Numéro 31 - Conseil général de l'Oise

oise.fr

Numéro 31 - Conseil général de l'Oise

Le magazine du département de l’Oisen° 31septembre2007Rentrée scolaireSur les cheminsde la réussiteDossier > p. 10


Un mois à votre serviceHôtel du Département, le 29 juin :Entouré de Claude Charpentier,1 er adjoint au maire de Chantilly,et de Béatrice Lejeune,vice-présidente du Conseil régionalde Picardie, Yves Romepréside l’Assemblée généraleconstitutive de l’Établissementpublic foncier local.Fouquenies, le 4 juillet :Inauguration des travaux de voirie,en présence d’Yves Rome,Jean-Louis Châtelet, maire deFouquenies (à gauche), etGeorges Becquerelle,vice-président, conseiller généraldu canton de Beauvais nord-ouest(à droite).DRDRDRLe Coudray-Saint-Germer, le 27 juin :Inauguration de la Maison du Conseilgénéral, en présence de Jean-Louis Aubry,conseiller général du canton.Méru, le 4 juillet : Pose de la premièrepierre d’un établissement d’hébergementpour personnes âgées dépendantes(EHPAD). De gauche à droite,Yves Rome, Alain Letellier, présidentde la Communauté de communes desSablons et conseiller général, etYves Leblanc, maire de Méru.DRDRHôtel duDépartement,le 6 juillet :Séminaire de travailde l’exécutifdépartemental.60 - N°31 - Septembre 2007> éditoLa jeunessenotre richesse,son éducationnotre missionLa rentrée scolaire est pour tout le monde,enfants, parents, grands-parents, unmoment particulièrement important. Pourle Conseil général, ce temps rythme la miseen œuvre du projet éducatif départementalet de l’accompagnement des jeunesIsariens sur les chemins de la réussite.Cette rentrée est marquée, sur le plan destravaux, par plus de 180 opérations.Durant l’été, 56 des 66 collèges de l’Oiseont été mis en chantier : rénovations,agrandissements, constructions… Celareprésente un budget global annuelde 13 millions d’euros, un investissementnécessaire pour offrir à chaque élèvedes conditions d’apprentissage optimales.Sur le plan de l’aide à la scolarité, le Conseilgénéral continue de renforcer ses actions :calculatrice gratuite pour tous les élèvesde 6 e , le « double livre » dans la totalitédes collèges, les espaces numériquesde travail installés dans 22 collègessupplémentaires… Autant demesures offrant aux collégiens lesmoyens d’une formation réussie.Enfin, sur le plan pédagogique etpériscolaire, notre collectivité innoveen mettant en place un dispositif desoutien scolaire gratuit, en créant unservice spécifique de transportcollectif pour les activités sportiveset en poursuivant le déploiementdes contrats de développement culturel...Le Département « cultive » plus quejamais sa première richesse, la jeunesse.Excellente rentrée à toutes et à tous.le conseil général de l’Oise


à la uneCaroline Pottier / Le bar FloréalÉquipement sportif de proximité à Laversines.60 - N°31 - Septembre 2007Éric Facon / Le bar FloréalXoxoooxoo / Le bar Floréal


ÉvénementL’Oise fête les sportsDe l’équitation au judo en passant par la longue paume, les sports seronten fête dans tout le département le dimanche 30 septembre. Un événementaux couleurs de la Coupe du monde de rugby : l’équipe de France jouerace jour-là son quatrième match…Faire découvrir la richesse des activitéssportives dans l’Oise à ses habitants,telle est l’ambition de la première éditionde « L’Oise fête les sports ».Dès le printemps, le réseau d’acteurs amassivement répondu présent à l’appel duConseil général. Au total, pas moins de200 clubs se sont mobilisés.« Les agents des Maisons du Conseil généralont été des relais très efficaces, ce qui s’esttraduit par un véritable engouement des villeset des comités départementaux pour cetteinitiative », précise-t-on au service des sportsdu Conseil général.Concrètement, la journée s’organisera sur lesquinze équipements sportifs de proximité mis enplace depuis un an. D’Hanvoile à Noyon, petiteset grandes communes convieront dès la fin dematinée les Isariens à des démonstrations et desinitiations, dans une ambiance conviviale et festive.De nombreux cadeaux attendent par ailleurs lesvisiteurs.Rugby à l’honneurLe fil rouge de la fête des sports sera le rugbypuisqu’elle se déroulera précisément le jour duquatrième match de Coupe du monde disputéDR« Cette fête est uneoccasion de valoriserles activités sportivesproposées par les clubs etcomités départementauxet de faire connaître lesnouveaux équipementssportifs de proximité. »Gérard Weyn,vice-président du Conseil général, en chargede la vie associative et sportive.HanvoileAuneuilGrandvilliers60 - N°31 - Septembre 2007LaversinesBreteuilClermontMontataireLes 15 sites, dont Clermont, site principal,qui accueilleront « L’Oise fête les sports »sur les équipements sportifs de proximité.Estrées-St-DenisLassignyMargny-lès-CompiègneVenetteNanteuil-le-Haudouinpar l’équipe de France. Au programme donc,la retransmission du match sur un écran géantà Clermont, le site central de la fête. Écran quipermettra également la diffusion des vidéos deprésentation des clubs durant la journée. C’est laradio FMC qui relayera l’événement en direct surles ondes, tandis que les danseurs et musiciensde la Bande de Beauvais déambuleront sur desrythmes africains pour animer le site. « Nousallons aussi à cette occasion mettre à l’honneurles sportifs isariens qui ont une chance d’allerreprésenter la France aux jeux Olympiques »,conclut Gérard Weyn.Marie PaireNoyonRibécourtCrépy-en-ValoisProgramme détaillé à consulter sur le sitedu Conseil général www.oise.fr


En brefCONCOURS AU MARCHÉ FERMIERRecettegagnante ?Il est temps de ressortir votre recettesecrète ! Peaufinez la liste desingrédients, un grand concours decuisine est lancé, avant le marchéfermier. Vos petits plats serontmitonnés à base de produits duterroir et répondront à l’un des deuxcritères : « se faire plaisir en mangeantsain » ou « se faire plaisir à petitsprix ». Date limite de participation : 5 octobre minuit ! Vingtrecettes seront sélectionnées puis appréciées par le jury, quepréside le chroniqueur gastronomique Patrick Villechaize.Prix spécial : une invitation sur le plateau de Goûtez-moi ça,son émission culinaire diffusée par France 3 Picardie.« Mangez bien, mangez sain », le marché fermier se tiendrale dimanche 14 octobre, sur les pelouses de l’Hôtel duDépartement. Au menu : produits locaux, ateliers cuisine,animaux de la ferme, baptêmes de tracteur... ■Envoyez les recettes par mail (jeuconcours@cg60.fr) ou par courrier :Conseil général de l’Oise, Jeu-concours « Mangez bien, mangez sain »,1, rue Cambry, BP 941, 60024 Beauvais Cedex.CONTACT 03 44 66 60 51 / oise.frÉCOLES PRIMAIRESDe la maternelle au CM2,un cadre de vie amélioréDRConstruction d’une classe,extension de la cantine,rénovation d’une salle culturelleou sportive… le Conseil généralentend, par le biais des aidesaux communes, offrir auxjeunes élèves un cadre idéalpour l’apprentissage. Depuisjanvier dernier, plus de 3 millionsd’euros ont ainsi été accordés auxcommunes, pour les soutenir dansces opérations concernant les bâtiments scolaires du premierdegré. De quoi assurer une belle rentrée aux petits Isariens ! ■DR60 - N°31 - Septembre 2007télex> MAISON DU HANDICAPDes associationsà votre dispositionLa Maison départementale des personneshandicapées, sise rue des Filatures àBeauvais, met à disposition du publicdes permanences d’associations.À jour fixe, sans rendez-vous, il estpossible de rencontrer : l’Associationdes familles myopathes, les Paralysésde France, Surdipôle, Le Fil d’Ariane(déficiences visuelles), A Brache Kor,l’Unafam (maladies psychiques), la Fnath(accidentés)... Bientôt se tiendra unrendez-vous consacré au handisport. Surwww.solidarite.oise.fr, rubrique mdph,téléchargez le calendrierdes permanences.CONTACT 0800 894 421 (numéro vert)> S’INFORMERNouvelles technologies« Parents, enfants et nouvellestechnologies », c’est le thème dela rencontre organisée par l’Uniondépartementale des associationsfamiliales de l’Oise. Jeux vidéo, Internet,téléphone mobile, télévision, radio :comment rester raisonnable, maîtriser lesrisques, en tirer parti dans l’éducation ?Un pédiatre et un philosophe, notamment,interviendront. Rendez-vous le22 septembre, dès 8 h 30, à l’institutLaSalle Beauvais.CONTACT 03 44 06 83 83> RENTRÉEPratique et généreuxSur les rayonnages de la rentrée, le KitPlio offre l’occasion d’un geste solidaireenvers Handicap International. À chaqueachat, 1 euro est versé à l’associationhumanitaire. Et c’est un kit bien pratiquepour couvrir dix livres ou cahiers. Puis lesorner d’une étiquette rigolote : Tom, Ninaet Lana, coquette sur son fauteuil roulant,suivront partout les enfants ! En Picardie,l’antenne Handicap Internationalest située à Amiens (03 22 95 01 88).CONTACT handicap-international.fr


CONSEIL GÉNÉRAL DES JEUNESAux urnes, collégiens !Assemblée générale du Conseil général des jeunes à l’Hôteldu Département, le 6 juin 2007.DRL’année électorale se poursuit. Cet automne, dansl’Oise, le Conseil général des jeunes renouvelle ses81 membres. Mode d’emploi… Des collégiens formentcette institution, qui siège depuis novembre 2005.Leur mandat dure deux années scolaires. Chaqueétablissement, public ou privé, du département compteun jeune conseiller général : il représente ses camaradeset porte leurs idées. L’aventure vous tente ? Sachezque tous les élèves de cinquième peuvent candidater.Les délégués de classe, de la sixième à la troisième,participeront au scrutin...Les noms des élus sortiront des urnes durant le moisd’octobre, et la première assemblée plénière se tiendrafin novembre. Auparavant, chacun aura pu, en coursd’éducation civique notamment, s’informer sur le rôleexact du Conseil général des jeunes. ■Pour en savoir plus, rendez-vous sur le sitewww.jeunesse.oise.frEMPLOILe revenu de solidaritéactive bientôt à l’essaiD’ici quelques mois, le Département de l’Oise lanceral’expérimentation du revenu de solidarité active(RSA), à destination des bénéficiaires du RMI. « Le RSAvise à valoriser le retour à l’emploi ou l’augmentationde l’activité professionnelle des personnes qui en sontéloignées. Concrètement, c’est une allocation destinée àcompenser la baisse de revenu que génère la reprise d’untravail ou un surplus d’heures travaillées, du fait de ladiminution ou de la perte de certaines aides sociales »,explique-t-on au Conseil général. En complément de lamise en œuvre de ce dispositif, une aide personnaliséeponctuelle et rapidement mobilisable, permettra aussi defaire face aux dépenses inhérentes à la reprise d’un travail : achat d’un costumeneuf, frais de transport, garde des enfants, etc. Un canton rural, Liancourt,et un autre plus urbain, Nogent sur Oise, constitueront le périmètre de cetteexpérimentation, en partenariat avec l’ensemble des acteurs de l’emploi, lesCAF et l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives, fondée par Martin Hirsch,actuel haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté. Cetteexpérimentation RSA s’inscrit dans l’esprit de l’Agenda 21, qui préconiseune politique d’insertion innovante et durable. ■DR60 - N°31 - Septembre 2007Le 8 février dernier à Saint-Just-en-Chaussée, visite de larecyclerie. De gauche à droite,Henri Bonan, conseiller général,Martin Hirsch, Jean-ClaudeJourdan, président d’Emmaüs Oise,Yves Rome, François Ferrieuxet Jean-Claude Villemain,vice-présidents du Conseilgénéral, et Augustin Ferté,président de la recyclerie.


En brefMAISONS DU CONSEIL GÉNÉRALSessions informatiquesSeptembre voit revenir les formationsinformatiques dans toutes les Maisons duConseil général. Des séances d’une heure etdemie, en petit groupe, permettent de s’initierau maniement de l’ordinateur et d’Internet.L’apprentissage peut continuer avec les logicielsde traitement de texte ou la photo numérique,par exemple. Et c’est gratuit ! Il suffit de s’inscrireauprès de la Maison la plus proche de son domicile.L’accueil café ou jus de fruits, à Bresles, donneun goût convivial à ces formations. Chacun desparticipants s’installe ensuite devant un ordinateurportable, mis à disposition le temps de la séance.« À la rentrée, nous proposerons quatre sessionspar mois, en variant les horaires, notamment endehors des heures de travail, dit-on à la Maisonde Bresles. Nous déterminons des thématiquesplus spécialisées selon les demandes qui nous sontformulées... presque à la carte ! Pour s’entraînerseul, il y a nos espaces informatiques, en accèslibre. » ■Retrouvez les coordonnées des Maisons du Conseil généralsur oise.fr (rubrique « Un Conseil général à vos côtés »).58primaires, collégiens et lycéens transportésgratuitement par le Conseil général chaque000jour, soit une économie de 800 P par enfant.15 & 16 SEPTEMBREPortes ouvertessur le patrimoineSur la route dela nacre, découvrezl’atelier du tabletier,fabriquant sesdominos, à Méru,et le moulin-muséede la Brosserie,à Saint-Félix.DRDR60 - N°31 - Septembre 2007Le temps des Journées du patrimoine, l’Oise vous invite surles routes de sa mémoire industrielle. Le sucre ou la nacre, lapoterie ou la pierre, les moulins peut-être : quelle voie choisirezvous? Chacune révèle des lieux secrets, visite guidée à la clé.Ainsi, la sucrerie de Francières montre ses distilleries, ses foursà chaux, sa maison patronale au beau style Art déco, tandisqu’en Sud Oise et Valois moult carrières ont façonné un monded’ocre mystérieux, avec ses habitations troglodytiques, seschampignonnières... Exceptionnel : « Sur les traces de l’industriedu début du XIX e » (15 septembre) et « La vallée industrielle duThérain » (16 septembre), deux circuits commentés, en car, vousconduiront à la rencontre de l’histoire de l’Oise ouvrière via sesmonuments.Et toujours : visites et animations à l’Hôtel du Département,aux Archives départementales, au parc Jean-Jacques-Rousseau,sur le site antique de Champlieu, dans les théâtres... ■Journées du patrimoine, 15 et 16 septembre. Le programme proposépar le Conseil général est disponible sur le site oise.fr


télexDR> 2 000 joursde détentionUn cap symboliqueLe combat pour la libérationd’Ingrid Betancourt,citoyenne d’honneur del’Oise, ne doit pas faiblir.> TOUS ÂGESÀ l’universitéConférences, expositions, concerts,ateliers, l’Institut universitaire tous âgesde Beauvais, sis boulevard Saint-André,dispense des formations variées pour lesesprits curieux ! On y apprend les languesétrangères, Internet et l’informatique, laphilo, l’œnologie... Il y a aussi des atelierssport, calligraphie, pratique théâtrale,des séminaires d’histoire de l’art oud’économie. L’inscription, ouverte depuisle 10 septembre, donne accès au cyberespace,à la bibliothèque.CONTACT 03 44 06 88 21> ARMÉES-NATIONUne semaine de lienDu 24 au 29 septembre, la base aérienne110 de Creil organise une série derencontres entre la société civile et lemonde des armées. Tour à tour, chefsd’entreprise, enseignants, jeunes et lycéens,élus, réservistes, familles... serontconviés à des conférences, des animations,des démonstrations, etc.CONTACT 03 44 28 71 15> PRÉVENTION CANCERUn nouveau dépistageHommes et femmes de 50 à 74 ans,domiciliés dans le département,bénéficieront désormais d’un dépistagegratuit du cancer du gros intestin, ou« côlon ». Une lettre, envoyée au domicile,invite à retirer un test chez son médecin,lors d’une consultation. « À cet âge,3 % des tests sont positifs, il est alorsimportant de passer des examens, afinde détecter les tumeurs bénignes ou uncancer précoce, plus facile à traiter », ditonà l’Association pour les dépistages descancers dans l’Oise.CONTACT 03 44 95 33 20MÉMOIRE DE RÉSISTANTE« Je ne veux me souvenirque de l’amour »our écrire ce livre, je n’ai«Ppas utilisé l’encre de monstylo, mais le peu d’énergie qui mereste pour participer à l’éducationdes jeunes générations. Il fautdépasser ses propres limites dansl’amour et le don de soi-même. »Quelques pages auparavant, onlisait : « J’entendis une voix dire“voici le camp”. Devant nous, desmurs très hauts et très épais, desmiradors. Une porte s’ouvrait. Ellesemblait nous avaler vivantes. »C’est Monique de l’Odéon qui parle.Du camp de Ravensbrück. Le récitd’une vie de résistante, nourrie de son enfance au cœurde l’Oise, publié aux éditions Jean-Pierre Taillandier. ■ÉTABLISSEMENT public FONCIER LOCALPriorité logement :un nouvel outilDes programmes immobiliers de ce type (ici,rue Villebois-Mareuil, à Beauvais) pourrontbénéficier du soutien de ce nouvel outil.© Opac OiseL’Établissement publicfoncier local dudépartement de l’Oise a étéofficiellement créé fin juin.Sa mission : acquérir desterrains et de l’immobilierdestinés à des projetsd’habitat (c’est la priorité)ou de développementéconomique, comme àLongueil-Sainte-Marie,où sera créée une plateformelogistique. Région, communes et communautés decommunes ou d’agglomération s’unissent ici au Département.Un partenariat nécessaire, « parce qu’il n’y a pas de politiquedu logement ambitieuse sans maîtrise du foncier ». Le Conseilgénéral apporte 25 millions d’euros à la constitution de cetétablissement, qui travaillera aussi de concert avec les officesde construction HLM. ■60 - N°31 - Septembre 2007


Dossier > Rentrée scolaireDes élèves biendans leurs collègesAndré Lejarre / Le bar FloréalSoutien scolaire, accès au sportet à la culture… le Conseilgénéral multiplie ses effortspour accompagner les élèvessur le chemin de la réussiteet en faire des collégiensheureux. Tour d’horizondes projets de cette rentrée.10Dossier rédigé par isabelle Friedmann60 - N°31 - Septembre 2007Au collège Anatole-France,à Montataire, en juin 2007.


Dossier > Rentrée scolaireSOUTIEN SCOLAIREDonner confiance à chacunCours particuliers ou en petits groupes, avec un enseignant ou un étudiant.Pour donner aux collégiens toutes les chances de réussite, le Conseilgénéral multiplie les dispositifs de soutien scolaire. Panorama.To learn, learnt, learnt… to know, knew,known… chacun se souvient de ces longueslistes de verbes irréguliers anglais, plus difficiles àmémoriser que les tables de multiplication !Ce lundi de juin, dans la petite pièce qui jouxtela salle des professeurs du collège Anatole-Francede Montataire, une poignée d’élèves de quatrièmeet de troisième profite de l’intimité d’une séancede soutien scolaire pour réviser ces apprentissagesincontournables. L’exercice est orchestré parCorinne Commagnac, dans une ambiancedétendue : l’enseignante lance un infinitif et attendque les participes fusent, invitant les élèves à unecompétition ludique. S’adressant à trois ou quatreélèves à la fois, le soutien aux apprentissagespermet aux collégiens de combler des lacunesaccumulées au fil de leur scolarité.« C’est plus convivial qu’en cours, où çava souvent trop vite, là on prend plus letemps de nous expliquer. »Marjorie, élève de troisième« En soutien, je comprends mieux, la prof parlemoins vite qu’en cours et il y a moins de bruit »,explique ainsi Ilkay, élève de sixième. « Onprend le temps de s’arrêter sur les difficultés dechacun », complète sa voisine, Soumeia. Un suiviindividualisé, c’est la valeur ajoutée de ces séancesproposées depuis la rentrée 2006 aux collégiensqui connaissent des difficultés en français, math,histoire-géo ou anglais. Dans certains cas, lesélèves s’inscrivent d’eux-mêmes, sinon ce sont leursenseignants qui le leur suggèrent. Le volontariatreste le seul garant de réussite, l’élève s’engageantà rester quelques heures de plus au collège.Des progrès rapides« Le bilan a été très positif pour cette premièreannée, constate Yves Lupette, professeur defrançais à Montataire. Certains élèves, qui auraientpu couler, ont repris pied. L’assistance individuellepermet de faire sauter certains blocages. »« J’avais oublié certaines bases, témoigne Ophélie,collégienne de quatrième, inscrite en soutiend’anglais. Maintenant ça va beaucoup mieux. »« Moi, j’ai demandé dès le premier trimestre àaller en soutien de français, confie Chahinez,André Lejarre / Le bar Floréal1260 - N°31 - Septembre 2007


élève de sixième, car j’avais des problèmes avecles conjugaisons. J’ai fini avec 13 de moyenne aulieu de 9 ! » Au-dedes sacro-saintes moyennes,l’aide aux devoirs permet aux enfants de reprendreconfiance en eux.L’implication de tousAu cours de l’année 2006-2007, au collège deMontataire, 80 élèves ont bénéficié de ce dispositifhebdomadaire, tandis que près de la moitié desenseignants de l’établissement s’y sont impliqués,leurs heures supplémentaires étant payées par leConseil général (plus de 73 000 euros sur tout ledépartement). Si le collège Anatole-France, classéen zone « ambition réussite » bénéficiait déjà decrédits du rectorat pour un accompagnementindividualisé des collégiens, « le dispositif financépar le Conseil général a permis d’étendre lesoutien scolaire », explique le principal, Jean-MarcDupuich. Cela favorise également les échangesentre les enseignants, ce qui permet de mieuxidentifier les faiblesses des élèves. Enfin, autrebénéfice, et non des moindres, pour certainscollégiens cela provoque un véritable déclic parrapport à leurs difficultés : « Quand un élève vienttoquer à ma porte pour demander une aide auxdevoirs, se réjouit Rachel Bourgain, principaleadjointe, c’est qu’il a pris conscience qu’on peutlui apporter quelque chose. » ■« Ce dispositifpermet d’offriraux élèves descours particuliers,en petits groupes,ce que les parentsn’ont pas toujoursles moyens definancer. »Rachel Bourgain,principale adjointeToutes les modalités du soutien scolairesur le site www.jeunesse.oise.frAndré Lejarre / Le bar Floréal60 - N°31 - Septembre 2007trois questions àAurélie Marchandise, 22 ans,étudiante à l’université de technologiede Compiègne (UTC)Recrutée par le Conseil général, AurélieMarchandise a donné l’an dernier descours particuliers gratuits à des élèvesdu collège Gaëtan-Denain à Compiègne.Une expérience originale qu’elle espèrerenouveler cette rentrée.Comment se passaientles séances ?J’avais des élèves quiavaient vraiment desdifficultés, ils avaientbesoin de pas mal detemps pour s’installeret se concentrer, parexemple. Normalement,chaque séance dureune heure, mais on nes’arrête pas au milieu d’unexercice, cela demandeun peu de discipline, pour leur faire accepter de prolongerde quelques minutes… Je devais les aider en math et enfrançais, mais pour l’une de mes trois élèves, qui ne rendaitaucun devoir, cela s’est transformé en soutien scolairedans toutes les matières.Quel type de relation s’instaure avec eux ?Ça se passe sûrement plus facilement qu’avec lesenseignants, à cause de notre âge. Je fais particulièrementjeune, ils avaient du mal à croire que j’avais le bac ! Maisil faut réussir à garder une certaine distance, il faut quandmême instaurer une relation prof/élèves !Seriez-vous prête à recommencer l’expérience ?O. P.Oui, j’ai trouvé ça très enrichissant. Je m’étais inscriteparce que j’avais besoin de sortir un peu de mes études,je ne savais même pas que c’était rémunéré, je pensaissimplement que ce serait intéressant d’aller aider cesjeunes. Ça m’a appris un peu de pédagogie, à adapterles exercices en fonction des niveaux, à travailler sur moimême,pour capter leur attention.13


Dossier > Rentrée scolaireL’ÉDUCATION PAR LE SPORTLa tête… et les jambes !Pour encourager la pratique du sport, facteur de développement,d’épanouissement et d’échange, le Conseil général multiplie les aidesen faveur des collèges et des communes.André Lejarre / Le bar FloréalAvec une surface de 25 m sur 20,une hauteur sous plafond de 4 m,voire de 7 m quand il y a un murd’escalade, une salle de sportcoûte quelque 750 000 euros.Plateaux sportifs,gymnases, mursd’escalade… lescollèges disposent d’unegamme diversifiéed’équipementssportifs de qualité,que le Conseil généralconstruit, rénove etentretient. Il y a unan, c’est le collègeJean-Baptiste-Pellerinà Beauvais qui s’est vudoter d’une nouvellesalle de sport ; àl’automne dernierc’était au tour ducollège de Noailles,prochainement, cesera pour ceux deThourotte et Méru.À Chambly s’achèvela construction d’ungymnase de 2 220 m 2 ,cofinancée par la Villeet le Conseil général àhauteur de 3,3 millionsd’euros.DR« Favoriser la mobilitédes jeunes dans lesdéplacements sportifs,c’est encourager trèsconcrètement l’éducationpar le sport. »François FERRIEUX,vice-président du Conseil général,en charge des transports.1 400 heures de « location » de ces espacessportifs. Le Conseil général, via sa politiqued’aide aux communes, soutient égalementles collectivités pour la construction de nouveauxéquipements. Enfin, depuis le mois de juin,le Conseil général rembourse aux collègesles frais de transport liés à la pratique sportive(jusqu’à 750 euros par établissement). Parce quedans l’Oise un tiers des collégiens font du sport,hors temps scolaire, le Département a nouéavec l’UNSS (l’Union nationale du sport scolaire)un partenariat solide, et engagé un dialogueconstructif sur le rôle éducatif du sport. Avecpour objectifs, notamment, de développer lessports mixtes, d’inciter les jeunes à se lancer dansl’arbitrage ou encore de favoriser l’émergence,face au foot, des sports minoritaires. ■Des actions concrètes pour l’accèsdes collègiens à tous les sportsPar ailleurs, le Département encouragel’utilisation par les collèges des équipementssportifs appartenant aux collectivités locales.D’un côté, il verse aux communes et à leursgroupements une indemnité compensatricepour le prêt de leur gymnase aux scolaires(5,10 euros par heure d’utilisation) ; de l’autre,il garantit aux collèges le financement de1460 - N°31 - Septembre 2007Hervé Dez / Le bar Floréal


La culture à portée de tousUne année au son de la RussieEn 2006, 62 collèges ont mené, grâce au soutien du Conseil général,des projets culturels dans des disciplines aussi éclectiques que le chant,le cinéma, l’archéologie ou le conte. Reportage au collège Jules-Vernede La Croix-Saint-Ouen, à la découverte du chant choral russe.Découverte de la musique d’Igor Stavinsky et duchant choral, puis présentation d’un spectacleen public : les élèves du collège Jules-Verne deLa Croix-Saint-Ouen qui ont participé au projetPetrouchka, subventionné par le Conseil général,ont été projetés l’an passé dans un autre univers.« C’est la prononciation qui a été le plus difficile àapprendre ! Les intonations en russe ne sont pasdu tout les mêmes qu’en français… et puis, on a dûapprendre à chanter à plusieurs voix, ça demandede la concentration. Il faut s’écouter soi-mêmeet écouter les autres au même moment. » Avecsa classe de sixième, Florian a dû faire des effortspour répéter un spectacle plutôt déroutant pourdes collégiens isariens, peu habitués aux coutumesrusses et aux voyages en troïka !Olivier Pasquiers / Le bar FloréalUn véritable apprentissagePas question de se contenter de pousser lachansonnette : quand sonne la fin de la récré, lesélèves sont invités à une séance d’échauffement etde mise en condition. On jette les chewing-gumsà la poubelle, on se tient droit, on s’étire… « Vousallez essayer de trouver la position idéale pourchanter », indique d’entrée Claire Dagnicourt, chefde chœur, porteuse du projet pour le Festival desforêts. Quelques notes au piano et les premiers sonsfont vibrer la force des chants de la Volga.« J’avais déjà entenduparler de la Russie,mais grâce à ces chants,je la connais mieuxmaintenant et j’ai aussiune meilleure voix !»Ronan, élève de 6 eO.P.Si les élèves se démobilisent, l’intervenante trouveles mots et les gestes pour leur redonner del’énergie : « On dirait des babouchkas qui tricotentau coin du feu, pensez que vous êtes des cosaques,de vrais guerriers ! » Pour le spectacle final, le 22juin dernier, devant 600 personnes, les postures etles expressions des petits chanteurs en costume ontcompté tout autant que la musique.Faire entrer la culture au collègeSéances d’apprentissage des chants, mais aussirencontres avec un conteur et des musiciensrusses, ont permis de rapprocher l’univers ducollège et celui de la culture. Et tel est l’objectifque fixent les contrats départementaux dedéveloppement culturel, initiés par le Conseilgénéral. « L’expérience a été très complète pourmes élèves, conclut Pascale Florent, professeur demusique, ils ont fait beaucoup de progrès en chantet ils ont vécu une année en Russie… ça bouleverseles habitudes ! » ■60 - N°31 - Septembre 200715


L’Oise en actionAIDES À LA SCOLARITÉUne école plus justeet plus efficaceOffrir à tous les mêmes chances de réussite, soutenir les familles,faciliter le quotidien des élèves et les rendre autonomes, tels sontles objectifs affichés par le Conseil général en cette rentrée 2007.Éric Facon / Le bar FloréalNumérisation des collègesDes élèves connectésC’est un des points phares du projet éducatif du Conseil général. Avec6 établissements pilotes en 2005, 18 de plus en 2006, auxquels viennents’en ajouter 22 en cette rentrée scolaire 2007, les espaces numériques de travailet du savoir s’installent durablement dans nos collèges. Égalité d’accès auxnouvelles technologies, modernisation des établissements, c’est un très lourdchantier qui touche à la fois aux équipements (ordinateurs, vidéo projecteurs,bornes Wifi et tableaux interactifs), aux pratiques pédagogiques et aux relationsentre les différents acteurs du système éducatif. Les 22 nouveaux collèges dudépartement, équipés d’ordinateurs à la rentrée, vont recevoir une dotation de10 euros par élève pour des abonnements numériques en ligne (cours scénarisésou encore documentation).Nathalie JallageasBourses scolairesUn coup de pouce aux famillesLe Département entend donner aux parents les moyensde financer les études de leurs enfants. Des boursesd’enseignement sont ainsi accordées, sous condition deressources, aux enfants des familles domiciliées dans l’Oise,et ce quel que soit le lieu d’implantation de l’établissementfréquenté. Une manière pour le Conseil général de corrigerles inégalités sociales. Enseignement primaire, secondaire(c’est le poste le plus important avec 12000 boursesoctroyées), supérieur, agricole ou encore professionnel, vial’apprentissage artisanal, l’an passé, 16 000 bourses ontété distribuées, représentant un peu plus de 2 millionsd’euros. Pour l’année en cours les demandes de bourse sontà transmettre à la Direction des aides à la scolaritéjusqu’à la fin du mois de février 2008. N. J.Anthony Verdy,23 ans, élèvede l’Écolesupérieured’architecturede Paris-laVillette1660 - N°31 - Septembre 2007Pour tout savoir sur les bourses scolaires,rendez-vous sur www.jeunesse.oise.frÉ. F.« Je vis seul avecma mère à Beauvais.Je touche de lapart du Conseilgénéral une boursed’enseignementsupérieur d’à peuprès 600 eurospar an. Ce qui mepermet d’acheterdu matérield’architectureet d’aller voir desexpositions. »


FrançoiseBalossier,principale du collègeGeorge-Sandde BeauvaisDR60 : L’ordinateur a investivos murs il y a deux ans.Quel bilan tirez-vous decette expérimentation ?Opération « double livre »Mission accomplieComme promis, les 66 collèges publicsdu département sont désormais couverts parl’opération « double livre », destinée aux classesde sixième. Fini les cartables trop lourds oules punitions pour l’oubli d’un manuel ! Selon leursbesoins, les établissements concernés possèdentun double jeu de livres scolaires. Cette année,10 500 manuels répartis sur 11 éditeurs ont étéachetés par le Département pour une enveloppeglobale de 180 000 euros. Une mesure qui devraitsatisfaire les parents quant à la question dupoids du cartable et apporter un réel confortaux jeunes élèves entrant en sixième.Nathalie JallageasAndré Lejarre / Le bar Floréal60 - N°31 - Septembre 2007F. B. : C’est un vrai plus.La technologie se met au service des usagers ducollège. Les profs peuvent mettre leurs cours et lescahiers de texte des classes en ligne. Nous sommescapables de gérer les absences et les notes en tempsréel. Nous sommes en prise directe avec les familles.Les espaces numériques de travail, c’est en faitl’ouverture sur un collège virtuel. C’est utile à tout lemonde : professeurs, parents, élèves et administration.C’est parfaitement fonctionnel et évolutif.60 : Où en êtes-vous côté équipement ?F. B. : En cette rentrée 2007, toutes nos classes sontéquipées d’au moins un ordinateur avec une connexioninternet haut débit. Notre salle des profs compteaujourd’hui pas moins de huit PC. Le Conseil généralmet à notre disposition le matériel et un technicien demaintenance. Et le rectorat vient en complément. C’esttrès satisfaisant. C’est le numérique qui va vers lesélèves. Une manière d’assurer l’égalité des chances etde promouvoir une politique éducative innovante.Calculatrices en sixièmeLe compte est bonPour la deuxième annéeconsécutive, le Conseilgénéral de l’Oise offre à quelque12 000 élèves entrant en sixièmeune calculatrice scientifique dela marque Texas Instrument. La« calculette », qui couvre le programmede mathématiques de la sixième àla fin de troisième, accompagnerales collégiens dans toute leur scolarité.Coût de l’opération : 160 000 euros. N. J.17


L’Oise en actionTRAVAUX DANS LES COLLÈGESL’été pour faire peau neuveÉlèves et enseignants partis en vacances, peintres, maçons, électriciens ontprofité de l’été pour refaire une beauté aux collèges du département.Photos : Éric Facon / Le bar FloréalSeize millions et demi d’euros, c’est le budgetannuel global des travaux dans les collèges,assurés par les entreprises auxquellesle Conseil général délègue la maintenance.Toute l’année, ce dernier centralise les demandeset les besoins des établissements, planifiant leurréalisation le plus souvent pendant les congés d’été.149 actions ont ainsi été programmées en juillet eten août, pour garantir une rentrée des plus agréablesaux collégiens. Elles ont concerné, pour l’essentiel,54 des 66 collèges que compte le département,les autres ayant été rénovés récemment. Remiseen peinture des salles de classe, des couloirs, desbâtiments administratifs, renouvellement desrevêtements de sol, changement des systèmes desécurité incendie, remplacement d’un four, d’unlave-vaisselle… Souvent, de menus travauxpermettent un léger « lifting » des lieux.L’été est également propice à l’installationd’équipements nouveaux, comme la constructiond’un mur d’escalade, la pose de clôtures,la plantation de haies ou l’installation de filetspare-ballons autour des terrains de sport. Parfois,les congés d’été ne suffisent pas à réaliser les travauxles plus importants. C’est le cas des opérationslourdes de réhabilitation, qui s’étalent sur plusd’un an. Le collège Clotaire-Baujoin de Thourotte,construit en 1974, vient ainsi de faire l’objet d’unprogramme de modernisation pour un budgetde 10,6 millions d’euros. Amorcé en décembre2005, le chantier aura permis la réhabilitation desbâtiments existants, la remise aux normes complètede l’établissement, l’augmentation de la capacitéd’accueil de la demi-pension, la création d’un pôlesportif, d’un CDI et d’un pôle enseignant. Au collègeMarcel-Pagnol de Betz, où des travaux d’envergureont été menés depuis février 2006, les élèves ontretrouvé en cette rentrée un établissement totalementrénové, pour un budget de 7 millions d’euros.Isabelle FriedmannDR« Pouvoir offrir desinfrastructures de qualitéà nos collégiens est unecondition nécessaire àleur réussite. »Georges Becquerelle,Vice-président du Conseil général,conseiller général du cantonde Beauvais nord-ouest.1860 - N°31 - Septembre 2007


Du nord au sudEN FORÊT DE COMPIÈGNEDe beaux poteaux !Sans eux, on perd lenord, assurément.Compagnonsdes plus bellesbalades, les poteauxindicateurs qui sedressent aux carrefoursréclament bien desattentions, balayés qu’ilssont par les intempéries.En forêt de Compiègne,quelque 300 poteaux ontété rénovés : peinture,remplacement des fûts,des ailettes... Trois années de travail et un budget de 207 000 eurosenviron, subventionné à 83 % par le Département. À cette occasion,on a découvert le seul poteau d’origine, tout en bois de chêne ! ■SENLISCouleurs cathédraleDRUne année de chantier, et Marie,Jésus, saints et prophètes ontrepris des couleurs ! Rouge auxjoues, sourcils charbon, barbebrune, vêtements ourlés d’ocre, décorscarmin... Une importante campagnede restauration a permis de sauver lapolychromie exceptionnelle qui ornele portail de la cathédrale, à Senlis.« C’est une œuvre majeure, par laqualité des sculptures, très fines, et sesteintes : on estime qu’il reste ici 30 à40 % de polychromie, contre 3 ou 4 %le plus souvent sur les ensembles duXII e siècle comme celui-ci », expliquel’un des restaurateurs. Des heures detravail minutieux, et 700000 eurosde budget ont été réunis par l’État, leDépartement et la Ville de Senlis. ■60 - N°31 - Septembre 2007© ONF Picardie> HAUT DÉBITDernières lignesdégroupées !Au début de l’été, 27 nouvellescommunes ont accédé auxoffres haut débit. Il s’agit deBlicourt, Oudeuil, Pisseleu,Saint-Omer-en-Chaussée,Villers-sur-Bonnières ; Tillé ;Baron, Borest, Fontaine-Chaalis,Mont-L’Évêque, Montépilloy,Montlognon ; Flavacourt,Lalande-en-Son, Sérifontaine,Talmontiers ; Fouquenies,Milly-sur-Thérain, Troissereux ;Anserville, Belle-Église, Bornel,Fosseuse ; Couloisy, Croutoy,Cuise-la-Motte, Saint-Étienne-Roilaye.Désormais, les 335 730 lignesdu département sont éligibles àl’Internet haut débit. Des travauxse poursuivent afin d’améliorerle réseau, notamment grâceà des liaisons en fibre optique.> SDIS 60Les pompierssur le NetÀ la rencontre des Isariens,le Service départementald’incendie et de secours(Sdis) crée sdis60.fr, unnouveau site Internet. Histoire,missions… on apprendque le Sdis est effectifdepuis 2001, qu’il compte2835 pompiers volontaires et567 professionnels, se diviseen trois groupements, ouest,sud et est... Sur une carteinteractive, chacun découvreson centre de secours, tandisque la page d’accueil affichel’actualité : 30 197 opérationsau 1 er juillet, 60 sapeurspartis cet été dans le sudde la France en renfort contreles feux de forêt.19


Du nord au sudGendarmeriesPour une sécurité renforcéeLe Conseil général poursuit son action en faveur des gendarmeriesdont il est propriétaire. À l’heure de la rentrée, bilan sur son action,pour améliorer le quotidien des gendarmes et la sécurité des Isariens.BreteuilSongeonsLivraison en 2007185 000 Travaux en 20091,9 M AuneuilConstructionMéruTravaux fin août 071,830 M Travaux en 20091,4 M Travaux 2 e trim. 083,6 M NoaillesTravaux en 20091,4 M BreslesMouyClermontSaint-Leu-d’EsserentTravaux fin 20083,2 M Travaux nov. 200712,4 M Travaux 2 e trim. 082,5 M Orry-la-VilleLiancourtTravaux fin 20081,570 M BrenouilleLivraison en 20052,9 M Travaux début sept. 075 M Travaux 2 e trim. 082,5 M Choisy-au-BacRéhabilitationExtension2060 - N°31 - Septembre 200743Les treize chantiers, en cours ou prévus


La nouvelle gendarmerie de Méru, un bâtiment moderne mieux adapté aux exigences actuelles du service public,sera bientôt inauguré.Le départementde l’Oise compte45 gendarmeriessur son territoire,parmi lesquelles 39 sontla propriété directe duConseil général. Cedernier a engagé unlarge éventail de travauxdans les casernes dontil a la charge. Au total,l’enveloppe globaledédiée à la gestiondes gendarmeriess’élève à 40 millionsd’euros. Grâce à cetinvestissement, troisnouvelles gendarmeriesont vu ou vont voir lejour. À Orry-la-Ville,les habitants disposentd’une nouvelle casernedepuis 2005, tandisque le chantier vient dedébuter à Brenouilles. ÀSaint-Leu-d’Esserent, lestravaux d’une secondecaserne sont planifiéspour la fin de l’année2008. Pour chacune,une enveloppe de 3 à5 millions d’euros a éténécessaire. Outre laconstruction de casernesÉric Facon / Le bar Floréal(logements et bureaux),le Conseil général prendégalement en charge lestravaux d’extension oude réhabilitation desgendarmeries existantes.Jusqu’àl’horizon 2010Parmi les actionsà venir, on comptepar exemple lareconstruction – locauxtechniques, bureauxet logements – dela gendarmerie deClermont. À Songeons,les nouveaux logementset bureaux sont livrés ;ceux de Méru vontl’être prochainement.En tout, le Conseilgénéral a programmépas moins de13 opérations, d’icià l’horizon 2010.En confiant la gestionde 27 gendarmeriesà la Société nationaleimmobilière, leConseil généralentend poursuivre sesengagements en termesde service public etde sécurité. Lorsqueles nouvelles casernesde Brenouille et deSaint-Leu-d’Esserentpasseront dans le gironde la SNI, les travauxde construction serontcomplètement achevés.De plus, l’apportfinancier résultant decette cession permettraau Département decontinuer à financerdes projets primordiauxpour la collectivité sanslever de nouvel impôt,tel l’Établissementpublic foncier (lire p. 9).Céline RouxDRYves Rome,aux côtés desgendarmes deMéru, lors dulancement destravaux deleur nouveaubâtiment.DR60 - N°31 - Septembre 2007DR« Le Conseil généralinvestit pour lesgendarmeries, dans unsouci de sécurité desusagers et de continuitédu service public. »Joseph Sanguinette,vice-président du Conseil général, chargé del’environnement et de la gestion des bâtimentsdépartementaux.21


L’ Oise en têteRONAN STÉPHANLes sciencesautrementIngénieur de formation et docteur en sciencesphysiques, Ronan Stéphan dirige l’universitéde technologie de Compiègne (UTC) depuis octobre2005. Il nous explique les raisons de sa venuedans l’Oise et ses ambitions pour cet établissement« modèle » à bien des égards.> Ronan Stéphan en 5 dates1960 : Naissance à Brest1984 : Entre dans le groupe Thomson (aujourd’hui Thales)1997 : Retour en Bretagne, à la direction du technopôle de Brest2003 : Nommé directeur des relations industrielles et du transfertde technologie au CNRS (direction générale)2005 : Arrive à Compiègne comme président de l’UTC2260 - N°31 - Septembre 2007Olivier Pasquiers / Le bar Floréal


60 : De quellemanière l’UTC sedémarque-t-elledans le paysagede l’enseignementsupérieur français ?R. S. : L’UTC aété créée au débutdes années 1970pour expérimenterun nouveau modèleéducatif : il s’agissait deregrouper en une mêmeentité « université » et« école d’ingénieur »,afin notamment decombler le fossé entreles établissementsd’enseignementsupérieur et le mondede l’entreprise.Ambitieux et novateur,le projet entendait tirerparti de la traditionfrançaise en matièrede recherche et desciences fondamentales,complété parune organisationpédagogique « àl’américaine », avecun cursus à la carte,où chaque étudiantest partie prenante desa formation, et tirerparti également del’expérience allemandequi articule sonenseignement autour derelations étroites avecle monde de l’industrieet de l’entreprise.Cette combinaisonuniversité-écolea-t-elle fait sespreuves ?Force est de constaterque trente-cinq ans aprèssa création, ce modèlefonctionnebien. En témoignel’essaimage réussiavec les universités detechnologie de Belfort-Montbéliard (UTBM)« Notre université-école formede futurs diplômés qui sontdes citoyens responsables,autonomes et ouverts à leurenvironnement. »et de Troyes (UTT).Devenue la premièreécole d’ingénieur postbac(selon le classementannuel du magazineLe Point de février 2007,ndlr), l’UTC compte3 300 élèves, délivre desdiplômes d’ingénieur,des masters (bac + 5) etdes doctorats (bac + 8)et son taux d’admissionest de un sur dix. Enfin,l’UTC entretient desliens pérennes et trèsactifs avec le mondede l’entreprise et avecles deux pôles decompétitivité régionauxà vocation mondialeque sont IAR (Industrieet Agro-Ressources) etI-Trans (Intermodalité ettransports innovants).Après une vingtained’années passéesdans l’industriepuis à la directiongénérale du CNRS,pourquoi avoir choisil’UTC ?J’étais fasciné parsa réactivité. Cette« maison » ne resteen effet jamais « lesdeux pieds dans lemême sabot », elle saits’ouvrir sur le monde,adapter ses contenuspédagogiques et, infine, accorde une placeimportante aux scienceshumaines et sociales, cequi n’est pas banal pourune école d’ingénieur !L’ensemble de cesfacteurs a contribué àma candidature.Quels sont les axesforts de votre projetpour l’UTC ?Donner encore plusde poids aux sciencessociales et humainespour transmettre à nosétudiants un ensemblede connaissances et declés pour appréhenderle monde dans toute sacomplexité ; renforcernotre attractivité etnos capacités d’accueilpour rivaliser avecles grands standardsinternationaux dontla « jauge » moyenneannuelle se situe autourde 5 000 étudiants ;et ancrer davantagel’UTC dans le réseaud’enseignementsupérieur européen.Pour pouvoir satisfaireces ambitions, il estabsolument nécessaire60 - N°31 - Septembre 2007de bénéficier d’unancrage régional encoreplus fort.Le partenariatconclu enmai dernieravec l’InstitutPolytechniqueLasalle-Beauvais(ex-Isab) va-t-ildans ce sens ?Absolument. Nousallons créer dessynergies en matièrede formation, derelations internationaleset de valorisation dela recherche. Nousallons égalementmutualiser nos moyens,nos programmespédagogiques, noséquipements et nospratiques, sur desthématiques stratégiquestelles que la valorisationde la biomasse ou lemachinisme agricole.Les deux sites separtageront unefuture plate-forme derecherche dédiée à lathermochimie, ainsiqu’un laboratoirede recherche. Lagéographie territorialeet humaine de la région,et précisément dudépartement de l’Oise,est très favorable àla constitution d’ungrand pôle universitairedans les domaines dela chimie verte et desalternatives végétales.Les perspectiveséconomiques sont plusque significatives.Propos recueillis par23Patricia Lebouc-Coignard


Ils font l’OiseJeannine CardonSolidaire passolitaireTous les mardis et vendredis, JeannineCardon se rend dans les locaux de l’associationqu’elle préside depuis cinq ans.Le foyer club des Feuilles d’automne,situé dans le quartier de la Victoire àCompiègne, propose repas et activités auxpersonnes âgées qui se sentent seules.« J’ai toujours aimé m’occuper des autres,explique notre septuagénaire, j’aime lecontact humain. » L’association municipalecompte aujourd’hui une centaine d’adhérents.« Ce sont des gens qui ont envie depasser un bon moment, souligne JeannineCardon, ça permet de se changer les idées.On joue beaucoup aux cartes, aux jeux desociété ou à la pétanque. On fait égalementrégulièrement des voyages d’une journée.J’organise des thés dansants et des lotos.La plupart des personnes viennent au foyerpour parler, c’est une manière de garder unlien social. »Foyer club des Feuilles d’automneSquare Pierre-Desbordes60 200 Compiègne03 44 20 71 05Mademoiselle OlivierDuo électroElle, c’est Mademoiselle et lui, c’est Olivier. Un duo très tendance, à mi-cheminentre rock et pop électronique, dont l’aventure artistique a commencévoilà trois ans dans le Creillois. « Nous sommes très complémentaires,raconte Olivier, Géraldine – c’est son vrai nom – apporte un vécu féminin,une sensualité et une ambiance cold wave et moi, j’écris les mélodieset je fais surtout du talk-over : je parle plutôt que je ne chante ! » Leursinfluences : Björk, Madonna ou Carla Bruni pour elle ; Gainsbourg et lesSex Pistols pour lui. Ils ont foulé la plupart des grandes scènes picardes etont fait la première partie d’Axelle Red lors de la dernière Fête de la musiquedans le parc de l’Hôtel du Département. Aujourd’hui, le duo aimeraitsigner un contrat dans une maison de disques. « On a posé nos jalonsdans deux labels indépendants, précise Olivier, nous avons bon espoir…Et nous ferons sans doute cette année quelques scènes parisiennes. »www.mademoiselleolivier.comFrançois BessetUn président citoyenÉric Facon / Le bar FloréalPortraits rédigés parPhotos de Xdod ooo / Le bar FloréalOlivier Pasquiers / Le bar FloréalFrançois Besset a toujours été sensible aux questions de développement durable et d’environnement.Déjà, son mémoire de DEA de relations internationales, il y a vingt ans,traitait de ces thématiques. En février dernier, il a donc tout naturellement pris la tête duConseil local de développement durable (CLDD) de Saint-Leu-d’Esserent. « L’association,qui compte 55 adhérents après six mois d’existence, réunit des citoyens et des élus,soucieux des questions environnementales, économiques et sociales », explique celui quienseigne également la stratégie d’entreprise en école d’ingénieur. Propreté de la ville etrecyclage, aménagement du territoire, création d’emplois sur des marchés pérennes,« autant de questions qui nous concernent tous », affirme ce citoyen exemplaire. En cetterentrée, l’association planche sur un projet ambitieux : la création d’un chantier d’insertionen relation avec le nettoyage des berges de l’Oise.www.cldd.fr


Jean-Marie GuéninToujours prêtC’est un peu comme une seconde carrière. Retraité de la restauration depuis trois ans,Jean-Marie Guénin, dirige l’Association départementale de protection civile. « Nous assuronsdes formations en secourisme, souligne-t-il, et participons à des plans de secours lorsde manifestations sportives notamment. En fait, nous venons en complément des servicesofficiels que sont les pompiers ou le Samu. » Avec 1 204 interventions en 2006, 243 postesde secours assurés, 500 personnes formées sur l’année, 12 000 heures de bénévolat, laprotection civile – qui compte six antennes notamment à Beauvais, Crépy-en-Valois etCrèvecœur-le-Grand – a une activité très soutenue sur le département. « Aujourd’hui, nousvoulons mettre l’accent sur la formation au secourisme, précise Jean-Marie Guénin, il n’ya que 7 % de la population qui connaissent les gestes qui sauvent. C’est trop peu. »Éric Facon / Le bar FloréalChristophe JumelLa boule aupoingOlivier Pasquiers / Le bar FloréalÉric Facon / Le bar FloréalPortraits rédigés par Nathalie Jallageas.60 - N°31 - Septembre 2007En 2001, à la suite d’un grave accident dutravail, Christophe Jumel, 36 ans, perd unemain. « Je me suis retrouvé du jour au lendemaindans l’incapacité totale de travailler,raconte-t-il. Psychologiquement, j’avaisbesoin de savoir que je pouvais faire quelquechose de ma vie ! » C’est alors que seproduit la rencontre avec celui qui deviendrason mentor. « J’ai croisé le chemin d’unhomme qui m’a initié à la boule lyonnaise,explique Christophe Jumel. Il m’a donnéde son temps pour m’entraîner de longuesheures. Ça m’a permis de voir que finalement,j’étais plutôt adroit et, surtout, d’acceptermon handicap. » Christophe s’entraîneaujourd’hui trois fois par semainesur les boulodromes de Compiègne et deVillers-Saint-Paul. Seul invalide à pratiquerce sport sur toute la région, ce championde Picardie a désormais décidé de s’attaquerà un record du monde : tirer 24heures sans s’arrêter. Jamais personnene s’y est essayé. « C’est un véritable défid’endurance, souligne-t-il, je veux montrerque je peux tenir la distance malgré moninfirmité. »25


Itinéraires loisirsPAYS DE BRAYLa côte Sainte-Hélène, une belleCap à l’ouest ! Aux confins de laPicardie, la côte Sainte-Hélène et saréserve naturelle châtoient avantl’automne.C’est un paysage à la Verlaine quifredonne sur ce versant du pays de Bray :« L’échelonnement des haies moutonneà l’infini […] dans le brouillard clairqui sent bon les jeunes baies. Des arbres sontlégers sur le vert tendre […]. Voici se joueraussi de grandes brebis aussi douces que leurlaine blanche. » Altitude 190 mètres, la côteSainte-Hélène chaperonne une marmaillede bosquets et villages, accroupis sur des vallonschampêtres. Sous un air de place forte, qui fitsa renommée dès le néolithique, puis à l’époquegallo-romaine, elle cache un joyau de flore et faune.Désormais, la voici « réserve naturelle régionale ».Futaies et cigalesIl faut gagner le village de Saint-Pierre-es-Champspour accoster ce petit poème de nature. Déjà,les façades à colombage semblent lorgner vers latoute proche Normandie. Le sentier démarre surle coteau nord, frais, humide, verdoyant. Auxpremières notes acidulées, soudain évadées d’unverger, succède le gazouillis des passereaux faisantfestin de baies parmi les aubépines. Attention !Elle est farouche, la mésange à tête bleue... se tenircoi est de rigueur. Passé le bois, Sainte-Hélènejaillit comme une lumière de Provence. L’adret,face au soleil, s’est habillé de pelouses calcairesoù poussent le serpolet, l’origan, des touffes delavande. Écoutez, c’est la cigale des montagnes !Le printemps livrera une fourmilière d’orchidéessauvages. Quelques pas hissent au sommet. Untilleul maintes fois centenaire appelle à la sieste,quand le regard s’ébroue dans un panoramaà 300 degrés : pays de Bray, vallée de l’Epte,moutons, fleurs des champs... à vos pieds !Et tant de chemins, encore, à découvrir sousles semelles de vent.Marie LecousteyAu sommet, une table d’orientationguide le regard. C’est une œuvre deJuliette et Jacques Damville, artistesde la région. Tout près, des stèleset un calvaire habitent le lieu.Bray, le paysdes potiersLe long du sentier, des bornesémaillées, puis au sommet, lecalvaire, la table d’orientation, tousfaçonnés en céramique, rappellentla tradition potière du pays de Bray.Un art vieux de milliers d’années :à l’époque gallo-romaine déjà,les riches argiles étaient ainsiexploitées. Aujourd’hui, céramisteset potiers s’inspirent encore du« terroir » ou de techniques pluslointaines, comme le raku japonais.Bien volontiers, ils accueillent lespromeneurs dans leurs ateliers…poussez la porte !Contact03 44 89 20 73Photos : Éric Facon / Le bar Floréal2660 - N°31 - Septembre 2007Le pays de Bray offre moult sentiers,de petite ou grande randonnée.Et bientôt, la Trans’Oise, voie verteaménagée par le Département.


natureEN PRATIQUELa côte Sainte-Hélène jouxteSaint-Pierre-es-Champs(RD 104). Les sentiers derandonnée prennent leurdépart sur le parking, à la sortiedu village. Attention ! Prévoirdes chaussures de marche, carle terrain est parfois accidenté,et vous aurez à franchirquelques montées « raides ».Itinéraire « découverte » :4 km, soit une bonne heurede balade.Vous êtes ici dans une réservenaturelle régionale (gestion :Conservatoire des sitesnaturels de Picardie, avec lesoutien du Conseil général).Veillez à préserver la nature :pas de cueillette de fleurssouvenirs, par exemple !Plus d’information : officede tourisme du pays de Bray,à Saint-Germer-de-Fly.CONTACT03 44 82 62 74Le paisible tilleul se souvient defrère Jean Sacy. L’ermite vécut ici,60 - N°31 il y a quatre - Septembre siècles. 2007


SportsJeu de longue paumeSport et traditionAvec 15 clubs et 350 licenciés, l’Oise cultivela passion du jeu de longue paume. C’estsur la place du village que les jeunesse retrouvent, raquette en main, pouréchanger quelques balles. Tous appartiennent auclub local, l’un des plus actifs du département,couronné vice-champion de France en 2004 et2006. « C’est un sport de proximité, souligneJoël Fache, président du comité départementalde longue paume, le plus souvent il y a unevéritable tradition familiale et locale, c’est unsport de famille qui se transmet de père en2860 - N°31 - Septembre 2007Photos : Sophie Carlier / Le bar FloréalLa longue paume a traversé les siècles. Depuis prèsde mille ans, ce jeu de balle traditionnel se pratiqueprincipalement en Picardie. Rencontre avec despassionnés, à Plainville dans le nord du département.fils, de générationen génération ! »Guillaume, quis’entraîne au clubde Broyes, villagevoisin, confirme cettetendance. « C’est monpère et mon oncle quim’ont initié au jeu delongue paume, ça meplaît beaucoup. C’estun sport qui se pratiquedans les villages. C’estsimple et convivial. Etpuis c’est une manièrede perpétuer unetradition picarde »,explique le jeunehomme de 16 ans, sousle regard bienveillantde sa mère, qui ne rateaucun entraînement niaucune compétition.Rois des sportset sport des roisLe jeu de longue paumese pratique en plein airsur un terrain de 12 à14 mètres de large etd’environ 60 mètresde long. Le terrainne comprend pas de filet, mais une zone neutre,délimitée au sol, que l’on nomme le « fossé ». On yjoue à six contre six, ou avec des variantes : quatrecontre quatre, deux contre deux ou un contre un.Le jeu nécessite un équipement particulier : desballes en liège recouvertes d’une flanelle artisanaleet des raquettes à long manche spécifiques dejeu. « La longue paume, explique Joël Fache,c’est l’ancêtre de tous les sports de balle, de lapelote basque, de la balle pelote, du jeu de balleau tambourin, du tennis et plus généralement detous les sports de raquette. On y jouait beaucoup


sous Louis XIII ! » Mais, celui qui joue désormaisdans la catégorie vétéran déplore le manque decommunication autour de cette activité. « C’estvraiment dommage, lance le président du comitédépartemental, ce sport souffre d’un véritabledéficit de notoriété, d’une réelle méconnaissancede la part du public. Le football et le judo attirentbeaucoup plus les jeunes. Nous aimerions que lalongue paume se développe sur le département.Depuis deux ans, nous allons dans les écoles pourle présenter aux jeunes. Nous souhaitons réussir àdoubler les effectifs actuels. »En juin dernier, une réunion de travail s’est tenueen présence du président du Conseil général etdu président du comité départemental de longuepaume, avec pour objectif de se donner les moyensde redynamiser cette tradition picarde.Marie paireCONTACTComité départemental du jeu de longue paumepicardielongpaum@aol.comS. C.S. C.Pour en savoir plus sur les associationssportives : www.association.oise.fr« La longue paume estl’ancêtre du tennis. Autrefois,on y jouait avec la paumede la main. Aujourd’hui,on utilise une raquette etune balle en liège, recouvertede molleton. »Philippe Deshabit, président du clubde Plainville« C’est un sport très completqui demande finesse ettactique. Comme il se pratiquedans nos villages, pour nous,jeunes ruraux, c’est vraimentfacile d’accès. »Guillaume, 16 ans,joueur de longue paume« Nous devons attirernos jeunes vers ce sporttraditionnel. Ça seraitvraiment dommage qu’il tombeen désuétude. »Joel Fache, président du comitédépartemental de longue paume60 - N°31 - Septembre 2007S. C.Des sportifs isariens préparentleur qualification pourles jeux Olympiques.Nous vous les présentons.Vincent Durupt,rameur d’exception“J’ai commencél’aviron au Sport Nautique Compiégnoisà 12 ans, en suivant descopains et mon frère. J’aimais l’eau,ça tombait plutôt bien ! Dès la premièreannée, je me suis pris au jeu et j’ai participé auchampionnat de France. Mais c’est après avoirpassé mon bac S que je me suis lancé à fond dansle haut niveau. À ce moment-là, je m’entraînais cinqà six fois par semaine. J’avais de bons résultats, çavalait le coup de pousser un peu plus loin. En 2000,je suis parti deux ans en fac à Nantes, au pôle avironpour faire un deug Staps (Sciences et techniquesdes activités physiques et sportives). De retour surParis, j’ai préparé un diplôme de kinésithérapeute.Mes parents habitent Compiègne, je suis donc restéfidèle à mon club d’origine. Mon club d’attache, l’undes plus importants en termes de résultats. Participeraux JO est un rêve de gosse. Pour être qualifié,il faut faire partie des sept premiers au championnatdu monde. Après, la fédération choisit celui quidéfendra au mieux les couleurs de la France. En2004, j’étais présélectionné, mais je n’ai pas étéretenu. Alors, j’attends la réponse avec”espoir. Ceserait une belle aventure sportive.Où pratiquer ?www.snc-compiegne.comComité départemental d’aviron12, rue de la Joie60550 Verneuil-en-HalatteDR26 ansVice-champion deFrance 2006 et 2007Champion du monde2005Champion de France2000 et 200229


Culture / bons plansSAISON 2007-2008Lever de rideauLes trois coups de la rentrée ont sonné, place au spectacle !Nous vous proposons quelques morceaux choisis de la nouvelle saisonculturelle, parmi les scènes qui font l’actualité, avec le soutien duConseil général. Michel Bouquet y frôle Abd Al Malik, Racine croisele cirque Zanzibar, quelle intrigue !CREIL, LA FAÏENCERIEAccents contemporainsDe la Grèce antique au slam d’un café, La Faïencerie dessine un voyagesingulier, esquissant même une escapade Dans la solitude des champs decoton. Les grands classiques s’offrent une perspective contemporaine : Iphigénieà Aulis, d’Euripide, Bérénice, mise en scène par Jean-Louis Martinelli, Barbe-Bleue version chorégraphie. Parmi les haltes remarquables : Julie Ferrier pourAujourd’hui, c’est Ferrier, Juliette en chansons, un péplum dansé. Départ le9 octobre, sur un air d’opéra Renaissance : La Fabula di Orfeo. ■CONTACT 03 44 24 95 70 - faiencerie-theatre.comCompagnie de l’ArcadeNOYON, THÉÂTRE DU CHEVALETSaison mosaïqueFlamenco et mandoline, Georges Moustaki puis Abd Al Malik, échode Shakespeare ou d’Offenbach : l’affiche du Chevalet joue la touchemosaïque cosmopolite. Autour des spectacles, « l’école des publics » et desexpositions invitent à la découverte. Deux coups de cœur scintillent : LesAutres… (5 octobre), montés cet été pour L’Oise au théâtre, et la créationSommeil en si bémol, d’après E.T.A. Hoffmann, par Éclats d’états, troupeen résidence. À noter, le Chevalet est labellisé « Tourisme et handicap ». ■CONTACT 03 44 93 28 20 - ville-noyon.frDRCOMPIÈGNE, ESPACE JEAN-LEGENDRELa culture est une fêteConviviale : un mot qui sied bien à cette saison nouvelle del’espace Jean-Legendre. Familiale, aussi, cette programmationfranchit les classes d’âge. Ouverture de la chasse aux émotions :samedi 29 septembre, Concert Z, par le cirque Zanzibar. Ilfaudra ensuite se frayer un chemin, entre Michel Fugain etRaul Paz, Michel Bouquet en Avare et Nathalie Baye en Zouc.Ce n’est jamais Peines d’amour perdues ! ■CONTACT 03 44 92 76 76 - espacejeanlegendre.com3060 - N°31 - Septembre 2007Pascal Gély


BEAUVAIS, THÉÂTRE DU BEAUVAISISAffiche plurielleLa comédie humaine fait des entrechats, au théâtre du Beauvaisis.Et la collection 2007-2008 ose des concordances improbables :Pierre Desproges, Samuel Beckett version Maguy Marin, Courteline,la Mademoiselle Julie de Strindberg, slam, jazz, Dubillard parJacques Gamblin et François Morel... Premier temps le 28 septembre,un Bacchis et Bacchis, d’après Plaute, en musique. Cinq spectaclesplaident « la cause des tout-petits », dès 9 mois ! ■CONTACT 03 44 06 08 22 - theatredubeauvaisis.comCompagnie ZapoïBernard DerayFROCOURT, THÉÂTRE DES POISSONSLa fantaisie en actesActe 1 : le Théâtre des Poissons jette l’ancre à une encâblurede Beauvais, entre les murs d’une ancienne chapelle .Acte 2 : la programmation, désormais, se décline par trimestre.Cet automne, un festival Ches Wèpes, chanson et languepicarde, se coordonne avec les numéros burlesques de Toby.Acte 3 : Les Règles du savoir-vivre dans la société moderne,par Jean-Luc Lagarce, commenceront à 20 h 55 pile – c’estl’horaire Poissons ! ■ CONTACT 03 44 02 35 77 - theatredespoissons.netLA SAISON DU CONSEIL GÉNÉRALSur tous les tonsSaisons du cinéma,trois Tours de champs,Contes d’automne etMusée départemental...Partenaire des grandesscènes, le Conseil généralsème aussi, au gré desmois et des cantons,ses bons moments deculture. Avis de rentrée :« À vos palmes !», lancela nouvelle Saison ducinéma. Attrapez un boutde tapis rouge du 28 septembre au 5 octobre, dans quinze sallesobscures. Et vous (re)verrez défiler une intime sélection de filmsestampillés Cannes, Berlin, Venise, Locarno, Gérardmer... DuCaramel, des Méduses, un Moderato cantabile, des Cœurs, unebelle affiche et de fameuses rencontres autour des projections,pour 4 euros la place avec le pass annuel (6 euros la premièreplace si vous ne possédez pas encore le pass). ■CONTACT oise.frDR60 - N°31 - Septembre 2007Près de chez vousScènes de villagesLe théâtre façon road movie ! À larencontre de leur public, certainsspectacles prennent la route et plantentleur décor dans une salle des fêtes,un préau d’école, un hôtel de ville, oumême un appartement... Les « escalesnomades » de La Faïencerie porterontainsi une expérience jazz, des ÉchosQueneau et L’Augmentation de Perec enpays clermontois, à Saint-Leu-d’Esserent,Villers-Saint-Paul et Saint-Maximin, aufil des mois. L’espace Jean-Legendre s’enva, lui, « en itinérance sur les routes del’Oise » ; le théâtre du Beauvaisis partagedes « quartiers théâtre ».Plus d’information auprès de chaque théâtre.Pour en savoir plus, rendez-vous sur le sitewww.culture.oise.fr31


AgendaCDT OiseJOURNÉE NATIONALE DES VOIES VERTESDouces baladesUne voie verte, dit le code de la route, est « exclusivement réservée à la circulationdes véhicules non motorisés, des piétons et des cavaliers ». C’est aussi un itinéraire aménagépour tous, adultes, enfants, valides et personnes à mobilité réduite. Des sentiers à savourer, ence début d’automne ! Après un débat « Quels aménagements pour les voies vertes de l’Oise ? »(22 septembre 16 h, hôtel de ville de Chantilly), le dimanche 23 septembre laissera la place à labalade, sur l’Avenue verte du pays de Bray (départ possible en car depuis Beauvais) et en forêtd’Ermenonville. Les trottinettes aussi, sont les bienvenues !Senlis/Ermenonville > CONTACT 06 70 00 81 86Pays de Bray > CONTACT 03 44 15 30 09> journéesdu patrimoineOT Crépy-en-Valois15 et 16 septembreUn week-end tout patrimoine.Tours et détours dans le vieuxCrépy ; animations natureautour du moulin-musée de laBrosserie ; courses d’orientationdans Noyon ; portes ouvertesau musée ethnographique duMaraîchage... des découvertespar dizaines !Musée du Maraîchage,à Boran-sur-Oise.> CONTACT03 44 57 51 83À Crépy-en-Valois.> CONTACT03 44 59 03 97Moulin-musée de laBrosserie, à Saint-Félix.> CONTACT03 44 07 99 50À Noyon.> CONTACT03 44 09 59 08> musiquesCeltique !Cinéma irlandais, soiréeBretagne et crêpes, samedi rockceltique, dimanche musiquetraditionnelle... tout un festival.13 au 16 septembre,à Grandvilliers.> CONTACTfestivalceltique-picardie.comGrands jeuxBach, César Franck préluderontà une grande improvisation, parl’organiste Gérard Loisemant.16 septembre 16 h 30,abbaye d’Ourscamp.> CONTACT03 44 75 72 00À l’Ouvre-BoîteC’est reparti ! Septembre :Didier Super le 21, Le Peuplede l’herbe le 27, soirée funkgroove fusion le 28. Octobre :jazz cubain le 5, Mardi GrasBrass Band le 6...L’Ouvre-Boîte à Beauvais.> CONTACT03 44 10 30 8032 60 - N°31 - Septembre 2007DRDRPicar’in liveBertrand &..., chanson, On_Air,pop-rock, Cross Angel, électro :un florilège des talents picards.22 septembre 20 h ,Ziquodrome de Compiègne.> CONTACT03 44 23 34 46Univers GospelL’abbatiale de Saint-Jean-aux-Bois se met en habit gospel,le temps d’un concert, dédiéà la restauration de ses vitraux.29 septembre 20 h 30,Saint-Jean-aux-Bois.> CONTACT03 44 20 17 06PianoscopeQuand le piano se met en bonnecompagnie ! Schubertiade, latinjazz, récitals... un programmeconcocté par Brigitte Engerer.5, 6 et 7 octobre, à Beauvais.> CONTACT03 44 06 36 26FréhelDans l’entre-deux-guerres, c’estla grande chanteuse réaliste.Simples ou rugueux, ses motsreprennent vie, dans une voixet un violon.6 octobre 20 h 30, L’Horlogeà Tracy-le-Mont.> CONTACT03 44 75 38 39ClarinettesQuand 5 clarinettes fêtent leur30 ans de musique ! Octave VClarinet Capriccio lance unetempête d’instruments à vent.Actions pédagogiques etconcerts, en cette fin octobre.26 octobre, Hôtel duDépartement à Beauvais.> CONTACToctave5.com> théâtre /spectaclesUn pour tous...tous pour moi ! Dumas et sesmousquetaires, dans un récithumoristique, en cinq tableaux.Un spectacle son et lumièreplein de surprises : menuet etmodern jazz, cracheurs de feu,voltige, gospel, pyrotechnie...15, 21 et 22 septembre,à Pouilly.> CONTACTpouillymousquetaire.free.fr


L’Acte théâtralLe piéton dansCreil en fêteNouvelle saison à La Faïencerie,et le théâtre descend dansla rue. Quatre spectacles àdécouvrir, comme par hasard,sur un parking ou un trottoir :danse, acrobatie, et defameuses « têtes de lecture ».16 septembre, à Creil.> CONTACT03 44 24 95 70ShakespeareVéronique VerchevalPeines d’amour perdues,comédie de jeunesse.Un marivaudage truculent !2 octobre 20 h 45, espaceJean-Legendre à Compiègne.> CONTACT03 44 92 76 76Si c’était à refaireRefaire un nez, une bouche, deshanches... c’est le petit mondedu docteur Jouvence. Quandarrive la nouvelle secrétaire !Une pièce de Laurent Ruquier,par Les Amis du four à pain.6 octobre 20 h 45,à Sérifontaine.> CONTACT03 44 49 60 92La Fabula di OrfeoMusicale, une légende d’Orphéevue par Angelo Poliziano, poèteà la cour des Medicis, fin XV e .9 octobre 20 h 45,La Faïencerie à Creil.> CONTACT03 44 24 95 70> ARTS / PATRIMOINECicatriceLe regard du photographePatrick Tournebœuf parcourtBerlin... traces et mémoirele long du mur.Jusqu’au 4 novembre,La Grange à Montreuilsur-Brêche.> CONTACTdiaphane.orgLa Rose de DamasL’histoire millénaire de cettefleur qui fit couler bien desparfums... De la Syrie à la courd’Henri VIII via Venise.Jusqu’au 31 décembre,abbaye de Chaalis.> CONTACT03 44 54 04 02Photaumnales« Frontières de la ville, limitesimaginaires », dix expositionsà travers Beauvais et alentour.Invitée d’honneur : Beatrix vonConta présente sa créationCoupures/Reprises.15 septembre au 4 novembre,à Beauvais.> CONTACTphotaumnales.frBeatrix von ContaAu muséeDerniers jours pour visiter lasalle sous charpente du palaisépiscopal. Un chef-d’œuvrede l’architecture Renaissance.15, 16, 22, 23, 29,30 septembre, Muséedépartemental à Beauvais.> CONTACT03 44 11 43 83> plein air / sportsAvis de pêcheEn 4 manches, le championnatde France de pêche départagerales plus fins ameçons !L’occasion aussi de mieuxconnaître le milieu aquatique.22 et 23 septembre, barragede Venette à Compiègne.> CONTACT03 44 40 33 82Équitation westernPortes ouvertes au Petit Caprin,centre équestre façon Far West.Ici, on monte «western» !30 septembre, à Silly-Tillard.> CONTACT03 44 08 61 82Rando-LuneInscription à 19 h, on refait seslacets et c’est parti pour unemarche de 10 ou 15 km, sousle dernier croissant de lune.6 octobre, Mesnil-en-Thelle.> CONTACT03 44 26 77 6260 60 - N°31 - N°31 - - Septembre 2007 2007Philippe LobgeoisCoup de cœurEn forêt d’Halatte5, 10, 16 ou 25 km, choisissezvotre itinéraire à travers futaiesde hêtres et taillis. La forêtd’Halatte bruisse d’histoire,depuis l’époque gallo-romaine.7 octobre 8 h, à Montlaville.> CONTACT03 44 25 21 00> animationsAutour du bridge« Le bridge, ça cartonne »,dit l’affiche. Animationset tournois, préparez vos52 cartes !29 septembre au 7 octobre.> CONTACT03 44 48 34 14Ça a du chien !Exposition canine internationaletoutes races : chien du Tibet,chow-chow, griffon, doguedes Canaries... seront en piste.Concours spécial « jeuneprésentateur », de 6 à 17 ans.15 et 16 septembre,à Compiègne.> CONTACT03 44 79 22 82> candidaturesBourges en vueMusiciens, l’aventure duPrintemps de Bourgesvous tente ? Préparez votrecandidature, Divine Mélodieorganise les sélections« Attention talents scène ».Jusqu’au 6 octobre.> CONTACT03 44 24 74 82En familleLe bar Floréal33


Ça se décideL’Assemblée départementale s’est réunie le 9 juillet dernier en commissionpermanente. Voici une sélection des principales décisions adoptées.AIDE AUXCOMMUNES> Alimentation en eaupotable119 310 € dont 58 130 € pourle renforcement du réseaud’eau potable à Berthecourt,38 650 € pour celui deBethisy-Saint-Pierre et15 300 € pour celui d’Heilles.> Assainissement250 920 € dont 88 930 €pour la reconstruction d’unestation d’épuration à Brenouille,84 600 € pour l’assainissementcollectif pour 47 branchementsau hameau des Landrons,33 000 € pour la réhabilitationde 165 installationsd’assainissement autonomeau Coudray-sur-Thelle.> Constructionspubliques838 740 € dont 345 400 €pour des constructionsscolaires et périscolaires àMilly-sur-Thérain, 134 400 €pour la construction d’une sallepolyvalente à Tricot, 121 100 €pour la construction d’une sallesocioculturelle à Rainvillers.> Équipementssportifs950 020 € dont 487 100 €pour la constructiond’un équipement sportifintercommunal à Chambly,65 000 € pour la constructiond’un court de tennis couvertà Saint-Just-en-Chaussée,250 000 € pour la constructiond’une piscine couverteintercommunale à Estrées-Saint-Denis.3460 - N°31 - Septembre 2007> Scolaireet périscolaire359 680 € dont 67 790 € pourla construction d’un restaurantscolaire et l’extension de l’écolematernelle Bellonte à Méru,71 230 € pour la constructiond’un groupe scolaire à Villers-Saint-Barthélémy,140 000 € pour l’aménagementdu quartier du Chemin-Vert àNoailles.CONTRATS DEDÉVELOPPEMENTTERRITORIAL> Communautéde communes du Paysnoyonnais134 490 € pour la rénovationde la piscine municipale deNoyon.> Communautéd’agglomérationdu Beauvaisis430 000 € pour la réalisationd’un complexe aquatique.> Communautéde communes dela Picardie verte64 200 € dont 44 000 €pour la réhabilitationde 55 installationsd’assainissement noncollectif à Romescamps et20 200 € pour la réhabilitationde 101 installationsd’assainissement non collectifà Abancourt.> Communautéde communes du Paysde Bray317 040 € dont 34 480 € pourla construction d’une sallesocioculturelle et 282 560 €pour la construction d’unesalle des sports à Saint-Germer-de-Fly.> Communautéde communes du Paysde Valois128 070 € dont 96 300 € pourdes travaux d’assainissementdes eaux usées à Bonneuilen-Valois,18 090 € pour laconstruction du réseau decollecte des eaux usées àOrmoy-le-Davien et 13 680 €pour la réhabilitation du réseaud’assainissement des eauxusées à Silly-le-Long.INTERVENTIONSÉCONOMIQUES> Aides à l’immobilierAffectation de 140 600 € pourles opérations suivantes :55 000 € pour l’entrepriseAGCO (canton de Beauvaissud-ouest). Sur 1 090 CDIliés à son développement,1 050 emplois existent au22 février 2007 et 40 serontcréés avant le 22 février 2012.28 000 € pour l’entrepriseSEIBO (canton de Noyon).Sur 54 CDI liés à sondéveloppement, 40 existent au26 février 2007 et 14 serontcréés avant le 26 février 2012.21 000 € pour la charpenteriemenuiserieDebraine (cantonde Nivillers). Sur 16 CDI liés àson développement, 9 existentau 23 mai 2007 et 7 serontcréés avant le 23 mai 2012.36 600 € pour SMODéveloppement et SMO duWage (canton de Nivillers).Sur 70 CDI liés à sondéveloppement, 43 existent au25 mai 2007 et 27 seront créésavant le 25 mai 2012.LOGEMENT> Fonds départementald’intervention enfaveur du logementQuatre opérations concernant201 logements pour unmontant total de 136 401 €(Noyon, Sérifontaine,Choisy-au-Bac, Mouy).SOLIDARITÉS– PROTECTIONMATERNELLEINFANTILE> Accueil de la petiteenfanceAccord sur les termes de laconvention avec l’ensemble despartenaires (la ville de Nogentsur-Oise,l’Éducation nationale,la caisse d’allocations familialesde Creil, le Conseil général)pour la construction d’uneclasse passerelle à Nogent-sur-Oise, dans le quartierde la Commanderie.L’ensemble des décisions aété adopté à l’unanimité.


Tribunes libresEspaces d’expression ouverts à chacun des groupes politiquesde l’Assemblée départementale en vertu de la loi sur la démocratiede proximité adoptée en 2002.Groupe UPMDEncore quelquesmauvais coups pournos concitoyensvant d’entamer son dernier automne,Ala majorité socialo-communiste a réservéaux habitants du département quelques mauvaiscoups supplémentaires.Elle a tenté, en vain, pour juillet, de faire payerpar les contribuables le séjour de monsieurDouet, conseiller général de Nanteuil-le-Haudoin, en Avignon, pour y participer à uneréunion socialiste. Heureusement que pourle respect de la morale et de la loi, l’oppositiona saisi le Préfet.Elle a, en revanche, réussi à vendre pour40 ans la plupart des gendarmeries dont leConseil général est propriétaire à une sociétéprivée. Certes, elle a tiré 25 millions d’euros,bien utiles puisqu’elle n’a plus de sous !Mais si cette société y trouve son profit, leDépartement aurait pu y trouver le sien sansrompre brutalement le lien fort existant avecles gendarmes dans l’intérêt de la sécuritédans le département et en soustrayant,vraisemblablement, une activité de réparation etd’entretien bien utile aux artisans du bâtiment.Enfin, le syndicat départemental des transports,à peine constitué, a taxé les entreprisesconformément aux traditions socialistes quicréent toujours l’impôt avant même de savoirquoi en faire.Seule note favorable, pour être impartial, la miseen œuvre expérimentale du revenu de solidaritéactive, votée à l’unanimité au Conseil général,mais refusée au Parlement par les socialistes etles communistes. Allez comprendre !Groupe communisteLes promesses et l’été…Pendant que les habitants de l’Oise prenaientun repos bien mérité, que, parmi eux, bonnombre ne pouvaient pas partir faute d’unbudget suffisant, que faisaient nos députésUMP : messieurs Courcial, Dassault, Degauchy,Mancel, le ministre Woerth, profitant dela torpeur estivale ?Ils votaient 14 milliards de « paquet fiscal »qui vont essentiellement profiter aux privilégiésde la fortune.Habitants de l’Oise aux revenus modesteset moyens faites vos comptes !Que vont vous rapporter :L’exonération des droits de successiondes plus fortunés ?La limitation du maximum fiscal à la moitiédes revenus pour les plus riches ?L’exonération pour le patronat des cotisationssociales et des impôts sur les heuressupplémentaires ?Que gagneront les usagers des services publicsà l’atteinte générale au droit de grève queprépare le « service minimum » ?Que gagneront-ils à la suppressionde 22 000 emplois de service publicprincipalement dans l’éducation nationale ?Quels moyens nouveaux pour les 19 000 famillesen attente d’un logement social dans l’Oise ?Comment se soigner correctement quand ilfaudra payer les franchises sur les médicamentset sur les soins ?Ces mesures qui aggravent la situation socialedu plus grand nombre et de l’économie vontalourdir la charge du Conseil général et rendreencore plus compliquée l’orientation socialeconduite par la Majorité de gauche.C’est pourquoi nous contribuerons par nosinterventions et propositions à l’indispensableriposte populaire qu’appelle la politiquerégressive de M. Sarkozy et de ses serviteursde l’Oise.Groupe Oise à GaucheAmer « paquet fiscal »L’ acte I du 45e président de la Républiqueaura donc été marqué par la multiplicationdes cadeaux fiscaux aux plus aisés de noscompatriotes. Le 1er août, le Parlement a adoptéla loi dite TEPA qui, sous couvert de relancerla croissance, va en fait accroître la capacitéd’épargne des plus grosses fortunes tandis que lamajorité des Français règlera la « douloureuse ».En sanctionnant la rétroactivité de la déductiondes intérêts d’emprunt immobilier, le Conseilconstitutionnel a mis fin a un mensonge. La notesera pour le moins salée : le coût du « paquetfiscal » s’élèvera à 15 milliards d’euros.Plus de la moitié de cette somme ne profiteraqu’à 10 % des contribuables, les plus riches.Parmi eux, une poignée (le 1 % des Français les plus fortunés) aura le privilège de se partager3 milliards de déductions fiscales.En revanche, pas de coup de pouce pourle SMIC. Et l’immense majorité – ouvriers,employés, cadres moyens, artisans et petitsexploitants – continue de voir son pouvoird’achat diminuer.Alors que cette année encore la croissanceespérée n’est pas au rendez-vous et que lesdéficits des comptes sociaux sont revus à lahausse, il faudra bien trouver les ressources pourcompenser ces somptueux cadeaux fiscaux.Pour tous, les franchises médicales arrivent, laTVA dite « sociale » se prépare. Une fois encore,ce sont les plus modestes qui en pâtiront le plus.Attachés à répondre aux besoins des habitantsde l’Oise, nous savons aussi que lorsque lesinégalités progressent les dépenses sociales desDépartements sont rapidement sollicitées. C’estce qui s’est produit au cours des cinq dernièresannées. Et lorsque le Gouvernement n’a pasles moyens de financer ses promesses, il finittoujours par rogner sur les finances locales.Derrière la mise en scène de la « rupture »,les recettes de la droite ne changent paset c’est toujours la même politique inefficaceéconomiquement et injuste socialement quiest à l’œuvre.LE GROUPE UPMD-UDF-DIVERS DROITE> Contact : 03 44 06 60 16GILLES MASUREPRÉSIDENT DU GROUPE COMMUNISTE> Contact : 03 44 06 66 90cg60.groupepc@wanadoo.fr60 - N°31 - Septembre 2007GROUPE OISE À GAUCHE> Contact : 03 44 06 64 99oiseagauche1@hotmail.com35

More magazines by this user
Similar magazines