31.05.2022 Views

contact_office_magazine_#34_french

Comment travaillerons-nous à l'avenir ? La pandémie a redistribué les cartes et plus nous serons assis dans un bureau à domicile et travaillerons à distance, plus la recherche de réponses deviendra importante. Dans notre article en une, nous avons réfléchi de manière constructive à l’ensemble des nouvelles exigences pour le bureau post-Corona. Il est vite apparu clairement que le problème posé du vide, généré au bureau par le home-office et le travail à distance, doit être comblé. Mais comment faire ? En outre, nous visiterons sur les toits de Vienne un très sympathique bureau du new work et son concept d'architecture intérieure inspirant. Et nous vous emmènerons à Amsterdam dans un boudoir de nuages et de vagues. Le bureau d'architecture Beyond Space y met en scène une ode au ciel et à la mer : tout simplement fascinant ! Nous poursuivons avec la thématique toujours d’actualité des "Tendances durables en matière de mobilier de bureau" et avec une conclusion claire : le vert est à la mode ! Vous trouverez également des conseils pour la gestion des pauses, des informations utiles pour le quotidien au bureau, un lexique pratique du new work et un passage en revue attentif du bureau de Murat Özcelik, à la fois généticien, microbiologiste et architecte.

Comment travaillerons-nous à l'avenir ? La pandémie a redistribué les cartes et plus nous serons assis dans un bureau à domicile et travaillerons à distance, plus la recherche de réponses deviendra importante. Dans notre article en une, nous avons réfléchi de manière constructive à l’ensemble des nouvelles exigences pour le bureau post-Corona. Il est vite apparu clairement que le problème posé du vide, généré au bureau par le home-office et le travail à distance, doit être comblé. Mais comment faire ? En outre, nous visiterons sur les toits de Vienne un très sympathique bureau du new work et son concept d'architecture intérieure inspirant. Et nous vous emmènerons à Amsterdam dans un boudoir de nuages et de vagues. Le bureau d'architecture Beyond Space y met en scène une ode
au ciel et à la mer : tout simplement fascinant ! Nous poursuivons avec la thématique toujours d’actualité des "Tendances durables en matière de mobilier de bureau" et avec une conclusion claire : le vert est à la mode ! Vous trouverez également des conseils pour la gestion des pauses, des informations utiles pour le quotidien au bureau, un lexique pratique du new work et un passage en revue attentif du bureau de Murat Özcelik, à la fois généticien, microbiologiste et architecte.

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

Numéro 34

Design de bureau

post-pandémique.

Histoire de référence :

CCE à Icon Vienna

Le vert est à la mode : Tendances

durables en matière de mobilier de bureau.

Que trouve-t-on dans

votre bureau, Murat Özcelik ?


Question : « Faut-il redéfinir

le concept du bureau ? »

Réponse : « Oui ! »

Comment travaillerons-nous à l'avenir ? La pandémie a redistribué les

cartes et plus nous serons assis dans un bureau à domicile et travaillerons à

distance, plus la recherche de réponses deviendra importante. Dans notre

article en une, nous avons réfléchi de manière constructive à l’ensemble

des nouvelles exigences pour le bureau post-Corona. Il est vite apparu

clairement que le problème posé du vide, généré au bureau par le

home-office et le travail à distance, doit être comblé. Mais comment faire ?

En outre, nous visiterons sur les toits de Vienne un très sympathique bureau

du new work et son concept d'architecture intérieure inspirant. Et

nous vous emmènerons à Amsterdam dans un boudoir de nuages et

de vagues. Le bureau d'architecture Beyond Space y met en scène une ode

au ciel et à la mer : tout simplement fascinant !

Nous poursuivons avec la thématique toujours d’actualité des

"Tendances durables en matière de mobilier de bureau" et avec une

conclusion claire : le vert est à la mode !

Vous trouverez également des conseils pour la gestion des pauses, des informations

utiles pour le quotidien au bureau, un lexique pratique du new

work et un passage en revue attentif du bureau de Murat Özcelik, à la fois

généticien, microbiologiste et architecte.

Notre conclusion : pour ceux qui s'intéressent au monde du travail du

futur, les pages suivantes sont fortement recommandées.

Laura et Markus Wiesner


Le design de bureau post-pandémique 04

Du poste de travail personnel au bureau partagé ? 08

Histoire de référence : CCE à l'Icon Vienna 10

Tendances durables en matière de mobilier de bureau 14

Gestion des pauses dans le travail quotidien 16

Observatoire des tendances :

des objets utiles pour le quotidien au bureau 18

Lean Coffee : une alternative aux réunions rigides 19

Bureaux à travers le monde : Siersema Amsterdam 20

Que trouve-t-on dans votre bureau, Murat Özcelik ? 23

Le lexique du new work 24

Showroom 26

Éditeur : Wiesner-Hager Möbel GmbH, Linzer Straße 22, A-4950 Altheim, T +43/(0)7723/460-0, altheim@wiesner-hager.com, www.wiesner-hager.com,

thinknewwork.com ; Conception/Correction : Wiesner-Hager, mintmind Communication GmbH ; Mise en page : mintmind Communication GmbH,

Auteur invité : Wojciech Czaja ; Sous réserve d'erreurs de composition et d'impression ; 5/2022.

contact 3


Office Concepts

Le design de bureau post-pandémique :

La réinvention de la

géographie centrale.

Plus nous serons basés dans un home-office et travaillerons à distance,

plus il sera important de créer des lieux attrayants pour l'esprit d'équipe

et la culture d'entreprise. Il en résulte un ensemble d'exigences claires

pour le bureau post-Corona. Et oui, c'est plus qu'une simple réalisation

digne d’être postée sur instagram.

4 contact


Au début de la pandémie Corona, le studio de design

OWIU, basé à Los Angeles, s'est penché sur la manière

dont nous travaillerons à l'avenir. L'accent a été mis sur le

développement de lobbies, de salles de pause et d'espaces

de conférence dans lesquels la soi-disant "distance sociale"

est possible. Le "Plan Libre" de Le Corbusier, développé

en 1914, a servi de base à ce projet : dans le cadre d'un

agencement ouvert et flexible avec des pergolas, des plateformes

en bois et des séquences d'espaces modulaires,

différents meubles et utilisations de ces derniers devaient

être mis en œuvre. L'espace, la hauteur et l'air devaient

ainsi rendre la vie difficile au virus.

La contribution d'OWIU, très élégante et photogénique,

s'est retrouvée sur tous les blogs d'architecture, de dezeen

à archello en passant par architizer, et a même été saluée

sur Twitter et LinkedIn. Seulement, aujourd'hui, nous le

savons : Le grand défi après deux ans de pandémie n'est

pas de savoir comment mettre de la distance entre les

gens mais comment combler le vide créé par le bureau

à domicile et le travail à distance. Ou, comme le dit le

futurologue viennois Tristan Horx : « Il y a quelques

années, nous avons compris que les bureaux cloisonnés

avaient échoué. Et maintenant, nous savons que l'openoffice

classique, que nous avons propagé ces dix dernières

années, est lui aussi un modèle en voie de disparition. »

Actuellement, Horx écrit un livre sur le futur du travail.

Le futurologue de 29 ans veut encore garder le titre pour

lui. Date de parution prévue : 2023. Il ne peut pour

l’heure révéler que ceci : « L'époque de la présence obligatoire

et permanente au bureau est révolue. À l'avenir,

© shutterstock

contact 5


Office Concepts

nous différencierons si nous voulons travailler de manière

concentrée ou collective, si nous préférons être seuls ou en

compagnie. Selon la branche, l'entreprise et l'éventail des

activités, j'estime qu'à long terme, nous conserverons un

taux de home office de 30 à 70 pour cent. La seule question

qui se pose est : que faire de tout cet espace vide ? »

Pour les petites entreprises, Sabine Zinke, consultante

senior chez M.O.O.CON, responsable du domaine des

environnements de

travail, estime que cette

question ne se pose pas.

« Dans la pratique, il est

déjà difficile de louer 100

ou 200 mètres carrés de

bureaux. Toutefois, à partir

d'un ordre de grandeur

de 300 collaborateurs, il

est déjà possible de réaliser

des économies potentielles

de surface. » Alors que

la conception du campus

d'Erste se basait sur une

répartition considérée

radicale de 0,7 à l'échelle

de l'industrie (c'est-à-dire

7 bureaux pour 10 emplois

à temps plein), cette

valeur est déjà la norme

habituelle en Autriche

aujourd'hui. « Dans

certaines entreprises nous

comptons déjà avec un

ratio de 0,55 à 0,6 », explique l'experte.

Cependant, faire des économies ne doit pas être le premier

moteur du changement. Il s'agit plutôt de mettre en place

des espaces différenciés pour le travail de réflexion d'une

part et pour le brainstorming informel, souvent spontané,

d'autre part. « L'une des tâches les plus importantes des

futurs univers de bureau sera d'offrir des lieux pour des

rencontres fortuites », explique Zinke. « Mais bien sûr,

les espaces doivent aussi être équipés de la technologie nécessaire

pour permettre le travail numérique et le travail

Le grand défi après

deux ans de pandémie

n'est pas de savoir comment

nous pouvons mettre le

plus de distance possible

entre les gens, mais comment

nous pensons combler

à nouveau le vide créé

au bureau par le

home-office et le travail

à distance.

hybride ainsi que le travail en réseau avec des interfaces

parfaites et fluides. »

Pour Bernhard Kern, directeur de Roomware Consulting

GmbH, le Branding (L’image de marque) de l’employeur

va prendre de l'importance. « Pour renforcer la communication

et transmettre sa propre culture d'entreprise, il

faudra proposer une offre très attractive afin d'attirer le

plus souvent possible les collaborateurs au bureau. » Les

outils importants à cet effet

sont des médias informatiques

de qualité ainsi

qu'un environnement de

bureau aussi hétérogène

que possible avec de nombreuses

offres de postes

de travail différents. Kern :

« Un beau lobby digne

d'instagram, comme

certains le pensent, ne

suffira pas. »

Le nouveau bâtiment de

bureaux d'ACP TEKAEF

à Ried im Innkreis, en

Haute-Autriche, ainsi que

le bureau de Pharmig,

l'association de l'industrie

pharmaceutique autrichienne,

inauguré il y a

quelques mois, montrent

à quoi peut ressembler ce

changement de bureaux.

Ce dernier a bien été réduit de 650 à 480 mètres carrés,

« mais cette réduction » , estime le secrétaire général de

Pharmig, Alexander Herzog, « est à peine perceptible.

Car, d'une part, nous avons une politique de bureau

partagé dans tout le bâtiment et, d'autre part, nous avons

tenu dès le départ à donner plusieurs fonctions à chaque

pièce et à chaque poste de travail. » Si le chef est absent,

il suffit d'appuyer sur un bouton pour que son poste de

travail se mue en salle de réunion pouvant à l’occasion

être réservée au moyen d'une application.

6 contact


Le Covid a également laissé son empreinte dans le secteur

bancaire. Dans les années à venir, le siège de la Kärntner

Sparkasse sur la Neue Platz à Klagenfurt sera entièrement

rénové. Avec un ratio de répartition des postes de travail

de 0,6, il en résultera des réserves de surface d'une ampleur

jusqu'ici insoupçonnée. « Le covid bouleverse complètement

le bureau classique », déclare la présidente du

directoire Gabriele Semmelrock-Werzer. « Une grande

partie de l'équipe travaillera en home-office, nous devons

nous en accommoder, et c'est très bien ainsi. Notre tâche

consistera à donner de la valeur au lieu géographique du

bureau, afin que nous puissions continuer à renforcer

l'esprit d'équipe et à vivre notre propre culture d'entreprise.

Nous devons redéfinir complètement la notion de

bureau. C'est une tâche passionnante. »

Le bureau à l'époque post-Corona, c'est clair, n'a rien à

voir avec le vide, les virus dérangeants et les cloisons en

plexiglas érigées tout autour. Le bureau post-Corona

est avant tout un havre de diversité, de légèreté et de

flexibilité interpersonnelle.

Wojciech Czaja

© shutterstock

contact 7


Office Concepts

Du poste de travail

personnel au bureau

partagé ?

Un calendrier affichant des obligations personnelles

est directement placé à côté des photos

de famille aux encadrements multicolores. La

vieille tasse avec le lettrage " professionnel

accompli " attend que l’on y verse de nouveau

du café. Une carte de vœux est accrochée au

tableau à punaiser.

Le poste de bureau privé, en tant que partie du domicile,

sera de plus en plus remis en question. La décentralisation

du travail, ainsi que le travail à domicile et des

modèles de travail à distance deviennent des éléments

essentiels du nouveau monde du travail. L’alternance

entre le bureau et les quatre murs du domicile est particulièrement

devenue une pratique courante dans beaucoup

d’entreprises. Pour cette raison on réduit constamment

les surfaces de bureau. Résultat : Une table de bureau par

employé n’est souvent plus justifiable économiquement.

© Robert Maybach

Entre densification des surfaces

et élargissement créatif.

On ne peut pas avoir les deux – travail à domicile et un poste

de travail personnel au bureau : de plus en plus d’entreprises

défendent cette position. La table de bureau abandonnée

pendant les journées de travail à domicile représente une

surface non utilisée. Une réduction de la surface grâce à une

densification entraîne des économies. Une utilisation en

commun des tables de travail (= bureau partagé) est une des

possibilités de réaliser la densification. La table de travail

autrefois dédiée à une utilisation personnelle sera alors

partagée par plusieurs personnes. La tendance croissante

à rendre l’ambiance de bureau plus attractive est une

contre-mesure à la densification des espaces bureau.

8 contact


Des espaces et des zones jusqu’ici inexploités seront

également consacrés aux typologies d’espace nouvelles

et créatives. Des Working Cafés, des bibliothèques, des

zones campus ou des zones centrales soutiennent non

seulement la coopération mais également un travail

calme et concentré. Des espaces de communication

dotés d’un équipement moderne permettent l’implication

des participants virtuels et facilitent la communication

hybride avec les collègues qui travaillent en

dehors du bureau. Plus il y a différentes zones disponibles,

plus facilement les employés trouvent

l’ambiance appropriée à leurs tâches diverses.

Tandis qu’en général un poste de travail partagé

indépendant suffit pour les employés qui sont présents

temporairement dans les bureaux-satellites, l’exigence

des personnes, qui travaillent en alternance à domicile

et au bureau pour une coopération avec l’accent sur

l’esprit d’équipe pendant les jours de présence au bureau

est essentielle. Le flux de communication à l’intérieur

de son propre service ou dans l’équipe de projet doit

être garanti et les espaces adéquats y doivent contribuer.

La densification et l’élargissement des surfaces

– les tables de travail non-considérées – ne s’opposent

pas mutuellement : alors qu’il y a une limitation de

l’espace de travail individuel, une extension des espaces

créatifs dédiés à des activités différentes et au travail de

projet en équipe est nécessaire.

Est-ce qu‘on fait fuir les employés du bureau ?

La restructuration effective de l’espace bureau est

pourtant liée à plusieurs questions et problèmes.

Au cas où un système de réservation pour les places

partagées n’existe pas, la ruée vers les meilleures tables

de bureau s’imposera souvent. Certains disent même

que c’est un système pour faire fuir les employés

totalement du bureau. Beaucoup préfèrent travailler

à la maison au lieu de s’exposer au stress de chercher

une place adéquate. Les habitués de la routine ont

souvent des problèmes pour se réorienter chaque jour

à nouveau et adapter leur façon de travailler. Dans une

entreprise qui pratique le bureau partagé, l’établissement

de la Clean Desk Policy est inévitable. Le soir il

faut quitter la table de bureau complètement vidée et

dans un état impeccable. Après tout, un autre collègue

peut réclamer le poste de travail dès le lendemain.

Une ouvre-porte sur le nouveau

monde du travail.

Il y a pourtant des moyens pour faciliter l’organisation

dans des zones de travail utilisées par tous. Un système

de pré-réservation pour les places peut agir contre le

stress matinal lors de la recherche d’une table appropriée.

La veille déjà ou au début de la semaine il y a la

possibilité de réserver une table de bureau. Ainsi un

protocole réglé et décontracté pour trouver une place

est garanti. Des caissons mobiles ou des casiers (Locker)

disponibles pour chaque employé font gagner du

temps lors de l’aménagement d’un poste de travail

temporaire.

Pour faciliter la coopération des employés travaillant

à distance, l’installation des espaces créatifs, des salles

de réunion et des zones centrales soutient la coordination

et la communication. Plus efficace encore est

de planifier le concept du bureau avec les Open Units

dans le style des Coworking Spaces modernes. On crée

un milieu spatial commun dans l’Open Space avec

une large marge de manœuvre organisationnelle et

conceptionnelle pour les personnes qui travaillent en

étroite coopération. Des meubles efficaces sur le plan

acoustique et des paravents soutiennent l’isolement

et la mise en zones. Pour un travail concentré et pour

des entretiens par vidéo-conférence des Silent Rooms

servent d’espaces de retrait personnels.

Une mise en place du bureau partagé et d’espaces de

bureau collectifs n’est pas utile dans tous les secteurs

de l’entreprise. En raison de leur activité, certains employés

restent en permanence liés à leurs tables de

bureau. Là encore il faut dès la planification penser

aux zones partagées. Une structure bien conçue, qui

prenne en compte les Workflows et les flux de communication

de façon optimale, est primordiale pour une

conception générale judicieuse et efficace du bureau.

Malgré certaines difficultés et doutes concernant la

perte du poste de travail individuel, des espaces-bureau

partagés ouvrent plusieurs voies vers un monde du

nouveau travail. Ils offrent non seulement de l’espace

pour une collaboration augmentée et pour l’Activity

Based Working mais aussi pour toutes les formes de

travail. Justement parce que la numérisation simplifie

les procédures de routine et permet un travail

indépendant du lieu, le bureau deviendra encore

plus un lieu de rencontre important où le partenariat

est encouragé. La diversité des espaces à utilisation

commune soutient le travail en équipe et génère une

friction sociale qui est un terrain propice aux idées

innovantes. La culture d’entreprise y joue un rôle

central : Il est souhaité que les employés aiment venir

au bureau malgré la possibilité du travail à domicile et

du travail à distance et qu’ils y trouvent une ambiance

qui soutient leurs activités.

contact 9


Référence

Clean Capital Energy –

New-Work-Office

au-dessus des toits

de Vienne.

Dans une des trois tours de l’Icon Vienna,

un haut lieu de la culture de bureau

urbaine, est hébergé le nouveau siège

viennois de l’entreprise Clean Capital Energy

(CCE). Le bureau moderne mise sur des

couleurs naturelles et une généreuse

végétalisation. La société Roomware Consulting

a été chargée de la conception et de

la réalisation de l’architecture intérieure. La

société Wiesner-Hager a fourni le mobilier.

10 contact

Les tours de bureau de The Icon Vienna se trouvent

directement à une gare de Vienne – Wiener Hauptbahnhof.

Les différentes hauteurs de construction des

tours attirent immédiatement l’attention. L’entreprise

CCE a installé son bureau viennois dans un de ces

complexes. CCE conçoit, réalise, finance et gère des

investissements alternatifs dans un segment en forte

croissance – la technique photovoltaïque. « Le

nouveau bureau est le siège de la CCE Holding et

sert avant tout de point de rencontre pour les affaires

© Martin Zorn Photography


Des couleurs

naturelles

caractérisent

l’impact visuel

du bureau.

© Martin Zorn Photography

© Martin Zorn Photography

contact 11


Référence

© Martin Zorn Photography

nationales et internationales du groupe. L’emplacement

central près de la gare avec un bon accès au trafic est

un grand avantage », explique Martin Dürnberger, le

gérant de CCE.

Le bureau se présente en Open Space. Les domaines

d‘activité sont organisés dans des Open Units, qui peuvent

accueillir quatre personnes chacun. Les différents

groupes de travail sont séparés par les armoires cage. On

utilise des étagères ouvertes avec des bacs à plantes qui

fonctionnent de cloisons de séparation. L’ergonomie a

été un point central lors de l’aménagement des postes

de travail. On a installé des sièges tournants ergonomiques

et des tables de bureau à réglage électrique de la

hauteur.

Une zone centrale avec espace lounge au cœur offre de

l’espace pour des réunions décontractées, de la régénération,

un travail détendu et concentré ou des entretiens

informels. Il y a en plus une grande Workbench avec six

places à disposition qui est dédiée à une utilisation flexible

et temporaire. L’Open Space accueille également

un espace multifonctionnel pour des réunions non

prévues et informelles. La grande table haute avec des

tabourets de bar y inspire une atmosphère détendue.

« On offre une quantité d’espaces divers pour donner

aux employés la possibilité d’Activity Based Working.

Il y a des zones pour des réunions, des espaces pour un

travail ciblé et des coins pour téléphoner », ainsi

peut-on décrire le concept de l’architecte intérieur

Magdalena Baum de Roomware Consulting.

La salle de conférence séparée peut accueillir jusqu’à

14 personnes au maximum. Des sièges de conférence

confortables ainsi qu’un équipement technique moderne

permettent des réunions agréables et faciles aussi

bien que l’intégration des participants virtuels lors des

réunions hybrides.

Données de projet :

Surface totale : 354,50 m²

Maître d’ouvrage :

Clean Capital Energy

Architecture intérieure &

Concept du bureau : Roomware Consulting

Ameublement :

Wiesner-Hager

12 contact


© Martin Zorn Photography

« Des couleurs naturelles caractérisent l’impact visuel

du bureau. Nous avons surtout choisi des tissus dans des

tons gris et vert doux. Tous les matériaux utilisés sont

de haute qualité », souligne l’architecte intérieur. La

verdure abondante est particulièrement un point fort.

« Les plantes créent une ambiance particulière tout

à fait dans la ligne du design biophilique », explique

Magdalena Baum.

La conception ouverte de l’espace du bureau entier doit

se refléter également dans la culture d’entreprise.

« Dans le nouveau bureau viennois de CCE nous avons

par principe accordé une importance particulière à

un environnement professionnel varié et vaste, où les

employés retrouvent une ambiance qui soutient leur

activité. La vue panoramique sur la ville met en valeur

notre environnement de bureau moderne », résume

Martin Dürnberger.

© Martin Zorn Photography

Nous avons par principe

accordé une importance

particulière à un environnement

professionnel varié et vaste.

contact 13


Office Concepts

Le vert est « in » :

Les meubles de bureau

durables à la mode.

Un siège de bureau standard provoque la même quantité CO 2

pendant son processus de production,

de livraison et d’élimination que la production de cinq kilos de viande de bœuf conventionnelle. En

général nous évaluons le produit selon son rapport qualité/prix, son matériau, son design et sa nécessité

avant de l’acheter. En cas d’une évaluation essentiellement positive, nous concluons le contrat d’achat.

Il y a pourtant un critère que l’on ignore souvent : mon produit est-il vraiment durable ?

La durabilité gagne en importance dans presque tous

les domaines de la vie. C’est une tendance qui a une

influence même sur le mobilier de bureau. Le Greenwashing

et une foule de labels écologiques n’impressionnent

plus depuis longtemps. Sur le secteur bureau

on peut constater les tendances suivantes :

Transparence écologique.

Il est plutôt facile d’évaluer le niveau de durabilité

pour les choses simples de la vie quotidienne telles

que les pommes qui viennent de la région. Il est déjà

plus difficile à évaluer les produits plus complexes tels

que des meubles de bureau pour lesquels il faut tenir

compte des chaînes d’approvisionnement et de la

fabrication industrielle. Une transparence écologique

représente ici une aide précieuse. Les estimations

précises de la consommation en CO 2

ainsi que des

effets environnementaux déterminants indiquent le

niveau écologique du meuble en question. Maintenant

c’est au client final d’évaluer le produit.

Wiesner-Hager s’est positionné comme pionnier dans

ce domaine. Des bilans écologiques certifiés selon

ISO 14025 (EPDs) peuvent être demandés pour tous

les produits en n’importe quelle version. Ils illustrent

le cycle de vie complet du meuble.

Qualité.

Un mobilier de bureau de haute qualité est catégoriquement

plus durable que ses alternatives fabriquées

à bas prix. Des meubles de qualité se distinguent par

leur longévité, car ils ne doivent pas être remplacés ou

évacués avant de nombreuses années. Un bénéfice tant

pour l’environnement que pour le budget.

14 contact


Matériaux naturels.

Des matières premières renouvelables telles que le bois,

connaissent actuellement une relance et sont neutres

pour le climat. Tous les bois ne se valent pas, car c’est

la provenance qui est décisive : Wiesner-Hager mise

par exemple sur des bois certifiés PEFC ou FSC qui

viennent des ressources forestières gérées de manière

durable.

Réutiliser au lieu de rejeter.

L’appel au Remanufacturing – la réutilisation des

éléments de meubles usagés – devient de plus en plus

fort. Ce modèle inclut la reprise de vieux produits des

clients et leur démontage. Des pièces détachées ou des

modules seront traités et utilisés pour de nouveaux

produits. Ainsi le client reçoit un produit presque

neuf avec un bilan de CO 2

nettement meilleur que

celui de nouveaux produits.

Recyclage.

La matière synthétique a sans doute la plus mauvaise

réputation parmi tous les matériaux. De grands éléments

en plastique et les microplastiques inondent les

océans du monde. Les matières synthétiques, en particulier

les PETs (de la famille de polyester), sont de plus

en plus recyclés. La production de meubles de bureau

offre de grandes possibilités d’utiliser des plastiques

recyclés. On trouve le plastique usagé surtout dans des

non-tissés compactés pour cloison de séparation ou

dans des revêtements tissus des sièges et des éléments

insonorisant.

Made in Europe.

Plus le trajet du site de production est court, plus

faible est l’émission du dioxyde de carbone. Celui qui

veille dans la fabrication de meubles de bureau à ce que

les trajets de transport pour les meubles soient courts,

choisit la méthode plus durable. Wiesner-Hager

fabrique tous les produits en Autriche et à Humpolec

en Tchéquie.

© shutterstock

contact 15


Office Life

Il était temps !

Gestion des pauses

dans le travail quotidien.

Un regard furtif vers l’horloge : il reste encore

cinq minutes jusqu’à la pause-déjeuner. La

pile de travail, qui attend encore d’être fait, a

atteint une hauteur vertigineuse. La prochaine

réunion est déjà prévue pour 13 heures. Il

faut maintenant avaler le sandwich apporté

et, en passant, accomplir vite les " To-dos ".

Dans une société de plus en plus orientée vers la performance,

nous sommes souvent victimes de l’idée

faussement répandue qu’un nombre réduit de pauses

augmente l’efficience. Le contraire exact a été confirmé

par des scientifiques du Draugiem Group de la Lettonie.

Ils ont étudié des volontaires qui travaillent toute

la journée devant l’écran. Les résultats ont démontré

que les employés qui ont fait plus de pauses adéquates

ont accompli la majeure partie du travail. Pour maîtriser

le quotidien de travail une régénération et une

bonne gestion du temps sont absolument impérieuses.

Le principe est le suivant : Si le temps de travail journalier

dépasse six heures, il faut selon la loi prendre

16 contact


une pause de 30 minutes au minimum. Les critères

primordiaux de la pause sont la récréation et la distraction.

Si on passe toute la journée à la table de bureau,

idéalement il est conseillé de bouger à l’air frais. Il

faudrait aussi accorder une priorité au déjeuner. Il est

surtout défendu de rester à son poste et fixer l’écran.

La pause représente une bonne occasion pour discuter

et se détendre. Des salles de repos personnalisées ou

des espaces extérieurs tels que des jardins d’activité

sont particulièrement destinés à prendre du recul par

rapport à la table de bureau. Celui qui passe sa pause

avec ses collègues, consolide le climat de l’entreprise

et contribue à une coopération fructueuse. Pour

vraiment se déconnecter de son travail il est important

de laisser le travail de côté. Se joindre à des collègues

avec lesquels on a moins l’habitude de travailler lors du

déjeuner soutient en plus le Networking à l’intérieur

de l’entreprise.

Du temps objectif et subjectif.

Il n’est pourtant pas toujours si simple de prendre une

pause bien méritée. La raison en est que le soi-disant

temps objectif n’est pas accordable avec le temps

subjectif selon Harvard Business

Manager (01/22). Le temps

objectif inclut la compréhension

générale du temps tels

que les jours calendaires ou

l’heure, tandis que le temps

subjectif correspond à la

perception personnelle et au

rythme individuel. Un exemple

concret illustre la problématique :

La pause de déjeuner est fixée

pour tous à 12 heures pile (= temps

objectif ). Au regard d’un rythme

personnel et à la faim, une pause à 14 heures serait

peut-être plus appropriée. Mais comme le temps de

pause est strictement défini, on prend son déjeuner

en situation de stress et travaillant à côté. Le facteur

récréatif n’existe pas et l’interruption n’atteint pas son

véritable but.

Gestion autonome du temps.

Si nous travaillons davantage à notre propre rythme,

nous pourrions éviter une surcharge et optimiser la

propre gestion autonome du temps. Cela signifie

concrètement : Celui qui en a la possibilité, devrait

gérer lui-même ses pauses. Cette gestion autonome

du temps soutient la méthode de travail personnelle.

La création consciente des moments libres soulage

le stress. Il ne reste guère de temps pour des répits

pendant une journée de travail, entièrement planifiée.

Alors que justement le temps intermédiaire improductif

est la source pour créativité et innovation. Celui qui

priorise ses tâches gagne une marge de manœuvre supplémentaire.

Une fois que les tâches essentielles sont

faites, on peut en toute tranquillité faire une pause.

Donc il est temps – temps de prendre les pauses

nécessaires. Personne ne doit craindre des pertes en

efficience et rendement. La régénération encourage la

pensée et la créativité et évite à long terme les altérations

psychiques et physiques par la surcharge.

contact 17


Observatoire des tendances

Tuyaux utiles

pour le quotidien

au bureau.

MURAL – Let‘s transform teamwork!

MURAL est un tableau blanc en ligne pour des équipes,

convenable pour coopérer visuellement et résoudre des

problèmes à l’aide d’un écran numérique convivial plus vite.

Un travail visuel en équipe peut être dirigé par des fonctions

Facilitation Superpowers – même avec des équipes dispersées

et hybrides. MURAL n’est pas un simple tableau blanc en ligne.

Mais il dispose de fonctions de modération performantes, de

méthodes guidées et d’une expertise approfondie nécessitée par

les entreprises pour transformer le travail en équipe.

www.mural.co

© Mural

deskbird :

En deux clics

seulement au

poste de travail.

Dans l’App deskbird les entreprises indiquent en moins de

cinq minutes tous les postes de travail disponibles au bureau.

Les employés ont la possibilité de les réserver en deux clics –

l’utilisateur est clairement au centre de l’attention. A l’aide de

l’App mobile les employés peuvent prendre connaissance de

la présence des collègues au bureau. L’intégration est facile et

se fait rapidement par Slack, Teams et le calendrier.

www.deskbird.de

Purificateur d’air Dyson HEPA

Cool formaldéhyde.

Dans les bureaux grand espace

les polluants peuvent s’accumuler

rapidement – ils restent pourtant

invisibles. Grâce à un système de

filtrage puissant et entièrement scellé,

le purificateur d’air HEPA Cool

formaldéhyde détecte et détruit les

polluants. Il purifie l’air dans la pièce

entière et y amène un courant d’air

frais – pour une ambiance plus

propre et plus agréable dans

l’ensemble de l’entreprise.

www.dyson.at/

fuer-unternehmen/raumklima

© deskbird

© dyson

18 contact

© dyson


Office Life

Décontracté et efficace :

Lean Coffee – une

alternative aux

réunions rigides.

Discuter ouvertement des thèmes importants dans

une atmosphère décontractée autour d’un café –

ainsi peut-on résumer le principe du Lean Coffee,

un format tout à fait particulier pour des réunions.

Ce système a été conçu à Seattle par les deux Agile-

Coaches Jim Benson et Jeremy Lightsmith. Une caractéristique

du Lean Coffee est qu’il n’y pas d’agenda

fixé à l’avance. Seul le thème de base est mentionné

vaguement. Tous ceux qui peuvent s’identifier avec ce

thème sont invités. L’invitation est affichée de manière

visible pour tous. Les contenus concrets sont soumis à

la discussion directement en réunion par les personnes

participantes. Il y a une exacte coordination temporelle

pour pouvoir discuter de nombreux points différents.

Pour une réunion Lean Coffee réussie le nombre idéal

de participants culmine jusqu’à dix personnes. Cette

réunion sert surtout d’échange de connaissances collectif

ainsi que de la collection des " inputs " et des idées

pour des projets durant leur phase initiale. Le terme

Lean émane du Lean Thinking, de la pensée focalisée,

de l’élimination des différentes formes de gaspillage

et de la vision du grand ensemble. Coffee souligne la

décontraction et l’atmosphère informelle.

Voici comment se déroule le Lean Coffee.

Celui qui a lancé l’invitation est responsable de la

coordination et des tâches préparatoires. En général

il faut un chevalet de conférence et un tableau blanc,

ainsi que des stylos et des post-its. Au début le responsable

recueille tous les thèmes présentés par les participants.

On les priorise et les planifie dans l’équipe. Le

coordinateur trace trois colonnes sur le tableau blanc :

à discuter, déjà en discussion et discuté. Tous les thèmes

apparaissent d’abord selon l’ordre convenu dans la

colonne à discuter. Puis ils passent selon leur statut de

discussion aux deux autres colonnes suivantes.

Avant tout il est important de donner des priorités aux

différents thèmes. En raison du temps limité il est possible

que certains points moins importants ne soient

plus traités ou repoussés à la prochaine réunion Lean.

La durée exacte par point à discuter est certes définie,

mais peut être raccourcie ou prolongée par le groupe.

Lean Coffee mise entièrement sur le dynamisme du

groupe et sur la coopération.

Résumé : Les réunions ont une structure, mais sont

néanmoins ouvertes. Toute personne concernée par le

sujet peut y participer. Le Lean Coffee ne connaît pas

de hiérarchies et ne nécessite pas ou très peu de préparation

au niveau du contenu. Grâce au timing ciblé des

discussions interminables sont évitables. En outre la

communication informelle ne sera pas négligée. Après

tout, la réunion doit se dérouler dans un cadre décontracté

et sans contrainte. Le Lean Coffee n’est pas une

structure rigide et peut donc être modifié selon les

exigences personnelles de l’équipe. L’important c’est

garder à l‘esprit comme objectif l’intention fondamentale

du Lean Coffee : des discussions informelles sans

dépasser le cadre temporel.

© shutterstock

contact 19


Bureaux à travers le monde

Un boudoir

de nuages et

de vagues.

© Peter Tijhuis

20 contact


© Peter Tijhuis

Pour le décorateur d'intérieur amstellodamois

Siersema, le bureau d'architecture Beyond

Space a eu recours à un kilomètre de tissu

Kvadrat pour créer un concept poétique de

séparateurs d'espace et de portails souples.

Une ode au ciel et à la mer.

© Peter Tijhuis

De son vivant, vers 1900, l'écrivain allemand

Christian Morgenstern rêvait déjà de la dissolution

des frontières célestes et terrestres :

« On rendra peut-être un jour un culte particulier

aux nuages - comme à la seule barrière

visible qui sépare l'homme de l'espace infini,

comme au rideau gracieux devant le quatrième

mur ouvert de notre scène terrestre. » Le bureau

d'architectes hollandais Beyond Space a désormais

reproduit cette métaphore sous la forme

d'un décor de scène ou de travail réel. Sur le site

d'Entrepothaven, à l'est d'Amsterdam, il a enveloppé

le bureau du décorateur local Siersema - au

sens propre et au sens figuré - d'un nouvel habit en

tissu de rideau bleu ciel et bleu océan.

« Nous sommes ici au cœur d'une nouvelle zone

d'extension urbaine, où se trouvaient autrefois des entrepôts

et des halls logistiques pour la marine hollandaise

», explique Stijn de Weerd qui dirige le bureau

Beyond Space avec son partenaire Remi Versteeg.

« Le site est encore en cours de développement et il

règne encore autour de lui une atmosphère industrielle

assez âpre. C'est pourquoi il était important

pour nous de proposer dès le départ à notre client,

qui est lui-même un professionnel de la moquette, des

textiles et de l'aménagement intérieur, une certaine expertise

en matière d'ambiance et de convivialité. » Le

résultat de ces réflexions est un open space d'environ

200 mètres carrés, dans lequel des espaces, des zones de

travail et des zones de réunion ont été définis avec le

contact 21


Bureaux à travers le monde

Au total, nous

avons utilisé

environ un

kilomètre de tissu.

« Au total, nous avons utilisé ici environ un kilomètre

de tissu, nous tenions à une certaine transparence et

à la présence d'un voilage », explique de Weerd. Le

choix s'est finalement porté sur un tissu de gaze fin,

translucide et presque transparent de la maison danoise

Kvadrat, dont la couleur est Ocean Hue. « Nous

avons fait des essais assez longs en ce qui concerne la

densité des vagues et l'espacement entre les différentes

bandes de tissu, jusqu'à ce que nous obtenions l'effet

souhaité. Après plusieurs essais, nous avons obtenu

une impression d'espace tantôt léger et aéré, tantôt

clairement isolé et cloisonné, sans que l'on ne se sente

jamais complètement enveloppé et écrasé par le tissu. » À

certains endroits, on a à peine l'impression de se trouver

dans un nouveau bâtiment achevé en 2021,

c'est-à-dire récent. On est plongé avec délice - dans une

réinterprétation du boudoir de la grand-tante - dans un

nuage de coton à l'esthétique céleste et maritime. D'un

point de vue technique, ce projet d'intérieur inhabituel

se cache derrière un tissu en polyester disponible dans

le commerce, qui compte parmi les produits les plus

appréciés de Kvadrat et Siersema dans sa catégorie. Le

textile, tissé à partir de fils très fins, répond à toutes les

exigences en matière d'inflammabilité et de production

de fumée. Il a pu être découpé au laser grâce à

son tissage serré. Il n'a pas été nécessaire de procéder à

une finition pour éviter les effilochages ou les fils qui

dépassent. Seul un fin fil de plomb a été cousu à l'extrémité

inférieure pour des raisons de charge uniforme

et d'inertie, ceci afin que l'ensemble de la construction

ne vire pas au chaos au moindre coup de vent. Si, dans

deux ou trois ans, le tissu doit être nettoyé, ce dispositif

peut être retiré du plafond en un seul morceau.

Le pot-pourri de matériaux est complété par un sol

en linoléum gris clair de Forbo. « Le linoléum est

chaud, agréable au toucher et possède d'excellentes

propriétés acoustiques », explique de

Weerd. « Nous avons même déjà conçu des

meubles de salon et de bureau avec. » Un

haut comptoir au milieu de la pièce sert

à la fois de cuisine et de table de réunion

pour les réunions debout. Ce meuble

est également une création de Beyond

Space. Et puis il y a les plantes en pot

qui, avec leurs douces feuilles vert foncé,

entament un dialogue en quelque sorte

coquet avec les vagues océaniques claires

du plafond.

© Peter Tijhuis

22 contact

matériau de construction le plus souple et

le plus doux de tous les temps que l'on puisse

imaginer.

« Nous avons déjà entendu dire que le Siersema-Office

était un espace à l'allure féminine,

et nous considérons cela comme un compliment, car

nous sommes un bureau dirigé par deux hommes »,

déclare Stijn de Weerd. « Je suis ravi que nous ayons

réussi à véhiculer une telle image. » Beyond Space ellemême

qualifie cette approche du design de “Radical

Cosiness“ (Confort radical). « Une certaine convivialité

et un certain confort dans le bureau sont importants,

car je veux aussi pouvoir me sentir à l'aise sur

mon lieu de travail », explique l'architecte. « Néanmoins,

il ne faut pas confondre un bureau avec un salon.

La radicalité visible ici est une forme d'exacerbation,

de jeu avec les images et les clichés. » Et une manière

de rendre manifeste la compétence principale d'un

décorateur d'intérieur avec un clin d'œil et une grande

touche de poésie.

Wojciech Czaja


Que trouve-t-on dans votre bureau ?

04

06

03

11

02

01

05

10

09

08

07

©

Que trouve-t-on dans votre

bureau, Murat Özcelik ?

En fait, Murat Özcelik est généticien et microbiologiste de formation. Il

a ensuite travaillé comme consultant pour une entreprise de conseil internationale.

C'est par hasard qu'il s'est finalement retrouvé dans l'architecture,

lorsqu'il a repris en 2013 la direction du bureau d'architecture et de

construction Wunschhaus, spécialisé dans la planification et la construction

de maisons d'habitation par un seul et même prestataire. Son bureau

se trouve au cœur de Vienne, avec vue sur le château du Belvédère. « J'ai

toujours voulu travailler dans un lieu distinctif, dans un bâtiment ancien

avec une histoire et une identité », explique le quadragénaire. « Pour les

appels téléphoniques plus longs, je sors et je vais faire un tour dans le parc

du château du Belvédère, c'est tout simplement génial. » Actuellement,

Özcelik travaille sur de grands projets privés sur le lac Majeur et à Majorque.

De grandes villas pour des personnes célèbres. Leurs noms sont

protégés par le secret professionnel. « Chez nous, on ne révèle pas ce

genre de choses », dit Özcelik. « J'attache de l'importance à la discrétion

et à la sphère privée, et c'est cette ambiance confidentielle de bien-être

que nous voulons transmettre à nos mandants lorsqu'ils nous rendent

visite. » Au lieu de salles de réunion lumineuses avec un mobilier

de conférence moderne, il y a des coins confortables avec des meubles

lounge, des textiles sombres et des papiers peints extravagants. On a

l'impression d'avoir pris place dans le hall d'un hôtel de luxe et d'attendre

son rendez-vous. Özcelik : « C'est exactement de cela qu'il s'agit ! »

Wojciech Czaja

Pour être honnête, je n'aime pas le mobilier de bureau ni les fauteuils

tournants. Le fait d'être en permanence assis bien droit me

donne l'impression de devoir être particulièrement conventionnel.

Cela me stresse. Je préfère de loin travailler de la même manière

que maintenant – allongé, en me prélassant, dans une position

détendue comme un empereur romain hédoniste.

Le canapé a été choisi par mes collaboratrices. Je n'étais pas trop

impliqué émotionnellement. La seule chose qui m'importait, c'était

que l'on puisse se prélasser de manière confortable et décontractée.

J'aime le velours !

Il y a des livres partout. Une source d'inspiration pour mes maîtres

d'ouvrage et mes clientes. Pour ma part, je puise le plus souvent

mon inspiration dans les livres de jardinage. On y trouve de

magnifiques images.

J'adore ce papier peint sur mesure de Wall & Decò, un producteur

italien. Les deux figures de la Renaissance donnent à la pièce

quelque chose de chaleureux, de personnel.

Une table en marbre de Carrare. C'est fou ce qu'elle pèse !

Le bouquet de tulipes n'est vraiment pas le summum de la botanique.

En fait, c'est plutôt pathétique, non ? Mais en général,

j'aime les plantes. Plus on vieillit, plus on se réjouit de chaque

nouvelle feuille qui pousse quelque part.

J'ai environ 50 ou 60 vestes en cuir. J'aime particulièrement ce rouge.

Je n'en reviens toujours pas du temps que j'ai passé à chercher un

sac à dos qui me convienne !

Sur le chantier, le casque est obligatoire. Pour la phase de construction,

j'offre à mes maîtres d'ouvrage des bottes en caoutchouc et

un casque d’un bleu typique de notre maison de rêve.

La moquette est le meilleur isolant phonique pour l'habitat et le travail.

Je trouve les pièces à l'acoustique médiocre très désagréables.

Le café. Mon turbo-boost quotidien.

contact 23


Office Life

1.

Transformation numérique :

La transformation numérique est considérée

comme le synonyme ultime du nouveau

monde du travail. L’objectif

principal étant l’automatisation des

processus et des Workflows, ainsi que la

réduction des documents sur papier. Les

conditions essentielles pour sa réalisation

sont une structure de classement ordonnée

lors de la mise en place du stockage

numérique des documents, ainsi que des

copies de sauvegarde sous forme de Cloud.

En aucun cas les documents numériques

ne devraient être à long terme une archive

morte. Ils doivent au contraire par l’intermédiaire

des filtres, des marquages et des

processus de recherche contribuer à une

méthode de travail vivante, collaborative

et à un esprit d’équipe.

2.

Activity Based Working : les bureaux du new work offrent

aux employés et aux partenaires des environnements professionnels différenciés

et changeants, qui créent une ambiance de soutien selon les tâches

= Activity Based Working. On installe des espaces pour le Coworking et

on crée des zones créatives pour la Collaboration. L’ambiance professionnelle

typique d‘Activity Based Working s’instaure avec des Working

Cafés, des bibliothèques, des espaces-lounge ou des zones centrales.

3.

Remote Work : Le Remote

Work est souvent mis au même rang

que le travail à domicile. Il est pourtant

une forme très particulière du travail

mobile et indépendant du lieu. Celui

qui travaille à distance peut remplir

ses tâches de n’importe quel endroit.

La seule chose indispensable est une

connexion internet opérationnelle. La

communication avec l’entreprise se fait

par téléphone, vidéoconférence et cloud

collaboratif. Ceux qui travaillent à

distance ont souvent également besoin

de la connexion sécurisée au serveur de

l’entreprise via VPN.

4.

Crowdworking : Le Crowdworking

est un phénomène du

monde professionnel numérique.

Des commandes d’entreprises sont

passées aux personnes dispersées

dans le monde entier par une

plate-forme en ligne (le soi-disant

Crowd). Ce système fonctionne

indépendamment du lieu – les

employés sont résidants internationaux

et ils travaillent de manière

indépendante et directement

de chez eux.

Le lexique du

new work.

© shutterstock

Quelle est la différence entre Coworking et Crowdworking ? Le travail à distance,

comment fonctionne-t-il ? Que peut désigner le scrum ? Le nouveau

monde du travail donne naissance à de nombreuses créations de termes

souvent mystérieux. Pour vous nous avons exploré la jungle des termes du

new work et compilé son top 10 dans un lexique dédié au new work.

24 contact


5.

Hybrid Meeting : Un

équipement technique moderne des

salles de conférence et de réunion

permet des entretiens analogues

avec des participants virtuels.

Pendant qu’une partie du groupe se

rencontre directement sur le site,

d’autres participants peuvent être

connectés par vidéoconférence. Un

concept d’aménagement bien adapté

aux besoins de communication et

une technique moderne pour le

Conferencing est incontournable.

Des Collaboration Tools (outils

collaboratifs) tels que Teams, Slack

ou Zoom, et un matériel informatique

all-in-one, qui unit le micro,

les haut-parleurs et la caméra vidéo

dans un seul appareil sont la base

pour une expérience de réunion

réussie. En combinaison avec des

écrans contemporains ces outils

assurent une qualité d’image et de

son optimale lors des Hybrid Meetings

pour plusieurs participants

physiques et virtuels.

6.

Intelligence artificielle (IA) au bureau : La numérisation du monde

du travail progresse à grande vitesse. Des systèmes d’intelligence artificielle se distinguent

par la détection autonome de solutions. Dans l’ère du Big Data, l’intelligence

artificielle peut déjà prendre des décisions qui exigent des compétences analytiques.

Elle sera pourtant surtout utilisée pour assumer des tâches routinières ou répondre aux

questions des clients de manière automatisée. L’intelligence artificielle sert ainsi d’assistant

dans le travail quotidien pour rendre les processus plus rapides et plus simples.

7.

Travail agile : La gestion du changement

fait de plus en plus débat avec des processus de

changement difficiles à prévoir. Le travail agile est

la réponse à ces processus de changement. Celui

qui applique la méthode du travail agile peut

s’adapter rapidement, réagir à court terme et intervenir

avec flexibilité. Les conditions préalables

sont des hiérarchies plates, une large liberté de

décision et une réduction des obstacles administratifs.

Dans ce contexte le Design Thinking

(le design pensé) est un terme important. Ici des

problèmes complexes sont résolus en appliquant

des processus créatifs. La procédure s’inspire

des méthodes des architectes et designers. Le

processus de travail suit en principe l’intuition,

mais peut être ébauché en cinq phases : D’abord

une équipe se regroupe pour définir le problème

à résoudre. Ensuite le statut de la situation est

observé par tous ceux qui sont concernés. Ces observations

seront collectées ensemble au cours de

la troisième phase, ce qui mène directement à la

recherche d’idées et par la suite au développement

et à la réalisation de ces dernières.

8.

Work-Life-Blending :

Contrairement à la Work-Life-

Balance bien connue où le travail

et le loisir sont nettement séparés

et coexistent dans une proportion

équilibrée, le Work-Life-Blending

prévoit une frontière fluide.

Accéléré par la numérisation, un

travail, partout et à tout moment,

est possible. Particulièrement

pour le travail du savoir et les

activités créatives, beaucoup

de pensées et d’idées émergent

dans les moments de repos, donc

souvent pendant les loisirs. Ainsi

le quotidien de travail ne finit

jamais. De l’autre côté, ce modèle

ne connaît plus d’horaires de

travail fixes. Au niveau du temps

de travail réellement effectué c’est

très souvent la confiance qui

entre en jeu.

9.

Coworking : Si le New Work

était un lieu, il serait probablement un

Coworking Space. Comme le mot le

suggère, il s’agit des espaces de bureau

à utilisation commune. A l’origine la

tendance au Coworking était de créer

un point de contact moderne et avantageux

pour freelancers et start-ups :

des personnes qui ne coopèrent pas

directement, mais qui peuvent profiter

des synergies réciproques, grâce au

workspace commun et inspirant, et

former une communauté remplissant

d’importantes tâches sociales de

coexistence.

10.

Scrum : Le terme Scrum vient de l’anglais

et signifie cohue. Il est emprunté du sport britannique

rugby, où Scrum décrit un tas compact de

joueurs qui se bagarrent autour du ballon ovale.

Dans la gestion de projet pourtant, le terme symbolise

une cohue dans le sens d’une collaboration

étroite des membres de l’équipe qui sont en interaction

permanente. Ce n’est pas seulement le nom

qui provient du rugby. Scrum se sert également

des tactiques éprouvées de ce sport, qui exigent un

bon travail d’équipe et qui sont à étudier avec soin.

Dans ce domaine les entreprises informatiques

sont les bons exemples et les pionniers. Les processus

de développement sont trop complexes pour

être travaillés strictement selon le plan en phases

successives. Scrum offre la flexibilité requise pour

pouvoir réagir agilement et vite aux imprévus.

contact 25


Showroom

Est-ce le meuble idéal pour cette pièce ?

Configurateur de

meubles avec fonction

Réalité-Augmentée.

Configurer des produits selon ses idées personnelles et les tester

de suite dans sa pièce ? Vous trouvez cette fonctionnalité pratique

sur le nouveau site internet de Wiesner-Hager. Chaque produit peut

être conçu individuellement à l’aide du configurateur pour meubles.

26 contact

Le produit configuré par la Fonction

Réalité-Augmentée peut être

implanté et visionné via smartphone ou

tablette directement dans vos propres

locaux.


Comment fonctionne-t-il ?

1) Cherchez via la navigation principale

le produit désiré et faites défiler la

page détaillée jusqu’au configurateur.

Maintenant vous pouvez choisir les

coloris et les matériaux tout à fait à votre

convenance. Les modifications sont

immédiatement visibles sur le produit.

Tournez et zoomez votre meuble afin de

pouvoir le regarder de tous les côtés et

sous toutes les perspectives.

2) La configuration de votre produit

est achevée selon votre conception

individuelle. Mais le coloris convient-il

vraiment à la pièce ? Le nouveau siège

tournant, comment se combine-t-il

avec la table de bureau ? Ce sont des

interrogations faciles à résoudre grâce à

la fonction AR pour smartphone et tablette.

Il suffit de tenir l’appareil portable

dans la pièce et votre produit personnalisé

y apparaît.

3) Vous avez configuré parfaitement

votre produit et vous l’avez testé dans la

pièce prévue. Tout est à votre convenance.

Que pouvez-vous faire de votre

création à présent ?

Un lien menant à votre configuration est

envoyé conjointement avec le formulaire

de demande par le " bouton envoyer ".

Il ne vous reste qu’à insérer vos coordonnées

avec un bref message, porteur

votre requête, et votre demande est déjà

envoyée à Wiesner-Hager. Un interlocuteur

personnel entrera bientôt en

contact avec vous.

contact 27


Un lieu pour le new work

et des produits intelligents.

Découvrez notre

nouveau site internet !

Cliquez ici pour accéder

à notre nouveau

site internet

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!