Le Mexique et ses partenaires dans les accords de libre échange ...

iledefrance.international.fr
  • No tags were found...

Le Mexique et ses partenaires dans les accords de libre échange ...

PRINCIPAUX INDICATEURSPopulation : 107.550 millions d’habitantsPIB : 1140 milliards $ (2008)Taux de croissance : + 1,3% (2008) ; 0% (2009, crise mondiale)Taux d'inflation : + 4,25% (en 2009)Exportations vers la France : 2,217 Mds € (2008)Importations françaises : 786 millions € (2008)Position de la France : 12 ème fournisseur et le 26 ème client.IDE : 2 ème pays d’accueil d’IDE en Amérique latine (22 Mds USD en 2008)PRESENTATION ECONOMIQUE DU PAYSAvec ses 107 millions d’habitants, et un tauxde croissance de la population de 3% par an,c’est le 6 ème pays le plus peuplé aumonde.La main d’œuvre y est qualifiée et coûte enmoyenne 30% moins cher qu’aux Etats-Unis.C’est l’un des premiers marchés émergentsen termes d’investissements directs qui ontaugmenté de 41% en 2007.13 ème puissance économique, 15 èmepuissance commerciale dans le monde etmembre de l’OCDE, le Mexique présente, àla fois, les caractéristiques d’un pays endéveloppement et des bases solidesindustriellement et commercialement parlant.Depuis les cinq dernières années, on noteune hausse de 70% des échangescommerciaux avec l’Europe. Depuis 2003,il n’y a plus de barrières douanières enEurope pour les exportations industriellesmexicaines tandis que les importations fontface à des barrières douanières à un tauxmoyen de 1%. Le Mexique se situe au 6 èmerang mondial en production pétrolière.LES TENDANCES DE L’ECONOMIELe Mexique et ses partenaires dans les accords de libre échange, constituent le plus grand réseau de ce typedans le monde. On peut distinguer plusieurs types d’accords : avec l’Europe : l’accord de libre-échange avecl’Union européenne (2000) et l’accord avec l’Association européenne de libre échange AELE (2001), avecl’Amérique du Nord : le Canada et les États-Unis (1994) et avec d’autres pays et régions du monde : plusieurspays des Amériques, l’Israël (2000), le Japon (2005), etc.LES ECHANGES COMMERCIAUX FRANCO-MEXICAINSSelon les données du Ministère Mexicain de l’Économie, la part de marché de la France au Mexique est stabledepuis plusieurs années, autour de 1%, dans un contexte de montée en puissance des importations enprovenance d’Asie. La France est le 11ème fournisseur du Mexique, et le 4ème européen. Moins du tiers desexportations françaises concernent des biens finis (biens de consommation agroalimentaires et nonagroalimentaires, véhicules automobiles) destinés au marché intérieur mexicain.La France est le 22 ème pays client du Mexique; en 2010 : 2,115 Mds euros, (Banque de France) soit la 32 èmedestination de nos investissements. Le Mexique est, pour notre coopération, un pays cible en Amérique latine :il s’agit, avec 2,5 M € de crédits d’intervention en 2010 (2,7 en 2009) de notre deuxième partenaire enAmérique latine, après le Brésil.Chambre Française de Commerce et d’Industrie au Mexique Janvier 2011


Les relations bilatérales entre la France et le Mexique sont anciennes et dynamiques. Au moment où lesautorités mexicaines manifestent une volonté d’ouverture à de nouveaux interlocuteurs sur les plansinternational et multilatéral, la France constitue un partenaire privilégié pour la diplomatie mexicaine.Nos échanges commerciaux sont traditionnellement excédentaires avec le Mexique, mais ils restent cependantpeu développés au regard de la taille des deux économies. Dans les enceintes multilatérales, le Mexique est,parmi les grands émergents, celui dont les vues sur les grandes questions internationales sont les plus prochesdes nôtres. Membre de l’OCDE, il participe aux travaux du G 20 et est membre non-permanent du Conseil desécurité des Nations unies (CSNU) pour le biennum 2009-2010. L’organisation de l’Année du Mexique en Franceen 2011 devrait nous permettre d’insister sur la diversité de cette relation.Les Groupes industriels puissants sont: Pemex (3 ème producteur mondial de pétrole), Cemex, (3 ème producteurmondial de ciment), Bimbo (3 ème groupe mondial de boulangerie industrielle), Vitro, Telmex, Televisa, etc. Lesexportations de la France vers le Mexique : 2.5 Mds USD jusqu’à novembre 2010. Importations françaisesdepuis le Mexique : 0,601 Mds USD jusqu’à novembre 2010.LES SECTEURS PORTEURS Biens de Consommation : La France est le premier fournisseur en parfums et le troisième encosmétiques Alimentaire : Danone - La plus grande usine de yaourts dans le monde (Irapuato, Mexique) Automobile : Michelin - N°1 sur le marché mexicain du pneumatique 40% du marché Santé : Sanofi-Aventis - N°1 sur le marché des vaccins, n°1 de l’industrie du médicament, avec2.500 employés Energies : Gaz de France - Leader du transport et de la distribution de gaz Aéronautique : Safran - 1 er employeur aéronautique au Mexique avec près de 4.200 employésDes opportunités de développement des exportations françaises se profilent encore dans les secteurs :Construction, Energies, Environnement, Pharmacie, Transport, TIC, Plastique, Tourisme, Agroalimentaire,SantéTOURISMELe Mexique occupe la 8 ème place mondiale en termes de fréquentation et la 11e en termes d’entrées dedevises (environ 9 % du PIB). II représente l’une des principales entrées de devises (12,3 milliards dedollars en 2009), le pays détenant le 8° rang mondial en termes de fréquentation touristique. Les 12,8millions de touristes internationaux et 9,1 millions de visiteurs transfrontaliers se sont rendus au Mexiqueen 2009, dont 206 000 touristes français.Le tourisme international se compose à 80% de touristes nord-américains, ce qui a favorisé ledéveloppement d’une offre constituée de grands complexes touristiques. Le tourisme national représenteprès de 80% de la fréquentation. La politique mise en œuvre par le Ministère du Tourisme vise à équilibrerles 3 grands pôles du tourisme mexicain, à savoir les centres balnéaires, les grandes villes et les centrestouristiques de l’intérieur du pays.Le secteur touristique mexicain est encore relativement peu diversifié : le principal segment de marché estle tourisme de plage. Toutefois, d’autres segments, constituant des priorités pour le gouvernement,commencent à se développer, en particulier l’éco-tourisme et le tourisme d’affaires, qui deviennent peu àpeu de véritables concepts au Mexique, et surtout le tourisme de croisière. Par ailleurs, si le concept dethalassothérapie n’est pas du tout développé, le marché offre désormais de nombreux débouchés avec lesspas.SIDERURGIELe secteur de l’acier représente une part importante dans le PIB industriel. La croissance annuelle de cesecteur a été de 8% durant 2009 ; avec plus de 45 entreprises participant dans le secteur sidérurgique.Malgré la crise, la demande mondiale reste forte et la consolidation des sociétés sidérurgiques permet lastabilité du secteur.Finalement, les bas coûts de main d’œuvre qualifiée qu’offre le Mexique vont être très attrayants pour lesentreprises étrangères, surtout pour celles obligées de fermer ou de délocaliser.Chambre Française de Commerce et d’Industrie au Mexique Janvier 2011


INDUSTRIE AUTOMOBILEL’industrie automobile occupe toujours une place déterminante au sein de l’économie mexicaine.Le Mexique, qui a su développer ces dernières années une industrie automobile dynamique en attirant laplupart des grands constructeurs mondiaux, était, en 2008, le dixième producteur mondial et le enAmérique latine, derrière le Brésil. Le secteur a connu un développement considérable depuis l’entrée envigueur de l’Alena grâce aux investissements réalisés, principalement par de nombreux constructeurs etéquipementiers étrangers, ainsi que par l’utilisation de technologies de pointe dans les processus deproduction. La destination des exportations de véhicules mexicains reste inchangée: les États-Unisoccupent la première place, suivis par l’Union européenne et, loin derrière, par les continents asiatique etlatino-américain. Renault est revenu au Mexique en 2000, en utilisant l’avantage de son alliance avecNissan pour produire localement.Peugeot a créé sa filiale commerciale début 2001. Enfin, sur le marché des équipements automobiles, lesentreprises étrangères sont bien représentées. 70 % des 1 000 équipementiers présents au Mexique sontétrangers, dont une quarantaine de sociétés françaises.TICLe secteur TIC constitue un secteurstratégique pour le gouvernement mexicain,avec comme priorité le développement del’internet et de la bande large. Le chiffred’affaires du secteur au Mexique est évalué àquelque 40 milliards de dollars, dont environ68% pour le seul segment destélécommunications. Les projets publics etinvestissements visent à créer une véritablesociété de l’information, réduire la fracturenumérique et créer un « service universel »facilitant l’accès aux différents servicesélectroniques à l’ensemble de la population.Le Mexique compte un peu plus de 20 millionsde lignes fixes pour une population totale de109,3 millions d’habitants, soit une télédensitéde 18 %. Les opportunités pour lesindustriels français résident dans la fourniturede systèmes et équipements très spécialisésou d’infrastructures et équipements pour lesservices à valeur ajoutée.AERONAUTIQUELe secteur de l’aéronautique compte aujourd’huiau Mexique plus de 180 entreprises (79% dansla fabrication, 11% dans lamaintenance/réparation et 10% dansl’ingénierie) employant 25 000 personnes.Ses exportations ont plus que doublé entre 2002et 2009, passant de 1,25 à 3,30 milliards USD ;elles devraient dépasser les 3.9 milliards en2010. Le secteur a connu une croissancesupérieure à 30% en 2007 et 2009 et 800millions USD d’IDE sont attendus en 2010 (lesstatistiques officielles mexicaines n’identifientpas ce secteur spécifique du fait de sondéveloppement récent).L’industrie aéronautique mexicaine est, à cejour, concentrée sur 5 pôles géographiques:Querétaro (le plus ancien et plus importantcentre de production), Ciudad Juarez (Etat deChihuahua, en concurrence directe avecQuerétaro), Nogales (Etat de Sonora), Monterrey(Etat de Nuevo León) et la Basse Californie.PETROCHIMIECe secteur est sans doute un des plus importants du Mexique : il représente plus du 10% du PIB du pays et88% de l’énergie produite au Mexique. 2.5M de barils sont produits chaque jour avec un prix de vente moyende 45 dollars par baril. Finalement plus de 30% des ressources du gouvernement proviennent du secteurpétrochimique. En ce qui concerne le gaz naturel, le Mexique produit 4.445 millions de pieds cubiques de gaznaturel par jour.Ouverture du secteur pétrolier aux investissements étrangers (réforme énergétique de 2008 qui commence àouvrir les portes aux investissements privés). De plus, le gouvernement a prévu un des plus grandsinvestissements du secteur public de 12.000 millions de dollars pour ce secteur, dont 9.000 sont destinés à laconstruction d’une nouvelle usine et le reste au renouvellement des actifs déjà existants. D’autre part, le gaznaturel, considéré le combustible du 21ème siècle, connaît une demande qui croit à un taux de 30% chaqueannée. En 2012, plus du 52% de l’énergie au Mexique sera produite à partir du gaz naturel et la production serade 6800 millions de pieds cubiques par jour. Or, vu la croissance de ce secteur au Mexique d’à peine 2%annuels, on estime qu’il sera nécessaire, sans compter les investissements en infrastructure qui devront êtreréalisés, l’importation de 2.500 millions de pieds cubiques par jour de gaz naturel. Dans ce secteur, on trouvedéjà de grandes entreprises étrangères comme Gaz de France.Chambre Française de Commerce et d’Industrie au Mexique Janvier 2011


CONSTRUCTIONLe secteur de la construction (8% du PIB national) est amené à rester l’un des piliers de l’économie comptetenu des besoins structurels du pays en logements. Pour les entreprises françaises le marché se dirige versles immeubles de bureaux, les logements moyen haut de gamme et les produits à caractère innovants ouécologiques.CONSEILS POUR UNE ENTREPRISE SOUHAITANT APPROCHER LE MEXIQUE1. Allez-y pour les bonnes raisons. Avant même de penser à percer le marché mexicain, il est primordiald’analyser sa compétitivité sur son propre marché.2. Portez attention à la question des prix. Les mexicains sont avant tout concernés par le prix, ils regardentbien sûr la qualité, mais ils sont à la recherche du meilleur prix.C’est toujours une question de prix. L’accent est continuellement mis sur cette variable.3. Déplacez-vous; c’est non négociable. Étant une culture qui valorise les relations humaines, les mexicains ontcher l’idée de rencontrer leur partenaire d’affaires face à face. Il faut se rendre sur place, et ce, aux 6 mois aumoins.4. Ne dépêchez pas n’importe qui. Les mexicains mettent beaucoup d’importance sur les titres. Afin d’êtrerespecté, il faut avoir un titre important dans l’entreprise. L’entreprise devrait envoyer des gens de la directiontel que le président ou le vice-président pour établir les contacts et valider le marché. Cela prouve que vousêtes sérieux dans votre démarche et que vous respectez les gens.5. Profitez des missions commerciales. Il est essentiel de connaitre les composantes du marché local avant departir et de s’informer sur les meilleurs partenaires potentiels.6. Prévoyez un investissement à long terme. Ce lancer en affaires à l’étranger nécessite un investissement detemps à long terme. Le marché mexicain est exigent et ne permet pas d’attendre des résultats immédiats.7. Ciblez vos besoins grâce aux experts du marché. La Chambre franco-mexicaine de commerce et d’industrie,implantée à Mexico, vous accompagne à chaque étape de votre développement à l’exportation : pour identifiervos prospects et partenaires potentiels, organiser votre prospection, vous informer sur les conditions d’accès aumarché, vous conseiller sur votre implantation locale.LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANÇAISE AU MEXIQUEAvec 126 ans de présence au Mexique, la Chambre Franco Mexicaine de Commerce et d’Industrie A.C. est unorganisme représentatif qui unit et anime la communauté entrepreneuriale franco-mexicaine. La CFMCI compteaujourd’hui 320 Membres et son objectif est de promouvoir et de développer les échanges commerciaux etindustriels entre la France et le Mexique. La communauté des membres est constituée de nombreusesstructures commerciales et industrielles, cabinets juridiques et comptables, établissements financiers, acteursdu commerce international, entrepreneurs, consultants…Les services de la Chambre sont divisés en quatre départements. Le Service Commercial contacte et fait la promotion des activités des Membres; il s’occupe aussi de lagestion d’appui aux entreprises. Le Service International organise des missions collectives et individuelles de prospectioncommerciale entre la France et le Mexique afin d’attirer les entrepreneurs à développer leurs actionsdans ces deux pays. Le Club d’affaires organise les rencontres entre les Membres et d’autres Chambres de CommerceEuropéenne. La Bourse du Travail recherche des candidats qualifiés pour les Membres.Pour plus d’informations, contactez :La Chambre de Commerce Française au Mexique :Protasio Tagle No.104 Col. San Miguel Chapultepec11850 México D.F.Tél : 00 (52-55) 52-72-09-60 - Fax : 00 (52-55) 55-15-30-30@: camfrancomex@cfmci.com - Site: www.cfmci.comChambre Française de Commerce et d’Industrie au Mexique Janvier 2011

More magazines by this user
Similar magazines