Le retour de - Laval

mairie.laval.fr

Le retour de - Laval

L V L infos

MENSUEL D’INFORMATIONS DE LA VILLE DE LAVAL N°112 AVRIL 2006 / 1e

V

V

DOSSIER

Les chantiers du Patrimoine

FIBRES OPTIQUES

L’arrivée du Très Haut Débit

TEMPS LIBRE

Faire du tir à la STL

29 et 30 avril

Salle polyvalente

Le retour de

Laval Virtual


AVRIL 2006

S O M M A I R E

Le 15 mars, à l’hôtel de ville, Méduane Habitat a récompensé

les gagnants du concours des balcons fleuris. Dans le trio de

tête, deux Lavalloises : Simone Rey, de La Galaxie, et Martine

Desmarres, du Léo Lagrange (à vous de les trouver !).

4

Evénements

Les animations de trois

« A la Une »

Relooking

8

15

Les élus

au charbon !

maisons de quartier

Le retour de

Edith Derouet

Un nouveau chef

Joëlle K. et Alain G.

16

Dossier

Les grands chantiers

Le dimanche 23 avril, sur le coup de 15 h/15 h 30, des

vieilles voitures – comme cette Jag XJ6 – seront exposées

place du jet d’eau. Il s’agit des participantes du 4 e Rallye

de l’Estaca. Leur point commun : compter plus d’années

que les étudiants qui les conduiront ce jour-là…

Laval Virtual

Un nouveau chevalier

du Mérite agricole

pour L’Antiquaire

Majuscule

a déménagé

10

du Patrimoine

18

Pratique

La bonne proposition

La place Saint-Tugal

Quai d’Avesnières, Excalibur a changé de nom mais reste

une résidence (et non une base nautique comme certains

pourraient le croire en lisant Port Val !).

sera réaménagée

François Pervis va

11

C’est bon

pour la culture !

du député Y. Favennec

20

C’était Laval

Le 31 mars, la romancière Chantal Cahour a reçu son

3 e prix du roman jeune, en présence de plusieurs lecteurs

ayant adoré son Sorcier en 9 leçons…

défendre nos couleurs

LAVAL

Le 1 er cédé de KKS

Laval-infos mensuel d’informations édité par la

Ville de Laval. Directeur de publication : Catherine

Fayal. Comité de rédaction : Catherine Fayal,

infos Arnaud Derrien, Stéphane Butny. Rédacteur (en

chef) : Jean-Christophe Gruau. Photos : Jacques

Lugue, Laurent Ory. Photo de une : Laval Virtual. Mise en page, photogravure :

PPC (01 45 72 28 88). Impression : Agir Graphic (02 43 67 86 78). Distribution :

Mediaposte. ISSN : 1274-7003. Dépôt légal : déc. 95. Laval-infos - Ville de

Laval - Direction de la Communication - BP 1327 - 53013 Laval Cedex.

Tél. (rédaction) 06 84 77 63 70 et (administration) 02 43 49 43 81. Tirage :

32 000 exemplaires.

avril 2006

22

22

Temps libre

Faites du tir

à la STL


E D I T O

Laval virtuelle et… historique

Laval Virtual : Du 26 au

30 avril se dérouleront, dans

notre ville, les 8 es Rencontres

Internationales de la Réalité

Virtuelle, Laval Virtual.

Ce rendez-vous exceptionnel

place, chaque année, notre

cité et son agglomération

au cœur des nouvelles

technologies. Laval Virtual

c'est la vitrine de la réalité

virtuelle en Europe où les

dernières innovations

mondiales sont présentées

par les meilleurs spécialistes.

Ce salon permettra

aux professionnels et au

grand public de mesurer

l'ampleur de l'évolution de

cette technologie et de

réaliser, à travers elle, ce

que sera demain. Les loisirs,

le sport, la médecine,

l'enseignement… autant de

domaines réels cernés par le

Virtuel. Lors du week-end

vous pourrez ainsi découvrir

en avant-première des

animations éblouissantes,

venues d'Europe, du Japon

ou des Etats-Unis. Des

animations que vous

retrouverez dans quelques

années dans les parcs

d'attractions ou au cœur

de la vie quotidienne.

Parmi ces innovations, vous

pourrez notamment essayer

un simulateur de conduite

de véhicule motorisé à deux

roues, mis au service de la

prévention routière :

le Virtual Scooter.

Laval, ville d'art et

d'histoire : La réalité

virtuelle, c'est aussi un

formidable atout pour

l'étude et la mise en lumière

du patrimoine historique.

C'est ce que nous montre le

film “Laval en 1750”, avec la

visite de la collégiale Saint-

Tugal, ou encore celui réalisé

sur le Palais de l'industrie,

deux films qui seront

projetés lors des

rencontres de la

réalité virtuelle.

Laval est une

ville qui aime son

patrimoine. C’est pourquoi

nous menons une action

ambitieuse et volontaire

dédiée à la préservation

et à la restauration du

patrimoine. Cette politique

répond aux objectifs de

conservation, d’entretien,

de transmission et de

valorisation des lieux

d’histoire. En 2006, nous

allons ainsi investir plus de

1,2 million d’euros dans ce

domaine. A ce sujet, je suis

particulièrement heureux

de la réouverture au public

de deux joyaux : Notre-Dame

des Cordeliers, célèbre

pour ses retables d’exception

et Saint Vénérand. Ces chefsœuvre

de la Renaissance

ouvrent, en effet, leur chœur

et re-dévoilent leurs richesses

après une magnifique

restauration. Signe

d’une ville qui,

tournée vers son

avenir, veille

également sur

son passé.


ÉVÉNEMENT

EVENEMENT

Maisons de quartier :

demandez le programme !

Quel jardin pour Grenoux ?

Dans les jours à venir, trois de nos maisons

de quartier organiseront chacune une

manifestation d’une certaine envergure

(et vice versa). Bien que très différentes

les unes des autres, ces animations sont

toutes trois susceptibles d’attirer à elles

de nombreux Lavallois de tous âges,

de toutes conditions et aussi de tous les

quartiers… Car l’une concerne l’initiation

à l’internet (Hilard),

la deuxième

le 5 e sens (Bourny)

et la dernière celle

qui “adoucit les

mœurs”, la musique

(Pavement)…

Une aire de

découverte

sensorielle

Quelques virtuoses de

l’Harmonie Municipale

Les internautes Dahlem (Cyber Espace), Chauvelier (Mayenne.org) et Ennasri (MDQ Hilard).

Pavement

Du 15 au 20 mai, à la Maison du

Pavement, se déroulera le 1 er festival

Les Arts du Printemps qui invitera les

jeunes et les adultes du quartier à

participer, tous les soirs s’ils le souhaitent,

à des ateliers d’arts plastiques,

de cirque, de musique… Deux

soirées festives seront également

organisées : un “barbecue musical”

le mardi 16 mai, avec le groupe de

danse folklorique Les Papillons Azur

et une séance karaoké ; un “buffet

musical”, le vendredi 19, qui permettra

d’apprécier successivement le

travail effectué dans la semaine par

les différents ateliers et les prestations

d’un groupe de rap, La Riposte,

de l’Harmonie municipale et de l’orchestre

professionnel Sergent Pépère.

Hilard

Du 18 au 29 avril, sur une idée de

son directeur Abderrahman Ennasri,

la Maison de quartier d’Hilard organisera

une quinzaine d’initiation à

l’internet. Ouverte à tous, cette

manifestation réjouira ceux qui

envisagent de devenir un jour prochain

des internautes, c’est-à-dire

des gens qui, pour effectuer telle

recherche, accomplir telle formalité

administrative, contacter telle personne,

rechercher telle information

utilisent spontanément l’outil internet.

Menées en partenariat avec le

Cyber Espace municipal, les séances

découverte et initiation auront trait

aux messageries, virus, jeux et autres

blogs ; elles exigent une inscription

préalable. Entrée libre en revanche

pour les deux soirées-échanges

(20 h 30-22 h) organisées par l’association

Mayenne.org. programmées le

jeudi 20 avril : Parents, école & internet

et le mercredi 26 avril : Sécurité &

internet (virus, achats en ligne).

Ils vous le diront

le 19 avril…

Inaugurée en septembre 2006,

cinq mois après sa mise en service,

la Maison de quartier de Grenoux

dispose alentour d’un vaste espace

d’environ 3 000 m 2 . Désireux de

rendre ce dernier le plus agréable

possible, une petite dizaine d’habitants

se sont creusé les méninges

pour concevoir un avant-projet

d’aménagement qu’ils présenteront

à leurs concitoyens lors d’une

réunion dont la date et le lieu méritent

d’être connus par tous ceux

qui souhaitent donner leur avis sur

la question : mercredi 19 avril,

20 h, Maison de quartier. Une fois

entériné, cet aménagement sera

réalisé par le service des Espaces

Verts de la Ville de Laval, lequel

sera représenté le 19 avril…

Bourny

Du 18 avril au 6 mai, ayant trait à

l’éveil des sens auprès des bambins

de moins de 4 ans, une grande exposition

originale sera installée à la

Maison du Bourny. Intitulé Du bout

des doigts, ce “module interactif”

concerne le toucher et a mobilisé un

nombre important de partenaires

locaux : des parents et assistantes

maternelles du Baby Club du Bourny

(Virginie Chamaré, Marie-Ange

Chaussis, Brigitte Delahaye, Richard

Fiancette, Marianne Fouillet, Evelyne

Gicquaire, Marie-Madeleine

Ravenel), les services Petite Enfance et

Animation Territoriale de la Ville, une

classe du collège Alain Gerbault, la

CAF, le Contrat de Ville … Sans

oublier les élèves de l’atelier bois

1 re année du Lycée Gaston Lesnard,

qui ont conçu les six superbes panneaux

de cette aire de découverte sensorielle,

dont la vocation, après le

6 mai, sera de voyager dans moult

lieux publics de notre cité… n

4

Laval infos


Les 29 et 30 avril, salle polyvalente

Le retour de Laval Virtual

Du 26 au 30 avril, Laval

méritera de nouveau son

titre de capitale européenne

de la réalité virtuelle (RV,

pour les intimes). En effet, la

8 e édition de Laval Virtual

accueillera des chercheurs

et des entrepreneurs d’une

quarantaine de pays ainsi

que plusieurs milliers de

curieux qui, les samedi 29 et

dimanche 30 avril, envahiront

la salle polyvalente pour y

essayer les toutes dernières

innovations technologiques

en matière de jeux virtuels…

Virtual scooter

L’une des vedettes de l’édition 2006

sera Virtual Scooter, un simulateur

de conduite destiné à sensibiliser

les conducteurs de deux-roues aux

dangers de la route. Cet outil

innovant a été réalisé par les

étudiants lavallois de l’ESCIN et

ceux du Master MNRV, en liaison

avec la Prévention Routière 53 et en

partenariat avec le laboratoire

ENSAM Presence & Innovation, les

sociétés Nautilus et Animazoo.

www.laval.fr

Sur son stand, la Ville de Laval

présentera des reconstitutions en

images de synthèse ayant trait au

passé – Palais de l’industrie, Laval

en 1750 – mais également au futur

avec quelques-uns des grands

chantiers en cours : théâtre, place de

la gare, piscine… Elle profitera aussi

de l’occasion pour présenter son

nouveau site ouèbe : www.laval.fr

Quatre objectifs

Grâce à ce simulateur,

les utilisateurs de scooter

seront plus prudents…

Que de cerveaux !

Une fois de plus, fin avril, la salle polyvalente se transformera en palais des

mille et une animations virtuelles… Et ce principalement grâce au travail des

trois permanents de l’association Laval Virtual présidée par Gilbert Prod’homme

: Jean-François Fontaine, Matthieu Lépine et Marie-Laure Pérès ;

trois passionnés dont l’objectif est de maintenir notre cité au rang de capitale

de la RV en Europe. Toutes plus étonnantes les unes que les autres, ces animations

2006 ont été créées par de brillants cerveaux originaires d’Europe, du

Japon, d’Amérique et d’un pays que les “JT” évoquent tous les jours et que

Laval accueillera pour la première fois : Israël, lequel sera représenté par deux

brillants chercheurs, Tamar Weiss et Ofek Shilon…

Que de sensations !

Grâce à ces animations, les visiteurs pourront prendre les commandes d’un

énorme V8 pour affronter un adversaire dans un duel survolté, chasser des

fantômes avec un aspirateur d’un genre un peu spécial, partir à la recherche

de la vie sur terre, apprendre une danse acrobatique japonaise, jouer à la

pétanque sans toucher une boule, (re)visiter le Palais de l’industrie (que les

pelleteuses chassèrent de la place de Hercé en 1976), découvrir le port de

Nantes au XIX e siècle, visiter des grottes préhistoriques, plonger la main dans

une bassine pour en extraire des sons et des images on ne peut plus relaxants…

Est-ce tout ? Non ! Ces visiteurs auront aussi l’illusion de se retrouver au bord

de la mer, le bonheur de découvrir les tableaux du futur… n

La présentation des dernières

applications de la RV au grand

public est l’une des missions de

Laval Virtual qui en compte trois

autres : resserrer les liens de la

communauté scientifique (avec ses

Rencontres internationales),

favoriser les échanges commerciaux

(avec son Salon professionnel) et

soutenir des étudiants prometteurs

(remise de trophées). Laval Virtual réjouit tout le monde !

LAVAL

SPECTACLES

Toute la transparence !

Le 27 juin 2005, le conseil municipal

créait une mission d’information

et d’évaluation chargée

d’examiner les modalités de

fonctionnement de la régie Laval

Spectacles du 1 er janvier 2000 au

31 décembre 2004. Installée pour

six mois et composée de douze

élus dont deux de l’opposition

(Mme Salbert et Mlle Peu),

ladite mission s’est réunie

quatre fois entre le 1 er septembre

2005 et le 31 mars 2006. Son

travail effectué, elle a rendu les

conclusions suivantes, qui

méritent d’être connues par tous

les Lavallois...

* En ce qui concerne le solde de

la régie d’avance qui reste

débiteur (30 937,27 € et non plus

51 332,58 €), les investigations

entreprises par les services de la

trésorerie doivent être poursuivies

afin de confirmer la très forte

conviction à laquelle elles ont

conduit : les chèques non encore

justifiés ont très vraisemblablement

été émis pour procéder

au remboursement de places de

spectacle, dont l’annulation des

titres de recettes correspondants

n’aurait pas eu lieu. Aussi la

mission demande-t-elle à la trésorerie

de continuer les recherches

qu’elle mène actuellement jusqu’à

l’explication complète du solde de

la régie d’avance dans ses livres.

* Le rythme des versements du

budget principal sur le budget

annexe pour assurer le financement

de la régie autonome est

dû à la fois à la prise en charge des

investissements de la salle polyvalente

et aux évolutions des

besoins de trésorerie.

Les travaux de la mission ayant

porté sur cinq années, ils ont ainsi

pu démontrer que la gestion de

Laval Spectacles était pertinente

et reflètait une maîtrise des coûts

de ce service public...

Laval infos 5


ÉVÉNEMENT

EVENEMENTS

Un nouveau chevalier

du Mérite agricole

Si le dernier salon de l’agriculture a

été plutôt tristounet (les volailles

étaient restées en province), il a au

moins offert une raison de se réjouir

le 1 er mars : quand le sympathique

Didier Brunet a reçu, des mains de

François d’Aubert, la médaille de

chevalier du Mérite agricole. Une

distinction bien méritée pour ce fils

de marchands de bestiaux né dans

l’Orne en 1948 et qui, après 15 ans

à Dreux, s’est installé, en 1985,

comme boucher-charcutier rue du

Le grand goustier

des Tripaphages

Pont-de Mayenne. Conseiller municipal depuis 1995, Didier a en charge

un secteur qu’il défend avec d’autant plus d’ardeur qu’il lui doit sa formation

de base : l’apprentissage. Président du syndicat mixte du foirail,

administrateur du CFA des Trois Villes et (jusqu’en 2005) du label du

Bœuf Fermier du Maine, le “mari de Marie-Thé” est aussi le “grand goustier”

de la confrérie des Tripaphages, celui qui pond et cuisine les menus

en l’honneur des abats. Nombre de gourmets vous le jureront : rien que

pour sa façon de préparer les toasts aux rognons blancs, le sieur Brunet

méritait sa récente médaille ! JCG

La SEM fonctionne

à Victor Hugo et Martonne

La visite a commencé

par Victor Hugo…

Le 17 mars, la présidente de l’Association des Paralysés de France, l’inspecteur

d’Académie et le maire de Laval ont effectué une visite de la Section d’Education

Motrice sur les deux sites où elle fonctionne depuis 2002 (le collège de

Martonne, 13 jeunes) et 2005 (l’école Victor Hugo, 3 enfants). Dirigée par

Catherine Come et agréée pour un accueil de 16 enfants, la SEM a vu le jour

il y a 4 ans, à l’initiative de parents qui souhaitaient que leurs enfants

puissent vivre à Laval une scolarité adaptée à leur handicap moteur. Une scolarité

au sein de laquelle ils puissent côtoyer tous les jours des petits camarades

valides, lors des nombreuses activités qui ne demandent pas d’apprentissage

scolaire : piscine, atelier percussions, sorties scolaires, bibliothèque,

multimédia, “récré”, repas du midi… Partenaire de la SEM, la Ville de Laval

met gracieusement, à la disposition de l’école Victor Hugo, un local de

110 m 2 dont l’entrée s’effectue au 90, rue de Rennes.

Avec Laval’Heureuse

venez naviguer sur la Mayenne

Avec les beaux jours, la yole municipale Laval’Heureuse a repris du service ! Si

vous souhaitez en profiter lors d’une promenade le long de la rivière la

Mayenne, elle vous attend à la halte-fluviale, tous les 1 er et 3 e samedis de chaque

mois, à 14 h 30 précises… « La balade peut durer une heure ou deux au maximum,

cela dépend du nombre de navigateurs présents », indique Michel Pouzet, l’un des

membres de l’association Laval’Heureuse. Aucune compétence nautique n’est

exigée sinon celle de savoir nager et d’avoir la force de manier un aviron...

Conçue à la fin du siècle dernier via un atelier d’insertion, Laval’Heureuse a déjà

effectué, en eau douce, un Laval-Château-Gontier et un Laval-Mayenne. En

mer, elle a participé à plusieurs régates dont les fameux défis Jeunes Marins de

Brest, en 2000 et 2004. Pour plus de renseignements, contactez les navigateurs

Michel Pouzet (06 61 73 14 98) ou Denis Mareau (06 09 85 06 35).

Le genre de promenade

qui procure un bien fou…

Récupérer l’eau de pluie

ça peut toujours servir…

En juin, aux Lavallois qui en auront fait la demande, la Ville fournira un

récupérateur d’eau pluviale d’une contenance d’environ 500 litres se

raccordant, à l’aide d’un kit fourni, sur n’importe quelle gouttière.

« Equipé d’un couvercle, d’un socle et d’un robinet, cet appareil permet au moins

deux choses, indique l’ingénieur du service des Eaux Isabelle Thiery :

réduire le ruissellement des eaux pluviales vers le réseau d’assainissement collectif ;

et – surtout – réaliser des économies sur la facture d’eau potable… » Les litres

ainsi stockés permettent d’arroser le jardin et de laver sa voiture

sans dépenser un centime

d’euro… « En plus de ces

économies, il permet de faire

face à d’éventuelles périodes de

sécheresse », conclut Isabelle

Thiery. Les personnes intéressées

par ce récupérateur

(30 €) doivent contacter

une autre Isabelle, qui

porte le nom de Paumard,

au 02 43 49 85 20 ; les

lundis, mardis, jeudis et

vendredis (8 h 30-12 h ;

Isabelle Thiery

13 h 30-16 h).

6

Laval infos


D’ici à quelques mois…

Un nouveau visage pour

la place Saint-Tugal

Sur toutes les pistes du globe

François Pervis

défendra nos couleurs

Une vue qui sera bientôt ancienne…

Lié à l’ouverture du nouveau palais de justice prévue

pour le 29 juin, le réaménagement de la place Saint-

Tugal va donner lieu à des travaux menés par la Ville

de Laval. Certains le seront en 2006 et d’autres à

partir de fin 2007, quand sera achevée la construction

du nouveau tribunal de commerce en lieu et place de

l’ancien cinéma Le Maine…

Les travaux 2006

Ils concerneront, de fin avril à fin septembre, la partie haute de la place

Saint-Tugal (photo ci-dessus) incluant la voie d’accès (pavés actuels repositionnés),

le parvis du palais de justice et les trottoirs situés en face (dans

les deux cas : même dallage que celui devant le Cinéville).

Ils concerneront aussi un territoire voisin : la partie haute de la rue des

Déportés, qui, de juin à fin juillet, aura droit à un aménagement identique

à celui réalisé dans sa partie basse.

En mai, la toiture de la collégiale Saint-Tugal aura également droit à une

réfection…

Circulation et marché

Pendant ces travaux, l’accès au Vieux-Laval (place de la Trémoille et place

du Marché) sera maintenu quoi qu’il arrive : par la rue des Déportés ou

celle du Jeu de Paume dans laquelle le stationnement restera toujours

possible. Autre maintien qu’il est utile de connaître : le marché du samedi

restera dans le bas de la place Saint-Tugal (photo ci-dessous). A l’issue du

chantier, ce marché pourra de nouveau s’installer dans le haut de cette

même place, de part et d’autre de la voie d’accès…

Ce nouveau palais

ouvrira fin juin…

La Ville de Laval, le Conseil général et l’Olympique Club Cycliste ont décidé de

sponsoriser pendant trois ans un jeune sportif de la Mayenne que le monde

entier a découvert lors des JO d’Athènes en 2004 : François Pervis. Cette

décision a pour but d’aider ce membre de l’équipe de France de cyclisme sur

piste, à atteindre ses objectifs et, partant, à valoriser l’image de Laval, du

département et du club qui l’emploie depuis le 1 er janvier dans le cadre d’un

CPE – pardon, d’un CAE (ah ces sigles,

on s’y perd !) : Contrat d’Accompagnement

à l’Emploi. « Ce contrat, pour moi

qui ne suis ni routier ni Tour de France,

c’est ce qui pouvait m’arriver de mieux ! »,

a indiqué ce grand gaillard de 21 ans

qui a donné ses premiers coups de

pédale en 1996 au Véloce Club de

Château-Gontier – sa ville natale – sous

la houlette de l’excellent Christian

Guillemin (auquel on doit déjà deux

autres pros : Freddy Bichot – Française

des Jeux – et Vincent Jérôme – Bouygues

… qui lui va comme un gant !

Télécom). n

n ILS ARRIVENT !

Valentine Brault.

Hippolite Pailler.

Maeva Gilardi. Sarah

Bennaïcha. Maël

Touchet. Trystan

Quinton—Besnier.

Hichem Zinet. Killian

Beugnier. Léane

Robichon—Huchedé.

Agathe Baranger.

Malika Ouadah.

Camille Lemoine.

Marie Lépine. Léna

Pelé. Marine Chéron.

Adèle Pichon. Théo

Caouissin. Kyo Morin.

Camille Lataste. Dylan

Lagrelle. Antoine

ETAT CIVIL MARS 2006

Brunet. Jonah Robert.

Maïa Fitouri.

Fatoumata Diakité.

Lisa Roullière. Jasmin

Sabic. Clémentine

Iribarne. Nolan Durand.

Dimitri Planté.

Lou-Anne Rabin.

n ILS SE SONT

DIT “OUI“

POUR LA VIE…

Hubert Lenain et

Carmen Chuat.

n ILS NOUS

ONT QUITTÉS…

Edouard Garry.

Raymonde Daligault.

Solange Guérin.

En portant ce beau maillot…

Madeleine Lepage.

Gaston Loiseau. Marie

Lacourbe. Jean Trian.

Jean Terrier. Georges

Veugeois. Georgette

Fourmond. Jean-Yves

Martin. Eugène

Reumeau. Germaine

Mongondry. Odette

Breton. Augustine

Houdayer. Thérèse

Brusadelli. Emilienne

Lucas (101 ans). André

Gicquel. Hélène Jean.

Raymond Gillot.

Lucienne Chambrier.

Marcel Garanger.

Laval infos 7


« À LA UNE »

La Papéthèque

bientôt majeure…

Jérôme Rondeau, Catherine Jolivet

et leur “boss”, Marc Lorieau.

Un nouveau chef

pour L’Antiquaire

Après 12 ans d’activité, Gilles et Nelly Hubert ont vendu L’Antiquaire à un

jeune chef de 32 ans originaire de Laval, Jérôme Lebreton. Lequel a appris son

métier à La Bonne Auberge et, entre autres, dans des maisons que Michelin

place au pinacle : Le Taillevant et L’Auberge de L’Ill (3 macarons chacun),

Jacques Cagna (2), Le Bistro de Paris et La Licorne (1). Ravi d’être aux commandes

d’un restaurant gastronomique de 32 couverts jouissant d’une réputation

aussi agréable que son décor (« refait en 1998 »), le “nouvel Antiquaire”

de la rue des Béliers (02 43 53 66 76) compte changer de carte à chaque saison.

Et entretenir un subtil équilibre culinaire entre tradition et modernité.

Et maintenant, salivons ! Avec quelques exemples pris sur sa première carte :

poêlée de langoustines et d’asperges vertes sauce orange carotte ; filet de sandre

au pain d’épices ragoût d’artichauts et tomates confites ; duo de selle et de ris

d’agneau à la sauge mini ratatouille ; ananas rôti aux huit saveurs en cage…

Les “vieux” Lavallois l’appellent encore la Papeterie de l’Ouest – ou la PDO !

Pourtant le grand magasin situé à l’angle de la rue Crossardière et de l’avenue

Robert-Buron porte le nom de la chaîne Papéthèque depuis près de

18 ans…Dirigée depuis 2002 par le très sympathique Marc Lorieau, son

équipe comprend cinq personnes – également très sympathiques – dont

l’aînée, Françoise Gressant, a 36 ans de maison… C’est dire si le client est

bien conseillé à la PDO, pardon, à la Papéthèque qui, son nom l’indique,

peut fournir toutes sortes de papiers et ce qui va avec : encre, crayons, fournitures

scolaires… Trois autres secteurs intéressent également les enfants

(eh oui, DIDDL a son rayon !), les artistes et les amateurs de loisirs créatifs

(peinture, perles, pâte Fimo…) et ceux qui cherchent un cadeau à la

fois distingué et solide (beaux stylos, objets de maroquinerie, albums

photo…). Dernière info : la Papéthèque est ouverte du lundi au samedi. Avec Jérôme la relève est assurée !

Partage accomplit

toutes sortes de travaux

Trois partageuses qu’on

joint au 02 43 53 22 23.

Dans le champ de “l’insertion par l’activité économique”, “l’association intermédiaire”

Partage a su se faire un nom respecté depuis sa création en 1986 (via

le Secours Catholique). Basée, depuis 2000, au 9, rue Saint-André (dans les

anciens locaux de L’Avenir Agricole), son équipe de cinq permanents dirigée

par Véronique Fouquet a employé – « pour une heure de travail au minimum » –

255 personnes en 2005. Et ce dans des tâches qui intéressent autant les particuliers

que les entreprises, les associations que les commerces. On pense à

certaines activités déductibles d’impôt : ménage, repassage, jardinage ; à

celles de manutention et de petit bricolage (monter un meuble vendu en

kit…) ; à la distribution de journaux, la mise sous pli de documents...

Agréables, efficaces et pleines de bonne volonté, les personnes que Partage

envoie sont très appréciées. Il est vrai que l’association met un point

d’honneur à faire rimer insertion avec formation, évaluation et validation. n

Le Salon de Pierre

61, quai Sadi-Carnot

Comme l’ont déjà remarqué ceux qui empruntent le Vieux-Pont et le quai

Sadi-Carnot, l’enseigne Franck de Paris a été remplacée par Le Salon de Pierre.

Ainsi en a décidé le successeur de Jean-Claude Chesnais, Pierre Lochain, un

nouveau patron de 32 ans qui suit « la mode et les nouvelles tendances » avec

l’obsession du trader pour les cours de la bourse : « Je participe deux fois par an

à un stage organisé par la Haute Coiffure Française, un groupe qui réunit les plus

grands coiffeurs de France. » Ancien responsable d’un salon de Mayenne (ville

où il eut la chance de coiffer, un soir de concert, la belle Patricia Kaas), ce

dynamique professionnel a entièrement rénové sa nouvelle enseigne, tout en

gardant les pierres et les boiseries qui font son charme avec la vue imprenable

– la plus belle de Laval ? – sur le Vieux-Château. Adepte de la parité,

Le Salon de Pierre accueille aussi bien les hommes que les femmes.

Avec ou sans rendez-vous.

Son numéro : 02 43 53 27 52

8

Laval infos


COM 53

Zone des Bozées

Non, il ne s’agit pas d’une nouvelle

agence de com’ chargée de

vanter notre département mais

de la société Centre Ouest Matériel,

qui vend et loue des engins

Toyota, Manitou et Kubota aux professionnels

du bâtiment, des TP

et de l’industrie. Précision

importante : certains outils peuvent

aussi être loués aux particuliers

et associations : groupe

électrogène, lève-plaque, structure

modulaire, compresseur,

chauffage autonome… sans

oublier les panneaux de signalisation

qu’on doit disposer près

de chez soi – c’est obligatoire ! –

lors d’un déménagement…

Passée en quelques mois de 19

à 22 salariés, l’entreprise de

Pascal Barbé est dirigée par

Antoine Verdure et recherche

activement – avis aux amateurs –

un technicien SAV…

AVANT

Antoine Verdure

Edith Derouet

Conseil en image Relooking

Aujourd’hui plus qu’hier, de

nombreuses femmes redoutent

de se regarder dans une

glace tant l’image qu’elle

reflète les attriste... A tort ou

06 83 05 90 99

à raison, elles pensent

qu’elles ne tirent pas suffisamment

profit de leur silhouette,

de leur teint, de leur

coiffure, de leurs lunettes…

Elles pensent aussi qu’elles

sont trop ou pas assez

maquillées, que les habits

qu’elles portent ne leur

conviennent pas plus que les

couleurs qu’elles choisissent

sans plaisir… Du lundi au

dimanche, elles se sentent

fades, transparentes, sans éclat… d’ailleurs, quelle que soit l’heure de la

journée, personne ne les remarque jamais quand elles entrent dans une

boutique ou se rendent à une réunion de parents d’élèves…

A ces femmes qui souhaitent pouvoir – et rapidement ! – se mettre en

valeur, Edith Derouet donne de précieux conseils. Dans son petit local

chaleureux du 68, rue de Gaulle, au-dessus de la boutique qu’elle a créée

en 1997 (Lili Papillon), cette femme bien dans sa peau reçoit toutes celles

qui veulent savoir quelles formes, quelles couleurs, quelles matières leur

conviennent le mieux. Non pour ressembler à telle star du petit ou grand

écran (« pas question de déguiser les gens ! ») mais pour mieux vivre leurs

années de jeunesse ou celles de la période dite du milieu de la vie (« l’âge

de la remise en cause, quand les enfants

sont grands »).

On appelle ça du relooking (le mot est

laid, mais entré dans les têtes).

Très douée pour ce genre d’activité

(un don que des études de psychologie

et une expérience d’éducatrice de

jeunes enfants handicapés ont renforcé),

Edith Derouet ne compte

plus les gens à qui elle a rendu le

sourire et le goût de mordre dans la

vie à pleines dents. Parmi ces personnes

transformées, il y aussi des

hommes, « des jeunes principalement »,

à qui personne n’a jamais osé dire

certaines choses sur leur façon de

s’habiller ou de se coiffer… Sur

rendez-vous, du mardi au samedi,

les séances durent une heure pendant

laquelle Edith Derouet s’intéresse

à votre apparence comme

aucune personne ne l’a jamais fait

avant elle… JCG

APRÈS

Merci Edith !

Majuscule

Nouvelle adresse

02 43 49 11 33

L’artiste dans

ses œuvres…

Zone des Touches, l’entreprise

Majuscule a quitté la rue Cugnot

pour le 58, rue Buffon, où elle s’est

installée dans un bâtiment flambant

neuf situé juste à côté du foirail.

Fondée et dirigée par le

peintre en lettres Daniel Poguennec,

elle réalise, « au moyen de la

P.A.O. », toutes les publicités que

les commerçants, artisans, industriels,

associations et autres collectivités

locales souhaitent voir

apparaître en peinture ou en adhésif

sur tel ou tel support : véhicules,

enseignes, calicots, murs…

Un exemple : l’immense banderole

du festival de la BD sur le donjon

du centre administratif, c’était elle,

c’était Majuscule qui, on le devine,

a besoin de beaucoup d’espace

pour déployer chez elle ce genre de

support ou accueillir les véhicules

à “décorer”… Bien sûr, les dessins

ou logos illustrant certaines pubs

peuvent aussi avoir été créées de A

à Z par Daniel Poguennec et ses

deux collaborateurs, Grégory

Gilles et Sébastien Bigot…

… et une de ses banderoles…

Laval infos 9


Les grands chantiers

du budget 2006

Voté le 24 mars, le budget 2006 de Laval

Agglomération traduit une forte volonté de

soutenir l’activité économique. Avec, entre

autres, plus de 37 M€ consacrés aux

investissements. Une coquette somme qui

permettra de lancer, poursuivre ou achever

les chantiers suivants…

Grands équipements

Rénovation de la piscine Saint-Nicolas et du théâtre de la rue de la Paix ;

achèvement du CFA du boulevard Volney, lancement de la construction du

bâtiment réservé aux administratifs de Laval Agglo, réaménagement de la

gare (1,5 M€), débuts de la construction du parc de la réalité virtuelle.

Sport et loisirs

Travaux au stade d’athlétisme, CREFJS (Centre Régional d’Education et de

Formation de la Jeunesse et des Sports), stade Le Basser (Francis, voir

pages 20 et 21) ; réhabilitation du centre de loisirs de la Blancherie et

rénovation du Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle

(CCSTI).

Environnement

Réalisation de pistes cyclables, amélioration de l’enlèvement des déchets

ménagers, construction de deux déchetteries… Chantiers liés à l’urbanisme

et la voirie : désenclavement de la Tribouillère (liaison routière

entre Laval et Saint-Berthevin), liaison entre la RN 157 et le bd Louis

Armand, aménagement de celui des Loges.

Elle ouvrira au grand public

avant l’été…

Philippe Gaumé en

pleine explication.

Les composteurs

ont été distribués

Le 24 mars et le 1 er avril, la quasi-totalité des 400 composteurs individuels

proposés aux habitants de l’agglomération lavalloise disposant

d’un jardin, ont été distribués dans l’une des salles du Centre Multi

Activités. « Il s’agit de la 6 e fournée de distribution, ce qui porte à plus de

2 000 le nombre de nos composteurs individuels en service », indique le viceprésident

de Laval Agglo Alain Gicquel, président de la Commission Services

à la Population. Petit rappel : la pratique du compostage individuel

permet de valoriser et de recycler les déchets de cuisine tout en réduisant

sensiblement la production de déchets ménagers. n

La remise du chèque de

20 € précède toujours

celle du composteur…

Ils bossent – déjà –

pour Virgin Mobil !

Et dans la bonne humeur !

En attendant de s’installer en juin prochain zone des Bozées, le centre de

relation clients du nouvel opérateur de téléphonie Virgin Mobil a commencé

le travail zone des Alignées, dans un bâtiment appartenant à l’une

des sociétés décrites en page 19 du présent magazine, Actual Interim. Sous

la direction de Stéphane Boiteau, une quinzaine de jeunes gens dûment

formés en mars aux techniques du “phoning”, sont à pied d’œuvre depuis

le lundi 3 avril, 7 jours sur 7, de 8 h à 22 h. Des quatre coins du pays, ils

reçoivent des appels émanant des nouveaux clients de Virgin Mobil, lesquels

ignorent qu’ils sont en communication téléphonique avec des correspondants

basés à Laval. A suivre…

10

Laval infos


C’est bon pour la CULTURE !

(Spectacles, concerts, expositions, conférences...)

CINQ FILLES POUR UN CÉDÉ…

… les filles de

chez Magyan !

Ah qu’elles sont jolies…

A lire et conserver

Le dernier L’Oribus, celui de

mars 2006 (8 €), devrait, une

fois de plus, intéresser les

Lavallois qui aiment à scruter

les temps anciens pour

(essayer de) mieux comprendre

le nôtre. Quatre

articles sont à déguster dont

l’un concerne la petite-fille du

peintre naïf Fernand Lefresne,

l’artiste lavalloise Caroline

Ciron – dite Caco. Laquelle a

droit aux compliments (mérités)

de Michel Dloussky et à

quatre reproductions de

tableaux représentant notre

cité. Autre “vedette” du

numéro 65, l’ancien maire de

Laval Robert Buron occupe

22 pages qui racontent son

implantation en Mayenne au

cours de la IV e République.

Signée Michel Gaignard,

cette étude est complétée

par une présentation de photos

inédites prises lors des

deux voyages de Robert

Buron en Afrique-Occidentale

française durant l’an 1954.

Hauts en couleur, deux autres

documents “encadrent” ces

deux articles : le journal du

curé de Voutré retraçant les

années 1870-1874 et la suite

– toujours très attendue – des

mémoires du chevalier de la

Broise qui concernent, cette

fois, la chouannerie de 1815.

Un article lui est consacré…

Magalie

Après avoir testé plusieurs formules

(Magalie avec trois “vieux” musicos,

Magalie avec le jeune Sébastien

Codevelle, Magalie avec son micro…),

Magyan est aujourd’hui un groupe composé

de cinq jeunes femmes. Lesquelles

se sont connues et réunies entre janvier

et mars 2005 : « J’avais demandé aux

écoles de musique de me trouver des partenaires

», indique Magalie Gilles, la

“Magyan historique”, qui ne remerciera

jamais assez Jean-Pierre Aubinière, de

L’Atelier du Rythme, de lui avoir présenté

une batteuse, Gaëlle Renaud, et une guitariste,

Laurène Gaudinière. Un trio qui,

après deux mois de répétition, verra arriver

deux lycéennes : Chloé (guitare) et

Clémentine (clavier). Après un an, le

groupe assure avoir trouvé son équilibre

pour travailler “efficacement”, faire de la

scène (Ernée, Laval, Rennes, Château-

Gontier…) et graver un premier cédé au

titre chantant qui obtient d’excellentes

critiques : … El soplido del viento…

Totale franchise

Aujourd’hui bien rodée (une répétition

par semaine, ça finit par payer !), la fine

équipe compte déjà une quinzaine de

titres originaux à son actif ! Beaucoup

sont de Magalie bien sûr, mais il y en a

aussi de Gaëlle et de Laurène. Les filles

l’assurent : leurs chansons voient le jour

dans un climat de franchise qu’aucune

susceptibilité d’auteur ne vient jamais

obscurcir. « Quand l’une n’aime pas tel ou

tel passage, tel ou tel arrangement, elle le

dit ! » précise Gaëlle. Mais foin d’un

long discours ! Jugez sur pièce en achetant

le premier cédé quatre titres qui se

trouve depuis quelques semaines (entre

Noir Désir et Art Mengo) dans les bacs des

centres Leclerc, chez M’Lire, à L’Atelier du

Rythme et à Music Center. Très agréables,

ces mélodies permettent aussi de s’offrir

(pour 5 €, qui dit mieux ?) un voyage en

Europe, car les paroles sont à la fois en

français, en anglais et en espagnol (à

quand une subvention de la commission

de Bruxelles-une-fois ?).

Les films sur

l’histoire de Laval

(suite)

En DVD !

Les deux premiers films sur

l’histoire de Laval ont attiré

du monde à la salle po :

400 curieux pour le premier

(Laval en 1750), un millier

pour le second (la 1 re Guerre

mondiale). Initiative bienvenue

: réunis dans un seul

dévédé (10 €) ou une seule

cassette VHS (6 €), ces deux

premiers films sont en vente à

l’Office de Tourisme. Un

conseil : c’est le genre de

cadeau qui plaît aux cousins

et aux amis qui ont quitté

Laval il y a plusieurs années…

Le 9 mai

Le prochain film aura lieu le

9 mai. Son titre : Laval ville

d’art, ville d’histoire. Outre les

spécialistes Xavier Villebrun

(patrimoine) et Gaston

Cherrel (histoire), plusieurs

témoins seront présents :

deux anciennes commerçantes

Louisette Geswiller

(charcuterie de la Grande

Rue) et Geneviève Pillon

(hôtel de Paris), ainsi qu’un

ancien adjoint au maire, le

gaulliste Jacques Perrin.

Ce DVD comprend deux films.

Laval infos

11


Conférences de l’Orpal

de 14 h 30 à 16 h

24, rue Mazagran

Mercredi 19 avril

Culture et bibliothèque pour tous

Echanges et discussions autour

de livres sélectionnés

Mercredi 10 mai

Comment la forge du XVII e siècle a créé

la commune de Port-Brillet en 1874

Bernard Houel

Déplacement à Port-Brillet

Départ : 14 h (place de Hercé)

Jeudis 11 et 18 mai

Présentation de Flora Tristan,

la femme-Messie

Docteur Bertrand

Mercredi 31 mai

Découverte du jardin de l’Hermitage

à Sainte-Gemmes Le Robert

Marie Cloteau-Girard

Inscriptions à l’Orpal

Départ 13 h 30 place de Hercé (9 €)

12 et 13 mai, 20 h 30, salle polyvalente

Bâtir sur le roc…k

Festival chrétien de musiques actuelles

Ouvert à tous ce festival permet de découvrir

des artistes de qualité porteurs de messages

résolument positifs ! Il en est à sa 4 e édition

dans notre cité et devrait, cette année encore,

attirer des milliers de spectateurs… Avec

deux soirées inoubliables durant lesquelles ça

va bouger, ça va chanter, ça va déménager !

6 €

Rejoindre “Mèche rebelle”

Avant la sortie, à la fin 2006, d’un cédé

baptisé Mèche rebelle, l’auteur-compositeur-interprète

Christophe L. recherche

un guitariste confirmé (« tous styles, compositeur

bienvenu ») et une chanteuse pour

duo (« avec une voix bien à elle » – et non

celle de Lara F. ou de Céline D.).

Pourquoi former ce trio ? Pour préparer

une version électro-acoustique des cinq

chansons de Mèche rebelle et assurer ce

qu’on nomme (dans le milieu) les

“showcases” (“tournée disquaire” et

“live radio”).

On joint Christophe au 06 79 77 80 51.

La Perrinette

La mèche,

c’est la sienne !

Le samedi 13 mai, à 20 h, dans la grande

salle Athènes du CREF (109 avenue

Coubertin), la chorale de La Perrinette

(40 enfants de 6 à 15 ans) donnera un

grand concert avec un répertoire varié

comprenant de bonnes chansons d’chez

nous signées Goldmann, Trénet…

Vendredi 12 mai : soirée gospel

Joy of Gospel (70 choristes) et New Gospel Family

Samedi 13 mai : soirée pop rock ska

Carmenz (le punk au service de l’amour), Make up your mind (7 Hollandais)

et Kato (4 Anglais qui détonnent)

Réservations : Laval Spectacles 02 43 49 46 08

Renseignements : Du Rock à l’Ame 06 82 37 82 71

Des bords de Loire au musée de la Perrine

Quelques descendants de Constant

ont fait le déplacement à Laval

Originaire du Maine-et-Loire, le portraitiste

Constant Le Breton a peint

une multitude de paysages, notamment

ceux des bords de Loire. Au

Musée-Ecole, la Ville vous propose

d’en admirer 70 ; des aquarelles pour

la plupart, mais aussi des huiles

issues de collections publiques et

privées. Le mercredi 19 avril, à 18 h,

une conférence permettra de mieux

connaître cet artiste de talent, qui

s’éteignit à Paris en 1985.

Le stage de théâtre organisé par l’association La Sottise initialement prévu les 8 et 9 avril a

été reporté au week-end du 27 et 28 avril (14 h-18 h, foyer culturel) ; les gens intéressés

doivent contacter la comédienne et metteur en scène Florence Tranchant (06 33 74 94 28).

12

Laval infos


Tacatacatacatacata

Le 1 er cédé de Kaar Kaas Sonn

Le grand KKS

Enarque

Né au Tchad en 1973, d’une mère

assistante sociale et d’un père haut

fonctionnaire (qui décédera à 23 ans,

quand notre chanteur avait 8 mois),

Flavien Kobdigué s’est d’abord

distingué comme un bon élève qui

sortira major de l’Ecole Nationale

d’Administration de son pays.

Recruté à la présidence de la

République, il est de ces jeunes dont

on dit que la carrière est “toute tracée”…

Pas si sûr… Avant de devenir

fonctionnaire, cet amoureux des

mots a goûté au bonheur d’écrire des

chansons pour un groupe… et, en

1999, l’année où, à la demande de

Julien Lepers, il chante l’une de ses

œuvres lors de son passage à Questions

pour un champion, Flavien tombe

amoureux de Sylvie, une Française

Aux confins du rap et de la chanson française, les

compositions de Kaar Kaas Sonn enchantent depuis trois

ans nombre de nos lecteurs qui les ont découvertes lors

des prestations scéniques de ce poète lavallo-tchadien.

Bonne nouvelle : cet artiste doublement grand (par la

taille – 1,96 m – et par le talent) vient de sortir un premier

cédé de 15 titres dont le nom se retient facilement :

tacatacatacatacata…

qui travaillait au Tchad pour une

ONG humanitaire allemande

Laval

Son arrivée à Cahors, « le pays de

Sylvie », date de 2001. Licencié en

droit privé et “maîtrisé” en droit

public, Flavien compte achever ses

études à Toulouse. Un problème

d’équivalence l’en empêchant, il se

retrouve étudiant-boursier à…

Genève où il passera son DEA en économie

tout en écrivant des chansons et

en pratiquant la musique (il a acheté

une guitare). En 2003, les Kobdigué

débarquent à Laval où madame a été

recrutée pour diriger – publicité gratuite

– une coopérative d’activités et

d’emploi, Coodémarrage 53. Sitôt

Lavallois, Flavien fréquente l’atelier

municipal de musiques actuelles et

réalise une maquette de 4 titres avec

l’aide de Tess et de Claude Renon. Un

auteur est né : Kaar Kaas Son, en nangjere,

l’une des langues du Tchad, l’enfant

qui connaît… (la musique ?).

Les Amis

En 2004, envoyée à quatre radios,

ladite maquette enchante FIP, qui

passe illico l’un des titres : What’s

Better Than Money ? “Enrichi” par ce

repérage, KKS achète une nouvelle

guitare, des cartes pour travailler à la

ferme des Ribaudières et… se lance

dans la création d’un premier cédé…

Et ce avec d’autant plus de sérieux

que les “récompenses” pleuvent :

Tremplin Jeunes, invitation sur des

scènes parisiennes (La Java,

Abracadabar…), France Inter (Le Pont

KKS chantera le samedi 13 mai, à 20 h 30, au cours d’une soirée musicale

qui se tiendra à Grenoux, dans la zone des Montrons.

des artistes), France Culture (La chanson

boum)… Entre temps, pour aider

matériellement Flavien Kobdigué à

sortir son premier cédé, plusieurs

admirateurs – Jean-François Couanon,

André Béré, Sabrina Morisson et

Sylvie – créent une association : Les

Amis de Kaar Kaas Sonn…

Petite musique

Enregistré et mixé au Highway Studio

de Mamers, ce 1 er cédé regroupe

15 chansons écrites entre 2001 et

2005. Beaucoup sont liées à l’actualité

et pointent du doigt certaines verrues :

Elections transpirantes, Amérixes,

1 CST… Toutes permettent de découvrir

la petite musique personnelle

de KKS, qui mérite d’être gravée.

Nous laissons aux spécialistes le soin

de la classer (rap acoustique, chanson

engagée…). Une chose est sûre : ce

sympathique basketteur de l’Union

Sportive Lavalloise n’est pas de ces

artistes qui pensent que “vu à la télé”

rime systématiquement avec “qualité”.

La vie qu’il a vécue, les livres

qu’il a lus, les chanteurs qu’il aime

(Brassens en tête), la stabilité familiale

qu’il a su créer, font de lui un artiste à

part. Et… à suivre de près... JCG

On le trouve

chez M’Lire et à

la Médiapole.

Un mois/une 0œuvre

Skyphos

à tête ailée

Les vases grecs étant avant tout

des objets utilitaires, la forme de

chaque récipient est parfaitement

adaptée à l’usage que l’on en fait.

Les denrées alimentaires sont ainsi

conservées dans des amphores, le

vin est mélangé dans des cratères

et les femmes transportent l’eau

dans des hydries. Le skyphos est

quant à lui un vase à boire à deux

anses horizontales. L’exemplaire

présenté est orné d’une tête féminine

ailée en rehauts blancs sur le

vernis noir. Ce type de décor est

dit “de Gnathia” du nom d’une

petite cité antique du sud de

l’Italie. Moins connus que les

céramiques à figures noires ou

rouges, les vases de ce centre de

production ont pourtant été l’invention

la plus innovante. De très

belle qualité et très résistantes

malgré la finesse de leurs parois,

ces céramiques ont connu au

IV e siècle av. J.-C. un succès

important. Leur décor miniaturiste

fut alors bien souvent imité

sans parvenir à la même admirable

précision.

Antoinette Le Falher

Attachée de conservation

des musées

Ce vase est présenté jusqu’au

14 mai au musée du Vieux-

Château dans le cadre de l’exposition

Vases en voyage, de la Grèce

à l’Etrurie.

Laval infos 13


DIVERS

Cet été, devenez

famille d’accueil…

Chaque été, beaucoup d’enfants

n’ont pas la chance de partir en

vacances. C’est pourquoi, tous les

ans, le Secours Catholique de la

Mayenne recherche des familles

susceptibles d’accueillir un

enfant chez elles, pendant le mois

de juillet. Ami lecteur, si ce type

de partage vous intéresse, contactez

le Secours Catholique au

02 43 56 40 10. Ou écrivez-lui

au 46, rue du docteur Ferron -

BP 0131 - 53001 Lavaldex.

Les vacances,

c’est super !

Le cadeau de Laval Loisirs Kart

aux personnes handicapées

Ils vont faire des heureux…

Pour permettre aux personnes handicapées de goûter aux joies du karting,

l’association Laval Loisirs Kart dispose désormais de deux bolides spécialement

équipés à leur intention. Conçu par le moniteur national de Laval Jean-

Marc Lebrun, le premier est un monoplace qui fonctionne uniquement en

actionnant deux petites manettes placées près du volant : l’une pour accélérer,

une pour freiner. Biplace, l’autre bolide peut accueillir n’importe quel

passager handicapé avide de sensations de vitesse. Petite fierté pour l’association

présidée par Louis Paillard : la piste de Laval est la première à lancer le

mouvement dans le pays ! « L’idée m’a été soufflée en juin 2005 par Jean-Jacques

Brunet, un ami dont le fils Vincent est handicapé des jambes », confesse le président.

Bon à savoir : les séances pour les handicapés se déroulent les mêmes jours que

celles pour les valides :

samedis, dimanches et jours fériés, entre 15 h 30 et 18 h 30.

Escrime

Une star au CMA

Le vendredi 21 avril, de 18 h à

19 h, le cercle d’escrime recevra au

Centre Multi Activités de Saint-

Nicolas, dans sa superbe salle

Laura Flessel, une grande championne,

Hajnalka Kiraly-Picot,

“Honi” pour ses admirateurs.

Coéquipière de Laura Flessel

(encore elle !), cette Rennaise

d’origine hongroise est championne

du monde en titre (par

équipe à l’épée) et médaillée

olympique. Accompagnée de son

mari, lui-même ancien champion

olympique, Patrick Picot, elle fera

une démonstration et remettra

quelques blasons (l’équivalent des

ceintures chez les judokas) aux

quelques jeunes tireurs du club

qui méritent de les recevoir…

On la surnomme Honi…

Le point de vue des élus de l’opposition

Laval Spectacles : faire la transparence

Contre les pratiques dépassées de

François d’Aubert, nous pensons

qu’une gestion municipale moderne et

efficace passe par la transparence et le

débat. Ainsi, depuis de longs mois,

nous faisons notre travail pour obtenir

toute la clarté sur la gestion passée de

Laval Spectacles, alors que, fin 2004,

50 000 euros avaient été dépensés sans

pièces justificatives.

Un rapport interne de la Ville de Laval

mentionne l’existence d’une correspondance

du Trésorier principal au Maire

de Laval signalant, dès 2002, des irrégularités

dans la gestion de Laval

Spectacles. Nous avons demandé à

prendre connaissance de ces courriers.

Devant le refus opposé, nous avons saisi

la Commission d’Accès aux Documents

Administratifs, autorité administrative

de compétence nationale. Dans un avis

officiel rendu le 2 mars dernier, cette

Commission affirme que ces courriers

sont « communicables de plein droit »,

confirmant le bien-fondé de notre

demande. Nous attendons que la

Trésorerie générale et le Maire de Laval

nous transmettent copie de ces documents,

pour avancer sur ce dossier.

Plusieurs questions sont aujourd’hui

posées : pourquoi les statuts de Laval

Spectacles n’ont-ils pas été respectés ?

Pourquoi le maire a-t-il maintenu à son

poste un directeur (jusqu’à sa démission

en mai 2005) manifestement

incompétent en matière de gestion ?

Il s’agit d’argent public : nous voulons

simplement faire la lumière sur les

dysfonctionnements passés de Laval

Spectacles, et comprendre les responsabilités

des uns et des autres.

Les élus de l’opposition municipale

Pour connaître les permanences de l’élu de votre quartier ou prendre rendez-vous : Bureau de l’opposition - 10, rue de Strasbourg 02 43 59 25 95

Guillaume Garot, Janine Salbert, Loïc Bedouet, Françoise Marchand,

Jacques Poirier, Rémy Simon, Nicole Peu, Georges Minzière, Yan Kiessling

14

Laval infos


Deux élus au charbon !

Joëlle Kanellopoulos

Le Cyber Espace

est installé au CM@

Après avoir été rue de Strasbourg (son lieu de naissance, 1998) puis

dans la galerie du Saint-Louis, le Cyber Espace municipal est, depuis

février dernier, installé dans l’une des salles du Centre Multi Activités

de Saint-Nicolas (dans “l’ancien Leclerc” de la route de Tours). « Il

jouxte la Médiathèque qui ouvrira en septembre prochain », indique Joëlle

Kanellopoulos, la conseillère municipale chargée des Technologies

nouvelles.

Tenu par Patrick Dahlem, le Cyber Espace municipal permet à quiconque

le souhaite d’accéder à l’internet (consultation d’imèle et de

sites ouèbe…), d’effectuer des travaux de bureautique (Word, Excel,

Powerpoint) et d’utiliser le matériel ludo-éducatif pour les enfants de

2 à 5 ans (claviers, logiciels, souris).

« Chaque mois, il organise aussi des modules de sensibilisation à l’internet

et à la bureautique », complète le responsable du service Animation

Territoriale Jean-Marc Pacor. Info

plaisante : le module A la découverte

d’internet est gratuit.

Les prochains auront lieu le jeudi

27 avril et le mardi 2 mai (de

14 h à 16 h).

Pour plus de renseignements :

02 43 59 03 57.

Les horaires

Lundi (16 h - 19 h) ; mardi, mercredi

et jeudi (9 h-12 h ; 14 h-

19h) ; vendredi (14 h-19 h). On

y accède en tul très facilement. Il

suffit de prendre la ligne A

comme arobas, bien sûr !

Alain Gicquel et les travaux

de canalisation dans les rues

de Péanne et des Vaux

42 mètres de canalisation

ont été posés par forage…

Depuis début mars, la Ville réalise d’importants travaux d’assainissement

dans les deux rues qui furent les plus sévèrement touchées

par les inondations de juillet 2001 : de Péanne et des Vaux (dans sa

partie allant de la rue George Sand à la rue Haute-Follis). D’un coût

de 320 000 euros, ils font suite à ceux effectués en 2005 rue Bernard-Le-Pecq

(500 m de canalisation) et s’inscrivent dans le Schéma

Directeur d’Assainissement (16 M€).

Se déroulant sur une distance de 360 mètres, ils concernent à la fois

la pose d’une nouvelle canalisation d’un diamètre de 800 mm (qui

remplace l’ancienne dont le diamètre était insuffisant, 500 mm) et

la rénovation des canalisations d’adduction d’eau potable. Ils seront

achevés dans les semaines à venir et, espérons-le, permettront aux

rues concernées de ne plus être inondées comme elles l’ont été ces

dernières années…

Trois internautes liés au

Cyber Espace : Jean-Marc

Pacor, Patrick Dahlem et

Joëlle Kanellopoulos.

« Ce chantier d’envergure a nécessité

huit mois de préparation », indique

l’adjoint au maire Alain Gicquel.

Sa particularité ? Sous la

rue mitoyenne aux deux précitées,

la rue Haute-Follis, la canalisation

a été posée via un forage

réalisé par la société Langer.

Cette technique innovante a été

choisie par la Ville pour éviter la

gêne que des tranchées auraient

occasionnée en matière de circulation

dans cette rue ô combien

passante…

Alain Gicquel et son

casque de chantier

Laval infos 15


DOSSIER

Ces grands travaux

qui embellissent le Patrimoine

A voir aux

Cordeliers…

Chaque année, la Ville

préserve et restaure

son patrimoine architectural.

Pour la plus

grande joie des Lavallois,

qui apprécient de

vivre dans une commune

où tant de monuments

accrochent le regard et

rappellent – 24 h/24 et

7 jours/7 – que Laval a,

derrière elle, un passé

d’une prodigieuse richesse…

En 2006, la

Ville investira 1,2 M€

dans ce genre de “toilettage”

qui fait aussi

la joie des touristes. En

compagnie de Xavier

Villebrun, directeur du

Patrimoine, tour d’horizon

des “grands

chantiers” achevés, en

cours ou à venir…

Saint-Vénérand = chef-d’œuvre !

Travailler en pareil

lieu, ça élève l’âme !

Les travaux de Saint-Vénérand sont enfin terminés ! On réalise maintenant à quel point cette église,

construite au XV e siècle à la demande des bourgeois de la rive gauche, est un monument exceptionnel. Un

chef-d’œuvre dont la première phase de reconstruction date de… 1522 ! Entreprise en 1980, « sa restauration

a nécessité cinq phases de travaux » : nef et reprise des bas-côtés – tableaux et vitraux – façade occidentale –

transept, vitraux et sol – chœur, vitraux et sol.

Mais est-ce “fini-fini” ?

Oui enfin… « il ne restera plus que l’éclairage à améliorer et la protection des vitraux… »

Xavier aux Cordeliers

Le Vieux-Château

Avant l’été : première tranche

de restauration des façades en

tuffeau de la cour intérieure du

Vieux-Château. Ce ne sera pas

du luxe : « Elles sont très abîmées

par les ruissellements et l’acidité...

» Autre restauration

programmée : « celle du rempart...

»

La place Saint-Tugal

Des travaux vont restaurer ce qu’il

reste de l’église d’origine : quelques

pierres, une partie des murs, une

autre du cloître… La Ville va aussi

changer la toiture et réfléchit à un

projet d’extension – « une nouvelle

salle dédiée aux arts plastiques » – avec

l’atelier public de sculpture (qui

jouxte les ruines de Saint-Tugal). En

attendant, les impatients peuvent

toujours acheter et visionner le film

Laval en 1750 dont une partie –

Dans ce DVD, Saint-Tugal

est reconstituée !

merci à l’entreprise de réalité virtuelle

Nautilus – concerne la reconstitution

de l’ancienne abbatiale…

Un chœur superbe

achevé en 1565…

16

Laval infos


Ce château qui sera bientôt neuf !

Le château neuf vu

du quai Sadi-Carnot…

Les Fugues du Patrimoine

Pour nous faire aimer Laval, l’Office de Tourisme et

le service Patrimoine organisent, d’avril à juin, des

visites pédestres. Elles ont lieu le samedi ou le

dimanche, débutent à 15 h précises, durent 1 h 30

(environ), sont conduites par un guide-conférencier

et coûtent 5 € (pour les plus de 12 ans)…

Le château neuf va prochainement mériter son nom… « La troisième

tranche de travaux devrait débuter avant l’été », indique Xavier

Villebrun. Elle concernera la restauration du pavillon nord (« reprise

complète de l’extérieur et des fondations, achèvement de la façade côté

rivière »). En attendant, apprécions l’excellent travail accompli par

les entreprises ayant participé aux deux premières tranches. Mention

spéciale à l’entreprise Grevet, une Lavalloise qui a su redonner au

château neuf sa splendeur d’antan… « On a retrouvé la qualité du

décor, se réjouit Xavier Villebrun. On s’aperçoit ainsi que la Renaissance

à Laval fut une période brillante. » A l’origine, avant que la justice ne

s’y installât, le château neuf tenait lieu de galerie : « On l’empruntait

pour rejoindre le pavillon nord où le maître se retirait pour penser… »

Samedi 22 avril

Saint-Pierre ou la pomme de discorde

Dédiée au saint patron de l’évêque

qui l’a fait construire, l’église Saint-

Pierre ne sera jamais complètement

achevée, victime des relations tendues

entre les autorités civiles et

ecclésiastiques… Lieu de RDV :

devant l’église.

Dimanche 14 mai

Des châteaux pour régner

Bien qu’il soit la figure emblématique

de notre cité, le Vieux-

Château reste un monument encore

largement méconnu. Ainsi que sa

galerie Renaissance en réfection : le

château neuf… Lieu de RDV : cour

du Vieux-Château.

Demandez le programme !

Commencés en octobre 2005,

les travaux effectués aux

Cordeliers ont permis d’embellir

– en l’éclaircissant – ce lieu

de culte dont la forme actuelle

remonte à 1863 et la dernière

“grande toilette” à 1936. Cette

première tranche de travaux a

permis de nettoyer la voûte de

50 m située à 17 m du sol puis

de lui offrir, via les piliers, un

éclairage architectural capable

de valoriser les fameux retables.

Plus modestes, les autres travaux

ont, eux, concerné la sécurité

: reprise de la tribune

d’orgue et renforcement du

plancher en bois situé entre le

toit et la voûte. Deux autres

tranches sont à l’étude : « reprise

extérieure des chapelles, des bascôtés,

du portail et du pignon sur le

nouveau passage des Cordeliers »…

Mais que les fidèles se rassurent

: la pratique ne sera pas,

cette fois, interrompue…

Les Cordeliers ont gagné en lumière…

Oh la belle voûte bien claire !

Laval infos 17


PRATIQUE

Offrez un ticket Trinquenet

aux proches qui sont au loin…

Il y a les tickets

restaurant, que tout

le monde connaît.

Il y a désormais les

tickets Trinquenet,

qu’un Lavallois,

Benoît Bouvier, vient

de lancer – via

l’internet – et qu’il est agréable d’offrir à

ses amis ou à ses proches pour partager

– à distance – avec eux un événement

heureux : anniversaire, promotion,

naissance, succès aux examens, victoires

sportives...

De quoi s’agit-il ?

De tickets d’une valeur en euro permettant d’aller boire un pot ou de

manger dans une brasserie ou un café figurant sur la liste des affiliés

Trinquenet. A l’heure où vous lisez ces lignes, une vingtaine de départements

sont couverts par ce nouveau service. Chez nous, à Laval, deux

établissements sont concernés. Deux adresses bien situées, agréables : le

Warner et le Cap Horn…

Dépannage…

On offre les tickets Trinquenet à des amis que l’on ne peut hélas

rejoindre – ils habitent trop loin ! – pour fêter avec eux l’un des événements

cités plus haut. Mais on peut aussi les offrir à quelqu’un dans

le besoin que l’on souhaite dépanner ou à son enfant qui étudie dans

une grande ville et qui – comme tous les étudiants – peine à joindre les

deux bouts…

La marche à suivre

Facile : il suffit d’acheter le ou

les tickets sur le site (à paiement

sécurisé) de Trinquenet

(www.trinquenet.fr) et d’envoyer

ensuite ce ou ces tickets

par la poste à la personne bénéficiaire.

Laquelle pourra ensuite,

quand elle le souhaite, consommer

le petit plaisir que vous lui

offrez…

Pour tous renseignements, appelez

M. Trinquenet, alias Benoît

Ils trinquent, c’est net ! Bouvier, au 02 43 67 99 57.

Don d’organe : la bonne

proposition du député Favennec…

Yannick Favennec, Marie-Claire Paulet

et Michel Brault (France Adot 53)

Le député du nord de Laval veut alléger les

procédures de don d’organe pour les

familles et les équipes médicales...

Bravo, Sébastien !

Le 17 mars, à l’hôtel de ville, l’association France Adot 53 a organisé une

réunion d’information sur le don d’organe et de moelle osseuse en présence

de sa présidente nationale, Marie-Claire Paulet. Une centaine de personnes

ont assisté à cette réunion émaillée de témoignages poignants comme

celui de Sébastien qui a sauvé sa jeune sœur Myriam par un don de moelle

osseuse… Au cours de la soirée, la parole a été donnée au député Yannick

Favennec, auteur d’une proposition de loi destinée à faciliter le don d’organe

en inscrivant sur la carte Vitale le consentement ou non des personnes.

Le député du nord de Laval espère ainsi « réduire le taux de refus des

familles et donner l’assurance aux personnes favorables au don d’organe que leur

volonté sera respectée après leur décès… »

“Ce serait parfait !”

C’est peu dire que la proposition Favennec réjouit ceux qui se battent pour

favoriser le don d’organe dans notre pays : « Si votre proposition était acceptée

par le Parlement, ce serait un grand pas en avant, ce serait parfait », a lancé,

pleine d’espoir, la présidente de France Adot. Une réaction qui résulte d’un

constat terrible, à faire connaître : tous les ans, plus de 200 personnes

décèdent faute de greffons… La raison de ce constat est simple : chaque

année, le nombre de personnes inscrites en liste d’attente augmente plus

vite que le nombre de donneurs… Ainsi, en 2004, plus de 11 000 personnes

ont eu besoin d’une greffe et seulement près de 4 000 d’entre elles

ont pu être satisfaites… Pour le député du nord de Laval, « il devenait

urgent d’agir… » D’où sa proposition très appréciée…

Les motards ont du cœur…

Le 30 avril, 400 motards se donneront rendez-vous place du jet d’eau à

8 h 30 et 17 h 30 . Entre ces deux rassemblements, ils auront récolté les

promesses de dons d’organe et de sang signées par de nombreux Mayennais

dans le cadre de l’opération Les motards ont du cœur.

18

Laval infos


INTERNATIONAL

Pour bien communiquer…

Vive le Très Haut Débit !

Deux présidents : Gérard Tual

et François d’Aubert

Le 10 mars, pour fêter l’arrivée du Très Haut Débit

pour les entreprises lavalloises installées dans les

zones d’activités du Bourny et des Alignés,

l’opérateur France Télécom avait réuni les représentants

des collectivités locales concernées et

quelques utilisateurs satisfaits et potentiels… Pas

de doute : en matière de fibres optiques, notre cité

est à la pointe de la technologie…

Mayenne USA a reçu

cinq amis de Californie

Ils étaient déjà venus le 21 juillet dernier, ils sont revenus la semaine 11 (du

13 au 20 mars). Pas de doute possible : John et Julia Messinger aiment profondément

notre cité, qu’ils espèrent voir un jour jumelée avec la leur,

Modesto, la capitale du comté de Stanislaw en Californie (où deux géants

d’chez nous sont implantés : Lactalis et MPO). Cette fois, leur venue avait

pour but de fêter les 15 ans de Mayenne USA, une association que préside

Didier Boussard et dans laquelle se montrent très actives les deux

conseillères municipales qui sourient sur la photo ci-dessous : Maddy

Arthuis et Catherine Fayal. Autre particularité de la visite des Messinger en

Mayenne : trois concitoyens les accompagnaient qui, eux, découvraient Laval

for the first time. Leur impression (traduite par John qui parle français) ?

Laval est une ville tout à fait charmante”. Et John de conclure : « J’aimerais

beaucoup vivre à Laval, mais je préférerais toujours travailler aux USA. Pour les

impôts, bien sûr… » Vous l’aviez deviné : John est chef d’entreprise…

Le couple Messinger est

sous le buste de Marianne…

Groupe

Actual

La petite cérémonie ayant eu

lieu chez Actual, Gérard Tual

a donné quelques chiffres

relatifs au groupe qu’il a

créé en 1991 et qu’il dirige

avec son fils Samuel depuis

2001. On peut l’écrire sans

passer pour un flagorneur :

en matière de résultats,

Actual est, lui aussi, abonné

au “très haut débit” : 100 M€

de CA en 2005, 200 emplois

créés (« dont 30 à Laval »),

5 000 intérimaires au travail

tous les jours via 70 agences

en France (dont 2 chez nous :

3-5, quai Sadi-Carnot et

29, rue du Val-de-Mayenne).

Résultat : le 10 mars 2006,

Actual était la 13 e entreprise

de travail temporaire de

France (sur 1 000 au total).

Une réussite qui devrait

continuer : l’emblème du

groupe est un trèfle à quatre

feuilles...

Laval Agglo

Aujourd’hui, pour être compétitives, les entreprises doivent pouvoir communiquer

à la vitesse de l’éclair (voire même plus vite, diront certains). « C’est

une nécessité et chaque territoire doit avoir les meilleurs atouts », a précisé François

d’Aubert. Et le président de Laval Agglo d’ajouter : « Les collectivités locales ont

le devoir d’offrir ces meilleurs atouts à leurs entreprises. » Autre raison : en 2006,

« l’attractivité économique se mesure à l’offre de technologies qui est faite… » Bref,

pour faire venir des sociétés à Laval, il faut proposer du Très Haut Débit. En

conclusion, le président a prédit un bel avenir pour ce dernier. Un avenir

comparable à celui que connut en son temps le Haut Débit dont « on ne parle

presque plus chez nous car tout le monde l’a ». Ou peut l’avoir…

17 500 km

Conseiller du directeur de France Télécom, Bruno Janet a présenté le plan

d’équipement en cours pour la Mayenne. « En 2009, toutes les entreprises pourront

bénéficier d’accès à un THD allant jusqu’à 100 Mbit/seconde – contre 2Mbit/s

pour le haut débit – et facturés à des tarifs aussi attractifs que ceux des zones à forte

densité comme Paris et La Défense. »

Techniquement, ce plan prévoit l’installation,

au cœur ou à proximité de

chaque zone (15 au total), d’un nœud

de raccordement THD relié au réseau

général de fibres optiques. Autour de

la zone en question (Bourny-Alignés,

par exemple) est alors déployée une

boucle optique capable de desservir

toutes les entreprises. Ce plan va

entraîner la création de 250 km de

fibres optiques, qui viendront s’ajouter

au 17 500 qui forment le réseau

départemental… n

Didier Caplan

présentant

Archimaine.

Archimaine

Spécialisée dans les techniques

de numérisation,

l’archivage électronique, la

diffusion et la consultation à

distance de documents à

caractère patrimoniaux ou

judiciaires, Archimaine se

réjouit de l’arrivée du Très

Haut Débit. C’est pourquoi, en

fin de cérémonie, son fondateur

Didier Caplan l’a

présentée, via des exemples

extraits de l’un des sites

hébergés par cette société

située près de la polyclinique

: celui des Archives

départementales de la

Mayenne. « La consultation

des archives croît de manière

exponentielle », a indiqué

Didier Caplan. Conséquence :

« Comme on ne peut pas

construire des bâtiments pour

accueillir tous les curieux – ça

coûterait trop cher ! –, il faut

utiliser les écrans… »

Et… le Très Haut Débit !

Laval infos 19


C’ÉTAIT LAVAL

En avril 1966, Laval

est en pleine expansion

Ce portrait de Le Basser

est à l’hôtel de ville.

Comme en janvier et mars

derniers, feuilletons

quelques vieux exemplaires

du Courrier de la Mayenne.

En l’occurrence ceux d’avril

1966. C’était il y a 40 ans…

Boutier boxe au Palais de

l’Industrie, les Nouvelles

Galeries inaugurent leur

libre-service alimentaire et

la zone industrielle des

Touches se développe à vue

d’œil… Quant au nombre de

Lavallois, il continue de

croître de manière historique :

40 996 en 1962,

47 963 en 68...

par J.-C. Gruau

Une vue de l’atelier de préfabrication des Touches où

furent construits, à la fin des années 60, les panneaux

destinés à monter les immeubles de Saint-Nicolas.

Le Basser

En avril 1966, le maire en place l’est

depuis dix ans, c’est le docteur Le

Basser. De nombreux Lavallois s’en

souviennent : il est mort en 1974.

Dans un livre de souvenirs, La

Mayenne et moi, son successeur, l’ancien

ministre Robert Buron, le

décrit ainsi : Jovial et disert, bon vivant

et non conformiste, il s’était attiré d’innombrables

sympathies individuelles. Il

possédait au plus haut point la qualité

essentielle à tout homme politique : la

vitalité. En 1956, ce chirurgien qui

habitait au 56, rue du Lycée, a succédé

à Albert Goupil, qui restera

comme le maire ayant effacé les

traces de la guerre 39-45. Sitôt élu,

Francis Le Basser souhaite développer

l’industrialisation de sa ville.

Pour lui, un remède s’impose : à

défaut d’initiatives locales, il faut

faire venir à Laval des capitaux et des

patrons non mayennais…

LMT

Parmi les premières unités de fabrication

à s’installer chez nous se

trouve un établissement dont les

bâtiments existent toujours rue de

Bretagne : LMT. D’autres entreprises

suivront, parmi lesquelles

Gévelot et un grand atelier de

confection. Mais c’est entre 1960 et

1963 que les décentralisations souhaitées

par Le Basser atteignent leur

apogée : Salmson, Thomson, LMT

(de nouveau !), tandis qu’une convention

est passée entre la Ville et

Chausson, qui prévoit de réaliser

chez nous dès 1964 des fabrications

parisiennes. A l’actif du docteur Le

Basser, citons également le jumelage

avec Boston, la naissance de Saint-

Nicolas et de sa piscine, les centres

aérés du Bois de L’Huisserie, le pont

de l’Europe, la tribune du stade qui

portera son nom… Ces choses dites,

ouvrons nos journaux d’avril 66…

La boxe

Le 3, les amateurs de boxe se rendent

place de Hercé, au Palais de l’Industrie,

pour assister au dernier gala de

la saison 1965-66 organisé par le

Stade Lavallois. Deux combats professionnels

sont à l’affiche, qui verront

triompher deux gloires locales :

Marcel Pinault (71,8 kg) et Jean-

Claude Boutier (67 kg). Au 9 e round

pour le premier – contre Jean-

Claude Canu – et au 5 e pour le

second – contre le Belge Nandorfi.

Chez les amateurs, Guy Pinault

(78 kg) bat – aux points – le champion

de Paris Pierre Gaugaint,

Gérard Trou fait match nul avec un

certain Talky, et Chaumont, un autre

grand boxeur du cru, bat le

dénommé Debève aux points. Si la

soirée a été appréciée, elle a attiré

moins de monde que d’habitude.

Raison invoquée par le journaliste :

il n’y avait que deux combats professionnels…

Les citrons

Dans le Courrier du 9 avril, les ménagères

découvrent avec satisfaction que

les Nouvelles Galeries ont inauguré

leur libre-service alimentaire. Sur la

même page, les gastronomes, eux, se

réjouissent d’apprendre que La Gerbe

de Blé, le meilleur restaurant de Laval,

vient de s’agrandir… Toujours à propos

de nourriture, Laval qui vit, la

rubrique la plus appréciée du journal,

raconte une histoire susceptible d’intéresser

n’importe quel fondu de marketing

: sur le marché de Laval, une

marchande, fatiguée de crier “25 centimes

le citron !” et de ne pas en

vendre, décide subitement de changer

de slogan et d’en offrir “4 pour

1 franc !” Et voilà ses citrons qui partent

comme des petits pains…

Commentaire du chroniqueur :

“Allez comprendre les subtilités de

l’esprit humain…”

Bidonvilles

Près du champ de courses, du viaduc

et place de Hercé, des baraquements

en planches tiennent lieu d’habitation

à quelques familles dans le

besoin. Le sujet est sensible. Il scandalise

un lecteur du Courrier : “A

l’heure où les autorités se préoccupent

à juste titre du problème

humain que pose le stationnement

paisible et en lieu convenable des

gitans, comment supporte-t-on plus

longtemps l’infâme bidonville que

constituent les baraquements de

Bellevue auprès d’un hippodrome

magnifique… contraste plus que

pénible entre l’argent que l’on

dépense au jeu et celui qu’on n’emploie

pas à loger plus décemment les

hommes ! Aux yeux des étrangers

attirés par le très beau spectacle des

courses, n’y va-t-il pas de la réputation

de notre cité que ces baraquements

disparaissent au plus vite ?”

PSR

La semaine suivante, un autre lecteur

évoque ceux de la place de Hercé.

Même son de cloche : que vont penser

de Laval les étrangers qui, du 14

au 19 mai, fréquenteront en masse le

Palais de l’Industrie où se tiendra la

prochaine Foire Expo ? Interrogée

sur le sujet, la Mairie répond que la

destruction des baraquements et le

relogement de leurs habitants dans

de nouveaux immeubles sont prévus.

Ils s’effectueront via un Programme

Social de Relogement, un PSR (eh oui,

il y avait déjà des sigles en 1966 !).

Elle signale aussi que “les choses ne

sont pas simples…” En effet, certains

habitants concernés “hésitent devant

le nouveau loyer qui leur sera

demandé pour habiter leur nouvel

20

Laval infos


Boutier la star !

immeuble”… Un nouveau loyer qui,

sans être élevé, dépassera – forcément –

celui d’un baraquement…

Génial

Au cinéma, un film musical fait un

tabac : My Fair Lady. Tiré d’une

pièce de Bernard Shaw (Pygmalion),

ce chef-d’œuvre mondialement

apprécié narre l’histoire d’un pari

lancé – et gagné – par un professeur

de linguistique et de phonétique

(Higgins, Rex Harrison) : faire une

grande dame d’une petite fleuriste

qui ne parle que le charabia coloré

des halles (Eliza, Audrey Hepburn).

C’est peu dire que le Courrier a

aimé : “Pour une fois la pureté, la

gentillesse, la simplicité alliée à la

beauté sont merveilleusement mises

en valeur comme le plus pur joyau

dans le plus joli des écrins.” Et le

journaliste de “se lâcher” : “Bonne

leçon pour les fabricants de films

érotiques qui pensent trop souvent

trouver le succès commercial en

offrant aux spectateurs des ordures

sur des coussins de soie brodée.”

Minet

Dans la rubrique Laval qui vit du

16 avril, tous les amis des chats grimacent

de douleur en découvrant le

petit fait vrai suivant (qui fait sourire,

en revanche, la plupart des lecteurs

n’ayant absolument aucun plaisir

à fréquenter, de près ou de loin,

les membres de la famille Matou) :

“Minet a la manie d’être toujours

dans les jambes de sa maîtresse

quand elle fait le ménage. Celle-ci

l’avait prévenu que cela finirait par

lui attirer des ennuis… Ils furent

même très sérieux comme vous pouvez

en juger : il y a quelques jours,

un vétérinaire de Laval voyait descendre

de voiture Madame tenant

dans ses bras, en même temps, son

aspirateur et son chat dont la queue

avait été complètement aspirée dans

l’appareil ménager…”

Hucheloup

Dans ce même numéro, le Courrier

lance une série consacrée aux

“vieilles gloires sportives”. Le premier

portrait concerne Marcel

Hucheloup, un personnage que nous

avons déjà salué dans nos colonnes

en 2000 et 2005 : lors de ses 60 et

65 ans de mariage. Peu de Lavallois

le savent mais le papa de la

conseillère municipale Geneviève

Paquet fut une star de la petite reine

dans sa jeunesse… Révélation française

du Circuit de l’Ouest 1936, il

aurait dû faire une carrière si la

guerre n’en avait pas décidé autrement…

L’article revient sur les

350 victoires du fromager des halles

et de la place Jean Moulin, et rappelle

que “près de 40 années de vie

en Mayenne n’ont pas modifié sa

voix gouailleuse et sonore de titi

parisien”. Et de conclure : “La ressemblance

avec l’acteur Raymond

Bussières est assez ahurissante…”

Vacances

Pour occuper intelligemment les

enfants pendant les congés scolaires

de Pâques, l’association des Familles

de France lance l’opération “Petites

vacances”. Encadrés par des “grands

frères” âgés de 16 à 18 ans et

quelques mamans, 300 jeunes peuvent

ainsi profiter des distractions

suivantes : découverte de la nature

dans le bois de l’Huisserie ; visite des

serres de culture de la station climatologique

de la Perrine (en compagnie

du chef des jardins municipaux,

André Denier) ; animation liée à la

prévention routière au Palais de l’Industrie

et “découverte des métiers

lavallois” dans plusieurs sociétés : laiterie

Besnier, imprimerie du Courrier

de la Mayenne, coutils de Laval,

Belletest et Chesterfield (Exciting),

STMP de Jean Héaumé (matières

plastiques)… L’opération obtiendra

un franc succès.

Les Touches

Créée par la Ville, la zone des

Touches se développe à vue d’œil :

“Là où il y a un an encore il n’y avait

que des champs ou des prairies se

dressent maintenant des constructions

d’usines ou d’entreprises.” Sur

les 65 hectares existants, 38 sont

déjà occupés par SCOMAM,

Bouchard (sanitaires), Bisson (confection),

Barneoud (imprimerie), Cormerais-Blu

(quincaillerie), Beauplet

(fers, tôles, aciers), Brasseur (carrosserie),

Garot (bières), Prost (transports

et déménagements), Charloux (expéditeur

de volailles), Neveu (maçonnerie),

Faral (vente et réparation de

moteurs), SIPAC (matériaux de

construction), Bodard (constructions

métalliques)… Sans oublier les deux

“géants” du bâtiment et des TP :

Brochard et Gaudichet et l’entreprise

Pouteau qui couvre à elle seule

23 000 hectares.

Ras le bol !

“Mercredi 20 avril, 19 h 18 alors que

la lumière du jour baisse déjà

beaucoup sur Laval et que je

commence à ne plus y voir clair à ma

table de travail, le tube fluorescent

jette un éclair au plafond avant de

s’allumer pour de bon. La grève de

l’EDF est terminée. Une de plus, à

quand la prochaine ? Car hélas on

n’en voit pas la fin et l’annonce est

déjà faite d’une nouvelle journée de

paralysie pour le mois de mai… Pour

parler franchement, y en a marre ! La

liberté de la grève est une belle

chose, elle prouve au moins que

nous ne sommes pas en démocratie

populaire, mais que ceux qui

détiennent les leviers d’une force

aussi indispensable à la vie du pays

y regardent à 2 ou même à 10 fois

avant de déclencher la paralysie en

coupant l’électricité…” Cet article

est signé du gentilhomme-directeur,

Louis de Guébriant…

Bilan

Pour marquer les 1 an de sa réélection,

Francis Le Basser fait un tour

Un grand film et

une grande

musique signée

Frederick Loewe.

d’horizon des grands projets municipaux

en cours ou à venir : la ZUP

Saint-Nicolas, qui « comptera 20 000

habitants ; une ville dans la ville ! » ; la

création d’un FJT aux Pommeraies ;

la construction d’une piscine chauffée

et couverte ; la naissance d’un

centre aéré au Bois de l’Huisserie…

Sa conclusion : « La situation de Laval

est celle d’un pays sous-développé qui bute

sur le problème du financement de son

expansion. » Résultat : « Le contribuable

est lourdement taxé et le bénéfice

des efforts accomplis n’est pas encore suffisant

pour qu’on puisse le soulager. Il

ressent d’autant plus douloureusement le

poids de l’impôt que son salaire est généralement

très inférieur à la moyenne

nationale… »

Miss France

Les dernières infos d’avril 66 ont

trait à des festivités. Le 27, le gala de

la Jeune France a attiré la foule avec

un spectacle de danse alignant

25 numéros dont trois inspirés par

Dame Télé : Moi je dors avec Nounours,

Le Manège enchanté et Thierry la

Fronde. Le 28, le nouveau cinéma des

Francs-Archers est inauguré avec

Pierre Etaix et son dernier film, Tant

qu’on aura la santé. Conçu selon des

techniques modernes, le Lorraine

comprend 525 places. Enfin, les

organisateurs de la foire expo annoncent

que la prochaine édition aura

pour thème L’élégance et les pierres

précieuses. C’est sûr : les femmes

aimeraient déjà être au 14 mai… Les

hommes itou : pour présenter les

maillots de bain et les déshabillés,

les mannequins seront fournis par le

comité Miss France… n

Laval infos 21


PASSION

temps libre

« Le plat du jour c’est bien, à

condition de savoir à quel jour

remonte sa préparation. »

Pierre Dac

Une place dans le monde

Nos pères n’éprouvaient guère la

hantise de chercher quelle était leur

place dans le monde. Ils l’occupaient,

tout simplement. Ils vivaient

leur relation à l’univers. Pareils à

des arbres vigoureux, ils plongeaient

leurs racines dans la terre

féconde du réel et ils en ramenaient

leur nourriture. Leur puissance d’assimilation

intacte ne s’interrogeait

point sur la forme ou sa capacité.

Elle s’exerçait, sans plus, dans une

sorte de circuit vital allant de

l’homme à l’être et de l’être à

l’homme. Leurs racines mangeaient

les sucs de la terre. La chlorophylle

de l’arbre humain buvait la lumière

du ciel. Un pacte tacite et nuptial

était scellé entre l’homme et l’univers.

Tempêtes et cataclysmes survenant,

ils résistaient : des réserves

du monde d’en bas et du monde

d’en haut étaient accumulées dans

leur sève.

Marcel de Corte, L’homme contre

lui-même (Editions de Paris)

La Société de Tir Lavalloise réjouit 162 gâchettes…

La pratique du tir offre des sensations formidables !

Depuis 30 ans, sur le site

municipal de Beausoleil, la

Société de Tir Lavalloise

permet à ses adhérents de

donner libre cours à leur

passion, à genoux, couché

ou debout, à 10, 25 ou 50 m

de leur cible, en salle ou en

plein air ! Elle est présidée

par Frédéric Tinthoin pour

qui tirer doit à chaque fois

rimer avec sécurité…

“Pas de tir”

Prisé par 50 % des adhérents, le tir à

10 mètres utilise des plombs projetés

par des carabines et des pistolets.

Contrairement aux deux autres “pas

de tir” – 25 et 50 m – il se pratique

sans casque (« Y’a pas de bruit ! ») et

en salle chauffée. Le tir à 25 m, lui,

s’effectue avec des “balles réelles”, au

pistolet (le plus souvent) et en plein

air (« 40 % des adhérents en sont

friands »). Si la plupart des tireurs

choisissent la cible fixe, les compétiteurs

visent une cible pivotante qui

« apparaît 3 secondes avant de disparaître

7 secondes pendant lesquelles les tireurs

attendent son retour avec le bras à 45° ».

Enfin, 10 % des adhérents tirent à

50 m, « sur des cibles qui, comme pour le

25 m, mesurent 50 cm par 50 cm ». Bien

sûr, nombre de bons tireurs pratiquent

les trois “pas de tir” (c’est le cas

du président Tinthoin).

Sécurité

Les débutants commencent tous par

le tir à 10 m avec des armes de calibre

22 long rifle louées à la STL (« on dispose

de 20 carabines et de 15 pistolets »,

indique Frédéric). Chaque nouveau

venu est placé sous le contrôle d’un

tireur expérimenté (« au moins pour les

3/4 premières séances »). Les nouveaux

doivent apprendre les règles de sécurité

indispensables à la pratique du

tir. Des règles qui ne souffrent aucun

manquement, aucune approximation :

« On est intransigeant là-dessus !, assure

le président. Et quiconque manifeste le

moindre signe permettant de penser qu’il

aura du mal à les respecter, peut dire

adieu au tir dans l’enceinte de la STL ! »

Et d’ajouter cette phrase devenue

dicton : « L’arme n’est jamais dangereuse,

c’est l’utilisation qu’on en fait qui

peut l’être… »

85 ans

Rappelons cette vérité : le tir n’est

pas fait pour les excités qui veulent

jouer à l’inspecteur Harry Calahan

dans les rues mal famées de nos cités.

« C’est pourquoi des médecins nous

envoient parfois des jeunes ayant besoin

de pratiquer une activité susceptible de les

calmer… » Le tir exige aussi un

entraînement physique préalable.

« On part de la tête et on va jusqu’au

bout des doigts », indique le président.

Un pistolet (1 coup) ou un revolver

(jusqu’à 6) pèse entre 1,2 kg et

1,5 kg… « Ça n’a pas l’air, mais il

faut être en forme pour tirer, en une heure

à 10 m, entre 50 et 60 plombs… » Et

ce, quelle que soit la position

choisie : couché, debout ou à

genoux… Cependant, le tir est l’un

des rares sports qu’on puisse pratiquer

à tout âge… « Nos adhérents ont

entre 8 et 85 ans ! »

Champions

Fils de tireur et adhérent de la STL

depuis 1981, le président Tinthoin

consacre toutes ses heures de loisir

au club et à l’école de tir. Pour

Quelques jeunes écoliers du tir…

l’aider auprès des jeunes, cet initiateur

breveté sait pouvoir compter

sur deux adjoints ; deux animateurs

dont les fils sont aussi d’excellents

tireurs : Jean-Louis Bigot, « le papa

de Guillaume, un champion de dimension

internationale » ; et Jean-Yves

Huguenot, « le père d’Alain ». Parmi

les autres fines gâchettes du club,

citons, au risque d’en oublier,

Mauricette Marolle, Marcel Royer,

Christian Chatelats, Arlette Pilon…

Chez les enfants, Charles Carré,

Anne Véron, Enoal Maillard sont

parmi les plus réguliers. Et

n’oublions pas les trois champions

de la famille Leroux : Clément et

Maxime, les deux fistons, et le papa,

Thierry. n

Quand tirer ?

Les lundis (15 h- 18 h) ; mercredis

(17 h 30-22 h) ; samedis

(14 h –18 h) et dimanches

(9 h 30- 12 h).

Contact : 02 43 56 25 29

A “balles réelles”, il faut un casque.

22

Laval infos


Le 20 mai, Torball rimera avec Laval

Le samedi 20 mai 2006, les

championnats de France de

Torball, un handisport qui

gagne à être connu, se dérouleront

dans l’une des salles du

Centre Multi Activités, à Saint-

Nicolas. 80 équipes venues de

la France entière s’affronteront

au cours de rencontres de

10 minutes chacune… Parmi

elles, celle du Club Sportif

Torball Laval

Les règles du jeu

Comme le handball, le torball a été

imaginé par les Allemands. Il constitue

actuellement l’unique sport

d’équipe pour les handicapés visuels.

Sur un terrain de 16 m par 7 m, trois

joueurs font face à trois autres joueurs

(deux ailiers et un arrière central).

Le jeu consiste à marquer des buts à

l’aide d’un ballon de 500 g lancé à la

main et émettant un bruit en roulant

sur le sol. Il y a but lorsque le ballon

franchit la ligne de fond défendue par

les joueurs qui portent tous des

lunettes pour se protéger et occulter

le restant visuel des mal voyants. Un

coup franc est sifflé si le ballon ou un

joueur touche des cordelettes tendues

au milieu de l’aire de jeu à 40 cm du

sol. L’addition de trois coups francs

donne lieu à un pénalty. Enfin,

chaque rencontre est limitée à 2 mitemps

de 5 minutes chacune…

Le torball offre à ses spectateurs a des moments formidables !

Les torballeurs qui

portent nos couleurs.

Silence dans la salle !

La pratique du torball étant basée sur l’ouïe, on comprendra que le silence est

recherché pour le repérage du ballon sonore. Une obligation qui a du bon :

elle amène le public à adhérer complètement aux matchs… Que dire de

plus ? Que le torball est un excellent exercice pour le développement physique,

l’acquisition des réflexes ainsi que pour combattre la sédentarité et

augmenter l’expérience de l’orientation chez les mal voyants. Qu’il est, pour

résumer, une véritable école de courage et de surpassement de soi. Enfin, indiquons

que l’équipe du Club Sportif Torball de Laval sera constituée de

Patrick Blu, Aurélien Robieu, Ludovic Thuin, David Bigot, Alexandre

Trou et Yvonnick Edet. Six torballeurs qui comptent sur vos encouragements

pour triompher le 20 mai, sur “leur” terrain de Saint-Nicolas. n

Une partie de torball est

un spectacle très “prenant”.

Nos cordons bleus

sont formidables…

Le poulet

au curry de Soumia,

Tommy et Hamza

Pour 4 personnes : 1 poulet

moyen, 200 g de riz, 3 cuillerées

à soupe d’huile, 2 oignons,

1 poivron vert doux, 1 petite

cuillerée à café de curry en

poudre, du thym, 1/2 verre de

vin blanc, sel, poivre.

1. Epluchez et coupez en dés le

poivron et les oignons en rondelles.

Dans une cocotte, versez

l’huile. Faites-y revenir les

légumes 4 à 5 minutes. 2. Coupez

le poulet en une infinité de

petits morceaux que vous ferez

dorer dans l’huile 15 minutes

avec les oignons et le poivron.

Versez alors le riz en pluie.

Saupoudrez de curry et de thym

effeuillé. Ajoutez le vin et

2 verres d’eau. Salez, poivrez.

Couvrez et laissez cuire

20 minutes jusqu’à ce que le riz

ait complètement absorbé le

liquide.

Laval infos 23


Samedi 20 mai

Championnats de France

de TORBALL

Venez

nombreux !

Centre Multi Activités

More magazines by this user
Similar magazines