13.06.2018 Views

Le Chevalier - N°45

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

N° 45<br />

12 ème année<br />

<strong>Le</strong> billet<br />

du Procureur<br />

<strong>Le</strong> Nouvelliste, seul journal encore lisible<br />

d’Europe Centrale, nous apprend, dans<br />

son édition du 16 mars dernier, et sous<br />

la plume de J.-Y. Gabbud, que dans un<br />

très proche avenir les vignes seront<br />

sulfatées au petit lait et qu’il s’agit là<br />

d’une recette empruntée à nos grandsparents.<br />

En effet, selon des essais effectués,<br />

les résultats de cette nouvelle<br />

méthode de traitement sont des plus<br />

prometteurs car «le lait permet d’utiliser<br />

jusqu’à la moitié moins de cuivre<br />

<strong>Le</strong> bon vin et la jolie femme<br />

sont deux agréables<br />

poisons qui font tourner la<br />

tête (proverbe turc).<br />

puisque les sucres contenus dans le lait<br />

collent le cuivre, ce qui augmente son<br />

efficacité». Ainsi il est possible de lutter<br />

avec une certaine efficacité contre le<br />

mildiou et l’oïdium grâce à un mélange<br />

de cuivre, de soufre mouillable et de lait<br />

maigre, bien entendu. Actuellement ce<br />

sont 50 hectares de vignes réparties<br />

de Suisse romande qui participent aux<br />

essais de ce traitement révolutionnaire<br />

qui pourrait être suivi par d’autres expérimentations<br />

comme par exemple l’emploi<br />

d’un antibotrytis à base d’algue.<br />

donc, selon ce qui précède, pour être<br />

«bio» non seulement le produit lui-même<br />

doit-il être bio mais aussi le véhicule qui<br />

le transporte. Il s’ensuit que, selon la logique<br />

de ce raisonnement étonnant, les<br />

bananes bio du Brésil ou de Colombie<br />

ne peuvent plus être «bio» puisqu’elles<br />

nous parviennent pas avion (!!!) à moins<br />

que cet avion soit….le Solar Impulse de<br />

Bertrand Piccard.<br />

J’applaudis des deux mains mais je<br />

m’interroge lorsque je lis: «Même si des<br />

produits naturels sont utilisés, il n’est<br />

pas possible de parler de bio en raison<br />

de l’utilisation de l’hélicoptère». Ainsi<br />

Fernand Schalbetter<br />

Procureur de l’Ordre


Du chapitre précédent....<br />

Chapitre de l’Abbaye<br />

de Saint-Maurice<br />

2<br />

<strong>Le</strong>s vins du Chapitre<br />

Humagne Blanche les Seilles, AOC Valais 2014<br />

Cave les Follaterres, Samuel Roduit, Fully<br />

HAUT PATRONAGE<br />

M. Damien Revaz,<br />

Président de la Commune de Saint-Maurice<br />

M. Nicolas Voide<br />

Président du Grand-Conseil du Canton du<br />

Valais<br />

Mgr Jean Scarcella<br />

Père-Abbé de Saint-Maurice<br />

CHEVALIERS<br />

M. Michel Crépin, Troistorrents<br />

M. Jean-François de Preux, Grône<br />

M. Claude Thiery, Salquenen<br />

Fendant l’Orpailleur, AOC Valais 2015<br />

Frédéric Dumoulin, Uvrier<br />

Fendant <strong>Le</strong>ukersonne, AOC Valais 2015<br />

Damian & Jörg Seewer, Susten<br />

Fendant de Martigny, AOC Valais 2015<br />

Alexis Jacquérioz, Martigny<br />

Malvoisie flétrie, AOC Valais 2013<br />

Rouvinez Vins, Sierre<br />

Heïda Maître de Chais, AOC Valais 2014<br />

Provins, Sion<br />

Un Vin de Vigneron, assemblage de raisins rouges,<br />

AOC Valais 2013<br />

Gamay de Fully, Vieilles Vignes, Grand Cru, AOC<br />

Valais 2014<br />

Clos Château Barrique Liquoreuse, AOC Valais<br />

2012


... au chapitre suivant<br />

Chapitre de Zermatt<br />

Chacun d’entre nous connaît plus ou moins<br />

bien la localité de Zermatt soit parce qu’il<br />

y a passé quelques jours de vacances, soit<br />

parce qu’il a vu des centaines de fois des<br />

illustrations du lieu et de son illustre représentant:<br />

le Cervin.<br />

Loin de cette image d’Epinal, il se trouve<br />

sur les hauteurs de Zermatt, une étable<br />

ordinaire, visible de tous. Cette bâtisse,<br />

datant de 1811, est le résultat de circonstances<br />

historiques mondiales. En<br />

effet, cette étable rappelle Napoléon et la<br />

bataille de la Bérézina, située aujourd’hui<br />

sur la frontière avec le Bélarus, d’où son<br />

nom de «Beresinahaus», la maison de la<br />

Bérésina.<br />

Alors que Napoléon Bonaparte prépare<br />

sa campagne de Russie, il recrute, pour<br />

son armée, des soldats de Suisse et du<br />

Valais. Tout village valaisan est alors tenu<br />

de mettre à disposition au moins un soldat.<br />

Dans certaines bourgades, des volontaires<br />

s’engagent, souvent par nécessité.<br />

A Zermatt, aucun volontaire ne répond à<br />

l’appel. Pour ne forcer aucun citoyen à<br />

s’engager dans l’expédition incertaine de<br />

Napoléon ou pour éviter d’en déterminer<br />

un au hasard, les habitants de Zermatt<br />

optent pour une autre méthode: si un soldat<br />

accepte de s’engager volontairement,<br />

il reçoit une étable avec pâturage sur le<br />

«Fad de Turuwang». De cette manière,<br />

les habitants de Zermatt de l’époque sont<br />

sûrs de trouver un volontaire - vu la détresse<br />

économique et la pauvreté - à qui<br />

remettre, à son retour, l’étable promise.<br />

La bâtisse construite, le volontaire part en<br />

guerre. Mais il ne reviendra jamais de Russie<br />

et ne pourra jamais prendre possession<br />

des lieux. Comme près de mille Suisses<br />

ont péri dans la bataille de la Bérézina,<br />

l’étable reste, dans le langage populaire,<br />

la «Beresinahaus».<br />

LE CERVIN: UN MYTHE<br />

<strong>Le</strong> Cervin a toujours inspiré les alpinistes:<br />

nombre d’entre eux avaient, durant la<br />

première partie du XIXe siècle, tenté de<br />

rejoindre la cime de la montagne, que ce<br />

soit du côté italien ou du côté valaisan. <strong>Le</strong><br />

14 juillet 1865, une cordée de sept personnes,<br />

sous la direction d’Edward Wymper,<br />

atteignit le sommet. A la descente, les<br />

quatre premiers de cordée (Croz, Hadow,<br />

Hudson et Douglas) firent une chute mortelle<br />

en amont de l’»Epaule», dans la face<br />

nord. Trois corps furent dégagés quelques<br />

jours plus tard du glacier du Cervin: la<br />

dépouille de Lord Francis Douglas ne fut<br />

jamais retrouvée.<br />

A la suite du décès de Lord Francis Douglas,<br />

la reine britannique, Queen Victoria,<br />

souhaita promulguer une interdiction:<br />

elle déclara ne plus vouloir que du sang<br />

de nobles anglais soit gaspillé au Cervin.<br />

Ses exigences suscitèrent la curiosité et<br />

attirèrent les alpinistes anglais en masse.<br />

Ainsi naquit le développement touristique<br />

de Zermatt.<br />

<strong>Le</strong> Parc Hôtel<br />

Beau-Site<br />

Cet hôtel 4 étoiles supérieur compte parmi<br />

les tout meilleurs établissements de la station.<br />

Il doit cette distinction à sa situation<br />

qui offre, à cinq minutes du centre de la<br />

bourgade, une vue unique et imprenable<br />

sur Zermatt et sur le Cervin. En outre, et<br />

ceci est particulièrement important pour<br />

les membres de l’Ordre de la Channe, la<br />

qualité de son offre gastronomique est<br />

digne des meilleures tables du Valais.


Vin du Valais: d’où viens-tu?<br />

4<br />

<strong>Le</strong>s Vignes<br />

Communales<br />

et Paroissiales<br />

Voici les vignes de deux institutions très<br />

proches du monde paysan: la communauté villageoise<br />

et la paroisse. Depuis fort longtemps,<br />

la vigne fait partie du «bénéfice» dont le clergé<br />

paroissial vit plus ou moins décemment. De leur<br />

côté, les communautés ont en général attendu<br />

le XVIe siècle pour acquérir des vignes.<br />

Dans les deux cas, la documentation conservée<br />

permet des coups d’oeil assez précis, dont<br />

l’enjeu est double. Comme les vignes paroissiales<br />

et communautaires sont cultivées par les<br />

paysans eux-mêmes, les sources renseignent<br />

sur des pratiques viticoles courantes. D’un<br />

autre côté, les plus aisées de ces institutions<br />

caressent des ambitions commerciales, ce<br />

qui les a sans doute incitées à améliorer leurs<br />

façons de cultiver.<br />

Venthône, riche communauté<br />

viticole<br />

Venthône représente bien les riches villages de<br />

la rive droite du Valais central, entre la Morge<br />

et la Raspille. Témoigne de cette aisance un<br />

magnifique registre de comptes bourgeoisiaux<br />

du XVIIIe siècle, rédigé avec soin dans un latin<br />

fort acceptable. Il permet une observation précise<br />

des liens que cette communauté entretient<br />

avec la vigne et le vin. La période 1702-1760<br />

a été privilégiée.<br />

<strong>Le</strong> domaine viticole de la Bourgeoisie de Venthône<br />

se trouvait alors à Villa, en particulier aux<br />

Corles, ainsi qu’à Musot, où se situe la «grande<br />

vigne». Ce domaine se constitue en plusieurs<br />

séries d’achats, dans les années 1620-1660<br />

et 1860, dans un vignoble ancien, dont les<br />

bourgeois connaissent les qualités. Ces achats<br />

indiquent une volonté de constituer un domaine<br />

aussi groupé que possible: les vignes achetées<br />

ont souvent pour voisines immédiates d’autres<br />

vignes bourgeoisiales. Dans la même optique,<br />

la Bourgeoisie allège ses charges en achetant,<br />

en 1760, sa part de la dîme due chaque année<br />

au curé de Saint-Maurice-de-Laques. En 1884,<br />

ce domaine viticole consiste en 5845 m2, répartis<br />

dans cinq vignes aux Corles, et 962 m2 à<br />

Anchettes-Allemand.<br />

Travaux et calendrier<br />

<strong>Le</strong>s travaux viticoles sont effectués par les<br />

bourgeois eux-mêmes, dans le cadre de corvées<br />

communales. De ce fait, ils n’apparaissent<br />

dans les comptes qu’à travers la fourniture de<br />

pain, de fromage et de vin.<br />

Ces travaux sont les suivants, dans leur ordre<br />

chronologique annuel. On taille et le même<br />

jour, semble-t-il, des femmes ramassent les<br />

sarments coupés. Une journée est ensuite<br />

consacrée au «travail» des vignes. Il s’agit sans<br />

doute du travail du sol. Des femmes attachent<br />

ensuite la vigne. On mentionne parfois un sarclage,<br />

mais pas le provignage. Il est vraisemblablement<br />

inclus sous les rubriques «taille» ou<br />

«travail du sol».<br />

<strong>Le</strong>s comptes de Venthône donnent parfois les<br />

dates de ces travaux. Sur cette base se des-


5<br />

sinent les éléments de calendrier suivant. Pour<br />

la taille, les treize dates disponibles s’étalent<br />

entre le 6 mars et le 5 avril, mais huit d’entre<br />

elles se placent entre le 12 et le 18 mars. Pour<br />

la «laboratio» (travail) des vignes, les quinze<br />

dates repérées se situent entre le 29 mars et<br />

le 19 avril et dix d’entre elles entre le 3 et le<br />

14 avril. Ainsi dans les dix années où le calcul<br />

est possible, il s’écoule en moyenne 20 jours<br />

entre le «laboratio» et l’attache, il s’écoule<br />

moins d’une semaine dans trois cas et deux<br />

dans le dernier cas. L’unique désherbage daté<br />

s’effectue un 3 juillet.<br />

Corvée des vendanges<br />

<strong>Le</strong>s vendanges se préparent avant tout par la<br />

remise en état des cuves et des tonneaux. A<br />

plusieurs reprises, les comptes font état d’un<br />

jour consacré au recyclage des tonneaux. En<br />

1718, ce travail a lieu le 4 octobre. Parfois, un<br />

spécialiste intervient, comme maître Kieffer, qui<br />

passe deux jours de 1731 à réparer une cuve et<br />

un grand tonneau, pour 30 bat de salaire avec<br />

ses frais. En 1759, la Bourgeoisie achète un<br />

pressoir à l’hoirie de feu Joseph Zufferey, le 5<br />

mars, des hommes ont «transporté ce pressoir<br />

du Glaret jusqu’ici» et reçoivent du pain et du<br />

fromage.<br />

<strong>Le</strong>s vendanges semblent être, comme la taille<br />

et la «laboratio», l’affaire d’une journée de corvée,<br />

manifestée dans les comptes par des frais<br />

de bouche et le salaire de ceux qui transportent<br />

la vendange des vignes vers la cave bourgeoisiale.<br />

La récolte subit deux ou trois pressées. En<br />

1712, on trouve «le jour de pressée du vin»<br />

puis «la pressée du vin pour la seconde fois».<br />

En 1729, on indique deux pressées pour la<br />

vendange de la communauté, mais le pressoir<br />

sert aussi pour traiter le contenu de la cuve du<br />

châtelain Masserey.<br />

Assez pour boire et<br />

pour vendre<br />

<strong>Le</strong>s comptables ne disent rien qui permette<br />

d’identifier les vins produits par la Bourgeoisie<br />

de Venthône. En revanche, on voit assez bien<br />

ce qu’ils deviennent. Comme le rappelle très<br />

clairement le Règlement de la Bourgeoisie, en<br />

1881, on met de côté chaque année 40 setiers<br />

(environ 1400 litres) de vin pour les besoins de<br />

l’institution. <strong>Le</strong> reste est vendu au mieux par le<br />

Conseil. Par exemple, le vin bourgeoisial clôt les<br />

séances du Conseil, il désaltère ceux qui participent<br />

à la procession faite à Chippis et à celle<br />

de la Fête-Dieu, aux corvées des vignes ou à<br />

l’entretien des chemins; on en boit lors de la<br />

visite des forêts ou de la chambre des poudres<br />

ainsi que pendant l’inalpe des moutons.<br />

Extraits de textes provenant de «Histoire de la<br />

Vigne et du Vin du Valais» publiés avec l’aimable<br />

autorisation de Mme Anne-Dominique<br />

Zufferey, directrice du Musée Valaisan de la<br />

Vigne et du Vin)


Marché du vin<br />

Ce qu’il faut retenir de l’étude 2013<br />

6<br />

<strong>Le</strong>s commentaires et conclusions ci-après sont<br />

tirés d’une étude sur le marché du vin en Suisse<br />

réalisée en 2013 par l’institut M.I.S. Trend sur<br />

mandat de Swiss Wine Promotion auprès de<br />

3002 personnes âgées de 18 à 74 ans représentatives<br />

de la population. <strong>Le</strong> résultat de ces<br />

consultations a ensuite été comparé à celui des<br />

enquêtes précédentes.<br />

Consommation du vin<br />

-La part de la population buvant du vin reste<br />

parfaitement constante par rapport à 2008<br />

ainsi qu’aux précédentes mesures de 2004 et<br />

1999.<br />

-<strong>Le</strong> vin se trouve en forte concurrence avec<br />

les autres catégories de boissons alcoolisées<br />

dans la classe d’âge 18-29 ans alors qu’il est<br />

clairement la première boisson alcoolisée chez<br />

les personnes plus âgées. (en % de consommateurs).<br />

-L’âge auquel on commence à consommer du<br />

vin continue à augmenter et se situe désormais<br />

à 25 ans en moyenne.<br />

Profil des consommateurs<br />

et rythme<br />

de consommation<br />

<strong>Le</strong> rythme auquel on consomme du vin n’a<br />

guère subi de changements depuis 2008. Toutefois,<br />

une légère tendance à la disparition des<br />

buveurs quotidiens semble se dessiner sur le<br />

long terme.<br />

<strong>Le</strong> Tessin continue à abriter un groupe particulièrement<br />

important de consommateurs quotidiens<br />

(17%).<br />

La fréquence de la consommation hebdomadaire<br />

augmente au fil de l’âge, cumulant à 53%<br />

chez les personnes âgées de 60 ans et plus.<br />

<strong>Le</strong>s quantités<br />

consommées<br />

-Même si la comparaison des données entre<br />

les différentes études surestime certainement<br />

l’ampleur du phénomène, une baisse des<br />

quantités consommées a certainement eu lieu,<br />

ce que confirment les chiffres officiels (Office<br />

fédéral de l’agriculture).<br />

-<strong>Le</strong>s profils de consommation n’ont cependant<br />

pas changé: le niveau des quantités consommées<br />

augmente avec l’âge, les hommes continuent<br />

à se démarquer des femmes.<br />

-<strong>Le</strong>s écarts entre régions linguistiques sont les<br />

mêmes qu’auparavant.<br />

L’autoqualification en<br />

matière de vin<br />

-La notoriété spontanée de la Suisse comme<br />

pays producteur de vins s’est accrue et se<br />

trouve au plus haut depuis 1999.<br />

-La quasi totalité des cantons et régions suisses<br />

sont un peu mieux connus pour leur production<br />

viticole qu’il y a cinq ans.<br />

-<strong>Le</strong>s cépages du Valais sont légèrement mieux<br />

connus qu’en 2008. <strong>Le</strong>s vins phares du canton<br />

restent les mêmes.<br />

-<strong>Le</strong> canton de Vaud est spontanément connu<br />

avant tout pour ses régions et appellations<br />

(Lavaux, La Côte ensuite).<br />

-Genève est toujours très peu connu dans le<br />

reste de la Suisse.<br />

-L’image du Tessin reste fortement lié au cépage<br />

Merlot.<br />

L’AOC et les grands crus<br />

-<strong>Le</strong>s connaissances du terme «AOC» se consolident<br />

en 2013 après une forte progression<br />

entre 2004 et 2008.<br />

-Contrairement à l’AOC, la notoriété du terme<br />

«Grand cru» a reculé depuis la dernière étude.<br />

-<strong>Le</strong>s attentes au niveau qualité restent stables<br />

pour les deux termes, et par conséquent plus<br />

élevées pour un Grand cru.


7<br />

Habitudes<br />

de consommation<br />

-La consommatin de vin reste fortement associée<br />

au week-end.<br />

-Une érosion de la consommation de vin lors<br />

du repas de midi et en week-end peut être<br />

constatée.<br />

-La distribution de la consommation entre<br />

domiciles et restaurants reste stable depuis 15<br />

ans.<br />

Proportion et consommation<br />

de vins suisses<br />

et étrangers<br />

-La répartition de la consommation entre vins<br />

suisses et étrangers reste stable.<br />

-Depuis 2004, les plus jeunes se sont progressivement<br />

éloignés d’une consommation à très<br />

forte connotation étrangère.<br />

-<strong>Le</strong> Valais est un des seuls cantons à afficher<br />

une progression, confortant ainsi encore sa<br />

position de leader des vins suisses.<br />

-Parmi les vins étrangers, c’est l’Italie qui occupe<br />

la tête du classement, la France étant en<br />

net recul et distancée également par l’Espagne.<br />

La consommation en<br />

circuit HORECA<br />

-La grande distribution parvient, au fil des<br />

années, depuis la première étude en 1999, à<br />

grignoter des parts du marché.<br />

-<strong>Le</strong> commerce de vin par Internet s’est légèrement<br />

développé, tout en restant confidentiel par<br />

rapport aux autres canaux de vente.<br />

-<strong>Le</strong> prix moyen axé lors de l’achat d’une bouteille<br />

de vin pour soi-même est resté stable en<br />

comparaison avec l’étude 2008, celui pour une<br />

bouteille en cadeau a très légèrement reculé.<br />

-En comparaison avec les vins d’Italie, de<br />

France et d’Outre-Mer, les prix des vins suisses<br />

continuent à être perçus défavorablement et ce<br />

jugement a, aussi bien pour le vin rouge que<br />

pour le blanc, même encore gagné un peu en<br />

importance depuis 2008.<br />

-La comparaison défavorable par rapport aux<br />

vins étrangers n’implique pas que les vins<br />

suisses sont inévitablement estimés trop chers.<br />

Image des vins suisses,<br />

des régions<br />

-Même si les consommateurs réguliers de vin<br />

sont assez attachés au paysage viticole suisse,<br />

ils ne peuvent, en partie, pas cacher une<br />

certaine lassitude vis-à-vis de la production<br />

domestique, tout en ne reconnaissant aucun<br />

avantage qualitatif clair ni aux vins suisses, ni<br />

aux vins étrangers.<br />

-En l’absence d’une différence de prix, l’on préfère<br />

plutôt acheter un vin suisse.<br />

Publicité<br />

-<strong>Le</strong>s consommateurs de vin ayant remarqué de<br />

la publicité pour le vin sont plus nombreux que<br />

lors des vagues précédentes de l’étude.<br />

-Parmi les répondants ayant vu de la publicité<br />

pour des vins suisses, celle pour les vins suisses<br />

en général (30%) est la plus remarquée, devant<br />

celle pour le Valais (25%) et, nettement moins<br />

fréquente, celle pour les vins vaudois (13%).


Innovation<br />

Bienvenue aux «Jeunes <strong>Chevalier</strong>s»<br />

8<br />

Selon Eugène Labiche « La jeunesse n’a<br />

qu’un temps» voilà pourquoi s’appuyant<br />

sur cette citation, les Officiers du Conseil<br />

de l’Ordre de la Channe ont mis sur pied<br />

un concept de recrutement auprès des<br />

jeunes en général.<br />

Cette opération a pour but de permettre<br />

aux jeunes hommes et jeunes filles comptant<br />

26 printemps et moins d’adhérer à la<br />

Confrérie et d’ainsi de leur permettre de<br />

faire plus ample connaissance avec le vin,<br />

avec son histoire et le respect qui lui est<br />

dû.<br />

Ces nouveaux membres, outre le fait<br />

qu’ils porteront le titre et le sautoir jaune<br />

Cette édition du «<strong>Chevalier</strong>» vous est offerte par:<br />

de «Jeune <strong>Chevalier</strong>», se verront offrir de<br />

substantiels avantages financiers soit,<br />

d’une manière générale, une réduction<br />

de 50% sur toutes les prestations de la<br />

confrérie comme, par exemple, sur le<br />

montant de la cotisation annuelle qui, pour<br />

les «Jeunes <strong>Chevalier</strong>s» se montera à 60.-<br />

francs au lieu des 120-- francs habituels.<br />

Autre exemple: une intronisation avec repas<br />

s’élèvera à 150-- francs et non plus<br />

à 300.-- francs. Bien entendu et toujours<br />

pour les «Jeunes <strong>Chevalier</strong>s», la participation<br />

aux repas des Chapitres de la Confrérie<br />

seront également réduits de 50%.<br />

Dès que le «Jeune <strong>Chevalier</strong>» entre dans<br />

sa vingt-septième année, il est automatiquement<br />

élevé à la dignité de «<strong>Chevalier</strong>»<br />

sans devoir se soumettre à une nouvelle<br />

cérémonie d’intronisation mais en perdant<br />

les avantages liés à l’appellation de<br />

«Jeune <strong>Chevalier</strong>».<br />

<strong>Le</strong>s Officiers du Conseil se réjouissent déjà<br />

d’accueillir les candidats «Jeune <strong>Chevalier</strong>»<br />

et, tout en les félicitant pour leur décision,<br />

leur souhaitent la plus cordiale des<br />

bienvenues.<br />

Remarque:<br />

Des formulaires d’adhésion sont disponibles<br />

sur le site internet de la Confrérie<br />

(www.ordre-de-la-channe.ch) ou peuvent<br />

être commandés au secrétariat.<br />

Ordre de la Channe > Case postale 1007 > 1951 Sion ><br />

Tél: 027 323 76 02 / 079 569 23 58<br />

info@ordre-de-la-channe.ch<br />

www.ordre-de-la-channe.ch

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!