02.05.2018 Views

Maintenance & Entreprise n°649

Les nouvelles techniques de la maintenance prédictives p.27

Les nouvelles techniques de la maintenance prédictives p.27

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

ACTUALITÉS

Rockwell Automation : des outils d’analyses

dans le Cloud pour les constructeurs de machines

PRATIQUE

Du gestionnaire en langage naturel à la

réalité mixte.

p. 09

p. 12

p. 41

SOLUTIONS

Chaudronnerie et tuyauterie industrielle :

offres et techniques

p. 57

TERTIAIRE

Les solutions de maintenance pour les ENR

N°649 Mars / Avril / Mai 2018 • 25 €

Dossier

Les nouvelles techniques de la

maintenance prédictive p.27


2 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°xxx • xxx 2015


ÉDITORIAL

Des filières industrielles renforcées

et le développement du 4.0

©DR

Valérie Brenugat

Rédactrice en chef

Le 26 février dernier à Bercy, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances,

a présidé le comité exécutif du Conseil national de l’industrie (CNI). La mission

de ce conseil est d’éclairer et de conseiller les pouvoirs publics sur la situation de

l’industrie et des services à l’industrie en France, aux niveaux national et territorial et

international, en intégrant les enjeux à l’export. Son président est le Premier ministre et

Philippe Varin, son vice-président. En outre, le CNI réunit les entreprises et les représentants

des salariés autour de thèmes stratégiques comme la formation, l’innovation, le

financement des entreprises, l’économie circulaire ou encore le développement international.

Cette première réunion a permis de valider 10 Comités Stratégiques Filières qui

démarrent dès à présent leurs travaux. Ce nouveau CNI dispose désormais d’un Comité

exécutif ayant un rôle d’orientation et de pilotage des travaux. Ce comité a vocation à se

réunir chaque trimestre pour préparer l’avenir de l’industrie française.

D’ailleurs, des acteurs de la maintenance

industrielle comme Fives ou

Vinci Énergies veulent occuper des

positions de leaders dans l’industrie

4.0. Selon l’étude de Xerfi sur le marché

de la maintenance industrielle en 2016,

face à la saturation du marché et à des

marges sous pression, les acteurs de la

profession veulent, en effet, élargir leur

offre vers des services plus rémunérateurs

comme la maintenance prédictive.

Des acteurs comme MPS se sont

« Selon l’étude de Xerfi sur le marché de

la maintenance industrielle en 2016,

face à la saturation du marché et à des

marges sous pression, les acteurs de la

profession veulent élargir leur offre vers

des services plus rémunérateurs comme

la maintenance prédictive. »

spécialisés dans ce domaine. Par ailleurs, les leaders tels que Cofely Endel ou Actemium,

ont choisi la maintenance prévisionnelle comme un axe de développement majeur. Elle

est le plus souvent intégrée au sein des projets d’usines du futur. En devenant des prescripteurs

technologiques pour des projets d’usines « smart », les acteurs de la maintenance

deviendront-ils des puissants partenaires des donneurs d’ordres ?

Valérie Brenugat

Envie de réagir ?

@@maintenanceent

MAINTENANCE

&ENTREPRISE

ÉDITEUR

MRJ Informatique

22, Boulevard Gambetta

92130 Issy-les-Moulineaux

Tel : 01 84 19 38 10

Fax : 01 34 29 61 02

www.maintenance-entreprise.fr

/Maintenance.Entreprise

/@maintenanceent

Direction :

Michaël Lévy

Directeur de publication :

Jérémie Roboh

Rédacteur en chef :

Valérie Brenugat

COMMERCIALISATION

Publicité :

Patrick Barlier

p.barlier@mrj-corp.fr

Diffusion et Abonnements :

vad.mrj-presse.fr

Prix au numéro :

25 €

Abonnement 1 an :

85 € / 4 numéros

Étranger :

100 €

Règlement par chèque

bancaire à l’ordre de MRJ

RÉALISATION

Conception graphique :

Dolioz - Adeline Docquier

Maquette :

Nord Compo

Impression :

Rivadeneyra, sa

Calle Torneros, 16

Poligono Industrial de Los Angeles

28906 Getafe - Madrid Espagne

N°ISSN :

1632 - 4153

Commission paritaire :

0 414 T 83 214

Dépôt légal : à parution

Périodicité : Trimestrielle

Numéro : 649

Date : Avril Mai 2018

RÉDACTION

Ont participé à ce numéro :

Valérie Brenugat, Pascal Vaccari,

André Joly (Simsoft Industry),

Eric Volle (Divalto), Christophe Le

François (Netco), Florent Pélissier

(Microsoft France), Guillaume Le

Vézouët (Cym IoT), Aleksandar

Maksimovic (Actemium), Tangi Le

Hir (MPS), Jean-Baptiste Léger

(Predict), Marie-Luce Picard et

Bernard Fourdrinier (Teradata

France), Jérémy Régnier (Naval

Group), Rabah Achemaoui (Endel

Engie), David Guerchon (TSI

Production), Alain Guy (Fives

Nordon), Arnaud Meunier et

Patrick Legris (Argon Consulting),

Jean-Marie Hubert (Engie Cofely),

Fabrice Drommi (SKF).

Membre du réseau REPM-EMPN

CRÉDITS

Credits photos : DR, Actemium

Toute reproduction, totale ou partielle,

est soumise à l’accord préalable de la

société MRJ.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I3


GMAO WEB ET MOBILE

+ DE 250 FONCTIONNALITÉS FULL WEB

Maintenance préventive et curative

Pièces détachées, achats et stocks.

Suivi et réduction des coûts

App mobile avec mode déconnecté

Module QHSE : Règlementation, conformité...

Module 3D et intégration BIM, supervision...

Édition SAV : parc client, contrats, facturation...

Planning & Timeline dynamiques

Altair Enterprise réunit tout ce que l’on peut

attendre d’une GMAO : elle est complète

fonctionnellement, facile à personnaliser,

rapidement opérationnelle

et ludique à l’utilisation

Rendez-vous sans attendre sur

www.altair-enterprise.fr

Éditeur du logiciel - www.dsdsystem.com

+33 (0)3 20 51 47 29 - commercial@dsdsystem.com

GMAO SAV Altair

SERVICE E MANAGER

QHSE

Themis

Q HSE MANAGER


SOMMAIRE

DOSSIER

Les nouvelles techniques de la

27

maintenance prédictive

27 Actemium, CYM IoT, MPS, Predict, Teradata France :

différentes approches

37 COMPAS : collaboration entre Naval Group et Predict

Éditorial

03 Des filières industrielles renforcées

et le développement du 4.0

Actualités

09 Rockwell Automation : des outils

d’analyses dans le Cloud pour les

constructeurs de machines

09 Astrée Software : l’intelligence des

méthodes avec AquiGUIDE

10 ArcelorMittal et SKF signent un

accord-cadre

10 SPIE modernise les systèmes de

batteries centrales du Terminal 5 de

l’aéroport d’Heathrow

Boîte à outils

11 A lire, voir, écouter

Solutions

12 Simsoft Industry innove avec

son gestionnaire de dialogue en

langage naturel

15 GRTgaz adopte la gestion

soudage 4.0 avec Sirfull

17 Divalto gère les stocks

20 Netco et les logiciels : son

expérience, ses conseils et ses

choix

22 Microsoft France : des nouveaux

data centers à Hololens

Pratique

41 ENDEL ENGIE et TSI Production :

des offreurs de solutions

46 Fives Nordon : 114 ans

d’expertise en tuyauterie

industrielle

50 De la maintenance au MCO:

Argon Consulting vous

accompagne digitalement !

54 ENGIE Cofely : l’application du

Lean dans les services

Tertiaire

57 SKF : des choix pour la

maintenance conditionnelle des

éoliennes

60 ENDEL ENGIE : ses expertises

dans l’hydroélectrique et l’éolien

Outil

64 Nouveaux produits

65 Agenda

66 Index

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I5


DIMO Maint,

fiez-vous à

son instinct

LE 6 e SENS DE LA MAINTENANCE

Prenez une longueur d’avance sur la maintenance avec

la GMAO nouvelle génération : 100% web, cloud / saas,

mobilité iOS, Android, multi-navigateurs, multi-langues,

multi-devises.

Encore plus simple à utiliser.

+33 4 37 24 28 26 • contact@dimomaint.com • www.gmao.com


MAINTENANCE

&ENTREPRISE

NOS ENQUÊTES EN 1 CLIN D’ŒIL

SOLUTIONS

Du gestionnaire en langage

naturel à la réalité mixte p. 12 à 24

Simsoft Industry est une Jeune Entreprise Innovante (JEI),

acteur de l’Intelligence Artificielle en France, qui conçoit et

développe des Assistants Vocaux Intelligents pour l’Industrie

4.0. André Joly, co-fondateur et Directeur Général de Simsoft

Industry répond à nos questions.

DOSSIER

Les nouvelles techniques de

maintenance prédictive p. 27 à 39

Actemium propose des offres allant du conseil et de l’ingénierie

jusqu’à la réalisation, l’exploitation et la maintenance, dans

une approche de partenariat sur le long terme. Quant à

la start-up parisienne CYM, elle fournit la maintenance

prédictive grâce à ses analyses et au Machine Learning

en temps réel du Big Data via l’Internet des Objets. Par

ailleurs, MPS est un spécialiste en maintenance prédictive

appliquée à l’industrie...

PRATIQUE

Chaudronnerie et tuyauterie

industrielle p. 41 à 48

ENDEL ENGIE est le leader français de la maintenance industrielle et

des services associés. Quant à TSI Production, il propose des prestations

dans la maintenance industrielle, soudure, chaudronnerie, mécanique,

parachèvement, tuyauterie. Rabah Achemaoui, directeur des Contrats

de Maintenance d’Endel Engie et David Guerchon, co-dirigeant de TSI

Production échangent sur leurs pratiques de la chaudronnerie ...

TERTIAIRE

Les solutions de maintenance

pour les ENR p. 57 à 62

On ne gère bien que ce que l’on mesure. Cette règle de maintenance

fondamentale s’applique aux éoliennes comme a n’importe quelle autre

machine tournante. Heureusement, des solutions existent pour analyser

ces équipements ...

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I7


6 e EDITION

EXPOSITION B2B & CONFÉRENCES DÉDIÉES À

L’AÉRONAUTIQUE & AU SPATIAL

27 & 28 Juin 2018 - MARSEILLE (PARC CHANOT)

QUI SONT LES VISITEURS ?

Donneurs d’ordres industriels actifs dans les domaines de

l’aéronautique, du spatial, des hélicoptères, des solutions

aéroportuaires, des dirigeables incluant :

> CONSTRUCTEURS

> EQUIPEMENTIERS DE RANG 1

> MOTORISTES

> SOCIETES DE MAINTENANCE

300 entreprises participantes

100 exposants directs

1 showroom de l’innovation

Invitation gratuite pour les services R&D, Innovation, Bureaux

d’études, Techniques, Achats et Veille technologiques...

QUI SONT LES EXPOSANTS ?

PME et Centres de Recherches spécialisés dans les domaines

suivants :

30 conferences

1 table ronde

1 session de pitchs innovation

> ENERGIE / ELECTRIQUE / ELECTRONIQUE

> ESSAIS, TESTS & EQUIPEMENTS

> INFORMATIQUE INDUSTRIELLE & LOGICIELS

> MATERIAUX

> MECANIQUE & TRAVAIL DES METAUX

> MECATRONIQUE

> PLASTURGIE

> INGENIERIE, BUREAUX D’ETUDES & SERVICES

> OPTIQUE & OPTRONIQUE

> IoT & SYSTEMES CONNECTÉS

> BIG DATA, ...

www.aeronov-connection.com

ORGANISATEUR :

PARTENAIRE PARTICULIER :


PRODUITS

ACTUALITÉS

ÉQUIPEMENTIER

Rockwell Automation : des outils d’analyses

dans le Cloud pour les constructeurs de machines

Rockwell Automation lance une nouvelle application cloud FactoryTalk

Analytics for Machines optimisée pour le cloud Microsoft Azure qui fournit

des informations aux équipementiers.

Cette application, qui fait partie de

la stratégie de Solutions d’information

étendue de l’entreprise,

donne accès aux analyses des

performances des systèmes déployés. Pour

les fabricants, cette fonctionnalité tire parti

des technologies connectées pour améliorer

la disponibilité et le rendement tout en

réduisant les coûts de maintenance.

Les OEM peuvent intégrer une passerelle

cloud FactoryTalk sur les machines qu’ils

fournissent. La machine commence à collecter

des données dès sa mise en service. Les

données de certains automates sont transmises

en toute sécurité à l’application cloud

FactoryTalk avec un minimum de configuration

de l’équipementier ou l’utilisateur final.

L’équipementier a ensuite accès aux analyses

IA

Présenté par l’éditeur de logiciels Astrée Software, le module AquiGUIDE fait

partie intégrante de la suite logicielle MES AquiWEB, qui permet d’assurer le

suivi de la production avec lien ERP ou PLM, digitalisation des opérations de

production, de maintenance, de qualité et suivi des performances énergétiques.

Dans ce cadre, le module

AquiGUIDE est un outil de

guidage et d’assistance pour

les acteurs de terrain, comme

les opérateurs de production ou les équipes

de maintenance. Ce module permet de

définir par paramétrage des modes opératoires

et d’en suivre le déroulement interactif.

Chaque étape permet à l’opérateur

d’afficher des instructions dynamiques

(propriétés d’un Ordre de Fabrication,

d’un produit, d’une valeur saisie en amont,

…) et des instructions visuelles (image,

PDF, vidéo). En fonction des saisies, le

en temps réel et à des informations exploitables

via des tableaux de bord prédéfinis.

Cette application basée sur le cloud fournie

comme un logiciel en tant que service

(SaaS, Software-as-a-Service) aide les équipementiers

à améliorer le support de leurs

systèmes en leur offrant une visibilité sur leur

utilisation et des informations sur les performances,

les états, les événements et d’autres

activités pertinentes.

Maintenant que Rockwell Automation

fournit un accès sécurisé aux informations,

les équipementiers peuvent proposer des

services personnalisés, tels que la maintenance

proactive et la formation, et ainsi aider

les fabricants à améliorer l’efficacité de leurs

opérations.●

EN SAVOIR PLUS > www.rockwellautomation.com

Astrée Software : l’intelligence des

méthodes avec AquiGUIDE

système peut lancer des étapes alternatives

ou à réexécuter. Les modes opératoires

sont entièrement paramétrables. Le

module AquiGUIDE devient ainsi un assistant

garantissant le bon déroulement de

chaque phase de production, la remontée

et la conservation de l’information d’événements,

les solutions adoptées pour y remédier.

AquiGUIDE, dans la suite logicielle

AquiWEB permet aussi la formation rapide

de nouveaux opérateurs en production ou

maintenance. ●

EN SAVOIR PLUS > www.astree-software.com

Des lunettes connectées

Tikaway pour le travail à

distance

EN BREF

Tikaway est une solution de lunettes

caméra connectées à une interface

de visioconférence. Elles permettent

une communication en temps réel

entre collaborateurs à distance.

Grâce à des tutoriels très simple et

un service client proactif, Tikaway

accompagne les entreprises dans

cette stratégie de collaboration. Deux

boutons seulement et quelques

clics suffisent pour commencer à

utiliser Tikaway, un outil clé en main

et très simple. Il suffit de télécharger

l’application mobile disponible sur

Apple Store et Play Store. ●

www.tikaway.com

MEWA Dynamic : une

gamme de vêtements pour

femmes

Le prestataire de services textiles a

élargi sa collection MEWA Dynamic

avec des blousons et des pantalons

pour femmes. Ces tenues se

caractérisent par leur grande liberté

de mouvement et de nombreux

détails fonctionnels, tels que des

poches et des espaces de rangement

pour le petit matériel. Le design

se rapproche des vêtements de

loisirs d’extérieur. D’autres articles

viendront prochainement agrandir la

gamme. ●

www.mewa.fr

Savoie Transmissions : la

réalité augmentée pour

assister la maintenance

Le Mataki AR est une aide aux

opérateurs de maintenance lorsqu’ils

sont sur le terrain. Un casque de

réalité augmentée les accompagne

dans leur démarche en leur

montrant des documents, photos,

vidéos, procédures de maintenance

pour l’intervention concernée. Cette

assistance va jusqu’à géolocaliser la

machine ou l’équipement à examiner.

L’opérateur peut également prendre

les photos de son intervention. ●

www.savoietransmissions.com

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I9


ACTUALITÉS

MARCHÉ

SIDÉRURGIE

ArcelorMittal et SKF signent un accord-cadre

ArcelorMittal et SKF ont conclu un accord-cadre pluriannuel qui prévoit la fourniture par SKF de roulements,

ensembles-roulements, de solutions d’étanchéité et de services de réparation dans 14 pays d’Europe et

d’Afrique du Nord, incluant le France.

© DR

SKF conduira en outre des études sur les économies réalisées sur le coût total de possession

(CTP), afin de vérifier la valeur générée par ses produits et services. Comme l’explique

Erik Nelander, Président, Industrial Sales, EMEA : « Un processus à long terme

de documentation et de validation des économies générées par nos produits nous a permis

d’illustrer la valeur offerte par une collaboration avec SKF. Compte tenu de nos connaissances en

ingénierie d’application et de notre présence locale - directement ou par l’intermédiaire de distributeurs

agréés - nous sommes en mesure de continuer à aider ArcelorMittal à améliorer le fonctionnement

de ses opérations. »

L’accord-cadre porte sur la vente, la maintenance et le remplacement de roulements et

ensembles-roulements standard, de roulements de tourillons et de solutions d’étanchéité. SKF

pourra également apporter ses conseils en matière de réparation de roulements et réaliser ce

type d’intervention pour permettre à ArcelorMittal d’atteindre son ambition de réduction des

coûts et de l’empreinte carbone et de contribuer au développement d’une économie circulaire. ●

EN SAVOIR PLUS > www.skf.fr

GRANDE-BRETAGNE

SPIE modernise les systèmes de batteries centrales

du Terminal 5 de l’aéroport d’Heathrow

SPIE UK a obtenu un contrat concernant la mise hors service des unités de batteries centrales (UBC) existantes,

ainsi que sur la fourniture, l’installation et la mise en service de nouveaux systèmes de batteries centrales

dédiés à l’éclairage de secours pour le Terminal 5 de l’aéroport d’Heathrow.

D’une valeur d’environ 2,2 M£, ce marché de modernisation

s’achèvera fin octobre 2018. Les travaux d’installation

et de mise en service de nouveaux systèmes seront

réalisés en dehors des heures d’exploitation, sur une

période de 23 semaines, afin d’éviter toute perturbation et fourniront

au Terminal 5 (T5) d’Heathrow 23 nouvelles UBC dédiées à

l’éclairage de secours sur l’ensemble des trois bâtiments du T5. SPIE

sera chargée de la mise hors service des UBC existantes et de la

mise en service de nouvelles UBC dédiées à l’éclairage de secours.

Depuis plus de huit ans, SPIE prend en charge la modernisation

des installations de bagages de l’aéroport d’Heathrow. Ce nouveau

contrat résulte de la vaste expérience de SPIE UK dans la fourniture

de services sur l’ensemble du site. En septembre 2017, SPIE

UK s’est vu attribuer un contrat de services de maintenance industrielle

pour moderniser le bâtiment de gestion intégrée des bagages

du Terminal 3 (T3IB). Les opérations de contrôle des bagages des

terminaux 1, 2, 3 et 4 seront désormais effectuées dans un seul et

même espace central.

SPIE UK, filiale du groupe SPIE, leader européen indépendant

des services multi-techniques dans les domaines de l’énergie et des

communications, fournit des solutions axées sur l’énergie, la sécurité

et l’environnement incluant des services multi-techniques. ●

EN SAVOIR PLUS > www.spieuk.com

© DR

10 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


A LIRE, VOIR, ÉCOUTER

BOITE À OUTILS

Les 10 conditions

d’une performance pérenne

La pérennisation

de la performance

des projets de

transformation

représente un enjeu

majeur pour les

entreprises. Comment

en effet confirmer

et maintenir cette

performance après la

clôture d’un projet ?

Avec comme point de départ le grand

projet de transformation OEEI (Obtenir

un état exemplaire des installations) mené

par EDF autour de la rénovation de ses

centrales nucléaires et sa pérennisation avec

le programme MEEI (Maintenir un état exemplaire

des installations), cet ouvrage propose

non seulement un bilan et un retour d’expérience

mais il esquisse également un modèle

pour pérenniser les changements portés par

tout grand projet, en exposant les 10 conditions

pour y parvenir.

Par ailleurs, l’ouvrage propose une grille d’auto-positionnement

permettant de se situer et

d’identifier les écueils susceptibles de mettre

en difficulté le déploiement et la pérennité

d’un projet.

Thierry Meslin est directeur de projets à la

division production nucléaire d’EDF après

avoir occupé des postes à la construction des

premières centrales françaises à eau pressurisée

et à l’exploitation du site de Saint-Laurentdes-Eaux.

Olivier Dahan est directeur de projet en

gestion du changement. Il a spécialisé ses

interventions sur l’internalisation de la

compétence conduite du changement et la

pérennisation de la performance des transformations.

« Les 10 conditions d’une performance pérenne

», Thierry Meslin, Olivier Dahan, Eyrolles,

138 p, 28 €.

www.eyrolles.com

Parler en public, être écouté et

convaincre

A traves des exercices simples, d’exemples

concrets et de témoignages évocateurs,

l’auteur, Pascal Haumont, vous transmet

des conseils pratiques pour vous aider

à dépasser vos inhibitions, développer

l’attitude et la confiance qui vous

permettront enfin d’oser prendre la parole

en public. Il explique également la façon

d’utiliser les supports visuels de type

PowerPoint et comment aborder la prise de

parole en anglais. À l’issue de chacune de

vos interventions, vous pourrez alors vous

dire : « J’étais préparé, ils m’ont regardé, ils

m’ont écouté, et je les ai convaincus. » C’est

quand vous déciderez de prendre la parole

que l’on vous écoutera !

Pascal Haumont a 20 ans de pratique théâtrale

et de one-man show, ainsi que 12 ans

d’expérience en tant qu’ingénieur en informatique

dans des entreprises telles que

General Electric à Paris ou Google à New

York. Il est aujourd’hui consultant-formateur

en communication et dirige sa propre société

de formation sur la prise de parole en public.

« Parler en public, être écouté et convaincre :

les postures, les attitudes et les outils pour

prendre la parole sans stress », Pascal

Haumont, Gereso, 161 p, 19 €.

www.la-librairie-rh.com

Faire bonne impression

« Vous n’aurez

jamais une

deuxième chance

de faire une

bonne première

impression » :

qui n’a pas déjà

entendu ce cliché ?

Et pourtant, c’est

bien la vérité.

La première

impression est souvent décisive et la plus

percutante. Comment m’habiller ? Que

dois-je dire ? Comment me tenir ? Quelle

image je donne ?

2h Chrono pour faire bonne impression est

le petit livre pratique pour réussir à faire

bonne impression, à se vendre et à gagner

confiance en soi. Conçu pour être lu et applicable

rapidement, grâce aux nombreux infographies

et exercices, il est nourri d’exemples,

conseils et témoignages.

Après avoir occupé des responsabilités

en entreprise en vente et marketing

dans l’agroalimentaire et les biotechnologies,

Sylvie Maingraud fut consultante chez

Cegos en management, communication

interpersonnelle et développement personnel.

Aujourd’hui consultante indépendante,

formée à la sophrologie, elle accompagne des

groupes et des personnes autour du mieuxêtre

et de la gestion du stress.

« 2h Chrono pour faire bonne impression »,

Sylvie Maingraud, Dunod, 160 p, 12,90 €.

www.dunod.com

Petit guide de survie au bruit et au

stress au travail

L’association JNA

(Journée Nationale

de l’Audition) publie

un nouvel livre

valorisant l’hygiène

de santé auditive

comme élément de

forme, de santé et

de performance au

travail. Au travers de

cet ouvrage, l’équipe

pluridisciplinaire de l’association livre des

solutions concrètes génératrices de forme

et de dynamisme tout en apportant un

meilleur équilibre personnel dans son cadre

de travail.

Volontairement pragmatiques, les auteurs

proposent une démarche collective volontariste

s’appuyant sur la mise en place d’outils

novateurs de pilotage valorisant les

gains financiers obtenus au travers d’un

« cycle rapide de retour sur investissement ».

La méthodologie développée contribue à

enrichir le dialogue social dans l’entreprise.

Ainsi, chaque lecteur trouvera dans ce «

Petit guide de survie au bruit et au stress au

travail » une mine d’informations à appliquer

pour favoriser le bien vivre et le bien

vieillir au travail grâce aux bienfaits de la

santé auditive.

« Petit guide de survie au bruit et au stress

au travail », association JNA, Josette Lyon,

200 p, 12,90 €.

http://journee-audition.org

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I11


SOLUTIONS

DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

INDUSTRIE 4.0

Simsoft Industry

innove avec son

gestionnaire de dialogue

en langage naturel

Simsoft Industry est une Jeune Entreprise

Innovante (JEI), acteur de l’Intelligence

Artificielle en France, qui conçoit et

développe des Assistants Vocaux

Intelligents pour l’Industrie 4.0. André

Joly, co-fondateur et Directeur Général de

Simsoft Industry répond à nos questions.

Les trois co-fondateurs : de gauche à droite,

Leny Turmel, André Joly, Philippe Crespin.

© DR

M&E : QUELLES SONT VOS ACTIVITÉS ?

André Joly : Simsoft Industry propose des assistants vocaux

intelligents adaptés au milieu industriel, dédiés aux techniciens

de la production et de la maintenance, pour sécuriser,

fiabiliser et augmenter la performance de leurs interventions.

Il apporte donc une Intelligence Artificielle opérationnelle au

poste de travail. Ce concept permet de parler d’intelligence

augmentée pour les opérateurs de la production et de la maintenance

industrielle.

M&E : QUELS SONT LES ENJEUX DES GESTIONNAIRES

DE DIALOGUE EN LANGAGE NATUREL ?

A.J. : L’enjeu des gestionnaires de dialogue en langage naturel

pour l’industrie : aller au-delà de la simple commande vocale

et faire disparaitre la complexité d’interaction entre un opérateur

technicien et un système d’information d’entreprise. Le

12 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

SOLUTIONS

Un assistant vocal intelligent permet d’aider un technicien de maintenance dans

des situations critiques, dangereuses ou difficiles d’accès.

© DR

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I13


SOLUTIONS

DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

dialogue en langage naturel permet au technicien une interaction

simple et naturelle avec un environnement digital de

plus en plus complexe.

M&E : QUELS SONT LES ATOUTS DE VOTRE SOLUTION

PAR RAPPORT À CELLES DE VOS CONCURRENTS ?

A.J. : Simsoft Industry propose d’utiliser la voix comme une

modalité principale d’interaction entre un technicien et son

environnement digital. Cette solution permet, dans des environnements

industriels bruyants et souvent hors réseau, de fournir

une information pertinente au technicien, mais également

de l’assister dans la génération de ses comptes rendus d’intervention

et retours d’expérience.

M&E : QUELLE PROPRIÉTÉ INNOVANTE VOTRE

SOLUTION PRÉSENTE-T-ELLE ?

A.J. : Le caractère innovant de la solution proposée par Simsoft

Industry repose sur l’utilisation d’un assistant intelligent et

de la voix comme modalité principale pour aider un technicien

à interagir avec son environnement digital et à formaliser

un retour d’expérience, à chaud directement sur le lieu de

son intervention.

L’avantage concurrentiel de la solution consiste à adopter une

approche souple et adaptée aux besoins des clients. En particulier,

Simsoft Industry propose une démarche centrée utilisateur,

avec l’intervention d’ergonomes pour maximiser l’acceptabilité

de l’application par les opérateurs techniciens.

M&E : QUELLE COMPÉTENCE L’OPÉRATEUR DOIT-IL

AVOIR ?

A.J. : L’avantage de l’adoption d’une solution logicielle qui met

en œuvre un gestionnaire de dialogue en langage naturel, avec

la voix comme modalité principale d’interface, réside dans le

fait que l’opérateur n’a aucune compétence à avoir quant à l’utilisation

de la solution. C’est le principe même d’une solution

logicielle auto-apprenante, dont la complexité de fonctionnement

disparait au profit de la simplicité d’usage, et d’accessibilité

par l’opérateur.

« Simsoft Industry propose une démarche

centrée utilisateur, avec l’intervention

d’ergonomes pour maximiser l’acceptabilité de

l’application par les opérateurs techniciens. »

M&E : QUELS SONT LES FREINS ET LES POINTS DE

VIGILANCE DANS L’UTILISATION DES GESTIONNAIRES

DE DIALOGUE EN LANGAGE NATUREL ?

A.J. : Un gestionnaire de dialogue en langage naturel, doit fournir

une assistance au technicien, sans le déresponsabiliser, ni

l’infantiliser dans la réalisation de ses actions. La manière de

gérer les activités de dialogue doit rendre explicite la responsabilité

de l’opérateur dans la réalisation de ses interventions.

L’assistance ne doit pas se transformer en assistanat… ce qui est

trop souvent le cas dans les applications de commandes vocales

simples, sans gestionnaire de dialogue.

M&E : POUVEZ-VOUS DONNER UN EXEMPLE

D’UTILISATION DE GESTIONNAIRE DE DIALOGUE

EN LANGAGE NATUREL ? QUELLE EST LA

PROBLÉMATIQUE ? QUELS RÉSULTATS ?

A.J. : La connaissance d’une installation industrielle est un

élément essentiel de la réussite et de la sécurisation des interventions

des techniciens. Cette connaissance est issue de plans,

maquettes 3D, de données des capteurs, de prélèvements, d’observations,

mais par-dessus tout de l’expertise humaine associée

à l’exploitation et à la maintenance d’une installation.

L’expertise humaine, autrement appelée Retour d’Expérience

(REX) est souvent difficile à recueillir et à formaliser, complexe

à analyser. Cette connaissance des installations doit être collectée

pendant les interventions de maintenance et d’exploitation.

Simsoft Industry travaille déjà avec plusieurs industriels français

sur cette thématique : comment mettre en œuvre un assistant

vocal intelligent pour aider un technicien de maintenance

à formaliser un REX, simplement et au plus près de la réalisation

de sa tâche. C’est le cas entre autres avec EDF, sur la surveillance

des ouvrages de production hydroélectrique.

Simsoft Industry propose un Assistant Vocal Intelligent (basé

sur un gestionnaire de dialogue en langage naturel, utilisant la

voix comme modalité d’interface) focalisé sur le recueil d’informations

issues d’un individu, pour alimenter le processus

de Retour d’Expérience d’une organisation. Il s’agit de fournir

une solution simple et efficace, déployée dans tous les processus

industriels et proche du terrain, permettant d’alimenter et

de structurer un processus de REX. ●

Propos recueillis par Valérie Brenugat

14 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

SOLUTIONS

QUALITÉ

GRTgaz adopte la gestion soudage 4.0 avec

Sirfull

Afin d’optimiser la maîtrise de la qualité de ses pratiques de soudage, GRTgaz, l’un

des leaders européens du transport de gaz naturel, s’est doté d’une solution logicielle

conforme aux exigences de ses standards de qualité et accessible tant aux opérationnels

qu’aux ingénieurs. Pour mener à bien ce projet initié en 2016, GRTgaz a fait appel

à la jeune entreprise éditrice de logiciel strasbourgeoise, Sirfull, connue pour son

logiciel de gestion qualité soudage WQS | Welding Quality Solution (plus d’une centaine

d’utilisateurs en Europe) ou encore pour ses travaux de digitalisation de l’inspection des

équipements sous pressions chez Storengy avec le logiciel SiRIUM.

GRTgaz a retenu la solution de

logiciel de gestion soudage de

Sirfull.

Le soudage est une composante clé du métier de transporteur

de gaz. GRTgaz compte, au sein du Pôle Interventions,

six ateliers de soudage répartis sur le territoire

français, ainsi qu’un Pôle intégrité détenteur de l’expertise

dans ce domaine. Ces ateliers interviennent sur plus de 300

chantiers de raccordement/an et réalisent à l’atelier près de 250

fabrications d’ensemble mécano-soudées/an. L’objectif pour les

acteurs de ce métier est de disposer à l’échelle de son organisation

d’une documentation homogène et toujours actualisée.

Pour GRTgaz, l’ensemble des acteurs du métier qui doivent

disposer de la documentation relative au soudage, doit pouvoir

le faire dans des conditions optimales. Bibliothèques de cahiers

de soudage, mode opératoires, qualifications soudeurs… Plus

qu’une simple bibliothèque statique, c’est tout un ensemble

de savoir-faire et de processus qui assurent la conformité des

usages aux règles du métier et les bonnes pratiques associées.

Ainsi, la mise en œuvre au quotidien des processus par les

opérationnels est systématiquement conforme au prescrit.

GRTgaz a donc souhaité harmoniser l’ensemble de ses bonnes

pratiques et les rendre accessibles facilement grâce à la mise

en place d’un nouveau logiciel unifié.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I15


SOLUTIONS

DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

Dans son pôle Interventions, GRTgaz comprend 6 ateliers de soudage en France.

© DR

GRTgaz a retenu la solution 4.0 proposée par

Sirfull : le logiciel soudage WQS 1 . De mi-2016 à

mi-2017, une phase de développement en mode

agile a été mise en œuvre. Une équipe de 10

personnes de GRTgaz (8 pour le métier soudage

et 2 pour le service informatique) et de Sirfull a

su collaborer en prenant rapidement en considération

les besoins et les résultats de différents

tests utilisateurs. Ainsi, cette équipe a pu concevoir

puis adapter les différents modules du logiciel.

«Le logiciel développé par Sirfull permet à

l’ensemble des acteurs du métier soudage à GRTgaz de retrouver

tout ou partie d’un dossier technique et ce, où qu’il soit »

précise Philippe Iuliano, adjoint au responsable du Pôle Interventions

de la Direction Technique, en charge de ce projet.

UN PREMIER RETOUR D’EXPÉRIENCE POSITIF

Depuis l’automne 2017, le logiciel et ses différentes fonctionnalités

ont été déployées progressivement afin de faciliter la

prise en main par les utilisateurs finaux. Une cinquantaine

« Le logiciel

permet d’accroître

considérablement

notre capacité de

traçabilité. »

d’utilisateurs, aux métiers et besoins différents,

ont pu utiliser la plateforme mise à disposition.

Rapidement, GRTgaz a pu constater l’étendue

des capacités du logiciel de Sirfull. « Le

logiciel permet d’accroître considérablement

notre capacité de traçabilité. Par exemple, nous

pourrons retrouver en quelques clics les fabrications

ou chantiers mettant en jeu un lot d’électrode

et son certificat vieux de plusieurs années.

Aujourd’hui, c’est très fastidieux car tous les

dossiers doivent être consultés manuellement. »

témoigne Philippe Iuliano. Le nouvel outil permet également

de gérer plus facilement les qualifications soudeurs. «WQS

nous permet de réaliser des optimisations, de recouper des qualifications

sans pour autant que l’opérateur connaisse la norme

par cœur. Les 6 ateliers spécialisés dans le domaine du soudage

pourront travailler dès 2018 avec une plus grande autonomie »

ajoute Philippe Iuliano.

En 2018, Sirfull continuera d’assurer un accompagnement des

utilisateurs afin de leurs garantir une prise en main optimale. ●

EN SAVOIR PLUS > www.sirfull.fr

1 Renommé «iWelding PREMIUM» en 2018.

16 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

SOLUTIONS

EDITEUR

Divalto gère les stocks

Depuis plus de 30 ans, Divalto édite des logiciels ERP et de gestion (ERP - PGI) pour les PME

- PMI et les ETI de tous les secteurs. Eric Volle, directeur délégué de la business unit CRM

s’exprime sur les enjeux de la gestion des stocks et présente la dernière version de sa solution

Swing Service. Gros plan

© DR

Eric Volle,

Directeur délégué de la business unit

CRM de Divalto.

MAINTENANCE & ENTREPRISE : QUELLE EST

L’ACTIVITÉ DE VOTRE ENTREPRISE ET SON

ACTUALITÉ ?

Eric Volle : Le groupe Divalto éditeur de logiciels dispose

de 2 business units. La première business unit concerne

le logiciel de gestion ERP s’adressant à tous les entreprises

de toute activité (négoce, l’industrie, la maintenance…).

Quant à la business unit CRM, elle s’adresse à toutes les

entreprises qui ont besoin de gestion client d’un point de

vue commercial et technique.

En outre, nous sommes en train de consolider le réseau

de revendeurs. En 2016, on avait 24 revendeurs et 34 au

niveau international.

M&E : QUELS SONT LES ENJEUX DE LA GESTION DE

STOCKS DANS LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ?

E.V. : La maintenance est intéressée par la gestion de stock

sur 2 niveaux. La gestion de stocks peut être effectuée sur

différents sites de l’entreprise. A la notion de maintenance,

est associée celle de site à l’extérieur de la société.

De plus, si l’entreprise fabrique et vend des machines, il

réalisera la maintenance sur ses appareils. L’accès à leur

site client est aussi nécessaire. Dans ce cadre, la gestion

du stock concerne l’entreprise elle-même et le stock de

chaque technicien (camion, véhicule). Elle se complexifie

avec la gestion et l’utilisation des stocks par les techniciens

quand ils sont sur des sites distants. Puis il faut remonter

les bonnes informations pour mettre à jour le stock.

L’utilisation de notre solution concerne la gestion de stock

mais aussi celle des interventions. Elle assure, en effet, la

gestion des interventions pour mettre à jour le stock du

technicien et de l’entreprise à travers les actions et les utilisations

du technicien. Notre solution dispose donc de 2

parties : l’une en back-office dans l’entreprise et l’autre qui

concerne la partie Mobilité sur smartphone et tablette.

Celle-ci permet au technicien d’indiquer ce qu’il fait et

de remonter cette information au niveau de l’entreprise.

La solution sert également à la facturation et la gestion

des litiges.

M&E : QUELLE EST LA CONSÉQUENCE DE

L’UTILISATION DE CES LOGICIELS DE GESTION DE

STOCKS SUR L’INDUSTRIE ?

E.V. : La gestion des éléments utilisés par les techniciens

mobiles en amont du stock permettra de mettre une fluidité

dans la traçabilité de ces utilisations. Donc cet outil

permet d’économiser sur ses matériels et ses accessoires qui

servent aux différentes interventions. Donc le ROI (retour

sur investissement) se fait au niveau du gestion des stocks

dans l’adoption d’une solution comme la nôtre.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I17


SOLUTIONS

DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

M&E : EN QUOI CES SOLUTIONS CONTRIBUENT-T-

ELLES À L’OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE DE

LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ?

E.V. : Avec cette solution, il est possible de gérer le stock

et le travail de l’équipe technique. Il s’agit de la planification

des tâches à effectuer par les techniciens avec les lieux,

des directives dans les missions à réaliser par les techniciens

en fonction du type d’opérations et de machines sur

lesquelles ils interviennent. Ces solutions permettent de

lier toutes les opérations réalisées et d’éléments stockés et

les interventions avec les outils utilisés lors d’opérations

planifiées tant au niveau du back-office transmis automatiquement

sur le smartphone et la tablette du technicien.

Cela contribue à la fluidité du travail technique et à

la facturation de l’entreprise.

Dès que le technicien a fini son intervention, il peut faire

signer son client et après la signature, les informations

remontent automatiquement dans le système d’information

de l’entreprise permettant le déclenchement automatique

de la facture plus rapidement. Cela entraîne donc des

gains dans la traçabilité et de fluidité de transfert d’information

entre les équipes techniques et le siège au niveau de

la planification ainsi qu’une amélioration de la trésorerie.

M&E : QUELS SONT LES CRITÈRES D’ACHAT DE SOLU-

TIONS DE GESTION DES STOCKS ?

E.V. : Il existe plusieurs types de clients. Premier cas :

certaines entreprises cherchent une solution clé en main.

Nous ne sommes pas sur ce créneau-là parce-que nous

pensons que chaque entreprise a des besoins particuliers.

En ce qui nous concerne, nous fonctionnons en mode projet

dans la mise en place de notre solution. Nous nous adaptons

alors très finement aux besoins de chaque client grâce

à nos outils. Donc par exemple, nous gérons la planification,

les interventions des techniciens et le temps sur le terrain.

Les techniciens déclarent, en effet, les temps qu’ils passent

18 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

SOLUTIONS

sur chaque activité. Un exemple de personnalisation : très

récemment, un client à Bordeaux voulait absolument introduire

la notion de douche le soir dans le temps des techniciens

car ils ont un travail très salissant. Ainsi, ce sont des éléments

extrêmement simples qu’on peut traiter avec notre solution.

Il faut donc bien répondre aux besoins exacts de l’entreprise.

Ainsi, la solution permet aux techniciens de prendre en main

rapidement les solutions. Ils doivent retrouver ce qu’ils avaient

sur le papier dans l’informatique. Ils ont alors moins peur de

l’informatique et ils adoptent cette solution plus rapidement.

« Nous nous adaptons

alors très finement aux

besoins de chaque client

grâce à nos outils. »

M&E : QUELLE EST LA DERNIÈRE VERSION DE VOTRE

SOLUTION ?

E.V. : Notre nouvelle solution est la version 4 de Swing

Service. Elle est multiplateforme. Elle peut donc fonctionner

sur Windows, Android et iOS. Son mode connecté

est important pour les techniciens mobiles. En fait, ils

disposent toutes les informations avec eux où qu’ils se

trouvent (dans des zones avec ou sans réseau). Par exemple,

certains techniciens font des nettoyages de cuves où ils n’ont

pas de réseau. Toutes les informations sont alors stockées

sur la machine et les techniciens ont s accès aux plans des

appareils sur lesquels ils interviennent malgré l’absence

de réseau.

En outre, la partie back-office avec la planification et la

gestion des contrats qui permettent d’établir les plans des

travaux des techniciens sur les interventions préventives

liées aux contrats signés par les clients.

M&E : QUELS SONT LEURS ATOUTS PAR RAPPORT À

CEUX DE VOS CONCURRENTS ?

ciens qui font des réparations suite aux dégâts des eaux…

En amont des dégâts des eaux, un assureur les appelle et

un responsable SAV se déplace afin de constater les dégâts

et de créer un rapport qui servira au technicien pour la

réalisation des travaux. Dans ce rapport, la société avait

des besoins en termes de nombre de photos qu’elle voulait

avec des explications. Nous avons ainsi réussi à modéliser

de façon simple avec la solution Swing Service. Donc ce

point est le plus fort : la modélisation, le paramétrage et

la compréhension des métiers du client. L’autre point fort

est le hors-ligne.

M&E : POUVEZ-VOUS DONNER DES EXEMPLES

D’APPLICATION ? QUELLE ÉTAIT LA PROBLÉMATIQUE ?

QUELS ONT ÉTÉ LES RÉSULTATS ?

E.V. : Le client cherche un outil permettant de donner

l’information au technicien sans un transfert de métier

ou un appel téléphonique… Avec cette problématique de

base, chaque entreprise pense que tout le monde fonctionne

de la même manière. Or chaque entreprise a des

éléments différents.

Notre client, Netco, localisé à Bordeaux et spécialisé dans

la conception et la maintenance des convoyeurs fabrique et

installe ces tapis roulants utilisés dans l’industrie. Il dispose

de 200 techniciens dispersés dans plusieurs agences en

France. Il a donc des besoins de planification et de donner

des informations aux techniciens. En outre, ils peuvent faire

appel à des techniciens d’une autre agence pour renforcer

une équipe par exemple. Ils ont donc eu besoin de

partage de ressources. La gestion des temps était une autre

problématique. A partir de cette gestion, la société génère

des paies des techniciens. Nous avons donc inséré tous les

types de temps qu’elle souhaitait afin de produire tous les

éléments permettant de réaliser la paie. Enfin, la gestion

de pièces détachées et d’accessoires au niveau de stocks des

véhicules des techniciens était un autre point à prendre

en compte. Nous avons aussi répondu à cette demande

afin que le client ait une vue exhaustive importante sur les

stocks des véhicules de la flotte. ●

Propos recueillis par Valérie Brenugat

E.V. : Les atouts principaux résident dans notre extrême

flexibilité et personnalisation de la solution. Nous avons des

outils comme Swing studio qui permet de paramétrer tous

les écrans des applications et de pouvoir créer de nouvelles

fonctionnalités comme l’édition du rapport d’intervention

qui sera totalement personnalisé en fonction des besoins du

client. Par exemple, nous avons un client avec des techni-

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I19


SOLUTIONS

DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

MANUTENTION

Netco et les logiciels :

son expérience, ses

conseils et ses choix

Le groupe Netco à capitaux familiaux est un

spécialiste la conception, la fabrication et la

maintenance de systèmes complets de convoyeurs

par bandes transporteuses. Christophe Le

François, directeur de projet digital e-Prod pour

Netco partage son expérience sur les logiciels

et explique son choix pour la solution de Divalto.

Témoignage.

© DR

Maintenance de centre de tri de déchets.

© DR

Christophe Le François,

Directeur de projet digital e-Prod pour Netco.

MAINTENANCE & ENTREPRISE : QUELLES SONT LES

ACTIVITÉS DE VOTRE ENTREPRISE ?

Christophe Le François : Netco est le leader français spécialiste en

maintenance et fabrication de convoyeurs de manutention ; avec 35

agences et 300 techniciens. Nous intervenons auprès d’industries

dans divers domaines tels que les carrières, cimenteries, papeteries,

sidérurgies, fonderies, industries agroalimentaire, aéroports,

centres logistiques…

M&E : QUEL EST VOTRE PARCOURS ?

C.L.F : De formation technique et commerciale, diplômé de l’IAE 1

j’ai managé des centres de profits localement et nationalement dans

la distribution et maintenance de véhicules industriels. J’ai accompagné

également plusieurs projets d’évolution informatique coté

opérationnel et par goût j’ai naturellement migré depuis quelques

années vers la transformation digitale dans l’entreprise.

M&E : QUELS SONT LES ENJEUX DES SOLUTIONS DES

LOGICIELS (GMAO, GESTION DES STOCKS, PLANIFICATION

DES INTERVENTIONS) POUR LA MAINTENANCE ?

C.L.F : L’enjeu est majeur pour une société de services : c’est une

transformation profonde qui accompagne l’entreprise de façon

1 Institut d’Administration des entreprises.

transversale. Tous les services sont touchés : de la production à la

RH en passant bien sur par le commerce, le tout conditionné par

le client qui est de plus en plus exigent sur les retours de son prestataire

maintenance.

La puissance et les services proposés par les outils d’aujourd’hui

transforment le technicien et/ou le commercial en une véritable «

base de données dynamique » d’informations qui remontent vers

l’ERP via un back office dédié.

M&E : QUEL EST L’INTÉRÊT DE CES SOLUTIONS PAR

RAPPORT AUX AUTRES SOLUTIONS EXISTANTES ?

C.L.F : L’intérêt réside dans l’optimisation et la simplification des

process de production par le support digital. Par ailleurs, cela

permet d’utiliser moins de papier et de reporting excel ou autre,

souvent source d’erreurs. De plus, les services proposés par les

éditeurs de logiciels sont modulables à la carte pour se coller le

plus possible à la réalité du quotidien.

M&E : QUELS SONT LES ATOUTS ET LES LIMITES DES

SOLUTIONS MOBILES DE GMAO ?

C.L.F : Les principaux atouts sont l’interactivité, la rapidité

d’échange d’infos ainsi que l’exhaustivité des services ou outils à

développer selon les besoins.

Je n’y vois pas trop de limites, si ce n’est le juste équilibre et l’adéquation

entre les attentes de production de l’utilisateur et de l’outil

que l’on en met à disposition, en évitant un risque de fuite en avant

dans les besoins de reporting de l’outil, rester sur les fondamentaux.

L’homme doit rester pilote de la machine, et non l’inverse…

20 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

SOLUTIONS

M&E : QUELS SONT VOS CRITÈRES DE CHOIX DES SOLUTIONS

DE GMAO ET D’AUTRES LOGICIELS POUR LA MAINTENANCE ?

C.L.F : La solution choisie doit d’abord être dictée par les besoins

du terrain et de la production.

Un cahier des charges doit être impérativement écrit conjointement

par les services de production et de planification sans oublier

le commerce et la RH selon l’ampleur et la transversalité du projet.

Une souplesse d’adaptation et d’évolutions du prestataire choisi,

son niveau d’implication de ses services R&D de la part de l’éditeur

sont primordiales.

M&E : QUELLES COMPÉTENCES DOIT AVOIR L’OPÉRATEUR ?

2 Comité de Direction.

3 Mobile Device Management. Une application de mobile device management

ou « gestion de terminaux mobiles », est une application permetgérer

les mises à jour, etc. et enfin protéger les tablettes par un

système adapté.

M&E : QUELLES SONT LES ERREURS À NE PAS COMMETTRE ?

C.L.F : Vouloir traiter toutes les problématiques en une seule fois,

mais plutôt planifier plusieurs étapes ou de versions de projet dans

sa globalité. Surtout ne pas imposer un outil coûte que coûte, partager

le projet, échanger avec les acteurs et choisir un technicien référent

qui valide le coté opérationnel.

Atelier de bandes légères de Netco.

C.L.F : La génération des moins de trente ans est, sans discussions,

la plus à l’aise avec cette digitalisation surtout du côté du

mobile (tablettes ou smartphones).

Paradoxalement, il n’y a pas de compétences au sens propre du

terme mais plutôt une volonté d’ouverture d’esprit aux nouvelles

technologies et le moins possible d’a priori négatif difficile à

combattre… L’homme est souvent réfractaire au changement

quand on y ajoute une part d’inconnu et d’informatique. Le sentiment

de « Big-Brother » plane au-dessus des techniciens, il faut

les rassurer sur ce plan.

M&E : QUELLES RECOMMANDATIONS POUVEZ-VOUS

DONNER DANS L’ACQUISITION D’UNE SOLUTION DE

GMAO ET D’AUTRES LOGICIELS POUR LA

MAINTENANCE ?

C.L.F : Bien préparer le dossier en amont avec

la Direction générale ou le Codir 2 . Comme je l’ai

dit auparavant, tous les services sont concernés, la

vérité vient du terrain, l’outil qu’utiliseront les techniciens

ou les commerciaux doit avoir une réelle

valeur ajoutée. Ce sont des investissements assez lourds qui ont

une part prépondérante dans le quotidien et l’efficience de l’entreprise.

Enfin, il faut être au plus près de la production pour prendre

en compte les points clés du projet.

M&E : QUELS CONSEILS PRATIQUES POUVEZ-VOUS

DONNER SUR L’UTILISATION DE CES PRODUITS DANS LA

MAINTENANCE INDUSTRIELLE ?

C.L.F : Choisir un partenaire pour la gestion du parc par

tablette afin de gérer l’évolution et la veille technologique, mettre

en place un MDM 3 qui permet de piloter le parc à distance

© DR

« Bien préparer le

dossier en amont avec

la Direction générale

ou le Codir. »

M&E : QUELS SONT LES POINTS DE VIGILANCE DANS

L’UTILISATION DES PRODUITS PAR UN PROFESSIONNEL

DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE ?

C.L.F : La formation et l’accompagnement sont deux points clés

pour faire adhérer l’ensemble des utilisateurs, il faut être vigilant

sur la prise en main et la bonne utilisation de l’outil au risque de

fausser quelque peu le résultat attendu.

M&E : POUVEZ-VOUS DONNER UN

EXEMPLE D’UTILISATION DE LOGICIELS

POUR LA MAINTENANCE ? QUELLE EST LA

PROBLÉMATIQUE ?

C.L.F : Nous travaillons avec l’outil Swing Service

du groupe Divalto, notre choix a été dicté par l’exigence de notre

cahier des charges, ainsi que part les réponses qu’ont pu nous

apporter l’équipe SwingMobility.

Nous avons équipé 200 de nos techniciens de l’application Swing

Service sur tablette relié à un Back Office pour gérer la planification

et les remontées d’infos.

Notre problématique a porté sur la mixité de nos agences, de nos

bases de données techniques ainsi que sur le dialogue avec notre

logiciel spécifique de production. Swing a parfaitement répondu

à nos attentes. ●

Propos recueillis par Valérie Brenugat

tant la gestion d’une flotte d’appareils mobiles, qu’il s’agisse de tablettes,

de smartphones

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I21


SOLUTIONS

DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

TECHNOLOGIE

Microsoft France : des nouveaux data centers

à Hololens.

Microsoft France annonce l’ouverture de 4

data centers en France en région parisienne et

marseillaise. Ce cloud est au service des trois

défis technologiques de Microsoft : intelligence

artificielle, réalité mixte et informatique quantique.

Carlo Purassanta,

Président de Microsoft France.

© DR

Maintenance & Entreprise : Avec quatre data

centers dans deux régions françaises (Paris et

Marseille), disponibles pour tous les clients avant

fin mars, Microsoft propose un meilleur niveau

de qualité, de proximité et de sécurité aux entreprises et institutions

qui souhaitent localiser leurs applications et leurs données

sur le territoire national, en conformité avec les réglementations

européennes. Elles pourront ainsi bénéficier de l’offre

Cloud unique de Microsoft, à travers la combinaison d’Azure,

pour créer des applications intelligentes pilotées par les données

dans le Cloud, et Office 365, la plateforme de collaboration et

de communication de Microsoft.

A travers ce déploiement, Microsoft réaffirme son engagement

de mettre à la portée du plus grand nombre les technologies de

pointe qui sont au cœur de ses paris : l’Intelligence Artificielle,

la réalité mixte, et l’informatique quantique.

POUR UNE INFORMATIQUE QUANTIQUE ACCESSIBLE

Microsoft a fait le choix d’une approche unique en matière

d’informatique quantique, fondée sur une approche topologique

inédite, des investissements conséquents et une technologie

évolutive. Satya Nadella, le PDG de Microsoft, a annoncé

aux développeurs la disponibilité d’un nouveau langage de

programmation, optimisé pour exploiter des ordinateurs quantiques.

Afin de renforcer son avance dans ce domaine, Microsoft

a ouvert Microsoft Quantum, un laboratoire de recherche

dédié à l’informatique quantique et à ses applications et a créé

une assistance, notamment au débogage, ainsi que des fonctionnalités

de simulation avancées, à déployer sur site ou sur

Microsoft Azure. « La France est une terre d’innovation, riche en

© DR

L’ordinateur de réalité mixte, Hololens,

est utilisé dans l’industrie.

esprits créatifs, en chercheurs et en entrepreneurs – en témoignent

l’ouverture de Station F à Paris, ou encore la forte présence tricolore

au CES. Je suis très fier d’être à la tête de Microsoft France,

et de contribuer à l’effervescence d’un marché à fort potentiel, qui

apprend chaque jour de la technologie pour construire des solutions

innovantes et se réinventer », conclut Carlo Purassanta,

PDG de Microsoft France.

LA RÉALITÉ MIXTE EN ACTION

En 2017, Microsoft lançait en France HoloLens, ordinateur

pionnier de la réalité mixte, accompagné de ses promesses de

processus métier réinventés et d’innovation libérée. En mêlant

réalité physique et digitale, HoloLens permet de réinventer les

interactions entre les entreprises et leurs clients, de repenser

les programmes de formation et d’apprentissage, d’optimiser les

processus de maintenance et de production assistée et de libérer

la force créative et l’innovation des organisations.

Ses applications sont multiples dans tous les domaines. « La

promesse d’une transformation numérique à forte valeur ajoutée,

nous la réitérons pour l’année à venir. Avec Total, nous réécrivons

la formation des collaborateurs en réalité mixte. Avec Naval

Group, nous accompagnons les techniciens de maintenance dans

leur performance et leur autonomie. Avec Renault Trucks, nous

mettons la collaboration au cœur des processus de création assistée

22 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

SOLUTIONS

INTERVIEW DE FLORENT PÉLISSIER, CHEF DE PRODUIT RÉALITÉ MIXTE

MAINTENANCE & ENTREPRISE : QUELS SONT LES

DIFFÉRENTS CAS D’USAGE D’HOLOLENS ?

par ordinateur », déclare Carlo

Purassanta, président de Microsoft

France.

« Naval Energies, acteur mondial

des énergies marines renouvelables,

développe des produits

très innovants, qui supposent

notamment une protection extrêmement

fiable de sa propriété

intellectuelle et industrielle.

La réglementation française

sur le stockage et la gestion des

données associée aux garanties

de sécurité et de confidentialité

apportées par Microsoft

nous ont convaincus de nous

engager dans ce partenariat »,

commente Laurent Schneider-Maunoury,

Président de

Naval Énergies, un spécialiste

mondial des énergies marines

renouvelables (EMR), fournisseur

de systèmes de production

d’énergie clé en main.

Florent Pélissier, chef de produit

réalité mixte de Microsoft

France.

Florent Pélissier : Hololens plonge l’utilisateur dans un environnement

de réalité mixte : le monde réel physique et des éléments

virtuels sous la forme d’hologrammes. Il permet donc une prise avec

le monde réel et d’aller plus loin que la réalité augmentée qui est un

filtre d’information ne prenant pas en compte les contraintes. Avec

cette technologie, il est possible de changer son scénario métier et

d’améliorer le quotidien des opérateurs de maintenance. Depuis la

sortie d’Hololens en France il y a plus d’1 an, les cas d’usage peuvent

être rassemblés en 4 grandes familles : la formation et l’apprentissage,

aide à la vente et l’engagement client, l’aide à l’opération et la maintenance. Grâce à cet ordinateur,

il est possible de réduire le temps de formation et d’améliorer la capacité d’apprentissage. Des experts

disent, en effet, que des éléments interactifs immersifs permettent de faire entrer l’information plus

facilement dans le cerveau. En outre, la partie Formation et apprentissage occupe une place de plus en

plus importante. Ainsi, des acteurs comme Airbus utilisent cette technologie afin de former le personnel

naviguant de Japan Airlines. Avec Hololens, on pourra plus facilement visualiser sous forme d’hologramme

des éléments qu’on veut vendre au client : par exemple, une frégate avec Naval Group, une

rame avec Alstom ou une armoire électrique avec Schneider Electric.

Concernant l’aide à l’opération, avec Naval Group, Hololens permet l’aide à l’opération sur les chaines

de montage et la partie design en rendant plus efficace l’opérateur. C’est la tendance « Digital Twin » qui

est la capacité de modéliser en 3 D un élément physique (une paroi de frégate, par exemple). Quand

cette maquette 3 D est repositionnée sur un élément physique, il met en valeur des points d’intérêt.

Il contribue ainsi à une meilleure productivité et efficacité sur la chaîne de montage. On parlera alors

d’opérateur augmenté.

Enfin, la maintenance est le quatrième cas d’usage. Naval Group a 2 chantiers de production à Lorient

et à Cherbourg et 2 chantiers de maintenance à Toulon et à Brest, bases navales de l’armée française.

Hololens pourra être utilisé dans ces chantiers de maintenance. Différents scénarios de chantiers de

maintenance peuvent être élaborés à 2 niveaux. Le premier scénario : l’opérateur est tout seul. Par

exemple, l’objectif pour Dassault Aviation consiste à minimiser le temps d’immobilisation des Rafales

au sol. Pour diminuer ce temps, il faut améliorer le processus de maintenance. Avec Hololens, on peut

positionner une maquette 3 D numérique sur le Rafale physique et un tour de maintenance avec des

explications sur les différentes étapes peut être effectué. Par exemple, étape 1 : contrôle des réacteurs.

Etape 2 : contrôle de la cuve. A chaque fois, des informations virtuelles comme la notice s’affichent

dans le casque et aident la personne équipée à être plus efficace. Ce scénario est intéressant car il est

aidé par des informations dans un environnement enrichi et contribue à la réalisation des tâches plus

rapidement. Second scénario : la personne n’a pas l’expertise complète. Mais Hololens peut être utilisé

dans un scénario de collaboration avec Skype. Avec cet appareil, la personne peut appeler, via Skype,

un ingénieur support qui guidera l’opérateur équipé à travers la caméra du casque lors de l’intervention

de maintenance. Ainsi, Thyssen Krupp a mis en place ce dispositif avec des experts qui restent au

bureau et les opérateurs de maintenance qui partent en intervention. Quand le professionnel de maintenance

rencontre une difficulté, il appelle via Skype l’ingénieur qui le guide. Ainsi, depuis son PC,

avec le bon plug-in Skype, au stylet ou à la main, il est possible d’envoyer des éléments (notice, guide

d’utilisation) qui s’afficheront en hologrammes dans le champ de vision de l’opérateur avec Hololens.

Selon Thyssen Krupp, avec cette aide extérieure, le temps d’intervention de maintenance pourra être

divisé par 4. Framatome utilise cet appareil pour effectuer des opérations de maintenance dans les

cuves de centrales nucléaires tout en bénéficiant de l’assistance d‘ un expert.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I23


SOLUTIONS

DU GESTIONNAIRE EN LANGAGE NATUREL À LA RÉALITÉ MIXTE

M&E : QUELS SONT LES ATOUTS DE CETTE SOLUTION PAR

RAPPORT À CELLES DE VOS CONCURRENTS ?

F.P. : Il n’y a pas vraiment d’équivalent sur le marché. Il faut différencier

les solutions de réalité virtuelle, de réalité augmentée et

de réalité mixte. Les casques Oculus ou HTC Vive ont des usages

totalement virtuels et donc immersifs. Mais si on veut rajouter de

la collaboration ou une prise avec le monde réel, c’est plus compliqué.

Concernant la pure réalité augmentée, il y a eu l’expérience des

Google Glasses qui n’ont pas trouvé le bon positionnement et ont

été abandonnés. Sur une solution de réalité mixte totalement autonome

(sans branchement à un PC pour fonctionner), Hololens est

la seule solution qui existe sur le marché. Mais cela évoluera avec

les réalités alternatives (mixte, virtuel, augmenté).

Un projet avec la technologie Hololens se joue souvent à 3 : le client

qui exprime son besoin (par exemple, Naval Group pour les chaudronniers

qui interviennent dans les frégates, Microsoft qui fournit

la technologie et un partenaire qui fait le développement de

l’application métier. Celui est effectué souvent par une société qui

a l’expertise du développement 3D avec des sound designers par

exemple. Ainsi, Asobo HoloForge a fait le développement pour

Naval Group ou Areva, Immersion pour Renault Trucks (contrôle

qualité sur la chaîne de production), Theoris pour Dassault Aviation

(Rafale). La France dispose, en effet, de bons experts en 3D.

M&E : COMMENT L’OPÉRATEUR UTILISE-T-IL HOLOLENS ?

F.P. : 5 à 15 minutes sont nécessaires pour apprendre à l’utiliser.

Seulement 3 gestes comme le nouveau clic de souris sont à retenir.

M&E : QUELLES SONT LES LIMITES D’HOLOLENS ?

F.P. : Hololens a une batterie avec une durée de vie d’environ 3

heures. Elle est destinée à des interventions ponctuelles (montage,

une opération de maintenance). Elle est donc utilisée dans un

environnement intérieur parce-que les hologrammes sont faits

de lumière. Il faut donc contrôler la luminosité. Si l’appareil est

utilisé en plein soleil par exemple, l’utilisateur ne verra pas forcément

bien l’hologramme et tirera sur la puissance de Hololens et

la durée de l’utilisation de la batterie sera alors très limitée.

M&E : QUELS SECTEURS D’ACTIVITÉ INDUSTRIELLE

UTILISENT CET APPAREIL ?

Tout le secteur industriel est concerné. Les sociétés dans les

domaines aéronautique, automobile, énergétique, l’utilisent car

ils maîtrisent la 3D, et ont déjà la connaissance de leur patrimoine

3D. De plus, cela fait un certain temps qu’ils utilisent la réalité

virtuelle et le design. ●

Propos recueillis par Valérie Brenugat

24 I MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


PUBLI REPORTAGE

LE PARC D’ACTIVITÉ

EURATECHNOLOGIES

gère la maintenance de ses

bâtiments avec la GMAO Altair

Enterprise

Euratechnologies est une zone d’activité abritant plus

de 80 000 m² de bureaux, hébergeant des entreprises du

numérique, de la startup à la multinationale. La GMAO

Altair Enterprise a été choisie pour gérer la maintenance du

vaisseau-amiral, le bâtiment Le Blan-Lafont.

LES CLÉS DU PROJET

• 20000+ m² de SHON

• Besoin d’autonomie

• Recherche de pérennité

• Application mobile

• Réalisation d’états des lieux

Le Blan-Lafont est une ancienne

usine textile construite à la fin

du 19e siècle et réhabilité dans

les années 2000 pour devenir

un pôle d’excellence numérique : Euratechnologies

est né. Les 22000 m² de

surface SHON du bâtiment abritent des

bureaux, mais aussi des restaurants, un

datacenter et plusieurs espaces de conférence,

distribués autour un vaste atrium.

entendu, mais au prix d’un travail long et

fastidieux, pour nous retrouver avec des

fichiers peu exploitables et beaucoup de

travail à refaire sur le prochain outil. »

Ce bâtiment, véritable noyaux d’un

quartier surnommé parfois la « ch’tilicon

valley », est géré par la Société d’Economie

Mixte (SEM) Euratechnologies, qui

gère également le site Blanchemaille, à

Roubaix, abritant 2000 m² d’accélérateur

e-commerce.

Comme beaucoup de bâtiments d’activité

de service, la maintenance est

assurée par plusieurs acteurs différents

à différents niveau. Jean-Luc Vandendriessche,

DSI et directeur de la gestion

immobilière de SEM Euratechnologies,

nous explique le fonctionnement :

« Le suivi de l’ensemble Le Blan-Lafont

nécessite la présence de plusieurs

personnes sur place. Il y a tout d’abord

le personnel de sécurité, assurant une

présence 24/24h, apte à faire la petite

maintenance de premier niveau mais

« La motivation

première était

l’indépendance,

mais nous avons

également vu

l’opportunité de

nous doter d’un

outil plus adapté. »

ayant surtout un rôle de premier plan

dans la détection d’anomalies et de

pannes.

Un second niveau est constitué d’un

service maintenance interne de 2

personnes, renforcé par un technicien

détaché par notre principal prestataire.

Le troisième niveau est constitué par ce

prestataire, qui réaliste pour nous l’essentiel

des travaux neufs, d’entretien et

de réparation, en dépêchant des agents

et techniciens selon notre besoin. »

L’essentiel de la problématique de maintenance

d’Euratechnologies réside donc

dans la bonne communication entre les

différents acteurs, ce qui passe par la

LA SOLUTION

La GMAO Altair Enterprise et la mobilité

Altair sont des applications éditées

et distribuées par DSDSystem. Ces

solutions sont le fruit de près de

20 ans d’expérience capitalisées

par nos ingénieurs maintenance et

informatique spécialisés en organisation

de maintenance industrielle et SAV.

AVANTAGES TECHNOLOGIQUES

• Pas d’installation sur poste client

• Rapidement opérationnel

• Compatible tous navigateur

récent

• Technologie moderne

• Nomade et mobile

• Une installation centrale et

sécurisée

• Simple et agréable à utiliser

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I25


PUBLI REPORTAGE

mise en place d’un outil mutualisé de

gestion de maintenance.

« Jusqu’à récemment, nous travaillions

avec un prestataire qui mettait à notre

disposition sa propre GMAO, commente

Jean-Luc Vandendriessche. Bien que nous

manquions logiquement de contrôle sur

l’outil, il remplissait son office.

Les problèmes ont véritablement

commencés lorsqu’au terme de notre

contrat de maintenance nous avons

entamé une démarche de récupération

des données. Cela a été possible bien

entendu, mais au prix d’un travail long

et fastidieux, pour nous retrouver avec

des fichiers peu exploitables et beaucoup

de travail à refaire sur le prochain outil. »

AVOIR SA PROPRE GMAO : UNE

GARANTIE D’INDÉPENDANCE ET DE

PERTINENCE

Suite à cette mésaventure,

la société Euratechnologies

a pris conscience qu’avoir

la maîtrise des données,

et donc de l’outil, revêtait

un intérêt majeur pour

conserver son indépendance

et préserver la traçabilité

des informations.

« La motivation première

était l’indépendance, nous

avons également vu l’opportunité

de nous doter

d’un outil plus adapté à notre besoin »,

commente Jean-Luc Vandendriessche.

Euratechnologies a donc entamé un

projet GMAO, consultant différents

éditeurs afin de sélectionner l’outil qui

sera le plus à même de répondre à leur

besoin dans la durée.

Après avoir confronté les besoins de

SEM Euratechnologies avec les possibilités

offertes par différentes solutions

du marché, c’est la GMAO Altair Enterprise

de DSDSystem qui a été choisie.

« « L’ergonomie

d’Altair a été

rapidement

adoptée par tous

[…] ce qui nous

permet d’avancer

sereinement. »

Jean-Luc Vandendriessche explique ce

choix :

« Altair Enterprise est un vrai logiciel

web, avec un client léger, simple et rapide

à l’utilisation. La possibilité d’héberger

en cloud a permis d’alléger l’investissement

financier et humain, tout en nous

donnant des garanties de transparences

et de sécurité des données. »

Ce choix fut autant celui de l’outil que

celui de son éditeur : « DSDSystem s’est

montré réactif et impliqué, notamment

dans le développement de fonctionnalités

spécifiques, comme la gestion des

états des lieux. Avoir un bon interlocuteur

métier en face de soi facilite grandement

les choses.

Au final, le plus dur a été peut-être

de convaincre notre nouveau prestataire

d’utiliser notre GMAO plutôt que

l’inverse. C’est un fonctionnement à

contre-courant de l’usage, mais l’outil a

rapidement été adopté par les différents

utilisateurs. L’ergonomie

d’Altair a été rapidement

adoptée par tous, depuis

le personnel du PC sécurité

que par le prestataire,

ce qui nous permet d’avancer

sereinement.

Le site de Blanchemaille

à Roubaix, que nous

gérons également, sera la

prochaine étape de déploiement

pour la GMAO. »

Bernard Decoster,

président de DSD System, conclut :

« Optimiser notre logiciel GMAO aux

besoins de la gestion de patrimoine a

été une priorité R&D de ces dernières

années. Un travail qui paye, puisque

nous avons multiplié par trois nos références

sur ce secteur en moins de deux

ans. Avec Euratechnologies, nous avons

aussi gagné un partenaire exigeant, qui

nous permettra d’aller encore plus loin et

ainsi défendre le leadership d’innovation

que nous revendiquons. »●

A PROPOS DE DSDSYSTEM

La société DSDSystem, créée en

2003, est composée d’ingénieurs

maintenance et informatique spécialisés

en organisation de maintenance

industrielle et SAV et en développement

informatique de GMAO.

L’originalité de l’approche de DSDSystem

est d’allier une double compétence : le

métier de la maintenance et le métier

de l’informatique, cela permet des

gains de temps considérables dans la

mise en œuvre de progiciels de GMAO.

DSDSystem est spécialisé dans les

solutions Web natives.

DSDSystem est éditeur de la solution

de GMAO full web Altair Enterprise

et du logiciel QHSE Themis.

EN SAVOIR PLUS > www.dsdsystème.fr

CONTACTEZ-NOUS !

Pour savoir comment les solutions

DSDSystem peuvent vous aider à

gérer et optimiser votre stratégie

et vos opérations de maintenance,

nous vous invitons à nous contacter

au numéro suivant :

France : +33 (0)3 20 51 47 29

26 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

DOSSIER

TECHNOLOGIE

Actemium, CYM IoT, MPS, Predict, Teradata France :

de la donnée à la solution

Actemium propose des offres allant du conseil et de l’ingénierie jusqu’à la réalisation,

l’exploitation et la maintenance, dans une approche de partenariat sur le long terme. Quant à

la start-up parisienne CYM, elle fournit la maintenance prédictive grâce à ses analyses et au

Machine Learning en temps réel du Big Data via l’Internet des Objets. Par ailleurs, MPS est un

spécialiste en maintenance prédictive appliquée à l’industrie. En outre, la société Predict est

spécialisée dans la conception et le développement de solutions de surveillance, diagnostic,

pronostic et de maintenance à distance des installations industrielles et dans le domaine

des systèmes navals de défense. Enfin, Teradata est un pionnier de l’expertise-conseil et de

technologie en matière de données et d’outils d’analyse.

© DR

Guillaume Le

Vézouët

Co-fondateur et

directeur général de

Cym IoT

© DR

Aleksandar

Maksimovic

Responsable Technique

Maintenance & Services

d’Actemium.

© DR

Tangi Le Hir

Gérant et directeur

Ingénierie de MPS.

© DR

Jean-Baptiste

Léger

Président de Predict.

© DR

Bernard

Fourdrinier

Principal Business

Consultant WESEMEA

-Delivering Business

outcome led Analytic

Solutions de Teradata

France.

© DR

Marie-Luce Picard

Principal Industry

Consultant Utilities de

Teradata France

MAINTENANCE & ENTREPRISE :

QUELLES SONT LES ACTIVITÉS DE VOTRE

ENTREPRISE ?

Jean-Baptiste Léger : Depuis 1999, Predict

est une société innovante spécialisée dont les

activités couvrent l’ensemble de la maîtrise

d’œuvre en maintenance prédictive : étude,

conception, développement et mise en œuvre

de technologies numériques de maintenance

prédictive. Voici notre actualité : une

croissance forte de notre activité dans les

domaines naval et manufacturier, un démarrage

de notre développement à l’international

(Australie et USA). Enfin, nous connaissons

de plus en plus de succès, d’efficience et de réelles

prédictions dans le domaine des machines-outils.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I27


DOSSIER LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

Tangi Le Hir : Nous sommes une société spécialisée en maintenance

prédictive Multi-techniques. Nos services de surveillance

et de diagnostic de machines tournantes ainsi que nos services

liés à l’efficacité énergétique sont destinés à tous les secteurs de

l’industrie.

Les technologies que nous utilisons sont non destructives et

non intrusives, il s’agit des inspections par détection ultrasonore

(recherche de fuites d’air comprimé, inspection mécanique,

inspection électrique, inspection des purgeurs de vapeur), l’analyse

vibratoire, le contrôle de roulements par mesure d’ondes de

choc et la thermographie infrarouge.

Au travers d’inspections périodiques in situ, nous suivons l’usure

des équipements et parvenons à détecter des anomalies dès leur

apparition permettant ainsi d’anticiper et d’éviter les pannes.

Afin de répondre aux besoins de nos clients nous proposons

depuis peu de nouvelles solutions vibratoires comme l’équilibrage

dynamique ou encore l’alignement laser ; d’autre part, nous poursuivons

notre développement sur la partie Grand Ouest de l’hexagone

avec comme objectif l’ouverture de nouvelles agences afin

de couvrir de nouvelles régions.

• et afin d’être présent sur plusieurs continents et proposer une

approche globale et Actemium signe des contrats de partenariats

avec les principaux fabricants de solutions et de matériel dits Smart.

Marie-Luce Picard et Bernard Fourdrinier : Teradata aide les

entreprises à atteindre des résultats opérationnels marquants.

Grâce à son portefeuille de solutions analytiques professionnelles,

de services de conseil en architecture et de technologies leader

en matière de big data et d’analyse, il permet aux grandes entreprises

de libérer tout leur potentiel en démocratisant l’accès aux

données pour la mettre au service de l’intelligence économique

des grandes entreprises dans le monde. Plus de 3 millions d’utilisateurs

dans le monde par jour exploitent les solutions Teradata.

Enfin, Teradata a plus de 10 000 employés dans le monde,

« Les enjeux de la maintenance prédictive sont

multiples ; tout d’abord il s’agit d’améliorer la

compétitivité des industriels en augmentant la fiabilité

et la disponibilité des équipements. » Tangi Le Hir

Guillaume Le Vézouët : Notre société a été créée en mai 2015. Notre

mission est de fournir un service de maintenance prédictive pour

les industriels. Nous les accompagnons dans la compréhension de

leur parc de machines, l’identification de modèles de bon comportement

et la notification de début de défaillances sur les machines.

Nous réalisons donc un bilan de santé des machines. Nous collectons

alors les données et nous leur appliquons les algorithmes prédictifs

pour identifier les signes avant-coureurs de pannes.

L’année dernière, nous avons reçu 2 prix notables comme IoT

Awards lors du salon IoT à la Porte de Versailles et le prix Made

In 92 destiné aux jeunes entreprises de moins de 5 ans.

Aleksandar Maksimovic : Actemium, la marque de Vinci Énergies

dédiée aux process industriels, déploie son savoir-faire en

conduite des procédés, génie électrique, mécanique et thermique

pour concevoir, réaliser et maintenir des systèmes industriels :

• CONCEVOIR : Conception de process et services d’ingénierie

• RÉALISER : Gestion de projet - Conception et fourniture -

Mise en œuvre sur le site

• MAINTENIR : Depuis les activités d’ingénierie jusqu’à la

maintenance opérationnelle sur site et/ou dans nos ateliers

Actemium déploie son programme Smart Industry en tant qu’acteur

de l’industrie du futur au travers :

• De conférences aux salons Smart Industrie, VIVA Technologie,

ADIPEC

• De projets dans le cadre d’incubateurs FactoryLab, TOTAL 4.0,

LA FORGE

• D’écosystèmes dans le cadre des programmes Alliance Industrie

du Futur, WE Network

• Actemium continue ses croissances externes :

afin de maitriser des technicités essentielles à l’industrie du futur en

robotique, en sécurité des réseaux informatiques, en développement

logiciel

© DR

28 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

DOSSIER

un chiffre d’affaire 2017 de plus de 2.1 milliards de dollars et un

siège aux Etats-Unis.

M & E : QUELS SONT LES ENJEUX DE LA MAINTENANCE

PRÉDICTIVE ?

T.L.H : Les enjeux de la maintenance prédictive sont multiples ;

tout d’abord il s’agit d’améliorer la compétitivité des industriels

en augmentant la fiabilité et la disponibilité des équipements.

L’amélioration de la compétitivité passe par la disparition de la

très coûteuse maintenance corrective en planifiant les interventions

et en organisant les arrêts de production. La réduction des

coûts de la maintenance préventive est aussi un levier important

; en effet, la maintenance prédictive permet de prévoir au

mieux le moment du changement des pièces seulement quand

cela est réellement nécessaire, ni trop tôt (maintenance préventive)

ni trop tard (maintenance corrective).

J.B.L. :

-Anticiper tout dysfonctionnement pouvant impacter la sécurité

des hommes, l’environnement et la sûreté des installations.

- Assurer une disponibilité maximale des installations.

- Accroitre la performance et les rendements des moyens de production.

- Détecter précocement les dérives ayant des conséquences sur

la qualité.

- Déceler les pertes énergétiques.

- Rationaliser et optimiser les dépenses matérielles de maintenance.

G.L.V : La maintenance est un levier de productivité pour les

industriels. La première question posée aux industriels est sur le

coût de votre maintenance. La plupart des industriels ne savent

pas répondre à cette question. Donc on leur demande le coût de

la maintenance sur les machines et les temps d’arrêt long et les

pertes de productivité. On se concentre alors sur ces machines.

Les industriels sont spécialisés dans leurs métiers. Quand on

parle d’industrie 4.0, nouvelles technologies, IoT et Big Data,

ils ne connaissent pas bien ces domaines. Notre rôle est de les

accompagner dans cette transition et de devenir partenaire pour

les sensibiliser sur les nouvelles technologies. Les grands groupes

disposent de Business Unit dédiés à ces secteurs mais les TPE

et les PME spécialisés dans leurs domaines n’ont pas le temps et

l’argent pour s’y concentrer aux usages de ces nouvelles technologies.

Or ils devraient les premiers concernés car quand on parle

de performance, cela impacte tout de suite.

A.M. : Les enjeux de la maintenance prédictive restent ceux de

la maintenance en général :

- Réduction des coûts de possession des installations ;

- Augmentation de la productivité ;

- Amélioration de la fiabilité des installations.

Mais, la maintenance prédictive permet de gérer ces enjeux avec

plus d’anticipation. Cette anticipation autorise une meilleure

structuration des opérations de maintenance et aussi celles de

fabrication. Il est ainsi possible de stabiliser le fonctionnement

des lignes de production et éviter les surcoûts liés aux crises techniques

et opérationnelles.

M.L.P et B.F : Comprendre et anticiper le comportement des

équipements du secteur de l’industrie manufacturière et de

l’énergie, afin d’éviter les arrêts non planifiés et les conséquences

directes et indirectes qui impactent les opérations et/ou la production.

M & E : QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE LA MAINTENANCE

PRÉDICTIVE ?

T.L.H : Notre principal objectif est l’amélioration de la compétitivité

de nos clients. En effet, l’implantation d’une démarche

de maintenance prédictive efficace et adaptée à leur activité leur

permet d’obtenir une disponibilité maximale des installations

et d’éviter les pannes. Cette démarche réduit considérablement

leurs coûts de maintenance traditionnelle mais aussi leur facture

énergétique.

Une équipe de Predict

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I29


DOSSIER LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

d’être alerté des phénomènes qui conduisent à des fonctionnements

erratiques afin d’éviter des impacts sur la sécurité, mais

aussi de pouvoir réaliser des économies d’échelle (Total Cost of

Ownership) pour l’exploitation de ces équipements.

Passer d’une maintenance corrective (on répare quand cela casse)

ou préventive (on fait une maintenance à pas réguliers, ou compte

tenu du temps de fonctionnement d’un équipement) à une maintenance

prédictive, qui, en fait, permet une optimisation du fonctionnement

et des coûts.

© DR

Un professionnel de la maintenance préventive d’Actemium.

J.B.L. :

- Eradiquer 70% des pannes.

- Diminuer de 50% l’indisponibilité.

- Augmenter de 30% la production au sein de la marge de progression

possible.

- Diminuer de 30% les coûts de maintenance.

- Décaler de 30% les périodicités de maintenance.

- Diviser par 3 le prix de la mise en œuvre de la maintenance

prédictive.

G.L.V : Leurs buts : la performance et la productivité. La maintenance

prédictive est juste un cas d’usage des nouvelles technologies

et des nouvelles exploitations des données.

A.M. : Nos objectifs concernant la maintenance prédictive sont :

- De faire prendre conscience que le prédictif n’est pas qu’un mot

à la mode évoquant une technique disruptive mais un niveau de

service de maintenance qui a toujours existé, qui est utilisé dans

certaines industries et qui est un niveau de service fondamental

de la maintenance pour atteindre les enjeux précités,

- De mettre en corrélation les techniques prédictives avec le

niveau d’analyse et de management des équipes de maintenance,

- Et de faire découvrir et utiliser à l’ensemble de l’industrie les

techniques prédictives issus du traitement massif de données

qui s’offre à nous grâce aux dernières évolutions technologiques

de l’informatique, des télécommunications et de l’électronique.

M.L.P et B.F : Cartographier le comportement, trouver des

signaux faibles (sur les équipements par exemple des dérives de

fonctionnement, des comportements anormaux …) et prolonger

la durée de vie des machines tout en permettant à l’exploitant

« Les innovations concernent les algorithmes de

Machine Learning et le Deep Learning et l’émergence

de l’Intelligence Artificielle. »

Marie- Luce Picard et Bernard Fourdrinier

M & E : QUELLES SONT LES INNOVATIONS DANS LA MAIN-

TENANCE PRÉDICTIVE ?

T.L.H : Les principales innovations en matière de maintenance

prédictive proviennent des différents capteurs proposés par les

fabricants qui seront de plus en plus connectés. En effet, l’arrivée

du Big Data dans l’industrie 4.0 nécessite d’acquérir un maximum

de données pour permettre une gestion optimale des algorithmes

prédictifs.

J.B.L. :

- Prédiction multi-modèles.

- Utilisation de jumeaux numériques en temps-réel pour accroitre

les capacités de surveillance.

- Exploitation des objets connectés industriels pour accéder à des

mesures jusqu’alors difficiles voire impossibles.

G.L.V : En gros, il n’y a pas 2 machines qui marchent de la même

façon. Il faut être capable de capter et de transporter une information

et d’apprendre des données qui ont été collectées. Du temps

doit donc être consacré à la partie algorithmique et à l’identification

de modèles, pour bien comprendre le fonctionnement

nominal, identifier les seuils d’alerte...

Ce n’est pas la veille que les machines auront les protocoles d’information.

Quand on parle de la maintenance, il s’agit de la partie

curative. Concernant la maintenance préventive, elle est systématique

mais elle n’est pas toujours efficace. Par exemple, une

pièce détachée utilisée à 30 % de ses capacités peut être changée.

En fait, l’idée consiste à identifier les signes avant-coureurs

des pannes et d’intervenir avant que la machine soit défaillante.

La maintenance est alors prédictive. La prochaine étape est la

maintenance prescriptive. Quand les comportements et les différents

modes de défaillance des machines seront bien connus, la

machine pourra se diagnostiquer directement.

Dans certains secteurs comme les moteurs d’avion et des ascensoristes,

beaucoup d’argent ont été investis. Quand il s’agit des

machines industrielles et d’outils de production, il reste encore

une bonne marge de progression. Tout ce qui est plus de 2

millions d’euros, les industriels ont déjà investis dessus car une

panne coûte trop chère.

La deuxième étape : sur le parc de machines, nous regardons ce

qui est faisable pour démontrer la valeur et faire une matrice avec

différents niveaux de difficultés. Puis nous nous concentrons sur

30 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

DOSSIER

J.L.B :

- La proposition d’une solution adaptée aux besoins techniques

et financièrement acceptable.

- La vérification à très court terme de la performance de la maintenance

prédictive au travers de prédictions réussites avec succès.

- La mise en place d’une organisation supportant cette stratégie

de maintenance.

- Le déploiement à très grande échelle multi-sites.

© DR

Ecoute et enregistrement de spectres ultrasonores lors

d’une inspection Multi-techniques de MPS.

le facile pour démontrer la valeur. Après, nous demandons si la

machine génère de l’information. Si elle en produit, il faut savoir si

ces données peuvent être récupérées et stockées dans nos serveurs

afin d’identifier les modes de comportement. Ensuite, nous leur

appliquons des algorithmes prédictifs. Si la machine ne génère

pas d’information, nous travaillons alors avec un écosystème de

start-ups, nous allons identifier les paramètres pertinents et intégrer

des capteurs pour faire des remontées de température, de

signature acoustique et de consommation énergétique…

A.M. : Les innovations dans la maintenance prédictive sont liées

aux données et, plus précisément, à la possibilité de traiter massivement

les données techniques d’une installation de production.

Aujourd’hui, le niveau des coûts permettant de créer, de stocker

et de traiter les données autorise des techniques telles que : l’internet

industriel des objets, l’exploration et l’analyse massive des

données et l’analyse et la modélisation statistique.

L’innovation réside dans le fait que ces techniques sont accessibles

et non que ce sont des nouvelles techniques car ces techniques

existent depuis plusieurs dizaines d’années.

M.L.P et B.F : Les innovations concernent les algorithmes de

Machine Learning et le Deep Learning et l’émergence de l’Intelligence

Artificielle. De plus, les capteurs disponibles à large échelle

produisent de grandes quantités d’informations qui sont utilisées

par ces algorithmes pour donner une probabilité de panne.

M & E : QUELLES SONT LES ÉTAPES CLÉS DE LA MAINTE-

NANCE PRÉDICTIVE ?

T.L.H : Afin d’exploiter au maximum les avantages de la maintenance

prédictive il est important de définir les machines à contrôler

en fonction de leur criticité dans le process, les paramètres à

contrôler (températures, niveaux de vibrations, intensité ultrasonore,

etc…) ainsi que des seuils d’alerte. Il s’agit donc de mettre

en place une surveillance intelligente périodique de plusieurs

paramètres (technologies de surveillances complémentaires)

afin d’avoir à la fois une vision globale et précise de l’état réel des

équipements. Plus on récupère de paramètres plus le diagnostic

et le suivi sera fiable.

« L’anticipation des opérations de maintenance permet

une meilleure coordination avec les opérations de

fabrication mais aussi toutes les équipes agissant sur

le procédé. » Aleksandar Maksimovic

G.L.V : Selon Gartner, en 2017, la maintenance prédictive permet

de réduire de 20 % les coûts de la maintenance préventive et de

70 % le nombre de pannes.

A.M. : Les étapes clés de la maintenance prédictive sont :

- D’expliquer les techniques prédictives mentionnées ci-dessus

aux équipes opérationnelles et leurs impacts sur le management

au quotidien et sur les méthodologies d’analyse à utiliser ;

- De définir avec les équipes opérationnelles des projets d’amélioration

et, notamment, les marges de progrès auxquelles conduiraient

ces techniques prédictives et le niveau de service de

maintenance prédictive ;

- De penser à préparer les équipes opérationnelles aux changements

induits par l’utilisation de ces techniques prédictives soit

en les formant soit en les accompagnant avant de commencer ;

- De commencer avec des projets simples pour améliorer progressivement

la maturité et la maitrise de l’ensemble des acteurs de

ces techniques prédictives ;

- De valider à chaque étape la profitabilité des techniques mise

en œuvre pour continuer la démarche sur des projets toujours

plus ambitieux.

M.L.P et B.F : Les étapes indispensables permettent de maîtriser

la mise en place d’une stratégie efficace : disposer de données

suffisamment étendues fonctionnellement et dans le temps (de

la machine, de son environnement, de la GMAO…), une phase

d’exploration pour comprendre le fonctionnement et éventuellement

l’ajout de capteurs non intrusifs permettant de renseigner

les variables manquantes et enfin de déterminer les facteurs

d’explications pour mettre en place le programme de maintenance

prédictive.

M&E : QUELS SONT LES BÉNÉFICES DE LA MAINTENANCE

PRÉDICTIVE ?

T.L.H : Les bénéfices de la maintenance prédictive résident principalement

dans la réduction des coûts de maintenance traditionnelle

(corrective et préventive), dans le fait d’éviter des pannes

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I31


DOSSIER LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

© DR

CYM IoT se déplace dans l’usine.

très coûteuses et dans la diminution de la facture énergétique.

En effet, les techniques de maintenance prédictive permettent

d’agir en avance sur les anomalies et donc d’éviter les gaspillages

énergétiques comme par exemple : surconsommations d’équipements

électriques, fuites d’air comprimé ou autres gaz très

coûteux et polluants.

D’autre part, les inspections de maintenance prédictive se font

sur des machines en fonctionnement ce qui permet d’éliminer les

arrêts pour effectuer la traditionnelle maintenance préventive.

J.L.B :

- Un retour sur investissements de 10.

- Des premiers gains significatifs en moins de 3 mois.

- Une rentabilisation en moins d’1 an.

A.M. : Les bénéfices de la maintenance prédictive sont :

– l’anticipation des opérations de maintenance permet une meilleure

coordination avec les opérations de fabrication mais aussi

toutes les équipes agissant sur le procédé (laboratoire, qualité,

ressources humaines, …) ;

– la réduction du volume d’heures du plan de maintenance : les

inspections préventives systématiques se voient réduites et les

coûts associés aussi. Le plan de maintenance est entièrement

repensé à chaque nouvelle avancée sur le prédictif ainsi que l’organisation

de la maintenance et des autres services.

– une collaboration des équipes opérationnelles inhérente à la

complexité de l’analyse prédictive : elle est aussi une des clés

du succès de la maintenance prédictive. C’est un changement

profond de méthodes de gestion du procédé et du management

des personnes. L’approche collaborative est en phase avec les aspirations

profondes des gens travaillant dans l’industrie d’être perçus

comme des maillons essentiels de la chaine de création de valeur.

M.L.P et B.F : Taux de disponibilité amélioré, protection des

travailleurs augmentée, prolongement de la durée de vie et

maîtrise des budgets d’investissement, optimisation des plans

de maintenance.

M & E : QUELS SONT LES FREINS ET LES POINTS DE VIGI-

LANCE DANS L’UTILISATION DES SOLUTIONS DE MAINTE-

NANCE PRÉDICTIVE ?

J.L.B : Concernant les freins, il faut penser qu’il faut forcément

connecter de nouveaux capteurs, des milliards de données pour

avoir des résultats, attendre des mois et des mois pour avoir un

bon modèle de prédiction, que la cybersécurité va empêcher tout

accès aux données et que la maintenance prédictive va remplacer

les experts, que la maintenance prédictive va masquer les

compétences, les savoir-faire et la technicité des mainteneurs.

Pour les points de vigilance : la maintenance prédictive n’est pas

qu’une technologie, c’est avant tout une stratégie de maintenance

qui doit être supportée par une organisation adéquate et différente

d’une stratégie de maintenance systématique. Elle est un métier

technique alliant de la mécanique, de la thermodynamique, de

l’électrotechnique, de la chimie, de l’électricité… il n’y a pas de

modèle de prédiction réelle sans compréhension de la physique

des systèmes. En outre, il ne faut pas confondre monitoring et

prédiction. Par ailleurs, le conditionnement et la contextualisation

des données est la clé de voute dans l’élaboration des indicateurs

de prédiction. Enfin, l’apprentissage machine doit être

guidé par des experts techniques du métier.

T.L.H : Les principaux freins sont le coût d’investissement des

capteurs fixes (Multi-paramètres). Le traitement et l’interprétation

des données sont également assez complexes en fonction du

type d’application. On peut aussi citer la difficulté à impliquer les

équipes de maintenance dans un projet d’implantation de maintenance

prédictive, il faut impliquer le personnel dès le début du

projet pour qu’il soit réussi.

L’intérêt de faire appel à des sociétés spécialisées en maintenance

prédictive Multi-techniques est d’une part qu’elles possèdent leurs

propres outils de mesures nomades souvent plus performant que

les capteurs fixes et d’autre part qu’elles possèdent le personnel

qualifié et certifié à l’établissement de diagnostics plus précis.

G.L.V : Il faut trouver des clients qui veulent franchir le pas de

la maintenance prédictive et qui ne sont pas là que pour tester

cette nouvelle technologie et laisser végéter le sujet. En revanche,

beaucoup d’industriels à l’étranger avancent à toute vitesse. Ils

ont été financés avec des investissements importants. Nous

notons que les français sont encore frileux pour franchir le cap.

Ils comprennent l’enjeu de la maintenance prédictive mais ils

ne le considèrent pas comme leur priorité alors que cela apporterait

un avantage compétitif. Au moment où on parle de réindustrialisation,

de compétences et de savoir-faire, je pense que

ce serait de bon augure que les industriels s’investissent un peu

plus dans ce domaine.

A.M. : Les freins et les points de vigilance sont :

– la méconnaissance de la gestion d’un projet de maintenance

prédictive version traitement massif de données. La Science de

la Données est une discipline à part entière et ne fait pas parti

des attributions des personnes qui gèrent la maintenance ou la

production.

– une mauvaise appréciation de la disponibilité des données

et des investissements à faire pour être capable de traiter ses

32 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

DOSSIER

données (IoT Ready) ;

– le manque d’amélioration continue des modèles. Après la mise

en œuvre d’un projet sur le prédictif, ce sont des projets sur le

long terme car les procédés évoluent continument et les modèles

doivent aussi évoluer.

M.L.P et B.F : Disposer des données, en particulier d’un historique

suffisant (car les algorithmes se basent sur le passé, pour

prédire l’avenir), programme de maintenance non documenté ou

inexistants, trop d’attente sur des effets magiques…

M & E : QUELLES NOUVELLES SOLUTIONS OU DERNIÈRES

VERSIONS DE MAINTENANCE PRÉDICTIVE PROPOSEZ-VOUS ?

T.L.H : Nous sommes novateurs sur les inspections de maintenance

prédictive Multi-techniques. En effet, nos inspections

Multi-techniques (inspections mécaniques par détection ultrasonore

+ analyse vibratoire + contrôle de roulements par mesure

d’ondes de choc + thermographie infrarouge) permettent des

analyses précises et complémentaires de l’état réel des machines.

J.L.B : La maintenance proactive, c’est-à-dire celle qui dresse un

bilan de santé en temps-réel, diagnostique les causes racines des

dégradations, pronostique la durée de vie résiduelle, capitalise

les situations et met à jour continuellement le retour d’expérience

pour l’amélioration continue de la fiabilité.

G.L.V : Nous avons développé la plateforme : la Maintenance

Factory. Les données arrivent sur cette plateforme et sont traitées.

Après, des algorithmes prédictifs que nous avons développés, leur

sont appliqués. Comme chez certains industriels, des machines

ne généraient pas de data, nous avons élargi l’offre en proposant

de se déplacer dans l’usine, de comprendre leurs machines

et de préconiser des capteurs afin que les données arrivent sur

notre plateforme. Nous pouvons, en effet, intégrer des capteurs.

De plus, nous disposons des consultants qui sont des experts en

performance industrielle. Ils comprennent les problèmes des

clients. Après, ils en parlent aux data scientists qui les mettent

en équation.

A.M. : Les deux nouvelles approches de maintenance prédictive

sont :

- la modélisation statistique afin de prédire les évolutions du

procédé ;

- l’exploration des données afin d’isoler des zones de fonctionnement

optimales.

L’analyse des données issue de ces approches conduit souvent à

la mise en œuvre de données supplémentaires et donc à l’utilisation

de l’internet industriel des objets.

Il n’existe pas de solution toute faite. Les solutions sont à composer

procédé par procédé. Elles sont dédiées.

M.L.P et B.F : Une méthodologie agile, des équipes multidisciplinaires

(Business + Data Science), la maîtrise des technologies

de machine learning et d’intelligence artificielle, notre expérience

basée sur la capitalisation de nombreux use cases et références,

cross-industries. Une offre évolutive capable d’évoluer sur site

et sur des cloud hybrides permettant à l’entreprise de tester sans

risque et à faible coût avant d’industrialiser.

Multimètres numériques TRMS

jusqu’à 100 000 points

e TRMS jusqu’à 100 000 points

e Affichage graphique des tendances & multi-paramètres

e Bande passante 200 kHz

e Précision de base 0,02 %

e Enregistrement de 10 séquences de mesure

et jusqu’à 7 000 valeurs en mémoire

e Multiples outils d’analyse : surveillance horodatée

MIN/MAX/AVG et PEAK

IP

67

600 V CAT IV

1000 V CAT III

Chauvin Arnoux

Tél : 01 44 85 44 85

info@chauvin-arnoux.com

www.chauvin-arnoux.com

PUB_ASYC_V2.indd 1 27/04/2017 18:00:35

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I33


DOSSIER LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

M & E : QUELS SONT LES ATOUTS DE VOS SOLUTIONS PAR

RAPPORT À VOS CONCURRENTS ?

T.L.H : Nos techniques de maintenance prédictive ne nécessitent

ni investissement ni la mise en place de capteurs ou outils

de collecte de données.

Grâce aux inspections Multi-techniques, nous permettons à nos

clients d’avoir une vue très précise de l’état de leurs machines et

ce avec un seul et même prestataire indépendant (nous n’intervenons

pas dans la vente de pièces détachées ou dans la réparation

de machines).

G.L.V : Il faut savoir traduire les informations connectées, identifier

les fréquences pour pouvoir appliquer les algorithmes et les

rendre exploitable. Cela fait notre force. De plus, nous savons

parler avec les personnes sur les lignes et les responsables techniques

qui sont du côté métier et nous connaissons leurs problématiques.

C’est, en effet, par le métier que les besoins sont

identifiés.

J.L.B :

- Mise sur le marché en 2006, KASEM est la seule solution sur

le marché qui intègre :

- 50 algorithmes industrialisés, robustes et éprouvés à pleine

échelle couvrant l’ensemble de la chaîne de traitement de l’information,

- un workflow de résolution et d’aide à la décision dédiée à la

maintenance prédictive,

- des graphes causaux dynamiques pour le diagnostic de dérive

de comportement,

- des capacités de comparaison automatique pour un parc d’équipements,

« L’augmentation de la disponibilité accroît la quantité

produite sur une même période donc la productivité. »

Jean-Baptiste Léger

M.L.P et B.F : Notre approche a 3 atouts majeurs :

« Le client se fie à tous les cas d’usage que notre

société a dans toutes les types d’industrie.»

Guillaume Le Vézouët

- Elle est basée sur l’expression des besoins métiers et des bénéfices

attendus. L’exploitation des données sera donc tournée sur l’obtention

des réponses à ces questions et à la maximisation du ROI ;

- Elle est agile, et permet des gains rapides : notre méthodologie

Teradata RACE (Rapid Analytics Customer Engagement) repose

sur la mise en place d’une équipe pluridisciplinaire Teradata /

Client et sur le traitement d’une ou deux réalisations précises en

quelques semaines (8-10 semaines) ;

- Elle est tournée vers l’opérationnalisation et l’industrialisation :

les entreprises multiplient souvent les POCs 1 et les expérimentations

sans parvenir à opérationnaliser leur démarche. Notre

approche Teradata AnalyticsOps simplifie la gestion et le déploiement

des modèles et leur fonctionnement dans un environnement

opérationnel avec des garanties de résultats et de performances ;

- La création, au sein de Teradata Labs, d’une unité internationale

IoT Analytics, (implantée aux États-Unis, au Royaume-Uni

et en Inde) consacrée au développement d’innovations vise à tirer

le maximum de l’analyse des objets (AdO). On parle chez Teradata

non pas d’IoT (pour Internet of Thinks) mais d’AoT pour

(Analytics of Things).

M & E : EN QUOI LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE CONTRIBUE-

T-ELLE AU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET PRÉSENTE

1 La programmation orientée composant (POC) consiste à utiliser une

approche modulaire de l’architecture d’un projet informatique. Il permet

de garantir au logiciel une meilleure lisibilité et une meilleure maintenance.

- 5 techniques de pronostic complémentaires,

- une base de connaissances structurées encapsulant à la fois la

modélisation système et les analyses dysfonctionnelles (AMDEC,

HAZOP, AdD, ACR),

-une mise à jour des statistiques de fiabilité opérationnelle tant

locales que globales,

- une capitalisation de chaque situation alimentant automatiquement

le retour d’expériences.

A.M. : Elles sont dédiées aux procédés et évolutives. Ce ne sont

pas des solutions généralistes et/ou génériques. Elles sont créées

par Actemium qui maitrise tant la gestion des procédés que le

développement informatique. Il n’y a pas dilution des fonctions

et des responsabilités. Elles sont ouvertes et appartiennent au

client final. Autrement dit, ce ne sont pas des « boites noires ».

34 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

DOSSIER

UN AVANTAGE CONCURRENTIEL AU CLIENT INDUSTRIEL ?

T.L.H : En diminuant le nombre de pannes et les arrêts de production

non programmés ou intempestifs, vous améliorez la fiabilité

des équipements, la qualité des processus, la sécurité du personnel

; donc en résumé la compétitivité.

J.L.B :

- L’augmentation de la disponibilité accroît la quantité produite

sur une même période donc la productivité.

- La diminution des casses et des coûts de maintenance accroît

la rentabilité.

- La maîtrise des dérives garantit l’absence de rebut et donc la

constance de la qualité.

- La détection précoce des pertes énergétiques diminue les

surconsommations donc diminue la facture énergétique et

augmente l’efficacité.

G.L.V : Les clients sont intéressés par la performance et la productivité.

Si du stock sert à rien et des casses de machines auraient

pu être évitées, leurs attentions sont captées. La maintenance

prédictive leur apportera une meilleure efficacité, une meilleure

performance et une meilleure productivité. Comme le fabricant

de machines sait quand la machine tombera en panne, il pourra

dépêcher un technicien de maintenance avant la panne de la

machine et peut vendre de la disponibilité.

A.M. : La maintenance prédictive n’est qu’un niveau de service

et il faut évaluer si ce niveau de maintenance est profitable. La

question centrale est donc celle de la rentabilité de l’accroissement

de la productivité.

Autrement dit, combien me rapporte l’augmentation d’1% de

productivité ? Et, combien je dois investir pour augmenter d’1%

cette productivité ? Les équipes opérationnelles savent généralement

répondre à la première question et Actemium à la seconde.

Il est tout à fait concevable que certaines industries n’aillent jamais

au niveau de maintenance prédictive par manque de profitabilité.

Par contre, n’oublions jamais que les coûts de ces techniques

évoluent à la baisse continument.

M.L.P et B.F : La maintenance prédictive améliore le Taux de

Rendement Global (OEE en anglais pour Overall Equipment

Effectiveness), réduit les coûts de production et permet de maitriser

les budgets d’investissements. Elle fait évoluer le modèle des

industriels qui ne vendent plus des trains mais du temps de

disponibilité de train comme Siemens avec Teradata. L’approche

prédictive, les solutions de Data Analytics, le Cloud Hybride et

L’Intelligence Artificielle vont projeter l’industrie du XX e siècle

vers l’industrie 4.0 et l’industrie du futur. Ce sera un challenge

primordial en Europe qui engage des investissements dans ce

sens mais aussi la France va être un terrain d’expérimentation

en forte progression.

M & E : QUELS SONT LES CRITÈRES D’ACQUISITION DES SOLU-

TIONS DE MAINTENANCE PRÉDICTIVE ?

J.L.B. :

- La disponibilité de la solution prête à être installée.

- L’objectif, le délai de mise en place et les premiers résultats

attendus.

- La phase courante du projet : projet neuf, installation récente,

installation ancienne, rénovation.

- Les types d’équipement et les phénomènes associés : mécanique,

électrique, électronique…

- Les dégradations à anticiper.

- Les phénomènes transitoires à prendre en compte.

- L’instrumentation disponible.

- L’horizon de pronostic souhaité.

- L’historique des données disponible.

- La quantité et l’hétérogénéité du parc.

G.L.V : Le client se fie à tous les cas d’usage que notre société a

dans toutes les types d’industrie. Le client nous demande, d’abord,

les solutions qu’on préconise. Comme nous avons toute notre

méthodologie et notre expérience dans la maintenance prédictive,

nous allons droit au but. Donc nous les rassurons et nous

demandons en face des professionnels motivés qui sont prêts

à investir un peu de leur temps dès la première semaine s’ils

veulent avancer.

A.M. : Le critère principal est le retour sur investissement. Ce

critère a toujours guidé l’industrie. Il faut savoir le calculer et

s’engager sur les résultats.

L’adaptabilité de la solution au procédé industriel est aussi un

critère technique essentiel. Tous les procédés industriels sont

différents et spécifiques et, de ce fait, il est impossible d’arriver

avec une solution figée, un produit verrouillé ou une approche

unique.

L’évolutivité de la solution par les équipes opérationnelles est le critère

fonctionnel essentiel. Les équipes opérationnelles doivent s’approprier

la solution et la faire évoluer dans le cadre de ce que nous appelons

en industrie l’amélioration continue. Il faut donc avoir comme

objectif de développer des solutions configurables et évolutives.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I35


DOSSIER LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

M.L.P et B.F : Les solutions de maintenance prédictive doivent

permettre de prendre en compte l’ensemble des données disponibles

(environnement, fonctionnement, maintenance, patrimoniales

…) et de les traiter à l’échelle tout en simplifiant leur

opérationnalisation.

M & E : POUVEZ-VOUS INDIQUER UN EXEMPLE D’APPLICA-

TION DANS L’INDUSTRIE ? QUELLE ÉTAIT LA PROBLÉMA-

TIQUE ? QUELS ÉTAIENT LES RÉSULTATS ?

T.L.H : Un exemple d’application c’est celui du contrôle de

machines tournantes dans l’industrie agroalimentaire grâce aux

inspections multi-techniques. Le souhait de notre client était de

réduire ses dépenses de maintenance préventive systématique

mais aussi de diminuer son taux de panne. La problématique

était le suivi de plusieurs types de machines très différentes dont

des machines à très faible vitesse de rotation.

Nous avons donc mis en place des rondes de suivi incluant les

équipements à très faible vitesse de rotation notamment grâce

aux contrôles par détection ultrasonore couplés à des mesure

d’ondes de choc.

Ayant déjà eu recourt par le passé à uniquement de l’analyse vibratoire,

notre client a approuvé nos inspections multi-techniques

car la détection d’anomalies était plus précoce et plus précise.

Enfin, Capitaine Cook (29), Glatfelter (29), D’aucy (29), Entremont

(29), Massily (29), Eurovia (56), Suez (56) figurent parmi

nos clients.

J.L.B :

- 2006 : Détection 3 mois à l’avance d’une détérioration

précoce d’une vis sans fin de transport de minerai sur une

installation neuve.

- 2008 : Détérioration de paliers évitée 3 mois à l’avance sur des

pompes de circulation/régulation volumique.

- 2009 : Prévision 1 mois à l’avance d’un encrassement d’un échangeur

eau/air.

- 2011 : Prédiction 7 semaines à l’avance d’un défaut capteur sur

un train de laminage.

- 2012 : Anticipation d’encrassement prématuré d’un diesel de

propulsion 5 semaines à l’avance.

- 2015 : Évitement d’arrêt de diesel alternateur 1,5 mois à l’avance.

- 2017 : Anticipation 3 mois à l’avance d’une panne moteur d’une

broche d’une machine-outil dans la production automobile.

Enfin, Airbus, Naval Group, Orano (ex. Areva), Safran figurent

parmi nos clients.

G.L.V : Un client énergéticien dispose de 2 types de machines et

avait déjà identifié la maintenance comme un levier de productivité

et voulait une solution pour l’accompagner dans la fourniture

d’apprentissage de machines et la partie sur le comportement et les

modèles pour appliquer les algorithmes prédictifs. Ainsi, ils nous

ont présenté les machines et nous avons préconisé les capteurs.

Puis, nous avons remonté les informations pendant plusieurs

semaines. Dès qu’on remontait les informations en temps réel, le

client voyait le comportement de la machine en temps réel. Après,

quand nous avons stocké un nombre important de données, nous

avons pu appliquer des algorithmes prédictifs. Vu qu’ils assurent

la maintenance de leurs machines, quand ils la vendent à leurs

clients dans l’appel d’offre, ils intègrent cette notion de disponibilité

de machines avec cette notion de maintenance.

A.M. : 2 exemples :

1 – Fiabiliser la production d’essence d’une unité de reformage

catalytique de raffinerie

Problème : Éviter le colmatage du compresseur de recyclage d’hydrogène

de l’unité de reformage. 3 paramètres à surveiller pour

garantir le non colmatage et éviter le nettoyage du compresseur

(= 3 jours de production perdus)

2 – Améliorer la production de sucre d’une industrie agroalimentaire

Problème : Prévoir le moment optimal pour remplacer les

couteaux des hachoirs

-5% par an sur le coût des couteaux

-10% à -15% sur la consommation d’énergie

+ 2% sur le rendement en sucre

M.L.P et B.F : Premier exemple d’application : grâce à la maintenance

prédictive, Use Case Valmet a obtenu pour les machines

à papier équipée de centrale d’énergie autonome : 20% de durée

de vie supplémentaires des consommables pour leurs clients,

500K€ d’économies d’énergie par an et prévision de panne 2H

avant leur apparition.

En outre, Siemens grâce à une solution Teradata a permis à la

Renfe (compagnie de train espagnole) de s’engager sur un temps

de retard ne dépassant pas 15 mn pour les voyageurs (30 mn

réglementation européenne) entre Madrid et Barcelone. L’analyse

des données des capteurs (Internet of Things) et des données (100

Wagons produisent entre 100 et 200 milliards de données/an) ;

a permis de réduire à un seul voyage en retard de plus de 15 mn

sur 2300. ; une économie substantielle pour la compagnie grâce à

cette maintenance prédictive et un nouveau modèle économique

Dans un registre très différent, le constructeur Volvo s’appuie sur

Teradata dans le cadre de son objectif visant à faire en sorte que

pas un seul de ses clients ne décède dans l’un de ses véhicules.

Pour ce faire, toutes les Volvo sont truffées de technologies accumulant

des données qui participent à optimiser la fabrication de

voitures offrant toujours plus de sécurité. ●

Propos recueillis par Valérie Brenugat

36 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

DOSSIER

MARINE

COMPAS : collaboration entre Naval Group et Predict

Experte dans la conception et le développement

de solutions de Surveillance, Diagnostic,

Pronostic et de Maintenance à Distance des

Installations Industrielles, la société Predict est

un partenaire du groupe industriel français de

l’industrie navale de défense et des énergies

marines renouvelables, Naval Group dans

la maintenance prédictive. Jérémy Régnier,

Chef de Projet Maintenance Prédictive de

Naval Group présente cette coopération et

les défis de la maintenance prédictive dans

le naval militaire.

© DR

Jérémy Régnier,

Chef de Projet Maintenance Prédictive de

Naval Group.

MAINTENANCE & ENTREPRISE : QUELLES SONT LES ACTI-

VITÉS DE VOTRE GROUPE ?

Jérémy Régnier : Naval Group (Ex DCNS) est l’un des leaders

mondiaux dans le domaine naval militaire. Il conçoit, construit

et assure le Maintien en Condition Opérationnelle des sous-marins

et des navires de surface tant pour la marine nationale que

pour un nombre important de marines étrangères. Il fournit

également des services pour les chantiers et bases navals. Enfin,

le Groupe propose un large panel de solutions dans les énergies

marines renouvelables.

M&E : QUELLE EST VOTRE ACTUALITÉ ?

J.R. : Naval Group vient de créer le Centre Opérationnel de

Soutien Intégré Numérique (COSIN) à Toulon.

Pierre angulaire des nouvelles activités de services, le COSIN

symbolise le dynamisme et l’ambition de la vocation client de

Naval Group. Il s’articule autour de la notion de services agiles,

efficaces et adaptés au besoin des marines et des équipes internes.

Les missions sont diverses et variées : veiller à l’intégrité numérique

des navires, outillages et infrastructures, développer les

services cyber et digitalisation, identifier les besoins et mettre

en place de nouvelles solutions comme le diagnostic et l’aide à

distance, la maintenance intelligente et

la maintenance prédictive, au profit de la Marine nationale, des

clients internationaux et des différents services du groupe.

Pour la partie maintenance préventive, l’activité est très riche.

Nous avons en cours plusieurs dossiers dont les principaux sont :

- La refonte de notre outil COMPAS qui sera réembarqué sur le

Porte-Avions Charles de Gaulle au printemps 2018 ;

- Les déploiements sur les navires au neuvage 1 B2M 2 , FREMM 3 ,

BSAH 4 ;

- la création de nouvelles fonctions d’alerting, bilan de santé

approfondi des équipements ;

- des pré-études pour des clients étrangers ;

- sans oublier la préparation des Naval Innovation Day en mai

prochain, événement important pour promouvoir encore une

fois notre outil de prédiction.

Cette forte dynamique nous permet d’installer COMPAS sur la

quasi-totalité des navires de guerre français.

M&E : QUEL EST VOTRE PARCOURS ?

J.R. : De formation ingénieur Art & Métiers, j’ai commencé ma

carrière professionnelle chez Areva en pilotant un projet d’optimisation

des coûts de maintenance sur le site de La Hague. On

ne parlait pas encore d’i-maintenance mais les enjeux étaient déjà

forts. Il fallait réduire nos coûts de 20%.

J’ai poursuivi par du consulting au profit d’Aéroport De Paris dans

la mise en place de la politique de maintenance des infrastructures

des terminaux 2 E et 2F Roissy CdG.

1 État d’un navire à la fin de sa construction, à son entrée en service.

2 Bâtiments multi-missions.

3 Frégate multi-missions.

4 Bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I37


DOSSIER LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

© DR

Une partie de la flotte équipée de COMPAS.

Entré chez Naval Group à Cherbourg (ex DCNS) en 2005,

j’ai successivement assuré les fonctions de Responsable Achat

Programme du SNLE (sous-marins Nucléaire lanceur d’engin) Le

terrible, créé le pole obsolescence au sein de l’ingénierie Services,

piloté diverses offres majeures (MCO, Cyberdéfense) avant de

rejoindre récemment les équipes du COSIN à Toulon en tant que

Chef de projet « Maintenance Prédictive ».

M&E : QUELS SONT LES ENJEUX DE LA MAINTENANCE

PRÉDICTIVE ? QUELS SONT LES FREINS ET LES POINTS DE

VIGILANCE DANS L’UTILISATION DES SOLUTIONS DE MAIN-

TENANCE PRÉDICTIVE ?

J.R. : Les enjeux de la maintenance prédictive sont multiples.

Dans notre cœur de métier du Maintien en Condition Opérationnelle

du naval militaire, nous devons garantir un haut niveau

de disponibilité des installations tout en réduisant nos coûts de

maintenance afin de maintenir notre compétitivité face à une

concurrence accrue.

La connaissance du comportement réel des équipements à travers

notre outil « COMPAS » (Collaborative Maintenance Proactive

solutions) nous permet à la fois d’être plus réactif dans le

diagnostic et la résolution des avaries mais également de développer

des modèles intelligents pour prédire des anomalies de

fonctionnement.

C’est l’écoute et la coopération étroite entre les différents équipages

qui nous permettent de créer des algorithmes et indicateurs

pertinents dans l’unique but de les aider à la conduite des

installations en cas de détections d’anomalies.

Et d’un point de vue contractuel, de proposer au client de décaler

certaines échéances de visite préventive lorsque tous les

paramètres sont au nominal. C’est du gagnant-gagnant ! La maintenance

au juste coût et au bon moment.

M&E : EN QUOI LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE CONTRIBUE-

T-ELLE AU DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET PRÉSENTE UN

AVANTAGE CONCURRENTIEL À L’INDUSTRIEL ?

J.R. : Le nerf de la guerre est bien économique. Il faut constamment

trouver des axes d’améliorations à la fois pour réduire nos

coûts de maintenance et être encore plus compétitif, mais également

pour

garantir un

de disponibi-

que nous

haut niveau

lité des navires

entretenons.

« La maintenance au

juste coût et au bon

moment. »

Passer d’une

maintenance

planifiée à

une maintenance

prédic-

tive nécessite

une grande flexibilité et réactivité à tout niveau (supply chain,

achats, équipe d’interventions…). Cela passera par une transformation

globale de notre organisation industrielle.

M&E : QUELS SONT VOS CRITÈRES DE CHOIX DES SERVICES

DE MAINTENANCE PRÉDICTIVE ? POURQUOI AVEZ-VOUS

OPTÉ POUR PREDICT ?

J.R. : DCNS recherchait un partenaire solide et performant dès

la fin des années 2000 pour accroître son développement dans

le diagnostic de pannes. On voulait réduire le temps d’indisponibilité

des installations. Après quelques années de recherche et

développement, nait notre outil COMPAS, développé en collaboration

à la société PREDICT.

38 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


LES NOUVELLES TECHNIQUES DE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE

DOSSIER

Aujourd’hui, la quasi-totalité des bâtiments de la marine nationale

est équipée de COMPAS.

Nous ne gérons pas seulement un navire mais une flotte. C’est

un avantage conséquent vis à vis de nos concurrents. La capitalisation

du retour d’expérience sur le fonctionnement des équipements

n’a pas de prix.

Predict est un partenaire important depuis une dizaine d’années

et nous avons en commun de nombreux projets que ce soit

pour développer de nouvelles fonctions de notre outil COMPAS,

étendre le déploiement à bord des futurs navires de la marine

française mais également à l’international.

peut intervenir dans la majeure partie des cas plusieurs heures

avant la casse du matériel.

Nous manipulons et exploitons tous les jours des millions de

données à travers une gestion de flotte qui ne cesse de croître.

La majorité des navires de la marine nationale est équipée de

COMPAS et étendons notre service à l’export.

Propos recueillis par

Valérie Brenugat

M&E : POUVEZ-VOUS INDIQUER UN EXEMPLE D’APPLICA-

TION ? QUELLE ÉTAIT LA PROBLÉMATIQUE ? QUELS ÉTAIENT

LES RÉSULTATS ?

J.R. : COMPAS est très utilisé par les marins. Les 1ers diagnostiques

se font directement à bord en visualisant sur les différents

IHM (interface homme machine) le comportement des

équipements. Notre outil permet de rejouer des événements

sur plusieurs mois, ce qui nous permet en continu d’affiner nos

modèles de prédiction.

Nous développons actuellement des algorithmes intelligents

générant des alertes dites COMPAS bien avant la détection par

les alarmes du contrôle commande. Les 1ers résultats sont très

prometteurs. Les travaux d’alerting mettent en évidence qu’on

© DR

Un exemple de Dashboard

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I39


PRENEZ DATE !

Le répertoire des fournisseurs de

maintenance régional sortira en

novembre 2018 !

C’est une opportunité unique

de présenter vos solutions de

maintenance en Région.

Pour réserver

dès maintenant CONTACTEZ

votre emplacement

Patrick Barlier

01 84 19 39 42

p.barlier@mrj-corp.fr

En partenariat avecles revues Maintenance & entreprise – Production maintenance et avec le site www.maintenancandco.com

Presse

Une publication du groupe MRJ Presse

22 boulevard Gambetta 92130 Issy-les-moulineaux.


CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

PRATIQUE

PRESTATION

ENGIE et TSI Production :

des offreurs de solutions

ENDEL ENGIE est le leader français de la

maintenance industrielle et des services

associés. Quant à TSI Production, il propose

des prestations dans la maintenance

industrielle, soudure, chaudronnerie,

mécanique, parachèvement, tuyauterie.

Rabah Achemaoui, Directeur des Contrats

de Maintenance d’ENDEL ENGIE et David

Guerchon, co-dirigeant de TSI Production

échangent sur leurs pratiques de la

chaudronnerie et la tuyauterie. Interview

croisé

Rabah Achemaoui,

Directeur des Contrats de Maintenance

d’Endel Engie.

David Guerchon,

Co-dirigeant de TSI Production.

MAINTENANCE & ENTREPRISE :

QUELLES SONT VOS ACTIVITÉS ?

Rabah Achemaoui : ENDEL ENGIE est leader français de l’intégration

de prestations industrielles autour d’un cœur de métier

de spécialistes du métal, pour des environnements imposant

sûreté, sécurité et qualité.

L’entreprise opère sur trois grands domaines : construction,

maintenance et démantèlement. Elle intervient majoritairement

dans le secteur énergétique : nucléaire, thermique, hydroélectricité

et éolien. Elle est aussi un acteur de référence en sidérurgie,

chimie, agroalimentaire et pharmacie.

ENDEL ENGIE, partenaire des industriels, améliore la performance

des installations de production de ses clients et leur

efficacité énergétique, tout en optimisant leur équation économique,

grâce à des solutions innovantes et des engagements de

résultats sécurisés.

ENDEL ENGIE opère dans des environnements particulièrement

exigeants, avec des impératifs constants de qualité, de

sûreté et de sécurité.

Les équipes d’ENDEL ENGIE maîtrisent un ensemble complet

de compétences industrielles telles que le pilotage de projets

complexes, l’ingénierie, la réalisation et la logistique. Elles

disposent également de nombreuses compétences spécifiques

comme la tuyauterie, le soudage, la chaudronnerie, l’électromécanique,

les automatismes, la radioprotection ou le contrôle

non destructif.

ENDEL ENGIE fait partie de la Business Unit France BtoB du

groupe ENGIE et compte 6.000 collaborateurs dont les activités

auprès de 2 500 clients représentent près de 700 millions d’euros

d’activités. ENDEL ENGIE dispose de plus de 140 implantations

en France.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I41


PRATIQUE

CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

David Guerchon : Depuis 1988, TSI Production est spécialisée

dans la maintenance industrielle –chaudronnerie, électromécanique,

mécanique, mécano soudure, serrurerie, soudure, tuyauterie-.

Avec une organisation transversale dédiée et une équipe

de plus de 80 techniciens spécialisés,

TSI Production dispose de

la structure et de la force d’une

grande entreprise. Les prestations

de haute qualité et dans le respect

des délais fixés couvrent la prise

en charge de projets industriels

clés en main (études, réalisation,

montage), les travaux neufs,

la mise en conformité mécanique

et électrique des moyens

de production, les opérations de

maintenance préventive, corrective et/ou curative, les travaux

d’arrêts programmés, les transferts de ligne de production et

le nettoyage par cryogénie. Les secteurs clients sont l’agroalimentaire,

l’automobile, la câblerie, la cosmétique, l’emballage,

la logistique, le matériel TP, la sidérurgie, le textile et la tuilerie.

En 1995, TSI Production élargit son domaine de compétences

et se diversifie dans le parachèvement. Son équipe d’experts est

à même d’apporter aux clients une amélioration permanente

des techniques ainsi que la maîtrise des coûts de maintenance.

Les opérations de chalumage, arc-air, meulage et soudage sont

principalement réalisées sur sites clients en France et à l’étranger

dans le secteur des aciéries, de la fonderie et de l’hydraulique.

Basée à Montceau-les-Mines (71) sur d’anciennes mines, TSI

Production mise sur la qualité, la flexibilité, la haute technicité et

la polyvalence de ses équipes. L’entreprise est certifiée ISO 9001

V2015 et MASE 1 . Elle reçoit l’agrément PME ATTRACTIVES

en 2011. L’effectif est de 76 personnes -auxquelles il faut ajouter

une vingtaine d’intérimaires qualifiés chaque année- pour

un chiffre d’affaires de 8,3 millions d’euros en 2016.

M&E : QUELS SONT LES ENJEUX DE LA

CHAUDRONNERIE ET DE LA TUYAUTERIE

INDUSTRIELLE ?

« Nous avons récemment investi sur un scanner

3D afin de répondre de manière extrêmement

précise à la problématique des relevés de côtes

et des prises de mesure sur les installations

existantes sur lesquelles nous intervenons en

maintenance et travaux neufs. » David Guerchon

R.A : Le premier enjeu est le renouvellement des compétences

des collaborateurs (de l’ouvrier à

l’ingénieur). En effet, il faut attirer

les jeunes vers les métiers de

la chaudronnerie et de la tuyauterie.

Les métiers de tuyauteurs

ou de chaudronniers souffrent

d’un déficit d’image malgré une

offre importante, des conditions

de travail et des rémunérations

intéressantes.

Le second enjeu est de proposer

de nouvelles solutions compatibles

avec les conditions de

service de l’équipement pour augmenter sa disponibilité et/ou

sa durée de vie. Ces solutions peuvent être basées sur :

- Des matériaux alternatifs aux matériaux métalliques, comme

les composites et les matériaux plastiques.

- De nouvelles technologies de fabrication ou de contrôle.

D.G. : Les métiers de la chaudronnerie industrielle et de la

tuyauterie sont essentiels et sont au cœur des besoins de l’industrie.

On retrouve des applications dans la construction des bâtiments

industriels, le convoyage et la manutention, le stockage,

le levage, les travaux publics et la construction de machines.

La tuyauterie soudée se retrouve, elle, systématiquement dans

toute installation industrielle : que ce soit pour le chauffage, les

fluides de commande (pneumatique et hydraulique), le traitement

des eaux.

Néanmoins, ces domaines sont de plus en plus difficiles à traiter

car il existe de moins en moins de professionnels. La pénurie

de professionnel est accrue par les problèmes de pyramide des

âges dans les entreprises. La carence de candidats aux formations

accentue ce problème.

Il est capital pour nous, au sein de TSI, de former en interne des

chaudronniers et tuyauteurs de qualité capables de répondre

globalement aux applications de nos clients.

M&E : QUELLES SONT VOS NOUVELLES

SOLUTIONS DE CHAUDRONNERIE ET DE

TUYAUTERIE INDUSTRIELLE ?

R.A : Les nouvelles solutions que l’on propose à nos clients sont

des équipements dans des matériaux composites ou plastiques,

qui présentent parfois une meilleure tenue à la corrosion que

les classiques matériaux métalliques.

Les nouvelles technologies de l’usine du futur arrivent elles

aussi dans nos métiers : contrôles par drone, IOT, fabrication

additive, …

1 Manuel d’Amélioration Sécurité des Entreprises.

Un chaudronnier chez Engie.

© DR

D.G. : Nous avons récemment investi sur un scanner 3D afin

de répondre de manière extrêmement précise à la problématique

des relevés de côtes et des prises de mesure sur les installations

existantes sur lesquelles nous intervenons en maintenance

42 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

PRATIQUE

et travaux neufs. Ce dispositif, en lien avec nos équipements

CAO 2 , procure une précision inférieure au millimètre à 10

mètres et nous permet d’améliorer notre productivité et de

réduire les temps de chantier chez nos clients.

Les solutions de conception numérique en lien avec les moyens

modernes de production tels que les solutions de découpe laser

nous donnent des capacités de réaction accrues. Nous sommes

maintenant capables d’échanger en temps réel avec nos partenaires

fournisseurs. Les temps de production s’en trouvent

réduits.

M&E : QUELS MATÉRIAUX MAÎTRISEZ-

VOUS ET METTEZ-VOUS EN ŒUVRE ?

R.A : ENDEL ENGIE met en œuvre les aciers et alliages de

nickel, les composites et les plastiques

D.G. : Nous maîtrisons toutes les nuances d’aciers, la fonte, les

inox, ainsi que les non ferreux et les aluminiums.

M&E : QUELLES SONT VOS PRESTATIONS ?

R.A : ENDEL ENGIE couvre toute la durée de vie d’un équipement

/ d’une installation industrielle, de sa fabrication à son

démantèlement, en passant par sa maintenance (modification

ou réparation) et s’appuie sur tous les métiers et compétences,

de l’étude à la mise en service en passant par la fabrication et

les contrôles.

D.G. : Nous assurons, pour nos clients, les prestations de maintenance

industrielle dans les domaines mécaniques, chaudronneries,

tuyauteries, ainsi que la conception et la réalisation des

installations de travaux neufs et des équipements industriels

sur mesure.

M&E : QUELLES NORMES SUIVEZ-VOUS ?

R.A : ENDEL ENGIE maitrise l’ensemble des normes concernant

la tuyauterie et la chaudronnerie. Chaque domaine de

l’industrie a ses référentiels techniques pour les appareils à

pression, les réservoirs, les tuyauteries et canalisations. On peut

citer pour les principaux :

- Les codes de l’AFCEN 3 : RCC-M, RSE-M, RCC-MX,

RCC-MRx pour le nucléaire,

- Les codes du SNCT 4 : CODAP, CODETI, CODRES, COVAP

pour l’industrie,

- Les normes « produits » : NF EN 13480, NF EN 13445, NF

EN 14015, … pour l’industrie.

Ces référentiels techniques s’appuient sur des normes d’approvisionnement,

de qualification des procédés de fabrication, de

contrôle, …

ENDEL ENGIE est très impliquée dans les codes et normes.

Nous participons activement à l’évolution des codes de l’AF-

CEN et du SNCT ainsi qu’aux normes de soudage au sein de la

commission de normalisation du soudage de l’UNM 5 .

D.G. : TSI est certifié ISO 9001 V 2015 et MASE. Nous faisons

appels à différents organismes de contrôle pour les prestations

de certification de nos soudures.

M&E : QUELS SONT VOS ATOUTS PAR

RAPPORT À VOS CONCURRENTS ?

«« ENDEL ENGIE dispose d’une Direction Technique

qui est connue et reconnue pour son expertise

technique et règlementaire (ESP/ESPN). »

Rabah Achemaoui

R.A : Les équipes ENDEL ENGIE sont présentes sur tout le

territoire Français avec plus de 140 implantations et 6000

personnes. Le groupe dispose notamment de plusieurs filiales

spécialisées sur des métiers liés à la chaudronnerie / tuyauterie :

ACE et EUROPIPE en fabrication et préfabrication d’équipement,

SCTN en désamiantage, CSI dans le domaine des CND

6

(certifiée ISO/CEI 17020) et Metal Control dans la caractérisation

des matériaux (laboratoire COFRAC). L’ensemble de ces

ressources et capacités nous permet d’être autonome sur l’ensemble

de la chaine de la valeur.

ENDEL ENGIE dispose d’une Direction Technique qui est

connue et reconnue pour son expertise technique et règlementaire

(ESP/ESPN). Elle apporte conseils et expertises au quotidien

chez nos clients grâce à sa maitrise des codes et normes.

D.G. : TSI travaille principalement avec une clientèle de Grands-

Comptes dont les exigences et les impositions liées à la sécurité,

la réactivité, la disponibilité et la capacité de répondre globale-

2 Conception Assistée par Ordinateur.

3 Association Française pour les règles de Conception, de construction

et de surveillance en exploitation des matériels des Chaudières Electro

Nucléaires.

4 Syndicat National de la Chaudronnerie, Tuyauterie et Maintenance

industrielle.

© DR

5 Union de Normalisation de la Mécanique.

6 Contrôle Non Destructif.

Activité de CND chez Engie Endel.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I43


PRATIQUE

CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

ment à leur problématique sont des prérequis. Ces aspects sont

dans l’ADN de l’entreprise.

TSI est organisée autour d’équipes en lien direct avec chaque

client avec une communication en circuits courts.

M&E : Quelles sont les exigences des métiers de chaudronnier

et tuyauteur ? Quelles qualités demandées ?

R.A : Naturellement, nos collaborateurs doivent être compétents.

Il faut aussi qu’ils soient rigoureux afin de respecter les

consignes, contrôler et tracer leurs interventions.

D.G. : Nos professionnels chaudronniers et tuyauteurs sont

formés et reçoivent des mises à jour de leur qualification. Ils

doivent être flexibles et mobiles pour répondre rapidement

aux contraintes de la maintenance. Nous demandons aussi à

nos collaborateurs de l’autonomie, et une capacité d’initiative

permettant de faire face rapidement aux imprévus en chantier.

Enfin, nous sommes extrêmement attentifs au respect des

règles de sécurité et environnement, et nous pratiquons des

contrôles réguliers.

M&E : QUELS PERMIS ET HABILITATION

FAVORISERONT L’EMPLOYABILITÉ DE

CES PROFESSIONNELS ?

© DR

Résultats de soudage.

R.A : Outre les habilitations propres aux domaines d’hygiène

et sécurité des sites industriels (habilitation risque chimique

par exemple) on peut citer (liste non exhaustive) :

• Pour les métiers du soudage :

- les qualifications soudeur suivant NF EN ISO 9606 ou opérateur

(pour les robots et machine automatique) suivant NF EN

ISO 14732 ;

- les diplômes IWS (spécialiste) IWT (technicien) et IWE

(ingénieur) permettent d’occuper des postes d’encadrement,

de chargé d’affaires, de méthodes/préparations, de coordinateurs

en soudage (suivant NF EN ISO 14731) …

• Pour les métiers du contrôle, en plus d’une bonne expertise

technique, il faut être certifié COFREND suivant NF

EN ISO 9712 dans la méthode de contrôle requise (ex.

ressuage, radiographie, ultrasons, …). Il existe 3 niveaux

de l’exécutant (niveau 1) à l’expert (niveau 3).

D.G. : Il est impératif que nos collaborateurs possèdent le

permis de conduire. Nous sommes aussi attentifs aux qualifications

professionnelles sur les techniques de soudage. Enfin,

nous faisons passer les différents CACES (chariots, nacelles,

grue, etc..), formations pour les travaux en hauteur, et cordistes.

D.G. : Nous agissons pour toutes les industries où les conditions

de production sont difficiles.

Nos clients sont, en majorité, des grands donneurs d’ordres :

Alstom, ArcelorMittal, Areva, Candia, Isover Saint-Gobain,

Manoir Industries, Michelin, PSA Peugeot Citroën, Safran,

Tefal, Terreal, Verallia. ●

« Il est impératif que nos collaborateurs

possèdent le permis de conduire. »

David Guerchon

Propos recueillis par Valérie Brenugat

M&E : QUI SONT VOS CLIENTS ? QUELS

SONT LES SECTEURS INDUSTRIELS

CLIENTS ?

R.A : ENDEL ENGIE à plus de 2500 clients et couvre l’ensemble

des secteurs industriels comme l’Energie, la pétrochimie et la

chimie, l’aérospatiale, l’agroalimentaire et la pharmacie.

44 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

PRATIQUE

Banc d’essais d e

turbines aéronautiques.

Endel Engie : de l’aéronautique au

pharmaceutique

Endel Engie a modifié une ligne « banc d’essais turbines ».

Ce banc permet de réaliser des essais en dynamique des turbines aéronautiques. Les prestations confiées

à Endel Engie dans le cadre de cet Appel d’Offre étaient :

- Etude et modification de la structure métallique du banc d’essais (dont charpente en toiture…),

- Reprise du génie civil pour maintien de la structure du banc d’essais,

- Reprise et modification de la ligne de gavage (kérosène),

- Reprise et modification de la ligne d’extraction du banc (gaz brulés …).

Les bénéfices pour le client ont été d’abord de réaliser les travaux conformément à la réglementation et

dans un délai optimum.

Un second exemple concerne le secteur pharmaceutique où nous avons modifié un réseau d’air comprimé

(déplacement d’alimentation en air comprimé, installation de vannes d’arrêt et création de nouvelles antennes

d’alimentation).

Les bénéfices pour notre client ont été la réalisation des travaux conformément au planning très court mais

aussi de les réaliser sans observation au regard de l’environnement (zone propre).

BREIZH INDUSTRIES aimante les compétences les 30 et 31 mai

salon professionnel | toutes industries | tous métiers | toutes fonctions

RENDEZ-VOUS D’AFFAIRES

PRÉ-PROGRAMMÉS

Service mis à la disposition

des exposants et des visiteurs.

Véritable outil de contact, il vous

garantit gain de temps et efficacité.

Toute l'information sur

ww.breizhindustries.bzh

30 et 31 mai 2018 - BREST EXPO - Parc de Penfeld - 2 e édition

R&D + INSTALLATION + ÉQUIPEMENT

SOUS-TRAITANCE + PROCESS + MAINTENANCE + SERVICE

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I45


PRATIQUE

CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

FILIALE

Fives Nordon : 114 ans

d’expertise en tuyauterie

industrielle

La société Fives Nordon conçoit et

réalise des réseaux de tuyauterie et

des équipements haute performance.

Elle propose des prestations d’études,

d’approvisionnement, de fabrication, de

montage et d’expertise sur site, ainsi que

de maintenance sur l’ensemble ou une

partie des projets de ses clients. Alain Guy,

Président de Fives Nordon, présente les

challenges et les difficultés de son secteur

d’activité. Précisions

MAINTENANCE & ENTREPRISE : QUELLE EST

L’ACTIVITÉ DE VOTRE ENTREPRISE ?

Alain Guy : Fives Nordon est une filiale du groupe Fives qui a

plus de 200 ans d’existence. Avec près de 1,8 milliards d’euros de

chiffre d’affaires à fin 2016, Fives conçoit et réalise des machines,

des équipements de procédé et des lignes de production pour

les industriels mondiaux dans divers secteurs (aluminium, acier,

verre, automobile, logistique, aéronautique, ciment et énergie).

Fives Nordon est une société spécialisée dans la tuyauterie

industrielle depuis 114 ans et compte près de 900 employés

répartis partout en France. Fives Nordon conçoit et réalise

des réseaux de tuyauterie et des équipements sous pression

haute performance pour tous types d’industries. Ces réseaux et

équipements sont destinés à transporter les fluides des usines

de ses clients (vapeur, eau, gaz…) : de l’ingénierie à la maintenance

des installations, Fives Nordon est présent à tous les

stades des projets.

M&E : QUELS SONT LES ENJEUX DE LA

CHAUDRONNERIE ET DE LA TUYAUTERIE

INDUSTRIELLE ?

© Fives Nordon

Alain Guy

Président de Fives Nordon.

A.G. : Le premier enjeu de nos clients est le respect des délais

pour réaliser leurs projets. Nous intervenons souvent sur des

installations dans des courtes périodes comme celles des arrêts

de tranche ou d’unité pour les opérations de maintenance. Nous

devons réaliser nos interventions dans les délais impartis, tout

en garantissant à nos clients la fiabilité et la qualité des prestations

fournies. Cela nous impose de travailler de façon intense

pendant ces périodes.

Par ailleurs, l’innovation est un enjeu au cœur de notre métier :

nous proposons des solutions uniques et sur mesure pour les

projets de nos clients. Nous avons, par exemple, déposé en

2017, une demande de brevet pour une invention portant sur

les compensateurs de dilatation, un équipement de tuyauterie.

Notre capacité à répondre à des affaires techniquement

complexes est également un de nos enjeux. Certaines affaires

requièrent, en effet, un haut niveau d’exigence et de compétence,

dans des environnements à haute pression et haute température

ou au contraire à très basse température.

Enfin, nous rencontrons des difficultés à trouver du personnel

qualifié sur certains métiers cœurs pour lesquels il y a une vraie

pénurie comme les chaudronniers, les tuyauteurs et les soudeurs.

Néanmoins, nous en formons nous-même, notamment par le biais

de l’alternance (une quinzaine d’alternants par an). Une fois le

personnel compétent et qualifié recruté, celui-ci doit être mobile

et prêt à intervenir à tout moment sur les sites de nos clients.

46 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

PRATIQUE

© Five Nordon

tuyauterie et équipements à forte technicité. Sur les sites de nos

clients (centrale nucléaire ou site pétrochimique par exemple),

les conditions de travail sont moins favorables que dans nos

ateliers. Nous préfabriquons donc le plus possible dans nos

ateliers afin de faciliter au maximum le montage des pièces

sur site et le travail de nos équipes. Les ensembles préfabriqués

sont ensuite installés par nos équipes dans les usines ou

centrales nucléaires en France. Cela permet de gagner du temps

et de l’efficacité. Enfin, nous proposons des services de maintenance

sur les centrales du parc nucléaire français et sur les

usines des industriels.

M&E : QUELLES NORMES SUIVEZ-VOUS ?

A.G. : Nous suivons les normes exigées par nos clients et suivant

les applications, telles que CODAP CODETI, ASME, RCCM

(pour le nucléaire), DESP et ESPN (Equipement Sous Pression

Nucléaire).

M&E : QUELS SONT VOS ATOUTS PAR RAPPORT À VOS

CONCURRENTS ?

Une opération de soudage sur un compensateur

de dilatation dans une usine de Total.

« Nous travaillons sur les tuyauteries en acier

(inoxydable, carbone), en alliage à base de nickel,

et sur l’aluminium : des métaux et alliages

complexes à souder. »

M&E : QUELS MATÉRIAUX MAÎTRISEZ-VOUS ET

METTEZ-VOUS EN ŒUVRE ?

A.G. : Nous travaillons sur les tuyauteries en acier (inoxydable,

carbone), en alliage à base de nickel, et sur les tuyauteries en

aluminium : des métaux et alliages complexes à souder. Les

compétences pour les travailler ne sont pas si fréquentes.

M&E : QUELLES SONT VOS PRESTATIONS ?

A.G. : Nos prestations couvrent toute la chaîne de valeur. En ce

qui concerne l’ingénierie, notre bureau d’études intégré met en

œuvre des moyens de conception et de calculs depuis l’analyse

des cahiers des charges jusqu’aux plans et documents d’exécution.

Il dispose de compétences en tuyauterie et chaudronnerie

pour réaliser des études de détails et de projets. Ensuite,

nous procédons à la préfabrication en atelier des réseaux de

A.G. : Nous sommes présents sur toute la France. Nous disposons

d’un réel savoir-faire issu de notre expérience de 114 ans.

Nous avons également mis en place des méthodes de travail,

notamment avec un programme d’excellence opérationnelle ou

« Lean manufacturing ». Nous appliquons, en effet, le Lean dans

nos 12 centres de travaux, ainsi que dans nos ateliers depuis

3 ans. Nous sommes précurseurs sur ces méthodes dans le

secteur de la tuyauterie. Ce programme d’amélioration continue

est une vraie réussite qui se traduit notamment par l’amélioration

des délais de nos chantiers et de notre productivité.

M&E : QUELLES SONT LES EXIGENCES DES MÉTIERS DE

CHAUDRONNIER ET TUYAUTEUR ? QUELLES QUALITÉS

DEMANDÉES ?

A.G. : Le tuyauteur, doit savoir se repérer dans l’espace. A partir

de plans isométriques, il assemble des tuyauteries et accessoires.

Les notions de trigonométrie sont indispensables. Il

doit réaliser des opérations liées à la mise en œuvre des tuyauteries

(chanfreinage, cintrage,…) pour préparer le travail des

soudeurs.

Quant au chaudronnier, il doit comprendre l’impact de la

soudure sur la déformation d’un équipement sous pression et

appréhender de manière fine le comportement du métal.

Concernant le savoir-être, nos collaborateurs doivent être très

organisés, méthodiques et rigoureux car nos métiers sont très

codifiés. Ils doivent, en effet, respecter des règles et des procédures.

Dans nos métiers, chaque opération est tracée.

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I47


PRATIQUE

CHAUDRONNERIE ET TUYAUTERIE INDUSTRIELLE : OFFRES ET TECHNIQUES

M&E : QUELS PERMIS ET HABILITATIONS

FAVORISENT L’EMPLOYABILITÉ DE CES

PROFESSIONNELS ?

A.G. : Pour le tuyauteur, il y a le BTS Conception et Réalisation

en Chaudronnerie Industrielle (CRCI) ou le CQPM (Certificat

de Qualification Professionnelle). Nous apprécions également

la formation en alternance.

M&E : QUI SONT VOS CLIENTS ?

A.G. : Deux tiers de notre activité sont liées au marché nucléaire,

sur des projets neufs et de maintenance pour EDF et Framatome

notamment. Dans un but de diversification de notre activité,

nous nous positionnons également sur des marchés porteurs

tels que le secteur du gaz pour l’industrie (GRT GAZ, TIGF).

Nous sommes également présents sur les marchés de l’énergie

thermique (GE, EDF, STX), la chimie-pétrochimie (TOTAL,

YARA, BOREALIS), etc.

M&E : POUVEZ-VOUS DONNER DES EXEMPLES

D’APPLICATION ? QUELLE ÉTAIT LA PROBLÉMATIQUE ?

QUELS ÉTAIENT LES RÉSULTATS ?

A.G. : Nous réalisons des compensateurs de dilatation sur

mesure pour nos clients. Cet équipement est un élément qui

« Nous travaillons sur les tuyauteries en acier

(inoxydable, carbone), en alliage à base de nickel,

et sur l’aluminium : des métaux et alliages

complexes à souder. »

s’emboîte entre 2 tuyauteries. Son objectif : encaisser les chocs

thermiques et mécaniques. Ce système à soufflets est très utilisé

en pétrochimie car il y a des variations de température très

importantes. Comme les lignes bougent suite aux changements

de température, leurs mouvements doivent être absorbés par le

compensateur de dilatation. Dans cet équipement, des fluides

corrosifs peuvent passer et entraîner des dommages. Nos difficultés

: avoir des équipements résistant à ces chocs mécaniques

et à la corrosion grâce à un matériel spécial et un béton réfractaire

à l’intérieur pour absorber une partie de la chaleur. Nous

avons un nombre très important de contraintes à prendre en

compte pour concevoir ces équipements. Dans ce domaine,

Fives Nordon est un des cinq grands fabricants mondiaux

de compensateurs. Généralement, ces équipements ont une

longueur de 1 à 5 mètres et un diamètre allant de 30 cm à 5 m.

Nos clients sont Total, Borealis, CPCU, l’espagnol Cepsa, le

portugais Galp, ou encore l’anglais Essar. ●

Propos recueillis par Valérie Brenugat

48 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


17-18 mai

2018

Palais des congrès

Strasbourg

Forum de la Chaudronnerie,

Tuyauterie & Maintenance industrielle

4 ème édition du congrès SNCT

■ EXPOSITION

■ CONFÉRENCES

■ DÉMOS LIVE

■ TROPHÉES

Prenez le virage

de l’industrie 4.0

Inscription sur

www.forum-fctm.com

Organisé par :

Avec le soutien de :


PRATIQUE

MANAGEMENT INDUSTRIEL

CONSEIL

De la maintenance au MCO :

Argon Consulting vous

accompagne digitalement !

Cabinet de conseil à vocation internationale, Argon Consulting,

accompagne les projets de transformation opérationnelle

en faisant levier sur les innovations digitales. Il intervient

sur toute la chaîne de valeur : R&D et innovation, achats,

production, maintenance et maintien en conditions

opérationnelles, distribution et service aux clients. Echanges

avec Patrick Legris, directeur associé et Arnaud Meunier,

directeur.

M&E : QUELLE EST L’ACTIVITÉ

DE VOTRE CABINET DE

CONSEIL ?

Patrick Legris : Notre objectif :

améliorer la performance des Opérations.

Nous intervenons sur différents

secteurs : des achats à la production en

passant par la maintenance, la supply

chain, la logistique et la distribution.

Notre cabinet a été reconnu en France

parmi les leaders dans le domaine des

Opérations. Nous intervenons principalement

dans 2 domaines : l’industrie

(aéronautique, l’automobile, le pétrole et

le gaz, le transport, la chimie et la pharmacie)

et la distribution.

Arnaud Meunier : Nous intégrons

également une offre digitale qui couvre

différents sujets : l’internet des objets, le

big data, la robotisation des processus,

l’automatisation logistique... Elle peut

être vue comme un prolongement de

nos offres opérationnelles mais également

comme une offre à part entière

permettant de répondre à des enjeux

spécifiques que seule une transformation

digitale peut couvrir.

M&E : QUEL EST VOTRE

PARCOURS ?

P. L. : Dans la société, nous sommes 11

directeurs associés. J’ai réalisé toute ma

carrière dans le conseil en performance

© DR

© DR

Arnaud Meunier,

Directeur d’Argon

Consulting.

Patrick Legris,

Directeur

associé d’Argon

Consulting.

et en management au service de clients

industriels dans différents secteurs de

l’énergie (pétrolier, ex-Areva devenu

Orano, pharmaceutique (Sanofi)) et

sur différentes problématiques (achat,

maintenance, production, supply chain).

A. M. : L’essentiel de ma carrière a été

effectué dans le conseil en management.

J’ai démarré dans l’industrie. Mon

domaine de compétences est surtout la

production et la maintenance. Celle-ci

concerne les infrastructures (ferroviaire,

autoroute, gaz), les flottes (rames de

matériels roulants, aéronefs…) et l’usine

(maintenance de l’outil de production).

M&E : QUELS SONT LES ENJEUX

DU MANAGEMENT DE LA MAINTE-

NANCE INDUSTRIELLE ?

P. L. : Il y a des enjeux dans la performance

de la gestion des actifs. Un

responsable pilote des effectifs et des

équipements. Il doit obtenir la meilleure

disponibilité de l’équipement au meilleur

coût. Il doit également avoir une

vision à long terme permettant d’appréhender

le patrimoine sur l’ensemble de

sa durée de vie, tirer parti des nouvelles

technologies qui sont à la disposition

des entreprises : Internet des objets et le

Big Data. Tout cela permet d’avoir une

meilleure surveillance des équipements

et connaissance de leur comportement

dans le temps. En outre, le manager

coordonne ses effectifs et ses sous-traitants.

Il doit donc être un bon technicien

ayant un bagage technique suffisant

pour comprendre son interlocuteur et

la fibre managériale afin que tout son

écosystème/son réseau fonctionne en

bonne intelligence.

50 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


MANAGEMENT INDUSTRIEL

PRATIQUE

© DR

P. L. : Une bonne utilisation des techniques

de mobilité permet déjà d’obtenir

une bonne partie des gains. On pourrait

aller un cran plus loin avec les réalités

mixte et augmentée. Mais le coût d’implémentation

et la quantité de données

à mettre à disposition me permettent

de dire que la technique n’est pas encore

mûre. Si les entreprises utilisaient déjà

bien une GMAO avec des mobiles ou

des tablettes pour accéder en temps réel

aux informations, faire un diagnostic…,

il y aurait déjà un grand pas de réaliser

en termes de fiabilité et de réactivité.

M&E : QUELLE EST LA CONSÉ-

QUENCE DE L’UTILISATION DES

LOGICIELS COMME CEUX DE

GMAO, DE PLANIFICATION DES

INTERVENTIONS ET DE GESTION

DE STOCKS SUR L’INDUSTRIE ?

P. L. : Si la maintenance est considérée

comme une activité de support par

rapport à la production, il reste encore

des enjeux importants permettant de

monter en qualité et en performance. La

GMAO est un des leviers pour y arriver.

Elle permet de structurer et de suivre

la connaissance du patrimoine dans le

temps. Elle rend également possible le

suivi et le pilotage de l’effectif afin d’optimiser

le taux d’activité des techniciens

de maintenance. La GMAO est, en effet,

un garant des process maîtrisés par le

manager et l’entreprise.

Comme les systèmes d’information,

la GMAO est un prérequis pour avoir

une bonne connaissance du patrimoine,

des équipements et de leurs comportements.

Cet outil permet d’accéder à

Essieux de matériels roulants ferroviaires.

des informations, des indicateurs et des

analyses qui permettront d’améliorer la

performance.

A. M. : Cela permet de mieux piloter,

de savoir de quelle pièce on aura besoin

à quel moment et d’avoir une vision

en flux relativement tendu. Cela rend

possible la maîtrise des bonnes quantités

à stocker et de leur « timing » de

mise en stock, de suivre la consommation

et de faire le tri entre les pièces

utiles et inutiles. Cela est donc extrêmement

vertueux si elle est bien maîtrisée

et paramétrée.

« Une bonne utilisation

des techniques de mobilité

permet déjà d’obtenir une

bonne partie des gains. »

Patrick Legris

A. M. : Toutefois, les réalités augmentées

et mixtes présentent des perspectives

d’avenir mais elles resteront

destinées à des sociétés qui sont déjà

très matures sur les technologies de la

maintenance ou des secteurs qui sont

extrêmement à la pointe. Pour 90 %

de l’industrie, il n’est pas évident que le

retour d’investissement immédiat soit

supérieur aux actions classiques sur les

processus et les systèmes de management

des équipes et des prestataires.

M&E : EN QUOI CES SOLUTIONS

ET LA MAINTENANCE PRÉDIC-

TIVE CONTRIBUENT-T-ELLES À

L’OPTIMISATION DE LA PERFOR-

MANCE DE LA MAINTENANCE

INDUSTRIELLE ?

A.M. : Aujourd’hui, il est essentiel

d’analyser les données et de prendre

du recul pour en tirer des informations

sur la fiabilité des équipements et les

facteurs qui induisent des pannes ou un

bon fonctionnement. Cela aide aussi les

concepteurs d’équipement à les améliorer.

Si les données sont correctement

alimentées et que l’entreprise a les outils

pour les traiter, elles alimentent les plans

de maintenance et le ré engineering des

équipements. Elles contribuent ainsi

à l’amélioration globale du management

industriel. Il faut capter la bonne

donnée en termes d’utilisation et de

comportement des équipements. Mais

nos clients ont encore des progrès à faire

sur ce point. Ils ne connaissent pas suffisamment

l’utilisation et le comportement

de leurs équipements pour être

capable de tirer profit dès à présent

de ces techniques de maintenance

prédictive. Mais il y a des transformations

digitales en cours dans les entreprises

et une réflexion sur les données :

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I51


PRATIQUE

MANAGEMENT INDUSTRIEL

lesquelles faut-il capter, comment les

archiver et les exploiter, comment la

maintenance prédictive s’inscrit dans

cette démarche d’entreprise « Data

Centric » qui place les données au centre

de son management. La maintenance

est un domaine qui se prête parfaitement

à cette réflexion. Il y a, en effet,

une composante technique qui est très

importante. Il y a quelques années, on

avait des données mais on n’avait pas les

outils pour les traiter. Mais ceux-ci ont

beaucoup évolué.

M&E : QUELS SERVICES DE MANA-

GEMENT DE LA MAINTENANCE

INDUSTRIELLE PROPOSEZ-VOUS ?

P.L. : Nous sommes en mesure de réaliser

des diagnostics du fonctionnement

et de la performance d’un dispositif

de maintenance ou industriel, sur

un ensemble d’usines ou d’infrastructures.

Concernant le diagnostic, nous

nous appuyons sur nos expériences,

nos benchmarks et nos outils d’analyse.

Nous regardons les différents

facteurs qui contribuent à la performance

de la maintenance industrielle :

facteur humain, systèmes d’information,

plans de maintenance, management des

Pièces de rechange d’équipements ferroviaires.

stocks, KPI et système de management

de la performance... Nous regardons

également comment le digital est pris

en compte dans le management de la

© DR

maintenance et de l’innovation. Puis

nous formulons des recommandations

et traduisons cela en plans d’actions et

de progrès pour notre client. Selon ses

besoins, nous l’accompagnons au-delà

de la phase de diagnostic & recommandations,

à savoir dans la mise en œuvre

des plans d’action, notamment en le

coachant.

Nos clients recherchent, en effet, à

réduire leurs coûts de maintenance et

à améliorer la disponibilité de leurs

équipements. Ils se posent aussi des

questions sur les opportunités d’externalisation.

Ils s’interrogent également

sur la gestion des stocks. Le point d’entrée

peut être un diagnostic global de

performance ou un diagnostic sur un

aspect particulier prédéfini par le client.

A.M. : Nous contribuons à identifier

des leviers et des enjeux et à bâtir des

plans d’actions avec les clients sur un

ensemble assez varié de situations. La

mise en œuvre peut se faire en autonomie

par le client ou via notre accompagnement.

M&E : QUELS SONT VOS ATOUTS

PAR RAPPORT À CEUX DE VOS

CONCURRENTS ?

A.M. : Nous avons de fortes expertises

sectorielles et fonctionnelles.

Un nombre important de consultants

travaillent sur ces sujets depuis des

années. Nous avons donc développé des

méthodes et des benchmarks. De plus,

nous disposons de professionnels ayant

des profils mixtes opérationnel/conseil.

A partir de cela, nous pouvons identifier

rapidement les lignes de force d’un

plan d’actions. Nous allons très vite à

l’essentiel avec le client. Nos points différenciants

: l’expertise métier, la capacité

à réaliser des diagnostics pointus et à

les traduire en plan d’actions avec des

objectifs chiffrés d’amélioration (disponibilité

des équipements, efficience des

retours), notre engagement aux côtés

de nos clients. Nous avons aussi cette

force de frappe au niveau digital et du

big data qui nous permet d’outiller nos

diagnostics par des analyses très poussées

sur les stocks de pièces de rechange

par exemple, ou sur la fiabilité des équipements.

En outre, nous sommes en capacité

de travailler à différents niveaux dans

52 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


MANAGEMENT INDUSTRIEL

PRATIQUE

« Nos points différenciants : l’expertise métiers, la capacité à réaliser

des diagnostics pointus et à les traduire en plan d’actions avec des

objectifs chiffrés d’amélioration (disponibilité des équipements,

efficience des retours), notre engagement aux côtés de nos clients. »

Arnaud Meunier

l’organisation : de l’opérateur jusqu’au

directeur général. Nous nous fixons

l’exigence de résultats. La récurrence

de nos interventions chez nos clients

est le signe de la qualité de nos interventions.

Comme nous ne travaillons pas

que sur la maintenance, nous pouvons

remonter à un niveau qui est plus large

comme celui des achats et de la production.

Nous savons donc appréhender

comment les différents métiers interagissent

et comment trouver le meilleur

compromis.

P.L. : Selon nos clients, nos signes

distinctifs sont notre grande expertise,

notre rapidité et efficacité, notre fibre

opérationnelle et notre capacité à mettre

à profit des technologies digitales. Nous

sommes, en effet, à la pointe sur le big

data et l’internet des objets. Sur ces 2

sujets, nous avons des partenariats très

importants avec des start-ups et des

grandes entreprises. Enfin, nous avons

un périmètre d’action géographique

très large, depuis Paris et Londres, nos

consultants se déplacent, dans le monde

métier, là où sont nos clients.

M&E : QUELS SONT LES CRITÈRES

DE CHOIX DE SERVICES DE MANA-

GEMENT INDUSTRIEL ?

P.L. : Deux grands critères dominent.

Le premier est la qualité de notre offre

métier qui se caractérise par toutes les

références accumulées dans le temps

et nos méthodes de travail. Cela se

caractérise aussi par l’innovation de

nos propositions et la qualité technique

de notre offre. Nos consultants

sont essentiellement des ingénieurs avec

une forte culture technique et à l’aise

dans le milieu du management industriel.

Le second critère est bien évidemment

le prix de nos interventions. Nos

méthodes et notre business model nous

permettent d’être très compétitifs sur

ce volet.

M&E : QUELS CONSEILS POUVEZ-

VOUS DONNER À UN MANAGER ?

A.M. : Le manager doit être à l’écoute de

tout ce qui se passe et qui peut faciliter

le travail du mainteneur comme le Big

Data. Il doit dégager un peu de temps

pour faire de la veille technologique. Il

doit également avoir les qualités d’un

manager correspondant aux fondamentaux

de la maintenance : méthodique,

autocritique. Il doit donc s’appuyer sur

des bonnes pratiques, savoir bien s’entourer

et trouver les collaborateurs qui

donneront leurs pleins potentiels à ses

côtés.

Machines d’usinage.

M&E : SUR QUELS POINTS LE

MANAGER DOIT-IL ÊTRE VIGI-

LANT ?

A.M. : Malgré l’externalisation d’une

partie significative de la maintenance,

le manager doit continuer à avoir la

maîtrise des prestataires et du patrimoine

pour ne pas être juste un acheteur

de prestations. Il faut conserver en

interne une masse critique de compétences

techniques afin d’avoir une très

bonne connaissance des équipements

et de bien challenger et maîtriser son

écosystème de prestataires. De plus,

il faut faire attention à ne pas céder à

toutes les sirènes du digital et faire le tri

entre l’utile et l’accessoire. Le point de

vigilance est déjà d’avoir mis en place et

© DR

maîtrisé les basiques du management de

la maintenance.

P.L. : Dans la maintenance, il faut

accorder une attention particulière

aux formations et aux compétences. Le

manager doit être extrêmement vigilant

dans le pilotage de la trajectoire de

ses équipes en termes de compétences

(techniques, savoir-faire) et de transformation

afin d’assurer la performance de

son activité.

M&E : QUELLES COMPÉTENCES ET

QUALITÉS LE MANAGER DOIT-IL

DÉVELOPPER ?

P.L. : Comme la maintenance est un

métier technique, le manager doit

avoir les compétences techniques nécessaires

pour être légitime vis à vis de ses

équipes et de ses partenaires comme

la production. Il doit aussi avoir une

grande capacité d’écoute avec l’ensemble

des fonctions connexes. En

maintenance, les crises sont monnaie

courante : pannes, perte de chiffres

d’affaires ou d’image quand les équipements

ne fonctionnent pas... le manager

doit donc être résistant à la pression et

réactif et avoir le sens de l’engagement

et du client. De plus, il doit développer

des compétences analytiques pour profiter

de la masse de données de la GMAO,

des capteurs, de l’Internet des objets afin

d’améliorer ses processus et sa politique

de maintenance. Cela contribue ainsi à

une meilleure efficacité, disponibilité

et fiabilité.

M&E : QUELS OUTILS ET

LECTURES RECOMMAN-

DEZ-VOUS ?

A.M. : Il existe beaucoup d’outils de

méthodes de maintenance dont la

plupart ne sont pas encore assez connus

et appropriés. Ils traitent des basiques

de la maintenance. Ces lectures sont

toujours appropriées.

P.L. : Les méthodes de management

comme le Lean Management et le TPM,

sont toujours pertinentes. Elles fourniront

au manager des clés pour identifier

les gisements de performance. ●

Propos recueillis par

Valérie Brenugat

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I53


PRATIQUE

MANAGEMENT INDUSTRIEL

ENERGIE

ENGIE Cofely : l’application

du Lean dans les services

Jean-Marie Hubert est directeur du programme de

transformation d’ENGIE Cofely depuis juillet dernier. Il

explique comment le Lean Service est appliqué dans son

entreprise et livre des conseils. Précisions

MAINTENANCE & ENTREPRISE :

QUELLE EST VOTRE ACTIVITÉ ?

Jean-Marie Hubert : ENGIE Cofely

est leader dans la transition énergétique

en France sur le marché B to B

(entreprise, collectivité, habitat collectif

et tertiaire). Il emploie 12 000 collaborateurs.

Son chiffre d’affaires est d’environ

2,7 milliard d’euros. Ses trois principaux

métiers : l’énergie locale et renouvelable

adaptée aux besoins des clients, le

confort et la performance énergétique

pour le bâtiment et les industriels, le

Facility Management.

M&E : QUEL EST VOTRE

PARCOURS ?

J.M.H. : J’ai une formation d’ingénieur

généraliste (Ecole Polytechnique

et Ecole Nationale des Eaux et Forêts).

J’ai travaillé pendant 12 ans à l’étranger

(surtout en Europe de l’Est) comme

responsable de différentes filiales et dans

la structuration de services publics en

tant qu’opérateur de services dans l’eau

et l’énergie. Après, je suis intervenu

pendant 8 ans en France dans l’efficacité

énergétique en tant que responsable

de centres de profit et de filiales à

fois dans la construction et les services.

Depuis 2 mois, je suis responsable du

programme de transformation au sein

d’ENGIE Cofely. Un point d’attention

a été accordé à l’accompagnement de

la transformation grâce au Lean Management.

M&E : EN QUOI LE LEAN

CONTRIBUE-T-IL À LA QUALITÉ

© DR

Jean-Marie

Hubert,

directeur du

programme de

transformation

d’ENGIE Cofely.

ET À LA PERFORMANCE D’UNE

SOCIÉTÉ DE SERVICE ?

J.M.H. : Nos trois buts principaux du

Lean Service : satisfaire totalement

nos clients, devenir une organisation

apprenante par la résolution collective

des problèmes et la compétitivité qui

est la conséquence des deux premiers

objectifs.

M&E : QUELS SONT LES ATOUTS

DE CETTE MÉTHODE ?

J.M.H. : Cette méthode pragmatique

répond aux besoins de nos équipes sur

le terrain et elle est « Bottom up ». Le

Lean Service au sein d’ENGIE Cofely

sera une réussite si celui -ci est intégré

par nos des équipes. La pyramide

est renversée. Toute l’entreprise est au

« Les principaux freins

à la mise en œuvre du

Lean : la culture, l’histoire

de l’entreprise et les

spécificités inhérentes à nos

métiers. »

Une équipe pendant un brief/debrief.

service des collaborateurs qui créent la

valeur ajoutée pour le client.

M&E : QUELLES DIFFICULTÉS

LA MISE EN ŒUVRE DE CETTE

MÉTHODE PRÉSENTE-T-ELLE ?

J.M.H. : Les principaux freins à la mise

en œuvre du Lean : la culture et l’histoire

de l’entreprise. L’entreprise connait

une profonde transformation culturelle.

La culture de la société est très technique

; avec le Lean Management, nous

accordons une attention particulière aux

postures managériales et aux méthodes

collectives de travail… Autre point : la

nature de nos métiers. Comme l’activité

de la société relève des services,

le personnel travaille chez nos clients

ayant chacun leurs spécificités sur plus

de 65 000 bâtiments. Il est donc difficile

de standardiser et de visualiser les

processus et les flux. Un technicien peut

intervenir autant sur l’électricité que sur

le froid ou le chaud. De plus, les interventions

peuvent être réalisées, de 1 à

3 personnes, sur des milliers d’installations

techniques différentes. L’acte technique

ne peut pas donc être standardisé.

54 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


MANAGEMENT INDUSTRIEL

PRATIQUE

© DR

En outre, je conseille l’Institut Lean

France réunissant à la fois des entrepreneurs,

des services publics, des consultants,

des universitaires et des praticiens

du Lean. Il est très ouvert. Le partage est

très concret.

Enfin, nous nous appuyons sur les 7

outils Lean cités auparavant.

M&E : COMBIEN D’ÉQUIPES

APPLIQUENT LE LEAN DANS

« Nous conseillons à nos

managers de ne pas avoir

de certitude face à une

démarche Lean. »

M&E : QUELS OUTILS LE

MANAGER DOIT-IL UTILISER ?

J.M.H. : Dans notre application du Lean

Services, 7 outils sont mis en avant : le

briefing débriefing quotidien, le management

visuel, la résolution collective

des problèmes en autonomie, l’escalade

de ces derniers, la visite de terrain

des managers, l’observation des contremaîtres

sur le terrain et l’écoute de

terrain des clients. L’observation des

contremaîtres consiste à accompagner

de plus en plus nos techniciens, afin de

challenger ensemble comment « faire

bien du premier coup et en sécurité ».

Concernant l’écoute du client, nous

disposons de 7 règles d’or comme « Je

cherche à connaître régulièrement l’avis

de mon client sur la qualité de mes prestations

».

M&E : QUELS CONSEILS POUVEZ-

VOUS DONNER À UN MANAGER ?

J.M.H. : Nous conseillons à nos managers

de ne pas avoir de certitude face

à une démarche Lean. Il faut donc

avoir du bon sens et de l’humilité. Cela

demande beaucoup d’effort. C’est, en

effet, en forgeant qu’on devient forgeron.

Mais il faut être vigilant, éviter de dire

« Je sais » et ne pas donner des solutions

à son équipe. Si le manager veut rendre

son équipe encore plus autonome, il faut

la stimuler et utiliser les outils de Lean

que j’ai cité auparavant. En outre, être

capable de bien définir les problèmes

est un vrai sujet qui n’est pas évident.

Après, il faut prioriser ces problèmes et

les résoudre ensuite pas à pas.

M&E : QUELLES QUALITÉS LE

MANAGER DOIT-IL DÉVELOPPER ?

J.M.H. : Il doit développer l’observation,

l’écoute, l’animation de la performance

à intervalle court et la résolution des

problèmes.

M&E : QUELS OUTILS CONSEILLEZ-

VOUS AU MANAGER ?

J.M.H. : Beaucoup de tutoriels et de

vidéos où des responsables sur le terrain

expliquent leurs actions, ont été réalisés

pour influencer les managers. Par

ailleurs, un dispositif de partage de réussite

des démarches Lean entre les pairs

est mis en place. Beaucoup de sensibilisations

et de formations internes sont

également organisées sur le terrain.

Après, nous travaillons avec d’autres

entreprises pour se défier et apprendre.

VOTRE ENTREPRISE ?

J.M.H. : Au sein d’ENGIE Cofely, il y a

environ 1000 équipes de 12 personnes

dont 800 opérationnelles et 200 fonctionnelles

(commercial, support,

administratif…). En 2013, nous avons

commencé avec 5 équipes opérationnelles.

Fin 2016, environ 100 équipes

avaient commencé à appliquer le Lean.

En 2020, nous souhaitons que tout le

groupe ait basculé dans le Lean Management.

A titre d’exemple, sur les 80 équipes

opérationnelles, le Lean est appliqué

chez nos clients Airbus, Volvo Trucks,

Ifremer, MMA, la Société des Bains de

Monte-Carlo.

M&E : QUELS ONT ÉTÉ LES

RÉSULTATS ?

J.M.H. : Sur une échelle de 1 à 10, grâce

au Lean, la satisfaction totale des clients

a augmenté de 1 point par rapport

à notre moyenne ainsi que l’engagement

des collaborateurs. En outre, le

taux de renégociation de nos contrats

a augmenté de plus de 10 %.

Propos recueillis par

Valérie Brenugat

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I55


SALON DES SERVICES, ÉQUIPEMENTS, PROCESS ET MAINTENANCE

ROUEN* :

GRENOBLE* :

COLMAR* : 05 - 07 juin 2018

AVIGNON* : 25 - 27 septembre 2018

DOUAI*/** :

TOULOUSE :

ANGERS* : 8 - 10 octobre 2019

SALON

PERMANENT

& robotique

WWW.SEPEM-PERMANENT.COM

+ 16 000

FOURNISSEURS

À VOTRE SERVICE

24H /7J

LA RÉPONSE À TOUTES

VOS PROBLÉMATIQUES :

PRODUCTION, MAINTENANCE,

SÉCURITÉ, ENVIRONNEMENT...

PROFIL WEB

DATA

WWW.SEPEM-DATA.COM

LOCATION DE

F I C H I E R S

IND U S T R I E L S

MULTI-REQUÊTES

74 500

sites de production

149 000

- INFO SALONS -

Les éditions

SUD-OUEST et SUD-EST

changent de dates :

--- TOULOUSE / 4 ème édition ---

26 - 28 mars 2019

--- AVIGNON / 6 ème édition ---

25 - 27 septembre 2018

WWW.SEPEM-INDUSTRIES.COM I 05 53 49 53 00 I CONTACT@EVEN-PRO.COM


DES SOLUTIONS POUR LES ENR TERTIAIRE

AVIS D’EXPERT

SKF: des choix pour la maintenance conditionnelle

des éoliennes

On ne gère bien que ce que l’on mesure. Cette règle de maintenance fondamentale s’applique

aux éoliennes comme à n’importe quelle autre machine tournante. Heureusement, des

solutions existent pour analyser ces équipements dans le but de prédire les probabilités

de pannes. Fabrice Drommi, responsable du développement commercial, maintenance

conditionnelle dans l’industrie éolienne, chez SKF, nous en dit plus.

Intérieur de la turbine d’une éolienne.

© DR

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I57


TERTIAIRE DES SOLUTIONS POUR LES ENR

© DR

Fabrice Drommi,

Responsable du développement

commercial, maintenance conditionnelle

dans l’industrie éolienne chez SKF.

Plus les machines des parcs éoliens

sont sollicitées et avancent en âge,

moins elles sont fiables. C’est sur

ce plan que la maintenance conditionnelle

(MC) peut faire toute la différence.

La MC offre des avantages significatifs pour

tout type de machine comprenant des pièces

tournantes, mais les bénéfices sont particulièrement

impressionnants dans le cas des

applications d’éoliennes, notamment lorsque

des solutions de maintenance conditionnelle

et de diagnostic sont mises en œuvre.

La MC est avant tout une stratégie basée sur

la qualité de surveillance de l’état d’un équipement

pour mieux déterminer les besoins

de maintenance à partir de signes d’altération

de ses performances. Elle repose généralement

sur la mesure des paramètres de la

machine sous surveillance, comme les vibrations

et la température. En cas de modification

significative d’un ou plusieurs de ces

paramètres (signes avant-coureurs d’une

défaillance prochaine), l’équipe de maintenance

est alertée, il est ainsi possible d’éliminer

la plupart des arrêts imprévus dus à

ce type de pannes.

« La MC constitue

ainsi un choix

logique sur le plan

économique pour les

parcs éoliens. »

Dans les applications d’éoliennes, la MC peut

se traduire par des économies considérables

en permettant aux exploitants d’effectuer des

réparations sur site, au lieu de devoir supporter

les coûts liés au démontage ou à la réparation

en atelier. Par ailleurs, il est bien moins

coûteux d’anticiper les défauts et de réaliser

des réparations en amont ; cela évite bien

souvent de devoir remplacer toutes les pièces.

Par conséquent, la MC est bien plus intéressante

qu’une maintenance réactive consistant

à prendre des mesures uniquement en cas de

panne. Elle contribue, en outre, à préserver le

rendement énergétique et la productivité des

équipements, pour encore plus d’économies.

D’autres avantages entrent aussi en considération

: elle peut également aider à augmenter

la durée de service des pièces, allonger

les intervalles de maintenance, renforcer la

sécurité, raccourcir les délais de réparation

et optimiser la durée de vie de l’éolienne. La

MC constitue ainsi un choix logique sur le

plan économique pour les parcs éoliens.

L’ENJEU CONSISTE À SÉLECTIONNER

LA BONNE APPROCHE.

Le premier élément à prendre en compte est

la complexité de l’application. Si la machine

est simple, une technologie de MC standard

devrait suffire. Dans le cas d’une application

plus complexe, il y aura logiquement besoin

d’un système plus sophistiqué.

Le second point consiste à déterminer

la rapidité avec laquelle une dégradation

peut se produire. S’il est probable que le

défaut évolue lentement, il sera plus aisé de

prendre le temps d’effectuer des mesures et

de mettre en place des actions. En revanche,

en cas d’évolution rapide, une défaillance de

plus grande ampleur est alors à craindre et

il convient d’être réactif. Dans ce cas, il est

pertinent d’installer des systèmes de MC

permanents ou en ligne qui permettent de

détecter un défaut au plus vite.

Le troisième point est l’accessibilité. Dans

le cas d’une éolienne, si une personne doit

grimper en hauteur chaque fois qu’une

mesure est nécessaire, le personnel est exposé

à des risques inutiles. ●

Fabrice Drommi

58 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DES SOLUTIONS POUR LES ENR TERTIAIRE

L’innovation au service du développement de l’énergie

marémotrice flottante

L’équipe d’experts en énergie marine SKF, basée en Écosse, collabore depuis de nombreuses années avec

Scotrenewables Tidal Power Limited. Fondée en 2002, cette entreprise s’est spécialisée dans la fabrication de

turbines hydrocinétiques à faibles coûts pour les mers et les fleuves. La société SKF a, dès le départ, participé

à la phase de conception du premier prototype hydrocinétique développé par l’entreprise. Ses experts ont aussi

joué un rôle décisif dans le projet de développement de la turbine SR2000.

Auparavant, Scotrenewables avait réussi, en seulement neuf ans, à lancer son démonstrateur marémoteur

SR250, capable de générer 250 kW. Il a été suivi du prototype à échelle réelle, la turbine SR2000 première

génération, disposant d’une capacité nominale de 2 MW, atteinte en avril 2017, un record pour l’industrie

marémotrice. Lancée en mai 2016 depuis

Une éolienne en maintenance à Belfast.

le chantier naval Harland et Wolff à

Belfast où elle a été construite, la

turbine SR2000 de 550 tonnes est la

plus grande et la plus puissante turbine

marémotrice flottante au monde. Elle

produit plus de 20 MWh sur une période

continue de 24 heures - un niveau de

performances correspondant à celui

d’éoliennes offshore. Récemment, elle a

généré 116 MWh en moins d’une semaine

de production continue, fournissant

près de 7 % du besoin en électricité

de l’archipel d’Orkney.

© DR

Les équipes de SKF Marine et SKF

Sealing Solutions ont, en un peu moins

d’un an, fourni des roulements pour

arbre principal et des joints pour cette

turbine. SKF a participé à la conception

et à l’optimisation de l’arbre principal,

a fourni des sous-composants et des

services d’usinage de haute précision

et assuré la mise en service sur le site.

Michael Baumann, responsable Business

Development Marine and Ocean chez

SKF, commente : « Ce travail d’équipe

nous a permis de répondre aux attentes

de notre client en termes de fiabilité, de

robustesse, de facilité de maintenance

et de remplacement des pièces. Il nous

a également aidé à atteindre l’un de nos

propres objectifs commerciaux, à savoir

la livraison d’énergie renouvelable à un

prix compétitif. »

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I59


TERTIAIRE DES SOLUTIONS POUR LES ENR

SERVICES

ENDEL ENGIE : ses

expertises dans

l’hydroélectrique et

l’éolien

La maintenance des installations de

production d’énergies renouvelables

représente une faible partie du chiffre

d’affaires du groupe ENDEL ENGIE

mais elle est en constante progression.

Les interventions sont effectuées

essentiellement sur les barrages hydroélectriques

et les éoliennes. Rabah

Achemaoui, directeur des Contrats de

Maintenance d’ENDEL ENGIE expose

les défis des professionnels de la

maintenance dans ces secteurs des

énergies renouvelables et livre des conseils.

Explication en images.

© DR

Rabah Achemaoui,

Directeur des Contrats de Maintenance

d’ENDEL ENGIE.

© DR

Eolienne.

© DR

Réparation de la fissure par soudage.

MAINTENANCE & ENTREPRISE : QUELS SONT LES

ENJEUX DE LA MAINTENANCE DES ÉNERGIES

RENOUVELABLES ?

Rabah Achemaoui : Les enjeux énergétiques sont importants,

notamment pour les énergies renouvelables. Les équipements

doivent être disponibles et fiables pour produire et répondre

aux besoins.

Le principal défi est d’assurer la maintenance des installations

lors des périodes de plus faibles activités de production. Par

exemple pour les éoliennes : lorsqu’il n’y a pas assez de vent.

60 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


DES SOLUTIONS POUR LES ENR TERTIAIRE

M&E : QUELS SONT LES POINTS DE VIGILANCE

DANS LA MAINTENANCE DES ÉNERGIES

RENOUVELABLES ?

R.A : Les points de vigilances sont nombreux et dépendent du

type de matériel. Par exemple, nous sommes souvent confrontés

à des problématiques de travaux en hauteur. Nous mettons

alors en œuvre des moyens de prévention individuels et collectifs

spécifiques. Cela nous permet aujourd’hui de disposer de

très bons résultats sécurités sur ce type d’intervention

M&E : QUELS SONT LES CRITÈRES DE CHOIX DE

SOLUTIONS DE MAINTENANCE PAR VOS CLIENTS ?

R.A : Les principaux critères de choix de solutions de maintenance

de nos clients sont d’abord bien entendu les compétences

et les engagements de réactivité.

© DR

Remplacement des roulements, du radiateur, reprise des collecteurs

à charbon et remplacement de la génératrice.

M&E : SUR QUELS POINTS LES PROFESSIONNELS

DE LA MAINTENANCE DOIVENT-ILS ÊTRE

VIGILANTS ?

© DR

Intervention sur un cardan à cause d’un jeu trop

important consistant à le remplacer par un neuf.

« Les activités de maintenance dans le domaine

des énergies renouvelables impliquent une

stricte application des consignes et termes de

sécurité ou de protection de l’environnement. »

M&E : QUELS TYPES DE DÉFAILLANCE

VOS PROFESSIONNELS DE MAINTENANCE

RENCONTRENT-ILS ?

R.A : Nous rencontrons tous les types de défaillance comme,

par exemple, des fissures.

M&E : QUELS CONSEILS PRATIQUES VOS

PROFESSIONNELS DE MAINTENANCE PEUVENT-

ILS DONNER ?

R.A : La maintenance, qu’elle soit liée à une activité industrielle

ou de production d’énergie renouvelable, requiert les mêmes

exigences en termes de sécurité, de qualité d’intervention et

de garantie de résultat, avec une préparation des interventions

la plus pointue possible, notamment pour les installations

éoliennes ou hydroélectriques, car les travaux se font le

plus souvent dans des endroits difficiles d’accès ou le moindre

oubli de matériel ou de méthode peut pénaliser lourdement le

déroulement des travaux et les délais de réalisation. Donc, le

milieu dans lequel nous évoluons est un facteur essentiel qui

nous pousse à plus de vigilance et d’organisation.

© DR

R.A : Les activités de maintenance dans le domaine des énergies

renouvelables impliquent une stricte application des consignes

et termes de sécurité ou de protection de l’environnement. Nous

travaillons, pour les installations éoliennes ou hydroélectriques,

dans un environnement naturel que nous sommes tenus de

respecter. Ceci implique des bonnes pratiques tels que la pose

sur bac de rétention systématique de tous les appareils contenant

des fluides (groupe électrogène, peintures, solvants…),

la possession d’un kit antipollution (absorbant ou boudin flottant

si à proximité d’un point barrage ou cours d’eau…) et la

prise en charge de la remise en état des sites tels que trouvés

avant travaux (réhabilitation site des bases vies ou zones de

stockage…).

En termes de sécurité, la maintenance d’éolienne ou d’installations

hydroélectriques demande de la vigilance partagée, car

nous travaillons en hauteur (cordiste) dans des milieux périlleux

et l’auto contrôle peut-être vital dans ces conditions.

Escalade d’un professionnel de la maintenance

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I61


TERTIAIRE DES SOLUTIONS POUR LES ENR

Cordiste.

M&E : QUELS SONT LES ATOUTS DE VOS SERVICES

DE MAINTENANCE PAR RAPPORT À VOS

CONCURRENTS ?

R.A : Nos atouts sont nombreux, au-delà de nos expertises

métiers nous disposons d’une grande réactivité, notamment

pour les interventions de dépannages urgents. Nous disposons

aussi de fonctions supports comme des experts qui maîtrisent

tous les codes de constructions et de modifications.

Une valeur ajoutée à nos atouts que nous souhaitons développer

est la maintenance conditionnelle pour se substituer à la

maintenance systématique.

M&E : VOTRE SOCIÉTÉ SOUS-TRAITE-ELLE

LES SERVICES DE MAINTENANCE ? A QUELS

PROFESSIONNELS FAITES-VOUS APPEL ? QUELS

SONT VOS CRITÈRES DE CHOIX ?

R.A : Nous ne sous-traitons pas la maintenance, car c’est le cœur

de notre métier. Nous faisons appel à des partenaires pour des

opérations périphériques à nos travaux comme le sablage, la

peinture, le levage ou les contrôles non destructifs.

M&E : POUVEZ-VOUS DONNER DES EXEMPLES

DE CHANTIER ? QUELLES ÉTAIENT LES

PROBLÉMATIQUES ?

© DR

M&E : QUELLES SONT LES EXPERTISES

DEMANDÉES POUR UN PROFESSIONNEL DE

MAINTENANCE ?

R.A : Nous avons fait appel à des professionnels dans le domaine

de la reprise de corrosion sur les mâts d’éoliennes de certains

parcs bretons situés près du littoral. Il s’agissait là de sabler

localement les zones corrodées afin d’obtenir l’état de surface

adéquat pour appliquer un nouveau revêtement permettant de

stopper la corrosion.

Propos receuillis par Valérie Brenugat

R.A : Les expertises à maîtriser sont nombreuses, par exemple

pour une éolienne nous intervenons sur tous les composants

comme : les pales, le rotor et les roulements de pales, la

connexion du boîtier de roulement, le croisillon et les bielles,

le cylindre hydraulique, le multiplicateur et ces annexes (amortisseur,

bride), le frein, le système de refroidissement d’huile

et la lubrification du multiplicateur, l’arbre de transmission, le

filtre central du multiplicateur, le générateur, le groupe hydraulique,

le système de rotation, la girouette et l’anémomètre, la

tour tubulaire, les câbles de puissance, la vérification des fonctions,

le système de changement de pas, la rotation, le palan,

les aérothermes et le descenseur d’urgence.

Cela nécessite de maîtriser de nombreuses compétences sur

des métiers spécifiques comme la mécanique, la chaudronnerie,

la serrurerie, le soudage, les contrôles non destructifs, l’électricité

et l’automatisme.

© DR

© DR

Avant le traitement de la zone corrodée.

Après le traitement de la zone corrodée.

62 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


3 e

édition

Rejoignez la première communauté

mondiale du nucléaire civil

26-28 juin 2018

Paris Nord Villepinte - Hall 7

22 000 participants internationaux

800 exposants valorisant l’excellence nucléaire

4 000 rendez-vous d’affaires

10 tables rondes avec des intervenants

internationaux de renom

63 pays représentés

SPOTLIGHTS

Digitalisation et Déconstruction

& Démantèlement

(visites-guidées d’une heure)

SMR et Réacteurs avancés,

GEN IV et au-delà

(déjeuners-débats)

Exhibition _WNE

wne@reedexpo.fr

WNE-World Nuclear Exhibition

www.world-nuclear-exhibition.com


NOUVEAUX PRODUITS

Bardahl Industrie lance COLMA’STOP

Les problèmes d’étanchéité peuvent faire des ravages tant économiques que techniques

dans le domaine industriel. Afin de contrer ce problème, Bardahl lance le spray

d’étanchéité COLMA’STOP (spray existant en noir et en gris) pour prévenir d’éventuelles

catastrophes liées aux fuites ou aux fissures. Pouvant se poncer ou se peindre tout en

restant flexibles après séchage, ces produits d’étanchéité sont également très résistants

à la corrosion ce qui en fait des alliés parfaits pour des réparations qui durent dans le

temps.

www.bardahlfrance.fr

Datalogic présente

le terminal portable

Skorpio X4

Le terminal portable Skorpio X4

de Datalogic est équipé d’un écran

couleur tactile haute visibilité

de 3,2 pouces, le plus grand de

sa catégorie, permettant aux

utilisateurs de travailler plus

efficacement. Les capacités de

communication sans fil du Skorpio

X4 (802.11 a/b/g) permettent une

transmission rapide des données,

tandis que la

technologie sans

fil Bluetooth® v4

prend en charge

le nouveau mode

BLE (basse

fréquence de

consommation).

La tablette Toughpad FZ-M1 de Panasonic Business

Panasonic Business

propose la tablette

Toughpad FZ-M1

équipée d’une caméra

thermique Lepton FLIR,

permet à l’utilisateur

de capturer et traiter

des images en

déplacement. Adaptée

aux professionnels

mobiles des secteurs

industriels, elle permet

aux utilisateurs sur

le terrain de capturer

et d’analyser des images thermiques précises, et ce où qu’ils se trouvent. Ces

images sont ensuite reliées à d’autres applications commerciales et il est

possible d’y ajouter des métadonnées, des QR codes par exemple.

https://business.panasonic.fr

www.datalogic.com

La nouvelle loupe digitale Camβ de Vision

Engineering

La nouvelle loupe digitale Camβ offre un grossissement allant jusqu’à x20, stocke

jusqu’à 20 000 images et utilise des grilles et des curseurs pour le dimensionnement

X et Y. Elle permet d’effectuer des tâches d’inspection itinérantes, constater des

défauts et inspecter des sujets volumineux ou immobiles. La Camβ est équipée de

deux éclairages LED avec 4 réglages, d’une imagerie à contraste élevé, d’un écran

couleur haute résolution et de capacités de capture vidéo de 30 images. Une sortie

vidéo en direct via micro HDMI permet l’affichage d’images sur un grand écran.

www.visioneng.de

64 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril – Mai 2018


AGENDA

Avril

Du 23 au 28

INTERMAT

Le salon international de la construction et

des infrastructures présente une offre de

matériels, équipements et solutions pour la

construction dédiés aux grands chantiers,

aux Travaux Publics et au Bâtiment.

Parc des Expositions de Paris-Nord

Villepinte

https://paris.intermatconstruction.com

Du 25 au 26

FLOATING OFFSHORE WIND TURBINES

2018

FOWT 2018 devrait rassembler encore

une fois une large audience internationale

dans un cadre prestigieux : le Palais du

Pharo. Alors que l’éolien flottant progresse

grandement en maturité et connait un réel

essor, la thématique sous-jacente de l’édition

2018 se focalisera sur l’accélération du

déploiement de l’éolien flottant à l’échelle

commerciale et ce au niveau mondial.

Le Pharo, Marseille

www.fowt-conferences.com

Mai

Du 17 au 18

FORUM FCTM

Le Forum de la Chaudronnerie, Tuyauterie

et Maintenance industrielle est le point de

rencontre des donneurs d’ordre, industriels

et fournisseurs de la chaudronnerie,

tuyauterie & maintenance industrielle.

Strasbourg

www.forum-fctm.com

Du 29 au 31

PARIS HEALTHCARE WEEK

La Paris Healthcare Week est l’événement

leader français des décideurs et

professionnels de santé impliqués dans le

management, la connexion, l’équipement et

la construction des établissements de santé.

Paris Expo – Porte de Versailles

www.parishealthcareweek.com

Du 30 au 31

BREIZH INDUSTRIES 2018

Le salon réunit les acteurs de toutes les

filières industrielles disponibles dans les

différents secteurs : R&D, installation,

équipement, sous-traitance, process,

maintenance, service.

Parc des Expositions du Penfeld de Brest

www.breizhindustries.bzh

Juin

Du 7 au 9

FRANCE AIR EXPO

France Air Expo Paris-le Bourget rassemble

en un même lieu les principaux acteurs

de l’Aviation Générale afin de proposer

les dernières nouveautés et innovations

industrielles : de l’ULM à l’avion d’affaires

en passant par l’hélicoptère et tous les

services et équipements dédiés, fédérations,

associations, assurances, financements, la

formation aéronautique…

Parc des expositions, Hall 2, Paris-Le

Bourget

http://franceairexpo.com

26 au 29

WNE - WORLD NUCLEAR EXHIBITION 2018

WNE 2018 célèbrera l’Excellence de la

filière nucléaire avec les dernières plus

grandes avancées du secteur à travers le

monde : connexion au réseau de plusieurs

réacteurs de Génération III, lancement de

grands chantiers de maintenance et de

déconstruction, nouvelles technologies. Il

abordera pour la première fois 4 thèmes

spécifiques : les Small Modular Reactors,

les réacteurs avancés, la digitalisation, le

démantèlement et la déconstruction (D&D).

Ces thématiques feront l’objet de déjeuners

débats (SMR et réacteurs avancés, Gen IV &

au-delà) et de visites guidées (digitalisation

et D&D) qui auront lieu les mercredi 27 et

jeudi 28 juin.

Paris Nord Villepinte – Hall 7

www.world-nuclear-exhibition.com

Du 27 au 28

AERO’NOV CONNECTION 2018

Dans le but de favoriser le transfert de procédés

techniques, Aero’Nov Connection mettra en

relation des visiteurs et des donneurs d’ordres

des domaines aéronautique et spatial. Par

ailleurs, des conférences seront animées par

des intervenants majeurs du secteur (industriels,

partenaires…) sur une base de 30 minutes.

L’objectif étant de dresser un panorama des

dernières innovations du secteur. Enfin, cet

évènement mettra à l’honneur des start-up

innovantes proposant des technologies de rupture

dans les domaines aéronautique et spatial dans

un espace dédié. Les entreprises sélectionnées

s’affronteront lors des Pitch de l’innovation

organisés durant l’événement. Un parterre

d’industriels du secteur élira ainsi l’entreprise

la plus innovantes suivante des critères précis

(potentiel de mise sur le marché du produit/

service, caractère innovant, ...).

Parc Chanot - Marseille

www.aeronov-connection.com

Formation

MAI

DU 14 AU 15

Cegos

Manager avec succès la fonction

Maintenance

Toulouse

www.cegos.fr

DU 15 AU 16

Cimi

Diagnostic rationnel en

maintenance

Blois

www.cimi.fr

DU 16 AU 19

Apave Formation

Manager un service maintenance

Mulhouse

www.apave-formation.com

DU 21 AU 22

Demos

Pratiquer l’auto-diagnostic et

l’audit de maintenance

Paris

www.demos.fr

DU 30 AU 31

Cetim

Devenir référent énergie en

industrie - Module 2 : démarche

et méthode

Saint-Etienne

www.cetim.fr

JUIN

DU 18 AU 22 JUIN

IRA

CLIM : Chauffage – Climatisation

Arles

www.ira.eu

Retrouvez toutes les dates

de manifestations sur :

www.maintenanceandco.com/agendas

MAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018 I65


INDEX

Au Au sommaire du du prochain numéro : :

DOSSIER

La maintenance nucléaire

PRATIQUE

• Intervention en zone Atex et en zone

dangereuse

SOLUTIONS

• La maintenance aéronautique

TERTIAIRE

• Démantèlement et dépollution

Index des associations, organismes et sociétés cités dans ce numéro

ACTEMIUM..............................................................27

APAVE............................................ 4 e de couverture

ARCELORMITTAL...................................................10

ARGON CONSULTING ...........................................50

ASTREE SOFTWARE..............................................09

BREIZH INDUSTRIES.............................................45

CHAUVIN ARNOUX.................................................33

CYM IOT...................................................................27

DIMO........................................................................06

DIVALTO..................................................................17

DSD.......................................................................4,25

DB VIB..................................................... couverture

ENDEL ENGIE....................................................41,60

ENGIE COFELY.......................................................54

FIVES NORDON......................................................46

FTCM STRASBOURG..............................................49

INTERMAT...............................................................67

MESURE SOLUTION EXPO LYON..........................56

MICROSOFT FRANCE............................................22

MPS..........................................................................27

NAVAL GROUP........................................................37

NETCO.....................................................................20

PREDICT.............................................................27,37

ROCKWELL AUTOMATION......................................9

SIMSOFT INDUSTRY..............................................12

SIRFULL..................................................................15

SKF..........................................................................57

SPIE.........................................................................10

TERADATA FRANCE...............................................27

TSI PRODUCTION...................................................41

AERONOV CONNECTION.........................................8

WNE.........................................................................64

Retrouvez nos anciens numéros sur :

www.maintenance-entreprise.com

66 IMAINTENANCE & ENTREPRISE • N°649 • Avril - Mai 2018


PARIS

23 - 28 AVRIL 2018

SALON INTERNATIONAL

DE LA CONSTRUCTION

ET DES INFRASTRUCTURES

DEMAIN

SE CONSTRUIT

AUJOURD’HUI

VOTRE BADGE GRATUIT

SUR PARIS.INTERMATCONSTRUCTION.COM CODE :

PROMOME18

BLOG

#intermatparis

CONJOINTEMENT AU SALON

INTERMAT PARIS

70 avenue du Général de Gaulle

92058 Paris La Défense Cedex - France

E-mail : communication@intermatconstruction.com

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!