Views
3 years ago

Y-mail 18 FR - juillet 2010

  • Text
  • Pendant
  • Cardiaque
  • Consultation
  • Chez
  • Nouveau
  • Nouvelle
  • Revalidation
  • Hospitalier
  • Yperman
  • Docteur

Y-mail 18 FR - juillet

-mail België/Belgique P.B. – P.P. 8900 Ieper BC 15617 bulletin d’information du centre hospitalier Jan Yperman Ieper/Poperinge - année 11 - JUILLET 2010 - n° 18 www.yperman.net Cancer du poumon: une meilleure prévention le docteur Greet Bral le docteur Isabelle Declercq le docteur Inès Malysse le docteur Herman Ulrichts Aussi hygiène hospitalière 2 pied tombant 3 correction de la mâchoire 4 capacitation de sperme 5 revalidation cardiaque 6 Haïti 7 Poperinge 8 Y-mail est le magazine du centre hospitalier Jan Yperman Briekestraat 12 – 8900 Ypres T 057 35 35 35 – F 057 35 36 37 E.R. : Eric Luyckx Coordination : Jan Blontrock jan.blontrock@yperman.net P806231 Y-mail est réalisé par F-Twee communication T 09 265 97 20 www.f-twee.be Toelating gesloten verpakking 8/161 Afgiftekantoor Ieper-X Terugzendadres: Briekestraat 12, 8900 Ieper > L’espérance de vie des patients atteints d’un cancer du poumon est aujourd’hui plus grande. Cela s’explique en partie par les nouveaux traitements qui ont été mis au point, mais aussi par le caractère moins invasif du diagnostic, notamment grâce à un appareil d’échographie endobronchique (EBUS) dont l’hôpital vient de faire l’acquisition. En tous cas mieux vaut prévenir que guérir. Les fumeurs qui veulent arrêter de fumer peuvent donc désormais se rendre au C.H. Jan Yperman. < 85 % des cancers du poumon sont imputables à la cigarette. Tout le monde le sait et pourtant, ces dernières années, le nombre de fumeurs est reparti à la hausse. La cigarette reste donc un sujet médical sérieux. Rien d’étonnant donc à ce qu’en décembre 2009, une assistance nombreuse fut présente à l’auditoire de l’hôpital, à l’occasion du symposium de pneumologie consacré à l’apnée du sommeil et au cancer du poumon. Deux cents médecins, spécialistes et infirmiers ont ainsi appris, qu’il y a désormais une lueur d’espoir. Le docteur Inès Malysse (service de Pneumologie): «Le cancer du poumon se traite de mieux en mieux, par chimiothérapie, par recours à la chirurgie, par radiothérapie ou par un traitement combiné. Il y a aussi une nouvelle substance qui a été mise au point et qui, d’après les chercheurs, donne de bons résultats chez un groupe déterminé de cancers du poumon.» Rentrer chez soi le jour même Le C.H. Jan Yperman continue à investir dans le traitement du cancer du poumon, comme en témoigne l’acquisition récente d’un appareil EBUS (échographie endobronchique). Pour le docteur Isabelle Declercq du service de Pneumologie, ce nouveau matériel représente un progrès considérable. «Pour déterminer le diagnostic et établir l’état d’avancement de la maladie, on examine et on ponctionne les glandes médiastinales. Les résultats contribuent à définir le traitement correct à administrer. Jusqu’ici, cela se faisait par endoscopie. L’EBUS est beaucoup moins invasif parce que nous travaillons par la bouche. L’EBUS permet d’atteindre davantage de glandes. De plus, une anesthésie locale et une sédation légère suffisent: l’examen est pratiqué en hôpital de jour.» arrêter de fumer Arrêter de fumer n’est pas une chose simple. 95 % des personnes qui arrêtent de fumer de leur propre initiative rechutent. Par contre, pour les personnes qui ont bénéficié d’un programme d’aide, le risque de rechute n’est ‘que’ de 75 %. Un coup de pouce n’est donc pas un luxe superflu. Dans cette optique, les fumeurs peuvent compter sur leur médecin de famille et sur la tabacologue Nathalie Cuvillier, qui, en collaboration avec la psychologue Katherine Tetaert, s’occupera des consultations d’aide aux fumeurs. Nous commençons par une anamnèse complète: statut du fumeur, motivation, mesure du CO, âge des poumons et dépendance physique. Au cours des sept sessions qui suivent, la personne reçoit des conseils et bénéficie d’un appui psychologique. Selon la dépendance physique et le choix du fumeur, on peut éventuellement commencer par un substitut nicotinique ou par une médication en concertation avec le médecin (de famille). Le coût total des huit sessions s’élève à 250 euros, dont 170 euros sont remboursés par la mutualité.» Le service de Pneumologie du C.H. Jan Yperman est une unité du service de médecine interne et compte dans ses rangs les docteurs Greet Bral, Isabelle Declercq, Inès Malysse et Herman Ulrichts. Plus d’infos: secinterne@yperman.net, 057 35 72 70 Nederlandse versie op aanvraag

Voor de Nederlandse versie, klik hier