FSC 332 p 30 - SNUipp

snuipp.fr

FSC 332 p 30 - SNUipp

10ActuPalier du socle :objectifs définisC'est une nouveauté à laquelle lesenseignants seront dorénavent soumis.Pour 2010, le ministère définitdes indicateurs relatifs à la maîtrisedu socle commun. En fin de CE1, ilest attendu que 77% des élèvesmaîtrisent les compétences dupalier 1. En CM2, le ministère cible87% d'élèves au palier 2 en françaiset 89% en mathématiques.Pour définir ces objectifs, le ministèredit avoir utilisé « un protocoleexpérimental, sur la base des attestationsde maîtrise des compétencesdu socle, telles que déclarées parles enseignants des élèves d'unéchantillon représentatif ». Cesobjectifs restent globaux.Maîtres Get RASEDAssises de larééducationLe samedi 24 octobre, à Paris, lesAssises de la rééducation, organiséespar la FNAREN* présenterontles conclusions d'unerecherche universitaire, intitulée« L'élève en difficulté scolaire :aide pédagogique ou aide spécialisée? Expérimentation d'un outilde diagnostic différentiel et d'évaluation». Suivra un débat sur lesapproches de la rééducationaujourd'hui et dans l'avenir avecles rééducateurs et chercheursMaryse Métra, Alain Guy et JeanJacques Guillarmé. Toutes lesrécentes réformes, le plus souventfaites au nom des élèves en difficultés– comme l'aide personnalisée– n'ont servi jusqu'ici qu'àremettre en cause l'existence desRased et à introduire de la confusionavec les aides spécialisées.Ces assises seront une mise aupoint salutaire.*www.fnaren.asso.fr«TEvaluations CE1 et CM2Confusion confirméeant que les évaluations des acquis desélèves de CE1 et CM2 n'auront pas desobjectifs clairs, elles seront problématiques». L’affirmation n’émane pas des organisationssyndicales, mais d’un député UMPchargé pour songroupe parlementaired'un rapportsur les évaluationsqui a été remis auministre de l’éducation,LucChatel. Les rapporteursqui ontauditionné deschercheurs, desinspecteurs généraux,des expertsde l’éducationmais aussi troisorganisations syndicales (SNUipp, SGEN,CFTC) valident les vives critiques qui avaientété exprimées par la communauté éducativelors de la mise en œuvre des épreuves l’anpassé. Les syndicats avaient d'ailleurs évitéune publication des résultats par école qui auraitentraîné un classement et une mise enconcurrence de celles-ci.Pour les rapporteurs, ces évaluations ne peuventêtre à la fois bilan et diagnostiques, niservir en même temps les enseignants, le ministèreet les parents d'élèves. « Tant que cedébat ne sera pas clarifié, ça ne marcherapas » affirment-ils. Les remontrances ciblentla confusion et la contradiction des objectifsde ces évaluations, illustrées par une date depassation inadaptée pour celle de CM2, un codagebinaire desitems inappropriéau repérage desdifficultés.Quelle suite le ministredonnera t-ilà ce rapport ?Telle est maintenantla question.Le SNUipp demandeà LucChatel « d'agir enconséquence. Ildoit ouvrir uneconcertation leplus rapidement possible ». Il s’agit de redéfinirles finalités de cette évaluation, son calendrier,son contenu et ses modalités de communicationqui doivent garantir une totale confidentialité.Les enseignants ont besoin en prioritéd’outils qui permettent une régulation efficacedes apprentissages (repérage des difficultés,pistes de remédiation, outils de formation). Acontrario, s’il s’agit de faire un bilan de l’école,celui-ci ne peut-être mené et analysé que pardes dispositifs de recherche indépendants.Sébastien SihrMaîtres formateursQuelle place dans la réforme de la formation ?Il était difficile pour les 4 groupes de travailqui « planchent » sur la réforme de la formationdes enseignants de traiter dans leurglobalité des questions posées par le devenirdes EMF dans le cadre de la mastérisation.Qu'il s'agisse des services et des missions,de l'accompagnement et du bilan desstages, des mémoires, nombre de décisionsdépendront en fait des orientations prises àl'issue de ces groupes de travail. Suite auxinterventions du SNUipp, le ministère del'enseignement supérieur et celui de l'éducationnationale semblent convaincus de lanécessité de prévoir des réponses précisessur l'articulation du travail des maîtres-formateursentre les écoles d'application etl'université. En attendant, une révision de lacirculaire de 95 est entamée.D.L.

More magazines by this user
Similar magazines