Magazine BEAST #16 2019

swinneg

UPSKILLING

INNOVATION & COLLABORATION

TENDANCES MICE

SPORTS US

PHOTO & EMOTIONS

FASHION TECH

PLASTIC ODYSSEY

MEDICAL TECH

CHANGER & AGIR

CEO STARTUP TALK


Together we do great things

hello.global.ntt


Together we enable

the connected future.

We partner with organizations globally to shape and achieve

outcomes through intelligent technology solutions. For us, intelligent

means data driven, connected, digital and secure. Together we enable

the connected future. A future where ideas, people, and technology

work together to change the world for the better.


2

#Edito

COLLABORATING AND BUILDING

THE SOCIETY OF THE FUTURE

We are living in a changing world that

is full of uncertainties, and therefore

opportunities. As an 80s baby, my

routine as a child and young adult had

nothing to do with the way Millennials

now envision life. Whether they are

at work or at home, the concepts of

sharing, collaborating and therefore

caring, have now become some of their

main drivers in life. For the benefit of

all of us.

A little more than a decade ago, we still

had to go to the bank to sign up for a

credit card, needed to look through the

shelves to find the «flyest» sneakers

and actually just wanted to hit the

court for a friendly, yet competitive,

pick-up game of basketball. Nowadays

everything’s tech: finance, art, fashion

and even sports. Did you know that

the most famous e-Sports «athletes»

are getting paid more than a pretty

decent soccer or basketball player 30

years ago?

Some banks are not dealing with

payments anymore and are relying on

innovative tech startups. Robots have

replaced humans in many factories

for several good reasons: safety,

productivity, efficiency and more.

Nowadays, data is the cornerstone of

most innovations and notably enables

the creation of autonomous cars that

will soon hit the road.

According to most experts, the future

holds no limits. These technologies are

the results of mathematics, science

and human creativity, which we need

to cherish and encourage at all levels,

from the youngest of age, to the

workplace and even after retirement,

to stay alert and «à la page».

These transformations are also made

possible thanks to the collaboration

between all counterparts, which allows

the creation of powerful ecosystems.

We witnessed the creation of the

first Peer 2 Peer solutions in the early

2000s, with consumers illegally sharing

music and movies. We later saw the

rise of the sharing economy with the

advent of unicorns such as Uber and

Airbnb, which provide customers with

innovative solutions without actually

owning cars and hotels, but leverage

the goodwill of drivers and hosts.

These solutions are all advocating the

mutualization of resources.

Currently, companies are favoring

coopetition in order to push

themselves forward and develop neverseen-before

products and services.

Luxembourg, with its small and yet

dynamic environment, but also with

the support of public institutions and

its government, is well-equipped to

lead the way in our digital future.

En couverture

Design : Arnaud Meisch (Farvest)

© 2019 - Tous droits réservés :

PhotoSunny

Shutterstock

GrandeDuc

Shutterstock

Joe Therasakdhi

Shutterstock

Indiana Jones et les Aventuriers

de l’arche perdue (1981)

1984 (1984)

Docteur Folamour (1964)

Métropolis (1927)

Thor 2 (2013)

Planète interdite (1956)

Donald Trump

Président des États-Unis

Margaret Hamilton

Informaticienne

Pétra BEAST - Jordanie MAGAZINE #16

ALEXANDRE

KEILMANN

Editor in Chief


THE

FUTURE

IS YOU

All our strategic objectives

and digital initiatives share

one common goal, making

the customer journey with

sogelife, a delightful one.

sogelife.com

SOGELIFE SA – Compagnie d’assurance vie agrée au Grand-Duché de Luxembourg

Siège social : 11 avenue Emile Reuter L-2420 Luxembourg – RCS B 55612


4

#Sommaire

#BUSINESS

Luxembourg: Is it a Preferred Destination

for Tech Experts? 6-8

Upskilling: preparing the workforce

for a digital future 10-13

How HR and talents are driving

the change at Zalando 14-15

How to get things done in a fast

paced and changing environment16-17

Co-créer la mobilité de demain 18-19

Pour une mobilité plus durable

et plus connectée 20-22

A new mobility to improve

the quality of life 24-25

Innovation imposes collaboration 26-27

Get acquainted with the Paris

Fintech Forum 28-31

Embracing collaboration

in the world of Open Banking 32

#ENTERTAINMENT

MICE : les tendances d’un secteur

plus vivant et vibrant que jamais 34-35

Ces sports qui débarquent

directement de chez l’Oncle Sam 36-38

Comment les «blockbusters»

assurent-ils leur promotion ? 40-41

La guerre digitale des services

de vidéos en ligne est bien lancée 42-43

The top 5 tracks of September

from 1959 to 2019 44-45

#ART

«La photographie, c’est la lumière

et l’émotion» 46-47

Fashion Tech : vers une mode plus

responsable 48-51

#SCIENCE

L’odyssée de Simon Bernard

pour éradiquer la pollution plastique 52-55

«Amener la découverte scientifique

au lit du patient» 56-57

D’effrayantes et impressionnantes

trouvailles archéologiques 58-59

#TECHNOLOGY

The Why, What & How

of digital transformation 60-61

Cap sur l’innovation et la recherche

vocale avec OUI.sncf 62-63

«Changer et agir» 64-65

Federating all the local players

in a dynamic cybersecurity ecosystem 66-67

Créer l’école de demain 68-70

«CEO Startup Talk» with Anshul Gupta 72-74

NTT Ltd. and SES Team Up to Improve

Safety at the Isle of Man TT Races 75

The Future of Industrial Robot Technology 76

Œuvrer pour la parité

homme-femme dans l’IT 78-79

Index 80

Où est Josy ?

Découvrez où Josy se

cache dans le magazine.


6 #Business | Human Capital

LUXEMBOURG:

IS IT A PREFERRED DESTINATION

BY ALEXANDRE

FOR TECH EXPERTS? KEILMANN

In the international tech company

Docler Holding, HR experts, thanks

to their numerous initiatives, have

become masters in attracting

talent, especially in Luxembourg.

BEAST recently met with Valentina

Brysina, who is Lead Recruiter and

Recruitment Services Manager.

We discussed current recruitment

trends in the tech industry, as

well as the growing importance

of the candidate experience in

a corporate world that is more

competitive than ever.

«Luxembourg is a unique place when it comes to digital

talents. Obviously, the market is limited, due to the size of the

country, while IT is growing and will continue to grow. Yet, we

can clearly see that while demand is increasing, resources are

not following… which therefore creates a gap,» starts Valentina

Brysina. With the increasing number of ICT companies settling

in Luxembourg, as well as banks and other sectors developing

more and more their IT departments, she notices a significant

growth: “The country, with the many opportunities it offers,

needs to be marketed more. As a matter of fact, Luxembourg

can offer unique possibilities to people from all around the

world». One of major project of Valentina and the team is to

market this country, by spreading the word to their candidates

directly, on their social media, sharing their life changes after

relocating to Luxembourg. One of her main arguments is that all

the recruiters of the Docler team are from different countries:

they all speak of their experience and share their own stories.

What’s attractive here? In Luxembourg, Tech experts can work

for international, big-name global groups, and for enthusiast

innovative startups, local creative players. They can also

meet decision makers from the public sector who are open to

communicating with experts, local or expat, and are eager to

help the country grow. «Also, salaries are higher than in most

of the European countries, but it is clearly not the number 1

advantage. In fact, tech experts are constantly looking for new

challenges and projects that mean something to them.

IT is all about technical opportunities: learning the tech and

participating in projects that matter, impact life of people.

Moreover, Luxembourg has developed an interesting ecosystem

of startups which makes it attractive for tech professionals,»

comments Valentina. When it comes to everyday life,

Luxembourg offers a unique situation for families, in terms

of quality of life and support programs for their kids. By the

way, kids learn four different languages here, «a unique asset

nowadays,» according to Valentina Brysina.

As explained by the recruitment expert, the government

encourages talents to come to Luxembourg and actually

wants expats to feel welcomed. «Expats who have decided to

come to Luxembourg and bring their loved ones can easily

feel at home, giving the Grand-Duchy an additional advantage,”

adds Valentina Brysina, “here, you will meet people from all

around the world, from Brazil to Australia, creating enriching

experiences.»

Docler Recruitment Services provided

to clients in Luxembourg

The HR team, which has significant internal demand, was able,

over the years, to develop a solid and experienced recruitment

services proposition. Other companies with same demand for

IT profiles contacted us and asked if we could help them with

their recruitment needs. Our team got extremely excited about

this new challenge and opportunity,» explains Valentina Brysina,

describing the creation of Docler Recruitment Services. The

BEAST MAGAZINE #16


#Business | Human Capital

7

team is now helping several clients to headhunt

and hire, searching for exactly matching profiles,

specific and often rare. This team is also finding

ways to attract talent to Luxembourg. «Working

hand-in-hand with the client is key: the better

the collaboration, the better the outcome. Where

do we come in? We find good fit candidates for

the client’s needs, do an interview, check the

hard and soft skills, and suggest best candidates

to the client. We are able to bring candidates

who are not looking for a job at all, as well as

candidates from our large network and some of

them have already passed our assessment. How

do we attract them? We do so by challenging

projects, technologies, creating an impactful

product, gaining responsibilities. Furthermore, we

make sure that the expert is affordable, helps

negotiation process, relocation if needed, and

ensuring that the candidate accepts the offer,»

adds the Lead Recruiter.

Nowadays, some of new methods in tech

recruitment concern better finding people –

what we call sourcing – better communicating

to them and assessing them. She specifies,

«sourcing starts from analyzing the market to

find the perfect match. Don’t stop on LinkedIn

or just on job boards. There are platforms where

tech people actually spend time: such as GitHub,

Stackoverflow tech discussions, Twitter, Reddit.

You can X-ray Google in order to find an exact

match for the position. Of course every recruiter

has something unique as own offline network. AI

can help with sourcing too. Although we should

take great care to craft well-targeted inputs and

write accurate algorithms to ensure unbiased

search results. We also support events such as

tech talks for tech communities, meetups, and

hackathons. Our main motivation is to support

Luxembourg IT ecosystem, encouraging tech

professionals to connect and do some quality

experience exchange».

When it comes to communicating, Valentina

Brysina advocates continuous improvement:

“when you talk to a tech person, you absolutely

need to try to understand what they cherish the

most, what they are looking for in life. Therefore,

we should clearly communicate in the first

message, which values candidates can find if

they decide to join a company, or even relocate

to another country. We carefully consider what

motivates the candidate for both professional

and personal development,» she comments.

Valentina Brysina (on the left)

Iryna Andriievska External IT Recruiter (on the right)

BEAST MAGAZINE #16


8 #Business | Human Capital

From candidate to employee experience

In fact, the concepts of candidate and employee experience

have become extremely important in a context of «competition

for talent.»

As explained by Valentina Brysina, «Companies worldwide are

facing the same challenge of increasing demand. Therefore,

the importance of candidate experience is bigger than most

of us realize. It starts from the first contact of the recruiter,

the very first word!”

In this respect, she highlights several aspects, among them

communicating with candidates as humans and with decent

attention through all recruitment process, delivering to

each candidate feedback, giving clear explanation of the

assessment process to the candidate and more.

Docler narrates its employee experience in the web dimension

called «#LifeatDocler,» so that future talents can get a glimpse

of what happens on a daily basis and feel the atmosphere

– and the culture – at the company before they are hired.

“It is more than just «employer branding.» We at Docler share

real stories and fragments of our daily experience.” When it

comes to employee experience, «among others, we also put in

place a new L&D – Learning & Development – related program,

allowing talents to develop their skills, learn new technologies

and seize new opportunities. They can also express themselves

through surveys, and Docler provides them with well-being

initiatives such as a daily breakfast, private cinema sessions,

access to the gym, and more. Docler is about feeling good

within the company.”

Also, Docler created an office space that is comfortable and

that allows employees, including tech experts, to be creative.

Teams work within agile methodology, which encourages

them to collaborate with one another, but also with other

departments. A flat organization gives a motivating opportunity

to take the responsibility and solve complex tasks.

Finally, speaking about women in the tech environment,

Valentina Brysina insisted on the uniqueness of today’s

digital world: “Women in Tech bring the critical creativity

and diversity to solutions and the decision-making process.

It’s proven that organizations, who encourage diversity, create

better user experiences and end product. The challenge is to

attract females to tech and to make sure that they bring their

knowledge into action”.

Tech does not only mean coding. “Sure, I know exceptionally

talented female coders, but I also know female business

analysists, project managers, data scientists, machine learning

engineers, QA engineers, UX experts, designers, even technical

recruiters. ICT opportunities are close to being endless.»

As explained by the Lead Recruiter, “and it keeps on evolving

with new technologies. The majority of industries need to

involve IT already today; our world is changing, offering us all

captivating tasks and intriguing problems to solve.

BEAST MAGAZINE #16


1000 CHEFS

d’entreprise

recherchent

un repreneur

au luxembourg.

et si c’était le moment ?

* Source : Les Chiffres Clés 2018 de la Chambre des Métiers du Luxembourg

Concrétisez votre projet avec

BIL BUSINESS TRANSFER

et contactez dès maintenant votre Responsable de relation BIL

www.bil.com/bilbusinesstransfer

Vous avant tout

Banque Internationale à Luxembourg S.A. • 69 route d’Esch L-2953 Luxembourg • T : 4590-3000 • RCS Luxembourg B-6307


10 #Business | Human Capital

UPSKILLING:

PREPARING THE

WORKFORCE FOR

A DIGITAL FUTURE

BY

ALEXANDRE

KEILMANN

In today’s digital world, our work environment is constantly

evolving, and so are our skills. To understand some of the current

challenges faced by employers but also by employees, BEAST

met with Christian Scharff (Partner, People & Organisation, PwC

Luxembourg) and Thierry Kremser (Partner, Data & Analytics Leader,

PwC Luxembourg). The HR and data experts tell us more about

upskilling, in a context where talents are more than ever eager to

learn and develop, thanks notably to the use of new technologies.

What does "upskilling" actually consist of? Why has it become

so important for both the company and its employees lately?

Christian Scharff: Our competencies in dealing with jobs are

becoming obsolete faster and faster. This is due to the pace of new

technology introduction but also to the transformation of business

models and working methods. As a consequence, an individual

willing to stay employable has no other choice than to "re-train".

The new word that is currently used is "upskilling" and it is basically

addressed to all the employees who need to remain competitive on

the labour market.

In such a context, people need to equip themselves with new skills

to fully embrace the digital world. It is also important to note that

not all of the new roles are digital-related. What we can observe is

that each transformed – or augmented – job actually requires a mix

of "soft" skills (agility, problem solving, client relationship, etc.), "hard"

skills (new legal or compliance frameworks, new methodologies, new

tools to use, etc.), and "digital" skills (data management, new software,

etc.). In learning programmes, the latter is usually outnumbered by

the first and the second.

How would you convince HR experts to invest in upskilling right

now? How should they communicate this workforce change

to the employees without actually scaring them?

CS: We are living in interesting times. We can see multiple phenomena

happening at the same time: the working population is ageing, birth

rates are on the downturn in developed countries, students are

not choosing STEM disciplines anymore and many of them are not

willing to work for corporates anymore, preferring to be freelancers

instead. We also have a growing percentage of youth (aged 18 to

30) being NEETs (not in Employment, Education or Training). This

means that they are not even preparing for the labour market.

For instance, in Luxembourg, we have merely 7-8% of

NEETs, but it goes up to 18% in France and over 30% in

Turkey!

The combination of all these elements means that

finding new workers will be tougher and tougher: it is

already challenging today and will be even more difficult

in the years to come.

Therefore, we have to consider our current workforce

as a "treasure" that needs to be nurtured. We need to

invest in our people to remain relevant for the future of

work. If done on a regular basis, this effort is perfectly

manageable. Should employers not consider this option,

they might end up with people having insufficient

skills for the new or augmented jobs, and face severe

difficulties to source new talent. Indeed, who would

want to join a company that is not taking care of its

employees’ skills? In the age of social media, employer

branding takes on a greater importance and it has

become key to invest in this area.

On the other hand, this also translates into employers

communicating about future change in a proactive

manner: people will feel involved, with a better

understanding of the business strategy and its

consequent impacts. The current environment also

requires trust to be a constant and the embedded value

when employers communicate with employees about the

need for change. Also, a commitment to upskilling and

a clear statement to accompany workers when going

down this road is key. Sure, it might be challenging in the

beginning, however, first adopters will set the scene for

other employees to engage in an upskilling programme.

BEAST MAGAZINE #16


#Business | Human Capital

11

Once they show how the initiative is managed and the results

it starts to produce, others will increasingly welcome the

initiative as it aims at supporting their employability.

One might also say that upskilling programmes represent a

considerable investment. Arguably, financial services seem to

be overly positive about the future, as if stability was a shield

to solve the challenges that technology and new customers’

demands bring… I could tell this short story of a discussion

between a CEO and a CFO with the latter challenging his/her

boss about the costs of the upskilling action. First, the CFO

goes: "We are going to invest a lot of money in our people skills

but, what if they leave? The investment will be gone!". And the

CEO answers: "Yes, but what if they stay and we don’t upskill

them?"

What are the main ingredients of an effective upskilling

strategy? What are your main pieces of advice to the HR

managers who would like to start working on such a strategy?

CS: As usual, the secret lies in careful preparation. The process

starts with the need to ask the right questions before even

launching such a strategy: checking on stakeholders’ alignment,

on management sponsoring, support of the employees’

delegation, equipment of the HR department, availability of

suitable training, etc. If those questions are not answered prior

to starting, they will arise during the deployment and will slow

the process down or even disturb it quite a bit.

It also takes a good understanding of the "future of jobs" in the

company. Nowadays the maximum time horizon to predict a job

change is around a year. Understanding which ones will remain

stable – the vast majority over one year –, which ones will be

augmented or disappear, and finally which jobs will be created or

replaced, due, for instance, to turnover or retirement, is a critical

and difficult exercise for companies as from a certain size.

Once this information is gathered, understanding current

people skills – holistically, soft and hard skills – is the next step.

Then comes the understanding of the capacity for an individual

to perform augmented or new jobs. Naturally, this is related

to individual skills but also to personal motivation as well. Most

of the time, even if both are present, substantial training will

be needed and the individual will need to commit to the effort.

In return, the employer will secure a given job to the employee.

The different steps require personal support and timely,

purposeful communication is very important. If done at scale,

it also requires some technology investment to perform all

these processes smoothly. But, in the end, it is worth the effort!

How would you define the current work environment?

What about the addition of new technologies, and AI more

specifically? How are they reshaping the workforce?

Thierry Kremser: In our current digital world, the work

environment is hyper-connected and data is virtually

everywhere. Technologies are transforming the way we live

and work: for instance, Artificial Intelligence and data analytics

tools now offer techniques to turn data into information and

information into insights. Our world has therefore become

more data-driven than ever. Moreover, "data" is not just an ITrelated

topic anymore. According to PwC’s 20 th CEO Survey,

which explores the needs and expectations of almost 1,400

CEOs from approximately 80 countries, 64% of CEOs believe

that data management will differentiate their business in the

future.

BEAST MAGAZINE #16


12 #Business | Human Capital

We are also noticing that the market is eager to use such

innovative tools and techniques but also note that companies

are lacking knowledge. In fact, 63% of the respondents declared

that the main reason for not deploying AI in Luxembourg is,

precisely, the lack of AI-related knowledge. In addition, 35%

of the respondents expressed that appropriate training is

also missing, according to our latest Data Analytics Survey.

Therefore, new competencies are required so that companies

can fully leverage the power of AI and data, notably.

Also, and as explained previously, adopting a true datadriven

strategy means that data matters should not be left

to a few IT experts but should rather be embedded in the

company’s culture at all levels of the organisation. To do so,

PwC is significantly investing in the upskilling of its workforce:

this is where the firm transformation really starts! Our teams

are also available to help clients get up to speed with a

customised training offering and therefore accompany them

in their changing work environment.

How is upskilling adding more value to the employee

experience? How has training evolved over the years?

TK: First of all, everyone should be invited to live, learn,

work and participate in the digital world. Why? Because most

workers know that automation will transform their jobs, one

way or another, but also because they generally welcome the

use of new technologies. Therefore, their appetite for learning

is strong, as most survey respondents believe it will improve

their job prospects and enable them to achieve proficiency

or become experts in their corresponding fields. Yet, learning

is a lifelong journey and tech makes it less time consuming.

Nowadays, soft skills are becoming more and more important

and will actually last longer than hard skills.

Over the years, PwC was able to develop a learning catalogue

where everyone within the firm can access relevant content:

there is no limit per line of service or management level, which

clearly opens our people’s minds and helps them discover

new things. Moreover, this "Training as a Service" offer adds

significant value and empowers the employees who now are

in the driver’s seat and pick their own content.

As a matter of fact, learning how to learn is actually becoming

the ultimate skill, as it improves people’s employability while

gaining new competencies, and it also means that the

company will benefit from the newly-acquired skills and

remain competitive on the market. It can be described as a

win-win situation for both the employer and the employee – a

personal choice of acquiring more knowledge combined with

the firm’s vision – who are therefore working alongside each

other and towards a common goal.

To sum up, upskilling actually involves "change management"

and therefore requires the companies and their leaders to

have a clear strategic vision, based on trust, and which also

builds on legacy.

How has tech enabled new types of trainings?

What about MOOCs?

Our internal survey shows that people tend to prefer ondemand

digital training, opposed to more traditional training

sessions that take place in a classroom. More and more

MOOCs – Massive Open Online Courses – are therefore being

developed as they consist in an accessible multi-screen

platform, allowing people to train at work on their laptop,

during the commute on their phone and even at home

on their personal tablet. More than providing the ATAWAD

(AnyTime, AnyWhere, AnyDevice) concept, MOOCs allow selfpaced

learning.

PwC is contributing to several online courses with multiple

MOOCs available on Coursera, notably dealing with the data

analytics topic. In this respect, we are actively participating in

the development of open communities which are advocating

knowledge sharing, and are promoting collective intelligence.

BEAST MAGAZINE #16

Illustration: PwC Luxembourg


www.pwc.lu

Upskiller

n; ʌpˈskɪlə r

Bridging the skills gap

Upskilling for competitiveness and

employability is the solution for technological

and economic transformation. Offer people

the opportunity to expand their capabilities by

investing in the skills of the future.

© 2019 PricewaterhouseCoopers, Société coopérative. All rights reserved.


14 #Business | Human Capital

HOW HR AND TALENTS

ARE DRIVING THE CHANGE

BY ALEXANDRE

AT ZALANDO KEILMANN

Manjuri Sinha leads the Technology Talent Acquisition Team

for Europe’s Leading e-commerce platform, Zalando SE. Based

in Berlin, and before travelling to Luxembourg on November

26 th , 2019 to share her knowledge and best practices during the

very first edition of Human Capital Europe, she met with BEAST.

We notably discussed the group’s recruitment processes, but also

the importance of diversity, as the former local startup has now

become one of the world’s e-commerce leaders in fashion retail, in

just more than a decade.

According to Global Senior Team Lead - Technology Talent

Acquisition, Zalando SE, when it comes to the current

recruitment trends, we are currently noticing «a clear shift

towards AI-based tools notably to reduce bias. In today’s

digital world and ever-changing work environment, an

increasing efficiency is the norm of the day». Therefore, such

AI-powered tools can accelerate the selection process, before

actually meeting recruiters and potential future colleagues. «As

the company transforms from an online fashion retailer to a

multi-services platform, it is always striving to find and scale

bold concepts and technologies that remove barriers between

people and style: the same mentality can also be applied to HR

and recruitment,» underlined Manjuri Sinha. She then explained

that the challenges we threefold: the scarcity of good quality

profiles, the local availability of potential candidates, and

finally the lack of understanding of right choice of channels,

to reach out to potential candidates.

«For instance, when it comes to the engineering

profiles, the selection process begins with a coding

challenge, followed by technical interviews and

meetings to cover the candidates’ capabilities and our

founding principles, to assess their potential culture

add», commented the HR expert. According to her,

and the overall Zalando strategy, «every single role

makes an impact: that is the reason why we are always

looking for people who are eager to grow personally

and professionally. You explore, you start, you fail, you

learn, you improve, and move forward. Whether as a

warehouse worker or customer care agent, a fashion

buyer or merchandiser, product designer (UX/UI),

product manager, software engineer, data scientist or

in any other area at Zalando, you can contribute to

the success story of the company but also make it

your own».

MANJURI SINHA

Heading Technology

Talent Acquisition

Team

The expert – an avid traveler, speaker, mentor and also blogger

– also highlighted the fact that teams at Zalando work in small

and yet dynamic groups and stated: «openness and idea

exchange are not only encouraged, they are lived, literally.

Collaboration extends beyond your immediate team, as we pull

together across functions, locations and management levels to

achieve shared goals.»

Pushing innovation at all levels,

for the benefit of customers and employees

With tens of different jobs, from logistics forecasting

experts and software engineers to data scientists and

UX designers, the recruitment process within Zalando

actually depends on the specific type of position, and

changes from job family to job family.

BEAST MAGAZINE #16


#Business | Human Capital

15

A specific talent strategy has also been developed: the company

currently looks for and hires the best diverse top talent available in

the international market. To do so, and convince such talents to join

the group in its different offices, it provides its collaborators with a

workplace that builds on trust, feedback and the empowerment that

comes with a positive and inspiring working atmosphere. And when

it comes to the development of its talents, Zalando offers intensive

mentoring, extensive on-boarding, and personal branding support

focused on leadership as well as diverse career opportunities throughout

the company. «At Zalando, we want our talented colleagues to keep

moving and stay fresh!» added Manjuri Sinha.

Located in Berlin, the Zalando HQ undoubtedly benefits from the

dynamism and strengths of the local community, which strives in

innovating, thanks notably to its vibrant startup scene. As underlined

by the Talent Acquisition specialist, «the Berlin Tech community is very

close knit, and very well informed. There is talent available from all over

the world, making the pool very diverse. Nowadays, talents are looking

for a place that is inclusive, that allows an efficient work life balance,

but it should also give them a clear view of the growth path in their

career».

Today, Zalando, which was created just more than 10 years ago, in

2008, employs more than 15,000 people – more than 6,000 of them

are still working at the HQ in Berlin, also known as the Zalando Campus.

It is recognized as one of Europe’s leading fashion online platforms,

and currently connects with more than 26 million customers, brands

and partners in 17 countries. «We were able to turn a local startup,

which was operating form a basement apartment in a pre-war building,

into an international group with subsidiaries all over the world. Our

sheer commitment to hire the best talents has been – and still is –

at the cornerstone of the development of the company. Therefore,

right from the start, we have not restricted ourselves to local markets,

rather hire from all over the world. This diversity in talent has been our

key to success,» explained Manjuri Sinha. She also added that Zalando

aims at uniting diverse people, capabilities and ideas. «Consolidating

our ideas and effort scales our impact as an innovator in both tech

and fashion,» concluded the Global Senior Team Lead.

BEAST MAGAZINE #16


16

#Business | Human Capital

HOW TO GET THINGS

DONE IN A FAST

PACED AND CHANGING

BY ALEXANDRE

ENVIRONMENT KEILMANN

A little more than 6 months ago, Audrey Rouach Baverel (Mindstyle

Coach and Consultant) Marco Houwen (Tech entrepreneur) and Sylvain

Cottong (Economist & Futurist) launched the HOW Institute. By focusing

on the HOW, their mission is to prepare companies and their employees

for the challenges of the 21 st century while dealing with a rapidly

changing world, workforce and global competition. The three experts

met with BEAST to discuss their approach which aims at empowering

Humans in the center of today’s corporate ecosystems, by showcasing

new leadership models, Human-centric products and future-oriented

sustainability practices.

What are the main challenges faced by managers – but also

by employees – in the current corporate environment?

What’s your solution to solve them?

In today’s corporate environment managers, and employees are

more and more under pressure to deliver ever more value to the

organization. Between the fact that they are «always on» through

today’s technology and the growing demand of customers to be

more flexible and innovative, they are stuck in paradigms coming

from two centuries ago where hierarchy and order execution were

the main trigger in their workday.

Today all stakeholders in a company and in the world of work

are forced to deliver not only the work they are told to do, but

also innovative and flexible solutions on all levels, on their own

initiative. And here comes the challenge: nobody told them how

to act in this world. Neither the school system, nor traditional

corporate classroom type learning, nor the old-fashioned ways of

being managed are preparing them for this new reality.

That’s why at the HOW-Institute, we are focusing on the essence

of what makes a company innovative and a learning organization:

scalable & agile learning!

We see learning not only as a way of handling a feel-good training

budget with a company, but rather as the cornerstone of a futuredriven

and sustainable organization, that recognizes that the way

it manages knowledge largely contributes to build and develop its

intellectual capital and essence of value. We are a partner for

developing together with our customers their tailor-made learning

strategy, allowing them to create and implement habits, processes

and tools for an ever more innovative workforce to become

implicitly more creative whereby improving overall organizational

performance.

What are the main components of the services

delivered by the HOW Institute?

At the HOW Institute, we help our clients design

and implement a tailor-made and agile learning

strategy according to their organizations’ needs

and context, on the path to a sustainable and

innovative learning culture, to stay on top of the

game in more turbulent economic and societal

times.

We take scalable learning really seriously and

consider it as the most important competitive

advantage today and even more so in the near

future, and we will apply design thinking and

user experience methodologies throughout our

work and processes, to systematically redesign

work environments with the primary design goal

of accelerating learning and thus performance

improvement.

In other words, we guide organizations and

individuals to develop and strengthen their

innovation skills to deliver steadily more customer

value, in self-organizing teams that collaborate

together in an interactive network, whilst providing

an outstanding workplace experience.

We typically walk with our clients through

the following phases:

• Audit & exploration phase

• Strategy development

& learning system blueprint

• Deployment assistance

• Awareness workshops

BEAST MAGAZINE #16

Marco HOUWEN

Tech entrepreneur


#Business | Human Capital

17

In other words, how would you define the main

mission of the HOW Institute?

We help organizations and individuals to raise their

awareness of the challenges they are facing in the so

called VUCA world (Volatility, Uncertainty, Complexity

and Ambiguity) by helping them to develop innovative

learning and knowledge management strategies and

systems (including – or replacing - their corporate training

programs) and we also offer workshops mainly about soft

skills and new organizational models (new work). In other

words, we give them the opportunity to become a true

learning organization.

What are the next steps in the development

of the HOW Institute? Are you planning to bring new types

of trainings to Luxembourg?

Considering that certain types of skills and capabilities

will be more and more necessary and thus in demand to

maintain employability and drive performance and wellbeing,

we are also, as mentioned, organizing our own

workshops to help organizations and individuals to navigate

the complexity of the (digitally transformed and AI driven)

VUCA world with serenity and effectiveness. As such we are

focusing mainly on the necessary soft skills like emotional

and social intelligence, curiosity, critical thinking, creative

thinking and imagination, capacity to deal with criticism,

empathy, autonomy, willingness and ability to learn quickly,

capacity of decision-making under ambiguity, mindfulness,

cross-cultural competencies, virtual collaboration,

transdisciplinarity, willingness to take risk, etc. We are

preparing a series of seminars and masterclasses around

these topics for 2020.

According to you, where is the future of training

and knowledge heading to?

From scalable efficiency to scalable learning!

In the 20 TH century, large organizations existed to provide

scalable efficiency. They existed to make the same widget

or execute the same process repeatedly. This size of scale

drove down costs, led to greater efficiency and created

competitive advantage.

But a world shaped by almost constant exponential

change creates near constant disruption; the things we did

yesterday won’t be effective tomorrow. We need

to constantly adapt. A world of near constant

disruption requires near constant innovation.

In a world requiring near constant innovation,

doing the same thing repeatedly is a recipe for

obsolescence. But the mindset, approaches

and institutional practices we use, mostly

continue to be linear.

As a result, organizations are increasingly being confronted

with new and unexpected situations that go beyond the

textbooks and operating manuals and require leaders to

improvise on the spot, coming up with new approaches

that haven’t been tried before.

On top of that, customers are ever better informed and

ask for personalized products and services. Skills have a

shorter and shorter half-life. While skills are still necessary

for success, the focus should shift to cultivating the

underlying capabilities that can accelerate learning so that

new skills can be more rapidly acquired.

At Google for example, recruiters mainly ignore titles and

diplomas. During the recruiting process, candidates are

presented a problem to be solved. The way a candidate

solves the problem is the only capability that is evaluated,

along with social competencies necessary for efficient and

engaging team work. In other words, only the capacity

to rapidly acquire new skills and capabilities even in

areas where the candidate has no prior knowledge along

with social and emotional competencies are evaluated.

Continental, the tire manufacturer, just to mention another

example from a more traditional industry, has adapted its

recruiting process in a similar fashion. This way of doing

is based on the assumption that hard skills can be rather

easily acquired whereas capability gaps and characters

trait gaps are more difficult to address.

Just like organizations and management as a whole have to

become «agile» (as the new paradigm for the VUCA world),

learning has to become agile as well.

Learning today is as colorful as a rainbow:

• From 5-minute microlearning to full time camp’s

• Analog, digital, hybrid

• Self, peer, group, social, MOOC

• Various methods and formats

• Holistic approach (mindset,

skillset, toolset)

• Continuous setups,

journeys, safaris

To further explore our

mission and offerings

and how we can help

to make your learning

colorful as well, you can

visit our website:

how-institute.lu

Sylvain COTTONG

Audrey ROUACH BAVEREL

Economist & Futurist Mindstyle Coach and Consultant

BEAST MAGAZINE #16


18

#Business | Mobility

CO-CRÉER

LA MOBILITÉ

DE DEMAIN PAR ALEXANDRE KEILMANN

Rencontre avec Joel Fernandes (Country Manager,

LeasePlan Luxembourg) pour discuter de mobilité

durable et d’innovation, avec un focus tout

particulier sur le Grand-Duché de Luxembourg et

ses spécificités. L’expert revient notamment sur

les objectifs et initiatives de la société de leasing

en matière d’électromobilité, sur l’apport des

nouvelles technologies dans la gestion des parcs

automobiles et dans la création de nouvelles

expériences clients, puis, sur la construction de la

mobilité de demain.

Le Grand-Duché de Luxembourg est un territoire concentré,

avec plus de 200 000 frontaliers qui se rendent chaque

jour de la semaine sur leur lieu de travail : dès lors, plus de

90% des trajets effectués dans le pays comptent moins de

40 km. Selon Joel Fernandes, cette distinction par rapport à

d’autres pays confère un avantage unique au Luxembourg

lorsqu’il s’agit du développement de la mobilité électrique.

Il précise : «les caractéristiques du territoire ainsi que les

mesures prises par le gouvernement devraient pouvoir

favoriser l’électromobilité au Luxembourg. Les infrastructures,

via le réseau Chargy notamment, couvrent la totalité

du pays, et les subventions sous formes de primes, avec

notamment une prime de 5000 euros pour les véhicules

100% électriques, permettent d’aller dans cette direction,

sans oublier l’avantage en nature avec un taux diminué à 0,5

% du prix neuf. Ces aides gouvernementales ont d’ailleurs

été récemment prolongées afin de rassurer les personnes qui

souhaitaient faire l’acquisition prochaine d’un tel véhicule,

la date d’immatriculation faisant foi ». Il explique également

que les constructeurs automobiles participent activement à

cette transition vers l’électrique et proposent désormais un

nombre important de modèles, puisqu’ils devront, pour tous

les véhicules vendus dans l’Union européenne en 2020,

émettre moins de 95 g de CO 2

par kilomètre sous peine de

payer de lourdes amendes. «Ils ont investi massivement ces

dernières années, et proposent maintenant des gammes

enrichies, allant de la petite citadine aux SUV et berlines,

en passant par les véhicules utilitaires. On annonce une

centaine de modèles 100% électriques d’ici à la fin de l’année

2020. Toutes ces mesures permettront donc d’avoir un TCO

– Total Cost of Ownership – plus acceptable et impactera

moins le package salarial des employés.

Les particuliers en bénéficieront également avec des prix plus

intéressants grâce à cet élargissement de gammes,» ajoute le

Country Manager. Dès lors, de nombreuses conditions sont

aujourd’hui réunies pour que la mobilité électrique rencontre

le succès tant espéré au Grand-Duché.

Participer à l’électrification de la mobilité

LeasePlan, en tant que «pure player» de la mobilité, se

positionne clairement sur le sujet, notamment avec son

programme «Start Electric». Joel Fernandes souligne tout

d’abord l’évolution des mentalités, et donc de la demande :

«En 2017, nous avions noté une curiosité importante,

mais peu d’intérêts se matérialisaient. Aujourd’hui, les

infrastructures mises en place, les aides fiscales accordées

ainsi que les modèles disponibles, accélèrent l’adoption

d’une mobilité plus respectueuse de l’environnement».

Il insiste aussi sur le fait que la transition de la propriété à

l’usage, tendance majeure du secteur, couplée à l’évolution

rapide des technologies favorise plus le développement

d’une mobilité plus durable. Cependant, de nombreuses

personnes n’osent pas encore passer à l’électrique. «Or,

le leasing permet de facilement passer le cap en profitant

d’une solution clé en main plus flexible, avec un loyer

mensuel fixe qui garantit des avantages opérationnels

et financiers ainsi que l’accès aux dernières technologies.

Cela, sans compter les nombreux autres services autour

de l’utilisation du véhicule à savoir l’entretien, l’assistance,

l’assurance, le véhicule de remplacement, les permutations

de pneumatique, la gestion du carburant ou de l’électricité,

… » souligne l’expert. De plus, pour favoriser cette tendance

durable, LeasePlan a pris le parti d’intégrer la prime dans les

offres de leasing et d’effectuer les démarches directement

auprès du gouvernement pour faire bénéficier le conducteur

d’un loyer plus attractif.

BEAST MAGAZINE #16


#Business | Mobility

19

L’innovation et la co-création

au cœur de la stratégie de LeasePlan Luxembourg

« En outre, nous proposons un accompagnement

supplémentaire concernant les solutions de

recharge : l’installation de bornes sur le lieu de

travail mais aussi au domicile du conducteur,

avec le coût de la borne intégré au loyer et

lissé sur la durée du contrat. De plus, cette

dernière solution est intelligente : l’énergie

consommée à domicile par le collaborateur

est remboursée et refacturée à la société, »

commente le Country Manager qui précise

qu’au Luxembourg, les bornes sont installées

en collaboration avec Enovos, principal

fournisseur d’énergie au Luxembourg. Il s’agit

d’une solution tout-compris : les conducteurs

de véhicules électriques sont dotés d’une clé

de recharge interopérable utilisable sur plus

de 130 000 bornes de recharge publiques

partout en Europe, d’une application mobile

«LeasePlan Charging» indiquant les stations

de recharge, et d’un accès à un portail de

configuration intégrant un service de reporting

sur les différents événements tels que le

nombre de sessions de recharge par exemple.

Enfin, toujours dans cette démarche

d’électrification, LeasePlan s’est fixé comme

objectif d’atteindre un parc «zéro émission»

pour ses employés d’ici à 2021. «Nous

accompagnons également nos clients dans

cette même optique - grandes entreprises,

artisans, PME ou professions libérales – afin

de tendre vers le «zéro émission» à l’horizon

2030. Par ailleurs, l’offre «Lease Plus» mise en

place avec la BCEE et destinée aux particuliers

résidents au Luxembourg, continue à se

développer et intègre également les véhicules

électriques,» ajoute Joel Fernandes. Très

engagé dans le développement de cette

électromobilité au niveau mondial, LeasePlan

est l’un des membres fondateurs – et seule

société de leasing et du secteur automobile

– de l’initiative globale EV100, lancée il y a

maintenant plus de 2 ans, lors de l’Assemblée

générale des Nations Unies à New York.

Comme le souligne le Country Manager, «nos équipes suivent de près toutes

les initiatives du gouvernement ainsi que celles de startups spécialisées

dans la mobilité. Il est très intéressant de rester à leur contact dans le but

de créer des synergies et de construite, ensemble, la mobilité de demain.

Nous ne sommes ni une banque, ni un constructeur automobile : notre objectif

premier est de proposer des services de mobilité et donc d’intégrer les

meilleures solutions disponibles, tout en participant à la création d’offres

innovantes. Il est aujourd’hui essentiel de répondre aux nouvelles attentes

des consommateurs, raison pour laquelle nous proposons FlexiPlan

depuis plus d’un an». Cette solution, comme son nom l’indique, permet

une location simple, sur-mesure et surtout plus flexible, allant d’un jour

à 24 mois. Elle s’adresse aux entreprises ayant des besoins immédiats

et limités dans le temps ou ne connaissant pas la durée exacte de la

période de location parce qu’elles travaillent avec des collaborateurs dans

le cadre de missions temporaires ou avec des expatriés par exemple. Le

digital apporte également son lot d’innovations et l’expert en mobilité s’est

depuis plusieurs années équipé en outils numériques permettant, entre

autres, une meilleure gestion du parc automobile. «MyFleet», le nouvel

outil de gestion de flotte de LeasePlan, permet au Fleet Manager d’accéder

à tous les indicateurs de performance dont il a besoin pour une meilleure

gestion de son parc automobile. Intuitif et configurable en toute simplicité,

il intègre de nouveaux rapports et tableaux de bord personnalisables et

est construit sur une nouvelle technologique web pour une expérience

utilisateur plus dynamique. Dans les mois prochains sera lancé le service

dédié aux conducteurs : «MyLeasePlan». Sur un portail web ou grâce à une

application mobile, le conducteur aura accès à une multitude d’informations

et de nombreux services : il pourra déclarer un sinistre, il sera alerté via un

système de notifications et pourra directement prendre rendez-vous chez

les partenaires agréés pour ses entretiens et réparations. Avec de telles

applications, la société basée à Leudelange vise à favoriser l’expérience

client. «A l’image de la disruption qui transforme les banques, les utilisateurs

veulent aujourd’hui des outils «self-service», qui leur donnent la possibilité

d’accéder facilement aux différents services disponibles. De son côté, le

fournisseur de service, grâce à l’étude des données, doit être en mesure

de conseiller et de partager des recommandations personnalisées. Cela fait

aujourd’hui partie de notre processus d’amélioration continue. En effet,

notre but premier est de faire de LeasePlan l’intégrateur de meilleures

solutions de mobilité, que ce soit pour les entreprises ou les particuliers

au Luxembourg,» conclut Joel Fernandes.

BEAST MAGAZINE #16


20

#Business | Mobility

POUR UNE MOBILITÉ

PLUS DURABLE

ET PLUS CONNECTÉE

PAR GÉRALD MANGIN

Thomas Wilbois, Responsable Fleet / Vente

Grandes Flottes au sein de Merbag (Mercedes-

Benz Automobil AG), s’intéresse pour BEAST

au développement de la mobilité durable

au Grand-Duché, pays dans lequel plus de

90% des trajets comptent moins de 40 km.

Il nous parle également de l’approche de

Daimler en la matière, ainsi que du concept de

«multimodalité».

Le Luxembourg peut-il devenir un pionnier dans

le développement d’une mobilité plus verte ? Quelles

sont les autres initiatives que vous saluez notamment ?

Aujourd’hui, la question de l’autonomie ne se pose plus

forcément pour les véhicules électriques au quotidien. Cette

année, avec notre Mercedes-Benz EQC (consommation

d’électricité en cycle mixte : 20,8 - 19,7 kWh/100 km ;

émissions de CO 2

en cycle mixte : 0 g/km), nous avons

présenté le premier d’une génération entière de modèles

électriques Mercedes offrant une autonomie jusqu’à 400

km. A côté des véhicules 100% électriques, Mercedes-

Benz propose aussi un large choix de véhicules hybrides

rechargeables permettant de parcourir jusqu’à 100 km en

autonomie électrique.

Le Luxembourg doit aujourd’hui répondre aux mêmes

problématiques de transport que les autres grandes

métropoles. Pour répondre aux enjeux liés à la saturation

des axes routiers, la modernisation des infrastructures et la

pollution environnementale, une nouvelle stratégie orientée

vers une mobilité durable se dessine au Luxembourg.

En effet, plusieurs dispositifs ont été lancés pour favoriser

une utilisation alternative de la voiture :

• Augmenter la part des déplacements en transports en

commun et en mobilité douce pour réduire les émissions

de CO 2

• Développer des espaces Park+Ride (P+R) dans la périphérie

de la ville pour ainsi permettre aux voyageurs frontaliers

de transiter plus facilement entre leur véhicule individuel

et les transports en commun

• Mettre en place des infrastructures de recharge pour les

véhicules électriques

• Promouvoir le covoiturage et fluidifier la circulation sur les

autoroutes en heure de pointe à travers une plus grande

flexibilité des horaires de travail jusqu’au télétravail

La tendance est à la «MaaS» – «Mobility as a Service»

– offrant aux utilisateurs une plus grande flexibilité.

Quelle place comptez-vous occuper dans cette nouvelle

définition du transport des personnes et les nouveaux

outils ?

La mobilité au quotidien peut être optimisée en faisant

appel à plusieurs modes de transport successifs :

c’est la multimodalité. Ce concept devrait également

se développer davantage avec l’introduction de la

gratuité dans les transports publics au Grand-Duché

de Luxembourg, à partir de mars 2020, et visant à

augmenter considérablement le nombre de passagers

dans ces transports en commun.

De plus, l’autopartage ou «Car-sharing» offre aujourd’hui

une formidable opportunité de croissance et consiste

en l’augmentation du taux d’occupation moyen pour les

déplacements domicile-travail, à travers le covoiturage. A

ce propos, Mercedes-Benz va étendre son offre de Carsharing

pour permettre l’accès à davantage de véhicules

dans un plus grand nombre de villes dans le monde.

Pour cela, les groupes BMW et Daimler AG ont associé

leurs services de mobilité pour créer un nouvel acteur

mondial offrant une mobilité urbaine durable à ses clients.

La coopération comprend cinq coentreprises : REACH

NOW pour les services multimodaux, CHARGE NOW pour

recharger la voiture, FREE NOW pour la course en taxi,

PARK NOW pour le stationnement et SHARE NOW pour

le covoiturage.

Qu’en est-il de la data dans le secteur de la mobilité ?

Comment cette tendance est-elle abordée au sein de

Mercedes-Benz ?

La mobilité est en pleine révolution. Aujourd’hui, nous

vivons nos déplacements autrement, nous sommes

connectés en permanence, joignables à tout moment.

Nous évoluons à l’ère du numérique. Dans le domaine de

l’automobile, cette tendance remonte à loin. Les services

de connectivité Mercedes me connect, proposés sur

l’ensemble de la gamme, établissent le lien entre le

véhicule et le conducteur.

BEAST MAGAZINE #16


#Business | Mobility

21

BEAST MAGAZINE #16


22 #Business | Mobility

Mais ce n’est pas tout : la voiture se fond désormais dans

l’univers personnel de l’utilisateur. Cela se traduit non

seulement par le sentiment rassurant d’être relié au monde

en permanence, y compris pendant les trajets, mais aussi

par un plus grand confort. Pour les clients professionnels,

l’offre Connect Business permet aux gestionnaires de flotte

d’utiliser les services de connectivité «Vehicle Logistics»,

«Driver Messaging» et «Digital Driver’s Log». Cela signifie

que les gestionnaires de flotte connaissent toujours la

position actuelle de leurs véhicules, peuvent transmettre

des informations à leurs conducteurs et peuvent utiliser le

journal de bord électronique pour réaliser des économies

significatives à la fois pour l’entreprise et ses employés.

L’Union Européenne impose, à compter du 1 er janvier 2020,

des quotas stricts de niveaux d’émission de CO 2

. Comment

abordez-vous cette transformation ? Sur quels véhicules et

motorisations allez-vous vous appuyer ?

Chez Mercedes, nous visons ce qu’il y a de mieux et nos

clients attendent de nous une mobilité durable et fascinante.

L’une des questions clés que nous abordons est la suivante : que

faisons-nous pour que nos clients puissent passer à une

mobilité neutre en carbone à l’avenir ? La réponse est notre

«Ambition2039» : notre objectif est d’avoir un parc de

voitures particulières neuves neutres en carbone dans 20

ans. Soyons clairs sur ce que cela signifie pour le groupe

Daimler : une transformation fondamentale de l’entreprise

en moins de trois cycles de produit. La feuille de route est

en place et les décisions stratégiques de mise en œuvre

ont été prises.

L’ensemble du portefeuille de voitures Mercedes-Benz

sera électrifié d’ici à 2022 – des smart aux grands SUV, en

commençant par les modèles 48 volts et en passant par

une large sélection de véhicules hybrides rechargeables à

des véhicules tout électriques.

Et les modèles 100% électriques représenteront déjà entre

20 et 25% du total des ventes de voitures Mercedes-Benz

d’ici 2025. En 2030, nous visons à ce que les modèles

électriques représentent plus de la moitié de nos ventes

de véhicules.

Nous continuerons à offrir à nos clients des véhicules

premium et hautes performances qui sont la signature de

notre marque. En même temps, nous souhaitons réduire

considérablement les émissions de CO 2

par véhicule.

L’équipe de R&D du groupe Daimler coopère avec des

partenaires établis et des start-up pour améliorer les

performances des véhicules électriques et réduire les

coûts. Notre approche inclut également le développement

continu de nos services de mobilité, afin de généraliser

l’utilisation de modèles électriques. A côté des voitures,

nous électrifions également nos fourgonnettes, camions

et autobus. Et le développement modulaire permet le

transfert rapide de technologie entre nos divisions. Nous

nous concentrons actuellement sur la mobilité électrique

sur batterie. Mais il y a aussi de la marge et il faut

continuer à travailler sur d’autres solutions, par exemple

la pile à combustible ou les E-Fuels. Notre GLC F-CELL

(consommation d’hydrogène en cycle mixte : 0,34 kg/100

km, émissions de CO 2

en cycle mixte : 0 g/km, consommation

d’énergie en cycle mixte : 13,7 kWh/100 km) en est un bel

exemple. Cette technologie sera également utilisée dans

nos autobus urbains. Aujourd’hui, personne ne sait avec

certitude quel mélange de transmission répondra le mieux

aux besoins de nos clients dans 20 ans. C’est pourquoi

nous encourageons les responsables politiques à ouvrir

la voie vers la neutralité technologique : fixons l’objectif,

mais non les moyens de l’atteindre.

BEAST MAGAZINE #16


24

#Business | Mobility

A NEW MOBILITY

TO IMPROVE THE

QUALITY OF LIFE

BY ALEXANDRE KEILMANN

Tamy Ribeiro is the Chief Mobility Evangelist & Head of

Partnerships at Wunder Mobility, a tech startup which was

created in Hamburg, Germany, with the mission to provide a smart

mobility marketplace. On November 26 TH , she will participate to a

re-invented edition of Luxembourg’s Mobility Summit and share

her expertise by notably depicting the latest trends of a sector

that is going through a deep transformation phase. Prior to her

keynote speech, we met with her to address to current mobility

challenges faced by Europeans, while discussing the need for

private companies and cities to collaborate on the establishment

of a new type of mobility.

What are the main mobility challenges users face every

single day in Europe? Wunder Mobility also has offices

in India: how are the mobility challenges different

from the ones in Europe?

The mobility challenges that users face in Europe varies

wildly depending on location. In parts of Eastern and

Southern Europe, very limited resources are being spent

on the upkeep and maintenance of streets and bridges. In

our major metropolises like London and Paris, congestion

remains a huge problem. And in Germany, which is known as

the «auto nation», private car ownership is still de rigueur

in many suburban and rural areas - not just because of the

car’s popularity, but because investments are only being

made in urban projects, and not in rural mobility initiatives.

That needs to change!

In India, the landscape is vastly different. India has the

second largest population in the world, which translates

into more issues with overcrowding and congestion. In some

rural areas, infrastructure is at times almost nonexistent,

which naturally comes with its own set of challenges.

Cultural differences like preferring motorbikes to ride hailing

also need to be accounted for.

What is your vision of today’s mobility? Which aspects need

to be improved? How?

We are already off to a good start with new and accessible

shared mobility types, but a big problem with mobility

today is the lack of cooperation between cities and private

companies. A range of new providers have entered the

market recently and are competing for precious space in

cities, and local governments are often ill-equipped to

manage the influx.

BEAST MAGAZINE #16


#Business | Mobility

25

The key is to encourage collaboration between

cities, startups and other mobility services. Without

teamwork, there is no way cities will be able to offer

functional and efficient transportation systems that

everybody can use in the future. The end goal should

always be to improve the quality of life for citizens,

and that cannot happen without cooperation.

ABOUT WUNDER MOBILITY

What are the We’re main the challenges fastest growing you faced mobility

when building technology an entire company mobility in ecosystem?

Europe.

What about working hand in hand with cities?

With 150 employees of over 30 nationalities, we are the largest

and fastest growing mobility technology company in Europe.

Our HQ is in Hamburg with further presence in Manila, Delhi,

Rio de Janeiro, San Francisco and Tokyo.

It was very difficult to find an optimal way of

positioning ourselves at the right place in the overall

mobility value chain, which includes manufacturers,

dealers, tech RIDES providers SHARED WITH and WUNDER consumers. Understanding

est.

the different intersections of technology stacks that

power different 500k mobility 1m solutions 10m and then 20m coming up

2016 2017 2018 2019

with a common tech stack was not easy.

The biggest We difficulty want to we become faced the when best mobility working with

cities was identifying technology the company right stakeholders in the world. that were

involved in mobility-related

Our vision is a robust commitment

decision

to create

making.

a world

It

of

is one of

individual, intelligent and connected mobility. We create

those things that

technology

sounds

to improve

much

the quality

simpler

of life of people

than

living

it actually

is. As a startup, in cities we with have efficient always traffic, reduced been emissions used and to noise. working

quickly, but governments understandably run at a

different speed, which takes some getting used to.

Wunder Mobility Wunder describes Mobility itself Cities and as a tech Sustainable company, and

Technology Companies

Connected Mobility

but how important is the Human aspect when it comes

to redefining mobility and actually changing the way

people see and use their cars? How can tech help?

We are driving the development of

Since we have innovative experience mobility in the solutions B2C realm, forward. we know

Mobility is a prerequisite for the creation of a holistic society

that the shift in attitudes that end users - who are…real

with economic growth, self-fulfillment and individual success.

people - have This been is why we experiencing want to use our technology is the to biggest help cities and reason

businesses develop sustainable mobility solutions.

why society has already started accepting car sharing

and other mobility types as a legitimate alternative to

private vehicle ownership. To put it in other words, it is

the users who really started the whole shared mobility

trend. By providing tech solutions that empower

people to access their mobility type of choice, tech is

giving people options they would not have otherwise

had, thereby making the mobility landscape more

democratic.

What are the next steps in the development

of the Wunder Mobility ecosystem?

Even though our portfolio covers almost every aspect

of mobility, we are currently working on launching

our first technology solution aimed at helping cities

analyze and optimize different mobility services in

their area. We have developed this technology on the

basis of the learnings we got out of being a multimodal

solution. We are also in the process of combining the

capabilities of different products in our portfolio and

offering them as a package solution, such as carpool

and parking.

What are your thoughts on the latest initiatives

around mobility that have been taken in Luxembourg?

We generally view any mobility initiatives that encourage

the use of public transportation favorably, particularly in

a country like Luxembourg where car ownership per capita

is very high. Electric vehicles are always better alternatives

to CO 2

-emitting fossil fuels. We definitely support free

Our public products transportation connect end-to-end - which is to start in March 2020

services in Luxembourg to create a -, connected if cities can afford it, but we do have

ecosystem to question of sustainable if those mobility and similar initiatives are genuinely

We encouraging are the only global company people that conceptualizes to stop purchasing private vehicles

and scales all variations of new mobility services as

entirely. At any rate, it is a major step in the right direction

part of its technology solutions.

- let’s see how it pans out!

Our technology is used in more than 100 cities on five continents to power m

facilitating over 12 million trips worldwide.

100+

Cities

5

Continents

100k

Vehicles

BEAST MAGAZINE #16


26

#Business | FinTech

INNOVATION

IMPOSES

COLLABORATION

BY ALEXANDRE KEILMANN

In a period of deep transformation of the financial services

industry, Jacques Pütz, CEO of LUXHUB, advocates

collaboration between banks and innovative startups.

He tells us more about the first impacts of PSD2 on FinTechs

and traditional players, and also gives us a glimpse of the

financial industry of the future.

LUXHUB has been partnering with many financial institutions

in the context of PSD2, building a bridge between Banks,

E-money institutions and FinTechs. What is your view

on the ecosystem post-September 14 th , 2019 1 ?

Let’s first start with the impact on the FinTechs. Some providers

already successfully offered account aggregation or payment

initiation services over the last years in several countries,

notably in France, Germany and the Netherlands. Nevertheless,

these providers were not always providing these services in a

fully secured way. For instance, their screen scraping method

required the end-clients to put their credentials at the providers’

disposal, usually in breach of their contractual obligations.

This is one of the reasons why the European legislator decided

to legally frame such services and impose to institutions

holding payment accounts to collaborate with these providers,

through APIs, in a secure and standardized way. This

collaboration obligation does not come alone. Strong Customer

Authentication (SCA) also have to be implemented by banks to

ensure a higher level of security in their relationship with the

end-client. These SCA however represent a challenge for the

already existing account aggregation providers who accessed all

accounts data in the past, i.e. not only the payment account’s

ones. The business model of these providers will thus also need

to be adapted to the new regulatory framework.

And what about banks?

Many people thought that PSD2 was only relevant for retail

banking. This is not the case. Private and corporate banks

do also fall in the scope of PSD2 requirements and thus had

to open up to third party providers. Over the last months,

we have accompanied these financial institutions in their

PSD2 compliance journey and see this investment as a great

opportunity for their further development.

This is one of the reasons why we decided to launch «LUXHUB

One» last September. This product is helping credit institutions

and third-party providers to aggregate a large number of payment

accounts through one standardized single API (without screen

scraping). This service enables credit institutions and account

information service providers to offer aggregation services to

their end-clients in a simplified manner. The account aggregation

is the first feature of our One API and new services will soon come.

You recently said during an event organized by Silicon

Luxembourg that “the business model of banks is going

to change» and that «it is going to be a cultural change”.

We understand that PSD2 was a first step, what are

the next ones?

Most of the financial institutions have been built in silos, year

after year. Such constructions usually lead to difficult decision

process and slow implementation of these decisions. Their IT

systems are built on the same model, meaning that new projects

usually have to face this IT legacy.

Therefore, innovation becomes difficult in this context. Several

newcomers understood it well and the so-called neo-banks

and neo-insurers have rapidly emerged and disrupted the

industry codes. Lead by young entrepreneurs, these digitalfirst

companies offer a premium user experience to the current

generation of digital natives.

Yet, trust and solid business models remain the biggest

challenges faced by these newcomers. This is where established

financial institutions can actually make the difference, provided

that they accept to perform a cultural change and open their

doors to new partnerships to build together tomorrow’s financial

ecosystem.

PSD2 forced many financial institutions to open their eyes on

the outside world. FinTechs and RegTechs wishing to collaborate

are flourishing, but the selection, negotiation and connectivity

aspects are braking potential collaborations. This is the reason

why we are working on LUXHUB Marketplace which will answer

these pain points and aim to become the European API onestop-shop

for the FINANCIAL ecosystem.

How do you see the coming months and years?

Given the size of Luxembourg, it is in our DNA to feel European

and therefore quickly expand to other countries.

PSD2 is granting account aggregation and payment initiation

providers (including credit institutions) the possibility to offer

their services all over Europe. Everyone is speaking about the

United States and its a huge market of 327 million inhabitants,

but we should not forget that our European internal market

actually represents more than 513 million inhabitants.

New players will keep on emerging in this European market.

There will be room for both allies and competitors of banks,

insurance companies and investment fund industry stakeholders.

Innovation will be fostered within this ecosystem, to answer

more appropriately to customers’ expectations and the always

heavier regulatory burden.

There is no doubt that there will be huge changes in the

coming months and years and we do believe, at LUXHUB, that

collaboration will be the key of success.

BEAST MAGAZINE #16

1

14 September 2019 was the date of entry into application of PSD2 Regulatory Technical Standards, imposing to banks and e-money

institutions holding payments accounts accessible online to provide third party providers with a technical solution to retrieve information

and initiate payments in the name and on behalf of the payment service user.


#Business | FinTech

27

WE CONNECT YOU

«According to 2018 CSSF annual report, banks’ general expenses

grow by 6% year-on-year, for an average of 7,3% since 2014.

It therefore becomes urgent to build platforms allowing banks

to achieve economies of scale via the mutualization and

industrialization of regulatory and compliance activities. A great

example of such platforms is LUXHUB, created by banks sharing

a superior vision and joining forces to address a new regulatory

obligation (PSD2). Likewise, ABBL is launching a call for partners

to raise funds for the creation of a reporting hub for shared

regulatory and prudential reporting services for banks. We at

Grant Thornton, are involved in these RegTech initiatives, and

we truly believe that relevant categories of service providers (in

finance, advisory, IT…) must genuinely collaborate towards the

highest value creation for the whole finance ecosystem.

LIONEL GENDARME, Advisory Partner, Grant Thornton

Luxembourg

«With the advent of Open Banking, some players concentrate

on distribution or product manufacturing, while others deal with

onboarding and compliance: every single player therefore needs

to find its own place in this new environment in order to help the

community grow. There are numerous benefits to collaborating:

better absorption of costs, medialization of tech and compliance

knowledge, better understanding of customer expectations,

improved time-to-market, etc. At EY, we advocate collaboration

and we are eager to contribute to the development of the local

Fintech ecosystem, which, by definition, mixes ICT and finance.

In our opinion, collaborating is the way to go in today’s period

of transition.»

GAEL DENIS, Partner, TMT and Fintech Leader, EY Luxembourg

«The global economy is rapidly becoming the “platform economy”

driven by the so-called GAFAM tech giants. New business models

are emerging around platforms that provide many of the products

normally associated with financial services (FS), from payments

to insurance. To stay relevant, competitive and profitable in a

market characterized by agility and low margins, traditional FS

players need to integrate valuable ecosystem players on their

own platforms especially in an open and dense environment like

Luxembourg. We can overcome the “two-speed challenge” of

competing with faster and more agile digital natives by investing

in their own business agility and partnership capabilities to grow

new revenue streams while working on digital decoupling and

API first set-up to foster growth potential and faster time to

market.»

ADRIEN KIRSCHFINK, Managing Director, Banking Lead,

Accenture Belgium & Luxembourg

«In a world of uncertainties, with a more and more complex

financial environment, there is a need to find new solutions in

order to stay relevant, find synergies and increase differentiating

factors. Luxembourg has a tremendous expertise and a vibrant

financial hub but needs to continue harvesting to progress.

A strong collaboration with other actors such as Fintech but

also other financial institutions could help in many different

ways: mutualize effort and cost on non-core businesses and

create new value streams for the various financial industries and

especially in the asset and wealth management industries and

banking sector. The proximity of actors in Luxembourg (private

and public), its international setup are great assets to foster this

collaboration. New actors such as “Financial service Hubs” are

also entering the market and can play a key role to accelerate

the access to technological innovations.»

PATRICE WITZ, Partner, Digital Leader, PwC Luxembourg

«With the rapid shift toward open banking and platforms but also

in a world marked by lower profitability in banking, it`s essential

for banks to consider cooperation between them – sometimes

called coopetition – to improve their efficiency and to support

their digital transformation. In this space, LUXHUB has been

extremely successful, being ranked – after only two years – the

Top 3 Open Banking Platforms in Europe. It says a lot about

the need to keep investing in those shared services. At Deloitte,

we strongly believe in the power of open eco-systems and the

collaboration between incumbents and Fintech. In this sense, we

strongly believe that LUXHUB has a unique position to build a

local champion serving the global market, not only by extending

its current range of services but also by entering new innovative

areas. This would once again position Luxembourg as one of the

most innovative places in the field of Financial Services.»

PATRICK LAURENT, Partner, Technology & Innovation Leader,

Deloitte Luxembourg

«Collaboration is the new competition. Today’s competitive

advantage isn’t driven by the resources you own or control — it lies

in the talent, technology and information ecosystems available to

you. Remaining agile and innovative in a fast-paced environment

calls for new ways of working together, while at the same time

differentiating on customer experience. For example, refrigerator

manufacturer Refrigerants Naturally recently brought together

PepsiCo, Coca-Cola and Red Bull — along with Greenpeace and

UNEP — to develop more sustainable refrigeration technologies.

However, there’s no room for improvisation when collaborating.

Instead, clearly define what you can do together, track and

publish your progress and openly share what you learn. The

KPMG Hub for Entrepreneurship (KHUBE) brings the very best of

Luxembourg’s financial services center’s ecosystem together. We

believe that building alliances between Fintech and incumbents,

for instance, is the bedrock of offering the right services in terms

of innovation, quality and trustworthiness to clients.»

PASCAL DENIS, Partner, Head of Advisory, KPMG Luxembourg

BEAST MAGAZINE #16


28

#Business | FinTech

GET ACQUAINTED

WITH THE PARIS

FINTECH FORUM

BY ALI PATERSON

Paris Fintech Forum has established itself as one of the main global

events of the sector in only a few years. In January, the 2019 edition

confirmed this reputation, and the upcoming 5 th edition is on track

to do the same. Held over two days, on 28 and 29 January 2020, at

the Palais Brongniart in Paris, the forum aims to gather, as usual,

2,700 attendees to listen to more than 250 international speakers,

almost all CEOs from global financial institutions, regulators and, of

course, Fintechs from all over the world. Most of the participants

come from outside of France, with 70-plus countries present,

Luxembourg being always in the top 3 of the participants number.

For two years in a row the event has sold out a week before opening.

Laurent Nizri, is founder and CEO of Altéir Event, which organizes

the Paris Fintech Forum: we asked him what we should expect from

this fifth edition.

How would you describe Paris Fintech Forum to someone

who hasn’t attended yet? Why is this event so unique?

Paris Fintech Forum is the most exclusive European event

on digital finance in the Fintech age. There is no other event

gathering as many international CEOs from across the industry,

both among the audience and on stage.

Another thing that sets us apart is that we purposely limit our

capacity to 2,700 attendees to leverage real networking in a

club format. We are a kind of ‘Davos of digital finance’.

We have no keynotes and all the speakers participate in strong

added value fireside chats and panels in order to debate and

exchange opinions on the future of finance. We are used to

receiving numerous ministers, governors of central banks and

other regulators involved in the industry. As an example, last

January, among our 280 speakers were Christine Lagarde, MD of

the International Monetary Fund; Bruno Le Maire, French minister

of the Economy and Finances with Pierre Gramegna, Minister

of Finance of Luxembourg and their Belgian, and Lithuanian

counterparts; and so many others.

One more key characteristic of this event is that we gather

people together from a diverse range of sectors in all verticals.

Indeed, we have tracks and sessions on credit/alternative

lending, payment and neo banks as well as InsurTech, RegTech,

wealth management, blockchain and cryptocurrency.

Lastly, a key purpose of the Forum is to foster business meetings

between key players. With more than 150 exhibitors, eight

thematic lounges for conducting business and many side events

dedicated to networking (VIP lunches, parties, etc), our attendees

get multiple opportunities to strike up new partnerships or

imagine future collaborations.

BEAST MAGAZINE #16

Last edition, 80 per cent of the 180 Fintech CEOs

on stage were not present the year before.

What is your selection process?

To be honest, it gets harder and harder. In the last

four years we have already had more than 800 unique

speakers, including the vast majority of the key Fintechs’

CEOs, globally speaking. So, finding new top successful

voices of the industry is not that easy!

What we aim for at the Forum each year is a real expert

selection to offer our participants an up-to-date

and state-of-the-art vision of what Fintech is in the

different geographies and in all financial domains. We

do not claim that we select the «best» Fintechs; rather,

we choose those that, at the time of the Forum, are

the best representative players in their sector, bringing

real innovation and/or being at the center of a strong

commercial traction.

As a result, we don’t have a lot of early-stage companies

because one of the objectives of the Forum is to enable

partnership between historical players and new entrants.

This is possible only for startups that have already

successfully taken the first steps in their company

journeys and are strong enough to face the unavoidable

hazards and timelines accompanying collaboration with

big groups.

Our selection is a mix of international unicorns and

a plethora of startups, sometimes less known to the

general public, which apply to be on stage via our

online platform. This year, we expect to exceed the 900

applications for the last edition.

You also have many speakers from incumbents

– including key CEOs. How do you get them to join

the debate?

We all have our secret recipes! However, what I can tell

you is that when a company is already engaged in a

real digital transformation, their leaders are quite easy to

convince to come and share with the crowd their vision

of the future. Of course, some financial institutions are

quite late in that process, so you don’t really see their

top leaders on stage.

Any scoops you can share with us on the already

confirmed speakers for next January?

We just started to share our first confirmed speakers

and among them you can find: Ralph Hamers, CEO of ING;

Carlos Torres Vila, Chairman of BBVA; Frédéric Oudéa,

CEO of Société Générale; Hikmet Ersek, CEO of Western

Union; Javier Pérez-Tasso, CEO of SWIFT; Ann Cairns,

Executive Vice Chair of Mastercard; Nicolas Huss, CEO

of Ingenico Group; Nikhil Rathi, CEO of London Stock

Exchange; Valentin Stalf, CEO of N26; Kathryn Petralia,

President of Kabbage; Brad Garlinghouse, CEO of Ripple;

Anne Boden, CEO of Starling Bank; Osama Bedier, CEO

of Poynt; David Gurlé, CEO of Symphony; Brandon Krieg,

CEO of Stash; Arik Shtilman, CEO of Rapyd, Julian Teicke,

CEO of Wefox Group, Elizabeth Rossiello, CEO of Aza

Finance, … among many others and still big surprises to

be announced!.


#Business | FinTech

29

You are mixing Fintechs and top-level incumbents on

stage. But what happens backstage – any real deals?

Since our very first edition, we’ve promoted cooperation

between incumbents and Fintechs. There is competition,

of course, but ‘coopetition’ is really the word here. New

entrants mostly disrupted tech solutions providers

(core banking, RegTech, robo-advisors, credit platforms,

application programming interface (API) providers,

blockchain solutions) more than banks or insurance firms

themselves. But to get back to your question, yes, real

deals definitely happen! We very often receive messages

from our speakers and attendees, telling us about business

deals, investment discussions or partnership agreements

during the Forum. We plan the event for that to happen:

innovation and business lounges are organized with our

partners to foster meetings and partnership propositions;

dedicated networking apps help you to find the right

match for your needs and organize meetings, and there

are numerous networking spaces. Last but not least, 64

per cent of our attendees this year were CEOs, C-level

executives and directors. They are the decision-makers,

which is key to making real business happen!

Who are the main partners to organize

such a big international event?

Every year, we gather around 200 financial partners,

including major sponsors, exhibitors and institutions. We

purposely limit the number of platinum and gold sponsors

to 16. This year, our platinum sponsors are Arkea, Banking

Circle, BNP Paribas, Mastercard, Sopra Banking Software

and Wirecard. Gold sponsors are Capgemini, Finance

Innovation, Forter, IDnow, Mambu, Rapyd, Rise, Temenos,

Tribe Payments and Western Union. It’s a very diverse mix.

Then there are almost 150 exhibitors and many dedicated

partnerships.

What will be the key subjects on the agenda

this year?

With five content stages (1 more than for the last edition)

and two workshop rooms, we’ll have many subjects

covered. Among them will be: the future of retail banking,

artificial intelligence applied to the finance industry and

digital identity being the basis of everything. Moreover,

as a global ‘red thread’ for the event, we’ll focus on the

North America/Europe areas of commonality and points of

difference in financial services development. And, as usual,

we’ll also be looking at the ‘different realities’ of Fintech

and finance industry cooperation.

But there will also be some surprises this year. We will host

a full one-day track on payments with all the key actors

in the value chain. In addition, some of our partners, such

as Mastercard, Visa and Dejamobile, will host dedicated

workshop sessions on the subject.

BEAST MAGAZINE #16


30 #Business | FinTech

The Paytech Magazine will host a payment breakfast and

moderate a few sessions of that track and, of course, we’ll

have many specialized actors in that field in the different

exhibition halls. Last but not least, we are pleased to welcome

Paypal as our exclusive partner for our astonishing annual

Gala Dinner. As you can see, payment will be a key thread for

the 2020 edition of the Forum.

This year, you also launched Paris Finance Week.

Can you tell us more about that?

More than 3,000 people, 50 per cent of them coming from

foreign countries, gather every year for two days at Paris

Fintech Forum. With this in mind, we wanted to encourage

the emergence of other events in Paris during the last week

of January in order to give attendees the opportunity to

discover more about the diversity of the European finance and

technology ecosystem. The success of the first Paris Finance

Week, with just under 20 events running, encouraged us to

grow in 2020. If you want to organize an event, contact us!

Among the confirmed sessions we’ll have fascinating meeting

organized by Haus of Fintech, CFTE, Fintech Australia,

Finance innovation, the LHoFT, Digital Finance Forum, the

UK embassy, Le Swave, etc. Those new initiatives, added to

our already announced parties and to be announced side

events run by our other partners, will lead to a full week

packed with conferences and networking in Paris… it’s time

to save the dates!

So, can you sum up why people should be in Paris in January?

There are three main reasons: to learn, to network and to

do business.

LEARN: With more than 130 panels, fireside chats and

pitches, gathering mainly CEOs and chairpersons from the

whole finance industry together, you will without doubt

learn more about the future of finance in the digital era than

you will anywhere else.

NETWORK: In the intimacy of the former French stock market

exchange in the center of Paris, everything will be done to

enable you to meet and interact with other attendees and

our astonishing speakers: through our lounges, dedicated

apps and the many lunches, dinners and parties that go on

around the Forum.

DO BUSINESS: Our partners and attendees come to do

business together. Over two days you will mainly meet

decision-makers from banks, insurance companies, regulators

and investors, as well, of course, as countless Fintechs from

all over the world. Three months of international business

meetings, packed into two days! And, of course, the

opportunity to spend a few days in the heart of Paris is in

itself a very good reason to join us!

The fifth edition of Paris Fintech Forum will take place on 28

& 29 January 2020 at the Palais Brongniart. You can find

information and book tickets to the event via the website,

www.parisfintechforum.com.

And follow all its latest news on Twitter @ParisFinForum.

BEAST MAGAZINE #16


250+

CEO speakers

160+

fintechs on stage

70+

countries

2600+

attendees


networking

Get ready for the 5 th Edition!

TICKETS ON SALE

parisfintechforum.com


32 #Business | FinTech

EMBRACING COLLABORATION

IN THE WORLD OF OPEN BANKING

BY ALEXANDRE KEILMANN

How is Open Banking currently transforming the financial services industry? BEAST met with Gael Denis (Partner, TMT* & Fintech

Leader, EY Luxembourg) and Patrice Fritsch (Principal, Payment Services Leader, EY Luxembourg) who tell us why the financial

sector needs to welcome such a disruption.

«Open banking includes the concept of a collaborative framework

in which banks and Fintech players offer to each other their

individualized services. Open banking as the next step of online

banking, offers intermediaries and Fintech providers the possibility

to interact with the banks and their clients,» explains Patrice

Fritsch. Gael Denis uses the term «marketplace bank», underlining

an additional aspect of the concept: an open ecosystem destined

to all players, from traditional banks to Fintechs, with specific

rules to follow, including: PSD2, GDPR and MiFID.

The experts also highlight the importance of APIs – application

programming interfaces – which play a central role in this new

world. They aim towards facilitating exchange and therefore

towards feeding the ecosystem, with no specific boundaries set,

allowing the creation of innovative services. «Open banking is to

the banking industry what unbundling was to the telecom sector.

It answers to three main trends that now drive our daily lives:

(1) customer empowerment as APIs allow users to decide the

information he/she wants to share, and who he/she wants to

share it with, (2) frictionless and fluid experiences, which require

collaboration between all counterparties and (3) more security as

it acts as a standardized control center dealing with the access

of data and permissions,» adds Gael Denis. Patrice Fritsch insists

on the enhancement of customer experience, which provides

new ways to interact with financial products and banks, and a

drastically improved timeliness, thanks to new technologies and a

dynamic competitive landscape. He also underlines the possibility

to access to a larger panel of services, significantly boosting the

diversification of products. He adds: «it allows the customization

of services in a world that is more and more global. Nowadays,

clients are eager to use a combination of services from different

institutions and providers. In this respect, open banking becomes

an important part of the newly created digital economy, with

hyperconnected customers, who need to access their services

at anytime, anywhere, and with any device».

According to both experts, there are numerous advantages for

banks, who will improve their operational efficiency

as well as ensuring client retention. «Partnerships

are becoming easier to conclude, in a world of

finance where interfacing new solutions and

dealing with legacy systems has historically been

painful and time-consuming,» they explain.

On the other hand, Fintechs benefit from an easy access to

clients and to the banks’ infrastructures. And in the long run,

these methods of working and the adoption of digital solutions

are boosting innovation. «In such an environment, defining

one’s role is key, for both the banks and startups,» highlights

Patrice Fritsch, «which role is a bank going to have in the

future? Will the Bank concentrate on product distribution or

on product manufacturing? What about providing other banks

with its own infrastructure? All the open banking players need

to figure out and define their role(s) as many models will coexist

and this profound transformation is already happening».

Banks are therefore facing challenges that can be turned into

opportunities. For instance, a successful product made available

in an open banking ecosystem could be very attractive and allow

the players to reach more customers. «Just like in the music and

hospitality industries, any transition needs a reinvention. Our

world is changing and it is absolutely crucial to define the role(s)

you want to take in the current, and future, environment. The

services of tomorrow are yet to be tailored» they underline. The

regulation-side is also pushing banks to dive into open banking:

GDPR, PSD2 and MiFID II have been implemented to support the

development of the digital economy by notably protecting the

clients, lowering the costs and advocating transparency.

Luxembourg, just like any other country, will face several

challenges in this open banking world, yet, it is well equipped

thanks to its stable ecosystem fueled by the collaboration

between most actors. «We are seeing more cross-sector

exchanges happening, mixing notably ICT and financial services.

That’s what’s Luxembourg has been doing for the past 15 years,

leveraging the strength of its main pillars that are digital and

finance. Fintech, in this respect, becomes the perfect blend

between those two sectors,» add the experts. According to

Gael Denis, transformation echoes with globalization, with more

clients coming to Luxembourg, making it more international than

ever. «We are working in connected international environments,

dealing with significant mass and volume. ICT and finance are

intermingling, supported by regulators and

by the government, all leveraging powerful

infrastructures. We must keep on

innovating and always be ambitious when

it comes to redefining our industries and

transforming ourselves,» conclude

Gael Denis and Patrice Fritsch.

BEAST MAGAZINE #16

*Technology, Media

& Telecommunications


34

#Entertainment | Events

MICE : LES TENDANCES

D’UN SECTEUR PLUS VIVANT

ET VIBRANT QUE JAMAIS

Au Luxembourg, les événements professionnels

continuent de convaincre les responsables

marketing qui n’ont de cesse de promouvoir

leur(s) activité(s), mais aussi aux DRH qui

récompensent leurs salariés. D’un autre côté,

les agences de communication évènementielles

mettent, elles, tout en œuvre pour offrir à ces

derniers des moments personnalisés et des

expériences uniques. Aujourd’hui, le secteur

MICE (Meetings, Incentives, Conferencing,

Exhibitions) se nourrit des tendances actuelles

en termes de technologies, bien-être ou encore

de respect de l’environnement : BEAST vous en

présente 6, toutes s’imbriquant parfaitement

l’une dans l’autre.

PAR ALEXANDRE

KEILMANN

#1

OUSTE LE PLASTIQUE, FAVORISONS LES MATÉRIAUX

RECYCLABLES ET LES ÉVÉNEMENTS DURABLES

Pour lutter contre la pollution des océans et préserver les

espèces animales et aquatiques, notamment, les entreprises sont

aujourd’hui appelées à créer des événements éco-responsables,

qui favorisent le «zéro plastique». Des équipements nécessaires

sont désormais disponibles et permettent de réduire l’impact

environnemental du secteur MICE : on privilégiera notamment

la vaisselle réutilisable ou les matériaux de récupération voire

biodégradables pour ses décorations, tout en sensibilisant le

public au tri et à cette démarche, en communiquant sur ses

bénéfices pour l’environnement. Au Luxembourg, dans le but

de lutter contre le plastique à usage unique et sous l’impulsion

de Carole Dieschbourg, Ministre de l’Environnement, du Climat

et du Développement durable, plusieurs groupes de travail ont

été organisés autour des thématiques suivantes : restauration,

bureautique et ménage, puis événement et communication.

#2

L’AVÈNEMENT DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE

ET RÉALITÉ AUGMENTÉE

Peu importe le secteur, les technologies d’AR

(Augmented Reality) et VR (Virtual Reality)

redéfinissent les façons de concevoir, promouvoir et

vendre les produits et services. L’événementiel ne

fait aucunement figure d’exception, ces nouvelles

technologies immersives ajoutant un côté participatif

et fédératif plébiscité par les visiteurs des salons et

autres conférences. La réalité augmentée permettra

notamment de présenter des produits dans leur futur

environnement, alors que grâce à la réalité virtuelle,

il est même possible de vivre l’événement, à distance,

comme si on y était. Les participants, s’ils sont équipés

d’un casque, peuvent ainsi se promener dans les

allées des salons, de leur bureau voire de leur canapé.

On parlera alors de marketing expérientiel, dans un

monde où l’expérience client/visiteur/employé est

au centre des préoccupations de toutes les sociétés.

Pour les professionnels de l’évènementiel, il est

aujourd’hui crucial de se démarquer dans un secteur

où la concurrence fait rage.

BEAST MAGAZINE #16


#Entertainment | Events

35

#3

LE BIEN-ÊTRE ET LA PERFORMANCE

AU CŒUR DE L’ÉVÉNEMENT

A l’image des équipes RH dans les sociétés, les organisateurs

d’événements misent aujourd’hui sur le bien-être des

visiteurs des salons et autres séminaires. Cela se manifeste

notamment par la présence d’espaces cosy et autres

stands proposant des coins relaxation, smoothies et autres

produits détox. Des défis peuvent également être organisés

lors de tels événements, faisant la promotion des activités

sportives, et insistant ainsi sur l’importance de la santé et

de l’exercice des participants. On notera également que le

tourisme du bien-être en lui-même est devenu un marché

énorme, notamment en Europe, avec l’explosion du nombre

de spas et hébergements natures, permettant aux gens

de se couper du monde et de déconnecter le temps d’un

weekend. Des menus plus sains, des pauses productives et

des défis sportifs pour engager les participants et leur faire

brûler quelques calories. En résumé : mieux manger, mieux

travailler, mieux vivre, tout simplement.

#4

BOOSTER LA PARTICIPATION DIGITALE

À TRAVERS LE MONDE

Le digital, s’il servait déjà à promouvoir votre manifestation,

fait désormais partie intégrante de chaque événement,

notamment avec des retransmissions en direct, bien connues

sous le nom de «live streaming». Celles-ci permettant

donc de toucher un public plus large et aux quatre coins

du monde, et donne la possibilité aux «participants»

d’intéragir directement et de partager leurs commentaires

et ressentis. Dans un environnement digital, qui prône fois

l’expérience visiteur (comme décrit précédemment) tout

en s’affranchissant des frontières et limites géographiques,

la participation digitale représente un enjeu crucial pour

les organisateurs et marques. Elles peuvent ainsi assez

facilement booster leur ROI mais aussi leur communication,

car la vidéo est depuis quelques années un important levier

d’engagement. Pour preuve, elle est incontournable dans

les stratégies marketing.

#5

EVITER LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

ET MISER SUR LES PRODUITS LOCAUX

Nous abordions précédemment la démarche

«zéro plastique», que l’on peut étendre jusqu’au

«zéro déchet», et qui passera nécessairement

par un contrôle des quantités, et donc des coûts.

Le tri et la sensibilisation jouent également

un rôle important : il est alors conseillé de

supprimer les poubelles traditionnelles, pour les

remplacer, à des endroits différents du salon ou

de la conférence par des coins thématiques :

recyclage, compost, énergie, et mêmes dons

pour les produits dont on voudrait se séparer.

Cette approche va également de pair avec les

circuits courts et le «manger local et de saison»,

plébiscité notamment par le ministère de

l’Agriculture au Grand-Duché. Cette stratégie

bénéficie aux agriculteurs locaux et permet

de réduire l’empreinte environnementale. Puis,

pour aller plus loin dans l’éco-responsabilité,

certains pourront opter, côté sanitaire, pour

des toilettes sans eaux. Par de telles méthodes,

on vise ainsi à créer des événements «positifs»

en eau.

#6

RACONTER DES HISTOIRES POUR CAPTIVER

LES PARTICIPANTS

Le «storytelling», où l’art de raconter des histoires, et le «brand content»

sont au cœur des stratégies de marketing, entre contenus, campagnes

et autres leviers qui permettent d’embarquer le prospect et futur client

dans un univers bien particulier, voire unique, correspondant à la marque…

il en est de même pour le secteur MICE qui, qu’il s’agisse de conférences,

de séminaires ou encore de cocktails de networking, doit poser un cadre

cohérent, allant de la thématique principale à la décoration du lieu, en

passant par la présence d’intervenants experts dans des domaines précis

et pointus. L’histoire globale de votre événement doit donc également

donner envie aux participants de partager leurs impressions, photos

et autres vidéos sur les réseaux sociaux. On pourra alors même parler

de «storyliving» : une expérience à part entière pour le visiteur et une

mission accomplie pour l’organisateur.

En d’autres termes, le storytelling – ou living – permet aujourd’hui,

de créer des impressions plus fortes et surtout plus durables auprès

des visiteurs, et combiné aux autres tendances discutées ci-dessus,

allant de l’apport technologique (réalités virtuelle, augmentée et live

streaming) au respect de l’environnement (zéro déchet et tout autant

de plastique), votre événement comprend tous les ingrédients afin de se

démarquer de ceux organisés de manière peut-être plus traditionnelle

par vos concurrents…

BEAST MAGAZINE #16


36

#Entertainment | Sports

CES SPORTS

QUI DÉBARQUENT

DIRECTEMENT

DE CHEZ

L’ONCLE SAM

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Les fans de NBA et autres sports US le savent bien : les organismes souffrent tout au

long de la saison lorsqu’il faut veiller jusqu’à 2h du matin pour suivre les matchs de son

équipe favorite. Fort heureusement, les diffuseurs américains et les têtes pensantes de

ces sports ont bien conscience du potentiel du marché européen et tentent d’adapter

les horaires de certains matchs, comme c’est notamment le cas le dimanche avec des

retransmissions en direct dès 19h ou 21h, heure européenne. Mais ils vont désormais

plus loin en débarquant dans nos stades pour des matchs officiels qui nous permettent

de vivre pleinement ces expériences «à l’américaine».

Le basketball, inventé dans les années 1890 au Springfield College dans le

Massachussetts, est l’un des sports les plus populaires en Europe et il s’exporte

magnifiquement bien sur tous les continents. On sait depuis quelques mois que

la NBA (National Basketball Association) s’arrêtera à Paris en janvier 2020, avec

un match à l’AccorHotels Arena de Bercy, entre les Bucks de Milwaukee emmenés

par le MVP (Most Valuable Player, meilleur joueur) de la saison dernière, Giannis

Antetokounmpo, et les Hornets de Charlotte, la franchise d’un certain Michael

Jordan, où joue notamment le français Nicolas Batum. Après avoir vu des matchs

de pré-saison se dérouler en Italie, en France, en Allemagne ou encore en Espagne,

puis après les matchs de saison régulière à Londres ses dernières années, la NBA

pose donc ses valises à Paris pour un match officiel avec un véritable enjeu.

Comme l’expliquait Adam

Silver, le commissionnaire de

la ligue, «le NBA Paris Game va

célébrer la croissance globale

du basketball dans l’une des

plus belles villes du monde. La

France comptant le nombre

de joueurs européens record

dans la ligue, nous sommes

impatients de réunir les fans

de basketball de toute l’Europe

pour le premier match de

saison régulière à Paris». Les

billets risquent quant à eux de

se vendre comme des petits

pains, et en quelques minutes

seulement… Les chanceux se

donneront rendez-vous le

24 janvier prochain dans une

AccorHotels Arena survoltée.

Pour la première fois et après

des matchs au Mexique, Japon

et Australie, le baseball et

sa ligue reine, la MLB (Major

League Baseball), ont opté

pour l’Europe à l’occasion des

«MLB London Series» qui se

sont déroulés dans la capitale

anglaise les 29 et 30 juin

derniers. Pour l’occasion, les

deux rivaux historiques, les

Boston Red Sox et les New York

Yankees, se sont affrontés à

deux reprises.

BEAST MAGAZINE #16


#Entertainment | Sports

37

Au total, ce sont 120 000

billets qui ont été vendus en

45 minutes : une véritablement

opération conquête et

séduction pour la MLB, car le

baseball n’est qu’assez peu

populaire en Europe. Le succès

de cette première édition

ayant été au rendez-vous, les

organisateurs ont d’ores-etdéjà

annoncé la reconduction

de l’événement l’an prochain.

Parmi les spectateurs, on a

notamment pu apercevoir le

Prince Harry et son épouse

Meghan Markle, qui en ont

également profité pour rendre

visite aux deux équipes avant

la rencontre. La deuxième «MLB

London Series» se déroulera

toujours dans le sublime et

récent London Stadium datant

de 2012, les 13 et 14 juin

2020, avec deux équipes tout

aussi mythiques : les Cardinals

de Saint-Louis et les Cubs

de Chicago. «Après la rivalité

historique entre Red Sox et

Yankees, c’est une formidable

nouvelle pour les fans de MLB

résidant à Londres de retrouver

les Cardinals et les Cubs l’an

prochain.

Il s’agit d’une nouvelle preuve que Londres est l’un des villes les plus sportives

au monde et qu’elle accueille les meilleures équipes,» soulignait d’ailleurs Sadiq

Khan, le maire de Londres.

Mais aux Etats-Unis, le sport roi reste le football (américain) et son sensationnel

Superbowl qui chaque année rassemble des millions de téléspectateurs allant de

l’Europe au Japon. Cet événement signifie également une compétition furieuse

entre les marques qui mettent le paquet pour se démarquer avec des spots

publicitaires dignes de blockbusters tournés à Hollywood... Nécessairement, la NFL

a dépassé les frontières physiques de l’Amérique du Nord, et ce depuis une dizaine

d’années avec un premier match entre les New York Giants et les Miami Dolphins

en 2007, dans l’antre de Wembley. Dès 2015, la ligue a signé un partenariat d’une

durée de 10 ans avec le club de Tottenham pour l’organisation de deux matchs

par année dans son stade flambant neuf. Celui-ci, le Tottenham Hotspur Stadium,

a été inauguré en avril 2019. Les premiers matchs viennent d’avoir lieu au mois

d’octobre : les Oakland Raiders se sont défaits des Chicago Bears, puis ce sont les

Carolina Panthers qui ont battu les Tampa Bay Buccaneers. Il ne s’agit pas pour

autant d’un contrat d’exclusivité, d’autres matchs ayant encore lieu dans le stade

de Wembley. Ainsi, à la fin de la saison 2019-2020, une seule des 32 équipes de

la NFL n’aura pas encore disputé de match officiel à l’international : il s’agit des

Green Back Packers d’Aaron Rodgers. D’autant plus surprenant pour l’équipe la

plus titrée de l’histoire de la ligue nord-américaine de football.

Tout aussi surprenant : c’est bien la NHL (National Hockey League) qui a l’histoire

la plus ancienne en Europe, car c’est effectivement le sport US qui nous semble

être le moins médiatisé sur le Vieux Continent… Pourtant, les premiers matchs

ont eu lieu avant même la première guerre mondiale. C’est en 1938 que les

Detroit Red Wings et Montreal Canadiens ont conclu une série de neuf matchs, à

Londres et à Paris. Par la suite, de nouvelles rencontres entre des équipes nordaméricaines

ont été organisées en Europe, en 1959, alors que des oppositions

contre des équipes européennes se sont déroulées en 1978, 1979, 1980 et très

régulièrement jusqu’à aujourd’hui.

BEAST MAGAZINE #16


38

#Entertainment | Sports

Très récemment, et après plusieurs matchs de préparation

contre des équipes européennes en Allemagne et en

Suisse, les Chicago Blackhawks et les Philadelphia Flyers

ont débuté leur saison 2019-2020 à l’O2 Arena de Prague,

avec la victoire des Flyers, 4 à 3. Puis, c’est à Stockholm

que se sont affrontés à deux reprises les Buffalo Sabres et

le Tampa Bay Lightning. En effet, ce sport est populaire en

Suède et en République Tchèque, où les équipes nationales

performent au plus haut niveau lors de compétitions

internationales et sont régulièrement classées parmi les

meilleures nations mondiales.

Puis, comment ne pas aborder le «Soccer», tant il est

populaire aux Etats-Unis, notamment auprès de la

gent féminine. Si en Europe, et notamment en France,

les championnats féminins nationaux se développent

fortement ces dernières années, avec les excellentes

prestations des filles de l’Olympique Lyonnais ou encore

du PSG, les actions de marketing et communication pour

promouvoir la discipline, mais aussi le nombre de licenciées

sont encore bien loin de ce qu’on voit dans le pays de

l’Oncle Sam.

Pourtant, d’après une étude réalisée par Sporting

Intelligence en 2017, les joueuses de D1 en France sont

mieux rémunérées que les homologues américaines…dans

un pays où le «Soccer» est légion.

Ainsi, et avant même de remporter une quatrième coupe

du monde cet été, les footballeuses américaines ont décidé

de poursuivre leur fédération en justice : elles demandent

désormais une égalité salariale avec leurs semblables

masculins, mais aussi des conditions de travail similaires

avec des infrastructures de qualité équivalente. Mieux

encore, incarnées par leur capitaine Megan Rapinoe, elles

sont devenues de véritables symboles et porte-paroles

contre les injustices et discriminations subies au quotidien

par les minorités aux Etats-Unis.

Enfin, d’autres sports estampillés «Etats-Unis» et très ancrés

dans la culture nord-américaine, tels que Lacrosse, le Softball

ou encore l’Ultimate, s’ils sont très populaires auprès des

jeunes qui fréquentent les plus grandes universités, peinent

à dépasser leurs frontières, voire sont quasiment inconnues

sur le Vieux Continent… pour l’instant ?

© Richard Heathcote - Getty Images

BEAST MAGAZINE #16


40

#Entertainment | Movies

COMMENT LES

«BLOCKBUSTERS»

ASSURENT-ILS

LEUR PROMOTION ?

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Pour promouvoir la sortie de leurs plus gros films, les

producteurs, acteurs et autres parties prenantes,

accompagnés d’agences de communication créatives ne

lésinent pas sur les moyens. L’année 2019 a d’ailleurs été

riche en blockbusters, la preuve ci-dessous avec quelquesunes

des campagnes marketing et autres stratégies de

communication les plus innovantes et étonnantes de ces

derniers mois, entre sentiments de nostalgie, produits

dérivés et contenus générés par les utilisateurs.

C’est avec un site web débarqué tout droit des années 90 que MCU (Marvel Cinematic

Universe) a décidé de promouvoir son très attendu blockbuster «Captain Marvel», sorti en

février dernier. Une police «Comic Sans MS», des images animées on ne peut plus ringardes

et plus de couleurs que dans un arc-en-ciel : aucun détail n’a été négligé pour nous faire

plonger dans l’univers du film, qui se déroule dans les «nineties». L’opération a fonctionné

à merveille : en effet, à ce jour, le site compte plus de 13 millions de visites, et le film,

donnée plus importante, a généré plus d’un milliard de dollars de recettes mondiales.

Suite logique de Captain Marvel dans l’univers Marvel, «Avengers: Endgame» a rencontré le

succès espéré, après avoir opté pour une campagne de communication 360 et multicanal.

A quelques semaines de la sortie de films, les Avengers avaient envahi nos abribus, alors

que les teasers voyaient les fans réfléchir aux sorts de leurs héros favoris. Intéressonsnous

également aux nombreux partenariats noués avec les marques telles que Google,

Coca-Cola, Audi, ou encore Hertz : des publicités co-brandées, pour promouvoir le film

d’un côté aux heures de grande écoute, et permettant aux marques de bénéficier de la

popularité des superhéros de l’autre.

Will Smith dans le rôle du Génie ? Oui, dans l’adaptation du dessin animé de Disney, «Aladdin»,

datant de 1992. Pour ce «remake» version 2019, la promotion s’est principalement articulée

autour du personnage interprété par Will Smith, qui avec son talent et son humour, a fait

le tour des plateaux TV, avec notamment des participations dans les talkshows de Jimmy

Kimmel et Ellen DeGeneres. A la fin de l’année passée, l’acteur avait déjà «teasé» le film via

son compte Instagram, en y partageant les premières affiches. Plus tard, des opérations de

street – ou guérilla – marketing ont été menées aux quatre coins du monde, et notamment

en Espagne, avec une réplique du tapis d’Aladdin, garée sur le parking d’un cinéma du

groupe Kinepolis.

BEAST MAGAZINE #16


#Entertainment | Movies

41

Les fans de la première heure n’en pouvaient plus d’attendre son retour et ils ont été gâtés :

«John Wick 3», l’ancien tueur à gages, a débarqué dans les salles en mai dernier. Avant

cela, de nombreuses bande-annonces avaient été disséminées, et notamment «Bullet

time», reprenant les codes de Matrix, trilogie dans laquelle avait joué Keanu Reeves… aux

côtés de Laurence Fishburne, également présent dans ce teaser. De quoi rappeler de bons

souvenirs aux fans des deux sagas. De plus, cette promotion a été assurée sur les réseaux

sociaux traditionnels – Facebook, Twitter, Instagram – mais aussi sur Reddit, une plateforme

communautaire qui permet un fort engagement des fans !

Un autre retour était très attendu cet été, après 9 ans d’absence : il s’agit de celui de

Woody, Buzz l’Eclair ou encore Monsieur Patate, dans «Toy Story 4». En plus des campagnes

traditionnelles, les producteurs de Toy Story et leurs agences de communication, ont

opté pour des partenariats avec plusieurs marques : Alaska Airlines a habillé l’un de ses

avions de stickers représentants les personnages principaux du film, Kellogg’s a lancé pour

l’occasion des boites de céréales en série limitée, alors que McDonald’s a inséré des jouets

à l’effigie de Woody et consorts dans ses menus pour enfants.

Pour donner une nouvelle jeunesse à l’un de ses classiques, «Roi Lion», Disney a troqué

les dessins animés pour l’animation 3D, avec Jon Favreau à la baguette. En plus des canaux

que l’on connait, l’équipe du Roi Lion et Twitter ont organisé un événement réservé à

quelques influenceurs, les soirées du 4 Juillet – Independence Day – ont été sponsorisées

par le film dans différentes villes dont Los Angeles et Miami, … Puis, le Grand-Duché

a également eu droit à son action de street marketing, organisée par Kinepolis et orchestrée

par Folie Royale, consistant en plusieurs «flashmobs» se déroulant à Luxembourg-Ville

et dans quelques centres commerciaux : on y retrouvait une troupe de danse africaine

accompagnés d’échassiers.

Le premier spin-off de la saga Fast & Furious, intitulé «Hobbs & Shaw», enregistre

notamment l’arrivée d’Idris Elba dans le rôle du «super villain» et réunit surtout The Rock

et Jason Statham. La rivalité entre les deux héros, aux styles diamétralement opposés a

été au cœur de la promotion du film, notamment lors de leurs participations respectives

à des talkshows nationaux. C’est donc une stratégie de «storytelling» qui a été plébiscitée

sans que l’histoire du blockbuster ne soit véritablement abordée. Une pub avec les deux

nouvelles vedettes de la NBA, Zion Williamson et RJ Barrett, tous deux issus de la même

université, a également été diffusée : les deux anciens coéquipiers deviennent désormais

rivaux. A l’inverse de Luke Hobbs et Deckard Shaw, qui doivent désormais travailler en

équipe.

«Once Upon a Time in Hollywood» est sans contestation possible l’un des blockbusters de

l’année : tous les ingrédients sont réunis, entre une réalisation signée Quentin Tarantino

et un casting de rêve, Brad Pitt et Leonardo DiCaprio en tête, sans oublier Margot Robbie.

Les traditionnels posters et trailers ont directement plongé les potentiels spectateurs dans

les années 60 : on notera que la première vidéo promotionnelle diffusée sur YouTube

compte près de 20 millions de vues. Le titre et l’histoire du film appelaient nécessairement

la production de visuels impactant, affichés sur les billboards, tout particulièrement à Los

Angeles. La première de Once Upon a Time in Hollywood s’est quant à elle déroulée au

festival de Cannes, marquant par la même occasion le 25ème anniversaire de Pulp Fiction,

et auréolée d’une standing ovation… la meilleure des promotions possibles !

BEAST MAGAZINE #16


42 #Entertainment | TV Shows

LA GUERRE DIGITALE

DES SERVICES DE VIDÉOS

EN LIGNE EST BIEN LANCÉE

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Les annonces pleuvent et font réagir les fans, notamment sur les réseaux sociaux : cet hiver, puis

l’année 2020 promettent l’arrivée de nouvelles plateformes de streaming vidéos, et la diffusion de

séries qui font déjà saliver. Les héros des saga Star Wars et Marvel, puis bien d’autres seront de la

partie, pour le plus grand bonheur des initiés et autres spectateurs avides de divertissement au

fond de leur canapé.

Depuis maintenant quelques années, les plateformes de streaming offrent de nouvelles expériences aux (télé)

spectateurs qui délaissent ainsi les chaines de télévision et les services de VOD plus traditionnels… Aujourd’hui,

le leader se nomme toujours encore Netflix, fort de ses 150 millions d’utilisateurs dont plus d’un tiers aux Etats-

Unis. Poussés par les géants du web, entre Amazon et Apple, mais aussi par les rois du divertissement, avec

Disney et Warner, de nouveaux services de streaming vidéos proposeront de nouveaux programmes originaux

qui risquent bien de redistribuer les cartes.

Ils font les gros titres…

Bien qu’il ne soit pas encore disponible au Luxembourg – il devrait falloir patienter jusqu’à mai 2020 – Disney+

est désormais disponible aux Etats-Unis, au Canada ainsi qu’aux Pays-Bas. Depuis les premières annonces du

lancement de la plateforme dès 2017, les titres et productions originales enflamment les réseaux sociaux :

«The Falcon and the Winter Soldier», «She-Hulk» et d’autres pour l’univers Marvel, «Obi-Wan Kenobi» et «The

Mandalorian» pour mettre en avant certains protagonistes de la saga Star Wars, mais également des séries

d’animation avec les héros Pixar et Disney. En plus de cela, la plateforme est la nouvelle maison exclusive des

blockbusters produits par le passé par Disney, avec entre autres les aventures des différents Avengers et celles

de la famille Skywalker.

HBO Max, qui jouit toujours encore du succès de Game of Thrones (la série était diffusée sur la chaine privée

HBO) et qui fait partie du groupe WarnerMedia Entertainment, devrait débarquer aux Etats-Unis au printemps

2020, commence annoncé en juillet dernier. En plus d’avoir d’ores-et-déjà signé un deal avec BBC Studios

pour la diffusion de séries à succès telles que Docteur Who ou la version britannique de The Office, la nouvelle

plateforme prévoit de créer ses propres contenus et notamment une série intitulée «Gremlins: Secrets of the

Mogwai» mais aussi un spin-off du roman de science-fiction de Frank Herbert, appelé «Dune: The Sisterhood».

Dès son lancement, HBO Max devrait proposer plus de 10 000 heures de programmes, de quoi passer quelques

soirées d’hiver au coin du feu.

BEAST MAGAZINE #16


#Entertainment | TV Shows

43

Puis, l’arrivée en cette fin d’année d’Apple TV+ promet

également transformer le marché «streaming» tant le géant

américain excelle dans chacune des innovations qu’il porte,

lui qui a notamment révolutionné l’usage du smartphone

avec la sortie de l’iPhone. Et la marque à la pomme annonce

déjà la couleur : Steven Spielberg redonnera vie à sa

série fantastique culte «Amazing Stories», Jason Momoa

(le récent Aquaman de DC Comics et Khal Drogo dans

Game of Thrones) tiendra le rôle principal dans la série

apocalyptique «See», et Oprah Winfrey travaille déjà sur

deux séries-documentaires.

Une future concurrence venue d’Asie ?

Côté chinois, iQiyi, appartenant à Baïdu, le «Google de

l’Empire du Milieu», qui, s’il n’a pour l’heure pas encore

développé ses propres contenus, a commencé par racheter

des séries Netflix, et notamment Black Mirror et Stranger

Things. Pour continuer dans cette lancée et sans doute

étendre ses activités – également au-delà de ses frontières

–, il a lancé son introduction en bourse aux Etats-Unis

pour récolter quelques 2,25 milliards de dollars… De quoi

faire décoller la plateforme et conquérir le pays d’Amérique

du Nord ?

Puis, il existe aussi la plateforme Youku, filiale Alibaba,

l’un des groupes web les plus puissants au monde opérant

notamment dans le domaine des paiements électroniques,

et œuvrant pour une meilleure inclusion financière.

D’après les derniers résultats trimestriels publiés par

Alibaba à la mi-août, Youku a enregistré une augmentation

du nombre de ses inscriptions de 40% sur une année. Dans

ce rapport, le groupe rappelle également son intention de

créer des contenus originaux de qualité.

Les anciens redoublent de créativité

Les Netflix, Prime Video (anciennement Amazon Video on

Demand) et Hulu (qui appartient d’ailleurs en majorité à

The Walt Disney Company), conscientes de cette nouvelle

– voire future – concurrence accrue vont dès lors devoir

faire preuve d’inventivité pour surprendre et conserver

leurs utilisateurs. Pour les mois à venir, les plateformes

ont d’ores-et-déjà communiqué sur l’arrivée de nouvelles

séries qui devraient résonner auprès de la masse. On

pense notamment à des titres tels que «Dracula» produit

par les showrunners anglais Steven Moffat et Mark Gatiss

pour Netflix, «Star Trek: Picard» avec Sir Patrick Stewart

dans le rôle de l’amiral Jean-Luc Picard qui sera diffusé sur

Prime Video à l’international et également aux aventures

de l’anti-héros de l’univers Marvel «Ghost Rider», que l’on

retrouvera sur Hulu. En attendant la diffusion de ces séries

et l’arrivée de leurs nouveaux concurrents qui s’annoncent

extrêmement compétitifs tant au niveau du prix qu’au

niveau des contenus, BEAST partage avec vous sa petite

sélection perso pour chacune des trois plateformes

«historiques» de streaming.

#1 MINDHUNTER – USA

Thriller/Policier, 2 saisons

#2 LE PARFUM – Allemagne

Drame/Policier, 1 saison

#3 13 REASONS WHY – USA

Teen Drama, 3 saisons

#1 THE MAN IN

THE HIGH CASTLE – USA

Histoire alternative, 4 saisons

#2 HOMECOMING – USA

Thriller psychologique, 1 saison

#3 GOOD OMENS – Royaume-Uni

Fantastique, 1 saison

#1 RUNAWAYS – USA

Superhero, 2 saisons

#2 WU-TANG:

AN AMERICAN SAGA – USA

Drame, 1 saison

#3 INTO THE DARK – USA

Horreur, 2 saisons

BEAST MAGAZINE #16


44 #Entertainment | Music

THE TOP 5 TRACKS

OF SEPTEMBER

FROM 1959 TO 2019

PAR ARNAUD MEISCH

1

Hangin’ Tough

New Kids On The Block

2

Cold Hearted

Paula Abdul

1

1 1

Sweet Sounds

The Browns

Honky Tonk Women

The Rolling Stones

My Sharona

The Knack

2

2 2

Sleep Walk

Santo & Johnny

Sugar, Sugar

The Archies

After The Love Has Gone

Earth, Wind & Fire

3

3 3

I’m Gonna Get Married

Lloyd Price

A Boy Named Sue

Johnny Cash

Good Times

Chic

4

4 4

Sea of Love

Phil Phillips

Green River

Creedence Clearwater Revival

Don’t Bring Me Down

Electric Light Orchestra

5

5 5

Til I Kissed You

The Everly Brothers

Get Together

The Carpenters

The devil went down to Georgia

Charlie Daniels Band


#Entertainment | Music

45

3

4

5

Don’t Wanna Lose You

Gloria Estefan

Heaven

Warrant

Right here waiting

Richard Marx

1

1

1

Bailamos

Enrique Iglesias

I Gotta Feeling

The Black Eyed Peas

Señorita

Shawn Mendes

& Camila Cabello

2

2

2

Unpretty

TLC

Down

Jay Sean ft. Lil Wayne

Bad Guy

Billie Eilish

3

3

3

Summer Girls

LFO

Party In The U.S.A.

Miley Cyrus

Don’t Call Me Angel

Ariana G., Miley C. & Lana D. R.

Source : pudding.cool/2017/03/music-history/

4

Genie In A Bottle

Christina Aguilera

Lost in You

Garth Brooks

5

4

Use Somebody

Kings Of Leon

5

You Belong With Me

Taylor Swift

4

I Don’t Care

Ed Sheeran & Justin Bieber

Circles

Post Malone

5


46

#Art | Photos

«LA PHOTOGRAPHIE,

C’EST LA LUMIÈRE ET L’ÉMOTION»

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Il se décrit comme un artisan de la photographie, passion qui

l’anime depuis l’adolescence et son premier appareil photo

d’occasion : Dominique Gaul est une figure bien connue dans

la province du Luxembourg et au Grand-Duché. Toujours armé

de son appareil photo, il partage avec BEAST sa définition de

l’art photographique et discute de son évolution, voire de sa

transformation dans un environnement digital. Tout en distillant

bien sûr ses précieux conseils.

La passion comme moteur

«J’ai acheté mon premier appareil à l’âge de 13 ans : il s’agissait

d’un Yashica Electro 35, d’occasion. Puis, à cette même époque,

il y avait un photo club à l’Athénée d’Arlon animé par le

professeur de chimie, Monsieur René Gueibe. C’est là que j’ai

assisté pour la première fois à la magie de voir se former l’image

dans le bain d’hydroquinone, sous la lumière rouge de la lampe

inactinique...» débute Dominique Gaul. Sa passion était alors

née… et ne l’a jamais quitté. Après une première vie en tant

que banquier indépendant dans sa Belgique natale, Dominique

Gaul est de retour à ses premières amours, officiant désormais

en tant que «photographe freelance» dans le plat pays et

principalement du côté du au Grand-Duché.

Celui qui décrit aujourd’hui la photographie comme «la lumière

et l’émotion», diffuse également sa passion via l’organisation

d’ateliers au Luxembourg. «La plupart du temps, mes élèves

s’inscrivent car ils ne savent pas véritablement utiliser leur

appareil photo, qui d’ailleurs devient, je trouve, de plus en plus

complexe,» explique Dominique Gaul. Pour lui, dans un groupe,

le photographe est celui qui va traduire ce que personne d’autre

n’aura remarqué dans un même endroit. C’est cette approcheci

de la photographie qu’il aime tant partager : «en plus de la

maîtrise du matériel, il me semble indispensable de former le

regard, de le nourrir par des visites d’expositions, par la lecture

de monographies, par la rencontre d’autres photographes, entre

autres». Cependant, et comme le souligne Dominique Gaul, il

n’y a aujourd’hui pas de terme pour différencier l’amateur du

professionnel : celui qui s’exprime avec un appareil photo est un

photographe… Dominique Gaul y apporte sa propre distinction :

«Pour moi, le professionnel est celui qui gagne de l’argent avec

son appareil, l’amateur est celui qui dépense son argent pour

son appareil... le professionnel conserve longtemps son matériel,

il le connaît : celui-ci répond à ses besoins et à ceux de ses

clients. L’amateur averti va acheter les derniers modèles pour

bénéficier des dernières technologies».

Dès lors, ses ateliers s’adressent à des photographes

amateurs soucieux de prendre du plaisir à créer leur propre

vision photographique, et pour certains leur propre écriture

photographique. Ils pourront alors aller jusqu’à exposer ou

éditer leurs photos mais ne leur permettra pas de devenir

photographe professionnel, sauf exception ! Son conseil ?

Rester soi-même. «La technique ne doit pas handicaper

leur spontanéité naturelle, elle est l’outil de leur art, pas sa

finalité. En effet, la photographie est un art, elle est plus

proche de la peinture que de la technologie. Mes élèves

s’épanouissent en créant. Faire plutôt que comprendre.

C’est parfois déstabilisant !» s’exclame Dominique Gaul.

Entre numérique et instantanéité, la créativité

reste au cœur de l’art photographique

Pour celui-ci, le fait de constamment s’interroger est l’un des

éléments centraux de la création photographique. Il explique

: «dans l’acte même de photographier, il est important de

s’interroger sur les choix qui vont structurer le cadre, les choix

qui vont guider le regard du spectateur de la photographie.

Le premier spectateur est le photographe lui-même, et ses

interrogations vont orienter le regard des autres spectateurs

de sa photographie pour qu’ils y voient ce qu’il a voulu

montrer». Comme le disait Alain Janssens dans son ouvrage

«Temps Brassé», paru en 2005, et dont Dominique Gaul est un

fervent adepte, «une bonne image est une image qui échappe

au texte, ou plus exactement une bonne image est une image

qui est en avance sur le texte, plus l’avance est grande et

forte, plus l’image résiste au temps».

Si la transformation digitale impacte aujourd’hui toutes les

industries, le secteur de la photographie a d’ores-et-déjà connu

sa révolution, avec l’avènement du numérique et la disparition

de certains acteurs traditionnels, comme par exemple Kodak.

Comme l’explique Dominique Gaul, «assez paradoxalement,

le support numérique est une révolution car il démocratise la

photographie bien qu’il ne change en rien ses fondamentaux».

En effet, un diaphragme, un obturateur et une surface sensible

devenu capteur, un boîtier et un système optique restent

les éléments constitutifs de l’appareil photo, et ce depuis sa

création au XIXème siècle. «Le principal changement vient

du traitement des prises de vue, le passage de la mythique

chambre noire à la chambre blanche avec l’utilisation de

l’ordinateur et des logiciels photos,» souligne le photographe

chevronné.

BEAST MAGAZINE #16


#Art | Photos

47

Pour Dominique Gaul, la photographie argentique ou analogique était réservée,

par sa complexité et par la nécessité de matériel spécifique coûteux, à un

nombre restreint de personnes, entre maîtrise de la chambre noire, chimie

photographique, agrandisseur, lumière inactinique, etc... «Je possède encore

un Leica M6, l’appareil emblématique des photo reporters du 20 ème siècle, et

expose une dizaine de films par an, dans une approche artistique pure, car

il est impossible de travailler professionnellement avec des films argentiques

au XXI ème siècle… Tout doit aller très vite, alors que le film argentique, N&B

notamment, c’est l’éloge de la patience !» souligne le photographe. Car

aujourd’hui, la simple possession d’un smartphone et les multiples modes

automatiques facilitent la multiplication des photographies et des photographes :

«quelque part, et grâce au numérique, nous sommes tous des photographes et

notre environnement est envahi d’images. C’est selon moi le point négatif du

numérique, car trop d’images tue la photographie !» Dominique Gaul s’interroge

alors : «dans un tel environnement, le photographe professionnel ou l’auteur

photographe a-t-il toujours sa place ?» Sans l’ombre d’un doute, car, dans un

groupe, le photographe est celui qui va voir ce que les autres ne verront pas.

Contrairement au peintre, il doit créer avec la réalité des choses, il ne peut

photographier que du concret, il est limité par le réel. L’art du photographe est

donc de structurer ces éléments du réel pour les mettre en phase avec son

univers intérieur. Il est témoin de son temps : faire une photo, c’est mémoriser

un moment qui n’existe plus. Dès lors, la photographie d’actualité - par son

instantanéité - peut devenir également, avec le temps, devenir historique ou

artistique. «Et, au fil des années, et avec la pratique, l’auteur photographe

développera une écriture photographique, un style. Et peu importe le matériel

utilisé pour capter la lumière, c’est cette lumière qui fera la photographie,»

souligne Dominique Gaul.

© Dominique Gaul

Après plusieurs années à pratiquer et vivre sa passion, le photographe natif

de Belgique avoue avoir réalisé l’un de ses rêves, sans même le chercher : «en

participant à l’organisation du festival photographique d’Arlon, «les Rencontres

Photographiques», j’ai eu la chance de rencontrer, d’inviter et d’exposer mon Maître

en photographie de Jazz et plus largement en photographie humaniste : Guy Le

Querrec». Qu’il soit en en reportage pour un client, en randonnée en Écosse ou

dans un spectacle de cirque ou de danse, sa démarche photographique reste

inchangée : jouer avec la lumière et avec son cadre. Il ajoute : «qu’importe le

sujet, la recherche est permanente et j’adore sortir de ma zone de confort, plus

la lumière sera complexe, plus le défi deviendra plaisir». Pour le photographe,

qui a déjà eu l’occasion de capturer des moments uniques aux quatre coins du

monde, de l’US Open au Cirque Eloïze en passant par les somptueux panoramas

écossais et le DécaStar, le prochain rêve n’est autre que de photographier sa

campagne, son village, sa rue, son voisin... «Souvent on m’interroge : qu’est-ce

qu’une belle photo ?» ajoute Dominique Gaul, avant de continuer : «Il n’existe

pas de réponse toute faite, mais de nombreuses interprétations : celle qui guide

le regard du spectateur et celle qui le distrait. Celle qui raconte une histoire sans

texte. Celle qui n’est pas dans la lumière. Celle où le flou est vivant. Et bien plus

encore. Nul besoin d’aller au bout du monde pour se réaliser en photographie,

il suffit d’aiguiser son regard du quotidien.» En guise de conclusion, il cite une

nouvelle fois le photographe Alain Janssens : «Ne pas faire une photographie

de ça. Mais faire de ça une photographie».

Photographies de Mandy Minella et de Cori (Coco) Gauff au dernier Open

de Luxembourg et de Nafissatou Thiam au dernier DécaStar de Talence.

BEAST MAGAZINE #16


48

#Art | Fashion

FASHION

TECH : VERS

UNE MODE

PLUS

RESPONSABLE

PAR LOUISE NIEDZIELSKI

Entre le monde de la mode et celui des nouvelles technologies,

la frontière n’a jamais été aussi mince. Dans une société où les

problématiques environnementales ne cessent d’accroitre, la

FashionTech est en pleine ébullition. Par-delà le mélange entre

mode et technologie, la celle-ci porte le souci d’une discipline

plus éthique qui se soucie de son environnement, car en effet, la

mode est, après l’industrie du pétrole, le deuxième me secteur

le plus polluant au monde.

L’IMPACT DE LA MODE SUR LA PLANETE BLEUE

80 milliards

de vêtements

sont fabriqués

chaque année

dans le monde

Née dans les années 1980, la FashionTech commence à se

développer de manière significative dans les années 2000 avec

la commercialisation de premiers produits mélangeant mode et

technologies. Souvenons-nous des premiers bracelets capteurs

d’activités qui permettaient de mesurer notre activité physique

ou encore des premières montres connectées, accessoire

tendance à l’allure d’une montre et possédant de nombreuses

fonctionnalités semblables à celle d’un smartphone. Depuis

sont nés des parapluies connectés qui vous informent quand

il va pleuvoir, qui vous envoient une notification si vous avez

le malheur de l’oublier quelque part, ou encore une veste

qui vous permet d’utiliser certaines fonctionnalités de votre

smartphone, simplement en touchant votre manche gauche...

Des innovations qui à l’heure du digital révolutionnent le

secteur de la mode, mettant l’utilisateur au centre de ses

préoccupations en lui proposant des fonctionnalités utiles, qui

lui facilitent la vie....

1,2 milliard de tonnes

de gaz à effet de serre

Plus que le trafic maritime

et les vols internationaux réunis.

Depuis, la Fashion Technologie prend de plus en plus d’ampleur

et de nouveaux concepts révolutionnaires voient le jour. Un

évènement lui est même dédié chaque année depuis 2014 :

la « FashionTech Week » a lieu en France, au cœur de Paris,

capitale de la mode. Elle rassemble les pratiques émergentes,

les conceptions innovantes et les initiatives récentes de la mode

actuelle. En termes de productions créatives, nous pouvons

citer une multitude de concepts tel que le tatouage éphémère

intelligent « DuoSkin » conçu par le Massachusetts Institute of

Technology et Microsoft Research.

BEAST MAGAZINE #16

80%

Chaque année 80%

des vêtements achetés

en Europe finissent

à la poubelle.

L’industrie de la mode

produit 20% des eaux

usées mondiales et 10%

des émissions mondiales

de carbone.


Il ne s’agit que d’un prototype pour le moment mais

il permettrait de contrôler des appareils à distance

rien qu’en touchant sa peau, en la transformant, en

quelque sorte, en un écran tactile. Il pourrait également

transmettre des données.

Les sneakers connectés « Zhor Tech » créées à Nancy

par Karim Oumnia sont aussi un bel exemple d’innovation.

Décrites comme les chaussures du futur, elles sont

d’après leur créateur « une révolution technique et

médicale ». Pionnier dans le domaine des Smartshoes

(chaussures connectées), il a commencé par créer une

chaussure qui au- delà de protéger nos pieds peut les

réchauffer ou les refroidir via une simple connexion

Bluetooth. Aujourd’hui il voit plus loin et au-delà du

gadget il veut rendre la chaussure utile et intelligente en

lui apportant des fonctionnalités inédites pour améliorer

le bien être de l’utilisateur dans son quotidien, comme

éviter des blessures physiques et même détecter des

maladies.

Aujourd’hui, cette FashionTech évolue. Plus que la pure

création esthétique et la combinaison des nouvelles

technologies et de la Fashion, il s’agit de concilier

innovations textiles et conscience environnementale.

L’idée est de créer de la valeur tout en proposant des

manières de concevoir, de produire et de distribuer la

mode en se souciant de son impact environnemental.

Assurément, dans un monde où l’environnement est à

bout de souffle, les mentalités progressent et il n’est

plus question de fermer les yeux sur les conséquences

écologiques plus que dévastatrices de l’industrie du

textile. C’est pourquoi de nouvelles initiatives en faveur

de l’environnement made in FashionTech émergent.

L’impression 3D est une solution technologique plus

green qui permet premièrement de réduire le gaspillage

car celle-ci utilise seulement le matériel dont elle à

besoin pour un travail sur mesure, et deuxièmement de

réduire les besoins d’échanges et donc de transport car

les fabricants sont capables de produire leurs produits

directement en interne. Enfin, il est également possible

de transformer des déchets plastiques en filaments

d’impression qui pourront être réutilisés par l’imprimante

3D pour créer de nouveaux objets.

On notera l’utilisation de l’intelligence artificielle

pour améliorer la gestion des stocks et des

réapprovisionnements dans le but de mieux prévoir les

ventes, de les quantifier en fonction des tendances

actuelles ou encore des comportements des utilisateurs

pour ainsi éviter la surproduction et donc de limiter

les productions inutiles et les invendus... L’idée est de

prendre en compte dès la création des produits, les

gouts et la personnalité des consommateurs.

Nous créons des cocktails uniques

pour tous vos événements...

Services barman - Cocktails personnalisés - Bar mobile

+352 621 614 377

info@yourbartender.lu

www.yourbartender.lu


50 #Art | Fashion

La réalité virtuelle se fait progressivement une place dans le

domaine du e-commerce : de multiples plateformes de vente en

ligne ont intégré cette solution pour proposer une expérience

unique à ses utilisateurs. Cela leur permet « d’essayer » avant

même d’avoir acheté en pré visualisant le produit souhaité sur

eux-mêmes. Et elle est aussi la solution efficace pour diminuer

le nombre de retours, ce qui permet de réduire les coûts et

l’empreinte environnementale.

Plusieurs entreprises se sont également lancées le défi d’allier

mode et technologie pour créer de l’énergie renouvelable.

En effet, de nombreux vêtements capables de charger nos

appareils portatifs que l’on utilise quotidiennement tel que les

smartphones ont récemment vu le jour. Ils sont fabriqués à

partir de cellules photovoltaïques qui captent l’énergie solaire

et la redistribuent. Il est donc désormais possible d’associer

style et économie d’énergie.

Récemment une société finlandaise de recyclage LSJH,

Spectral Engines spécialisée dans la fabrication de capteurs de

matériaux ainsi que l’université des arts appliqués de Lahti, en

Finlande ont élaboré une technique de tri automatique des

déchets textiles. Il s’agit d’une technologie de reconnaissance

qui fonctionne grâce à un capteur infrarouge qui reconnait les

matériaux utilisés pour chaque vêtement d’après une base de

données définit au préalable. Cette technique déjà utilisée dans

le tri des emballages en plastique apparait comme une véritable

aubaine dans le domaine du textile qui est aujourd’hui trié

manuellement en se basant sur les étiquettes de composition

présentes à l’arrière de nos vêtements, et que nous coupons

généralement. Cependant, si nous voulons recycler chaque

vêtement, il est essentiel de pouvoir connaitre sa composition

exacte.

1

NOTRE SÉLECTION :

Et c’est grâce à ce tri des déchets que de nouveaux créateurs

émergent dans le domaine de la Fashion Technologie. Beatrice

Sangster Bullers, diplômée dans la mode, a dernièrement mis

au point des vêtements émotionnellement intelligents faits à

partir d’un mélange de matériaux recyclés alliés à l’intelligence

artificielle. Ceux-ci sont équipés de capteurs intégrés, ce qui

leur permet de changer visuellement selon l’humeur et les

émotions de la personne qui les porte. De quoi varier sa garderobe

avec un seul vêtement.

Dans une société ultra connectée où nous ne passons pas

une heure sans utiliser notre smartphone, de nouvelles

applications en faveur de la Fashion Technologie et de la cause

environnementale font fureur et créent un certain engouement

chez ses utilisateurs. En effet, une application comme DressClub

représente une véritable aubaine pour les enseignes, les

consommateurs et notre belle planète. D’une certaine façon

DressClub est un « Personal shopper » ou autrement dit un

assistant shopping. Elle permet de manière personnalisée de

trouver les meilleures promotions sur les sites en ligne de prêt

à porter. D’un coté, elle aide les marques à écouler leurs stocks

sans passer par la phase « déstockage » et donc une perte

d’argent. De l’autre, elle permet aux utilisateurs de trouver leur

bonheur au meilleur prix et en un clic. Enfin, elle évite tout le

désastre écologique que peut engendrer le transport d’un lieu

de stockage à un autre.

Pour résumer, la Fashion Technologie n’est plus seulement

la corrélation entre la mode et les nouvelles technologies :

elle met désormais les nouvelles technologies au service du

développement durable dans le secteur de la mode. Cette

nouvelle association ne cesse de croître... En effet, ces

concepts inédits et parfois même futuristes vont être de plus

en plus présents dans les rayons de vos magasins favoris. Le

chemin vers une industrie de la mode plus éthique est encore

long mais l’admettre, c’est commencer à marcher dans la bonne

direction !

8 by YOOX (1) : Une collection Homme & Femme conçue à partir de l’intelligence artificielle pour répondre

parfaitement aux envies des consommateurs.

Sac à dos intelligent by Google & Yves Saint Laurent (2) : Le premier sac à dos de luxe connecté. D’un simple

geste et grâce à un boitier très discret placé dans une sangle du sac, vous pouvez prendre des photos,

contrôler votre musique…

We+ar TRBL (3) : La marque lance des « t-shirts écran » qui permettent de diffuser

les images que l’on souhaite à l’aide d’une connexion Bluetooth.

Loomia (4) lance sa veste chauffante : Conçue pour les femmes et à l’allure élégante,

elle possède trois sections chauffantes à l’arrière qui offre confort, chaleur et discrétion.

4

3

BEAST MAGAZINE #16

2


#Art | Fashion

51

Lina WASSONG

3D Printing the Future of Fashion

BEAST MAGAZINE #16


52 #Science | Earth

L’ODYSSÉE

DE SIMON

BERNARD

POUR

ÉRADIQUER

LA POLLUTION

PLASTIQUE

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Avec plus d’un millier de milliards de déchets plastiques se

retrouvant dans les océans, à la surface ou dans les profondeurs

marines, on parle aujourd’hui de l’existence d’un «septième

continent». Les initiatives se multiplient alors pour éviter d’en

déverser davantage, mais aussi pour nettoyer les océans et

recycler ces tonnes de déchets. Avant de l’accueillir au Luxembourg

à l’occasion du Mobility Summit du 26 novembre prochain, BEAST

est allé à la rencontre de Simon Bernard, le co-fondateur de Plastic

Odyssey. Il nous parle ainsi de son ambitieux projet et de la cause

environnementale qu’il défend à travers celui-ci.

Comment vous est venue l’idée de créer Plastic Odyssey

Expedition ? Quels sont les chiffres (alarmants) que vous

pouvez partager avec nos lecteurs et qui concernent

notamment la pollution plastique ?

Je suis officier de marine marchande et passionné par l’Océan.

Un jour, alors que je faisais escale à Dakar, j’ai été frappé

par la pollution plastique mais aussi par la pauvreté de la

population locale. J’ai alors pris ma décision d’essayer de

résoudre ces deux problèmes en rendant accessibles des

systèmes permettant de transformer les déchets en ressource

pour les habitants.

Aujourd’hui, chaque minute, ce sont plus de 19 tonnes de

déchets plastiques qui sont déversés dans l’Océan dans le

monde entier. Ce plastique se décompose ensuite en micro

puis nano particules qui entrent dans la chaine alimentaire et

finit dans nos assiettes.

BEAST MAGAZINE #16

Une récente étude a estimé que nous ingérions chaque

semaine 5 grammes de plastique… soit l’équivalent

d’une carte bancaire !

Concrètement, en quoi votre projet consiste-t-il ?

Nous développons, avec l’aide de partenaires techniques,

des technologies de recyclage du plastique à la fois low

tech (simple à construire et à réparer) et open source

(sans brevet). Ces solutions seront partagées au monde

entier à l’aide d’un navire laboratoire du recyclage

qui sillonnera les océans. Ce navire de 40m partira en

2020 pour 3 années d’expédition le long des côtes des

pays les plus pollués. A chaque escale, les différentes

technologies seront testées et améliorées avec l’aide

de partenaires locaux afin d’être diffusées par la suite

au plus grand nombre dans le but d’être répliquées à

plus grande échelle.

Quels ont été les principaux challenges

que vous avez dû relever dans la mise

en place du projet ?

Le principal challenge a été de

convaincre nos premiers partenaires

que ce soit techniques ou financiers.

Il y a énormément de projets qui se

lancent mais finalement peu voient

réellement le jour.

SIMON BERNARD

Co-fondateur

Plastic Odyssey


#Science | Earth

53

RANONG RECYCLE FOR ENVIRONMENT

SOCIAL ENTERPRISE CENTER

(BANGKOK - THAÏLANDE)

BEAST MAGAZINE #16


54

#Science | Earth

Il a fallu se démarquer, démontrer notre réelle motivation

d’aller au bout de nos idées et également gagner en crédibilité.

Pour y parvenir, nous avons eu l’idée de réaliser une

première phase « prototype » du projet sur un an en 2018,

suffisamment ambitieuse pour convaincre des partenaires,

mais pas trop, pour avoir le plus de chance d’y arriver. Nous

avons construit un navire prototype de 6 m embarquant une

micro usine de pyrolyse plastique. « Ulysse » a ensuite réalisé

une dizaine d’événements partout en France. Cette première

phase a été une véritable réussite : elle nous a permis de

faire nos premières erreurs, de rebondir et donc de gagner

en crédibilité.

Quelle est votre feuille de route ? Qu’en est-il de vos

objectifs dans les mois à venir ? Enfin, qui peut vous aider

à mener à bien ce projet, et comment ?

Le projet grandeur nature a démarré en Janvier 2019. Il est

prévu qu’il dure 5 ans. Pour être précis, il s’agit tout d’abord

de 2 années de préparation et de R&D, puis 3 d’expédition.

A ce jour, nous avons déjà bouclé plus de la moitié du

budget, trouvé le navire et les partenaires techniques

qui vont nous aider à développer le centre de recyclage

qui sera embarqué sur le navire. Dans les mois à venir,

l’objectif est d’attaquer le chantier de transformation et

de commencer en parallèle la construction des machines

de recyclage.

A l’heure actuelle, nous cherchons encore nos derniers

soutiens et partenaires financiers pour boucler le tour de

table. Puis, et cela va de soi, les partenaires techniques

qui souhaitent contribuer au développement du centre de

recyclage sont également toujours les bienvenus.

Comment le projet va-t-il se développer au-delà

de l’expédition ? Quelles sont les ambitions futures

de Plastic Odyssey Expedition ?

En parallèle de l’expédition en elle-même et de son centre

de recyclage embarqué, notre ambition est de faire naitre

des micro-entreprises du recyclage plastique à travers le

monde. Dans un premier temps, nous voulons rapidement

lancer trois centres pilotes sur des continents différents,

en Afrique, Asie ainsi qu’en Amérique du sud, pour

éprouver l’idée sur du plus long terme. Puis, une fois que

des solutions seront fonctionnelles, nous souhaitons les

répliquer au maximum.

Comment sensibiliser les gens à travers le monde

à votre cause, au respect de la planète et à la lutte

contre la pollution plastique ?

L’action de sensibilisation du grand public et des plus jeunes

se fera en parallèle, lors de nos escales, et grâce à l’ONG

Plastic Odyssey Community dont le but est de développer

des outils pédagogiques pour faire prendre conscience du

problème mais surtout des solutions à l’échelle individuelle.

Un village pédagogique sera ainsi déployé à chaque escale

et des événements seront organisés avec les ONG locales

et les écoles, dans le but de diffuser au plus grand nombre

le message porté par Plastic Odyssey.

BEAST MAGAZINE #16

Escale de trois semaines : Formations, ateliers de recyclage et conférences.

Escale de 5 à 7 jours : Tournage et collecte de plastiques pour alimenter le bateau.


#Science | Earth

55

«AUJOURD’HUI, L’OCÉAN CONTIENT

PLUS DE 165 MILLIONS DE TONNES DE PLASTIQUES»

U RECYCLAGE PLASTIQUE

1 Broyage du plastique

Les déchets plastiques sont versés

dans le broyeur et découpés en petits

morceaux.

Déchets plastiques

2 Pyrolyse

Les morceaux sont chauffés à 430°C

sans oxygène puis décomposés pour

obtenir plusieurs éléments : des vapeurs

d’essence, des gaz de synthèse, et du

noir de carbone.

2

AMBASSADEUR DU RECYCLAGE PLASTIQUE

Récupération du noir de carbone

6

Air

1

3 4

RÉCUPÉRER L’ÉNERGIE DES PLASTIQUES :

UNE ALTERNATIVE AUX CARBURANTS FOSSILES

1 kg de plastique

= 1 litre de carburant

Gaz de synthèse (gaz non condensables issus de la pyrolyse)

2

Déchets plastiques

Récupération du noir de carbone

plasticodyssey.org

5

3 4

Gaz de synthèse (gaz non condensables issus de la pyrolyse)

2

/ 3

Diesel 1

/ 3

Essence

5

3 Reflux

Les grosses molécules retournent dans

le réacteur pour subir à nouveau l’étape

de craquage jusqu’à être suffisamment

petites.

1. Broyage du plastique : Les déchets plastiques

sont versés dans le broyeur et découpés en

4 Condensation

petits Le diesel morceaux. et l’essence sont séparés puis

récupérés à travers deux colonnes de

condensation.

1 Broyage du plastique

De 320°C à 200°C pour le diesel Les et de déchets plastiques sont versés

sans 200°C oxygène à 20°C pour puis l’essence. décomposés dans le broyeur pour obtenir et découpés en petits

morceaux.

2. Pyrolyse : Les morceaux sont chauffés à 430°C

plusieurs éléments : des vapeurs d’essence,

des gaz de synthèse, et du noir de carbone.

5 Récupération des liquides

L’essence et le diesel obtenus 2 Pyrolyse sont

récupérés dans deux réservoirs Les morceaux sont chauffés à 430°C

différents.

sans oxygène puis décomposés pour

le réacteur pour subir à nouveau obtenir plusieurs l’étape éléments de : des vapeurs

d’essence, des gaz de synthèse, et du

craquage jusqu’à être suffisamment noir de carbone. petites.

6 Récupération des gaz de synthèse et

usage

Les gaz non condensables inflammables

(gaz de synthèse) qui ne se 3sont Reflux pas

séparés puis récupérés à travers deux colonnes

liquéfiés sont également récupérés. Les grosses molécules retournent dans

de Ils condensation. sont mélangés à l’air De et 320°C brûlés, le réacteur à ce 200°C pour pour subir à nouveau le l’étape

qui permet d’alimenter le réacteur de de craquage jusqu’à être suffisamment

diesel pyrolyse et en de chaleur. 200°C à 20°C pour petites. l’essence.

3. Reflux : Les grosses molécules retournent dans

4. Condensation : Le diesel et l’essence sont

5. Récupération des liquides : L’essence et le

diesel obtenus sont récupérés dans deux

réservoirs différents.

4 Condensation

Le diesel 25

et l’essence sont séparés puis

récupérés à travers deux colonnes de

condensation.

De 320°C à 200°C pour le diesel et de

200°C à 20°C pour l’essence.

6. Récupération des gaz de synthèse et usage :

Les gaz non condensables inflammables (gaz

de synthèse) qui ne se sont pas liquéfiés sont

également récupérés. Ils sont mélangés à l’air

et brûlés, ce qui permet d’alimenter le réacteur

de pyrolyse en chaleur.

2

/ 3

Diesel 1

/ 3

Essence

5 Récupération des liquides

L’essence et le diesel obtenus sont

récupérés dans deux réservoirs

différents.

6 Récupération des gaz de synthèse et

usage

Les gaz non condensables inflammables

(gaz de synthèse) qui ne se sont pas

liquéfiés sont également récupérés.

Ils sont mélangés à l’air et brûlés, ce

qui permet d’alimenter le réacteur de

BEAST MAGAZINE #16


56

#Science | Healthcare

«AMENER LA DÉCOUVERTE

SCIENTIFIQUE

AU LIT DU PATIENT»

PAR JULIE BODIN

© Dominique Gaul

En marge de son intervention

remarquée lors de l’édition 2019

du Luxembourg Healthcare

Summit, Véronique Gillon

(Directrice Opérationnelle

de la Recherche, à l’Institut Curie)

a accordé de son temps à BEAST

pour discuter des missions

de l’Institut Curie, mais aussi

de la place de l’innovation

et des nouvelles technologiques

dans l’établissement médical

parisien.

Pouvez-vous tout d’abord revenir sur la création

de l’Institut Curie, son historique ainsi que sur ses missions

principales ?

En 1909, l’Université de Paris et l’Institut Pasteur décident de

construire l’Institut du Radium pour Marie Curie, lauréate en

1903 du prix Nobel de physique avec son mari Pierre Curie,

et Henri Becquerel, pour leurs travaux sur la radioactivité.

L’objectif de cet institut du Radium est l’étude de la

radioactivité et de ses applications en physique, chimie, biologie

et médecine. Grande nouveauté pour l’époque : l’Institut du

Radium comprend le laboratoire Curie, dirigé par Marie Curie et

entièrement consacré aux recherches en physique et chimie,

et le laboratoire Pasteur, sous la direction du Dr Claudius

Regaud, dédié à l’étude des effets biologiques et applications

médicales de la radioactivité. Dès la fin de la guerre, alors qu’ils

s’installent dans leurs laboratoires respectifs, Marie Curie et

Claudius Regaud proposent un projet de développement

global pour l’Institut du Radium où recherche et applications

thérapeutiques seront étroitement liées.

Ce fameux continuum recherche-soins, élaboré par Marie

Curie et Claudius Regaud, est toujours, un siècle plus tard,

la marque de fabrique de l’Institut Curie qui s’appuie sur ce

pilier fondamental pour innover.

Comment les chercheurs et médecins peuvent-ils

aujourd’hui innover dans le domaine médical, et plus

particulièrement au sein de l’Institut Curie ?

La première cause de notre capacité d’innovation est notre

modèle économique qui nous garantit une indépendance

financière. C’est principalement grâce à la diversité de nos

sources de revenus et surtout grâce à la générosité publique

qui est essentielle dans notre fonctionnement. Nous nous

appuyons aujourd’hui sur plus de 200 000 donateurs actifs

qui financent l’innovation.

L’autre raison de notre capacité d’innovation vient de ce

modèle unique, hérité de Marie Curie, qui permet d’amener

la découverte scientifique au lit du patient.

BEAST MAGAZINE #16


#Science | Healthcare

57

C’est l’interpénétration indispensable entre recherche

fondamentale, recherche clinique, recherche translationnelle

et soins qui ouvre les portes de l’innovation au bénéfice

du patient. Aujourd’hui, la capacité de l’institut à articuler

sciences et médecine est reconnue par des labels tels que

SIRIC, Carnot (qui vise à développer la recherche partenariale

avec les industriels), Pacri (alliance parisienne des instituts

de recherche en cancérologie) ou encore notre labellisation

« Comprehensive cancer center » de l’OECI.

Qu’en est-il de l’utilisation des données des patients ?

Quels sont les projets – et traitements – qui peuvent

bénéficier de cette tendance «Big Data» ?

Dès l’an 2000, l’Institut Curie a commencé à numériser les

dossiers médicaux de ses patients, et en 2004 nous avons

complètement abandonné le papier : données personnelles,

comptes rendus d’examens, d’opérations, analyses

génétiques… mais aussi toutes les données issues de la

recherche, tout est informatisé ! Nous avons été le premier

centre français de lutte contre le cancer à adopter cette

stratégie du ”tout numérique“, puis à créer une Direction des

data.

Les enjeux médico et scientifiques liés à l’utilisation de ces

données sont assez simples. Il s’agit in fine d’identifier le

traitement le plus efficace pour chaque patient (aide à la

décision) et d’éviter des traitements inutiles ou néfastes.

L’idée est de mieux diagnostiquer par une meilleure

classification des tumeurs et la découverte de nouveaux

facteurs de risques/susceptibilité. Puis aussi de mieux

traiter en trouvant de nouvelles indications et combinaisons

de traitements, biomarqueurs prédictifs de la réponse au

traitement, nouvelles molécules, essais cliniques mieux ciblés,

suivi des effets secondaires en temps réel. Enfin, il s’agit de

trouver les traitements de demain en comprenant mieux

les résistances aux traitements, d’identifier de nouvelles

cibles pour la médecine de précision mais aussi d’intégrer les

données environnementales.

Comment le secteur médical peut-il mettre à profit

des technologies telles que l’Intelligence Artificielle ?

De tels projets sont-ils en cours ou à l’étude à l’Institut Curie ?

A titre d’exemple, plusieurs équipes internationales ont

récemment mis au point des algorithmes capables de

diagnostiquer un mélanome. Les programmes ont d’abord

appris à reconnaître un mélanome en examinant et en

comparant des dizaines de milliers d’images de lésions

cancéreuses et de simples grains de beauté, puis ont été

capables d’identifier des tumeurs atypiques avec plus de

réussite que des médecins.

Avec la même approche, une équipe Inserm-Université Paris

Sud a ainsi suggéré qu’il pourrait être envisageable de prédire

la réponse à l’immunothérapie de certaines tumeurs solides à

partir d’une simple image scanner.

Une autre, au Centre de recherche des Cordeliers, à Paris,

a développé un algorithme qui pourrait déterminer à

l’avance les patients ayant une réponse complète à la radio

chimiothérapie afin de leur éviter une opération pour un

cancer du rectum. De telles avancées devraient aussi être

possibles à partir de données moléculaires ou génétiques.

Certaines équipes utilisent encore l’IA pour analyser des

milliers de génomes dans le cadre de la recherche sur les

cancers rares ou pour déterminer de nouvelles cibles

thérapeutiques par exemple.

Quelles sont les actions mises en place afin de sensibiliser

la population aux risques de cancers ? Quels sont

les canaux utilisés ?

La prévention n’est pas en soi une mission de l’Institut Curie

mais nous accompagnons ce mouvement de sensibilisation

porté par l’INCA. On sait aujourd’hui que 4 cancers sur 10

peuvent être évités car ils résultent de l’exposition à des

facteurs de risque liés à nos modes de vie et comportements.

L’enjeu est de taille : cela représente 142 000 cancers

évitables sur un total de 355 000 diagnostiqués chaque

année en France.

A l’Institut Curie, nous organisons tous les ans un Observatoire

cancer qui vise à analyser l’opinion des Français sur le

cancer. Il permet de mettre en lumière et de comprendre

les dimensions sociétales liées à cette pathologie et de

confronter les perceptions des français avec les chiffres ou

pratiques notamment constatés à l’Institut. C’est un moment

important pour communiquer sur les bonnes pratiques. De la

même manière, chaque édition d’octobre rose est l’occasion

de nombreuses conférences ou tables rondes autour de ces

questions de prévention.

ENSEMBLE

HOSPITALIER

HEAD OFFICE

Bureau du président

Fonctions supports : juridique,

valorisation,informatique,

communication, logistique

Dons et générosité du public

Musée Curie et archives

CENTRE DE

RECHERCHE

BEAST MAGAZINE #16


58

#Science | Archeology

D’EFFRAYANTES ET

IMPRESSIONNANTES

TROUVAILLES

ARCHÉOLOGIQUES

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Des siècles de recherche et des milliers d’années d’Histoire : l’archéologie

passionne et permet d’étudier l’Homme et ses coutumes à travers les âges.

Grâce à ces découvertes parfois majestueuses, nous avons pu comprendre les

cultures de nos ancêtres, entre la ville de Pompéi et les secrets des Pyramides de

Gizeh. Puis, ces recherches ont également mis en lumières certaines pratiques

que nous n’avions absolument pas pu soupçonner. BEAST a sélectionné

quelques-unes des découvertes les plus effrayantes : âmes (trop) sensibles…

s’abstenir !

Les Vikings décapités découverts dans le Dorset

C’est dans le sud de l’Angleterre, dans le comté du Dorset, qu’une cinquantaine

de corps décapités ont été retrouvés. Tout laisse à penser qu’il s’agissait de

Vikings aux dents striées – une preuve de courage et de férocité –, tout

juste âgés d’une vingtaine d’années ayant subi la loi de leurs ennemis Saxons.

Ces derniers, très cruels avec les envahisseurs, ont sauvagement décapité

les envahisseurs, comme en attestent des traces de hache ou autre épée sur

les mâchoires ou clavicules des Vikings, voire sur leurs avant-bras alors qu’ils

tentaient de se protéger. D’après les études menées, ce massacre se serait

déroulé aux alentours de l’an 1000. On notera également qu’il y avait plus de

corps que de tête… laissant imaginer que les bourreaux avaient possiblement

conservé quelques têtes, fièrement plantées sur des pieux ou autres lances…

Les momies de Kabayan

Nous faisons cette fois-ci escale aux Philippines et plus

particulièrement dans la ville de Kabayan, connue pour ses sites

d’ensevelissement dans lesquels on retrouve des milliers momies

qui datent du XII ème au XV ème siècle. Il s’agit des membres du

peuple Ibaloi, qui avaient une manière bien à eux de conserver

les corps des défunts. Alors que la mort était très proche, les

personnes ingurgitaient une solution saline afin de nettoyer leur

corps. Puis, une fois décédés, ils étaient placés dans la position du

fœtus, près d’un feu, dans le but d’assécher le corps mais aussi

de récupérer les différents fluides, considérés comme sacrés. Par

la suite, les futures momies étaient frottées abondamment avec

des herbes dans le but de retirer la couche supérieure de la

peau… avant de laisser sécher le tout en plein soleil. Il s’agit des

momies parmi les mieux converser au monde et mieux encore,

il est possible de se promener dans certains de ces grottes.

BEAST MAGAZINE #16


#Science | Archeology

59

Les sacrifices humains à Teotihuacán

Autour du temple de Quetzalcoatl, dans la cité

préhispanique de Teotihuacán située au Mexique, 126

sépultures, accompagnées de nombreuses offrandes et

affublés de colliers faits de dents, ont été découvertes par

les archéologues dans les années 1980. Hommes comme

femmes avaient les mains dans le dos, laissant penser qu’ils

avaient été attachés. Avant cette découverte, les peuples

vivant à Teotihuacan étaient considérés comme pacifiques,

mais la présence de ces corps de guerriers au service de la

société, selon les archéologues et historiens, a changé la

donne. Ils pratiquaient donc très probablement des rituels

de sacrifice humain. Dans une autre pyramide, des restes de

loups, serpents, aigles ou encore pumas ont également été

découverts, même si peu d’informations existent aujourd’hui

sur ces pratiques.

Les hommes des tourbières

Plusieurs corps naturellement momifiés

ont été découverts dans le nord de

l’Europe, dans la péninsule du Jutland,

au Danemark. Ces momifications ont

été rendues possibles par le fait que

les corps aient été conservés dans les

tourbières : grâce aux propriétés de ces

terres humides, les corps présentent

des échantillons de peau très bien

conservés, sur lesquels on peut encore

apercevoir des tatouages et observer

les empreintes digitales. Les deux corps

les mieux conservés sont l’Homme de

Grabaulle ainsi que l’Homme de Tollund.

Ce dernier avait été pendu : il avait

encore la corde au cou, celle-ci ayant

également été récupérée dans un état

quasi parfait. Les corps étaient en si

bon état que les archéologues ont

d’abord pensé à des morts récentes.

Après analyses, ils ont conclu que ces

deux hommes avaient vécu entre les

IV ème et III ème siècles avant JC…

L’homme d’Altamura

Non loin de nous, dans la région des Pouilles, en Italie, à deux petites

heures d’avion, les restes d’un homme de Neandertal ont été découverts,

au début des années 1990. Les spéléologues italiens, en explorant une

grotte ont aperçu un crane remarquablement conservé et mêlé à la roche

de calcite. C’est d’ailleurs l’étude de ces roches et le prélèvement d’une

infime partie de l’épaule, qui ont permis de confirmer, plus de 20 ans après

sa découverte, qu’il s’agissait bien d’un néandertalien : en effet, la datation

par Uranium-Thorium indique que la calcite s’est déposée entre -172 000

et -130 000, alors que les restes osseux date de -187 000 ans. De plus,

il apparaît que celui-ci se serait blessé après une chute importante, serait

resté coincé dans ce puits naturel, avant de mourir de faim ou de soif…

BEAST MAGAZINE #16


60 #Technology | Digital

© Dominique Gaul

THE WHY, WHAT

& HOW OF DIGITAL

TRANSFORMATION

BY ALEXANDRE KEILMANN

As the Chief Digital Officer and Chief Information Officer of IEE,

Olivier Beaujean is responsible for the digital transformation

of the global manufacturer and supplier of advanced sensing

solutions. After convincing his peers last December, which

earned him the CIO of the Year award, he recently shared

his best practices with hundreds of seasoned ICT experts.

He notably focused the three main questions that need to be

asked prior to launching a digital transformation program:

«Why», «What» and also «How».

As explained by Olivier Beaujean right from the start, three

questions absolutely need to be answered before even starting

to the implementation of a digital transformation strategy in

order to help companies dive into today’s digital world and later

thrive: why do we need to change? What actually needs to be

changed and finally, how can we do it? He also insisted on the

necessity to follow this specific order – Why, What and How – to

allow the company to successfully enter the current digital era.

Why go through a phase of digital transformation?

First focusing on the reasons to start such a digital transformation,

he first commented: «Markets conditions are changing, but are

these external changes enough to convince us to change old

habits? Actually, companies should not only explain the necessity

to change and adapt as a constraint imposed by this external

market but as a change of internal perception with a meaning

related to the DNA of the organization».

There are several examples of companies that did not

transform enough to survive and rapidly saw their business

disrupted by new entrants, offering new services and

products – with new business models and revenue streams

–, by leveraging the power of digital tools. One of the most

recent examples is Thomas Cook which filed for bankruptcy

in late September. The British company had already started

its «digital transformation» by implementing new tools and

creating new customer experiences, but it did not focus on

transforming and even on questioning its business model.

A fatal mistake that will be remembered as one of the

biggest failures of the 21 st century.

What needs to be changed?

Olivier Beaujean then insisted on the need to answer to

the «what» question, which notably concerns the services

and products that require a transformation, or that need

to be created, in order to offer new revenue streams to the

company, in a world of changing customer expectations.

As highlighted by the CIO, «listing businesses but also

services and projects is a normal corporate exercise, and

so is defining and linking their specific value. Looking at

if it impacts costs, transforms the experience or has a

platform value, leaders should then be able to define the

appropriate strategy: what do I want to do with those

products and services? Do I go for a defensive strategy or

should it be more offensive?» Such analyses are key and

could even lead to the conclusion that digital might not

even be needed, meaning that the transformation does

not necessarily have to go through digital.

BEAST MAGAZINE #16


#Technology | Digital

61

How to achieve such an important

transformation?

When it comes to the «how», he advocated

considering an approach which builds

on digital tools and technologies that

can support a single organizational

strategy. «Digital is merely a

tool to get your business

objectives done,» then

explained Olivier Beaujean,

adding that working on

such transformations should

start with the enablers that

are the IT capabilities, business

processes and company culture.

According to him, the real objective

of a digital transformation is not to be

more efficient, but to change and adapt

the strategy by constantly questioning

the business models. «The agility of

the company allows us to do so. And

it’s much more than digitalization, it’s

about reviewing values, offers, go to

the market models, etc.,» highlighted

the CDO.

But the change management models of

the past are not suitable anymore. So far,

there has been no specific new theory

on the ways to make these changes

happen. «As everything is now related: each

process affects the other. Change’ has to

be organizationally transverse, creating

business outcomes on multiple fronts, and

allowing them to transform again and again.

To do so, you undoubtedly have to change

the way things are perceived: focus on giving a

meaning to as many collaborators as possible,»

he explained.

In the current environment, one question

remains: who needs to drive the digital

transformation? Should it be fueled by the

business or piloted by the CEO? What about

the IT Department and its numerous tech

experts? According to the CDO/CIO of IEE,

it simply depends on the industry, sector, and

also on the size of the company: «there’s no

one-size-fits-all approach and you cannot

apply the same rule to all the companies. But

one thing is for sure, and applies to all: digital

transformation is a team effort». Leaders

need to seize this opportunity, communicate

their vision in order to embark most of the

members of the organization. It is fundamental

to change the perception of the highest

number of key actors and so is getting the

right engagement and leadership of the top

management and board of directors. «More

than anything else, it is crucial to respect this

specific order: why, what and how, and to

have a unique strategy. Having a connected

approach to change will allow the company

to transform and question itself. Moreover, I’d

like to insist on the need to focus on business

rather than on just digital, and finally put

the right stakeholders, whoever they are,

in the driver’s seat, right from the start. And

during the entire process, make sure you have

the support for other executives,» concluded

Oliver Beaujean.

BEAST MAGAZINE #16


62

#Technology | Digital

CAP SUR L’INNOVATION

ET LA RECHERCHE

VOCALE AVEC OUI.SNCF

PAR ALEXANDRE KEILMANN

En France et très probablement dans la grande majorité des pays européens, la voix de la

SNCF est connue, et pourrait être reconnue parmi 100 autres. Elle fait partie intégrante de

la marque : BEAST s’est intéressé à l’identité vocale et aux cas (très) pratiques de «voice

marketing» du distributeur de la SNCF et agence de voyage en ligne, OUI.sncf. Rencontre

avec Elodie Benoist, Responsable de la Vision Digitale, à l’occasion d’un Apéro Marketers

qui s’est déroulé au Grand-Duché de Luxembourg.

Comme le rappelle tout d’abord l’experte digitale, OUI.sncf a répondu présent à chacune

des évolutions ou révolutions des usages, allant du e-commerce au m-commerce : «Pour

beaucoup de Français ou d’Européens, nous sommes le site des premières fois. Nous étions

le premier à lancer un site de e-commerce de vente de billets de train en France en 2000

alors que seuls 14% des Français avaient alors accès à internet». Ensuite, une version

mobile de ce site a suivi, et quelques années plus tard, une première application mobile

de e-commerce apparaissait, 1 an seulement après le lancement du premier iPhone, ainsi

qu’une app lors du lancement mondial d’Android. Elle précise : «Aujourd’hui, 78% du

trafic et 50% des ventes se font via le mobile». En effet, les smartphones ont

totalement transformé les habitudes des utilisateurs et de nouveaux usages ont

depuis fait surface. A titre d’exemple, dès 2010, les clients de OUI.sncf pouvaient

même monter à bord du train sans billet imprimé grâce au e-billet accessible sur

leur téléphone mobile. «Récemment, c’est sur OUI.sncf que nos clients peuvent

réserver leur billet en conversant avec OUIbot, un bot disponible sur notre site

mais aussi sur toutes les plateformes et interfaces utilisées par nos clients :

en France, WhatsApp, c’est 35 millions d’utilisateurs et Messenger près de 30

millions. Notre rôle, c’est d’être là où sont nos clients !» commente Elodie Benoist.

Ces nouvelles technologies donnent donc aujourd’hui l’opportunité de créer une

relation unique avec les clients : pour la Responsable de la Vision Digitale, qui

évolue au sein de la Direction Innovation, «c’est la fin du formulaire, nous

allons vers des interactions bien plus naturelles comme l’échange ».

Comme elle l’explique, aujourd’hui, les clients ne sont pas seulement

multimodaux et multi-devices, ils sont aussi multicanaux : ils peuvent

réserver sur un site, une appli, par téléphone ou par le messagerie

instantanée préférée… c’est à la marque de savoir cela et de s’organiser

en interne pour suivre au plus près les nouveaux usages des clients.

L’innovation au cœur de la stratégie

«Nous innovons pour plusieurs raisons. OUI.sncf veut réduire l’effort

à faire pour que les clients rejoignent la marque : nous allons vers

de nouveaux canaux, écosystèmes et plateformes. C’est là que se

trouvent nos utilisateurs, et nous nous fondons dans l’expérience

native des plateformes disponibles. Puis, en tant que leader du

e-commerce en France, nous souhaitons rester des pionniers et

misons sur les nouvelles technologies et nouveaux usages. Comment

peuvent-ils améliorer l’expérience client ?

BEAST MAGAZINE #16

© Dominique Gaul


#Technology | Digital

63

Puis, quand ceux-ci sont éprouvés, nous étendons notre

présence sur tous les sites et mobile, avant de remarquer une

concentration vers quelques sites ou devices uniquement…

Cela sera peut-être également le cas pour le «vocal»,» ajoute

la Responsable de la Vision Digitale.

Le «vocal» et ses nouveaux usages, justement, Elodie

Benoist les voit comme une tendance de fond et préfère

parler de «révolution du conversationnel». Elle en explique

les premiers balbutiements : «Dès 2014, nous réalisions les

premiers développements techniques dans le cadre d’un

hackathon interne. Un de nos collaborateurs avait tout

simplement ramené une Amazon Echo des Etats-Unis et nos

équipes techniques se sont amusées avec ! C’est en 2017,

qu’une étape majeure est franchie avec la création d’une

équipe agile dédiée au conversationnel : la Feature Team

Jarvis, en référence à l’assistant d’Iron Man, développe depuis

notre propre brique technologique NLP (Natural Language

Processing) disponible en Open Source (via TOCK). Quelle que

soit l’interface, à l’écrit comme à la voix c’est le même robot

OUI.sncf qui répond : le nôtre, OUIbot».

Aujourd’hui, OUI.sncf propose donc plusieurs expériences

vocales sur l’Assistant Google et Google Home depuis

le lancement en France en octobre 2017. Le client peut

rechercher un billet et poser une option et les clients

TGVmax peuvent quant à eux déjà réaliser l’intégralité de

leur réservation sur l’Assistant Google. Avec Amazon Alexa,

et ce dès son lancement en France en juin 2018, le client

peut effectuer une recherche pour son trajet et ses horaires.

«Par ailleurs, il s’agit plutôt de voice command mais depuis le

lancement d’iOS 12 les utilisateurs Apple peuvent demander

à Siri d’afficher leur voyage et leur e-billet avec un mot, une

expression ou une phrase qu’il a lui-même paramétrée ! Puis,

nous serons également disponibles sur Djingo, l’Assistant

conversationnel d’Orange, dans les mois à venir,» précise

alors l’experte digitale. Elodie Benoist insiste également sur

l’expérience client, la voix permettant de diffuser plus de

200 mots à la minute, créant donc une relation plus simple

et plus rapide, via la technologie. De plus, comme «on ne

parle pas comme on tape», la Responsable a fait appel à

de nouvelles compétences en interne comme le métier de

Voice UX Designer. Ensuite, un bot a été construit, avec

une identité propre, un ton de voix bien particulier, une

personnalité unique et même un certain sens de l’humour.

«Sur la technique, les propositions de notre robot s’améliorent

en pertinence en fonction de ses interactions passées avec

nos clients. Puis, sur l’expérience, les choix proposés en vocal

sont plus limités par rapport aux interfaces visuelles pour ne

pas perdre l’utilisateur. Le vocal est très spécifique à travailler

car l’oreille a en effet une capacité limitée à retenir les choix,

et pas plus de trois selon nos analyses !» explique-t-elle.

En effet, ce sont de tels «feedbacks» qui ont permis d’affiner

les applications et fonctionnalités, l’oreille étant bien plus

sélective. Quant à la voix et à sa personnalité unique, elle

explique qu’il est nécessaire de travailler sur l’émotion à

travers le comportement et les expressions : «les réponses

doivent être pertinentes, mais aussi reconnaissables, dans le

but de déclencher un réflexe. Il s’agit également de créer une

relation de confiance avec l’utilisateur».

Pour Elodie Benoist, l’univers vocal n’en est qu’à ses débuts :

le travail sur la voix, l’épaisseur émotionnelle de la marque et

la relation personnalisée avec le client doit être toujours plus

réfléchie. Elle ajoute : «grâce à la puissance du digital, nous

souhaitons tendre vers une relation unique avec chacun de

nos clients, rendue possible par l’IA et la personnalisation. Au

sein de la Direction Innovation, c’est justement notre rôle de

tout explorer et de se poser la question du potentiel d’un

usage ou d’une technologie. Nous travaillons aussi sur des

projets aussi divers que le vocal, l’IA, le guidage en réalité

augmentée ou l’inspirationnel avec la réalité virtuelle !»

Pour construire son avenir et anticiper les futurs besoins de

ses utilisateurs, OUI.sncf mise sur la co-construction : avec

ses clients, via des articles et ateliers sur la plateforme OUI

Talk qui compte plus de 11 000 membres, mais aussi avec

ses collaborateurs notamment grâce à son Lab Innovation, et

enfin avec un écosystème de startups, et son accélérateur

OUI Link, qui en est à sa 6ème promotion et a accompagné

19 startups. «Dans le futur, le «vocal» ne sera pas suffisant

dans cette ère de l’IA et de la personnalisation. Nous croyons

en la complémentarité entre la rapidité de la voix, la facilité

de visualiser sur un écran et l’interaction tactile,» conclut

Elodie Benoist.

«Aujourd’hui,

78% du trafic

et 50% des

ventes se font

via le mobile»

BEAST MAGAZINE #16


64

#Technology | Digital

«CHANGER

ET AGIR»

InTech et Win-Win, les organisateurs de WOOP – World of Possibilities –, compteront

une nouvelle fois sur la participation d’Audrey Pulvar pour modérer leurs

«battles», le 17 mars prochain. La journaliste, animatrice et auteure française, et

Fabrice Croiseaux, CEO de InTech, nous parlent des transformations qui touchent

notre société, entre changements climatiques et nouvelles technologies.

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Quelles seront les principales thématiques abordées

lors de la deuxième édition de WOOP, en mars prochain ?

Audrey Pulvar : Cette année, WOOP traitera du changement…

et de l’action ! Dans ce contexte d’urgence climatique et de

bouleversements internationaux, nous sommes nombreux,

citoyens, chefs d’entreprises, responsables de collectivités

locales à vouloir changer les choses. Il est donc important de

changer et d’agir. Personnellement, je me déplace fréquemment

pour discuter de ce sujet et rencontre des gens qui se

demandent comment, à leur niveau, ils peuvent faire évoluer

les choses, sur le plan individuel comme collectif.

A l’image de WOOP 2019 qui abordait le thème de la liberté

à l’heure du numérique, nous avons retenu pour 2020 des

sujets de premier plan : IA, transhumanisme, fintech, etc.

Nous nous pencherons également sur l’urgence climatique,

la transformation de notre société liée aux nouvelles

technologies, l’économie de partage et sur ce qu’il faut mettre

en place pour répondre à ces défis. En quelque sorte, nous

aurons l’impression d’être déjà au XXII ème siècle !

Fabrice Croiseaux : Le Luxembourg, même s’il fait figure

d’environnement privilégié est concerné par ces challenges. La

taille du pays et le dynamisme des acteurs y font que l’action

génère du changement très rapidement. Notre situation

favorable nous impose le devoir d’être à la pointe et de

défricher les possibilités qui s’offrent à nous. Nous pouvons

et devons être le laboratoire de la société du futur.

Qu’est-ce qui rend cet évènement unique ?

Qu’apportent ces sessions de «battles» ?

AP : En 2019, nous nous sommes rapidement

rendus compte de l’apport de ce format innovant.

Ces « battles » se déroulent dans un esprit très

cordial et permettent de confronter les points

de vue sur des sujets spécifiques défendus par

des experts en mesure d’avancer de véritables

arguments. J’ai l’honneur d’arbitrer ces discussions

que nous étendrons à l’assistance afin que le

public participe activement à l’événement.

Une «battle» est réussie si chacun des

intervenants est un peu ébranlé dans ses

certitudes et enrichi son point de vue.

Personne n’a la vérité absolue : nous nous

devons de construire des compromis.

FC : Plutôt que d’écouter le monologue

brillant d’un expert sur un sujet pointu

et de repartir convaincu, les «battles»

permettent d’entendre deux points de

vue divergents et de se forger sa propre

opinion en se posant les bonnes questions

puis passer à l’action.

Comment définissez-vous notre société actuelle, avec tous ces

changements digitaux et transformations de mentalité ?

AP : Notre société est très divisée et très manichéenne. Avec

WOOP, nous souhaitons retrouver le goût de la controverse et

lancer un débat constructif. Nous avons parfois l’impression

que les gens qui réfléchissent d’une manière différente de la leur

sont automatiquement leurs adversaires, voire leurs ennemis : il est

impossible d’avancer ainsi. Nous devons retrouver cette envie

de vivre et faire ensemble. A titre personnel, je considère que

personne ne détient la vérité à 100% et qu’il est important de

voir ma propre réalité à travers leurs yeux, de me remettre en

question.

FC : Nos différences doivent être des complémentarités pas

des sujets d’affrontement. L’enjeu est de réussir à construire

ensemble en respectant les avis divergents sans pour autant

abdiquer ses propres convictions. Nous avons la modestie de

croire qu’avec WOOP nous pouvons contribuer à créer de

telles conditions.

Comment favoriser la créativité et l’innovation ?

AP : Nous sommes à la croisée des chemins, il nous faut

réinventer et transformer nos modes de vies, nos habitudes

et nos valeurs. Car aujourd’hui, qu’est-ce qu’une vie réussie ?

Avoir plutôt qu’être ? Ou l’inverse ? Nous sommes

dans une phase d’interrogation profonde : vieux de

200 ans, notre système capitaliste mondialisé avec

la financiarisation de l’économie change connaît

ses limites. C’est donc le meilleur moment pour

réinventer notre système et doper la créativité

des uns et des autres. Les jeunes générations

sont extrêmement créatives et inventent

le monde à venir avec l’inquiétude de la

finitude des ressources, dans un monde qui

va plus mal aujourd’hui qu’hier. Il faut tenir

compte de cette dégradation en changeant

totalement de modèle mais de façon

enthousiasmante.

FC : Les grandes entreprises sont

confrontées à des difficultés

considérables. Elles doivent conserver

leur rentabilité tout en innovant. Les

méthodes de management en place ont

été bâties pour maximiser la rentabilité.

Performance, efficacité, optimisation

des organisations sont aujourd’hui

les maîtres-mots alors que c’est la

créativité, l’innovation, la rupture qui

sont clairement les challenges à relever

en 2020. Nous devons réinventer le

management.

BEAST MAGAZINE #16


CHANGER

& AGIR

ÉDITION #2

17 MARS 2020

La Maison du Savoir

Esch-sur-Alzette, Luxembourg

La battle conférence inspirante

qui transforme vos collaborateurs

et clients en explorateurs du futur.

Révolution numérique, accélérations technologiques,

réchauffement climatique, crise de défiance généralisée

vis-à-vis des pouvoirs économiques et politiques, quête

de sens éperdue au travail et remise en question du

profit comme finalité...

Et si nous, entreprises étions capable d’influer le cours

de l’histoire en relevant ces nouveaux challenges

environnementaux, sociaux et sociétaux ?

La seconde édition de WOOP viendra capturer l’esprit de

cette période charnière qui à tant d’égards, pointe le rôle

crucial que les entreprises s’apprêtent à jouer.

Inscrivez-vous

Pour toute inscription avant le 31 janvier 2020,

TARIF PRÉFÉRENTIEL DE 395€ TTC au lieu de 495€ TTC

Rendez-vous sur www.woop-events.com

Devenez partenaire

Un événement commercialisé par ITNATION

Emilie Mounier M +352 691 99 11 56

E emilie.mounier@itnation.lu

#WOOP20

Une initiative de Contenu Éditorial Un événement en partenariat avec


66

#Technology | Cybersecurity

FEDERATING ALL

THE LOCAL PLAYERS

IN A DYNAMIC

CYBERSECURITY

BY ALEXANDRE

ECOSYSTEM KEILMANN

From October 15 th to 25 th , Pascal Steichen, the

CEO of SECURITYMADEIN.LU, took an active

part in this year’s Cybersecurity Week which

took place in Luxembourg. It consisted in

several events aiming at decrypting the latest

trends and at promoting cybersecurity, while

highlighting the most innovative solutions

provided by the dynamic – and still growing

– local ecosystem. Therefore, BEAST met

with him to decipher the current state of

cybersecurity in Luxembourg.

For the first time, Cybersecurity Week 2019 actually lasted more than a

week in Luxembourg, since the topic has gained significant importance

over the last years. This edition actually consisted in more than 40

conference sessions, in a dozen workshops and meetings and also brought

multiple expert working groups together. «Once again, we were able to

federate all the players but also the different targeted audiences. It’s a

great success and we are proud to bring together cybersecurity experts –

notably through the hack.lu event – and many other professionals with, for

instance, several CEOs participating to networking sessions and breakfasts

organized by our partners,» comments Pascal Steichen.

He then shares the example of a couple of events which took place

last October: Arendt discussed the legal and compliance aspects of

cybersecurity, as well as the introduction of the NIS Directive, Fedil focused

on the industry-side and presented its cyber hygiene self-assessment

tool, Luxinnovation discussed new technologies and more specifically IoT

in the automobile industry, etc. Finally, innovative startups and young

talents took part in an investors session and later in a hackathon. «It

clearly shows that cybersecurity is not just an IT-related topic: it now

impacts every single sector. A couple of them are not represented yet, but

we are already working on it and on including them in the next editions,»

adds the CEO. Moreover, during these insightful 10 days, SECURITYMADEIN.

LU signed a strategic partnership with IoT Inspector and now offers a costeffective

way to automatically and effectively identify weak points in the

firmware of IoT devices. With the participation of the French embassy, the

«Paris Call for Trust and Security in the Cyberspace» was also discussed

during a session aiming at convincing more Luxembourgish cybersecurity

actors to join the initiative and subscribe to its guidelines. As explained by

Pascal Steichen, «the government of Luxembourg has been supporting it

since its launch in November 2018, and it advocates the implementation

of what is now called cyber diplomacy!»

A major cybersecurity hub in Europe

BEAST MAGAZINE #16

SECURITUMADEIN.LU, as an agency tasked and supported by the Ministry

of the Economy, offers a series of services to private actors, ranging from

the definition and implementation of cybersecurity strategies destined

to SMEs and thorough risk analysis, to, in case of incident, the support

of a CSIRT (Computer Security Incident Response Team). «We have also

launched the C3 – Cybersecurity Competence Center – two years ago.

This private-public partnership is helping businesses to better protect

themselves against the growing number of cyber threats, and has recently

released a map of all 300+ cybersecurity local players.


#Technology | Cybersecurity

67

The ecosystem is now offering a wide range of services and has

developed increasingly in the last 5 years. We are comparing

these offers to the local demand and then act: if necessary,

we can get in touch with international experts and niche

players, but our goal is also to talk to young entrepreneurs

in Luxembourg and guide them in the creation of specific

cybersecurity solutions,» highlights Pascal Steichen.

In this respect, SECURITYMADEIN.LU advocates «coopetition»,

described as the perfect blend between cooperation and

competition. According to the CEO, the creation of a strong

ecosystem will allow cybersecurity to become a key pillar

of the Luxembourgish economy. He adds: «It is actually

one of the common objectives set with the Ministry of the

Economy. Mapping all the companies was only the first step…

as we want to put Luxembourg on the global cybersecurity

map. Luxembourg recently ranked 11 th in the latest Global

Cybersecurity Index, and our mission is to help the country

become one of the major players when it comes to protecting

the cyberspace,» underlines Pascal Steichen.

In the near future, the agency will work on a wider testing

catalog: SECURITYMADEIN.LU will be coordinating the initiative,

with several service providers participating. The CEO explains:

«here again, we aim at making sure protection and security

systems are accurate and up-to-date, as well as making

them more efficient. Looking at the current cyberspace

and the increasing number of cyber threats, it is clear that

the protection aspect is not enough: more than ever, we

need to continuously test. We are therefore advocating a

process approach rather than just the addition of several

solutions.» Next year, SECURITYMADEIN.LU will also publish its

«Observatory» with the mission of centralizing all the data

and knowledge concerning cyber threats and vulnerabilities.

According to Pascal Steichen, the philosophy behind this

project remains the same: allowing IT security managers to

access to current – and local – information.

Cybersecurity and its significant impact now

discussed in Board meetings

«If, within your company, cybersecurity is not a Board issue

yet, it should be added to the agenda as soon as possible!»

explains the CEO of SECURITYMADEIN.LU, highlighting the fact

that more and more companies are dealing with it at a CEO/

Board of Directors level. He continues: «yet, too many players

are still not aware of the impact a cyber-attack could have

on their business. A recent study published by Telindus and

Cisco shows that one of the main problems remaining in the

implementation of an efficient cybersecurity strategy is that

top management is not completely supporting it. Education is

still needed in the field of cybersecurity». And an additional

study, by AIG, highlights that cybersecurity is the #1 challenge

that keeps CEO from sleeping at night…

In this respect, Pascal Steichen and his team at

SECURITYMADEIN.LU keep on promoting a proper cyber

hygiene which implies continuous actions rather than just

a collection of knowledge: «it’s all about taking care of the

data. The objective is to create an actual culture of security,

which starts with raising awareness and the identification

of the impact of potential incidents. Nowadays, several

prioritization tools are available for experts to concentrate

on crucial information and later scale. The goal is to become

cyber resilient, meaning that companies can bounce back

if attacked. Indeed, business need to continue in any case.

Moreover, after every single incident, new data needs to

feed the system in order to improve it: we are talking about a

virtuous circle here!»

The early implication of the government and public sector in

Luxembourg, with the addition of private players has allowed

the Grand-Duchy to be well-positioned on the cybersecurity

map. «The Ministry of the Economy always favored awareness

and transparency. The current – and well-balanced –

multidisciplinary committee, composed of members of

several ministries, from Defense to Foreign Affairs, wishes to

further develop the market by pushing innovative solutions

that answer to business needs. This pragmatic and agile

Luxembourgish approach is therefore extremely flexible and

translates into a small decision-making chain. Moreover, the

needs of the financial services allowed a rapid development

of cybersecurity. Together, all these elements contributed in

the creation of the local cybersecurity map and will help in

the constitution of a wider Greater Region ecosystem. As a

matter of fact, the next step is to position this future hub as

a key cybersecurity center in the years to come,» concludes

Pascal Steichen.

BEAST MAGAZINE #16


68

#Technology | Startup

CRÉER L’ÉCOLE

DE DEMAIN

PAR ALEXANDRE

KEILMANN

En 2015 et alors qu’elle n’a que 15 ans, Philippine Dolbeau

décide de développer son sens de l’entrepreneuriat en fondant

«NewSchool». En s’appuyant sur les nouvelles technologies,

a startup de la jeune française, qui poursuit aujourd’hui

encore ses études, se promet de révolutionner le secteur de

l’éducation, avec plusieurs outils destinés à faciliter la vie

des chef d’établissement, des professeurs, mais également

des élèves. Elle a accordé de son temps à BEAST et partage

notamment sa vision de l’école du futur.

Quel est le constat principal derrière la création,

il y a déjà près de 5 ans, de NewSchool ? Comment

définissez-vous l’école et l’éducation du futur ?

Lors de mon année de 2nde, je suivais un cours dans

lequel nous devions monter une mini entreprise. Je n’avais

pas d’idée jusqu’à ce qu’un soir, une fois rentrée chez

moi j’allume la TV et tombe sur un reportage relatant

l’histoire de Charles, un enfant âgé de 9 ans. Comme tous

les jours, il se rend à l’école en bus, mais cette foisci,

il s’endort : le conducteur ne s’en rend pas compte

lorsqu’il ramène son véhicule au dépôt. Charles passe

donc 8 heures – une journée scolaire complète – dans le

hangar… son école n’a en effet pas signalé son absence

car elle ne l’avait tout simplement pas remarquée, les

professeurs n’ayant pas fait l’appel.

En effet, il y a quelques années, et encore aujourd’hui dans

de nombreux établissements scolaires, les cahiers d’appels

sont en papier, chronophages et font perdre un temps

considérable à ses différents utilisateurs. Le professeur le

remplit, un élève le ramène à la vie scolaire qui seulement

ensuite peut informer les parents d’un éventuel souci. Les

outils ne sont plus adaptés à l’environnement actuel et

mon idée a donc été de créer, sous forme d’application,

un cahier d’appel que les professeurs aimeraient utiliser,

et qui serait à la fois simple, intuitif et rapide.

Désormais, nous parlons beaucoup de numérique, avec

la promesse de réinventer l’éducation telle que nous

la connaissons. Dans plusieurs pays, et notamment en

France, les ministres ont pris la décision d’intégrer le

digital, notamment en instaurant des tablettes dans les

classes, en continuant à développer les médiathèques,

etc. C’est une bonne idée, une première bonne intention.

Cependant, la pédagogie ne doit en aucun cas être

oubliée, car bien souvent les professeurs n’ont pas de

grandes connaissances dans le domaine du numérique.

Il est donc crucial de les former à l’utilisation de ces

nouveaux outils afin d’en faire également bénéficier les

élèves. Car s’il est important de proposer des applications

intéressantes, il est tout aussi important de s’assurer que

les professeurs maîtrisent les usages numériques. De

plus, même l’éducation se numérise, le focus doit être

mis sur les fondamentaux car on remarque que le nombre

d’élèves arrivant au collège et ne sachant lire ou écrire

correctement est bien trop élevé. Dès lors, le numérique

ne doit pas être une fin pour réinventer l’école, et

l’apprentissage passe bien par les fondamentaux.

BEAST MAGAZINE #16


#Technology | Startup

69

Quels sont justement les grands challenges qui se

dressent face aux institutions en charge de l’éducation

et qui transforment les manières d’apprendre, méthodes

d’apprentissage, etc. ?

Les outils que nous proposons, avec des porte-clés

connectés destinés aux élèves et des applications pour

les enseignants, sont très innovants par rapport aux

méthodes traditionnelles qui sont généralement disponibles

au format papier. Ainsi, durant les premiers mois et même

la première année, nous avons tout d’abord du démontrer

aux enseignants que le numérique pouvait être utilisé à

des fins intéressantes dans les salles de classe. Car, il peut

véritablement révolutionner l’éducation et aider les aider à

accomplir les tâches dont ils garants, et notamment l’appel

dont nous parlions précédemment. Mais les possibilités sont

bien plus nombreuses.

Ensuite, un autre challenge important est de former les

enseignants au numérique et à l’utilisation de ces nouvelles

applications, comme discuté ci-dessus. Il s’agit d’un véritable

travail de pédagogie.

Et nous, les entrepreneurs, faisons parfois face à la mentalité

suivante qui est de dire «nous avons envie du changement,

mais une fois qu’il est arrivé, il y a la peur de l’utiliser». Une

fois livré, l’outil peut paraitre trop innovant. Cela implique

donc beaucoup de changements dans les pensées et

mentalités et donc une pédagogie à établir pour expliquer

et accompagner les utilisateurs.

Malgré la difficulté, je trouve ces challenges beaux,

passionnants et surtout importants à relever ! Il faut aussi

garder à l’esprit qu’il n’est pas évident de changer les

habitudes d’institutions centenaires telles que celles de

l’Education Nationale en France. Et c’est généralement le cas

pour les principaux pays d’Europe.

Comment le digital a-t-il transformé l’éducation ?

Du chemin reste-t-il à parcourir ?

Pour les raisons de «changements de mentalité», il n’y a

selon moi pas encore assez de digital dans le domaine de

l’éducation. Mais nous sommes sur le bon chemin, à l’image

de ce qui a été réalisé avec NewSchool et la modernisation

d’un outil chronophage vers une application connectée,

mobile et se basant notamment sur la technologie de

l’internet des objets. De plus, on remarque l’apparition

de nombreux cours en ligne, appelés MOOC – Massive

Open Online Course –, qui se développement de manière

exponentielle et transforment véritablement l’éducation

ainsi que la formation professionnelle.

Mais il y a aussi les robots qui peuvent désormais assister les

enfants autistes dans les salles de classes, ou des tableaux

numériques incroyables qui offrent une nouvelle palette

de services innovants. Les entreprises et notamment les

startups ont l’envie très forte de faire bouger les choses,

parfois même de transgresser les habitudes… je trouve cela

absolument génial, car ce sont les entreprises qui sauront

réinventer l’éducation par le digital, plutôt que l’éducation

nationale… c’est aujourd’hui la réalité des choses selon moi.

Mais il reste effectivement du chemin à parcourir notamment

vis-à-vis de l’acceptation de ces nouveaux outils par les

institutions nationales. Il m’est arrivé de rencontrer des

ministres de l’Education en France, qui soulignent le fait que

l’innovation que nous essayons d’apporter est fantastique,

mais la discussion s’arrête malheureusement là alors que

nous aurions besoin de soutien supplémentaire de la part de

l’Education Nationale mais également d’autres institutions

liées de près ou de loin à l’apprentissage. Pourtant les chefs

d’établissement et les élèves sont demandeurs de tels outils…

Quelles sont vos ambitions pour les mois à venir ?

Qu’en est-il du développement de NewSchool ?

Afin de poursuivre le travail entamé il y a plus de 5 ans avec

NewSchool, nous avons récemment annoncé l’acquisition de

notre startup par Klassroom, entreprise française leader sur

la communication entre les professeurs et les parents.

BEAST MAGAZINE #16


70

#Technology | Startup

En effet, nous remarquons une demande accrue et le besoin

de fonctionnalités additionnelles liées à d’autres services dans

l’école, et pensions alors ajouter de nouvelles possibilités à ce

porte-clés. Il pourrait alors remplacer la carte de cantine et

ainsi payer à la cafeteria, mais aussi permettre l’identification

des élèves aux portes de l’établissement scolaire. Et aussi

le cahier de liaison – ou de correspondance – et également

donner la possibilité d’emprunter facilement des ouvrages à

la bibliothèque de l’école. Enfin, la dernière fonctionnalité à

envisager a quant à elle un aspect plus sécuritaire : permettre

de savoir qui sont les élèves présents dans l’établissement à

l’instant t, le nombre exact d’élèves en cas de souci, voire

même la possibilité de déclencher des procédures d’urgence.

Des fonctionnalités qui assisteraient ainsi fortement les chefs

d’établissement mais qui requièrent des investissements

importants. Les opportunités sont nombreuses : NewSchool

et Klassroom partagent la même vision de moderniser l’École

en permettant à tous d’accéder, gratuitement, à des outils

innovants au service de l’éducation.

Comment voyez-vous le secteur de l’EdTech

se développer dans les années à venir en France,

mais également en Europe ? La place de la gamificiation –

centrale à votre app – va-t-elle continuer à grandir ?

Pour quelles raisons ?

A la création de NewSchool en 2015, le terme «EdTech»

n’existait pas. Depuis, le secteur de l’éducation combinée

aux nouvelles technologies est en constante croissance. Le

marché se développe avec des tech innovantes qui continuent

d’arriver – IoT, intelligence artificielle, etc. – et surtout des

nouveaux besoins qui se font fortement ressentir auprès

des établissements scolaires et des apprenants. En France

et au niveau européen, notamment dans les pays frontaliers

ainsi qu’au Royaume-Uni, nous identifions des besoins très

clairs, avec des utilisateurs très ouverts à cette nouvelle

culture numérique. Ils sont prêts à utiliser des applications

et autres objets connectés. Ce contexte est propice à un

développement de l’EdTech au niveau européen.

La gamification y joue un rôle important car elle permet

de faire de nombre incalculable de choses, cette approche

est fantastique ! Elle engage les utilisateurs dans toute

une aventure créée par une entreprise. Chez NewSchool,

elle est très simple : à l’image de ce que nous avons tous

connu dans notre jeunesse, nous distribuons des bons

points. Je me rappelle encore être très fière et le dire à mes

parents dès mon retour chez moi. Mais l’ancien système est

assez couteux pour les professeurs avec des bons points

physiques à imprimer, en plus de ne pas être respectueux

pour l’environnement. Ces derniers voulaient également des

nouveaux moyens – «bons points», pour les élèves des écoles

primaires, et des «compétences» pour les collégiens et lycées

– afin d’engager les enfants de tout âge, de la petite section

au lycée, voire même post bac. Le «wording» et le design sont

différents mais l’approche est similaire.

La gamificiation ne va donc pas cesser de grandir : elle est

une ressource inépuisable, un excellent moyen d’engager et

faire participer les utilisateurs.

Vous avez créé NewSchool alors que vous n’aviez

que 15 ans. Aujourd’hui, comment aidez-vous les jeunes

étudiants à développer cet esprit d’entrepreneur ?

Quels sont vos conseils aux générations qui suivent

et qui veulent se lancer dans de telles aventures ?

Depuis l’âge de 16 ans, un an après la création de NewSchool,

je participe à des conférences, pour les entreprises ainsi

que pour les écoles. On me propose généralement de parler

de mon aventure : comment créer une startups en étant si

jeune, en étant une fille, en venant d’une filiale littéraire,

etc… J’adore partager et échanger aux quatre coins du

monde, puis répondre aux questions et interrogations des

participants.

En plus de ces interventions, j’aime prendre part à des

jurys, aider les étudiants entrepreneurs, encourager

l’entrepreneuriat de manière générale, notamment via sur les

réseaux sociaux. Cela me tient particulièrement à cœur car

lorsque j’ai débuté ne j’avais pas vraiment de «role model».

Les entrepreneurs de l’époque étaient alors Steve Jobs,

Bill Gates… Il n’y avait pas de femme entrepreneure, encore

moins dans les domaines du numérique et de l’éducation.

Il est donc important de faire passer le message suivant :

il est possible de réussir dans de tels domaines en étant une

jeune femme avec un profil plutôt littéraire.

Par contre, je ne saurai quels conseils donner… à 19 ans,

j’ai encore tellement à apprendre, avec beaucoup d’expérience

à emmagasiner. J’encourage tout de même tous les jeunes

entrepreneurs à oser, et à lancer leurs projets

sans hésiter et sans avoir peur des

conséquences. Il leur faudra un certain

mental et une hygiène de vie faite

d’organisation et d’objectifs.

Personnellement,

je recommencerai sans hésiter :

j’ai tant appris et tellement

grandi. C’est une expérience

exceptionnelle, alors OSEZ !

BEAST MAGAZINE #16


pysu.eu

POWERED BY

50.000€

IN PRIZE MONEY

TAKE PART IN THE

→ www.pitchyourstartup.eu

→ info@pitchyourstartup.eu

March

May

July

November

Fin- & RegTech

InsurTech

AI, Machine

Learning

& Big Data

New Space

Cybersecurity

AR, VR

& 3D modelling

Digital Marketing HumanTech Smart Mobility


72

#Technology | Startup

«CEO STARTUP TALK»

WITH ANSHUL GUPTA

BY JULIE BODIN

© Olivier Minaire

Anshul Gupta, Founder and CEO of RazrCorp, met with Kamel

Amroune, CEO of Farvest Group, to discuss his exciting journey

which took him to Luxembourg, and notably shares the story

of the creation of his company. The two tech aficionados then

focused on some of the innovative solutions offered by the tech

startup, with a new product soon hitting the global market…

Kamel Amroune: What brought you to Luxembourg? Can you

tell us more about your background and how your journey

actually started?

Anshul Gupta: It’s been 4 years now in Luxembourg… and I am

totally loving it! We started Razr out of UK with our ticketing

platform called «Entertainrr». Incidentally, I got married and

the my wife got a job here, in Luxembourg. That is the reason

I relocated here.

Initially, while we were stabilizing our platform and onboarding

our first clients, we started new age IT services offerings and

got a good response from important clients like Vodafone,

Mercedes, EY, etc., just to name a few. At the same time, we

decided to setup an offshore development center in Bombay,

India.

Today, we are a tech team of 32 experts spread across

Luxembourg, London, Dubai and Bombay. In my career

spanning over 12 years, I have launched more than 5 mobile

apps scaling more than 5 million downloads for my previous

companies, and over 4 platforms. My career actually started

more than ten years ago, in 2007 in Bombay. And I’m glad

to now call Luxembourg «home» and the headquarters of

RazrCorp.

KA: Many players are offering quality IT services in

Luxembourg… How do you differentiate yourself from them?

Why are you so passionate about it?

AG: First of all, I think that Software will eat the world. Also,

Transformation will never end. Therefore, Digital will be an

ongoing process in every organization. And the companies

which will embrace IT transformation and evolving business

models at every step will be the winners. Look at how the

Direct to Consumer model took down Thomas Cook, just a

couple of months ago. Legacy businesses are failing due to a

lack of apt turnaround strategies.

We, at Razr, are the DOERS: we analyze business processes,

believe in automation to reduce human error and aim at

optimizing processes for long term business impact.

Being a small company we have our own little R&D centre

where our devs tinker with tech. For the last two years, we

have been training on Machine Learning models to solve

complicated problems and build use cases with our clients.

Our clients have realized that the tools and expertise we offer

to accomplish tasks, compared to those provided by legacy

IT companies, are much more advanced and have real impact

on their business.

Plus, we are in the product business with Entertainrr and

Stage (coming soon…): IT services are an attractive bet but

also a safety net in the long run. Moreover, our R&D team

keeps coming up with innovations across sectors.

KA: What is so special about Entertainrr? You launched a

ticketing platform when so many already exist…

AG: Actually, Entertainrr is not only a ticketing platform. Of

course, ticketing is the biggest selling point, but we realized

early in the process that there are very few systems on the

enterprise front able to solve problems for the venues. For

instance, a venue requires a system which covers everything:

Entertainrr already has an in-built artist booking tool, it

also deals with Supplier management (for a venue), Spend

analysis, Memberships, Live voting, Awards and Jury module,

CRM, and multiple integrations with third party providers. It’s

a very powerful stack which took two years to build. Now,

we upgrade it once a month with new features. We literally

started building Entertainrr out of a garage in Manchester.

The tool we came up with is efficient and is growing… for real!

We are working on the organization of several major events

in Luxembourg and are working with three venues in the UK

as we speak.

BEAST MAGAZINE #16


74

#Technology | Startup

KA: You mentioned «Stage». What is it exactly?

AG: Well, I forgot to mention that when we started our

journey, we launched over 5 celebrity apps back in South-

East Asia garnering over 7 million downloads. Quickly, we

realized that the model was not evolving and that it would

eventually die due to longer sales cycles. We therefore

scrapped the beta version to now launch Stage, a platform

for creators to monetize content and commerce. You will

see it soon in Luxembourg: we have some exciting worldcreators

signed up along with Hollywood biggies. We will

be launching a survey in the UK and Europe with over

25,000 creators.

KA: This sounds exciting and looks global…

AG: Yes, indeed, we are very excited. Media-Tech is

something which runs in our DNA as a company, and

personally, I am very passionate about it. With Stage, we

think we can solve a real world challenge of empowering

the next generation digital influencers globally and also do

it better than the competition by leveraging the power of

machine learning and betting on automation.

The team is working on it non-stop in the UK, Luxembourg

and India to get it up and ready. It is going to be a great

product built out of love, collaboration and partnerships.

KA: Is «Stage» going to be the focus for 2020?

AG: Definitely. It already takes about 50% of my time.

Imagine an artist selling his/her content, commerce

(ticketing, merchandise) and having his/her own digital

identity online. There is not a single platform in the world

today which allows an artist to decide how he/she should

price his/her content/commerce. Social platforms can give

you a million followers, yet, most of the time, you are

unable to monetize this popularity. We want to pioneer

the Direct to Consumer model by giving creators more

control and therefore a global reach on how their content

is distributed. The first version of web, mobile and TV apps

looks very exciting and we are already running betas in

small pockets with our users. It’s still 6 months away for

the consumers though… Stay tuned!

KA: One last question… when are you bringing

robots to Luxembourg?

AG: How do you even know about this? Well, we are

extremely excited to work on a robotics project for a

South East Asian company. It opens a whole new world of

possibilities of deep learning for us, as we are collaborating

with the world’s best technological minds. We have been

working on it for more than two years, with many setbacks,

but we are finally getting there. There are still miles to

go, but we are very confident when it comes to the

future success of this amazing project. Moreover, we are

contributing to the creation of its Autonomous Navigation

and object detection system. You have to interact with it

– which is really cool – and it actually speaks like a Human

being. We are training it to be adaptive for use cases for

the hospitality, defense and healthcare sector, among

others. Hopefully, it will be ready for ICT Spring 2020!

BEAST MAGAZINE #16


NTT Ltd. and SES Team Up to Improve

Safety at the Isle of Man TT Races

Global technology services provider and world leading satellite

operator implement data and tracking platform to enhance safety

and bring digital expertise to the iconic motorcycle event.

© JazzyGeoff - Shutterstock

The TT Race is tipped

to become the first

high profile use case

for the next generation

5G mobile network on

the Isle of Man

In addition, a local 5G

mobile network is

in place to transport

the event data from

the vehicles on the

ground, to the race

viewers via the digital

platform

This latest available

technology

to trace race bikes

with a speed

of more than 200 mph

in real-time with

a location accuracy

of up to 10 cm

The platform will also

enhance the viewing

experience of the race

and attract a new

generation of digitally

savvy fans

The iconic TT Mountain

Course, 61 km in length

travelling though villages

and forests


76

#Technology | Robots

THE FUTURE OF INDUSTRIAL

ROBOT TECHNOLOGY

BY ALBERT BARTHOLOMÉ

+16%

+12%

+10%

Annual installations

of industrial robots

2013-2022*

‘000 of units

2013

2014

2015

2016

2017

+6%

2018

+0%

2019*

2020*

2021*

2022*

‘000 of units

2017

Europe

46

55 54

67 76 74

280 283 285

2018

Asia/Australia

2019*

59

79

320

2020*

America

64

83

368

2021*

69

87

420

2022*

* forecast

* forecast

Robots installed per 10,000 employees :

China

Japan

United States

Rep. of Korea

Germany

Chinese Taipei

Italy

France

Mexico

Spain

India

Singapore

Canada

Thailand

Czech Republic

154

55,2

40,4

37,8

26,7

12,1

9,8

5,8

5,7

5,3

4,8

4,3

3,6

3,3

2,7

Annual installations

of industrial robots

15 largest markets 2018

‘000 of units

99

#1 Average Europe : 114

#2 Average America : 99

#3 Average World : 99

#4 Average Asia : 91

114

Robot density

in the manufacturing

industry 2018

91

«International productivity gains in industry,

compared to other sectors, are one of the

causes of the decline in the number of jobs

at European level.»

According to an ING Luxembourg survey:

robots are going to eliminate 52% of on jobs

CARLO THELEN

Director General of Luxembourg

Chamber of Commerce

Sources : IFR - International Federation of Robotics - World Robotics 2019

Industrial Robots - ifr.org

www.carlothelenblog.lu/2019/08/08/pro-industrial-luxembourg/

BEAST MAGAZINE #16

99.807 threatened jobs =


HOUSE

OF STARTUPS

IS LUXEMBOURG’S

HOTTEST CAMPUS

FOR INNOVATION

HUBS.

HoST was set up in 2017 by the Chamber of Commerce

with a vision to become a driving force of the innovation

ecosystem in Luxembourg. Its mission is to federate,

promote, support and catalyze both the startup

ecosystem and corporate innovation needs.

Luxembourg

Open Innovation Club

www.host.lu • host@host.lu


78 #Technology | Jobs

ŒUVRER

POUR

LA PARITÉ

HOMME-FEMME

DANS L’IT

PAR ALEXANDRE KEILMANN

Le 17 décembre prochain, Isabelle Collet participera à la première

IT Ladies Night organisée au Luxembourg. Professeure Associée

à l’Université de Genève, elle se préoccupe de l’inclusion des

femmes et des publics minoritaires dans le numérique. Pour

BEAST, elle revient sur ces inégalités et présente quelques-unes

des meilleures pratiques visant à augmenter la part de femmes

dans les métiers tech. Elle est également l’auteure de l’ouvrage

«Les oubliées du numériques».

Lorsqu’elle a débuté sa carrière dans le secteur IT, au début des années 90,

Isabelle Collet avoue ne pas avoir noté de réelle différence entre la place des

femmes et des hommes : «je pensais alors que l’égalité des sexes était acquise

et qu’il était au goût de chacun de s’orienter vers les filiales souhaitées. De

plus, les femmes représentaient environ un quart des effectifs : l’écart n’était

pas aussi criant que maintenant…». Ce n’est que quelques années plus tard,

lorsqu’elle était à la recherche d’un poste en CDI, qu’elle a commencé à se

rendre compte du phénomène. Elle ajoute : «cependant, je n’avais pas de grille

d’analyse, juste ma propre observation. Je me suis notamment posée la question

de mes compétences… et ai fini par reprendre mes études à l’Université Paris-

Nanterre. J’y ai suivi un cours sur les rapports sociaux, un cours de genre. Le

sujet m’intriguait beaucoup».

De la masculinisation de l’IT…

Isabelle Collet a présenté sa thèse en 2000. Elle y annonçait déjà que la

situation des femmes dans l’IT allait s’aggraver. Comme elle le souligne, la chute

a débuté durant les années 80 : cela s’explique par plusieurs phénomènes et

notamment par l’augmentation du prestige des métiers de l’IT. «Lorsque celui-ci

explose, le champ du savoir prend de l’importance puis se masculinise. De plus,

la transformation structurelle, avec le passage du gros système informatique

aux micro-ordinateurs, coïncidant avec son arrivée dans les foyers, a

également joué. En effet, les garçons sont généralement équipés en premier

et nous créons donc des micro sociétés !» commente l’experte. Nous avons

donc assisté à un changement de représentation qui touche le quotidien des

garçons et des filles, mais également des parents et des professeurs. Puis, les

discours institutionnels tels que «l’informatique c’est l’avenir, il faut former, et

surtout les jeunes garçons», combinés à cette montée en prestige de l’IT, ont

créé cette chute libre du nombre de femmes dans l’informatique. Aujourd’hui,

les chiffres sont cependant délicats à analyser : en Europe, on recense environ

30% de femmes évoluant dans le secteur, mais les trois quarts d’entre elles

occupent des métiers de support – marketing, communication, RH, etc.

Il n’y a donc que très peu de codeuses. «En France, elles sont environ 20%,

et lorsque l’on s’intéresse aux domaines spécialisés tels que le big data ou

la cybersécurité, elles ne sont que 11%. Puis, selon la hiérarchie, la part des

femmes est encore différente. Enfin, toujours dans l’Hexagone, il n’y a que 7%

des startups tech qui sont créées par des femmes,» précise Isabelle Collet.

…à sa promotion auprès des femmes

Dès lors, est-il nécessaire de commencer à

s’intéresser à la tech et à l’informatique dès

le plus jeune âge ? Pas nécessairement selon

la professeure, qui rappelle l’existence de

nombreux instituts de formation ayant pris

d’importantes mesures pour transformer

leur population, alors qu’ils s’adressent à

des adultes. Elle ajoute : «Nous pouvons

donc agir à tout âge. Mais évidemment, c’est

très bien de donner un premier goût à l’IT

aux filles dès l’école. Aujourd’hui, il a encore

trop peu de représentations de la discipline,

d’où l’importance, par exemple, d’apprendre

le code à l’école». Cependant, il est difficile

de mesurer l’impact des initiatives allant

dans ce sens et qui sont aujourd’hui

introduites dans les établissements

scolaires : celles-ci porteront leurs fruits

d’ici une dizaine d’années. Heureusement,

il existe d’ores-et-déjà des pratiques qui

permettent d’augmenter rapidement le

nombre de femmes dans l’IT : «je pense

à plusieurs instituts de formation qui ont

mis en place des mesures volontaristes

comme par exemple la possibilité de se

former dans un centre de formation nonmixte

à Bruxelles, et destiné à des femmes

en rupture d’emploi, en reconversion, et

peu diplômées. Le fait que cette promotion

soit non-mixte est rassurant, ces femmes

peuvent alors se dire qu’elles sont toutes

au même niveau. Cela date des années

2000.


#Technology | Jobs

79

Actuellement, dans les grandes écoles du numériques en France

sont organisées des séances d’informations/recrutement nonmixtes

: les femmes se retrouvent entre elles et s’aperçoivent

qu’elles sont plusieurs à être intéressées par une telle carrière.

Les cours seront quant à eux mixtes». Isabelle Collet insiste aussi

sur une solution certes plus coûteuse mais plus satisfaisante

intellectuellement : l’université Carnegie Mellon, aux Etats-

Unis, a totalement repensé son mode de recrutement, avec

des critères d’admission moins axés sur la tech, une population

enseignante plus mixte et l’introduction de cours sur le genre

pour souligner ces inégalités. L’université frôle aujourd’hui

la parité et a atteint les 45% de femmes. «Bien sûr, faire la

promotion du code, présenter des role models aux filles,

organiser des concours les mettant en avant, etc., restent des

mesures importantes, mais elles sont plus faciles à mettre en

place. En effet, il est moins difficile d’agir sur les jeunes filles

que de demander à un employeur ou à une institution de se

repenser complètement et, en quelques sortes, de faire son

auto-critique,» explique la professeure. L’UE finance quant à

elle une recherche sur la place des femmes dans l’IT depuis

les années 2000 : elle comprend le phénomène et analyse les

bonnes (et mauvaises pratiques).

Isabelle Collet préside également l’ARGEF, une association

se penchant sur la recherche sur le genre en éducation et

formation. Celle-ci réunit les sociologues et chercheurs en

genre, qui partagent leurs travaux, et s’intéressent à d’autres

secteurs que l’IT également touchés par de tels déséquilibres

hommes-femmes. «Ce phénomène existe dans plusieurs autres

domaines, mais nous n’en entendons que très peu parler car

les enjeux économiques sont moins importants. C’est le cas

du service à la personne, notamment, où il manque beaucoup

d’hommes, et plus généralement de personnel diplômé. Dans

la boucherie, c’est le cas inverse, avec une représentation

quasiment exclusivement masculine. Quant à l’enseignement

petite enfance, il est composé en grande majorité de femmes.

Cependant, comme le prestige n’est pas le même, et que les

salaires ne sont pas aussi élevés, il est compliqué de tenir

le discours inverse à destination des garçons. Ainsi, on note

qu’il est plus facile de vendre l’informatique aux femmes, que

les services à la personne aux hommes !» ajoute l’experte.

Aujourd’hui, grâce aux initiatives lancées il y a quelques

années, on observe que la part de femmes augmente de

façon considérable dans certaines formations informatiques.

«Désormais, il faut soutenir ces initiatives : il ne suffit pas de

faire des efforts pendant quelques années, car le système peut

rapidement revenir à son état initial,» prévient Isabelle Collet.

* Go on the event website in the menu «Book your ticket», enter the promocode in the field «Add Promotion Code» and follow the instructions

to register for the event. Please note that this code does not provide access to the gala dinner. Seats for the dinner require a separate registration.


80 #Index

MANAGING EDITOR

Kamel Amroune

kamel.amroune@farvest.com

ADVERTISING CONTACT

Aurélie Paini

Business Development Manager

aurelie.paini@farvest.com

Tel : (+352) 621 638 426

EDITORIAL TEAM

Alexandre Keilmann, Julie Bodin,

Gérald Mangin, Louise Niedzielski,

Albert Bartholomé, Ali Paterson

DESIGN

Vincianne Masson Head of Production

Arnaud Meisch Art Director

Cover Arnaud Meisch

Distribution by Post Luxembourg

& New Fast Mail

Print: 20.000 ex

ISSN: 2418-4799

EDITOR

Farvest

3, rue Marcel Fischbach

AXENTO Building

Entrance B (LEVEL 3)

L-1547 Luxembourg-Kirchberg

Tél. : +352 26 27 69 1

Fax : +352 26 27 69 32

RCS : B76419

The next edition of Urban BEAST

will be published in December 2019.

Christmas and New Year’s Eve are

approaching: the team of Urban BEAST

is ready for Winter and will provide its

readers with the best tips of the season,

while discussing the latest tech

and lifestyle trends!

BEAST MAGAZINE #16


PERSONALITIES

Aaron Rodgers 37

Adam Silver 36

Adrien Kirschfink 27

Alain Janssens 46, 47

Ann Cairns 28

Anne Boden 28

Anshul Gupta 72

Ariana Grande 45

Arik Shtilman 28

Audrey Pulvar 64

Audrey Rouach Baverel 16

Beatrice Sangster Bullers 50

Bill Gates 70

Billie Eilish 45

Brad Garlinghouse 28

Brad Pitt 41

Brandon Krieg 28

Bruno Le Maire 28

Camila Cabello 45

Carlo Thelen 76

Carlos Torres Vila 28

Carole Dieschbourg 34

Charlie Daniels Band 44

Chic 44

Christian Scharff 10

Christina Aguilera 45

Christine Lagarde 28

Claudius Regaud 56

Coco Gauff 47

Creedence Clearwater

Revival 44

David Gurlé 28

Dominique Gaul 46, 47

Earth, Wind & Fire 44

Ed Sheeran 45

Electric Light Orchestra 44

Elizabeth Rossiello 28

Ellen DeGeneres 40

Elodie Benoist 62, 63

Enrique Iglesias 45

Fabrice Croiseaux 64

Frédéric Oudéa 28

Gael Denis 27, 32

Gareth Brooks 45

Giannis Antetokounmpo 36

Gloria Estefan 45

Guy Le Querrec 47

Henri Becquerel 56

Hikmek Ersek 28

Isabelle Collet 78, 79

Jacques Pütz 26

Jason Momoa 43

Jason Statham 41

Javier Pérez-Tasso 28

Jay Sean 45

Jimmy Kimmel 40

Joel Fernandes 18, 19

Johnny Cash 44

Jon Favreau 41

Julian Teicke 28

Justin Bieber 45

Kamel Amroune 72

Karim Oumnia 49

Kathryn Petralia 28

Keanu Reeves 41

Kings of Leon 45

Lana Del Rey 45

Laurence Fishburne 41

Laurent Nizri 28

Leonardo DiCaprio 41

LFO 45

Lil Wayne 45

Lionel Gendarme 27

Lloyd Price 44

Mandy Minella 47

Manjuri Sinha 14, 15

Marco Houwen 16

Margot Robbie 41

Marie Curie 56

Megan Rapinoe 38

Meghan Markle 37

Michael Jordan 36

Miley Cyrus 45

Nafissatou Thiam 47

New Kids On The Block 44

Nicolas Batum 36

Nicolas Huss 28

Nikhil Rathi 28

Olivier Beaujean 60, 61

Oprah Winfrey 43

Osama Bedier 28

Pascal Denis 27


Pascal Steichen 66, 67

Patrice Fritsch 32

Patrice Witz 27

Patrick Laurent 27

Paula Abdul 44

Phil Phillips 44

Philippine Dolbeau 68

Pierre Curie 56

Pierre Gramegna 28

Post Malone 45

Prince Harry 37

Quentin Tarantino 41

Ralph Hamers 28

Richard Marx 45

RJ Barrett 41

Sadiq Khan 37

Santo & Johnny 44

Shawn Mendes 45

Simon Bernard 52

Steve Jobs 70

Steven Spielberg 43

Sylvain Cottong 16

Tamy Ribeiro 24

Taylor Swift 45

The Archies 44

The Black Eyed Peas 45

The Browns 44

The Carpenters 44

The Everly Brothers 44

The Knack 44

The Rock 41

The Rolling Stones 44

Thierry Kremser 10

Thomas Wilbois 20

TLC 45

Valentin Stalf 28

Valentina Brysina 6, 7, 8

Véronique Gillon 56

Warrant 45

Will Smith 40

Wunder Mobility 24, 25

Zion Williamson 41

COMPANIES

ABBL 27

Accenture 27

Airbnb 2

Alaska Airlines 41

Alibaba 43

Altéir Event 28

Amazon 42, 63

Apple 42, 43

Arendt 66

Arkea 29

Audi 40

Aza Finance 28

Baïdu 43

Banking Circle 29

BBC Studios 42

BBVA 28

BCEE 19

BMW 20

BNP Paribas 29

Capgemini 29

CFTE 30

Chambre de Commerce

Luxembourg 76

Chargy 18

Cisco 67

Coca-Cola 27, 40

Continental 17

Coursera 13

CSSF 27

Daimler 20

DC Comics 43

Dejamobile 29

Deloitte 27

Digital Finance Forum 30

Disney 41, 42

Docler Holding 6, 8

Enovos 19

EY 27, 32

Facebook 41

Farvest Group 72

Fedil 66

Finance Innovation 29, 30

Fintech Australia 30

Folie Royale 41

Forter 29

GitHub 7

Google 7, 17, 40, 43, 50, 63

Grant Thornton 27

Greenpeace 27

Haus of Fintech 30

HBO 42

Hertz 40

HOW Institute 16, 17

Hulu 43

Idnow 29

IEE 60, 61

ING 28, 76

Ingenico Group 28

Instagram 40, 41

Institut Curie 56, 57

InTech 64

International Monetary Fund 28

IoT Inspector 66

iQiyi 43

Kabbage 28

Kellogg’s 41

Kinepolis 40, 41

Klassroom 69, 70

KPMG 27

Le Swave 30

LeasePlan 18, 19

Leica 47

LHoFT 30

LinkedIn 7

London Stock Exchange 28

LUXHUB 26, 27

Luxinnovation 66

Mambu 29

Marvel 40, 42

Mastercard 28, 29

McDonald’s 41

MCU 40

MERBAG 20

Mercedes-Benz 20, 22

Microsoft 48

MLB 36, 37

N26 28

Nations Unies 19

NBA 36

Netflix 42, 43

NewSchool 68, 69, 70

NFL 37

NHL 37

NTT 75

Orange 63

OUI.sncf 62, 63

Paris Finance Week 30

Paris Fintech Forum 28, 30

Paypal 30

Paytech Magazine 30

PepsiCo 27

Plastic Odyssey 52, 54

Poynt 28

PwC 10, 11, 12, 13, 27

Rapyd 28, 29

RazrCorp 72

Red Bull 27

Reddit 7, 41

Ripple 28

Rise 29

SECURITYMADEIN.LU 66, 67

SES 75

smart 20

SNCF 62

Société Générale 28

Sopra Banking Software 29

Spectral Engines 50

Sporting Intelligence 38

Stackoverflow 7

Starling Bank 28

Stash 28

SWIFT 28

Symphony 28

Telindus 67

Temenos 29

Thomas Cook 60, 72

Tribe Payment 29

Twitter 7, 41

Uber 2

UNEP 27

Visa 29

Walt Disney Company 43

Warner 42

Wefox Group 28

Western Union 28, 29

Win-Win 64

Wirecard 29

Yashica 46

Youkou 43

YouTube 41

Yves Saint Laurent 50

Zalando 14, 15


hello.global.ntt

VAN DER VALK LUXEMBOURG

www.hotelluxembourg-arlon.be

www.host.lu

we are girlsonpress.lu

#WHERESJOSY?

More magazines by this user
Similar magazines