Views
2 years ago

Y-mail 36 FR - juin 2021

  • Text
  • Beaucoup
  • Soins
  • Contre
  • Nuit
  • Hospitalier
  • Yperman
  • Jour
  • Trois
  • Domicile
  • Permet

DIALYSE de nuit et à

DIALYSE de nuit et à domicile Depuis ces deux dernières années, la dialyse de nuit affiche complet en permanence au centre hospitalier Jan Yperman. Un nombre croissant de patients optent aussi pour l’hémodialyse à domicile. Quels sont les avantages de l’hémodialyse de nuit ou à domicile ? Dre. Hilde Vanbelleghem les passe en revue. « La dialyse de nuit commence vers 21 heures, dure huit heures et a lieu trois fois par semaine. Lorsque les patients passent la nuit ici, ils peuvent être dialysés plus longtemps. La dialyse de nuit est mieux tolérée et les patients ont besoin de moins de médica ments. En journée, les pa tients sont libres de faire ce qu’ils veulent. » Les patients qui optent pour l’hémodialyse à domicile reçoivent une formation de deux mois et peuvent ensuite commencer. « Avec notre nouvel appareil, les patients font six dialyses par semaine, à raison de deux heures par jour. Le grand avantage est bien sûr qu’ils sont chez eux. Ils ne doivent venir à l’hôpital qu’une fois par mois pour un contrôle. La dialyse à domicile convient uniquement aux patients autonomes et en bonne forme physique – il faut oser se faire une piqûre, etc. Une enquête récente a montré que nos patients sont très satisfaits que nous proposions ces formes de dialyse. » 7,5 % dialyse de nuit 4 % dialyse à domicile Docteure Hilde Vanbelleghem À LA RETRAITE Dr. Freddy Hamerlinck Après une carrière diversifiée qui l’a conduit au Congo, à Amsterdam, au Suriname et à Ypres, dr. Freddy Hamerlinck, dermatologue, a pris sa retraite. Comment va-t-il désormais occuper son temps ? « Je vais me rendre en Italie pour superviser des recherches sur la cicatrisation. Et les étudiants de l’université Radboud de Nimègue m’ont demandé de leur présenter une introduction à la dermatologie ethnique. » C’est dr. Liesbeth Van Eecke qui a succédé au Dr Hamerlinck à l’hôpital. Secrétariat de Dermatologie – 057 35 72 50 OFFRES D’EMPLOI Jan Yperman embauche Le CHJY recherche actuellement : • un infirmier/une infirmière ou un/ une technologue en imagerie médicale • un infirmier/une infirmière généraliste • un infirmier/une infirmière gériatrique • un/une kinésithérapeute • un/une médecin spécialiste en gynécologie-obstétrique Consultez nos emplois vacants sur jobs.yperman.net ou scannez le code QR. ORDRE DU JOUR Symposiums Le 17 juin, le département d’Orthopédie organise un symposium en ligne sur le thème « Orthopédie : l’avenir est-il artificiel ? » Dr. Jan Somers, dr. François Hardeman, dr. Sofie Herregods, dr. Thomas Verschueren et dr. Jens Vanbiervliet feront partie des intervenants qui parleront. L’orateur invité est le professeur dr. Jan Victor de l’UZ Gent. Un symposium sur la gastroentérologie suivra le 16 septembre. Scannez le code QR pour suivre le symposium sur l’orthopédie. 16

TRAJET DE SOINS Plus maman, moins patiente Après la naissance de sa fille, Saartje a vécu une période difficile : « La douleur était omniprésente. Les quatre premiers jours, j’ai dû rester au lit et dix jours après l’opération, j’avais encore du mal à marcher. Mon partenaire a dû m’aider pour tout. » La naissance de Guillaume a été différente du tout au tout. Cette fois encore, l’opération a dû être pratiquée plus tôt que prévu. Mais tout le reste s’est déroulé autrement. Saartje : « Juste après l’opération, on m’a directement mis Guillaume au sein. Nous avons pu retourner en chambre très rapidement. Dès le matin, on m’a Saartje Denuwelaere appréhendait la naissance de son fils Guillaume. « Sa sœur Camille est aussi née par césarienne il y a huit ans. J’ai vraiment souffert le martyre pendant trois semaines. » retiré la sonde urinaire et la perfusion. Cela m’a permis de me déplacer, de me doucher toute seule et de m’occuper du bébé. Les suppositoires de Voltaren de la première fois ont cédé la place à des comprimés de paracétamol et d’ibuprofène. La douleur a été beaucoup plus supportable. Comme je me rétablissais bien, j’ai pu rentrer à la maison après seulement quatre nuits. Tout s’est passé 1000 fois mieux. » MOINS DE DOULEUR Les expériences positives de Saartje sont le résultat du nouveau trajet de soins pour les césariennes électives, qui a vu le jour grâce à une coopération multidisciplinaire entre les anesthésistes, les gynécologues, les sages-femmes, les infirmières et itZORG. Dr. Stefan Van Hooreweghe (Anesthésie) : « Ensemble, nous avons remis en question tous les dogmes et examiné les éléments factuels. Cela nous a permis d’introduire toute une série de petites améliorations qui, combinées, font une grande différence. Résultat : moins de douleur, moins de complications, une hospitalisation plus courte et une plus grande satisfaction des patientes. » Au niveau préopératoire, il y a un regard surprenant sur l’obligation d’être à jeun (voir encadré). De plus, on administre des antibiotiques à la patiente pendant 30 à 60 minutes avant l’intervention, ce qui 17

Voor de Nederlandse versie, klik hier