autorités de certification, CFE de la CCI,

prestataires techniques)./

[ CONTACT CCI ]

Lise Thevenot, chambersign@strasbourg.cci.fr

TEC Alsace

E

Cette journée se tiendra dans le cadre du salon TEC Alsace, le forum européen

des technologies de l’entreprise communicante.

Organisée en collaboration avec iconoval, e-alsace, France Telecom et la CCI

de Strasbourg et du Bas-Rhin, la manifestation est soutenue par les

grands acteurs TIC de la région (Adira, ADA, Club Informatique de l’Est,

Cercle des DirCom du Grand Est, etc.). TEC Alsace, c’est 21 conférences thématiques,

30 exposants spécialistes des nouvelles technologies et une succession

de rendez-vous d’affaires et d’animations.

[ INSCRIPTION GRATUITE ] www.tec-alsace.com

ou utilisez l’invitation jointe à ce numéro du Point Eco.

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 47


international l’Alsace multilingue

Les langues incontournables

à la CCI

Aéroport, Direction de l'International, mais aussi dans tous les services

d’appui aux entreprises, la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin se doit

d’être exigeante sur les compétences en langues. Utilisées au quotidien,

celles-ci constituent un critère d’embauche déterminant.

Le service Exploitation de

l’Aéroport international

Strasbourg regroupe une

soixantaine de personnes

qui occupent des postes

aussi variés que superviseurs,

chefs d'équipe, hôtesses d'accueil,

agents PC aires (gestion des

postes de stationnement avions),

chauffeurs de cars de piste, avitailleurs,

agents d'entretien, etc.

«L’anglais – langue internationale

de l’aéronautique – et l’allemand

qui est important dans notre

région sont indispensables pour

toutes les personnes en contact

avec le public, explique Annick

Ludmann, responsable du service.

«Le bi culturalisme

se perd en Alsace

et c’est alarmant»

/ À L’AÉROPORT, L’ANGLAIS EST IMPÉRATIF. /

Avec Strasbourg, siège des institutions

européennes, nous comptons

1 000 ouvertures du salon d’honneur

par an et nous devons tenir ce

rang international.» En ce qui

concerne les autres postes qui

n’impliquent pas de contact direct

avec le client, Annick Ludmann

précise que l’anglais seul est

impératif. Pour les avitailleurs, il

est un plus mais pas obligatoire.

«Des tests ont lieu à l’embauche,

précise Annick Ludmann, nous

vérifions l’aisance tant dans le dialogue

direct que lors de conversations

téléphoniques et cette vérification

porte sur la forme et sur le

fond.»

Compétences linguistiques

obligatoires

Sonia Kleiss-Stark, directeur

général par intérim de la CCI,

déclare d’emblée que la pratique

des langues est un critère désormais

incontournable pour bien des

postes. «Les compétences linguistiques,

tant à l’oral qu’à l’écrit, sont

testées avant embauche en fonction

du poste à pourvoir. L’allemand

régresse en Alsace au profit de l’anglais»

regrette-t-elle. En effet, la

connaissance de la langue de nos

voisins est essentielle pour toutes

les personnes en charge de missions

d’accueil, d’information et de

conseil, mais également dans le

cadre de l’aménagement du territoire

où l’implication dans les

grands projets d’infrastructures

exige la connaissance de l’allemand

pour l’indispensable concertation

avec nos voisins. «Aujourd’hui plus

que hier, la CCI se doit de regarder à

360°; ne pas accentuer nos exigences

en matière de langues serait une

erreur stratégique» affirme Sonia

Kleiss-Stark.

Même son de cloche chez

Patrick Schalck, directeur International

et Industrie à la CCI.

«L’anglais et l’allemand sont une

priorité absolue dans nos recrutements,

explique-t-il, car, outre nos

contacts directs avec des interlocuteurs

étrangers, nous en usons quotidiennement

pour traiter courriers et

documentation. Tout le personnel à

l’international est donc trilingue à

des degrés divers, avec, pour certains,

des compétences supplémentaires,

en espagnol, italien, voire même

arabe», explique Patrick Schalck en

Pour un pôle

d’excellence

linguistique

Les chambres de commerce et

d’industrie du Rhin supérieur

(Südlicher Oberrhein, Hochrhein

Bodensee, Bâle, Strasbourg,

Colmar, Mulhouse et CRCI

Alsace) ont signé une déclaration

confirmant l’atout économique

formidable que constitue

l’environnement linguistique

particulier de notre région et

appelant les responsables politiques

à tout mettre en œuvre

pour le valoriser.

précisant que l’anglais prime dans

les relations des pays tels que l’Inde,

la Russie ou même la Chine, ce qui

n’empêche pas l’une des salariées

du service de suivre une formation

en mandarin… Reste que la CCI

intensifie ses relations, avec

l’Allemagne. «Le fleuve n’est plus une

frontière, souligne Patrick Schalck,et

il est essentiel de connaître la langue

du voisin pour que s’établisse un partenariat

dynamique.» Il souligne par

ailleurs que les Allemands, notamment

dans la bande rhénane, ont

fait beaucoup d’efforts pour promouvoir

l’apprentissage du français

et qu’en Alsace, le biculturalisme

qui a fait notre force progressivement

s’effrite. /

[ CONTACT ] CIEL, 03 88 43 08 00

E

48 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


tourisme

Hôtellerie-restauration

Savoir préparer son entreprise

à la transmission

Démographie oblige, la

moyenne d’âge des hôteliers

et restaurateurs augmente

: en 2006, 37,6 % dépassent

la barre des 50 ans. Au-dede la

limite d’âge, la question de la cession-transmission

très actuelle,

peut également être liée à des problèmes

financiers, de santé ou à

un changement d’activité. Afin

d’éviter les pièges liés à la procédure,

la CCI de Strasbourg et du

Bas-Rhin accompagne et conseille

les chefs d’entreprise. «La première

règle à respecter lorsque l’on veut

transmettre son entreprise, c’est de

la vendre dans le meilleur état économique

possible» souligne

Géraud Bonnet, conseiller à la CCI.

Cela implique qu’il faut éviter l’erreur

de freiner les investissements

en prévision de l’arrêt de l’activité.

Autres risques intrinsèques : un

matériel obsolète et donc invendable

ou des normes de sécurité et

d’hygiène inappropriées qui nuisent

à la valeur de l’affaire. Pour

parer à ce genre d’erreur en amont,

le conseiller de la CCI rédige un

dossier exhaustif sur l’établissement,

véritable «book» répondant

à 80 % des questions des repreneurs

: description, étude de marché,

bilans, baux et contrats en

cours, etc. Il détecte également le

savoir-faire de l’entreprise et le

met en évidence. Le document

final est non seulement précieux

pour trouver un successeur adéquat

mais aussi pour obtenir des

crédits auprès des banques. Une

annonce anonyme est mise en

ligne sur le site Opportunet, la

bourse des opportunités d’affaires

gérée par les CCI d’Alsace. «Après la

mise en relation avec le revendeur,

nous nous retirons lorsqu’arrive le

moment des négociations, car nous

avons un devoir de neutralité.

Néanmoins, nous restons à la disposition

des deux parties pour

accompagner la démarche. Ce soutien

est fort apprécié par nos ressortissants

qui peuvent ainsi agir pas à

pas, sans rien omettre.» conclut

Géraud Bonnet. /

[ CONTACT CCI ] Service Tourisme

Géraud Bonnet, 03 88 75 25 63

[ SITE ] www.opportunet.net

Hôtellerie, restauration,

cafés/bars, collectivités

Participez à

Equip’Hôtel

La CCI vous propose une visite

du salon Equip’Hôtel (102 473

visiteurs – 1 400 exposants

pour la dernière édition).

Le déplacement aura lieu le

lundi 6 novembre au départ

de Strasbourg.

[ CONTACT ] Service Tourisme

03 88 75 25 66

tourisme@strasbourg.cci.fr

Après-midi

de l’hôtellerie

Les prochaines

sessions

• Lundi 18 septembre 2006 :

Se regrouper pour mieux

commercialiser

• Lundi 16 octobre 2006 :

Démarcher et fidéliser votre

clientèle au restaurant

De 15h à 17h à la CCI,

place Gutenberg.

[ CONTACT CCI ] 03 88 75 25 66

E

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 49


CEFPPA

Cycle management en hôtellerie-restauration

Dominique de Matteis, La Table Chaude

« Un autre regard sur ses troupes »

À Schiltigheim, en plein cœur de la cité des brasseurs, La Table Chaude. Un cadre feutré où la

cuisine italienne, «la vraie», se savoure et s’apprécie. Depuis dix huit ans, Emilio et Dominique

de Matteis s’attachent à faire évoluer le restaurant en privilégiant une offre de qualité.

Pour peaufiner ses connaissances en gestion des ressources humaines et en marketing,

Dominique, l’épouse du chef, a choisi de suivre la formation en management du Cefppa.

Prochain rendez-vous

des Jeudis de la

Gastronomie

Le 14 septembre, Alexis

Albrecht, Au Vieux

Couvent à Rhinau

(voir PE 220 février 2003)

/ EMILIO ET DOMINIQUE DE MATTEIS : «LA FORMATION FUT UNE EXPÉRIENCE

BÉNÉFIQUE SUR TOUS LES PLANS» /

Alors qu’Emilio est au

piano depuis dix huit

ans, son épouse,

Dominique – italienne

de cœur –, assure la

responsabilité en salle. La capacité

d’accueil du restaurant, que l’on

peut qualifier de semi-gastronomique,

est de 50 couverts. La carte

évolue au rythme des semaines

pour une clientèle essentiellement

d’affaires le midi. Les plats, raffinés

et inédits, sont concoctés à partir

de produits naturels.

C’est en 2003, année où droit

du travail et législation sociale ont

beaucoup évolué, que Dominique

de Matteis souhaite compléter ses

acquis et aussi sortir de l'entreprise

pour échanger avec des dirigeants

de structures proches de La

Table Chaude (cinq employés

constituent l’équipe). «La formation

suivie au Cefppa fut une expérience

bénéfique sur tous les plans,

humain et professionnel, reconnaît

Dominique de Matteis. D’abord

parce que les participants du

groupe se sont découvert de nombreuses

affinités – chacun apportait

son expérience ou proposait

des solutions nouvelles – , ensuite

parce que des liens se sont noués au

sein du groupe… et ont perduré.»

Et de la théorie, Dominique a

très vite enchaîné avec la pratique.

«La formation m’a permis de franchir

un cap, ajoute-t-elle. Avec plus

d’assurance, j’ai pris du poids dans

l’affaire en libérant mon époux d’un

certain nombre de tâches. Mes nouveaux

acquis en ressources

humaines m’ont aidée à avoir un

autre regard sur mon équipe, à

prendre du recul». Des nombreux

conseils prodigués par les formateurs,

Dominique de Matteis a

retenu deux messages essentiels :

«La seule chose que vous pouvez

changer, c’est vous-mêmes ; il est

important de bien déterminer les

qualités premières que l’on requiert

de ses employés, et d’accepter les

différences».

Partie sur ces nouvelles bases

précieuses pour la pratique du

recrutement, Dominique de

Matteis est convaincue d’avoir

ajouté un nouveau dynamisme à

son arc. Sa volonté d’évoluer est

sans limites. Pour conquérir de

nouveaux clients, elle a constitué

un fichier et investi dans des opérations

de mailing. Objectifs : les

informer des nouveaux menus à

thèmes ou, dernièrement, de la

mise en place d’un écran plasma à

l’occasion de la coupe du monde

de football… Les apports liés à la

formation au marketing ont également

contribué à la mise en place

d’un site Internet qui présente le

restaurant et sa carte, et à la création

d’une boutique de vente de

produits alimentaires associant un

service traiteur, «Fantasie italiane».

La ligne de conduite de

Dominique de Matteis : se renouveler

pour fidéliser ses clients ! «Il

faut mener une véritable réflexion

sur sa propre entreprise. Je vais

l’axer sur le travail que j’envisage de

mener sur l’image et le nom de

notre établissement, en développant

l’axe marketing». /

[ CONTACT ] 43 route du Général

de Gaulle, 03 88 81 22 24

Cycle Management

en hôtellerie

et restauration

Renforcez vos compétences

en marketing, gestion,

ressources humaines

• Public

Chefs d’entreprises d’hôtellerie

et/ou restauration, successeurs

d’entreprises familiales du secteur

• Durée

2 à 3 journées par mois sur 10 mois,

de septembre 2006 à juin 2007

• Validation

Formation validée par un CQP

(Certificat de qualification professionnelle),

BADGE (Brevet d’aptitude

délivré par la conférence des

Grandes Écoles).

[ CONTACT ET INSCRIPTION ]

Franck Sellier ou Lionel Baret,

03 90 40 05 10

50 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


commerce

Vallée de la Sauer-Pechelbronn

Jean-Marie Fuchs fédère

artisans et commerçants

Equipmag 2006

Le Salon Equipmag se tiendra à la Porte de

Versailles, les 10 et 11 septembre prochains. Il rassemblera

400 exposants et présentera les nouveaux

concepts de points de vente ainsi que les

produits et services de demain. Si ce rendez-vous

vous intéresse, la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

organise un voyage à Paris avec départ de

Strasbourg le 10 septembre à 11h et retour le 11 (arrivée

à Strasbourg vers 23h30). Au programme :

/ JEAN-MARIE FUCHS : «LA COMMUNICATION, LA CRÉATION D'UN SITE INTERNET

ET L'ENGAGEMENT D'UN ANIMATEUR SONT AUSSI AU PROGRAMME…» /

Fédérer pour agir mieux, plus

largement et plus vite.

L'idée se répand et a séduit

les artisans et commerçants

de Durrenbach, Morsbronn,

Lembach et Woerth ainsi que

l'ARAN (artisans réunis de l'Alsace

du Nord) qui ont créé, sur le secteur

des communautés de communes

de la vallée de la Sauer et de

Pechelbronn, une fédération PAC

(professionnels, artisans, commerçants).

350 professionnels du secteur

sont susceptibles de se rallier

à la fédération, créée en juin et présidée

par Jean-Marie Fuchs.

«Bien des actions peuvent être

menées», déclare celui-ci qui pointe

notamment les améliorations qui

pourraient être apportées à la

decine du travail dans le secteur,

le maintien des commerces de

proximité et des bureaux de poste

en zone rurale ou bien encore des

manifestations, telles celles prévues

pour novembre à Woerth :

portes ouvertes et marché du terroir

où tous les membres pourront

venir exposer leurs produits.

L'espoir du président : «Des contacts

avec d'autres fédérations, comme

celle de Haguenau, et aussi une participation

toujours plus large des

Tout l’univers du point de vente

en un seul événement !

Déplacement groupé avec la CCI

membres aux réunions de l'association.»

À bon entendeur… /

[ CONTACT ]

Jean-Marie Fuchs, 03 88 90 21 34

voyage en car, logement à l'hôtel, dîner-spectacle

(La Main au panier), visite du salon et conférences

(«Se différencier grâce au concept de franchise» et

«Comment développer et animer ses concepts

magasins ?»).

[ SITE ] www.equipmag.com

[ CONTACT CCI ] Luc David, l.david@strasbourg.cci.fr

03 88 75 25 85

Événement

Bischwiller aux

couleurs du monde

Branle-bas de combat à

Bischwiller le 8 octobre. En plus

de la braderie annuelle et

d’une journée portes ouvertes,

l'association des commerçants

et artisans (Acab) organisera

à travers la ville un vaste salon

«Arts et saveurs du monde» qui

permettra à toutes les cultures

qui font la richesse de la cité

d'exprimer leur spécificité.

Démonstrations, dégustations,

expositions, vidéos, sports,

musique, danses, maquillages,

objets, costumes, contes et

grand jeu concours.

Un kaléidoscope d'images, de

pleines brassées de senteurs

et de saveurs : Bischwiller

s'expose sous mille facettes.

[ CONTACT ]

Marie-Louise Forcadete,

présidente de l’Acab,

03 88 63 02 68

CDEC de juillet et août

Six projets acceptés

• Deux extensions

Le magasin Norma à Brumath

passe de 299 m 2 à 775 m 2

Le magasin Lidl à Lingolsheim

passe de 622,70 m 2 à 680 m 2

• Quatre créations

Brico Dépôt de 5 990 m 2

à Schweighouse-sur-Moder

Local d'exposition-vente de

produits en bois Atoo'Bois

de 525 m 2 à Molsheim

Magasin Gerstaecker Le Géant

des Beaux Arts de 988 m 2

à Strasbourg

Local de vente Wehr de 817 m 2

à Mundolsheim

[ CONTACT CCI ]

03 88 75 24 76

E

E

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 51


commerce

Observatoire du commerce

Enquête 2003-2006

Combien y a-t-il de commerces

dans le Bas-Rhin ?

De grandes surfaces ? De

commerces traditionnels ?

Comment les consommateurs se

sont-ils positionnés face à cette

offre ? Autant de questions qui

trouvent réponse dans le cahier

«Commerce et Consommation

2003-2006» édité par la CCI de

Strasbourg et du Bas-Rhin. Fruit

des enquêtes de consommation

menées en 2002 et 2005, ce document

présente une approche globale

de l'espace rhénan qui met en

évidence points forts et points

faibles, opportunités et menaces. Il

est décliné par «pays» : Saverne,

plaine et plateau – Bruche Mossig

Piémont – Alsace du Nord – Alsace

centrale ainsi que CUS et environs.

Pour la première fois, l'étude a

comparé Strasbourg et Kehl. Les

dépenses par ménages des Kehlois

sont équivalentes à celles des

ménage strasbourgeois. Les premiers

réalisent 3 % de leurs

dépenses dans les commerces de la

capitale alsacienne, alors que pour

les Strasbourgeois, ce sont 2 % de

leurs dépenses qui sont captées

par les commerces kehlois. /

[ CONTACT CCI ]

Patricia Bouilleaux

p.bouilleaux@strasbourg.cci.fr

03 88 75 25 57

/ LES CHIFFRES SONT DÉCLINÉS PAYS PAR PAYS.

ICI, CEUX DE LA CUS ET ENVIRONS. /

Évolution de la dépense - Montant de la dépense (en M€)/2005 (1)

Bricolage/Jardinage/Fleurs

(195,51)

Culture/Loisirs/Sport

(317,38)

Equipement de

la maison (325,60)

Accessoires auto

(187,70)

7,2 % 7%

11,7 %

12 %

19,48 %

42,7 %

Équipement de la personne (527,44)

(1)

à périmètre constant (excluant les nouveaux produits)

Source : CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

Alimentaire (1158,22)

Document disponible

• sur le site www.strasbourg.cci.fr/service aux entreprises/commerce/

observatoirecommerce/commerce et consommation dans le Bas-Rhin

• en contactant votre conseiller terrain

52 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

commerce

Vallée de la Bruche

Acalas et Comaro regroupés

au sein de Proval

« Nous avons plein d'idées»,

s'enthousiasme Daniel

Simoni, président de

Proval depuis le 6 juillet.

Cette association regroupe les

anciennes Comaro de Rothau et

Acalas sur la zone La Broque-

Schirmeck. Elle vise à mettre en

œuvre des animations qui couvrent

à la fois le haut de la vallée de la

Bruche, c'est-à-dire essentiellement

le canton de Saâles où il y a

peu de commerces, le centre et le

contrebas, plus industriel mais

qui compte des bourgs dont

Schirmeck est le plus important. «Il

va falloir que l'on attire des

membres et que l'on recrute un permanent»,

annonce Daniel Simoni.

Un séminaire de travail est prévu

fin 2006. Il devrait déterminer une

stratégie qui réponde aux attentes

/ DANIEL SIMONI : «PROVAL S'INSCRIT DANS LA CONTINUITÉ DES DEUX

ASSOCIATIONS QU'ELLE FÉDÈRE, EN AUCUN CAS DANS LA RUPTURE.» /

32 e challenge du commerce et services

Les mercures et

panonceaux d’or

Créé en 1974 par l'Assemblée des chambres françaises de Commerce et

d'Industrie et le ministère des PME, du Commerce, de l'Artisanat et des

Professions libérales, le Challenge du commerce et des services récompense

les meilleurs commerçants et unions commerciales de France. La

sélection se fonde sur les résultats financiers, l'innovation, la communication,

la création d'emplois et le partenariat. 2 194 commerçants et 414

unions commerciales ont déjà été reçu les Mercures et Panonceaux d'or.

Ils s’accordent à y voir un encouragement dans leur engagement et un

plus en matière de notoriété. Si vous souhaitez participer à l'édition

2006, les fiches d'inscription sont à retirer via votre conseiller terrain et à

envoyer à la direction Commerce de la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

pour le 25 septembre. Celle-ci les soumettra à un jury local et transmettra

les candidatures sélectionnées au comité organisateur parisien.

des commerçants et artisans des

trois secteurs géographiques et

envisager des démarches précises

telles que l'adhésion de Proval à un

comité d'entreprises. «Il ne s'agit

en aucun cas de la mort des deux

associations préexistantes, déclare

Daniel Simoni. Rien ne s'arrête, on

continue avec un autre nom.

Chacune garde une marge de

manœuvre et la possibilité de lancer

des actions ponctuelles.» À

terme, le but est de créer une

dynamique profonde. La collaboration

avec la communauté de communes

à l'origine de la création de

Proval et dont Daniel Simoni souligne

la qualité, sera déterminante

à cet égard. /

E

[ CONTACT ]

Daniel Simoni, 03 88 97 00 25

Aménagement urbain

Haguenau parie sur

l’avenir de son centre-ville

Seconde ville du Bas-Rhin après Strasbourg avec 34 000 habitants,

Haguenau représente le principal pôle urbain de l’Alsace

du Nord. Si son centre-ville actuel accueille plus de 170 points

de vente, il souffre néanmoins d’une certaine évasion commerciale

vers des zones périphériques. D’où la volonté de

dynamiser son hyper centre-ville, de renforcer l’offre commerciale,

d’améliorer le cadre de vie des habitants par l’aménagement

d’espaces publics agréables. Grâce à son projet de

recomposition du secteur Barberousse, la ville entend bien

atteindre ses objectifs, avec à terme 4 500 m 2 supplémentaires

de commerces et 8 000 m 2 de logements.

[ CONTACT CCI ] Nassira Lazzali, 03 88 75 24 76 – n.lazzali@strasbourg.cci.fr

[ CONTACT ] 03 88 90 68 64

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 53


espace entreprendre

Vincent Buecher

L’autoformation

multimédia sur mesure

[ CONTACT CCI ]

Espace Entreprendre

June Marchal, 03 88 75 24 25

VBC, agence de création d’environnements d’autoformation, a été créée à l’automne 2005 à Strasbourg

par Vincent Buecher. Spécialisé dans la conception de supports de formation adaptés à l’environnement

de travail du salarié, il livre ses didacticiels sous forme de cédérom ou les intègre à l’Intranet.

Le conseil est associé à ses prestations.

En se substituant à des

stages de formation classiques,

Vincent Buecher

offre une solution totalement

modulable aux

besoins du client. «Elle est adaptable

à n’importe quel système

d’information (SAP, Peoplesoft, AS

400, etc.) et peut couvrir tous les

domaines fonctionnels de l’entreprise»,

ajoute-t-il.

Ce n’est qu’après une analyse

précise des processus internes et

des systèmes d’information utilisés

par l’entreprise que Vincent

Buecher construit le cahier des

charges et définit le scénario d’utilisation

du logiciel. Une fois le projet

et les messages clés validés, il

élabore l’environnement de formation

et rédige les dialogues, qui

peuvent être associés à une animation.

Un comédien prête sa voix

pour la partie didactique orale.

Avantages de ce mode de formation

via l’informatique : il est

accessible à tout moment, facile

d’utilisation et convivial. «C’est une

méthode pédagogique du type

Adibou adaptée aux adultes», plaisante

le chef d’entreprise. Plus

sérieusement : «L’outil didacticiel

est plus agréable d’usage qu’un

mémento explicatif : le côté ludique

du logiciel séduit les collaborateurs,

et les rassure». Un exemple concret

d’apprentissage en ligne est la

création d’une base de données

/ VINCENT BUECHER : «LE CÔTÉ LUDIQUE DU LOGICIEL SÉDUIT

ET RASSURE LES COLLABORATEURS» /

(création et suivi du stock, d’éléments

commerciaux, etc.).

Une approche pragmatique

Livré sur cédérom ou intégré à

l’Intranet, le programme conjugue

avantages fonctionnels et rentabilité

économique. En effet, investir

dans ce type de formation garantit

une maîtrise des coûts indirects

(liés à une absence continue du

collaborateur ou à une inadéquation

de la formation) et favorise les

gains de productivité. L’offre de

Vincent Buecher s’adresse plus

particulièrement à des grandes

entreprises – 100 salariés au minimum

–, ou à celles qui disposent de

sites distants : cabinets de conseils,

directions de services informatiques,

intégrateurs ou éditeurs.

Dix ans d’expérience

Dans le conseil et la mise en

place d’outils informatiques

depuis dix ans, Vincent Buecher

met son premier protocole en

ligne, afin de le tester auprès de

ses connaissances, amis et professionnels.

Accueilli favorablement,

Ce que lui a

apporté la CCI ?

«Je croyais en mon idée,

mais j’éprouvais le besoin

d’être rassuré. Me présenter

devant un jury de professionnels

et avoir leur

retour a été essentiel

pour me lancer.»

il améliore la technique, associe la

3D... etduit son premier client : la

branche transports de Veolia

Environnement. La commande

comporte deux projets : le premier

concerne 400 utilisateurs et

consiste à former les salariés de

l’entreprise à un nouvel outil de

gestion des notes de frais (créées

et validées par une signature électronique).

Quant au second, il

entend aider les collaborateurs à

s’adapter à la nouvelle version d’un

logiciel. Création, conseil, Vincent

Buecher compte développer son

carnet de commandes pour pouvoir

embaucher un commercial

d’ici deux ou trois ans. /

[ SITE ] www.vb-consulting.com

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 484303839

54 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

espace entreprendre

Sébastien Eydmann et Marc Geisser, Uhaina

Vélos et prêt-à-porter branchés

Né en avril 2006 rue des Frères à Strasbourg, Uhaina étonne par la dualité de son offre :

vélos de balade américains de style californien et prêt-à-porter féminin-masculin.

Créateurs du concept : Sébastien Eydmann et Marc Geisser .

Dès la devanture, le

regard du passant

est attiré par l’éclat

et l’originalité des

vélos américains qu’on

appelle American Cruisers, exposés

à l’avant du magasin. «Ces vélos,

dans l’air du temps en Californie,

sont encore peu connus en France.

Cependant leurs ventes augmentent

depuis un an de manière exponentielle».

Pour Marc Geisser, qui

partage la responsabilité du magasin

avec Sébastien Eydmann, «ils ne

correspondent pas à un phénomène

de mode, mais à un style de

vie, venant dans la continuité d’un

vêtement que l’on choisit : en fonction

de sa personnalité.».

Collègues et amis

C’est en travaillant dans la

même entreprise que Marc et

Sébastien se sont retrouvés autour

d’un intérêt commun – le vélo – et,

motivés par une envie de changer

de parcours, ils ont décidé de créer

leur affaire. Leur dossier a obtenu

l’aval de la commission Passeport

Entreprendre à la CCI. En l’espace

de quatre mois, ils ont trouvé leur

local et finalisé leur dossier.

Ce que leur a

apporté la CCI

«Essentiellement des

conseils, notamment

pour réaliser notre bilan

prévisionnel et du soutien.

Nous avons également

rejoint le club des

créateurs-repreneurs de

la CCI

Des vélos originaux et

confortables

Chez Uhaina, à partir d’une

quarantaine de formes différentes,

le client peut avoir accès à une

centaine de modèles. En fait, c’est

la couleur qui change le style.

Classique ou original, rétro ou tendance.

Vous pouvez même «customiser»

votre vélo, c’est-à-dire le

personnaliser… de la selle au guidon.

Le prix des vélos varie entre

350 € et 800 €, en fonction du

matériau et du confort proposés.

Les caractéristiques communes à

ces vélos sont le look, le confort et

la robustesse. Ainsi la plupart de

ces vélos comportent-ils trois

vitesses Shimano Nexus et sont

déclinés en modèles hommes,

femmes et enfants. Points communs

: un large guidon, style

Harley Davidson, de gros pneus et

un rétropédalage.

Le prêt-à-porter aussi !

Plus à gauche dans le magasin,

des vêtements, tee-shirts, vestes,

pantalons, robes, pulls et accessoires

de marque affichent leur

originalité à des prix raisonnables.

Le positionnement voulu par

Sébastien Eydmann et Marc

Geisser est celui d’une boutique de

mode avec des vêtements branchés

que l’on ne trouve pas

ailleurs. En hiver, leur collection

devrait s’étoffer : les deux associés

sont en train de dénicher de nou-

E

/ SÉBASTIEN EYDMANN ET MARC GEISSER, LES APÔTRES D'UN STYLE DE VIE PERSONNALISÉ /

veaux fournisseurs dans les Prix de l’entrepreneur

salons professionnels. Aujourd’hui

Remise régionale

Uhaina a pris ses marques. Il ne

reste plus aux deux associés qu’à le 7 septembre

développer leur communication Créé il y a quatorze ans par Ernst &

auprès du grand public. Les participations

à des manifestations ce prix récompense le dirigeant

Young et le magazine L’Entreprise,

d’une entreprise de croissance,

comme l’exposition de vélos organisée

en l’honneur du Tour de performante. Le jury s’est réuni pour

indépendante et particulièrement

France à la CCI et le stand à la Foire délibérer en juin dernier, présidé

européenne de septembre en font par Dominique Formhals, PDG

partie. /

d’Aquatique Show International et

lauréat 2005 du Grand Prix. Tous

les lauréats régionaux, invités à

une remise des prix le 7 septembre à

Strasbourg, concourent ensuite pour

le Prix national qui sera décerné

le 17 octobre 2006 à Paris.

Pour plus d’infos sur cette entreprise

www.strasbourg.cci.fr/entreprises

N° Siren 488748708

[ CONTACT ]

Véronique Lemonnier,

Ernst et Young, 03 88 15 24 66

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 55


formation

Rencontre Prospective

L’Alsace en crise ?

Faiblesses et atouts en débat

La 13 e édition des Rencontres Prospectives, organisée par la CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin

en partenariat avec l’IECS, était consacrée à l’économie alsacienne : atouts, faiblesses

et devenir. Bernard Reumaux, rédacteur en chef de Saisons d’Alsace,a planté le décor

d’une Alsace en crise.

Où va l’Alsace ? La thématique

d’un numéro

de Saisons d’Alsace

paru à l’automne

2005 était en quelque

sorte la trame suivie par son rédacteur

en chef pour introduire la rencontre

de la CCI. Un constat d’une

économie morose, voire en déclin.

Sans pour autant aller au catastrophisme,

Bernard Reumaux affirmait

: «On est conscient qu’on est

sorti de l’époque où tout allait

bien». Et de planter un décor de

crise à tous les niveaux : crise

d’identité de l’âme alsacienne,

crise économique, géopolitique –

selon lui l’ouverture vers la grande

Europe a bouleversé la position

géopolitique de l’Alsace –, crise

culturelle, etc.

Recherche visionnaires !

Autant de fractures qui remettent

en cause le sentiment d’appartenance

régionale, dues à la fin

de la prospérité, à l’inaccessibilité –

la question des transports est

devenue un problème quasiment

insoluble –, aux non-décisions

et au mythe de la coopération

transfrontalière… S’ajoutaient au

tableau l’image folklorique et

passéiste de l’Alsace et le manque

de leadership interne. En effet,

selon Bernard Reumaux, «l’Alsace

manque de nouveaux imaginaires,

de laboratoires d’utopie sociale. Les

élans collectifs sont difficiles à rassembler,

le fonctionnement est trop

institutionnel. Il faut travailler l’articulation

autour de la recherche,

des nouvelles technologies et de la

culture, et surtout, travailler

ensemble. Les initiatives existent,

comme le rapprochement des trois

universités, la mobilisation des professionnels

du tourisme en Alsace

du Nord. Mais elles sont trop

faibles».

« Utiliser les atouts

de l'Alsace comme

un levier »

Gérard Christmann, président

d’Alsace Biovalley, l’a conforté dans

son constat. «Nous avons beaucoup

d’atouts, mais il ne faut pas

baisser les bras.» Côtés positifs : la

qualité des universités et des

centres de recherche présents en

Alsace, les compétences d’une

main-d’œuvre reconnue au-de

des frontières. Bémol : il en faut

plus pour attirer les investisseurs.

Le premier problème à résoudre

pour Gérard Christmann est celui

des transports. «Nous manquons

également d’une plate-forme aéroportuaire

performante en matière

de fret», a-t-il ajouté.

Francis Grignon, président de

l’Adira, se voulait optimiste, mettant

également en avant les qualités

humaines et la motivation des

chefs d’entreprise alsaciens. «Avec

des moyens de communication

appropriés, nous arriverons à ce

laboratoire d’utopie sociale, qui

associera recherche, langues,

apprentissage tout au long de la

vie, capitalisme rhénan». Et de

conclure : «Il faut réussir un aménagement

du territoire en réseau».

Faisant référence au débat université/emploi

et de l’employabilité

des diplômés, Bernard Carrière,

président de l’ULP soulignait,

quant à lui, l’importance de procurer

des outils et bagages intellectuels

qui permettront aux jeunes

de faire face aux difficultés.

Enfin, Marcel Schott, Président

de la commission Formation de

la CCI, fervent défenseur de l’apprentissage,

a mis l’accent sur la

nécessité de créer des filières qui

mènent à des débouchés professionnels,

en amenant les chefs

d’entreprise à réfléchir sur les

métiers à venir et les compétences

qu’ils vont rechercher.

Bref, des idées, il n’en a pas

manqué lors de cette conférence.

Reste à les mettre en œuvre, à

trouver les moyens, pour «utiliser

les atouts de l’Alsace comme un

levier». /

Le 5 octobre au

Pôle formation CCI

Prochaine

rencontre

Prospective

«Lever les freins

à la mobilité»

L’entreprise évolue, se développe,

se transforme. Avec des incidences

directes sur la mobilité

géographique et sur les compétences

attendues des salariés.

La CCI, par son Pôle Logement

et son Pôle Formation, facilite

ces mutations et accompagne

l’entreprise et son personnel.

Le 5 octobre 2006 à 18h, au Pôle

formation CCI, 234, avenue de

Colmar, Strasbourg.

[ CONTACTS CCI ]

Pôle formation CCI :

Christiane Sibieude

c.sibieude@strasbourg.cci.fr

Pôle Logement :

Emmanuel Graas

e.graas@strasbourg.cci.fr

E

56 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

formation

Septembre

Rentrée dynamique au Pôle formation CCI

Spécialement dédié aux dirigeants

de PME / PMI

Un cadre et des méthodes

de conduite de changement

NOUVEAU

La difficile mais exaltante responsabilité du dirigeant consiste à conduire,

au quotidien et sur le moyen terme, un projet global d'optimisation du

développement commercial et de la rentabilité. Comment lancer et diriger

un projet global en mobilisant et en fédérant mon équipe de direction et

l'ensemble de mes collaborateurs ? Comment dégager de la rentabilité ?

Lancé à partir d’octobre 2006 par le Pôle formation CCI et LMC Luc Moulin

Consulting, ce premier module de haut niveau répondra aux besoins spécifiques

des présidents et directeurs généraux.

[ CONTACT CCI ] Jean-Claude Haller, 03 88 43 08 00

Et si vous souhaitez affiner

vos projets professionnels…

Vous pouvez contacter le service Bilan - Orientation du Pôle formation

CCI : bilan de compétences, bilan de carrière ou d’orientation.

[ CONTACT CCI ] Josiane Piroird, 03 88 43 08 50

Du nouveau en alternance

Avec pas moins de trois nouveaux cycles de formation en alternance à la

rentrée 2006, le Pôle Formation CCI poursuit le développement et l’adaptation

de son offre aux besoins des entreprises régionales. Ainsi, de nouveaux

apprentis de niveau Bac vont être formés au métier de la relation

client à distance, d’autres de niveau Bac+4/5 à celui de commercial

«grands comptes». En parallèle, et en partenariat avec l’IUT Louis Pasteur

de Schiltigheim, une licence professionnelle en alternance va permettre

la formation de futurs créateurs/repreneurs de PME/PMI. Quelques

places restent disponibles dans l’ensemble des cycles.

[ CONTACT CCI ] Philippe Authier, 03 88 43 08 91

Du nouveau pour lutter

contre l’illettrisme

S’adressant à tous types de publics : jeunes, adultes, demandeurs d’emploi,

actifs, le Pôle formation CCI propose des cours de remise à niveau en

français, en maths et aussi, de façon très innovatrice, en informatique (un

programme qui débouche sur le Certificat de Navigation sur Internet).

Points forts : des horaires souples (journée, soirée, samedi matin), des

cours adaptés au niveau de chacun, la prise en charge totale des frais de

formation. 60 places sont ouvertes.

[ CONTACT CCI ] Annie Ducarre, 03 88 43 08 51

BTS, BAC PRO et BEP

Les réussites

du Pôle formation CCI

• 81 %, c’est le taux de réussite 2006 des BTS en alternance au Pôle formation

CCI. Ce taux élevé, maintenu depuis plus de 12 ans, confirme l’efficacité

de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur tertiaire et

l’expertise de la CCI. Les sections délocalisées affichent 100 % de réussite

pour la section Assistants de gestion PME-PMI de Bischwiller, et

92 % pour la section Assistantes de direction de Sélestat. A noter par

ailleurs la forte progression par rapport à 2005 des sections Assistants

de gestion PME-PMI, Assistantes de Direction, Management des unités

commerciales, Comptabilité et gestion des organisations.

• 83 %, c’est le résultat très prometteur de la première promotion de

Bac Pro Commerce en un an. Et 92 %, c’est le fort taux de réussite pour

le BEP Vente action marchande préparé par le Service Emploi Formation.

[ CONTACT CCI ] Marie-France Seiler, 03 88 43 08 77

E

Rentrée IECS

La réforme du master Grande École

La nouvelle maquette du master Grande

École de l’IECS, École de management de

Strasbourg démarre à la rentrée 2006.

douze mois de stage en entreprise au minimum,

deux ou trois semestres à l’étranger,

des «parcours métiers» à la carte, deux

langues étrangères obligatoires et la possibilité

d’en choisir une troisième, la valorisation

des activités associatives, etc. Le parcours

professionnel proposé par l’IECS est donc

mieux dessiné, avec une formation plus spécialisée.

Après l’obtention de la licence en fin

de première année, les étudiants du master

Grande École iront chercher 120 crédits ECTS

pendant leurs deux années de master. Et

pour parfaire leur spécialisation, ils choisiront

parmi quatre mentions : marketing,

finance/comptabilité/contrôle de gestion,

organisation et management, management

et ingénierie de processus.

[ SITE ] www.iecs.edu

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 57


juridique

Juges consulaires

Arriver à une adéquation

performance économique -

respect des législations

Dura lex sed lex… La formule

est implacable. Pierre Goetz,

président de la Compagnie

des Juges Consulaires de

Strasbourg et conseiller technique

intuitu personae à la CCI de

Strasbourg et du Bas-Rhin, l’a nuancée

lors d'un colloque intitulé «Le

juge et la décision de gestion» qui

s'est tenu le 29 avril 2005 à la

faculté de droit de Strasbourg. Les

actes viennent d'en être publiés. La

communication de Pierre Goetz,

quant à elle, insiste sur les différences

qui existent entre une très

grande entreprise qui a la possibilité

de recourir à des experts avant

de prendre une décision et une

très petite entreprise souvent

contrainte à réagir plus sous l'emprise

des réalités économiques

qu'en fonction de considérations

juridiques. Reste que «le magistrat

est amené à prendre, a posteriori,

dans la quiétude de son bureau, une

décision à propos d'un acte de gestion

arrêté bien souvent dans la

contrainte de l'urgence», comme le

Droit local et dérogation

souligne Pierre Goetz. Le risque à

terme étant que le législateur ne

neutralise l'énergie créatrice de

l'entrepreneur. Dans ce contexte,

préconise l'auteur, «la mission du

juge devrait être d'observer les pratiques,

d'en comprendre le sens et

d'éprouver les normes pour, au

besoin, préconiser leur remaniement

et faire en sorte que la décision de

En Alsace-Moselle, la fermeture des commerces est

régie par le droit local. Il prévoit que les commerces

seront fermés de 21h à 5h du matin. Cette

interdiction s’applique à tous les lieux de vente ouverts

au public : commerce de détail alimentaire et non alimentaire.

Elle vaut également pour les marchandises

vendues sur la voie publique.

Toutefois, les maires ont la possibilité de repousser la

fermeture à 22h pendant 40 jours/an maximum pour

l’ensemble des établissements faisant partie d’une

Pierre Goetz :

« La décision de

justice adaptée au

fonctionnement

des entreprises ?»

Fermeture des commerces

en fin de journée

justice soit toujours plus adaptée au

fonctionnement des entreprises».

Une adéquation entre les

contraintes respectives des parties

concernées, la prise en compte par

le juridique du tempo particulier de

la prise de décision économique, le

tout sans céder sur l'aspect incontournable

de réglementations : tels

sont les défis à relever pour que le

droit français ne soit pas considéré

comme un frein au développement

économique, ce qui pourrait rendre

notre pays moins attractif en ce qui

concerne les contrats internationaux.

De nouvelles méthodes d'administration

se développent en

Europe. Il importe que la France

s'inscrive dans cette démarche car

la compétition entre les différents

systèmes juridiques est ouverte. /

Pierre Goetz, «Les juges commerciaux et la

décision de gestion» in Le Juge et la décision

de gestion,sous la direction de

Antoine Lyon-Caen et Quentin Urban,

Dalloz, 2006.

branche. Il existe également une

dérogation préfectorale pour les

communes de moins de 2 000

habitants, lorsque le commerce

s’exerce pendant certaines heures

de la journée ou certains jours de la semaine.

Cependant le préfet, sur demande des commerçants

peut également rallonger le délai de fermeture de 20h

à 7h du matin.

En dehors de ces dérogations, en cas de violation des

heures de fermeture, la police municipale, la gendarmerie

ou bien l’inspection du travail sont en droit de dresser

un procès verbal.

Article 139 e du code local des professions

Indices

septembre

2006

• Indice trimestriel du coût

de la construction Insee

1 e trimestre 2006 : 1 362, soit

une augmentation de 7,24 %

sur un an

• Taux d’intérêt légal 2006 :

2,11 %

• Indice des prix à la consommation,

juillet 2006 : 113,52

• Taux principal de refinancement

de la BCE : 2,75 %

• Taux de base bancaire

(depuis le 15 octobre 2001) :

6,6 %

• SMIC (à compter

du 1 er juillet 2006) :

– taux horaire brut : 8,27 €

– taux mensuel pour

151,67 heures : 1 254,28 €

• Plafond mensuel Sécurité

Sociale 2006 : 2 589 €

Agenda

Réunions

d’information

• Contrats de travail

et contrat aidé

Le 21 septembre à Sélestat à 17h

salle Sainte-Barbe

Le 28 septembre à Haguenau

à 17h au Caire

Participation :

15 € par personne

[ INSCRIPTION OBLIGATOIRE ]

03 88 75 25 24 ou

juridique@strasbourg.cci.fr

Colloque

• «Loi de sauvegarde des entreprises

: premier bilan»

Le 22 septembre à Strasbourg

au Palais de la Musique et des

Congrès

Organisé par la Cour d’Appel de

Colmar, la CCI de Strasbourg et du

Bas-Rhin et les administrateurs

judiciaires et mandataires judiciaires

d’Alsace Moselle en partenariat

avec la Caisse de Dépôt et

de Consignation et avec la

Compagnie des Juges Consulaires

de Strasbourg. Inscription : 50 €

[ CONTACT ] SPE - Cathy

Spielmann, 03 88 37 67 67

E

58 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

juridique

Services à la personne

Taux réduit de 5,5 %

Une instruction fiscale du 30 mai 2006 vient

de préciser les modalités d’application du

taux réduit pour les prestations de services à

la personne. Il faut tout d’abord rappeler que seules

les entreprises titulaires d’un agrément peuvent

bénéficier du taux à 5,5% de TVA. Deux types d’agréments

existent : l’agrément simple délivré par la préfecture

après instruction par la Direction départementale

du travail de l’emploi et de la formation professionnelle.

L’agrément qualité est, quant à lui, obligatoire

si le service vise des enfants de moins de trois

ans ou des personnes handicapées ou âgées de plus

de 60 ans. Les modalités d’octroi sont identiques à

celles de l’agrément simple mais requièrent des exigences

plus importantes.

Les entreprises agréées peuvent exercer leur activité

selon deux façons :

– soit l’entreprise prestataire fournit et facture directement

la prestation à la personne bénéficiant du

service ;

– soit l’entreprise place des travailleurs auprès de la

personne bénéficiant du service qui a la qualité de

particulier employeur (l’entreprise pouvant néanmoins

se charger de l’accomplissement de certaines

formalités pour le compte du particulier).

Les services à la personne doivent impérativement

être exercés au domicile des personnes physiques

pour pouvoir bénéficier du taux réduit.

Une liste des services pouvant ouvrir droit à l’application

de ce taux a été publiée. Nous pouvons citer

entre autres : les petits travaux de jardinage, la garde

d’enfant à domicile, l’assistance administrative à

domicile, etc. Pour une liste complète nous vous invitons

à consulter l’instruction fiscale du 30 mai 2006.

[ CONTACT CCI ] service juridique, 03 88 75 25 24

juridique@strasbourg.cci.fr

Permanences tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 16h.

Allègement

Taxe sur les véhicules

de sociétés

Après la réforme de la taxe sur les

véhicules de sociétés dans le cadre

de la loi de finances pour 2006, le

ministre délégué au Budget et à la

Réforme de l’État, a annoncé un

allègement de cette taxe. Il est

prévu un réajustement du barème

kilométrique : la taxe ne sera donc

due qu’au-delà d’un plafond de

15 000 km (au lieu des 5 000 km

annoncées par la loi de finances).

Il est également prévu un abattement

de 15 000 €. Ainsi, les PME,

non imposables après application

de ce dernier, n’auront pas besoin

de remplir une déclaration. Par

ailleurs, une entrée en vigueur progressive

est prévue : les entreprises

ne devront acquitter que 1/3 de

l’imposition la première année, 2/3

la deuxième année et la troisième

année, l’imposition sera totale.

Ces modifications sont applicables

au titre de l’année 2006.

Communiqué du 9 mai 2006

(en attente de la publication

d’une instruction administrative)

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 59


métiers

Restauration livrée à domicile

Quelques créneaux à prendre,

à condition d’innover

Les Français(es) délaisseraient-ils leurs fourneaux pour se faire livrer des plats prêts à consommer

en famille ou devant la télé ? A priori, le marché de la restauration livrée à domicile, qui a connu

une croissance soutenue jusqu’en 2002, semblerait moins porteur en 2006. Pourtant les leaders

continuent de se livrer une guerre sans merci à coups d’ouvertures. La part belle revient à la pizza,

surtout consommée en soirée. Regard sur ce métier où les professionnels doivent rivaliser

d’imagination s’ils veulent couler des jours heureux.

Selon la dernière enquête

disponible auprès de l’APCE

(Agence pour la création

d’entreprise), le marché de

la restauration livrée à domicile est

estimé à 2 500 points de vente en

France, dont la moitié en région

parisienne. Et l’implantation des

franchises et des indépendants

perdure, en dépit de la concurrence

accrue des charcutiers-traiteurs,

restaurateurs, boulangers-pâtissiers

et de la restauration rapide.

La pizza caracole aussi

en Alsace

D’après Gira Sic Conseil,

l’Alsace se situerait en seconde

position après l’Ile-de-France en

terme d’établissements (1 unité

pour 24 000 habitants, contre

1 unité pour 17 000 habitants en

Ile-de-France). S’il génère plus de

60 % de l’activité nationale de restauration

livrée, le produit pizza n’a

cependant pas encore trouvé sa

place à l’heure du déjeuner. Côté

particuliers, la fonction crée le

besoin : repas de famille ou de célibataires

commandés à la dernière

minute, envie de se poser avec un

plat que l’on n’a pas l’habitude de

préparer soi-même. Côté entreprises,

la motivation

des clients est

liée au souci de

gagner du temps

sans sortir.

Des créneaux

à prendre

Depuis quelques

années, les grandes

enseignes – Pizza Hut, Speed

Rabbit, Domino’s et la Boîte à

Pizza – ont été rejointes par des

enseignes qui se sont spécialisées

dans des plats typiques comme le

couscous, la paella, les salades et

les plats exotiques. Certains établissements

proposent également

des plateaux-repas livrés en entreprise.

Mais il semblerait que des

créneaux restent encore à

prendre… même pour le produit

pizza. Pour preuve, la Boîte à Pizza,

80 points de vente en France, à

Mulhouse depuis dix ans, cherche

à se développer sur le Bas-Rhin !

La fonction crée le besoin

Apparu vers la fin des années

1980, le marché de la restauration

livrée à domicile a donc augmenté,

puis stagné. Les sociétés qui se

créent ou perdurent se spécialisent

en complétant leurs offres par des

boissons, desserts ou autres

accompagnements. Mais la

concurrence est telle que, pour les

nombreuses chaînes existantes, il

est difficile d’arriver à une taille

suffisante et donc de dégager une

rentabilité. D’où la montée en

puissance, dans chaque unité, de la

vente à emporter et de la restauration

sur place. Ou encore la

recherche de nouveaux débouchés

comme le petit déjeuner, les séminaires.

Hormis la concurrence qui

fait rage entre les livreurs de

pizzas, les charcutiers-traiteurs,

restaurateurs, boulangers-pâtissiers,

la restauration rapide de

proximité et la cantine d’entreprise

constituent également des alternatives

directes, au même

titre que les pizzerias indépendantes.

Pour réussir son

challenge et rentabiliser son

investissement (l’investissement,

souvent moindre qu’en

restauration traditionnelle

est néanmoins lourd : au minimum

150 000 €), le créateur

doit maîtriser l’adéquation avec sa

cible, ses prix et la composition des

menus. Une constante dans la

qualité des plats et le respect des

délais de livraison sont primordiaux.

Parallèlement, il lui faut

trouver des moyens de fidéliser le

client. Remises, cadeaux, promotions

comme celles proposées lors

de la récente coupe du monde de

football (en ajoutant 3 €, le client

obtenait un ballon de foot !). Dès le

démarrage, la communication doit

être efficace : tracts, Internet, logos

originaux. Les difficultés principales

rencontrées par les sociétés

concernent le recrutement.

L’activité étant irrégulière, très

concentrée sur une partie de la

journée, ce sont souvent des étudiants

qui sont recrutés. Pour les

fidéliser, un salaire attractif est de

mise. /

60 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

métiers

Restauration

livrée à domicile

• Pas de code NAF spécifique

La profession ne dispose pas de

code d’activité spécifique : les

entreprises sont classées sous des

codes très variés, ce qui donne une

estimation aléatoire du marché. A

ne pas confondre avec l’activité de

traiteur-organisateur de réceptions.

• Activité

Repas ou plats cuisinés avec boissons,

chauds ou froids, généralement

livrés en moins d’une demiheure,

voici ce que comporte cette

prestation de restauration, réalisée

à partir d’un point de vente. Cette

activité, souvent concentrée sur

une partie de la journée (entreprises

à l’heure du déjeuner, particuliers

à domicile le soir), peut être

menée à partir d’une activité déjà

existante (restaurant, charcuterietraiteur),

ou à partir d’une unité

de fabrication créée spécialement

pour la livraison à domicile.

C’est ce qui nous intéresse ici.

• Aptitudes

Être bien organisé pour livrer à

temps, supporter un stress permanent,

savoir animer une équipe

fluctuante et jeune. Des compétences

en marketing, gestion et

logistique sont indispensables.

Impératif : faire preuve d’une

grande disponibilité et de résistance

physique : les ouvertures se

situent entre 11h et 14h30, et de 18h

à 24h tous les jours, sans compter

les activités annexes (approvisionnement,

évaluation du stock,

comptabilité).

Formation

• Carnet du CIDJ

sur les métiers de l’hôtellerie

et de la restauration

www.cidj.asso.fr

• Le cahier de l’Onisep

www.onisep.fr

E

E

Témoignage / La Boîte à Pizza

L’enseigne nationale

convoite le marché alsacien

Créée en 1986 par

Frantz Lallement

à Bordeaux, La

Boîte à Pizza a démarré

avec de la vente à

emporter. Dès 1992, le

chef d’entreprise investit

le marché de la

livraison à domicile

(70 % des ventes totales)

et développe ses points

de vente en France – 80

magasins aujourd’hui,

et un petit dernier… à / «CRÉATEUR DE SAVEURS» LE SLOGAN DE LA BOÎTE À PIZZA /

Shanghai. En Alsace, un

seul magasin est

fort potentiel. «La difficulté première

est de trouver des zones où

ouvert depuis dix ans, à Mulhouse.

les gens sont habitués à être livrés

chez eux. Or à Strasbourg, où les

principales enseignes nationales

sont déjà installées, notre arrivée ne

peut que créer une émulation.»

Pour avoir participé au récent

salon de la franchise Easyfairs à

Strasbourg (Pôle formation CCI,

juin 2006), Frédéric Gennari, directeur

du développement, a illustré

la volonté du groupe de multiplier

les points de vente, et notamment

dans notre région, qu’il estime à

Adresses et contacts utiles

• Synafap,

Syndicat national

des fabricants de plats cuisinés,

44 rue d’Alésia

75014 Paris

01 53 91 44 44

La pizza version terroir

• Synhorcat,

Syndicat national des hôteliers,

restaurateurs, cafetiers et traiteurs,

qui met son expertise juridique,

sociale, fiscale et réglementaire au

service de ses adhérents

01 42 96 60 75

www.synhorcat.com

Pour se différencier, La Boîte à

Pizza axe sa communication sur le

goût et les recettes du terroir.

«Nous jouons la carte des spécificités,

comme la pizza au foie gras, à

l’andouille et à la moutarde, aux

escargots, magret-cèpes, chevreuil,

etc.», explique Frédéric Gennari.

Le slogan adopté par l’entreprise,

«créateur de saveurs» se décline

jusqu’aux vestes de cuisine du personnel.

À l’instar de ses

confrères, La Boîte à Pizza

sait diversifier son offre, en

ajoutant à sa carte des

pâtes fraîches, des tartines

italiennes, des desserts et

des boissons. 10 % des

ventes livrées à domicile

concernent les entreprises,

pour lesquelles des plateaux-repas

adaptés avec

couverts en inox sont proposés

avec entrée, plat et

dessert (prix : 12 à 18 €).

Pour devenir franchisé La

Boîte à Pizza, il faut 30 %

d’apport personnel, 16 500 € de

droits d’entrée et 5 % de royalties.

Le retour sur investissement se

situe autour de 36 mois avec, la

première année, 10 à 12 % de rentabilité

nette, la deuxième près de

16 %. La formation du personnel,

en général polyvalent (comptez

environ cinq personnes à temps

partiel), est effectuée sur trois à

quatre semaines dans un magasin

pilote. Les franchisés bénéficient

d’un accompagnement personnalisé

: étude de marché, aide à la

recherche d’un local, agencement,

kit de lancement. /

[ SITE ] www.laboiteapizza.fr

• Groupement des hôteliersrestaurateurs

et débitants

du Bas-Rhin, Strasbourg

03 88 25 05 15

• Sources d’information

sur l’hygiène

www.minefi.gouv.fr

/suite p.62/

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 61


métiers

E

Témoignage / Trianon Express

Chaud devant : les saveurs

asiatiques arrivent chez vous

Né le 2 janvier 2006 à

Strasbourg, Trianon Express

assure une fabrication

«maison» de plats asiatiques.

Entrées, plats, desserts et menus

accompagnés ou non de boissons

sont livrés gracieusement en

centre-ville et dans les quartiers

de l’Esplanade, Neudorf, Montagne

Verte, Koenigshoffen, Cronenbourg,

Schiltigheim. Condition de gratuité

de la livraison : un montant minimum

de 15 €.

Une réponse à une attente

des clients

Le gérant de l’entreprise,

Xiaohua Shi, Chinois d’origine, est

arrivé en France en 1987, où il a terminé

ses études, une licence en

informatique en poche. Pour

financer son cursus, il a travaillé

dans l’hôtellerie-restauration le

week-end. Passion de famille ?

Face au potentiel de la restauration

livrée à domicile – hors pizza

bien évidemment –, il a fini par

opter pour la création d’un point

de vente à Strasbourg. «Plus sympa

que de passer huit heures devant

un ordinateur», avoue-t-il. Pour

estimer son potentiel, le jeune

homme s’est également basé sur

l’attente de ses anciens clients,

intéressés par la livraison de «plats

familiaux chinois». Aujourd’hui il

est ravi de son choix : «J’aime le

Ouvrages

/ XIAOHUA SHI : «UNE LIVRAISON EN MOINS DE 30 MINUTES, GRÀCE À DES

CALCULS PRÉCIS SUR LA ZONE DE CHALANDISE» /

contact avec le client et mes tâches

sont variées, de la supervision des

commandes et des itinéraires, jusqu’à

la suppléance de mon équipe»,

observe Xiaohua Shi. Celui-ci

emploie un cuisinier (vietnamien),

une aide (chinoise) et deux livreurs

à domicile qui ont à leur disposition

deux mobylettes et une voiture.

Les plats sont préparés après

• Créer une entreprise de restauration livrée à domicile

Dossier projet du magazine Rebondir – www.rebondir.fr

• Restauration livrée : Xerfi www.xerfi.fr

• Restauration livrée à domicile enquête APCE, 2005

[ CONTACT CCI ] 03 88 75 25 50

l’appel téléphonique du client, cuisinés

dans un wok chinois «ultra

puissant». Durée de préparation

d’une commande : moins de dix

minutes. Les mets sont emballés

dans des boîtes plastiques fermées

et transportées dans des

plats isothermes qui conservent la

chaleur pendant trente minutes

après emballage. Le client est

assuré d’être livré dans un temps

maximum de 30 minutes, grâce à

des calculs très précis effectués

par Xiaohua Shi sur sa zone de

chalandise. Pour se faire connaître,

Xiaohua a capitalisé sur les

annonces en pages jaunes de l’annuaire

et via ses dépliants déposés

dans les boîtes aux lettres. Après

un démarrage en douceur, il a

Salons

• Equip Hôtel, (équipements en

cuisine) : www.equiphotel.tm.fr

• SIAL,salon international

de l’alimentation : www.sial.fr

• Sirest,salon des nouveaux

visages de la restauration et Sirha,

salon international de la restauration

et de l’hôtellerie :

www.sepelcom.com

• Restauration demain,salon

d’innovation pour le restaurant et

la consommation hors domicile :

www.sirest.com

• Egast,salon strasbourgeois :

www.egast.fr

atteint un rythme de croisière. Ses

clients sont des salariés d’entreprises

le midi – qu’il livre sur leur

lieu de travail, notamment sur les

zones d’activités de la Plaine des

Bouchers (Strasbourg) et de

l’Espace européen de l’entreprise

(Schiltigheim) – et le soir des particuliers.

Ceux-ci représentent 80 %

de son chiffre d’affaires. Signe que

sa formation initiale n’a pas été

mise au placard, le prochain objectif

de Xiaohua Shi est de créer son

site Internet où il exposera les

plats qui pourront être commandés

en ligne. Avec l’idée que le

client choisisse lui-même ses

ingrédients : légumes, sauces,

viandes, crevettes, etc. tout en

accédant à des suggestions de

recettes ou associations de plats. /

[ CONTACT ]

l8, petite rue de la Course

à Strasbourg, 03 88 32 94 22

E

62 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252


terrain

métiers

Pizza Hut...

Les leader de la pizza en France

L’incontestable leader de la livraison en trente minutes chrono est

Pizza Hut, avec plus de cent points de livraison en France. Suivent

Speed Rabbit Pizza et Domino’s Pizza, talonnés de près par la

Boite à Pizza. Dominos’Pizza est le leader mondial de la restauration

livrée avec 6 766 unités de vente dans le monde.

Source : APCE 2005, Néo Restauration, mars 2004.

Restauration livrée à domicile

Les équipements

indispensables

• fours micro-ondes et fours classiques

• cellule de refroidissement rapide

• piano (cuisinière professionnelle)

deux chambres froides (froid négatif et froid positif)

• tables de préparation et de découpe.

Les équipement pour la livraison

et le transport des aliments

• véhicule isotherme quasi obligatoire

• mobylettes

• plats alvéolés et sacs papiers robustes pour les livraisons

Du tout prêt au chef à la maison

À chacun sa préférence

La restauration livrée à domicile, c’est aussi une activité complémentaire

pour les restaurants, traiteurs, boulangers, charcutiers,

etc. Rappel de quelques solutions proposées par les créateurs

d’entreprise ayant obtenu le Passeport Entreprendre.

Tout prêt

• Les hirondelles

Cuisinés chaque jour à partir de produits frais, les plats proposés par

cette jeune entreprise basée à Strasbourg-Neuhof sont livrés à domicile

et en entreprise. (voir PE 247) [ SITE ] www.leshirondelles.fr

Kit à cuisiner

• Esprit Terroir

Destinés à ceux qui aiment cuisiner mais manquent de temps pour

effectuer leurs courses, les paniers malins de Dominique Kappler comprennent

les ingrédients nécessaires à l’élaboration d’une recette

(fournie). (voir PE 245) [ SITE ] www.espritterroir.com

Chef à la maison

Pour ceux qui aiment déguster, recevoir, sans faire les courses et la

vaisselle, Jean-Christophe Karleskind, livre ses talents à domicile.

(Voir PE 237) [ SITE ] www.chef-particulier.com

LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252 / 63


endez-vous

Expositions

C Architecture

des services

Du 17 au 25 octobre à la CCI

Du lundi au samedi de 14h à 19h.

[ CONTACT ]

03 88 75 25 28

Salons

régionaux

C Musica

Du 16 septembre

au 8 octobre à Strasbourg

Festival international des musiques

d'aujourd'hui.

[ PROGRAMME ]

www.festival-musica.org

C «Notre territoire

en tous sens»

Du 25 septembre

au 1 er octobre

Boofzheim, Daubensand, Diebolsheim,

Friesenheim, Gerstheim, Obenheim,

Rhinau organisent une manifestation

intercommunale gratuite.

À la fête, spectacles, expositions,

concert, sport, loisirs, balades à pied

ou en barque, gastronomie, etc.

[ CONTACT ] Office du Tourisme,

03 88 74 68 96

C Top Recrutement

Les 28 et 29 septembre

au Pôle formation CCI

à Strasbourg

Le rendez-vous des Carrières en

Alsace.

[ PRE-INSCRIPTION ]

www.toprecrutement.fr

CForum Junior 2006

Du 28 septembre au

3 octobre à Offenbourg

Rencontre annuelle des jeunes de

l'espace du Rhin Supérieur.

[ CONTACT ] 03 88 15 69 22

C Festival du verger

Du 7 au 15 octobre dans le

Parc naturel régional des

Vosges du Nord

Trois sites pour trois spécificités,

à Lorentzen, Meisenthal et

Niederbronn-les-Bains.

[ SITE ] www.parc-vosges-nord.fr

C 8° Forum francoallemand

- «Étudier

et travailler sans

frontières»

Les 18 et 19 octobre

à Strasbourg, Parc

des Expositions

[ CONTACT ] 03 90 22 15 00

C Les journées des

métiers d'art 2006

Du 19 au 22 octobre

[ PROGRAMME]

www.metiersdart-artisanat.com

Conférences

C Les rencontres

du Marketing Club

d’Alsace

Le 11 septembre

à Willgotheim

(L’Oie gourmande)

Le meuble alsacien : place forte

du meuble en France

Conférence animée par Jean-

Georges Rettig, antiquaire.

Le 9 octobre à Ostwald

(Hôtel Mercure)

Management et culture

d’entreprise

Conférence animée par Pierre

Hugel, Würth France.

[ CONTACT ] 03 88 29 23 96

[ SITE ]

www.marketing-club-alsace.com

C Les rencontres

des DCF

Le 18 septembre à

Strasbourg (Hôtel Hilton)

Dynamiser vos forces de vente grâce

à vos données statistiques .

[ CONTACT ] 03 88 22 70 05

[ SITE ] www.dcf-france.fr

C Colloque francoallemand

Le 6 octobre à Strasbourg

(ENA)

«Femmes et stratégies de pouvoir»

organisé par la Fondation Entente

franco-allemande et la Ville de

Karlsruhe.

[ CONTACT ] 03 88 32 18 00

Le 8 octobre, salle de la Bourse à Strasbourg

8 e Salon International

des collectionneurs

de flacons de parfum

Plus de 60 exposants en provenance de toute l’Europe – France,

Allemagne, Suisse, Italie, Luxembourg, Belgique, et Pays-Bas

pour impressionner et surprendre les amateurs avec une multitude

de miniatures et d’objets rares. C’est un vrai marché autour des

meilleures odeurs qui se mettra en place – on peut y acheter, vendre,

échanger, fouiller, admirer, découvrir et discuter. De l’attachant petit

flacon jusqu’à la bouteille géante factice en passant par des flacons de

toutes sortes, sur plus de 600 m 2 d’exposition, les amateurs trouveront

tout ce qu’il leur faudra. La parfumerie moderne sera représentée à

travers les miniatures actuelles, factices géants, des cosmétiques et

bijoux de parfumeurs et couturiers, des objets de décoration et de la

littérature spécialisée. De 10h à 17h. 4 €, tarif réduit 3 €, entrée libre

pour les moins de 12 ans.

[ CONTACT ] 06 14 53 82 47 [ SITE ] www.parfumbourse.de

Rappel

C Foire européenne

Du 1 er au 11 septembre au Parc des Expositions

du Wacken. Invitée d’honneur la Russie.

[ SITE ] www.foireurop.com

64 / LE POINT ÉCO_ septembre 06_ n°252

More magazines by this user
Similar magazines