Views
3 months ago

revue_presse_mars_2018

Date : 23 MARS 18

Date : 23 MARS 18 Journaliste : CYRILLE DELISLE Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page 2/3 en moyenne dans les élevages de 50 vaches, et de plus de 20% pour les troupeaux de 200 vaches et plus. Les veaux ont donc besoin de confort », note Daniel Le Clainche du GDS de Bretagne lors du dernier Space à Rennes, en Ille-et-Vilaine. Les causes de mortalité sont très variées (conditions de vêlages, ambiance dans la nurserie...) et peuvent se cumuler. Mais les conditions de logement tiennent une place centrale dans le bien-être ou au contraire dans la mortalité des veaux. De nombreuses pathologies (respiratoires et diarrhées) sont liées à une mauvaise ambiance. « Dons le premier mois de vie, le veau a besoin d'une température de confort comprise entre 12 et 22°C, d'une vitesse d'air inférieure à 0,25 m/s et d'une faible humidité. » FACTEURS DE RISQUE « Une étude conduite en Bretagne a permis de mettre en avant les principaux facteurs de risque du logement sur la santé du veau. Ils concernent les équipements d'élevages, les pratiques d'élevages et les paramètres techniques de la nurserie. La cohabitation de différentes catégories de bovins arrive en tête. La préparation des buvées dans la nurserie et les jeunes veaux élevés en cases collectives représentent deux autres points négatifs constatés. » Du côté des paramètres techniques, on rencontre parfois des nurseries de trop grandes dimensions qui ne respectent pas les besoins des veaux, en particulier en ce qui concerne le volume d'air car la mécanisation des tâches a été privilégiée au détriment du confort des veaux. Non isolation, systèmes d'entrées d'air non mo- Tous droits réservés à l'éditeur GDSBRETAGNE 5620593500524

Date : 23 MARS 18 Journaliste : CYRILLE DELISLE Pays : France Périodicité : Hebdomadaire Page 3/3 dulables, surfaces en plaques translucides sur toitures conséquentes, portails non hermétiques (entrées d'air parasites) sont autant de points négatifs qui ont été identifiés au cours de ce travail. DE NOMBREUSES SOLUTIONS Niches, igloos, pouponnières, cases collectives, nurseries monopente... toutes ces solutions ont fait leurs preuves à condition d'être réalisées dans les règles de l'art. « Idéalement, une pouponnière est un bâtiment spécifique réserve aux veaux en phases lactées (de la naissance à 15 jours - trois semaines) avec un volume d'air de 7 m 3 /veau. Elle doit disposer d'un local technique pour ta préparation des buvées et te lavage des ustensiles. La préparation des buvées et le lavage des seaux sont à effectuer à l'extérieur de la pouponnière. L'isolation de la toiture est fortement recommandée », observe Daniel Le Clainche. La surface en plaques translucides ne doit pas excéder 5%. La pouponnière doit également bénéficier d'équipements de ventilation avec des surfaces modulables selon les besoins et de portails hermétiques. « L'installation d'une sonde thermomètre offre la possibilité de surveiller l'ambiance. Les mesures de biosécurité (pédiluve à l'entrée, nettoyage et désinfection des cases) ne doivent également pas à négligées. » CYRILLE DELISLE Les paramètres du confort En termes de confort thermique, le statut de pré-ruminants confère aux veaux des besoins intermédiaires entre ceux des monogastriques et ceux des ruminants. Leur production de chaleur est moindre que celle des adultes. La zone de confort ou d'adaptation facile des veaux nouveaux-nés se situe entre + 7 et + 25°C, celle des veaux de 15 jours à I mois entre + 5 et + 22°C, celle des autres bovins entre - 5 et + 22°C. Comme pour leurs aînés, les variations importantes et brutales de températures ressenties conduisent à des adaptations physiologiques. En pratique, les veaux ont donc besoin d'une litière sèche et propre, d'être éloignés des parois froides ou des retombées d'air froid, et d'être installés dans un volume d'air adapté. Tous droits réservés à l'éditeur GDSBRETAGNE 5620593500524