12.07.2015 Views

Attachement amoureux dans la population clinique et non clinique ...

Attachement amoureux dans la population clinique et non clinique ...

Attachement amoureux dans la population clinique et non clinique ...

SHOW MORE
SHOW LESS
  • No tags were found...

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Théorie de l’attachement• Théorie de l’attachement enfant– Système d’attachement– Figures d’attachement– Modèles ou représentations internes• Stabilité de l’attachement– Sauf si trauma, expériences positives ou négatives,prolongées ou répétitives, thérapie• <strong>Attachement</strong> adulte– Partenaire = figure d’attachement– Différences individuelles <strong>dans</strong> les attentes, lesperceptions, émotions <strong>et</strong> comportements en re<strong>la</strong>tion– Interaction du système d’attachement, de soin <strong>et</strong> sexuel


<strong>Attachement</strong> adulte• Depuis les années 1980, intérêt grandissant pour <strong>la</strong>théorie de l’attachement adulte <strong>dans</strong> <strong>la</strong> compréhensiondu fonctionnement re<strong>la</strong>tionnel (voir Mikulincer & Shaver,2007, pour une revue):– Satisfaction conjugale– Régu<strong>la</strong>tion émotionnelle– Conflits conjugaux– Sexualité– Soutien conjugal– Psychopathologie– Re<strong>la</strong>tion thérapeutique– Re<strong>la</strong>tions de travail


Mesures de l’attachement• Hazan <strong>et</strong> Shaver (1987)– Repose sur les 3 styles d’attachement enfant– Néglige <strong>la</strong> variation inter-style, subjectivitéStyle sécurisant(Secure)Style anxieux(Anxious-ambivalent)Style évitant(Avoidant)Je trouve qu'il est re<strong>la</strong>tivement facile de se rapprocher des gens<strong>et</strong> il m'est agréable de penser que je peux compter sur eux <strong>et</strong>qu'ils peuvent compter sur moi. Je m'inquiète rarement du faitqu'on puisse me <strong>la</strong>isser tomber ou que quelqu'un se rapproch<strong>et</strong>rop de moi.Je sens les gens réticents à se rapprocher de moi comme je levoudrais. Je me questionne souvent à savoir si mon partenairem'aime vraiment ou s'il voudrait me quitter. Je veux m'unircomplètement à quelqu'un mais ce désir effraie parfois les gens.Je me sens quelque peu embarrassé lorsque je suis près desgens. J'ai de <strong>la</strong> difficulté à leur faire totalement confiance, àcompter sur eux. Je suis intimidé lorsque quelqu'un serapproche trop de moi <strong>et</strong> souvent, en amour, mes partenairesveulent que je sois plus intime que je n'arrive à l'être.


• Bartholomew <strong>et</strong> Horowitz (1991)– Introduisent un 4 e style d’attachement– Deux dimensions sous-jacentes (modèle de soi, autres)– Mêmes limites que Hazan <strong>et</strong> Shaver (1987)+Modèle de soi-Modèledesautres+-1. Sécurisant2. Détaché3. Préoccupé4. Craintif


• Brennan, , C<strong>la</strong>rk <strong>et</strong> Shaver (1998): ECR– Recension de tous les instruments d’attachementdéveloppés en 1998– Échantillon de 1086 étudiants– Analyses factorielles des outils existants– Deux grands facteurs sous-jacents dégagés• Anxiété d’abandon <strong>et</strong> évitement de l’intimité– 18 items r<strong>et</strong>enus par dimension– Bonnes qualités psychométriques– Formule perm<strong>et</strong>tant de dégager le style dominant– Accès gratuit à l’ensemble de <strong>la</strong> communautéscientifique– Traduction <strong>et</strong> validation en plusieurs <strong>la</strong>ngues (dont lefrançais, Lafontaine & Lussier, 2003)


Définitions• Anxiété d’abandon: : peur du rej<strong>et</strong> <strong>et</strong> de l’abandoncaractérisée par l’hypervigi<strong>la</strong>nceaux signes de <strong>la</strong><strong>non</strong> disponibilité du partenaire. Stratégiesd’hyperactivationdu système d’attachement pourchercher à être rassuré.• Évitement de l’intimité: : inconfort avec l’intimité <strong>et</strong> <strong>la</strong>dépendance caractérisé par un grand besoind’autonomie. Stratégies de désactivation dusystème d’attachement, pour minimiser le sentimentde vulnérabilité <strong>et</strong> le besoin de réconfort d’autrui.


Limites• Fraley, , Waller <strong>et</strong> Brennan (2000) ont critiqué l’ECRquant à sa capacité à discriminer parmi les individusplus sécurisants.– Ils ont proposé une version révisée de l’ECR– ECR-R R est très comparable à <strong>la</strong> première version, nejustifiant pas le passage vers l’ECR-R• Plus utilisé en recherche qu’en <strong>clinique</strong>• Absence de point de coupure (Wei <strong>et</strong> al., 2007)• Formule complexe perm<strong>et</strong>tant de dégager le styled’attachement


Objectifs1. Proposer un seuil <strong>clinique</strong> d’anxiété d’abandon <strong>et</strong>d’évitement de l’intimité moins sensible à <strong>la</strong>subjectivité des clients qu’une mesure catégorique– Auprès d’un vaste échantillon <strong>clinique</strong> <strong>et</strong> <strong>non</strong> <strong>clinique</strong>2. Vérifier <strong>la</strong> capacité du seuil proposé à discriminer lesparticipants– En provenance de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion <strong>clinique</strong> versus <strong>non</strong> <strong>clinique</strong>– Au niveau de <strong>la</strong> satisfaction conjugale (conjoints seulement)3. Présenter l’utilité <strong>clinique</strong> de l’instrument <strong>et</strong> du seuilcréé– Avantages <strong>et</strong> inconvénients <strong>dans</strong> <strong>la</strong> pratique


• ParticipantsMéthode– 2818 individus (1045 hommes; 1773 femmes)– Recrutés au sein de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion générale (85%) <strong>et</strong> de <strong>la</strong>popu<strong>la</strong>tion <strong>clinique</strong> (15%)– Âgés entre 16 <strong>et</strong> 71 ans (M(= 26,26; ÉT = 11,97)– Sco<strong>la</strong>rité: secondaire (57,7%); collégiale (23,6%); universitaire(18,7%)– Statut: marié (30,2%); cohabitation (21,7%); fréquentation (28,4%);célibataire avec re<strong>la</strong>tions antérieures (19,7%)• Instruments– Version française du « Experience in Close Re<strong>la</strong>tionships » (ECR;Brennan <strong>et</strong> al., 1998) de Lafontaine <strong>et</strong> Lussier (2003)– Version française abrégée en 4 items (Sabourin, Valois, & Lussier,2005) de l’Échelle d’ajustement dyadique (Spanier, 1976)


Résultats• Formule du style d’attachement de Brennan <strong>et</strong> al. (1998)perm<strong>et</strong> de c<strong>la</strong>ssifier les participantsTableau 1. Répartition des participants <strong>dans</strong> les 4 stylesd’attachement selon <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion d’origineStylesécurisantStylepréoccupéStyledétachéStylecraintifNon<strong>clinique</strong>42,8%26,1%11,4%19,7%Clinique27,0%35,8%9,6%27,5%


Résultats• À l’aide des fréquences cumulées des scoresd’anxiété <strong>et</strong> d’évitement pour chacun des 4 styles,2 seuils sont proposés:• Anxiété d’abandon– Seuil proposé: 3,5 <strong>et</strong> plus– Perm<strong>et</strong> de c<strong>la</strong>ssifier correctement 92,88 % desparticipants• Évitement de l’intimité– Seuil proposé: 3,0 <strong>et</strong> plus– Perm<strong>et</strong> de c<strong>la</strong>ssifier correctement 95,73 % desparticipants


RésultatsTableau 2. Pourcentage de participants correctementc<strong>la</strong>ssifiés <strong>dans</strong> les 4 styles d’attachement selon lesseuils <strong>clinique</strong>s proposésStylesécurisantStylepréoccupéStyledétachéStylecraintifSeuil 3,5anxiété88,1%100%100%89,1%Seuil 3,0évitement99,8%87,3%96,7%98,2%


RésultatsTableau 3. Capacité des seuils <strong>clinique</strong>s à discriminerparmi les participants de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion <strong>clinique</strong> <strong>et</strong> <strong>non</strong><strong>clinique</strong>Popu<strong>la</strong>tion<strong>non</strong> <strong>clinique</strong>Popu<strong>la</strong>tion<strong>clinique</strong>χ 2Anxiété< 3,551,2%36,4%27,58***3,5 <strong>et</strong> +48,8%63,6%Évitement< 366,6%56,6%14,06***3 <strong>et</strong> +33,4%43,4%


RésultatsTableau 4. Capacité des seuils <strong>clinique</strong>s à discriminer lescouples au niveau de <strong>la</strong> satisfaction conjugaleMoyenneÉcart-typeFAnxiété< 3,516,263,8469,29***3,5 <strong>et</strong> +14,394,18Évitement< 316,363,60230,26***3 <strong>et</strong> +13,444,36


• Utilité <strong>clinique</strong>Discussion– Dans <strong>la</strong> thérapie, perm<strong>et</strong> d’identifier certains enjeuxd’attachement comme <strong>la</strong> peur de l’abandon <strong>et</strong> l’inconfortavec l’intimité– Ces enjeux peuvent se manifester <strong>dans</strong> le couple, maisaussi avec le thérapeute (re<strong>la</strong>tion thérapeutique; transfert)– Aide à <strong>la</strong> compréhension <strong>clinique</strong> <strong>et</strong> à l’établissement decibles d’intervention– Utile d’administrer le questionnaire aux deux membres ducouple puisque l’interaction entre les styles d’attachementpeut aussi faire partie du problème qui amène le couple àconsulter• Par exemple: L’anxiété d’abandon de <strong>la</strong> femme l’amène àrechercher beaucoup de réconfort lors de <strong>la</strong> résolution deconflits. Peut poser problème si l’homme évite l’intimité <strong>et</strong>qu’il se r<strong>et</strong>ire des discussions (communication demande-r<strong>et</strong>rait)


Discussion• Implications positives pour le clinicien– Questionnaire d’une durée de moins de 10 minutes– Moins suj<strong>et</strong> aux biais de subjectivité / désirabilité– Les seuils perm<strong>et</strong>tent d’établir le styled’attachement avec près de 90% de certitude– Évite d’avoir recours à une formule complexe pourdégager le style d’attachement• Mais…– Demande d’inverser quelques items <strong>et</strong> de calculer<strong>la</strong> moyenne des 2 échelles– Comparer les scores à des points de coupuredifférents pour l’anxiété (3,5) <strong>et</strong> l’évitement (3,0)


RéférencesAinsworth, M. S., Blehar, M. C., Waters, E., & Wall, S. (1978). Patterns ofattachment: A psychological study of the strange situation. Oxford: LawrenceErlbaum.Bartholomew, K., & Horowitz, L. M. (1991). Attachment styles among young adults: Atest of a four-category model. Journal of Personality and Social Psychology,61, 226-244.Brennan, K. A., C<strong>la</strong>rk, C. L., & Shaver, P. R. (1998). Self-report measurement ofadult-attachment: An integrative overview. In J. A. Simpson & W. S. Rholes(Eds.), Attachment theory and close re<strong>la</strong>tionships (pp. 46-76). New York:Guilford Press.Bowlby, J. (1982). Attachment and loss: Vol I. Attachment (2 e éd.). New York: BasicBooks.Fraley, R. C., Waller, N. G., & Brennan, K. A. (2000). An item-response theoryanalysis of self-report measures of adult attachment. Journal of Personalityand Social Psychology, 78, 350-365.Hazan, C., & Shaver, P. R. (1987). Romantic love conceptualized as an attachmentprocess. Journal of Personality and Social Psychology, 52, 511-524.Lafontaine, M. F., & Lussier, Y. (2003). Structure bidimensionnelle de l'attachement<strong>amoureux</strong>: anxiété face à l'abandon <strong>et</strong> évitement de l'intimité. Revuecanadienne des sciences du comportement, 25, 71-95.Mikulincer, M., & Shaver, P. R. (2007). Attachment in adulthood: Structure,dynamics, and change. New York: Guilford Press.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!