26.09.2022 Views

Panorama de presse quotidien du 26 09 2022

  • No tags were found...

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

PANORAMA DE PRESSE

Du 26/09/2022

- Politique- Vendanges…….……………………………….……..……..…………………..…p.2-20

- Gestion-Entreprise-Social..………………………………….……………………………….p.21-25

- Environnement-Climat-Viticulture..…………………….……………………………….p.26-30

- Droit-Fraude-Tracabilité………………………………….…………………………………..p.31-35

- Formations…………………………………………………………………………..….………….p.36

- Salon........................................................................................................p.37

- Communication……………………………………………………………….………………….p.38-43

- Tourisme……………………………………………………………………………………………..p.44-45

- Cuvées-Dégustation…..………………………………………………….…………………….p.46-47

- Culture-Patrimoine………………………………………………………………………………p.48-49

Cette revue de presse se destine à un usage strictement personnel et interne à l’entreprise,

le destinataire s’interdit de reproduire, publier, diffuser ou vendre ce document.

www.sgv-champagne.fr

17 avenue de Champagne – CS 90176 • 51205 Epernay Cedex • Tél. 03 26 59 55 00 • Fax. 03 26 54 97 27

69 Grande Rue de la Résistance • 10110 Bar-sur-Seine • Tél. 03 25 29 85 80 • Fax. 03 25 29 77 81


Presse écrite

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Edition : 23 septembre 2022

Périodicité : Hebdomadaire

P.7-8

Audience : N.C.

Journalistes : -

Sujet du média :

Nombre de mots : 141

Agroalimentaire-Agriculture

Economie-Services

p. 1/1

■ PROFESSION

Franck Riester rencontre

la filière champagne

Franck Riester, le ministre délégué auprès de

la Première ministre, chargé des relations avec

le Parlement, est allé à la rencontre, le 15 septembre,

à Epernay (51), des représentants de la

filière champagne.

Parmi les sujets évoqués avec

notamment les représentants du Comité Cham

pagne, le dynamisme des expéditions à l'export

et la « nécessité impérative de protéger et d'assurer

l'accès aux marchés de l'appellation [...] partout

dans le monde », rappelée par David Chatillon,

président de l'Union des maisons de Cham

pagne, selon un communiqué. Maxime Toubart,

président du Syndicat général des vignerons,

en plus de s'inquiéter des difficultés en termes

d’emploi, a « appelé de ses vœuxune réglemen

tation qui accompagne et qui protège une filière

qui participe au rayonnementde la France et à la

prospérité du territoire ».

232569 VIGNERONS - CISION 1721373600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Audience : 185

Sujet du média : Agroalimentaire-Agriculture

22 Septembre 2022

Journalistes : P.G.

Nombre de mots : 2160

la-marne-agricole.fr

Vendanges en Champagne : une année solaire pleine de promesses

p. 1/2

Visualiser l'article

La vendange 202 restera dans les mémoires comme le millésime solaire de la Champagne. Les vendanges sont arrivées à leur

terme le mardi 20 septembre. Crédit Comité Champagne

« Les dernières grappes sont cueillies, les centres de pressurage ont livré leurs derniers moûts, les fermentations sont en

cours, la vendange champenoise, qui avait commencé, pour les crus les plus précoces, le 20 août, vient de se terminer en

Champagne », indique le mardi 20 septembre le Comité Champagne.

En dépit de la sécheresse de l'été, quelques pluies tombées au bon moment ont permis une excellente maturation. « 2022 est

LE millésime solaire de la Champagne : un volume conséquent, une saison viticole rapide mais sereine et un état sanitaire

parfait », poursuit le communiqué.

« Vignerons et maisons de Champagne se réjouissent de cette magnifique récolte. Les moûts laissent présager d'une très

bonne qualité, le degré potentiel d'alcool moyen est au-dessus de 10% vol et l'acidité de bonne tenue. Quant à la quantité,

quoiqu'assez hétérogène selon les secteurs, elle a permis à chacun d'atteindre le rendement commercialisable, fixé pour

l'année à 12 000 kg/ha », ajoute-t-on.

À Aÿ, le Champagne Henri Giraud est sous le charme de la récolte 2022. Crédit Champagne Henri Giraud.

01Xe5_dF-sthRex3kvEvqbHLcSLZiVDOvecW6BieIlfVgjuCfweZQb3WgiQ6cA4PRbfV0a9cIfmbsIRDBk566tQMGFl

Le président du Syndicat des vignerons, Maxime Toubart, se félicite que « grâce à une vendange volumineuse et de qualité,

et avec l'accord exceptionnel de l'INAO, les vignerons aient pu reconstituer leur réserve interprofessionnelle, largement

entamée l'année dernière pour compenser les pertes de l'année viticole 2021 ».

« La vendange 2022 est providentielle », selon David Chatillon, président des maisons, qui note avec satisfaction que « la

demande des marchés est forte (+9% à fin août comparé à l'an passé) après une année 2021 déjà remarquable. Les

professionnels restent optimistes pour l'avenir, malgré un contexte économique incertain. Les beaux raisins récoltés cette

année deviendront de grands vins qui permettront de satisfaire les attentes des consommateurs ».

VIGNERONS - CISION 366933954

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Vendanges en Champagne : une année solaire pleine de promesses

22 Septembre 2022

la-marne-agricole.fr

p. 2/2

Visualiser l'article

01Xe5_dF-sthRex3kvEvqbHLcSLZiVDOvecW6BieIlfVgjuCfweZQb3WgiQ6cA4PRbfV0a9cIfmbsIRDBk566tQMGFl

VIGNERONS - CISION 366933954

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Presse écrite

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Edition : 23 septembre 2022

Périodicité : Hebdomadaire

P.3-4

Audience : N.C.

Journalistes : -

Sujet du média :

Nombre de mots : 193

Agroalimentaire-Agriculture

Economie-Services

p. 1/1

■CONJONCTURE

En Champagne, une vendange

« providentielle »

Alors que les vendanges se sont achevées en

Champagne, l’interprofession champenoise

(CIVC) sefélicite d'un millésime « solaire » pour

la région avec « un volume conséquent, une saison

viticole rapide, mais sereine et un état sanitaire

parfait ». Selon le CIVC, le degré potentiel

d'alcool moyen est au-dessus

de 10 % vol. « et

iacidité, de bonne tenue ». L'interprofession

annonce que chaque viticulteur

a pu atteindre

le rendement commercialisable, fixé cette

année à 12000 kg/ha, grâce à « la quantité,

quoique assez hétérogène selon les secteurs ».

Les vignerons ont ainsi « pu reconstituer leur

réserve interprofessionnelle,largement entamée

i'année dernière pour compenser les pertes de

l'annéeviticole2021», déclare Maxime Toubart,

président du Syndicat général des vignerons de

la Champagne (SGV Champagne). Selon David

Chatillon, président de l'Union des Maisons de

Champagne, « la vendange 2022 est providen

tielle, [...]la demandedes marchés est forte 1+9%

à fin août, à comparer à l'anpassé) après une an

née 2021déjà remarquable». Ce dernier ajoute:

« Les professionnelsrestentoptimistespour l'ave

nir, malgré un contexteéconomiqueincertain.»

232569 VIGNERONS - CISION 0621373600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

BEL

Famille du média : Médias étrangers

Audience : 1360732

Sujet du média : Actualités-Infos Générales

23 Septembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 2144

www.lavenir.net p. 1/2

Fin des vendanges en Champagne: une cuvée «providentielle»

Visualiser l'article

En dépit de la sécheresse de l'été, les vendanges en Champagne ont

permis une récolte au « volume conséquent », débouchant sur une

cuvée « providentielle ».

Bonne nouvelle pour les amateurs de champagne. ©cdrcom - Fotolia

Les vendanges en Champagne, qui avaient commencé pour les crus les plus précoces le 20 août, ont permis une récolte au

"volume conséquent", débouchant sur une cuvée "providentielle", s'est réjoui mardi le Comité champagne dans un

communiqué.

En dépit de la sécheresse de l'été, "quelques pluies tombées au bon moment ont permis une excellente maturation", a indiqué

l'organe interprofessionnel, qui salue aussi "une saison viticole rapide mais sereine" et "un état sanitaire parfait".

"Les moûts laissent présager d'une très bonne qualité, le degré potentiel d'alcool moyen est au-dessus de 10% vol et l'acidité

de bonne tenue", a-t-il ajouté.

Quant à la quantité, "quoiqu'assez hétérogène selon les secteurs, elle a permis à chacun d'atteindre le rendement

VIGNERONS - CISION 366958453

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Fin des vendanges en Champagne: une cuvée «providentielle»

23 Septembre 2022

www.lavenir.net p. 2/2

Visualiser l'article

commercialisable, fixé pour l'année à 12.000 kg/ha".

Grâce à cette "vendange volumineuse et de qualité" et "avec l'accord exceptionnel" de l'Institut national de l'origine et de la

qualité, les vignerons ont "pu reconstituer leur réserve interprofessionnelle, largement entamée l'année dernière pour

compenser les pertes de l'année viticole 2021", s'est félicité leur président, Maxime Toubart, cité dans le communiqué.

"La vendange 2022 est providentielle", a estimé David Châtillon, président des maisons, qui souligne une forte "demande des

marchés", +9% à fin août comparé à l'an passé selon le communiqué, "après une année 2021 déjà remarquable".

VIGNERONS - CISION 366958453

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : Blogs

Audience : 2440456

Sujet du média : Communication - Médias - Internet, Lifestyle

24 Septembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 2302

www.jeanmarcmorandini.com p. 1/1

Visualiser l'article

Les vendanges en Champagne, qui avaient commencé pour les crus les plus

précoces le 20 août, ont permis une récolte au "volume conséquent",

débouchant sur une cuvée "providentielle"

Vidéos| champagne, vendange, vin, récolte

Video :

https://www.jeanmarcmorandini.com/article-512587-les-vendanges-en-champagne-qui-avaient-commence-pour-les-crus-lesplus-precoces-le-20-aout-ont-permis-une-recolte-au-volume-consequent-debouchant-sur-une-cuvee-providentielle.html

Les vendanges en Champagne, qui avaient commencé pour les crus les plus précoces le 20 août, ont permis une récolte au

"volume conséquent", débouchant sur une cuvée "providentielle", s'est réjoui le Comité champagne dans un communiqué.

En dépit de la sécheresse de l'été, "quelques pluies tombées au bon moment ont permis une excellente maturation", a indiqué

l'organe interprofessionnel, qui salue aussi "une saison viticole rapide mais sereine" et "un état sanitaire parfait".

"Les moûts laissent présager d'une très bonne qualité, le degré potentiel d'alcool moyen est au-dessus de 10% vol et l'acidité

de bonne tenue", a-t-il ajouté.

Quant à la quantité, "quoique assez hétérogène selon les secteurs, elle a permis à chacun d'atteindre le rendement

commercialisable, fixé pour l'année à 12 000 kg/ha".

Grâce à cette "vendange volumineuse et de qualité" et "avec l'accord exceptionnel" de l'Institut national de l'origine et de la

qualité, les vignerons ont "pu reconstituer leur réserve interprofessionnelle, largement entamée l'année dernière pour

compenser les pertes de l'année viticole 2021", s'est félicité leur président, Maxime Toubart, cité dans le communiqué.

"La vendange 2022 est providentielle", a estimé David Chatillon, président des maisons, qui souligne une forte "demande des

marchés", +9% à fin août comparé à l'an passé selon le communiqué, "après une année 2021 déjà remarquable".

VIGNERONS - CISION 366997040

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Presse écrite

FRA

Famille du média : PQR/PQD

Edition : 26 septembre 2022

(Quotidiens régionaux)

P.8-9

Périodicité : Quotidienne

Audience : 363000

Sujet du média :

Journalistes : CAROLINE

DENIME

Nombre de mots : 1925

Actualités-Infos Générales

p. 1/7

EPERNAY

ET SA REGION

VITICULTURE

Les vignerons

dressent

un excellent bilan

des vendanges

REIMS-ÉPERNAY Entre les changements climatiques et les difficultés de

recrutement, les vignerons doivent continuellement s'adapter. Néanmoins, les

traditions restent leur boussole et la vendange s'est avérée « miraculeuse ».

232569 VIGNERONS - CISION 2983473600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les vignerons dressent un excellent bilan des vendanges

Edition : 26 septembre 2022 P.8-9

p. 2/7

CAROUNE

DENIME

Les viticulteurs champenois

ont le sourire en cette fin sep

tembre. Les raisins sont ren

trés, les jus lancés en fermentation

et dans lesquels les chefs de cave

placent beaucoup d’espoir.Une cu

vée «providentielle », s’est

d’ailleurs réjoui la semaine der

nière le Comité champagne (voir

encadré). II est clair que la ven

dange fut belle sur toute la zone

d’appellation champagne. De la

Vallée de l’Ardre à la Vallée de la

Marne, en passant par le Sézannais

et la côte des Blancs. Et alors que

les dates de début de vendanges

autorisées se sont échelonnées se

lon les communes du 25 août dans

le sud de la Marne, jusqu’au 5 sep

tembre, du côté de la petite Mon

tagne de Reims, le coup d’envoi est

tombé une quinzaine de jours plus

tôt que l’an dernier.

C’est donc au sud du département

que les vendanges ont été les plus

précoces. «Nous avons décidé de

débuter les vendanges le 23 août à

Montgenost, et avons dû faire une

déclaration car le Comité cham

"LA VENDANGE

2022 EST PROVIDENTIELLE"

pagne avait lui tablê sur le 27 août

pour la commune», revient Mehdy

Thiébault, viticulteur à la frontière

de l’Aube et de la Seine-et-Marne.

«Nos raisins étaient déjà mûrs, nous

étions à 10°Cdès les premiers jours

de cueillette. Et il est vrai queje vou

lais avancer car j’étais persuadé que

l'acidité allait dégringoler...» Mais

il n’en fut rien. «L’annêe est vérita

blementmiraculeuse»,s’étonne en

core le vigneron. Après une cam

pagne 2021 catastrophique pour

une majorité de vignerons cham

penois, les obligeant à écouler une

partie de leur réserve, «je ne pen

sais pas pouvoir refaire ma réserve

cette annêe», souffle Mehdy Thié

bault.

UN TEMPS DE MÛRISSEMENT PLUS COURT

De l’autre côté du département,

tout au nord de l’appellation, à

Merfy, se trouve Valentine Mérat.

«Les champagnes vont être super ! »,

s’enthousiasme la vigneronne ré

cemment intégrée à l’exploitation

familiale. Au cœur du Massif de

Saint-Thierry, les vendanges se

sont étalées sur quinze jours. Les

meuniers ont été cueillis à 12°C,les

pinots noirs à 11,6et les chardon

« En dépit de la sécheresse de l'été,quelques pluies tombées au bon moment

ont permis une excelientematuration.2022 est LE millésime solaire de la

Champagne:unvolume conséquent,unesaisonviticolerapidemaissereine

et un étatsanitaireparfait»,a communiquéle ComitéChampagne.Le pré

sident des vignerons, Maxime Toubart,se félicite que « grâceà une ven

dangevolumineuseetdequalité,etavecl'accordexceptionnelde l'Inao(Ins

titutde l'origineet de la qualité, NDLR),les vigneronsaient pu reconstituer

leur réserveinterprofessionnelle,largemententaméel'annéedernièrepour

compenser les pertes de l'année viticole 2021 ». « La vendange 2022 est pro

videntielle»,selon DavidChatillon,présidentdesmaisons.« Lesprofession

nels restentoptimistespour l'avenir,malgréun contexteéconomiqueincer

tain. Lesbeauxraisins récoltéscetteannéedeviendrontde grandsvins qui

permettront de satisfaire les attentes des consommateurs ».

nays à 11,4. «Nous avons décidé

d’effeulller les parcelles au fur et à

mesure de l’avancement de nos ven

danges. L'idée était de ne laisser aux

raisins que 24 heures d’exposition au

soleil ». En cave, une logistique in

édite a rythmé les vendanges. «Au

pressoir, nous avons mis en place

une équipe de nuit, car ilfallait trou

ver un roulement adapté avec toutes

ces caisses qui arrivaient. L’objectif

était que les raisins ne tournent pas

en restant trop longtemps sur le

quai ».

“Au pressoir, nous avons

mis en place des équipes

de nuit, car ilfallait

trouver un roulement

adapté avec toutes

ces caisses qui arrivaient"

Valentine Mérat, vigneronne à Merfy

Cette année, il y avait les raisins et

en face il y avait les ventes,avec un

rendement fixé à un niveau record

de 12 000 kg/hectare. « II est tombé

de la pluie au bon moment, il a fait

chaud au bon moment», explique

Benoît Chaleroux, vigneron à

Avize. « Ma vendange a duré 10

jours et le raisin s’est tenu. À

l’époque de mon grand-père, les rai

sins prenaient entre 0,5 et 0,8°Cpar

semaine, aujourd’hui la période de

mûrissement est plus courte et ça,

c’est Iié au réchauffement clima

tique». Une hausse des tempéra

tures qui entraîne aussi au prin

temps un débourrement, c’est-à

dire une pousse, plus précoce.

En 4 ans d’activité, le jeune viticul

teur de la côte des Blancs aura

connu le pire et le meilleur. « Nous

avons débuté le 30 août à Oger.Ilfai

232569 VIGNERONS - CISION 2983473600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les vignerons dressent un excellent bilan des vendanges

Edition : 26 septembre 2022 P.8-9

p. 3/7

sait très chaud et on devait prêvoir

plus d’eau que d’habitude pour nos

équipes de vendangeurs. Nous avons

eu une bonne surprise, autant dans

les vignes situées dans la plaine que

sur la côte de Damery». De belles

grappes, pas de maladie, pas de

pourriture, un combo parfait pour

toute l’appellation. « La coopérative

d'Avize nous incitait à livrer des rai

sins à 10,5°C.Et enfin de vendanges,

nos raisins sont montésjusqu'à 12°C,

il fallait faire vite».

Mais Benoît a quand même pris le

temps de sélectionner quelques

parcelles afin de vinifier les 4000

bouteilles environ qu’il tient à pro

duire chaque année. «Jefais un mil

lésimé chaque vendange que je sou

haitegarder longtempsen cave».Le

vigneron a jeté son dévolu sur les

vignes situées dans la plaine

d’Avize, là où les raisins mûrissent

plus tardivement. «Je vais compen

ser cette belle maturité par un éle

vage sur lattes plus court. II est

d’ailleurs fort probable que je sorte

le millésime 2022 plus tôt que celui

de 2021 ». Le travail de vinification

lui aussi évolue. « On cherche plus

de maturité aujourd’hui, à la diffé

rence des vins produits dans les an

nées 80 où l’acidité était plus domi

nante». En face, la préoccupation

de ces chefs d’entreprise reste que

les consommateurs suivent, «car

avec le changement climatique, nous

n’avons pas d’autres choix que d’al

ler vers ce type de vins plus frui

tés ». ■

"Ce moment doit rester festif et convivial"

La seule difficulté cette année pour les viticulteurs aura

été de trouver des bras pour rentrer le raisin. Des ven

dangeurs difficiles à trouver, et une volatilité toujours

plus importante chaque année. « lln'yapas desecret,

noustravaillonsavecl'humain»,souligneValentine

Mérat, de Merfy. « Les vendangeurs, il faut les chouchou

ter».Siellepeutcomptersurunoyaufidèlede25

vendangeurs, venus de Laon, Rethel et Charleville,

« c'est parce que nous partageons des choses durant les

vendanges. En fin dejournée, par exemple, nous ras

semblons l'équipe autour dujus de raisin afin d’échan

gersur les spécificités des parcelles ».

« De toute façon pour que les gens reviennent, il est

important oue les vendanges restentun moment festif

et convivial.Si on perd cetétatd'esprit,on perd une part

de notre métier», estime l'Avizois Benoît Chaleroux. « La

main-d'œuvre, c'esthyperimportant», confirmeMehdy

Thiébault. « Si on veut des gens de qualité et qui re

viennent, il faut les rémunérer correctement.Pour

Les jeunes vignerons veulent des vendanges festives. Stéphanie Jayet

qu'une vendange se passe bien, il faut mettreles

moyens ». « Etpuis, c'estquoi ce délire dene plus faire le

cochelet ? C'est pourtant incontournable ! », conclut

Valentine

Mérat.

232569 VIGNERONS - CISION 2983473600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les vignerons dressent un excellent bilan des vendanges

Edition : 26 septembre 2022 P.8-9

p. 4/7

. . ». k-«UMI

VvV

Valentine Mérat. vigneronne à Merfy. se rêjouit d une annêe idêale. La jeune femme cherche

à travailler des champagnes de terroir. typiques du massif sur lequel elle travaille. Stéphanie Jayet

232569 VIGNERONS - CISION 2983473600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les vignerons dressent un excellent bilan des vendanges

Edition : 26 septembre 2022 P.8-9

p. 5/7

232569 VIGNERONS - CISION 2983473600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les vignerons dressent un excellent bilan des vendanges

Edition : 26 septembre 2022 P.8-9

p. 6/7

3 QUESTIONSÀ

ÉDOUARD

DOMBRET

CHAMPAGNE

CONSEIL

"Les vignerons doivent

repenser l'accueil

des vendangeurs"

Le point noir de ces vendanges aura

été le problème de recrutement,

comment selon vous

y remédier?

Selon moi, les problèmes de

recrutement viennent plus des

maisons de champagne que des

vendangeurs. Auparavant, les

repas étaient partagés,

aujourd’hui, certains n’offrent

même plus un verre. Ils donnent

rendez-vous aux équipes à

l’entrée du village ou à l’église

pour les mener dans les vignes.

Certains ne mettent jamais les

pieds chez les vignerons et

sincèrement ce n’est pas

engageant.Pour remédier au

problème de recrutement, c’estau

vigneron de rendre le travail

intéressant.

La rémunération est-elle un frein

pour les candidats?

Le prix du kilo de raisins n’a pas

augmenté pendant plusieurs

années alors que l’inflation, elle, a

fait son œuvre. Cela n’a pas

encouragé pas les vignerons à

augmenter les salaires de

vendangeurs. II y a dix ou quinze

ans, faire les vendanges équivalait

à gagner presque un treizième

mois. Aujourd’hui prendre deux

semaines de congé pour gagner

700 c n’a plus aucun intérêt. Ce

qui reste intéressant aujourd’hui

est d’aller travailler en cuverie

pour les grandes maisons de

champagne, car c’est l’assurance

d’avoir un salaire correct, grâce à

une rémunération fixée à 13 ou

15 E de l’heure. Ou bien de faire

les vendanges à tâche, là les

équipes s’impliquent car elles

savent que la rémunération va

suivre.

Que retenez-vous de cette vendange

2022?

Après l’année 2020 compliquée en

raison du Covid, une année 2021

pluvieuse et très difficile d’un

point de vue sanitaire, nous

sommes en 2022 revenus à une

vendange normale et c’esttrès

appréciable.

232569 VIGNERONS - CISION 2983473600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les vignerons dressent un excellent bilan des vendanges

Edition : 26 septembre 2022 P.8-9

p. 7/7

LES AUTRESPOINTS

Les tout premiers coups

de sécateur à Montgueux

Le 18 août, malgré quelques averses éparses et les températures

largement au-dessus de 25 voire 30 “C, les premiers coups de séca

teur ont été donnés en Champagne, sur la commune de Montgueux

plus précisément (Aube). Mais pour vendanger le 18 août, il a fallu

demander une dérogation car le Comité Champagne avait tablé pour

le 22 août sur la zone. Si l'ensemble de la commune de Montgueux

avait demandé cette dérogation, cela avait été refusé et chaque

viticulteur avait donc dû faire la démarche pour sa récolte. Cette

précocité ne s'était rencontrée en Champagne qu'en 2020, avec des

premiers coups de vendangettes le 17 août.

30 000 vendangeurs perdus

Le manque de main-d'œuvre s'avère être un défi pour les acteurs de

la viticulture avec une raréfaction qui s'est exacerbée ces dernières

années. D'après les chiffres de la Mutualité sociale agricole (MSA), le

nombre de contrats de vendangeurs était d'environ 100 000 en

2019, contre environ 83 000 en 2020 et 70 700 en 2021, sachant

que le rendement pour les vendanges 2021 était plus faible qu'habi

tuellement. Les CDI sont aussi en baisse, passant ae 7 163 en 2020

à 5 919 en 2021.

Prochaine étape,

la taille de la vigne

Après les vendanges, le viticulteur repart à zéro. Autre temps fort

dans les galipes de la région, une fois les raisins rentrés en cave,

l'automne passé et les feuilles tombées, la taille de la vigne consti

tue une étape primordiale. Lors de ces travaux, l'idée est de réguler

la production de raisin, en trouvant l'équilibre sol-plant-dimat.

Champagne Day, le 28 octobre

Chaque année, le quatrième vendredi d'octobre, le champagne se

célèore à l'occasion du Champagne Day. Ce « Jour du Champagne »,

dédié à la célébration des plus fameuses bulles au monde, est né en

2009 à l'initiative du blogueur américain expert en vins, Chris Og

genfuss. En treize ans, le Champagne Day s'est imposé comme l'évé

nement universel des amateurs de vins de Champagne : on le cé

lèbre au restaurant, chez un caviste, chez des amis ou encore chez un

vigneron ou une maison de Champagne. Rendez-vous sur le site

www.champagneday.fr.

232569 VIGNERONS - CISION 2983473600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Messe des vendanges, les coteaux vitryats

ont été bénis des dieux

Le samedi 24 septembre 2022, le monde viticole du Vitryat a renoué avec la messe des

vendanges. L’office a été célébré au pressoir de la coopérative de Bassuet, à quelques

kilomètres de Vitry-le-François. L’occasion de remercier ceux qui ont veillé sur la campagne

2022 et de prier pour qu’elle se renouvelle en 2023.

L’abbé Louis Mainsant était heureux de revenir dans son ancienne paroisse pour un prêche

auprès de fidèles qu’il connaît et qu’il a côtoyés pendant son sacerdoce.

Par Philippe Launay Publié: 25 septembre L’Union

Un grand champ à moissonner, une vigne à vendanger : la dernière chanson entonnée à pleins

poumons par l’assistance était toute désignée pour conclure la messe des vendanges, ce

samedi à la coopérative La Renaissance de Bassuet. Après deux années d’éclipse pour cause

de crise sanitaire, l’office revenait.

Signe du renouveau, même le père Mainsant, ancien curé de la paroisse, était de retour dans le

vignoble. « J’étais heureux de revoir des visages connus. Ça m’a rajeuni. J’ai officié ici

pendant longtemps et cette messe des vendanges, on l’a fait grandir dans les années 1980 »,

commente l’homme d’église, aujourd’hui prêtre à la retraite à Sainte-Ménehould.

La première messe d’après vendanges remonte à 1973. Il ne faut pas la confondre avec la

messe de la Saint-Vincent qui se déroule à l’église, en présence des confréries. Dans ses

premières années, la messe se déroulait dans l’ancien bâtiment de la coopérative La

Renaissance.

Office avec vue directe sur le pressoir ?

Interrompue pendant des années, elle était redevenue un temps fort avant les reports en 2020

et 2021. « C’était peut-être une bêtise de ne pas le faire l’année dernière. On aurait pu

essayer mais la fête n’était pas dans les cœurs. On était vraiment abattu », souffle Pierre

Chevalier, président de la coopérative depuis 2015.


Tout le contraire des félicités en 2022. « On a plaisir à se retrouver sur le quai du pressoir

pour un moment de spiritualité. C’est autre chose qu’un vin d’honneur traditionnel. Il faut

savoir se dire merci. On a fait une vendange extraordinaire. Toutes les conditions étaient

exceptionnelles », poursuit Pierre Chevalier qui rappelait qu’un tel office est ouvert aux 110

coopérateurs inscrits au capital social de La Renaissance mais pas seulement. Tout le Vitryat,

vigneron ou pas, peut venir remercier Dieu pour ce qu’il a donné aux professionnels. « Cette

messe permet de récompenser et de clore le travail d’une année et pas seulement la

vendange », ajoute le père Mainsant.

« On a besoin de ces moments d’authenticité, de la tradition. Cela entretient notre dynamique

et dans le mot coopérative, il y a coopération », assure Pierre Chevalier. En 2023, peut-être la

messe sera-t-elle donnée avec vue sur le pressoir si les opérations de maintenance sont

achevées…

“Ce n’est pas du folklore, c’est un fragment de notre

histoire”

« Ce lien entre notre métier et la religion, ce n’est pas du folklore. C’est un fragment de notre

histoire », rappelle Bertrand Trépo, président de l’Association de promotion des coteaux

vitryats qui participait à sa première messe des vendanges. « Pendant les deux semaines de

vendanges, on est quand même chacun chez soi. Le seul moment où on se croise, c’est au

pressoir, mais très rapidement, on fait la course. Ce n’est donc pas si anodin que la messe se

déroule sur le quai. C’est le lieu de rencontre et de convivialité. »

L’ambiance y était festive ce samedi, après que les vignes ont « donné leurs richesses »,

comme le stipulait le livre de Joël, lu pendant l’office.

Messes des vendanges: en Champagne un peu, ailleurs

c’est sans modération

La messe d’après vendanges est une tradition très respectée sur d’autres terroirs que la

Champagne. Récemment, l’une a été donnée à Villers-lès-Nancy, au parc et château de

Madame de Graffigny où sont les vignes Saint-Fiacre vendangées pour la première fois en

2022.

La coutume est respectée auprès d’autres cépages. Dans le Lubéron, à Ménerbes réputé pour

être un des plus beaux villages de France, la messe des vendanges a été célébrée le 21 août

pour honorer les vins de côtes du Rhône. Il en a été de même à quelques kilomètres de là, à

Tain-l’Hermitage.

Dans le diocèse de Nîmes, une messe provençale des vendanges a lieu tous les ans. Elle a lieu

dans la cathédrale de la préfecture gardoise et rassemble les Confréries des métiers de la vigne

et du vin. Elle se tient souvent dans le cadre de la feria du vin qui fêtait en 2022 sa 42e

édition.

Dernier exemple parmi tant d’autres comme Pépieux et son château Pepusque (Aube) ou

Pouillon (Landes), le vignoble du Vaucluse, célèbre pour donner de bons rosés, se réunit

chaque année pour la messe du ban des vendanges, à Châteauneuf-de-Gadagne.


Finalement en Champagne, à part Bassuet, il y a peu de messes des vendanges à part au

pressoir de la coopérative UPCB, au Mesnil-sur-Oger, près d’Épernay.


Organisation du travail

Faute de main-d'oeuvre, la prestation de

service viticole s'envole

La difficulté de recruter et le développement de la double activité dans certaines régions

contribuent à l’essor des prestataires de services. Un partenariat souvent fructueux.

Par Aude Lutun Le 23 septembre 2022 Vitisphère.com

La prestation de service se développe en viticulture, notamment pour la réalisation des

traitements - crédit photo : Christelle Stef (photo d'archive)

Guillaume Rousseaux, viticulteur à Mailly-Champagne, dans la Marne, connaît bien la

prestation de services. Depuis son installation il y a une vingtaine d’années, il confie tous ses

traitements à des prestataires pour se concentrer sur les autres travaux. Cette année, il a

travaillé avec six d'entre eux, choisis pour des raisons de proximité ou parce qu’ils

possédaient un chenillard. « Je travaille seul sur 4,20 ha situés dans six communes, précise le

vigneron. Je ne peux pas être partout. Il y a quelques années, j’ai réfléchi à m’équiper d’un

pulvérisateur pour limiter les coûts mais cela impliquait d’embaucher un salarié. Ce n’est

plus d’actualité. »

Le coût horaire de la prestation varie de 180 € HT, pour un traitement avec un enjambeur, à

290 € HT avec un chenillard. « La prestation de services a un coût, mais c’est justifié car

c’est un métier difficile, avec des pannes de matériel et une main-d’œuvre à gérer, poursuit

Guillaume Rousseaux. C’est un bon compromis pour moi. »

Un bon compromis

Ce vigneron entretien de fréquents échanges avec ses prestataires. Ces derniers l’appellent 48

heures avant chaque intervention pour confirmer qu'elle aura bien lieu et préciser avec quel

produit afin qu'il l'enregistre dans sa traçabilité.


« Pendant la campagne, je ne les lâche pas et je vais voir sur place s’ils sont bien venus,

complète-t-il. J’ai eu un prestataire qui avait oublié deux de mes parcelles ! Cela m’a rappelé

qu’il faut être très présent car certains d’entre eux prennent trop de travail. Durant une

année facile comme 2022, cela ne pose pas de problème. Mais en 2021, cela a été très

compliqué. Dans le même terroir, j’ai eu des rendements à 4 000 kg/ha et d’autres à 7 000-8

000 kg/ha, avec un prestataire qui est intervenu les week-ends. »

Ce prestataire vertueux, c’est Arnaud Duval, basé à Verzenay, qui constate un essor des

demandes : « Entre les double-actifs qui préfèrent exploiter plutôt que de louer et la difficulté

des viticulteurs à trouver et à garder un tractoriste, nous sommes très sollicités. »

Des prestataires très recherchés

En Gironde, les prestataires sont également très recherchés. « La première motivation des

vignerons qui font appel à nous, c'est la difficulté de recruter et de gérer le personnel, estime

Benjamin Banton, président des Entrepreneurs des Territoires de Gironde et cogérant de la

société Banton & Lauret. La seconde, c'est la difficulté d’acquérir du matériel de plus en plus

perfectionné et de répondre aux normes environnementales, avec la traçabilité, la gestion des

ZNT, etc. »

Benjamin Banton distingue trois profils de vignerons qui sollicitent un prestataire : les doubleactifs,

ceux qui exploitent 10 à 15 ha et qui confient quelques travaux et les grosses propriétés

qui externalisent toute la conduite de leur vignoble pour se concentrer sur le commerce et le

marketing. « Depuis quelques années, le prestataire est considéré comme un partenaire et

non plus comme un pompier », se réjouit-il.

"Il faut une bonne rentabilité pour y recourir"

Corinne Rollet, viticultrice au Château Franc-Laporte – 5,5 ha à Saint-Christophe-des-Bardes,

en Gironde –, a recours à Banton & Lauret depuis 2020. « Je suis enseignante de maths à la

retraite et j’ai fait appel à ce prestataire fin 2019 quand notre salarié qui s’occupait de

l’exploitation est parti à la retraite. On s’est alors posé la question d’embaucher un nouveau

salarié. Finalement, il nous a semblé plus simple de confier les vignes à un prestataire. »

Cette année, pour limiter les coûts, Corinne Rollet a réalisé tous les travaux manuels, aidée

depuis juillet par un salarié à mi-temps. « La prestation de services est une bonne solution,

estime-t-elle. Cela se passe bien. L’inconvénient, c’est que c’est coûteux. Il faut avoir une

bonne rentabilité pour y recourir. » La vigneronne espère remettre à flot cette exploitation

familiale, touchée par la baisse des ventes au caveau à cause du Covid. Elle va continuer de

confier une partie des travaux à la société Banton & Lauret.

De plus en plus de vignerons délèguent la pulvérisation

Guillaume Faurie, prestataire à Cognac, est lui aussi de plus en plus demandé. Ses clients sont

des vignerons proches de la retraite et dont le salarié vient de partir, des personnes qui ont

acheté une parcelle loin de chez eux, des viticulteurs de plus de 50 ans souhaitant ralentir leur

rythme de travail et enfin des vignerons qui ne trouvent pas de main-d’œuvre. Guillaume

Faurie constate également que de plus en plus de clients préfèrent lui déléguer la pulvérisation

car il est équipé de models équipés de panneaux récupérateurs, ce qui n’est pas leur cas.


La prestation de services est amenée à se développer, principalement en raison de la difficulté

des vignerons à trouver de la main-d’œuvre. Mais cette solution trouvera peut-être rapidement

ses limites, les prestataires peinant eux aussi à recruter !

51 % des vignerons font appel à un prestataire

Selon le recensement général agricole de 2020, 51 % des exploitations viticoles ont recours à

des prestations externes et 7 % d’entre elles délèguent tous leurs travaux viticoles. 56 % des

exploitations françaises, toutes productions confondues, travaillent avec des prestataires. Ce

pourcentage était le même en 2010. En revanche, le nombre d’heures effectuées par les

prestataires a progressé de 40 % entre 2010 et 2020. Dans les productions végétales, c’est le

secteur des grandes cultures qui est la plus gourmande en prestataires (58 % des

exploitations).


La CGT Champagne lance un appel à la

grève

Réclamant, en vain, des hausses de salaire pour faire face à l’inflation, le syndicat demande

aux salariés d’arrêter le travail le 28 septembre.

Pour Thierry Aubertin, Philippe Cothenet et José Blanco de l’intersyndicale CGT

Champagne, les salaires doivent suivre l’inflation. Archives

Par Maxime Mascoli Publié: 23 septembre 2022 L’Union

Avec une inflation de 5,9 % en France fin août, le débat sur les hausses de salaire s’ouvre un

peu partout dans les entreprises du pays. La Champagne n’y échappe évidemment pas,

d’autant moins qu’entre une récolte 2022 exceptionnelle avec un rendement fixé à 12 000

kilos, et des ventes effrénées qui devraient battre un nouveau record cette année, les vignerons

et maisons de champagne sont loin d’être en crise. Toutefois, les négociations ne semblent pas

se dérouler comme prévu. La CGT Champagne vient de lancer un appel à la grève le mercredi

28 septembre, à 14 heures.

“L’année est très bonne mais on n’en voit pas les fruits”

« L’année est très bonne mais on n’en voit pas les fruits », peste Thierry Aubertin, secrétaire

de l’intersyndicale CGT Champagne. Une réunion a eu lieu le 20 septembre avec l’Union des

maisons de champagne où la CGT espérait obtenir une hausse généralisée de 3,3 % des grilles

salariales et une revalorisation de la prime transport. Il n’en fut rien, l’UMC proposant des

primes Macron en attendant les négociations salariales qui ont lieu chaque année en janvier.

Trop tard pour la CGT qui réclame une revalorisation immédiate, avec effet rétro-actif dès le

1er septembre.

La CGT espère aussi des négociations pour rehausser les salaires de base. Le SMIC a

augmenté mécaniquement en raison de l’inflation de 5,9 % en un an, passant au 1er août de

10,85 euros de l’heure à 11,07 euros.


Problème : ces hausses sont si rapides que le salaire le plus bas de la grille de l’UMC est

toujours à 10,65 euros « même s’ils sont dans l’obligation de payer à 11,07 euros », souligne

José Blanco, le secrétaire général de l’intersyndicale.

Avec l’inflation en toile de fond, c’est un nouveau bras de fer qui va opposer les syndicats aux

représentants de l’UMC mercredi prochain.


Presse écrite

FRA

Famille du média : PQR/PQD

Edition : 25 septembre 2022

(Quotidiens régionaux)

P.6

Périodicité : Quotidienne

Audience : 363000

Journalistes : -

Nombre de mots : 459

Sujet du média :

Actualités-Infos Générales

p. 1/2

ENVIRQNNEMENT

Villages et Coteaux propres,

9e édition

le 1eroctobre

PAYS D'EPERNAY Habitants et communes sont appelés à se mobiliser pour nettoyer

la nature. ban dernier, près de 80 communes de la Marne et l'Aisne s'étaient mobiüsés.

Chaque annêe, les bênêvoles sont plus nombreux à se mobiliser.

232569 VIGNERONS - CISION 5829373600502

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Villages et Coteaux propres, 9e édition le 1er octobre

Edition : 25 septembre 2022 P.6

p. 2/2

L’embellissement de la Cham

pagne et la préservation de

ses paysages passent par

l’exigence de la propreté qui est et

doit rester l’affaire de tous.

Impulsée par le Parc naturel ré

gional (PNR) de la Montagne de

Reims, la mission Unesco coteaux,

maisons et caves de Champagne,

le Comité Champagne, le syndicat

des vignerons (SGV) et les mai

sons de Champagne, cette opéra

tion, qui en est à sa 9eédition, re

pose d’abord sur l’investissement

des communes de l’Aisne, l’Aube,

la Marne, de Seine-et-Marne et de

Haute-Marne.

“Village et Coteaux

propres est une

opération importante

pour notre cadre de vie

à tous”

Séverine

Couvreur

« Sans leur complicité et leur enga

gement, rien ne serait possible,

souligne Séverine Couvreur, vice

présidente de la Mission en

charge de l’environnement et de

la biodiversité.W//age et Coteaux

propres est une opération impor

tantepour notre cadre de vie à tous

et pour la préservation de l’envi

ronnement. Mais elle traduit aussi

les engagements pris collective

ment dans le plan de gestion des

Coteaux, Maisons et Caves de

Champagne. Enfin, individuelle

ment, c'est une occasion d’œuvrer

concrètement dans une atmo

sphèreconviviale. »

Cette année, l’opération se dérou

lera samedi 1er octobre, pendant

la semaine européenne du déve

loppement durable.

Dans chaque commune partici

pante, un maximum de volon

taires est mobilisé sur une jour

née de façon à débarrasser les

abords des routes, des chemins,

des forêts et des vignes des dé

Les communes

chets indésirables qui les en

combrent et les polluent.

En 2021, 79 communes ont parti

cipé à l’opération réunissant envi

ron 1 200 bénévoles.

Un guide pratique ainsi qu’une af

fiche de promotion sont dispo

nibles sur le site de la mission

Unesco coteaux, maisons et caves

de Champagne afin de faciliter

l’investissement des communes.

Les communes participantes

pourront recevoir une dotation de

plusieurs dizaines de rosiers,

grâce au partenariat conclu avec

la coopérative du syndicat géné

ral des vignerons (CSGV).

Les bénévoles intéressés peuvent

contacter les mairies pour s’ins

crire, la liste des communes parti

cipantes à l’édition est disponible

sur le site de la mission. ■

inscrites

Voici la liste des communes du secteur sparnacien qui se sont inscrites

à l'opération le 22 septembre. Cette liste étant susceptible de s'allonger

d'ici au 1er octobre. Ambonnay, Avenay-Val-d'Or, Aÿ-Cnampagne, ESour

sault, Champillon, Congy, Cramant, Dizy, Épernay (30 septembre),

Étoges, Festigny, Hautvillers, Leuvrigny, Mancy, Mardeuil, Le Mesnil

sur-Oger, Montnelon, Moslins, Mutigny, Œuilly, Passy-Grigny, Saint

Martin-d'Ablois, Sézanne, Vandières, Venteuil, Vert-Toulon, et Vinay.

232569 VIGNERONS - CISION 5829373600502

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


CepAtlas : un atlas en ligne pour tout savoir

sur les cépages

Par Idelette Fritsch Mis à jour le 19/09/2022 La RVF

Abouriou, castets, terret gris… ces cépages aux noms étranges n’auront bientôt plus de secrets

pour vous !

Le premier atlas en ligne sur les cépages historiques de France, met en perspective quatre

siècles d’histoire du vignoble hexagonal, de 1782 à 2100. Renversant !

C’est tout l’inverse du plan de métro des vignobles français, qui permet de monter à la station

Médoc pour descendre au terminal Sauternes. Avec CepAtlas, premier atlas historique des

cépages de France, le voyage est interminable et on n’est pas sûr d’arriver à destination ! Ce

site gratuit, aussi érudit que grand public, rassemblera bientôt plus de 200 cartes synthétiques

spatialisant les cépages d’aujourd’hui sur le vignoble français, avec quelque 22 714 noms de

cépages en usage dans le royaume de France au XVIII e siècle. Un changement de

perspective unique : la littérature savante n’en mentionnait, jusque-là, que 9 000 ! ...

Plus de deux ans de recherche

« Nous sommes repartis de la donnée brute, les sources de terrain, où ce sont les maires des

communes, les paysans qui répondent aux grandes enquêtes préfectorales du XIX e siècle pour

caractériser l’encépagement français », explique Henri Galinié, ancien chercheur médiéviste

au CNRS. En 2017, la découverte d’un document rare, conservé aux archives départementales

de la Gironde, déclenche tout : l’enquête de Nicolas Dupré de Saint-Maur (1732-1791), dont

l’objectif scientifique était de « regrouper les cépages du royaume dans un conservatoire

provisoire à Bordeaux, et comparer les pieds afin d’expliquer les synonymies à une époque où

les cépages portaient des centaines de noms différents », selon Henri Galinié. Entreprise en

1782-1784, cette première ébauche de nomenclature s’arrêtait après la lettre B, contenait

450 noms de cépages inconnus et 600 pages manuscrites. CepAtlas écrit la suite : deux ans et

demi de recherche dans les archives de 73 départements ont permis d’éliminer, par

recoupements, les synonymies, les occurrences douteuses et de poser quelques vérités.


Des archives entièrement numérisées et téléchargeables

Comme tout atlas, CepAtlas offre un résumé du savoir, grâce à des notices explicatives

courtes. Mais l’approche est aussi érudite, grâce à trois entrées thématiques par cépage : les

noms principaux actuels, les noms principaux anciens et les noms équivoques, soit

1 300 noms différents pour le seul exemple du cot (connu à Bordeaux sous le nom de

malbec) ! Entièrement numérisées, les archives sont téléchargeables en un clic. Une

révolution documentaire qui permettra de se plonger dans le passé et de sonder l’avenir du

vignoble à l’aune du réchauffement climatique, grâce à des cartes prospectives de

l’encépagement… en 2100.

cepatlas.huma-num.fr


Val-de-Marne : un homme condamné à de

la prison ferme pour le vol de 43 palettes de

champagne

Le 16 juin, trois suspects étaient entrés par effraction dans un entrepôt pour y voler 300 000

euros de champagne. Les deux autres complices n'ont jamais été retrouvés.

France Télévisions

Publié le 24/09/2022 https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/val-de-marne-un-hommecondamne-a-de-la-prison-ferme-pour-le-vol-de-43-palettes-de-champagne_5379025.html

Le 16 juin 2022, 43 palettes de champagnes ont été volés à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-

Marne). (BERTRAND GUAY / AFP)

Cela fait cher la bouteille. Un homme a été condamné à trois ans de prison ferme pour le vol

de 43 palettes de champagne dans les locaux d'une entreprise de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-

Marne), pour un préjudice estimé à 300 000 euros. C'est ce qu'a annoncé samedi 24 septembre

le parquet de Créteil contacté par l'AFP.

Le cambriolage avait eu lieu le 16 juin. "Trois hommes étaient entrés par effraction dans un

entrepôt et avaient chargé, en utilisant un engin de manutention, 43 palettes de champagne

dans un camion semi-remorque", raconte le parquet. Les suspects avaient cherché à effacer

leur passage sur les lieux en pulvérisant de la poudre d'extincteur. Sauf que des traces laissées

sur cet extincteur ont permis d'identifier "un profil génétique", explique le parquet.

Le suspect est "un homme de 31 ans, originaire de Seine-Saint-Denis, déjà condamné à

plusieurs reprises pour des violences et des infractions routières", note le parquet. Il a

reconnu les faits lors de l'audience de comparution immédiate jeudi 22 septembre, tout en

refusant "de désigner ses co-auteurs par peur des représailles". Il a été condamné à quatre

ans d'emprisonnement, dont un an avec sursis probatoire pendant deux ans, assorti d'un

mandat de dépôt.


Ils pillent un entrepôt et repartent avec 43

palettes de champagne

Audrey Meriochaud

Un vol insolite a eu lieu dans un entrepôt du Val-de-

Marne. Une équipe de cambrioleurs est parvenue à

repartir avec 43 palettes de champagne. Un présumé

participant à cette opération, dont l'ADN a été retrouvé

sur place, était jugé ce jeudi.

Par Stéphanie Bascou

Publié le 24/09/2022 https://www.capital.fr/economie-politique/ils-pillent-un-entrepot-etrepartent-avec-43-palettes-de-champagne-1447111

Des professionnels du cambriolage auraient été à l'origine de ce vol de centaines de bouteilles

de champagne, dont se fait l'écho Le Parisien, dans son édition du samedi 24 septembre. Ce

jeudi 22 septembre, un homme a été jugé pour avoir participé à une telle opération. Dans la

nuit du 16 juin dernier, des cambrioleurs étaient entrés dans un entrepôt, où étaient stockées

des bouteilles de champagne. Ils étaient repartis avec 43 palettes du précieux liquide dont la

valeur est estimée à plusieurs centaines de milliers d'euros, rapportent nos confrères.

Une équipe très organisée

L'opération avait été rondement organisée à Bonneuil-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, en

Île-de-France, puisque les hommes, pour transporter ce butin, étaient arrivés avec plusieurs

véhicules et même une semi-remorque. Les plaques d'immatriculation, prises par les caméras

de surveillance, n'ont pas permis de remonter jusqu'aux auteurs. Elles étaient toutes fausses.

Dans l'entrepôt et à l'abri des regards, ils auraient ensuite chargé une à une les palettes dans

leurs véhicules à l'aide d'un chariot élévateur trouvé sur place, relate Le Parisien.

Les enquêteurs, qui pensent avoir affaire à des professionnels, auraient seulement retrouvé,

sur place, une seule et unique trace d'ADN d'un homme d'une trentaine d'années. Ce dernier,


habitant en Seine-Saint-Denis, était jugé jeudi devant le tribunal correctionnel de Créteil. Le

trentenaire n'a donné aucune information sur ses comparses. Il a été condamné à quatre ans de

prison.


L’astuce d’une maison de champagne pour

contrer les revendeurs malhonnêtes

Le projet a coûté 120 000 euros à la maison Selosse,

explique « Le Parisien ». Pour l’heure, l’entreprise se

félicite de premiers retours positifs.

La maison Selosse se plaint d'une véritable spéculation sur ses boissons. © Alexandre

MARCHI / MAXPPP / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPP

Par LePoint.fr Publié le 23/09/2022 à 00h58 - Modifié le 23/09/2022 à 06h17

Des bouteilles de champagne tracées comme des articles de luxe. Comme le rapporte Le

Parisien, la maison de champagne Selosse, basée dans le département de la Marne, a décidé

d'employer les grands moyens pour lutter contre la spéculation de son vin spiritueux et assurer

une meilleure traçabilité de sa production. Depuis le mois d'avril 2022, Selosse intègre une

puce dans l'étiquette de ses bouteilles afin de fournir au consommateur final plusieurs

informations capitales sur la boisson. Coût de l'opération : 120 000 euros.

En cause, le risque de mécontentement des clients. La production de Selosse étant très limitée

de l'ordre de 59 000 bouteilles par an –, le marché parallèle est florissant, avec des prix

parfois stratosphériques. « On a des bouteilles qui se vendaient à 250 euros en 2021 et qui se

retrouvaient à 6 000 euros sur le marché », déplore Anselme Selosse, dirigeant historique de

la maison de champagne et fils du fondateur de la marque. Or, si des problèmes de qualité se

produisaient, la maison ne pouvait rembourser les bouteilles « au prix acheté ». Et pour cause,

sur ce marché parallèle, Selosse ne peut pas contrôler les conditions de circulation et de

stockage de ces bouteilles.

Selosse est satisfait des premiers retours

Pour résoudre ce problème, la maison Selosse a pris la décision d'équiper toutes ses nouvelles

bouteilles d'une puce NFC, qui permet d'obtenir des renseignements sur son smartphone en


approchant simplement son appareil de l'étiquette collée sur la bouteille. « Nous avons

investi 120 000 euros pour ce matériel », assure Anselme Selosse. « On entre des informations

dedans, comme la cuvée ou la date de dégorgement et le nom du client », détaille-t-il.

Selon l'ancien dirigeant de Selosse, qui a aujourd'hui passé la main à son fils, cette puce va

permettre d'offrir « une information cruciale » pour sa propre entreprise. « Si 20 % des

bouteilles d'un restaurant sont lues en dehors de la ville, on saura qu'il y a un problème »,

précise-t-il. Si la maison de champagne veut attendre un an, en avril 2023, pour faire un bilan,

on assure être satisfait des premiers retours. Désormais, l'entreprise de la Marne songe à

proposer un code couleur aux clients pour qu'ils puissent voir instantanément si la bouteille a

suivi un parcours « normal ».


Dizy /Cours de taille champenoise de la vigne 2022-

2023

L’UNION du 24/09/22

La Corporation des vignerons de Champagne organise les cours de taille champenoise de la

vigne du 13 décembre 2022 à fin mars 2023. Les cours théoriques seront dispensés à la

Maison des associations de Dizy (salle Cerisières) les mardis de 18 h 30 à 20 heures, par

Patrice Veltz et Laurent Marin, moniteurs. Les cours pratiques de taille de la vigne seront

réalisés dans des parcelles mises à disposition par les exploitants locaux sur le secteur de Dizy

et Épernay, les samedis en journée. Pour le bon fonctionnement des cours et en respect des

mesures sanitaires, merci de se munir de ses équipements et matériel de taille ainsi que des

protections individuelles sanitaires, masque, gel hydroalcoolique, stylo. Inscriptions ouvertes

jusqu’au 13 décembre auprès de Patrice Veltz au 06 74 73 89 12.


Radio

• ● FRANCE BLEU CHAMPAGNE-ARDENNE

(23/09/22 à 10:29 | 00:22:10)

« 9h-11h France Bleu Champagne-Ardenne »

Grégory Duchatel

Deuxième partie - Sylvie Schindler, auteure du livre

"Secrets de Champagne", est invitée pour parler de

champagne. Itw de celle-ci. Elle explique la

différence entre un champagne de grandes maisons et

un Champagne de Vignerons...

https://www.luqi.fr/#/diffusion/budget/a2t2p000001AH80AAG/user/0035700002FdLDZAA3/notification/6

0000000220250485?key=cc7d3a432480a94ab5413fa300af1ef1&size=220&origine=3


Presse écrite

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Edition : Juillet - aout 2022 P.34-36

Périodicité : Bimestrielle

Journalistes : -

Audience : 28000

Nombre de mots : 1879

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

Economie-Services

p. 1/3

6 HOSPITALITY OPERATOR FORUM

Olivier Bon

Co-Fondateur,

Experimental

Group

Dan Cebula

Fondateur &

CEO, DEPUR

Experiences

Stéphane

Manigold

Président, Groupe

Eclore - UMIH

Restauration IDF

Visionnez

le keynote :

LES MARQUEURS FORTS ET LES

CONCEPTS F&B TENDANCES

Olivier Bon, Co-Fondateur d'Experimental

Group : «[Les clients] voyagent énormément

et ont accès à detrès nombreuses choses »

Expérimental Group est un groupe hôtelier

assezjeune, notre premier hôtel a 8 ans.

C'était dans un premier temps un groupe

de restauration. [...]Nous avons commencé

en lien avec notre amour pour les bonnes

choses c’est ce qui a alimenté notre ADN à

savoir toujours avoir de très beaux décors

et de très bons produits, du bon service et

une atmosphère unique. Dans les pays où

nous nous sommes implantés, nous nous

sommes inspirés du style des destinations

où nous étions plutôt que d'essayer de

dupliquer des éléments.

Quand nous avons débuté dans

l’hôtellerie, nous n'avions pas l'ambition

de révolutionner les nuits c'était déjà très

bien traité. Nous avons donc apporté

énormément de services. C'est notre

expérience préexistante du F&B qui nous a

permis d'apporter de nombreuses choses.

Nous avons par exemple travaillé sur le

mini bar dans les chambres en éliminant

les produits de grande consommation que

les clients avaient l'habitude de voir. Nous

avons également travaillé sur une offre de

café différente. [...]

II y a quinze ans quand nous choisissions

notre nom Experimental Group ; nous

n'imaginions pas à quel point cela allait

devenir un sujet d'actualité puisque tout le

monde voyage désormais pour vivre une

expérience de plus en plus unique.

LA PLACE CENTRALE DU F&B

Nous n'avons pas été les premiers

à travailler sur ce sujet mais notre

expérience F&B a fait que nous avons

toujours amené dans nos hôtels

énormément de F&B. Un de mes mentors

dans l’hôtellerie André Balazs disait

que pour réussir un hôtel il fallait faire

un blockbuster. Cela sous-entend de

trouver le meilleur décor, les meilleurs

acteurs, le meilleur réalisateur et tous

les meilleurs intervenants. C'est ce que

nous essayons de faire aujourd'hui.

Nous signons systématiquement les

cartes de nos restaurants avec des

chefs car les clients ont aujourd'hui une

bande passante extrêmement limitée. Ils

voyagent énormément et ont accès à de

nombreuses choses [...].

Cela fonctionne bien, dans nos hôtels

urbains, 95% des gens qui dorment

à l'hôtel consomment au restaurant.

Nous avons également une clientèle

extérieure, les restaurants sont pleins

et les bars fonctionnent aussi. Quand

les gens voyagent, ils choisissent aussi

probablement nos hôtels, car ils savent

qu'ils vont avoir une expérience F&B très

232569 VIGNERONS - CISION 7294373600506

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


LES MARQUEURS FORTS ET LES CONCEPTS F&B TENDANCES

Edition : Juillet - aout 2022 P.34-36

p. 2/3

forte. Le bar de notre établissement à

Venise est en train de devenir l’endroit le

plus « cool » de Venise.

On voit à la sortie du COVID-19 que les

gens ont l'impression d'avoir perdu 2

années. Plus quejamais nous proposons

de l’expérientiel. Au sein de notre clientèle

on ne voit pas la crise, on voit au contraire

une reprise très importante. Les gens sont

en demande et attendent encore plus. [...]

LA CRISE DU PERSONNEL

C'est un sujet auquel nous sommes tous

confrontés et que personne n'avait anticipé.

Nous allons devoir en tant qu'hôteliers

et restaurateurs repenser la chose. Le

schéma du jeune qui sortait de l'école

d'hôtellerie pour travailler pendant 10 ans

pour un chef à éplucher des pommes-de

terres avec des horaires en coupure cela ne

fonctionne plus. Cela implique une refonte

complète du système de restauration, ce

qui aura certainement une répercussion

sur les prix pour le consommateur final. [...]

II nous faut donc repenser notre système

à une période où les consommateurs

très en demande.

sont

On se tourne vers le produit du bar à vin

car côté food il y a moins

de préparation

en cuisine et c'est un produit très attractif

pour les clients. [...].

Dan Cebula, Fondateur & CEO de DEPUR

Expériences : « Le monde est devenu

absolument food »

en avant, j'ai fait le choix de ne pas choisir.

Bar, restaurant, gaming, entertainment tout

était présent.

Quand on aligne le food, le beverage

et l'entertainment tous ces éléments

qui sont finalement très stratégiques,

cela fonctionne.

EATERTAINMENT

C'est un mot qui est la contraction de deux

mondes, le eat et le entertainment. Dans

mes restaurants j'avais constaté que les

clients venaient au restaurant comme

au théâtre. Avec les accompagnements

que nous menons actuellement, nous

constatons de façon assez inattendue que

le F&B devient central pour générer du flux,

faire rester, faire dépenser plus et surtout

faire revenir.

On peut aller poser des lieux de vie dans

des endroits inattendus. Le projet lconik

par exemple Place d'Italie pour une

foncière immobilière. La foncière est

venue nous voir il y a 3 ans pour intégrer

un point de restauration dans une coque

vide. Nous leur avons conseillé de faire un

food market, il y a donc 4 kiosques food,

un bar central, de l'entertainment, une

marque et ça fonctionne très bien. II y a la

queue en permanence. Ce concept lconik

se développe aujourd'hui, nous allons

le mettre en place à Londres et à Dublin.

Cette foncière dont ce n'est pas le métier

est devenu indirectement un acteur de

la restauration. [...]

pour qu'ils puissent se concentrer sur leur

art qui est la cuisine. Mon rôle étant de

les identifier très jeunes pour les former à

devenir de futurs chefs d'entreprises.

Pour les restaurants Substance qui se

trouve dans le 16e arrondissement de

Paris, c’est le premiertalent que j'ai déniché

Mathias Marc, il avait 23 ans. On m’a dit à

l'époque que j’étais fou de me lancer dans la

restauration avec des jeunes parfaitement

inconnus et avec une carte de plus de 200

Champagnes de vignerons. Mathias Marc

est aujourd'hui un chef médiatiquement

très connu puisqu’il a participé à Top Chef

en 2020.

En 2018 nous avons ouvert Substance,

puis Contraste en 2019. Pour marquer

la couleur du groupe, nous rachetons

une Maison mythique qui est la Maison

Rostang. Elle existe depuis 1978 et a deux

étoiles au Guide Michelin depuis 1980. Ce

fut un lourd challenge de passer derrière

un chef charismatique comme Michel

Rostang. II fallait à la fois moderniser un

lieu, sans bousculer les codes et lancer le

Chef Nicolas Baumann qui était son sous

chef. Nous avons également racheté le

Bistrot Flaubert qui est le premier bistro

de chef de Paris ouvert en 1986. Nous

DEPUR Expériences, c'est une maison de

consulting spécialisée dans le F&B&E.

Nous accompagnons des porteurs de

projets et des groupes dans la création,

le développement

de concepts

ou le repositionnement

de restauration, de marques,

d'expériences ou de lieux de vie. [...] Le

F&B&E a ce potentiel de transformer, de

connecter les mondes et les cultures.

Quand j'ai rencontré la restauration, elle a

changé ma vie. [...]Au moment où j'ai lancé

ce concept, je venais de la finance et je ne

trouvais pas de structure de conseil pour

m'accompagner dans ma démarche. Ne

sachant

pas quel type de produit mettre

Stéphane Manigold, Président du Groupe

Eclore et de l’UMIH Restauration IDF : « Je

ne conçois pas que la croissance soit

pénalisée par manque de ressources »

J'ai fondé le groupe Eclore en 2017 avec en

tête des éléments que j'avais appris dans

ma vie d'avant en tant que responsable

grands comptes pour la marque Audi.

[...] Nos collaborateurs que ce soit en

cuisine ou en service, doivent prendre du

plaisir. Je faisais

à l’époque de nombreux

déjeuners et dîners professionnels et

j'avais pu constater que les chefs sont des

artistes incroyables mais de très mauvais

gestionnaires. [...]Accompagner les chefs

©MR.Tripper-69 - Grand Pigale Hotel

232569 VIGNERONS - CISION 7294373600506

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


LES MARQUEURS FORTS ET LES CONCEPTS F&B TENDANCES

Edition : Juillet - aout 2022 P.34-36

p. 3/3

avons ensuite ouvert Liquide et Granit.

Nos établissements totalisent 5 étoiles

au Guide Michelin. Le leitmotiv du groupe

Eclore c'est : Un lieu, un chef, une histoire.

Nous sommes convaincus que les clients

viennent pour vivre une expérience unique

mais avec des codes sur lesquels ils

se retrouvent. [...]

UN GROUPE CONSTRUIT EN PLEINE

CRISE

J’ai quitté mon emploi le 17 mars 2020, soit

deux jours après la fermeture administrative

de nos établissements. Cela a confirmé le

fonctionnement du groupe, les chefs ont pu

cuisiner pour les professionnels de santé et

j’ai pu les accompagner sur toute la partie

indemnisation des pertes d'exploitation.

LA PÉNURIE DE MAIN D'ŒUVRE

La croissance du groupe va continuer

et l'exigence du client est là. Toutefois,

nous avons un point de non-croissance

aujourd’hui qui est le manque de personnel

en salle.

II faut faire revenir les jeunes vers nos

professions, c'est ce que nous essayons

de faire avec l'UMIH. II faut que nous

soyons plus fédérés dans nos professions

pour mettre en place des mécanismes.

Je ne conçois pas que la croissance soit

pénalisée par manque de ressources.

LA TRANSPARENCE DE L'OFFRE

Stéphane Manigold : [...] J'ai regardé

ce qui se passe ailleurs et en Italie la

transparence est vraiment là. C'est

nécessaire, il faut remettre dans la tête

de nos clients ce que sont les restaurants,

brasseries, bars, restaurants festifs... II

faut plus de transparence sinon on le

voit, les plateformes

de livraison sont en

progression exponentielle et nos enfants ne

seront pas habitués à un service à table. [...]

Je rappelle que le repas des Français

est inscrit au patrimoine immatériel de

l'UNESCO, nous en somme les garants

depuis 2008.

Olivier Bon : Nous mettrons, je pense,

énormément de temps à rehausser les

prix de la restauration. Aujourd'hui dans

mes établissements les jeunes sont prêts à

payer 15 € pour un cocktail ou 10€ pour un

verre de vin mais quoi qu'il se passe même

si on offre les meilleurs services avec des

produits incroyables et des assiettes faites

à la main à Paris, quand les gens paient 40

ou 45 € un repas complet, ils se plaignent.

II y a vraiment cette habitude de payer de la

nourriture extrêmement peu chère, cela doit

changer. Le cercle vertueux de rehausser

les prix pour mieux rémunérer les employés

est très difficile à faire comprendre à

nos clients.

Dan Cebula : Au-dede la nécessité

d'être transparent, je pense que c'est

une opportunité extraordinaire. C'est

l'opportunité d'aligner des intérêts qui

jusqu'à présent n'ont pas été toujours très

alignés. Un des très gros dangers de nos

métiers c'est la financiarisation. [...] La

RSE et la transparence sont des sujets

très mis en avant ces derniers temps,

c'est le moment de s'en emparer. Pour les

collaborateurs, savoir qu'il y a une réalité de

transparence dans leur entreprise donne

du sens.

DES SERVICES EN DENTS DE SCIE

Olivier Bon : C’est un phénomène

post COVID-19 assez marqué. II y

a de nombreux phénomènes que

nous avons énormément de mal à

comprendre en tant que restaurateurs.

Le télétravail rend la fréquentation des

établissements extrêmement instables.

[...]C'est absolument impossible à prévoir

et cela entraine de nombreux problèmes

de gestion de planning et de stocks

parexemple.

Nous n'avons pas de visibilité sur la durée

de cet état de fait.

Dan Cebula

: Pour répondre à la volatilité

des clients, la notion d'eatertainment

prend tout son sens. Désormais la

restauration et même l'hôtellerie seules ne

suffisent plus à capter pour un moment de

consommation.

GroupeEclore

On ne vient pas dans un lieu pour faire

une seule chose, les consommateurs sont

multifacettes. II faut créer un programme

qui permette de capter plus largement les

flux et permettent d'autres usages que

simplement manger dans un restaurant. ■

232569 VIGNERONS - CISION 7294373600506

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Le champagne Leclerc Briant se met en

bulles pour ses 150 ans

Pour célébrer ses 150 ans, le champagne Leclerc Briant s’offre des bulles. Mais, une fois n’est

pas coutume, pas question de les boire puisqu’il s’agit de la BD L’incroyable histoire du vin,

à laquelle la maison sparnacienne a ajouté un chapitre sur son histoire.

Par la rédaction

24 septembre 2022 L’Union

Le champagne Leclerc Briant fête ses 150 ans cette année. Un anniversaire que la maison a

souhaité marquer d’une façon originale en s’offrant un tirage personnalisé de la BD

L’incroyable histoire du vin, de la préhistoire à nos jours publiée aux éditions Les Arènes

BD. Sa quatrième édition est agrémentée d’un chapitre dédié aux vins à bulles, auquel la

maison Leclerc Briant a fait ajouter, pour un tirage à part, un chapitre sur sa propre histoire.

« J’ai eu l’occasion de croiser l’un des auteurs, Benoist Simmat dans le cadre de son activité

de journaliste. Il m’a parlé de son livre et comme il préparait la 4e édition, nous avons pu

glisser un chapitre sur la maison Leclerc Briant. C’est un coup de chance ou c’était le destin,

allez savoir ! C’est un peu prétentieux de considérer que l’on fait partie de l’histoire du vin

mais c’est quelque chose que l’on revendique », s’amuse Frédéric Zeimett, directeur général

du champagne Leclerc Briant. Près de 2 000 exemplaires de la version « leclercbriantesque »

de l’ouvrage ont donc été imprimés pour être offerts au personnel et partenaires de la maison

de champagne fondée en 1872 par Lucien Leclerc et rachetée il y a dix ans par un couple

d’Américains, Denise Dupré, professeure d’économie à Harvard et Mark Nunnelly, homme

d’affaires. « Nous avons fait deux projections privées du film Champagne au Palace

d’Épernay, suivies d’un dîner au cours duquel nous avons offert le livre, en présence des

auteurs qui ont pu faire des dédicaces », précise Frédéric Zeimett.

La maison a également lancé la cuvée du 150e anniversaire, « un trait d’union entre le

Leclerc Briant d’avant le rachat et celui d’après. Elle est composée de pinot meunier et de

chardonnay de 2014, que l’on a assemblés avec 10 % de la cuvée emblématique de Chèvres

Pierreuses de 2010, 2009 et de 2008. » Une belle façon de célébrer l’histoire de cette maison

audacieuse qui a toujours été en avance sur son temps : pionnière dans la viticulture

alternative avant même l’invention des labels bio et biodynamie. « J’espère que cette maison


a trouvé sa vitesse de croisière ! Je pense que l’on a fait un très beau travail de renaissance.

Et cette année est d’autant plus remarquable que nous avons reçu le trophée de marque de

l’année par la Revue des vins de France. », se félicite le directeur qui s’est lancé dans un

nouveau défi en 2022, la vente sous allocation qui permet, comme cela se fait depuis

longtemps dans d’autres vignobles, de réguler les stocks et assurer une sorte de pérennité

commerciale. « On apprend à dire non, sans froisser nos clients… »


Champagne, vignoble et art de vivre,

Airbnb et l’Office de Tourisme du Grand

Reims s’associent

26 septembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

Airbnb et l’Office de Tourisme du Grand Reims s’associent pour mettre en valeur la

destination Rémoise. Leur première campagne de communication conjointe 100% digitale,

pour susciter l’envie des Franciliens d’explorer la région d’à côté et la Cité des Sacres en ce

début d’automne vient de débuter. Et pour la mise en pratique : 4 week-ends thématiques à

Reims de 2 nuits offerts par Airbnb et l’Office de tourisme du Grand Reims sont à gagner

avant le 30 septembre.

Située à seulement 45 minutes de la capitale en TGV, la cité des Sacres est connue pour sa

cathédrale et ses nombreuses maisons de champagne ainsi d’autres richesses souvent

insoupçonnées des voyageurs. C’est pourquoi Airbnb et l’Office de tourisme du Grand Reims

ont décidé de promouvoir les multiples facettes du Grand Reims, son art de vivre singulier et

ses trésors méconnus, incarnés par des hôtes rémois.

Cette campagne mettra en avant quatre idées de séjours à travers quatre week-ends

thématiques offerts par Airbnb et l’Office de tourisme du Grand Reims. Soigneusement

organisés avec la participation d’hôtes sur Airbnb, ces séjours symbolisent les différents

atouts de Reims et ses alentours :


• Du 7 au 9 octobre 2022 – “Reims Nature”. Nous pensons souvent à Reims ville, et

oublions parfois sa connexion directe avec l’océan de vignes qui recouvre le coteau

nord de la Montagne de Reims où s’étend le Parc Naturel Régional du même nom.

Début octobre, les voyageurs séjourneront ainsi à Chigny-les-Roses, au cœur du Parc

Naturel, au sein du cottage “Antoinette” de Delphine et Marco pour une immersion

dans les domaines viticoles environnants.

• Du 14 au 16 octobre 2022 – “Reims Royale”. Pour ce deuxième week-end, les

voyageurs seront invités chez Matthias, au sein d’un appartement luxueux situé au

cœur de la cité des sacres. Cet hébergement offre une vue imprenable sur la cathédrale

Notre-Dame de Reims – un lieu symbolique où furent sacrés trente-trois rois de

France.

• Du 21 au 23 octobre 2022 – “Reims Élégante”. Reims, c’est aussi ses demeures

bourgeoises, et ses nombreux bâtiments Art Déco. A cette occasion, Cécile et

Christophe ouvriront les portes de La Clé des Sacres, leur appartement chargé

d’histoire, avec sa verrière majestueuse et ses poutres apparentes – typiques de la

période d’après-guerre.

• Du 28 au 30 octobre 2022 – “Reims Alternative”. Ce sera ensuite au tour de Régine,

Rémoise de naissance, de faire découvrir la ville autrement, et notamment ses

spécialités gastronomiques. Régine accueillera les voyageurs au sein de sa péniche,

idéalement située pour arpenter la ville à pied ou en vélo et goûter aux meilleures

tables de la ville.

On peut noter que Airbnb et l’Office de Tourisme du Grand Reims souhaitent développer ce

partenariat dans la durée et, en parallèle de campagnes de promotion, collaborent sur les sujets

liés à l’observation de l’activité touristique. Airbnb partage ainsi à l’Office de tourisme du

Grand Reims un ensemble de données sur les tendances de consommation touristique sur le

territoire : offre d’hébergement disponible, durée de séjour, etc.

*Les voyageurs peuvent tenter de gagner un des quatre séjours à partir d’aujourd’hui sur ce

lien. Les heureux lauréats seront tirés au sort le 1er octobre 2022.


La "plus belle carte des vins du monde"

décernée pour la première fois à un

restaurant français

Par Benjamin Helfer Mis à jour le 22/09/2022 La Rvf

La revue internationale World of Fine Wines a, pour la première fois, décerné le prix de la

"plus belle carte des vins du monde" à un restaurant français, le célèbre domaine Les Crayères

à Reims.

L'an dernier, le domaine avait déjà remporté le prix de la "plus belle carte des champagnes"

du monde. Cette année, le domaine Les Crayères fait encore mieux en décrochant la palme

de la "plus belle carte des vins du monde" que décerne chaque année la revue britannique

World of Fine Wines. Ce prix, décerné pour la première fois en douze ans à un

établissement français, vient couronner l'excellence de ce lieu exceptionnel situé à Reims,

dans l'est de la France, où Philippe Mille, chef du restaurant doublement étoilé Le Parc,

dispose d'une cave avoisinant les 63 000 bouteilles.

Un accord mets-vins particulièrement scruté

Dans un communiqué, Martin Jean, chef sommelier du domaine depuis trois ans, précise

toutefois qu'il n'est pas simplement question de quantité puisque est également jugé "l'accord

avec la cuisine du restaurant et l’harmonie de la cave". Les Crayères conservent également

leur titre de "meilleure carte des champagnes et mousseux" pour 2022 puisque parmi ces 63

000 bouteilles, près de 1100 concernent des références de champagne.

Beaucoup de Bourgogne, moins de Bordeaux

Dans cette cave d'exception, protégée par des murs de trois mètres d’épaisseur, plus de 60.000

bouteilles attendent d’être à maturité avant d’être proposées aux clients. "Nous prenons le

temps de les laisser venir" nous confiait Philippe Jamesse en 2018, à l'époque chef sommelier

du domaine. Au pays des plus belles bulles du monde, les étagères font évidemment la part

belle aux produits locaux avec de très nombreuses références de champagnes. Peu de


outeilles en stock, mais des réapprovisionnements très rapides, proximité oblige. Mais les

autres régions viticoles françaises sont bien sûr également représentées, Bourgogne en tête.

"Nous n’avons presque plus de bordeaux nous confiait le maitre des lieux il y a six ans.

Aujourd’hui, les clients veulent autre chose, des vins plus respectueux de la terre, sur la

pureté". Pour répondre à ces nouvelles attentes, le chef sommelier des Crayères s’attachait à

découvrir de nouveaux talents dans d’autres régions, notamment en Côtes du Rhône et dans la

Loire. Un travail de longue haleine qui se poursuit par un vieillissement dans l’autre cave de

l’hôtel, située dans un bunker de la dernière guerre.


Champagne

Benoist Laroche a présenté Histoire de

cave

JEAN-LOUP BERNARD/ L’Union du 26 0922

Aÿ-Champagne

"Histoire de Caves" a été préfacé par Pierre-Emmanuel Taittinger président de la Mission

Coteaux, Maisons et Caves de Champagne - Patrimoine mondial et par Christian Bruyen

président du département de la Marne.

Le photographe présente son ouvrage chez Pressoria et expose des photos qui narrent le

patrimoine souterrain de la commune.

Le centre d’interprétation sensorielle des vins de Champagne, Pressoria, accueille

régulièrement des artistes dans la salle Vranken, dédiée à l’art.

Ce samedi 17 septembre c’est Benoist Laroche qui présentait son livre « Histoire de Caves »

au milieu de l’exposition de ses œuvres photographiques. Benoist Laroche artiste photographe

a magnifié la face cachée de l’iceberg. La magnificence des vignes agrippées aux coteaux

historiques d’Aÿ-Champagne, la somptuosité des édifices éblouissent le visiteur, il n’en est

pas moins pour les caves, antres secrets des maisons de champagne et des vignerons. L’artiste

a entrepris de narrer leur histoire.

La descente dans les caves est un moment magique, marche après marche une sensation

progressive et graduée de l’inconnu envahit l’intrus et le saisi jusqu’à la gorge, à tel point que

les conversations se font de plus en plus feutrées. « Je me suis fixé deux objectifs pour cette

entreprise. Il fallait que je raconte le travail des hommes qui ont construit ces caves et ont

réalisé un ouvrage titanesque, tel que les constructeurs de cathédrales, pour que le vin

tranquille se transforme en un vin de fête. Le deuxième objectif est d’exprimer les sensations,

les émotions de cette déambulation dans les caves. Dans ces excavations souterraines nous

sommes extraits du monde extérieur. C’est un silence, un silence assourdissant : dans les

bouteilles le vin travaille, les levures sont agitées et cela le visiteur attentif le perçoit et le

traduit selon son système limbique. Cet ouvrage regroupe une partie des 350 photos que j’ai

prises », spécifie Benoist Laroche.

Chaque photo raconte une fraction de l’histoire du patrimoine, l’écriture qui l’accompagne

doit être fluide, poétique et précise pour suggérer l’émotion du lecteur.

L’artiste voulait accompagner ces photos de textes et a fait appel à Pascale Francinet et

Emmanuel Schaeffer deux écrivains qui ont collaboré à la réalisation de cette œuvre. « Je ne

voulais pas que ce livre se lise comme un roman. Chaque photo raconte et illustre une fraction

de l’histoire du patrimoine, l’écriture qui l’accompagne doit être fluide, poétique et précise

pour suggérer l’émotion du lecteur, mais aussi doit laisser place à l’imagination », précise

l’artiste photographe. Ce livre est un magnifique voyage dans les caves qui ont une histoire

commune et une histoire personnelle qui constituent la diversité du riche patrimoine agéen.

Benoist Laroche l’a gravé pour toujours avec son œil de photographe qui indubitablement a


fait naître une œuvre qui vient de rentrer dans le patrimoine d’Aÿ-Champagne en cette

journée européenne du patrimoine.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!