Les Citoyens de la cité du Vatican Les Vacances du Président du ...

images.expressdumidi.bibliotheque.toulouse.fr

Les Citoyens de la cité du Vatican Les Vacances du Président du ...

41 e ANNEE - N' 14.419

i ii

82 ft

"l


JEUDI 1" SEPTEMBRE 1932

Les événements

d'Espagne

DE8 MISES EN LIBERTÉ

Madrid, 31 août

Le Juge a'irustru'jtion a délivre des

ordonnances de non lieu en laveur de

trente-3ept monarchistes, parmi les-

quels se trouvent MM. Luis Rodriguez

de Vlgurl ministre de l'Economie na-

tionale dans le ministère Berenguer, et

Luis Sotelo. frère de M. Calvo Sotelo,

ancien miilistre des Finances do la dic-

tature.

De Bilbao on annonce la mise en

liberté du marquis de Montemazo.

... ET DES ARRESTATIONS

La police a a Tête le lieutenant-colon

ne! cfinfanterie de réserve Francisco

de Bourbon, duc de Séville, cousin du

roi Alphonse. ids vit.

MARCHÉ AUX FOURRAGES

Toulouse, 31 août.

Sainfoin, ire coupe, de 18 à 19 tt s

2e coupe, de 15 à le fr. ; paiiJo de 8 4

kiloï'

: f

°

ln

' ^

18 & U Ir

" 16 ^ ies ^

«JOURS DES ALCOOLS LIBRES

Tans, si aoat

Clôture. — Courant, l.iso ^ayé- prochî.f'n

1.030 à 1.035 payés ; octobre, 92o acheteur

3 d'octobre, 920 acheteur j novembre-rtà.'

cembre, 920 acheteur -, 3 de novembre »25

acheteur ; 3 de décembre, 925 acheteur*-

3 de Janvier, 930 acheteur.

1

Tendance calme.

MARCHE AUX FOURRAGES

Paris, 3t août

Paiue de blé. — 1rs qualité, 140 • îa

120 à 130 ; Se, 105 à 115. ' "

PalUe de seigle. — ire qualité uo • 2

120 à 130 ; 3e, 105 à 115.

Pallie d'avoine. — ire qualité, 140 . îa,

120 à 130 ; 3e, 105 à 115. ' 1

Foin. — ire qualité, 230 j 2e, 200 à 220 1

V 170 à 190.

Luze.ne. — ire qualité, 240 ; Se, 210 à 230s

3e. 1S0 â 200

Resain. — Ire qualité, 235 ; 2e, 205 à 225 1

36. 175 t 195

MARCHE DES VINS

Lêiignan, «1 août.

Cornières, 10 , 140 & 145 Jr.j 11' • 155 tj

160; 12' : 179 A 17',.

Minervois : 9* : 130 à 135; 10' : 140 à 145J

11" : 155 a 160, 12' : 170 à 175. ia tout ar*

Cégré légaL

MARCHE 3ES OAFËS

Le Havre, 81 août.

Clôture. — Janvier, 227 25; février, 824 29p

mars, 25» ; avril, 221 50 ; mal, 220 • Juin,

219 ; juillet, 218 ; août. 244 • septembre^

244 ; octobre, 242 50 ; novembre, 242 50 SI

décembre, 230 25.

Ventes, 2.250 sacs.

Tendance «outenue,

MARCHE DES CEREALES

Paris, si août».

Clôture,, — Blés — Courant, 18a 78 & 124 1

prochain, 119. 119 S» et 119 80 j octobT—

119 25 à 119 50 j 8 de septembre, 119 Ifé-

S d'octobre, 119 75 à 119 50 ; 8 de novenir) u

119 25 : 3 de décembre, 119 25, tous pay

163 payé ; le reste, incotés. ,

Cote offlciello : m.

Tendance sans affaires.

Maïs, seigles, orges. — Tous incotéa,

MARCHE DES COTONS

Le Havre, 31 août»

Clôture, — Janvier, 293 ; février, 294 |

mars, 298 ; iwril 297 ; mat, 299 ; Juin, 899 |

iuillet 801 i. août, 302 ; septembre, 290 j

octobre, 890 • novembre. 290 ; décembre, 209

Ventes. 5.650 balles.

Tendance soutenue.

New-Orléans, 30 septembre

Cjfiture. — Disponible, 8.20; octobre t 8 331

décembre : 8.49 a 8.52; janvier : 8.55; mar» i

8 74; mai : 8.84; Juillet : 8.90.

PRODUITS RESINEUX

Londres, 31 août,

Térébenthine, — Ferme. DsiponttSle,

62 1/4.

Bésine. — Calme. Américaine : B,

12 1/4 ; F, 13 1/4 ; G, 13 1/4 ; H, 13 1/2 :

N, 18 1/2 ; WW, 22 1/2. Française : FG,

14 1/2 ; WW, 17

Savannah, 30 août.

Térébenthine. — 40

Résine. — F, 275 ; WG, 450 ; WW, 525»

Bordeaux, 31 août.

Essence de térébenthine, sans cours

officiel, tendance soutenue

Cours nominal à 360, vendeurs réser»

vés

Brais : 95. n

Colophanes : W. W. 103 à 104, sans

vendeurs.

Application du tarif du 28 février pour,

poteaux de mine à destination de 1AU»

gleterre prorogé pour six mois.

D.G.. 11. r. de Metz. Toulouse. Prix

SPÉCIALISTE POUR VUES A FF Al'

ELiES, ROUZIL. or'icîen breveté a u<

BOURSE SE TOULOUSE

Du 81 août..

VALEURS LOCAL2S. — Actions : Société

Guyenne et Gascogne, ex-cout^u il 555 ;

Société Méridionale Transport rie f.rce, ex-

coupon 53, série A, 713 : série B. ex coupon

8 ,718 : Distributions Electriques du Midi,

ex-coupon 9, 41.

Obligations : T. C. II. T., 5 %, 1/2 net, de

Î OOO fr. 1930, 900.

Pour tous renseignements s'af

à l'Aut^mobile-Club du Klici;

l'Union Motocycliste du Midi 37

J.-Jaurès, à Toulouse.

et.

allées

i

MARCHÉ DES METAUX

L>mlres, 31 août.

Antimoine — Qualité spéciale, 42 a 42 10.

Cuivre. — Comptant. 35 16/3 ; a trois

mois,35 li/10 1/2 ; Bcit Sclcrted, 36 10 à

37 ta -, clertrolytl


JEUDI l w SEPTEMBRE 1932

le Double Drame de Barran

*°°L£S? l'espn "perdu dans Te ter-

^"dédale del multiple malheurs

battus sur le May. on r

difficilement, à dire en

puto l'horreur d'upa terri

LE FEU A LA

visité mardi matin la

J', avi *ni T?èu peu se remett

on n'arrive que

mots prens

ble histoire-

ERME

tait cal-

liuiiB. H-- a ^j Ur journalier.

^ eD4vaii! que l'assassin. ne .pouyait

Elle puisque ger

& llUire de n ° u ^ a

a £nC La vte nor-

darmw,et *i* v ft ]a îonne au

mot rne paraît ici

festtal personnage

jalouse it soi-disant

d'un.' homme — ce

fmin-opre - d un

^%Îf lonÏ^ne alertait

^TtfŒ^ulluf^àclen^

;un.-' trentaine fie pom-

totc pompes) . Mais

la me

les secours

sur les Heux

-iers et les deux

|ùand le camion

,u May arriva, pin

à faire

un CO-TS de logt=.

Quel etau

ftUlit-il.PTOCfjflÇ

3 inon préserve

nui les transportait

; "ranci clfose n'était i

une étafcle et

l'in sndialre

On ne de

comment

ît pas ta''-

ET* l'apprendre,

vers W.Mures N

rt M. Claverie. de la

MaupeU, dévoua

* la métairie du

fait l'angle de deux corps de bâtiment.

Prie seconde fois, mais plus rappro-

chée la voix retentit : . N'ai pas assez,

VMI voir Madame Bolle ». C'est. Jourou-

cheff lui-même qui a baragouiné ces

dewx phrases. Il se trouve à ce mo-

ment-là à une dizaine de mètres de la

cuisine dont la porte est ouverte les

volets intérieurs étant légèrement Tra-

battus Mines Bolle sont épouvantées.

M Claverie a un revolver. Elles sup-

plient le commissaire de la mobile :

« C'est lui, c'est l'assassin, tirez. Mais

tirez donc I »

M Claverie ne veut point commet-

tre d'err'eur. il hésite, mais des pas se

rapprochent, précipités.

A ce moment, tout le monde dans la

cuisine s'est un peu enfoncé à l'inté-

rieur de la salle.

Au dehors .quelqu'un rentre, M. Cla-

verie, par trois fois tire. L'homme

s'abat. Horreur 1 Ce n'est point Jou-

roucheff, c'est le pauvre Simon Gio-

vanni qui. se dirigeant vers la cuisine,

a vu l'assassin et s'est précipité, apeu-

ré dans la cuisine.

Durant qu'on lui porte secours, Jou-

rcucheff, avec un impertubable sang-

froid, se dirige dans l'obscurité, vers

une cachette qu'il s'était certainement

préparé, l'enquête l'établira. C'est un

pr.it dont l'ouverture, à ras de terre,

est masquée oar une lourde plaque de

fente qu'il a su déplacer, tandis que

les gens s'affairent à l'incendie.

A deux mètres de ce puits, se trouve

le gendarme Sotm, mais l'obscurité

vraiment totale favorise les desseins

du criminel, qui va pouvoir se mettre

dans le puits à l'insu du gendarme.

Heureusement, quelqu'un l'a vu. On

le signale dans le puits. La lourde pla-

oue de fonte est remise en place : Jou-

roucheff est prisonnier à six mètres de

profondeur. Jouroucheff était prison-

nier de bonne façon.

LA VICTIME MEURT A L'HOPITAL

Après les premiers soins, le malheu-

reux italien fut bien bientôt, transporté

à Auch. H devait, après de terribles

souffrances, succomber dans la matinée

des suites d'une blessure à la tête, dans

la région occipitale.

L'ARRESTATION DE L'ASSASSIN

Mais Jouroucheff va être arrêté de i

manière mouvementée. Gendarmes et

voisins, sous la direction du comman-

dant de gendarmerie Nanteuil, d'Audi,

ouvrent le puits et somment Jourou-

cheff de remonter et de se rendre.

Des coups de revolver et de carabine

sont déchargés dans sa direction, qui

la blessent seulement. Bientôt, le crimi-

nel se rend. A l'orée du puits, les gen-

darmes ne peuvent empêcher ceux qui

voulaient porter et jeter Jouroucheff

Le voyage de M. Herrio

aux lies anglo-normandes

police mobile. .

Ëïrannals quitta'ent

Mav pou "rentrer a la terme distan

d'environ 300 métros. La mc ;ire. a c e

wmnent-li restait sans surveillance,

^imprudence fatale et dont les respon-

sables doivent en leur conscience por-

îor 1P poids bien lourd.

t8 M Claverie. revenu, entendait bien-

tôt im bruit de moteur et disait : « On

vient me chercher .» C'était un ami

cul arrivait en effet, en motocyclette

S'piace; mais les dames Bolle, effra-

vces à l'idée de rester un. seul instant

sans la protection de la police, suppliè-

rent M. Claverie de ne pas s en aller

et le retinrent.

Durant, que se déroulait cette scène,

M Bolle et Giovanni Simon, son mé-

tayer italien, beau-frère de la victime

assassinée, faisaient boire le cneval au

puits Tout à coup, Giovanni se dresse

et crie qu'il y avait le feu à la métairie

de Labourdette. Les dames Bolle vont

chercher du secours chez les voisins.

Bolle et son métayer vont vers Labour-

dette ; le cheval se sauve dans le pre

voisin ,mais les dames Bolle ont peur,

, reviennent et gardent avec elles M. Cta"

i yerie. On alerte les pompiers d'Auch.

' Do suite, l'idée germe à l'esprit de

tous : c'est Jouroucheff qui a déelan-

ché l'incendie. Déjà Mme Bolle, qui

voulait se diriger vers la métairie, croit i dan;: les flammes, de le frapper dure-

voir le bandit dans la prairie qui unit i ment et de le contusionner

la métairie à la ferme. Cependant les >

secours arrivaient de Barran et d'Auch. j

Déjà les dégâts peuvent être évalués:

seize tètes de bétail sont carbonisés,

les autres se sont sauvés dans les prés,

ainsi que les brebis, en to„t une qua-

rantaine de bêtes. Le lendemain, les

malheureux fermiers n'auront pas le

courage d'aller les rechercher, tant

sera grande leur détresse. Trois mille

quintaux de foin et plus de ceux cents

quintaux de blé d'avoine brûlent.

M. Bolle revient vers le May avec

son métayer, laissant à Labourdette

les pompiers, les voisins qui, coura-

geusement, font leur devoir.

Quand il arrive à la ferme, Mme

Soile et M. Claverie vont avec lui à la

'cuisine.

Sur le chemin qui longe la cour de

la ferme arrivent un gendarme de la

brigade de l'Isle-de-Noé, le gendarme

Soul, «mi avec l'adjudant Gouazé et

un autre gendarme, tous de la même

brigade, devaient surveiller la ferme.

UNE SECONDE TRAGEDIE

. Pendant que l'on surveillait la route

de Toulouse à Aubiet, l'assassin opé-

rait à Labourdette.

. La famille Bolle, M. Claverie sont

dans la ferme du Mav tandis que les

métayers s'occupent on ne sait où.

Soudain, une voix parle du fond de la

cour.

Dès l'abord, on a des doutes, mais la

venté va bientôt paraître. Toutes les

personnes que nous venons d'indiquer

LE DÉPART DE JEnSEY

Saint-Hélier, 31 août.

C'est aujourd'hui la dernière journée

du voyage de M. Herriot aux Iles

ang'.o-iiormandes. Elle est consacrée à

la visite de l'île de Guernesey.

Le président du Conseil, après avoir

rencontré ce soir, a l'heure du diner,

M. Chamberlain en rade de Cherbourg,

reprendra le train pour rentrer à Paris

demain matin.

Après avoir passé une dernière nuit

à Jersey au palais du gouvernement,

MM Herriot, Chautemps et Léon Meyer

sont arrivés à S h, 15 à l'embarcadère,

en compagnie de sir Herbert Samuel,

qui a tenu à faire le voyage de Jersey

à Guernesey avec le président du

Conseil. . x.

Le Minolaure prit la mer à 8 n. M,

h destination de Guernesey.

L'ARRIVÉE A GUERNESEY

\ 10 h. 20, le Minolaure entrait dans

le' port de Saint-Pierre de Guernesey.

A 10 h. 30. la passerelle est mise et

M. Herriot et sir Herbert Samuel, suivis

des ministres, débarquent. Ils sont re-

çus par lord Ruthaven, lieutenant

gouverneur de Guernesey.

M. Herriot et sir Herbert Samuel,

après avoir passé les troupes en revue,

montent en voiture et le cortège

s'ébranle aussitôt pour Hauteville-

House.

L'ENTREVUE DE JERSEY

PREPARE-T-ELLE

LA CONFÉRENCE ÉCONOMIQUE

MONDIALE ?

Londres, 31 août.

Les journaux anglais ont accepté de

bonne foi, en général, les assurances

données à Londres et à Paris que les

entretiens de Jersey entre M Herriot

et sir Herbert Samuel n'ont pas d'im-

portance politique particulière.

Ce matin, le Dailii Mail, organe du

parti travailliste, consacre le centre de

sa première page, sons d'énormes ti-

tres, à réfuter ces assurances et cher-

che à démontrer que le voyage à

Jersey du ministre du Home-Office et

la visite aux Etats-Unis, de M. Montagu

Norman se tiennent et que l'un et

l'autre sont les émissaires directs de

M. Mac Donald, qui a mis en avant

de toutes ses préoccupations la confé-

rence économique mondiale qu'il doit

présider l'automne prochain

UNE NOTE ALLEMANDE

SERAIT PARVENUE AU QUAI D'ORSAY

Saint-Pierre (Guernesey), 31 août.

M. Herriot a été avisé dans la soirée

qu'une note du gouvernement alle-

mand touchant aux revendications re-

latives à la réorganisation de ia

Reichswehr serait parvenue au Quai

. d'.Orsav durant son absence,

raye j interrogé par les représentants de

les pertes matérielles de M. Rolle, après j ia presse a bora du « Minotaure», le

président du c nseil s'est refusé à

L'Allemagne et Végalité

des armements

Vers la Réorganisation de la Reichswehr

Une Démarche auprès du Gouvernement Français

Le criminel était donc pris, après

avoir causé indirectement là mort de

Giovanni Simon, après avoir a g

avoir témoigné de ses idées de haine

vengeresse et obstinée vis-à-vis d'une

famille qu'il aurai- bien voulu exter-

miner sans doute.

La fourche à deux pointes qu'il avait

portée depuis Labourdette en est une

nouvelle preuve.

Le criminel est maintenant écroué.

L'interrogatoire a commencé. J'en ré-

serve les détails à mes lecteurs. De-

main ainsi que quelques considéra-

tions sur la tristesse du double drame,

mais dès maintenant et pour donner

une impression de ce qu'il y a de pé-

nible et d'incompréhensible dans les

gestes criminels de Jouroucheff, je

transcris mot à. mot-, la lettre qu'ont

reçue le 31 août des femmes du Mas

Billancourt.

« Madame Bolle, Château du May (Gers;

« Madame.

« Je m'empresse par la présente 'de.

vous remercier profondément et de tout

mon cœur peur le 'bon accueil que vous

aviez eu la bonté de faire à mon frère

cadet Jean Jouroucheff. Je reçois de sa

part, des lettres confirmant sa satisfac-

tion et. son désir (sic) de travailler tou-

jours chez vous, si d'autre part vous

êtes aussi satisfait de son travail, je

vous prie de le garder à votre service le

plus longtemps passible. Ici il y a rien

à faire, le chômage augmente.

Jouroucheff. 21. rue de Saint-Gloud,

sont rassemblées dans la cuisine qui > à Billancourt (Seine SALON.

i conversion des

la Convocation des Chambre

T

Paris, 31 août.

Le Petit Journal annonce que les

Chambres seront convoquées le 16 sep-

tembre pour une session de deux

La chambre votera le vendredi 16 la

onversioa des rentes et le Sénat vo-

=ia ,e 17. La navette aura lieu entre

« deux Assemblées dans la nuit du

•lu 18.

d.» us ..,?i yona demandé au sous-secré-

d tUit a ^Intérieur si la nouvelle

4nnnc xac ? N * Israël nous a fait la

.eponse suivante :

« Evidemment la conversion est par-

RVKW, mo V°?s que ies ministres du

Budget et des Finances envisagent

«svo, t , aa "e redressement. Vous

H r';.^ J a conversion ne peut être

voter , "'\ r . de


^uui in SEPTEMBRE 1932

Après l'orage de mardi MM ^

L'étendue des dégâts

L'orage qui s'est abattu sur Tou-

louse, mardi soir, et dont nous avons

relate Ja violence, a causé 5 divers

commerçants de la ville des dégâts qui

se ctiiftrent pour certaine, â des som-

mes variant de 200.000 a 600000 francs.

Nous avons pu nous rendre compte

du véritable désastre çftez certains

d'entre eux

Aux chaussures Ballly, rue Alsace,

les sous-sols contenant toute la réser-

ve ont été envahis par les eaux qui

ont atteint 1 m. 80. Toute cette réserve

a été noyée et dès ce matin 8 heures

on procédait à la vidange dos locaux

au moyen de pompes aspirantes et

l'on retirait les chaussures entièrement

détériorées.

A la chapellerie Darsay. les chapeaux

en réserve dans les sous-sols ont égale-

ment perdus

Chez Bouchara l'eau a détérioré des

soieries, pièces de crêpe de Chine,

georgette, pongé, toile de soie, tussor,

des doublures de mansouck et calicot

là aussi les dégâts sont importants.

La maison Inglebert a beaucoup

souffert et Jes pertes sont là aussi très

importantes.

Au Super-Bar de la rue Alsace, l'eau

est arrivée dans ies sous sols où des

consommateurs s'étaient réfugiés pour

SM mettre à l'abri ; ils ont dû remonter

au plus vite Beau entrant, par les va-

sistas placés au niveau du trottoir.

Holding procède aussi à l'évacuation

des eaux qui ont fait de gros dégâts.

Les chaussures André ont subi de

grosses pertes.

Les pompes aspirantes des pompiers,

du service de nettoiement de la ville et

des industries particulières ont fonc-

tionné toute la journée pour vider ca-

yes et sous-sols.

Il semble que l'hôtel de la poste ait

reçu toutes les eayx des caves voisi-

nes, en raison des Infiltrations et ae

son niveau plus bas.

Les pertes sont très élevées et l'on

peut comprendre combien est grand, le

désarroi de nos commerçants.

Nos égouts à Toulouse sont insuffi-

sants, à maintes reprises nous l'avons

signalé et nous souhaitons que les tra-

vaux d'assainissement à l'étude, ren-

trent dans la voie des réalisations dans

l'intérêt de tout le monde.

C'est un des premiers travaux que

notre ville aurait dû réaliser. Si on

i'avait fait, nous n'aurions pas à dé-

plorer de semblables accidents.

LA GARONNE

L'a Garonne ne semble pas encore

'être en forte crue, l'eau est boueuse

inais le niveau reste à peu près le

même. Les pêcheurs sont même instal-

lés au milieu du fleuve sur les contre-

Iprts des piles du pont. — E, de C.

UNE ENQUÊTE

A L'HOTEL DES POSTES

Nous sommes allés voir l'Hôtel des

Postes, qui, comme nous l'avions laisse

prévoir, a subi des dommages considé-

râmes. Quand nous entrons dans le

Jcouloir menant aux caves, nous aperce-

rons des employés armés de balais

set de seaux. Une chaîne est Installée et

ipeu à peu, balancée de bras en bras,

S 'eau évacue r.ssez lentement, il est vrai,

es véritables souterrains des P. T. T.

CE QUE NOUS DIT....

Un receveur principal : « Cette trombe

fo'eau est un véritable désastre. Plus de

cinq millions de valeurs fiduciaires,

Ic'est-à-diro des timbres, et pour plus de

Itrois millions de billets sou, devenus

fcomplètement inutilisables. Nous ren-

fvoyens d'une part les timbres à leur

fabrication et. d'autre part, les billets

la Banque de France qui nous les

amortira petit à petit. En outre, des

(valeurs et des lettres chargées ont été

partiellement détériorées. Les services

postaux se sont montrés dignes de la

lâche, puisque délà les distributions se

font normalement. »

M. Viala, directeur du Central télé-

graphique : « Tous les grands réseaux

Fonctionnent, nous ranseigne-t-il, sauf

quelques légères perturbations entre

Carcassonnc et Montpellier où trois fils

font abattus. »

M. Durand, directeur du Central télé-

phonique : Très aimablement, ce der-

nier, nous déclare ceci :

« Incontestablement c'est mon servi-

es qui a le pins souffert de l'orage

d'hier. Les câbles passant dans nos

caves sont -suyée, mais ce sont ceux

qui se trouvent sous les égoûts qui

ivont nous donner un travail considé-

rable. Détériorés en plusieurs endroits

les câbles devront avoir leurs points

de défaillance relevés, section par sec-

tion.

« Actuellement, à 16 heures, nous

avons relevés un dérangement ferme

sur au moins 1 000 abonnés et II est

probable que d'autres accrocs survien-

dront incessamment. Toutes les mesu-

res ont été prises pour obvier à ces

Snconvèniento. Des ouvriers travaille-

ront nuit et jour pour rétablir les com-

munications.

— Dans combien de temps î ques-

tionnons-nous.

— Il faudra compter environ cinq

jours avant que tout fonctionne com-

me auparavant

Dans les circuits Interurbains. Rodez

Gaillac, Albi Aurillac. Castres, Grau-

lhet, Lavatir, Cahors, Limoges. Brives,

Molssae, Villefranche sont coupés avec

nous, i.es communications, pour ces

dernières localités sont acheminées

par des voies détournées »

En prenant congé, M. Durand ajoute

•> N oubliez pas de dire que cinq ou-

vriers travaillèrent toute la nuit au

« répartiteur », pour surveiller la ten-

sion et l'échauffement qui aurait pu en

résulter, évitant ainsi tout danger d'ac-

cidents Saint Just.

»-> ronts jumeaux t a 16 heures

"Btevei de naueur scolaire.

Mariage

te mardi 23 août a été célébré dans

la Cathédrale de Miropoix, magififique.

. ment parce, le mariage de Mlle Anne

1 Sirven, fille de M. Henri Sirven, décédé

et de Mme née Rrustier. avec M. Miche'

1 Deviolaine, ingénieur dc,s Manufactures

de l'Etat, fils de M. Louis Deviolaine',

décédé et de Mme née Brunei.

Les témoins étaient pour la mariée

M. A. Duhuc, son beau-frère et le duc

de Lévis-Mirepoix : pouir ie marié, le

Comte Dessoffy de Czernek et Tarko son

I cousin Germain et Mme Dolabit, sa

| cousine germaine.

La ravissante mariée, dans une sua-

ve et neigeuse robe d'organdi, a éié

conduite à l'autel par son frère M. Gas-

: ton Sirven.

La bénédiction nuptiale leur a été

i donnée par M. l'nrchiprêtre de la cathé-

drale, qui, dans un discours de haute

tenue morale et littéraire a rappelé nu\

jeunes époux tontes les qualitcs et tra-

ditions de leurs familles.

I La mariée était entourée par de gr.a-

: bieux enfants, Odile et Chantai Dubaï-,

Jacques de Sulzer-Wart, ses nièces et

cousin et Michèle Vallon, suivis du ser-

vice d'honneur : Miles F.lizabch Sirven,

Miarie-Ajntcihette Baudru, Marie-Made-

leine Peignot, Geneviève Vallon, qu'ac-

compagnaient MM. Delabez. Sirven, de

Roaldt? fi o la Boaidie et Bastide.

La partie musicale organisée par l'or-

ganiste de la Cathédrale. Mme Eguillion

vint encore rehausser cette cérémonie

en tous points si parfaitement réussie.

A l'isue de la cérémonie. Mme Henri

Sirve.li a reçu avec sa bonne grâce cou-

lumière, dans le vieil hôtel de Mme

Brustier, sa mère, les parents et. amis

venus nombreux apporter leurs vœux de

bonheur aux jeunes époux.

GRAND LOCAL à usage

industriel ou commercial

au Centre de la Ville

donnant sur deux rues.

Cave, Rez^de - Chaussée,

1 er étage, 2 me étage man-

sardé.

Vastes Salles: 1-808 M en tout

S'Adresser Bureau du |

Journal. h

Un Bouchon

A propos des élections sénatoriales

prochaines, le Midi Socialiste d'hier

publiait cette note d'allure assez énlg-

matique :

« En certu d'une décision unanime

de la commission executive, les mi-

litants sont informés que seul, un

compte rendu sommaire des débats

des congrès et comités fédéraux sera

désormais publié dans la presse so-

cialiste.

« En revanche, un compte rendu

très détaillé sera adressé chaque

fois a tous les secrétaires de sections

pour être lus nux adhérents ou ser-

vir aux délégués rendant compte de

leur mandat.

« Le compte rendu ci-dessus est

l'application de cette décision. — LE

secrétaire fédéral adjoint, L. BOU-

ZIGUES. » '

Quand nous écrivons que cette

note est énigmatique, nous devrions

ajouter qu'il n'y a, dans les lignes

précédentes, de mystère que pour

les gens qui ne veulent pas réfléchir.

Car, pour les autres, le sens de

ce papier est très clair et il peut s'a-

nalyser ainsi :

« Le parti socialiste, ayant eu pas

mal d'ennuis, ces temps derniers, ne

Veut plus que les gens du dehors

mettent le nez dans ses affaires. 11

y a aujourd'hui, dans le sein toulou-

sain dç ce parti, toutes sortes de ja-

lousies, de rivalités qui surgissent

dès qu'il est question de présenter

des candidats à n'importe quelle

élection. (Se rappelle-t-on ce qui se

passa pour la nomination du der-

nier adjoint, pour les élections légis-

latives, etc.), Et donc, pour que le

public ignore ces petites misères,

on tfent à ce qu'elles restent ca-

chées. Et voilà pourquoi nous serons

privés désormais des comptes ren-

dus détaillés (sic) les parlotes po-

litiques de ces messieurs S. F. I. O.

—La prudence, disait hier ma

femme de ménage, est mère de la

décadence. »

Ces' ce que l'on doit penser aussi

dans les sphères unifiées toulousai-

nes..

Et voilà pourquoi désormais nous

ne saurons rien... ou nous saurons

quelque chose, et beaucoup, mais

par d'autres moyens !

Par exemple : toutes les grandes

agences parisiennes avaient fait con-

naître, avee un merveilleux ensemble

qui, sans doute, n'était pas le seul

fait du hasard, que M. Vincent Au-

riol serait candidat au Sénat au

mois d'octobre.

La liste S. F. I. O. parue, on a

constaté avec surprise que le maire

de Muret n'y paraît point alors que

tout rendait probable sa candida-

ture. Ne fût-ce que les efforts que

fait M. Vincent Auriol actuellement

pour paraître, auprès de nos ruraux,

comme le grand défenseur de la

cause paysanne.

Renseignements pris, M. Vincent

Auriol, bien que mal gré, a dû

s'incliner devant la volonté de M.

Billièree, soutenu par le parti, de

figurer parmi les candidats séna-

toriaux.

Nous connaissons assez M. Vincent

Auriol pour supposer que cette subs-

titution n'a pas dû ce produire sans

quelque tapage. Et nous avons de

bonnes raisons de croire que c'est

précisément ce dernier incident qui a

dicté au parti socialiste sa résolu-

tion de ne plus publier désormais de

compte rendu détaillé de ses réu-

niong.

Té crâsi !

Les S. F. I. O., devenant vieux, se

font termites. — LALANDE.

K fi i f te nî 9 r*9W§&

LES VOLS

Le 27 courant, vers 13 h. 30, un indi-

vidu a pénétré dans le magasin de

Mme veuve Chabrié, née Marie Félard,

droguiste, avenue da la Patte-d'Oie, 6,

et a dérobé une somme de 70 francs

se trouvant dans le tiroir-caisse.

Le lundi 29 courant, vers 11 h. 45.

Mme veuve Chabrié a surpris un

jeune homme d3 15 ans environ qui

se disposait b vider le tiroir-caisse.

Mme Chabrié ayant crié t « Au vo-

leur I », ce Jeune homme s'est enfui,

après avoir enfourché une bicyclette

qui se trouvait devant la porte.

Sur plainte, une enquête est ouverte

au 7» arrondissement.

— M. Henri Japord, étudiant à l'Ins-

titut agricole, domicilié rue Gambetta,

a porté plainte contre Inconnu, au

T arrondissement, pour vol d'une

montre-bracelet en or. valeur 250 fr.,

commis sur une table, au domaine de

Monlonç. à Saint-Simon, où la plai-

gnant faisait un stage.

OU SONT LES ROUES ?

Le 20 courant, M. Pierre Darbas. bois

et. charbons, 41, avenue de la Patte-

d'Oie, a perdu deux roues de secours

pour automobile Ford, valeur 900 fr.

qui étaient placées à l'arrière de sa ca-

mionnette.

Aucune déclaration de trouvaille

n'ayant! été faite au bureau des épa-

ves, M. Darbas a porté plainte contre

inconnu au 7« arrondissement pour

vol,

CE N'ETAIT PAS UN VOL

Mme Bérnadet, née Antoinette Cou-

zinet, demeurant me Rousse, 10, a re-

tiré Ja plainte qu'elle avait déposée

contre inconnu au 3e arrondissement

pour vol d'une somme rie 3.000 francs

commis dans un sac à main à son do-

micile.

Cet objet contenant la somme ayant

éto retrouvé.

LA JEUNE FILLE QUI PROMET

Sur plainte de M. Pierre Venat. chauf-

feur de taxi, domicilié à Bordeaux, une

enquête est ouverte au 5 e arrondisse-

ment pour grivèlerie de transport au

taxi, contre la jeune W. Z..„ âgée de

13 ans, de nationalité polonaise, qui

s'est faits transporter do Bordeaux à

Toulouse, sans avoir la somme néces-

saire pour acquitter le montant du prix

du voyage.

Cette jeune fille a été déférée au Par-

quet et inculpée en outre de vagabon-

dage de mineure.

Elle a été placée ensuite au refuge.

UNE DISPARITION

Le jeune Jean Sirera. 18 ans, sans

profession, qui a disparu, le 5 juillet

dernier, du domicile de son oncle, M.

Jean Vincent, expert comptable, rue du

Gorp, 14. a fait l'objet d'une demande

de recherches, déposée au 6 e arrondisse-

ment.

CHAUFFAGE ECONOMIQUE avec les

charbons de carmaux et le coke oo

uarmaux, pour fonderie et chauffage

central. Livrés domicile p. 50 kil. Prix

d'été. Roupéras. 18, r. Ecluse-Matabiau

(Téléphone 17-64).

LINOLEUM 1' qualité 1? fr. 50 le

m carré. Balatum 10 fr. le m2. C. I. S.

19. r, des Puits-Clos, place St-Pantaléou

SCIURE sèche et blanche. Etablîssts

J SUBERVILLE et FILS, 20-36, Chemin

du Busca, et 3, Grand'Rue Saint-"Michei,

Téléphone 1-49. Stock important dispo-

nible, prix d'été.

Ne laites pas ressemeler vos chaus-

sures I Cette semaiii'î, AUX P52DS

SENSIBLES, 0, rue Rempart-Villeneuve,

avant inventaire . grande vente réclame

Tout a 25 francs.

Spo^ls et Préparation MiHtairi

Cercle Pugilistique Toulousain. -- Entraine-

mom ce soir A -il heures, au Gymnase Boy-

loii, 15, me Lifeyettc. Les Inscriptions sont

reçue* tous les lotira de a h. A 2i h.

Leçons particulières; cours d'ensemble

U. S tes Amis de ili yrtal. — te diman-

che 98 août, la scct.ou loulUte des AmU le

Raynal recevait sur ses terrains en partie

amicale, les excellentes quadrettes d': rlub-

Boullste ctu Pont-des-Demolselk-s.

L9S parties sa déroulèrent avec un entiain

et. un ca^!;e admirables où tous les joi'Mn-s

ô.émontrlfent Jeurs triuantes qualités et dé-

fendirent très dignement les couleur» .le

leu's Wttbs.

Les quartrettes du Pont des Demoiselles nr.t

f£it preuve d'un brio tupérleur. il n'en €st

pas moins vrai que la belle résistance deo

j Qtiadrottes ds An.ls do Kaynal Tendit jus-

1 qu'à la derr.ie-rti mlnutj. jes parties très In-

téressantes.

A 18 heurjo. un apéritif réunissait au siè-

ge les deux Sociétés où les liens d'amitié

ot de cajnariderle se sont plus nwa jamais

montrés entre les îounurs et dirigeants rMs

deux Sociétés.

FontaiiîiS-Casselardlt Sporting-Club —

Co soir ieudl. i. si Heures, bar Jean, ici

avenue do Jinyonne, réunion de \H plus

grande importance. Dirigeants, joueurs,

membres de la Scciél* sont =péclateinent

convoqués. Pr^cence de rigueur

Stade Toulousain. — Les Joueurs du Sta-

de fo i oiisaln so:.t p-lés ce s0 rendre à la

T>3ur, i on 'mi ;iura lieu ce r-olr jeuli, 1" sep-

tembre, à 21 heures, café Bioussa, o, arcades

du Oapitolo

£ Présence de rigueur.

Etude de M» René ESTAVIALLE, no-

taire a Gaillac, boulevard. Gambetta. —

Vcuto de fonds de commerce, deuxième

insertion. — Suivant acte reçu pt>r

M0 Estavialle, notaire à Gaillac, le

G août 1932, enregistre à Gadllac le

13 août 1932. folio 47. rase. 339, Mme Ro.

sita-Germalne Cazaubon hôtelière,

épouse divorcée de M. Joseph-Auguste

Ensenat, demeurant à Toulouse, rue

( .affarelli n" 13. a vendu, à M Théodore

Vergnon maître, d'hôtei, demeurant à

Gaillac, place .Oom-VaiS3ette, le fonds

do commerce d'hôtel meublé qu'elle

exploitait à Toulouse, rue CaffarelU

n» 13, sous le nom de « Splendld

Hôtel » avec tous les éléments y atta-

chés.

L'entrée en jouissance u été fixée au

15 août 1932,

Les oppositions au paiement du prix,

s'il y a. lieu, seront reçues à Toulouse,

13. riie Pevras en l'étude de M s Bonnet

nota.ir.3, dans les dix jours qui suivront

la présenta et dernière insertion.

Publié au Bulletin Officiel, des ventes

de fonds do commerce le 27 août 1932.

Pour deuxième insertion :

R. ESTAVIALLE,

toute, heure

jOURfcomrnedelllliT

AZVOUJ donne de I HO CHAUDE

LEI ACCUMUUTEUIU

' >

eou chaude chou§é/ou

^ëmim imW RÉDUIT

n/enti pourbAccumulûtcun

itreii& ou demi/

APPAREIL! en vente & en LOCATIOHÛU

MAC4!IMBWITISHOEIP.CÛIEM0AI

18 Rue du PÉRIGORD .Toulouse

Sport du Sud-Ouest"

••««.'fi feVXSS y * »

1

IHS ET CONVOCATIONS

Arsoclation Toulousaine des Mutiles il an

tiens combattants. — Il est ïappelé aui ca-

marades que lê> groupe d'acliat en commun

fonctionne tous les jours au siège, 11, rue

Aiexandre-Fourtanist. 11. où Ls peuvent

adresser ^curs. commandes de vin, épicerie,

chaussures, bonneterie, cafés, pommes de

terro et


JEUDI 1" SEPTEMBRE 193?

SPORTS DE MONTAGNE

C'est pourtant par là que, en 1889,

trois pyrénéistes notoires Brulle, Bazil-

lac et de Monts, aidés des célèbres gui-

des Célestin Passet et Bernard Salles,

entreprirent la conquête du Vignemale.

L'ascension fut terrible, plus terrible

encore que ne le prévoyaient les cinq

alpinistes qui. par précaution, avaient

fait leur testament avant de partir.

1.200 mètres de montée presque verti-

cale dans un couloir de neige et de

glace, où ies cinq hommes ne tenaient

en équilibre qu'e*. s'accrochant aux

moindres saillies. Il fallut tailler 1.200

marches dans la glace et les éclats qui.

volaient sous les coups du piolet de

Célestin manquaient à chaque instant

de faire lâcher prise aux autres en les

frappant à la figure.

Au bout de huit heures do cet exerci-

ce — si l'on peut qualifier ainsi une

telle aventure — la caravane parvint à

atteinddre la corde que des sauveteurs

lançaient du haut du couloir. Ils arri-

vèrent au sommet complètement haras-

sés et avec les doigts gelés et ensan-

glantés.

La redescendant — par la voie nor-

male cette fois — ils rencontrèrent

i AUIOMOBILISM

K

K

a «» •

hilippe Efaiîceiin

m V6Ï8E DI6KTI0M

EST DÉRANGÉE

Voici li silhouette que brosse du

champion irançais d'Alla-Roméo un de

nos confrères dans l'Intransigeant :

Il court comme indépendant. Jamais

cet adjectif n'a été mieux adapté. Car

Phi-Phi Etanceiin est avant tout un ca-

i* ci î è r Ô

Au volant de son bolide, quand 11

frôle le deux cent vingts dans les lignes

droites, il estime qu'il doit être le pre-

mier. S'il ne l'est pas, il pique des

deux, pousse sa voiture, et si rarement

prenez une demi-cuillerée à café ou î

ou 3 comprimés de Magnésie Bismurée

dans un peu d'eau après les repas.

Presque tous les troubles digestifs sent

accompagnés d'un excès d acidité du

sue gastrique, ce qui occasionne les

aigreurs, les flatulences, les brûlures et

tant d'autres malaises de l'estomac La

Magnésie Bismurée neutralise rapide-

ment et sans douleur l'effet nuisible

d'une acidité excessive, fait disparaître

toute irritation de l'appareil digestif et

assure une digestion facile et régulière.

La Magnésie Bismurée se trouve dans

toutes les pharmacies au prix de 10 frs.

et 14 frs. 85.

CYCLISME f

Russell qui se montra tout heureux de aeL - vaincu, il ne le fera que

les voir sortis tous indemnes «,«13 qui, j }^ ue

b V, r ^ canlque ; lassée par des

LE MASSIF CALCAIRE, VU DU REPU CE BEYSSELANCE

On reconnaît de gauihe à droite : le Mainoré, le Casque, l'Epaule

et le Tailion

I ilo moyen de se placer entre deux cara-

«..v ..Jv-aoes, C'est ce qu'on appelle du « res-

Voilà un des plus célèbres sommets | giU juag a „ jvjous avions pris nous-mê-

Aes Pyrénées, et un des plus fréqueii- '

S? Les touristes qui visitent la vallet

a s.iKAj mètres,

la muraille

de uaube l'aperçoivent au fond, for-

nudaDle muraille ^rise striée de neige

e coupée par un glacier en forme de

neuw ma descend du Petit Vignemale

iusiiue dans la vallée,

A mesure qu'on s avance,

parait plus haute et plus grandiose, et

îc^'on arrive aux Oulettes par le

eentier qui s'amorce au lac de Gaube

et qui remonte le cours du «ave au

milieu des cascades, des rhododen-

drons et des rochers, on peut contem-

pler l'ensemble de la force nord du

massif, précipice sauvage de 1.200 mè-

tres de hauteur qui n'a. peut-être d égal

dans les Pyrénées que ies à-pics du

cirque de Gavarnie.

À partir des Oulettes, le sentier

6'élève par des laceis rapides sur les

flancs du pic d'Araillé, puis du rie

de ia Sède. Au bout d'une heure de

mes un guide de Cauterets, Léopold

Pont, jovial et ban enfant et qui con-

naît son affaire.

Le Vignemale est un des pics les

plus dangereux des Pvrénées, non par

la difficulté de son ascension — il n'y

en a aucune — mais pas ses colères

soudaines et la traîtrise de ses cre-

vasses. Sa beauté et inhumaine et sau-

vage et c'est pour cela qu'on l'aime.

Mais il ne se passe guère d'année sans

qu'il engloutisse deux ou trois impru-

dents assez présomptueux pour s'aven-

turer seul sur ses déserts de neige.

L'ascension — on le répète — en est

facile et elle peut être entreprise par

des débutants, avec un bon guide natu-

îellement Elle commence par une des-

cente par ie sentier de Gavarnie, puis

par une marche de flanc sur les ro-

chers du contrefort du Petit Vigne-

male. La traversée de ces rochers est

d'ailleurs ce qu'il y a de plus difficile

au lieu de les féliciter, leur dit Iroi

dément : • La prochaine fois, il fau-

dra faire ça à reculons ». Ils ne le

firent pas en avant assez avec une

fois, mais le 7 août 1927. cet honneur

— si Ton peut dire — revint su doc-

teur Jean Arlaud et à M, Charles Laf-

font qui montèrent le couloir en six

heures mais qui, arrêtés a 40 mètres

du sommet par un surplomb de glace

infranchissable, durent redescendre

à reculons » pendant six nouvelle»

heures. Brulle estimait que l'ascension

du Vignemale par la face nord était ce

cu'il y avait de plus difficile et de plus

dangereux aux Pyrénées et Léopold

me déclara qu'il ne tenterait pas

l'aventure à moins de 50.000 francs.

Avis aux amateurs d'émotions fortes !

— (A suivre.)

demandes répétées, le laissera hors de

lui, immobilisé définitivement devant

son stand de ravitaillement.

Phi-Phi Etanceiin a une passion : sa

voiture de course. Comme cet amour est

exclusif, 11 lui interdit de soigner son

autre voiture, celle qu'il utilise lorsque,

comme vous et moi, il circule en civil

au volant d'un véhicule de série. Les

soins sont pour l'une, les mauvais trai-

tements pour l'autre. Douillettement bâ-

chée, on voit même parfois la vrombis-

Y&uta pereonn* eomît^vmt d» m

SBRM ne doit pas hésiter à prendi»

DÉPURATIF' IMPIE

marche" on' laisse à gauche le sentier j dans la course mais on pourrait les

qui, par la Hourquette d'Araillé, con-

duit au lac d'Estour. A mesure que

l'on s'élève,, la vue devient d'ailleurs

de plus eu plus belle. On ne perd pas

de vue les séracs du giacier nord du

Vignemale et, à l'ouest, on voit appa-

raître progressivement, derrière le pic

des Oulettes, la Grande Fâche (3.006 m.),

le Cambalôs (2.9G5 m.), le superbe

Balaïtoue (3.146 m.) et une infinité de

seigneurs de moindre importance.

Ay%ès avoir traversé des névés assez

considérables, du moins cette année, on

atteint le col d'Ossoue, à 2.000 mètres

d'altitude, entre le Petit-Vignemale au

nord et le pic de lade au sud, d'où

l'on découvre subitement, et le" refuse

Bessaylance à quelques centaines de

mètres et. au loin, tout le massif cal-

caire de Gavarnie, avec ses pics en for-

me de coupoles et qui frappe par l'har-

monie de ses lignes et par les teintes

admirables dont il se pare au coucher

du soleil. La Brèche de Roland est net-

tement visible, ainsi que la partie su-

périeure de la Grande Cascade.

Le refuge du Vignemale. que l'on at-

teint sans difficultés en quelques glis-

sades sur les névés qui le séparent du

col, est un des plus élevés t'.~s Pyrénées,

avec celui de Tuquerouye, et un des

mieux leu.us. Il est géré par un fort

brave homme du nom de Valentin, sous

le contrôle de la Section du Sud-Ouest

du Club Alpin. Le seigneur Valentin est

fort bon cuisinier et il sait, comme per-

sonne, confectionner une garbure et

sme omelette au jambon. Ses dortoirs

sont fort propres et ce n'est évidem-

ment pas de sa faute si l'on n'y dort

pas

Le refuge est très fréquenté. Le jour

où je m'y trouvais, il n'y avait pas

moins de vingt personnes. Les accidents

de ces dernières années ont-ils porté

leurs fruits ? C'est possible, car presque

toutes les caravanes avaient des guides.

Il n'y avait, ce jour-là que deux jeunes

gens pour tenter l'ascension seule En-

core, le lendemain matin trouvèrent-ils

éviter en descendant plus bas, jusqu'à

la moraine du glacier que l'on remon-

terait facilement.

On aborde le glacier paT sa rive

gauche, en laissant à gauche la zone

des séracs. Le glacier oriental du Vi-

gnemale est de toute beauté — un des

plus beaux des Pyrénées — et il ne

mesure pas moins de 3 kilomètres de

long sur uu de large, ce qui est co-

quet. La pente est assez redressée au

début, mais sans danger. Elle s'adoucit

dans la partie médiane pour s'accen-

tuer de nouveau vers la fin. En trois

quarts d'heure de marche, on atteint

ia base des rochers de la Pique Lon-

gue S0 mètres de schistes rouges très

redressés que l'on escalade à quatre

pattes Si ça no va pas, soyez tran-

quilles : le garde vous prendra par la

main et so fera un plaisir de vous

hisser au sommet.

Celui-ci vaut bien cet ultime effort.

Il n'y a guère de pics dans les Pyré-

nées 'qui offrent un (J vue -tomparable à

'•elui-là si ce n'est le Néthou et les PO.

sets. Encore présente-t-il ies mêmes in-

convénients que ces derniers t de man.

quer de premiers plans. Le Vignemale,

nvtc :-PS 3.293 mètres, écrase tout ce

qui l'entoure. De très beaux pics, com-

me le pl.: île lade ou le pic de La-

basse, paraissent des collines. Et il

n'est pas jusqu'aux autres 3.000 du

massif qui ne souffrent de ia suprèma.

lie du géf.nt. 11 n'y a guère que le Ba-

laitous à l'Ouest ' qui fasse bonne fl-

eure et à 1 Est le cirque de Gavarnie.

Celui-là n'est pas écas5 et il est d'une

splendeur qui contraste avec la déso-

lation du paysage environnant. Au

Sud, dans un moutonnement infini,

s'étag-mt les sierras espagnoles ; au

Nord on distingue au loin le lac de

Caub'e qui a perdu tout son prestige

r-t sous les pieds en a un des plus

effrayants abimes des Pyrénées, un

trou sinistre et noir de 1.200 mètres,

d'où montant les rugissements du vent

et des souffles glacés.

F*in« RAYNAL, Oo ré*» (Tarn).

B. rajCTioi» l'organisme, régénère

la tspig. il guérit avec oartrUMie

les

Otwttttes laiteuses, DanangeaitOflg

Dartres, Eozémas,

Ulcères, Boutons.

Sïrefv pommades, ro*, t& (IOLMM.

Tentes pharmacie»

RUGBY j

DAMS LES COULISSES

DU RUGBY TOULOUSAIN

On' murmure que l'équipe du Stade

Toulousain pourrait bien se présenter

dans la formation suivante, dès ie dé-

but de la saison :

Arrière : Bénazet.

Trois-quarts : Raymond, Corbarieu,

Sahuc, Danglade.

Demis . Lacans (o), S. Bès (m.).

Avants : Bioussa, Puig, Finet, Bran-

ca, Daffos, Trézy, Rouget.

H. O. I,, 35, RUE GAMBETTA

TOULOUSE (Tél. 20-86)

F. PENENT, Dr

Expert près le tribunal clvlt

Carte du combattant, 2139

Expertises agricoles, Immobilières

mobilières. ACHAT et VENTES

PROPRIÉTÉS, MAISONS, VILLAS

Affaires nouvelles tous les Jours.

Maison de toute confiance.

Toutes références.

AGENTS exclusifs demandés par ar-

rondiss vente article breveté. Fixe

mensuel : 1.000 fr., bonnes commlss.

Sér réf. exig. Capital nécessaire 3.5O0.

1er st'>ck. Ecr. : Excelsior. allées Paul-

my. Rayonne.

CABINET RICARD, CARCASSONNE.

Off. ; exclu. Région Limoux. 23.000

pieds de vigne, 2 ha champs, maison

maît. 8 p., hét. expl. compl. chap. vif,

2 chevaux': cheptel mort compl. Prix :

250.000 francs.

ETANCELIN

santé triomphatrice remorquée par la

conduite intérieure à laquelle, dans son

dédain, Etanceiin impose des tâches de

tracteur.

Courir. Pour lui, tout est là. Il va

de Paris à Nimes dans la nuit, plonge

dans son capot sitôt arrivé, essaie le

circuit, court le lendemain le Grand

Prix, puis le soir même, par la route,

gagne Casablanca où on l'attend.

Juvénile et ardent, lorsqu'il ne court

pas, il discute le coup. Et il le discute

avant et après. Il accumule les détails,

explique une mauvaise performance et

suppute ses chances dans la prochaine

compétition. Mais, alors que certains

radotent et passent volontiers pour des

raseurs — légère déformation profes

sionnelle — Etanceiin « vous met dans

le bain » avec bonhomie.

Sportif, modeste, courageux, Etan-

ceiin est le plus sympathique d'entre

ceux que nous voyons passer, pressés

devant les tribunes, à la recherche de

la gloire.

Nous savons qu'un club pyrénéen

_ qui n'est pas l'Olympique de Tou-

louse _ aurait donné. 25.000 francs à

Sylvain Bès si, celui-ci, avait accepté

de signer une mutation en faveur du

dit club Mais le petit < phénomène »

toulousain, solidement attaché aux

couleurs « rouge et noir », a décliné

l'offre alléchante de ses corrupteurs.

Nous l'en félicitons.

*

• *

Le Toulouse - Cheminots - Marengo-

Sp-jrts s'est entraîné sévèrement, di-

manche matin, sous le oonmmande-

ment du sélectionné catalan le fameux

forward Pacull..

*

* *

Après la rentrée de Pacull, voici que

le btadiste Vogel, remplaçant éventuel

de Vignolles au poste de talonneur, et

Dulac, ex-pilier de l'équipe première

toéciste viennent de signer une deman-

de de mutation en faveur du T.-C. Ma-

rengo-Sport.

L'esprit de sincère camaraderie qui

règne dans ce club, et un calendrier

tout simplement splendide, constituent

l'explication de ces adhésions de mar-

que, A qui le tour ?...

jjsssissssaistisiiissassssa

M

«asiasiaiRaainsisiaiBsisiMK

Paillard est Champien du Monde

DE DEMI-FOND DERRIERE MOTOS

Notre champion de France Georges

Pailard a donc reconquis ce titre si

envié ,de champion du monde qu'il

avait déjà remporté autrefois à Zuricn.

A la foi.-, champion de France et cham-

pion du inonde, l'année aura été bril-

lante pour le sympathique champion

qui méritait bien le beau succès qu'il

a remporté dimanche soir sur le Sta-

dium de Rome. Paillard pensait, en

effet, depuis longtemps à ce champion-

nat du monde qui lui tenait tout par-

ticulièrement à cœur, il s'y était pré-

paré avec cette conscience profession-

nelle qu'il possède à un si haut point ;

ces temps derniers il avait sacrifié

sûr d'affronter dans les meilleures con.

sur d'affronter dans les meileures con-

ditions l'épreuve reine On peut esti-

mer que Paillard a accepté de perdre

de ce fait cinquante mille francs au

moins. Il a donné là à tous ses cama-

rades un bel exemple de désintéresse-

ment car le titre de champion du mon-

de ne lui rapportera pas ce qu il a

ainsi délibérément sacrifié pour se l'as-

surer.

Dès le3 éliminatoires où il s'était

montré brillant, on savait que Pail-

lard devait vaincre, tant sa forme

était grande et son style aisé il ne

devait, pas tromper l'espoir de ses ad-

mirateurs puisqu'il surclassait en fi-

nale le lot de ses adversaires dont le

tenant du titre. L'Allemand Sawall fut

le seul à lui opposer quelque résis-

tance, vite vaincue d'ailleurs. Tous fu-

rent sidérés par l'allure si aisée de

Paillard, en qui ils eurent tôt fait de

reconnaître la grande supériorité.

Les éliminatoires avaient qualifiés,

saus autre histoire, les six stayers qui

avaient seuls le droit de prétendre

avec quelque raison au titre suprême.

Notre second représentant Lacquehav

avait beaucoup souffert ce jour-là

d'une profonda blessure, qui itarda

beaucoup a so cicatriser et l'on n'es-

peraio pas qu'il achèverait la nnale •

mais Lacquohay, faisant preuve d'un

grand courage, tint pourtant a termi-

ner en dépit de son mal.

Ces championnats, à part la course

étourdissante d'un Paillard étonnant,

auront été sans histoire. D'ailleurs, les

italiens, qui n'ont de passion que pour,

les courses sur route, s'étalent en partie

desintéressés de la course du demi-

fond à laquelle assistaient à peine uni

peu plus de cinq mille spectateurs..

Comme cela eût été différent si l'on

avait couru en France, en Allemagne,

en Belgique ou en Suisse!

Notre pays commence donc avec hon-

neur ces championnats, puisqu'il rem-

porte du premier coup une très belle

victoire, mais que va-t-il arriver main-

tenant ? A l'heure où paraîtront ces

lignes, le championnat sur route serai

couru et très certainement un italien,

en l'espèce Guerra ou Binda. en posses-

sion du titre mondial, à moins que la

rivalité farouche qui sépare les deux

super-as italiens ne nous serve ou servai

plutôt nos amis belges. Mais la vitesse

pure viendra ensuite, avec elle une vic-

toire à peu près certaine pour nous du,

côté des professionnels et un espoir sé-

rieux avec nos amateurs. — OSC4R.

BILBAO 23 AOUT 1932

TROISIEME CORRIDA DE FERIA

Manuel. Jimenez Chicuelo,

'Armillita Chtco. Domingo Ortega

Six toros de D. Carmen de Federico

(Murube)

Temps couvert. Assez bonne entrée,

Lalanda a fait savoir au dernier mo-

ment qu'il ne pouvait venir toréer à

Bilbao. A cela nous nous attendions*

Cela peut-être pourra lui coûter cher,

aussi bien d'ailleurs qu'à Barrera, car

la Junta administrativa va attaquer les

deux « cobardes » devant les tribunaux.

Chicuelo et Ortega, qui toréaient, hier à

IMP. FABRIQUE saucissons Arles et

autres produits dem., ttes régions, re-

présentant commission. Ecr.. PROVEN,

2. place Saint-Roch. Arles

BOULANGERIE à vendre, avec ou

sans immeuble, dans chef-lieu Oe can-

ton de Tarn-et-Garonne, 115 à 120 bal-

les par mois, portage auto 3 heures,

moteur électrique et chauffage mazout,

pas d'échange. Ecr. 717, Havas. Tlse.

IL FUI UN IÊIYÎPS Ol) l-OKSS^UE

M '.V'ISOH AVAIT PARLE IL SE

THOUVAÎT lOUSOUns DES GENS

D«; JS raOïRi; OftYS POUR L'APPLAU-

Oirt MSMt AVANT DE L'AVOIR EN-

TENDU NOUS VIVIONS EH PLEINE

MYS notlS LE MALHEUR EST rt'»F

LÉ WILSONlSMÊ AVAIT PLUS OE

FORCE EN EUROPE QU'EN AMERI-

QUE. ON L'A BIEN VU i C'EST L'ORI-

GINE OE TOUS NOS MAUX.

Albert MU.HAUD,

dans *'"»•* Nouvelle.

Les Granier, Mortéra, Borios, entou

reiu d'un vrai mystère la future sai-

son de l'Olympique. On dit que c'est

de bon augure. C'est également notre

avis. Nous espérons, toutefois, pou-

voir renseigner nos lecteurs sur ce

chapitre, dans quelques jours. Le

« papa » drapier nous l'a promis.

Attendons...

Le nouveau maillot de l'Olympique

sera vert, zébré de minces raies blan

cites, à l'image de celui de l'équipe

britannique du Comté de Clamorgan.

Us vont être « bath », nos vaillants

Olympiens..!

Le F. C. Toulousain Imite de Con-

nu ie silence prudent. N'empêche

qu'on travaille sérieusement au club de

Saint-Agne. N'est-ce pas Mt Corbarieu ?

Il est de plus en plus question au

Stade Toulousain, du brillant petit de-

mi villeneuvois, Maurance, internatio-

nal scolaire, qui serait sur le point de

signer au Stade rouge. Sylvain Bès-

Maurance, quel beau tandem qui nous

sera agréable de voir fonctionner sur

le ground célèbre des Ponts-Jumeaux.

— Jean SELON.

Membre de la Chambre Syndicale des Mandataires

en vente de Fonds de Commerce et Industrie de France

25, Rue T—af ayette, 25

- TOULOUSE -

* Téléphone 18-77 —

HOTEL VRAI BIJOU

Propreté irréprochable, 3o N",

beau style et de -prix, beau rez-

de-chaussée, salon salle à man-

ger, bureau. Gd confort. Rap-

port 100.000 fr. prouvés en pro.

gression constante, même en

ce moment. Traite avec 300.000^

CABINET D'AFFAIRES

jouissant b. réputation tenu

dep 12 ans à céder maladie.

Net 50,000 fr. Prix 130000 fr.

COMMERCE DEMI-GROS

détail s. connaiss. spéciale, ja-

mais vendu tenu même famil-

le depuis 1872, bénéfice annuel

moyenne des 10 dernières an-

nées 140,000 fr., à céder après

fortune. Prix exceptionnel :

250.000 fr. payables sur bénéfi-

ce, seule la marchandise paya-

ble au comptant. Curieux oi-

sifs s'abstenir. S'adres Mon

Conseil ASPE, 25 rue Lafayet-

te, Tlse, (Seul chargé vente.)

PETITE INDUSTRIE

avec magasin vente sans con

spéc. bén. 30.000 fr., à céder

cause désaccord. Prix 60.000 fr

avec facilités.

SITUATION LIBÉRALE

sans conn. spéciale, à céder cse

décès. Net 35.000. Px 70.000 fr. :

HOTEL BUREAU

plein centre, 40 n»«, tout conf.

rapp. 160.000 Traite av. 450.000

francs. Affaire sans précédent.

CAUTERETS

Splendide Hôtel, 88 chamb.,

eau chaude, froide, chauff.

central, salle restaurant, 125

couverts, jardins terrasse, ga-

rage, tenu dep. 60 ans, à céder

avec ou sans immeuble. .(Très

belle affaire.)

/ -1 )_....

MANUFACTURE

UN SEUL ARTICLE

indispensable, net 75.000 fr. à

der maladie. Px 120.000 'fr.

Occas. unique. Affaire 1« ord.

TABAC PAPETERIE

Parfumerie plein centre, affai-

res 320.000. loyer nul av bail

Traite avec 100.000 fr. et facilit.

COMMERCE POUR DAMES

sans conn. spéciale vente fa-

cile et agréable sans concur-

rence, net 30.000 fr. Px 60.000.

SLPENDIDE CAFÉ-BAR

au cœur da Toulouse, la plus

belle affaire de la place. Recet-

tes 1.000 fr. p. jour. Traite av.

200 000 fr. et facilités.

MAISON RAPPORT

Ode-Allée, rapport net 12.000 fr.

Px 200.000 fr.. 1/2 comptant.

*5iïiS«!aîBBBiBÏB.^HiiaBOB^

§ i fief if es

:

an ne iicë €

MÉNAGE chauff. f. do ch. dem. pbiee

mais, bourg. Bon, réf. Ecr. ; Doazan,

Laboubée par Nougaroulet (Gers)

annonce» classe o» économiques parafant

le lundi at la laudl. toutes édltiona.

Prix uniforme, pour le département de ta Haute-Garonne et les limitro-

phes, à n'importe quelle rubrique : CINQ FRANCS l'insertion de 1, 2

ou 3 lignes maximum : domiciliation gratuite.

Pour transmission de la correspondance, supplément deux francs pour

, une insertion , trois francs pour un ordre de deux insertions et au-dessus.

Ca ligne se compose de 30 lettres environ.

^Ces annonces, payables davancei sont reçues à l'Agence Havas,

-, /S, rue d'Alsace-Lorraine, Toulouse.

Les annonces dépassant 3 lignes n'entrent pas dans cette catégorie.

Nous consaitsens vivement a nos teo-

«urs d'ître Les prudents lorsqu'il

sagit d'atfairee pour lesquels on l8ur

oemauae de l'argent sous une forme ou

sous unp autre.

En ce oui concerne les pr3ts en parti.

"«Mer, 11 ne faut jamais accepter de

verser de provision.

OFFRES D'EMPLOIS

ON DEM. infirmière pr seiv. mal. 25 à

pf ans, excei. réf. exig. Ecr. directrice

"iyque, 24, avenue Agen, Auch

nia ALlET de chambre-chauffeur et, cuisi-

nière, demande par M. Calvet, chemin

d?ilard, Albi

FERMIERS ET METAYERS libres o

f'ia\?i nc t re ' av - avances suffis. S'adr

id? v e. bauit-Eiienne (Tarn-et-Gne)

Pa1fonî tE u?!, NrANTS V1SU - i' ani(; - tlem '

tirmc u î- fr abr - Imperméables et confec-

Ecr. André Havas, Tlse.

et P T.? NS " fr - 1b uem copies adresses

Ecr »! un P° rt - t Ag. 2 sexes p, loisirs

^± Manufacture, I. PAX n Marseille

daevp? ÛAINS p " é " nt ^ soi et CLiif

ni rt»; s ? CI ' llU - emploi. Mme Lacroix

ELjlela Halle Souillas '.Lot)

ON DEMANDE inst. brev. élêm. conn,

laiin. catholique bonnes références,

Sallibr Lempaut (Tarn).

30 Fr. p. j. chez soi, adress. à Cop.

et à relever. Ecri. : Vivre et Prospérer,

.1 Valenciennes (Nord).

BONNE à t. f. 25 â 40 a. dem. p S

pers. con. cuis. cout. repas. Mazlères,

11, pl. Capitole Tlse (esc. à droite'..

OH DEM p. 1er nov. familJe jardin,

potag. fleur, femme ch. 1 mains. Chàt.

La S"igne par VHlemoustaussou (Aude)

VALET-CHAUF. libre 1 mois septem.

ferait extra ou rempi. 15 ou 20 jours.

Ecr. Bombail, 5, rue Larrey Tlse.

J. HOMME libéré serv. milit. tr. sér.

dem empl. aide-compt. corresp. modest.

prêt. lib. suite. Ecr. 424 Havas. Tlse.

J. FILLE 26 ans dem. emploi au pair,

gouv. b. enf. aide trav. intér. ou bu-

reaucr. à la camp. Ecr. 422 Havas Tlse.

MENAGE cherche pl. régis, ou garde

particulier, sérieuses référ. Prendre

adresse, Havas, Toulouse.

INSTITUTRICE très recom. désir

al. dans famille octobre aupr. j. enf.

Ecrire Germaine Havas. Toulouse.

AVONS achet. étrangers et affaires

nouvelles tous les jours. Consult.-nous

Office mter. 20 r Tolosane, Toulouse.

VENDEURS v. réaliserez rapin. vos

propriétés en v. adres. Cab. BICARD,

C.arcassorinê et 2" Bd Strasbourg. Tse.

A VENDRE villa 6 pièc, jard., gar.,

530 mèt. octroi, 84.000 à débattre. Ag.

s'abst. Ecr. : 418 Havas, Toulouse.

DAME sérieuse désire pl. à la journ.

ay perm'.s conduire. Pr renseign.,

marché des Carmes, loge 8. Tlse.

DEM. place adjointe école libre, env.

Toulouse ou dép. limitr. brev. élêm.

dé*à exercé. Ecr. Gabrielle, Havas. Tlse

INFIRMIÈRE excel. réf. dem empl.

auprès malade dans fam. ou gouvern.

infant Ecr. • 432 Havas, Toulouse.

CAME 40 ans. bon. instruct., music.,

bon. réf., dem empl. dame compagnie,

garde mal. Ecr. : 715, Havas, Toulouse.

ON DEMANDE jard:nier-potagi?te. sé-

rieuses références Ecrire : 9x Publi-

cité 1 Express », Castres (Tarn).

FERRAILLEURS p. répar. maté. roui,

ilemand. Forges et Ateliers des Pyré-

nées tanc. E'abl B Gâche) Tarbes.

^fen N bff. b0Ime v, - it fa"'^. 40 ans

*eÉn?a-J l feremces ' Prendre adresse

«CiïïTjL Havas. roulons

P ^ AVEf,S «•naiiué.s'p. 1er nov. 32

——" lac -_l,avernose (Hte-Garonne)

ONDÈM-

P survpin AÏ , ».V:'""" u i'o ( »'->""e e.xper,

lôuse pii- to»*^ i- '-les, envir. fpV

«Wfc Ekr, . .ne, Havas, Toulouse.

DOMPTABLE demandé p. magasin a

Toulouse retrait, de préf. Sér. référ.

exi. Ec. : Alexandre 2622, Havas, Tlse.

DEM. mfn chanfl v. de ch. et cuis,

et fem. de rhambr. référ. Marquise de

Galard Teiraube (Gers).

NE VÉGÉTEZ PLUS Allez aux colo-

Iries. Consultez l'Expansion Nationale.

Bordeaux.

JE DEMANDE immédiat, homm. séri.

p conduit camionnette. Ecr.. av. refè.

Angelergues, Vins, Figeac (Lot).

ACHATS. LOCATIONS ET VENTES

MAISON à vend, ou louer qu. Dlles,

p. jard., 5-6 p., libre. Possib. magasin.

S'ad. Lectures. 9, rue Riguepels. Tlse.

GABOLOE, notaire, Revel. A vendre

Villa. Saint-Ferréol. 10 pièces. Terrains

bâtir, vue sur hassin.

RECHERCHE 2 petites propriétés,

maximum 20 ha. Donner renseig. ,

Gave, St-E^ienne (T.-et-Gne).

MATA8IAU, 22 p. cave jard., 160.0*1

débatt, Dalbade 15 p.. 65 000 débattre.

Fabre. 22, allées Jean-Jaurès, Toulouse.

A LOUER grand et bel appartement,

7. rue Pharaon, Toulouse.

A LOUER app. 6 pièces et dép. cen-

tre Toulouse. 5.000 fr. Ecrire Riquet.

Agence Havas, Toulouse^

METÂ^E~BS~êiMFERMIERS, 1«» ordre

sont rap. proc. par « ConseilsAgrico-

les ... 70, al, J.-Jaurès, Tlse.

CONSEILS AGRICOLES, 70, allées

J.-Jaurès, Tlse. pr. prop. en gér. moy.

pourcentage sur bénéfices nets.

PROPRIETE d'élev, 2 ha, p. St-Lys,

maison, cheptel vif et mort. 25.000 fr.,

« Conseils Agricoles », 70, al. J.-Jaur. Tl.

CAPITAUX

PRÊTS hypothécaires amortiss. Ste

Foncière S.-O. — J. BOIJCHAUD. Ins.

Rèsr, 48. rue d? Metz. Toulouse.

PRETS hypotn. immédiats sur un-

meub. constr., propriété. Discret. Mélix,

2. rue de la Poste, Toulouse. Tél. 27-4)2

PRETS HYPOTHÉCAIRES, UabinéT,

RICARD, 34, r. des Etudes, Carcassonne j

et 29, boulev. de Strasbourg, Toulouse.

SALSEPAREILLE . rouge » DéUeux,

puiss. dépuratif, cure printemps. Phar.

Duplan-Lescure, 9. rue Rémusat, Tise.

REPLANISSAGE encaust bross. par-

quets. Dépoussiérage p. 1 vid. Mirande,

14, r, Héliot, Tlse (ville et campagne).

MONTRES-BRACELET OR â 150 fr"

garanties cinq ans. Ouvriers Réunis!

39, ail. J.-Jaurès. Toulouse.

.ON ACHETERAIT locomobile d'occa,

sion bon état, 10 à 20 m2, timb €i kit

mimm - Kcr. 20.485, Havas,' Montrai ».

VENDRE vitrages comptoirs Pria

très avantageux. S'adresser 21 boule-

vard Bonrepos, Toulouse 9 k

AFFERMER pr. Beaum.-de-Lom.. pr.

60 ha. 3 met, mais, de malt., cheptel

mort, 2T..00 fr. « Conseils Agricoles

CHERCHE APPARTEMENT trois OU

quatre nièces dont cuisine libre début

oct. Ecrire : M. A. Ag. Havas, Tlse.

DEMANDE LOUER pièce vide, eau,

électricité. Ecr. : Jeanne, Havas, Tlse.

BEL APPARTEMENT à louer plein

centre. Ecriie : 420, Agence Havas,

Toulouse.

MENACE sans enfant désire bel np-

partement. Ecrire : 420, Agence Havas,

Toulouse.

20 KIL. TOULOUSE,, maison meu-

blée, eau, électricité, garage. S'adres-

scr 8, rue du Coq-d'Inde, Toulou e.

VÎLLA A LOUER, 8 p., eau, gaz, élect.,

gd parc, amob. 400 m. tram, s'adres-

Conc, 2, r. d'Austerlitz, Tise, apr-midi.

A AFFERMER à Toulouse propriété

libre, ») ha. arrosable disp p. laiterie.

Ecrire : 713, Havas. Toulouse.

FONCTIONNAIRE cherche apparte-

ment 6'7 pièces. Ecrire : 426, Agence

Havas, Toulouse.

A LOUER mais, seule cartouch. 6 p.,

dép., eau. gaz, élect., pet. jard. prendre

adresse. Marché des Carmes, loge 8.

ON DEMANDE j. f. sér. brev. élém.

anglais Si pos. p. cl Midi. Sér. Ecr.

Th. 02, Havas Toulnusp.

CAPBRETON-s.-Mer, à louer, sentm-

bre, app» meublés 3 et 4 p., bas prix.

Pagès 2, boui. Strasbourg. Toulouse.

MAISON 5 p., 2 gar.. b. située à Tlse,

lib. a v., ,p. rapport 10 %. Px, 50.000.

AMI-ARSO, r. Metz 3't. Ton'ousc

ON DEM. Dès bon uivrier charcutier

sé. référ exig bonne situât, assurée,

S'adr. ; 2L, Bd Bonrepos. Toulouse

MAISON 3 p., plus gr. uèb., jardin,

bien sime© à Cugnaux, p. avant. ,—

AM1-ARSO. rue de Metz, 34, Tlso.

LAC SAINT-FERREOL terr. à vend,

face plage, bas px ttes pont, facil. 'it.

d'avenir. H. Armaignac, Bevel (H.-G.)

LOUER appartement, 5 pièces, gara-

ge .entrepôt, indépendants, 9, rue d'Au-

bttisson. Toulouse.

3000 mî TERRAIN "bâtir, 12"fr"le~mèt,

Valeur 30 fr. Voir bureau vente KXhis.,

rue de I.espinet, lise (tram 10).

DIVERS

ROLL DÉTECTIVE PRIVÉ, 5, rue

Baour-Lormian, Toulouse (tel. 39-75),

solutionne tout et partou' Discrétion.

fOURRURES . A L HbUsUN », ., t.

Croix Baragnon, Toulouse F. Manaira,

spécialiste, travaille lui-même, lias px.

POUR VOS VITRINES, étalages, ins-

tallations magasins. La Cuivrerie Mo-

derne, a. Port Saint-Sauveur. Toulouse.

AU BIJOU MODERNE, y, r. St-Rome,

Tlse. Fabrique, vend détail prix gros

bl.iout. fant. et fournitures p. colliers.

REPARATIONS tou8 fermoirs, sacs,

teinture tous cuirs, transf. tous bijoux.

Al 1 BI.KU' MODERNE. 9 r. St-Rome Tse.

INSTALLATIONS D'EAU : Motos pom-

pe courants lumière et triphasé. FON-

TANIE,_3, r.jiu Fourbastard. Tél. 40-26.

VOITURES" CHAISES, lits d'enfants,

chariots alsaciens, etc. Px de fabr.. rue

Metz, 37 ter, r. Pargaminières. 81, Tlse.

POLICE PRIVÉE Ganlguos, ex-corn,

police. 20. p Capitole. Tise. Ttes enq.

surv div. Bens. conf. Corres. partout.

M 1 »' Denise LSTEBE-CALESTROUPAT

49. r, du l'aur, prév. sa fid cl. qu'elle

continue ses ouvrages de darnes.

STATION GARAGE, 3, Gcîe rue Saint-

Michei, journée, mois, répar ..entre-

tien. Prix modérés. Ouvert nuit.

PNEUS 01 tas. ttes dimensions depuis

25 fr Achat v.eux pneus, vulcanisation

Méridionale 18, rue d'Aubuisson, Tlse.

PNEUS AUTOS, neufs, occas Répart,

sur moulages garant. Ateliers Express,

38, r. Rempart-St-Etienne, Toulouse.

SE ME CHARGE rte t. démarches pour

mutiles a cnmbatt. Avances p. constr.

Fer. - Gabriel 7, r. C.ompans. Toulouse.

AX-LES-THEIÎMES, belle villa rrieuti.,

entièr. neuve à vendre libre de suite.

S'adress, M0 Vaillant, notaire, Tlse.

PELLETERIES FOURRURES. Roques,

spécialiste, 8, rui Poids-de-l'Huile. Tra-

vail soigné tous genres, meilleurs prix.

GARAGE RAYMOND-IV, 16, r. Ray-

mond-lV, Tlse. Sce dêpan., réparât., en-

tretien toutes voitures sur élévateur.

A VENDRE chiots, Loulou Poméra-

nie. Matin, 3, rue Traversière-Chalets,

Toulouse.

STOCK de PETITS MEUBLES tous

genres, vendus au prix de fabrique

Mobilia. 6, nie Bomiguières, Toulouse.

TOUS BIJOUX sont transformés, ré-

parés, fabriqués par joaillier MAII.HE,

10. rue St-Rome (2= étage) Toulouse.

M03ILIA vous MEUBLERA à bon

compte. Tous genres fauteuils, sièges,

petits meubles. C, r. Rorniguières, Tlse.

AUTOS, CHEVAUX, VOITURES

MOTOS NEUVES meilleures marq.

Occas. répar. par spécialistes. Moto

Agence. 36. av. Patte-d'Oie. Télé 36-09.

HALL DE L'OUCASION. 1(10 voitures

en permanence a ia vente. Laborle Cou-

goule. 13, pl. Dupuy. 4. bd Carnot. l ise.

" E» CANAL et GIRET, Station Modêr^

ne d'entretien de l'automobile 11 rue

Constantine. Toulouse. Tél. 45.03.'

CAUSE S. M. vends moto Rhony'x

4 CV 1.000 kms éqt élect Escoffre S

rue Sainte-Jeanne. Toulouse.

A. V. cabriolet 5 hp Citroën état

neuf, Fauré. 24, rue Sainte-Famille,

Toulouse.

GARAGE DU BOULINGHÏN, allée d

Soupirs, 7 b. Tlse. T. 7-62 Pr 50 voit'

Répar. autos occ. Huile essence pneus

FOURGON 201 T. Peugeot, roulée

100 lui., garantie 6 mois, prix intér ,

Rey, pl. Carnot, Castres. Tél. 2-67

COURS ET LEÇONS

AU "Ti 3 'o C0LE DU BOULINGRIN 7 bis,

Aui^rnn Soup:rs ' Tlse " permis «â«ntS

Autodrome pour faciliter le* débuts.

FONDS DE COMMERCE

t nï A , NT D'AC(?"CRIR un f. de corn

ffii» P"*? P*' R Malade ex-

ftfit-compt.. ub. r. luurnefeuillc Tl=e

, n A , LIMENTAT 'ON a venu, à Tlse bori

P^_ 12.000. Ecr. 402^Havas,_To_uiOUse

s , A „ V ;,. c!l ' L çant - café bill. immTbîên

situe place conv. coiff. ou retrait Bas

prix. Presse. Ecr. Hrwas, 12, Toulouse.

POUH CAUSE DECES vend pàtiT

1%}W:W, Joy. 3.800, bail 7 t, 85.00


JEUDI 1« SEPTEMBRE 1932

JMalaga. ne *omt arrivés à Bilbao que

rruelques heures avant la course, après

avoir effectué dans les 1.200 km. m

aiuio.

Premier toro. léiger, pitones iimpo-

eants. mais légèrement en dedans. Chi-

cuelo (bleu-vert et or) lui donne sept

véroniques dont trois supérieures. Avec

la cavalerie, le Murube fit une peJea

sans relief : trois piques, pas de chute.

Aux quites. Chicuelo et Ortega bien, ce t Général

dernier dans deux fards. Faena ordi-

naire : deux hautes. Manuel change de

muleta ; passes en rond par le bas et

es todo. Trois pinchazos, demi-estocade

et le toro se couche. Un cachetero mal-

adroit donne deux coups de punt.il'.a

qui font se relever le bicho. Ghieuelo

reprend l'épée et donne un descabello

final.

Deuxième toro, beau et formidable

ment armé. Armillita lui donne quatre

coups de manteau et les piqueros font

leur entrée en piste : trois piques pour

une chute. Fermin fait le xrefiryiT quite

sans remettre le toro en soierie ; idem

pour Onega au deuxième. Le trasteo de

muleta se compose de passes par le

bas, le bicho paraît réservé et ne passe

pas bien. A l'épée, un ninchazo entrant

mal, un autre aussi mauvais (visible-

ment, le Mexicain a peur des cornes

et ne veut pas pousser), un autre pim-

chazo et une demie concluante. Le dé-

pouille du Murube est siîflée à l'arras-

îre. Troisième, vilain de type, armure res-

serrée. Grleaa le reçoit par six véroni-

ques dont deux seulement sont assez

bonnes. Avec les chevaux : trois pin-

chazos, pas de chute. Un bon quite de

Chicuelo et un d'Armillita en maripo-

sas A ia muleta, l'Ortega des mauvais

jouis ; il semble oublier qu'il n'est pas

dans le ruedo d'un village et donne à

profussion rodillazos et desplantes. Sif-

flets Il entre pour une demie, puis

une autre, les deux en entrant d'horri-

ble façon Recartes des peones, l'encor-

né se couche, se relève, puis se recou-

che enfin pour de bon. Rronca.

Quatrième, gros et très bien armé.

Six bonnes véroniques de Chicuelo. Pre-

mier tercio : quatre pioues dont deux

infâmes, une chute avec exposition du

Baigneur Chicuelo très bien au quite.

Avec la flanelle, Jimenez se montre tra-

vailleur et fait une bonne faena : ttrois

naturelles de la gauche, un passe par

le haut, trois molinetes, un autre ; à

Testoque, demie estocade entrant assez

bien, un descabello. Ovation, queue

(qu'il lance dans les tendidos), tour de

piste, salut au milieu, le tout un peu

exagéré.

Cinquième léger, armure légèrement

en dedans. Armillita exécute cinq véro-

niques retenant bien le fauve. Palmas.

Ce toro tarde à s'élancer sur les che-

vaux, il sembla distrait. Il désarçonne

un picador par surprise, mais sans

avoir été piqué. On réussit quand même

à lui faire prendre trois pinchazos. Aux

quites, les trois diestros rivalisent d'ar-

deur • nous notons un farol d'Armillita,

puis une de trente por detras. Deux des

mêmes pour Ortega. A l'actif de Ma-

nuel, quatre jolies chicuel.inas. Armilli-

ta prend les palos et en cloue deux bel-

les paires al cuarteo. A la muleta : deux

hautes, cinq naturelles de la gauche,

une de pecho, un molineite. deux natu-

relles de la droite et une haute. Palmas.

Avec le sabre, une estocade entière, en-

trant bien et qui suffit. Ovation, oreja,

vuelta. salut au milieu.

Sixième, léger, cornes terriblement

longues et bien dirigées. Orteiga absolu-

ment nul à la cape. zéro. Le Murofee

; accepte trois varas don* une en rechar-

ceant et cause deux caïdas. Bign de

sensationnel dans les quites. Trasteo

de muleta, aussi brillant que le travail

' de cape : quatre ou cinq passes quel-

I conques, un point, c'est tout. Avec le

fer un pinchazo et une demie en cou-

rant. Bromca des ioiurs de fêta

Bilan du premier tercio : 19 plqpes,

* Polds S 'des toros : 256, 293. 263, 317,

888, 298 kilos. — MEDIA LUNA.

LES AUDITIONS PAR T. S. F.

PROGRAMMES DU 1" SEPTEMBRE

RADIO PARI»

l! Il, M : Musique enregistrée : La Fée

sur la Pendule (Reavos) ; Cadet Rousseue ;

Lavlne (Debussy) ; Le Héron ;

La Laitière et ie Pot au lait (La Fon-

taine ; Le Canard et la Grenouille ; Pa-

rade des petits lutins (Noack) ; Bécassine

prend le Tramway ; Les Réponses de

grand'mère (Dalcroze) ; Pierrot (Zlmmer-

mann) ; Polichinelle (Racnmauinoff) ; Es-

trelllta (Ponco) ; Symphonie des Jouets

'Romberg) ; Bécassine (Humble) ; L'Anni-

versaire de Bébé (Ronell) ; Les Noces de la

Rose (Jossest) ; Le Cirque Bilboquet (Fran-

çois Bontemps) ; Une Chasse dans la Forêt

Noire (Voelker) ; La Boite à Joujoux (Cl.

Debussy) ; Ronde (Andolfl). — 1« h. 16 :

Concert donné au Conservatoire américain

de Fontainebleau, Récital d'orgue : Allegro

de la Sixième Symphonie fWidor) ; Fan-

taisie sur Ad nos, Ad salutarem undam

CLiszti ; Improvisation d'une Symphonie en

quatre mouvements sur des thèmes donnes.

— 18 n. 80 : Communiqué agricole. Cause-

rie. « Prix de revient du tracteur «, par

M. Tony Ballu. — 19 heures : Musique en-

registrée : Qu'est-ce que J'ai donc (Forres-

ter) ; Joyeux Retour (Avignon) ; C'est vous

Paby (Mitchell) : Tes (Maurice Yvaln) ;

Suzanne (Mirask) ; Les Hirondelles (J.

Strauss) ; Le Chant du Désert fRomberg) ;

Un Baiser n'est pas un péché (Eysler) ;

Parade des Soldats de Plomb (Jessel) ; Scè-

nes du Bourgeois Gentilhomme (MollèTe) ;

des Folies Amourousos (Regnard) ; des

Fourberies de Scapin (Molière). — 20 h. 40 :

Om-onicrue. — 90 h. 45 : Concert. Chansons

anciennes et dhants régionaux français :

Vieux airs limousins, fantaisie (Rouchaurt) -,

Air gai (chanson 17" siècle) : Tambourin

(chanson du 13» siècle) ; Le Retour du

Marin ; Le Pauvre Laboureur (Raynaldo

Ilahn) : Chants d'Auvergne (Canteloube). —

21 h. 30 : Musique légère : La lVe de Bo-

hème (Puccini) ; Le Cor (Flégier) ; Les

Contes d'Hoffmann ; T. S. F (Betove) ;

Paris Je t aime d'amour ; Marche des Gre-

nadiers (Shertzlnger) ; Romance d'Eve ;

Un Flirt et puis c'est tout ILenolr) ; Mar-

che militaire française (Saint-Saëns).

TOUR EIFFEL

19 heures : Le Journal parlé. — 19 h. 30 :

Magazzine. — 20 h. 30 : Concert. Musique

classique : Don Juan, ouverture ; Menuet

(Mozart) ; Sonate au Clair de Lune : Fide-

«o (Beethoven) ; Aria (Bach) ; Musique

légère : Les Cloches de CornevlUe ; Rip

(Planquxtte) ; Noël et Pierrot (Monti) ;

Zika ; ("z^rdas (Michiels) ; Paganlni (Le-

har) ; La Reine Joyeuse (CuviUier) ; La

BoJiémieni.e (Bourganoff) ; Danse Scandi-

nave (Sven Runo) ; Mascarade (Lacome) ;

Le Soldat de Chocolat (O. Strauss) ; Taren-

telle ijcllKnne ; Tarentelle Napolitane

(Antlnèse) ; Deux Polkas (J. Strauss).

PARU P.T.T.

lï h, 28 : Disques. — 13 h. 30 : Musique

enregistrée. — 13 h. 46 : Musique enregis-

trée. — 20 h. 30 : La Belle Angevine,

r. actes de Maurice Donnay et André Ri-

voire.

RADIO-TOULOUSE

18 li. 30 : Nouvelle» de dernière heaire fis

l'agence Fcun.ier. — 13 h. 45 : Le quart

d'h'U-.e des auoltieurs de la région du Sud-

Ouîst Derrière les voletf (Terrier) ; x'aust

(Go iuoii) La nuit de Walpurgis ; Les roses

blanches IRaiter) s Le ver luisant Llncke).

13 h. : Musique luilltaiTO. — 13 h. 15 :

Quelques extraits de films sonores —

1J h. 30 ; Musique de danse. — gy ' "—

l'Abbé Soury et en o/pOfSMmcn^^

rouge la signature V2 ..

719 .. 711 ..

2450 242J ..

1060 . 1U63 ..

673 .. t8U ..

2060 .. 2105 ..

4i5 .. 420 ..

910 ., Sli .

81 .. 60 ..

4î5 .. 435 .

660 .. 640 ..

564 .. 527

42! .. 418 ..

533 .. 580 .. 730

60 .. 400

• • 1145

6Ï9 .. t. 24

775 .. 776

326 .. 344

326 .. 344

2300

1545

335 .. 350

08 .. 70

1310 .. 136 J

6000 .. 16-.25

1575 .. 1374

22/ .

229

620 .. 630

554 .. 550

1775 ..

180 ..

176

1260 .. L9J

1255 .. 1290

1193 .. 1 180

45U .

443

1715 ..

1720

325 ..

317

415 .. 425

623 .. 610

998 ,. 1005

280 .

22 ..

23

7050

6950

227 ..

354

785 :

800

98 ..

98

192*

1000

1026 .. 1025

440 ; 442

2255

1579

Forges

et Fonderies

Firminy

Longwy

Nord (Aciée. du).

Chant, de la Loire.

de Bretagne.

Constr. Mécaniq .

Fives-Lille

Pontgibaud

Marine

Jeumont

Métaux

Saut du Tarn....

Creusot

Houillères

Tonkin (Ch. du). .

Aniche

Anzin

Blanzy

Carmaux action. .

— jouissance. ..

Loire (Mines de la)

Maries

Ostricourt

Mines

Métalliques

Aguilas

Bor ordinaire. ...

Grande Ile act. ..

— parts

Guergour

Min. Congo act ..

— paris

M. El Hadid act.

— jouissance . .

Nickel

Ouenza.........

Tekkah act

— parts

Pétroles

Prod. Chimiq.

Salines

Créd. Pétr. parts.

Lille-Bonn, ordin.

Pechelbronn

Bord. Prod. Ch..

Kali Stc-Thérèse.

Rhône-Poulenc. ..

Richer

Saint-Gobain ....

Verr. Carmaux ...

Salins du Midi acL

Ports

Port du Rosario.

Transports

Chai. Indochine. .

Charg. Réun. pr. .

Havr. Pén. act. A.

Messag. Mar. ord.

Omnibus

Alimentation

Bénédictine act..

—- jouissance. ..

Brass. Quilmés. ..

80

515 .

460 !

163 .

309

1020

1720

579

534

1930

632

1300

4150

1940

1305

650

620

595

180

615

1395

(0

52u .

250

460

166 .

310

1040

1575

574

547

1930

641

1350

4425

19^7

1290

654

829

595

185

5VI

1390

VALEURS

Cou»

précéf

Cours

du joui

67 . 67 ..

IG4J .. 1825 ..

5 50

32 ..

1950 1860 ..

54 55 ..

1310 .. 1390 ..

3630 .. 3:05 ..

3205 .. 3195 ..

218 .. 214 ..

690 ..

770 775 ..

2460 ..

830 .. 850 ..

432 .. 415 ..

370 .. 370 ..

110 .. 120 ..

2150 .. 2180 ..

815 .. 81/O .

870 .. 828 .

1960 .. 2020 .

995 996 '

21500 21200

45 .. 48 .

'63 ~64

905 898

7175 . 7065

6790 .. 6525

3975 .. 3950 .

Chap. Gend. act. .

— parts

Dist. Indochine. .

Duval

Grand Hôtel

Félix Potin

Saiut-Raphaêl ...

Suer. Brésilien. ..

Ciments

Ciments français.

— Indochine ...

Poiiet et Chausson

Gde magasina

Bon Marché

Gai. Lafayctte ac.

— parts

Nouv. Galeries. ..

Paris-France ....

Printemps

Inform. pub!.

Agence Havas. ..

Divers

Afr. Occidentale.

Air liquide parts.

Bergougnan

Chapal

Compt. mat. à gaz

Compt. Sénégal. .

Consort. du Nord,

Indus. fCic Gén.).

Magondeaux ....

Maréchal action. .

— parts

Ouest Alricain. ..

Peugeot action. ..

Peyrissac

St-Didier Auto. ..

Sanglia Oubangui.

Tabacs (Cie Gén.).

Roquefort

Obligations

Chemins de fer

Panama

Est 6 %

3 %

— 6% 1921 A..

Etat 6% 1921 A.

P. L. M. 6 %

— 3%

— 6% 1921 A..

Midi 6 %

3 %

Nord 6 %..!... .

— 3%

— 6% 1921 A. .

— 5% 1921 A..

Orléans 6 %

— ii% 1921 A.'.

— 5% 1921 A. .

Médoc 3%

En. S.-O. 5% (500)

Fonda d'Etats

Etrangers

Young

i Brésil 1889

216

3115 .. 3295 ..

700 . 710

400 410 ..

226 . 231 ..

190 185 ..

6490 . 645) .

198 50 198 50

3930

3930

375 . 370 ..

1395 . 1405

465

465

90

92 ..

50000 .. 54100 ..

553

552 ..

1195 Y.

1190 ..

410 .. 432 ..

975 . 1025 ..

1797 .. 1800 ..

3315 .. 3375 ..

735 .. 721 ..

1330 .. 1399 ..

1555 .. 1585 ..

'450 Y '46O ".

2o7 .. 268 5'.

14 .. 14 ..

192 .. 190 .

63 .

349 .. 347 '

250 .. 2>3

112 .. 112 .

30 .. 38 .

1325 . 1370

VALEURS

Court

précêd

Cours

In lour

i

114 5C

471 .

375 .

471

340

467

470

355

498

393

822

4/0

380

814

210

470

550

115 ..

476 ..

390 ..

433 ..

343 .

4;o

470 50

355 ..

506 .

395 ..

470 .

380 ..

832

477

550

Il 95

Bulgarie 1907....

Chine 1895

Egypte Unifiée ..

Espagne Extér.. .

Italien 3%% ...

Japon 1907

Mexique 1910 . ..

Roumain 1922. ..

Russe 1880

— 1889

Serbe 1906

— 1910

— 1911

Valeurs ètrang.

Banques

Cr.Fonc Fr.-Cana.

Chem. de fer, Tram

Nord Espagne. ..

Orient (Ch. de fer)

Saragosse

Fcrgco, Mines

Ast. des Minés ...

Rouina

Sosnovice

Trilail

Zinc Silésie ordin.

Divers

Est Asia. Danois.

Kreuger et Toll ..

Royal Dutch. ...

Snia Viscosa

Suc. Egypte parts

Tabacs Portugal.

Chemins de fer-

Obligations

Port. 3% 1" rang.

Réunis 4 % 1914

Saragosse 3% 1 M .

Tanger a Fez 5 %.

— 4 y3 %

— 4%

BANQUE

COMPTANT

Banq. Nat. Egyp.

Rente Fonc. parts

Thorcnc parts

Eaux, Electricité

Gaz

Cab. Télég. 1» s.

2e s

Pyrén. (El. 'et è").

Granouz

Sidro

Métallurgiques

Chili acier ord....

Soudure autog. ..

Charbonnages

Dong-Trieu

Gelsenkirchen ...

Harpener

Héraclée parts. ..

Pétrolières

Astra Romana. ..

255 ..

64 60

42 45

265 "

2 40

2 55

255 ..

265 ..

5395

599

250

64

141 . 142

519 Y. 519

78 .. 80

91

1870 .. 1860

17245 46800

565 Y. 443

433

943

830

605

2435 .

690

460

360

225

775

20400

78

42 3

268

20

260

257

5400

599

VALEURS

Bakou

Malopolska

Mexican Eagle pr.

Omnium Pétroles.

Shell

Silva parts

Steaua Romana. .

Victoria

r.' i'nes d'Or

Areas

Chatelet ordin. ..

Golden H. Shoc. .

Lucrtte

Zambèze

! Suberbie

Goui?

Cours

irêcêd

11 tour

200 "

195

80 '

220 ..

60 . '.

220 ,,

305 ..

'M 50 47 .

103 . ni ..

163

930

880

810

2440

666

462 ,

375 '

245

775

21200

61

Minns Métaîiicjues

Douaria action. . .

Kinta jouissance.

Mines diverses

Talcs de Luzcnac .

Produits

Chimiques

Az. Franc, parts.

Expl. Min. parts.

Hydroc. St-Dcnis

Colonial:»

Caoutchouc!

Cambodge pp^ts.

Franco-Javanais:

Hutchinson ord. .

Kong

Pacouda cap.. .. ,

Pointe à Pitre act

Sumatra cap .

Sumatra div. .

Tapanoélie cap. .

— div

Than-tuy-Ha act

— — parts;

Industries

Textiles

Savannah....

Viscose Franc, act

— parts ....

Hôtola

Régina act. ..

— parts ....

Liqueurs

Pernod

Vieille Cure parts

Casinos

Biarritz Carlton.

Cercle Monaco a

Valeur» diverse

Cana Corinthe

Papet. Limousin

Sa li ns du Cap Vert

Tunisienne de Cul

Hors coto

Etales Indochine

115

114

13 ..

6 i

740

1990 •

240 "

3145

90

095

550

639

400

210

130

85 50

600J ..

7400 ..

158

316

1540

3400

3030

740

1990

75 ..

3450 ..

9'. •

S 50

125

283 -

1180 -

570 -

630

4Z3

214 ..

132 -

68

6153

7400

160

331

1530

3445

3050 -

72 5»

97 50 «M

Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés

More magazines by this user
Similar magazines