07.01.2016 Views

LG 183

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

EDITION 2016 N°<strong>183</strong><br />

WWW.GEMENGEN.LU<br />

BRUNO RENDERS<br />

ADMINISTRATEUR<br />

DIRECTEUR GÉNÉRAL<br />

CDEC<br />

FRANÇOIS BAUSCH<br />

MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DES INFRASTRUCTURES<br />

PLUS QUE 20 ANS POUR CHANGER DE CAP<br />

DAN KERSCH<br />

MINISTRE DE L'INTÉRIEUR<br />

LUXEMBOURG<br />

OU "LE SOLEIL DES INDÉPENDANCES"<br />

MARC WENGLER<br />

LE RAIL DE DEMAIN


Collecte de déchets<br />

Tri, valorisation et recyclage<br />

Nettoyage privé, public et industriel<br />

Location de containers<br />

Traitement de déchets spéciaux<br />

Réhabilitation de canalisations<br />

Déshydratation de boues<br />

+352 52 27 27 -1<br />

lamesch.lu


CDEC 50<br />

EDITO<br />

LETZEBUERGER GEMENGEN<br />

Publication éditée par Euro-Editions S.A.<br />

www.gemengen.lu<br />

«La terre est bleue comme une orange»<br />

Société éditrice<br />

Euro-Editions S.A.<br />

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange<br />

CEO<br />

Armand D’Antonio<br />

armand@euroeditions.lu<br />

Régie publicitaire<br />

Euro-Editions S.A.<br />

Julien Malherbe<br />

marketing@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 24<br />

Administration<br />

Lucia Ori<br />

Tél. 58 45 46-29 • Fax 58 49 19<br />

admin@euroeditions.lu<br />

Conception et réalisation graphique<br />

Sophie Glibert<br />

sophie@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46-25<br />

Rédaction<br />

Sophie Marenne<br />

sophiem@euroeditions.lu • Tél. 621 391 322<br />

Julien Brun<br />

julien@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26<br />

Julien Malherbe<br />

Photographie<br />

Fanny Krackenberger<br />

Sammy Irach<br />

Impression<br />

Imprimerie Centrale<br />

©Euro-Editions<br />

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.<br />

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la rédaction ne peuvent être exploités<br />

qu’avec l’accord de leurs auteurs. Publiés ou non, ils ne seront pas restitués. Les reportages<br />

signés n’engagent que leurs auteurs. Les prix figurant dans cette revue sont indicatifs et peuvent<br />

être sujets à des variations dont l’éditeur ne pourrait nullement être tenu pour responsable.<br />

L’orange est bleuie quand elle moisit, cette<br />

comparaison de Paul Eluard est l’allégorie<br />

d’une nature polluée, produit des sociétés<br />

modernes.<br />

De l’Antiquité à la fin du Moyen Age, l’«urbs»<br />

(la ville) est construite autour de lieux sacrés,<br />

les cités sont éminemment religieuses. Aux<br />

Temps Modernes, Louis XIV n’a de cesse de<br />

faire des villes des lieux militarisés. Ce n’est<br />

qu’au 19 e que l’industrialisation entraîne une<br />

pollution à grande échelle; le béton prend le<br />

pas sur les verdures et les quartiers se<br />

construisent alors autour d’usines polluantes.<br />

Enfin, la deuxième moitié du 20 e se caractérise<br />

par un mode de consommation débridé et<br />

peu soucieux des impacts environnementaux,<br />

adopté par les sociétés occidentales.<br />

Alors que dire au Sénégalais qui ayant vu la<br />

mer engloutir des quartiers de Dakar, se présente<br />

à nos portes en tant que réfugié climatique?<br />

Car les chiffres ne trompent pas; avec un<br />

budget annuel de 942 euros dédié à sa<br />

consommation, un Africain ne saurait porter la<br />

responsabilité du réchauffement climatique.<br />

Il ne rejette qu’une tonne d’émission de CO 2<br />

annuelle lorsqu’un Européen en rejette 6,8.<br />

Le vieux continent a cependant misé sur des<br />

énergies renouvelables et le nucléaire (3/4 de<br />

l’énergie française) qui ne rejettent pas de<br />

CO 2.Mais l’Europe a délocalisé son industrie<br />

en Chine, véritable usine du monde qui utilise<br />

le même charbon que nous avons utilisé un<br />

siècle durant et le citoyen chinois accuse<br />

7,2 tonnes d’émissions CO 2 par an. Mais le<br />

record revient au citoyen américain qui avec<br />

un budget de 51.502 euros consacré à de<br />

l’électro-ménager très gourmand en énergie et<br />

àde grosses voitures, elles aussi très gourmandes<br />

en pétrole (le parc automobile américain<br />

représente 40% des émissions CO 2 des Etats-<br />

Unis) émet 16 tonnes de CO 2.«Le mode de<br />

vie américain n’est pas négociable» disait<br />

Georges Bush, le 21 septembre 2005 à Kyoto.<br />

Si, il l’est!<br />

Puisque 10 ans plus tard, c’est dans une ville<br />

meurtrie par la barbarie que 195 nations<br />

s’unissent autour d’un accord historique<br />

pour l’avenir de l’humanité. Il pose l’objectif<br />

de rester en deçà des 2°C, de limiter le<br />

réchauffement climatique à 1,5°C pour espérer<br />

une fin de siècle à zéro. Pour cela, un<br />

minimum de 100 milliards (qui seront revus à<br />

la hausse en 2025) sont sur la table afin d’aider<br />

les pays en voie de développement à se<br />

doter de productions énergétiques durables.<br />

Les investissements mondiaux dans les énergies<br />

renouvelables et les techniques vertes<br />

ont augmenté de 16% en 2014, cela représente<br />

300 milliards qui seront doublés d’ici<br />

2020. Mais cela n’est rien, comparé aux<br />

4.700 milliards qui sont chaque année,<br />

encore investis dans les énergies fossiles. JuB


François Bausch 14 Dan Kersch 18 Marc Wengler 32<br />

SOMMAIRE<br />

DÉVELOPPEMENT DURABLE ET INFRASTRUCTURES<br />

36 Coup d’accélérateur<br />

vers la transition énergétique<br />

14 François Bausch<br />

Plus que 20 ans pour changer de cap<br />

38 Gilles Dostert – Communauté des transports<br />

La mobilité durable en route<br />

SOCIÉTÉ<br />

ICT<br />

18 Dan Kersch – Ministère de l’Intérieur<br />

Luxembourg ou "Le soleil des Indépendances"<br />

42 Carlo Posing – RSM.lu<br />

Gilles Emeringer – POST Telecom<br />

20 Norman Fisch – INDR<br />

Spécialiste de l’Internet des objets<br />

L’ascension du label ESR<br />

44 Paul Lenert –SkyCom<br />

24 Gilles Hempel – AIS<br />

Le vent d’innovation WinFleet<br />

Une start-up sociale qui a fait ses preuves<br />

48 Roland Dernoeden – Imprimerie Centrale<br />

Le papier est parfaitement compatible<br />

MOBILITÉ<br />

avec le développement durable<br />

32 Marc Wengler – CFL<br />

Le Rail de demain<br />

COVERSTORY<br />

34 Sales-Lentz au service d’une mobilité durable<br />

«Made in Luxembourg»<br />

50 Bruno Renders – CDEC<br />

Une institution au service de l’innovation


ASSELBORN<br />

EN VENTE<br />

Maisons unifamiliales<br />

3 ch. à coucher<br />

À partir de 321.510,- €<br />

TVA et PRIMEHOUSE récupérables<br />

FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU LOGEMENT ET DE L’HABITAT<br />

74, Mühlenweg - L-2155 Luxembourg Tél.: 26 26 44-1 - Fax : 22 31 31<br />

www.fondsdulogement.lu - info@fondsdulogement.lu


Georges Thill 54 Brigitte Brouwers 58 Tom Eischen 84<br />

SOMMAIRE<br />

CONSTRUCTION<br />

76 Laurent Decker – Baucenter Decker-Ries<br />

Decker-Ries se base sur un passé solide<br />

54 Georges Thill – CDCL<br />

pour bâtir le futur<br />

Bâtir avec ambition, passion et raison<br />

78 Pierre Kremer – KPMG<br />

58 Brigitte Brouwers – CLK<br />

Célébration chez CLK, l’artiste du passif<br />

«A moyen ou long terme, la démarche green<br />

building sera amenée à clairement jouer un rôle»<br />

60 Cary Arendt – ATS Cranes<br />

ATS Cranes ou l’art du levage<br />

ENERGIE<br />

84 Tom Eischen – Direction générale Energie<br />

MAISON &BÂTIMENT<br />

Ministère de l’Economie<br />

«Il n’y a pas de solution miracle»<br />

62 Jos Dell, Andera De Cillia et Pierre Hurt – OAI<br />

Réduire la consommation énergétique,<br />

pas au détriment de l’architecture<br />

86 Pete Hoffmann et Martin Wienands – Electris<br />

«La libéralisation du marché électrique est passée<br />

inaperçue au Grand-Duché»<br />

66 Georges De Mullewie – Secolux<br />

La tranquillité d’esprit<br />

88 Jeff Paulus et Torsten Schockmel – Sudstroum<br />

Un exemple de réussites écologiques<br />

70 Daniel Feyder – Wako<br />

«Travailler dans des lieux habités est tout un art»<br />

90 Günter Krings – Viessmann<br />

Produisez votre propre énergie


Gaston Greiveldinger 102 Dan Biancalana 106 Lydie Polfer 108<br />

SOMMAIRE<br />

92 Pierre Wolff – Cofely Services<br />

«Le développement durable est au cœur<br />

108 Lydie Polfer – Luxembourg-Ville<br />

«Une véritable "landmark" au centre-ville»<br />

de nos prestations»<br />

110 Alain Jacob – Lamesch<br />

98 Benoit Lespagnol – Buderus<br />

Des innovations au service de l’environnement<br />

Le gaz naturel, étape intermédiaire<br />

avant le renouvelable total<br />

112 Patrick Rausch – PIDAL<br />

Une évolution économiquement raisonnable<br />

100 Benoît Martin – Cocert<br />

Cartographier l’efficacité énergétique<br />

des communes<br />

PARTENAIRES COMMERCIAUX<br />

CDEC, CLK Home, CDCL, Ferroknepper Buderus,<br />

COMMUNES<br />

PwC Luxembourg, Fonds du Logement, Secolux,<br />

Administration communale de Walferdange, ImmoDA,<br />

102 Gaston Greiveldinger – Commune de Strassen<br />

La commune de Strassen,<br />

une référence dans le domaine<br />

du développement durable et de l’égalité<br />

Imprimerie Centrale, Art Thermic, Sudstroum, Wako,<br />

RMS.lu S.A., Solarwood Folkendange S.A., INDR,<br />

Decker-Ries, Wüstenrot, Sales-Lentz Participations,<br />

SkyCom s.àr.l., Eltrona, Administration communale de<br />

Strassen, Chaux de Contern, ATS Cranes S.A.,<br />

104 Quatre luxembourgeoises vraiment Green<br />

Michel Greco, Viessmann Luxembourg, AIS, Cofely<br />

Services, Electris, Eida, LAMESCH Exploitation s.a.<br />

106 Dan Biancalana – Commune de Dudelange<br />

Le syndicat Prosud


L’énergie exclusivement régénérative pour des clients<br />

résidentiels et professionnels sur tout le Grand-duché.<br />

sudstroum.lu


Index - Décideurs politiques & économiques<br />

François<br />

Bausch 14<br />

Ministre du Développement durable et des<br />

Infrastructures<br />

Dan<br />

Kersch 18<br />

Ministre de l’Intérieur<br />

Ministère de l’Intérieur<br />

Norman<br />

Fisch 20<br />

INDR<br />

Gilles<br />

Hempel 24<br />

Directeur<br />

Agence Immobilière Sociale<br />

info@mddi.public.lu<br />

4, place de l'Europe<br />

L-1499 Luxembourg<br />

19, rue Beaumont<br />

L-2933 Luxembourg<br />

7, rue Alcide de Gasperi<br />

L-1030 Kirchberg<br />

Info@is.lu<br />

202b, rue de Hamm<br />

L-1713 Luxembourg<br />

Marco<br />

Cipolla 26<br />

Partner and Managing Director<br />

SELECTRA Management Company S.A.<br />

Jean-Louis<br />

Zeien 28<br />

Président<br />

Fairtrade Lëtzebuerg<br />

Marc<br />

Wengler 32<br />

Directeur général<br />

Société Nationale des Chemins de Fer<br />

Luxembourgeois (CFL)<br />

Gilles<br />

Dostert 38<br />

Directeur Général<br />

Verkéiersverbond<br />

Tél.: 26 20 22 81<br />

9, rue Schiller<br />

L-2519 Luxembourg<br />

Tél. 35 07 62 25<br />

2a, rue de la Gare<br />

L-6910 Roodt-sur-Syre<br />

9, place de la Gare<br />

L-1616 Luxembourg<br />

Tél. 26 86 57 1<br />

25B, boulevard Royal<br />

L-2449 Luxembourg<br />

©Skycom<br />

Carlo<br />

Posing 42<br />

Directeur général<br />

RMS.lu<br />

Gilles<br />

Emeringer 42<br />

IOT/M2M Solution Engineer<br />

POST Telecom<br />

Paul<br />

Lenert 44<br />

CEO<br />

SkyCom<br />

Claude<br />

Lenert 44<br />

Fondateur<br />

SkyCom<br />

16, rue de la Gare<br />

L-9044 Ettelbruck<br />

1, rue Emile Bian<br />

L-1235 Luxembourg<br />

plenert@skycom.com<br />

45A, rue des Romains<br />

L-5433 Niederdonven<br />

lenert@skycom.com<br />

45A, rue des Romains<br />

L-5433 Niederdonven<br />

Bruno<br />

Renders 50<br />

Administrateur et directeur général<br />

CDEC-Neobuild SA<br />

Georges<br />

Thill 54<br />

Directeur Exécution<br />

CDCL<br />

Brigitte<br />

Brouwers 58<br />

CLK<br />

Cary<br />

Arendt 60<br />

Directeur Général<br />

ATS Cranes<br />

5ZAE Krakelshaff<br />

L-3290 Bettembourg<br />

21, rue Léon Laval<br />

L-3372 Leudelange<br />

2, zone industrielle<br />

L-9166 Mertzig<br />

info@ats-cranes.lu<br />

Tél.: 23 60 44-1<br />

28, rue Robert Schuman<br />

L-5751 Frisange


www.pwc-publicsector.lu<br />

Secteur Public<br />

Votre partenaire<br />

privilégié<br />

Depuis plus de 30 ans, PwC est partenaire des organisations internationales, des administrations<br />

nationales, des établissements publics et des collectivités locales dans la conduite de leurs projets<br />

et défis. Ces derniers n’ont jamais été aussi vastes et complexes que ces dernières années, mais<br />

approchés correctement, ils apportent une valeur ajoutée durable.<br />

Dans cette optique, notre équipe dédiée au secteur public organise « les rendez-vous du secteur<br />

public ».<br />

Ce cycle de conférences, qui a lieu 4 fois par an, a pour ambition d’être une plateforme de<br />

discussion, d’échange et de partage de nouvelles tendances, défis et opportunités spécifiques aux<br />

différents acteurs publics.<br />

Votre contact<br />

Philippe Pierre<br />

Responsable Secteur Public et Institutions Européennes<br />

+352 49 48 48 4313<br />

philippe.pierre@lu.pwc.com<br />

Suivez-nous<br />

© 2015 PricewaterhouseCoopers, Société coopérative. Tous droits réservés. Dans le présent document, « PwC Luxembourg » fait référence à PricewaterhouseCoopers, Société<br />

coopérative (Luxembourg), qui est une société membre de PricewaterhouseCoopers International Limited (« PwC IL ») dont chaque entité membre est indépendante et<br />

distincte, et dont les actes ou omissions ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de PwC IL.


Index - Décideurs politiques & économiques<br />

Georges<br />

De Mullewie 66<br />

Head of Engineering, directeur technique et<br />

responsable de la qualité<br />

Secolux<br />

1, rue de la Poudrerie<br />

L-3364 Leudelange<br />

Daniel<br />

Feyder 70<br />

Attaché de direction<br />

Wako s.a.<br />

Tél.: 58 80 65<br />

info@wako.lu<br />

2, Z.A.C. Haneboesch II<br />

L-4563 Differdange/Niederkorn<br />

Laurent<br />

Decker 76<br />

Directeur général<br />

Decker Ries Baucenter<br />

Tél. 55 52 52<br />

Route de Belval<br />

L-4024 Esch-sur-Alzette<br />

Tom<br />

Eischen 84<br />

Commissaire du gouvernement à l’Energie<br />

Tél. 247-84 313<br />

info@eco.public.lu<br />

Martin<br />

Wienands 86<br />

Chef de service<br />

Electris<br />

Pete<br />

Hoffmann 86<br />

Manager<br />

Electris<br />

Jeff<br />

Paulus 88<br />

Directeur technique<br />

Sudstroum<br />

Torsten<br />

Schockmel 88<br />

Directeur administratif et financier<br />

Sudstroum<br />

Info@electris.lu<br />

25, rue G.-D. Charlotte<br />

L-7520 Mersch<br />

Info@electris.lu<br />

25, rue G.-D. Charlotte<br />

L-7520 Mersch<br />

12, rue Xavier Brasseur<br />

L-4040 Esch-sur-Alzette<br />

12, rue Xavier Brasseur<br />

L-4040 Esch-sur-Alzette<br />

Günter<br />

Krings 90<br />

Directeur<br />

Viessmann Luxembourg<br />

Pierre<br />

Wolff 92<br />

Directeur<br />

COFELY Services<br />

Benoit<br />

Lespagnol 98<br />

Directeur<br />

Buderus<br />

Benoît<br />

Martin 100<br />

Ingénieur Projet<br />

Cocert S.A.<br />

35, rue J.F. Kennedy<br />

L-7327 Steinsel<br />

mail@cofelyservices-gdfsuez.lu<br />

ZARE Ilot Ouest<br />

L-4384 Ehlerange<br />

info@buderus.lu<br />

Zone Industrielle Um Monkeler<br />

L-4149 Esch-sur-Alzette<br />

Tél. 26 59 56 42<br />

info@cocert.lu<br />

5Zone d'Activités Economiques Krakelshaff<br />

L-3290 Bettembourg<br />

Gaston<br />

Greiveldinger 102<br />

Bourgmestre<br />

Administration communale de Strassen<br />

reception@strassen.lu<br />

1, Place G.-D. Charlotte<br />

L-8041 Strassen<br />

Dan<br />

Biancalana 106<br />

Bourgmestre de Dudelange<br />

Président de Prosud<br />

Prosud<br />

12, avenue du Rock’n Roll<br />

L-4361 Luxembourg<br />

Lydie<br />

Polfer 108<br />

Bourgmestre<br />

Ville de Luxembourg<br />

Tél. 47 96 1<br />

admcommunale@vdl.lu<br />

Hôtel de Ville<br />

L-2090 Luxembourg<br />

Alain<br />

Jacob 110<br />

Administrateur directeur général<br />

Lamesch Exploitation S.A.<br />

Tél. 52 27 27 1<br />

lamesch@lamesch.lu<br />

12 ZI Wolser 2,<br />

L-3225 Bettembourg


L’énergie pour tous.<br />

Découvrez nos 5 abonnements sur electris.lu<br />

Informations au numéro gratuit : 8002-8032<br />

Fournisseur luxembourgeois<br />

d’électricité.


Développement Durable et Infrastructures<br />

Plus que 20 ans<br />

pour changer de cap<br />

«La décarbonisation de nos sociétés est intimement liée au combat contre le terrorisme et à la<br />

sauvegarde de la paix», déclare François Bausch lorsqu’il discute des politiques environnementales<br />

internationales. Au niveau grand-ducal, le ministre du Développement durable et des<br />

Infrastructures nous expose les grands projets réalisés mais aussi les chantiers en cours et futurs<br />

qui changeront le visage de notre pays. Interview de cet optimiste qui voit le développement<br />

durable, non comme une contrainte, mais comme un potentiel de croissance et de compétitivité.<br />

“<br />

bannie<br />

”<br />

La voiture n’est pas<br />

Quelles sont, selon vous, les principales<br />

réussites dans vos portefeuilles<br />

ministériels depuis l’automne 2013?<br />

Nous avançons très bien dans notre stratégie<br />

globale en faveur de la promotion des transports<br />

alternatifs, au détriment des déplacements<br />

en voiture individuelle.<br />

Cela concerne les chemins de fer d’une part.<br />

Plusieurs projets de loi sont en train d’être<br />

élaborés, par exemple l’Arrêt Kirchberg-<br />

Pfaffenthal qui prévoit la création dudit funiculaire,<br />

ou encore le dédoublement de la<br />

ligne entre Luxembourg et Bettembourg; et<br />

évidemment, le vote et la mise en place du<br />

chantier du nouveau du tram. Pendant cette<br />

première année au gouvernement, nous<br />

avons franchi toutes les étapes liées à des<br />

instances législatives. Désormais, nous<br />

serons plutôt sur le terrain. Nos différents<br />

projets sont en chantier et l’allure semble<br />

propice au respect des délais.<br />

En matière de vélo d’autre part, la nouvelle<br />

législation sur les pistes cyclables est en<br />

route. Nous désirons ajouter 600 kilomètres<br />

au réseau grand-ducal actuel. Les communes<br />

joueront un rôle important pour une portion<br />

de celles-ci. Mais la législation prévoit aussi<br />

la création de pistes cyclables nationales, à<br />

travers les trois grands pôles économiques du<br />

pays: Luxembourg-Ville, Diekirch-Ettelbruck<br />

et Esch-Belval. Une infrastructure cyclable<br />

performante, surtout dans les grandes agglomérations<br />

et espaces urbains, est une<br />

urgence. Le nouveau plan d’investissement<br />

pluriannuel présenté il y a déjà quelques<br />

mois prévoit d’augmenter le budget national<br />

par année de 2 à 8 millions d’euros pour<br />

2016.<br />

L’objectif est de renverser la situation<br />

actuelle, axée sur une mobilité trop individuelle.<br />

Nos modes de déplacement nous<br />

mènent dans une impasse ponctuée d’embouteillages<br />

gigantesques. Face à cette problématique,<br />

nous prônons une situation de<br />

multimodalité. La voiture n’est pas bannie:<br />

son rôle est juste différent. Elle devient un<br />

élément de transport parmi d’autres. Notre<br />

politique est d’inciter les individus à se pencher<br />

sur les différentes possibilités qui s’offrent<br />

à eux et à choisir de façon réfléchie.<br />

La voiture peut se combiner avec la marche<br />

àpied, le vélo, le train ou le tram. Dans cette<br />

optique, les Park and Ride sont essentiels<br />

comme pôles d’échange de transport. Je vais<br />

déposer un projet de loi au cours de ce mois<br />

pour la création de trois grands P+R à<br />

Mersch, Wasserbillig et Rodange. D’autres<br />

sont déjà en cours de construction.<br />

Au Höhenhof, près de l’aéroport la capacité<br />

du P+R sera de 4.000 places et celui de la<br />

Cloche d’Or pourra accueillir 2.000 voitures.<br />

Ainsi, les interactions entre voitures et transports<br />

en commun fonctionneront au mieux.<br />

14<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Quels sont les autres chantiers importants<br />

à mettre encore en place dans ce<br />

domaine?<br />

De grandes transformations routières vont<br />

émerger. Lamise à deux fois trois voies de<br />

l'autoroute E25 entre Dudelange (A3) et<br />

Helfenterbruck (A6) permettra de dé-saturer<br />

le réseau routier sur cet axe parsemés de très<br />

nombreuses zones d’activités. Les travaux<br />

commenceront probablement à l’aube de<br />

2017. Nous souhaitons de plus élargir la N7<br />

–trop étroite – entre Fridhaff et Wemperhardt<br />

afin de la sécuriser, pour un investissement<br />

de 80 millions d’euros. La conclusion finale<br />

de l’autoroute vers Sarrebruck verra la disparition<br />

du by-pass d'Hellange à l’été 2016.<br />

Par ailleurs, une nouvelle N3 qui ne traversera<br />

plus Hespérange et Howald verra le jour.<br />

La route de Thionville sera réservée en priorité<br />

aux cyclistes, piétons et bus, alors que les voitures<br />

circuleront sur cette nouvelle voirie de<br />

contournement. Jusqu’à Howald, le tram circulera<br />

également sur cet axe, vers la Cloche<br />

d’Or. Ainsi, des quartiers très encombrés de la<br />

Ville-de-Luxembourg et ses environs seront<br />

délestés d’une partie de leur trafic.<br />

Ensuite, la réhabilitation du Pont Adolphe<br />

aboutira dans un an. La réfection du Pont<br />

Rouge sera finalisée au printemps 2017.<br />

Les grands boulevards urbains ne sont pas en<br />

reste: le boulevard de Merl, le boulevard de<br />

Cessange et la voirie du Ban de Gasperich<br />

notamment seront restaurés.<br />

Dans un tout autre domaine, nous avons<br />

déjà beaucoup travaillé avec le Fonds<br />

Belval pour une optimisation urbanistique<br />

maximale. L’Université est en place et<br />

forme un très bel espace avec les commerces<br />

et les logements alentours. Mais nous<br />

jugeons qu’il manque un bâtiment phare, à<br />

la pointe des technologies au niveau efficience<br />

énergétique et Smart Building. Nous<br />

souhaitons - en collaboration étroite avec<br />

le secteur privé, le pôle d’innovations<br />

Neobuild et l’Université - construire un<br />

bâtiment au summum du développement<br />

durable et de la technicité. L’objectif est<br />

d’une part de disposer d’un signal fort et<br />

attirant envers l’étranger, de l’autre d’inclure<br />

directement la recherche sur le terrain.<br />

Ainsi, nous souhaitons dynamiser le<br />

secteur de la construction pour le rendre<br />

extrêmement compétitif.<br />

François Bausch<br />

Quel rôle pour le ministère du<br />

Développement durable aujourd’hui,<br />

alors que toute la classe politique semble<br />

concernée par l’environnement?<br />

La question du développement durable n’est pas<br />

liée uniquement à mon ministère ou respectivement<br />

à celui de Carole Dieschbourg (ministre de<br />

l’Environnement). C’est une préoccupation commune.<br />

Le gouvernement a prôné dès le début une<br />

approche horizontale au travers les différents portefeuilles<br />

ministériels. Nous établissons des synergies<br />

avec Etienne Schneider et Francine Closener (ministère<br />

de l’Economie), Dan Kersch (ministère de<br />

l’Intérieur), MarcHansen (ministèredu Logement).<br />

Outre le côté transversal, notre approche se doit<br />

également d’êtrepositive et moderne. Il faut arrêter<br />

de discuter le développement durable comme<br />

une contrainte alors que c’est juste l’inverse.<br />

Les pays qui comprennent cette transversalité<br />

et cet optimisme ont beaucoup à gagner, non<br />

seulement du côté de l’impact environnemental<br />

et de la qualité de vie, mais aussi au niveau<br />

du développement économique. Ils seront à la<br />

pointe de la compétitivité économique future<br />

car les enjeux du développement durable sont<br />

éminemment concurrentiels.<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

15


Développement Durable et Infrastructures<br />

“<br />

Il faut arrêter<br />

de discuter le développement<br />

durable comme une<br />

contrainte alors que c’est<br />

juste l’inverse<br />

”<br />

La COP21 a finalement abouti à un<br />

accord universel de lutte contre le<br />

réchauffement qui va tenter de limiter<br />

l’augmentation de la température<br />

moyenne mondiale à 1,5°C. Était-ce un<br />

sommet utile? Croyez-vous à cet objectif?<br />

Je pense que la COP21 fut une manifestation<br />

utile, oui. Comme dans tous ces types<br />

d’événements, les lobbys étaient très présents:<br />

aussi bien les ONG que les groupements<br />

économiques veulent influencer les<br />

accords. La grande différence entre cette<br />

conférence et les précédentes est que,<br />

pour la première fois, il y avait une certaine<br />

lucidité mondiale face au problème.<br />

De grands pays comme la Chine, l’Inde ou<br />

les Etats-Unis avaient enfin conscience des<br />

gestes à poser, mais aussi des chances à<br />

saisir au travers, au niveau des technologies<br />

et des créneaux économiques notamment.<br />

Bien sûr, ceux qui ont le plus à perdre ont<br />

freiné le processus, comme par exemple<br />

l’Arabie Saoudite avec son pétrole. Mais cela<br />

démontre encore plus l’importance de se<br />

dégager de notre dépendance envers cette<br />

énergie fossile, produite par un pays peu<br />

démocratique. Par ailleurs, le terrorisme<br />

sévissant au Moyen Orient – dont celui de<br />

Daesch – est dû en partie aux conflits autour<br />

des ressources pétrolières. La dé-carbonisation<br />

de nos sociétés est donc intimement liée<br />

au combat contre le terrorisme et à la sauvegarde<br />

de la paix.<br />

Quant à l’objectif de limiter le réchauffement<br />

en dessous de 2°C, si possible 1,5°C, j’y<br />

crois. Mais je le martèle encore: il faut repenser<br />

nos transports. Outre la perte en qualité<br />

de vie due aux embouteillages, le secteur des<br />

transports est le seul domaine au niveau<br />

mondial où les émissions de CO 2 ont encore<br />

constamment augmenté. Un effort immense<br />

est à faire de ce côté.<br />

Dans sa globalité, cet objectif est un<br />

immense challenge pour lequel un laps de<br />

temps de 20 ans nous est imparti. Le<br />

réchauffement climatique aura des conséquences,<br />

c’est déjà certain. Mais ce délai de<br />

20 ans, bien utilisé, nous permettrait encore<br />

de renverser la situation et de limiter son<br />

impact à des effets prévisibles. A nous maintenant<br />

d’user de ce compte à rebours à bon<br />

escient.<br />

SoM<br />

16<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Erliefnisbad · Sauna a Wellness<br />

Fitness by CK · Beauty by Escale Beauté<br />

PLONGEZ DANS<br />

LE PLAISIR…<br />

C.N.I. Les Thermes · Strassen-Bertrange · Rue des Thermes<br />

L-8018 Strassen · Tél: 27 03 00 27 · www.lesthermes.net


Société<br />

Luxembourg<br />

ou “Le soleil des Indépendances“<br />

Au moment de la rédaction de ces lignes, les attentats de Paris viennent de se produire<br />

et provoquent une émotion qui dépasse largement les frontières de l’hexagone meurtri.<br />

Il semblerait pour l’heure que l’effroi, la colère et la peur ne remettent pas en question la<br />

cohésion nationale et le consensus entre partis politique sur l’hospitalité envers les réfugiés.<br />

Rencontre avec le ministre de l’Intérieur, Dan Kersch qui revient sur la politique menée,<br />

les enjeux et les conditions qui entourent cet accueil.<br />

Comment se passe l’accueil des réfugiés<br />

au Luxembourg?<br />

Le gouvernement a bien réparti les responsabilités.<br />

Le Haut-Commissariat à la protection<br />

nationale (HCPN), sous la tutelle du Premier<br />

ministre, a été mobilisé. De même que<br />

l’Office Luxembourgeois de l'Accueil et de<br />

l’Intégration (OLAI) qui est sous la tutelle du<br />

ministère de la Famille. Le HCPN et l’OLAI<br />

coordonnent ainsi les travaux.<br />

L’OLAI est responsable du logement des<br />

demandeurs de protection internationale.<br />

Avec 600 personnes en octobre et le même<br />

nombre d’entrées en septembre, nous sommes<br />

submergés de demandes de DPI qu’il<br />

s’agit d’évaluer et de distinguer avec celles<br />

qui ne relèvent pas de ce statut. Ce sont des<br />

chiffres considérables pour le Luxembourg.<br />

Pour ce qui est de la réalité sur le terrain, les<br />

réfugiés qui arrivent sur notre territoire sont<br />

accueillis au Hall 6 de Luxexpo. Ce centre de<br />

premier contact a été spécialement conçu pour<br />

une durée maximale de quatre jours. Ils sont<br />

ensuite répartis vers les centres de primo accueil<br />

désignés par le Conseil de gouvernement.<br />

L’ancien bâtiment de logopédie de Strassen a<br />

une capacité d’accueil de 300 personnes,<br />

l’ancienne maternité du Centre hospitalier de<br />

Luxembourg peut gérer 100 personnes vulnérables<br />

et le bâtiment A du Centre hospitalier<br />

de neuropsychologie, 240 personnes.<br />

Ces centres peuvent accueillir jusqu’à 600<br />

personnes mais nous n’envisagerons cette<br />

possibilité qu’en cas de force majeure, nous<br />

ne souhaitons pas dépasser les 300 personnes<br />

par site. Néanmoins, cela dépendra de notre<br />

capacité à construire d’autres infrastructures.<br />

Justement, ces centres de primo-accueil<br />

n’étant que des solutions à court terme,<br />

où iront les réfugiés ensuite?<br />

Tous ces centres sont déjà dédiés à d’autres<br />

projets et ne sont donc que des solutions provisoires.<br />

C’est pour cela que nous cherchons<br />

activement d’autres sites qui permettront la<br />

construction d’infrastructures en conteneurs.<br />

Ce fut la volonté du gouvernement de privilégier<br />

plusieurs centres disséminés sur tout le territoire<br />

et de ne surtout pas construire un seul<br />

grand projet. Le but étant de favoriser l’intégration<br />

des réfugiés au sein de la population.<br />

Nous savons déjà que Mamer, Steinfort,<br />

Diekirch, Junglinster et Sanem accueilleront<br />

des réfugiés. Le gouvernement est en<br />

pourparlers avec d’autres communes pour<br />

trouver plus de sites. Frank Reimen du<br />

Haut-Commissariat, l’Aménagement du territoire,<br />

le ministère de l’Intérieur, l’OLAI,<br />

l’Administration des Bâtiment publics et presque<br />

tous les ministères sont impliqués d’une<br />

manière ou d’une autre dans cette bataille.<br />

Sans oublier le ministère de l’Education<br />

nationale car dès qu’un enfant pose un pied<br />

au Luxembourg, il a le droit et le devoir de<br />

fréquenter l’école.<br />

La politique d’intégration semble claire;<br />

elle se fera par le travail…<br />

La priorité absolue est de répondre à une<br />

urgence humanitaire. Il s’agit ensuite de pouvoir<br />

faireune bonne analyse des gens que nous<br />

aurons recueillis. Ceux qui répondent au droit<br />

d’asile bénéficieront du statut de réfugié, les<br />

autres devront être reconduits dans leur pays.<br />

Il en va de la cohérence du système mais plus<br />

largement de la cohésion nationale. Car<br />

même si tous les sondages confirment la politique<br />

menée par le gouvernement sur le sujet,<br />

la petitesse du pays peut très vite arriver à<br />

saturation si les règles ne sont pas respectées.<br />

Les durées d’attentes entre l’arrivée sur<br />

le territoire et le droit au travail serontelles<br />

revues à la baisse?<br />

L’école et le travail sont deux conditions à<br />

une intégration réussie et le gouvernement a<br />

déjà pris une première initiative dans ce sens<br />

en réduisant la durée de neuf à six mois.<br />

Cependant, le ministère de l’Immigration<br />

18<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


“<br />

C’est à nous, citoyens<br />

européens, de ne pas tomber<br />

dans le piège de l’amalgame.<br />

Les réfugiés sont<br />

ceux qui fuient Daesh<br />

”<br />

croule déjà sous le poids des demandes et<br />

lorsqu’une décision défavorable est émise, le<br />

réfugié a le droit de faire examiner son cas par<br />

la justice qui elle aussi connait des problèmes<br />

en termes de ressources humaines. La volonté<br />

politique ne suffit donc pas, faut-il encore se<br />

donner les moyens de nos ambitions.<br />

Le Luxembourg bénéficie d’une unité<br />

nationale et d’un consensus entre partis<br />

politiques. Cette situation peu<br />

répandue en Europe peut-elle être mise<br />

àmal par les récents attentats de Paris?<br />

On ne peut rien exclure àce stade. Ce qui est<br />

certain, c’est que les attentats sont justement<br />

fait pour créer une ambiance de haine et de<br />

peur dans le but de remettre en question<br />

l’unité nationale. Bien évidemment, les terroristes<br />

n’hésitent pas à utiliser la situation des<br />

réfugiés pour créer des amalgames (NDLR.<br />

Un passeport syrien a été retrouvé non loin des<br />

lieux où l’un des kamikazes a actionné sa ceinture<br />

d’explosif aux abords du Stade de<br />

France). C’est à nous, citoyens européens, de<br />

ne pas tomber dans ce piège. Les réfugiés sont<br />

ceux qui fuient Daesh et eux aussi sont des victimes<br />

des extrémistes. Le gouvernement ne<br />

cesse d’insister sur cette différenciation.<br />

Personnellement, je suis persuadé qu’ils ne<br />

peuvent mettre à mal nos sociétés libres,<br />

éclairées et démocratiques que nous<br />

construisons depuis la Seconde Guerre mondiale,<br />

comment le pourraient-ils?<br />

Le Luxembourg est-il menacé?<br />

Il existe une menace potentielle, notamment<br />

avec notre Présidence européenne, mais<br />

cependant elle n’est pas concrète.<br />

Dan Kersch<br />

Je suis optimiste pour mon pays et plus largement<br />

pour mon continent car je sais que<br />

les idéologies arriérées et antihumanistes<br />

n’ont aucune chance de s’imposer.<br />

Le gouvernement participe à de nombreuses<br />

rencontres avec ses citoyens via des réunions<br />

ouvertes dans lesquelles nous répondons<br />

aux questions et aux craintes de la<br />

population.<br />

JuB<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 19


Société<br />

L’ascension du Label ESR<br />

«Une entreprise ne peut pas fonctionner aux dépens de la société. Et même si c’est tenable<br />

dans l’instantané, une telle situation est impossible à long terme», déclare Norman Fisch,<br />

coordinateur de l’INDR (Institut National pour le Développement durable et la<br />

Responsabilité sociale des entreprises). A travers son Guide et son Label ESR, cet organe<br />

pousse les entreprises du pays à assumer leurs responsabilités envers leurs employés,<br />

la planète et les autres membres de la société. Selon lui, «gérer une entreprise en<br />

considérant uniquement des aspects économiques et financiers est dépassé». Interview.<br />

Votre programme «entreprise socialement<br />

responsable» - ou ESR - a été lancé<br />

en 2010. C’est donc son cinquième anniversaire<br />

cette année. Comment est-il né?<br />

Notrestructureaété fondée par l’UEL en 2007.<br />

A l’époque, différents organismes promulguaient<br />

des initiatives spécifiques pour sensibiliser<br />

à la RSE. L’idée est alors venue de créer un<br />

label commun pour récompenser des entreprises<br />

matures en termes de RSE. En 2010, nous<br />

avons lancé le projet via plusieurs workshops,<br />

en collaboration avec de nombreux acteurs professionnels.<br />

Durant ces ateliers, nous avons<br />

dressé une liste de 500 critères reflétant la responsabilité<br />

en entreprise. La première version de<br />

notre Guide ESR était née.<br />

Les firmes qui le souhaitaient nous demandaient<br />

ce questionnaire, sorte de check-list des items<br />

recensés. Elles pouvaient ainsi se positionner par<br />

rapport à la question de leur responsabilité<br />

sociale. Cette tentative était l’une des premières<br />

du genre en Europe. Durant trois années, ce<br />

système référentiel était notre outil principal.<br />

Nous l’avons ensuite réorganisé pour prendreen<br />

considération la taille de l’entreprise ou encore<br />

son secteur d’activité. En collaboration avec les<br />

principaux acteurs de la RSE au Luxembourg,<br />

nous avons défini une base commune de la RSE<br />

pour le Luxembourg, qui reflète une centaine<br />

d’attentes de la société luxembourgeoise envers<br />

les entreprises, tout en veillant à respecter les<br />

normes internationales existantes, telles que<br />

l’ISO 26000 ou le Global Reporting Initiative.<br />

Ensuite, nous avons réorganisé les questions<br />

en quatrepiliers. Aux trois piliers du développement<br />

durable – «Economie», «Social» et<br />

«Environnement» – a été ajouté un quatrième<br />

chapitre «Stratégie» qui explique clairement ce<br />

qu’est la RSE. Il aide l’entreprise à identifier sa responsabilité<br />

sur base d’une évaluation des impacts<br />

de ses activités sur la société. Personnalisable, il<br />

établit une méthodologie des politiques à instaurer<br />

par rapport aux trois autres thématiques.<br />

Nous avons réduit les 500 questions d’origine à<br />

126 thématiques générales. Chacune de ces thématiques<br />

RSE est agrémentée d'une échelle de<br />

valeur exprimée en quatre niveaux de maturité<br />

en RSE. Cette échelle permet de sortir d’une dualité<br />

trop simpliste acquis/non-acquis, pour passer<br />

àune évaluation progressive. Les échelons de<br />

maturité sont les suivants: la sensibilisation, la<br />

mise en œuvre, l’appréciation de sa performance<br />

et enfin le partage.<br />

Le Guide s'est ainsi développé en un outil plus<br />

complet, plus pédagogique, plus simple d’utilisation<br />

et plus performant. Le résultat est un<br />

tableau de bord pratique, structuré et facile à<br />

utiliser qui permet de situer concrètement son<br />

entreprise et de définir des objectifs à atteindre.<br />

Issu d’un travail collaboratif entre les acteurs du<br />

milieu, ce Guide fait autorité en la matière au<br />

Grand-Duché.<br />

Après avoir consulté le Guide ESR, quelles<br />

sont les étapes pour obtenir le Label ESR?<br />

Si une entreprise obtient une moyenne suffisante<br />

lors de son évaluation par le Guide ESR, elle peut<br />

prétendreau label. En pratique, ce cheminement<br />

se déroule généralement en quatre étapes.<br />

La première est celle de la sensibilisation.<br />

La compagnie se rend sur le site www.esr.lu et<br />

ydécouvre le Guide. En tant qu’outil didactique,<br />

le Guide explique très simplement ce<br />

qu’est la RSE, et décrit les attentes pour gérer<br />

les différentes thématiques.<br />

Le second niveau est atteint lorsqu’une entreprise<br />

passe le test: c’est l’évaluation. La compagnie fait<br />

un diagnostic en ligne et définit une stratégie RSE.<br />

Elle désigne un responsable de la coordination de<br />

la RSE en son sein. Un grand avantage du nouveau<br />

système est un filtrage préalable. Lorsqu’une<br />

entreprise accède au référentiel, elle doit indiquer<br />

son secteur d’activité, son type d’occupation et sa<br />

taille. La check-list s’adapte en conséquence. Par<br />

exemple, une entreprise sans activité de production<br />

ne devra pas tenir compte de cette problématique.<br />

Le questionnaire est généré de façon personnalisée<br />

et intelligente. Une fois le formulaire<br />

rempli, nous proposons d’en communiquer le<br />

résultat pour la somme de 120 euros. Je me rends<br />

alors dans l’entreprise. Nous parcourons ensemble<br />

les objectifs atteints, les items à améliorer et nous<br />

analysons le plan d’action.<br />

20<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Norman Fisch<br />

La troisième étape est celle de l’engagement.<br />

La direction déclare officiellement qu’elle<br />

assume sa responsabilité en suivant nos recommandations.<br />

Une fois le niveau de maturité RSE<br />

augmenté, la compagnie s'évalue de nouveau.<br />

Lorsque son score est suffisant, nous lançons<br />

alors la quatrième étape du programme ESR: la<br />

labellisation. Après une vérification par l’un de<br />

nos dix experts agréés, l’entreprise est invitée à<br />

une cérémonie officielle et reçoit sa précieuse<br />

récompense. Notre label est valable pour une<br />

période de trois ans et son coût est adapté à la<br />

taille de l’entreprise.<br />

Quel est le bilan pour ce programme?<br />

Ces dernières années, nous avons structuré nos<br />

activités de manière plus académique. Nous<br />

avons créé des ponts, d’une part entre la RSE<br />

au Luxembourg et les grands standards internationaux,<br />

et de l’autre avec de nombreux<br />

acteurs locaux. Le résultat est concluant: la<br />

révision profonde de notre plateforme porte<br />

ses fruits. En effet, depuis son origine, 99 entreprises<br />

différentes ont été labellisées. De plus,<br />

900 compagnies ont été sensibilisées à ce sujet<br />

en consultant notre Guide ESR. En outre, nous<br />

constatons une forte fidélisation des entreprises<br />

labellisées, qui reviennent vers nous lorsque<br />

leur attestation arrive à terme. Ce taux élevé de<br />

re-labellisation est un indicateur clé de notre<br />

succès.<br />

L’initiative de l’INDR reflète une approche<br />

visionnaire, motivée par le principe selon lequel<br />

la RSE est le meilleur moyen pour le monde<br />

économique de contribuer au développement<br />

durable. Et les conséquences pour le pays sont<br />

très positives: des entreprises plus compétitives<br />

et une meilleure image de l’entrepreneuriat.<br />

Ce haut taux<br />

de re-labellisation est un<br />

indicateur clé de notre<br />

succès<br />

”<br />

“<br />

INDR<br />

7, rue Alcide de Gasperi<br />

B.P.3024<br />

L-1030 Kirchberg<br />

Tél.: 27 330 885<br />

www.indr.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 21


Société<br />

Remise officielle<br />

du label ESR à 27 entreprises<br />

La 10 e Cérémonie de remise officielle du label ESR «Entreprise Socialement Responsable»,<br />

organisée par l’INDR, s'est déroulée le 26 novembre 2015 à la Chambre de Commerce.<br />

Acette occasion, le label ESR a été remis officiellement à 27 entreprises (17 nouvelles et<br />

10 entreprises relabellisées) ayant répondu avec succès aux critères de la démarche de<br />

labellisation de l’INDR.<br />

“<br />

Près de 100<br />

entreprises labellisées ESR<br />

au Luxembourg en 5 ans<br />

d’existence du label<br />

”<br />

Thématisée par la Commission européenne<br />

comme un enjeu vital, la responsabilité sociale<br />

des entreprises (RSE) est en passe de devenir un<br />

outil stratégique essentiel pour les dirigeants<br />

d’entreprise. La RSE est une opportunité pour<br />

chaque entreprise d’améliorer sa gouvernance,<br />

de renforcer son engagement sociétal et de limiter<br />

ses impacts environnementaux. L’entreprise<br />

assure ainsi sa propre pérennité tout en contribuant<br />

au développement durable.<br />

Les entreprises labellisées ESR ont bien compris<br />

les bénéfices de la RSE qui offre de réels avantages<br />

concurrentiels en améliorant la réputation<br />

de l’entreprise; sa capacité à attirer et retenir<br />

des salariés ou des clients; l’engagement, la<br />

motivation et la productivité de ses salariés; et<br />

les relations avec les fournisseurs, les pouvoirs<br />

publics, les concurrents, les médias, les ONG,<br />

autrement dit avec la société dans laquelle les<br />

entreprises évoluent.<br />

Lors de son mot de bienvenue, Michel Wurth,<br />

président de l’INDR et de l’UEL, a transmis les<br />

félicitations de Nicolas Schmit, ministre du<br />

Travail, de l’Emploi et de l’Economie sociale et<br />

solidaire, empêché en dernière minute pour un<br />

déplacement dans le cadre de la Présidence.<br />

Il s’est réjoui de compter près de 100 entreprises<br />

labellisées ESR au Luxembourg en 5 ans<br />

d’existence du label ESR. Les entreprises labellisées<br />

jouent pleinement leur rôle d’entreprise<br />

exemplaire, bonnes pratiques à l’appui.<br />

17 nouvelles entreprises labellisées<br />

Conscientes de leur responsabilité et des<br />

attentes de la société à l’égard de leurs activités,<br />

les 17 entreprises suivantes viennent<br />

d’obtenir le label ESR: Banque Internationale à<br />

Luxembourg; Centre Hospitalier Neuro-<br />

Psychiatrique – CHNP; Creos Luxembourg<br />

S.A.; Ecobatterien ASBL; Ecotrel ASBL; Enovos<br />

International S.A.; Enovos Luxembourg S.A.;<br />

Enovos Real Estate Luxembourg S.A.; Leo<br />

S.A.; LuxFLAG, Supporting Sustainable<br />

Finance; nettoservice; netto-recycling; Œuvre<br />

Nationale de Secours Grande-Duchesse<br />

Charlotte; Real Estate Enovos Esch S.A.; Real<br />

Estate Strassen S.A.; Renault Retail Group<br />

Luxembourg; Société Générale Bank & Trust.<br />

10 entreprises relabellisées<br />

Après une première période de labellisation de 3<br />

ans, et soucieuses de s’engager dans une démarche<br />

d’amélioration continue, les 10 entreprises<br />

suivantes ont obtenu le renouvellement de leur<br />

label ESR: ArcelorMittal Luxembourg SA; BNP<br />

Paribas Securities Services, Luxembourg; CK s.a.;<br />

Foyer Assurances; ING Luxembourg; KPMG<br />

Luxembourg, Société Coopérative; Loterie<br />

Nationale; ProNewTech Consulting &<br />

Engineering; RBC IS BANK s.a.; TRALUX Sàrl.<br />

Communiqué de presse INDR<br />

22<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Les entreprises labellisées RSE par l’INDR<br />

Creos<br />

Sponsor: Claude Seywert, Chief Executive<br />

Officer Creos Luxembourg, Member of<br />

Executive Committee Enovos International<br />

Contact: Vincent Robinet, responsable RSE<br />

Tél. (+352) 2737-6722<br />

vincent.robinet@enovos.eu<br />

www.creos-net.lu<br />

2, Domaine du Schlassgoard<br />

L-4327 Esch-sur-Alzette<br />

Enovos<br />

Sponsor: Michel Schaus, Chief of<br />

Operational Support, Member of Executive<br />

Committee Enovos International<br />

Contact: Vincent Robinet, responsable RSE<br />

Tél. (+352) 2737-6722<br />

vincent.robinet@enovos.eu<br />

www.enovos.eu<br />

2, Domaine du Schlassgoard<br />

L-4327 Esch-sur-Alzette<br />

ArcelorMittal Lux.<br />

Julie Büchler<br />

Tél. 47 92 24 24<br />

Julie.buchler@arcelormittal.com<br />

www.luxembourg.arcelormittal.com<br />

24-26, boulevard d'Avranches<br />

L-1160 Luxembourg<br />

CK SA<br />

Patrick Mergen – Partner, General<br />

Manager- Administration<br />

Tél. 26 380 203<br />

patrick.mergen@ck-online.lu<br />

www.ck-online.lu<br />

2, Rue Léon Laval<br />

Z.A. Am Bann<br />

L-3372 Leudelange<br />

ECOTREL ASBL<br />

ECOBATTERIEN ASBL<br />

Directeur: Bernard Mottet<br />

Tél. 26 09 87 30<br />

info@ecotrel.lu • www.ecotrel.lu<br />

info@ecobatterien.lu • www.ecobatterien.lu<br />

26, rue Léon Laval<br />

L-3372 Leudelange<br />

BIL Luxembourg<br />

Tél. 4590-1<br />

contact@bil.com<br />

www.bil.com<br />

69 route d’Esch<br />

L- 1470 Luxembourg<br />

BNP Paribas<br />

Securities Services, Luxembourg<br />

Frédéric Perard, Managing Director<br />

Tél. 26 96 20 36<br />

frederic.perard@bnpparibas.com<br />

www.securities.bnpparibas.com<br />

3r. de Gasperich,<br />

L-5826 Hesperange<br />

CHNP<br />

Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique<br />

Tél. 2682-1<br />

chnp@chnp.lu<br />

www.chnp.lu<br />

17 avenue des Alliés<br />

L-9002 Ettelbruck<br />

Foyer Assurances<br />

Vermeulen Peter, Directeur juridique<br />

Tél. 43 74 3 3041<br />

peter.vermeulen@foyer.lu<br />

www.foyer.lu<br />

12 rue Léon Laval<br />

L-3372 Leudelange<br />

ING Luxembourg<br />

Stéphanie Deitz-Moulin, CSR & Diversity<br />

Coordinator<br />

Tél. 44 99 56 40<br />

CorporateSocialResponsibility@ing.lu<br />

www.ing.lu<br />

Centre Drosbach<br />

12E, rue Guillaume Kroll<br />

L-1882 Luxembourg<br />

KPMG<br />

Jane Wilkinson, Head of Climate Change &<br />

Sustainability<br />

Tél. 22 51 51 1<br />

jane.wilkinson@kpmg.lu<br />

www.kpmg.com<br />

39, Avenue John F. Kennedy<br />

L-1855 Luxembourg<br />

Loterie Nationale<br />

Losch Léon, Général Manager<br />

Tél. 22 57 58 1<br />

www.loterie.lu<br />

18 Rue Léon Laval<br />

L-3372 Leudelange<br />

Œuvre<br />

Œuvre Nationale de Secours<br />

Grande-Duchesse Charlotte<br />

Tél. 22 56 67<br />

secretariat@oeuvre.lu<br />

www.oeuvre.lu<br />

18, rue Léon Laval<br />

L-3372 Leudelange<br />

LuxFLAG ASBL<br />

Tél. 22 30 26-1<br />

info@luxflag.org<br />

www.luxflag.org<br />

12, rue Erasme<br />

L-1468 Luxembourg / Kirchberg<br />

Nettoservice<br />

Tél. 34 20 22-1<br />

info@nettoservice.lu<br />

www.nettoservice.lu<br />

Z.I . Breedewues 4<br />

L-1259 Senningerberg<br />

ProNewTech SA<br />

Tél. 26 10 70 07<br />

info@pronewtech.lu<br />

11 Rue de l'Industrie<br />

L-8399 Windhof<br />

RBC<br />

Investor & Treasury Services Luxembourg<br />

Tél. 2605 1<br />

www.rbcits.com<br />

14, Porte de France<br />

L-4360 Esch-sur-Alzette<br />

Renault Luxembourg SA<br />

Frédéric MAILLARD, Directeur<br />

Tél. 40.30.40.239<br />

frederic.maillard@renault.lu • www.renault.lu<br />

2, rue Robert Stumper<br />

L-2557 Luxembourg<br />

Société Générale<br />

Tél. 47 93 11 1<br />

www.sgbt.lu<br />

11 Avenue Emile Reuter<br />

L-2420 Luxembourg<br />

TRALUX SARL<br />

Tél. 52 36 80-1<br />

contact@tralux.lu<br />

www.tralux.lu<br />

156, route de Luxembourg<br />

L-3254 Bettembourg<br />

Source photos: INDR


Société<br />

Une start-up sociale<br />

qui a fait ses preuves<br />

Prendre en bail des logements inoccupés pour les mettre à disposition de personnes à revenu<br />

modeste et en situation de détresse, c’est le «core business» de l’Agence Immobilière<br />

Sociale (AIS). Dans sa lutte contre l’exclusion sociale par le logement, l’AIS a, depuis sa création<br />

en 2009, réussi à multiplier ses activités. Un état des lieux par son directeur, Gilles Hempel.<br />

L’idée de base était simple mais efficace.<br />

Louer des biens inoccupés sur le marché<br />

privé, négocier des prix abordables grâce à<br />

des garanties attractives soutenues par l’État<br />

et mettre les logements à disposition de<br />

ménages en situation de détresse logement.<br />

Depuis l’ouverture de l’AIS en 2009, le<br />

concept n’a pas uniquement fait ses preuves,<br />

mais le champ d’activités de l’AIS s’est<br />

constamment élargi grâce à de nouvelles<br />

coopérations que l’AIS a su développer.<br />

Aujourd’hui, l’AIS dispose toujours des<br />

conventions avec le Ministère de la Famille et<br />

de l’Intégration et avec le Ministère du<br />

Logement, qui lui ont permis de commencer<br />

ses activités en 2009. En outre, quatre<br />

conventions ont été conclues avec des<br />

acteurs communaux. Elles prévoient un<br />

engagement renforcé de l’AIS sur le terrain<br />

de la commune concernée, qui contribue en<br />

contrepartie aux frais de personnel de l’AIS.<br />

Depuis début 2015, l’AIS peut également<br />

recourir à des biens publics pour satisfaire la<br />

demande des ménages en détresse. Parmi les<br />

logements de service qui ne sont plus accordés<br />

à des fonctionnaires, certains sont affectés<br />

à l’AIS. Elle garantit à l’État les mêmes<br />

services qu’elle assure pour les propriétaires<br />

privés: mise en état et maintenance du bien<br />

locatif, gestion au quotidien, lien contractuel<br />

avec les bénéficiaires et suivi de leurs projets.<br />

Àpartir de 2016, l’AIS sera systématiquement<br />

l’interlocuteur pour un nouveau<br />

groupe de bénéficiaires: les anciens réfugiés<br />

ayant obtenu le statut de protection internationale.<br />

L’AIS assurera la gestion du parc<br />

immobilier de l’OLAI. Les anciens refugiés<br />

bénéficieront des logements sous les mêmes<br />

conditions que les bénéficiaires actuels: mise<br />

àdisposition pour une durée de trois ans,<br />

élaboration d’un projet d’inclusion sociale<br />

par le logement, accompagnement social<br />

adapté à leur situation.<br />

L’AIS est donc certes un instrument de plus<br />

en plus efficace dans la lutte contre l’exclusion<br />

sociale par le logement, mais elle est<br />

également un exemple de start-up sociale<br />

qui est vite devenue une partie intégrale du<br />

paysage social au Luxembourg, et un partenaire<br />

indispensable des pouvoirs publics.<br />

Les conditions d’un tel développement<br />

et les ingrédients du succès<br />

Tout d’abord, l’AIS répond à un vrai besoin<br />

au Luxembourg. D’un côté il y a un grand<br />

nombre de logements inoccupés dans notre<br />

pays, et de l’autre côté, il y a beaucoup de<br />

ménages qui vivent dans des conditions précaires<br />

et indignes. Dû à leur situation socioprofessionnelle,<br />

ils sont exclus du marché<br />

immobilier classique – dont de nombreux<br />

ménages avec enfants. Par son rôle d’intermédiaire<br />

fiable l’AIS réussit à faire d’une<br />

pierre deux coups: réduire le nombre de<br />

logements inoccupés en donnant un toit à<br />

ceux qui sont dans le besoin.<br />

Puis, l’AIS a, en développant sa stratégie<br />

d’acquisition et de mise à disposition de<br />

logements, veillé à limiter les risques financiers<br />

à un strict minimum. Les prix négociés<br />

pour la location des biens s’accorde toujours<br />

avec le revenu disponible des bénéficiaires<br />

potentiels.<br />

En cas de retard de paiement, des plans de<br />

remboursement sont élaborés avec les bénéficiaires<br />

et leurs assistants sociaux. Tenant<br />

compte de la situation et des possibilités réelles<br />

des bénéficiaires, ces plans sont dans la<br />

plupart des cas respectés, limitant ainsi la<br />

charge financière pour l’Etat qui couvre<br />

d’éventuelles différences entre le loyer payé<br />

par l’AIS et la contribution fournie par les<br />

bénéficiaires. Grâce à cette gestion financière<br />

stricte et rigoureuse, l’AIS est devenue un<br />

partenaire stable pour l’Etat et les communes.<br />

Pour attirer l’intérêt d’un nombre suffisant<br />

de propriétaires, l’AIS a dès le début misé sur<br />

des messages clairs et simples qu’elle cherchait<br />

à diffuser via des canaux efficaces: les<br />

médias, qui ont dès le début suivi avec intérêt<br />

le développement de ce projet social, des<br />

flyers grand public et la présence à des foires<br />

et événements thématiques. Les avantages<br />

d’une coopération ont été mis en avant tout<br />

en soignant l’image d’un partenaire sérieux<br />

et fiable.<br />

24<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


“<br />

L’Agence Immobilière<br />

Sociale est très vite devenue<br />

un partenaire indispensable<br />

des pouvoirs publics<br />

”<br />

Quo vadis?<br />

Aujourd’hui l’AIS gère un parc immobilier<br />

qui va bientôt atteindre les 250 logements.<br />

L’Etat a annoncé une augmentation significative<br />

de sa contribution financière pour<br />

2016. De plus, une bonne quinzaine de<br />

communes ont montré leur intérêt pour collaborer<br />

avec l’Agence Immobilière Sociale au<br />

niveau régional. L’AIS est toujours contactée<br />

par un grand nombre de propriétaires de<br />

logements inoccupés qui souhaitent que<br />

leurs biens soient pris en gestion. La pénurie<br />

du logement au Luxembourg et l’absence de<br />

logements sociaux (classiques) fait que de<br />

plus en plus de familles devront demander<br />

de l’aide à l’Agence Immobilière Sociale.<br />

Une forte croissance de l’activité de l’AIS<br />

dans les années à venir est donc, nonseulement<br />

plus que certaine, mais aussi<br />

indispensable.<br />

Agence Immobilière Sociale<br />

202b, rue de Hamm<br />

L-1713 Luxembourg<br />

Tél.: 26 48 39 52<br />

Fax: 26 48 39 53<br />

www.ais.lu<br />

Gilles Hempel


Société<br />

Best of <strong>LG</strong> 178<br />

Impact Investing –<br />

Du social et de l’environnemental<br />

dans le fonds<br />

Le 4 juin dernier SELECTRA Management Company organisait une conférence dédiée à<br />

l’investissement d’impact et aux opportunités pour l’industrie des fonds luxembourgeois,<br />

en présence de Nicolas Schmit, ministre de l'Économie sociale et solidaire. Une centaine<br />

de personne ont assisté à l’événement. Marco Cipolla, Managing partner de SELECTRA<br />

Management Company, revient sur cette forme d’investissement socialement responsable.<br />

“<br />

Je reste persuadé<br />

que le Luxembourg a une<br />

carte à jouer dans cette<br />

activité de fonds d’investissement<br />

”<br />

Pourquoi avoir organisé cet événement?<br />

SELECTRA est activement présente dans la<br />

promotion et la gestion des fonds d’investissement<br />

de type impact investing. Avec cette<br />

conférence, et celles que nous organisons<br />

régulièrement, nous voulions démontrer<br />

notre engagement direct dans l’industrie des<br />

fonds d’investissement, et faire le point avec<br />

des experts du secteur sur les avancées et les<br />

défis du domaine.<br />

Ace titre, l’intervention du ministre Nicolas<br />

Schmit est ici importante, car elle souligne la<br />

volonté du gouvernement luxembourgeois<br />

de promouvoir le développement de l’économie<br />

sociale et solidaire et son soutien aux<br />

investissements d’impact qui visent à générer<br />

le bien-être social et l’environnement.<br />

L’investissement socialement responsable<br />

n’est pas nouveau, mais en quoi<br />

le concept d’impact investing l’est-il?<br />

Ils désignent les investissements qui visent à<br />

générer à la fois un retour financier et un<br />

impact social et/ou environnemental.<br />

Les investissements d’impact utilisent des critères<br />

de processus sociaux, éthiques et environnementaux<br />

pour la sélection et la gestion<br />

de portefeuilles financiers.<br />

Ils doivent certes apporter des bénéfices<br />

sociaux, éthiques, environnementaux, etc.<br />

Cependant, leurs bénéfices doivent par ailleurs<br />

être mesurables, à la fois en termes de<br />

performance financière, mais aussi d’impacts.<br />

Comment mesure-t-on ces impacts?<br />

Il n’y a malheureusement pas encore de<br />

règlementation sur le sujet. Il existe seulement<br />

une plateforme qui propose des critères<br />

et des approches en termes de mesure de<br />

performances et d’impacts.<br />

Les investissements d’impact ou à fort impact<br />

social sont une forme de placements socialement<br />

responsables, avec toutefois un encadrement<br />

plus précis, à l’avantage des investisseurs.<br />

Le concept remonte à 2007. Le terme a été forgé<br />

par le Rockefeller Foundation Bellagio Center.<br />

Pour cette raison, il existe des organismes comme<br />

LuxFlag qui s’engagent à réaliser une due diligence<br />

et à attribuer un label aux produits de<br />

microfinance, de type environnemental ou socialement<br />

responsable. Actuellement, aucun régulateur<br />

central, telles la CSSF ou l’ESMA, n’est mandaté<br />

pour définir et accorder de tels labels.<br />

26<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


L’industrie des fonds et les investisseurs souhaitent<br />

donc la mise en place de standards<br />

de mesureharmonisés et une réglementation<br />

plus forte sur le sujet.<br />

Au niveau européen, des propositions de<br />

règlement en faveur du développement de<br />

nouveaux produits d’investissement ont été<br />

initiées, concernant notamment la création<br />

d’un label comme le Fonds d’Entrepreneuriat<br />

Social Européen (European Social Entrepreneurship<br />

Funds, EuSEF), qui permettra aux investisseurs<br />

d’identifier clairement les produits<br />

dont l’objet principal est d’investir dans des<br />

entreprises sociales. Concrètement, les<br />

fonds qui utilisent ce label devront investir<br />

au moins 70% de leurs actifs (l’argent reçu<br />

des investisseurs) dans des entreprises<br />

sociales.<br />

La Commission européenne a également<br />

proposé un règlement sur les Fonds<br />

Européens d’Investissement à Long Terme<br />

("ELTIFs"), qui vise à fournir un cadre pour<br />

l'investissement de détail dans les classes<br />

d'actifs illiquides tels que les projets d'infrastructure<br />

et les sociétés non cotées.<br />

L'objectif est d’orienter ces fonds vers des<br />

financements à long terme dédiés au développement<br />

et à la croissance économiques<br />

durables en Europe.<br />

Depuis quand SELECTRA est impliqué<br />

dans l’investissement d’impact?<br />

SELECTRA a commencé son activité dans le<br />

secteur de fonds d’investissement tout<br />

d’abord avec des produits de fonds OPCVM,<br />

de fonds d’investissement alternatifs (AIFM)<br />

et spécialisés (SIF).<br />

En 2013, nous avons commencé à réfléchir à<br />

ce type de produit. Nous avons alors conclu<br />

des partenariats pour développer cette activité.<br />

Nous avons créé une plateforme d’investissements<br />

d’impact destinée aux investisseurs<br />

et à leurs stratégies d’investissement.<br />

Maintenant nous travaillons sur différents<br />

projets, dont un premier fonds d’habitation<br />

sociale en Italie et des programmes de type<br />

environnemental.<br />

Nos clients sont des investisseurs institutionnels,<br />

des fonds de pension, des fondations,<br />

qui du fait de leur objet social<br />

même, ont un objectif et une stratégie<br />

d’investissement éthiques, axés sur le<br />

développement. À terme, ces produits<br />

d’investissement deviendront de plus en<br />

plus intéressants pour cette catégorie<br />

d’investisseurs, mais aussi pour d’autres<br />

acteurs.<br />

Marco Cipolla<br />

Qui assure le suivi des investissements?<br />

La compagnie d’investissement du fonds<br />

même est en charge du suivi et de la communication<br />

aux investisseurs, via le reporting<br />

classique, de l’avancement du projet et de la<br />

mesure d’impact du produit.<br />

Pour cela nous collaborons avec des experts<br />

indépendants, comme Deloitte Italie, pour la<br />

mesure et la création de critères et de<br />

méthodologies dédiés à l’investissement<br />

d’impact.<br />

Selon vous, comment se positionne le<br />

Luxembourg dans ce domaine?<br />

Nous voyons un accroissement de l’intérêt<br />

des acteurs de la place pour ce type d’investissement.<br />

Si les grands cabinets de conseils<br />

sont déjà prêts, le pays cependant ne compte<br />

pas encore suffisamment de banques dépositaires<br />

et d’administrateurs de fonds intéressés<br />

par cette catégorie de produits.<br />

Je reste néanmoins persuadé que le<br />

Luxembourg a une carte à jouer dans cette<br />

activité de fonds d’investissement, et saura<br />

poursuivrelesuccès et l’avance acquis par l’industrie<br />

des fonds, grâce à ses produits, ses services<br />

et son expertise de haut niveau. MA<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 27


Société<br />

Best of <strong>LG</strong> 175<br />

Une empreinte positive<br />

Acheter un produit issu du commerce équitable est un «acte de responsabilité sociale» qui<br />

laisse une trace positive dans les pays du Sud en contribuant à améliorer les conditions de<br />

travail et plus largement les conditions des producteurs locaux et de leurs familles, nous<br />

explique Jean-Louis Zeien, président de Fairtrade Lëtzebuerg.<br />

Interview.<br />

Du 5 au 21 mai aura lieu la troisième<br />

édition de la campagne nationale “Lëtz’<br />

Step to Fairtrade”. Quel est son objectif?<br />

Comme toute action fédératrice, cette campagne<br />

permet de générer une dynamique<br />

qui intègre nos multiples partenaires. Qu’il<br />

s’agisse d’administrations communales, de<br />

ministères, d’écoles, d’acteurs du monde de<br />

la distribution ou de la gastronomie, d’associations<br />

et même de personnes individuelles,<br />

tous peuvent participer à cette campagne.<br />

Le visuel qui promeut cette campagne<br />

représente des empreintes de pas. Que<br />

symbolisent-elles?<br />

Ce visuel illustre la notion de “footprint” que<br />

nous connaissons surtout au niveau écologique<br />

et qui, souvent, prend une connotation négative.<br />

Or, nous pouvons aussi laisser une trace<br />

profondément positive dans les pays du Sud et<br />

c’est ce que nous faisons lorsque nous achetons<br />

un produit Fairtrade<br />

Comment participer à cette dynamique?<br />

C’est de la créativité pure qui est demandée.<br />

Chaque acteur doit développer sa propre action<br />

sur le thème ou sur le produit de son choix. Cela<br />

peut, par exemple, consister en l’organisation<br />

d’un “Fair Breakfast”, d’une conférence sur le<br />

textile ou d’un rallye citoyen autour de la thématique<br />

du commerce équitable. Il y a mille et une<br />

histoires qui peuvent se raconter dans ce<br />

contexte pour faire bouger le commerce équitable<br />

et avoir un impact positif sur les conditions de<br />

vie et de travail des producteurs dans le Sud.<br />

Chacun a, entre ses mains, la possibilité de devenir<br />

un ambassadeur du commerce équitable.<br />

Les “Best Practices” sont-elles valorisées?<br />

Pour stimuler la créativité des acteurs et les<br />

encourager à se mobiliser davantage, nous<br />

avons lancé un concours intitulé “Vote for<br />

the Best Step”. Les huit meilleurs évènements<br />

sélectionnés par un jury seront soumis au<br />

vote des internautes. Les trois premiers seront<br />

récompensés par des prix attractifs qui leur<br />

seront remis lors d’une cérémonie officielle.<br />

Dix-neuf communes luxembourgeoises<br />

sont déjà labellisées “Fairtrade Gemeng”,<br />

un concept qui existe dans 25 pays.<br />

Qu’est-ce qu’une “Fairtrade Gemeng”?<br />

En une phrase, c’est une commune qui s’investit<br />

pour le commerce équitable et pour les<br />

producteurs désavantagés au Sud, en appliquant<br />

l’adage: “penser globalement, agir<br />

localement”. Localement, signifie aussi au<br />

niveau communal. Cette démarche s’insère<br />

dans une politique générale en faveur du<br />

développement durable. Les communes sont<br />

les plus petites entités politiques qui existent,<br />

ce sont aussi les plus proches des citoyens.<br />

Elles ont donc un rôle déterminant à jouer<br />

dans la sensibilisation de la population au<br />

développement durable.<br />

Dans cette optique, quels critères doit respecter<br />

un produit pour être labellisé<br />

“Fairtrade”?<br />

Il doit respecter des critères dans les trois piliers du<br />

développement durable: économique (prix minimum<br />

garanti, prime “Fairtrade”, préfinancement<br />

d’une récolte, par exemple, pour n’en citer que<br />

quelques-uns), social (interdiction absolue du travail<br />

d’enfants, du travail forcé, de toute discrimination,<br />

liberté de se réunir dans des syndicats,<br />

intégration des principes démocratiques pour le<br />

décrire brièvement) et écologique (obligation de<br />

gérer des déchets, interdiction des OGM).<br />

Comment l’engagement d’une commune<br />

doit-il se traduire concrètement?<br />

Pour devenir Fairtrade, une commune doit passer<br />

par trois étapes. La première consiste à prendre<br />

la décision politique de s’impliquer pour le<br />

commerce équitable. Deuxièmement, il faut<br />

qu’un groupe d’action se forme –ou qu’une<br />

commission existante prenne en charge le dossier-,<br />

dans le but d’agir comme un moteur pour<br />

déployer diverses initiatives en matière de sensibilisation<br />

et/ou d’achats publics. Elle est ainsi un<br />

multiplicateur auprès des autres acteurs de la<br />

commune. Enfin, la commune doit communiquer<br />

sur les actions qu’elle a mises en place. Elle<br />

s’engage également à raison d’une participation<br />

financière symbolique d’un euro par jour.<br />

Sont-elles sujettes à un certain contrôle<br />

de votre part?<br />

28<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Jean-Louis Zeien<br />

Elles n’ont pas de quotas d’achats à respecter,<br />

mais sont soumises à un certain reporting. Nous<br />

leur demandons d’organiser au moins une action<br />

d’envergure annuelle, de se doter d’un groupe<br />

d’action actif et d’enregistrer une évolution dans<br />

différents domaines. Nous comptons sur leur<br />

dynamisme, sur leur volonté d’aller plus loin.<br />

Certaines communes ont, par exemple, contacté<br />

les restaurants présents sur leur territoire pour<br />

qu’ils intègrent des produits du commerce équitable<br />

à leurs cartes, d’autres programment des<br />

marchés équitables. Les plus grandes envisagent<br />

cette implication plutôt au niveau de leurs services,<br />

et pas uniquement dans le domaine alimentaire<br />

d’ailleurs. C’est le cas de la Ville de<br />

Luxembourg qui a choisi d’équiper les employés<br />

de son service hygiène avec des vêtements de<br />

travail labellisés Fairtrade.<br />

Pourriez-vous nous en dire plus sur<br />

l’action de sensibilisation autour du<br />

café que vous avez lancée récemment?<br />

Nous y mettons en avant “un café de qualités”,<br />

et ce n’est pas une faute d’orthographe.<br />

Le côté gustatif est primordial, nous en<br />

sommes convaincus, mais d’autres critères<br />

de qualité sont déterminants: l’équitable, le<br />

social, l’environnemental. Boire un café est<br />

un geste simple mais choisir un café de<br />

“qualités” est un acte de responsabilité<br />

sociale. Nous voulons, via cette campagne,<br />

inviter les acteurs publics et les entreprises à<br />

s’activer pour un commerce équitable.<br />

Quelles sont les répercussions dans le<br />

Sud des actions qui sont menées ici?<br />

Lors des voyages que nous faisons, nous<br />

voyons les bienfaits de ces actions, ce qui est<br />

motivant. Dernièrement, je suis allé au Kenya<br />

où j’ai rencontré Monica, qui travaille dans<br />

une plantation de roses certifiée Fairtrade. Je<br />

lui ai demandé si elle voyait la différence avec<br />

une autre plantation non certifiée où elle était<br />

auparavant employée. Elle m’a répondu:<br />

«C’est très simple: d’abord, j’ai un contrat à<br />

durée indéterminée (ce qui n’est le cas que de<br />

20% des contrats dans les plantations non<br />

certifiées au Kenya contre 80% dans les plantations<br />

Fairtrade), et ensuite, si je suis<br />

enceinte, j’ai droit à un mois de congés maternité<br />

et à une heure par jour pour l’allaitement<br />

au retour de ce congé». Ce qui, ici, nous<br />

paraît être normal - avoir un congé maternité,<br />

par exemple- est une exception au Sud. Ceci<br />

démontre donc l’empreinte positive laissée<br />

par le commerce équitable dans ces pays.<br />

“<br />

Chacun a, entre ses<br />

mains, la possibilité de<br />

devenir un ambassadeur<br />

du commerce équitable<br />

”<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 29


de quelle couleur<br />

est votre électricité propre?


de quel producteur<br />

est votre électricité propre?<br />

www.solarwood.lu


Mobilité<br />

Le Rail de demain<br />

Le Groupe CFL fonctionne sous formed’entreprise étatique d’un côté, par le biais d'un contrat<br />

de service public de transport de voyageurs par chemin de fer et par route et de la gestion<br />

de l'infrastructure ferroviaire au Luxembourg. Mais également sous forme d’une entreprise<br />

commerciale pour le domaine du transport de marchandises, libéralisée depuis 2007. A ces<br />

trois activités principales, s’ajoutent la direction financière et celle des ressources humaines.<br />

Marc Wengler préside le Comité des Directeurs composé de six personnes qui sont chargées<br />

de la direction du Groupe CFL. Il y débute il y a treize ans comme directeur financier et<br />

succède en mars 2014 à Alex Kremer en tant que directeur général des CFL. Interview.<br />

Quels sont vos chantiers prioritaires?<br />

Le cadre stratégique politique vise l’atteinte<br />

d’un “modal split“ 25% - 75%. Cette stratégie<br />

globale pour une mobilité durable s’appuie<br />

au niveau national et en Grande Région<br />

sur le réseau ferré en tant qu’épine dorsale du<br />

réseau des transports en commun. Les CFL<br />

ont noté une croissance du nombre de voyageurs<br />

de 57% en dix ans. Cette demande<br />

croissante nous pose devant le défi d’adapter<br />

l’offre et de mettre suffisamment de capacités<br />

àla disposition de nos clients. Pour cette raison,<br />

de grands chantiers d’expansion de l’infrastructure<br />

ferroviaire sont en cours, notamment<br />

la construction d’une nouvelle ligne<br />

entre Bettembourg et Luxembourg, l’extension<br />

de la Gare de Luxembourg, le dédoublement<br />

des voies entre Luxembourg et<br />

Sandweiler ainsi que la construction du nouveau<br />

viaduc Pulvermühle. Par ailleurs, à côté<br />

de l’augmentation des capacités de l’infrastructure<br />

ferroviaire sont prévues la création<br />

de plateformes d’échange intermodales, telles<br />

que l’arrêt Kirchberg-Pfaffenthal ou la<br />

nouvelle Gare d’Ettelbruck.<br />

L’arrêt Kirchberg- Pfaffenthal anciennement<br />

appelée “arrêt Pont Rouge“ où un funiculaire<br />

reliera la ligne du Nord au Kirchberg, est<br />

déjà en construction. Il changera la structure<br />

des flux qui arrivent vers Luxembourg et<br />

notamment vers le Kirchberg. Son inauguration<br />

concordera avec l’arrivée du tram à la fin<br />

2017.<br />

Pierre Gramegna, ministre des Finances<br />

nous avait confié dans un numéro précédent<br />

que la gare sous le Pont Rouge<br />

était l’un des exemples des investissements<br />

du budget de l’état en terme de<br />

mobilité, en êtes-vous satisfait?<br />

Oui, tout-à-fait. C’est la première fois que<br />

nous arrivons à connecter le plateau du<br />

Kirchberg au rail lourd. Les voyageurs qui<br />

viennent de la ligne du Nord gagneront au<br />

minimum quinze minutes, si ce n’est vingt.<br />

Cela profitera aux employés du Kirchberg et<br />

permettra plus largement de délester le centre-ville.<br />

En 2013, les CFL accusaient un déficit<br />

de 1,1 million d’euros alors qu’en<br />

2014, ils affichaient un bénéfice net de<br />

6,5 millions d’euros. Quel est le rôle<br />

du fret dans cet écart considérable?<br />

L’ensemble de nos activités ont connu une<br />

évolution favorable. D’un côté, la progression<br />

de la fréquentation des trains a été une<br />

nouvelle fois confirmée avec plus de 21,5<br />

millions de voyageurs. D’un autre côté, le<br />

volume des investissements dans les infrastructures<br />

ferroviaires a considérablement<br />

augmenté. Entretemps, les CFL disposent<br />

d’une des flottes les plus modernes en<br />

Europe avec un âge moyen de 10,9 ans.<br />

Il est vrai que la variation du résultat entre les<br />

deux années est principalement due à la<br />

branche fret. A sa création en 2006<br />

CFL Cargo, une “joint-venture“ avec<br />

ArcelorMittal, a été notre réponse structurelle<br />

à la libéralisation du fret ferroviaire du<br />

1 er janvier 2007.<br />

D’un plan de restructuration, nous sommes<br />

passés à une phase commerciale. La crise<br />

économique de 2009 était un moment difficile<br />

et 2010, l’année des premiers signes<br />

de reprise. Cependant la fermeture de<br />

Schifflange en 2011 qui représentait alors<br />

20% de notre chiffre d’affaires a eu des<br />

conséquences négatives. Le fret de 2013<br />

était positif en termes de résultat opérationnel<br />

et celui de 2014 encore d’avantage.<br />

Les bons résultats vont probablement se<br />

confirmer en 2015.<br />

C’est une stratégie de niches, de diversifications<br />

et de croissances que nous avions définie<br />

dans le but de rapprocher les activités<br />

multimodales. Force est de constater que<br />

cela porte ses fruits.<br />

32<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Depuis la création<br />

de CFL Cargo, le chiffre<br />

d’affaires de la branche<br />

fret a doublé. Nous avons<br />

l’ambition à l’horizon 2020<br />

de le doubler une deuxième<br />

fois<br />

“<br />

”<br />

Depuis la création de CFL Cargo en 2006, le<br />

chiffre d’affaires a doublé. Nous avons l’ambition<br />

à l’horizon 2020 de doubler encore<br />

notre chiffre d’affaires et nous nous donnons<br />

les moyens puisque notre plan d’investissement<br />

pour le fret est de l’ordre de 126 millions<br />

d’euros.<br />

126 millions d’euros pour le fret…<br />

Le plan d’investissements comprend notamment<br />

l’acquisition de wagons dédiés à l’exploitation<br />

des autoroutes ferroviaires, la construction<br />

d’un centre d’entreposage moderne et<br />

l’installation d’un atelier de réparation de<br />

wagons fret. Ce programme d’investissements<br />

permettra de réaliser une multitude de projets<br />

industriels qui s’articuleront autour de la nouvelle<br />

plateforme multimodale à Bettembourg-<br />

Dudelange, qui est financée par l’Etat luxembourgeois.<br />

Elle est unique en son genre en termes<br />

de performances et d’innovations. Nous<br />

avions déjà lancé la première autoroute ferroviaire<br />

entre Luxembourg et Perpignan en<br />

2006. La nouvelle plateforme permettra de<br />

multiplier les capacités actuelles par six.<br />

Une innovation importante est le chargement<br />

horizontal de semi-remorques sans<br />

l’aide de grue. Les semi-remorques montent<br />

directement sur les wagons pour le chargement<br />

et cela donne un potentiel de part de<br />

marché beaucoup plus important.<br />

Aujourd’hui, en Europe, moins de 10% des<br />

semi-remorques sont préhensibles par des<br />

grues. Le chargement horizontal permettrait<br />

d’attirer les 90% restant.<br />

En plus, avec les deux grues qui viennent<br />

d’être livrées, nous pouvons charger une<br />

grande diversité de cargaisons. La plateforme<br />

actuelle permet d’ores et déjà de proposer<br />

à nos clients une multitude de destinations<br />

telles que Lyon, Anvers, Trieste et<br />

Duisburg. Le but étant de faire de<br />

Bettembourg une plateforme paneuropéenne<br />

au centre d’un réseau international<br />

de trafics d’autoroutes ferroviaires.<br />

Marc Wengler<br />

Le marché de la logistique quant à lui<br />

réclame une couverture plus complète de la<br />

chaine logistique. Dans cette optique, nous<br />

avons stratégiquement développé notre<br />

gamme de services, comme par exemple<br />

l’agence en douane, la manipulation de<br />

chargement et de déchargement, d’entreposage<br />

et même de préparation de marchandises.<br />

Je prends pour exemple notre entrepôt<br />

spécialisé dans des activités à valeur ajoutée<br />

comme le chauffage de la gomme à destination<br />

de l’industrie du pneu pour qu’elle arrive<br />

juste à temps dans l’usine. Nous proposons<br />

ainsi une chaîne logistique et une solution<br />

clef en main qui correspondent aux besoins<br />

des clients.<br />

JuB<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

33


Mobilité<br />

Sales-Lentz au service d’une mobilité<br />

durable «Made in Luxembourg»<br />

Depuis plus de 60 ans, l’entreprise Sales-Lentz est devenue l’acteur majeur<br />

dans les secteurs du transport de personnes au Luxembourg et en Grande Région.<br />

Avec une flotte de 500 véhicules répondant aux exigences environnementales les plus<br />

performantes et offrant une capacité d’accueil allant jusqu'à 175 personnes, Sales-Lentz<br />

dispose de la plus grande flotte privée au Grand-Duché et permet la mise en œuvre d’un<br />

concept de mobilité durable «Made in Luxembourg».<br />

“<br />

Sales-Lentz a été<br />

la première société privée<br />

en Europe à lancer une flotte<br />

d’autobus hybrides<br />

”<br />

Répondre à tous les besoins de mobilité<br />

Tous les jours, pas moins de 4.000 courses sont<br />

réalisées grâce à toutes les activités proposées<br />

par Sales-Lentz. L’offre des services tourne<br />

autour de quatre grands domaines: le transport<br />

en commun, le transport régulier (système<br />

scolaireet navette), le transportlocatif et<br />

le voyage organisé grâce à son tour-opérateur<br />

autocariste spécialisé.<br />

Sales-Lentz exploite également des services de<br />

City Sightseeing à Luxembourg et à Trèves<br />

(Hop On Hop Off et Pétrusse Express) et pour<br />

les grands événements. Avec son département<br />

mobilité, beaucoup de solutions sont mises en<br />

place pour proposer des services flexibles et à<br />

la demande, tels que les navettes aéroport,<br />

Flexibus, Night Rider ou l’Event Rider.<br />

La cellule “Voyages organisés“ permet de<br />

boucler l’approche client par des offres touristiques<br />

spécialisées en autocar. Au-delà des<br />

deux catalogues saisonniers édités chaque<br />

année, Sales-Lentz répond à toute demande<br />

d’organisation d’excursions sur mesure pour<br />

les voyages en groupe ou associations.<br />

Un ancrage territorial qui bénéficie à<br />

l’économie nationale<br />

Présent sur de nombreux domaines de la<br />

mobilité, du transport en commun de<br />

proximité jusqu’aux voyages internationaux,<br />

l’ensemble des activités de Sales-Lentz proposent<br />

des services simples et responsables pour<br />

une large gamme d'utilisateurs.<br />

Beaucoup de personnes, en particulier les personnes<br />

à mobilité réduite, les personnes âgées<br />

et les enfants en profitent au quotidien, et permettent<br />

ainsi de contribuer au développement<br />

économique local et national, tout en garantissant<br />

un haut niveau de service et de qualité.<br />

Cette mobilité physique est intimement partie<br />

prenante du mouvement qui est au cœur de la<br />

vie de chaque individu et répond à toutes les<br />

attentes afin d’agrémenter la vie quotidienne,<br />

que ce soit pour le travail, le loisir ou l’escapade.<br />

Innovation, environnement et durabilité<br />

Pionnier en matière d'innovation et de nouvelles<br />

technologies dans les domaines du transport<br />

de personnes et de la mobilité durable au<br />

Luxembourg, Sales-Lentz a été la première<br />

société privée en Europe à lancer une flotte<br />

d’autobus hybrides.<br />

Parallèlement, le premier bus électrique et les<br />

premiers bus hybrides périphériques ont également<br />

été mis en place au cours de ces dernières<br />

années. En septembre 2014, Sales-Lentz, en<br />

collaboration avec le constructeur suédois Volvo<br />

et le ministère de l’Economie, ont présenté en<br />

avant-première mondiale le premier Electric<br />

Hybrid qui entrera en activité au Luxembourg<br />

en début 2016 sur le réseau public RGTR.<br />

34<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


©Sales-Lentz<br />

Depuis cette date, des activités nouvelles sont<br />

arrivées comme par exemple la navette spéciale<br />

pour l’Université de Luxembourg avec<br />

“free-wifi“ à bord.<br />

Une stratégie RSE gagnante qui contribue<br />

au développement durable<br />

C’est parce que la RSE est un état d’esprit chez<br />

Sales-Lentz, présente depuis de nombreuses<br />

années au cœur de la stratégie d’entreprise,<br />

que tous les piliers du développement durable<br />

tiennent une place importante dans la politique<br />

de la société.<br />

La charte de l’entreprise, basée sur des engagements<br />

durables en neuf grands principes, a<br />

été rédigée avec le concours de tous les collaborateurs.<br />

Ainsi de nombreux projets ont pu<br />

être développés au cours des dernières années<br />

tels que la réalisation du Bilan Carbone ®<br />

dès<br />

2011 ou la Projection 26000, initiée dès le<br />

mois de janvier 2014, visant à établir un vaste<br />

programme de sensibilisation interne en<br />

matière de RSE pour conduire Sales-Lentz vers<br />

la norme ISO 26000. En 2015, avec l’aide de<br />

Myclimate Luxembourg, l’ambition a de nouveau<br />

été accentuée pour proposer un transport<br />

le plus responsable possible, notamment<br />

par la publication du premier rapport de compensation<br />

carbone. Grâce à cette démarche,<br />

l’ensemble des activités de la marque Sales-<br />

Lentz sont désormais climatiquement neutres.<br />

Une philosophie d’entreprise engagée<br />

et récompensée<br />

Premier acteur luxembourgeois de la mobilité<br />

locale et des voyages à l’international, de la<br />

conception à la distribution en passant par l’opérationnel,<br />

Sales-Lentz est en prise directe avec<br />

l’énergie du pays et de chacun de ses habitants<br />

qui, dans leur vie quotidienne et pour leurs voyages,<br />

cherchent efficacité, plaisir de la découverte<br />

dans un esprit de vie quotidienne fluide, d’émotions<br />

personnelles et d’émotions partagées.<br />

Au Luxembourg, Sales-Lentz reste la seule entreprise<br />

du secteur labellisée Entreprise Socialement<br />

Responsable par l'Institut National pour le<br />

Développement durable et la Responsabilité<br />

sociale d’entreprise (INDR) depuis 2010.<br />

Lauréat du Green Business Award en 2013, un<br />

prix qui récompense la meilleure stratégie de<br />

développement durable au Luxembourg pour<br />

les décideurs et les acteurs économiques,<br />

Sales-Lentz s’est vu remettre également le<br />

Green Mobility Award 2015.<br />

Enfin, en novembre 2014, Sales-Lentz a été<br />

couronné par le Prix Luxembourgeois de la<br />

Qualité et de l’Excellence 2014 décerné par le<br />

Mouvement Luxembourgeois de la Qualité et<br />

de l’Excellence. Une haute distinction qui<br />

récompense toutes les procédures mises en<br />

œuvre en matière de gestion opérationnelle et<br />

stratégique au sein de l’entreprise.<br />

Pour finir, la signature de la “Charte de la<br />

Diversité Lëtzebuerg“ a aussi permis de montrer<br />

quelle est l’importance donnée aux compétences<br />

individuelles de chaque collaborateur<br />

pour que chacun puisse participer à ce succès.<br />

S.L.A. s.a.<br />

ZAE Robert Steichen<br />

4, rue Laangwiss • L-4940 Bascharage<br />

Tel: 2 36 26 - 1 • Fax: 2 36 26 - 444<br />

www.sales-lentz.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 35


Mobilité<br />

Best of <strong>LG</strong> 177<br />

Coup d’accélérateur<br />

vers la transition énergétique<br />

Faut-il encore la présenter? La compagnie Tesla Motors propose des véhicules de rêve et<br />

entièrement électriques; du luxe en vert qui se fait petit à petit un nid dans notre pays.<br />

Rencontre avec An De Pauw, Country Manager Benelux chez Tesla.<br />

Étienne Schneider<br />

An De Pauw<br />

Tesla Motors est une société qui ne laisse pas<br />

indifférent. Admiration, enthousiasme, critique,<br />

suspicion, les réactions face à cet ovni<br />

du monde automobile sont diverses. Mais<br />

l’engouement est réel. La preuve? Plus de 2<br />

millions de vues sur Youtube de la keynote<br />

exposant leur nouvelle invention: le<br />

Powerwall, ou batterie domestique qui permet<br />

de stocker l’énergie à moindre coût.<br />

Quand une entreprise pareille organise un<br />

évènement à Luxembourg, on ne reste pas<br />

de marbre. Nous avons donc sauté sur l’occasion<br />

de l’inauguration d’une station de<br />

superchargers à Munsbach pour rencontrer<br />

An de Pauw, Country Manager, et faire avec<br />

elle un état des lieux de la situation de la<br />

marque américaine au Luxembourg.<br />

Le Grand-Duché a du potentiel en<br />

énergie verte<br />

«Le Luxembourg est un marché que nous<br />

considérons comme très important» explique-t-elle.<br />

«Notre direction aux Etats-Unis<br />

est convaincue que pour développer la<br />

mobilité électrique en Europe, c’est même un<br />

marché primordial. D’abord, c’est un pays<br />

innovant et orienté business. Ensuite, votre<br />

pays investit beaucoup dans la mobilité<br />

verte, et nous voulons trouver un moyen de<br />

développer cet axe ensemble, avec le gouvernement.<br />

Nous avons d’ailleurs invité le<br />

ministre de l’Économie, Étienne Schneider,<br />

à notre inauguration dans ce sens. Il a<br />

déclaré que d’ici 2020, 850 bornes de charge<br />

publiques pour véhicules électriques seraient<br />

déployées à travers le pays. Et ce n’est que la<br />

première grande étape d’un travail commun<br />

que nous voulons poursuivre, et qui va sans<br />

doute aboutir prochainement par l’ouverture<br />

d’un magasin Tesla dans votre pays».<br />

La station ouverte ce 11 mai au Légère Hotel<br />

de Munsbach rejoint un réseau de 150<br />

superchargers en Europe. Cette couverture<br />

permet désormais aux propriétaires de véhicules<br />

Tesla de parcourir de longues distances,<br />

des Pays-Bas au Sud de la France notamment,<br />

et plus seulement de réaliser leur trajet<br />

quotidien. Après 30 minutes de charge<br />

seulement, la berline haut de gamme Model S<br />

peut parcourir 270 kilomètres. «Pas besoin<br />

de se tracasser pendant le voyage» ajoute<br />

An De Pauw «car le tableau de bord, relié à<br />

Internet, calcule lui-même l’optimisation du<br />

trajet en sélectionnant les superchargers sur<br />

la route. Il indique au conducteur où, quand,<br />

et combien de temps se brancher». La cerise<br />

sur cet immense gâteau? Ce voyage est gratuit<br />

puisque la compagnie d’Elon Musk met<br />

librement ses chargeurs à disposition.<br />

L’entreprise basée en Californie a déjà vendu<br />

plus de 70.000 véhicules dans le monde, dont<br />

beaucoup aux Etats-Unis, en Norvège et au<br />

Pays-Bas. Avec 35 voitures roulant aujourd’hui<br />

àLuxembourg, notre pays a tout d’un futur<br />

marché florissant pour la compagnie.<br />

36<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Des voitures idylliques qui gomment<br />

leur défaut<br />

Ces voitures complètement électriques,<br />

sûres, confortables, rapides, effacent petit à<br />

petit tous les défauts qu’on pouvait leur<br />

trouver lors du lancement de la marque en<br />

2008. Le souci de l’autonomie d’abord se<br />

résolve lentement avec l’installation progressive<br />

de stations de charge partout en Europe.<br />

La compagnie s’atèle au problème du prix<br />

ensuite, un frein considérable pour les potentiels<br />

acheteurs, et qui bloquait l’entreprise à<br />

0,02% de parts du marché mondial en 2014.<br />

An de Pauw nous relève: «notre but principal<br />

est d’être plus abordable. D’ici 2017 ou<br />

2018, nous allons lancer Model 3, une berline<br />

compacte. Nous avons l’habitude de dire<br />

que cette automobile fera la moitié de la<br />

taille de la Model S, pour la moitié de son<br />

prix. Nous sommes entrés sur le marché avec<br />

des voitures de luxe, et nous voulons maintenant<br />

produire une affordable business<br />

car». A la question «qui achète vos voitures»,<br />

An De Pauw répond que le public est<br />

en majorité composés d’hommes d’affaires,<br />

d’indépendants, de chefs d’entreprises.<br />

«Mais nous espérons attirer une clientèle<br />

plus large avec la sortie ce modèle».<br />

Dernier obstacle, et non des moindres, pour<br />

Tesla Motors: faire comprendre au public que<br />

posséder une voiture électrique n’est pas une<br />

utopie. «Notre mission est d’expliquer au<br />

gens qu’il est possible de conduire une Tesla.<br />

Les économies en carburant sont énormes,<br />

vu qu’elles n’ont pas besoin d’essence ou de<br />

gazol. Recharger complètement sa voiture à<br />

la maison ne coûte qu’entre 12 et 18 euros,<br />

pour une autonomie de 502 kilomètres; de<br />

plus les superchargers offrent toujours la<br />

possibilité de recharger son véhicule gratuitement.<br />

Fondée par un génie gentleman<br />

Originaire du pays le plus pollueur au<br />

monde, Tesla Motors est une entreprise qui<br />

veut accélérer le mouvement des transports<br />

durables, et entraîner le public et les autres<br />

concepteurs automobiles vers la transition<br />

écologique. Elon Musk, grand inventeur et<br />

fondateur de l’entreprise, met d’ailleurs ses<br />

divers brevets, dont le dernier en date de la<br />

batterie Powerwall, à disposition de ses<br />

concurrents afin qu’ils s’en inspirent. «Il est<br />

brillant et inspirant» conclut la Country<br />

Manager, «il essaie vraiment d’avoir un<br />

impact positif sur le monde». SoM<br />

“<br />

Ce n’est que la première<br />

grande étape d’un travail<br />

commun qui va sans doute<br />

aboutir prochainement par<br />

l’ouverture d’un magasin<br />

Tesla dans votre pays<br />

”<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

37


Mobilité<br />

Best of <strong>LG</strong> 176<br />

La mobilité durable en route<br />

La Communauté des Transports fêtera cette année ses dix ans: dix années de promotion<br />

de la mobilité alternative couronnées de succès. Les mois à venir seront axés sur le vélo,<br />

avec l’installation de mBox partout dans le pays, et le concours «Mam Vëlo op d’Schaff».<br />

Rencontre avec Gilles Dostert, directeur général.<br />

“<br />

Le lancement<br />

du magasin en ligne,<br />

mShop, c’est l’accès aux<br />

transports en commun<br />

du bout des doigts<br />

”<br />

Le Verkéiersverbond, nommé aussi la<br />

Communauté des Transports, est une aventurequi<br />

a débuté en 2005. Cet établissement<br />

public, régi par la tutelle du ministre des<br />

Transports, a pour but de changer les comportements<br />

des usagers de la route. «Nous<br />

incitons les personnes à opter pour des<br />

modes de déplacement durables, et à moins<br />

prendre leur voiture individuelle. Marche à<br />

pied, vélo, transport en commun, covoiturage,<br />

les solutions sont diverses. Nous voulons<br />

juste que les usagers acquièrent le<br />

réflexe de ne plus se tourner automatiquement<br />

vers la voiture, qui n’est pas toujours le<br />

moyen le plus adapté pour se déplacer»,<br />

explique Gilles Dostert.<br />

l’une à la gare de Luxembourg, l’autre à la<br />

gare de Belval-Université. Ces guichets vendent<br />

les titres de transport, mais aussi renseignent<br />

et conseillent ceux qui le souhaitent au<br />

sujet de la mobilité durable. «Nous allons<br />

ouvrir une autre antenne à Ettelbruck.<br />

De cette façon, nous couvrirons les grands<br />

centres économiques du pays». Une dernière<br />

option permet aux usagers d’obtenir des renseignements:<br />

un centre d’appel, ouvert de<br />

6 à 21 heures. «Mais ce n’est pas tout»,<br />

ajoute Gilles Dostert, «nous envoyons également<br />

un stand mobile de sensibilisation à<br />

travers les entreprises, les écoles, les manifestations<br />

et foires, pour faire découvrir l’option<br />

des déplacements durables à tous».<br />

Un rôle d’informateur<br />

La mission principale du Verkéiersverbond:<br />

l’information. Le site www.mobiliteit.lu est<br />

un outil primordial à ce niveau. Il détaille les<br />

horaires des transports en commun du<br />

Grand-Duché de façon intégrée. «Ainsi, un<br />

utilisateur qui consulte le site reçoit l’itinéraire<br />

optimal de son trajet, conçu à partir des<br />

données compilées des divers modes de<br />

transports. Le module de recherche fonctionne<br />

directement grâce aux adresses: une<br />

grande facilité pour les individus qui calculent<br />

leur solution de déplacement de porteà-porte».<br />

Cette plateforme en ligne remporte<br />

un grand succès puisque le moteur de<br />

recherche a été consulté plus de 17 millions<br />

de fois au cours de 2014. Deux centrales de<br />

mobilités accueillent également les clients,<br />

Les suggestions et réclamations des navetteurs<br />

sont également une préoccupation du<br />

Verkéiersverbond, qui les rassemble et les<br />

présente ensuite aux opérateurs de transport,<br />

afin de toujours faire correspondre l’offre<br />

aux besoins des navetteurs.<br />

Les titres de transport disponibles<br />

"online"<br />

Le Verkéiersverbond a instauré une cellule ICT<br />

en son sein, afin d’utiliser au mieux tout ce<br />

que la modernité et la technologie a à offrir.<br />

Ces derniers mois notamment, 1.200 bus ont<br />

été équipés d’ordinateurs de bord. Ces infrastructures<br />

géolocalisent les bus, récoltent des<br />

données utiles pour les sociétés de transport,<br />

et permettent une meilleure communication<br />

entre les divers véhicules en circulation.<br />

38<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Gilles Dostert<br />

Mais la grande nouveauté en télématique est<br />

la possibilité de recharger directement sa<br />

mKaart en ligne. Cette carte multifonctionnelle,<br />

lancée en juin 2014, permet de combiner<br />

différents produits sur une seule et unique<br />

structure. Ce printemps voit apparaître<br />

une nouvelle façon de recharger sa carte:<br />

l’achat "online". «Le lancement du magasin<br />

en ligne, mShop, c’est l’accès aux transports<br />

en commun du bout des doigts. Via son ordinateur<br />

ou sa tablette, le client aura accès aux<br />

principaux produits tarifaires. Il achètera son<br />

titre de transport par Internet. Puis le lendemain,<br />

il le récoltera avec sa carte auprès<br />

d’une borne de validation. Le produit acheté<br />

sera transféré automatiquement vers sa<br />

mKaart. C’est un immense pas en avant, car<br />

les usagers auront accès à la vente des titres<br />

de transports partout».<br />

La petite reine dans la jungle urbaine<br />

La carte intelligente n’est pas utile seulement<br />

pour y mettre ses tickets de train ou de bus.<br />

Elle sert aussi de sésame donnant accès aux<br />

parcs à vélos mBox. Un service gratuit, disponible<br />

en échange d’une modique caution<br />

de 20 euros, et bientôt accessible via le<br />

mShop. «Attirer les gens vers la mobilité<br />

douce n’est pas aisé. Pourtant, la bicyclette<br />

est le moyen de transport le plus rapide pour<br />

les trajets d’une distance allant jusqu’à sept<br />

kilomètres», développe Gilles Dostert.<br />

«Actuellement, nous essayons d’améliorer le<br />

réseau cyclable. Mais nous nous sommes<br />

également posé la délicate question:<br />

‘où garer mon vélo?’ Une bicyclette a une<br />

certaine valeur, et nous voyons de plus en<br />

plus de pédélecs, les vélos à petit moteur<br />

électrique. Les usagers n’ont pas forcément<br />

envie de laisser leur engin sur la voie publique.<br />

Nous avons donc préconisé des infrastructures<br />

fermées dans lesquelles il est possible<br />

de placer de nombreux vélos: des mBox».<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 39


Mobilité<br />

Best of <strong>LG</strong> 176<br />

“<br />

En dix ans,<br />

nous sommes passés d’une<br />

structure de deux personnes<br />

àun établissement public<br />

de 35 employés<br />

”<br />

Il ajoute: «nous allons installer un réseau de<br />

mBox dans tout le pays. Au total, onze structures<br />

seront en place à la fin de l’année.<br />

Deux sont déjà fonctionnelles, à<br />

Luxembourg-Ville et Mersch, pour lesquelles<br />

nous avons 140 clients. Six autres seront installées<br />

au cours du printemps. Elles seront<br />

localisées près des gares afin d’attirer les usagers<br />

ferroviaires, qui se déplacent en voiture<br />

entre leur domicile et la station. Nous espérons<br />

que les communes seront également<br />

intéressées par le projet. Si elles mettent à<br />

disposition l’infrastructure nécessaire,<br />

comme une cage ou un garage à vélos, le<br />

Verkéiersverbond l’intégrera dans son réseau<br />

et fournira le matériel technique d’accès lié à<br />

la mKaart».<br />

Pédaler pour gagner<br />

L’installation des mBox n’est pas la seule initiative<br />

du Verkéiersverbond pour la promotion<br />

des déplacements à vélo. La période<br />

estivale sera l’occasion pour l’établissement<br />

public d’organiser pour la huitième fois son<br />

traditionnel concours "Mam Vëlo op<br />

d’Schaff", à traduire par "à vélo au boulot":<br />

un jeu pour motiver les usagers à employer le<br />

vélo pour leur trajet quotidien vers leur lieu<br />

de travail. «Le principe est le suivant: du 15<br />

mai au 31 juillet, une petite équipe utilise au<br />

moins 15 fois la bicyclette pour se rendre à<br />

son entreprise. Les étudiants ne sont pas en<br />

reste car eux aussi peuvent pédaler pour<br />

gagner des prix via l’équivalent scolaire<br />

"Mam Vëlo an d’Schoul". Toute personne<br />

qui participe et réussit le challenge a une<br />

chance de gagner de magnifiques prix,<br />

comme un voyage à Paris ou un pédélec.<br />

L’inscription est gratuite et peut se faire sur le<br />

site www.mvos.lu», explique Gilles Dostert.<br />

Le succès du concours est réel puisque entre<br />

1.000 et 2.000 participants s’enregistrent<br />

chaque année pour pédaler durant l’été.<br />

L’entreprise, ou institution, et l’école qui aura<br />

incité le plus grand nombre de ses membres<br />

àparticiper au projet se verra recevoir un trophée.<br />

La remise des différents prix aura lieu<br />

le 18 septembre, pendant le Bicycle Art and<br />

Film Festival, au cœur de la Semaine<br />

Européenne de la Mobilité. Une nouveauté<br />

cette année: les participants sont invités à<br />

partager leurs expériences et exploits sur les<br />

réseaux sociaux via le hashtag #mvos.<br />

Les plus belles photos prises lors du concours<br />

et partagées sur la toile seront affichées en<br />

une exposition lors de la remise des prix.<br />

Un bilan après 10 ans<br />

«Cette année, nous allons fêter notre<br />

dixième anniversaire. Nous organiserons une<br />

grande conférence d’anniversaire au mois de<br />

septembre, toujours dans le cadre de la<br />

Semaine Européenne de la Mobilité. En dix<br />

ans, nous sommes passés d’une structure de<br />

deux personnes à un établissement public de<br />

35 employés!». Gilles Dostert ajoute: «Je suis<br />

directeur depuis l’origine du projet en 2005,<br />

et je suis très fier de ce que nous avons déjà<br />

accompli, et de ce que nous réalisons<br />

aujourd’hui». Le Verkéiersverbond a la responsabilité<br />

de réfléchir à des solutions de<br />

mobilité: c’est un défi quotidien d’une<br />

grande importance. En effet, au-delà de la<br />

simple réduction des embouteillages, repenser<br />

les moyens de transport a également un<br />

impact sur le bruit, et les émissions de CO 2.<br />

La qualité de vie et la santé des habitants en<br />

dépendent et représentent donc un challenge<br />

pour le futur de l’institution.<br />

Verkéiersverbond<br />

26, route d’Arlon<br />

L-1140 Luxembourg<br />

Tél.: +352 2465 2465<br />

Fax: +352 26 86 57 – 99<br />

service@verkeiersverbond.lu<br />

www.verkeiersverbond.lu<br />

40<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Votre mobilité.<br />

Nos solutions.<br />

Transport en commun<br />

Voyages<br />

Business<br />

Navettes<br />

Événementiel<br />

Nos engagements pour une mobilité responsable<br />

Téléchargez notre rapport de compensation CO 2<br />

.<br />

Informations et réservations<br />

Sales-Lentz, vos experts pour votre mobilité<br />

✆ (+352) 266 511 (lu - ve 8.00 - 17.00)<br />

www.sales-lentz.lu


ICT<br />

Spécialiste de l’Internet des objets<br />

RMS.lu et POST Luxembourg lancent le réseau SIGFOX au Grand-Duché et proposent<br />

des solutions connectées pour implémenter des applications dans le domaine de la<br />

Smart City. Rencontre avec Carlo Posing et Gilles Emeringer, respectivement directeur<br />

général de RMS.lu et responsable du projet SIGFOX chez POST Luxembourg.<br />

Comment définir RMS.lu?<br />

CP: Aujourd’hui RMS.lu est une société de<br />

seize employés au service de l’innovation.<br />

Notre entreprise est spécialisée dans l’identification<br />

d’objets et d’états, tout a commencé<br />

avec le code-barres dans les années 1990 et<br />

la technologie RFID en 2000. Vers 2010 nous<br />

nous sommes intéressés à la maison intelligente,<br />

car la RFID avait migré dans une poignée<br />

de fenêtre, ou une vanne thermostatique.<br />

Du coup on pouvait faire communiquer<br />

la fenêtre avec le chauffage, et ce grâce à la<br />

technologie Enocean. Puis avec l’émergence<br />

de l’Internet des objets nous avons pulvérisé<br />

le périmètre de la maison pour nous diriger<br />

vers la ville intelligente<br />

Le nouveau réseau SIGFOX que nous mettons<br />

en place en collaboration avec POST<br />

Luxembourg va nous permettre de connecter<br />

tous types d’objet (détecteur de température,<br />

détecteur de qualité d’air, niveau de l’eau ou<br />

taux de remplissage de poubelles, compteur<br />

d’eau, détecteur d’occupation de places de<br />

parking, etc.). Cette technologie va permettre<br />

aux communes d’augmenter leur efficacité tout<br />

en offrant de nouveaux services aux citoyens.<br />

Et la technologie SIGFOX?<br />

GE: SIGFOX travaille avec des prestataires<br />

dédiés. Ainsi, RMS.lu, en collaboration avec<br />

POST Luxembourg ont l’exclusivité pour le<br />

Grand-Duché. La start-up spécialisée dans<br />

l’Internet des objets bas débit a été créée en<br />

2009, c’est donc une technologie récente.<br />

Néanmoins, une dizaine de pays développent<br />

déjà ce système sur leur territoire (France,<br />

Espagne, Portugal, Luxembourg, Belgique,<br />

Angleterre, Pays-Bas, Danemark, Etats-Unis)<br />

et 30 pays seront couverts d’ici la fin de l’année<br />

2016. Cette technologie est une alternative<br />

aux réseaux cellulaires traditionnels qui<br />

sont plutôt destinés à des transferts de données<br />

plus élevées. Le grand avantage de la<br />

technologie SIGFOX est la consommation<br />

d’énergie réduite et l’envoi de petits messages<br />

allant jusqu’à 12 bytes et envoyés jusqu’à 140<br />

fois par jour. Ceci suffit pleinement pour<br />

envoyer une donnée d’un compteur d’eau ou<br />

tous types d’alarme. La batterie d’un compteur<br />

d’eau peut ainsi tenir jusqu’à quinze ans en<br />

envoyant un message par jour pour visualiser<br />

la consommation d’eau au citoyen et lui donner<br />

une idée de sa consommation journalière.<br />

L’avantage étant la longue portée qui pénètre<br />

même dans les caves à un coût très bas,<br />

bien inférieur aux coûts d’un réseau cellulaire<br />

car le réseau est optimisé pour l’envoi de<br />

petits messages quelques fois par jour.<br />

SIGFOX met également sa technologie à disposition<br />

des start-ups et entreprises dans le<br />

but de développer tous types de capteurs<br />

afin de stimuler la création d’un écosystème<br />

dynamique et l’apparition de nouveaux<br />

objets connectés.<br />

Le déploiement du réseau national est prévu<br />

au printemps 2016 mais nous couvrons déjà<br />

actuellement 76% du territoire. Avec<br />

RMS.lu, nous visons principalement les marchés<br />

à compteurs d’eau mais aussi les places<br />

de stationnements, les détecteurs de fumées,<br />

les boutons d’alarme ainsi que les systèmes<br />

de traçabilité et de mesures.<br />

Quels sont les avantages de SIGFOX?<br />

CP: Aujourd’hui il existe déjà des compteurs<br />

d’eau “raccordés” qui indiquent la consommation.<br />

Dans le meilleur des cas, l’employé<br />

communal relève cette estimation du trottoir<br />

une fois par an, au pire, il doit sonner aux portes<br />

pour accéder aux compteurs. Le citoyen<br />

ne s’aperçoit de sa consommation d’eau,<br />

qu’une fois sa facture annuelle en main.<br />

Notre compteur d’eau est semblable aux autres<br />

mais beaucoup plus intelligent. Il transmet directement<br />

les informations sur le réseau et la commune<br />

y a accès directement en ligne. Elle peut<br />

ainsi centraliser toutes les informations, faire des<br />

moyennes et repérer les disfonctionnements à<br />

distance, en trouvant par exemple une fuite<br />

d’eau dans le réseau de distribution. Le client sait<br />

exactement combien il consomme quotidiennement,<br />

ce qui rend les factures bien plus précises.<br />

Enfin, la durée de vie de nos piles est un avantage<br />

non négligeable: de dix à quinze ans, ce qui<br />

correspond à l’autonomie de vie du compteur.<br />

D’autres produits?<br />

CP: Tout le monde connait le détecteur de<br />

fumées Nest racheté à coups de milliards par<br />

le géant américain Google. Cependant,<br />

contrairement à lui, le nôtre est connecté au<br />

réseau national SIGFOX et ne requiert donc<br />

aucune ligne ADSL, ni aucun réseau wifi.<br />

42<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Carlo Posing et Gilles Emeringer<br />

Il suffit de s’enregistrer sur Internet et d’y<br />

indiquer l’adresse mail et le numéro de téléphone<br />

sur lequel vous serez avertis en cas de<br />

déclanchement d’alarme, de débranchement<br />

du détecteur ou d’un remplacement<br />

de pile.<br />

Ici aussi, le produit convient autant au particulier<br />

qu’aux communes qui avec des centaines<br />

de détecteurs, bénéficient d’une vue<br />

d’ensemble.<br />

Nous proposons aussi des capteurs de parking<br />

qui permettent d’envoyer une information<br />

au réseau SIGFOX lorsqu’ils sont occupés<br />

ou non. Ettelbruck, comme beaucoup<br />

d’autres communes luxembourgeoises<br />

connait des difficultés dans ce domaine. Via<br />

une application, les villes pourraient indiquer<br />

les places de stationnement libres et ainsi<br />

réduire le temps de recherche.<br />

Dans les années à venir, le marché comptera<br />

des milliards de capteurs et nous avons déjà<br />

développé notreproprecapteur qui est capable<br />

de mesurer le taux de remplissage d’une<br />

cuve sur dix mètres de profondeur au millimètre<br />

prêt.<br />

On voit aussi des capteurs intéressants dans<br />

le domaine écologique et plus précisément<br />

dans le secteur agricole qui permettent de<br />

mesurer l’humidité du sol afin d’optimiser la<br />

gestion des ressources naturelles.<br />

Sur le marché vous pouvez aussi trouver des<br />

capteurs qui transmettent la position GPS<br />

pour localiser des containers, des objets de<br />

valeur ou des animaux domestiques là où<br />

vous ne disposez pas d’une alimentation<br />

électrique. Nous avons également élaboré<br />

des détecteurs d’ouverture de porte ou de<br />

canalisation.<br />

“<br />

Profitez du réseau<br />

et de l’écosystème SIGFOX<br />

pour connecter vos objets<br />

et développer des applications<br />

dans le domaine de<br />

la ville intelligente<br />

”<br />

RMS<br />

16, rue de la Gare • L-9044 Ettelbruck<br />

Tél.: 81 67 57 – 1 • Fax: 81 67 56<br />

www.rms.lu<br />

POST Telecom<br />

1, rue Emile Bian • L-1235 Luxembourg<br />

Tél.: 2462 6801<br />

Email: Iotm2msolutions@post.lu<br />

www.post.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

43


ICT<br />

Le vent d’innovation WinFleet<br />

Spécialiste en géolocalisation, la société SkyCom ne connaît que croissance depuis sa<br />

création en 1994. Ses solutions permettent aux entreprises, communes et administrations<br />

d’améliorer leur efficacité et la qualité de leur service extérieur. Paul Lenert, CEO, nous<br />

explique comment l’outil WinFleet facilite la vie quotidienne de ses utilisateurs.<br />

La «Silicon Valley» de Niederdonven<br />

Il y a deux mois, SkyCom remportait le prix<br />

de l'environnement 2015 de la FEDIL dans<br />

la catégorie «IT-based Ecosolution».<br />

Lors de la cérémonie de remise, Camille<br />

Gira, secrétaire d’Etat au Développement<br />

durable et aux Infrastructures, a qualifié<br />

la société de «Silicon Valley» de<br />

Niederdonven, d’après le lieu où elle est<br />

établie. Et effectivement, l’innovation et<br />

l’inventivité de leurs solutions a de quoi<br />

impressionner.<br />

WinFleet, le produit phare est purement<br />

«Made in Luxembourg». Paul Lenert, CEO,<br />

nous raconte: «Mon frère, Claude Lenert, a<br />

fondé la société en 1994. Après avoir étudié<br />

l’électrotechnique à l’Université de<br />

Kaiserslautern et passé six années d’activités<br />

dans une entreprise aérospatiale en<br />

Allemagne, son idée de développer et de<br />

commercialiser des systèmes de géolocalisation<br />

l’a poussé à lancer son propre projet».<br />

Cet ingénieur a alors installé son<br />

bureau dans le sous-sol de la maison familiale,<br />

bâtissant son enseigne seul.<br />

Aujourd’hui, la société emploie 30 personnes,<br />

dont une équipe hautement spécialisée<br />

en IT.<br />

Le résultat de cet investissement est un<br />

ensemble de solutions efficaces de géolocalisation<br />

autour de WinFleet, simples à<br />

utiliser, intéressantes et abordables pour les<br />

entreprises de tous secteurs et de toute<br />

taille.<br />

Une solution clé en main<br />

Un petit ordinateur de bord est placé dans le<br />

véhicule. Il est monté sous le tableau de bord,<br />

inaccessible afin de ne pas être amovible ou<br />

manipulé. En son sein se trouvent deux modules:<br />

d’une part un récepteur GPS qui calcule la<br />

position; de l’autreun modem GSM avec carte<br />

SIM qui transmet la position et d’autres données<br />

aux serveurs de SkyCom hébergés dans<br />

des centres de données à Luxembourg. Via le<br />

service WinFleet et un navigateur Internet, le<br />

client a accès aux données émises telles que la<br />

position actuelle de ses véhicules sur une carte,<br />

les trajets effectués, les temps d’arrêt ou de<br />

conduite et les kilomètres parcourus.<br />

La solution est clé en main: SkyCom s’occupe<br />

de l’installation des ordinateurs de bord, directement<br />

chez le client. Le système fonctionne<br />

non seulement à Luxembourg, mais partout<br />

dans l’UE.<br />

A la pointe du progrès, une application<br />

WinFleet Mobile est disponible sur n’importe<br />

quel smartphone ou tablette sous Android,<br />

iOS ou Windows.<br />

Pour des économies sur tous les fronts<br />

Les économies engendrées par le système proviennent<br />

majoritairement d’une amélioration de<br />

la planification suite à la connaissance des<br />

emplacements des véhicules et à l’aide dans<br />

l’exécution des tâches administratives d’une<br />

entreprise. «Imaginez que votre chauffage<br />

tombe en panne. Avant de vous envoyer un<br />

dépanneur, la société de chauffage pourra, avec<br />

WinFleet, regarder par simple clic où se trouvent<br />

actuellement ses véhicules et ainsi envoyer son<br />

technicien le plus proche», illustre Paul Lenert.<br />

Cette réactivité réduit significativement les pertes<br />

de temps quelles qu’elles soient. En même<br />

temps, les kilomètres parcourus diminuent et du<br />

carburant est économisé.<br />

«Les kilomètres parcourus ainsi que les coûts de<br />

consommation et d’entretien sont réduits assez<br />

logiquement, mais ce n’est pas tout», décrit<br />

Paul Lenert. «L’option Eco-Drive sert à promouvoir<br />

un comportement de conduite plus souple<br />

et plus écologique. Elle permet également de<br />

calculer la consommation de carburant et le<br />

volume des émissions CO 2,ou bien sur base de<br />

valeurs théoriques ou bien grâce à la lecture et<br />

l’analyse des données du bus CAN».<br />

De plus, WinFleet permet de limiter certains<br />

abus vu que la transparence générale des<br />

courses est plus grande. En conséquence, les<br />

horaires sont mieux respectés et la qualité du<br />

service extérieur s’améliore.<br />

Au fil des années, la société a constamment<br />

élargi son offre. Ainsi, des solutions complémentaires<br />

comme le pointage mobile, l’identification<br />

du chauffeur, la localisation d’engins<br />

de chantier ou la transmission de températures<br />

en temps réel pour des transports frigorifiques<br />

ont pu être développées et mises sur le marché.<br />

Beaucoup d’autres solutions sur-mesure<br />

font de WinFleet un outil précieux dans le<br />

contexte d’une gestion proactive et efficiente<br />

de tous parcs de véhicules.<br />

44<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Claude Lenert<br />

Paul Lenert<br />

©Skycom<br />

Une clientèle fidèle où les communes<br />

trouvent leur compte<br />

Apropos de leurs clients, Paul Lenert commente:<br />

«Ils sont principalement à<br />

Luxembourg, mais nous touchons aussi les<br />

marchés limitrophes allemand, belge et français».<br />

Le succès de SkyCom est sans appel<br />

auprès de ses 1.000 clients. L’entreprise a<br />

déjà équipé quelques 12.000 véhicules, tels<br />

que des voitures, camionnettes, camions,<br />

engins de chantier ou e-bikes. Et la solution<br />

n’est pas seulement réservée aux grandes ou<br />

moyennes entreprises puisque 38% des<br />

clients de SkyCom disposent de moins de<br />

cinq véhicules.<br />

«Nos services intéressent les compagnies<br />

spécialisées dans le transport de marchandises<br />

et de personnes. Par ailleurs, le secteur de<br />

la construction est un marché florissant:<br />

entrepreneurs et artisans sont des clients<br />

fidèles. En outre, nos offres ont beaucoup de<br />

succès dans les domaines du commerce, de<br />

la gastronomie et de la grande distribution».<br />

Paul Lenert ajoute: «A côté du secteur privé,<br />

de plus en plus d’institutions et d’administrations<br />

étatiques se tournent vers nous,<br />

dont un nombre grandissant de communes.<br />

Outre une meilleure gestion de leur parc<br />

roulant, WinFleet améliore le suivi et la<br />

documentation des travaux et projets en<br />

cours au sein de leur territoire. De plus en<br />

plus intéressées, les communes voient en<br />

notre produit une façon de se moderniser»,<br />

explique-t-il.<br />

100% recommanderaient SkyCom<br />

SkyCom se distingue surtout par son service<br />

après-vente, son bon rapport qualité/prix et ses<br />

applications faciles à utiliser: c’est ce qui ressort de<br />

la dernièreenquête menée auprès de ses clients.<br />

Les clients apprécient en premier lieu la facilité et<br />

la convivialité d’utilisation de WinFleet, le fait<br />

que SkyCom est une entreprise luxembourgeoise<br />

et la rapidité de résolution en cas de questions.<br />

Les solutions sur-mesure et les conseils<br />

spécialisés pour les clients font également partie<br />

des facteurs de succès de la compagnie. Leur<br />

bon service après-vente se fait rapidement<br />

connaître: 49% des clients ont été orientés vers<br />

SkyCom sur la base de recommandations.<br />

Les arguments en faveur de l’utilisation de<br />

WinFleet portent principalement sur une meilleureutilisation<br />

des véhicules, les rapports complets<br />

pour la facturation, le service après-vente<br />

plus rapide, la diminution des coûts liés aux<br />

véhicules et à la consommation de carburant et<br />

la réduction des heures supplémentaires. 100%<br />

des participants à l’enquête ont répondu qu’ils<br />

recommanderaient SkyCom sans réserves.<br />

SkyCom S.à r.l.<br />

SkyCom Telematics Systems<br />

45A, rue des Romains<br />

L-5433 Niederdonven<br />

Tél.: 76 92 31 - 1<br />

Fax: 76 92 31 - 90<br />

www.skycom.com<br />

©Skycom<br />

“<br />

Un nombre<br />

grandissant de communes<br />

se tourne vers nous<br />

”<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

45


Since 1994


PRINT.<br />

GRAPHIC DESIGN.<br />

PACKAGING.<br />

PUBLISHING.<br />

MAILING.<br />

Elnur/Shutterstock.com<br />

15, RUE DU COMMERCE L-1351 LUXEMBOURG<br />

T +352 48 00 22-1 F +352 49 59 63 WWW.IC.LU MESSAGE@IC.LU


ICT<br />

Le papier est parfaitement compatible<br />

avec le développement durable<br />

Notre monde moderne et l’ère du numérique tendent à remplacer peu à peu le papier<br />

par une communication digitale qui possède l’avantage d’être écologique. À l’heure où<br />

la mode est au développement durable, le papier et l’imprimerie ont-ils encore de beaux<br />

jours devant eux? Eléments de réponse avec Roland Dernoeden, directeur général de<br />

l’Imprimerie Centrale.<br />

“<br />

Nous avons compris<br />

que l’image de “l’imprimeur<br />

coupeur d’arbres”<br />

devait être cassée<br />

”<br />

Vous soutenez que la communication<br />

papier est parfaitement compatible avec<br />

le développement durable. Pourtant,<br />

une imprimerie utilise du papier…<br />

Je vous arrête tout de suite: la question du<br />

papier n’est plus du tout un thème en<br />

matière de développement durable. Il existe<br />

sur le marché des solutions pour acheter du<br />

papier issu de forêts gérées durablement,<br />

certifié FSC ou PEFC, et il existe aussi la possibilité<br />

de s’approvisionner en papier recyclé.<br />

Un imprimeur qui prend ses responsabilités<br />

environnementales se fournit avec ce type<br />

de papier et encourage ses clients à l’utiliser.<br />

Donc, une imprimerie qui se veut responsable<br />

en matière d’environnement a déjà réglé<br />

la question du papier. Il y a d’autres chantiers<br />

sur lesquels travailler.<br />

Par exemple?<br />

Par exemple, inclure la réflexion environnementale<br />

dans le choix des équipements et des<br />

consommables. Certains équipements permettent<br />

de diminuer la consommation d’eau<br />

lors des changements de plaques offset. C’est<br />

aussi important du point de vue environnemental.<br />

On peut étendre cette réflexion aux<br />

consommables. Nous avons comparé différents<br />

types d’encre et, à qualité équivalente,<br />

le choix s’est porté sur l’encre la plus écologique,<br />

une encre àbase végétale. Notre veille<br />

technologique inclut ce genre de recherche.<br />

Dans le même ordre d’idées, nous avons<br />

opté pour une fourniture d’énergie électrique<br />

issue entièrement de sources renouvelables,<br />

d’origine de centrales hydroélectriques.<br />

L’emballage de nos produits imprimés se fait<br />

soit en carton recyclé soit en film plastique<br />

biodégradable.<br />

D’autres exemples?<br />

La gestion des déchets. Il va sans dire que<br />

nous allons beaucoup plus loin que le tri<br />

sélectif, qui est devenu une évidence dans<br />

toute la société.<br />

Nous fonctionnons selon le principe «reduce,<br />

reuse, recycle». Nous recyclons tout ce qui<br />

peut l’être: le papier, l’aluminium des plaques<br />

offset sont les principaux produits.<br />

Ce qui ne peut pas être recyclé est traité ou<br />

détruit par des sociétés de déchetterie<br />

agréées. Je pense par exemple aux chiffons<br />

qui servent à l’entretien des presses, et qui<br />

ont été imbibés de détergents chimiques: ils<br />

sont détruits. Mais même à ce propos, nous<br />

sommes en train de tester l’efficacité de<br />

détergents à base végétale.<br />

48<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Et je veux aussi parler d’un exemple auquel<br />

d’énergies renouvelables, comme des parcs<br />

D’autre part, l’Imprimerie Centrale travaille<br />

on ne pense pas toujours: la pollution par le<br />

d’éoliennes ou des stations de biomasse.<br />

beaucoup avec le monde institutionnel,<br />

bruit. Nous avons isolé les éléments les plus<br />

C’est un projet que nous proposons à nos<br />

qu’il soit européen, international ou luxem-<br />

bruyants, comme les compresseurs. Nous<br />

clients, et qui rencontre un certain succès.<br />

bourgeois. Les Institutions deviennent éga-<br />

avons également installé des cylindres anti-<br />

lement de plus en plus exigeantes dans ce<br />

bruit au plafond de l’atelier de presses à<br />

feuilles, particulièrement bruyant.<br />

Et qu’en est-il de votre empreinte<br />

carbone?<br />

Finalement, dites-nous ce qui a motivé<br />

l’Imprimerie Centrale à adopter une<br />

politique environnementale forte?<br />

La réponse est double. D’une part, nous avons<br />

domaine, et il est nécessaire d’être en<br />

possession de certaines certifications pour<br />

pouvoir répondre à des appels d’offres.<br />

Cela explique que nous devons anticiper les<br />

exigences du monde institutionnel. Pour le<br />

moment, par exemple, nous nous prépa-<br />

compris que l’image de «l’imprimeur coupeur<br />

rons à la certification environnementale<br />

Toute activité industrielle génère une<br />

d’arbres» devait être cassée. A l’ère du numé-<br />

ISO 14001:2015.<br />

empreinte carbone, et l’imprimerie est une<br />

rique, il devenait de bon ton de diaboliser le<br />

activité industrielle. Le fait d’évaluer cette<br />

papier. C’est pour contrer cette idée que nous<br />

empreinte carbone est un acte responsable,<br />

avons été les premiers à obtenir les certifica-<br />

et nous l’avons posé. Par la suite, apparaissent<br />

spontanément les axes de progrès et la<br />

définition d’objectifs raisonnables en termes<br />

de consommation d’énergie et de consommation<br />

d’eau entre autres.<br />

Mais il reste toujours des émanations de CO 2<br />

incompressibles. Pour celles-ci, il y a l’option<br />

de la neutralité carbone: compenser ces<br />

émissions en participant au financement<br />

tions forestières FSC et PEFC. Puis nous avons<br />

constaté que les préoccupations environnementales<br />

prenaient de plus en plus de place<br />

dans les décisions d’achats de nos clients, et<br />

nous avons donc intensifié notre politique<br />

environnementale. Le critère «vert» prendra<br />

d’ailleurs de plus en plus d’importance dans<br />

notre quotidien, voyez la COP21, et nous<br />

nous y préparons donc dans notre métier.<br />

Imprimerie \ Centrale<br />

15, rue du Commerce<br />

L-1351 Luxembourg<br />

Tél. 48 00 22 1<br />

Fax: +352 49 59 63<br />

Mail: message@ic.lu<br />

www.ic.lu<br />

Source illustration: Imprimerie \Centrale<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 49


Coverstory<br />

Une institution<br />

au service de l’innovation<br />

Le Conseil pour le Développement Economique de la Construction est une association<br />

de professionnels pilotée par la Fédération des Entreprises Luxembourgeoises de<br />

Construction et de Génie Civil et le Groupement des Entrepreneurs du Bâtiments et des<br />

Travaux Publics. «Nous réunissons aussi bien les artisans que les industriels» nous<br />

confie Bruno Renders, administrateur et directeur général de CDEC.<br />

“<br />

Un rapport du MIT<br />

recense 25 milliards<br />

d’objets connectés en<br />

2015 et en prévoit 50<br />

milliards à l’horizon 2020<br />

dont 45% seront destinés<br />

aux bâtiments<br />

”<br />

Convaincre et former au développement<br />

durable<br />

CDEC est articulé sur plusieurs piliers privés<br />

que sont l’IFSB, qui est la société la plus<br />

ancienne, Cocert qui est l’agence de conseil<br />

en énergie, le pôle d’innovation Neobuild et<br />

la startup IMSIM créée en 2014. Ces quatre<br />

structures sectorielles privées ont vocation à<br />

accompagner le secteur de la construction<br />

vers plus de compétitivité durable, vers plus<br />

de construction intelligente mais aussi à relever<br />

les défis qui l’impactent.<br />

Comme celui qui prendra effet le premier janvier<br />

2017 et qui contraindra toutes les nouvelles<br />

constructions à répondre au triple A des maisons<br />

passives, ce qui place le Luxembourg comme le<br />

pays européen le plus avancé en la matière.<br />

C’est dans ce sens que CDEC a établi depuis de<br />

longues années, une stratégie qui vise à former<br />

les professionnels du secteur aux innovations<br />

technologiques et à les accompagner sur le plan<br />

de l’ingénierie. «Nous sommes très ancrés sur la<br />

partie développement durable», explique Bruno<br />

Renders. Et notamment sur l’axe des technologies<br />

qui concernent les maisons passives, les<br />

bâtiments à énergie positive ou à énergie zéroet<br />

qui imposent une certaine forme de mutation<br />

des entreprises et de leurs salariés.<br />

La stratégie vise donc, d’un côté, les produits<br />

et les technologies de la construction durable,<br />

mais aussi le management durable qui<br />

accompagne le processus de construction car<br />

un bâtiment durable nécessite aussi un<br />

management durable.<br />

C’est pour cela que «nous travaillons depuis<br />

longtemps sur la RSE, accompagnant les<br />

entreprises et les organisations comme les<br />

communes afin qu’elles mettent en place<br />

une vraie politique RSE». Une méthodologie<br />

CSR, “Cooporate Social Responsability<br />

26000“, qui est la liaison entre la RSE et la<br />

norme ISO 26000 relative à la durabilité,<br />

leurs est ainsi proposée.<br />

Cela se traduit également dans le projet CSR<br />

Value qui vise la mise en place du management<br />

du développement durable dans le domaine de<br />

l’attribution des marchés publics. Le but étant de<br />

s’inscrire dans l’économie circulaire en ne tenant<br />

pas uniquement compte du prix mais en y incorporant<br />

des critères de durabilité. Par exemple, ne<br />

plus avoir recours à une entreprise étrangère<br />

pour poser des pavés venus de Bordeaux dans<br />

une rue de Luxembourg-Ville mais de faire le<br />

choix d’une entreprise locale qui incorpore dans<br />

sa politique interne, les notions de santé et de<br />

sécurité de son personnel sur les chantiers.<br />

«C’est très important pour nous».<br />

50<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


«De même, nous faisons beaucoup d’actions<br />

auprès des jeunes», nous explique<br />

Bruno Renders car «le secteur est vieillissant<br />

et a besoin de recruter une main-d’œuvre<br />

qui ne doit plus uniquement savoir manier<br />

la truelle et le ciment». C’est dans ce but<br />

que L'IFSB ouvre régulièrement ses portes<br />

aux écoles et que le groupe CDEC a lancé<br />

via sa start-up IMSIM, le jeu IMBUILD sur<br />

tablettes et smartphones afin de sensibiliser<br />

les plus jeunes aux maisons passives. Avec<br />

4.500 nouveaux stagiaires, les chiffres de la<br />

formation sont rassurants. Les chefs d’entreprises<br />

ont pris conscience de l’importance<br />

des formations pour leur compétitivité.<br />

L’IFSB a accueilli pas moins de 1.800<br />

salariés manuels et autant de personnel<br />

d'encadrement qui sont venus se former sur<br />

ses bancs.<br />

Le “Luxembourg Smart Construction<br />

Institute“, aussi appelé LUSCI, reprend ainsi<br />

toute l’offre de formations pour les techniciens,<br />

ingénieurs, architectes et dirigeants<br />

d'entreprises de construction proposées qui<br />

fait notamment la part belle aux nouvelles<br />

technologies, Smart building et à l’internet<br />

des objets (IoT) du bâtiment. Un rapport du<br />

MIT recense 25 milliards d’objets connectés<br />

en 2015 et en prévoit 50 milliards à l’horizon<br />

2020 dont 45% seront destinés aux bâtiments.<br />

«Il s’agit donc d’adapter nos compétences<br />

vers les nouvelles technologies».<br />

Bruno Renders donne pour exemple la<br />

modélisation 3D d’un bâtiment, le “Building<br />

Information Modeling“. C’est une révolution<br />

numérique dans la conception des bâtiments;<br />

«ne pas avoir d’employés formés<br />

dans ce domaine, c’est rater le virage du<br />

numérique».<br />

Plus que des bâtiments intelligents<br />

Le pôle innovation Neobuild a 3 ans, son laboratoire<br />

compte de nombreuses nouvelles technologies<br />

comme par exemple pour la première fois en<br />

Europe, des verres électro chromatiques qui<br />

s’adaptent à l’intensité lumineuse. «Il y a beaucoup<br />

de technologies dans le bâtiment mais aucune de<br />

laboratoire», nous assure Bruno Renders. Des<br />

lumières LED captent même l’électricité que les<br />

plantes produisent, «les opportunités sont infinies<br />

avec ce type d’innovation», nous dit-il. Plus de<br />

mille capteurs permettent de suivre le monitoring<br />

du bâtiment mais permettent aussi de suivre le<br />

niveau de confort de l’usager. C’est notamment<br />

pourquoi il fait l’objet du prix santé en entreprise<br />

2015, remis le 12 juin par le ministère de la Santé.<br />

Un autreprix est venu récompenser l’innovation<br />

du bâtiment, celui du “Smart Building“ remis le<br />

3 décembre 2015 lors du “Green Building<br />

Bruno Renders<br />

Solutions Awards“. Cette cérémonie s’est tenue<br />

dans le cadrede la COP 21 et le Luxembourg a<br />

remporté pas moins de 3 prix sur les 8 mis en jeu.<br />

De plus, Neobuild représente le Luxembourg<br />

au niveau international en étant le partenaire<br />

officiel de la Plateforme Construction<br />

21,réseau social où les professionnels du secteur<br />

échangent, créent et alimentent des communautés,<br />

et peuvent aussi trouver des études<br />

de cas en lien avec le développement durable.<br />

En plus de l’Algérie et du Maroc, ce projet se<br />

développe dans dix autres pays européens.<br />

Neobuild a pour objet d’anticiper le futur et les<br />

technologies qui impacteront le secteur de la<br />

construction de demain. Son bâtiment compte<br />

plusieurs systèmes de ventilation,plus de 30<br />

systèmes d’éclairage différents, ainsi que des<br />

panneaux photovoltaïques.. Il intègreaussi des<br />

matériaux innovants comme des composites<br />

plastiques.<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

51


Coverstory<br />

“<br />

Premier bâtiment<br />

luxembourgeois à se lancer<br />

dans l’agriculture urbaine<br />

”<br />

Il a également intégré une serre sur son toit<br />

et en cultivant fraises, tomates et salades, il<br />

est le premier bâtiment luxembourgeois à se<br />

lancer dans l’agriculture urbaine ou Urban<br />

Farming. «Nous nous sommes inspirés de<br />

Montréal qui accueille la plus grande surface<br />

de serre urbaine fermée, de New York qui<br />

compte la plus grande ferme urbaine à ciel<br />

ouvert et de Singapour dont 10% des légumes<br />

commercialisés poussent sur les toits de<br />

la ville, bientôt ce sera 50%».<br />

L’agriculture urbaine est transposable à<br />

Luxembourg; une étude récente montre<br />

qu’en 2013, le Grand-Duché a eu besoin de<br />

62 hectares de terres agricoles pour produire<br />

ses 2.200 tonnes de légumes. CDEC<br />

s’est donc prêté au calcul. En laissant de<br />

côté les bâtiments publics et les résidences<br />

et en ne mesurant les surfaces de toits de<br />

bureaux combinés aux toits des bâtiments<br />

des zones industrielles uniquement.<br />

Ce n’est que 20% de cette somme finale<br />

qui est égale aux 62 hectares de terres agricoles<br />

luxembourgeoises. À la question de<br />

savoir si Bruno Renders veut envoyer nos<br />

agriculteurs sur les toits du Kirchberg, il<br />

répond sans aucun intégrisme: «de la même<br />

façon que cela se fait sur tous les toits des<br />

nouveaux bâtiments à Singapour. Comme<br />

on le fait à Montréal où il fait moins vingt,<br />

quatre mois par an». Les bâtiments de<br />

bureaux sont tous ventilés mécaniquement,<br />

l’air est à température constante, une<br />

hygrométrie constante et un CO 2 constant,<br />

tout ce dont les légumes ont besoin pour<br />

pousser.<br />

Cela donnerait une nouvelle fonction noble<br />

au bâtiment et créerait de nouveaux métiers,<br />

des « GreenJobs » que l’IFSB développe et<br />

encourage encore. «Une serre de 600 m 2 va<br />

bientôt alimenter les cuisines de notre restaurant<br />

et si tout le monde faisait cela on<br />

aurait plus besoin de faire venir nos salades<br />

du fin fonds de l’Europe».<br />

Neobuild SA<br />

5ZAE Krakelshaff<br />

L-3290 Bettembourg<br />

Tél.: 26 59 56 700<br />

www.neobuild.com<br />

Source photos du bâtiment: NEOBUILD<br />

52<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Construction<br />

Bâtir avec ambition,<br />

passion et raison<br />

Ouvrages d’art et de génie civil, bâtiments résidentiels, bureaux, infrastructures de vie,<br />

réhabilitation: ces chantiers n’ont pas de secret pour la CDCL. Georges Thill, «Directeur<br />

Exécution» fraîchement engagé dans cette compagnie, l’une des plus grandes entreprises<br />

de construction du pays, nous raconte son arrivée ainsi que les défis et la stratégie du<br />

groupe pour 2016.<br />

“<br />

Une clientèle satisfaite<br />

est, dans notre milieu très<br />

concurrentiel, un moyen<br />

pour créer une plus-value<br />

qui permettra de se distinguer<br />

”<br />

Georges Thill est né en 1964. Un diplôme<br />

d’ingénieur civil en métallurgie et un MBA en<br />

Business Administration en poche, il a travaillé<br />

au sein de grandes sociétés de<br />

construction et de l’industrie, tels qu’ARBED,<br />

Guardian Luxguard SA, Poeckes S.àr.l ou<br />

encore Paul Wurth SA. Après 25 années<br />

d’expérience dans le domaine, ce père de<br />

deux enfants a rejoint la CDCL à l’aube de<br />

l’année 2015. Cela fait donc un an qu’il a<br />

intégré par sa fonction la direction générale<br />

du groupe Compagnie de Construction<br />

Luxembourgeoise. «Une année intense en<br />

découvertes et en projets», commente-il.<br />

Se réorganiser pour un meilleur dialogue<br />

«Durant les premiers mois, nous avons<br />

d’abord appris à nous connaitre mutuellement,<br />

même si j’étais déjà bien informé sur la<br />

CDCL vu sa notoriété dans le pays». Par la<br />

suite, Georges Thill s’est penché sur les<br />

mécanismes de fonctionnement de la<br />

société: «la CDCL a grandi énormément<br />

durant les cinq dernières années, doublant<br />

son chiffre d’affaire. Des ajustements organisationnels<br />

étaient nécessaires vu la taille<br />

acquise».<br />

Il explique: «Nous avons instauré quelques<br />

adaptations qui nous permettent, premièrement,<br />

d’être plus proches de nos chantiers.<br />

Une tête unique s’occupait des travaux et de<br />

la clientèle ce qui, vu notre taille, est difficile<br />

àassumer». Deuxièmement, ces transformations<br />

organisationnelles renforcent une<br />

valeur clée du groupe: mettre le client au<br />

centre des efforts. Georges Thill déclare:<br />

«Dès le premier contact, nous devons lui<br />

donner le sentiment d’être bien entouré, et y<br />

veiller ensuite à chaque étape. Bien que la<br />

production reste le cœur de notre métier,<br />

une clientèle satisfaite est, dans notre milieu<br />

très concurrentiel, un des seuls moyens pour<br />

créer une plus-value qui permettra de se distinguer».<br />

En troisième lieu, la refonte de la<br />

structure rapproche la CDCL de ses partenaires<br />

d’ouvrage, «des bureaux d’étude et soustraitants<br />

de divers corps de métiers dont la<br />

gestion est sous ma responsabilité», commente<br />

le Directeur Exécution.<br />

Des réalisations en bonne voie<br />

Acôté de cette restructuration, l’année 2015<br />

fut riche en lancements de grands projets,<br />

dont le chantier du «Royal-Hamilius» est<br />

54<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Georges Thill<br />

probablement le plus médiatisé. Georges<br />

Thill commente: «C’est un travail empreint<br />

de délicatesse vu les très nombreuses<br />

contraintes: l’espace restreint, les commerçants<br />

à ne pas importuner par le bruit ou les<br />

vibrations, le trafic qu’on ne peut stopper,…<br />

La collaboration avec les pouvoirs publics<br />

ainsi que l’échange permanent avec le maître<br />

d’ouvrage sont essentiels afin que tout se<br />

passe au mieux». Par sa situation géographique<br />

et son ampleur, la réfection de ce quartier<br />

est le centre de tous les regards.<br />

Pourtant, la CDCL s’occupe d’autres projets<br />

en centre-ville. La réhabilitation du bâtiment<br />

Carrefour sur le boulevard Royal, à l’angle de<br />

l’avenue Émile Reuter; la construction d’un<br />

immeuble de bureaux à côté de la Banque<br />

Centrale; la transformation de l’immeuble<br />

qui hébergeait le Restaurant l’Académie en<br />

Grand Café, tel qu’il était en 1952, sur la<br />

Place D’Armes; et bien entendu, la réalisation<br />

impressionnante de la liaison verticale<br />

Pfaffenthal – Ville Haute. Destinée à promouvoir<br />

la mobilité douce, elle va faciliter le<br />

franchissement du dénivelé de 78 mètres<br />

séparant la Ville-Haute de la Ville-Basse.<br />

Livré en fin du 1 er<br />

semestre de l’année à<br />

venir, cet ascenseur aura un impact très positif<br />

non seulement au niveau des déplacements<br />

mais aussi sur le tourisme et la revalorisation<br />

du quartier du Pfaffenthal. Il ajoute:<br />

«Nous ne sommes pas seulement actifs à<br />

Luxembourg-Ville. Nous avons aussi de gros<br />

projets entre autres à Differdange, dans le<br />

quartier résidentiel du Funiculaire notamment,<br />

ou encore àla rocade de contournement».<br />

Les œuvres achevées au cours de 2015 sont<br />

légion également. Le centre sportif René<br />

Hartmann à Dudelange fut terminé en<br />

octobre. Projet de grande envergure, ce<br />

chantier était entièrement sous la responsabilité<br />

de la CDCL, «de la planification à<br />

l’exécution», ce qui était une démarche très<br />

intéressante. Dans le même contexte, en<br />

tant qu’entreprise totale, nous avons livré le<br />

Centre de Logopédie à Strassen. Inauguré<br />

en décembre, cet endroit a été étudié pour<br />

un confort acoustique maximal», raconte-til.<br />

A côté de ses activités de construction, la<br />

compagnie est également présente sur le<br />

segment immobilier via sa filiale CDCL<br />

Promotions. Une résidence à Muhlenbach et<br />

une autre sur la route d'Esch, contenant<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

55


Construction<br />

Projet ‘Royal-Hamilius’<br />

Centre de Logopédie à Strassen<br />

Liaison verticale Pfaffenthal – Ville Haute<br />

©Codic Real Estate Developer<br />

© CDCL /Levygraphie<br />

© CDCL /Levygraphie<br />

chacune commerces et une soixantaine de<br />

logements, sont actuellement en construction.<br />

Le directeur Exécution commente:<br />

«C’est un cellule qui se développe de plus en<br />

plus et qui nous permet de nous créer nos<br />

propres marchés».<br />

Evolution démographique et souci écologique<br />

A la question «Quelle est la plus grande<br />

préoccupation actuelle de votre milieu»,<br />

Georges Thill répond qu’elle est double.<br />

L’évolution croissante de la démographie est<br />

un défi pour le domaine de la construction.<br />

«Des logements sont à construire. Par notre<br />

taille, nous sommes plutôt compétents en<br />

matière de lotissements et d’immeubles résidentiels,<br />

pour lesquels notre structure est<br />

parfaitement adaptée», développe-t-il.<br />

«Mais le secteur du logement ne sera pas le<br />

seul impacté. Les infrastructures de vie doivent<br />

elles aussi répondre àcette problématique:<br />

les routes, bâtiments administratifs,<br />

centres sportifs et culturels,…». Ce segment<br />

des infrastructures est également couvert par<br />

l’expertise et les connaissances de la CDCL.<br />

Il ajoute: «Le souci écologique qui imprègne<br />

de plus en plus le milieu de la construction<br />

àjuste titre rend notre métier de plus en plus<br />

technique. Les certificats de performance<br />

énergétique, les exigences en isolation et<br />

étanchéité à l’air demandent un savoir-faire<br />

de plus en plus poussé. La maîtrise de la qualité<br />

d’exécution de ces travaux est essentielle»,<br />

décrit-il. Des sous-traitants fiables et<br />

àla pointe de la technologie, voilà qui tient à<br />

cœur de la Compagnie de Construction<br />

Luxembourgeoise. En outre, les nouvelles<br />

normes énergétiques ont des conséquences<br />

directes sur la façon d’exploiter des bâtiments.<br />

«En réaction, nous avons créé un service<br />

après-vente dont le rôle est d’accompagner<br />

les nouveaux occupants au-delà de la<br />

remise des clefs pour anticiper toute sorte de<br />

problématiques éventuelles». Georges Thill<br />

précise tout de même que ce n’est pas une<br />

pression ou une contrainte d’avancer sur<br />

cette voie verte. «L’évolution green est logique.<br />

C’est un simple changement de paradigme,<br />

une chance d’améliorer la qualité de<br />

vie de chacun».<br />

Consolidation<br />

La CDCL ne vise pas une croissance géographique<br />

ou en taille humaine. «Nous avons<br />

mis en place un outil de travail performant<br />

qui nous permet d’affronter les chantiers à<br />

haute technicité, et c’est là-dessus que nous<br />

voulons mettre nos efforts, au niveau de<br />

notre qualité de prestation. A l’origine, la<br />

CDCL c’est du béton et de l’acier», sourit-il.<br />

«Nos activités proviennent du gros œuvre et<br />

nous nous sommes vraiment donné les<br />

moyen ces derniers temps d’évoluer afin de<br />

contrôler toute la chaîne de production, du<br />

premier coup de pelle à la remise des clés.<br />

Nous centralisons tous les acteurs en un unique<br />

interlocuteur, afin d’éviter aux maîtres<br />

d’ouvrage les interfaces entre différents<br />

corps de métier à l’autre».<br />

Au vu de cette politique, 2016 sera véritablement<br />

une année de consolidation du groupe.<br />

Afin de rester à la hauteur, la formation sera<br />

encore un outil essentiel pour la compagnie.<br />

En 2014, les employés ont accumulé 2.200<br />

heures de formation sur des sujets aussi<br />

divers que la sécurité, les techniques de<br />

métier, les langues, l’informatique ou le<br />

management. «Nous visons une efficience<br />

commune: nous devons tous être prêts et<br />

formés afin de fournir le meilleur travail possible,<br />

et ceci toujours dans le but de satisfaire<br />

nos clients, que nous mettons au milieu de<br />

tous nos efforts», conclut-il.<br />

CDCL S.A.<br />

Compagnie de Construction<br />

Luxembourgeoise<br />

21 rue Léon Laval<br />

L-3372 Leudelange<br />

Tél.: 48 59 59 1<br />

Fax: 49 41 23<br />

secretariat@cdclux.com<br />

www.cdclux.com<br />

56<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


La pompe à chaleur hybride 3-en-1 la plus complète,<br />

pour la nouvelle construction ou la rénovation<br />

La Vitocaldens 222-F, la nouvelle pompe<br />

à chaleur hybride 3-en-1, est composée<br />

d’une chaudière gaz à condensation de<br />

19 kW, d’une pompe à chaleur air/eau*<br />

et d’un préparateur à système de charge<br />

pour l’eau chaude sanitaire (130 l). Toutes<br />

les fonctions sont intégrées et commandées<br />

par la régulation Vitotronic unique.<br />

La Vitocaldens 222-F représente la combinaison<br />

idéale entre une pompe à chaleur<br />

économe et une chaudière gaz puissante.<br />

Elle constitue également la meilleure assurance<br />

contre les fluctuations des prix de<br />

l’énergie et offre un COP** jusqu’à 3,8<br />

(A2/W35°C).<br />

Classe d’efficacité énergétique: A ++ ,<br />

selon le règlement de l’UE n° 811/2013<br />

Chauffage, conditions climatiques moyennes<br />

- Application à faible température<br />

(W35)<br />

* 3 puissances à charge partielle : 6,6 kW / 230V ;<br />

8,7 kW / 230V ; 9,5 kW / 400 V A-7/W35°C<br />

** COP : le rapport entre l’énergie utile livrée par la pompe<br />

à chaleur et l’énergie électrique consommée<br />

www.viessmann.lu<br />

Viessmann Luxembourg · 35, rue J.F. Kennedy · L-7327 Steinsel<br />

Tél: +352 2633621 · info@viessmann.lu<br />

Systèmes de chauffage<br />

Systèmes industriels<br />

Systèmes de réfrigération


Construction<br />

Célébration chez CLK,<br />

l’artiste du passif<br />

2016 sera particulière pour CLK. Fondée en décembre 1981, l’entreprise soufflera<br />

sa 35 e bougie au cours de cette année. Les mois à venir sont donc chargés en projets<br />

excitants que nous décrivent Brigitte Brouwers-Kartheuser, fille du fondateur historique<br />

et gérante actuelle de la structure.<br />

Depuis quand êtes-vous à la tête de CLK?<br />

J’ai repris les rênes de la compagnie il y a un peu<br />

plus de trois ans, lorsque mon père Adolphe<br />

Kartheuser s’est retiré. Cependant mon engagement<br />

envers CLK est né bien avant, en même<br />

temps que l’entreprise elle-même puisque j’étais<br />

déjà présente il y a 35 ans. Je m’occupais à l’origine<br />

de la comptabilité et des tâches administratives…<br />

Si bien que, lorsque l’heurefut venue de<br />

reprendre le flambeau, je connaissais CLK sur le<br />

bout des chiffres!<br />

L’aventure CLK est intimement liée à l’innovation.<br />

Nos valeurs ont toujours été marquées<br />

par une recherche d’évolution constante, une<br />

envie d’être précurseurs et la volonté de ne<br />

pas se reposer sur nos acquis. Ce leitmotiv se<br />

traduit actuellement par des investissements<br />

massifs en formation. Notre personnel, autant<br />

les employés que les ouvriers, suit très régulièrement<br />

des cours et ateliers afin de maîtriser<br />

toutes les nouvelles techniques qui émergent<br />

dans le milieu; des techniques qui, bien souvent,<br />

ne sont pas encorecourantes ou exigées<br />

par la norme. En 2014, 1.750 heures de formation<br />

furent ainsi suivies par nos salariés.<br />

Nous avons notamment été très rapides dans<br />

le domaine des habitats passifs et profitons<br />

maintenant de l’expérience acquise.<br />

Quel type de formations vos collaborateurs<br />

suivent-ils aujourd’hui?<br />

Actuellement, nous sommes au cœur de<br />

l’étude du système BIM, ou Building<br />

Information Modelling. Cette technique de<br />

conception de plans permet une alliance -<br />

dès l’origine et en 3D - de tous les corps de<br />

métier nécessaires à une construction.<br />

Les circuits de ventilation, les conduites<br />

d’eau, le réseau électrique ou encore les<br />

luminaires sont intégrés au sein du plan<br />

qui, lorsqu’il est modifié, adapte ces éléments<br />

et signale les soucis en cas de<br />

besoin.<br />

Par exemple, si le particulier désire déplacer<br />

une porte de sa future maison, et que ce<br />

changement impacte sur une gaine de ventilation<br />

voisine, nous recevons directement<br />

un avertissement. La communication entre<br />

les différents acteurs du projet est ainsi<br />

optimisée.<br />

Le but est le limiter fortement l’occurrence<br />

d’erreurs sur chantier en y remédiant à la<br />

source. Ce système est couramment<br />

employé sur de grands projets tels que des<br />

immeubles ou des musées, mais son accessibilité<br />

pour des constructions privées est toute<br />

récente.<br />

Quels sont vos autres desseins pour<br />

2016?<br />

Notre grand projet est la construction de<br />

nouveaux bureaux, ici, à côté de notre<br />

implantation originelle de Mertzig. Le bâtiment<br />

sera passif, bien entendu, mais pas<br />

seulement. Notre volonté est de créer cet<br />

endroit dans l’esprit C2C, Cradle to Cradle:<br />

cela implique des matériaux utilisés entièrement<br />

recyclables. Le but ultime est que, dans<br />

100 ans par exemple, on puisse refaire un<br />

autre bâtiment à partir des mêmes matériaux.<br />

Que mettez-vous en place pour satisfaire<br />

au mieux vos clients?<br />

Le marché évolue rapidement et les clients<br />

aussi. Les acheteurs d’il y a dix ans ne sont<br />

plus les mêmes que ceux d’aujourd’hui. Vu<br />

que les prix ont augmenté ces dernières<br />

années, les potentiels acquéreurs sont devenus<br />

plus exigeants, à juste titre! Ils se renseignent<br />

au préalable, grâce à Internet notamment<br />

et ils comparent davantage les offres.<br />

Nous nous sommes adaptés à ce public plus<br />

pointilleux qui sait ce qu’il désire et qui nous<br />

58<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


“<br />

Les personnes<br />

sceptiques, curieuses ou<br />

hésitantes en phase de<br />

planification avec nous<br />

peuvent passer une nuit<br />

ou un weekend dans<br />

notre maison témoin<br />

”<br />

pousse à offrir les meilleurs services possibles.<br />

Par exemple, notre show-room de<br />

950 m 2 est sans cesse mis à jour afin de présenter<br />

tous ce qui est disponible.<br />

Dans la même optique, nous proposons à<br />

nos clients d’essayer nos constructions.<br />

En effet, les personnes sceptiques, curieuses<br />

ou hésitantes en phase de planification avec<br />

nous peuvent passer une nuit ou un weekend<br />

dans notre maison témoin, afin de tester<br />

le confort offert par un habitat passif.<br />

Ainsi, ils ont tous les éléments en main pour<br />

se faire leur propre avis sur ce type de<br />

construction. Une première maison témoin<br />

est ainsi située à Niederfeulen, et nous en<br />

bâtiront une seconde, plus grande encore, à<br />

Grevels.<br />

En outre, nous avons été certifié ServicePlus<br />

par l’organisme Service Academy. Cet<br />

organe labellise la qualité des services d’une<br />

entreprise et prône la culture du service dans<br />

l’économie luxembourgeoise. Grâce à eux,<br />

nous travaillons à montrer une attitude<br />

encore plus professionnelle et également à<br />

créer une bonne ambiance en interne. Je<br />

pense que si les employés sont heureux dans<br />

une entreprise, les clients le seront aussi!<br />

Cela fait 35 ans maintenant que nous sommes<br />

sur le marché; autant d’années que<br />

nous construisons des maisons clé en main<br />

et des résidences; autant d’années que des<br />

centaines de particuliers nous font<br />

confiance. Une telle histoire n’aurait jamais<br />

été possible sans eux, nous les remercions<br />

donc de nous avoir choisis pour construire<br />

les 1.300 lieux de vie que nous avons déjà<br />

réalisés à travers le territoire grand-ducal.<br />

Brigitte Brouwers-Kartheuser<br />

Nous nous donnons tous les moyens pour<br />

encore fournir des maisons d’exception à<br />

chacun de nos clients pendant les 35 prochaines<br />

années à venir.<br />

CLK • Constructions Luxembourgeoises<br />

K-Homes s.à.r.l.<br />

2, Zone Industrielle • L-9166 Mertzig<br />

Tél.: 88 82 01 • Clk.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

59


Construction<br />

ATS Cranes ou l’art du levage<br />

Professionnels reconnus dans le secteur du levage et plus précisément pour les chantiers<br />

dans lesquels il faut porter lourd et où les manœuvres complexes requièrent une<br />

dextérité et un savoir-faire, ATS Cranes s’est créée une lourde réputation en Europe.<br />

En partenariat avec le groupe Steil implanté à Trêves, l’entreprise dispose d’une capacité<br />

de 90 grues qui peuvent aller jusqu’à 1.000 tonnes.<br />

Rencontre avec le directeur général, Cary Arendt.<br />

“<br />

Notre métier<br />

implique une maitrise<br />

efficace du danger<br />

”<br />

Pour commencer, nous pourrions revenir<br />

sur les origines de l’entreprise?<br />

Personnellement, je suis dans le levage<br />

depuis presque toujours puisque ma famille<br />

avait une entreprise dans le secteur.<br />

Avec mes associés, nous l’avons créé en<br />

2002. Bien évidemment nous avons depuis<br />

renouvelé notre parc de grues.<br />

les autorités compétentes qui délivrent les<br />

autorisations. Nous proposons ainsi aux<br />

transports exceptionnels venus de l’étranger,<br />

de nous occuper pleinement du trajet et ce<br />

de l’étude de l’itinéraire jusqu’à l’escorte en<br />

passant par les demandes d’autorisations.<br />

Quelles sont vos capacités?<br />

Nous sommes des spécialistes du levage mais<br />

nos activités s’étendent également aux<br />

convois exceptionnels, aux opérations de<br />

dépannages de camions, à la location de<br />

chariots élévateurs à fourche et de chantiers<br />

jusqu’aux solutions logistiques complètes<br />

dans le domaine de la logistique lourde qui<br />

est utile dans le déménagement de sociétés<br />

par exemple.<br />

Pour ce qui est des voitures pilotes qui escortent<br />

les convois exceptionnels venus de<br />

l’étranger, nous avons rapidement remarqué<br />

que cette activité s’est imposée à nous.<br />

Àtravers les nombreux chantiers que nous<br />

avons menés à dans le pays, nous avons au<br />

fil des années, développé une méthodologie<br />

efficace, engendré une connaissance poussé<br />

du réseau routier mais également tissé un<br />

réseau très important dans nos relations avec<br />

Nous disposons au Luxembourg d’un parc qui<br />

compte un total de 50 véhicules composé de<br />

remorques, voitures, nacelles et de 15 grues.<br />

Parmi elles, figure aussi la plus grande immatriculée<br />

au Luxembourg qui fait 500 tonnes.<br />

Nous travaillons aussi en partenariat avec<br />

l’Allemagne et même si les entreprises sont<br />

bien différentes, cela nous permet de disposer<br />

de 90 grues qui peuvent aller jusqu’à 1.000<br />

tonnes. Il n’existe qu’une petite minorité d’entreprises<br />

au monde qui possède ces capacités.<br />

Ces tonnages sont surtout importants dans<br />

le montage des éoliennes. Nous avons<br />

construit 80% du parc éolien luxembourgeois<br />

et nos grues se sont étoffées suivant la<br />

demande. Il y a une forte demande dans le<br />

secteur qui nous oblige à renouveler très vite<br />

notre parc et cela implique bien évidement<br />

d’énormes investissements.<br />

60<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Pour vous donner une idée, il ne faut pas<br />

moins d’une trentaine de camion pour déplacer<br />

une grue de 1000 tonnes. Vous imaginez<br />

bien la logistique et le nombre d’acteurs que<br />

cela implique.<br />

Il semblerait que dès qu’un chantier<br />

emblématique requiert une activité de<br />

levage, les autorités font appel à vous,<br />

pouvez-vous nous l’expliquer?<br />

C’est tout simplement que nous disposons<br />

d’une forte réputation en la matière que<br />

nous avons su nous créer au fil des années.<br />

Qu’il s’agisse du viaduc de Mersch pour<br />

lequel nous avons fait le tracement de la<br />

route et escorté le convoi avec nos voitures<br />

pilotes ou encore du pont qui remplace<br />

actuellement le pont Adolph mais encore<br />

celui de Junglister et la remise en place de la<br />

Gëlle Fra, les autorités savent que nous sommes<br />

compétents et c’est la raison pour<br />

laquelle ils nous confient leurs chantiers<br />

emblématiques. Nous sommes connus pour<br />

ce qui est lourd et compliqué, c’est pour cela<br />

que l’on fait appel à nous.<br />

Il n’a pas fallu longtemps à cette réputation<br />

pour traverser les frontières de notre pays<br />

puisque nous œuvrons actuellement partout<br />

en Europe. Nous avons récemment monté<br />

134 pièces en Roumanie, ce qui constitue à<br />

ce jour le plus grand parc éolien que nous<br />

avons eu à traiter.<br />

La sécurité doit être un point primordial<br />

dans votre activité?<br />

Certes nous appliquons toutes les exigences<br />

en la matière mais nous veillons également à<br />

ce que la sécurité ne devienne pas elle-même<br />

un danger. Appliquer une liste de règles ne<br />

suffit pas, notre métier implique la maitrise<br />

efficace du danger. Cela passe par l’importance<br />

d’une bonne formation. Si au<br />

Luxembourg nous sommes 24 employés, il<br />

faut comprendre qu’en partenariat, nous<br />

dépassons les 200 collaborateurs qui sont primordiaux<br />

dans l’efficacité de nos travaux et la<br />

réputation qui en découle. Leur sécurité tient<br />

dans une ligne de conduite collective et individuelle<br />

qui s’acquiert au sein de la formation<br />

que nous offrons au sein de l’entreprise.<br />

Cary Arendt<br />

Il faut au minimum trois mois pour former<br />

correctement un collaborateur et cela se fait<br />

d’abord sur le terrain car les locaux d’un hangar<br />

ne sauront jamais donner le caractère<br />

hostile de l’environnement et du climat dans<br />

lesquels nous évoluons. L’humidité, le vent,<br />

la chaleur, la neige et la boue sont autant de<br />

facteurs qu’il faut savoir prendre en considération<br />

lorsque nous manœuvrons.<br />

Avez-vous des ambitions ou des projets<br />

àvenir?<br />

L’accroissement de nos activités nous a déjà<br />

amené à agrandir le dépôt en Allemagne et<br />

nous a récemment engagé à en acquérir un<br />

àMertzig. Le choix de s’implanter au nord<br />

du pays n’est pas sans raison, outre le fait<br />

que les prix des terrains y sont moins onéreux,<br />

cela nous permettra d’assoir notre efficacité<br />

dans la région.<br />

ATS Cranes S.A.<br />

28, rue Robert Schuman • L-5751 Frisange<br />

Tél.: 23 60 44-1 • Contact: info@ats-cranes.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

61


Maison & Bâtiment<br />

Réduire la consommation énergétique,<br />

pas au détriment de l’architecture<br />

L’OAI promeut une architecture de qualité, alors que le monde de la construction et de<br />

la rénovation est en ébullition. Les représentants de l’Ordre des Architectes et des<br />

Ingénieurs-Conseils, Jos Dell, Président; Andrea De Cillia, Vice-président et Pierre Hurt,<br />

Directeur, présentent leur association dans cette interview croisée.<br />

Jos Dell<br />

Andrea De Cillia<br />

Pierre Hurt<br />

Source photo: OAI<br />

Photo ©Boshua<br />

Photo ©Eric Chenal<br />

Votre organisation a 25 ans. Pouvez-vous<br />

faire un bref bilan de ce que vous avez<br />

accompli depuis votre lancement en<br />

1990? Comment fêtez-vous cet anniversaire?<br />

PH: Quelle vaste question! Citons, entre autres,<br />

nos efforts déployés pour favoriser une prise de<br />

conscience de la culture du bâti de manière<br />

transversale (maîtres d’ouvrage avertis, décideurs<br />

publics, concepteurs, entreprises). Cela a<br />

abouti, en juin 2004, à l’adoption par le Conseil<br />

de Gouvernement du Programme de Politique<br />

Architecturale. Comme autre réalisation<br />

majeure, on trouve l’intensification des services<br />

ciblés proposés aux membres OAI. Nous avons<br />

notamment mis en place un cadre juridique et<br />

contractuel approprié, la formation continue<br />

volontaire, une veille législative, ainsi que la<br />

publication sur le site www.oai.lu d’une documentation<br />

répondant aux défis posés dans leur<br />

pratique quotidienne. Enfin, je dirai que nos professions<br />

disposent d’une meilleure visibilité vers<br />

le grand public grâce aux initiatives de sensibilisation<br />

de l’OAI.<br />

JD: Dans le cadrede son 25 e anniversaire, l’OAI<br />

amis en place l’exposition "BAU - ZEICHEN,<br />

Unsere gebaute Umwelt lesen" au Musée<br />

d’Histoirede la Ville de Luxembourg, du 13 mai<br />

2015 au 3 janvier 2016. Cette année sera aussi<br />

marquée par la publication du livre "25 ans<br />

OAI", suite aux festivités du 15 juin prochain et<br />

de la 11 e édition du Guide OAI Références en<br />

octobre.<br />

Qui représentez-vous, et quelles sont vos<br />

missions?<br />

ADC: Les membres individuels inscrits au tableau<br />

de l’Ordre sont au nombre de 1.600. Les effectifs<br />

des bureaux membres de l’OAI ayant leur siège<br />

au Luxembourg s’élève à plus de 4.200 personnes.<br />

Ce secteur a donc un impact significatif sur<br />

notre économie. En 25 ans, le nombre de<br />

bureaux au Luxembourg a presque triplé pour les<br />

architectes (476 en 2015) et presque quadruplé<br />

pour les ingénieurs-conseils (192 en 2015).<br />

Nos missions se situent à trois niveaux.<br />

Premièrement au niveau légal, outre les attributions<br />

classiques d’un ordre, l’expertise pratique<br />

dont bénéficient l’OAI et ses membres a été<br />

valorisée par une participation plus poussée au<br />

processus législatif. Ensuite, concernant l’organisation<br />

professionnelle, l’accent a été mis sur le<br />

façonnage d’un cadre de travail équitable pour<br />

les membres, tel que des contrats-types ou des<br />

polices d’assurance type,… La mise en place de<br />

formations continues innovantes participe<br />

notamment de cette volonté de répondre aux<br />

évolutions constantes du cadre légal et technique.<br />

Enfin, nos tâches sont aussi du domaine<br />

culturel et de l’intérêt public: l’OAI a lancé de<br />

nombreuses initiatives destinées à renforcer la<br />

culture du bâti en valorisant la véritable dimension<br />

du travail de ses membres, comme par<br />

exemple ses actions régulières vers le grand<br />

public: Guides Références OAI, Bauhärepräis,<br />

Architectour.lu, et plus particulièrement vers les<br />

jeunes: Festival des Cabanes, sensibilisation dans<br />

les lycées, www.unplanpourtonavenir.lu.<br />

62<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


RÉSIDENCE ALIZÉE<br />

Rue de la Montagne à Differdange<br />

9appartements / duplex et penthouses<br />

De 1 à 2 chambres avec terrasse<br />

Garages intérieurs<br />

Livraison “clés en main”<br />

CLASSE ENERGETIQUE BB<br />

ACTE SUR TERRAIN / TVA 3%<br />

Cabinet d’architecture: AREATECH SÀRL<br />

Renseignements & vente<br />

IMMODA<br />

Tél. 58 49 17<br />

secretariat@immoda.lu<br />

www.immoda.lu


Maison & Bâtiment<br />

En novembre 2014, vous avez lancé un<br />

nouveau site web, www.guide-urbanisme.lu.<br />

Ce nouvel outil de communication<br />

permet de se renseigner par rapport<br />

aux règles et autorisation en vigueur en<br />

matière d’urbanisme et d’environnement.<br />

Que peut-on trouver sur ce site?<br />

PH: Ce nouvel outil du Ministère de la<br />

Fonction Publique et de la Réforme administrative<br />

(MFPRA) a été conçu en collaboration<br />

avec l'OAI. Le Guide Urbanisme s’adresse<br />

aux particuliers et aux professionnels qui<br />

désirent s’informer sur les régimes d’autorisation<br />

propres à l’urbanisme et aux secteurs<br />

connexes. La collaboration entre le MFPRA<br />

et l’OAI se poursuit afin que cet outil soit mis<br />

à jour en temps réel. Les statistiques de<br />

consultation de ce site montrent qu’il répond<br />

àun véritable besoin.<br />

Il propose deux accès différenciés. D’une part,<br />

le mode "consultation libre" permet d’identifier<br />

et de comprendre les différentes situations<br />

qui exigent des autorisations. D’autre part, le<br />

mode "consultation par projet" donne la possibilité<br />

de s’inscrire gratuitement et d’encoder<br />

ses projets d’aménagement pour bénéficier<br />

d’une analyse particulière.<br />

A l’horizon de 2017, les nouvelles<br />

directives impliqueront que les<br />

constructions se fassent toutes en<br />

classe énergétique AAA, sur un mode<br />

passif. Quel impact cela a-t-il sur votre<br />

organisation et vos membres?<br />

JD: Nous précisons d’emblée que cette obligation<br />

ne concerne que les constructions résidentielles.<br />

Le secteur des constructions fonctionnelles<br />

n’est actuellement pas concerné.<br />

Bien que nous approuvions l’objectif de<br />

réduire les consommations énergétiques des<br />

bâtiments, nous insistons sur le fait que ces<br />

mesures soient vues dans un contexte plus<br />

global et plus transversal. Le type de matériaux<br />

à mettre en œuvre a notamment une<br />

importance primordiale (cycle de vie complet<br />

de la production au recyclage).<br />

ADC: Les conséquences sur nos métiers<br />

sont nombreuses. La conception de bâtiments<br />

de type passif demande une plus<br />

grande interaction entre les architectes et<br />

les ingénieurs, du fait que deux éléments<br />

conditionnent la classe énergétique, à<br />

savoir l’enveloppe et la technique du bâtiment.<br />

L’OAI a depuis de nombreuses<br />

années mis en place des procédures permettant<br />

d’améliorer la planification intégrée.<br />

En ce qui concerne l’exécution des<br />

travaux, nous nous sommes engagés à instaurer<br />

des processus permettant d’améliorer<br />

la collaboration des concepteurs et des<br />

entreprises exécutantes. En effet, un bâtiment<br />

passif ne peut être réalisé que si une<br />

parfaite symbiose existe entre concepteurs<br />

et exécutants. Et enfin, les différents éléments<br />

à prendre en compte pour la<br />

conception de bâtiments passifs et le suivi<br />

sur chantier font partie intégrante de nos<br />

cycles de formations.<br />

“<br />

La stratégie<br />

de la construction et de la<br />

rénovation énergétique ne<br />

doit pas négliger la prise<br />

en compte de la qualité<br />

architecturale<br />

”<br />

Quelles sont les tendances dominantes<br />

de ces habitats durables en<br />

"green building"?<br />

ADC: Actuellement les tendances green<br />

building se trouvent essentiellement dans<br />

le secteur du tertiaire.<br />

Les maîtres d’ouvrage demandent qu’au<br />

moins une certification environnementale<br />

soit prise en compte lors de nouveaux projets.<br />

Un projet de certification pour les<br />

bâtiments résidentiels, le LENOZ, est<br />

actuellement en cours d’élaboration.<br />

Nous restons d’avis que le green building<br />

ne doit pas consister en une couche<br />

supplémentaire à appliquer sur les bâtiments<br />

à basse consommation d’énergie,<br />

mais que ces éléments devront faire partie<br />

intégrante de toute nouvelle conception.<br />

Les prix dans le secteur de la<br />

construction étaient déjà élevés dans<br />

notre pays. Pensez-vous que les prix<br />

augmenteront fortement face à ces<br />

exigences?<br />

JD: Il est vrai que les prix risquent d’augmenter<br />

encore suite à ces nouvelles exigences.<br />

Le but est bien sûr que le maître<br />

d’ouvrage parvienne à récupérer les<br />

dépenses supplémentaires en investissement<br />

par des frais énergétiques nettement<br />

moins élevés. Il est à espérer que l’augmentation<br />

des prix de construction se stabilisera<br />

dans un délai raisonnable étant<br />

donné que le passif devient le standard.<br />

Les membres de l’OAI peuvent, en dialogue<br />

avec le client, définir et concevoir le<br />

logement qui correspond le mieux à ses<br />

aspirations en termes de fonction, de qualité<br />

de vie et de budget.<br />

La stratégie de la construction et de la<br />

rénovation énergétique ne doit pas négliger<br />

la prise en compte de la qualité architecturale.<br />

Quels sont les défis futurs de l’OAI?<br />

PH: Nous désirons promouvoir une architecture<br />

de qualité dans un environnement<br />

changeant par un apport positif à notre<br />

société, aider nos membres à exporter<br />

leurs services, ainsi que positionner le<br />

Luxembourg à l’international par son<br />

architecture, son ingénierie et son urbanisme.<br />

Nous devons mettre tout en œuvre<br />

pour que nos professions libérales puissent<br />

pleinement jouer un rôle déterminant dans<br />

la qualité de notre cadre de vie.<br />

64<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Maison & Bâtiment<br />

La tranquillité d’esprit<br />

Secolux est une filiale du groupe belge Seco. Créé en 1934 à la demande du secteur de<br />

la construction en réaction à une non-qualité qui commençait à voir le jour, ce bureau<br />

de contrôle tire son nom de “sécurité“ et “construction“. Le groupe s’est développé et<br />

amultiplié ses activités pour couvrir aujourd’hui, la totalité des activités de la construction.<br />

Le groupe s’est aussi déployé géographiquement en lançant il y a 25 ans sa première<br />

filiale au Luxembourg. Rencontre avec Georges De Mullewie, Head of Engineering,<br />

directeur technique et responsable de la qualité chez Secolux.<br />

Quelles sont les activités de Secolux?<br />

Nous réalisons des contrôles techniques, pour<br />

des maîtres d’ouvrage qui souhaitent l’avis<br />

d’une tierce partie quant à la qualité de leur<br />

construction mais aussi pour des maîtres d’ouvrage<br />

qui désirent souscrire une assurance<br />

décennale pour couvrir les éventuels défauts<br />

de construction. Les assureurs accordent une<br />

telle garantie à condition de requérir l’expertise<br />

d’un bureau de contrôle qui vérifie tant la<br />

conception (calculs, plans,..) que son exécution<br />

et ce dans les domaines de stabilité, structure,<br />

façade, équipements techniques, etc.<br />

Sont venus se greffer des activités annexes<br />

relatives à la construction durable. Il existe<br />

des référentiels internationaux qui permettent<br />

de juger de la qualité durable d’un bâtiment.<br />

Seco a ainsi développé Valideo qui est<br />

aussi utilisé au Luxembourg.<br />

Nous comptons dans nos équipes, des spécialistes<br />

qui en suivant les formations adéquates,<br />

travaillent pour le référentiel BREEAM,<br />

le plus utilisé au monde.<br />

Le groupe a une filiale au Luxembourg, en<br />

France, aux Pays-Bas et en Pologne mais<br />

nous sommes actifs dans beaucoup d’autres<br />

pays sans avoir besoin d’implantation locale<br />

puisque nos ingénieurs voyagent beaucoup.<br />

Le Luxembourg représente environ un tiers<br />

du chiffre d’affaires du groupe. La spécificité<br />

du Luxembourg tient en ses exigences de<br />

qualité, très élevés ici.<br />

Justement, l’environnement est une<br />

préoccupation de plus en plus présente<br />

dans nos sociétés. À quelles contraintes<br />

les bâtiments doivent-ils désormais<br />

répondre?<br />

Quand on pense environnement, on pense<br />

de suite à l’énergie. Il existe de grandes<br />

contraintes énergétiques dans les bâtiments,<br />

pensons aux bâtiments passifs, c‘est-à-dire<br />

qui, sous certaines conditions, peuvent être<br />

autonome énergétiquement.<br />

Cependant l’environnement ne se résume pas<br />

uniquement à l’énergie. Les aspects matériaux,<br />

gestion de l’eau, accessibilité,… doivent également<br />

être évalués. Un bâtiment dit “durable“,<br />

doit aussi prendre en compte le confort de ses<br />

occupants. Secolux a une équipe de spécialistes<br />

en évaluation du confort hygrothermique<br />

(température et humidité) mais aussi en qualité<br />

de l’air. Plus un bâtiment est bien isolé, plus il<br />

requiert une ventilation de qualité, sans quoi le<br />

CO 2 que nous rejetons, combiné aux rejets des<br />

matériaux eux-mêmes (appelés Composés<br />

Organiques Volatiles) et bien d’autres sources,<br />

affectent la qualité de l’air. Ce qui entraine une<br />

mauvaise concentration des occupants, des<br />

odeurs dans les locaux, et autres désagréments.<br />

Le confort acoustique et visuel doivent égalementy<br />

être pris en compte et nous possédons<br />

les compétences pour le faire.<br />

Même si les exigences sont toujours de plus<br />

en plus grandes, on maîtrise de plus en plus<br />

les bâtiments d’un point-de-vue énergétique.<br />

On constate maintenant que les<br />

demandes se portent davantage sur l’évaluation<br />

du confort des occupants. Car les coûts<br />

salariaux étant non-négligeables pour une<br />

entreprise, l’environnement de travail est<br />

alors considéré comme une valeur ajoutée à<br />

la productivité.<br />

En quoi Secolux répond-il aux attentes<br />

du marché?<br />

Nous apportons notre pluridisciplinarité.<br />

Au sein de la même entreprise, nous comptons<br />

un grand nombre de spécialistes reconnus.<br />

Pensons notamment à notre équipe<br />

spécialisée en façade. Leur expertise est très<br />

largement reconnue et ils sont fréquemment<br />

appelés en assistance lors de la conception<br />

66<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


“<br />

Nous sommes là<br />

pour rassurer les maîtres<br />

d’ouvrage et leur assurer<br />

une tranquillité d’esprit<br />

”<br />

de détails de façades particulièrement délicats.<br />

Nous sommes 60 personnes au<br />

Luxembourg mais 300 dans le groupe et<br />

lorsque nous en avons besoin, nous pouvons<br />

aller y chercher des solutions.<br />

Nous comptons dans nos rangs beaucoup de<br />

professeurs universitaires, garants du niveau<br />

élevé de technicité. Toujours sur le front de la<br />

construction, on peut alors apporter un<br />

savoir multidisciplinaire parrain de cette tranquillité<br />

d’esprit.<br />

Secolux s’assure aussi que la méthodologie<br />

mise au point pour juger des qualités durables<br />

d’un bâtiment est respectée. Ainsi, des collaborateurs<br />

conseillent et renseignent au niveau<br />

des référentiels de Valideo, de BREEAM ou<br />

encore de HQE. Il y a dix ans on ne rencontrait<br />

pas encore toutes ces exigences au<br />

niveau environnemental. Le groupe a depuis<br />

lors accumulé une grande expérience dans ce<br />

domaine. Parlant d’environnement, Seco est<br />

aussi un spécialiste dans les parcs éoliens offshore.<br />

Nous avons également ici au<br />

Luxembourg, un spécialiste de l’amiante<br />

et sommes agréés au niveau de l’Inspections<br />

du Travail et des Mines (ITM) pour réaliser<br />

des vérifications de sécurité dans les<br />

bâtiments. Une vingtaine de nos ingénieurs<br />

travaillent dans ce domaine, ainsi que dans les<br />

contrôles environnementaux. Dans ce cadre,<br />

nous sommes soumis à la norme internationale<br />

ISO 17020, et notre personnel et notre<br />

système qualité font l’objet d’audits annuels.<br />

Précisons aussi que le contrôle des équipements<br />

techniques par les équipes de Secolux<br />

va jusqu’à la vérification des performances<br />

(température, humidité,…) et peut, sous certaines<br />

conditions, donner accès à une assurance<br />

à ce niveau.<br />

En conclusion, nous sommes là pour rassurer<br />

les maîtres d’ouvrage, pour leur apporter une<br />

tranquillité d’esprit.<br />

Georges De Mullewie<br />

Secolux<br />

1rue de la Poudrerie<br />

L-3364 Leudelange<br />

Tél.: 46 08 92 1<br />

Fax: 46 11 85<br />

www.secolux.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

67


Maison & Bâtiment<br />

L’esthétique assimilée<br />

Présente sur Luxembourg depuis 1993, Lago avait confié son exclusivité à Idea Legno Sàrl<br />

dès 2010. En perpétuel développement, la marque italienne connait aujourd’hui encore<br />

une progression significative en sortant de ses cartons Lago Welcome, un concept d’hôtel<br />

appartement meublé. «Début 2016, nous allons créer un évènement où nous présenterons<br />

ces nouveautés», nous annonce Eugenio Parisi directeur de Lagostore Luxembourg.<br />

En perpétuelle Révolution<br />

Avec 400 magasins dans le monde, Lago<br />

n’est plus vraiment la société familiale d’antan<br />

même si elle en garde l’esprit. Dans les<br />

années 80, le fondateur de la marque a révolutionné<br />

le concept du meuble en changeant<br />

le paradigme qui le régissait. Lago met à disposition<br />

des consommateurs, des éléments<br />

modulaires qui fonctionnent comme un<br />

alphabet: chacun peut les combiner pour<br />

créer l’ambiance qui reflète sa propre personnalité.<br />

Lago a gardé dans son ADN, le sens<br />

pratique des objets en les fondant dans une<br />

esthétique qui est devenue l’ADN de la marque.<br />

Par exemple avec la LAGO COMMU-<br />

NITY TABLE qui est une table communautaire<br />

conçue pour travailler, manger et se rencontrer;<br />

en réinventant la table, c’est moins l’objet<br />

que son utilité de convivialité qui inspire<br />

l’entreprise italienne.<br />

Les meubles aux lignes épurées peuvent ainsi<br />

s’intégrer partout car «ils ne portent pas la<br />

charge esthétique du moment», nous explique<br />

Eugenio Parisi. Intemporels, ils conviennent<br />

autant à l’aménagement d’un habitat<br />

qu’à celui d’un espace de travail ou même<br />

d’un bâtiment historique turinois du 17 e siècle.<br />

Les créations s’adaptent autant aux architectures<br />

modernes qu’aux plus anciennes mais<br />

s’ajustent aussi à nos envies. Fut un temps où<br />

lorsqu’un designer mettait sa signature sur un<br />

meuble, celui-ci devenait sa propriété artistique.<br />

Lago rejette cette idée car si une création<br />

«ne portent pas la charge esthétique du<br />

moment», elle ne peut non plus porter une<br />

autre marque d’appartenance que celle de<br />

son utilisateur.<br />

Ainsi il y a un réel travail d’accompagnement<br />

que les collaborateurs de Lagostore<br />

Luxembourg réalisent avec leurs clients.<br />

Comprendre leurs besoins et leurs désirs pour<br />

les adapter ensuite à la réalité d’un lieu, est le<br />

travail quotidien de l’équipe Lago.<br />

Visite Guidée<br />

«Il n’y a pas d’autre contrainte que de choisir<br />

l’angle à droite ou à gauche», dit l’architecte<br />

d’intérieur en présentant un canapé qui reposant<br />

sur de fins pieds transparents a l’air de<br />

flotter dans le showroom. Et d’ajouter,<br />

«il est complètement modulable, l’utilisateur<br />

peut le réorganiser à sa guise». C’est l’une des<br />

particularités de la maison: «Permettre au<br />

client de réinventer lui-même l’objet». Le buffet<br />

composé de six pièces en finition verre et<br />

bois est lui-aussi modulable.<br />

Au fond de la pièce, un lit reposant sur des<br />

pieds transparents à lui-aussi l’air de flotter et<br />

avec les lumières qu’il projette au sol, il donne<br />

l’impression de sortir tout droit d’un film futuriste.<br />

La bibliothèque suspendue au plafond<br />

est magistrale comme en apesanteur, nous<br />

comprenons alors que chez Lago, l’espace est<br />

toujours conceptualisé.<br />

Les lignes sont épurées, les matériaux élégants et<br />

la finition toujours minutieuse. Les angles coupés<br />

à45 degrés mais aussi les poignées des tiroirs de<br />

la cuisine qui sont intégrées au meuble et découpées<br />

au laser nous rappellent que le détail<br />

compte dans l’harmonie générale d’une pièce.<br />

C’est peut-être le mot le plus important chez<br />

Lago. L’harmonie est une finalité, un but qui<br />

de l’aménagement d’une pièce doit orchestrer<br />

le bien-êtreintérieur du propriétaire. Une communion<br />

heureuse du soi et du lieu: «Notre<br />

objectif est que les personnes se sentent à<br />

l’aise dans nos espaces», explique Eugenio<br />

Parisi. C’est la raison pour laquelle de plus en<br />

plus d’hôtels, de restaurants et de bureaux<br />

d’architectes mais aussi d’entreprises et de<br />

banques, font appel à Lago pour aménager<br />

leurs espaces. En se sentant bien dans un lieu,<br />

la productivité n’en sera que renforcée.<br />

Toujours plus d’activités<br />

Pour quelques jours seulement, à plusieurs<br />

semaines et même au mois, il sera très prochainement<br />

possible de louer un duplex meublé<br />

sur Airbnb. Lago Welcome permettra aux<br />

voyageurs d’affaires de passage au Grand-<br />

Duché d’y trouver un pied-à-terre de haut<br />

standing à Clausen. Aux périodes inoccupées,<br />

ce duplex permettra via des soirées littéraires,<br />

musicales ou autres de faire connaitre la marque<br />

car c’est un «choix voulu de ne pas passer<br />

par les méthodes publicitaires classiques» mais<br />

de constituer un réseau clientèle plus dense.<br />

Lago arévolutionné le meuble mais souhaite<br />

plus encore révolutionner notre perception<br />

des lieux.<br />

68<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


“<br />

Nos meubles<br />

peuvent s’intégrer partout<br />

car ils ne portent<br />

pas la charge esthétique<br />

du moment<br />

”<br />

Ainsi, les bureaux traditionnels deviennent les<br />

souvenirs d’un autre temps. Comme elle sait<br />

le faire dans ses armoires et espaces de rangements,<br />

la marque désarticule les codes traditionnels<br />

pour mieux les adapter aux activités<br />

contemporaines. Les espaces de travail sont<br />

conçus comme des espaces de vie domestique,<br />

encourageant le bien-être individuel et<br />

collectif. Les bureaux et le Centre pour l’innovation<br />

de la plus importante banque italienne,<br />

Intesa Sanpaolo, ou encore le Co-Working<br />

LAGO AT WORK @Patchwork à Paris en sont<br />

des exemples. La marque va encore plus loin<br />

dans la modernité en intégrant les technologies<br />

de la connectivité des objets. En passant<br />

un smartphone sur la signature Lago d’un<br />

meuble, il est possible d’en connaître l’historique<br />

précis mais aussi d’accéder à un album<br />

photos pour se remémorer un moment passé,<br />

de lire une liste musicale ou même d’accéder<br />

àdes recettes de cuisine.<br />

La marque offre des perspectives de modernité<br />

qui s’adaptent à tous les milieux et à toutes<br />

les contraintes, comme le dit Eugenio<br />

Parisi: «Cela vaut la peine de passer d’abord<br />

chez Lago».<br />

LAGOSTORE Luxembourg<br />

53, Cité Grand-Duc Jean<br />

Résidence Dahlias<br />

L-7233 Bereldange<br />

Tél.: 44 13 35 • Fax: 45 99 78<br />

www.luxembourg.lagostore.net<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

69


Maison & Bâtiment<br />

«Travailler dans des lieux<br />

habités est tout un art»<br />

Spécialiste dans la fabrication et la pose d’installation fenêtres, châssis et volets en PVC et<br />

aluminium, Wako est une entreprise professionnelle de menuiserie extérieure rayonnante.<br />

Avec derrière elle 85 années d’activités et loin d’être une ancêtre, la compagnie a su<br />

s’adapter et innove encore pour épouser les besoins de tous, professionnels et particuliers,<br />

comme l’explique Daniel Feyder, attaché de direction.<br />

“<br />

Le but est de ralentir<br />

l’éventuel cambrioleur pour<br />

qu’il se décourage<br />

”<br />

«Wako s’occupe de tout ce qui tourne<br />

autour de la fermeture de bâtiment: fenêtre,<br />

porte, volet, porte de garage, store, protection<br />

solaire,… Nous fabriquons nous-mêmes<br />

nos fenêtres et portes, et ensuite nos équipes<br />

de pose vont les installer partout dans le territoire<br />

grand-ducal» explique Daniel Feyder.<br />

La compagnie, née à Differdange en 1930,<br />

est installée aujourd’hui en périphérie de la<br />

ville, dans la zone d’activités Haneboesch II.<br />

La société y a développé un spacieux showroom<br />

de 160 mètres carrés. La production<br />

d’installation en PVC est quant à elle localisée<br />

à Redange-sur-Attert. Une troisième<br />

filiale située à Gembloux, en Belgique, produit<br />

les fenêtres en aluminium. L’entreprise<br />

fabrique pour ses propres besoins, mais également<br />

à 90% pour le marché belge, où elle<br />

dispose d’un réseau de menuisiers revendeurs<br />

qui fonctionne sous le nom Wib.<br />

«Nous produisons 26.000 châssis par an,<br />

dont environs 2.800 pour le marché grandducal»,<br />

dit-t-il. «Au Luxembourg, nous travaillons<br />

à 120 personnes, et nous disposons<br />

de dix équipes de pose pour notre clientèle».<br />

Acôté de la fabrication et de l’installation de<br />

ses produits, Wako offre également un service<br />

conseils et expertise à ses clients. «Cela<br />

fait partie de notre démarche, pour offrir un<br />

maximum de confort ànotre clientèle», ditil.<br />

«Si un particulier est intéressé, l’un de nos<br />

quatre technico-commercial se rend sur place<br />

et le conseille ainsi de façon adaptée à ses<br />

besoins. Sur le terrain, en voyant le bâtiment<br />

àéquiper, nous pouvons orienter la personne<br />

vers tel ou tel produit, la guider en matière<br />

de sécurité ou d’harmonie de sa façade». De<br />

plus, Wako offre un service après-vente qui<br />

comprend le contrôle et les réparations éventuelles<br />

des installations.<br />

Des techniciens formés à la finesse et<br />

au "green "<br />

Wako possède une immense expertise<br />

concernant la rénovation de bâtiment pour<br />

particuliers. Les équipes sont capables de<br />

poser des châssis et portes en un temps<br />

record, et en faisant le moins possible de<br />

saleté. La description de l’attaché de direction<br />

est éloquente: «notrebut est tout simplement<br />

que le client ne remarque pas que nous sommes<br />

passé par son domicile… excepté qu’il<br />

possède de nouvelles fenêtres et portes évidemment!<br />

Travailler dans des lieux habités est<br />

tout un art que nous pratiquons depuis longtemps:<br />

nous savons protéger les biens de nos<br />

clients, et réaliser un travail sur-mesure, de la<br />

façon la plus propre possible». Pour répondre<br />

à cette exigence de finesse, les employés<br />

Wako sont formés en interne aux meilleures<br />

techniques. Résultat: 95% des clients heureux<br />

des services de la compagnie, selon les<br />

enquêtes de satisfaction.<br />

70<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Daniel Feyder explique: «nous avons deux<br />

types de clients. La plus grande part sont les<br />

particuliers qui veulent rénover leur maison,<br />

l’agrandir, ou bien la moderniser en changeant<br />

leurs châssis ou volets. D’un autre<br />

côté, nous servons aussi les promoteurs et<br />

architectes, majoritairement dans ce cas pour<br />

de nouveaux bâtiments».<br />

Apartir de 2017, toute nouvelle construction<br />

sera passive. «Depuis quelques années, nous<br />

travaillons en basse énergie Les habitations<br />

récentes se font aujourd’hui de plus en plus sur<br />

un mode passif. Nous avons donc du nous<br />

adapter. La manière de monter les menuiseries<br />

et la façon de concevoir l’étanchéité ont évolué.<br />

La qualité de nos produits aussi: ils sont<br />

plus isolants désormais. Notre travail est<br />

devenu plus compliqué et plus exigeant… Mais<br />

cela nous arrange», déclare-t-il. En effet, Wako<br />

peut se différencier sur ce segment, car la compagnie<br />

possède une expertise verte depuis des<br />

années. «Nous nous sommes tournés tôt vers<br />

les nouvelles techniques plus isolantes. Nous<br />

avons pris de l’avance sur certains concurrents.<br />

Nos poseurs ont été formés rapidement et leurs<br />

connaissances techniques sont très pointues».<br />

Un label dissuasif contre les vols<br />

Les vols, de plus en plus nombreux dans le<br />

pays, poussent également les particuliers à<br />

aller à la rencontre de l’entreprise.<br />

L’augmentation du nombre de cambriolage,<br />

plus 5,5% entre 2012 et 2014, les motive à<br />

chercher des systèmes de fermeture plus perfectionnés.<br />

«Depuis cette année, nous avons<br />

même lancé un nouveau label, Wako Safe»<br />

raconte-t-il. «C’est un package qui comprend<br />

des vitrages feuilletés anti-effraction, la quincaillerie<br />

de sécurité et des poignées à clé.<br />

Le but est de ralentir l’éventuel cambrioleur<br />

pour qu’il se décourage. Nous avons fait quelques<br />

tests, en utilisant un outil de type pied-debiche,<br />

et après un quart d’heure la fenêtre n’est<br />

toujours pas ouverte». D’abord, une pastille au<br />

sein du vitrage indique que l’installation est<br />

labellisée Wako Safe; elle a un effet dissuasif.<br />

Ensuite, la quincaillerie de sécurité complique le<br />

travail des voleurs qui sont incapables de forcer<br />

la fenêtre en cinq à dix secondes, comme à leur<br />

habitude. Enfin, si en dernier recours un malfrat<br />

casse un trou dans le carreau pour accéder à la<br />

poignée, celle-ci est équipée d’une serrure.<br />

Daniel Feyder<br />

Face aux installations Wako Safe, un voleur aux<br />

moyens standards doit donc briser tout le<br />

vitrage pour pouvoir entrer: une opération plus<br />

longue et bruyante qui le poussera –on l’espèreàtourner<br />

les talons.<br />

Wako s.a.<br />

2, Z.A.C. Haneboesch II<br />

L-4563 Differdange/Niederkorn<br />

Tel.: 58 80 65<br />

Fax.: 58 35 33<br />

www.wako.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 71


Maison & Bâtiment<br />

Rétrospective<br />

sur une année chargée en projets<br />

Art Thermic, jeune compagnie de tout juste cinq ans basée à Niederkorn, est<br />

hyperactive. Nouveau label, nouveaux partenaires, nouveau système de paiement,…<br />

L’année 2015 fut pour cette entreprise de chauffage sanitaire chargée de nouveautés<br />

toutes plus innovantes les unes que les autres.<br />

“<br />

Dès son origine,<br />

la compagnie n’a eu de<br />

cesse d’évoluer et de grandir,<br />

en regardant toujours<br />

vers l’avenir<br />

”<br />

Energies vertes, produits de hautes qualités<br />

et aides pour financer les projets de ses<br />

clients: voici les éléments qui pourraient<br />

résumer la politique d’Art Thermic. Depuis sa<br />

création en 2011, la compagnie propose des<br />

solutions fiables et compétitives en chauffages<br />

mais aussi chauffe-eau, systèmes de climatisation<br />

ou encore sanitaire. Dès son origine,<br />

la compagnie n’a eu de cesse d’évoluer<br />

et de grandir, en regardant toujours vers<br />

l’avenir, à la recherche des partenaires idéaux<br />

pour satisfaireses clients. Et l’année 2015 n’a<br />

pas dérogé à la règle.<br />

L’année 2015 est également charnière en<br />

matière de financement. En effet, le partenaire<br />

historique de la compagnie, le groupe<br />

Finalia est devenu Partner cetelem.be. Grace à<br />

cet organisme, Art Thermic est en mesure<br />

d’offrir le financement à 100% des projets<br />

qu’elle réalise à ses clients, ce qui est tout à<br />

fait inédit pour une entreprise de chauffage.<br />

Partner cetelem.be couvre tous types de projet<br />

d’une valeur minimale de 3.000 euros en<br />

échelonnant les paiements. Ainsi, Art Thermic<br />

peut proposer les meilleures solutions en fonction<br />

des besoins et des contraintes de chacun.<br />

Des développements innovants, pour<br />

le bonheur du client<br />

En avril d’abord, Art Thermic est l’une des<br />

premières entreprises de son secteur à obtenir<br />

la certification “Passivhaus”, selon la<br />

norme ISO 7730. Comme chacun le sait,<br />

dans moins de deux ans, toute nouvelle<br />

construction devra présenter un passeport<br />

énergie affichant un triple A. La volonté<br />

d’anticiper cette législation qui entrera en<br />

vigueur en 2017 a poussé les dirigeants d’Art<br />

Thermic vers cette certification. Après une<br />

série de tests de haut niveau, la Chambre des<br />

Métiers a attribué cette belle reconnaissance<br />

à la jeune compagnie, marquant ainsi un<br />

virage décisif vers les énergies renouvelables.<br />

Septembre marque ensuite un nouvel échelon<br />

vers l’innovation grâce à un nouveau système<br />

de paiement à domicile, pratique et<br />

très confortable pour les clients. Le dépanneur<br />

de la compagnie est en effet désormais<br />

en mesure de proposer aux particuliers de<br />

réaliser leurs paiements en direct par carte<br />

bleue. Les factures peuvent être dressées en<br />

direct devant eux et réglées à leur maison:<br />

une démarche de plus de la part d’Art<br />

Thermic afin d’améliorer encore le confort<br />

offert à sa clientèle.<br />

Par ailleurs, lors du même mois, la compagnie<br />

est entrée en partenariat avec le principal<br />

fournisseur d’énergie au Luxembourg, Enovos.<br />

Art Thermic participe ainsi au nouveau<br />

programme de subvention Enoprimes qui<br />

72<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


écompense les économies d’énergie engendrées<br />

par les consommateurs en les aidant à<br />

effectuer des travaux d’efficacité énergétique.<br />

Et ce programme fonctionne très bien: grâce à<br />

lui, Art Thermic fait bénéficier à sa clientèle<br />

d’une remise allant jusqu’à 700 euros, en cas<br />

de changement complet d’une installation<br />

chaudière de type gaz vers un système à<br />

condensation (sous réserve d’acceptation du<br />

dossier).<br />

De nouveaux fournisseurs qualifiés<br />

En parallèle, Art Thermic a également noué<br />

de nouveaux partenariats avec des fournisseurs<br />

modernes et respectés au cours de<br />

cette année 2015.<br />

Premièrement, la marque de traitement d’eau<br />

Judo a choisi la société pour distribuer ses solutions,<br />

appareils et installations complètes destinés<br />

à optimiser l’eau potable et à protéger les<br />

systèmes d’approvisionnement domestique.<br />

Cette firme allemande, basée à Winnenden<br />

près de Stuttgart, emploie 350 personnes et<br />

est l’un des leaders dans le secteur du traitement<br />

et de la préparation de l’eau.<br />

Art Thermic a deuxièmement établi une collaboration<br />

avec l’entreprise française CINIER.<br />

La compagnie peut ainsi distribuer des radiateurs<br />

haut de gamme, élaborés sur-mesure et<br />

réalisé de façon artisanale. Les créations<br />

CINIER sont tout à fait inédites: véritable<br />

sculpture, chaque radiateur est réalisé et patiné<br />

entièrement à la main. Leur technologie<br />

apporte un confort de chauffage exceptionnel.<br />

Troisièmement, la société portugaise d’élégants<br />

et robustes sanitaires W2007 a aussi accordé sa<br />

confiance à Art Thermic pour la distribution de<br />

ses produits. Cette marque combine la meilleure<br />

unité de production du Portugal avec les<br />

dernières technologies et la robotique, afin de<br />

rendre ses collections actuelles et modernes.<br />

Elle offredes solutions uniques pour la distribution<br />

de l’eau à domicile.<br />

Al’aube de son cinquième anniversaire, qui<br />

aura lieu en mai, Art Thermic prouve à tous<br />

qu’elle est un acteur qui compte dans le<br />

milieu du chauffage sanitaire luxembourgeois.<br />

Sa recherche constante d’innovations<br />

et de partenaires fiables et modernes en font<br />

un interlocuteur idéal pour ses clients.<br />

L’année 2016 promet, elle aussi, son lot de<br />

petites révolutions, en commençant dès janvier<br />

par un changement visuel fort: un nouveau<br />

logo et une refonte du site web!<br />

Art Thermic sàrl<br />

7, rue de Sanem<br />

L-4664 Niederkorn<br />

Tél.: 26 51 14 80<br />

Fax: 26 51 14 81<br />

info@arthermic.lu<br />

www.arthermic.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

73


Maison & Bâtiment<br />

Art Thermic<br />

devient Art Thermic<br />

Après une année 2015 riche en accomplissements, l’entreprise spécialisée en chauffages,<br />

sanitaires et climatiseurs, Art Thermic amorce un nouveau chapitre de son histoire.<br />

En effet, 2016 voit la compagnie fêter son cinquième anniversaire et s’offrir une<br />

complète rénovation de son visuel pour marquer l’évènement.<br />

“<br />

L’idée était<br />

de dynamiser la compagnie<br />

pour lui apporter l’identité<br />

visuelle qu’elle mérite<br />

”<br />

Renaître, plus beau encore: tel est le leitmotiv<br />

de la refonte stylistique qui touche Art Thermic<br />

pour cette nouvelle année. L’entreprise fêtera<br />

ses cinq ans d’existence en mai, et l’occasion<br />

était parfaite pour opérer un renforcement de<br />

son identité, dès l’entrée de 2016.<br />

La première étape de ce relooking est le nouveau<br />

design du logo. Plus moderne, plus clair,<br />

plus tendance, la forme ronde qui symbolise<br />

maintenant la compagnie est épurée. Adieu<br />

l’ancien logo qui représentait une petit maison<br />

stylisée et fourmillait de trop petits détails! La<br />

volonté est claire: une simplification esthétique<br />

du symbole qui respecte cependant le<br />

code couleur de son prédécesseur, comme un<br />

signe de continuité malgré l’évolution. Le bleu<br />

et l’orange, tel la chaleur et la fraicheur apportés<br />

par les systèmes d’Art Thermic, sont renforcés<br />

dans ce nouveau sigle.<br />

Le deuxième niveau de ce nouveau «branding»<br />

se trouve en ligne. Le site Internet<br />

d’Art Thermic, www.arthermic.lu, s’est offert<br />

un lifting intégral. Plus jeune et dynamique,<br />

il est à présent disponible en «responsive<br />

design» sur les smartphones et tablettes de<br />

chacun.<br />

Ces modifications profondes ont nécessité<br />

beaucoup de travail de la part de l’équipe,<br />

qui y réfléchit déjà depuis l’été passé. Ces<br />

changements n’ont cependant trait qu’à<br />

l’image de la marque. L’idée était de dynamiser<br />

la compagnie pour lui apporter l’identité<br />

visuelle qu’elle mérite. Les services très professionnels<br />

de l’entreprise restent les mêmes,<br />

et la qualité des prestations également.<br />

Art Thermic sàrl<br />

7, rue de Sanem<br />

L-4664 Niederkorn<br />

Tél.: 26 51 14 80<br />

Fax: 26 51 14 81<br />

info@arthermic.lu<br />

www.arthermic.lu<br />

74<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Maison & Bâtiment<br />

Decker-Ries se base sur un passé<br />

solide pour bâtir le futur<br />

Laurent Decker est l’arrière arrière petit-fils de François Decker-Ries, fondateur de<br />

l’entreprise familiale. Pendant 116 ans, la société est passée des mains des pères à celles<br />

des fils. Elle s’est développée et diversifiée, jusqu’à devenir un acteur incontournable du<br />

secteur de la construction au Grand-Duché. Laurent Decker, directeur du Baucenter<br />

Decker-Ries, nous explique l’aventure de cette compagnie unique en son genre.<br />

“<br />

Notre gamme<br />

étendue et complète de<br />

services résulte avant<br />

tout de notre volonté de<br />

proposer un maximum<br />

aux clients<br />

”<br />

Laurent Decker a 30 ans. Economiste de formation,<br />

il étudie à Lausanne, Strasbourg et<br />

Montréal. Il rejoint l’entreprise familiale en<br />

2009, et depuis le 1 er janvier 2015, il en<br />

devient associé-gérant. Son co-associé est<br />

son père, encore bien actif au sein de<br />

Decker-Ries. «C’est donc la quatrième et<br />

cinquième génération qui gèrent la compagnie<br />

en ce moment», explique-t-il. En effet,<br />

fondée par François Decker-Ries en 1899, la<br />

société n’a jamais rompu son lien avec la<br />

famille Decker. Pour son plus grand bien, car<br />

ses dirigeants successifs ont su développer<br />

au mieux le potentiel de ce qui était à l’origine,<br />

une entreprise de négoce en matériaux<br />

de construction.<br />

«Mon père m’a toujours laissé le choix», explique<br />

le jeune entrepreneur. «C’était sa volonté,<br />

tout comme auparavant celle de mes ancêtres,<br />

de ne pas imposer la succession à la tête de<br />

Decker-Ries. Mais bien sûr, jeune, j’ai été un peu<br />

influencé: je voyais ce que mon père faisait, et<br />

cela m’est resté à l’arrière de la tête. Lors de ma<br />

dernière année d’études, nous en avons vraiment<br />

discuté, et j’ai pris la décision de rejoindre<br />

l’aventure». Après deux ans, durant lesquels<br />

Laurent apprend et acquiert une légitimité au<br />

sein de l’entreprise en parcourant les chantiers<br />

et se familiarisant avec les techniques, il rejoint<br />

la direction. Le processus de transition de dirigeants<br />

est ensuite entamé avec l’entrée au capital<br />

de la société, début 2015. «Mon père est<br />

ingénieur et très expérimenté. Je suis économiste,<br />

et membred’une génération baignée par<br />

la technologie. Nous avions donc deux visions<br />

globalement différentes au départ. Nous avons<br />

beaucoup discuté pour trouver une symbiose<br />

entre nos conceptions de l’entreprise».<br />

Le mélange entre traditions et renouvellement<br />

est réussi. Decker-Ries allie connaissances acquises<br />

par son histoire, et renouveau essentiel dû à<br />

son expansion et sa diversification.<br />

Trois mots clés pour une devise<br />

«L’expérience d’abord», développe Laurent<br />

Decker,«cela se retrouve dans notrelongue histoire,<br />

depuis la fondation à la fin du 19 e siècle.<br />

76<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Il y a peu de telles entreprises historiques au<br />

sein du Grand-Duché. Depuis cinq générations,<br />

nous avons su profiter de cette tradition,<br />

tout en nous modernisant. La transmission<br />

des connaissances entre travailleurs est<br />

très développée. En effet, notre famille n’est<br />

pas la seule à être restée fidèle à Decker-Ries.<br />

Nous avons également parmi nos 125 salariés,<br />

plusieurs personnes qui font partie de la<br />

compagnie de père en fils. Nos salariés ont<br />

souvent un attachement particulier envers<br />

l’entreprise». Résultat: l’expérience, qu’elle<br />

soit technique sur les chantiers ou administrative,<br />

se transmet à tous les niveaux.<br />

Pour aborder le volet «qualité», il faut d’abord<br />

faire un retour sur les quatre différents<br />

départements de Decker-Ries. «Le premier<br />

département, historique, est celui du négoce<br />

de matériaux de construction. Il propose des<br />

produits tels que l’isolation, la toiture, le<br />

gros-œuvre et les alentours. Au fil des<br />

années et des décennies, se sont ajoutés des<br />

activités de parachèvement spécialisées.<br />

Ces départements artisanaux sont divisés en<br />

divers services. D’abord, Carrelages et<br />

Sanitaires emploie 40 carreleurs, pour plus de<br />

100.000 m 2 de carrelages posés par an.<br />

De plus, 30 monteurs-menuisiers travaillent<br />

pour le département Menuiserie, et réalisent<br />

tous les travaux d’intérieur: parquets, portes<br />

d’intérieur, fenêtres, meubles sur-mesure,<br />

en posant plus de 2.500 portes par an.<br />

Enfin le département le plus récent, Cuisines,<br />

propose la pose de cuisines et d’électroménagers.<br />

Pour chacun de ces départements,<br />

nous sommes en constante recherche de la<br />

plus haute qualité possible. D’une part, au<br />

niveau des produits: nous travaillons seulement<br />

avec des fournisseurs de renom, avec<br />

lesquels nous avons un partenariat de longue<br />

date, basé sur la confiance. D’autre part, au<br />

niveau des prestations: nous effectuons tous<br />

les travaux nous-même, sans sous-traitance<br />

aucune. Nous formons notre personnel en<br />

continu, par des formations techniques et<br />

administratives correspondantes.<br />

Le volet «service» de la devise de Decker-<br />

Ries se recoupe avec les quatre départements:<br />

matériaux de construction, carrelages,<br />

menuiserie et cuisine. «Notre gamme<br />

étendue et complète de services résulte<br />

avant tout de notre volonté de proposer un<br />

maximum aux clients. Nous avons écouté le<br />

public et répondu à sa demande: avoir un<br />

interlocuteur unique. C’est un avantage de<br />

confort», explique Laurent Decker. En effet,<br />

le spectre des services de Decker-Ries est tellement<br />

étendu que le client ne doit pas multiplier<br />

les acteurs de construction et corps de<br />

métier lorsqu’il réalise des travaux. Cela fait<br />

une énorme différence face à la concurrence,<br />

car l’entreprise est la seule à proposer un<br />

aménagement intérieur complet de ce type,<br />

de A à Z.<br />

Laurent Decker<br />

Une stratégie réussie<br />

Expérience, qualité et service font donc la<br />

force de Decker-Ries. «L’ensemble de nos services<br />

est proposé dans de vastes salles d’exposition<br />

sur 3 étages et plus de 5.000 m 2 .<br />

Grâce au regroupement de tous les aspects<br />

de la construction en une seule société, nous<br />

pouvons être considérés, je pense, comme le<br />

spécialiste de la construction et de l’habitat<br />

au Luxembourg», conclut Laurent Decker.<br />

Lorsqu’on lui demande si, lui aussi, passera un<br />

jour le flambeau de cette efficace entreprise<br />

familiale à sa descendance, il nous répond en<br />

souriant: «Pour l’instant, je n’ai pas encore<br />

d’enfant. Mais, bien sûr, je rejoins la philosophie<br />

de mes ancêtres. S’il y a moyen de faire<br />

continuer la “saga” familiale, ce serait un<br />

bonheur, évidemment. Cela me donnerait une<br />

certaine fierté. Mais je suis encore trop jeune<br />

pour voir aussi loin dans le futur».<br />

Baucenter Decker-Ries<br />

Zone industrielle<br />

90, rue de Belval<br />

L-4024 Esch-sur-Alzette<br />

Tél.: 55 52 52<br />

Fax: 57 02 97<br />

info@decker-ries.lu<br />

www.decker-ries.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 77


Maison & Bâtiment<br />

Best of <strong>LG</strong> 175<br />

«À moyen ou long terme,<br />

la démarche green building sera<br />

amenée à clairement jouer un rôle»<br />

La plupartdes experts observent un regain d’intérêt pour l’immobilier de bureau luxembourgeois,<br />

notamment de la part des investisseurs étrangers, principalement allemands et belges.<br />

Si l’immobilier reste en effet un des placements à long terme les plus sûrs, comment ces<br />

derniers intègrent-ils le développement durable dans leurs décisions d’investissement?<br />

“<br />

Le développement<br />

durable devient certes un<br />

élément clé dans le domaine<br />

de l’investissement immobilier.<br />

Cependant, le marché<br />

d’immobilier vert a ses<br />

limites<br />

”<br />

Quelle est la part du développement<br />

durable dans la stratégie des investisseurs<br />

immobiliers?<br />

De plus en plus d’investisseurs et gérants de<br />

fonds sont attentifs à la démarche de<br />

construction verte ou durable (green building)<br />

qui renforce la valeur d’un immeuble.<br />

Mais il faut tout même rester réaliste: le prix<br />

d’un bien immobilier reste encore et toujours<br />

lié à sa localisation. J’en veux pour preuve<br />

certains bâtiments du centre-ville, qui ne<br />

sont pas nécessairement construits selon les<br />

normes durables en vigueur, mais qui se vendent<br />

très bien et à des prix très élevés, du fait<br />

justement de leur situation géographique.<br />

Cependant, on peut s’attendre qu’à moyen<br />

ou long terme, la démarche green building<br />

sera amenée à clairement jouer un rôle. Il y<br />

aen effet de fortes raisons de croire que l’investissement<br />

dans l’immobilier «durable»,<br />

ainsi que les problématiques qui y sont liées,<br />

vont être d’une importance croissante dans<br />

les années à venir, particulièrement si la corrélation<br />

entre développement durable et<br />

performance financière apparait plus clairement<br />

par le biais d’indicateurs plus sophistiqués.<br />

Pourtant, il n’existe pas encore de véritable<br />

harmonisation des systèmes de<br />

notation des bâtiments écologique.<br />

En effet, il n’est toujours pas possible d’évaluer<br />

les performances en matière de développement<br />

durable, ni d’identifier les critères à<br />

prendre en compte, les périodes et délais de<br />

retour sur investissement. Ce qui génère<br />

encoreune certaine confusion chez les investisseurs.<br />

Le marché immobilier écologique peutil<br />

donc rester attractif pour ces derniers?<br />

Le développement durable devient certes un<br />

élément clé dans le domaine de l’investissement<br />

immobilier. Cependant, le marché<br />

d’immobilier vert a ses limites. D’une part,<br />

les nouveaux bâtiments qui se construisent<br />

représentent seulement 1% à 2% d’augmentation<br />

par an du parc déjà existant.<br />

D’autrepart, la mise aux normes écologiques<br />

concerne surtout les bâtiments anciens et<br />

non durables, ce qui a pour effet d’augmenter<br />

encore les prix d’acquisition, et donc<br />

d’engendrer de plus faibles retours sur investissement<br />

à long terme.<br />

78<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


RSE : LES ENTREPRISES LUXEMBOURGEOISES<br />

S’ENGAGENT. ET VOUS ?<br />

La responsabilité sociale des entreprises (RSE) crée de la valeur pour votre entreprise et pour la société.<br />

Saisir l’opportunité d’une démarche RSE pour son entreprise, valoriser ses initiatives, améliorer ses performances,<br />

tout en bénéficiant d’un accompagnement jusqu’à l’obtention du label ESR. L’INDR vous guide dans l’adoption<br />

d’engagements responsables.<br />

Devenez acteur du changement et consultez gratuitement le nouveau<br />

Guide ESR en ligne sur www.esr.lu<br />

ÉDUCATION<br />

Comprenez les bienfaits<br />

de la RSE<br />

ÉVALUATION<br />

Testez la responsabilité<br />

de votre entreprise<br />

ENGAGEMENT<br />

Affirmez votre<br />

engagement RSE<br />

LABELLISATION ESR<br />

Confirmez votre responsabilité<br />

et valorisez votre entreprise<br />

Le Guide d’évaluation ESR a été développé en collaboration avec les principaux acteurs nationaux en matière de RSE, les experts agréés de l’INDR et les membres de l’UEL suivants :


Maison & Bâtiment<br />

Best of <strong>LG</strong> 175<br />

Pierre Kreemer, Alternative Investments, Real Estate & Infrastructure Leader, KPMG Luxembourg<br />

C’est pourquoi, il paraît plus important<br />

d’améliorer la performance des bâtiments<br />

déjà existant, plutôt que de développer de<br />

nouveaux biens immobiliers ou d’investir<br />

dans des véhicules «verts».<br />

Améliorer l’aspect «durable» du parc existant<br />

prendra néanmoins un certain temps à<br />

accomplir. Il sera dès lors important de surveiller<br />

et de comprendre comment le marché<br />

décidera d’intégrer et de récompenser les<br />

aspects développement durable des investissements<br />

immobiliers.<br />

Les investisseurs renonceront-ils donc<br />

àtoute approche socialement responsable?<br />

L’immobilier reste un des placements à long<br />

terme les plus sûrs. Il est souvent considéré<br />

comme un refuge contre l’inflation et<br />

comme un des investissements les plus transparents,<br />

contrairement à beaucoup de placements<br />

financiers.<br />

L’investissement de départ d’un projet<br />

immobilier socialement responsable sera<br />

généralement supérieur à un investissement<br />

immobilier conventionnel, notamment parce<br />

que les bâtiments seront construits en matériaux<br />

écologiques et équipés d’infrastructures<br />

high-tech et innovantes.<br />

De ce fait la période de retour sur investissement<br />

se trouvera souvent allongée (probablement<br />

supérieure àladurée de vie de la<br />

plupart des fonds fermés immobiliers traditionnels),<br />

malgré des revenus de loyers plus<br />

élevés, compte tenu de la qualité haut de<br />

gamme du bâtiment mis en location.<br />

Cependant le locataire ne devrait pas supporter<br />

réellement la totalité de ce coût supplémentaire<br />

puisque les charges liées aux<br />

coûts énergétiques seront plus faibles grâce à<br />

la conception écologique du bâtiment.<br />

Néanmoins, tout laisse à penser que les<br />

immeubles construits ou rénovés sur base<br />

des principes de l’investissement socialement<br />

responsable connaîtront un taux d’occupation<br />

parmi les plus élevés, les locataires étant<br />

de plus en plus sensibles au confort et à<br />

l’écologie.<br />

MA<br />

80<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Vos besoins<br />

et vos projets méritent<br />

toute notre attention !<br />

Profitez<br />

d’avantages<br />

fi scaux<br />

Assurez leur avenir avec<br />

l’épargne-logement pour<br />

enfants<br />

Bénéfi ciez de<br />

taux<br />

attrayants<br />

Construisez/achetez<br />

grâce à notre<br />

fi nancement<br />

immobilier<br />

Economisez pour<br />

un bien immobilier avec<br />

l’épargnelogement<br />

Appelez-nous: 44 34 44 - 1<br />

info@wuestenrot.lu<br />

www.wuestenrot.lu


PRONTO ... PRESTO ... GRECO ...<br />

NOUVELLE solution web Track Me<br />

suivi des envois et réceptions<br />

des courriers et des colis en entreprises<br />

Pour connaître tous les détails concernant cette offre,<br />

contactez-nous par téléphone au 48 73 13 - 547<br />

ou par courriel à commercial@greco.lu


Energie<br />

Best of <strong>LG</strong> 176<br />

«Il n’y a pas de solution miracle»<br />

«J’estime que pour s’orienter au maximum vers un urbanisme durable, il convient<br />

d’opérer un savant mélange entre instruments de transparence d’un côté, et planification<br />

territoriale, plans sectoriels et PAG au niveau communal de l’autre», dixit Tom Eischen,<br />

Commissaire du gouvernement à l’Energie. Interview.<br />

“<br />

La mise en place<br />

de ce référentiel mène<br />

à une fuite en avant<br />

vers l’excellence énergétique,<br />

ce dont nous nous<br />

réjouissons<br />

”<br />

Plusieurs projets d’envergure sont en<br />

phase de réalisation à Luxembourg,<br />

parmi lesquels la Porte de Hollerich ou<br />

le Ban de Gasperich. Quels sont les<br />

principaux défis en matièrede politique<br />

énergétique au niveau de ces projets?<br />

Pour répondre à votre question, tous ces projets<br />

doivent respecter les standards énergétiques<br />

tels que définis par le gouvernement, au<br />

moyen d’un référentiel composé de lettres,<br />

chose qui s’avère indubitablement être le cas.<br />

Les promoteurs et urbanistes vont même plus<br />

loin en anticipant les normes de demain, à<br />

des fins de différenciation en termes de marketing,<br />

ce qui vaut au Luxembourg d’avoir<br />

des nouveaux projets urbanistiques d’une<br />

grande qualité environnementale, et même<br />

de façon plus large en matière de développement<br />

durable au sens large. Au final, nous<br />

pouvons affirmer que la mise en place de ce<br />

référentiel, qui permet de situer des biens ou<br />

des projets par rapport à d’autres, assure une<br />

forme de transparence et mène à une fuite en<br />

avant vers l’excellence énergétique, ce dont<br />

nous nous réjouissons.<br />

Un autre élément essentiel qui se pose est<br />

celui de l’évaluation des impacts environnementaux<br />

globaux des matériaux utilisés.<br />

De fait, on peut parvenir à d’excellents résultats<br />

dans la construction d’un bâtiment en<br />

termes d’efficacité énergétique et de recours<br />

aux énergies renouvelables, tout en ayant<br />

utilisé des matériaux très peu durables.<br />

Pour cela, nous avons décidé au Luxembourg<br />

d’anticiper les éventuelles normes européennes<br />

sur cet aspect, pour le moment inexistantes,<br />

en complétant le mécanisme par<br />

l’adoption d’un nouveau critère, qui prendra<br />

lui aussi la forme de l’attribution d’une lettre<br />

selon les résultats de l’analyse du cycle de vie<br />

du matériau.<br />

Dans ce cadre, nous avons d’une part mis sur<br />

pied le Conseil national pour la construction<br />

durable, d’autre part, réalisé un centre de<br />

compétences pour la construction durable.<br />

Un système de certification, LENOZ, est par<br />

ailleurs en phase test sur 50 bâtiments, système<br />

qui prend en compte tous les composants<br />

du cycle de vie des matériaux afin de<br />

déterminer la durabilité d’un bâtiment, et qui<br />

devrait voir définitivement le jour en 2016.<br />

L’efficacité énergétique et le recours<br />

aux énergies renouvelables est-ce suffisant<br />

pour prétendre àun «urbanisme<br />

durable»?<br />

Non, il s’agit là d’un pas dans la bonne direction,<br />

mais ce n’est pas suffisant dans la<br />

mesure où tous les aspects du développement<br />

durable ne sont pas pris en compte.<br />

D’une manière générale, l’étalement<br />

urbain contribue à augmenter les émissions<br />

de Gaz à effet de serre (GES) car<br />

il engendre des besoins croissants en<br />

énergie et en transport. Aussi, les collectivités<br />

doivent-elles inévitablement<br />

s’orienter vers un urbanisme durable.<br />

Comment mieux construire nos villes<br />

et nos quartiers?<br />

84<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Tom Eischen<br />

Il n’y a pas de solution miracle, mais toutes<br />

les discussions que je mène en matière urbanistique<br />

tendent à prendre en compte cette<br />

dimension d’«urbanisme durable».<br />

J’aimerais ajouter à cela que les grands projets<br />

urbanistiques répondant aux certifications<br />

DGNB, BREEAM ou HQE intègrent déjà de<br />

nombreux éléments relevant de la durabilité<br />

dans l’urbanisme, même s’il y a des limites dans<br />

la mise en application des critères. J’estime que<br />

pour s’orienter au maximum vers un urbanisme<br />

durable, il convient d’opérer un savant<br />

mélange entre instruments de transparence<br />

d’un côté, et planification territoriale, plans sectoriels<br />

et PAG au niveau communal de l’autre.<br />

Tandis que le recours à la géothermie a<br />

été autorisé au Kirchberg, il n’en va pas<br />

de même pour le futur site du Ban de<br />

Gasperich. Comment ces décisions<br />

sont-elles motivées? Quels sont les<br />

critères d’appréciation?<br />

La géothermie joue à mon sens un rôle<br />

important et sera amenée dans le futur à<br />

jouer un rôle plus important encore. Ceci<br />

étant, le recours à la géothermie n’est pas<br />

sans conséquence sur l’environnement, à<br />

savoir au niveau de l’approvisionnement en<br />

eau. Aussi, il faut trouver le bon équilibre<br />

entre ces intérêts contradictoires, ce qui<br />

implique de revoir l’étude de potentiel en<br />

matière d’énergies renouvelables, ce que<br />

nous sommes en train de faire.<br />

Par ailleurs, à quand un plan de rénovation<br />

énergétique de l’habitat à grande<br />

échelle sur le territoire luxembourgeois?<br />

Nous avons présenté en décembre 2014 le<br />

plan d’action national en matière d’efficacité<br />

énergétique, qui stipule quelles mesures le<br />

Luxembourg entend prendre pour aller plus<br />

vite dans les politiques d’efficacité énergétique.<br />

Une partie de ce plan repose sur le plan d’action<br />

pour la rénovation énergétique. Il faut<br />

cependant considérer que le document publié<br />

est un document très général, et que nous<br />

sommes en passe de le concrétiser. Acet effet<br />

se tiendra le 19 mai un atelier d’une journée<br />

réunissant tous les acteurs concernés et traitant<br />

tous les aspects – barrières financières,<br />

techniques, protection du patrimoine, matériaux<br />

écologiques, qui sera peut être complété<br />

par un deuxième atelier plus tard. PhR<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 85


Energie<br />

«La libéralisation du marché électrique<br />

est passée inaperçue au Grand-Duché»<br />

Une simple roue à aubes alimentant une scierie en électricité, telle est la genèse du<br />

fournisseur énergétique Electris, département de l’entreprise Hoffmann Frères.<br />

Aujourd’hui, Electris a bien grandi et le fournisseur couvre tout le territoire luxembourgeois.<br />

L’esprit familial intact, cette société gagne à être connue, surtout depuis la libéralisation<br />

du marché énergétique. Rencontre avec Pete Hoffmann, gérant et Martin Wienands,<br />

chef de service.<br />

“<br />

Suite à la chute<br />

des prix de l’énergie, c’est<br />

le moment idéal pour<br />

changer de fournisseur<br />

”<br />

Depuis plusieurs années déjà, il est désormais<br />

possible pour tous habitants du Grand-Duché<br />

de choisir son fournisseur d’électricité.<br />

Cependant la libéralisation du marché est passée<br />

relativement inaperçue dans le pays.<br />

«Il n’y a pas eu de grande campagne publicitaire<br />

de la part du gouvernement, seul l’Institut<br />

Luxembourgeois de Régulation (ILR) essaie de<br />

promouvoir à petite échelle cette libéralisation»,<br />

explique Pete Hoffmann. Le gérant ne<br />

peut que constater cette méconnaissance de la<br />

libéralisation du marché énergétique: «C’est<br />

vraiment quelque chose qui est passé assez<br />

inaperçu au regard du grand public et si vous<br />

interrogez des personnes dans la rue à ce propos,<br />

pardonnez mon jeu de mots mais la plupart<br />

ne sont pas au courant». Il poursuit:<br />

«Même au niveau des professionnels et des<br />

décideurs, il y en a encore beaucoup qui manquent<br />

d´information concernant la possibilité<br />

de changer de fournisseur d’électricité ainsi<br />

que les avantages que cela offrirait».<br />

Changer de fournisseur en toute simplicité<br />

Le changement et l’inconnu suscitent toujours la<br />

peur, par conséquent, une partie des consommateurs<br />

se complaisent dans leur contrat énergétique.<br />

Celui-ci est, la plupart du temps, un contrat<br />

standard et non adapté aux spécificités particulières<br />

propres à chaque consommateur. Mais dans<br />

la pratique, changer de fournisseur est non seulement<br />

très simple mais également très rapide.<br />

Pete Hoffmann nous expliques les procédures:<br />

«C’est vraiment très facile, le client doit juste<br />

remplir deux formulaires et c’est tout! Une fois<br />

les formulaires signés, un mandat est délivré<br />

au nouveau fournisseur qui va ensuite résilier<br />

le contrat de l’ancien fournisseur. Il n’y a pas<br />

de modification à effectuer au niveau des installations<br />

techniques et la transition de fournisseurs<br />

s’effectue sans la moindre coupure ou<br />

irrégularité dans l’approvisionnement électrique».<br />

Changer, c’est aussi économiser<br />

«Suite à la chute des prix de l’énergie, c’est le<br />

moment idéal pour changer de fournisseur»,<br />

assure Pete Hoffmann. Comme précédemment<br />

évoqué, «les clients qui possèdent un tarif standard<br />

non négocié perdent facilement de l’argent»,<br />

insiste le gérant. Electris invite les gros<br />

consommateurs à négocier le prix de l’électricité,<br />

et propose ainsi un tarif avantageux et<br />

adapté à chaque client. «Il faut savoir que le<br />

prix de l’utilisation du réseau n’est pas négociable<br />

car il est fixé par l’Institut Luxembourgeois<br />

de Régulation, mais le prix de l’électricité en<br />

elle-même varie d’un fournisseur à l’autre»,<br />

précise Pete Hoffmann. Electris se démarque de<br />

ses concurrents notamment grâce à des tarifs<br />

avantageux: «Nous fournissons l’électricité aux<br />

tarifs les plus avantageux du pays, et on peut le<br />

vérifier sur le site de l’ILR», explique Martin<br />

Wienands.<br />

86<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Martin Wienands et Pete Hoffmann<br />

Une entreprise à taille humaine<br />

De l’énergie 100% verte<br />

De l’électricité et des services<br />

Electris est un département du groupe<br />

Hoffmann Frères, une entreprise active<br />

depuis plus de 100 ans et qui pourtant a<br />

gardé une âme bien luxembourgeoise.<br />

«Nous sommes une entreprise familiale<br />

avec un visage et une âme, c’est tout l’inverse<br />

des grandes entreprises gouvernées<br />

par un actionnariat anonyme et impersonnel»,<br />

confie Pete Hoffmann. Cet ancrage<br />

familiale, de plus en plus rare dans notre<br />

monde moderne, séduit et plait aux clients:<br />

«moi-même je suis issu de la 4 e génération<br />

de cette famille et notre actionnariat est<br />

resté exclusivement familiale. Notre entreprise<br />

pourrait se définir comme «100%<br />

verte et 100% luxembourgeoise» un slogan<br />

que nous appliquons tous les jours et que le<br />

client ressent vraiment», confie Pete<br />

Hoffmann.<br />

«Toute notre électricité est 100% verte,<br />

pour nous c’est tellement logique que nous<br />

ne le précisons même plus», s’exclame Pete<br />

Hoffmann. Le gérant ajoute quelques précisions:<br />

«Nous fournissons de l’électricité<br />

issue à 100% du secteur renouvelable, mais<br />

nous allons encore plus loin dans le<br />

domaine du développement durable. Nous<br />

proposons aussi un produit baptisé<br />

SwitchBLUE, qui fournit une énergie verte<br />

répondant aux critères écologiques de<br />

Greenpeace, Eurosolar et Mouvement<br />

Ecologique», explique Pete Hoffmann.<br />

Quant à l’origine de cette énergie,<br />

SwitchBLUE garantit une électricité propre,<br />

produite par des barrages hydroélectriques<br />

exploitant la force naturelle de l’eau sans<br />

générer d’émissions de CO 2 ni le moindre<br />

déchet polluant.<br />

Electris est une société innovante et moderne<br />

qui fournit de l’électricité, mais aussi toute<br />

une panoplie de services que le gérant<br />

détaille fièrement: «Nous offrons plusieurs<br />

services annexes comme par exemple l’électromobilité,<br />

le Smart Services, le conseil en<br />

énergie, le conseil en matière photovoltaïque,<br />

le Car Sharing, etc. Bref, nous nous<br />

adaptons au marché et aux besoins de nos<br />

clients et nous proposons des services et des<br />

innovations de pointe dans le domaine du<br />

développement durable».<br />

Electris<br />

25, rue G.-D. Charlotte • L-750 Mersch<br />

Tél: 8002 8032 (numéro gratuit)<br />

Fax: 32 00 72 35<br />

info@electris.lu • ww.electris.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 87


Energie<br />

Un exemple de réussites écologiques<br />

Le scandale Volkswagen, la Cop21, l’augmentation du CO 2 et le réchauffement climatique<br />

ont clôturé l’année 2015 en rapprochant un peu plus l’épée de Damoclès écologique sur 2016.<br />

Aux morosités environnementales, il existe cependant des contre-exemples de réussites<br />

et Sudstroum qui est un fournisseur d’électricité 100% verte appartenant à la ville<br />

d’Esch-sur-Alzette en est un. «La moitié de notre électricité provient de l’éolien, le reste<br />

venant de l’hydro-électrique, de la biomasse et du solaire», nous expliquent Jeff Paulus<br />

et Torsten Schockmel, respectivement directeur technique et directeur administratif et<br />

financier de Sudstroum.<br />

“<br />

Nous fournissons une<br />

électricité 100% verte mais<br />

formulons aussi l’ambition<br />

de produire sur place<br />

”<br />

D’ici cinq ans, le Luxembourg se dotera<br />

de 800 bornes de chargement électrique<br />

à travers le pays, est-ce que<br />

Sudstroum collabore à cette initiative?<br />

JP: Oui, Sudstroum participe à la mise en<br />

place de ces bornes. Les emplacements sont<br />

définis en collaboration avec la ville d’Eschsur-Alzette.<br />

Dans ce projet national 17 bornes<br />

sont prévues pour le centre-ville et 10<br />

pour le site Esch-Belval.<br />

Comme beaucoup d’autres communes du<br />

pays, Esch-sur-Alzette connaît un manque<br />

important de places de stationnement.<br />

Puisque la loi va contraindre les communes à<br />

s’équiper de bornes, Sudstroum, en sa qualité<br />

de fournisseur d’électricité verte appartenant<br />

à 100% à la ville, avait les qualités<br />

nécessaires pour effectuer le premier repérage<br />

des différentes problématiques. Cela<br />

répond aussi aux enjeux liés à la réduction du<br />

CO 2.<br />

Le nombre de voitures augmentera en fonction<br />

du nombre de locations, de réservations<br />

et donc d’utilisations mais on peut d’ores et<br />

déjà dire que c’est une réussite.<br />

Ces automobiles électriques serontelles<br />

à la disposition des citoyens?<br />

TS: Seulement si la commune le décide mais<br />

c’est une réflexion à entreprendre. Cela<br />

pourrait en effet être une alternative aux<br />

embouteillages, aux pollutions urbaines et au<br />

manque de parking. Avec l’Université de<br />

Luxembourg, Esch-sur-Alzette a un gros<br />

potentiel de par ses étudiants qui ont souvent<br />

un permis sans pour autant avoir une<br />

voiture. Les voitures électriques sont dans<br />

des lieux stratégiques de la ville, les utilisant<br />

régulièrement je peux vous assurer qu’elles<br />

sont parfaitement adaptées à la conduite en<br />

ville.<br />

TS: Nous avons beaucoup de projets en collaboration<br />

avec la commune et notamment<br />

l’électromobilité. Nous avons élaboré un parc<br />

automobile de huit voitures électriques en<br />

coopération avec le CHEM et la ville dans le<br />

but que les employés communaux et ceux<br />

du CHEM puissent les utiliser pour leurs<br />

déplacements professionnels.<br />

JP: Cependant, gérer le système de Car<br />

Sharing n’est pas notreCoreBusiness et l’ouverture<br />

de ce système au grand public implique<br />

d’autres contraintes. La volonté de<br />

départ était de voir si les différents services<br />

communaux étaient prêts à délaisser leurs<br />

voitures de services. Nous savons maintenant<br />

qu’ils le sont.<br />

88<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Torsten Schockmel<br />

Jeff Paulus<br />

D’autres projets…<br />

TS: Nous avons l’ambition de combattre la<br />

pauvreté liée à l’énergie. La nouvelle loi sur<br />

l’efficience énergétique contraint les fournisseurs<br />

d’électricité et de gaz naturel situés sur<br />

le territoire du Grand-Duché de Luxembourg<br />

à procéder à des économies d’énergies<br />

auprès de leurs clients. Cette loi prend aussi<br />

en compte ceux qui n’arrivent plus à payer<br />

leur facture d’électricité. Nous voulons profiter<br />

de cet élan pour aller encore plus loin.<br />

La pauvreté est très présente à Esch-sur-<br />

Alzette et elle est plus élevée que la moyenne<br />

nationale. C’est pourquoi nous collaborons<br />

avec les offices sociaux pour trouver des solutions.<br />

Notre expert en énergie évalue les<br />

consommations des ménages les plus démunis<br />

pour repérer les appareils qui consomment<br />

le plus et nous les aidons financièrement<br />

à les remplacer. Sudstroum appartient à<br />

100% à la ville d’Esch-sur-Alzette, il est donc<br />

normal d’œuvrer pour nos concitoyens.<br />

JP: Nous proposons aussi l’expertise de notre<br />

spécialiste à nos clients, et ce gratuitement.<br />

Il peut évaluer en quelques minutes seulement,<br />

le potentiel d’un bâtiment et s’il en existe un,<br />

alors un autre conseiller (payant cette fois-ci)<br />

pourra venir évaluer plus précisément les<br />

investissements à réaliser.<br />

Esch-sur-Alzette peut-elle devenir<br />

énergiquement autonome?<br />

TS: Nous fournissons une électricité 100%<br />

verte mais formulons aussi l’ambition de produire<br />

sur place.<br />

Nous avons lancé une étude auprès du LIST<br />

(Luxembourg Institute of Science and<br />

Technology) pour définir les conditions que<br />

nous devons remplir pour être autonome et<br />

nous savons déjà que nous n’atteindrons<br />

jamais l’autonomie absolue. Le but de cette<br />

recherche est de connaître le potentiel réalisable.<br />

Nous avons déjà lancé des études pour la<br />

construction d’une ou plusieurs éoliennes<br />

mais elles ne sont pas compatibles avec la<br />

réserve naturelle Ellergronn et le parc<br />

Gaalgebierg, ni même avec les habitations<br />

qui sont trop proches. Les contraintes de<br />

bruits et d’ombres seraient trop importantes<br />

et nous savons alors que la production<br />

d’énergie ne se fera pas par le vent.<br />

Reste le solaire et l’efficience énergétique; le<br />

LIST effectue déjà dans son étude une carte<br />

des toits qui seraient bien orientés à accueillir<br />

des installations solaires.<br />

JP: … ce qui pourrait être intéressant pour<br />

les habitants et les coopératives. La loi va<br />

changer le seuil limite de production. Les 30<br />

kilowatts pourront être dépassés mais pour<br />

les coopératives uniquement. Nombreux<br />

sont les propriétaires d’appartements et les<br />

coopératives sont alors une solution. Nous<br />

travaillons de concert avec la Transition<br />

Minett en finançant le projet. Nous faisons le<br />

préfinancement et la coopérative nous rembourse<br />

au terme de dix années.<br />

Sudstroum<br />

12, rue Xavier Brasseur<br />

L-4040 Esch-sur-Alzette<br />

Tél.: 26 783 787-01<br />

Fax: 26 783 787-87<br />

www.sudstroum.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

89


Energie<br />

Produisez votre propre énergie<br />

C’est lors d’une conférence en date du 08 octobre 2014, intitulée «Prêts pour le futur»<br />

que Viessmann a présenté ses nouvelles technologies comme la pile à combustible et<br />

les chaudières hybrides. Et ce n’est qu’un an plus tard, le 1 er septembre 2015, durant<br />

une autre conférence que Günter Krings, directeur de Viessmann Luxembourg a<br />

annoncé la mise sur le marché de ces produits pour le Grand-Duché.<br />

Pouvez-vous nous présenter ces nouvelles<br />

technologies?<br />

Ala foire de l’énergie de Francfort (ISH) de cette<br />

année, nous avons présenté trois grands thèmes.<br />

Le premier concerne le domaine digital qui prend<br />

de plus en plus de place dans le monde du chauffage.<br />

Ainsi, la connectivité des objets permet aux<br />

chaudières de télécharger sur le web des informations<br />

relatives aux conditions climatiques pour<br />

adapter automatiquement les réglages. Ce qui<br />

nous amène au deuxième thème: la chaudière<br />

hybride (chaudièreet pompe à chaleur) qui utilise<br />

les prix actuels de l’énergie pour choisir la solution<br />

la plus économique entre l’énergie classique<br />

(mazout, gaz ou bois/pellets) ou la pompe à chaleur<br />

qui fonctionne à l’électricité. Pour l’instant,<br />

les prix de l’énergie restent relativement stables<br />

mais dans un avenir proche, il est certain que ces<br />

prix fluctueront plus rapidement. Le prix de l’électricité<br />

sera plus élevé durant les pointes de<br />

consommations et nos chaudières hybrides<br />

s’adapteront alors en fonction de ces paramètres<br />

en cherchant toujours la solution la plus écologique<br />

ou la plus économique.<br />

Enfin, le troisième thème présenté était la production<br />

d’électricité. Nous vendons depuis<br />

quelques années des panneaux photovoltaïques<br />

et une micro-cogénération avec un<br />

moteur Stirling et nous sommes maintenant les<br />

premiers au monde à commercialiser une<br />

chaudière combinée à une pile à combustible.<br />

Justement, pouvez-vous nous la présenter?<br />

La pile à combustible produit de l’électricité à<br />

partir du gaz naturel (transformé en hydrogène<br />

au sein de l’appareil) et fournit en<br />

même temps de la chaleur. Notre machine<br />

est prête à l’emploi, parfaitement adaptée<br />

aux maisons basses consommations et maisons<br />

passives. Elle est combinée à une chaudière<br />

au gaz naturel intégrée afin de couvrir<br />

des besoins en chaleur plus élevés lorsque<br />

cela est nécessaire.<br />

C’est une machine très efficace pour la maison<br />

passive du futur et celle à énergie positive<br />

qui à l’horizon 2020 devra produire plus<br />

d’énergie que ce qu’elle ne consommera.<br />

Viessmann est le premier à commercialiser<br />

la pile à combustible, vos concurrents<br />

n’étant qu’aux phases de prototypes.<br />

Comment être certains de son efficacité?<br />

Notre pile à combustible a déjà fait ses preuves.<br />

Elle est signée Panasonic et plus de 80.000<br />

machines fonctionnent depuis des années au<br />

Japon. Nous la vendons depuis maintenant un<br />

an en Allemagne et en plus des retours clients<br />

très positifs, toutes nos études démontrent<br />

une grande efficacité du système.<br />

Votre métier a fortement évolué ces<br />

dernières années, pouvez-vous nous en<br />

dire plus?<br />

Oui, car le monde change et les changements<br />

que l’on opère aujourd’hui seront les<br />

opportunités de demain. Les chauffagistes<br />

d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec ceux<br />

d’autrefois. La prise de conscience écologique<br />

nous pousse à chercher les solutions les<br />

plus respectueuses de l’environnement. De<br />

même que les prix des combustibles qui<br />

induisent directement les choix des consommateurs,<br />

nous contraignent de trouver des<br />

solutions économiques. Les exigences du<br />

client final d’un point de vue de la facilité<br />

d’utilisation, ne doivent pas être négligées:<br />

de plus en plus de nos machines sont équipées<br />

d’un véritable écran tactile couleur,<br />

comme sur une tablette ou un téléphone<br />

portable et non de simples boutons cachés<br />

derrière une surface vitrée.<br />

Je prends pour autre exemple le suivi des installations<br />

complètes après le montage. À<br />

partir d’avril 2016, la plupartde nos chaudières<br />

seront équipées d’une connexion wifi afin<br />

que le client final puisse introduire des paramètres<br />

et surveiller le bon fonctionnement<br />

de sa chaudière à partir d’une application<br />

mais aussi pour que l’installateur puisse repérer<br />

les problèmes à distance (avec l’accord de<br />

son client évidemment). Vendre un produit<br />

90<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


“<br />

Le monde change<br />

et les changements que<br />

l’on opère aujourd’hui<br />

seront les opportunités de<br />

demain<br />

”<br />

Günter Krings<br />

technologiquement aussi évolué sans le suivi<br />

qui va avec, n’est plus possible. Le client final<br />

et l’installateur seront liés sur le long terme.<br />

Pouvez-vous revenir sur les activités de<br />

Viessmann?<br />

C’est une société familiale qui compte<br />

aujourd’hui presque 12.000 employés et qui<br />

porte le nom de son patron, le Prof. Dr<br />

Martin Viessmann. Spécialisée dans le<br />

domaine de l’énergie, elle a une succursale à<br />

Luxembourg depuis 2001, nous fêterons<br />

donc bientôt nos 15 ans. Nous employons<br />

des ingénieurs expérimentés chargés de la<br />

vente et de la rédaction des offres. Lorsqu’on<br />

parle de chaudière hybride, de pile à combustible<br />

ou de système connecté à internet, il<br />

est indispensable d’avoir une équipe de collaborateurs<br />

qualifiés et disponibles qui peuvent<br />

soutenir à tous moments les installateurs.<br />

En plus de notre service de dépannage<br />

nous avons d’ailleurs un service de fourniture<br />

de pièces détachées accessible même le<br />

weekend à nos clients installateurs.<br />

Viessmann Luxembourg<br />

35, rue J.F. Kennedy • L-7327 Steinsel<br />

Tél.: 26 33 62 01 • Fax: 26 33 62 31<br />

www.viessmann.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

91


Energie<br />

«Le développement durable<br />

est au cœur de nos prestations»<br />

Créée en 1987 sous le nom «Luxembourg Maintenance», la société COFELY Services, filiale<br />

du groupe ENGIE, est spécialisée dans la maintenance d’installations techniques, la gestion<br />

complète des équipements d’infrastructures, ainsi que la production et la distribution<br />

d’énergie thermique et électrique. Présentation de l’entreprise avec le directeur Pierre Wolff.<br />

L'origine de la société COFELY Services<br />

remonte à l'année 1980 lorsqu'elle démarre<br />

ses activités sous l'appellation Solucom.<br />

Pierre Wolff nous raconte les grandes étapes<br />

historiques de sa société: «En 1987, la société<br />

indépendante Luxembourg Maintenance S.A.<br />

est créée. Cette petite entreprise luxembourgeoise<br />

ne compte alors que seulement<br />

trois employés. Par la suite, nous avons successivement<br />

changé de nom et de statut.<br />

Pour ne citer que les dates les plus importantes,<br />

prenons par exemple l’année 1999<br />

où, lors d’une augmentation du capital,<br />

Luxembourg Maintenance S.A. prend le<br />

nom d'AXIMA Luxembourg. Un autre changement<br />

important survient en 2005 puisque<br />

nous rejoignons la branche SUEZ Energie<br />

Services. C’est finalement en 2009 que<br />

notre entreprise est baptisée COFELY<br />

Services».<br />

Appartenant au groupe ENGIE, anciennement<br />

GDF SUEZ, l’entreprise est basée à<br />

Ehlerange et emploie aujourd’hui une centaine<br />

de personnes expérimentées.<br />

«Les qualifications techniques et professionnelles<br />

de nos collaboratrices et collaborateurs<br />

évoluent régulièrement grâce à des<br />

formations externes mais également grâce<br />

àun échange continu de savoir-faire entre<br />

toutes les sociétés du groupe ENGIE, qui<br />

s’engage pour relever les défis énergétiques<br />

des prochaines décennies par la production<br />

d’une énergie sans CO 2.L’environnement,<br />

l’accès à l’énergie pour tous ou encore la<br />

recherche et l’innovation font partie des<br />

engagements du Groupe», explique le<br />

directeur.<br />

Spécialiste des services en maintenance et<br />

efficacité énergétique, COFELY Services<br />

conçoit, met en œuvre et exploite des solutions<br />

qui permettent aux entreprises et aux<br />

collectivités de mieux utiliser leurs propres ressources<br />

humaines. «Pour cela, la société développe<br />

et met en œuvre des solutions globales<br />

et durables en s’appuyant sur son expertise en<br />

exploitation-maintenance et sur l’utilisation<br />

rationnelle des énergies», confie Pierre Wolff.<br />

De nombreux services proposés<br />

La société innove en proposant de nouvelles<br />

formules de partenariat et de collaboration<br />

avec les secteurs privé et public en offrant la<br />

possibilité de réaliser des projets clés en main<br />

depuis l’étude de faisabilité jusqu’à la gestion<br />

globale et complète des infrastructures, en<br />

passant par l’élaboration des plans, le<br />

contrôle et la coordination des travaux, ainsi<br />

que la mise en service des installations.<br />

Au niveau du facility management, COFELY<br />

Services a, en outre, développé une gestion<br />

intégrée des services dans presque tous les<br />

domaines. Les meilleures pratiques sont<br />

appliquées pour satisfaire les clients qui souhaitent<br />

avoir un interlocuteur unique pour<br />

l'ensemble des services.<br />

Maintenance et gestion énergétique<br />

des installations<br />

COFELY Services propose également à ses<br />

clients des formules de garanties partielles ou<br />

totales pour les installations contractuelles.<br />

Sur la base d’une redevance annuelle forfaitaire,<br />

l’entreprise s’engage à assurer l’entretien<br />

et la maintenance des installations<br />

confiées pendant toute la durée du contrat.<br />

«Nous assurons également la rénovation<br />

partielle ou complète des équipements de<br />

régulation et nous veillons au bon fonctionnement<br />

du système à l’aide d’un logiciel de<br />

supervision précis mis à jour régulièrement»,<br />

explique Pierre Wolff. Il ajoute: «Nous<br />

garantissons entre autre: un service d’intervention<br />

24h/24 et 7j/7, un suivi régulier des<br />

consommations d’énergie, une adaptation et<br />

mise à jour d’équipements favorisant la<br />

réduction des coûts énergétiques et des frais<br />

d’exploitation mais aussi des conseils en<br />

matière de production écologique».<br />

Des services énergétiques hautement<br />

spécialisés<br />

Au fil du temps, COFELY Services a développé<br />

une gamme de services hautement spécialisés<br />

dont les techniques sont régulièrement actualisées<br />

selon les standards économiques et écologiques<br />

les plus récents. «Notre entreprise<br />

profite des recherches et des transferts d'expérience<br />

d’autres sociétés du groupe ENGIE.<br />

92<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


“<br />

Nous garantissons<br />

un service d’intervention<br />

24h/24 et 7j/7<br />

”<br />

Par conséquent, nous sommes compétents<br />

dans plusieurs services comme par<br />

exemple la gestion et l'entretien de modules<br />

de cogénération force-chaleur et de<br />

centrales d’énergie à biomasse, la gestion<br />

et l'entretien des groupes frigorifiques, la<br />

gestion et le traitement des eaux (qui peuvent<br />

être des eaux de piscine), de chauffage,<br />

sanitaires, et autres ou encore la<br />

gestion et l'entretien préventif et curatif<br />

de tous les équipements collectifs électriques,<br />

mécaniques, sanitaires, etc.», explique<br />

le directeur.<br />

Economies d'énergie<br />

Face aux impératifs économiques et écologiques,<br />

COFELY Services s'engage à optimiser<br />

l'utilisation des ressources énergétiques<br />

(électricité, vapeur, eau chaude, eau<br />

froide ou glacée, air comprimé médical ou<br />

technique, …), entraînant des économies<br />

d’énergie et la réduction des coûts d’exploitation,<br />

mais également la diminution<br />

considérable des émissions atmosphériques.<br />

En outre, COFELY Services peut<br />

s’engager contractuellement à ne pas<br />

dépasser des seuils de consommation<br />

d’énergie prédéfinis. «Grâce à l’utilisation<br />

rationnelle des énergies primaires, la<br />

société contribue annuellement à une<br />

réduction des émissions de dioxyde de carbone<br />

(CO 2) de plus de 33.000 tonnes»,<br />

assure Pierre Wolff.<br />

La production d’énergie décentralisée<br />

Dans le secteur de l’énergie, l’entreprise<br />

se spécialise également dans l’étude, le<br />

financement et la construction de centrales<br />

d’énergie (cogénération, trigénération,<br />

froid) avec ou sans réseau de chauffage<br />

urbain ainsi que dans l’exploitation de<br />

centrales d’énergie pour des tiers. Les<br />

énergies primaires utilisées varient: du gaz<br />

naturel, en passant par le fuel à la biomasse.<br />

COFELY Services propose des contrats<br />

avantageux pour les clients à long terme.<br />

«Dans le cadre d’un contrat d'une durée<br />

supérieure à 20 ans, COFELY Services<br />

prend entièrement en charge les installations<br />

thermiques, électriques, sanitaires et<br />

de conditionnement d’air», confie Pierre<br />

Wolff.<br />

Pierre Wolff<br />

La priorité au développement durable<br />

«COFELY Services place le développement<br />

durable au cœur de ses prestations et garantit<br />

à ses clients le respect de ses engagements<br />

contractuels sur un partenariat à long terme»,<br />

raconte Pierre Wolff. Pour aider ses clients à<br />

atteindre leurs objectifs, l’entreprise a développé<br />

des solutions globales qui s'appuient<br />

sur l'utilisation des énergies renouvelables. En<br />

concentrant ses efforts sur la réduction des<br />

émissions atmosphériques et la diminution de<br />

la consommation des énergies primaires, et<br />

grâce à l'utilisation de modes de production<br />

très performants, COFELY Services est en<br />

mesure de répondre à toutes les exigences.<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

93


Energie<br />

©Cofely<br />

©Cofely<br />

©Cofely<br />

Pour Pierre Wolff, l’engagement pour un<br />

développement durable est un élément central<br />

de la culture de son entreprise: «Nous<br />

voulons être exemplaires dans la gestion énergétique<br />

des structures confiées, nous impliquer<br />

dans une démarche éco-salariés, soutenir<br />

nos collaborateurs dans leurs engagements<br />

sociétaux et promouvoir les apports de l’efficacité<br />

énergétique et environnementale dans<br />

un contexte de développement durable».<br />

Le savoir-faire de l’entreprise permet de proposer<br />

aux clients des solutions concrètes en<br />

matière d'écologie. «Nous concevons et<br />

mettons en œuvre des solutions pour accroître<br />

l’efficacité énergétique et environnementale<br />

tout en favorisant le développement des<br />

énergies renouvelables locales. Nous agissons<br />

aussi directement sur la réduction des<br />

émissions de gaz à effet de serre», lance<br />

Pierre Wolff.<br />

Le Pacte Climat<br />

Bien plus qu’un fournisseur,COFELYServices<br />

est un partenaire des communes sur de nombreux<br />

aspects du Pacte Climat. L’entreprise a<br />

développé des solutions destinées à accompagner<br />

les communes dans leurs engagements<br />

relatif au Pacte Climat pour une gestion<br />

rationnelle des énergies ainsi qu’une<br />

réduction de leur impact sur l’environnement.<br />

«Nous intervenons à différents<br />

niveaux pour répondre aux besoins des communes,<br />

le premier étant les conseils et les<br />

études», confie Pierre Wolff.<br />

Les conseils et les études aident les communes<br />

dans le cadre de la fourniture d’énergie,<br />

du suivi des consommations et de l’efficacité<br />

énergétique. «L’objectif est d’aider à diminuer<br />

de manière durable la consommation et<br />

la facture énergétique des communes et à<br />

augmenter la part des énergies renouvelables.<br />

Nous identifions donc les actions à mettre<br />

en œuvre», explique Pierre Wolff. Après<br />

avoir conseillé la commune sur le choix des<br />

installations et établi la planification des travaux,<br />

COFELY Services sollicite toutes les<br />

autorisations nécessaires et monte le plan<br />

financier du projet. Ensuite, l’entreprise<br />

contrôle et coordonne les travaux de<br />

construction ou de transformation des installations<br />

en veillant au respect des délais de<br />

l’ensemble des intervenants. COFELY<br />

Services propose également un financement<br />

et un contracting aux communes. «Nous<br />

pouvons préfinancer des projets d’efficacité<br />

énergétique ou d’énergies renouvelables afin<br />

de faciliter le financement pour la commune»,<br />

détaille Pierre Wolff.<br />

“<br />

Nous concevons<br />

et mettons en œuvre des<br />

solutions pour accroître<br />

l’efficacité énergétique et<br />

environnementale<br />

”<br />

COFELY Services S.A.<br />

ZARE Ilot Ouest<br />

L-4384 Ehlerange<br />

Tél. 26 55 33-1<br />

Fax: 26 55 33-222<br />

mail@cofelyservices-gdfsuez.lu<br />

www.cofelyservices-gdfsuez.lu<br />

94<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


CONTRÔLE TECHNIQUE<br />

Pour la souscription<br />

de l’assurance décennale,<br />

réalisé par nos experts<br />

pragmatiques du terrain.<br />

INSPECTION PAR<br />

UN ORGANISME AGRÉÉ *<br />

Auditant la sécurité des<br />

personnes avec nos experts<br />

indépendants pour une<br />

exploitation sans risques.<br />

AUDIT TECHNIQUE<br />

Des performances énergétiques<br />

et environnementales dans le cadre<br />

de constructions innovantes.<br />

Aquatower Berdorf<br />

Votre tranquillité d’esprit passe par nos experts.<br />

Dans tous les secteurs de la construction: bâtiments, mobilité, eaux et énergie, les 50 ingénieurs spécialistes Secolux ont<br />

pour mission de vous garantir ce qu’il y a de plus précieux, votre sérénité. Ils maîtrisent - avec un esprit de pragmatisme<br />

économique - la qualité, le respect des normes, la sécurité ainsi que l’innovation durable dans les moindres détails.<br />

Votre tranquillité d’esprit est à ce prix.<br />

*prestation soumise<br />

à l’accréditation OLAS<br />

www.secolux.lu


devenir pr<br />

de votre éne<br />

module photovoltaïque<br />

module thermique<br />

fenêtre de toiture<br />

L’énergie solaire ne se limite pas<br />

seulement à quelques modules solaires<br />

de qualité moyenne posés à la sauvette<br />

et sans élégance sur un toit existant en<br />

échange de quelque subvention étatique.<br />

Non seulement ces panneaux solaires sont<br />

disgracieux mais ils perturbent également<br />

tout l’équilibre de l’édifice. Par leur simple<br />

présence, ils transforment la maison de<br />

vos rêves en une horreur architecturale.<br />

Des solutions intégrées de toiture de haute<br />

qualité comme les nôtres donnent ses<br />

lettres de noblesse au photovoltaïque et lui<br />

offrent de nouvelles perspectives, tant sur<br />

le plan fonctionnel qu’esthétique.<br />

La flexibilité des modules MegaSlate®<br />

de Meyer Burger S.A. autorise toutes les<br />

audaces architecturales et permet à<br />

l’architecte de laisser libre cours à son<br />

imagination et à sa créativité.<br />

Sur demande, des éléments sur mesure<br />

peuvent être fabriqués pour garantir une<br />

adaptation parfaite à la configuration de<br />

chaque toiture.<br />

Chaque année, de nombreux édifices<br />

équipés de systèmes solaires MegaSlate®<br />

obtiennent le Prix Solaire Suisse pour le<br />

mariage réussi de la qualité et de<br />

l’esthétique dans l’intégration de leurs<br />

installations.<br />

Exclusive sales and distribution partner for BeNeLux<br />

LE PHOTOVOLTAÏQUE EN PERFECTION<br />

SOLARWOOD FOLKENDANGE S.A. INTEGRATED SOLAR ROOFING SOLUTIONS


oducteur<br />

rgie propre?<br />

nouvelle construction<br />

rénovation<br />

toiture plate<br />

façade<br />

siège social solarwood folkendange s.a. (l)<br />

siège social betic ingénieurs-conseils, dippach (L)<br />

umweltarena spreitenbach (ch)<br />

manipulation simple, installation facile<br />

Grâce aux systèmes de toitures solaires MegaSlate®, 100% intégrés<br />

et aux services de Solarwood Folkendange S.A., nos clients<br />

s’assurent que le rayonnement solaire est transformé en énergie<br />

électrique de la manière la plus efficace et esthétique possible.<br />

Demandez encore aujourd’hui votre offre.<br />

maison 1 l-9368 folkendange grand-duché de luxembourg t: 24 55 99 11 www.solarwood.lu


Energie<br />

Le gaz naturel, étape intermédiaire<br />

avant le renouvelable total<br />

Fondée en 1898, Ferroknepper Buderus S.A. est une société aujourd’hui affiliée à la<br />

division Thermotechnologie du groupe Bosch. La compagnie est pionnière dans le<br />

domaine des nouvelles technologies énergétiques. Le directeur Benoit Lespagnol nous<br />

fait découvrir deux innovations techniques prometteuses fonctionnant au gaz naturel.<br />

“<br />

Je pense que le gaz<br />

n’a pas dit son dernier mot.<br />

C’est une ressource à haut<br />

rendement énergétique et<br />

facile à transporter sans<br />

perte de réseau<br />

”<br />

Dans le domaine énergétique, les nouveaux<br />

bâtiments font la part de plus en plus belle<br />

aux habitations passives. Cependant, le gros<br />

potentiel d'économies et l'énorme challenge<br />

technologique résident d'avantage dans la<br />

rénovation de bâtiments déjà existants.<br />

«Dans le neuf, ça fonctionne très bien, car<br />

les bâtiments sont bien isolés dès leur<br />

conception et ne requièrent qu'un faible<br />

apport thermique. Ainsi, dans un bâtiment<br />

récent, une pompe à chaleur électrique est<br />

tout à fait adaptée. La pompe extrait la chaleur<br />

de l’air extérieur même à -5 degrés pour<br />

livrer efficacement les 30 degrés requis par<br />

un chauffage au sol. Par contre, dans un<br />

bâtiment existant avec des radiateurs à 60<br />

degrés, la performance chute jusqu'à devenir<br />

économiquement inintéressante», explique<br />

Benoit Lespagnol. Actuellement, dans le<br />

domaine de la rénovation, la chaudière à<br />

condensation s'est imposée avec son rendement<br />

avoisinant les 98%. Pour améliorer<br />

encore l'efficacité énergétique, Buderus a<br />

lancé depuis l’année dernière une pompe à<br />

chaleur fonctionnant au gaz naturel. Cette<br />

technologie permet d’atteindre un rendement<br />

énergétique jusqu'à 145%. Selon le<br />

directeur, cette source d’énergie a encore un<br />

rôle à jouer: «Je pense que le gaz n’a pas dit<br />

son dernier mot. C’est une ressource à haut<br />

rendement énergétique et facile à transporter<br />

sans perte de réseau». De plus, les infrastructures<br />

sont déjà existantes et le rendement<br />

de cette pompe à chaleur est extrêmement<br />

élevé».<br />

Actuellement, la pompe à chaleur au gaz<br />

naturel est uniquement proposée pour les<br />

résidences mais la marque prévoit de lancer<br />

dès mars prochain un modèle version<br />

Titanium adapté pour le client particulier.<br />

Titanium, plus loin, plus beau, plus fort!<br />

"Titanium" est une nouvelle ligne de produits<br />

proposée par Buderus. Cette gamme présente<br />

un design très épuré et avant-gardiste<br />

tout en offrant une extrême solidité. Elle tire<br />

son nom des matériaux utilisés: un verre<br />

titane incassable et inrayable. Preuve à l’appui,<br />

Benoit Lespagnol raconte qu'«afin de<br />

tester la solidité de notre produit, une chaudière<br />

Titanium a été lâchée du haut d’une<br />

grue de 20 mètres et résultat: l'appareil était<br />

détruit mais le verre est resté intact!»<br />

De plus, la ligne Titanium est une petite révolution<br />

pour les particuliers, car ils disposent<br />

enfin d’un produit qui peut sortir de la cave ou<br />

du grenier. «Il peut être installé dans un<br />

garage, une buanderie, un couloir, un bureau,<br />

une salle de bain, ou pourquoi pas une cuisine»,<br />

s’enthousiasme Benoit Lespagnol.<br />

98<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Benoit Lespagnol<br />

Les maisons d’aujourd’hui, les centrales<br />

de demain<br />

Une autre grande innovation de Buderus se<br />

nomme la Logapower FC10. La Logapower<br />

est une petite centrale énergétique au gaz<br />

naturel, grosse comme deux frigos, couplant<br />

une chaudière à condensation avec<br />

une pile à combustible. Cette technologie<br />

fournit chaleur et électricité: 700 watts<br />

thermiques et 700 watts électriques, suffisants<br />

pour couvrir 70% des besoins énergétiques<br />

d'une maison unifamiliale, et ce,<br />

directement au point de consommation,<br />

réduisant la dépendance du réseau électrique<br />

traditionnel. Elle affiche un rendement<br />

de 45% au niveau thermique et 45% au<br />

niveau électrique, qui combinés, offre un<br />

rendement de 90% jusqu'aux consommateurs<br />

comparé à 30% pour une centrale<br />

thermique traditionnelle, explique Benoit<br />

Lespagnol.<br />

Un engouement au-delà des frontières<br />

La technologie a déjà fait ses preuves au<br />

Japon, souligne Benoit Lespagnol: «Lors de la<br />

catastrophe de Fukushima, le gouvernement a<br />

décidé d’arrêter du jour au lendemain ses centrales<br />

nucléaires, ce qui représentait 30 à 40%<br />

de la production électrique du pays. Les<br />

Japonais ont dû trouver des solutions et très<br />

rapidement, ils se sont dirigés vers la technologie<br />

de cogénération à pile à combustible, dont<br />

il s'est vendu plus de 70.000 unités l'année<br />

dernière». L’Union européenne a elle aussi<br />

décidé de miser sur cette technologie avec le<br />

projet ene.field qui supporte une partie des<br />

frais de développement des constructeurs. Il<br />

vise à implanter un vaste réseau témoin de<br />

1.000 cogénérations à pile combustible dont<br />

font partie les deux Logapowers en phase de<br />

test au Grand-Duché, fruits d’une collaboration<br />

entre Buderus, Enovos et Neobuild. «Le<br />

lancement sur le marché est prévu début 2018<br />

pour un coût, au stade de la recherche actuelle<br />

estimé aux alentours de 25.000 euros, ce qui<br />

représente encore un gros investissement»,<br />

avertit Benoit Lespagnol. Malgré son coût,<br />

Benoit Lespagnol voit dans la Logapower une<br />

véritable opportunité: «Les énergies renouvelables<br />

sont incontournables pour atteindre<br />

l’objectif d’une autonomie mais pour cela il<br />

faudra les combiner avec des batteries performantes,<br />

ce dont nous ne disposons pas encore<br />

actuellement. Ces technologies innovantes<br />

comme la pompe à chaleur au gaz naturel ou<br />

la cogénération à pile à combustible sont donc<br />

des étapes intermédiaires très prometteuses».<br />

Ferroknepper Buderus S.A.<br />

Zone Industrielle Um Monkeler<br />

L-4149 Esch-sur-Alzette<br />

Tel. 55 40 40-1 • Fax: 55 40 40-222<br />

www.buderus.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

99


Energie<br />

Best of <strong>LG</strong> 177<br />

Cartographier l’efficacité<br />

énergétique des communes<br />

Au sein du groupe CDEC (Conseil pour le développement économique de la construction),<br />

l’agence sectorielle luxembourgeoise de l’efficacité énergétique des bâtiments,<br />

nommée Cocert, est spécialisée en ingénierie. Elle a également mis en chantier<br />

des outils cadastraux au bénéfice des communes, que nous détaille Benoît Martin,<br />

ingénieur projet.<br />

“<br />

Le cadastre solaire<br />

remporte un franc succès,<br />

avec environ 10% du territoire<br />

du Luxembourg<br />

qui a déjà été couvert<br />

”<br />

«L’efficacité énergétique c’est simplement<br />

rationaliser la consommation de l’énergie»<br />

explique Benoît Martin, «dans notre secteur,<br />

celui de la construction, cela implique<br />

de rendre les bâtiments très efficients.<br />

Pour cela, nous visons à réduire leurs<br />

besoins en énergie aux plus faibles possible.<br />

L’efficacité énergétique est recherchée<br />

autant au regard de l’enveloppe thermique<br />

-la composition des parois, la bonne gestion<br />

des apports solaires, l’étanchéité à l’air-,<br />

que par rapport aux installations techniques,<br />

tels que des équipements adéquats de<br />

production de chaleur ou de renouvellement<br />

d’air.<br />

L’agence Cocert guide ses clients sur leur<br />

projet de construction et rénovation, et définit<br />

les critères répondant à cette exigence<br />

environnementale.<br />

«Le but est de donner à notre clientèle les<br />

moyens d’atteindre et de garantir cette performance»<br />

décrit Benoît Martin: un véritable<br />

enjeu, puisque le milieu de la construction<br />

est un gros émetteur de CO 2,gaz à effet de<br />

serre nocif pour le climat. En effet, 30% de<br />

ces émissions au Luxembourg résultent du<br />

chauffage des bâtiments et de la mise à disposition<br />

d’eau chaude.<br />

Plusieurs prix pour des prestations<br />

vertes<br />

«Nous avons reçu le label "Made In<br />

Luxembourg" sur l’ensemble de nos services,<br />

fin 2014. Nos activités principales sont le<br />

conseil et la certification basse énergie et<br />

passif» décrit-il. L’agence Cocert accompagne<br />

les différents jalons d’un projet, selon<br />

une politique "clé en main en énergie": des<br />

recommandations lors de l’étude du projet,<br />

en passant par l’assistance à maîtrise d’ouvrage,<br />

aux contrôles de qualité, jusqu’à la<br />

certification énergétique finale. «Nous nous<br />

occupons notamment de l’élaboration des<br />

dossiers de subventions accordées par<br />

l’Administration de l'Environnement.<br />

La recevabilité de nos dossiers est supérieure<br />

à90%, ce qui équivaut à, depuis notre création<br />

en 2009, un peu moins de 4 millions<br />

d’euros pour nos clients dans le secteur résidentiel,<br />

aussi bien pour une construction<br />

neuve, mais également pour le volet rénovation<br />

énergétique».<br />

A côté de ces domaines core business,<br />

Cocert propose d’autres services innovants:<br />

des cadastres énergétiques. Ces outils permettent<br />

aux administrations communales<br />

d’analyser directement l’efficacité énergétique<br />

100<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


de leur territoire, et ensuite de communiquer<br />

avec leurs citoyens sur les possibilités<br />

d’amélioration à mettre en œuvre.<br />

«Nous avons développé ces services avec le<br />

soutien du ministère de l’Economie, de l’administration<br />

du Cadastre et de la<br />

Topographie, de Neobuild, ainsi que<br />

d’Enovos, notre partenaire pour la commercialisation.<br />

Nous proposons une cartographie<br />

aérienne, à l’échelle de la commune, qui permet<br />

de visualiser l’ensemble du territoire<br />

selon trois volets. Pour ces prestations, nous<br />

sommes fiers d’avoir reçu le prix "Green<br />

Innovation of the Year" en 2014» explique<br />

Benoît Martin.<br />

Premièrement, la partie cadastre solaire offre<br />

l’évaluation du potentiel solaire des différents<br />

pans de toiture d’une unité d’habitation.<br />

«En retour, nous pouvons analyser la<br />

pertinence d’une installation de panneaux<br />

solaires, thermiques ou photovoltaïques. Ce<br />

service remporte un franc succès, avec environ<br />

10% du territoire du Luxembourg qui a<br />

déjà été couvert» se réjouit l’ingénieur projet.<br />

Il nous explique ensuite que le second cadastre<br />

est celui de la thermographie aérienne.<br />

Grâce à un survol de la ville ou du village, les<br />

points de déperdition de chaleur des différentes<br />

toitures sont repérés. «La thermographie<br />

permet, dans une première approche,<br />

au citoyen de visualiser et d’évaluer l’efficacité<br />

énergétique de son bâtiment».<br />

Enfin, le cadastre de l’éclairage public identifie<br />

les zones sur ou sous éclairées d’une<br />

agglomération. Cocert réunit les données qui<br />

en résultent et propose des pistes d’améliorations<br />

afin de mettre en place une gestion<br />

intelligente de l’éclairage public, en fonction<br />

de critères comme la sécurité routière, la<br />

sécurité des personnes, la pollution lumineuse,<br />

les nuisances aux riverains ou le gaspillage<br />

d’énergie. «De nouveau, cette étude<br />

est réalisée grâce à un survol en avion, nocturne<br />

cette fois» précise-t-il.<br />

Les communes, acteurs privilégiés<br />

Ala différence des activités de conseil et certification,<br />

plutôt destinées aux entreprises de<br />

construction, architectes, promoteurs et particuliers,<br />

ces trois volets cadastraux sont un<br />

service destiné aux communes. Enorme<br />

avantage pour elles: ces prestations rentrent<br />

parfaitement dans le cadre du Pacte Climat,<br />

mis en place par le ministère du<br />

Développement Durable et des<br />

Benoît Martin<br />

Infrastructures. En vigueur depuis 2013, ce<br />

programme pousse les administrations communales<br />

à veiller à la réduction de leur<br />

impact environnemental, ainsi qu’à surveiller<br />

leurs dépenses en énergie. Pour ce faire, elles<br />

bénéficient d’un soutien technique et financier<br />

de l’Etat.<br />

«Nos services répondent à certaines mesures<br />

définies par le Pacte Climat» ajoute Benoît<br />

Martin, «d'autres produits de cadastre énergétique<br />

sont en cours de développement.<br />

Pour ce faire, nous développons des synergies<br />

avec le très réputé bureau en ingénierie<br />

Schroeder & Associés» conclut-il.<br />

Depuis sa création, Cocert a certifié près de<br />

2.000 unités d’habitation, toutes catégories<br />

confondues, dont 70% répondant aux<br />

critères «basse énergie» et «passif». Avec<br />

son équipe d’une dizaine de personnes,<br />

l’agence s’occupe d’environ 300 projets<br />

par an, allant de la mission ponctuelle, à la<br />

réalisation du passeport énergétique d’un<br />

bâtiment, en passant par une mission étendue<br />

de la conception à la réception définitive<br />

de l’ouvrage, "clé en main en énergie".<br />

Cocert a, de plus, certifié les premières<br />

résidences passives de Luxembourg,<br />

situées au Cents.<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 101


Communes<br />

La commune de Strassen,<br />

une référence dans le domaine du<br />

développement durable et de l’égalité<br />

La commune de Strassen, bonne élève dans le domaine du développement durable, a<br />

décidé de miser sur l’éducation, l’égalité et le bien-être de ses citoyens. Interview de<br />

Gaston Greiveldinger, bourgmestre de la commune de Strassen.<br />

Quelles sont les forces de Strassen<br />

dans le domaine du développement<br />

durable?<br />

Pour moi, l’éducation a un rôle à jouer dans<br />

cette grande préoccupation de notre ère<br />

moderne et elle permet de sensibiliser les<br />

esprits aux problèmes climatiques. Vous<br />

l’avez compris, l’éducation est selon moi une<br />

priorité, mais notre commune fournit également<br />

des efforts concrets et observables:<br />

nous contribuons à la protection du climat et<br />

nous nous engageons dans la lutte contre le<br />

réchauffement climatique. Nous avons des<br />

éclairages LED, des installations photovoltaïques,<br />

notre commune est en train de relancer<br />

le Klimabündnis et nous avons signé le<br />

Klimapakt que nous essayons de mettre en<br />

place. Cela prendra encore quelques mois,<br />

mais par la suite, nous allons réaliser un premier<br />

bilan qui permettra à la commune de<br />

voir où elle se situe exactement en matière<br />

de développement durable. On attend également<br />

le résultat de plusieurs études énergétiques<br />

afin de pouvoir cibler précisément<br />

les points à améliorer.<br />

En parlant d’éducation, quels sont les<br />

programmes que vous proposez?<br />

Nous sollicitons nos écoles, nos élèves et nos<br />

enseignants et nous les amenons à penser<br />

globalement et agir localement. Il faut définir<br />

ensemble avec les élèves quels sont les<br />

points précis où chacun peut apporter sa<br />

contribution. Le changement de mentalité<br />

doit être opéré dès le plus jeune âge car les<br />

enfants n’ont pas encore pris de mauvaises<br />

habitudes quotidiennes et ils peuvent<br />

apprendre facilement les «bons gestes».<br />

Nous avons aussi développé un service jeunesse<br />

qui propose des cours et des activités<br />

mettant à l’honneur le développement durable.<br />

On s’associe également au Science Club<br />

où les jeunes peuvent s’essayer à leurs premières<br />

expériences scientifiques.<br />

Quel pouvoir décisionnel avez-vous<br />

dans le domaine de l’éducation?<br />

Tout d’abord, il faut sensibiliser et motiver<br />

tout le personnel enseignant afin d’intégrer<br />

dans les cours dispensés aux élèves, un programme<br />

axé sur l’éducation au développement<br />

durable. Malheureusement, les programmes<br />

«classiques» scolaires sont déjà<br />

surchargés et il y a très peu de places pour de<br />

nouvelles matières et en tant que commune,<br />

nous n’avons pas grand-chose à dire dans le<br />

domaine des programmes scolaires qui sont<br />

établis par l’Etat. Voilà pourquoi nous misons<br />

surtout sur les activités péri- et parascolaires<br />

avec par exemple notre service jeunesse et la<br />

«Maison Relais» qui propose des cours et<br />

des activités en relation avec l’éducation au<br />

développement durable.<br />

Cette éducation passe-t-elle aussi par<br />

la pratique?<br />

Oui, en plus de cours théoriques et explicatifs,<br />

nous offrons aussi des activités en<br />

contact direct avec la nature grâce à une collaboration<br />

avec notre garde forestier. Celui-ci<br />

anime des discussions axées sur la nature et<br />

propose des balades de découverte en forêt.<br />

Le but est de rapprocher les jeunes de la<br />

nature, mais aussi de les sensibiliser aux problèmes<br />

écologiques et environnementaux.<br />

Ce sont des activités qui remportent beaucoup<br />

de succès et nous enregistrons à chaque<br />

activité une forte participation.<br />

La commune de Strassen s’illustre-telle<br />

dans un autre domaine que le<br />

développement durable?<br />

Oui, notre commune est également très<br />

engagée au niveau de l’égalité sous toutes<br />

ses formes, c’est-à-dire non seulement entre<br />

les hommes et les femmes, mais aussi une<br />

égalité entre handicapés- non handicapés,<br />

étrangers- non étrangers, etc. Nous réalisons<br />

un projet de plan d’action communal citoyen<br />

baptisé «Bien-être dans la DiverCité». Ce<br />

projet est alimenté par trois engagements: la<br />

Charte européenne pour l’Égalité des chances<br />

entre Femmes & Hommes, la Charte de<br />

la Diversité et le Plan Communal d’intégration.<br />

102<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Pourquoi accorder une si grande<br />

importance à la diversité?<br />

La situation à Strassen est particulière puisque<br />

nous avons 60% de notre population<br />

qui est non luxembourgeoise. Nous rencontrons<br />

donc un problème de communication<br />

et la question qui se pose est de<br />

savoir comment bien communiquer avec<br />

tout le monde. À Strassen, plus de 100<br />

nationalités différentes se côtoient, nos<br />

publications doivent être rédigées en langue<br />

luxembourgeoise, allemande, française<br />

et de plus en plus en langue anglaise.<br />

Ce n’est donc pas toujours évident de<br />

gérer cet aspect de la communication,<br />

mais nous essayons de perfectionner et<br />

d’intensifier davantage la communication<br />

avec notre population. Nous voulons également<br />

créer le meilleur environnement<br />

possible pour accueillir notre population<br />

dont la diversité nous incite à prendre des<br />

mesures.<br />

Quel est le rapport entre la diversité et<br />

le bien-être?<br />

Nous partons toujours du principe qu’un habitant<br />

de Strassen doit se sentir bien chez nous et<br />

chaque commune vous tiendra le même discours.<br />

Mais derrièrece concept, nous nous appliquons<br />

vraiment à tout mettre en place pour<br />

offrir ce bien-être qui va par la suite favoriser l’intégration.<br />

Par exemple, nous nous assurons<br />

d’offrir en suffisance des lieux de rencontre qui<br />

vont permettre à tous nos habitants de pouvoir<br />

se rencontrer et échanger entre eux. À travers<br />

«Bien-êtredans la DiverCité», nous avons mis en<br />

place un groupe de travail, dont je fais partie, et<br />

celui-ci a pour but d’analyser la meilleure façon<br />

de communiquer avec nos concitoyens. Suite à<br />

ce groupe de travail, nous avons décidé de multiplier<br />

encore davantage les actions du genre<br />

«café de langue», «ambassadeurs de quartiers»<br />

et plus généralement, toutes les activités permettant<br />

et facilitant un rapprochement et un<br />

dialogue entrenos habitants.<br />

“<br />

Gaston Greiveldinger<br />

Le changement<br />

de mentalité doit êtreopéré<br />

dès le plus jeune âge<br />

”<br />

Administration Communale de Strassen<br />

1, Place Grande-Duchesse Charlotte<br />

B.P. 22<br />

L-8001 Strassen<br />

Tél. 31 02 62 - 1<br />

Fax: 31 02 62 - 111<br />

Mail: reception@strassen.lu<br />

www.strassen.lu<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 103


Communes<br />

Best of <strong>LG</strong> 182<br />

Quatre luxembourgeoises<br />

vraiment Green<br />

En collaboration avec le ministère du Développement durable et des Infrastructures et<br />

du Parc de l’Our, myenergy a organisé une remise de certifications “Pacte Climat“.<br />

Seize communes se sont vues remettre le précieux sésame et ont ainsi rejoint les<br />

42 autres déjà certifiées. C’est dans les locaux du verdoyant Parc Naturel de l’Our que<br />

le “European Energy Award Gold“ a été remis à quatre communes: Beckerich, Parc<br />

Hosingen, Tandel et Schifflange.<br />

Un trophée de poids<br />

Toutes les communes primées ont réussi leur<br />

audit depuis mai 2015. Le premier niveau<br />

requiert un total de 40% et le deuxième 50%.<br />

Pour obtenir la plus haute certification, il faut<br />

plus de 75% de points acquis. Ce troisième<br />

niveau équivaut au label international<br />

“European Energy Ayard Gold“ utilisé par<br />

d’autres pays européens comme l’Allemagne,<br />

la France, l’Italie, Monaco, l’Autriche et la<br />

Suisse. Jugées au niveau national mais également<br />

par des auditeurs certifiés au niveau<br />

international, les communes ont été récompensées<br />

d’un standard reconnu à l’étranger.<br />

Les quatre luxembourgeoises se sont rendues<br />

par la suite à Leipzig pour la remise des certificats<br />

internationaux qui fut également l’occasion<br />

de dialogues intercommunaux, entre<br />

très bons élèves donc.<br />

Une politique à long terme<br />

Le premier plan communal pour l’énergie a<br />

débuté dès 1997 à Beckerich. L’objectif étant<br />

l’autonomie énergétique mais également la<br />

volonté d’incarner le rôle de précurseur dans<br />

la protection du climat. La commune s’est<br />

donnée les moyens d’y parvenir avec sa<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


coopérative pour l’installation de bio méthanisation,<br />

sa chaudière à copeaux de bois et son<br />

réseau de chaleur qui alimente 200 foyers. Elle<br />

ainstallé des panneaux photovoltaïques sur<br />

les bâtiments communaux et permis à ses<br />

habitants d’en acquérir des parts pour contribuer<br />

à la production d’énergie renouvelable.<br />

La commune rurale de Parc Hosingen a une<br />

approche durable du développement de son<br />

territoire. Elle collabore ainsi dans le cadre du<br />

Pacte Climat avec le Parc Naturel de l’Our<br />

dans l’objectif de sensibiliser ses citoyens. Un<br />

projet éolien est actuellement en pleine planification<br />

dans l’optique d’accéder à une<br />

autonomie énergétique d’ici 2018.<br />

Enfin Schifflange a été la première commune<br />

luxembourgeoise à instaurer une limitation de<br />

vitesse à 30km/h dans toutes les zones d’habitation.<br />

Prêt de la moitié de ses bâtiments<br />

sont alimentés par un système de chauffage<br />

urbain à cogénération électricité-chaleur. Via<br />

de nombreuses rénovations énergétiques de<br />

bâtiments et l’achat d’électricité verte pour<br />

tous ses locaux communaux, Schifflange a<br />

divisé ses émissions de CO 2 par deux depuis<br />

2000. À l’avenir, la commune souhaite encourager<br />

ses concitoyens à entreprendre la rénovation<br />

énergétique de leur propre habitation.<br />

Au cœur de la soirée<br />

Puisque c’est la commune de Parc Hosingen<br />

qui a obtenu la meilleure note durant la<br />

période d’évaluation, la cérémonie s’est<br />

tenue dans son centre écologique. Le président<br />

du Parc Naturel de l’Our, Emile Eicher a<br />

prononcé un mot de bienvenue qui a précédé<br />

le discours du secrétaire d’Etat au<br />

Développement durable et aux<br />

Infrastructures. Dans un contexte de préparation<br />

à la conférence mondiale de Paris - la<br />

fameuse COP 21 - Camille Gira a rappelé le<br />

rôle majeur que jouent les communes dans la<br />

protection de l’environnement.<br />

Les conseillers climat ont présenté les différents<br />

projets de leurs communes respectives<br />

avant que les représentants politiques des<br />

communes certifiées exposent à leur tour<br />

leurs atouts.<br />

Une jolie soirée qui s’est terminée avec la<br />

remise des trophées et clôturée autour d’un<br />

verre de l’amitié.<br />

JuB<br />

Source: Portail de l’environnement<br />

du gouvernement<br />

“<br />

Beckerich, ParcHosingen,<br />

Tandel et Schifflange, toutes<br />

lauréates de l’'European<br />

Energy Award Gold‘<br />

”<br />

Copyright des illustrations ©Ministère de l'Environnement<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 105


Communes<br />

Best of <strong>LG</strong> 180<br />

Le syndicat Prosud<br />

C’est à la sortie d’une réunion concernant le plan de mobilité pour les employés communaux<br />

que nous avons rencontré Dan Biancalana, bourgmestre de Dudelange et Président de Prosud<br />

depuis 2014. Le syndicat, qui regroupe onze communes de la région sud, a été créé en 2003.<br />

Si certains continuent de véhiculer une image industrielle de la région, force est de<br />

constater qu’avec l’Université, les centres de recherches et les centres culturels, le chemin<br />

parcouru est énorme et que les Terres Rouges sont devenues un lieu d’innovations.<br />

“<br />

Après dix ans<br />

d’existence, l’autocritique<br />

est primordiale<br />

”<br />

Vous aviez déclaré que votre stratégie<br />

serait au plus près des besoins des<br />

communes, pouvez-vous nous dire où<br />

en sont les avancées?<br />

Je crois qu’il y a dans le travail actuel de Prosud,<br />

un volet à court terme, à moyen et à long termes.<br />

Le court terme permet à nos concitoyens de<br />

ressentir rapidement l’aboutissement de notre<br />

travail. Je prends pour exemple les discussions<br />

actuelles sur les E-bike qui requièrent des<br />

échanges intercommunaux dans le but de<br />

visualiser la carte des villes participantes à ce<br />

réseau. Ces échanges permettent d’élaborer<br />

une stratégie efficace afin de relier les pistes<br />

cyclables intercommunales au réseau national.<br />

Pour ce qui est de la communication et plus particulièrement<br />

du “Hotcity”, nous travaillons sur<br />

une application avec un visuel commun où chaque<br />

commune sera libre de choisir le contenu qui<br />

lui conviendra. Esch-sur-Alzette est un précurseur<br />

mais d’autres sont déjà intéressées. Si ces deux<br />

projets ont des impacts directs sur les citoyens,<br />

d’autres doivent êtrepensés sur le long terme.<br />

La nouvelle convention signée avec le ministère<br />

du Développement durable consolide notre<br />

collaboration en nous assurant un financement<br />

annuel de 50.000 euros pour les cinq prochaines<br />

années. Nous avons défini des lignes directrices<br />

sur lesquelles nous travaillerons ensemble<br />

et le volet du développement durable dans la<br />

région sud pourra être analysé davantage.<br />

Très prochainement, la réunion concernant le<br />

Plan d’Aménagement Communal Sud devrait<br />

permettre une meilleure harmonisation des différents<br />

projets concernant les zones de développement<br />

économique et du logement, car dès<br />

lors qu’on peut les visualiser, les intérêts seront<br />

plus justement communiqués au gouvernement.<br />

Quelles sont justement vos actions<br />

concernant la pénurie de logement?<br />

Ce sujet important figure au calendrier de Prosud<br />

et nous discutons régulièrement des logements<br />

sociaux locatifs que les communes gèrent, qu’elles<br />

font construireou que les promoteurs publics<br />

font construire. Le sud du pays connait un réel<br />

dynamisme en la matière avec des initiatives parfois<br />

semblables mais parfois différentes. L’enjeu<br />

est alors de les regrouper afin d’avoir une vue<br />

d’ensemble car il ne s’agit pas d’inventer sans<br />

cesse de nouveaux plans, nous pouvons également<br />

nous inspirer des réussites existantes.<br />

Nos objectifs ne sont pas nécessairement chiffrés<br />

parce que chaque commune est autonome en la<br />

matière, mais je rappelle que presque toutes les<br />

communes du sud ont signé le pacte logement<br />

qui les engage à une croissance de 1,5% sur dix<br />

ans, ce qui donne une certaine ligne de route.<br />

Il existe une réelle volonté de l’Etat et des communes<br />

de trouver les terrains adéquats afin de<br />

mettre en place des projets de constructions.<br />

106<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Dan Biancalana<br />

L’Université de Luxembourg vient de<br />

s’installer à Belval, quels sont les chantiers<br />

qu’il reste à faire?<br />

Certaines communes ont déjà mis en place<br />

des logements pour les étudiants et nous<br />

avons édité une brochure disponible en ligne<br />

pour visualiser les infrastructures sportives et<br />

culturelles déjà existantes. Il reste cependant<br />

beaucoup à entreprendre sur les infrastructures<br />

sportives qui arrivent à un point de saturation.<br />

Les demandes des étudiants sont<br />

nombreuses et les infrastructures déjà utilisées<br />

par les clubs ne sauraient y répondre,<br />

c’est pourquoi le gouvernement va<br />

construire un nouveau centre sportif sur<br />

Belval.<br />

L’hétérogénéité de la population<br />

luxembourgeoise est une réalité et la<br />

région du sud a une réelle tradition en<br />

matière d’immigration et d’intégration,<br />

est-ce là l’une de vos préoccupations?<br />

Oui, Prosud a eu des réunions avec les différentes<br />

commissions d’intégration du sud et<br />

nous avons constaté que notre région comptait<br />

45% de non-Luxembourgeois, si le ratio<br />

àDudelange est de 40-60, certaines communes<br />

comme Differdange comptent plus<br />

de 50% de non-Luxembourgeois. Derrière la<br />

réalité des chiffres se trouve tout l’enjeu de la<br />

cohésion sociale et du rôle important de<br />

l’éducation et de l’enseignement.<br />

Le bourgmestre de Kayl a émis de vives<br />

critiques à l’encontrede Prosud en déclarant<br />

que le syndicat «ne remplissait pas<br />

ses fonctions» et que Esch-sur-Alzette et<br />

Dudelange «étaient toujours au centre<br />

des débats», comment vous positionnezvous<br />

face à ces déclarations?<br />

En tant que président, mon rôle est de faire<br />

évoluer la région sud. Le syndicat est un porteparole<br />

de la région pour le gouvernement qui le<br />

considère comme un collaborateur important.<br />

L’une des premières actions de la nouvelle<br />

équipe a été d’aller à la rencontre de la commune<br />

de Kayl et d’écouter les critiques du<br />

collège des bourgmestres et échevins. Les critiques<br />

émises étaient fondées et elles ont été<br />

intégrées dans notre programme de travail.<br />

Certes, en fonction des projets qui sont<br />

définis, certains concernent davantage<br />

Dudelange et Esch mais il s’agit d’une notion<br />

de complémentarité. Tous les projets n’ont<br />

pas de bénéfices directs pour toutes les communes.<br />

Nous avons entrepris une refonte des<br />

statuts, des missions et des planifications et je<br />

considère ces critiques comme constructives.<br />

Après dix ans d’existence, l’autocritique est<br />

primordiale et c’est pour cela qu’en novembreprochain,<br />

des ateliers de travail sur le plan<br />

directeur sud invitera toutes les forces vives<br />

de la région et en dehors à prendre part aux<br />

débats. Des acteurs communaux, politiques,<br />

des employés communaux, des fonctionnaires<br />

et des acteurs étatiques comme les ministères,<br />

l’Université, la Chambre de Commerce,<br />

pourront apporter leur expertise. JuB<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale 107


Communes<br />

Best of <strong>LG</strong> 175<br />

«Un véritable “landmark” au centre ville»<br />

La disparition de la gare routière Hamilius sera la première étape sensible pour les usagers<br />

du lancement d’un projet de grande ampleur qui devrait changer le visage de la Ville de<br />

Luxembourg et lui insuffler une nouvelle dynamique. A quelques semaines de cette<br />

échéance, le point sur le futur quartier Royal-Hamilius avec la bourgmestre, Lydie Polfer.<br />

Quelles étaient les priorités de la Ville<br />

lorsqu’elle a lancé le projet Royal-<br />

Hamilius? Quels éléments ont été privilégiés?<br />

Quand nous avons lancé le concours en<br />

2009, le but était de repenser et de redévelopper<br />

le centre-ville: nous voulions créer un<br />

îlot d’une haute qualité architecturale et<br />

urbanistique avec des séquences d’immeubles,<br />

d’espaces publics, de passages, d’aires<br />

de détente… et réaliser en plein centre un<br />

projet mixte combinant commerces, logements,<br />

bureaux, horeca et services.<br />

Il nous importait avant tout de créer un<br />

espace ouvert vers la ville avec de multiples<br />

accès et un pôle d’attraction rayonnant non<br />

seulement au niveau national mais aussi au<br />

niveau régional.<br />

Quels objectifs la Ville poursuit-elle en<br />

réalisant ce projet? Quelle plus-value<br />

ce projet va-t-il apporter par rapport à<br />

la situation existante?<br />

Avec son architecture ouverte et accueillante,<br />

le projet Royal-Hamilius changera le<br />

visage du centre-ville qui deviendra résolument<br />

moderne!<br />

L’extension de la zone piétonne dans la rue<br />

Aldringen, la Grand-Rue et l'avenue Monterey<br />

jusqu'au boulevard Royal et la création d’une<br />

place de rencontredevant l’Hôtel des Postes et<br />

d’autres espaces publics contribueront à rendre<br />

la capitale encore plus attrayante.<br />

De plus, l’offre commerciale au centre-ville<br />

sera démultipliée. Le nouveau supermarché,<br />

le Department Store et les autres magasins<br />

augmenteront certainement le flux de visiteurs,<br />

dont bénéficieront également les commerces<br />

dans les rues avoisinantes.<br />

Enfin, grâce à ce projet, une série de logements<br />

seront créés au centre qui sera donc plus “habité”<br />

àpartir de 2019: 7.500 m 2 de surfaces habitables<br />

sont prévus dans les nouveaux bâtiments.<br />

Dans l’ensemble, je pense que le projet Royal-<br />

Hamilius améliorera la qualité de vie dans l’espace<br />

urbain, non seulement pour les citoyens,<br />

mais aussi pour les personnes qui viennent travailler<br />

quotidiennement à Luxembourg-Ville.<br />

“<br />

Il nous importait avant<br />

tout de créer un espace<br />

ouvert vers la ville et un<br />

pôle d’attraction<br />

”<br />

Quels sont les critères décisifs qui ont<br />

fait pencher la balance en faveur du<br />

projet porté par l’association Foster and<br />

Partners – Tetra Kayser Paul & associés?<br />

Le projet de Foster and Partners/Tetra Kayser<br />

Paul & associés a convaincu le jury tout<br />

d’abord par sa structure claire, son identité<br />

forte et son attrait, entre autres touristique,<br />

pour notre capitale: il est porteur d’image,<br />

un véritable “landmark” au centre ville.<br />

Puis, nous avons particulièrement apprécié la<br />

création d’espaces publics au niveau de la<br />

rue, notamment devant l’Hôtel des Postes,<br />

dégagé et mis en valeur, et en hauteur. La<br />

terrasse sur le toit offrira une vue époustouflante<br />

sur la ville!<br />

Enfin, le projet de l’équipe lauréate s’est distingué<br />

par son côté multifonctionnel. Il propose<br />

des logements, permettant d’“habiter<br />

la place”, des bureaux et services, combinés<br />

àun concept commercial réfléchi: complémentaire<br />

àl’offre existante, avec quelques<br />

grands magasins agissant comme véritable<br />

locomotive.<br />

Quand le projet sera-t-il finalisé et<br />

quelles seront les étapes marquantes<br />

de sa réalisation d’ici là?<br />

Pour la Ville de Luxembourg, une des dates<br />

clés est le premier juin, puisque la gare routière<br />

Hamilius disparaîtra à ce moment-là et<br />

le réseau des bus municipaux et régionaux<br />

sera réorganisé.<br />

La prochaine grande étape du projet luimême<br />

sera l’ouverture du nouveau parking<br />

offrant plus de 600 places au cœur de la ville,<br />

et du Department Store, prévue mi-2018.<br />

Un an plus tard, en automne 2019, le<br />

calendrier du promoteur prévoit la finalisation<br />

du projet Royal-Hamilius, lorsque les<br />

commerces, bureaux et logements seront<br />

disponibles et que les aménagements extérieurs<br />

et les espaces publics seront parachevés.<br />

108<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Lydie Polfer


Communes<br />

Des innovations<br />

au service de l’environnement<br />

LAMESCH Exploitation s.a., référence au Grand-Duché de Luxembourg dans le domaine<br />

de la collecte, du tri, du recyclage, du traitement, de l’élimination des déchets ainsi que<br />

du nettoyage public et industriel, est perpétuellement en mouvement et à la recherche<br />

d’innovation tout en étant à l’écoute de ses clients. «Être innovant c’est savoir anticiper<br />

et répondre aux besoins des clients» nous explique Alain Jacob, Administrateur<br />

Directeur Général de la société.<br />

“<br />

Le concept<br />

de “micro-parc à container”<br />

aété imaginé pour allier<br />

économie et écologie<br />

”<br />

M. Jacob, vous nous parlez d’innovation,<br />

qu’entendez-vous exactement?<br />

L’innovation c’est se tourner vers le progrès<br />

et chercher des solutions pour répondre<br />

aux défis actuels et futurs de la planète.<br />

Il faut savoir se renouveler et anticiper<br />

les besoins de nos clients pour satisfaire<br />

toutes leurs demandes. L’innovation<br />

est un pilier de l’économie circulaire, c’est<br />

en innovant qu’on trouve les meilleures<br />

solutions de recyclage et de valorisation.<br />

Ceci étant une priorité, nous recherchons<br />

continuellement des solutions qui favorisent<br />

l’économie circulaire en récupérant<br />

toujours plus de fractions de déchets triés.<br />

Anotre niveau, l’innovation se situe plus<br />

sur les dispositifs de collecte proposés.<br />

Nous portons également une attention<br />

particulière à nos infrastructures afin qu’elles<br />

soient respectueuses de l’environnement.<br />

Pouvez-vous nous présenter les différentes<br />

nouveautés qui ont été proposées<br />

au cours de l’année écoulée à vos<br />

clients?<br />

Tout au long de l’année 2015, nous avons<br />

mis en place différents services à disposition<br />

de nos clients.<br />

Premièrement le service «e-Container», destiné<br />

aux résidences. Ce dispositif permet de<br />

facturer les ménages selon les déchets résiduels<br />

produits (via un système de badge) et<br />

in fine les encourager à trier davantage les<br />

matières recyclables. Ce service s’inscrit également<br />

dans une offre globale destinée aux<br />

résidences. En effet, nous collectons les<br />

déchets produits (résiduels, recyclables ainsi<br />

que les déchets spéciaux en petite quantité:<br />

ampoules, piles, graisses végétales…), nous<br />

proposons des prestations d’assainissement<br />

préventifs et curatifs ainsi que des prestations<br />

de nettoyage (des communs, des gouttières<br />

et déneigement). Cette offre globale<br />

est avant tout un gain de temps pour la<br />

société en charge de la résidence puisqu’un<br />

seul interlocuteur est nécessaire pour la gestion<br />

de l’ensemble des prestations.<br />

Deuxièmement, des containers semi-enterrés<br />

sont désormais proposés aux clients qui produisent<br />

beaucoup de déchets. Ces containers<br />

sont partiellement enfouis et donc peu<br />

encombrants tout en offrant un espace de<br />

stockage de 3.000 à 5.000 litres. Cette solution<br />

assure une hygiène parfaite notamment<br />

grâce à «l’effet de cave» (température du<br />

sous-sol excédant rarement les 12°C) qui<br />

ralentit le processus de décomposition et<br />

freine le développement des bactéries.<br />

De plus, le couvercle est équipé d’une serrure<br />

110<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Alain Jacob<br />

qui permet aux clients de s’assurer que les<br />

déchets collectés sont bien issus de leur production.<br />

La hauteur du couvercle est ergonomique<br />

puisqu’elle est idéale pour la manutention<br />

des charges lourdes. Ces containers<br />

sont proposés pour les fractions de déchets<br />

de verre, papiers/cartons et déchets résiduels.<br />

Le volume de stockage important permet<br />

de réduire considérablement la fréquence<br />

des vidanges et est donc plus économique<br />

pour le client.<br />

Enfin, le concept de «micro-parc à container»<br />

a été imaginé pour allier économie et<br />

écologie. En effet, les entreprises qui optent<br />

pour la mise en place de ce service proposent<br />

à leur personnel d’apporter leurs déchets<br />

recyclables dans un micro-parc à container<br />

installé sur leur site. La zone de tri d’une surface<br />

de 17,5 m 2<br />

est gérée par Lamesch qui<br />

collecte les déchets pour les recycler.<br />

Différents flux de déchets y sont triés tels<br />

que les papiers/cartons, les bouteilles en<br />

plastique, le verre, les canettes et conserves,<br />

etc.<br />

Quelles sont les initiatives que votre<br />

société prend en faveur de l’environnement?<br />

Nos sites de Bettembourg et Holzthum sont<br />

également équipés de débourbeurs-déshuileurs<br />

et d’un système de rétention des eaux.<br />

Nous avons aussi optimisé les parcours de<br />

Bien entendu, ces flux de déchets peuvent<br />

Notre société cherche perpétuellement à<br />

collecte et formé nos chauffeurs à l’éco-<br />

être adaptés à la demande du client.<br />

répondre aux différentes normes environne-<br />

conduite afin de réduire nos émissions de<br />

L’entreprise propose donc un service qui faci-<br />

mentales. L’année 2015 a été riche en travaux.<br />

CO 2.<br />

lite la vie des collaborateurs. En effet, grâce à<br />

Tout d’abord sur notre site de Bettembourg<br />

ce service, le personnel peut apporter ses<br />

avec la construction d’un nouveau hall que<br />

déchets sur son lieu de travail et ainsi se<br />

nous avons équipé d’une pompe à chaleur et<br />

dégager du temps libre le week-end puisque<br />

qui répond à l’ensemble des normes en<br />

les déplacements potentiels à la déchetterie<br />

vigueur. Nous avons également profité du<br />

n’auront plus lieu d’être. Un gain de temps<br />

changement de notre logo pour installer un<br />

certes mais aussi des rejets de CO 2 évités.<br />

éclairage LED sur nos nouvelles enseignes<br />

LAMESCH Exploitation s.a.<br />

Un sujet au cœur de l’actualité avec la<br />

lumineuses. Notre site d’Holzthum, situé dans<br />

12, Z.I. Wolser 2<br />

COP21 qui vient de se clore. Il n’y a pas que<br />

le nord du pays, a, quant à lui, été totalement<br />

B.P. 75<br />

les Etats qui sont concernés, chacun à son<br />

réaménagé au cours de l’année. Des travaux<br />

L-3201 Bettembourg<br />

niveau, particulier comme entreprise, peut<br />

faire un geste pour préserver notre planète.<br />

La mise en place de ce micro-parc à container<br />

sert avant tout l’économie circulaire.<br />

de dépollution du sol ont été effectués, un<br />

nouveau hall construit, 200 m 2<br />

de panneaux<br />

photovoltaïques installés et un éclairage LED<br />

mis en place sur la totalité du site.<br />

Tél.: 52 27 27-1<br />

Fax: 51 88 01<br />

E-mail: lamesch@lamesch.lu<br />

www.lamesch.lu<br />

Source photos: LAMESCH<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

111


Communes<br />

Une évolution<br />

économiquement raisonnable<br />

Plus d’une année après son entrée en fonction comme directeur de La PIDAL, Patrick<br />

Rausch, économiste de formation, nous parle de sa mission: rendre le complexe encore<br />

plus attractif… en optimisant les moyens. Interview.<br />

l’argent public<br />

“<br />

”<br />

Nous travaillons avec<br />

Monsieur Rausch, quel est votre rôle en<br />

tant que directeur de la PIDAL?<br />

Aujourd’hui, la vigilance est de mise en<br />

matière de dépenses publiques, et elle le sera<br />

sans doute de plus en plus à l’avenir. Or, une<br />

piscine constitue un poste de dépense important<br />

pour une commune. En janvier 2014,<br />

j’avais notamment été embauché pour<br />

contrôler les coûts existants et également<br />

pour voir comment on peut optimiser notre<br />

infrastructure et améliorer nos services avec<br />

les moyens à notre disposition. Dans un<br />

contexte où la concurrence est toujours plus<br />

importante, nous devons nous adapter et<br />

positionner nos services piscine, sauna, wellness,<br />

fitness et restaurant de sorte à ce qu’ils<br />

soient encore plus attractifs pour nos clients.<br />

Lorsque vous avez commencé votre<br />

mission, vous avez succédé à Monsieur<br />

Marc Thinnes qui a géré la PIDAL pendant<br />

20 ans. Quelle est votre impression<br />

de la fonction?<br />

Apprendre à connaître la PIDAL est une<br />

tâche continue; il y a tout de même presque<br />

34 ans d’historique à rattraper! Pour moi, la<br />

PIDAL est un établissement intéressant parce<br />

qu’il fonctionne bien vu qu’il a été bien géré<br />

dans le passé. Mais, même dans un établissement<br />

qui fonctionne bien, il y a toujours des<br />

points qui peuvent êtreperfectionnés. Je dois<br />

maintenant identifier les évolutions qui peuvent<br />

potentiellement être mises en place<br />

pour offrir aux habitants des communes du<br />

syndicat et aux autres utilisateurs de nos<br />

installations un service à la hauteur de leurs<br />

attentes tout en gérant au mieux l’argent mis<br />

àdisposition par les communes. Nous travaillons<br />

avec l’argent public.<br />

Nous visons donc une évolution économiquement<br />

raisonnable, tout en gardant une<br />

vocation sociale qui consiste à n’exclure personne<br />

en pratiquant des tarifs accessibles.<br />

C’est l’équilibre très précaire que nous cherchons<br />

à maintenir et je pense que nous sommes<br />

sur le bon chemin pour y arriver.<br />

Quelles sont les pistes d’amélioration<br />

que vous envisagez?<br />

L’un des objectifs est d’assurer que les services<br />

autres que la piscine arrivent à se supporter<br />

par les recettes générées en leur sein, de<br />

sorte à ne pas devoir recourir à l’argent<br />

public pour les faire fonctionner.<br />

Dans ce contexte, j’aimerais que la PIDAL soit<br />

vue comme une entité et non pas comme un<br />

regroupement de plusieurs services séparés.<br />

De nombreuses personnes profitent, en effet,<br />

de l’un ou de l’autre des services offerts: piscine,<br />

sauna, fitness, wellness ou restaurant,<br />

sans pour autant profiter d’autres éléments<br />

de notre offre. Nous veillons à promouvoir à<br />

tous les niveaux les différents services que<br />

nous proposons de sorte à faire connaitre la<br />

gamme complète de nos services même au<br />

client qui ne vient que pour profiter d’un<br />

service particulier. Il s’agit par exemple d’informer<br />

le client fitness de l’effet bénéfique<br />

d’une séance de sauna sur la régénération<br />

de la musculation voire de la possibilité d’un<br />

massage pour assouplir la musculation.<br />

112<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Patrick Rausch<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale<br />

113


Communes<br />

Au client qui recherche la détente au sauna,<br />

nous proposons un passage dans notre bassin<br />

d’eau de mer, unique dans la région, qui<br />

lui offre une option supplémentaire très<br />

agréable pour évacuer le stress de la journée.<br />

Et pourquoi ne pas se gâter avec un repas<br />

gastronomique au restaurant ‘Aux berges’<br />

lorsque les objectifs visés sont atteints?<br />

Le complexe comprend un restaurant<br />

qui n’a pas la visibilité qu’il mériterait.<br />

Ya-t-il des nouveautés de ce côté-là<br />

aussi?<br />

Ceci s’explique par le fait que le restaurant<br />

‘Aux Berges’ était initialement accessible uniquement<br />

depuis le sauna. Il est désormais<br />

“<br />

Nous nous distinguons<br />

avec une qualité au-dessus<br />

de la moyenne<br />

”<br />

Nous voulons également améliorer notre<br />

pourtant ouvert àtoute clientèle et il vaut le<br />

communication afin de mieux tenir informés<br />

détour puisque notre chef concocte une cui-<br />

nos clients actuels et potentiels sur la qualité<br />

sine gastronomique digne d’une étoile<br />

et l’étendue de notre offre. Ainsi, nous envi-<br />

Michelin. D’ailleurs, la plupart des clients qui<br />

sageons de revoir notre site Internet, notam-<br />

ont une fois découvert le restaurant n’hési-<br />

ment les parties interactives et nous travail-<br />

tent pas à revenir.<br />

lons sur une meilleure intégration de notre<br />

site Internet pour smartphones.<br />

Pour mieux profiter du fait que le restaurant<br />

Nous continuons à assurer que toutes nos<br />

est disponible exclusivement à la clientèle<br />

installations soient toujours en excellent état<br />

externe les samedis soirs à partir de 19:00<br />

et impeccablement propres. En parallèle,<br />

heures, heure de fermeture du sauna, nous<br />

nous analysons de quelle manière nous<br />

avons introduit des soirées gastronomiques.<br />

devrions au mieux faire évoluer nos installa-<br />

Deux fois par mois, notre chef utilise toutes<br />

tions afin de répondre aux besoins futurs de<br />

ses capacités pour créer des menus gastrono-<br />

notre clientèle.<br />

miques autour d’un sujet culinaire spécifique<br />

tel que ‘La Bourgogne’, ‘Les délices de la<br />

Comment la PIDAL se distingue-t-elle<br />

par rapport aux autres piscines des<br />

alentours?<br />

Nous nous distinguons par une qualité audessus<br />

de la moyenne, aussi bien au niveau<br />

des services et des infrastructures que de<br />

l’hygiène. Nous insistons beaucoup sur ce<br />

dernier point et nous tentons de nous rapprocher<br />

le plus possible de la perfection.<br />

mer’, ‘La Toscane’, ou encore ‘La gastronomie<br />

luxembourgeoise’.<br />

Les samedis entre les soirées gastronomiques,<br />

nous avons lancé un nouveau concept<br />

de soirées conviviales, ou le chef propose, à<br />

un prix plus modéré, des menus plus simples,<br />

comme la paella, la fondue bourguignonne<br />

ou encore le mixte grill de la mer, mais préparés<br />

avec le même soin que les menus gastronomiques.<br />

Syndicat intercommunal Pidal<br />

Lorentzweiler - Steinsel - Walferdange<br />

Rue des Prés<br />

L-7246 Walferdange<br />

Tél.: 33 91 72-1<br />

e-mail: info@pidal.lu<br />

www.pidal.lu<br />

Source photo des installations: Syndicat intercommunal Pidal<br />

114<br />

<strong>LG</strong> <strong>183</strong> - Edition spéciale


Parce qu’il n’y a rien de mieux<br />

que de se sentir chez soi dans<br />

une atmosphère douillette,<br />

nous fabriquons et posons des<br />

portes et fenêtres sur mesure,<br />

résistant aux climats les plus<br />

extrêmes.<br />

Z.A.C. Haneboesch II<br />

L-4563 Differdange<br />

Tél.: (+352) 58 80 65<br />

Fax: (+352) 58 35 33<br />

info@wako.lu<br />

www.wako.lu<br />

Conscients de vos contraintes<br />

et de votre budget, nous<br />

respectons toujours vos<br />

exigences. Alors si vous avez<br />

un projet, n’hésitez pas, nous<br />

vous conseillons aussi dans les<br />

travaux de rénovation et de<br />

construction.<br />

La menuiserie extérieure, c’est WAKO


35<br />

a n s<br />

De la conception à la remise des clés, nous vous accompagnons tout au long de votre projet de maison.<br />

Vous souhaitez construire ? Contactez-nous pour un avant-projet et devis sans frais et sans engagements.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!