Rapport-Nieden - INRA Montpellier

www1.montpellier.inra.fr

Rapport-Nieden - INRA Montpellier

IEPINRA SADProgramme ANR ADDLecture sociologique de la normalisation du confinementdes activités expérimentalesLe cas de la recherche sur les Organismes de Quarantaine dans un établissementpublique de recherche agronomiqueJanosch NIEDENSous la direction deMarc BARBIER (CR INRA - UMR SADAPT PRAxis)et Olivier BORRAZ (DR CNRS - CSO)


Remerciements :J’aimerais tout d’abord remercier toutes les personnes qui ont bien voulu participer à cetravail en acceptant de faire un entretien. Je remercie ensuite tous les gens que mon enquêtem’a donné la chance de rencontrer et qui m’ont permis – grâce à leur grande patience – demieux comprendre un univers qui m’était totalement inconnu.Par ailleurs, je tiens à remercier très chaleureusement mes tuteurs, Marc Barbier et OlivierBorraz, pour leurs nombreux conseils, leurs encouragements et leur très grande disponibilité.Par ailleurs je remercie très sincèrement Giovanni Prête qui a été très présent en tant que« tuteur de terrain » pour me guider dans la conduite du travail de recherche.Enfin, je voudrais remercier mes proches, qui m’ont soutenu tout au long de ce travail.3


Table des matièresTABLE DES SIGLES ......................................................................................................................................... 7INTRODUCTION............................................................................................................................................... 9METHODOLOGIE .......................................................................................................................................... 111 ER CHAPITRE : DESCRIPTION DE LA DIMENSION ORGANISATIONNELLE DE LA FABRIQUEDU CONFINEMENT DES ACTIVITES EXPERIMENTALES EN PATHOLOGIE VEGETALE:CONTRAINTES, OPPORTUNITES, STRATEGIES ET MODES D’INTERACTION ........................... 141. METHODOLOGIE.......................................................................................................................................... 142. CHRONOLOGIE DES DIFFERENTS STRATEGIES ORGANISATIONNELLES AUTOUR DU CONFINEMENT VEGETAL152.1. Equipement pour une unité de biologie moléculaire dans les années 1980 ....................................... 152.1.1. La pathogénicité comme enjeu principal de confinement .............................................................................162.1.3. La serre en surpression atmosphérique comme innovation localisée ............................................................172.1.4. Une réglementation en 1990 qui rend obsolète l’innovation mais qui laisse de la marge pour un arrangementréglementaire ..........................................................................................................................................................182.2. Opportunité pour une démarche de classification de phytopathogènes par des chercheurs au débutdes années 1990......................................................................................................................................... 192.2.1. Une expertise de spécialistes avec la perspective de créer un classement à partir de critères biologiques....192.2.2. Une évaluation biologique du risque qui permet des arrangements réglementaires......................................212.2.3. L’échec de la démarche ou l’enjeu autour de la responsabilité d’une classification .....................................222.3. Motif pour la captation de ressources pour un département à la fin des années 1990 ...................... 242.3.1. Deux projets de serre de haut confinement en concurrence pour des moyens...............................................242.3.2. Un plan stratégique en 1999 qui donne une place centrale aux installations de confinement .......................282.4. Objet d’une tentative de régulation par le Ministère de l’agriculture à la fin des années 1990 ........ 292.4.1. Une note de service pour régulariser des arrangements réglementaires provisoires .....................................302.4.2. Le Manuel d’audit pour les agents administratifs basé sur des expérimentations localisées.........................302.4.3. Le manuel d’audit comme dispositif de normalisation des discours mais inefficace pour une régulation ....332.5. Objectif de formations de 2002 à 2007............................................................................................... 342.5.1. Une sensibilisation « par le bas », des unités vers la Direction générale.......................................................352.5.2. 2005/2006 : la technicisation de la formation et la constitution d’une communauté de pratique..................382.5.3. Coréalisation avec les agents de l’administration de la protection des végétaux ..........................................392.6. Objet d’un management stratégique de la direction de 2000 à 2007 ................................................. 412.6.1. L’historique de l’enjeu de la biosécurité : des OGM en vers les organismes de quarantaine.......................422.6.2. Une note de service en 2003 comme normalisation de la communication institutionnelle ...........................462.6.3. 2000-2007 : un guide pédagogique en suspense ...........................................................................................482.6.4. La constitution d’une base de données comme ressource d’information ......................................................523. ENSEIGNEMENTS DE L’ETUDE SOCIO-HISTORIQUE : MULTITUDE DE LIEUX DE NEGOCIATION AUTOUR DUCONFINEMENT VEGETAL AUX FRONTIERES DES ORGANISATIONS..................................................................... 553.1. Des expérimentations très localisées, mais liées les unes aux autres................................................. 563.2. Des innovations davantage à la périphérie des organisations ........................................................... 564


2 EME CHAPITRE: LE CONFINEMENT EN PRATIQUE : REGARD SOCIOLOGIQUE SUR LESMODALITES DE L’ORGANISATION DES ACTIVITES EXPERIMENTALES ................................... 581. PRESENTATION DU CONTEXTE DE L’ETUDE CAS........................................................................................... 581.1. L’organisme nuisible Bemisia tabaci et la transmission des virus ..................................................... 581.2. La réglementation............................................................................................................................... 591.2.1. Les populations non européennes de Bemisia tabaci et le TYLCV comme organismes de quarantaine.......601.2.2. Une dérogation pour les scientifiques ...........................................................................................................601.3. Bemisia tabaci/Viroses comme objet scientifique............................................................................... 611.3.1. La distinction des Bemisia tabaci en différents biotypes ..............................................................................611.3.2. La porosité des frontières des biotypes face à la biologie moléculaire..........................................................621.4.. Le projet Bemisiarisk comme porte d’entrée de l’étude empirique ................................................... 631.4.1. Le groupe Bemisia au CBGP à Montpellier..................................................................................................631.4.2. L’équipe de virologie de l’unité de pathologie végétale à Avignon..............................................................642. ANALYSE DU CAS DU CBGP A MONTPELLIER ............................................................................................. 662.1. Le processus de construction de l’équipement ................................................................................... 662.1.1. Le risque de dissémination de Bemisia tabaci virulifères et ses enjeux juridiques .......................................662.1.2. Les enjeux scientifiques autour du confinement ...........................................................................................692.1.3. La construction d’un cadre de règles.............................................................................................................702.1.4. Le processus local de bricolage de la zone de confinement ..........................................................................732.1.5. Le maintien du confinement : être capable de faire des tests réguliers .........................................................752.2. Des expérimentations très localisées où se construit la sécurité........................................................ 762.2.1. Des expérimentations localisées autour de la bonne procédure de décontamination ....................................762.2.2. Une proposition d’autoclavage intégral qui s’avère difficile à mettre en place.............................................772.2.3. Une procédure de décontamination pour les blouses qui s’avère trop contraignante....................................772.2.4. Une soufflette comme innovation matérielle ................................................................................................782.2.5. Conclusion : un cycle complexe entre propositions, expérimentations, apprentissage et innovation............792.3. Principales caractéristiques de la fabrique du confinement au CBGP .............................................. 803. ANALYSE DU CAS DE CONFINEMENT A AVIGNON ........................................................................................ 813.1. La construction de l’équipement de confinement comme processus d’innovation et d’exploration... 823.1.1. Explorations collectives des exigences réglementaires .................................................................................823.1.2. Innovations par apprentissage interne en associant tous les acteurs..............................................................853.1.3. Innovations par apprentissage externe ou comment éviter les défauts d’ailleurs ..........................................863.2. L’espace de confinement comme dispositif de réorganisation des relations de travail...................... 883.2.1. Repenser certains travaux scientifiques ........................................................................................................883.2.2. Serriste de haut confinement : un nouveau métier prestigieux......................................................................893.2.3. Les scientifiques gardent la main sur certains dispositifs organisationnels...................................................923.3. Conclusion de l’analyse du confinement à Avignon ........................................................................... 953EME CHAPITRE. LE CONFINEMENT ENTRE PROCESSUS DE NORMALISATION ETEXPLORATION COLLECTIVE EN PRATIQUES : ANALYSES, INTERPRETATION ETCONCLUSION.................................................................................................................................................. 961. NORMALISATION DANS DES PROJETS AUX FRONTIERES FLUCTUANTES DE L’ORGANISATION....................... 961.1. La « co-construction » de normes aux périphéries des organisations................................................ 965


1.2. Des « objets frontières » comme dispositifs de normalisation des pratiques ..................................... 972. LE CONFINEMENT LU COMME UN SYSTEME D’ACTION CONCRET ET SES REGLES DE JEU............................... 982.1. Des processus d’exploration collective dans des communautés de pratique...................................... 982.2. La reconfiguration des relations de travail à travers des dispositifs de confinement....................... 1002.3. Des arrangements réglementaires provisoires comme cadre légal d’action.................................... 1003. INTERPRETATION....................................................................................................................................... 1014. CONCLUSION ET OUVERTURE .................................................................................................................... 103BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................................................... 105ANNEXES........................................................................................................................................................ 108I. ORGANIGRAMME DE L’INRA..................................................................................................................... 109II. ORGANISATION DES SERVICES ADMINISTRATIFS DE LA PROTECTION DES VEGETAUX ............................... 109II. ORGANISATION DES SERVICES ADMINISTRATIFS DE LA PROTECTION DES VEGETAUX ............................... 110III. LES ECHELONS HIERARCHIQUES AU SEIN DE L’INRA .............................................................................. 111IV. LA REGLEMENTATION SUR LES ORGANISMES DE QUARANTAINE............................................................. 112V. DESCRIPTION DE L’UTILISATION ET DU FONCTIONNEMENT DE LA SERRE D’AVIGNON .............................. 115VI. SCHEMA DU PROCESSUS ENTRE PROPOSITIONS, EXPERIMENTATION, APPRENTISSAGE ET INNOVATION.... 117VII. SCHEMA CHRONOLOGIQUE DE L’ETUDE SOCIO-HISTORIQUE .................................................................. 1186


Table des SiglesANRBVCBGPCGGDPCCIRADCNUECTIFLCVYVCYSDVDAJDGALDRAFEAEFBELISAFMNGAPINAPGINRAIRDLNPVLOALRPVMCPOEPPOGMPCRPPVRPRISDARAgence nationale de la rechercheDépartement Biologie végétale de l’INRACentre de biologie et de gestion des populationsCommission de génie génétiqueDélégués prévention des centres de l’INRACentre de coopération internationale en recherche agronomique pour ledéveloppementCommission nationale des unités expérimentalesCentre technique interprofessionnel des fruits et légumesCucumber vein yellowing virusCucumber yellow stunting disorder virusDirection des affaires juridiques de l’INRADirection générale de l’alimentationDirection régionale de l’agriculture et de la forêtDépartement Environnement et agronomie de l’INRAFédération européenne des biotechnologiesEnzyme linked immunosorbay essayDépartement Forêts et milieux naturels de l’INRADépartement de Génétique et d'amélioration des plantes de l'INRAInstitut national agronomique Paris-GrignonInstitut national de la recherche agronomiqueInstitut de recherche pour le développementLaboratoire national de la protection des végétauxLettre officielle d’autorisationLaboratoire régional de la protection des végétauxMission de coopération phytosanitaireOrganisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantesOrganisme génétiquement modifiéPolymerase chain reactionPlum pox virusBure de la réglementation phytosanitaire et relations internationalesServices d’appui à la recherche de l’INRA7


SDQPVSPESRPVSUPAGROTICVTOCVTYLCVUMRUSDASous direction de la qualité et de la protection des végétauxDépartement Santé des plantes et environnement de l’INRAServices régionaux de la protection des végétauxCentre international d'études supérieures en sciences agronomiquesTomato infectious chlorosis closterovirusTomato chlorosis virusTomato yellow leaf curl virusUnité mixte de rechercheUnited States Department of Agriculture8


IntroductionIl y a quelques semaines, le 4 août 2007, deux laboratoires de recherche vétérinaire dans lesud d’Angleterre ont été suspectés d’avoir diffusé une souche du virus de la fièvre aphteusedans leur environnement immédiat, déclenchant un travail spécifique d’expertise scientifiquepour le réfuter. Il s’agissait d’une souche qui avait été éradiquée il y a longtemps en Europeet qui était utilisée par les laboratoires à des fins scientifiques. Le déconfinement de cettesouche a causé des dégâts dans les fermes des environs et a nécessité des abattages sanitaireset préventifs de troupeaux. Depuis, des investigations sont en cours pour savoir de quellaboratoire il s’agit exactement puisque les deux laboratoires sont accusés, un laboratoirepublic et un laboratoire privé. Les responsables politiques et scientifiques se sont étonnés,que, dans les deux laboratoires, des mesures de sécurité importantes censées être appliquéespour des structures de type « P4 » (donc un niveau de confinement très élevé) aient pu ne pasêtre respectées. Cet incident illustre que le monde de recherche des sciences du vivant quitravaille sur des agents pathogènes est soumis à des exigences de plus en plus fortes pouréviter la dissémination de ces agents, exigences dites de « confinement ». Cela est le caspour les agents pathogènes pour l’animal, comme dans le cas évoqué ci-dessus, mais aussi etsurtout pour les agents pathogènes pour l’homme. En France par exemple, un seullaboratoire est autorisé à détenir des souches de pathogènes hautement dangereuses pourl’homme, comme le virus de l’éboula, qui est éradiqué en Europe depuis quelques années.Mais des agents moins dangereux sur le plan d’une dissémination dans l’environnementcomme le SIDA doivent être manipulés dans des conditions très sécurisées. Comme nousallons le voir avec ce mémoire, ces questions de confinement concernent également laquestion des agents pathogènes du monde végétal.Depuis quelques années, la recherche sur ces agents, dits aussi « organismes nuisibles » enrapport avec leurs effets avérés sur la production agricole ou forestière, est égalementsoumise à des conditions parfois très sévères de confinement. Il s’agit notamment de certainsorganismes qui sont considérés particulièrement dangereux pour les cultures végétales dufait de leur conséquence pour la production agricole. Le cas du mildiou de la pomme de terreest un exemple historique. Dans ce contexte, la recherche sur ces organismes, qui sontsouvent interdits en France voire en Europe, fait l’objet de mesures réglementaires au niveaunational et européen. Ces organismes, dont la circulation est réglementée pour des questionsde santé des plantes et de protection des cultures, sont alors dits « organismes de9


quarantaine » et ils font objet d’une inscription sur une liste par des experts du domaine de laprotection de plantes, liste qui devient une composante des textes législatifs etréglementaires et qui évolue au fil du temps en fonction de la découverte de nouveauxorganismes 1 . Le champs juridique se trouve ainsi lié aux activités d’expertises scientifiques àfinalité politique, et de fait la recherche sur ces organismes – qui s’intéresse à leurfonctionnement pour notamment trouver des méthodes de lutte, et qui donc les « manipule »– est rendue possible grâce à une dérogation à des fins scientifiques. Depuis 1995, cettedérogation est cependant liée à un certain nombre de conditions, qui sont précisées dans lestextes de loi européens et nationaux, notamment l’obligation pour les structuresd’expérimentation d’obtenir un agrément, dont la délivrance est liée au respect de certainesconditions de confinement.Malgré les risques économiques considérables liés à l’introduction de ces organismesnuisibles 2 , la sécurité qui entoure leur utilisation en laboratoire de recherche agronomiquen’a pas encore été vraiment étudiée sur le plan sociologique. Giovanni Prête, dans le cadrede ses travaux, s’intéresse actuellement à cette question (Prête, 2004) tandis que la questiondu confinement en lien avec des questions de biosécurité face au risque d’agroterrorisme estabordée par Marc Barbier (2006).Dans la continuité de travaux sociologiques sur le confinement dans l’industrie (notammentnucléaire) ou dans la médecine (le cas SRAS) ainsi que d’un travail en lien avec des aspectsde sécurité de la recherche sur des Organismes génétiquement modifiés (OGM) en pleinchamp (Barrier, 2003 ; Barrier/Barbier, 2004), nous allons essayer de comprendre lesmodalités organisationnelles dans lesquelles la question du confinement végétal est traitée ausein des laboratoires de recherche agronomique à la frontière entre (1) une visée desécurisation de l’expérimentation faisant écho à la règle de droit et (2) une visée de conduitedes activités expérimentales en sciences du vivant. Les questions naïves étant au départ dutype : comment assure-t-on la sécurité d’une activité en laboratoire de recherche ? A quellesnormes de sécurité fait-on référence ? Qui construit ces normes et de quelle manière? Partantde telles interrogations, il s’agissait d’identifier les acteurs pertinents, leurs stratégies et lesmodes de coordination qu’ils développent face au confinement des activités de recherche de1Cf. annexe IV pour l’historique plus détaillé de la réglementation pour les organismes de quarantaine.2Un exemple de l’ampleur économique est l’épidémie de la mouche ravageuse Bemisia tabaci sur les culturesde tomate dans le sud-ouest de la France en 2004, cf. Prête (2004) pour une étude socio-historique de cettecrise.10


façon à venir ensuite vers la construction d’une lecture sociologique de la normalisation duconfinement des activités expérimentales et produire une analyse sociologique del’organisation du confinement.Pour traiter ces questions nous avons choisi d’étudier l’activité d’acteurs impliqués dans desactivités de confinement au sein de l’Institut national de recherche (INRA). Non seulementparce que l’INRA nous a proposé de travailler sur cette question (nous reviendrons sur cepoint), mais également parce qu’il s’agit de l’institut public de recherche qui, en France, aété le plus impliqué dans l’application du cadre réglementaire relatif au confinement..MéthodologieNous allons d’abord, dans un premier chapitre, et à l’aide d’une étude socio-historique,identifier les différents lieux organisationnels où la question du confinement a été traitée ausein de l’institut de recherche, afin de dégager des mécanismes plus généraux – ou des« règles de jeu » (Friedberg 1993), dans lesquelles sont encastrés ces lieux de confinement.Un regard spécifique sera consacré aux modalités de « traduction » (Callon 1988) du cadreréglementaire de confinement dans des règlements internes et des manuels de procédures,ainsi que leurs répercussions dans les pratiques de travail. Ensuite nous tenterons de projeterle plan de cette étude socio-historique sur le plan d’une étude des pratiques à l’œuvreaujourd’hui. Pour cela nous avons réalisé une étude comparée de deux laboratoires qui ontconstruit des équipements de confinement, et qui les utilisent pour leurs activités derecherche.Nous espérons ainsi pouvoir dégager quelques mécanismes organisationnels autour de laconstruction et de l’utilisation de ces équipements. Cette étude a été réalisée dans le cadre eten lien avec un enjeu de recherche porté par un projet de l’Agence nationale de recherche(ANR) dans lequel la question du confinement d’un organisme de quarantaineparticulièrement virulent pour la production de tomate sous serre est traitée. Il s’agit ainsi denoter que la réflexion sur ces questions est porteuse d’enjeux pour la conduite des activitésscientifiques mais qu’elle concerne également des enjeux économiques et professionnelsimportants. Nous aurons l’occasion de décrire ce qu’est le contexte et ce qui est – en quelquesorte – le berceau de l’offre de terrain de recherche qui donne lieu à ce mémoire.11


Nous avons fait ainsi le choix d’un cheminement du « macro » vers le « micro », c'est-à-dired’une compréhension du fonctionnement du système d’action pour aller ensuite étudier desagencements et des relations à un niveau inférieur. Ce choix résulte de notre conviction quel’étude des organisations permet de révéler les enjeux et mécanismes généraux de systèmesd’acteurs en s’appuyant sur l’étude des pratiques des acteurs. Cela avait été prouvé par desétudes sociologiques issues de la pratique 3 , par la sociologie des organisations 4 et aussi pard’autres courants de sociologie, notamment de la sociologie des sciences 5 , qui s’intéresse auxfabriques des faits scientifiques dans la pratique des chercheurs et ses techniciens. Au centrede notre attention se trouve cependant – à la différence de cette dernière tradition – non lafabrication de faits scientifiques mais le processus de la fabrication des espaces ouinstallations de confinement dans lesquelles se déroule l’activité scientifique expérimentale.Afin de nous guider dans ce processus de compréhension, nous nous sommes posés desquestions de recherche suivantes. En rencontrant les acteurs autour des installations deconfinement dans ces deux fabriques de confinement, nous nous sommes intéressés à leurpratique et la relation de leur pratique avec l’installation de confinement, afin de mieuxcomprendre les enjeux qui existent pour ces acteurs en vue des installations. Dans undeuxième temps, nous nous sommes intéressés à la façon dont les acteurs ont fabriqué cesinstallations de confinement, qui y a participé et de quelle manière. Dans un troisième temps,nous avons voulu savoir comment ces installations sont utilisées et quelles répercussionsleur utilisation a sur les pratiques des acteurs et leurs relations de travail. Ce troisième voletest le plus difficile et reste peut-être le plus faiblement exploité, car il nécessiterait uneobservation plus précise de la pratique des acteurs sur un laps de temps encore plusimportant. Nous avons néanmoins quelques aperçus à travers des observations ponctuelles etdes récits d’entretiens, qui peuvent nous donner des indications suffisantes pour proposer undébut d’analyse.Il s’agit dans un premier temps d’une étude comparée de cas, qui se caractérise, en prenantles catégories de Yin (1994), par un type « exploratoire », essayant de comprendre lesrelations d’acteurs autour de la construction et de l’utilisation des installations deconfinement. Dans un deuxième temps nous allons essayer d’apporter quelques éléments3Practice based approach, cf. Brown/Duguid (1991), Gherardi/Nicolini/Odella (1998); Nicolini/Gherardi/Yanow (2002).4L’analyse stratégique de systèmes d’acteurs concrets, cf. Crozier/Friedberg (1977), Friedberg (1993).5Science studies, cf. Latour/Wolgar (1988), Latour (2005), Callon (1988).12


« explicatifs » au travers de la lourdeur des mécanismes observés à de nombreux endroits ausein de l’INRA.13


1 er chapitre : Description de la dimensionorganisationnelle de la fabrique du confinement desactivités expérimentales en pathologie végétale:contraintes, opportunités, stratégies et modesd’interaction1. MéthodologieCe premier chapitre a pour objectif de situer le contexte organisationnel dans lequel se situela fabrique de confinement. Dès nos premiers entretiens exploratoires et en lisant lalittérature produite sur le confinement au sein de l’INRA, nous avons déjà pu identifierquelques relations de la fabrique du confinement en lien avec différents environnements,dont le monde de l’entreprise, d’autres fabriques de confinement et notammentl’administration du Ministère de l’agriculture.Dans ce contexte de frontières fluctuantes des organisations, nous ne pouvons à cet endroitque difficilement faire une simple étude des rapports d’une organisation avec sesenvironnements, comme par exemple l’INRA face aux services du Ministère del’agriculture. Il est préférable de s’orienter plutôt vers une approche globale, qui déplacel’objet de nos travaux dans une étude plus systémique des « mécanismes de régulation quigouvernent l’ensemble du système organisation/environnement et qui conditionnent lesréponses que les membres de l’organisation comme les acteurs de l’environnement peuventapporter aux contraintes et aux opportunités qu’ils perçoivent dans leur contexte commund’action » (Friedberg 1993 : 102). A partir d’une approche empirique basée sur desentretiens 6 et la consultation de nombreux documents internes 7 , nous avons ainsi essayéd’identifier de façon chronologique les différents lieux où la question du confinement a ététraitée au niveau de l’INRA 8 , afin de décortiquer ces mécanismes de régulation. Ces derniersse fondent dans des réponses stratégiques que les acteurs trouvent face à des changements675 entretiens avec 54 personnes, dont 59 entretiens conduits par l’auteur et 15 par Giovanni Prête et MarcBarbier dans le cadre de leurs travaux.7Les documents internes ont été archivés (doc. n°1-219).8Cf. annexe I pour un organigramme de l’INRA.14


dans les soi disants environnements. Le présent chapitre rend compte ainsi de la façon dontla normalisation du confinement a opéré dans différentes arènes de l’organisation et à sesfrontières.2. Chronologie des différents stratégiesorganisationnelles autour du confinement végétalD’un point de vue chronologique, nous pouvons identifier plusieurs lieux dans lesquels laquestion du confinement a été traitée 9 . La multitude des lieux et aussi la multitude d’enjeuxreflètent la complexité du système d’acteurs autour de la question du confinement, avec sesmécanismes très variés de régulation, intégrant notamment une alternance entre champsréglementaires, niveaux organisationnels et organisations.2.1. Equipement pour une unité de biologie moléculairedans les années 1980Une première préoccupation autour d’un confinement végétal au sein de l’INRA peut êtresituée au début des années 1980, à l’échelle d’une unité de recherche en biologie cellulairesur le centre de l’INRA de Versailles. Ce centre mène des activités expérimentales avec desagents phytopathogènes, dont notamment des virus. Ces virus, qui sont parfois gravementnuisibles aux plantes, sont utilisés par ce laboratoire pour des opérations de transgenèse 10 . Laréflexion sur un confinement – surtout menée par le Directeur de cette unité – est ainsi à lafois motivée par la question de la pathogénicité des organismes utilisés pour ces opérations(avec le danger d’une dissémination des ces organismes dans la nature) mais aussi enréponse à des attentes de plus en plus fortes de confinement des activités de transgenèse(produisant des OGM). Ces activités de transgenèse font l’objet de discussionsscientifiques 11 , qui se traduisent dans des normes 12 et des exigences réglementaires 13 . C’est9Cf. annexe VII pour un schéma de cette étude socio-historique.10La transgenèse est une technique consistant à introduire un ou plusieurs gènes dans des cellules (par exemplevégétales ou animales) menant à la transmission du gène introduit, ou transgène, aux générations successives.L'organisme transformé est appelé organisme génétiquement modifié (OGM), ou organisme transgénique.11Cf. notamment la conférence d’Asilomar en Californie en 1976, sous la participation de scientifiques etjournalistes, à la suite de la première opération de transgenèse réussie par des chercheurs aux Etats-Unis en1974. Au centre du débat se trouvent les opérations de transgenèse avec des pathogènes, qui pourraient causerdes épidémies et des maladies chez l’homme, pour les animaux et pour les plantes.15


dans la dialectique de ces deux enjeux de confinement, entre pathogénicité et transgenèse,que va se jouer la préoccupation du laboratoire de créer un équipement.2.1.1. La pathogénicité comme enjeu principal de confinementPour le Directeur de l’unité, le confinement de ses activités de recherche est important parcequ’il utilise des organismes dangereux pour la nature, qui pourraient être à l’origined’épidémies ou de maladies pour les plantes. Ainsi, c’est avant tout la pathogénicité desorganismes utilisés qui amène le Directeur d’unité à pousser ses collaborateurs à réfléchir àdes dispositifs permettant une non dissémination des organismes utilisés.La question s’est posée sur les microorganismes de dire « Ok, on saitmanipuler des génomes, on sait transférer des gènes d’une bactérie à une autre,qu’est-ce qu’il faut mettre en place pour faire ça d’une façon sûre », comptetenu du fait que il y a des éléments qui contrôlent, chez des bactéries, deséléments qui contrôlent leur pathogénicité, leur capacité d’invasion, leurcapacité de synthétiser des toxides etc. Donc cette réflexion sur le danger elleétait initiée sur des microorganismes.Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesCe n’est donc pas l’opération de transgenèse même qui est au cœur de la préoccupation deconfinement du chercheur. Néanmoins, il doit faire face à une remise en question de plus enplus forte de la sécurité des opérations de transgenèse en soi, mise en avant par lesprotestations de plus en plus fréquentes de mouvements écologistes et les investigations desjournalistes au début des années 1980.Dans les années 80, vraiment tout à fait au début, quand on s’était qu’il fallaitque…parce qu’en tant que Directeur de l’unité, je m’étais dit il va falloir qu’onse donne des moyens de pouvoir prouver que on s’est mis dans des conditionsde sécurité biologique. Donc dès je dirais 83/84, on a commencé de réfléchir àça [...].Prouver par rapport à qui ?Prouver par rapport à nos concitoyens, par rapport aux journalistes, puisqu’il yavait pas encore d’opposition frontale à ce moment là, mais ça commençait.Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesMême si le Directeur de l’unité est convaincu que les opérations de transgenèse nereprésentent pas de danger en soi, il se préoccupe de la sécurité des opérations de12Cf. les premières normalisations entre autres par la Fédération européenne de biotechnologie (EFB), quiparvient en 1985 à des classes de danger pour les pathogènes pour l’homme, pour les animaux et pour lesvégétaux, ou dans la même année, l’Association française de normalisation (AFNOR), qui propose ses premiers« guides de bonne pratique de biosécurité ».13A noter notamment Directive n°90/219 du 23 avril 1990 qui propose une démarche d’évaluation du dangerissu de l’utilisation des Micro-organismes génétiquement modifiés (MGM) ainsi que des « mesures deconfinement ». Cette directive a été par la suite appliquée en droit français par la loi n°92-654 du 13 juillet1992, les décrets n°93-773 et n°93-774 du 27 mars 1993, ainsi que l’arrêté du 9 juin 1993.16


transgenèse, tout en soulignant constamment que c’est essentiellement pour la pathogénicitéqu’il entreprend ces démarches.2.1.3. La serre en surpression atmosphérique comme innovation localiséePartant de cette préoccupation de la pathogénicité des virus utilisés pour les opérations detransgenèse, le Directeur de l’unité engage une réflexion sur la mise en place d’unéquipement performant qui permettrait d’éviter une dissémination de ces virus.Une évaluation du risque à partir des caractéristiques biologiques de l’organismeLa réflexion est guidée notamment par la prise en compte des caractéristiques biologiquesdes virus. Les virus ont la particularité qu’ils ne peuvent – dans la plupart des cas – pas setransmettre par l’air. Pour une transmission d’un virus sur une plante, il faut en général uneblessure de la plante et un système de vecteur, qui permet au virus de s’injecter dans laplante. De tels systèmes de vecteurs peuvent être des acariens, des champignons ou, surtout,des insectes. Partant de ces considérations scientifiques, le Directeur de l’unité en conclutque, afin d’éviter une dissémination de ces virus, il faut d’abord éviter que ces systèmesvecteurs rentrent dans les locaux d’expérimentation, en l’occurrence ici dans la serre.Une offre de marché insuffisante et l’élaboration d’une innovation localiséeFaute d’offre du marché en réponse à sa demande, le Directeur de l’unité décide de se lancerdans une démarche expérimentale pour aboutir à une solution innovatrice. En effet, lasolution technique consiste en la création d’une serre à surpression atmosphérique, qui apour but d’éviter la rentrée de ces organismes vecteurs, notamment des insectes. Suivantcette logique de surpression, un insecte qui se rapproche de la serre ne pourrait y rentrer,même en cas de fuite ou d’ouverture de la serre. Faute de solutions existantes performanteset faute d’un savoir technique industriel suffisant, l’unité est conduite à innovermatériellement en s’appuyant sur une expérimentation de son Directeur et des techniciens.Un besoin d’un confinement est exprimé au niveau d’une unité de recherche – pour desraisons à la fois scientifiques et politiques/administratives – et, faute de solutions techniquesexistantes sur le marché, l’unité s’engage avec ses propres forces techniques dans unprocessus de construction d’un équipement technique innovant.17


2.1.4. Une réglementation en 1990 qui rend obsolète l’innovation mais qui laissede la marge pour un arrangement réglementaireCependant cette innovation de serre fonctionnant en surpression est rendue obsolète en 1990par la sortie de la réglementation européenne sur l’utilisation des OGM en laboratoirescientifique. En effet, cette réglementation prévoit des serres fonctionnant en dépressionpour le niveau de sécurité trois 14 , règlement qui sera par la suite repris par la Commission degénie génétique (CGG).La Commission de génie génétique (CGG) 15La loi du 13 juillet 1992 définit dans son article 3-1 les missions de la CGG. Elle est chargéed’évaluer les dangers et les risques que présentent les organismes génétiquement modifiés etles procédés utilisés pour leur obtention ainsi que les dangers et risques potentiels liés àl’utilisation de techniques du génie génétique. Elle est donc à la source de l’évaluation desrisques présentés par mise en oeuvre du génie génétique et celle des OGM construits quelleque soit leur utilisation ultérieure, soit confinée soit en dissémination volontaire. La CGG estcomposée de dix-neuf scientifiques dont les compétences sont reconnues à la fois dans lesdomaines du génie génétique et de la protection de l’environnement. Elle inclut unparlementaire, membre de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques ettechnologiques. Quant à l’utilisation confinée elle-même, la CGG propose les mesures deconfinement souhaitables pour prévenir les risques liés à l’utilisation de ces organismes,procédés et techniques. La CGG a adopté notamment un système de quatre niveaux derisques (C1-C4) qui correspondent aux quatre niveaux de confinement (L1-L4 pour leslaboratoires, A1-A4 pour les animaleries, S1-S4 pour les serres). Pour un OGM donné, leconfinement requis peut varier selon la nature de son utilisation effective. Ainsi, certainesétapes de la mise en oeuvre d’OGM de classe de danger C3 peuvent présenter des risques quinécessitent un confinement de type L3 tandis que d’autres peuvent présenter des risquesmoindres nécessitant un confinement de type L2.Le classement de la CGG rend ainsi définitivement obsolète le confinement en surpression àVersailles, car beaucoup des virus utilisés sont classés en C3, ce qui nécessite un niveau deconfinement S3 et le maintien de la serre en dépression 16 . Mais le Directeur d’unité parvientà négocier un arrangement réglementaire avec l’administration, lui permettant de continuerses activités de recherche malgré cette évolution du cadre réglementaire. Cet arrangementconsiste en la création, provisoire et exceptionnelle, d’un niveau de sécurité intermédiaire,dénommé « S2+ ».14Cf. Directive n°90/219, annexe IV, prévoyant qu’un local de confinement de niveau trois (niveau de risque leplus élevé) « devrait être maintenue à une pression inférieure à la pression atmosphérique ».15Selon la présentation faite par la CGG, cf. Chapitre 5 des « Principes de classement et guides officiels de laCommission de génie génétique » (doc. n°12), cf. Roy (2001) pour le contexte politique de sa création.16Cf. première édition des « Principes de classement et guides officiels de la Commission de génie génétique »,p. 31-34 (doc. n°219).18


On avait simplement ces dispositifs là qui étaient spéciaux dans la mesure oùils étaient en surpression. Alors que la réglementation impose une dépression.A un niveau 3 en tout cas, il faut une dépression. La on avait des…j’appelaisça des S2+, parce que c’était quand même un niveau…comme on était ensurpression, par rapport au niveau S2 des guidelines et ça nous a bien serviquoi.Et ça n’a pas posé problème que vous avez fait de la surpression alors quedans les guidelines était marqué dépression ?On a expliqué pourquoi. C’était vraiment pour des problèmes de résistances auvirus, c’était pour des expérimentations dédiées aux virus.Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesCet arrangement réglementaire durera jusqu’à la fin des années 1990 jusqu’à latransformation de la serre de surpression en serre de dépression, opérationnelle depuis peu.2.2. Opportunité pour une démarche de classification dephytopathogènes par des chercheurs au début des années1990Même si la mise en place d’une réglementation pour le confinement des OGM constitued’abord une contrainte pour certaines unités – notamment celle de Versailles que nous avonsprésenté ci-dessus – elle peut aussi être une opportunité pour certains de ses chercheurs dedévelopper l’encadrement des recherches sur les organismes nuisibles. C’est le casnotamment du Directeur de l’unité de biologie moléculaire de l’INRA de Versailles, quiprofite des discussions au sein de la CGG (dont il est membre) autour de la transposition endroit français de la directive européenne sur le confinement des activités expérimentales surdes OGM 17 pour élaborer une classification des différents organismes nuisibles en fonctionde leur biologie. Celle-ci permet notamment un « déclassement » de certains organismes(signifiant moins de contraintes de confinement), mais aussi des « surclassements »(permettant une meilleure prévention contre des disséminations).2.2.1. Une expertise de spécialistes avec la perspective de créer un classement àpartir de critères biologiquesEn 1994, ce Directeur de l’unité propose, en tant que membre de la CGG, une classificationd’organismes nuisibles aux plantes et végétaux, des « phytopathogènes », dont un premier17Cf. Directive n°90/219 du Conseil du 23 avril 1990.19


ouillon avait été publié dans le premier guide de la CGG 18 . Il s’agit tout d’abord de mettreun ordre biologique dans les classifications existantes des microorganismes. En effet, pour leDirecteur de l’unité, beaucoup d’entre elles ont la faiblesse de ne pas marquer la différenceentre une considération de risque suivant des critères biologiques et une considération derisque suivant une logique de protection du territoire et sa catégorie des organismes dequarantaine. En effet, certaines classifications, par exemple celle de la Fédérationeuropéenne des biotechnologies (EFB), avec ses classes de risque EP1 à 3, intègrentautomatiquement tous les organismes de quarantaine dans la classe de risque la plus élevée,alors que cela ne se justifie pas toujours d’un point de vue biologique.Moi, je commence à regarder [les différentes classifications] et je me dis queça ne va pas du tout la classification. Les trucs, là, qu’est-ce que ça veut dire ?Pour la bactérie des patates qui est absolument ravageuse, est-ce que c’estvraiment EP2, est-ce qu’il ne faut pas monter à EP3 ? Par contre, le feubactérien des rosacées, classé en EP3, c’est la catégorie la plus dangereusealors que cette bactérie, en dehors des végétaux, est incapable de survivre. […]En gros, je me dis : « Mais c’est complètement idiot, on a simplementrapproché les listes de quarantaine des listes de caractéristiques biologiques »Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesCes organismes de quarantaine, qui ne représentent parfois qu’un risque biologique faiblepour l’environnement – par exemple parce qu’ils sont en fait déjà présents dans la région –nécessitent ainsi automatiquement des mesures de confinement assez sévères, tandis qued’autres organismes nuisibles ne sont pas classés dans le niveau de risque le plus élevé, alorsqu’ils peuvent être très dangereux pour les cultures. Le Directeur de l’unité considère ainsique pour l’INRA, il est très important de prévoir de confiner aussi pour ces organismes nonde quarantaine mais très nuisibles. Dans le contexte des années 1980, l’INRA se trouve déjàface à des premières accusations de dissémination d’organismes nuisibles issus de leurslaboratoires de recherche dans la nature 19 .Je pense que si on veut vraiment faire la preuve qu’on est clean et qu’on sait cequ’on fait, à partir d’un certain moment, je me dis qu’on risque des hiatusmédiatiques si on laisse échapper je ne sais pas quoi. Comme, de toute façon,en plus on est accusés et on est déjà soumis à un certain nombre de procès dansdes utilisations tout à fait classiques de certains pathogènes dans des vergers dela Vallée du Rhône, à l’INRA-Gotheron par exemple. Il faut quand mêmequ’on soit capable de mettre en place un ensemble : 1) l’examen despathogènes ; 2) une fois qu’on les aura classés, dans quel type d’installation onpeut les manipuler, de sorte qu’on soit capable de dire : « oui, on avait bien18Cf. première édition des « Principes de classement et guides officiels de la Commission de génie génétique »,p. 31-34 (doc. n°219).19Il s’agit notamment de procès contre l’INRA au début des années 1990 concernant la dissémination d’unvirus nuisible aux arbres fruitiers (virus de la « Sharka »), qui a causé des dégâts importants chez desarboriculteurs. Nous n’avons cependant pas pu obtenir d’éléments précis sur ces procès.20


identifié les risques et on avait bien mis en place les procédures demanipulation de sécurité ».Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesLe classement envisagé par la Directeur de l’unité a ainsi un double objectif. Il s’agit d’unepart, de « déclasser » certains organismes de quarantaine du niveau de risque le plus élevé(permettant par ailleurs de diminuer les coûts de recherche sur ces organismes) vers desclasses inférieures et, d’autre part, de « surclasser » certains organismes dans des classes derisques plus élevées afin de renforcer la prévention contre d’éventuels disséminationsd’organismes nuisibles dans la nature. Dans ce but, le Directeur de l’unité mobilise uncertain nombre d’experts 20 et leur demande d’élaborer des classements biologiques. Cesexperts vont ainsi proposer une première version provisoire et non exhaustive d’uneclassification en 1998, qui sera toutefois reprise en tant que telle dans la deuxième édition duguide de la CGG 21 .2.2.2. Une évaluation biologique du risque qui permet des arrangementsréglementairesPour illustrer la manière dont ces groupes d’experts sont parvenus à cette classification, nousallons prendre l’exemple du groupe qui a travaillé sur une classification des différents virusphytopathogènes entre 1995 et 1998. Ce groupe – comme aussi les autres groupes – a basé sadémarche de classification avant tout sur des aspects biologiques, au lieu de prendreuniquement en considération les organismes de quarantaine comme des organismes à hautrisque biologique.Une nouvelle philosophie autour des notions de souches et d’aspects locaux…En juillet 1995, ce groupe de réflexion sur les virus phytopathogènes se réunit pour lapremière fois à Bordeaux. Lors de cette réunion, l’un des membres – un chercheur enpathologie végétale à Bordeaux – est chargé de dégager une piste de réflexion permettant deproposer de classes de risque pour les virus phytopathogènes. En concertation avec sonhomologue virologue du centre d’Avignon, ce chercheur parvient par la suite, en novembre1995, non pas à élaborer un classement, mais plutôt à des « règles de classification » 22 . Ces20Nous n’avons pas d’éléments précis quant à la sélection de ces experts. Mais nous sachons qu’il s’agit dechoix personnels et non formalisés du Directeur de l’unité.21Cf. Deuxième édition des « Principes de classement et guides officiels de la Commission de géniegénétique », 2001 (doc. n°12).22Cf. Courrier du 03/11/1995 (doc. n°137).21


ègles prennent principalement en compte l’importance du contexte local quand on évalue lerisque d’un virus. Il s’agit de déterminer s’il y a présence de ce virus, de systèmes vecteursou de plantes hôtes dans la région qui pourrait éventuellement faciliter ou diminuer laprobabilité de développement d’un virus. Les règles soulignent l’importance des différentes« souches » d’un agent phytopathogène, chacune des souches d’un organisme ayant despropriétés biologiques différentes, qui permettent de déterminer le risque qu’un agentreprésente pour l’environnement. Une nouvelle souche d’un agent pathogène pourrait ainsipar exemple contourner des gènes de résistance et être à l’origine d’une nouvelle épidémie,parce que cette souche n’est pas encore présente dans une région. Le chercheur propose ainsid’appliquer ces critères de localité et de différentes souches également aux virus dequarantaine. Il suggère ainsi de déclasser certains virus de quarantaine s’ils ne présentent pasde risque local (parce qu’il y a pas d’hôtes sensibles dans l’environ) ou parce que la souchede ce virus est déjà présent (et ne peut donc pas causer des dégâts importants).…qui permet d’éviter des nouveaux investissements immédiatsCe déclassement des organismes de quarantaine permettra par ailleurs – ce qu’espèrent lesmembres du groupe – d’éviter des investissements trop importants dans des infrastructuresadaptées. Même si cette démarche n’aboutira pas (les organismes de quarantaine serontautomatiquement repris dans le niveau S3 de la CGG), elle donnera toute de même desarguments aux chercheurs dans leurs négociations avec l’administration pour obtenir desarrangements réglementaires provisoires au cours des années 1990. C’est ainsi que danscertains cas, les organismes de quarantaine sont à titre exceptionnel permis dans desstructures de confinement de niveaux inférieures et intermédiaires. Tel est par exemple le casà Versailles – comme nous l’avons vu – où certains virus de quarantaine sont utilisés dans unniveau intermédiaire « S2+ » 23 .2.2.3. L’échec de la démarche ou l’enjeu autour de la responsabilité d’uneclassificationAu sein de l’INRA, cette classification ne trouve pas de reconnaissance particulière. Ils’avère difficile de mobiliser les chercheurs pour une telle démarche, comme le prouve le23Ce même niveau intermédiaire S2+ est appliqué dans un laboratoire d’amélioration de plantes au centre del’INRA d’Avignon, où un organisme de quarantaine (la Sharka) est utilisé dans un niveau S2+ parce que lasouche du virus utilisée est déjà présent dans la région.22


laps de temps de sept ans entre la démarche initiée par le Directeur de l’unité en 1994 et lapublication des classements dans le guide de la CGG en 2001. Cette faible mobilisation deschercheurs peut s’expliquer par le temps considérable que les chercheurs doivent consacrerbénévolement à cette démarche, mais aussi par sa difficulté scientifique.C’est un énorme boulot parce que il faut effectivement recueillir lesinformations, on a pas tout, on a pas toutes les données biologiques sur tous lesorganismes pathogènes. Donc on avait organisé x réunions, bon je reconnais jesuis un peu idiot, j’ai fait ça de mon propre chef parce que je pensais que çapourrait être utile et en particulier pour la CGG au Ministère de la recherche.De pouvoir, autrement dit, comprenez-moi bien, ce que je cherchais, la CGGétait sensée se statuer sur des organismes génétiquement modifiés, utilisés enlaboratoire. Mais en fait, on s’est heurté à une difficulté qui était la relativeméconnaissance des pathogènes végétaux.Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesMais par ailleurs, nous avons pu aussi identifier une certaine réticence des chercheurs vis-àvisd’une telle démarche, notamment celle de « surclasser » certains organismes dans desclasses plus élevées car cela peut rendre nécessaire la mise en place de nouveauxéquipements.Avec quelques uns, on a quand même fait une liste que personne n’a vouluprendre en compte sauf le Ministère de la recherche, donc on doit trouver desclassements de pathogènes sur le site de la CGG du Ministère de la rechercheen France. Mais là aussi, quel boulot ! Parce que même mes collègues deslaboratoires publics qui travaillaient je ne sais pas sur quel nématodes, un verpathogène et parasite, du blé par exemple, qui tourne dans les sols, qui étudiesa nématode pour trouver des moyens de contrer et de rendre le blé résistant,ils avaient pas tellement l’intention de s’équiper des serres de confinement,vous voyez, pour continuer pour travailler.Pourquoi pas ?Parce que ça coûte horriblement cher.Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesEnfin, les chercheurs craignent les conséquences juridiques de la responsabilité declassification d’organismes même s’il n’y a pas de base juridique mettant en cause leurresponsabilité ni de cas connu qui pourraient justifier une telle crainte.Là sur le classement, il y a un risque intellectuel, si vous dites que tel virus esten classe 2 et que ça fait une catastrophe dans la vallée du Rhône et bin lesexperts qui l’ont classé en classe 2 (rires), ils sont responsable éventuellement,éventuellement pénalement responsable. Donc personne n’est prêt à jouer ça.Directeur de l’unité de biologie cellulaire de l’INRA de VersaillesNous constatons que les chercheurs ne veulent pas s’engager dans une propre démarche declassification parce qu’elle pourrait leur être dangereuse juridiquement d’une part, et ellepeut rendre nécessaire des investissements importants d’autre part. Pourtant, cette démarchepourrait à long terme et d’un point de vue préventif protéger les laboratoires d’éventuels23


disséminations dans la nature, comme cela avait été envisagé au début par le Directeur del’unité de l’INRA. Les chercheurs semblent préférer négocier localement avecl’administration des arrangements réglementaires provisoires qui leur permettent detravailler dans des conditions peu coûteuses et autorisées par l’administration, au moins pourun certain temps, en attendant de nouveaux équipements.2.3. Motif pour la captation de ressources pour undépartement à la fin des années 1990Parallèlement à cette démarche de classification, le confinement végétal des activitésexpérimentales est de plus en plus pris en compte au niveau départemental au sein del’INRA, notamment au niveau du département de Santé des plantes et environnement (SPE).Cette sensibilisation du département s’explique notamment par la concurrence pourl’obtention de moyens entre deux projets de construction de confinement à la fin des années1990, et qui sont utilisés par le département pour capter des ressources financières auprès dela Direction générale.2.3.1. Deux projets de serre de haut confinement en concurrence pour desmoyensEn effet, au cours des années 1990 naissent deux projets de construction de serre de hautconfinement dans deux unités de recherche du département SPE, l’une sur le centred’Avignon, l’autre sur le centre de Bordeaux. L’unité d’Avignon se lancera en premier dansun projet de confinement, mais ce sera le projet de Bordeaux qui sera terminé en premier.1996 : Un projet à Avignon en réponse à la crainte de suppression des activitésscientifiquesEn septembre 1996, la station de pathologie végétale du centre de l’INRA à Avignon déposeune demande de financement pour une petite structure de confinement auprès de la Directiongénérale de l’INRA. Il s’agit d’un aménagement de compartiments de serre, qui doit servirpour des activités à la fois sur des OGM et sur des organismes nuisibles (principalement desvirus d’origine exotique, dont certains se trouvent sur la liste de quarantaine). Dans leur fiche24


descriptive, les demandeurs du projet expriment leur crainte de perdre une grande partie deleurs activités scientifiques s’ils ne se mettent pas en règle avec les normes de confinement 24 .Nous sommes aujourd’hui soumis à une pression de plus en plus forte de lapart du Ministère de l’agriculture, car nos équipements ne sont pas conformesaux règlements en vigueur dans la Communauté européenne [...]. Cela risque àtrès court terme de compromettre des pans entiers de nos recherches,particulièrement toute notre coopération avec le bassin méditerranéen et le tiersmonde, ainsi que nos collaborations sur l’étude des fonctions du génome viral.La « pression » du Ministère de l’agriculture évoquée, et en particulier de son administrationde la protection des végétaux 25 , indique une volonté ministérielle croissante de régulariser lesactivités de recherche 26 au regard des règlements en vigueur. Mais au moment du dépôt decette demande en septembre 1996, seules les activités de recherche sur les OGM sontsoumises à une obligation d’agrément. La directive européenne sur l’obligation de rechercheconfinée sur des organismes de quarantaine 27 n’est pas encore transposée en droit français.La station dépose sa demande ainsi dans une période de « flottement normatif » entre uncadre réglementaire existant pour les OGM, un cadre en suspense pour les organismes dequarantaine et un premier confinement à Versailles faisant office de modèle mais necorrespondant pas à la réglementation sur les OGM.Si vous voulez c’est ça aussi qui a beaucoup complexifié les choses, c’est queil y a eu ce prototype de [Versailles] selon des consignes qui n’existaient pas àl’époque il y avait pas de consigne, quand il avait…notre interlocuteur c’étaitla CGG, [le prototype de Versailles], ce n’était pas du tout pour des organismesde quarantaine. C’était pour des plantes transgéniques que [le Directeur del’unité] avait fait [la serre de confinement]. Donc il y avait quelques consignesde la CGG mais il y avait pas un cahier des charges. Et même pour laprotection des végétaux, le cahier des charges il a été crée plus tard. La note deservice de [l’administration de la protection des végétaux] elle doit dater de2000 ou un truc comme ça. Il y a eu cette mouvance en même temps, tout abougé en même temps. Ce que [le Directeur de l’unité de Versailles] a appeléS3 est devenu très rapidement une S2.Chercheuse, responsable scientifique du projet de construction de serred’AvignonCe terrain flottant – que nous avons déjà identifié lors de notre présentation du premierconfinement à Versailles – amène ici encore les acteurs de recherche et de l’administration àtrouver des arrangements réglementaires au cas par cas, qui permettent aux laboratoires de24Cf. fiche descriptive de programme du 11/09/1996 (doc. n°188).25Cf. annexe II pour l’organisation de l’administration de la protection des végétaux du ministère del’agriculture.26Ce qui se manifestera aussi ensuite dans la note de service de l’administration centrale de la protection desvégétaux du 8 octobre 1998 (cf. paragraphe 2.4.).27Cf. Directive n°95/44 du 26 juillet 1995.25


poursuivre leurs activités au moins pour un certain temps et laisser leur processusd’exploration normative et matérielle se développer et mûrir.1999 : Un rapport technique pour le projet de construction d’une serre à Bordeaux…Parallèlement au projet de construction de serre à Avignon se développe un projet deconstruction de serre de haut confinement au centre de l’INRA à Bordeaux, à l’unité depathologie végétale. A la tête de cette unité se trouve à l’époque le Chef de département SPEsortant, qui est convoqué par son successeur pour présider une « commission serre S3 ».Cette commission a pour mission de donner des consignes techniques pour la rédaction descahiers des charges pour les appels d’offre en vue de la construction des serres 28 . Siofficiellement cette commission doit produire un rapport s’adressant à tous les centres dudépartement voulant construire une serre de haut confinement, l’objectif était bien avant toutde dégager des consignes techniques pour la rédaction du cahier des charges pour un projetde serre S3 à Bordeaux.Bordeaux a suivi strictement les consignes [du rapport de la Commission S3],je veux dire [le président de la Commission S3] c’était…il était a Bordeauxaussi, c’est pas un hasard je veux dire tout ça. Pourquoi c’est [le Chef dedépartement sortant] qui a anime [la Commission S3], c’est d’abord parce queça concernait beaucoup les pathologistes d’une part et d’autre part parce quec’était déjà le projet de Bordeaux qui était dans le collimateur.Chercheuse, responsable scientifique de la serre S3 à AvignonCette commission est constituée de six spécialistesdu confinement végétal (aussi bien deschercheurs, techniciens ou responsables travaux 29 ), tous agents de l’INRA et membres dudépartement. Afin de parvenir à définir les critères techniques à inclure dans un cahier descharges, le groupe se réunit trois fois entre octobre 1998 et janvier 1999 et il procède à desvisites des trois principales serres de haut confinement végétal à l’époque en France : celledu centre de l’INRA de Versailles (cf. 2.1.), celle du CNRS à Strasbourg et celle du Centrede coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) àMontpellier.…qui rend obsolète le projet de confinement d’AvignonA la suite de la publication de ce rapport en janvier 1999 30 , le projet de serre d’Avignon doitêtre complètement révisé parce qu’il ne répond pas à toutes les exigences techniques28Cf. courrier du 04/01/1999 (doc. n°135).29Nous n’avons pas d’éléments précis sur les critères de choix de ces personnes, mais nous savons qu’il s’agitde personnes qui ont été impliquées dans des projets de confinement qui ont déjà été réalisés, comme celui deVersailles, ou des projets qui étaient en cours de réflexion, comme ceux d’Avignon, d’Antibes, de Montpellierou justement de Bordeaux.30Cf. annexe au courrier du 04/01/1999 (doc. n°135).26


indiquées dans le rapport 31 . Même si ce rapport n’a pas de valeur juridique, il devient laréférence, en quelque sorte «normative », pour les acteurs à Avignon. Cela s’explique par lefait que le rapport de la Commission S3 s’adresse à tous les projets de confinement dudépartement (comme cela avait été annoncé dans le rapport). Mais surtout, l’unité peutdifficilement s’opposer à de telles consignes du département car – quand elle demande desfinancements pour des investissements d’infrastructures importants comme des serres deconfinement auprès de la Direction générale dans des programmes de financementdénommés « instructions travaux » – elle est obligée d’avoir l’appui du département.Les programmes « instruction travaux »Pour les travaux et rénovations immobilières sur les centres, l’INRA dispose d’uneprocédure de demande et attribution de financements qui s’appelle « instruction travaux ». Ils’agit d’une procédure qui nécessite une coordination entre les départements et ses unitésrespectifs. Au départ, les différentes unités au sein des départements doivent se manifesterauprès de leurs départements. Elles doivent déposer un dossier qui fait preuve d’un projet deconstruction et qui est argumenté scientifiquement. Ensuite, le département classifie cesdifférents projets suivant leur importance et leur poids scientifique et dépose un dossierglobal auprès de la Direction générale de l’INRA, plus particulièrement auprès de laDirection de la programmation et du financement (DPF), sachant que tous les projetsn’auront pas de financement. Enfin, il y a l’arbitrage de la DPF, et, le cas échéant, lesmoyens sont attribués. S’il n’y a pas de financement possible, les unités peuvent à nouveaudéposer leur dossier dans les années qui suivent.2000-2002 : La révision du projet de confinement à AvignonL’unité d’Avignon n’a ainsi pas intérêt à s’opposer aux consignes de la Commission S3. Parconséquent, elle revoit son projet de construction en fonction de ces consignes et elledemande par la suite un devis à un spécialiste de construction de serres en Alsace. Ce devislui sert de base pour lancer un nouveau projet de construction de serre, qui est estimé à uncoût deux fois plus élevé. La responsable scientifique est alors obligée d’entreprendre ànouveau des démarches pour rechercher des financements. Elle s’adresse notamment auChef du département et de son adjoint, en leur rappelant la grande nécessité de ces travauxpour pouvoir garantir la sécurité des expérimentations 32 :En attendant une structure certainement fiable mais dont je commence à douterde la réalisation effective, on continue à travailler dans des conditions bienprécaires. Même si nous prenons le maximum de précaution et même si j'aiconfiance dans la qualité du travail fait, il y a vraiment un fossé entre ce quepropose la Commission S3 et ce que nous avons pour travailler à l'heureactuelle.31Il s’agit notamment de deux exigences : Une serre S3 doit avoir des locaux annexes et est sensé fonctionnerdans un mode de dépression atmosphérique de moins 200 pascale.32Cf. courriel du 01/09/2000.27


Ce lobbying auprès de la Direction générale en faveur de son projet de serre réussit, elle al’appui de la Direction générale et elle obtient des fonds à travers le programme« instructions travaux 2001 », lui permettant de lancer un appel d’offre en 2002. Mais cetappel d’offre s’avère infructueux car aucune entreprise ne peut répondre au prix deconstruction qui avait été apparemment sous-estimé par le constructeur de serre dans sondevis daté de 1999. A nouveau, le projet de construction de serre á Avignon n’aboutit pastandis que le projet de construction de serre à Bordeaux a pu être achevé entre temps.2002 : La serre de Bordeaux devient modèleEn effet, parallèlement, la serre de Bordeaux avait été construite (de 2000 à 2002). Nousn’avons pas beaucoup d’éléments sur les circonstances de cette construction et ses modalitésorganisationnelles. Il nous a été dit que ce projet de construction de serre avait servi demodèle pour le projet de construction à Avignon car elle est, au moment de sa mise enopération en 2002, la seule serre de haut confinement végétal d’un niveau « S3 » au sein del’INRA. Dans ce contexte, la responsable scientifique du projet d’Avignon s’est finalementrendue à Bordeaux pour visiter la serre de haut confinement et se renseigner sur sonfonctionnement technique et sur son coût de construction et de fonctionnement. Elle estaccompagnée par le responsable des travaux 33 du centre de l’INRA d’Avignon, qui deviendrapar la suite le maître d’œuvre de la nouvelle serre de haut confinement à Avignon, construiteentre 2005 à 2006.2.3.2. Un plan stratégique en 1999 qui donne une place centrale aux installationsde confinementCes deux projets de construction, démarrés et entrepris au milieu des années 1990, sontmobilisés par la suite par le département SPE pour capter un plus grand nombre deressources de la Direction générale dans le cadre notamment du « schéma stratégique » 34 en1999 qui précise la place centrale des installations de confinement pour les activités derecherche sur les OGM et également sur les organismes de quarantaine 35 :33Dans les centre de l’INRA, le Responsable des travaux (et son équipe) sont responsable pour la réalisationdes opérations immobilières (entretien, rénovation ou opération nouvelle). Il est placé sous l’autorité duPrésident de centre.34Un schéma stratégique décline les orientations scientifiques d’un département de l’INRA pour les quatre ansà venir, selon les missions qui lui sont proposées par la Direction générale de l’INRA, en fonction des enjeuxsocio-économiques, des enjeux scientifiques et des fronts de sciences.35Cf. schéma stratégique du département SPE, p. 15 (doc. n°11).28


Les recherches sur les organismes de quarantaine nécessiteront, sur plusieurssites, l’installation de serres confinées, au-delà de ce qui a déjà été fait pour lesOGM. Le Département a fait réaliser une étude technique [le rapport de laCommission S3] sur la réalisation de serres S3 adaptées à la zone méridionale.Le schéma stratégique est par la suite invoqué pour justifier des demandes de financement,comme cela avait été suggéré par le département 36 et réalisé par la station pathologie végétaled’Avignon dans sa demande de financement dans le cadre de l’instruction travaux 2000 37 .Pour l’instruction travaux 2001, cette place centrale des installations de confinements’exprime à travers une enquête en septembre 2000 de l’adjoint au Chef du départementauprès des Directeurs d’unité du département SPE pour connaître leur besoin en structuresde confinement 38 :Afin de monter un dossier global de demande de moyens, le département aaujourd'hui besoin d'avoir une vision complète des besoins des laboratoires enmatière de serres de confinement (S2, S3), tant en ce qui concerne les bioagresseurs que les OGM. Je vous demande donc de faire rapidement parvenir[...] :- les caractéristiques (surface, niveau de confinement) des structures deconfinements disponibles sur votre unité- les projets [...] de votre unité nécessitant l'utilisation d'une structure deconfinement- La [...] habilitation [...] à manipuler des OGM de votre unité, avec les niveaude confinement exigés dans ces habilitations- la liste des pathogènes ou ravageurs de quarantaine manipules dans vos unités- les besoins prévisionnels (niveau de confinement, surface) de votre unité enmatière de nouvelles structures de confinement.Or, au-delà de ces programmes « instruction travaux », le département éprouve plus dedifficultés pour se faire remarquer auprès de la Direction générale afin d’obtenir des moyensfinanciers. La Direction générale – comme nous allons le voir plus tard – se limite à desinterventions ponctuelles de financement.2.4. Objet d’une tentative de régulation par le Ministèrede l’agriculture à la fin des années 1990Parallèlement à cette préoccupation du département sur la question du confinement, qui sedéroule dans une période – comme nous l’avons vu – de « flottement réglementaire », leconfinement fait l’objet d’une tentative de réglementation par l’administration du Ministère36Cf. courrier du 16 août 1999 (doc. n°186).37Cf. courrier du 25 août 1999 (doc. n°184).38Cf. courrier du 25 septembre 2000 (doc. n°207).29


de l’agriculture, notamment par l’application des textes de loi français 39 , qui transposent ladirective européenne sur la recherche confinée sur des organismes de quarantaine 40 .2.4.1. Une note de service pour régulariser des arrangements réglementairesprovisoiresLe 8 octobre 1998, le Bureau de la réglementation phytosanitaire et des relationsinternationales (RPRI), une unité au sein de la Sous direction de la qualité et de la protectiondes végétaux (SDQPV) de l’administration centrale du Ministère de l’agriculture 41 , rédige etpublie une note de service pour tous les agents des services de la protection des végétauxconcernant l’application de la directive et de sa traduction en droit français. L’objectifprincipal de cette note est la « régularisation des agréments » 42 car, depuis la publication dela directive en 1995, un certain nombre de Lettre officielles d’autorisation (LOA) ont étédélivrées par l’administration centrale, pour des matériaux de quarantaine différents, à desunités de recherche dont les locaux ne sont pas encore agréés, alors que les textes de loil’exigent. Il s’agissait d’un arrangement réglementaire provisoire car les laboratoirespouvaient, grâce à l’utilisation des LOA, continuer leurs échanges de matériel avec les payseuropéens, en attendant que l’administration soit au point pour procéder à la délivranced’agréments.2.4.2. Le Manuel d’audit pour les agents administratifs basé sur desexpérimentations localiséesFace à ce besoin de régularisation, les agents de l’administration n’ont cependant pasd’expérience concernant la délivrance d’agréments. Il s’agit d’un nouveau champréglementaire qu’ils doivent d’abord explorer. En effet, la note de service ne donne que desinformations très générales 43 , en renvoyant par ailleurs aux exigences prévues dans les textesrèglementaires français, qui reprennent eux mêmes mot à mot les termes de la directive39Cf. le décret n°97-857 du 12 septembre 1997, l’arrêté du 15 mai 1998 et l’arrêté du 10 juin 1998.40Cf. Directive n°95/44 du 26 juillet 199541Cf. annexe II pour l’organisation des services administratifs de la protection des végétaux.42Cf. Note de service de la SDQPV du 8 octobre 1998 (doc. n°194), p. 7.43Cf. par exemple sur page 6 de la note de service : « En fonction du type d’organismes que l’établissementsouhaite introduire (bactérie, virus, insecte...) il convient de vérifier que les installations et équipements decelui ci permettent bien de conserver et de manipuler sans risque pour l’environnement direct ce typed’organismes. »30


européenne, peu précis 44 . Les agents ont ainsi besoin d’une « traduction » de ces textes de loiafin de procéder rapidement à la délivrance d’agréments pour les laboratoires. C’est dans cecontexte que l’administration centrale confie en 1998 au responsable de la Mission decoopération phytosanitaire (MCP) 45 la tâche d’élaborer un manuel interne destiné aux agentshabilités à faire les contrôles dans les laboratoires de recherche.Fabrication d’une classification en lien avec un projet de construction local en 1999Pour la rédaction de ce manuel, le responsable de la MCP s’appuie sur des nombreusesvisites de terrain effectuées sur un chantier à Montpellier en 1998 et 1999, où le laboratoiredu Ministère de l’agriculture des Etats-Unis (USDA) construit un local de quarantaine. Lorsde ces visites de chantier, le responsable de la MCP réfléchit – ensemble avec le chef de lanouvelle quarantaine supervisant le chantier – aux exigences techniques concernant laconstruction d’une quarantaine végétale. Lors d’une réunion informelle en 1999 àMontpellier entre les agents contrôleurs de l’administration, le responsable de la MCPprésente aux agents du Laboratoire national de la protection des végétaux (LNPV) unepremière version du manuel – dénommé « manuel d’audit ». Ce manuel comprendnotamment une classification qui doit servir à définir le niveau de sécurité à appliquer pourla détention d’organismes nuisibles. Cette classification comporte trois niveaux de sécurité(NS1-3) 46 . Suivant ces niveaux de sécurité, le manuel propose des critères techniques deconfinement pour les bâtiments. Il différencie entre deux types de bâtiments, les laboratoireset les serres. Suivant le type de bâtiment et suivant le niveau de risque, les critères techniquesne sont pas les mêmes. Il y a des critères qui sont « obligatoires », « recommandés »,« interdits » ou « indifférents/sans objet ». Par exemple dans un laboratoire, l’étanchéité despassages de canalisation est obligatoire pour le NS3, seulement recommandée pour le NS2mais sans objet pour le NS1. Dans une serre, l’étanchéité des passages de canalisation estobligatoire dans les NS 2 et 3, mais sans objet dans le NS1. A la suite de la présentation decette classification, le responsable de la MCP demande aux agents experts du LNPVd’attribuer ces niveaux de sécurité à tous les organismes afin d’arriver à une classification44Cf. Annexe I de l’arrêté du 10 juin 1998. Un exemple pour une exigence générale: « mesures de contrôleappropriées pour empêcher l’introduction des organismes nuisibles dans les locaux et leur propagation ».45La MCP est une cellule de la Sous direction de la qualité et de la protection des végétaux (SDQPV), située àMontpellier qui s’occupe notamment de la veille des documents réglementaires concernant des organismesnuisibles. Elle est aussi – via la note de service mentionnée ci-dessus – convoquée à centraliser tous lesagréments délivrés par les Services régionaux de la protection des végétaux (SRPV) et d’en dresser un bilanannuel qui sera transmis à la SDQPV. Cf. aussi l’annexe II sur l’organisation des services administratifs de laprotection des végétaux.46Le NS1 est destiné aux organismes «°ne pouvant se disséminer ni par l’eau, ni par l’air », le NS2 auxorganismes « susceptibles de se disséminer par l’eau et les effluents solides mais pas par l’air », et le NS3« pour les micro-organismes susceptibles de se disséminer par l’air, l’eau et les effluents solides ».31


plus générale. Les agents du LNPV se répartissent les organismes suivant leur spécialité 47 .Au cours des années 1999 et 2000, ces experts envoient au fur et à mesure les classificationsdes organismes à la MCP. Ce travail de classification se fait notamment entre experts duLNPV mais parfois aussi en collaboration avec des experts de l’INRA et d’autres instituts derecherche. Il s’agit ainsi d’un processus d’élaboration de la norme, qui se fait en mobilisantdes acteurs qui débordent le monde administratif, de manière informelle, sur la base deconnaissances interpersonnelles.Utilisation, évolution et puis abandon du manuel lors des auditsParallèlement à l’élaboration de ce manuel, les premiers audits commencent en 1999 et lepremier agrément sur le territoire français est attribué en octobre 1999 au laboratoire duMinistère de l’agriculture nord américain (USDA) à Montpellier. Le premier agrément estainsi délivré à une structure qui a servi de modèle pour élaborer les critères pour l’obtentionde l’agrément. Par la suite, les agents du LNPV procèdent à d’autres audits qui se font demanière exploratoire car ils n’ont pas encore d’expériences en tant qu’auditeurs.Parce que nous, au début, un beau jour, [inaudible] « oui mais comment on faitce genre de choses ». Puisque les textes ne définissaient absolument pas lamission de l’auditeur. Et puis en fait il y a un [inaudible] qui va voir et puisvoilà, on ne savait pas ce qu’il fallait voir, comment voir, comment regarder lachose. [...] On manquait de tout. On manquait en termes juridiques de[inaudible] pour faire notre boulot, on manquait d’outil d’évaluation du risque,on manquait d’outil pour faire un audit, donc quelque part [inaudible] çacommence, et on craignait effectivement la première demande, mais commenton allait la gérer ?Directeur du LNPVC’est par le biais des premiers audits que les auditeurs développent une certaine aisance dansla conduite de ceux-ci. Ils développent des outils et des méthodes, ils repèrent les chosespertinentes à inspecter au sujet desquelles ils s’échangent entre eux.Et ce qu’on a fait aussi c’est entre auditeurs, on s’est arrangé pour se croiserentre nous. Ce qui fait que on a observé la pratique de l’autre, et vice versa.Donc on s’est bâti une façon de fonctionner un peu collectivement.Directeur du LNPVOr, contrairement à sa vocation, le manuel d’audit ne joue qu’un rôle marginal pour lesauditeurs qui mènent les contrôles préalables à la délivrance de l’agrément. Même si, au toutdébut, le manuel d’audit s’est révélé une aide pour les auditeurs parce qu’il donnait quelquesindications pratiques, très vite ils l’ont remis en question, notamment du fait qu’il ne prenait47Les arthropodes ont été classifiés par les experts de l’unité d’entomologie à Montpellier, les bactéries parl’unité de bactériologie à Angers, les champignons par l’unité de mycologie à Nancy, les nématodes par l’unitéde nématodologie à Rennes et les virus par l’unité de virologie et plantes herbacées à Avignon.32


pas en compte certains risques et parce qu’il était très centré sur les conditions locales de laconstruction de la quarantaine de l’USDA à Montpellier.Donc là il y a eu une chose qui était la pure technocratie. [L’auteur du manueld’audit] n’a rien compris au film parce que en fait il a monté ses textes enfonction de ce qu’ils voulaient faire à Montpellier [à l’USDA] [...]. Donc il y ades exigences [dans le manuel d’audit] qui sont totalement stupides et il y a desgros machins qui manquent. Donc aujourd’hui, les textes [du manuel d’audit]sont toujours là [...]. Ca nous sert à un peu à « pense-bête », quand on fait nosaudits, on tourne les pages pour voir si on n’a pas un gros point qu’on a loupémais on ne se sert pas de ça pour faire [inaudible].Directeur du LNPVCependant – et malgré sa faible reconnaissance au sein des auditeurs – ce manuel d’audit etsa proposition de classification deviennent une référence importante pour la communicationentre les auditeurs et les personnes travaillants dans les laboratoires, comme nous allons levoir dans le paragraphe suivant.2.4.3. Le manuel d’audit comme dispositif de normalisation des discours maisinefficace pour une régulationMalgré sa destination initiale interne à l’administration du Ministère de l’agriculture, lemanuel d’audit commence à être diffusé au sein des laboratoires de l’INRA qui envisagentdes constructions d’espaces de confinement. Cette diffusion s’est faite notamment du fait dela proximité spatiale entre les laboratoires du LNPV et de l’INRA, les laboratoires du LNPVétant souvent installés sur les centres de l’INRA et les agents des deux organisationss’échangeant ainsi fréquemment sur des questions de confinement. Comme nous l’avons vuà Avignon et à Montpellier, ces échanges se produisaient souvent de façon informelle face àun objectif commun qui est celui d’une exploration du cadre réglementaire car ni les agentsadministratifs, ni les agents de l’INRA ne savaient réellement comment il fallait appliquer cecadre. Cette exploration commune s’est manifestée notamment lors des audits faits par lesagents du LNPV.En fait au début c’était assez rigolo parce que les gens qu’on recevait en auditne savaient pas comment faire et nous non plus. Donc au début c’était un peu« qui fait le premier pas ». On avait un peu du mal à l’époque, on étaiteffectivement plus dans une démarche de pédagogie [inaudible]. On débute, onva voir. Vous de votre côté vous voyez aussi. [inaudible] on arrivaiteffectivement un peu ingénu, « on débute avec vous, on va voir ce qui estlogique, et qu’est-ce que vous en pensez ». Donc on n’a pas du tout fait commeune inspection. On a vraiment fait ça « on vient on s’aide entre collègues ».Directeur du LNPV33


Par le biais de ces allers-retours entre les auditeurs et les agents de laboratoire – autour desaudits et autour des contacts plus informels – le manuel d’audit devient l’un des supports dediscussions et échanges, et parfois, comme nous allons l’observer dans nos deux fabriques deconfinement dans le deuxième chapitre, un guide pour le travail de montage d’un espace deconfinement. Les acteurs font référence à des serres NS1, NS2 et NS3, qui se caractérisentpar certains aspects techniques (surpression, double sas 48 …) ce qui leur permet decommuniquer, de mettre des mots sur des objets et de trouver quelques réponses à unequestion difficile, qui est celle de la construction d’un confinement qui soit conforme à uncadre réglementaire peu précis et peu connu. Il s’est avéré par ailleurs que ces échangesinformels et exploratoires sont plus adaptés que la simple utilisation du manuel d’audit carcelui-ci est trop centré sur le projet de serre de l’USDA à Montpellier.[Dans le manuel d’audit] effectivement [les agents de l’INRA] trouvaient deséléments de réponse. Mais bon après ils rallaient […] C’est quand on voit [lesexigences dans le manuel d’audit], ça, c’est sécurisant mais quand on doitrentrer dedans, on est guère plus avancé.Directeur du LNPVIl s’agit ainsi bien d’une tentative de réglementation « par le haut » à travers l’élaborationd’un manuel d’audit par l’administration centrale, qui s’avère cependant peu efficace dans lapratique en raison notamment de contextes locaux très divers de confinement. Très vite, lemanuel d’audit est – même s’il est toujours utilisé comme référence et pense-bête pour lesauteurs – remplacé par des processus d’exploration collective qui conduisent à desarrangements réglementaires provisoires dans les différents contextes de confinement.2.5. Objectif de formations de 2002 à 2007Parallèlement, vers la fin des années 1990, la Direction générale commence à s’intéresser unpeu plus à la question du confinement. Un projet de formation permanente permet ainsi derévéler les besoins des agents dans les laboratoires en termes de confinement et la difficultéde trouver à la fois les moyens techniques, financiers et opérationnels pour construire deséquipements de confinement. Il joue rôle moteur dans la sensibilisation de la Directiongénérale sur le confinement des organismes de quarantaine et il sert à faire remonter lespréoccupations des unités de recherche à la Direction générale.48Pièce isolée du laboratoire permettant l’entrée vers et la sortie du laboratoire.34


2.5.1. Une sensibilisation « par le bas », des unités vers la Direction généraleL’histoire de cette formation débute avec l’embauche par les services de la formationpermanente d’une chargée de mission à la fin de l’année 2001. Elle a pour mission deréactiver un projet de formation pour les agents de l’INRA en matière de procéduresd’agrément pour les activités utilisant des OGM. Ce projet initié une première fois à la findes années 1990 sur différents centres, n’avait pas connu de succès. En réactivant ce projetde formation, la responsable de la formation permanente s’adresse d’abord aux acteursqu’elle juge incontournables à l’INRA sur le sujet d’agrément pour les activités OGM, dontnotamment le Directeur de l’unité de biologie cellulaire de Versailles qui avait construit leprototype d’une serre confinée (cf. 2.1.) et qui avait déjà entrepris une démarche desensibilisation au sein de l’INRA à travers une classification d’organismes nuisibles (cf.2.2.). A la suite de discussions avec ces personnes, elle décide de proposer une formationpour les responsables de projet de recherche sur OGM avec le soutien des Chefs dedépartements concernés (SPE 49 et GAP 50 ). Ces derniers ont acceptés d’être lescommanditaires de cette formation qui a lieu au cours de l’année 2002 dans une douzaine decentres de l’INRA.2002 : Des remontées de terrain qui créent un besoinLors de ces premières formations sur les centres, les agents de l’INRA lui disent qu’une telleformation pour le confinement des OGM serait également utile pour les demandesd’agrément des organismes de quarantaine. Ainsi, inspirée par ces rencontres et cespropositions, elle se renseigne auprès de la Mission centrale prévention – depuis peuresponsable du dossier des organismes de quarantaine 51 – sur l’état des lieux de ce dossier duconfinement des organismes de quarantaine. Elle se met en contact notamment avecl’adjointe de la Chef de la Mission centrale prévention, qui vient d’être recrutée sur cedossier.49Département de Santé des plantes et environnement de l’INRA.50Département de Génétique et d'Amélioration des Plantes de l'INRA.51Nous n’avons pas d’éléments précis qui expliqueraient pourquoi et depuis quand la Mission centraleprévention est responsable de ce dossier des organismes de quarantaine. Nous disposons cependant de quelquestraces. Ainsi, nous savons que la Mission centrale prévention était depuis environ l’an 2000 responsablenotamment de l’élaboration d’un guide de confinement avec l’administration de la protection des végétaux (cf.courrier du Chef de la mission centrale prévention du 23 juillet 2002, doc. n°210) et nous savons aussi que laMission a mené en 2001 une étude, dans le cadre d’un stage, sur l’état des lieux en termes de confinement desOGM et des organismes de quarantaine au sein de l’INRA (cf. prochain paragraphe). Aussi, nous savons que laMission centrale prévention a repris le projet de note de service sur la réglementation concernant lesorganismes de quarantaine, dossier récupéré de l’ancien service des affaires juridiques, dissout lors de réformesinternes à l’INRA.35


Voilà j’ai une nouvelle interlocutrice, qui a réellement en charge la questiondes organismes de quarantaine, […] et du coup je lui dis « bin écoute moi jepense qu’il faut que tout de suite il faut qu’on travaille sur cette question deformation de façon à ce que au moment où toi tu seras prêt à produire la notede service en disant voilà tactactac, il y a une réglementation, il va falloir fairecomme ci, comme ça, il va falloir faire des demandes d’agrément comme ci,comme ça, que la note de service sorte en même temps que la formation.Chargée de mission à la Formation permanente nationaleCette synchronisation entre la sortie de la note de service et la formation pourrait, ellesl’espèrent, éviter le décalage temporaire qu’il y a eu entre l’entrée en vigueur de laréglementation française pour l’utilisation scientifique des OGM en 1992 et la formationpour les agents de l’INRA en 2002.2002/2003 : Une démarche de deux chargées de missions auprès de la DirectionscientifiqueAfin de donner plus d’ampleur à la formation, ces deux personnes présentent en 2002 leuridée de synchronisation entre la diffusion de la note de service et la formation non seulementà leurs supérieurs hiérarchiques mais aussi à des personnes de la Direction scientifique.J’ai dit [à l’adjointe du Chef de la mission centrale prévention] « tu sais c’estun sujet hyper sensible, donc pour moi il faut qu’on ait un vrai commanditaire,au delà [du supérieur hiérarchique], et il faut qu’on aille au moins taper auniveau de la Direction scientifique Plantes et produits végétaux ».Chargée de mission formation OGMLe Directeur scientifique apprécie leur projet et propose même, à l’issue de leur entrevue, decréer un groupe de travail composé d’un certain nombre de personnes qui ont déjà étéimpliquées dans des projets de construction ou de réflexion sur le confinement sur lesdifférents centres de l’INRA.Le groupe de travail « organismes de quarantaine » à l’INRACe groupe de travail a été constitué officiellement par une lettre de mission du Directeuradjoint de l’INRA du 19 septembre 2002. Le groupe comprend au départ 12 personnes, dontles deux animatrices du groupe, la chargée de mission de la Formation permanente nationalepour les formations OGM et organismes de quarantaine et l’adjointe du Chef de la Missioncentrale prévention. Sont également membres de ce groupe le Directeur de l’unité debiologie cellulaire à Versailles – concepteur de la première serre de haut confinement – etd’autres scientifiques qui ont travaillé ou mené des expériences avec des organismes dequarantaine pendant leur carrière à l’INRA. Enfin sont associés à ce groupe la rédactrice dela première version de la note de service des Services juridiques de l’INRA et deuxresponsables prévention de deux centres à l’INRA. Ces membres sont choisis en fonction dela mission du groupe de travail, qui est triple. Premièrement il s’agit de rédiger une note deservice sur la réglementation des organismes de quarantaine. Deuxièmement, cette note deservice doit être accompagnée par une formation des agents au niveau national, organisée parles services de la formation permanente nationale. Troisièmement, le groupe doit reprendreun projet de « guide de confinement » qui avait déjà été commencé par la Mission centrale36


prévention en collaboration avec les services de la Protection des végétaux et qui doitconcerner des équipements hébergeant à la fois des organismes de quarantaine et des OGM.Le groupe de travail s’est réuni pour la première fois le 12 février 2003. Entre 2003 et 2005,il s’est réuni huit fois. Certains membres permanents du groupe ont été remplacés au fil dutemps. Certaines personnes sont parties et d’autres ont rejoint le groupe. Par ailleurs, legroupe a invité quelques fois des membres extérieurs, notamment de l’administration desServices de la protection des végétaux afin de profiter de leur expertise. La première réunionétait surtout consacrée à la rédaction de la note de service, sortie par la suite (cf. 2.6.2.). Legroupe s’est ensuite préoccupé de l’organisation de la formation et, surtout et toujours, de larédaction du guide de confinement, qui n’est pas encore diffusé.Lors de sa deuxième réunion du 8 octobre 2003, le groupe discute de la formation pour lesagents travaillant sur des organismes de quarantaine. La responsable de la formationpermanente présente ainsi la dernière version du programme prévu pour la formation, quisera destinée aux demandeurs d’agrément ainsi qu’aux Présidents et aux délégués deprévention des Centres concernés. Elle demande aux Chefs de départements concernés par laréglementation sur les organismes de quarantaine de la commanditer 52 .2004 : Une formation pour les responsables de projets sur organismes de quarantaineCes démarches mènent à l’organisation de la première formation pour les responsables deprojets sur les organismes de quarantaine, qui a lieu le 8 et 9 mars 2004 à Paris. Cettepremière formation trouve bon accueil 53 . Les présentations lors de cette formation sontassurées par différents intervenants du monde de la recherche et, surtout, de l’administration,dont notamment les agents de l’administration du Ministère de l’agriculture. Cesinterventions expliquent principalement la réglementation, présentent les différents acteursimpliqués et illustrent la mise en œuvre de la réglementation par des cas concretsd’opérations avec des organismes nuisibles. La formation s’adresse surtout aux responsablesdes projets de recherche sur les organismes de quarantaine. Mais les participants ont faitentendre à travers l’évaluation de la formation qu’il y avait un besoin croissant de traduireles exigences réglementaires dans des consignes plus techniques et de créer des «°groupesd’entraides » permettant un retour d’expérience, une assistance technique ou des ateliers, ou52Elle a demandé le soutien des Chefs des départements Génétique et amélioration des plantes (GAP), Santédes plantes et environnement (SPE), Environnement et agronomie (EA), Forêt et milieux naturels (FMN) etBiologie végétale (BV).53Cf. Courriel du 23 juin 2004 (doc. n°22) ayant en pièce jointe une évaluation de la formation. Cetteévaluation donne par ailleurs quelques indications quantitatives concernant les participants : Parmi lesparticipants, neuf personnes sont extérieures et parviennent de différents organismes que l’INRA (CIRAD,CTIFL, ou secteur privé). Parmi les agents de l’INRA, la plupart est rattachée au département SPE, maisquelques huit participants proviennent aussi des Directions d’appui à la recherche (SDAR) des centres, commepar exemple les responsables de prévention sur les centres de l’INRA, dont la consultation est obligatoire pourles demandes d’agrément concernant les organismes de quarantaine37


même une mailing liste permettant un échange immédiat et à l’échelle nationale entre lesdifférents centres sur l’utilisation des espaces confinés 54 .2.5.2. 2005/2006 : la technicisation de la formation et la constitution d’unecommunauté de pratiqueLa responsable de la formation sur les organismes de quarantaine fait remonter auprès de sonsupérieur hiérarchique ce besoin d’une formation plus technique à la fois pour des opérationssur des OGM et des opérations sur des organismes de quarantaine. Avec son accord pour unetelle démarche, la responsable de la formation s’adresse par la suite, en juin 2004, à unniveau hiérarchique plus élevé, au nouveau Directeur scientifique 55 afin d’avoir encore unefois – comme pour la formation sur la réglementation OGM – l’appui nécessaire pourdemander aux différents Chefs de départements de commanditer la formation.Co-construction de la formation avec les serristesEn préparant cette formation, la responsable de la formation monte un groupe de travail danslequel elle nomme un certain nombre d’utilisateurs des espaces de confinement, dontnotamment des serristes. En intégrant les serristes dans la construction du programme de laformation, elle estime pouvoir monter une formation plus adaptée à leurs besoins et qui lesrend plus importants au sein de l’INRA.Alors en fait, la problématique pour moi c’était…les serristes sont en majoritéune population de techniciens, et pour les rendre vraiment acteur…pourquoi çamarche une école comme ça, il faut rendre acteur les gens. Et rendre acteur lesgens ça veut dire vraiment les mettre au cœur du programme. Donc pour moiderrière il faudrait que l’animation ne soit pas assurée par moi, déjà je ne saispas le faire, l’idéal ça serait qu’elle soit assurée par les serristes mêmes. Ilfaudrait qu’on ait des séquences de témoignages. Où les gens disent « binvoilà, sur telle problématique, j’ai fait comme ci ». Et que les autres disent « ahbin moi j’ai fait comme ça ».Chargée de mission de la formation permanente nationaleElle justifie cette démarche par un savoir faire technique très important de ces serristes, qui –à son avis – n’avait pas été jusqu’à maintenant assez valorisés au sein de l’INRA.J’avais un enjeu…un enjeu qui était de dire ces gens là en fait finalement ilssont assez isolés sur les centres [de l’INRA], et ils ont besoin de mutualiser, ilfaut qu’on crée un réseau métier sur ces questions, des serristes, et au delàfinalement des organismes de quarantaine et des OGM, c'est-à-dire que…j’ensais rien moi…la gestion du climat, comment je régule ma température dans54Cf. p. 7 de l’évaluation de la première formation, en pièce jointe au courrier 23 juin 2004 (doc. n°214).55L’ancien Directeur a quitté ses fonctions au 1er janvier 2005 pour devenir Directeur général adjoint de laPrésidente de l’INRA.38


une serre, que ce soit des organismes de quarantaine ou des organismesgénétiquement modifiés ou pas, c’est super important. Et en allant sur le terrainje me suis rendu compte que ces gens là qui pour la majorité sont destechniciens en fait développent en fait une ingéniosité extraordinaire, ils ontdes trucs et astuces, ont des compétences, une expérience extraordinaire et queje trouvais dommageable en fait à l’INRA on mutualise pas ça et qu’on nevalorise pas ces gens là, au delà de l’histoire du confinement.Chargée de mission de la formation permanente nationalePour la responsable de la formation, cette école technique qu’elle prépare est ainsi l’occasionde mieux mutualiser le savoir faire et les connaissances des serristes. Dans cet objectif, uneécole technique se déroule à Montpellier du 6 au 8 décembre 2005 qui, pour la première foisà l’INRA, s’adresse aux serristes travaillant dans des installations qui hébergent desexpérimentations avec des OGM ou avec des organismes de quarantaine. L’objectif affichéde cette formation est de permettre aux participants d’acquérir des connaissances sur lesréglementations OGM et Organismes de quarantaines, les confinements associés et lesrépercussions sur l’organisation du travail et de « partager et valoriser leurs expériences enmatière d’expérimentations confinées» 56 . Cette première école connaît un grand succèsauprès des participants serristes, menant à la mise en place d’une deuxième école techniqueen 2006.2.5.3. Coréalisation avec les agents de l’administration de la protection desvégétauxCes formations des agents – à la fois des responsables scientifiques et des serristes – ont étécoréalisées par les agents de la formation permanente et les agents de l’administration de laprotection des végétaux, notamment quelques agents du Laboratoire national de la protectiondes végétaux (LNPV) et des Services régionaux de la protection des végétaux (SRPV). Celareflète encore une fois le caractère exploratoire et collectif de l’application du cadreréglementaire, comme nous l’avons pu constater lors de notre étude du confinement àMontpellier et Avignon.Une démarche pédagogique pour l’administrationPour l’administration de la protection des végétaux, ces projets de formation s’inscriventbien dans leur démarche pédagogique en vue d’aider les unités de recherche à prendre encompte des démarches de confinement pour les activités sur des organismes de quarantaine.56Cf. article pour l’INRA mensuel (doc. n°54).39


Mais quand même on avait la volonté d’aider les gens parce que c’est unedémarche ouverte [inaudible], à l’époque [inaudible] évaluation du risque onfaisait des gros yeux […]. Mais on n’avait pas les méthodes d’évaluation durisque. Alors, ça, c’était un peu bizarre. L’évaluation du risque [inaudible] il ya longtemps, maintenant l’évaluation du risque c’est un concept très neuf. Allerparler d’évaluation du risque à des gens du SRPV, vous allez pas être surprise[inaudible] des têtes de brioches. Parce que ce n’est pas encore rentré[inaudible]. Là, on est un petit peu en retard. Donc tout ça, ça nous a poussé àêtre très pédagogique, on a travaillé par exemple avec l’INRA sur lesformations. Toutes les formations…déjà, on a poussé l’INRA à mener desformations en interne – on les a poussé – au début c’était les chefs, mais bonles chefs sont [inaudible], et puis derrière on a [inaudible] serristes et cetera, etcetera. Et aujourd’hui ça fonctionne.Directeur du LNPVDans leurs présentations, les agents de l’administration mettent surtout en avant l’aspectnon-directif et exploratoire de la démarche du confinement. Ils essaient de faire comprendreaux utilisateurs des espaces de confinement que seuls les résultats comptent, c'est-à-dire lanon-dissémination des organismes de quarantaine dans la nature. Ils soulignent que lesmoyens pour atteindre ces résultats sont laissés au choix des utilisateurs et responsables deprojet qui peuvent décider de la manière qu’ils jugent la plus adaptée afin de garantirl’absence de dissémination des organismes de quarantaine 57 . Les interventions des agents del’administration lors de ces formations sont ainsi motivées par une plus grandesensibilisation des utilisateurs pour des questions de confinement mais surtout pour lesamener à réfléchir au risque que représente leur activité pour l’environnement et de prendreles mesures qu’ils estiment nécessaires pour gérer ces risques.Les scientifiques qui veulent faire parler l’administrationPour les scientifiques, l’ambiguïté dans la communication de l’administration, entrepositionnement normatif à travers le manuel d’audit et attitude attentiste favorisantl’évaluation du risque, pose problème aux unités car elles ne savent pas ce qui est demandéde la part des services de la protection des végétaux.En fait une des difficultés que j’ai eu très vite, à la fois on sentait un besoin demettre des installations aux normes, à des normes et puis d’un autre coté on nesavait pas précisément quelles étaient ces normes, ça c’est très clair et je doisdire que aujourd’hui on ne sait pas très bien quelles sont ces normes.ChercheurDans ce flou autour des normes de l’administration, les organisateurs et commanditaires dela formation estiment nécessaire d’associer l’administration à la préparation et à la57Cf. intervention du Directeur du LNPV lors de l’école technique en décembre 2005 à Montpellier (doc. n°5).40


éalisation de la formation pour leur donner une opportunité d’expliciter leurs exigences etd’avoir une vision plus claire de leurs exigences.Il y avait deux buts [de la formation], sensibiliser les labos et leur donner deséléments et des moyens pour les aider à mettre en œuvre la note de service, ledeuxième but c’était de faire parler [l’administration de la protection desvégétaux] et d’essayer de leur faire préciser leurs positions. Parce que …çanous a quand même,finalement il simplifie les choses, et quand même il rendtout beaucoup plus complexe, cette absence de position normative de[l’administration de la protection des végétaux] rend tout plus complexe, unlabo qui travaille avec des agents pathogènes, les confine de façon x y z depuistrès longtemps en l’absence d’éléments normatifs, comment est-ce qu’il faitpour savoir en gros s’il est dans les clous ou pas et un des trucs que tout lemonde voulait éviter aussi bien l’INRA que [l’administration de la protectiondes végétaux] c’était d’arriver avec des dossiers qui étaient inacceptables pour[l’administration de la protection des végétaux].Chercheur, adjoint au Chef du département, intervenant à la formationOr, au final, les interventions des services de la Protection des végétaux ont surtout soulignéle caractère ouvert et finaliste des normes, se fixant sur l’objectif de la non-dissémination desorganismes de quarantaine dans la nature mais laissant aux acteurs le choix des moyens pouratteindre cet objectif.2.6. Objet d’un management stratégique de la directionde 2000 à 2007La formation sur le confinement des activités utilisant des organismes de quarantaine est uneétape importante de sensibilisation de la Direction générale, qui pendant longtemps a surtoutassocié le confinement aux activités utilisant des OGM. Ce n’est que par le biais desremontées des unités et des départements et autour de certains projets – comme celuinotamment de la formation permanente sur les OGM – que la Direction générale commenceà s’intéresser plus fortement au confinement des organismes de quarantaine et à l’associer àune politique plus générale et stratégique de « biosécurité 58 », qui comprend à la fois lesOGM et les organismes de quarantaine, aboutissant in fine à la mise en place d’une base dedonnées sur les opérations utilisant des OGM et/ou des organismes de quarantaine.58Ce terme est utilisé par la Direction générale de l’INRA d’abord au regard de la sécurité des opérations avecdes OGM, et puis après élargi en prenant en compte aussi la sécurité des opérations avec des organismes dequarantaine, comme nous allons le voir à travers de la création du « Comité permanent biosécurité ».41


2.6.1. L’historique de l’enjeu de la biosécurité : des OGM en vers les organismesde quarantaineInitialement, dans le contexte des discussions scientifiques à l’échelle mondiale autour desaspects de confinement des opérations de transgenèse au cours des années 1980, la Directiongénérale n’intervient que ponctuellement sur des aspects de biosécurité. Comme nousl’avons vu, en 1987, elle met par exemple un crédit à disposition du laboratoire de biologiecellulaire à Versailles pour élaborer un prototype de serre de confinement végétal. Au débutdes années 1990, dans le sillage notamment des réformes organisationnelles au niveau descentres de l’INRA essayant de mutualiser l’utilisation des dispositifs expérimentaux par unmaximum d’acteurs, la biosécurité devient l’enjeu d’une politique plus systématique etrationnelle mais principalement focalisée sur les opérations utilisant des OGM.1992 : Un état des lieux en termes de dispositifs expérimentaux qui crée un besoinEn effet, une première préoccupation de la biosécurité s’est avérée par des réformesorganisationnelles autour des dispositifs expérimentaux – comme les serres ou lesanimaleries – sur les différents centres de l’INRA au début des années 1990, qui semanifestent notamment par la création de la Commission nationale des unités expérimentales(CNUE) en 1992.La Commission nationale des unités expérimentales (CNUE)Cette commission a été créée en 1992 par la Direction générale et avait pour but de proposerdes modes d’organisation pour certains dispositifs expérimentaux comme des serres ou desanimaleries au sein des différents centres de l’INRA. A partir d’une certaine taille d’effectifstravaillant dans ces unités, et si les membres de la commission le jugent nécessaire, cesdispositifs devaient être transformés dans des unités à part, des « unités expérimentales »avec une propre direction et un propre budget. L’objectif de ces réformes était d’inciterl’usage partagé de ces dispositifs et de dissocier ces dispositifs d’une seule utilisation parcertains laboratoires.La CNUE mène une première étude des dispositifs existants sur l’ensemble des centres del’INRA. Elle essaie ainsi d’identifier les dispositifs d’expérimentations qui seronttransformés en « unités expérimentales » afin d’inciter un meilleur partage de ces dispositifscar ils sont souvent considérés par les chercheurs comme leurs outils de travail propres.C’était de dire il faut que l’unité expérimentale s’ouvre...à l’inverse, c'est-àdireil y a beaucoup de chercheurs qui disent « attention, touche pas à ma serre,parce que ma serre, c’est l’équivalent de ma paillasse, tu vas pas m’emmerder,je ne partage pas ma paillasse, c’est ma paillasse, et la serre c’est ma42


paillasse ». « Elle est vide ! » « Oui mais c’est pas grave, demain, je vaisl’utiliser ».Président de la CNUEPar ces visites de terrain, les responsables de la CNUE se rendent cependant compte quecertains de ces dispositifs n’étaient pas bien entretenus, notamment ceux qui se trouvent sousl’égide des unités de recherche et qui ne sont pas mutualisés.Et donc nous la conséquence c’est que on a vu – c’est pas toujours le cas – on avu des unités expérimentales péricliter comme ça. C'est-à-dire à force de diretouchez pas à mon truc, j’y mets pas de sous, je mes pas de (inaudible) sur lescarreaux, et cetera, et l’outil, il devient dégueulasse, hin, inadapté et cetera.Donc on a eu l’impression que ça s’est plus vu dans les installationsexpérimentales. Donc ce qu’on appelle les installations expérimentales, c’estceux qui sont inclus dans les unités de recherche. On a plus vu ça là dedansparce que finalement, le chercheur, il a bien autre chose à faire. Si, il prenait letemps de dire c’est à moi, touche pas à mon truc, mais résultat, euh…parexemple Avignon, c’est resté longtemps comme ça, mal entretenu.Président de la CNUECe manque de propreté pose par ailleurs un problème en termes de biosécurité, notammenten lien avec les serres qui hébergent des opérations utilisant des OGM. Dans un contextepolitique de plus en plus animé autour de la recherche sur les OGM – qui se manifestenotamment par certaines protestations contre l’utilisation des techniques génétiques parl’INRA – la Direction générale se préoccupe de la question de la biosécurité de ses propresinstallations d’expérimentation d’OGM.1997 : Un programme de remise à niveau de biosécurité qui est ciblé OGMAinsi, la Direction générale met en place en 1997 un groupe de travail interne afin de fairedes propositions concernant la mise à niveau des serres de l’INRA en terme de protectionadaptée pour les OGM. Ce groupe de travail travaille sous l’égide de la Directionscientifique plantes et produits végétal (DSPPV). A la suite des propositions élaborés par cegroupe, quelques opérations immédiates sont retenues dans le cadre du budget 1997 et lesaménagements pour les installations de « type S2 » sont prévus pour 1998 et pour les annéesà venir, dans le cadre des programmes instruction travaux pour l’an 1999 et 2000 59 . Unprogramme similaire de « remise à niveau » des serres et des autres dispositifsexpérimentaux est remis en 2001. Ce programme est initié par la Direction générale quidispose de reliquats budgétaires inutilisés et souhaite les dépenser pour une « remise ensécurité vis-à-vis du risque biologique », visant notamment les opérations utilisant les OGM.Elle délègue l’exécution de ce programme à la Mission centrale prévention, qui – depuis l’an59Cf. courrier du 01/10/1998 (doc. n°136).43


2000 – s’occupe des aspects de biosécurité, à travers notamment son programme deprévention qu’elle a publié en 2000, lequel met l’accent sur le respect de l’environnement.En juillet 2001, le Chef de la Mission centrale prévention s’adresse ainsi à la déléguéeprévention du centre d’Avignon et lui propose une « mise en sécurité vis-à-vis du risquebiologique » de quelques installations sur le centre d’Avignon 60 . Ces investissements trèsponctuels concernent uniquement des équipements prévus pour accueillir des recherches surles OGM et non ceux sur les organismes de quarantaine, même si dans certains de ces projetsfinancés – comme nous l’avons vu à Avignon – la problématique de confinement d’OGM etd’organismes de quarantaine est liée. En ce qui concerne les équipements destinésspécifiquement aux recherches sur les organismes de quarantaine, il n’existe pas de dispositifou guichet qui proposerait des financements pour ces installations, au regret de certainschercheurs.Mais nous, nous avons poussé fort, j’ai le souvenir d’avoir poussé plusieursannées dans les directoriales 61 pour faire remarquer qu’il y avait un réelproblème et qu’il fallait le prendre en compte et qu’il fallait mener desopérations, mais elles sont traitées pas différemment, donc ça rentre danstravaux mais il y a pas eu une opération de grande ampleur globale.Chercheur, adjoint au chef de département SPECe sont ainsi essentiellement des remontées des départements ou unités qui – parfois –arrivent à convaincre la Direction générale d’interventions financières, lesquelles restentsouvent ponctuelles.2000 : Des procès judiciaires qui sensibilisent la Direction généraleAutour de l’année 2000, la Direction générale semble toutefois s’intéresser plusspécifiquement à la question du confinement des activités utilisant des organismes dequarantaine. Nous n’avons pas d’éléments précis nous informant de ce qui serait à l’originedu renforcement de cette préoccupation autour des organismes de quarantaine. La situationchronologique nous laisse cependant supposer que le cadre réglementaire a sûrementnécessité, comme cela avait été le cas aussi pour les OGM, une communicationinstitutionnelle et interne sur le sujet, destinée à ses agents. Par ailleurs, les acteurs fontsouvent référence à l’affaire « Sharka », une affaire judiciaire dans laquelle l’INRA est60Cf. Courrier du 23/07/2001 (doc. n°134).61Les Directoriales sont des réunions annuelles entre les Chefs de département de l’INRA et les membres duCollège de direction de l’INRA (la Présidente directrice générale de l’INRA, les Directeurs généraux déléguéset les Directeurs scientifiques). Elles sont l’occasion pour ces personnes d’échanger et de partager les points devue sur les évolutions en cours, les objectifs choisis (notamment dans les schémas stratégiques desdépartements) et leur avancement.44


accusée d’une dissémination et qui aurait fait réagir la Direction générale et certainschercheurs sur le problème de confinement des organismes de quarantaine.L’affaire SharkaLa « Sharka » est une maladie d’origine de l’Europe orientale qui nuit à un certain nombrede cultures d’arbres fruitiers. A l’origine de sa nuisibilité est le plum pox virus (PPV), qui estun virus de quarantaine et présent en France depuis le début des années 1970. Au début desannées 1990, des dégâts importants sont détectés dans le Sud est de la France. Lesarboriculteurs, qui ont subi des pertes de rendement considérables liées à ces dégâts, se sonttournés contre l’INRA. Ils accusent certains de ses laboratoires d’être à l’origine de cesdégâts car ils auraient laissé sortir de leurs laboratoires une souche encore méconnue sur leterritoire français du virus, qui aurait été à l’origine de l’épidémie. Les procès sont toujoursen cours et concernent un grand nombre de plaintes.Cette affaire est mentionnée à plusieurs reprises pour expliquer pourquoi à la fin des années1990 l’INRA s’est davantage préoccupée de la question du confinement des organismes dequarantaine.En 1980 on a manipulé la Sharka sans agrément, sans rien. Maintenant c’est unorganisme de quarantaine. Pourquoi l’INRA a une position je veux dire fermeà ce sujet là. C’est qu’elle a quand même le procès Sharka sur le dos. C’estévident. Donc on voit les ennuis qu’on a avec ce procès Sharka, la consignec’est ne prenez pas de risque, ne prenez plus de risque.Chercheuse, responsable scientifique de la serre à AvignonOr, aucun des acteurs interviewés ne nous a donné des éléments plus précis sur lescirconstances et la matérialité de ces procès, soit parce qu’ils ne pouvaient pas fauted’information, soit parce qu’ils ne le voulaient pas par souci de ne pas diffuser desinformations sur cette affaire, ces informations pouvant éventuellement être utilisées par lasuite contre l’INRA dans les procès. L’affaire Sharka reste ainsi un événement externe pourles acteurs, utilisé pour expliquer une prise de conscience nationale du problème deconfinement des organismes de quarantaine, sans en connaître vraiment les circonstances, ledéroulement ou le contenu. Mais l’incertitude autour de cet événement suffit pour donner del’importance à un sujet jusque là encore peu pris en compte, qui est le confinement desorganismes de quarantaine au sein des laboratoires. Ce sujet est par la suite traité avec plusd’intérêt par la Direction générale, notamment par le groupe de travail sur les organismes dequarantaine et ses différents travaux (la note de service et le guide de confinement). Ils’inscrit dans une nouvelle stratégie plus globale de biosécurité pour la recherche sur duvégétal, qui implique des aspects de confinement à la fois pour les OGM et les organismesde quarantaine.45


2.6.2. Une note de service en 2003 comme normalisation de la communicationinstitutionnelleC’est dans ce contexte mouvementé que la Direction générale s’empare plusparticulièrement de la question du confinement des expérimentations sur les organismes dequarantaine en laboratoire. Cela se manifeste d’abord par un projet de note de service, qui estengagé au niveau de la Direction générale et qui vise – ensemble avec le projet de formation– à sensibiliser les chercheurs, et ceci de façon formalisée.C’est vrai qu’on a eu à une époque finalement une espèce de démarche pouressayer de sensibiliser à l’intérieur de l’INRA, là il y a eu une démarcheformalisée, pour essayer de sensibiliser à l’intérieur de l’INRA les chercheurspar rapport à ces contraintes réglementaires et par rapport à ces procéduresd’audit. Donc il y a eu de la note de service qui a été produite à l’INRA.Chercheur, adjoint au Chef du département SPEEn effet, autour de l’an 2000, la Direction générale mandate la Direction des affairesjuridiques (DAJ) pour élaborer – ensemble avec la Mission centrale prévention et sur lemodèle ce qui avait été fait pour les OGM – une note de service pour les agents de l’INRAsur les centres. Après la dissolution du service des affaires juridiques dans le cadre de lacréation des Services d’appui à la recherche (SDAR) à l’INRA, la Direction généraletransmet ce dossier de rédaction entièrement à la Mission centrale prévention et par la suiteau groupe de travail sur les organismes de quarantaine. La note de service est rédigée audébut de l’année 2003, principalement par l’adjointe au Chef de la mission centraleprévention, également animatrice du groupe de travail sur les organismes de quarantaine.La note de service en tant que rappel à la responsabilitéCe groupe de travail consacre la majorité de sa première réunion en février 2003 à larédaction de cette note de service. En effet, ses participants discutent d’un brouillon de lanote, qui avait été élaboré par l’adjointe à la Mission centrale prévention, sur la base ce quiavait été fait par la Direction des affaires juridiques. Nous disposons de quelques tracesdocumentaires de cette discussion à travers un compte rendu 62 . Ce compte rendu faitnotamment état d’une discussion autour de la question de la responsabilité juridique en casd’une dissémination d’organismes de quarantaine dans la nature. Il est noté que le Directeurde l’unité de biologie cellulaire au centre de Versailles, qui avait été à la base de lapréoccupation du confinement au sein de l’INRA (cf. 2.1.) souligne l’importance – mêmejuridique – des procédures écrites. Ainsi, en cas d’existence de procédures écrites, il propose62Cf. compte rendu de la réunion du groupe de travail du 13/02/2003 (doc. n°27).46


que les agents puissent être tenus pour responsables même devant la juridiction pour desfautes personnelles. Même si cette proposition n’a pas pu être retenue dans la version finalede la note 63 , elle reflète toute de même une volonté de sensibiliser non seulement lesresponsables scientifiques à l’importance du confinement mais aussi les agents enlaboratoire, c'est-à-dire par exemple les techniciens ou les serristes. La note de service, danssa forme finale parue le 12 mai 2003 comporte ainsi des aspects juridiques et réglementaires,rappelant le cadre réglementaire et son respect nécessaire. En effet, la note de service résumele contenu des directives européennes pertinentes et leur transposition en droit français 64 .Plusieurs schémas expliquent la procédure pour la demande d’agrément et de lettre officielled’autorisation ainsi que les différentes listes d’organismes de quarantaine qui sont dans lesannexes de la Commission.La définition des moyens est délaissée à l’administration du Ministère de l’agricultureOr la note de service reste relativement floue en ce qui concerne les moyens concretspermettant aux agents d’appliquer la réglementation. La définition de ces moyens concretsest tout d’abord laissée à l’appréciation des agents de la protection des végétaux. Il est ainsiprécisé que « pour chaque activité indiquée dans la demande d’agrément, le risque depropagation des organismes nuisibles maintenus dans des conditions de confinement estdéterminé par le Service régional de la protection des végétaux (SRPV) au regard du type dematériel, de l’activité envisagée, de la biologie des organismes nuisibles, de leur moyens dedispersion et de tout autre facteur pertinent lié au risque posé par le matériel concerné » etqu’à cet effet, « le SRPV peut demander la mise en place, si besoin est, des mesures deconfinement appropriés, concernant les locaux, les installations et les procédures detravail » 65 . Le processus proposé ici est clairement dirigé par l’administration, qui définit lesmoyens, envers les destinataires – le cas échéant les agents de l’INRA – qui doivent lesrespecter. C’est dans cette logique que la note de service propose également, afin que lesagents réfléchissent à « la réponse la plus adaptée » pour respecter la réglementation, de seréférer au manuel d’audit des SRPV, qui donne des mesures concrètes de confinementadaptées à chaque organisme. Nous voyons bien que la note de service vise surtout àrappeler un cadre réglementaire aux agents et son importance, en jouant notamment la carte63Texte retenu dans la note de service n°2003-40 (doc. n°21), p. 16: « Les personnes physiques coupables del’une de ces infractions encourent également la peine complémentaire de l’affichage ou la diffusion de ladécision prononcée par le Journal Officiel de la République Française, par une ou plusieurs autres publicationsde presse, ou par un ou plusieurs services de communication audiovisuelle désignés par la juridiction. »64Cf. la directive n°2000/29 (transposée par l’arrêté du 22 novembre 2002) et la directive n°95/44 (transposéepar le décret n°97-857 du 12 septembre 1997, l’arrêté du 15 mai 1998 et l’arrêté du 10 juin 1998).65Cf. note de service n°2003-40, p. 7.47


de la responsabilité, mais en se tenant en retrait par rapport à un positionnement plus précisconcernant la définition des moyens pour respecter ce cadre, laissée à l’appréciation desSRPV.2.6.3. 2000-2007 : un guide pédagogique en suspenseCe positionnement par rapport aux SRPV se manifeste aussi dans la manière dont l’INRAs’empare du projet d’élaboration d’un guide de confinement de 2000 à aujourd’hui. En effet,le guide de confinement (encore en cours de rédaction), autant que la note de service en2003, ont été gardés en suspens en attendant que la SDQPV publie sa version officielle dumanuel d’audit en février 2002. A la suite de cette publication, le Chef de la Mission centraleprévention relance le projet de guide en écrivant aux Chefs de département 66 :L'application de la nouvelle réglementation sur l'importation, la circulation etl'utilisation d'organismes de quarantaine est en stand-by depuis plusieursannées dans l'attente du feu vert des services de la protection des végétaux. Cesservices sont maintenant sur le point de disposer des moyens opérationnelspour suivre la mise en oeuvre de la réglementation. Afin de se préparer, l'INRAavait élaboré un projet de note de service (maître d'oeuvre ex-DAJ encollaboration avec la mission centrale prévention) et un guide d'aide à laconception-utilisation des serres de confinement en relation avecl’administration de la protection des végétaux (maître d'oeuvre missioncentrale prévention). La lecture des documents récents de l’administration de laprotection des végétaux (manuel d'audit des installations en particulier) montreque les deux documents INRA cités restent d'actualité. Leur mise en oeuvredoit répondre à la fois à la demande de l’administration de la protection desvégétaux et aux contraintes de l'expérimentation et de la recherche.Ce premier projet de guide de 2001, dont nous n’avons malheureusement pas d’exemplaire,devait se baser principalement sur un rapport fait par une stagiaire, qui avait observéquelques unités de recherche afin de dresser un état des lieux de la mise en œuvre de laréglementation concernant le confinement des organismes de quarantaine et des OGM.Un état des lieux fait par une stagiaire de l’INAPGEn printemps 2001, une élève de l’INAPG en deuxième année commence un stage à laMission centrale prévention. L’objectif de ce stage est de dresser un état des lieux desinstallations de confinement sur les centres de l’INRA, dans le contexte de la sortie de ladirective européenne n°2000/29 concernant l’introduction des organismes nuisibles. Pendantson stage, elle visite les installations de confinement sur les centres de l’INRA à Bordeaux,Orléans, Rennes, Toulouse et Versailles. Sur ces centres, elle rencontre les responsablesscientifiques et techniques des installations et ses utilisateurs ainsi que certains acteursexternes à l’INRA, comme le responsable du laboratoire de l’USDA à Montpellier ou des66Cf. Courrier du 23 juillet 2002 (doc. n°210).48


agents du LNPV. Son rapport consiste en une synthèse des textes réglementaires et fait « lepoint sur la mise en œuvre de la réglementation dans les serres » des centres de l’INRA. Sonbilan est d’un style plutôt critique visant notamment des aspects de non discipline de certains« consignes », constatant que ceux-ci sont « par souci de simplification ou de rapidité [...]parfois peu assurées », comme par exemple le port des vêtements de travail ou la signaturede registre des activités. Au-delà, elle soulève la difficulté technique de parvenir à une serreconfinée et que le savoir-faire concernant ces aspects techniques se crée au fil tu temps,« suite à l’expérience acquise par les responsables des installations ». Enfin, en comparantles différentes exigences de confinement - par exemple l’obligation d’une douche ou laprésence d’un sas – elle constate que malgré quelques différences en termes d’exigences,beaucoup d’exigences se ressemblent entre les démarches nécessaires pour le confinementdes OGM et des organismes de quarantaine. Ainsi, en proposant des ajustements pour lesquelques exigences divergentes, elle parvient à une grille d’harmonisation d’exigences deconfinement pour toutes les installations de confinement à l’INRA, qu’il s’agit des unitéstravaillant sur des organismes de quarantaine ou sur des OGM. Dans ses annexes, elle metnotamment une liste « provisoire » des organismes nuisibles et leurs niveaux de confinementassocié, qui sont issu de l’annexe 6 du manuel d’audit, qui sera publié peu après. Le 31 août2001, la stagiaire remet son rapport de son stage à la Mission centrale prévention, où iltrouve bonne réception. En effet, son rapport est par la suite envoyé à tous les responsablesprévention sur les centres et fait également objet de discussions au sein du groupe de travailsur les organismes de quarantaine.Dans un courrier du 4 janvier 2002 ; le Chef de la mission centrale prévention s’adresse auxdélégués préventions des centres INRA avec en annexe ce rapport de stage qu’il juge un« ouvrage particulièrement documenté ». Il annonce la sortie prochaine du manuel d’auditdes Services de la protection des végétaux qui « devrait permettre la transformation de cerapport en un guide INRA qui permette de concevoir des serres adaptées tant àl’expérimentation avec des OGM qu’avec des organismes de quarantaine » 67 .Or, cela s’avère plus difficile que prévu car le rapport de stage s’est beaucoup appuyé sur lesexigences retenues dans le manuel d’audit de l’administration de la protection des végétaux,dont la pertinence est remise en question à la fois par certains scientifiques du groupe detravail mais surtout par les responsables de l’administration, qui, eux, voudraient inciter lesagents de l’INRA à mener des évaluations de risque en amont d’une réflexion sur lesmesures de confinement.Quand on a commencé à travailler sur le guide, effectivement, on est arrivéà…alors, le terme je sais plus quelle était son origine mais vraiment là, c’estapparu assez nettement on s’est dit avant de définir quel devait être lesprocédés de gestion de risque, qui arrivaient à des mesures de confinement,d’était forcement au regard d’une évaluation du risque et c’est là où on a ditc’est par ça qu’il faut commencer et c’est cette partie là qu’on va travaillerdans un premier temps. Voilà, pour avoir vraiment avoir des éléments précisesd’évaluation du risque.67Cf. Courrier du 04/01/2002 (doc. n°216).49


Donc ça, c’est surtout une demande du côté des scientifiques…Des scientifiques et de la Protection des végétaux.Chef de la Mission centrale préventionEn effet, ce sont surtout les agents de l’administration de la protection des végétaux quis’engagent dans une démarche de promotion d’une application exhaustive d’évaluations derisque avant de se poser des questions concernant les mesures de confinement, comme letaux de la dépression atmosphérique ou l’existence ou non d’un sas.2004 : Une démarche de mise à l’agenda d’une évaluation du risqueCette promotion se fait à travers des interventions ponctuelles au groupe de travail, auqueldes agents de l’administration de la protection des végétaux sont associé en tant qu’experts,qui ont pour objectif principal d’inciter les agents de l’INRA à entreprendre des démarchesd’évaluations de risque adaptées aux organismes utilisés et de dévaloriser au fur et à mesurele manuel d’audit avec ses exigences de confinement très précises, largement diffusé auprèsdes laboratoires de l’INRA mais que les auditeurs de l’administration de la protection desvégétaux jugent souvent inadapté. C’est ainsi que le Directeur du LNPV fait passer certainsmessages lors de la quatrième réunion du groupe de travail le 18 juin 2004 auquel il estassocié en tant qu’expert, en soutenant notamment la proposition de plan détaillé pour leguide fait par l’adjointe au Chef de la Mission centrale prévention, qui donne une placeimportante à l’évaluation du risque en lui consacrant un chapitre entier. Ainsi, il essaie defaire comprendre au groupe que l’application d’une telle démarche d’évaluation du risque,telle que prévue par l’adjointe rendrait quasiment obsolète le manuel d’audit 68 . Aussi, ilpropose d’utiliser une démarche d’évaluation du risque élaborée par l’Organisationeuropéenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP), une organisationintergouvernementale responsable de coopération internationale en protection des végétauxdans la région européenne et méditerranéenne et productrice de plusieurs méthodesd’évaluations de risque. Lors de la cinquième réunion, un autre agent du LNPV, encoreintervenant en tant qu’expert au groupe de travail, applique cette méthode à deux insectesravageurs à des cultures agricoles. Par la suite, au cours des dernières réunions, ces méthodesont été testées par les membres du groupe de travail sans l’assistance des agents del’administration de la protection des végétaux. Enfin, l’évaluation est enfin aussi retenuedans le brouillon du futur guide de confinement, qui n’est au moment de nos recherches pas68Cf. compte rendu de la réunion du 18 juin 2004 : « Cette évaluation [du risque] doit permettre de déterminerles adaptations et les aménagements à réaliser pour les structures confinées. Les niveaux de confinement et lesadaptations associées [proposées par le manuel d’audit] n’ont plus d’intérêt dans ce contexte, selon[l’administration de la protection des végétaux]. »50


encore terminé et pas encore diffusé auprès des agents. Ce guide provisoire comporte doncdeux grandes parties. Une partie sur l’évaluation du risque proposant une adaptation d’uneméthode d’évaluation du risque élaboré par l’OEPP. La deuxième grande partie porte sur lagestion du risque.2005-2007 : Des difficultés à mobiliser les chercheurs sur des aspects techniquesCette deuxième partie du guide concernant la gestion du risque se base principalement surles travaux faits par la stagiaire en 2001, en vue des mesures de confinement proposées parle manuel d’audit et par le guide de la CGG. Le guide propose d’abord trois niveaux deconfinement pour les installations, qui synthétise les niveaux proposés par la CGG et parl’administration de la protection des végétaux. En annexe de ce guide figurent des fichesréglementaires, des fiches procédures et des fiches techniques. Ces fiches s’appuient sur desobservations faites lors de visites des installations de confinement que le groupe a entreprisen février 2005 à Bordeaux et en mai 2005 à Avignon. A l’heure actuelle, seules les fichesréglementaires et quelques fiches procédures sont réalisées. Or, il semble de plus en plusdifficile de mobiliser les membres du groupe de travail pour l’élaboration de cette deuxièmepartie du guide, notamment les chercheurs, qui ne semblent pas beaucoup s’intéresser à cesaspects techniques. En effet, le groupe de travail ne s’est plus réuni depuis 2005 etrassemblait déjà, lors des dernières réunions, peu de participants, principalement lesnouvelles animatrices, c'est-à-dire la Chef de la Mission centrale prévention, en fonctiondepuis septembre 2003 et l’ancienne stagiaire à la Mission, qui par ailleurs a pris la fonctionde déléguée prévention sur le Centre de l’INRA à Versailles. Aussi, aucun des membresinitiaux n’est plus dans le groupe. Cela concerne notamment les chercheurs qui au départparticipaient encore à ce groupe. Nous n’avons pas d’éléments précis sur les raisons de cettediminution de l’intérêt des chercheurs. Nous pouvons seulement supposer qu’il s’agit d’undésintérêt vis-à-vis des sujets plus techniques de confinement, comme cela nous avait étédécrit par l’un d’entre eux, ou bien, un véritable désaccord avec le stratégie derrière ce guide,qui – dans les yeux de certains – était trop orienté vers un règlement interne et assez rigide,au lieu de s’orienter vers un guide pédagogique avec une vision plus ouverte vis-à-vis desbesoins des chercheurs.Des gens comme [nom d’un chercheur] qui étaient super partant et cetera, euhbon voilà il y a eu des signes, bon moi je n’ai plus été associée au groupe detravail, donc en réunion, bon je sais qu’il y a eu [nom d’un chercheur] m’avaitappelé pour me demander « comment ça se fait que vous êtes plus en réunion »« bin je suis plus convi’ donc j’y vais plus », et ça, ça…voilà « mais attends, jesuis désolé je vois pas pourquoi enfin bref ». et il m’a dit « mais de toute façon,moi je veux plus y aller, j’y trouve plus mon intérêt » […].51


Ils y trouvent plus leur intérêt parce que ça devient trop…dans quelle manièreen fait.Ça moi je sais pas. J’ai eu le sentiment de ne plus être entendue […] et du coupdans le guide, on basculait trop dans le il y a qu’un « faut qu’on », plutôt quede dire il faudrait, il faut qu’on arrive à ça, et pour ça, bin on peut faire ça, oupourrait faire ci, on pourrait aussi faire comme ci, plutôt que de dire il y aqu’un chemin de prendre c’est celui-ci.Ingénieur, chargée de mission à la Formation permanente nationale de l’INRAPour l’instant, cette démarche d’élaboration d’un guide a ainsi perdu ses promoteurs dudépart, dont certains étaient parfois des chercheurs de haut rang. Le guide est devenu ànouveau un projet peu soutenu par la Direction générale et son avenir semble incertain. Entout cas, sur le terrain, l’élaboration de ce guide était pratiquement inconnue par les acteurs.Il reste à voir si ce guide sera publié et – le cas échéant – s’il sera accepté par les agents dansles centres.2.6.4. La constitution d’une base de données comme ressource d’informationParallèlement, la Direction générale s’est surtout penchée sur la question de l’élaborationd’une base de données qui a pour objectif de pouvoir reconstituer en temps réel à la fois desopérations utilisant des OGM et des organismes de quarantaine au sein de l’ensemble desunités à l’INRA. Cette base de donnée, dont la mise en opération a été faite au début de l’an2007, est un dispositif stratégique pour la Direction générale, et en particulier pour leDirecteur général délégué, dans le but de lancer une politique plus globale de biosécurité, quiintègre à la fois des questions de confinement des OGM en champ et en laboratoire ainsi quedes organismes de quarantaine. Cette stratégie vise notamment à se prémunir d’éventuellespoursuites judiciaires, qui pourraient être palliées avec les informations issues de cette basede données. Enfin, l’histoire de cette base de donnée reflète également le cheminement de laréflexion sur la biosécurité, qui a débuté par une réflexion sur les opérations utilisant desOGM en plein champ pour parvenir à une prise en compte du confinement des organismesde quarantaine dans la question de la biosécurité.Des recueils d’information par le Comité permanent OGM à la fin des années 1990En effet, l’origine de cette base de données était encore marquée par un souci de biosécuritéqui était uniquement lié aux opérations utilisant des OGM. A la fin des années 1990, leDirecteur scientifique de plantes et produits végétaux de l’époque – aujourd’hui le Directeurgénéral délégué de l’INRA – a mandaté un « comité permanent OGM » avec la mise enplace d’une base de données sur toutes les opérations et expériences avec des OGM faits au52


sein de l’ensembles des unités de l’INRA. Ce comité se composait de deux personnes 69 , dontun chercheur en pathologie végétale sur le centre d’Avignon – le président du comité – et leprésident du centre de l’INRA à Jouy. Le comité était chargé de recueillir un maximum dedonnées sur les activités de recherche utilisant des OGM végétaux sur l’ensemble des centresde l’INRA. Pour faire ceci, le président de ce comité s’est alors déplacé dans les différentscentres, a discuté avec les agents et a enfin constitué une première base de données. Or, peuaprès, en janvier 2002, ce chercheur est parti à la retraite.Le passage de présidence du Comité permanent OGM en 2002Par la suite, la Présidence du comité permanent OGM est transférée à un chercheur del’INRA du secteur animal, un Directeur de recherche avec une certaine réputation autour desquestions du bien-être animal au sein des laboratoires et autour de la relation éthique entreles chercheurs et les animaux en tant qu’objet de recherche. Or, dans sa lettre de mission du12 avril 2002 – signée par la Directrice générale de l’INRA – la présidence du comitépermanent OGM n’est qu’une mission parmi d’autres. En effet, la Directrice générale lui aconfié une mission plus globale, qui est celle d’une « démarche de dialogue interne, depédagogie et de rigueur dans les sujets concernant la déontologie des chercheurs, la sécuritéet l’agrément des installations, les expérimentations utilisant des OGM, les conditions etl’éthique des expérimentations animales » 70 . Cette mission s’inscrit dans une nouvellepolitique plus générale de l’INRA, « une politique d’ouverture, d’explication de ses objectifset de ses pratiques » 71 , à laquelle ce dialogue interne doit contribuer. Cependant, lerenseignement de la base de données pour les OGM n’est pas poursuivi par ce nouveauPrésident du comité permanent OGM. Ce n’est qu’en septembre 2003 que ce projet de basede données retrouve une vie, mais sous un autre nom et dans un autre contexte stratégique.La création du Comité permanent biosécurité en 2003En effet, lors d’une réunion des Directeurs scientifiques à Paris le 1 er septembre 2003 à Paris,le Directeur scientifique de plantes et végétaux, qui avait été à l’origine de la mise en placede la base de donnée pour les OGM, propose l’installation d’une telle base pour lesorganismes de quarantaine, en créant par ailleurs un « comité permanent organismes dequarantaine », sur le modèle du comité permanent OGM. Ces deux comités devaient êtrepilotés par le Directeur du comité permanent OGM et la base de données devait être gérée69A notre connaissance. Nous n’avons ni d’éléments sur la création de ce premier comité permanent OGM, nid’éléments qui pourraient faire preuve d’autres membres de ce comité.70Cf. lettre de mission du 12 avril 2002 (doc. n°154).71Cf. lettre de mission du 12 avril 2002 (doc. n°154).53


par un ingénieur d’étude animalier basé à Tours, qui avait déjà travaillé sur des questions deconfinement d’animaleries et qui est par ailleurs aussi Président de la Commission nationaledes unités expérimentales (CNUE). Enfin, ces deux comités seront fusionné en un seulcomité, intitulé « Comité permanent biosécurité », qui intègre à la fois des aspects d’OGM etd’organismes de quarantaine. Ce comité permanent biosécurité se réunit pour la premièrefois le 19 janvier 2004 à Paris. Au centre de l’activité de ce comité se trouve la relance duprojet de base de données, qui avait été commencée par le Comité permanent OGM, maisqui n’a pas trouvé de suite après le départ de son maître d’œuvre.L’enjeu de se protéger contre des persécutions judiciaires – qui a ses limitesL’enjeu de cette base de donnée est avant tout juridique. Il s’agit de protéger l’INRA en tantqu’institut de recherche d’éventuelles poursuites judiciaires concernant d’abord des activitésde recherche sur des OGM, notamment en plein champ, mais également des activités sur desorganismes de quarantaine, notamment devant les expériences subies dans le cadre del’affaire de la Sharka. La protection se traduit dans le fait que l’INRA en tant qu’institutnational disposera grâce à cette base de données d’informations qui pourraient lui permettrede se défendre face à ces éventuelles poursuites, par exemple en démontrant quelle soucheavait été utilisée pour quelle expérimentation à quel endroit. Néanmoins, la base de donnéesne disposera pas d’éléments de tracabilité et de suivi de dossier. Il sera ainsi impossible deretracer l’activité de recherche sur un laps de temps précis. Cela sera toujours du ressort deslaboratoires, qui – eux – appliquent ou non une démarche de qualité ou de tracabilité del’activité de recherche, par exemple par l’utilisation d’un cahier de laboratoire ou des fichesd’entrée ou sortie de matériel dans les locaux d’expérimentation. En fait, la base de donnéessouffre de cette limite considérable. Elle est un outil important pour la Direction généraleafin de connaître l’état des lieux concernant les activités de recherche en termes d’OGM etd’organismes de quarantaine et de connaître le dégrée de régularisation de ces activités(nombre d’agréments). Mais elle ne fournit pas d’information concernant l’activité courantede recherche dans les laboratoires, qui permettra de savoir ce qui se fait à tel moment à telendroit.Un enjeu autour du renseignement de la base de donnéesUn point très discuté lors des réunions du Comité de biosécurité concerne le renseignementde la base de données. En effet, la question de savoir quelles personnes de l’INRA auraientaccès à cette base de données et de quelle manière fait l’objet de débats. De la part deschercheurs, il est souhaité que le renseignement de la base de données soit fait par les54


Services d’appui à la recherche (SDAR), qui sont présents sur tous les centres et dépendentdu Président de centre. Il s’agit notamment des Délégués prévention des centres (DPC), quis’occupent d’aspects d’hygiène et de sécurité du travail sur les centres et qui dépendent à lafois du président de centre et de la Mission centrale prévention, qui, elle, au niveau de laDirection générale est le service qui gère principalement le dossier du confinement. Lors dela dernière réunion du comité de biosécurité en mai 2006, quelques chercheurs proposentainsi que ces DPC sur les différents centres renseignent la base de données, ce qui pourrait« renforcer leur connaissance des activités réglementaires des unités et d’une manièregénérale potentialiserait leurs contacts avec les unités » 72 . Or, la Mission centrale prévention– et notamment sa Chef – s’oppose à faire ce travail de renseignement de la base de données,car cela irait à l’encontre de son objectif principal, à savoir une plus grande sensibilisationdes chercheurs sur la problématique du confinement. A l’état actuel, ce problème n’est pasclairement réglé. Dans un courrier du Directeur général aux Présidents de centre et auxChefs de département de l’INRA concernant la mise en place de cette base de données 73 , ilest seulement fait mention de l’accès à cette base, qui sera ouvert aux Directeurs d’unité, auxprésidents de centre, aux Chefs de département et aux Directeurs scientifiques ainsi que desDPC «°nommément désignés ». Or, il n’est pas précisé qui sera responsable de la mise à jourde cette base de données. L’exhaustivité de cette base de données n’est donc pas assurée nisa pérennité en tant que dispositif stratégique d’information pour la Direction générale.3. Enseignements de l’étude socio-historique :multitude de lieux de négociation autour duconfinement végétal aux frontières des organisationsA l’issue de l’étude socio-historique du confinement que nous avons menée dans lesparagraphes précédents, nous pouvons en tirer quelques enseignements que nous allonsbrièvement présenter ici.72Cf. compte rendu de la réunion du 11/05/2006 (doc. n°155).73Cf. courrier du 07/04/2006 (doc. n°152).55


3.1. Des expérimentations très localisées, mais liées lesunes aux autresL’étude socio-historique nous révèle la multitude de lieux où la question du confinement aété traitée au sein de l’INRA. Dans ces lieux, le confinement représente pour les acteursrespectifs des enjeux organisationnels spécifiques, par rapport auxquels les acteursdéveloppent des stratégies d’action différentes. Le confinement peut constituer un enjeu pourune unité de recherche afin de disposer d’un équipement de recherche qui soit conforme à laréglementation, une opportunité pour un département scientifique pour capter desfinancements, un objet d’une politique de régulation de l’administration du Ministère del’agriculture vis-à-vis de l’INRA, un objet d’un projet de formation permanente et, enfin, unobjet d’une politique stratégique du département pour une meilleure prise en compte de labiosécurité. Dans ces différents lieux, le confinement a été appréhendé de façon assezlocalisée – en faisant des expérimentations locales autour de la question du confinement.Mais ces lieux n’étaient pas complètement déconnectés les uns des autres. En effet, uncertain nombre de liens existaient entre ces lieux, comme nous avons vu par exemple entreles projets de confinement à Avignon et Bordeaux, qui étaient en quelque sorte enconcurrence pour des moyens, mais qui se sont aussi orientés sur la base du premier projetde confinement pilote à Versailles. Ces liens peuvent être – comme nous l’avons vu – dedifférentes natures. Il peut s’agir de contacts individuels entre personnes, de serres deconfinement qui ont été réalisées et qui font modèle, ou bien d’exigences de confinement,qui sont soit exprimés dans des textes de loi ou dans des documents internes.3.2. Des innovations davantage à la périphérie desorganisationsLa vision chronologique nous démontre par ailleurs que le confinement a d’abord préoccupéles unités de recherche avant de devenir un sujet au niveau du département et, enfin, auniveau de la Direction générale de l’INRA. C’est au sein des unités – et grâce à leurinitiative, leur savoir-faire et leurs expérimentations – que les premiers projets deconfinement seront réalisés, dans des processus d’exploration collective qui intègrent desacteurs issus d’organisations différentes et voisins, au sein de communautés de pratique. Cesconstructions ont – en alternance avec l’évolution du cadre réglementaire – engendré une56


préoccupation du confinement au niveau des départements scientifiques et enfin au niveau dela Direction générale. C’est ainsi un processus d’innovation qui est davantage initié dans desprocessus aux frontières des organisations (les unités de recherche), avant d’atteindre lecentre de l’organisation (Direction générale).57


2 eme chapitre: Le confinement en pratique : regardsociologique sur les modalités de l’organisation desactivités expérimentalesComme porte d’entrée d’une étude empirique en prise avec les enjeux organisationnels duconfinement, nous avons été conduit à étudier un projet scientifique spécifique, le projetBemisiarisk. Ce projet s’intéresse à l’étude biologique et épidémiologique d’un organismenuisible spécifique et très dangereux, Bemisia tabaci 74 . Les unités de recherche impliquées –majoritairement des unités de l’INRA – ont jugé nécessaire d’avoir recours à deséquipements de confinement pour certaines de leurs activités de recherche. Après une brèveprésentation du contexte de ce projet scientifique, nous allons étudier la manière dont cesunités de recherche se sont emparées de la question du confinement afin d’en pouvoirdéduire quelques mécanismes organisationnels. Ce projet ne représente pas, bienévidemment, l’ensemble des enjeux du confinement à l’INRA. Il s’agit ici d’une ported’entrée illustrant le travail empirique sur des systèmes d’action en lien avec une activité derecherche finalisée.1. Présentation du contexte de l’étude casBemisiarisk 75 est un projet de l’Agence national de recherche (ANR) auquel participentplusieurs équipes de recherche de différentes disciplines scientifiques. Ce projet porte surl’organisme nuisible Bemisia tabaci.1.1. L’organisme nuisible Bemisia tabaci et latransmission des virusBemisia tabaci est une petite mouche blanche d’une taille d’environ 1 à 2 millimètres, quiappartient à la famille des aleurodes. Sa nuisance est surtout liée à sa capacité à véhiculerplusieurs virus plus ou moins dangereux pour différentes cultures légumières comme lesharicots, les tomates, les concombres ou la salade. La présence de Bemisia tabaci dans ce74L’encadrant de notre travail à l’INRA, Marc Barbier, est impliqué dans ce projet ainsi que Giovanni Prête quiréalise sa thèse sur la mise en recherche des risques inhérents aux organismes de quarantaine.75http://www.montpellier.inra.fr/CBGP/BemisiaRisk/index.htm58


type de cultures peut ainsi provoquer des pertes économiques considérables à l’échellemondiale sur les récoltes de ces cultures, de l’ordre de centaines de millions de dollars 76 .D’origine tropicale, Bemisia tabaci a été détectée en France pour la première fois en 1988.Par la suite, Bemisia tabaci a été identifié comme porteur de notamment deux virustransmissible à la tomate, le Tomato yellow leaf curl virus (TYLCV) et le Tomato chlorosisvirus (TOCV), ainsi que de deux virus de la courgette, le Cucumber yellow stunting disordervirus (CYSDV) et le Cucumber vein yellowing virus (CVYV). La dangerosité de ces virusdiffère. Si on mesure la dangerosité d’un virus par la baisse du rendement économique de laplante 77 , le TOCV, le CYSDV et le CVYV ne sont pas des virus dangereux, tandis que leTYLCV peut faire des dégâts considérables sur la plante, entraînant des pertes économiquesimportantes. En effet, le TYLCV provoque un blocage de croissance et de production de laplante de tomate. Une plante de tomate infestée par le TYLCV ne produit peu ou pas defruits. Morphologiquement, le virus se manifeste par un jaunissement des feuilles, ce quiexplique par ailleurs le nom du virus. Une épidémie du TYLCV dans une serre de productionde tomate peut ainsi causer des pertes importantes de rendement pour l’agriculteur, commecela avait été le cas notamment au printemps 2003 dans la région des Pyrénées orientales, oùdes nombreuses exploitations avaient été contaminées par le TYLCV 78 .1.2. La réglementationFace à ce danger pour l’agriculture, le gouvernement français et la Commission européenneont mis en place des réglementations ayant pour but d’éviter l’introduction de Bemisia tabaciet des virus dont il peut être porteur afin de protéger les cultures françaises et européennesd’éventuelles infestations. C’est ainsi qu’à la fois Bemisia tabaci – en tant que vecteur – etles virus eux-mêmes sont soumis à une réglementation à l’échelle française et européenne.76Par exemple la première introduction d’un Bemisia tabaci exogène en Californie, Etats-Unis, en 1991 a causéune perte de 500 millions de dollars sur les seules cultures hivernales dans cet Etat pendant le seul hiver 1991(cf. description du projet Bemisiarisk, doc. n°15, p. 28).77Catégorie traditionnelle et réglementaire vis-à-vis de la nuisibilité des organismes, encore exprimé dans lapréambule de la Directive n°2000/29 de la Commission européenne: « La production végétale tient une placetrès importante dans la Communauté. Le rendement de cette production est constamment affecté par lesorganismes nuisibles. La protection des végétaux contre ces organismes est absolument requise, non seulementpour éviter une diminution du rendement, mais aussi pour accroître la productivité de l'agriculture. »78Cf. Prête 2004 pour une étude socio-historique de cette crise.59


1.2.1. Les populations non européennes de Bemisia tabaci et le TYLCV commeorganismes de quarantaineDans les textes législatifs et réglementaire français et européens 79 , la protection contreBemisia tabaci se traduit par une différenciation binaire de populations européennes et noneuropéennes. Suivant cette différenciation, c’est l’endroit de prélèvement qui est décisif pourla considération d’un Bemisia tabaci en tant qu’organisme de quarantaine ou non. Ainsi, siun Bemisia tabaci est prélevé hors du territoire européen, son introduction et sa circulationen Europe sont interdites, tandis que si un Bemisia tabaci est prélevé sur le territoireeuropéen, sa circulation est tolérée. Les populations non européennes de Bemisia tabaci sontpar conséquent considérées par la loi comme des « organismes de quarantaine », tandis queles populations européennes ne le sont pas. Les textes nomment aussi certains virus dontBemisia tabaci est vecteur et dont l’introduction est interdite. Il s’agit notamment duTYLCV, dont l’introduction sur le territoire européen – du fait de sa grande nuisibilité,évoquée ci-dessus – est interdite et qui est ainsi considéré comme virus de quarantaine 80 .Cependant, la plupart des autres virus dont Bemisia tabaci peut être vecteur sont tolérés surle territoire européen, sauf quelques virus pour lesquels il existe une réglementationspécifique en France. En effet, la France a opté – dans un contexte politique animé que nousne traitons pas dans cette étude – pour un régime réglementaire spécifique visant quatre virusspécifiques transmis par Bemisia tabaci et présents en France, le TOCV, le TICV, leCYSDV et le CVYV. La législation française prévoit que ces virus sont soumis à desmesures de « lutte obligatoire », qui se traduisent par l’arrachage des plantes porteurs de cesvirus, ainsi que des modalités de lutte contre les vecteurs de ces virus, nommément Bemisiatabaci et Trialeurodes vaporarium – l’autre vecteur de ces virus – en pépinières et cultures 81 .1.2.2. Une dérogation pour les scientifiquesLa recherche scientifique sur les organismes de quarantaine – dans notre cas d’étude, lespopulations non européennes de Bemisia tabaci et le TYLCV – est soumise à des obligationsprévues par les réglementations européennes et françaises. Ces obligations, précisées dans79Les textes en vigueur : La directive n°2000/29 du 8 mai 2000 (abrogeant la directive n°77/93 du 21 décembre1976), et sa transposition par l’arrêté du 22 novembre 2002 en droit français (abrogeant l’arrêté du 2 septembre1993).80Cf. directive n°2000/29.81Cf. l’arrêté du 13 février 2002 (modifiant l'arrêté du 31 juillet 2000) et l’arrêté du 8 juillet 2002.60


une directive européenne 82 , se traduisent par la nécessité, auprès des autorités concernées del’Etat membre, de demander une autorisation afin de pouvoir travailler sur ces organismes(Lettre officielle d’autorisation, LOA) et un agrément des installations qui hébergent cetravail. En France, conformément à la transposition de la directive en droit français 83 , ce sontles Services régionaux de la protection des végétaux (SRPV) du Ministère de l’agriculturequi sont les autorités compétentes pour la procédure de la LOA et de la demande d’agrément.Ainsi, les unités de recherche qui veulent travailler sur ces organismes de quarantainedoivent déposer une LOA et – pour leur installation – déposer une demande d’agrémentauprès des SRPV de leur région respective. Ces demandes doivent être signées par leDirecteur de l’unité de recherche en question. Enfin, la délivrance de l’agrément dépend descaractéristiques des locaux techniques et de la mise en place de procédures de confinement,qui sont contrôlées par un agent de l’administration – en général un agent du Laboratoirenational de la protection des végétaux (LNPV) 84 – lequel recommande ou non la délivrancede l’agrément. Par la suite, les SRPV adressent une recommandation au Préfet régional, qui,lui, prend la décision de délivrer un agrément, d’une durée de cinq ans. Pour unrenouvellement de l’agrément, l’unité de recherche doit à nouveau déposer une demandeauprès des SRPV et suivre la même procédure que pour une première demande.1.3. Bemisia tabaci/Viroses comme objet scientifiqueFace à l’enjeu économique important autour du pathosystème Bemisia tabaci/Viroses, ilexiste depuis de nombreuses années des recherches dans le monde entier sur cet organisme etsur les virus dont il est porteur.1.3.1. La distinction des Bemisia tabaci en différents biotypesConcernant Bemisia tabaci, pour faire face à la grande variété de Bemisia tabaci dans lemonde entier, les scientifiques ont établi autour des années 1950 une classificationentomologique des Bemisia tabaci en différents biotypes. Ces biotypes renvoient à différentscritères de distinction spécifiques, comme la gamme de plantes hôtes, la capacité detransmission de virus ou la résistance aux insecticides. Les scientifiques sont parvenusaujourd’hui à environ 20 biotypes à l’échelle mondiale. Les biotypes les plus connus et82Cf. directive n°95/44 du 26 juillet 1995.83Cf. décret n°97-857 du 12 septembre 1997, l’arrêté du 15 mai 1998 et l’arrêté du 10 juin 1998.84Les agents de l’administration habilités à faire les contrôles sont listés dans l’arrêté du 10 juin 1998.61


épandus sont les types B et Q. Le biotype B, originaire du nord est de l’Afrique et du ProcheOrient, est répandu dans le monde entier mais particulièrement répandu en Amérique duNord où il a été introduit dans les années 1980 et causé des dégâts considérables. Il a aussiété découvert en Europe, notamment en Espagne, et à quelques endroits en France.Néanmoins, en Europe, on trouve principalement le biotype Q, originaire de la zoneméditerranéenne.1.3.2. La porosité des frontières des biotypes face à la biologie moléculaireCependant, les frontières entre les différents biotypes restent poreuses et elles sont toujourssujet à discussions scientifiques. Depuis le développement des méthodes sérologiques,comme la méthode ELISA 85 , ou encore par le développement des méthodes moléculaires,comme la méthode PCR 86 , les chercheurs disposent de nouveaux outils plus précis qui leurpermettent de mieux caractériser les différents individus. En utilisant la méthode PCR, lesindividus sont catégorisés dorénavant en différents génotypes et non en biotypes, ce qui peutdans certains cas remettre en question les frontières entre les biotypes. Par exemple, il peuts’avérer que deux individus du même biotype ont des caractéristiques génétiques tellementdifférentes qui font qu’ils n’arrivent pas à se multiplier, ce qui remet en question leuraffiliation dans un même biotype, voire dans une même espèce. Il s’agit ici d’un conflit quiémerge dans beaucoup de disciplines biologiques entre une approche qui est celle dessystématiciens, classifiant les organismes suivant des critères morphologiques oucomportementales, et celle des généticiens, poursuivant une classification des organismessuivant la composition de l’ARN ou de l’ADN dans des différents génotypes. L’articulationentre ces deux approches est difficile et peut causer des tensions normatives entre lesscientifiques 87 . Pour le cas de Bemisia tabaci, ces nouvelles approches ont complexifié larecherche mais elles ont aussi apporté des nouveaux moyens pour la recherche plusappliquée. Ainsi, ces outils permettent une caractérisation plus fine de l’origine de l’individuprélevé ce qui permet de mieux retracer par exemple l’origine et le flux d’une épidémie deBemisia-viroses.85Enzyme linked immunosorbay essay.86Polymerase chain reaction.87Cf. Sommerlund (2006) pour une étude sociologique des discussions entre généticiens et systématiciensautour de la classification des microorganismes.62


1.4.. Le projet Bemisiarisk comme porte d’entrée del’étude empiriqueComme nous l’avons déjà précisé, Bemisiarisk est un projet de l’ANR, porté par plusieurs deses équipes de recherche, dont notamment une équipe multi institutionnelle sur le centre del’INRA de Montpellier et une équipe de l’INRA à Avignon.1.4.1. Le groupe Bemisia au CBGP à MontpellierInstallé dans des locaux appartenants au centre de l’INRA de Montpellier, le groupe Bemisiafait partie du Centre de biologie et de gestion des populations (CBGP), une unité mixte derecherche (UMR) qui comprend des chercheurs de différents instituts de recherche, dontl’INRA, l’Institut de recherche pour le développement (IRD), le Centre de coopérationinternationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et l’Ecolesupérieure d’agronomie (SUPAGRO) de Montpellier. Le responsable du groupe Bemisia– eten même temps du projet Bemisiarisk – est un chercheur du département Santé des plantes etenvironnement (SPE) de l’INRA, spécialiste en biologie des populations. Il préside le groupeBemisia qui comprend une dizaine de chercheurs et techniciens 88 .Les enjeux scientifiques du groupeL’intérêt scientifique du groupe Bemisia se concentre sur l’analyse spatio-temporelle etgénétique des populations de Bemisia tabaci, ainsi que sur des questions de développementd’épidémies causées par les virus dont Bemisia tabaci peut être vecteur, notamment duTYLCV. C’est dans cette perspective scientifique qu’en 2003, face à la crise phytosanitaireprovoquée par Bemisia tabaci et TYLCV dans le Roussillon et en Provence 89 , que le groupeentame une collaboration avec le site expérimental de l’INRA à Alenya dans le Roussillon,qui dispose de plantations de tomates dans des serres et tunnels. Cette collaboration s’orientesur l’analyse systémique de la protection biologique et intégrée de cultures de tomate sousserres et tunnels combinant des stratégies prophylactiques et des méthodes de luttebiologique. Il s’agit dans ce contexte d’analyser la démographie des populations d’aleurodes88Font aussi partie de ce groupe avec un poids de travail important un chercheur de l’IRD spécialisé enmodélisation et analyse systémique, une chercheuse de l’IRD spécialisée en génétique des populations, unchercheur de l’IRD spécialisé en épidémiologie en pathologie végétale, une chercheuse de l’IRD enecopathologie des entomomycoses (champignons), ainsi que quatre techniciens de l’INRA, dont un technicienspécialisé en ecopathologie, une technicienne spécialisée en biologie moléculaire, et deux techniciens quis’occupent notamment de la production de matériel végétal dans la serre.89Cf. Prête 2004 pour une étude socio-historique de cette crise.63


comme Bemisia tabaci et de populations antagonistes, ennemis naturels de Bemisia tabaci,comme la punaise macrolophus caliginosus ou des champignons entomopathogènes. Afin depoursuivre et intensifier ces travaux, le groupe décide en 2005 d’initier le programme derecherche Bemisiarisk.L’équipement de recherche à disposition du groupeL’équipement de recherche consiste principalement en l’élevage de Bemisia tabaci, qui a étéconçu en 2002 à partir d’une souche de Bemisia tabaci de biotype Q provenant du siteexpérimental de l’INRA d’Alenya. En 2003, l’élevage de Bemisia tabaci est officiellementdevenu une plateforme technique et il est ainsi mis à disposition de tous les agents ducentre 90 . La même année, le groupe décide de transformer la plateforme Bemisia en une« zone protégée » 91 qui doit permettre de maintenir l’élevage et de procéder à des essais surce même élevage de façon plus sécurisée. L’élevage existait donc avant le lancement duprogramme Bemisiarisk (en 2005). La mise en confinement de l’élevage ne renvoie ainsi pasà l’existence du programme Bemisiarisk mais à une politique localisée de réorganisation ducentre de recherche. Un autre équipement consiste en un poste de traitement des échantillonsd’insectes et de fragments de végétaux, installé en 2005, au moment du lancement duprogramme Bemisiarisk. Ce poste permet notamment de vérifier la présence du TYLCVdans les plantes et insectes (notamment Bemisia tabaci), ce qui est une condition importantepour le maintien du confinement (nous y reviendrons plus tard).1.4.2. L’équipe de virologie de l’unité de pathologie végétale à AvignonL’autre équipe de recherche fortement impliquée dans le projet Bemisiarisk est l’équipevirologie de la station de pathologie végétale, installée sur le centre de l’INRA d’Avignon,dont les locaux sont situés sur un terrain à l’est d’Avignon. L’actuel responsable de l’équipede virologie est un chercheur de l’INRA du département SPE, spécialisé en étiologie,biologie et épidémiologie, qui chapote une équipe d’une dizaine d’agents, dont deschercheurs, ingénieurs, thésards, techniciens et serristes 92 .90Depuis 2003, le CBGP est organisé en sept plateformes techniques. Il est précisé sur l’organigramme ducentre que tout agent a accès à toutes les plateformes. Les plateformes techniques sont l’animalerie, la biologiemoléculaire, le confinement Bemisia tabaci, le Microscope électronique à Balayage, la quarantaine ennématolologie et la serre. Chaque plateforme dispose d’un responsable scientifique (souvent un chercheur)et/ou un responsable technique (souvent un technicien).91Cf. Description du projet Bemisiarisk, p. 8 (doc. n°15).92Font aussi partie de l’équipe une chercheuse au département SPE de l’INRA, spécialisée en biologiemoléculaire, un ingénieur du Laboratoire national de la protection des végétaux (LNPV) et thésarde en64


Les enjeux scientifiques de la stationD’un point de vue scientifique, l’équipe s’intéresse notamment à l’analyse biologique etgénétique de nouveaux virus émergents pour les cultures maraîchères et ornementales, dontcertains sont transmis par Bemisia tabaci. Plus concrètement, la station s’occupe del’identification des agents phytopathogènes ainsi que de la caractérisation de leurs diversitésgénétiques et phénotypiques, de la mise au point des méthodes de diagnostiques, de l’étudedu développement des épidémies, et de l’analyse de l’efficacité et la durabilité de méthodesde lutte. L'ensemble de ces travaux est effectué dans l’objectif d’améliorer les méthodes delutte efficaces et raisonnées contre ces virus en tant qu’organismes nuisibles aux cultures.Les équipements de recherche dont dispose la stationLes équipements mis à disposition pour l’équipe de virologie mais aussi pour les autreséquipes de recherche au sein de la station sont multiples. Il s’agit par exemple d’unmicroscopique électrique, situé au rez-de-chaussée du bâtiment principal ainsi que d’unplateau de biologie moléculaire, qui est mis à disposition de l’ensemble des équipes. Aussi, ily a plusieurs serres, soit pour la production du matériel végétal pour des essais, soit pour lesessais biologiques mêmes. Depuis 2006, il y a notamment une serre de haut confinement quin’est utilisée pour l’instant que par l’équipe de virologie. Chacun de ces équipements estsurveillé par un responsable technique et/ou un responsable scientifique. Pour le projetBemisiarisk, l’équipe utilise surtout une enceinte de haut confinement, qui héberge unélevage d’une population européenne de Bemisia tabaci, utilisée pour des essais detransmissions entre Bemisia tabaci et des virus soumis au régime français de « lutteobligatoire »Nous allons commencer notre étude de cas par le CGBP à Montpellier qui mène l’activité laplus importante dans le projet Bemisiarisk et dispose en son sein de l’élevage de Bemisiatabaci. Cet élevage est l’objet d’une construction de confinement. Nous étudierons ainsi lesdifférents enjeux liés à cette construction et à son utilisation.biologie, épidémiologie, vection et génétique des populations dans cette même équipe, ainsi qu’un assistantingénieur, deux techniciens et plusieurs serristes.65


2. Analyse du cas du CBGP à Montpellier2.1. Le processus de construction de l’équipementAu centre de notre attention sociologique se trouve d’abord la construction de l’équipementde confinement au CBGP. Nous allons voir que la construction d’un dispositif expérimentalconfiné est un processus qui a une dimension à la fois matérielle et normative. Il ne sauraitse lire comme la simple mise en œuvre – dans la rédaction de procédures, dans l’installationde nouveaux équipements – d’une norme déjà existante. Il y a en fait une « coconstruction »de normes et d’équipements. Les équipements nécessaires sont identifiés par uneinterprétation de la norme. Les essais dont ils font l’objet sont également des épreuves quialimentent la réflexion sur les risques de l’activité expérimentale et donc des normes deconfinement nécessaires. Nous allons chercher à reconstituer dans ce paragraphe lamultiplicité des enjeux des acteurs dans le processus de construction normatif et matériel duconfinement. Nous avons ainsi retracé les conditions et les étapes de l’élaboration d’un« guide de l’utilisateur » 93 pour la plate-forme Bemisia tabaci, qui participe à ce processus.Nous avons également étudié les discussions autour de ce guide, à la frontière entre le focussur le groupe Bemisia, l’observation participante et l’entretien collectif, rendant cette étudetrès riche.2.1.1. Le risque de dissémination de Bemisia tabaci virulifères et ses enjeuxjuridiquesLe guide de l’utilisateur se focalise notamment sur le risque de dissémination dans la naturedes Bemisia tabaci. En effet, le guide précise qu’il est important de « prévenir des dommagespotentiels pour l’environnement extérieur, en empêchant notamment la sortie d’individus deBemisia tabaci maintenus dans la zone de confinement » 94 . C’est dans ce contexte que, lorsd’une réunion du groupe Bemisia concernant le « lancement » du confinement (à laquelle laresponsable scientifique de la plateforme Bemisia présente son guide de l’utilisateur, qui esten vigueur depuis), les membres du groupe Bemisia consacrent une grande partie du tempsde réunion à l’élaboration de certaines procédures ayant pour objectif d’éviter ladissémination de Bemisia tabaci dans la nature. Par exemple, ils discutent longuement de la93Cf. doc. n°64.94Cf. guide de l’utilisateur, p. 4 (doc. n°64).66


onne procédure à suivre pour la décontamination des déchets, qui constitue l’une desprincipales procédures centrales pour éviter une dissémination des Bemisia tabaci dansl’environnement. Or c’est justement sur cette procédure de décontamination que s’engageune discussion. Les membres du groupe redoutent le risque attribué à la dissémination deBemisia tabaci, comme l’exprime l’un des chercheurs :Donc on travaille que sur des Bemisia tabaci européen et qu’on est supposé dene pas avoir du TYLC dedans, ce que je voulais dire ce que si on avait dessorties de Bemisia tabaci, ça devrait être sans aucune conséquence.Chercheur, lors de la réunion du lancement du confinementEn effet, le risque d’une dissémination d’un individu de l’élevage semble faible en soi car ils’agit d’une population européenne et non virulente. Elle ne nécessite donc pas de précautionparticulière d’un point de vue réglementaire et elle est par ailleurs prélevée dans la régionpuisqu’il s’agit d’une souche du Roussillon. Etant une souche indigène et ne portant pas devirus, la sortie d’un Bemisia tabaci ne devrait ainsi pas poser de risque pourl’environnement. Même la responsable scientifique de la plateforme – qui est pourtantrédactrice du guide – semble considérer ce risque comme très faible.En fait [le guide] est un compromis entre les contraintes qu’on se donne et cequi parait protéger réellement. On travaille pas avec [inaudible] non plus. C’estpas grave s’il y a des sorties. Je pense que la terre continuera à tourner s’il y ades sorties de Bemisia tabaci. Je suis tout à fait d’accord. Mais bon.Chercheuse, responsable scientifique de la plateforme, lors de la réunionPourquoi donc les membres du groupe Bemisia décident des mesures de confinement qui ontpour objectif d’éviter la dissémination de Bemisia alors qu’ils sont tous d’accord que le faitde rejeter des Bemisia de leur élevage dans la nature n’est pas dangereux ? En réalité, leconfinement est surtout un signal vers l’extérieur, qui vise notamment la Direction duCBGP. En effet, cette dernière souhaite que l’ensemble des activités scientifiques au sein ducentre se fasse dans des structures sécurisées afin d’éviter que le centre se retrouve la cibled’accusations judiciaires ou d’autres reproches concernant la propreté et la fiabilité du travailscientifique. La mise en place de structures sécurisées s’inscrit ainsi dans une dynamiqueglobale de « qualité » dans la recherche 95 .Ce qui a fait [que le groupe Bemisia se met en confinement] c’est surtout lapression du [Directeur de l’unité] qui nous a dit voilà…c’est dans cette95Cf. par exemple le « référentiel qualité » de l’INRA (doc. n°58), qui a été publié en 2003 par la Missionqualité de l’INRA, cellule auprès de la Direction générale, et en lien avec des normes existantes à ce sujet,notamment la norme NF EN ISO/CEI 17025 (Indice de classement de la norme française: X 50-061)concernant les exigences générales concernant la compétence des laboratoires d'étalonnages et d'essais. Leréférentiel de l’INRA propose un certain nombre de procédures dites de « qualité » afin de renforcer la« traçabilité » et la « fiabilité » de l’activité de recherche au niveau des unités de l’INRA. Au CBGP, cettedémarche de l’INRA n’a pas été appliquée, même si il existe au sein des différentes équipes de recherche desdémarches individuelles.67


mouvance là, démarche qualité, bonne pratiques de laboratoire et disant « jeveux que toutes les expérimentations qui…que le CBGP soit irréprochable ».ChercheurNous n’avons pas d’éléments précis sur les motifs de la Direction du CBGP d’imposer desconditions sécurisées. Mais – comme quelques membres du groupe Bemisia nous l’ontindiqué – la Direction du CBGP est particulièrement inquiète face à l’introduction duTYLCV dans la région, notamment dans le Roussillon 96 où le CBGP mène aussi une activitéscientifique d’expérimentation dans des tunnels et serres de tomate 97 .C’est surtout le gros risque à mon avis c’est quand on vient d’Alenya, on en a.On peut en avoir dans la voiture, c’est déjà arrivé. Et on les rentre. Et à cemoment là, ça peut rentrer dans la cage d’élevage si va manipuler juste après.[…] Et là à ce moment là, on peut rentrer des Bemisia tabaci avec du TYLC etcontaminer nos élevages et après les diffuser à l’extérieur.Chercheuse, responsable scientifique de la plateforme, lors de la réunion delancement de confinementLa Direction craint que les agents du groupe Bemisia, qui effectuent des allers-retours entreleur centre et la station d’expérimentation, introduisent le TYLCV au CBGP. Unecontamination de l’élevage par le TYLCV augmenterait le risque d’une dissémination duTYLCV dans l’environnement immédiat du CBGP, où le virus n’est pas encore présent et oùil pourrait causer des dégâts chez des producteurs agricoles. Ces producteurs pourraient parla suite – comme cela avait été le cas dans le cas de la dissémination du virus de la Sharkadans la vallée du Rhône – se retourner contre le laboratoire pour se faire indemniser.Si par exemple on avait notre élevage qui est contaminé, ce qu’on arrivemaintenant plus ou moins à savoir, maintenant on a donc un élevagecontaminé, avec du TYLC, et nos bêtes sortent et aillent même ici dans la zonede Morillau, et qu’on arrive à faire la preuve – parce que maintenant avec lesoutils moléculaires, on arriverait – je ne sais pas si au niveau du TYLC on peuty arriver mais – au niveau des individus on arriverait à montrer que ça vient dechez nous. [...] Si un jour on détectait du TYLC dans des cultures maraîchèresdans les alentours de Montpellier par exemple, ou même à Perpignan, mêmes’il est déjà présent, on va dire – plus simple – dans les cultures maraîchèresautour de Montpellier et qu’on nous dise c’est le CBGP qui a infesté avec sonélevage.ChercheurAussi, dans son guide du confinement, la responsable scientifique interdit toute pénétrationdans le confinement de personnes qui reviennent du site d’expérimentation d’Alenya lemême jour. Par ailleurs, le virus peut aussi rentrer dans la zone de confinement de façon plusindirecte, c'est-à-dire par les plantes qui grandissent en serre et qui sont utilisées par la suite96Cf. Prête 2004 pour une étude socio-historique de cette crise.97Cette activité concerne principalement l’interaction entre Bemisia tabaci et son prédateur, la punaisemacrolophus caliginosus. Dans les tunnels, les prédateurs sont lâchés à différents endroits et les agents duCBGP observent leur progression et leur efficacité vis-à-vis du Bemisia tabaci.68


comme support pour l’élevage de Bemisia tabaci. En effet, le serriste, responsable de laproduction des plantes destinées aux essais au laboratoire, peut introduire un Bemisia tabacivirulifère car il travaille à la fois à Alenya et en serre.2.1.2. Les enjeux scientifiques autour du confinementPour le groupe Bemisia, le risque d’introduction du TYLCV représente également un enjeuscientifique. En effet, le groupe devrait déclarer aux SRPV une telle introduction, ce quiconduirait alors à la destruction de l’ensemble de l’élevage. Dans ce cas, les conséquencespeuvent être importantes parce qu’il faut reconstituer un élevage. La difficulté est alors detrouver un élevage avec des caractéristiques génétiques semblables au précèdent élevage et ilfaut que cet élevage soit exempte de tout type de virus, notamment du TYLCV. Cependant,le guide de l’utilisateur de la plateforme Bemisia expose aussi un autre risque qui consiste enl’introduction de populations exogènes de Bemisia tabaci 98 . Ce risque est très concret enraison, encore une fois, du lien organisationnel avec la station expérimentale d’Alenya dansle Roussillon où se trouvent des populations autres que celle de l’élevage du CBGP, quipourraient être introduites par les personnes circulant entre le CBGP et la station d’Alenya.Une telle introduction pourrait avoir des conséquences scientifiques considérables car elleremettrait en cause les résultats du travail scientifique du laboratoire. La crainte de ce risqued’introduction de populations exogènes est partagée par la plupart des membres du groupeBemisia, ce qui se manifeste notamment pendant la réunion de présentation du guide deconfinement. Néanmoins, dans les faits, les acteurs du groupe Bemisia n’associent pas lesenjeux scientifiques du confinement (par exemple se prémunir de populations exogènes d’unautre biotype) au terme de confinement. Le processus de confinement est surtout associé àdes enjeux juridiques.Mais [au sein du] confinement [le biotype] peut être Q mélangé avec A ouB…. ?Oui enfin…ça ne serait pas une bonne nouvelle si c’était ça pour nous. Parceque ça remet en cause toutes nos recherches. Je veux dire le confinement esttrès, très secondaire par rapport à ça. Parce que quand on fait par exemple onregarde les durées de développement c’est pas pareil de voir telle ou tellepopulation. Il y a qu’une chose qui est importante pour le confinement, c’est detravailler avec des populations européennes.Responsable scientifique de la plateforme Bemisia tabaci98Cf. guide de l’utilisateur, p. 4 (doc. n°64).69


Le processus de confinement est ainsi surtout perçu par les acteurs comme une contrainteréglementaire, qui n’a pas de sens biologique, et moins comme une mesure de précaution àprendre qui pourrait protéger leurs résultats de recherche.2.1.3. La construction d’un cadre de règlesFace à la pression de la Direction du CBGP, le groupe Bemisia se renseigne auprès del’administration locale du Ministère de l’agriculture des conditions réglementairesapplicables pour la détention de leur élevage de Bemisia tabaci. La première démarche de cetype est entreprise par le Directeur du programme Bemisiarisk, qui s’adresse informellementau responsable de la Mission de coopération phytosanitaire (MCP) à Montpellier, uneantenne régionale de l’administration centrale du Ministère, lors de rencontres entrechercheurs sur le campus de Baillarguet en 2003. Ce responsable lui dit qu’il ne faut pas deconfinement pour son élevage de Bemisia tabaci car il s’agit d’une souche européenne deBemisia tabaci qui ne nécessite pas de demande d’agrément auprès des SRPV.On a été par exemple à des réunions avec [le responsable de la MCP]. Je suisallé à toutes les réunions où on a discuté de problèmes de quarantaine, avec laProtection des végétaux. Je suis revenu [au CBGP] en disant « [le responsablede la MCP] m’a dit, je ne vois pas pourquoi tu t’emmerdes cette histoire deBemisia tabaci, vous travaillez avec un Bemisia tabaci d’ici et il y a pas besoinde travailler dans du confinement ».Chercheur du groupe Bemisia, responsable du projet BemisiariskLe responsable du groupe prend cette information par la suite comme argument vis-à-vis dela Direction du CBGP afin de négocier « vers le bas » les conditions du confinement, ensoulignant que – normalement – il ne faut pas de confinement pour leur élevage.Un cadre normatif construit à partir d’informations du territoire local de rechercheNéanmoins, la Direction reste ferme sur la nécessité de respecter les conditions liées auconfinement. Le responsable du projet Bemisiarisk désigne alors une chercheuse dans sonéquipe comme responsable scientifique de la mise en confinement de l’élevage. Pour celleci,c’est le premier projet de confinement. Pour avoir une meilleure idée de ce qu’est unconfinement, elle a recours à des informations dans le territoire local de la recherche. Eneffet, elle s’adresse aux laboratoires du campus sur lequel est situé le CBGP, notamment lelaboratoire du Ministère de l’agriculture nord américain (USDA) et un laboratoire du Centrede coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD),70


qui disposent d’équipements de haut confinement 99 . Les responsables scientifiques respectifsde ces laboratoires lui expliquent la façon dont ils ont procédé pour construire le dispositif deconfinement et lui donnent différents supports documentaires.Un manuel de l’administration du Ministère qui contredit la réglementation…L’un de ces supports est un document de l’administration de la protection des végétaux. Cedocument – dénommé « manuel d’audit » et destiné initialement aux agents del’administration habilités à faire les contrôles dans les laboratoires – propose notamment uneclassification des virus, champignons, nématodes et insectes de quarantaine et d’un certainnombre d’autres microorganismes ravageurs dans trois niveaux de risque (NS1 à NS3) 100 .Bemisia tabaci fait également partie de ces organismes classés. Les populations noneuropéennes sont – en tant qu’organismes de quarantaine – automatiquement classées dans leniveau le plus élevé (NS3), tandis que les populations européennes – comme l’élevage deBemisia tabaci au CBGP – sont classées en NS2. Pour ce niveau NS2, ce manuel d’auditpropose un certain nombre d’exigences de confinement (par exemple l’imperméabilité dusol, un sas d’entrée, des fenêtres étanches…), alors que la MCP avait indiqué qu’aucunconfinement n’était nécessaire pour l’élevage de Bemisia tabaci européen. Il y a ainsi destextes réglementaires – la loi et le manuel d’audit – qui se contredisent et qui donc donnentaux acteurs la possibilité – et les obligent même – de décider de ce qu’ils veulent faire.…mais qui devient un guide de travail et le support d’une négociationFace à la pression de la Direction du CBGP, le groupe décide d’opter pour les exigencesindiquées dans le manuel d’audit (au lieu de lutter pour l’abandon du confinement). Laresponsable de l’espace de confinement, s’appuyant sur le manuel d’audit comme guide detravail, reprend une par une les recommandations de confinement du manuel d’audit pour lespopulations européennes de Bemisia tabaci et liste dans un document les travaux qui serontnécessaires. Cependant, très vite, la responsable scientifique et le responsable technique de laplateforme Bemisia se rendent compte que certaines des exigences du manuel d’auditnécessiteront des travaux trop importants financièrement. Ils décident ainsi – et notammenten faisant référence à un paragraphe du manuel d’audit qui propose des « possibilités de99L’USDA et le CIRAD disposent de laboratoires qui sont agrées par les SRPV afin de pouvoir maintenircertains organismes de quarantaine (Il s’agit ainsi de laboratoires de niveau « NS3 », selon les catégories dumanuel d’audit des Services de la protection des végétaux). Le laboratoire du CIRAD est agrée en niveau« L3 » car il héberge des activités sur des OGM qui sont classés en « C3 ».100Cf. le premier chapitre (les paragraphes 2.4.2. et 2.4.3.) pour une description du contenu de ce manueld’audit ainsi que du contexte de sa création.71


surclassement ou de déclassement » pour les différents microorganismes 101 – d’essayer de« déclasser » leur population européenne d’un niveau NS2 à un niveau NS1, ce quiengendrerait des mesures de confinement moins importantes. Ils décident par ailleurs defaire valider ce choix informellement par un agent de l’administration locale du Ministère del’agriculture afin de pouvoir le justifier vis-à-vis de la Direction du CBGP. Ils s’adressentainsi au responsable du LNPV à Montpellier, spécialiste en insectes et par ailleurs aussipartie prenante dans le projet Bemisiarisk. Les responsables de l’espace de confinementreprennent ainsi leur document et listent en plus des exigences pour le NS2 les exigencesproposées pour le NS1, en précisant à chaque fois les raisons pour lesquelles le groupevoudrait se mettre en NS1 au lieu de NS2. Ils lui soumettent ce document 102 et l’agent duLNPV se montre d’accord. Par la suite, le projet de confinement au CBGP sera engagé maissous le sigle d’un confinement « NS1-NS2 » 103 .Un guide de l’utilisateur construit à partir de supports locauxPar ailleurs, la responsable scientifique décide de construire un règlement interne pour laplateforme Bemisia sous la forme d’un guide de l’utilisateur. Comme c’est la première foisqu’elle s’occupe d’un tel projet, elle se sert des supports qu’elle a obtenus lors de ses visitesdes laboratoires confinés sur le campus de Baillarguet, dont certains sont des guidesd’utilisateurs. A partir de ceux-ci elle va réfléchir à son propre cadre de règles pour l’espacede confinement.Donc en fait pour rédiger [le guide], ça consiste à essayer de passer en revue…de présenter tous les risques, les types de risques qu’on peut envisager, doncc’est pour ça que je me suis aidé parce que spontanément tu ne penses pas àcertains risques, au début, je me suis aidé un peu des autres documents.Chercheuse, responsable scientifique de la plateforme BemisiaIl s’agit ainsi d’une projection des risques qui sont évoqués dans d’autres confinements versle confinement au CBGP. Or, une telle projection des risques comporte la difficulté que cesrisques ne sont pas toujours transposables d’une situation à l’autre et pour d’autres typesd’équipement. Il faut ainsi une « traduction » (et non une simple projection) des risquesévoqués dans d’autres laboratoires vers le contexte de la plateforme Bemisia.La non- association des utilisateursIl est cependant étonnant que la responsable scientifique s’engage pratiquement toute seuledans cette démarche de traduction alors qu’elle ne travaille pratiquement jamais dans101Cf. p. 41, 42 du manuel d’audit de la protection des végétaux (Annexe V, doc. n°82).102Cf. doc. n°81.103Cf. les comptes rendus de réunions de travail pour l’espace de confinement (doc. n°69, 70, 71).72


l’espace de confinement. Elle n’associe pas non plus les utilisateurs de l’espace alors queceux-ci utilisent déjà quotidiennement l’espace de confinement et pourraient lui fournir desinformations intéressantes quant aux différents risques liés à l’utilisation du confinement.Cette non-association des utilisateurs relève de la responsable scientifique qui estimenécessaire qu’il appartient aux scientifiques de « réfléchir » aux risques tandis que lesutilisateurs (et en particulier le responsable technique de la plateforme) n’apportent queponctuellement des conseils concernant la réalisation matérielle du confinement.[Le responsable technique] n’a pas du tout réfléchit…enfin n’a pas du toutréfléchit…il n’a pas…il a conçu, mis en place [la plateforme confinée], alorsque moi en rédigeant je réfléchis au risque et [inaudible] imposer des règles.Alors après on en a discuté par rapport à la probabilité surtout, il a pu medonner des idées, mais on s’est pas mis autour d’une table si tu veux en disant« bon où sont les risques ».Chercheuse, responsable scientifique de la plateforme Bemisia tabaciLa réflexion sur les risques est ainsi menée par une seule personne, déconnectée à la fois del’utilisation de l’espace et de la réalisation des dispositifs matériels qui sont sensés permettrela gestion des risques en zone de confinement, réalisés par le responsable technique. Leguide d’utilisateur est par conséquent une réflexion un peu virtuelle et déconnectée del’existant.2.1.4. Le processus local de bricolage de la zone de confinementLa construction du confinement de la plateforme Bemisia tabaci est suivie principalementpar le responsable technique de la plateforme, un technicien de l’INRA au CBGP. Pourcelui-ci, la construction de l’espace de confinement s’avère assez compliquée car leconfinement doit être crée dans un bâtiment existant – dans les locaux du CBGP sur le centrede l’INRA à Montpellier.Quand vous partez à zéro, vous dessinez votre truc et vous dites…partez derien. Vous avez rien adapté là, vous avez créé. Création c’est toujours plusfacile que d’adapter. Nous il a fallu étancher les fenêtres alors qu’à l’originequand on les fait fabriquer, les fenêtres sont étanches. C’est des blocs qui sontposés, c’est étanche, bimm bamm bumm. Là il a fallu démonter toutes lespoignées, c’était pas adapté pour être étanchéifié. Ainsi que toutes les portesqui ne sont pas prévues pour être étanchéifiées. Nous on a fait poser des balais,des balais automatiques qui se ferment alors qu’à l’origine ce sont des portesde…des portes de boeing. Avec un joint tout autour, c'est-à-dire qu’on peutmême créer des dépressions dans des sas. Quand on ouvre, l’air est aspiré.Donc tout ça, on ne pourra pas mettre en place. Là on pourra jamais faire un73


L3 104 par exemple. A moins de tout casser, tout revoir à l’intérieur. [...] C’estdu bricolage. On fait avec ce qu’on a.Responsable technique de la plateformeLe responsable technique ne peut pas simplement appliquer des exigences telles qu’elles sontproposées dans des référentiels de confinement, comme ici dans celui de la Commission degénie génétique (CGG). La construction du confinement au CBGP nécessite la capacité deréfléchir à des solutions techniques qui sont adaptées au bâti existant. Pour cela, leresponsable technique prend des contacts avec des entreprises locales afin de demander desdevis ou des conseils techniques. En outre, pour tout changement du bâtiment, le responsabletechnique doit recueillir l’avis du responsable des travaux du centre de l’INRA deMontpellier car l’INRA (et non le CBGP) est le propriétaire du bâtiment. De plus, lebâtiment est encore sous garantie décennale ce qui nécessite l’intervention des entreprisesconstructrices pour certains changements. Le contact avec ces entreprises étant maintenu parle responsable des travaux, le responsable technique de la plateforme dépend ici aussi del’action du responsable des travaux. Nous voyons bien que la construction du confinementau CBGP est un processus très localisé, qui nécessite chez les concepteurs et constructeurs lacapacité d’avoir des bons rapports avec les entreprises et avec l’institut de recherche pourfaire avancer le processus de construction.La plateforme Bemisia tabaciLa plateforme Bemisia tabaci consiste en trois pièces attenantes situées au premier étage dubâtiment du CBGP, avec une grande pièce qui héberge le laboratoire principal et qui donneaccès à trois cellules climatiques. La rentrée dans la plateforme se fait par un sas de deuxportes. Les portes de ce sas doivent toujours être refermées et celle vers la zone deconfinement même être refermée à clef. Seules certaines personnes figurant sur une listeaffichée à l’extérieur de la zone peuvent pénétrer dans la zone. A l’intérieur du sas setrouvent des blouses que les utilisateurs sont obligés de mettre avant de rentrer dans la zone.Tout matériel sortant de la zone doit être détruit par autoclavage 105 . Cette règle concerne à lafois le matériel végétal (par exemple des plants qui ont servis à l’élevage ou àl’expérimentation) et le matériel d’expérimentation ayant été en contact avec les Bemisiatabaci, (par exemple les boites de Petri). L’élevage de Bemisia tabaci se trouve à l’intérieurde l’une de ces trois cellules climatiques. Les Bemisia tabaci y sont maintenus dans descages rectangulaires en plastique, dont le dessus est recouvert par un filet et le dessous estposé sur un plateau détachable. Sur les côtés de la cage sont prévues des ouvertures quipermettent aux manipulateurs d’avoir accès à l’intérieur de la cage en utilisant des manchonspour éviter toute sortie de Bemisia tabaci.104Laboratoire de niveau de sécurité 3 suivant les catégories de la Commission de génie génétique (CGG).105L’autoclavage est une procédure de décontamination du matériel végétal, qui se fait à l’aide d’une machinespécifique, l’autoclave, dans laquelle le matériel végétal est passé sous vapeur pendant un certain temps, avantd’être mis dans les ordures classiques.74


2.1.5. Le maintien du confinement : être capable de faire des tests réguliersPour maintenir le confinement – ce qui signifie principalement de se prémunir contrel’introduction du TYLCV en raison des enjeux juridiques qui y sont liés – , il est crucial pourle groupe Bemisia de savoir s’il y a une infestation de l’élevage ou pas. Des tests de nonprésence du TYLCV sont ainsi des conditions pour garantir le maintien du confinement. Lelaboratoire dispose depuis peu d’une sonde de biologie moléculaire qui permet de vérifier laprésence du TYLCV dans l’élevage et dans les plantes.La vérification incertaine de l’absence de TYLCVLa vérification d’une contamination par le TYLCV n’est pas une affaire facile, à la fois dansle cas du Bemisia tabaci virulent et pour la plante virulente. Il y a plusieurs possibilités dedétecter le TYLCV. Pour les plantes il existe la méthode visuelle. Ainsi, on peut à partir d’unjaunissement des feuilles déterminer la présence du TYLCV sur la plante. Cette détection duvirus est possible si son stade est très développé et si la masse virale sur la plante estimportante. Autrement, il se peut qu’une plante soit infectée, sans que l’on puisse le voir àl’oeil nu, soit parce que la masse virale sur la plante est trop faible, soit parce que lessymptômes du virus n’apparaissent que quelques jours après l’infestation. Une planteinfectée peut ainsi donner l’impression d’être saine dans la serre et ne montrer dessymptômes de maladie qu’une fois entrée dans la zone de confinement. Une autre possibilitéde détection plus élaborée consiste dans l’utilisation de la méthode sérologique ELISA ou laméthode génétique PCR, qui peuvent toutes deux être appliquées à la fois sur Bemisia tabaciet sur les plantes. Grâce à ces méthodes, même des petites masses virales peuvent êtredétectées et à des stades peu développés. Or, ces méthodes ne sont pas très sûres et il peut yavoir des erreurs de mesure, comme cela avait été le cas lors d’expérimentations en champsmenées par l’un des chercheurs au CBGP. Dans ce cas, le TYLCV n’a pas pu être détecté surdes plantes d’expérimentation en plein champ en utilisant la méthode ELISA, alors que leséchantillons des mêmes plantes s’avéraient virulents en appliquant la méthode PCR.Pour le groupe Bemisia, il n’a pas été facile de se procurer cette sonde car elle repose sur destravaux non publiés auprès d’une unité de recherche du CIRAD sur le campus de Baillarguetde Montpellier 106 . L’importance de cette sonde et la difficulté de l’obtenir renvoient à l’idéeque le processus de construction du dispositif de confinement – loin de se résumer à unelecture d’un texte de droit – repose ici encore sur la mobilisation de réseaux d’acteurscomplexes et très localisées. Le groupe Bemisia décide lors de la réunion au cours delaquelle est présentée le guide de l’utilisateur de faire régulièrement des tests PCR surl’élevage pour vérifier que le TYLCV ne se soit introduit dans l’élevage et de faireégalement des tests réguliers sur les plantes en serre pour vérifier qu’elles ne sont pasinfestées du TYLCV.106La sonde est d’ailleurs la raison principale pour l’association de l’unité du CIRAD au projet Bemisiarisk.75


2.2. Des expérimentations très localisées où se construitla sécuritéMis en pratique, le nouveau cadre de règle va évoluer lors de l’utilisation du dispositifexpérimental confiné. Certaines des règles sont retenues, d’autres abandonnées. Cesévolutions sont le résultat soit de propositions des chercheurs du groupe Bemisia, soit depropositions des techniciens utilisateurs de la zone de confinement. Elles suivent desdynamiques très complexes d’allers-retours, qui se jouent à un niveau très localisé, au seindu groupe Bemisia, en intégrant les utilisateurs, la responsable scientifique et les chercheurs.Nous allons analyser ces dynamiques à l’aide de quatre exemples emblématiques observéslors de nos visites de terrain.2.2.1. Des expérimentations localisées autour de la bonne procédure dedécontaminationUn premier exemple concerne la mise en place de la procédure d’autoclavage du matérielvégétal qui sort de la zone de confinement, par exemple de la terre ou des vieilles plantes. Cematériel est considéré comme à risque parce qu’il peut être porteur d’œufs, de larves oud’adultes de Bemisia tabaci. Au CBGP, le problème est que l’autoclave est situé en dehorsde la zone de confinement. Les matériaux végétaux doivent ainsi être sortis de la zone avantde pouvoir passer à l’autoclave. La responsable scientifique avait proposé dans son guide deconfinement de mettre ces matériaux végétaux dans des sacs autoclavables, qui seraientfermés et laissés pendant 48 heures dans le sas pour que d’éventuels Bemisia tabaci audessus du sac ne puissent pas s’échapper pendant le transport entre la zone de confinement etl’autoclave. Or, cette mesure est très contraignante car elle implique qu’aucune personne nepasse par le sas pendant les 48 heures pour accéder à la zone de confinement. Ceci poseproblème pour accomplir des activités de routine comme l’arrosage des plantes. Lors de laréunion du lancement du confinement, une stagiaire et utilisatrice régulière de l’espace deconfinement avait proposé de mettre ces sacs pleins de terre ou vielles plantes pendant 48heures dans un congélateur, situé à l’intérieur de la zone de confinement. Elle a ainsi testécette proposition : elle a placé deux sacs au congélateur et a vérifié à l’issue de 48 heures siles Bemisia tabaci collés sur les végétaux étaient encore vivants. Il s’est avéré que lesBemisia tabaci n’avaient pas survécu, mais aussi, que les sacs ne s’étaient pas bien congeléset s’étaient déchiré une fois enlevés du congélateur, provoquant ainsi des sorties de bout de76


terre des sacs dans le congélateur, ce qui a sali le congélateur. La responsable scientifique adécidé ainsi que cette méthode de décontamination ne serait pas retenue, parce qu’elle s’estavérée peu pratique pour les utilisateurs.2.2.2. Une proposition d’autoclavage intégral qui s’avère difficile à mettre en placeUne autre proposition de procédure est faite par l’un des scientifiques, responsable du projetBemisiarisk, à l’issue d’une réunion de travail. Sa proposition consiste en l’autoclavage detous les éléments sortants de la zone de confinement. Son argument est que tous les déchetspeuvent représenter un risque biologique, y compris par exemple des brouillons ou desfeuilles que les agents ont utilisées à l’intérieur de la zone. Il propose ainsi de mettre tous cesmatériaux dans des sacs qui seront ensuite autoclavés, et de renoncer – pour des raisons debiosécurité – à distinguer dans les déchets les déchets végétaux à risque biologiques desdéchets végétaux sans risque biologique et des autres déchets, comme cela avait été proposépar la responsable scientifique de la plateforme dans son guide d’utilisateur.Normalement tout doit être autoclavé, maintenant on a décidé. Alors je voisque ça embête. Par exemple [un technicien] me dit alors tous les papiers il fautautoclaver, bon, il y a relativement peu de déchets finalement vraiment sansrisque. Donc je trouve que déjà l’idée qu’on autoclave tout c’est bien. Mais çaa un peu du mal à rentrer.Responsable scientifique de la plateforme Bemisia tabaciL’application de cette proposition, même si elle est théoriquement justifiée, s’avère difficiledans la pratique et elle est par conséquent peu appliquée par les utilisateurs 107 .2.2.3. Une procédure de décontamination pour les blouses qui s’avère tropcontraignanteUne autre procédure concerne la décontamination des blouses utilisées à l’intérieur de lazone de confinement. La responsable scientifique avait proposé dans son guide del’utilisateur que les utilisateurs mettent ces blouses – une fois utilisées – directement dans lecongélateur afin de les décontaminer pour être sûr qu’ils ne portent plus de Bemisia tabacivivant sur eux. En testant cette méthode pendant plusieurs semaines, il s’est avéré qu’ellen’était pas praticable.Après il y avait les blouses aussi, ça c’était un autre point. Les blouses on achangé. En fait on s’est rendu compte à l’usage que c’était un peu idiot107Lors d’un entretien, la responsable scientifique nous affirme qu’elle n’applique pas non plus toujours cettemesure d’autoclavage intégrale, car elle est trop contraignante.77


d’enlever la blouse dans le sas [...] et donc moi j’ai réfléchit effectivement lesblouses on l’enlève, dans le sas, c’est ça la règle, on l’amène au congélateur, 24heures après on l’enlève, je me suis dit ça va être très difficile à gérer parce queles gens je sais pas ne sont pas assez euh comment dire rigoureux. Pour savoirqu’ils ont mis leur blouse, effectivement tu retrouves des blouses qui étaient làdepuis une semaine, [...] après je me suis dit les blouses vont rester aucongélateur, personne ne va penser à les ressortir, parce que le but c’était de lesressortir après, c’était une sorte de décontamination. Mais si les gens nereviennent pas le lendemain le faire, on rajoute des blouses, donc bon c’étaitpas très très pratique.Responsable scientifique de la plateforme Bemisia tabaciEn effet, les utilisateurs n’avaient plus ressorties les blouses du congélateur. Ainsi, lesblouses s’étaient empilées au fond du congélateur et il était devenu impossible de savoir àqui les blouses appartenaient, depuis combien de temps elles avaient été au congélateur etpour combien de temps elles devaient encore y rester. De plus, la responsable scientifiqueconsidère cette mesure inefficace d’un point de vue théorique parce qu’elle ne propose pasde solution pour le risque considéré comme le plus important, à savoir le moment où lapersonne enlève sa blouse.Et enfin le risque, au moment ou on enlève la blouse à mon avis c’est làfinalement ou il va y avoir des aleurodes qui s’envolent, c’est là que ça se fait.Et ils ne restent pas cachés dans la poche, attendre à être congelé dans lecongélateur. Donc le moment où on enlève la blouse je pense que ça s’envole.Donc je lui dit tant pis on considère que ça va mourir dans le sas, on prend cerisque là, et on enlève la contrainte qui est un peu ridicule et qui est de toutefaçon à mon avis inutile.Responsable scientifique de la plateforme Bemisia tabaciAinsi, cette mesure est abandonnée, à la fois pour sa mise en pratique difficile et pour soninefficacité face au risque. Cette réflexion s’est faite en alternance entre une réflexionthéorique au risque et une adaptation de cette réflexion à l’aide des remontées de terrain.[...] J’ai plus ou moins discuté avec [la stagiaire]. En fait on a évolué un peucomme ça parce qu’elle est vite…elle est utilisatrice quotidien, et qu’elles’implique et que…elle lance souvent des idées.Responsable scientifique de la plateforme Bemisia tabaciDe façon plus coordonnée qu’au moment de la rédaction du guide, la responsablescientifique associe les utilisateurs à la réflexion aux procédures pour l’espace deconfinement.2.2.4. Une soufflette comme innovation matérielleUne dernière proposition faite par la même stagiaire, retenue et devenue une innovationmatérielle, concerne l’installation d’une soufflette à la porte de sortie de la zone deconfinement pour enlever toute Bemisia tabaci restante sur les vêtements. La stagiaire avait78


proposé la mise en place de cette soufflette lors de la réunion du groupe, en faisant référenceau site expérimental de l’INRA à Alenya. Une telle soufflette y est utilisée pour les agentssortant de la serre de tomate afin d’enlever des Bemisia tabaci de leurs vêtements. A la suitede cette proposition, la responsable scientifique a demandé un devis auprès du fournisseur decette soufflette du site d’Alenya. Quand le responsable technique de plateforme Bemisiatabaci a appris cela, il a proposé à la responsable scientifique de s’en occuper lui-même. Il aensuite bricolé un appareil à partir d’un compresseur qu’il a acheté dans une grande surfaceparce qu’il considérait que cela coûtait deux fois moins cher que d’acheter une tellesoufflette chez un professionnel. Cet exemple est aussi une illustration du type de bricolagesqui peuvent être nécessaires non seulement au moment de la construction du confinement,mais aussi au moment de son utilisation.2.2.5. Conclusion : un cycle complexe entre propositions, expérimentations,apprentissage et innovationL’ensemble de ces exemples démontre des processus complexes entre des propositions, leursexpérimentations dans la pratique, l’apprentissage en faisant des modifications et, parfois,leur transformation dans des innovations. Ces processus se déroulent à un niveau trèslocalisé, au sein du CBGP, avec la participation de plusieurs niveaux hiérarchiques d’acteurscomprenant les utilisateurs, les responsables de la plateforme et les scientifiques. De façonplus schématisée 108 , l’on peut penser ce processus sous forme de plusieurs phases qui sesuivent. Une première phase consiste en la proposition d’une modification. Cette propositionpeut être faite soit par des usagers de la zone de confinement, donc « par le bas » car il s’agitsouvent des techniciens, ou bien par les scientifiques pilotant les programmes scientifiquesautour du confinement, donc « par le haut ». Ensuite, ces propositions sont expérimentéesdans la pratique par les usagers. Pendant cette deuxième phase commence la troisième phase,celle de l’apprentissage, qui démontrent si ces expérimentations sont praticables ou pas.Certaines expérimentations sont modifiées et adaptées et peuvent devenir une innovationprocédurale ou matérielle. D’autres s’avèrent plus difficile à s’appliquer et ne sont donc pasretenues et une nouvelle proposition devient ainsi nécessaire. Ces différentes phases ne sontcependant dans la pratique pas toujours aussi bien séparables et se caractérisent plutôt parleur constante articulation 109 .108Cf. annexe VI pour un schéma de ce cycle.109Cf. Brown/Duguid (1991) pour une discussion sociologique approfondie de l’articulation entre pratique,apprentissage et innovation.79


2.3. Principales caractéristiques de la fabrique duconfinement au CBGPLe processus de construction de la zone de confinement au CBGP que nous avons décrit àl’aide de quelques exemples concrets illustre la fabrique de confinement qui porte lescaractéristiques suivantes.Des négociations entre plusieurs acteurs à un niveau très localiséD’abord, la fabrique du confinement du CBGP se caractérise par des expérimentations trèslocalisées autour à la fois des exigences réglementaires, de la réalisation matérielle duconfinement, et de la définition du cadre de règles et son application. Ces expérimentationsintègrent un grand nombre d’acteurs dont des chercheurs, techniciens, stagiaires et desacteurs externes comme les responsables travaux, les entreprises, les collaborateurs deslaboratoires voisins et les responsables des autorités administratives du Ministère del’agriculture. Ces acteurs se retrouvent autour de la mise en place de ce confinement etinteragissent les uns avec les autres dans des échanges et négociations à un niveau trèslocalisé. Ces négociations portent à la fois sur la construction même de l’espace deconfinement ainsi que sur son encastrement réglementaire, son cadre de règles, sonutilisation et son développement.Une structure complexe entre risques, rationalités et enjeux qui en découlentAussi, le cas du confinement au CBGP nous démontre la multitude d’enjeux qui seprésentent aux acteurs face à la mise en place d’un confinement. Cette multitude d’enjeuxrenvoie, à travers de rationalités spécifiques, à différents risques. Nous l’avons démontré parl’exemple du risque d’introduction de populations exogènes : Ce risque, suivant unerationalité réglementaire, peut présenter aux acteurs un enjeu juridique, parce qu’ilnécessiterait une demande d’agrément. Mais ce risque d’introduction peut aussi présenter unenjeu scientifique, suivant une rationalité biologique, parce qu’il peut créer des artefacts dansle travail scientifique. Il y a ainsi une structure complexe entre risques, ses rationalités sousjacenteset les enjeux qui en découlent pour les acteurs. Au sein de cet ensemble, les acteurssont surtout préoccupés par des enjeux scientifiques (afin d’éviter par exemple des artefactsou d’éviter la destruction de l’élevage). Or ces enjeux scientifiques ne se manifestent quepeu dans le cadre de règles, le guide d’utilisateur. Ils semblent même être dissociés duconfinement qui, lui, est associé à des enjeux plus politiques. En effet, à travers le80


confinement, le groupe Bemisia cherche à donner un signal vers l’extérieur, notamment versla Direction du CBGP, afin de démontrer que le groupe travaille dans des conditionssécurisées.Des processus complexes entre pratique, apprentissage et innovationEnfin, nous avons identifié des processus très complexes entre pratique, apprentissage etinnovation, qui peuvent être structurés de façon schématique dans différentes phases maisqui, dans la pratique, se font en constante interaction les unes avec les autres. C’est dans lapratique que les acteurs vont favoriser certaines propositions plutôt que d’autres etdévelopper éventuellement des innovations, qui peuvent imposer des nouveaux modesd’action aux acteurs.3. Analyse du cas de confinement à AvignonNous venons d’étudier la plateforme Bemisia tabaci au CBGP à Montpellier. Nous allonsmaintenant observer l’utilisation de l’espace de confinement pour le projet Bemisiarisk sur lecentre d’Avignon, qui consiste en une enceinte de haut confinement hébergeant des essais detransmissions de virus transmissibles par Bemisia tabaci. Au delà, nous allons étudier uneautre installation de confinement végétal sur le centre d’Avignon, qui nous a intéressé du faitde son importance à l’échelle de l’INRA. En effet, il s’agit d’une serre de haut confinementvégétal, l’une de trois serres opérationnelles de haut confinement végétal au sein del’INRA 110 , qui héberge notamment l’activité scientifique de la station sur des OGM issues devirus phytopathogènes. Nous avons considéré la présence de cette serre de haut confinementcomme l’occasion d’associer à l’étude du cas Bemisiarisk à Avignon une étude sociologiquede la fabrication, utilisation et conséquences pratiques de cette serre. Dans les paragraphessuivants, nous étudions ainsi la construction et l’utilisation à la fois de l’enceinte pour lesessais Bemisia tabaci/Viroses et la serre pour les virus génétiquement modifiés.110Les deux autres serres de haut confinement végétal sont la serre sur le centre de l’INRA de Bordeaux,opérationnel depuis 2002, et la serre de haut confinement végétal sur le centre de l’INRA de Versailles,opérationnel depuis janvier 2007.81


3.1. La construction de l’équipement de confinementcomme processus d’innovation et d’explorationLa construction des deux équipements de confinement du centre d’Avignon s’est déroulée àdeux périodes différentes. L’enceinte Bemisia-viroses a été construite de septembre 2003 àjuillet 2004, tandis la serre de haut confinement a été construite de octobre 2005 à juillet2006. Les deux projets ont été suivis techniquement par le responsable des travaux du centred’Avignon bien qu’il ait délégué la conception de l’enceinte Bemisia tabaci à l’un destechniciens qui s’occupe normalement de la maintenance des installations techniques de lastation.3.1.1. Explorations collectives des exigences réglementairesDans les deux exemples de construction, les acteurs, dont les scientifiques et les concepteursde l’équipement, sont confrontés à des exigences réglementaires. Or, ces exigences ne sontpas toujours très bien comprises par les acteurs. Le problème est double. D’une part, lesscientifiques et les concepteurs de l’équipement connaissent mal les exigences. D’autre part,à mesure qu’ils en prennent connaissance, ils découvrent que ces exigences manquent declarté et qu’elles laissent une grande marge d’interprétation. Les exigences réglementairessont donc l’objet d’un travail d’exploration qui implique la mobilisation des agents del’administration en charge de l’application de la réglementation. Cependant, les agents del’administration sont également dans un processus d’exploration d’une réglementation qu’ilsconnaissent peu. Nous pouvons donc observer un processus intéressant où les personnes encharge d’appliquer une réglementation et ceux en charge de l’appliquer l’explorentensemble, à l’aide de nombreux allers-retours, et les interprètent en fonction de la situationlocale.Une méconnaissance de la réglementation dans le cas de l’enceinte Bemisia-virosesSuivre la construction de l’enceinte Bemisia-viroses permet de bien appréhender ceprocessus d’exploration collectif. En effet, au cours de cette construction, il apparaît que lesdestinataires de la réglementation mais aussi les agents de l’administration chargés de sonapplication méconnaissent ce cadre réglementaire. En effet, l’enceinte Bemisia-viroses n’apas besoin d’agrément car les activités qui y sont menées ne portent pas sur des organismesde quarantaine. En effet, il s’agit de virus qui sont soumis au régime français de « lutte82


obligatoire » 111 . Néanmoins, au moment de la réflexion sur les conditions réglementaires deconfinement, les agents du SRPV avaient mis la pression sur la station de pathologievégétale d’Avignon pour qu’elle manipule ces virus dans les mêmes conditions que les virusde quarantaine, donc en niveau NS3, suivant leur manuel d’audit. En outre, le SRPV ademandé à la station de monter un dossier d’agrément pour les activités Bemisia-virosesdans cette structure. Leur dossier est traité par le SRPV qui, par la suite, demande quelquesmodifications. Or, subitement, au début de l’année 2007, lors d’une visite des agents duSRPV à la station concernant ce dossier d’agrément, ceux-ci font comprendre à la stationque le dossier est clos, tout simplement parce que les agents se sont aperçus qu’ils nepeuvent pas donner d’agrément puisque ce ne sont pas des virus de quarantaine qui sontutilisés au sein de l’enceinte.Donc en 2003 [la station] a monté un dossier de demande d’agrément auprèsde l’administration de la protection des végétaux […]. Euh, ce dossier a traînépour des tas de raisons, en particulier à la lenteur et au manque de moyens del’administration de la protection des végétaux dans ce domaine là, lenteur neveut pas dire qu’ils ne travaillent pas assez, mais c’est un manque de moyens.Ca a traîné, ça a traîné, jusqu’à ce que l’année dernière, le dossier ressorte etqu’on dise et alors ce dossier il faut des compléments, il faut faire ceci, cela,[…] et en début d’année on a finalement eu – il y a pas longtemps – on a euune réunion avec les gens de l’administration de la protection des végétaux quifinalement nous ont dit que [inaudible] par ailleurs, dans la mesure où ces virusde lutte obligatoire, ce statut est un statut purement national et qu’il n’y avait àleur niveau aucune réglementation au niveau européen, ils ne pouvaient pas lesconsidérer comme des organismes de quarantaine et que donc on avait pasbesoin d’agrément pour les manipuler. Donc voilà. L’affaire s’est arrêtée là.Donc on a monté un dossier d’agrément en 2003 qui n’a pas été utilisé.ChercheuseLa station s’est ainsi engagée dans une construction de confinement NS3, à la suite d’unepression du SRPV fondée sur une interprétation excessive des exigences réglementaires,dont ni les destinataires, ni les agents même de l’administration ne se sont aperçus. Nousvoyons ainsi que l’exploration du cadre réglementaire est l’objet d’un processusd’apprentissage, qui se fonde fortement sur la pratique. En effet, c’est seulement à travers lapratique de la démarche d’agrément que les agents de l’administration ont découvert qu’enfait, les activités sur Bemisia tabaci européen et les virus de « lutte obligatoire » nenécessitent pas d’agrément.111Cf. l’arrêté du 13 février 2002 (modifiant l'arrêté du 31 juillet 2000) et l’arrêté du 8 juillet 2002.83


Exploration de deux cadres réglementaires distincts pour la serre de haut confinementUne autre exploration collective concerne la construction de la serre de haut confinement, dufait notamment qu’elle est soumise à deux cadres réglementaires, celui concernant les OGMet rédigé par la Commission de génie génétique (CGG) et celui concernant les organismes dequarantaine rédigé par les SRPV en application de la directive n° 95/44. Le responsable destravaux et chef de construction de la serre se réfère à ces deux documents pour penser laconstruction de l’équipement. Il considère qu’il doit respecter à la fois les exigences écritesdans le manuel d’audit que lui a transmis un agent du SRPV et les exigences retenues dans leguide de confinement de la CGG, et il a cherché à trouver un compromis possible entre lesdeux. Or, pour lui, le problème est que ces exigences ne sont pas toujours cohérentes. Parexemple, pour une serre de type « S3 » (catégories de la CGG), l’installation d’une doucheest obligatoire, alors que pour une serre de type « NS3 » (catégories des SRPV), une telleinstallation n’est pas prévue. Le responsable des travaux décide résoudre ce problème enprévoyant large, à la fois pour répondre aux deux cadres réglementaires, mais aussi pouranticiper des éventuelles évolutions du cadre réglementaire.Il suffit de prendre leur recommandations et on suit le…une fois qu’on a suivileur recommandations, que voulez vous qu’ils disent. On est dans leurréglementation. Et si on fait un cadre plus large, on est forcement dedans.Même, ils peuvent même un peu élargir leur cadre, ça va pas me gêner.Responsable des travaux du centre d’AvignonAu-delà des exigences dans les guides, le responsable des travaux s’appuie sur des échangespersonnels, notamment avec le responsable du Laboratoire national de la protection desvégétaux (LNPV), dont une antenne spécialisée en plantes herbacées est installée dans leslocaux de la station de pathologie végétale. Ces échanges sont assez réguliers car le LNPVd’Avignon participe financièrement à la construction de la serre en contrepartie del’utilisation d’une partie de cette même serre pour ses propres activités, qui consistent dansle maintien d’une collection d’organismes de quarantaine. A la fois dans une relation plusrégulateur/régulé mais aussi dans une relation constructeur/client, les agents de l’INRA et duLNPV explorent ainsi ensemble la bonne application de la réglementation en associant desaspects fonctionnels, comme par exemple la situation de l’autoclave par rapport auxlaboratoires ou la manière dont on rentre dans le sas.Un arrangement réglementaire avec la Commission de génie génétique (CGG)Concernant la Commission de génie génétique (CGG), le responsable des travaux ne peutpas s’appuyer sur de tels contacts locaux car la CGG ne dispose pas d’antennes régionales.Un agrément est délivré à l’issue d’un échange strictement documentaire. Dans le processus84


qui va de la demande d’agrément à la délivrance de l’agrément, il n’y a pas d’interactionpersonnelle entre les destinataires et les régulateurs. La station de pathologie végétale acependant pu négocier un arrangement réglementaire avec la CGG au moment oùl’obligation d’agrément pour les activités utilisant des OGM est apparue. Cet arrangementpermet des activités de recherche sur les OGM dans des structures de niveau « S2+ », unniveau intermédiaire entre S2 et S3, qui est toléré par la CGG à condition qu’à long terme, lastation construise une serre de type S3. Cet exemple démontre bien que, faute de solutionstechniques immédiates, les acteurs reportent dans le temps des obligations identifiées ets’arrangent avec des régimes réglementaires provisoires afin de permettre le processusd’exploration se développer sans pour autant devoir arrêter entièrement les activités derecherche.3.1.2. Innovations par apprentissage interne en associant tous les acteursAu niveau des laboratoires, ces explorations collectives fonctionnent avec la participationd’un grand nombre d’acteurs différents dont des chercheurs, des techniciens ou des expertsexternes. Ces acteurs sont associés à un processus d’apprentissage 112 , qui peut se différencierd’un processus d’apprentissage en interne, à un niveau très localisé au niveau de l’unité, etd‘un processus d’apprentissage externe, à un niveau plus global qui associe aussi d’autresunités de recherche à d’autres endroits. L’apprentissage interne s’illustre bien à traversl’exemple de la serre. Pendant la phase de construction, le responsable des travaux a créé ungroupe de travail, dans lequel étaient impliqués les futurs utilisateurs de la serre, dontnotamment deux techniciens, le responsable de l’équipe des installations d’expérimentationet la future responsable de la serre. Dans ce groupe de travail, les acteurs ont réfléchiensemble à des aspects fonctionnels de la future serre. Par exemple, l’un des techniciens aproposé de construire un système de gestion de climat permettant de ventiler lescompartiments de la serre séparément afin de pouvoir éteindre la ventilation d’uncompartiment au cas où il ne serait pas utilisé. Une autre proposition d’un technicienconcernait la galvanisation des tuyaux au moment de la construction afin d’éviter de lesrepeindre au bout de quelques années, ce qui est un travail laborieux pour le technicien.112En prenant en compte une vision très large de l’apprentissage comme un phénomène socioculturelle au seindes organisations, basé sur la participation d’individus dans des pratiques « situées » (Lave/Wenger, 1991 ;Gherardi/Nicolini, 2002 ; Wenger, 2003), et qui se distingue d’approches traditionnelles qui se sont focaliséessur la transmission d’un savoir externe vers les individus.85


3.1.3. Innovations par apprentissage externe ou comment éviter les défautsd’ailleursAu-delà de l’apprentissage interne au laboratoire, une grande partie de l’apprentissage se faità partir d’expériences faites en externe, notamment dans d’autres projets de confinementd’un type semblable dans d’autres unités. Ici encore, la serre de haut confinement en est uneillustration car sa construction est engagée principalement à partir d’expériences faites dansle projet de haut confinement végétal au centre de l’INRA à Bordeaux. Cette serre deBordeaux, la première serre de haut confinement de l’INRA ayant obtenu un agrément à lafois de la CGG et de l’administration de la protection des végétaux est en quelque sortel’exemple « à suivre » pour son rôle de précurseur au sein de l’INRA, mais aussi l’exemple« à ne pas suivre » pour ses nombreux problèmes de fonctionnement. En effet, à partir de cesproblèmes – dont notamment les fuites d’air et les problèmes de climatisation – leresponsable des travaux d’Avignon essaie de parvenir à des solutions plus performantes quiont pour objectif d’éviter ces défauts.Un exemple pour l’apprentissage externe : Savoir éviter les fuites d’airL’un des deux gros problèmes à Bordeaux concerne les fuites d’air de la serre, qui font qu’ilest difficile de maintenir la serre en surpression. L’air fuit notamment à travers les jointsentre les vitres de la serre. Le responsable des travaux d’Avignon prend connaissance de ceproblème. Il décide d’utiliser un minimum de verre pour la construction de la serre et d’avoirrecours à d’autres matériaux de construction. Ainsi, il s’adresse à des spécialistes dechambres froides parce qu’il considère qu’ils sont les seuls spécialistes à pouvoir concevoirun bâtiment complètement étanche. L’entreprise lui propose une construction à partir degrands panneaux de chambre froide, sensés permettre une plus grande étanchéité surl’ensemble du bâti. A cette structure seront adossées des chapelles en verre, dans lesquels seferont les essais avec les plantes ayant besoin de la lumière du jour. Pour éviter tout de mêmetrop de joints entre les verres, il fait appel à un constructeur de verre pour lui faire faire uneétude sur des verres incassable d’une surface maximale tout en respectant les normes deconstruction. Nous voyons bien que la construction d’une serre suppose d’identifier desproblèmes techniques et de leur trouver des solutions. Cela implique de mobiliser desinterlocuteurs internes et externes qui proposent leur propre problématisation de la situationet leurs propres solutions.86


Echanges sur des pratiques et des innovations entre les utilisateursAu-delà de cet apprentissage externe, qui passe surtout par le responsable des travaux ducentre, nous pouvons également identifier des échanges horizontaux et trans-organisationnelsentre les utilisateurs de différentes installations de confinement. C’est le cas par exemple dela serre de haut confinement, où la serriste responsable échange beaucoup avec sonhomologue de la serre de haut confinement à Bordeaux.J’appelle souvent [le responsable technique de la serre de Bordeaux] […]. Enfin de compte je me suis rapproché de lui parce que c’est la première S3, deBordeaux, c’est la première de l’INRA. Donc celle-ci elle a été faite suivant lescorrections qui avaient été apportées à celle de Bordeaux. Donc on est resté unpeu en relation, disons…j’étais visité leur serre, j’ai été rencontrer les gens quiy travaillent, on est assez proche.Responsable de la serre d’AvignonPar exemple, ils ont échangé sur les lamelles verticales en aluminium qui sont installées surle toit de la serre d’Avignon et qui permettent un meilleur réglage de l’ensoleillement de laserre, un système innovateur qui intéresse les responsables à Bordeaux. Ou bien, ils ontéchangé sur l’avancement de l’application de la démarche « qualité » au sein du laboratoireet sur les procédures qu’il reste encore à écrire.Une mailing liste entre serristes comme support structurelLa mise en place d’une mailing liste regroupant les serristes ayant participé à des formationsprofessionnelles organisées par la Mission de formation permanente nationale de l’INRA en2005 et 2006 (cf. premier chapitre) donne un support structurel à ces échanges horizontaux(entre les différents centres) mais aussi verticaux (entre des serristes et des chercheurs etmême des responsables de l’administration de la protection des végétaux). Les techniciensque nous avons rencontré à Avignon nous disent qu’ils suivent régulièrement les messagesqui sont échangés à travers cette liste qui portent sur des aspects variés : techniques,réglementaires du travail de serriste, par exemple le traitement contre des insecticides. Cetteliste a pour effet que les acteurs ont l’occasion de faire connaissance car même s’ilsn’utilisent pas régulièrement cette liste, ils peuvent prendre contact avec les personnesdirectement, en dehors de la liste, afin de leur poser des questions. Cela fait se rapprocher lesdifférents lieux de confinement et les personnes qui y travaillent, incite les échanges entreeux et représente ainsi une autre forme d’apprentissage externe d’un point de vue dulaboratoire.87


3.2. L’espace de confinement comme dispositif deréorganisation des relations de travailAu-delà de ces processus d’apprentissage autour de la construction des installations, nousavons pu constater certains effets sur l’organisation du travail au sein de la station depathologie végétale. Ces effets se manifestent non seulement dans les pratiques mêmes derecherche mais aussi dans les relations entre les différents acteurs – notamment les relationsentre chercheurs et techniciens – qui sont reconfigurées par la mise en place des nouvellesinstallations de confinement.3.2.1. Repenser certains travaux scientifiquesAprès la mise en place des équipements de confinement, les chercheurs sont obligés derepenser leur travail scientifique en fonction de ces équipements et du risque que l’activitéscientifique pourrait engendrer, parfois au détriment de résultats scientifiques plusperformants. Cela s’illustre notamment à travers l’exemple de l’enceinte Bemisia-viroses.Cette enceinte est destinée à faire des essais de transmission de différents virus émergeantssur les deux types d’aleurodes présents en France, Bemisia tabaci et Trialeurodesvaporariorum. Il s’agit de tester la capacité de ces aleurodes à transmettre un virus d’uneplante infestée à une plante saine, de connaître les mécanismes de reconnaissance entre levirus et le vecteur et d’observer le développement du virus sur les plantes infestées. Pour cesessais, l’enceinte a été conçue avec trois compartiments. Le premier compartiment étaitprévu initialement pour l’élevage de Bemisia tabaci, le deuxième pour l’élevage deTrialeurodes vaporariorum et le troisième pour la transmission des virus par les aleurodes.Ensuite, une fois le virus transmis, il était prévu de traiter les plantes avec un insecticide etde les sortir, de les mettre dans des caisses fermées et de les transporter dans la nouvelleserre de haut confinement pour les faire pousser là bas car elles y poussent mieux étant sousla lumière naturelle et non sous la lumière artificielle de l’enceinte. Or, le chercheurresponsable de ce protocole a décidé de le réviser en fonction d’une plus grandeconsidération du risque de dissémination qui peut s’effectuer pendant le transport des plantesde l’enceinte vers la serre.Finalement, on s’est dit il y a quand même toujours un risque même si on traitebien les plantes, ils restent quelques insectes. Donc on a préféré faire toutes lestransmissions ici, et ne pas sortir les plantes vivantes. On les sort une foisl’essai est terminé.Chercheur88


Le chercheur responsable a ainsi décidé de faire pousser les plantes dans le troisièmecompartiment. Par conséquent, les essais de transmission s’effectuent dans le deuxièmecompartiment tandis que seul l’élevage de Bemisia tabaci est installé dans le premiercompartiment. L’élevage des Trialeurodes est installé en dehors de l’enceinte, dans lesarmoires climatiques au rez-de-chaussée du même bâtiment. Pour tout de même permettre undéveloppement satisfaisant des plantes infestées du troisième compartiment, l’éclairage y aété amélioré. Pour les scientifiques, cette mesure est un sacrifice au détriment de meilleursrésultats scientifiques et pour une meilleure prise en compte de la protection del’environnement. Mais aussi – comme nous avons pu l’observer au CBGP à Montpellier – ilexiste la préoccupation d’éviter des artefacts qui pourraient être causés par des échappementsd’insectes de l’enceinte.C’est vrai que là on se prive peut-être de certains type de résultats mais je croisque c’est le prix a payer là pour avoir au moins une garantie de pas avoird’échappées de…là vraiment je vous ai dit hier nous en tant que virologue onest paranoïaque par rapport aux insectes connus en tant que vecteur de virus.Parce que dans nos serres ça peut complètement mélanger toutes nos soucheset donc mettre tout notre travail…je dirais c’est pas seulement le principe deprécaution protéger l’environnement, c’est aussi pour protéger nos travaux.ChercheurPour ce chercheur, le risque d’une dissémination d’un Bemisia tabaci virulifère représenteainsi non seulement un enjeu réglementaire ou juridique (éviter des échappements deBemisia tabaci virulifères dans la nature qui pourraient contaminer l’environnementimmédiat) mais aussi un enjeu scientifique (éviter des artefacts dans les serresd’expérimentation) obligeant ainsi le chercheur à repenser son travail scientifique.3.2.2. Serriste de haut confinement : un nouveau métier prestigieuxLes équipements de confinement ont un effet important sur les relations de travail dans lesens où ils créent un nouveau lieu d’échange pour les acteurs. En effet, les acteurs seretrouvent autour de sujets qui ont un lien plus ou moins fort avec l’équipement deconfinement, comme par exemple la mise en place de nouvelles procédures ou le choix dematériel de construction. De plus, ces échanges se font souvent à un niveau assez neutre, surlequel la hiérarchie entre les scientifiques, les ingénieurs et les techniciens a tendance à jouerun rôle moins important. Dans ces constellations d’acteurs, ce sont notamment les serristesqui peuvent faire valoir leurs compétences en termes de confinement, comme nous l’avonsvu dans le cas de l’enceinte Bemisia-viroses. Son constructeur, un technicien qui s’occupepar ailleurs de la maintenance sur l’ensemble de la station, a été associé à l’ensemble du89


processus de conception de cette enceinte, et il a été par la suite maître d’œuvre de ceprocessus et l’interlocuteur à un niveau presque égal aux chercheurs, ce qui n’estapparemment pas toujours le cas dans d’autres laboratoires.Ce qui m’a beaucoup aidé c’est que au niveau de la qualité du travail sur leconfinement et sur les financements, tous les sous qu’il a fallu prendre à droiteet à gauche, interconnecter les uns aux autres, c’est vrai que ça m’a aidé parceque c’est pas quelque chose…il y a des unités où sur la question desfinancements le responsable atelier est écarté complètement. Je connais uneunité ou ils vont construire un phytotron, c'est-à-dire une enceinte climatique[inaudible] ils vont même pas chercher le technicien. Ils ne vont pas venir« qu’est-ce que t’en penses, comment… »Responsable maintenance, concepteur de l’enceinte Bemisia-virosesCes échanges autour de questions de confinement amènent les techniciens à accomplir destâches nouvelles, qu’ils connaissent encore peu, mais qu’ils trouvent souvent intéressantes etpassionnantes, leur permettant d’élargir leurs connaissances. Les nouvelles compétences queles serristes acquièrent autour des échanges sur des projets de confinement sont de plus enplus mutualisées et distinguent ces serristes d’autres serristes, notamment ceux qui travaillentdans des serres classiques. En effet, du fait de ces exigences de confinement, les serristescommencent à développer des compétences spécifiques, sur lesquelles ils s’échangent deplus en plus entre eux, que ce soit au sein de réseaux organisés ou par des contacts pluspersonnels.Une valorisation professionnelle et personnelleNous avons constaté que ces techniciens responsables des serres et laboratoires deconfinement sont plus mis en valeur au sein de l’organisation du laboratoire grâce à ceséquipements nouveaux de confinement. Cette valorisation du métier de serriste autour duconfinement peut être illustrée à travers l’exemple du technicien responsable pour laconstruction de l’enceinte « NS3 ». Grâce à ses expériences, ce technicien, au préalableresponsable de la maintenance sur la station de pathologie végétale, a pu évoluer à la fois surun niveau personnel et sur un niveau professionnel.[...] Maintenant avec l’histoire du confinement, moi au niveau personnel, çam’a apporté beaucoup. Parce que ça m’a permis de travailler sur des chosesnouvelles, d’améliorer mes compétences au niveau tout ce qui génie thermique,ça m’a permis de passer un cran au dessus.Technicien, responsable technique de l’enceinte Bemisia -virosesLa valorisation professionnelle se traduit notamment par le fait que les techniciens peuventprésenter leurs activités autour du confinement lors de différents concours internes (àl’INRA) ou externes (à d’autres instituts de recherche), ce qui leur permet parfois de grimper90


plus facilement les échelons hiérarchiques 113 . Cela avait été le cas notamment du techniciende l’enceinte Bemisia viroses :On ne voit pas [la valorisation] sur le salaire mais [rires] mais c’est vrai quemoi ça m’a permis de passer des examens professionnels [inaudible], qui est leplus haut grade dans la catégorie B. Quand j’ai présenté justement ce projet de[l’enceinte Bemisia viroses] je suis passé direct au premier. J’ai pas eu desouci.Technicien, responsable technique de l’enceinte Bemisia -virosesAussi, le confinement peut les amener à découvrir d’autres domaines d’activités qu’ilsconnaissaient encore peu et qui leur permettront par ailleurs de se développerprofessionnellement.Pour mon diplôme d’ingénieur, ce que je veux faire c’est travailler sur lemaintien du confinement tout au long de l’année. Prévenir les risques derupture de confinement et comment les corriger.Technicien, responsable technique de l’enceinte Bemisia -virosesAu-delà de ces bénéfices professionnels – et peut-être grâce à eux – les techniciens semblentêtre particulièrement fiers de travailler dans des structures de confinementA l’époque c’était [le] Directeur de l’unité qui me l’avait demandé [de devenirresponsable des serres]. Donc j’ai accepté cet honneur [rires].Technicien, responsable des serres sur l’ensemble de la stationMoi depuis je travaille dans le confinement, je trouve ça…très, trèspassionnant. Je suis très passionnée, ma [serre] S3, c’est vraiment mon bijou.Serriste, responsable de la serre de haut confinementCet ensemble de facteurs fait que le métier de technicien responsable des serres est perçucomme très valorisant par les personnes qui le font. Les personnes qui y travaillent et quisont responsables de ces structures sont passionnées par leur travail, y apprennent beaucoupde nouvelles choses qui leur permettent parfois d’évoluer professionnellement et de monteren grades hiérarchiques.Une tension qui se crée entre les serristes du haut et du bas confinementCette valorisation professionnelle et personnelle peut cependant augmenter la tension dansles relations entre les serristes, les techniciens responsables du haut confinement et lesserristes des anciennes structures, qui coexistent sur les mêmes centres de recherche.Oui, [la tension entre serristes traditionnelles et serristes de haut confinement],on peut pas [la] cacher. Les personnes qui travaillent dans ces serres, c’est vraique c’est nouveau, c’est moderne, c’est…c’est dans la mode un petit peu, toutle monde veut la voir. C’est vrai que ça amène un plus par rapport à unepersonne qui va travailler dans une serre traditionnelle.Technicien, responsable des serres de la station113Cf. annexe III pour une description des échelons hiérarchiques de l’INRA.91


Le responsable des serres est donc conscient de ce problème mais n’essaie pas trop de faireune différence entre les serristes traditionnelles et les nouveaux serristes de hautconfinement. Mais cette tension est une expression d’une rupture au sein du corps de métierde serristes, qui pourrait être au début d’une divergence croissante entre deux différentstypes de serristes, ce qui renforcerait encore plus le développement d’un propre corps demétier de serristes.Croissance d’échanges entre les serristes de haut confinementAussi, ce corps de métier prend de plus de plus de forme avec les échanges croissants entreles serristes des différents centres de recherche, à travers notamment la mailing liste, quenous avons évoquée ci-dessus et grâce aux écoles techniques, à l’issue desquelles un grandnombre de contacts se sont constitués. Les écoles et les échanges par la mailing listecontribuent ainsi à la constitution d’un certain savoir-faire et met en relation des personnesqui avient été d’une certaine façon encore assez isolées sur les centres.On s’est rencontré a cette formation c’était très bien puisque ça nous a permisde discuter un peu de notre fonction et en plus ça nous a fait rencontrer tout cesgens, qu’on connaissait pas vraiment. C’était des gens INRA donc euh dedifférents horizons et de divers genres…il y avait des gens qui travaillaient enconfinement sur des nématodes, pour euh…vraiment toute sorte de chose.Donc c’était intéressant de discuter, de voir comment ils travaillaient.Serriste, responsable de la serre de haut confinementCette nouvelle communauté autour du savoir-faire peut ainsi contribuer à la reconfigurationdes relations de travail au sein des centres au bénéfice des serristes, qui bénéficient d’uneplus grande reconnaissance professionnelle et personnelle et qui peuvent parfois se retrouverà un niveau égal vis-à-vis des supérieurs hiérarchiques (notamment les scientifiques), autournotamment de projets de confinement.3.2.3. Les scientifiques gardent la main sur certains dispositifs organisationnelsOr, dans le cas de la station pathologie végétale, cette reconfiguration est limitée. En effet,malgré une certaine valorisation des serristes autour des questions de confinement, leschercheurs de la station d’Avignon gardent encore la main sur certains dispositifsorganisationnels. Cela leur permet de contrôler la conduite de leurs expérimentations au seinde la serre et ils deviennent ainsi des ressources pour les chercheurs pour répondre auxenjeux de poursuite et de contrôle du cheminement de leur travaux scientifiques.92


Le contrôle de la répartition spatiale de la serreL’un de ces dispositifs organisationnels, qui est sous le contrôle des chercheurs, concerne larépartition spatiale de la serre. Nous avons remarqué cela lors de notre visite de la serre,quand nous avons vu un tableau, sur lequel était marqué un plan d’utilisation descompartiments de la serre. Sous chaque compartiment, les initiales des chercheursindiquaient l’occupation de ce compartiment. Ce tableau est rempli, modifié et remis à jourpar les chercheurs mêmes. En revanche, les serristes – bien qu’ils soient officiellementresponsables pour la serre – n’ont pas de mot à dire sur cette répartition spatiale de la serre.Cela semble surtout lié au fait que la serre est pour l’instant utilisée que par une seule unitéde recherche.Pour le moment [l’utilisation de la serre de haut confinement] est réservée à lapathologie. C’est pour ça que ce qu’on voyait toute à l’heure sur le tableau [derépartition de la serre], on a uniquement les chercheurs de l’unité quis’arrangent entre eux pour se repartir l’espace. Nous, on a pas vraiment… [laserriste] n’a pas vraiment on va dire le droit entre guillemets de placer les gens.La répartition des lots, c’est vraiment au niveau scientifique que ça se fait.Technicien, responsable des serresContrairement à d’autres cas de confinement où les serristes jouent davantage un rôle demédiateur entre les différentes unités de recherche qui utilisent la serre 114 , les serristesd’Avignon sont plus dépendant des informations des chercheurs. Ils ne peuvent pas imposeraux chercheurs des conditions d’utilisation de la serre de haut confinement, que ce soit dansdes termes spatiaux (qui utilise quel compartiment ?) ou des termes plus temporels (pourcombien de temps ?) 115 .La négligence des scientifiques de la transparenceAu-delà de l’exemple de la répartition spatiale de la serre, les serristes d’Avignon semblentd’une manière plus générale rencontrer des difficultés à s’imposer vis-à-vis des chercheurs.Cette difficulté se manifeste notamment dans la proposition de nouvelles règles ouprocédures par les serristes, que les chercheurs respectent peu. Par exemple, l’une desserristes a proposé la mise en place d’un système de traçabilité afin de pouvoir retracer lesentrées et sorties des plantes dans la serre. Cette traçabilité, qui s’inscrit dans une démarcheorientée vers une plus grande qualité dans l’activité de recherche – et qui est souvent exigéepar les agents de l’administration de la protection des végétaux et par la CGG – lui114Le cas notamment à la serre de haut confinement au centre de l’INRA de Versailles, où plusieurs unités derecherche utilisent la serre et le serriste doit gérer la coordination entre ces unités (gérer la répartition, facturerla consommation d’énergie aux unités…).115De tels pouvoirs dispose par exemple le responsable de la serre de haut confinement au centre de l’INRA deBordeaux, car il contrôle l’accès à la serre en mettant à disposition seul cinq blouses pour les utilisateurs, qu’ils’agit de chercheurs ou de techniciens.93


permettrait par ailleurs de mieux planifier son emploi de temps. Son système prévoyaitl’étiquetage, avec une indication de date et le nom de la personne, de tous les lots de plantesrentrées en serre. Grâce à un tel système, elle avait estimé mieux pouvoir connaître lesdifférents circuits prévus pour les plantes. Aussi, elle avait espéré pouvoir assurer le bonroulement entre les utilisations des compartiments car avant que des nouvelles plantespuissent rentrer dans un compartiment, ceux-ci doivent être entièrement vidés et nettoyés,afin d’éviter le développement d’acariens, de champignons ou d’autres parasites à l’intérieurdu compartiment. Or, son système n’a pas toujours été respecté par les scientifiques.Il fallait absolument mettre en place une traçabilité des lots. Donc j’aicommencé à mettre un numéro, tout bêtement, avec un code qui dit en quelmois c’est rentré, à quitter [inaudible], et dans quel compartiment. Et doncparfois, [le chercheur X] me mettait des trucs, je savais pas ce que c’était [...].Il avait à signer un papier avec le nom de la personne, qui a rentré tant deplantes, ce que c’était comme [inaudible] tout simplement deux mots [...]. Maison m’a dit ça fait plein de travail, plein de papiers à remplir, alors que je croisque c’est un minimum. [...] Vous voyez c’est difficile.Serriste de haut confinementAussi, les scientifiques ne pensent pas à faire part aux serristes du contenu de leurs activitésscientifiques. Par conséquent, les serristes ne savent souvent pas ce qui est manipulé au seinde la serre dont ils sont pourtant responsables.Des ressources qui permettent aux chercheurs de maîtriser des zones d’incertitudeCes exemples démontrent qu’en fait – malgré une certaine valorisation professionnelleautour du confinement – les serristes d’Avignon n’ont pas beaucoup de poids vis-à-vis desscientifiques, qui eux gardent la main sur des dispositifs organisationnels, ce qui leur permetde maintenir une autonomie dans la poursuite de leurs activités de recherche. Dans destermes plus analytiques (Friedberg, 1993), ces dispositifs organisationnels 116 sont ainsi desressources pour les chercheurs qui leur permettent de maîtriser les zones d’incertitude surl’organisation du travail scientifique au sein de la serre de haut confinement. En revanche,les serristes ne disposent que de quelques ressources par rapport à l’organisation du travail.Souvent, les serristes n’arrivent donc pas à organiser leur travail tel qu’ils voudraient. Ainsi,fréquemment, ils n’ont pas le temps de planifier le nettoyage des compartiments de serreentre deux utilisations parce qu’ils ne connaissent pas toujours leur utilisation exacte.116notamment la répartition spatiale et temporelle de la serre mais aussi l’accès même à la serre à travers unbadge, qui leur rend possible l’accès à tous moments. Les badges sont attribués automatiquement par leresponsable des travaux à tous les chercheurs ainsi qu’à leurs techniciens.94


3.3. Conclusion de l’analyse du confinement à AvignonAu regard des constats faits à l’issue de notre étude du confinement au CBGP deMontpellier, l’étude du confinement à Avignon nous confirme le caractère exploratoire duprocessus de construction d’un confinement, à la fois d’un point de vue réglementaire,technique et managérial. Ce processus nécessite un grand nombre de compétences trèsdiverses, qui doivent être rassemblées à un niveau local autour d’un projet de confinementspécifique. Or, le projet de construction de la serre de haut confinement nous a démontré quece processus exploratoire peut aussi avoir une dimension plus globale. En effet, nous avonsobservé de nombreux échanges entre les utilisateurs de cette serre et des utilisateurs d’autresespaces de confinement, notamment la serre de haut confinement à Bordeaux. Encomplément de l’étude du confinement à Montpellier, ce confinement à Avignon nousapprend que ce processus de construction ne se limite pas seulement à une dimension localemais peut avoir un caractère plus trans-organisationnel, qui intègrent d’autres acteurs issusd’autres unités de recherche sur d’autres centres de l’INRA.Aussi, le confinement d’Avignon appelle notre attention vers un autre phénomène qui estcelui d’une reconfiguration des relations de travail avec la présence de ces nouveauxéquipements. Ils créent de nouveaux sujets d’échanges entre les acteurs, dans lesquels lesfrontières classiques et hiérarchiques semblent avoir moins d’importance, notamment dans larelation entre serristes et chercheurs. Ces échanges se font surtout au bénéfice des serristes,qui découvrent des nouveaux domaines d’activités intéressants dans lesquels ils peuventévoluer personnellement et professionnellement, même s’ils rencontrent encore certaineslimites car les chercheurs gardent des ressources importantes qui leur permettent decontinuer en grande partie la conduite de leur travail de recherche.95


3eme Chapitre. Le confinement entre processus denormalisation et exploration collective en pratiques :analyses, interprétation et conclusion1. Normalisation dans des projets aux frontièresfluctuantes de l’organisationLa question du confinement est traitée – comme nous l’avons vu dans notre étude sociohistorique– dans des lieux d’action très diverses, avec à chaque fois des enjeux etcontraintes spécifiques mais suivant des mécanismes organisationnels plus généraux quenous avons explicités ci-dessus. Mais il reste la question de savoir en quoi ces différentslieux sont liés les uns avec les autres, au-delà des liens formels existants comme par exempleà travers des questions budgétaires ou réglementaires.1.1. La « co-construction » de normes aux périphéries desorganisationsUn premier lien entre les lieux concerne des mécanismes de « co-construction » de normes,qui se passent à l’échelle locale (par exemple au sein d’une unité de recherche) entre desacteurs issus de différentes organisations. L’élaboration du manuel d’audit est un exempletrès révélateur. Pour mémoire, ce manuel avait été rédigé à partir de l’observation deréflexions menées sur le chantier d’un espace de confinement végétal du Ministère del’agriculture nord-américaine (USDA). Par la suite, il est devenu un support normatif qui acirculé entre les différents lieux de confinement, laissant aux acteurs des margesd’interprétation en fonction des contextes locaux (par exemple des niveaux intermédiaires deconfinement comme à Montpellier, intitulé « NS1-NS2 »). Un grand nombre d’acteurs avaitparticipé à la rédaction de ce manuel d’audit, ,dont des agents de l’administration spécialisésen droit, d’autres spécialisés en recherche biologique, des chercheurs de l’INRA sur leterrain et leurs techniciens responsables des équipements de confinement. Une tellecoopération « frontalière » a aussi lieu lors de la construction du projet de formation, qui aété assuré par des agents de l’INRA en collaboration avec des agents de l’administration du96


Ministère de l’agriculture, après une phase de préparation commune notamment à travers legroupe de travail de l’INRA sur les organismes de quarantaine.1.2. Des « objets frontières » comme dispositifs denormalisation des pratiquesLa communication au sein de ces projets frontaliers se fait à travers de dispositifs quipeuvent être de natures différentes. Il peut s’agir de normes construites autour de pratiques(par exemple des procédures de décontamination de matériel à risque dans un lieu deconfinement qui sont utilisées par la suite pour d’autres lieux de confinement), des exigencesréglementaires imposées dans les textes de loi (une serre confinée en dépressionatmosphérique qui est réalisée avec des taux de dépression différentes à des lieux différents),ou bien des dispositifs matériels de confinement qui sont réalisés (par exemple des serres dehaut confinement qui deviennent par la suite des modèles pour d’autres projets de hautconfinement). Ces dispositifs matériels, réglementaires ou normatifs façonnent plus oumoins intensément les discours, perceptions et pratiques des acteurs autour de la question duconfinement dans ces différents lieux et permettent une communication entre eux. Souvent ils’agit de dispositifs qui sont assez ambiguës, flexibles et peu définis par les acteurs, leurlaissant des marges d’interprétation en fonction du contexte local. C’est ainsi que les acteursdes différents lieux vont parler de serres de type « S3 » ou « S2+ », tout en y affiliant descaractéristiques techniques différentes. C’est notamment en face de cette ambiguïté etfragilité que l’on pourrait caractériser ces dispositifs comme des « objets frontières »(Star/Griesemer 1989) 117 . En prenant la typologie proposée par ces auteurs 118 , les objetsfrontières peuvent varier. Mais le type le plus courant semble être le type des « frontièrescoïncidentes », c'est-à-dire des objets qui ont des frontières identiques mais un contenudifférent, ce qui permet la réalisation de travaux à différents lieux, de façon autonome, touten gardant des références communes comme des catégories (S2+, S3) ou des modèles (serresde haut confinement à Versailles et Bordeaux) 119 . Le résultat de ces circulations d’objets117« boundary objects », cf. Star/Griesemer (1989: 393): Boundary objects are objects which are both plasticenough to adapt local needs and the constraints of the several parties employing them, yet robust enough tomaintain a common identity across sites. They are weakly structured in common use, and become stronglystructured in individual-site use.118Cf. Star/Griesemer (1989: 410, 411), proposant quatre types d’objets frontières : Repositories, ideal type,coincident boundaries, standardized forms.119Cf. Star/Griesemer (1989: 410, 411): Coincident boundaries. These are common objects which have thesame boundaries but different internal contents. They arise in presence of different means of aggregating datawhen work is distributed over a large-scale geographic area. The result is that work in different sites and with97


frontières est la normalisation des pratiques liées à la construction et l’utilisation des espacesde confinement, qui laisse aux acteurs une marge d’interprétation de ces normes dans uncontexte local. C’est dans cette ambiguïté et adaptabilité que se trouve la force du conceptd’objets frontières pour expliquer les processus de normalisation au sein du système d’acteurque nous avons étudié 120 .2. Le confinement lu comme un système d’actionconcret et ses règles de jeuL’étude socio-historique des différents lieux où la question du confinement a été traitée ausein de l’INRA nous a permis d’identifier un certain nombre de mécanismes organisationnelsque nous avons déjà pu voir dans nos deux micro études des fabriques de confinement àMontpellier et à Avignon. Ces mécanismes organisationnels structurent les actions desacteurs au sein non seulement de ces fabriques mais dans l’ensemble des autres lieux deconfinement que nous avons étudiés à l’échelle institutionnelle et que nous pouvonscaractériser d’une certaine façon de « règles de jeu » (Friedberg 1993), le jeu s’organisantautour de la question du confinement végétal.2.1. Des processus d’exploration collective dans descommunautés de pratiqueLors de nos études de cas micro et macro, nous avons pu identifier des processusd’exploration collective entre les différents acteurs, issus de différentes organisations, quis’organisent autour de pratiques concrètes en lien avec le confinement végétal, qui peuventêtre de nature très diverses. Il peut s’agir d’une construction matérielle d’un confinement,avec le processus d’exploration de matériels de construction disponible, de modèles dansl’environnement immédiat ou ailleurs et d’exploration de compétences et de savoir-faire ausein de l’équipe. Mais ces explorations peuvent aussi porter sur des aspects plusdifferent perspectives can be conducted autonomously while cooperating parties share a common referent. Theadvantage is the resolution of different goals.120Ce concept s’avère plus performant dans l’explication que d’autres approches qui ont identifié des objetsplus précis et moins ambiguë, contenant des informations qui peuvent traverser des mondes sans subir dechangements, par exemple le concept d’ « immutable mobiles » de Bruno Latour (1987) ou le concept de« standardized packages » de Joan Fujimura (1992).98


églementaires. Le cadre réglementaire – qui est forcément limité dans sa capacité deprécision – est exploré et interprété de façon collective. La pratique prend une place centraledans ces processus d’exploration, comme cela avait été déjà remarqué dans d’autrescontextes de travail (Orr 1990) et généralisé dans une mise en relation de pratique,apprentissage et innovation (Brown/Duguid 1991). Ce n’est ainsi pas uniquement par desconsidérations abstraites et théoriques que les acteurs abordent ces sujets de confinementmais en faisant référence à des souvenirs d’expériences pratiques passées, des expériencesfaites ailleurs ou en faisant des expériences collectives et concrètes ensemble, comme parexemple autour d’une construction d’une serre, autour d’une demande d’agrément ou encoreautour de la conduite d’un audit. Ces expériences mènent les acteurs à tirer des conclusions,qui vont par la suite les guider dans leurs actions et in fine normaliser leurs actions. Ce sontainsi moins des normes externes – comme par exemple ceux dans les textes de loi – quiguident les acteurs que ces normes qui ont été construites ensemble dans des structurescollectives. Sur un plan structurel, ces processus d’exploration et construction collectifs sontle lieu de constitution de « communautés de pratiques » (Lave and Wenger 1991 ; Wenger2003) dans lesquels sont intégrés des multiples acteurs, issus de plusieurs organisationsformelles – dans notre cas surtout de l’INRA et de l’administration de la protection desvégétaux. Ces communautés se constituent de façon ad hoc autour de projets de constructionde confinement concrets, très localisés et « bricolés » avec des matériaux et du savoir-faireque l’on a « sous la main » 121 . Les communautés peuvent exister de façon plus ou moinslongue, tout en ayant des frontières assez fluctuantes qui s’ouvrent et se referment de façonsponctuelles en fonction des circonstances systémiques extérieures 122 . Ainsi, il se peut qu’ungroupe de travail de l’INRA interne s’ouvre ponctuellement vers des acteurs del’administration du Ministère de l’agriculture afin de profiter de leur savoir faire et les inciterà partager leur stratégie de conduite d’audits.121Cette observation d’un bricolage avec des matériaux que l’on a sous la main a été développée notammentpar Knorr-Cetina (1981), qui a mis l’accent sur la contingence des situations et la localisation des contextesdans la fabrication de faits scientifiques, que l’on peut ici appliquer à la construction d’un confinement. Pour unrésumé synthétique de cette approche et d’autres cf. Clarke/Fujimora (1996 : 28-30).122Cf. Crozier/Friedberg (1977 : 180), renvoyant à un sujet classique de la sociologie des organisations, quis’intéresse aux rapports de l’organisation avec son environnement, cf. Lafaye (2005 : 51-68) pour une synthèsede ce courant sociologique.99


2.2. La reconfiguration des relations de travail à traversdes dispositifs de confinementLes innovations matérielles et procédurales autour de la question du confinement peuventpar la suite reconfigurer les relations de travail entre les acteurs, notamment entre leschercheurs et les techniciens responsables des équipements de confinement. Cettereconfiguration peut être liée au simple déplacement ou enfermement de certaines pratiquesou objets dans ces ensembles confinés qui rendent plus importants les responsablestechniques, qui – eux – contrôlent l’accès et l’utilisation de ces équipements 123 . Nous n’avonspas vraiment pu identifier un tel déplacement lors de nos études micro de confinement, soitque le confinement ne posait pas assez de contraintes à la recherche (à Montpellier, mêmes’il y a enfermement de certains objets, les procédures ne sont pas très contraignantes), soitque les chercheurs ont réussi à garder la main sur un certain nombre de dispositifsorganisationnels qui leur permettent de conduire des activités sans devoir passer par lesresponsables techniques ou serristes. Mais la reconfiguration peut aussi se traduire par desmécanismes moins fonctionnels. Comme nous l’avons vu à Avignon, elle peut se traduirepar l’émergence de nouveaux sujets de discussions et d’échanges entre les acteurs, quipeuvent par ailleurs avoir des répercussions sur leurs relations de travail. Les relationshiérarchiques classiques semblent parfois être remplacées par des contacts à un niveau pluségalitaire, que ce soit verticalement (entre chercheurs et techniciens) ou horizontalement(directement entre les responsables techniques de confinement sur les différents lieux,notamment à travers la mailing liste et l’école technique).2.3. Des arrangements réglementaires provisoires commecadre légal d’actionCes communautés de pratique sont par ailleurs encastrées dans un cadre légal qui existe entant qu’obligation extérieure aux actions des acteurs et qui consiste en des directiveseuropéennes et leur transposition en droit français sur le confinement des OGM et desorganismes de quarantaine. Cette obligation extérieure a des répercussions sur les actions des123Pour des reconfigurations de relations de travail semblables liées à la mise en place d’un équipement desécurité cf. Vinck (2006) à travers l’exemple d’un laboratoire de recherche dans le domaine des micro etnanotechnologies, ou Sims (2005) à travers l’exemple d’un laboratoire de haute sécurité électrique. A voir aussiles études sociologiques plus récentes de la mise en place de « plates-formes » technologiques dans les sciencesde la vie, cf. Genet/Mangematin/Aggeri (2007).100


personnes, par exemple à travers les enjeux juridiques autour de la disséminationd’organismes de quarantaine qui pourraient conduire à des procès judiciaires. Or, ce cadrelaisse des marges de manœuvre assez importantes aux acteurs, qui vont l’adapter en fonctiondes propres exigences de l’organisation de leur pratique expérimentale 124 , c'est-à-dire dansnotre cas en fonction des enjeux des communautés de pratiques autour de la construction deconfinement. Ces adaptations se traduisent matériellement par des arrangementsréglementaires provisoires, qui donnent un cadre légal à l’action, qui – même s’il n’est pastoujours conforme aux textes de loi et provisoire – rassure les acteurs face aux enjeuxjuridiques liés au confinement, notamment au regard des premiers procès judiciaires liés àdes disséminations d’organismes de quarantaine par des laboratoires de l’INRA. Cesarrangements réglementaires sont par ailleurs très localisés et adaptés à des constructionsprécises de confinement. En effet, l’arrangement trouvé à Versailles autour de la serre« S2+ » ne correspond pas ou peu à l’arrangement trouvé autour de la serre « S2+ » à lastation d’Avignon. Il s’agit ainsi de formes très localisées de « traduction » (Callon 1988),qui créent une légalité provisoire qui permet de laisser couler et se développer ce processusd’exploration collective, c'est-à-dire de laisser le temps aux agents de l’INRA et del’administration de trouver des pratiques et routines qui vont par la suite normaliser leursactions, sans toutefois devoir arrêter entre-temps les activités de recherche dans leslaboratoires.3. InterprétationEn regardant les deux fabriques de confinement, nous pouvons faire quelques constats decette partie empirique, qui renvoient à des questions plus générales traitées dans le chapitresur l’analyse du confinement à l’échelle plus institutionnelle, c'est-à-dire au niveau del’INRA, dans une perspective chronologique (voir le chapitre 1). Nous avons vu la manièretrès coopérative dont les acteurs des fabriques du confinement ont interagi avec différentstypes d’environnements, dans un objectif qui était celui d’une exploration collective de laréalisation matérielle d’espaces de confinement et la construction de normes et de règlesinternes. Au regard d’une lecture sociologique qui suit ces processus d’exploration124Cf. Crozier/Friedberg (1977 : 179), renvoyant à une question classique de la sociologie des organisations etde la sociologie de l’implémentation, qui a été de façon pionnière traitée par Selznick (1947) qui révèle lesmécanismes de cooptation de la Tennessée Valley Authority aux Etats-Unis dans le cadre d’une politique plusorienté « grass roots ».101


collective, les frontières des organisations semblent être assez fluctuantes et difficilementidentifiables.La construction et l’utilisation des espaces de confinement peuvent être – à l’aide de nosobservations – caractérisés comme des processus d’exploration collective, qui intègrent desmultiples acteurs de différents niveaux d’organisation, que ce soit interne à l’INRA ouexterne dans d’autres instituts de recherche, qui peuvent poursuivre des enjeux variés, etdans lesquels sont mobilisés des savoir-faire très divers. Ces explorations portent nonseulement sur la fabrication matérielle du confinement mais aussi sur la traduction desnormes externes – par exemple les normes dans les textes législatifs – dans des normesinternes ou cadres de règles. Ces processus d’exploration et de traduction se font souventdans la pratique de façon distribuée dans l’organisation (Orlikowski, 2002). La capacité àconfiner le travail expérimental résulte de l’agencement de ces processus, elle ne semble passuivre une logique du plan, bien que la pression de la norme sur la machine bureaucratiquesoit présente.Nous avons vu par ailleurs à travers l’exemple d’un guide d’utilisateur que cette orientationd’une exploration collective par les pratiques s’avère plus efficace qu’une explorationindividuelle et plus virtuelle car elle est plus adaptée aux différents enjeux des acteurs.Aussi, ce processus d’exploration n’a pas de fin définie dans une planification stratégique,c’est un processus constant. Les normes externes sont constamment adaptées, revues,redéfinies : Le bâti confiné est – dans la mesure du possible – constamment transformé. Etenfin, l’utilisation est aussi de façon constante adaptée, ajustée et améliorée. Ces processusont dans certains cas comme conséquence, des reconfigurations des relations de travail ausein même des laboratoires, notamment entre les chercheurs et les serristes, surtout quand ils’agit d’installations de haut confinement qui imposent des exigences de confinement plussévères. Les serristes travaillant dans ces installations développent des connaissancesimportantes, qui les rendent incontournables pour les chercheurs, au moins dans laconstruction de ces équipements mais souvent aussi dans leur utilisation, et qui lesdémarquent des serristes classiques, menant presque à la constitution d’un propre corps demétier. Aussi, ces serristes développent leurs connaissances grâce à une mutualisation de cesconnaissances à travers des échanges de plus en plus importants entre les serristes, par des102


contacts personnels ou par des réseaux informatisés. « L’énaction » 125 de la capacité àconfiner est aussi créatrice d’une recomposition des relations de travail et elle fait émergerles enjeux du maintien des techniques et plateformes d’expérimentation suivant un axe detravail déjà investi par Shinn (2000).L’approche que nous avons appliquée ici, qui s’intéresse en premier lieu à une étude duconfinement en pratique, nous a permis de relever ces processus d’exploration de la norme,de la construction et des cadres de règles, dans lesquels la pratique prend une place centrale..4. Conclusion et ouvertureNous avons utilisé deux niveaux d’analyse, dont l’un, micro, étudie le niveau duconfinement en pratique et l’autre, macro, étudie le système d’acteurs et les règles de jeu quienglobent ces différents lieux où se construit le confinement. Ils nous révèlent une entreprisede confinement qui s’appuie sur un couplage étroit et constante entre pratique, apprentissage,innovation et normalisation dans des communautés de pratique transorganisationnelles.Contrairement à une vision de plus en plus fermée de l’activité scientifique 126 , nous pouvonsconstater un processus de fabrication assez ouvert vers l’extérieur, qui se déroule dans descommunautés de pratique situées aux frontières fluctuantes des organisations, qui intègrentdes acteurs issues notamment d’entités frontalières des organisations. Ces processuss’avèrent assez performant au regard des innovations matérielles qu’il produit (par exempleles serres de haut confinement), aussi grâce à la prise en compte des nombreuses expériencesque les acteurs ont fait dans leur pratique quotidienne et grâce à la réalisation de cesinnovations dans des projets aux frontières de l’organisation, où les expériences peuventfacilement être mutualisées entre les acteurs et accélérer l’apprentissage collectif 127 .Cependant, ces innovations matérielles sont bâties sur des fondements juridiques assezdouteux, que nous avons appelé des « arrangements réglementaires provisoires ». Cesarrangements permettent aux acteurs de poursuivre leur processus d’exploration collective et125Ce concept a été introduit par Weick (1979) et décrit le processus de création de notre réalité, en mettant enavant le rôle que nous jouons dans cette création. L’enaction nous permet de réduire l’équivocité du mondeface à une situation complexe, par l’interprétation que nous faisons de celle-ci. Cf. aussi Orlikowski (2002)pour une application de ce concept à l’apprentissage organisationnel.126Cf. Callon/Lascoumes/Barthe (2001 : 61-104), qui ont identifié une fermeture du monde de la recherchevers l’extérieur politique et sociale notamment à travers des dispositifs de confinement.127Cf. Barbier/Cerf/Barrier (2005) pour une discussion de la ressource des projets frontières pourl’apprentissage organisationnel.103


leurs activités de recherche dans un cadre légal, dont nous ne savons pas s’il sera cohérentdevant le juge, par exemple dans le cas d’une dissémination accidentelle d’un organismenuisible dans la nature. La question de la responsabilité en cas de telles crises nous estencore inconnue car il n’y pas encore eu d’accident, hormis le cas de la Sharka. A voir enquoi ce système d’action concret, qui s’est avéré effectif au regard des innovationsmatérielles et normatives qu’il a produit, pourra 1) éviter des crises de dissémination et 2) –au cas où – les gérer et les survivre. La question très complexe de la responsabilité – autourde laquelle s’organise un jeu animé entre l’INRA et l’administration – nous laisse douter quece système soit déjà dans un stade assez mûr pour survivre sans blessures.104


BibliographieBARBIER; Marc, 2006: Expertise in-the-making about various risks of bioterrorism: issuesand paradox of rationalizing hybrid threats. First European Crop Biosecurity Workshop, 15May 2006, Cambridge.BARBIER, Marc, 2007 : Practices and practising the apparatus of biosafety : thesubjectivation of « Dispositif » of biopolitics. EGOS Conference, Wien 2007, 5-7 july 2007.BARBIER, Marc / Julien Barrier (2004): Ordinary Work and Controversy: the rise andtransformation of responsibility issues in the management of transgenic crop field trials,Communication to the 4S/EASST Conference, Paris, August 25-28.BARBIER, Marc / Marianne Cerf / Julien Barrier, 2005: Projects as Learning Agency atOrganization Borders: a resource for organizational learning? Communication to the IFOLKConference, University of Trento, 9-11 June 2005.BARRIER, Julien, 2003 : Un institut technique agricole face aux plantes transgéniques.Emergence et mise en œuvre d’un dispositif d’évaluation des risques associées à la culturede colzas transgéniques résistantes aux herbicides. Mémoire présenté pour le DEA desociologie à l’IEP de Paris.BROWN, John Seely / Paul Duguid, 1991 : Organizational Learning and Communities ofPractice : Toward a Unified View of Working, Learning, and Innovation, in: OrganizationsScience, Vol. 2, n°1, February 1991, p. 40-57.CALLON, Michel (éditeur), 1988: La science et ses réseaux : génèse et circulation des faitsscientifiques. Paris, Strasbourg : La découverte.CALLON, Michel / Pierre Lascoumes / Yannick Barthe, 2001 : Agir dans un mondeincertain. Essai sur la démocratie technique. Paris : Editions du Seuil.CLARKE, Adele / Joan Fujimura (éditeurs), 1996 : La matérialité des sciences. Savoir-faireet instruments dans les sciences de la vie. Synthélabo Groupe pour la traduction française(Titre de l’édition originale : The right tools for the job. At work in Twentieth-Century LifeScience, 1992, Princeton University Press).CROZIER, Michel/ Erhard Friedberg, 1977: L’acteur et le système. Les contraintes del’action collective. Paris : Editions du Seuil.FRIEDBERG, Erhard, 1997: Le pouvoir et la règle. Dynamiques de l’action organisée.Deuxième édition. Revue et complétée. Paris: Editions du Seuil.FUJIMURA, Joan H., 1992: Crafting science: standardized packages, boundary objects and“translation”, in: Andrew Pickering (editor): Science as culture in practice, Chicago:University of Chicago Press, p. 168-211.GENET, Corine / Vincent Mangematin / Franck Aggeri, 2007: Modèle d’activité dansl’instrumentation en biotechnologies : construire l’offre ou répondre à la demande ? XVIèmeConférence Internationale de Management Stratégique, 6-7 juin 2007, Montréal.105


GHERARDI, Silvia / Davide Nicolini, 2002: Learning the trade : a culture of safety inpratice, in: Organization, vol. 9, n°2, p. 191-223.GHERARDI Silvia / Davide Nicolini / F. Odella, 1998: Toward a social understanding ofhow people learn in organizations, in: Management learning, Vol. 29 n° 3, p. 272-293.KNORR-CETINA, Karin, 1981: The manufacture of knowledge, Oxford: Pergamon Press.LAFAYE, Claudette, 2005 : Sociologie des organisations, Paris : Armand Colin.LATOUR, Bruno, 2005: La science en action. Introduction à la sociologie des sciences.Paris : La Découverte (Titre de l’édition originale : Science In Action: How to FollowScientists and Engineers Through Society, Cambridge: Harvard University Press, 1987).LATOUR, Bruno / Steve Wolgar, 1988: La vie de laboratoire : la production des faitsscientifiques, Paris, La Découverte (Titre de l’édition originale : Laboratory Life: the SocialConstruction of Scientific Facts, Los Angeles : Sage Publications, 1979).LAVE, Jean / Etienne Wenger, 1991 : Situated Learning : Legitimate PeripheralParticipation. Cambridge University Press.NICOLINI Davide / Silvia Gherardi / D. Yanow (éditeurs), 2002: Knowing inOrganizations: A Practice-Based Approach, Armonk: ME Sharpe.ORLIKOWSKI, Wanda J. (2002): Knowing in Practice: Enacting a Collective Capability inDistributed Organizing, in: Organization Science, Vol. 13, No. 3, May-June 2002, pp. 249-273.ORR, Julian Edgerton, 1996 : Talking about Machines : An Ethnography of a Modern Job.Cornell University Press.PRETE, Giovanni, 2004: La gestion de l’invasion d’un bio-agresseur: les acteurs de la filièrede la tomate confrontés à un risque phyto-sanitaire. Regard sociologique sur l’actionorganisée dans un monde agricole en transformation. Mémoire de stage pour l’obtention duDEA à l’IEP de Paris.PRETE, Giovanni / Marc Barbier, 2006 : Learning-by-changing in R&D activities. Acomparison of three R&D platforms of an Agronomic Public Research Institute. Papersubmitted to OLKC 2006 Conference at the University of Warwick, Coventry, on 20th-22ndMarch 2006.ROY, Alexis, 2001: Les experts face au risque: le cas des plantes transgéniques. Paris :Presses universitaires de France.SELZNICK, Philip., 1947 : TVA and the grass roots, Berkeley: University of CaliforniaPress.SHINN, T., 2000 : Formes de division du travail scientifique et convergence intellectuelle.La recherche technico-instrumentale, dans : Revue Française de Sociologie, Vol. 41, No. 3.106


SIMS, Benjamin, 2005 : Safe Science : Material and Social Order in Laboratory Work, in :Social Studies of Science, Vol. 35, n°3 (June 2005), p. 333-366.SOMMERLUND, Julie, 2006: Classifiying Microorganisms: The Multiplicity ofClassifications and Research Practices in Molecular Microbial Ecology, in: Social Studies ofScience, Vol. 36, p. 909-928.STAR, Susan Leigh / James R. Griesemer, 1989: Institutional ecology, “translations” andboundary objects: amateurs and professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology,1907-1939, in: Social Studies of Science, Vol. 19, p. 387-420.VINCK, Dominique, 2006: L’équipement du chercheur: comme si la technique étaitdéterminante, in : ethnographiques.org, n°9 – février 2006 (en ligne).WEICK, Karl E., 1979: The social Psychology of Organizing, Reading: Addison-Wesley.WENGER, Etienne, 2003: Communities of Practice. Learning, Meaning, and Identity.Learning in doing: social, cognitive and computational perspectives. Cambridge: UniversityPress.YIN, Robert K., 1994: Case Study Research. Design and Methods. Second Edition. AppliedSocial Research Methods, Volume 5. Thousands Oaks, London, New Delhi: SagePublications.107


Annexes108


I. Organigramme de l’INRA 128Vice-PrésidentNon-exécutif--------------------Mission auxrelationsinternationalesMissioncommunicationDélégation àl’évaluationCollège de directionPrésidente directrice généraleDirecteurgénéraldéléguéChargé desprogrammesdu dispositifet del’évaluationDirecteurgénéraldéléguéChargé àl’appui à larechercheDirecteurs scientifiquesAnimal et produits animauxEnvironnement.,écosystèmes cultivéset naturelsNutrition humaine et sécuritéalimentairePlante et produits du végétalSocitéte, économie et décisionConseild’administration--------------------Conseilscientifique--------------------Comité d’éthiqueDirection del’action régionaleDirection dufinancement et desaffaires généralesDirection desressourceshumainesDirection del’innovation et dessystèmesd’informationAgencecomptableDépartements de rechercheAlimentation humaineBiologie végétaleCaractérisation et élaboration des produitsissus de l’agricultureEcologie des forêts, prairies et milieuxaquatiquesEnvironnement et agronomieGénétique animaleGénétique et amélioration des plantesMathématiques et informatique appliquésMircobiologie et chaine alimentairePhysiologie animale et systèmes d’élevageSanté animaleSanté des plantes et environnementSciences pour l’action et le développementSciences sociales, agriculture et alimentation,espace et environnementUnitésCentres de rechercheAngersMontpellierAntilles-GuyaneNancyAvignonNantesBordeaux-AquitaineOrléansClermont-ParisFerrand/Theix/Lyon Poitou-CharentesColmarRennesCorse Sophia-AntiplolisDijonToulouseJouy-en-JosasToursLille Versailles-Grignon-------------------------------------------Directions régionalesMissionEnvironnement&SociétéMission decoordination desactions avec lespartenaires agricolesMission decoordination desservices d’appui à larechercheMission Qualité128Selon la présentation sur le site http://www.inra.fr/l_institut/organisation/organigramme.109


II. Organisation des services administratifs de laprotection des végétaux 129Les services administratifs de la protection des végétaux dépendent de la Direction généralede l’alimentation (DGAL) du Ministère de l’agriculture. La DGAL élabore la politique deprotection des végétaux et de contrôle de la mise sur le marché des produitsphytopharmaceutiques et en surveille l'utilisation, notamment à travers de sa Sous-directionde la qualité et de la protection des végétaux (SDQPV). Elle coordonne le contrôle et ladissémination des organismes génétiquement modifiés (OGM), élabore les plans desurveillance et de contrôle des résidus de produits phytosanitaires dans les denrées végétaleset les milieux et veille à leur mise en oeuvre.Sur le terrain, ce sont les Services régionaux de la protection des végétaux (SRPV) qui sontchargés de proteger la santé des végétaux. Ils dépendent des Directions régionales del’agriculture et de la forêt (DRAF). Dans le cadre de la salubrité publique des végétaux etdes produits d’origine végétale, les SRPV veillent au maintien du bon état sanitaire duterritoire national et notamment à l’absence d’organismes nuisibles, notamment dequarantaine.Pour leurs actions de contrôle, les SRPV s’appuient sur un réseau de laboratoires spécialisés.Ce réseau est constitué par les Laboratoires régionaux de la protection des végétaux (LRPV)et le Laboratoire national de la protection des végétaux (LNPV).→ Les LRPV sont des laboratoires de proximité et à compétence généraliste, qui satisfontles besoins locaux dans les différentes filières de productions agricoles régionales.Certains d’entre eux ont acquis une spécificité dans des analyses ou des identificationsparticulières et recoivent des échantillons d’autres régions.→ Le LNPV fait partie intégrante du Ministère. Il est placé sous l’autorité de la DGAL. LeLNPV est constitué de thématiques spécialisées, réparties sur le territoire national.Chaque unité intervient dans le domaine phytosanitaire pour répondre aux besoins del’Etat et des services chargés de la protection des végétaux. L’objectif principal de cesunités eest l’élaboration et la validation de méthodes d’analyses ou d’identificationd’organismes nuisibles qui seront mises en œuvre par les laboratoires du réseau.Enfin, la SDQPV dispose d’une cellule à Montpellier, la Mission de coopérationphytosanitaire (MCP), qui s’occupe de la veille de la réglementation concernant lesorganismes nuisibles et les met à disposition des agents de l’administration.129Selon la présentation par le Ministère de l’agriculture et de la pêche sur son site Internet(http://agriculture.gouv.fr/).110


III. Les échelons hiérarchiques au sein de l’INRALes échelons hiérarchiques au sein de l’INRA, du plus bas au plus haut :GradeAJT : adjoint techniqueTR : technicien de la rechercheDont trois niveaux :TRN : technicien classe normaleTRS : technicien classe supérieureTRE : technicien classe exceptionnelleAI : assistant ingénieurIE : ingénieur d’étudeIR : Ingénieur de rechercheCR : Chargés de rechercheDR : Directeur de rechercheNiveau d’éducation requisBaccalauréatBaccalauréatBaccalauréatBaccalauréat + 4 ans d’étudesThèse ou diplômes de certaines grandesécoles (notamment l’INAPG/Agroparistech)ThèseThèse et renommée, quelquefois les DRviennent de l’extérieur (d’autres organismesde recherche), mais souvent des CR quideviennent des DRIE/CRIl y a une tension entre les échelons d’ingénieurs de recherche et chargés de recherche. Sur lepapier, l’ingénieur de recherche ne peut pas porter une thématique de recherche. Il est plutôtlà pour trouver les outils biologiques pour pouvoir trouver une problématique de recherche.Or, sur le terrain, le travail de l’ingénieur de recherche est souvent le même que celui duchargé de recherche. Les ingénieurs peuvent aussi encadrer une équipe de techniciens ou dethésards parce qu’ils se sont occupés depuis longtemps d’un certain sujet et ont acquis unecertaine connaissance.Techniciens/ChercheursLes AJT, TR, AI et IE ainsi que les thésards et les stagiaires manipulent plus dans leslaboratoires et serres. Les scientifiques (CR, DR) n’y vont que très rarement, souventuniquement pour vérifier l’avancement des essais.Les possibilités de carrière pour les techniciensQuand un technicien est recruté à l’INRA, il doit attendre en général autour de 4 ou 5 ansavant de pouvoir essayer des concours internes. Sachant que depuis quelques années, lesplaces sont devenues très rares pour monter dans les échelons internes de l’INRA. Il s’agit deconcours nationaux pour lesquels tous les agents de l’INRA peuvent postuler, de tous lesdépartements confondus. Pour les concours internes, il faut préparer une fiche techniqueavec toutes les activités des années dernières, les objectifs qui ont été atteints ou pas. Cettefiche est envoyée et puis il y a un premier tri sur dossier. Une fois le dossier est retenu, il fautpasser un test à l’oral, il n’y a pas de test à l’écrit. Le test oral consiste d’une présentation de30 minutes, pendant laquelle le technicien doit présenter ses activités.111


IV. La réglementation sur les Organismes dequarantaineDroit françaisEn droit français, il existe depuis la fin du 19 ième siècle une classification des organismesnuisibles, qui est structurée de façon binaire. Ainsi, certains organismes nuisibles sontconsidérés comme particulièrement dangereux pour l’agriculture française. Il s’agit des« organismes de quarantaine » dont l’introduction sur le territoire français est interdite. Cesorganismes font objet d’une liste, la liste des organismes de quarantaine. Cette liste a évoluédans le temps, elle a été modifiée plusieurs fois, en rajoutant ou en enlevant certainsorganismes.Droit européenDepuis la directive européenne n° 77/93 du 21 décembre 1976, il existe aussi une listed’organismes de quarantaine de la Commission qui, a été mise à jour plusieurs fois. Suivantcette directive, des organismes nuisibles sont des « ennemis des végétaux ou des produitsvégétaux, appartenant au règne animal ou végétal, ou se présentant sous forme de virus,mycoplasmes ou autres agents pathogènes ». Ces organismes sont dangereux parce qu’ilsaffectent le rendement de la production végétale et empêchent ainsi la productivité del’agriculture. Dans les annexes I à IV de la directive, ces organismes sont spécifiés. Suivantleur origine, leur gamme d’hôte et leur traitement ces organismes représentent un dangerspécifique. Aussi, la directive précise les fonctions du Comité phytosanitaire permanent(CPP), instauré par la Décision n°76/894 du Conseil du 23 novembre 1976. Ce comité peuts’autosaisir ou peut être saisi par un Etat membre afin de donner un avis pour une mesurespécifique de surveillance de territoire face au danger d’une introduction d’un organismenuisible 130 . Cette directive a été modifiée plusieurs fois 131 et, dans un souci de clarté et derationalité, codifiée substantiellement par la directive n°2000/29 du Conseil du 8 mai2000 132 . Celle-ci conserve la même structure en ce qui concerne la classification desorganismes nuisibles 133 . Contrairement à la directive 77/93, cette directive ne délaisse plusaux Etats membres s’ils estiment ou non de se protéger contre certains organismes, maisdésigne des « zones protégées » où un organisme nuisible n’est pas encore présent mais lesconditions biologiques et environnementales pourraient être favorable à sa présence. Dansces zones protégées, l’importation et la circulation de certains organismes nuisibles (annexeI, partie B) ou certains végétaux et produits végétaux contaminés de certains organismesnuisibles (annexe II, partie B) sont interdits.130Cf. Articles 16 et 17 de la Directive n°77/93/CEE du Conseil du 21 décembre 1976, JO n° L 026 du31/01/1977, p. 0020-0054.131 Notamment par la directive 89/439 du 26 juin 1989 qui précise que pour l’introduction de certainsorganismes (ceux de l’annexe IV, partie A de la directive 77/93) un certificat phytosanitaire expédié par le paysd’origine est obligatoire.132JO n° L169 du 10/07/2000, p. 0001-0112.133Dans ses annexes, la directive liste les organismes nuisibles dont l’importation et la circulation est interditeau sein de la Communauté européenne (annexe I, partie A). Elle liste aussi les végétaux et produits végétauxdont l’importation et la circulation est interdite, si ceux-ci sont contaminés par certains organismes nuisibles(annexe II, partie A). Enfin, la directive prévoit que certains organismes ne peuvent circuler ou être importés sides exigences spécifiques de confinement ou de quarantaine sont respectées (annexe IV, partie A).112


Transposition des directives en droit françaisLa directive n°77/93 est intégrée dans le droit français par l’arrêté du 15 juin 1987 et ànouveau par l’arrêté du 3 septembre 1990, établissant les modalités du contrôle sanitaire aucours des importations et des exportations de végétaux, de produits végétaux et autres objets.L’arrêté du 2 septembre 1993 définit ensuite les exigences sanitaires auxquelles lesorganismes de quarantaine doivent répondre et donne une classification de ceux-ci endifférentes listes selon leur nuisibilité. La directive n°2000/29 est transposée en droit françaispar l’arrêté du 22 novembre 2002, qui reprend identiquement les dispositifs et annexes de ladirective de la Commission.Dérogation à des fins scientifiquesLes textes de droit français et européens prévoient depuis des décennies une dérogation pourdes fins scientifiques. En effet, depuis les années 1950, le législateur français prévoit unedérogation pour des « travaux de laboratoire » 134 , et la directive n°77/93 prévoit égalementune dérogation pour des fins scientifiques 135 . Or, ces dérogations ne sont pas préciséesjuridiquement. Ce n’est qu’avec la directive n°95/44 du 25 juillet 1995 que ce vide juridiqueautour des conditions de la délivrance de la dérogation devient plus formalisé. La directiven°95/44 définit la procédure à suivre pour obtenir un agrément qui permet de profiter de ladérogation à la réglementation pour des fins scientifiques. Elle définit des conditionsgénérales de délivrance d’un agrément qui comprennent une visite d’examination par lesorganismes officiels quant au objectifs scientifiques des travaux, aux conditions de détentionen quarantaine des locaux et des installations des sites dans lesquels les activités doivent êtreeffectuées, aux qualifications scientifiques et techniques du personnel chargé de mener àbien les activités. La directive précise aussi les conditions de détention en quarantainecomprenant une évaluation du risque pour chaque activité, qui prend en compte le type dematériel et d’activité envisagé, la biologie des organismes nuisibles, leurs moyens dedispersion, l’interaction avec l’environnement et autres facteur pertinents liés au risque posépar le matériel. Après cette évaluation du risque, la directive liste de « mesures dequarantaine », concernant les locaux, les installations et les procédures de travail. Lesmesures à prendre par les laboratoires sont décrites dans des termes très générales, donnantseulement des lignes directrices, par exemple 136 :→ Accès des locaux et des installations, et de l’environnement proche réservé, le caséchéant, au personnel désigné→ Tenue d’un registre des activités réalisées et d’un manuel de procéduresd’opérations incluant les procédures en cas de fuite d’organismes nuisibles hors duconfinement→ Mesures de contrôle appropriées pour empêcher l’introduction des organismesnuisibles dans les locaux et leur propagation→ Contrôle de l’élimination des déchets, du sol et des eaux, si nécessaire→ Conservation dans des installations avec chambre séparée (double porte) d’accèsdu personnel→ Conservation sous pression négative134Cf. article 348 du code rural, crée par le décret n°55-433 du 16 avril 1955 : « Sous réserve des exceptionsautorisées par la Ministre de l’agriculture pour l’exécution des travaux de laboratoire, il est interdit d’introduiresciemment et de transporter des parasites réputés dangereux définis par l’article 342 quel que soit le stade deleur évolution. »135Cf. art. 14 c) de la directive n°77/93: « Les États membres peuvent, dans la mesure où une propagationd'organismes nuisibles n'est pas à craindre, prévoir, pour des cas individuels (…) des dérogations (…) pour desbuts d'essais ou scientifiques ainsi que pour des travaux de sélection variétale. »136cf. annexe I de la directive n°95/44 de la Commission, du 25 juillet 1995.113


→ Conservation des organismes nuisibles disséminés par des vecteurs de telle façonqu’il n’y ait pas de dissémination par le vecteur, par exemple par contrôle dudiamètre des mailles et du confinement du solTransposition de la dérogation en droit françaisLa directive est transposée en droit français par le décret n°97/857 du 19 septembre 1997.Ainsi, afin d’effectuer des recherches sur les organismes nuisibles, le responsablescientifique d’une unité de recherche doit répondre à deux conditions. La première conditionest l’agrément des activités scientifiques qu’il doit demander auprès de la Direction régionalede l’agriculture et de la forêt (DRAF), qui, elle, propose ensuite au Préfet de Région dedélivrer l’agrément. L’agrément est valable pendant cinq ans et doit être renouvelé. Ladeuxième condition consiste en la lettre officielle d’autorisation (LOA). Elle est demandéepar le responsable scientifique d’une unité de recherche, sous condition que celle-ci estagréée, auprès du Service régional de protection des végétaux (SRPV). Une fois délivrée,elle doit à tout moment accompagner les organismes ou les végétaux manipulés. Lespersonnes autorisées à manipuler ces organismes doivent être suffisamment qualifiées ethabilitées. Pour certains végétaux, produits végétaux et autres objets, le décret demande desmesures de quarantaine spécifiques avant leur utilisation pour des essais ou desexpérimentation afin d’éviter toute propagation d’organismes nuisibles dansl’environnement. Une fois les mesures de quarantaines ont été appliquées, la DRAF délivre,suite à des tests par des agents de la SRPV, une « mainlevée officielle » (MLO) concernantles organismes concernés. Une condition centrale pour pouvoir obtenir un agrémentconcerne les installations spécifiques de confinement, qui permettent de détenir de façonsécurisée les organismes de quarantaine, dans la mesure où « le risque de propagation desorganismes nuisibles soit éliminé » (Art. 3). L’arrêté du 10 juin 1998 explicite dans sonannexe I les conditions dans lesquelles ces organismes peuvent être utilisés à des finsscientifiques.114


V. Description de l’utilisation et du fonctionnementde la serre d’AvignonL’une des premières choses qui frappent quand on s’approche au bâti, c’est qu’il neressemble pas beaucoup à une serre. Il ressemble plutôt à une grande armoire frigorifique,auquel est adossée une véranda en verre. Cette particularité est liée au fait que le bâtiment aété construite à partir de panneaux froides blancs.L’accès de la serre se fait par un badge. Ont accès à la serre les chercheurs de la stationpathologie végétale, leurs techniciens qui font le plus grand nombre de manipulations, etaussi les responsables des serres. Avant de rentrer dans la zone de confinement, il faut passerpar un double sas, dont le premier sas est en surpression (plus 80 pascal) et le deuxième sasen dépression. La surpression du premier sas doit éviter que des insectes rentrent del’extérieur, parce qu’ils devraient être repoussés par la surpression.Dans le premier sas se trouve le bureau de la responsable de la serre, dans lequel est installéun ordinateur avec un logiciel de surveillance de la serre. Ce logiciel a été fabriqué par unfournisseur de logiciel pour l’industrie horticulture, que le responsable travaux connaît bienet qui lui a fait une solution sur mesure pour la surveillance de la serre. Grâce à ce logiciel, laresponsable de la serre peut ainsi en quelques secondes connaître les paramètres techniquesdu fonctionnement de la serre, et vérifier par exemple l’humidité ou la température dans lescompartiments sous verre. Le logiciel permet aussi d’imprimer sur un papier un historiquedu fonctionnement de la serre depuis sa mise en route.Le deuxième sas est équipé d’une douche pour les utilisateurs, qui n’est cependant pourl’instant pas encore utilisée. Aussi, dans le deuxième sas sont installées les blouses, lescharlottes et les « surchausssures » pour chaque utilisateur. La dépression du deuxième sasdoit servir à éviter que, le cas échéant, des insectes sortent de la zone de confinement, parceque ces insectes pourraient être vecteur de différents virus phytopathogènes. Grâce à ladépression maintenue à l’intérieur de la zone de confinement, ces insectes devraient êtreaspirés vers l’intérieur de la zone de confinement, au moment de l’ouverture de la porte versla zone de confinement.En sortant du deuxième sas, on se retrouve dans la zone de confinement. Elle consiste en uncouloir qui donne accès aux quatre compartiments sous verre, dans lesquels sont menés lesessais pour la station de pathologie végétale et notamment l’équipe de virologie. Cette zone,comprenant le couloir et les quatre compartiments, est maintenu aussi en dépression, entremoins 120 et moins 130 pascale, sachant que moins 130 pascale est la consigne et tout ce quiest en dessous de moins 120 n’est pas toléré. Le couloir donne aussi accès à quelques locauxde laboratoires, qui ne sont pas encore utilisés au moment de notre visite.Le confinement de cette zone se fait par certaines mesures techniques. Ces mesurestechniques peuvent être regroupés autour des mesures de contrôle de la sortie des élémentssolides, des éléments liquides et de l’air.115


→ Les éléments solides sortant de la serre sont sensés être passés à l’autoclave. L’autoclavese trouve au bout du couloir. C’est une autoclave double accès. Donc les matériaux àautoclaver sont introduit d’un côté de l’autoclave, dans des conditions de confinement, etsont ressortis de l’autre côte de l’autoclave, qui n’est plus à l’intérieur de la serre maisqui donne accès au premier sas. Tous les matériaux végétaux sont ensuite, après avoir étéautoclavés, sont encore une fois passés à la vapeur en dehors de la serre, à plus 140degrés, avant de les envoyer à l’usine d’incinération, qui donne ensuite un ticket deréception. L’autoclavage est assuré par la responsable de la serre.→ La filtration de l’air se fait à partir d’un système de filtres particulier. L’air est aspiré pardes ventilateurs sur le toit du bâtiment, elle est ensuite filtrée, introduite dans lescompartiments et filtrée avant d’être à nouveau rejeté par des ventilateurs sur le toit.L’enjeu du confinement est à la fois d’avoir des filtres avec des mailles assez fines, et dechanger ces filtres dans des conditions sécurisées. Dans les serres classiques, les filtressont positionnés à l’extérieur du bâtiment. Le changement des filtres se fait ainsi del’extérieur, ce qui crée un certain risque biologique, parce que les éléments filtréspeuvent se disséminer dans l’environnement. Dans la structure d’Avignon, ce danger aété pris en compte. En fait, les filtres sont changés à l’intérieur de la zone deconfinement. C’est par le couloir principal du confinement que la personne peut avoiraccès aux filtres et les changer dans des conditions sécurisées. Les filtres seront ensuiteautoclavés avant de les sortir de la serre. Ce changement de filtres est fait par le chef del’atelier.→ Les effluents sont collectés – en passant par des filtres – dans trois étuves fermées sous laterre à l’extérieur de la serre. Ces étuves comprennent chacune 1000 litres. Une fois uneétuve est pleine, ça bascule dans l’autre étuve. Dans ces étuves, l’eau est chlorée pendant5 ou 6 heures, avant d’être introduite dans le réseau.116


VI. Schéma du processus entre propositions,expérimentation, apprentissage et innovationSi non:une nouvellepropositiondevientnécessaireProposition parle haut oupar le basSi oui :Innovationmatérielle ouprocéduraleExpérimentationdes propositionsdans la pratiqueApprentissageL’expérimentationest-ellepraticable ?117


VII. Schéma chronologique de l’étude socio-historiqueINRADirectiongénéraleGroupe de travail OQ (2002------------------------------------2007)Guide de confinement (2003--------------------------------2007)Note de service OQ (2003)CNUE Formations OGM et OQ (2002-------------------------------------2007)Crédits ponctuels de biosécurité OGM Base de données (2002-----------------------------------------------2007)INRADépartementINRAUnités derechercheEnquête du département SPE (2000)Schéma stratégique du département SPE (1999)Commission S3 (1998)Projet de serre Bordeaux (2000-2002)Projet de serre Avignon (1996-------------------------------2007)Serre en surpression Versailles (1984-1990) Rénovation de la serre à Versailles (2000-2007)ProtectiondesvégétauxManuel d’audit (1999-2002)Conduite des premiers auditsNote de service du 8.10.1998DroitUE/FArrêté du 15.05 et 10.06.1998Loi n° 92-654 (OGM) Décret n° 97-857 (OQ) Arrêté du 22.11.2002 (OQ)Directive 77/ 93 (OQ) Directive 90/219 (OGM) Directive 95/44 (OQ) Directive 2000/29 (OQ)2007200620042002200019981996199419921990198819861984198219801970

More magazines by this user
Similar magazines