Views
1 month ago

Y-mail 47 - mars 2024

  • Text
  • Soins
  • Yperman
  • Docteur
  • Hospitalier
  • Cellules
  • Peuvent
  • Frottis
  • Faire
  • Parcours
  • Plateforme

INFIRMIER(E) EN

INFIRMIER(E) EN URO-ONCOLOGIE Des explications supplémentaires L’infirmière en uro-oncologie Lynn Ghesquière accompagne les patients cancéreux du service d’urologie qui doivent subir une intervention chirurgicale. Depuis le mois d’octobre, elle combine ce nouveau poste à l’hôpital avec son travail d’infirmière au bloc opératoire. Lynn Ghesquière : « J’ai toujours été particulièrement intéressée par l’urologie. C’est pour cette raison que j’ai commencé la formation d’infirmière en uro-oncologie. À l’annonce du diagnostic, les patients sont souvent trop impressionnés pour tout bien comprendre et poser les bonnes questions. J’essaie donc de les préparer le mieux possible à l’opération. Même après, je les appelle pour prendre de leurs nouvelles. Les patients apprécient beaucoup ce lien de confiance et cela fait gagner du temps à nos urologues. Tout le monde y gagne donc ! » Lynn Ghesquière, infirmière en uro-oncologie 057 35 66 48 lynn.ghesquiere@yperman.net NOUVELLES OFFRES D’EMPLOI Jan Yperman cherche médecins Le centre hospitalier recherche des médecins spécialistes : • en chirurgie thoracique • en chirurgie abdominale • en médecine d’urgence • en anesthésie avec une spécialisation en soins intensifs • en anesthésie avec une spécialisation en algologie • en chirurgie bucco-maxillo-faciale Consultez toutes les offres d’emploi sur la page jobs.yperman.net ou via le code QR SORTIE AVANT MIDI Plus vite de retour chez soi Aujourd’hui, seule une petite minorité des patients du centre hospitalier Jan Yperman rentrent chez eux avant midi. Souvent parce qu’un autre examen ou une séance de revalidation est prévu l’après-midi. Pourtant, certains patients sont déjà prêts à sortir à ce moment-là. Or ils rentrent chez eux plus tard, parce qu’ils n’ont par exemple pas pu trouver de moyen de transport. L’hôpital souhaite donc mieux informer les patients et leur indiquer plus tôt s’ils peuvent rentrer chez eux avant midi. Si on laisse sortir plus de patients avant 12 heures, il sera d’autant plus facile de trouver le bon lit dans le bon service pour les nouveaux entrants. Ann-Sophie Depuydt, responsable de l’accueil : « C’est un avantage d’arriver tout de suite dans le bon service. Pour le patient comme pour les médecins, car ils perdent un temps précieux s’ils doivent se déplacer d’un service à l’autre. Parmi les autres avantages, citons la réduction du temps d’attente aux inscriptions, le transfert plus fluide entre les urgences et les services et enfin plus d’efficacité au niveau du nettoyage. » CONFORT Nouveaux fauteuils Les services G, Sp Loco 2 et Sp Gériatrie du centre hospitalier Jan Yperman ont été équipés de nouveaux fauteuils. Ces derniers ont été sélectionnés par les infirmiers en chef et les membres de l’équipe pluridisciplinaire. Justine Wybaillie, infirmière cheffe de service : « Les sièges sont adaptés aux besoins des patients en milieu hospitalier. Ils sont plus pratiques, disposent d’un dossier et de repose-pieds réglables électriquement et sont appelés à remplacer dans les prochaines années les sièges obsolètes que l’on trouve encore dans d’autres parties de l’hôpital. » 6

PREMIÈRE EUROPÉENNE Notre maternité est la première d’Europe à travailler avec la plateforme web MososNXT pour le suivi des femmes enceintes et de leur enfant à naître. En prime, cette plateforme permet une intégration complète avec le dossier électronique du patient. Monitoring fœtal 2.1 1.003 bébés nés dans notre hôpital en 2023 Grâce à MososNXT, tous les paramètres peuvent être suivis partout. En maternité, quelques secondes peuvent faire la différence entre un accouchement facile et un accouchement problématique. C’est pourquoi les paramètres fœtaux et les paramètres maternels sont surveillés en permanence. L’ensemble des courbes et données peuvent être suivies en direct sur écran via la plateforme Mosos. Docteur Jan Quintelier (chef de service de la maternité) : « En décembre, nous sommes passés à la nouvelle version web de MososNXT. Nous sommes désormais en mesure de surveiller les paramètres partout, y compris sur des moniteurs situés à l’extérieur de la salle d’accouchement et de la salle de monitoring. Nous sommes mieux « connectés » aux patientes et pouvons intervenir plus rapidement. » INTÉGRATION KWS Yves Platteeuw, directeur et coordinateur stratégique itZORG, a insisté auprès de tous les partenaires pour qu’ils optent pour une intégration complète entre la plateforme MososNXT et le dossier électronique du patient KWS. Cela fonctionne dans les deux sens. Evelien Hahn (infirmière en chef de la maternité) : « Les données administratives et les données relatives à la grossesse sont transférées de KWS à Mosos, et toutes les données de monitoring sont automatiquement transférées dans KWS. » 7

Voor de Nederlandse versie, klik hier