Mieux se loger pour mieux vivre - Conseil général de l'Oise

oise.fr

Mieux se loger pour mieux vivre - Conseil général de l'Oise

Le magazine du département de l’Oisen°7JUIN 2005Le Départementaide les sportifs> P. 19Itinérairemusical en forêt> P. 26Mieuxse logerpourmieuxvivreDOSSIER > P. 10


L’ Oise Sommaire en action> À la une - p.4Fête de la musiqueLe parc du Conseil générals’ouvre au public pourla deuxième année. Aumenu : Jacques Higelinet un artiste picard quimonte : Bertrand &...> Dossier - p.10LogementMieux se loger pourvivre mieux. LeConseil généralmène une politiquevolontariste pourfaciliter la viequotidienne detous les Isariens.Construction denouveaux logements,améliorationdes logementsexistants, les aidessont multiples etl’effort financier duDépartement estconsidérable.Dans ce dossier, « 60 »donne la parole auxprofessionnels et élusen charge de cesquestions, mais aussià celles et ceux dontla vie a changé grâceaux aides mises enœuvre.> En bref - p.6Résultats du référendum,visite d’Yves Rome dans lecanton du Coudray-Saint-Germer, et toute l’actualitédu mois dernier.> L’Oiseen action - p.16Le cadastre passedu papier à l’écranPourquoi et comment leDépartement participe à lanumérisation du cadastre,« carte d'identité » dela propriété foncière.Mémoire vivante60 ans après la libérationdes camps nazis, etpendant six mois, leConseil général a orchestréun très important travailde mémoire, notamment endirection des collégiens.Retour sur les temps fortsde ce projet.> Du nordau sud - p.19Le sport, c’estbéton !Le Conseil général aideles maires des villes et deschamps à construiredes équipements sportifsde qualité. Piscines, tennis,gymnases : il y en a partoutet pour tous les goûts.TélexPetite enfance, transports,routes, etc. : quelquesréalisations qui facilitentvotre quotidien.> L’Oiseen tête - p.22Claude ThiéfineMusicien curieux de toutesles harmonies – rock,orientales ou punck –,auteur d’une méthode sanssolfège, il œuvre pourque tous partagentla Divine Mélodie desmusiques actuelles.> Ils fontl’Oise - p.24Les uns font de la radioà Creil, hors des sentiersbattus de la FM. Les autressont commerçants ouprésidente de club sportifà Beauvais, jardiniers àErmenonville ou danseurs àBerthecourt. Tous prennentla pose pour « 60 ».> Itinérairesloisirs- p.26SymphoniesylvestreDans les sous-bois deCompiègne, chantentla fauvette, le coucou,et puis le hautbois qui,le temps d’un festival,entremêle ses trilles.> Sports - p.28Tous à l’eauIl y a une natation hors dela piscine : la nage en eaulibre. À découvrir à la fin dumois à l'occasion de troiscompétitions à Creil, autourde l’île Saint-Maurice.> Culture - p.30Sur les chemins isariens,vous croiserez la belle rosede Chaalis, des choristes,musiciens d’orchestreet comédiens, Giacometti...sans doute aussiCalamity Jane.> Agenda - p.32Par genre et par dates,notre sélection de sortiesdans le département.> Tribuneslibres - p.35


ÉditoUn logement dequalité pour tousUn moissur le terrainPermettre à chacun de posséderun toit est le préalableauquel les pouvoirs publicsse doivent de répondre.C’est pourquoi j’ai souhaité quenotre majorité conduise une politiqueforte, ambitieuse et volontaristedans le domaine du logement.Agir durablementen faveur du logementLe logement est donc une des prioritésdépartementales. Dès le mois defévrier, 5 millions d’euros étaientmobilisés pour le Fonds départementalen faveur du logement. Ce dispositifnouveau dans l’Oise répond à desbesoins précis. Il renforcera lesprogrammes locaux d’habitat,facilitera l’aide aux acquisitionsfoncières et accélérera la constructionde logements sociaux. Le choix d’unpartenariat direct avec les bailleurset les communes nous a d’ores et déjàpermis d’engager la construction deprès de 300 logements répartis surl’ensemble de notre département.Améliorer votre cadre de vieAu-dedes constructions neuves,il nous faut aussi participer àl’amélioration de notre cadre devie, en particulier en rénovant et enentretenant les logements existants.Ainsi, nous interviendrons dès cetautomne sur la mise en sécurité desespaces communs, la réhabilitation deshalls d’entrée et des cages d’escalier,ou encore la résidentialisation desbâtiments. Plus de 1 000 logementsseront concernés par ces opérations,avec la volonté de généraliser ledispositif sur l’ensemble du territoire.Développer le partenariatpour plus d’efficacitéPour compléter ce dispositif, le Conseilgénéral de l’Oise engage un partenariatsans précédent avec le Conseil régionalde Picardie. Cette action unique enFrance nous permet de renforcernos objectifs : accession sociale à lapropriété, amélioration du cadre devie, développement des programmes deconstruction. Ensemble, la Région et leDépartement mobiliseront 13 millionsd’euros pour le logement dans l’Oisequand dans le même temps l’État n’yconsacrera que 3 millions d’euros.Du logement individuel à l’habitatcollectif, du logement locatif àl’accession à la propriété, chacundoit pouvoir se loger, quelles quesoient ses ressources, quel que soitson lieu de vie. Je suis convaincuque l’intervention forte du Conseilgénéral et de ses partenaires sur cettequestion du logement est une desconditions essentielles afin que ledéveloppement durable et solidaire del’Oise puisse être partagé par tous.60 - N°7 - Juin 2005PRÉSIDENTDU CONSEIL GÉNÉRALBEAUVAIS, 4 MAI. YVES ROME INAUGURELA FOIRE EXPOSITION EN COMPAGNIEDES ORGANISATEURS ET DES ÉLUSLOCAUX. L’OCCASION D’ÉCHANGER AVECCOMMERÇANTS ET ENTREPRENEURS.MÉRU, 11 MAI. INAUGURATION DU CENTREMÉDICO-SOCIAL PAR YVES ROME ET JEAN-CLAUDE VILLEMAIN, VICE-PRÉSIDENT DUCONSEIL GÉNÉRAL, CHARGÉ DES AFFAIRESSOCIALES, EN PRÉSENCE DU MAIRE ETDU CONSEILLER GÉNÉRAL DU CANTON.ESQUENNOY, 21 MAI. YVES ROME, ÀLA RENCONTRE DES ASSOCIATIONS ETDES ARTISTES DU CANTON DE BRETEUIL,EN PRÉSENCE DES ÉLUS LOCAUX ET DE JEANCAUWEL, CONSEILLER GÉNÉRAL.PLPLPLPLMONTAGNY-SAINTE-FÉLICITÉ, 21 MAI.YVES ROME ET JEAN-PAUL DOUET (VICE-PRÉSIDENT, CONSEILLER GÉNÉRALDE NANTEUIL-LE-HAUDOUIN ET MAIRE DEMONTAGNY), INAUGURENT LA BIBLIOTHÈQUE,AVEC CHRISTIAN PATRIA (À D.), CONSEILLERGÉNÉRAL DE SENLIS ET DÉPUTÉ.3


À la uneALEX TAFF, EN PREMIÈRE PARTIE DEBERNARD LAVILLIERS LORS DE LA F ÊTEDE LA MUSIQUE 2004, DANS LE PARC DEL’HÔTEL DU DÉPARTEMENT.460 - N°6 - Mai 2005DR


PARC DE L’HÔTEL DU DÉPARTEMENTPlace àla musique !Pour la deuxième fois, le Conseilgénéral ouvre ses portes au publicde la fête de la musique. AprèsBernard Lavilliers, c’est au tour deJacques Higelin de prendre le micro,sur des airs de Charles Trenet.Trenet. Higelin. Deux monstres sacrés de lachanson française. Le premier nous a quittésen 2001. Le second aura 65 ans à l’automne.Pourtant, l’un et l’autre représentent ce que lachanson française a de plus jeune, si l’on en juge parla capacité des deux hommes à s’émerveiller, à marcherhors des sentiers battus. Et à nous émouvoir.« Higelin enchante Trenet » : l’affiche de la fête de lamusique du Conseil général, célébrée pour la deuxièmeannée dans le parc de l’hôtel du Département, a doncdouble valeur. Lorsqu’on demande à Jacques Higelin cequi l’a amené à chanter Trenet, il parle de son enfance.Du temps où, accompagné par son père au piano, ilreprenait les chansons du grand Charles sur la scènedu cinéma de Chelles, pendant les entractes*. Du tempsoù il avait dix ans.À quatorze, il quitte l’école. Dès lors, au fil desdécennies, l’itinéraire du chanteur est épars, aussidivers que ses cheveux en bataille. Il accompagneMoustaki. Rencontre Brigitte Fontaine, Rufus... JoueLes Fourberies de Scapin au théâtre. Tourne sous ladirection de Marin Karmitz ou de Jacques Doillon.C’est pourtant la chansonqui, bientôt, prend le dessus.En 1976, l’album Alertez lesbébés le propulse dansla catégorie des très grands.Il ne la quittera plus.Une rencontre uniqueMais si certains des disquesstudio d’Higelin marquentleur époque, c’est à l’évidencesur scène que l’artiste donnetoute sa (dé)mesure.L’homme s’y montre d’unegénérosité, d’une énergie,d’une créativité inouïes. Et,pour peu que son publicréponde présent, il l’emmène loin dans la nuit. Il nes’agit plus, alors, d’un concert, même bon. Mais d’unerencontre, vraie, unique, entre un artiste et son public.Les mots s’en mêlent, les gens s’emmêlent. C’est la fête.Et puis, parlant de fête, quelle meilleure occasion, pour(re)découvrir Jacques Higelin, que celle de la musique ?Car, lors de la toute première édition de cet événement,né en 1982, le chanteur était déjà là, perché sur uncamion-char, entre le quartier Latin et la Bastille…* Interview à RFI Musique, mars 2005.DRBENOÎT MOUGNEUNE PREMIÈRE PARTIE SURPRENANTE : BERTRAND &…Dans la chanson française d’aujourd’hui,la mode est aux initiales et aux signestypographiques. Après « M », Mickey 3Det autres Alexis HK, voici donc« Bertrand &… ». Le Picard, passé parDivine Mélodie à Creil (voir portrait deClaude Thiéfine en pages 22-23), estun des artistes qui montent, depuis sarévélation au Printemps de Bourges et lasortie de deux albums. Après son concertà Beauvais, Bertrand &…est notamment attendu, le mois prochain,aux Francofolies de La Rochelle.60 - N°7 - Juin 20055


En bref6CRÉATIONRésidence d’artistes :ça démarreLa résidence d’artistes, créée par Yves Rome en lieu et place desappartements officiels de son prédécesseur, s’apprête à recevoir sespremiers occupants. Les douze membres du jury sont sur le pointde sélectionner les trois meilleurs candidats – deux plasticiens et unécrivain – parmi les 97 dossiers parvenus de toute la France. Logéssur place et dotés de moyens pour travailler, les lauréats aurontalors six mois pour exprimer leur créativité, et en faire profiter lesIsariens, notamment via des animations en milieu scolaire. « 60 » vousprésentera ces artistes dans un prochain numéro. ■ÉCOLESL’année s’achèveLe Conseil général,prioritairementresponsable descollèges, n’oublie pasles écoles maternelleset primaires. Cetteannée scolaire, ce sontprès de 160 projetsculturels ou artistiquesqu’il aura soutenusdans le département.Notamment celui del’école « annexe del’IUFM » de Beauvais.Cherchant un nomplus seyant, l’équipeéducative a emmené les petits élèves à la découverte du quartier,marqué par la proximité des vestiges de l’abbaye Saint-Lucien, maisaussi par la présence de nombreuses céramiques Gréber sur lesmaisons environnantes. Un bel exemple d’ouverture de l’école sur sonenvironnement. ■ZICOPHONIESCarton plein pour la dixièmePour un succès, c’est un succès ! Ce sont plus de 2 000 personnes, soittrois fois plus que l’année dernière, qui se sont rassemblées, les 20, 21 et22 mai dernier à la salle Pommery de Clermont, pour les Zicophonies.Le festival, rencontre de musiciens amateurs et professionnels mêlantplusieurs influences entre pop, rock, rap et jazz manouche, fêtait cetteannée sa dixième édition. Chacun attend avec impatience la onzième ! ■André Lejarre / le bar Floréal60 - N°7 - Juin 2005télex> ARTISANAT« Mains et matières »,pour s’entraiderAu départ, trois créateurs textile, qui font unconstat : isolés dans leurs villages respectifs,ils n’arrivent pas à se faire connaître. Un dépôtest alors créé dans la boutique de l’un d’entreeux, L’Armoire de ma tante, à Beauvais.D’autres artisans les rejoignent et, en février2005, l’association Mains et matières voit lejour. Aujourd’hui au nombre de neuf (potiers,ferronniers d’art, peintres, sculpteur…), cescréateurs espèrent promouvoir l’artisanat local.Et vendre leurs travaux, bien différents del’habituel « made in China ».CONTACT18, rue du 27-Juin à BeauvaisTél. : 03 44 45 08 23> SOLIDARITÉDes vacances pourtous les enfantsBientôt l’été, le soleil et la mer, la plage, ouencore la montagne, et surtout la détente.Mais pas pour tous, hélas. Comme le soulignele Secours populaire, « un enfant sur troisne part toujours pas en vacances ». Dans lecadre de l’opération Copains des vacances,vingt enfants attendent encore la famille quileur permettra de passer un été inoubliable.Il n’est pas trop tard pour s’inscrire et faireun heureux.CONTACTSecours populaire de l’OiseTél. : 03 44 55 37 25> CYCLISMEBaele, vainqueurà CrèvecœurLe lundi 16 mai se déroulait la 23 e éditiondes Routes de l’Oise. C’est Romain Baele, del’AS Saint-André, qui a remporté l’épreuve,devançant Stéphane Pouillet, du TeamFlixecourt, et Jean-Baptiste Tranchant, del’UC Margny-lès-Compiègne. Bravo donc àRomain Baele, qui a franchi les quatre étapesde l’épreuve en 6h10’30”.


En brefRÉFÉRENDUM« non »Ledes IsariensÀplus de 62 %, les citoyensde l’Oise ont rejeté leprojet de Traité constitutionneleuropéen. Unvote qui qui s’est illustré par uneforte participation, supérieure à71 %. Le non l’emporte dans laplupart des secteurs du département.D’abord dans le Nord rural,où il frôle, voire dépasse, la barredes 70 %, comme dans les cantonsde Grandvilliers, Guiscardou Maignelay-Montigny. Maisaussi dans les agglomérations,notamment à Beauvais même,où il atteint près de 61 %. ■LA FRANCE A VOTÉ NON À 54,7 % ; LA PICARDIE À 65 %.Philippe LobgeoisNONOUIFormerie68,9%Songeons62,4%Le Coudray-St-Germer67,8%Estrées- N. 47,3% AttichySt-S.O.63,2%Denis Compiègne60,7%63,1%S.E56,4%Chaumonten-Vexin57,8%Grandvilliers68,8%Marseilleen-Beauvaisis65,3%N.O.60,5%BeauvaisS.O.60,7%Auneuil61,8%Crèvecœurle-Grand66,2%Méru66%Nivilliers68,3%N.E.60,5%Noailles65%Froissy68%Breteuil67,8%Mouy69,2%St-Justen-Chaussée69,4%Clermont66,1%Chantilly41,8%Maignelay-Montigny72,4%Liancourt67,8%N. 64,4%CreilS. 69,3%Neuilly- Montataireen-Thelle 68,7%65,2%Senlis43,8%Ressonssur-Matz64,2%Pont-Ste-Maxence58,7%Nanteuil-le-Haudouin58,2%Lassigny69,3%Ribécourt70,1%Crépy-en-Valois65,9%Guiscard70,9%Noyon66,2%Betz64,8%760 - N°7 - Juin 2005


En brefDÉMOCRATIE LOCALEYves Rome auCoudray-Saint-GermerLE MUSÉE DE LA POTERIE DE LA CHAPELLE-AUX-POTS ABRITE UNE COLLECTION DE PLUSDE 300 PIÈCES DE GRANDE QUALITÉ.Photos : Ph. LobgeoisLe président du Conseilgénéral poursuit satournée des cantons. Ilétait le mois dernier auCoudray-Saint-Germer.Après Nivillers, c’étaitau tour du canton duCoudray-Saint-Germerde recevoir, le 18 maidernier, la visite du président duConseil général. La deuxièmed’une série de rencontres promisespar Yves Rome au lendemaindes forums consultatifs et despremières Assises départementalesde l’automne 2004, qui avaient vules Isariens exprimer massivementleur désir d’une démocratie localeplus vivante.Premier objectif du président,accompagné pour l’occasionpar son vice-président Jean-Louis Aubry, conseiller généraldu secteur : rester étroitementen contact avec la réalitédépartementale, et écouter celles etceux qui, au quotidien, font l’Oise.C’est ainsi que les premiers invitésde la journée étaient, logiquement,les maires : élus de proximitépar excellence, ils sont trèsdemandeurs des aides du Conseilgénéral – qui arrivent nombreusesdans leurs municipalités, depuisl’agrandissement d’une salle declasse, comme à Talmontiers,jusqu’à l’amélioration de voiriescommunales, comme à Lalandeen-Son.À la suite de la rencontre avec lesmaires, Yves Rome et Jean-LouisAubry ont poursuivi leur visiteà La Chapelle-aux-Pots puis àSaint-Germer-de-Fly. Deux étapesplacées sous le signe de la culture– avec la découverte d’un muséede la Poterie – et de l’économie :halte à l’usine Rieter, une sociétéœuvrant dans l’acoustiqueautomobile, puis à l’usine Imerys,spécialisée dans la fabricationde tuiles et d’accessoires decouverture – ces établissementsemployant, à eux deux, prèsde 350 personnes. Un choixsymbolique, les Isariens ayanten effet placé, à l’automne 2004,les questions d’emploi en têtede leurs préoccupations.Les habitants conviésAprès un dernier arrêt àSérifontaine, pour inaugurer lenouveau rond-point de l’entrée sudde la commune que la participationdu Conseil général a permis definancer, Yves Rome a conclu cettejournée au Coudray-Saint-Germer,où les habitants du canton avaientété conviés. Prochaine étape :le canton de Montataire. ■L’USINE RIETER DE LA CHAPELLE-AUX-POTSA POUR PRINCIPAUX CLIENTS RENAULT, AUDI,FORD ET PSA.AVEC 200 SALARIÉS, L’USINE IMERYS DESAINT-GERMER-DE-FLY EST UN DES PREMIERSEMPLOYEURS DU CANTON.LE CARREFOUR GIRATOIRE DE SÉRIFONTAINEAURA BÉNÉFICIÉ D’UN FINANCEMENTDÉPARTEMENTAL DE 90 000 EUROSCHAQUE COMPTE-RENDU DE MANDAT D’YVESROME S’ACHÈVE PAR UNE RÉUNION PUBLIQUEOUVERTE À TOUS.860 - N°7 - Juin 2005


télex> ÉCONOMIEL’innovation en questionLe dernier atelier du Club des développeursde l’Oise s’est tenu le 12 mai sur le thème del’innovation et du développement technologique.Ce sujet, essentiel pour la croissance desentreprises et la compétitivité, a été débattupar une cinquantaine de participants, dontRoger Menn, vice-président du Conseil général,chargé des questions économiques.> UNE PREMIÈRELes syndicats soutenusPour favoriser l’égalité des chances de tous lesIsariens et la défense de l’emploi, le Conseilgénéral a décidé de financer, pour la premièrefois cette année, une partie du fonctionnementdes syndicats représentant les salariés.Premiers bénéficiaires, pour une somme de prèsde 12 000 euros : les unions départementalesde la CGT, la CFDT et l’Unsa.> SPORT EN 3DUne Isarienne championnedu mondeFrançoise Périnel, monitrice à la base nautiquede Saint-Leu, a décroché le titre de championnedu monde de tir à l’arc en 3D. Ce championnat aeu lieu à Gênes (Italie) et a mis en compétition12 nations, soit plus de 100 sportives. Cettediscipline, encore méconnue, se développedans l’Oise, où est organisé chaque année leconcours d’Agnetz.> PLATEAU PICARDDeux gymnases tout neufGrâce aux aides du Département, deuxgymnases, à Saint-Just-en-Chaussée età Maignelay-Montigny, sont en rénovationet rouvriront à la rentrée scolaire. Vieux deplus de 20 ans, ces établissements n’avaientjamais été rénovés. Les travaux ont consistéen une remise en état des locaux et en unerationalisation et une sécurisation de l’accèspar un système de badge.> ERRATUMEn page 9 de notre n° 6, sous le titre « Un coursplutôt original », nous avons situé par erreur lecollège des Fontainettes à Chaumont-en-Vexin.Il se trouve à Saint-Aubin-en-Bray. Nous vousprions de bien vouloir nous en excuser.EXPOSITIONLes deux pieds dans l’OisePLUSIEURS CENTAINES D’ENFANTS ONT PARTICIPÉAUX RALLYES CETTE ANNÉE.Au départ, il y a une trentainede classes de maternelle et deprimaire, aux quatre coins dudépartement. À l’initiative d’unhomme, Jean-Louis Vasseur,délégué départemental del’Usep (Union sportive del’enseignement du premierdegré), ces classes et leursenseignants sont partis à ladécouverte de l’environnementnaturel, culturel et historiquede leurs écoles.Objectif : élaborer des rallyes patrimoine, qui ont ensuite permis auxclasses d’échanger et de se recevoir entre elles. « C’est la première foiscette année que ces rallyes patrimoine, nés dans le Pays de Bray, étaientétendus à l’ensemble de l’Oise », explique Jean-Louis Vasseur. Le projeta reçu le soutien de différents partenaires, au premier rang desquels leConseil général, qui ouvre ses portes, en juin et en juillet, aux travauxdes écoliers. L’exposition « Les deux pieds dans l’Oise » marque ainsi lafin de l’année scolaire, et permet de porter un regard neuf sur la richessepatrimoniale du département, à travers le regard des enfants. ■Jusqu’au 31 juillet, du lundi au vendredi de 9 h à 18 h.Hôtel du Département : 1, rue Cambry à Beauvais.Tél. : 03 44 06 60 60ENSEIGNEMENT PUBLICSuccès pour la pétitionDès la diffusion du dernier numéro de « 60 », les Isariens ont étéplusieurs centaines à signer la pétition lancée par le présidentdu Conseil général pour protester contre les fermeturesde classes, les suppressions depostes d’enseignants et d’aideéducateurs,mais aussi les baissesde moyens pour l’école etles transferts de charges sur lescollectivités. Dernière illustrationde ces mesures gouvernementales :le transfert des personnels TOS(Techniciens, ouvriers etagents de service des collèges),qu’Yves Rome a refusé decautionner par sa signature. ■Usep OiseLa pétition est toujours en ligne sur le siteweb du Conseil général : www.cg60.fr60 - N°7 - Juin 20059


Dossier > SolidaritéÊtre mieuxlogé pourmieux vivreMême si ce n’est officiellementpas son rôle principal, leConseil général de l’Oiseestime qu’il ne peut rester lesbras croisés face à la crise dulogement qui touche un grandnombre d’Isariens. Aussi a-t-illancé plusieurs programmesd’action, destinés à augmenterl’offre d’habitats sociaux, maisaussi à améliorer le quotidiende ceux qui sont logés dansdes conditions injustes. Zoomsur l’un de ces programmes, etexplications sur l’ensemble desaides engagées.Jena-Luc Cormier / le bar FloréalÀ PRÉCY-SUR-OISE, NOUVEL ENSEMBLE DE32 LOGEMENTS CONSTRUIT PAR OISE HABITAT,AVEC L’AIDE DU CONSEIL GÉNÉRAL.


Le programme Habitat adapté, quivoit le Conseil général de l’Oise unirses forces à celles d’autres acteursdu logement social, est là pour aiderdes familles en grande difficultéfinancière ou socialement fragiliséesà trouver des solutions. Reportageauprès de deux bénéficiaires.une maison tranquille au bout d’uneimpasse. Nous sommes à une trentaine dekilomètres à l’ouest de Beauvais, à Lalandeen-Son,en pleine campagne. C’est là que C’estCatherine, 44 ans, vit avec ses cinq enfants. Cette mèreaux ressources plus que modestes, divorcée depuis peu,revient de loin. Il n’y a pas si longtemps, sa famille était bienconnue des travailleurs sociaux du département. « Avantd’arriver ici, en mars 1997, on vivait sans eau ni électricité.On avait juste un puits – mais l’eau n’était pas potable – etdes bougies pour s’éclairer », raconte-t-elle. Catherine etses deux jeunes filles et trois garçons, dont deux adorablesbambins, disposent aujourd’hui d’une habitation de plainpiedde 120 mètres carrés avec le confort nécessaire. « Ça aété la chance de ma vie de trouver une maison comme ça »,confirme-t-elle. Le loyer s’élève à 325 euros, mais grâce auxallocations et subventions diverses – l’aîné qui a 22 ans estmalentendant –, Catherine ne paie que 14 euros par moisauxquels viennent s’ajouter en gros 150 euros de charges.« Ici on est bien, les enfants peuvent jouer dehors, faire duvélo. On peut se promener dans la campagne, on respire»,dit encore Catherine.ou du carrelage à changer, elle sait qu’elle peut s’adresserà l’Opac. « C’est rassurant de savoir que quelqu’un noussuit. Je ne crois pas que je pourrais me débrouiller touteseule », reconnaît-elle. Car ce programme comprend un réelsuivi des familles par le bailleur social, ne serait-ce que pourfaire un point régulier sur les besoins en travaux d’entretienou d’aménagement. « Et puis, plus on les accompagne,plus on arrive à les tirer vers le haut », estime FrancineFauquembergue. « Une famille comme celle-là, poursuitelle,ne pose pas de souci particulier, elle respecte son lieud’habitation et les règles de vie. Elle est bien intégrée danssa commune. Mais ce n’est pas toujours le cas. D’autresfamilles sont moins coopérantes et ont besoin d’être detemps en temps rappelées à l’ordre ! »Adapter le logement à son handicapLe cas de Roger est tout autre. Ce sexagénaire habite le centrede Beauvais. Dans le quartier Saint-Quentin, situé derrièrela cathédrale, tout le monde le connaît. Suivi de très près parsa petite chienne Ophélie, il sillonne chaque jour les rues duAndré Lejarre / le bar FloréalL’efficacité du suivi social« Avant, ils habitaient un endroit vraiment insalubre.Ce sont les services sociaux, qui, à l’époque, ont tiré lasonnette d’alarme, et se sont tournés vers nous », expliqueFrancine Fauquembergue, responsable de l’unité préventionsociale à l’Opac de l’Oise ; « une opportunité de rachat àbas prix s’est présentée dans une commune voisine. Ça aété une aubaine pour la famille de Catherine. » En fait, leprogramme Habitat adapté fonctionne le plus souvent grâceà des opportunités foncières de type acquisition-réhabilitation,ou encore rachats d’accédants en difficulté.Aujourd’hui, Catherine a trouvé un travail stable auprèsde sa commune. Elle est accompagnatrice dans un car deramassage scolaire, ce qui lui permet d’avoir du temps pours’occuper de son logement. Quand elle a un souci dans lamaison, un carreau cassé, un joint d’étanchéité défectueuxBEAUVAIS, LE MOIS DERNIER. CONSTRUIRE DE NOUVEAUX LOGEMENTS N’EST PAS TOUT.ENCORE FAUT-IL AMÉLIORER LES CONDITIONS DE VIE DES FAMILLES DÉJÀ LOGÉES.quartier en fauteuil électrique. Son handicap, une myopathiemusculaire déclarée très tardivement, ne l’empêche pas dese rendre tous les matins et tous les midis au restauranten face de Notre-Dame, ou encore d’aller régulièrementsoutenir l’équipe de foot de Beauvais. Depuis 2000, il estlogé par la SA HLM du Beauvaisis au rez-de-chausséed’une résidence paisible au bord de l’Avelon, rue n n n60 - N°7 - Juin 200511


Dossier > Solidaritén n n des Anciens-Combattants-d’Afrique-du-Nord. Sonlogement, un T3 coquet, a été en grande partie adapté àson handicap. La porte d’entrée et tous les volets ont étéautomatisés, un interphone placé juste à côté de son lit etla porte d’accès à sa chambre agrandie pour lui permettrede passer facilement avec son fauteuil. Roger ne se séparejamais du porte-clés attaché à sa ceinture, sur lequel setrouvent tous les boîtiers qui lui permettent d’actionnerles différents mécanismes.Derniers travaux en date : l’aménagement de sa terrasse etsurtout d’une entrée individualisée. « La porte d’entrée del’immeuble était vraiment trop lourde pour moi. Parfoisj’arrivais à sortir tout seul en donnant des coups de fauteuildans la porte mais pour rentrer, c’était impossible.À cause de ma maladie, je n’ai plus de force. Alors j’étaisobligé d’attendre quelqu’un. Il m’est d’ailleurs arrivé derester plus d’un quart d’heure sous une pluie battante !»,se souvient le sexagénaire.« Nous avons entendu son appel et compris son problème», souligne Loraine de Sainte-Marie, responsable dupatrimoine et des locataires à la SA HLM du Beauvaisis.« Nous avons fait en sorte que les aménagements – pourun montant total de 9000 euros, y compris la participationdu Conseil général – soient réalisés le plus vite possible. Cemonsieur est un homme charmant, il a été très coopératif. »Désormais, Roger a la possibilité d’accéder à son domicile parle parking extérieur de l’immeuble.Une porte, qui sera bientôtautomatisée, donne directementsur sa terrasse. « Aujourd’hui, jepeux sortir et rentrer à l’heureque je veux. Je ne dépends plusde personne ! Ça me facilite lavie, ça me fait du bien », lancel’intéressé, avant de conclure ense tournant vers la responsabledes locataires à la SA HLM duBeauvaisis : « Et puis, j’ai encoredes projets d’aménagement !»A. Lejarre3 questions à...MARIE-CLAUDE LECAT,chargée de mission au DVA,Dispositif pour la vie autonomeEn quoi consiste votre mission ?M.-C.L. : Le DVA accompagne la personnehandicapée, quelle que soit la nature de sadéficience, dans la construction d’un projetde vie autonome, cohérent, réaliste, et surtoutréalisable. Nous aidons ceux qui le souhaitent àne pas s’éparpiller et à monter un dossier uniquepour trouver des solutions. Nous travaillons entant qu’intermédiaire avec quasiment tous lesprofessionnels de l’aide sociale et du handicap.Vous avez beaucoup de demandes ?M.-C.L. : Aujourd’hui, on est débordés detravail ! En 2004, nous avons traité 180 dossiers.Cette année, sur les six premiers mois, nous enavons déjà reçu 150, ça promet !En matière de logement, les demandes vontdes choses les plus simples comme l’installationde barres d’appui dans certaines pièces,jusqu’à des travaux plus sophistiqués commel’agrandissement de portes, l’aménagementde la salle de bains, la modification de l’accèsau domicile, etc. Nous travaillons au cas parcas. On fait de notre mieux pour répondre auxattentes. Heureusement, dans le département,il y a une vraie motivation, du pragmatismeet de la bonne volonté de la part des différentsAndré Lejarre / le bar FloréalNATHALIE JALLAGEAS« C’est unvéritable parcoursdu combattant. »C’EST AUSSI AU BON ENTRETIEN DES PARTIES COMMUNESQUE SE MESURE LA QUALITÉ DE VIE AU QUOTIDIEN.1260 - N°7 - Juin 2005


Ils ont la paroleROGER L.,HABITANT DE BEAUVAISET BÉNÉFICIAIRE DUPROGRAMME HABITAT ADAPTÉ« Aujourd’hui, je peux sortiret rentrer à l’heure queje veux. Je ne dépends plusde personne ! Ça mefacilite la vie, çame fait du bien. »A LLE NOUVEAU FONDS D’INTERVENTION EN FAVEUR DULOGEMENT A REÇU 5 MILLIONS D’EUROS EN 2005.André Lejarre / le bar FloréalFRANCINE FAUQUEMBERGUE,RESPONSABLE DE L’UNITÉDE PRÉVENTION SOCIALEÀ L’OPAC DE L’OISE« Le dispositif Habitatadapté, quand ça marche, c’esttrès satisfaisant.Les personnes qui étaient engrande misère sociale sontinsérées et elles bénéficientd’un logement correct. Ceprogramme, c’estune aubaine pourcertaines familles. »A Lpartenaires. Sinon j’aurais rendu mon tablierdepuis longtemps !Quelles sont les difficultés que vousrencontrez ?M.-C.L. : Elles sont principalement d’ordrefinancier. L’autonomie, ça coûte cher. En cemoment, nous avons du mal à boucler undossier. C’est celui d’un jeune accidenté dela route qui est devenu tétraplégique. Pourle maintenir à domicile, il nous faut trouverles financements afin d’aménager une pièceentière chez ses parents. Il y en a pour plusde 50 000 euros. C’est un véritable parcoursdu combattant. Mais pour les familles, cetteautonomie est primordiale : c’est une délivrance.Un peu comme une dignité retrouvée.M. ET MME LÉTRILLARDSONT ENTRÉS DANS LEURLOGEMENT FLAMBANT NEUFDE PRÉCY-SUR-OISELE MOIS DERNIER.J.-L. Cormier/Le bar FloréalPROPOS RECUEILLIS PAR N.J.60 - N°7 - Juin 2005


Dossier > SolidaritéACTION DÉPARTEMENTALEFaire vite et faireDans l’Oise, le Conseil générala décidé de mener une politiquerésolument volontariste. Sans pourautant se substituer à l’État.« La situation est compliquée dans l’Oise. La demandeen matière de logement est très forte, ce qui raréfie lespossibilités de location et d’achat. Alors, on assisteforcément à une flambée des prix. » C’est le constat quedresse aujourd’hui André Vantomme, vice-président duConseil général, chargé du logement. À l’heure actuelle,15 000 demandes delogement social sontsignalées dans l’Oise.« La nouvelle majoritédépartementale apris la mesure de l’attentedes Isariens »,estime l’élu, qui rappellecependant quele logement est normalementune prérogativede l’État. « LeConseil général n’estcensé apporter quedes financementscomplémentaires.À BRETEUIL-SUR-NOYE, 14 MAISONS DE VILLEBIENTÔT OUVERTES À DE NOUVEAUX OCCUPANTS.Son interventiondevrait être accessoiresur ce dossier.Or, force est de constaterqu’il s’investitau-dede son domaine de compétences », poursuit le« Monsieur logement » du département.Pour preuve, le Conseil général a créé un fonds d’interventionen faveur du logement en octobre dernier etvoté un crédit de 5 millions d’euros pour l’alimenter.« Le logement fait partie des dossiers essentiels, estimeSylvie Houssin, vice-présidente chargée de la politiqueOise Habitatde la Ville. C’est même une des priorités absolues carc’est une préoccupation qui revient sans cesse chez nosconcitoyens. » Le Département a donc décidé de prendrele problème à bras-le-corps. Objectif : agir rapidementet efficacement. « Il faut faire accélérer les choses pourréduire les délais d’attente, explique André Vantomme ;il y a une vraie volonté politique. »Un sentiment d’urgence que partage Roger Menn,président de Oise Habitat, l’un des plus gros bailleurssociaux du département. « Aujourd’hui, on produitmoins de 1 000 logements sociaux par an ; ça veut direqu’il va falloir mettre les bouchées doubles, si l’onveut inverser la tendance et satisfaire au plus vite les15 000 demandes en souffrance », estime celui qui estaussi vice-président du Département, en charge desquestions économiques.D’une pierre, deux aides« Globalement et schématiquement, le dispositif départementals’articule aujourd’hui autour de deux grandsaxes : l’aide à la pierre et l’aide à la personne », expliqueSylvie Houssin. L’aide à la pierre, c’est tout ce quiconcerne le soutien financier à la construction de nouveauxlogements sociaux, aux opérations de réhabilitationet à l’amélioration du cadre de vie. Dans cette dernièreperspective, un soutien spécifique de 455 000 euros estDR« Nous menonsune politiqueambitieuse, maisil va falloir quel’État maintiennelui aussi son effort,sinon on n’yarrivera pas. »SYLVIE HOUSSIN,VICE-PRÉSIDENTE DU CONSEIL GÉNÉRAL,CHARGÉE DE L’HABITAT ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE1460 - N°7 - Juin 2005


ienOpac de l’OiseÉTAT DES LIEUX D’ENTRÉE DANS UN NOUVEAU PAVILLON CONSTRUIT PAR L’OPACDE L’OISE, À MAIGNELAY-MONTIGNY.DRROGER MENN,PRÉSIDENT DE OISE HABITAT« Nous avons choiside rompre avec laconcentration dulogement social dansles villes. Certainescommunes rurales,comme Milly-sur-Thérain, Précysur-Oise,ou encoreRavenel, ont déjàcompris le message. »accordé cette année à la mise aux normes des ascenseurs.L’aide à la personne, c’est tout ce qui touche notammentl’aide aux particuliers propriétaires occupants, appelée« aide à l’entrée ou au maintien dans les lieux ». C’estégalement un coup de pouce aux associations de locataireset aux agences immobilières à vocation sociale – commeTandem Immobilier – qui produisent du logement à basprix. Et puis, c’est aussi le programme Habitat adaptéqui permet de répondre aux besoins spécifiques d’unefamille à un moment donné (lire pages précédentes). Lepublic concerné : des familles nombreuses qui ont du malà trouver leur place dans un logement traditionnel, desfamilles en très grande difficulté financière ou sociale,ou encore des personnes handicapées dont le logementnécessite des travaux d’aménagement.Partenariat avecla Région Picardie :une premièreen FranceCe partenariat est le premier du genre en France. YvesRome et Claude Gewerc, respectivement présidentsdu Conseil général et du Conseil régional de Picardie,ont signé le 9 juin une convention de partenariat enfaveur du logement locatif. Les deux élus s’y engagentà œuvrer ensemble pour augmenter le nombre delogements sociaux, et pour améliorer la qualité deslogements existants. À cette fin, ils garantissentque l’engagement financier des collectivités qu’ilsprésident sera au moins égal, sur le département del’Oise, à celui de l’État.« Nous souhaitons simplement que le droit à un logementdécent pour tous soit une réalité tangible dans notredépartement », conclut André Vantomme, qui œuvrepour le logement au sein du Conseil général.N. J.60 - N°7 - Juin 200515


GÉRARD LEMAÎTRE, HENRI BONAN, ALAIN BLANCHARD, THIERRY FRAU ET BRUNO OGUEZ, ENTOURÉS DES ÉLÈVES,DÉPOSENT LA GERBE DE FLEURS DU CONSEIL GÉNÉRAL AU MONUMENT INTERNATIONAL DÉDIÉ AUX VICTIMES D’AUSCHWITZ.> L’ Oise en actionLIBÉRATION DES CAMPSUn travail demémoire réussiPhilippe Lobgeoisl’issue de cette visite les 2et 3 mai, ont pu discuteravec des historiens etd’anciens déportés. Deriches échanges, qu’ilsont renforcés, avecplusieurs centaines deleurs camarades, lors de lareprésentation de la pièceAuschwitz, et après àCompiègne, quelques joursplus tard. Ce spectacle,écrit par Charlotte Delbo,résistante déportée depuisle camp de Royallieu(près de Compiègne), aprofondément marqué lepublic, qui l’a honorée parune très émouvante minutede silence.De toutes ces rencontresles jeunes se sont nourrispour enrichir les devoirsqu’ils ont produits dansle cadre du concoursnational sur la Résistanceet la Déportation. Plusde 600 élèves de l’Oisey ont participé. Lorsde la remise des prix leÀ l’occasion du 60 e anniversaire de la libération descamps nazis, le Département et de nombreux partenairesse sont mobilisés pour organiser une série d’événements.Retour sur le déroulement d’un anniversaire marquant.“Ilmenacent ça et làest important, faceaux dangers quinotre démocratie,de rester vigilant et derappeler à chacun le prixde la paix. » Ces proposd’Alain Blanchard, viceprésidentdu Conseilgénéral, chargé del’éducation, résument laphilosophie des projetslancés dans l’Oise depuissix mois, pour marquerle 60 e anniversaire de lalibération des camps nazis.À l’origine, un forumorganisé au débutde l’année avec300 associations demémoire a permisde définir le sens donnéà l’ensemble de cesinitiatives. Particulièrementdestiné aux jeunes, leprogramme s’est ouvertavec l’exposition « AnneFranck, une histoired’aujourd’hui ». Près de1 000 collégiens ont vu cetteexposition, conçue commeun outil pédagogiqueouvrant la perspective surle racisme ordinaire et lerécent génocide rwandais.Et 175 d’entre eux, àDR« Il est de notreresponsabilitécitoyenne à tousde faire vivrecette mémoire etde la transmettreaux plus jeunes. »ALAIN BLANCHARD,VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL,CHARGÉ DE L’ÉDUCATION1660 - N°7 - Juin 2005


Ph. LobgeoisINSTANT SOLENNEL. UN À UN,LE 31 MAI, LES 175 COLLÉGIENSISARIENS ONT DÉPOSÉ LEURS BOUGIESSUR LA STÈLE FRANÇAISE DU CAMPD’AUSCHWITZ.28 mai, Yves Rome a faitpart de sa « satisfactionface à l’engagement detous ces jeunes qui ontdéployé autant de passionet de soin autour de cesujet si douloureux », etremercié les professeurs,chercheurs, associations,combattants et déportéspour leur formidablemobilisation. Avec lesassociations organisatrices,80 lauréats se sontrendus dans le seul campd’extermination français,à Natzweiler-Struthoff(près de Strasbourg). Etpour clore tous les projetsmenés à l’occasion dece 60 e anniversaire, septclasses de collégiens ontfait un voyage d’étude etde mémoire à Auschwitzle 31 mai, organisé parle Département. Avec àleurs côtés Yvette Lévy,déportée 18 mois dans cecamp, ils ont bénéficié d’unextraordinaire témoignage.Un travail de restitutionest en cours pour créerun DVD qui sera diffusédans tous les collèges,s’ajoutant à d’autresproductions telles que le« coffret exposition » réalisépar l’Office national desanciens combattants sur lesystème concentrationnaire.Subventionné par le Conseilgénéral, il sera distribuéà la rentrée dans tous lescollèges et lycées isariens.P LP LMARIE PAIRETHÉÂTRE IMPÉRIALDE COMPIÈGNE.EN DEUX SOIRÉES, LES8 ET 9 MAI, CE SONT850 PERSONNES,COLLÉGIENS ET ADULTES,QUI ONT ASSISTÉ AUXREPRÉSENTATIONS DE LAPIÈCE « AUSCHWITZ, ETAPRÈS ».BEAUVAIS, LE 28 MAI.YVES ROME REMETLES PRIX DU CONSEILGÉNÉRAL AUX LAURÉATSDU CONCOURS NATIONALSUR LA RÉSISTANCE ETLA DÉPORTATION. À SESCÔTÉS, ALAIN CHEVREL,INSPECTEUR D’ACADÉMIE DEL’ÉDUCATION NATIONALE, ETALAIN BLANCHARD.“Parole de déportéPLERNEST BIETTEDéporté à Dachaudepuis le camp deRoyallieu, cet habitantde Montataire est venupartager ses souvenirsavec les collégiens àBeauvais età Compiègne.J’ai été arrêté par la police française à Creil en octobre 1942et déporté à Dachau en juin 1944 après avoir été incarcéréà Senlis, Amiens puis Eysses. Je travaillais dans l’usinede construction de locomotives Brissoneau & Lotz. Àl’époque, nous étions nombreux dans le bassin creillois àrésister par des actions de sabotage et de propagande. Onfaisait ce qu’on pouvait. En Allemagne, on m’a mis dansun kommando qui fabriquait les pièces détachées pour leMesserschmitt 262, un avion à réaction qui aurait pu fairebeaucoup de dégâts contre les avions américains. J’ai passéun an dans une cave, et nous faisions notre possible poursaboter discrètement les pièces. Le 29 avril 1945, l’arméeaméricaine a libéré Dachau.Les collégiens sont très intéressés par les témoignagesdirects, nous ne sommes pas là pour faire une leçonmais pour raconter les choses telles qu’elles sont, etils sont très étonnés par nos récits. C’est assez difficileet très important de rendre compte de l’entreprisede déshumanisation que fut la déportation, les nazisessayaient de nous faire revenir à la bestialité, en nousentassant les uns avec les autres sans hygiène et sansnourriture, en nous imposant des rythmes infernaux, despunitions et des sévices – et pour les Juifs, l’extermination.Pour ceux qui travaillaient, le seul moyen de survivre étaitd’avoir de la discipline pour éviter la loi de la jungle etd’être solidaires, de rester un être humain malgré tout ça.Les jeunes sont stupéfaits et nous interrogent beaucoup,même s’ils ont du mal parfois à poser des questionsdifficiles. C’est important de leur expliquer que la liberté estchère, parce qu’on ne s’en rend pas compte quand on l’a,important de leur expliquer les bienfaits de la démocratie.C’est un peu dur pour nous de remuer tous ces souvenirs,mais il faut apporter notre connaissance. Je rencontresouvent des collégiens et j’ai reçu beaucoup de courriersme remerciant de les avoir éclairés.60 - N°7 - Juin 200517


L’ Oise en actionCADASTREPour une informationplus accessibleLe projet Osiril de numérisation ducadastre est désormais sur les rails.Objectif : aboutir à la constructiond’un plan cadastral informatisécohérent et surtout facile d’accès.C’est un projetambitieux et unénorme chantier.Il s’agit, surcinq ans, de numériserles 900000 parcelles dudépartement. L’objectifest de dépoussiérer lecadastre – « la carted’identité » de la propriétéfoncière – tel qu’ilfonctionne actuellement,en mettant en placeun outil performant etsurtout évolutif.C’en est fini desvieilles planchesALAIN VASSELLE (À G.),PRÉSIDENT DU CENTRE DEGESTION DE L’OISE, ETYVES ROME SIGNENT LACONVENTION OSIRIL.cadastrales ! Un seulclic suffira bientôt àfaire apparaître toutesles informations liéesà une même parcellede terrain : superficie,nom du propriétaire,bâtiments existants,voies de communication,hydrographie, toponymie,données d’occupationdes sols et des sous-sols,etc. Certaines donnéesP LAndré Lejarre / le bar Floréalpourront même êtreà terme accessibles etéchangées via internet.Ce projet de numérisationdu plan cadastral – initiépar le Conseil général et leCentre de gestion de l’Oise– a été plutôt bien accueillià travers tout le territoiredépartemental, mêmesi au départ quelquesinquiétudes se sont faitsentir quant à son coûtglobal.Le montant de l’opérationest estimé à 1 milliond’euros, financé à 50 %par les communautés decommunes, à 30 % par leConseil général et à 20 %par d’autres partenairescomme France Télécom,l’Agence de l’eau, laGénérale des eaux, ouencore la Sicae, sociétédistributrice d’énergieélectrique.Une politiqueglobaled’informatisationÀ ce jour, l’opérationOsiril, qui s’inscrit dansun cadre départemental,regroupe la quasi-totalitédes intercommunalitésde l’Oise. « Ce projetest particulièrementfédérateur, affirme-t-on auConseil général ; il réunitdes élus de droite commede gauche. Il dépasseles clivages politiques,parce que c’est un enjeudu développementéconomique. »Prochaine étape :la sélection d’unprestataire unique quieffectuera le travail denumérisation. « Un appeld’offres va être lancé,expliquent les servicesen charge, les premièresnumérisations sontprévues pour la rentrée. »Pour le Département,informatiser le cadastreest un premier pas versla mise en place desSystèmes d’informationgéographique (SIG). Parsuperposition de données,les SIG permettentaux services publics deconnaître les contrainteshumaines, sociales,économiques et naturellespour une gestionraisonnée du territoire.« Notre objectif : créerune information valoriséeet plus précise. Nousvoulons mieux travailler,mieux informer et mieuxcommuniquer. »NATHALIE JALLAGEAS1860 - N°7 - Juin 2005


Du nord au sudGOUVIEUX, CENTRE AQUALIS. LE CONSEIL GÉNÉRAL A MIS PLUS DE2,5 MILLIONS D’EUROS SUR LA TABLE POUR FINANCER CET ÉQUIPEMENT,OUVERT EN 2004.Jean-Luc Cormier / le bar FloréalÉQUIPEMENTS SPORTIFSUn effortà tous lesniveauxConstruire, rénover, agrandir…la demande d’équipements sportifsest forte dans un département oùplus de 70 disciplines se disputentles faveurs des habitants. Selon descritères à la fois géographiques etsociaux, le Conseil général accordede nombreuses subventions.Natation, judo, tennis, basket… « dansl’Oise, à part le ski, toutes les disciplinessont pratiquées !», s’amuse Gérard Weyn,vice-président du Conseil général, chargéde la vie associative et sportive. Une richesse quiexige des équipements de qualité. Or, la constructionet la rénovation de piscines, gymnases et stadessupposent des budgets importants. Très lourdspour les communes. Inaccessibles pour les villages.C’est pourquoi le Département accorde, tous lesans, des subventions importantes pour aider lescollectivités à supporter ces dépenses. En 2004,5 714 590 euros ont permis l’aide au financementde 34 ensembles d’équipements sportifs. Ces aidessont très hétéroclites : le village d’Épineuse a reçu3170 euros pour financer 43 % de son plateaud’éducation physique, une petite somme comparéeà l’enveloppe de 1424512 euros alloués à la villede Compiègne pour contribuer à la créationd’une piste d’athlétisme de huit couloirs.Face à la diversité des sollicitations, le Conseilgénéral a arrêté un système qui prévoit trois typesde subventions. Celles qui sont octroyées pour lacréation et la réfection des piscines sont,en partie, calculées en fonction du nombre >>>60 - N°7 - Juin 200519


Du nord au sud>>>de collèges qui utiliseront lesinfrastructures. Une façon desouligner que ces subventionsont une vocation éducative :pour chaque projet le Conseilgénéral signe une conventionafin de garantir qu’un certainnombre d’heures sera réservéaux scolaires. À Gouvieux, parexemple, le centre aquatiqueAqualis, ouvert il y a un an,accueille plus de 2 000 enfantset adolescents venus des écolesprimaires et des trois collèges dela communauté de communesde l’Aire cantilienne : le Conseilgénéral a versé 2,6 millionsd’euros pour sa construction,la facture finale s’élevant à6,5 millions d’euros. Depuis1999, plus de 13 300 000 eurosont été versés par leDépartement pour la remise à flot de ses piscines.STADE DE CRÈVECŒUR-LE-GRAND.En ville comme à la campagneDeuxième type de subventions, celles qui sontdestinées à la construction et à la couverture descourts de tennis : la prise en charge peut aller, souscertaines conditions, jusqu’à 65 % du coût total destravaux. Enfin, pour tous les autres équipementssportifs, l’aide dépend d’un taux spécifique, calculétous les ans, pour chaque commune, en fonction deses rentrées fiscales. Inversement proportionnelles auxressources de chaque municipalité, ces subventionspermettent de financer 20 à 45 % des installationssportives. « Une aide précieuse », témoigne RogerGauvin, maire du petit village de Gaudechart,qui a pu bénéficier de 1410 euros pour éclairerle second but du terrain de foot municipal : « Onaurait pu le faire tout seul, mais ça aurait été auDRdétriment d’autres investissements », précise-t-il.En matière d’aide aux équipements sportifs, « lescontraintes liées à l’aménagement du territoire netiennent pas tant à la fracture nord-sud, expliqueGérard Weyn, qu’au décalage entre zones ruraleset urbaines ». Les villages sont souvent les plusdémunis (voir encadré). La détermination affichéepar le Département pour doter son territoired’équipements sportifs s’inscrit dans le cadre plusgénéral d’une politique en faveur du sport : « L’aideaux clubs a été récemment élargie, précise GérardWeyn, elle concerne désormais tous les licenciésde moins de 18 ans. » Par ailleurs, les fédérationsqui ont une politique dynamique vis-à-vis dessports adaptés et handisports sont encouragées.ISABELLE FRIEDMANNAndré Lejarre / le bar Floréal> 50 ÉQUIPEMENTS DE PROXIMITÉ DANS LES 3 ANSLors des premières Assisesdépartementales de l’Oise, en novembre2004, le Conseil général s’est engagéà financer intégralement, d’ici troisans, cinquante équipements sportifsde proximité : terrain de basket, dehand-ball, mini-foot… Les bourgs etles quartiers les moins favorisés desvilles bénéficieront, en priorité, de cesaménagements.Les communes doivent fournir unterrain d’environ 650 mètres carrés ;c’est ensuite le Conseil général quipilote les travaux avant de restituerl’équipement aux collectivités. D’ores etdéjà, les communes de Betz, Clermontet Hanvoile se sont portées candidatespour accueillir un tel équipement.2060 - N°7 - Juin 2005


AGRICULTUREDes aidespour leséleveursAfin de favoriser ledéveloppement durabledu territoire et devaloriser les richessesde l’Oise, le Conseilgénéral finance la miseen conformité desbâtiments d’élevagedes agriculteurs.Ainsi, pour réaliser cetobjectif, une sommede 160 000 euros aété allouée pour 2005à la bonification desprêts consentis par lesbanques aux éleveurs.Au total, 121 d’entreeux sont concernés parcette mesure.LIANCOURT-SAINT-PIERRETravauxde voirieLa ville de Liancourt-Saint-Pierrebénéficie d’une aidedépartementalepour refaire la ruede Loconville. Cetterue, qui mène auxcommunes deLoconville et de Fay-les-Étangs dans un sens età Pontoise dans l’autre,est très empruntée parles automobilistes, lescars scolaires et lespoids lourds. Une curede jouvence s’imposait.Ce sera chose faite aucours du mois de juillet.TRANSPORTSOptio, l’infoqu’il vous faut11 HEURES PAR JOUR ET6 JOURS SUR 7,LES SALARIÉS D’OPTIORÉPONDENT AUX ISARIENS.Cofinancée par le Conseil général,la centrale d’information Optiofacilite les déplacements de chacunen transports en commun.En plus d’une centrale d’information permettantaux Isariens d’obtenir tout type de renseignementsur les transports (trajets, horaires…) dansleur département, Optio a également mis enplace une centrale deservation, au bénéfice de troiscollectivités : les communautés de communes des Sablonset du Pays de Thelle, la ligne 6 du réseau de Beauvais.Le transport à la demande fonctionne uniquement surréservation (en général 24 heures à l’avance) et selondes modalités différentes suivant la zone où vous voustrouvez. Néanmoins, il suffit de téléphoner à un numérounique, au prix d’un appel local, pour obtenir toutes lesinformations correspondant à votre trajet et réserver uneplace dans un bus qui, selon les cas, vient vous chercherà domicile ou à un arrêt prédéfini. Disposant d’outilsperfectionnés, Optio contient l’ensemble des données« transport » du département et permet ainsi d’optimiservotre demande. n> OPTIO EN PRATIQUEDU LUNDI AU SAMEDI DE 7H30 À 18H30PAR TÉLÉPHONE : 0810 60 00 60 (NUMÉRO AZUR)ACCUEIL : GARE ROUTIÈRE DE BEAUVAISAndré Lejarre / le bar FloréaltélexMOUYUnenouvelle Maisonde la petiteenfance12 200 euros : c’est lacontribution du Conseilgénéral à la créationd’une Maison de la petiteenfance, qui devraitvoir le jour en octobreprochain. Elle comprendraune structure multiaccueilcomposée d’unecrèche et d’une haltegarderie,ainsi qu’un relaisassistantes maternelles.Cet établissement, situéen plein centre ville, rueCayeux, à deux pas desécoles Robert-Floury etLouise-Michel, accueilleradans un premier temps unequinzaine d’enfants.QUINQUEMPOIXAided’urgenceLe Conseil généralva débloquer uneaide exceptionnellepour la commune deQuinquempoix, afin del’aider à reconstruire lamairie et l’école ravagéespar les flammes dans lanuit du 23 au 24 mai. Unincendie d’autant plusdésolant que tout avait étérénové en 1996.Les travaux devraientdurer au moins un an et,pour l’instant, c’est l’écolede Brunvilliers-la-Mottequi prend le relais.Par ailleurs, le conseilmunicipal a été relogé dansdes locaux appartenantà la commune.2160 - N°7 - Juin 2005


L’ Oise en têteCLAUDE THIÉFINEToutesles musiquesqu’il aimeClaude Thiéfine, est le directeurde Divine Mélodie, une associationd’éducation populaire creilloise,dont il a été l’un des fondateursen 1996. Cette antenne régionaledu Printemps de Bourges proposeà tous, des jeunes enfants auxretraités, des cours d’instrumentsactuels : claviers, percussions,guitare électrique… Plus encore,Divine Mélodie participe, entreautres, à la découverte de jeunestalents, et à faire rayonner lesvaleurs conviviales, humanistesde la musique.> CLAUDE THIÉFINEEN 5 DATES1963 : Naissance à Senlis1994 : Réflexion autour du projet DivineMélodie et rédaction du texte1996 : Naissance de l’association DivineMélodie2002 : Divine Mélodie emménage dansses locaux actuels, prêtés par lacommunauté d’agglomération de Creil2004 : Agrément donné par la Fédérationnationale des centres musicaux rurauxJean-Luc Cormier / le bar Floréal


Quelles sontles activitésdéveloppées parDivine Mélodie ?Claude Thiéfine :Divine Mélodie est unCarrefour d’animationet d’expression musicale(CAEM) qui a pourmission de faire connaîtreet diffuser les musiquesactuelles, au sens le pluslarge. Elle est aussi lecentre d’infos rock pourla région Picardie. Noustravaillons égalementavec des artistes locauxdans le cadre d’Objectifscène. Comme nousn’avons pas de sallede concerts, nousorientons plus notrecollaboration vers de ladirection artistique et dumanagement.Divine Mélodieest une école demusique ?C.T. : C’est une école demusique bien sûr, puisquel’on travaille sur un projetpédagogique, même sinous avons dès notredémarrage utilisé le termede « centre de musiquesactuelles ». Nous avonslancé cette année unplan de formation enpartenariat avec laSecam, une structurerégionale s’occupant deformation. Et nous avonssigné une conventionavec la Ville de Creil :nous travaillons sur unprojet pédagogique, àla manière des cyclesde conservatoire, maisadapté aux musiquesactuelles. Dès l’âge de4 ans, l’enfant va passerpar différents caps : à7 ans, à 10 ans… Onl’amène ainsi à pouvoir,plus grand, continuer àfaire de la musique et, s’ille souhaite, monter ungroupe.Combien d’élèvesfréquententle centre ?C.T. : Nous avons près de200 adhérents dont 160qui suivent les cours demusique. Les plus jeunesont 4 ans et les plus âgéssont des personnes à laretraite qui viennent icipour se faire plaisir. On ypratique les instrumentsde musiques actuelles,aussi bien la guitare«électrique, la basse, labatterie que les claviersou les synthétiseurs.Nous donnons égalementdes cours de chantet de DJ. Quant auxpercussions de typeworld (cubaines, djembéou batucada), il suffitde tendre l’oreille poursavoir qu’elles sont bienprésentes !Les activités deDivine Mélodies’adressent à quelpublic ?C.T. : Nous nousadressons au bassincreillois qui rayonnesur quatre villes (Creil,Nogent-sur-Oise, Villers-Saint-Paul et Montataire)avec une populationde 80 000 habitants.Mais certains n’hésitentpas à parcourir 25 ou30 kilomètres pourfréquenter le centre. Ilsviennent de Chantilly oude Clermont…C’est vous qui avezorganisé le dernierRock’ Oise. Vousavez des projetspour l’avenir ?C.T. : Une conventionnous lie avec le Conseilgénéral. Elle concernenotre projet d’animationglobale. Nous recevonsDivine Mélodie est un lieud’échanges et de rencontres.La musique, c’est une histoire depassion, et dans la passion il y ale cœur, donc l’homme. »une subvention pourtoutes nos activitéscar cette institution acompris qu’il existaitune mission d’intérêtgénéral dans ce que nousfaisons. Nous avons étémandatés par lui pourorganiser un nouveaufestival qui prendra lasuite du Rock’ Oise. Unévénement éclaté surplusieurs jours qui seralancé après les vacances.C’est un travailde fond que vousmenez ?C.T. : Complètement !Pour preuve, nous avonsdes anciens élèves deDivine Mélodie qui sontdevenus professeursde musique. Noustravaillons aussi avecdes publics très variés,tels des centres pourhandicapés. Et nousavons aidé pas malde jeunes artistes àse développer… Lemeilleur exemple estpeut-être Bertrand &…,aujourd’hui musicien derenommée nationale : ilsera présent en premièrepartie de Jacques Higelinà Beauvais pour la fêtede la musique et auxprochaines Francofoliesde La Rochelle.La musique,c’est importantpour vous ?C.T. : On dit qu’elleadoucit les mœurs…Moi j’y crois beaucoup.La musique, c’est unbon fil pour échanger, serencontrer. La musique,c’est construire et seconstruire soi-mêmeparce que pour en faire,que ce soit du rock’n rollou du hip-hop, il faut êtreun peu discipliné. Mais lamusique, avant tout, c’estla rencontre et l’espoir.PROPOS RECUEILLISPAR CLAUDE BARDAVID> CONTACTDivine MélodieCentre musiquesactuelles1, rue Charles-Auguste-Duguet – 60100 CreilTél. : 03 44 24 74 8260 - N°7 - Juin 200523


Ils font l’OiseMARIA ET DENIS COUDERCTout feu tout swingMaria et Denis Couderc n’ont pas les deux pieds dans le même sabot.Leur dada, c’est la danse sportive par couple. Ils sont danseursprofessionnels. Valse viennoise, tango argentin, quick-step, samba,rumba, cha-cha-cha, les époux Couderc ont quelques tours de pistedans les jambes ! « La danse, c’est une passion qui englobe toute notrevie », s’exclame Denis, 47 ans. Et c’est peu dire ! Denis commence àvalser à l’âge de 14 ans. Bravant les quelques réticences familiales,il décide très vite d’en faire son métier. À son actif : sept titres dechampion de France et une huitième place au championnat d’Europeet à la coupe du monde. La rencontre avec Maria est un don du ciel.Mais chacun mène sa carrière de son côté. Il y a quatre ans, tous deuxdécident de concentrer leurs efforts sur la transmission de leur savoir.Ils rachètent une ancienne usine à Berthecourt et y créent leur propreécole de danse. « On essaie de transmettre notre flamme, expliqueDenis ; dans notre façon de travailler, on est des artistes. On cherchel’harmonie et la beauté du mouvement. »André Lejarre / le bar FloréalÉcole de danse Couderc125, rue Curie à Berthecourt> Tél. 03 44 07 79 91OLIVIER,JEAN-CLAUDEET SÉBASTIENDes arbres etdes hommesJean-Luc Cormier / le bar FloréalOlivier, Jean-Claude et Sébastienprennent leur mission trèsau sérieux. À eux trois, ilsentretiennent les 45 hectares duparc Jean-Jacques-Rousseau d’Ermenonville. Leur challenge : ravir les 14 000 visiteurs quiarpentent chaque année ce parc à l’anglaise du XVIII e siècle. « Ce n’est pas de l’entretienpur et dur, précise Olivier, chef jardinier, nous devons aussi créer. » Et les trois hommesmettent du cœur à l’ouvrage. « Ici, on laisse la nature s’exprimer, les herbes pousser,raconte encore Olivier. Tous les sens sont en éveil, il y a beaucoup de jeux deperspective, de halos de feuillages, et des eaux bruissantes ; tout est propice à larêverie. »24Office de tourisme d’Ermenonville1, rue René-Girardin> Tél. : 03 44 54 01 5860 - N°7 - Juin 2005


THIERRY SAVARY ET SON ÉQUIPEUne petite voix à partSeule radio libre de l’Oise à être passée au travers des remous de la dernière décennie, FM Creil poursuit son évolutionsous la houlette de son président, Thierry Savary. Lorsque les ondes se libèrent, en 1981, cet assistant cadreur saisitl’opportunité d’une reconversion et file à Creil proposer un projet de radio locale. Installés dans une ancienne discothèquede Cramoisy, les pionniers de « radio Creil » prennent l’antenne le 15 octobre 1982. FMC verra son projet évoluer avec lescontraintes nécessaires à sa survie, et sera soutenue par la Ville, qui lui prête des locaux, avant de voler de ses propresailes lorsque l’État autorise la publicité aux radios associatives, en 1986. « À partir de là, il a fallu gérer, faire vivre cetteentreprise », explique celui qui a accompagné cette phase de professionnalisation. Et résister ensuite aux pressions derachat par les grands réseaux, qui ont engloutila plupart des petites antennes dans lesannées 1990. Nommé président il y a six anspour asseoir FMC, Thierry Savary a réussi sonpari : « Priorité à l’information locale et à ceuxqui œuvrent chaque jour pour le bien de tous.»Appréciée pour sa proximité et son dynamisme,FMC diffuse ses programmes sur le bassincreillois et Beauvais. Avec 200 000 euros debudget annuel, la petite fréquence est devenueune grande et compte aujourd’hui dix salariéspermanents.Jean-Luc Cormier / le bar FloréalFréquences : 102.1 ou 101.3AGNÈS MAHEYLe triathlon, c’est sa passionAndré Lejarre / le bar FloréalSi le club Beauvais Triathlon jouit d’une réputation nationale, c’est un peu grâce à saprésidente. Sollicitée par la mairie de Beauvais pour organiser un événement sportifen 1986, Agnès Mahey choisit une discipline méconnue : le triathlon. Dans la foulée,elle crée le club avec une bande de copains. Un petit club qui grandit rapidement pourdevenir un des premiers en France et ajoute à son palmarès une participation régulièreaux JO depuis 2000. Depuis les succès à Sydney (une finaliste et un demi-finaliste), laprésidente n’a toujours pas décroché : « J’aimerais bien laisser ma place mais ce n’estpas facile de trouver le bon relais quand ça tourne bien depuis vingt ans, explique-t-elle.Après Sydney, je voulais arrêter, et puis c’est reparti pour Athènes, et maintenantPékin… Et si les JO ont lieu à Paris en 2012, ce serait sympa d’être encore là. »JACQUELINE ET GILBERT HUETIls tirent leur révérenceLe mois prochain, une fois les époux Huet partis, le marché de Beauvaisne sera plus vraiment ce qu’il était. Après avoir baissé le rideau de leurcharcuterie à Saint-Martin-Le-Nœud il y a trois ans, Jacqueline et Gilbertferment aussi leur étal. À 78 et 82 ans, ils estiment avoir mérité un peu derepos. Depuis plus d’un demi-siècle, ces artisans vendaient leurs produitsavec un credo : le tout naturel. Ils vont manquer à beaucoup de gourmets.A. Lejarre / le bar Floréal60 - N°7 - Juin 200525


Itinéraires loisirsFESTIVAL DES FORÊTSQuand la musique se26Promouvoir la musiqueclassique d’une manièreinhabituelle, c’est l’objectif dufestival des Forêts qui se tient dansles environs de Compiègne à partirdu 21 juin.Du 21 juin au 21 juillet, les dièses et contreutviennent tutoyer les cimes des arbres àl’occasion du festival des Forêts. Créée en1992, cette manifestation entraîne ses spectateurs àla découverte d’œuvres de musique classique dansdes sites, tels les bois ou les parcs, habituellementréservés aux sports ou à la seule promenade.Quel son autre que le hautbois permet d’évoquerla nature ? C’est donc tout naturellement que cetinstrument est à l’honneur pour la 13 e édition.Si le festival des Forêts fait aujourd’hui autoritéparmi les mélomanes, il a plus encore vocation àtoucher tous les publics, et particulièrement lesplus jeunes. Notamment à travers le « festival desenfants », soit trois moments musicaux, dont lepremier se tient à l’église de Pierrefonds le 26 juin.Outre les concerts « traditionnels » en salle (plusdeux surprises pyrotechniques à Compiègne etPierrefonds les 2 et 16 juillet), cet événement chercheà mêler balades en forêt et récitals, avec le conceptde concerts randonnées, ou comment s’ouvrir àla musique en se laissant porter par la nature quiéveille les sens : la randonnée, animée par un expertforestier, est entrecoupée d’une pause musicale dequinze minutes dans les sous-bois et se clôt par ungoûter offert aux participants avant un concertexceptionnel donné dans l’église du village oùnos pas nous ont menés. Quant à la promenadeconcert, elle a aussi pour cadre un parc ou un bois(avec un parcours guidé et commenté) dont lesfutaies résonnent d’une aubade de quarante-cinqminutes. La journée se termine là encore par unegourmandise. À chaque fois, une approche de lamusique classique qui ne manque pas d’air.60 - N°7 - Juin 2005MICHEL CLERGETLE 26 JUIN, L’ÉGLISEDE PIERREFONDSACCUEILLE LES PLUSJEUNES DANS LE CADREDU FESTIVAL DESENFANTS, À TRAVERSUN ATELIER VOCALSUIVI D’UN CONCERT :« LES CHORISTES DERACINE ».EN PRATIQUE : RÉSERVATIONSAu bureau du festival :6, promenade Saint-Pierre-des-Minimesà Compiègne (de 9 heures à 19 heurestous les jours sauf le dimanche).Par téléphone : 03 44 40 28 99.Sur place, une heure avant le débutdes concerts.Sur internet : www.festivaldesforets.fr.stDans les grands réseaux nationaux(Fnac, Carrefour) et auprès des offices detourisme de Pierrefonds et de Mondidier.DRLE 2 JUILLET AU CHÂTEAU DEPIERREFONDS. CONCERT PUIS FEUD’ARTIFICE : « PETROUCHKA »DE STRAVINSKY ET « DANSESSYMPHONIQUES » DE RACHMANINOV.


DRDRDRDRmet au vertLE 3 JUILLET APRÈS-MIDI, LE VILLAGE DE CHELLES SERTDE DÉCOR À UN CONCERT RANDONNÉE : LE « QUATUORDU SOLEIL » DE HAYDN, TANDIS QUE LE MATIN,LE FESTIVAL DES ENFANTS PROPOSE UNE ANIMATIONLUDIQUE, « UN OURS JOUE DU BASSON ».> ZOOM SUR…Compiègne,café musicalAu XVII e siècle à Leipzig, musicienset mélomanes avaient l’habitudede se retrouver chaque semaineau Café Zimmermann, pour yécouter notamment la musiquede Bach. Souhaitant reconstituercette ambiance, le festival desForêts crée un café musical, sur lapromenade des Minimes, au centrede Compiègne.La salle accueille les meilleursamateurs de la région, invités à jouerde la musique ancienne, mais aussides mélodies de leur temps. Les 5 et12 juillet de 19 heures à 22 heures.LE 17 JUILLET, APRÈSUNE RANDONNÉEDANS LES BOIS,L’ÉGLISE DE VIEUX-MOULIN ATTEND LESMARCHEURS POUR UNRÉCITAL SCHUMANN.LE 10 JUILLET, UNCONCERT RANDONNÉEAU SON DU HAUTBOISCOMMENCE À 14 HEURESDEVANT L’ÉGLISE DESAINT-CRÉPIN-AUX-BOIS.ET SE POURSUIT AVECUNE PAUSE MUSICALE SOUSLES ARBRES, AVANTUN RETOUR VERS L’ÉGLISEÀ 18 HEURES POURLE CONCERT.Comité départemental du tourisme


SportsAMICALE CREILLOISE DE NATATIONComme unpoisson dans l’eauACNLe 25 juin auront lieu trois épreuves majeures de natation en eau libreautour de l’île Saint-Maurice à Creil. À l’origine de cet événement, l’Amicalecreilloise de natation, un des plus anciens clubs de l’Oise, qui a su fairepreuve de son dynamisme.Pas moins de cent cinquante nageurs venus de toutel’Europe participeront aux épreuves de natationen eau libre organisées à Creil le 25 juin. Sur laboucle prévue autour de l’île Saint-Maurice, ladixième étape de la coupe de France ouvrira le bal. Preuvede la réussite des années précédentes, c’est la troisièmefois que Creil accueille cette compétition. « La rigueur del’organisation et l’affluence des années précédentes ontpermis de prouver nos capacités à organiser une épreuve »,raconte Freddy Wattez, président de l’Amicale creilloisede natation. « La fédération a retenu notre candidature,qui était en concurrence avec Marseille et Limoges. » Peuconnue du grand public, cette natation en « eau vive » séduitde plus en plus de sportifs, qui apprécient la liberté offertepar le milieu naturel et peuvent prolonger leur pratiqueune fois la saison en bassin terminée. À l’ACN, cettediscipline a fait son apparition il y a dix ans avec l’arrivéede triathlètes dans le club : « Il y a eu un engouement pourcette pratique que les jeunes ont trouvé sympathique »,note Freddy Wattez. Sur les trois cents licenciés du club,dix vont participer à la coupe de France. Une fois cette2860 - N°7 - Juin 2005étape de 2 kilomètres terminée, place à la coupe d’Europeet aux championnats de France, accueillis pour la premièrefois dans l’Oise. Comme pour la coupe de France, il s’agitd’épreuves d’endurance, sur 10 kilomètres.L’Europe bien représentéePrès de sept délégations européennes sont attendues àCreil pour la quatrième étape de la coupe d’Europe. Pourque tout se déroule dans les meilleures conditions, les clubsde Montataire et de Nogent/Villers ont associé leurs forcesà celles de l’ACN : « Pour organiser cette manifestation,nous avons mis en commun nos compétences. C’est unpeu comme une entreprise, il faut s’occuper aussi bien dumarketing que de la logistique, en passant par la sécurité »,explique Freddy Wattez. Le public lui aussi est à l’honneuravec, dans la matinée, une course sur 250 mètres ouverteà tous ceux qui veulent découvrir la nage en eau libre(inscriptions sur place), et des animations sur l’île Saint-Maurice assurées par les associations isariennes. Sur unthème d’actualité : l’Europe !MARIE PAIRE


“Parolede sportifDRFREDDY WATTEZPRÉSIDENT DEL’ASSOCIATION CREILLOISEDE NATATIONPourquoi avez-vous choisid’animer l’ACN ?Ma fille et mon fils nageaientet je suis devenu bénévolenaturellement. Mes enfantsont pu en profiter, il était doncnormal de donner du tempspour que les générationssuivantes en bénéficient. Ennous occupant des jeunes,nous les aidons à grandir dansde bonnes conditions, nousvoulons qu’ils en profitent unmaximum. La pratique de lanatation leur forge le caractèreet leur donne une éthique.Ils acquièrent de la méthodeet apprennent à maîtriser letemps, à faire face à l’adversitéet à acquérir un esprit d’équipe.Cela assoit le respect de l’autre.Que vous apportel’organisation des épreuvesde nage en eau libre ?Cela permet au club de montrerses capacités à organiserdes événements importantset d’acquérir de la notoriété.À l’échelle de la ville, il estimportant de participerà l’animation et à l’encadrementdes jeunes. Ce qui contribueà donner une bonne imageaux instances départementaleset régionales.Quels sont les projetsde l’ACN ?Pour le moment, nos projetssont en suspens puisque lapiscine de Creil va fermerpendant les travaux deréhabilitation qui doiventdébuter dès 2006 et devraientdurer pendant deux saisons.Nous avons déjà conclu desarrangements avecles clubs voisins pour quenos nageurs puissentpoursuivre leurs activités, maisnous ne pouvons pas envisagerd’autres développements.CONTACT :AMICALE CREILLOISEDE NATATIONSUR LE WEB : http://clubacn.free.frTÉL. : 03 44 24 36 19en bref> COMPÉTITION NATIONALEPlein succès pour le VTTLes 987 coureurs comme le jury ont appréciél’organisation de la coupe de France de VTTX Country, qui s’est déroulée à Bresles les 21 et22 mai dernier. Bien cotée par le président du juryde l’Union cycliste internationale, cette épreuve étaitune première pour la Picardie. 123 jeunes se sontlancés sur le parcours prévu pour les 5-14 ans, et288 personnes ont pris plaisir à la randonnée ouverteà tous le dimanche matin. Parmi les 3 000 spectateursvenus sur le site, Yves Rome avait fait le déplacement,accompagné du maire de Bresles et de la conseillèrerégionale de Picardie, Béatrice Lejeune.> FORÊT DE LAIGUETous au Raid impérial compiégnoisVététistes, à vos marques ! L’Avenir sportif de Picardieorganise la 9 e édition du Raid impérial compiégnoisle 26 juin. Cette année, le parcours permettra auxparticipants de découvrir le nord de la forêt de Laigueet ses prestigieux sites. Trois boucles prévues enfonction des niveaux de difficulté : circuits de 35, 70et 105 kilomètres pour les adultes, et un raid pour lesenfants de moins de 10 ans, sur 3 à 5 kilomètres. Lesinscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 juin (de 1 europour la boucle enfant à 16 euros pour le parcours de105 km).CONTACT> Sur le web : http://raid.imperial.free.frTÉL. : 03 44 86 52 99> SAINT-JUSTUn rallye superlatifPas moins de 18 disciplines en 3 jours, c’est le défiqui est proposé aux participants du Rallye raid sportif(RSS) de Saint-Just-en-Chaussée. 90 équipes de4 personnes seront en compétition du vendredi 17 juinà 17 heures au dimanche 19 heures à 20 heures. Unprogramme intense avec des épreuves d’endurance(VTT, cross, canoë…) alternant avec des disciplinesde récupération (tir à l’arc, à la carabine…).Des ateliers ouverts au public sont par ailleursorganisés : 4x4, quad, tyrolienne, jeux picards, etc.CONTACT> Sur le web : http://rallyeraid.free.frTÉL. : 03 44 78 05 5560 - N°7 - Juin 200529


Culture / bons plansMUSIQUE CLASSIQUENote de voyageÀ Gerberoy, le temps d’un interlude à la belle saison,fleurissent les roses et les mélodies : les Estivales, festivalde musique classique, entre autres, chantent un hymneSAMEDI 2 JUILLET, L’ORCHESTRE DE PICARDIE SOUS LA DIRECTION DE PASCAL VERROTJOUERA SCHUBERT ET STRAVINSKY À LA COLLÉGIALE DE GERBEROY.F. Boucher & G. Perron / Panoramique.comau voyage. En deux week-ends, du 1 er au 10 juillet, voussuivrez pas à pas l’humaniste Charles Burney sur les routesde l’Europe baroque où résonnent Rameau et Vivaldi,vous ferez Le Voyage d’hiver en compagnie de Schubertet partirez pour l’Orient : celui des mythes que les poètescontèrent au fil des alexandrins (déclamés dans des jardinssecrets du village), puis l’autre, terriblement actuel,qui prend pour nom l’Afghanistan. Dimanche 10 juillet,sur la scène de la collégiale, par leur seule présence,des symphonies et quelques airs, l’ensemble RadioKaboul et la chanteuse traditionnelle Mahwash rappellerontqu’en 1996 les talibans prirent le pouvoir de cet Étatd’Asie centrale et fermèrent les écoles de musique.Renseignements : office de tourisme de la Picardieverte et ses Vallées à Marseille-en-Beauvaisis.CONTACT> Tél. : 03 44 46 32 20SCULPTUREGiacometti audonjon de VezLe donjon de Vez est un monumentunique, témoin de mille ans d’histoireen Picardie. Restauré par sespropriétaires successifs, il revitdésormais grâce à Caroline et FrancisBriest. Et il accueille jusqu’au 15 octobre uneexposition consacrée à Alberto Giacometti.Quinze sculptures du maître y sont présentéeset certaines sont des pièces fondamentales,emblématiques, la plupart de n’ayant quasimentjamais été montrées en France. Il s’agit eneffet d’un prêt exceptionnel de la fondationAlberto et Annette Giacometti. Comme unécho à Giacometti, le parc du donjon hébergeune dizaine d’œuvres monumentales d’artistesaméricains réunies par le maître des lieux,commissaire-priseur à Paris.Jusqu’au 15 octobre, tous les jours de 14 h à18 h. Entrée : 6 euros. Gratuit pour les moinsde 12 ans.CONTACT > Tél. : 03 44 88 55 18DRJOURNÉES DE LA ROSEUn rendez-voustout en parfumsDu 10 au 12 juin,l’abbaye royale deChaalis, entre Senliset Ermenonville, aaccueilli 115 exposantsqui présentaientleurs créationsoriginales autour dela rose et du jardin.Rosiers anciens,plantes vivaces maisaussi outillage etparfums, voilà ceque pouvait trouverle visiteur. Différentes animations étaient également proposées :ateliers de parfum, composition de bouquets pour les mamans,jeux pour les petits… tandis que plusieurs conférences ont permisaux jardiniers du dimanche de parfaire leurs connaissancessur la rose. Enfin, un hommage a également été rendu au grandauteur Gérard de Nerval, mort il y a cent cinquante ans, avecune exposition intitulée « Nerval et le Valois ».DR3060 - N°7 - Juin 2005


en bref> CREILSous le signede la créationLe Printemps des arts, quia mobilisé la populationcreilloise autour de toutesles expressions artistiquespendant plus de deux mois,a une nouvelle fois connu unvif succès. Au programme,une multitude d’opérations :exposition d’œuvres d’art chezdes commerçants, concerts,débats… On se souviendraégalement de la compagniethéâtrale L’Art m’attend qui ainvesti le musée Gallé-Juilletpour incarner une famillebourgeoise du XIX e siècle sousles yeux amusés des visiteurs :une façon ludique et originaled’attirer les jeunes dans lesmusées !> BRETEUILSchubert, Mozart,Brahms…L’association des Amis dela musique de Breteuil seproduira le 25 juin en l’égliseSaint-Jean-Baptiste.À cette occasion, le chœurd’hommes De Viris et lechœur mixte Colcanto serontréunis pour interpréter unrépertoire de timbres variés,du baroque au romantisme :un extrait de « Didon et Énée »de Purcell, deux pièces deBerlioz uniquement pour voixde femmes, du Schubert, duBrahms, du Mozart…Un concert qui ressuscitera legénie musical des plus grandscompositeurs et fera découvriraux mélomanes de tous âgesles richesses du plus simpledes instruments.Samedi 25 juin à 20 h 30 àl’église de Breteuil.CONTACTTél. : 03 44 80 90 25THÉÂTRELettres de Calamity Jane à sa filleFlorence DumangetCONTACT> Pour les lieux et les dates :Tél. : 03 44 43 19 80Tout le monde a entendu parler de Calamity Jane, cavalière,aventurière, parfois gangster ou chercheur d’or… Mais on saitmoins que cette grande figure du Far West a aussi vécu unehistoire d’amour avec Wild Bill Hicock. En cachette, est néeune fille, Janey, qu’elle a confiée à un couple de l’Est américain.Pendant vingt-cinq ans, Calamity n’aura pourtant de cesse delui écrire des lettres, tour à tour tendres ou maladroites, maistoujours touchantes. Une pièce interprétée par le Théâtre dela Ramée, basé à Cuts. La troupe se déplace cet été pour desspectacles en plein air gratuits.FESTIVALLes Remp’arts scéniques, douzième !Samedi 4 juin, pour la douzième année, Crépy-en-Valois a vibré au son du saxo, des percussions,et sur des airs de jazz et de punk…Ainsi, les vingt-cinq musiciens de Tarace Bulba ont su donner le ton pour une vraie soirée de fête,placée sous le signe des cuivres et des rythmes en tout genre. La nostalgie était aussi au rendez-vousavec The Selecters, fer de lance du mouvement Two Tone à la toute fin des années 1970 ; séparé en1981, le groupe s’est reformé dix ans plus tard. Nostalgie, quand tu nous tiens… Cherry Boop et samusique épicée, aux relents jamaïcains, était aussi de la partie, ainsi que Silver Haze et son « punkgarage blue ». Vivement la treizième édition !60 - N°7 - Juin 200531DR


AgendaAdriana VattelExpositionLe littoral vu parsix photographesSix photographes ont promené leur regard de la baied’Authie au nord à Mers-les-Bains au sud. Des imagesen noir et blanc de Gabrielle Basilico aux vues coloristesd’Harry Gruyaert en passant par l’approche plussociologique de Fred Boucher apparaissent des refletsdivers du littoral picard. À l’affiche aussi : Tibo et sesportraits, Jean-Pierre Gilson et ses « rivages noirs », AdrianaVattel, au regard très personnel.Jusqu’au 10 juillet. La Grange à Montreuil-sur-Brèche.> CONTACT 03 44 80 52 97> ERRATUMDans notre agenda culturedu mois d’avril présentant laréouverture du parc Astérix,il fallait lire comme numéro detéléphone : 03 44 54 18 48.> CONCERTSMusiqueet danseLa ville de Pont-Sainte-Maxence inaugure sonconservatoire rénovéavec toute une gammede concerts : Tamboursattitude, chorale Les Panotis,orchestre à cordes, harmonieet big band jazz de l’école.25 juin de 14 h à 21 h.> CONTACT03 44 55 92 87Musique en herbeDans le cadre de son stagemusical, l’école de musiquede Précy-sur-Oise présente :une soirée théâtre, un concertde trio à cordes autour deMozart, un duo mêlant lesaxo et les orgues classéesmonuments historiques del’église de Béthisy, l’heuredu conte dans les jardins duchâteau d’Aramont…8 au 17 juillet, à Verberie etalentour.> CONTACT06 60 25 46 83DuoclassiqueDans l’ancienne salle de jeude paume, Mozart, Ravel etFranck, trois compositeursdu plus beau classicisme,s’épanouiront sous l’archetdu grand violoniste AugustinDumay accompagné deDimitris Saroglou au piano.En clôture du festival duVexin.9 juillet, au châteaude Chantilly.> CONTACTwww.festivalduvexin.comLa Mangeoireà musiqueFestival reggae explosifilluminé par… un feu d’artificeet le chanteur star jamaïcainJimmy Cliff, entouré de8 groupes régionaux. Peutêtreles tubes « Many Rivers toCross » et « Sitting in limbo »seront-ils au programme ?13 juillet à Cires-lès-Melo(entre Chambly et Clermont).> CONTACT03 44 26 33 51> THÉÂTREGlengarryGlen RossDRDRD’après le film de DavidMamet, par la Compagnie duBerger. Les USA, une agenceimmobilière, des clientsnaïfs et des « commerciaux »accros avec en jeu uneCadillac : ce n’est que le débutde l’intrigue aux dialoguesacérés.25 juin au théâtre desPoissons, à Frocourt.> CONTACT03 44 02 35 77Creil surscène théâtreLa Faïencerie ouvre sesportes et son podium auxcompagnies de théâtreamateur creilloises,une dizaine l’an passé,pour un florilège dereprésentations aux stylesvariés d’une vingtainede minutes chacune.25 et 26 juin au théâtrede la Faïencerie.> CONTACT03 44 24 95 70Les Scènesd’étéLes arts du cirque etde la rue ainsi que lesmusiques amplifiéesinvestissent les rues deBeauvais, au gré des places,des allées piétonnes et duthéâtre de plein air,occasion d’une convivialitéet d’une proximitéculturelles fortes.1 er juillet au 26 aoûtà Beauvais.> CONTACT03 44 06 36 003260 - N°7 - Juin 2005


EXPOSITIONCharles Hamlet,un artisteà la faïencerieGraveur singulier duXIX e siècle, natif de Creil,Charles Hamlet s’adonnaautant à la caricature qu’audessin, dans toutes sesapplications. Faïences,croquis, tableaux dévoilentson talent multiforme etposent un autre regard surles porcelaines creilloises.Jusqu’au 18 septembre aumusée Gallée-Juillet, Creil.> CONTACT03 44 29 50 51> SPORT / PLEIN AIR20 e triathlonde BeauvaisSur le plan d’eau duCanada et autour, desépreuves de natation,course à pied, triathlondécouverte, sprint et paréquipe, aquathlon avenir,couronnées par le challengedu 20 e anniversaire. Enclôture de ce week-endde fête avec plus de1 000 participants, le GrandPrix féminin et masculinverra s’affronter l’élitedu triathlon hexagonal etinternational et compterapour le championnat deFrance des clubs.18 et 19 juin à Beauvais.> CONTACT03 44 79 40 30DRSortie naturePartez à la découverte desbusards cendrés et diversoiseaux qui survolent laplaine, avec les guides dePicardie Nature.21 juin devant l’église deFresnoy-le-Luat.> CONTACT03 22 97 97 87Randonnéeet floreL’association Format Nature apour vocation la sensibilisationet l’éducation à l’environnement,à travers par exempledes marches découverte desplantes sauvages et de leursvertus (culinaires notamment !).Prochainement : « les herbesde la Saint-Jean » (22 juin),« flore et paysage de Venette »(17 juillet).> CONTACT03 44 36 61 05Concoursinternationald’attelage etde traditionFaites un petit voyage dansle passé à la découverte debelles créations artisanales,témoignages de savoir-faireen voie d’oubli, grâce aux40 attelages présentés lorsde ce 6 e concours.26 juin au parc du château et àl’hippodrome de Chantilly.> CONTACT03 44 62 06 21DRLes dédalesde l’OiseGrâce à cette animationestivale, vous flânerez lelong du fleuve Oise et dansles sites touristiques dudépartement, reconstituésdans un champ de maïstransformé en labyrinthe. Jeuquestionnaire tout public avecdes lots à la clé.2 juillet au 31 août,au musée-conservatoire dela Vie agricole et ruraled’Hétomesnil.> CONTACT03 44 46 92 98D’ici, d’ailleursPar la Compagnie de la Lunebleue. Randonnée contedans la campagne, autourde la mémoire familiale(tout public) : mots et pass’entremêlent, et pas à passera retracée la vie deshabitants de Picardie auXX e siècle.10 juillet, à Élincourt-Sainte-Marguerite.> CONTACT03 44 43 19 80> FÊTES60 - N°7 - Juin 2005DR533 es fêtesJeanneHachetteMoment fort de la viebeauvaisienne que ce rappelde la victoire organisée parCoup de cœurJeanne Hachette en 1472contre l’assiégeant de la ville,Charles le Téméraire. Messeà la cathédrale Saint-Pierre,parades en habits d’époqueet cortège royal, fanfareset concert philharmonique,grand marché médiéval et lespectacle « Les Bâtisseursd’éternité » offrent un autreregard sur l’histoire.24 au 26 juin à Beauvais.> CONTACT03 44 48 22 6903 44 15 30 30ot.beauvaisis@wanadoo.frFête dela ForêtSous les frondaisonsd’Halatte, près de Senlis,vous entendrez les mélodiesd’un concert, une lecturede conte, les rires de jeuxtraditionnels picards ouencore les coups de burind’un sculpteur sur bois. Ventede produits du terroir etanimations.25 et 26 juin au poteau duGrand-Maître, sur la route deVillers-St-Frambourg.> CONTACT03 44 73 35 90>>> SUITE PAGE 34En familleDR33


Agenda (suite)> FÊTES (SUITE)Fête del’ArcherieLes 14 compagnies d’arcdu Valois sortent leurs flèches,soutenues par la communede Duvy et la communauté decommunes du Pays de Valois,et vous convient à des défilésde chars et de compagniesd’archers puis à la messe desarchers. Dans la journée :ateliers pour enfants, initiationau tir à l’arc et démonstrations,compétitions (challenge duValois), exposition historique etpoétique, concert tzigane.26 juin à Duvy (entre Senlis etCrépy-en-Valois).> CONTACT03 44 88 05 09DRLe pardonde la batellerieD’abord, c’est une fêtereligieusedes pénichespavoisées pour l’occasionsont bénies. Puis c’est unefête populaire avec joutes surle canal, spectacles de rues,guinguette, grand bal et feud’artifice tiré d’une péniche.3 juillet à Longueil-Annel.> CONTACT03 44 96 33 00ville-longueilannel@wanadoo.frMarché auxfruits rougesVenez sentir le printempssur le parvis de la cathédraleNotre-Dame aux couleursde cerises, groseilles,framboises, cassis, fraises !Près de 150 exposants– artisans d’art, métiers debouche, producteurs – fontsaliver d’envie les gourmandsavec fruits frais, confitures,coulis, et tutti frutti, plusun riche programmed’animations festives et unspectacle sur podium.3 juillet à Noyon.> CONTACT03 44 44 21 88www.noyon.com/tourismeDRSalon del’animalfamilierExposition nationale sousl’égide de la Société canine del’Oise. Chiens et chats de touspoils rivaliseront d’éléganceet d’obéissance pour lesconcours de beauté tandisque leurs maîtres pourrontfaire maintes emplettes aufil des stands (accessoires,produits du terroir…).10 juillet, au stade Gérard-de-Nerval de Crépy-en-Valois.> CONTACT03 44 07 71 47> Infos pratiquesUn Conseil général proche et efficaceLes numéros utiles du départementHôtel du Département1, rue Cambry - BP 941 - 60024 Beauvais CedexTél. : 03 44 06 60 60Fax cabinet : 03 44 06 60 00Fax administration : 03 44 06 60 01www.cg60.frMusée départemental1, rue du Musée - BP 618 - 60006 BeauvaisTél. : 03 44 11 11 30Archives départementales71, rue de Tilloy - 60000 BeauvaisTél. : 03 44 12 14 80 - Fax : 03 44 12 14 81Bibliothèque départementale de l’Oise22, rue Vinot-Préfontaine - 60000 BeauvaisTél. : 03 44 84 74 20 - Fax : 03 44 02 33 72Laboratoire départemental1, rue Albert-et-Arthur-Desjardins60000 BeauvaisTél. : 03 44 06 62 78 - Fax : 03 44 06 60 36« 60 » est une publicationdu Conseil général de l'Oise• 1, rue Cambry – 60024Beauvais Cedex • Directeurde la publication : Yves Rome• Directeur de la rédaction :Xavier Mahé • Conception :EuroRSCG C&O • Rédactionet réalisation : Anatome •Impression : Houdeville - BP410 - 60004 Beauvais Cedex •Tirage : 320 000 exemplaires• Diffusion : La Poste •ISSN : 1770-9768 • Photode couverture : Jean-LucCormier / Le bar Floréal3460 - N°7 - Juin 2005


Tribunes libresEspaces d’expression ouverts à chacun des groupes politiquesde l’Assemblée départementale en vertu de la loi sur la démocratiede proximité adoptée en 2002.GROUPE UPMDAvoir un logementà soi : le rêvede nombreuxFrançaislors de l’enquête réalisée par la majoritésocialo-communiste, 23 % despersonnes avaient répondu favorablement àla proposition : « favoriser l’accession socialeà la propriété », et 22 % à celle :« aider àla création et réhabilitation de logementssociaux ». La conséquence démocratique laplus évidente aurait consisté à tenir comptede l’avis des habitants de l’Oise.Mais non ! Pour la majorité, la solutionréside dans la seule création de logementssociaux : ils prétendent faciliter la créationde 600 logements par an. À ce rythme, ilne faudrait jamais que vingt-cinq ans poursatisfaire toutes les demandes.On voit donc bien que la seule propositionde construire des logements sociaux ne peutrésoudre le problème du logement. En réalité,il faut recréer de la mobilité entre toutes lesformes de logement, en faisant confiance à lacapacité des hommes à faire des efforts pouraméliorer leur sort. Et sans oublier qu’unménage qui accède à la propriété libère sonancien logement pour un autre ménage.C’est pourquoi nous avons proposé unvéritable soutien à l’accession à la propriété.Mais la majorité socialo-communiste n’y aaffecté qu’un budget dérisoire, près de dixfois moins que pour les logements sociaux !Nous avons aussi proposé de diversifier lesmoyens qui permettent l’accession sociale àla propriété. Les moyens auraient consistépar exemple à abonder le prêt à taux zéro,à subventionner le foncier des lotissementsdestinés à l’accession – lorsqu’ils sontcommunaux ou réalisés par les organismesde logements sociaux – pour en diminuerle coût, à faciliter la vente d’appartementsd’immeubles sociaux.La majorité de gauche est restéecomplètement fermée à ces idées. Toutes lespropositions présentées par notre groupeUPMD ont été rejetées sans la moindrediscussion, avec le plus grand sectarisme.Il s’agissait de bonnes idées, qui répondaientaux besoins que les habitants de l’Oiseavaient exprimés.GROUPE COMMUNISTERendre l’impôt plus justeet plus efficacele débat sur le transfert des chargesmassif de l’État notamment sur leConseil général, la nécessité de rendrel’impôt local moins lourd et moins injustepour les ménages déjà pénalisés par desrevenus souvent insuffisants, est une denos préoccupations principales. Cela poseen effet cette question fondamentale : leDépartement, les collectivités locales ontilsles moyens financiers – sans alourdir lacharge des contribuables – de répondre àla satisfaction des besoins et aspirationsdes habitants ?L’État doit cesser au nom des déficits publicsd’imposer le contribuable-citoyen dans laVille, le Département, l’intercommunalité etla Région.Nous exigeons une réforme fondamentalede la fiscalité locale :• Moderniser la taxe professionnelleen l’allégeant pour les entreprises quiinvestissent en faveur de l’emploi et dudéveloppement des productions.• Entrer dans la taxe professionnelle unprélèvement sur les profits financiersdes entreprises qui accumulent des « trésorsde guerre » à la Bourse.• Rendre l’impôt local proportionnel auxrevenus des ménages.• Augmenter les dotations d’État auxcollectivités territoriales en suivant le taux deprogression des richesses créées dans le pays.Les députés et sénateurs communistesont déposé ce projet de loi au Sénat et àl’Assemblée nationale. Nous le faisonsconnaître à nos concitoyens pour que s’ouvrele débat sur un impôt plus juste et plusefficace, à l’opposé des réformes actuellesqui prétendent faire baisser l’impôt sur lerevenu en transférant les charges sur celuides collectivités.LES CONSEILLERSGÉNÉRAUX COMMUNISTES :ALAIN BLANCHARD,PATRICE CARVALHO, GILLES MASURE.> TÉL. 03 44 06 64 98 FAX 03 44 06 60 05COURRIEL : pcf-oise@wanadoo.frGROUPE OISE À GAUCHEUne gauche rassembléepour entendre etrépondre au messagedes citoyensdimanche 29 mai, les Français se sontprononcés massivement, à près de 55 %,contre la ratification de la Constitutioneuropéenne. Dans notre département,l’expression populaire a été plus forte encorepour repousser ce texte : vous avez été plus de62,3 % à dire non à ce traité constitutionnel.Par leur forte participation, les habitantsde l’Oise, tout comme les Français, ontdémontré leur attachement à la démocratie etleur volonté d’être écoutés.Ce non manifeste une fois de plus lerejet de la politique ultra libérale menéepar le président de la République et songouvernement. Une politique qui accroîtles inégalités sociales et territoriales. Ce votemarque aussi le choix d’une Europe plussolidaire et plus protectrice, de plus de justicesociale, le choix d’une société plus humaine.Ce message a déjà été exprimé trois fois,en 2004, lors des élections cantonales,régionales et européennes.En France, après ce référendum, l’heureest plus que jamais au rassemblement detoutes les forces de gauche pour préparerune alternative forte qui réponde auxpréoccupations des Français.Au Conseil général de l’Oise, depuis un an,c’est une gauche rassemblée qui s’est mise autravail pour écouter et répondre aux attentesdes Isariennes et des Isariens en donnant lapriorité à la solidarité, à l’égalité des chanceset au développement durable.ANDRÉ VANTOMME,PRÉSIDENT DU GROUPE> TÉL. : 03 44 06 64 99www.oiseagauche.orgLE GROUPE UPMD> TÉL. : 03 44 06 60 1660 - N°7 - Juin 200535

More magazines by this user
Similar magazines