Views
5 years ago

Les sens de la peau - Observatoire Nivea

Les sens de la peau - Observatoire Nivea

introduction Françoise

introduction Françoise Gründ montre les parentés troubles entre la peau et le son. Une parole, une musique, un bruit résonnent sur la surface cutanée en y imprimant une trace. On change de couleur face à une parole qui blesse ou émerveille, on en frissonne ou on a froid dans le dos. On reste de marbre devant une agression coutumière dont il faut ignorer la pointe acérée pour éviter une surenchère, mais à l’opposé un son ou une musique adoucissent, détendent et restaurent le goût de vivre. Selon sa signification et sa forme un son réchauffe ou refroidit selon la qualité d’émotion qu’il procure. Certaines cérémonies sollicitant la transe amène les possédés au hérissement de leurs poils ou de leurs cheveux. Le son a une puissance d’impact cutanée, il transforme la géographie cutanée. Maxime Coulombe dénonce l’idée que le regard est un seul sens de la distance, il est aussi une forme paradoxale du toucher. Il y a une tactilité de l’œil car jamais le regard ne laisse tout à fait indemne l’espace sur lequel il s’est, justement, posé. Les croyances populaires autour du mauvais œil en sont une illustration. Mais on peut aussi caresser du regard ou blesser à mort d’un coup d’oeil qui est comme un coup de poignard. Plus encore, la neutralité est impensable devant la peau de l’autre dans le jeu du désir. La nudité appelle le contact et métamorphose le voir en étreinte. Tentative sans doute de conjurer la distance à l’autre. Mais toujours en même temps le désir se dérobe à son objet, et tel est d’ailleurs la condition de sa renaissance. Ainsi de la photographe Nan Goldin à Princetown photographiant heure après heure son amante Siobhan dans un rituel érotique où peau et regard se mêlent. Benoist Schaal nous rappelle à la dimension olfactive de nos existences. Le monde nous mène parfois par le bout du nez. Toute peau en effet émet une odeur et traduit sur un mode volatile ses états d’âme ou ses états de santé. L’accord des odeurs est sans doute une condition nécessaire à l’amour. En perdant l’odorat l’individu perd une part de son orientation dans le monde et de son goût de vivre. Sous l’égide notamment des entreprises de marketing, de nombreuses odeurs artificielles tentent d’imprimer leur influence sur les comportements. Elles tentent d’isoler des moments du quotidien, là où les odeurs « naturelles » se fondent dans l’ordinaire des jours tout en leur procurant cependant ce relief qui fait que l’on se « sent » bien. Jean-Pierre Poulain nous invite à une ballade entre saveurs et peau. Le goût relève en effet d’une architecture cutanée quand les aliments sont absorbés, mais les perceptions gustatives se conjuguent à des sensations olfactives, kinesthésiques, tactiles, voire même sonore quand la contexture des aliments s’y prête. Manger c’est finalement incorporer les ingrédients qui entrent dans la composition de la chair. Jean-Pierre Poulain boucle son texte en rappelant l’étroite connivence entre la cuisine et l’érotisme. La cuisine de l’amour est toujours proche de l’amour de la cuisine.

Le sens des sens : le toucher Par David Le Breton 1 Le sens des sens L’éminence du toucher dans l’existence induit l’élargissement de la notion de contact aux autres sens. Pour Épicure par exemple, tous les sens se réduisent au toucher, puisque toute perception s’assimile à un contact. Platon reprend cette idée. L’action de voir est assimilée à une palpation de l’œil 2 (Le Breton 2002), le goût à une stimulation de l’appareil buccal, l’ouïe à un toucher sonore, l’odorat à l’impact d’une émanation olfactive. Matrice des autres sens, la peau est une vaste géographie nourrissant des sensorialités différentes : elle les englobe sur sa toile, ouvrant à l’homme des dimensions singulières du réel que l’on ne saurait isoler les unes des autres. « En effet, dit Condillac, sans le toucher, j’aurais toujours regardé les odeurs, les saveurs, les couleurs et les sons comme à moi ; jamais je n’aurais jugé qu’il y a des corps odoriférants, sonores, colorés, savoureux 3 . » Aristote établit chaque sens dans sa dimension propre, et il en compte cinq, établissant ainsi la tradition occidentale, conférant au toucher une sorte d’éminence car il « est en effet séparé de tous les autres sens, tandis que les autres sont inséparables de celui-là […]. Le toucher existe seul pour tous les animaux 4 ». Dans ces philosophies, le toucher est valorisé comme un sens totalisant et réunissant les autres sens sous son autorité. Une filiation, plus platonicienne, fait du toucher un sens vulgaire qui ne distingue guère l’homme de l’animal. Si Ficin, fidèle à l’esprit de la Renaissance qui assimile le toucher à la sexualité, reconnaît qu’il s’agit d’un « sens universel » sollicitant autant les animaux que les hommes, il conteste son assimilation à l’intelligence qui distingue, elle, les hommes du règne animal. Le toucher n’est pas à l’honneur de l’homme, écrit-il : « La nature a placé le toucher au plus loin de l’intelligence 5 . » Le sens du 1. David Le Breton est professeur de sociologie à l’université Marc Bloch de Strasbourg. Membre de l’Institut Universitaire de France. Membre du laboratoire URA-CNRS « Cultures et sociétés en Europe ». Auteur notamment de En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie (Métailié), Éloge de la marche (Métailié), La peau et la trace. Sur les blessures de soi (Métailié), La saveur du monde. Une anthropologie des sens (Métailié). 2. Cf. D. Le Breton, Les Passions ordinaires, anthropologie des émotions, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2002 (1998). 3. Condillac, Traité des sensations, Paris, PUF, 1947, p. 312. 4. Aristote, Petit traité d’histoire naturelle, Paris, Belles Lettres, 1953, 455a, 23-25 et 27. 5. M. O’Rourke Boyle, Senses of Touch. Human Dignity and Deformity from Michelangelo to Calvin, Leiden, Brill, 1998, p. 4.

Les Cahiers de l'Observatoire - Observatoire Nivea
Les Cahiers de l'Observa toire - Observatoire Nivea
Le s C a h ie rs d e l'O b se rva to ire - Observatoire Nivea
Les Cahiers de l'Observa toire - Observatoire Nivea
L'épreuve du cancer. De l'errance au sens - Observatoire de l ...
OBSERVATOIRE DU TRAVAIL « Le sens au travail » - Bpi
L'agir : mise hors-sens ou quête de sens? ou Si Peau d'Âne m'était à ...
PDF (2,4 Mo) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
JONAS: ELEMENTS POUR UNE PHENOMENOLOGIE DES SENS?
le dico et sa version dicouèbe - Observatoire de linguistique Sens ...
Article formats Paris (corrig”) - Observatoire de linguistique Sens ...
PDF (52KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
Conversif ou Causatif ? - Observatoire de linguistique Sens-Texte ...
PDF (118KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST ...
Gaatone - EN FAIT - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
PDF (420KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
PDF (4,1MB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
PDF (1,5Mo) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST ...
PDF (216KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST ...
PDF (420KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
PDF (508K) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST ...
PDF (358KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
PDF (350Ko) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
PDF (124KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST ...
Équivalence en terminologie - Observatoire de linguistique Sens ...
PDF (2Mo) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
PDF(1,4MB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)
L'engagement par la fragilité, deux cas : - Observatoire de l ...
PDF (52KB) - Observatoire de linguistique Sens-Texte (OLST)