13.01.2015 Views

Analyse de l'impact des mesures fiscales accordées aux entreprises ...

Analyse de l'impact des mesures fiscales accordées aux entreprises ...

Analyse de l'impact des mesures fiscales accordées aux entreprises ...

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

CONSEILS TRANSACTIONNELS<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> actuelles accordées<br />

<strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources sur les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s<br />

régions centrales du Québec et <strong>de</strong> leurs conséquences à court,<br />

moyen et long termes sur l’économie du Québec<br />

26 avril 2007


Avis important<br />

Le présent document a été préparé par KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L. (« KPMG ») pour le ministère <strong>de</strong>s Affaires municipales et <strong>de</strong>s Régions (« MAMR »)<br />

<strong>aux</strong> fins d’analyser l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> actuelles accordées <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources sur les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions<br />

centrales du Québec et <strong>de</strong> leurs conséquences à court, moyen et long termes sur l’économie du Québec.<br />

Limites <strong>de</strong> l’étu<strong>de</strong><br />

Les analyses qui sont présentées ont été réalisées à partir <strong>de</strong> données fournies par <strong>de</strong>s représentants du Gouvernement du Québec ainsi que <strong>de</strong>s<br />

sources d’information externes. KPMG n’a pas vérifié <strong>de</strong> façon indépendante l’information contenue dans le présent document. Par conséquent,<br />

KPMG n’offre aucune garantie quant à l’exactitu<strong>de</strong> ou le caractère exhaustif du présent document et n’assume aucune responsabilité pour quelque<br />

déclaration (explicite ou implicite) ou omission à l’égard du présent document.<br />

Devise<br />

À moins d’indication contraire, tous les montants apparaissant dans le présent document sont exprimés en dollars canadiens. Le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> change<br />

utilisé lors <strong>de</strong> la conversion <strong>de</strong>s données en dollars canadiens en dollars américains a été <strong>de</strong> 1.1735.<br />

Personnes ressources<br />

Stéphane Tremblay<br />

KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L.<br />

Associé délégué, Services-conseils<br />

600, boul. <strong>de</strong> Maisonneuve Ouest<br />

Téléphone: (514) 840-2354 Bureau 1500<br />

Courriel: stremblay@kpmg.ca<br />

Montréal (Québec) H3A 0A3<br />

Télécopieur : (514) 840-2121<br />

Alain Drouin<br />

Associé responsable, Services-conseils<br />

Téléphone: (514) 840-2229<br />

Courriel: adrouin@kpmg.ca<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

2


Table <strong>de</strong>s matières<br />

Page<br />

• Faits saillants 4<br />

• Glossaire 17<br />

• Mandat et approche <strong>de</strong> réalisation 18<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises<br />

au niveau <strong>de</strong>s coûts d’exploitation 21<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement 34<br />

• Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong> l’ensemble<br />

<strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement 43<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> 51<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques 61<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour l’ensemble du Québec 79<br />

• Annexes 84<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

3


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la compétitivité<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

québécoises au niveau<br />

<strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

Principales observations<br />

1. Sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la Stratégie <strong>de</strong> développement économique <strong>de</strong>s régions ressources<br />

(« SDÉRR »), les <strong>entreprises</strong> modélisées opérant en régions ressources ont <strong>de</strong>s coûts<br />

d’exploitation plus élevés que les mêmes <strong>entreprises</strong> opérant en régions centrales. Leur profil<br />

<strong>de</strong> coûts s’apparente plutôt à celui d’<strong>entreprises</strong> opérant en régions métropolitaines.<br />

2. Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont un effet significatif sur les coûts d’exploitation <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> opérant au sein <strong>de</strong>s régions ressources. Selon les scénarios <strong>de</strong> création d’emplois<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>, les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> réduisent les coûts d’exploitation <strong>de</strong> manière plus ou<br />

moins importante, soit d’un minimum <strong>de</strong> 2,6 points <strong>de</strong> base à un maximum <strong>de</strong> 5,7 points <strong>de</strong><br />

base. Pour le scénario <strong>de</strong> référence utilisé dans la présente étu<strong>de</strong>, cette réduction représente<br />

3,2 points <strong>de</strong> base.<br />

3. On note <strong>de</strong>s écarts au niveau <strong>de</strong>s coûts d’exploitation, à la fois entre les régions centrales et<br />

ressources témoins, mais aussi entre les villes appartenant au même groupe <strong>de</strong> région.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 21 - 33<br />

(000 $ US) Baie-Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-Georges<br />

<strong>de</strong> Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales Montréal Québec (ville) États-Unis<br />

Scénario : <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 17 929 17 486 17 652 17 689 17 961 17 611 17 858 17 810 18 321 18 226 19 217<br />

Classement général 5 1 3 6 2 4<br />

Indice général 93,3 91,0 91,9 92,0 93,5 91,6 92,9 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

0,7 point <strong>de</strong> base<br />

Impact <strong>de</strong> 3,2 points <strong>de</strong> base<br />

Scénario : sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 18 505 18 098 18 266 18 290 17 961 17 611 17 858 17 810 18 321 18 226 19 218<br />

Classement général 6 4 5 3 1 2<br />

Indice général 96,3 94,2 95,0 95,2 93,5 91,6 92,9 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

Modèle <strong>de</strong> comparaison <strong>de</strong>s coûts <strong>de</strong> KPMG –<br />

L’analyse <strong>de</strong> la compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

québécoises au niveau <strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

s’appuie sur le modèle <strong>de</strong> comparaison <strong>de</strong>s coûts<br />

Choixconcurrentiels.com <strong>de</strong> KPMG. Pour chaque<br />

emplacement, le modèle intègre les données sur les<br />

coûts <strong>aux</strong> paramètres d’exploitation, qui eux<br />

<strong>de</strong>meurent constants dans tous les emplacements.<br />

On obtient ainsi une comparaison <strong>de</strong>s coûts estimatifs<br />

<strong>de</strong> démarrage et d’exploitation d’une entreprise<br />

i<strong>de</strong>ntique à chaque emplacement.<br />

2,5 points <strong>de</strong> base<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

4


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation<br />

et <strong>de</strong> développement<br />

Principales observations<br />

4. Pour les <strong>entreprises</strong> opérant en régions ressources, les enjeux associés à la main-d’œuvre,<br />

tant au niveau <strong>de</strong> la disponibilité que <strong>de</strong>s coûts, sont très importants.<br />

5. Pour les <strong>entreprises</strong> opérant en régions centrales, la disponibilité <strong>de</strong>s matières premières ainsi<br />

que la disponibilité et les coûts <strong>de</strong> l’énergie les préoccupent.<br />

6. Pour l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises opérant en régions ressources et centrales, la<br />

disponibilité du financement à long terme est un facteur déterminant lors <strong>de</strong> la sélection d’un<br />

site.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 34 - 42<br />

Facteur <strong>de</strong> sélection du site<br />

Disponibilité <strong>de</strong> main-d’œuvre qualifiée<br />

Disponibilité <strong>de</strong> financement à long terme<br />

Exemptions <strong>fiscales</strong><br />

Coûts <strong>de</strong> main-d’œuvre<br />

Accessibilité par la route<br />

Niveau d’imposition corporatif<br />

Disponibilité d’accès à Internet haute vitesse<br />

Mesures incitatives locales ou du gouvernement<br />

Disponibilité <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> télécommunications<br />

Coûts d’occupation ou <strong>de</strong> construction<br />

Dans quelle mesure les facteurs suivants jouent un rôle dans la sélection d’un site<br />

Très important Important Total<br />

Top 10 régions<br />

ressources<br />

Classement<br />

régions centrales<br />

Classement Area<br />

Development<br />

14 10 24 1 11 8<br />

16 7 23 2 4 18<br />

12 11 23 3 9 6<br />

10 13 23 4 14 1<br />

12 10 22 5 3 2<br />

9 13 22 6 7 3<br />

9 13 22 7 8 10<br />

13 8 21 8 6 4<br />

9 12 21 9 13 5<br />

3 17 20 10 5 7<br />

Le modèle retenu pour analyser les facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> ciblées a été développé par Area<br />

Development. Bien que l’utilisation tel quel du<br />

modèle développé par Area Development<br />

puisse ne pas refléter les particularités<br />

régionales du Québec, pour fins <strong>de</strong><br />

comparaison, la 21e édition annuelle du<br />

«CorporateSurvey»a étéprise comme<br />

référence pour l’enquête envoyée <strong>aux</strong><br />

<strong>entreprises</strong> témoins concernées par cette<br />

étu<strong>de</strong>.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

5


Faits saillants<br />

Sujet<br />

Importance relative<br />

<strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

et <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation<br />

et <strong>de</strong> développement<br />

Principales observations<br />

7. Le niveau <strong>de</strong> risque <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> est tributaire d’un ensemble <strong>de</strong> facteurs stratégiques,<br />

opérationnels et financiers que l’on peut regrouper sous les rubriques « Gestion – Marché –<br />

Finances ». Il varie aussi en fonction <strong>de</strong> la taille du cycle <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et du secteur<br />

d’activité <strong>de</strong> la région économique. L’ensemble <strong>de</strong>s partenaires financiers, qu’ils soient<br />

promoteurs, investisseurs ou créanciers, cherchent à mitiger leur risque et ultimement à<br />

compenser celui-ci par un ren<strong>de</strong>ment adéquat. Inci<strong>de</strong>mment, on note une forte corrélation entre<br />

le niveau <strong>de</strong> risque <strong>de</strong> défaut <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et leur capacité à financer leurs opérations.<br />

8. L’État peut opter d’intervenir <strong>de</strong> diverses façons afin <strong>de</strong> mitiger le niveau <strong>de</strong> risque <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> et, par inci<strong>de</strong>nce, <strong>de</strong>s partenaires financiers. Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la<br />

SDÉRR s’inscrivent dans la foulée d’un ensemble <strong>de</strong> <strong>mesures</strong> <strong>de</strong>stinées à réduire le niveau <strong>de</strong><br />

risque <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>. Les dites <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visent tout particulièrement les éléments<br />

financiers <strong>de</strong> l’analyse du risque.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 43 - 50<br />

Facteurs<br />

<strong>de</strong><br />

risque<br />

Gestion<br />

Marché<br />

Finance<br />

Niveau <strong>de</strong> risque<br />

<strong>de</strong> défaut<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Mesures <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la<br />

SDÉRR<br />

Ren<strong>de</strong>ment/Coût <strong>de</strong>s fonds<br />

Mesures SDÉRR<br />

Risque<br />

Couple ren<strong>de</strong>ment / risque<br />

susceptible <strong>de</strong> favoriser le<br />

développement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> par<br />

un intérêt accru <strong>de</strong>s entrepreneurs,<br />

<strong>de</strong>s prêteurs et autres agents<br />

économiques.<br />

Le soutien financier qu’apportent<br />

les <strong>mesures</strong> du SDÉRR a pour<br />

effet <strong>de</strong> diminuer le niveau <strong>de</strong><br />

risque associé <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong><br />

opérant dans les régions<br />

ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

6


Faits saillants<br />

Sujet<br />

Importance relative<br />

<strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

et <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation<br />

et <strong>de</strong> développement<br />

Principales observations<br />

9. Sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les <strong>entreprises</strong> en régions ressources ne bénéficieraient pas<br />

<strong>de</strong> conditions favorables pour leur développement, car leurs coûts d’exploitation s’apparentent<br />

à ceux d’<strong>entreprises</strong> sises en régions métropolitaines. De plus, au niveau <strong>de</strong>s autres facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement, elles sont désavantagées face <strong>aux</strong> autres régions.<br />

10. L’importance relative entre les coûts d’exploitation et les autres facteurs stratégiques et<br />

opérationnels fluctue. Ainsi, le poids relatif <strong>de</strong>s facteurs qui incitent une entreprise à choisir un<br />

lieu d’implantation varie sensiblement d’un secteur industriel à l’autre, voire d’une entreprise à<br />

l’autre.<br />

11. Selon les <strong>entreprises</strong> et le secteur industriel, la matrice décisionnelle <strong>de</strong>s dirigeants visant à<br />

déterminer le meilleur site d’exploitation pourra incorporer <strong>de</strong>s éléments hors-Québec. Ainsi, la<br />

globalisation <strong>de</strong>s marchés pourrait inciter les entrepreneurs à considérer <strong>de</strong>s sites<br />

d’implantation étrangers afin d’optimiser leurs opérations.<br />

Matrice décisionnelle <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 43 - 50<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la<br />

SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> réduire<br />

les coûts d’exploitation et <strong>de</strong><br />

repositionner ces mêmes<br />

<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong> manière plus<br />

favorable.<br />

Autres facteurs<br />

désavantageux avantageux<br />

Régions<br />

métropolitaines<br />

É.-U.<br />

Régions<br />

métropolitaines<br />

Québec<br />

Régions<br />

ressources<br />

Québec<br />

Régions<br />

centrales<br />

Québec<br />

Régions<br />

ressources<br />

SDÉRR<br />

Québec<br />

Régions<br />

faibles coûts<br />

main-d’œuvre<br />

Ex : Chine<br />

Régions<br />

faibles coûts<br />

Ex : Asie<br />

Malgré <strong>de</strong>s coûts élevés, certaines régions<br />

urbaines américaines présentent <strong>de</strong>s<br />

avantages opérationnels et stratégiques<br />

d’importance susceptibles d’attirer un certain<br />

type d’entreprise.<br />

Certaines régions réussissent à attirer <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> à la recherche <strong>de</strong> très faibles coûts<br />

d’exploitation. À noter que certaines régions<br />

comme la Chine conjuguent maintenant faibles<br />

coûts et main-d’œuvre spécialisée, ce qui a<br />

pour effet <strong>de</strong> les positionner encore plus<br />

avantageusement sur la matrice décisionnelle.<br />

élevés<br />

faibles<br />

Coûts d’exploitation<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

7


Faits saillants<br />

Sujet<br />

Principales observations<br />

<strong>Analyse</strong><br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance<br />

financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

12. Le nombre d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires ayant présenté <strong>de</strong>s données quant au chiffre d’affaires<br />

dans le cadre <strong>de</strong>s déclarations <strong>fiscales</strong> a connu une progression <strong>de</strong> 111 unités entre 2001 et<br />

2005, soit une hausse <strong>de</strong> 10,3 % pour la pério<strong>de</strong> ou un t<strong>aux</strong> annuel moyen composée <strong>de</strong><br />

2,5 %. Cette croissance du nombre d’<strong>entreprises</strong> se compare avantageusement à celle <strong>de</strong>s<br />

autres groupes témoins.<br />

Pages 51 - 60<br />

Nombre d'<strong>entreprises</strong><br />

Année<br />

Régions<br />

ressources<br />

(total)<br />

Régions<br />

ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions<br />

ressources<br />

bénéficiaires<br />

(crédit - masse<br />

salariale)<br />

Régions<br />

ressources non<br />

bénéficiaires<br />

Régions<br />

centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions<br />

centrales non<br />

bénéficiaires<br />

1996 25 291 751 291 24 540 8 069 112 937<br />

2001 27 058 1 079 407 25 979 8 687 126 838<br />

2005 26 842 1 190 502 25 652 8 379 133 289<br />

Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> jusqu’en<br />

2005, le nombre d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong> a connu une croissance <strong>de</strong> 111 unités ou 10,3 %.<br />

Variation (nombre d'<strong>entreprises</strong>)<br />

1996-2001 1 767 328 116 1 439 618 13 901<br />

2001-2005 (216 ) 111 95 (327 ) (308 ) 6 451<br />

Variation (%)<br />

Au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 2001-2005, le nombre d’<strong>entreprises</strong> ayant<br />

bénéficié du crédit d’impôt sur la masse salariale a connu une hausse<br />

<strong>de</strong> 95 unités ou 23,3 %.<br />

1996-2001 7,0% 43,7% 39,9% 5,9% 7,7% 12,3%<br />

2001-2005 -0,8% 10,3% 23,3% -1,3% -3,5% 5,1%<br />

Nombre annuel moyen d'<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong> 1996 à 2006<br />

1996-2005 26 712 1 027 417 25 686 8 463 124 526<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance annuel moyen composé du nombre d'<strong>entreprises</strong> (%)<br />

1996-2000 1,6 7,8 8,7 1,4 1,4 2,3<br />

2001-2005 (0,2) 2,5 3,9 (0,3) (0,9) 1,2<br />

1996-2005 0,7 5,2 6,2 0,5 0,4 1,9<br />

Source : Revenu Québec<br />

Au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 2001-2005, le nombre d’<strong>entreprises</strong><br />

manufacturières <strong>de</strong>s régions centrales a connu une baisse <strong>de</strong> 308<br />

unités ou 3,5 %. Cette variation à la baisse est la plus significative<br />

<strong>de</strong>s groupes étudiés.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

8


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance<br />

financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Principales observations<br />

13. L’analyse révèle que <strong>de</strong>puis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, les <strong>entreprises</strong><br />

bénéficiaires opérant en régions ressources présentent <strong>de</strong>s résultats supérieurs <strong>aux</strong><br />

<strong>entreprises</strong> manufacturières opérant en régions centrales. Ainsi, on serait tenté <strong>de</strong> conclure<br />

que les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont eu un impact favorable sur les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires.<br />

Cependant, on note aussi que ces mêmes <strong>entreprises</strong> ont connu <strong>de</strong>s nive<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance<br />

supérieurs avant l’introduction <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong> en 2001, ce qui laisse supposer que d’autres<br />

facteurs tels que le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> change ont pu contribuer au développement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>.<br />

14. Les données révèlent que les <strong>entreprises</strong> manufacturières sises en régions centrales opèrent<br />

dans un environnement défavorable. Au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-2005, on assiste à une<br />

décroissance du chiffre d’affaires et une stagnation <strong>de</strong> la masse salariale et qui plus est, en<br />

dollars courants.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 51 - 60<br />

Évolution du chiffre d'affaires moyen<br />

6 000<br />

5 000<br />

Milliers <strong>de</strong> dollars<br />

4 000<br />

3 000<br />

2 000<br />

1 000<br />

Régions ressources (total)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions ressources non<br />

bénéficiaires<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>,<br />

le chiffre d’affaires moyen <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires en<br />

régions ressources a progressé <strong>de</strong> 2,1 % annuellement.<br />

Pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> cinq ans, avant 2001, la croissance du<br />

chiffre d’affaires <strong>de</strong> ces mêmes <strong>entreprises</strong> était <strong>de</strong> 8 %<br />

annuellement.<br />

Les <strong>entreprises</strong> manufacturières en régions centrales<br />

ont enregistré <strong>de</strong>puis 1996 une baisse <strong>de</strong> 2,1 % <strong>de</strong> leur<br />

chiffre d’affaires.<br />

0<br />

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Source : Revenu Québec<br />

Années<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

À noter que les données du chiffre d’affaires <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires pour l’année 2005 sont<br />

incomplètes ce qui aurait pour effet <strong>de</strong> réduire la moyenne générale <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

9


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance<br />

financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Principales observations<br />

15. L’analyse révèle que <strong>de</strong>puis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, les <strong>entreprises</strong><br />

bénéficiaires opérant en régions ressources présentent un revenu imposable moyen et un<br />

niveau <strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes et emprunts qui se comparent avantageusement à ceux <strong>de</strong>s autres<br />

<strong>entreprises</strong>.<br />

16. Pour l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et pour l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et centrales, on<br />

note une progression significative du bénéfice imposable pour la totalité <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-<br />

2005. On remarque cependant un fléchissement du niveau <strong>de</strong> croissance à compter <strong>de</strong> 2001,<br />

et ce tout particulièrement pour les <strong>entreprises</strong> manufacturières opérant en régions centrales.<br />

17. On observe au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 2001-2005 une croissance du niveau <strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes et emprunts<br />

moyens <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> sises en régions centrales supérieure à celle <strong>de</strong> leur chiffre d’affaires,<br />

ce qui pourrait laisser suggérer à un effet d’essoufflement chez certaines d’entre elles, ou à un<br />

effort accru au niveau <strong>de</strong>s investissements.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 51 - 60<br />

Évolution du revenu imposable moyen<br />

Milliers <strong>de</strong> dollars<br />

500<br />

450<br />

400<br />

350<br />

300<br />

250<br />

200<br />

150<br />

100<br />

50<br />

0<br />

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Source : Revenu Québec<br />

Années<br />

Régions ressources<br />

(total)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions ressources non<br />

bénéficiaires<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

À noter que les données du chiffre d’affaires <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires pour l’année 2005 sont<br />

incomplètes ce qui aurait pour effet <strong>de</strong> réduire la moyenne générale <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, le<br />

revenu imposable moyen <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires en<br />

régions ressources a progressé <strong>de</strong> 11,5 % annuellement.<br />

Pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> cinq ans, avant 2001, la croissance du<br />

revenu imposable a été <strong>de</strong> 16,5 % annuellement.<br />

Pour l’ensemble <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-2005, les<br />

<strong>entreprises</strong> manufacturières opérant à partir <strong>de</strong>s régions<br />

centrales ont connu une hausse <strong>de</strong> leur revenu<br />

imposable moyen <strong>de</strong> 8,1 %. À noter que cette hausse<br />

est surtout attribuable à la pério<strong>de</strong> 1996-2000 alors<br />

qu’elle était <strong>de</strong> 16,7 %. Pour la pério<strong>de</strong> 2001-2005,<br />

celle-ci a été <strong>de</strong> 2,7 %.<br />

10


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs<br />

macroéconomiques<br />

Principales observations<br />

18. Globalement, les indicateurs socio-économiques, notamment l’Indice <strong>de</strong> développement<br />

économique (IDE), sont restés relativement stables au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-2006. Les<br />

écarts indiciels sont restés constants entre les régions ressources et la moyenne québécoise,<br />

exceptés pour les données relatives au PIB.<br />

19. Le PIB du secteur manufacturier a enregistré une baisse en valeur <strong>de</strong> 2 % entre 2002 et 2003.<br />

Selon les observateurs, la baisse abrupte en 2002-2003 est en partie attribuable à<br />

l’appréciation marquée du dollar canadien, soit plus <strong>de</strong> 20 % au cours <strong>de</strong> cette pério<strong>de</strong>. On<br />

note <strong>de</strong> plus que la part du PIB du secteur manufacturier dans le PIB global du Québec connaît<br />

une baisse constante <strong>de</strong>puis 2001. Les indicateurs macroéconomiques comme le PIB par<br />

habitant ou le t<strong>aux</strong> d’emploi sont dépendants <strong>de</strong> facteurs exogènes en régions ressources. En<br />

effet, la corrélation est forte en régions ressources entre la prospérité économique et le cours<br />

<strong>de</strong>s matières premières, le cours du dollar canadien ou la part <strong>de</strong> l’investissement public à<br />

travers les infrastructures hydroélectriques notamment.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 61 - 78<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique selon les<br />

blocs région<strong>aux</strong> 1996 à 2005 (Québec = 100)<br />

102<br />

100<br />

98<br />

96<br />

94<br />

92<br />

90<br />

88<br />

86<br />

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Régions ressources*<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique<br />

Régions centrales<br />

Années Moyenne Moyenne Valeur Valeur Valeur<br />

1996-2000 2001-2005 1996 2001 2005<br />

Régions ressources* 92,23 91,63 93,57 91,53 92,88<br />

Régions centrales 100,50 100,25 100,27 99,93 99,97<br />

PIB secteur manufacturier<br />

en milliards<br />

Évolution du PIB du secteur manufacturier et<br />

du PIB global du Québec, 1999-2005<br />

50<br />

300<br />

49<br />

48<br />

47<br />

46<br />

45<br />

44<br />

1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Secteur manufacturier<br />

250<br />

200<br />

150<br />

100<br />

50<br />

0<br />

PIB ensemble du<br />

Québec en milliards<br />

PIB ensemble du Québec<br />

Part du secteur manufacturier dans le PIB, Québec 1999-2005<br />

1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Secteur manufacturier 24% 24% 23% 21% 20% 19% 19%<br />

$ US<br />

1,1<br />

0,9<br />

0,7<br />

0,5<br />

Valeur du dollar canadien par<br />

rapport à la <strong>de</strong>vise américaine<br />

0,72<br />

0,67 0,65<br />

0,67 0,67<br />

0,64<br />

0,77<br />

0,77<br />

0,83 0,88<br />

1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

11


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs<br />

macroéconomiques<br />

Principales observations<br />

20. Nous constatons que la situation <strong>de</strong>s régions ressources n’est pas homogène. En regard<br />

d’indicateurs comme le PIB par habitant, le revenu disponible par habitant ou l’IDE selon les<br />

régions, l’écart dans le classement <strong>de</strong>s régions ressources peut être important au point que<br />

certaines régions centrales affichent un comportement plus proche <strong>de</strong> celui <strong>de</strong>s régions<br />

ressources et vice versa.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 61 - 78<br />

PIB par habitant selon les régions administratives 2001 et<br />

2005 (en milliers $, par ordre décroissant)<br />

Revenu disponible par habitant selon les régions administratives<br />

2001 et 2005 (en milliers $, par ordre décroissant)<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique selon les régions<br />

administratives, 1996 à 2000 et 2001 à 2005 (Québec = 100)<br />

Montréal<br />

Côte-Nord<br />

Nord-du-Québec<br />

Capitale nationale<br />

Ensemble du Québec<br />

Centre-du-Québec<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Estrie<br />

Chaudière-Appalaches<br />

Montérégie<br />

Mauricie<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Laval<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Outaouais<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Gaspésie–Îles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine<br />

Lanaudière<br />

0 10 20 30 40 50 60<br />

Régions ressources 2005 2001 2005 Régions centrales Thousands 2005<br />

Régions ressources 2001<br />

Régions centrales 2001<br />

Capitale nationale<br />

Montréal<br />

Laval<br />

Montérégie<br />

Côte-Nord<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Ensemble du Québec<br />

Lanaudière<br />

Chaudière-Appalaches<br />

Outaouais<br />

Estrie<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Centre-du-Québec<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Nord-du-Québec<br />

Gaspésie–Îles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine<br />

0 5 10 15 20 25<br />

Régions métropolitaines 2005<br />

2001 2005<br />

Ensemble du Québec 2001 Thousands<br />

Régions métropolitaines 2001 Ensemble du Québec 2005<br />

Régions ressources<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Gaspésie-<br />

Iles-<strong>de</strong>-la-<br />

Ma<strong>de</strong>leine<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Côte-Nord<br />

Mauricie<br />

Nord-du-Québec<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Régions centrales<br />

Centre-du-Québec<br />

Régions métropolitaines<br />

Chaudière-Appalaches<br />

Estrie<br />

Lanaudière<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Montérégie<br />

Outaouais<br />

Capitale nationale<br />

Laval<br />

Montréal<br />

75 80 85 90 95 100 105 110<br />

Régions ressources 2001-2005<br />

1996-2000<br />

Régions ressources 1996-2000<br />

Régions centrales 2001-2005<br />

2001-2005<br />

Régions centrales 1996-2000<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

Source : Statistique Canada, Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec, ministère du Développement économique,<br />

Innovation et Exportation<br />

Compilation : ministère du Développement économique, Innovation et Exportation<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

12


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour<br />

l’ensemble du Québec<br />

Quel a été l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

sur le développement<br />

économique <strong>de</strong>s<br />

régions ressources<br />

Principales observations<br />

21. Les régions ressources ont fait <strong>de</strong>s gains au cours <strong>de</strong>s <strong>de</strong>rnières années. Cependant, malgré<br />

ceux-ci, le retard économique <strong>de</strong>s régions ressources face <strong>aux</strong> autres régions du Québec<br />

perdure toujours. Ces gains sont attribuables à un ensemble <strong>de</strong> facteurs tels que le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong><br />

change et la vitalité du secteur <strong>de</strong>s ressources naturelles. Qu’en est-il <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong> Il nous est impossible <strong>de</strong> mesurer la part attribuable spécifiquement à l’introduction<br />

<strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong>. Elles ont eu un impact oui, mais compte tenu <strong>de</strong> la multitu<strong>de</strong> et la<br />

complexité <strong>de</strong>s variables, il nous est impossible <strong>de</strong> le mesurer <strong>de</strong> manière précise.<br />

22. Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont eu un effet mesurable sur les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires. On base<br />

cette conclusion sur les résultats <strong>de</strong>s simulations <strong>de</strong> coûts ainsi que sur les données <strong>fiscales</strong><br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires fournies par Revenu Québec.<br />

23. Les réductions <strong>fiscales</strong> contribuent à réduire le risque <strong>de</strong> défaut <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>. Conjuguées à<br />

une stratégie globale d’intervention gouvernementale, elles sont à long terme efficaces au<br />

niveau du développement économique régional.<br />

24. Les attentes face à ce type <strong>de</strong> <strong>mesures</strong> doivent cependant être mises en perspective. En effet,<br />

les facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement sont complexes et propres à chaque<br />

entreprise et secteur industriel. Face à un environnement <strong>de</strong> plus en plus compétitif, les régions<br />

ressources ne bénéficient pas <strong>de</strong> bonnes conditions tant au niveau <strong>de</strong>s facteurs stratégiques,<br />

opérationnels que financiers. Leur avenir reste malgré les efforts <strong>de</strong>s gouvernements largement<br />

tributaire <strong>de</strong> l’exploitation et <strong>de</strong> la transformation <strong>de</strong>s ressources naturelles. Une stratégie <strong>de</strong><br />

développement du secteur manufacturier, sans lien important avec la transformation <strong>de</strong>s<br />

ressources naturelles, représente un défi.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 79 - 83<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

13


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour<br />

l’ensemble du Québec<br />

Quel a été l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

sur le développement<br />

économique <strong>de</strong>s<br />

régions centrales <br />

Principales observations<br />

25. Les régions centrales ont fait <strong>de</strong>s gains économiques appréciables au cours <strong>de</strong>s <strong>de</strong>rnières<br />

années. Pendant la pério<strong>de</strong> 1995-2005, la performance <strong>de</strong>s régions centrales a été égale voire<br />

supérieure <strong>aux</strong> autres régions du Québec.<br />

26. Les dites <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont-elles eu un impact sur les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales<br />

L’analyse <strong>de</strong>s données disponibles nous laisse croire que <strong>de</strong> manière générale, celles-ci n’ont<br />

pas été indument affectées. La concurrence étrangère, le raffermissement <strong>de</strong> la <strong>de</strong>vise et la<br />

contre-performance <strong>de</strong> certains secteurs économiques ont, à notre avis, été <strong>de</strong>s acteurs plus<br />

déterminants que la concurrence d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires opérant en régions ressources.<br />

Les <strong>entreprises</strong> manufacturières <strong>de</strong>s régions centrales ont été celles qui ont été le plus<br />

durement touchées. On note que la contre-performance du secteur manufacturier a débuté<br />

bien avant l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>.<br />

Notre réflexion s’appuie sur les considérations suivantes :<br />

• Les <strong>entreprises</strong> en régions centrales ont en général <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong><br />

développement plus favorables que ceux <strong>de</strong>s régions ressources<br />

• Avec les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires ont <strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

similaires avec ceux <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> sises en régions centrales<br />

27. Ces constats sont génér<strong>aux</strong> et pourraient ne pas s’appliquer à la situation <strong>de</strong> certaines<br />

<strong>entreprises</strong>. Cela est attribuable au fait que toutes les régions centrales ou ressources ne<br />

bénéficient pas <strong>de</strong> conditions homogènes. Certaines régions centrales ou plutôt certaines villes<br />

pourraient présenter <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement similaires <strong>aux</strong> régions<br />

ressources et à l’inverse, <strong>de</strong>s régions ressources pourraient présenter <strong>de</strong>s conditions qui<br />

s’apparentent davantage à celles <strong>de</strong> régions centrales. Ainsi, sous certaines conditions, <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales ont pu souffrir <strong>de</strong> la concurrence d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires<br />

opérant en régions ressources.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 79 - 83<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

14


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour<br />

l’ensemble du Québec<br />

Quel a été l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

sur le développement<br />

économique du Québec<br />

Principales observations<br />

28. Les analyses révèlent que les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont un impact favorable sur le niveau <strong>de</strong><br />

compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires. En abaissant les coûts d’exploitation <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong>, on réduit indéniablement leur risque <strong>de</strong> défaut. Conjugué à d’autres initiatives<br />

gouvernementales comme l’accès <strong>aux</strong> capit<strong>aux</strong>, les programmes <strong>de</strong> R&D et la formation <strong>de</strong> la<br />

main-d’œuvre, la SDÉRR contribue inévitablement au développement économique <strong>de</strong>s régions<br />

ressources.<br />

29. Malgré les <strong>mesures</strong> mises <strong>de</strong> l’avant par l’État afin <strong>de</strong> stimuler le développement <strong>de</strong>s régions<br />

ressources, on constate que celles-ci restent désavantagées face <strong>aux</strong> autres régions du<br />

Québec. En fait, même avec les programmes <strong>de</strong> soutien <strong>de</strong> l’État, les régions ressources<br />

restent confrontées à d’immenses défis. Le niveau <strong>de</strong> compétitivité sans cesse croissant <strong>de</strong><br />

l’ensemble <strong>de</strong>s régions couplé à la globalisation <strong>de</strong>s marchés nation<strong>aux</strong> et internation<strong>aux</strong> font<br />

en sorte que celles-ci sont désavantagées au niveau <strong>de</strong>s facteurs stratégiques, opérationnels<br />

et financiers.<br />

30. Force <strong>de</strong> constater que les régions ressources ne sont pas les seules <strong>aux</strong> prises avec <strong>de</strong>s défis<br />

liés à la compétitivité grandissante <strong>de</strong>s économies. Ainsi, même si les régions centrales et<br />

métropolitaines semblent plus avantagées que les régions ressources, celles-ci sont malgré<br />

tout <strong>aux</strong> prises avec une concurrence <strong>de</strong> plus en plus féroce en provenance <strong>de</strong> l’étranger.<br />

31. Bien que la plupart <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises pourraient tirer profit <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> afin<br />

d’améliorer leur niveau <strong>de</strong> compétitivité face à la concurrence, nous croyons que les facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions ressources font en sorte que<br />

ces régions requièrent une attention toute particulière <strong>de</strong>s autorités gouvernementales. Les<br />

données socio-économiques <strong>de</strong> ces régions mettent en évi<strong>de</strong>nce le clivage entre ces régions et<br />

le reste du Québec. Ainsi, il ne faut pas perdre <strong>de</strong> vue qu’en soutenant les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s<br />

régions ressources, l’État vise avant tout le renforcement socio-économique <strong>de</strong> ces régions.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 79 - 83<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

15


Faits saillants<br />

Sujet<br />

<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour<br />

l’ensemble du Québec<br />

Quel a été l’impact<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

sur le développement<br />

économique du Québec<br />

Principales observations<br />

32. Malgré les avantages <strong>de</strong> ce type d’intervention économique, on doit souligner certaines limites :<br />

• Globalement, ces <strong>mesures</strong> pourraient n’avoir que peu d’effet sur l’amélioration du niveau<br />

<strong>de</strong> compétitivité global du Québec. En fait, on améliore celui <strong>de</strong>s régions qui sont dans le<br />

besoin sans pour autant bonifier le profil <strong>de</strong> compétitivité <strong>de</strong>s régions centrales ou<br />

métropolitaines, lesquelles sont les plus susceptibles <strong>de</strong> pouvoir concurrencer<br />

efficacement les <strong>entreprises</strong> étrangères.<br />

• Les résultats en termes <strong>de</strong> création d’emplois et <strong>de</strong> démarrage d’<strong>entreprises</strong> sont parfois<br />

longs à paraître. On note avant tout un accroissement <strong>de</strong> la richesse <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> sans<br />

qu’il y ait nécessairement <strong>de</strong>s effets structurants.<br />

• L’application <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> dites géographiques représente un défi car les<br />

modalités d’application seront toujours susceptibles <strong>de</strong> créer <strong>de</strong>s inéquités entre<br />

<strong>entreprises</strong> et/ou régions.<br />

• Les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> peuvent créer <strong>de</strong>s distorsions dans le profil <strong>de</strong> compétitivité <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong>. Les fonds publics <strong>de</strong>vraient viser davantage à améliorer les autres facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement, lesquels ont <strong>de</strong>s effets permanents et moins<br />

transitoires.<br />

• Le développement économique <strong>de</strong>s régions ressources implique que les régions auront<br />

<strong>de</strong>s choix à faire quant <strong>aux</strong> orientations <strong>de</strong> développement. Il est indéniable que leur<br />

développement est intrinsèquement lié à celui <strong>de</strong>s ressources. Développer <strong>de</strong>s activités<br />

manufacturières non liées <strong>aux</strong> ressources naturelles représente un défi très important<br />

compte tenu du profil <strong>de</strong> compétitivité <strong>de</strong>s autres régions.<br />

<strong>Analyse</strong><br />

Pages 79 - 83<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

16


Glossaire<br />

Crédit d’impôt remboursable<br />

pour les activités <strong>de</strong><br />

transformation<br />

• Il s’agit d’un crédit d’impôt pouvant aller jusqu’à 30 % <strong>de</strong> l’accroissement <strong>de</strong> la masse salariale pour les activités <strong>de</strong> fabrication et <strong>de</strong><br />

transformation dans les régions ressources<br />

Entreprises bénéficiaires • Les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires sont celles qui sont installées en régions ressources et qui ont bénéficié <strong>de</strong> l’une <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong> entre 2001 et 2005<br />

Entreprises non bénéficiaires • Les <strong>entreprises</strong> non bénéficiaires sont celles qui n’ont bénéficié d’aucune <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> entre 2001 et 2005, qu’elles<br />

soient situées en régions ressources ou en régions centrales<br />

Gouvernement du Québec • Le gouvernement du Québec est la source indiquée pour les données obtenues du ministère du Revenu ou par d’autres<br />

représentations gouvernementales<br />

Impôt zéro • Les PME du secteur manufacturier installées dans les régions ressources éloignées bénéficient d’un congé fiscal applicable à<br />

l’impôt sur le revenu, à la taxe sur le capital et à la taxe générale sur la masse salariale. Ce congé fiscal est en vigueur jusqu’au 31<br />

décembre 2010<br />

ISQ • Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

MAMR • Ministère <strong>de</strong>s Affaires municipales et <strong>de</strong>s Régions<br />

MDEIE • Ministère du Développement économique, Innovation et Exportation<br />

Mesures <strong>fiscales</strong> visées • Elles concernent le crédit d’impôt remboursable pour les activités <strong>de</strong> transformation et l’impôt zéro pour les <strong>entreprises</strong> installées<br />

dans les régions ressources éloignées<br />

Pério<strong>de</strong> d’application <strong>de</strong>s<br />

<strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> (2001-2005)<br />

Régions ressources (excluant<br />

Mauricie)<br />

Régions centrales (excluant<br />

régions métropolitaines)<br />

• L’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> est mesuré entre 2001, date <strong>de</strong> leur mise en place, et 2005<br />

• Les données relatives <strong>aux</strong> régions ressources excluent la Mauricie, sauf si spécifié autrement<br />

• Les données relatives <strong>aux</strong> régions centrales excluent les régions métropolitaines<br />

Régions métropolitaines • Les régions métropolitaines sont Montréal, Laval et la Capitale nationale<br />

SDÉRR • Stratégie <strong>de</strong> développement économique <strong>de</strong>s régions ressources<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

17


Mandat et approche <strong>de</strong> réalisation<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

18


Le mandat<br />

Le Gouvernement du Québec a introduit lors <strong>de</strong> son Discours sur le<br />

budget <strong>de</strong> 2001-2002, <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong>stinées à soutenir les<br />

<strong>entreprises</strong> opérant dans les régions ressources, soit un congé<br />

d’impôt pour les <strong>entreprises</strong> manufacturières et un crédit d’impôt<br />

remboursable pour les activités <strong>de</strong> transformation.<br />

Par ces initiatives, le gouvernement reconnaissait <strong>aux</strong> régions<br />

ressources trois défis, soit le besoin <strong>de</strong> diversifier les économies<br />

locales, celui <strong>de</strong> faire face à un contexte mondial <strong>de</strong> plus en plus<br />

compétitif, et ce plus particulièrement au niveau <strong>de</strong> l’exploitation <strong>de</strong>s<br />

ressources, et finalement <strong>de</strong>s contraintes liées au financement <strong>de</strong>s<br />

activités.<br />

Depuis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong>, plusieurs <strong>entreprises</strong> opérant en<br />

régions ressources ont su tirer profit <strong>de</strong> ces <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>.<br />

Cependant, malgré cette ai<strong>de</strong>, les <strong>entreprises</strong> restent <strong>aux</strong> prises avec<br />

divers défis tels que la concurrence étrangère et les variations du t<strong>aux</strong><br />

<strong>de</strong> change. Inci<strong>de</strong>mment, par la voix <strong>de</strong>s intervenants économiques<br />

loc<strong>aux</strong>, on désire que le gouvernement maintienne les <strong>mesures</strong> en<br />

place car la situation économique <strong>de</strong>s régions ressources resterait,<br />

selon eux, très fragile. On reconnaît cependant que certaines régions<br />

centrales puissent être affectées par ces mêmes <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>,<br />

mais on estime que le contexte économique <strong>de</strong>s régions ressources<br />

est tel que les <strong>mesures</strong> spécifiques <strong>de</strong> soutien doivent être<br />

maintenues.<br />

À l’inverse, les représentants <strong>de</strong>s régions centrales, bien que<br />

reconnaissant le fait que les régions ressources soient <strong>aux</strong> prises<br />

avec d’importants défis, désirent que le gouvernement mette fin le<br />

plus rapi<strong>de</strong>ment possible <strong>aux</strong> dites <strong>mesures</strong>, car elles créeraient <strong>de</strong>s<br />

déséquilibres néfastes pour les <strong>entreprises</strong> œuvrant sur leur territoire.<br />

À tout le moins, les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong>vraient être plus ciblées et ne viser<br />

que quelques secteurs bien précis.<br />

Compte tenu <strong>de</strong> l’importance et <strong>de</strong> la complexité <strong>de</strong>s enjeux et <strong>de</strong>vant<br />

l’absence <strong>de</strong> <strong>mesures</strong> vérifiables et indépendantes <strong>de</strong>s impacts, le<br />

Gouvernement du Québec, par l’entremise du ministère <strong>de</strong>s Affaires<br />

municipales et <strong>de</strong>s Régions, a retenu les services du cabinet KPMG<br />

afin d’effectuer une analyse <strong>de</strong>s effets.<br />

Ainsi, la présente étu<strong>de</strong> analyse l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

actuelles accordées <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources sur les<br />

<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales du Québec et leurs conséquences<br />

sur l’économie du Québec.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

19


Approche <strong>de</strong> réalisation<br />

Afin <strong>de</strong> rencontrer les besoins du MAMR et ceux <strong>de</strong>s conférences<br />

régionales <strong>de</strong>s élus <strong>de</strong> Chaudière-Appalaches, <strong>de</strong> Launaudière, du<br />

Centre-du-Québec, du Bas-Saint-Laurent, <strong>de</strong> la Côte-Nord, <strong>de</strong> la<br />

Gaspésie-Iles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine et <strong>de</strong> l’Outaouais, du ministère <strong>de</strong>s<br />

Finances et du ministère du Développement économique, Innovation<br />

et Exportation, la présente étu<strong>de</strong> couvre les éléments suivants :<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises au<br />

niveau <strong>de</strong>s coûts d’exploitation, incluant la fiscalité corporative,<br />

selon certaines industries spécifiques et ce pour quelques<br />

régions témoins, représentatives <strong>de</strong>s autres régions du Québec<br />

• I<strong>de</strong>ntification <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> autres que les coûts d’exploitation<br />

• <strong>Analyse</strong> auprès d’un échantillon d’<strong>entreprises</strong> québécoises<br />

représentant les régions témoins et les industries i<strong>de</strong>ntifiées afin<br />

<strong>de</strong> vali<strong>de</strong>r les facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

propres à leur milieu<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> données empiriques permettant d’extrapoler les<br />

données et les constats découlant <strong>de</strong> l’analyse <strong>de</strong>s régions<br />

témoins <strong>aux</strong> autres régions du Québec<br />

• <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> dans un contexte économique<br />

international – un dollar canadien à forte évaluation, <strong>de</strong>s coûts<br />

d’envergure à la hausse et une concurrence asiatique<br />

omniprésente :<br />

– selon les modalités actuelles du programme<br />

– selon la répartition géographique <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

– en tenant compte <strong>de</strong>s impacts passés, actuels et<br />

prévisibles<br />

– impact d’une fiscalité différenciée sur le niveau <strong>de</strong><br />

compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> selon leur industrie et leur<br />

région d’exploitation, soit centrale ou ressource<br />

– impact <strong>de</strong> telles <strong>mesures</strong> pour les régions ciblées par<br />

l’étu<strong>de</strong> ainsi que pour l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales<br />

– impact économique pour l’ensemble du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

20


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises<br />

au niveau <strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

21


Approche méthodologique<br />

Modèle <strong>de</strong> comparaison <strong>de</strong>s coûts <strong>de</strong> KPMG<br />

L’analyse <strong>de</strong> la compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises au niveau<br />

<strong>de</strong>s coûts d’exploitation s’appuie sur le modèle <strong>de</strong> comparaison <strong>de</strong>s<br />

coûts Choixconcurrentiels.com <strong>de</strong> KPMG. Pour chaque emplacement,<br />

le modèle intègre les données sur les coûts <strong>aux</strong> paramètres<br />

d’exploitation, qui eux <strong>de</strong>meurent constants dans tous les<br />

emplacements. On obtient ainsi une comparaison <strong>de</strong>s coûts estimatifs<br />

<strong>de</strong> démarrage et d’exploitation d’une entreprise i<strong>de</strong>ntique à chaque<br />

emplacement.<br />

À partir d’hypothèses financières normalisées, le modèle génère <strong>de</strong>s<br />

états financiers pro forma sur une pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans, y compris l’état<br />

<strong>de</strong>s résultats, les états <strong>de</strong> flux <strong>de</strong> trésorerie et les calculs détaillés <strong>de</strong><br />

l’impôt. Ces états financiers servent <strong>de</strong> base <strong>aux</strong> comparaisons <strong>de</strong><br />

coûts <strong>de</strong> ce rapport.<br />

On trouvera <strong>de</strong>s renseignements supplémentaires sur la<br />

méthodologie dans le site www.Choixconcurrentiels.com.<br />

L’utilisation d’une approche similaire à celle utilisées dans les autres<br />

étu<strong>de</strong>s comparatives <strong>de</strong> KPMG permet <strong>de</strong> ventiler l’ensemble <strong>de</strong>s<br />

coûts d’exploitation (soit 27 catégories) pour trois secteurs d’activité<br />

similaires à ceux développés pour un ensemble <strong>de</strong> villes québécoises<br />

et étrangères. Ainsi, il est possible <strong>de</strong> non seulement comparer les<br />

coûts d’exploitation incluant les aspects fisc<strong>aux</strong> entre six régions<br />

québécoises, trois dites ressources et trois dites centrales, mais aussi<br />

<strong>de</strong> permettre cette comparaison avec Montréal et Québec et l’indice<br />

<strong>de</strong> référence américain.<br />

À noter que pour les fins <strong>de</strong> la présente étu<strong>de</strong>, la modélisation sur dix<br />

ans incorpore un croissance <strong>de</strong>s revenus et <strong>de</strong>s dépenses <strong>de</strong> l’ordre<br />

<strong>de</strong> 3 % par an alors que les simulations effectuées dans le cadre <strong>de</strong> «<br />

Choix concurrentiels, Édition 2006 » utilisent <strong>de</strong>s données financières<br />

constantes pour la totalité <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> référence. KPMG a opté<br />

pour une croissance <strong>de</strong>s données financières afin <strong>de</strong> refléter l’effet du<br />

crédit d’impôt sur l’augmentation <strong>de</strong>s coûts en salaire tel que défini<br />

dans la SDÉRR. Conséquemment, les coûts tot<strong>aux</strong> exprimés dans le<br />

cadre <strong>de</strong> la présente étu<strong>de</strong> ne concor<strong>de</strong>nt pas parfaitement avec ceux<br />

<strong>de</strong> « Choix concurrentiels, Édition 2006 ».<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

22


Secteurs d’activité et <strong>entreprises</strong> modélisées témoins<br />

Pour fins d’analyse, quatre modèles <strong>de</strong> coûts d’exploitation ont été utilisés. Trois proviennent directement <strong>de</strong> l’étu<strong>de</strong> « Choix concurrentiels, Édition 2006 » <strong>de</strong><br />

KPMG. Ceux-ci représentent les secteurs agroalimentaire, composants <strong>de</strong> métal et pièces <strong>de</strong> précision. Un quatrième représentant l’industrie du bois a été<br />

élaboré spécifiquement pour les besoins du présent projet en utilisant les même paramètres que pour les modèles développés antérieurement. À noter que les<br />

pages suivantes présentent les résultats agglomérés pour l’ensemble <strong>de</strong>s secteurs visés. Le lecteur est invité à se référer <strong>aux</strong> annexes pour une analyse<br />

détaillée par secteur d’activité.<br />

Secteur agroalimentaire<br />

Type d’entreprise modélisée – Transformation <strong>de</strong>s aliments<br />

Co<strong>de</strong> SCIAN 31182<br />

• Producteur indépendant <strong>de</strong> transformation <strong>de</strong>s aliments qui fabrique<br />

<strong>de</strong>s produits non périssables à valeur ajoutée moyenne<br />

– Besoins modérés en installations et en investissement initial<br />

– Main-d’œuvre composée en bonne partie d’ouvriers non qualifiés<br />

(total 110 employés)<br />

– Besoins énergétiques modérés<br />

– Ventes (en milliers <strong>de</strong> $ US) : 31 000 $<br />

Secteur pièces <strong>de</strong> précision<br />

Type d’entreprise modélisée – Fabrication <strong>de</strong> composants <strong>de</strong> précision<br />

Co<strong>de</strong> SCIAN 33361<br />

• Fabricant <strong>de</strong> produits en métal à haute valeur ajoutée et à très faible<br />

tolérance<br />

– Besoins modérés en installations et en investissement initial<br />

– Main-d’œuvre composée presque entièrement d’opérateurs<br />

hautement qualifiés (total 70 employés)<br />

– Faibles besoins énergétiques<br />

– Ventes (en milliers <strong>de</strong> $ US) : 8 750 $<br />

Secteur composants <strong>de</strong> métal<br />

Type d’entreprise modélisée – Usinage <strong>de</strong>s mét<strong>aux</strong><br />

Co<strong>de</strong> SCIAN 33251<br />

• Fabricant <strong>de</strong> produits <strong>de</strong> construction en métal utilisant <strong>de</strong>s machines<br />

d’usinage<br />

– Besoins modérés en installations et en investissement initial<br />

– Main-d’œuvre composée <strong>de</strong> quelques professionnels et<br />

techniciens, <strong>de</strong> nombreux opérateurs et d’un certain nombre<br />

d’ouvriers non qualifiés (total 100 employés)<br />

– Besoins énergétiques relativement élevés<br />

– Ventes (en milliers <strong>de</strong> $ US) : 16 500 $<br />

Secteur transformation du bois<br />

Type d’entreprise modélisée – Fabrication d’armoires et <strong>de</strong> comptoirs <strong>de</strong><br />

cuisine en bois<br />

Co<strong>de</strong> SCIAN 33711<br />

• Fabricant d’armoires et <strong>de</strong> comptoirs <strong>de</strong> cuisine et <strong>de</strong> salle <strong>de</strong> bain en<br />

bois conçus pour être installés en permanence<br />

– Besoins modérés en installations et en investissement initial<br />

– Main-d’œuvre composée <strong>de</strong> quelques professionnels et<br />

techniciens, <strong>de</strong> nombreux opérateurs et d’un certain nombre<br />

d’ouvriers non qualifiés (total 90 employés)<br />

– Besoins énergétiques modérés<br />

– Ventes (en milliers <strong>de</strong> $ US) : 10 000 $<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

23


Régions témoins<br />

Pour fins d’analyse, six régions témoins ont été i<strong>de</strong>ntifiées afin <strong>de</strong> représenter l’ensemble <strong>de</strong>s régions administratives du Québec, soit trois<br />

régions ressources et trois régions dites centrales. À noter que les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> contenues dans la SDÉRR visent essentiellement et sauf<br />

exception (voir tableau) six régions administratives complètes du Québec. La carte illustre les régions touchées par les <strong>mesures</strong> ainsi que les six<br />

régions témoins sélectionnées. Les régions témoins ont été choisies sur la base <strong>de</strong> leur représentativité et leur homogénéité quant à l’application<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR. À noter que les coûts utilisés dans le cadre <strong>de</strong> la modélisation sont ceux d’agglomérations d’importance qui sont au<br />

cœur du développement économique <strong>de</strong>s régions témoins.<br />

Régions ressources témoins (agglomérations)<br />

1. Côte-Nord (Baie-Comeau)<br />

2. Bas-Saint-Laurent (Rivière-du-Loup)<br />

3. Abitibi-Témiscamingue (Rouyn-Noranda)<br />

Région administrative/SDÉRR<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Mauricie<br />

Outaouais<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Côte-Nord<br />

Nord-du-Québec<br />

Gaspésie-Iles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

MRC/autre<br />

Toutes<br />

Toutes<br />

Mékinac<br />

La Bostonnais<br />

Lac-Édouard<br />

La Vallée-<strong>de</strong>-la-Gatineau<br />

Pontiac<br />

Toutes<br />

Toutes<br />

Toutes<br />

Toutes<br />

Antoine-Labelle<br />

Régions centrales témoins (agglomérations)<br />

1. Centre-du-Québec (Drummondville)<br />

2. Chaudière-Appalaches (Saint-Georges <strong>de</strong><br />

Beauce)<br />

3. Estrie (Sherbrooke)<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

24


Scénarios et hypothèses<br />

Pour fins d’analyse, quatre scénarios ont été élaboré pour chacun <strong>de</strong>s secteurs visés et pour chacune <strong>de</strong>s régions témoins. En effectuant <strong>de</strong>s<br />

simulations selon les quatre scénarios, on mesure <strong>de</strong> manière plus précise l’impact <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> contenues dans la SDÉRR. À<br />

noter que les résultats sommaires <strong>de</strong>s quatre scénarios sont analysés dans le présent document, mais que pour fins <strong>de</strong> présentation, seul celui<br />

que nous appellerons « scénario <strong>de</strong> référence » est traité <strong>de</strong> manière détaillée.<br />

Hypothèses retenues selon le scénario<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

• Impôt zéro pour les PME manufacturières<br />

– 75 % pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans<br />

• Crédit d’impôt remboursable sur la masse salariale<br />

– 30 % pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans<br />

– Accroissement <strong>de</strong> la masse salariale <strong>de</strong> 3 % par an admissible<br />

– Emplois an 1, non admissibles / ans 2 et 3 admissibles<br />

Scénario sans création d’emplois<br />

• Impôt zéro pour les PME manufacturières<br />

– 75 % pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans<br />

• Crédit d’impôt remboursable sur la masse salariale<br />

– 30 % pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans<br />

– Accroissement <strong>de</strong> la masse salariale <strong>de</strong> 3 % par an admissible<br />

– Emplois ans 1, 2 et 3 non admissibles<br />

Scénario démarrage d’entreprise<br />

• Impôt zéro pour les PME manufacturières<br />

– 75 % pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans<br />

• Crédit d’impôt remboursable sur la masse salariale<br />

– 30 % pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans<br />

– Accroissement <strong>de</strong> la masse salariale <strong>de</strong> 3 % par an admissible<br />

– Emplois ans 1, 2 et 3 admissibles<br />

Scénario sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR<br />

• Impôt zéro pour les PME manufacturières<br />

– Non appliqué<br />

• Crédit d’impôt remboursable sur la masse salariale<br />

– Non appliqué<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

25


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Ensemble <strong>de</strong>s secteurs<br />

Ensemble <strong>de</strong>s scénarios<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong>s quatre simulations pour l’ensemble <strong>de</strong>s secteurs, pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources<br />

et centrales analysées. On note que pour la simulation sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les régions centrales bénéficient d’un avantage <strong>de</strong> 2,5<br />

points <strong>de</strong> base au niveau <strong>de</strong>s coûts alors que l’avantage est <strong>de</strong> 0,7 point <strong>de</strong> base en faveur <strong>de</strong>s régions ressources dans le cas du scénario <strong>de</strong><br />

référence. Ainsi, l’écart combiné <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> représente 3,2 points <strong>de</strong> base.<br />

(000 $ US) Baie-Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-Georges<br />

<strong>de</strong> Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales Montréal Québec (ville) États-Unis<br />

Scénario : <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 17 929 17 486 17 652 17 689 17 961 17 611 17 858 17 810 18 321 18 226 19 217<br />

Classement général 5 1 3 6 2 4<br />

Indice général 93,3 91,0 91,9 92,0 93,5 91,6 92,9 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

Scénario : démarrage d'entreprise<br />

0,7 point <strong>de</strong> base<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 17 426 17 016 17 142 17 195 17 961 17 611 17 858 17 810 18 321 18 226 19 217<br />

Classement général 3 1 2 6 4 5<br />

Indice général 90,7 88,5 89,2 89,5 93,5 91,6 92,9 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

Impact <strong>de</strong> 3,2 points <strong>de</strong> base<br />

Scénario : sans création d'emplois<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 18 647 18 185 18 363 18 398 18 587 18 230 18 484 18 434 18 956 18 856 19 872<br />

Classement général 6 1 3 5 2 4<br />

Indice général 93,8 91,5 92,4 92,6 93,5 91,7 93,0 92,8 95,4 94,9 100,0<br />

Scénario : sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 18 505 18 098 18 266 18 290 17 961 17 611 17 858 17 810 18 321 18 226 19 218<br />

Classement général 6 4 5 3 1 2<br />

Indice général 96,3 94,2 95,0 95,2 93,5 91,6 92,9 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

À noter que selon le scénario sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR, les régions centrales<br />

bénéficient d’un avantage en termes <strong>de</strong> coûts d’exploitation lorsqu’on les compare <strong>aux</strong><br />

régions ressources mais aussi par rapport <strong>aux</strong> régions métropolitaines <strong>de</strong> Montréal et <strong>de</strong><br />

Québec.<br />

2,5 points <strong>de</strong> base<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

26


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Ensemble <strong>de</strong>s secteurs<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Investissement initial<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les investissements requis en moyenne pour l’ensemble <strong>de</strong>s quatre secteurs analysés. Les <strong>de</strong>ux<br />

variables sensibles à l’emplacement étant l’acquisition du terrain et la construction immobilière.<br />

ACTIVITÉ : MOYENNE DES QUATRE INDUSTRIES<br />

(000 $ US)<br />

Investissement initial<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Terrain 50 86 129 88 108 71 47 75 1 063 578 1 116<br />

Immeubles 4 233 4 078 4 078 4 129 3 537 2 997 3 078 3 204 3 249 3 624 3 346<br />

4 283 4 164 4 207 4 218 3 644 3 069 3 125 3 279 4 312 4 202 4 462<br />

Classement, terrain 2 4 6 5 3 1<br />

Classement, immeuble 6 4 4 3 1 2<br />

Classement, investissement total 6 4 5 3 1 2<br />

Encaisse 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200 200<br />

Inventaire 1 175 1 175 1 175 1 175 1 175 1 175 1 175 1 175 1 175 1 175 1 175<br />

Immobilisations 3 108 3 108 3 108 3 108 3 108 3 108 3 108 3 108 3 108 3 108 3 108<br />

8 765 8 646 8 689 8 700 8 127 7 551 7 608 7 762 8 795 8 685 8 944<br />

Financement initial<br />

Dette 4 958 4 892 4 916 4 922 4 600 4 269 4 300 4 390 4 978 4 914 5 067<br />

Fonds propres 3 808 3 755 3 773 3 778 3 527 3 282 3 308 3 372 3 816 3 771 3 878<br />

8 765 8 646 8 689 8 700 8 127 7 551 7 608 7 762 8 795 8 685 8 944<br />

L’acquisition du terrain et la construction immobilière sont moins onéreuses en<br />

régions centrales qu’elles ne le sont en région ressources. Les trois régions<br />

centrales témoins prises individuellement occupent les trois premiers rangs.<br />

L’écart entre les régions centrales et ressources est <strong>de</strong><br />

939 000 $ US.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

27


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Ensemble <strong>de</strong>s secteurs<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts d’exploitation<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts d’exploitation moyens pour l’ensemble <strong>de</strong>s quatre secteurs analysés. Les coûts d’exploitation<br />

sensibles à l’emplacement étant la main-d’œuvre, le transport et les services publics.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges<br />

<strong>de</strong> Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Ventes 20 235 20 235 20 235 20 235 20 235 20 235 20 235 20 235 20 235 20 235 20 235<br />

Coûts sensibles à l'emplacement<br />

Salaires et traitements 4 021 3 766 4 074 3 954 3 913 3 574 3 802 3 763 4 236 4 000 4 400<br />

Avantages soci<strong>aux</strong> obligatoires 427 403 431 420 531 482 505 506 564 535 504<br />

Autres avantages soci<strong>aux</strong> 845 792 856 831 823 752 799 791 891 841 1 283<br />

Ajustement <strong>de</strong> la productivité – – – – – – – – – – –<br />

Total : main-d'oeuvre 5 292 4 961 5 361 5 205 5 266 4 808 5 106 5 060 5 690 5 376 6 187<br />

Classement, salaires 5 2 6 4 1 3<br />

Classement, total main-d'oeuvre 5 2 6 4 1 3<br />

Loyer <strong>de</strong>s installations – – – – – – – – – – –<br />

Classement, loyer <strong>de</strong>s installations 1 1 1 1 1 1<br />

Fret continental (routier/maritime) 856 715 598 723 526 563 573 554 482 640 1 156<br />

Fret aérien intercontinental 6 6 6 6 5 6 5 5 5 6 4<br />

Fret maritime intercontinental 67 69 73 70 48 52 52 51 45 50 69<br />

Total : transport 928 790 677 799 579 620 631 610 532 696 1 229<br />

Classement, transport 6 5 4 1 2 3<br />

Électricité 195 195 195 195 195 195 195 195 195 195 273<br />

Gaz 302 302 210 271 214 214 214 214 214 214 207<br />

Télécommunications 17 17 17 17 17 17 17 17 16 16 19<br />

Total : services publics 513 513 421 483 425 425 425 425 424 425 498<br />

Classement, électricité 1 1 1 1 1 1<br />

Classement, gaz 5 5 1 2 2 2<br />

Classement, télécommunications 1 1 1 1 1 1<br />

Total : coûts d'exploitation 6 734 6 264 6 459 6 485 6 270 5 853 6 162 6 095 6 647 6 497 7 915<br />

Classement, coûts d'exploitation 6 3 5 4 1 2<br />

En termes <strong>de</strong> coûts d’exploitation, il est moins onéreux d’opérer en régions centrales qu’en<br />

région ressources. Deux <strong>de</strong>s trois régions centrales témoins prises individuellement occupent le<br />

premier et le troisième rangs. En moyenne, les <strong>entreprises</strong> en régions centrales bénéficient d’un<br />

avantage <strong>de</strong> 390 000 $ US par rapport <strong>aux</strong> régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

28


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Ensemble <strong>de</strong>s secteurs<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysés. Le tableau présente les coûts tot<strong>aux</strong> moyens pour l’ensemble <strong>de</strong>s quatre secteurs analysés. Les principales variables<br />

sensibles à l’emplacement sont les impôts et les taxes. Plus particulièrement, on peut noter les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, lesquelles sont<br />

incluses sous la rubrique « Impôt régional sur le revenu ».<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Intérêts 32 (8) 7 10 12 (32) (10) (10) 64 50 146<br />

Amortissement 669 658 658 661 622 586 591 600 602 628 609<br />

Total : intérêts et amortissement 700 650 665 672 634 554 581 590 666 678 755<br />

Frais divers – – – – – – – – – – –<br />

Impôt national sur le revenu 688 819 769 759 778 889 807 825 653 690 498<br />

Impôt régional sur le revenu (149) (116) (141) (135) 410 468 425 434 345 364 70<br />

Impôt local sur le revenu – – – – – – – – – – 3<br />

Impôt national sur le capital – – – – – – – – – – –<br />

Impôt régional sur le capital 2 3 2 2 41 43 40 41 38 39 3<br />

Taxe <strong>de</strong> vente – – – – – – – – – – 90<br />

Impôt foncier 144 114 119 126 77 51 59 62 219 206 130<br />

Taxe sur les recettes brutes – – – – – – – – – – –<br />

Taxe d'affaires 57 – 27 28 – – 33 11 – – –<br />

Subventions, encouragements – – – – – – – – – – –<br />

Total <strong>de</strong>s impôts/taxes (après subvent.) 742 820 775 779 1 304 1 452 1 363 1 373 1 255 1 299 794<br />

Total <strong>de</strong>s coûts sensibles à l'emplac. 8 176 7 733 7 899 7 936 8 208 7 858 8 105 8 057 8 568 8 473 9 464<br />

Coûts non sensibles à l'emplacement<br />

Matéri<strong>aux</strong> 8 654 8 654 8 654 8 654 8 654 8 654 8 654 8 654 8 654 8 654 8 654<br />

Autres frais d'exploitation 1 099 1 099 1 099 1 099 1 099 1 099 1 099 1 099 1 099 1 099 1 099<br />

Total <strong>de</strong>s coûts non sensibles à l'emplac. 9 753 9 753 9 753 9 753 9 753 9 753 9 753 9 753 9 753 9 753 9 753<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 17 929 17 486 17 652 17 689 17 961 17 611 17 858 17 810 18 321 18 226 19 217<br />

Bénéfice net après impôts 2 305 2 749 2 583 2 546 2 274 2 623 2 376 2 424 1 914 2 009 1 018<br />

% <strong>de</strong>s ventes 11,4% 13,6% 12,8% 12,6% 11,2% 13,0% 11,7% 12,0% 9,5% 9,9% 5,0%<br />

Classement général 5 1 3 6 2 4<br />

Indice général 93,3 91,0 91,9 92,0 93,5 91,6 92,9 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> positionner <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>s régions ressources <strong>aux</strong> premier et troisième<br />

rangs quant au bénéfice net après impôts. Bien que bénéficiant <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong>, la région <strong>de</strong> Baie-Comeau se situe<br />

au cinquième rang <strong>de</strong>s régions témoins. Globalement, le bénéfice net après impôts <strong>de</strong>s régions ressources se situe à<br />

2 546 000 $ US alors qu’il est <strong>de</strong> 2 424 000 $ US pour les régions centrales, soit un différentiel <strong>de</strong> 122 000 $ US.<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

29


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Ensemble <strong>de</strong>s secteurs<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Résumé <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente également l’impact moyen <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR pour l’ensemble <strong>de</strong>s quatre secteurs<br />

analysés sur le t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu ainsi que la valeur monétaire <strong>de</strong>s encouragements par emploi.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Bénéfice net avant impôt sur le revenu 2 845 3 452 3 210 3 169 3 461 3 981 3 608 3 683 2 912 3 063 1 589<br />

T<strong>aux</strong> effectif d'impôt sur le revenu 19,0% 20,4% 19,5% 19,7% 34,3% 34,1% 34,1% 34,2% 34,3% 34,4% 35,9%<br />

Classement 1 3 2 6 4 5<br />

Total <strong>de</strong>s encouragements : $ US par emploi,<br />

après effets estim. <strong>de</strong>s impôts $6 233 $6 636 $6 594 $6 488 $363 $345 $352 $353 $375 $364 $909<br />

Selon le scénario <strong>de</strong> référence, l’effet combiné <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> incluant<br />

celles <strong>de</strong> la SDÉRR représente 6 488 $ par emploi pour les régions ressources<br />

alors que les régions centrales bénéficient <strong>de</strong> 353 $, soit un différentiel <strong>de</strong> 6 135 $<br />

par emploi.<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR procurent un t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu <strong>de</strong> 19,7 % pour les régions<br />

ressources alors que ce même t<strong>aux</strong> est <strong>de</strong> 34,2 % pour les régions centrales. À noter que les régions centrales<br />

bénéficient d’une structure <strong>de</strong> coûts d’exploitation plus avantageuse que les régions ressources. Ainsi, le<br />

bénéfice net avant impôt sur le revenu est en moyenne <strong>de</strong> 3 683 000 $ US pour ces <strong>de</strong>rnières, alors qu’il s’élève<br />

à 3 169 000 $ US pour les régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

30


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Références nationales et locales<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong>s quatre simulations pour l’ensemble <strong>de</strong>s secteurs et pour l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et centrales<br />

analysées. Ces résultats sont comparés à ceux d’<strong>entreprises</strong> ayant les mêmes paramètres d’exploitation mais sises à Montréal, Québec et au<br />

sein <strong>de</strong> neuf villes américaines, lesquelles composent l’indice <strong>de</strong>s États-Unis.<br />

(000 $ US)<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales Montréal Québec (ville) États-Unis<br />

Scénario : <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 17 689 17 810 18 321 18 226 19 217<br />

Classement général<br />

Indice général 92,0 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

Scénario : démarrage d'entreprise<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 17 195 17 810 18 321 18 226 19 217<br />

Classement général<br />

Indice général 89,5 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

Scénario : sans création d'emplois<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 18 398 18 434 18 956 18 856 19 872<br />

Classement général<br />

Indice général 92,6 92,8 95,4 94,9 100,0<br />

Selon le scénario <strong>de</strong> référence, les régions<br />

ressources et centrales se comparent<br />

avantageusement <strong>aux</strong> régions <strong>de</strong> référence<br />

<strong>de</strong> Montréal et Québec. L’ensemble <strong>de</strong>s<br />

régions québécoises se comparent elles<br />

aussi <strong>de</strong> manière avantageuse face à l’indice<br />

<strong>de</strong> référence <strong>de</strong>s États-Unis. À noter que<br />

celui-ci est composé <strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

pour les quatre secteurs analysés et ce pour<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant au sein <strong>de</strong> neuf villes<br />

américaines. Ainsi, les <strong>entreprises</strong> opérant au<br />

sein <strong>de</strong>s régions ressources et centrales<br />

bénéficient respectivement d’un avantage <strong>de</strong><br />

8 et 7,2 points <strong>de</strong> base par rapport à la<br />

référence américaine.<br />

Villes sélectionnées pour le calcul <strong>de</strong> la moyenne <strong>de</strong>s<br />

Villes en<br />

restructuration<br />

États-Unis<br />

Villes en<br />

émergence<br />

Dothan Colorado Springs Atlanta<br />

Lewiston Salt Lake City Boston<br />

Saginaw San Diego St-Louis<br />

Villes en pleine<br />

maturité<br />

Scénario : sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 18 290 17 810 18 321 18 226 19 218<br />

Classement général<br />

Indice général 95,2 92,7 95,3 94,8 100,0<br />

Selon le scénario sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la<br />

SDÉRR, seules les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions<br />

centrales se comparent avantageusement<br />

<strong>aux</strong> régions <strong>de</strong> référence <strong>de</strong> Montréal et<br />

Québec. Quant <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> opérant au<br />

sein <strong>de</strong>s régions ressources, elles ont <strong>de</strong>s<br />

coûts tot<strong>aux</strong> similaires à ceux d’<strong>entreprises</strong><br />

opérant à partir <strong>de</strong> Montréal et Québec.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

31


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Scénario sans les <strong>mesures</strong> du SDÉRR et <strong>de</strong> référence<br />

Le tableau illustre l’impact <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> sur le niveau <strong>de</strong> compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant en régions ressources face à celles<br />

sises en régions centrales ainsi qu’en régions métropolitaines.<br />

Le tableau <strong>de</strong> gauche indique que les coûts d’exploitation <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s trois régions ressources témoins s’apparentent à ceux<br />

d’<strong>entreprises</strong> opérant en milieu urbain. Inci<strong>de</strong>mment, sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s trois régions centrales témoins<br />

bénéficient d’un avantage face <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong> Montréal, Québec, Rouyn-Noranda, Baie-Comeau et Rivière-du-Loup.<br />

Le tableau <strong>de</strong> droite indique que les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> réduire les coûts <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant dans les trois régions<br />

ressources témoins. Ces <strong>de</strong>rnières ont, suite à l’implantation <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong>, un niveau <strong>de</strong> compétitivité similaire <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s trois régions<br />

centrales.<br />

Rouyn-Noranda<br />

95,0<br />

États-Unis<br />

100<br />

Montréal<br />

95,3<br />

Rouyn-Noranda<br />

91,9<br />

États-Unis<br />

100<br />

Montréal<br />

95,3<br />

Baie-Comeau<br />

96,3<br />

Ville <strong>de</strong> Québec<br />

94,8<br />

Baie-Comeau<br />

93,3<br />

Ville <strong>de</strong> Québec<br />

94,8<br />

Rivière-du-Loup<br />

94,2<br />

Saint-Georges <strong>de</strong> Beauce<br />

91,6<br />

Rivière-du-Loup<br />

91,0<br />

Saint-Georges <strong>de</strong> Beauce<br />

91,6<br />

Sherbrooke<br />

Drummondville<br />

92,9 93,5<br />

Sherbrooke<br />

92,9<br />

Drummondville<br />

93,5<br />

Sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR<br />

Avec les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

32


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises au niveau<br />

<strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

Principales observations<br />

1. Sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les <strong>entreprises</strong> opérant en<br />

régions ressources ont <strong>de</strong>s coûts d’exploitation plus élevés que<br />

celles opérant en régions centrales. Leur profil <strong>de</strong> coûts<br />

s’apparente à celui d’<strong>entreprises</strong> opérant en régions<br />

métropolitaines.<br />

2. Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont un effet significatif<br />

sur les coûts d’exploitation <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant au sein <strong>de</strong>s<br />

régions ressources. Selon le niveau d’emplois créés par les<br />

<strong>entreprises</strong>, les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> réduisent les coûts<br />

d’exploitation <strong>de</strong> manière plus ou moins importante. Ainsi, dans<br />

le cas d’une entreprise ne créant pas d’emplois, les coûts<br />

d’exploitation d’<strong>entreprises</strong> sises en régions ressources<br />

s’apparentera à ceux d’<strong>entreprises</strong> opérant en régions centrales.<br />

À l’opposé, une entreprise en situation <strong>de</strong> démarrage, où<br />

l’ensemble <strong>de</strong>s emplois sont admissibles au crédit d’impôt, les<br />

coûts d’exploitation y seront plus bas que pour une entreprise<br />

opérant en régions centrales.<br />

3. On note <strong>de</strong>s écarts au niveau <strong>de</strong>s coûts d’exploitation, non<br />

seulement entre les régions centrales et ressources, mais aussi<br />

entre les villes appartenant au même groupe <strong>de</strong> région. Ainsi, par<br />

exemple, les <strong>entreprises</strong> opérant à Drummondville ont <strong>de</strong>s coûts<br />

d’exploitation qui s’apparentent à ceux d’<strong>entreprises</strong> opérant en<br />

régions urbaines. La proximité <strong>de</strong>s zones économiques<br />

métropolitaines, l’infrastructure routière et l’activité économique<br />

régionale peuvent expliquer ce phénomène. Les coûts<br />

d’exploitation sont tributaires d’un ensemble <strong>de</strong> facteurs<br />

complexes et il est parfois difficile d’i<strong>de</strong>ntifier clairement la source<br />

<strong>de</strong>s écarts.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

33


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation<br />

et <strong>de</strong> développement<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

34


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Approche méthodologique<br />

Area Development<br />

• Le modèle retenu pour analyser les facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong><br />

développement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> ciblées a été développé par Area<br />

Development.<br />

• Area Development est une entreprise américaine créée en 1965,<br />

reconnue pour la publication, <strong>de</strong>puis 21 ans, <strong>de</strong>s résultats<br />

annuels d’une enquête intitulée « Corporate Survey ». Elle<br />

permet <strong>de</strong> classer par ordre <strong>de</strong> priorité, les critères jugés les plus<br />

importants par les <strong>entreprises</strong> dans la sélection d’un site pour<br />

une expansion ou une relocalisation.<br />

• Depuis trois ans, en plus du « Corporate Survey », Area<br />

Development a créé un nouveau modèle <strong>de</strong>stiné <strong>aux</strong> consultants<br />

spécialisés dans le conseil <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> pour le choix <strong>de</strong> sites.<br />

• Pour l’année 2006, les dirigeants <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> ont répondu<br />

sensiblement la même chose que les consultants. Les résultats<br />

<strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux enquêtes peuvent être consultés sur les sites<br />

suivants :<br />

– http://www.area<strong>de</strong>velopment.com/Archives/06Dec/Frame06<br />

ConsultSurvpdf.html<br />

– http://www.area<strong>de</strong>velopment.com/Archives/06Dec/Frame06<br />

CorpSurvpdf.html<br />

Choix <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> témoins et analyse<br />

• Bien que l’utilisation tel quel du modèle développé par Area<br />

Development puisse ne pas refléter les particularités régionales<br />

du Québec, pour fins <strong>de</strong> comparaison, la 21 e édition annuelle du<br />

«CorporateSurvey»a étéprise comme référence pour<br />

l’enquête envoyée <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> témoins concernées par cette<br />

étu<strong>de</strong>.<br />

• Pour fins d’analyse, 209 <strong>entreprises</strong> ont été invitées à répondre<br />

au questionnaire selon les critères suivants :<br />

– Localisation :<br />

• Régions ressources : Abitibi-Témiscamingue, Côte-<br />

Nord, Bas-Saint-Laurent<br />

• Régions centres : Chaudière-Appalaches, Centre-du-<br />

Québec, Estrie<br />

– Chiffre d’affaires : les <strong>entreprises</strong> ciblées ont un chiffre<br />

d’affaires inférieur à 25 millions <strong>de</strong> dollars canadiens<br />

– Le co<strong>de</strong> SCIAN : les <strong>entreprises</strong> i<strong>de</strong>ntifiées ont été<br />

sélectionnées parmi les quatre co<strong>de</strong> SCIAN retenus dans<br />

l’étu<strong>de</strong> : 311 – 332 – 333 – 337.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

35


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Les limites <strong>de</strong> l’analyse<br />

L’enquête<br />

• Dans un souci <strong>de</strong> rigueur, la démarche envisagée était <strong>de</strong><br />

sélectionner pour chaque ville dix <strong>entreprises</strong> par co<strong>de</strong> SCIAN.<br />

Cependant, les diversités régionales n’ont pas permis d’avoir un<br />

échantillonnage parfaitement homogène quant au nombre<br />

d’<strong>entreprises</strong> par co<strong>de</strong> SCIAN.<br />

• Au total, 209 <strong>entreprises</strong> ont été invitées à répondre au<br />

questionnaire et les analyses suivantes sont basées sur les 45<br />

réponses reçues, dont 22 provenaient <strong>de</strong>s régions ressources.<br />

• Un premier traitement <strong>de</strong>s données compilées s’est fait en<br />

additionnant le nombre <strong>de</strong> fois que les répondants ont coché les<br />

cases « Très important » et « Important ».<br />

• Un second traitement a permis <strong>de</strong> classer par ordre croissant les<br />

critères ayant le plus fréquemment été jugés importants ou très<br />

importants par les répondants. En cas d’égalité <strong>de</strong> points, le<br />

classement s’est fait en accordant plus <strong>de</strong> poids à la colonne<br />

« Très important ».<br />

• Pour fins d’analyse, seul le Top 10 est traité dans les pages<br />

suivantes.<br />

L’extrapolation<br />

• L’extrapolation <strong>de</strong>s constats tirés <strong>de</strong>s résultats <strong>de</strong> l’enquête à<br />

tout le tissu industriel ne peut se faire qu’en tenant compte <strong>de</strong><br />

<strong>de</strong>ux bémols.<br />

– L’échantillonnage est triplement balisé : indicateur<br />

géographique, sectoriel et profil économique<br />

– Sur cet échantillon, le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> réponse est <strong>de</strong> 22 %<br />

Dès lors, les résultats <strong>de</strong> l’enquête réalisée au Québec sont<br />

assez fiables pour les besoins <strong>de</strong> notre étu<strong>de</strong>, mais ne peuvent<br />

servir <strong>de</strong> référence pour une analyse visant à qualifier fidèlement<br />

le profil <strong>de</strong> l’industrie québécoise.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

36


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Enquête KPMG auprès <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources<br />

Top 10 <strong>de</strong>s régions ressources<br />

• Le tableau suivant présente les dix critères que les <strong>entreprises</strong><br />

issues <strong>de</strong>s régions ressources ont considéré comme affectant le<br />

plus leur décision d’emplacement.<br />

• Pour fins d’analyse et <strong>de</strong> comparaison, le tableau est complété<br />

par le classement obtenu par ces critères auprès <strong>de</strong>s régions<br />

centrales et <strong>de</strong> Area Development.<br />

Facteur <strong>de</strong> sélection du site<br />

Disponibilité <strong>de</strong> main-d’œuvre qualifiée<br />

Disponibilité <strong>de</strong> financement à long terme<br />

Exemptions <strong>fiscales</strong><br />

Coûts <strong>de</strong> main-d’œuvre<br />

Accessibilité par la route<br />

Niveau d’imposition corporatif<br />

Disponibilité d’accès à Internet haute vitesse<br />

Mesures incitatives locales ou du gouvernement<br />

Disponibilité <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> télécommunications<br />

Coûts d’occupation ou <strong>de</strong> construction<br />

Dans quelle mesure les facteurs suivants jouent un rôle dans la sélection d’un site<br />

Très important Important Total<br />

Top 10 régions<br />

ressources<br />

Classement<br />

régions centrales<br />

* Exception faite <strong>de</strong> la colonne Total qui est la somme <strong>de</strong>s colonnes « Très important » et « Important », l’ensemble <strong>de</strong>s valeurs représente le nombre <strong>de</strong> fois que les répondants ont coché les cases.<br />

Classement Area<br />

Development<br />

14 10 24 1 11 8<br />

16 7 23 2 4 18<br />

12 11 23 3 9 6<br />

10 13 23 4 14 1<br />

12 10 22 5 3 2<br />

9 13 22 6 7 3<br />

9 13 22 7 8 10<br />

13 8 21 8 6 4<br />

9 12 21 9 13 5<br />

3 17 20 10 5 7<br />

Les facteurs liés à la main-d’œuvre constituent un enjeu majeur pour<br />

les régions ressources, alors qu’ils ne se positionnent pas dans le<br />

Top 10 <strong>de</strong>s régions centrales.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

37


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Enquête KPMG auprès <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources<br />

Ce qu’elles nous ont dit….<br />

Quels sont les facteurs <strong>de</strong> l’environnement concurrentiel qui ont<br />

le plus affecté votre compétitivité<br />

• Les coûts inhérents à l’éloignement <strong>de</strong>s régions ressources :<br />

– Le coût du transport<br />

– Le manque <strong>de</strong> personnes qualifiées<br />

– L’absence <strong>de</strong> services spécialisés<br />

– L’éloignement <strong>de</strong> la plupart <strong>de</strong>s fournisseurs<br />

• La concurrence <strong>de</strong>s pays asiatiques est venue corser le jeu<br />

concurrentiel.<br />

Dans quelle mesure jugez-vous que les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

accordées <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources ont affecté<br />

votre position concurrentielle<br />

• L’exonération <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> a permis <strong>de</strong> faire plus<br />

d’investissement en recherche et développement.<br />

• Les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ne sont octroyées qu’en contrepartie d’une<br />

expansion et ne bénéficient par conséquent qu’<strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong><br />

qui ont les moyens <strong>de</strong> se développer.<br />

• Les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont permis <strong>de</strong> convertir les contrats<br />

d’embauche à temps partiel en contrat d’embauche à temps<br />

plein.<br />

• Le contexte avec notamment la hausse du prix <strong>de</strong> l’essence était<br />

tel que, sans ces <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, certaines <strong>entreprises</strong><br />

auraient été obligées <strong>de</strong> fermer.<br />

• Les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont permis d’augmenter les lignes <strong>de</strong><br />

produits <strong>de</strong> certaines <strong>entreprises</strong>.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

38


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Enquête KPMG auprès <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales<br />

Top 10 <strong>de</strong>s régions centrales<br />

• Le tableau suivant présente les 10 critères que les <strong>entreprises</strong><br />

issues <strong>de</strong>s régions centrales ont considéré comme affectant le<br />

plus leur décision d’emplacement.<br />

• Pour fins d’analyse et <strong>de</strong> comparaison, le tableau est complété<br />

par le classement obtenu par ces critères auprès <strong>de</strong>s régions<br />

ressources et <strong>de</strong> Area Development<br />

Facteur <strong>de</strong> sélection du site<br />

Disponibilité <strong>de</strong>s matières premières<br />

Disponibilité et coûts <strong>de</strong> l’énergie<br />

Accessibilité par la route<br />

Disponibilité <strong>de</strong> financement à long terme<br />

Coûts d’occupation ou <strong>de</strong> construction<br />

Mesures incitatives locales ou du gouvernement<br />

Niveau d’imposition corporatif<br />

Disponibilité d’accès à Internet haute vitesse<br />

Exemptions <strong>fiscales</strong><br />

Règlements touchant l’environnement<br />

Dans quelle mesure les facteurs suivants jouent un rôle dans la sélection d’un site<br />

Très important Important Total<br />

Top 10 régions<br />

centrales<br />

Classement régions<br />

ressources<br />

* Exception faite <strong>de</strong> la colonne Total qui est la somme <strong>de</strong>s colonnes « Très important » et « Important », l’ensemble <strong>de</strong>s valeurs représente le nombre <strong>de</strong> fois que les répondants ont coché les cases.<br />

Classement Area<br />

Development<br />

12 8 20 1 18 19<br />

9 11 20 2 14 9<br />

13 6 19 3 5 2<br />

10 8 18 4 2 18<br />

7 11 18 5 10 7<br />

11 6 17 6 8 4<br />

11 6 17 7 6 3<br />

10 7 17 8 7 10<br />

10 7 17 9 3 6<br />

4 13 17 10 17 15<br />

L’éloignement relatif <strong>de</strong>s régions centrales par rapport <strong>aux</strong><br />

matières premières explique la priorité accordée à ce facteur.<br />

L’écart par rapport à Area Development pourrait s’expliquer en<br />

partie par le fait que dans les co<strong>de</strong>s SCIAN retenus, <strong>de</strong>ux sur<br />

quatre sont liés à l’exploitation <strong>de</strong> matières premières alors que<br />

l’échantillon américain couvre un ensemble <strong>de</strong> secteurs.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

39


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s autres facteurs <strong>de</strong> développement<br />

Enquête KPMG auprès <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales<br />

Ce qu’elles nous ont dit….<br />

Quels sont les facteurs <strong>de</strong> l’environnement concurrentiel qui ont<br />

le plus affecté votre compétitivité<br />

• Face à la concurrence <strong>de</strong>s pays asiatiques, certaines <strong>entreprises</strong><br />

ont dû abandonner les créne<strong>aux</strong> sur lesquels elles étaient le<br />

moins compétitives, à savoir le bas et le moyen <strong>de</strong> gamme.<br />

• L’appréciation du dollar canadien a nuit à la compétitivité <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong>, et <strong>de</strong> façon majeure pour les <strong>entreprises</strong> qui font<br />

une partie substantielle <strong>de</strong> leur revenu à l’exportation.<br />

• L’évolution du coût <strong>de</strong>s matières premières a contribué à<br />

diminuer la compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>.<br />

• Les <strong>entreprises</strong> ont dû supporter la mise <strong>aux</strong> normes<br />

environnementales.<br />

Dans quelle mesure jugez-vous que les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

accordées <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources ont affecté<br />

votre position concurrentielle<br />

• Les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont permis <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions<br />

ressources <strong>de</strong> diminuer leur prix <strong>de</strong> vente et <strong>de</strong> <strong>de</strong>venir plus<br />

compétitives que certaines <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales.<br />

• La compétition <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources est plus<br />

vivace sur les marchés loc<strong>aux</strong> que sur les marchés<br />

d’exportation.<br />

• Ce sont toutes les <strong>entreprises</strong> du Québec qui <strong>de</strong>vraient<br />

bénéficier <strong>de</strong> ces <strong>mesures</strong> car le but ultime <strong>de</strong>vrait être <strong>de</strong><br />

permettre à la province dans son ensemble <strong>de</strong> faire face à la<br />

compétition étrangère.<br />

• Les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources peuvent désormais jouer<br />

sur le terrain <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales alors que<br />

l’inverse est moins probable.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

40


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Enquête KPMG auprès <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions témoins<br />

Top 10 <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s régions<br />

• Le tableau suivant présente les critères que les <strong>entreprises</strong>,<br />

toutes régions témoins confondues, ont considéré comme<br />

affectant le plus leur décision d’emplacement.<br />

• Pour fins d’analyse et <strong>de</strong> comparaison, le tableau est complété<br />

par le classement obtenu par ces critères auprès <strong>de</strong> Area<br />

Development.<br />

Dans quelle mesure les facteurs suivants jouent un rôle dans la sélection d’un site<br />

Facteur <strong>de</strong> sélection du site<br />

Très important Important Total<br />

Disponibilité <strong>de</strong> financement à long terme<br />

Accessibilité par la route<br />

Disponibilité <strong>de</strong> main-d’œuvre qualifiée<br />

Exemptions <strong>fiscales</strong><br />

Disponibilité <strong>de</strong>s matières premières<br />

Niveau d’imposition corporatif<br />

Disponibilité d’accès à Internet haute vitesse<br />

Mesures incitatives locales ou du gouvernement<br />

Coûts <strong>de</strong> la main-d’œuvre<br />

Coûts d’occupation ou <strong>de</strong> construction<br />

Disponibilité et coûts <strong>de</strong> l’énergie<br />

Programmes <strong>de</strong> formation<br />

Classement régions<br />

ressources et centrales<br />

Classement Area<br />

Development<br />

26 15 41 1 18<br />

25 16 41 2 2<br />

23 17 40 3 8<br />

22 18 40 4 6<br />

23 16 39 5 19<br />

20 19 39 6 3<br />

19 20 39 7 10<br />

24 14 38 8 4<br />

20 18 38 9 1<br />

10 28 38 10 7<br />

15 21 36 11 9<br />

7 23 30 12 20<br />

Cet écart est à nuancer car<br />

les classements pourraient<br />

être intervertis sans nuire à la<br />

compréhension.<br />

On note que la disponibilité du financement à long<br />

terme se place en 1 ière position contre 18 pour Area<br />

Development , ce qui pourrait témoigner <strong>de</strong> la difficulté<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises à financer leurs<br />

opérations.<br />

On note un écart entre le Top 10 <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

ciblées et celui <strong>de</strong> Area Development au niveau <strong>de</strong><br />

l’importance accordée au coût <strong>de</strong> la main-d’œuvre. Cet<br />

écart est compréhensible compte tenu <strong>de</strong> l’écart entre<br />

les coûts <strong>de</strong>s régions témoins et ceux <strong>de</strong> l’indice<br />

américain.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

41


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Principales observations<br />

1. Pour les <strong>entreprises</strong> opérant en régions ressources, les enjeux<br />

associés à la main-d’œuvre, tant au niveau <strong>de</strong> la disponibilité que<br />

<strong>de</strong>s coûts, sont très importants. Cette préoccupation pour les<br />

coûts <strong>de</strong> main-d’œuvre est d’ailleurs tout aussi importante pour<br />

les <strong>entreprises</strong> américaines sondées par Area Development. Les<br />

aspects touchant la main-d’œuvre semblent moins préoccuper<br />

les <strong>entreprises</strong> opérant en régions centrales.<br />

2. Pour les <strong>entreprises</strong> opérant en régions centrales, la disponibilité<br />

<strong>de</strong>s matières premières ainsi que la disponibilité et les coûts <strong>de</strong><br />

l’énergie sont importants. Ceci ne correspond pas <strong>aux</strong> choix<br />

effectués par les <strong>entreprises</strong> opérant en régions ressources et<br />

par les <strong>entreprises</strong> américaines interrogées par Area<br />

Development.<br />

3. Pour l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises opérant en régions<br />

ressources et centrales, la disponibilité du financement à long<br />

terme est un facteur déterminant lors <strong>de</strong> la sélection d’un site,<br />

alors que cet aspect se retrouve au 18 ième rang pour les<br />

<strong>entreprises</strong> américaines.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

42


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation<br />

et <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation<br />

et <strong>de</strong> développement<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

43


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong> l’ensemble<br />

<strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Caractère particulier du processus <strong>de</strong> décision<br />

Le poids relatif <strong>de</strong>s facteurs qui incitent une entreprise à choisir un<br />

lieu d’implantation varie sensiblement d’un secteur industriel à l’autre,<br />

voire d’une entreprise à l’autre. Le poids <strong>de</strong>s facteurs est également<br />

différent s’il s’agit non pas <strong>de</strong> déci<strong>de</strong>r d’une nouvelle implantation<br />

dans un contexte <strong>de</strong> croissance, mais <strong>de</strong> conserver ou <strong>de</strong> déplacer<br />

certaines activités dans un contexte <strong>de</strong> rationalisation.<br />

L’histoire <strong>de</strong> l’entreprise, sa culture et les valeurs <strong>de</strong> ses dirigeants ont<br />

une influence notable sur les décisions d’implantation, d’expansion et<br />

plus encore lorsqu’il s’agit <strong>de</strong> rationaliser les activités entre<br />

établissements situés dans plusieurs villes. Les choix ne sont pas<br />

seulement financiers ou abstraits. Ils <strong>de</strong>meurent conditionnés par les<br />

coûts et les bénéfices escomptés selon différents scénarios<br />

d’exploitation ou <strong>de</strong> rationalisation. Ils sont également contraints par<br />

les symboles, la responsabilité sociale <strong>de</strong> l’employeur, son<br />

importance relative dans la communauté, le sentiment<br />

d’appartenance, la mobilité du personnel et <strong>de</strong>s dirigeants, les<br />

pressions <strong>de</strong>s autorités gouvernementales et <strong>de</strong>s groupes d’intérêt<br />

ainsi que les incontournables jeux politiques au sein <strong>de</strong> l’organisation.<br />

Ces variables, bien que non quantifiables, peuvent peser lourd dans<br />

l’équation.<br />

Coûts d’exploitation <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Le repérage <strong>de</strong> sites d’implantation offrant un coût concurrentiel est<br />

une étape clé du processus <strong>de</strong> sélection. Le but premier du modèle<br />

<strong>de</strong> comparaison <strong>de</strong>s coûts Choixconcurrentiels.com <strong>de</strong> KPMG vise<br />

justement à répondre à cette problématique.<br />

Autres facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Les coûts <strong>de</strong> revient doivent aussi être examinés dans le contexte<br />

commercial et conjoncturel <strong>de</strong> chaque ville. D’autres aspects comme<br />

le coût <strong>de</strong> la vie et la qualité <strong>de</strong> vie peuvent constituer <strong>de</strong>s critères<br />

importants dans le choix d’un site.<br />

L’importance relative <strong>de</strong> chaque critère <strong>de</strong> localisation, qu’il soit<br />

économique ou non, dépendra <strong>de</strong>s besoins et du type d’entreprise.<br />

L’importance relative accordée <strong>aux</strong> dimensions non économiques,<br />

comme l’accès <strong>aux</strong> princip<strong>aux</strong> aéroports internation<strong>aux</strong> ou à une<br />

réglementation gouvernementale favorable <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong>, peut<br />

varier <strong>de</strong> manière significative, et ce même dans le cas d’<strong>entreprises</strong><br />

semblables au sein d’un même secteur d’activité. Ainsi, il faut tenir<br />

compte <strong>de</strong>s besoins et <strong>de</strong>s préférences <strong>de</strong> chaque entreprise pour<br />

qu’une évaluation approfondie <strong>de</strong> tous ces critères puisse être<br />

accomplie.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

44


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

La notion <strong>de</strong> risque <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Les milieux financiers et les autorités gouvernementales ont développé au cours <strong>de</strong>s ans la notion <strong>de</strong> « risque <strong>de</strong> défaut », soit la probabilité que<br />

l’entreprise fasse défaut à ses engagements ou obligations au cours d’une pério<strong>de</strong> spécifique <strong>de</strong> temps. On note que le risque <strong>de</strong> défaut est<br />

tributaire d’un ensemble <strong>de</strong> facteurs humains, économiques, financiers, opérationnels et stratégiques. Parmi ceux-ci, les coûts d’exploitation ont<br />

une inci<strong>de</strong>nce directe sur la santé financière et sur la capacité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> à rivaliser avec les autres <strong>entreprises</strong> tant sur la marché national<br />

qu’étranger. Les coûts d’exploitation sont certes un <strong>de</strong>s princip<strong>aux</strong> facteurs <strong>de</strong> risque, mais ce ne sont pas les seuls. D’autres facteurs pourront<br />

avoir une inci<strong>de</strong>nce sur le niveau <strong>de</strong> risque global <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>. La qualité <strong>de</strong> l’équipe <strong>de</strong> direction, l’accessibilité à une main-d’œuvre qualifiée,<br />

l’accès <strong>aux</strong> marchés, la présence <strong>de</strong> sous-traitants spécialisés, et le réseau <strong>de</strong> transport, pour ne nommer que ceux-là. Inci<strong>de</strong>mment, les coûts<br />

d’exploitation, malgré son importance, n’est qu’un <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> risque.<br />

À titre d’exemple, le tableau ci-<strong>de</strong>ssous indique qu’un accès difficile à <strong>de</strong>s compétences spécialisées au sein <strong>de</strong> l’équipe <strong>de</strong> gestion, à la soustraitance<br />

et <strong>de</strong>s coûts <strong>de</strong> main-d’œuvre élevés auront une inci<strong>de</strong>nce négative sur le risque <strong>de</strong> défaut <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>.<br />

Compétence<br />

spécialisée<br />

Accès à la soustraitance<br />

Coûts <strong>de</strong> la<br />

main-d'œuvre<br />

Gestion<br />

Gestion<br />

Gestion<br />

Facteurs<br />

<strong>de</strong><br />

risque<br />

Marché<br />

Marché<br />

Marché<br />

Finance<br />

Finance<br />

Finance<br />

Inci<strong>de</strong>nce sur le risque<br />

<strong>de</strong> défaut<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

+ Élevé<br />

+ Élevé<br />

+ Élevé<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

45


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

L’intervention <strong>de</strong> l’État vise à réduire le risque <strong>de</strong> défaut <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Pour diverses raisons, l’État peut vouloir développer une industrie particulière ou une région économique. En général, l’État intervient lorsque les<br />

conditions normales ne permettent pas le développement souhaité, ou à tout le moins, pas au rythme désiré.<br />

L’État peut intervenir <strong>de</strong> diverses façons afin <strong>de</strong> mitiger le risque d’une industrie ou d’une région. En effet, celui-ci peut, par exemple, opter pour<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> réglementaires et agir sur les conditions <strong>de</strong> marché. Il peut aussi opter pour <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> incitatives ayant un impact financier ou<br />

dans certains cas, il peut aussi fournir une ai<strong>de</strong> technique auprès <strong>de</strong>s gestionnaires d’<strong>entreprises</strong>. On note que dans la majorité <strong>de</strong>s cas, les<br />

<strong>mesures</strong> gouvernementales forment un ensemble <strong>de</strong> <strong>mesures</strong> diverses, complémentaires les unes <strong>aux</strong> autres.<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> faisant l’objet <strong>de</strong> la présente étu<strong>de</strong> s’insèrent d’ailleurs dans la foulée d’un ensemble <strong>de</strong> <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> soutien <strong>de</strong>stinées<br />

<strong>aux</strong> régions ressources. Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visent tout particulièrement les éléments financiers <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong> risque.<br />

De manière plus générale, et à titre d’exemple, le tableau ci-<strong>de</strong>ssous indique que <strong>de</strong>s programmes <strong>de</strong> formation <strong>de</strong> la main-d’œuvre, la<br />

réglementation du marché ou <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> financières peuvent avoir une inci<strong>de</strong>nce positive sur le risque <strong>de</strong> défaut <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>.<br />

Formation <strong>de</strong> la<br />

main-d’oeuvre<br />

Réglementation<br />

du marché<br />

• Subventions<br />

• Prises <strong>de</strong> participation<br />

• Garantie <strong>de</strong> prêt<br />

• Crédits d’impôt<br />

• Autres<br />

Gestion<br />

Gestion<br />

Gestion<br />

Facteurs<br />

<strong>de</strong><br />

risque<br />

Marché<br />

Marché<br />

Marché<br />

Finance<br />

Finance<br />

Finance<br />

Inci<strong>de</strong>nce sur le risque<br />

<strong>de</strong> défaut<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

+ Faible<br />

+ Faible<br />

+ Faible<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

46


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Le risque et le financement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Pour l’ensemble <strong>de</strong>s partenaires financiers à une entreprise, qu’ils soient promoteurs, investisseurs, prêteurs ou organismes gouvernement<strong>aux</strong>,<br />

tous procè<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> manière formelle ou informelle, <strong>de</strong> manière structurée ou intuitive à une évaluation <strong>de</strong> leur risque. Tous, <strong>de</strong> plus, cherchent à<br />

minimiser leur risque en prenant diverses <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> mitigation. L’une <strong>de</strong> ces <strong>mesures</strong> est l’utilisation <strong>de</strong>s programmes gouvernement<strong>aux</strong>.<br />

Nonobstant ce qui précè<strong>de</strong>, dans tous les cas, les partenaires autres que l’État chercheront à obtenir un ren<strong>de</strong>ment qui saura les compenser pour<br />

le risque couru. D’ailleurs, les divers instruments financiers respectent cette corrélation étroite entre le niveau <strong>de</strong> risque et le ren<strong>de</strong>ment exigé.<br />

Tel que mentionné précé<strong>de</strong>mment, l’État, pour <strong>de</strong>s considérations collectives et stratégiques, pourra opter pour <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> ne respectant pas<br />

cette logique <strong>de</strong> risque/ren<strong>de</strong>ment. Le meilleur exemple étant les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>. Celles-ci offrent un ren<strong>de</strong>ment financier négatif pour un risque<br />

élevé (nonobstant les impacts économiques et les revenus découlant <strong>de</strong> la fiscalité et parafiscalité). Cependant, en agissant <strong>de</strong> la sorte, le risque<br />

<strong>de</strong>s autres partenaires est réduit et le projet <strong>de</strong>vient plus attrayant. L’accès au financement à <strong>de</strong> bonnes conditions est directement tributaire <strong>de</strong> la<br />

santé économique <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>. Les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> bonifier la santé financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions<br />

ressources, améliorant ainsi leurs conditions <strong>de</strong> financement.<br />

Couple ren<strong>de</strong>ment / risque susceptible<br />

<strong>de</strong> favoriser le développement <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> par un intérêt accru <strong>de</strong>s<br />

entrepreneurs, <strong>de</strong>s prêteurs et autres<br />

agents économiques.<br />

Ren<strong>de</strong>ment/Coût <strong>de</strong>s fonds<br />

Mesures SDÉRR<br />

Le soutien financier qu’apportent les<br />

<strong>mesures</strong> du SDÉRR a pour effet <strong>de</strong><br />

diminuer le niveau <strong>de</strong> risque associé <strong>aux</strong><br />

<strong>entreprises</strong> opérant dans les régions<br />

ressources.<br />

Risque<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

47


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

L’effet combiné coûts d’exploitation et autres facteurs<br />

Le poids relatif <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s facteurs et tout particulièrement <strong>de</strong>s<br />

coûts d’exploitation dépend d’un ensemble <strong>de</strong> considérations comme,<br />

par exemple, le secteur d’activité, le sta<strong>de</strong> <strong>de</strong> développement <strong>de</strong><br />

l’entreprise, la géographie et la nature entrepreneuriale <strong>de</strong>s<br />

promoteurs. Ainsi, il est difficile <strong>de</strong> mesurer l’importance relative d’un<br />

facteur vis-à-vis un autre facteur.<br />

À titre d’exemple, il suffit <strong>de</strong> mentionner que Saint-Georges <strong>de</strong><br />

Beauce a selon la présente étu<strong>de</strong> un écart favorable au niveau <strong>de</strong>s<br />

coûts d’exploitation <strong>de</strong> 3,7 points <strong>de</strong> base face à la région <strong>de</strong><br />

Montréal. Selon la logique que les coûts d’exploitation sont le<br />

principal, voire le seul facteur <strong>de</strong> décision pour la localisation d’une<br />

entreprise, on en viendrait à conclure que l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

<strong>de</strong>vraient quitter la métropole et s’installer en Beauce.<br />

La réalité nous indique plutôt que certaines <strong>entreprises</strong>, selon leurs<br />

besoins propres, choisiront <strong>de</strong> s’installer en région métropolitaine afin<br />

<strong>de</strong> tirer bénéfice d’un ensemble <strong>de</strong> facteurs stratégiques ou<br />

opérationnels, et ce même si les coûts d’exploitation y sont plus<br />

élevés qu’en régions. À l’inverse, d’autres <strong>entreprises</strong> opteront pour<br />

s’installer en régions afin <strong>de</strong> bénéficier <strong>de</strong> coûts d’exploitation plus<br />

avantageux, mais peut-être au détriment d’autres facteurs <strong>de</strong><br />

localisation et <strong>de</strong> développement.<br />

Le tableau ci-contre met en évi<strong>de</strong>nce la relation entre les coûts<br />

d’exploitation et les autres facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong><br />

développement. Pour fins d’analyse, on émet ici l’hypothèse que les<br />

régions métropolitaines sont avantagées au niveau <strong>de</strong>s autres<br />

facteurs alors que les régions ressources le sont moins. De plus, on<br />

accor<strong>de</strong> ici une importance relative égale entre les <strong>de</strong>ux catégorie <strong>de</strong><br />

facteur.<br />

Autres facteurs<br />

désavantageux avantageux<br />

élevés<br />

Matrice décisionnelle <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Régions<br />

métropolitaines<br />

Québec<br />

Régions<br />

ressources<br />

Québec<br />

Régions<br />

centrales<br />

Québec<br />

Régions<br />

ressources<br />

SDÉRR<br />

Québec<br />

Coûts d’exploitation<br />

faibles<br />

À noter que selon la représentation graphique, les <strong>entreprises</strong> en régions ressources ne<br />

bénéficieraient pas <strong>de</strong> conditions favorables pour leur développement, car leurs coûts<br />

d’exploitation s’apparentent à ceux d’<strong>entreprises</strong> sises en régions métropolitaines alors<br />

qu’au niveau <strong>de</strong>s autres facteurs <strong>de</strong> développement, elles seraient désavantagées face <strong>aux</strong><br />

autres régions. Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> réduire les coûts<br />

d’exploitation et <strong>de</strong> repositionner ces mêmes <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong> manière plus favorable.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

48


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement<br />

L’inci<strong>de</strong>nce <strong>de</strong>s régions hors Québec<br />

Selon le modèle d’affaires <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>, la décision d’opter pour un<br />

site d’exploitation au détriment d’un autre dépendra d’un ensemble <strong>de</strong><br />

variables et pourrait inclure dans certains cas <strong>de</strong>s paramètre<br />

exogènes au Québec.<br />

Une entreprise dont les affaires se résument à s’approvisionner et à<br />

transformer localement, et ensuite à vendre sur le marché québécois,<br />

aura vraisemblablement tendance à opter pour un site au Québec.<br />

Malgré les tendances à la globalisation, cela reste le cas pour bon<br />

nombre d’<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong> petite et moyenne taille au Québec.<br />

Pour les autres <strong>entreprises</strong>, soit que leurs opérations exigent <strong>de</strong>s<br />

conditions opérationnelles et stratégiques particulières ou que la<br />

pression sur les coûts d’exploitation soit gran<strong>de</strong>, celles-ci pourraient<br />

opter d’opérer à l’étranger.<br />

Pour les <strong>entreprises</strong> à la recherche <strong>de</strong> très faibles coûts d’exploitation,<br />

les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR pourraient ainsi ne pas suffire face<br />

à l’avantage compétitif important <strong>de</strong> pays à très faibles coûts.<br />

Autres facteurs<br />

désavantageux avantageux<br />

Matrice décisionnelle <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Régions<br />

métropolitaines<br />

É.-U.<br />

Régions<br />

métropolitaines<br />

Québec<br />

Régions<br />

ressources<br />

Québec<br />

Régions<br />

centrales<br />

Québec<br />

Régions<br />

ressources<br />

SDÉRR<br />

Québec<br />

Régions<br />

faibles coûts<br />

main-d’œuvre<br />

Ex : Chine<br />

Régions<br />

faibles coûts<br />

Ex : Asie<br />

Malgré <strong>de</strong>s coûts élevés, certaines régions urbaines américaines<br />

présentent <strong>de</strong>s avantages opérationnels et stratégiques<br />

d’importance susceptibles d’attirer un certain type d’entreprise.<br />

élevés<br />

Coûts d’exploitation<br />

À l’inverse, certaines régions réussissent à attirer <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> à<br />

la recherche <strong>de</strong> très faibles coûts d’exploitation. À noter que<br />

certaines régions comme la Chine conjuguent maintenant faibles<br />

coûts et main-d’œuvre spécialisée, ce qui a pour effet <strong>de</strong> les<br />

positionner encore plus avantageusement sur la matrice<br />

décisionnelle.<br />

faibles<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

49


Importance relative <strong>de</strong>s coûts d’exploitation et <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong><br />

localisation et <strong>de</strong> développement<br />

Principales observations<br />

1. Le niveau <strong>de</strong> risque <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> est tributaire d’un ensemble<br />

<strong>de</strong> facteurs stratégiques, opérationnels et financiers. Il varie aussi<br />

en fonction <strong>de</strong> la taille et du cycle <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>, du<br />

secteur d’activité et <strong>de</strong> la région économique. L’ensemble <strong>de</strong>s<br />

partenaires financières, qu’ils soient promoteurs, investisseurs ou<br />

créanciers, cherchent à mitiger leur risque et ultimement à<br />

compenser celui-ci par un ren<strong>de</strong>ment adéquat. Inci<strong>de</strong>mment, on<br />

note une forte corrélation entre le niveau <strong>de</strong> risque <strong>de</strong> défaut <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> et leur capacité à financer leurs opérations.<br />

2. L’État peut opter d’intervenir <strong>de</strong> diverses façons afin <strong>de</strong> mitiger le<br />

niveau <strong>de</strong> risque <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et par inci<strong>de</strong>nce <strong>de</strong>s partenaires<br />

financiers. Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR s’inscrivent<br />

dans la foulée d’un ensemble <strong>de</strong> <strong>mesures</strong> <strong>de</strong>stinées à réduire le<br />

niveau <strong>de</strong> risque <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>. Les dites <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong><br />

visent tout particulièrement les éléments financiers <strong>de</strong> l’analyse<br />

du risque.<br />

3. Sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les <strong>entreprises</strong> en régions<br />

ressources ne bénéficieraient pas <strong>de</strong> conditions favorables pour<br />

leur développement, car leurs coûts d’exploitation s’apparentent<br />

à ceux d’<strong>entreprises</strong> sises en régions métropolitaines et qu’au<br />

niveau <strong>de</strong>s autres facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement,<br />

elles sont désavantagées face <strong>aux</strong> autres régions.<br />

4. L’importance relative entre les coûts d’exploitation et les autres<br />

facteurs stratégiques et opérationnels pourra varier. Ainsi, le poids<br />

relatif <strong>de</strong>s facteurs qui incitent une entreprise à choisir un lieu<br />

d’implantation varie sensiblement d’un secteur industriel à l’autre,<br />

voire d’une entreprise à l’autre.<br />

5. Selon les <strong>entreprises</strong> et le secteur industriel, la matrice<br />

décisionnelle <strong>de</strong>s dirigeants visant à déterminer le meilleur site<br />

d’exploitation pourra incorporer <strong>de</strong>s éléments hors-Québec. Ainsi,<br />

la globalisation <strong>de</strong>s marchés pourrait inciter les entrepreneurs à<br />

considérer <strong>de</strong>s sites d’implantation étrangers afin d’optimiser leurs<br />

opérations.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

50


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

51


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Approche méthodologique<br />

Objectif<br />

L’objectif <strong>de</strong> la section « performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> » est<br />

d’abord <strong>de</strong> tenter <strong>de</strong> déterminer s’il existe <strong>de</strong>s écarts observables<br />

quant à l’évolution <strong>de</strong> la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

bénéficiaires et non bénéficiaires <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visées par<br />

l’étu<strong>de</strong>. Dans la mesure où <strong>de</strong>s écarts <strong>de</strong> performance sont i<strong>de</strong>ntifiés,<br />

il convient ensuite <strong>de</strong> tenter <strong>de</strong> déterminer si les écarts observées<br />

sont tributaires <strong>de</strong> l’application <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>.<br />

Pour ce faire, la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires<br />

et non bénéficiaires <strong>de</strong>s régions ressources est comparée à celle <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> non bénéficiaires <strong>de</strong>s régions centrales sur la base <strong>de</strong>s<br />

critères <strong>de</strong> performance suivants pour une pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans: le<br />

chiffre d’affaires, la masse salariale, le revenu imposable et les <strong>de</strong>ttes<br />

et emprunts.<br />

Source <strong>de</strong>s données<br />

Les données utilisées pour les fins <strong>de</strong> la section « <strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la<br />

performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> » nous ont été fournies par le<br />

Gouvernement du Québec.<br />

Pério<strong>de</strong>s<br />

Les données utilisées couvrent une pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> dix ans. Les années<br />

retenues correspon<strong>de</strong>nt <strong>aux</strong> cinq années précédant l’année <strong>de</strong> mise<br />

en place <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visées (2001) ainsi que les cinq<br />

années subséquentes, soit 1996 à 2005.<br />

Les données annuelles correspon<strong>de</strong>nt <strong>aux</strong> années dites<br />

« calendrier », soit du 1 er janvier au 31 décembre <strong>de</strong> chacune <strong>de</strong>s<br />

années.<br />

Traitement et confi<strong>de</strong>ntialité<br />

Les données ont été tirées <strong>de</strong>s déclarations <strong>de</strong> revenus du Québec et<br />

<strong>de</strong>s relevés 1 sommaires <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions concernées.<br />

Ces <strong>de</strong>rnières nous ont été fournies <strong>de</strong> façon agglomérée et en aucun<br />

cas il ne nous a été possible d’associer ces informations à une<br />

organisation en particulier.<br />

Les indicateurs <strong>de</strong> performance<br />

Les indicateurs suivants ont été retenus afin d’analyser l’évolution <strong>de</strong><br />

la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> dans les régions visées par<br />

l’étu<strong>de</strong>.<br />

Mesure d’activité économique<br />

• Chiffre d’affaires<br />

• Masse salariale<br />

Mesure <strong>de</strong> prospérité économique<br />

• Revenu imposable<br />

• Dettes et emprunts (lorsque que couplés <strong>aux</strong> fluctuation du<br />

chiffre d’affaires)<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

52


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Approche méthodologique<br />

Hypothèses et spécifications<br />

1. Limites quant <strong>aux</strong> choix <strong>de</strong>s indicateurs <strong>de</strong> performance :<br />

• Ces indicateurs ont été retenus en tenant compte <strong>de</strong> la<br />

disponibilité <strong>de</strong> l’information auprès <strong>de</strong>s autorités<br />

gouvernementales<br />

• Certaines données n’ont pu être colligées pour les <strong>de</strong>ttes<br />

et emprunts pour certaines pério<strong>de</strong>s<br />

2. Une entreprise ayant bénéficié <strong>de</strong> l’une ou l’autre <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux<br />

<strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visées durant une année quelconque est<br />

automatiquement catégorisée parmi les <strong>entreprises</strong><br />

bénéficiaires et ce, nonobstant le fait qu’elle ait bénéficié ou non<br />

<strong>de</strong> l’une ou l’autre <strong>de</strong> ces <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> pour les autres<br />

années <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> référence.<br />

3. Une entreprise est i<strong>de</strong>ntifiée à une région ressource ou à une<br />

région centrale en fonction du co<strong>de</strong> postal du siège social <strong>de</strong><br />

cette <strong>de</strong>rnière.<br />

4. Dans certains cas, la ventilation <strong>de</strong>s données financières <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> par région ne permettait pas d’assurer la<br />

confi<strong>de</strong>ntialité <strong>de</strong> l’information. Conséquemment, les données<br />

ont dû être regroupées au niveau <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s régions<br />

ressources et centrales.<br />

5. Les données concernant la masse salariale sont brutes, c’est-àdire<br />

avant l’application <strong>de</strong> la mesure fiscale visant la masse<br />

salariale, soit le crédit d’impôt remboursable pour les activités<br />

<strong>de</strong> transformation.<br />

6. Les données concernant le revenu imposable sont brutes, c’està-dire<br />

avant l’application <strong>de</strong> la mesure fiscale « impôt zéro ».<br />

7. On notera que les échantillonnages <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> peuvent<br />

varier selon le paramètre utilisés et qu’ainsi l’interprétation <strong>de</strong>s<br />

résultats doit être effectuée avec réserves. Par exemple,<br />

certaines <strong>entreprises</strong> ayant un chiffre d’affaires et présentant<br />

<strong>de</strong>s données quant à leur niveau <strong>de</strong> revenu imposable<br />

pourraient ne pas avoir fournies <strong>de</strong> données à Revenu Québec<br />

quant à leurs emprunts et <strong>de</strong>ttes compte tenu qu’elles n’en n’ont<br />

pas. Conséquemment, l’analyse croisée <strong>de</strong>s paramètres<br />

pourrait donner lieu à <strong>de</strong>s erreurs d’interprétation.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

53


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> la performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Approche méthodologique<br />

Régions ressources / Mauricie<br />

Compte tenu du fait que seules les <strong>entreprises</strong> d’une MRC et <strong>de</strong> trois<br />

villes <strong>de</strong> la régions administrative <strong>de</strong> la Mauricie soient admissibles au<br />

crédit d’impôt remboursable pour les activités <strong>de</strong> transformation, cette<br />

région a été exclue <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources pour les<br />

fins <strong>de</strong> la présente étu<strong>de</strong>. La MRC et les villes visées par les <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la région <strong>de</strong> la Mauricie sont la MRC <strong>de</strong> Mékinac, la ville<br />

<strong>de</strong> La Tuque, la ville <strong>de</strong> La Bostonnais et la ville du Lac-Edouard.<br />

Régions centrales / Outaouais & Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Bien que les <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s MRC <strong>de</strong> La Vallée-<strong>de</strong>-la-Gatineau, <strong>de</strong><br />

Pontiac et <strong>de</strong> la MRC d’Antoine Labelle soient admissibles au crédit<br />

d’impôt remboursable pour les activités <strong>de</strong> transformation, les régions<br />

<strong>de</strong> l’Outaouais et <strong>de</strong>s Laurenti<strong>de</strong>s ont été considérées comme étant<br />

<strong>de</strong>s régions centrales pour les fins <strong>de</strong> la présente étu<strong>de</strong> compte tenu<br />

<strong>de</strong> la taille <strong>de</strong> la population relativement faible <strong>de</strong> ces MRC par<br />

rapport à la population <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong> la région administrative <strong>de</strong><br />

l’Outaouais et <strong>de</strong>s Laurenti<strong>de</strong>s.<br />

Régions métropolitaines / Laval, Montréal et la Capitale nationale<br />

Afin <strong>de</strong> tenir compte du profil particulier <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant au<br />

sein <strong>de</strong>s trois régions administratives métropolitaines, celles-ci ont été<br />

exclues du calcul <strong>de</strong>s régions centrales.<br />

Profil <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> composant les échantillons <strong>de</strong>s table<strong>aux</strong><br />

comparatifs<br />

1. Régions ressources (total) : Ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> ayant<br />

produit une déclaration fiscale opérant en régions ressources.<br />

2. Régions ressources bénéficiaires : Ensemble <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> ayant produit une déclaration fiscale opérant en<br />

régions ressources et ayant bénéficié au moins d’une <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux<br />

<strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visées.<br />

3. Régions ressources bénéficiaires (crédit – masse<br />

salariale) : Ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> ayant produit une<br />

déclaration fiscale opérant en régions ressources et ayant<br />

bénéficié du crédit d’impôt sur la masse salariale (peut aussi<br />

avoir bénéficié <strong>de</strong> l’autre mesure fiscale visée).<br />

4. Régions ressources non bénéficiaires (manufacturier) :<br />

Ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> ayant produit une déclaration fiscale<br />

opérant en régions ressources mais n’ayant bénéficié d’aucune<br />

<strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visées.<br />

5. Régions centrales non bénéficiaires : Ensemble <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> provenant du secteur manufacturier ayant produit<br />

une déclaration fiscale et opérant en régions centrales.<br />

6. Régions centrales non bénéficiaires : Ensemble <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> ayant produit une déclaration fiscale et opérant en<br />

régions centrales.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

54


Performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Mesure d’activité économique<br />

Variations du nombre d’<strong>entreprises</strong><br />

Nombre d’<strong>entreprises</strong> selon le chiffre d’affaires déclaré<br />

Les données touchant le nombre d’<strong>entreprises</strong> sont tirées <strong>de</strong>s déclarations <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et ce pour les échantillons et les secteurs ci<strong>de</strong>ssous<br />

présentés. À noter que ces mêmes données ont été établies à partir <strong>de</strong>s chiffres d’affaires déclarés.<br />

Le lecteur est prié <strong>de</strong> noter que pour les autres paramètres analysés dans le pages subséquentes tels que la masse salariale, le bénéfice<br />

imposable et les <strong>de</strong>ttes et emprunts, le nombre d’<strong>entreprises</strong> varie. Ainsi, à titre d’exemple, on pourra avoir une entreprise ayant déclaré un chiffre<br />

d’affaires sans pour autant avoir un bénéfice imposable ou <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes ou emprunts.<br />

Année<br />

Régions<br />

ressources<br />

(total)<br />

Régions<br />

ressources<br />

bénéficiaires<br />

Nombre d'<strong>entreprises</strong><br />

Régions<br />

ressources<br />

bénéficiaires<br />

(crédit - masse<br />

salariale)<br />

Régions<br />

ressources non<br />

bénéficiaires<br />

Régions<br />

centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions<br />

centrales non<br />

bénéficiaires<br />

1996 25 291 751 291 24 540 8 069 112 937<br />

2001 27 058 1 079 407 25 979 8 687 126 838<br />

2005 26 842 1 190 502 25 652 8 379 133 289<br />

Variation (nombre d'<strong>entreprises</strong>)<br />

1996-2001 1 767 328 116 1 439 618 13 901<br />

2001-2005 (216 ) 111 95 (327 ) (308 ) 6 451<br />

Variation (%)<br />

1996-2001 7,0% 43,7% 39,9% 5,9% 7,7% 12,3%<br />

2001-2005 -0,8% 10,3% 23,3% -1,3% -3,5% 5,1%<br />

Nombre annuel moyen d'<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong> 1996 à 2006<br />

Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> jusqu’en<br />

2005, le nombre d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong> a connu une croissance <strong>de</strong> 111 unités ou 10,3 %. Cette<br />

croissance se compare avantageusement à celle <strong>de</strong> l‘ensemble<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions ressources, ainsi qu’à celles <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions centrales pour tous les secteurs incluant le<br />

secteur manufacturier.<br />

Au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 2001-2005, le nombre d’<strong>entreprises</strong> ayant<br />

bénéficié du crédit d’impôt sur la masse salariale a connu une<br />

hausse <strong>de</strong> 95 unités ou 23,3 %. La croissance <strong>de</strong> ce groupe<br />

d’<strong>entreprises</strong> se compare avantageusement à l’ensemble <strong>de</strong>s<br />

groupes pour la même pério<strong>de</strong>.<br />

1996-2005 26 712 1 027 417 25 686 8 463 124 526<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance annuel moyen composé du nombre d'<strong>entreprises</strong> (%)<br />

1996-2000 1,6 7,8 8,7 1,4 1,4 2,3<br />

2001-2005 (0,2) 2,5 3,9 (0,3) (0,9) 1,2<br />

1996-2005 0,7 5,2 6,2 0,5 0,4 1,9<br />

Source : Revenu Québec<br />

Au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 2001-2005, le nombre d’<strong>entreprises</strong><br />

manufacturières <strong>de</strong>s régions centrales a connu une baisse <strong>de</strong> 308<br />

unités ou 3,5 %. Cette variation à la baisse est la plus significative<br />

<strong>de</strong>s groupes étudiés. À noter que celle-ci détonne par rapport à la<br />

hausse <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant en régions<br />

centrales. La performance et l’importance du secteur tertiaire<br />

pourraient expliquer cette dichotomie.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

55


Performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Mesure d’activité économique<br />

Chiffre d’affaires<br />

Évolution du chiffre d'affaires moyen<br />

6 000<br />

5 000<br />

4 000<br />

Milliers <strong>de</strong> dollars<br />

3 000<br />

2 000<br />

Régions ressources (total)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions ressources non<br />

bénéficiaires<br />

• Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux<br />

<strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, le chiffre d’affaires moyen<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires en régions<br />

ressources a progressé <strong>de</strong> 2,1 %<br />

annuellement. Pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> cinq ans,<br />

avant 2001, la croissance du chiffre d’affaires<br />

<strong>de</strong> ces mêmes <strong>entreprises</strong> était <strong>de</strong> 8 %<br />

annuellement.<br />

• Depuis 2001, avec 3,8%, le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance<br />

annuel moyen composé <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> non<br />

bénéficiaires en régions ressources a été le<br />

plus élevé que le 2,3% <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant<br />

en régions centrales.<br />

1 000<br />

0<br />

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Années<br />

À noter que les données du chiffre d’affaires <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires pour l’année 2005 sont incomplètes. Selon les informations<br />

fournies par Revenu Québec, certains grands employeurs n’ont pas complété leur déclaration fiscale pour l’année 2005, ce qui aurait pour<br />

effet <strong>de</strong> réduire la moyenne générale. Inci<strong>de</strong>mment, les t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance pour la pério<strong>de</strong> 2001-2005 <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires<br />

pourraient ne pas refléter la réalité.<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance annuel moyen composé du chiffre d'affaires moyen (%)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

• Les <strong>entreprises</strong> manufacturières en régions<br />

centrales ont enregistré <strong>de</strong>puis 1996 une<br />

baisse <strong>de</strong> 2,1 % <strong>de</strong> leur chiffre d’affaires.<br />

• Depuis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong>, les <strong>entreprises</strong> en régions centrales<br />

ont connu une progression <strong>de</strong> leur chiffre<br />

d’affaires <strong>de</strong> 2,3 %.<br />

• Globalement pour l’ensemble <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong><br />

1996-2005, la progression du chiffre d’affaires<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions centrales, soit <strong>de</strong><br />

4,2 %, a été légèrement supérieur au 4 % <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> opérant en régions ressources.<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions Régions ressources<br />

Régions ressources<br />

Pério<strong>de</strong> ressources (total) bénéficiaires<br />

non bénéficiaires<br />

1996-2000 4,7 8,0 6,2 3,8 (3,0) 6,2<br />

2001-2005 3,8 2,1 1,2 3,8 0,2 2,3<br />

1996-2005 4,0 4,1 3,3 3,6 (2,1) 4,2<br />

Source : Revenu Québec<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

56


Performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Mesure d’activité économique<br />

Masse salariale<br />

Évolution <strong>de</strong> la masse salariale moyenne<br />

1 100<br />

1 000<br />

900<br />

800<br />

Milliers <strong>de</strong> dollars<br />

700<br />

600<br />

500<br />

400<br />

Régions ressources (total )<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit - masse<br />

salariale)<br />

Régions ressources non<br />

bénéficiaires<br />

• Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>,<br />

la masse salariale moyenne <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires<br />

en régions ressources a progressé <strong>de</strong> 0,9 %<br />

annuellement. Pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> cinq ans, avant 2001, la<br />

croissance <strong>de</strong> la masse salariale a été <strong>de</strong> 6,9 %.<br />

• Avec 9,3 %, les <strong>entreprises</strong> non bénéficiaires en régions<br />

ressources ont connu <strong>de</strong>puis 2001 en moyenne une<br />

progression légèrement inférieure à la pério<strong>de</strong> précé<strong>de</strong>nte<br />

<strong>de</strong> leur revenu imposable moyen.<br />

300<br />

200<br />

100<br />

0<br />

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

À noter que les données <strong>de</strong> masse salariale <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires pour l’année 2005 sont incomplètes. Selon les informations fournies<br />

par Revenu Québec, certains grands employeurs n’ont pas complété leur déclaration fiscale pour l’année 2005 ce qui aurait pour effet <strong>de</strong><br />

réduire la moyenne générale. Inci<strong>de</strong>mment, les t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance pour la pério<strong>de</strong> 2001-2005 <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires pourraient ne pas<br />

refléter la réalité.<br />

Pério<strong>de</strong><br />

Régions<br />

ressources (total)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

non bénéficiaires<br />

1996-2000 2,7 6,9 4,5 1,5 (0,1) 4,6<br />

2001-2005 3,9 0,9 0,4 4,2 0,7 3,8<br />

1996-2005 3,0 3,0 1,8 2,6 0,0 4,1<br />

Source : Revenu Québec<br />

Années<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance annuel moyen composé <strong>de</strong> la masse salariale moyenne (%)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires (manufacturier )<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

• Pour l’ensemble <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-2005, les<br />

<strong>entreprises</strong> manufacturières opérant à partir <strong>de</strong>s<br />

régions centrales n’ont pas connues <strong>de</strong><br />

variations <strong>de</strong> leur masse salariale moyenne.<br />

• Depuis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>,<br />

les <strong>entreprises</strong> en régions centrales on connu<br />

une progression <strong>de</strong> leur masse salariale <strong>de</strong><br />

3,8 % alors que pour la même pério<strong>de</strong>,<br />

l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions<br />

ressources ont connu une hausse <strong>de</strong> 3,9 %.<br />

• Globalement pour l’ensemble <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong><br />

1996-2005, la progression <strong>de</strong> la masse salariale<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions centrales, soit <strong>de</strong><br />

4,1 %, a été supérieure au 3 % <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

opérant en régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

57


Performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Mesure <strong>de</strong> prospérité économique<br />

Revenu imposable<br />

Milliers <strong>de</strong> dollars<br />

Évolution du revenu imposable moyen<br />

500<br />

450<br />

400<br />

350<br />

300<br />

250<br />

200<br />

150<br />

100<br />

50<br />

0<br />

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Années<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance moyen composé du revenu imposable moyen (%)<br />

Régions ressources<br />

(total)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions ressources non<br />

bénéficiaires<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

Pério<strong>de</strong><br />

Régions<br />

ressources<br />

(total)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions ressources<br />

non bénéficiaires<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

1996-2000 14,1 16,5 8,8 13,3 16,7 14,0<br />

2001-2005 10,0 11,5 7,1 9,3 2,7 6,2<br />

1996-2005 9,8 11,8 11,5 9,0 8,1 9,6<br />

• Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong>, le revenu imposable moyen <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

bénéficiaires en régions ressources a progressé <strong>de</strong><br />

11,5 % annuellement. Pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> cinq ans, avant<br />

2001, la croissance du revenu imposable a été <strong>de</strong><br />

16,5 % annuellement.<br />

• Avec 9,3 %, les <strong>entreprises</strong> non bénéficiaires en régions<br />

ressources ont connu <strong>de</strong>puis 2001 en moyenne une<br />

progression légèrement inférieure à la pério<strong>de</strong><br />

précé<strong>de</strong>nte <strong>de</strong> leur revenu imposable moyen.<br />

• Pour l’ensemble <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-2005, les<br />

<strong>entreprises</strong> manufacturières opérant à partir <strong>de</strong>s<br />

régions centrales ont connu une hausse <strong>de</strong> leur<br />

revenu imposable moyen <strong>de</strong> 8,1%. À noter que<br />

cette hausse est surtout attribuable à la pério<strong>de</strong><br />

1996-2000 alors qu’elle était <strong>de</strong> 16,7%. Pour la<br />

pério<strong>de</strong> 2001-2005, celle-ci a été <strong>de</strong> 2,7 %.<br />

• Depuis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, les<br />

<strong>entreprises</strong> en régions centrales ont connu une<br />

progression <strong>de</strong> leur revenu imposable <strong>de</strong> 6,2 %,<br />

alors que pour la même pério<strong>de</strong>, les <strong>entreprises</strong> en<br />

régions ressources ont connu une hausse <strong>de</strong> 10 %.<br />

• Globalement, pour l’ensemble <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-<br />

2005, la progression <strong>de</strong> la masse salariale <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> en régions centrales, soit <strong>de</strong> 9,6 %, a<br />

été similaire au 9,8 % <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> opérant en<br />

régions ressources.<br />

Source : Revenu Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

58


Performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Mesure <strong>de</strong> prospérité économique<br />

Dettes et emprunts<br />

Évolution <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes et emprunts moyens<br />

Milliers <strong>de</strong> dollars<br />

1 500<br />

1 400<br />

1 300<br />

1 200<br />

1 100<br />

1 000<br />

900<br />

800<br />

700<br />

600<br />

500<br />

400<br />

300<br />

2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Données non disponibles avant 2000<br />

Années<br />

Régions ressources (total )<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions ressources non<br />

bénéficiaires<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

• Depuis l’introduction en 2001 <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, le<br />

niveau <strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes et emprunts moyen <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

bénéficiaires en régions ressources a progressé <strong>de</strong> 2,5 %<br />

annuellement. Afin <strong>de</strong> comprendre l’inci<strong>de</strong>nce <strong>de</strong> cette<br />

tendance, il est opportun <strong>de</strong> comparer les variations<br />

d’en<strong>de</strong>ttement avec celles du chiffre d’affaires. On<br />

comprendra qu’une hausse <strong>de</strong> l’en<strong>de</strong>ttement est<br />

généralement couplée à une hausse du chiffre d’affaires<br />

<strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et lorsque c’est le cas, la corrélation entre<br />

les <strong>de</strong>ux indicateurs est normale. Les écarts <strong>de</strong> variations<br />

entre les <strong>de</strong>ux variables peuvent être aussi attribuables à<br />

<strong>de</strong>s changements dans les modèles d’affaires <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong>, à <strong>de</strong>s investissements ou à <strong>de</strong>s gains ou pertes<br />

d’exploitation.<br />

• Ainsi, après 2001, les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires <strong>de</strong>s régions<br />

ressources ont connu une hausse annuelle <strong>de</strong> 2,5 % <strong>de</strong> leur<br />

niveau <strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes et emprunts moyens alors qu’au cours <strong>de</strong><br />

la même pério<strong>de</strong>, ces mêmes <strong>entreprises</strong> ont vu leur chiffre<br />

d’affaires progresser <strong>de</strong> 2,1 %.<br />

• Après 2001, les <strong>entreprises</strong> sises en régions<br />

centrales ont vu leur niveau d’en<strong>de</strong>ttement<br />

augmenter <strong>de</strong> 7,5 % annuellement conjugué à une<br />

progression <strong>de</strong> leur chiffre d’affaires <strong>de</strong> 2,3 % et du<br />

revenu imposable moyen <strong>de</strong> 6,2 %. À noter<br />

cependant que ces écarts pourraient être<br />

attribuables <strong>aux</strong> variations dans les échantillonnages.<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance annuel moyen composé <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes et emprunts moyens (%)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires (crédit -<br />

masse salariale)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

(manufacturier)<br />

Régions centrales non<br />

bénéficiaires<br />

Pério<strong>de</strong><br />

Régions<br />

ressources (total)<br />

Régions ressources<br />

bénéficiaires<br />

Régions ressources<br />

non bénéficiaires<br />

1996-2000 n.d. n.d. n.d. n.d. n.d. n.d.<br />

2001-2005 (1,0) 2,5 6,9 (1,7) 7,7 7,5<br />

2000-2005 3,5 3,8 8,0 3,2 8,3 6,9<br />

• On remarque une hausse plus importante du niveau<br />

d’en<strong>de</strong>ttement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> manufacturières sises<br />

en régions centrales. Compte tenu <strong>de</strong> la très faible<br />

progression <strong>de</strong> leur chiffre d’affaires, il y a lieu <strong>de</strong><br />

penser que cette hausse serait vraisemblablement<br />

attribuable à une détérioration <strong>de</strong> leur situation<br />

financière.<br />

Source : Revenu Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

59


Performance financière <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong><br />

Principales observations<br />

1. Le nombre d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires ayant présenté <strong>de</strong>s données<br />

quant au chiffre d’affaires dans le cadre <strong>de</strong>s déclarations <strong>fiscales</strong> a<br />

connu une progression <strong>de</strong> 111 unités entre 2001 et 2005, soit une<br />

hausse <strong>de</strong> 10,3 % pour la pério<strong>de</strong> ou un t<strong>aux</strong> annuel moyen<br />

composée <strong>de</strong> 2,5 %. Cette croissance du nombre d’entreprise se<br />

compare avantageusement à celle <strong>de</strong>s autres groupes témoins.<br />

2. Afin d’évaluer le niveau d’activité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>, <strong>de</strong>ux données<br />

ont été retenues, soit le chiffre d’affaires et la masse salariale <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong>.<br />

• L’analyse révèle que <strong>de</strong>puis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong>, les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires opérant en régions ressources<br />

présentent <strong>de</strong>s résultats supérieurs <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong> manufacturières<br />

opérant en régions centrales. Ainsi, on serait tenté <strong>de</strong> conclure que<br />

les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont eu un impact favorable sur les <strong>entreprises</strong><br />

bénéficiaires. Cependant, on note aussi que ces mêmes <strong>entreprises</strong><br />

ont connu <strong>de</strong>s nive<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance supérieurs avant l’introduction<br />

<strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong> en 2001, ce qui laisse supposer que d’autres<br />

facteurs tels que le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> change ont pu contribuer au<br />

développement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>.<br />

• Les données révèlent que les <strong>entreprises</strong> manufacturières sises en<br />

régions centrales opèrent dans un environnement défavorable. Au<br />

cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-2005, on assiste à une décroissance du<br />

chiffre d’affaires et une stagnation <strong>de</strong> la masse salariale et qui plus<br />

est, en dollars courants. On note cependant que cette tendance<br />

s’est amorcée avant 2001 et que <strong>de</strong>puis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong>, la tendance amorcée en 1996 n’a pas sensiblement<br />

évoluée.<br />

• L’analyse <strong>de</strong>s données met aussi en lumière la bonne performance<br />

<strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s secteurs économiques tant au niveau <strong>de</strong>s régions<br />

centrales que ressources. Cette performance est essentiellement<br />

attribuable à celle du secteur tertiaire qui est une composante<br />

importante <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions.<br />

3. Afin d’évaluer le niveau <strong>de</strong> prospérité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>, <strong>de</strong>ux<br />

données ont été retenues, soit le revenu imposable moyen et le<br />

niveau <strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes et emprunts <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>.<br />

• L’analyse révèle que <strong>de</strong>puis l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong>, les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires opérant en régions<br />

ressources présentent un revenu imposable moyen et un niveau<br />

<strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes et d’emprunts qui se comparent avantageusement à<br />

ceux <strong>de</strong>s autres <strong>entreprises</strong>, et ce tout particulièrement avec les<br />

<strong>entreprises</strong> manufacturières sises en régions centrales.<br />

• Pour l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et pour l’ensemble <strong>de</strong>s régions<br />

ressources et centrales, on note une progression significative du<br />

bénéfice imposable pour la totalité <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 1996-2005. On<br />

remarque cependant un fléchissement du niveau <strong>de</strong> croissance à<br />

compter <strong>de</strong> 2001, et ce tout particulièrement pour les <strong>entreprises</strong><br />

manufacturières opérant en régions centrales.<br />

• On observe au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 2001-2005 une croissance du<br />

niveau <strong>de</strong> <strong>de</strong>ttes et emprunts moyens <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> sises en<br />

régions centrales supérieure à celle <strong>de</strong> leur chiffre d’affaires, ce qui<br />

pourrait laisser suggérer à un effet d’essoufflement chez certaines<br />

d’entre elles, ou à un effort accru au niveau <strong>de</strong>s investissements.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

60


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

61


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Méthodologie<br />

Choix <strong>de</strong>s indicateurs<br />

En 2001, le Gouvernement du Québec a justifié sa stratégie <strong>de</strong><br />

développement économique <strong>de</strong>s régions ressources sur la base d’un<br />

certain nombre d’indicateurs économiques, soit le revenu disponible<br />

par habitant, les t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> chômage et d’emploi, le nombre d’emplois et<br />

la démographie.<br />

En appui à cette stratégie, un indice <strong>de</strong>s disparités régionales<br />

construit à partir du revenu personnel disponible par habitant et du<br />

t<strong>aux</strong> d’emploi avait été développé, afin <strong>de</strong> faire ressortir les écarts <strong>de</strong><br />

développement économique entre les régions. Cependant, à<br />

l’automne 2005, le Gouvernement du Québec à travers le ministère<br />

du Développement économique, Innovation et Exportation<br />

notamment, a élaboré un nouvel indicateur appelé indice <strong>de</strong><br />

développement économique qui vient remplacer l’indice <strong>de</strong>s disparités<br />

régionales.<br />

Dans notre étu<strong>de</strong>, nous prenons comme référence ce nouvel indice<br />

calculé à l’ai<strong>de</strong> <strong>de</strong> six indicateurs socio-économiques répartis en<br />

quatre thèmes ayant la même importance, soit la démographie, le<br />

marché du travail, le revenu et la scolarité.<br />

À ces indicateurs, nous avons ajouté le PIB régional par habitant qui<br />

n’était pas disponible au moment <strong>de</strong> la mise en œuvre <strong>de</strong> la stratégie<br />

ainsi que les t<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégional.<br />

Approche méthodologique<br />

Afin <strong>de</strong> mesurer l’impact <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> visées, notre<br />

analyse s’est portée sur trois nive<strong>aux</strong> :<br />

• La comparaison <strong>de</strong>s régions avant et après l’application <strong>de</strong>s<br />

<strong>mesures</strong> quand la disponibilité <strong>de</strong> l’information le permettait<br />

• La comparaison <strong>de</strong>s données <strong>de</strong>s régions ressources avec<br />

celles <strong>de</strong>s régions centrales<br />

• La comparaison <strong>de</strong>s données pour chaque bloc régional avec la<br />

moyenne <strong>de</strong> l’ensemble Québec, sachant que ce <strong>de</strong>rnier inclut<br />

les régions métropolitaines<br />

Toutes les données monétaires sont présentées en dollar canadien<br />

courant.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

62


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

PIB par région<br />

Régions<br />

métropolitaines<br />

PIB selon le bloc régional, 1997, 2001 et<br />

2005 (en valeur, en milliards)<br />

85.3<br />

107.9<br />

126.6<br />

Malgré un t<strong>aux</strong> composé annuel moyen (TCAM) qui double<br />

quasiment dans la pério<strong>de</strong> 2001-2005, le PIB <strong>de</strong>s régions<br />

ressources représente un peu plus du tiers <strong>de</strong> celui <strong>de</strong>s<br />

régions centrales en 2005<br />

Régions<br />

centrales<br />

Régions<br />

ressources*<br />

33.3<br />

28.0<br />

25.1<br />

79.8<br />

64.7<br />

96.8<br />

0 20 40 60 80 100 120 140<br />

1997 2001 2005<br />

Le t<strong>aux</strong> composé annuel moyen (TCAM) <strong>de</strong>s régions ressources est supérieur au<br />

t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> la moyenne québécoise dans la pério<strong>de</strong> 2001-2005.<br />

En passant <strong>de</strong> 2,8 % entre 1997 et 2001 à 4,4 % entre 2001 et 2005, le (TCAM)<br />

du PIB <strong>de</strong>s régions ressources a quasiment doublé.<br />

En revanche, le TCAM <strong>de</strong>s régions centrales et <strong>de</strong> l’ensemble du Québec a<br />

diminué entre 2001 et 2005.<br />

T<strong>aux</strong> composé annuel moyen<br />

Années 1997-2001 2001-2005<br />

Régions ressources* 2,8% 4,4%<br />

Régions centrales 5,4% 4,9%<br />

Ensemble du Québec 6,1% 4,1%<br />

Indice base Québec = 100<br />

Années 1997 2001 2005<br />

Régions ressources* 14 13 13<br />

Régions centrales 37 37 38<br />

L’écart entre les régions ressources et la moyenne québécoise se maintient<br />

entre 1997 et 2005.<br />

La part <strong>de</strong>s régions centrales dans le PIB du Québec est à relativiser, car la<br />

Montérégie compte à elle seule pour 15 % du PIB québécois.<br />

* Les données incluent la Mauricie<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

63


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

PIB et t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> change<br />

PIB secteur manufacturier<br />

en milliards<br />

Évolution du PIB du secteur manufacturier<br />

et du PIB global du Québec, 1999-2005<br />

50<br />

300<br />

49<br />

48<br />

47<br />

46<br />

45<br />

44<br />

1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

250<br />

200<br />

150<br />

100<br />

50<br />

0<br />

PIB ensemble du<br />

Québec en milliards<br />

$ US<br />

1,1<br />

0,9<br />

0,7<br />

Valeur du dollar canadien par<br />

rapport à la <strong>de</strong>vise américaine<br />

0,72<br />

0,67 0,65<br />

0,67 0,67<br />

0,64<br />

0,77<br />

0,77<br />

0,83 0,88<br />

Secteur manufacturier<br />

PIB ensemble du Québec<br />

0,5<br />

1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

Part du secteur manufacturier dans le PIB, Québec 1999-2005<br />

1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Secteur manufacturier 24% 24% 23% 21% 20% 19% 19%<br />

Le PIB du secteur manufacturier a enregistré une baisse en valeur <strong>de</strong><br />

2 % entre 2002 et 2003. La part du PIB du secteur manufacturier dans<br />

le PIB global du Québec a connu une baisse constante <strong>de</strong>puis 2001.<br />

Selon les observateurs, la baisse abrupte en 2002-2003 ainsi que la<br />

lente reprise du secteur manufacturier est en gran<strong>de</strong> partie attribuable à<br />

l’appréciation marquée du dollar canadien au cours <strong>de</strong> cette pério<strong>de</strong>.<br />

La progression <strong>de</strong> 20,3 % <strong>de</strong> la <strong>de</strong>vise en 2002-2003, passant <strong>de</strong><br />

64 cents américains à 77 cents, a été la plus forte variation jamais<br />

enregistrée (en hausse ou en baisse) sur une pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> 12 mois<br />

consécutifs.<br />

Les analystes <strong>de</strong> la Banque du Canada estiment qu'une<br />

appréciation <strong>de</strong> l'ordre <strong>de</strong> 20 % entraîne une baisse du PIB <strong>de</strong> 4 à 6<br />

points <strong>de</strong> pourcentage sur une pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux à trois ans, soit une<br />

baisse annuelle variant entre 1,3 et 3 points <strong>de</strong> pourcentage.<br />

Source : Banque du Canada, Département <strong>de</strong>s marchés financiers,<br />

Moyennes annuelles et mensuelles <strong>de</strong>s t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> changes<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

64


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Exportations<br />

Évolution du nombre d'exportateurs et <strong>de</strong> la<br />

valeur <strong>de</strong>s exportations, Québec, 1999-2004<br />

76<br />

11<br />

Valeur <strong>de</strong>s exportations<br />

en milliards<br />

74<br />

72<br />

70<br />

68<br />

66<br />

64<br />

62<br />

60<br />

58<br />

56<br />

1999 2000 2001 2002 2003 2004<br />

10<br />

9<br />

8<br />

Nombre d'exportateurs<br />

en milliers<br />

La baisse <strong>de</strong>s exportations en 2002-2003 est directement liée à<br />

la diminution <strong>de</strong>s exportations dans le secteur manufacturier,<br />

qui compte pour plus <strong>de</strong> 70 % <strong>de</strong>s exportations québécoises.<br />

Valeur <strong>de</strong>s exportations<br />

Nombre d'exportateurs<br />

Évolution du nombre d'exportateurs et <strong>de</strong> la valeur <strong>de</strong>s exportations,<br />

Québec, 1999-2004<br />

1999 2000 2001 2002 2003 2004<br />

Valeur <strong>de</strong>s exportations 62 063 74 120 71 036 68 454 64 191 68 476<br />

Nombre d'exportateurs 9 234 9 605 9 705 9 745 9 982 9 670<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

65


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Répartition <strong>de</strong>s établissements par secteur d’activité<br />

100%<br />

Répartition <strong>de</strong>s établissements, par secteur d’activité,<br />

selon les blocs région<strong>aux</strong>, 2005 (en pourcentage)<br />

80%<br />

60%<br />

40%<br />

20%<br />

0%<br />

Primaire Construction Fabrication Tertiaire<br />

En 2005, le secteur tertiaire compte plus <strong>de</strong> 76 % du nombre total<br />

d'établissements au Québec quelque soit le bloc régional<br />

considéré<br />

• Cela illustre le phénomène <strong>de</strong> la tertiarisation <strong>de</strong> la structure<br />

industrielle québécoise. Dans les régions <strong>de</strong> Montréal, <strong>de</strong> la<br />

Capitale nationale, <strong>de</strong> la Côte-Nord et du Nord-du-Québec, cette<br />

proportion dépasse les 80 %.<br />

• Le secteur primaire regroupe 5,8 % <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s<br />

établissements au Québec. Les régions ressources affichent la<br />

plus forte concentration d’établissements <strong>de</strong> ce secteur, avec<br />

12,2 %. Ce t<strong>aux</strong> atteint 20,9 % en Gaspésie-Îles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine.<br />

Régions ressources<br />

Ensemble du Québec<br />

Régions centrales<br />

Nombre d’établissements par bloc régional, 2005<br />

(en pourcentage, Québec = 238 964)<br />

Régions ressources*<br />

16%<br />

Régions<br />

métropolitaines<br />

38%<br />

*. Les données incluent la Mauricie<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

Régions centrales<br />

46%<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

66


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Évolution du PIB par habitant<br />

Milliers<br />

40<br />

30<br />

20<br />

10<br />

PIB par habitant selon les blocs<br />

région<strong>aux</strong> 2001-2005 (en valeur)<br />

Le PIB est la valeur totale <strong>de</strong> ce qui est produit dans un territoire<br />

donné, peu importe le lieu <strong>de</strong> rési<strong>de</strong>nce <strong>de</strong> ceux qui en reçoivent le<br />

revenu. Le PIB par habitant est donc fortement influencé par les<br />

déplacements rési<strong>de</strong>nce-travail<br />

• Le niveau élevé <strong>de</strong> PIB <strong>de</strong> certaines régions ressources reflète la<br />

présence d’industries à forte capitalisation combinée à une faible<br />

proportion démographique.<br />

0<br />

Régions<br />

ressources<br />

Régions<br />

centrales<br />

Ensemble du<br />

Québec<br />

2001 2005<br />

2001 2005<br />

TCAM<br />

2001-2005<br />

Régions ressources 25 035 30 640 5,18%<br />

Régions centrales 23 408 27 122 3,75%<br />

Ensemble du Québec 29 162 33 799 3,76%<br />

Dans la pério<strong>de</strong> 2001-2005, le TCAM <strong>de</strong>s régions ressources est<br />

supérieur à celui <strong>de</strong>s régions centrales ainsi qu’à celui <strong>de</strong> la moyenne<br />

<strong>de</strong> l’ensemble du Québec.<br />

En 2005, les régions ressources ont fait un gain <strong>de</strong> 5 points <strong>de</strong> base par<br />

rapport à la moyenne du Québec.<br />

Indice base Québec = 100<br />

Année 2001 2005<br />

Régions ressources 85,8 90,7<br />

Régions centrales 80,3 80,2<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

67


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Évolution du PIB par habitant<br />

PIB par habitant selon les régions administratives 2001 et 2005<br />

(en milliers $, par ordre décroissant)<br />

Montréal<br />

Côte-Nord<br />

Nord-du-Québec<br />

Capitale nationale<br />

Ensemble du Québec<br />

Centre-du-Québec<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Estrie<br />

Chaudière-Appalaches<br />

Montérégie<br />

Le PIB par habitant reflète un manque d’homogénéité dans le<br />

groupe <strong>de</strong>s régions ressources<br />

La Côte-Nord et le Nord-du-Québec présentent un PIB par<br />

habitant supérieur à la moyenne québécoise<br />

Le niveau élevé du PIB par habitant <strong>de</strong> Montréal s’explique par le<br />

nombre important <strong>de</strong> résidants <strong>de</strong>s régions avoisinantes qui viennent y<br />

travailler.<br />

À l’inverse, la faiblesse du PIB par habitant <strong>de</strong> Lanaudière reflète la<br />

fonction rési<strong>de</strong>ntielle <strong>de</strong> cette région. 55 % <strong>de</strong>s résidants <strong>de</strong> Lanaudière<br />

travaillent dans une autre région. De plus, Lanaudière dénombre peu<br />

d’<strong>entreprises</strong> à forte capitalisation.<br />

Mauricie<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Laval<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Outaouais<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Gaspésie–Îles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine<br />

Lanaudière<br />

0 10 20 30 40 50 60<br />

Régions ressources 2005<br />

2001<br />

Régions<br />

2005<br />

centrales 2005 Régions ressources 2005<br />

Régions ressources 2001 Régions centrales 2001 Régions ressources 2001<br />

Ensemble du Québec 2001 Ensemble du Québec 2005<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

68


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Évolution du revenu personnel disponible par habitant<br />

Revenu personnel disponible par habitant selon<br />

les blocs région<strong>aux</strong> 2001-2005 (en valeur)<br />

Milliers<br />

25<br />

20<br />

15<br />

10<br />

5<br />

0<br />

Régions<br />

ressources<br />

Régions<br />

centrales<br />

Ensemble du<br />

Québec<br />

Malgré un TCAM plus élevé <strong>de</strong>s régions ressources que celui <strong>de</strong>s<br />

régions centrales et l’ensemble du Québec, l’écart en valeur par<br />

rapport à la moyenne québécoise reste i<strong>de</strong>ntique<br />

• Le TCAM du revenu disponible par habitant <strong>de</strong>s régions centrales<br />

a un comportement similaire à celui <strong>de</strong> la moyenne québécoise et<br />

est très proche <strong>de</strong> ce <strong>de</strong>rnier en valeur.<br />

1995* 2001 2005<br />

Valeurs 1995*<br />

2001 2005<br />

TCAM 2001<br />

- 2005<br />

Régions<br />

14 780 17 518 20 031 3,41%<br />

ressources<br />

Régions<br />

15 708 19 556 21 996 2,98%<br />

centrales<br />

Ensemble<br />

du Québec 16 294 19 671 22 123 2,98%<br />

Indice base Québec = 100<br />

Années 1995* 2001<br />

Régions ressources 90,7 89,1<br />

Régions centrales 96,4 99,4<br />

2005<br />

90,5<br />

99,4<br />

*. Les données incluent la Mauricie<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

69


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Évolution du revenu personnel disponible par habitant<br />

Revenu disponible par habitant selon les régions administratives<br />

2001 et 2005 (en milliers $, par ordre décroissant)<br />

Capitale nationale<br />

Nord-du-Québec est la seule région à avoir connu un recul entre 2001 et<br />

2005 après avoir enregistré une baisse historique <strong>de</strong> 19,3 % en 2002,<br />

conséquence <strong>de</strong> l’effondrement <strong>de</strong>s revenus d’emploi.<br />

Montréal<br />

Laval<br />

Montérégie<br />

Côte-Nord<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Ensemble du Québec<br />

Lanaudière<br />

Chaudière-Appalaches<br />

Outaouais<br />

Estrie<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Centre-du-Québec<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Nord-du-Québec<br />

Gaspésie–Îles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine<br />

0 5 10 15 20 25<br />

Régions ressources 2005 Régions 2001centrales 2005 2005 Régions ressources 2005<br />

Régions ressources 2001 Régions centrales 2001 Régions ressources 2001<br />

Ensemble du Québec 2001 Ensemble du Québec 2005<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

70


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

T<strong>aux</strong> d’emploi et t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> chômage<br />

70<br />

60<br />

50<br />

40<br />

30<br />

20<br />

10<br />

0<br />

T<strong>aux</strong> d’emploi, selon les blocs région<strong>aux</strong><br />

1995, 2000 et 2005 (en pourcentage)<br />

Régions<br />

ressources*<br />

Régions<br />

centrales<br />

1995 2000 2005<br />

Ensemble du<br />

Québec<br />

16<br />

14<br />

12<br />

10<br />

8<br />

6<br />

4<br />

2<br />

0<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> chômage, selon les blocs région<strong>aux</strong><br />

1995, 2000 et 2005 (en pourcentage)<br />

-2.3<br />

-1.5<br />

Régions<br />

ressources*<br />

-2.9 -0.2<br />

Régions<br />

centrales<br />

1995 2000 2005<br />

-3.5 -0.2<br />

Ensemble du<br />

Québec<br />

T<strong>aux</strong> d'emploi<br />

1995 2000 2005<br />

Régions ressources* 50 51,4 53,5<br />

Régions centrales 59 61,5 62,5<br />

Ensemble du Québec 55 57,8 60,1<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> chômage<br />

1995 2000 2005<br />

Régions ressources* 14 11,7 10,2<br />

Régions centrales 10 7,1 6,9<br />

Ensemble du Québec 12 8,5 8,3<br />

• La variation à la hausse du t<strong>aux</strong> d’emploi a<br />

été régulière et similaire dans tous les blocs<br />

région<strong>aux</strong>.<br />

*. Les données incluent la Mauricie<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

• La variation à la baisse du t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> chômage <strong>de</strong>s<br />

régions ressources dans la pério<strong>de</strong> 2000 à 2005<br />

a été plus marquée que celle <strong>de</strong>s régions<br />

centrales et <strong>de</strong> l’ensemble du Québec.<br />

• Cependant, le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> chômage en régions<br />

ressources reste plus élevé que celui <strong>de</strong>s<br />

régions centrales et la moyenne québécoise.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

71


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Nombre d’emplois<br />

Nombre d’emplois en régions ressources<br />

et reste du Québec 1996-2001<br />

2000<br />

1600<br />

1 494<br />

1 644<br />

1 813<br />

L’évolution du nombre d’emplois permet <strong>de</strong> confirmer qu’il y a<br />

eu une réelle hausse du nombre d’emplois et que l’appréciation<br />

du t<strong>aux</strong> d’emploi au sein <strong>de</strong>s régions ressources n’est pas due<br />

au sol<strong>de</strong> migratoire négatif<br />

1200<br />

800<br />

400<br />

444 461 478<br />

0<br />

1996 2001 2006<br />

Régions ressources*<br />

T<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance du<br />

nombre d'emplois<br />

Régions centrales<br />

1996-2001 2001-2006<br />

Indice base<br />

Québec = 100<br />

Régions ressources* 4% 4% 13<br />

Régions centrales 10% 10% 48<br />

Reste du Québec 10% 9% -<br />

Le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> croissance du nombre d’emplois est resté constant aussi bien pour<br />

les régions ressources avec une progression <strong>de</strong> 4 % que pour le reste du<br />

Québec, avec une progression <strong>de</strong> 10 % entre les <strong>de</strong>ux pério<strong>de</strong>s.<br />

*. Les données incluent la Mauricie<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

72


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale<br />

Régions ressources*<br />

Régions centrales<br />

Régions<br />

métropolitaines hors<br />

Montréal<br />

Montréal<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale 1991-2006<br />

(en pourcentage)<br />

-8,0 -6,0 -4,0 -2,0 0,0 2,0 4,0<br />

1991-1996 1996-2001 2001-2006<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégional 1991-1996 1996-2001 2001-2006<br />

Montréal 6,0 5,1 6,9<br />

Régions métropolitaines, hors Montréal 0,5 1,0 2,3<br />

Régions centrales 1,7 1,4 1,2<br />

Régions ressources y compris Mauricie -1,8 -4,1 -2,4<br />

En 2001-2006, le sol<strong>de</strong> migratoire déficitaire <strong>de</strong>s régions<br />

ressources a connu une amélioration <strong>de</strong> près <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux points <strong>de</strong><br />

base par rapport à la pério<strong>de</strong> 1996-2001<br />

• Malgré une amélioration par rapport à la pério<strong>de</strong> 1996-2001, le<br />

sol<strong>de</strong> migratoire pour les régions ressources reste déficitaire avec<br />

2,4 % <strong>de</strong> leur population qui a quitté cette zone en 2001-2006. Les<br />

premières régions <strong>de</strong> <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s sortants, toute pério<strong>de</strong><br />

confondue, étaient celles <strong>de</strong> Montréal et <strong>de</strong> la Capitale nationale.<br />

• Les régions centrales ont connu <strong>de</strong>s gains constants pendant la<br />

pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> référence. Les premières régions <strong>de</strong> <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s<br />

sortants, toute pério<strong>de</strong> confondue, étaient celles <strong>de</strong> Montréal et <strong>de</strong><br />

la Montérégie.<br />

• Les régions métropolitaines hors Montréal ont connu un<br />

accroissement important entre la pério<strong>de</strong> 1996-2001 et 2001-2006,<br />

avec un gain passant <strong>de</strong> 0,5 % à 2 % <strong>de</strong> population en plus. La<br />

première ville <strong>de</strong> <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s sortants, toute pério<strong>de</strong> confondue,<br />

était Montréal.<br />

Avec une perte <strong>de</strong> 5,7 % <strong>de</strong> sa population en 2001-2006, Montréal a<br />

le sol<strong>de</strong> migratoire déficitaire le plus important <strong>de</strong> toutes les<br />

régions, dépassant celui <strong>de</strong>s régions ressources <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 3<br />

points <strong>de</strong> pourcentage<br />

• La population s’est déplacée en priorité vers la Montérégie.<br />

*. Les données incluent la Mauricie<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

73


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale par région administrative<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale 1991-2006<br />

Régions ressources<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Côte-Nord<br />

Gaspésie-Iles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine<br />

Mauricie<br />

Nord-du-Québec<br />

La pério<strong>de</strong> 2001-2006 marque une rupture dans la tendance<br />

déficitaire du t<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale pour les<br />

régions ressources<br />

• Des régions comme la Gaspésie-Îles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine ou le<br />

Bas-Saint-Laurent ont perdu moins <strong>de</strong> personnes en 2001-<br />

2006 que dans toutes les autres pério<strong>de</strong>s considérées.<br />

• Cette amélioration est plus marquée pour la région <strong>de</strong> la<br />

Mauricie qui est la seule région ressource qui réussit à avoir<br />

un t<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale positif.<br />

Régions centrales<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Centre-du-Québec<br />

Chaudière-Appalaches<br />

Estrie<br />

Lanaudière<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Montérégie<br />

Régions métropolitaines<br />

Outaouais<br />

Capitale nationale<br />

Montréal<br />

Laval<br />

-8% -6% -4% -2% 0% 2% 4% 6% 8%<br />

1991-1996 1996-2001 2001-2006<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

74


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale par groupe d’âge<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale par groupe d’âge, selon<br />

les blocs région<strong>aux</strong>, 2001-2002 (pour 1 000 habitants)<br />

T<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration interrégionale par groupe d’âge,<br />

selon les blocs région<strong>aux</strong>, 2005-2006 (pour 1 000 habitants)<br />

Régions ressources*<br />

Régions centrales<br />

Régions centrales hors<br />

Montréal<br />

Montréal<br />

-40 -30 -20 -10 0 10 20 30<br />

0-14 15-24 25-44 45-64 65+<br />

-40 -30 -20 -10 0 10 20 30<br />

0-14 15-24 25-44 45-64 65+<br />

La tranche d’âge <strong>de</strong>s 15-24 ans constitue la partie la plus mobile <strong>de</strong><br />

la population<br />

• En 2005-2006, la tranche d’âge <strong>de</strong>s 15-24 constitue la part la plus<br />

importante <strong>de</strong>s sortants en régions ressources, mais cette part tend<br />

à diminuer par rapport à 2001-2002.<br />

• Le t<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration <strong>de</strong>s régions ressource représente plus <strong>de</strong><br />

trois fois celui <strong>de</strong>s régions centrales dans la tranche d’âge <strong>de</strong> 15-24<br />

ans.<br />

Les régions ressources ont enregistré un sol<strong>de</strong> migratoire positif en<br />

2005-2006 dans la tranche d’âge <strong>de</strong>s 45-64 ans<br />

• En 2005-2006, la tranche d’âge <strong>de</strong>s 15-24 constituent la part la plus<br />

importante <strong>de</strong>s sortants en régions ressources, mais cette part tend<br />

à diminuer par rapport à 2001-2002.<br />

• Le t<strong>aux</strong> net <strong>de</strong> migration <strong>de</strong>s régions ressources est resté constant<br />

entre les <strong>de</strong>ux pério<strong>de</strong>s <strong>de</strong> référence, mais ne représente plus que la<br />

moitié du t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> sortants <strong>de</strong>s régions centrales.<br />

Source : Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

75


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique selon les<br />

blocs région<strong>aux</strong> 1996 à 2005 (Québec = 100)<br />

102<br />

100<br />

98<br />

96<br />

94<br />

92<br />

90<br />

88<br />

86<br />

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005<br />

Régions ressources*<br />

Régions centrales<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique<br />

Années Moyenne Moyenne Valeur Valeur Valeur<br />

1996-2000 2001-2005 1996 2001 2005<br />

Régions ressources* 92,23 91,63 93,57 91,53 92,88<br />

Régions centrales 100,50 100,25 100,27 99,93 99,97<br />

L’indice <strong>de</strong> développement économique (IDE) n’est pas très<br />

volatile dans le temps, cependant la constante quand on<br />

compare les années 1996 à 2005 rési<strong>de</strong> dans l’écart persistent <strong>de</strong><br />

prés <strong>de</strong> 10 points <strong>de</strong> base entre les régions ressources et les<br />

régions centrales qui sont quasiment au même niveau que la<br />

moyenne québécoise<br />

La légère diminution affichée par les régions ressources et un écart<br />

aussi important par rapport à la moyenne québécoise trouvent en partie<br />

son explication dans l’analyse <strong>de</strong>s indicateurs qui composent l’IDE.<br />

En effet, alors que le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong> migration interrégionale montre <strong>de</strong>s signes<br />

d’amélioration par rapport à la pério<strong>de</strong> précé<strong>de</strong>nte, le profil<br />

démographique analysé par l’IDE tient compte <strong>de</strong> l’évolution<br />

quinquennale <strong>de</strong> la population et <strong>de</strong> la proportion <strong>de</strong> la population en<br />

âge <strong>de</strong> travailler. Or, comme précé<strong>de</strong>mment indiqué, c’est la part <strong>de</strong> la<br />

population qui quitte le plus les régions ressources.<br />

De même, la scolarité mesurée par la proportion <strong>de</strong> la population <strong>de</strong> 15<br />

ou 20 ans et plus ayant une scolarité postsecondaire éloigne les régions<br />

ressources <strong>de</strong> la moyenne québécoise.<br />

Source : Statistique Canada, Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec, ministère du Développement<br />

économique, Innovation et Exportation<br />

Compilation : ministère du Développement économique, Innovation et Exportation<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

76


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique<br />

Indice <strong>de</strong> développement économique selon les régions<br />

administratives, 1996 à 2000 et 2001 à 2005 (Québec = 100)<br />

Régions ressources<br />

Abitibi-Témiscamingue<br />

Gaspésie-<br />

Iles-<strong>de</strong>-la-<br />

Ma<strong>de</strong>leine<br />

Bas-Saint-Laurent<br />

Côte-Nord<br />

Mauricie<br />

Seul le Bas-Saint-Laurent et le Nord-du-Québec ont connu une<br />

amélioration <strong>de</strong> leur indice <strong>de</strong> développement économique dans la<br />

pério<strong>de</strong> 2001-2005. Cependant, ce sont les régions qui avec la<br />

Gaspésie-Îles-<strong>de</strong>-la-Ma<strong>de</strong>leine occupent le bas du classement toute<br />

pério<strong>de</strong> confondue<br />

• La démographie et la scolarité expliquent en gran<strong>de</strong> partie ce<br />

classement.<br />

Nord-du-Québec<br />

Saguenay-Lac-Saint-Jean<br />

Régions centrales<br />

Centre-du-Québec<br />

Chaudière-Appalaches<br />

Estrie<br />

Lanaudière<br />

Laurenti<strong>de</strong>s<br />

Montérégie<br />

Régions métropolitaines<br />

Outaouais<br />

Capitale nationale<br />

Laval<br />

Montréal<br />

75 80 85 90 95 100 105 110<br />

Régions ressources 2001-2005 Régions centrales 2001-2005<br />

Régions ressources 1996-2000 1996-2000 Régions centrales 2001-2005 1996-2000<br />

Source : Statistique Canada, Institut <strong>de</strong> la statistique du Québec, ministère du Développement<br />

économique, <strong>de</strong> l’Innovation et <strong>de</strong> l’Exportation<br />

Compilation : ministère du Développement économique, <strong>de</strong> l’Innovation et <strong>de</strong> l’Exportation<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

77


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques<br />

Princip<strong>aux</strong> constats<br />

1. Globalement, les indicateurs socio-économiques, notamment<br />

l’IDE, sont restés relativement stables lorsque l’on compare les<br />

pério<strong>de</strong>s 1996-2001 et 2001-2006. Les écarts indiciels sont restés<br />

constants entre les régions ressources et la moyenne<br />

québécoise, sauf pour les données relatives au PIB.<br />

2. Les indicateurs macroéconomiques comme le PIB par habitant ou<br />

le t<strong>aux</strong> d’emploi sont dépendants <strong>de</strong> facteurs exogènes en<br />

régions ressources. En effet, la corrélation est forte en régions<br />

ressources entre la prospérité économique et le cours <strong>de</strong>s<br />

matières premières, le cours du dollar canadien ou la part <strong>de</strong><br />

l’investissement public à travers les infrastructures<br />

hydroélectriques notamment.<br />

3. Le PIB du secteur manufacturier a enregistré une baisse en<br />

valeur <strong>de</strong> 2 % entre 2002 et 2003. Selon les observateurs, la<br />

baisse abrupte en 2002-2003 est en partie attribuable à<br />

l’appréciation marquée du dollar canadien, soit plus <strong>de</strong> 20 % au<br />

cours <strong>de</strong> cette pério<strong>de</strong>. On note <strong>de</strong> plus que la part du PIB du<br />

secteur manufacturier dans le PIB global du Québec connaît une<br />

baisse constante <strong>de</strong>puis 2001.<br />

4. En outre, nous constatons que la situation <strong>de</strong>s régions ressources<br />

n’est pas homogène. Au regard d’indicateurs comme le PIB par<br />

habitant, le revenu disponible par habitant ou l’IDE selon les<br />

régions, l’écart dans le classement <strong>de</strong>s régions ressources peut<br />

être important au point que certaines régions centrales affichent<br />

un comportement plus proche <strong>de</strong> celui <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

vice versa.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

78


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour<br />

l’ensemble du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

79


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour l’ensemble du Québec<br />

Questions sur les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR<br />

La stratégie gouvernementale<br />

Des efforts importants ont été consentis par le gouvernement du<br />

Québec au cours <strong>de</strong>s <strong>de</strong>rnières années afin <strong>de</strong> mettre à la disposition<br />

<strong>de</strong>s régions ressources <strong>de</strong>s outils <strong>de</strong> développement appropriés. La<br />

SDÉRR annoncée lors du Discours sur le budget 2001-2002 et les<br />

modifications qui ont suivi se sont inscrites dans cette foulée.<br />

Lors <strong>de</strong> la mise en place <strong>de</strong> la SDÉRR, les analyses<br />

gouvernementales révélaient que les régions ressources étaient <strong>aux</strong><br />

prises avec <strong>de</strong>s caractéristiques et <strong>de</strong>s problématiques communes,<br />

notamment <strong>de</strong>s économies régionales insuffisamment diversifiées, un<br />

contexte mondial qui affectaient tout particulièrement les secteurs<br />

forestiers et miniers et <strong>de</strong>s lacunes en matière <strong>de</strong> financement.<br />

La SDÉRR comportait trois grands axes d’intervention :<br />

• Augmenter la valeur ajoutée et accélérer la diversification <strong>de</strong><br />

l’économie<br />

• Assurer la croissance du secteur <strong>de</strong>s ressources naturelles<br />

• Mettre à la disposition <strong>de</strong>s régions <strong>de</strong>s outils en matière <strong>de</strong><br />

financement<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> faisant l’objet <strong>de</strong> la présente analyse, soit<br />

l’impôt zéro sur le revenu, le capital et la masse salariale pour les<br />

PME manufacturières et le crédit d’impôt sur les salaires versés pour<br />

la transformation <strong>de</strong>s ressources naturelles s’inscrivent dans le<br />

premier axe, soit augmenter la valeur ajoutée et accélérer la<br />

diversification économique.<br />

Impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> sur l’économie<br />

Prenant fait <strong>de</strong>s analyses effectuées et <strong>de</strong>s observations soulevées<br />

<strong>aux</strong> pages précé<strong>de</strong>ntes, nous tenterons <strong>de</strong> répondre <strong>aux</strong> trois<br />

questions suivantes, soit :<br />

1. Quel a été l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> sur le développement<br />

économique <strong>de</strong>s régions ressources<br />

2. Quel a été l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> sur le développement<br />

économique <strong>de</strong>s régions centrales<br />

3. De manière plus générale, quel a été l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

<strong>fiscales</strong> sur le développement économique du Québec<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

80


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour l’ensemble du Québec<br />

Quel a été l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> sur le développement économique <strong>de</strong>s régions ressources<br />

Notre analyse <strong>de</strong>s <strong>de</strong>rnières données socio-économiques disponibles<br />

indiquent que les régions ressources ont fait <strong>de</strong>s gains au cours <strong>de</strong>s<br />

<strong>de</strong>rnières années. Cependant, malgré ceux-ci, le retard économique<br />

<strong>de</strong>s régions ressources face <strong>aux</strong> autres régions du Québec perdure<br />

toujours.<br />

Ainsi, le diagnostic posé par les autorités gouvernementales lors <strong>de</strong> la<br />

mise en place <strong>de</strong> la SDÉRR est toujours d’actualité.<br />

Nos recherches indiquent que les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont eu un<br />

effet important et mesurable sur les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires. Nos<br />

simulations financières révèlent que ces <strong>entreprises</strong> ont, grâce <strong>aux</strong><br />

<strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, <strong>de</strong>s coûts d’exploitation similaires <strong>aux</strong> <strong>entreprises</strong><br />

opérant en régions centrales. Les données recueillies auprès <strong>de</strong><br />

Revenu Québec indiquent aussi que leur revenu imposable a continué<br />

<strong>de</strong> progresser après 2001.<br />

Ainsi, prise dans leur ensemble, on remarque que les régions<br />

ressources ont fait <strong>de</strong>s progrès intéressants avant et après 2001. Ces<br />

gains sont attribuables à un ensemble <strong>de</strong> facteurs tels que le t<strong>aux</strong> <strong>de</strong><br />

change et la vitalité du secteur <strong>de</strong>s ressources naturelles. Cependant,<br />

le raffermissement <strong>de</strong> notre <strong>de</strong>vise et la chute du secteur forestier<br />

pourraient mettre en péril les gains réalisés. Qu’en est-il <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux<br />

<strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> Il nous est impossible <strong>de</strong> mesurer la part<br />

attribuable spécifiquement à l’introduction <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong>. Elles<br />

ont eu un impact oui, mais compte tenu <strong>de</strong> la multitu<strong>de</strong> et la<br />

complexité <strong>de</strong>s variables, il nous est impossible <strong>de</strong> l’i<strong>de</strong>ntifier <strong>de</strong><br />

manière précise.<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont eu un effet mesurable sur les<br />

<strong>entreprises</strong> bénéficiaires. On base cette conclusion sur les résultats<br />

<strong>de</strong>s simulations <strong>de</strong> coûts ainsi que sur les données <strong>fiscales</strong> <strong>de</strong>s<br />

<strong>entreprises</strong> bénéficiaires fournies par Revenu Québec.<br />

Il est indéniable que les réductions <strong>fiscales</strong> contribuent à réduire le<br />

risque <strong>de</strong> défaut <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> et que conjuguées à une stratégie<br />

globale d’intervention gouvernementale, elles sont à long terme<br />

efficaces au niveau du développement économique régional.<br />

Les attentes face à ce type <strong>de</strong> <strong>mesures</strong> doivent cependant être mises<br />

en perspective. En effet, les facteurs <strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong><br />

développement sont complexes et propres à chaque entreprise et<br />

secteur industriel. Face à un environnement <strong>de</strong> plus en plus<br />

compétitif, les régions ressources ne bénéficient pas <strong>de</strong> bonnes<br />

conditions tant au niveau <strong>de</strong>s facteurs stratégiques, opérationnels que<br />

financiers. Leur avenir reste malgré les efforts <strong>de</strong>s gouvernements<br />

largement tributaire <strong>de</strong> l’exploitation et <strong>de</strong> la transformation <strong>de</strong>s<br />

ressources naturelles. Une stratégie <strong>de</strong> développement du secteur<br />

manufacturier sans liens à la transformation <strong>de</strong>s ressources naturelles<br />

représente un défi important.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

81


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour l’ensemble du Québec<br />

Quel a été l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> sur le développement économique <strong>de</strong>s régions centrales<br />

Tout comme pour les régions ressources, les données socioéconomiques<br />

disponibles indiquent que les régions centrales ont fait<br />

<strong>de</strong>s gains appréciables au cours <strong>de</strong>s <strong>de</strong>rnières années. Pendant la<br />

pério<strong>de</strong> 1995-2005, la performance <strong>de</strong>s régions centrales a été égale,<br />

voire supérieure <strong>aux</strong> autres régions du Québec.<br />

On note ainsi <strong>de</strong>s croissances du niveau <strong>de</strong> l’emploi, du PIB et du<br />

revenu personnel disponible. L’analyse <strong>de</strong>s données <strong>fiscales</strong><br />

recueillies par Revenu Québec au cours <strong>de</strong> la pério<strong>de</strong> 2001-2005<br />

indique cependant <strong>de</strong>s tendances moins favorables. On peut<br />

mentionner un ralentissement <strong>de</strong> la croissance du chiffre d’affaires<br />

moyen et du niveau <strong>de</strong> revenu imposable <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>. On note <strong>de</strong><br />

plus une hausse du niveau moyen <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes et emprunts. La<br />

performance globale <strong>de</strong> ces régions reste malgré tout favorable<br />

lorsqu’on la compare <strong>aux</strong> autres régions du Québec. Comme pour les<br />

régions ressources, la compétition étrangère et l’appréciation <strong>de</strong><br />

notre monnaie pourraient changer la donne pour plusieurs <strong>de</strong> ces<br />

<strong>entreprises</strong>.<br />

Les <strong>entreprises</strong> manufacturières <strong>de</strong>s régions centrales ont été celles<br />

qui ont été le plus durement touchées. On note que la contreperformance<br />

du secteur manufacturier a débuté bien avant<br />

l’introduction <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>.<br />

Les dites <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont-elles eu un impact sur les <strong>entreprises</strong><br />

<strong>de</strong>s régions centrales L’analyse <strong>de</strong>s données disponibles nous<br />

laisse croire que <strong>de</strong> manière générale, celles-ci n’ont pas été<br />

indument affectées. La concurrence étrangère, le raffermissement <strong>de</strong><br />

la <strong>de</strong>vise et la contre-performance <strong>de</strong> certains secteurs économiques<br />

ont, à notre avis, été <strong>de</strong>s acteurs plus déterminants que la<br />

concurrence d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires opérant en régions<br />

ressources.<br />

Notre réflexion s’appuie sur les considérations suivantes :<br />

• Les <strong>entreprises</strong> en régions centrales ont en général <strong>de</strong>s facteurs<br />

<strong>de</strong> localisation et <strong>de</strong> développement plus favorables que ceux<br />

<strong>de</strong>s régions ressources<br />

• Avec les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong>, les <strong>entreprises</strong> bénéficiaires ont <strong>de</strong>s<br />

coûts d’exploitation similaires avec ceux <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> sises<br />

en régions centrales<br />

À noter que ces constats sont génér<strong>aux</strong> et pourraient ne pas<br />

s’appliquer à la situation <strong>de</strong> certaines <strong>entreprises</strong>. Cela est attribuable<br />

au fait que toutes les régions centrales ou ressources ne bénéficient<br />

pas <strong>de</strong> conditions homogènes. Certaines régions centrales ou plutôt<br />

certaines villes pourraient présenter <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> localisation et<br />

<strong>de</strong> développement similaires <strong>aux</strong> régions ressources et à l’inverse,<br />

<strong>de</strong>s régions ressources pourraient présenter <strong>de</strong>s conditions qui<br />

s’apparentent davantage à celles <strong>de</strong> régions centrales. Ainsi, sous<br />

certaines conditions, <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> <strong>de</strong> régions centrales ont pu<br />

souffrir <strong>de</strong> la concurrence d’<strong>entreprises</strong> bénéficiaires opérant en<br />

régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

82


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong> l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> pour l’ensemble du Québec<br />

Quel a été l’impact <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> sur le développement économique du Québec<br />

Les analyses révèlent que les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> ont un impact<br />

favorable sur le niveau <strong>de</strong> compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> bénéficiaires.<br />

En abaissant les coûts d’exploitation <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>, on réduit<br />

indéniablement leur risque <strong>de</strong> défaut. Conjuguée à d’autres initiatives<br />

gouvernementales comme l’accès <strong>aux</strong> capit<strong>aux</strong>, les programmes <strong>de</strong><br />

R&D et la formation <strong>de</strong> la main-d’œuvre, la SDÉRR contribue<br />

inévitablement au développement économique <strong>de</strong>s régions<br />

ressources.<br />

Malgré les <strong>mesures</strong> mises <strong>de</strong> l’avant par l’État afin <strong>de</strong> stimuler le<br />

développement <strong>de</strong>s régions ressources, on constate que celles-ci<br />

restent désavantagées face <strong>aux</strong> autres régions du Québec. En fait,<br />

même avec les programmes <strong>de</strong> soutien <strong>de</strong> l’État, les régions<br />

ressources restent confrontées à d’immenses défis. Le niveau <strong>de</strong><br />

compétitivité sans cesse croissant <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s régions couplé<br />

à la globalisation <strong>de</strong>s marchés nation<strong>aux</strong> et internation<strong>aux</strong> font en<br />

sorte que celles-ci sont désavantagées au niveau <strong>de</strong>s facteurs<br />

stratégiques, opérationnels et financiers.<br />

Force <strong>de</strong> constater que les régions ressources ne sont pas les seules<br />

<strong>aux</strong> prises avec <strong>de</strong>s défis liés à la compétitivité grandissante <strong>de</strong>s<br />

économies. Ainsi, même si les régions centrales et métropolitaines<br />

semblent plus avantagées que les régions ressources, celles-ci sont<br />

malgré tout <strong>aux</strong> prises avec une concurrence <strong>de</strong> plus en plus féroce<br />

en provenance <strong>de</strong> l’étranger.<br />

Bien que la plupart <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> québécoises pourraient tirer profit<br />

<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> afin d’améliorer leur niveau <strong>de</strong> compétitivité<br />

face à la concurrence, nous croyons que les facteurs <strong>de</strong> localisation<br />

et <strong>de</strong> développement <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> en régions ressources font en<br />

sorte que ces régions requièrent une attention toute particulière <strong>de</strong>s<br />

autorités gouvernementales. Les données socio-économiques <strong>de</strong> ces<br />

régions mettent en évi<strong>de</strong>nce le clivage entre ces régions et le reste<br />

du Québec. Ainsi, il ne faut pas perdre <strong>de</strong> vue qu’en soutenant les<br />

<strong>entreprises</strong> <strong>de</strong>s régions ressources, l’État vise avant tout le<br />

renforcement socio-économique <strong>de</strong> ces régions.<br />

Malgré les avantages <strong>de</strong> ce type d’intervention économique, on doit<br />

souligner certaines limites :<br />

• Globalement, ces <strong>mesures</strong> pourraient n’avoir que peu d’effet sur<br />

l’amélioration du niveau <strong>de</strong> compétitivité global du Québec. En<br />

fait, on améliore celui <strong>de</strong>s régions qui sont dans le besoin sans<br />

pour autant bonifier le profil <strong>de</strong> compétitivité <strong>de</strong>s régions<br />

centrales ou métropolitaines, lesquelles sont les plus<br />

susceptibles <strong>de</strong> pouvoir concurrencer efficacement les<br />

<strong>entreprises</strong> étrangères.<br />

• Les résultats en termes <strong>de</strong> création d’emplois et <strong>de</strong> démarrage<br />

d’<strong>entreprises</strong> sont parfois long à paraître. On note avant tout un<br />

accroissement <strong>de</strong> la richesse <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong> sans qu’il y ait<br />

nécessairement <strong>de</strong>s effets structurants.<br />

• L’application <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> dites géographiques<br />

représente un défi, car les modalités d’application seront<br />

toujours susceptibles <strong>de</strong> créer <strong>de</strong>s inéquités entre <strong>entreprises</strong><br />

et/ou régions.<br />

• Les <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> peuvent créer <strong>de</strong>s distorsions dans le profil<br />

<strong>de</strong> compétitivité <strong>de</strong>s <strong>entreprises</strong>. Les fonds publics <strong>de</strong>vraient<br />

viser davantage à améliorer les autres facteurs <strong>de</strong> localisation et<br />

<strong>de</strong> développement, lesquels ont <strong>de</strong>s effets permanents et moins<br />

transitoires.<br />

• Le développement économique <strong>de</strong>s régions ressources implique<br />

que les régions auront <strong>de</strong>s choix à faire quant <strong>aux</strong> orientations<br />

<strong>de</strong> développement. Il est indéniable que leur développement est<br />

intrinsèquement lié à celui <strong>de</strong>s ressources. Développer <strong>de</strong>s<br />

activités manufacturières non liées <strong>aux</strong> ressources naturelles<br />

représente un défi très important compte tenu du profil <strong>de</strong><br />

compétitivité <strong>de</strong>s autres régions.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

83


Annexes<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

84


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Agroalimentaire<br />

Ensemble <strong>de</strong>s scénarios<br />

Le tableau illustre pour le modèle d’entreprise « Transformation <strong>de</strong>s aliments », les résultats <strong>de</strong>s quatre simulations pour chacune ainsi que<br />

l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et centrales analysées. On note que pour la simulation sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les régions centrales<br />

bénéficient d’un avantage <strong>de</strong> 2 points <strong>de</strong> base au niveau <strong>de</strong>s coûts alors que l’avantage est <strong>de</strong> 0,4 point <strong>de</strong> base en faveur <strong>de</strong>s régions<br />

ressources dans le cas du scénario <strong>de</strong> référence. Ainsi, l’impact combiné <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> représente 2,4 points <strong>de</strong> base.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-Georges<br />

<strong>de</strong> Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales Montréal Québec (ville) États-Unis<br />

Scénario : <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 31 920 31 321 31 274 31 505 31 791 31 395 31 667 31 618 32 156 32 132 33 687<br />

Classement général 6 2 1 5 3 4<br />

Indice général 94,8 93,0 92,8 93,5 94,4 93,2 94,0 93,9 95,5 95,4 100,0<br />

Scénario : démarrage d'entreprise<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 31 339 30 777 30 685 30 934 31 791 31 395 31 667 31 618 32 156 32 132 33 687<br />

Classement général 3 2 1 6 4 5<br />

Indice général 93,0 91,4 91,1 91,8 94,4 93,2 94,0 93,9 95,5 95,4 100,0<br />

Impact <strong>de</strong> 2,4 points <strong>de</strong> base<br />

0,4 point <strong>de</strong> base<br />

Scénario : sans création d'emplois<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 33 435 32 801 32 764 33 000 33 144 32 737 33 021 32 967 33 520 33 493 35 093<br />

Classement général 6 3 2 5 1 4<br />

Indice général 95,3 93,5 93,4 94,0 94,4 93,3 94,1 93,9 95,5 95,4 100,0<br />

Scénario : sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 32 688 32 136 32 126 32 317 31 791 31 395 31 667 31 618 32 156 32 132 33 689<br />

Classement général 6 5 4 3 1 2<br />

Indice général 97,0 95,4 95,4 95,9 94,4 93,2 94,0 93,9 95,4 95,4 100,0<br />

À noter que selon le scénario sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR, les coûts<br />

d’exploitation <strong>de</strong>s trois régions ressources sont supérieurs <strong>de</strong> 0,4 point <strong>de</strong><br />

base par rapport <strong>aux</strong> villes <strong>de</strong> Montréal et Québec, alors que les trois<br />

régions centrales bénéficient <strong>de</strong> 1,5 point <strong>de</strong> base par rapport <strong>aux</strong> mêmes<br />

villes.<br />

2,0 points <strong>de</strong> base<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

85


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Agroalimentaire<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Investissement initial<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les investissements requis par le modèle d’entreprise « Transformation <strong>de</strong>s aliments ». Les <strong>de</strong>ux<br />

variables sensibles à l’emplacement étant l’acquisition du terrain et la construction immobilière.<br />

ACTIVITÉ : TRAITEMENT DES ALIMENTS<br />

(000 ($ US $ 000) US)<br />

Investissement initial<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Terrain 43 75 112 77 94 62 47 68 894 564 1 076<br />

Immeubles 3 196 3 110 3 110 3 139 2 769 2 130 2 130 2 343 2 556 2 684 2 653<br />

3 239 3 185 3 222 3 215 2 863 2 192 2 177 2 411 3 450 3 248 3 729<br />

Classement, terrain 1 4 6 5 3 2<br />

Classement, immeuble 6 4 4 3 1 1<br />

Classement, investissement total 6 4 5 3 2 1<br />

Encaisse 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100<br />

Inventaire 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500 1 500<br />

Immobilisations 4 800 4 800 4 800 4 800 4 800 4 800 4 800 4 800 4 800 4 800 4 800<br />

9 639 9 585 9 622 9 615 9 263 8 592 8 577 8 811 9 850 9 648 10 129<br />

Financement initial<br />

Dette 6 426 6 390 6 415 6 410 6 176 5 728 5 718 5 874 6 567 6 432 6 753<br />

Fonds propres 3 213 3 195 3 207 3 205 3 087 2 864 2 859 2 937 3 283 3 216 3 376<br />

9 639 9 585 9 622 9 615 9 263 8 592 8 577 8 811 9 850 9 648 10 129<br />

L’acquisition du terrain et la construction immobilière sont moins onéreuses en<br />

régions centrales qu’elle ne le sont en régions ressources. Les trois régions<br />

centrales témoins prises individuellement occupent les trois premiers rangs.<br />

L’écart entre les régions centrales et ressources est <strong>de</strong> 804 000 $ US.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

86


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Agroalimentaire<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts d’exploitation<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts d’exploitation selon le modèle d’entreprise « Transformation <strong>de</strong>s aliments ». Les coûts<br />

d’exploitation sensibles à l’emplacement étant la main-d’œuvre, le transport et les services publics.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Ventes 34 944 34 944 34 944 34 944 34 944 34 944 34 944 34 944 34 944 34 944 34 944<br />

Coûts sensibles à l'emplacement<br />

Salaires et traitements 4 769 4 470 4 831 4 690 4 644 4 242 4 502 4 463 5 026 4 746 5 221<br />

Avantages soci<strong>aux</strong> obligatoires 559 528 565 550 692 626 657 658 734 698 657<br />

Autres avantages soci<strong>aux</strong> 1 002 940 1 015 986 976 892 946 938 1 057 998 1 631<br />

Ajustement <strong>de</strong> la productivité – – – – – – – – – – –<br />

Total : main-d'oeuvre 6 330 5 938 6 411 6 226 6 311 5 760 6 105 6 059 6 817 6 442 7 509<br />

Classement, salaires 5 2 6 4 1 3<br />

Classement, total main-d'oeuvre 5 2 6 4 1 3<br />

Fret continental (routier/maritime) 1 815 1 504 1 234 1 518 1 086 1 167 1 188 1 147 987 1 337 2 218<br />

Fret aérien intercontinental – – – – – – – – – – –<br />

Fret maritime intercontinental – – – – – – – – – – –<br />

Total : transport 1 815 1 504 1 234 1 518 1 086 1 167 1 188 1 147 987 1 337 2 218<br />

Classement, transport 6 5 4 1 2 3<br />

Électricité 321 321 321 321 321 321 321 321 321 321 452<br />

Gaz/mazout 803 803 543 716 554 554 554 554 554 554 541<br />

Télécommunications 21 21 21 21 21 21 21 21 20 21 26<br />

Total : services publics 1 145 1 145 885 1 058 896 896 896 896 895 896 1 018<br />

Classement, électricité 1 1 1 1 1 1<br />

Classement, gaz/mazout 5 5 1 2 2 2<br />

Classement, télécommunications 1 1 1 1 1 1<br />

Total : coûts d'exploitation 9 290 8 587 8 530 8 802 8 293 7 823 8 189 8 102 8 699 8 675 10 746<br />

Classement, coûts d'exploitation 6 5 4 3 1 2<br />

En termes <strong>de</strong> coûts d’exploitation, il est moins onéreux d’opérer en régions centrales qu’en<br />

régions ressources. Les trois régions centrales témoins prises individuellement occupent<br />

les trois premiers rangs. En moyenne, les <strong>entreprises</strong> en régions centrales bénéficient d’un<br />

avantage <strong>de</strong> 700 000 $ US ou 8,6 % par rapport <strong>aux</strong> régions ressources.<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

87


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Agroalimentaire<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts tot<strong>aux</strong> selon le modèle d’entreprise « Transformation <strong>de</strong>s aliments ». La principale variable<br />

sensible à l’emplacement est les impôts et les taxes. Plus particulièrement, on peut noter les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, lesquelles sont<br />

incluses sous la rubrique « Impôt régional sur le revenu ».<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Intérêts 44 (8) (10) 9 11 (41) (19) (16) 64 54 216<br />

Amortissement 814 808 808 810 786 742 742 757 770 780 778<br />

Total : intérêts et amortissement 858 800 798 819 797 701 723 740 834 834 994<br />

Frais divers – – – – – – – – – – –<br />

Impôt national sur le revenu 886 1 064 1 077 1 009 1 065 1 190 1 098 1 118 940 950 580<br />

Impôt régional sur le revenu (233) (184) (209) (209) 564 629 581 591 499 504 90<br />

Impôt local sur le revenu – – – – – – – – – – 5<br />

Impôt national sur le capital – – – – – – – – – – –<br />

Impôt régional sur le capital – – – – 46 48 45 46 43 43 3<br />

Taxe <strong>de</strong> vente – – – – – – – – – – 168<br />

Impôt foncier 109 87 91 96 61 37 41 46 175 159 134<br />

Taxe sur les recettes brutes – – – – – – – – – – –<br />

Taxe d'affaires 43 – 20 21 – – 23 8 – – –<br />

Subventions, encouragements – – – – – – – – – – –<br />

Total <strong>de</strong>s impôts/taxes (après subvent.) 805 967 979 917 1 734 1 904 1 788 1 809 1 656 1 656 981<br />

Total <strong>de</strong>s coûts sensibles à l'emplac. 10 953 10 354 10 307 10 538 10 824 10 428 10 700 10 651 11 189 11 165 12 720<br />

Coûts non sensibles à l'emplacement<br />

Matéri<strong>aux</strong> 18 870 18 870 18 870 18 870 18 870 18 870 18 870 18 870 18 870 18 870 18 870<br />

Autres frais d'exploitation 2 097 2 097 2 097 2 097 2 097 2 097 2 097 2 097 2 097 2 097 2 097<br />

Total <strong>de</strong>s coûts non sensibles à l'emplac. 20 967 20 967 20 967 20 967 20 967 20 967 20 967 20 967 20 967 20 967 20 967<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 31 920 31 321 31 274 31 505 31 791 31 395 31 667 31 618 32 156 32 132 33 687<br />

Bénéfice net après impôts 3 022 3 623 3 669 3 438 3 153 3 550 3 277 3 327 2 790 2 813 1 257<br />

% <strong>de</strong>s ventes 8,6% 10,4% 10,5% 9,8% 9,0% 10,2% 9,4% 9,5% 8,0% 8,1% 3,6%<br />

Classement général 6 2 1 5 3 4<br />

Indice général 94,8 93,0 92,8 93,5 94,4 93,2 94,0 93,9 95,5 95,4 100,0<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> positionner <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>s régions ressources au premier et <strong>de</strong>uxième<br />

rangs quant au bénéfice net après impôts. Bien que bénéficiant <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong>, la région <strong>de</strong> Baie-Comeau se situe<br />

au sixième rang <strong>de</strong>s régions témoins. Globalement, le bénéfice net après impôts <strong>de</strong>s régions ressources se situe à<br />

3 438 000 $ US alors qu’il est <strong>de</strong> 3 327 000 $ US pour les régions centrales, soit un différentiel <strong>de</strong> 111 000 $ US.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

88


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Agroalimentaire<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Résumé <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente l’impact <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR selon le modèle d’entreprise « Transformation <strong>de</strong>s aliments »<br />

sur le t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu ainsi que la valeur monétaire <strong>de</strong>s encouragements par emploi.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Bénéfice net avant impôt sur le revenu 3 675 4 503 4 537 4 238 4 781 5 369 4 956 5 035 4 228 4 267 1 932<br />

T<strong>aux</strong> effectif d'impôt sur le revenu 17,8% 19,5% 19,1% 18,9% 34,1% 33,9% 33,9% 33,9% 34,0% 34,1% 35,0%<br />

Classement 1 3 2 6 4 4<br />

Total <strong>de</strong>s encouragements: $ US par emploi,<br />

après effets estim. <strong>de</strong>s impôts $6 970 $7 433 $7 728 $7 377 $224 $222 $223 $223 $226 $225 $928<br />

Selon le scénario <strong>de</strong> référence, l’effet combiné <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

incluant celles <strong>de</strong> la SDÉRR représentent 7 377 $ par emploi pour les régions<br />

ressources, alors que les régions centrales bénéficient <strong>de</strong> 223 $, soit un<br />

différentiel <strong>de</strong> 7 154 $ par emploi.<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR procurent un t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu <strong>de</strong> 18,9 % pour<br />

les régions ressources alors que ce même t<strong>aux</strong> est <strong>de</strong> 33,9 % pour les régions centrales. À<br />

noter que les régions centrales bénéficient d’une structure <strong>de</strong> coûts d’exploitation plus<br />

avantageuse que les régions ressources. Ainsi, le bénéfice net avant impôts sur le revenu est<br />

en moyenne <strong>de</strong> 5 035 000 $ US pour ces <strong>de</strong>rnières, alors qu’il s’élève à 4 238 000 $ US pour<br />

les régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

89


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Composants en métal<br />

Ensemble <strong>de</strong>s scénarios<br />

Le tableau illustre pour le modèle d’entreprise « Usinage <strong>de</strong>s mét<strong>aux</strong> », les résultats <strong>de</strong>s quatre simulations pour chacune ainsi que l’ensemble<br />

<strong>de</strong>s régions ressources et centrales analysées. On note que pour la simulation sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les régions centrales bénéficient<br />

d’un avantage <strong>de</strong> 3,5 points <strong>de</strong> base au niveau <strong>de</strong>s coûts, alors que l’avantage est <strong>de</strong> 0,4 point <strong>de</strong> base en faveur <strong>de</strong>s régions ressources dans le<br />

cas du scénario <strong>de</strong> référence. Ainsi, l’impact combiné <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> représente 3,9 points <strong>de</strong> base.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-Georges<br />

<strong>de</strong> Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales Montréal Québec (ville) États-Unis<br />

Scénario : <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 15 987 15 460 15 629 15 692 15 926 15 558 15 842 15 775 16 332 16 275 17 483<br />

Classement général 6 1 3 5 2 4<br />

Indice général 91,4 88,4 89,4 89,8 91,1 89,0 90,6 90,2 93,4 93,1 100,0<br />

Scénario : démarrage d'entreprise<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 15 437 14 945 15 072 15 151 15 926 15 558 15 842 15 775 16 332 16 275 17 483<br />

Classement général 3 1 2 6 4 5<br />

Indice général 88,3 85,5 86,2 86,7 91,1 89,0 90,6 90,2 93,4 93,1 100,0<br />

Impact <strong>de</strong> 3,9 points <strong>de</strong> base<br />

0,4 point <strong>de</strong> base<br />

Scénario : sans création d'emplois<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 16 490 15 949 16 129 16 189 16 356 15 981 16 270 16 202 16 769 16 709 17 947<br />

Classement général 6 1 3 5 2 4<br />

Indice général 91,9 88,9 89,9 90,2 91,1 89,0 90,7 90,3 93,4 93,1 100,0<br />

Scénario : sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 16 646 16 165 16 337 16 383 15 926 15 558 15 842 15 775 16 332 16 275 17 484<br />

Classement général 6 4 5 3 1 2<br />

Indice général 95,2 92,5 93,4 93,7 91,1 89,0 90,6 90,2 93,4 93,1 100,0<br />

3,5 points <strong>de</strong> base<br />

À noter que selon le scénario <strong>de</strong> démarrage d’entreprise, où tous les emplois sont admissibles au<br />

crédit d’impôt remboursable pour les activités <strong>de</strong> transformation, les coûts d’exploitation <strong>de</strong>s trois<br />

régions centrales sont supérieurs <strong>de</strong> 3,5 points <strong>de</strong> base par rapport <strong>aux</strong> trois régions ressources.<br />

Selon ce scénario, l’impact combiné <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> représentent 7 points <strong>de</strong> base.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

90


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Composants en métal<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Investissement initial<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysés. Le tableau présente les investissements requis par le modèle d’entreprise « Usinage <strong>de</strong>s mét<strong>aux</strong> ». Les <strong>de</strong>ux variables<br />

sensibles à l’emplacement étant l’acquisition du terrain et la construction immobilière.<br />

ACTIVITÉ : COMPOSANTS EN MÉTAL<br />

(000 ($ US $ 000) US)<br />

Investissement initial<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Terrain 69 120 180 123 150 99 60 103 1 506 752 1 462<br />

Immeubles 6 221 5 965 5 965 6 050 5 113 4 516 4 687 4 772 4 687 5 369 4 810<br />

6 290 6 085 6 145 6 173 5 263 4 615 4 747 4 875 6 193 6 121 6 272<br />

Classement, terrain 2 4 6 5 3 1<br />

Classement, immeuble 6 4 4 3 1 2<br />

Classement, investissement total 6 4 5 3 1 2<br />

Encaisse 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100<br />

Inventaire 400 400 400 400 400 400 400 400 400 400 400<br />

Immobilisations 3 700 3 700 3 700 3 700 3 700 3 700 3 700 3 700 3 700 3 700 3 700<br />

10 490 10 285 10 345 10 373 9 463 8 815 8 947 9 075 10 393 10 321 10 472<br />

Financement initial<br />

Dette 5 245 5 143 5 173 5 187 4 731 4 407 4 473 4 537 5 197 5 161 5 236<br />

Fonds propres 5 245 5 142 5 172 5 186 4 732 4 408 4 474 4 538 5 196 5 160 5 236<br />

10 490 10 285 10 345 10 373 9 463 8 815 8 947 9 075 10 393 10 321 10 472<br />

L’acquisition du terrain et la construction immobilière sont moins onéreuses en<br />

régions centrales qu’en région ressources. Les trois régions centrales témoins<br />

prises individuellement occupent les trois premiers rangs. L’écart entre les<br />

régions centrales et ressources est <strong>de</strong> 1 298 000 $ US.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

91


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Composants en métal<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts d’exploitation<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts d’exploitation selon le modèle d’entreprise « Usinage <strong>de</strong>s mét<strong>aux</strong> ». Les coûts d’exploitation<br />

sensibles à l’emplacement étant la main-d’œuvre, le transport et les services publics.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Ventes 18 859 18 859 18 859 18 859 18 859 18 859 18 859 18 859 18 859 18 859 18 859<br />

Coûts sensibles à l'emplacement<br />

Salaires et traitements 4 309 4 038 4 366 4 238 4 194 3 832 4 070 4 032 4 539 4 286 4 717<br />

Avantages soci<strong>aux</strong> obligatoires 458 432 463 451 572 519 543 545 609 576 502<br />

Autres avantages soci<strong>aux</strong> 906 849 918 891 882 806 856 848 954 901 1 441<br />

Ajustement <strong>de</strong> la productivité – – – – – – – – – – –<br />

Total : main-d'oeuvre 5 673 5 319 5 747 5 580 5 648 5 157 5 469 5 425 6 102 5 763 6 660<br />

Classement, salaires 5 2 6 4 1 3<br />

Classement, total main-d'oeuvre 5 2 6 4 1 3<br />

Fret continental (routier/maritime) 1 156 979 809 981 741 788 803 777 687 886 1 585<br />

Fret aérien intercontinental – – – – – – – – – – –<br />

Fret maritime intercontinental 267 277 293 279 191 207 209 202 180 199 277<br />

Total : transport 1 423 1 255 1 102 1 260 932 995 1 012 980 867 1 085 1 862<br />

Classement, transport 6 5 4 1 2 3<br />

Électricité 308 308 308 308 308 308 308 308 308 308 436<br />

Gaz/mazout 308 308 217 278 221 221 221 221 221 221 216<br />

Télécommunications 32 32 32 32 32 32 32 32 30 32 35<br />

Total : services publics 648 648 557 618 561 561 561 561 559 561 687<br />

Classement, électricité 1 1 1 1 1 1<br />

Classement, gaz/mazout 5 5 1 2 2 2<br />

Classement, télécommunications 1 1 1 1 1 1<br />

Total : coûts d'exploitation 7 744 7 222 7 406 7 457 7 141 6 713 7 042 6 965 7 528 7 409 9 210<br />

Classement, coûts d'exploitation 6 4 5 3 1 2<br />

En termes <strong>de</strong> coûts d’exploitation, il est moins onéreux d’opérer en régions centrales qu’en<br />

régions ressources. Les trois régions centrales témoins prises individuellement occupent les<br />

trois premiers rangs. En moyenne, les <strong>entreprises</strong> en régions centrales bénéficient d’un<br />

avantage <strong>de</strong> 492 000 $ US par rapport <strong>aux</strong> régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

92


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Composants en métal<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts tot<strong>aux</strong> selon le modèle d’entreprise « Usinage <strong>de</strong>s mét<strong>aux</strong> ». . La principale variable sensible<br />

à l’emplacement est les impôts et les taxes. Plus particulièrement, on peut noter les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, lesquelles sont incluses sous la<br />

rubrique « Impôt régional sur le revenu ».<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce Sherbrooke<br />

Intérêts (24) (72) (56) (51) (58) (103) (76) (79) 3 (8) 90<br />

Amortissement 877 860 860 866 803 763 774 780 774 820 783<br />

Total : intérêts et amortissement 853 788 804 815 745 660 698 701 777 812 873<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Frais divers – – – – – – – – – – –<br />

Impôt national sur le revenu 882 1 035 984 967 1 021 1 137 1 044 1 067 880 907 679<br />

Impôt régional sur le revenu (107) (73) (97) (92) 538 599 550 562 465 479 88<br />

Impôt local sur le revenu – – – – – – – – – – 4<br />

Impôt national sur le capital – – – – – – – – – – –<br />

Impôt régional sur le capital 1 3 2 2 52 54 51 52 50 50 3<br />

Taxe <strong>de</strong> vente – – – – – – – – – – 131<br />

Impôt foncier 212 167 173 184 111 77 89 92 314 300 176<br />

Taxe sur les recettes brutes – – – – – – – – – – –<br />

Taxe d'affaires 84 – 39 41 – – 50 17 – – –<br />

Subventions, encouragements – – – – – – – – – – –<br />

Total <strong>de</strong>s impôts/taxes (après subvent.) 1 072 1 132 1 101 1 102 1 722 1 867 1 784 1 791 1 709 1 736 1 082<br />

Total <strong>de</strong>s coûts sensibles à l'emplac. 9 669 9 142 9 311 9 374 9 608 9 240 9 524 9 457 10 014 9 957 11 165<br />

Coûts non sensibles à l'emplacement<br />

Matéri<strong>aux</strong> 4 715 4 715 4 715 4 715 4 715 4 715 4 715 4 715 4 715 4 715 4 715<br />

Autres frais d'exploitation 1 603 1 603 1 603 1 603 1 603 1 603 1 603 1 603 1 603 1 603 1 603<br />

Total <strong>de</strong>s coûts non sensibles à l'emplac. 6 318 6 318 6 318 6 318 6 318 6 318 6 318 6 318 6 318 6 318 6 318<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 15 987 15 460 15 629 15 692 15 926 15 558 15 842 15 775 16 332 16 275 17 483<br />

Bénéfice net après impôts 2 872 3 399 3 231 3 167 2 933 3 302 3 017 3 084 2 527 2 584 1 376<br />

% <strong>de</strong>s ventes 15,2% 18,0% 17,1% 16,8% 15,6% 17,5% 16,0% 16,4% 13,4% 13,7% 7,3%<br />

Classement général 6 1 3 5 2 4<br />

Indice général 91,4 88,4 89,4 89,8 91,1 89,0 90,6 90,2 93,4 93,1 100,0<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> positionner <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>s régions ressources au premier et troisième<br />

rangs quant au bénéfice net après impôts. Bien que bénéficiant <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong>, la région <strong>de</strong> Baie-Comeau se situe<br />

au sixième rang <strong>de</strong>s régions témoins. Globalement, le bénéfice net après impôts <strong>de</strong>s régions ressources se situe à<br />

3 167 000 $ US alors qu’il est <strong>de</strong> 3 084 000 $ US pour les régions centrales, soit un différentiel <strong>de</strong> 83 000 $ US.<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

93


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Composants en métal<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Résumé <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente l’impact <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR selon le modèle d’entreprise « Usinage <strong>de</strong>s mét<strong>aux</strong> »sur le<br />

t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu ainsi que la valeur monétaire <strong>de</strong>s encouragements par emploi.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Bénéfice net avant impôt sur le revenu 3 647 4 361 4 118 4 042 4 492 5 038 4 611 4 714 3 872 3 970 2 148<br />

T<strong>aux</strong> effectif d'impôt sur le revenu 21,3% 22,1% 21,5% 21,6% 34,7% 34,5% 34,6% 34,6% 34,7% 34,9% 35,9%<br />

Classement 1 3 2 6 4 5<br />

Total <strong>de</strong>s encouragements : $ US par emploi,<br />

après effets estim. <strong>de</strong>s impôts $6 343 $6 839 $6 802 $6 661 $171 $169 $170 $170 $172 $171 $1 138<br />

Selon le scénario <strong>de</strong> référence, l’effet combiné <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

incluant celles <strong>de</strong> la SDÉRR représentent 6 661 $ par emploi pour les régions<br />

ressources alors que les régions centrales bénéficient <strong>de</strong> 170 $, soit un<br />

différentiel <strong>de</strong> 6 491 $ par emploi.<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR procurent un t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le<br />

revenu <strong>de</strong> 21,6 % pour les régions ressources, alors que ce même t<strong>aux</strong> est<br />

<strong>de</strong> 34,6 % pour les régions centrales. À noter que les régions centrales<br />

bénéficient d’une structure <strong>de</strong> coûts d’exploitation plus avantageuse que les<br />

régions ressources. Ainsi, le bénéfice net avant impôt sur le revenu est en<br />

moyenne <strong>de</strong> 4 714 000 $ US pour ces <strong>de</strong>rnières, alors qu’il s’élève à<br />

4 042 000 $ US pour les régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

94


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Pièces <strong>de</strong> précision<br />

Ensemble <strong>de</strong>s scénarios<br />

Le tableau illustre pour le modèle d’entreprise « Fabrication <strong>de</strong> composants <strong>de</strong> précision », les résultats <strong>de</strong>s quatre simulations pour chacune<br />

ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et centrales analysées. On note que pour la simulation sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR, les régions<br />

centrales bénéficient d’un avantage <strong>de</strong> 2,8 points <strong>de</strong> base au niveau <strong>de</strong>s coûts alors que l’avantage est <strong>de</strong> 2 points <strong>de</strong> base en faveur <strong>de</strong>s régions<br />

ressources dans le cas du scénario <strong>de</strong> référence. Ainsi, l’impact combiné <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> représente 4,8 points <strong>de</strong> base.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-Georges<br />

<strong>de</strong> Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales Montréal Québec (ville) États-Unis<br />

Scénario : <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 8 194 7 907 8 155 8 085 8 403 8 118 8 291 8 271 8 652 8 520 9 484<br />

Classement général 4 1 3 6 2 5<br />

Indice général 86,4 83,4 86,0 85,2 88,6 85,6 87,4 87,2 91,2 89,8 100,0<br />

Scénario : démarrage d'entreprise<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 7 676 7 423 7 631 7 577 8 403 8 118 8 291 8 271 8 652 8 520 9 484<br />

Classement général 3 1 2 6 4 5<br />

Indice général 80,9 78,3 80,5 79,9 88,6 85,6 87,4 87,2 91,2 89,8 100,0<br />

Impact <strong>de</strong> 4,8 points <strong>de</strong> base<br />

2 points <strong>de</strong> base<br />

Scénario : sans création d'emplois<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 8 351 8 056 8 313 8 240 8 520 8 231 8 408 8 386 8 774 8 638 9 615<br />

Classement général 4 1 3 6 2 5<br />

Indice général 86,9 83,8 86,5 85,7 88,6 85,6 87,4 87,2 91,3 89,8 100,0<br />

Scénario : sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 8 633 8 370 8 602 8 535 8 403 8 118 8 291 8 271 8 652 8 520 9 484<br />

Classement général 6 3 5 4 1 2<br />

Indice général 91,0 88,3 90,7 90,0 88,6 85,6 87,4 87,2 91,2 89,8 100,0<br />

2,8 points <strong>de</strong> base<br />

À noter que selon le scénario sans création d’emplois, où seule l’augmentation annuelle <strong>de</strong>s salaires<br />

est admissible (3 % annuel dans l’exemple) au crédit d’impôt remboursable pour les activités <strong>de</strong><br />

transformation, les coûts d’exploitation <strong>de</strong>s trois régions centrales sont supérieurs <strong>de</strong> 1,5 point <strong>de</strong><br />

base par rapport <strong>aux</strong> trois régions ressources. Selon ce scénario, l’impact combiné <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux<br />

<strong>mesures</strong> représentent 4,3 points <strong>de</strong> base.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

95


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Pièces <strong>de</strong> précision<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Investissement initial<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les investissements requis par le modèle d’entreprise « Fabrication <strong>de</strong> composants <strong>de</strong> précision ». Les<br />

<strong>de</strong>ux variables sensibles à l’emplacement étant l’acquisition du terrain et la construction immobilière.<br />

ACTIVITÉ : PIÈCES DE PRÉCISION<br />

(000 ($ US $ 000) US)<br />

Investissement initial<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Terrain 26 45 67 46 56 37 28 40 536 338 646<br />

Immeubles 1 917 1 866 1 866 1 883 1 662 1 278 1 278 1 406 1 534 1 611 1 592<br />

1 943 1 911 1 933 1 929 1 718 1 315 1 306 1 446 2 070 1 949 2 237<br />

Classement, terrain 1 4 6 5 3 2<br />

Classement, immeuble 6 4 4 3 1 1<br />

Classement, investissement total 6 4 5 3 2 1<br />

Encaisse 500 500 500 500 500 500 500 500 500 500 500<br />

Inventaire 2 400 2 400 2 400 2 400 2 400 2 400 2 400 2 400 2 400 2 400 2 400<br />

Immobilisations 3 150 3 150 3 150 3 150 3 150 3 150 3 150 3 150 3 150 3 150 3 150<br />

7 993 7 961 7 983 7 979 7 768 7 365 7 356 7 496 8 120 7 999 8 287<br />

Financement initial<br />

Dette 3 997 3 981 3 991 3 990 3 884 3 683 3 678 3 748 4 060 3 999 4 144<br />

Fonds propres 3 996 3 980 3 992 3 989 3 884 3 682 3 678 3 748 4 060 4 000 4 143<br />

7 993 7 961 7 983 7 979 7 768 7 365 7 356 7 496 8 120 7 999 8 287<br />

L’acquisition du terrain et la construction immobilière sont moins onéreuses<br />

en régions centrales qu’en régions ressources. Les trois régions centrales<br />

témoins prises individuellement occupent les trois premiers rangs. L’écart<br />

entre les régions centrales et ressources est <strong>de</strong> 483 000 $ US.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

96


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Pièces <strong>de</strong> précision<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts d’exploitation<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts d’exploitation selon le modèle d’entreprise « Fabrication <strong>de</strong> composants <strong>de</strong> précision ». Les<br />

coûts d’exploitation sensibles à l’emplacement étant la main d’œuvre, le transport et les services publics.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Ventes 10 150 10 150 10 150 10 150 10 150 10 150 10 150 10 150 10 150 10 150 10 150<br />

Coûts sensibles à l'emplacement<br />

Salaires et traitements 3 285 3 074 3 328 3 229 3 198 2 914 3 097 3 070 3 438 3 246 3 639<br />

Avantages soci<strong>aux</strong> obligatoires 259 244 261 255 339 306 320 322 357 339 395<br />

Autres avantages soci<strong>aux</strong> 691 646 700 679 672 613 651 645 723 682 1 112<br />

Ajustement <strong>de</strong> la productivité – – – – – – – – – – –<br />

Total : main-d'oeuvre 4 234 3 964 4 289 4 162 4 209 3 833 4 068 4 037 4 518 4 267 5 146<br />

Classement, salaires 5 2 6 4 1 3<br />

Classement, total main-d'oeuvre 5 2 6 4 1 3<br />

Fret continental (routier/maritime) 349 291 279 306 214 230 234 226 198 261 668<br />

Fret aérien intercontinental 22 22 23 22 21 22 21 21 21 22 17<br />

Fret maritime intercontinental – – – – – – – – – – –<br />

Total : transport 371 313 302 329 235 252 255 247 218 283 685<br />

Classement, transport 6 5 4 1 2 3<br />

Électricité 73 73 73 73 73 73 73 73 73 73 104<br />

Gaz/mazout 31 31 30 31 31 31 31 31 31 31 24<br />

Télécommunications 10 10 10 10 10 10 10 10 9 9 10<br />

Total : services publics 114 114 113 114 114 114 114 114 113 113 137<br />

Classement, électricité 1 1 1 1 1 1<br />

Classement, gaz/mazout 2 2 1 2 2 2<br />

Classement, télécommunications 1 1 1 1 1 1<br />

Total : coûts d'exploitation 4 719 4 391 4 704 4 605 4 558 4 199 4 437 4 398 4 849 4 663 5 969<br />

Classement, coûts d'exploitation 6 2 5 4 1 3<br />

En termes <strong>de</strong> coûts d’exploitation, il est moins onéreux d’opérer en régions centrales qu’en<br />

régions ressources. Deux <strong>de</strong>s trois régions centrales témoins prises individuellement occupent<br />

le premier et le troisième rangs. En moyenne, les <strong>entreprises</strong> en régions centrales bénéficient<br />

d’un avantage <strong>de</strong> 207 000 $ US par rapport <strong>aux</strong> régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

97


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Pièces <strong>de</strong> précision<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysés. Le tableau présente les coûts tot<strong>aux</strong> selon le modèle d’entreprise « Fabrication <strong>de</strong> composants <strong>de</strong> précision ». La principale<br />

variable sensible à l’emplacement est les impôts et les taxes. Plus particulièrement on peut noter les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR lesquelles sont<br />

incluses sous la rubrique « Impôt régional sur le revenu ».<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce Sherbrooke<br />

Intérêts 41 15 37 31 46 12 26 28 79 64 158<br />

Amortissement 522 518 518 519 505 479 479 488 496 501 500<br />

Total : intérêts et amortissement 563 533 555 550 551 491 505 516 575 565 658<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Frais divers – – – – – – – – – – –<br />

Impôt national sur le revenu 537 624 547 570 552 647 587 595 465 512 305<br />

Impôt régional sur le revenu (101) (78) (102) (94) 288 338 306 311 242 267 41<br />

Impôt local sur le revenu – – – – – – – – – – 2<br />

Impôt national sur le capital – – – – – – – – – – –<br />

Impôt régional sur le capital – – – – 33 36 33 34 31 33 3<br />

Taxe <strong>de</strong> vente – – – – – – – – – – 39<br />

Impôt foncier 65 52 54 57 37 22 24 28 105 95 84<br />

Taxe sur les recettes brutes – – – – – – – – – – –<br />

Taxe d'affaires 26 – 12 13 – – 14 5 – – –<br />

Subventions, encouragements – – – – – – – – – – –<br />

Total <strong>de</strong>s impôts/taxes (après subvent.) 527 598 511 545 909 1 043 964 972 843 907 472<br />

Total <strong>de</strong>s coûts sensibles à l'emplac. 5 809 5 522 5 770 5 700 6 018 5 733 5 906 5 886 6 267 6 135 7 099<br />

Coûts non sensibles à l'emplacement<br />

Matéri<strong>aux</strong> 2 030 2 030 2 030 2 030 2 030 2 030 2 030 2 030 2 030 2 030 2 030<br />

Autres frais d'exploitation 355 355 355 355 355 355 355 355 355 355 355<br />

Total <strong>de</strong>s coûts non sensibles à l'emplac. 2 385 2 385 2 385 2 385 2 385 2 385 2 385 2 385 2 385 2 385 2 385<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 8 194 7 907 8 155 8 085 8 403 8 118 8 291 8 271 8 652 8 520 9 484<br />

Bénéfice net après impôts 1 956 2 244 1 994 2 065 1 748 2 031 1 859 1 879 1 498 1 629 665<br />

% <strong>de</strong>s ventes 19,3% 22,1% 19,6% 20,3% 17,2% 20,0% 18,3% 18,5% 14,8% 16,0% 6,6%<br />

Classement général 4 1 3 6 2 5<br />

Indice général 86,4 83,4 86,0 85,2 88,6 85,6 87,4 87,2 91,2 89,8 100,0<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> positionner <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>s régions ressources <strong>aux</strong> premier et troisième<br />

rangs quant au bénéfice net après impôts. Bien que bénéficiant <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong>, la région <strong>de</strong> Baie-Comeau se situe<br />

au quatrième rang <strong>de</strong>s régions témoins. Globalement, le bénéfice net après impôts <strong>de</strong>s régions ressources se situe à<br />

2 065 000 $ US alors qu’il est <strong>de</strong> 1 879 000 $ US pour les régions centrales, soit un différentiel <strong>de</strong> 186 000 $ US.<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

98


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Pièces <strong>de</strong> précision<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Résumé <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente l’impact <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR selon le modèle d’entreprise « Fabrication <strong>de</strong> composants <strong>de</strong><br />

précision » sur le t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu ainsi que la valeur monétaire <strong>de</strong>s encouragements par emploi.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Bénéfice net avant impôt sur le revenu 2 392 2 790 2 439 2 540 2 588 3 016 2 752 2 785 2 205 2 408 1 012<br />

T<strong>aux</strong> effectif d'impôt sur le revenu 18,2% 19,6% 18,2% 18,7% 32,5% 32,7% 32,4% 32,5% 32,1% 32,4% 34,3%<br />

Classement 1 3 1 5 6 4<br />

Total <strong>de</strong>s encouragements: $ US par emploi,<br />

après effets estim. <strong>de</strong>s impôts $6 910 $7 233 $7 019 $7 054 $1 006 $938 $962 $969 $1 051 $1 006 $884<br />

Selon le scénario <strong>de</strong> référence, l’effet combiné <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

incluant celles <strong>de</strong> la SDÉRR représente 6 661 $ par emploi pour les régions<br />

ressources alors que les régions centrales bénéficient <strong>de</strong> 170 $, soit un<br />

différentiel <strong>de</strong> 6 491 $ par emploi.<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR procurent un t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu <strong>de</strong> 18,7 % pour<br />

les régions ressources alors que ce même t<strong>aux</strong> est <strong>de</strong> 32,5 % pour les régions centrales. À<br />

noter que les régions centrales bénéficient d’une structure <strong>de</strong> coûts d’exploitation plus<br />

avantageuse que les régions ressources. Ainsi, le bénéfice net avant impôt sur le revenu est en<br />

moyenne <strong>de</strong> 2 785 000 $ US pour ces <strong>de</strong>rnières, alors qu’il s’élève à 2 540 000 $ US pour les<br />

régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

99


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Transformation du bois<br />

Ensemble <strong>de</strong>s scénarios<br />

Le tableau illustre pour le modèle d’entreprise « Fabrication d’armoires et <strong>de</strong> comptoirs <strong>de</strong> cuisine en bois », les résultats <strong>de</strong>s quatre simulations<br />

pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et centrales analysées. On note que pour la simulation sans les <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la<br />

SDÉRR, les régions centrales bénéficient d’un avantage <strong>de</strong> 2,1 points <strong>de</strong> base au niveau <strong>de</strong>s coûts alors que l’avantage est <strong>de</strong> 0,7 point <strong>de</strong> base<br />

en faveur <strong>de</strong>s régions ressources dans le cas du scénario <strong>de</strong> référence. Ainsi, l’impact combiné <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>fiscales</strong> représente 2,8 points<br />

<strong>de</strong> base.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

M oyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

M oyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

M ontréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Scénario : <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 15 614 15 256 15 548 15 473 15 725 15 374 15 633 15 577 16 144 15 976 16 212<br />

Classement général 4 1 3 6 2 5<br />

Indice général 96,3 94,1 95,9 95,4 97,0 94,8 96,4 96,1 99,6 98,5 100,0<br />

Scénario : démarrage d'entreprise<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 15 253 14 918 15 181 15 117 15 725 15 374 15 633 15 577 16 144 15 976 16 212<br />

Classement général 3 1 2 6 4 5<br />

Indice général 94,1 92,0 93,6 93,2 97,0 94,8 96,4 96,1 99,6 98,5 100,0<br />

Impact <strong>de</strong> 2,8 points <strong>de</strong> base<br />

0,7 point <strong>de</strong> base<br />

Scénario : sans création d'emplois<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 16 310 15 934 16 247 16 164 16 329 15 970 16 237 16 179 16 759 16 585 16 832<br />

Classement général 5 1 4 6 2 3<br />

Indice général 96,9 94,7 96,5 96,0 97,0 94,9 96,5 96,1 99,6 98,5 100,0<br />

Scénario : sans les <strong>mesures</strong> SDÉRR<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 16 054 15 722 15 998 15 925 15 725 15 374 15 633 15 577 16 144 15 976 16 213<br />

Classement général 6 3 5 4 1 2<br />

Indice général 99,0 97,0 98,7 98,2 97,0 94,8 96,4 96,1 99,6 98,5 100,0<br />

2,1 points <strong>de</strong> base<br />

À noter que <strong>de</strong>s quatre industries ayant fait l’objet du balisage, la fabrication d’armoires et <strong>de</strong> comptoirs <strong>de</strong><br />

cuisine en bois est celle dont l’avantage comparatif par rapport à la référence américaine est le plus faible.<br />

Pour les régions ressources analysées, l’avantage comparatif n’est que <strong>de</strong> 1,8 point <strong>de</strong> base.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

100


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Transformation du bois<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Investissement initial<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les investissements requis par le modèle d’entreprise « Fabrication d’armoires et <strong>de</strong> comptoirs <strong>de</strong><br />

cuisine en bois ». Les <strong>de</strong>ux variables sensibles à l’emplacement étant l’acquisition du terrain et la construction immobilière.<br />

ACTIVITÉ : FABRICATION D'ARMOIRES ET DE COMPTOIRS DE CUISINE EN BOIS<br />

(000 ($ US $ 000) US)<br />

Investissement initial<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Terrain 60 105 157 107 131 87 52 90 1 317 658 1 280<br />

Immeubles 5 599 5 369 5 369 5 445 4 602 4 065 4 218 4 295 4 218 4 832 4 329<br />

5 659 5 474 5 526 5 553 4 733 4 152 4 270 4 385 5 535 5 490 5 609<br />

Classement, terrain 2 4 6 5 3 1<br />

Classement, immeuble 6 4 4 3 1 2<br />

Classement, investissement total 6 4 5 3 1 2<br />

Encaisse 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100<br />

Inventaire 400 400 400 400 400 400 400 400 400 400 400<br />

Immobilisations 780 780 780 780 780 780 780 780 780 780 780<br />

6 939 6 754 6 806 6 833 6 013 5 432 5 550 5 665 6 815 6 770 6 889<br />

Financement initial<br />

Dette 4 163 4 052 4 084 4 100 3 608 3 259 3 330 3 399 4 089 4 062 4 133<br />

Fonds propres 2 776 2 702 2 722 2 733 2 405 2 173 2 220 2 266 2 726 2 708 2 755<br />

6 939 6 754 6 806 6 833 6 013 5 432 5 550 5 665 6 815 6 770 6 889<br />

L’acquisition du terrain et la construction immobilière sont moins onéreuses en<br />

régions centrales qu’en régions ressources. Les trois régions centrales<br />

témoins prisent individuellement occupent les trois premiers rangs. L’écart<br />

entre les régions centrales et ressources est <strong>de</strong> 1 168 000 $ US.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

101


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Transformation du bois<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts d’exploitation<br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts d’exploitation selon le modèle d’entreprise « Fabrication d’armoires et <strong>de</strong> comptoirs <strong>de</strong> cuisine<br />

en bois ». Les coûts d’exploitation sensibles à l’emplacement étant la main-d’œuvre, le transport et les services publics.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Ventes 16 985 16 985 16 985 16 985 16 985 16 985 16 985 16 985 16 985 16 985 16 985<br />

Coûts sensibles à l'emplacement<br />

Salaires et traitements 3 720 3 483 3 769 3 657 3 614 3 308 3 537 3 486 3 941 3 722 4 024<br />

Avantages soci<strong>aux</strong> obligatoires 430 408 435 425 522 477 499 499 555 528 463<br />

Autres avantages soci<strong>aux</strong> 782 732 792 769 760 695 744 733 828 782 946<br />

Ajustement <strong>de</strong> la productivité – – – – – – – – – – –<br />

Total : main-d'oeuvre 4 932 4 623 4 995 4 850 4 896 4 480 4 780 4 719 5 324 5 032 5 433<br />

Classement, salaires 5 2 6 4 1 3<br />

Classement, total main-d'oeuvre 5 2 6 4 1 3<br />

Fret continental (routier/maritime) 104 87 71 87 63 67 68 66 57 77 152<br />

Fret aérien intercontinental – – – – – – – – – – –<br />

Fret maritime intercontinental – – – – – – – – – – –<br />

Total : transport 104 87 71 87 62 67 68 66 57 77 152<br />

Classement, transport 6 5 4 1 2 3<br />

Électricité 77 77 77 77 77 77 77 77 77 77 99<br />

Gaz/mazout 65 65 50 60 51 51 51 51 51 51 47<br />

Télécommunications 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 4<br />

Total : services publics 145 145 130 140 130 130 130 130 130 130 151<br />

Classement, électricité 1 1 1 1 1 1<br />

Classement, gaz/mazout 5 5 1 2 2 2<br />

Classement, télécommunications 1 1 1 1 1 1<br />

Total : coûts d'exploitation 5 181 4 855 5 196 5 077 5 088 4 677 4 978 4 914 5 511 5 239 5 735<br />

Classement, coûts d'exploitation 5 2 6 4 1 3<br />

En termes <strong>de</strong> coûts d’exploitation, il est moins onéreux d’opérer en régions centrales qu’en<br />

régions ressources. Deux <strong>de</strong>s trois régions centrales témoins prises individuellement<br />

occupent le premier et le troisième rangs. En moyenne, les <strong>entreprises</strong> en régions centrales<br />

bénéficient d’un avantage <strong>de</strong> 163 000 $ US par rapport <strong>aux</strong> régions ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

102


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Transformation du bois<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Coûts tot<strong>aux</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente les coûts tot<strong>aux</strong> selon le modèle d’entreprise « Fabrication d’armoires et <strong>de</strong> comptoirs <strong>de</strong> cuisine en<br />

bois ». La principale variable sensible à l’emplacement est les impôts et les taxes. Plus particulièrement, on peut noter les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la<br />

SDÉRR, lesquelles sont incluses sous la rubrique « Impôt régional sur le revenu ».<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Intérêts 66 32 58 52 48 4 28 27 110 91 119<br />

Amortissement 461 445 445 450 395 359 369 374 369 409 376<br />

Total : intérêts et amortissement 527 477 503 502 443 363 397 401 479 500 494<br />

Frais divers – – – – – – – – – – –<br />

Impôt national sur le revenu 448 553 466 489 472 583 498 518 328 390 426<br />

Impôt régional sur le revenu (155) (128) (156) (146) 249 307 263 273 174 207 61<br />

Impôt local sur le revenu – – – – – – – – – – 2<br />

Impôt national sur le capital – – – – – – – – – – –<br />

Impôt régional sur le capital 6 7 6 6 31 33 31 32 29 30 2<br />

Taxe <strong>de</strong> vente – – – – – – – – – – 22<br />

Impôt foncier 190 150 156 165 100 69 80 83 281 269 127<br />

Taxe sur les recettes brutes – – – – – – – – – – –<br />

Taxe d'affaires 75 – 35 37 – – 45 15 – – –<br />

Subventions, encouragements – – – – – – – – – – –<br />

Total <strong>de</strong>s impôts/taxes (après subvent.) 564 582 507 551 852 992 916 920 812 895 640<br />

Total <strong>de</strong>s coûts sensibles à l'emplac. 6 272 5 914 6 206 6 131 6 383 6 032 6 291 6 235 6 802 6 634 6 870<br />

Coûts non sensibles à l'emplacement<br />

Matéri<strong>aux</strong> 9 002 9 002 9 002 9 002 9 002 9 002 9 002 9 002 9 002 9 002 9 002<br />

Autres frais d'exploitation 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340 340<br />

Total <strong>de</strong>s coûts non sensibles à l'emplac. 9 342 9 342 9 342 9 342 9 342 9 342 9 342 9 342 9 342 9 342 9 342<br />

Coûts tot<strong>aux</strong> 15 614 15 256 15 548 15 473 15 725 15 374 15 633 15 577 16 144 15 976 16 212<br />

Bénéfice net après impôts 1 371 1 729 1 436 1 512 1 260 1 610 1 352 1 407 840 1 009 774<br />

% <strong>de</strong>s ventes 8,1% 10,2% 8,5% 8,9% 7,4% 9,5% 8,0% 8,3% 4,9% 5,9% 4,6%<br />

Classement général 4 1 3 6 2 5<br />

Indice général 96,3 94,1 95,9 95,4 97,0 94,8 96,4 96,1 99,6 98,5 100,0<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR ont pour effet <strong>de</strong> positionner <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>s régions ressources <strong>aux</strong> premier et troisième<br />

rangs quant au bénéfice net après impôts. Bien que bénéficiant <strong>de</strong>s dites <strong>mesures</strong>, la région <strong>de</strong> Baie-Comeau se situe<br />

au quatrième rang <strong>de</strong>s régions témoins. Globalement, le bénéfice net après impôts <strong>de</strong>s régions ressources se situe à<br />

1 512 000 $ US, alors qu’il est <strong>de</strong> 1 407 000 $ US pour les régions centrales, soit un différentiel <strong>de</strong> 105 000 $ US.<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

103


<strong>Analyse</strong> <strong>de</strong>s écarts<br />

Secteur – Transformation du bois<br />

Scénario <strong>de</strong> référence<br />

Résumé <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong><br />

Le tableau illustre les résultats <strong>de</strong> la simulation selon le scénario <strong>de</strong> référence pour chacune ainsi que l’ensemble <strong>de</strong>s régions ressources et<br />

centrales analysées. Le tableau présente l’impact <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR selon le modèle d’entreprise « Fabrication d’armoires et <strong>de</strong><br />

comptoirs <strong>de</strong> cuisine en bois » sur le t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu ainsi que la valeur monétaire <strong>de</strong>s encouragements par emploi.<br />

(000 $ US)<br />

Baie-<br />

Comeau<br />

Rivière-du-<br />

Loup<br />

Rouyn-<br />

Noranda<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

ressources<br />

Drummond<br />

ville<br />

Saint-<br />

Georges <strong>de</strong><br />

Beauce<br />

Sherbrooke<br />

Moyenne<br />

Régions<br />

centrales<br />

Montréal<br />

Québec<br />

(ville)<br />

États-Unis<br />

Bénéfice net avant impôt sur le revenu 1 664 2 154 1 746 1 855 1 981 2 500 2 113 2 198 1 342 1 605 1 263<br />

T<strong>aux</strong> effectif d'impôt sur le revenu 17,6% 19,7% 17,8% 18,5% 36,4% 35,6% 36,0% 36,0% 37,4% 37,1% 38,7%<br />

Classement 1 3 2 6 4 5<br />

Total <strong>de</strong>s encouragements : $ US par emploi,<br />

après effets estim. <strong>de</strong>s impôts $4 709 $5 040 $4 825 $4 858 $52 $51 $51 $51 $52 $52 $687<br />

Selon le scénario <strong>de</strong> référence, l’effet combiné <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>s <strong>mesures</strong> incluant<br />

celles <strong>de</strong> la SDÉRR représentent 4 858 $ par emploi pour les régions ressources<br />

alors que les régions centrales bénéficient <strong>de</strong> 51 $, soit un différentiel <strong>de</strong> 4 807 $<br />

par emploi.<br />

Les <strong>de</strong>ux <strong>mesures</strong> <strong>de</strong> la SDÉRR procurent un t<strong>aux</strong> effectif d’impôt sur le revenu <strong>de</strong> 18,5 % pour<br />

les régions ressources alors que ce même t<strong>aux</strong> est <strong>de</strong> 36,0 % pour les régions centrales. À noter<br />

que les régions centrales bénéficient d’une structure <strong>de</strong> coûts d’exploitation plus avantageuse<br />

que les régions ressources. Ainsi, le bénéfice net avant impôts sur le revenu est en moyenne <strong>de</strong><br />

2 198 000 $ US pour ces <strong>de</strong>rnières, alors qu’il s’élève à 1 855 000 $ US pour les régions<br />

ressources.<br />

© 2007 KPMG s.r.l./S.E.N.C.R.L., société canadienne à responsabilité limitée et cabinet membre du réseau KPMG <strong>de</strong> cabinets indépendants affiliés à<br />

KPMG International, coopérative suisse. Tous droits réservés. Imprimé au Canada.<br />

104

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!