Views
1 month ago

Y-mail 47 - mars 2024

  • Text
  • Soins
  • Yperman
  • Docteur
  • Hospitalier
  • Cellules
  • Peuvent
  • Frottis
  • Faire
  • Parcours
  • Plateforme

PARCOURS DE SOINS

PARCOURS DE SOINS TRANSMURAUX Une coopération transversale est un élément crucial pour garantir la continuité des soins aux patients, comme l’explique Lies Pauwels. « L’accent est mis non seulement sur les soins dispensés entre les murs de l’hôpital, mais aussi sur la coopération avec les partenaires et organisations de soins externes de la région. » Caroline Gheysen et Lies Pauwels Un avenir sans murs Le centre hospitalier Jan Yperman veut développer des parcours de soins transmuraux pour les patients en oncologie et explorer les possibilités pour les patients en chirurgie, comme la sortie anticipée avec suivi à domicile. Caroline Gheysen (directrice information, innovation et réseaux) : « Nous sommes au début d’un projet plein de promesses. Pour construire des parcours de soins trans muraux, nous nous basons en partie sur le modèle en 7 phases pour le développement, la mise en œuvre, l’évaluation et le suivi continu des processus de soins, ce qui nous fournit un cadre scientifique. » SOINS TRANSMURAUX DÉMENCE Un premier parcours de soins transmuraux est en préparation. Il s’adresse aux patients atteints de démence. Grâce à une étroite collaboration avec la zone de soins de première ligne du Westhoek et Empact, nous sommes parvenus à coaliser un nombre important de partenaires : médecins généralistes, mutuelles, soins à domicile, aidants proches, centres de soins résidentiels, centres de services et autres experts … Les médecins généralistes, par exemple, sont un maillon essentiel parce qu’ils sont souvent le premier contact avec les patients. Lies Pauwels (responsable des soins transmuraux et intégrés) : « Avec le parcours de soins, nous ambitionnons d’améliorer les échanges d’informations et la continuité des soins. Cela signifie que tous les prestataires de soins sont au courant de l’état de santé actuel et des besoins de soins de leurs patients atteints de démence. Nous examinons par exemple comment faciliter la transition vers les soins à domicile au sortir de l’hôpital. C’est dans ce but que nous voulons élaborer un guide du référencement qui indiquera aux patients à qui ils peuvent s’adresser à chaque stade de la maladie. » Caroline : « La région du Westhoek peut être fière de la synergie qui a été mise en place autour du parcours de soins transmuraux pour la démence. » FUTURES MAMANS L’année dernière, l’hôpital a également lancé son deuxième parcours de soins transmuraux, baptisé Born in Belgium. Les sages-femmes du centre hospitalier utilisent un questionnaire pour détecter les vulnérabilités psychosociales des futures mères qui viennent à la consultation périnatale. Lies : « L’hôpital ne voit pas toutes les femmes enceintes. Il serait donc pratique que les prestataires de soins de première ligne utilisent le même questionnaire et partagent les résultats. De cette manière, la patiente n’aurait pas à répéter chaque fois la même chose. Vu la nécessité d’une approche transmurale, nous allons bientôt entamer des pour parlers avec des professionnels de la santé du secteur des soins de première ligne au sens large. » Caroline : « En avril, nous organiserons un webinaire sur Born in Belgium en collaboration avec Kind & Gezin, Born in Belgium et la zone de première ligne du Westhoek. De plus, depuis l’année dernière, l’hôpital est représenté au conseil des soins de la zone de soins de première ligne du Westhoek. Chacun se rend de plus en plus compte que nous ne sommes pas des concurrents, mais des partenaires qui doivent unir leurs forces pour offrir les meilleurs soins intégrés de la région. » 10

NOUVEAUX MÉDECINS spécialité : psychiatrie début au CHJY : 1er décembre auparavant : PZ Heilige Familie à Courtrai, PZ Heilig Hart à Ypres loisirs : lecture, jardinage, randonnée et méditation (« Je recommande également l’application Meditation Moments à mes patients ») 057 23 91 11 – katrien.stuer@yperman.net DOCTEURE KATRIEN STUER « J’ai travaillé cinq ans au PZ Heilig Hart à Ypres et 12 ans au PZ Heilige Familie à Courtrai. Depuis le 1er décembre, je suis de retour à Ypres. Avec trois autres psychiatres, j’assure le suivi des patients du SPHG de Jan Yperman. Ces derniers arrivent généralement via les urgences. Le SPHG est pour de nombreuses personnes le premier contact avec la psychiatrie. Comme le seuil d’admission est plus bas que celui d’un hôpital psychiatrique, les médecins généralistes n’hésitent pas à y envoyer leurs patients. Ils savent que nous allons évaluer comment assurer au mieux le suivi du patient et si une hospitalisation est justifiée. Ma première impression est très positive. C’est une équipe enthousiaste qui en veut vraiment. » « Une équipe enthousiaste » Regarder l'interview 11

Voor de Nederlandse versie, klik hier