Arts d'Asie - Tajan

tajan.com

Arts d'Asie - Tajan

LE JADE, PIERRE ÉTERNELLE

Si, en Occident, nous considérons le jade comme une pierre semi-précieuse, il n’en va pas de même en Chine, où le jade est considéré comme la plus

précieuse des pierres précieuses et où elle est prisée plus que l’argent ou l’or. Peu de pierres sont aussi riches en légendes, en traditions magiques, et

dégagent un tel sentiment de mystère éternel. Objet d’un véritable culte, son histoire commence au néolithique et se poursuit aujourd’hui, soit une

histoire de plus de 7000 ans.

Le terme de jade est utilisé en français pour traduire le mot chinois yu qui désigne, de manière assez générale, différentes pierres tel que les néphrites,

les jadéites, voire même la serpentine ou d’autres pierres. En Orient, cependant, le mot « jade » renvoie uniquement à deux types de pierre :la néphrite

et la jadéite, qui se ressemblent.

Si les trois se présentent sous la forme d’une pierre dure et translucide, elles diffèrent cependant par leur composition minéralogique, leurs teintes, ainsi

que par leur coefficient de dureté.

La néphrite, la plus commune, a des tonalités qui varient du blanc crème, dit « graisseux », à un vert « profond », en passant par toute une gamme de

verts, suivant les proportions d’oxyde de fer et d’oxyde de chrome entrant dans sa composition.

La jadéite, plus rare, a des couleurs plus vives et plus variées, telles que le vert, rose, rouge, blanc noir, brun… et peut même revêtir des nuances de

violet. Mais ce sont les pierres d’un vert émeraude brillant qui sont les plus prisées.

La jadéite, qui compte parmi les pierres les plus dures, a un coefficient de dureté légèrement supérieur à celui de la néphrite.

Durant la dynastie des Qin (265-420), les experts répertoriaient dans les « Dossiers du Jade », - il s’agissait alors de la néphrite - neuf couleurs

fondamentales et un mélange de couleurs. Suivant ce texte, devenu un classique pour tous les vrais amateurs de cette pierre, il pouvait être « Sombre

comme l’eau profonde d’un lac de montagne, bleu comme l’écume d’indigo, vert comme la mousse fraîche d’un sous bois, azuré comme les plumes d’un

martin-pêcheur, jaune comme des châtaignes cuites à la vapeur, rouge profond comme le cinabre, pourpre comme le sang de boeuf figé, blanc comme

le gras du mouton au printemps, Noir comme du jais ou de l’encre de pieuvre ». On utilise encore de nos jours certaines de ces expressions : ainsi, les

jades blanc « gras de mouton » sont parmi les plus appréciés des collectionneurs.

En Chine, les objets en jade antérieurs au XVIII e siècle sont exclusivement en néphrite. Pendant plus de 1000 ans, la région du Khotan située en Asie

central en fut la principale source de production. Avec la dynastie des Qing (1644-1911), et plus particulièrement après les conquêtes de l’Empereur

Qianlong (1736-1795), de nouvelles aires de jades de qualité supérieure – la jadéite - apparurent qui furent à l’origine d’une révolution dans l’exécution

de pièces de forme, notamment dans la taille et le style.

Le jade est une pierre très difficile à travailler, d’autant plus qu’il est extrêmement cassant. Il est si dur qu’il ne peut être taillé.

La seule façon de le travailler est de le faire par abrasion lente et méthodique avec un matériau plus dur que lui, puis longuement poli, par usure,

avec une autre pierre de jade.

La pierre de jade a une place spéciale dans la culture chinoise depuis plusieurs milliers d’années. Les chinois l’apprécient pour sa beauté, mais aussi

comme symbole des vertus de l’Homme, tels que Confucius les énonça : ainsi, sa surface lisse représente la pureté ; sa dureté, l’intelligence ; ses

angles, la justice ; le son qu’il produit quand on la cogne, la musique ; sa couleur, la loyauté ; ses imperfections visibles, la sincérité ; sa brillance, le

ciel ; sa substance, la terre ; sa simplicité, la chasteté;sa valeur, la vérité.

Le jade est hautement symbolique dans la pensée taoïste et nombreux sont les symboles liés à la vie éternelle ou à la prospérité (tel le pin, le lingzhi,

la chauve-souris…) qui ornent ces objets en jade. Ces objets précieux sont donc souvent en lien avec le monde des lettrés, soit pas leur fonction

– porte-pinceaux, repose-pinceaux, godet à eau… - soit par leur décor. De même, les motifs décoratifs sont directement inspirés de la peinture comme

par exemple les fleurs et les oiseaux ou alors les paysages composés autour de montagnes, cascades, personnages ou animaux réels ou fantastiques.

Les quelques pièces de la collection Hartman que nous vous proposons dans les pages suivantes se distinguent tant par leur qualité que leur variété.

Ces objets merveilleux façonnés sous les formes d’animaux, coupes ou encore objets du lettré sont une parfaite illustration de tout le raffinement de la

culture chinoise. Comme Simone Hartman a écrit, le jade « évoque la magie, le mystère et l’amour même pour un non-initié ».

18 – TAJAN

JADE, AN ETERNAL STONE

Although in Western Europe, jade is considered as a semi-precious stone, in China its significance is however revealed by its long history: traditionally,

it is more valuable than the most precious stones, gold, or even money.

Very few stones have such strong meanings as legend, magical properties, and give off a feeling of eternal mystery.

Its 7000 years old history runs from the Neolithic period until nowadays.

Jade. The French denomination is generally used to translate the Chinese word yu which usually designates many other stones such as nephrite,

jadeite, even serpentine… In the East however, the word «Jade» is applied to both nephrite and jadeite only which are very similar minerals: both are

hard, translucent and smooth stones, but are different by their mineralogical composition, colour and hardness.

Nephrite has a very large panel of colours from white-cream to deep-green colour, the different green nuances depending on the iron or chromium

oxide composition. It can have slight yellow, brown or red inclusions also.

Jadeite presents wider and brighter colours: it is white when it is pure; green, pink, red, white, black, brown or even purple when it has inclusions.

Anyway, bright emerald green colours are the most valuable. Jadeite is one of the hardest stones and even harder than nephrite in reference to the Mohs

scale.

Writings from the Qin Dynasty (265-420), listed nine main colours: in this «Jade Book», well known by the purchasers of jade, the stone could be

«dark like the deep water of a mountain lake, blue like the indigo foam, green like the fresh moss of an underwood, sky-blue like feathers of a

kingfisher, yellow like steamed chestnuts, deep red like cinnabar, purple like stuck sang-de-bœuf, white like the fat of a sheep during the spring, black

like jet or octopus ink colour».

Nowadays, we still use some of these expressions such as white jades «gras de mouton» which are the most appreciated by collectors.

In China, before the 18 th century, jade pieces were only made of nephrite. And for 1000 years, the central part of Asia known as Khotan was the main

source of supply. With the Qing Dynasty (1644-1911), and particularly with the Qianlong Emperor Conquests (1736-1795), the jadeite mines of Burma

and the nephrite mines of Siberia revolutionized the height and the style of these pieces.

Jade is a very hard stone to work with as it is very fragile. It is never really carved but polished or grinded with stronger elements, such as jade tools or

steel scissors. Dedication, patience and many years of training were the assets of Chinese carvers as they have always been fascinated with the forms

and decorations of jade objects.

For thousands of years, the attitude towards the stone remained constant. Jade always had a special place in the Chinese culture.

Chinese people like jades for their quality, their beauty and for the virtues of the perfect gentleman as stated by the Confucian values: its colour and

warm brilliance was likened to purity; its hardness to intellectual development; its sharpness to justice; the way it sounds to music; its colour to loyalty;

its imperfections to sincerity; its brightness to the sky; its substance to the Earth; its simplicity to chastity; its value to the truth.

Therefore, in the Taoist philosophy, jade has a very important symbolic significance. It is associated with the notion of perfection and immortality. Many

other symbols that decorate jade items, such as pines, lingzhi or bats are closely linked to Prosperity and Eternity notions.

These precious objects often have a link with the scholars’ either by their use (brush-pots, brush-washer, brush-rests…) or their pattern. The

decoration is also directly inspired by Chinese paintings (flowers, birds, landscapes, mountains, waterfalls, real or imaginary figures and animals).

The following exceptional and various jade carvings from the Hartman collection give us a valuable insight of the remarkable talent of Chinese jade

carvers. All these pieces, mainly consisting of carvings of figures, animals, bowls or tools for the scholars’ desk are moreover the perfect illustration of

the Chinese refinement and philosophy. When speaking about jades, Simone Hartman wrote «it is reminiscent of magical, mystery, and even love for

non initiated people».

TAJAN – 19

More magazines by this user
Similar magazines