17.04.2020 Views

Production Maintenance n°52

L'analyse vibratoire au cœur de la maintenance

L'analyse vibratoire au cœur de la maintenance

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

dossier 10

L’analysevibratoire

au cœur de la

maintenance

management

Bien réussir

la transmission

des connaissances

26 40 48 54

maintenances

en Production

Quelles solutions dans

l‘agroalimentaire?

maintenance

mécanique

La lubrification,

un élément

déterminant

Prévention

des risques

Spécial Protection

des pieds

N° 52 | Mars-Avril 2016 | Trimestriel | 20€


ÉditoriAl

Investir dans la jeunesse,

ROI garanti !

Ladésindustrialisationdel’économie françaises’est tout naturellementaccompagnéed’une

perteprogressive mais dramatique

des connaissances, tant au niveau de la production

quecelui de la maintenance. Carpendant queles usinesfermaient

–etfermentencore –leursportes, les jeunes se sont détournésde

l’industrie.

olivier guillon

Rédacteur en chef

Et en matière d’orientation, l’Éducation

nationale, en supprimantprogressivement

lesmachinesdans sesfilières

techniques eteninvitant ses élèves à

se tourner vers des postes de fonctionnaires

ou dans les services, a

contribuéàsamanière au marasme

de la connaissance technique.

Navré mais, sans vouloir tirer sur

« En matière de formation,les industriels

de se prendreenmain seuls (…).

Car bien que coûteuse, la formation

demeure un investissement stratégique

pour l’avenir. »

les ambulances, on est bien contraints d’admettre l’idée que nos

gouvernantsn’ont cessédedénigrerdes filières pourtant stratégiques

pour notreéconomie.

Il estdonctemps pour lesindustrielsdeseprendre en main, mais

seuls –le plan «Formation »denotre Président n’étant voué qu’à

créerune nouvelle arméedechômeurs. Prendreletemps de former,

de désigner des tuteurs àla manière des compagnons et s’ouvrir

àlajeunesse peut s’avérer àlafois coûteux et difficile àorganiser

afin demobiliser les bonnes personnes. Mais la formation doit

justement faire partie de leur travail ;elle doit en effet s’intégrer

dans la culture d’entreprise etoccuper la place qu’elle mérite. Car

bien que coûteux, former la nouvelle génération reste àcoup sûr

le véritable«investissement d’avenir ». ●

olivier guillon

/@productionmaint

éDiteur

mrJinformatique

54, boulevardRodin

92130 Issy-les-Moulineaux

Tel:0173793567

Fax:0134296102

www.production-maintenance.com

/Production Maintenance

/@productionmaint

Direction :

MichaëlLévy

Directeur de publication :

JérémieRoboh

rédacteur en chef :

Olvier Guillon

commercialisation

publicité :

Sonia Cheniti

s.cheniti@mrj-corp.fr

Diffusion et abonnements:

vad.mrj-presse.fr

Marina Drocci

m.drocci@mrj-corp.fr

Prix au numéro :

20 €

Abonnement 1an:

58 €/4numéros

Étranger :

80 €

Règlement par chèque

bancaire à l’ordredeMRJ

réalisation

conception graphique :

Eden Studio

maquette:

NordCompo

impression :

Pauker holding KFT

11-15 Barros Utca

H-1407 Budapest-Hongrie

n°issn :

1632-4153

commission paritaire:

0414 T83214

Dépôtlégal : à parution

périodicité : Trimestrielle

numéro : 52

Date : mars-avril 2016.

réDaction

ont collaboréàce numéro :

Rabah Achemaoui

(CofelyEndel – groupe Engie)

François Combet (Dynae)

PatriceDannepond

(SDT International)

Jean-Paul Emmanuele

(SDT International)

Lionnel Parant

(CEng CMarEng MIMarEST)

Xavier Thomas (Dynae)

Jean-Luc Vasselin (Dynae).

Membreduréseau REPM-EMPN

créDits

photodecouverture:

CAPA Pictures

créditsphotos : PValleau

Toutereproduction, totale ou

partielle, estsoumise à l’accord

préalabledelasociété MRJ.

Production maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I1


La GMAO web & mobile

+de100 fonctionnalités Full Web

Maintenance préventive et curative

Piècesdétachées,achatsetstocks.

Suivi et réduction descoûts

Gestiondes clients et fonctions SAV

Module QHSE complet

Nouvelle ergonomie adaptive

Altair Enterprise nous aséduite

par son ergonomie et sa convivialité :

unenfant s’y retrouverait !

Découvrez-en plus sur www.altair-enterprise.fr !

Éditeur du logiciel - www.dsdsystem.com

+33(0)320514729 - commercial@dsdsystem.com


soMMAire

dossier

management

Bien réussir

la transmission

desconnaissances

maintenances

mécanique

Quelles solutions dans

l‘agroalimentaire?

dossier 10

L’analyse

vibratoire au cœur

de la maintenance

26 40 48 54

maintenance

mécanique

La lubrification,

un élément

déterminant

Prévention

desrisques

Spécial Protection

des pieds

l’analysevibratoire:

10

une stratégie gagnante

10 L’analysevibratoire:une stratégie gagnante!

12 Nouveauxoutilsd’analyse pourlediagnostic destransmissions à engrenages

16 Vibrations+ultrasons :leduo gagnant en maintenancepréventive

18 L’analysevibratoire, un outil devenu indispensable8

24 Flexibilité et expertise pour plusderésultats

actualités

entreprises &marché

06 Un nouveau centre de service

Brammer près de Marseille

06 Unecaméra pouraider à réduire

lesfacturesd’énergie

07 France Qualité décerne un prix

pour la création d’unguide

de bonnes pratiques

08 Quandl’activité de service

devientuncentredeprofit

technologies

10 L’analysevibratoire :

une stratégiegagnante!

12 Nouveaux outils d’analysepour

le diagnostic des transmissions

à engrenages

16 Vibrations +ultrasons :leduo

gagnant en maintenance

préventive

18 L’analysevibratoire,unoutil

devenu indispensable

24 Flexibilité et expertisepour plus

de résultats

management

26 La transmission

des connaissances, un atout

stratégique pour la maintenance

28 Les Compagnonsplusprésents

que jamaisdanslatransmission

des savoirs

30 La technologie au service

de la transmissiondusavoir

32 Téléporterson savoir-faire,

l’autre moyendetransmettreses

connaissances

34 Quelques règles pour réussir

la gestiondes connaissances

en entreprise

maintenance

en production

40 Immersion au cœur d’unacteur

majeur de l’agroalimentaire

44 La BrasseriePietraaméliore

le suivi de son installation avec

Altair Enterprise

46 Panorama des technologies

innovantes dans l’agroalimentaire

maintenance

mécanique

48 Bien choisir sonhuile

en cinq étapes

50 Lutter contrelapollution

deshuilesdemaintenance

52 Unegamme complèted’huiles

minérales

Prévention des

risques au travail

54 La maintenance à la recherche

de la chaussureparfaite?

55 Une nouvelleunité de production

pour Gaston Mille

56 Faire évoluer lesnormes pour

unesécurité plus ciblée

60 Focus produits dans la protection

des pieds

outils

62 Agenda

64 Répertoiredes annonceurs

Production maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I3


Parce que nul n’est jamais à l’abri d’une panne.

SERVICE ASSISTANCE 24/7

Complete Drive Service

La panne est trop souvent la conséquence d’un

enchaînement de facteurs improbables. Quand

elle survient, c’est toujours au plus mauvais

moment. Lafaute àpas de chance. Alors, chez

SEW-USOCOME nous prenons l’improbable

très au sérieux, et nous agissons pour remettre

toutes les chances de votre côté.

SEW-USOCOME propose un service 24h,

365 jours par an. Un interlocuteur technique

répond àvotre appel et prend en compte votre

demande :vous n’êtes plus seul.

Immédiatement il engage avec vous toutes les

actions nécessaires. La logistique traite votre

solution en priorité.

www.usocome.com/services


nos dossiers en 1clind’Œil

technologies

maîtriserl’analysevibratoire

p. 10 à 25

©Schaeffler

Détecter le moindredéfaut sur une machine – tournante

ou non – afind’agir au meilleur moment, ni trop tôt, ni trop

tard,tel estledéfi de la maintenanceconditionnelle. Pour

ce faire, des procédésd’analysevibratoireexistent mais

supposent une bonne compréhension de cettetechnologie

malheureusement pas toujoursutiliséedemanièreefficace.

MAnAgeMent

assurer la question cruciale

de la transmission

des connaissances p. 26 à 38

Les départsenretraitedoivent êtreperçus, du moins dans

l’industrie – que ce soit en production ou en maintenance –,

comme la perted’un patrimoine précieux, celui des hommes,

de leur expérienceetdeleur savoir-faire. Aujourd’hui,

des méthodes existent, mais des technologies voient également

le jour, à l’heuredel’industrie 4.0.

MAintenAnce en ProdUction

le secteur de l’agroalimentaire

àl’honneur p. 40 à 47

Alorsque le monde agricoleexprime son désarroi et sa colère,

l’industrie de l’agroalimentairenecesse de s’automatiser afin

de répondre à une demande mondialecroissante, teintéed’une

course effrénée à la productivité et de normes d’hygiène de plus

en plus exigeantes, faisant de la maintenanceunacteur clef.

PrÉVention des risQUes

épargner lespiedsdes dangers

survenant sur lessites industriels

p. 54 à 60

Dans l’industrie, et tout particulièrement dans lesmétiers

de la maintenance, lespieds sont soumis à deux grands types

de risques :les chutes de charges lourdes et lesdangers

provenant du sol, qu’il s’agisse de glissades provoquant la chute

du technicien ou la présenced’objetstranchantsoupointus.

Production maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I5


ActUAlitÉs

ProdUits et technologies

en BreF

une bande lumineuse

pour détecter la présence

d’objets

Leuze alancé le capteur d’objets

RK46C-VarOS, une cellule à

réflexion sur réflecteur qui,

contrairement aux capteurs

habituels, ne détectepas les

objetsponctuellement mais de

façon étendue sur une bande de

50 mm. Les niveaux de sensibilité

réglables et le réajustement

automatique de la sensibilité

(ALC) permettent d’assurer une

grande simplicité d’installation en

casd’encrassement et dans des

conditions ambiantes changeantes,

même pour lesobjetssous film

étirableourétractable. ●

trois nouveaux directeurs

chez socotec

Socotec, acteur de la maîtrise

des risques et de l’amélioration

des performances, renforce son

management avec l’arrivéede

Jean-FabriceEstrampes (directeur

commercial France), Michel

Godeau (directeur opérationnel

de Socotec Infrastructure) et

François Riquet au poste de

directeur opérationnel de Socotec

Certification ;cette filialea

réalisé un chiffred’affaires de

plus de 2M€en2014 avec quinze

collaborateurs. ●

un nouveau siteinternet

pour servicemax

Le spécialiste des solutions de

gestion des interventions et de field

servicevient de lancer en ce début

d’annéeson nouveau siteInternet.

Désormais, pour accéder aux

informations relatives à l’actualité

de l’éditeur et l’ensembledeson

offre, rendez-vous à l’adresse Web

suivante:http://www.servicemax.

com/fr. ●

inauguration

un nouveau centredeservice

Brammer près de Marseille

La société Brammer –distributeur

européen de services etde

produits de maintenanceetréparations(MRO)

dans l’industrie–

aouvert un nouveaucentredeservices à

Vitrolles (Bouches-du-Rhône).

Ce nouvelétablissement proposera toutes

les compétences de Brammer, àsavoir, une

gamme deproduits composée deroulements,

de produits de transmissionmécanique

(y comprisles moteursetvariateurs

de fréquence), de systèmes fluidiques,

d’étanchéité et d’automatisation industrielle,–en

plus d’unegamme d’outillage

et d’équipements–de protection individuelle

(EPI). En outre,lastructure devrait

proposer des prestationsàplus fortevaleur

ajoutée telles qu’InvendetInsite, un centre

de service Brammerintégré directement

imagerie thermique

Distributeur d’EPI

chez le clientpourgérer sesbesoins MRO.

Le centredeservices provençal emploieàce

jour sept personnesmaisBrammer annonce

des perspectives d’embauches;selonl’entreprise,cedéveloppementdevrait

confirmerledynamisme

du marché connuces

derniersmois. ●

une caméra pour aider à réduire

lesfactures d’énergie

Flir alancé une nouvelle caméra

thermique pyromètre TG130

chargée de détecter et de

résoudre plus rapidement les

problèmes de température dans les

locaux. La TG130 permet de localiser

visuellement les problèmes de température

et de contribuer ainsiàlaréduction

des facturesd’énergie.

Portable et ergonomique, cette caméra

ne nécessite aucune formation spécifique

ni aucune expérience en matière

de technologie d’imagerie thermique. Il

suffit de viserl’objet ou la surface dont on

souhaite mesurer latempérature àl’aide

de la caméra, puis de tirersur la gâchette

pour immobiliser et visualiser l’image.

Intégrant Lepton, le système d’imagerie

thermique de Flir, la TG130 permet

en savoir plus > fr.brammer.biz

Caméra

thermique

TG130

de détecter

les pertes de

chaleur, révéler

les endroits

manquant d’isolation etmettre en

évidence l’originedes courantsd’air froid

ou encore identifier les sources des fuites

d’eau oudétecter les nids derongeurs

derrièreles murs. ●

en savoir plus > www.flir.fr

6 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


ProdUits et technologies

ActUAlitÉs

récompenses

francequalité décerne un prix*

pour la création d’un guide de bonnes

pratiques

« Capitaliser sur les bonnes

pratiques pour nepas hypothéquer

l’avenir »àtraversla

création d’un guide de bonnes

pratiques, telle était lamission d’Hiba

Tahboul, étudiante enlicence «Management

des entreprises par laqualité ».

Celle-ci s’est immergée ausein d’une

équipe de techniciens méthode, dans

le site de production deMessier-Bugatti-Dowty

en Moselle afin de mettre en

place un outil de pilotage selonles principesduknowledge

management.

Un tableaurendcompteentemps réel et

de manière très visuelle des événements

en savoir plus > www.qualiteperformance.org

rencontrés, deleurs causes, des moyens

de les résoudreetdes points d’amélioration

imaginés. Cesystème apermis aux

équipes des’investir pleinement dans

le projet et de concevoir ceguide des

bonnes pratiques, mémoire vivante des

savoir-faire des collaborateurs. Dans un

contexte dedépart massif àlaretraite,

cette approche dumanagement par la

qualité seprésente comme un véritable

enjeustratégique. ●

*Remis le 27 janvier,les Prix QualitéPerformance

sont organisés par l’Association France Qualité

Performance (AFQP) et la DGE.

en BreF

un banc d’essai dynamique

pour la maintenance

du métrodelille

Spherea Test &Services aobtenu

le marché d’un banc de test

dynamique pour la maintenance

du métroautomatique de Lille. Ce

banc permettradereproduireen

conditions réelles la marche d’une

rame et de mener l’ensembledes

essais réaliséshabituellement sur

voie. La rame seraplacéesur un

tapis de roulement afindesimuler

le déplacement sur une voie tout en

reproduisant l’interaction avec les

différentssystèmes de signalisation

du réseau. ●

dimo acquiert apisoft

Le 5janvier dernier,l’éditeur

de logiciels de GMAOamis la

main sur son concurrent, Apisoft

International. S’inscrivant dans la

stratégie de croissanceexterne de

Dimo Software, cetteopération vise

à compléterl’offredel’éditeur et de

s’ouvrir davantage à l’international,

tout en gardant l’identité propredes

marques respectives Dimo Maint

et OptiMaint. Les défispour 2016 :

harmoniser le travail des équipes

commerciales tout en faisant

évoluer lesproduits. ●

afi Klm e&metramco

systems lancent les

opérations du mrolab

singapore

AFI KLM E&M aannoncé la mise

en serviceopérationnelledeson

nouveau centred’innovation, le

MROLab Singapore. Cettenouvelle

implantation intervient un an après

le lancement du programme «MRO

Lab – AdaptiveInnovations »,par

lequel AFI KLM E&Maffirme sa

volonté de développer un réseau

R&Détendu et performant, en

soutien de ses activitésetdeses

services MRO. ●

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I7


ActUAlitÉs

ProdUits et technologies

solution

quand l’activité de service

devient un centredeprofit

faireduservice, ce «mal nécessaire »,une valeur

ajoutée, telest l’objectif de l’éditeur de logiciel

américain servicemax. pour ce faire, celui-ci s’est

associéàptcafindedévelopper une plateforme

de gestion client capabledecouvrir l’ensemble

des activitésdeserviceetdemaintenancesur un

site. lancéesur le marché français à la fin2015,

cettesolution «fieldserviceconnecté»adéjàété

implémentéesur un sitepilotedeschneider electric.

Pousser le plus loin possible la notion de

service passedéjàpar l’idée de ne pasproposeràses

clients un service mais « lesmeilleurstauxdedisponibilité

», pour reprendre

les mots de Matthieu Planté, deServiceMax en

France.End’autrestermes, l’ambitiondel’entreprise

américaine estlasuivante:donner auxindustriels la

capacité dèslapremièreinterventiondeperformer et

de répondre auxattentesdes clients.Comment ?En

donnantautechnicien unevisionglobalegrâce àla

digitalisationdel’ensembleduprocessusdeservice

àtravers unemeilleure connaissance du clientetde

sesbesoins,ducoûtducontrat et des interventions

de maintenance. « Nous offrons la possibilitéd’augmenter

la productivité du serviceetleréorganisant,

poursuit le directeur desventesenFrance. En considérant

davantageletravail du technicien de maintenance

en le plaçant au cœur de la relation client, une

Jean-Pierresamilo

Schneider Electric),

intervenant lors

du MaxLive Europe

Les solutions de ServiceMax donnentune vision globale grâce à la digitalisation

de l’ensemble du processus de service

Journées MaxLiveEurope, à Paris, en novembredernier

entreprise estdésormais en mesure de faireduservice

un centre de profit ».

Redonner au technicien un rôle de premier plan passe

avanttout parune solutionchargée de lui«faciliterlavie

». Comment?En augmentant notamment

le niveau d’informations contenues dans le plan de

maintenanceetenyajoutantdefonctionnalités d’assistance

intégrée,des documentsvidéo et des outilsde

collaborationafin d’échangerplusefficacementavec

sescollègues,ainsi quedes cellules d’expertise destinées

àtrouverrapidementles meilleurstechniciens

pour des interventionspluscomplexes. Entièrement

utilisée en Cloud, cettesolutionprésentel’avantage

d’unemiseenœuvre rapide et moinscoûteuse, et

peut être utilisée en mode «déconnecté».

Partenariatstratégique

avec Ptc

La collaborationentre les deux éditeursadémarré en

mai2015. L’intérêtétant de créerune synergie entre

la solutionServiceMaxetlesavoir-fairedePTC (qui

estentré au capital de la société)enmatière d’objets

connectés. L’objectif?Rendre l’intervention de maintenanceproactive.Ainsi,laplateformeThingWorks

de PTC offre lavision entemps réel du statut de

l’équipement quimanquaitàServiceMax. Dèslors,

lorsqu’undéfautest détectépar le système, unealerte

déclencheunordre d’intervention automatiquement

affectéversletechnicien compétent, disponible et le

plus proche. Unefoisalerté, le technicien aainsi la

possibilité(ou l’obligation –selon le choixdel’entreprise),

d’intervenir avantl’apparitiond’une panne.

ServiceMax achoisid’intégrercette fonction d’objets

connectés au sein d’uneseule et même solution.

« Il s’agit d’offrir unservice complet, un contrat au

sein duquel on s’engage surunrésultatens’appuyant

sur une bonne connaissance », souligne Matthieu

Planté.

8 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


ProdUits et technologies

ActUAlitÉs

En France,lepremier clientdelasolutiondeServiceMax est

SchneiderElectric, lequel achoisidel’intégrerdans le cadred’un

projet de transformationglobaledeson métier.Cepartenariat

avec PTCdevrait accélérercedéploiement.

Il va égalementpermettre au groupefrançais

d’améliorerlaconceptiondes produits

en prenant en compte leur maintenabilité.

un déPloiement mondial

chezschneider electric

Rattaché àlaDSI de Schneider Electric,Jean-

Pierre Samilo aété chargé de mettre en place la

solutionProductIQ au sein du groupe, projet

quiadémarré en 2012 ;«avantledéploiement

mondialdeServiceMaxdansnos usines

implantées dans près de quatre-vingts pays (etreprésentantplusde

5000 personnes), il afallu réorganisernotre métierqui réunit l’ensemble

desactivités field serviceetdemaintenance,àlafoisdes produits

« Le déploiement de cette

solution nous permetde

générerdelacroissance

en nous focalisant sur

l’activité de services » –

Jean-PierreSamilo

(Schneider Electric).

de moyenneetbasse tension, et deséquipements installéscheznos

clients,précise le responsableField Service.Aujourd’hui,d’unpaysà

l’autre, la gestionfieldservice repose surunmêmemode opératoire ».

Pour Schneider Electric, les gainssontmultiples.

« Avanttout, ce déploiement permet de générer de

la croissance en se focalisant désormaissur l’activité

de services,détailleJean-Pierre Samilo. De

plus,lasolutiondeServiceMaxnousadonné la

possibilitéd’augmenter notreniveaudequalité de

serviceetdoncdemieux satisfaire lesdemandes

nos clients. Enfin,nousnotons uneefficacitéaccrue

de nos interventionsgrâce àune bien meilleure

planification :enmettant rapidement àdisposition

le bontechnicien au bonendroit et au bon

moment,nousavons considérablementréduit

notretauxd’erreurs et de retours »;un bien meilleur taux d’utilisation

des ressources en somme… ●

OlivierGuillon

Le meilleur

de l'imagerie

infrarouge

La NOUVELLE caméra thermographique HD FLIR T1020

CONÇUE POUR L’EXPERTPAR DES EXPERTS.

VISIONNEZ UNE VIDÉO THERMIQUE HD EXCEPTIONNELLE ÀWWW.FLIR.COM/T1020

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I9


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

l’analyse

vibratoire:

une stratégie

gagnante!

Le vieillissement du parc de machines, si criant en

France,maisaussil’apparitiondemoyensdeproduction

toujours plus complexes –etdoncplusonéreux –

ontpousséunnombre croissantd’entreprises àadopter

unepolitique nonplusbasée surlecuratif(stratégiedevenue

aujourd’huiabsurde) ou le préventif (souvent coûteux et pas

toujours adapté aux besoins réels de l’entreprise) mais une

démarchedemaintenance conditionnelle.

Détecter le moindre défaut, bien amont d’une éventuelle

panne, tel est l’objectif de la maintenance conditionnelle.

Mais celle-ci nécessite une organisation bien particulière et

l’investissement dans des technologies adaptées. Cela passe

inévitablement par la mise en place de solutions de monitoring

et de surveillance des installations industrielles en

phase deproduction etentemps réel, mais également des

technologies plus poussées –etbien souvent plus complexes

àmettre enœuvre et àappréhender –telles que les solutions

d’analyse vibratoire.

Carsices technologies sont aujourd’huiparfaitementmatures

et bien intégréesdans certainesindustries, àcommencer par

le secteur du papier ou la filièreagroalimentairepourneciter

quecelles-ci,l’analyse vibratoire joue un rôle déterminantdans

l’industriemécanique et ce dans de multiples secteursd’activité

soumisaux mêmescontraintes :produiremieux, plus vite

et moinscherenévitant les pannes voireles casses de matériel

et en limitant les arrêts de production.

Lessolutions existent et, commelemontrentplusieursarticles

de ce dossier spécial portantsur l’analysevibratoire, celles-ci se

révèlentdésormais plus simples àmettreenœuvre et àutiliser

au quotidien. Carlatechnologie,aussi efficace et performante

soit-elle, doit avant toute chose être parfaitement maîtrisée,

et plus seulement par des spécialistes mais par le technicien

lui-même. Carlerendreautonomesur sa machineetles équipementsdecontrôlequi

l’accompagnent,c’est aussilui permettre

d’agir plus rapidement. ●

OlivierGuillon

le dossier en détail

12 Nouveaux outils d’analysepour le diagnostic des transmissions à engrenages

16 Vibrations +ultrasons :leduo gagnant en maintenancepréventive

18 L’analysevibratoire, un outil devenu indispensable

24 Flexibilité et expertise pour plus de résultats

10 IProduction maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

avis D’expert

vibrations +ultrasons :

le duo gagnant en

maintenancepréventive

la combinaison des mesures ultrasonores et

vibratoires dans un seul instrument :les problèmes

sont détectéspar lesmesures statiques alorsque les

mesures dynamiques sont utilisées pour un diagnostic

plus approfondi.

Accéléromètre raccordé sur

l’instrument de mesureSDT270

Les exigences imposées aujourd’huiaux responsables de

maintenanceetdeproductionreprésententunvéritable

labyrinthe.Les objectifs pour positionnerl’entreprise

de manièrepluscompétitive semblentsouvent contradictoires

:diminuer les coûtsénergétiques, réduireles investissements

en maintenanceetprester mieux avec des équipes

réduites, mais aussiassurerlefonctionnementoptimal de l’outil

pour produireplus, mieux et moinscher. Lesdysfonctionnementsetles

pannes ontayant de lourdes conséquences sur

les services de logistiqueetdevente, un programmedemaintenancepréventivedes

installations de productions’avère une

des prioritésdécisivesetstratégiques. Lescoûtsinduits parune

maintenancenon optimisée sont élevés :les pertes de production

résultantdeladéfaillance impromptue d’équipementsoudela

baisse du rendementdeproduction, la surconsommationénergétique,

le surcoût du remplacement systématiqued’éléments…

Autant de facteursdecoûtsqu’un programmedemaintenance

préventive permet de réduire.

aPPliquer la règle des 20/80

Dans un programmedemaintenance des équipementsdontles

ressources humaines et financièressontlimitées au plus juste, il ne

peut plus être question de perdre du tempshomme en collecte de

donnéesàrallonge et en analyses superflues, ni de ces tâches àdes

spécialistes. En effet, pourquoi dépenser inutilementdutemps en

collecte et analysedes mesures, pourquoi confier ce travailàun

spécialiste pour finalementarriverauconstat quel’équipementest

en bonétat?C’estinefficace et pourtant le casde80%des équipementssurveillés.

La recherchedel’optimisation impose de disposerd’unoutil

simple (doncàla portée du plus grandnombre),

rapide (pourlimiterletemps de collecte)etefficace pour valider

le bonfonctionnementde80%du parc des machines.

D’autre part, sur les 20 %demachines suspectes, 80 %

présentent unecause de dérive simpleàrésoudre. Encore une

fois, unoutil simple utilisé par un technicien est lasolution

la plus adaptée. Il reste enfin 20 %des 20 %pourlesquelsun

diagnostic poussé estrequis. Desmesures élaboréesconduites

parunspécialiste seront donc nécessaires. Mais pour uniquement

4%en moyennedes machines surveilléesrégulièrement.

L’idéal serait donc de disposer d’un instrument de mesure polyvalent:simplepourrésoudre80%des

dérivesetàlafoisplus

élaboré pour les 20 %restant.

la comPlémentarité

des ultrasons et des vibrations

Pour couvriraussi bien le domaine delamachinetournante

quecelui des purgeursvapeur,des pompes et vannes ainsique

celui delamaîtrise des dépenses énergétiques, le choix d’un

outil polyvalent de ce type rencontreles objectifs de rapidité,

de facilité d’utilisationetdemaîtrisedes coûtsd’investissement.

D’unepart, les ultrasonssontlechampionincontestédes économies

d’énergie:aircomprimé, vapeur et décharges partielles.

Pour les machines tournantes, c’estlasolutionlaplussimple

pour détecter les phénomènes de friction (contrôle de lubrification),

les phénomènes d’impactssur engrenages et les roulements,

ycompris lents, ainsique les phénomènes d’explosionde

bulles dans un liquide (lacavitationdevannesoudepompes).

La mesure des vibrations quantàelleest parfaite pour déceler

les problèmes de lignage, debalourd, d’ancrage, d’accouplement,

de poulie,dephénomènesaérauliques et des défauts

affectantles moteursélectriques.

les mesures statiques Pour déPister

les Problèmes

Lesmesures statiques (oumesures globales) sont facilesàimplémenter

carlerésultatest un nombre.Collectéespar le technicienoul’opérateur

chargé du graissage, elles constituentlabase

d’un programme de maintenance:elles permettent la création

12 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


AIX-EN-PROVENCE

255, Avenue Galilee

13857 Aix-en-Provence Cedex 3

+33(0)952454929

LYON

12, Avenue des Saules France

69600 Oullins

+33(0)952454929

ROUEN

72, Rue de Lessard

76100 Rouen

+33(0)952454929

FR@icareweb.com -www.icareweb.com

DENAIN

350, Rue Arthur Brunet

59220 Denain

+33(0)952454929


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

de courbesdetendanceetlamiseenplace de seuils

d’alarme.L’objectifest de déciderrapidementdel’état

de santédelamachine, bonoususpect.

deuxexemPles concrets:

1. Sur unréducteur de la ligne principale de la

transmission d’un bateau. La mesure ultrasonore

statique apermis de déceler l’avaried’un

des roulements :

2. Sur un ventilateur du même navire. La mesure

globale arévélé une vitesse vibratoire de

5,82 mm/s, dans la plage 10-1 000 Hz, supérieure

au seuil d’alarme de 4,8 mm/s préconisé

par la norme ISO 10816-3. La mesure statique

apermis de détecter le comportement

suspect de ce ventilateur.

Dans cesdeux cas, le technicien afaitl’acquisition

des signaux provenant des machines incriminées

afindeles transmettre pour analyses àunspécialiste

quin’a paseuàse déplacer.

les mesures dynamiques

Pourundiagnostic Plus Poussé

L’acquisition du signaldurant unepériode choisie

(mesuredynamique)permetdeconstruireles représentations

temporelles et fréquentielles (FFT).Pourla

technologie ultrasonore,lareprésentationtemporelle

estprivilégiée. Ellepermetpar exemplederepérer la

présencedechocs répétitifs parsimpleinterprétation

visuelle.Enfonctiondelaréférence du roulement

et de la vitessederotation, l’opérateur déterminera

l’originedudéfaut.Enfin, àpartirdel’amplitude des

chocs, il évaluera la sévéritédudéfaut.

Pour la technologie vibratoire, lareprésentation

fréquentielle estplusutilisée.Lacinématique de la

machineetlaconnaissance des images vibratoires

des défautspermettront au spécialiste de connaîtrela

causedel’avarie. Commeprécédemment, la sévérité

1.Roulement

côté moteur

diesel

RMS 29.7dBµV

Crête 42.2dBµV

2.Roulement

côté alternateur

53.5 dBµV

71.2 dBµV

du défaut et sonévolutionserontétabliesdepuisl’amplitude

des raies du spectre.

Deux exemples concrets :

1. Détection de l’écaillage d’un roulement. La

représentation temporelle dusignal ultrasonore

met à jour la présence de chocs répétitifs

toutes les 0,138 secondes correspondant à la

fréquence de défaut de la bague extérieure.

2. Surveillance d’un ventilateur. La représentation

spectrale de la vitesse vibratoire révèle la

présence d’un balourd par un pic à la fréquence

de rotation de la machine, soit 29,11 Hz, et un

problème de soudure sur une des 6pâles du

ventilateur par un pic à l’harmonique 6dela

fréquence de rotation, soit174,6 Hz. ●

PatriceDannepond, Export Sales Manager

&Jean-PaulEmmanuele, ProductManager

SDTInternational

14 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

en pratique

nouveaux outils d’analyse pour le diagnostic

des transmissions à engrenages

face aux contraintes des industriels, détecter lesdéfautsleplus tôtpossibleest devenu

essentiel. Dans ce contexte,l’analyse vibratoireserévèle êtreunoutil efficace, à condition

toutefois de bien l’utiliser.voici quelques conseils et techniques à adopter.

S’il est un domaine pour lequel l’analyse vibratoire

est particulièrement performante, c’est bien celui du

diagnostic de défautsdes transmissions àengrenages.

En effet, unesimpleanalyse spectralepermetd’identifier

les nombreuses raies cinématiques induites parces mécanismes

et les défauts recherchés. Toutefois ilnesuffit pas de

détecterundéfaut, encore faut-ilpouvoir jugerdesagravité

pour être en mesure de donner des préconisationsattendues

parles exploitants :peut-oncontinuer àtourner ?combien de

temps ?Etc. Pour cela, ilest souvent nécessaire d’approfondir

les traitementspouravoir le maximum de visibilité surla

nature et l’avancementdudéfaut.

Autrefoisréservésàdes experts en analysevibratoire, cestraitementsavancés

des signaux ontété intégrés dans un «Module

de traitement des engrenages »qui les automatise,comme l’illustre

l’exempleci-après. Un second exemplemontrequant àlui

l’intérêtd’analyserlecourant d’alimentation du moteur dont les

modulationsd’amplitudes et de fréquences traduisent les fluctuations

de couples.

diagnostic d’unréducteur Paranalyse

vibratoire

Une expertise vibratoire est réalisée sur unréducteur de

cage de laminoir présentant unbruit anormal. Le but est de

diagnostiquer l’origine dubruit et de préconiser des actions

correctives. Il faut pour cela identifier le défaut, mais également

jugerdesagravité.Les amplitudes vibratoiresmesurées

surles paliersduréducteur sont tout àfaitacceptables avec un

niveau global vitessedemoins de 1mm/s efficace.L’analyse du

signal vibratoire révèle cependant un choc àchaque tour de

l’arbreintermédiaire.Ilreste àdéterminer tout d’abord si l’origine

de ce choc estliéeaupremier ou au second traind’engrenages,

c’est-à-direauniveau de la roueoudupignondel’arbre

intermédiaire. Enfin, il faut en évaluer la cause:reprisedejeu,

dent endommagée…L’utilisationdumoduledetraitementdes

engrenages permet l’analyse des modulations dechacun des

trains et conduitainsi àincriminerlaroue103 dents de l’arbre

intermédiaire dont leprofil d’engrènement (Fig.1)présente

un défaut localisé.

S’agissant d’unenouvelleroue, le défaut estjugésévèreetl’inspectiondeladenture

requise. Àl’ouverture, unefissure ouverte

estavéréesur la roue (Fig.2).

diagnostic d’unengrenagePar analyse

du courant du moteurd’entraÎnement

Depuis de nombreuses années, l’analyse des courants d’alimentationdes

moteursentraînantles cylindres des machines

àpapier vient compléter l’analyse vibratoire. Elle fournit de

Fig. 1:Profils d’engrènement de la roue 103 dents obtenus

par le module de traitement des engrenages

S’agissant d’une nouvelle roue, le défaut est jugé sévère et l’inspection de la denture requise.

Àl’ouverture, une fissure ouverte est avérée sur la roue (Fig. 2).

Fig. 2:Fissuration de la roue àl’origine du choc

16 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

dossier

La technique du moyennage synchrone temporelest uneméthode connue pour extraire

un signal périodique du bruit ambiant.Cettetechnique estparticulièrementbien

adaptée à l’analysedes signaux vibratoires mesuréssur lessystèmes à engrenages,

carellepermet d’extrairelacontribution périodique de chacun des pignons. Toutefois,

ellereste encorepeu appliquéeenpratique carellenécessiteune mesuredela

vitesse de rotation, classiquement donnéepar un tachymètrepositionné sur l’un des

arbres. Des améliorations récentes permettent de s’affranchirdecettecontrainte

en reconstruisant une tachyvirtuelle à partirdelavibration mesurée à la fréquence

d’engrènement d’un train d’engrenages, cettefréquence étant directement liée

aux rotations de chacundes pignons. Ceci permet alorsdesuivreles fluctuations

de vitesse instantanées de la machine en condition de charge pseudo-stationnaire

(techniquedutracking), et ainsi de pouvoir effectuer le moyennage synchronesur

un grand nombredetours. Les signaux moyennésobtenus peuvent ensuiteêtre

représentéssous forme polaire:on obtient ainsi les profils d’engrènement de chaque

pignon, dont la visualisation estfacilement interprétable.

Fig. 3:Batterie de sécheur coté conducteur

précieuses informations sur les fluctuations decouple ou de

vitesseinduitespar différents défauts mécaniques ou de régulation.

Lelogiciel Dynalim aainsi été développé par Dynae

pour permettrelesuivi des modulationsducourant d’un parc

de moteurs.

L’étude porte ici sur une batterie de sécheur (Fig. 3). L’analyse

du courant révèle des fluctuations intermittentes d’intensité(Fig.

4).

La répartition polaire des fluctuations d’intensité met en

évidence des défautsdedenturessur la couronne d’engrènement

du sécheur.Cediagnosticseraconfirmé lors de l’inspection.

Cesdeux exemples montrent quel’analyse avancéedes défauts

d’engrenages est facilitée par l’utilisation d’outils dédiés. Ils

permettent de systématiser des traitements complexes pour

en sortir des descripteurscomplémentaires. ●

Dynae adéveloppé un moduledetraitementdes engrenages

dans son logiciel DynamX. Celui-ci permet de faciliter et

d’automatiser les traitements etles visualisations utiles au

diagnostic des réducteursetmultiplicateurs, à partir de données

cinématiques connues :nombre de dents, vitesse moyenne

de fonctionnement.Unpremier outil automatise le calcul des

profils d’engrènement de chacun des pignons, avec ou sans

tachymètre. Il estutileaudiagnostic des défautsinduisantune

modulation des effortsd’engrènement :défaut géométrique,

excentricité ou défaut de dentureavancé.Unsecond outilpermet

de détecter automatiquement lesphénomènes impulsionnels.

Le signal estensuitetraité pouraboutir à unereprésentation

polaire des chocs venant de chaque ligne d’arbre. Cet outil

complémentaireest dédié au diagnostic de défautsnaissantset

localisésqui se caractérisent par une contribution énergétique

très faible:usurededenture, écaillage.

François Combet,Jean-Luc Vasselin

et Xavier Thomas (Dynae)

Fig. 4:Fluctuations d’intensité du courant en sortie du variateur et fonction de modulation d’amplitude après moyennage synchrone àlafréquence de rotation

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I17


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

entretien

l’analysevibratoire, un outil

devenu indispensable

leader français de l’intégration de prestations industrielles pour des

environnementsimposant sûreté,sécurité et qualité,endel adepuis de

nombreuses années recours à l’analysevibratoire. rabah Achemaoui,

directeur du département Maintenancedel’entreprise, nous fait part de

son expérienceenlamatière.

rabah achemaoui

Directeur du département

Maintenanceausein

de CofelyEndel

(groupe Engie)

Production Maintenance

Rappelez-nous les activités d’Endel et

les secteurs auxquels appartiennent vos

clients ?

L’entreprise opère sur trois grands domaines :

construction,maintenance et démantèlement. Elle

intervient majoritairement dans le secteur énergétique:nucléaire,

oil&gas,thermique,hydroélectricité.

Elle est aussi unacteur de référence en

sidérurgie, aérospatial,chimie,agroalimentaireet

pharmacie.

Endel, partenaire privilégié des industriels,améliore

la performancedes installations de productiondeses

clients et leurefficacité énergétique, tout en optimisant

leur équation économique,grâceàdes solutions

innovantesetdes engagementsderésultats sécurisés.

Endelopère dans des environnementsparticulièrement

exigeants, avec des impératifs constantsde

qualité, de sûreté et de sécurité.

Les équipes d’Endel maîtrisent unensemble

complet de compétences industrielles telles quele

pilotage de projets complexes, l’ingénierie,laréalisation

et la logistique. Elles disposentégalementde

nombreuses compétences spécifiques comme la

tuyauterie,lesoudage,lachaudronnerie, l’électromécanique,

les automatismes, la radioprotection

ou le contrôle nondestructif.

Endel appartient àla Business Unit France B2B

d’Engie. Elleréalise un chiffre d’affairesdeplusde

700millions d’euros, compte 6000 collaborateurs,

plus de 140 implantationsenFranceet2500 clients.

Elle se développeàl’international.

à quelles problématiques êtes-vous

confrontésauquotidien ?

Les attentes denos clients et leurs exigences en

termes de production nécessitent toujours plus

La détection des

défaillances et leur

suiviest un levier

importantpour

l’optimisationde

notremaintenance

et l’améliorationdes

performances de

nosclients.

L’analyse vibratoire

permet d’avoirun

état de santé de

l’équipement et

ainsi de décider

du déclenchement

d’une maintenance

préventive de

manièreopportune.

d’anticipation et d’efficacité dans nos actions de

maintenance. Nous devons mettre en place des

outilsetdes méthodes quinouspermettentd’anticiper,

de déclencher nosactions au bonmomentet

ainsid’optimiserlamaintenance.Eneffet, l’optimisation

de nosressources et de noscompétences, la

gestiondes stocks, la programmation destravaux

sont desparamètresqu’il nous faut ajusterauplus

près des attentes et desbesoins de nosclients. Les

pertes de productiondues àune dégradationmatériel

ou cassed’équipement, survenuesdemanière

inattendue, bouleversent souvent nosorganisations

et ontdes effets néfastessur notreactivitéentermes

de qualitéetderéactivité.

Les outils demaintenances conditionnelles telles

quel’analyse vibratoire,lathermographie,l’analyse

de courantsontautantdemoyensànotre disposition

pour nous aideràanticiperles futurs travaux

et ainsiatteindreles exigencesdenos clients.

Plus particulièrementenmatièrede

défaillances :quellessont lescontraintes

de vostechniciensdemaintenance ?

Les interventions en maintenance nécessitent la

mise en place d’unelogistiqueimportante. Il faut

18 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

dossier

déplacer des pièces de rechange, des consommables et parfois

dans des grandes quantités, des outillages, des moyens de

levage et de manutention, des moyens d’accès parfoismonter

ou descendretout cela pour des duréelimitéedans le temps.

Àcelailconvientd’ajouter lesdifférentesinterfaces quiconsomment

énormément de ressource etvalider la mise àdisposition

des équipements, les consignationsetles autorisationsde

travailouencoreles permis divers et variés, etc.

Tous cesfacteursserontmieux maitriséss’ils ne sont pasgérés

dans l’urgence. L’anticipation desdéfaillances surunéquipement

permet de déclencher les interventionsavant la casseet

donc d’optimisersamiseenœuvre et de choisir la date optimale

de l’intervention. Leprincipe est de ne plus subir mais

d’être proactif.

Les techniciens connaissent constamment l’état des équipements

etdès l’apparition d’un début dedégradation, ils

programmentune intervention en accord avec la production.

Au préalable,ils identifientexactement la correction àmettre

en œuvre, les pièces de rechange nécessaires et le temps de

l’intervention.

d’une manièregénérale,quels sont lesenjeux

d’une mauvaise détection des défaillances et

des éventuelles pannes pour une entreprise

industrielle?etplus particulièrement pour endel ?

Une mauvaise détection des défaillances sur unéquipement

peut avoir des enjeux importants sur laqualité d’un produit

fabriqué, sur les impératifs de production, sur l’organisation

de la maintenanceouson optimisation ainsique surladurée

de vied’unéquipement.

Tous ces aspectsgénèrentuncoût supplémentairepournouset

nosclients et altèrent sonrendementdemanièreplusoumoins

significative selonlacriticité des équipementsconcernéspar

unemauvaisedétection de leur défaillance.

Chez Endel, les enjeux se situentplusspécifiquementauniveau

Formation

àlasurveillancevibratoire

Préparez vos opérateurs àlacertification pour garantir

la disponibilité devos installations.

2modulesenfrançais liés àl’analyse vibratoireselon

l’ISO 18436-2, avec préparation aux examens et

Certification Mobius Institute, pour :




Réaliser vospropres mesures vibratoiresensélectionnant

les techniques de mesure et d’analysesles mieux adaptées

Diagnostiquer les défauts deséquipements ou installations

Définir un plan de maintenanceprévisionnelle vibratoire

Une session montée en partenariat avecPRÜFTECHNIK.

Le Cetim, acteur national de l’expertise vibratoireetleader del’analyse

de défaillancemécanique,est centredeformation et d’examen approuvé.

1602-020

Céline Cammarata

Tél.: 0344673682

sqr@ cetim.fr

La recherche

CARNOT

pour les entreprises

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I19


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

des coûtsdemaintenance,son organisation et sonoptimisation.Eneffet,

l’absenceoulamauvaisedétection des défaillances

aura des répercussions surl’organisationdes interventionsde

maintenance chez nos clients (fournitures, disponibilité du

personnel…).

Prenons lecas de la maintenance préventive réalisée sur

des équipements critiques (des compresseurs par exemple).

Cette maintenance est effectuée demanière systématique à

unefréquence figée,pourdes coûtsdemiseenœuvre parfois

importants.

La mise en place de moyendedétection commel’analyse vibratoirepermetd’avoir

un état de santédel’équipementetainsi

de décider du déclenchement d’une maintenance préventive

de manièreopportune.Ainsi,onpourrafaire l’économie d’une

casseprématuréeouadapter le plan de maintenancepréventif

(cibler lestachesdemaintenance àeffectuer,décaler le début

des travaux) selonl’étatdel’équipement.

Nous constatons queladétection des défaillancesetleur suivi

est unlevier important pourl’optimisation de notre maintenanceetl’amélioration

des performances de nosclients.

quels sont vosmoyens de détection et

quelleplaceoccupe l’analysevibratoire

dans vosateliersdemaintenance?

Aujourd’hui, de nombreux moyens de détection

sont disponibles, parmi lesquels l’analyse vibratoire(onlineouoffline)

quiserévèleêtreunoutil

très puissant pour le suivi des dégradations des

machines tournantes. Elle permet defaire de la

maintenanceconditionnelle.

Les deux photos représentent des spectres de

fréquences issus de l’analyse vibratoire d’un

moteur-électrique deturbine deventilation pour

le premier et celuid’une pompepourlesecond. Ces

mesures ont été réalisées lors de contrôles périodiques

surdeux de noscontratsdemaintenance.

Lors de ces contrôles, des niveaux globaux anormaux

ont été mesurés, en premier lieu, sur les

paliersdes moteurs. Unemesurespectrale apermis

de mettre en avantdes dégradations surces équipements.

Surlemoteur de ventilation, un défaut surlacourroieainsi

qu’unproblèmed’équilibrage de la turbine

ont été détecté (voir description typologique sur

la photo).

Surlemoteur de pompe, unedégradationduroulement

du palier côté accouplementaété détecté(voir

descriptiontypologique surlaphoto).

La thermographie peut être complémentaire à

l’analyse vibratoire. Par ailleurs, elle peut être

Exemples de dégradations détecté par l’analysevibratoire

20 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


Le fruit de 40 années

d’expérience dans la

maintenance ultrasonore

Nos fondements:

polyvalence, simplicité &profitabilité

utilisée également pour ladétection de défaut électriques

(échauffements) ou de défaut de réseau de fluides caloporteurs

(fuites, pertes thermiques).

La première photo est unthermogramme issu d’une campagne

thermographique effectuée sur des armoires électriques. Ici

une surchauffe decertains relais est mise en évidence.

La secondephoto estissued’uncontrôlederéseauvapeur.Lethermogramme

metenévidence un défaut de calorifugeage (point chaud

en haut du calorifuge)entrainantdes pertes thermiques.

D’autres moyens commel’analyse de courant,l’analyse ultrasonore

sont égalementutilisés.

Concernant l’analysevibratoire, elle estdeplusenplusutilisée par

noséquipes dans le cadredecontrat de maintenancepluri-annuel.

L’amélioration en termes d’ergonomie des outilsainsi que

la détection automatique decertaines dégradations proposée

parles logiciels de mesuresont grandementfacilité l’accessibilité

technique des analyses de mesuresvibratoires.

Aujourd’hui, elle prendune place importante dans nosdémarches

d’amélioration de la maintenance etnous sommes forces de

propositionsvis-à-vis de nosclients pour l’intégrer ànos plans

de maintenance.

quelles technologies utilisiez-vous auparavant ?

quels problèmes posaient-elles (en termes de

rapidité,dequalité de détection de défauts, etc.) ?

Avantlamiseàdispositiondeses technologies, nous utilisions des

techniques très basiques. Lestechnicienscontrôlaientleniveau

de bruitgénéraletéventuellementlatempérature (des palierspar

exemple) pour établir un suivides équipements. La qualitéde

détection des défautsétait très limitéeettrèstardive et pouvaitne

paspermettre d’apprécier des débutsd’apparitiondedéfaillance.

quelles solutions utilisez-vous ?

Pour l’analyse vibratoire nous utilisons des systèmes offlines.

C’est-à-dire que nous possédons uncollecteur sur lequel est

connecté un capteur de vibration (accéléromètre). Un logiciel

permet de programmer les types demesure, les stocker etles

analyser.

• Détection de fuites d’air comprimé, d’autres fluides

et de vide

• Contrôle de bon fonctionnement des purgeurs

vapeur, vannes et pompes

• Surveillance de l’état des roulements et engrenages

• Contrôle de regraissage

• Accélération et vitesse vibratoires

• Localisation de défectuosités électriques

Contactez-nous

pour une démonstration

sur vos installations de nos

solutions sur mesure.

SDT International s.a.

Bd de l’humanité 415 -B-1190 Bruxelles

info@sdt.be -www.sdt.eu

+32 (0) 2332 32 25

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I21


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

Exemples de dégradations

observées en thermographie

manipulation.Les capteurstriaxiauxetsans fil facilitent

grandement leur mise en place sur l’équipement

et évitent lamultiplication des points de

mesures. Le plus important, lors de la prise de

mesure estdes’assurer quelecapteur estbien fixé

(collé ouaimanté) sur le palier de l’équipement à

contrôler. Les anciennes générations sont moins

ergonomiques carelles sont filaires et leur capteur

estmono-axial.Ilexiste aussides produits Atex.

Le principe estsimple:des rondes sont effectuées

par nos techniciens afin de réaliser les mesures

vibratoiresàl’aide d’un collecteur.Ces rondes réalisées

àdes fréquences définies (selon l’état,lacriticité

des équipements), sont amenéesàévoluer selon

lesrésultats obtenus.

Descollecteursdenouvelles générationssontmaintenant

utilisés surcertainscontrats. Cessystèmes

sont sans fil, utilisent des capteurs devibrations

triaxiaux (trois axes demesures effectués simultanément)

etsur certains modèles, lediagnostic

global estproposé.

sont-elles des outils « standard »,

quel’ontrouve sur le marché,ou

PlutÔtdes solutions « maison » ?

Lesoutilsutilisés sont des produits proposés parles

constructeurs. Nous utilisonsles solutions filaires

et sans fil disponibles surlemarché. Cessolutions

pour l’analysevibratoirecomprennentles capteurs,

les collecteurs etles softwares. Les constructeurs

proposentgénéralementdes solutions complètes.

Nous n’avonspas développédesolution«maison »

carnousavons trouvé dessolutions surlemarché

quicorrespondaient ànos besoins.

comment utilisez-vous ces outils ?

existe-t-il des règles d’utilisation

/bonnes Pratiques à adoPter Pour

chaque tyPe de matériel ?

Ces outils sont utilisés sur site auplus proche

des équipementsàcontrôler.Les nouvelles générations

decollecteurs sans fils sont des tablettes

tactiles robustes avec des équipementsdeprotections(housse

antichoc,harnais)pourfaciliterleur

Aujourd’hui,

l’analyse vibratoire

prend une place

importante dans

nosdémarches

d’améliorationdela

maintenance et nous

sommes forces de

propositionsvis-àvisdenos

clients

pour l’intégrer

à nos plans de

maintenance.

ces outils font-ilstouJoursPreuve

de fiabilité ?ya-t-il des risques

d’incertitudes voired’erreurs ?

La fiabilité de ces outilsest la même quecelle des

autres solutions informatiques en mobilité. Une

calibration du matériel (capteur et collecteur) doit

être réalisée régulièrement(unefoistousles deux

ans) afin des’assurer delaqualité de la mesure.

Concernant la fiabilité des mesures, elle dépend

égalementdelarigueur avec laquelle elles sont réalisées.

Le positionnement du capteur,les conditions

de fonctionnement (vitesse,charges) de l’équipement

lors de la mesure sont autant de paramètres

àvérifier pour obtenir des mesures comparables

et significatives, afindeconcluresur l’avancement

d’unedégradationlorsd’unsuivi régulier des installations.

ya-t-il des erreurs d’utilisation à ne

Pascommettre ?quelles sont-elles ?

Le plus grand danger lors del’utilisation d’outils

d’analysevibratoireest le manque de rigueur lors

de la prise demesure. En effet, les conditions de

fonctionnement,lemodedefixation du capteurou

encore le type de capteur sont des facteursinfluençant

significativement les mesures.

Lors d’une surveillance vibratoire périodique, il

estindispensableque ces facteurssoientmaitrisés

(identiques entrechaquemesure). C’estlacondition

pour queles mesuressoientcomparables (principe

de reproductibilité) etque le suivi etladétection

des dégradations soientefficaces. C’estpourquoi,

il estobligatoired’indiquer la position du capteur,

la vitessederotationetles conditions de fonctionnement

des équipements àcontrôler, afin queles

prises de mesure se fassentdans les mêmesconditionsàchaqueinterventionetquelque

soit l’intervenant.


Propos recueillis parOlivierGuillon

22 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


CTMO ®

Collecteur Temporel MObile

Une approche d’expert

CTMO ® Mesure

Collecte et contrôle designaux

vibratoires pour le suivi d’un parc

machine

CTMO ® Equilibrage

Equilibrage assisté en 1ou2plans

CTMO ® Structure

Mesures deFRF et ODS sur le

terrain

CTMO ® Electrique

Collecte et analyse du courant

moteur d’un parc machine

contact@dynae.com

www.dynae.com

40 ans d’expérience

au service de vos équipements


dossier l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

retour D’expérience

flexibilité et expertise

pour plus de résultats

dans le monde industriel actuel, garantir la production devient crucial et prend une placede

plus en plus importante, parfois même au détriment de l’outil de production en lui-même.

c’est à partir de ce constatetdans ce contexte qu’i-careavulejour il yamaintenant plus de

dix ans. le but premier de la société atoujours été de garantir la production du produit final

tout en maîtrisant l’étatdesanté des équipementsetenoptimisant la disponibilité du process.

Enplusieursannées, I-car adéveloppé plusieursservices

en ce sens afin d’offrir àaux industriels une réactivité

et uneflexibilité optimale dans le domainedela

maintenance prédictive et conditionnelle et dans le

domainedelafiabilité. « Notreéquipecompteaujourd’hui plus

de 110 ingénieursenEuropeavec, en outre, troisnouvelles filiales

auxÉtats-Unis, en Australie et en CoréeduSud », indique-t-on

au sein de la sociétébelge.

Aprèsquelques années et de nombreuses prestationsréalisées

sursite, I-Careaégalementdécidé de développer sonpropre

outil de maintenance prédictive ;celui-ci se révèle être très

complémentaireaux outilsque la sociétédistribue habituellement.«C’estlaraisonpourlaquellenousavons

décidé de créer

notre propre capteur devibration et de température sans filet

fournissant des données spectrales, cequi dans ce domaine est

primordial dans la mesureoùils’agitduseulmoyen de pouvoir

24 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


l’analysevibratoire:une stratégie gagnante

dossier

déterminer avec précision ledéfaut présent sur lamachine et

surtoutson niveaudegravité ! ». BaptiséWi-Care,cet outil est

couplé àunportail particulièrement innovantqui permet la

consultation de données provenant de différentes technologies

simplementàl’aide d’un nomd’utilisateur et d’un motde

passe, et ce àpartirdevotre téléphone, d’unetablette ou d’un

ordinateur…Cet outil donnelapossibilité de connaîtreàtout

instantl’étatdesanté des équipements.

Afind’illustrer plus en détailetdemanièreconcrète, les différentsoutilsutilisés,

associés àsaphilosophie de travail, I-Care

proposeci-dessousuncas d’étude réaliséàlasuite d’uneexpertise

sursite. L’objectifétait de déterminer la causeprimairede

défaillance d’un équipement lourdetsurtout de déterminer les

différentesvoies d’amélioration possible.

Le département Condition Monitoring, dont l’activité principale

concerne la prestation deservice relative àlamaintenance

conditionnelle, amis toute sascience au service d’un

fabricant desystèmes d’entraînement mondialement connu.

Le but de la missionétait de réaliser uneexpertise au Moyen-

Orient surunréducteur complexe. « Notrepartenaireafourni

unesolutionuniqueàunclientactif dans le secteurdes “Mines

et Extraction” enArabie Saoudite », précise-t-on ausein de

la société. Leursprocédés de fabricationgénèrentdes efforts

colossaux surles éléments mécaniques des équipements ;de

ce fait, les machines sont malmenées. « En cours deproduction,

notre client aremarqué unphénomène vibratoire inexpliqué

surl’équipementenquestion, ce quiaengendréunarrêt

de production ».

Afind’identifier l’origineduproblème, de proposer des pistes

de solutionetpermettre au clientfinalunredémarrage de la

ligne,lepartenaireademandé auxéquipes d’I-Careune expertise

en urgencesur ce réducteur complexe.

Unecompétenceappropriée et unetrèsgranderéactivité

Le système d’entraînement est équipé àl’origine dedeux

capteursdevibration destinésàla prisedemesures globales.

Ces valeurs sont ensuite exportées vers unsystème de suivi

(CMS). C’estgrâceàce système de suivicontinu quelephénomène

vibratoire responsabledeladégradationdes composants

aété misenévidence.«Lesdonnées quenousavionsàdisposition

ontpermisdemettreenévidence de fortesvariationsd’amplitude

pendant des intervalles decourte durée (de l’ordre de

l’heure) ». Parce que la cause initiale n’a pas été identifiée et

éradiquée, le phénomènevibratoireapersisté et agénérédes

arrêts de productionprolongés. Étant donné quelecontexte

économique du secteur et le prix des machines imposent une

compétence appropriéeetune très grande réactivité, le partenaired’I-Careadécidé

de solliciterson aide en vue d’identifier

la causeracinedeceproblème.

Suiteàunepremièreinterventiond’I-care sursite, un défaut de

roulementmajeur,masquantlephénomène vibratoire source,

aété détecté surlamachine. « De ce fait,notre partenaire aété

contraintderemplacerlamachine parune solutionsimilaire mais

avec un casing différent.Cedernier apouravantagedeprésenterdes

meilleuresperformances surd’autreséquipements similaires

». Ensuiteafin de suivre la remise en service de la machine

et d’éventuellementdétectercertainsproblèmes, I-careaplacé

des capteursdesuivi continusans fil Wi-care.

LesWi-care misenplace ontpermisd’identifier un désalignement.Face

àceconstat,I-Carearéalisél’alignement nécessaire.

Unefoiscedoubleproblèmesolutionné(problèmederoulement

et délignage), plusieurs mesures de précision complémentairesaux

mesuresWi-careont ainsiété réalisées. Le but de

cetteexpertise vibratoire et de ce suivispectralàdistance estde

permettredesuivrel’évolutionaucours du tempsduproblème

vibratoire initial. Le lignage accompagné d’unemodification

structurelle ontpermisune baisse des amplitudes vibratoireset

un redémarrage de l’équipement aprèsplusd’unmoisd’arrêt.

En maintenanceaussi, l’unionfaitlaforce!

Àcejour, nonseulementleclientfinalest satisfait carsaproduction

estànouveau assuréeetses équipements sontàprésent

suivis en continu. « Ensuitenotre partenaire,étant satisfaitde

l’énergiedéployéeetdes solutionsmisesenplace pour résoudre

sonproblème, ademandé d’équiperd’origine unedeces machines

devant être installée en Amérique du Sud ».

Grâce àl’expertise d’I-Caredans le domainedel’analyse vibratoireetlascience

de la conception des machines de notrepartenaire,

« nous pouvonsàprésent offrirauclientFinal unesolution

de suivipermanent avec unevisualisation en lignedès l’installation

de l’équipement.Ainsi,ilseraenmesured’évitertoute situation

urgente et de déterminer la cause primaire de défaillance et

ainsiévitertoute dégradationindésirable. » ●

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I25


MAnAgeMent

la transmission

des connaissances,

un atout stratégique

pour la maintenance

WorldSkills France

Bien réussir la transmission des connaissances dans

son entreprise serévèle être, dans bien des cas, un

atout majeur par rapport àses concurrents. Cela

vaut aussi bien en production qu’enmaintenance,

domainedans lequel la sous-traitance àtout-va alongtemps

étélarègle quis’imposait. Or lorsquelarécente criseafrappé

l’industrie, bien heureux étaient ceux qui avaient gardé leur

équipe de maintenance, celle qui était encore capable d’aller

au-delà de simples opérationsdeniveau 1enintervenant sur

un parc de machines et d’équipementsvieillissant ;lesinvestissements

dans l’outil de productionétant àcemoment-làau

pointmort, les industriels ne pouvaientdès lors compterque

surleurséquipements et redoubler d’efforts pour lesmaintenirencondition

opérationnelle.

anticiPerl’avenir

Mais il ne s’agit pas seulement demaintenir une équipe de

maintenance, composée d’un responsableconnaissant chaque

installation del’atelier sur lebout des doigts. Reste maintenant

àperpétrer ce savoir,àle transmettre àdes plus jeunes.

Bref,àanticiperledépartenretraiteduresponsablemaintenanceouencorelesimpledépartdecette

personne pour une

autreentreprise… et donc anticiperdenouvelles crises, qu’elles

touchent l’économie tout entièreoubien l’entreprise elle-même.

Concentrer le savoir-fairedetout un service –qui plus eststratégique–entreles

mainsd’une seulepersonnerevient àmettre

tous sesœufs dans le même panier.Unréflexe bien dangereux

au regard de la concurrenceet, ne l’oublions pas, des aléasde

la vie(maladie,accidentgrave,burn-out,etc.).

des solutions existent

Dans ce contexte,latransmissiondes connaissances doit être

priseausérieux et suffisamment tôtpourqu’elle soit efficace.Ce

dossier spécialementconsacréàcesujet va tenter de montrer

ànos lecteurs que transmettre son savoir peut s’effectuer de

façonsimpleetefficace.Àtravers desméthodesetdes bonnes

pratiques de management (ouplutôt de knowledgemanagement),

basées avanttout surletriptyque «acquisition-conservation-transmissiondes

connaissances », nous verronsque des

remèdes àlaperte du savoir existent,qu’ilssoientinstitutionnels

(avecunfocus portésur les Compagnons du devoir) ou

technologiques avec l’arrivéesur le marché de solutions logicielles

ou liées auxobjets connectés ;en effet, àl’heuredel’industrie4.0,

des innovations souvent issues de start-upvoient

le jour.Des solutions àprendre au sérieux mais si cette question

dépend avant tout de la volonté du dirigeant de perpétuer

le savoir. ●

OlivierGuillon

le Dossier en Détail

28 Les Compagnonsplusprésentsque jamais dans la transmission des savoirs

30 La technologie au servicedelatransmission du savoir

32 Téléporter son savoir-faire,l’autremoyendetransmettreses connaissances

34 Quelques règles pour réussir la gestion des connaissances en entreprise

26 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


12

34

12

34

8 EPEM

Industries

Salon des Services, Equipements, Process Et Maintenance

Lessolutions “cœur d’usine “àvotreporte

27, 28 et 29 septembre 2016

TOULOUSE

-3 ème édition -

8000 M 2 - 450 exposants

Sud-Ouest

TOULOUSE

Nouveauté2016 :

Un espacedédié àlacobotique

La Cobotique,vous connaissez ?

Cesnouveaux robots collaboratifsqui viennentprêter

main forteaux opérateurs industriels…

Présentations /Démonstrations sur un espacecentral dédié, durantles 3jours du salon.

15 000 M 2 - 700 exposants

•lamachine-outil

•lamachine d’atelier

4000 M 2 dédiés à:

•larobotique

•les équipements

et services associés.

24, 25 et 26 janvier 2017

DOUAI

-6 ème édition -

DOUAI

Nord

Des solutions àtoutes vos

problématiques :

production, maintenance,

sécurité, environnement, …

Information et Réservation Toulouse 2016 /Douai 2017

05.53.49.53.00

www.sepem-industries.com / contact@even-pro.com


MAnAgeMent

formation

les compagnons

plus présentsque jamais

dans la transmission

des savoirs

sans nécessairement accabler une nouvellefois

l’incapacité de notreactuel président de ne pouvoir

enrayer le chômage (700 000 demandeurs

supplémentaires depuis le début du quinquennat),

on ne peut que constaterque l’action menée

en faveur de la formation professionnelle, pourtant

au cœur des préoccupations de campagne,

estunéchec. elleest pourtant le rempart

d’une situation absurde :l’industrie, en particulier

dans lesmétiersdelamaintenance, ne parvient

pas à trouver suffisamment de personnel

qualifié.lasolution existe pourtant et, surprise

(!), ellen’estpas nouvelle:celle-ci passe

par l’apprentissage et la transmission des savoirs,

à la manièredes compagnons du Devoir.

En répondant à une demande toujoursforte,

l’apprentissage adebeauxjoursdevant lui

et forme unnouvel entrant dans la «maison »;

les Compagnons du devoir sont en effet rattachés

àdes maisons, l’une des plus connues étant

sans nul doute celle deParis, place Saint-Gervais,

dans le 4 e arrondissement. « Je ne savais pas

trop àquoi m’attendre mais une fois entré chez les

Compagnons, j’ai été surpris de l’énergiequ’il yaici,

raconteAlexisMorey. Il faut vivreàl’intérieur pour

s’en rendre compte ».

©CompagnonsduDevoir

Alexis Morey est âgé de23ans. Titulaire

d’un Bac «S»(scientifique), ce

jeune titulaire d’un BTS «Conception

et industrialisation micro-technique

»est entréchezles Compagnons du Devoir

il yatrois ans. Silapremière année lui apermis

de faire une véritable remise àplat des connaissances

et des fondamentaux dans les domaines de

la mécanique notamment, AlexisMorey apuvalider

en deuxième annéeune licence en production

industrielle,enpartenariat avec le Conservatoire

national desArtsetmétiers(Cnam). Et de suivre

une tradition vieille deplusieurs siècles qui veut

qu’unjeunecompagnon devienne maître de stage

Mécanicien de précision

©CompagnonsduDevoir

28 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


MAnAgeMent

Il faut dire que le peu d’implication delapart

des acteurs del’Éducation nationale dans la

promotion de cette filièrecapabledeprofessionnaliser

via l’apprentissage etderesponsabiliser

(grâce au versementd’une indemnité àhauteur de

50 %duSmic, soit deux fois plus quelemontant

minimum légal) des jeunes souvent perdus dans

les méandres de l’orientation professionnelle,

explique en grande partie la méconnaissance

d’une institution pourtant très ancienne ;d’ailleurs,

cette image historique mais vieillissante,

Vincent Allombert, responsable recrutement à

la Maison des Compagnons d’Ile-de-France, le

déplore :«nous déployons beaucoup d’efforts dans

la promotion des métiers etdeleur extrême diversité.Entantqu’institution,les

Compagnons sont trop

souvent assimilés àunvieux musée alors qu’il s’agit

d’une structure rigoureuse, fondée sur l’apprentissage

et desvaleurs solides detransmission du savoir,

formant en entreprise et répondant aux besoins

actuels dumarché, le tout eninculquant aux jeunes

l’esprit d’équipe et en leur apprenant àêtre mobiles

et autonomes ».

Opération de maintenance

« Danslapromotion

des métiers, force

est de constater

que l’Éducation

nationale ne fait rien

pour nous

[lesCompagnons

du devoir]. »

« On stigmatise trop

souventles filières

techniquesque l’on

trouvedans les

entreprisesetdans

lesquelles on refuse

d’entrer. »

à Peine trois à quatre moisavant

de trouver du travail

Cette promotion –qui passe notamment par les

Journées Portes ouvertes organisées en débutd’année

–trouve-t-elleécho ?Oui,auprèsdes jeunes,

dès lors qu’ils ont été informés des nombreux

métiersque les Compagnons du devoir couvrent,

de l’artisan boulanger aux métiers delamécanique

en passantpar la maintenancedes équipementsindustrielsoudumatérielroulant…«Dans

la promotion des métiers, force est deconstater que

l’Éducation nationale ne fait rien pour nous,regrette

le responsable recrutement. On ystigmatise trop

souvent les filières techniques que l’ontrouve dans

les entreprises etdans lesquelles onrefuse d’entrer ».

Un immense gâchis car la préoccupation deces

mêmes entreprises, au-delà de maintenir leur

niveau d’activité, est de trouver les compétences

humaines quifontcruellement défaut aujourd’hui

alorsmêmeque la croissance industrielle reprend

des couleursetqu’il esturgent de prendreletrain

en marche. «On propose aujourd’hui de former les

jeunes en échec scolaire dans des “lycées professionnels”cequi,àmon

sens, n’adesens quecelui de maintenir

cefameux “85 %debacheliers”. Ensomme, ils

servent àcréer une armée de chômeurs qui viendront

seperdre sur les bancs des facultés de Philosophie,

deSociologie oudePsychologie !Pendant ce

temps, les jeunes Compagnons mettront entre trois

et quatre mois avant detrouver du travail, correctement

rémunéré et directement lié aumétier qu’ils

auront appris ».

ne Pas désarmer

Pour pallier ce déficitd’image,VincentAllombert

se démène, se rend dans les collèges, les lycées, les

bureaux d’information jeunesse et autres salons

de l’orientation. L’objectif :montrer aux jeunes

qu’il existe d’autres perspectives qu’être policier,militaire

ou agentSNCF, référencefaite aux

secteurs qui ont réussi àpénétrer les établissementsscolaires.

« Notre but est permettre aujeune

de mener une réflexion sur unprojet àvenir en lui

faisant découvrir nos vingt-huit métiers. »

Le responsable recrutement de la Maison d’Ilede-France

nedésarme pas, même si «l’ubérisation

»des métiers risque encore de porter un

coup àl’institution. On peut néanmoins supposer,

sans trop spéculer,que le désir insatiabledes

jeunes àentreprendre uneactivités’appuyant sur

la numérisation, neconcernera pas desitôt les

chaudronniers, les mécaniciensdehaute précision

ou encore les carrossiers… et quel’apprentissage

aencore de beaux jours devant lui. ●

OlivierGuillon

©CompagnonsduDevoir

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I29


MAnAgeMent

innovation

la technologie

au service

de la transmission

du savoir

Créé àLille il yatrois ans par Sébastien

Chevalier et Emmanuel Toulisse,

Picomtosedéfinitcomme unesolution

offrant de nombreuses applications destinées

àformaliseretàvaloriserlesavoirdel’entregrand

vainqueur du concourserDfinnovation

dans la catégorie transmission du savoiretgestion

de la connaissance, picomtoest une solution

Webetmobilechargéedecréer,gérer, partager

et analyser lesmodes opératoires,procédures

internes,support savetprocédures de maintenance…

un outil quin’a pasmanqué de séduirelelillois

actemium lilleDigitalessolutions.

Cesguidespeuvent êtreconsultés par tous et de partout

puis intégréssur le site Webdel’entreprise

Picomto estunsystème ouvert qui se présente

souslaformedeguides « pas à pas »

prise. « Au départ, aumoment delacréation dela

sociétéPeoplBrain, nous avions développélemêmetype

de produitmaisorienté grandpublic,raconteSébastien

Chevalier, dirigeant. Puis nous avons constaté

qu’aucun produit n’existait dans le domaineindustriel

pour formaliserlesavoir-fairetechnique »… d’autant

que dans l’industrie, le savoir est précieux etsa

transmissionrésolumentstratégique.

Déployée depuis juillet 2015, la solutionPicomto

estunsystème ouvert utilisableetseprésentesous

la formedeguides «pas àpas ». Le guideprend la

formed’undiaporama,dans lequel chaque page est

constituée d’une image accompagnée d’un court

texte de400 caractères maximum, d’interactions

et de formes. Normalisés, multilingues etmultiplateformes,

ces guides génèrent àmoindre coût des

modes opératoires. Ilspeuvent être consultéspar

tous et de partout (smartphone, tablette, Web) puis

intégrés (et modifiables dans le temps) sursites Web

de l’entreprise,blogs, etc. « N’importequi dans l’entreprise

peut formalisersaconnaissance et la modifier

dans le temps, en fonctionpar exempledel’évolutiondu

cadre législatif en matièredesécuritédes machines ;et

la modification apportée sera prise en compte partout ».

Un belexemple d’outil d’amélioration continue.

Chaque guide génère égalementunGif un et QR

Code pouvant être collés sur leproduit. Dans le

domainedelamaintenance,l’entreprisepeutsignifier

àses équipesquelles sont les procéduresàsuivre

pour l’entretien des machines ou en casdeproblème

technique.Personnalisableenfonctiondes besoins

desindustriels,Picomto peut aussis’interfacer àun

30 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


système de GMAO.Plusprécisément,unguide

d’autodiagnostic metenscène unecontextualisation

parrapport àune situationdonnéeetse

constituedequestionssimples accompagnées

de photos. Tout estinteractif:étapepar étape,

l’utilisateur estorienté vers unepremièrephase

de diagnostic :«Le branchement est-il correct ?

si,oui,cliquez»;puisletechnicien poursuit

sonintervention. Sinon, celui-ciaccède àun

nouveaumodeopératoire, simple et court.

une solution qui aconquis

unenouvelleentrePrise

de la marque actemium

De soncôté, l’entreprise Actemium LilleDigitales

Solutions (voirencadré), start-upd’intégration

de solutions et de technologies innovantes

créée en octobre2015 au sein de la marque du

groupeVinci Energies,aimmédiatementadhéré

àlasolutionPicomto.Ilfautdireque les deux

sociétés hébergées au sein du très dynamique

parc d’activitésetincubateurlilloisEuraTechnologies

se sont connues surunterreau favorableàl’échange

d’idées et de technologies. « La

solutionPicomto nous atoutdesuiteplusdansla

mesureoùcette technologieinnovante estenmesure

de séduire la nouvelle générationprésentedansl’industrie,précise

Frédéric Thouot, chef d’entrepriseActemiumLilleDigitales

Solutions. Outre

« La solution

Picomto est

unetechnologie

innovante capable

de séduirela

nouvelle génération

dans l’industrie »

– Frédéric Thouot

(Actemium Lille

Digitales Solutions).

actemium lilledigital solutions,

une start-up dédiée à la valorisation

des données industrielles

La marque du groupeVinci Énergiesenrichit son offred’une nouvelle

entreprise spécialiséedans la valorisation desdonnées industrielles.

Crééeenoctobre2015ausein de l’incubateur Euratechnologies à Lille,

la startupActemiumLille Digital Solutions propose aux industriels de

recueillir et d’exploiter intelligemment leursdonnées pour optimiser leurs

processdeproduction. « Notre conviction, en tant qu’expert des process

industriels, estque la dataaun rôle cléàjouer dans la transition vers

la SmartIndustry,adéclaré OlivierAlbessard, directeur de la marque

Actemium. Présentetout au long de la chaîne de production,elleest

une richesse encore sous-exploitée:une fois recueillie et analysée, elle

permet d’assurer une gestion optimaledes usines. C’est cetteressource

qu’Actemium LilleDigital Solutions met à profitpour accompagnernos

clientsindustriels dans l’optimisation de leursprocess ».Lastart-up

accompagne lesindustriels autour de la data, qu’elle recueilletout au long

de la chaîne de production, centralise puisanalyse.Unpuissantvecteur

d’informations qui permetensuitededégager uneconnaissanceglobale

et en temps réel afindesuperviser,notamment, le contrôle de la qualité,

le suivi de production et de performance sans oublier la maintenance

prédictivedes sites industriels.

INDUSTRIEPARIS

LE SALONDES TECHNOLOGIES DE PRODUCTION

4-8 AVRIL 2016

PARIS NORD VILLEPINTE

Le futur de l’Industrie

se construit aujourd’hui!

50 filières

représentées

9parcours

technologiques

25000

donneurs d’ordres

1000

exposants

60000 m²

d’exposition

Avec le soutiendu

WWW.INDUSTRIE-EXPO.COM


MAnAgeMent

start-up

téléporter

son savoir-faire,

l’autremoyen

de transmettre

ses connaissances

Picomto peutaussi s’interfacer à un système

de GMAO

Le concept Expert Téléportation est néde

l’observation des conditions de travail

des techniciens sur le terrain etdeleurs

besoins spécifiques. Les créateurs d’Expert

Téléportation, unsystème de vidéo-collaboration

mobile àdistance qui rend possible la

coopération d’une personne sur le terrain avec

une ouplusieurs personnes distantes, n’importe

où dans le monde. L’objectif est le suivant :«Être

informé en temps réel etdemanière fluide lorsqu’un

problème technique survient, visualiser l’information

et surtout, garantir une interprétation la

plus fiable possible decelles-ci », Frédéric Pedro,

PDG delasociété Expert Teleportation.

Si la start-up atravaillé audépart sur cette solution

avec DCNS, c’est avec GRDF qu’elle abousa

capacité àcentraliserl’information et le savoir-faire,

àhomogénéiserles donnéestoutenrestant très simple

d’utilisation,cette solutionest capabledefaire de l’analyse

comportementale, ce quiplaît aussi beaucoup ànos

clients ». En d’autres termes, Picomtopermetd’analyser

les procédures demaintenance et de savoir

commentest utiliséunguide ;«nous disposonsd’un

retourd’information surletemps mispar exemplepar

un technicien pour analyser unediapo ;s’ilreste dessus

pendanttrois minutes,celasignifie quel’image n’est pas

suffisammentpertinente ».

Cettetraçabilitédes procédures de maintenanceest

égalementutile, outre l’optimisation et l’amélioration

continue dans la transmissiondusavoir, dans

la diffusiondes règles de sécurité. L’aspect ludique et

évolutif du système offre la possibilitéàl’industriel

d’yinsérer en début de guide les règles élémentaires

d’hygièneetdesécurité. Unefoisque le technicien

apris connaissance des consignes, il doit cliquer

sur l’onglet «Oui, j’accepte»pour démarrer l’intervention.

Idem pour les systèmesd’alarmesitués

surles machines, en casdedétection du moindre

défaut,ilest possibledefaire apparaître un guide

afin desavoir immédiatement ce qu’il faut faire.

« Le système est àlafois simple etpuissant, ce qui

nous permet d’envisager différentsscénarios.Picomto

se révèle donc unesolution“différentiante” vis-à-vis de

nosclients », conclut Frédéric Thouot. ●

OlivierGuillon

c’estl’entreprise du moment. polm studio,

start-up crééeilyasix ans, était spécialisée

dans le secteur du jeu vidéoavant de réaliser

en 2013 un prototype de lunettes connectées

pour la Dcns, puis de définitivement concrétiser

ce développement à l’issu d’un projet mené

avec grDf.aujourd’hui, la solution expert

téléportation permet, comme son nom l’indique,

au technicien de maintenancedefaireappel à

une personne plus qualifiéequi le conseillera,

à plusieursmilliersdekilomètres de distance,

grâce à une vision en temps réel de chacun

de ses gestes.

32 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


Blended Learning

doublez vos performances

tit audéveloppement final de ces lunettes intelligentes.

« Chaque technicien est formé sur quatre types de tableaux

de transformation or il en existe aujourd’hui aumoins une

douzaine différents. Unproblème pour les techniciens qui

étaient contraints defaire de nombreux aller-retour, de se

débrouiller comme ils pouvaient pour, aufinal, réaliser un

travail approximatif, ouencore defaire déplacer une autre

personne. Enconnectant plusieurs personnes aumême

moment, entemps réel, ongagne du temps entermes de déplacement

et d’intervention, etdonc del’argent ». Par ailleurs,

avec ce système, il est également possible deformer plusieurs

personnes enmême temps àtravers des exercices pratiques

supervisés àdistance par un formateur.

La solution est composée de lunettes industrielles connectées

et d’un logiciel detélédiagnostic «Super streaming »

compatible avec les conditions de travail parfois extrêmes

des techniciens. Le logiciel s’adapte parfaitement àla qualité

du réseau disponible –etpeut s’appuyer sur le réseau 3G

en cas debesoin –,ainsi qu’à tous les supports disponibles :

mobiles, tablettes, ordinateurs, caméras endoscopiques, etc.

Ce système nenécessite aucune formation préalable. Côté

terrain, il suffit d’appuyer sur le bouton «Téléportation »de

la lunette ;côté expert, il suffit d’entrer une adresse Internet

(URL) dans son navigateur pour établir la connexion.

Le technicien sur leterrain peut alors continuer àtravailler

en gardant les mains libres, alors que l’expert àdistance

le guide entemps réel grâce àlatransmission audio/vidéo

qui lui permet de voir la situation comme s’il était lui-même

sur place. ●

OlivierGuillon

KSB lance les premières formations Pompes et Robinetterie

en Blended Learning.

Cette méthode, qu’on pourrait traduire par formation

mixte, combine :



Le e-learning où chaque apprenant, suit, enligne,

des modules constitués de textes explicatifs, d’exercices

interactifs, de vidéos, d’illustrations.

Le présentiel où tous les apprenants sont réunis avec leur

formateur ensalle oudirectement dans l’atelier équipé

d’un banc d’essai dynamique.

L’apprenant bénéficie d’outils pédagogiques plus diversifiés,

d’une partie présentielle plus dynamique et d’échanges plus

riches. L’entreprise réalise des économies sur le budget

formation (temps, frais, coût de la formation).

Avec le Blended Learning, KSB prend en compte les besoins

de l’apprenant etles impératifs de son entreprise.

Pour en savoir plus, contactez-nous :

training.center@ksb.com -+33 141477627

Pompes ■ Robinetterie ■ Service

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I33


MAnAgeMent

analyse

quelques règles

pourréussir la gestion

desconnaissances en

entreprise

Première étaPe cruciale de l’acquisition

des connaissances

Quecesoitpourlamiseenplace de compétences ou pour des

documents liés àl’activité del’entreprise, les deux principaux

points, surlesquels il s’agit d’être vigilant, sont l’anticipation et

une expression claire des besoins sil’onaspire àune acquisition

des connaissances réussie, efficiente, rapide et bien adaptée

àl’entreprise. L’achat d’une documentation technique bien

plus complèteque le besoin opérationnel n’estpas rentable. De

la même manière, uneentreprise nepourra pas bénéficierdes

compétences d’un soudeur s’il est uniquement formé sur des

aciersalors quelebesoindevaitégalementconcernerdes alliages

d’aluminium ;une sous-traitance sera alors nécessaire;mais

la question de la rentabilitédoit se poser enamont du procesle

secteur de la maintenance, quel qu’en soit

le secteur d’application, estparticulièrement visé

par la gestion des connaissances dans laquelle

l’ensembledes membres de l’entreprise doit

s’impliquer :dustagiaire au directeur,enpassant

par leschefsdeservice, et du technicien à l’ingénieur.

De cetteprise de consciencedépendent alorsl’état

de santé et la pérennité de l’entreprise.

Entraînement à la mer

Le socle d’une entreprise, de production oudeservice,

repose en grande partie sur ses connaissances qui en

constituent plus précisément sa richesse et son patrimoine.

Cesconnaissances formentlaclé voûtedel’entrepriseavecpourcorollaire

soit le succès et la croissance ou soit,à

l’inverse, sontalon d’Achilleetses conséquences parfoisfatales ;

la différence étant faite dans la capacité àmaîtriser la gestion

des connaissances. On peut distinguer les connaissances d’une

entreprise dans deux domaines :les ressources humaines et les

ressources documentaires. Dès lors, le principe de gestion des

connaissances estestimécomme performant,efficace et sérieux

si chacun se pose les bonnes questionsquant àlastratégie àadopter,

la politiqueàappliquer,les objectifs àatteindre,les moyens à

utiliser et les méthodes àemployer. Lesréflexions et lesactions

interviennentdans lestrois étapes clés de la gestiondes connaissances

(ACT) :l’Acquisition,laConservationetlaTransmission.

Au sujetdes connaissances liées auxressources documentaires, il

apparaît au préalableimportant de préciser la distinctiondevant

être faite entre une donnée, une information et une connaissance.

Les données sont des éléments bruts, sans signification

ni valeur puisqu’elles sont dénuées de tout contexte et de toute

interprétation. Les informations sont constituées de données

structurées etorganisées dans un environnement défini ;elles

ont donc unsens etdeviennent utiles. Les connaissances sont

constituéesd’unmélangestructuré d’informationsvaloriséesen

lien avec un contexteidentifié et spécifique.Enfin, parlasuite,on

peut direque le bonsens, voirel’intelligence,veuilleque chacun

(individu, institution ou entreprise) fasse le meilleur usage de

ces connaissances.

34 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


MAnAgeMent

sus d’acquisition :sous-traitance oudétention de

la compétence en interne?

Lesoutilsetles moyens pour acquérir des connaissances

relatives aux compétences sont notoirement

connus et ne nécessitent pas d’être listés

mais il convienttout de même de rappeler que«la

connaissance s’acquiert par l’étude, lasagesse, par

l’observation 1 »;en effet, unefoisles connaissances

obtenues, le compagnonnageetletutorat sont des

moyens très performantspourpouvoir,par la suite,

être capabled’enmaîtriser la mise en œuvreeten

faire bon usage. La possession deconnaissances

sans un apprentissage adapté et sans une expérience

suffisante risque de s’avérer inefficace voire

contre-productif.Citonspar exemplelecas d’une

personne possédant d’excellentesconnaissances sur

le traitement du signaletlapropagationdes ondes

quinepourraêtreconsidérée apte àemployerun

appareil de mesure d’épaisseur parultrasons qu’à la

suited’une périodedepratiqueminimalesupervisée

parunexpertpédagogue.Enfin, unedes approches

les plus efficaces pour acquérir des connaissances

est d’apprendre dans l’intention d’enseigner aux

autres ce que l’onapprend ;eneffet, « c’est quand

ilsenseignentque lestravailleursintellectuels et ceux

qui travaillentdansletertiaireapprennentleplus 2 ».

conserver à tout Prix

ses connaissances…

Conserver les connaissances constitue une étape

très importante pour le maintien des compétences

professionnelles d’un côté, et dans le cadredel’archivage

des ressources documentaires del’autre.

Lesprincipes de conservation doiventêtremaîtrisés

pour répondre aux besoins dequalité, quantité,

sécurité, sûreté et pérennité.Undocumentet

unecompétencenesontnaturellementpertinents

au sein de l’entreprise que s’ils lui apportent une

plus-value(rentabilitéetretoursur investissement).

Maintenir les compétences d’un technicien s’entend

effectivement être profitable dufait qu’il réalise,

sans interruption importante, un travail performant

et efficientauregard de sesqualifications et

certifications.Lapratiquerégulièreetlerenforcement

de l’expérience au quotidienconstituentles

pierresangulairesd’une conservation nominaledes

connaissances détenues. Un spécialiste en contrôle

endoscopique des chambres decombustion des

1. Marilyn VosSavant, auteureetjournalisteaméricaine.

2. PeterDrucker,professeur et consultant américainenmanagement

des entreprises.

Instructions sur machines

Il apparaîtau

préalable important

de préciser la

distinctiondevant

êtrefaite entre

unedonnée, une

information et une

connaissance.

Le compagnonnage

et le tutorat sont

des moyens très

performants pour

maîtriserlamise

en œuvre des

connaissances et en

fairebon usage.

Un document

techniqueou

normatif erroné,

introuvable ou mal

appliqué peutmettre

en péril la survie

d’une entreprise.

moteursthermiques ne gardera un bonniveau d’expertise

qu’à lacondition qu’il pratique régulièrement

et fréquemment. Soulignons parailleursque

certaines institutions et associations professionnelles

anglo-saxonnes imposent àses membresun

Soudure en atelier

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril2016I35


MAnAgeMent

niveau minimal en termes de formationcontinue 1 afindegarantir

le maintien de leur niveau professionnel.Cette formationcontinue

obligatoire, pour demeurer membre, laisse néanmoins un

choixtrèslarge des sources d’acquisition des connaissances ;elle

va de la visite d’un salonspécialiséàlapublicationd’unarticle

dans une revue en passant par des formations techniques de

plusieurssemaines.

On peut noterque,parfois,l’archivage des ressources documentaires

n’apparaît pasêtreune priorité carilest coûteux et n’apportepas

un retour surinvestissementrapide. Et pourtant,une

mauvaise gestiondes documentsetunmanqued’implicationdans

l’archivageont des répercussions quipeuvent être particulièrement

néfastespourl’entreprise, en premier lieu dans les domaines

de la SST, financier et la qualitédes produits et des services. L’archivagedes

documentsdoit répondre auxprincipes fondamentaux

de responsabilité, d’intégrité, de protection,deconformité,

de disponibilitéetdetransparence. S’ajouteàces points la nécessité

de pouvoir identifier très clairement 2 les documentsarchivés

de tellesorte àpouvoir être gérésdemanièreoptimale au cours

de toutes les étapes de leurvie (notamment lors de la création,

du classement,del’utilisationetdeladestruction). Unebonne

gestiondel’archivage s’attacheaux besoinsdecomplétude,d’intégrité,

d’accessibilité 3 ,depertinenceducontenu 4 ,delisibilité,

de sécurité, de sûreté et de choix dusupport deconservation

et d’exploitation. Un document technique ou normatif erroné,

introuvableoumal appliqué peut mettre en périllasurvied’une

entreprise.Unmaintenancier quirègle uneconsigne de pression

ou utiliseune huiledelubrificationsur la base d’un document

de maintenancenon àjourpeutengendrerl’arrêt d’unechaîne

de production pendant plusieurs jours. Uncontrôleurd’apparaux

de levage possédant des documentsobsolètes (par exemple:

absenced’une consigne de vérificationréglementaire récemment

ajoutée)risquedevalider uneVRS ou uneVGP 5 avec un risque

potentielpourlepersonnel utilisateur ou àproximité.

… Pour mieux les transmettre

Les connaissances doivent «vivre »etdoncêtre transmises. Il

arrive parfois qu’un technicien d’atelier quitte une entreprise

avec sesconnaissances 6 sans quelarelèveait pu les «récupérer »,

intégralement oupartiellement. Certains métiers techniques

nécessitent unlong apprentissage de terrain pour acquérir le

savoir-faire, les règles de l’artetl’expérience ;l’absence de pérennisation

de ce patrimoinerendfragileune entreprise.Comme

1. En Grande-Bretagne le ContinuingProfessionalDevelopment(CPD).

2. Exemple:libellé, mots-clés, date(s), rédacteur(s), type de document,typede

classement,documents associés…

3. En particulier la rapidité et la notion de destination aux personnes ayant

besoin d’en connaître.

4. Notammentauregarddes misesàjour, des réglementationsetdes personnes

quiles utilisent.

5. Vérificationderemiseenservice et vérificationgénérale périodique.

6. Commeson précieux carnet,ses astucesetbottes secrètes, sonsavoir-faire

et sonexpérience.

Instructions sur machines

souligné plus haut,une méthode, coûteuse mais très efficace,est le

compagnonnageetletutorat.Ellen’est en effet pasrentableàcourt

termemaisconstitue un investissement précieux pour l’entreprise

quisouhaitemaintenir dans le tempsune solidité structurelle.

Le compagnonnageetLetutorat permettent aux«anciens»de

transmettrelepatrimoineintellectueletpratiqueaux «jeunes ».

Pour demeurer efficiente, cette transmissiondes connaissances

se doit d’être pilotéefinement parl’échelon de direction de l’entreprise

en appliquant en particulier le principe QQOQCCP 7 qui

garantit unebonne maîtrise de la gestiondes connaissances et des

compétences de l’entreprise.Ceprincipeest égalementappliqué

àtoutetransmissiondeconnaissances liéeaux activitésdel’entreprise

tellequ’àl’occasiondepassationsdesuite d’unefonction

ou d’un poste. Leséléments de suitenedoivent pasêtrehasardeux

et brouillons;uneorganisationstructuréeetunprocessus

prônantexhaustivité sont essentiels.

Une anticipation suffisante, l’utilisation decheck-lists et une

attestationd’acquisition garantissent unetransmissioncorrecte

et complète. Il ne faut néanmoins pas tomber dans le travers

des check-listsgénériques quiont tendance ànepas prendreen

compte la spécificité du type de transmissiondeconnaissances

et qui, àtermes, risquentden’êtreplusutilisés. Unecheck-listde

passationdechefdeprojetdétaillera ainsil’ensembledes items

structurant la gestion deprojet (planning, chemins critiques,

finances, aspectstechniques, coordonnées desinterlocuteurs…) ;

une check-list depassation de suite derondier intégrera tous

les aspectstechniques de la ronde(parcours,SST,outilsnécessaires,

observations faites précédemment, actionsentreprises ou

àréaliser…). Unetransmissionmal maîtriséeexposeàdescoûts

imprévuséventuellementexcessifs (par exemple:un planning

projet en courserronéouincomplet ;une fuitesur un équipe-

7. Qui, quand, où,quoi, comment, combien et pourquoi.

36 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


MAnAgeMent

ment avec unedescriptionapproximative voirenon mentionnéepar

un rondier).

La maîtrise de la transmissiondes ressources documentaires

repose essentiellementsur l’identificationetlatraçabilité. En

touterigueurl’identificationadéjàdûfaire l’objetd’une attention

particulière lors des étapes d’acquisition et de conservation

et devraitainsi pouvoir être repriseenl’étatlorsdela

transmission. La traçabilitédes documentsàtransmettre ne

relève pasuniquementdelatâche de secrétariatmaisimplique

nécessairementles personnesliées auxdocuments (rédacteur,

utilisateur outransmetteur). Cette précaution garantit une

transmissiondequalité ;enparticulier auxbonsdestinataires

(et uniquement), en toutesûreté 1 et avec unebonne prisede

conscience de l’exactitude et de la pertinence du contenudu

document.Les éléments de traçabilitédelatransmissiondes

documentscontiennent aminima :les destinataires (i.e.coordonnéescomplètes),

le groupedate/heuredetransmissionet

1. Préservation de l’intégritéducontenu du document auxseules personnes

destinéesàenconnaître.

Embarquement d’un moteur diesel

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril2016I37


MAnAgeMent

Principes généraux

Points clef

d’accuséderéception,les références de la transmission 1 ,niveau

de sûreté de la transmissionetletypedesupport utilisé 2 .

et aPrès?

Lestrois étapes d’acquisition,deconservationetdetransmission

des connaissances entrent dans un cycle indispensable d’amélioration

continue pour une bonne rentabilité del’entreprise

et un épanouissement des personnesytravaillant, ainsiqu’une

optimisation des ressources humaines et documentaires. Cette

amélioration continue impose ainsiune attitude dynamique au

niveau de toutes les stratesdel’entrepriseenseposantles bonnes

questionset, naturellement, en yapportant des solutions adaptées.

Un technicien de maintenancedevrait s’assurerlui-même

de posséder suffisamment de connaissances pour effectuer son

travailaumieux (qualité, sécurité, satisfaction client, normes…) :

est-il auclair avec les dernières mises àjour normatives, a-t-il

besoin d’évoluer en termes de techniques de travail, a-t-ilintégréles

récentesévolutions technologiques (outils, matériaux…)?

Il serait pertinentqu’un chef d’entreprise s’assure quelecorpus

documentaire qu’ilpossède soit optimal:les documentstechniquesetréglementairessont-ilsàjour,

le référentieltechnique

est-ilcomplet et actualisé, est-il adapté auxbesoins des techniciensetingénieurs,

l’archivage peut-il être amélioré, dequand

datent les derniersinventaires et recollements ?Cette remise en

question périodique ou en tant quedebesoindelagestion des

connaissancesconcourtpar ailleursàdonnerune imagedynamiqueaux

clients, unemotivationsupplémentairepourlepersonnel

de l’entreprise,une meilleurerentabilité financièreetungage

de pérennité des activités del’entreprise. Enfin, ajoutons qu’il

n’yapas d’âge pour acquérir et renouveler ses connaissances

1. Propres àl’entreprise, courriels,envoi postal ou service de transport…

2. Papier,fichier électronique,CD/DVDROM, cléUSB…

Optimisation

en citant àcetitre l’exempled’unexpertmaritimebritannique,

notoirementreconnu dans le mondeentierpar sespairs qui, à

l’âgede86ans et avec plus de soixante-dix années d’activité dans

l’industriemaritimeetnautique, revendique continuer àvouloir

apprendre dans sondomaine d’expertise et sollicite régulièrement

ceux quipeuvent luiapporterdes connaissances ou précisions

techniques et méthodologiques. ●

LionnelParant

CEng CMarEngMIMarEST

Officier mécanicien

Ingénieurmaintenance

marine.maintenance.management@gmail.com

38 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


Indicateurs de performances

Business Intelligence

Traçabilitécomplète

Contrôles qualitésur ligne

Maintenancepréventive

Maintenancecurativecurative

Suivides OF

Performanceinstantannée

Creative IT départementmarketing 2016 © -Crédits photos /Fotolia

Creative IT estl'éditeur du logiciel Qubes,une solution M.E.S.innovante

pour le suivi de la performanceindustrielle.

Basé sur le principe d'une description des processus de l'entreprise, le

logiciel Qubes permet d'automatiser de manière simple et fidèle le

fonctionnementdes différents ateliers pour en restituer une image fiable

au travers d’écrans de traçabilité et d’indicateurs de performance.

@:info@creative-it.net

www.qubes.com


MAintenAnce en ProdUction dossier AgroAliMentAire

reportage

immersion au cœur

d’un acteur majeur

de l’agroalimentaire

s’il estbien un secteur qui ne transige

pas sur lesuivi de ses équipements

de production, c’estl’agroalimentaire.

suivant un processunique et répondant

aux règles intangibles d’hygiène et de qualité,

l’usine nestlé de production de poudre

solubleadû investir massivement pour

anticiper la fortecroissancedes produits

dolce gusto.

L’explosion du marché des machines àcafé àdosettes

depuisune quinzained’annéesaprofondémentbouleversél’organisationetleprocessdenombreuses

usines

agroalimentaires. Il faut direque les marques désormais

mondialementconnues quesontNespresso(n° 1mondial),

Senseo,Malongo,Dolce Gusto ou encore Café RoyaletTassimo,

se sont rapidementimposées, en particulier dans les pays européens,

historiquementtrèsconsommateursdecafé.Etc’est sur

cette dernièremarque–Dolce Gusto –que nous avonsdécidé

de nous pencherenraisondeses nombreux investissements

pour moderniserson outil de production, de sesperspectives

de croissance et de l’impact de cette réorganisation du site de

Challerange (Ardennes) sur lamaintenance, dont leservice

Bertrand Pagnier, responsable maintenance

estdirigé par Bertrand Pagnier.Enposte depuis maintenant

quatre ans au sein du groupeNestlé, Bertrand Pagnier afaitses

débutsdans la métallurgieentantque technicien puis responsablemaintenance.Ilyresteune

dizained’annéesavant d’intégrer

unepetitesociétéfabriquantdes charpentes métalliques

puis de changerradicalementdesecteur d’activité en entrant

chez Nestlé en 2012.

Le changement radical d’environnement entre la métallurgie

etl’agroalimentaire aurait pu perturber un peu Bertrand

Pagnier.Maislasimilarité desexigences de cesdeux secteurs

industriels, tant entermes decadence, dedisponibilité des

équipements etmême d’hygiène, n’ont pas tardé leservice

àprofiter des compétences du nouveau directeur de la

maintenance dusite deChallerange. Ilfaut dire que de par

son activité principale –sécher le lait pour en faire dela

poudre avant d’être conditionnée dans des «big bag »qui

seront ensuite envoyés dans différents sites d’encapsulation

au Royaume-Uni,enEspagne ou en Allemagne –, l’usineest

confrontéeàdemultiples problématiques, àcommencer par

l’hygiène ;allantdel’opération de séchageauconditionnement

du produit fini et sonemballageavant expédition, les exigences

sanitaires atteignent un niveau maximal, etcetout au long

du process.

l’hygiÈne maximalegarante De la qualité

Chaque personne,enproductionouenmaintenance,est fortement

sensibilisée auxrègles élémentaires d’hygiène:porter une

attentionparticulière auxéventuels contacts avec la poudreet

40 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


dossier AgroAliMentAire

MAintenAnce en ProdUction

dans lesvolumes pour rattraper, parexemple,une semainedifficile

et marquéepar unepannesérieuse ».

Mais jouer surles volumes, au moment où le géanthelvétique

conforte sa position de leader incontesté des boissons chaudes,

n’estpas suffisant, d’autant quelamarqueDolce Gusto connaît

une croissance forte :«de 13 000 tonnes de poudre de lait

produiteschaqueannée,nousallons passer à20000 d’icideux

àtrois ans, soit uneaugmentationde30%de la production »,

reprend leresponsable maintenance, habitué aujourd’hui à

manier les chiffres tant l’enjeu est crucial. «Nos investissements

[lesquels s’élèventàprèsde12M€en2015 –NDLR] vont

considérablementnousaideràatteindre ce niveaudeproduction,

en particulieravecl’arrivéedunouvelévaporateur.Actuellement

en coursd’installation,cet équipement sera opérationnel àlafin

de l’année ».

SiteDolce Gusto de Challerange

les aliments, désinfecterles outils, identificationstricteetprécise

des pièces contenues dans le magasin technique avec des bacs de

couleur pour les pièces «haute hygiène »ou «basse hygiène »…

L’hygiène est naturellement liée àl’exigence de qualité, véritableprioritédans

l’industrieagroalimentaire ;«ces contraintes

deviennent très vite deshabitudesdetravail,des automatismes,

précise Bertrand Pagnier. Pour faire évoluer les pratiques et

toujoursmaintenir le meilleurniveaudequalité, nous travaillons

en lien étroit avec les hygiénistes et le service Qualité de

façon àécarter lesrisques de pollutionetdeparticules outout

corpsétranger susceptibles de s’infiltrer dans le process. Certains

partenairesnousaident dans ce sens, àl’exemple d’un fabricant

quiamisaupoint unevannemunie d’un système de détectionde

contact, capabledegénérer unealerteetd’interrompre le process.

Cette solution équipera notamment notre prochaine ligne de

dosage de sucre ».

Pour l’heure, àcharge aux techniciens demaintenance de

contrôler le mieux possible les vannes, en attendant d’autres

moyens commelasurveillancepar stéthoscope afindeprévenir

les frottements ;unprojetavecSKF estencours.

un processunique

Autreproblématique,qui fait égalementlaspécificité de la filière

agroalimentaire:un seul et unique process, pasd’îlotdeproduction,nidestock

tampon.Sous-entendu, aucunéquipementde

la chaîne de productionn’a le droit de tomber en panne. « Naturellement,

le “zéropanne”n’existe pas,regretteBertrandPagnier.

C’estpourquoiilest importantdemaintenir unecertainesouplesse

une surveillanceDetous lesinstants

Des équipements, il en est fortement question dans l’usine

ardennaise de Nestlé.Sollicitésseptjours sursept, vingt-quatre

heures survingt-quatre,ils ne s’arrêtent jamais de tourner(pour

plus d’informationssur le process, se référeràl’encadré). De la

citerneoùest stockélelaitaprès réception au poste de refroidisseur

de poudre puis latour demélange (sucre ouautres

ingrédients) en passantpar l’évaporateur,les pompes hautepression

de la tour de séchage, tous les équipementsdoivent faire

l’objetd’une attentionparticulière et d’opérationsdemaintenancepréventive

rigoureuses. « Le taux de pannes estinférieur

à5%, ce quiest perfectiblemais, globalement, se révèle être un

bonrésultat,concède Bertrand Pagnier. Dans le cadredenotre

démarche TPM*,qui vientdedémarreràChallerangemaisqui

s’applique déjà dans d’autres usines du groupe, nous travaillons

surdes diagnostics et surune logiqued’améliorationcontinue ;

cela vaut tout particulièrement pour ceque l’on appelle ici les

opérations “pompier” ».

Parmi les équipements dedétection, ontrouve de l’analyse

vibratoire sur les ventilateurs, undétecteur de vibration

monté enpermanence sur les châssis, des accéléromètres,

Stockagedes big bag

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I41


MAintenAnce en ProdUction dossier AgroAliMentAire

Palier SONL SKF

des tensiomètres (pour les courroies) et autres capteurs ou

sondes de température reliés àuncollecteur analyseur et

un logiciel d’analyse de fréquences. Entièrement placé sous

supervision, le processfournit de nombreusesinformations.

Celles-ci concernent la gestion dutemps de travail etdes

opérationsdemaintenance,etrévèlentdes indicateursdetous

types (température, niveaux d’humidité, étanchéité…). Mis

en œuvre sur SAP, le plan de maintenance senourrit également

de nombreux retours des techniciens, notamment sur

les actions préventives comme lechangement defiltres et

de garniture, le graissage des moteurs, etc. « Lorsque nous

sommes confrontés àdes opérations de maintenance curative,

nous analysonssystématiquementles causes de la pannegrâce

àunhistorique puis nous donnonsdenouvelles prioritéspour

résoudre lesproblèmes ».

partenariat monDial De longue Date entre

nestlé et skf

Ces problèmes, quels sont-ils ?«Cela va du défaut sur une

pompedûàl’usureprématuréesur unegarniture de l’évaporateur

parexemple,reprend Bertrand Pagnier, au manque d’huile

surunvilebrequin :onseposeainsi la question de savoir pourquoi

unefuite estapparue alorsque nous surveillons lesniveaux

chaque semaine ». Même chosepourunventilateur –véritable

poumon de l’usinedufaitqu’il envoie l’airchaud dans la tour

Roulement à rotule surrouleaux SKF

de séchage:il est primordial, dès l’apparition de la moindre

défaillance d’intervenir immédiatement afindecomprendre

le problème etlerésoudre auplus vite. « Nous n’avons pas

attendu lacasse pour réagir pour venir àbout duproblème.

C’estpourquoi, en lien avec notredémarcheTPM,nousavons

fait appelàlasociété SKFafin de mettre en place dessolutions

de maintenance conditionnelle avec de l’analysevibratoiresur

des paliers par exemple de façon àdéceler la moindre défaillance

dans lesroulements ».

Nestlé travaille depuis déjà plusieurs années avec legroupe

suédois. Un partenariatmondial et de longue date quianaturellementtrouvé

sa place ici, àChallerange. La premièrevisite

de terrainaconcerné un convoyeur ainsique les ventilateurs ;

l’un ayantsubides modifications avantd’êtreconsidérécomme

de nouveauopérationnel,lesecondayant fait l’objetd’unsuivi

particulier :alors qu’aucune fuite d’huile n’était détectée au

niveau du palier àgraisse, les équipes deSKF yont toutefois

remarqué un élémentanormal.Après avoirinvestigué la

pièce, les spécialistes se sont aperçus que le fabricant n’avait

pas mis les paliers les mieux adaptés. Grâce au sens aguerri

des experts du spécialiste suédois duroulement, une casse

apuêtre évitée. « Àl’inverse de la mesure dite globale (une

valeur =une tendance), que nous sommes capables d’effectuer

en interne, SKF amené dans cecas précis une l’analyse

spectrale, capable dedéterminer les défauts delignage ou de

42 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


dossier AgroAliMentAire

MAintenAnce en ProdUction

les étapes rigoureuses

d’un processunique

Danslaproduction de poudre soluble, chaque étape estprimordiale

balourd ». Autreexemple d’équipement critique,leconvoyeur

surchaudière biomasse,dans lequel les roulements subissaient

régulièrement des casses, àdes fréquentes courtes ;«chez

SKF, ilsont repris lespiècesetanalysé lesproblèmes d’effort, de

lignageoud’arbre voilé, etc. ».

Et Cédric Deulet (responsable commercial chez SKF) de

poursuivre :«àpartir delà, nous avons réintégré du matériel

SKF làoùc’était nécessaire ainsi qu’un système de graissage

automatique pour lepréventif […]. Cela fait partie de la

solution globale de SKF. De plus, nos équipes sedéplacent

sur leterrain, observent, analysent la casse, mènent des

études etproposent des solutions matérielles ettechnologiques,

installées etvalidées par untechnicien. Enfin, nous sommes

également enmesure demettre àladisposition des entreprises

des modules deformation et des bancs de test pour

travailler sur des systèmes de transmission, des roulements, des

paliers, des alignements poulie-courroies ouencore analyser

des montages decourroie ». Àcetitre, les deux groupes ont

récemment organisé unworkshop entre les différents responsables

maintenance deNestlé pour partager leurs informations

etéchanger leurs idées avec SKF autour deproblèmes

mécaniques. ●

*Total Productive Maintenance.

Olivier Guillon

À Challerange, le processdémarreaveclaréception

du lait,laquellepasse par le pesagedelaciterne, le lavage

de la citerne, l’échantillonnage, l’analyseetlavidange

de la citerne, le refroidissement du lait et le stockage.

Puis vientlastandardisation,dontl’objectifest d’obtenir

un lait qui respecteune quantité de solides nongras

et de matièregrasseimposéepar la recetteduproduit

à fabriquer. Le principe estlesuivant:mélanger le lait

entier avec de la poudre de lait écrémé,dulactosérum,

des sels ou encoredelachicorée à l’aided’un mélangeur.

Puisviennent les étapesdelapasteurisation et de

l’upérisation. La première consiste à détruirelatotalité

de la florepathogène et la presquetotalité de la florebanale,

tout en respectant au maximum la structurephysique du lait.

La seconde estunprocédé de stérilisation permettant

de détruire la quasi-totalité des microbes du lait par injection

de vapeur directedans le produit. Ensuite, on évapore

une partie de l’eau contenue danslelait, dansdes conditions

plus économiques que dans la tour de séchage.L’opération

s’effectue dansune enceinteoù règne un videpartiel, offrant

une évaporation à unetempératurepeu élevée:45à 75 °C.

En sortie d’évaporateur,lelait – devenu concentré – passe

par un réchauffeur tubulaireetunfiltreavant d’être

homogénéisé.Après son passage dans l’homogénéisateur,

le lait estenvoyé vers lesbuses d’atomisation à l’aide

d’une pompe hautepression. C’estlà qu’intervient la phase

de séchage, laquellepermet de transformer un produit liquide

(incapabledeseconserver en l’état) en poudre(capablede

se conserver durant unelongue période). Le séchages’effectue

par la pulvérisation du produit à traversunair chaud et sec. Cette

opération aboutit à la formation de la poudre;celle-ci eststockée

en totes(1) ou envoyéeverslatour de mélange(2).

1) La poudreest stockéeentotes afind’êtremélangée

à des arômes, du sucreouautreproduitsselon la recette.

Elleest ainsidirigéeversunmélangeur en ligne afind’être

doséeensucre, dont le pourcentagevariera selonlarecette.

La poudrenaturepasse aussi parcettetour afind’être

conditionnéedirectement en big bag.

2) Le conditionnement :après avoir été doséeentote

ou en directement en ligne, la poudreest conditionnéeenbig

bag. Les bigbag sont remplis,pesés, soudés, tirésauvide

et enfininjectésd’azote.

3bonnes pratiques

de maintenance à retenir

dans l’agroalimentaire

–Êtreabsolument vigilent sur l’hygiène.

– S’entourer d’une équipe de maintenance solide, qu’il faut

fairemonter en compétences dès quel’occasion se présente

à traversdes modules de formation.

– Mettresur pied un plan de maintenance qui tient la route

en impliquantchaque technicien sur la création de gammes

de maintenance, tout en facilitant la remontéed’information

et la mutualisationdes échanges.

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I43


MAintenAnce en ProdUction dossier AgroAliMentAire

en application

labrasseriePietra

améliorelesuivi

de son installation

avec Altair Enterprise

si la bièreest depuis longtemps présente

sur lesterrasses des cafésdecorse, il aura

fallu attendreles années 1990 et l’ambition

de dominique et Armellesialelli pour

que l’Île de Beauté voie la première

brasserie de son histoireouvrir ses portes :

la Brasserie Pietra.

Dep

Envingt ansd’existence, la brasserieaconnu unecroissancerégulière,

portantlaproductionde2500 àprès

de 70 000 HL, devenant unemarqueconnueau-delà

de la Corse. Cettesuccess-story locale aeudes conséquences

surl’outil de productionetdoncsur la maintenancede

l’installation, quiest montée en puissance progressivement au

fil desans.C’est dans ce contextedecroissance quelasociété

afait appel àDSDSystem pour déployer une nouvelle solution

de GMAO.

évolution vers une surveillance accrue

De l’outil De proDuction

Pour assurerlamaintenance du site de production, Matthieu

Mariani, responsablemaintenance de la BrasseriePietra, peut

comptersur deux techniciens:«Notre servicealachargedela

maintenance et des travaux neufs, explique-t-il. Deux techniciens

sont déployésdansl’entreprise.Lachaînedeproductionest

entièrementgérée surlesite, du stockagedes matières premières

L’équipe doitassurerune bonne traçabilité de toutes sesopérations

(malt, houblon, etc.) àcelui de produits finis en passant par le

brassage, la fermentation et la maturation. »

Un effectifsuffisant au vu des besoinsdel’entreprise, mais qui

ne laisse pasdeplace àl’improvisation.Ainsi l’équipe doit-elle

s’organiser efficacement etassurer une bonne traçabilité de

toutes sesopérations. « Chaque étapedefabrication apportedes

contraintesqui lui sont propres, poursuit Matthieu Mariani. La

production d’unebière de qualitéconstanterequiertune précision

absolueenterme de températures,dedensité, de dosage…

Si la main humaineest déterminante dans cet art, la fiabilité du

matériel estdoncégalement cruciale. »

Pendant plusieurs années, une solution GMAO «maison »

permettait d’organiser lamaintenance du site. L’outil, conçu

parleprédécesseur de Matthieu Mariani, remplissaitson office,

mais ne présentait ni le panel de fonctionnalités nileniveau

de sécurité des donnéesd’une solutionspécialisée. «Dansun

contextededéveloppement de l’activité de la brasserie, alorsque

lesnormes de qualité, d’hygièneetdesécurité évoluent régulièrement

vers plus d’exigences, il était nécessaire de faireévoluer

les outils àcourt terme. Venant deprendre place au poste de

responsablemaintenance,c’était le moment idéalpourremettre

àplatnos outils et processusdemaintenance. »

un nouveauDépart pourlagestion

De la maintenance Du site

Face àceconstat et profitant d’une conjoncture favorable, le

projet GMAOaainsi étéinitiérapidement, dans l’objectifde

déployerune solutiontiercedans un délaicourt,afin de ne pas

44 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


dossier AgroAliMentAire

MAintenAnce en ProdUction

d’entreprises del’industrie agroalimentaire, acquise auprès de

nombreux acteursaux productionsvariées (produitsdelamer,

boulangerie,pop-corn, vins, sauces,confiserie, platspréparés…),

apubénéficier àlaBrasserie Pietra. Ce projet nous apar ailleurs

permis de confronter nossolutions auxexigences du secteurbrassicole

et desboissonsdefaçonplusgénérale. » ●

Face à la croissance de l’activité et à des normes

de qualité,d’hygièneetdesécurité toujours

plusexigeantes, il était nécessairedefaire évoluer

les outils, à commencerpar la GMAO.

uis sa création il yavingt ans, La Brasserie Pietra aconnu une belle croissance

perturber le travaildelamaintenance et de remplacer la solution

en place.Matthieu Marianirelate:«DSDSystemaété parmiles

plus réactifs dèsledébut du projet et nous aaccompagné régulièrement

tout au long de notreréflexion.Cette aide aété précieuse

pour précisernotre besoin et avancerplussereinement. »

Après consultation deplusieurs éditeurs dumarché de la

GMAO, Matthieu Marianiaassisté àune sessiondedémonstration

etapudécouvrir Altair Enterprise. Ilrevient sur les

raisonsduchoix de la solutiondeDSDSystem :«Tout d’abord,

Altair Enterprise nous aséduitpar sonergonomie convaincante

et sondesignconvivial.C’est un outilque l’on estamené àmanipulerquotidiennement

;une bonneprise en main estdoncessentielle.Auniveaufonctionnel,nouscherchionsune

solution simple,

mais quioffretoutdemêmelapossibilité de monter en puissance.

Si Altair Enterprise offre beaucoup de possibilités, lesclassiques

sont particulièrement soignés:gammes, rondes etpièces détachéesbénéficientd’une

gestionefficace,répondantparfaitementà

nos attentes. »Et le responsablemaintenance d’ajouter:« Enfin,

Altair Enterprise al’avantaged’êtreune GMAO très évolutive:

ayant unbudget dedépart très limité, nous avons pusegmenterledéploiement

de la solution,endémarrant avec un logiciel

tailléauplusprèsdenos besoinsessentiels–le tempsdemettre

en place nos processdemaintenance –avant d’élargirprogressivement

le périmètre de la GMAO, en déployantlemoduleQHSE ».

La solutiondeGMAOpermetàlaBrasserie Pietra de menerune

gestiondelamaintenance plus sûre,avecune traçabilitéaccrue.

BernardDecoster, fondateur de la sociétéDSDSystem,conclut :

«Notre expérience solide dans le domainedel’accompagnement

Il aurafallu attendreles années 1990 pour voir

naîtrelapremière brasserie 100 %corse

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I45


MAintenAnce en ProdUction dossier AgroAliMentAire

roulement

MoyeuAgri Disc Hubs

de nsk

Cet équipement comportedes roulements

à billes à doublerangée à contact oblique chargés

d’absorber lescharges radiales et axiales.

Un joint d’étanchéitéàcassetteempêche

l’infiltration de poussières abrasives et d’humidité

à l’intérieur du roulement, même en casdemachine

ou de matériel en contact avec des substances

comme le lisier et lors de nettoyages au jet d’eau

hautepression.

transmission

Nouvellegamme

de chaînes chez sedis

Les chaînes innovantes

Alpha Premium BS Inox

offrent une résistance

à l’usureetà la traction

accrues. Elles sont livrées avec

une prélubrification alimentaire

H1 permettant d’opérerencontact

direct avec lesaliments,

et sont disponibles avec toutes

lesadaptions standard.

étanchéité

Nouvellegarniture

mécanique sécable

Le design de la CARTseal

B25 (Latty) permet à la force

centrifuge de garder

lesparticules solides à l’écart

des facesdefrottement

et l’utilisation du cartouche

dans des conditions sévères

(vitesses et pressions élevées)

ou en casdedésalignement

important de l’arbre.

régulation

Une vanne électrique

de hauteprécision

Bürkert propose une vanne

de régulation de processcomplète

dont lesavantages résident

notamment dans lesactionneurs

électromotorisés.

Utilisations

potentielles :les

applications répondant

à des exigences

strictes en matière

de précision de

la régulation et

de stabilité du process.

logiciel

Un suivi de production en 3clics

Le nouveau logiciel Smartobserver d’IFM Electronic permet

de créer un tableau de suivi de production, de process

et de la consommation d’énergie. En trois clics, on affiche, historise

et détermine lesalarmes, avant d’êtrealerté par SMS ou e-mail.

Tous lescomposantsetles capteursliésauprocess sont intégrés

au système, mais aussi ceux qui mesurent l’énergie.

46 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


dossier AgroAliMentAire

MAintenAnce en ProdUction

verrouillage

Un interverrouillage avec pêne

motoriséadaptéaux portes lourdes

L’AZM400 de Schmersal sécurise lesprotecteursmachines lors

de mouvementsinertiels dangereux. La forcedeverrouillage atteint

10 000 N. Le principe de pêne motorisé bistablepermet de conserver

l’étatdeverrouillage même en casdecoupuredecourant. Robuste,

le boîtier métallique minimise lesmesures antifraude nécessaires

selon ISO 14119.

logiciel

L’affichage

dynamique

dédiéal’industrie

VidéoDisplayest une solution

d’affichage dynamique pour l’industrie.

Une interfaceWeb permet de passer

du contenu dynamique et personnalisé

ainsi que des indicateursdeproduction

ou de sécurité au sein de l’atelier.

Tous lesutilisateursdisposent

des mêmes informations

au même moment.

aiguillage

Nouveau boisseau de coperion

Le WYK CIP estunboisseau conique rétractabledans un aiguillage

pour une utilisation sur transfert pneumatique de pulvérulents.

Ce mouvement de retrait

permet d’augmenter le jeu

entreleboîtier et le boisseau

pour un accèstotal pour

un cyclecomplet de nettoyage

en place.

régulation

Jouer

sur la tension

pour économiser

l’énergie

Sevcorégulelatension à l’entrée

de l’installation frigorifique

(processetstockage) et la stabilise

à un niveau optimal. Objectifs:

une meilleureefficacité des

équipementsetune réduction

de la consommation électrique,

de l’ordrede10à 25 %enmoyenne.

étalonnage

Prestation

d’étalonnage

de débit sur site

Pour des raisons de qualité de produit

fini et de conformité réglementaire,

il estnécessairedecontrôler

périodiquement la performance

de mesuredes instrumentscritiques.

Difficile à contrôler, le débit estun

des paramètres lesplus importants

dans le process. Endress+Hauser

propose un étalonnage sur site

des débitmètres réalisé avec

un nouveau banc mobileautonome.

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I47


MAintenAnce MÉcAniQUe

en pratique

bien choisir son huile

en cinq étapes

exxonmobil propose cinq recommandations pour

choisir la graisse la plus adaptée à son application.

Des conseils utiles pour aider à prolonger la duréevie

des équipements, à augmenter leur disponibilité et à

réduireles coûts d’exploitation.

Avec une pression toujours croissante

pour améliorer laproductivité etla

sécurité tout en réduisant les coûts, il

estdeplusenplusimportant de disposerpourses

équipementsetmachines d’unemaintenanceappropriée.

Unepartieessentielle de cette

maintenance consiste àchoisir la bonne graisse,

adaptéeàsonapplication. Dans unerécente étude,

ExxonMobil aconstaté que plus de la moitié des

opérateurs d’équipements industriels nesavaient

pasque le fait de choisir unegraisse bien adaptée

pouvaitavoir un impact positifsur les performances

de leurséquipements. Afindesensibiliserles professionnels

delamaintenance industrielle, lepétrolier

propose un plan en cinq points qui reprend

les bonnes pratiques de référence, pour aider àune

meilleuresélection des graisses.

choisir la bonne graisse

en fonction de son aPPlication

Lesgraissesont des propriétés variéesetsontconçues

pour assurerdes performances et un fonctionnement

optimum dans certaines conditions.Pourchoisir

la bonnegraisse,ilest donc essentieldeconnaître

les conditions de servicedes roulements àlubrifier,

commelavitesse de rotation de l’équipement,son

niveau de charge,latempérature ambiante,ainsi que

la tailleetletypedes roulements.

48 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


oPter Pourlabonne viscosité

de l’huile de base

Pour uneprotection et unedurée de vieoptimales

des composants, cette viscosité de l’huile debase

devrait toujours être choisie en fonction de la

charge,delavitesse de rotation et de la température

de service de l’application. Lesgraissesformulées

avec unehuile de base ayantune viscosité élevée

possèdentgénéralementunmeilleur comportement

en présence d’eauetconviennent, parexemple,àdes

applications sévères ou pour des utilisations àhaute

température. En revanche, les graisses ayant une

huiledebasedeplusfaibleviscosité seront quantà

elles plus adaptées,par exemple, àdes applications

fonctionnant àbasse température.

ne Passurgraisser ni sous-graisser

Une graisse mal adaptée àson application etle

surgraissage constituentles causes de plus de 90 %

des casses de roulements coûteusesconstatées. En

plus de ces défaillances, cela peut aussi entraîner

des problèmes de migration et de fuite dulubrifiant

en dehors des roulements. Normalement, un

roulement ne devrait jamaisêtre garni àplusdes

deux tiersavecdelagraisse,car il convient de laissernon

rempli environ un tiersdelaplace pour un

fonctionnement optimal.Delamêmefaçon, une

quantité insuffisante de graissepourraitentraîner

unecasse de roulements, suiteàun défaut de lubrificationcausé

parlemanquedelubrifiant.

éviterles incomPatibilités

Avantd’utiliser unenouvellegraisse,ilconvientde

nettoyer soigneusementetenprofondeur la graisse

résiduelleprécédemmentemployéedans le roulement,afin

d’éviter tout problèmelié àune incompatibilité

entrel’ancienneetlanouvellegraisse,et

permettreainsi àlanouvellegraisse d’apporter un

niveau de performances optimal.

utiliser des graisses synthétiques

Comparées àdes graisses minérales, les graisses

synthétiques (formulées avec une huile de base

synthétique) résistent mieux àl’oxydation et

conservent plus longtempsune épaisseur de film

lubrifiant plus importante, apportant ainsi des

performances et uneprotection continues, même

avec destempératuresdeservice élevées. De plus,

en réduisant les frictions, les lubrifiants synthétiques

favorisent une amélioration potentielle de

l’efficacitéénergétique. ●

Huiles compresseur pour un

fonctionnement optimal

Des temps de fonctionnement allongés pour un compresseur à

air,cequi engendre desprocessus de productionsansproblème

:c'est le challenge auquel ont été confrontés nos ingénieurs

développement.

Et ils yont répondu, avec des huiles spéciales particulièrement

résistantes àl'oxydation etauvieillissement, et qui forment de

très faibles résidus.

De plus, elles vous permettent de réduire vos coûts opérationnels

du fait de leur longue durée et de leur potentiel

d'économie d'énergie.

Ainsi, pour résumer, elles combinent àlafois confiance et

efficience

Klüber Lubrication :des lubrifiants haute

technologie en direct du fabricant

KLÜBER LUBRICATION France S.A.S.

10-16 allée Eugène Ducretet -26000 Valence Cedex

Phone :+33 (0)4 7544-8439

Fax :+33 (0)4 7544-9339

klf.contact@fr.kluber.com

www.klueber.fr

your global specialist

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I49


MAintenAnce MÉcAniQUe

analyse

lutter contre

la pollution

des huiles

de maintenance

Dans lesmétiersdelamécanique, il n’y

apas à tergiverser :ilestessentiel de

lubrifier ses machines. au-delà d’une

tellebanalité qui n’aura échappéàaucun

professionnel de la maintenance, il est

cependant utilederappeler quelques

principes de lubrification, en particulier

pour ce qui concerne la détection et

l’analysedes particules ou tout autre

élément indésirablevenant polluer le fluide.

Privilégier le préventif au curatif, c’estl’argumentpremier

du lubrifiantdemaintenance.Maissuivant les installationsindustrielles

auxquelles on aàfaire,les misesen

œuvrevontêtreradicalementdifférentes, qu’ils’agisse

de l’opération de graissagerégulièreoudel’analyse du lubrifiant.Les

charges d’huilevontêtreplusoumoins importantes;

àtitre d’exemple, les compresseurs nécessitent des vidanges

régulières (tousles six mois,bien souvent) et deschangements

de fluides quin’aurontpas besoin d’être passés au peigne fin.

Divers échantillons pour analyse

En revanche,certainséquipements –tels queles turbines de

centrale–engrangent desquantités d’huiles de plusieursmilliers

de mètres cubesetdes chargeslongues de plusieurs années,allant

parfoisjusqu’à plus de vingtans.Dans ce cas, il estessentiel de

procéder àdes prélèvementsafin d’éviter,grâce àune analyse

fine, l’apparition de polluantscomme l’eaupar exemple, ou tout

élémentinsoluble susceptibledecauserdes défaillances, sans

oublier les matières en suspensiontelles quedes poussières.

Nicolas Lionel, nouveau responsable dulaboratoire Star

(comprendre :Service technique d’assistance rapide)* du fabricant

FuchsLubrifiant depuisle1 er décembre2015, explique que

l’activité d’analysedes huiles en service comprend àlafoisle

contrôle du lubrifiantvis-à-vis de sesqualitésrequises(c’està-direvérifier

queleniveau d’efficacité estintactetque l’huile

joue toujours sonrôle) et l’analyse–plus fine–des pollutions

éventuelles, souventsources de pannes. « La répartitiondeces

deux activités estenviron de 40 %pourlecontrôledel’efficacité

du fluide et 60 %pour l’analyse de présence de pollutions. Au

sein du laboratoire,noustravaillons étroitementavecleservice

R&D quinoustransmetles informationsrelatives auxcaractéristiques

générales du produit, àson niveau de viscositéetaux

additifsqu’il contient.Celanousaide beaucoup pour comparer

le fluideenservice avec sescaractéristiques de départ. Pour l’analyse

de pollution, nous partonsd’une méthode de filtrationafin

d’extraireles particules véhiculées parlefluide.L’analyse de ces

particulesnouspermetd’identifier la pollutionpuisdelaqualifierpourenconnaître

l’origine ».

écarter à tout Prix le risque de casse

Dans l’industrie, l’environnement de l’atelier génère naturellement

beaucoup de pollution. Toutefois, des usuresanormales,

moinsprévisibles, surles moteurspar exemple, peuvent appa-

50 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


MAintenAnce MÉcAniQUe

La pollution métallique cause de nombreux

dégâts au niveau des frottementsetprovoquela

création de particules venant endommager les

installations mécaniques.

VuedulaboratoireStar (Service technique d’assistancerapide)

raître sans quel’onnecomprennevraimentpourquoi. Dans ce

cas, on utiliseune méthodeappelée ICP, abréviation de l’anglais

«Inductively CoupledPlasma»,laquelles’appuie surlaspectrométrieàtorche

plasma.Ils’agitd’une méthodephysique d’analyse

chimique permettant de doser la quasi-totalitédes éléments

simultanément. «Grâce àcette méthode, nous analysons les

métaux, leursadditifsetl’analyse physico-chimique, leur teneur

en fer, en aluminium ou en silicium notamment, ainsi que les

premiers signes d’usure », souligne le responsabledulaboratoire.

Il faut direque la pollutionmétallique causedenombreux dégâts

au niveau des frottements et provoquelacréationdeparticules

venant endommager lesinstallationsmécaniques. « L’un de nos

Il estparfois nécessairedeprocéder

à des prélèvementsafind’éviter l’apparition de polluants

clients,spécialisé dans le recyclage, utilise despresses chargées de

comprimerdes métaux. Cesénormes machinescontiennent chacune

23 000 m 3 de charge d’huile. Or un jour,nousavons relevé une

viscositéanormaledel’huile,entraînantunrisque de casseen

raisond’unfilm de lubrifiant quin’était dèslorsplusassez épais.

Nous avonsdoncmenédes analyses dans le laboratoire pour déterminerl’aspectgénéral

du lubrifiant–additifs,pollutionséventuelles,

etc. De deux choses l’une:soit le système de filtrationdela

machine emprisonne certains additifs de l’huile,soitleproblème

vientdufonctionnementmêmedelamachine.Nousavons ainsi

reproduit le système de filtrationpuismenédes testsdeviscosité,

de porosité et de comportement du produitsouscertaines pressions

». Le risque de casseécarté, il afallu comprendre l’origine

du problème qui, en réalité, résidaitdans le mouvementdecisaillementdelamachine.

Ne pouvantvidanger toutelamachine,

le laboratoire, en collaborationaveclaR&D de Fuchs, apréféré

mettre au pointunproduit surmesure, éliminant les problèmes

de viscosité.

Si les pollutions proviennent beaucoup de l’environnementde

travail(parfoishumides, et pour lesquels dessolutions d’huiles

solubles sont préconisées), il ne faut pasoublier qu’elles sont

aussisouvent dues àdes erreurshumaines, en particulier dans

la manipulation du lubrifiantousimplementdelaconfusion

entrecertainsproduits. « Pour résoudre en partie le problème,

nous avonsmis en place un système d’étiquetage magnétique sur

chaque fûtdeproduit et le même surlamachine correspondante,

indique Claire Michel,chefproduit lubrification chezFuchs. Ce

sont deschoses simplesetvisuelles mais essentielles carcertains

sitesprésententjusqu’àcinquante points de graissage ». Deschoses

simples mais quipeuvent éviter des situations compliquées…

*Lelaboratoire Star estsitué àRueil-Malmaison,dans les Hautsde-Seine,

au siègedelafilialefrançaise de Fuchs. ●

OlivierGuillon

analysed’huile:

quelques conseils

pour le suivi de l’étatdufluide,ilconvient de vérifier que le

point de prélèvement esttoujours le même, que le suivi soit

cohérent et qu’il soit significatifdel’étatdel’huilependant sa

circulation.ensuite, il ne faut pasêtreavare d’informations

pour effectuer l’identification la plus correctepossibleetun

meilleur diagnostic. enfin, lesprélèvementsdoivent toujoursêtre

réalisésdans des échantillons propres, secsetbienidentifiés.

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I51


MAintenAnce MÉcAniQUe

communiqué

une gamme

complète

d’huiles minérales

l’énergie, en particulier des compresseurs, représente

une part très importantedes coûts d’exploitation. Quels

sont lesmoyens rapides de réduirevos consommations

d’énergie, d’augmenter lesrendements, d’améliorer la

sécurité de fonctionnement et d’espacer lesintervalles

de lubrification sur votreparcdecompresseursfroid ?

Toutes les huiles ne se ressemblentpas et

n’offrent pas les mêmes performances

pour des conditions de service identiques.

Lechoix de la qualité del’huile

estunélémentprimordialetincontournablepour

le bonfonctionnementdevos compresseursfrigorifiques.

En effet,lalonguedurée de viedes huiles,

Ces lubrifiants

hauteperformance

s’adaptent aux

exigences de

l’agroalimentaire

leur faible tendance àformer des résidus et leur

faible teneur en fraction volatilesontdes caractéristiques

principales dans ce domaine.

Klüber Lubricationproposeune gammecomplète

d’huiles minérales hydro-traitéesetsynthétiquesde

la sérieKlüberSummitRpermettantaux compresseursunfonctionnementefficientpar

rapportaux

huiles conventionnelles du marché et répondantà

vosexigences.

Ces lubrifiants spéciaux dehautes performances,

enregistrés NSFH1etcertifiés ISO 21469, peuvent

être utilisés surdenombreuses installations froid,

particulièrement en secteur agroalimentaire et

pour des températuresd’évaporation allantjusqu’à

–50°C. Notre gamme de lubrifiants est spécifiquementdédiéeaux

installations utilisantdes gaz

ammoniacs NH3, des gaz carboniques CO 2

et des

gaz surinstallations cascades NH 3

/CO 2

.

quels sont les ProduitsKlüber

lubrication concernés?

Klüber SummitRHT 68 pour améliorerles performances

des installationsNH 3

fonctionnant avec des

huiles minérales grâce àson pourpointallant jusque

–39°C, sa grande stabilitéchimique et sonfaible

taux d’évaporation. KL Summit RPA 68pour les

installationsNH 3

fonctionnant actuellementavec

unehuile minérale,avecunchangementsans risque

pour les joints.KLSummitR200 pour les installationsNH

3

,CO 2

ou cascade NH 3

/CO 2

,une seule

huile compatible pour ces deux gaz. KLSummit

RHT100 et R300 pour les installations NH 3

fonctionnant

en pompeàchaleur.

Deslubrifiantsperformants quireprésententune

référencedanscesecteur d’activité.

Klüber Lubrication, en tant que leader mondial,

dispose depuis delongues années d’une expertise

technique liée àune approche service, adaptée à

chaque application etbasée sur lavaleur ajoutée

pour le client. Notre objectif consiste en priorité

52 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


MAintenAnce MÉcAniQUe

àréduire les coûts opérationnels du client sur

les postes les plus stratégiques où les dépenses

énergétiques et de main-d’œuvre sont les plus

importantes.

quelle valeur aJoutée

Pourvous ?

Pour les utilisateursfinaux, l’utilisationdenos huiles

frigorifiques permet une réduction considérable

descoûtsdefonctionnementpar la réductiondes

coûtsénergétiques. Nous constatons quelamajorité

des installations frigorifiques sont très souvent

les postesles plus énergivoresdans les IAA. Seulement

1%de ces coûtsest lié au coût du lubrifiant

et 42 %aux dépenses énergétiques. Nous accompagnonsnos

clients dans le cadredelamiseenplace

de la normeISO 50001 et nous participonsàl’augmentationdelaperformance

et du rendementdes

installations frigorifiques.

Unesolutionglobale

dansl’optimisation

de la productionde

froid

Notregamme de lubrifiants spéciaux vous permet

de rationaliser le nombre de vos fournisseurs.

Klüber Lubrication reste très présent en maintenance,

outils deproduction etpeut être pour

vous une solution globale dans l’optimisation de

la productiondefroid.

Pour les intégrateurs, Klüber Lubricationest votre

partenaire fiable, compétent par la qualité deses

produits, parson expertise technique et sonexpérience

depuisplusdetrente-cinqans.Nos experts

sont proches de vous, devotre usine, ils sont

présents sur toute laFrance mais aussi l’Europe

et le mondeentier.

Notre collaboration avec les principaux fabricants

d’installations frigorifiques comme Grasso

et Mycom etl’obtention de recommandations de

noshuiles vous apportentune garantie de sécurité

de fonctionnement. ●

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I53


PrÉVention des risQUes

prospective

la maintenance

à la recherche

de la chaussure

parfaite ?

Dans l’universdelamaintenance,

l’utilisation des epi estdiversifiée

(activitésdeplein air,l’industrie lourde,

chimique ou la sidérurgie, maintenance

sur leschantiers, électrique, etc.),

et c’estlecas tout particulièrement

des chaussures. l’environnement

détermine le zonage et donc lesrisques

que l’utilisateur court ;les écrasements

de pied, leschutes, lesglissades

ou lesentorses en sont lesprincipaux.

les professionnels ont donc besoin

d’équipementslégersetconfortables

capables à la fois de maintenir

la chevilleetrésister à l’eau ainsi

qu’à la perforation.

La chaussure parfaitement adaptée aux besoins dela

maintenancen’est pastrèséloignéedes équipements

de moyenne gamme que l’ontrouve aujourd’hui sur

le marché.Lemaîtremot étantdepuisdéjàplusieurs

années la polyvalence,enparticulier pour la maintenanceetses

métiersdiversifiés. Mais la chaussure dite idéalesuppose des

développements technologiques futurs,aujourd’hui embryonnaires,

qui s’orientent vers de nouvelles matières pour les

semelles etles embouts, àdes coûts moins élevés que cel’on

connaîtaujourd’hui.

Carpourlemoment, la seulelimite réside dans les coûtsd’industrialisation

etdeproduction decetype deproduits. Des

nouveauxEPI utilisentpar exempledemoins en moinsd’embouts

métalliques au profit d’embouts composésdematières

ditesnobles, de fibrestextiles synthétiques. L’objectifétant de

réduire aumaximum le poids, tout en gardant bien entendu

lesperformancesprotectrices de l’EPI.

Bientôtlachaussure iDéale ?

Pour la maintenance, le bon compromis –enmatière de

performances et de besoinspourles professionnels –sesituerait

au niveau des produits declasse S3, lesquels offrent un

embout de protection, un intercalaire antiperforationetune

résistance àlapénétration de l’eau ;ce qui nesignifie pas

quelachaussure estcomplètementétanche,niimperméable

mais qu’elle répond àunminimum deprotection àl’humidité

tout en gardant unniveau correct –etdonc suffisamment

confortable –de «respirabilité ». Il est préférable que

la chaussure soit montante pour éviter les entorses et dotées

de talons décrochés (pour faciliter lamontée del’opérateur

sur une échelle) ainsi que des semelles antiglissade, antistatismeetrésistantesaux

chargesélectriques.

La chaussure de demain, en plus de reprendre ces différents

critères et de se conformer àune législation deplus enplus

sévère (voir article suivant), devra être intelligente grâce à

intégrantdecapteursetautressystèmespermettantderester

connecté avec un terminal isolé. On peut donc supposer qu’à

l’instar d’un dispositifd’alarmepourles travailleursisolés (Dati),

la chaussure du futursera en mesure d’alertertoutechute, choc

ou perforation. Desdéveloppements sont en courschezcertains

fabricants et devraientvoirlejour. ●

Olivier Guillon

©Modyf

54 IProduction maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


PrÉVention des risQUes

investissements

une nouvelleunité

de production pour GastonMille

en investissant pas moins de 2millions

d’euros dans 600 m2 de bâtiment logistique

inaugurésendécembredernier et dans

un nouvel outil de production, le fabricant

français de chaussures de sécurité entend

bien réussir le pari du «Made in France ».

Avec20%de capacité de productionenplusetl’embauche

de dix salariés,l’entrepriseaffiche unecroissancede18%.Installée

au cœur de la Provence à

Courthézon (Vaucluse) depuis1912, Gaston Mille

proposeàses clients unefabrication française. Grâce au nouveau

centre logistique, la sociétéest aujourd’huicapable de stocker

jusqu’à40000 paires de chaussures.

Directement rapatriée de Moldavie,entièrement rééquipéeet

modernisée, la nouvelle unité de production équipéededixhuit

postesassurelaproductionde1400 paires de chaussures

parjourcontreunmillier auparavant.«Avec 2millions d’euros

investisdansunnouveau carrouseld’injection de semelles et un

nouveaubâtimentlogistique, nous nous donnonsles moyens de

nosambitions,précise NicolasMille, présidentdeMille SAS.

Nous avonsréussi àpréserver notresite de production en région

Paca et concrétisons notre capacité àproduire des chaussures

100 %françaises ». ●

Présent au CFIA

de Rennes

Hall 9, stand C38/D37

Les solutions d'instrumentation ifm avec :

passez au numérique !

Transmetteur de

température gamme TD

Gain de précision sur la boucle

complète de mesure

Transmetteur de

pression gamme PI

Paramétrage automatique plug

and play

www.ifm.com/fr

Tél. :0820 22 30 01

info.fr@ifm.com

Scannez lecode QRpour

découvrir nos solutions

d'instrumentation avec

IO-Link

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I55


PrÉVention des risQUes

normalisation

faire évoluer

lesnormes

pour une sécurité

plus ciblée

si le port de la chaussuredesécurité,

contrairement aux secteurstertiaire

et des services, estaujourd’hui bien accepté

dans l’industrie et le BtP, il n’en demeure

pas moins que des problèmes persistent,

tant au niveau du respect des normes

et de la législation de chaque pays,

qu’en matièredesécuritéàproprement

parlé.Pour faireavancer le débat,

préventeurs, professionnels de la santé

et du code du travail mais aussi fabricants

et distributeurs(via des organisations

telles que le synamap) mènent d’intenses

réflexions sur l’évolution normative

et son adéquation avec la réalité du terrain.

Aujourd’hui, dans l’industrie, enfiler des chaussures

desécurité, est ungeste aussi naturel que

celui demettre saceinture dès que l’onmonte en

voiture. De ce côté-là, pas de problème majeur

Les chaussuresdesécurité d’aujourd’hui

font appel à desmatériauxlégers

Jean-PierreBoutonnet,présidentdelacommission

« Protection des pieds » au Synamap

de prévention àsignaler (contrairement àd’autres EPI),

tant l’idée qu’une glissade peut arriver trèsvite, tout comme

la chute d’une pièce lourde sur le pied ou encore marcher

sur unobjet pointu ou tranchant dissimulé sous untas de

déchets par exemple. Demême, le confort accru des chaussures

modernes, leur légèreté etlacapacité «respirante »de

certainesmatières, tout commel’amélioration de l’esthétique

même de la chaussure ontbeaucoup contribuéces dernières

années àfaire définitivement accepter leport decet équipement

de protection. Ilenest de même pour les intervenants

extérieurs –très nombreux dans les métiers delamaintenance

industrielle–pour lesquels il est désormais inenvisageable

dans la grande majorité desentreprises de les autoriser

àpénétrersur un site sans leséquipements adéquats, au même

titreque le personnel interne.

Néanmoins, des points restent àaméliorer, tant au niveau

du confort –cela reste une chaussure de sécurité –etdela

protection. Parmi les sujets récurrents de la commission

«Protection des pieds »du Synamap (voir encadré) figurent

l’évolution etlarévision des normes en raison de problématiques

multiples telles que l’obsolescence, les coûts élevés

de certaines matières ou encore l’inadéquation partielle du

contenu d’une norme vis-à-vis de la réalité. Par exemple, les

intercalaires antiperforation. Les inserts métalliques, sont

d’une façon générale, plus résistants àlaperforation et moins

onéreux que les matières dites «composites ».Enrevanche,

ils semontrent unpeu plus rigides et ne couvrent pas 100 %

de la surface du pied, contrairement aux inserts textiles haute

ténacité, dont les qualités principales sont la flexibilité et le

fait de couvrir toute lasurface du pied. Néanmoins, cetype

d’insert se montre cependant unplus cher que les inserts

métalliques et s’avère moins performant contre la perforation

par les pointes dechantier.

56 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


L’événement de référence en France

SANTÉ ET SÉCURITÉ au service de la

PERFORMANCE INDUSTRIELLE

3

JOURS

400

EXPOSANTS

140

CONFÉRENCES

9000

VISITEURS

Sous le Haut Patronage du Ministère du Travail, del’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social et du Ministère del’Intérieur

EXPOSER +33 (0)5 57 54 12 65 • DEVENIR PARTENAIRE +33 (0)5 57 54 38 26 • INFORMATION &INSCRIPTION GRATUITE

Code

LRM81D


PrÉVention des risQUes

réfléchir À une normeprenant en compte

un maximum De scénarios

La pointe normalisée (Ø 4,5 mm) actuellementutilisée pour le

test intervenantdans le processusdecertificationdes chaussures,

n’estpas représentativedelaréalité en ce quiconcerne les pointes

utiliséessur leschantiers(Ø2,5 mm). « Notrerôleconsiste donc

àfaireévoluer la normeenlamatière afinderépondre au mieux

auxbesoins de sécurité pour lesutilisateursdenos produits, en

adéquation avec la réalitéduterrain,rappelleJean-Pierre Boutonnet,

présidentdelacommission“Protection despieds”ausein

du Synamap. Si bien qu’aujourd’hui destravaux sont donc en

courspourfaire évoluerlanorme et la méthode d’essai avec une

pointe plus représentative de la réalité, de forme pyramidale àson

extrémité et d’un diamètre plus faible (3 mm)… »

Il semble évidentque les risques diffèrentd’unsiteàl’autre, suivant

quel’onsetrouve dans uneindustrieélectronique où rien n’est

censé traînerausol,ousur un chantier surlequelune planchede

coffragepeutmalencontreusements’êtredissimuléedans uneflaque

d’eauboueuse,posantcette fois le problèmedelarésistance des

semelles antiperforation. Jean-Pierre Boutonnetrappelleque « la

normeactuellesebasesur la simulation d’un hommede80kgqui

marche “normalement”sur unepointe. Or certainespersonnes sont

plus lourdes, d’autant qu’ellesportent bien souventdes chargesvoire

Danslamaintenance, le risque de chuteest permanent

de l’outillagedeplusieurs kilos. Autrecas :siondescend brusquement

du haut d’un camion,l’impactneserapas le même.C’est pourquoi

la révision de la normequi vise àredéfinir la pointe doit prendre

en compte lessituationsdeterrain et lesrisques quis’y trouvent,de

manièreàêtrelaplusreprésentativepossible ».

En revanche, pour répondre auxexigences de cette nouvelle

norme, les performances des inserts antiperforation textiles

vont devoir évoluer et cela risque d’avoir une incidence non

négligeable sur le coût final de la chaussure… Pour l’heure,

cette révisiondelanorme EN 20345 :2011 (voirencadré) est

en coursderédaction ;celle-cidevrait voir le jour en 2018.

Parailleurs, un projet de révisiondelanorme EN 50321relative

auxchaussuresprotégeantdurisqueélectriquepourtravaux sous

tensionest en discussionetapourbut d’établir deux nouveaux

niveauxdeprotection.Eneffet, dans sa formeactuelle, la norme

EN 50321 ne permet pasaux chaussures(contrairementàcertaines

bottes spécifiquementdéveloppées) de répondre auxexigences

en matièred’isolation électrique.L’idéeest d’intégrer àlanorme

deux degrésdeprotection:un niveau de protection répondantaux

exigences actuelles et un niveau de protection permettant l’utilisation

de chaussures«isolantes»afindepermettre àdes techniciensd’intervenir

surdes tensions plus faibles.

Un projetdenorme adoncété rédigéàl’occasiond’une réunion

de travailàl’Afnor en collaborationavecleSynamap,LaFédération

françaisedechaussuresetdifférents acteurs, du secteur d’activité.

Affaire àsuivre… ●

Olivier Guillon

En extérieur,les

58 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


PrÉVention des risQUes

protection des pieds :

quelles normes ?

flaques d’eau boueuses dissimulent parfois des objets tranchants ou perforants

le synamap assure

une formation «Technique

EPI » pour lesindustriels

Danslecadre de sa missiondepréventiondes risques

professionnels et de promotion du réflexe EPI,

le Syndicat nationaldes acteursdumarché de la prévention

et de la protection (Synamap) propose une formation pointue

et experte,adaptée à tous lessecteurs, intitulée«Technique

EPI ».D’une cetteformation aborde lesdifférentstypes

de protection et la réglementation en vigueur (protection

auditive, protection des yeux, des voies respiratoires,

des mains, despieds, de la peau, protection contre leschutes

de hauteur,vêtementsdeprotection). La prochaine session

se dérouleradu13au17juin prochain à Paris. Pour toute

information, contacter LaureFerrus – lferrus@synamap.fr –

au 01 79 97 75 13.

La norme EN ISO 20345:2011 définit leschaussures

et lesbottes de sécurité commetel :«chaussures pourvues

de coquilles résistant à une charge d’une énergie équivalente

ou inférieure à 200joules ».Par ailleurs, leschaussures

de sécurité doivent satisfaireplusieurs normes spécifiques

en fonction des circonstances dans lesquelles leschaussures

sont utilisées. Cetteclassification au sein de la norme

EN ISO 20345 :2011 répertorie différentsrisquesselon

lesclassificationssuivantes:S1, S2,S3, S4 et S5.

La catégorie S1 concerne leschaussures utilisées dans

des conditions sèches. Les chaussures avec empeigne

perforéeouencuir veloursentrent dans cettecatégorie.

Les exigences demandées impliquent de comporter

un embout et un amortissement deschocsauniveau

des talons.Lacatégorie S2 s’appliqueaux chaussures

utilisées dansdes conditions humides (ou lorsque

cesconditions sont susceptiblesdeseprésenter).

Les exigences sont identiques aux S1 outrelefait

que ces équipements doivent être hydrofuges.

Les catégories S1P et S3 correspondentaux chaussures

utilisées dansdes lieuxoù l’on risquedemarcher

sur desobjets tranchants(verre, copeaux de tournage,

clous,etc.). Outreles exigences des catégories S1

ou S2, ceschaussures sont équipées de semelles

antiperforation. La catégorie S4 correspondquant

à elle aux normes spécifiques pour lesbottes

et leschaussures matricées en unepièceouvulcanisées.

Les exigences impliquent un talonfermé,unembout,

une semelle résistante à l’huile, des propriétésantistatiques

ainsi qu’unesemelleabsorbant leschocs.

Enfin, la catégorie S5 reprend lesexigences de S4,

à l’exception de la semelleantiperforation

et de la semelle à crampons.

>liste Des normes européennes

A:Chaussure de sécurité antistatique E:Absorption de l’énergie

dans la zone du talon de la chaussuredesécuritéFO:Chaussure

de sécurité avec semelle résistante auxhydrocarbures P:Chaussure

de sécurité avec semelle antiperforation HRO :Chaussure

de sécurité avec semelle d’usure résistanteàlachaleur par

contactCI:Semelageisolant du froidHI:Semelageisolant de

la chaleur

WR :Chaussure résistante àlapénétration d’eau WRU :

Chaussure desécurité avec tige résistante àlapénétration

d’eau M:Chaussure de sécurité avec protection métatarsienne

CR:Chaussure de sécurité avec tige qui résiste àla

coupure

La normeEN50321 relative auxchaussuresprotégeant

du risque électriqueest en révision

Production &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016I59


noUVeAUx ProdUits

customisation

Personnaliser

leschaussures de sécurité,

c’estpossible

Lemaitrepropose une composition des chaussures

en ligne. Cettepersonnalisation aux couleurs

d’une entreprise portesur le choix de la teintedelatige,

d’une couleur d’opposition et des lacets, et ce sur trois

types de chaussures sécurité :montanteS3, basse S3

et basse aéréeS1P grâce à un configurateur en ligne

(www.colorconceptbylemaitre.com).

matériaux

Améliorer

la surchaussure

de sécurité

TotalProtect estune solution

antidérapanteetéquipée

d’un embout de protection

aluminium/titane (deux fois

plus léger qu’un embout acier),

protégeant des chutes de plainpied

et des chutes d’objets

lourds. Son galbe et sa structure

en souffletsapportent plus

de confort.

parité

Cocoon, la gamme

de chaussures pour

femme D’honeywell

Conçus pour respecter

la morphologie du pied féminin

en assurant un meilleur maintien

et plus de confort, cesnouveaux

modèles sans métalsont dotés

de tiges en matériaux de grande

qualité comme le cuir premium,

la microfibre, la maille

et le textile.

technologie

Apporter plus

de confort

Les chaussures de sécurité

uvex 1accompagnent

lesmouvementsnaturels

du corps humain,

et assurent plus de confort

à l’utilisateur grâceausystème

d’amortissement «multicouches

» de la semelle

uvex 1enPU, combiné

à une atténuation des chocs

à l’avant du pied et du talon.

aDhérence

s’inspirer du running et du trail

La gamme Run-R estlargement inspiréedumonde du running et du trail,

aussi bien dans son design que dans lestechnologies et lesperformances

qu’ellepropose :semelleenPU2D flexibleetadhérente(SRC), tiges en microfibres,

système de laçage rapide, élémentsdeprotection 100 %metal free, poids ultra-light

(480 g) et semelledepropreté premium, entreautres…

60 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


du 4au8avril 2016

industrie Paris

Industrie Paris s’emploie à proposer une

large sélection de solutionsaux PME, ETI

et grands groupes. Des équipementsaux

produitsenpassantpar lesservices associés,

lesconditionsles plus optimales sont

réunies pour rendreune usine productive et

compétitive. L’éditionparisiennerassemblera

près de 1000 exposantssur cinqjours de

businessoù lesdernièresnouveautésseront

exposées dansles domainesdelamachineoutil,

desoutils coupants, deslogiciels ou

encore de la métrologie et de la lubrification.

À paris-nordvillepinte

www.industrie-expo.com

du 31 mai au 2juin 2016

sepem colmar

Le salon spécialisé dans la productionetla

maintenanceindustrielles poserases valises

en Alsace,etplusprécisément à Colmar

(Haut-Rhin). Unenouveauté cetteannée(par

rapport aux éditionsprécédentes), un espace

regroupant plus de cinquante sous-traitants

aspécialement été créé sur le Sepem

retrouvez toutes lesdates

de manifestations sur:

www.maintenanceandco.com/agendas

Industries dans le butdepallierl’absencede

rendez-vous dédiéàla sous-traitancedans l’est

de la France.

au parcdes expositions de colmar (68)

www.sepem-industries.com

du 7au9juin 2016

Préventicalille

Depuis 1997,les congrès-salons Préventicasont

organisésdans lesrégions de France, à raison

de deux rendez-vous par an. En juin prochain,

c’est au tour de la métropolelilloise d’accueillir

cet événement qui se pose aujourd’hui comme

la référencenationalepour tous lesacteurs de

la maîtrise des risques, tant dansl’entreprise

et quedansles servicespublics.Enpermettant

réflexions, retoursd’expériences et rencontres

professionnelles surles conditions de bien-être

au travail, Préventicas’inscrit depuis sonorigine

dans le champ du développement durable des

organisations.

À lillegrand palais

www.preventica.com

5avril 2016

forum Dimo

Évènement incontournabledes solutions de

gestion avec plus de 1200 décideursattendus,

la quinzième édition du Forum se tiendrale

mardi 5avril dans la capitaledes Gaules.

au centre de congrès de lyon

www.forumdimo2016.com

6avril 2016

production temps réel

Ce rendez-vous esttourné vers lesdirections

d’usines, industrielles, productions,

amélioration continue, supplychain,

informatiquesdésireuses d’améliorer leur

performance industrielleetdigitale.

À la cité internationaledelyon

www.production-temps-reel.com

du 28 au jeudi 30 juin 2016

Worldnuclear exhibition

La deuxième édition du salon WNE – Word

NuclearExhibition – se tiendra à Paris Le

Bourget du mardi 28 au jeudi 30 juinprochains.

Ellerassembleratousles acteursdunucléaire.

au Bourget

www.world-nuclear-exhibition.com

7juin 2016

assises du mes

Cettejournéed’informations et d’échanges

apour butdefairedécouvrir comment le

Manufacturing Execution System (MES)

contribue à répondre aux enjeux de l’usine

4.0etdevientunoutil central.

auxsalons de l’aveyron – Bercy village (paris)

assises.club-mes.com

www.maintenanceandco.com

Abonnez-vous en ligne sur www.production-maintenance.com

Offre spéciale

Bénéficiez d’un abonnement

découverte d’un an

55€*TTC

au lieu de 80€**

DOSSIER TECHNOLOGIES

Intégrer les risques

d’échauffement dans

une démarcheMBF

page >18

DOSSIER MANAGEMENT

Spécial TPM :

Décrypter le pilier 5

de la conception

page > 28

TRANSMISSIONS -ÉTANCHÉITÉ

ROULEMENTS

Focus technique

sur la maintenance

des échangeurs

page > 50

PRÉVENTION DES RISQUES

AU TRAVAIL

Innocuité des matériaux

Où en est-on ?

page > 57

INTERVIEW EXCLUSIVE

Alain LeVern, président de

la région Haute-Normandie,

s’exprime sur la réforme

STI2D

>page 8

www.maintenanceandco.com

DOSSIER TECHNOLOGIES

Lutter contre le fléau

de la corrosion des

installations

page > 20

SOLUTION

Rentabiliser sa GMAO

àtravers la gestion

de ses stocks

page > 39

TRANSMISSIONS -ÉTANCHÉITÉ

ROULEMENTS

Comment assurer le

taux de disponibilité des

transmissions

page > 48

DOSSIER

PRÉVENTION DES RISQUES

AU TRAVAIL

Dossier spécial

consignation des

machines

page > 59

Ressources humaines :

Barème dessalaires

des non-cadres dans la

maintenance.

>page 8

10 ans d’AZF :

Quels changements

dans la prise en compte

des risques ?

page > 68

PRÉVENTION DES RISQUES

AU TRAVAIL

Retrouvez en exclusivité

le rapport du Bipesur le

marchédelamaintenance.

>page 6

DOSSIER TECHNOLOGIES

Optimiser la

maintenance dans les

milieux difficiles

page > 22

DOSSIER MANAGEMENT

GMAO :pratiques

d’utilisationetbonnes

surprises

page > 38

TRANSMISSIONS -ÉTANCHÉITÉ

ROULEMENTS

DirectiveMachines :ce

qui va changer en 2012

page > 60

Lutter contreles échauffements

dans lesinstallations industrielles >page 14

N° 37 avrIL - maI - juIN 2012 trImeStrIeL 20 €

>page 10

Midest–MaintenanceExpo :

Dossier spécialsur sur l’événement industrielmajeur de l’automne

N° 35 octobre - Novembre - decembre 2011 trImeStrIeL 20 €

www.maintenanceandco.com

>page 32

La gestion des stocks,

lessolutions solutions pour optimiser une fonctionstratégique

www.maintenanceandco.com

Cet abonnement peut être pris en compte dans vos frais généraux ou votre budget formation

*Pour tout paiement en ligne par carte bleue

**TVA 2,10%. Offre réservée àlaFrance métropolitaine. DOM-TOM et étranger :80€


PARTICIPEZ ÀUNRENDEZ-VOUS INCONTOURNABLE

DES SOLUTIONS DE GESTION POUR LA MAINTENANCE ET LA PRODUCTION !

15 ÈME ÉDITION DU FORUM DIMO

Source d’échanges et de rencontres

avec voshomologues

1200

décideurs attendus

PARTICIPEZ AUXATELIERS THÉMATIQUES :

La GMAONouvelle Génération (mobilité,

SaaS/Cloud) :quelle valeur ajoutée métier ?

Retour d’expériencedelasociété Yvroud

Ils gagnent de l’argent avecleur SAV

Retours d’expériencedes responsables

SAVdes sociétés LAVORENT et RIC

Viser l’Excellenceopérationnelle :enjeux,

moyens et outils -GMAO-ERP -MES -PLM -GED

Technique -Planification et Ordonnancement

Retour d’expériencedelasociété

BAIKOWSKI Chimie

Nouveauté 2016

FOCUS Métier Industrie 4.0

Etes-vous prêt pour faireface

aux enjeux de l’industrie de demain ?

Parmi les partenaires

du FORUM DIMO :

ACTYTUDE, AFIM, AUDROS, BODET OSYS,

CEPHEUS, INP GRENOBLE, ORTEMS, VISIATIV

Partenaires presse :

Information et inscription sur www.forumdimo2016.com

Un événementorganisé par DIMO Software

Pour plus d’informations, contactez-nous :

Tél:+33 (0)4 72 86 01 51

marketing@dimosoftware.com


index

Au sommaireduprochain numéro :

technologies

risque électrique :

Comment prévenir et

réparer lesinstallations

électriques dans les

machines et sur les équipementsindustriels ?

MAintenAnce en ProdUction

gestion des stocks:

Les solutions de stockageetderayonnage

lesmieux adaptées à la maintenance

MAnAgeMent

pilotage de la maintenance:

Le rôle du MES et lestechnologies MES

au servicedelamaintenance

focus :

Faireaccepter l’intégration du MES auprès

du personnel de production et de maintenance

MAintenAnce MÉcAniQUe

Dossier moteurs

industriels :

Le rôle des

servomoteursetla

maintenancede

ces éléments

focus :

Les organes de sécurité pour lesmoteurs

– éviter le surrégime

PrÉVentiondes risQUes AU trAVAil /hse

spécial préventica:

Mener une politique de prévention dans

l’entreprise – Solutions et retoursd’expérience

epi :

Solutions et utilisation des équipementspour se

protéger le visage et lesyeux

© Fuchs Lubrifiant

le chiffre

à retenir :

Répertoiredes annonceurs

cetim ...........................................19

corim..................2 e de couverture

crc inDustries........................53

creativ’it...................................39

DB viB ..........................................15

Dimo softWare........................63

DsDsystem ..................................2

Dynae ..........................................23

elis .....................4 e de couverture

even pro ....................................27

flir ...................................... 9et37

fluke .................3 e de couverture

gl events ..................................31

i-care..........................................13

ifm electronic........................55

klÜBer luBrication ..............49

ksB...............................................33

salon m2m.................................61

pierre guerin............................7

préventica ...............................57

sDtinternational.................21

seW usocome..............................4

synergys technologies ......11

90 %

il s’agit de la part de casses de

roulementsdues au surgraissage

et, plus globalement, à l’utilisation

de graisses maladaptées à leur

application. De la même façon, une

quantité insuffisantedegraisse peut

entraîner unecasse de roulements,

à la suited’un défaut de lubrification.

c’estentout casceque rapporteune

étude sérieuse menéepar exxonmobil

(groupe esso) auprès des industriels.

ce constatamené l’entreprise à

publierplusieursrecommandations

essentielles à prendreencomptepour

bien choisir sonhuiledegraissage et

l’utiliser à bonescient.

retrouvez nos anciens numérossur :

www.production-maintenance.com

64 IProduction &maintenance • n°52 • Mars-Avril 2016


100 % net

Tous les objets. Deprès

comme de loin.

Mise au point MultiSharp .

Mise au point manuelle.

(sans la mise au point MultiSharp)

TOUTES LES conduites sont nettes.

(avec lamise au point MultiSharp)

Découvrez la caméra thermique

Fluke Ti450 avec mise au point

MultiSharp.

Il vous suffit de pointeretdedéclencher, et déclencher, la

caméra traite automatiquement une série

d´images nettes, de près comme de loin,

pour créer une image àlamise au point

parfaite, sur l´ensemble du champ devision.

Téléchargez le dernier Guide de l´IR

Fluke.com/Ti450

©2016 Fluke Corporation.

AD 6007254-fr


Collection

EpiShock

*Àlamode -Photos non contractuelles -Reproduction interdite -Elis Services -S.A. au capital de 16.000.075 €-31rue Voltaire-92803 Puteaux -693 001 091 RCS Nanterre

HADES S.A. 145, boulevard Industriel -1070 Bruxelles -RPM Bruxelles 0402.079.450 -ELIS Luxembourg S.A. -22Z.A.E. Zaemer, L-4959 Bascharage -RCLuxembourg B48681

La sécurité de

vos collaborateurs

n’est pas près

de se démoder.

Pour tout premier contact commercial

0810 140 002

www.elis.com

Parce que la sécurité de vos collaborateurs sera toujours d’actualité,

la collection Epishock répond aux normes de sécurité en vigueur, et

participe àlaprotection et àlaprévention des agressions superficielles

et de l’inflammation des genoux dit hygroma des genoux

grâce àdes plaques genouillères (EN14404).

Une sécurité renforcée, pour une collection très lookée !

Et grâce àlalocation-entretien Elis, leur tenue reste

aussi fashion* et sécurisée qu’au premier jour.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!