24.06.2013 Views

Demain Sera Bleu

Demain Sera Bleu

Demain Sera Bleu

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

C. Vinccenti<br />

<strong>Demain</strong> <strong>Sera</strong> <strong>Bleu</strong>


TABLE des MATIERES<br />

Chapitre1 – Retour en France -------------------------------------------------------------- p3<br />

Chapitre 2 – Première descente au Nautilus ----------------------------------------------p10<br />

Chapitre 3 – Bienvenue à Fric City --------------------------------------------------------p14<br />

Chapitre 4 – Une affaire de chœur ---------------------------------------------------------p17<br />

Chapitre 5 – Une mécanique bien huilée --------------------------------------------------p23<br />

Chapitre 6 – Rencontre avec une diva -----------------------------------------------------p28<br />

Chapitre 7 – <strong>Demain</strong> sera bleu --------------------------------------------------------------p32<br />

Chapitre 8 – Pause café ----------------------------------------------------------------------p34<br />

Chapitre 9 – Week-end ----------------------------------------------------------------------p37<br />

Chapitre 10- Une soirée en Afrique --------------------------------------------------------p49<br />

Chapitre 12 - C’est l’plombier --------------------------------------------------------------p57<br />

Chapitre 13 – Une initiative malheureuse -------------------------------------------------p63<br />

Chapitre 14 – Le concert de Noël ----------------------------------------------------------p66<br />

Chapitre 15 – Et vous pensez avoir fini quand ? -----------------------------------------p69<br />

Chapitre 16 - Une situation embarrassante -----------------------------------------------p71<br />

Chapitre 17 – Joyeux Noël ------------------------------------------------------------------p74<br />

Chapitre 18 – A nos 20 ans ! ---------------------------------------------------------------p80<br />

Chapitre 19 – Concert de printemps -------------------------------------------------------p83<br />

Chapitre 20 – Pratiques abusives -----------------------------------------------------------p86<br />

Chapitre 21 – Dany fait une tentative ------------------------------------------------------p88<br />

Chapitre 22 – La pensionnaire de Saint-Joseph ------------------------------------------p91<br />

Chapitre 23 – Irrésistible désir --------------------------------------------------------------p97<br />

Chapitre 24 – Une offre de dépannage tardive ------------------------------------------p100<br />

Chapitre 25 – Une soliste très douée -----------------------------------------------------p106<br />

Chapitre 26 – Petits cadeaux entre amis -------------------------------------------------p109<br />

Chapitre 27 – Les fantômes du passé ----------------------------------------------------p112<br />

Chapitre 28 – Un début de vie de famille -----------------------------------------------p116<br />

Chapitre 29 – Contretemps médical ------------------------------ -----------------------p120<br />

Chapitre 30 – Une évidence accablante --------------------------------- ----------------p123<br />

Chapitre 31 – Nouvelle donne ------------------------------------------------------------p127<br />

Chapitre 32 – Le choix de Gianni --------------------------------------------------------p129<br />

Chapitre 33 – Baisse de tension -----------------------------------------------------------p132<br />

Chapitre 34- L’invité surprise ------------------------------------------------------------p136<br />

Chapitre 35 – Livraison de chantier ------------------------------------------------------p141<br />

Chapitre 36 – Secrets -----------------------------------------------------------------------p147<br />

Epilogue--------------------------------------------------------------------------------------p152<br />

2


CHAPITRE 1 – RETOUR EN FRANCE<br />

« Mesdames et Messieurs, nous entamons notre descente vers l’aéroport de Paris<br />

Charles de Gaulle. Veuillez regagner vos sièges et boucler vos ceintures de sécurité. »<br />

Le vol de nuit qui la ramenait de New-York touchait à sa fin. Un peu comme la queue<br />

des quinze personnes qui avaient pris d’assaut les cabinets de toilette situés au milieu<br />

de l’appareil, afin de se rafraîchir avant d’arriver à Paris. Lisa avait patiemment<br />

attendu avec sa petite trousse I love NY, derrière la trousse Chanel, elle-même<br />

précédée de la trousse Dilbert, qui suivait deux trousses sans style particulier plutôt<br />

vieillissantes et ternes, à l’image de leurs propriétaires sans distinction ni expression.<br />

La plus rapide des trousses à atteindre les réduits si convoités avait été –bien entendu-<br />

celle de Harry Potter. C’était sûrement d’ailleurs pour ce genre de petite magie à<br />

l’usage du quotidien que ce type d’article devait faire des ravages. En tout cas, c’est<br />

toujours ainsi. Alors que New-York était enfin arrivée devant la porte verrouillée,<br />

sans aucune autre trousse pour s’interposer désormais entre elle et la porte des<br />

sanitaires, il avait fallu que l’hôtesse se ligue à son tour pour l’inciter à faire demitour.<br />

C’était bien mal connaître New-York qui, contrairement à Chanel sortie en toute<br />

hâte pour retrouver son siège, des fois que des passagers seraient montés en cours de<br />

route et lui auraient piqué la place, s’enferma dans le réduit pour procéder à une<br />

toilette sommaire. Elle peigna ses cheveux qui bien que coupés courts n’en étaient pas<br />

moins rebelles, mais surtout soulagea sa vessie que les huit verres de liquide<br />

régulièrement offerts par le personnel pendant le vol – la psychose des thromboses<br />

avait manifestement fait son oeuvre- avaient dilatée jusqu’à un point proche de<br />

l’éclatement.<br />

Le soulagement grandissant était visible sur le visage de New-York au fur et à mesure<br />

que le liquide chaud s’écoulait entre ses cuisses. Elle fut bien perturbée par une ou<br />

deux secousses de l’appareil mais l’opération fut presque totalement maîtrisée. Puis<br />

Lisa nettoya sommairement les rebords de la cuvette, se lava bien les mains et rinça le<br />

lavabo avant de regagner son siège, ainsi que le préconisait l’enseigne lumineuse qui<br />

semblait la fixer d’un air de reproche. Chanel avait eu le réflexe de pulvériser<br />

copieusement une senteur assez lourde mais qui avait le mérite de couvrir celles<br />

moins raffinées de l’endroit, malgré le déodorant mis à disposition par la compagnie.<br />

Quand Lisa arriva dans le couloir, la plupart des gens étaient assis mais certaines<br />

personnes continuaient à s’agiter près de leur siège ou à farfouiller dans les<br />

compartiments de bagages à main. On rangeait à qui les jeux des enfants, à qui le<br />

tricot de grand-mère, ou encore l’ordinateur de monsieur qui avait préparé son<br />

compte-rendu de mission pendant le vol, avant de reprendre la routine stressante et<br />

bien remplie du travail et de la vie de famille.<br />

Lisa avançait régulièrement entre les rangées de sièges pour rejoindre sa place. Toute<br />

à sa progression le long du couloir, elle ne vit pas venir le danger. Tout se passa très<br />

vite. Alors qu’elle arrivait à hauteur de Chanel, qui avait dû oublier de se parfumer<br />

depuis au moins deux minutes, la main qui tenait le flacon se leva et lâcha un jet<br />

puissant d’aérosol qui n’atteignit que partiellement le cou empâté qui constituait sa<br />

cible initiale, mais réussit à embrumer d’un coup la vue de New-York. Le contact<br />

agressif du liquide pulvérisé sur ses prunelles déclencha un flot immédiat de larmes<br />

que filtraient ses cils avant de les laisser s’écouler sur sa joue. Lisa ne sut pas si le pire<br />

était cette brûlure intense dans les yeux ou bien cette odeur pesante qui n’était plus<br />

mise en valeur par celle de l’urine. Elle fit un demi-tour réflexe pour aller se rincer les<br />

3


yeux , sans prêter attention à son agresseur, après avoir poussé un « ah » de douleur et<br />

en essayant de ne pas trop gémir. Ses mains, tendues en avant, tâtonnaient dans l’allée<br />

pour l’aider à baliser son avancée. Entre deux fauteuils, elle toucha un nounours<br />

qu’agitait sans complaisance un enfant et plus loin effleura le tissu du pantalon d’un<br />

homme qui se hissait pour enfourner un dernier bagage et sembla apprécier, une fois<br />

la surprise passée, cette caresse involontaire et délicate sur sa croupe bombée.<br />

Une hôtesse voulut raccompagner Lisa illico à son siège puis s’empressa, au vu des<br />

circonstances, de la prendre en charge afin qu’elle puisse se rincer les yeux avec un<br />

sérum puisé dans la trousse d’urgence de la compagnie. Le contact du liquide froid<br />

apaisa rapidement le feu. New-York était sauvée et le voile se dissipait peu à peu.<br />

Néanmoins, elle gardait un certain ressentiment pour la poupée vieillissante et<br />

pseudo-grand luxe qui non seulement l’avait momentanément handicapée mais de<br />

plus semblait ne s’être rendu compte de rien. Plus de peur que de mal pour New-<br />

York, plus de coquetterie bas de gamme à en juger par son parfum que de raffinement<br />

et d’éducation du côté de son agresseur.<br />

Lisa avait enfin pu regagner son siège, les yeux encore rougis par sa mésaventure, en<br />

prenant garde d’éviter toute autre rencontre hasardeuse. La vision déformée du décor,<br />

encore troublée par les larmes abondantes que le corps étranger avait fait perler de ses<br />

yeux, commençait maintenant à se stabiliser. Heureusement que sa copine Léa venait<br />

la chercher à l’aéroport. Cette perspective agréable lui changea un peu les idées.<br />

Léa était la complice et la confidente de ses années de lycée et elle avait hâte de la<br />

retrouver après son escapade américaine.<br />

Léa l’avait bien prévenue qu’elle avait un peu grossi ces derniers temps mais quand<br />

Lisa débarqua dans le terminal, elle ne put cacher sa surprise.<br />

- Léa ! Bonjour ! Elle agitait sa main fine et menue en direction de son amie qui<br />

n’avait pas exagéré au sujet de sa prise de poids. Seulement, celle-ci semblait<br />

très localisée. Tu ne m’avais pas dit ? Mais c’est qui ? Et depuis quand ? Oh,<br />

je suis si heureuse de te revoir. Elle ne détachait pas le regard de ce ventre<br />

rond sur lequel elle n’osait pas poser la main. Pourtant la tentation était forte.<br />

En même temps, pour qui connaissait Léa, ces choses-là devaient bien finir par<br />

arriver.<br />

- Salut ma chérie. Heureuse de te revoir moi aussi. C’était bien ce stage aux<br />

US ? Tu as brisé le cœur de combien de petits stagiaires perdus comme toi<br />

dans cette grande ville et qui cherchaient le réconfort d’un joli minois et d’un<br />

popotin aussi bien roulé que le tien ? Oh, raconte-moi s’il te plaît, je veux tout<br />

savoir !…<br />

Elle avait accompagné ce geste d’une bonne tape sur les fesses de Lisa qui poussa un<br />

petit cri en riant, heureuse de retrouver sa bonne vieille copine dont la présence lui<br />

avait parfois vraiment manqué pendant ces dix mois.<br />

Léa était une camarade de lycée qui avait bifurqué vers la fac de médecine pendant<br />

que Lisa entreprenait des études de commerce avec option informatique. A l’époque<br />

Lisa habitait avec son père mais supportait de plus en plus mal la présence de sa bellemère,<br />

qu’elle avait toujours considérée comme responsable de la séparation de ses<br />

parents. Aussi essayait-elle le plus souvent possible d’aller passer les week-ends dans<br />

le studio que les parents de Léa lui avaient trouvé pour qu’elle puisse poursuivre ses<br />

études. Léa était alors une fille brillante mais qui semblait encore se chercher. Lisa<br />

4


n’avait pas eu des résultats scolaires aussi impressionnants – la situation houleuse<br />

entre ses parents pendant les années qui avaient précédé n’avait d’ailleurs rien fait<br />

pour arranger les choses - mais elle compensait par une détermination et une<br />

obstination farouches au travail.<br />

Après le bac, les soirées passées entre copines dans ce petit studio comptaient parmi<br />

les plus beaux souvenirs de Lisa. Léa avait toujours des tas d’anecdotes à raconter sur<br />

les étudiants en médecine. Elle faisait aussi profiter Lisa de toutes les farces qu’elle<br />

jouait à ses collègues d’amphithéâtre, de ses expérimentations sur le comportement<br />

masculin et n’hésitait pas à raconter les détails les plus salaces de ses apparemment<br />

nombreuses expériences sexuelles à Lisa, qui était véritablement impressionnée par<br />

les dires de son amie.<br />

Elle-même n’avait eu jusqu’alors que quelques petits copains et s’était limitée à des<br />

échanges de baisers ainsi qu’à des caresses exploratoires balisées par la ceinture<br />

serrée de ses jeans. Non pas qu’elle n’ait jamais eu envie de faire le grand saut. Elle<br />

avait eu pendant longtemps le béguin pour un grand qui avait presque trois ans de plus<br />

qu’elle et qu’elle trouvait infiniment beau avec ses cheveux sombres et ses grands<br />

yeux verts. Il s’appelait Luc et portait souvent un long manteau qui allongeait encore<br />

sa silhouette filiforme. Il peinait dans la classe supérieure –les études n’étaient pas<br />

manifestement son point fort mais c’était secondaire quand on était capable de faire<br />

fantasmer la moitié des filles du lycée. Bien entendu il n’avait jamais remarqué Lisa.<br />

Par contre, il avait réussi à focaliser ses émotions les plus intimes, en un mot à<br />

presque la désintéresser de tout autre garçon. Puis Luc avait enfin réussi à décrocher<br />

son bac et Lisa avait bossé d’arrache-pied pour l’obtenir à son tour, avec une mention<br />

Assez Bien qui avait fait la fierté de toute la famille. Lisa avait ensuite intégré une<br />

classe préparatoire et fixé son dévolu sur une autre icône, François, hybride du grand<br />

Claude du même nom pour le physique et d’un monastique pour les choses plus<br />

légères de leur âge. Il mobilisait les pulsions fantasmagoriques de Lisa et libérait ainsi<br />

son intellect qu’elle utilisait pleinement pour faire face à la masse de travail<br />

décourageante qu’on leur infligeait quotidiennement.<br />

Pleinement sollicitée par ses devoirs et sa fixation, Lisa attendait avec impatience les<br />

fins de semaine avec Léa, où certes elle devait travailler encore, mais surtout pendant<br />

lesquelles elles s’octroyaient une petite sortie le samedi soir, qui se finissait<br />

inexorablement par des heures de bavardage au lit et de grands éclats de rire avant de<br />

s’endormir.<br />

Chaque escapade au studio avait été une bouffée d’air frais pour Lisa, hors de<br />

l’atmosphère tendue qui flottait dans l’appartement où s’était installée Josie avec son<br />

père, depuis dix longues années déjà. Son vrai nom, c’était Josette, mais comme<br />

l’intéressée ne l’aimait pas, elle avait opté depuis longtemps pour ce diminutif plus<br />

doux. Pour Lisa, ce surnom n’était qu’une tromperie supplémentaire dans le tableau<br />

de cette femme insupportable qui avait détrôné sa mère et du même coup fichu en<br />

l’air sa vie tranquille de petite fille et compromis l’innocence de ses jeunes années.<br />

Lisa était restée en contact étroit avec sa mère qu’elle adorait, mais celle-ci avait fait<br />

le choix de déménager dans le Sud de la France afin de retrouver du travail et une<br />

autre qualité de vie. Lisa avait eu l’occasion depuis de comprendre qu’un certain Jean-<br />

Michel avait grandement contribué à cette qualité de vie et elle avait fini par accepter<br />

l’éclatement de sa famille, comme on accepte toutes les grandes douleurs inéluctables<br />

de la vie, par force mais aussi avec courage. Lisa était restée, avec l’accord de sa mère<br />

et après de longues discussions de famille parfois houleuses, avec son père qu’elle<br />

adorait également. Cette décision lui permettait de maintenir son environnement<br />

scolaire, garder ses copines et pouvoir continuer les leçons avec son professeur de<br />

5


chant, ce qu’elle affectionnait particulièrement. Lisa avait une voix très pure de<br />

soprano et sa mère savait combien cette activité était importante pour<br />

l’épanouissement de sa fille.<br />

Lisa allait donc désormais dans le midi pour passer les vacances et un contact<br />

maternel régulier était maintenu par des appels téléphoniques et quelques lettres<br />

échangées.<br />

Et puis, Lisa avait eu cette opportunité d’intégrer une école de commerce, couronnant<br />

deux années d’efforts sanctionnées par des concours difficiles mais finalement<br />

libérateurs. Son cursus incluait un stage de six à dix mois en entreprise, qu’elle avait<br />

décidé d’effectuer à l’étranger afin de consolider sa pratique, déjà très honorable, de<br />

l’anglais. Comme toute bonne mélomane qu’elle était, Lisa avait une oreille fine qui<br />

lui était également précieuse pour la pratique de langues étrangères. Ainsi, en plus de<br />

l’italien qui était la langue de ses origines familiales et du français qui était sa langue<br />

d’adoption, elle maîtrisait bien l’anglais et avait même de solides bases en allemand.<br />

Un véritable atout à l’âge où elle allait se jeter sur le marché du travail.<br />

Elle avait pu se perfectionner en américain pendant ce stage providentiel à New-York<br />

et espérait maintenant pouvoir intégrer une filiale du groupe implantée dans la région,<br />

ainsi qu’on lui en avait laissé entrevoir la possibilité, au vu des excellentes capacités<br />

techniques et d’adaptation dont elle avait fait preuve au cours de sa première<br />

expérience, que ses responsables de stage avaient trouvée très prometteuse.<br />

Elle comptait bien raconter tout ceci et un tas d’autres choses à Léa autour d’un café<br />

croissants, à défaut de Donuts, beignets qu’elle avait appris très vite à apprécier le<br />

matin avec son verre de café clairet, comme les Américains en ont le secret.<br />

Léa préféra quitter l’aéroport au plus vite et dès que Lisa eut récupéré ses bagages,<br />

elles partirent vers la file de taxis. Le temps était à la pluie mais Lisa était si heureuse<br />

de rentrer qu’elle ne pouvait s’empêcher de regarder béatement, presque de façon<br />

stupide, le ciel couvert et triste de Paris. Léa aurait dû venir avec sa propre voiture<br />

mais elle était en réparation suite à un petit accrochage et elle avait finalement pris le<br />

bus pour venir accueillir sa bonne amie. Elle pensa que le retour serait plus rapide<br />

avec un taxi et surtout « trop classe » pour célébrer le retour de Lisa. Une dizaine de<br />

personnes attendaient en ligne. Les filles se postèrent bien sagement à la fin de la<br />

queue pour attendre leur tour. Celà ne faisait pas trente secondes que Lisa et Léa<br />

étaient là, lorsque soudain Léa posa sa main sur son ventre et commença à se plier en<br />

avant tout en poussant des gémissements. Pour Lisa commença une minute de<br />

panique totale, car elle se sentait complètement impuissante face à la nouveauté de la<br />

situation, qui plus est totalement encombrée et donc inutile avec ses deux gros sacs<br />

qui semblaient avoir eux-mêmes enfanté une multitude de petits paquets de toutes les<br />

couleurs. Heureusement, des gens charitables intercédèrent immédiatement pour<br />

porter secours à la future maman, à qui on proposa de prendre le prochain taxi qui<br />

déjà s’avançait et pourrait l’amener vers l’hôpital le plus proche. Léa était confuse et<br />

remerciait timidement les gens, tandis que Lisa aidée du chauffeur tentait de<br />

rassembler sa ribambelle de paquets dans le coffre. Enfin les filles s’installèrent à<br />

l’arrière du véhicule qui démarra avec douceur - ce qui était suffisamment rare pour<br />

un taxi dans le coin pour qu’on le remarque, creusant de fins sillons sur l’asphalte<br />

mouillée.<br />

Dès que la voiture s’était mise à rouler, Léa semblait s’être détendue et rassurait Lisa,<br />

qui avait davantage de mal à se remettre de ses émotions. Elles donnèrent au<br />

6


chauffeur l’adresse de Léa, où Lisa avait décidé de passer quelques heures avant de<br />

réintégrer l’appartement paternel tristement occupé par celle que Lisa surnommait<br />

« l’autre ». Le chauffeur, manifestement étranger et qui se présenta comme un père de<br />

famille nombreuse, avait bien tenté d’objecter qu’il serait peut-être prudent de les<br />

déposer à une clinique au cas où la jeune dame commencerait le travail. Léa l’assura<br />

que tout irait bien s’il se contentait de conduire sans brusquerie jusqu’à destination.<br />

La route se passa effectivement sans encombre et le chauffeur les déposa dans la<br />

ruelle calme où habitait Léa. Lisa insista pour payer le taxi, ce que Léa refusa<br />

catégoriquement, puis elles se firent aider pour décharger les bagages de Lisa. Celle-ci<br />

se préparait psychologiquement à l’idée de devoir affronter les trois étages sans<br />

ascenseur avec sa multitude de bagages, lorsqu’elle vit Léa se pencher et saisir un<br />

gros sac d’une main et trois paquets plus petits de l’autre. Le chauffeur était déjà<br />

reparti et Lisa voulut la dissuader pour éviter tout risque inutile. C’est à ce moment<br />

précis que Léa éclata de rire et se hâta dans le hall d’entrée du petit immeuble, où elle<br />

ouvrit l’imperméable qui la protégeait des intempéries, révélant ainsi aux yeux ébahis<br />

de Lisa le coussin, objet de la supercherie. Lisa, qui était encore dehors, semblait<br />

scotchée dans le décor et pendant quelques secondes demeura immobile sous la fine<br />

pluie qui recommençait à l’instant à tomber. Où Léa allait-elle pêcher ses idées pour<br />

toujours épater les gens ? Lisa était interloquée et hésita entre éclater de rire et<br />

sermonner Léa sur l’inconvenance de certains sujets de plaisanterie. En fait, elle était<br />

surtout vexée de s’être laissée berner une fois de plus par son amie, elle qui était<br />

censée si bien la connaître. C’est de bon cœur qu’elle opta finalement pour le fou-rire<br />

et les rares personnes qui passaient dans la rue constatèrent avec plaisir qu’il y avait<br />

encore du bonheur à partager pour la jeunesse du quartier.<br />

En montant les affaires de Lisa, elles croisèrent la voisine du premier palier qui sortait<br />

avec sa petite fille, une vraie poupée habillée à la mode et coiffée savamment avec<br />

toutes sortes de petites barrettes multicolores dans les cheveux. Un vrai présentoir de<br />

salon de coiffure à elle toute seule, nota mentalement Léa. Lisa trouva l’enfant<br />

adorable et lui adressa un gentil sourire tandis que Léa disait du bout des lèvres<br />

bonjour à la mère, le strict minimum requis pour entretenir les relations de bon<br />

voisinage.<br />

Ce fut un plaisir presque voluptueux de pouvoir prendre à nouveau une douche et<br />

changer de vêtements. Lisa pouvait enfin évacuer de façon définitive ce relent<br />

écoeurant de pseudo-Chanel bon marché et la fatigue de chacun des muscles de ses<br />

membres semblait se laisser absorber par les gouttelettes qui caressaient son corps de<br />

haut en bas avant de s’évanouir dans un glou-glou impatient par la bonde de la<br />

douche. Le parfum de l’adoucissant sur la serviette prêtée par Léa fut une autre<br />

réminiscence de leur complicité passée et toujours intacte. Une culotte et des<br />

chaussettes propres, un jean fait à son corps, puis un T-shirt surmonté d’un sweat-shirt<br />

avaient suffi à lui redonner une sensation de confort maximal. Lisa n’avait pas mis de<br />

soutien-gorge, sa poitrine plutôt menue quoique ferme et joliment modelée appréciant<br />

de temps à autre une liberté de mouvement supplémentaire et la caresse du coton en<br />

contact direct sur sa peau.<br />

Puis Léa et Lisa sortirent jusqu’au petit café du coin, « chez Bernard », où elles<br />

allaient dans le temps siroter un Irish coffee le samedi soir avant de gagner un endroit<br />

plus branché ou de rentrer discuter dans le studio de Léa. Les croissants étaient frais et<br />

servis tièdes. Le beurre fondait au fur et à mesure qu’on l’étalait. Lisa ne voulut pas<br />

de confiture pour mieux apprécier la saveur de la viennoiserie. Mais ce qu’elle<br />

apprécia par-dessus tout ce fut le café serré qu’on lui servit dans une grande tasse.<br />

7


Enfin elle retrouvait l’arôme puissant de ce breuvage qui l’avait tant aidée pendant ses<br />

dernières années d’études. Rien à voir avec le succédané de café que l’on servait outre<br />

Atlantique.<br />

Et, soumise au questionnement de Léa, Lisa commença à raconter New-York, le<br />

studio qu’elle avait partagé avec une danseuse de revue, la société de crédit dans<br />

laquelle elle avait travaillé et surtout les espoirs qu’elle avait de pouvoir peut-être<br />

trouver un poste dans la branche parisienne de l’entreprise, forte des<br />

recommandations du responsable du secteur marketing de l’agence de New-York.<br />

- Et à part ça ? demanda d’un air coquin Léa. Personne de bien intéressant qui<br />

aurait pu faire vibrer ma copine du GRAND amour ?<br />

- Oh, tu sais, je ne crois pas. Il y a bien eu un copain de troupe de ma colocataire,<br />

mais ça n’a pas duré au-delà de la soirée. En fait, nous avions tous<br />

bu comme des trous avec d’autres collègues à eux pour fêter un contrat qu’ils<br />

avaient décroché pour un spectacle, en tant que membres du corps de ballet. Il<br />

était assez mignon, il s’appelait Carter, mais il voulait absolument me culbuter<br />

et moi je n’en avais pas une envie débordante, surtout dans les toilettes de la<br />

boîte. Et comme il était hors de question de le ramener à l’appart, après une<br />

demi-douzaine de patins et la certitude que je ne descendrais pas aux toilettes<br />

pour autre chose qu’aller faire pipi, il a préféré aller draguer une blondasse qui<br />

elle s’est laissée convaincre sans difficulté de disparaître avec lui dans les<br />

sous-sols.<br />

- Ah le mufle ! Moi aussi je déteste les blondes, mais il faut leur reconnaître un<br />

mérite, elles nous évitent de nous coltiner trop longtemps les types qui n’en<br />

valent pas la peine! Bon et c’est tout ou tu gardes le meilleur pour la fin ?<br />

- J’ai quand même réussi une liaison un peu plus romantique.<br />

- Un gars du bureau ? Il paraît que près de la moitié des hommes n’hésiteraient<br />

pas à avoir une aventure, même extra-conjugale, avec une collègue de bureau.<br />

Alors que seulement une femme sur trois pourrait l’envisager.<br />

- J’ai toujours entendu dire qu’il valait mieux s’abstenir de mélanger le boulot et<br />

le perso et honnêtement, je pense que c’est vrai.<br />

- Où l’as-tu trouvé alors ton type si ce n’est pas au boulot ?<br />

- Mais au travail, justement. Je fais désormais partie de ces trente-trois pour cent<br />

de femmes qui cèdent à la tentation de la proximité.<br />

- Et quel est le bilan ?<br />

- Pas trop mal. Un stagiaire canadien, Stan, était arrivé avant moi dans la boîte<br />

et il m’a, disons, bien aidée pour que je ne me sente pas trop seule et perdue<br />

dans mon nouvel environnement.<br />

- Et … tu l’as fait ?<br />

- Je ne vois vraiment pas de quoi tu veux parler… Au simple souvenir de ce<br />

garçon plein d’humour et aux mains si douces, ses joues avaient légèrement<br />

rosi, ce qui avait suffi à Léa pour tirer toutes le conclusions les plus hardies<br />

que son imagination débordante élaborait avec une facilité déconcertante.<br />

Sans savoir pourquoi, Lisa la laissait dire, car elle n’avait absolument pas envie de<br />

parler de Lucas de Bès, ce responsable de la branche parisienne qui venait tous les<br />

mois passer quelques jours dans la maison mère de New-York. Elle n’avait dû passer<br />

en tout et pour tout que quelques heures avec lui, en comptant les réunions, les repas<br />

au café du coin qui servait de self au personnel de la boîte et les quatre fois où ils<br />

avaient pris simultanément l’ascenseur pour atteindre le 47 ème étage. Pourtant il<br />

dégageait une telle impression de sérieux, de compétence et d’inaccessible que Lisa<br />

8


avait été immédiatement subjuguée par cet homme encore jeune, très grand et svelte,<br />

secret et ambitieux, mais qui ne souriait pas beaucoup. Elle priait intérieurement pour<br />

qu’il fasse partie de la moitié de ces hommes qui ne seraient pas a priori contre une<br />

relation personnelle avec une collègue de travail, pourvu que ce fût elle, bien sûr. Ce<br />

vœu pieu était totalement surréaliste et elle doutait que Dieu, avec qui elle ne<br />

s’entretenait pas de façon assidue malgré les origines italiennes et l’éducation<br />

catholique de sa famille, ait le temps de se pencher sur ses petits soucis alors que le<br />

sort du monde autour d’elle semblait déjà requérir toutes les énergies divines afin de<br />

ne pas sombrer totalement dans le marasme et le chaos.<br />

9


CHAPITRE 2 – PREMIERE DESCENTE AU NAUTILUS<br />

Après un rapide coup de téléphone à son père et le sursis de quelques heures qu’elle<br />

s’était accordé chez Léa, il avait fallu rallier le domicile paternel et affronter les<br />

retrouvailles avec Josie. Une bonne et une mauvaise nouvelles attendaient Lisa. La<br />

mauvaise, c’était que les dix mois qui venaient de s’écouler semblaient avoir marqué<br />

son père comme autant d’années. Lui qui était auparavant si jovial et plein d’entrain<br />

semblait maintenant incroyablement calme, presque éteint. La bonne surprise, du<br />

moins pensait Lisa, c’était que Josie avait déclenché ce vieillissement prématuré en<br />

décidant de le quitter. La décision avait été récente et la mise à exécution immédiate.<br />

Carlo était pourtant resté un compagnon attentionné et fidèle, qui n’avait rien vu venir<br />

et semblait à présent détruit par la brusquerie et l’injustice de cette décision. A bien y<br />

réfléchir, Lisa se dit qu’elle aurait préféré retrouver son père avec sa bonne humeur<br />

légendaire quitte à devoir encore supporter la proximité de « l’autre ». Aujourd’hui,<br />

les ravages laissés par cette…poufiasse lui faisaient mal et son aversion primitive<br />

pour cette femme faussement sophistiquée laissa place à une haine sourde.<br />

Le départ de « l’autre » (Lisa s’était promis de ne plus prononcer son nom) avait<br />

néanmoins eu une conséquence heureuse. Daniela, dite Dany, la grande sœur de Lisa,<br />

passait régulièrement voir leur père et elle se trouvait à la maison pour accueillir Lisa.<br />

C’est d’ailleurs elle qui avait ouvert la porte à sa sœur. Elles s’étaient jetées dans les<br />

bras l’une de l’autre après avoir lancé un « Ciao bella ! » et s’étaient ensuite écartées<br />

pour se regarder mutuellement. Dany avait une affection toute particulière pour sa<br />

sœur, dont elle s’était beaucoup occupée jusqu’au moment de la séparation de leurs<br />

parents. Elle venait à l’époque de se marier avec Hervé, un mariage malheureux ainsi<br />

que l’avait confirmé la suite des événements, mais qui lui avait permis à l’époque<br />

d’échapper à l’atmosphère de plus en plus pesante du foyer familial, alors en cours de<br />

désintégration.<br />

Lisa regardait sa sœur et voyait au-dessus de son sourire, qu’elle avait magnifique, le<br />

même voile de tristesse qui couvrait son regard depuis maintenant plus de dix ans.<br />

Elle ne faisait plus attention depuis longtemps à la longue cicatrice qui bordait l’aile<br />

droite de son nez mais le renoncement du regard de Dany émouvait toujours sa sœur.<br />

Dany trouva instantanément sa sœur changée et mûrie. Le départ de France avait<br />

manifestement été bénéfique pour Lisa. La petite fleur s’était épanouie et le parfum<br />

délicat qui émanait d’elle devait faire tourner bien des têtes dans son entourage.<br />

Dany avait mis Lisa au courant de la situation de leur père et la cadette s’était<br />

empressée d’aller le retrouver, alors qu’il l’attendait dans le salon de l’appartement.<br />

Carlo adorait ses deux filles mais Lisa avait toujours eu sa préférence. Il s’était levé<br />

du fauteuil pour accueillir sa « chiara mia » dans ses bras.<br />

Puis ils s’étaient assis afin d’entendre Lisa raconter son expérience new-yorkaise.<br />

Dany avait préparé un bon café qu’elle avait servi avec de la crème et quelques<br />

cigarettes russes. Connaissant la petite faiblesse de sa sœur pour ces friandises, elle en<br />

avait acheté deux paquets qu’elle avait apportés chez leur père.<br />

- Comment te sens-tu, papa ?<br />

- Beaucoup mieux, maintenant que je te vois. Mais plutôt que de parler de ton<br />

vieux père, raconte-nous plutôt comment tu vivais à « NiouYork ».<br />

- Oh tu sais, raconter la vie là-bas, c’est un peu comme essayer de décrire un<br />

désert de sable à un Inuit. Il aura beau être familier avec les étendues vides et<br />

hostiles, les animaux sauvages qu’il faut débusquer, la rigueur du climat, et<br />

10


entendre décrire la sensation de chaleur écrasante pendant la journée ainsi que le<br />

contraste saisissant des nuits glaciales, il ne pourra pas pour autant ressentir ce<br />

qu’est la vie des Touaregs. Pour moi, habiter à New-York, c’était un peu comme<br />

être une esquimau qui débarque au Sahara. J’avais beau connaître et avoir pratiqué<br />

les grandes villes, parler Anglais et avoir vu des tas de films qui se passaient làbas,<br />

j’ai quand même été soufflée en y arrivant, je veux dire à Manhattan. Tous<br />

ces gratte-ciel les uns à côté des autres qui rivalisent de tonnes d’acier et de mètres<br />

carrés de vitres plus ou moins teintées où se reflètent leurs écrasants voisins, le<br />

bruit incessant des voitures qui passent, klaxonnent, des gens qui s’interpellent<br />

dans toutes sortes de langues ou se croisent dans la plus grande indifférence, les<br />

odeurs même de gaz d’échappement auxquelles se mêle l’air iodé de la mer si<br />

proche, tout semble différent quand on est là-bas.<br />

- Et tu ne t’es pas sentie trop perdue pendant ton séjour ?<br />

- Au début comme vous le savez, je n’avais que les contacts que j’avais obtenus<br />

par mon école, c’est-à-dire l’adresse de l’entreprise où j’allais effectuer mon<br />

stage et l’adresse d’un meublé qui louait des chambres au mois pour un prix<br />

raisonnable, pas très loin en prenant le métro. Et puis après quelques jours, des<br />

collègues du bureau m’ont indiqué comment prospecter pour trouver des colocations,<br />

dans l’espoir de me rapprocher de la boîte. C’est comme ça que j’ai<br />

rencontré Stacy sur le net, danseuse qui travaillait à Broadway, le soir et la<br />

nuit, et cherchait une autre fille pour partager le loyer de son deux pièces.<br />

Dans l’ensemble on se voyait peu mais au moins comme ça on n’a pas eu de<br />

mal à cohabiter !<br />

Lisa n’avait pas jugé utile de préciser que c’était suite aux conseils d’un certain<br />

stagiaire Canadien qu’elle avait pris la décision de déménager, lui espérant qu’elle se<br />

rapprocherait de lui et elle essayant d’éviter toute tentative excessive d’intrusion dans<br />

sa vie intime depuis qu’elle avait croisé le fascinant Lucas de Bès.<br />

- Et ce travail, alors ? Tiens.<br />

Sa sœur lui avait rapproché le plateau des cigarettes qui à l’instar des rouleaux de<br />

tabac qu’elles plagiaient, semblaient s’être consumées pendant la conversation jusqu’à<br />

la disparition quasi totale. Dany s’était glissée jusqu’à la cuisine et revenait avec le<br />

reste du paquet sur le petit plateau, pendant que Lisa décrivait avec enthousiasme ses<br />

premières impressions professionnelles. Elle parla avec force détails des différentes<br />

personnes qu’elle avait été amenée à côtoyer, des activités commerciales de la<br />

Progressive Bank of Credit (la PBC) et de la branche française avec laquelle elle<br />

espérait pouvoir continuer à titre d’employée et non plus comme stagiaire.<br />

L’après-midi était bien avancée lorsque Lisa eut fini de répondre aux questions<br />

nombreuses de Carlo et Dany. Dany devait d’ailleurs partir car comme tous les soirs<br />

du jeudi au samedi, elle était de service en soirée au Neptune. Marie-Claire, sa fille de<br />

dix ans, avait passé la journée chez son amie Sarah et y resterait également pour<br />

dormir. Cette solution avait le mérite de lui éviter de dépenser en garde d’enfant<br />

l’argent qu’elle gagnait en servant au Neptune .<br />

Elle proposa à Lisa de partir avec elle et de passer prendre un verre. Avant de s’en<br />

aller, Dany réchauffa un reste de soupe pour leur père et lui prépara le couvert. Puis<br />

après l’avoir toutes deux embrassé tendrement, elles prirent leurs affaires et partirent<br />

ensemble, non sans avoir averti que Lisa rentrerait sûrement tard et que leur père ne<br />

devait pas s’en inquiéter. Dany attendait d’être seule avec sa sœur pour prendre des<br />

nouvelles plus intimes de sa cadette.<br />

- Et comment vont les amours, chiara mia ? Tu n’as pas laissé trop de cœurs<br />

brisés derrière toi ?<br />

11


Lisa répondit par un gros éclat de rire.<br />

- Je ne dois pas encore être prête, parce que si je l’ai rencontré, je n’ai pas su le<br />

reconnaître. Et puis tu sais la priorité pour moi maintenant, c’est vraiment de<br />

trouver un travail stable avant de pouvoir construire quelque chose de concret.<br />

Elle avait pris une voix pincée en faisant une mimique qui démentait le sérieux de son<br />

ton. Son imitation de Josie n’avait pas été parfaite mais suffisante pour que Dany la<br />

reconnaisse et pouffe de rire avec elle. Elle avait d’ailleurs répondu sur le même ton :<br />

- Tu as raison, l’important, c’est de te trouver un bon travail pour gagner ta vie<br />

et entretenir ton père et ta grande sœur, ainsi que ta nièce préférée.<br />

- Dis-moi, répondit Lisa qui avait soudain repris son sérieux, pourquoi lui a-telle<br />

fait ça ?<br />

Elle revoyait encore l’expression abattue de son père qui lui avait fait si mal quand<br />

elle était rentrée dans le salon tout à l’heure.<br />

- Je ne sais pas Lizzy –elle s’était mise spontanément à utiliser le surnom<br />

qu’elle employait à l’époque du divorce de leurs parents- peut-être un autre<br />

homme, peut-être plus fortuné, mais quoi qu’il en soit aujourd’hui elle n’est<br />

plus là et papa en souffre. C’est à nous de l’aider à passer le cap et ton retour<br />

est la meilleure des thérapies pour adoucir son chagrin.<br />

Elle avait spontanément caressé la joue de sa sœur et son beau regard était empreint<br />

d’un amour presque maternel que Lisa sut déchiffrer et reçut avec reconnaissance.<br />

C’était la première fois que Lisa revenait au Nautilus. Elle fut de nouveau sensible à<br />

l’atmosphère douillette du café. Malgré de nombreux clients l’endroit spacieux ne<br />

semblait pas enfumé et une agréable musique un peu rétro était distillée dans les<br />

différentes salles depuis un magnifique juke-box, que le patron avait acquis<br />

d’occasion quelques années plus tôt et qu’il avait complètement restauré. Les chromes<br />

étaient rutilants et semblaient briller de mille feux malgré l’éclairage tamisé de<br />

l’endroit. Lisa était restée près du bar afin de pouvoir parler avec sa sœur. Elle avait<br />

retrouvé Stéphanie, dite Steffi, qui travaillait tous les soirs dans le bar. Dany elle se<br />

contentait de compléter son mi-temps de secrétaire par une permanence les soirs de<br />

fin de semaine. Curieusement, et bien qu’elle ne soit présente que trois jours par<br />

semaine, c’est Dany qui avait toute la confiance du patron, Monsieur Pierre, et qui<br />

avait la charge de l’endroit quand elle était présente. Monsieur Pierre, qui avait<br />

maintenant passé la soixantaine, profitait de sa présence responsable et compétente<br />

pour rester avec son épouse.<br />

Il est vrai que Steffi était une collègue très souriante et agréable mais qui ne semblait<br />

pas avoir mûri sur tous les plans de façon égale. Et si elle était à l’écoute des clients et<br />

fournissait un service agréable, souriant aux allusions plus ou moins masquées de<br />

certains clients encouragés par l’alcool et par ses sourires, il semblait moins évident<br />

que le développement de son sens de la responsabilité ait suivi la même courbe que<br />

celle de sa libido. C’est pourquoi, en l’absence de Monsieur Pierre, Dany assurait ellemême<br />

la fermeture. Les habitués du Nautilus la respectaient pour son sérieux et son<br />

efficacité, et bien qu’elle fût toujours aimable avec la clientèle, pas un ne se permettait<br />

de privauté ou de remarque allusive en sa présence, sauf peut-être Paulo qui marquait<br />

à sa façon son amitié à ce joli brin de fille. Elle avait malgré sa simplicité une classe<br />

naturelle qui, renforcée par un voile nostalgique permanent dans le regard, dissuadait<br />

de toute plaisanterie déplacée. Lisa avait pu constater tout ceci en une seule soirée et<br />

elle éprouvait une fierté débordante pour sa sœur. En même temps, l’absence d’un<br />

homme dans sa vie semblait être toujours d’actualité et Lisa regrettait ce gâchis d’une<br />

vie si riche d’amour sans personne d’autre que sa fille avec qui le partager. Elle avait<br />

12


ien soulevé la question avec sa sœur, mais Dany avait eu une réponse résignée et<br />

sans ambigüité :<br />

- tu sais de nos jours et à mon âge, c’est une grande chance d’avoir l’amour<br />

d’une fille comme Marie-Claire, du travail pour nous faire vivre toutes les<br />

deux et une maison où nous avons tout le confort. Et puis la vie m’a appris<br />

qu’il vaut mieux être seule que mal accompagnée. Dis-moi, puisque Marie-<br />

Claire ne dort pas à la maison ce soir, ça te dirait de me tenir compagnie<br />

jusqu’à la fermeture et de venir dormir à la maison ?<br />

Lisa avait voulu appeler son père pour le prévenir mais Dany lui avait dit qu’il<br />

vaudrait mieux attendre le lendemain car il se couchait tôt et elle risquerait de le<br />

réveiller. Par contre, elle promettait de l’appeler dès son réveil le lendemain matin<br />

afin qu’il ne s’inquiète pas.<br />

Le lendemain, les brumes opaques du sommeil étaient denses et pesantes lorsque<br />

Dany réveilla Lisa. Elle devait sortir et laissa un double de ses clés à sa sœur, en lui<br />

faisant promettre de revenir la voir quand elle se sentirait un peu à l’étroit dans<br />

l’appartement avec leur père. Marie-Claire serait aussi ravie de revoir sa tante<br />

préférée. Lisa objecta alors, en articulant faiblement dans un demi-sommeil, qu’elle<br />

était la seule tante de Marie-Claire, puisque Hervé n’avait pas de sœur, ce qui fit<br />

confirmer par Dany que Lisa était bien par conséquent et sans objection possible la<br />

tante préférée de l’enfant. Puis elle déposa un baiser sur son front, avant de disparaître<br />

dans le couloir et de fermer sans bruit la porte d’entrée, ce pour quoi Lisa lui fut<br />

reconnaissante. Il n’était que sept heures et elle ne souhaitait pas être arrachée de<br />

façon trop brutale à la chaleur de la couette ni aux rêves érotiques qu’elle faisait<br />

régulièrement depuis qu’elle avait croisé la route de Lucas de Bès et qu’elle<br />

s’endormait en imaginant toutes sortes d’intrigues le lui faisant rencontrer, séduire et<br />

aimer. Elle voulait surtout prendre son temps avant de rejoindre son père et les<br />

souvenirs plus ou moins heureux qu’elle retrouverait immanquablement dès son<br />

retour dans l’appartement familial.<br />

13


CHAPITRE 3 – BIENVENUE A FRIC CITY<br />

Après avoir contacté la personne que ses anciens responsables de stage à New-York<br />

lui avaient indiquée, Lisa avait réussi à décrocher un entretien pour la semaine<br />

suivante. Ce traitement accéléré n’avait été possible que grâce à certaines<br />

recommandations et intercessions dont Lisa avait fait l’objet mais qu’elle ignorait<br />

totalement.<br />

Elle se présenta le jour dit, vêtue sobrement d’une jupe droite noire qui cachait ses<br />

genoux et d’une veste sombre de coupe classique. Seul son chemisier vert amande<br />

donnait une note plus fraîche et juvénile à sa mise.<br />

Crédit-Fians, branche française de la PBC, occupait deux étages dans un immeuble<br />

du quartier de la finance. Les locaux étaient assez spacieux et bien éclairés par la<br />

lumière du jour. Seules les salles d’archives, les photocopieuses, les toilettes et les<br />

coins cuisine où les employés pouvaient préparer du café et réchauffer leur repas ne<br />

bénéficiaient pas d’éclairage naturel.<br />

L’emploi du temps de cette journée allait être chargé pour Lisa. Elle devait attaquer<br />

dès neuf heures avec le responsable des ressources humaines. Elle savait que malgré<br />

la qualité du travail qu’elle avait pu réaliser lors de son stage à New-York et les<br />

félicitations qu’elle avait reçues, cela n’avait pu servir qu’à décrocher ce rendez-vous<br />

et tout restait à faire pour qu’elle puisse obtenir un poste ici en France. Elle devrait<br />

refaire connaissance avec une équipe, montrer ses compétences et afficher son sangfroid,<br />

convaincre de sa motivation et laisser affleurer l’étendue de ses possibilités,<br />

dans un milieu où seuls comptent les résultats, le rendement et les idées qui peuvent<br />

faire rapporter toujours plus.<br />

Mr Dairtal n’était pas à proprement parler un homme séduisant qui incitait à ce qu’on<br />

se livre ouvertement pendant les entretiens. Au-delà de son physique qu’il avait plutôt<br />

ingrat, le regard qui s’échappait de ses yeux plissés indiquait l’acuité de l’attention<br />

avec laquelle il détaillait ses interlocuteurs, tout en dégageant un air vaguement<br />

malsain qui incitait à la prudence. Il avait sûrement des qualités d’analyse et de<br />

discernement essentielles pour sa fonction de recruteur, néanmoins Lisa ne put<br />

s’empêcher d’éprouver une sensation désagréable face à cet homme. Après avoir<br />

brièvement accueilli Lisa et lui avoir demandé de se présenter, il commença à poser<br />

une série de questions sur son parcours, ses ambitions et ses projets autant<br />

professionnels que privés. Lisa se rendit assez vite compte que tous ses propos étaient<br />

repris et reformulés de façon à dégager une impression négative de ce qu’elle venait<br />

d’exprimer. Elle prit soin systématiquement de re-phraser à son tour chacune de ses<br />

réponses afin de mettre en évidence ce qui avait été détourné de son sens initial et de<br />

le redire d’une façon positive qui ne pourrait être utilisée contre ses intérêts.<br />

Finalement, au bout d’une heure de cet entretien qui se déroula de bout en bout<br />

suivant le même schéma, Mr Dairtal sembla satisfait de leur discussion et lui annonça<br />

la suite des réjouissances. Trois autres entretiens avaient été initialement prévus. Le<br />

grand patron Monsieur Sens n’était finalement pas disponible mais Lisa verrait ses<br />

deux adjoints principaux.<br />

Mme Mélinda Begals était responsable du service des contentieux. Elle avait par<br />

ailleurs fait partie des personnes à avoir anticipé le développement du Net et avait mis<br />

en place une équipe spécialisée sur le traitement des litiges puis de toutes les autres<br />

demandes de financement par Internet. Elle se montra particulièrement intéressée par<br />

le projet que Lisa avait mené à terme pour l’agence de New-York. Il s’agissait d’un<br />

14


site qu’elle avait développé pour l’équipe du Marketing, qui présentait les produits<br />

financiers de l’entreprise, la structure et les résultats du groupe, permettait d’effectuer<br />

des simulations de crédit et permettait de placer des demandes de crédit en ligne sous<br />

couvert d’un code d’accès délivré aux clients. Lisa était très enthousiaste et fière de<br />

pouvoir parler de son projet, qui avait nécessité qu’elle prenne connaissance en détail<br />

des besoins et atouts de l’entreprise et qui lui avait permis de mettre en application ses<br />

compétences en informatique. Elle répondit avec force détails à toutes les questions<br />

de son interlocutrice et fut surprise à la fin de leur discussion de constater que plus<br />

d’une heure s’était écoulée. Elle n’était pourtant pas au bout de ses épreuves. La<br />

suivante ne fut pas la moindre. Elle avait souvent repensé à lui, espéré avoir une<br />

occasion de l’entrevoir au cours de cette journée, mais maintenant qu’elle se trouvait<br />

assise dans son bureau et qu’il l’observait tout en jetant un regard rapide sur son<br />

Curriculum Vitae, elle se sentait presque mal à l’aise. Il l’impressionnait par sa<br />

prestance, son calme, son sérieux. Il était beau et la sobriété avec laquelle il semblait<br />

traiter toute chose lui était très seyante. Lisa la douce ne pouvait s’empêcher de voir<br />

en lui un Monsieur Darcy. Mais l’heure n’était pas aux digressions romantiques et elle<br />

devait se ressaisir très vite. Lisa la business woman en devenir eut l’air presque<br />

naturelle et détendue pendant tout l’entretien. Alors que Mme Begals avait semblé<br />

intéressée par la récente expérience de Lisa, c’étaient son futur et ses ambitions qui<br />

motivaient les questions de Lucas de Bès. Son regard sembla soudain attiré par une<br />

mention à la fin du CV de Lisa.<br />

- Votre curriculum indique que vous chantez, dans quel pupitre ?<br />

- Je suis soprano, mais cela fait plusieurs mois que je n’ai pas rechanté. J’ai<br />

l’intention de m’y remettre ; en fait dès que mes finances me le permettront.<br />

- On peut trouver de bonnes chorales pour une participation annuelle modique,<br />

avait-il répondu.<br />

Puis d’autres questions avaient suivi, brèves et ciblées, avant que Lucas ne mette un<br />

terme à leur discussion.<br />

Lisa avait ensuite rejoint Monsieur Dairtal qui l’attendait pour aller se restaurer. Ce<br />

dernier rendez-vous était également dangereux. Bien qu’en apparence les entretiens<br />

soient terminés, elle sentait toujours le regard inquisiteur du responsable des<br />

Ressources Humaines et ses questions se faisaient plus incisives. Il importait de<br />

donner le change sans rien dévoiler de personnel à cet homme qui ne lui inspirait pas<br />

confiance.<br />

Au bout de trois quarts d’heure qui lui semblèrent interminables et pendant lesquels il<br />

questionna Lisa sur les discussions de la matinée, elle put enfin prendre congé de<br />

Monsieur Dairtal, non sans lui avoir demandé sous quel délai elle serait informée des<br />

résultats de ses entretiens.<br />

Elle n’eut pas à attendre bien longtemps. Deux jours plus tard, la secrétaire de<br />

Monsieur Dairtal la contactait pour l’inviter à venir prendre connaissance de la<br />

proposition de contrat qui lui était faite. Six jours plus tard, elle débutait sa vie<br />

professionnelle chez Crédit-Fians. C’est finalement une équipe de Mélinda que Lisa<br />

allait intégrer. Elle ne travaillerait pas exclusivement sur les contentieux mais<br />

viendrait renforcer l’équipe spécialisée sur les affaires exclusivement traitées par<br />

Internet. On lui avait présenté Jean-Luc Belachi qui chapeautait l’équipe et rapportait<br />

directement à Mélinda, ainsi que Serge Amantin qui était en charge de l’autre équipe<br />

de Mélinda, spécialisée dans le juridique et le droit. Elle ne put s’empêcher de<br />

remarquer la beauté grecque presque trop parfaite de Serge et fut ravie de faire équipe<br />

avec Jean-Luc qui était moins photogénique mais semblait plus jovial et accessible.<br />

15


Après avoir effectué les premières démarches administratives, on la dirigea vers son<br />

bureau. Il était déjà occupé partiellement par une jeune femme qui se révéla<br />

rapidement pétillante et avec un franc-parler rafraîchissant, qui semblait presque en<br />

décalage dans ce milieu.<br />

- Bonjour, je m’appelle Karine et je travaille aux contentieux.<br />

- Bonjour, je suis Lisa et je commence aujourd’hui.<br />

Au premier coup d’œil, les deux jeunes femmes sympathisèrent. Pendant que Lisa<br />

arrangeait sur le bureau les quelques affaires qu’elle avait apportées, Karine lui fit<br />

à sa demande un descriptif rapide et précis du décor. La galerie de portraits qu’elle<br />

dressa fut concise et sans pitié. Elle conclut par un :<br />

- Bienvenue à Fric City, où seuls comptent l’argent que tu rapportes à la boîte et<br />

celui que tu lui fais économiser. J’espère que tu as pu bien négocier ton arrivée<br />

parce que pour évoluer en interne, ce n’est pas simple. Enfin, c’est vrai que je<br />

ne suis peut-être pas très objective mais fais confiance à mes douze ans<br />

d’ancienneté. Ici, il y a deux sortes d’employés ; ceux qui sont mal vus des<br />

patrons et ceux qui sont mal vus des collègues. En se débrouillant bien, on<br />

peut faire partie du clan très fermé de ceux qui sont mal vus des deux. Il faut<br />

que tu saches que suivant le clan que tu pourras rallier, tu auras soit des<br />

augmentations minables, soit des augmentations inexistantes.<br />

- Et quelles autres choses devrais-je savoir ?<br />

- La machine à café qui se trouve dans la kitchenette au fond à gauche du<br />

couloir donne un breuvage sensiblement meilleur que le distributeur de<br />

boissons qui se trouve à l’étage au-dessus. Puis elle rajouta après un court<br />

silence : Par contre, tu as moins de chances d’y croiser Monsieur De Bes.<br />

Elle venait de voir le regard de Lisa, suivant à travers la vitre la haute silhouette qui<br />

s’éloignait dans le couloir. Lisa se sentit stupidement prise en faute, et assura Karine<br />

qu’elle n’avait aucune raison de souhaiter croiser Monsieur De Bes. La conviction<br />

qu’elle mit dans le ton fut amplement démentie par le fard qui rosit ses joues. Elle<br />

apprécia néanmoins la délicatesse avec laquelle Karine se hâta de changer de sujet.<br />

16


CHAPITRE 4 – UNE AFFAIRE DE CHŒUR<br />

Le premier souci de Lisa après avoir décroché un job avait été de prospecter pour<br />

louer un studio. D’une part elle souhaitait par commodité se rapprocher de son lieu de<br />

travail. Par ailleurs, la perspective de devoir s’installer à plus long terme chez son<br />

père, voire même chez sa copine Léa, lui aurait semblé pesante.<br />

Elle avait donc prospecté pour chercher un logement suffisamment agréable, en<br />

espérant pouvoir par la suite trouver dans les environs une chorale où elle pourrait à<br />

nouveau s’adonner au plaisir de chanter. Dénicher un appartement fut en soi une<br />

épreuve.<br />

Lisa avait cherché dans les petites annonces locales, sur le net, dans les boulangeries<br />

et pharmacies de quartier mais les offres qui cadraient avec son budget étaient plutôt<br />

rares et souvent prises d’assaut. Elle pensa un instant qu’elle devrait peut-être, comme<br />

à New-York, partager son loyer avec une co-locataire, mais elle ne retint pas cette<br />

option, pour la même raison qui l’avait incitée à ne pas s’installer avec Léa. Elle<br />

souhaitait des bases neuves et une indépendance totale.<br />

Après quelques heures de recherches vaines, des coups de fil sans résultat et un moral<br />

légèrement découragé, elle finit par tomber sur une petite annonce qui avait été<br />

scotchée sur la porte d’une épicerie modeste. Une dame louait une chambre à l’étage,<br />

qui avait été autrefois celle de la bonne. La dame avait fermé l’accès par l’escalier<br />

depuis l’intérieur de son appartement afin de rendre la pièce totalement indépendante<br />

d’accès par la cage d’escalier de l’immeuble. Ceci lui permettait de louer le réduit et<br />

ainsi de complémenter sa retraite qu’elle avait par ailleurs fort maigre. L’endroit<br />

n’était pas bien grand mais suffisant pour Lisa. Le coin toilette, un lavabo placé à côté<br />

d’une douche et d’un sanitaire, était fonctionnel bien que restreint. Le tout était sobre<br />

et exigu mais propre. L’immeuble aussi était petit, ce qui plaisait à Lisa. Lorsque la<br />

propriétaire l’autorisa à repeindre la pièce à son goût ainsi qu’à déduire les frais de<br />

peinture de son loyer, Lisa n’hésita plus et signa le bail avec Mme Corlier, qui était<br />

elle-même ravie de sa nouvelle et aimable locataire.<br />

C’est en redescendant avec sa nouvelle propriétaire qu’elle croisa sur leur palier<br />

Monsieur et Madame Beille, voisins d’étage de Madame Corlier, qui s’apprêtaient à<br />

sortir. Celle-ci en profita pour leur présenter Lisa. Monsieur et Madame Beille<br />

formaient un couple sympathique. Sportif de taille moyenne, Monsieur était taillé en<br />

V, avec ses larges épaules et sa taille étroite. Madame était également taillée en V,<br />

mais inversé. Sa morphologie typiquement féminine exaltait deux frêles épaules<br />

surplombant un ventre généreux venant lui-même s’appuyer sur un bassin très<br />

confortable. En les voyant ainsi debout l’un à-côté de l’autre, ils ressemblaient à deux<br />

morceaux de lego prêts à s’emboîter. Monsieur Beille avait le cœur lent, pour<br />

Madame c’était plutôt le cerveau. Elle avait néanmoins la grande qualité de ne pas<br />

avoir compensé cette lenteur intellectuelle par un développement exagéré de la<br />

fonction parole et en particulier dans le domaine des ragots. Ce qui faisait d’elle une<br />

voisine aimable, discrète et surtout en admiration totale devant son mari. Lui-même<br />

avait pour son épouse des petits gestes tendres et attentionnés qui montraient que cette<br />

affection était largement réciproque. Ils avaient un fils étudiant en histoire de l’art,<br />

Paul-Aimé, qui habitait sur le même étage que Lisa mais qui venait de partir en<br />

voyage d’études en Toscane. Son retour se ferait sous huitaine et il serait sûrement<br />

enchanté de découvrir sa ravissante nouvelle voisine.<br />

17


Puis après les quelques banalités d’usage, Lisa avait pris congé et Madame Corlier<br />

était rentrée dans son appartement. Les présentations n’étaient pas pour autant<br />

terminées. La voisine du premier qui habitait sous l’appartement des Beille, Madame<br />

Saraut, rentrait de courses. Elle salua d’un ton poli quoiqu’ un peu sec et ne manqua<br />

pas de détailler Lisa de la tête aux pieds. L’examen devait être satisfaisant, puisqu’elle<br />

la gratifia même d’un sourire quand celle-ci précisa qu’elle allait déménager très<br />

prochainement au-dessus de chez Madame Corlier. C’est arrivés en bas du petit<br />

immeuble que les Beille avouèrent à Lisa en chuchotant, par discrétion, que Madame<br />

Saraut travaillait aux impôts et qu’elle était d’un soutien précieux et très coopératif en<br />

cas de questions pour la déclaration, malgré un abord un peu austère. Lisa apprendrait<br />

par la suite que c’était surtout la délicieuse Mme Cambet, octogénaire habitant sous<br />

l’appartement de Madame Corlier et donc voisine de palier de Madame Saraut, qui<br />

sollicitait régulièrement son aide chaque année quand il s’agissait de remplir sa<br />

déclaration de revenus, surtout depuis que son cher mari l’avait précédée dans l’audelà,<br />

huit ans plus tôt.<br />

Repérer une chorale à proximité de son lieu de travail et de son nouveau domicile<br />

avait heureusement été pour Lisa une opération bien plus aisée. Il lui avait suffi de<br />

consulter les pages jaunes puis le net, pour découvrir les contacts du Chœur Saint<br />

Antoine. Elle avait appelé le numéro indiqué et laissé un message avec ses<br />

coordonnées. Monsieur Jacquin l’avait rappelée le lendemain, au moment de la pause<br />

repas. Le brouhaha dans le self n’était pas propice à la discussion mais Lisa avait pu<br />

néanmoins obtenir quelques informations supplémentaires sur le répertoire –<br />

d’inspiration classique ainsi que le nom du chœur le laissait supposer. Ils avaient<br />

convenu d’une audition avant la prochaine séance qui se tenait le lendemain mercredi<br />

soir de 20h à 22 heures, dans la salle jouxtant l’église éponyme.<br />

Elle s’y était donc rendue le jour dit une demi-heure en avance sur l’horaire de début<br />

des répétitions, afin que Monsieur Jacquin puisse la rencontrer et la faire chanter,<br />

évaluer son niveau, déterminer s’il pouvait l’accepter dans le chœur puis enfin<br />

confirmer le pupitre où elle aurait éventuellement sa place. Monsieur Jacquin était a<br />

priori sceptique sur l’auto-évaluation des candidats et souhaitait faire son propre<br />

diagnostic. Lisa laissa ses affaires dans le réduit qui servait manifestement de vestiaire<br />

puis s’avança dans la salle de répétition. C’était une salle rectangulaire assez vaste,<br />

d’environ huit mètres sur dix. Un piano Steinway & Sons occupait un angle assez<br />

large de la pièce à côté du pupitre que le chef de chœur utilisait pour poser ses<br />

partitions. Des chaises étaient empilées dans un coin à proximité d’autres pupitres à la<br />

disposition des choristes.<br />

Monsieur Jacquin était un homme d’une cinquantaine d’années, peu bavard mais<br />

néanmoins courtois, qui ne supportait pas la médiocrité dans la musique. Lisa allait<br />

vite remarquer le niveau d’exigence qu’il avait vis-à-vis des choristes, du pianiste<br />

mais aussi de lui-même. Le pianiste, elle ne l’avait pas vu tout de suite. Il était<br />

absorbé par le déchiffrage d’une partition et ne leva les yeux que lorsqu’elle se<br />

présenta à Monsieur Jacquin.<br />

- Bonjour, je suis Lisa Carmetti et je viens pour l’audition. Sa voix était claire<br />

mais elle n’était pourtant pas aussi à l’aise qu’elle voulait bien le montrer.<br />

- Bonjour, Claude Jacquin, chef du chœur Saint Antoine, et voici Gianni<br />

Bartello, notre pianiste.<br />

En entendant ce nom à consonance italienne, Lisa avait spontanément souri. Gianni,<br />

jeune homme châtain clair d’une vingtaine d’années, lui avait tout aussi spontanément<br />

rendu un sourire franc et amical, qui l’avait tout de suite mise en confiance.<br />

18


Claude Jacquin commença par faire effectuer quelques gammes au pianiste, en<br />

demandant à Lisa de se chauffer la voix. Puis quelques exercices un peu plus<br />

complexes, destinés à évaluer la tessiture de sa voix et les capacités de mémorisation<br />

de Lisa suivirent. Elle éprouvait un tel plaisir de rechanter à nouveau qu’elle avait<br />

oublié toute sensation de trac, encouragée en silence par le regard de Gianni qui<br />

semblait fier de la prestation de la jeune recrue italienne. Pourtant elle avait perdu en<br />

pratique et savait qu’elle aurait pu faire mieux que cela il y a seulement un an. Elle<br />

avait toujours été très exigeante pour elle-même, mais au bout d’une vingtaine de<br />

minutes et après avoir sollicité Lisa sur toutes sortes d’exercices, mêlant stacchato<br />

legato piano subito et forte, Monsieur Jacquin sembla satisfait.<br />

Lisa était si absorbée par cet examen de passage qu’elle n’avait pas remarqué que les<br />

autres choristes arrivaient peu à peu et se massaient dans le vestiaire afin de ne pas<br />

déranger pendant l’audition. Une personne surtout, grande et surplombant les autres,<br />

semblait ne pouvoir détacher son regard de la scène. Son oreille avait été touchée par<br />

la pureté de la voix de Lisa et il ne pouvait détacher le regard de la bouche qui<br />

produisait ces merveilleux sons que pour constater, agacé, une attention pour la<br />

chanteuse qu’il jugea excessive dans les yeux du pianiste. Ce n’est que lorsque<br />

Monsieur Jacquin interrompit la séance pour faire rentrer les choristes et reprendre le<br />

cours normal de la séance, ce n’est qu’une fois que la voix merveilleuse s’interrompit,<br />

que Lucas de Bès réalisa qu’il bandait.<br />

Puis le verdict de Claude Jacquin était tombé, après qu’il ait rapidement présenté Lisa<br />

au groupe. Elle ferait partie du pupitre des Soprano 1, les voix les plus aigües. On<br />

pouvait sentir dans la voix de Monsieur Jacquin une satisfaction à peine dissimulée.<br />

Cette recrue était décidément très prometteuse.<br />

La première répétition fut un réel moment de bonheur pour Lisa. Le chant lui avait<br />

terriblement manqué pendant ces quelques mois par ailleurs très occupés aux Etats-<br />

Unis . Ses nouvelles collègues de pupitre, pour certaines un peu méfiantes face à la<br />

nouvelle arrivante, s’avérèrent dans l’ensemble plutôt sympathiques et même ravies<br />

d’avoir un renfort de qualité dans le groupe. Les partitions posées sur un pupitre lui<br />

avaient permis de suivre avec sa voisine Flora Le Sanctus de Berlioz que le chœur<br />

travaillait en ce moment. Ce fut presque par hasard qu’elle remarqua la présence de<br />

Lucas de Bès dans le pupitre des ténors. Elle croisa son regard, se sentit stupidement<br />

rougir, puis détourna les yeux après lui avoir transmis un léger mouvement de tête en<br />

guise de salut.<br />

Elle était à cent lieues d’imaginer le tourbillon d’émotions qu’elle était en train de<br />

susciter dans le coeur et le bas-ventre du mélomane Lucas et jusque dans la tête de<br />

l’apparemment imperturbable Monsieur de Bès. Elle fixa consciencieusement son<br />

attention sur Monsieur Jacquin - que les autres appelaient Claude - et sur Gianni qui<br />

s’avéra très discret et efficace pour suivre les désirs de Claude et soutenir tour à tour<br />

les différents pupitres.<br />

A la fin de la répétition, Lisa voulut parler avec Monsieur Jacquin.<br />

- Je voulais vous remercier de m’accepter dans votre chœur, j’ai vraiment passé<br />

un bon moment ce soir.<br />

- Il n’y a pas de quoi Lisa, je pense que vous vous intègrerez très vite. Mais<br />

appelez-moi donc Claude, comme les autres, puisque vous faites maintenant<br />

partie de la famille. Il continuait tout en lui parlant à ranger ses affaires.<br />

19


- En fait, j’aurais un service à vous demander. Voilà, je prenais autrefois des<br />

cours de chant et je me demandais si vous sauriez à qui je pourrais m’adresser<br />

pour m’y remettre, si possible pas trop loin d’ici.<br />

- Moi je sais, répondit Gianni qui finissait de ranger ses partitions dans sa<br />

sacoche.<br />

- Bien, alors je vous laisse en discuter tous les deux, bonsoir et à mercredi<br />

prochain 20 heures».<br />

Monsieur Jacquin était manifestement pressé de rentrer chez lui après les répétitions,<br />

ainsi que Lisa pourrait le constater au fil des semaines suivantes. Pourtant Gianni le<br />

retint par la manche et lui demanda de l’attendre quelques secondes. Puis il glissa<br />

rapidement à Lisa :<br />

- Je connais une ancienne cantatrice qui donne maintenant des cours de chant<br />

individuels. Je pense que ça pourrait te convenir et je suis sûr qu’elle serait<br />

contente de t’avoir pour élève.<br />

- Bien, mais a-t-elle encore des disponibilités, surtout en début soirée ou en<br />

week-end car je travaille. Et puis il faudrait que je voie ses tarifs pour décider<br />

de la fréquence de mes cours.<br />

- Quel est ton budget ?<br />

- Pour l’instant j’aimerais ne pas dépasser les mille francs par mois.<br />

- Tiens, je te note ici son adresse et son numéro de téléphone, répondit Gianni<br />

après avoir cherché une feuille dans sa sacoche. Je la connais bien, je la<br />

préviendrai que tu passeras, mettons demain soir vers 20 heures si ça te<br />

convient. C’est une petite maison située à seulement dix minutes d’ici à pied.<br />

Elle t’écoutera chanter, et les détails administratifs se règleront ensuite. Ciao<br />

Lisa.<br />

- Bien. Merci. Ciao Gianni.<br />

Lisa avait été déconcertée par la rapidité avec laquelle la question semblait se régler.<br />

Pendant qu’elle discutait, les autres choristes avaient rempilé les chaises dans un coin<br />

de la salle puis s’éclipsaient en lançant des « bonsoir, à la semaine prochaine » à la<br />

cantonade. Elle ramassa ses affaires pour regagner son petit appartement qui n’était<br />

qu’à une petite quinzaine de minutes à pied. Une bonne marche lui ferait du bien et lui<br />

permettrait de savourer encore le plaisir qu’elle avait eu à chanter à nouveau dans un<br />

groupe.<br />

En sortant, elle eut la surprise de voir Lucas de Bès qui semblait attendre quelque<br />

chose ou quelqu’un.<br />

- Bonsoir Monsieur de Bès, je ne savais pas que vous chantiez vous aussi. Le<br />

chœur est formidable.<br />

- Bonsoir Lisa, appelez-moi Lucas. Pour moi aussi ça a été une surprise. Vous<br />

aimez la musique, cela se voit. Elle vous…transfigure.<br />

Monsieur de Bès, tout en cherchant ses mots, semblait repartir en faisant quelques<br />

pas avec elle et Lisa comprit avec étonnement que c’était bien elle qu’il avait ainsi<br />

attendue.<br />

- Oui, je dois dire que ça faisait longtemps que je n’avais pas passé une aussi<br />

bonne soirée. Peut-être la meilleure depuis ma dernière séance de « free-go ».<br />

- De frigo ? qu’entendez-vous par là ?<br />

- Je vous demande pardon, dit-elle en pouffant, de « FREE-GO » reprit-elle en<br />

articulant bien distinctement.<br />

Devant la mine étonnée et curieuse de Lucas, elle s’était arrêtée pour prononcer ce<br />

nom avec l’accent américain approprié. Elle continua ses explications, tout en restant<br />

immobile sur le trottoir où ils se retrouvaient seuls:<br />

20


- C’est un jeu auquel nous jouions avec quelques camarades lorsque j’étais à<br />

New-York. Nous nous installions dans une pièce, dans la pénombre de préférence, et<br />

là chacune à notre tour nous exposions nos projets, nos envies, nos frustrations, nos<br />

fantasmes, et ça finissait généralement en gros éclats de rire. Moi j’aimais bien fermer<br />

les yeux et visualiser les scènes que les autres racontaient. Elle avait spontanément<br />

clos ses paupières au souvenir de ces folles soirées. Elle fut tirée de son souvenir<br />

délirant par une caresse furtive déposée sur sa joue.<br />

Toute à son explication sur ce que pouvait donner une séance de free-go, elle avait<br />

perdu pied avec la réalité. Si elle n’avait pas fermé les yeux, elle aurait vu Monsieur<br />

de Bès complètement hypnotisé par sa bouche alors qu’elle débitait des âneries<br />

d’étudiante encanaillée. Lui ne voyait qu’un instrument merveilleux dont émanaient<br />

des sons harmonieux qui le touchaient profondément. Il déposa un simple baiser sur<br />

sa joue et ce n’est qu’après ce léger contact, quand Lisa se tut subitement et alors qu’il<br />

emportait quelques effluves de son parfum fleuri, qu’il réalisa son audace.<br />

- Excusez-moi et veuillez considérer ceci comme un remerciement pour le<br />

plaisir que j’ai eu à vous écouter chanter tout à l’heure. La belle musique a de<br />

fait une importance capitale à mes yeux, mais je ne sais pas si vous pouvez<br />

comprendre.<br />

- Oui, bien sûr, je comprends.<br />

Elle avait répondu machinalement tout en le fixant, avec dans le regard une certaine<br />

incompréhension muette qui contredisait ses paroles. Sa bouche restée entrouverte et<br />

aux lèvres humides était dangereusement attirante et Lucas réalisa douloureusement<br />

qu il était bien difficile de résister à la tentation d’y déposer un autre type de baiser.<br />

Mais Lisa travaillait avec lui et la vie au bureau était assez compliquée sans cela.<br />

L’émoi l’avait complètement perturbé et pour la première fois de sa vie, Lucas eut<br />

l’impression qu’il n’avait pas le contrôle et ne savait que faire. Alors, maladroitement,<br />

il lui dit bonsoir et s’éloigna, à moins qu’il n’ait tenté de fuir.<br />

Lisa, plantée par Monsieur de Bès, n’eut pas vraiment le temps de repenser à ce qui<br />

venait de se passer. Gianni apparut presque par magie et lui expliqua qu’il avait dû<br />

discuter de certaines œuvres que Claude pensait faire prochainement chanter au<br />

groupe et qu’il devrait lui-même travailler avant les prochaines séances. Elle s’était<br />

d’abord demandée si Gianni avait assisté à la scène incongrue qui venait de se<br />

dérouler entre elle et Lucas, mais le fait que Gianni n’y fasse pas allusion l’avait<br />

rassurée. Elle ne souhaitait pas, à peine débarquée dans ce groupe choral, prêter le<br />

flanc à des ragots sur les histoires à caractère intime que pouvaient lier entre eux les<br />

choristes. Surtout qu’il n’y avait eu après tout entre le (presque) inaccessible Lucas et<br />

elle qu’un simple baiser sur la joue, un baiser somme toute très insignifiant, suivi<br />

d’une fuite qui elle semblait significative.<br />

- Il commence à faire vraiment froid ! avait-elle lancé avec un sourire pour<br />

éviter un silence embarrassant.<br />

- Nous approchons de l’époque où j’aimerais pouvoir hiberner ! répondit-il pour<br />

acquiescer.<br />

- La meilleure méthode pour combattre le froid, c’est de boire une bonne tisane<br />

et de se masser tous les membres avec une huile essentielle dynamisante avant<br />

de se coucher sous une bonne couette épaisse et chaude. Moi je fais ça quand<br />

je suis gelée et généralement le sommeil d’une seule nuit est suffisamment<br />

réparateur.<br />

- Merci pour le conseil. Bonne nuit Lisa et à très bientôt.<br />

Gianni accompagna son « à très bientôt » d’un énigmatique sourire. Lisa était atterrée<br />

par les conseils consternants qu’elle avait pu débiter sur le sujet du « comment une<br />

21


célibataire attardée peut en une soirée combattre la rigueur du froid», mais l’important<br />

était d’avoir eu l’air naturel, quitte à ce que ce soit en débitant des platitudes<br />

affligeantes de vieille fille. Lisa aurait sûrement été encore plus consternée<br />

d’apprendre que son compatriote italien n’avait rien perdu de ce qui venait de se<br />

passer entre elle et le ténor. Car son sourire détaché n’avait rien laissé deviner de la<br />

contrariété qu’il avait ressentie en voyant cet homme déjà mûr, réservé et peu<br />

chaleureux, embrasser cette jeune fille si gaie et dont la voix attachante lui avait<br />

semblé si douce.<br />

22


CHAPITRE 5– UNE MECANIQUE BIEN HUILEE<br />

De retour au bureau, Lisa était bien décidée à agir comme si rien ne s’était passé entre<br />

elle et Monsieur de Bès. D’ailleurs, à bien y réfléchir, il ne s’était effectivement rien<br />

passé. Des enfants de cinq ans se donnent déjà d’innocents baisers, et parfois même<br />

sur la bouche, sans qu’on en fasse tout un plat. De plus, la façon dont Lucas de Bès<br />

avait disparu ne suggérait pas qu’il ait eu envie de donner suite à leur entrevue<br />

surréaliste. En fait, il ne s’était rien passé et Lisa, grisée par une overdose de bien-être<br />

choral assaisonné d’un froid sec enivrant qui l’avait cueillie à la sortie, avait tout<br />

bonnement dû rêver que l’homme qui l’avait tant impressionnée et qu’elle avait<br />

retrouvé par hasard ce soir-là avait simplement remarqué qu’elle existait.<br />

- Bonjour Karine. Tu es matinale ce matin.<br />

- Salut, Lisa. Je suis de corvée.<br />

Elle avait la bouche pleine d’un beignet qu’elle avait acheté en chemin et qu’elle<br />

avalait tout en vérifiant des bilans hebdomadaires qu’elle devait préparer à la<br />

demande de Melinda. Il s’agissait d’un résumé statistique des recettes et contentieux<br />

de la semaine, qui cumulés aux résultats des semaines précédentes permettait de<br />

mesurer les risques et profits de la branche de la société. La réunion qui permettait à<br />

Monsieur Sens, Lucas de Bès et Melinda de s’assurer des bons résultats et de rectifier<br />

le tir si nécessaire en jouant sur les objectifs de marketing et les conditions<br />

d’attribution des prochains crédits se tenait traditionnellement le jeudi en fin d’aprèsmidi<br />

et pouvait dans certains cas finir très tard. Heureusement, le personnel subalterne<br />

n’y était pas convié et la pression pour eux se faisait sentir surtout en début de<br />

journée, quand il fallait finir de préparer tous les éléments de discussion du triumvirat<br />

dirigeant, qui lui-même devait rendre des comptes réguliers, en fin de mois, au comité<br />

de direction du groupe.<br />

Lisa n’avait pas encore été impliquée dans ce travail de préparation mais Melinda<br />

s’était promis de la solliciter rapidement, dès que sa connaissance des affaires de la<br />

compagnie lui permettrait d’être autonome. Elle espérait aussi pouvoir à cette<br />

occasion se passer progressivement des services de Karine, dont elle appréciait la<br />

compétence autant qu’elle détestait son franc-parler. Il faut dire que Melinda était un<br />

chef efficace dans les affaires mais qui ne s’encombrait pas de considérations<br />

parasitaires d’ordre humain. Elle considérait que les gens qui travaillaient dans la<br />

société devaient s’estimer privilégiés d’appartenir à cette famille et recevaient un<br />

salaire en compensation de leurs efforts. Par conséquent toute déviation de la routine,<br />

ne fut-ce que la moindre allusion à des prétentions sur les conditions de travail ou une<br />

aspiration fût-elle légitime à une reconnaissance au-delà des cadres pré-établis<br />

devenait vite intempestive pour ne pas dire mal considérée. Et peu importait que le<br />

plaignant, puisque c’est ainsi qu’on considérait alors l’employé, ait fait preuve de<br />

résultats particulièrement probants. Tout ce qui compliquait la routine de sa direction<br />

était inévitablement voué aux brimades voire aux sanctions disproportionnées dès que<br />

les objectifs assignés n’étaient plus assurés dans leur intégralité. Fric City se devait<br />

d’appliquer une discipline exigeante pour assurer les marges de profit, les résultats de<br />

la direction et, in fine, le contentement des actionnaires.<br />

Mais tout ceci, Lisa l’ignorait, baignée de l’innocence de son âge sur les réalités<br />

implacables du panier de crabes de la finance et leurrée par une vision idéaliste et<br />

naïve du monde du travail et de ses protagonistes. Elle souhaitait être impliquée dans<br />

de nouveaux projets et apprendre autant de choses que possible. Elle croyait encore<br />

que les efforts sont toujours et pour tout le monde récompensés à hauteur des résultats<br />

23


obtenus et qu’il suffisait pour chacun de faire son travail de son mieux. Quant au<br />

reste, les augmentations et autres promotions, cela suivrait naturellement son cours<br />

puisque c’était le rôle des dirigeants d’y veiller et ces dirigeants n’avaient pu être euxmêmes<br />

sélectionnés que pour leur compétence à diriger, c’est-à-dire aussi pour leur<br />

aptitude à gérer d’autres personnes. Le respect de l’entreprise reposait d’ailleurs a<br />

priori sur ce concept d’aptitude à recruter les bonnes personnes aux bons postes. Ne<br />

l’avait-on pas choisi elle-même pour ses qualités prometteuses d’efficacité et de<br />

flexibilité, sans oublier sa capacité à produire des résultats positifs concrets ?<br />

Il lui aurait pourtant suffi de quelques conversations choisies avec Karine pour avoir<br />

un échantillon significatif des coups durs et remarques plus ou moins dégueulasses<br />

qui lui avaient été infligés depuis qu’elle avait intégré la société Crédit-Fians.<br />

Mais pour l’instant, Karine avait à cœur de sortir ce fichu bilan au plus vite afin de le<br />

porter à Melinda qui le voulait prêt pour dix heures (pour une réunion qui ne<br />

commencerait pas avant dix-sept heures!), après quoi le reste de la journée devrait être<br />

moins stressant.<br />

Sentant son désir d’en terminer rapidement, Lisa avait proposé son aide pour aider<br />

Karine à vérifier ce qui était déjà imprimé. Elle plaida que celà lui permettrait de<br />

s’imprégner du sujet en même temps qu’elle jetterait un œil extérieur à même de<br />

débusquer d’éventuelles incohérences. Karine accepta sans plus discuter. Elle aussi ne<br />

demandait qu’à se débarrasser au plus vite de ce fardeau hebdomadaire.<br />

Lisa avait très vite saisi la structure du rapport. D’abord, il y avait un récapitulatif des<br />

objectifs financiers et commerciaux du groupe. Suivaient les données techniques : les<br />

valeurs des indices à court, moyen et long termes, les taux d’intérêt pratiqués,<br />

amortissements, les impayés et autres contentieux, les liquidités disponibles, les<br />

placements et d’autres données que Lisa ne comprit pas immédiatement.<br />

Une section entière était consacrée à l’évolution du e-business, secteur que Melinda<br />

avait eu le nez creux de prendre sous sa coupe dès les prémices de développement du<br />

net.<br />

La dernière partie du rapport, que préparait Melinda elle-même ainsi que le lui<br />

expliqua Karine, définissait les plans d’actions pour limiter les pertes liées aux<br />

contentieux (la tendance au surendettement des ménages donnant lieu à un grand<br />

nombre de situations délicates nécessitant des procédures de recouvrement par les<br />

sociétés de crédit) et précisait certaines recommandations et orientations<br />

commerciales afin de satisfaire les objectifs stratégiques du groupe.<br />

L’objectif de la réunion du jeudi était d’ailleurs pour Monsieur Sens de réconcilier ce<br />

rapport avec les conclusions que fournissait Monsieur de Bès pour son propre secteur<br />

d’activités.<br />

Une fois que Karine eut fini son travail laborieux de préparation et quand Lisa eut à<br />

son tour fini de parcourir les feuillets, elle lui dit :<br />

- Tu sais, je devrais pouvoir t’aider à automatiser l’élaboration de ces planches.<br />

Comme je suppose que tu dois toujours récupérer les mêmes informations aux<br />

mêmes endroits, ça doit être faisable de développer une macro qui t’économise<br />

du temps…et du stress.<br />

- Tu crois que c’est possible ?<br />

- Bien sûr, il faut regarder plus en détail, mais pour tout te dire, ça m’étonne que<br />

Melinda ne te l’ait pas déjà demandé, elle qui est si sensible à l’efficacité dans<br />

le travail. Ca te laisserait plus de temps pour traiter les irrégularités et impayés<br />

et faire les relances.<br />

24


- Surtout que depuis quelque temps, j’ai du mal à m’en sortir. Heureusement<br />

cette semaine Chloé est chez son père et je vais pouvoir m’avancer dans mon<br />

travail pour finir tôt demain après-midi. Tu vois quelque part, je me demande<br />

si ça n’arrange pas Melinda que je galère autant. Quand on a du boulot, on n’a<br />

pas de temps pour discuter avec elle et crois-moi, moins on discute avec elle<br />

et mieux ça se passe.<br />

- Tu sais moi je viens d’arriver alors toutes ces histoires, je ne les comprends<br />

pas vraiment.<br />

- Tu as raison, excuse-moi. C’est un vieux contentieux entre elle et moi, qui<br />

remonte à l’époque de ma séparation d’avec le père de Chloé, mais qui ne<br />

risque pas de se régler de si tôt.<br />

- Du genre ?<br />

- Elle-même avait des ennuis dans son couple à ce moment-là mais je crois<br />

qu’au lieu de la rendre plus compréhensive, ça l’a encore plus endurcie, si<br />

c’était possible. Je pense qu’elle m’en a voulu de savoir exactement ce qu’elle<br />

devait endurer. Elle était mariée à un Suisse pendant quelques mois mais ça<br />

n’a pas marché et ils ont divorcé. Il faut dire que ça ne doit pas être commode<br />

de vivre tous les jours avec Mademoiselle. En fait, j’étais plus que le témoin<br />

involontaire de son malheur, j’étais devenue le reflet de son échec matrimonial<br />

et je suppose qu’elle voyait à travers ma détresse un rappel insupportable de<br />

ses propres difficultés. Et crois-moi, elle m’a fait payer pour ça la garce.<br />

Enfin laissons tomber ces vieilles histoires, tu as raison ça ne te concerne pas.<br />

Je porte le dossier à Mademoiselle et je nous rapporte du café, en<br />

remerciement pour ton aide spontanée et redoutablement efficace.<br />

Après le départ de Karine, Lisa venait de s’absorber dans la lecture de documents<br />

lorsqu’un coup léger tapé sur la vitre de la porte lui fit lever la tête.<br />

- Bonjour Lisa.<br />

- Bonjour Monsieur de Bès. Que puis-je pour vous ?<br />

Elle tentait de prendre un air dégagé mais sentait son cœur qui commençait à accélérer<br />

dans sa poitrine.<br />

- Je cherche Melinda, c’est au sujet de la réunion de ce soir.<br />

- Si elle n’est pas dans son bureau maintenant, je peux dès son retour l’informer<br />

que vous êtes passé la voir.<br />

- Non merci, c’est inutile. Je lui passerai un petit coup de fil. Au fait, vous êtes<br />

bien rentrée hier soir ?<br />

- Très bien, je vous remercie.<br />

- Il faudrait que je vous voie, pour le travail. Vous êtes disponible en début<br />

d’après-midi ?<br />

- Oui, sans problème.<br />

- Bien. Alors à quatorze heures dans mon bureau.<br />

Il avait semblé hésiter puis avait fait demi-tour dans le couloir avant de s’éloigner vers<br />

les ascenseurs. Karine revint peu après.<br />

- Tu ne devineras jamais qui j’ai croisé dans l’ascenseur ?<br />

- Je ne sais pas, Elvis Presley?<br />

- Mieux, et en moins décomposé. Le séduisant Monsieur de Bès.<br />

- Ah oui, il est passé dans le coin, il cherchait Melinda.<br />

Lisa se sentait encore empourprée et avait bien vite repiqué du nez dans sa lecture peu<br />

passionnante mais qui avait le mérite de lui donner une contenance.<br />

25


- Tiens c’est curieux, il l’appelle toujours sur son portable en cas de besoin. Ca<br />

doit être bigrement important pour qu’il ait pris la peine de venir jusqu’ici. Au<br />

fait, j’ai justement vu Melinda dans la kitchenette et je lui ai parlé de ta<br />

proposition d’automatiser la préparation du rapport hebdomadaire. Elle est<br />

d’accord !<br />

- Tu sais, il n’était pas utile de lui en parler. Je voulais juste te rendre service.<br />

- Oui, je sais, répondit-elle gentiment à Lisa. Mais je sais aussi que<br />

Mademoiselle aime bien être au courant de tout, et malheur à qui se permet<br />

des initiatives sans avoir sollicité sa bénédiction. Et ça je te le donne comme<br />

un conseil d’une collègue qui t’aime bien et veut te mettre en garde. N’oublie<br />

jamais que Melinda finit toujours par tout savoir.<br />

Lucas et son équipe étaient basés, ainsi que Monsieur Sens, à l’étage supérieur, avec<br />

le secteur administratif et les ressources humaines. L’équipe de Melinda s’étant<br />

développée depuis la création des activités e-business, elle avait été déménagée à<br />

l’étage inférieur, au 17 ème , où se trouvaient le département informatique, plusieurs<br />

salles de réunion ainsi que deux kitchenettes et une petite salle où pouvaient se<br />

retrouver les fumeurs en mal de nicotine.<br />

Ce retour à l’étage 18 rappela à Lisa son entretien d’embauche. Seulement quelques<br />

semaines s’étaient écoulées et pourtant, beaucoup de choses avaient changé depuis.<br />

Elle avait bien sûr décroché cet emploi, trouvé un mini-appartement confortable,<br />

intégré une chorale et retrouvé le plaisir du chant, sans parler des cours qu’elle allait<br />

peut-être commencer dès ce soir avec Madame Iliachi, dont Gianni lui avait donné les<br />

coordonnées. Tout semblait s’organiser dans sa vie, mais une certaine confusion<br />

persistait cependant sur son présent amoureux, qui semblait la priver de repères<br />

essentiels.<br />

Après avoir timidement frappé à la porte qui était restée entrouverte, elle fut invitée à<br />

rentrer et à s’asseoir sur l’une des deux chaises en cuir qui faisaient face au bureau.<br />

Celui-ci était jonché de papiers, probablement le rapport que Monsieur de Bès devrait<br />

présenter tout à l’heure à Monsieur Sens.<br />

- Merci d’être venue. Comme vous le savez, nous nous réunissons tous les<br />

jeudis avec Melinda et Monsieur Sens afin de faire un bilan de nos activités et<br />

d’envisager nos prochaines actions. Melinda m’a dit que vous vous étiez<br />

proposée d’automatiser l’édition de son rapport hebdomadaire et j’aurais<br />

voulu voir avec vous ce qu’il était possible de faire pour le dossier que je dois<br />

moi-même préparer pour la même réunion.<br />

Bigre, les nouvelles circulaient vite.<br />

- Je ne connais pas le contenu particulier de votre rapport mais en général il<br />

suffit d’identifier les données nécessaires et les bases d’où on doit les extraire.<br />

Dans la plupart des cas, quelques macros et des manipulations ciblées<br />

permettent de limiter le travail. J’ai moi-même pas mal de choses en cours<br />

mais si vous le souhaitez, je pourrais expliquer ça à quelqu’un dans votre<br />

groupe, Gilbert par exemple, je suis sûre qu’il comprendrait très vite.<br />

- Vous avez déjà travaillé avec Gilbert Dulac?<br />

- Oui, non, en fait, je n’ai pas vraiment travaillé avec lui mais nous discutons de<br />

temps en temps au travail et je pense qu’il pourrait le faire.<br />

Sans savoir pourquoi, elle s’était sentie gênée. Gilbert Dulac était un quadragénaire<br />

divorcé, bon père de famille et boute-en-train qui avait vite repéré Lisa lors d’une<br />

pause déjeûner et avait depuis sympathisé et discuté plusieurs fois avec elle,<br />

26


notamment lorsqu’ils se retrouvaient près de la machine à café. Gilbert était très<br />

compétent dans son domaine (le marketing) et de bon conseil dans l’équipe de<br />

Monsieur de Bès. L’informatique était sa marotte. Sa bonne humeur semblait parfois<br />

détonner dans la rigidité et le sérieux qui étaient de rigueur dans la boîte, mais Lisa<br />

comprenait intuitivement que la bonne humeur au travail n’était pas un signe<br />

d’inadaptation même en travaillant chez les financiers et elle appréciait sa compagnie,<br />

qui de toute façon restait limitée à quelques discussions de couloir.<br />

- Je suis pour les mécaniques bien huilées. Et puis Gilbert a d’autres<br />

responsabilités. Je souhaiterais que ce soit vous qui vous en chargiez, afin<br />

d’assurer une homogénéité avec le format que vous proposerez pour Melinda,<br />

elle est d’accord. Si vous l’êtes aussi, nous en reparlerons demain après-midi,<br />

j’ai du travail maintenant.<br />

- Oui, bien sûr. Et c’est tout ?<br />

- Oui pourquoi ? Vous souhaitiez me parler d’autre chose ?<br />

- Non. Alors …au revoir.<br />

- A demain Lisa.<br />

Lisa se leva mais avant de partir, elle se retourna et vit que Lucas semblait renvoyer<br />

un sourire satisfait aux papiers étalés sur son bureau. Certes c’était un sourire qui<br />

n’était pour personne d’autre que lui-même, mais qui tranchait néanmoins avec<br />

l’apparente sécheresse de son ton. Lucas était ainsi, Lisa devait en prendre son parti,<br />

mais cette pensée qu’il n’y avait aucune intention personnelle de la blesser la soulagea<br />

quelque peu.<br />

27


CHAPITRE 6 – RENCONTRE AVEC UNE DIVA<br />

Lisa avait quitté le travail vers dix-huit heures après avoir vérifié qu’on n’aurait plus<br />

besoin d’elle avant le lendemain. Puis elle était rentrée chez elle, avait pris une<br />

douche rapide et enfilé un pantalon et un pull ample dans lesquels elle se sentait à<br />

l’aise. Elle avait avalé un yaourt et une tasse de thé, afin de ne pas avoir le ventre<br />

creux dans la soirée sans pour autant trop manger, ce qui n’aurait pas été compatible<br />

avec la leçon de chant. Lisa ne savait pas à quoi s’attendre pour ce premier rendezvous<br />

mais elle espérait bien avoir l’occasion de faire quelques exercices d’<br />

échauffement afin de pouvoir faire évaluer sa voix et de pouvoir elle-même mesurer<br />

ce qu’elle avait perdu au cours des derniers mois passés à New-York sans cours de<br />

chant ni pratique sérieuse. L’adresse laissée par Gianni correspondait à une rue située<br />

à environ trois arrêts de bus. Lisa se promit de récupérer et remettre en état son vélo<br />

qui était resté dans la cave chez son père, afin de circuler plus facilement. En<br />

attendant, malgré la fraîcheur de ce mois d’octobre, elle décida d’y aller à pied, en<br />

ayant pris soin de s’emmitoufler au préalable dans une large écharpe et après avoir<br />

ajusté un chapeau en feutre. Ainsi l’air frais ne viendrait pas altérer la résonance de<br />

ses sinus alors que la marche lui donnerait un peu d’exercice, pratique qu’elle avait dû<br />

réduire depuis qu’elle avait commencé à travailler.<br />

Elle arriva deux minutes avant vingt heures à la maison de Madame Iliachi. C’était<br />

une petite construction simple avec un étage et qui avait dû être repeinte assez<br />

récemment. Un petit jardinet sur le côté jouxtait un carré potager et une lanterne<br />

marine surmontant le pas de porte accueillait les visiteurs. Curieusement pour<br />

l’époque, la serrure du portillon n’était jamais fermée à clé.<br />

Lisa frappa à la porte qui s’ouvrit presque instantanément, comme si on avait guetté<br />

son approche.<br />

- Bonjour Lisa, entre.<br />

- Gianni ? Bonsoir mais… Comment se fait-il que tu sois ici ?<br />

- En fait je suis le pianiste attitré –pour ne pas dire préféré- de Madame Iliachi.<br />

Je lui ai parlé de toi et elle te prendra en main d’ici cinq petites minutes.<br />

Passe-moi tes affaires et mets-toi à l’aise. Le chapeau te va bien, dit-il en l’en<br />

débarrassant. Elle finit une séance de yoga, avait-il rajouté en baissant la voix,<br />

comme pour ne pas trahir un secret. Je ne te propose rien à boire, du moins pas<br />

avant la leçon de chant.<br />

Il faisait incroyablement bon dans la maison, qui sembla bientôt presque surchauffée à<br />

Lisa. Elle avait volontiers quitté manteau et écharpe et regrettait presque d’avoir<br />

choisi ce pull molletonné qui recouvrait un simple caraco enfilé à la va-vite et qu’elle<br />

ne pouvait donc décemment pas enlever. Elle nota mentalement que si elle s’entendait<br />

avec Madame Iliachi et devait venir prendre ses leçons de chant dans cette annexe de<br />

sauna, elle serait avisée de prévoir un tee-shirt léger pour se mettre à l’aise et ne pas<br />

avoir l’impression de jouer le canari en papillote. D’ailleurs Gianni ne portait luimême<br />

qu’une chemise fine entrouverte sur une sorte de marcel blanc, preuve qu’il<br />

connaissait les habitudes thermiques de la maison. Il fallait voir le côté positif, les<br />

atmosphères chaleureuses étaient plus propices pour le chant, elle l’avait maintes fois<br />

expérimenté sous des douches quasi brûlantes, environnée par la vapeur qui dilatait<br />

ses résonateurs et lissait le vibrato naturel de sa voix quand elle grimpait dans les<br />

aigus.<br />

Une petite forme, sortie d’une pièce contigüe à ce qui sembla à Lisa être la salle-àmanger,<br />

passa discrètement en saluant la jeune fille, pour aller dans la cuisine se<br />

28


servir un verre d’eau. Alors qu’elle revenait en sens inverse, Gianni, la prit<br />

délicatement par le bras et la présenta à Lisa.<br />

- Mamita, je te présente Lisa, qui chante dans la chorale de Monsieur Jacquin,<br />

c’est une excellente soprano. Il avait légèrement forcé la voix, ce qui laissait<br />

supposer que Mamita commençait à être victime d’un durcissement de la<br />

feuille. Lisa, voici Mamita, la mère de Madame Iliachi, qui vit également dans<br />

cette maison.<br />

- Bonjour Madame, enchantée de faire votre connaissance, répondit Lisa avec<br />

un sourire poli mais néanmoins sincère.<br />

- Bonjour Mademoiselle. Es muy guapa, avait répondu Mamita en se tournant à<br />

nouveau vers Gianni, qui l’avait raccompagnée avec douceur jusqu’au canapé.<br />

Mamita avait bien essayé de protester –elle n’était pas encore impotente, loin<br />

s’en fallait- mais elle était toujours aussi touchée par l’aimable sollicitude de<br />

son « petit » Gianni, qui la dépassait malgré tout de deux bonnes têtes.<br />

L’escalier en bois grinça légèrement. Lisa tourna la tête et put apprécier la descente de<br />

marches majestueuse et droite de Madame Iliachi. Elle portait un ensemble pantalon<br />

noir ample qui mincissait ses formes généreuses mais point trop. Elle portait la<br />

cinquantaine épanouie, avec l’assurance des femmes qui ont du chien et savent<br />

qu’elles plaisent aux hommes. Ses cheveux étaient retenus en un chignon élaboré sur<br />

la nuque et son regard fixait Lisa avec une acuité pénétrante. Seules ses mains, dont<br />

l’une caressait la rampe en accompagnant sa descente, trahissaient l’écho à présent<br />

dépassé de la jeunesse, parées de bagues dorées et scintillantes à presque chaque<br />

doigt. Tout en Madame Iliachi semblait prédisposé à susciter une forte impression.<br />

C’est en tout cas ce que Lisa ressentit spontanément. Elle attendit que Madame Iliachi<br />

ait rejoint le rez-de-chaussée pour se présenter simplement.<br />

- Bonjour Madame Iliachi, je suis Lisa Carmetti et je souhaiterais prendre des<br />

leçons de chant, avec vous peut-être si l’essai de ce soir est concluant pour<br />

nous deux.<br />

- Bonsoir Mademoiselle, Gianni m’a parlé de vous. Montez et commencez à<br />

vous échauffer, je vous rejoins dans une minute.<br />

- Vien Lisa.<br />

Gianni avait passé sa main dans le dos de Lisa pour l’inciter à emprunter l’escalier et<br />

monter au premier étage. Une vaste pièce, qui devait à l’origine constituer deux ou<br />

trois chambres, avait été aménagée pour les répétitions. Un énorme piano à queue<br />

avait été hissé on ne savait trop comment dans la pièce, dont les murs semblaient<br />

capitonnés et les vitrages doublés. Au moins, il y avait peu de risque que les voisins se<br />

plaignent des fausses notes des élèves. Seule une autre petite pièce, donnant par deux<br />

portes sur le palier et dans l’immense salle de travail, venait compléter l’étage. Gianni<br />

expliqua brièvement à Lisa que Madame Iliachi s’en servait de boudoir voire de loge<br />

lorsqu’elle donnait des concerts pour ses amis proches.<br />

- Je ne savais pas que Madame Iliachi était une professionnelle en exercice, ça<br />

risque de me coûter une fortune de prendre des leçons avec elle, surtout si je<br />

dois en plus rémunérer le pianiste !!<br />

- Normal que tu ne le saches pas, je ne te l’avais pas dit. Quant au pianiste,<br />

disons qu’il est prêt à travailler de façon bénévole, du moins si l’élève<br />

démontre les capacités que Monsieur Jacquin a cru déceler en elle.<br />

- Sinon ?<br />

- Sinon, tu seras obligée en dédommagement de me faire des massages aux<br />

huiles essentielles dynamisantes pour m’aider à passer les froides soirées<br />

29


d’hiver, il paraît que tu as une méthode infaillible contre les grosses fatigues et<br />

les envies d’hibernation.<br />

- Alors je te conseille de te rabattre sur la tisane pour te réchauffer parce que je<br />

n’ai pas l’intention de ne pas m’appliquer pour mes leçons de chant !<br />

- Excellente décision, vous avez fini votre échauffement, mademoiselle<br />

Carmetti ?<br />

La voix de Madame Iliachi, qui avait réussi la prouesse de remonter l’escalier sans<br />

faire grincer les marches – à moins que Lisa ait été trop absorbée par sa discussion<br />

avec Gianni pour le remarquer, fit sursauter la jeune fille qui s’était retournée dans un<br />

volte-face.<br />

- Presque, Madame Iliachi.<br />

- J’en déduis que vous aimez les exercices a capella, c’est tout à votre honneur.<br />

Mais il se trouve que nous avons à notre disposition un excellent pianiste, il<br />

serait donc dommage de se priver de ses services. Gianni, repasse les exercices<br />

d’ échauffement Rossini, en accord majeur puis en mineur, que je puisse voir<br />

pour la tessiture et la justesse. Mademoiselle Carmetti, je vous écoute.<br />

Gianni semblait bien rodé aux attentes de Madame Iliachi. Il développa un<br />

enchaînement d’exercices d’abord simples puis avec des phrases de plus en plus<br />

longues afin de permettre à la diva d’évaluer les capacités de mémorisation et de<br />

restitution de Lisa. Lisa, impressionnée au début par Madame Iliachi, se tourna peu à<br />

peu inconsciemment vers le pianiste qui, elle le sentait, faisait de son mieux pour la<br />

soutenir alors qu’elle devait affronter les accords de plus en plus complexes et<br />

difficiles techniquement à chanter. Les montées dans les aigus ne devaient pas lui<br />

faire oublier de soutenir dans les descentes. Le piège était classique mais plus d’un s’y<br />

laissait prendre. Elle gardait les épaules baissées, concentrée sur sa respiration<br />

abdominale. Son regard ne quittait plus Gianni, bien qu’elle ne le vît pas, tant elle<br />

était absorbée par l’écoute des sons harmonieux qui s’élevaient en de successifs défis<br />

de la caisse de résonance du piano. Il y eut quelques hésitations, la main secourable de<br />

Gianni qui lui redonnait la séquence, quelques sons un peu coincés dans les aigus et<br />

quelques abandons dans les graves mais au bout du compte, quand le piano cessa de<br />

jouer, Lisa se rendit compte qu’elle était en nage. La pendulette posée dans un<br />

renfoncement –également capitonné- du mur indiquait huit heures vingt cinq. Elle<br />

venait de passer quinze minutes ininterrompues à chanter sa joie de renouer avec le<br />

chant. Quand elle se retourna enfin pour regarder Madame Iliachi, le regard qu’elle<br />

sentit posé sur elle lui laissa l’impression qu’elle était nue. Elle venait une à une de<br />

livrer ses imperfections, son envie, ses erreurs et leur réparation sans aucune pudeur<br />

ni aucune retenue, simplement guidée par les mains magnifiques et habiles de Gianni<br />

sur le piano. Elle attendait maintenant le verdict du professeur. Elle était partagée<br />

entre la crainte d’un diagnostic sévère et celle, plus grande encore, de ne pas avoir été<br />

à la hauteur. Mais à la hauteur de quoi ? Elle était là après tout pour apprendre et il<br />

n’y a rien de plus naturel pour un apprenti que de ne pas tout savoir. Le verdict tomba,<br />

bref, et laissa Lisa interdite.<br />

- Si vous êtes d’accord, nous commencerons les leçons dès la semaine<br />

prochaine. Je vous propose de commencer à travailler en tant que mezzo<br />

soprano. Je pense que le registre classique sera dans un premier temps le plus<br />

adapté mais je n’exclus pas de compléter avec du lyrique assez rapidement.<br />

Pour les détails d’ordre administratif, je vous laisse en discuter avec mon fils.<br />

Bonsoir, mademoiselle Carmetti.<br />

Puis Madame Iliachi quitta la pièce , laissant Lisa plantée avec Gianni et sa propre<br />

stupeur.<br />

30


- Gianni, c’est ta mère ?<br />

- Oui pourquoi, ça pose un problème ?<br />

- Non, bien sûr, mais tu aurais dû me le dire.<br />

- Qu’est-ce que ça aurait changé ?<br />

- Je ne sais pas. Mais je pensais venir prendre des cours de chant et je me<br />

retrouve plongée dans ton intimité, dans ta maison, avec ta mère…<br />

- N’oublie pas ma grand-mère, j’y tiens beaucoup. Si ça peut te rassurer, je<br />

considère que le fait que tu prennes des cours de chant avec ma mère et que tu<br />

salues ma grand-mère, fut-ce dans notre maison, ne te laisse aucune<br />

prérogative sur la découverte de mon intimité. Tu as envie de chanter et j’aime<br />

jouer du piano, c’est tout. Si tu es d’accord, nous pouvons fixer les conditions<br />

et horaires pour les prochaines fois. Mais tu restes libre de ne pas t’engager si<br />

tu ne le souhaites pas.<br />

Il referma le couvercle du piano. Elle espérait ne pas l’avoir blessé et en même temps<br />

regretta que la magie des minutes précédentes de complicité musicale se soit<br />

disloquée. Gianni était un garçon bien et surtout un merveilleux pianiste et elle<br />

désirait continuer ses cours avec lui, c’est-à-dire bien entendu avec Mme Iliachi, à<br />

condition que cela reste dans la limite de ses moyens.<br />

- Combien ? demanda simplement Lisa.<br />

- Pour quatre cents francs par mois, je peux te proposer deux séances de<br />

quarante minutes par semaine, les mardi et jeudi si ça te convient. Je te ferais<br />

travailler le mardi et ma mère s’occuperait de toi le jeudi.<br />

- Tu serais là aussi le jeudi ?<br />

- Bien sûr, n’oublie pas que je suis son pianiste attitré et préféré.<br />

- Il faut dire que c’est une femme de goût !<br />

- Et une vraie mère italienne de surcroît, conclut-il dans un clin d’oeil.<br />

Ce n’est qu’après avoir quitté la maison de Madame Iliachi que Lisa réalisa que le<br />

sentiment d’angoisse quelle avait éprouvé quelques minutes auparavant, après avoir<br />

fini sa première audition, n’était pas tant dû à l’anxiété dans l’attente du jugement de<br />

Madame Iliachi qu’à la crainte de n’avoir pas été à la hauteur des attentes de Gianni.<br />

Elle ressentait confusément que son talent vocal ne pouvait que s’épanouir grâce aux<br />

compétences musicales du jeune homme mais surtout en s’appuyant sur la confiance<br />

qu’il semblait placer dans ses capacités.<br />

31


CHAPITRE 7 – DEMAIN SERA BLEU<br />

Au bureau, Lucas semblait s’intéresser de près au mini-projet d’automatisation des<br />

rapports, que Lisa réalisait en plus de ses tâches usuelles. Elle le rencontrait désormais<br />

tous les lundis avec Melinda pour un point d’information sur ses progrès, au cours<br />

desquels elle pouvait éventuellement réclamer certains moyens techniques ou la<br />

coopération d’autres services afin de se faire expliquer certaines données spécifiques<br />

ainsi que les systèmes d’information utilisés pour gérer ces données. Elle avait aussi<br />

remarqué que Lucas passait tous les vendredis dans son bureau pour s’enquérir de ses<br />

difficultés éventuelles et accessoirement prendre de ses nouvelles. Karine avait bien<br />

tenté d’expliquer à Lisa que ce projet devait être sacrément important à ses yeux pour<br />

qu’il ait ainsi augmenté la fréquence de ses visites au 17 ème étage. Malgré la gentille<br />

ironie de sa collègue, Lisa l’assurait qu’elle se faisait beaucoup trop de films dans sa<br />

tête et que ses relations avec Monsieur de Bès (elle l’appelait toujours ainsi au travail)<br />

étaient purement professionnelles. Certes elle avait un jour laissé malencontreusement<br />

échapper qu’ils avaient également des relations musicales, mais Karine, bien que<br />

soufflée d’apprendre que Monsieur de Bès passait ses mercredis soir à faire le ténor<br />

dans une chorale de quartier, lui qu’elle ne pouvait qu’imaginer en train de travailler à<br />

fabriquer de l’argent, avait bien gardé pour elle le secret et n’avait jamais cherché à le<br />

divulguer.<br />

C’était ainsi pour les activités préférées de Lisa semaine après semaine ; elle voyait<br />

Lucas les lundis mercredis et vendredis, et chantait accompagnée de Gianni les<br />

mardis, mercredis et jeudis. Bien qu’elle ait le loisir tous les mercredis de chanter en<br />

compagnie de Lucas, les jeudis soirs étaient probablement ses préférés, depuis que<br />

Gianni lui avait proposé, après la leçon de chant avec Madame Iliachi, de rester pour<br />

boire un bol de chocolat chaud. Le professeur de chant était très exigeante et laissait<br />

Lisa en nage après chaque séance. Mais malgré la fatigue, Lisa était toujours ravie<br />

d’avoir découvert de nouveaux exercices et surmonté de nouvelles difficultés. Elle<br />

sentait qu’elle avait presque retrouvé tous les automatismes et le niveau de chant<br />

qu’elle avait avant de partir aux Etats-Unis. Elle s’autorisait donc sans se faire prier<br />

cette pause sucrée pendant laquelle elle pouvait librement discuter avec Gianni.<br />

Mamita se joignait parfois aux jeunes gens mais préférait avaler une camomille<br />

pendant que Gianni et Lisa dosaient la poudre chocolatée avant de la dissoudre dans le<br />

liquide blanc crémeux et fumant, que Mamita surnommait « la leche del deseo », le<br />

lait du désir. A la grande surprise de Lisa, il s’était avéré que les origines italiennes de<br />

Gianni du côté de sa mère étaient mélangées à une souche espagnole incarnée par<br />

Mamita.<br />

La délicieuse dame parlait un assez bon français, bien qu’elle s’adressât spontanément<br />

dans sa langue maternelle à Gianni. Lisa avait été très impressionnée quand elle avait<br />

réalisé que Gianni était donc au moins trilingue, sans oublier le langage de la musique<br />

qui se rajoutait aux français, espagnol et italien.<br />

Mamita s’appelait en réalité Luz. Elle avait à l’époque épousé par amour un jeune<br />

marin italien qu’elle avait rencontré lors d’un concours d’habaneras, chansons<br />

typiques de marine, alors qu’il était de passage du côté de Barcelone. Le coup de<br />

foudre avait été immédiat et réciproque et la demoiselle ibère avait rapidement décidé<br />

de suivre son amour en Italie, au risque de briser le cœur de son cher père, dont elle<br />

était la « lumière » affective ainsi que le rappelait son prénom. Mais en père aimant, il<br />

avait consenti à donner sa bénédiction au jeune couple.<br />

32


La vieille dame s’était vite révélée une conteuse inspirée des faits du temps jadis,<br />

sachant restituer tout le piment des vieilles histoires de famille et la profonde<br />

humanité de leurs protagonistes. L’amour des Italiens pour leur propre mère n’était<br />

pas seulement une légende et elle ne manquait jamais d’humour quand elle évoquait<br />

les années passées en cohabitation avec sa belle-mère dans la région de Gênes, et<br />

comment la promiscuité de leur habitat exigu rendait parfois difficile<br />

l’accomplissement total de leur union. Comme l’avait finalement bien résumé Gianni<br />

« quand il y a de la Gênes, il n’y a pas de plaisir ! ».<br />

Mamita apparaissait ainsi comme une femme incroyablement libre malgré son grand<br />

âge et des capacités physiques naturellement restreintes par le cumul des années.<br />

Mais plus que tout, ce qui émerveillait Lisa, c’était son incroyable optimisme et sa<br />

bonté inconditionnelle.<br />

Ce jeudi-là, Lisa avait été particulièrement fatiguée et peut-être moins souriante qu’à<br />

son habitude. Luz lui avait alors expliqué que dans sa jeunesse, sa propre mère, qui<br />

savait qu’elle adorait la couleur bleue de la mer, lui disait souvent pour la rassurer ou<br />

lui donner du courage « No te preocupes, mañana sera azul » , « ne t’inquiète pas,<br />

demain sera bleu ». Puis sa mère était morte, mais ses paroles d’espoir lui étaient<br />

restées et elle les avait emportées jusqu’en Italie. Elle se souvenait encore du jour où<br />

sa belle-mère était en colère à cause d’une robe à laquelle il y avait un accroc. Luz lui<br />

avait spontanément proposé de la repriser, scandant son offre d’un « Mañana sera<br />

azul » que la belle-mère avait gratuitement complété d’un « O non sara », « ou ne sera<br />

pas », dont la triste perspective l’avait à l’époque beaucoup affectée. Elle n’avait<br />

d’ailleurs plus jamais utilisé cette devise depuis ce jour, autrement que pour ellemême.<br />

Et sa belle-mère avait fini par partir, ainsi qu’un de ses fils pris par la mer, puis<br />

enfin vint le tour de son mari, emporté par la maladie. Mais à présent elle était fière et<br />

heureuse de son petit-fils pour qui aujourd’hui, demain et les autres jours seraient<br />

toujours bleus. C’était une promesse autant qu’une certitude.<br />

33


CHAPITRE 8 –PAUSE CAFE<br />

Ce vendredi là, Lucas n’était pas passé dans leur bureau et bien que Lisa ait feint une<br />

indifférence totale, Karine n’avait pas été dupe. Elle avait d’ailleurs spontanément<br />

proposé à Lisa d’aller faire une pause café à la machine du 18 ème étage, bien qu’elle ait<br />

toujours préféré le café qu’elle préparait elle-même dans la kitchenette située un peu<br />

plus loin dans le couloir du 17ème. Elle avait calculé que Lisa pourrait ainsi peut-être<br />

apercevoir cet homme dont elle sentait bien, sans pour autant la comprendre tant elle<br />

était elle-même insensible à la beauté froide de ce bourreau de travail, qu’il opérait<br />

une étrange fascination sur sa collègue et amie.<br />

La pause café avait réellement été animée. Lisa avait aperçu Gilbert et s’était<br />

spontanément rapprochée de lui afin d’entamer une conversation. Elle avait ensuite<br />

constaté un peu surprise que Gilbert et Karine, qui étaient pourtant tous deux depuis<br />

de nombreuses années dans la boîte, ne se parlaient pratiquement pas. Ils avaient bien<br />

assisté à de nombreuses réunions en commun, pendant lesquelles Karine prenait<br />

généralement tout un tas de notes, mais au cours desquelles il était impossible<br />

d’échanger des propos plus personnels. Par ailleurs, elle avait toujours soigneusement<br />

évité d’être présente aux sacro-saintes soirées annuelles offertes par la boîte à<br />

l’occasion des fêtes de Noël, étant toujours comme un fait exprès obligée d’aller<br />

récupérer le jour même sa fille Chloé pour son tour de garde. Karine se retrouva donc<br />

engagée dans une conversation ouverte et plaisante qui lui fit du bien. A un moment,<br />

baissant le ton et le regard, Gilbert murmura :<br />

- Vingt-deux les filles, v’là BDL.<br />

Bérénice Dreux-Louret venait effectivement de tourner à l’angle du couloir, les bras<br />

chargés de dossiers. Elle était assez grande et plutôt maigre, avec de longs cheveux<br />

clairs retenus par un catogan et portant une robe unie rouge qui lui garantissait de ne<br />

pas passer inaperçue. Son visage aurait pu être assez joli s’il n’avait été figé dans une<br />

telle raideur. Le soin qu’elle mettait dans sa démarche et son air hautain illustraient<br />

assez bien le souci qu’elle avait de se faire remarquer sans pour autant porter ellemême<br />

une attention excessive aux autres.<br />

Elle passa devant le groupe et se contenta de tourner légèrement la tête vers Gilbert et<br />

d’esquisser une grimace lorsqu’il lui lança :<br />

- Bonjour Bérénice, ça va comme tu veux?<br />

L’air pincé et arrogant de Bérénice avait suffi à exaspérer Karine, alors que Lisa se<br />

retenait de pouffer suite au passage de la jeune femme, qui venait de disparaître vers<br />

le bureau de Mr Dairtal.<br />

- On raconte qu’elle aurait eu de l’avancement grâce à certaines faveurs<br />

consenties au DRH, c’est vrai ? demanda naïvement Lisa.<br />

- C’est qu’elle aura sûrement des talents cachés, mais vraiment bien cachés<br />

alors. Vous voulez savoir pourquoi je la surnomme BDL ?<br />

- Pas très sorcier pour qui connaît son nom, répliqua Karine, un tantinet agacée<br />

de voir que la conversation qui quelques secondes auparavant traitait des<br />

vacances de Noël à venir semblait s’enliser sur un sujet aussi consternant que<br />

Bérénice et son fichu caractère.<br />

- Laisse-moi deviner, répondit Lisa qui adorait jouer avec les lettres, que ce soit<br />

en mots croisés, sigles inventifs ou anagrammes. BDL comme… Belle Dinde<br />

Lubrique ?<br />

- Pas mal du tout, répondit Gilbert, impressionnant même dirais-je. Mais non, ce<br />

n’est pas ça. Et toi Karine, une petite idée ou tu donnes ta langue au chat ?<br />

34


- Je préfère garder ma langue pour l’instant si vous n’y voyez pas<br />

d’inconvénient, et le sujet ne me passionne pas au point de me rendre créative.<br />

Alors à part Beurk, Dégleu et La ferme, elle ne m’inspire pas grand chose.<br />

- Bien, Karine ! Vous êtes toutes les deux très inspirées mais j’avoue<br />

honteusement que mon surnom était moins élaboré. En fait je l’appelle BDL<br />

pour « Belle De Loin ». Mais de vous à moi, et il avait baissé la voix encore<br />

d’un demi-ton, le surnom complet est « Belle De Loin, mais loin d’être<br />

belle ».<br />

Lisa avait pu suivre sur le visage de Karine un certain agacement, surtout lorsque<br />

Gilbert avait répété la première partie du surnom. Elle s’était légèrement détendue<br />

lorsqu’il avait révélé la suite moins flatteuse. Gilbert avait curieusement réalisé au<br />

même instant que Karine avait un très beau sourire. Comment avait-il pu ne pas<br />

remarquer plus tôt cette jeune femme, aux formes raisonnablement généreuses et<br />

agréablement appétissantes, qui de plus possédait l’énorme avantage d’être elle-même<br />

divorcée et de comprendre a fortiori les difficultés et les contraintes de sa propre<br />

situation ? Il y avait là matière à creuser et lorsque le groupe se sépara pour retourner<br />

au travail, Gilbert se surprit à siffloter comme il ne l’avait pas fait depuis bien<br />

longtemps au travail.<br />

Outre la discussion relaxante avec Lisa et Gilbert, cet intermède avait apporté une<br />

deuxième satisfaction à Karine, celle de constater qu’à défaut d’apercevoir Monsieur<br />

de Bès dans les couloirs, Lisa avait semblé contente de rencontrer Gilbert avec qui<br />

elle avait une complicité naturelle assez évidente.<br />

Puis la journée avait fini de se consumer entre les dossiers, rendez-vous et coups de<br />

téléphone. Melinda ne s’était pas montrée de la journée, probablement occupée en<br />

réunion avec Monsieur de Bès et Monsieur Sens ou peut-être avec des intervenants<br />

extérieurs. Lisa s’apprêtait à quitter le bureau avec un sentiment d’inachevé qui<br />

n’avait pas échappé à Karine, lorsque la porte du bureau s’ouvrit, laissant place à<br />

Lucas, surpris de trouver encore les deux jeunes femmes à cette heure relativement<br />

avancée.<br />

- J’allais partir, conclut Karine afin de couper court à toute discussion. Elle<br />

attrapa sa veste et cligna de l’œil vers Lisa avant de s’éclipser dans un « Bon<br />

week-end » jovial.<br />

- Vous alliez peut-être partir vous aussi ?<br />

- Pas de souci, je peux rester encore un moment. Vous voulez voir une maquette<br />

du format pour le rapport hebdomadaire? J’ai proposé de combiner quelques<br />

résultats dans un même tableau mais les modifications peuvent être revues si<br />

ça ne vous convient pas, à vous ou à Melinda.<br />

- Oui, c’est d’accord, faites-moi une impression papier, j’y jetterai un coup<br />

d’œil d’ici lundi. Au fait…<br />

- Oui ?<br />

- Ma demande va peut-être vous sembler incongrue mais j’ai à la maison des<br />

morceaux que je voudrais vous faire écouter. Et, peut-être, s’ils vous plaisent,<br />

pourrions nous les proposer à Claude Jacquin, pour les étudier avec le chœur ?<br />

- De quelles oeuvres s’agit-il ?<br />

- Oh, il y en a plusieurs que je souhaiterais vous faire entendre, mais j’ai une<br />

affection particulière pour la Misa Criolla de Ramirez et...<br />

- Mais je connais très bien cette pièce, oui, c’est très musical et entraînant. Je<br />

pense que Claude doit aussi la connaître, en tout cas je vous soutiens<br />

moralement pour votre suggestion.<br />

- Ah ! Bien…<br />

35


Lucas avait été quelque peu déçu de voir que Lisa connaissait déjà l’œuvre et de la<br />

façon tiède dont elle l’avait encouragé. Il n’eut soudain plus envie de lui proposer<br />

d’autres titres en espérant trouver celui qu’il pourrait lui faire découvrir. Sa mine<br />

dépitée avait alerté Lisa, qui ajouta timidement :<br />

- Mais si vous souhaitez partager d’autres suggestions, je suis ouverte à toute<br />

nouvelle expérience !<br />

- Oui bien sûr, peut-être une autre fois. Ma mère m’a communiqué la passion de<br />

la grande musique mais j’avoue avoir développé un goût plus varié<br />

voire…éclectique. Pour tout vous dire, dit-il en baissant la voix, j’ai même<br />

vibré au rythme des chants traditionnels africains!<br />

- Ah vraiment ? Lisa appréciait également toutes sortes de folklores, mais le<br />

seul fait d’imaginer Monsieur de Bès en pagne et en transe, enveloppé par les<br />

fumées des feux de camp et les sons de mystérieux chants tribaux, avait<br />

quelque chose d’irrationnel et de cocasse qui la déconcerta. Je serais curieuse<br />

d’entendre ça, rajouta-t-elle comme pour elle-même.<br />

- Disons donc lundi prochain, vers 20 heures ? J’ai d’autres engagements d’ici<br />

là mais nous pourrions faire une présélection lundi et préparer nos suggestions<br />

pour la prochaine séance chorale.<br />

- Oui, pourquoi pas ?<br />

Ce n’est qu’une fois que Lucas fut sorti qu’elle réalisa qu’ils venaient de prendre<br />

rendez-vous et qu’elle n’avait aucune idée de l’endroit où ils devraient se<br />

retrouver. A moins que d’ici là, Lucas de Bès n’ait changé d’avis…<br />

36


CHAPITRE 9 – WEEK-END<br />

Aujourd’hui samedi, comme tous les autres samedis, Lisa considérait avec une<br />

certaine tristesse la longue étendue de désert que seraient ces deux jours de week-end<br />

à venir sans voir Lucas ni sans chanter.<br />

Elle devait s’y résoudre, elle le savait, mais curieusement la perspective de chaque fin<br />

de semaine, au lieu de lui sembler un moment privilégié de détente et de distraction,<br />

prenait pour Lisa des allures de chemin de croix. Heureusement, après la solitude<br />

dominicale viendrait immanquablement le regain dès lundi. Elle retrouverait son<br />

idole, son presque demi-Dieu, au hasard des couloirs ou plus simplement dans son<br />

bureau lorsqu’il viendrait avec Melinda pour confirmer les activités et rendez-vous de<br />

la semaine. Mais en attendant de ressusciter, il fallait se résoudre à dépérir à petit feu<br />

tout en languissant pendant ces longues heures de soi-disant repos et de détente.<br />

Heureusement, le calvaire de l’attente serait adouci cette fin de semaine par une soirée<br />

entre copains, si gentiment proposée par Christophe, un ancien camarade de lycée, qui<br />

avait appris par Dany le retour de sa soeur Lisa. Il avait proposé de se retrouver avec<br />

d’autres anciens amis de collège et du lycée, au Nautilus, leur bar de prédilection, et<br />

Lisa en profiterait pour voir sa soeur. Elle pourrait ainsi siroter un Irish coffee,<br />

reparler du bon vieux temps et qui sait peut-être finir dans une boîte où la musique<br />

étourdissante rendrait toute conversation impossible mais lui donnerait au moins<br />

l’illusion qu’elle n’était pas si seule.<br />

Lisa avait décidé que cette journée qui ne s’annonçait donc pas trop mal, malgré<br />

l’absence de Lucas, serait une bonne journée. Et pour bien la commencer, elle irait<br />

s’acheter une nouvelle robe, sexy de préférence. Elle sortit de son appartement puis,<br />

tout en descendant les escaliers, salua Madame Corlier qui discutait avec madame<br />

Saraut. Un peu plus bas dans l’escalier, elle entendit le fils Beille, rentré d’Italie, qui<br />

croisait l’adorable, bien que sourde comme un pot, madame Cambet et son<br />

inséparable chien.<br />

- Bonne bourre, madame. Alors, toujours aussi con ce chien ?<br />

- Oh oui, il est toujours mignon et dévoué, mon Ministre.<br />

- Salut, Sinistre.<br />

Déjà l’impertinent grimpait et arrivait à hauteur de Lisa, mais il semblait y avoir en lui<br />

si peu de respect pour les gens qu’il côtoyait et une telle absence de maturité qu’elle<br />

avait dès la première fois décidé de l’ignorer avec application. Elle garda donc la tête<br />

levée et le regard plongé droit devant elle quand il passa à sa hauteur.<br />

- « Pimbêche, mais jolie », fut le compliment dont il la gratifia avant de<br />

remonter encore deux étages pour s’enfermer dans ce qui aurait dû être, selon<br />

Lisa, une maison de redressement si l’on avait voulu espérer la moindre<br />

évolution positive dans ce comportement irrespectueux quand il n’était pas<br />

sauvage.<br />

C’était à se demander comment des gens aussi charmants que les Beille avaient pu<br />

engendrer ce monstre d’égocentrisme et d’irrévérence.<br />

En tout cas, aucun doute d’après sa mine tirée et ses cheveux en bataille, il rentrait se<br />

coucher à l’heure où les gens civilisés commençaient à sortir.<br />

Lisa avait maintenant rejoint madame Cambet, qui s’obligeait malgré son âge avancé<br />

à descendre plusieurs fois quotidiennement les dix-huit marches qui la séparaient du<br />

rez-de-chaussée, afin que Ministre puisse allègrement arroser les caniveaux<br />

environnants. Il fallait bien reconnaître que Ministre et sa patronne avaient du savoir<br />

37


vivre. Point de saletés laissées sur les trottoirs, car Madame Cambet, de son petit nom<br />

Amandine, maniait avec dextérité la pelle à crotte et le sac en plastique qu’elle ne<br />

manquait jamais de faire suivre pour leurs sorties.<br />

- Bonjour madame Cambet, vous allez bien ? demanda Lisa d’une voix un peu<br />

forcée, qui aurait ainsi assez de portée pour traverser les pavillons encombrés<br />

d’Amandine.<br />

- Bonjour jeune fille, répondit avec un sourire la vieille dame qui avait<br />

manifestement envie de prolonger une conversation qui était vouée à tourner<br />

court par manque d’audition d’une part et par empressement manifeste de<br />

l’autre. Ils ont annoncé une belle journée, un peu froide mais avec du soleil.<br />

- Promenez-vous bien et bonne journée, au revoir Ministre! avait répondu Lisa<br />

dans un sourire.<br />

Madame Cambet regarda passer la jeune fille, qui semblait se déplacer avec une grâce<br />

aérienne sur ses deux adorables jambes moulées dans des bas noirs et que mettait en<br />

valeur une jupette au-dessus du genou. Les fines chevilles étaient apparentes audessus<br />

des souliers à talons plats, plus pratiques pour courir quand on essaye<br />

d’attraper un bus ou pour rattraper un indélicat qui aurait arraché le sac à main d’une<br />

vieille dame, nota mentalement Madame Cambet.<br />

Amandine voyait avec nostalgie sa propre jeunesse qui s’éloignait d’un pas soutenu et<br />

ne put réprimer un petit gazouillis au souvenir des prétendants qu’elle aussi avait su<br />

charmer, à son époque, mais sans le recours précieux d’une mode qui se contentait<br />

alors d’éveiller les sens par le pouvoir de suggestion, bien avant le temps des « Pou<br />

pou bi dou »…<br />

Lisa connaissait quelques boutiques à la fois branchées mais sans excentricité, où elle<br />

espérait dénicher une petite robe simple et chic, qui la mettrait en valeur sans la<br />

ruiner. Elle dut cependant faire le même constat que l’année précédente quand elle<br />

s’était choisi un nouveau maillot de bain, à savoir que la grosseur de l’étiquette<br />

semblait inversement proportionnelle à la quantité de tissu utilisée. La vendeuse du<br />

premier magasin fit preuve d’une patience à toute épreuve les premières vingt<br />

minutes, ce qui fut toujours plus que la performance de celles des deux magasins<br />

suivants, où la quantité d’affaires essayées à replacer en rayon frisa la provocation.<br />

Surtout que Lisa essayait sans relâche mais ne trouvait toujours rien à son goût et qui<br />

l’avantageât. Peut-être que Léa aurait été une bonne conseillère pour trouver des<br />

fringues, mais Lisa avait les idées un peu embrouillées en ce moment et n’avait pas<br />

franchement envie de parler avec son amie de ses soucis actuels. Au quatrième<br />

magasin, après avoir dû renoncer à un petit bijou de robe sur le cintre mais qui frisait<br />

au ridicule sur ses hanches – à croire que les maisons de prêt-à-porter ignorent que la<br />

majorité de la clientèle féminine n’a pas des mensurations avoisinant les 90-50-80,<br />

Lisa commençait à désespérer d’arriver à conclure un achat lorsque son portable<br />

sonna. Une petite folie pour son budget serré mais dont elle ne pouvait plus se passer<br />

depuis son séjour aux Etats-Unis.<br />

- Allo ?<br />

- Ciao Lisa, c’est moi, Gianni. Je ne te dérange pas ?<br />

- Bonjour Gianni. Non, pas du tout, j’essaye juste depuis deux heures de<br />

m’acheter une robe et pour tout dire, je n’arrive pas à trouver mon bonheur.<br />

- Ecoute, je t ‘appelle parce que nous ne pourrons pas maintenir la leçon de<br />

mardi prochain. Est-ce que tu pourrais venir à la place lundi, à la même<br />

heure ?Je te ferai faire des vocalises et on fera un peu de technique, disons à<br />

partir de 19 :30.<br />

38


Le lundi ? Bien sûr que ça poserait un problème, puisque Lucas lui avait proposé de<br />

lui faire découvrir d’autres œuvres. D’un autre côté, il travaillait toujours assez tard et<br />

finissait rarement avant vingt heures.<br />

- <strong>Sera</strong>it-il possible d’avancer exceptionnellement le cours à dix-neuf heures ? Je<br />

viendrais pour m’échauffer dès que possible après le travail.<br />

- Ok, lundi cours à dix-neuf heures. Je te note dans mon carnet. Que fais-tu<br />

maintenant ?<br />

- Je te l’ai dit, je n’arrive pas à trouver une robe.<br />

- Tu as mangé ou ça te dit qu’on se retrouve pour grignoter quelque chose ?<br />

- Ma foi, je meurs de faim !<br />

Elle avait aussi besoin de compenser sa frustration de ne pas avoir pu dépenser les<br />

francs qu’il lui restait après avoir payé comme chaque mois son loyer, les frais de<br />

nourriture, les factures et sans oublier les leçons de chant.<br />

- Ca te dit un tex mex ? Elle venait de balayer du regard les enseignes des<br />

restaurants qu’on apercevait à travers la vitrine du magasin.<br />

- Si tu es d’accord et que tu n’es pas trop loin, je te propose plutôt de passer à la<br />

maison, je te ferai des spaghettis al pesto. Ma mère n’est pas là, ce sera juste<br />

entre toi, Mamita et moi. En plus si tu es sage, je te montrerai après le repas<br />

une petite boutique que ma mère affectionne particulièrement, où on trouve<br />

des vêtements sympas pour un prix très raisonnable. Du moins c’est ce que dit<br />

ma mère.<br />

- Bon d’accord, je devrais en avoir pour environ vingt minutes avant d’arriver,<br />

tu peux mettre l’eau à chauffer, avait-elle répondu après avoir consulté sa<br />

montre. A tout à l’heure. Elle raccrocha. Le fait que Madame Iliachi n’ait pas<br />

été là avait sûrement contribué à sa réponse positive.<br />

- Ciao Lisa, avait-il rajouté en chuchotant après avoir entendu le changement de<br />

tonalité qui indiquait qu’elle venait de raccrocher.<br />

Gianni reposa son téléphone puis se dirigea d’un pas alerte vers la cuisine, où<br />

l’attendait Mamita. Il attrapa un fait-tout et y versa plusieurs litres d’eau, de quoi cuire<br />

des kilos de spaghettis, qui pourraient rassasier Mamita, Lisa, Gianni et tous les<br />

membres de la chorale, si seulement ils avaient été conviés. Mamita, qui avait capté<br />

l’air soudainement joyeux de son petit-fils, ne put s’empêcher de songer que l’amour<br />

avait des effets bien contraires sur les êtres. Quand certains pourraient passer des jours<br />

sans manger en tombant amoureux, son Gianni aurait pu en cet instant dévorer le<br />

monde entier à pleines dents.<br />

Lisa avait été surprise par la proposition de Gianni, car après tout ils parlaient peu<br />

pendant les leçons avec Madame Iliachi et les échanges étaient quasi impossibles<br />

pendant les répétitions de la chorale. Bien qu’ils aient pris l’habitude de prendre un<br />

bol de chocolat chaud le jeudi soir chez Gianni après sa leçon avant que Lisa ne<br />

reparte chez elle, il s’exprimait relativement peu et se contentait souvent de l’écouter<br />

attentivement, en l’encourageant parfois d’un sourire pour qu’elle continue à discuter.<br />

Il est vrai, à bien y réfléchir, que Gianni se montrait d’une patience infinie, avec elle<br />

comme avec tout le reste du chœur pendant les répétitions chorales du mercredi,<br />

même s’il devait reprendre vingt fois de suite certains passages plus ou moins<br />

difficiles mais sur lesquels buttaient un ou plusieurs pupitres. Un autre détail que Lisa<br />

avait pu observer en plus de son incroyable patience, c’était la beauté de ses mains,<br />

qu’elle voyait caresser le piano quand elle prenait ses leçons avec sa mère. Les mains<br />

de Gianni fascinaient Lisa. Elles pouvaient dégager une énergie surprenante ou une<br />

force envoutante, comme susciter les émotions les plus douces. Ses doigts étaient<br />

39


longs et fins mais les mains semblaient puissantes. La peau était lisse et légèrement<br />

brune, les ongles courts et impeccables. Ces mains semblaient vouloir exprimer<br />

tellement de nuances et raconter tant d’histoires qu’elles étaient décidément dignes de<br />

leurs origines italiennes. Perdue dans ses pensées, le temps avait vite passé et Lisa<br />

s’était retrouvée subitement devant la petite maison devenue familière.<br />

Après la contrariété d’être sortie bredouille des commerces, la compagnie de Gianni<br />

et Mamita avait d’abord été apaisante, puis franchement plaisante.<br />

Le repas avait été gai et Lisa avait pu observer que la grand-mère de Gianni avait<br />

malgré son âge avancé un pétillement dans le regard et un humour dans ses propos qui<br />

laissaient deviner la drôle de jeune fille qu’elle avait dû être dans sa jeunesse. Luz<br />

s’était assise avec eux dans la cuisine, se contentant de discuter car, disait-elle, son<br />

appétit n’était plus aussi exigeant que par le passé. D’ailleurs, elle ne faisait plus<br />

depuis longtemps cet exercice qui leur donnait si faim avec son époux quand elle était<br />

plus jeune, avait-elle conclu dans un petit rire et sur un clin d’œil. Oui, Luz était<br />

résolument et de façon incongrue d’une modernité paradoxale. Malgré des habits<br />

noirs sévères qu’elle ne quittait visiblement plus depuis la perte de son cher mari, son<br />

esprit semblait léger et serein, sans prise au temps qui passe ni aux circonstances<br />

malheureuses de la vie. Cet optimisme inépuisable était sûrement le secret de son<br />

excellente santé, qui elle-même se traduisait par une activité linguistique soutenue dès<br />

qu’elle avait l’occasion de parler avec quelqu’un.<br />

Ils avaient échangé toutes sortes de propos pendant le repas, sur l’Espagne du siècle<br />

dernier et le séjour de Lisa aux Etats-Unis, la musique, le monde du travail<br />

contemporain ou la vie des pêcheurs sur la côte gênoise. Chacun de ces sujets,<br />

d’actualité ou d’une époque révolue, avait été prétexte à plaisanterie et conversation<br />

agréable. Par ailleurs, les spaghettis au pesto de Gianni avaient révélé un autre de ses<br />

talents et les deux jeunes gens s’étaient resservis copieusement plusieurs fois. Au<br />

moins, si Lisa ne pouvait plus rentrer dans aucun vêtement à l’essayage, elle saurait<br />

pourquoi !<br />

Puis Mamita s’était retirée pour aller se reposer et le repas s’était terminé de façon<br />

bien plus calme. Pourtant, les silences qui s’étaient progressivement installés<br />

n’avaient jamais été pesants. Il leur était même arrivé d’entamer au même moment<br />

des phrases de la même façon, ce qui les avait fait sourire. Gianni avait fait couler de<br />

l’eau pour faire la vaisselle et Lisa avait noté qu’il enfilait des gants en latex pour<br />

protéger ses jolies mains d’artiste. Elle avait attrapé un torchon pour essuyer les<br />

verres, couverts et assiettes que Gianni lui tendait l’un après l’autre. Ils avaient ainsi<br />

fait la course et Lisa avait dû déclarer forfait quand Gianni avait réussi à mettre les<br />

couverts et deux assiettes en attente alors qu’elle essuyait toujours avec application le<br />

deuxième verre.<br />

Gianni avait ensuite amené Lisa dans une petite boutique du quartier où une<br />

couturière, d’origine italienne elle aussi, créait des modèles inspirés des catalogues de<br />

mode et de son imagination. Elle les vendait à des prix raisonnables, pour le bonheur<br />

des femmes coquettes du quartier dont les moyens financiers ne leur permettaient pas<br />

de faire des folies à répétition. Lisa n’avait pas tardé à orienter son choix sur une robe<br />

à la coupe simple et droite, mais qui présentait un décolleté inattendu dans le dos. Elle<br />

avait disparu derrière le rideau de la cabine d’essayage installée dans un recoin du<br />

petit magasin. Elle finissait d’enfiler le vêtement lorsque son téléphone sonna à<br />

nouveau. Dans sa précipitation et la tête encore coincée dans la robe, elle eut du mal à<br />

attraper son mobile au fond du sac. Après avoir tâtonné, elle attrapa l’appareil et lâcha<br />

40


une onomatopée d’agacement encore empêtrée dans sa robe. Quand sa tête finit par<br />

émerger du tissu, elle ne put reconnaître le numéro affiché sur l’écran.<br />

Elle finit par décrocher et resta interdite dès qu’elle reconnut la voix si vénérée dans<br />

l’écouteur.<br />

- Bonjour Lisa, c’est Lucas de Bès, je ne vous dérange pas ?<br />

Comment aurait-il pu la déranger, alors qu’il était l’air même qui gonflait sa poitrine<br />

et le flux sanguin qui affolait son pouls, les fourmillements qui agaçaient ses jambes<br />

et la douce chaleur qui irradiait jusque dans sa nuque ? Elle savait cependant que<br />

Lucas n’apprécierait pas des minauderies de midinette. Il fallait rester sans faille,<br />

montrer sa surprise mais ne pas laisser deviner son émotion. Lucas de Bès n’aurait<br />

définitivement pas aimé.<br />

- C’est inattendu, mais ça me fait plaisir de vous entendre. Que se passe-t-il ?<br />

- Je ne pourrai pas vous recevoir lundi soir comme je vous l’avais proposé.<br />

- Décidément, c’est la journée des rendez-vous annulés.<br />

- Pardon ?<br />

- Non rien excusez-moi, je comprends.<br />

- Je vais devoir repartir au bureau de New-York la semaine prochaine mais si<br />

vous êtes libre, ça me ferait plaisir que vous passiez ce soir.<br />

- Ce soir ? Vous voulez dire… aujourd’hui, ce soir ?<br />

- Ecoutez je suis désolé de vous prévenir si tard et je comprendrais que vous<br />

ayez autre chose de prévu. Je me suis dégagé de mes autres contraintes, mais<br />

laissons tomber si ça ne vous arrange pas.<br />

- Pas du tout, au contraire, ce soir, c’est parfait ! A quelle heure voulez-vous<br />

que je passe.<br />

- Est-ce que vingt heures vous conviendrait ?<br />

- Eh bien…. Lisa fit mine de vérifier son agenda ultra chargé dont les pages<br />

week-end étaient d’habitude vierges… sauf pour ce soir !<br />

- C’est parfait, je n’avais rien de prévu. Où souhaitez-vous qu’on se retrouve ?<br />

- Ah oui, c’est vrai que vous ne savez pas où j’habite.<br />

Elle aurait pu lui dire qu’elle avait pourtant cherché dans les pages blanches de<br />

l’annuaire et sur Internet, qu’elle n’avait pas réussi à localiser son lieu de domicile qui<br />

semblait figurer sur liste rouge, que même Karine qui savait pourtant presque tout des<br />

collègues de travail et qu’elle avait essayé d’interroger subtilement avait<br />

lamentablement séché sur la réponse. Elle opta pour une réponse finalement plus<br />

sobre.<br />

- Non, je ne sais pas.<br />

- Le plus simple est peut-être que je vous récupère près de chez vous et que je<br />

vous accompagne, l’endroit n’est pas facile à trouver quand on ne connaît pas.<br />

Bien entendu je me chargerai également de vous raccompagner. Où habitezvous<br />

?<br />

Sans savoir pourquoi, quelque chose l’avait retenue de donner son adresse et elle<br />

s’était permis d’insister.<br />

- Je pense qu’avec une adresse un bon chauffeur de taxi devrait pouvoir<br />

débusquer votre domicile.<br />

- Alors je vous attends au 18 rue des sœurs, à vingt heures.<br />

- D’accord, 18 rue des sœurs, à vingt heures, c’est noté. A ce soir.<br />

Comme à son habitude, il avait été bref. A moins qu’elle ne l’ait contrarié en refusant<br />

de lui donner son adresse, d’où son agacement et l’arrêt brutal de leur conversation.<br />

Lisa calcula combien de temps elle pourrait passer au Nautilus pour saluer sa sœur et<br />

41


ses amis avant de s’éclipser pour son rendez-vous musical, à défaut d’être galant, chez<br />

monsieur de Bès. Elle venait de raccrocher quand Gianni vint aux nouvelles.<br />

- Comment va-t-elle ?<br />

- Qui ça ?<br />

- Ben, la robe.<br />

- Ah oui, la robe. Je ne sais pas. Peut-être. Qu ‘est-ce que tu en penses, toi ?<br />

Lisa en avait presque oublié d’interroger le miroir, qui lui renvoya un reflet sobre et<br />

élégant. Au cas où elle aurait pu encore douter, le regard de Gianni l’aurait<br />

immédiatement rassurée. Elle n’hésita donc que par réflexe puis confirma à la<br />

couturière qu’elle prenait sa création. Un bon choix, en vérité. Tandis que la<br />

délicatesse de ses genoux apparaissait sous la jupe relevée sur le devant et que<br />

surplombaient une taille cintrée et des épaules marquées, l’étoffe s’évasait derrière en<br />

une jupe ample jusqu’aux mollets, que Lisa avait délicatement ciselés.<br />

Lisa n’avait plus en tête maintenant que de remercier Gianni et de rentrer chez elle<br />

pour avoir le temps de se préparer avant d’aller retrouver ses anciens camarades de<br />

lycée, préambule à ce qui devrait être le clou de cette fin de semaine, une rencontre<br />

inespérée avec Lucas. Une première pour un week-end ! A peine sortie du magasin,<br />

elle le remercia donc pour ce moment de détente et partit en trottinant d’un pas léger<br />

après lui avoir effleuré la joue d’un baiser, sans même lui laisser le temps d’y<br />

répondre.<br />

Elle avait pris une douche fraîche pour être tonique, avait lavé et huilé ses cheveux,<br />

choisi le slip brésilien bleu marine qui se ferait invisible sous la robe près du corps.<br />

Elle sécha sa crinière brune dans une serviette puis attacha quelques mèches rebelles<br />

dans une barrette colorée avant d’enfiler sa dernière acquisition.<br />

Le Nautilus était un bar de quartier très prisé par ses habitués, pour son ambiance<br />

feutrée, son juke-box et surtout pour le charmant duo de serveuses qui faisaient<br />

l’unanimité autour d’elles. Steffi savait par son entrain indémontable et d’un mot<br />

gentil mettre les clients à l’aise. Beaucoup se mettaient en quatre pour attirer<br />

l’attention de ce joli brin de fille qui était aussi simple que joyeuse. Dany, bien que<br />

peu loquace, avait une beauté tragique et une élégante discrétion qui la rendait<br />

efficace au service. On aurait presque pu penser qu’elle n’était pas à sa place derrière<br />

ce comptoir, à moins que ce ne fût au titre de patronne. Il est vrai que M. Pierre, le<br />

propriétaire de l’établissement, n’avait eu qu’à se louer de son dévouement et de son<br />

sérieux et n’aurait pas hésité, s’il avait eu un fils, à envisager un autre type d’alliance<br />

à Dany. Pourtant cette femme ne semblait pas particulièrement attirée par une<br />

présence masculine à ses côtés. Bien qu’elle ne fût pas avare de sourires quand les<br />

circonstances l’y engageaient, elle gardait le plus souvent un masque grave, le regard<br />

baissé et la tête légèrement tournée de trois-quarts, dans une posture machinale qui<br />

dissimulait en partie la cicatrice disgracieuse qui courait le long de sa jour droite dans<br />

le renfoncement du nez avant de s’écarter en deux petits bâtonnets, tel un Y inversé.<br />

Mr Pierre n’avait jamais su ce qui avait pu arriver à Dany mais il avait toujours eu la<br />

délicatesse de ne pas chercher à savoir. Elle avait toujours été ponctuelle, avait su<br />

proposer des aménagements pour les locaux et depuis bientôt cinq ans qu’il l’avait<br />

embauchée, Mr Pierre n’avait jamais eu à regretter sa décision. Depuis bientôt cinq<br />

ans qu’il la connaissait , il ne l’avait d’ailleurs jamais vue avec aucun homme.<br />

42


Cependant Dany avait une fille, elle n’avait donc pas toujours dû être opposée à une<br />

présence masculine. En tous cas, malgré les tentatives désespérées de Steffi de caser<br />

Dany les premiers mois qui avaient suivi son arrivée dans le bar, tentatives que Dany<br />

tout comme Mr Pierre avaient d’ailleurs suivies avec une neutralité amusée, personne<br />

n’avait vu la jeune femme se soucier d’une personne autre que Marie-Claire, sa fille.<br />

Une bien gentille petite, cette Marie-Claire, pour laquelle Mr Pierre se sentait parfois<br />

la tendresse d’un grand oncle à défaut de pouvoir prétendre à celle d’un grand-père.<br />

Ce soir-là, comme la plupart des samedis soir, Marie-Claire était allée dormir chez<br />

son amie d’école Sarah, pendant que sa mère assurait la permanence au Nautilus avec<br />

Steffi. Mr Pierre avait eu récemment quelques alertes cardiaques sérieuses et Dany<br />

avait réussi à obtenir de lui qu’il ne reste plus au-delà de dix-huit heures. Steffi et elle<br />

arrivaient à gérer toutes seules sans difficulté la clientèle du samedi soir et Dany<br />

s’occupait de la fermeture du local.<br />

Il était environ dix-neuf heures quand Lisa avait rejoint le Nautilus et quelques<br />

anciens camarades qu’elle était heureuse de revoir. Christophe était venu avec sa sœur<br />

Cécile, qui fêtait ce soir-là ses dix-huit ans -et deux jours exactement. Il y avait aussi<br />

Seb, un ancien flirt de Lisa qui avait su d’autant plus garder de bons rapports avec elle<br />

que leur histoire n’avait duré que le temps d’une attente dans une file au fast-food,<br />

Sammy un collègue de faculté de Christophe, Sylviane qui visiblement était<br />

maintenant avec Christophe mais avec qui Lisa se sentait toujours aussi peu<br />

d’affinités que quand elles étaient ensemble au lycée, et Loris une amie de Sylviane<br />

qui semblait présenter autant d’intérêt que sa camarade –c’est-à-dire pas grand chose.<br />

Ils attendaient encore Franck, un ami récent que Christophe appréciait et qu’il avait<br />

invité malgré leur différence d’âge. C’était un passionné de moto, qui était allé voir<br />

son père en maison de repos, comme toutes les fins de semaine. Il n’arriverait que<br />

plus tard.<br />

Steffi était venue prendre leur commande puis Lisa s’était levée un moment pour aller<br />

discuter avec Dany. Malgré son amitié pour Christophe, elle supportait plutôt mal la<br />

conversation platuche de Sylviane ainsi que les oeuillades à peine voilées de Loris<br />

vers Seb. Et puis les occasions pour elle de pouvoir discuter avec sa sœur étaient<br />

toujours les bienvenues. Certes, il n’aurait tenu qu’à elle de se déplacer plus souvent<br />

vers la banlieue où habitaient Dany et sa fille, mais les semaines étaient chargées pour<br />

Lisa, surtout depuis qu’elle consacrait ses soirées à ses rêves pour Lucas et le chant, et<br />

Dany était prise du Jeudi au samedi au Nautilus. C’était finalement un bon compromis<br />

pour les deux sœurs de se retrouver en de telles circonstances.<br />

- Comment vas-tu grande sœur ?<br />

- Ca va bien, je te remercie.<br />

- Et comment va ma nièce préférée ?<br />

- Marie-Claire est un peu perturbée en ce moment mais je crois qu’elle a surtout<br />

besoin de vacances et de repos. J’essaierai de prendre quelques jours avec elle,<br />

elle a besoin de moi et besoin de parler, c’est toujours un peu difficile pour<br />

elle.<br />

- Est-ce qu’elle te pose toujours autant de questions au sujet de son père ?<br />

C’était aussi pour Lisa un moyen détourné d’essayer de comprendre ce qui avait bien<br />

pu se passer avec Hervé, que Dany avait quitté sur une décision subite au tout début<br />

de sa grossesse. Mais Dany était trop fine pour tomber dans le panneau et elle fournit<br />

une réponse directe qui n’apporta finalement aucun éclaircissement à sa sœur. Lisa<br />

43


acceptait pourtant que Dany garde son secret. Quelque chose de terrible avait dû se<br />

passer pour que sa grande sœur, autrefois si gaie et si aimante, cesse du jour au<br />

lendemain de soutenir un mari dont elle semblait pourtant éprise. Oui, quelque chose<br />

de terrible, pour qu’elle disparaisse pendant de longs mois après avoir formellement<br />

interdit à sa famille de rester en contact avec cet homme que de toute évidence elle<br />

avait définitivement rayé de sa vie, dans l’instant.<br />

- Je n’ai jamais caché à Marie-Claire que je ne lui dirai que plus tard, quand elle<br />

sera en âge de comprendre, qui est son père et surtout pourquoi il était<br />

important pour elle et pour moi de préserver notre vie. Vous désirez<br />

Monsieur ?<br />

Un client s’était approché du comptoir et Steffi était occupée à prendre une<br />

commande. L’homme n’était pas un habitué et il réprima un mouvement de surprise<br />

lorsque Dany tourna la tête vers lui. Il commanda un double whisky et se tourna vers<br />

Lisa qu’il dévisagea avec un léger sourire approbateur. Elle était manifestement à son<br />

goût. Il en fut à ses frais puisque les deux sœurs reprenaient leur conversation et firent<br />

preuve d’un mépris total pour l’homme qui n’eut plus qu’à chercher autour de lui une<br />

autre personne que la sienne pourrait intéresser davantage.<br />

- Et toi, comment va ta nouvelle vie dans ton nouvel appartement et ton<br />

nouveau boulot ? Est-ce que tu as déjà fait chavirer le cœur d’un gentil voisin<br />

ou intimidé un petit stagiaire qui se meurt déjà d’amour pour toi ?<br />

Elle avait pris une telle mine en taquinant sa sœur que Lisa eut franchement envie de<br />

rire. Elle était même fière de pouvoir lui faire une réponse qui prouverait à sa grande<br />

sœur qu’elle n’était plus depuis longtemps la petite fille que Dany ne cessait de voir<br />

en elle.<br />

- Mieux que ça. Mes compétences professionnelles ont suscité l’intérêt d’un des<br />

chefs de la boîte – mais un pas trop vieux rassure-toi, peut-être même un peu<br />

plus jeune que toi, ma vieille sœur !<br />

- Et je suppose que tu as du même coup suscité quelques envieux ou envieuses<br />

autour de toi…<br />

- Ca ce n’est pas impossible, mais peut-être pas pour les raisons que tu crois.<br />

- Qu’est-ce que tu veux dire ? Tu ne couches pas avec lui tout de même ?<br />

- En fait nous n’avons pas vraiment de « relation » quoique la musique nous<br />

rapproche par certains côtés. Mais rien de plus. Et ma chef a l’air plutôt<br />

contente du travail que je fais pour elle. En plus je pique régulièrement des<br />

fous-rires carabinés avec ma voisine de bureau.<br />

- N’essaye pas de changer de sujet. Comment s’appelle cette perle de<br />

discrétion qui a cacheté ton cœur et timbré ton esprit?<br />

- Lucas, presque comme la ville où papa et maman s’étaient connus, c’est un<br />

bon présage non ? Oh la la, bientôt huit heures, il va falloir que je file.<br />

Justement ce soir il m’a proposé de le retrouver pour discuter musique ; c’est<br />

qu’en plus d’être beau et très classe, il est mélomane ! Il a d’habitude<br />

beaucoup de travail mais a du temps ce week-end. Bon je file, prends soin de<br />

toi, je repasserai te voir un de ces jours.<br />

- Ma chérie, amuse-toi mais fais aussi très attention. Je ne voudrais pas qu’il te<br />

lâche avec un cœur brisé quand il aura épuisé tout intérêt à votre relation. Les<br />

histoires de bureau ne sont jamais simples à gérer quand elles naissent, mais<br />

crois-moi c’est pire encore quand elles finissent.<br />

- Tu m’avais caché que tu avais une expérience dans ce domaine ! Il faudra tirer<br />

ça au clair, une autre fois.<br />

44


Dany lui envoya un baiser du bout des lèvres puis vit Lisa deviser deux minutes avec<br />

les amis qu’elle n’avait finalement que très peu vus, avant de partir pour son rendezvous<br />

galant. Elle était inquiète et à la fois heureuse pour sa petite sœur. Elle avait<br />

oublié à quel point l’attrait d’un homme peut sublimer le moindre instant d’attente<br />

quand il se fait promesse d’un moment de partage.<br />

Steffi l’avait rejointe derrière le comptoir et rinçait des verres à cocktail. Elle aurait<br />

bientôt besoin d’un autre chiffon et Dany s’accroupit pour attraper dans le placard<br />

situé sous le comptoir un carré de tissu sec et propre. Le juke-box distillait la voix<br />

grave et sensuelle du King, qui appelait à l’aimer tendrement, tandis qu’un nouveau<br />

client pénétrait dans l’antre du Nautilus. Il referma la porte avec soin, bien qu’il ait eu<br />

les mains encombrées d’un casque et d’une grosse paire de gants. Il embrassa la salle<br />

d’un regard puis longea le comptoir avant de se diriger vers la table où discutaient<br />

avec vivacité Christophe et ses amis. Il gratifia au passage Steffi d’un bonsoir peu<br />

sonore mais qui mobilisa toute son attention. Si ce garçon était aussi drôle qu’il était<br />

séduisant, elle voulait bien mourir de rire sur l’instant. Elle ne put s’empêcher d’en<br />

faire profiter Dany, qu’elle était sûre cette fois d’intéresser plus que de coutume.<br />

- Dany, je crois que l’homme de notre vie vient à l’instant de nous retrouver,<br />

après des années de recherche éperdue à travers tout l’univers.<br />

- Eh bien quand il aura récupéré de sa fatigue, tu pourras peut-être lui demander<br />

s’il accepterait de réparer la petite fuite d’eau que nous avons au lavabo des<br />

toilettes pour hommes?<br />

- Je pense en effet que ça devrait être suffisamment romantique pour une entrée<br />

en matière. Et ensuite, tu le mets de corvée de plonge pour les verres ?<br />

- Absolument, autant le tester d’entrée. Un homme qui ne sait pas faire la<br />

vaisselle ainsi qu’un minimum de plomberie est à proscrire de tout<br />

engagement durable.<br />

- Très bien, je vais de ce pas le lui demander.<br />

Dany aimait cette façon désinvolte dont Steffi parlait des hommes et elle l’enviait elle<br />

aussi, un peu comme sa sœur Lisa, de pouvoir s’enthousiasmer aussi facilement en<br />

croisant le regard du premier inconnu qui venait à entrer dans le bar, alors qu’elle<br />

n’avait réussi à voir au cours des cinq dernières années écoulées que le reflet d’une<br />

femme sérieuse et sans plus de fantaisie, renvoyé inlassablement par le miroir qui<br />

ornait le mur derrière le comptoir.<br />

L’arrivée de Franck avait déclenché l’enthousiasme de Christophe et les miaulements<br />

de Sylviane et Loris, qui avait cessé séance tenante toute conversation avec Seb pour<br />

mieux se concentrer sur l’arrivée du motard. Une fois son gros blouson ôté, ses gants<br />

et son écharpe rangés dans le casque, l’homme apparaissait vêtu simplement d’un jean<br />

moulant qui mettait en valeur ses jambes assez longues et ses cuisses musclées. Sous<br />

le sweat-shirt sombre dépassait le col d’une chemise à carreaux blancs et bleus et<br />

deux bottes en cuir contribuaient à lui donner presque une allure de cow-boy. A<br />

défaut de lasso, il lui aurait suffi de lancer un sourire pour attraper à coup sûr sa proie.<br />

Pourtant il ne semblait pas dégager les ambitions d’un prédateur et c’est presque<br />

timidement qu’il avait choisi la chaise la plus reculée avant de s’asseoir. Il faut dire<br />

que l’endroit était stratégique puisqu’il permettait d’accéder rapidement au juke-box<br />

et qu’on avait de plus un point de vue sur la plus grande partie du bar. Seul un<br />

renfoncement de la pièce en forme de demi-lune était dissimulé derrière le comptoir.<br />

Franck commanda une bière blonde, pendant que Cécile piaffait sur sa chaise au son<br />

de la musique, toute à son impatience d’aller danser. Il faut dire qu’après avoir<br />

45


présenté le nouvel arrivant, Christophe et Seb s’étaient relancés dans leurs souvenirs<br />

de vieux combattants et la discussion risquait de s’enliser pendant deux plombes.<br />

Seules Loris et Sylviane semblaient bader leurs héros respectifs, complètement<br />

insensibles aux minutes qui défilaient et qui semblaient autant de tourbillons perdus<br />

pour Cécile. Franck participait assez peu à la conversation, celle entre Seb et<br />

Christophe étant orientée sur des personnes qu’il connaissait assez peu, celle de Loris<br />

lui semblant creuse et moins bénéfique que le silence. Mais il était trop correct pour<br />

trahir son ennui et faisait de son mieux pour donner la réplique à la jeune fille dont il<br />

avait déjà oublié le prénom. En fait, il observait les autres convives et éprouvait pour<br />

Cécile une certaine compassion à la voir gigoter sur son siège, dans l’indifférence<br />

quasi totale des autres.<br />

Pendant qu’il vidait tranquillement son demi tout en soutenant le semblant de filet de<br />

conversation de sa voisine, Franck avait surpris avec intérêt des bribes de discussion à<br />

une table voisine.<br />

- Avoue que si tu avais une femme comme ça, tu n’éprouverais pas le besoin de<br />

t’échapper au bistro dès que tu rentres chez toi.<br />

- C’est vrai qu’elle est pas mal mais ce n’est pas tout à fait mon style. Trop<br />

sérieuse, trop … pas assez…<br />

- Ah ça, c’est vrai qu’elle est plutôt très …(les gestes de ses mains suivaient les<br />

courbes d’un corps féminin imaginaire) …, mais en même temps si fluide, si<br />

…<br />

- Elle est quand même un peu marquée (et il se frotta la joue de son index droit)<br />

…<br />

- Oui, c’est sûr. En tout cas moi, une femme comme ça, tu auras beau dire ce<br />

que tu voudras, j’en ai pas croisé beaucoup dans ma vie.<br />

Puis il leva une main pour appeler la serveuse et passer commande. Dany intercepta<br />

son geste du regard et comme Steffi était occupée à une autre table, elle abandonna<br />

provisoirement son comptoir pour rejoindre l’homme qui était manifestement un<br />

habitué.<br />

- Qu’est-ce que je vous sers messieurs ?<br />

- Deux rouge, un demi pression et une Suze.<br />

- Ce sera tout ?<br />

- Oui enfin presque. Dany, est-ce que tu veux m’épouser ?<br />

- Paulo, tu sais que je t’aime bien , mais il faudra que tu commences par arrêter<br />

de fumer et ensuite cesser de reluquer le derrière de toutes les femmes qui<br />

passent à ta portée. Quand tu auras passé avec succès cette double épreuve, il<br />

te restera juste à demander la permission à ta femme et sincèrement je doute<br />

qu’elle te la donne jamais. Je reviens de suite avec votre commande messieurs.<br />

Franck n’avait qu’entraperçu la serveuse qui ne s’était pas laissée démonter mais il<br />

entendait encore clairement résonner sa voix belle et grave. Elle s’éloignait d’un pas<br />

léger pendant que les collègues de Paulo se payaient copieusement sa tête.<br />

Après avoir tranquillement vidé la moitié de son demi, Franck quitta sa chaise et<br />

s’approcha du comptoir pour demander le chemin des toilettes. Dany le regarda à<br />

peine en lui indiquant d’un mouvement de tête l’angle de la pièce à l’opposé du jukebox.<br />

Il remercia poliment et continua jusqu’à une porte qui elle-même donnait sur un<br />

petit hall, desservant trois pièces. Les pancartes, dans un style naïf, représentaient<br />

respectivement une coquille Saint-Jacques dont émergeait une sirène qui semblait nue<br />

et dont les cheveux couvraient pudiquement les seins, un bateau surmonté d’un bras<br />

tatoué avec une ancre marine bien en évidence sur la peau rebondie du biceps, et enfin<br />

la troisième portait une simple mention, « Réservé au personnel ».<br />

46


Il ne manqua pas de remarquer, après s’être soulagé, que le lavabo où il se lava les<br />

mains fuyait légèrement au niveau de la colonne. Il nota mentalement, en bricoleur<br />

averti qu’un joint vétuste devait être à l’origine de la fuite et s’arrêta au comptoir pour<br />

en faire la remarque avant de regagner sa chaise. Steffi prit l’air tout à fait surprise, le<br />

remercia d’un sourire plus engageant que ne le nécessitait l’information fournie et<br />

l’assura que le nécessaire serait fait dès la semaine prochaine, quand il serait possible<br />

de trouver un plombier pour réparer les dégâts.<br />

En s’approchant de la table, Franck croisa le regard de Loris qui le fixait, sûrement<br />

depuis l’instant où il avait réapparu dans la salle –si elle avait pu, elle l’aurait même<br />

probablement fixé de sa vue bionique à travers les murs, quand il était occupé sur<br />

l’urinoir. Ses jambes trouvèrent machinalement une déviation sur la gauche et le<br />

menèrent tout droit jusqu’au juke-box, qui était régulièrement alimenté par les clients<br />

et qui résonnait maintenant du Stand By Me de Ben E. King. Pas de toute première<br />

jeunesse, mais comme dit le dicton, « oldies but goodies ». Il se pencha d’un air<br />

absorbé sur la machine puis repassa systématiquement l’ensemble des titres bien<br />

rangés sur les étiquettes manuscrites. L’un d’entre eux sembla attirer son attention. Il<br />

continua de parcourir la liste, puis mit la main dans la poche de son jean, chercha une<br />

pièce qu’il trouva et introduisit dans le juke-box. Il pianota sur les boutons, puis revint<br />

vers la table où la conversation semblait toujours aussi vive entre les garçons et aussi<br />

inexistante entre les filles. Sylviane fumait sans arrêt, Cécile bouillait littéralement sur<br />

sa chaise, quant à Loris… ah Loris, il osait à peine la regarder. Il enleva son pull, puis<br />

appela Cécile à se lever et à le rejoindre. Le temps qu’elle arrive, il se rapprochait du<br />

juke-box, déplaçait quelques chaises ou invitait des clients à se décaler jusqu’à libérer<br />

un petit espace. Quand Cécile arriva, les premières notes du mythique Rock Around<br />

the Clock s’échappaient des haut-parleurs. Franck l’avait agrippée par la taille, il avait<br />

saisi sa main droite et l’avait enlacée par la taille. Il la maintenait fermement tandis<br />

qu’en souplesse, son corps imprégnait les mouvements, les balancements et les<br />

figures à sa partenaire d’abord un peu surprise puis très vite conquise par cette danse<br />

improvisée, qui réveillait ses muscles endormis et assouvissait sa frustration d’avoir<br />

passé les deux dernières heures le postérieur rivé sur sa chaise.<br />

C’était assez inhabituel de voir des gens danser dans le Nautilus, en fait Dany ne se<br />

souvenait pas d’en avoir jamais vu. Elle regardait la jeune fille manifestement ravie<br />

par cette invitation inattendue. Celle-ci semblait reconnaissante et rayonnait. Tous les<br />

regards étaient maintenant rivés sur ce couple qui semblait prendre un plaisir égal à la<br />

danse. Dany essayait de se rappeler la dernière fois qu’elle-même avait ainsi<br />

tourbillonné. Impossible à dire avec précision, en tout cas pas depuis la naissance de<br />

Marie-Claire. Pourtant elle aussi avait adoré s’abandonner au plaisir du rock et<br />

d’autres danses qu’elle affectionnait particulièrement. Au début de leur relation,<br />

Hervé avait montré un certain talent lors de leurs premiers bals. C’était d’ailleurs au<br />

cours de l’un d’eux qu’ils s’étaient rencontrés. Mais tout ceci lui semblait lointain<br />

désormais. Elle ne dansait plus et devait se contenter de suivre du regard les<br />

ondulations du danseur et les pirouettes de sa partenaire.<br />

Un deuxième rock succéda au précédent et Franck ne lâcha pas Cécile, qui n’avait pas<br />

même songé à se détacher de son nouveau dieu, le Dieu du Rock. Car ils ne se<br />

connaissaient pratiquement pas, n’avaient jamais dansé ensemble, mais Franck guidait<br />

à la perfection et savait faire passer en douceur les indications sur les mouvements<br />

qu’ils allaient exécuter. Après la deuxième chanson, quelques clients les avaient<br />

encouragés de la voix et même applaudis. Les danseurs allaient se rasseoir, lorsqu’un<br />

autre morceau –programmé par un client manifestement ravi du spectacle- avait<br />

47


démarré. Ils dansèrent ainsi pendant quatre chansons puis demandèrent grâce, fatigués<br />

et heureux, le temps d’aller se rasseoir et de se rafraîchir.<br />

Grâce à Franck, Cécile avait assouvi son envie de danser, au-delà sûrement de ses<br />

espérances. Il était rare de trouver un partenaire de cette qualité. Sans se prendre pour<br />

une pro, elle avait eu l’occasion de danser avec suffisamment d’hommes au cours de<br />

ses soirées danse de salon –sa grande passion- pour tomber sur des timides, des<br />

machos, des ringards, des nerveux, des violents même. Mais celui-là, pour sûr, c’était<br />

un bon. Et plus elle le regardait, plus ses yeux distillaient une reconnaissance<br />

ineffable.<br />

La soirée s’était prolongée au Nautilus, Franck avait refait danser Cécile et les clients<br />

du bar avaient encore plébiscité ce couple qui prenait un plaisir évident à virevolter et<br />

à régaler ses spectateurs. Franck avait depuis un moment quitté sa chemise et ne<br />

gardait qu’un tee-shirt qui laissait deviner ses épaules droites et bien taillées. Cécile<br />

avait elle aussi réduit les épaisseurs de vêtement et dansait le buste moulé dans un<br />

débardeur échancré. Steffi avait suivi chaque danse comme un Texan suivrait un<br />

rodéo, comme hypnotisée par les évolutions bondissantes des deux danseurs. A y<br />

regarder de plus près, elle devait surtout en observer un plus que l’autre. Elle avait<br />

essayé d’en plaisanter avec Dany, qui n’avait pas embrayé sur ses allusions à peine<br />

déguisées au sujet du jeune homme. Pourtant, elle avait bien vu que Dany suivait, elle<br />

aussi, les évolutions du couple, malgré ses tentatives d’observer sans se faire<br />

remarquer. La discrétion était plus que jamais sa marque de fabrique.<br />

48


Chapitre 10 - UNE SOIREE EN AFRIQUE (Novembre 2000)<br />

Lisa avait quitté le Nautilus dans un état quasi-second. Lucas de Bès lui avait proposé<br />

de le rejoindre pour lui faire écouter des morceaux de musique particuliers qu’il<br />

souhaitait lui faire découvrir. La vérité est que Lisa ne savait pas vraiment à quoi<br />

s’attendre et commençait même à se demander comment cette soirée allait tourner.<br />

Elle était montée machinalement dans le bus, toute à ses pensées.<br />

Certes, Lucas de Bès était un homme séduisant, avec une belle situation au service<br />

financier de la société, mais tout bien considéré, elle-même ne présentait pas grand<br />

intérêt pour un homme puissant et qui semblait déjà bien installé dans sa vie.<br />

Oui vraiment, à bien y réfléchir, mis à part l’attrait du neuf et le fait qu’ils chantaient<br />

dans la même chorale de quartier, il n’avait a priori pas de grande raison de<br />

s’intéresser outre mesure à une débutante confirmée, quand de nombreuses autres<br />

jeunes femmes plutôt bien de leur personne et avec davantage d’ancienneté qu’elle<br />

dans la compagnie ne semblaient pas avoir réussi à captiver son attention de façon<br />

durable. C’était du moins ce que ses conversations avec Karine lui avaient permis de<br />

déduire.<br />

Ou alors, on pouvait peut-être imaginer que Lucas de Bès avait développé avec talent<br />

une vie cachée, insoupçonnée de tous, avec une maîtresse, voire plusieurs, et que le<br />

fait qu’il l’ait invitée à partager un moment pseudo-culturel ne serve en réalité qu’à<br />

faire d’elle sa énième conquête.<br />

Lisa se sentait impressionnée par cet homme discret et attirant, mais la voix de Dany<br />

faisait écho dans son oreille à un instinct avisé ; il est dangereux de s’engager dans<br />

une relation au travail, surtout quand la relation en question occupe une place d’où il<br />

peut potentiellement influer sur notre propre position et qu’on n’a aucune assurance<br />

de la nature de son intérêt à notre égard.<br />

Et d’ailleurs, Lucas de Bès avait-il témoigné le moindre intérêt pour Lisa depuis qu’ils<br />

s’étaient revus en France? En toute franchise ? Peut-être que oui, il avait bien cherché<br />

à lui parler après sa première réunion de chorale et il avait eu l’air réellement<br />

bouleversé. Après tout, pourquoi n’aurait-elle pas réussi à l’émouvoir ? Et sous son<br />

apparence parfois rigide, peut-être cachait-il un cœur avide de tendresse et porteur<br />

d’amour ? Mais si c’était le cas, comment s’assurer qu’une seule femme en aurait<br />

l’exclusivité ? Et qui plus est que cette femme serait Lisa ? Tenterait-il de la séduire et<br />

viendrait-elle rejoindre sans pouvoir le vérifier un chapelet éparpillé de groupies en<br />

attente de ses faveurs, ou bien aurait-il la prudence de mieux dissimuler son jeu en lui<br />

servant des allusions sans jamais se découvrir totalement, ou encore oserait-il<br />

seulement une mouvement tendre, ou bien….Mais que faisaient ces pensées tordues et<br />

contradictoires à se bousculer dans sa pauvre tête ?<br />

Lisa venait de descendre à l’arrêt le plus proche du domicile de Lucas de Bès. Elle<br />

n’avait plus que cinq minutes de marche pour se dégriser dans la fraîcheur du soir<br />

avant d’arriver chez lui. Lisa devait laisser ses pensées romanesques, voire légèrement<br />

théâtrales, vagabonder pour d’autres circonstances. La vue de la demeure,<br />

impressionnante et austère, où habitait son rendez-vous, finit de la ramener sur terre.<br />

Tout l’ensemble était en harmonie avec la personne de Lucas de Bès. L’architecture<br />

massive bien qu’agréablement proportionnée présentait de grandes fenêtres<br />

agrémentées de rideaux, qui ne laissaient rien deviner de la vie intérieure.<br />

Elle avait sonné et la porte s’était ouverte sur un intérieur d’une chaleur insoupçonnée<br />

et une décoration de style plutôt classique. Le mobilier ancien et de grands tableaux<br />

ornant les murs témoignaient de l’opulence ancienne dans cette demeure, tandis que<br />

des objets manifestement rapportés de voyages lointains étaient mis en valeur par un<br />

49


éclairage moderne. Lucas de Bès était naturellement élégant dans un pantalon bleu<br />

marine en velours côtelé surmonté d’un pull gris clair à col roulé.<br />

Lisa était impressionnée par les lieux et leur maître mais il réussit instantanément à la<br />

mettre à l’aise. Il venait juste de finir de revoir un dossier urgent et ils allaient pouvoir<br />

écouter toutes sortes de disques, en prenant un dîner simple que la gouvernante avait<br />

préparé.<br />

La soirée se déroula comme dans un rêve. La discothèque de Lucas était<br />

effectivement très variée et les différents styles de musique se succédèrent en autant<br />

de surprises. Le dîner aussi fut un enchantement. Les mets étaient incroyablement<br />

simples et raffinés, à moins que ce ne soit la magie de l’instant qui ait transformé le<br />

velouté de légumes et le rôti de veau froid en sublime festin. Lucas se révélait<br />

incroyablement fin et amusant, en plus d’être intarissable sur toutes sortes d’anecdotes<br />

collectées au cours de ses nombreux voyages. Le clou de la soirée avait<br />

incontestablement été l’escapade au cœur de l’Afrique noire.<br />

- Qu’est-ce qui pousse un financier accompli à partir chasser le fauve en plein<br />

cœur de l’Afrique ?<br />

- Vous l’avez dit…le goût de la chasse. Mais là, il n’est plus question d’argent.<br />

Tout se passe entre les bêtes sauvages, la nature et vous.<br />

- Vous semblez oublier les carabines. C’est un détail qui a son importance dans<br />

le rapport de force entre les bêtes sauvages, la nature, et vous, comme vous le<br />

dîtes si bien.<br />

- Evidemment. Mais le plaisir de la chasse n’est pas essentiellement dans la<br />

mise à mort…<br />

- Je suis d’accord avec vous. Quel intérêt d’aller tirer sur ces pauvres bêtes<br />

quand on peut se contenter de les regarder évoluer dans leur environnement<br />

naturel?<br />

Il leva les yeux vers la magnifique paire de cornes de buffle qui coiffait la<br />

cheminée allumée et se sentit tel un enfant pris la main dans le pot de confiture.<br />

- Tu as sans doute raison.<br />

Il se tourna vers elle et la gratifia d’un sourire qui la désarma. Pour un peu, elle<br />

aurait presqu’omis de remarquer qu’il l’avait tutoyée.<br />

Alors qu’une voix féminine et grave scandait des mélopées poignantes, elle s’était<br />

levée pour aller regarder dans la vitrine des objets rapportés des quatre coins du<br />

monde. Elle ne put s’empêcher de s’extasier devant un sujet sculpté dans un bois<br />

sombre.<br />

- C’est un objet africain, qui représente la force mâle, symbole de puissance et<br />

de pouvoir. Celui-ci a été monté sur une petite brosse. Ils sont souvent vendus<br />

par paire, l’autre symbolisant la douceur féminine et la fécondité. Parfois les<br />

amoureux les gardent en gage de leur attachement mutuel.<br />

- Il est magnifique.<br />

- Il vous plaît ?<br />

- Oui, beaucoup.<br />

Elle remarqua le retour du vouvoiement.<br />

- Je vous le donne.<br />

- Mais je ne peux pas accepter.<br />

- Mais si vous pouvez. Si nous n’arrivons pas à nous mettre d’accord sur un<br />

morceau à proposer à notre ami Claude, au moins ne pas vous avoir fait perdre<br />

complètement votre soirée.<br />

Il se tenait debout, tout près d’elle, et ne la quittait pas des yeux.<br />

50


- Mais il ne me vient pas un seul instant à l’esprit que j’aie pu perdre ma soirée.<br />

Elle avait chuchoté ces quelques mots, sans détacher son regard de ces yeux<br />

qui semblaient refléter les flammes et les braises incandescentes du feu de<br />

cheminée. Elle était envoûtée, elle était en Afrique, et cet homme sorcier la<br />

tenait en son pouvoir.<br />

- Le dessert est servi.<br />

La gouvernante venait avec quatre mots de la libérer du sort qui l’avait assaillie.<br />

Lisa n’était pas sûre de lui en être reconnaissante.<br />

Le reste de la soirée se passa tout aussi agréablement et ce n’est que passé minuit<br />

que Lisa se força à s’extirper de la chaleureuse atmosphère de la maison de Lucas<br />

pour regagner son mini-appartement.<br />

Ils s’étaient finalement mis d’accord pour suggérer à Monsieur Jacquin de<br />

travailler la Misa Criolla de Ramirez. Les chants africains, bien qu’ayant leur<br />

préférence, resteraient leur secret.<br />

En rentrant chez, elle, elle constata que l’objet africain, tant admiré dans la vitrine,<br />

s’était retrouvé comme par magie dans la poche de son manteau avec un petit<br />

mot : « En souvenir de notre voyage en Afrique. »<br />

Lisa sourit aux anges tandis que son cœur se mettait à nouveau à battre au rythme<br />

des tam-tams.<br />

51


Chapitre 11 - UN DERNIER ROCK ?<br />

A une heure du matin, le Nautilus fermait ses portes. Steffi avait d’abord commuté<br />

plusieurs fois les interrupteurs de lumière afin de signifier que l’heure de la fermeture<br />

approchait. Elle se disait qu’elles devraient peut-être opter pour une cloche, à<br />

l’anglaise, dont le carillon serait moins agressif que les éclairs de néon. Puis elle avait<br />

fait le tour des tables afin d’inviter les clients à gagner la sortie. Elle avait aussi<br />

beaucoup discuté avec un client sympathique avec lequel elle souhaitait<br />

manifestement faire plus amplement connaissance. Le fait qu’il ait été plutôt beau<br />

gosse et beau parleur avait probablement été déterminant dans sa décision. Dany, à<br />

qui les projets de Steffi n’avaient pas échappé, avait commencé à nettoyer le comptoir<br />

en lui proposant de ne pas l’aider ce soir pour la fermeture. Steffi savait combien<br />

derrière son apparente sévérité et sobriété (pas une seule aventure connue en cinq<br />

ans !), Dany pouvait être compréhensive pour tout ce qui pouvait créer du bonheur<br />

aux autres. Elle ne portait aucun jugement sur le style de vie de sa collègue, du<br />

moment qu’elle faisait bien son travail et pour cela aussi, Steffi l’estimait.<br />

Les clients se levaient donc, à contre-cœur pour la plupart car l’ambiance intimiste du<br />

Nautilus faisait contraste avec le froid sec de cette nuit d’octobre.<br />

Loris dut s’accrocher au bord de la table car à force d’avoir siroté de la bière en<br />

badant son rockeur favori, elle avait outrepassé son seuil de maîtrise du concept de la<br />

ligne droite.<br />

Au passage, le pull qu’elle avait accroché à la taille heurta le casque de Franck, qui<br />

bougea et serait tombé si elle n’avait, dans un réflexe insoupçonné, réussi à éviter sa<br />

chute. Elle savait que la chute du casque, critique pour la sécurité de son porteur,<br />

aurait immédiatement signifié la sienne dans l’estime de son idole. Loris ne vit pas<br />

qu’un des gants de Franck s’était échappé et qu’elle l’avait expédié par un<br />

mouvement du pied sous la banquette qui longeait le mur à cet endroit de la pièce.<br />

Le bar s’était donc vidé et le groupe d’amis faisait maintenant cercle autour de la 650<br />

Kawasaki de Franck, une réplique de la Bonneville, dont les airs rétro enchantaient les<br />

filles, tandis que les garçons commentaient ses performances techniques. Cécile<br />

insistait pour que le groupe se décide enfin à rejoindre la boîte où elle espérait tant<br />

s’amuser. Elle fut extrêmement déçue quand Franck préféra les laisser pour rentrer<br />

chez lui. Il avait du travail à faire le lendemain dans sa maison et préférait ne pas se<br />

coucher trop tard. Ainsi ce bel homme avait son petit chez-soi qu’il retapait pendant<br />

les week-ends? Comme c’était romantique !<br />

Les stores du Nautilus étaient maintenant baissés, et quand ses amis eurent pris congé,<br />

Franck commença à s’emmitoufler pour affronter les vingt minutes qu’il allait passer<br />

sur sa mécanique, en prise au vent glacé de la nuit, avant de pouvoir regagner sa<br />

maison. Il ne lui fallut pas longtemps avant de réaliser qu’un gant était manquant à<br />

l’appel. Après avoir fouillé, par acquis de conscience, les poches de son blouson dans<br />

lesquelles il ne les rangeait de toute façon jamais et dans lesquelles, effectivement, il<br />

ne trouva rien du tout, il s’approcha de la porte du Nautilus et tenta de l’ouvrir pour<br />

aller vérifier si son gant n’était pas resté bien au chaud (le traître !) pendant que lui<br />

commençait à trouver l’air mordant entre ses doigts. Il appuya lourdement sur la<br />

poignée de la porte mais celle-ci résistait crânement, lorsque le bruit d’une clé dans la<br />

52


serrure indiqua clairement qu’elle allait s’ouvrir de l’intérieur. Il se trouva nez-à-nez<br />

avec Steffi et lui expliqua rapidement qu’il souhaitait aller vérifier si son gant n’était<br />

pas resté à l’intérieur. Après une très brève hésitation, elle le fit entrer et lui demanda<br />

de se dépêcher et de refermer la porte derrière lui –elle était attendue et elle pensait<br />

d’ailleurs que c’était son ami qui avait tenté de rentrer, sinon elle n’aurait<br />

probablement pas rouvert, mais bon il fallait qu’elle y aille et elle lui souhaitait bonne<br />

chance pour le gant. Elle trottina jusqu’à la porte donnant sur les locaux privés du bar,<br />

héla qu’elle s’en allait et en oublia même de parler de la présence de Franck, tant son<br />

esprit semblait déjà occupé ailleurs. Franck avait été amusé par la précipitation de la<br />

jeune (et plutôt jolie !) jeune femme qui semblait bien pressée de retrouver son ami.<br />

Franck était à genoux entre chaises et banquettes lorsque Dany revint dans la salle<br />

principale. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il y ait quelqu’un et naturellement sursauta<br />

lorsque Franck se releva, triomphant, avec son gant retrouvé bien serré dans sa main.<br />

- Oh mon Dieu vous m’avez fait peur. Qu’est-ce que vous faîtes ici et puis<br />

d’abord comment êtes-vous rentré ?<br />

- Je suis désolé, je ne voulais pas vous effrayer mais j’avais perdu…<br />

- Mais je vous reconnais, c’est vous le danseur, là tout à l’heure, dans le coin à<br />

côté du juke-box avec la jeune fille.<br />

- Bon, je suis démasqué, alors j’avoue tout. C’était bien moi, c’est vrai, mais la<br />

fille était consentante, je vous assure, elle n’a même pas crié, ou alors je pense<br />

que c’était plutôt de contentement. Mais je n’avais pas remarqué que vous<br />

regardiez ça avec désapprobation, en fait je ne pensais pas que vous regardiez<br />

du tout, sinon vous pensez bien que j’aurais tout de suite arrêté. A propos…<br />

Vous dansez, vous aussi ?<br />

Son air faussement contrit de petit garçon pris en flagrant délit d’amusement la fit<br />

sourire. Mais il était tard, elle avait encore du travail et elle ne tenait pas à<br />

prolonger cet entretien, pour aussi agréable et enjôleuse que puisse être la voix de<br />

cet homme. D’ailleurs, maintenant qu’elle n’était plus perchée derrière son<br />

comptoir, elle pouvait constater qu’il était plus grand qu’elle ne l’aurait pensé. Si<br />

tant est qu’elle ait eu le temps de penser aux tailles des hommes qui fréquentaient<br />

le Nautilus. Pourtant, il insista.<br />

- Vous n’aimez pas danser, de temps en temps ?<br />

- Cela fait bien longtemps que je ne pratique plus. Elle semblait hésiter à le<br />

regarder dans les yeux, la tête légèrement tournée de côté. Franck décida que<br />

cette timidité cachait peut-être une envie inavouable de ré-essayer.<br />

- Oh mais ça c’est comme le vélo, Madame, ça ne s’oublie pas. Le juke-box est<br />

encore allumé, en plus je constate qu’on peut l’écouter gratuitement après la<br />

fermeture (Dany avait glissé quelques pièces dans la fente et en avait posé<br />

d’autres sur le rebord de la machine afin de faire la fermeture en musique).<br />

- Ecoutez, c’est vraiment très gentil mais je dois ranger les chaises, faire le<br />

ménage, regarder l’ampleur des dégâts aux toilettes - que vous avez d’ailleurs<br />

eu la gentillesse de signaler à ma collègue tout à l’heure – et diagnostiquer si<br />

je puis réparer ou si je dois faire appel à un plombier, et ensuite j’ai encore de<br />

la marche à faire alors vraiment, non merci. Si vous avez retrouvé<br />

votre…gant, je vais vous ouvrir la porte et vous souhaiter une bonne fin de<br />

soirée.<br />

Franck ne s’avoua pas aussi facilement vaincu. Non seulement parce qu’il aimait<br />

danser, mais parce que l’obstination de cette femme avait quelque chose de<br />

fascinant. Peut-être aussi n’avait-il pas l’habitude de rencontrer autant de<br />

résistance à son égard, et la douceur de ce visage semblait démentir l’apparente<br />

53


austérité de ses mots. La jeune femme commençait à renverser les chaises sur les<br />

tables afin de dégager le sol et ne le regardait déjà plus.<br />

- Ecoutez, j’ai une proposition à vous faire –honnête, je tiens à le préciser. Au<br />

fait je m’appelle Franck. Et ce faisant, Franck s’était mis lui aussi à retourner<br />

les chaises sur les tables. Je vous aide à ranger les chaises, je regarde la fuite<br />

aux toilettes pendant que vous faites le gros du ménage, ce qui nous permet de<br />

garder du temps pour une petite danse et ensuite, je peux vous ramener chez<br />

vous. Enfin, seulement si vous le souhaitez.<br />

Dany eut le pressentiment que le temps qu’elle passerait à palabrer avec cet<br />

homme serait du temps perdu. Elle n’avait pas l’habitude que l’on discute ses<br />

décisions –c’était un des avantages à vivre seule avec sa fille- et pourtant elle<br />

n’était pas franchement agacée. Elle était plutôt tentée par cette fameuse danse,<br />

parce que ses pieds n’avaient plus eu l’occasion de retrouver cette insouciance<br />

depuis bien longtemps, et en même temps elle avait l’impression bizarre qu’elle<br />

devait se méfier de l’apparente facilité avec laquelle elle semblait prête à céder à<br />

la proposition – même si elle était réellement honnête !- de cet homme. Quoi qu’il<br />

n’avait pas l’air agressif. Elle l’avait observé discrètement tout au cours de la<br />

soirée, comme elle le faisait parfois avec certains nouveaux clients qu’elle essayait<br />

de cibler. Avait-il le profil d’un futur habitué du Nautilus, qui se laisserait prendre<br />

à cette ambiance vaguement rétro et intimiste, ou bien serait-il juste de passage<br />

comme l’étoile filante traverse le ciel et continue de se consumer en embrasant<br />

d’autres horizons ? Elle en était là de ses réflexions, lorsqu’elle réalisa qu’il n’y<br />

avait plus de chaises à soulever et que l’homme avait enlevé son blouson et posé<br />

son casque. Il se tenait face à elle et lui demanda poliment de l’excuser pendant<br />

qu’il allait effectuer son diagnostic dans les toilettes des messieurs. Ce qui était<br />

vraiment troublant pour Dany, c’est que pas une fois elle ne l’avait surpris en train<br />

de la dévisager et elle se demandait vraiment s’il avait réalisé que sa joue droite<br />

était marquée, dans la trace du sillon nasal. Tout le monde était surpris la première<br />

fois qu’on la voyait, et ça lui semblait normal. Lui n’avait marqué aucune<br />

émotion. A se demander s’il l’avait seulement regardée. Dany elle-même avait<br />

presque fini par se convaincre qu’elle s’était habituée à cette trace qui de fait<br />

cachait une meurtrissure bien plus profonde. Pourtant en ce moment, elle<br />

éprouvait un indéfinissable malaise. Et le plus difficilement acceptable pour elle<br />

était bien de se sentir aller à de quelconques états d’âme. Tout ceci devenait<br />

ridicule et il était temps de renvoyer ce charmant monsieur à l’extérieur du bar, et<br />

à l’extérieur de son espace à elle. Elle se retrouva face à lui alors qu’elle venait de<br />

se retourner pour aller le débusquer et le prier de prendre congé. Il était là,<br />

détendu et souriant. Elle se retrouva stoppée dans son élan.<br />

- Bonne nouvelle. La fuite est identifiée, semble minime et facilement réparable<br />

avec les bons outils. Je peux même vous proposer de m’en occuper mais il<br />

faudra que je revienne. J’ai oublié ce soir de mettre ma caisse à outils dans la<br />

sacoche de la moto quand je me suis préparé à sortir. D’habitude je prévois<br />

presque toujours tout, mais là je me suis fait prendre au dépourvu. Si vous<br />

voulez, je peux arranger ça demain en début de matinée, ça devrait prendre<br />

une petite demi-heure au maximum.<br />

- Ecoutez c’est très gentil de votre part mais je ne pense pas que ce soit<br />

nécessaire. Je connais un plombier…<br />

- …qui viendra vous faire la réparation d’ici dix jours pour une somme<br />

scandaleuse alors que je pourrais faire aussi bien que lui sous vingt-quatre<br />

heures pour un prix dérisoire !<br />

54


- Vous savez, ce bar n’est pas à moi et je ne paierai de toute façon pas la<br />

réparation.<br />

- Parfait, je n’ai donc pas à vous convaincre. Bien, on peut le faire maintenant<br />

ce petit rock ?<br />

Il avait glissé une pièce dans la fente, sélectionné deux morceaux avec<br />

préméditation et déjà revenait vers elle. Il enleva son pull sans s’arrêter de<br />

s’approcher, et déjà enserrait sa hanche gauche d’une main ferme tandis qu’il<br />

nouait ses doigts de la main droite. Il se tenait droit devant elle puis lâcha sa<br />

hanche et l’attrapa délicatement par le menton afin qu’elle cesse de tourner le<br />

visage et le regarde droit dans les yeux. C’est alors qu’il sembla voir avec<br />

précision la marque au creux de la joue de Dany et il marqua un moment d’arrêt.<br />

Elle se sentit blessée par cette réaction, presque humiliée.<br />

- Incroyable, ne put-il s’empêcher de murmurer.<br />

- Je vous avais dit que ce n’était pas une bonne idée de danser. Elle tentait déjà<br />

de se dégager.<br />

- Non attendez. Regardez, il faut que je vous montre quelque chose.<br />

Dans un geste totalement incongru, il commença à soulever sa chemise et le Tshirt<br />

qu’elle recouvrait, révélant la peau mate et lisse de son torse. Elle ne vit<br />

d’abord que ce torse puissant décoré d’une mince parure de poils bouclés entre les<br />

pectoraux, ce qui déclencha un émoi insoupçonné de sa nuque jusqu’au creux des<br />

reins. Et puis, comme hypnotisée, suivant du regard le doigt qu’il posait près de<br />

son cœur, elle vit à son tour ce qu’il voulait lui révéler et comprit la vraie nature<br />

de l’émotion qu’il avait exprimée quelques secondes plus tôt. C’était vraiment<br />

incroyable, troublant même, et un sentiment étrange de déjà vu l’envahissait<br />

pendant qu’elle fixait l’incroyable marque qui pointait vers le cœur de cet homme.<br />

La nature avait en vérité eu la fantaisie de doter ces deux êtres de traces<br />

parfaitement symétriques mais inversées. Alors que la cicatrice de Dany pointait<br />

vers le bas, la tâche qui ornait le flanc de Franck semblait viser son cœur.<br />

- Incroyable, finit-elle par articuler.<br />

- Bien, dit-il en rebaissant son T-shirt, maintenant que les signes ont montré leur<br />

parfait accord, il ne nous reste plus qu’à danser vite avant que les chansons ne<br />

se terminent.<br />

Il l’entraîna dans un tourbillon de rythme et de gaîté qui déclencha chez Dany une<br />

série de rires qui à elle seule dépassait le volume de bien-être qu’elle avait pu<br />

ressentir au cours des douze derniers mois. Elle ne tenta pas de résister quand il la<br />

supplia de lui accorder deux autres danses (ce serait le prix à payer pour qu’il<br />

effectue la réparation de la plomberie) et elle se laissa aller au plaisir de sensations<br />

qu’elle s’était interdites depuis trop longtemps. Franck était arrivé à temps pour<br />

l’aider à éviter l’assèchement total du terrain de ses émotions. Elle espérait<br />

simplement que le torrent qu’il avait déclenché ne ravinerait pas son cœur après<br />

avoir emporté les derniers espoirs qu’il avait suscités, espoir de pouvoir à nouveau<br />

respirer librement, sans plus aucune oppression, sans cette boule au ventre qui ne<br />

l’avait pas lâchée depuis cette terrible nuit. Pouvoir revivre, enfin, avec un<br />

sentiment de paix. A défaut d’insouciance.<br />

Dany s’était aisément laissée convaincre de se faire raccompagner lorsque Franck lui<br />

avait proposé le casque qu’il gardait toujours dans le top-case. Elle aussi était très à<br />

cheval sur les principes de sécurité. Sa fille, Marie-Claire, commençait à avoir des<br />

camarades qui roulaient en scooter et elle croyait profondément à la nécessité des<br />

mesures de sécurité basiques.<br />

55


La balade n’avait duré que quelques minutes et la fraîcheur de la nuit n’avait pas eu le<br />

temps de la saisir. Elle baignait encore dans son nuage de tiède euphorie quand il la<br />

déposa devant chez elle. Il avait enlevé son casque, récupéré celui que Dany lui<br />

tendait et le rangeait dans sa sacoche. C’est tout naturellement qu’il lui donna rendezvous<br />

pour le lendemain matin. Il passerait la chercher. Aller jusqu’au Nautilus et<br />

réparer la fuite ne durerait pas plus d’une heure. Il se pencha spontanément et déposa<br />

un baiser furtif sur sa joue. Puis il remit son casque et redémarra, sans manquer de lui<br />

faire un petit signe de la main en s’éloignant. Dany était groggy. Elle ouvrit sa porte et<br />

fit comme un automate tous les gestes qui l’amenèrent jusqu’à son grand lit. Elle<br />

esquissa un dernier pas de danse avant de se glisser dans les draps et de sombrer dans<br />

un sommeil profond. Elle sentait encore flotter autour d’elle un peu de l’odeur de cet<br />

homme qui en la faisant danser avait soulevé le drap austère et pesant de rigueur et de<br />

renonciation dont elle s’était enveloppée depuis trop longtemps.<br />

56


Chapitre 12 – C’EST L’PLOMBIER<br />

Quand Franck revint le lendemain matin, Marie-Claire jouait dans le jardin. Elle ne<br />

sembla pas surprise de le voir s’arrêter et sonner pour annoncer son arrivée.<br />

- Bonjour, vous êtes qui ?<br />

- Bonjour mademoiselle. C’est l’plombier ! répondit Franck dans un sourire.<br />

- Ah c’est toi le plombier qui répare les lavabos?<br />

- Oui, je répare les lavabos, mais je peux faire aussi beaucoup d’autres choses.<br />

- Ah . Tu peux faire le papa aussi ?<br />

- Ca, je ne sais pas. En tout cas ta maman m’attend aujourd’hui pour que je<br />

répare un lavabo.<br />

- Bonjour Franck !<br />

Dany était apparue sur le palier, revêtue d’un pantalon en velours et d’un coupe-vent<br />

bicolore, beige et marine, qui laissait entrevoir le col d’un sous-pull crème. Ses<br />

cheveux étaient retenus par un catogan ce qui donnait à son visage dégagé une allure<br />

sportive.<br />

- Marie-Claire, je te présente Franck, dont je t’ai parlé tout à l’heure, et qui va<br />

venir réparer le lavabo au Nautilus. Nous ne serons pas partis plus d’une<br />

heure, tu restes bien fermée dans la maison, je t’ai laissé de quoi déjeûner à la<br />

cuisine.<br />

- Et après, il viendra réparer l’évier de la cuisine ?<br />

- Marie-Claire, Franck n’est pas venu pour réparer l’évier de la cuisine, dit-elle<br />

en baissant la voix et avec un regard réprobateur.<br />

- Mais je croyais qu’il était plombier ?<br />

- C’est juste un ami qui vient pour me rendre service.<br />

- Tu le connais depuis longtemps ton ami?<br />

- Non mais… qu’est-ce que c’est que toutes ces questions ?<br />

- C’est rien, sauf que quand il sera ton ami depuis assez longtemps il pourra<br />

peut-être aussi réparer l’évier de la cuisine. A tout à l’heure maman, salut<br />

Franck.<br />

Puis Marie-Claire sortit de la maison. Le clac du verrou tourné deux fois indiqua que<br />

l’enfant s’était barricadée en attendant le retour de sa mère.<br />

- Tu sais si tu veux, je pourrai au retour jeter un coup d’œil à l’évier. Autant<br />

profiter de ma caisse à outils.<br />

- Commençons par le Nautilus, on verra bien si la réparation est aussi rapide<br />

que tu le penses. Et puis je ne veux pas que tu aies l’impression que je<br />

t’exploite.<br />

- Ou alors tu ne veux pas m’être redevable. C’est vrai après tout, je pourrais en<br />

profiter pour t’extorquer d’autres danses…<br />

- Il y a un peu de ça. Allons-y, je ne souhaite pas laisser Marie-Claire toute<br />

seule trop longtemps.<br />

Elle avait saisi et enfilé le casque que Franck lui tendait, puis avait enfourché la moto,<br />

se tenant raide sur le siège pour éviter de trop s’accoler à lui. Le trajet était court, il<br />

sembla prendre plaisir à pousser son bolide dans les rues encore vides, en deux ou<br />

trois accélérations qui finissaient de la plaquer sur son dos. Puis il adopta une allure<br />

réduite pour rejoindre le quartier plus passant du Nautilus.<br />

Dany avait pris soin de prévenir le propriétaire du bar, qui les attendait et leur ouvrit<br />

les grilles qui barraient la porte d’entrée du local. Il embrassa Dany et ne put réprimer<br />

un petit sifflement devant la belle mécanique que Franck avait garée près de la porte.<br />

- Vous n’avez pas peur de vous le faire voler, ce petit bijou ?<br />

57


- Bonjour monsieur, non, il y a une alarme et un coupe-circuit installés,<br />

impossible de bouger la machine sans que ça couine.<br />

- Allez, ne restez pas dehors, je vais vous faire un petit café, Dany m’a dit que<br />

vous veniez dépanner les lavabos des toilettes.<br />

- Oh ce n’est qu’une petite fuite, rien de bien méchant, je pense que je devrais<br />

pouvoir arranger ça assez vite.<br />

- Bonjour. Je suis Monsieur Pierre.<br />

- Je m’appelle Franck.<br />

Après avoir récupéré sa mallette à outils, il avait tendu une main cordiale et à la<br />

poigne ferme au cafetier avant de disparaître dans les toilettes des hommes.<br />

Monsieur Pierre l’avait jaugé en même temps que la moto et revenait près du bar<br />

après avoir refermé la porte à double tour. Dany avait enlevé sa parka et<br />

s’occupait déjà machinalement à passer un coup de balai. Monsieur Pierre lui<br />

servit un jus bien noir, sans la quitter du coin de l’œil.<br />

- Comment tu te sens Dany ?<br />

- Bien, merci.<br />

- Et la petite ?<br />

- Elle va bien aussi, merci. Il faut s’occuper d’elle après l’école parce que les<br />

devoirs ne la passionnent pas toujours mais, dans l’ensemble, on s’en sort<br />

plutôt bien.<br />

- Tu as du mérite, mais c’est quand même beaucoup de travail et de<br />

responsabilités pour toi toute seule.<br />

- Tu sais ça fait dix ans que je m’en sors, et en grande partie grâce à ce travail et<br />

à toi. La petite est bien avec moi et c’est tout ce qui compte.<br />

- Tu penses à elle et c’est bien. Mais qui est là pour prendre soin de toi Dany, à<br />

part moi évidemment ?<br />

- Ecoute Jean –elle l’appelait ainsi lorsqu’ils étaient tous les deux- tu n’as pas à<br />

t’inquiéter pour moi. Je suis une grande fille et je sais me débrouiller.<br />

Elle sentait que Monsieur Pierre voulait aborder un sujet plus précis, mais<br />

curieusement, malgré toute la tendresse qu’elle avait pour lui, elle ne souhaitait pas lui<br />

faciliter les choses. La question suivante fut pourtant plus directe et les mots se<br />

bousculèrent dans ses oreilles alors qu’ elle avalait une gorgée de café.<br />

- Et le plombier, qu’est-ce qu’il fait au juste ? Il ne répare que les fuites d’eau<br />

ou il peut aussi réparer ton coeur ?<br />

- Franck est juste un ami. Il m’a proposé son aide et on en reste là.<br />

- Oui je vois. Ca fait longtemps que tu le connais ?<br />

- Ecoute Jean. Je ne le connais certes pas depuis longtemps mais je sens que je<br />

peux lui faire confiance, au moins pour réparer ton lavabo. De toute façon ceci<br />

n’a aucune importance, tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. Je ne prendrai<br />

aucun risque.<br />

- Ce qui veut dire ?<br />

- Que je ne suis pas encore prête à lâcher ma vie de mère célibataire.<br />

Monsieur Pierre avait levé les yeux par-dessus son épaule et elle sut avant de se<br />

retourner que Franck les avait rejoints. Elle ne pouvait dire s’il avait entendu ses<br />

derniers propos, elle rougit en espérant qu’il n’en était rien.<br />

- Combien je vous dois jeune homme ? demanda Monsieur Pierre.<br />

- Je vous remercie mais Madame a réglé d’avance. Au fait vous saviez que<br />

Dany danse le rock à merveille ? Puis Franck fouilla dans sa poche avant d’en<br />

extraire une pièce.<br />

58


- Non Franck, s’il-te-plaît, il faut rentrer maintenant, dit Dany en se levant de<br />

son siège pour se rhabiller avant de sortir.<br />

- Vous avez raison, elle a l’air impatiente de me faire une démonstration, rajouta<br />

Monsieur Pierre avec une lueur coquine dans le regard. Il longea le comptoir<br />

puis alla vers le juke-box qu’il alluma non sans lui avoir lancé un petit sourire<br />

entendu.<br />

Dany n’en croyait pas ses oreilles, tout ceci commençait à ressembler à une véritable<br />

conspiration. Franck avait déjà sélectionné deux titres et enlevé son pull. Il revenait<br />

rapidement vers elle pour ne pas perdre les premières mesures. Machinalement et<br />

avec une grimace d’impuissance, elle se laissa entraîner par Franck qui repoussa une<br />

table au passage pour dégager l’espace de danse. Monsieur Pierre avait enfourché une<br />

chaise et semblait ravi du spectacle qui allait s’offrir à lui. La chanson des Forbans<br />

n’était pas sa favorite, pourtant elle se laissa gagner rapidement par son rythme. Le<br />

chanteur avait d’ailleurs raison, ce petit brin de rock était vraiment sympa et chouette.<br />

Dany avait fini la chanson dans un grand sourire, tout en se tournant vers Monsieur<br />

Pierre et en agitant son tee-shirt, pour signaler qu’elle avait chaud. Elle n’avait pas<br />

fini de reprendre son souffle que déjà Franck la récupérait pour le morceau suivant.<br />

L’échauffement gentillet était terminé, on passait au niveau supérieur avec l’excellent<br />

Dany Brillant et ses rythmes effrénés. A deux reprises elle avait mal interprété la<br />

consigne muette de son cavalier, qui déjà la reprenait dans ses bras pour recommencer<br />

la figure en la guidant avec quelques mots en appui des gestes. En trois minutes, Dany<br />

le chanteur et Franck le rockeur avaient réussi à lui faire faire une abstraction totale de<br />

son univers de mère célibataire faisant deux métiers pour élever sa fille. Elle était<br />

projetée plus de quinze ans en arrière, lorsqu’elle se démenait insouciante dans les<br />

petits bals de quartier au son des musiques endiablées qui survoltaient les jeunes filles<br />

de son âge.<br />

Quand le morceau s’épuisa, Dany finit sa course entre les bras souples et puissants de<br />

son cavalier. Il lui fallut quelques secondes pour retrouver son équilibre puis elle<br />

s’écarta de Franck non sans lui avoir lancé un franc sourire qui disait à lui tout seul le<br />

plaisir qu’elle avait eu à se laisser entraîner dans la danse. Puis elle se tourna<br />

instinctivement vers Monsieur Pierre en soulevant légèrement les épaules et lâcha<br />

dans un sourire contenu :<br />

- C’est bien parce que vous m’y avez obligée !<br />

Puis elle remit en place la table, ramassa sa parka et l’enfila dès que sa respiration eut<br />

retrouvé un rythme plus normal.<br />

- Il faut que j’y aille, Marie-Claire m’attend. A jeudi. Elle déposa un baiser sur<br />

la joue de son patron.<br />

- Au revoir Monsieur Pierre, dit Franck en lui serrant la main.<br />

- Appelez-moi Jean. Mais vous n’avez même pas pris de café, lui répondit le<br />

vieil homme.<br />

- C’est vrai, mais j’ai eu mieux que ça, vous en conviendrez. Une prochaine<br />

fois, peut-être.<br />

- C’est d’accord, la prochaine fois. Et encore merci pour tout Franck.<br />

- Ce n’était qu’une toute petite fuite vous savez, pas de quoi faire une histoire.<br />

Mais monsieur Pierre ne pensait plus à la fuite du lavabo. Le vrai miracle du plombier<br />

amateur avait bien été de restaurer sur le doux visage de Dany un sourire et<br />

l’expression d’une joie sincère comme Monsieur Pierre ne lui en avait jamais vus<br />

depuis qu’il l’employait au Nautilus. Et il espérait bien que les autres appréhensions<br />

de Dany ne résisteraient pas à la douceur de ce garçon, qu’il avait deviné très sensible<br />

malgré son apparente réserve et son indéniable virilité.<br />

59


- Tu es fier de toi, j’espère ? avait lancé Dany avec provocation dès qu’ils<br />

avaient été seuls sur le trottoir.<br />

- Je pense que maintenant, je n’ai plus le choix. Il faut absolument que j’aille<br />

réparer ton évier sinon tu déclareras avoir dansé avec moi à fonds perdus.<br />

- Soit, mais à condition que tu restes pour manger, pour que nous soyons<br />

quittes.<br />

- Tu me laisseras faire la cuisine ?<br />

- Certainement pas, monsieur a déjà oublié qu’il avait un évier à réparer. Il n’y a<br />

pas très loin un petit marché de quartier bien fourni, j’aimerais aller chercher<br />

quelques légumes et fruits pour ce midi. Je te guiderai.<br />

C’était en effet un adorable endroit où la couleur des fruits et légumes sur les étalages<br />

semblait refléter les couleurs vivaces des tentes. Les parfums aussi marquaient les<br />

sens. Franck avait garé la moto sur un terre-plein et ils avaient parcouru tous deux<br />

quelques allées pour aller trouver des marchands bien précis que semblait connaître<br />

Dany.<br />

- Bonjour Paul, tu me donnes quelques tomates et des champignons pour ce<br />

midi s’il-te-plaît ?<br />

Franck reconnut moins le visage que la voix pittoresque du maraîcher, qu’il avait<br />

entendue la veille au Nautilus. Il remarqua aussi que la patronne s’était rapprochée de<br />

son mari dès qu’elle l’avait aperçu discutant avec Dany. Il restait en recul et observait<br />

d’un air amusé les mimiques enjôleuses de Paul, systématiquement contrecarrées par<br />

les remarques acides de sa Cerbère d’épouse. Puis ils étaient allés plus loin pour<br />

choisir une salade et quelques pamplemousses.<br />

Dany expliqua qu’elle aimait beaucoup venir ici pour chercher ses fruits et légumes à<br />

cause de la qualité des produits mais aussi pour l’atmosphère accueillante qui habitait<br />

ce marché. Mais cela faisait déjà plus d’une heure qu’ils avaient quitté Marie-Claire et<br />

Dany n’avait pas souhaité s’attarder plus longtemps.<br />

La fillette n’avait pas semblé surprise de voir Franck rester après avoir déposé sa<br />

mère.<br />

- Je suis revenu pour réparer l’évier, avait-il expliqué à Marie-Claire. Et après si<br />

tu es d’accord, je peux rester pour manger avec vous.<br />

- J’aime bien quand des gens mangent avec nous à la maison, mais souvent<br />

maman ne veut pas, parce qu’elle dit qu’elle n’a rien dans le frigo. Toi<br />

aujourd’hui tu as de la chance.<br />

- Ca je le sais, mais il faudra d’abord que je répare l’évier. Tu saurais me<br />

montrer où est la cuisine et m’expliquer pourquoi l’évier ne marche plus ?<br />

Marie-Claire, ravie de pouvoir faire le guide, emmena Franck jusque dans la cuisine.<br />

La maison n’était pas grande mais très lumineuse grâce à ses murs clairs et aux<br />

grandes fenêtres. Le mobilier était simple et confortable. On accédait par le couloir à<br />

la cuisine à l’américaine, qui donnait sur le coin salle-à-manger. Dans le<br />

prolongement, le salon s’organisait autour d’une table basse en rotin vert foncé. La<br />

télévision, surplombant un petit meuble rempli de cassettes, trônait dans un angle du<br />

salon. Le sol était carrelé et Marie-Claire avait d’emblée prévenu Franck qu’il était<br />

interdit de porter les chaussures à l’intérieur, pour ne pas salir. Il s’était donc<br />

déchaussé et appréciait la tiédeur du carrelage à travers ses chaussettes.<br />

- Voilà, expliqua Marie-Claire, c’est l’évier de gauche qui ne s’écoule pas très<br />

bien. J’ai voulu un jour aider maman à faire la cuisine mais les apprenties<br />

n’ont pas été très sérieuses et elles ont laissé tomber un ustensile au fond du<br />

60


trou. Depuis, l’eau ne s’écoule pas très bien mais surtout maman ne veut plus<br />

que les apprenties nous aident à faire la cuisine.<br />

- Et qui sont ces…apprenties ?<br />

- Je te présente Mélissa et Doris, dit fièrement Marie-Claire en fourrant ses deux<br />

poupées sous le nez de Franck.<br />

- Enchanté, mesdemoiselles.<br />

Il ouvrit les deux robinets, vérifia les vitesses d’écoulement dans les deux bacs. Puis il<br />

s’agenouilla devant l’évier, ouvrit les placards, trouva et ferma l’arrivée d’eau et<br />

demanda sérieusement :<br />

- Quels ustensiles les apprenties ont-elles égaré dans le conduit ?<br />

- C’est un secret, répondit Marie-Claire à voix basse pour que sa mère ne puisse<br />

pas l’entendre.<br />

Pendant ce temps, Dany était allée se changer.<br />

- Je vais préparer le repas, expliqua-t-elle en revenant dans la cuisine.<br />

Elle faillit trébucher sur Franck qui était allongé par terre et dont la tête disparaissait<br />

dans le meuble. Elle déclencha un froissement de sourcils chez Marie-Claire qui<br />

montait la garde auprès du plombier de service et qui posa son index sur la bouche<br />

pour que sa mère fasse silence. Dany se replia donc dans la salle de bains avec la<br />

salade, les champignons et les tomates, qu’elle nettoya soigneusement après avoir<br />

coupé l’arivée d’eau et avant de revenir dans la salle-à-manger pour disposer les<br />

aliments dans des plats. Pendant plusieurs minutes, le silence des femmes ne fut<br />

interrompu que par quelques bruits de frottements métalliques et certaines respirations<br />

plus fortes, suscitées par un effort soutenu de la part de l’intervenant. Finalement,<br />

après une opération parfaitement maîtrisée, Franck se releva victorieux, tenant en<br />

main un mocassin doré en plastique et un bout d’écharpe détrempée, sans lesquels<br />

Doris et Mélissa auraient pu s’enrhumer. Marie-Claire les avait immédiatement<br />

récupérés non sans avoir remercié Franck pour son fabuleux travail de sauvetage, puis<br />

elle avait filé dans sa chambre. Franck secoua machinalement les cheveux pour<br />

disperser les poussières et saletés qui l’avaient arrosé pendant son intervention. Dany<br />

lui proposa de prendre une douche pour être plus à l’aise, pendant qu’elle finirait de<br />

préparer le repas. Il accepta volontiers.<br />

Dany remit l’eau et le guida vers le couloir qui desservait deux chambres et une salle<br />

de bains. Elle lui proposa une chemise propre, vestige d’une présence masculine dans<br />

la maison. A l’époque, Hervé avait emporté ses affaires lorsqu’ils s’étaient séparés<br />

puisque Dany gardait la maison et qu’il n’y mettrait jamais plus les pieds mais dans la<br />

précipitation, certains objets avaient été oubliés. Elle s’était contentée alors de les<br />

mettre de côté dans un carton sans jamais y toucher. Aujourd’hui et pour la première<br />

fois, elle avait rouvert le carton du souvenir, sans hésitation, presque heureuse de<br />

pouvoir le faire pour une occasion, c’était inespéré, aussi agréable. Car elle ne pouvait<br />

plus feindre de l’ignorer. C’était presque difficile pour elle de l’admettre, mais<br />

Franck, sans rien tenter que de la dépanner ou la faire danser, avait incroyablement<br />

perturbé ses certitudes. Se pouvait-il qu’elle se soit trompée toutes ces années, en<br />

érigeant autour de sa fille et elle une muraille rassurante et trouvant tous les moyens<br />

possibles pour dissuader tout homme de s’y infiltrer ?<br />

Elle était perdue dans ses pensées et n’avait pas réalisé qu’elle était revenue vers la<br />

salle de bains, s’appuyant contre le chambranle de la porte, alors que Franck, qui avait<br />

commencé à enlever sa chemise et son tee-shirt, attendait qu’elle lui tende le vêtement<br />

de rechange. Il la voyait, là et absente, et lui dit doucement en tendant la main:<br />

- Merci.<br />

- Avec plaisir.<br />

61


Puis elle rougit, en revoyant ce torse qui l’avait déjà tourmentée la nuit précédente et,<br />

réalisant qu’elle était restée plantée face à lui, fit un volte-face soudain en lançant :<br />

- Prends ton temps, le repas sera prêt d’ici un quart d’heure.<br />

Le déjeûner avait été enjoué, tous les convives ayant des motifs de satisfaction.<br />

Marie-Claire avait récupéré les accessoires de sa poupée, Franck réglé sa dette en<br />

dépannant Dany, qui elle se réjouissait de la facilité avec laquelle sa fille semblait<br />

accepter la présence de cet homme dans la maison. Oh bien sûr, il n’était pas question<br />

de voir en lui un nouveau prétendant, elle avait depuis de nombreuses années déjà<br />

prouvé qu’elle n’avait besoin de personne, mais il était quelque part rassurant de<br />

pouvoir côtoyer un homme qui savait rester à sa place et lui offrait une compagnie<br />

agréable sans s’imposer au-delà de ce qu’elle-même était prête à concéder. Elle avait<br />

beau sentir confusément en elle un trouble face à la gentillesse désarmante de Franck,<br />

elle n’en était pas moins résolue à maintenir autant que possible la distance nécessaire<br />

pour ne pas gâcher cette douce amitié naissante.<br />

62


Chapitre 13 – UNE INITIATIVE MALHEUREUSE<br />

Le dimanche avait à peine suffi à Lisa pour se repasser cent fois le film de son voyage<br />

imaginaire au cœur des étendues sauvages s’étirant des plateaux du Kenya jusqu’aux<br />

chutes du Zambèze. Elle avait ressorti un vieil Atlas et revisité ces contrées où elle<br />

n’avait jamais mis les pieds, mais qu’elle avait pourtant la sensation d’avoir<br />

parcourues au fil des descriptions pittoresques et flamboyantes de Lucas de Bès.<br />

Elle se sentait pleine d’une énergie nouvelle et arriva particulièrement tôt lundi au<br />

travail. Lisa avait décidé de tester son programme avec des données réelles. Cette<br />

semaine verrait sa réalisation prendre forme, il n’était plus question que de quelques<br />

tests et une présentation générale, avant de former les quelques utilisateurs<br />

destinataires du programme.<br />

Elle fut surprise de voir le coupé Mercedes gris argent (c’était de circonstance!) de<br />

Melinda, garé au parking en cette heure matinale. Il y avait encore très peu de monde,<br />

à en juger par la Clio verte et la BMW noire isolées sur cette mer de places de<br />

stationnement encore vides.<br />

Lisa badgea, appela l’ascenseur et débarqua triomphante dans son bureau. Le monde<br />

appartient à ceux qui se lèvent tôt, n’est-ce pas ? Elle démarra son ordinateur, enleva<br />

son pardessus, puis décida d’aller voir Mélinda de suite afin de lui parler des tests<br />

« grandeur nature » qu’elle souhaitait entreprendre.<br />

Le bureau de Mélinda était bien éclairé, son ordinateur allumé, son parfum capiteux<br />

flottant dans l’air, mais point de Mélinda à l’horizon. Un rapide coup d’œil sur l’écran<br />

montra à Lisa que Mélinda était justement en train de consulter le fichier type dont<br />

elle avait besoin pour les tests. Faisant preuve d’initiative, elle détacha la clé USB<br />

qu’elle portait autour du poignet, la brancha directement sur l’ordinateur puis copia le<br />

fichier de données afin de pouvoir enfin valider le programme sur lequel elle avait<br />

travaillé depuis plusieurs semaines. Elle récupéra la clé et voulut laisser un mot<br />

d’avertissement à Mélinda. Ne trouvant aucun post-it sur le bureau de sa patronne,<br />

elle revint dans le sien et y trouva, à sa grande surprise, Karine, elle aussi très<br />

matinale.<br />

- Bonjour Karine ! Décidément, tout le monde est tombé du lit ce matin !<br />

- Bonjour Lisa. Déjà active, à ce que je vois.<br />

Elle regardait la clé USB que tenait Lisa, qui lui expliqua qu’elle était revenue<br />

chercher un post-it pour expliquer à Mélinda qu’elle avait effectué un prélèvement de<br />

données réelles pour ses tests.<br />

- Quoi ? Répète un peu ? lui demanda Karine, abasourdie. Tu veux dire que tu<br />

viens d’aller chez le boss et de repiquer des infos directement sur son PC, sans<br />

son autorisation ?<br />

- Je ne vois pas où est le problème, nous avons convenu à la dernière réunion<br />

que nous pouvions commencer des tests et Mélinda m’a demandé de venir la<br />

voir pour me fournir les infos correspondantes.<br />

Karine s’était levée et ferma précautionneusement la porte de leur bureau.<br />

- Ma chérie, sans vouloir t’inquiéter, on est dans la merde. Enfin, surtout toi.<br />

Même si pour moi… ça risque de ne pas tarder non plus.<br />

- Mais enfin, qu’est-ce que tu racontes ? Je n’ai pas violé un secret d’état, tout<br />

ceci a été agréé, je t’assure, il n’y a aucun problème….<br />

- Bon, il y a peut-être encore un moyen de s’en sortir. Tu es sûre que personne<br />

ne t’a vue toucher à l’ordi du boss ?<br />

- Ben non, personne, mais puisque je te dis…<br />

63


- OK, il n’y a pas de problème. Je vais nous chercher deux cafés bien serrés,<br />

j’en ai besoin et toi aussi, même si tu ne le sais pas encore. D’ici là sois<br />

gentille, reste assise ici. Et quoiqu’il arrive, quoi qu’on puisse te demander, tu<br />

n’es pas sortie de ce bureau depuis ton arrivée ce matin. Compris ?<br />

Quand Karine revint après quelques longues minutes, elle trouva Lisa<br />

déconcertée.<br />

- Je ne comprends pas pourquoi tu me fais tout un plat de cette histoire.<br />

- Ecoute-moi bien ma chérie. J’en ai vu d’autres se faire virer pour moins que<br />

ça. Tu viens de toucher sans permission au PC du boss. C’est du viol. Un viol<br />

de la loi, du règlement intérieur, du code élémentaire de survie. Donc si tu<br />

veux continuer à bosser ici tu as deux choses à faire. D’abord, tu vas aller voir<br />

Mélinda et lui demander les infos qu’elle est censée te fournir pour faire tes<br />

tests, en prenant soin d’oublier que tu es déjà venue faire ton petit marché dans<br />

ses fichiers.<br />

- Et ensuite ?<br />

- Ensuite, tu vas prier pour qu’elle n’apprenne jamais ce que tu viens de faire. Et<br />

moi aussi d’ailleurs.<br />

Elle absorba une gorgée de café et continua :<br />

- Sinon, le résultat risque de ne pas être à la hauteur de tes espérances.<br />

- Quelles espérances ?<br />

- Oh, bonjour Mélinda.<br />

L’intrusion du chef dans leur bureau fut aussi soudaine qu’inattendue. Karine en<br />

profita pour reboire une autre gorgée de café et se donner une contenance.<br />

- J’expliquais justement à Lisa qu’elle devrait voir avec vous comment tester<br />

son nouveau programme avec des données réelles, sinon…<br />

- Parce que c’est vous maintenant l’expert en informatique du groupe?<br />

- Oh, bien sûr que non, mais j’ai préparé suffisamment de rapports<br />

hebdomadaires pour savoir qu’on a vite fait de s’emmêler avec les chiffres.<br />

Et…on n’a pas vraiment le droit à l’erreur dans ce domaine, dit-elle dans un<br />

sourire à moitié forcé<br />

- En effet, vous avez raison, on n’a pas le droit à l’erreur. Lisa venez dans mon<br />

bureau d’ici cinq minutes s’il vous plaît.<br />

Puis Mélinda disparut sans refermer la porte, ce que s’empressa de faire Lisa.<br />

- Et maintenant ? demanda Lisa.<br />

- Tu vides ta clé USB et tu te débrouilles pour qu’elle ne sache jamais.<br />

La discussion avec Mélinda fut brève.<br />

- Vous pouvez me fournir les données réelles pour mes tests ? demanda Lisa.<br />

- Vous savez où les trouver, non ?<br />

- Ben…Je pensais que c’était vous qui deviez me les fournir, mais… Dites-moi<br />

où je peux les trouver et je me débrouillerai.<br />

Mélinda la fixait, son visage avait une expression dure. Lisa ne cilla pas. La boss<br />

finit par dire :<br />

- Allez voir Serge, il vous les fournira. Vous pouvez disposer.<br />

Lisa récupéra plus tard dans la matinée les fameuses données envoyées après une<br />

brève discussion par e-mail par Serge, qu’elle ne put s’empêcher de trouver plus<br />

distant que d’habitude. A moins qu’elle ne se fasse des idées. Oui, Karine, lui avait<br />

vraiment fichu la trouille. Mais il fallait éviter de tomber dans la paranoïa. La clé USB<br />

qu’elle avait mise dans la poche de son pardessus serait déchargée sur son portable<br />

64


personnel et ensuite, elle pourrait oublier cet épisode insignifiant et si ridiculement<br />

monté en épingle.<br />

65


Chapitre 14 - LE CONCERT DE NOEL<br />

Claude Jacqin avait souhaité, comme chaque année, donner un concert avant les fêtes<br />

de Noël. Les répétitions du Sanctus de Berlioz s’étaient intensifiées et ce n’est que<br />

lorsque Lisa se sentit prête qu’elle parla du concert à Léa et Dany. Toutes deux<br />

avaient été ravies par la proposition et s’étaient retrouvées début décembre avec<br />

Marie-Claire, également venue pour écouter chanter sa tante.<br />

La petite église offrait une bonne acoustique, mais le chauffage était insuffisant. Bien<br />

avant l’arrivée des spectateurs, le chœur s’était réuni pour la mise en voix et les<br />

derniers petits réglages de circonstance. Lisa se sentait un peu nerveuse. Quant à<br />

Lucas de Bès, il semblait très concentré et s’était isolé dans un coin de la sacristie où<br />

les choristes se changeaient. Gianni s’approcha de Lisa pour s’assurer que l’élève de<br />

Madame Iliachi mettait en application les conseils de la diva pour se détendre.<br />

- En forme ?<br />

- Un peu tendue, mais je tâcherai de faire honneur à mon professeur de chant.<br />

- Tu fais déjà la fierté de son pianiste. Bonne chance ! avait-il rajouté dans un<br />

sourire, en prenant dans sa main sur celle de Lisa.<br />

Elle frissonna à ce contact. La chaleur de sa main mettait en évidence la fraîcheur<br />

relative de la pièce. Elle avait suivi des yeux Gianni qui s’éloignait pour s’installer au<br />

piano, et croisa le regard de Lucas qui n’avait rien manqué de la scène depuis sa<br />

position de repli. Elle lui sourit spontanément. Il lui rendit son sourire et ses yeux se<br />

firent moins durs.<br />

L ‘église s’était peu à peu remplie et il fut vite l’heure pour le chœur de faire son<br />

entrée. Claude Jacquin salua le public, présenta l’œuvre, puis il se tourna vers les<br />

chanteurs et attaqua : trois, quatre, et….<br />

Dany était ravie par la musique, Marie-Claire trouvait que sa tante était la plus jolie de<br />

toutes les filles du chœur, quant à Léa, elle était tout simplement subjuguée par le<br />

pianiste. Le bol que Lisa avait de voir ce superbe mec toutes les semaines ! Pour sûr,<br />

si on lui avait dit plus tôt qu’il existait des mannequins mélomanes, elle ne serait pas<br />

allée se perdre en fac de médecine !<br />

Le concert s’était fini trop tôt, elle aurait pu rester toute la soirée à se rincer l’œil.<br />

Quand Monsieur Jacquin avait présenté les musiciens à la fin du concert, elle avait<br />

bien imprimé dans sa mémoire le doux nom du pianiste. La plus belle des musiques<br />

tenait en cinq syllabes : Gian-ni Bar-tel-lo !Aussi, dès que Monsieur Jacquin eut<br />

convié les spectateurs au verre de l’amitié après le spectacle, Léa n’eut de cesse de<br />

retrouver son amie afin de glaner d’autres informations sur le sublime pianiste.<br />

Après une attente qui lui sembla interminable, Lisa finit par les rejoindre. Elle fut<br />

heureuse de retrouver sa sœur et sa nièce et leur demanda sans attendre leurs<br />

impressions sur le concert. Léa fut directe, ainsi qu’à son habitude :<br />

- Super le concert. Dis donc Lisa, il est drôlement canon le pianiste !<br />

- Qui ça, Gianni ?<br />

- Ben ouais, y’en avait pas trente-six, il me semble.<br />

- C’est vrai, il est très gentil.<br />

- Comment ça, gentil ? Je te dis canon et tu me réponds gentil ? Mais t’es<br />

devenue aveugle ou quoi ? Et il est casé ?<br />

- Je n’en sais rien. Mais tiens justement le voilà, tu n’as qu’à le lui demander.<br />

Léa commençait à l’agacer.<br />

- Gianni, viens par ici, j’ai une admiratrice à te présenter.<br />

66


- Les amies de Lisa sont toujours les bienvenues. Bonjour mademoiselle.<br />

- Un merveilleux pianiste et incroyablement galant, rien que ça ! Je suis Léa,<br />

enchantée. Et dites-moi, depuis combien d’années jouez-vous du piano ?<br />

Léa avait passé son bras sous celui de Gianni et l’avait emmené avec elle au travers de<br />

la foule pour partager en sa compagnie le verre de l’amitié.<br />

- On dirait qu’il lui a tapé dans l’œil, commenta Dany, amusée.<br />

- Ouais, super les amies qui viennent vous soutenir et se barrent avec le pianiste<br />

à la première occasion.<br />

- En tout cas, moi je trouve que t’étais la plus jolie et que c’est toi qui chantais<br />

le mieux, déclara Marie-Claire avec conviction.<br />

- Heureusement que j’ai de vrais fans qui m’aiment, répondit Lisa amusée.<br />

- Et le monsieur qui fait que te regarder, tu crois qu’il t’aime aussi ?<br />

- Où ça ? demandèrent les deux sœurs en un écho.<br />

- Eh discrétos, les filles. Là-bas, près de l’affiche verte au mur, mais regardez<br />

pas tout de suite.<br />

Elles avaient attendu d’interminables secondes avant de tourner la tête, juste assez<br />

pour ne plus trouver qu’un espace vide à l’endroit indiqué.<br />

- Et voilà, c’est bien ma chance. J’avais peut-être un admirateur et je l’ai déjà<br />

perdu. Allons plutôt boire quelque chose.<br />

- Un verre de cidre ? Jus d’orange ?<br />

Lisa n’en revenait pas. L’arrivée de Lucas de Bès et des trois verres qu’il tenait dans<br />

les mains était providentielle. Elle fit rapidement les présentations, en espérant ne rien<br />

laisser paraître de son trouble.<br />

- Lucas, un collègue de bureau. Dany, ma sœur, et sa fille Marie-Claire.<br />

- Enchantée, j’ai beaucoup entendu parler de vous.<br />

- Vraiment ? demanda Lucas en se tournant vers Lisa.<br />

- Oui, j’ai dit à ma sœur que nous étions à la même chorale et que je travaille<br />

aussi pour vous.<br />

- Votre sœur a une voix remarquable et je suis sûr qu’elle ne tardera pas à se<br />

faire remarquer au bureau aussi pour ses talents, ajouta-t-il en se tournant vers<br />

Dany.<br />

- Je sais qu’elle se donne à fond dans tout ce qu’elle fait, c’est dans sa nature.<br />

- Et…que faites-vous Lucas pour les fêtes de Noël ? demanda Lisa qui<br />

souhaitait qu’on parle d’autre chose que d’elle.<br />

- J’irai sûrement passer quelques jours au ski en Suisse, j’y vais chaque année.<br />

Et puis je resterai un peu chez moi. Et vous ?<br />

- J’irai sûrement faire un tour à la patinoire, j’y vais aussi chaque année. Et puis<br />

je resterai chez moi, et j’irai peut-être même chez ma sœur, si elle m’invite.<br />

- Oh oui, dit Marie-Claire, on mangera des châtaignes et on fera des beignets<br />

aux pommes.<br />

- Tout ça donne envie d’arriver aux vacances. Vous viendrez Lisa à la fête de<br />

Noël du bureau Jeudi prochain ?<br />

- J’essaierai. J’ai un cours de chant au même moment et je risque d’arriver en<br />

retard.<br />

- Pour une fois, vous ferez bien une exception.<br />

- On verra.<br />

- Alors je compte sur vous. Mesdames, enchanté.<br />

Lucas de Bès avait à peine tourné les talons que Gianni revenait avec Léa pour<br />

prendre aussitôt congé.<br />

- Je vous ramène votre amie. Merci d’être venues nous écouter. A bientôt Lisa.<br />

67


Puis il s’était éclipsé pour rejoindre une autre jeune fille que Lisa ne connaissait pas,<br />

laissant Léa encore sous le charme.<br />

- C’était lui qui te regardait tout à l’heure, révéla Marie-Claire.<br />

- Gianni ? C’est vrai qu’il est beau garçon, répondit sa mère.<br />

- Mais non, l’autre, le serveur avec tous les verres.<br />

- Lucas de Bès ? répéta Lisa, interloquée.<br />

- Entre les deux, y’a pas photo. Je mise sur le pianiste à trois contre un. La<br />

boutade de sa sœur déplut profondément à Lisa.<br />

- Non mais tu te crois où, à Paris turf ? Assure-toi d’abord de te trouver<br />

quelqu’un dans ta vie et peut-être qu’ensuite tu pourras après te permettre de<br />

faire des suggestions aux autres. Allez il se fait tard, merci d’être venues, moi<br />

je rentre. Bye.<br />

Elle les embrassa toutes les trois et les planta là sans plus attendre. Dany, Léa et<br />

Marie-Claire restèrent interdites. Léa ne comprenait pas pourquoi Lisa s’était cabrée<br />

quand on avait parlé du pianiste. Dany accusa le coup sans ciller. Quant à Marie-<br />

Claire, elle regardait le monsieur qui avait porté les verres suivre du regard sa tante<br />

pendant qu’elle traversait la salle pour s’en aller.<br />

68


Chapitre 15 – ET VOUS PENSEZ AVOIR FINI QUAND ?<br />

Lisa avait été sollicitée depuis quelques jours par sa patronne pour tout un tas de petits<br />

boulots administratifs qui ne lui incombaient pas, mais dont elle s’était acquittée avec<br />

patience. Le départ en vacances de la secrétaire de Mélinda pouvait largement<br />

expliquer ce surcroît ponctuel de travail. A moins, comme le pensait Karine en ellemême,<br />

qu’il ne s’agisse de mesures de rétorsion suite à l’incident récent qui n’avait<br />

pas dû échapper à Mélinda, concernant les données requises pour tester le nouveau<br />

programme d’extraction de données et de préparation des rapports.<br />

La conséquence était que Lisa n’avait pas pu effectuer ses essais et prenait donc du<br />

retard sur son planning initial de mise en œuvre.<br />

Elle décida de rattraper une partie de ce retard en effectuant quelques tests chez elle<br />

sur son portable, pendant le week-end. Elle avait récupéré la clé USB dans la poche<br />

de son manteau, déchargé les données, déroulé ses tests, puis comparé les résultats<br />

avec les rapports hebdomadaires précédents qu’elle avait stockés en mémoire sur sa<br />

clé. Curieusement, le programme semblait aller chercher les données requises mais les<br />

résultats étaient totalement incohérents quand on les comparait aux éditions<br />

précédentes. Si Lisa n’arrivait même pas à restituer l’historique des rapports<br />

précédents, on ne pourrait bien entendu pas faire confiance à son programme pour<br />

produire les tendances actuelles et les projections. Le samedi après-midi fila, puis la<br />

soirée se passa sans que Lisa puisse trouver ce qui clochait dans son programme. Elle<br />

ne pouvait que constater les différences entre les résultats de son travail et l’historique<br />

de référence qu ‘elle ne parvenait pas à reproduire.<br />

Elle décida de faire un break le dimanche, qu’elle mit à profit pour aller voir sa copine<br />

Léa. Comme il pleuvait, elles avaient décidé de rester chez elle et de préparer de la<br />

pâte à crêpes. Il fallait s’y attendre, Léa n’avait eu d’autre sujet de conversation que le<br />

beau Gianni. Lisa avait bien essayé de lui parler de ses petits soucis de travail, elle<br />

n’avait reçu en écho que de nouvelles questions sur l’adorable pianiste et ses grands<br />

yeux clairs. Quand elles avaient flambé les crêpes, Léa avait encore parlé du sublime<br />

Gianni et de son talent unique pour faire aimer la musique. Puis en fin d’après-midi,<br />

gavée par les crêpes et les délires en boucle de Léa sur Gianni le magnifique, elle<br />

avait battu en retraite, prétextant un travail à terminer. Elle rentra, prit une douche<br />

chaude, et se coucha tôt avec un livre. Il fallait qu’elle se repose et soit d’attaque pour<br />

la quinzaine à venir. Il y avait encore pas mal de choses à terminer avant la trêve de<br />

Noël. D’ailleurs pour elle, il était encore trop tôt pour prétendre à de vrais congés.<br />

Lisa était arrivée très tôt pour reprendre ses tests et essayer de comprendre ce qui ne<br />

fonctionnait toujours pas dans son programme.<br />

Mélinda aussi était matinale. Elle avait besoin d’un café et s’arrêta au passage dans le<br />

bureau de Karine et Lisa.<br />

- Bonjour Mélinda, passé un bon week-end ?<br />

- Bonjour Lisa. Alors il sera bientôt prêt ce produit miracle qui doit nous<br />

économiser des heures de travail hebdomadaire ?<br />

- J’ai bien avancé la programmation et je dois maintenant effectuer quelques<br />

tests.<br />

- Et vous pensez avoir fini quand ?<br />

69


- C’est un peu tôt pour le dire précisément mais ça ne devrait plus être long. Et<br />

puis je dois intégrer le passage à l’Euro. Disons que d’ici le début de l’année<br />

prochaine on devrait pouvoir l’utiliser.<br />

- Eh bien attelez-vous à la tâche. Maintenant qu’on en a parlé à tout le monde y<br />

compris au dix-huitième étage, il ne s’agit pas de ne pas livrer le programme<br />

attendu. Je compte sur vous.<br />

Elle avait quitté la pièce sur cette remarque glaciale. Les locaux n’étaient jamais bien<br />

chauds le lundi matin, le passage de Mélinda ne contribuait en rien à réchauffer<br />

l’atmosphère.<br />

Mélinda avait zappé le café pour à la place foncer droit au dix-huitième étage, dans le<br />

bureau de Lucas de Bès. Elle ferma derrière elle la porte et vint s’asseoir sur le coin<br />

de son bureau.<br />

- Je viens de voir Lisa. Apparemment elle est en retard sur la mise au point de<br />

son programme. Tu as une idée sur la raison de ce retard ?<br />

- Elle m’a dit la semaine dernière que tu lui avais confié certaines tâches qui<br />

l’ont mise en retard. Mais à part ça je n’ai pas détecté d’inquiétude<br />

particulière. Tu penses qu’il y a un risque quelconque?<br />

- Je ne sais pas. Au fait, je crois que quelqu’un a trafiqué mon PC il y a deux<br />

semaines mais impossible de savoir qui c’était. Et je ne me fie à personne. Je<br />

t’en parle pour que toi aussi tu sois vigilant, je ne voudrais pas d’histoire dans<br />

le service. Et pour les rapports automatisés, j’espère que cette petite garce ne<br />

nous mettra pas dans la panade.<br />

- Tu ne crois pas que c’est un petit peu excessif ? Le travail n’est pas si simple,<br />

il faut de plus qu’elle intègre tous les aspects du passage à l’Euro, et elle a<br />

beau être pleine de bonne volonté, il faut du temps pour faire les choses.<br />

- Ma parole, si je ne te connaissais pas si bien, je jurerais que tu prends sa<br />

défense.<br />

- Ne sois pas ridicule, il ne s’agit pas de ça. Restons calmes et tout ira bien.<br />

- Bien, comme tu voudras. Mais je ne te laisserai pas compromettre nos<br />

performances par excès de bienveillance envers cette fille. Alors reste sur tes<br />

gardes.<br />

La menace était à peine voilée. Et Lucas n ‘était pas sûr que l’avertissement soit<br />

purement limité au cadre des affaires. Il aurait juré avoir noté une pointe de cynisme<br />

dans les propos de sa consoeur. Et si c’était le cas, il était important de faire cesser<br />

immédiatement toute attitude pouvant contribuer à une perception erronée de sa<br />

relation envers Lisa.<br />

70


Chapitre 16 - UNE SITUATION EMBARRASSANTE<br />

Ce soir là Karine était restée bien plus tard que de coutume. Le reste de l’étage avait<br />

été déserté, la seule personne susceptible d’être encore là devant finir sa réunion à<br />

l’étage supérieur. Les couloirs étaient sombres. Elle jeta un regard sur la photographie<br />

de sa fille Chloé, posée en retrait sur le bureau à peine éclairé par la lueur de son<br />

écran d’ordinateur, et qui lui renvoya un sourire malicieux. Elle devait cependant se<br />

recentrer sur son travail et avancer le plus possible si elle voulait le lendemain<br />

Vendredi partir tôt dans l’après-midi. Elle avait prévu de faire une virée avec une<br />

amie dans la campagne champenoise mais devrait être rentrée dimanche en début<br />

d’après-midi pour récupérer Chloé. Pas de chance, elle commençait à avoir ses petits<br />

désagréments mensuels et les quelques migraines qui allaient souvent de pair. A<br />

moins que ce ne soient les bilans de Mélinda qui lui flanquent ce mal de tête. Elle se<br />

leva de son siège pour faire une pause aux toilettes. Elle longea le couloir sombre et<br />

désert, passa la salle de la photocopieuse, puis la machine à café et rentra dans les<br />

toilettes. Elle n’avait pas réalisé qu’il était si tard et c ‘est alors que Chloé l’avait<br />

appelée sur son portable. Elle traversait une période où elle avait besoin tous les soirs<br />

de parler à son père et à sa mère avant de s’endormir. Karine avait été surprise dans<br />

une position défavorable et elle avait demandé à Chloé de raccrocher pour pouvoir la<br />

rappeler dans une minute, dès qu’elle aurait fini le truc très important qu’elle était en<br />

train de faire. Chloé avait sagement raccroché et Karine s’était dépêchée de se<br />

reboutonner, tirer la chasse et de se laver les mains avant de rappeler Chloé. Puis elle<br />

s’était assise contre le mur, à côté des lavabos, et avait rappelé sa fille à qui elle avait<br />

longuement expliqué combien elle l’aimait et qu’elle était contente qu’elle ait plein<br />

d’amies à l’école. Au bout de dix minutes, elle avait senti la voix de Chloé qui<br />

fléchissait et après l’avoir embrassée une bonne dizaine de fois, elle avait fini dans un<br />

murmure en raccrochant. Puis elle s’était levée, encore baignée par la tendresse de son<br />

enfant, avait ouvert et refermé sans bruit la porte des toilettes pour prolonger dans<br />

l’obscurité du couloir l’intimité de cette conversation tendre avec sa fille.<br />

Mélinda avait entendu la chasse mais personne n’étant finalement sorti des toilettes,<br />

elle en avait déduit que l’isolation phonique entre les étages ne devait pas être si<br />

bonne. De plus les couloirs étaient sombres et les bureaux depuis longtemps désertés.<br />

Et puis plus que tout, elle avait envie de sentir en elle la virilité de son amant. La<br />

réunion qui venait de se finir avait été tendue, les résultats étaient en légère baisse par<br />

rapport aux objectifs du groupe et ses propres affaires devraient être momentanément<br />

mises en veille. Elle avait retrouvé son partenaire au 17 ème étage et lui avait trouvé<br />

l’air fatigué. Il importait de le motiver sur le champ, pas le temps de l’emmener chez<br />

elle, sans quoi son instinct le lui soufflait, il rentrerait chez lui directement et elle<br />

n’aurait pas sa dose de sauvage affection. Car c’était cela qu’elle aimait ressentir avec<br />

lui, leurs étreintes farouches, la puissance de ses membres, son apparent détachement<br />

et en même temps l’ascendant qu’elle avait sur lui. Elle était une femme de pouvoir et<br />

jusque dans sa façon de faire l’amour, elle devait avoir le dessus. Elle était prête à<br />

donner le change, elle serait même capable pour lui de susurrer de vulgaires mots<br />

tendres s’il le lui demandait, mais par dessus tout elle avait besoin qu’il soit là pour<br />

elle, quand elle le voulait. C’était une relation purement sexuelle et à vocation<br />

symbiotique. Ils avaient besoin l’un de l’autre pour des raisons différentes mais leurs<br />

deux solitudes s’étaient vite accomodées l’une à l’autre. Il y avait essentiellement les<br />

71


jeux du pouvoir et le besoin de séduction pour l’une et les séquelles d’une enfance<br />

rigide et trop peu tendre pour l’autre.<br />

Mélinda l’avait donc entraîné dans la salle de la photocopieuse prétextant dupliquer<br />

quelques documents. Il l’avait suivie sans mot dire, préparant peut-être une excuse<br />

pour s’éclipser au plus vite. Mais elle n’avait pas l’intention de le laisser faire. Il avait<br />

allumé la lumière dans la salle, elle s’était empressée de l’éteindre, en repoussant la<br />

porte de la pièce.<br />

- Je te trouve tendu ce soir. Laisse-moi m’occuper de toi.<br />

Elle s’était rapprochée de lui, avait posé sa main sur le pli de son pantalon et malaxait<br />

le membre qu’elle souhaitait sentir gonfler entre ses doigts. Il avait tenté de protester<br />

qu’il était fatigué, alors elle s’était accroupie pour défaire sa ceinture, les boutons et<br />

écarter le dernier pan de tissu. Elle lui conseilla une dernière fois de se détendre avant<br />

de passer à l’attaque. Il tenta de lutter contre l’idée d’un rapport qu’il ne souhaitait pas<br />

ce soir. Trop de soucis, trop d’images dans sa tête, trop de fatigue dans tout son corps.<br />

Mais il savait que Mélinda n’abandonnerait pas si facilement et sa bouche<br />

besogneuse avait déjà réveillé le traître qui s’était dressé sous les assauts répétés de sa<br />

langue experte. Alors pour en finir au plus vite, parce qu’il savait qu’il n’aurait pas la<br />

force de se refuser à cette étreinte, il la repoussa en arrière, souleva sa jupe et<br />

découvrit ses bas retenus par des porte-jarretelles. Ses mouvements étaient secs, il<br />

contenait à peine sa fureur de ne pas contrôler ses propres envies et la brutalité de ses<br />

gestes eut pour effet de décupler l’excitation de sa partenaire. Il la souleva et l’assit<br />

sur la table jouxtant la photocopieuse. Les rames de papier à photocopier offraient un<br />

matelas surélevé et ferme. Puis sans prendre la peine de descendre son string, il se<br />

contenta d’écarter le mince filet de dentelle avant de la pénétrer sans égards. Elle avait<br />

spontanément allongé le reste de son corps sur la table et enroulé ses pieds autour du<br />

bassin de cet homme qui lui donnait aujourd’hui encore un plaisir nouveau. Pour une<br />

fois, elle se sentait dominée et elle aimait ça. Il lui avait placé une main sur sa bouche,<br />

comme pour l’empêcher de crier. Elle l’avait poussé à bout, c’était à lui maintenant<br />

d’imposer sa voie. Le coït fut assez bref mais les gémissements étouffés qu’avait<br />

poussés Mélinda étaient révélateurs du plaisir fulgurant qu’il lui avait donné. Elle se<br />

remettait à peine de la vague de plaisir chaud dont il l’avait gratifiée que lui,<br />

rapidement rhabillé, quittait déjà la salle précipitamment après avoir lancé un rapide<br />

« Bonsoir Mélinda », sans un seul regard en arrière.<br />

Karine aurait donné dix ans de sa vie pour ne pas se trouver à cet endroit à cet instant.<br />

Elle avait été sortie de la douce rêverie qui avait accompagné sa conversation avec sa<br />

fille par la voix rauque et haletante, si différente et pourtant si caractéristique, de sa<br />

patronne. Et puis, après la panique, c’est un sentiment de curiosité qui avait pris le<br />

dessus. Les deux hommes les plus séduisants de la boîte étaient sans contestation<br />

possible Serge Amantin et Gilbert Dulac. Mélinda savait sans nul doute s’entourer et<br />

manifestement récompenser les efforts fournis, s’il s’agissait bien de Serge. Cet<br />

éphèbe à l’air toujours un peu lointain devait exciter la convoitise de sa patronne. Par<br />

contre, s’il s’agissait de Gilbert, cela expliquait pourquoi Mélinda n’hésitait pas à<br />

monter au 18 ème étage dès que l’occasion se présentait. Pourtant Gilbert était<br />

quelqu’un d’ouvert et agréable et elle n’arrivait pas à l’imaginer en train de copuler<br />

avec une folle telle que Mélinda dans la salle de la photocopieuse. D’un autre côté, il<br />

n’avait tout comme elle la garde des enfants qu’une semaine sur deux. Et puis, pour<br />

être tout à fait honnête, Mélinda avait beau être une garce de première, Karine devait<br />

néanmoins convenir que c’était une très belle garce, avec de vrais atouts pour séduire<br />

la gent masculine, pour peu qu’on aime la maturité de la quarantaine, les femmes de<br />

72


tête, les tailleurs chics et moulants, les petits seins pointus, les chignons sages sur la<br />

nuque, et pas d’aversion pour les dents longues à rayer les parquets. Ce dernier détail<br />

l’amusa presque quand elle pensa aux dégâts potentiels lors de toute intervention<br />

buccale.<br />

Karine avait pensé un moment ramper le long du couloir pour passer l’obstacle de la<br />

salle à photocopier mais se ravisa en gardant sa position de repli dans la kitchenette.<br />

La porte entrouverte laissait filtrer les modulations variées des gémissements qui<br />

trahissaient sans équivoque l’identité de Mélinda. Malheureusement, son partenaire<br />

était plus discret et Karine n’arrivait toujours pas à trancher : Serge ou Gilbert ?<br />

Gilbert ou Serge ? Ce n’est que lorsque l’homme avait quitté le réduit en prenant<br />

congé de Mélinda que Karine, reculant dans la kitchenette, avait finalement reconnu<br />

la voix du 18 ème étage. Elle n’arrivait pas à croire que ça puisse être lui. Elle n’était<br />

pourtant pas au bout de ses épreuves. Il lui fallait maintenant attendre que son boss<br />

reprenne la maîtrise de ses sens et s’éloigne à son tour. Elle irait vers son bureau, dans<br />

la direction opposée à celle de la kitchenette et Karine pourrait enfin s’en aller. Mais<br />

le sort s’acharnait. Mélinda semblait prendre un temps infini pour se remettre de ses<br />

ébats et sa respiration ne paraissait revenir à un rythme moins précipité que trop<br />

lentement. Pour finir de compliquer la situation, Mélinda avait soif. Elle émit un léger<br />

raclement de la gorge qui augura de la suite des événements. Le bruit amplifié dans la<br />

pénombre des vêtements qu’elle rajustait précéda celui de ses pas qui s’approchaient<br />

de la kitchenette. Dans un réflexe désespéré, Karine regarda autour d’elle et se glissa<br />

dans le recoin où elle manqua buter dans la poubelle en plastique. Elle la rattrapa in<br />

extremis et resta haletante, plaquée contre la paroi. Mélinda s’était approchée de<br />

l’interrupteur qu’elle actionna. La violence de la lumière éblouit Karine et Mélinda,<br />

qui l’éteignit instantanément. Maintenant que leurs yeux avaient été momentanément<br />

neutralisés, l’acuité de leur sens auditif semblait décuplé dans l’obscurité et Karine se<br />

demanda comment elle n’avait pas encore été repérée, alors qu’il lui semblait que les<br />

battements de son propre cœur remplissaient en un écho entretenu les couloirs de tout<br />

l’étage. Elle fut carrément tétanisée lorsque la sonnerie du portable retentit dans les<br />

ténèbres. Elle ne put esquisser le moindre geste, paralysée par la crainte d’être<br />

découverte. Un sentiment de panique la traversa néanmoins, d’autant qu’elle ne<br />

reconnaissait pas la mélodie. Elle ne réalisa pas tout de suite que ce n’était pas son<br />

téléphone mais celui de Mélinda qui avait sonné. En récupérant l’appareil, le bras de<br />

Mélinda frôla la main de Karine qui retint sa respiration alors qu’elle entendait les pas<br />

s’éloigner tranquillement hors du recoin cuisine puis dans le couloir. La voix avait<br />

retrouvé toute sa fermeté et diminuait peu à peu tandis que des tremblements<br />

commençaient à secouer Karine. Elle glissa le long du mur jusqu’à s’asseoir par terre<br />

puis elle tenta de se calmer. L’urgence pour elle était maintenant, de toute évidence,<br />

de quitter la cuisine puis le bureau sans qu’on remarque sa présence. Elle se releva,<br />

groggy, puis rasa les murs jusqu’à son ordinateur, qu’elle éteignit sans prendre la<br />

peine de fermer les programmes en cours. Elle se félicita de ne pas avoir laissé de<br />

lumière allumée sur sa table, saisit son pardessus qui était resté accroché sur le dossier<br />

de sa chaise puis fila jusqu’à la cage d’escalier qu’elle préféra prendre ce soir plutôt<br />

que l’ascenseur. Les dix-sept étages lui semblèrent interminables mais lui permirent<br />

de retrouver la maîtrise de sa respiration et des idées plus claires. Ce qu’elle venait de<br />

voir devait rester secret ou bien son quotidien au bureau deviendrait un enfer. Mélinda<br />

avait déjà largement démontré sa capacité de nuisance, et lors de circonstances bien<br />

moins embarrassantes que celle-ci. En ce moment, Karine venait peut-être tout<br />

simplement d’éviter de perdre son job.<br />

73


Chapitre 17 – JOYEUX NOEL !<br />

Jeudi soir, Lisa quitta le bureau pus tôt que d’habitude, non sans avoir prévenu Karine<br />

qu’elle rejoindrait l’équipe au repas de Noël après sa leçon de chant.<br />

- Je te garderai une place à côté de moi, viens vite nous rejoindre.<br />

Lisa trouvait très sympa de la part de sa collègue de vouloir la mettre à l’aise pour<br />

mieux profiter de la fête. Ce que Lisa ne savait pas, c’est que c’était la première fois<br />

en douze ans de boîte que Karine allait participer à cet événement. Elle se demandait<br />

d’ailleurs encore comment elle avait pu se laisser convaincre d’accepter ce dîner. Lisa<br />

et Gilbert avaient beaucoup insisté en prétextant qu’ils resteraient entre eux et<br />

s’amuseraient comme des petits fous. Elle les appréciait tous deux beaucoup, et au vu<br />

des récents événements elle ne verrait plus les participants avec le même regard,<br />

d’accord, mais de là à dire oui…Ce qui était sûr, c’est qu’elle aurait probablement<br />

autant besoin de la présence de Lisa ce soir que Lisa ne comptait sur sa compagnie.<br />

Le froid de décembre avait cueilli Lisa à la sortie du bureau. Il faisait déjà nuit mais le<br />

ciel était chargé de nuages et on ne voyait pas d’étoiles. Les rues fourmillaient de gens<br />

occupés à faire leurs achats.<br />

Elle avait raté de peu l’autobus et avait trotté une bonne partie du trajet. Elle était<br />

finalement arrivée hors d’haleine chez Madame Iliachi, mais pas en retard.<br />

Gianni lui avait ouvert la porte et l’avait accompagnée sans parler dans la salle du<br />

premier étage, après l’avoir débarrassée de son manteau.<br />

Madame Iliachi était d’ordinaire exigeante. Elle se montra particulièrement difficile à<br />

satisfaire ce soir-là. Puis elle disparut comme à l’accoutumée à la fin de la leçon,<br />

après avoir pris congé de façon laconique. Lisa se tourna alors vers Gianni et lui<br />

annonça qu’elle était forfait ce soir-là pour le bol de chocolat chaud. Elle devait<br />

retrouver ses collègues pour la fête annuelle de Noël et ne souhaitait pas arriver trop<br />

en retard.<br />

- Lisa, il faut que je te dise quelque chose. Maintenant.<br />

- Ca peut pas attendre la semaine prochaine ?<br />

- Je vais partir Lisa.<br />

- Quoi ?<br />

- On m’a fait une proposition pour accompagner une tournée et c’est une bonne<br />

opportunité pour me faire une expérience internationale. Et puis rien ne me<br />

retient ici.<br />

- Mais pour aller où ? Et tu pars quand ?<br />

- Je pars dès la semaine prochaine. La tournée démarre pendant les fêtes en<br />

Allemagne puis nous irons en Autriche et nous pousserons ensuite jusqu’à<br />

Prague.<br />

- Et tu reviens quand ? Et la chorale Saint-Antoine ?<br />

- Claude est prévenu, il cherche un autre pianiste. Je serai absent pendant<br />

environ trois mois.<br />

- Oh, alors ça passera vite. Bon eh bien, joyeux Noël, bonnes fêtes et…bons<br />

concerts. Elle plaqua deux bises sonores sur ses joues et descendit en trombe<br />

les escaliers, récupéra son manteau et disparut dans la nuit froide après avoir<br />

lancé au passage un « Bon Noël Mamita ».<br />

Mais Mamita avait vu le visage fermé de Gianni et elle savait que rien de bon ne<br />

viendrait dans les prochaines semaines.<br />

74


Crédit-Fians avait réservé tout une trattoria pour célébrer avec ses employés les fêtes<br />

de Noël qui approchaient. Quand Lisa arriva, elle lança un joyeux « bonsoir » à la<br />

ronde. Elle chercha des yeux Karine et Gilbert, croisa le regard de Mr Sens, Mélinda<br />

et Lucas de Bès qu’elle gratifia tour à tour d’un geste de la tête, de le main et d’un<br />

sourire, puis se dirigea vers la chaise vide que lui réservait Karine. L’ambiance était<br />

détendue et les convives semblaient apprécier la cuisine simple et savoureuse.<br />

- Allez viens par ici la Callas, lui lança Karine.<br />

- Tu chantes ? demanda Gilbert, apparemment ignorant de la passion de Lisa<br />

pour le chant choral.<br />

- Tu plaisantes ? Non seulement elle chante, mais en plus rudement bien. Un<br />

vrai petit canari des îles, à la voix colorée et chaleureuse. Elle lui plaqua un<br />

baiser sur la joue. Tu m’as manqué, je finissais par croire que tu ne viendrais<br />

pas.<br />

- Mon cours de chant n’est pas à côté, mais tu sais que pour rien au monde je<br />

n’aurais raté tout ça ! Elle embrassait du regard les lampions qui décoraient la<br />

salle et lorgnait vers le buffet chargé de petits fours, pizzas et douceurs variés.<br />

- Super, on a notre première candidate pour le karaoké de ce soir, décréta<br />

Gilbert, ravi de sa trouvaille.<br />

- Comment ça un karaoké ? demanda Karine.<br />

- Ben…. le karaoké…. Tu sais, on te donne un micro, il y a de la musique et des<br />

paroles qui s’affichent sur l’écran, et tu chantes les paroles écrites dans le<br />

micro.<br />

- Super… dit Lisa.<br />

- …ringard ! corrigea Karine, qui se demandait de plus en plus ce qu’elle était<br />

venue faire dans cette galère.<br />

- En tant que chargé de l’animation, je suis consterné du manque<br />

d’enthousiasme de mes collègues préférées. Et je ne vois à ce stade qu’un seul<br />

moyen de surmonter cette déception : chianti ! Il se saisit de la bouteille,<br />

remplit les trois verres et trinqua avec ses amies : je porte un toast à<br />

l’animateur de soirée le plus super…ringard ! Et c’est les yeux plantés dans<br />

ceux de Karine que Gilbert siffla son verre.<br />

Le tintement d’un couteau contre un verre leur fit tourner la tête. Le grand patron<br />

venait de se lever, prêt à faire un discours.<br />

- Mesdames et Messieurs, mes chers collaborateurs…<br />

- Oh non, pitié…murmura Karine.<br />

- Je sens qu’on vient de trouver une animation pire que le karaoké, commenta<br />

Gilbert dans un clin d’œil. Allez, un autre petit anti-dépresseur.<br />

- …Je suis heureux de vous compter si nombreux ce soir pour ce repas qui<br />

scelle une année de travail soutenu mais aussi couronnée de succès pour notre<br />

groupe. Comme vous le savez tous, nous fêterons prochainement les 20 ans de<br />

notre groupe et….<br />

L’intervention de M Sens menaçait de s’éterniser et Karine se laissa verser un<br />

troisième verre de chianti. Lisa était moins pressée de vider son verre, trop<br />

occupée à écouter le discours de ce grand chef qu’elle ne voyait pour ainsi dire<br />

jamais, et à observer en douce ses voisins de table, la froide Mélinda qui semblait<br />

exceptionnellement détendue ce soir et le fascinant Lucas de Bès.<br />

L’ambiance se réchauffait à mesure que le vin remplissait les verres et la bonne<br />

humeur semblait avoir gagné tout le monde, même Karine qui ne songeait plus<br />

qu’à s’amuser des remarques tantôt coquines et parfois acides que glissait Gilbert<br />

sur quelques convives éloignés.<br />

75


- Savez-vous pourquoi le primaire Monsieur Dairtal s’occupe du recrutement ?<br />

- Pare que c’est le DRH ? essaya Lisa.<br />

- Explication facile et toute faite. Non, moi je vous parle de la vraie raison.<br />

- Aucune idée, rien, je ne vois pas, niente, répondit Karine avec un léger<br />

flottement dans la voix. Le chianti était redoutablement agréable.<br />

- Presque ! En fait, s’il s’occupe de tout c’est qu’il n’est spécialiste de rien, sauf<br />

en un mot du néant.<br />

- Quel est le rapport ? demandèrent les filles d’une voix.<br />

- Eh bien, c’est l’homme du néant, Dairtal !<br />

Lisa faillit s’étrangler de rire en avalant son vin, quant à Karine, elle partit peu<br />

après dans un rire sonore qui fit tourner plusieurs têtes dans leur direction.<br />

Gilbert comprit qu’il était temps de bouger sous peine de voir les effets du Chianti<br />

devenir dévastateurs.<br />

- Si vous voulez bien m’excuser, je pense qu’il est temps de passer aux choses<br />

sérieuses.<br />

Il se leva et alluma une sono qu’il avait apportée et installée dans un coin du<br />

restaurant. Les quelques enregistrements qu’il avait préparés lui éviteraient de<br />

faire le disc-jockey. Il aurait regretté ce soir de ne pas pouvoir profiter de la danse<br />

avec ses amies.<br />

Les premières notes canalisèrent l’attention de l’assemblée, mais comme personne<br />

ne se levait pour aller danser, il alla chercher Karine et poussa un collègue à<br />

inviter Lisa. C’est ainsi que devant une cinquantaine de paires d’yeux rivés sur<br />

eux, ils s’élancèrent dans des trémoussements rythmés qui devinrent rapidement<br />

contagieux. Mélinda s’était levée et venait les rejoindre avec Serge Amantin pour<br />

profiter d’une samba qu’ils exécutèrent à la perfection.<br />

- On dirait qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai, murmura Karine à l’oreille<br />

de Gilbert.<br />

- C’est le fruit d’un long entraînement, à chaque repas de fin d’année. Tu vois,<br />

si tu étais venue régulièrement toi aussi, comment tu danserais maintenant.<br />

- Oui mais elle a un cavalier… on dirait un pro, lui !<br />

- Tu vas voir ce que je peux faire, moi, et en une seule soirée ! Il l’avait serrée<br />

au plus près et chaloupait au rythme des trompettes et des maracas.<br />

Lisa avait eu moins de chance avec son partenaire, très gentil mais finalement<br />

assez peu doué pour la danse. Elle s’était donc repliée vers le buffet où elle<br />

réfléchit quelques instants avant de saisir un moelleux au chocolat.<br />

- Vous vous amusez bien Lisa?<br />

La voix grave l’avait surprise. Flagrant délit de gourmandise. Elle se retourna, le<br />

rose aux joues. Nul n’aurait pu dire si c’était le vin ou la danse, mais elle avait ce<br />

regard brillant qui la rendait particulièrement jolie.<br />

- Bonsoir Lucas. Oui, c’est très réussi comme soirée. Dommage qu’on ne puisse<br />

pas trop prolonger, sinon demain le réveil risque d’être difficile.<br />

- La semaine est presque finie, détendez-vous. Je constate que non seulement<br />

vous êtes mélomane, mais en plus vous dansez de façon charmante.<br />

- Oh merci, c’est beaucoup dire, mais j’aime bien.<br />

- Alors profitez-en. Il opta pour un ramequin de tiramisu et rejoignit sa chaise. Il<br />

lui sembla encore plus beau et inaccessible que d’habitude.<br />

Lisa était allée chercher refuge aux toilettes pour se redonner une contenance. Elle en<br />

profita pour se brosser les cheveux avec la brosse « Lucas » qui ne quittait plus son<br />

76


sac. Elle fit un sourire à sa patronne qui venait de rejoindre les commodités, se lava<br />

les mains puis regagna la salle.<br />

La soirée s’était prolongée assez tard et Karine et Lisa étaient restées jusqu’au bout<br />

pour aider Gilbert à ranger son matériel hi-fi. Il n’y avait finalement pas eu de<br />

karaoké, les convives ayant largement plébiscité la danse. Pendant qu’ils<br />

débranchaient les câbles et voulant profiter des connaissances de Gilbert, Lisa lui<br />

soumit les difficultés qu’elle avait rencontrées en voulant effectuer chez elle les tests<br />

sur son nouveau programme.<br />

- Je ne comprends pas pourquoi au boulot ça marche alors que chez moi je<br />

n’arrive pas à reproduire les bons chiffres.<br />

- Et qu’est-ce qui est différent au boulot de ce que tu fais chez toi ? demanda<br />

Gilbert, concentrant toute l’attention qui lui restait sur la question de Lisa,<br />

malgré l’heure avancée et la fatigue qui se faisait pesante. .<br />

- Eh bien, en fait, je ne sais pas si ce sont bien les mêmes données.<br />

- Tu sais, il y a des back-up de tous les systèmes informatiques et souvent nous<br />

ne travaillons que sur une copie de la base qui est réactualisée chaque nuit.<br />

- Et qui a accès au système central, celui à partir duquel sont recopiées toutes<br />

les informations ?<br />

- A ma connaissance le big boss, Mélinda, Lucas, et peut-être Serge. Mais je ne<br />

vois pas pourquoi les données que tu utilises au travail seraient différentes de<br />

celles que tu utilises chez toi.<br />

- Bon et bien voilà, nous avons fini de tout ranger et maintenant nous allons<br />

arrêter de parler travail et rentrer chez nous pour aller nous coucher, coupa<br />

Karine qui ne souhaitait pas voir déraper la discussion sur l’initiative<br />

malheureuse de Lisa copiant un fichier sur l’ordinateur de son chef.<br />

- Tu as raison. Lisa, tu veux que je te ramène ? De toute façon je vais aussi<br />

raccompagner Karine.<br />

- Volontiers. Tu auras besoin d’aide pour décharger ton matériel ?<br />

- Je m’en charge, coupa Karine. Maintenant, il urge de rentrer, le réveil sonnera<br />

bien assez tôt au matin.<br />

Le retour se fit dans le silence. Lisa s’était assoupie quand Gilbert l’arrêta au bas de<br />

son immeuble. Elle remercia dans un sourire, souhaita bonne nuit à ses amis, puis<br />

s’engouffra par la porte ouverte grâce au sésame magique du digicode.<br />

Quand ils arrivèrent au domicile de Gilbert, Karine savait déjà qu’en acceptant de<br />

l’aider à décharger son matériel, elle avait accepté l’idée de rester chez lui pour<br />

terminer la nuit.<br />

Après avoir monté tous les cartons, elle lui demanda la permission de squatter le<br />

canapé. Il lui laissa galamment sa chambre et elle s’affala sans tarder sur la couette et<br />

l’oreiller, avant de sombrer dans un sommeil lourd.<br />

Les fêtes de Noël avaient été calmes. Les bureaux étaient presque vides et Mélinda<br />

avait pris soin de laisser une grande quantité de dossiers à trier, compléter et classer,<br />

ce qui assurait quelques journées bien chargées à Lisa.<br />

Elle avait passé Noël avec son père chez Dany et Marie-Claire. Elle avait reçu un<br />

appel de Gianni, qui lui racontait sa tournée allemande. Il donnait un concert ce soir-là<br />

à Hambourg. Le fond de l’air était gelé et la plupart des gens qui se promenaient<br />

revêtaient casquettes et chapeaux bien enfoncés jusqu’aux oreilles. Même les coureurs<br />

faisant dans l’après-midi leur footing en plein centre ville autour de l’Alster, ce grand<br />

lac cerné d’une auréole de verdure, portaient un bonnet pour se protéger des morsures<br />

77


du froid. Elle était contente de l’entendre. Il avait l’air heureux de découvrir le nord<br />

de l’Europe, lui dont les origines l’avaient toujours amené à prendre ses vacances<br />

dans le sud, parfois en Espagne, sinon en Italie. Il lui demanda comment ça allait, si<br />

les répétitions à la chorale se passaient bien. En fait un nouveau pianiste était<br />

intervenu pendant une séance, puis la trêve des vacances avait interrompu le cycle des<br />

répétitions. De même, elle ne retournerait pas chanter chez Madame Iliachi avant le<br />

début du mois de Janvier. Le professeur maintenait ses cours malgré l’absence de son<br />

pianiste, mais Lisa n’y allait plus qu’une fois par semaine. Elle lui souhaitait de<br />

profiter de la tournée et l’embrassait bien fort. Lui comptait sur elle pour progresser<br />

encore en chant et l’émerveiller quand il rentrerait. Il l’embrassait aussi. De tout son<br />

coeur.<br />

Puis retour au bureau, avec son lot de dossiers à classer, et toujours ces chiffres<br />

qu’elle n’arrivait pas à aligner et faire coïncider dès qu’elle s’attelait à tester son<br />

nouveau programme. Cette sensation d’échec était nouvelle pour elle, et troublante.<br />

Enfin le réveillon de la Saint Sylvestre était venu. Il avait lui aussi apporté sa surprise.<br />

Lisa avait accepté l’invitation de Léa, qui l’avait emmenée dans une soirée organisée<br />

par des copains de la fac. La réputation de noceurs des étudiants en médecine n’était<br />

pas usurpée. Lisa s’était bien amusée, presque autant que Léa qui semblait avoir<br />

complètement oublié le beau Gianni dans les bras d’un apprenti dentiste en herbe. Il<br />

avait pris d’assaut la jeune fille et semblait par ses baisers prolongés et inquisiteurs<br />

vouloir lui faire un détartrage en règle, sans autre outil que son muscle buccal<br />

particulièrement entreprenant.<br />

Lisa n’avait pas manqué de soupirants. Elle avait mis sa robe noire (le modèle<br />

« Gianni ») , portait une veste rose qui mettait en valeur son teint et des boucles<br />

d’oreille diamant qui faisaient illusion.<br />

La musique était bonne, l’atmosphère très enfumée, mais le jardin de la maison offrait<br />

une agréable et bien moins sonore alternative. Ce garçon qui la fixait depuis deux<br />

bonnes minutes avait fini par s’approcher et lui demander du feu.<br />

- Désolée je ne fume pas.<br />

- Ca tombe bien, je voulais arrêter. Tu es venue seule ?<br />

- Non, accompagnée.<br />

- Et pourquoi n’est-il pas avec toi ? A sa place, je ne prendrais pas le risque de<br />

te laisser seule.<br />

- Tu veux dire à la portée du premier venu ? Pas de problème, je n’ai plus peur<br />

du loup depuis longtemps.<br />

- Tu es aussi en médecine ?<br />

- Non, je travaille.<br />

- Dans quoi ?<br />

Le téléphone de Lisa sonna ce qui lui permit d’interrompre un échange qu’elle ne<br />

souhaitait pas prolonger.<br />

- Excuse-moi s’il te plaît. Allo ?<br />

- …..<br />

- Oh, bonsoir Lucas. Comment ça va ?….Elle s’éloigna de quelques pas pour<br />

être plus tranquille, puis susurra : oui je suis avec des amis, enfin, plein de<br />

gens que je ne connais pas, pour être plus exacte. …Je vous remercie. Moi<br />

aussi je vous souhaite une bonne fin de soirée. Et bonne année ! Puis elle<br />

raccrocha, encore grisée par la surprise. Elle sentit la présence de l’autre<br />

derrière son dos et tenta de s’en défaire une bonne fois pour toutes.<br />

78


- Moi aussi je t’aime mon amour, à tout à l’heure, dit-elle dans le téléphone.<br />

Puis elle le rangea dans son sac.<br />

- C’était ton mec ?<br />

- Ben oui. Bon, contente de t’avoir connu…<br />

- Steph.<br />

- Contente donc de t’avoir connu…Steph, et bonne année !<br />

Il fallait qu’elle rentre. Elle avait besoin de calme pour revivre en boucle ces quelques<br />

secondes de bonheur. Lucas était rentré de Suisse, Lucas pensait à elle, Lucas venait<br />

de l’appeler et Lucas lui manquait en ce moment plus que tout.<br />

Ce n’était pas évident de retrouver Léa dans cette cohue, mais elle avait repéré le<br />

jaune citron de la chemise de mister détartrage, ce qui lui permit de rejoindre Léa et<br />

de lui expliquer très sobrement que la soirée était super mais qu’elle devait rentrer et<br />

qu’elle l’appellerait le lendemain chez elle.<br />

Elle avait d’abord marché pour retrouver ses esprits et pris un taxi pour échapper à la<br />

nuit froide. Elle venait à peine de rentrer chez elle quand minuit sonna. Elle laissa la<br />

chambre éteinte et se prit à rêver, en regardant les lumières de la ville en fête, que son<br />

âme sœur était en ce moment avec elle. Elle sentait ses bras, sa chaleur, sa force, sa<br />

douceur, et elle s’endormit portée par un songe d’amour et de bien-être. 2001<br />

commençait sous les meilleurs auspices.<br />

79


Chapitre 18 – A NOS 20 ANS !<br />

La secrétaire de Mélinda était rentrée, mais Lisa était toujours sollicitée sur des tâches<br />

qui ne lui incombaient pas en temps normal. Mélinda l’avait initiée à la relance<br />

clients, prétextant ainsi diversifier son expérience. En fait, si elle avait souhaité que<br />

Lisa n’aboutisse pas dans ses propres objectifs, elle n’aurait pas opéré autrement.<br />

Karine était vraiment inquiète et se demandait dans quelle mesure sa patronne ne<br />

préparait pas un argumentaire pour démontrer que Lisa ne remplissait pas son rôle. Il<br />

restait deux mois de période d’essai à Lisa et ce n’était pas le moment de se faire<br />

rétamer pour objectifs non atteints, quand par ailleurs on lui faisait faire un travail<br />

considérable dont elle s’acquittait au demeurant fort bien.<br />

Janvier s’était étiré, long et glacial, puis février avait pris la relève, presqu’aussi long<br />

et largement aussi froid.<br />

Heureusement pour Karine, sa vie avait changé depuis qu’elle s’était rapprochée de<br />

Gilbert. Elle n’avait pas forcément fait les choses dans le bon ordre, à commencer par<br />

dormir dans son lit même si lui n’y était pas. Mais il s’était avéré d’une douceur et<br />

d’une patience infinies. Et plus que tout, il était incroyablement drôle. Alors ils se<br />

voyaient régulièrement, prenaient leurs repas ensemble et se consultaient pour des<br />

achats importants, du genre choisir la lampe de chevet pour la table de nuit ou le<br />

bibelot pour remplacer le vase cassé par une amie de Chloé dans le salon.<br />

Ils allaient parfois ensemble au cinéma quand ils n’étaient pas de garde pour les<br />

enfants.<br />

- Pourquoi t’es-tu séparé ? avait demandé Karine, intriguée qu’un homme aussi<br />

bon et solide ne soit pas resté en ménage.<br />

- C’est ma femme qui souhaitait divorcer. Elle avait cessé de travailler à la<br />

naissance des garçons. Après trois ans d’interruption, elle a repris un boulot<br />

d’assistante et après tout a basculé.<br />

- Pourquoi ?<br />

- Je suppose que son nouveau patron a réussi à la convaincre qu’elle avait un<br />

potentiel et qu’elle méritait mieux comme projet, comme carrière, comme vie.<br />

- Et donc probablement aussi comme mari.<br />

- Probablement.<br />

- Je ne sais pas ce que vaut son patron, mais moi je sais ce que toi tu vaux. Tu es<br />

un merveilleux….Elle s’approcha de son oreille et lui glissa dans un sourire :<br />

organisateur de soirée chianti. Il sourit.<br />

- Alors je comprends mieux.<br />

- Quoi ?<br />

- Que ça n’ait pas suffi à retenir ma femme.<br />

- Alors tant pis. Ou plutôt tant mieux.<br />

Elle se tenait à quelques centimètres de son visage et le fixait intensément de ses yeux<br />

bleu-vert. Gilbert était adorable, mais excessivement prudent. Jamais il ne tentait le<br />

moindre geste ou la moindre allusion qui aurait pu trahir une envie de sauter le pas,<br />

entre une relation amicale et la passion amoureuse. Il fallait qu’il sache qu’elle avait<br />

apprécié son amitié rassurante et apaisante. Mais aujourd’hui, à l’instant présent,<br />

Karine venait de comprendre que ça ne lui suffirait plus. Elle prenait donc les devants<br />

pour forcer leur destin et donner à cet homme l’audace de l’aimer et de la rendre<br />

pleinement heureuse.<br />

80


Crédit –Fians se préparait à fêter ses 20 printemps, ce qui se traduirait concrètement<br />

par un pot organisé par la direction et un nouveau discours obséquieux et rasoir de M<br />

Sens à tout le personnel. Mi-mars arriva, catapulté entre les giboulées et les nouvelles<br />

offres de crédit pour le printemps. Donnez vie à vos envies, ne vous privez pas, vous<br />

méritez d’être heureux, faites-vous plaisir…. Le recours au prêt avait le vent en<br />

poupe, les demandes et dossiers s’accumulaient, et Crédit-Fians tenait à renforcer sa<br />

part du gâteau. Il fut donc énorme, le croquant chocolat mousse de fruits exotiques,<br />

que le personnel put admirer pendant le laïus de Monsieur Sens.<br />

Ce discours là fut à la hauteur de toutes les attentes, et même au-delà. Le personnel<br />

commençait à avoir la bouche sèche et se demandait comment leur patron pouvait<br />

parler aussi longtemps sans se déshydrater.<br />

Lisa, Karine et Gilbert se tenaient dans un coin de la cafétéria où avait été dressé le<br />

buffet avec les coupes de champagne et le fameux gâteau d’anniversaire.<br />

- A nos 20 ans !…Et nous espérons tous bâtir avec la même passion et la même<br />

réussite, ensemble avec nos collègues américains et asiatiques, les vingt<br />

prochaines années de notre groupe. Santé et prospérité à Crédit-Fians et à son<br />

personnel! Monsieur Sens avait saisi une coupe de champagne, qu’il leva en<br />

direction de l’auditoire, avant de la porter à ses lèvres.<br />

- On croise les doigts, avait lancé Lisa, presque mécaniquement.<br />

- Vous êtes superstitieuse Lisa ? demanda Mélinda qui se trouvait juste assez<br />

près pour avoir saisi la remarque. Les gens s’étaient massivement rapprochés<br />

de la table et se mélaient aux conversations naissantes.<br />

- Non, oui, enfin, c’était une façon de parler. Pour souhaiter bonne chance au<br />

groupe et à ses employés.<br />

- Moi je ne crois pas à la chance. Je ne crois qu’au travail. Et à la loyauté.<br />

- Ce sont d’excellentes valeurs, en effet. Lisa acquiesçait, mais ne voyait<br />

vraiment pas où Mélinda voulait en venir.<br />

- Vous savez sûrement que les niveaux de superstition dans les groupes sociaux<br />

sont inversement proportionnels à leur niveau d’évolution. Autrement dit, les<br />

peuples les plus superstitieux sont aussi les plus primitifs.<br />

- Cela semble logique, même si j’avoue ne pas avoir une grande connaissance<br />

en peuples primitifs. La discussion commençait à prendre un tour surréaliste.<br />

- Je suis allée plusieurs fois en Afrique. Beaucoup de peuplades plus ou moins<br />

sauvages ont toutes sortes de superstitions et vivent suivant les traditions<br />

millénaires de leurs ancêtres.<br />

- Ce qui ne les empêche probablement pas de croire aux valeurs du travail et de<br />

la loyauté, tout comme vous. Mélinda ignora sa remarque qui frisait presque<br />

l’impertinence.<br />

- Imaginez que certaines tribus pensent même que par certains objets, on peut<br />

s’attacher des personnes durablement. Mon ami m’avait offert l’un de ces<br />

objets au cours d’un de nos voyages. Comme si la magie pouvait nous assurer<br />

un attachement éternel. Qu’en pensez-vous ? Vous croiseriez les doigts pour<br />

un tel destin ? En disant cela, elle avait détaché puis remis en place sa<br />

chevelure tenue par une longue épingle en bois.<br />

- Je vous souhaite tout le bonheur que vous méritez, Mélinda. Vous souhaitez<br />

une coupe de champagne ? Elle était saisie d’un malaise indéfinissable et<br />

aurait plus que tout souhaité ouvrir une fenêtre et respirer un peu d’air frais.<br />

- Oui, vous avez raison. Nous sommes là pour célébrer les 20 ans de Crédit-<br />

Fians. Et la fin de votre période d’essai. Bienvenue parmi le personnel du<br />

groupe.<br />

81


- Merci Mélinda. Lisa trouva la force de lui servir un sourire béat, avant de<br />

s’excuser et de tourner les talons pour rejoindre la tranquillité des toilettes, qui<br />

seraient une fois de plus salvatrices et lui permettraient de dissimuler son<br />

paradoxal désarroi, alors même qu’on venait de l’accueillir définitivement au<br />

sein de la société.<br />

82


Chapitre 19- CONCERT DE PRINTEMPS<br />

Les dernières répétitions avec Claude Jacquin avaient été particulièrement soutenues.<br />

Il souhaitait que l’interprétation de la merveilleuse Misa Criolla que Lisa et Lucas lui<br />

avaient proposée pour le répertoire du chœur soit parfaite.<br />

- « Tu solo altissimo Jesu Cristo » lançaient les alti, aussitôt repris en écho par<br />

les soprani.<br />

Il y avait de la joie et du dépaysement dans ce chant à la gloire du Créateur. Grâce à<br />

son exigence et au soutien de Gianni au piano, rentré de sa tournée hivernale, Claude<br />

commençait à percevoir toutes les nuances qu’il attendait au niveau de l’exécution par<br />

sa troupe. La date du concert approchait, il ne restait que peu de temps pour corriger<br />

les toutes dernières petites imperfections.<br />

- Nadège, moins lourd. Les ténors, bien ensemble. Jean-Jacques, tu démarres un<br />

poil trop tôt.<br />

Ils avaient fini plus tard ce soir-là. La générale était prévue pour le samedi après-midi<br />

à quatorze heures, le concert ne commencerait qu’à vingt et une heures.<br />

Lisa avait convié Dany et Marie-Claire à venir assister à la représentation. Elle en<br />

avait aussi parlé au bureau. Karine et Gilbert avaient semblé intéressés, d’autant<br />

qu’aucun d’entre eux ne devait garder les enfants ce week-end là.<br />

Finalement, le public avait été présent au rendez-vous. La petite église était bondée et<br />

les chaises supplémentaires qui avaient été rajoutées suffisaient à peine à assurer une<br />

place assise pour tout le monde. L’air était encore froid à l’extérieur, mais cette fois-ci<br />

le chauffage de la chapelle suffisait à faire oublier les frimas persistants de cette fin<br />

d’hiver. La foule compacte contribuait aussi à réchauffer l’atmosphère.<br />

Le chef de chœur était apparu, très élégant, en costume noir et nœud papillon<br />

fantaisie, tandis que les choristes étaient tous en noir et blanc : chemises blanches et<br />

costumes noirs pour les hommes, blouses claires et jupes longues ou pantalons<br />

sombres pour les dames.<br />

Deux guitaristes et un percussionniste étaient venus soutenir le pianiste.<br />

Lisa avait vu sa sœur arriver, accompagnée de sa fille et d’un ami, plutôt beau garçon.<br />

Elle avait aussi adressé un petit geste de reconnaissance à Karine et Gilbert, venus<br />

tous deux pour l’encourager. Elle était heureuse que ces deux-là se soient trouvés, ils<br />

allaient vraiment bien ensemble. La surprise fut par contre totale quand elle aperçut<br />

Mélinda assise au troisième rang. Elle n’aurait jamais pensé que sa patronne puisse<br />

s’intéresser à ses activités extra-professionnelles, au point de venir l’écouter chanter<br />

avec sa chorale. Elle lui adressa un sourire discret. Elle balaya la salle du regard puis<br />

vit Gianni lui adresser un clin d’œil. Elle détourna la tête à cet instant et croisa le<br />

regard de Lucas, posé sur elle. Il lui sourit, elle lui renvoya la même forme<br />

d’encouragement avant d’attaquer les premières notes.<br />

Le concert fut très réussi. Les applaudissements fournis du public avaient conforté<br />

l’appréciation que Claude avait portée sur la prestation de qualité de ses chanteurs. A<br />

la fin de l’œuvre, après que la toute dernière note se soit tue, il leur avait adressé un<br />

sourire de satisfaction avant de se tourner ver le public pour leur annoncer qu’un pot<br />

de l’amitié était organisé dans la salle du presbytère, attenant à l’église.<br />

Lisa avait rejoint ses amis et s’était fait présenter Franck. Elle l’avait immédiatement<br />

trouvé sympathique, sans manquer de remarquer ses attentions discrètes pour Dany.<br />

Comment sa sœur pouvait-elle renvoyer une telle quasi-indifférence pour les égards<br />

dont il les couvrait avec Marie-Claire ? Il leur avait cherché des boissons, s’assurait<br />

83


qu’ils n’étaient pas trop bousculés malgré la promiscuité dans cet endroit exigu. Dany<br />

le remerciait poliment mais focalisait son attention sur Lisa et ses collègues. Jusqu’à<br />

ce que Gianni les rejoigne.<br />

- Dany, tu te souviens de Gianni ?<br />

- Bien sûr, tu nous avais présentés au concert de Noël.<br />

Dany sut instantanément à sa façon de la regarder ce que Lisa semblait ignorer. Ce<br />

garçon était amoureux d’elle, sans aucun doute possible. Comment ne l’avait-elle pas<br />

deviné ? Pire, comment pouvait-elle résister à ce regard intelligent et à son sourire<br />

craquant ?<br />

Marie-Claire eut à ce moment un besoin pressant, Franck partit l’aider à trouver les<br />

toilettes. Gilbert et Karine étaient allés saluer Lucas. Une jeune femme s’était<br />

approchée de Gianni et avait lancé une discussion animée. Les deux sœurs s’étaient<br />

subitement retrouvées comme en tête-à-tête au milieu de la foule qui discutait en<br />

sirotant et grignotant.<br />

- Félicitations ma chèrie.<br />

- Merci, alors le concert t’a plu ?<br />

- Oui, bien sûr, c’était vraiment très réussi. Mais Lizzy…je ne parlais pas que<br />

du concert.<br />

- Comment ça ?<br />

- Je te félicite aussi pour le pianiste. Il est charmant.<br />

- Qui ça, Gianni ? Mais qu’est-ce que ça vient faire ici ?<br />

- Ne me dis pas que tu n’as pas remarqué comment il te regarde. Dany avait au<br />

même instant tourné ses yeux vers le jeune homme, très absorbé par sa<br />

conversation.<br />

- Ecoute, je t’arrête tout de suite. Ce n’est pas ce que tu crois. On aime la<br />

musique, on chante ensemble, on s’amuse bien tous les deux, mais c’est tout.<br />

- A mon avis, si tu veux faire plus que t’amuser avec lui, n’hésite pas, il semble<br />

tout à fait prêt.<br />

- Tu deviens lourde, Dany. Et puis d’ailleurs qu’est-ce que tu y connais, toi, à ce<br />

que veulent les hommes ?<br />

- Ne te fâche pas Lisa, ce garçon me semble très bien et je suis contente pour<br />

toi, c’est tout.<br />

- Et Franck, c’est qui pour toi ?<br />

- Il ne s’agit pas de Franck, c’est un ami, ça n’a rien à voir.<br />

- Mais si, au contraire, ça a tout à fait à voir. Tu crois que je n’ai pas remarqué<br />

moi, comment il te regarde ?<br />

- Je t’assure qu’il n’y a rien et qu’il n’est pas question de quoi que ce soit entre<br />

nous.<br />

- Vu la froideur avec laquelle tu le traites, y’a pas de surprise. Je te<br />

soupçonnerais même de tout faire pour le décourager<br />

- Qu’est-ce que tu veux dire ? Le ton de Dany s’était durci.<br />

- Rien. Mais au lieu de m’expliquer comment m’y prendre dans ma vie<br />

amoureuse, je pense que tu devrais balayer devant ta porte et laisser y rentrer<br />

un homme. Après seulement tu pourras me donner tes conseils.<br />

Lisa tourna les talons et rejoignit ses collègues, en pleine discussion avec Mélinda et<br />

Lucas de Bès.<br />

Dany fut très contrariée par cette conversation. Elle ne voyait pas souvent Lisa et<br />

regrettait cet accrochage. D’autant que c’était le deuxième du genre en de telles<br />

circonstances. Elle donna le change quand Franck et Marie-Claire la rejoignirent.<br />

Surtout, elle s’attacha à être plus attentive et agréable envers Franck. Il ne fallait pas<br />

84


que lui aussi, par un sursaut d’humeur, se mette à lui renvoyer son manque de chaleur<br />

à la figure. Elle ne l’aurait pas supporté.<br />

85


Chapitre 20 - PRATIQUES ABUSIVES<br />

Lisa avait renoncé à comprendre pourquoi son programme marchait au bureau avec<br />

les données envoyées par Serge Amantin alors que chez elle, elle ne pouvait<br />

reproduire l’historique des données rassemblant l’ensemble des crédits, sommes<br />

versées et restant dû par les clients. La version avait néanmoins été soumise en l’état à<br />

Mélinda et Lucas, qui n’avaient pas semblé remarquer une quelconque anomalie et<br />

avaient même été satisfaits par son travail. Ce qui lui avait valu d’autres demandes.<br />

Maintenant que Gianni était de retour, Lisa espérait reprendre les cours de chant bihebdomadaires<br />

et aussi retrouver avec un réel plaisir les chocolats chauds et leurs<br />

conversations du jeudi soir. Peut-être même bientôt changer d’habitude et passer au<br />

bol de chocolat froid. Mamita semblait fatiguée par le passage à l’heure d’été mais<br />

très heureuse d’avoir retrouvé son petit-fils.<br />

Karine et Gilbert semblaient filer le parfait amour, mais restaient discrets au travail<br />

sur l’évolution de leur relation. On les savait bons camarades tous trois avec Lisa et<br />

personne n’avait besoin de savoir qu’ils avaient décidé d’emménager ensemble pour<br />

refonder une vraie famille. Seule Lisa, qui les avait mis en présence, était dans la<br />

confidence et elle se réjouissait de leur amour sincère et sans complication.<br />

Ce samedi-là, Chloé était invitée à un anniversaire qui ne se terminerait que dans trois<br />

bonnes heures et les amoureux avaient profité de la météo clémente pour aller au<br />

square avec les garçons de Gilbert. Le soleil franc apportait les premières nuances de<br />

chaleur et les enfants profitaient du parc pour courir et se dépenser.<br />

Karine et Gilbert étaient assis sur un banc et lézardaient au soleil. Il faisait bon, ils<br />

étaient bien, attentifs aux jeux des enfants et sereins.<br />

Leur attention fut attirée par une conversation entre deux gamins, non loin du banc où<br />

ils étaient assis.<br />

- Alors tu me le donnes mon fric ?<br />

- J’peux pas, mon père m’a baissé l’argent de poche et j’ai pas assez.<br />

- Et alors, comment je le récupère mon blé ? Déconne pas avec moi, ou j’te fais<br />

des ennuis graves.<br />

- Je peux peut-être te payer un peu moins cette semaine et pour les autres on<br />

verra.<br />

- Combien ?<br />

- Disons dix francs au lieu de trente ?<br />

Après un rapide calcul, le prêteur décréta :<br />

- Alors écoute. OK pour baisser à dix francs mais tu devras me payer jusqu’à<br />

l’été.<br />

- Quoi, mais c’est du vol, ça fait quarante francs! avait décrété le débiteur, après<br />

avoir compté sur ses doigts.<br />

- Et comment tu crois qu’elles font les banques ? Ou tu me files mon fric<br />

maintenant, ou tu payes pour avoir un délai, c’est tout.<br />

Karine s’était redressée sur le banc, comme mue par un ressort.<br />

- Ca va ? lui demanda Gilbert, surpris par la brusquerie de son mouvement.<br />

- Je crois que je viens d’avoir une idée.<br />

- A quel sujet ? Le repas de ce soir ? La date de notre mariage ? Comment<br />

vaincre la faim dans le monde?<br />

86


- Peut-être pas vaincre la faim dans le monde, mais peut-être expliquer ce qui<br />

cloche dans les comptes de Lisa. Il y a quelque chose d’important que je dois<br />

te dire.<br />

Et elle lui expliqua comment Lisa avait récupéré sans penser à mal des données<br />

sur le PC de Mélinda, et comment elle-même avait pu constater que ces données<br />

ne collaient pas du tout avec les comptes qu’ils retravaillaient chaque semaine<br />

pour faire les rapports de status des crédits en cours.<br />

- Qu’est-ce que tu essayes de me dire ?<br />

- Voilà ce que je crois. Et la théorie qu’elle exposa le laissa sidéré.<br />

- Rien que ça ? Mais enfin Karine, tu te rends compte de ce que tu dis ? Ca n’a<br />

pas de sens !<br />

- Je sais. Pourtant, je n’ai pas d’autre explication. Et la seule façon de savoir,<br />

c’est de tout reprendre mais avec un autre point de vue.<br />

- Mais c’est dingue !<br />

- C’est possible. Mais je veux en avoir le cœur net.<br />

87


Chapitre 21 - DANY FAIT UNE TENTATIVE<br />

Les semaines s’étaient succédées encore plus rapidement depuis l’arrivée du<br />

printemps. Au rythme des jours qui rallongeaient, la vie de Dany avait trouvé une<br />

nouvelle ampleur. Non pas qu’elle eût fait plus de choses qu’auparavant, mais une<br />

sorte de sérénité semblait l’avoir gagnée. Elle voyait de temps en temps Franck quand<br />

il venait au Nautilus siroter une bière tout en lui tenant compagnie.<br />

Ils avaient découvert au hasard de l’une de leurs discussions qu’ils avaient tous deux<br />

habité dans le Loiret avant de déménager vers la région parisienne, ce qui les avait<br />

rapprochés d’une certaine façon. Il arrivait exceptionnellement à Franck, en fin de<br />

semaine, de s’attarder jusqu’à la fermeture mais la plupart du temps il repartait au<br />

bout d’une heure ou deux. Il avait des travaux de réfection conséquents en cours et ne<br />

pouvait se permettre de veiller tard systématiquement. En fait, cela faisait longtemps<br />

qu’il avait commencé à retaper cette bicoque. Il y vivait maintenant depuis plusieurs<br />

années. Sa vie alternait entre son travail de décorateur qui le monopolisait pendant les<br />

semaines, tandis que les travaux occupaient ses soirées.<br />

Il semblait être doué dans son métier. Il avait fini par se faire un nom, une clientèle, et<br />

il avait finalement pris la décision de monter sa propre entreprise. Il avait pour cela<br />

aménagé la grande pièce de sa maison, celle qui correspondait anciennement à la<br />

salle-à manger. Il avait restauré la pierre apparente, poncé puis reverni les poutres du<br />

plafond leur rendant ainsi leur beauté d’origine, puis replâtré une partie des murs qu’il<br />

avait peints en blanc. L’ensemble était sobre mais merveilleusement éclairci par une<br />

verrière qu’il avait installée, agrandissant l’emplacement dévolu au velux d’origine.<br />

Le carrelage posé de biais et qu’enrichissait une frise centrale était fonctionnel et<br />

donnait à l’ensemble un caractère à la fois rustique et sophistiqué. C’est dans cette<br />

pièce que Franck accueillait ses clients, présentait les échantillons, préparait ses<br />

compositions et ses devis ou encore éditait ses factures et réglait ses fournisseurs.<br />

Hormis le coin salle de bains où il se rafraîchissait et la pièce où il avait installé son<br />

lit, il passait l’essentiel de sa vie dans cette pièce vaste et claire, quand il n’était pas à<br />

l’œuvre sur des chantiers.<br />

C’est en intervenant sur l’un de ces chantiers qu’il avait d’ailleurs fait la connaissance<br />

quelques mois plus tôt de Christophe. Ce jeune garçon si sûr de lui et du bonheur que<br />

la vie réserve lui avait été d’emblée sympathique. Au-delà de son jeune âge, Franck<br />

voyait en lui le jeune homme plein de vie et d’insouciance qu’il n’avait pu rester. Très<br />

ouvert, toujours d’humeur blagueuse, Christophe était un jeune homme de compagnie<br />

agréable. Franck avait bien sûr été surpris qu’il lui propose de l’accompagner un soir<br />

pour une soirée entre copains, car malgré son corps resté mince et son esprit ouvert,<br />

Franck avait plus de dix années de plus et cette proposition lui avait au départ semblé<br />

incongrue. Puis, n’ayant aucun travail de prévu pour ce soir-là qui ne pût attendre le<br />

lendemain, il avait accepté par sympathie pour le jeune homme. Comme il était<br />

heureux aujourd’hui d’avoir accepté sa proposition. Il avait pu ainsi découvrir le<br />

Nautilus, rencontrer Dany et faire la connaissance de sa fille Marie-Claire, mais plus<br />

que tout il lui semblait à nouveau s’être ouvert à la vie. Et curieusement, c’est au<br />

contact de la réserve et de la prudence de Dany qu’il sentait son propre appétit de la<br />

vie décupler. Plus il la sentait sur la défensive et plus lui reprenait l’envie de<br />

reconstruire lui aussi ce qu’il avait interrompu. Il devinait que Dany avait sa propre<br />

souffrance, il n’en était pas responsable et ne pourrait peut-être pas l’aider à la<br />

surmonter aussi complètement qu’il l’aurait souhaité. C’était une fille bien qui<br />

méritait qu’on la respecte et qu’on l’aide, mais pas au-delà de l’espace qu’elle<br />

préservait pour elle et sa fille. Elle avait bâti autour d’elles un mur réconfortant<br />

88


d’autarcie affective et ne semblait pas prête à lâcher du terrain au libre échange de<br />

l’affection. Curieusement, c’est dans le reflet de cette souffrance déguisée que Franck<br />

s’était enfin réveillé. Il avait compris l’inutilité de cette voie et le gâchis qu’il pourrait<br />

faire de sa propre vie. Camille n’était plus là et ne reviendrait plus. Mais il avait une<br />

vie, qu’il avait le choix d’enrichir d’expériences partagées au-delà de celles de son<br />

travail accaparant et de la tendresse résignée avec laquelle il s’occupait de sa famille.<br />

Et d’un seul coup, sa maison lui avait semblé devenir le symbole de cette conscience<br />

retrouvée. Alors Franck s’était mis au travail, jusque tard certains soirs, retouchant les<br />

dessins et modifiant les perspectives, cassant une cloison ici ou rajoutant une<br />

extension par là. Au bout de quelques mois, il savait qu’il avait enfin terminé. La<br />

définition des plans touchait à la perfection de ses attentes.<br />

C’était d’ailleurs à cette époque, alors que mai annonçait la saison des cerises et des<br />

fraises et que les jours s’étiraient délicieusement, que Dany avait demandé à Franck<br />

de lui décrire sa maison. Il était volontairement resté évasif.<br />

Dany argumenta que ce n’était pas juste de sa part, puisque lui était déjà venu chez<br />

elle et qu’il connaissait bien la sienne.<br />

- C’est vrai, jusque dans les moindres recoins sous les lavabos, avait répondu<br />

Franck de façon taquine.<br />

- Quelque chose me dit que tu vas me le faire regretter encore longtemps, avait<br />

répondu Dany, l’air faussement contrariée.<br />

- Tu as raison, il faut que tu viennes à la maison sinon tu ne me laisseras aucun<br />

répit tant que tu n’auras pu juger par toi-même.<br />

- Je vois que tu as une grande opinion de ma patience, répliqua Dany toujours<br />

d’un ton badin mais légèrement agacé. Cette fois Franck perçut la subtilité du<br />

changement de ton et ne chercha plus à la provoquer. Il lui répondit<br />

simplement :<br />

- En fait, c’est depuis que je t’ai rencontrée que j’ai eu l’idée de repenser et<br />

d’aménager cette maison. Pour qu’elle me soit plus qu’un lieu de travail, un<br />

vrai lieu de vie à partager avec mes amis.<br />

- Ne me dis pas que tu n’avais pas d’amis avant de me rencontrer ? répondit<br />

Dany sur un ton limite sec, presque méfiante par l’apparente absurdité de cette<br />

révélation. Franck était merveilleux, il ne pouvait pas ne pas avoir des tas<br />

d’amis. Et pourtant c’était vrai qu’il venait généralement seul au bar.<br />

- Pourquoi es-tu en apparence si dure alors que tes yeux me disent autre chose ?<br />

Les yeux de Dany n’avaient pourtant pas vraiment laissé paraître sa véritable<br />

affection pour ce garçon si calme et si patient. C’est du moins ce qu’elle<br />

pensait, ce à quoi elle s’appliquait sans relâche quand elle était avec lui. Alors<br />

comment faisait-il pour mettre à terre en quelques mots ses défenses ? Et<br />

d’abord comment faisait-elle encore pour avoir la force de se défendre de<br />

vouloir éprouver autre chose que de l’amitié, même sincère et profonde, pour<br />

cet homme si posé et si rassurant ?<br />

- Excuse-moi, je ne voulais pas te blesser, mes mots ont dépassé ma pensée.<br />

- Je te fais la promesse que quand ma maison sera terminée, vous serez les<br />

premières avec Marie-Claire à y être invitées.<br />

Dany avait souri, heureuse qu’il pense à associer sa fille à l’invitation et réalisant du<br />

même coup qu’il la considérait en tant que mère autant qu’en tant que femme.<br />

- Une pendaison de crémaillère en perspective alors ?<br />

- Ma foi pourquoi pas. C’est une bonne idée.<br />

89


- Tu inviteras toutes tes fans ? Elle ne savait comment aborder le sujet et se<br />

sentait maladroite sous son regard surpris.<br />

- Je ne suis pas certain d’avoir bien compris la question. Il ne faisait rien pour<br />

lui faciliter le travail. Le bar était presque vide et c’était peut-être après tout le<br />

bon moment pour lancer le sujet de façon plus explicite.<br />

- Je suppose que tu dois avoir d’autres copines à qui tu voudras faire découvrir<br />

ta nouvelle maison une fois tes travaux de rénovation terminés.<br />

- Je ne manquerai pas de convier tous ceux qui comptent pour moi, mes<br />

copines, mes bons amis et mes proches.<br />

- Super idée… Elle était toujours sur sa faim.<br />

- Ouais, super idée. Il n’en dirait pas plus aujourd’hui.<br />

Ils étaient restés silencieux. Puis, alors qu’il vidait sa chope et semblait prêt à partir,<br />

dans une tentative pour le retenir un peu plus longtemps, elle lui proposa de passer<br />

samedi à la maison, Marie-Claire serait très contente de le voir.<br />

- Je te remercie mais j’ai autre chose de prévu. Embrasse ta fille pour moi. En<br />

disant cela, il s’était penché et l’avait embrassée sur les joues, après avoir<br />

écarté du bout des doigts une mèche rebelle qui descendait sur ses yeux, tout<br />

en la fixant de son incroyable regard vert jaune. Elle aimait le parfum discret<br />

de cet homme, sa délicatesse, elle aimait sa présence physique et elle se<br />

défendait de trop y penser mais elle détestait de plus en plus ces moments où<br />

elle le voyait partir sans savoir quand il repasserait la voir. L’air de rien elle<br />

demanda :<br />

- Quand est-ce que tu comptes repasser ?<br />

- Sûrement bientôt, au revoir.<br />

Puis il était parti avec un sourire et Dany, sans trop savoir comment, s’était retrouvée<br />

dans la salle du personnel à pleurer stupidement, seule sur sa chaise.<br />

90


Chapitre 22 - LA PENSIONNAIRE DE SAINT-JOSEPH<br />

Ce samedi là, Franck s’était levé assez tôt pour pouvoir parcourir les quatre-vingt<br />

kilomètres qui le séparaient de La Maison Saint-Joseph et arriver avant dix heures. Il<br />

avait pris une douche fraîche, inaugurant ainsi le bac à douche qu’il avait fini<br />

d’installer la veille ainsi que les branchements d’eau de sa nouvelle salle de bains. Il<br />

était venu en voiture, le trajet aurait été trop long en moto mais ils auraient plus tard<br />

dans la journée l’occasion de faire chauffer le moteur de sa Kawasaki.<br />

Quand il arriva à destination, il alla directement au parking. Il croisa un membre du<br />

personnel qui le reconnut et lui confirma qu’il était attendu dans le parc. Franck<br />

escalada deux à deux les marches du perron, puis traversa le grand hall jusqu’à la<br />

porte donnant sur l’immense jardin. Dans un recoin, à l’ombre de grands marronniers,<br />

se tenaient quelques personnes en train de jouer aux cartes. Un peu à l’écart, sur un<br />

banc ombragé par des chênes centenaires, il la vit tranquillement assise, offrant son<br />

doux visage aux caresses pénétrantes du soleil.<br />

Anna lui semblait de plus en plus belle et fragile, et il s’en voulait de ne pas lui avoir<br />

consacré plus de temps jusqu’à présent. Bien sûr, le travail l’avait accaparé mais Anna<br />

aurait valu qu’il passe plus de temps avec elle. Elle n’avait jamais rien demandé se<br />

contentant des moments qu’il lui offrait. Leur histoire n’avait pas toujours été facile<br />

mais ils avaient tenu ensemble contre les blessures de la vie et restaient finalement<br />

unis dans un amour toujours présent. Il s’était approché sans bruit et elle n’avait pas<br />

bronché quand il s’était penché vers elle pour l’embrasser doucement. Elle avait<br />

simplement passé ses bras autour de son cou et murmuré « c’est bon que tu sois là ».<br />

Son eau de toilette fruitée, mise en valeur par sa peau de pêche, surpassait les senteurs<br />

fleuries du jardin. Franck s’assit sur le banc à côté d’Anna pour lui rendre son<br />

étreinte, puis ils se levèrent tous les deux et filèrent jusqu’à la voiture, l’un contre<br />

l’autre, en prenant soin de contourner le bâtiment pour profiter au maximum du<br />

jardin.<br />

- Alors, où est-ce que tu m’amènes aujourd’hui ? demanda-t-elle en rajustant<br />

ses lunettes de soleil et en se tournant vers lui. Après lui avoir ouvert la<br />

portière et attaché sa ceinture avec beaucoup de galanterie, il revenait à la<br />

place du conducteur et répondit avec un air faussement mystérieux :<br />

- Surprise !<br />

- D’accord, c’est une surprise. Anna savait qu’en arrêtant là la conversation,<br />

Franck ne tiendrait pas longtemps sans avoir envie de donner des détails<br />

supplémentaires. Elle ne s’était pas trompée.<br />

- En fait, je t’emmène dans un endroit que tu connais déjà mais qui est nouveau.<br />

- Oh, une énigme, j’adore les énigmes ! Puis elle avait battu des mains telle une<br />

enfant ravie à qui l’on va faire un tour de magie. Et, m’y as-tu souvent<br />

emmenée dans cet endroit ?<br />

- Euh…oui…<br />

- Est-ce près de chez toi ?<br />

- Euh… très près…<br />

- Est-ce que par hasard ce serait…chez toi ?<br />

- Mais comment fais-tu pour trouver si vite ?<br />

- Facile… Tu m’emmènes toujours chez toi !<br />

Puis ils étaient partis tous deux dans un grand éclat de rire. Anna écoutait Franck rire<br />

et elle pensa que ce serait de bon augure pour la journée. Elle aimait ce rire franc qui<br />

91


collait si bien à son nom. Elle pensait à leurs complices fous rires et au visage encore<br />

enfantin sous les mèches bouclées qu’elle aimait si tendrement.<br />

Le trajet ne prendrait pas plus d’une heure mais cela lui donnait largement le temps de<br />

discuter avec Franck et d’essayer de deviner ce qui le mettait dans cette joie si<br />

rafraîchissante.<br />

Quand ils arrivèrent et que Franck la fit descendre de façon presque théâtrale de la<br />

voiture afin de découvrir sa « nouvelle maison », Anna saisit mieux les raisons de sa<br />

fierté. Au-delà de toutes les modifications que Franck avait envisagées et menées à<br />

bien et qu’il lui décrivait avec forces détails, c’est l’atmosphère même du bâtiment qui<br />

était changée et qui toucha la jeune femme. Les plantations en bordure avaient éclos<br />

et le parfum délicat des fleurs caressait la paroi nasale de ses effluves subtils. Anna<br />

pensa en elle-même que c’était l’âme de la maison qui était en train de se révéler.<br />

Franck prit le temps de décrire chaque détail de chaque recoin, de révéler les étapes de<br />

sa démarche ayant abouti à la refonte de l’ensemble du plan de la maison ainsi qu’à la<br />

renaissance de chaque pièce. Anna était suspendue à la voix qu’elle chérissait et<br />

s’appuyait avec tendresse sur le bras de Franck qui la guidait pour cette visite<br />

découverte. Puis il proposa à Anna de l’emmener dans un bon restaurant, mais elle<br />

répondit qu’elle préfèrerait rester avec lui dans la maison et manger quelque chose de<br />

simple. C’est alors que Franck eut une idée.<br />

- Il y a un marché, pas très loin d’ici, où je voudrais t’emmener. Les couleurs<br />

sont saisissantes, mais c’est surtout les parfums des fruits qui se mêlent aux odeurs<br />

des légumes et aromates qui devraient te plaire. Es-tu tentée par une petite balade en<br />

moto ? Comme ça tu pourras te cramponner bien fort à moi. En disant cela, il avait<br />

relâché son bras et s’était enroulé sur lui-même jusqu’à ce que son dos barre le<br />

passage de la jeune femme. Puis il avait délicatement saisi les deux bras d’Anna qu’il<br />

avait enroulés autour de sa taille. La jeune femme rit de plaisir et abandonna sa tête<br />

contre l’omoplate de Franck.<br />

Le marché était à une dizaine de minutes et le trajet fut agrémenté d’un petit air frais<br />

bien agréable. La dernière fois qu’il était revenu à ce marché, Franck avait<br />

machinalement parcouru les allées en reproduisant fidèlement le chemin qu’ils<br />

avaient suivi avec Dany. Il pensait souvent à elle mais il la sentait souvent distante en<br />

dépit des bons moments qu’ils avaient passés ensemble et du plaisir qu’elle semblait<br />

avoir quand il venait la saluer au Nautilus. Mais aujourd’hui il était avec Anna et sa<br />

présence douce lui faisait du bien. Il lui était reconnaissant pour l’amour qu’elle lui<br />

portait en silence et qu’il lui rendait volontiers. En ce dimanche ensoleillé et par cette<br />

heure plus très matinale, le marché grouillait d’une foule bigarrée. Passants et<br />

marchands s’apostrophaient dans la bonne humeur et les bassines en plastique<br />

colorées passaient de main en main tandis que billets et pièces s’échangeaient en<br />

retour. Anna avait passé son bras autour de celui de Franck, qui la guidait doucement<br />

à travers la foule. Elle sentait la chaleur des rayons de soleil à travers les verres noirs<br />

de ses lunettes, mais elle était plus que tout sensible aux parfums qui l’entouraient.<br />

Parmi tous, elle sentait l’eau de toilette discrète de Franck qui se mêlait au parfum<br />

plus viril du cuir de son blouson. Elle se sentait fière d’être à son bras et remerciait<br />

Dieu pour ce moment de pur bonheur.<br />

Marie-Claire avait réussi non sans peine à convaincre Dany de se lever tôt ce jour-là.<br />

Dany avait la veille effectué seule la fermeture du Nautilus. Depuis quelque temps<br />

Monsieur Pierre, dont les affaires prospéraient bien –« grâce à ta gestion efficace »,<br />

répétait-il souvent à Dany- lui parlait de projets d’agrandissement, ou plus exactement<br />

92


d’extension. Il envisageait de réinvestir en ouvrant un autre bar et il comptait bien<br />

entendu sur Dany pour l’aider à démarrer ce projet. Dany lui avait déjà conseillé de<br />

profiter avec sa femme des fruits du travail de toute une vie. Il avait consacré<br />

tellement de temps à ce bar qu’il méritait maintenant de se reposer en famille tant<br />

qu’il était encore en relativement bonne santé. Mais Monsieur Pierre semblait ne pas<br />

l’entendre de cette oreille. Il voyait beaucoup plus son épouse depuis que Dany l’avait<br />

efficacement secondé au Nautilus et s’il était encore en forme, c’était grâce au travail<br />

qui le maintenait alerte. De toute façon il voyait bien quand il partait quatre semaines<br />

en été, pour que sa femme puisse se requinquer en thalassothérapie puis se reposer en<br />

bord de mer, qu’il lui tardait de reprendre ses habitudes citadines. Dany savait aussi<br />

que Monsieur Pierre s’était attaché et qu’il appréciait en elle la fille attentionnée,<br />

courageuse et fiable qu’il n’avait jamais pu avoir par filiation.<br />

Dany n’avait donc plus argumenté contre ce projet d’extension mais avait au contraire<br />

demandé à Monsieur Pierre comment elle pourrait l’aider.<br />

- J’ai repéré un petit local pas très loin d’ici. Il y aurait bien des travaux de<br />

rénovation mais je pense qu’on pourrait en faire quelque chose de chaleureux<br />

et accueillant.<br />

- Si tu veux j’irai jeter un coup d’œil avec toi et si j’ai des idées d’aménagement<br />

ou de décoration, je t’en parlerai. Tiens, tu sais qui ça pourrait intéresser ? ditelle<br />

comme subitement inspirée. Franck, il est décorateur, mais je ne sais pas<br />

s’il est disponible en ce moment. Je lui demanderai si tu veux.<br />

- Ah oui, Fred Astaire. Non, pas encore, je préfère d’abord revoir le local et en<br />

discuter avec toi. Après nous aviserons.<br />

- Tu sais, Fred Astaire était un monsieur charmant mais qui ne faisait pas le<br />

décorateur…<br />

- Non, peut-être, mais comme tu dis il était charmant et toutes ces dames en<br />

étaient dingues. Si j’avais vingt ans, y’a pas à dire, j’apprendrais à danser pour<br />

les faire tomber toutes !<br />

- Allons, Jean, tu trouves parfois qu’une femme c’est bien encombrant, que<br />

ferais-tu si tu en avais plusieurs ? dit-elle en posant sa main affectueusement<br />

sur son épaule.<br />

- Par instinct de préservation, je choisirais l’alternance. Enfin uniquement si je<br />

n’avais pas rencontré quelqu’un comme Marcelle. Ou comme toi. Il lui avait<br />

gentiment caressé la joue et Dany l’avait gratifié d’un baiser, tout en<br />

continuant à essuyer quelques verres.<br />

L’idée que Monsieur Pierre allait peut-être bouleverser les rouages de son<br />

organisation bien rôdée l’avaient empêchée de s’endormir de suite. Qu’allait-il se<br />

passer ? Devrait-elle définitivement quitter le Nautilus ou alterner entre deux<br />

établissements ? Et ce nouveau bar, devrait-elle aider à superviser les travaux ? Quand<br />

pourrait-elle en parler à Franck ? Franck ! Elle revoyait son regard vert jaune briller<br />

au-dessus d’un verre de bière, elle l’entendait lui raconter quelques anecdotes sur son<br />

travail. Elle repensait au bien-être qu’elle ressentait en sa compagnie, à ses mains sur<br />

son dos et ses hanches quand il la faisait danser, à sa tête disparaissant sous l’évier<br />

qu’il était venu réparer. A sa voix plutôt grave, son regard si profond et à son sourire<br />

si doux. Mais en y repensant, elle ne savait pas grand chose de lui. Il ne s’était pas<br />

étendu sur sa vie, restant discret sur son passé, elle supposait qu’il était libre mais en<br />

fait elle n’en savait rien. D’ailleurs était-ce important ? Etait-elle prête elle-même et<br />

disponible pour un autre homme dans sa vie ? Pourtant ce regard vert jaune la fixait<br />

jusque dans la pénombre de sa chambre et elle n’avait réussi à s’endormir qu’en<br />

93


s’abandonnant à la pensée de ses bras enserrés autour de sa taille, la tête enfoncée<br />

dans l’oreiller comme dans un creux d’épaule.<br />

Le réveil avait été difficile après une nuit courte et sans rêve. Marie-Claire avait<br />

préparé le petit-déjeûner puis avait entrebaîllé la porte pour vérifier si sa maman<br />

dormait toujours. Alors, ayant vu Dany s’étirer et suivant le rituel du dimanche, elle<br />

était venue se blottir sous les draps et câliné avec sa mère, avant de dégénérer vers<br />

une partie de chatouilles qui avait fini par sortir Dany du lit.<br />

Elles avaient finalement décidé de fêter cette belle journée de fin de printemps en<br />

préparant un repas haut en couleurs et en saveurs. Un rapide coup d’œil dans le frigo<br />

presque vide avait permis de dresser la liste des ingrédients manquants : des asperges<br />

pour l’entrée, des haricots verts frais en garniture, quelques échalotes, une bavette et<br />

quelques fraises que Dany mettrait à tremper dans un fond de jus d’oranges.<br />

Après une douche rapide, Dany avait enfilé une robe simple et légère qui mettait en<br />

valeur sa silhouette fine comme celle d’une collégienne, une veste en maille et une<br />

paire de sandalettes plates. Marie-Claire portait son jean fétiche, un T-shirt blanc que<br />

quelqu’un qui l’aimait très fort (en l’occurrence sa grand-mère) lui avait rapporté de<br />

Barcelone et son indéboulonnable paire de chaussures de sport.<br />

Dany avait opté pour la voiture en prévision des paquets à porter. Elle s’était garée à<br />

une centaine de mètres du marché, tant les abords étaient encombrés. Elle se sentait<br />

bien. Le temps était agréable, elle était avec Marie-Claire et elle pensait à Franck.<br />

Encore lui…Franck ! Elle venait de se figer sur place, une main posée dans le carré<br />

des piments doux, apercevant dans la travée suivante le visage si familier. Etait-ce d’y<br />

avoir pensé si fort, une illusion de son esprit ? Elle s’apprêtait à l’appeler, toute à la<br />

joie de le retrouver de façon si inattendue, quand elle la vit. Elle était si belle et<br />

rayonnante, ses cheveux soyeux offraient des reflets cuivrés au soleil. Elle souriait,<br />

enserrant de ses deux mains le bras de Franck. Seuls ses yeux cachés derrière des<br />

verres fumés restaient dissimulés. Mais on devinait qu’ils devaient être beaux et<br />

délicats, comme le reste de son visage.<br />

Dany se sentit devenir livide, incapable de bouger. Son ventre lui faisait mal, elle<br />

n’aurait jamais cru qu’elle puisse avoir mal ainsi. Marie-Claire restée un temps en<br />

arrière s’était approchée du comptoir et venait elle aussi d’apercevoir Franck. Dans sa<br />

naïveté d’enfant, elle n’avait pas assimilé la présence féminine à son bras et déjà elle<br />

appelait d’une voix forte le sauveur de Jessica, sa poupée préférée.<br />

- Regarde maman, c’est Franck ! Marie-Claire s’était avancée pour contourner<br />

l’étalage et se rapprocher de lui. Dany avait essayé en vain de la retenir.<br />

Trop tard, Franck avait déjà tourné la tête et avait souri en reconnaissant la fillette qui<br />

déjà s’approchait et lui sautait au cou. Ce n’est qu’au dernier moment que celle-ci<br />

réalisa que Franck n’était pas seul. Instinctivement, elle se retourna vers sa mère.<br />

Franck suivit son regard et découvrit Dany dont le visage semblait anormalement pale<br />

et grave. A moins que… Déjà elle s’avançait en affichant un sourire, sans oser le<br />

quitter des yeux, de peur de trahir sa gêne en regardant l’objet de son émoi… ou de sa<br />

jalousie.<br />

- Bonjour Dany, avait dit Franck simplement en se penchant pour l’embrasser.<br />

Il n’avait pas fait un geste pour lâcher la jeune femme qui s’agrippait toujours<br />

à son bras, dans ce qui semblait être un instinct de possession marquée qui<br />

agaça Dany. Je suis content de vous voir, c’est une bonne surprise. Anna, je te<br />

présente Dany et Marie-Claire.<br />

- Enchantée.<br />

- De même, répondit Dany d’un air faussement enjoué. La garce, comment<br />

faisait-elle pour sembler aussi délicieuse alors qu’elle devait de toute évidence<br />

94


jubiler de sa position de force au bras de Franck ? En plus, elle n’avait même<br />

pas la courtoisie d’enlever ses épaisses lunettes de soleil. Encore une qui<br />

devait se la jouer star. Comment un gars aussi simple et gentil que Franck<br />

pouvait-il rechercher ce genre de compagnie ? Elle s’était encore<br />

lamentablement plantée sur lui, décidément les hommes ce n’était plus pour<br />

elle…<br />

- Dany, répéta lentement Franck, voyant que la jeune femme était perdue dans<br />

ses pensées. Je te présente Anna. Puis il marqua une pause avant de continuer :<br />

Anna est ma grande sœur.<br />

Comment peut-on faire pour disparaître à dix pieds sous terre quand on se sent écrasé<br />

par le ridicule ?<br />

- Franck m’a beaucoup parlé de vous. Excusez-moi de ne pas enlever mes<br />

lunettes, ce n’est pas par manque de courtoisie mais mes yeux ne supportent<br />

pas la luminosité. En fait, je suis incapable d’aller où que ce soit si Franck ne<br />

me sert pas de guide.<br />

Sa voix était douce, enjouée aussi et Dany se sentit d’autant plus minable.<br />

- Que faites-vous, une simple promenade ou des courses ? Nous n’avons rien<br />

de prévu de particulier mais si vous souhaitez vous joindre à nous …<br />

- Oh oui Franck, dis oui s’il te plaît. La spontanéité de Marie-Claire était l’atout<br />

le plus persuasif que Dany aurait pu espérer. Franck consulta néanmoins sa<br />

sœur pour s’assurer que ce changement de programme lui convenait.<br />

- Si ça ne fait pas trop de travail en plus pour Dany, je suis partante.<br />

- Bien, il suffira de revoir les quantités prévues ! C’est une excellente chose que<br />

vous puissiez manger avec nous. Si vous voulez, je vais vous conduire vers<br />

nos commerçants attitrés. Marie-Claire, tu devrais porter les sacs dans la<br />

voiture et nous rejoindre à la boucherie.<br />

- Je t’accompagne, dit Franck en dégageant doucement la main de sa sœur et en<br />

la posant sur le bras de Dany. Je te laisse dans la meilleure des compagnies. Il<br />

déposa un baiser sur la main de sa sœur et la posa sur le bras de Dany. Je te la<br />

confie. Le regard qu’il lui adressa bouleversa la jeune femme. Elle sut à cet<br />

instant précis qu’elle s’était attachée à cet homme plus qu’à aucun autre depuis<br />

l’échec de son mariage, dix ans plus tôt.<br />

- Vous êtes sûre que cela ne va pas vous occasionner trop de travail ? reprenait<br />

Anna de sa vois légère et chantante.<br />

- C’est une vraie bonne surprise, répondit Dany qui reprenait le contrôle de ses<br />

émotions. Je ne savais pas que Franck avait une sœur. Il est très discret sur sa<br />

famille.<br />

- La vie lui a porté son lot de blessures. Il n’est pas toujours très loquace mais<br />

pour qui sait l’apprivoiser, Franck est un homme bien et droit. J’ai beau être sa<br />

grande sœur, je sais aussi le voir avec des yeux de femme. Enfin, quand je dis<br />

« voir », c’est une façon de parler bien entendu.<br />

- Tu étais aveugle de naissance ? demanda Dany en adoptant spontanément le<br />

tutoiement.<br />

- Non, c’est à la suite d’un accident de voiture il y a environ dix ans. Je sens que<br />

nous arrivons près du stand de poissons, ajouta-t-elle en faisant une petite<br />

grimace du nez .<br />

- Absolument, répondit Dany, et pourtant il est frais, ton odorat est remarquable.<br />

- Le fruit d’un long apprentissage, répondit Anna, mais certaines odeurs se<br />

repèrent plus vite que d’autres.<br />

95


Chapitre 23 - IRRESISTIBLE DESIR<br />

Puis ils étaient tous rentrés, Dany et Anna en voiture. Marie-Claire avait été<br />

exceptionnellement autorisée à rentrer avec Franck en moto. Elle jubilait, fièrement<br />

accrochée au pilote, le casque un peu grand tombant sur ses oreilles. Pour rien au<br />

monde elle n’aurait cédé sa place.<br />

Dany avait installé une table dans le jardin afin d’y servir l’apéritif. Anna s’y était<br />

installée après que Marie-Claire lui eût fait faire le tour du propriétaire. Franck les<br />

avait d’abord accompagnées puis il était revenu en cuisine pour aider Dany. Il était<br />

entré en silence et avait repoussé la porte. Quand elle s’était retournée, Dany n’avait<br />

pas eu l’air surprise de le voir. Il avait posé son beau regard sur elle, elle avait reposé<br />

les pêches sur la table. Quand il s’était approché d’elle, elle n’avait pas reculé. Peutêtre<br />

même avait-elle levé la tête vers lui pour qu’il comprenne qu’elle aussi attendait<br />

avec ardeur ce contact.<br />

Franck dégagea lentement la mèche qui était retombée encore une fois sur le front de<br />

Dany. Il ne voulait pas la heurter. Il sentait que cette femme l’appelait, aussi fort que<br />

lui-même la désirait depuis des mois. Pourtant la vie lui avait appris à savourer<br />

chaque instant et il ne voulait pour rien au monde gâcher la magie de ce moment par<br />

un excès de précipitation. Il leva les mains jusqu’à attraper son visage, caressant avec<br />

douceur son front, les tempes puis ses joues. Puis il vit la bouche entrouverte qui<br />

appelait son baiser. Alors il la saisit, baisant d’abord les lèvres puis répondant à la<br />

caresse douce et tiède de Dany en un échange de plus en plus profond. Franck<br />

embrassait divinement bien. Sans relâcher son étreinte, il l’emmena doucement contre<br />

l’évier puis quand elle ne put reculer davantage, il continua à avancer jusqu’à presser<br />

la bas de son corps contre le sien, tout en enserrant ses épaules contre son torse<br />

puissant. Elle sentait son désir au creux de son ventre et l’encouragea à continuer ses<br />

caresses en glissant sa main sur la peau de son dos. Déjà une des mains de Franck<br />

avait quitté le visage aimé et caressait son cou jusqu’au creux de l’épaule. Il suivit sur<br />

sa robe le relief d’un sein, descendit jusqu’à la taille puis sur la chute des reins et<br />

remonta le tissu de la robe jusqu’à ce qu’il dévoile la cuisse, douce et tendue comme<br />

tout le reste de son corps par un désir trop longtemps refoulé. Dany en oubliait les<br />

vœux de vie chaste et solitaire que les échecs de sa vie maritale lui avaient fait<br />

formuler. Elle aurait voulu glisser jusque par terre pour donner libre cours à son désir<br />

exacerbé. Mais la voix de Marie-Claire se fit entendre et Franck se détacha d’elle non<br />

sans la fixer intensément. Comme il était beau et désirable et comme elle souffrait de<br />

ne pouvoir s’abandonner maintenant à cette envie de lui. Elle se retourna, s’aspergea<br />

le visage d’eau et accueillit sa fille qui rentrait dans la cuisine avec un sourire.<br />

- Ca y est ? On peut prendre l’apéritif ?<br />

- Bientôt ma chérie, Franck est venu m’aider mais le repas n’est pas encore tout<br />

à fait prêt.<br />

- Je vais porter les amuse-gueules et rester avec Anna, dit Franck avant de<br />

s’éclipser dans un sourire.<br />

D’une certaine façon, Dany pensa qu’il était heureux que Marie-Claire se soit<br />

interposée à cet instant. Autrement, c’est d’une douche froide dont elle aurait pu avoir<br />

besoin pour retrouver ses esprits.<br />

Le repas avait été un moment de détente pour tout le monde. Franck était heureux<br />

d’avoir pu faire part concrètement de son attirance à Dany et de son consentement<br />

96


manifeste quand il l’avait embrassée. Cette femme qui semblait parfois si distante le<br />

rendait fou de désir. Il avait mis dix ans à trouver celle avec qui il avait envie de<br />

recommencer une vie de couple, mais elle en valait la peine.<br />

Anna, dont les autres sens avaient décuplé depuis qu’elle avait perdu la vue, avait<br />

senti les vibrations amoureuses liant ces deux êtres. Pourtant Dany, dont l’intellect et<br />

le réfléchi avaient repris le dessus, ne pouvait s’empêcher de repenser avec horreur<br />

qu’elle se serait volontiers laissée prendre sur le parterre de sa cuisine même sans<br />

aucune protection, ce qui n’aurait pas été très raisonnable pour toutes sortes de<br />

raisons. En fait, il fallait qu’elle passe au Nautilus et qu’elle demande à Steffi de la<br />

dépanner, à moins de trouver une pharmacie de garde. Elle avait bien à une époque<br />

prévu l’équipement de survie pour ce genre de situation, mais depuis le temps les<br />

protections caoutchoutées se seraient effritées dans l’armoire à pharmacie de la salle<br />

de bains si elle ne les avait pas déjà jetées à la poubelle depuis belle lurette. Elle avait<br />

bien pensé récemment à les renouveler, mais elle ne l’avait pas fait, peut-être par<br />

superstition. Un peu comme le fait d’emporter un parapluie préserve généralement des<br />

ondées. Et aujourd’hui elle s’en mordait les doigts.<br />

Le repas, grâce à la fraîcheur des produits, avait été à la hauteur des attentes.<br />

Marie-Claire avait été ravie de prendre ce qui ressemblait à un vrai repas de famille.<br />

Comble de bonheur, sa copine Violette venait d’appeler pour l’inviter à passer<br />

l’après-midi chez elle. Franck se proposa pour l’escorter. Violette vivait à cinq cents<br />

mètres de là mais Marie-Claire accepta fièrement la proposition de se faire conduire<br />

en moto. Pendant ce temps Dany, après l’avoir accompagnée aux toilettes, installa<br />

Anna sur une chaise longue, à l’abri d’un parasol qui lui permettrait de profiter de la<br />

chaleur naissante de la saison sans se laisser brûler.<br />

- Merci Dany pour tout ce que vous faîtes pour nous.<br />

- Tu sais, ce n’était qu’un repas finalement très simple.<br />

- Je parle aussi de Franck. Il y a des années que je ne l’avais pas senti aussi<br />

serein, j’espère que toi aussi il te rend heureuse. En tout cas ce qui est sûr c’est<br />

qu’il adore la petite, il m’en parle très souvent.<br />

- Ah oui, la petite aussi l’adore, répondit Dany. C’est encore très nouveau pour<br />

moi tout ça et j’essaye de faire au mieux. Ca n’a pas toujours été très facile<br />

pour Marie-Claire et moi et mes choix doivent être bons pour nous deux… ce<br />

qui n’a malheureusement pas toujours été le cas.<br />

- Tu sais, Franck a lui aussi beaucoup souffert et il mérite de retrouver le<br />

bonheur. Alors si tu éprouves réellement pour lui ce que je crois ressentir en<br />

toi, ne le repousse pas. Il a beaucoup d’amour et de tendresse à donner et c’est<br />

un garçon travailleur et loyal.<br />

- Et incroyablement beau, rajouta Dany dans un sourire.<br />

- Et incroyablement bon, compléta Anna. Tiens, j’entends Franck qui revient, tu<br />

devrais le mettre à la vaisselle, il a toujours adoré ça. Moi pendant ce temps je<br />

vais me reposer un peu.<br />

- Excellente idée ! Franck déposa un baiser sur le front de sa sœur puis saisit la<br />

main de Dany qu’il baisa avant de prendre le chemin de la cuisine.<br />

- Laisse la vaisselle Franck je la mettrai à tremper, viens te reposer plutôt. Elle<br />

s’était levée sans conviction et l’avait suivi dans la maison pour le dispenser<br />

de corvée de plonge.<br />

A peine eut-elle passé la porte d’entrée qu’elle sentit sa main se poser sur sa<br />

bouche comme pour l’interdire de crier, tandis que de l’autre main il repoussait la<br />

porte afin de la fermer. Elle le sentait contre son dos et l’odeur subtile de son eau<br />

97


de toilette mêlée à celle de sa peau l’envahissait comme un aphrodisiaque<br />

puissant. Elle ferma les yeux et s’arc-bouta contre son corps tandis que de sa main<br />

libre il explorait les reliefs de ses hanches et remontait vers sa gorge, tout en<br />

déposant des petits baisers terriblement excitants sur sa nuque.<br />

Evanouies les sages décisions d’abstinence sécuritaire prises pendant le repas. Elle<br />

voulut protester dans un dernier sursaut de raison mais le mouvement de ses lèvres<br />

contre ses doigts provoqua une nouvelle caresse de la main sur sa bouche. Alors<br />

elle se mit délicatement à lécher puis prendre entre ses lèvres le doigt le plus<br />

hardi, tout en se remémorant le baiser passionné qu’ils avaient échangé avant le<br />

repas. Cet homme faisait naître en elle des instincts érotiques insoupçonnés. Elle<br />

tourna lentement la tête de côté et ne laissa s’échapper le doigt de son amant que<br />

lorsqu’il plaqua à nouveau sa bouche experte contre la sienne. Elle se sentait<br />

comme une adolescente, le corps en feu. Par réflexe elle chercha du regard la<br />

chambre qui semblait incroyablement loin, hors d’atteinte. Sentant son<br />

mouvement, Franck se dégagea pour l’interroger du regard. Elle murmura :<br />

- Viens ne t’arrête pas.<br />

La pièce la plus proche était la salle de bains. Sans cesser de s’embrasser ni de se<br />

caresser, ils avaient réussi à s’y introduire et refermé la porte pour se laisser aller au<br />

désir qu’ils avaient l’un de l’autre. Dany ne se reconnaissait plus, elle ne maîtrisait<br />

plus rien. Elle avait réussi sans trop savoir comment à desserrer la ceinture de Franck,<br />

il l’avait aidée en dégrafant son pantalon puis excité par la nudité de son propre corps,<br />

il avait défait la fermeture de sa robe juste assez pour baisser les bretelles. Elle ne<br />

portait pas de soutien-gorge et poussa un gémissement quand il saisit un sein dressé<br />

par le désir. Elle avait une envie si forte de cet homme qu’elle aurait pu hurler. Les<br />

caresses exploratoires de Franck entre ses jambes se faisaient précises et la faisaient<br />

presque défaillir. Elle avait beau avoir conscience du peu de romantisme du décor,<br />

elle n’en avait cure et jubilait tandis que son amant porté par le désir franchissait les<br />

ponts de plus en plus reculés de son intimité. C’est ainsi que Dany eut le premier<br />

véritable orgasme de sa vie, à trente-neuf ans, dans sa salle de bains. Aussi intenses<br />

que l’explosion de plaisir qu’ils s’étaient donné, les minutes suivantes furent d’une<br />

infinie tendresse dans une étreinte silencieuse. Non seulement son homme était un<br />

sacré bon coup mail il savait lire en elle chacune de ses attentes et les satisfaire sans<br />

qu’elle ait un mot à dire.<br />

Franck avait raccompagné Anna en milieu d’après-midi, non sans avoir promis à<br />

Dany de repasser en soirée au Nautilus. Il devrait d’ailleurs lui annoncer qu’un<br />

important chantier ne lui laisserait que peu de temps libre dans les semaines à venir.<br />

Avant de partir, Anna aussi avait dû promettre à Dany de revenir, pour partager des<br />

souvenirs de son enfance avec Franck.<br />

En voyant s’éloigner le regard vert jaune et les lunettes fumées, bien que restée seule,<br />

Dany se sentit incroyablement sereine. Elle alla prévenir Maria la voisine que Marie-<br />

Claire rentrerait un peu plus tard, probablement après qu’elle-même soit partie pour le<br />

Nautilus. Maria était une aide précieuse pour Dany et une présence rassurante pour sa<br />

fille.<br />

98


Chapitre 24 - UNE OFFRE DE DEPANNAGE TARDIVE<br />

Steffi était déjà active quand Dany arriva au Nautilus.<br />

- Salut Dany, Monsieur Pierre te cherche, il voudrait te montrer quelque chose.<br />

- Ah, très bien merci.<br />

Elle avait un air anormalement jovial et léger qui surprit Steffi dans l’instant.<br />

- Tout va bien Dany, la journée s’est bien passée ?<br />

- Ah, très bien merci. Ce sourire inhabituel, béat, voire quasi stupide qui ne la<br />

quittait pas ne laissait aucun doute. Steffi, avec sa franchise coutumière, n’y<br />

alla pas par quatre chemins.<br />

- Et… il baise bien ?<br />

- Ah, très bien merci ! répondit-elle d’un air absent.<br />

- Alors ça y est, vous avez fait le grand saut ? Félicitations ma chérie, ça faisait<br />

longtemps que tu méritais ça.<br />

- Pardon, de quoi parles-tu ? Dany, perdue dans ses pensées, n’avait pas<br />

vraiment suivi la conversation et commençait à réaliser qu’elle avait manqué<br />

un épisode critique du dialogue.<br />

- C’est bien de Franck qu’il s’agit ? ré-attaquait Steffi.<br />

- Je vais voir Monsieur Pierre. Merci de t’occuper du service en attendant mon<br />

retour. Elle voulait que Jean soit le premier à être informé de son nouveau<br />

bonheur mais elle ne savait pas encore comment elle allait le lui dire.<br />

En fait Monsieur Jean souhaitait également partager une grande nouvelle avec Dany.<br />

En profitant de l’activité encore réduite dans le bar, ils auraient vite fait de rouler<br />

jusqu’au local qu’il venait d’acquérir et qu’il souhaitait rénover en tenant compte des<br />

suggestions de sa protégée. Elle avait du goût tout en étant une gestionnaire très<br />

raisonnable. Elle saurait comment mettre en valeur l’espace sans compromettre la<br />

faisabilité financière du projet par un luxe excessif ou déplacé.<br />

Dany ne s’attendait pas à une telle démarche (la journée était décidément riche en<br />

surprises !) mais elle pensa surtout que le trajet fournirait une occasion idéale pour<br />

être seule avec Monsieur Pierre et lui parler de son bonheur tout neuf. Elle se lança, à<br />

peine installée dans la voiture.<br />

- Jean, il faut que je te dise quelque chose.<br />

- Bien, je suis toute ouïe. A sa mine épanouie, il ne craignit aucune mauvaise<br />

nouvelle.<br />

- Je crois que je suis amoureuse. J’ai à nouveau l’impression d’avoir vingt ans.<br />

- C’est Fred Astaire le responsable, je suppose ?<br />

- Oui, c’est bien lui.<br />

- Il en a mis du temps celui-là à se déclarer. Mais bon, l’essentiel c’est qu’il l’ait<br />

fait, alors je suis heureux pour vous. Tu mérites d’être heureuse et c’est un<br />

garçon sérieux.<br />

Dany était un peu étonnée que Jean se soit fait une idée aussi précise de Franck alors<br />

qu’elle ne les avait vus ensemble qu’une seule fois. Il n’avait pas l’air surpris de la<br />

tournure que prenaient les événements. Elle était soulagée qu’il prenne la nouvelle<br />

aussi bien.<br />

- Tu sais, ça ne changera rien entre nous, tu pourras toujours compter sur moi<br />

pour le bar.<br />

- Mais j’y compte bien et doublement même, puisque je compte m’agrandir.<br />

Je ne pourrais pas faire ça sans ton aide.<br />

99


La récente acquisition de Monsieur Pierre n’était qu’à sept minutes du Nautilus.<br />

L’allée était bordée de mûriers-platanes et Dany aima d’emblée ce cadre arboré. Une<br />

autre surprise l’attendait à l’intérieur. La façade côté rue était assez étroite mais une<br />

fois passé le seuil du local, il s’évasait et une deuxième pièce en enfilade donnait sur<br />

un jardinet aux proportions suffisantes et harmonieuses.<br />

- Cette terrasse sera très agréable pendant les beaux jours. On pourrait<br />

presque…<br />

- Quoi donc ? demanda-t-il à Dany qui n’avait pas terminé sa phrase.<br />

- Non rien, c’était une idée incongrue. Comment expliquer à Monsieur Pierre<br />

qu’elle avait vu à la place de son bar un adorable petit restaurant, où elle<br />

s’imaginait sans peine faisant la cuisine, au lieu d’essuyer les verres et servir<br />

des bières comme au Nautilus?<br />

Ils avaient fait un examen détaillé des lieux, évaluant l’état de la terrasse, la vétusté<br />

des sanitaires, la plomberie et l’installation électrique.<br />

- Qu’est-ce qu’il y avait avant dans cet endroit?<br />

- Plusieurs commerces se sont succédés : un salon de coiffure, un institut de<br />

toilettage canin, un pressing … Cet endroit a même servi de garde-meubles.<br />

- Le convertir en bar ne devrait donc pas être un problème !<br />

Puis Dany et Jean avaient rejoint le Nautilus. Le patron était parti retrouver son<br />

épouse Marcelle tandis que Dany allait seconder Steffi au comptoir. La clientèle<br />

s’était densifiée et Steffi avait été soulagée de retrouver du soutien pour le service.<br />

Elle espérait aussi pouvoir en apprendre davantage sur le changement manifeste qui<br />

s’était produit dans la vie de Dany. Elle n’était pourtant pas du genre à s’étaler sur sa<br />

vie privée mais Steffi avait un sixième sens pour tirer les vers du nez.<br />

- Ca fait plaisir de te voir en forme Dany. Tu es…rayonnante ! Ca faisait<br />

longtemps qu’on attendait tous ça.<br />

- Merci Steffi.<br />

- Si tu as besoin de quoi que ce soit, surtout, n’hésite pas à me solliciter :<br />

capotes en tous genres, je serai heureuse de te dépanner ! Elle lui avait fait un<br />

gros clin d’œil et repartait apporter leur commande à une tablée de clients.<br />

Un préservatif ! Dany y repensait pour la première fois depuis ce merveilleux début<br />

d’après-midi. Non pas qu’elle ait pu craindre une grossesse tardive ; elle avait<br />

toujours eu des cycles irréguliers, les consultations auprès d’un spécialiste dix ans<br />

auparavant avaient confirmé une fécondité ultra limitée et le seul fait d’avoir attendu<br />

et mené à terme sa grossesse pour Marie-Claire avait en soi relevé du miracle.<br />

Mais même si sécurité ne rimait pas avec romantisme, la prudence impliquait<br />

désormais de se protéger systématiquement. Elle se demandait encore comment elle<br />

avait pu commettre la folie de céder à ses instincts et prendre ainsi des risques qui<br />

pouvaient compromettre non seulement sa santé et son avenir mais aussi peut-être<br />

celui de sa fille. Dany était partagée entre son nouveau bonheur et une inquiétude<br />

sourde.<br />

Franck passa au Nautilus après avoir raccompagné Anna à la maison Saint-Joseph. Il<br />

attendait avec impatience de rejoindre Dany. Il avait sa voix dans la tête et son parfum<br />

ne l’avait pas quitté. Il était simplement heureux de la retrouver. Il ne changea rien à<br />

ses habitudes et s’installa au comptoir, près du juke-box. Dany l’avait rejoint, comme<br />

100


de coutume, et il perçut rapidement une tension retenue dans ses propos. Elle faisait<br />

de réels efforts pour masquer une évidente contrariété mais il s’en aperçut, sans<br />

arriver à cerner la raison de ce tracas. Il essayait de discuter avec elle mais elle<br />

esquivait ses questions et se dérobait dans un demi-sourire. Il avait essayé de lui<br />

parler de son nouveau chantier, de lui expliquer qu’il serait assez peu disponible dans<br />

les prochaines semaines, mais elle semblait distraite, comme ailleurs. Alors il lui<br />

avait dit bonsoir et s’était levé pour partir. Elle avait dû réaliser à ce moment-là qu’il<br />

allait disparaître et qu’elle ne savait pas quand elle pourrait le revoir. Elle l’avait suivi<br />

par réflexe sur le bord du trottoir. Il souffrait de l’avoir si près de lui sans oser la<br />

toucher, il ne voulait rien tenter qui puisse la contrarier.<br />

- Est-ce que j’ai fait quelque chose qui t’a fait de la peine ou du mal ? demandat-il<br />

dans une dernière tentative avant de repartir avec ce doute insoutenable sur<br />

l’avenir de leur relation.<br />

- Ecoute Franck, je tenais à te dire que ce que j’ai vécu aujourd’hui a été pour<br />

moi à la fois merveilleux et inespéré. Seulement…<br />

- Seulement quoi, Dany ? Quelque chose te tracasse et tu n’arrives pas à m’en<br />

parler.<br />

- C’est difficile ici d’en parler.<br />

- Peut-on espérer aller plus loin ensemble si tu n’oses pas me parler de ce qui te<br />

préoccupe ?<br />

Il avait passé sa main gentiment sur sa joue et le contact de sa peau lui donna le<br />

courage de parler de ce qui lui semblait à la fois si important et si dérisoire à dire.<br />

- En fait je suis inquiète parce que notre relation … n’a pas été …protégée. Je<br />

veux dire sans préservatif et…ce n’est pas que je doute de toi, mais je ne peux<br />

pas m’empêcher de penser que s’il m’arrivait quoi que ce soit… je ne sais pas<br />

qui s’occuperait de Marie-Claire et elle a besoin de moi.<br />

Franck lui avait laissé chercher ses mots, sans la brusquer. Il était essentiel d’être<br />

honnête avec elle et pragmatique.<br />

- Je n’ai pour ma part aucune raison d’être inquiet mais je te promets de faire au<br />

plus vite des analyses afin de nous rassurer tous les deux. D’accord ? Je pense<br />

d’ailleurs que toi aussi tu devrais faire des analyses. Après tout, j’ai peut-être pris un<br />

risque énorme en me laissant violer dans ta salle de bains.<br />

Dany n’avait pas imaginé un seul instant qu’elle aurait pu représenter le même genre<br />

de menace pour son partenaire. Le regard légèrement taquin que lui renvoya Franck<br />

finit de la rassurer. C’était une bonne idée, en fait la seule chose raisonnable à faire.<br />

Elle prendrait rendez-vous dès lundi et cesserait désormais de se tracasser inutilement.<br />

- Oui, tu as raison. Quand est-ce que je te reverrai ?<br />

Franck était sidéré. Elle semblait n’avoir rien retenu de ce qu’il lui avait annoncé un<br />

peu plus tôt, dans le café. Elle n’avait pas enregistré qu’il serait très pris par son<br />

nouveau contrat et qu’il ne pourrait pas la voir aussi souvent qu’il en avait envie. Il<br />

préféra pourtant ne pas polémiquer, Dany avait été manifestement perturbée par les<br />

événements de la journée –et il y avait de quoi- et c’est de repos dont elle semblait<br />

avoir besoin maintenant, le temps de remettre ses idées en ordre.<br />

- Je t’appelle dès que je peux. Maintenant il faut que j’y aille.<br />

Il l’avait saisie derrière la nuque et attirée contre lui. Elle savoura toute la tendresse de<br />

ce baiser, ignorant les paires d’yeux qui les fixaient depuis l’intérieur du bar. Puis elle<br />

le regarda enfourcher sa 650cc et le suivit du regard jusqu’à ce que la moto ait disparu<br />

de son champ visuel.<br />

101


Steffi avait été incroyablement discrète pour le reste de la soirée. Elle n’avait pas<br />

éprouvé le besoin de poser d’autres questions. Ce qu’elle avait vu lui avait suffi. Elle<br />

n’était pas d’un naturel jaloux et se réjouissait du bonheur tout neuf de Dany. Elle<br />

avait remarqué sa gravité, sa façon de l’envelopper du regard quand elle bougeait<br />

derrière le comptoir, sa fougue quand il l’avait attirée à elle, la manière dont il l’avait<br />

embrassée et surtout la façon dont elle s’était laissé faire, bien que ça ne soit pas dans<br />

ses habitudes de se laisser aller en public. Elle qui rencontrait tellement d’hommes,<br />

vivant toutes les aventures qui se présentaient, elle dont la vie sexuelle lui avait<br />

jusqu’alors semblée si active et donc pleine, réalisait à quel point le vide de ces<br />

rencontres éphémères ne réussirait jamais à combler un besoin d’absolu comme celui<br />

que Franck pouvait offrir à Dany.<br />

Franck avait rappelé trois jours plus tard, trois interminables journées pendant<br />

lesquelles Dany avait été présente à son poste de secrétariat à mi-temps, sans pour<br />

autant arriver à se concentrer sur son travail autant qu’elle l’aurait voulu. Elle avait eu<br />

beaucoup de frappe en retard à rattraper pour l’étude, l’autre personne à mi-temps qui<br />

venait habituellement en fin de semaine ayant eu un décès dans sa famille.<br />

Les actes de vente, donations et autres affaires de succession s’étaient enchaînés sans<br />

répit mais le visage de Franck semblait prendre un malin plaisir à se promener entre<br />

les lignes des documents, venant ainsi troubler sa concentration pendant la journée. Le<br />

soir et le mercredi après-midi, il y avait Marie-Claire pour occuper agréablement son<br />

esprit et le téléphone qui sonnait parfois, mais le plus souvent pour sa fille. Dany avait<br />

beau savoir que c’est l’âge où les pré-ados ont quantité de choses importantes et<br />

insignifiantes à se raconter, elle la suppliait d’abréger ses discussions espérant ainsi<br />

libérer la ligne, au cas où Franck appellerait. Elle s’était juré de ne pas faire le premier<br />

pas, il devait appeler d’abord. Elle avait mis si peu de résistance à se laisser séduire<br />

qu’elle voulait maintenant en avoir le cœur net. Peut-être après tout que Franck ne<br />

manifesterait plus le même enthousiasme, on ne savait jamais avec les hommes et son<br />

expérience sur les amours décevantes était déjà trop longue à son goût. Pourtant, pour<br />

la première fois, en réalisant combien Marie-Claire monopolisait le téléphone de la<br />

maison, elle avait presque envisagé de prendre un portable. Puis le miracle avait eu<br />

lieu. Marie-Claire était au lit, elle-même se sentait terriblement fatiguée et s’apprêtait<br />

à s’allonger avec ses rêves et sa frustration de ne pas avoir de nouvelles. Le téléphone<br />

avait sonné, enfin, pour elle ! Elle avait décroché le combiné et éteint la lumière. Il<br />

était si doux d’entendre la voix de Franck en s’enroulant dans les draps, c’était un peu<br />

comme se coucher à ses côtés. Elle voulait lui dire qu’il lui manquait terriblement, qu’<br />

elle ne pensait qu’à lui et qu’elle avait une envie incroyable de refaire l’amour encore<br />

et encore avec lui. Il devait lire dans ses pensées ou bien être en parfaite osmose avec<br />

elle, car les mots qu’il prononçait étaient ceux qu’elle lui destinait. Mais était-il bien<br />

nécessaire pour elle de parler ? N’était-il pas bien plus merveilleux de s’emplir de ses<br />

mots à lui et de son amour ?<br />

- Franck, tu me manques, murmurait-elle. Raconte-moi ce que tu fais, ce que tu<br />

veux, le son de ta voix me manque… J’ai besoin de t’entendre me parler. Dismoi<br />

que tu ne peux pas te passer de moi, et que toi aussi tu languis de pouvoir<br />

me retrouver et me serrer dans tes bras...<br />

Elle avait à nouveau dix-sept ans, quand elle avait connu ses premiers émois. A<br />

l’époque ses parents ne la laissaient pas téléphoner trop longtemps, cela coûtait cher et<br />

le téléphone devait donc être utilisé avec discernement. Et puis il y avait déjà de l’eau<br />

dans le gaz entre eux et l’atmosphère à la maison était assez morose. Alors elle se<br />

rattrapait en lisant les lettres idéalistes et enflammées que lui écrivait Hervé, enhardi<br />

102


par quelques baisers très chastes qu’ils avaient échangés à la sortie du lycée où le<br />

jeune homme venait parfois l’attendre. A l’époque toutes ces choses étaient très<br />

nouvelles pour Dany. Elle n’avait pas eu beaucoup de temps à elle pour découvrir les<br />

surprises sensorielles qui accompagnent l’arrivée et l’épanouissement de<br />

l’adolescence. Elle avait toujours été très studieuse et soucieuse d’aider à la maison,<br />

surtout les dernières années. Leur père était souvent accaparé par son travail de<br />

représentant et leur mère se fatiguait vite, malgré son extraordinaire volonté. Même<br />

les rares soirs où son père était avec elles, il semblait absent. Dany avait compris<br />

depuis longtemps que quelque chose ne tournait pas rond dans leur couple, mais cela<br />

restait indéfinissable. C’était ainsi, c’est tout. Elle s’occupait au maximum de sa petite<br />

sœur Lisa ; l’aidant à faire ses devoirs. Puis au fil des mois et des années, l’ambiance<br />

avait fini de se dégrader et leurs parents s’affrontaient de façon ouverte en présence<br />

des filles. Alors Dany avait décidé de se préserver et Hervé avait été la solution qui<br />

s’était imposée comme une évidence. Hervé était fou d’elle et elle n’avait eu aucune<br />

difficulté à le convaincre de l’épouser. Il avait trouvé un travail de représentant, ce qui<br />

n’avait pas ravi Dany, pour qui l’exemple paternel n’avait pas été probant. Mais<br />

c’était juste en dépannage, en attendant de trouver autre chose. Elle-même avait<br />

dégoté un emploi de vendeuse dans une boutique de chaussures, pas vraiment le pied<br />

ainsi qu’elle l’avait annoncé avec humour à Hervé, mais suffisant pour leur permettre<br />

de louer un deux-pièces où ils avaient passé quelques mois avant de déménager.<br />

Hervé avait d’abord changé de patron. Il s’était beaucoup investi dans le démarchage<br />

à domicile, ce qui lui avait permis de rapporter de bonnes primes. Il s’était distingué<br />

en réalisant plusieurs mois de suite les meilleurs bénéfices de l’entreprise. Il était<br />

souvent parti sur les routes, parfois plusieurs jours de suite, mais les fins de mois<br />

avaient aidé à oublier ces sacrifices. Et puis, consécration suprême, son patron,<br />

Monsieur Coulard, les avait tous deux invités à dîner pour récompenser les excellents<br />

résultats d’Hervé et discuter ensemble d’avenir et de responsabilités accrues. A bien y<br />

réfléchir, c’est à partir de ce moment là que leurs problèmes avaient réellement<br />

commencé.<br />

Mais ce n’était pas le moment de gâcher cet instant magique par des souvenirs lourds<br />

qu’elle avait jusqu’à présent si bien gardés tassés au fond de son être.<br />

Franck prenait de ses nouvelles et c’était merveilleux. Elle lui expliqua qu’elle avait<br />

été assez perturbée et manquait de concentration au travail, prétendant n’avoir aucune<br />

idée de ce qui avait pu la mettre dans un état pareil…Ils riaient tous deux comme des<br />

enfants et cela lui faisait un bien fou. Elle l’avait pressé de questions sur son nouveau<br />

chantier, ce rival déloyal qui le tenait éloigné d’elle. Il lui donna quelques grandes<br />

lignes de son projet et ses paroles réveillèrent en elle les idées folles qu’elle avait<br />

eues avec Monsieur Jean quand ils avaient visité son nouveau local. Alors subitement,<br />

elle eut envie de parler à Franck de la nouvelle acquisition son patron, avoir son avis<br />

sur les aménagements possibles et lui expliquer pourquoi elle aurait très bien vu ce<br />

futur bar aménagé en petit restaurant de quartier, à la cuisine familiale simple et<br />

généreuse. Et pourquoi elle pensait que Franck devrait jeter un coup d’œil au projet.<br />

Elle attaqua le sujet dès qu’il acheva sa phrase en cours. Il venait de décrire comment<br />

il espérait dans son nouveau travail mettre en valeur les volumes et jouer avec les<br />

matières, elle lui détailla comment de son côté on pourrait tirer partie de la clarté du<br />

local de Monsieur Jean et restaurer une âme accueillante et conviviale pour cet<br />

endroit. Franck écoutait Dany attentivement, heureux de son enthousiasme. Pendant<br />

les six premiers mois où il l’avait connue sans ouvertement révéler son affection et<br />

son attirance prononcée pour elle, il avait eu tout le temps de l’observer. Jamais elle<br />

n’avait montré autre chose qu’une aimable réserve, contrôlant ses émotions sans<br />

103


elâche et s’appliquant à mettre une distance entre elle et tout ce qui pourrait déroger à<br />

ses habitudes et sa vie bien réglée. Du moins jusqu’à leur premier baiser dans la<br />

cuisine, où elle avait ouvert une brèche dans ses remparts et lui avait permis de<br />

s’immiscer jusque dans son coeur. Et voilà que depuis, il lui semblait découvrir une<br />

autre femme. Certes la Dany inquiète et pragmatique avait refait surface en mesurant<br />

les risques qu’elle avait pu prendre en s’oubliant sans protection contraceptive dans<br />

les bras de Franck, mais il retrouvait ce soir au téléphone la nouvelle pétillante et<br />

toujours incroyablement désirable Dany.<br />

Toutefois, au-delà des mots qu’il captait dans l’écouteur, il lui semblait entendre un<br />

message d’une simplicité déroutante. Une évidence que peut-être Dany elle-même<br />

n’avait pas encore formulée consciemment dans son esprit mais qui semblait logique<br />

au vu de la vie professionnellement chargée et difficile qu’elle avait dû affronter seule<br />

pour élever sa fille. Dany aspirait à faire désormais autre chose qu’un mi-temps de<br />

secrétariat assorti d’un autre mi-temps dans un bar de quartier, à ouvrir des bouteilles<br />

et rincer des chopes. Malgré toute l’estime, la loyauté et la reconnaissance qu’elle<br />

pouvait avoir pour monsieur Pierre, elle aspirait désormais à une vie réglée plus<br />

classique et stable. Le plaisir qu’elle avait à faire la cuisine ne pouvait pas à lui seul<br />

expliquer cette incroyable idée de gérer un restaurant, qu’il ne commettait pas l’erreur<br />

de prendre pour une lubie sans fondement.<br />

Et puis il dut interrompre subitement leur conversation, mais il promit de rappeler un<br />

peu plus tard dans la soirée. Dany se sentit terriblement frustrée sur le moment et<br />

l’excitation de l’attente de son prochain coup de fil la força à se relever. Seule sa voix<br />

pourrait à nouveau l’apaiser.<br />

104


Chapitre 25 – UNE SOLISTE TRES DOUEE<br />

Léa souhaitait fêter dignement son anniversaire. C’est à dire qu’elle voulait sortir,<br />

boire, s’amuser, s’oublier. On n’a pas tous les jours 24 ans, et une énorme peine de<br />

cœur à évacuer après s’être fait larguer pour une bimbo typée mexicaine.<br />

Lisa avait trouvé pour Léa le cadeau idéal qui cumulait plaisir des yeux et des oreilles.<br />

Son pianiste préféré lui avait proposé deux billets pour un concert unique avec soliste.<br />

Elle espérait ainsi faire oublier monsieur détartrage à son amie et se réjouissait<br />

d’entendre Gianni le virtuose sublimer Mozart.<br />

Elle était passée prendre Léa chez elle. Elles avaient pris un petit apéro, histoire de<br />

bien commencer la soirée, puis avaient filé en taxi (ça faisait partie du cadeau de Lisa)<br />

à la salle de spectacle.<br />

Le rideau s’était ouvert sur un décor de toile noire tendue, agrémentée de petites<br />

lumières qui scintillaient comme autant d’étoiles par une nuit d’été. Les musiciens<br />

portaient des fracs, la soliste une robe longue noire à la fois sobre et très élégante. Une<br />

orchidée dorée égayait le revers de son boléro.<br />

Les places n’étaient pas dans les premiers rangs mais elles étaient suffisamment près<br />

de la scène pour suivre toutes les émotions sur le visage de l’interprète. L’acoustique<br />

était satisfaisante et les morceaux commencèrent à s’élever, mélancoliques puis<br />

joyeux.<br />

- Trop classe ! avait lancé Léa, presque sans voix.<br />

- C’est vrai qu’il est particulièrement élégant, avait approuvé Lisa tout aussi<br />

doucement.<br />

- Quelle beauté ! Elle était subjuguée.<br />

- Remets-toi. Je savais qu’il te plaisait, mais tu n’en faisais pas des tonnes la<br />

dernière fois que tu l’as vu.<br />

- A tomber. D’ailleurs heureusement qu’il est assis.<br />

- Je ne vois pas le rapport.<br />

- Et quelle harmonie !<br />

- Oui.<br />

- Quelle voix !<br />

- Mais de quoi tu parles ? Ce n’est pas sa voix, c’est un piano. T’es déjà<br />

beurrée, ou quoi ?<br />

- Mai non, elle. Regarde-la.<br />

- Tu t’intéresses aux filles maintenant ?<br />

- Et lui, regarde-le. Comme il la regarde.<br />

Lisa fut plus attentive à détailler les contours délicats de ce visage expressif qui<br />

produisait ces sons merveilleux. Certes, cette fille était belle. Ou plutôt non. Elle était<br />

magnifique, magnétique. Elle rayonnait. Elle captait l’attention, elle attirait tous les<br />

regards. Elle monopolisait SON regard.<br />

Ses mains couraient sur le clavier, accrochaient les touches et distribuaient les notes<br />

avec légèreté voire avec désinvolture. Mais ses yeux semblaient ancrés dans le profil<br />

de la sublime soliste. Perfide Kaa qui emberlificote Mowgli. Dangereux joueur de<br />

pipeau qui les entraîne tous à sa suite pour mieux les noyer.<br />

Il fallait se rendre à l’évidence. Lisa n’aimait pas cette fille. Trop douée pour être<br />

aimable. Trop belle pour être honnête. Il faudrait d’ailleurs qu’elle en touche deux<br />

mots à Gianni. Il ne pouvait rester dupe.<br />

105


Léa se délecta jusqu’au dernier soupir, jusqu’à la dernière ronde. Les autres<br />

spectateurs avaient aussi apprécié et applaudissaient à tout rompre. Pas moins de 4<br />

rappels firent revenir la soliste en scène. Lisa était stupéfaite. Non mais, pour qui se<br />

prenait-elle pour se permettre ces sourires aussi ouvertement aguicheurs ?<br />

Léa remercia Lisa avec effusion pour ce merveilleux moment qui touchait à la<br />

perfection. Lisa se réjouit, mais nota qu’au moins deux verres avaient été de trop et<br />

qu’il était temps d’aller manger, avant de continuer la soirée. Son téléphone sonna.<br />

C’était Gianni.<br />

- Ciao, Gianni. Et félicitations pour ce concert, c’était magique.<br />

- Content que ça t’ait plu. Tania, la soliste, est extraordinaire, n’est-ce pas ?<br />

- Oui absolument, Léa aussi est ravie.<br />

Non mais il n’allait pas s’y mettre lui aussi avec cette prétentieuse !<br />

- Vous voulez que je vous la présente ?<br />

- Nous présenter la soliste ?<br />

- Oh oui ! piaffa Léa.<br />

- Elle est sûrement déjà très sollicitée, essaya Lisa pour se sortir de ce mauvais<br />

tour.<br />

- Oui c’est vrai, mais si je le lui demande, elle se fera un plaisir de vous<br />

rencontrer.<br />

Voyez ça, quelle chance. On tombait dans la pure mièvrerie. Au secours, sauvez-moi.<br />

- Bon eh bien deux minutes alors.<br />

- Oh super, merci.<br />

Non pitié Léa, n’en rajoute pas.<br />

- Retrouvez-moi dans les coulisses, côté cour. A de suite Ciao.<br />

Gianni avait raccroché. Impossible de faire marche arrière.<br />

Les coulisses étaient bondées. Léa fut très efficace pour se frayer un chemin jusqu’à<br />

la loge de la star de la soirée. Lisa suivit de mauvaise grâce.<br />

- Toc toc, lança-t-elle, toute émoustillée à l’idée d’approcher les artistes.<br />

- Entrez. Bonjour Léa. Je vous présente Tania Lenkova. Tania, ce sont les amies<br />

dont je t’ai parlé, Léa et Lisa.<br />

- Enchantée. Les amis de Gianni sont toujours les bienvenus. Elle avait une<br />

douceur dans le regard et une bienveillance dans la voix que Lisa ne put<br />

s’empêcher de trouver sirupeuses.<br />

- Comment vous êtes-vous connus ? demanda Léa.<br />

- Nous avons travaillé ensemble pendant la tournée en Allemagne cet hiver, et<br />

nous avons décidé de continuer notre…coopération. Tout en parlant avec un<br />

léger accent slave, elle s’était rapprochée de Gianni et avait posé sa main sur<br />

son épaule avec délicatesse.<br />

- C’est un honneur et un plaisir de jouer avec Tania. C’est une grande artiste<br />

dans son pays, vous savez. Il avait à son tour posé sa main sur celle de la<br />

chanteuse, et enveloppé son compliment d’un sourire aimable.<br />

- Et c’est quoi son pays ? avait demandé Lisa à Gianni, frisant les limites de la<br />

bienséance, à deux doigts d’ignorer la présence de sa rivale. Car c’était bien<br />

cela dont il s’agissait. Tania la douce, Tania la sublime, Tania la grande artiste<br />

dans son pays, risquait de mettre le grappin sur le merveilleux, le très beau,<br />

l’enchanteur pianiste, qui partirait faire tout un tas de tournées avec elle et<br />

abandonnerait leur petite chorale de Saint Antoine. La garce !<br />

- Je viens d’Estonie, répondit gentiment Tania. Là où je vis, beaucoup d’enfants<br />

chantent et font de la musique, ça fait partie de notre vie.<br />

106


C’était donc ça, le secret de ce teint clair, ces pommettes saillantes et ces grands yeux<br />

bleus. Lisa ne s’avouait pas vaincue. Elle arriverait à la faire sortir de ses gonds. Il<br />

fallait que Gianni voie bien qu’elle n’était pas comme il y paraissait. Il ne devait pas<br />

se laisser embobiner.<br />

- Et où ça se trouve, l’Estonie ? demanda-t-elle en espérant la vexer.<br />

- C’est au nord-ouest de la Russie, un petit territoire au bord de la Baltique.<br />

- Voilà quelque lacune en géographie qu’il faudra songer à combler, avança<br />

Gianni, un tantinet agacé par le manège de Lisa.<br />

- Mais c’est tout petit Gianni, il est normal que beaucoup de gens n’en aient pas<br />

entendu parler.<br />

Tania se montrait conciliante et apaisante. C’était écoeurant. C’était trop. Lisa déclara<br />

forfait et annonça que Léa et elle avaient plein de choses à fêter encore et qu’elles<br />

devaient hélas déjà partir mais qu’elles avaient adoré le spectacle et qu’elle espérait<br />

que beaucoup d’autres grandes chanteuses viendraient encore d’Estonie. Et au revoir.<br />

Gianni la suivit dans le couloir, hors de la loge et la saisit par le bras.<br />

- Lisa, qu’est-ce qui se passe ?<br />

- Comment ça ? Aïe, tu me fais mal.<br />

- Excuse-moi. Il la lâcha. Ce fut encore plus douloureux. Je ne t’avais encore<br />

jamais vue aussi… agressive.<br />

Tu veux dire limite méchante.<br />

- Pardon. Je ne sais pas ce qui m’a pris. J’ai un peu bu ce soir. Et puis… c’est<br />

vrai elle est très belle, très talentueuse. Et vous êtes mignons tous les deux<br />

quand elle pose sa main sur ton épaule, et que tu la couves du regard.<br />

Gianni la fixait étrangement. Ce fut plus qu’elle ne pouvait en supporter.<br />

- Allez Léa, on s’arrache.<br />

- Ciao Gianni et félicitations, c’était gé-nial !<br />

- Ciao Léa. Au revoir Lisa.<br />

Elle lui avait fait un signe de la main en partant, sans même se retourner.<br />

Gianni se demandait si Lisa n’était pas un tantinet jalouse du succès de Tania. Il en<br />

éprouva un sentiment indéfinissable. Il la suivit du regard tandis qu’elles gagnaient la<br />

sortie. Puis il retourna dans la loge, retrouver sa partenaire entourée d’autres<br />

admirateurs venus la féliciter. Même quand elle se mettait en colère, Lisa était<br />

décidément très jolie.<br />

107


Chapitre 26 – PETITS CADEAUX ENTRE AMIS<br />

La préparation du passage à l’Euro commençait à demander beaucoup d’attention et<br />

de préparation côté européen, mais aussi des visites régulières de coordination avec<br />

les filiales asiatique et américaine du groupe. Lucas de Bès s’était absenté<br />

régulièrement ces derniers mois, et devrait repartir prochainement aux Etats–Unis. Il<br />

devait y aller avec Mélinda et demanda à Gilbert d’assurer son remplacement pour un<br />

certain nombre de rendez-vous et de réunions qui devraient être maintenus en son<br />

absence.<br />

- Voilà globalement ce que j’attends de vous. Pour les relevés hebdomadaires,<br />

le programme de Lisa permet d’extraire rapidement les informations et de<br />

préparer le tableau de bord pour la revue avec Monsieur Sens.<br />

- Pour les accès au système central, y a-t-il besoin de codes ?<br />

- A priori vous n’en avez pas besoin.<br />

- Oui c’est vrai, sauf si, comme le mois dernier, les sauvegardes ne fonctionnent<br />

pas et qu’il faut intervenir manuellement. C’est juste au cas où, mais si ça vous<br />

pose un problème, on se débrouillera sans les données.<br />

- Oui bien sûr. Je vous laisserai aussi les codes. Mais en cas de problème,<br />

référez-vous à Serge Amantin, l’adjoint de Mélinda. Il sera de bon conseil en<br />

toute situation.<br />

- Vous pouvez compter sur moi.<br />

D’autres consignes, nombreuses, avaient suivi. Puis Lucas avait pris congé de Gilbert<br />

pour pouvoir terminer ses affaires en cours et notamment préparer sa conférence<br />

téléphonique avec Mélinda et l’état-major de New-York, en vue de leur prochain<br />

voyage.<br />

Mélinda était surbookée avant son départ à New-York et avait chargé Lisa de mille<br />

corvées à terminer pendant son absence. Un dossier présentait une incohérence<br />

d’échéance de remboursement, et Lisa voulut demander conseil à sa chef. Elle en<br />

profiterait pour lui emprunter sa méga-agrafeuse qui permettait de relier les grosses<br />

liasses de feuilles, alors qu’elle-même ne disposait que d’une mini qui était juste<br />

bonne à épingler un maximum de cinq feuillets.<br />

Lisa toqua à la porte du bureau, mais Mélinda ne s’y trouvait pas. Elle repoussa la<br />

porte, entra dans la pièce puis avisa le tiroir du meuble entrouvert qui laissait<br />

apparaître la méga-agrafeuse qui lui serait si utile. Elle avança de deux pas, s’enhardit<br />

jusqu’au tiroir qu’elle ouvrit plus complètement, retira précautionneusement la mégaaccroche-tout<br />

et utilisa l’objet convoité pour donner un aspect plus rangé au dossier<br />

qu’elle devait traiter pour cause de délai de paiement. Et hop, je t’agrafe les clauses<br />

du contrat, et paf, je rassemble les courriers au client, et toc j’épingle les nouveaux<br />

échéanciers, et vite je remets la méga-agrafeuse dans le tiroir avant que ma chef ne me<br />

prenne en flag en train de fouiller son tiroir et….mince alors !: Qu’est-ce que c’est<br />

que ce truc au fond du tiroir ? Il ne s’agit que d’un bout de bois sculpté et pourtant<br />

quelque chose interpelle Lisa . Et voilà que malgré elle, alors qu’elle mesure les<br />

risques qu’elle encourt à fouiller dans les affaires de son boss, une force inconnue<br />

pousse Lisa à ouvrir plus en avant le tiroir pour dégager l’objet si curieux. Elle<br />

regarde sans la toucher cette épingle à cheveux, ou plutôt ce peigne pour retenir les<br />

mèches rebelles. Elle l’a vu plusieurs fois émerger de la chevelure de Mélinda,<br />

retenant en chignon sa tignasse épaisse. Mais elle n’avait jamais pu jusqu’à présent<br />

regarder la beauté stupéfiante de l’objet. Une sculpture à la fois sobre et délicate, une<br />

108


forme élancée et ronde à la fois. Un bois sombre avec des marbrures, comme des<br />

veines. Un motif à la fois original et pourtant déjà vu. Voilà ça y est. Ca lui revient.<br />

C’était il y a quelques mois, elle suivait un exposé détaillé sur le folklore, les<br />

croyances et l’artisanat africain. On lui avait expliqué les pouvoirs magiques qui<br />

poussaient deux êtres partageant certains objets à connaître un attachement sans faille.<br />

En fait, cet objet ressemblait à s’y méprendre au cadeau que lui avait fait Lucas. La<br />

brosse montée sur une monture en bois sculpté était assortie au peigne que Mélinda<br />

utilisait régulièrement pour retenir sa chevelure. Etait-il possible que Lucas offre à<br />

toutes ses collègues de travail ses souvenirs de voyage ? Elle repoussa le tiroir, perdue<br />

dans ses pensées, et retourna pensive et un peu déconfite dans son bureau. Karine nota<br />

son air sombre et lui demanda la raison pour cette petite mine triste alors qu’il faisait<br />

si beau dehors.<br />

- Je crois que Lucas et Mélinda sont amis. Du moins, suffisamment pour se faire<br />

des petits cadeaux.<br />

- ….<br />

- Tu le savais ?<br />

- Je savais quoi ? Qu’ils sont amis ou qu’ils se font des petits cadeaux ?<br />

- ….<br />

- Tu sais, ça n’a pas grande importance. Ce sont les chefs de cette boîte, ils ont<br />

certaines relations, et nous ne faisons pas partie de leur monde.<br />

- Mais Lucas est différent. Je veux dire, il peut être si gentil…<br />

- Ne m’en veux pas si je suis un peu trop directe, mais Lucas de Bès n’est pas<br />

très gentil. Même si vous chantez dans la même chorale, même s’il t’a aidée<br />

depuis que tu es arrivée chez Crédit-Fians, crois-moi cet homme n’est pas ce<br />

que j’appellerais un gars gentil.<br />

- Mais pourquoi elle ?<br />

- Parce que c’est une collègue dont il est assez proche. Elle est ambitieuse,<br />

intelligente. Et les hommes aiment les salopes.<br />

- Tu exagères, il ne s’agit que d’une épingle à cheveux.<br />

Karine ne se voyait pas raconter à Lisa la partie de jambes en l’air sur la<br />

photocopieuse ni les gémissements de Mélinda sous les assauts répétés de Lucas de<br />

Bès. A quoi bon torturer cette petite ? La vie devait lui réserver suffisamment d’autres<br />

bonnes surprises pour ne pas s’appesantir sur les hasards sordides du destin. Tomber<br />

amoureuse d’un chef qui couche avec son propre supérieur, c’était d’un banal<br />

affligeant et ça ne durerait qu’un temps. Lisa finirait bien par trouver son Gilbert et<br />

laisser aux oubliettes l’énigmatique Lucas de Bès.<br />

- Tu as raison. Si encore ça avait été un diamant de dix carats, on aurait pu en<br />

faire des gorges chaudes. Mais pour une barrette à cheveux, y’a vraiment pas<br />

de quoi se taper le derrière par terre. Alors voilà ce que je te propose. Ce soir<br />

on boucle à dix-sept heures trente, et tu nous accompagnes avec Gilbert au<br />

cinéma.<br />

- C’est gentil mais c’est mardi et j’ai mon cours de chant.<br />

- Alors, si tu vas chanter avec ton pianiste, je n’essaye même pas de te retenir.<br />

Karine lui avait lancé un clin d’œil accompagné d’un geste du poignet qui signifiaient<br />

j’ai compris, on ne fait pas le poids avec ton beau gosse, vas-y à fond et profite.<br />

Ce soir-là au cinéma, avant le début de la séance, Gilbert expliqua à Karine qu’il était<br />

chargé de préparer le prochain rapport hebdomadaire pour M Sens.<br />

- Avec le programme de Lisa, c’est devenu un jeu d’enfant, même toi tu devrais<br />

y arriver sans trop de difficultés, ajouta-t-elle, taquine.<br />

109


- Tu as raison. Et puis, j’ai les codes pour accéder aux données centrales, au cas<br />

où il y aurait un problème de down-load comme le mois dernier. Il avait lancé<br />

cette information de façon anodine, en gobant son pop-corn avec application.<br />

Karine avait instantanément retrouvé son sérieux.<br />

- Tu veux dire que tu vas pouvoir chercher ce qui cloche dans les données<br />

extraites par Lisa sur le PC de Mélinda ?<br />

- Disons que j’aurai accès au fichier central et que je peux procéder à certaines<br />

vérifications qui permettront de peaufiner le programme de ta collègue.<br />

- Tu sais ce que tu risques, s’ils découvrent que tu te mêles de ce qui dépasse le<br />

cadre de tes responsabilités ?<br />

- Eh bien, après mûre réflexion, je pense que je risque d’un côté un blâme avec<br />

absence d’augmentation pendant un bon bout de temps - ce qui ne m’effraie<br />

pas plus que ça maintenant que j’ai trouvé une femme qui peut m’entretenir….<br />

- N’y compte pas trop si tu veux mon avis….<br />

- ..d’un autre côté, c’est une opportunité unique pour aider ta collègue non<br />

seulement à régler son problème de programmation, mais aussi à voir plus<br />

clair dans la personnalité du fascinant patron du dix-huitième étage…<br />

- Si seulement ça pouvait l’en guérir ! Je n’ai pas eu le courage de lui dire que<br />

Mélinda et lui sont amants.<br />

- Inutile. Et j’adore l’idée d’être le seul avec toi à connaître cette anecdote<br />

croustillante.<br />

Le noir se fit dans la salle et la séance commença. Karine se délectait à l’avance du<br />

film à venir. Celui sur l’écran, mais aussi et surtout de celui qui raconterait la chute et<br />

décadence de patrons véreux dans une banque très chic à envergure internationale.<br />

110


Chapitre 27 - LES FANTOMES DU PASSE<br />

Franck avait préparé des émaux et la cuisson s’avèrerait délicate. Ces essais lui<br />

permettraient de choisir définitivement les formes et couleurs des motifs dont il<br />

souhaitait décorer la voûte de la pièce centrale. Alors qu’il ouvrait la porte du four de<br />

cuisson pour retirer les godets emplis de matière en fusion, le souffle chaud fit<br />

remonter en lui d’autres souvenirs. Ses vieux fantômes bien-aimés revenaient<br />

régulièrement le hanter pendant les nuits glacées de solitude. Et maintenant que son<br />

cœur recommençait lentement à se réchauffer, ils se rebellaient et remontaient à la<br />

surface. Pourtant il n’avait rien renié et payé sa peine d’un oubli de soi total pendant<br />

dix longues années. Les voix du passé avaient été conciliantes tant qu’il avait continué<br />

à avancer seul vers l’avenir. Mais aujourd’hui il entrevoyait une lueur d’espoir qui<br />

éclairait à nouveau le couloir de sa vie et il entendait continuer à progresser vers la<br />

lumière, même si au départ il devait être quelque peu aveuglé par le contraste de<br />

luminosité. Une partie de lui essaierait bien sûr de le dissuader à s’exposer, pour<br />

retrouver le confort sécurisant de l’obscurité et du renoncement. Mais cette fois-ci, il<br />

ne se laisserait pas faire. Il ferait ce qui serait nécessaire pour apaiser ses vieux<br />

démons et les faire taire définitivement.<br />

Il alla droit vers le placard, sortit la boîte de gâteaux décorée en fer qu’il avait<br />

toujours gardée précieusement depuis cette nuit terrible. Puis il s’assit, regarda les<br />

photos, caressa plusieurs fois le visage de Camille, saisit le carré de tissu qu’elle avait<br />

brodé avec tant d’amour et le pressa sur son visage. Il y avait longtemps que toute<br />

odeur avait disparu de ces objets, mais le souvenir et la douleur avaient été tenaces.<br />

Il se rappelait encore maintenant combien elle était douce et fragile et qu’il l’avait<br />

aimée depuis son enfance. Tout petits, ils avaient déjà partagé une tendre complicité<br />

et jouaient à imiter la vie des grands qui les entouraient avec bienveillance. Camille<br />

était la joie et la vie et son cœur était plein des fous rires de gosse qu’ils avaient<br />

partagés. Un hasard de voisinage les avait mis en présence depuis tout petiots et rien<br />

ne semblait pouvoir les séparer jamais. En grandissant, leur amitié complice avait fait<br />

part à une grande confiance. Même à l’école, ils n’avaient que peu de temps pour<br />

d’autres amis, tant ils avaient besoin de se retrouver après chaque cours. Ils avaient<br />

toujours quelque chose à se raconter mais savaient aussi passer de longs moments<br />

sans rien se dire, en dégustant leurs silences partagés. Ils avaient parfois été séparés,<br />

le temps des vacances d’été puis quand la maman de Camille avait été très malade et<br />

qu’elle avait dû aller passer quelques semaines chez une tante, dans une bourgade<br />

située à une vingtaine de kilomètres. Franck avait alors un nouveau vélo, qui s’était<br />

avéré providentiel. Il avalait sans regret matin et soir de chaque fin de semaine les<br />

kilomètres qui le séparaient de la douce Camille. C’est à ce moment-là que les adultes<br />

autour d’eux comprirent qu’ils étaient faits l’un pour l’autre, avant qu’eux-mêmes ne<br />

le réalisent. Seule sa grand-mère, qui adorait Franck, ne voyait toujours en lui qu’un<br />

enfant. Franck rendait bien son affection à sa grand-mère et parlait parfois avec elle<br />

de ses plans de vie commune avec Camille. Car il lui devenait évident qu’elle serait la<br />

femme de sa vie.<br />

Dès quatorze ans, Franck était déjà grand et bien charpenté. Il faut dire qu’il aidait<br />

beaucoup son père à bricoler à la maison et sa mère à travailler au jardin. Puis l’état<br />

de santé de la mère de Camille avait fini de se détériorer. La petite boule était devenue<br />

vilaine tumeur avant de broyer définitivement la mère de Camille dans la douleur, son<br />

père dans le chagrin et la jeune fille dans une inconsolable séparation. Quand son<br />

111


épouse avait été reprise par la terre, son veuf n’avait pu rester dans la maison qui lui<br />

rejetait jour après jour les images du bonheur disparu. C’est ainsi que Camille partit<br />

loin alors qu’elle n’avait pas treize ans, arrachée à son enfance insouciante et heureuse<br />

et à son bien-aimé complice depuis l’enfance. C’est ainsi que Franck avait perdu<br />

Camille une première fois.<br />

Il avait travaillé pour grandir plus vite et gagner l’autonomie de retrouver sa « petite<br />

sœur » de coeur. Ses parents se réjouissaient de son entrain au travail, mais c’était sa<br />

grande sœur Anna qui en avait compris la première les vrais raisons.<br />

Alors elle avait longuement discuté avec son frère, qu’elle adorait par-dessus tout.<br />

Malgré leurs cinq années de différence, elle s’était toujours sentie proche et<br />

responsable de l’épanouissement de son cadet, dans une maison où personne n’avait<br />

jamais manqué d’amour mais où les vies bien réglées et simples de leurs parents ne<br />

pourraient suffire à répondre aux aspirations des jeunes adultes qu’Anna et Franck<br />

devenaient.<br />

Franck continuait à construire sa vie pour Camille, pour la retrouver. Ils ne<br />

s’appelaient que de temps en temps mais s’écrivaient régulièrement. Pendant les<br />

vacances, Franck aidait ses parents à la maison, quant à Camille elle avait eu des<br />

velléités de revenir, toujours empêchée d’une façon ou d’une autre par son père qui ne<br />

voulait plus entendre parler de ce qui pouvait faire ressurgir un lien aussi ténu soit-il<br />

avec les longs mois d’agonie et de souffrance de son épouse défunte mais toujours<br />

bien aimée. Le temps passait, parfois interminable puis occasionnellement plus<br />

rapide. Franck avait eu son baccalauréat et avait à son tour entrepris des études qui lui<br />

permettraient de garder le contact avec les activités manuelles qu’il affectionnait, tout<br />

en gagnant suffisamment sa vie. L’architecture était une voie prenante mais qui le<br />

passionnait et il avait décidé de s’y investir à plein temps. Il occupait en semaine une<br />

chambre exigüe simplement meublée d’un bureau et d’une chaise, qui lui permettaient<br />

de se dédier pleinement à l’étude des matériaux et de la décoration. Il rentrait en fin<br />

de semaine pour retrouver sa famille et écrire à Camille, en attendant que la vie les<br />

réunisse à nouveau.<br />

D’un coup, l’année de ses vingt ans, tout s’était accéléré. Sa grand-mère était morte,<br />

emportant avec elle les derniers vestiges de l’enfance simple et heureuse de Franck.<br />

Camille avait atteint sa majorité et quitté son père, se passant de son accord pour<br />

pouvoir retrouver enfin celui dont elle voulait être l’ombre, l’écho de son propre<br />

souffle. Avec l’accord de sa famille, Franck avait accueilli Camille chez eux en<br />

promettant de l’épouser dès la fin de ses études. Elle occuperait la chambre de la<br />

grand-mère en attendant l’officialisation de leur union, c’était la seule condition<br />

qu’avaient mis les parents de Franck pour qu’elle puisse rester. Elle était la force qui<br />

le poussait à travailler dur pendant la semaine et le doux réconfort auprès duquel il<br />

s’abandonnait avec confiance dès qu’il pouvait rentrer à la maison.<br />

Franck et Camille respectèrent le pacte de ne jamais s’aimer sous le toit des parents de<br />

Franck avant leur mariage, que l’on pourrait célébrer dès l’été prochain. Mais l’amour<br />

le plus pur et le plus innocent ne mène-t-il pas logiquement à la fusion totale de deux<br />

jeunes êtres quand ceux-ci ont tant à partager et déjà si longtemps attendu ? Les<br />

longues promenades que Camille et Franck avaient entreprises dès leurs retrouvailles<br />

leur avaient permis de retrouver une intimité propice pour se raconter de vive voix<br />

leurs histoires et leurs frustrations d’avoir été si longtemps séparés. Leurs mains unies<br />

pour ce contact nécessaire qui leur avait tant fait défaut, ils marchaient dans la<br />

campagne environnante, jusqu’à trouver un caillou plat ou une souche d’arbre sur<br />

lesquels ils pouvaient se poser et mélanger leurs regards heureux.<br />

112


Ils avaient alors vingt et dix-huit ans, mais avaient gardé, comme suspendus hors du<br />

temps, l’innocence de l’époque où ils n’en avaient encore que douze et quatorze,<br />

avant que la terrible maladie de la mère de Camille ne les arrache l’un à l’autre.<br />

Cela avait presqu’un côté surnaturel, cette façon de se sentir si bien avec l’autre tout<br />

en ayant le sentiment que quelque chose avait réellement changé et qu’il y avait dans<br />

leur équation un nouveau paramètre. La connaissance du visage aimé était<br />

délicieusement troublée par ce changement subtil qui transforme une fillette en jeune<br />

femme et un adolescent en homme. Mais plus encore que les hormones en mutation,<br />

c’était bien le temps et la séparation qui avaient fait mûrir en eux ce désir qu’ils<br />

découvraient, troublés, sans chercher à le cacher l’un à l’autre.<br />

Camille avait la peau douce et ses yeux noisette, si rieurs au-dessus de ses tâches de<br />

rousseur, avaient reflété une extraordinaire gravité quand il s’était approché d’elle<br />

pour l’embrasser dans cette clairière déserte. Elle avait su avant lui qu’il leur serait<br />

impossible de se détacher avant d’aller au bout de leur désir, qui de lancinant était<br />

devenu dévastateur par le simple échange de leurs regards assoiffés l’un de l’autre.<br />

Camille avait immédiatement senti au plus profond d’elle-même qu’elle portait le<br />

fruit de son amour. Elle ne savait pas comment le dire à Franck, mais comme toujours<br />

il avait été merveilleux avec elle. Il prenait la nouvelle comme un cadeau du ciel et<br />

redoublait de douceur, si c’était encore possible, avec la future maman. Au début,<br />

Franck avait demandé à Anna d’assister Camille pour une visite de confirmation. Il<br />

était important de bien suivre la grossesse dès le début mais il préférait être sûr de la<br />

nouvelle avant d’informer ses parents, qui risquaient d’être un peu bousculés par<br />

l’annonce et qu’il avait à cœur de ménager.<br />

Anna avait été incroyablement chouette et efficace. Elle avait prétexté une journée de<br />

shopping entre jeunes pour les emmener tous les deux, un samedi matin, chez une<br />

gynécologue. Franck avait insisté pour être là et pour que le spécialiste n’exerce pas à<br />

moins de cinquante kilomètres, afin d’être sûr de ne croiser personne de connu qui<br />

puisse vendre la mèche avant qu’eux-mêmes ne décident d’informer la famille.<br />

L’examen s’était révélé concluant. La découverte du minuscule haricot sur l’écran de<br />

l’échographie avait été particulièrement émouvante. Le soir même, alors que la<br />

douceur de mai avait fleuri les vergers, Franck avait parlé à ses parents. Ils avaient été<br />

visiblement contrariés d’apprendre que la naissance prévue pour décembre précèderait<br />

de six bons mois le mariage qu’ils commençaient déjà à organiser, épargnant mois<br />

après mois une somme qu’ils avaient de réserve pour Anna mais qu’ils ne pensaient<br />

pas investir si tôt pour leur cadet qu’ils trouvaient encore si jeune.<br />

Pour sa dernière année d’études de célibataire, Franck mit les bouchées doubles, en<br />

acceptant un emploi de gardiennage de nuit, qui lui permettait pendant la semaine de<br />

bûcher ses cours tout en gagnant un peu d’argent qu’il mettait de côté pour installer<br />

prochainement sa famille. Les fins de semaine, il prenait à peine le temps de se<br />

reposer pour profiter au maximum de sa famille et surtout de Camille. La deuxième<br />

échographie en juillet leur avait permis de connaître le sexe de l’enfant, mais ils<br />

n’avaient rien dit pour préserver la surprise jusqu’au moment de la naissance. La<br />

venue du bébé serait un merveilleux cadeau pour le Noël de ses vingt et un ans. Après<br />

la douceur nostalgique de septembre, octobre était venu avec ses palettes de vert jaune<br />

et orangé que seul novembre sait transformer en un flamboiement doré, rouge puis<br />

brun foncé. Les nuits étaient fraîches et humides et le ventre de Camille avait gonflé<br />

jour après jour, comme pour préserver l’environnement doux et serein de l’été pour le<br />

bébé. Camille était de plus en plus belle, transfigurée par son amour pour Franck et<br />

par l’enfant qu’ils élèveraient ensemble. Le bébé était à son aise, il commençait à lui<br />

113


comprimer les côtes déclenchant quelques douleurs qui l’empêchaient certaines nuits<br />

de trouver un sommeil réparateur.<br />

Ce samedi de novembre, Franck avait dû écourter son week-end et comme tous les<br />

soirs suivant son départ de la maison, il avait appelé pour dire qu’il était bien arrivé.<br />

Camille était inquiète de nature et n’avait pas l’esprit tranquille jusqu’au coup de fil<br />

de Franck.<br />

Camille étant à la fin de son huitième mois de grossesse, il fallait être prêt à toute<br />

éventualité. Sa valise pour la maternité était faite et les numéros d’urgence bien en<br />

vue sur la commode de l’entrée, à côté du téléphone, en cas de besoin.<br />

Aucun numéro n’aurait pu l’aider ce soir-là dans la vision terrifiante qui l’avait<br />

secouée pendant son sommeil. Elle se voyait, assise dans un wagon, regardant le<br />

paysage verdoyant qui défilait par la fenêtre. Ce n’était pas son visage et elle n’était<br />

pas enceinte, mais elle savait que c’était elle, qui se trouvait dans ce wagon qui<br />

subtilement, s’était détaché du train qui le tractait, pour emprunter une autre voie. Les<br />

autres personnes dans le compartiment ne voyaient pas que le paysage était en train de<br />

changer, que le wagon prenait de la vitesse. Elle voulait les prévenir mais elle ne<br />

pouvait pas parler et le wagon allait toujours plus vite, le paysage devenait<br />

terriblement désolé, de plus en plus sombre. Elle savait qu’ils allaient atteindre un<br />

tunnel sombre à l’issue duquel ils déboucheraient immanquablement sur un ravin<br />

vertigineux, mais personne ne semblait se soucier de la vitesse toujours plus affolante<br />

ni de l’isolement de ce wagon devenu fou. L’angoisse l’oppressait, elle restait<br />

pourtant muette, et le tunnel ouvrait sa bouche sinistre et menaçante alors que les<br />

autres passagers continuaient à deviser de façon anodine. Au moment d’être happés<br />

par l’obscurité, Camille avait vu à travers la vitre un visage immobile et impuissant<br />

qui la fixait, réalisant la situation mais sans pouvoir l’aider. Alors elle s’était réveillée<br />

en sursaut, moite d’angoisse, et la douleur qui l’oppressait en rêve dans la poitrine<br />

semblait avoir durci son ventre, qui commençait à se raidir. Elle avait allumé la lampe<br />

et levé des yeux interrogatifs vers le tableau qui renvoyait le regard à la fois doux et<br />

lointain de la grand-mère de Franck, ce même regard qui la fixait quelques secondes<br />

auparavant de façon insistante et inutile dans son rêve.<br />

Camille avait immédiatement appelé Franck, n’osant réveiller personne autour d’elle<br />

à cause d’un cauchemar idiot. La voix de Franck l’avait immédiatement apaisée, elle<br />

lui avait raconté ce rêve horrible et se reprochait de s’être laissé impressionner, mais<br />

le durcissement qui reprenait dans son ventre lui avait indiqué qu’il faudrait abréger<br />

cette conversation et songer à réveiller Anna. Elle avait raccroché en lui disant qu’elle<br />

l’aimait et qu’elle lui donnerait des nouvelles dès que possible. C’était la dernière<br />

fois qu’il avait parlé avec Camille, c’était il y a presque onze ans. Déjà.<br />

Sa décision était prise. Après quelques minutes d’un dialogue silencieux, Franck finit<br />

par se lever, rangea la boîte en fer et tous les objets précieux qu’elle contenait puis<br />

enfila son blouson et sortit.<br />

114


Chapitre 28 - UN DEBUT DE VIE DE FAMILLE<br />

Quand il la rappela enfin, Dany poussa un soupir de soulagement. Il y avait eu des<br />

bruits dans le lotissement et elle n’aurait pu fermer l’œil sans entendre à nouveau sa<br />

voix chaude et rassurante:<br />

- J’ai cru que tu ne rappellerais pas…<br />

- Je suis désolé, j’avais des choses à faire qui ne pouvaient pas attendre. Tu<br />

sais…J’ai bien vu que tu étais inquiète l’autre jour et je voulais te dire aussi<br />

que j’ai fait faire mes analyses. J’ai eu les résultats, tout est normal, si tu veux<br />

je te montrerai les résultats dès qu’on pourra se revoir.<br />

- Je m’en veux, tu sais, j’ai dû te sembler stupide, je ne voulais pas être<br />

désagréable avec toi. En fait, personne ne m’avait fait autant de bien que toi<br />

depuis très longtemps, mais je crois que j’ai eu peur. C’est tellement soudain,<br />

je me suis sentie dépassée un moment et j’ai paniqué. Mais maintenant tout va<br />

bien… En fait, j’ai acheté des préservatifs dès lundi parce que… j’ai très envie<br />

de refaire l’amour avec toi.<br />

- Et tu ne voudrais pas me transmettre une éventuelle maladie que tu aurais pu<br />

attraper, répondit Franck doucement pour la taquiner un peu.<br />

- Tu as raison, je ne m’étais pas posé la question dans ce sens. Mais ma vie<br />

sentimentale a été un désert total depuis tellement d’années que je ne pensais<br />

pas pouvoir présenter un quelconque danger pour le redoutable séducteur que<br />

tu es !<br />

- J’aurais tellement envie de te séduire en ce moment…Sa voix était<br />

enveloppante, presque hypnotique et c’était la seule chose tangible à laquelle<br />

elle souhaitait se raccrocher.<br />

- Et moi donc…tu me manques tellement Franck. Tu m’as fait connaître un<br />

sublime bonheur et je me sens maintenant perdue loin de toi.<br />

- Moi je suis dehors et je regarde le ciel. Je cherche une étoile filante qui<br />

pourrait exaucer mes vœux les plus chers….<br />

- Attends, je mets mes chaussons et je vais aller dans le jardin pour regarder le<br />

ciel comme toi. Ces téléphones sans fil étaient une trouvaille, ils permettaient<br />

une réelle liberté de mouvement.<br />

- Je souhaite pouvoir à nouveau te serrer fort entre mes bras, ajouta-t-il dans un<br />

souffle …tu vois, ça marche !<br />

Dany venait d’ouvrir la porte d’entrée quand elle découvrit la moto sur béquille et<br />

Franck debout devant le portail, tenant d’une main son casque et de l’autre le portable<br />

avec lequel il lui parlait. Elle resta sans voix. Elle ne se rappela ni avoir raccroché, ni<br />

lui avoir ouvert le portail, ni avoir refermé la porte de la maison, ni avoir regagné la<br />

chambre. Elle sut seulement qu’elle recommençait à vivre alors qu’il la prenait dans<br />

ses bras.<br />

- Salut Franck, bien dormi ? Tu veux goûter mes céréales ?<br />

Marie-Claire n’avait pas eu l’air surprise de voir son plombier préféré débarquer dans<br />

la cuisine à sept heures du matin alors qu’il était censé habiter à une dizaine de<br />

kilomètres de chez elles. Il avait pris une douche rapide qui devait lui donner l’énergie<br />

nécessaire pour traverser une journée remplie quand on vient de passer une nuit sans<br />

sommeil.<br />

Il l’embrassa sur la joue et lui caressa les cheveux, en avouant qu’il avait plus que tout<br />

besoin d’un grand café. Il en servit un deuxième bol pour Dany, qui ne tarda pas à les<br />

rejoindre. Elle était enveloppée d’un peignoir et d’un halo de bonheur qui la<br />

115


transfigurait. Marie-Claire jugea néanmoins plus prudent de ne pas le relever par une<br />

remarque qui pourrait tomber à plat. Après avoir avalé deux tartines de pain beurré<br />

avec de la confiture –grand luxe pour lequel il ne prenait pas le temps d’habitude-<br />

Franck alla chercher son blouson puis revint dans la cuisine pour dire au revoir.<br />

Marie-Claire ne put retenir sa question :<br />

- Tu reviens ce soir ?<br />

Franck et Dany échangèrent un regard après avoir observé la fillette. Elle avait l’air<br />

heureuse de cette présence masculine, qui faisait ressembler enfin cette maison à celle<br />

d’une famille ordinaire. Et puis surtout elle n’oubliait pas que Franck était au besoin<br />

un secouriste hors pair pour ses poupées et leurs accessoires divers.<br />

- On verra, répondit-il pour ne pas s’engager.<br />

En fait il était venu sur une impulsion mais il n’avait pas vraiment réfléchi à une<br />

organisation à plus long terme. Et il ne voulait surtout pas brusquer Dany qui avait<br />

peut-être encore besoin d’un peu de temps.<br />

Il sortit dans le jardin, suivi de près par la jeune femme.<br />

- Tu sais, tu peux revenir quand tu veux. Même ce soir, si ton travail te le<br />

permet. La petite t’aime bien.<br />

- Tu ne risques pas de me trouver… envahissant ?<br />

- Je ne sais pas, il faut peut-être prendre ce risque.<br />

- Si je m’installe ici, il faudra au moins prévoir une brosse à dents pour moi.<br />

- Si c’est ta seule exigence, je m’en charge dans la journée.<br />

Puis il se pencha vers elle et l’enlaça tendrement. Il faisait déjà bon malgré l’heure<br />

matinale mais rien ne valait la chaleur de ses bras. Elle souleva la tête pour chercher<br />

un baiser puis le laissa partir à son chantier. Elle aurait aimé qu’il restât jusqu’après le<br />

départ de Marie-Claire pour l’école mais elle appréciait sa chance d’avoir pu l’avoir<br />

auprès d’elle toute la nuit. Elle regagna l’intérieur de la maison en chantonnant et sa<br />

fille pensa que le bonheur allait bien à sa maman.<br />

Les choses étaient allées très vite. Franck était très absorbé par le chantier. Il avait<br />

décidé d’apporter des modifications à ses plans initiaux. Il en avait parlé assez<br />

longuement avec son client, usant de tous les arguments pour orienter les travaux et la<br />

décoration vers le projet revu et amélioré qu’il peaufinait jour après jour dans sa tête<br />

et dans ses plans. Après avoir craint un surcoût conséquent du projet, il avait réussi à<br />

démontrer qu’on pouvait rester dans la même enveloppe budgétaire, déjà conséquente,<br />

en ventilant différemment les dépenses. Il était partout, à la définition du projet, au<br />

choix des matériaux, des artisans, il faisait des essais dans sa maison-laboratoire et<br />

mettait la main à la pâte au chantier pour dégager les décombres, nettoyer ou encore<br />

déplacer du matériel.<br />

Il faisait preuve d’une énergie incroyable. Pourtant, depuis qu’il s’était installé chez<br />

Dany et Marie-Claire, les trajets supplémentaires et le peu de sommeil que laissaient<br />

leurs nuits d’amour auraient dû le harasser de fatigue.<br />

Quant à Dany, rassurée par les analyses de Franck, elle était maintenant plus détendue<br />

et acceptait sans question ce bonheur nouveau qui lui était donné.<br />

Le mois de juin s’était déroulé comme dans un rêve et juillet lui succèderait avec le<br />

même empressement. Marie-Claire descendrait dans le midi, chez sa grand-mère et ne<br />

reviendrait que début août. Puis Dany l’amènerait, comme chaque année, passer une<br />

quinzaine de jours en camping en Auvergne. A moins que Franck n’arrive à les<br />

convaincre de partir avec lui au bord de la mer. Mais pour cela, il fallait bien avancer<br />

son chantier et il ne rentrait que fort tard retrouver Dany. Elle n’avait souvent pas la<br />

116


force de l’attendre et il la trouvait toujours endormie quand il rentrait en début de<br />

semaine. Elle adorait qu’il la réveille par une brise de baisers légers qui effleuraient sa<br />

peau tels les ailes d’une multitude de papillons. Elle feignait souvent un<br />

endormissement prolongé afin de mieux profiter du contact doux de ses lèvres sur son<br />

corps engourdi. Ils ne faisaient pas toujours l’amour, mais rien n’était aussi bon que<br />

de se lover contre lui et se laisser emplir de sa force et de son calme. Etait-ce la<br />

chaleur excessive de ce début d’été, les nuits sans sommeil ou bien son âge –elle allait<br />

avoir quarante ans !- mais les horaires décalés des fins de semaine au Nautilus la<br />

fatiguaient maintenant. Elle aurait aimé rester au lit à attendre Franck soir après soir.<br />

Mais Jean avait besoin d’elle en cette période de l’année où il réalisait une bonne<br />

partie de son chiffre. Il faut dire qu’elle avait eu l’idée, deux ans plus tôt, de lui faire<br />

ajouter un stand de glaces qui attirait une clientèle conséquente en période de grosse<br />

chaleur. Et cette année apporterait sûrement la preuve que son intuition avait été<br />

bonne et s’avèrerait payante.<br />

Dany s’allongeait pendant l’après-midi, tous volets fermés, pour échapper à la<br />

canicule qui avait enveloppé toutes les grandes villes. Elle était heureuse que Marie-<br />

Claire puisse profiter de ses prochaines vacances dans le midi, et s’empêchait de<br />

culpabiliser à l’idée que pour la première fois, elle serait presque soulagée de<br />

l’amener à l’aéroport quand les vacances d’été débuteraient. Non pas que s’occuper<br />

de sa fille lui coûte en quoi que ce soit, de plus la voisine Maria les avait toujours bien<br />

dépannées et elle savait pouvoir compter sur son affection quasi-maternelle pour sa<br />

fille. Mais elle était heureuse d’avoir bientôt Franck pour elle toute seule. Bien sûr,<br />

elle était ravie de voir qu’ils s’entendaient avec sa fille au-delà de toutes ses<br />

espérances. Elle le laissait même l’appeler « Marie » tout court, alors qu’elle n’avait<br />

jamais supporté auparavant que qui que ce soit écorchât son prénom.<br />

Il l’emmenait parfois faire un tour en moto et elle était fière de pouvoir s’accrocher à<br />

lui comme à un fiancé adolescent. Il faut dire que Franck avait une sacrée allure et se<br />

montrait d’une gentillesse et d’une patience à toute épreuve, jouant avec Doris et<br />

Mélissa, les poupées préférées de Marie-Claire, pendant que Dany faisait des lessives<br />

ou préparait un de ces petits repas simples et succulents dont elle avait le secret.<br />

Ils étaient un jour partis chercher Anna à la résidence Saint-Joseph, pour qu’ils<br />

puissent passer le dimanche tous ensemble. C’était le seul jour de la semaine où<br />

Franck ne travaillait pas à son chantier, qui progressait maintenant assez bien<br />

La journée avait été très agréable. Dany avait préparé un pique-nique et ils avaient fait<br />

du canotage sur un bras de rivière à une petite heure de la maison. Curieusement,<br />

Dany qui avait habité cet endroit depuis plus de dix ans ne connaissait pas cet endroit<br />

si proche de chez eux mais qui semblait hors du temps. Franck lui avouerait plus tard<br />

que c’était un artisan qu’il avait rencontré sur son chantier qui lui avait indiqué ce lieu<br />

enchanteur.<br />

Le déjeûner sur l’herbe, les guinguettes au fil de l’eau, la journée s’était déroulée<br />

comme une succession d’impressions sur la toile d’un peintre.<br />

Il y avait eu aussi quelques confidences d’Anna sur leurs jeunes années avec son<br />

frère.<br />

Puis Franck avait raccompagné sa sœur à sa résidence et Dany avait repensé à cette<br />

belle journée en attendant son retour. Elle avait été ravie par la multitude des couleurs,<br />

la fraîcheur des sous-bois qui longeaient le cours d’eau, mais plus que tout par cette<br />

sensation nouvelle de sérénité voire de perfection. Elle n’avait plus à anticiper<br />

constamment, organiser savamment et décider de tout, il lui suffisait aujourd’hui de se<br />

laisser porter et de garder le cap du bonheur sur le chemin de sa vie. Elle abandonnait<br />

117


volontiers le gouvernail aux bras puissants et protecteurs de Franck. Elle ne savait pas<br />

si leur route commune serait longue ni vers quelles terres d’aventure ils accosteraient<br />

ensemble. Elle ne voulait pas y songer, seul comptait le moment présent. Il était là et<br />

elle se sentait elle-même, à sa place ; pour la première fois de sa vie de femme.<br />

118


Chapitre 29 - CONTRETEMPS MEDICAL<br />

Lucas et Mélinda étaient partis tous deux dès le lundi. Elle avait espéré que le voyage<br />

leur permettrait de se redécouvrir et surtout de resserrer des liens qui semblaient être<br />

menacés par la petite bécasse qu’elle se félicitait moins d’un an plus tôt d’avoir<br />

employée.<br />

Mais Lucas avait semblé fuir toute confrontation, en arrivant aussi peu de temps que<br />

possible avant le vol, en ne décollant pas de son portable jusqu’à l’embarquement,<br />

puis en suivant un film pendant l’apéritif et le repas qui avaient été servis peu de<br />

temps après le décollage. Mélinda avait bien tenté d’échanger quelques propos avec<br />

lui, sur les mets et sur l’intrigue du Woody Allen, mais il avait répondu d’une façon<br />

laconique qui avait eu raison de ses tentatives. Il avait ensuite immédiatement troqué<br />

ses écouteurs pour le masque et les boules Quiès qui lui assureraient un isolement<br />

propice au sommeil. Mélinda était encore mise sur la touche et fulminait de ce qu’elle<br />

interpréta comme du mépris. C’était grossier de sa part et elle n’était pas prête à lui<br />

pardonner de sitôt.<br />

Gilbert avait beaucoup de travail cette semaine là. Non seulement parce qu’il devait<br />

faire son propre boulot et une partie du back-up de Lucas de Bès, mais aussi parce que<br />

plusieurs collègues avaient sollicité l’aide de Monsieur Dépannages en tous genres<br />

suite à une nouvelle fantaisie du système informatique. Au moins avait-il en<br />

l’occurrence une occasion rêvée pour aller mettre son nez dans les chiffres et vérifier<br />

jusqu’à quel point les hypothèses ubuesques de Karine pouvaient se révéler fondées.<br />

Bien qu’il ait beaucoup de mal à imaginer que cela puisse être possible.<br />

Il passa par acquis de conscience voir Serge Amantin, afin de l’informer qu’il devrait<br />

se connecter directement au système central pour récupérer quelques données<br />

essentielles à l’établissement du bilan hebdomadaire. Serge n’était pas dans son<br />

bureau. Il avait bien tenté de l’appeler sur son portable, mais il était déjà en ligne. Il<br />

lui laissa donc un message bref sur post-it et repartit dans son bureau, d’où il procéda<br />

à un déchargement complet des données annuelles pour pouvoir établir le bilan<br />

actualisé de la semaine et vérifier la cohérence de l’historique avec ses archives.<br />

Il n’avait que quarante huit heures avant la réunion avec Monsieur Sens et il avait à<br />

cœur de bien faire son travail. Lorsque son téléphone sonna, Gilbert venait de finir<br />

son down-load. La voix de Madame Rosières sembla incongrue à cette heure de la<br />

journée.<br />

- Bonjour monsieur, excusez-moi de vous déranger. Je vous appelle au sujet de<br />

Clovis.<br />

- Qu’est-ce qui se passe ?<br />

- Il se plaint depuis la fin de la matinée de grosses douleurs abdominales. Nous<br />

l’avons emmené à l’infirmerie mais je crois qu’il serait bon que vous<br />

l’ameniez rapidement chez le docteur. Il vient de vomir.<br />

- Ah…. Et ça veut dire quoi ? Il y a des gastros à l’école et vous souhaitez éviter<br />

la contagion ?<br />

- On ne peut être sûr tant qu’il n’a pas vu un médecin, mais ça pourrait être plus<br />

grave. En fait on pense à une possibilité d’appendicite.<br />

Gilbert réfléchissait au travail qui lui restait, à l’urgence médicale pour son fils et<br />

prit très vite ses décisions.<br />

- Ok. Je viens récupérer mon fils. Laissez-moi le temps d’arriver, disons d’ici<br />

une demi-heure. Puis il raccrocha, fit une copie des données sur sa clé USB,<br />

119


appela Karine pour lui expliquer la situation et lui demander de récupérer<br />

Emilien à l’école pendant que lui filait aux urgences avec son aîné.<br />

Il prit le temps d’éteindre son PC et filait par l’ascenseur, lorsque la porte des<br />

escaliers s’ouvrit pour laisser place à Serge Amantin qui filait droit vers son<br />

bureau.<br />

- Où est Gilbert ? aboya Serge qui semblait excédé.<br />

- Il vient de partir en urgence, un souci avec son fils à l’école et il est de garde<br />

cette semaine.<br />

- Dites-lui de me rappeler immédiatement dès qu’il revient.<br />

- C’est pas dit qu’il repasse avant demain, voire jeudi.<br />

- Je veux qu’il vienne me voir dès qu’il remet les pieds dans ce bureau, c’est<br />

compris ? Et s’il téléphone, qu’on me le passe sur ma ligne directe.<br />

- Il y a un problème ?<br />

- Mêle-toi de tes oignons et contente-toi de faire ce que je t’ai demandé.<br />

- C’est comme si c’était fait.<br />

Serge tourna les talons et repartit aussi fulminant qu’il était arrivé. Jacques, le<br />

collègue de Gilbert qui avait eu le malheur de réceptionner Serge en pleine rage, ne<br />

put s’empêcher de commenter :<br />

- Si tu crois que tu m’impressionnes avec tes grands airs, tu ferais mieux<br />

d’apprendre à être aimable tiens.<br />

Il avait failli prendre la peine de laisser un post-it sur l’écran de Gilbert, mais à quoi<br />

bon le stresser ? Vu l’état de Serge, il était inutile de lui renvoyer illico Gilbert en<br />

pâture. Autant le préparer avec un bon café, dès que le problème de son gosse serait<br />

réglé. En bon père de famille, il savait où étaient les vraies priorités.<br />

Clovis avait été rassuré quand son père était venu le récupérer à l’école, mais son teint<br />

blafard trahissait sa fatigue et les douleurs aigües qui transperçaient son ventre avaient<br />

rendu impossible toute manifestation de soulagement.<br />

Ils avaient donc filé aux urgences, et après une bonne heure d’attente, un médecin<br />

avait pu prendre l’enfant en charge.<br />

Le verdict avait été rapide. Les infirmières de l’école avaient bien intuité le<br />

diagnostic. L’urgence était maintenant de réhydrater Clovis afin de pouvoir l’opérer<br />

dès le lendemain matin. L’enfant fut dirigé vers une chambre et son père partit lui<br />

acheter un pyjama et une brosse à dents dans les commerces avoisinants. Quant il<br />

revint, son fils semblait apaisé par le calmant que distillait la perfusion et avait trouvé<br />

un répit dans le sommeil. Gilbert en profita pour sortir de la chambre et communiquer<br />

les dernières nouvelles à Karine. Elle venait de récupérer Emilien et sortait d’une<br />

boulangerie où il avait choisi une énorme meringue pour avoir l’estomac bien calé le<br />

temps que Karine lui explique ce que faisait son papa avec son frère. Elle proposa à<br />

Gilbert de passer à la clinique pour que les deux frères puissent se voir avant<br />

l’ntervention du lendemain.<br />

- Je pense que ça ferait plaisir à Clovis et ça démystifierait la situation pour<br />

Emilien.<br />

- Ok. Puis Gilbert rajouta : ça te dérangerait de passer au bureau et de me<br />

rapporter mon PC portable ? Il faut que j’essaye d’avancer ce soir et je ne suis<br />

pas sûr demain de pouvoir retourner au boulot. Et autant que je sois utilement<br />

occupé pendant que Clovis sera au bloc.<br />

- Pas de souci, je le récupère et je te le rapporte. On est avec vous d’ici une<br />

petite heure. Gros bisous mon cœur.<br />

120


Karine et Emilien étaient passés à la clinique, avec l’ordinateur de Gilbert.<br />

Les garçons avaient été heureux de se revoir, mais Clovis était las et Karine repartit<br />

bientôt avec son frère, en promettant de repasser dès le lendemain soir. Elle irait<br />

coucher chez Gilbert avec Emilien, pendant que son père resterait avec Clovis à<br />

l’hôpital.<br />

121


Chapitre 30 - UNE EVIDENCE ACCABLANTE<br />

Gilbert avait fait prévenir les ressources humaines qu’il serait absent jusqu’à jeudi<br />

mais qu’il serait bien là pour la revue du bilan avec Monsieur Sens. On l’avait averti<br />

que de nombreux messages avaient été laissés à son attention, mais il expliqua<br />

poliment quoique fermement que tout ceci attendrait son retour au bureau et que sa<br />

priorité pour l’instant, c’était son fils. Puis il avait filtré ses appels sur son mobile.<br />

Gilbert avait opté par facilité pour le plateau repas dans la chambre. Le tout fut vite<br />

avalé, sans grand enthousiasme. L’urgence maintenant que son fils dormait était de se<br />

remettre au travail et de préparer le bilan habituellement présenté par Lucas de Bès.<br />

Il alluma son ordinateur, ouvrit le fichier qu’il avait sauvegardé sur sa clé USB et<br />

plongea dans la mer de chiffres qui s’étalait sous ses yeux. Etait-ce la fatigue ou la<br />

grande quantité de nombres qui défilaient sous ses yeux, les colonnes semblaient<br />

onduler comme autant de vagues qui ne parvenaient pas à s’aplanir ni à s’aligner<br />

comme elles auraient dû. Il avait ressorti les bilans précédents et ne parvenait toujours<br />

pas à s’expliquer pourquoi certains chiffres revenaient fidèlement d’un rapport sur<br />

l’autre quand d’autres ne collaient absolument pas avec les résultats des formules<br />

qu’il se contentait d’appliquer avec rigueur et méthode.<br />

Il était tard, il était fatigué, mais il devait avancer. Il se frotta longuement les yeux et<br />

se leva pour aller s’asperger le visage d’eau dans le cabinet de toilette qui était mis à<br />

disposition pour les occupants de la chambre. Le contact froid sur sa peau lui fit<br />

l’effet d’un bref électrochoc.<br />

Il se rappela les incertitudes et les questionnements de Lisa, ses incompréhensions<br />

malgré tous ses efforts pour peaufiner son travail de programmation. Mais plus que<br />

tout, il se rappelait chacun des mots de la conversation au parc avec Karine et tout ce<br />

qui lui revenait en mémoire sembla prendre sa place, comme une évidence. Elle avait<br />

été d’une incroyable clairvoyance. Mais avant de partager avec elle ses propres<br />

conclusions, il importait de préparer au mieux la réunion du prochain jeudi avec<br />

Monsieur Sens. De plus il était tard. Il choisit donc de ne pas rappeler à la maison afin<br />

de laisser dormir tranquillement les deux êtres aimés.<br />

Clovis fut amené au bloc vers dix heures le lendemain matin. L’intervention se passa<br />

sans difficulté et il fut heureux au réveil de retrouver son père qui le veillait dans la<br />

chambre.<br />

- Tout va bien mon garçon, c’est fini maintenant. Maman a appelé et te fait de<br />

gros bisous. Elle passera demain et t’amènera chez elle pour que tu puisses te<br />

reposer pendant quelques jours.<br />

- Et toi ?<br />

- Moi je suis là et je m’occuperai de toi jusqu’à demain, quand maman viendra<br />

prendre le relais. Repose-toi encore un peu.<br />

Karine et Emilien étaient repassés mercredi soir pour prendre des nouvelles du jeune<br />

opéré. Il avait déjà meilleure mine et profita de la visite de son jeune frère pour<br />

l’épater avec tout un tas de termes médicaux, sans omettre le récit de la pré-anesthésie<br />

et de la salle de réveil. Un sujet fascinant pour le petit Emilien qui se mit à écouter<br />

religieusement son frère qui faisait figure de véritable héros à ses yeux.<br />

122


Pendant ce temps, Gilbert avait amené Karine prendre un café et lui avait livré le<br />

résultat de ses investigations. Elle n’en revenait pas d’être tombée si juste.<br />

- Qu’est-ce que tu vas faire ? demanda-t-elle, inquiète.<br />

- Ce que je dois faire.<br />

- Tu as pensé aux conséquences ? Et si tu perdais ton boulot ? Je me sentirais<br />

responsable.<br />

- Ne t’inquiète pas, j’y ai bien réfléchi. Et je ne prendrai aucun risque<br />

inconsidéré. Je te demande seulement de faire comme si tout ceci t’était<br />

complètement étranger. Tu ne sais rien, tu n’as jamais rien su et tu ne sauras<br />

jamais rien.<br />

- Sans blague ? Tu ne me raconteras pas comment ça s’est passé?<br />

- J’ai dit « tu fais comme si ». De toute façon, j’ai du mal à imaginer que rien ne<br />

se passe, dans un sens ou dans l’autre, après la réunion de demain après-midi.<br />

- Sois prudent, je tiens à toi. Et…quoiqu’il puisse se passer, je suis fière de toi.<br />

Son ex-femme n’avait pu se libérer avant midi et ce n’est donc qu’en début d’aprèsmidi<br />

que Gilbert était arrivé jeudi au bureau. Sa table était jonchée de petits messages<br />

en tous genres et de toutes les couleurs de post-it imaginables. Jacques lui avait<br />

gentiment demandé des nouvelles de Clovis et s’était réjoui que tout se soit bien<br />

déroulé. Il lui avait proposé un café, que Gilbert déclina poliment en raison de la<br />

quantité de choses qu’il lui restait à faire. Jacques n’eut donc d’autre alternative que<br />

de lui transmettre sans détour la sollicitation arrogante et quasi-militaire de Serge<br />

Amantin. Garde à vous !<br />

- Merci Jacques, je m’en occupe. Puis Gilbert alluma son ordinateur et<br />

commença à trier les petits papillons.<br />

- Tu ne vas pas le voir maintenant ?<br />

- Non merci. Je dois le voir en réunion avec M Sens à cinq heures et je suppose<br />

qu’il a été inquiet de me voir disparaître. Mais comme j’ai eu le temps de tout<br />

préparer, il n’a plus aucun souci à se faire.<br />

- Ah bon. En tout cas, il a lourdement insisté et …<br />

- Ne t’en fais pas Jacques. Tu sais comment il est dès que Mélinda le laisse aux<br />

commandes pour quelques jours…<br />

Serge Amantin déboula dans le bureau à cet instant.<br />

- Ah tu es là enfin. Je voulais te voir.<br />

- Bonjour Serge.<br />

- Il faut qu’on se parle. Allons dans mon bureau, ça ne prendra pas beaucoup de<br />

temps.<br />

- Parlons ici, ça prendra encore moins de temps. J’ai encore plusieurs choses à<br />

terminer avant la réunion avec M Sens. Ou alors on peut se voir plus tard.<br />

- Tu as pu préparer le bilan ? Je souhaiterais le voir.<br />

- Oui bien sûr, tiens j’ai préparé une première version, mais je voudrais essayer<br />

de le rendre plus complet et ça, ça va me demander tout mon temps d’ici 5<br />

heures.<br />

- Qu’est-ce que tu veux modifier ?<br />

- Allons ne sois pas impatient.<br />

- A quoi tu joues Dulac ? Lucas de Bès est au courant de ton initiative ?<br />

- Je ne joue pas Amantin, je fais mon boulot. Quant à Lucas de Bès, je l’ai eu au<br />

téléphone ce midi, comme tous les jours de cette semaine, et il s’est très<br />

gentiment préoccupé de la santé de mon fils. Courtoisie qui n’a manifestement<br />

123


pas cours au dix-septième étage. Alors tu m’excuseras mais pour l’instant j’ai<br />

à faire. A tout à l’heure chez M Sens. Et tâche d’être à l’heure.<br />

Serge avait déjà tourné les talons, emportant les feuillets préparés par Gilbert. Ce<br />

dernier lança un clin d’œil complice à Jacques, qui commençait à émerger de<br />

derrière son écran, puis se remit au travail avec application. Il n’y avait pas un<br />

instant à perdre.<br />

A cinq heures précises, Serge et Gilbert se retrouvèrent assis de part et d’autre de la<br />

table de réunion où présidait M Sens.<br />

La revue du bilan financier tel que Gilbert l’avait partagé avec Serge se fit sans<br />

remarque majeure. Celui-ci d’ailleurs semblait se détendre au fur et à mesure que la<br />

réunion avançait. Gilbert avait fait du bon boulot, en temps et en heure malgré les<br />

soucis informatiques de la semaine et le pépin de santé de son fils. Il s’en voulait de<br />

s’être emporté et ne manquait pas d’acquiescer pour valider tous les résultats<br />

retranscrits dans le bilan. Il serait quitte de lui proposer une bonne bière en<br />

remerciement de son efficacité. L’inquiétude de Mélinda qui l’avait appelé deux fois<br />

par jour n’était donc pas fondée. Pourtant, son instinct la trompait rarement. C’était<br />

d’ailleurs l’une des choses qui le fascinaient particulièrement chez elle, au-delà de son<br />

corps parfait et de son assurance en toute circonstance.<br />

La réunion était pratiquement terminée, lorsque Gilbert prit la parole et demanda à<br />

Monsieur Sens la permission de lui présenter un projet de nouveau format pour le<br />

rapport hebdomadaire.<br />

- Ca attendra le retour de Lucas et Mélinda, je préfère leur laisser le choix de ce<br />

genre d’initiative.<br />

- Sauf votre respect Monsieur Sens, je pense que ce que j’ai à vous montrer<br />

devrait vous intéresser au premier degré.<br />

- Aïe, c’est les emmerdes qui commencent, pensa Serge en se calant dans le<br />

dossier de sa chaise dans une attitude de repli défensif.<br />

- De plus Monsieur Sens, ça ne vous prendra que quelques minutes pour<br />

comprendre l’intérêt des trois colonnes que j’ai rajoutées au rapport<br />

- Qu’est-ce à dire ? demanda le directeur, surpris par cette digression non<br />

prévue à l’agenda.<br />

- C’est très simple. La colonne 6 représente le nombre de mensualités réelles<br />

que les clients remboursent. Vous constaterez certaines différences avec la<br />

colonne 4, qui elle représente l’échéancier récupéré sur les bilans précédents.<br />

Quant à la colonne 7, elle indique le cumul total des sommes versées par nos<br />

débiteurs. D’où la colonne 8, qui représente le delta entre la colonne 5, c’est-àdire<br />

le cumul des sommes d’après l’historique, et la colonne 7.<br />

- Enfin Gilbert, où voulez-vous en venir ? demanda Monsieur Sens qui ne<br />

comprenait pas un traître mot de ce que l’adjoint de Lucas de Bès essayait de<br />

lui expliquer. D’ailleurs que diable n’était-il pas là en ce moment, c’était<br />

tellement plus simple avec lui, les revues hebdomadaires des bilans financiers.<br />

- Voilà Monsieur Sens. Je crois qu’il y a une double comptabilité. Les données<br />

sur le système central correspondent aux échéanciers initiaux. Les crédits<br />

renégociés sur des remboursements plus faibles sont alignés sur des promos de<br />

taux et sont allongés en durée, mais au-delà de ce que nécessite le nouveau<br />

taux. Ainsi le surplus des mensualités permet de générer un capital qui<br />

n’apparaît pas sur les données déchargées quotidiennement dans nos fichiers<br />

de travail, puisque les sommes remboursées au-delà de la mensualité requise<br />

124


estent bloquées. Ce qui permet aux seules personnes habilitées à connaître le<br />

taux initial et la durée de prêt renégociée d’estimer le montant du surplus<br />

engrangé au-delà de la durée théorique requise de remboursement.<br />

- Etes-vous en train de suggérer que des pratiques frauduleuses ont cours dans<br />

cet établissement ?<br />

- Hélas oui Monsieur. C’est la conclusion à laquelle je suis parvenu en ayant<br />

accès au fichier central.<br />

- Et qui à part vous deux, Mélinda et Lucas a accès au système central ?<br />

- Personne. A part vous Monsieur, répondit Gilbert.<br />

- Bien. Je vous remercie Gilbert pour votre démonstration. Vous aviez raison.<br />

Elle a retenu toute mon attention. Et ça aurait difficilement pu attendre le<br />

retour de mes adjoints.<br />

- Que dites-vous de tout cela Serge ? Vous n’étiez pas au courant je suppose ?<br />

- Oh non Monsieur, bien entendu. Les renégotiations de prêts sont l’apanage du<br />

service de Monsieur de Bès. Nous nous contentons au dix-septième de gérer<br />

les litiges et de développer les offres sur Internet ainsi que l’Intranet de<br />

l’agence.<br />

- Je vous remercie, vous pouvez disposer. Non vous Gilbert, restez avec moi.<br />

Pendant près d’une heure, l’emploi du temps de Monsieur Sens, généralement réglé<br />

tel un mécanisme d’horlogerie suisse, connut un décalage ordinairement réservé aux<br />

graves urgences ou cas exceptionnels. En l’occurrence, les deux s’appliquaient. Les<br />

révélations de Gilbert pouvaient être lourdes de conséquences pour lui-même et pour<br />

son agence. Il importait donc de prendre rapidement des décisions. Le coup de fil<br />

qu’il devait passer serait décisif.<br />

Serge contacta sans tarder Mélinda. Sa matinée avait été éprouvante mais elle avait<br />

brillamment réussi à convaincre la branche américaine de la PBC d’abandonner leur<br />

vieux système informatique pour utiliser à leur tour et ainsi optimiser le type de<br />

réseau développé dans son propre service en France. Tom Perkins avait été le plus<br />

difficile à convaincre mais elle avait gagné. Ce qui lui permettait de faire faire des<br />

économies considérables à la boîte tout en valorisant son travail, réalisant ainsi un<br />

investissement sûr pour son avenir.<br />

Linda fut heureuse d’entendre la voix de Serge. Elle voyait toujours en lui un<br />

lieutenant solide qui méritait toute sa confiance. Il s’était à l’occasion montré un<br />

amant très convenable et elle envisageait très sérieusement une option de<br />

remplacement à plus longue durée. Quand Serge lui rapporta la situation, tous ses sens<br />

furent en alerte.<br />

Il avait chargé sans complexe le service de Lucas et elle l’en félicita. C’était la bonne<br />

tactique. Elle se faisait fort d’avoir la confiance totale de son supérieur et promit de<br />

les sortir tous deux de ce mauvais pas. Quant à Lucas…il n’était plus à la hauteur de<br />

ses espérances depuis un bout de temps déjà et il ne devrait compter que sur lui-même<br />

pour se sortir de ce mauvais pas.<br />

125


Chapitre 31 - NOUVELLE DONNE<br />

Quand Lucas de Bès fut convoqué pour samedi matin dans le bureau de Monsieur<br />

Sens dès son retour de New-York, il n’envisagea pas une seconde que cela puisse être<br />

pour une autre raison que d’obtenir une synthèse des résultats des négociations pour le<br />

partage des nouveaux marchés entre la PBC et Crédit-Fians. Il était fier de pouvoir<br />

faire valoir un accroissement de leur prévisionnel de plus de 90% à moins de deux<br />

ans. Cela lui vaudrait sans aucun doute une belle promotion.<br />

Il n’eut pas la présence d’esprit d’appeler Gilbert pour vérifier si tout s’était bien<br />

passé depuis leur dernière conversation jeudi dernier, car il avait eu connaissance du<br />

bilan préparé par son adjoint. Il aurait pourtant dû être surpris que Mélinda ne soit pas<br />

conviée simultanément pour le debrief de mission, ainsi que Monsieur Sens le faisait<br />

d’ordinaire.<br />

- Bonjour Lucas. Asseyez-vous.<br />

- Bonjour Georges. Content de vous voir.<br />

- Je vais avoir besoin que vous m’expliquiez deux ou trois petites choses qui ont<br />

été portées à ma connaissance pendant votre absence.<br />

- Mais bien sûr. De quoi s’agit-il ?<br />

- Oh pas grand chose. Juste une accusation de détournement de fonds et de<br />

malversations dont je soupçonne mes plus proches collaborateurs.<br />

- Où est Mélinda ?<br />

- Pouquoi Mélinda ? Vous savez à son sujet quelque chose que je devrais<br />

connaître ?<br />

- …..Non mais…Nous faisons équipe tous les deux, vous le savez bien.<br />

- Je sais que vous travaillez tous deux pour moi depuis plus de dix ans. Je sais<br />

que je plaçais mon entière confiance en vous deux. Je sais que je vous ai laissé<br />

toute latitude pour gérer les affaires au mieux de l’intérêt du groupe. Mais je<br />

sais aussi maintenant que, même après plus de dix ans, la nature humaine peut<br />

nous ménager quelques surprises pour le moins…déplaisantes.<br />

- Où voulez-vous en venir ?<br />

- Avez-vous, oui ou non, détourné depuis bientôt trois ans l’équivalent de trois<br />

millions et quatre cent mille euros ? Et qu’avez-vous fait de l’argent ?<br />

- Mais enfin qu’est-ce qui vous prend ? Et comment aurais-je pu faire<br />

disparaître une telle somme ?<br />

Cette conversation ressemblait en tous points à un mauvais rêve. On ne pouvait pas le<br />

soupçonner d’être le cerveau d’une telle escroquerie. Il ne comprenait pas comment<br />

un tel détournement était possible. De plus, chaque semaine, il revoyait les bilans avec<br />

Mélinda et… Mélinda ! Comment n’y avait-il pas songé plus tôt ? Depuis qu’elle<br />

avait monté sa division, elle avait demandé un accès totalement ouvert à toutes les<br />

données informatiques de la maison. De là à supposer qu’avec son homme de main au<br />

profil d’éphèbe elle ait magouillé un détournement à grande échelle…Il n’y avait pas<br />

un grand pas à franchir. Mais comment justifier que lui, homme réputé si brillant et<br />

visionnaire, n’ait absolument rien vu venir ?<br />

Alors, avec toute la classe qui le caractérisait et la certitude que d’autres banques<br />

s’arracheraient sa compétence, Lucas de Bès ramassa son attaché-case, se leva<br />

lentement de son fauteuil et répondit :<br />

- Vous voulez ma démission ? Vous l’aurez sous vingt-quatre heures. J’assume<br />

ma part de responsabilité dans toute difficulté que pourrait connaître l’agence<br />

si de tels faits se trouvaient avérés. Pour ma part, si vous me permettez ce<br />

126


dernier conseil, je vous encourage à l’avenir à choisir avec encore plus de soin<br />

vos prochains collaborateurs.<br />

- Merci Lucas, je n’en attendais pas moins de vous. Vous recevrez une<br />

indemnité équivalant à un an de salaire, quoique je reste persuadé que vous<br />

retrouverez très facilement du travail, vos compétences n’étant pas à<br />

démontrer.<br />

- J’aurais souhaité que mon intégrité ne soit pas davantage remise en question.<br />

Monsieur Sens, ce fut un honneur et un plaisir pour moi de travailler pour<br />

Crédit Fians au cours de ces douze années à vos côtés.<br />

- Au revoir Lucas. Laissez-moi vous raccompagner.<br />

Georges avait à cet instant l’intime conviction qu’en laissant partir Lucas, il perdait un<br />

atout majeur pour son entreprise mais surtout un homme digne de sa confiance. Mais<br />

la gravité de la situation avait exigé un sacrifice et Lucas lui-même l’avait compris.<br />

Quant à Mélinda, l’urgence était de l’éloigner de son établissement et il avait déjà pris<br />

ses dispositions.<br />

127


Chapitre 32 - LE CHOIX DE GIANNI<br />

Le temps était à l’orage. L’atmosphère pesante et humide. Gianni frissonna magré lui<br />

sous le souffle chaud du vent du sud. C’était la dernière répétition avant la trève<br />

estivale. Les juillettistes partiraient bientôt envahir les plages, les villages de vacances<br />

en tous genres et les gîtes champêtres. Quels étaient les projets de Lisa ? Savait-il luimême<br />

ce qu’il allait faire ? La proposition de Karl Wolberg lui trottait dans la tête, par<br />

intermittence. Ses mots revenaient comme un écho à sa mémoire : « c’est une<br />

excellente opportunité…Votre mère est fière de vous, elle a toujours voulu le meilleur<br />

pour son fils… Rien ne vous retient de tenter cette carrière internationale… Tania sera<br />

comblée d’être accompagnée par un pianiste qui sublime si bien sa sensibilité… ».<br />

Tania ! Comment ne pas succomber à ce seul argument ! La jeune fille avait une voix<br />

d’ange. Elle était si douce et si patiente. Elle travaillait sans relâche jusqu’à maîtriser<br />

de façon impeccable ses partitions, de la première note jusqu’au dernier soupir.<br />

Toujours en quête de perfection. C’était cela, le mot qui la décrivait le mieux.<br />

Perfection. Il repensa à son visage lumineux, ses yeux azurés, ses lèvres roses<br />

délicatement ciselées, jusqu’à ses oreilles finement ourlées qu’elle laissait apparaître<br />

lorsqu’elle relevait ses cheveux. Parfaite ! « La barbe avec la perfection». Le<br />

commentaire narquois de Lisa s’imposait dans les souvenirs de Gianni. Son minois<br />

rebelle surgissait en surimpression sur le profil délicat de Tania et semblait vouloir le<br />

chasser. Une excellente opportunité… Il avait marché sans réfléchir et se retrouva<br />

devant Saint Antoine. Il aimait cette église voisine qui avait donné son nom au<br />

choeur. Plus que son nom, son âme. Grand classicisme, sérénité, inspiration… Il en<br />

avait rudement besoin en ce moment. La décision n’était pas facile à prendre.<br />

Un petit groupe de choristes bavardait à l’extérieur de la salle de répétition, profitant<br />

des dernières heures plus clémentes d’une journée à la chaleur écrasante. Gianni<br />

arriva près du porche puis les entraîna dans son sillage vers l’intérieur. D’autres<br />

membres du chœur étaient en train d’installer les chaises et les pupitres. Lisa n’était<br />

pas encore là. La répétition commencerait d’ici cinq petites minutes. Il ne pourrait<br />

donc lui parler avant la fin de la soirée.<br />

La séance commença à l’heure, mais sans Lisa. Au bout de deux minutes, la porte<br />

s’ouvrit. Gianni tourna la tête. Claude Jacquin ne put s’empêcher de regarder Gianni.<br />

C’était la première fois qu’il prenait son pianiste en flagrant délit de distraction.<br />

Laurence s’excusa en silence pour son retard avec un petit sourire contrit et rejoignit<br />

le pupitre des alti.<br />

Déjà dix minutes que l’échauffement avait débuté. Et si Lisa ne venait pas ? Pourquoi<br />

ne l’avait-elle pas averti qu’elle ne viendrait pas ? Il fallait absolument qu’il la voie. Il<br />

ne pouvait prendre sa décision sans lui parler. Et il devrait donner sa réponse le<br />

lendemain. Karl Wolberg lui avait peut-être fait une offre en or, mais il lui avait laissé<br />

très peu de temps. Trop peu. Il devait lui parler. Mais où était-elle ?<br />

Les minutes s’égrenaient, les voix se mêlaient, les harmonies se créaient. Gianni<br />

désespérait. A 20h48, la porte s’ouvrit une nouvelle fois. Une apparition, enfin. Merci<br />

seigneur. Ou plutôt deux. Lisa entra, rose de confusion d’être en retard. A sa suite, un<br />

autre retardataire. Cet arrogant imbécile de ténor. Chacun fila rejoindre son pupitre.<br />

Plus d’autre interruption jusqu’à la fin de la séance. Claude Jacquin était soulagé que<br />

ce fût la dernière de la saison. La chaleur moite accablait les choristes, qui se<br />

démobilisaient immanquablement quand arrivaient les dernières minutes avant la<br />

trêve. Incroyable, même Gianni ce soir avait été déconcentré.<br />

128


- Je vous souhaite à tous de bonnes vacances, et souhaite vous retrouver en<br />

pleine forme dès le mois de septembre.<br />

- Bonnes vacances, lui répondirent trente cinq choristes, heureux comme des<br />

écoliers le jour de la remise des prix.<br />

Les chaises et pupitres étaient soulevés pour regagner leur coin de rangement. De<br />

petits groupes se formaient, pour partager les dernières conversations avant la<br />

séparation. Gianni informa Claude qu’il le contacterait le lendemain au sujet d’une<br />

affaire en cours, puis disparut après avoir lancé un « Bonnes vacances à tous » à toute<br />

la troupe. Il devait parler à Lisa. Elle avait déjà disparu. Il sortit donc en courant et ne<br />

s’arrêta qu’après l’avoir rattrapée. Elle marchait assez vite, perdue dans ses pensées.<br />

- Lisa, attends.<br />

- Tiens, salut Gianni.<br />

- Il faut que je te parle.<br />

- Ca ne peut pas attendre demain, quand je viendrai chez ta mère ?<br />

- Il faut qu’on parle maintenant. On m’a fait une offre pour repartir en tournée<br />

mondiale avec Tania. Pour un an. C’est vraiment une grande opportunité pour<br />

moi, mais je voulais savoir ce que toi tu en penses.<br />

- Super…Elle se retourna. Décidément tout le monde d’en va, dit-elle à part<br />

comme pour elle-même.<br />

C’était un cri d’amertume, qu’il interpréta comme un encouragement.<br />

- Tu crois vraiment que je dois saisir ma chance ?<br />

- Si c’est bien pour toi, fais-le.<br />

- C’est vraiment ce que tu veux que je fasse ?<br />

- Ecoute, je ne sais pas où tu veux en venir. Tu as une occasion en or de te faire<br />

une renommée internationale et de partager ce succès avec une femme<br />

exceptionnelle. Alors je ne vois pas de quel droit je pourrais t’en empêcher.<br />

Elle était lasse et n’avait plus la force de se battre. Elle venait d’apprendre une heure<br />

plus tôt que Lucas avait démissionné. Mélinda serait bientôt mutée, mais ça en y<br />

réfléchissant bien, c’était plutôt à classer au rang des bonnes nouvelles. Léa ne<br />

donnait plus de nouvelles depuis qu’elle s’était dégoté un autre petit ami à une soirée<br />

infirmières. Et maintenant c’était Gianni, son pianiste et complice expert es-chocolat<br />

chaud, qui allait s’envoler. Tous ses repères éclataient et elle se sentait seule. Seule et<br />

abandonnée.<br />

- Lisa, un mot de toi et je peux renoncer à tout ça.<br />

- Quoi ? Tu veux dire que tu serais assez idiot pour renoncer au succès et au<br />

bonheur avec Tania parce que je te dirais de ne pas partir ? Mais ce serait<br />

monstrueux de ma part. Je n’ai pas le droit de t’empêcher de vivre ton rêve.<br />

Parce que tu en rêves n’est-ce pas de la faire cette tournée. Et moi je n’ai pas<br />

le droit de te détourner de ton destin.<br />

- Alors tu ne m’aimes pas ? La question avait été posée simplement, sans<br />

animosité, mais avec un voile de tristesse qui déchira le cœur de Lisa. La peine<br />

qui alourdissait sa poitrine était trop forte et elle éclata en sanglots. Gianni fut<br />

surpris, désolé de la voir submergée par la tristesse et l’enserra spontanément<br />

entre ses bras afin qu’elle puisse se laisser aller et se vider de sa peine. Elle<br />

parlait, les mots entrecoupés de sanglots :<br />

- Comment peux-tu dire que je ne t’aime pas… quand je ne veux que ce qu’il y<br />

a de mieux pour toi ?…Tu crois que c’est facile pour moi… de savoir qu’une<br />

autre fille… qui plus est une fille parfaite… est entrée dans ta vie, a dû boire<br />

plein de chocolats chauds avec toi…. et que je ne suis pas de taille à lutter<br />

contre elle ?…. Je fais tout de travers… Même au boulot…Je voulais faire de<br />

129


grandes choses et tout ce que j’ai fait,… c’est mettre un bazar énorme ! Alors<br />

je ne veux pas en plus semer la zizanie dans ta vie… Je t’aime trop pour ça. Il<br />

s’écarta légèrement d’elle pour la regarder dans ses yeux rougis et gonflés. Il<br />

était incroyablement calme et sacrément beau.<br />

- Moi aussi je t’aime Lisa .<br />

- C’est…c’est vrai ? Plus que Tania ?<br />

- Tania est une amie, rien de plus. Pour tout te dire, elle s’est même fiancée avec<br />

Pavel, un violoniste de la troupe qu’elle connaît depuis plusieurs années. Et<br />

sache que jamais je ne lui ai préparé le moindre chocolat chaud. Ni à elle, ni à<br />

aucune autre.<br />

- C’est vrai de vrai ?<br />

- Lisa, tu es unique pour moi.<br />

- Alors fais la cette tournée. Pour nous deux. Je t’attendrai. Et à ton retour, tu<br />

seras épaté par tous les progrès que j’aurai faits en chant en ton absence.<br />

- Tâche de ne pas t’amouracher de ton pianiste pendant les leçons.<br />

Elle sourit.<br />

- Aucun risque. Je pense que Madame Iliachi n’arrivera pas à dénicher une perle<br />

à la hauteur du talent de son fils. Et si par hasard elle trouvait malgré tout un<br />

remplaçant, Mamita ne le laissera jamais me préparer un chocolat chaud dans<br />

sa cuisine.<br />

- Tu as raison. Elle t’aime beaucoup et elle sait combien tu comptes pour moi.<br />

- Depuis longtemps ?<br />

- Avant même je crois que je ne le réalise moi-même vraiment.<br />

- Et comment tu le sais ? Vous en avez parlé ? Et qu’est-ce qu’elle a dit ?<br />

- Ce qu’elle dit toujours quand tu dois venir et qu’elle est heureuse.<br />

- C’est à dire ?<br />

- <strong>Demain</strong> sera bleu.<br />

130


Chapitre 33 - BAISSE DE TENSION<br />

En ce soir de treize Juillet, il y avait une clientèle dense et bruyante au Nautilus. La<br />

terrasse était bondée et la chaleur à l’intérieur du bar était étouffante, bien qu’on ait<br />

laissé ouvertes toutes les fenêtres afin de bénéficier du moindre souffle d’air. Il<br />

faudrait songer sérieusement à installer la climatisation.<br />

Steffi semblait très en forme, d’autant qu’elle prendrait quelques jours de congés dès<br />

la semaine suivante. Dany avait eu de bonnes nouvelles de Marie-Claire, qui semblait<br />

enchantée de son séjour chez Mamie. Franck avait promis de rejoindre Dany plus tôt<br />

ce soir. Il était dans les temps pour terminer son ouvrage et avait promis d’être présent<br />

pour assister au feu d’artifice. Ils pourraient même aller faire un tour au bal et faire<br />

ensemble quelques rocks si Dany en avait envie.<br />

Franck fit la surprise de ne pas venir seul ce soir- là. Il avait quelques jours plus tôt<br />

croisé Christophe, qui venait de rompre avec sa jeune amie. Il avait manifestement<br />

besoin de se changer les idées et Franck lui avait proposé de passer la soirée ensemble<br />

au Nautilus. Il lui devait bien ça, c’était quand même grâce à lui qu’il avait rencontré<br />

la divine Dany ! Christophe hésita un moment puis se laissa finalement convaincre.<br />

Quand ils arrivèrent au Nautilus, quelque chose n’allait pas. Il y avait une agitation<br />

que ce seul soir de fête ne pouvait expliquer à lui tout seul. Quand Steffi vit Franck,<br />

elle lui fonça dessus.<br />

- Viens vite, Franck, Dany vient de faire un malaise. Monsieur Pierre est auprès<br />

d’elle et les secours ne devraient pas tarder. Il faut dire qu’il fait une chaleur à<br />

crever et …elle a l’air très fatiguée depuis quelques jours. Le manque de<br />

sommeil peut-être.<br />

Il n’y avait aucune ironie dans ses propos, mais une angoisse certaine qui pointait au<br />

détour des mots. Elle guida Franck jusque vers le réduit « Privé » puis resta en retrait,<br />

bientôt rejointe par Christophe qui n’avait pas saisi ce qui venait de se passer.<br />

- Allez viens, lui dit-elle, je t’offre un café.<br />

Comme Dany avait été inspirée de suggérer à Monsieur Pierre d’embaucher du<br />

personnel supplémentaire pour cette fin de semaine. Steffi, malgré toute son énergie et<br />

sa bonne volonté, aurait eu beaucoup de difficultés à faire face seule à la foule<br />

assoiffée qui avait pris d’assaut le bar.<br />

Quand Franck entra dans la pièce, Dany avait repris connaissance et voulait retourner<br />

à son poste. Il fallut toute l’autorité persuasive de Monsieur Pierre pour qu’elle restât<br />

immobile tant qu’on ne l’aurait pas examinée. Il chargea Franck de veiller sur elle<br />

puis retourna dans la salle afin d’aider Steffi. Quand Dany vit son amour entrer dans<br />

la pièce, elle eut un sourire penaud de petite fille prise en flagrant délit la main dans le<br />

bocal de bonbons. Pourtant Franck n’avait pas la mine sévère, mais un air inquiet qui<br />

en disait long sur son attachement à la jeune femme. Inconsciemment, il s’en voulait<br />

de l’avoir privée de précieux sommeil pendant les semaines précédentes, elle qui avait<br />

un rythme de vie si prenant. Peut-être aussi que c’était la fatigue de toutes ces années<br />

difficiles, dont elle s’ouvrait à lui peu à peu, qui refaisait surface et la rattrapait alors<br />

qu’elle commençait à baisser la garde. Il souffla délicatement sur ses cheveux pour<br />

tenter de la rafraîchir et caressa son front. Puis il mit son index devant la bouche<br />

quand elle fit mine de vouloir parler.<br />

131


- Il ne faut pas te fatiguer, quelqu’un va venir et t’examiner.<br />

- Mais ça va, c’est passé, dit-elle en essayant de se lever.<br />

- Pas question, ma jolie, tu restes ici avec moi.<br />

Ils restèrent tous les deux silencieux et pendant que Dany reposait en fermant les<br />

yeux, de vieilles images brouillées remontèrent à la surface et emplirent la mémoire<br />

de Franck, comme un écho de déjà vu.<br />

L’ambulance du SAMU arriva rapidement et on ausculta Dany sans tarder. Le verdict<br />

tomba rapidement, sans grande surprise pour Franck. La jeune femme était victime<br />

d’une chute de tension soudaine et il préférait la garder sous surveillance pendant<br />

quelques heures. Alors qu’on emmenait Dany sur une civière, Franck rattrapa<br />

l’infirmier pour se faire confirmer l’adresse de la clinique où elle serait gardée. Il se<br />

présenta comme le fiancé de la patiente et posa une autre question à laquelle<br />

l’infirmier répondit en le regardant droit dans les yeux :<br />

- C’est possible mais avec cette chaleur les gens tombent comme des mouches.<br />

C’est notre huitième intervention ce soir. Passez à la clinique d’ici une heure ou deux<br />

le temps qu’on lui fasse un examen plus approfondi, je pense qu’elle devrait pouvoir<br />

sortir rapidement.<br />

- Merci, répondit Franck toujours plongé dans ses pensées.<br />

Il rejoignit l’intérieur du bar et se fit servir un café par Monsieur Pierre. Il aurait<br />

besoin de deux ou trois autres tasses, car la nuit promettait d’être longue et l’attente<br />

insoutenable. Pourtant, il ne pouvait s’en ouvrir à personne et il était inquiet de la<br />

réaction de Dany. Elle qui voulait toujours tout contrôler… les choses ne tourneraient<br />

pourtant pas toujours comme elle l’avait prévu.<br />

Franck proposa à Christophe de le raccompagner avant d’aller lui-même à la clinique.<br />

Steffi proposa gentiment de le ramener dès qu’elle aurait fini son service, Franck<br />

devant se rendre au plus vite auprès de Dany. Il accepta sans trop discuter et remercia<br />

Steffi en l’embrassant. Puis il promit à Christophe de se revoir bientôt, salua<br />

Monsieur Pierre et sortit du Nautilus avec un étrange sentiment. Se pouvait-il que la<br />

vie se répète et si oui, jusqu’à quel point ? Il enfourcha sa Kawasaki 650 et disparut<br />

dans les rues animées en cette veille de fête nationale.<br />

Franck avait fait un détour par la maison de Dany et récupéré deux tee-shirts, des<br />

sous-vêtements de rechange et une paire de pantoufles. Il avait ensuite trouvé la<br />

clinique sans aucune difficulté. Dany était encore en salle d’examen mais on lui<br />

indiqua la chambre où elle serait alitée. Il préféra attendre dans le couloir qu’on<br />

ramenât Dany. Il y avait une pile de revues sur la table basse, dont quelques vieux<br />

magazines de moto qui l’aidèrent à tuer le temps.<br />

L’horloge murale semblait égrener les minutes avec la lenteur d’un limaçon<br />

vieillissant. Franck eut soif et se dirigea jusqu’au distributeur de boissons auprès<br />

duquel d’autres personnes s’étaient rassemblées en attendant d’avoir des nouvelles<br />

d’un proche hospitalisé.<br />

- Drôle de fête du 14 juillet, lança un jeune homme à l’attention d’une<br />

adolescente qui avait l’air dépassée par les événements.<br />

- Ca, tu peux le dire ! répondit-elle dans un faible écho.<br />

Les conversations étaient rares, les mines préoccupées.<br />

Puis des portes s’étaient ouvertes et deux jeunes étaient sortis avec des pansements<br />

sur les bras et le visage. Ils étaient accompagnés par une infirmière qui se dirigea vers<br />

le groupe d’ados qui s’était levé en apercevant leurs camarades.<br />

132


- Pour eux il n’y a que quelques blessures superficielles. Il serait avisé de les<br />

raccompagner chez eux. Avec un chauffeur sobre, bien entendu.<br />

- Et Steve, rien de grave ?<br />

- Pour lui, c’est différent. Il a été éjecté de la voiture et il a une bonne fracture<br />

de l’épaule. Pas de traumatisme crânien détecté mais nous avons dû prévenir<br />

ses parents. Nous le gardons sous surveillance par mesure de précaution<br />

jusqu’à demain.<br />

Le groupe s’était éloigné vers la sortie et leur conversation se perdit, absorbée par les<br />

parois blanches et aseptisées de la clinique.<br />

Au bout d’une interminable attente, un infirmier sortit et appela :<br />

- Mr Franck Barillo.<br />

- Oui, c’est moi! Répondit Franck, surpris d’entendre enfin son nom appelé.<br />

- Vous êtes bien le fiancé de Daniela Carmetti ?<br />

Il n’avait pas l’habitude d’entendre le prénom complet de Dany ce qui lui fit marquer<br />

un temps de réaction. Il était de plus presque une heure du matin et la fatigue<br />

accumulée au travail combinée au manque de sommeil de ces derniers jours lui<br />

brouillaient les idées.<br />

- Comment va-t-elle ?<br />

- Elle est un peu faible mais elle va bien. Pour ce que vous avez demandé à mon<br />

collègue, vous aviez raison. Il serait préférable de la garder encore une journée<br />

au repos, histoire de la requinquer rapidement. On la raccompagnera à sa<br />

chambre d’ici quelques minutes.<br />

- Bien merci, je vais l’attendre ici.<br />

Franck alla se rasseoir puis se releva aussitôt et partit marcher dans le couloir. Il était<br />

retourné machinalement vers la sortie. Il avait besoin de respirer un peu d’air et de<br />

calmer les idées parasites qui envahissaient sa tête. Il revoyait Dany allongée dans la<br />

salle privée du Nautilus, son teint transparent qui se découpait sur la masse sombre de<br />

ses cheveux. Puis les ombres bougeaient, les cheveux s’allongeaient et<br />

s’éclaircissaient sous la lumière du réverbère qui éclairait l’entrée de la clinique.<br />

Quand elle ouvrit les yeux, il les vit qui viraient étrangement du gris-bleu au brunnoisette.<br />

Et quand elle prononça son nom, la voix même se déforma jusqu’à devenir<br />

presque enfantine. Il revoyait les bras de Camille se tendre vers lui, ses mains<br />

chercher à toucher son visage.<br />

Dany fut ramenée dans une chambre double, dont le deuxième lit était occupé par une<br />

adolescente opérée d’un genou.<br />

Elle avait sombré pour la nuit dans un sommeil lourd qui lui avait fait défaut depuis<br />

trop longtemps. Au matin, elle découvrait le cadre clair et uni de la pièce alors qu’une<br />

dame de service déposait les plateaux du petit-déjeûner sur les tables de chaque<br />

patiente.<br />

- « Qu’est-ce que je fais ici ? demanda Dany après avoir réalisé qu’elle était<br />

encore en milieu hospitalier.<br />

- Bonjour et ne bougez pas » lui dit la dame de service, je vais aller chercher<br />

l’infirmière.<br />

- Bonjour, je m’appelle Dany, dit-elle en tournant la tête vers l’adolescente.<br />

- Moi c’est Mireille. On m’a réparé le genou, et vous vous êtes là pour quoi ?<br />

- Bonjour bonjour, fit une infirmière jeune et énergique en rentrant dans la<br />

chambre à cet instant. Comment allons-nous ce matin ?<br />

- Ca va, répondit Mireille, mais j’aimerais bien qu’on m’enlève ce truc, dit-elle<br />

en désignant la perfusion qui alimentait ses veines.<br />

133


- Le docteur devrait passer tout à l’heure, on fera ce qu’il dira de faire. Et vous,<br />

vous avez bien dormi ? dit-elle en se tournant vers Dany.<br />

- Oui ça va merci, même si je ne sais pas trop pourquoi je suis ici.<br />

- Un petit coup de fatigue, ce n’est pas grave. Le docteur passera tout à l’heure,<br />

vous devriez sortir bien vite.<br />

- Est-ce que je peux téléphoner ?<br />

- Oui bien sûr, vous avez le téléphone là, à côté de vous sur la tablette.<br />

Dany hésita, se demandant si elle devait d’abord appeler Franck ou Monsieur Pierre.<br />

Il était très tôt mais aucun des deux ne dormait bien tard et ils seraient sûrement<br />

soulagés d’avoir de ses nouvelles. Elle décida de commencer par ce dernier, il avait<br />

dû se faire un sang d’encre quand elle s’était écroulée dans son bar, c’était peut-être<br />

même un accident du travail et il valait mieux voir ça avec son patron avant toute<br />

autre chose.<br />

- Allô, Jean ?<br />

- Dany, comment vas-tu ma chérie ? Je voulais venir te voir mais les visites ne<br />

sont autorisées qu’à partir de 14 heures quand on n’est pas de la famille.<br />

- Ah bon ? Tu sais bien pourtant que pour moi tu es comme de la famille,<br />

répondit-elle touchée qu’il ait déjà cherché à venir la voir. Je vais bien merci,<br />

même si je dois t’avouer que je ne me rappelle rien depuis que je suis arrivée<br />

hier à la clinique. Tu sais où est Franck ?<br />

- Il t’a attendue aux urgences, jusqu’à ce qu’on te ramène endormie dans ta<br />

chambre. Steffi et un ami l’ont rejoint vers les deux heures du matin. Après il<br />

m’a téléphoné comme je le lui avais demandé, pour me donner des nouvelles<br />

et il est rentré chez lui pour dormir un peu, avant de pouvoir revenir te voir.<br />

- Tu crois que je peux l’appeler maintenant?<br />

- Laisse le dormir et récupérer un peu. La nuit a sûrement été difficile pour lui<br />

aussi. Je suis sûr qu’il passera te voir très vite.<br />

- Tu as raison.<br />

- Je t’embrasse Dany.<br />

- Je t’embrasse Jean, à tout à l’heure.<br />

C’était difficile, surhumain presque de résister à l’envie de l’appeler. Pourtant Jean<br />

avait raison, il était nécessaire de le laisser se reposer un peu. Il avait été très présent<br />

ces derniers temps, tant auprès d’elle que pour son travail, et il devait être fatigué<br />

même s’il ne montrait jamais aucun signe de lassitude. Elle ne pouvait s’empêcher de<br />

dresser un parallèle entre le bonheur simple qui remplissait son existence depuis que<br />

Franck avait croisé sa route et la tiède petite vie qu’elle avait connue avec Hervé.<br />

Hervé… son image était trouble à présent, pourtant quelques détails étaient restés<br />

clairement gravés dans sa mémoire. Ils occupaient aujourd’hui son esprit avec aussi<br />

peu d’importance qu’un fragment de nuage dans l’immensité d’un ciel limpide.<br />

134


Chapitre 34 - L’INVITE SURPRISE<br />

C’était presqu’amusant aujourd’hui de penser à quel point elle avait pu être agacée<br />

par le manque d’ordre d’Hervé, par sa maladresse naturelle ou par son manque de<br />

clairvoyance dans la plupart des décisions qu’il prenait au quotidien.<br />

D’autres souvenirs étaient bien plus encombrants et tenaces, imposant insidieusement<br />

un voile ombrageux sur des pans de son passé qu’elle s’efforçait vainement de rayer<br />

de sa mémoire. Enfermés dans leur petite vie et emportés par le développement<br />

croissant de l’activité professionnelle d’Hervé, tout bonnement surexploité par son<br />

patron, Dany avait vu l’écart se creuser entre eux au fur et à mesure que les rudiments<br />

du confort devenaient à portée de leurs mains. Elle avait évolué laissant les boutiques<br />

pour prendre un emploi dans un office notarial. D’abord en intérim, remplaçant une<br />

secrétaire en congé de maternité. Puis la jeune femme était revenue mais on avait<br />

gardé Dany, pour son efficacité aimable et sa rigueur discrète. De son côté, Hervé<br />

s’abandonnait sans ménagement à son travail de représentant. Ses résultats étaient à la<br />

hauteur du sacrifice qu’il imposait à leur vie de couple. Il se réjouissait de pouvoir<br />

offrir à sa femme le bien-être d’une maison qu’ils avaient enfin pu acquérir, sans<br />

même voir que ses absences se multipliaient aux dépens de la construction de leur<br />

famille. Mais ce que Dany n’avait jamais pu supporter, c’était l’espèce de fascination<br />

malsaine que le patron d’Hervé exerçait sur son mari. Sous le couvert de<br />

récompenses pour ses bonnes performances, il accaparait de plus en plus la vie de son<br />

employé. Pire que cela, au-delà de l’ascendant qu’il prenait sur son VRP, Dany<br />

pressentait qu’il essayait de s’immiscer dans l’intimité de leur couple pour mieux la<br />

contrôler à elle aussi. Elle ne supportait que difficilement et par contrainte les repas<br />

imposés par Monsieur Coulard à chaque fois qu’Hervé dépassait ses scores<br />

précédents. Le patron de son mari faisait beaucoup d’argent mais n’avait pas pour<br />

autant investi dans le raffinement. Il devenait parfois franchement lourd dans les<br />

regards sans équivoque qu’il jetait sur ses bustiers ou sur tous les postérieurs féminins<br />

qui croisaient à dix mètres autour de la table à laquelle ils avaient pris place au<br />

restaurant. Le manque de caractère d’Hervé avait sûrement contribué à l’absence<br />

d’hésitation dans les attaques de moins en moins élégantes ni voilées du patron de son<br />

mari à l’égard de Dany. A tel point qu’elle avait fini par dire à Hervé qu’elle ne<br />

souhaitait plus s’associer aux repas « de remerciement » auxquels ils étaient de plus<br />

en plus fréquemment conviés. Elle ne voulait pas non plus qu’il vienne sous un<br />

quelconque prétexte dans leur nouvelle maison. C’était leur territoire réservé et il<br />

aurait été déplacé de le laisser envahir par cet homme grossier et indésirable.<br />

A cet instant une infirmière entra dans la chambre, tenant dans les mains un ravissant<br />

bouquet de roses rouges et blanches. L’air était encore doux et les fleurs dégageaient<br />

un parfum délicat. Elle se dirigea vers Dany et disposa les fleurs dans un pot en verre<br />

qu’elle posa sur la table de chevet.<br />

- Tenez, regardez ce beau bouquet. Vous allez vite retrouver tout votre tonus<br />

pour profiter de ces belles fleurs chez vous. Et puis vous avez une petite carte<br />

aussi. Vous avez le temps de la lire, le docteur va passer vous voir dans un<br />

petit moment.<br />

- Merci, elles sont très jolies, répondit Dany qui ne s’attendait pas à ce présent<br />

de bon matin. Il y a donc des fleuristes qui ouvrent tôt.<br />

- Oh pas étonnant, ce bouquet vient de chez Hubert, sa boutique est très bien<br />

fournie et ne ferme jamais.<br />

L’infirmière amena Mireille pour la toilette.<br />

135


Dany avait saisi le petit carton mais attendit leur départ de la pièce. Elle préférait<br />

curieusement être seule au moment de le lire. Elle espérait lire le nom de Franck sur le<br />

bristol mais Monsieur Pierre était aussi très capable de ce geste délicieux.<br />

Elle n’eut pas le temps de prendre connaissance du message. La porte s’était alors<br />

ouverte et un jeune docteur suivi de près par une infirmière avait fait irruption dans la<br />

chambre. Il était moyennement grand, mince et Dany le trouva immédiatement<br />

sympathique. Il s’assit sur une chaise auprès de Dany et lui demanda gentiment<br />

comment elle se sentait.<br />

- Je ne comprends pas ce qui m’est arrivé, la chaleur était étouffante hier soir et<br />

je suis assez fatiguée en ce moment. Je suppose que les vacances prochaines<br />

me feront le plus grand bien.<br />

- Je pense même qu’elles seront doublement nécessaires. Il est important que<br />

vous preniez soin de vous.<br />

- J’y veillerai, répondit-elle dans un sourire.<br />

- Je ne suis pas sûr de m’être bien fait comprendre, poursuivit le docteur. Vous<br />

n’avez pas noté un certain…bouleversement dans votre cycle ? Une grande<br />

fatigue en fin de journée, peut-être quelques nausées le matin ?<br />

- Mon cycle n’a jamais été bien régulier mais je ne vois pas……vous ne voulez<br />

tout de même pas dire…..<br />

- Si….répondit-il avec un léger sourire.<br />

- Mais, ce n’est pas possible, je ne peux pas avoir d’enfant….<br />

- Pourtant je vous assure que c’est bien ce que vous êtes en train de faire.<br />

Dany resta sans voix. Elle ne comprenait pas. Tout cela n’avait pas de sens. Elle<br />

repensait aux années de tentatives ininterrompues, pendant lesquelles ils avaient<br />

essayé désespérément avec Hervé d’avoir un enfant. Les visites médicales, essais en<br />

tous genres et échecs s’étaient succédés avec la même régularité déprimante. Dany<br />

avait fini par accepter à l’époque l’évidence de sa stérilité et s’était faite à l’idée<br />

d’adopter un enfant. Jusqu’à ce que le miracle Marie-Claire se produise. Mais comme<br />

chacun sait, les miracles sont uniques. Se retrouver confrontée en ce jour à cette<br />

révélation était un choc inattendu. Elle pensa alors à Franck. <strong>Sera</strong>it-il lui aussi<br />

heureux de ce cadeau inespéré ? Comment allait-elle lui annoncer la nouvelle ? Mais<br />

pourrait-elle seulement garder le bébé ? Elle savait aussi par expérience que mener<br />

une grossesse à son terme n’était pas systématique. Loin de là.<br />

- J’en suis à quel stade ?<br />

- Environ au début du troisième mois, à en juger par l’échographie que nous<br />

avons réalisée hier. Tout semble se présenter normalement.<br />

Le docteur finit par la laisser après s’être assuré qu’elle n’avait besoin de rien. Dany<br />

était perplexe, songeant à tout ce que cette petite vie qui faisait sa place en elle allait<br />

changer. Une nouvelle ouverture sur l’avenir, ce 14 juillet était un beau jour pour<br />

célébrer cette victoire de la vie. Perdue dans ses pensées, elle faillit même en oublier<br />

de regarder le message qui avait accompagné le magnifique bouquet. Elle se ressaisit<br />

et ouvrit l’enveloppe. Le message était bref mais dense :<br />

« Je vous aime. Epouse-moi. »<br />

Franck avait un don pour dire à tout moment les mots aimants et rassurants qu’elle<br />

avait besoin d’entendre. Le seul fait qu’il ait associé Marie-Claire dans sa déclaration<br />

dans le « vous » de « je vous aime » avait profondément touché Dany, qui avait<br />

depuis longtemps remarqué avec soulagement le niveau de complicité entre ces deux<br />

êtres qui comptaient plus que tout dans sa vie.<br />

Une bouffée de reconnaissance et d’amour l’envahit et lui donna envie de pleurer. Des<br />

larmes de félicité qui submergent, comme le corps en produit quand la joie le serre.<br />

136


Son cœur avait épongé le trop plein de joies simples et de petits bonheurs que son<br />

nouvel amour créait avec une inspiration sans cesse renouvelée et dispensait sans<br />

compter. Aujourd’hui elle mesurait tout ce qu’elle avait reçu et elle éprouvait<br />

physiquement l’impérieuse nécessité de partager et laisser s’écouler cette aptitude au<br />

bonheur qui l’avait contaminée depuis que Franck était entré dans sa vie.<br />

Restait à trouver la meilleure façon d’annoncer à Franck l’arrivée d’une autre petite<br />

vie dans le cercle de la famille qu’ils étaient devenus.<br />

La nuit avait été agitée mais malgré la fatigue, Franck n’avait pas pu dormir. Une fois<br />

rassuré sur l’état de Dany, il était rentré chez lui. La promesse d’un enfant avait fait<br />

ressurgir le spectre d’une autre petite vie, prématurément brisée. Les pensées se<br />

bousculaient dans sa tête et des images du passé ressurgissaient, troublantes et<br />

douloureuses à la fois. C’était la deuxième fois en moins d’une semaine qu’il<br />

éprouvait le besoin impérieux de ressortir la boîte à biscuits en métal décorée, celle<br />

qu’il avait rangée bien au fond du tiroir pour ne pas être trop souvent tenté de<br />

replonger dans les évocations masochistes de cette terrible nuit de novembre.<br />

Malgré la chaleur de ce mois de Juillet, il se souvenait avec un réalisme qui le fit<br />

frissonner du froid mordant qui était descendu du nord et avait envahi la France pour<br />

s’y installer le temps de l’hiver. Les brouillards n’avaient pas encore investi la région<br />

mais les pluies laissaient sur les routes un fin voile que le gel transformait dès le début<br />

de soirée en dangereuses plaques de verglas. Camille avait été inquiète quand il était<br />

reparti en fin de week-end pour reprendre les permanences de garde. Il restait encore<br />

plus de trois semaines avant le terme et Franck avait prévu de s’arrêter pour les fêtes<br />

de fin d’année afin d’assister son épouse et s’occuper du bébé pendant qu’elle<br />

récupèrerait. Ils s’étaient mis d’accord sur son prénom dès le début de la grossesse: ce<br />

serait Pascal pour un garçon et Pascaline pour une fille. Il avait caressé et déposé un<br />

baiser sur son ventre avant de les quitter pour la semaine. Il était parti de nuit pour<br />

profiter de ses proches au maximum et avait roulé prudemment. Il ne manquait jamais<br />

d’appeler en arrivant pour les rassurer. Camille attendait son appel et même si elle<br />

était fatiguée, elle ne parvenait à s’endormir réellement qu’après lui avoir parlé<br />

chaque soir.<br />

Il se rappelait encore très nettement cette soirée-là. Camille s’était assoupie et avait eu<br />

un horrible cauchemar. Elle l’avait appelé. Ils avaient longuement parlé. Puis elle<br />

avait été saisie de contractions et quand celles-ci étaient devenues régulières, il lui<br />

avait dit de faire appel à sa sœur et de prévenir ses parents pour l’emmener à l’hôpital.<br />

Il avait même eu le temps de parler avec Anna. Il allait prévenir son employeur et<br />

arriverait dès le lendemain matin. En attendant, il leur recommandait d’être prudents<br />

sur le trajet, les routes glissantes pouvaient s’avérer meurtrières quand on roulait trop<br />

vite. Quand il était arrivé à l’hôpital le lendemain, ce qui aurait dû être le plus beau<br />

jour de sa vie s’était avéré être un calvaire insoutenable. Il avait bien retrouvé sa<br />

famille, mais pas au service pédiatrique. Son père avait subi quelques blessures<br />

superficielles car l’airbag de la voiture avait permis de limiter les dégâts. Anna qui se<br />

trouvait à l’arrière avec Camille avait subi le choc de plein fouet. Elle avait subi un<br />

traumatisme léger à la tête et reçu des éclats de verre dans les yeux. Leur mère avait<br />

eu moins de chance. L’impact s’était produit au niveau de sa portière et malgré<br />

l’airbag passager, la violence du choc avait été telle qu’elle avait perdu beaucoup de<br />

sang. Mais le plus éprouvant avait été d’apprendre qu’au même moment Camille<br />

luttait encore pour sa vie. L’hémorragie avait requis une transfusion sanguine. Le<br />

bébé n’avait pas survécu à l’accident. C’était une petite fille. Il y avait eu des victimes<br />

supplémentaires, deux des occupants de l’autre voiture. Le troisième avait été éjecté<br />

137


de la voiture et ne pourrait plus jamais marcher. Le bilan avait été très lourd cette nuit<br />

là au lieu-dit les Bornans. Une autre voiture avait fait une sortie de route non loin de<br />

là et son conducteur avait été tué sur le coup. L’enquête apprendrait, après<br />

interrogatoire des témoins, que ce carnage avait été le triste résultat d’une course<br />

poursuite entre deux véhicules. La voiture dans laquelle se tenait Camille s’était<br />

trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Le père de Franck avait pourtant vu<br />

arriver les phares d’assez loin et avait freiné afin de ne pas percuter le chauffard qui<br />

allait bon train et ne tarderait pas à leur couper la route. L’asphalte était glissante et il<br />

avait pris soin de doser son freinage. Il n’avait pas le temps de s’arrêter mais il<br />

éviterait le choc. C’est du moins ce qu’il avait pensé, avant d’apercevoir la deuxième<br />

paire de phares. La suite, ç’avait été une secousse et un bruit terribles, la voiture qui<br />

s’était mise à tournoyer dans un bruit de vitres brisées. Puis le silence et le noir. Ce<br />

n’est qu’après de longues minutes que l’alerte avait pu être donnée par d’autres<br />

automobilistes de passage. Les secours étaient alors intervenus rapidement ; les<br />

ambulances avaient évacué les blessés, tandis que les pompiers finissaient de<br />

désincarcérer les corps sans vie des deux jeunes hommes qui étaient restés prisonniers<br />

de la tôle.<br />

Camille avait lutté toute la nuit. Son dernier souffle s’était évanoui avec l’apparition<br />

du jour. Un jour pâle et sans espoir. Un jour de deuil et de souffrance, qui en<br />

annonçait beaucoup d’autres.<br />

Franck venait de perdre les piliers de sa félicité. Camille, Pascaline et sa mère<br />

n’étaient plus. Il venait d’apprendre la cécité de sa sœur Anna. Quant à son père, il<br />

n’aurait jamais assez de sa vie pour effacer l’ineffable sentiment de culpabilité qui<br />

l’avait oppressé dès qu’il avait appris les premiers résultats de ce hasard tragique.<br />

Il fallait pourtant faire corps et faire face pour soutenir les vivants. La rééducation<br />

pour Anna et sa présence chaleureuse auprès de son père avaient été la priorité de<br />

Franck. Il fallait se rendre utile par tous les moyens et ne pas trop penser à son propre<br />

chagrin. Même si au bout du compte, il savait qu’il finirait par le rattraper. Ce qui<br />

était arrivé inéluctablement. Il avait appris à vivre avec ce grand vide et son désespoir.<br />

Il les avait apprivoisés et leur avait trouvé une place, dans cette boîte à biscuits<br />

décorée que sa mère gardait dans le grand placard de la cuisine et qu’il avait emportée<br />

avec lui quand il avait emménagé seul, après que son père eût vendu la maison pour<br />

se retirer dans un foyer.<br />

Son travail avait été un dérivatif efficace à sa peine mais ce qu’il avait pu construire et<br />

restaurer de ses mains ne lui rendrait jamais la quiétude insouciante des jours heureux.<br />

Il avait fini par s’installer à son compte et sa sœur l’avait encouragé dans cette voix.<br />

Elle avait espéré qu’il retrouve une compagne, il aurait souhaité qu’elle sympathise<br />

avec des jeunes gens. Mais tous deux semblaient s’être interdit de reprendre une vie<br />

affective, comme si ce choix pouvait prolonger le souvenir des jours heureux dans le<br />

regard de l’autre. Pendant dix ans, Franck avait fait prospérer son affaire, tandis<br />

qu’Anna s’était lancée dans l’écriture de contes pour enfants qu’elle traduisait en<br />

braille et enregistrait pour des bibliothèques spécialisées pour non-voyants.<br />

La rencontre avec Dany avait été une bénédiction inattendue dans la vie de Franck et<br />

même pour Anna. Cette relation avait implicitement sonné la fin de l’abstinence<br />

affective que Franck s’était imposée. Il avait reconnu que la vie lui envoyait une autre<br />

chance et cette chance-là, il ne devait pas la laisser filer.<br />

Alors cette nuit, en rentrant de la clinique où Dany avait été emmenée, il avait<br />

éprouvé le besoin de s’entretenir avec ses vieux fantômes qui ne l’avaient jamais<br />

abandonné. Pour leur redire tout son amour et pour leur dire au revoir. Il avait pour<br />

cela relu chacun des articles pliés au fond de la boîte, regardé longuement chaque<br />

138


photo et caressé les souvenirs plus personnels tels ce mouchoir brodé pour l’enfant à<br />

naître ou le peigne que Camille utilisait pour coiffer sa chevelure rousse.<br />

Puis il avait refermé la boîte qu’il avait remise au fond de son tiroir et il était sorti. Il<br />

était passé chez Hubert et avait choisi le délicat bouquet avec lequel il espérait<br />

concrétiser ses intentions aux yeux de Dany.<br />

Il était ensuite rentré chez lui et, toujours incapable de trouver le sommeil, il avait<br />

lancé son énergie et sa créativité pour terminer de préparer ce qui serait le chef<br />

d’œuvre de son chantier en cours. L’épure avait été prometteuse, la réalisation lui<br />

donna toute satisfaction. Il restait à souhaiter que son client en soit aussi content.<br />

Quand Jean appela Franck, il était encore assoupi. Il s’excusa de l’avoir réveillé et lui<br />

confirma que Dany allait bien –il avait parlé un peu plus tôt avec elle. Elle pourrait<br />

sortir dans quelques heures. Franck confirma qu’il passerait la chercher et la<br />

ramènerait chez elle. Ils convinrent avec Monsieur Pierre qu’elle avait besoin de<br />

repos. Franck ne savait pas si Jean était au courant pour le bébé, il préféra ne pas en<br />

parler tout en sachant que la discrétion naturelle de Monsieur Pierre le dissuaderait<br />

également d’en parler s’il savait quelque chose.<br />

Dany avait fait un brin de toilette. Puis elle s’était recouchée et assoupie, profitant de<br />

ce que la chaleur n’était pas encore écrasante pour se reposer un peu. La sonnerie du<br />

téléphone la sortit de sa torpeur.<br />

- Allo ?<br />

- Bonjour mon amour.<br />

- Bonjour mon amour, répondit-elle en écho.<br />

- Tu te sens bien ce matin ?<br />

- Oui. Figure-toi que j’ai reçu un bouquet magnifique de la part d’un<br />

admirateur.<br />

- C’est sûrement que tu le mérites. J’ai envie de te voir.<br />

- Tu n’as qu’à passer avant midi, je suis dans la chambre 212. Après midi, tu<br />

risques de ne plus me trouver ici.<br />

- Alors ne bouge pas, j’arrive et je me charge de te ramener à la maison.<br />

- Je t’attends. Je t’aime. Et c’est d’accord.<br />

- D’accord pour quoi ?<br />

- Pour la question que m’a posée mon admirateur.<br />

Puis Dany raccrocha, satisfaite de sa réplique.<br />

Franck ne tarda pas avant de rappliquer. Il n’avait pas beaucoup dormi mais semblait<br />

en étât de grâce, heureux de retrouver Dany. Elle était mitigée, entre un bonheur total<br />

à son côté et l’incertitude de la réaction de Franck en apprenant qu’il serait peut-être<br />

bientôt père. Mais ses craintes furent vite dissipées.<br />

Il l’entoura de ses bras puissants et lui chuchota à l’oreille son bonheur de bientôt<br />

l’épouser et d’agrandir de surcroît sa famille. Toute chose semblait trouver sa place, et<br />

c’était bien ainsi. Puis il la ramena chez elle, avant de repartir dans son atelier où du<br />

travail l’attendait encore.<br />

139


Chapitre 35 – LIVRAISON DE CHANTIER<br />

C’était le grand jour. Franck avait travaillé d’arrache-pied les deux dernières<br />

semaines. Il devait livrer la commande à son client avant de pouvoir partir se reposer<br />

avec Dany et Marie-Claire pour une quinzaine de jours, près de la nature et loin des<br />

tracas de matériaux livrés à temps ou de constance de la température du four pour<br />

réussir la fusion des émaux.<br />

Il lui restait quelques détails de finition à régler, qui lui prendraient une bonne partie<br />

de la journée. Il avait demandé à Monsieur Pierre de passer voir Dany au Nautilus<br />

avant d’effectuer sa livraison de chantier mais celui-ci l’en avait dissuadé, il<br />

connaissait la nature méticuleuse de Franck et il savait qu’il utiliserait chaque minute<br />

pour parfaire son ouvrage avant de le livrer. Jean avait raison. Cette commande<br />

représentait plusieurs centaines de milliers de francs et il ne prendrait pas le risque de<br />

mécontenter son client.<br />

Dany avait aussi attendu ce jour avec impatience. Franck lui avait tant parlé de ce<br />

projet, la sollicitant sur des aspects d’aménagement, de matières et de couleurs,<br />

qu’elle avait eu l’impression de participer à l’élaboration du chantier. Elle avait senti<br />

la tension monter au fur et à mesure que les jours s’écoulaient. Franck avait été de<br />

moins en moins présent, accaparé par son travail. Il arrivait parfois tard dans la nuit,<br />

se glissait sur le drap qui la préservait de la fraîcheur de la nuit, puis s’évanouissait au<br />

petit jour sans oublier de mettre en marche la cafetière et de lui dresser son couvert<br />

pour le petit-déjeûner, avant de disparaître jusqu’au soir. Il l’appelait sans faute en<br />

milieu de journée et prenait de ses nouvelles avec une attention et une constance qui<br />

la touchaient jour après jour.<br />

Le matin, Dany avait fait un brin de ménage puis pris une douche rapide avant de<br />

téléphoner à Marie-Claire. Sa fille profitait bien de ses vacances avec sa grand-mère<br />

mais avait hâte de les rejoindre, elle et Franck. Il lui tardait notamment de pouvoir<br />

refaire de la moto. Dany s’amusa de la motivation de Marie-Claire, elle était<br />

simplement heureuse de la complicité entre sa fille et son compagnon.<br />

Puis elle appela Jean et lui proposa d’apporter une salade afin qu’ils puissent manger<br />

tous les trois avec sa femme Marcelle. Elle en profiterait pour donner un coup de<br />

chiffon au café avant de prendre son service.<br />

Le jour était d’une extraordinaire clarté et la chaleur commençait à être pesante. Dany<br />

avait fermé les volets et ressentit le besoin de se reposer un moment. Elle s’allongea<br />

sur le canapé et pensa avec bonheur à la petite vie qui s’installait en elle. Elle avait<br />

bien dormi la nuit précédente, mais le sommeil la gagna une fois encore et elle<br />

s’assoupit.<br />

Quand elle arriva chez Jean et Marcelle, le soleil était quasiment au zénith. Le couple<br />

avait également refermé les volets pour essayer d’échapper à la lumière aveuglante et<br />

au feu accablant du soleil. Le rotor du plafonnier était activé et brassait l’air chaud<br />

avec une énergie désespérée. Marcelle était contente de ces moments d’intimité que<br />

son mari et Dany, toujours complices, partageaient avec elle.<br />

La fraîcheur de la salade que Dany avait préparée précéda une délicieuse marinade de<br />

poissons que Marcelle avait élaborée, connaissant le penchant de Dany pour ce plat.<br />

De plus, le poisson était recommandé pour la future maman. En accord avec sa<br />

140


discrétion coutumière, les petits signes de prévenance qu’elle prodiguait trahissaient<br />

la joie avec laquelle Marcelle semblait elle aussi attendre la venue de ce bébé ; un peu<br />

comme elle aurait attendu le premier petit enfant de la fille que la nature lui avait<br />

toujours refusée.<br />

Ils avaient bavardé d’un peu tout et de rien, des vacances qui seraient les bienvenues<br />

après le grand stress des dernières semaines, des recettes secrètes que Franck semblait<br />

élaborer dans son atelier et de la passion extraordinaire qu’il avait mise dans sa<br />

dernière commande. Ils avaient tant parlé et échangé leurs avis sur les travaux de cette<br />

commande au fil des semaines qu’elle donnait l’impression de connaître l’ouvrage<br />

comme si elle avait suivi elle-même le chantier. Jean écoutait cette jeune femme<br />

parler avec fougue de l’artisan plein d’idées et de courage qui arrangeait un petit coin<br />

de paradis sur mesure, mais ce qu’il voyait avant tout, c’était une jeune femme<br />

incroyablement belle qui renaissait à la vie depuis qu’elle s’était permis d’aimer et<br />

d’être aimée. Il lui demanda :<br />

- Et pour qui elle est cette commande pour laquelle j’ai l’impression qu’il t’a<br />

fait travailler à l’œil ?<br />

- Ah ça, je n’en sais rien, Franck est toujours discret sur sa clientèle, mais ce<br />

que je peux te dire, c’est que ce sont des sacrés petits veinards qui vont habiter<br />

dans cette merveille. Puis elle rajouta après avoir repris avec gourmandise une<br />

cuillérée de crème anglaise : des veinards très riches, même, à en juger par les<br />

volumes de pièce qu’il m’a décrits.<br />

Marcelle s’amusait en silence de son enthousiasme, tout en lançant des regards de<br />

tendresse vers Monsieur Pierre. Il avait eu raison de croire en elle, Dany était comme<br />

une fille pour eux. Elle s’était levée machinalement pour faire la vaisselle et quand<br />

Dany voulut l’aider, ils répondirent de concert qu’elle devait se reposer. Elle ne<br />

commençait au Nautilus qu’à dix-sept heures, d’ici-là Jean y ferait un saut, elle<br />

n’avait qu’à s’allonger au calme sur le canapé et s’appliquer à ne rien faire d’autre<br />

que dormir.<br />

La chaleur était toujours pesante quand elle arriva au bar. Steffi s’activait des tables<br />

au comptoir et inversement. Pas de doute, la loi des trent-cinq heures avait apporté<br />

son petit lot de consommateurs supplémentaires, sortant plus tôt du travail ou prenant<br />

carrément la journée pour bricoler ou jardiner avant de retrouver les copains autour<br />

d’une bière pour refaire le monde ou plus modestement pour une simple belote.<br />

Avant de se mettre au travail, Dany alla dans le local privé pour signaler à Jean<br />

qu’elle était arrivée. Il était attablé à son bureau, entouré de papiers, s’obligeant à<br />

remettre à jour la comptabilité des dernières semaines.<br />

- Encore plongé dans les papiers ? Tu sais que je pourrais t’aider et t’éviter cette<br />

peine. Elle avait posé sa main sur son épaule.<br />

- J’ai dû faire une course en début d’après-midi et du coup ça m’a un peu<br />

retardé. Laisse-moi encore une petite heure pour terminer. Va aider Steffi en<br />

salle, les gens qui ont fini de travailler vont venir rejoindre les clients qui n’ont<br />

pas fini de profiter du frais. Tu sais que l’investissement que tu m’as suggéré<br />

pour climatiser le bar, je l’amortirai deux fois plus vite que prévu s’il continue<br />

à faire chaud comme ça. Dès que j’ai fini, je t’emmène faire un tour.<br />

- OK, je te laisse, à tout à l’heure.<br />

Monsieur Pierre avait déjà replacé ses lunettes en équilibre sur l’arête fine de son nez<br />

et repris ses comptes alors qu’elle refermait la porte sans bruit.<br />

Paulo et Gaston étaient attablés avec deux amis et lui firent un grand signe en la<br />

voyant. Elle sut, en voyant la table vide, qu’ils l’attendaient pour passer leur<br />

141


commande. Steffi, ayant depuis longtemps remarqué leur préférence, leur avait<br />

annoncé à leur arrivée que Dany ne tarderait pas à s’occuper d’eux. Un jeune homme<br />

qu’elle voyait pour la première fois était avec eux. Il avait l’air timide et de grandes<br />

mains qui devaient être pratiques pour attraper les pastèques. Dany ne s’était<br />

d’ailleurs pas trompée, Thierry –c’est ainsi que Paulo le lui présenta- était un neveu<br />

venu pendant l’été pour le dépanner sur les marchés, pendant que ses employés étaient<br />

en congés.<br />

- Et toi Paulo, quand est-ce que tu prends des vacances ?<br />

- Mais avec toi, quand tu veux, ma belle ! répondit-il dans un grand sourire, tout<br />

en clignant de l’œil vers Gaston qui attendait avec impatience la répartie de<br />

Dany.<br />

- D’accord, prévois deux semaines pour le mois d’août et emmène ta femme, ça<br />

fera une quatrième pour la belote.<br />

- Quatre ? C’est donc vrai alors que tu as trouvé quelqu’un ?<br />

- Comment ça quelqu’un ? Et Gaston, tu partirais en le laissant tout seul ? Je<br />

suis déçue Paulo que tu puisses oublier si vite un ami si proche. Du coup je<br />

crois qu’il est préférable de ne pas envisager de partir avec toi pour mes<br />

prochaines vacances. Le tout fut dit dans un sourire rayonnant qui les laissa<br />

sans réplique, ce qui était plutôt rare pour quelqu’un avec la verve de Paulo.<br />

Puis Dany était allée saluer Christophe, l’ami qui avait eu la merveilleuse idée<br />

d’inviter Franck au Nautilus pour la première fois et qui depuis avait partagé avec eux<br />

quelques moments épiques, dont la visite à la clinique quelques jours plus tôt.<br />

- Comment se fait-il que tu sois tout seul ? Tes amis sont partis en congés sans<br />

toi ?<br />

- En fait j’ai eu un peu de boulot ces temps-ci, j’ai aidé un copain et ça me<br />

permet de me faire un peu d’argent de poche.<br />

- Bien. Tu as raison de faire des économies et c’est toujours une bonne idée de<br />

venir nous voir ici. Le café est pour moi.<br />

- Merci Dany.<br />

Elle versa directement le prix du café dans la caisse. Par principe elle ne faisait rien<br />

qui pût aller à l’encontre de la confiance que son patron avait placée en elle, même si<br />

elle ne doutait pas que M Pierre ne se serait pas opposé à ce geste exceptionnel. La fin<br />

d’après-midi passa très vite et Dany put constater le petit manège qui s’était installé<br />

entre des personnes qui bien qu’éloignées dans la salle semblaient ne rien voir à la<br />

ronde que l’autre. Pourtant cette fois-ci, Dany ne songeait pas à s’en amuser.<br />

D’ailleurs la situation avait quelque chose d’inhabituel pour qui avait déjà vu Steffi<br />

draguer ouvertement des clients avant de s’éclipser avec eux discrètement après son<br />

service. Mais là il n’y avait pas de jeu, juste une apparente timidité qui cadrait mal<br />

avec l’aisance usuelle qu’elle avait avec les jeunes gens. Elle restait le plus possible<br />

derrière le comptoir, s’appliquant à regarder le jeune homme dans le reflet de la glace<br />

aussi discrètement que possible.<br />

Dany avait observé que Thierry était peu loquace mais sa timidité avait quelque chose<br />

d’attachant. Il semblait moyennement grand mais solidement planté. Il avait du mal à<br />

détacher son regard des formes que Steffi mettait en valeur dans un corsaire moulant<br />

et un bustier recouvert d’un chemisier en toile fine. D’après son oncle, la demoiselle<br />

n’hésitait pas à en faire profiter les jeunes gens pleins de vigueur et suffisamment<br />

attentionnés pour une soirée. Pourtant la jeune fille ne remarquait rien. Son attention<br />

semblait centrée sur l’autre table, celle où Dany venait d’apporter le café.<br />

- Tout va bien ? demanda Dany doucement à sa collègue.<br />

142


- Oui, bien sûr, répondit Steffi d’un ton faussement détaché. On est mieux ici<br />

qu’à rôtir dans un appart de quarante-cinq mètres carrés entre des voisins qui<br />

s’engueulent et d’autres qui mettent la musique à fond.<br />

- Tu peux s’il-te-plaît aller voir si Christophe a tout ce qu’il faut, je ne suis<br />

même pas sûre de lui avoir porté du sucre.<br />

- A Christophe ? Oui, d’accord, j’y vais.<br />

A bien y songer, Steffi n’était plus de la première jeunesse et Dany était touchée de la<br />

voir ainsi intimidée par un homme pour la première fois. Elle ne pouvait s’empêcher<br />

de trouver Christophe très jeune, mais n’avait-elle pas elle-même près de huit ans de<br />

plus que Franck ?<br />

Quand Jean émergea du local privé, il était près de sept heures. Dany se dit que<br />

Franck était peut-être à cet instant en train de présenter son travail et elle espéra que<br />

tout se passait bien pour lui.<br />

- Allez viens Dany, je t’emmène faire une course. J’ai besoin de toi. Steffi<br />

gardera la boutique.<br />

- Est-ce loin ?<br />

- Non pas trop, une dizaine de minutes en voiture tout au plus.<br />

- A tout à l’heure Steffi, ciao Christophe.<br />

Les deux jeunes gens discutaient depuis un petit moment et semblèrent à peine<br />

remarquer leur départ.<br />

Monsieur Pierre n’était pas d’un naturel très bavard. Mais il avait aujourd’hui des<br />

choses importantes à lui dire.<br />

- Tu sais Dany, Marcelle et moi nous sommes vraiment heureux de ce que tu vis<br />

avec Franck et surtout de ce bébé qui arrive. Mais tu travailles très dur, entre<br />

le secrétariat et le bar, Marie-Claire et maintenant deux autres personnes dans<br />

ta vie, nous sommes un peu inquiets pour toi. L’autre jour, quand Steffi est<br />

venue me chercher pour me dire que tu t’étais évanouie, je te le dis<br />

franchement, tu m’as fait peur. Et pour être encore plus franc, je ne sais pas si<br />

le travail au Nautilus te conviendra longtemps, en prenant en compte les trajets<br />

et les horaires qui ne sont pas compatibles avec une vie de famille, disons plus<br />

classique.<br />

- Qu’est-ce que tu essayes de me dire Jean ? Tu ne veux quand même pas te<br />

séparer de moi maintenant, alors que j’ai besoin de ce boulot plus que jamais ?<br />

- Tu as Franck maintenant et….<br />

- Non Jean je ne veux avoir besoin de personne. Et si Franck est là aujourd’hui,<br />

qui peut me garantir ce que sera notre vie dans deux mois ou dans cinq ans ?<br />

Je t’en prie, ne me fais pas ça, j’ai besoin de ce job et tu le sais mieux que<br />

quiconque. Elle sentait une rage monter en elle et luttait pour cacher ses<br />

larmes.<br />

Monsieur Pierre regarda dans le rétroviseur puis se gara sur le côté de la rue. Il se<br />

retourna vers elle et la regarda avec une infinie tendresse, avant de lui caresser la joue.<br />

- Dany, tu sais que tu es comme une fille pour Marcelle et moi et elle remercie<br />

Dieu chaque jour de t’avoir placée sur notre chemin. Nous nous faisons vieux<br />

et notre avenir c’est essentiellement le tien et celui de tes enfants. Et celui de<br />

Franck aussi maintenant. J’ai eu l’occasion de lui parler quelquefois, c’est un<br />

homme bien, droit et travailleur, qui saura t’aimer tant que tu voudras de son<br />

amour. La vie t’a blessée, je n’ai jamais su en quoi et j’ai toujours respecté ton<br />

silence sur ce passé douloureux qui t’a visiblement fait souffrir. Mais<br />

aujourd’hui tu dois tourner la page et accepter les marques d’amour des gens<br />

143


qui t’entourent. Lui aussi d’ailleurs a souffert et il mérite que tu partages avec<br />

sa vie la tienne et celle de tes enfants, en toute confiance.<br />

- Je ne comprends toujours pas le rapport que ça peut avoir avec mon travail au<br />

Nautilus.<br />

- Et bien, disons que, après une longue réflexion, nous avons décidé avec<br />

Marcelle d’investir et de diversifier nos activités. Tu te souviens de l’entrepôt<br />

que je t’avais montré l’autre fois ?<br />

- Oui, je me souviens bien.<br />

- Je souhaiterais qu’on y retourne ensemble, tes conseils et idées ont germé dans<br />

ma tête et je voudrais, encore une fois si tu le permets, solliciter ton avis sur<br />

certaines transformations du local. Et si on arrive à se mettre d’accord sur les<br />

conditions, tu pourrais même t’occuper de la gérance de ce nouvel endroit. Je<br />

prendrais une autre employée pour le Nautilus et comme ça Steffi monterait<br />

elle aussi en grade.<br />

- Ouaou, j’ai l’impression que tout ça a déjà été bien réfléchi. Alors allons-y, je<br />

suis impatiente de revisiter ce qui sera peut-être mon nouveau bureau.<br />

Elle reconnut l’allée plantée d’arbres, qui dispensaient une ombre bienfaisante et<br />

allongée en cette fin de journée. Par contre tout le reste lui sembla incroyablement<br />

nouveau. La façade avait été repeinte et des grilles en fer forgé retractables<br />

protégeaient les deux fenêtres du rez-de-chaussée. La grande vitrine, qui laissait<br />

entrevoir des tentures fleuries à chaque extrémité, avait été dotée d’un dispositif de<br />

volet roulant. En passant le seuil, Dany fut éblouie par l’espace et la clarté qui<br />

baignait la pièce principale. Cette salle spacieuse à laquelle on accédait en longeant un<br />

comptoir tout en bois verni n’avait plus rien de l’immense entrepôt vide et lugubre<br />

qu’elle avait découvert seulement trois mois auparavant. Un faux-plafond légèrement<br />

plus bas que le plafond d’origine donnait un cachet plus intime à la pièce tout en<br />

absorbant une partie du fond sonore. De petites alcôves étaient séparées par des arches<br />

qui semblaient former une haie d’honneur jusqu’à la fontaine centrale dont le<br />

murmure était apaisant. Elle nota aussi le système d’éclairage indirect qui mettait en<br />

valeur les appliques métalliques en forme de feuillage fleuri. Mais le plus<br />

extraordinaire, c’était le puits de lumière qui faisait jaillir cette clarté jusque dans les<br />

recoins les plus reculés de l’immense pièce.<br />

Dany se sentait comme dans un rêve. Elle ressentait une incroyable sensation de bienêtre<br />

en avançant dans la pièce. En fait, elle se sentait curieusement déjà un peu<br />

comme chez elle. C’était bizarre à décrire comme impression. Cet endroit semblait<br />

être un condensé de toutes les formes d’aménagement et de décoration qui<br />

correspondaient à ses goûts à la fois pratiques, frais voire un tantinet exotiques, mais<br />

dont elle n’avait jamais eu l’occasion de discuter avec Monsieur Pierre. Et tout<br />

semblait être sorti de terre, comme par magie ou plutôt…<br />

Jean la sortit de sa rêverie :<br />

- Excuse-moi, le maître d’œuvre est ici, je voudrai que tu le rencontres pour lui<br />

faire part de tes remarques ou critiques, si bien sûr tu acceptes de t’occuper de<br />

cet endroit par la suite.<br />

Dany continuait à avancer, jusqu’à atteindre l’arche qui donnait sur un salon plus<br />

intime. Elle aperçut la porte-fenêtre qui donnait sur un espace vert et s’approcha de la<br />

porte vitrée pour mieux découvrir le jardinet à ciel ouvert qui se révélait par surprise<br />

au fond de la pièce. Son regard fut simultanément accroché sur sa gauche par une<br />

ombre couvrant le mur, surplombant un comptoir en arc de cercle derrière lequel<br />

s’ouvraient deux portes battantes. Elle scrutait avec attention le travail délicatement<br />

144


ciselé et sentait le temps peu à peu s’arrêter, alors qu’elle découvrait les courbes<br />

gracieuses de la pièce en fer forgé et les couleurs extraordinaires des émaux qui la<br />

composaient. Elle reconnaissait tous les symboles dont ils avaient parlé, l’harmonie<br />

de la nature, l’espoir chatoyant du renouveau et l’unité dans la paix. Les larmes<br />

avaient naturellement trouvé le chemin de ses yeux et son regard embué ne lui permit<br />

pas de le voir distinctement quand il entra dans la pièce. Pourtant, elle sut d’instinct<br />

que le maître d’œuvre qui avait créé ce havre de quiétude si parfaitement en accord<br />

avec ses propres goûts ne pouvait être que Franck.<br />

Les deux hommes étaient côte à côte et prenaient un plaisir évident en constatant le<br />

ravissement de Dany au fur et à mesure qu’elle relevait les détails soignés de la<br />

finition.<br />

- Alors, ça te plaît ?<br />

- Jean, c’est magnifique !<br />

- Oui, je suis d’accord avec toi, le décorateur a vraiment fait du bon boulot. Tu<br />

penses que tu pourras travailler ici ?<br />

- Il faudra que je prenne mes marques pour faire le service mais je ferai de mon<br />

mieux pour que ce bar fonctionne aussi bien que le Nautilus.<br />

- Un bar ? Mais qui t’a parlé de bar ? En fait, pour être plus précis, Franck et<br />

moi avions plutôt pensé à… un restaurant. Qu’est-ce que tu en dis ? J’ai déjà<br />

pris des contacts avec un chef qui pourrait commencer dès le mois de<br />

Septembre. Oh bien sûr, pas d’étoile au Michelin en vue, mais une cuisine<br />

familiale, simple et authentique.<br />

- Je commence à entrevoir l’envergure du complot, conclut Dany dans un léger<br />

sourire, en se rappelant avoir partagé avec Franck son rêve d’ouvrir ce genre<br />

d’établissement quand elle aurait fini de payer la maison et qu’elle pourrait<br />

investir dans un nouveau projet. Il semblait impensable que l’occasion puisse<br />

se présenter si tôt. Elle pourrait ainsi acquérir une réelle expérience avant de se<br />

lancer à son compte.<br />

Je crois que nous aurons quelque chose de très spécial à fêter ce soir, sans<br />

oublier qu’il faudra baptiser cet endroit, enchaîna-t-elle dans un élan de joie<br />

qui confirma son acceptation tacite. Mais je suis sûre que vous avez déjà pensé<br />

à tout cela.<br />

- Il y a bien quelques petits détails que je dois encore t’expliquer, mais pour le<br />

nom, nous avions pensé avec Franck que c’est à toi d’en trouver un pour cet<br />

endroit.<br />

- Je vous promets d’y réfléchir. Laissez-moi encore jeter un coup d’œil à cette<br />

merveille avant d’aller tous fêter ça avec Marcelle. Ce sera champagne pour<br />

vous et jus de pomme pour moi !<br />

145


Chapitre 36 – SECRETS<br />

Franck était resté avec Dany au Nautilus jusqu’à la fermeture. Ils étaient tous les deux<br />

très fatigués ; lui sentait resurgir la pression accumulée au fil des semaines pour<br />

terminer le chantier avant la trêve estivale, toute l’énergie de Dany semblait être<br />

accaparée par ce petit être encore minuscule qui croissait en elle. Tenir un restaurant<br />

n’était pas une mince affaire mais avec une bonne organisation, ils pourraient adopter<br />

des horaires plus classiques qui leur permettraient de passer davantage de temps avec<br />

Marie-Claire. Dany avait appelé sa mère pour prendre des nouvelles et parler à sa<br />

fille. Elle semblait enchantée de son séjour dans le midi. D’après sa grand-mère des<br />

voisins avaient accueilli deux petits enfants, des garçons un peu plus âgés que Marie-<br />

Claire, avec lesquels elle faisait les quatre cents coups et profitait bien de ses<br />

vacances.<br />

En allant se coucher, Dany remercia Dieu, qu’elle n’avait pas prié depuis bien<br />

longtemps, pour la chance immense qui avait récemment réapparu dans sa vie. Elle<br />

avait toujours vu sa mère invoquer Dieu au quotidien sans pour autant adopter ellemême<br />

cette attitude traditionnelle pour toute femme italienne. Mais beaucoup de<br />

choses avaient changé et elle semblait avoir fait la paix avec bien des vieux démons<br />

qu’elle avait combattus pendant si longtemps. Elle vit Franck assoupi et se sentit<br />

émue par sa seule présence. Elle se glissa aussi doucement que possible dans les draps<br />

et la main de son amant vint comme à l’accoutumée l’accueillir afin qu’elle se<br />

rapproche de lui. Elle était en confiance avec lui et malgré la fatigue de la journée,<br />

peut-être encouragée par l’assoupissement de Franck, elle eut envie de lui parler. Il<br />

faudrait bien un jour ou l’autre lui apprendre toute la vérité et aujourd’hui ne serait<br />

pas un plus mauvais jour que les autres pour raconter son secret. Ce ne serait pas<br />

facile d’évoquer à nouveau l’horreur de cette nuit froide d’hiver mais elle se sentait<br />

protégée par la présence et la chaleur du corps viril et détendu allongé paisiblement à<br />

ses côtés. Et puis après, elle refermerait le livre de ces années difficiles pour ne plus<br />

penser qu’à un avenir qui s’annonçait désormais sans nuages et plein de promesses<br />

heureuses.<br />

- Aujourd’hui a été une journée très belle à mes yeux, parce que j’ai pu voir ce<br />

que deux hommes merveilleux étaient capables de mettre en œuvre pour moi.<br />

Ce restaurant est une incroyable opportunité, pour Marie-Claire, moi et bien<br />

sûr toi aussi puisque tu fais partie de notre famille maintenant. Je n’ai pas<br />

toujours su exprimer à quel point je te remercie d’être entré dans ma vie.<br />

J’étais un peu…égarée, avec la peur au ventre de rater la seule chose de bien<br />

qui me restait, ma fille. Je nous avais bâti une vie bien réglée de travail et de<br />

complicité, tout en refusant de voir que vivre pour et à travers elle, ce n’était<br />

qu’une façon de tromper mes peurs et oublier à quel point je me sentais<br />

coupable. J’ai honte encore de ce que je vais te dire mais la pénombre me<br />

donne un peu de courage. Et puis, si je ne peux pas te le raconter à toi, alors je<br />

ne mérite pas ta confiance et je me condamne à vivre jusqu’à la fin avec ce<br />

poids horrible qui n’a cessé de m’étouffer pendant toutes ces années.<br />

Sa voix était menue, à peine un léger souffle, mais pas une fois sa détermination ne<br />

s’ébranla. Franck n’avait pas bougé, pour ne pas risquer de l’interrompre dans son<br />

élan. Mais chacune des paroles de Dany martelait son oreille et il eut mal avec elle au<br />

fur et à mesure qu’elle déroula le récit de cette nuit tragique qui l’avait marquée à<br />

jamais.<br />

146


- Hervé m’avait annoncé ce dîner depuis quelques jours déjà ; d’après lui son<br />

patron avait quelque chose d’important à lui dire et il comptait sur ma<br />

présence pour l’accompagner au restaurant, une étoile au Michelin si ma<br />

mémoire est bonne. Mais j’étais très fatiguée ce soir là et je ne suis pas allée<br />

rejoindre Hervé au restaurant comme je le lui avais proposé. C’était un<br />

samedi. J’étais allée consulter mon docteur dans la matinée et je venais<br />

d’apprendre qu’après cinq années de tentatives infructueuses, j’étais enfin<br />

enceinte. J’étais incroyablement heureuse et j’aurais souhaité passer la soirée<br />

calmement à la maison avec mon mari pour savourer avec lui cette nouvelle.<br />

Alors j’ai appelé Hervé au boulot mais je suis tombée sur la secrétaire, qui a<br />

prononcé mon nom et comme le patron de Hervé passait à ce moment là, il a<br />

insisté pour me parler et me dire combien il était content qu’on se retrouve ce<br />

soir là. J’avais déjà remarqué les regards sans équivoque qu’il m’avait lancés<br />

lors de nos précédentes entrevues et je ne me sentais pas capable à ce moment<br />

là de faire face encore à ses allusions lourdes et à peine voilées. Je lui ai donc<br />

promis que je les rejoindrais en lui demandant que Hervé me rappelle dès que<br />

possible. Ce qu’il n’a pas fait. Du moins jusqu’à huit heures et demie, quand<br />

ils étaient au restaurant et que, ne me voyant pas arriver, il finisse par<br />

s’impatienter. Nous avons commencé par nous accrocher au téléphone, lui à<br />

cause de mon retard et moi parce que je ne savais pas où je devais les rejoindre<br />

et que je ne pouvais pas deviner puisqu’il ne m’avait pas rappelée. Alors le ton<br />

est monté, il a dit qu’il ne voyait pas de quoi je voulais parler… Je me<br />

demande maintenant avec le recul si son patron n’aurait pas laissé une<br />

consigne à la secrétaire de passer mon appel au bureau sous silence. Il me<br />

répétait que ce dîner était très important pour sa carrière –apparemment son<br />

patron lui proposait de prendre des parts dans la société- et que je devais<br />

arriver immédiatement parce que Monsieur Coulard était très contrarié de mon<br />

absence. Alors j’ai fini par lui raccrocher au nez, après lui avoir précisé que<br />

j’étais fatiguée, que j’en avais marre de son patron et que j’allais me coucher.<br />

Je n’ai pas eu envie de lui dire à ce moment-là que nous allions avoir un<br />

enfant. Je me suis endormie très vite, malgré la contrariété causée par notre<br />

altercation. J’ai été réveillée un peu plus tard dans la soirée. Hervé a claqué la<br />

porte plus fort que d’habitude, j’ai pensé dans un demi-sommeil qu’il avait dû<br />

bien arroser son repas. Il faisait du bruit dans la cuisine et j’entendais une sorte<br />

de brouhaha à travers la porte fermée de la chambre. J’étais allongée, dos à la<br />

porte, quand il est venu dans la pièce où je somnolais, un peu plus tard. J’ai<br />

d’abord senti l’odeur du cigare, très forte. Hervé n’avait pas l’habitude de<br />

fumer le cigare. Avec l’alcool, le mélange avait dû être détonnant. Même la<br />

main qu’il a posée sur moi était incroyablement lourde. Il soufflait, comme s’il<br />

venait de monter quatre étages en courant. Je n’avais pas envie de discuter<br />

avec un homme saoul et je restai réfugiée dans un demi-sommeil. Je murmurai<br />

un maigre « bonsoir », bien décidée à l’ignorer jusqu’au lendemain. Mais j’ai<br />

senti à cet instant sa main décidée fouiller sous les draps et remonter sous ma<br />

chemise de nuit en satin. J’aimais bien porter cette matière si douce, légère et<br />

chaude à la fois. Je fus surprise par le froid de ses doigts, mais plus que tout<br />

par leur rugosité et leur brusquerie. C’est à cet instant que j’ai réalisé qu’il y<br />

avait quelque chose d’anormal. Mes yeux se sont ouverts d’un coup et je me<br />

suis retournée pour lui faire face. J’ai d’abord vu sa silhouette massive se<br />

découper dans l’embrasure de la porte. Puis j’ai distingué ses yeux, qui<br />

semblaient se révulser tandis qu’il appliquait sa main gauche sur ma bouche<br />

147


pour me faire taire et que sa main droite se faisait de plus en plus précise et<br />

entreprenante sous ma nuisette. Alors, sans vraiment réfléchir, j’ai commencé<br />

à me débattre. Je rageais de le voir là et de me sentir impuissante contre sa<br />

masse qui m’écrasait à moitié. Après avoir réussi à le griffer avec ma bague de<br />

fiançailles, mon poing a finalement atterri sur son gros nez couperosé.<br />

Instinctivement, sa main a lâché ma bouche pour tâter son nez. Je n’ai pas<br />

vraiment eu le temps de profiter de la trêve pour crier. Son poing s’est abattu<br />

sur ma pommette et m’a sonnée instantanément. J’ai sombré dans une demiinconscience<br />

qui aurait pu me faire oublier mes larmes et ma honte. Puis un<br />

liquide chaud et épais a coulé en gouttes sur mon visage et ça l’a mis dans une<br />

colère terrible. Mon coup de poing avait été plus ravageur que prévu et le sang<br />

jaillissait assez abondamment de son nez. C’est à ce moment précis qu’il a dû<br />

être saisi d’une rage folle. Il a sorti la main de sous les draps et a tendu le bras<br />

vers la table de nuit pour s’emparer d’un objet. Une voix déformée par<br />

l’excitation et la haine s’est élevée dans la pénombre pour m’insulter et finir<br />

de me terroriser :<br />

- - Sale garce, tu vas me le payer. Tu te crois peut-être trop belle pour moi ?<br />

Mais on peut arranger ça.<br />

L’odeur âcre et la douleur m’ont simultanément tirée de ma torpeur. Ce<br />

salaud avait commencé à me brûler la joue en tournant entre ses doigts le cigare<br />

qu’il avait gardé en venant dans la chambre. La douleur m’a fait hurler, une seule<br />

fois. Après, je me suis évanouie. J’ai entendu dans mes cauchemars des bruits de<br />

lutte et de portes qui claquent. Puis le néant. Et mon visage qui me brûlait. Un<br />

murmure d’eau qui coule, sans pouvoir m’apaiser. Les sanglots d’Hervé ont fini<br />

par me ramener à la surface. Mais ma joie et mon amour étaient restés au fond. Je<br />

me sentais humiliée et trahie. Il était déjà trop tard quand j’avais compris ce soirlà<br />

qu’il n’était pas rentré tout seul. Comment aurais-je pu deviner ? Je lui avais<br />

pourtant souvent répété que je ne souhaitais pas que son patron mette jamais les<br />

pieds dans notre nouvelle maison. Il avait été le complice involontaire du double<br />

viol que je venais de subir dans ma maison et dans mon intimité. Il était en nage,<br />

le visage défait, l’haleine chargée et le simple fait de le voir me donnait la nausée.<br />

Je ne lui ai dit qu’une seule phrase mais le ton de ma voix ne lui a laissé aucun<br />

doute.<br />

- Tu quittes cette chambre, tu quittes cette maison et que je ne te revoie jamais.<br />

Hervé avait toujours été réservé. Mais la timidité qui m’avait séduite au début de<br />

notre relation m’apparaissait alors clairement comme une faiblesse. Il avait amené<br />

mon tortionnaire à la maison, malgré mes instructions, parce qu’il n’avait pas su<br />

dire non quand son patron avait insisté. Il a d’abord essayé de s’approcher, il fixait<br />

mon visage et je voyais à son air effaré que son patron n’avait pas dû me louper.<br />

Mais je n’aurais pas supporté qu’il se rapproche davantage. Alors je l’ai arrêté<br />

net.<br />

- Garde tes distances.<br />

Il a dû sentir à ma voix que c’était une fin de non recevoir. Il a répondu :<br />

- D’accord je te laisse, on en reparle demain. Je vais aller…dormir au salon, sur<br />

le canapé.<br />

J’ai attendu qu’il ait quitté la pièce pour me lever et marcher jusqu’à la coiffeuse.<br />

Je me suis assise mécaniquement sur le tabouret et j’ai observé dans le miroir la<br />

plaie qui me faisait souffrir. La peau était boursouflée mais avait été protégée en<br />

partie par le sillon des larmes de rage que j’avais versées pendant notre<br />

empoignade et par le sang de mon agresseur. J’ai appliqué une crème apaisante<br />

148


sur la marque violacée, j’ai éteint la lumière et je suis retournée me coucher. J’ai<br />

replié mes jambes vers mon cou et j’ai sangloté longtemps avant de pouvoir<br />

trouver un sommeil sans rêve, bercée par le bruit de la pluie qui s’était mise à<br />

couler abondamment au-dehors. J’avais beau porter en moi un enfant, je ne<br />

m’étais jamais sentie aussi seule. L’image de ce salaud en rut me hantait. Enfin…<br />

Dany marqua une longue pause mais Franck ne broncha pas. Il sentait que le<br />

moindre mot pourrait couper l’élan dans lequel Dany lui faisait part de ses vieux<br />

fantômes. Elle reprit finalement son monologue interrompu.<br />

- J’ai vite appris par les journaux qu’il n’était pas allé bien loin. Il a eu le soir<br />

même un accident de voiture en rentrant chez lui, du côté du lieu-dit Les<br />

Bornans, et il ne s’en est pas tiré.<br />

Mais en ce qui me concerne, le mal était fait. Ma vie avait basculé ce samedi de<br />

novembre et j’ai longtemps cru que je ne m’en remettrais pas. Déménager au plus<br />

vite et trouver un autre boulot sont devenus prioritaires, une fois expédié le<br />

divorce avec Hervé. Cette maison fut une bonne affaire, un autre couple en<br />

rupture était pressé de vendre. Puis j’ai trouvé un remplacement dans l’office<br />

notarial où s’est réalisée la vente. J’ai fait quelques dépannages en tant que<br />

vendeuse, mais ce n’est que depuis que j’ai trouvé la place chez Jean, quelques<br />

années plus tard, que j’ai pu prétendre à une certaine stabilité. Et voilà.<br />

Maintenant tu es là et je sais que tout ira bien à présent. Je t’aime.<br />

Dany s’était retournée et endormie immédiatement après avoir raconté son<br />

histoire, comme apaisée de son fardeau. Mais sa confession avait pris un tour<br />

auquel Franck ne s’était pas attendu. La chape qui s’était dégagée de Dany<br />

semblait s’être déplacée au-dessus de lui. Se pouvait-il que le sort ait fait preuve<br />

de tant d’ironie ? Etait-il possible que son malheur passé et son nouveau bonheur<br />

aient été si incroyablement mêlés ? Franck savait qu’il ne pourrait pas trouver le<br />

sommeil. Il faudrait qu’il reparle rapidement avec Dany des ces événements<br />

tragiques. Mais d’abord il devrait rentrer chez lui pour récupérer ses archives. Il<br />

irait les chercher le lendemain, dès que possible. Dany lui avait ouvert son cœur, il<br />

lui devait la même franchise, dans un souci d’apaisement mutuel.<br />

Dany était abasourdie par ce que Franck lui révélait. Il avait pourtant essayé de la<br />

ménager, expliquant qu’il avait été très ému par son récit mais que lui aussi avait un<br />

secret, qui était douloureusement lié à ce que la jeune femme avait vécu cette terrible<br />

nuit. Au fur et à mesure qu’elle parcourait l’extrait du journal que lui avait donné<br />

Franck, elle devenait de plus en plus incrédule.<br />

Dans cette nuit pluvieuse du 13 au 14 novembre, à 23h45, un terrible accident de<br />

voiture au lieu dit Les Bornans avait coûté la vie à quatre personnes. Une 205 avec à<br />

son bord trois jeunes avait percuté de plein fouet la R12 de Mr et Mme Barillo, qui se<br />

rendaient à l’hôpital où leur belle-fille devait accoucher. Mme Barillo, qui était assise<br />

à l’avant du véhicule, était décédée suite à la violence du choc, tandis que sa bellefille<br />

Camille ,enceinte, avait été reçue à l’hôpital dans un état critique. Leur fille,<br />

Anna, avait reçu de nombreux éclats de verre qui avaient criblé son visage et nécessité<br />

une intervention d’urgence. Un autre véhicule, appartenant à Monsieur Joseph<br />

Coulard, avait effectué non loin une sortie de route et le chauffeur avait péri sur le<br />

coup ; il ne portait pas sa ceinture de sécurité au moment du choc, ce qui aurait pu lui<br />

sauver la vie ainsi que le soulignait l’auteur de l’article.<br />

149


L’enquête de police finirait par révéler que suite à une altercation avec une bande de<br />

jeunes, Monsieur Coulard s’était fait prendre en chasse par trois jeunes en 205, qui<br />

avaient perdu le contrôle de leur véhicule et percuté une voiture en pleine campagne.<br />

C’est probablement en voyant l’accident dans son rétroviseur que Monsieur Coulard,<br />

dans un moment d’inattention, avait à son tour quitté la route, puis effectué deux<br />

tonneaux qui s’avérèrent mortels pour le conducteur.<br />

Dany avait la sensation que tous les morceaux d’un vieux puzzle s’étaient donnés<br />

rendez-vous dans les colonnes de cet article.<br />

Elle imaginait la perte de sa compagne et de leur enfant pour l’homme jeune qu’était<br />

Franck au moment de l’accident et elle songea au vide qui avait du l’assaillir quand<br />

malgré les soins prodigués par les urgences médicales il avait fallu en plus faire face<br />

au décès de sa propre mère. Et ces êtres qui faisaient le monde de Franck avaient péri<br />

par son propre bourreau à elle. C’était étrange de penser que le destin avait pu la<br />

délivrer de son agresseur au prix de tant de chagrin mais comment imaginer que ce<br />

même destin aurait eu l’audace des années plus tard de faire se rencontrer les deux<br />

victimes rescapées de ce même homme ?<br />

Elle revoyait Anna se promener dans le marché au bras de Franck et repensait au<br />

regard meurtri qui se dissimulait pudiquement derrière les lunettes de soleil ; elle avait<br />

été bluffée et en éprouvait rétrospectivement un peu de honte. Les émotions se<br />

bousculaient en elle, de la colère à l’effroi, du chagrin à l’incompréhension, mais<br />

aussi quelque part comme un début d’apaisement. Ca la dépassait complètement, mais<br />

les choses rentraient d’elles-mêmes dans l’ordre. Elle savait que le temps avait fait<br />

son œuvre et qu’il fallait accepter.<br />

Elle leva son visage vers Franck et vit dans son regard tranquille qu’il avait lui aussi<br />

choisi de se tourner vers l’avenir, leur avenir. Alors il posa délicatement la main sur le<br />

ventre de Dany pour mieux sentir l’enfant qui s’épanouissait dans son ventre, porteur<br />

de promesses d’avenir et d’un immense espoir.<br />

150


EPILOGUE<br />

Gilbert n’avait eu d’autres intentions que de faire cesser certaines pratiques à Crédit-<br />

Fians, qui pouvaient créer un préjudice énorme à la boîte si elles étaient maintenues et<br />

rendues publiques. Karine avait craint pour lui des représailles, mais elle ne s’était<br />

sûrement pas attendue à ce que Monsieur Sens, reconnaissant pour son initiative et sa<br />

probité, lui propose de prendre le siège de Lucas de Bès.<br />

C’est pourtant ce qui était arrivé et c’est le premier septembre que Gilbert fit ses<br />

débuts en tant que chef du dix-huitième étage, tandis que Tom Perkins, le nouvel<br />

adjoint de Monsieur Sens, prenait la tête du dix-septième.<br />

Une autre promotion encore inespérée au début Juin était arrivée comme une aubaine<br />

pour Mélinda. En libérant son poste de responsable de division, Tom Perkins avait<br />

laissé vacant un siège pour lequel Mélinda avait été immédiatement plébiscitée.<br />

Certes, elle avait eu l’occasion au cours de ses précédents voyages de démontrer ses<br />

idées et sa ténacité, mais ce nouveau poste ne représentait pas moins une intéressante<br />

progression dans sa carrière. Et qu’il lui ait été proposé de façon si rapide par sa<br />

hiérarchie démontrait la grande estime en laquelle la tenaient ses supérieurs, pour<br />

quiconque n’était pas au courant des tractations engagées par Monsieur Sens.<br />

Elle avait eu trois mois pour expédier les affaires courantes à Crédit-Fians et pour<br />

préparer sa succession avec l’aide de Serge qu’elle ne désespérait pas de faire muter<br />

dans son service à New-York. Puis elle s’était octroyée une semaine de congés avant<br />

le grand rush de la reprise début Septembre.<br />

Aujourd’hui, elle arrivait en terrain conquis dans son bureau de New-York. L’horloge<br />

murale indiquait 09h06, elle se promit d’être plus matinale dès le lendemain. Elle<br />

commanda un café à sa secrétaire, puis rentra dans son bureau et referma la porte<br />

derrière elle. Elle leva les bras en signe de victoire et se sentit invincible, tout en<br />

regardant la vue magnifique depuis son bureau du 47 ème étage du World Trade Center,<br />

en ce lundi 10 septembre 2001.<br />

151