Diversités magazine n°20 [mars, avril, mail 2018]

villedeliege

Le magazine de toutes les diversités à Liège

DIVERSITÉS

Magazine

foxtrot

moustique

algèbre

meringue

steppe

venus

Les

mots

N°20 - mars, avril, mai 2018

d’ailleurs


EDITO

Déjà le vingtième numéro de votre

magazine. L’aventure avait commencé

en 2015 comme un ballon

d’essai. Nous sommes toujours là

pour donner à voir comment la

Ville de Liège, d’autres organismes

publics et les associations illustrent

par leur travail respectif une volonté

de « faire société » pour reprendre

une expression qui nous est chère.

Dans ce numéro, focus sur les actualités

de la décolonisation ; retour

sur le concept de « Ville hospitalière

» qui doit s’incarner de façon

plus lisible sans compter le coup

de cœur sur le processus créatif de

Laetitia Bica, artiste programmée

à la Biennale de l’image possible

(BIP).

orGanisée par la Ville de lièGe

Cité Miroir

26 et 27 avril 2018

Culture, Sports, Diversités :

comment faire société ?

ConférenCe Générale 4de la

Coalition européenne des Villes

Contre le raCisme (eCCar)

Focus

Les actualités de la

(dé)colonisation

Exposition Costa Lefkochir

Conférence Générale ECCAR

à Liège

Les appel à projets

interculturels

Nous ajouterons à ce menu un rappel

utile sur deux appels à projets

proposés par la Ville pour une enveloppe

globale de 26.000 euros.

sommaire

Le dossier fera place à un délicieux

voyage aux pays des mots

d’ailleurs confortablement installés

dans la langue française.

Enfin, ce vingtième numéro

s’achève sur le programme de la

huitième édition de « Mars Diversités

».

Bonne lecture

L’Échevin de la Culture,

de l’Urbanisme et des Relations

interculturelles de la Ville de Liège

Liège ville

hospitalière

Appel à participation

6

8

Suggestions

Lectures, films, musique


10

gastronomie

et recettes

La Pologne

12

LE DÉBAT

Les mots venus d’ailleurs

Creahm

Laetitia Bica

14

+

7

7

14

15

La vidéo

Les outils de la diversité

coup de projecteur :

Le Théâtre de la Communauté

Agenda


focus

Actualités de la (dé)colonisation

Le 20 mars à 19h30 aura lieu la

présentation du nouveau livre

« Actualités de la (dé)colonisation »

par Géraldine Brausch, suivie d’une

conférence sur la question de la colonisation

et de la décolonisation.

À l’origine de ce récit se trouve une

série de quatre rencontres entre

une dizaine de personnes qui ne

se connaissaient pas. Elles avaient

pour seul point commun initial de

s’être inscrites à un atelier de réflexion

consacré à l’ « actualité de

la (dé)colonisation ». Elles n’avaient

aucune expertise ou légitimité

particulière pour le faire ; elles en

avaient juste le désir. Le récit raconte

l’expérience de pensée de ce

groupe. Le « nous » qui y est mobilisé

renvoie donc avant tout aux

participants de l’atelier.

Un parti pris a guidé la réflexion.

Nous avons tenté de cerner si la colonisation

avait pu intervenir dans

nos manières de penser et de sentir,

dans nos constructions identitaires

et subjectives. La colonisation

intervient-elle dans ce que nous

sommes ? Constitue-t-elle un héritage

qui, d’une manière ou d’une

autre, a façonné notre rapport au

monde, aux autres, à nous-mêmes ?

Dans l’affirmative, que pouvonsnous

et que voulons-nous faire de

cet héritage ? Dès lors, et même si

nous l’avons sans cesse croisé, ce

n’est pas le fil de l’histoire économique

et politique travaillé par les

historiens que nous avons suivi,

mais celui de notre propre histoire.

C’est à partir de nos vécus, de nos

expériences personnelles que nous

avons pensé les effets de la colonisation

sur nos identités.

Bibliothèque Georges Orwell

Cité Miroir

Place Xavier Neujean 22 à 4000

Liège

Découvrez les différents épisodes

préparatoires à la sortie du livre.

E xposition Costa Lefkochir

Sources - Rencontres - Traces

Peintures – sculptures - installations.

De la Grèce à l’Afrique, de la Palestine

à l’Inde, du Moyen-Orient à la

France et la Belgique, partez à la

découverte des sources d’inspiration

de l’artiste Costa Lefkochir.

Un voyage inédit dans deux-cents

peintures, sculptures, objets, installations

sonores, photographiques

et vidéos, fruits de trente années

de création.

Costa Lefkochir est un artistemonde

parce qu’il ne craint pas de

se frotter à l’étrangeté des singularités

de cette planète sur laquelle

des individus s’essaient à vivre.

C’est donc tout natuellemnet qu’il

s’intègre dans le programme de

Mars Diversités.

Exposition : 2 mars > 27 mai

Grand Curtius - Féronstrée 136 à

4000 Liège

www.lesmuseesdeliege.be - 5 €

focus


focus

Conférence Générale d’ECCAR à Liège

« Culture, sports, diversités : comment

faire société ? », telle est la

thématique de la Conférence Générale

de la Coalition Européenne des

Villes contre le Racisme (ECCAR,

de son acronyme anglais) qui sera

organisée, par la Ville de Liège, les

26 et 27 avril à la Cité Miroir.

ECCAR, c’est quoi ?

Lancé en 2004 sous l’égide de

l’UNESCO, ECCAR est un réseau

qui comprend 134 villes de 23 pays.

Cette initiative, qui s’inscrit dans le

cadre plus large de la Coalition Internationale

des Villes contre le Racisme,

entend rassembler les villes

membres autour d’un défi majeur

et universel, à savoir : la lutte contre

toutes les formes de racisme, de

discrimination et de xénophobie.

Ses objectifs et son cadre opérationnel,

ECCAR les a regroupés,

dès 2004, dans un « Plan d’Action

en 10 points » dont les adhérents

partagent les idéaux et les engagements

concrets.

Liège « Ville hospitalière » dans

ECCAR

Notre ville fut la première ville de la

Wallonie à signer, en 2006, son adhésion

à la Coalition et à engager

dans ce processus ses politiques

communales. En 2008, en vue de

rencontrer les priorités découlant

de cette adhésion, le concept

« Rêve de Martin » vit le jour. Baptisé

en référence au rêve de Martin

Luther King de voir un jour tous les

êtres humains égaux, ce concept a

été conçu comme le cadre structurant

des politiques communales

interculturelles de la Ville de Liège.

En 2015, à l’occasion du 20e anniversaire

de la charte contre le racisme,

la Ville de Liège a accueilli

le comité directeur d’ECCAR. Elle

en assure, depuis lors, la Vice-présidence

avec les Villes de Postdam

et Nancy, sous la Présidence de la

Ville de Bologne.

Cette dynamique, animée par l’idéal

démocratique de l’égalité, donna

naissance à toute une série d’initiatives

soucieuses de pratiques

respectueuses des diversités, tant

au sein des institutions communales

que dans le secteur associatif.

Ces initiatives furent, d’ailleurs,

couronnées en novembre 2017, par

l’octroi à la Ville de Liège du statut

de « Ville hospitalière ».

La Conférence Générale d’ECCAR

C’est dans le cadre de cette belle

mécanique en marche que la Ville

de Liège, en collaboration avec le

CRIPEL, l’Université de Liège et les

Territoires de la Mémoire, organise

la Conférence Générale d’ECCAR.

Les enjeux de cette rencontre sont

nombreux et leur extension est, à la

fois, communale, locale et internationale.

Sur le plan communal, donner à

connaître les actions menées dans

le cadre des politiques interculturelles

de la Ville de Liège permettra

de les consolider.

Sur le plan local, la conférence sera

l’occasion de souder un collectif

local de forces vives animées par

un projet commun : le respect des

diversités.

Enfin, sur le plan international, La

Ville de Liège, en organisant cette

conférence, apportera une contribution

importante à la visibilité, à la

promotion et au renforcement des

objectifs internationaux et universels

portés par la Coalition.

Conférence Générale d’ECCAR

26 et 27 avril 2018

Liège, Cité Miroir

Appels à projets 2018

Depuis plus de 20 ans la Ville de Liège organise des appels à projet visant à soutenir l’action associative

assurant la promotion de l’égalité, de la solidarité et de la diversité.

Le premier intitulé Égalité récompense un projet qui favorise le vivre ensemble dans la société

multiculturelle liégeoise.

Le second Solidarité Liège-Monde encourage les initiatives qui renforcent la solidarité entre les peuples.

Vos projets sont à remettre pour la fin avril. Découvrez le règlement et toutes les infos pratiques

Focus


liège ville hospitalière

L e guide des bonnes pratiques

Suite à une interpellation du

Conseil communal par un collectif

d’associations, la Ville de Liège

s’inscrit dans la campagne initiée

par le Centre National de Coopération

au Développement. Elle devient

la première ville de Wallonie

à se déclarer, en novembre 2017,

« Ville hospitalière ».

Par cette décision, prise à l’unanimité,

notre ville s’est engagée à

faire état d’une disponibilité d’accueil

pour les migrants et à prendre

toutes les mesures nécessaires

pour la sensibilisation de la population

à cette dynamique solidaire.

Une série d’actions concrètes,

visant à améliorer davantage l’accueil

et le séjour des migrants dans

le respect des droits humains, ont

été entreprises.

Pour prolonger cette impulsion, la

Ville de Liège et le CRIPEL produiront

une publication sous la forme

d’un guide de bonnes pratiques

hospitalières.

Ce magazine comprendra des illustrations

d’actions à l’œuvre tant

dans le champ associatif que dans

les différentes déclinaisons du service

public opérant sur le territoire

communal.

En plus d’unir les forces du secteur

associatif et public autour de la thématique

de la solidarité, ce projet

vise à mettre en lumière les divers

engagements et initiatives menés

en faveur de la consolidation du

statut « hospitalier » de notre ville.

Les acteurs culturels et publics

sont, dès lors, invités à participer

à cette publication en fournissant

des illustrations de leurs pratiques

hospitalières. La collecte de l’information

se modalisera autour de

deux points, à savoir :

• une présentation de l’association

• une présentation de l’action

considérée comme une

bonne pratique hospitalière.

Une fois collectées, ces informations

vont être exploitées de deux

manières : d’un côté, dans la publication

; d’un autre, sur le site de

Liège Diversités et de la Ville de

Liège.

Cette étape constituera une première

évocation des bonnes pratiques

hospitalières qui se poursuivra

par d’autres publications

régulières.

Si vous souhaitez prendre part à

ce projet, il vous suffit de cliquer

sur ce lien qui vous précisera les

modalités de votre contribution.

La date butoir pour la réception

des réponses et le vendredi 9 mars

2018. Au-delà de cette date, les

contributions ne seront plus prises

en considération.

rosa parks


Les outils de la diversité

Guide pour les Employeurs - Former

et employer des réfugiés et

demandeurs d’asile.

Comment donner une meilleure

chance aux réfugiés et demandeurs

d’asile ?

Ce guide pratique a pour but d’encourager

les chefs d’entreprise à

donner une chance à des demandeurs

d’asile ou à des réfugiés de

travailler. Y sont présentées les

diverses possibilités et conditions

requises pour recruter une (des)

personne(s) dans ces conditions.

Certaines entreprises ont d’ailleurs

déjà choisi de suivre cette voie.

Nous leur cédons la parole et espérons

qu’elles vous inspireront à faire

de même

télécharger gratuitement

la vidéo

Les migrants dans le monde. Extrait de l’émisssion « Le dessous des cartes ».

la parole est à vous


Suggestions

S

U

G

G

E

S

T

I

Livres

poésie • adulte

essai • Adulte

album • jeunesse

Lisette Lombé, Black Words,

L’Arbre à paroles, 2018

Black Words, avant d’être le livre

que vous tenez entre les mains, a

été une performance mélangeant

le slam, la danse, les musiques

électroniques et la photographie.

Réflexion sur les représentations

que nous avons du corps des

femmes noires, le texte bousculait

aussi les codes d’une certaine

poésie érotique.

Devenu livre, Black Words poursuit

ce déboulonnage des stéréotypes

liés à la femme noire, casse les

codes de la pensée clivante et

sonne le glas des sourds héritages.

« Nous sommes fiertés. Nous

sommes claques. Nous sommes

braises », nous dit Lombé, qui écrit,

qui colle et qui slame pour que ses

enfants, dit-elle, n’oublient pas de

quel ventre ils sont nés.

Sophie Djigo, Les migrants de Calais,

Agone, 2016

Indissociablement enquête

sociologique et philosophique,

ce livre explore la condition de

migrant, d’abord au travers de

leur point de vue, ensuite par une

analyse du vocabulaire dans lequel

on les enferme, on les regarde et

par lequel ils se racontent. Mais

on voit aussi ce que leur condition

nous dit de la politique d’accueil et

d’asile de l’État français, des liens

contradictoires entre démocratie et

politique d’immigration, de la façon

dont la France ne représente plus

un « bien » pour les immigrés en

quête d’asile, en dépit de sa longue

tradition de défense des libertés et

des droits humains.

Présentation d’Agone

Elise Gravel, La tribu qui pue, Les

fourmis rouges, 2017

La tribu qui pue, c’est une bande

d’enfants libres, qui vivent comme

ils et elles l’entendent dans les

bois. Ils et elles apprennent à lire

sur les boîtes de conserve que les

adultes jettent dans la nature, se

moquent bien d’avoir les cheveux

ébouriffés, ou de se salir, d’ailleurs

ils et elles vivent tout nu.e.s ! Autant

de choses qui ne plaisent pas aux

adultes et tout particulièrement à

Mme Yvonne Caré, la directrice de

l’orphelinat, qui aime les enfants

sages, propres et bien comme il

faut. Une confrontation aussi drôle

qu’interpellante sur notre rapport à

l’éducation et qui a le bon de titiller

l’enfant en nous. A partager en

famille !

Une suggestion de Barricade

Découvrez un extrait

suggestions


O N S

Films

Théâtre

Musique

TAMINO : EP

L’Insulte

Tony est un membre fervent du parti

chrétien libanais. Il ne rate jamais

un meeting, réécoute volontiers les

discours du leader du parti quand

il répare une voiture dans le garage

qu’il gère. Dur, parfois rigide, entier.

Yasser quant à lui est un chef de

chantier consciencieux et respecté.

Il a fait sa vie à Beyrouth après être

arrivé de Palestine il y a plus de

trente ans, comme réfugié.

Deux hommes au sens de l’honneur

développé, à la « fierté ombrageuse »

dirait-on. Bref, deux hommes qui

peuvent réagir agressivement

lorsqu’ils sont piqués au vif.

Des travaux, menés par Yasser, ont

lieu dans la rue de Tony. Et pour une

histoire de gouttière non-conforme,

Tony s’emporte et Yasser finit par

l’insulter. Oh, une insulte, même salée,

ce n’est pas grand-chose… Mais

Tony exige des excuses que Yasser,

se considérant dans son bon droit,

refuse de formuler.

à voir actuellement aux Grignoux

Pour en finir avec la question

musulmane

Après la mise en lecture de son roman

Lettres à Nour sur nos planches

la saison dernière, Rachid Benzine

revient au Théâtre de Liège avec

un nouveau texte intitulé Pour en

finir avec la question musulmane.

Un immeuble parisien, un escalier,

des portes, des secrets et un petit

monde de locataires qui va se trouver

subitement jeté un beau matin

dans le trouble et l’émoi : un des

habitants vient d’être placé en résidence

surveillée. Entre un militant

du Front National, un concierge juif

fils de déportés, un islamologue réputé,

un syndicaliste communiste,

une sociologue féministe homosexuelle

et une bourgeoise convertie

à l’Islam, les langues se délient,

se lâchent, dans une sorte de catharsis

où l’humour à la fois léger

et caustique n’est jamais loin. Un

« échantillon » d’humanité incroyablement

riche pour fournir à Rachid

Benzine l’occasion de mettre en relief

toutes les peurs et tous les clichés

qui circulent dans nos sociétés,

et pour les démanteler. Jouissif!

Du 17/04 au 21/04/2018

Théâtre de Liège, Salle de l’Œil vert

Né en 1996 à Anvers d’une mère

belge et d’un père égyptien, Tamino-Amir

Moharam Fouad étudie la

musique au conservatoire d’Amsterdam.

Bercé par l’opéra et la musique

orientale dès sa plus tendre

enfance (son grand-père Moharam

Fouad était également chanteur en

Egypte), il puise dans toutes ces

influences pour créer un univers

mystérieux et minimal, où la voix et

la guitare électrique s’entremêlent,

créant des complaintes à la fois

arachnéennes et lancinantes.

Cinq chansons hypnotiques composent

EP. Habibi ouvre les hostilités

de ses notes sombres et envoûtantes.

Progressivement, c’est la

ritournelle de piano qui vient appuyer

le sublime refrain. La gorge

se resserre, et l’on sait déjà qu’avec

un tel morceau, Tamino sera grand.

C’est le violon qui vient caresser les

arpèges de guitare et le chant aux

allures d’élégie de ses notes orientalisantes

sur Reverse. Au fur et à

mesure, les sons nébuleux du synthé

et la voix de plus en plus aérienne

emportent la chanson dans

des contrées rêveuses, la gravité

devenant ainsi souffle.

Pour plus de détails, cliquez ici

suggestions


Culture, gastronomie et recettes

Pologne

La Pologne (Polska en polonais)

est un pays d’Europe centrale qui

a pour capitale Varsovie. Situé au

bord de la mer Baltique, la Pologne

est connue pour son architecture

médiévale et son patrimoine juif.

Dans la ville de Cracovie, le château

du Wawel datant du XIVe

siècle s’élève au-dessus de la vieille

ville médiévale abritant la halle aux

draps, lieu de commerce de la Renaissance

à Rynek Glówny (place

du marché). À proximité se trouve

le mémorial du camp de concentration

d’Auschwitz-Birkenau et la

mine de sel de Wieliczka, composée

de salles et de tunnels souterrains.

La culture polonaise est riche :

quinze sites sont classés dans le

patrimoine mondial de l’UNESCO

et cinquante-quatre sites historiques

nationaux sont répertoriés.

A la croisée des cultures

Rendez-vous le 17 mars à 18h

à la Maison de la laïcité d’Angleur

pour voyager en Pologne

le temps d’un bon repas. Pour

plus de détails sur le menu et le

programme, merci de consulter

la page Facebook

Bigos ou choucroute

polonaise

Temps de préparation

30 minutes

Temps de cuisson

3 heures

Ingrédients (pour 6 personnes)

• Chou(x) blanc(s) : 200 g

• Chou(x) vert(s) : 0.25 pièce(s)

• Choucroute crue : 600 g

• Lard : 150 g

• Côte de porc échine : 300 g

• Jambon blanc : 300 g

• Saucisson à cuire (1 kg) : 0.25

pièce(s)

• Champignon(s) de Paris : 200 g

• Oignon(s) : 2 pièce(s)

• Noix de muscade râpée : 2 g

• Baie(s) de genièvre : 10 pièce(s)

• Capsule(s) de cardamome verte :

5 pièce(s)

• Piment d’Espelette : 6 pincée(s)

• Madère : 15 cl

• Saindoux : 20 g

• Confiture de prunes : 100 g

• Gros sel : 20 g

Préparation

• Éplucher et émincer les oignons.

Éplucher les champignons et les

couper en quartiers.

Couper le lard, le porc et le jambon

en cubes. Tailler le saucisson en 6

morceaux.

Rincer la choucroute dans de l’eau

bouillante, puis l’égoutter soigneusement.

Hacher finement les choux vert et

blanc, puis les laver et les égoutter.

• Blanchir les choux pendant 5 min

dans une casserole d’eau bouillante

salée (10 g de gros sel/litre), puis

les plonger dans l’eau froide.

Égoutter et réserver.

• Dans une grande cocotte, faire

revenir les oignons dans le saindoux

jusqu’à coloration, puis incorporer

les champignons et enfin la

viande. Une fois que la viande est

bien colorée, ajouter les choux et

les épices. Assaisonner et mélanger

soigneusement.

• Lorsque les choux commencent à

rendre de l’eau, fermer la cocotte et

laisser mijoter à feu doux 1 h.

Laisser ensuite refroidir, puis cuire

de nouveau pendant 1 h.

Pour la dernière cuisson, bien mélanger

puis ajouter le saucisson et

laisser cuire 1 h supplémentaire.

• Avant de servir, incorporer à la

préparation le madère et la confiture

de prunes

Recette provenant de

atelierdeschefs.fr

Pour en savoir plus sur la

culture polonaise, voici

quelques suggestions disponibles

chez PointCulture

Musique

• POLOGNE: INSTRUMENTS

POPULAIRES

• CHANTS TRADITIONNELS

DE POLOGNE

• FROM GDANSK TO

KRAKOW: CHANTS ET

DANSES DE POLOGNE

DVD

• POLOGNE, CHRONIQUE

D’UN RETOUR OUBLIÉ

(1947-1990)

• POLOGNE, LES CHEMINS

DU RENOUVEAU

• ALLEMAGNE - POLOGNE

culture, gastronomie et recette


culture, gastronomie et recette


Le débat

Les mots venus d’ailleurs

Non, nous ne reviendrons pas sur cette sortie audacieuse

d’un homme politique qui défendait l’enseignement

d’une langue par ailleurs déjà dispensée

dans différentes écoles. La polémique qui en suivit

oscillait entre, d’un côté, le souci de garantir la maîtrise

de la langue de Molière et, de l’autre côté, la

colère devant cette nouvelle démission face à cet

ennemi qu’on ne désigne plus que par sa religion.

Plus besoin de la citer, vous la devinez par un curieux

phénomène de prégnance médiatique.

Donc nous n’ajouterons pas notre voix à la cacophonie

d’un débat dont les termes étaient sans doute mal

posés. Par contre, il nous a pris l’envie d’un voyage au

pays des mots de la langue française. Il nous a pris

l’envie de démontrer qu’une langue reste vivante tant

qu’elle s’enrichit d’apports extérieurs. Endossez avec

nous le costume du bourlingueur pour ne rien perdre

de ce périple lexicologique. Le français est un creuset

de diversité. Démonstration.

L’Italie est notre première étape. Tout semble aller

de soi aujourd’hui mais l’histoire révèle les déboires

de cette population dès son arrivée en Belgique.

Mais je m’égare. Traquons les « mots qui chantent »

qu’elle nous a offerts : le belcanto, l’opéra, un oratorio,

concerto, allegro, allegretto, largo, vivace, soprano, les

altos, les ténors, les brocolis, les macaronis, la pergola,

la pizza, les spaghettis…

L’Allemagne est un voisin à l’ombre duquel semble

se dessiner l’Europe. En Belgique, nous disposons en

Wallonie d’une communauté germanophone. Cette

langue gutturale nous a également laissé un héritage

avec lequel nous composons : cobalt, zinc, cadmium,

calcite, le vasistas, la valse, le vermouth, le sylvaner et

le kirsch. Les röstis, l’ersatz, le frichti, le hand-ball…

L’Espagne ne nous laisse pas indifférents à l’heure de

choisir une destination de vacances même si ce pays

vaut davantage que cela. Le rayonnement de sa langue

n’est plus à démontrer au regard des mots déposés

dans la besace de la langue française : palabrer, le

chorizo, la paella, les cacahuètes, la vanille, le poncho,

la mantille, le toréador, la ola, la sérénade, la guitare,

la habanera, la séguedille, le fandango, le flamenco, le

moustique, le canari, le casque, le patio, résille, cédille,

camarade, gitan, tornade…

Les Anglais n’ont pas attendu le Brexit pour irriguer

en nos terres linguistiques des mots nouveaux. Ils partagent

la langue des Américains. D’aucuns y voient

une illustration du triomphe du capitalisme, d’autres

parlent désormais de « soft power ». Lisez plutôt :

OK, stress, steak, cocktail, milkshake, le rocking-chair,

le ferry, le foxtrot, le rock’n’roll, le jazz, le blues, un

match de rugby ou de tennis, boxe, sprint, football,

les warnings, le spleen, rail, wagon, ferry, macadam,

star, music-hall, manager, potassium, overdose, showbusiness,

best-seller et play-back, les verbes flipper et

flasher, nurse, challenge, un speech, un dressing, un

pitch, business, parking, prime time, bug, blog, lifting,

week-end…

JUPE

de l’arabe djoubba

ACCORDÉon

de l’allemand Akkordion

Si j’évoque l’héritage des Hollandais, je vais sans

doute décevoir certains de nos compatriotes qui pensent

que la bière est un mot belge mais tant pis il faut

avancer en langue française : bâbord, bière, matelot,

le brick, la kermesse, les boulevards, les mannequins,

les rubans, en vrac…

Interrogé à l’occasion de la Journée mondiale de la

langue arabe, le lexicologue Jean Pruvost délivre

une sentence qui défrisera la frilosité de beaucoup :

« La langue arabe est extrêmement présente dans

la langue française. L’arabe est la troisième langue

d’emprunt, puisque la première c’est l’anglais, ensuite

l’italien. L’arabe n’a cessé d’enrichir notre langue entre

le IXe siècle et aujourd’hui. Au départ, c’est principa-

Le débat


lement Al Andalus, l’Espagne musulmane qui a donné

de nombreux mots courants et mots savants au XIIIe

siècle en français. Plus tard, la colonisation et la décolonisation

ont apporté une nouvelle vague de mots,

avec notamment un volet important dans le domaine

de la gastronomie. »

baraka, barda, récif, amiral, matraque, savate, sucre,

tasse, sorbet… »

Arrêtons là le voyage de peur d’être emporté par une

griserie qui nous ferait presque oublier que nous parlons

français Madame. Certes, mais ce flacon renferme

des effluves du monde entier.

Robot

du tchèque

robota

travail forcé

pyjama

du persan

pāy-jāme

vêtement de

jambe

La steppe nous emmène en Russie ; la meringue

nous fait apprécier la Pologne ; la calèche fleure bon

le romantisme de la Tchéquie ; le paprika rappelle la

Hongrie ; le sauna convoque la Finlande ; le rutabaga

annonce la Suède et la liste des emprunts est encore

longue comme un jour sans…diversité.

En conclusion, la langue française est polyglotte. C’est

peut-être par ce constat peu partagé notamment

chez les « «les pleutres à pseudonymes, aux doigts fébriles

sur leurs claviers», comme les appelle gentiment

Christiane Taubira, qu’il aurait fallu entamer le débat.

Le bougre ne s’en laisse pas conter et poursuit de

plus belle : « Si vous faites votre marché et que vous

achetez des épinards, de l’estragon, du potiron, des

artichauts... Tous ces mots sont arabes. Même le mot

«artichaut» qui ne vient pas de Bretagne ! Avec l’arrivée

des rapatriés d’Algérie en 1962, après la décolonisation,

les mots merguez, méchouis, sont entrés dans

le langage courant. »

Nous décidons de prendre notre part à la rédaction de

votre magazine préféré en assénant l’estocade grâce

à une sélection de mots qui peuple les conversations

de tous les jours : « la nouba, kifkif, le couscous, le

tajine, l’abricot, le safran, le sirop, le café, le toubib,

la gazelle, la jupe, le matelas, l’algèbre, sinus, chiffre,

zéro, tare, carat, zénith, algorithme, almanach, alambic,

alcool, calibre, hasard, émir, calife, bled, méchoui,

Aussi, c’est bien volontiers que nous délivrons ce salutaire

rappel : la langue française c’est un magnifique

déni du principe de pureté, c’est une terre d’accueil

pour différentes influences étrangères mais trop peu

de gens en sont conscients, engoncés qu’ils sont dans

des postures imposées par un racisme larvé ou simplement

par une obscurité que l’éducation et les médias

ne contrarient pas.

« Le contraire de la connaissance, ce n’est pas l’ignorance

mais la certitude ».

Rachid Benzine dans « Lettres à Nour »

Références

Mots français venus d’ailleurs | À propos décriture

H. Walter, L’aventure des mots français venus d’ailleurs

L’intégration des mots venus d’ailleurs

France Culture : L’aventure des mots français venus

d’ailleurs

Le voyage des mots d’Orient vers la langue française : vidéo

Le débat


Le creahm

LAETITIA BICA

Laetitia Bica est une artiste et

photographe liégeoise. Son projet

CREAM est le fruit de recherches,

faisant suite à deux années de

collaborations avec « la crème de

la crème » des artistes de l’atelier

plastique du Creahm (Créativité et

Handicap Mental asbl), durant lesquelles

la photographe Laetitia Bica

a poursuivi son exploration des

recouvrements et des « langages

plastiques ».

Un processus qui implique les artistes

du Creahm, passant par le

corps, le geste, la main, le toucher.

Chaque image célèbre l’inventivité

à l’œuvre dans ces jeux de langage

qui ne se jouent qu’au travers des

matières et des couleurs. La communication

instaurée se soustrait

au discours, les articulations fines,

singulières, chaque fois co-inventées,

tissent la toile complexe des

interdépendances et des rétroactions

que documentent la photographie

et les multiples médiums

de l’image.

Cette rencontre interpelle Laetitia

Bica, qui s’interroge sur la place

de l’artiste handicapé mental et

envisage un travail en dehors des

murs qui l’encadrent. L’ambition est

de créer un environnement autre,

expérimental, voire à risque, et de

poser de nouvelles réflexions créatrices,

d’échanges et d’interactions

entre individus. Intervenir sur l’environnement

pour amplifier l’écho

de ces « nouvelles dépendances »

et permettre le déploiement d’une

forme d’autonomie.

Le Creahm collabore à la production

de l’exposition de Laetitia Bica

pour la Biennale de l’Image Possible

/ BIP2018 à découvrir à La Boverie,

du 17 février au 1er avril 2018.

Laetitia Bica

Coup de projecteur

Le Théâtre de la

Communauté

Le Théâtre de la Communauté

(TC) est, depuis 50 ans, un espace

de créations et de rencontres

théâtrales par et pour les publics.

Dans une société où l’isolement, le

manque de liens, de lieux de partage

est fréquent, il est une réponse

artistique et politique. Il invite tout

qui le souhaite à venir assembler

son vécu, ses émotions, à un ouvrage

collectif. Toutes les histoires

y ont de la valeur. Toutes méritent

une recherche artistique, une écriture

poétique.

Chaque projet du Théâtre de la

Communauté est né de partenariats

avec le tissu associatif local

ou international. Ces liens sont précieux

pour le TC. Ils lui permettent

d’atteindre un public isolé, que

seules ces structures rassemblent

; ils lui ouvrent de nouveaux horizons

; rendent les créations collectives

et les ancrent dans la société.

Les spectacles du TC ont par

conséquent des formes variables.

Leur ampleur, mais aussi les processus,

les langages esthétiques

varient, sont réinventés en fonction

des contextes, des rencontres, des

apports de chacun.

Théâtre de la Communauté

avenue du Progrès 17

4100 SERAING

www.actc.be

le cripel


agenda de MARS

Chaque mois, vous retrouverez l’agenda des diversités sur le site www.liege-diversites.be.

Pour ce mois de mars, nous avons naturellement repris le détail des activités développées

dans le cadre de l’opération « Mars Diversités » qui connait sa huitième édition.

Ici les valeurs d’égalité, de solidarité et de diversité se déclinent en plus de 70 projets

mobilisant pas moins de 150 opérateurs.

Découvrez le programme complet en cliquant ci-dessous.

70

1 > 31 MARS 2018

Manifestations culturelles engagées

1

Vous pouvez nous renseigner vos activités

du mois d’avril en cliquant ici.

agenda


Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

Consultez les précédents numéros

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

DIVERSITÉS

Magazine

diversités

Magazine

genre et droits des

femmes

Le rôle des villes

dans la lutte

contre le racisme

homophobie et

droits des lgbt

le harcèlement de rue

N°5 - juillet-août 2015

tourisme et migrations

: quelle égalité dans

les mobilités

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

Dialogues

sur

diversités

Magazine

La diversité

dans La presse

LA

Diversité

N°6 - septembre 2015

L’école : un outil de

démocratie ?

N°7 - octobre 2015

N°8 - novembre 2015

les jeux au service du

Les jeux au service du ?

handicap

N°9 - décembre 2015

sexistes les

SexiSteS, noS jouetS ?

jouets ?

N°10 - janvier 2016

dialogues sur la

diversités

diversités

Magazine

faut-il avoir

Faut-il avoir peur des

stéréotypes ?

peur des

stéréotypes

diversités

le langage

Le Langage codé des

partis d’extrême droite

codé des partis

d’extrême

droite

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

pas en

promo

N°11 - février 2016

N°12 - mars, avril, mai 2016

70 ans

d’immigration

italienne

N°13 - juin, juillet, août 2016

70 ans

d’immigration italienne

N°14 - septembre, octobre, novembre 2016

Zoos humains

L’invention du sauvage

N°15 - décembre 2016 - janvier, février 2017

10 décembre : journée

internationale des droits humains

diversités

Magazine

diversités

Magazine

Paniques identitaires

DIVERSITÉS

NOUS SOMMES BEAUX !

Magazine

diversités

Magazine

N°16 - mars, avril, mai 2017

Le débat : représentations

Liées à L’immigration en WaLLonie

N°17 - juin, juillet, août 2017

Le débat

Les Lois antiracisme et

antidiscrimination ont 10 ans

N°18 - septembre, octobre, novembre 2017

Paniques identitaires

N°19 - décembre 2017, janvier, février 2018

L’écriture incLusive

L’échevin de la Culture et des Relations interculturelles

04 221 93 33

www.liege-diversites.be

More magazines by this user
Similar magazines