15.10.2021 Views

#9 Karaïbes Sports

Karaïbes Sports est un e-magazine qui met en valeur les antillo-guyanais dans le sport. Karaibes Sports Magazine | Numéro 9 | Octobre 2021.

 La difficulté à convaincre Nous revoilà pour un nouveau numéro de Karaibes Sports, nous en sommes à notre neuvième! Covid, vaccination,Pass sanitaire ou pas Pass sanitaire… Le monde d’incertitude est toujours d’actualité et fait la Une de tous les médias. Tous, sauf Karaibes Sports, car nous ne sommes pas comme tout le monde! Nous avons choisi un parti pris assumé, celui de ne pas traiter le sujet mais de se concentrer sur la difficulté de convaincre. C’est une problématique commune à nos trois territoires. Comment convaincre nos jeunes de s’investir ou de retourner dans le football local? C’est le sujet que nous avons souhaité couvrir dans notre Une Football. Car nous avons une difficulté à convaincre, quand nos jeunes footballeurs ne trouvent pas d’intérêt dans le football local ou abandonnent la discipline une fois de retour de pays... C’est le cas de Mat le buzz, notre couverture. Cet ancien joueur de foot qui, ayant connu les centres à l’étranger a été confronté à un contraste violent à son retour au pays. L’émotion est encore vive à l’heure où je vous écris cet édito... Je ressens une explosion d’émotions car celui qui fait la Une de notre partie multisport est un symbole pour notre communauté, c’est l’incarnation même de notre slogan #localementfiers. Il sera le premier noir, antillo-guyanais et plus précisement guadeloupéen à entamer le triathlon le plus dur au monde. Xavier Jourson sera notre digne représentant dans une discipline où nous sommes encore trop peu représentés.

Karaïbes Sports est un e-magazine qui met en valeur les antillo-guyanais dans le sport. Karaibes Sports Magazine | Numéro 9 | Octobre 2021.



La difficulté à convaincre

Nous revoilà pour un nouveau numéro de Karaibes Sports, nous en sommes à notre neuvième! Covid, vaccination,Pass sanitaire ou pas Pass sanitaire…
Le monde d’incertitude est toujours d’actualité et fait la Une de tous les médias.

Tous, sauf Karaibes Sports, car nous ne sommes pas comme tout le monde!
Nous avons choisi un parti pris assumé, celui de ne pas traiter le sujet mais de se concentrer sur la difficulté de convaincre. C’est une problématique commune à nos trois territoires. Comment convaincre nos jeunes de s’investir ou de retourner dans le football local? C’est le sujet que nous avons souhaité couvrir dans notre Une Football.
Car nous avons une difficulté à convaincre, quand nos jeunes footballeurs ne trouvent pas d’intérêt dans le football local ou abandonnent la discipline une fois de retour de pays... C’est le cas de Mat le buzz, notre couverture. Cet ancien joueur de foot qui, ayant connu les centres à l’étranger a été confronté à un contraste violent à son retour au pays.

L’émotion est encore vive à l’heure où je vous écris cet édito... Je ressens une explosion d’émotions car celui qui fait la Une de notre partie multisport est un symbole pour notre communauté, c’est l’incarnation même de notre slogan #localementfiers.
Il sera le premier noir, antillo-guyanais et plus précisement guadeloupéen à entamer le triathlon le plus dur au monde. Xavier Jourson sera notre digne représentant dans une discipline où nous sommes encore trop peu représentés.

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

EDITO

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

03

La difficulté à convaincre

Edito

Nous revoilà pour un nouveau numéro de Karaibes Sports, nous en sommes à

notre neuvième! Covid, vaccination,Pass sanitaire ou pas Pass sanitaire…

Le monde d’incertitude est toujours d’actualité et fait la Une de tous les médias.

Tous, sauf Karaibes Sports, car nous ne sommes pas comme tout le monde!

Nous avons choisi un parti pris assumé, celui de ne pas traiter le sujet mais de se

concentrer sur la difficulté de convaincre. C’est une problématique commune à

nos trois territoires. Comment convaincre nos jeunes de s’investir ou de retourner

dans le football local? C’est le sujet que nous avons souhaité couvrir dans notre

Une Football.

Car nous avons une difficulté à convaincre, quand nos jeunes footballeurs ne

trouvent pas d’intérêt dans le football local ou abandonnent la discipline une

fois de retour de pays... C’est le cas de Mat le buzz, notre couverture. Cet ancien

joueur de foot qui, ayant connu les centres à l’étranger a été confronté à un

contraste violent à son retour au pays.

Aussi, plutôt que de s’inviter dans le débat sanitaire du moment, nous avons

préféré nous axer sur la positivité. Car, l’essence même de notre média est de

valoriser notre communauté, mais aussi d’inspirer. C’est pourquoi nous avons

choisi de mettre en avant Jahyron EDOUARD, le premier guadeloupéen à effectuer

son stage dans une école d’analyste vidéo. Nous découvrirons aussi à travers

Ludwig Francillette, la persévérance d’un jeune qui a connu le milieu amateur

avant d’être propulsé en une fraction de seconde dans le milieu pro. Sans oublier

l’implication de la Corsair Academy dans la formation des jeunes encadrants.

Pour finir nous avons mis en lumière LOUBLI Sergina, une jeune footballeuse qui

a réussi son entrée en centre de formation suite à une détection.

L’humour est aussi un des outils que nous avons choisi pour vous aider à rester

positifs. En plus de s’exprimer avec Mat le Buzz, ce besoin de lâcher-prise s’illustre

dans votre Karaibes Sports à travers le portrait chinois du martiniquais Wilfried

Lamart.

Si tu nous lis pour la première fois, sache que notre but est d’inspirer au moins

une personne à concrétiser ses rêves. Et cette personne, c’est peut être toi!

Si tu fais partie des abonné(e)s, nous te remercions de la confiance que tu nous

témoignes.

La team Karaibes Sports vous souhaite à toutes et à tous une bonne lecture.

Gaël de Karaibes Sports

#LocalementFiers

Karaïbes Sports est un magazine indépendant et non-subventionné

REMERCIEMENTS : La team Karaïbes Sports remercie toutes les personnes qui ont contribuées de manière directe ou indirecte à l’élaboration de ce

8e numéro. #LocalementFiers

La rédaction n’est pas responsable de la perte ou de la détérioration des textes ou des photos non demandés qui lui sont adressés.

Toute reproduction, même partielle, par quelque procédé que ce soit, est interdite ou subordonnée à l’autorisation écrite de CDKM Consulting

Limited.

#LOCALEMENTFIERS


Sommaire

08

11

12

14

Ludwig Francillette, l’aventure

anglaise...

Cartographie de la Régionale

en Guyane

Guynel C, Le championnat de la

Régionale 1 en Martinique

Cartographie de la Régionale

en Guadeloupe

23

24

26

Jahyron EDOUARD, Le premier

Guadeloupéen a intégrer la formation

d’analyse vidéo de l’École des Métiers

du Football

La Corsair Foot Academy, Une

opportunité pour les jeunes encadrant.

Mat le Buzz, L’humour et le ballon

rond.

15

22

Le Guide de l’effectif des clubs

de R1 en Guadeloupe

LOUBLI Sergyna : une future

championne de foot

30

Wilfried LAMART, Comédien, Réalisateur

et Animateur Radio se qualifie

comme un génie.

SUIVEZ-NOUS

CONTACT

www.karaibes-sports.com 0044 7 791 868 791

@karaibes.sports

00 590 690 91 24 72

karaibes sports

gael@karaibes-sports.com

NOS PARTENAIRES

EDITEUR: CDKM Consulting Limited, 9 Dickens Place, SL3 0PU Colnbrook, Angleterre. Tel : 00 44 7 791 868 791. DIRECTEUR DE PUBLICATION : Gaël COUPPÉ DE K/

MARTIN - gael@karaibes-sports.com. RÉDACTION : Karine OULAC - karine@karaibes-sports.com, Malika Gaudy | DIRECTION ARTISTIQUE & CONCEPTION GRAPHIQUE :

Noeline AMBROISE - noeline@karaibes-sports.com| RÉGIE PUBLICITAIRE : M. Cédric CHEVRY, LYN’C MARKETING | Mobile : 0690 74 32 53 / 0623 47 30 13 |

Mail : lync.marketing971@gmail.com |CORRECTIONS : Malika Gaudy PHOTOS CRÉDITS : LGF Facebook, Ligue Martinique Facebook, Instagram, Ludwig Francillette,

Loubli Sergyna, Mat le Buzz, Wilfried LAMART, Jahyron EDOUARD| ISSN (Print): 2634-002X | ISSN (online): 2634-0038


01

Du milieu

Amateur

au milieu

Professionel

ROYAUME-UNI


08

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

Ludwig FRANCILLETTE

Ludwig Francillette, un joueur n’ayant jamais connu

le mot « échec ».

A 22 ans, le guadeloupéen est déjà qualifié de joueur professionnel et très actif

dans le monde du football. Son leitmotiv, c’est de

« ne pas se contenter de ses acquis ».

Découvrons le parcours de celui qui a signé à Crawley !

La signature avec Newcastle en 2019...

À l’époque, j’étais parti avec un groupe pour faire

des matchs contre des équipes professionnelles

en Écosse. Plusieurs clubs m’avaient repéré et par

cette occasion, j’ai fait un essai avec Newcastle.

J’ai joué à un match… C’est comme cela qu’ils

ont décidé de me garder.

passion et cela se ressent à travers l’engouement

des gens.

Faisant parti de l’effectif, qu’est ce qui t’as

marqué le plus sur l’organisation

footballistique par rapport à la France ?

Il me semble un peu difficile de faire la

comparaison par rapport à la France sachant

que j’étais amateur. Mais en arrivant ici, j’ai

découvert ce qu’est être un pro : il y a les fans, les

médias etc...Là-bas, le foot est vraiment une

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

09

Tu as réussi à séduire Crawley et te voilà

maintenant un joueur de ce club. Qu’est ce

qui t’as plu dans le projet ?

Ce qui m’a plu dans le projet, c’était de jouer

au niveau professionnel.

Certes, je suis pro depuis

plus de 2 ans maintenant,

mais je n’avais pas fait

d’apparition à ce niveau.

C’est un critère important

de développement pour

pouvoir progresser et être

vraiment au cœur du Sujet.

Ton message...

Le message que je

pourrais leur faire passer

est, d’abord, de ne rien

lâcher quel que soit la

circonstance. Quand je

suis parti seul à 17 ans de

la Guadeloupe, ce n’était pas pour jouer au

foot. Ensuite, il faudrait profiter au maximum

quand on est jeune, car c’est là que se

présentent les plus belles années, sans la pression,

juste le plaisir de jouer au foot.

Pour terminer, en termes de travail, je dirais que

se contenter de ses acquis ne suffit pas. Il faut se

dire qu’il y en a d’autres qui travaillent deux fois

plus pour y arriver.

Tes ambitions à court et

moyen terme...

Mes ambitions sont de

continuer à enchaîner les

matchs pour engranger

de l’expérience et pouvoir

progresser rapidement,

être régulier, et aligner de

bonnes performances.

Parcours à 23 ans :

DFCO (Ligue 1)

AS Quintery (R1)

Newcastle (PL)

Crawley (EFL League two)

Propos recueillis par Gaël de Karaïbes Sports

#LOCALEMENTFIERS


LES ROOKIES

02

La

Régionale1

aux

Antilles-Guyane


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

11

Guyane / Régionale 1

B

EF

IRACOUBO

B

US

SINNAMARY

U.S.C. DE

MONTSINERY

B

A

ASC KARIB

A

B

LE GELDAR DE KOUROU

4 titres*

12 saisons en R1*

A

A

ASCO

A.S.C. AGOUADO

1titre*

11 saisons en R1*

B

KOUROU F.C.

4e place* (2015/16)

5 saisons en R1*

Apatou

S.C. KOUROUCIEN

5e place* (2014/15)

5 saisons en R1*

Iracoubo

Saint Laurent

du Maroni Kourou

Cayenne

Rémire-Montjoly

Matoury

A.J. SAINT-GEORGES

4e place* (2009/2010)

9 saisons en R1*

A

B

OLYMPIQUE DE CAYENNE

10e place* (2016/17)

7 saisons en R1*

C.S.C. CAYENNE

1 titre*

12 saisons en R1*

A

LOYOLA

OC

A

A.S.U. GRAND SANTI

3e place* (2013/14)

7 saisons en R1*

A

Grand-Santi

Saint-Georges

A.S.C. RÉMIRE

2e place* (2016/17)

11 saisons en R1*

A

B

ÉTOILE DE MATOURY

2e place* (2017/18)

8 saisons en R1*

F.C. OYAPOCK

6e place* (2018/19)

5 saisons en R1*

B

U.S. MATOURY

5 titres*

12 saisons en R1*

*Résultas enregistrés à partir de l’année 2008

#LOCALEMENTFIERS


12

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE SEPTEMBRE 2021

Le championnat de la Régionale 1 en

Martinique.

Nouvel exercice cette saison avec néanmoins des similitudes par rapport à la saison précédente,

dans la mesure où les ténors de chaque groupe de l’an dernier (c’est-à-dire les quatre premiers) se

retrouveront encore une fois dans le même groupe cette année.

Ils seront accompagnés cette fois ci des quatres derniers de l’autre poule de la saison dernière

plus 2 promus. Voilà le décor est planté, cela promet de belles empoignades car le mercato a été

quand même relativement agité.

GROUPE

A

GROUPE

B

Du côté du champion sortant, le Golden Lion, la

stabilité est le maître mot avec peu de départs

significatifs et l’arrivée d’un réel renfort en

attaque. Le concurrent direct la Samaritaine s’est

renforcé lui dans toutes les lignes, tout comme le

RC St Joseph qui a misé sur un recrutement de

nombreux jeunes. L’US Robert tente le pari avec

des anciens de la maison mélangés avec des

jeunes moins aguerris. Pour le RCRP, le RC Lorrain,

le COT, l’Olympique et l’Eclair le promu, l’heure

est à la reconstruction après de très nombreux

départs. Enfin, l’US Diamantinoise, l’autre

promu tentera de sortir son épingle du jeu avec

un recrutement rigoureux basé sur la jeunesse.

Le Club Franciscain a enregistré quelques

départs qui ont tous été compensés par des

joueurs du même calibre. Même chose du côté

de l’Aiglon qui a pallié les départs enregistrés

par des arrivées de joueurs du même niveau

et dans tous les secteurs. Le plus gros mercato

est à mettre à l’actif du Club Colonial qui sera

certainement attendu après un recrutement XXL et

une équipe extrêmement bien renforcée. Du côté

de l’Essor Préchotain, qui a joué la Ligue Antilles

il y a 2 ans et le tournoi des 6 Majô l’an dernier,

cette saison s’annonce très compliquée. Une

flopée de départs ayant réduit considérablement

l’effectif. Même combat pour l’assaut et le

Golden Star où la mission sera de rebâtir après

des départs en cascade. l’UJ Monnerot a misé

sur un recrutement jeune tandis que le New

Star et le promu le CS Case Pilote, ont recruté

en nombre pas mal de joueurs d’expérience.

Pour finir, l’autre promu l’US Riveraine tentera

de tenir la dragée haute à ses adversaires

après avoir recruté des bons joueurs du cru.

Saison qui s’annonce passionnante, espérons

que la crise sanitaire laisse place au jeu.

#LOCALEMENTFIERS

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

13

ESSOR PRECHOTIN

4e place* (2010/11)

12 saisons en R1*

Martinique / Régionale 1

B

U.S. RIVERAINE

B

R.C. LORRAIN

7e place* (2018/19)

3 saisons en R1*

A

LA SAMARITAINE

4e place* (2017/18)

8 saisons en R1*

A

A

ASSAUT

B

B

Le Prêcheur

St Pierre

Le Lorrain

Sainte-Marie

GOLDEN LION

2 TITRES*

11 saisons en R1*

A

B

CS CASE-PILOTE

B

Saint-Joseph

Le Robert

R.C. ST-JOSEPH

11e place* (2018/19)

4 saisons en R1*

U.J. MONNEROT

2 saisons en R1*

A

CLUB COLONIAL

1 TITRE*

12 saisons en R1*

A

Fort-de-france

B

Lamentin

Le François

Ducos

U.S. ROBERT

6e place* (2012/13)

2 saisons en R1*

B

C.O. TRENELLE

2 saisons*

B

AIGLON

2e place* (2009/10)

12 saisons en R1*

B

Rivière Salée

Rivière-Pilote

Le Marin

Le Diamant

CLUB FRANCISCAIN

6 TITRES*

12 saisons en R1*

A

GOLDEN STAR

NEW STAR

7e place* (2017/18)

5 saisons en R1*

OLYMPIQUE

A

UNION

SPORTIVE

DIAMANTINOISE

L’ECLAIR

A

R.C. RIVIÈRE-PILOTE

2 TITRES*

12 saisons en R1*

A

*Résultas enregistrés à partir de l’année 2008

#LOCALEMENTFIERS


14

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

Guadeloupe / Régionale 1

A

B

SPORTING CLUB BM

A

LE PHARE

Créé en 1945

3e place* (2017/18)

9 saisons en R1*

CERFA FC

Créé en 2020

SIROCCO

B

B

STADE LAMENTINOIS

9e place* (2018/19)

6 saisons en R1*

B

Petit-Canal

A

B

U.S.R.

Créé en 1963

2 TITRES*

12 saisons en R1*

Sainte-Rose

Lamentin

U.S.B.M.

Créé en 1963

2e place (2017/18)*

10 saisons en R1*

La Jaille

JEUNESSE ÉVOLUTION

2e place* (2019/20)

2 saison en R1*

Les Abymes

Morne a l’E.

Le Moule

C.S.M.

Créé en 1931

6 TITRES*

12 saisons en R1*

J.S.V.H

1 TITRE*

7 saisons en R1*

B

Vieux-Habitants

Petit-Bourg

Baie-Mahault

PTP

SOLIDARITÉ SCOLAIRE

Créé en 1907

6e place (2016/17)*

7 saisons en R1*

A

Le Gosier

B

Sainte-Anne

AS GOSIER

1e place* (2019/20)

8 saisons en R1*

A

B

ETOILE DE MAL

JUVENTUS

A

A

B

Basse-Terre

ARSENAL

Créé en 1938

5e place* (2018/19)

6 saisons en R1*

RED STAR

Capesterre

RACING CLUB

Créé en 1925

5e place* (2013/14)

5 saisons en R1*

A

B

A

LA GAULOISE

Créé en 1946

2e place* (2016/17)

11 saisons en R1*

CAM

AMICAL CLUB

Créé en 1966

1 TITRE*

9 saisons en R1*

*Résultas enregistrés à partir de l’année 2008

#LOCALEMENTFIERS


03

Le

Foot

NOTRE JEUNESSE

Féminin

&

La formation

pour notre

jeunesse.


22

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

LOUBLI Sergyna

une future championne de foot

.

Remplie d’ardeur pour le foot, elle a un goût très prononcé, voire irrésistible pour le

foot. Intégrer le GSPO 92 ISSY est sa plus grande fierté. LOUBLI Sergyna ne compte

pas en rester là, elle projette de jouer dans des clubs réputés comme le PSG…

Suivons son parcours !

Une passionnée de foot

Amoureuse du football depuis sa petite enfance,

elle a 15 ans, et cela va faire bientôt 12 ans

que LOUBLI Sergyna joue au foot. Elle habite à

Bouillante et est licenciée à la Résistance de pigeon

bouillante.

Des difficultés à surmonter

« Pour le moment, je n’ai pas encore eu

à surmonter de grosses difficultés même

si je sais qu’il y aura des hauts et des

bas. Il ne faudra pas baisser les bras

et continuer à travailler. » déclare notre

battante et courageuse passionnée de

foot.

Son entrée au pôle Espoir Féminin

LOUBLI Sergyna semble à la

fois positive, déterminée et

ambitieuse quant à son entrée

au pôle espoir féminin. C’est

pour elle une très grande

fierté d’intégrer le GSPO

92 ISSY. « Qui sait peutêtre

que c’est le début d’une

future carrière professionnelle. Ce

serait une occasion qui lui permettra

de découvrir de nouvelles choses,

un autre football que celui de la

Guadeloupe et de rencontrer de

nouvelles personnes.

Ses plus beaux rêves footballistiques

Pleine d’assurance, elle n’a pas hésité à affirmer

que ses plus beaux rêves footballistiques sont

bien sûr de jouer dans des grands clubs comme

le PSG ou encore l’olympique lyonnais mais aussi

d’intégrer l’équipe de France féminine de football.

Passionnée et reconnaissante

Elle doit sa reconnaissance et ses

remerciements aux membres de sa famille

et amis : sa mère, sa sœur, son beaufrère

Remy Alix. Elle adresse également

sa profonde gratitude à Monsieur Jocelyn

Gace, Monsieur Jocelyn BOISDUR,

et Monsieur Joël NOYON qui l’ont

accompagnée durant toute sa semaine de

test sans oublier de rendre hommage

à David ECHARD qui n’est plus

de ce monde mais qui s’est

beaucoup investi pour elle.

« Merci de vos soutiens et

encouragements. »

Propos recueillis par Gaël

de Karaïbes Sports

#LOCALEMENTFIERS


Il n’est pas du genre à garder ses connaissances et ses atouts uniquement pour

lui ! Jahyron EDOUARD, un jeune analyste vidéo intellectuellement généreux,

nous partage son parcours et son projet pour la Guadeloupe et à l’échelle

internationale.

Quant à ses attentes au terme

de cette formation, il souhaite

réussir à maîtriser le logiciel qu’ils

apprennent à utiliser durant le

parcours de formation. Mais de

manière plus globale, faire non

seulement bonne figure dans son

rôle d’analyste vidéo du centre

de préfo du club mais également

remplir toutes les attentes du coach

du club et celles de ses formateurs

en cours font la une de ses objectifs.

Agé de 19 ans, Jahyron EDOUARD

est actuellement en formation au

club de l’En Avant Guingamp en tant

qu’analyste vidéo du centre de préformation

via l’Ecole des Métiers du Football

Il a choisi cette formation, premièrement, car

c’est le seul club qui propose une immersion

totale dans le monde professionnel avec

l’accès à différents clubs professionnels

de Ligue 1, de Ligue 2 ou de National.

De plus, pour un passionné de football comme

Jahyron, une formation comme celle-ci lui est

vraiment une opportunité à ne pas rater pour sa

carrière. Comme il le dit : « Je ne pouvais pas

me permettre de laisser passer cette occasion

afin de me développer personnellement et

d’acquérir des expériences dans le métier. »

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

23

Jahyron EDOUARD

Le premier Guadeloupéen a intégrer la

formation d’analyse vidéo de l’École des

Métiers du Football

Au terme de sa formation,

Jahyron EDOUARD, un jeune

homme de parole et d’action,

envisage une carrière élargie

à l’international sans oublier

de vouloir apporter sa pleine

contribution au niveau national. « A la fin de la

formation, l’objectif principal serait de pouvoir

rester en Métropole pour exercer à plein temps le

métier d’analyste vidéo dans un club, pourquoi

pas Guingamp si les dirigeants sont satisfaits de

mon travail. Sinon à l’échelle guadeloupéenne,

j’aimerais apporter un peu de mon expérience

pour faire progresser le football local. Proposer

mes services à la Ligue Guadeloupéenne de

Football est une option que je garde dans un coin

de ma tête, ce serait intéressant que je puisse

effectuer un travail d’analyse sur les différentes

catégories pour fournir un vrai plus au bon travail

qui est déjà mis en place. » Nous confie-t-il.

Propos recueillis par Gaël de Karaïbes Sports

#LOCALEMENTFIERS


24

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

La Corsair Foot Academy

un tremplin pour nos jeunes!

Privilégier les jeunes footballeurs et leur permettre d’exceller dans ce domaine,

telles sont les missions principales de la Corsair Foot Academy. Trois jeunes

éducateurs ont accepté de nous livrer cette mémorable expérience.

Emmanuel CONGRÈ

La sélection de Corsair Foot Academy

La Corsair Académie a tendance à faire confiance

à des jeunes éducateurs. Selon CONGRÉ

Emmanuel, éducateur au gosier, c’est pour

lui une opportunité, une chance en tant que

jeune éducateur de côtoyer avant tout un ancien

professionnel. Non seulement, voir le travail

et les conseils qu’ils peuvent apporter aux jeunes

participants mais aussi passer une semaine

avec des jeunes footballeurs avides de

réussite et qui projettent de devenir de futurs

professionnels lui servent de tremplin.

Pour HELAN Ménaël , régisseur de la Corsair

Foot Academy, c’est une opportunité de faire

partie du Staff. « C’est un honneur pour moi de

côtoyer des anciens professionnels qui sont à

l’écoute de nos jeunes et qui sont prêts à

transmettre leurs connaissances et les valeurs du

haut niveau ». Il est toujours très agréable

pour un éducateur comme lui, d’apprendre,

d’échanger et de travailler avec ces jeunes

et il affirme en être ravi. Il profite de notre

interview pour adresser ses remerciements à Luc

Sonor et à toute l’équipe de la CFA qui lui ont

accordé leur confiance depuis près de 5 ans.

Enfin, Silvestre Loïc, un habitant de Gosier, est un

jeune paysagiste de 28 ans. Étant éducateur, il

est très optimiste quant à la sélection de Corsair

Foot Academy à laquelle il accorde sa totale

confiance. Chaque année, c’est avec impatience

qu’il attend le stage. « Ça fait déjà 5 ans que j’y

suis et je m’y plais et la Corsair foot academy

m’a permis d’acquérir beaucoup d’expérience

puisque à la suite des stages, nous accompagnons

les joueurs sélectionnés pour effectuer un stage

dans plusieurs centres de formation » affirme-t-il.

Loîc SYLVESTRE

Ménaël HELAN

L’apport de cette expérience en 3 mots

«Détermination, professionnalisme, apprentissage».

Tels sont les maîtres-mots décrivant l’apport de

cette expérience pour notre jeune éducateur.

Quant à la contribution de cette expérience

aux jeunes participants, l’apprentissage, la

détermination et la sériosité sont,

d’après HELAN Ménaël, d’envergure.

Selon Sylvestre Loïc, un de nos témoins dans

la Corsair : progression, plaisir et envie sont

à retenir en ce qui concerne cette expérience

Conseils aux jeunes participants

pour la prochaine édition

CONGRÉ Emmanuel suggère à ces jeunes

talentueux de venir avec l’envie de réussir, d’aller

au-delà de leurs limites et prendre du plaisir.

Il est essentiel à la fois, selon notre régisseur

HELAN Ménaël, de ne pas hésiter à venir se

perfectionner, d’apprendre aux côtés des

professionnels afin de prendre du plaisir sur le

terrain et surtout il est important de se projeter

pour être l’étoile du football Guadeloupéen.

« Je conseille à tous les jeunes de 12 à 15 ans

de venir à la Corsair Foot Academy parce que

le stage offre la possibilité de progresser et par

la suite d’être sélectionné pour faire un stage

dans un centre de formation. La Corsair est

comme une famille, et propose un même

encadrement chaque année et les enfants prennent

plaisir avec nous et c’est toujours un plaisir

aussi d’être avec eux. » affirme Silvestre Loïc.

Propos recueillis par Gaël de Karaïbes Sports

#LOCALEMENTFIERS


« Je suis footballeur et je pense que j’ai

un talent inné en moi, l’humour… »


Mat le Buzz

L’humour et le ballon rond.

Vous le connaissez certainement pour ses vidéos humoristiques qui font le “Buzz”

depuis 10 ans déjà, mais aujourd’hui c’est une autre facette que nous vous ferons

découvrir. Mat Le Buzz, une personnalité hors du commun, à la fois talentueux

en foot et génie de l’humour se livre à Karaibes Sports. Découvrons dans cet

entretien plein de légèreté ces deux personnages qui s’entremêlent et qu’il gère

pertinemment!

Une figure humoristique

Fidèle à son humeur à la fois plaisante et comique,

il se décrit et « espère » être un gars simple mais

« rester humble et très con ». Dépourvu de tout

son sens péjoratif, le mot « con » fait partie de

son vocabulaire et est la description même de sa

nature. C’est un état qui fait de lui un vrai humoriste.

À l’aise devant la caméra, il se décrit pourtant

comme « Très timide jusqu’à 15 ans et est devenu

très con à partir de la quatrième même avant 15

ans. » Ce n’est que vers ses 13 ou 14 ans environ,

après le divorce de ses parents, qu’est ressorti son

côté à la fois amusant et “emmerdeur” de la classe.

Ce côté ne l’a alors plus quitté, l’accompagnant

jusqu’à l’université et dans son cercle familial.

Il se replonge dans ses souvenirs: «J’ai commencé

à devenir un peu un cancre. A m’asseoir au fond, à

faire des blagues, à ramener les professeurs un peu

fous. Seconde, jusqu’à la fac, je foutais du bordel...

Je suis le mec qui fait

chier le peuple. Dans ma

famille aussi, j’étais un

peu le boute-en-train.»

Malgré ce côté clown, le

Mat timide n’est jamais

loin puisque notre humoriste aime se faire petit

même s’il a toutes les qualités et opportunités pour

être un chef de file. « Je n’aime pas être le meneur

mais être plutôt un suiveur donc je vais toujours

m’allier à des gars comme Bobby production, j’ai

un pote à moi qui s’appelle Steven Noël qui était

très comique. Je suivais ces gars parce que je les

trouvais plus marrant que moi et j’aime qu’on

soit plus marrant que moi. » nous explique-t-il.

Un sportif dans l’âme

Footballeur et humoriste, deux métiers qui sont très

peu associés, et pourtant! Notre interviewé était

en STAPS, cursus universitaire pluridisciplinaire

qui permet à ses étudiants de développer

« Mat Le Buzz le footballeur,

alors moi j’ai fait STAPS »

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

27

des compétences diverses autour du sport.

Quand on connaît le personnage, on peut se

demander s’il joue à ses matchs sérieusement ou

non ! Rassurez-vous, c’est un humoriste sérieux en

foot, et même dans son humour, il est sérieux mais

avec humour ! « Moi, j’étais très fort en sport,

j’ai eu 20 au bac parce que je savais que j’allais

avoir mon bac de très peu, il fallait que j’obtienne

20 au bac donc je me suis tué. » nous confie-t-il.

Tout cela, couplé à un parcours footballistique

considérable, fait de lui un vrai footballeur.

En effet, il a fait 3 ans de stage à Bordeaux

avant de jouer à Arsenal à Petit Bourg, sa ville.

« D’ailleurs, je n’ai jamais quitté le club dans les moments

difficiles où l’on est descendus dans les divisions

inférieures en senior par exemple. Et j’ignore quand j’ai

perdu ma place pour la finale et la demi-finale

de la coupe de la Guadeloupe. C’était un

moment difficile pour moi alors que j’avais

fait toutes les phases avant. » ajoute-t-il.

En voilà un vrai et bel

esprit de footballeur !

On ne devient pas un vrai

footballeur si on a n’a

pas connu les blessures,

les souffrances qui

font partie des épreuves. Lui, Mat Le buzz,

« Les ligaments croisés, tu connais ça ? »

demande-t-il à notre interviewer. « On aurait pu

être footballeur professionnel mais rupture du

ménisque du petit orteil et pas

de carrière professionnelle. »

Et dans la vie sportive de notre humoriste il n’y a

pas que le football puisqu’il est aussi très bon en

ping-pong, un peu moins bon au tennis, il joue

peu au basket et fait du karting. « Beaucoup de

sports de voiture aussi… Là par contre je suis

balaise. » : Un humoriste polyvalent en sport !

#LOCALEMENTFIERS


28

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

Ses performances d’humoriste comparées

à celle d’un sportif

Quand on demande à Mat de comparer ses

performances humoristiques à celles d’un sportif,

voilà ce qu’il nous répond: « C’est sûr que ce n’est

pas Cristiano Ronaldo parce que moi je ne bosse pas.

Je ne vais pas dire Messi car ça fait un peu machin…

Éden Hazard, c’est parfait, c’est exactement moi ! »

Eden Hazard et Mat Le Buzz, deux talents

qui ne déploient pas beaucoup d’efforts pour

exceller dans leur domaine, mais les

développent car leur talent leur est déjà inné!

« Je n’écris même pas mes textes pour te dire mais je pense

que j’ai un talent un peu inné pour ça » nous confie-t il

Son point de vue

sur la sélection de la

Guadeloupe et le foot

local

Il a une vision assez

critique du football local,

comparé à la formation et à

l’encadrement qu’il a reçu

dans les centres de formation

en France : « Quand tu rentres

en Guadeloupe, il y a un fossé

gigantesque. La Guadeloupe

à côté de la France mon

gars, on dirait un vieux

patelin en Afrique, c’est

incroyable. » affirme-t-il.

Selon l’humoriste, ce ne

sont pas du tout les mêmes

formations, les mêmes

entraînements, ni les mêmes

jeux, les politiques sportives sont également différentes.

Il semble ne pas être satisfait, voire être

mécontent d’avoir joué en Guadeloupe, où il a

réellement vécu cet écart. Il a senti cette

différence et le déclare de manière sincère : «

J’étais tellement épanoui en France et tellement

pas épanoui en Guadeloupe, la différence était

énorme. » Il trouve cette situation désolante.

D’après lui, il aurait fallu soit que la Guadeloupe

dispose des joueurs de France pour la remise

à niveau des footballeurs locaux, soit que

ces derniers aillent se former en France.

Le fait de rester sur place et suivre l’encadrement

local ne les aideront pas à s’épanouir : «

C’est peut-être pour ça qu’on se fait taper à

chaque fois en coupe de France » nous dit-il

Pour ce qui est du foot antillais, il paraît ne pas

être assez d’actualité sauf la SS, comme les

Gwadaboys (dans lesquels plusieurs de ses

amis vont en sélection), pour la simple et bonne

raison que ses amis, faisant partie des joueurs,

sont remarquables. Concernant le Gosier, il a un

avis positif : « l’AS Gosier aussi qui joue pas mal. »

Ce qui lui semble être un obstacle concernant le

regard positif sur la sélection, c’est la rare diffusion

des matchs à la télé. Cela paraît minime mais

influence justement son point de vue. Fidèle à luimême,

il termine par une blague : « Qu’il y ait des

commentateurs, je me porte d’ailleurs garant si un il y a

une place de commentateur, je veux bien commenter! »

Mat Le Buzz, un supporter de PSG

Pour lui, c’est un choix qui

s’est effectué au moment où il

a remarqué que Laurent Robert

était un bon joueur. « Alors,

je ne sais pas pourquoi j’ai

décidé de supporter le PSG je

crois que ça a commencé avec

Laurent Robert 99-2000. Je

me suis dit, lui il me plaît bien

je commence à suivre le PSG

pour ce mec-là » confie t-il.

Après le déclic avec la ligue

des champions avec Christian,

il y a Laurent Leroy et

les autres. Mat nous raconte

qu’Ils ont eu un match « qui m’a

traumatisé et je ne sais pas je vis

de traumatisme en traumatisme

avec cette équipe. »

Son avis sur l’arrivée de Messi au PSG

Notre sportif et humoriste se dit indifférent concernant

l’arrivée de Messi au PSG. Ce n’est pas vraiment la

raison pour laquelle il supporte ce club mais comme il

l’a déjà annoncé précédemment. Il adore PSG quelle

que soit la situation,parce que c’est d’abord un club à

qui, quotidiennement, on déroule le tapis rouge et puis,

une équipe qui marche constamment vers la victoire. La

défaite ne lui enlèvera pas son attachement à ce club.

Un vrai supporter!

« Moi je kiffe déjà ma race en étant champion de

France, en gagnant tous les trophées chaque année.

J’ai vu Amara Diané et Aboula Éden... Donc mon gars,

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

29

Son meilleur souvenir sportif

qu’ils ne gagnent pas

la ligue de champions

en vrai, ce n’est pas

grave mais s’ils la

gagnent, je finis tout nu

aux Champs Elysées. Je

vais payer 200€ pour

aller le voir même si

c’est 300€, je vais faire

floquer ce maillot que je

déteste d’ailleurs parce

que c’est Messi. C’est

le plus grand joueur

de l’histoire du foot et

il est au PSG. » C’est

la cerise sur le gâteau

compte tenu de son

admiration pour Laurent

Robert et Laurent Leroy.

« Mon meilleur souvenir sportif c’est ma dernière

année aux Girondins de Bordeaux lors d’un

stage de détection. On était 200 et ils

n’en retenaient que 20. `` se souvient-il.

Le séjour a mal débuté : il avait un souci de

santé. Alors qu’il y a mis tous ses efforts, le

footballeur-humoriste a été remplacé dans l’axe

et jouait en tant que défenseur central au lieu

d’être en numéro 6 ou 10. Mais, il était excellent. Il

semblait, durant le match, ne rien prendre au sérieux

comme il nous le décrit : « J’ai ratissé des ballons, j’ai

donné des passes derrière…

C’était n’importe quoi mais

j’ai été pris parmi les 20

qui allaient être sélectionnés

pour être peut-être des pro»

Hélas, c’est là que s’est

achevée sa carrière...

Avec un air légèrement

nostalgique mais fier, il

confie à Karaïbes sports,

avoir la chance d’être passé

devant la détection et d’être

choisi parmi tant d’autres.

« Le match que j’ai fait pour

être qualifié était incroyable,

je n’avais jamais joué à

un niveau pareil. Je crois

que j’ai fait une passe

décisive en coup du foulard

ou en touche. Je ne sais

pas mais j’étais matrixé dans ma tête ». ajoute-t-il

Des petits moments forts qu’il qualifie de «

petits souvenirs bêtes » : en championnat où

il y avait 2-2 « Il reste peut-être 5 secondes à

jouer, je mets une frappe du droit. Lucarne et tous

mes copains qui courent derrière moi. Sur le

terrain, de tête je ne vois pas d’autre mais c’est

forcément du foot » évoque-t-il.

Ses prochaines échéances ou ambitions

pour les 12 prochains mois

Sur le plan sportif, il souhaite être encore

plus performant et actif malgré ses

contraintes. « Si elles sont sportives, c’est de faire

plus de match que le dimanche. J’aurais aimé jouer

plus parce qu’en Guadeloupe je joue beaucoup, ce

n’est pas le cas quand je suis en France ». Il ajoute:

« J’ai plus l’âge pour jouer samedi et dimanche ».

Une contrainte physique avec l’âge qui avance étant

donné qu’il y met toutes ses forces, avec sa deuxième

casquette qui le définit mieux : le spectacle.

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle,

il projette de faire son spectacle en Mai

prochain. « Si le covid ne passe pas en covid delta,

l’année prochaine, je continuerai à kiffer la vie, la

vibe, faire mes vidéos au calme. Le plus important

c’est la santé comme dit Zidane ». conclue-t-il

Propos recueillis par Gaël de Karaïbes Sports

#LOCALEMENTFIERS


30

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

WILFRIED LAMART COMÉDIEN,

RÉALISATEUR ET ANIMATEUR RADIO SE QUALIFIE COMME UN GÉNIE

DU MAL (PROMIS ÇA RESTE ENTRE NOUS)

PORTRAIT CHINOIS

Malgré une actualité un peu bloquée à cause

du covid et un accident qui, avec le confinement

ont suspendu le tournage avec yeahman’ C,

Wilfried ne chôme pas et en profite pour écrire

différents scénarios.

• Si tu étais un sport : basketball, J’ai toujours kiffé

ce sport. Sport d’équipe, il m’a permis de m’épanouir

pendant mon adolescence. Et Michael Jordan a joué

beaucoup dans tout ça. En plus coïncidence ou pas mais

j’étais tout aussi fort que Mickaël (sourire) !!! Bon bon ok

pas autant mais j’avais un bon niveau.

• Si tu étais une devise : «Sé pa sa ki pli rèd. »

• Si tu étais une couleur : bleu, Le bleu car je faisais parti

d’un gang plus jeune. j’avais 5 ou 6 ans et on avait choisit

cette couleur. Bah le gang s’est dissout rapidement , si ta

mère t’habillait en rouge t’étais considéré comme traître.

Bref !!! Jaime le bleu depuis. Histoire véridique.

• Si tu étais un défaut : le juron facile loll

• Si tu étais un animal : le tigre est mon animal favori.

Je trouve qu’il incarne la force, la Sagesse, ainsi que

le Respect. J’aime ce qu’il dégage. C’est un animal si

majestueux.

ÇA OU ÇA

• Sportif du dimanche ou sportive régulier : Régulier

• PSG ou Om : PSG t’es fou toi. On est pas des brebis

• Mbappe ou Haaland : Mbappe le gars il éclate tout en plus il est à

paris, je le kiffe. J’ai même fait un son sur lui

• Floyd Mayweather ou Anthony Joshua : Floyd Mayweather

• Marathon ou sprint : Sprint, j’aime quand ça va vite.

• Plein air ou Salle : Plein air surtout en ce moment, donne moi ma

liberté.

• Ballon d’or ou disque d’or : [sourire] vu que je ne pratique plus le

sport de haut niveau je dirai disque d’or. Petite reconversion peut être.

• Ton spot de randonnée ou de sport en plein air : Mon spot ,

il y en a plusieurs mais je dirai la caravelle. C’est une zone protégée,

sauvage et c’est vraiment magnifique.

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

31

3 mots pour la jeunesse

Caribéenne :

Force,

Courage,

Amour.

Localements fiers (notre slogan) ce que cela t’inspire :

Localement fier, m’inspire beaucoup car c’est aussi mon leitmotiv pour mes différents

projets. Je souhaite vraiment qu’on puisse avoir une réelle industrie cinématographique

caribéenne. Martiniquaise dans un premier temps, car nous

avons tout ce qu’il faut ici en matière de talents, de professionnels et de créateurs

chez nous pour ne rien avoir à envier à qui que ce soit.

Je suis toujours content quand un de mes compatriotes arrive à faire de grandes

choses. J’aime l’idée de mettre en avant la communauté. Même si des fois je

n’aime pas ce qu’il fait (lol). Mais la démarche est là, c’est le plus important.

En tant qu’ humoriste, comment vis-tu la crise sanitaire en sachant

que rire est bon pour la santé ?

En tant qu’humoriste , le covid est assez difficile car il n’y a plus de scène. Il y

en avait en juillet on a tout pris car on savait que cela n’allait pas durer. C’est

pour cela que j’écris mes scénarios et reviens à mes premiers amours , écriture

et tournage de fictions.

Mais dans la vie de tous les jours, je fais rire mes proches et c’est déjà beaucoup!

Parles-nous de ton actualité?

Pour l’année qui vient j’espère finir un projet culturel sur la Martinique, ensuite

entamer ma série fiction. J’en ai déjà parlé à certains comédiens comme Bobi

ou encore Gsl, et à des réalisateurs qui sont partant pour le projet…. Et puis

surtout rester en bonne santé!

#LOCALEMENTFIERS


32

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

An plis, sa ki byen èvè swé-la, sé kè anvi a jwéla

osi fò ki anjé-la, libèté a ésprésyon-la pi fò é

an ka pansé kè sé la kè jéni pé vwè jou...

Pou mwen, fo pa nou opozé swé é konpétisyon,

o kontrè fò nou sèvi èvè swé-la pou fòmé dé

méyè jouwè, mè osi é sirtou, dé mèyè moun.

Organisations & Initiatives...

Nou sé on asosyasyon ki ni 4 manm aktif, on

prézidan, on vice prézidan, on trézoryè é on

sèkrétè, san konté tout sé moun la ka ban nou

fòs é lanmou pou méné aksyon an-nou.

Nou ni onlo anbisyon mè pou lenstan sitiasyon

a péyi la paka pèrmèt nou mèt an plas sa

nou anvi fè. Nou anvi sèvi évè ispo é kilti pou

roukréyé dé lyen antrè lé diféran jénérasyon.

Nou ni plizyè pwojè ki kay an sans a solidaritéla,

a lémansipasyon mè malérèzman nou ka

manké vizibilité si lavenir donk nou ka mandé

zòt ankò tibwen pasyans avan ASWÉ pwan

plas an péyizaj an-nou...

Les ambitions...

Pou lenstan nou ka pwan tan an nou pou striktiré

ASWÉ é pou maké pwojè an-nou, lyanné èvè

dòt asosyasyon. Nou ka fè sa épòk la nou ka

viv la ka pèrmèt nou fè. Nou poko pé byen vwè

ki jan repriza sé chanpyona la kay fèt, alòs

nou ka attann ka lé instans dirijant ké désidé.

Ni dokiman ka sòti si lé mizi yo anvi pwan pou

rèpriz a ispò. Nou ka attan...

Kon yo ka di boul la an kan a yo, mè i pa jen

senten rivé an kan an nou.

Organisations & Initiatives...

We are an association with 4 active members, a

President, a VP, a treasurer and a secretary.

We also have many people that help us and

give us love and energy in the various actions

we take. We have a lot of ambition, but so far

situation in the country doesn’t really allow us to

put in place what we want. We want to use the

sport and the culture to recreate a link between

generations. We

have many projects along the line of solidarity

and emancipation, but unfortunately the future is

a little uncertain, we are asking for a little more

patience before ASWÉ takes its rightful place in

our landscape.

Propos recueillis par Gaël de Karaïbes Sports

Ambitions...

For now, we’re taking our time in structuring

ASWÉ, writing down or project and linking

up with other associations. We do what this

current situation allows us to do. We don’t have

visibility on the league will start back again, we

have to wait to see what the organizers decide.

Documents related to measures are coming out

and there’s no certainty at the moment. We have

to wait. They are dealing the cards for now, but

we might never get them.

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

33

ASWÉ

Nouvelle association sportive et culturelle

L’insertion et le lien social sont leur cheval de bataille et leur

arme de diffusion massive est le sport. Rencontre entre fierté

et liberté avec le leader de l’Association sportive et culturelle

ASWÉ :Amharik. Délectez vous de cet article en créole et anglais,

hommage à notre “Karaibe” à l’occasion du mois du créole.

New sports and cultural association

Integration and social ties are their hobbyhorse and their

weapon of mass dissemination is sport. Meeting between

pride and freedom with the leader of the ASWÉ Sports and

Cultural Association: Amharik. Enjoy this article in Creole and

English, a tribute to our “Karaibe” on the occasion of the

month of Creole.

Pourquoi Amharik ?

Amharik sé on non an chwazi pa rapòt a

konviksyon an mwen. “Amharique” sé on lang

enpowtan ki palé an Etyiopi

Etyopi toujou ni on senbolik fò an lespwi an

mwen paskè sé on nasyon kè lòksidan pa jen

kolonizé...An plis mouvman rastafari ka vwèy

kon “terre promise”

Etyopi sété osi non a sa yo ka kriyé Afrik jodijou.Pou

mwen, Amharik ka repwézanté tou sa.

Libèté, fierté

Président de l’association ASWÉ ?

Prézidan a ASWÉ ? Pou di vré, an paka

konsidéré mwen kon prézidan, an plis ka vwè

mwen kon chef de file a on pwojè kolèktif,

ASWÉ.

An ké di kè an tan kè pwézidan, mwen garan

a idéoloji ASWÉ.

Pourquoi ASWÉ...

Tou dabò, ASWÉ sé on asosyasyon sportiv é

kiltirèl.

Misyon an-nou sé sèvi èvè Ispò kon zouti a

entégrasyon é dévlopman sosyal.

Ispò ka vinn dè pizanpi élistik, dè pizanpi

kadré é régilé... Mè Ispò a pa yenki sa ki ka

pasé la télé, ou sa kè tèl ou tèl organizasyon ka

rèkonnèt. Ispò sé èsprésyon, sé libèté, sé valè

kè nou anvi pawtajé. Nou ni tandans a pansé

kè pani konpétisyon an swé mè an ka kwè kè

ni konpétisyon dèpi ou ka monté asi on téren...

Why Amharik ?

Amharic is a name I have chosen according

to my conviction. “Amharic” is an important

language spoken in Ethiopia.

Ethiopia has never been colonized and Rastafari

considered it as their “Promise Land”.Once upon

a time, Ethiopia was the name of what we called

Africa today.

For me, Amharic represents all of that (freedom,

pride...)

President of ASWÉ?

Well, to be honest, I don’t consider myself as

a president, I see myself more as a leader of a

team project which is ASWÉ.

As a president, I vouch for the ideology ASWÉ.

Why ASWÉ...

First of all, ASWÉ is a sport and culture

association.

Our mission is to use sport as a medium of social

development and integration. The sport is no

longer as popular as it used to be, it’s regulated

and less spontaneous.

But sport is not only what you see on TV, neither it is

what various organizations officially recognize.

Sport is a natural expression, it’s freedom, these

are the values dear to us that we want to share.

We tend to think there’s no competition in the

Swé but competition starts the minute you set

foot onthe field.

#LOCALEMENTFIERS


34

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

des exercices cardios

et de renforcement

musculaires avec des

temps de récupération

spécifiques.” Explique

le cofondateur du

concept. “Les coachs

sont présents en salle

en permanence avec

les clientes qui ont leur

programme déjà prêts

à leur arrivée.” ajoutet-il

En mettant en place ce

concept 100% féminin,

Jérôme et Sylvain

répondent avant tout

à une demande que

n’offrent pas les salles

tous publics. Celle

d’offrir du confort aux

femmes dans un endroit

privilégié et dédié,

leur évitant ainsi de se

confronter au regard et parfois aux avances des

hommes. “Ici, elles viennent pratiquer en toute

sérénité sans avoir à se soucier de quoi que ce

soit d’autre que leur bien être physique et moral.”

nous explique le préparateur physique.

Un accompagnement particulier

Comme nous l’explique Jérôme, la pratique

sportive féminine présente des spécificités qui

sont liées aux nombreux changements: “Sur les

plans physiologique, morphologique ou encore

hormonaux au cours de leur vie. Tous ces aspects

influent bien évidemment sur le physique, sur le

moral et sur la performance.”

avec d’âges et de profils très différents, ce qui

d’après Jérôme Questel “ (...) rend notre travail

plus ludique et plus intéressant.”

Les perspectives

Face à la crise, la salle de sport de Jérôme

et Sylvain est autant touchée que les autres

acteurs du secteur “nous serrons les dents” nous

confie t-il. Pour autant, les jeunes entrepreneurs

s’accrochent et trouvent des solutions. “Nous

continuons à trouver des solutions alternatives

pour faire en sorte que nos clientes continuent

à pratiquer, même pendant les confinements

où nous envoyons des programmes et faisons

des cours en visio.” Leur volonté de pérenniser

la pratique se traduit par l’aménagement d’un

espace extérieur. “Mon associé dans ce projet,

Sylvain Philippe et moi-même sommes convaincus

des bienfaits du sport face à la maladie de

manière générale et continuons à notre façon

de contribuer au bien-être physique et moral de

toutes celles qui nous accordent leur confiance.”

conclut Jérôme

Un conseil pour ceux qui souhaitent se

lancer

À ceux qui souhaitent comme Sylvain et lui se

lancer, Jérôme préconise de “ne pas se mettre

de barrière, ni dans les ambitions, ni dans

l’investissement que cela demande.” Il qualifie

l’entreprenariat de “belle aventure”, et ajoute

qu’elle “demande beaucoup d’efforts, beaucoup

de travail et du courage.” Il est aussi important de

prendre le temps et les conseils nécessaires pour

monter des projets originaux, solides et durables.

Propos recueillis par Malika Gaudy

Quatre principaux profils distincts

• Celles qui souhaitent perdre du poids

• Celles qui souhaitent se galber, se muscler

• Celles qui reprennent en post partum

• Celles qui pratiquent avant tout pour leur

santé, sans objectifs spécifiques.” Nous

détaille l’associé de Sylvain.

Les adhérentes de Ladies by performance

training n’ont comme point commun que leur

féminité, puisque la salle accueille des femmes

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

35

“C’est une salle que je conseillerais volontiers à toutes les femmes,

quels que soient leur âge, leur profil ou leurs éventuelles pathologies.

J’ai trouvé une salle où j’ai beaucoup de confort dans ma pratique,

qui m’a accompagnée depuis quelques années, puis après mon

accouchement, et qui continue à me coacher dans le respect de mes

objectifs et de mes spécificités.” Megguy Brudey

Ladies by Sports

Performance

Un concept dédié aux femmes.

Cross training, cardio, renforcement musculaire… Les

femmes ont désormais leur salle de sport dédiée en

Guadeloupe! Ce nouveau concept spécialement pensé

pour elles est pourtant l’initiative de deux hommes.

Jerome Questel et Sylvain Philippe nous en disent plus

sur “Ladies by Sports Performance.”

Très complémentaires, c’est par le cursus des

sciences et techniques des activités physiques et

sportives (STAPS) que les deux hommes de 31

ans sont passés avant de se spécialiser. C’est

dans le domaine de la préparation physique

que Jérôme Questel s’est spécialisé quant à

Sylvain Philippe, il a opté pour le domaine des

activités physiques adaptées.

La complémentarité des deux associés s’illustre

également dans la diversité de leurs expériences

et des publics auprès desquels ils sont intervenus.

Jérôme a travaillé avec un grand nombre de

sportifs de compétition, allant des clubs amateurs

aux clubs professionnels dans le cadre de leur

préparation physique. Son associé Sylvain, quant

à lui est doté d’une grande expérience auprès

des publics spécifiques tels que les personnes

âgées, ou autres publics “fragiles”.

Ils attribuent la qualité de leurs prestations à

leurs nombreux voyages et formations. “Le

professionnalisme et le bon rapport clientèle sont

au cœur de nos préoccupations au quotidien.”

nous confie Jérôme

Un nouveau concept pour les femmes

Ladies by Sports Performance, est une salle de

sport dédiée aux femmes, qui propose un suivi en

coaching personnalisé illimité. “Nous fonctionnons

essentiellement avec du cross training, qui est

une discipline complète qui consiste à enchaîner

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

37

Comment accompagner son enfant dans le choix

d’un sport.

Ça y est, l’école a repris! Et, rentrée scolaire rime forcément avec rentrée sportive.

On le sait, l’activité physique joue un rôle essentiel dans le développement et la

santé de nos boutchous. Mais il y a beaucoup de choses qu’on sait moins, Yvonne

Laclef, fondatrice d’Action Plus association Multi activités, conseils, services et

accompagnement, éclaire votre lanterne.

À quel âge commencer?

Plus un enfant commence tôt, plus il a la chance

de découvrir un panel d’activités physiques

et sportives ce qui lui permettra d’acquérir les

bonnes bases et de se positionner sur ce

qu’il aime.

S’il vise la compétition,

il faudrait attendre

6 ans, à cet âge il

est capable de choisir,

respecter les règles et

gérer ses émotions...

Sports recommandés

pour les tout-petits

9 mois à 3 ans, binôme

parent/enfant.

Ex: parcours

gymniques , jeux collectifs

et dansés …

3 ans / 5 ans, l’enfant

apprend à être autonome.

Ex: parcours de motricité,

activités d’adresse,

de poursuite, randonnée

adaptée...

Les plus petits peuvent faire à

quelque chose près les mêmes activités

que les plus grands, il suffit

d’adapter les cours et le matériel.

6 ans à 12 ans

Ex : sport santé dans les disciplines

de sports collectifs,de lutte, de raquette ,

course, vtt.

Cours adaptés

Nous adaptons nos cours pour les enfants ayant

des pathologies

Conseils, erreurs à éviter

L’enfant comprend et sait ce qui l’intéresse.

Questionnez le, emmenez le voir certains

sports, observez-le. Ne pas lui imposer, l’enfant

n’adhérera pas forcément, ce qui entraînera un

manque de motivation. Donnez

le temps à son enfant

de choisir lui-même, il sera

beaucoup plus motivé.

Ne pas dépenser pour des

tenues coûteuses. Des vêtements

simples, amples où

l’enfant est à l’aise conviendront

parfaitement. Mais,

le choix de la paire

de chaussures est

important.

Quelles aides?

Le « ticket loisirs »

pour les enfants de 3

à 20 ans

Le « pass loisirs 972 »

pour les jeunes de 20 à

25 ans,

PASS SPORT: 50 € reçu

du Ministère des Sports.

Action Plus

Faites confiance à

l’Association Action

plus, son concept

de multi activités

physiques et sportives

fa- cilite les parents les plus hésitants

car il permet à l’enfant de découvrir

plusieurs sports dans une seule structure, et l’accueil

y est très chaleureux!

#LOCALEMENTFIERS


38

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

donc forcément ce n’est pas simple.”conclue-t-il.

Les nouveautés du 70ème Tour de

Guadeloupe.

Pour cette édition, le Comité Régional de Cyclisme

a voulu se différencier de ses prédécesseurs

en termes de parcours avec notamment une

arrivée prévue à la pointe des châteaux .

Malheureusement la pandémie est passée par là

et a quelque peu contrarié les plans du nouveau

président dont l’objectif est aussi de valoriser la

destination Guadeloupe à travers le Tour. “On

est dans une démarche touristique, sportive, et

surtout économique pour vendre la destination

Guadeloupe.”explique-t-il

D’après ses propos, le Tour devrait au-delà du

sport, d’abord profiter aux Guadeloupéens. Tant

en les faisant rêver qu’en étant pourvoyeur de

richesses pour les petites économies du territoire.

M. Théobald ajoute “Comme c’est la 66ème

édition on a voulu mettre en avant les différents

vainqueurs vivants. Donc les arrivées d’étapes

ont été choisies en fonction des vainqueurs

Guadeloupéens vivants, pour les mettre à

l’honneur et pour les remercier pour tout ce qu’ils

ont fait pour le cyclisme guadeloupéen.”

victoire, ce n’est pas simple au regard du

contexte. Il faut que la vie reprenne, et c’est déjà

une victoire!”

Les Etapes

Prologue : Pointe-à-Pitre - Pointe-à-Pitre (4,7 km)

Étape 1 : Pointe-à-Pitre - Saint-François (150,3

km)

Étape 2 : Saint-François - Deshaies (145,5 km)

Étape 3 : Deshaies - Capesterre Belle Eau (152

km)

Étape 4 : Vieux-Habitants - Lamentin (137 km)

Étape 5 : Petit-Canal - Morne-a-l’Eau (150,5 km)

Étape 6 : Morne-à-l’Eau - Le Gosier (146,1 km)

Étape 7 : Le Gosier - Les Abymes (133km)

Étape 8 : Baillif - Saint- Claude (clm individuel,

10,3 km)

Étape 9 : Baie-Mahault - Baie-Mahault (142 km)

Propos recueillis par Malika Gaudy

Sa définition d’un tour de la Guadeloupe

réussi.

Ce qui fait le succès de la course au niveau

qualitatif, c’est la cohérence. Et cela passe par

un plateau sportif où le niveau est correct, selon

notre interviewé. “Ça c’est ce qui fait quand

même le charme de l’épreuve! Du suspense pour

le classement final... que la course ne soit pas

trop dominée d’entrée. “ précise-t-il

Sur le plan quantitatif et plus large, un Tour réussi

serait un Tour sans accidents ou la sécurité prime.

“C’est un sport quand même extrême à risque.”

explique t-il.

Une bonne couverture média définit également

un Tour réussi pour Frédéric Théobald, qui ajoute:

“c’est le premier tour en pleine pandémie, je n’ai

pas envie du tout que cela se passe mal alors

qu’on se donne les moyens.”

Le président conclut en s’estimant déjà victorieux

que le Tour puisse se tenir malgré les conditions

sanitaires: “On peut s’arrêter sur une petite

#LOCALEMENTFIERS


Frédéric Théobald

Un président visionnaire?

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

39

Le cyclisme a pris la tête du peloton de la reprise, reprenant avant tous les

autres sports son activité. C’est privé de la ferveur populaire qui l’accompagne

habituellement, sous pass sanitaire et à huis clos que les premières compétitions

se sont tenues. Entre féminisation, santé publique, ou tourisme , le jeune

président du comité régional de cyclisme, Frédéric Théobald à accepté de nous

livrer sa vision qui va au-delà du Tour de Guadeloupe.

Une vision stratégique du cyclisme

guadeloupéen entre, développement

pluridisciplinarité et féminisation.

La vision de Frédéric Théobald ne s’arrête pas au

cyclisme mais concerne toutes les activités qui y

sont liées. “Les différentes disciplines, la route, le

bmx, le VTT, la piste.” comme il nous l’explique.

Il entend bien, à travers le développement et la

démocratisation de ces disciplines, prendre le

problème de santé public du territoire à bras le

corps à travers le sport-santé.

Selon le président, cela passe par le fait de

rendre le vélo et le cyclisme accessibles à tous et

au-delà de cela, créer la pluridisciplinarité.

Cela s’illustre par le fait de toucher à toutes

les disciplines comme le VTT ou la route sans

forcément se cantonner à une

activité unique. “Je pense que

c’est très important en terme

de stratégie” nous confie

t-il, avant de mettre en avant

son envie de continuer à

développer la féminisation du

cyclisme. “On veut vraiment

développer la féminisation

(...), créer cette mixité dans

toutes les disciplines aussi.”

précise-t-il.

Enfin, le développement et

la démocratisation de ces

disciplines répond aussi à un

objectif: celui d’augmenter le

nombre de pratiquants et de

licenciés.

Dans un contexte où les

cyclistes ont déjà payé un

lourd tribu, il reconnaît que la

sécurité routière fait un travail remarquable, pour

faire intégrer la notion de partage sur la route.

Mais pour lui, le développement des activités à

également un rôle stratégique en ce sens.

L’enjeu de la sécurité routière

La sécurité routière est un des principaux freins à

la pratique, les cyclistes ou leur entourage sont

parfois réticents à cause des dangers de la route.

“La route reste un terrain très compliqué pour

les parents, même les adultes.” nous confie le

successeur de Clotaire Boecasse qui se souvient

aussi d’Alfred Defontis, percuté tragiquement à

l’entraînement il y a quelques mois de cela. “La

vie ne tient qu’à un fil, avec celles et ceux qui

téléphonent au volant, qui mangent au volant

#LOCALEMENTFIERS


Karaibes Sports est le 1er média

qui valorise le sport antillo-guyanais

d’abord spécialisés dans le football,

nous couvrons tous les sports. Notre

objectif est simple: valoriser les sportifs

qui nous ressemblent et à travers eux

inspirer ceux qui nous suivent à se

dépasser et à suivre leurs rêves.

Ta mission, en tant que contributeur est

de participer au mouvement que nous

avons initié et de mettre en-avant cette

fierté en valorisant nos talents locaux!

Quel que soit ton domaine de

compétence, mets en-avant ton esprit

#localementfiers.

Participe au rayonnement des Antilles

Guyane en devenant contributeur.

Mets en avant l’excellence Caribeenne

à travers ton regard artistique ou

littéraire auprès de notre communauté

grandissante.

Contribue au prochain numéro du

Karaibes Sports pour être mis en avant

et crédité dans notre magazine et sur

nos réseaux.

Saisis l’opportunité offerte par Karaibes

Sports et fais ressortir ton esprit

#LOCALEMENTFIERS

Plus d’informations :

infos@karaibes-sports.com

ou 0690 21 20 88


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

41

de la partie médicale…

- le bureau composé du président , du viceprésident

, du trésorier...

La pratique de l’entraînement nécessite d’être

licencié pour bénéficier de l’assurance de la

fédération.

Les compétitions pendant l’année et le Tour sont

deux choses différentes. Pendant l’année on

retrouve:

Le mapipi: sélection durant laquelle on retient le

top 5 des yoles qui vont participer à une régate

en début de saison suivante.

Le championnat dure pendant toute l’année juste

avant le tour.

Challenge du 22 mai (aboliton de l’esclavage)

trois régates avec toutes les yoles

Finale de la coupe.

L’engouement n’est pas le même pour la saison,

que pour le Tour. La saison réunit un public

de connaisseurs: des partisans de la yole, les

supporters, les associations avec leurs membres et

quelques touristes. “Il peut y avoir ponctuellement

2000, 3000 personnes” précise Athon.

Mais le Tour c’est totalement autre chose, dix fois

plus de personnes sont réunies. C’est 25000, 35

000 personnes d’après notre spécialiste. “C’est

toute la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane,

toute la Caraïbe et comme on dit chez nous, les

négropolitains qui viennent pour profiter de ce

moment festif.”

Et ils viennent non seulement pour la yole mais

pour les afters, l’ambiance et les mets délicieux

(poulet, lambis, poisson, ou langoustes grillées).

Notre invité s’amuse du fait que “Certains

viennent pour l’ambiance et ne connaissent

même pas le résultat de la course.”

L’enjeu est aussi différent pour les partenaires

qui sont beaucoup plus visibles pendant le Tour

grâce à la présence des médias, ce qui n’est pas

le cas le reste de l’année.

Le récit de sa plus grande épreuve

“Ma plus grande difficulté en tant que formateur,

c’était lors d’une étape Sainte-Anne , Vauclin en

2007. La mer était démontée, déchaînée et les

jeunes ont beaucoup souffert et ne pouvaient

plus tenir. J’ai décidé d’abandonner puisqu’on

prenait de l’eau et ça n’allait pas du tout. Mais

finalement, on a fait du sur-place, on a respiré, on

s’est concertés et on s’est dit qu’on repart. Mais,

c’était la souffrance totale. A un certain moment,

je me suis demandé, qu’est ce qui m’arrive?

Qu’est ce que je fais là ? Puisque j’avais déjà

arrêté en 2005 et j’ai repris en 2006. En 2007,

je vois que je ne passe pas . Cette étape là est

aussi renommée pour être la plus dure du tour

de la Martinique. C’est un peu comme quand on

passe à la Pointe des Châteaux en Guadeloupe,

ça s’appelle la table du diable. C’était ma plus

grande difficulté en tant que formateur.” se

souvient-il

Propos recueillis par Malika Gaudy

L’association derrière la yole

L’effectif est de quarante sept licenciés parmi

lesquels on compte:

- Deux catégories de coursiers

- le staff qui s’occupe des yoleurs et du matériel ,

#LOCALEMENTFIERS


42

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

famille. Aujourd’hui, je ne suis plus là donc c’est

eux qui sont à la barre. On peut dire que c’est

vraiment une histoire de famille, de père en fils.”

conclue-t-il.

Pas de repos pour les yoleurs.

Athon Mas exprime le manque de la compétition

mais n’est pas pour autant privé de yole, qui

fait partie de ses activités quotidiennes. “On

est tout le temps dans la yole, même quand il

n’y a pas de compétitions.” se réjouit-il. Il y

toujours quelque chose à faire comme préparer

le matériel, réparer les yoles ou les voiles… “On

est toujours dans la yole du lundi au dimanche.”

ajoute-t-il.

Même s’il reconnaît une perte de motivation

après ces deux saisons blanches pour cette

activité qui leur permettait de décompresser:

“Après une semaine de travail, se retrouver sur

l’eau, ça détend un peu. Même si physiquement

c’est chaud mais, on s’exprime autrement.”

En plus de la pratique, le lien social généré par

ce sport d’équipe représente un manque. Cette

absence d’activité représente également un gros

manque à gagner, comme il nous l’explique:

“C’est moi qui gère tout, je suis dans le rouge,

les partenaires ne fonctionnent pas puisqu’il n’y

a pas d’activité.” Même si tout est en standby,

M. Mas espère que le temps redeviendra de

nouveau beau un jour afin qu’il puisse continuer

à vivre de bonnes choses sur l’eau avec les yoles.

Le tour en Août ou rien!

Malgré le report ou l’annulation de certaines

étapes qui interviennent parfois, pas question

pour Athon de déplacer la date du Tour, même

si auparavant il se déroulait plus tôt. Il s’en

explique: “Le tour, c’est une affaire martiniquaise,

et le mois d’août, c’est le moment où tout le

monde est en congés, que ce soit les enfants, les

jeunes, pratiquement tout le monde. Donc c’est

la bonne date!” Selon lui, “Il y a des étapes ou

la nature suit son chemin donc avec les règles

de sécurité nautiques, c’est normal qu’on soit

obligés d’annuler certaines étapes.” Ce qui ne

change rien dans leurs habitudes et leur fierté.

Il fait la comparaison avec d’autres sports

comme le football ou le vélo qui sont parfois

contraints d’arrêter un match ou le tour carrément

sans que cela ne pose problème. “Nous, ce qui

nous intéresse c’est de nous exprimer sur l’eau

et de faire plaisir à notre public! Même si nous

avons déjà réfléchi, ce n’est pratiquement pas

possible de changer de date. “ ajoute t-il , avant

d’insister : “Le mois d’Août c’est vraiment le mois

ou la yole à son empreinte et on doit garder cette

date là! “

Quelques termes techniques propres

aux yoles.

Ladjé monté ba mwen = faire la yole monter au

plus près du vent = techniques façon de propulser

et dresser la yole

A la Godille = faire avancer la yole sans vent

avec la pagaie = art celui qui n’est pas un vrai

artiste ne peux pas figurer avec les meilleurs

Ce sont des techniques travaillées pour pouvoir

gagner du temps à la navigation

l’Empannage= quand la voile part de tribords à

babords. Parfois, le fait de réaliser cette technique

à l’approche d’une bouée permet de gagner

beaucoup de temps. Surtout si l’averse n’est pas

au top, cette technique permet de “couper le

vent” sur l’adversaire et de repartir tout de suite.

Si l’autre n’a pas cette capacité technique, il est

obligé de faire une 360.

360= Faire le tour sur soi pour rattraper la bouée

pour ne pas empanner . Cette technique évite de

“dessaler” car l’empannage est risqué . Il faut

être costaud pour faire l’ampanage. Ce sont des

techniques très travaillées

Le reste de la saison des yoles.

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

43

Athon Mas Gardien de la tradition

Chaque année au mois d’Août, la Martinique s’arrête de respirer pendant une semaine pour

vivre au rythme des Yoles. Compétition, ambiance, ferveur mais aussi tradition, le Tour des Yoles

Ronde, évènement unique au monde rayonne bien au-delà de l’Ile aux Fleurs. Rencontre avec un

monument de la discipline, qui vit pour ce sport: Athon Mas.

Les yoles au patrimoine mondial de

l’UNESCO.

Pour Athon Mas, ce sport-patrimoine unique

au monde représente quelque chose d’essentiel

dans l’identité culturelle martiniquaise. “Dans la

Caraïbe, la Martinique est la seule à pratiquer

cette discipline.” précise t-il.

Il considère cette reconnaissance de l’UNESCO

comme une action très forte vis-à-vis des anciens

qui ont contribué à cette activité. “ Ils nous ont

laissé cette chance de continuer l’aventure donc

c’est énorme pour moi.” dit-il avec gratitude.

Ayant toujours, et depuis très jeune considéré la

yole, il n’est pas étonné de cette récompense. “Je

savais déjà que c’était un produit touristique qu’il

fallait valoriser et conserver pour l’avenir.” nous

confie-t-il.

La passion des yoles comme leg.

Fils de marins pêcheurs passionnés, il est très

tôt tombé dans le bain de la yole. D’autant plus

qu’il avait la chance d’habiter à côté de grands

yoleurs comme Charles Exilé ou Felix LAGIER.

“C’était de grands navigateurs, vraiment des

champions et j’étais mordu par eux et par leur

dévouement.” se souvient-il.

Baignant très tôt dans cet univers, c’est au fil

des années et tout doucement qu’il a pratiqué.

Il se replonge dans ses souvenirs “Ce n’était pas

facile dans le temps, on n’avait pas cette liberté

de prendre une yole et de partir en mer comme

ça. Les parents étaient très durs.”

Ce n’est donc que vers l’âge de 18 à 19 ans

que celui que l’on appelle Athon a commencé

à faire des petites régates avec des amis qui se

déroulaient le week-end comme des rencontres

de quartier. “Cela m’a forgé un peu.” confie-t-il.

Ce n’est qu’un peu plus tard, quand la yole est

devenue un sport à part entière et qu’il y avait

des régates organisées et même le championnat,

que M. Mas s’est intéressé à la discipline et

a commencé à pratiquer véritablement en

compétition.

“Voilà c’est mon parcours, j’ai eu la chance de

gagner mon premier tour et cela m’a motivé

beaucoup plus alors j’ai continué et j’ai pratiqué

la yole pendant 35 ans.” Ajoute-t-il

Un véritable histoire de famille

Il l’affirme lui-même: “la Yole chez les Mas c’est

une histoire de famille.” Puisque ses enfants ont

pratiqué et lui-même a commencé la pratique

avec trois de ses petits frères. Pour lui, cette

transmission est tout à fait normale “Je suis

constructeur de yole et quand mes enfants sont

venus au monde, ils étaient à mes pieds à voir

et à mettre la main dedans, ils étaient dans le

bain et effectivement ils étaient très très mordus

par la yole.” explique-t-il. Le patron de yole nous

confie également que très jeunes ses fils étaient

“des costauds” qui ont construit vers 13, 14 ans

leur première “bébé yole” (équivalent catégorie

cadet, junior). À 15 ans, ils ont commencé à

faire leurs courses officielles et à tout gagner

pendant cinq ans avant de passer sur la grande

yole. “Donc c’est vrai, c’est une vrai histoire de

#LOCALEMENTFIERS


44

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

MLKSPORT

TOUT EST PARTI D’UN SWÉ !!!

Rien n’est dû au hasard ! Avec un peu d’enthousiasme, un déclic peut réveiller le talent qui

sommeille en chacun de nous. C’est ce que nous montre le chef de projet MILKSPORT a accepté de

nous faire part de sa passion et de nous partager son incroyable expérience dans son métier.

Un passe-temps comme tous les autres

La situation sanitaire dans laquelle nous vivons

ne nous laisse pas du tout tranquille ! Malgré le

fait que nous soyons enfermés chez nous durant

le confinement, notre invité « ne se l’est pas

coulé douce » Pendant que d’autres faisaient

du pain, lui s’est mis à la photographie en

commençant par prendre des photos de paysage

et par la suite, il s’est mis à shooter les femmes.

Le début d’une carrière prometteuse

C’est à travers le shooting, qu’il redécouvre la

passion qui sommeillait en lui. « Je me suis mis au

shooting photo pour femme, mais j’ai vite réalisé

que je perdais mon temps, car je n’aimais pas

ce que je faisais jusqu’au jour où j’ai décidé de

photographier des jeunes du nord caraïbe lors d’un

swé à Saint Pierre et la boum !!! » Les photos des

jeunes footballeuses étaient donc un prémisse à son

succès actuel. Puisqu’elles ont généré un véritable

buzz, avec plus d’une centaine de réactions et

d’abonnés, le soir même de leur publication sur son

compte instagram. De ce fait, affirme-t-il: « J’ai vite

compris qu’il y avait un manque cruel de visibilité

pour le football martiniquais et que les jeunes en

ont réellement besoin, le passionné de foot que

je suis ne pouvait que saisir cette opportunité. »

Profil de MLKSPORT et de ses collaborateurs

Passionné, professionnel et polyvalent, il est

à la tête du séduisant projet MILKSPORT.

D’ailleurs, c’est un honneur qui le pousse à se

dépasser. « Je suis très ambitieux et ne me fixe

aucune limite ! » Débriefing, coaching mental,

analyse, chronique, documentaires choc, enquêtes,

hygiène de vie, santé etc... Il se doit d’être polyvalent

afin de pouvoir collaborer avec des jeunes à fort

potentiel, dans le domaine. Jeunes à qui il pourrait

apporter socialement un plus et réciproquement

comme Soraya Chevalier, assistante.

La disponibilité, l’influence, la passion et l’ambition

sont des qualités auxquelles il s’attend de la part de

ses collaborateurs, qualités que possède Debora

Marthe – Rose, une chroniqueuse. Comme Virginie

Sainsily, une journaliste Guadeloupéenne qui a

cette fraîcheur antillaise qui envoûte, cette facilité de

communication qui nous parle ,et cette détermination

qui transcende...Un autre profil qui lui plaît bien !

« J’ai eu un coup de cœur également pour Euzet

Fatya, conseillère en nutrition diététique et bien

être » mentionne-t-il, au sujet de celle avec qui un

partenariat dans un futur proche semble envisageable.

Les objectifs de MLKSPORT

« MLKSPORT n’est pas que mon projet mais

le nôtre » dit-il. Le but ultime est d’exporter les

jeunes talents et de leur ouvrir des portes. Des

recruteurs sont d’ailleurs également abonnés à

son compte Instagram et ils sont particulièrement

fan du concept “1 jour 1 jeune” dans lequel

est présenté à chaque épisode un jeune talent

martiniquais. « J’ai reçu l’appel d’un des dirigeants

de l’Aj Auxerre notamment et l’appel d’agents

de joueurs. » Ceci explique leur expansion.

Quelques mots de remerciement de notre invité

Un grand merci à Karaïbes Sport pour cette petite

attention !

Ansanm ansanm!

Sé pou la viktwa nou ka alé !

Propos recueillis par Gaël de Karaïbes Sports

#LOCALEMENTFIERS


46

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

Denis en Régional 1….)

Un bilan depuis sa

création

Depuis 2009, plus de

200 jeunes martiniquais

ont bénéficié de leurs

programmes, incluant

pour la plupart la

participation à un

événement sportif

majeur et la découverte

d’autres cultures :

Coupe du Monde de

Football en Afrique du

Sud en 2010, Coupe

du Monde d’escrime

au Grand Palais de

Paris en 2010, Coupe

du Monde Féminine de

Football en Allemagne

en 2011, Euro de foot

2016, Coupe du Monde

féminine de Football en

France hexagonale en

2019, échange sportif

avec le club d’athlétisme

allemand...

et

l’ASCOIA.l’association

souhaite consolider les

partenariats avec des

entreprises engagées

dans une démarche

sociale et sociétale

forte. Malgré la raréfaction des aides

financières qui semble une réalité,

Diambars Martinique n’a jamais songé à

renoncer. « Le retour des jeunes et de leurs familles

nous encourage. » L’ ambition de l’association

est de poursuivre le développement de Diambars

Martinique et de formaliser un dispositif

s’appuyant sur le sport comme porte d’entrée

pour offrir des solutions aux problématiques

d’insertion et de professionnalisation des

jeunes

martiniquais.

« Deux axes majeurs de développement

nous tiennent à cœur : l’éducation à la

citoyenneté et les enjeux environnementaux.

» selon toujours notre invitée.

Les objectifs actuels et post-covid de

Diambars Martinique

« Nous sommes toujours à la poursuite du

développement de l’association en mettant

l’accent sur la dimension éco-responsable de

nos évènements.» pour l’équipe de Diambars,

les enjeux environnementaux sont à prendre en

compte et le sport est un vecteur puissant pour

transmettre ce message. La situation sanitaire a

fortement contrarié et continue de contrarier le

déroulement du Campus Diambars débuté en

décembre 2019 avec des jeunes sportifs du réveil

Sportif du Gros Morne. Toutefois, de nouveaux

formats du Campus sont en vue, notamment des

ateliers à distance. La visioconférence a déjà été

expérimentée lors de l’évènement en ligne coorganisé

avec l’association UP and Space, Tierslieu

de l’économie sociale et solidaire ayant pour

mission de rendre accessible le numérique aux

néophytes.

Une perspective d’extension de Daimbars

dans les Caraïbes et une coopération

avec d’autres organisations

Ouverts et favorables à des échanges avec des

structures dans les Caraïbes, leurs programmes

sont axés sur la découverte de soi qui s’étend vers

la découverte d’autres cultures. Des échanges

avec la Guadeloupe, Sainte Lucie, La Dominique

et la Guyane ont déjà eu lieu. Cela signifie que

des connexions sont possibles et à envisager.

Des projets avec les jeunes du Campus sont

déjà établis depuis 2020. Quand cette crise

sanitaire s’estompera, ils envisagent de nouveau

se projeter sur l’organisation d’un déplacement

avec les jeunes. Pour terminer, souvent, « on nous

demande comment nous faisons pour faire aussi

bien avec aussi peu de moyens, la réponse est

que Diambars propose un projet cohérent ancré

dans des valeurs qu’ incarnent ensemble ses

membres. »

L’équipe Diambars

Corinne Bonnaire Anglionin, Jimmy Ursulet, Willy

Séloi, Mylène Glondu, Nadine Dintimille, Dinah

Nicolas, Guy-Michel Nisas, Gaëlle Dussiel,

Davina Lagier, Nathalie Oxybel, Shiba Bouaille,

Lyvia Séraline

Propos recueillis par Gaël de Karaïbes Sports

#LOCALEMENTFIERS


Corinne Bonnaire Anglionin

« Diambars, Faire du sport passion un moteur

pour l’éducation »

« Il n’y a pas d’endroit dans le monde où l’homme est plus heureux que dans un

stade de foot », disait Albert Camus. La fierté d’appartenir à une association qui utilise le

sport comme levier d’épanouissement des individus et être à la tête de cette association

est une joie lorsqu’on développe des programmes socioéducatifs et sportifs avec une

équipe passionnée. « On nous demande

souvent comment nous faisons pour faire aussi bien avec aussi peu de moyens. ». Une

question à laquelle elle répond en partageant sa passion pour l’association et en nous

faisant découvrir Diambars Martinique

Corinne Bonnaire Anglionin, à la tête de

Diambars

Présidente de Diambars

Martinique, adjointe au

Maire de la ville du Marin

depuis 2020 en charge du

sport, de la jeunesse et de

la Vie associative, elle est en

charge du développement des

programmes socio-éducatifs

et sportifs de l’association.

Le sport est, dans sa vie,

omniprésente et elle y attache

beaucoup d’importance étant

donné que celui-ci est d’une

envergure non seulement

dans l’épanouissement d’un

individu mais également

pour forger sa personnalité.

La SOLIDARITÉ · LE

RESPECT · LA TOLÉRANCE ·

L’HUMILITÉ · LA LOYAUTÉ ·

L’ENGAGEMENT : les valeurs

de Diambars auxquelles

Corinne Bonnaire Anglionin

s’attache et s’applique à

exprimer quotidiennement

dans sa sphère personnelle

et aussi dans ses activités

professionnelles en sa qualité

d’enseignante de spécialité

Marketing Relation Client,

en Post-Bac et en politiques

Elle est dans son plein

épanouissement aux côtés

des jeunes publics qu’elle

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

47

accompagne dans leur parcours scolaire et/

ou dans leur parcours de vie. « J’aime le travail

d’équipe et encore plus la

diversité des pratiques qui,

selon elle, sont une richesse

pour le développement

des organisations et des

individus »déclare-t-elle.

Grâce à la confiance

de l’équipe dynamique

et plurielle de Diambars

Martinique, à laquelle elle

adresse sa reconnaissance,

Corinne Bonnaire Anglionin

a l’occasion de mettre en

œuvre des programmes

socio-éducatifs et sportifs

déployés sur le territoire

aux bénéfices des jeunes

depuis plus de 10 ans.

Depuis maintenant 6 ans,

Mylaine Tarrieu qui évolue au

DFCO, Dijon Football Club

Côte-d’Or est marraine de

l’association. « Nous sommes

heureux de voir l’évolution de

jeunes qui performent dans

leur domaine et qui ont croisé

notre route dans le cadre

de programmes Diambars

Martinique (Patrick Burner qui

évolue au Nîmes Olympique

en ligue 1 , Benoît Mori, actuel

coach des U15 féminine au

FC Saint Etienne, Solène

Honoré licenciée au RC Saint-

#LOCALEMENTFIERS


48

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

De mentorée à mentore.

Monsieur VINSOBRE étant Président de la Ligue

d’escrime de Martinique, l’a non seulement

initiée mais lui a aussi passé le flambeau. “J’étais

à la bonne école. J’ai été

secrétaire de Ligue dans les années 1980 et je

suis restée au sein de la Ligue

jusqu’en 2006.”

C’est alors que comme son mentor, Jocelyne

fait sortir l’escrime des salles d’armes pour

l’amener dans les écoles. “Depuis 1982, en tant

qu’enseignante, je me suis retrouvée à initier

l’escrime à diverses générations d’écoliers. Après

des années de recul, j’ai constaté que j’avais

réussi à leur transmettre ma passion comme

Monsieur VINSOBRE avait réussi à me refiler la

sienne.”

de cette crise, ils pourront retrouver les pistes lors

des compétitions locales et extérieures.” nous

explique Mme Genteuil.

À ceux qui hésitent à s’inscrire ou inscrire

leurs enfants.

La présidente de Durandal propose de se défaire

de leurs idées reçues “Je leur dirais de ne pas

hésiter, de venir essayer, de venir découvrir car

le plus souvent, les gens ont des aprioris sans

même connaître le sujet.”

Elle conclut avec enthousiasme “Essayer l’escrime

c’est l’adopter. Vu toutes les valeurs qu’elle

développe, on y gagne à la pratiquer!”

Propos recueillis par Malika Gaudy

L’escrime, des valeurs qui font d’un

tireur, un citoyen du monde.

C’est comme cela que l’ancienne professeur des

écoles décrit ce sport et nous en liste les nombreux

bienfaits. “L’escrime développe des valeurs

physiques, morales et psychiques : endurance,

coordination, souplesse, renforcement musculaire,

loyauté, courage, combativité, dépassement

de soi, rigueur, autonomie, respect, solidarité,

tolérance, esprit d’équipe, goût de l’effort,

persévérance, courtoisie, concentration, maîtrise

de soi, agilité, précision, responsabilité…”

Son regard sur la discipline aux Antilles

Guyane.

D’après Jocelyne, “nous avons un vivier aux

Antilles/Guyane qui ne demande qu’à émarger.”

Elle pense que les échanges entre les Antilles et

la Guyane ont fait leurs preuves et qu’ils

permettent à nos jeunes de se confronter et

d’améliorer leurs performances.

Une occasion unique pour ceux qui n’ont pas la

chance de participer aux compétitions nationales

ou internationales. “Les compétitions régionales

leur offrent des opportunités de s’affirmer.” nous

dit-elle.

Les perspectives pour la saison à venir

Malgré une situation qui empêche toute projection

à long terme, l’équipe de Durandal prépare ses

tireurs à l’atteinte de leurs objectifs. “Dès la sortie

#LOCALEMENTFIERS


Jocelyne Genteuil

Durandal, la fabrique à vainqueurs?

C’est le nom d’une épée mythique, mais aussi celui d’une salle d’armes qui

depuis plus de cinquante ans, forme des champions à l’échelle départementale,

régionale et internationale. Rencontre avec la présidente de cette salle qui est

devenue une institution...

La “dame de fer” à la tête de cette

pépinière de champions.

Sportive, elle l’a toujours été et l’est toujours dans

l’âme… Depuis 33 années maintenant, Jocelyne

Genteuil est la présidente de la Salle d’Armes

Durandal qui se situe à l’Espace Nicole ZARÉ, à

Cité Dillon, FORT-DE-FRANCE.

C’est à la solidité et la longévité de l’épée que

l’on peut comparer celle de Jocelyne! Même si,

comme elle le dit “le tonus ne suit pas autant

qu’avant” .

En effet , c’est à l’âge de 14 ans que sa nouvelle

vie d’escrimeuse et

de sportive prend

naissance. Elle nous

raconte : “Alors

que j’étais élève de

4ème au Lycée de

Jeunes Filles appelé

aujourd’hui Lycée

de Bellevue. Dans le

programme scolaire

à cette époque, il

nous était possible

de pratiquer un

sport autre que ce

que nous faisions

au Lycée.”

C’est à cette occasion que leur professeur

d’éducation physique leur présente un

“MONSIEUR” cadre à l’EDF et escrimeur émérite

qui leur parle et les initie à un nouveau sport,

jusqu’alors inconnu pour elle.

À l’époque déjà, sa vie associative était rythmée

entre les mouvements et associations de jeunes, la

danse, la comédie musicale et l’escrime. Ce qui

ne l’empêchait pas de s’organiser et de trouver

le temps pour ce qui deviendrait sa passion.

“Ma curiosité a fait que chaque mercredi aprèsmidi,

je me retrouvais au gymnase du

lycée, guettant l’arrivée de Monsieur Hermann

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

49

VINSOBRE, oui c’était LUI, le

“Monsieur” qui m’a donné l’envie de pratiquer

l’escrime.” se rappelle-t-elle.

L’excellence comme quête

Comme se souvient Jocelyne, c’était loin d’être

facile puisque “Les poutres du gymnase, à 1 mètre

du sol, se transformaient en piste d’escrime.”

C’est certainement de là que vient la rigueur qui

définit la présidente. “Cela nous obligeait à tenir

l’équilibre et garder les pieds bien en équerre.”

nous confie-t-elle “Après la préparation physique

ou échauffement,

venait la technicité

ou pratique puis

l’évaluation par

les assauts ou

matchs.” Tout ce

travail s’est mis

au service d’une

progression

fulgurante

puisque, notre

interviewée à vite

quitté la pratique

scolaire pour

intégrer le club de

son initiateur, à la

demande de ce dernier.

Ce club se trouvait dans un lieu qu’elle connaissait

très bien en tant que membre du Mouvement

Scout. “Il se situait au 38 de la rue PERRINON à

Fort-de-France.” nous précise madame Genteuil.

C’est le lieu où tout a commencé: “C’est ainsi

que je me retrouve à pratiquer l’escrime à la

SECTION D’ESCRIME DES GUIDES DE FRANCE,

qui quelques années plus tard, a été baptisée

Salle d’Armes de la Ville de Fort-de-France

DURANDAL.” Se souvient-elle

#LOCALEMENTFIERS


01

Les

Associations

LES ASSOCIATIONS

Entre

Transmission

&

Préservation


52

WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

aussi est que je découvre un sport tout en

l’expérimentant. Mais pour être honnête, il est

essentiel voire même impératif d’avoir une

solide mentalité à toute épreuve car la vie va

radicalement changer.

Rugbyman noir vs Triathlete noir...

Avec l’immigration, le milieu du rugby devient de

plus en plus coloré, contrairement au Triathlon

qui est blanc et à dominance blanc.

Le plus dur à endurer dans le triathlon est le regard

des gens évoquant une certaine représentation

négative. L’inclusion est le principe que je

souhaite amener.

Tu vas être non seulement le premier noir,

mais aussi le premier Guadeloupéen

sans avoir jamais participé à un triathlon

avant cette épreuve. Qu’est-ce que cela

représente pour toi ?

L’aspect sociétal est mis en avant dans ce projet.

D’abord, je souhaite briser les stéréotypes. Mon

but est d’insérer la diversité dans un sport à

dominance blanc.

Pour moi, parachever cette épreuve serait un

grand pas dans la perception des gens. Pour ma

part, la mort de George Floyd m’a aussi motivé

à combattre ces inégalités.

Être le premier vient forcément avec une pression

nouvelle.

Comment vis-tu cela ?

Pour être franc : « durement », je sens que j’ai de

vraies responsabilités qui m’incombent.

Quand on est amené à vouloir changer les

choses, seule la réussite sera mise en avant et

non la prise de risques. Ceux-ci n’auront

absolument pas de place. Alors, je me prépare

sérieusement pour affronter cela.

La transition entre Rugby pro et

préparation au Norseman Xtreme...

La Transition est le nom du projet. La plus

dure a été la perte de poids. J’ai dû prendre

conscience de mon corps et la découverte

poussée de l’anatomie. Ainsi, la transition s’est

fait naturellement, je suis encore en perte de

poids. Une chose à prendre en considération

Une autre dimension du challenge...

Pour avoir un peu plus de poids et de solidité

dans ma démarche, j’ai décidé de documenter

tout mon processus afin de produire un film. Je

souhaite aussi impacter au niveau de l’éducation

car c’est là que peut s’opérer le changement.

Je serai en Guadeloupe en février 2022 pour

présenter aux yeux de tout le monde notre chère

île.

Quelles sont tes plus grandes

appréciations face à ce nouveau défi ?

Avoir pris le risque d’accomplir ce qui n’a jamais

été fait et rendre fière mon île sont mes plus

chères appréciations.

Aurais-tu un message à faire passer aux

jeunes de notre communauté ?

« Vouloir Vs Faire » tel est mon slogan. Bon

nombre de personnes souhaitent entreprendre,

mais accablés

par la peur, ils ne

décident pas de

passer à l’action.

En un mot, croyez

en vous! Et si Dieu

vous a mis à cœur

d’avoir un Jet privé,

n’écoutez pas ceux

qui sont en vélo !

Propos recueillis par

Gaël de Karaïbes

Sports

#LOCALEMENTFIERS


WWW.KARAÏBES-SPORTS.COM | OCTOBRE 2021

53

Il n’est jamais facile de se lancer un challenge qui

nécessite à la fois autant de force physique...

Xavier Jourson

Guadeloupéen, noir et

athlète de l’extême.

Il est bien décidé à conquérir les Fjords de Norvège

et à venir à bout des 3,8 Km de natation, 180

KM de vélo et 42,2 KM de course. Le NORSEMAN

XTREME Triathlon, le plus dur triathlon au monde,

est dans sa ligne de mire! Ancien enfant en

surpoids, il incarne un véritable modèle et nous

prouve que rien n’est impossible…

Seule l’action compte.

Rencontre avec celui qui veut participer au

rayonnement de notre communauté et se définit

comme un passionné de performance:

Xavier Jourson.

Xavier Jourson...

Xavier Jourson est un athlète- Entrepreneur Basé

au Canada. Rugbyman professionnel durant

plus de 15 ans. J’ai grandi en métropole ou j’ai

fait mes études et ma carrière, j’ai décidé de

m’installer au Canada depuis plus de 4 ans.

La Guadeloupe...

La Guadeloupe est mon île natale, mes parents

sont originaires de Sainte-Anne et Capesterre.

Elle symbolise tous les souvenirs mémorables de

ma jeunesse.

Pourquoi...

J’ai arrêté ma carrière en 2016 et à l’aube de mes

35 ans, j’avais envie de faire un challenge. Je me

suis inscrit au marathon de Philadelphie. Étant

donné la propagation massive de la pandémie,

le marathon a été malheureusement annulé. C’est

à la lecture d’un livre que s’est produit le déclic :

j’ai décidé de me lancer ce défi incroyable après

l’achat de mes 3 vélos (VTT, Gravel, puis vélo de

course).

#LOCALEMENTFIERS


Sommaire

52

49

47

44

43

39

35

Xavier JOURSON

Guadeloupéen, noir et

athlète de l’extême.

Jocelyne Genteuil

Durandal, la fabrique à vainqueurs?

Corinne Bonnaire

Anglionin

Diambars, une association de

forgerons de personnalité

MLKSPORT

Tout est parti d’un swé !!!

Athons MAS

Les Yoles

Frédéric Théobald

Un président visionnaire?

37 Comment

accompagner son

enfant dans le choix

d’un sport.

Ladies by Sports

Performance

Un concept dédié aux femmes.

Edito

L’émotion est encore vive à

l’heure où je vous écris cet

édito... Je ressens une explosion

d’émotions

car celui qui

fait la Une de

notre partie

multisport est

un symbole

pour notre

communauté,

c’est

l’incarnation même de notre

slogan #localementfiers.

Il sera le premier noir, antilloguyanais

et plus précisement

guadeloupéen à entamer le

triathlon le plus dur au monde.

Xavier Jourson sera notre digne

représentant dans une discipline

où nous sommes encore trop peu

représentés.

C’est pourquoi nous avons

voulu faire de ce sujet 100%

#localementfiers, notre page

de couverture. Notre but étant

d’inspirer et de motiver nos

jeunes à travers des figures qui

nous ressemblent.

Pour continuer dans cette

lancée, nous avons voulu mettre

en lumière ceux qui ont une

influence sur nos jeunes. Les

associations comme Diambars,

Durandal, Athon ou Action plus

qui, à travers des sports parfois

peu conventionnels mais ancrés

dans notre culture, jouent un rôle

de transmission.

Enfin, nous avons donné la voix

à des jeunes qui s’engagent

et souhaitent faire les choses

de manière différente comme

Ladies by Sports Performance ou

l’association ASWÉ.

L’innovation est encore au

rendez-vous avec un article

100% en créole et en

anglais, reflet de notre âme

profondément “Karaibe”.

Si vous découvrez notre

magazine, sachez que notre

but est d’inspirer au moins

l’un d’entre vous. Nous vous

souhaitons une lecture éclairée.

#localementfiers

Gaël de Karaibes Sports

LocalementFiers

33

ASWÉ

Une association sportive et

culture.

SUIVEZ-NOUS

CONTACT

www.karaibes-sports.com 0044 7 791 868 791

@karaibes.sports

00 590 690 91 24 72

karaibes sports

gael@karaibes-sports.com

NOS PARTENAIRES

EDITEUR: CDKM Consulting Limited, 9 Dickens Place, SL3 0PU Colnbrook, Angleterre. Tel : 00 44 7 791 868 791. DIRECTEUR DE PUBLICATION : Gaël COUPPÉ DE

K/ MARTIN - gael@karaibes-sports.com. RÉDACTION : Karine OULAC - karine@karaibes-sports.com | DIRECTION ARTISTIQUE & CONCEPTION GRAPHIQUE : Noeline

AMBROISE - noeline@karaibes-sports.com| RÉGIE PUBLICITAIRE : M. Cédric CHEVRY, LYN’C MARKETING | Mobile : 0690 74 32 53 / 0623 47 30 13 |

Mail : lync.marketing971@gmail.com |CORRECTIONS : Malika Gaudy PHOTOS CRÉDITS : LGF Facebook, Ligue Martinique Facebook, Instagram, Jocelyn Genteuil,

Corinne Bonnaire Anglionin, Athon Mas, Frederic Theobald, Ladies by Sports Performance, ASWE | ISSN (Print): 2634-002X | ISSN (online): 2634-0038


PUB

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!