Numéro 32 - Conseil général de l'Oise

oise.fr

Numéro 32 - Conseil général de l'Oise

Le magazine du département de l’Oise

32 14

octobre

2007

Priorité jeunesse

Encourager

leur créativité

Dossier > p. 10


Sommaire

> À la une - p. 4

Marché fermier

Un grand rendez-vous

– le troisième – avec les

producteurs isariens pour

une journée festive et pleine

d’animations.

> En bref - p. 6 à 9

Le palmarès du concours

photo sur le sport. Montataire

ouvre La Semaine bleue,

dédiée aux personnes âgées

et aux retraités, le 16 octobre.

Entretien avec le directeur

général de l’Ineris, institut

installé à Verneuil-en-Halatte

depuis 60 ans. Le 17 e festival

du film de Beauvais démarre

le 19 octobre : la Belgique à

l’honneur.

> Dossier - p. 10

> L’Oise

en action - p. 16

Jeunes talents

Le Conseil général a créé

cette année le concours

Jeunes talents de l’Oise.

Les cinq lauréats ont été

récompensés le 3 octobre :

reportage.

> L’Oise

en action - p. 18

Mémoire

et éducation

Un projet pédagogique

conçu par le Conseil général

pour permettre aux jeunes

Isariens de s’approprier

leur histoire et de prendre

conscience des valeurs de

la République.

Jeunesse : donner à chacun

sa chance

Les jeunes de l'Oise

représentent 30% de la

population. Ils sont l'avenir

du territoire. C'est pourquoi

le Conseil général entend

poursuivre et renforcer

son action envers les

12-25 ans, qui manifestent

enthousiasme et énergie

dans leurs projets.

> Du nord

au sud - p. 20

Urbanisme

Des projets ambitieux pour

les quartiers classés en Zone

urbaine sensible, grâce à un

nouveau partenariat signé

avec l’Agence nationale

de rénovation urbaine,

le 25 septembre dernier.

> L’Oise en tête

p. 22

Bertrand Omon, préside

l’Association départementale

des centres sociaux ruraux

de l’Oise.

Un engagement qu’il défend

avec ferveur.

> Ils font l’Oise

p. 24

Constance, Caroline,

Guy, Marcel et Michel…

Rencontre avec des

Isariennes et des Isariens

de toutes générations aux

parcours singuliers.

C.P.

> Itinéraires

loisirs - p. 26

Balade dans le massif

de Thiescourt, classé

zone naturelle d’intérêt

écologique, faunistique

et floristique.

> Sports - p. 28

Priorité Rugby

À l’occasion de la Coupe du

monde, le point sur ce sport

de plus en plus prisé dans

notre département.

> Culture / bons

plans - p. 30

Un sixième Tour de champs,

un festival d'orgue, un autre

de clarinettes, des contes…

la saison culturelle s’annonce

riche et variée.

> Agenda - p. 32

Concerts, expositions,

spectacles : retrouvez notre

offre de sorties dans l’Oise.

> Décisions - p. 34

Les principales mesures

adoptées par l’Assemblée

départementale.

> Tribunes libres

- p. 35

DR

« 60 » est une publication du Conseil général de l’Oise • 1, rue Cambry – 60024 Beauvais Cedex • 03 44 06 60 60 et oise.fr • Directeur de la publication :

Yves Rome • Directeur de la rédaction : Xavier Mahé • Conception initiale : EuroRSCG C&O • Rédaction et réalisation : Anatome

• Impression : Houdeville – BP 410 – 60004 Beauvais Cedex • Tirage : 325 000 exemplaires • Diffusion : La Poste • ISSN : 1770-9768

• Dépôt légal à parution • Photo de couverture : Éric Facon / Le bar Floréal.


Un mois à votre service

Bresles,

le 4 septembre :

Remise des

calculatrices aux

élèves de 6 e du

collège Condorcet.

Puiseux-le-Hauberger,

le 15 septembre :

Inauguration de la station de

traitement de l’eau potable.

De gauche à droite,

Daniel Tessier, maire d’Ercuis,

Yves Rome, Jean-Louis Coppeaux,

ingénieur, Patrick Facon,

directeur technique

de la Lyonnaise des Eaux.

Beauvais, le 19 septembre :

Inauguration de l’accueil de jour

multi familial. De gauche à droite,

Jean-Claude Villemain, vice-président

chargé de la solidarité et de l’action

sociale, Yves Rome, Paul-Henri D’Ersu,

président de l’association JCLT,

Alain Grevot, directeur SISAE-JCLT.

DR

DR

Thourotte, le 10 septembre :

Inauguration du collège

Clotaire-Baujoin. De g. à d. : Joseph

Sanguinette, conseiller général de

Ressons-sur-Matz, alain Blanchard,

vice-président chargé de l’Éducation,

Patrice Carvalho, conseiller

général de Ribécourt et maire de

Thourotte, Jean-Louis Dri, inspecteur

pédagogique régional, Yves Rome et

Mireille Stripe, principale du collège.

DR

DR

DR

Méru, le 18 septembre : Inauguration de

la caserne de gendarmerie. En présence

des gendarmes, de g. à d. : Joseph

Sanguinette, vice-président du Conseil

général en charge de la gestion des

bâtiments, Michel Françaix, députémaire

de Chambly, Yves Leblanc, maire

de Méru, Philippe Grégoire, préfet de

l’Oise, Yves Rome et Alain Letellier,

conseiller général du canton de Méru.

DR

> édito

L’Oise

accompagne

sa jeunesse

D

ans l’Oise, les jeunes

représentent 30 % de la

population du département.

Particulièrement attaché

à cet atout, le Conseil

général aide au quotidien

la jeunesse à surmonter ses

difficultés et à accéder plus

facilement à l’autonomie.

Il développe des dispositifs

favorisant leur insertion sociale

et professionnelle : aide au

permis de conduire, offre

de formation élargie via les

bourses de mobilité, soutien

à l’innovation et à la création

d’entreprise… Il favorise

aussi leur épanouissement en

garantissant l’accès de tous

à la culture et aux loisirs,

notamment avec la carte

Oise Up ! et le site internet

entièrement dédié aux jeunes

Isariens : oise-up.fr.

La collectivité départementale

se doit d’offrir à la jeunesse les

meilleures conditions de vie

et de préparation de l’avenir.

À chaque étape qui jalonne

le chemin vers l’autonomie

et la réussite de la jeunesse,

le Conseil général affirme

clairement son soutien actif.

Le Conseil général de l’Oise

60 - N°32 - Octobre 2007


à la une

Marché fermier

départemental

14 octobre 2007

parc de l’Hôtel du Département

DR Xoxoooxoo / Le bar Floréal


60 - N°32 - Octobre 2007


MARCHÉ FERMIER 2007

Rendez-vous avec le goût

Le dimanche 14 octobre, une soixantaine de producteurs locaux présenteront

leurs produits lors du troisième marché des producteurs de l’Oise, dans le

parc de l’Hôtel du Département. Gourmands ou simples amateurs de terroir,

il y en aura pour tous les goûts !

D

éambulez

« Saveurs de l’Oise »

entre les stands de truites fumées

de Bénédicte et Lucien Lebon, de cidre

bio de Thomas Coevoet, ou des escargots

picards préparés par Philippe Kunnert ;

goûtez le pain d’épice de la Miellerie de la Divette

et les gaufres d’Agnès Saint-Aubin… En écho

à la Semaine nationale du goût, qui démarre le

lendemain, le marché fermier des producteurs de

l’Oise est l’occasion de valoriser les productions

isariennes de qualité. Le succès des deux

premières éditions, avec plus de 6 000 visiteurs

recensés, confirme l’intérêt du grand public pour

la découverte de saveurs authentiques dans une

ambiance festive et conviviale.

Manger bien en mangeant sain

Toute la journée, autour du marché agricole, des

animations sont proposées par les partenaires de

ce rendez-vous. Au cours de l’après-midi, un atelier

de cuisine sera animé par Nicolas Toupet, chef du

restaurant « Le Bouchon » de Compiègne, et Patrick

Villechaize, producteur et réalisateur de l’émission

« Goûtez moi ça » sur France 3.

Et puisque le thème de l’événement 2007

est « Manger bien en mangeant sain », un

DR

Parole de

Patrick Villechaize, réalisateur de « Goûtez-moi

ça » sur France 3 Picardie

« Cette manifestation est importante car elle permet de mettre

en avant des producteurs du département qui fabriquent des

produits remarquables. Certains sont d’ailleurs utilisés par des

chefs renommés de Paris ou d’ailleurs. L’opération Saveurs de

l’Oise qui associe les restaurateurs permet également de rappeler

que le meilleur des cuisiniers ne peut exceller sans de bons

produits. Et pour le public, c’est l’occasion de découvrir que ce

n’est pas forcément plus cher de bien manger. »

60 - N°32 - Octobre 2007

Pour tout savoir sur l’opération qui se

déroulera du 10 au 17 octobre, et connaître la liste

des 31 restaurants isariens qui y participent,

rendez-vous sur le site www.oise.fr

nutritionniste sera à l’écoute des visiteurs. Des

animations pour les enfants sont également au

programme avec baptêmes en tracteur proposés par

l’association des jeunes agriculteurs, balades à dos

d’âne ou de poney, découverte des animaux de la

ferme présents sur le site et atelier de maquillage.

Sans oublier des ateliers ludiques autour du goût

et de l’équilibre alimentaire, un enjeu crucial pour

leur santé.

En complément de cette journée festive, le

Département organise également l’opération

« Saveurs de l’Oise » du 10 au 17 octobre. Parrainée

par Alain Blot, toque réputée de Rethondes,

cette première édition associe une trentaine de

restaurateurs qui ont accepté de créer un menu

régional pour l’occasion. Le menu « Saveurs de

l’Oise », proposé à un

prix avantageux, permet

de mettre en valeur

des produits du terroir

ainsi que le savoir-faire

des chefs isariens et la

qualité de l’accueil dans

leurs établissements.

Marie Paire

EXPOSITION

« De la fourche à la fourchette »

Hôtel du Département

du 14 octobre au 9 novembre


En bref

L’OISE EN CLICHÉS

Quand

le sport

prend la pose

En individuel ou en équipe, le sport a séduit les photographes isariens,

lors du deuxième concours photo lancé en mai dernier. Petits et grands

amateurs, vous étiez plus de 150 à pointer vos objectifs. Au sein

de l’Hôtel du Département, un florilège de 60 clichés a été présenté, du

12 septembre au 5 octobre. Voici les photos gagnantes des premiers prix

de chaque catégorie, y compris deux « seniors » ex æquo !

16-25 ans

« Coupe de l’Oise

2007 de tir à

l’arc », Préscillia

Demarcke,

Beauvais.

Collégiens

« Prise de judo »,

Ophélie Honoré,

Nogent-sur-Oise.

Seniors

Blaincourt-lès-Précy.

« Finale de polo »,

Alain Lecuyer, Gouvieux.

Seniors

« Championnats

de France

d’épreuves

combinées à

Compiègne »,

Alain Levillain.


Associations

« Les rencontres Ovalies,

tournoi européen

de rugby universitaire à but

humanitaire », Association

générale des étudiants

de l’institut LaSalle-

Beauvais.


télex

> ENTRAIDE

Auprès des victimes

L’association Entraide apporte aide

et soutien psychologique aux victimes

d’infractions pénales (violences,

harcèlement, vol, accident de

la circulation...). Elle offre aussi

une information juridique et un

accompagnement pour les démarches,

y compris à l’audience. Une permanence

se tient tous les 2 e et 4 e mercredis du mois

à la Maison du Conseil général de Saint-

Just-en-Chaussée, de 14 h à 17 h. Autres

permanences à Clermont, Méru, dans

plusieurs quartiers de Beauvais et au palais

de justice. Avec ou sans rendez-vous.

CONTACT 03 44 06 78 78

> ARCHIVES

En ligne

Les Archives départementales mettent

en ligne 320 000 premiers documents

numérisés : recensements de la population

isarienne entre 1820 et 1906, tables

décennales de l’état civil datant du

XIX e siècle. À consulter sur le site archivesdep.oise.fr,

gratuitement. La numérisation

continue ; généalogistes, enseignants,

étudiants, historiens, chercheurs du monde

entier auront, à l’horizon 2009-2010, accès

à quelque 2,5 millions de vues numérisées

et des milliers d’images. Sans se déplacer !

CONTACT www.archives-dep.oise.fr

> SAINT-MAXIMIN

Chantier carrières

Les travaux commenceront début 2008.

L’ouverture totale du site est prévue

en 2011. Autour de Saint-Maximin

et de Mello, un circuit touristique se

dessinera au fil des fameuses carrières

de pierre. Salles d’exposition à la Maison

de la pierre, aménagement d’une vaste

carrière souterraine, parcours de visite,

murs d’escalade pour les sportifs, ateliers

de taille... Des habitations troglodytiques

seront même réhabilitées en gîte !

Un budget de 6 millions d’euros devra

être engagé.

SEMAINE BLEUE

Générations confondues

eunes et vieux ensemble »,

«Jc’est le thème qui forgera la

prochaine Semaine bleue. Une

manifestation annuelle dédiée aux

retraités et aux personnes âgées.

Trois journées où se mêleront

débats, information, instants

festifs :

• 16 octobre à Montataire : « La

prévention dans le cadre du “bien

vieillir” en milieu urbain »

• 17 octobre à Ressons-sur-Matz :

« La prévention dans le cadre du

“bien vieillir” et du maintien à

domicile en milieu urbain »

• 19 octobre à Chaumont-en-

Vexin : « La qualité de vie en

établissement ».

Pour le comité départemental des

retraités et personnes âgées, « la Semaine bleue est l’occasion

de faire connaître au Conseil général les problèmes locaux

rencontrés par les personnes âgées, mais aussi de valoriser leur

contribution à la vie sociale ». ■

CONTACT 03 44 06 66 46 / coderpa60.fr

DR

De gauche à droite : Yves Rome,

Caroline Cayeux, maire de Beauvais,

Claude Jean, directeur régional

des affaires culturelles, Georges

Becquerelle, conseiller général

de Beauvais Nord-Ouest.

60 - N°32 - Octobre 2007

La maison de retraite La Compassion, à Chaumonten-Vexin,

accueillera le 19 octobre une classe

de collégiens, le temps d’un échange avec

les personnes âgées sur l’école d’autrefois.

BEAUVAIS

Quartier

épiscopal,

du nouveau

Cinq mois de travaux, éclairage,

dallage en grès, bancs, gazon...

et le quartier épiscopal, au cœur de

Beauvais, reprenait de sa superbe ce

8 septembre, jour d’inauguration. Ces

aménagements tissent un écrin autour

de la cathédrale et de la collégiale

Saint-Barthélemy, laissant apparaître

le tracé du rempart antique, avec sa

porte du Chastel. Mené par la Ville,

ce chantier est subventionné par

le Département, dans le cadre du

contrat de développement territorial

signé fin 2005. ■


En bref


INERIS

60 ans de prévention

et de recherche

Institut national

L’ de l’environnement

industriel et des risques

(Ineris) est installé à

Verneuil-en-Halatte

depuis 1947. Flash-back et

perspectives, par Vincent

Laflèche, directeur général

adjoint.

– Un mot sur l’histoire de

l’Ineris...

Vincent Laflèche : Notre

institut est l’héritier du

Cerchar, Centre d’études

et de recherche des

Charbonnages de France,

créé en 1907 suite à la

catastrophe minière de

Courrières, dans le Pas-de-Calais. Après la Seconde Guerre

mondiale, il emménage dans l’Oise, et devient Ineris en

1990. Dans ses gènes, il y a donc la notion de service public

et une charte déontologique d’une grande rigueur, ce qui lui

permet aujourd’hui de travailler à la fois pour l’État et des

industriels, en toute indépendance, sereinement.

DR

– Quelle est la principale évolution de l’Ineris ?

Il s’agit désormais d’accompagner l’innovation nécessaire

pour relever les défis du développement durable. De plus en

plus, l’Ineris est conduit à travailler pour que les nouvelles

technologies soient directement sûres et propres. Nous

menons des recherches sur la toxicité des nanoparticules,

l’évolution des carburants pour avion...

– Quel rôle tient l’Ineris en Picardie ?

Acteur européen de la recherche, l’Ineris tisse des partenariats

avec les institutions régionales : université de technologie

de Compiègne (UTC), institut LaSalle Beauvais, université

Jules-Verne. Nos investissements technologiques en Picardie

se chiffrent à 60 millions d’euros sur cinq ans. Avec l’UTC

et le Service départemental d’incendie et de secours, nous

participons à la création du Centre européen de recherche sur

les technologies de l’environnement et de la sécurité (Certes),

qui doit voir le jour à Rouvroy-lès-Merles en 2011. Un projet

unique en Europe. ■

60 - N°32 - Octobre 2007

télex

> PERMANENCES HANDICAP

Le Fil d’Ariane

Association active en Picardie, Le Fil

d’Ariane se consacre aux personnes non

voyantes, malvoyantes, à leurs familles et

à leurs proches. Elle tient une permanence

à la Maison départementale des personnes

handicapées, rue des Filatures à Beauvais,

tous les premier et troisième lundis du

mois, à partir de 14 h. Information, aide

administrative, soutien moral... À noter,

Le Fil d’Ariane propose, gratuitement,

une importante bibliothèque – sonore,

braille et gros caractères.

CONTACT 03 44 86 64 34

> FORUM

Place publique juniors

À réserver dès maintenant sur les agendas :

21 novembre de 9 h à 18 h, salle des fêtes

de Clermont, « Place publique juniors »,

premier forum d’expression des jeunes

organisé par le Département. Exposition

et débats dresseront un panorama des

moyens d’expression à disposition des

12-25 ans, y compris leurs dérives et

risques. Des ateliers offriront de s’initier

à quelques outils (presse écrite, internet,

audiovisuel et radio). Parents, grandsparents,

professionnels de l’éducation

ou du social, sont aussi conviés à

ce temps d’échange.

CONTACT 03 44 10 70 46

pierre.ferand@cg60.fr

www.jeunesse.oise.fr

> SOCIÉTÉ CANINE

Dernières nouvelles

La Société canine de l’Oise organise une

trentaine de manifestations chaque année.

Septembre et octobre voyaient

se dérouler une exposition internationale à

Compiègne et un concours de travail pour

chiens d’arrêt, à Therdonne.

« Nos activités ont pour but la promotion

des chiens de race, mais nous menons

aussi des actions pour l’intégration du chien

dans la société, à sa juste place », explique

Dominique Lebrun, vice-président

de la Société.

CONTACT socanoise.free.fr


FESTIVAL DU FILM DE BEAUVAIS

Images de Belgique

Un petit pays sur grand écran ! La Belgique tient l’affiche du 17 e festival

du film de Beauvais, sous-titré « Régions d’Europe ». On picore

dans le programme les noms de Jacques Brel et Georges Simenon

(soirées spéciales), Benoît Poelvoorde façon Cow Boy (invité en soirée

d’ouverture), Émilie Dequenne et Natacha Régnier (clôture)... Quelque

70 bobines dérouleront tous les accents du cinéma belge, y compris les

bulles de Tintin ! ■

DR

« Cow boy », avec Benoît Poelvoorde, sera

présenté en avant-première le 19 octobre.

Du 19 au 24 octobre, Cinespace de Beauvais.

CONTACT 03 44 45 90 00 / cinespace-beauvais.com/festival

AVIS

Qui va à la chasse...

«L

a période d’ouverture générale de la chasse

à tir et de la chasse au vol est fixée pour

le département de l’Oise du 23 septembre 2007

au 29 février 2008 » proclame l’arrêté préfectoral.

Pigeon ramier, faisan et lapin sont les trois espèces

les plus tirées dans nos cantons, explique-t-on

à la Fédération départementale des chasseurs

de l’Oise, qui délivre chaque année quelque

18 300 validations du permis de chasser. Sur sa

propriété départementale du marais de Sacy, le

Conseil général assure la régulation des populations

de sangliers, en partenariat avec la fédération. Car

la chasse concourt aussi à maintenir l’équilibre de

la faune, au même titre que le piégeage des espèces

nuisibles, tel le rat musqué, qui fait l’objet de

subventions. ■

CONTACT 03 44 19 40 40

Laurent Sautereau

De gauche à droite, Philippe Grégoire, préfet de l’Oise, Claude Gewerc,

président du Conseil régional, Édouard de Rotschild, président de

France Galop, Gabriel de Broglie, chancelier de l’Institut de France,

Éric Woerth, ministre et maire de Chantilly, et Yves Rome.

DR

Chantilly

Un hippodrome

flambant neuf

Joyau patrimonial et touristique, l’hippodrome de

Chantilly vient de s’offrir une nouvelle jeunesse. Grâce

au soutien de Son Altesse Agha Khan, de l’Institut de

France, du Conseil général de l’Oise, du Conseil régional

de Picardie et de l’État, des installations ultramodernes

ont été inaugurées le 13 septembre dernier. ■

60 - N°32 - Octobre 2007


Dossier > Jeunesse

Coups

de pouce

Porteurs d’avenir, les jeunes représentent

aujourd’hui 30 % de la population de l’Oise.

Les aider à s’épanouir, donner à chacun

sa chance et soutenir des projets collectifs

ou individuels, le Conseil général réaffirme

avec force et conviction ses engagements

envers les 12-25 ans.

10

60 - N°32 - Octobre 2007

Éric Facon / Le bar Floréal

Dossier rédigé par nathalie Jallageas

Iseult, 13 ans, et Marina, 17 ans, aiment profiter

des bons plans que leur offre la carte Oise up !


Politique départementale

Des outils pour les jeunes

Le Département souhaite donner aux jeunes Isariens les moyens de se

construire et entend, à travers un certain nombre d’outils et de dispositifs,

les accompagner dans leurs expériences personnelles et professionnelles.

«L

e Conseil général est à l’écoute

des jeunes, estime Gilles Masure,

vice-président chargé de la culture,

des sports et des loisirs, il y a une

vraie prise en compte de leurs envies et de leurs

besoins. » Le Département souhaite en effet tout

mettre en œuvre pour rendre ses jeunes créatifs,

responsables, mobiles et autonomes. « C’est la

clef de leur épanouissement personnel, poursuit

Gilles Masure, la politique que nous menons doit

principalement les préparer à affronter l’avenir. »

C’est dans cette optique que le Conseil général

soutient l’esprit d’initiative notamment à travers

le dispositif Défi Oise, destiné aux 18-25 ans. Le

Département apporte ainsi une aide financière aux

jeunes porteurs de projets, domiciliés dans l’Oise.

Pratiques culturelles, échanges interculturels,

actions autour du développement durable, autour

du patrimoine local, actions éducatives, citoyennes

ou encore humanitaires, autant de thèmes à

développer.

Parce que la mobilité est la première étape vers

l’autonomie, le Département a mis en place depuis

janvier 2006, à destination des 18-25 ans, une

DR

« Les dispositifs que

nous créons, visent

à insérer nos jeunes dans

une société complexe.

La jeunesse doit être

ouverte sur le monde,

responsable

et autonome. »

Gilles Masure,

vice-président chargé de la culture,

des sports et des loisirs

aide au permis de

conduire à hauteur

de 150 euros

sous condition

de ressources.

2 274 aides ont

d’ores et déjà été

octroyées.

Étudier à

l’étranger

En outre, une

bourse de mobilité

internationale

existe pour les 16-

DR

Un jeune isarien (3 e à g.) au sein d’un groupe

d’étudiants en stage au Portugal en 2007.

29 ans qui souhaitent poursuivre leurs études ou

faire des stages à l’étranger en lien avec leur cursus

ou leur formation. Les 12-18 ans font également

l’objet d’une attention toute particulière. La carte

Oise up ! a été imaginée pour eux. Directement

distribuée par les établissements à tous ceux qui

bénéficient du transport scolaire gratuit ou alors

envoyée à domicile après inscription sur le site

www.oise-up.fr, cette nouvelle carte jeune – sorte

de passeport pour la culture et les loisirs – permet

à son détenteur de bénéficier du chéquier Oise-up

qui donne des réductions dans certaines boutiques,

et aussi de gagner des bd, livres, cd et dvd sur le

site oise-up.fr, lequel est en passe de devenir un

outil interactif incontournable. Il donne accès aux

actualités « jeunesse » du département et à toutes

sortes d’infos pratiques, concernant les études, le

logement, comment trouver des aides, etc. Il permet

en outre aux jeunes qui le souhaitent d’annoncer les

événements qu’ils organisent. ■

60 - N°32 - Octobre 2007

11


Dossier > Jeunesse

Bourses de mobilité internationale

S’ouvrir au monde : les voy

Le Conseil général encourage les étudiants de 16 à 29 ans, qui dans

le cadre de leur cursus, souhaitent partir à l’étranger. Une bourse dite

de mobilité internationale est accordée sous condition de ressources

à tous les jeunes motivés. Témoignages.

Miguel Cardoso, 21 ans, étudiant en informatique,

a fait un stage au Portugal

tout particulièrement »,

explique le jeune

homme. L’année

dernière, Miguel

s’inscrit pour un stage

Erasmus au Portugal.

« Il s’agissait d’aller

découvrir l’informatique

ailleurs et de travailler

obtenir 300 euros de la

part du Département,

précise notre élève qui

prépare aujourd’hui un

master d’informatique.

Ce stage à Porto

est un plus sur mon

curriculum vitae. Làbas,

j’ai participé à

Son Bac S en

poche, Miguel

Cardoso, décide

de se lancer dans

des études supérieures

d’informatique. Il

quitte provisoirement

DR

Compiègne et le domicile

familial pour s’installer

à Lille et préparer

un DUT. « J’ai fait ce

choix parce que c’est

un secteur où il y a du

travail et qui m’intéresse

« Ce stage à Porto est un plus

sur mon curriculum vitae. »

pour une société

portugaise, racontet-il,

mais mes parents

ne pouvaient pas

franchement m’aider

alors il fallait que

j’obtienne une bourse

spécifique. » C’est ainsi

que Miguel se tourne

vers le Conseil général

de l’Oise. « J’ai réussi à

l’amélioration d’un site

web. Le fait de partir

à l’étranger, montre

que l’on est mobile et

disponible. Et puis,

c’était très riche d’un

point de vue culturel et

linguistique. Je conseille

à tous ceux qui en ont

l’opportunité de tenter

l’expérience. » ■

12

60 - N°32 - Octobre 2007


ages forment la jeunesse

Habiba Touré, 26 ans, étudiante en droit,

a travaillé 4 mois aux États-Unis

Habiba Touré

compte bien

embrasser un

jour prochain

la carrière d’avocate.

Pour parvenir à ses fins,

la jeune femme, qui

habite depuis 10 ans au

Plessis-Belleville, a fait

de brillantes

études. Elle

prépare

actuellement

un doctorat de

droit privé. « J’ai

fait beaucoup

de stages dans

des cabinets

d’avocats

en région

parisienne

pour passer

de la théorie

à la pratique,

raconte Habiba,

mais j’avais envie de

me frotter au droit

international alors

j’ai postulé dans trois

cabinets américains.

Sans vraiment y

croire !» La surprise

est de taille lorsque

deux des trois cabinets

Éric Facon / Le bar Floréal

se disent intéressés

par son profil. « J’ai

choisi un cabinet de la

côte ouest des USA, à

40 kilomètres de Los

Angeles, spécialisé en

droit de l’immigration

et de la famille, précise

notre étudiante. Il y a

beaucoup de Français

là-bas, donc avoir les

compétences d’une

personne qui connaît

le droit français est un

atout pour ce genre

de cabinet. Mais je

devais d’abord trouver

de l’argent pour payer

mon billet d’avion,

un logement sur

place et me nourrir

pendant 4 mois ! »

« Une expérience à l’étranger

complète vraiment la formation

acquise en France. »

Dans sa recherche

de subventions,

Habiba s’adresse au

Département. « Tout

s’est passé très vite, j’ai

touché 1 500 euros qui

m’ont permis de payer

mon logement pendant

toute la durée de mon

stage, souligne-t-elle.

Un stage comme celuilà,

c’est une expérience

formidable. Ça donne

de l’assurance. »■

CONTACT

Bourses de mobilité internationale

03 44 06 67 11

Pour télécharger le dossier de candidature connectez-vous

sur www.oise.fr rubrique éducation-jeunesse

60 - N°32 - Octobre 2007

13


Dossier > Jeunesse

Oise up !

Des bons plans

Depuis un an, les 12-18 ans ont leur carte jeune. Oise up ! c’est son nom,

elle permet à tous les collégiens et lycéens du département de gagner de

nombreux cadeaux sur un site internet qui leur est spécialement dédié.

La carte Oise up ! est distribuée directement dans

les collèges et lycées à tous ceux qui bénéficient

du transport scolaire gratuit, les autres peuvent

la télécharger sur internet. Ils sont aujourd’hui

37 000 jeunes à la posséder. Pour eux, c’est un outil

précieux, synonyme de bons plans. Marina, 17 ans,

et Iseult, 13 ans, sont des habituées. Elles savent

que la carte leur permet d’accéder via le site

oise-up.fr à de nombreuses offres promotionnelles.

« On a gagné des chèques livres, et parfois des

musiques à

télécharger

laisser passer cette offre

exceptionnelle. » Nos

deux sœurs gagnent

régulièrement des places

de foot ou de volley

qu’elles donnent de bon

cœur à leur papa et à

leur petit frère. « Ce

qu’elles gagnent grâce à Oise up !, ce sont des

petits plus, estime Monique, la maman, mes filles

ne sont pas privées, mais elles n’ont pas d’argent

de poche. On ne peut pas se permettre de faire

DR

« Les chéquiers culture permettent à mes

filles d’accéder à des

»

livres qu’elles n’auraient

peut-être jamais lus. Monique Bouvier, maman de Marina et Iseult.

gratuitement,

raconte l’aînée,

il suffit de

s’inscrire et

d’être dans les

50 premiers

pour pouvoir

bénéficier des

offres. » Les

jeunes sont

alertés par mail

des promotions à

venir. En août dernier, grâce au dispositif Oise up !,

la famille au grand complet a pu passer une journée

au Parc Astérix. « Nous avons attendu toute la

journée pour pouvoir nous inscrire, souligne Iseult,

la cadette, et tout le monde s’est relayé devant

l’ordinateur, même nos parents. Pas question de

Éric Facon / Le bar Floréal

d’écart. » Et c’est une nouveauté de cette rentrée

2007 : Marina et Iseult peuvent également depuis le

1 er octobre recevoir des chéquiers loisirs composés

de 10 à 12 coupons de réduction dans des magasins

destinés aux jeunes. ■

CONTACT

Tél.: 03 44 06 64 19

courriel : contact-cj@cg60.fr

site : www.oise-up.fr

DR

« Chacun doit pouvoir

accéder à la culture. C’est

notamment à cela que

servent les offres que

nous proposons à travers

la carte Oise up. »

Jean-Paul Douet,

vice-président du Conseil général

chargé de la culture

14

60 - N°32 - Octobre 2007


Aide au permis de conduire

Jérémie, 19 ans

’habite à la campagne à Lalande-en-Son. Sans permis

«J de conduire, on ne peut rien faire, on dépend forcément

des parents. Et c’est presque impossible de trouver du travail.

Un voisin m’a dit que le Conseil général accordait une aide

au permis. Je suis allé au centre social de Saint-Germer pour

me renseigner. On m’a dit de m’adresser directement

à Beauvais. J’ai obtenu l’argent à peine deux mois après

avoir déposé le dossier. Ces 150 euros m’ont permis de

payer une partie de mon code. » ■

Les élèves boursiers de l’enseignement supérieur peuvent effectuer leur

demande directement en ligne : www.jeunesse.oise.fr

André Lejarre / Le bar Floréal

Défi Oise

Le théâtre au corps

Pour son adaptation de « 8 femmes », Rebecca

Chaillon a réuni 8 actrices et 8 musiciennes :

un beau challenge !

Avec Défi

Oise,

destiné aux

18-25 ans,

le Conseil

général salue

l’envie d’agir

et l’inventivité

des jeunes.

Nous avons

rencontré

l’une des

lauréates.

Rebecca Chaillon a la passion du théâtre depuis

l’âge de 12 ans. Originaire de Creil, elle a suivi

des études en arts du spectacle à l’université et

appartient depuis 3 ans à la compagnie « Entrées

de jeu ». Et puis, il y a un an, elle décide de créer sa

propre compagnie :« Dans le ventre ». « J’avais envie

de monter des spectacles, alors je me suis lancée,

raconte la jeune metteur en scène, c’était grisant

mais stressant ! » Rebecca décide de s’attaquer à

8 femmes, une comédie policière de Robert Thomas,

créée en 1962 et adaptée au cinéma par François

Ozon. « J’ai réuni huit comédiennes et autant de

musiciennes, explique la jeune femme, chaque

comédienne était représentée par un instrument. »

Rebecca, toujours bouillonnante d’idées, souhaite

emmener le spectacle à Avignon :« Le festival off

est le rendez-vous à ne pas manquer pour une

troupe qui veut se faire connaître, mais il nous

fallait 23000 euros pour pouvoir partir et jouer

notre pièce. » Pour Rebecca, c’est donc la course aux

soutiens financiers. « Nos familles, des amis, nous

ont aidés, mais ça ne suffisait pas, souligne-t-elle,

alors nous avons décidé de faire un dossier Défi

Oise, et je suis allée défendre notre projet devant

les élus du Conseil général. » La personnalité et sa

détermination emportent l’adhésion du jury. « Je

leur ai dit qu’à Avignon nous allions représenter la

Picardie, et l’Oise en particulier, poursuit celle qui

anime régulièrement des ateliers théâtre à Beauvais

et Balagny-sur-Thérain. Ils nous ont accordé

3000 euros. » Au final, 23 représentations et

1700 spectateurs ! ■

CONTACT

Défi Oise 03 33 10 70 37

Téléchargez le dossier

de candidature sur

www.jeunesse.oise.fr

60 - N°32 - Octobre 2007

15


L’Oise en action

CONCOURS JEUNES TALENTS DE L’OISE

De l’énergie et des idées

À la tête d’une association ou d’une entreprise, les cinq lauréats du

premier concours Jeunes talents de l’Oise, récompensés le 3 octobre

dernier, incarnent la réussite d’une jeunesse dynamique… et inventive.

1 er prix - Alter éco

Militants de l’énergie verte

Ils se connaissent depuis le lycée et à 25 ans à

peine, ont créé Alter éco, une entreprise qui

installe des systèmes de chauffage vert. Très

sensibles aux enjeux du développement durable,

Rémi Garson et Eddy Legros croient très fort en

l’avenir du chauffage solaire et du recyclage des

sciures de bois. « Nous installons des panneaux

solaires, mais aussi des chaudières et des poêles

à granulés de bois. » Avec une offre qui s’adapte

au public. Pour se lancer, Rémi et Eddy ont versé

chacun 2000 euros au capital de la société, mais

ne se sont pas endettés. Face au succès de leur

entreprise, Jean-Baptiste Besnard vient de les

rejoindre. Avec les 10 000 euros de ce prix, les trois

compères comptent acquérir du matériel pour leur

petite boutique d’exposition.

Alter éco – 55, boulevard Saint-André à Beauvais – 09 54 45 66 47 – www.alter-eco.fr

Caroline Pottier / Le bar Floréal

André Lejarre / Le bar Floréal

2 e prix - aromega

L’alpha et l’omega

de l’aménagement écolo

Elle est architecte paysagiste, lui, horticulteur ; elle s’occupe des

chantiers d’aménagements publics, lui met la main à la terre

pour métamorphoser les jardins des particuliers. Elle est de cinq

ans sa sœur aînée et a créé en 2004 la société Aromega. Cogérants

aujourd’hui, Aurélie et Paul-Édouard Botte marquent de leur

empreinte écolo l’aménagement du territoire isarien : « Nous

choisissons des matériaux qui respectent l’environnement, nous

essayons de sensibiliser nos clients et les aidons à définir le

potentiel énergétique de leur jardin. »

Aroméga – 29, rue Alain de Rotschild à Chamant – 06 12 69 57 51

16

60 - N°32 - Octobre 2007


Prix de la reprise d’entreprise

benjamin bohorel

Magicien

de la menuiserie

« Quand on

voit ce qu’on

peut faire

avec un

morceau de

bois, c’est

fabuleux !»

Caroline Pottier / Le bar Floréal

Caroline Pottier / Le bar Floréal

Benjamin

Bohorel ne se

lasse pas de

ce métier de menuisier, appris en lycée

professionnel et en apprentissage. À son compte,

à Breteuil, depuis 2005, il a bénéficié des

conseils de son prédécesseur. Une belle histoire

de transmission des savoirs. À 25 ans, Benjamin

Bohorel a déjà de la bouteille et un carnet de

commandes qui l’oblige à travailler 7 jours sur 7.

Mais « la richesse de l’artisanat, c’est de ne jamais

faire deux fois la même chose ».

« BB, le bois qui vous va » – 06 11 93 66 97

3 e prix - centre équestre du moulin d’airion

Le renouveau équestre

Le centre équestre du Moulin d’Airion vivait au ralenti jusqu’à ce que

Valentine Crevet en reprenne les rênes, en 2005. « J’ai racheté 18 chevaux

et le matériel agricole », puis le cheptel s’est étoffé et les activités se sont

diversifiées : cours d’hippologie et d’équitation pour les élèves du lycée

agricole, formations de palefreniers pour des jeunes en difficulté ou séances

pour des personnes handicapées. Pour Valentine et son mari, les journées sont

longues et les vacances rares, mais la vie du club a repris des couleurs !

Centre équestre du Moulin d’Airion – 03 44 78 51 49

Prix des associations

quand pouilly rêve

Pouilly fait des

étincelles

Les 15, 21 et 22 septembre, le ciel de Pouilly s’est

embrasé, en musique et en public. Amandine

Godbille et Tiphaine Vermeulen ont réussi

leur pari : offrir à leur village de Pouilly un bel

événement, grâce à leur association Quand Pouilly

rêve. 18 mois ont été nécessaires pour mettre en

place ce spectacle mêlant 18 disciplines sportives

et artistiques, et 150 figurants… Une belle réponse

« à ceux qui se plaignent qu’il ne se passe jamais

rien dans notre village ».

« Quand Pouilly rêve » 03 44 08 80 80

André Lejarre / Le bar Floréal

Pourquoi ce concours ?

Pour donner une visibilité à l’inventivité des jeunes Isariens, âgés de 18 à 30 ans, et pour les encourager, le Conseil

général a créé cette année le concours des Jeunes talents de l’Oise. Il récompense des créateurs (ou repreneurs)

d’entreprise et d’association dans les secteurs du développement durable, des nouvelles technologies ou des

services à la personne. Au total, 36 000 euros ont été répartis entre les cinq lauréats.

CONTACT www.oise.fr

60 - N°32 - Octobre 2007

17


L’Oise en action

HISTOIRE ET ÉDUCATION

Pour que la mémoire vive

Pour la quatrième année consécutive, le Conseil général a conçu

et financé un projet pédagogique dont l’ambition est de transmettre

aux jeunes Isariens la conscience et la mémoire de leur histoire.

éducation s’intéressera

à la déportation dans

l’Oise, à l’occasion de

l’inauguration du musée

mémorial de Royallieu,

soutenu par le Conseil

général, et à la fin de

la Grande Guerre, dont

on célèbrera, en 2008,

le 90 e anniversaire.

Compiègne, convoi d’internés, sortant du camp de Royallieu, dirigés vers la gare de Compiègne, sans date.

Transmettre la

connaissance des

faits. Transmettre

aussi la mémoire

des hommes et des

femmes, qui ont été,

dans l’Oise, les acteurs

locaux de l’histoire

mondiale. Tels sont les

objectifs du programme

Mémoire et éducation,

piloté, depuis 2004, par

le Conseil général. Fruit

d’une action et d’une

réflexion collectives,

qui associent,

notamment, l’Inspection

académique, ce projet

met à la disposition

des collégiens et de

leurs enseignants des

outils pédagogiques

variés : films, livres,

CD, expositions…

ADO

Les rendez-vous dans

l’année ont tous pour

objectif de rendre

vivante et proche une

histoire qui a marqué de

son empreinte l’identité

du département et de

ses habitants.

Conçu autour de

deux thèmes, choisis

pour leur actualité, le

programme Mémoire et

Le Mémorial

de Royallieu

Pendant la Seconde

Guerre mondiale,

53 000 personnes ont

été internées par les

Allemands à Royallieu.

40 000 d’entre elles

ont été déportées,

essentiellement à

Buchenwald. Et

pourtant, peu de

recherches ont été

menées sur ce camp.

C’est pourquoi,

à l’occasion de

l’inauguration, début

2008, du Mémorial

de l’internement et

de la déportation, sur

le site de Royallieu,

le Conseil général a

souhaité missionner

un trio d’historiens,

pour écrire l’histoire de

ce camp, dans lequel

les nazis enfermaient

18

60 - N°32 - Octobre 2007


DR

« La transmission

de la mémoire est

essentielle pour éveiller

la conscience des jeunes,

pour qu’ils puissent

défendre les valeurs de

la République face aux

résurgences du racisme

et de la xénophobie »

Alain Blanchard,

vice-président du Conseil général, en charge

de l’éducation et de la formation.

surtout des résistants

et des opposants

politiques. Ce livre, qui

paraîtra début 2008,

sera donc le premier

ouvrage de référence

sur l’histoire du camp

et fera partie des outils

pédagogiques mis

à la disposition des

enseignants.

De son côté, le Centre

départemental de

documentation

pédagogique de l’Oise

(CDDP) vient de

créer un site internet

sur la mémoire de

la déportation dans

l’Oise et prépare des

mallettes pédagogiques

(livres, DVD) sur ce

thème. Projection de

film et rencontres avec

des historiens seront

aussi proposées aux

collégiens, lors des

« Journées d’étude »,

qui auront lieu cette

année, à l’Hôtel du

Département. Enfin, six

classes participeront à

un voyage à Buchenwald

au cours de l’année.

La publication de

témoignages d’Isariens

qui ont vécu la

déportation et ont

connu Royallieu

est prévue durant

l’année, tout comme

la participation des

anciens prisonniers du

frontaslag 122, avec

des témoignages écrits

ou oraux.

La Grande Guerre

À la jonction des fronts

nord et est, sur la route

qui mène à Paris, l’Oise

fut, pendant la Première

Guerre mondiale, un

département stratégique.

Son territoire, son

architecture et sa

population en portent

encore les stigmates.

C’est ce qu’expliqueront

l’exposition et le livre,

intitulés, « 1914-1918 :

l’Oise au cœur du

conflit », que le Conseil

général a financés, à

l’occasion des 90 ans

de l’Armistice de 1918.

En plus d’une trame

pédagogique sur les

grandes batailles de la

guerre, l’exposition,

qui sera d’abord

installée dans l’Hôtel

du Département,

présentera aussi la

guerre au quotidien,

mettant en scène de

façon assez concrète

la vie des soldats et

ADO

des civils. « C’est une

accroche pour montrer

que ça s’est vraiment

passé, pour rendre

la guerre proche et

sensible », explique

Jean-Yves Bonnard,

historien, auteur des

textes de l’exposition,

du livre et directeur

du CDDP. Beaucoup

d’objets et d’uniformes,

fournis par l’association

Patrimoine de la Grande

Guerre, seront ainsi

exposés. « Le livre ne

porte pas uniquement

sur la guerre et ses

combats, précise

Jean-Yves Bonnard. Il

parle aussi de la vie

60 - N°32 - Octobre 2007

dessin d’Auguste Ravenel, artiste peintre beauvaisien décédé en 1916,

dans une lettre du 5 février 1915 adressée à ses parents.

en zone occupée et en

zone libre, du front

comme de l’arrière.

Il s’agit d’expliquer le

rôle de l’Oise dans la

guerre, mais aussi les

conséquences de la

guerre dans l’Oise :

tout le nord-est du

département a été

ravagé. » Autant de

raisons d’en rappeler

le souvenir aux jeunes

générations. Au

printemps, les collégiens

visiteront l’exposition et

des lieux phare, comme

le wagon de l’armistice à

Compiègne.

Isabelle Friedmann

Les temps forts

du programme

Début 2008, le Mémorial de l’internement et de

la déportation ouvrira ses portes à Royallieu,

tandis que l’exposition « 1939-1945, l’Oise dans la

seconde guerre mondiale » se tiendra aux Archives

départementales. L’exposition « L’Oise au cœur du

conflit », consacrée à la Première Guerre mondiale, est

à découvrir à l’Hôtel du Département de la mi-février à

la mi-mars 2008, puis aux Archives départementales

jusqu’en octobre 2008.

19


Du nord au sud

POLITIQUE DE LA VILLE

La rénovation urbaine

à grande échelle

Le Conseil général a signé le 25 septembre dernier une convention

de partenariat avec l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru) :

une nouvelle pierre apportée aux projets d’aménagement des villes.

Caroline Pottier / Le bar Floréal

Le quartier du plateau Rouher à Creil

Rattacher les

quartiers enclavés

aux centresvilles,

percer

de nouvelles rues,

rénover, voire détruire

et reconstruire des

bâtiments, recréer des

espaces verts, donner une

identité propre à chaque

résidence, redynamiser

les commerces…

l’Agence nationale pour

la rénovation urbaine

(Anru), créée en 2003,

entend donner un

nouveau visage aux

quartiers classés en

Zone urbaine sensible

(ZUS). Dans l’Oise,

si neuf projets ont été

signés entre l’Anru,

l’État et les communes

concernées, le Conseil

général a souhaité, de

son côté, marquer son

engagement en faveur du

renouvellement urbain et

a joué un rôle pionnier

en la matière. Cela s’est

traduit non seulement

sur le plan financier, à

hauteur de 53 millions

d’euros (soit 10 % de

l’enveloppe totale des

opérations), mais aussi

sur le plan opérationnel,

puisqu’il devient maître

d’ouvrage en ce qui

concerne l’aménagement

des équipements

publics. Grâce à ce

partenariat avec

l’Anru, les Programmes

de rénovation

urbaine (PRU) des

quartiers classés en

ZUS, à Compiègne,

Méru et Noyon, ont

pu être plus ambitieux

et les communes qui

portent ces projets ont

bénéficié de subventions

plus importantes.

Le Département a

Beauvais

Saint-Jean

Méru

La Nacre

également obtenu

une participation de

l’Agence au financement

de nombreux

services publics, qui

contribueront à redonner

vie aux quartiers.

Isabelle Friedmann

« Une politique équilibrée

de la ville doit s’occuper

de tous ses quartiers,

surtout ceux où la

population rencontre

des difficultés de vie »

Sylvie Houssin,

vice-présidente du Conseil général, chargée

de l’habitat et de la politique de la ville.

Agglomération

Creilloise

Compiègne

Clos des Roses

Noyon

Mont Saint-Siméon

Creil : quartier Rouher

Montataire : Les Martinets

Nogent : La Commanderie et Les Granges-Obiers

Quartier intercom. : Gournay-Les-Usines

Les neuf projets de renouvellement 43

urbain

20

60 - N°32 - Octobre 2007


COMPIÈGNE

Carrefour de l’Abbaye

Caroline Pottier / Le bar Floréal

Au sud de Compiègne, le carrefour

de l’Abbaye rayonne vers le

centre-ville, Senlis via La Croix-

Saint-Ouen, la ZAC de Jaux-

Venette avec son complexe commercial.

L’ancien croisement, dangereux et

bouchonné, vient d’être aménagé en

un giratoire serti de feux tricolores.

Objectifs : circulation fluidifiée, sécurité

renforcée. Les finitions s’achèvent ; la

municipalité réalisera les plantations

qui donneront au lieu un air paysager.

Coût des travaux : 2,8 millions d’euros

cofinancés par le Département, la Région

Picardie et la Ville de Compiègne. ■

Retrouvez les chantiers des routes

départementales sur www.route.oise.fr

ENTREPRISES

Les aides immobilières

du Département

Construction de bâtiments,

extensions, travaux

de viabilité, le Conseil

général soutient les

entreprises dans leurs projets

immobiliers, s’ils correspondent

à des embauches. Récemment,

l’usine Agco s’est vu octroyer

55 000 euros pour l’aménagement

de son site à Beauvais où sont

fabriqués des tracteurs. Quelque

40 contrats à durée indéterminée

SMO, Société de mécanique et d’outillage, à Bresles.

doivent être créés avant début

2012. Autre coup de pouce :

36000 euros pour la société SMO. Installée à Bresles, elle développe du petit

outillage tout public, distribué en grande surface. « Innovants, ces outils ont été

conçus par notre propre bureau d’études. Il seront entièrement produits dans

l’Oise ; de nouveaux ateliers sont nécessaires », explique-t-on chez SMO. Côté

emploi, 27 CDI supplémentaires avant mi-2012. ■

60 - N°32 - Octobre 2007

DR

télex

> INNOVATION

Option Service

« L’investissement en recherche

et développement est impératif,

pour une petite structure

comme la nôtre, face à la

concurrence que représentent

France Télécom, Neuf, Free,

etc. Nous y consacrons chaque

année 25 % de notre chiffre

d’affaires, un budget lourd...

toutes les subventions sont

bienvenues », explique Philippe

Laredo. Option Service, son

entreprise, est spécialisée dans

les infrastructures télécom.

Elle travaille sur une solution

de reconnaissance et synthèse

vocale en téléphonie IP (sur

internet ou intranet), grâce à

l’embauche d’un jeune ingénieur

de l’université Jules-Verne.

L’Aide à l’innovation, partenariat

entre Oséo-Anvar et le Conseil

général, finance deux ans durant

la moitié de ce salaire.

> LASALLE BEAUVAIS

Hausse de rentrée

Sur les registres d’inscription,

ils sont près de 1300 étudiants,

cette année, à l’institut

polytechnique LaSalle Beauvais.

Contre à peine 1000 en 2006.

Une hausse due, notamment,

aux 250 élèves venus de

l’institut géologique Albertde-Lapparent

à Cergy (Vald’Oise)

– rappelons que LaSalle

Beauvais est issu de la récente

fusion entre l’Isab et cette école

géologique. Restaurant agrandi,

250 nouvelles chambres,

construction d’un laboratoire

de géosciences, salles de cours

et de TP supplémentaires...

ont honoré cette rentrée ! Et

les travaux continuent, car on

prévoit 1500 étudiants d’ici

un ou deux ans.

21


L’ Oise en tête

BERTRAND OMON

Militant de la

solidarité rurale

Ingénieur agronomie environnement

« à la ville », Bertrand Omon, préside,

« à la campagne », l’Association

départementale des centres sociaux ruraux

de l’Oise (ADCSRO). Rencontre avec un

bénévole, fervent défenseur de l’animation

et de l’accompagnement social.

> Bertrand Omon en 5 dates

1960 : Naissance à Paris

1980 : Arrivée dans l’Oise

1999-2001 : Vice-président du Syndicat de communes du Pays de Bray

2002 : Président du centre social intercommunal François-Maillard

(Pays de Bray)

22 Mai 2006 : Président de l’ADCSRO

60 - N°32 - Octobre 2007

Caroline Pottier / Le bar Floréal


60 : Les centres

sociaux ruraux

existent depuis plus

de 30 ans, quels sont

leurs objectifs ?

B. O. : Notre ambition

est de proposer, en

milieu rural, un

accompagnement social

pour toute la famille et

pour toutes les familles.

Nous intervenons, dès

la petite enfance, avec

des dispositifs d’accueil ;

puis, au niveau de

l’école primaire, nous

avons réussi à nous

implanter, au-dede

nos 15 centres locaux,

dans 60 communes

pour accueillir quelque

7 500 enfants, sur le

temps périscolaire, dans

des centres de loisirs.

Pour les adolescents,

nous avons des lieux

d’information et

d’écoute, avec, par

exemple, des actions

de prévention des

conduites addictives.

Mais nous ne

nous limitons pas

à une vision segmentée

des familles et

nous proposons

des animations

intergénérationnelles

pour inviter parents et

enfants à dialoguer

et partager, et rétablir

si besoin du lien social

entre les générations.

À côté de

ces missions

d’animation,

vous développez

des services d’aide

à domicile ?

Pour les personnes

âgées, c’est devenu une

nécessité. Si beaucoup

d’entreprises privées

s’y attèlent, nous ne

le faisons pas dans

un but lucratif, mais

avec pour objectif de

ne pas abandonner

ces personnes à leur

isolement. Nous

n’aurions pas eu

vocation à nous investir

dans ce secteur, si ce

n’était avec la conviction

que c’est un moyen

de préserver un peu

de « vivre ensemble »

et de solidarité dans

les campagnes. Nos

partenariats avec

le Conseil général,

la CAF, les Caisses

de retraite et, dans

certains cas, la Mutuelle

sociale agricole nous

permettent de financer

ces actions.

Les centres sociaux

ruraux assurent

aussi une mission

d’insertion, en quoi

consiste-t-elle ?

En milieu rural, la

réalité de l’éloignement

de la vie sociale et le

risque de repli sur soi

peuvent être plus forts

qu’en ville. Pour ces

publics, la seule réponse

professionnelle est

souvent insuffisante,

il faut pouvoir les

accompagner plus

globalement vers une

réinsertion dans la

société. Le Conseil

général, qui a compris

que nous étions de

bons interlocuteurs de

« La réussite de nos actions passe par

le respect de deux valeurs centrales : la solidarité

et la qualité du “vivre ensemble”. »

proximité pour mener

cet accompagnement,

nous en a délégué

l’essentiel de la

responsabilité : les neuf

agents, qui y travaillent

à temps plein, ont

suivi 900 personnes en

réinsertion, en 2006.

Comment

s’articulent vos

fonctions locales,

au centre social

du Pays de Bray,

et vos fonctions

départementales ?

L’échelon local permet

une très grande

proximité, tandis

que le développement

départemental nous

a permis d’être

l’interlocuteur unique

de nos principaux

partenaires et de

mutualiser certains

services en interne : la

comptabilité et la paie,

60 - N°32 - Octobre 2007

mais aussi les ressources

humaines, ce qui est

essentiel puisque nous

comptons 40 métiers !

La formation est

devenue une activité

très importante

(250 salariés en 2006).

C’est une garantie de

professionnalisme qui

compte auprès des

collectivités locales.

Nous avons un

savoir-faire sur des

métiers qui ont

une certaine technicité,

et nous sommes sur le

terrain dans une relation

de proximité avec la

population.

Qu’est-ce qui vous

intéresse dans

cet engagement

bénévole ?

C’est avant tout la

pérennité de l’action

et le sentiment d’être

vraiment dans le

concret : en 2006,

200 000 Isariens

ont bénéficié de

nos actions. J’ai

aussi trouvé dans le

réseau des 15 centres

sociaux, auprès des

300 bénévoles et des

650 salariés, un lieu

d’échange et une

communauté de pensée,

autour de la solidarité

et du « vivre ensemble ».

Quelles que soient

nos actions et notre

volonté d’organiser des

économies d’échelle,

nous ne perdons pas

de vue nos valeurs

et notre éthique.

Propos recueillis par

23

Isabelle Friedmann


Ils font l’Oise

Constance Pittard

Elle a tout d’une (future)

grande

Jeune comédienne isarienne de 22 ans, Constance Pittard trace sa route

avec humour et détermination. Passionnée de théâtre depuis l’enfance,

elle a d’abord suivi un an de cours au conservatoire d’art dramatique de

Lille, « une fois le bac en poche pour rassurer mes parents », préciset-elle,

puis a complété sa formation artistique à Paris à l’école du One

Man Show. Après un an passé à l’écriture de son spectacle « Je suis une

princesse, bordel », dans lequel elle campe une dizaine de personnages,

elle a rapidement été programmée dans des festivals et des théâtres. « Je

suis maintenant suivie par plusieurs productions parisiennes, s’enthousiasme

Constance, j’ai aussi eu la chance d’être parrainée en juillet dernier

par un humoriste lyonnais, Sellig, qui me conseille et me soutient dans

mes démarches. » Et l’Oise dans tout ça ? Très attachée au département,

Constance a quitté Paris pour revenir habiter Vieux-Moulin, le village où

elle est née et dont sa grand-mère a été élue maire pendant quarante ans.

« C’est ici que je puise mon énergie et que je me ressource. »

Portraits rédigés

par Patricia Lebouc-Coignard

Photos de Caroline Pottier /

Le bar Floréal

Caroline Barreaux

Chef d’entreprise

à 24 ans !

On le savait déjà, ce n’est pas le nombre d’années

d’expérience professionnelle qui garantit

l’esprit d’entreprise. La preuve, à 24 ans,

diplômes en poche (Bac science et technique

de laboratoire, BTS de biochimie et licence en

contrôle et qualité des produits agro-alimentaires),

Caroline Barreaux se lance dans l’aventure

entrepreneuriale en octobre 2004, épaulée

par son compagnon (devenu depuis son mari).

Ils créent ensemble Agro Quality Consulting, une société de conseil en

sécurité alimentaire, basée à Amblainville. « Nous nous sommes lancés

presque sur un coup de tête, même si nous savions que le secteur était

porteur et que notre projet d’entreprise était viable. En quatre ans d’existence,

nous n’avons perdu aucun client et notre chiffre d’affaires croît au

rythme de 30 % par an, grâce au seul bouche à oreille. » Un développement

remarquable récompensé en 2007 par le prix Acti’Femmes, catégorie

« créatrice d’entreprise », un concours organisé par l’association

Le Roseau pour valoriser l’entrepreneuriat au féminin. « Ce prix financera

la conception et la mise en ligne d’un site internet destiné à promouvoir

nos services », explique l’heureuse lauréate.

24

60 - N°32 - Octobre 2007


Guy Chanu

Le cheval pour passion

Son projet de poney-club, Guy Chanu, 43 ans, l’avait en tête depuis des

années. Informaticien jusqu’en 1992, il a patiemment mis de côté le

pécule nécessaire pour financer son rêve. « J’ai passé mon monitorat

d’équitation pendant un congé formation tout en recherchant un site pour

le poney-club. Mon associée, madame de France, ma femme et moimême

avons choisi Lachapelle-aux-Pots pour le charme exceptionnel du

Pays de Bray et la qualité du domaine sur lequel se trouvent les infrastructures.

» Ouvert depuis 1995, le poney-club centre équestre de La Hulotte

compte désormais

40 équidés

(20 en pension,

20 en propriété)

et plus de

200 membres.

Apprécié « pour

son ambiance

conviviale, familiale

et rurale », le

club propose de

l’initiation dès

l’âge de 2 ans,

du concour s

complet, de la

voltige, de l’endurance

et du dressage. Et forme avec succès

la nouvelle génération de cavaliers. Pour preuve,

les résultats du poney-club aux derniers championnats

de France à la Lamotte-Beuvron en

juillet 2007 : 6 podiums dont 2 premières places.

Félicitations !

Poney-club centre équestre de La Hulotte

d.chanu.free.fr/lahulotte/index2.htm

Tél. : 08 77 32 65 88

Marcel Leglay

Bon pied bon œil

Le pas alerte, le verbe précis, Marcel Leglay est un honorable

nonagénaire. Veuf depuis un an, il habite seul sa jolie maison

au jardin luxuriant. « Je continue aussi de cultiver, avec l’aide

de mon fils, mon potager, le même depuis plus de 40 ans. »

Résidant de La Croix-Saint-Ouen depuis 1920, Marcel Leglay

est une figure locale. L’homme exerça différents métiers dès

l’adolescence avant d’effectuer deux ans de service militaire.

Capturé dans les Vosges, il restera cinq années en Pologne,

« dans des conditions de vie terribles ». De retour à La Croix-

Saint-Ouen, il se marie en 1946, a trois enfants. Ses 28 ans

passés dans une fabrique d’huile à Venette lui vaudront la

médaille du travail. Très impliqué dans la vie locale – « j’ai

longtemps dirigé le club de foot de la ville, puis j’ai présidé

pendant 16 ans l’association Les Vieux Travailleurs », souligne-t-il

–, Marcel Leglay a reçu la médaille de la ville ainsi

que la médaille d’honneur du Conseil général. « Je suis bien

noté dans le pays », conclut-il dans un sourire.

Michel Canny

Le bridge : un jeu de 7 à 77 ans

« Un bon joueur a le sens de la logique, du raisonnement, une bonne mémoire, un peu de discipline et l’envie de passer un agréable

moment », explique Michel Canny, 65 ans, président du Beauvais Club Bridge. Joueur émérite, notre homme a fait ses premières

armes de bridgeur dans sa prime jeunesse, avant une longue interruption. « Je n’ai pas joué pendant près de 35 ans car je travaillais

à l’étranger – New York, Budapest, Montréal, Rotterdam… – puis dans différentes villes en France en tant que directeur d’agence

bancaire. Un matin, alors que j’étais en retraite depuis peu, j’ai poussé la porte d’un club parisien et j’ai été immédiatement repiqué

par le virus ! » Depuis, Michel Canny s’est installé à Fontaine-Saint-Lucien, dans la maison familiale, avec « sans doute le besoin

de retrouver mes racines, de m’ancrer dans un terroir magnifique, après des années passées à voyager », aime-t-il à préciser.

À noter : le Beauvais Bridge Club, ouvert 6 jours sur 7, organise 5 tournois par semaine, propose des cours de débutant et de perfectionnement,

Beauvais Bridge Club - perso.orange.fr/BeauvaisBridgeClub - Tél. : 03 44 48 64 90

60 - N°32 - Octobre 2007

25


Itinéraires loisirs

MASSIF DE THIESCOURT

Voyage en « petite Suisse pic

Vallons, bocages et vaches...

À portée de pas, le massif de

Thiescourt promet de vivifiantes

escapades, en toute saison.

O

n l’appelle la « petite Suisse picarde », un

clin d’œil lancé vers la si proche « Suisse

normande » aux bocages gouleyants. À

moins que des collines escarpées – point

culminant 187 mètres, certes – justifient ce tendre

surnom porteur d’un parfum alpestre. Perché

dans les cimes nord du département, le massif de

Thiescourt couvre plus de quatre milliers d’hectares.

Ses forêts enjambent prés et champs où paissent les

bovins, où grandissent les céréales. Sur le chemin,

c’est un apiculteur qui raconte : « Ici poussent

tous les feuillus du Bassin parisien : dominante de

hêtres et chênes, grosse population de châtaigniers.

Plus isolés, il y a le merisier, le tilleul ou le grisard

– qui est une variété de peuplier. J’ai déjà croisé le

très rare alisier, un fruitier au bois précieux. Des

genévriers se baladent. » Pour sa Miellerie de la

Divette, Dominique Charpentier pose ici des ruches,

se réjouissant de cette belle richesse d’essences

qui ravit les abeilles.

Une marguerite au paradis

« Dévasté pendant la Grande Guerre, le massif

s’est par endroits reboisé naturellement. La

végétation est ainsi bien différente des forêts

domaniales travaillées de main d’homme, depuis

Colbert », ajoute Dominique. Choisissez les sentiers

au départ d’Élincourt-Sainte-Marguerite, pour

aborder cette précieuse nature. Ils zigzaguent entre

les franges des futaies, les ravins aux mousses

humides, des larris et des sous-bois aux cortèges

de champignons, parfois. On murmure que la

truffe fait des apparitions ! Tandis que les carrières

accueillent une foule de chauves-souris : petit

rinolophe, grand murin, vespertillon, oreillard

roux... c’est une vraie dictée à l’ancienne. Du lavoir

de la fontaine Sorel via les ruines du moulin à vent,

l’automne déroule un tapis d’ambre jusqu’à

la montagne du Paradis !

Marie Lecoustey

Une propriété

départementale

Au printemps 2006, le Conseil

général faisait l’acquisition de

127 hectares dans le massif de

Thiescourt, commune d’Élincourt-

Sainte-Marguerite. Une opération

de quelque 978 000 euros, réalisée

au titre de la taxe départementale

des espaces naturels sensibles.

Dans la droite ligne de l’Agenda 21,

il s’agit de protéger l’environnement

tout en favorisant l’ouverture au

public, façon tourisme vert. Une

étude pour la mise en place d’un

plan de gestion sera bientôt lancée,

et le Département travaille à la

mise en valeur du site, en lien étroit

avec les acteurs et usagers locaux

– notamment la communauté de

communes du Pays des Sources,

qui projette ici une base

de plein air.

Au sud du massif de Thiescourt,

Élincourt-Sainte-Marguerite – son

village, son église au chœur roman,

son petit lavoir, ses prairies –

offre un bon point de départ

à la rencontre d’une nature riche

et sauvage, par endroits.

Plusieurs sentiers balisés longent

ou pénètrent la forêt.

26

60 - N°32 - Octobre 2007


arde »

EN PRATIQUE

Le massif de Thiescourt s’étend sur

un vaste territoire nommé « Sources et

Vallées », notamment la communauté

de communes du Pays des Sources, qui

s’attache à partager ces trésors de nature

et de patrimoine au fil de 13 itinéraires

balisés à ce jour. Un topoguide regroupant

les 29 circuits « Sources et Vallées » – soit

plus de 300 km, accessibles aux marcheurs,

vététistes et cavaliers – est disponible à

l’office de tourisme du Noyonnais.

Avis aux promeneurs ! Le massif est

classé « zone naturelle d’intérêt écologique,

faunistique et floristique ». Pas de cueillette

des fleurs ! Jusqu’au 29 février, la chasse

est ouverte, les jeudis et dimanches. Soyez

vigilants, équipez-vous de vêtements

fluorescents et surtout, préférez d’autres

jours de balade.

Plus d’informations

• Sources et Vallées : 03 44 43 19 80

• Pays des Sources :

03 44 43 09 57 / cc-pays-sources.org

• Office de tourisme de Noyon

et du Noyonnais :

03 44 44 21 88 / noyon-tourisme.com

Photos : André Lejarre / Le bar Floréal

27


Sports

RUGBY

Aux couleurs de l’ovalie

La France accueille depuis le 7 septembre la sixième Coupe du monde

de rugby. L’occasion de faire le point sur l’intérêt que suscite ce sport

dans le département.

L

e rugby dans

l’Oise, compte

1600 licenciés

répartis dans 10

clubs – Compiègne et

Beauvais, qui évoluent

en division nationale,

Clermont, Senlis, Crépy,

Noyon, Chantilly, Méru,

Creil, Plessis-Lagny

Le Sec. « Le rugby est

28

60 - N°32 - Octobre 2007

DR

un sport à la mode,

souligne André Gruel,

secrétaire du comité

départemental de rugby,

avec des valeurs et des

règles à respecter. C’est

un vecteur de solidarité,

d’esprit d’équipe et de

respect de l’adversaire.

C’est un sport de

combat collectif mais

on ne se bat que sur

le terrain ! Après le

match, c’est toujours la

fête. » L’effet Coupe du

monde commence à se

ressentir dans les clubs

du département. Dès les

premiers entraînements,

certains d’entre eux

ont vu leurs effectifs

s’accroître sensiblement.

« Pour nous, cette

Coupe du monde dans

l’Hexagone, c’est une

aubaine. L’occasion

d’attirer des jeunes,

explique André Gruel,

et de leur faire partager

notre amour du sport. »

L’Oise au rythme

de la Coupe

du monde

Le 7 septembre,

le Conseil général

a tenu à marquer

symboliquement

l’ouverture de

l’événement. Son

président a lancé le

premier ballon lors d’un

relais allant de l’Hôtel

du Département au stade

Marcel-Communeau,

relais auquel étaient

conviés tous les joueurs

du club de Beauvais. Le

match France-Argentine

a ensuite été diffusé sur

écran géant, dans une

ambiance conviviale et

festive. Le 23 septembre,

un challenge, piloté par

le Département, a réuni

les élèves des écoles de

rugby de l’Oise. Et une

semaine plus tard, le

30 septembre, la Fête des

sports s’est également

mise à l’heure du

ballon ovale. Le match

France-Géorgie a été

retransmis à Clermont

sur écran géant. « Ce

sont autant d’actions

qui contribuent à faire

connaître davantage

ce sport, estime André

Gruel, du comité

départemental de rugby,

en fait, nous espérons

avoir 40 % de licenciés

en plus dans les deux

ans à venir. » Pour

rallier cet objectif, le

comité départemental

propose en outre de

nombreux stages et des

formations spécifiques

– 5 à 6 week-ends dans

l’année – à destination

des éducateurs, des

arbitres et des jeunes

joueurs, des moins de

7 ans aux professionnels.

Il organise également

un certain nombre de

challenges et se déplace


dans les écoles primaires

pour animer des ateliers

« découverte ». L’été

dernier, des jeunes issus

des écoles de rugby de

l’Oise ont notamment pu

participer à un tournoi

à Belgrade. « L’Oise est

un département où le

rugby tient une place

de choix, souligne-t-on

au service des sports

du Conseil général,

nous avons des garçons

comme Yohan Montès

et Raphaël Poulain, tous

deux formés à Beauvais,

qui sont arrivés à percer

dans le milieu. Et nous

sommes fiers d’avoir

un Isarien parmi les

Bleus en la personne de

Jérôme Thion. »

Nathalie Jallageas

Retrouvez la liste des

associations sportives du

Conseil général sur

www.association.oise.fr

Des sportifs isariens préparent

leur qualification pour

les jeux Olympiques.

Nous vous les présentons.

Amélie Cazé,

une athlète complète

DR

Où pratiquer ?

Rugby Club Compiègne

03 44 40 47 44

Beauvais XV Rugby Club

03 44 05 53 43

Clermont Rugby Club

03 44 50 12 09

Rugby Club Senlis

03 44 60 98 13

Rugby Club de Crépy

03 44 87 68 25

Rugby Club Noyonnais

03 44 09 33 90

ROC Chantilly

06 22 09 58 76

Rugby Club Méru-Chambly

03 44 52 35 01

AS Creil Rugby

06 25 69 63 80

Rugby Intercommunal

Club Plessis-Lagny-Le-Sec

03 44 60 39 00

Jérôme

Thion :

un Isarien

chez les

Bleus

Né à Senlis le 2 décembre

1977, Jérôme Thion fait partie

des 30 joueurs sélectionnés

par l’entraîneur tricolore

Bernard Laporte pour participer à cette sixième Coupe du

monde de rugby. 1m99, 120 kilos, l’international évolue

au poste de deuxième ligne au Biarritz olympique qu’il a

rejoint en 2003. En 2005 et 2006, il remporte avec son

club le titre de champion de France. Vainqueur du Tournoi

des Six Nations en 2006 et 2007, c’est sa trente-septième

sélection au sein du XV de France.

BOPB


J’ai commencé le

pentathlon à 9 ans au Noyon

22 ans

Championne

du monde

de pentathlon moderne

senior 2007

Championne de France

senior 2007

Pentathlon Moderne. C’est ma treizième

licence sportive dans ce club.

Le pentathlon compte 5 disciplines : la

course, le tir au pistolet, l’escrime, l’équitation et

la natation. J’avais très peur de faire de l’escrime,

mais mes parents m’ont un peu poussée. Au final,

j’ai trouvé ça plutôt original. À l’époque – et c’est

encore le cas aujourd’hui ! – c’était un sport très

peu connu. Dès ma première année, je suis allée

en compétition et j’ai tout de suite gagné. Ma première

compétition internationale remonte à 1998,

j’étais minime. Aujourd’hui, je m’entraîne deux

fois par jour sur deux à trois épreuves. La principale

difficulté, c’est de réussir à enchaîner des

disciplines qui utilisent des muscles antagonistes,

comme la natation et l’équitation. Grâce au titre de

championne du monde que j’ai remporté en août

dernier, je suis directement qualifiée pour les JO

de Pékin. Il va donc y avoir moins de pression, je

vais pouvoir me préparer sereinement. Et comme

je viens d’obtenir mon CAPES pour être professeur


d’éducation physique et sportive, je vais devoir me

rendre disponible pour mes élèves !

Où pratiquer ?

Jean-Pierre Pichot

125, rue du Jeu d’Arc - 60400 Larbroye

12 e aux

JO 2004

29

Comité départemental de pentathlon moderne


Culture / bons plans

ACTION

Tour de champs, sixième

La jeune chanson française de A à Z... c’est le programme du

prochain Tour de champs qui rythmera les paysages de l’Oise.

Tendance légèrement électro, cet automne. « A » comme « Agnès fait

sa B.O. », une demoiselle « la voix claire et les mots précis », « une

saveur fraîche et légère », chuchote un critique (Télérama). « Z »

comme « Zef », « hybride vocal », se définit-elle, des mots, des sons

plein la bouche. Entre gouaille et poésie, à vos oreilles ! ■

DR

La tournée d’octobre passera à Saint-Germer-de-Fly le 19, Andeville le 20, Péroy-les-

Gombries le 21, Bailleul-sur-Thérain le 26, Chambly le 27, Fitz-James le 28.

CONTACT 03 44 13 13 13 et www.oise.fr

ALLEGRO

« Éclats d’orgue »

Tandis que le vent d’automne agite alentour les frondaisons,

il souffle sa première année, l’orgue de Coye-la-Forêt, et

s’offre déjà un festival. Voilà que surgissent les invités, à la

manière d’une petite fête d’anniversaire : Bach, Buxtehude,

Sweelinck, un violon baroque, des voix de femmes, des

poèmes, des comédiens, et bien des organistes ! Temps forts :

un conte musical pour enfants (La Fabuleuse Histoire de

la p’tite flûte à cheminée), « l’orgue à découvert » par son

titulaire Marc Adamczewski, les Quatre Saisons de Vivaldi. ■

DR

Coye-la-Forêt, les 12, 13 et 14 octobre.

CONTACT 03 44 57 69 88 / note.fr.st

Le Conseil général a confié à un jeune illustrateur

isarien, Damien Cuvillier, la réalisation du dessin

de l’affiche de l’édition 2007 de Contes d’automne.

Damien Cuvillier

AUTOMNE

Des contes par dizaines

Le compteur affiche 68 communes, cette année ! Avec Contes

d’automne, festival itinérant, la médiathèque départementale de

l’Oise sème le goût des bonnes histoires, chuchotées, déclamées,

mimées, fredonnées, ricanées... dans toutes les oreilles, de 9 mois

à des années sans nombre. L’aventure commence avec un Sweet

Tracteur. Sa route croisera Kamishibaï, Brin de persil, Jean de

l’ours, une lune, un potiron, Isidore, Victor et Archibald. Arrivée au

Vieux Cric-Crac, après un détour par le désert du Danguéléa. ■

Du 8 novembre au 1 er décembre, entrée libre.

CONTACT 03 44 84 74 20 / mdo.oise.fr

30

60 - N°32 - Octobre 2007


en bref

> 101.3 MHZ

Parenthèse Radio

Les P’tits Loups, Baby Boom,

Enfants, ados, etc., Féminin

plurielle, Papoul ou pas

papoul : voici quelques-unes

des émissions de Parenthèse

Radio. À écouter depuis le

1 er octobre sur 101.3 MHz,

dans le sud de l’Oise, jusqu’à

Beauvais et Compiègne. Cette

station « talk 100 % famille »,

créée par deux mamans,

se veut un lieu d’échanges,

d’information, de dialogue

dédié à la parentalité. On

y parlera santé, couple,

nutrition, psychologie,

éducation, société... sous le

regard d’un comité d’experts ;

chroniques et actualités

ponctueront la journée.

CONTACT 08 92 69 11 33

parentheseradio.fr

> MARGNY-LÈS-

COMPIÈGNE

Rue libre !

Quand ? Le 27 octobre,

Journée nationale des arts

de la rue. Où ? À Margny-lès-

Compiègne. Une adresse, un

programme ? Surprise ! L’Acte

théâtral invite les curieux

à rencontrer Les Semeurs

de saison : « Un lieu sera

transformé pour l’occasion

en un espace de théâtre et

de lumière où l’on pourra

découvrir, écouter, s’émouvoir

de la parole et de l’univers

artistique de nombreux

créateurs. Un voyage dans

les arts mêlés. Une création

éphémère », mumure-t-on

du côté de la troupe.

CONTACT 03 44 83 60 45

acte-theatral.asso.fr

AU THÉÂTRE

Parfum de festival

Pour sa deuxième édition,

« L’Oise au théâtre » prenait

son envol, cet été. « Une

parenthèse de légèreté », disait

Ladislas Chollat, directeur

artistique du festival. Le parc

Jean-Jacques-Rousseau offrait

ses bosquets et futaies comme

décor aux « drôles d’auteurs

contemporains ». En tête de

file, René de Obaldia – de

l’Académie française – ouvrait

le bal, le temps d’un weekend

spécial qui lui était dédié,

en sa présence. Du rire, de

la tendresse, du rêve, de la

poésie, des notes de musique...

composaient ces six jours de

fête. Les amateurs aussi avaient scène ouverte, et quelques saynètes

issues du concours d’écriture lancé à dessein était jouées par

des professionnels, afin que le public, à bulletins secrets, départage

les auteurs. Les gagnants sont : Pierre Dauchin, de Liancourt,

avec Traduction simultanée ; Manon Pocholle, Clémence Hennequin

et Marine Munoz, du collège de Nanteuil-le-Haudoin, prix junior

pour Le Thé à l’armagnac. Commencez à aiguiser vos plumes,

le prochain concours dans le cadre de « L’Oise au théâtre »

sera annoncé le mois prochain ! ■

Anniversaire

Soufflez, clarinettes !

60 - N°32 - Octobre 2007

DR

Ermenonville, parc Jean-Jacques-Rousseau, le 30 juin

dernier. La scène ouverte aux amateurs accueillait

le Théâtre Tiroir, pour « Écho d’il y a 100 ans ».

Ils sont cinq, à faire chanter ensemble depuis trois décennies l’instrument chéri

de Mozart. « Octave V Clarinet’ Capriccio » fête ses trente ans de carrière :

un festival exceptionnel, avec la participation du musicien Bob Quibel, ancien

complice de Jacques Martin dans « L’École des fans ». Un rassemblement

international de clarinettistes – amateurs et professionnels, venus des

Pyrénées, d’Alsace, de Picardie, des États-Unis, du Pérou... – donnera trois

concerts dans l’Oise : ouverture le 26 octobre, à l’Hôtel du Département

(20 h 30), avec en première partie des pièces traditionnelles péruviennes ; puis,

rendez-vous le 27 à la mairie de Beauvais (20 h 30) et le 28 à Montataire (15 h).

Il y aura Mozart, bien sûr, et Rossini, Offenbach, Nino Rota...

CONTACT 03 44 05 54 63 / octave5.com

31


Agenda

CRÉATION MONDIALE

Symphonie Manouche

Dans les rangs de l’orchestre symphonique de l’Oise, direction Thierry Pélicant, ce sont des mélopées tziganes qui résonneront, le temps

d’une première mondiale : la Symphonie Manouche. Son auteur ? Stéphane Kregar, jeune compositeur au talent éclectique. De formation

classique en musicologie et tuba, il affectionne le jazz et les musiques du monde, jouant avec l’Orchestre de Picardie, Eddy Louis ou

Laurent Cugny. Il est actuellement professeur dans plusieurs conservatoires de l’Oise. Avec cette nouvelle partition, il révèle ses racines

aux accents d’Europe de l’Est.

Chapelle Saint-Frambourg à Senlis : répétition publique, 13 octobre 15 h ; concert, 14 octobre 16 h > CONTACT 03 44 53 06 40

Théâtre du Beauvaisis : concert, 21 octobre 15 h 30 > CONTACT 03 44 06 08 20

> ÉVÉNEMENT

La Ville aux livres

« La main et la trace », c’est le

thème de ce 21 e Salon du livre

et de la BD de Creil. 80 auteurs

et illustrateurs, des conteurs,

des rencontres.

13 au 18 novembre, espace

culturel La Faïencerie à Creil.

> CONTACT

03 44 25 19 08

> musiques

Gérard Parel

Orchestral

Stravinsky, Haydn et Beethoven

(premier concerto pour piano)

par l’Orchestre de Picardie

et Bruno Leonardo Gelber en

soliste.

25 octobre 20 h 45,

La Faïencerie à Creil.

> CONTACT

03 44 24 95 70

32 60 - N°32 - Octobre 2007

Mango Gadzi

Des rêves de musique métisse.

Sept comparses emmêlent

des influences tziganes,

flamenco, arabo-andalouses.

26 octobre 20 h 30,

Le Palace à Montataire.

> CONTACT

03 44 24 69 97

Requiem de Mozart

Un concert en la cathédrale de

Noyon, pour la restauration de

la grande chapelle de l’abbaye

d’Ourscamp.

27 octobre 20 h 30, à Noyon.

> CONTACT

03 44 75 72 00

Yeti

DR

« C’est une chanson

mi-expressionniste, mi-réaliste.

Entre guinguette et jazz, l’art

et l’atmosphère de Yeti font très

cinoche. » (Le Progrès de Lyon)

11 novembre 17 h,

à Tracy-le-Mont.

> CONTACT

03 44 75 38 39

> théâtre

Au revoir parapluie

Richard Haughton

Un circassien acrobate, une

chanteuse suédoise, deux

danseuses japonaises... content

un bric-à-brac de poésie.

16 et 17 octobre, espace

Jean-Legendre à Compiègne.

> CONTACT

03 44 92 76 76

Le Bal des

poussières

Les souvenirs du « ch’ti » Gilles

Amiot... y compris « comment

je me suis retrouvé un jour sur

scène avec les Rolling Stones ».

17 octobre, à Breuil-le-Sec.

> CONTACT

03 44 50 06 68

Putain d’ vie

Une voix ardente monte devant

les loupiottes d’un lendemain

de fête. Et rejaillit la belle langue

du poète Jehan Rictus.

18 octobre 20 h 30, théâtre

du Chevalet à Noyon.

> CONTACT

03 44 93 28 20

Poètes en Valois

Des rimes, un dîner de crêpes,

de la musique, des alexandrins

de bonne humeur...

20 et 21 octobre,

à Montagny-Sainte-Félicité.

> CONTACT

lesadex.com

Mon cadavre

sera piégé

Façon monologue, une alchimie

des textes de Pierre Desproges

– Alceste du XX e siècle, disent

les auteurs.

22 octobre à Saint-Sulpice ;

23 à Allonne; 24 à Agnetz ;

25 à Lalande-en-Son ;

26 à Marseille-en-Beauvaisis ;

27 au théâtre du Goupil

à Beauvais ; 28 au théâtre

du Beauvaisis à Beauvais.

> CONTACT

03 44 06 08 20

DR


Deirdre

La Balade de Deirdre part

en itinérance sur les routes

de l’Oise ! Une épopée, des

chants sculptés dans le vent.

8 novembre à Rethondes ; 10 à

Gouvieux ; 13 à Choisy-au-Bac ;

16 à Auger-Saint-Vincent.

> CONTACT

03 44 92 76 76

Le Journal de

Grosse Patate

Une odyssée dans le monde

cruel et tendre des écoliers, à

travers la plume d’une petite

fille... ronde et gourmande.

14 novembre 18 h 15, centre

Jules-Verne à Breteuil.

> CONTACT

03 44 80 90 25

> ARTS / PATRIMOINE

Chasse et photo

Musées de Senlis/Collections Barbier-Petit

Rétrospective dédiée à René

Barbier-Petit, photographe

originaire de Chantilly, fou

de forêt et de chasse à courre.

Jusqu’au 31 décembre, musée

de la Vènerie à Senlis.

> CONTACT

03 44 53 00 80

Dans l’ombre

de Bécassine

Peintures, sculptures ou décors

d’opéra, l’œuvre méconnue

de Joseph-Porphyre et Émile

Pinchon, artistes noyonnais.

Jusqu’au 6 janvier, galerie

du Chevalet à Noyon.

> CONTACT

03 44 93 28 20

Miniatures

Petits portraits, grands

personnages : le musée Condé

présente 350 miniatures de

la collection du duc d’Aumale.

Jusqu’au 7 janvier,

château de Chantilly.

> CONTACT

03 44 62 62 62

Pavillon de Manse

Visite exceptionnelle du

moulin des Princes : 300 ans

d’évolution technologique

et des machines hydrauliques.

13 et 14 octobre, à Chantilly.

> CONTACT

03 44 62 01 33

Fête de la science

Un projet interactif entre

science et art convie le public.

Exposition, concert, atelier.

14 octobre, ferme de la

Montagne à Liancourt.

> CONTACT

03 44 73 12 09

RMN / R.-G. Ojéda

Les pierres gravées

Portes ouvertes au musée de

la Mémoire des murs. À voir,

des graffiti de la Grande Guerre.

10 et 11 novembre,

à Verneuil-en-Halatte.

> CONTACT

03 44 24 54 81

Le bar Floréal

> plein air / sports

Brumes d’automne

Randonnée VTT – parcours

25 km ou 50 km – en forêt de

Compiègne, dans l’humus frais !

21 octobre 8 h 30,

à La Croix-Saint-Ouen.

> CONTACT

06 23 31 30 12

Mycologie

Marchez à la decouverte des

champignons d’automne, en

la compagnie d’un mycologue.

28 octobre 14 h, Coye-la-Forêt.

> CONTACT

03 44 58 60 68

4 novembre 9 h, à Senlis.

> CONTACT

03 44 25 48 61

Parc animalier

Le week-end jusque fin octobre,

le parc animalier du Marais

dévoile ses poules, canards,

sarcelles, pigeons, bernaches...

que les enfants aiment nourrir.

À Longueil-Sainte-Marie.

> CONTACT

03 44 41 34 94

> foires / marchés

Joli marché

Sur la place Jeanne-Hachette,

les provinces de France vous

apportent saveurs et savoirfaire.

N’oubliez pas un panier !

19 au 21 octobre,à Beauvais.

> CONTACT

03 44 11 48 48

60 60 - N°32 - N°32 - - Octobre 2007 2007

Le bar Floréal

Coup de cœur

Foire aux marrons

Attractions foraines, brocante,

et de fameuses châtaignes à

déguster brûlantes !

28 octobre, Attichy.

> CONTACT

03 44 20 07 80

Cidre et châtaignes

Au cœur d’un village médiéval

en forêt, on fête les bulles de

pomme et les marrons chauds !

28 octobre, parc Carisiolas

à Crisolles.

> CONTACT

03 44 09 01 73

Aux grès anciens

Foire à brocante et marché aux

grès anciens, dans un village du

Beauvaisis, patrie de la poterie.

4 novembre,

Lachapelle-aux-Pots.

> CONTACT

03 44 04 50 73

> conférences /

débats

Journée santé

« Nos yeux, nos oreilles, nos

dents », journée d’information

par le Centre intercommunal de

services à domicile de Beauvais.

25 octobre, à Beauvais.

> CONTACT

03 44 45 56 86

La biodiversité

À 20 h, autour d’un repas, on

discutera de « la biodiversité,

du pré dans l’assiette ».

Un nouveau café agri !

8 novembre, Les Grands Prés

à Vineuil-Saint-Firmin.

> CONTACT

03 44 57 71 97

En famille

33


Ça se décide

L’Assemblée départementale s’est réunie le 24 septembre dernier en commission

permanente. Voici une sélection des principales décisions adoptées.

AIDE AUX

COMMUNES

> Alimentation

en eau potable et

assainissement

49 850 € et 120 000 € pour

les réseaux d’eau potable

à Villers-sur-Auchy et à

Puiseux-le-Hauberger,

18 630 € et 17 250 € pour les

renforcements en eau potable

à Orvillers-Sorel et à Béthisy-

Saint-Pierre.

112 950 € pour la station

d’épuration et pour deux

bassins de dépollution à

Senlis, 42 810,79 € pour le

réseau potable à Ons-en-Bray,

11 050 € pour l’assainissement

à Hardivillers. 222 750 € pour

l’assainissement à Chamant,

13 390 € pour la pose de

collecteurs à St-Eusoye,

22 230 € et 124 460 € pour

les stations d’épuration à

Brenouille, à Ully-Saint-

Georges et La-Chapelle-Saint-

Pierre, 43 760 € pour les

réseaux d’eaux usées à

Ully-Saint-Georges.

> Constructions

publiques

97 240 € pour un groupe

scolaire à Lamorlaye, 33 030 €

pour l’école maternelle à

Breuil-le-Sec, 60 970 € pour les

écoles maternelle et primaire

et la mairie à Ivry-le-Temple,

63 290 € pour la propriété la

Chataigneraie à Moyvillers,

488 510 € pour une salle

culturelle à Laigneville.

> Équipements sportifs

127 040 € pour un court de

tennis à Rémy, 18 350 € pour

un terrain multisports à Neuillysous-Clermont,

12 210 €

pour le terrain de football à

Noyers-Saint-Martin,

17 400 € pour un « parcours

santé » à Caisnes.

34

60 - N°32 - Octobre 2007

> Patrimoine public

10 990 € pour l’église d’Antilly,

36 580 € pour l’église de la

Sainte-Trinité à Grandfresnoy,

26 140 € pour l’église à Le

Frestoy-Vaux, 26 180 € pour

l’église de Tracy-le-Mont.

> Scolaire et

périscolaire

34 290 € pour une cantine

scolaire à Pontarme, 32 750 €

pour l’école primaire Roger-

Hénin à Attichy, 25 540 €

pour la création d’une sixième

classe et l’école maternelle

de Laversines, 34 560 € pour

une cantine à l’école du Préau-Lièvre

au Plessis-Belleville,

71 490 € pour un groupe

scolaire primaire et maternelle

à Évricourt.

> Voirie, réseaux divers

14 360 € pour l’aménagement

du carrefour des RD 105

et 5 à Henonville, 22 470 €

pour l’éclairage de Plessis-

Cacheleux, 52 260 € pour

l’aménagement de voirie à

Melicocq, 32 770 € pour

la réfection de trottoirs à

Monchy-Saint-Éloi, 25 160 €

pour l’éclairage à Fresnoyle-Luat,

33 770 € pour

l’aménagement de rues à

Verderel-les-Sauqueuse,

31 700 € pour la salle des

sports Guy-Lejeune et des

logements à Liancourt,

69 470 € pour la sécurité et

l’embellissement à Noyon,

33 820 € pour la création

d’une aire de stationnement

et l’aménagement d’un parc à

Villers-Saint-Paul.

CONTRATS DE

DÉVELOPPEMENT

TERRITORIAL

> CC du Pays noyonnais

7 240 € pour la station

d’épuration, 5 990 € pour

les deux bassins d’orage

et 46 000 € pour la

reconstruction d’une station

d’épuration à Noyon.

> CA creilloise

19 140 € pour l’assainissement

des eaux pluviales à

Montataire.

> CC de Crèvecœurle-Grand

16 100 € pour la restauration

de l’église à Auchy-la-

Montagne et 3 390 € pour

la restauration de l’église

Saint-Lucien et de la chapelle

Sainte-Claire à Maulers.

> CC de Picardie verte

20 000 € pour

l’assainissement à Saint-

Quentin-des-Prés, 1 540 €

pour des contrôles de transfert

des eaux usées à Halloy,

3 310 € pour des ouvrages du

milieu rural à Formerie.

> CC du Clermontois

21 140 € pour l’élargissement

de voirie et la réalisation

d’un parking dans la zone

d’activités d’Agnetz, 3 260 €

pour une étude de zonage,

47 440 € pour les réseaux à

Breuil-le-Vert et Clermont,

4 180 € pour les essais relatifs

à la mise en séparatif.

> CC du Pays de Bray

145 720 € pour une salle de

sports à Saint-Germer-de-Fly.

> CC du Pays de Valois

130 500 € pour

l’assainissement des eaux

usées à Bonneuil-en-Valois,

12 600 € pour la réhabilitation

des assainissements

de Ducy et Le Luat,

11 400 € pour la restauration

de l’église Saint-Martin

à Bonneuil-en-Valois,

23 550 € pour le réseau

d’assainissement des eaux

usées à Silly-le-Long.

> CC du Plateau picard

133 650 € pour le réseau

d’assainissement à Saint-

Rémy-en-l’Eau et Valescourt,

29 870 € pour la liaison

intercommunale entre

Saint-Rémy-en-l’Eau et

Valescourt, 211 780 €

pour l’interconnexion entre

Godenvillers et Le Ployron.

> CC du Vexin-Thelle

150 940 € pour le traitement

de l’eau à Chaumont-en-Vexin

et 191 140 € pour un complexe

nautique à Trie-Château.

ÉDUCATION

> Soutien scolaire

Expérimenté pendant 6 mois

auprès de 11 collèges, le

dispositif de soutien scolaire

va, sur décision de l’Assemblée

départementale, être étendu

aux 66 collèges publics du

département.

LOGEMENT

> FDIL

478 246 € pour la construction

de 117 logements. 885 762 €

pour l’amélioration de

1758 logements .

SOLIDARITÉ

> Cyclone Dean

Suite à l’effroyable

catastrophe naturelle

survenue en Guadeloupe

et en Martinique le 17 août

dernier, l’Assemblée

départementale a décidé de

verser une aide financière

exceptionnelle de 10 000 €

pour la Guadeloupe et

15 000 € pour la Martinique.

L’ensemble des décisions a

été adopté à l’unanimité sauf

le soutien scolaire :

pour : 21 (majorité) et

7 (minorité) ;

abstentions : 13 (minorité).


Tribunes libres

Espaces d’expression ouverts à chacun des groupes politiques

de l’Assemblée départementale en vertu de la loi sur la démocratie

de proximité adoptée en 2002.

Groupe UPMD

Du nord au sud, l’Oise

est solidaire

On oppose souvent le nord et le sud de l’Oise ;

le sud, riche, égoïste, confisquerait tous les

atouts aux dépens du nord. Un autre discours

en vogue depuis le changement de majorité est

celui des villes où toutes les misères seraient

concentrées.

Ceci ne traduit pas la réalité de notre

département. De tout temps, l’Ile de France a

eu tendance à se développer en tache d’huile.

Cette pression vers l’Oise est aujourd’hui

accentuée :

Roissy se développe très vite ;

Outre l’autoroute A1, l’autoroute A16 et

la nationale 2 irriguent fortement notre

département ;

les 35 heures ont permis d’allonger les temps

de trajet en train en allant depuis Paris jusqu’à

Clermont, Compiègne, voire au-delà ;

la hausse générale des prix de l’immobilier

oblige à élargir le champ de recherche pour se

loger ;

autour de Senlis et Chantilly, la nécessité de

protéger un patrimoine exceptionnel aux

portes de l’Ile de France a amené à créer un

Parc Naturel Régional, le seul en Picardie.

Le développement doit y être plus maîtrisé

qu’ailleurs, ce qui a pour effet de reporter

certaines pressions d’urbanisation vers les autres

territoires.

Le nord du département commence lui aussi

à subir ces pressions. Il faut donc en anticiper

les effets à long terme : politique foncière,

choix équilibré de constructions, gestion de

l’environnement avec en particulier la question

de l’assainissement, accompagnement des

populations, etc.

Le sud de l’Oise est un gros contribuable

du département. Par les subventions nous

redistribuions cet argent, en favorisant

délibérément les cantons ruraux : les subventions

par habitant y étaient jusqu’à dix fois plus

élevées que celles attribuées aux villes.

Pour nous, la problématique des villes est

principalement une compétence de l’État et

de la Région. Notre Assemblée doit d’abord

se consacrer à l’aménagement des territoires

ruraux : ils sont la richesse future de l’Oise.

Groupe communiste

Rentrée scolaire côté

Département / côté État

Placée sous la responsabilité d’Alain

Blanchard, vice-président communiste, la

politique du Conseil général de l’Oise s’acquitte

avec bonheur de la mission que lui a confiée la

loi : cette année, à la rentrée vingt opérations

ont été menées sur le patrimoine immobilier.

Des études sont en cours pour la réhabilitation/

extension de quatre collèges qui intégreront une

démarche de développement durable, etc. Le

Conseil général a investi en 2007 18 M € dans

la construction et la réhabilitation des collèges

et 16,57 M € pour l’entretien. Il lance un audit

pour le parc des ascenseurs et un diagnostic

énergétique et environnemental des installations

des 66 collèges de l’Oise.

À ces opérations qui relèvent de ses compétences

il faut ajouter l’aide à la scolarité : calculatrice

scientifique et« double livre » pour tous les

élèves de 6 e , déploiement de l’informatique :

Espaces Numériques du Savoir, expérimentation

des Espaces Numériques de Travail pour

dix collèges pilotes. Enfin des dispositifs

pédagogiques et périscolaires sont mis en place

pour lutter contre l’échec scolaire.

Malheureusement, cette politique se heurte

aussi aux conditions de transfert des postes

d’agents de service de l’État vers le Département

qui provoquent des mécontentements

compréhensibles dans certains établissements.

En même temps, la suppression massive de

postes dans le service public de l’Éducation

nationale illustre bien la volonté de Nicolas

Sarkozy de « refonder » tout le système scolaire

sur une logique de tri des élèves en faveur des

objectifs de profits financiers du grand patronat,

et de privatisation rampante de l’Éducation

nationale.

À l’inverse, pour les élus communistes

l’effort départemental doit s’inscrire dans le

développement du service public en faveur d’une

école de la réussite la plus haute possible pour

tous, gage d’épanouissement des individus,

d’efficacité du travail et d’essor de la démocratie.

Groupe Oise à Gauche

Une étonnante

dépénalisation

Le président de la République a lancé un bien

étrange débat sur la dépénalisation… d’une

certaine délinquance en col blanc. En annonçant

qu’il souhaitait mettre un terme à la pénalisation

du droit des affaires, il a introduit l’idée que des

délits tels que l’abus de bien social pourrait ne

plus être sanctionnés pénalement.

Voici une étrange conception de la moralisation

de la vie économique et de la vie publique. Car

les élus seront aussi concernés. Le porte-parole

du gouvernement assure les citoyens qu’il ne

doivent pas s’inquiéter : il s’agirait juste d’éviter

que des maires soient mis en examen « pour des

panneaux de basket qui s’effondrent ». Sauf que

cet épineux problème de sécurité juridique a été

réglé par une loi en 2000.

La réalité c’est que l’on voit poindre la volonté

de mettre un terme aux « affaires » d’une

manière particulière : en supprimant les motifs

de poursuite.

Par le passé, notre collectivité a été fortement

marquée par des utilisations illégales de d’argent

public pour servir des intérêts privés. Nous

sommes fortement scandalisés par la volonté

du président de la République « d’absoudre » la

délinquance en col blanc. Scandalisés, lorsque

entre deux phrases sur la tolérance zéro, vient se

glisser la perspective de tolérance totale pour les

délits financiers des puissants.

Nous sommes fortement attachés à

l’autorité républicaine. Elle est essentielle au

fonctionnement de la démocratie. Mais elle ne

peut reposer que sur la justice et l’égalité entre

tous les citoyens. La dépénalisation du droit des

affaires reviendrait à expliquer aux Français que

tous ne sont pas égaux devant la justice. Cela

constituerait de fait un intolérable retour d’une

forme de privilèges d’une nouvelle « noblesse ».

Cela ne peut être toléré.

Les conseillers généraux du groupe UMP

et divers droite

> Contact : 03 44 06 60 16

Les conseillers généraux communistes

60 - N°32 - Octobre 2007

GROUPE OISE À GAUCHE

> Contact : 03 44 06 64 99

oiseagauche1@hotmail.com

35

More magazines by this user
Similar magazines