Lutter contre la faim dans le monde

home.wfp.org
  • No tags were found...

Lutter contre la faim dans le monde

photographies prises par satellite, qui lui ont permisde commencer à analyser l’impact de la catastrophe.Alors que d’autres photographies n’étaient que d’uneutilité limitée en raison du couvert nuageux, lesimages prises par ITHACA étaient d’une telle clarté etd’une telle résolution (1 pixel = 50 cm sur le terrain)que l’on pouvait aisément identifier les bâtimentseffondrés ou endommagés et les rues bloquées. Uneanalyse rapide de l’impact de la catastrophe a alorsété réalisée pour la capitale, Port-au-Prince. Ceprocessus complexe consiste à surimposer une carteinformatisée comportant les informations clés auxphotographies prises par satellite afin d’obtenir ainsiimmédiatement une image de la situation sur leterrain.Ces cartes pouvaient également être utilisées dès quede nouvelles informations étaient disponibles, parexemple au sujet de questions comme l’endroit où serassemblaient spontanément les personnes déplacéesou l’endroit où avait été aménagé un point dedistribution de vivres. Lorsque la sécurité autour deces points de distribution est devenue préoccupante,les cartes montraient quels autres itinérairespouvaient être utilisés en sécurité. Les cartes enquestion, répondant à des besoins de personnelconcret, ont permis au PAM de distribuer les secoursà ceux qui en avaient le plus besoin.BURKINAFASO:TRANSFERTSMONÉTAIRES/BONSD’ALIMENTATIONPour autant qu’il s’en souvînt, Abdullah n’avaitjamais vu tant de monde dans son magasin.Contournant bidons d’huile et sacs de maïs, il a peineà satisfaire sa nouvelle clientèle, qui fait la queue àl’intérieur comme à l’extérieur de sa petite échoppe,dans les faubourgs de la capitale du Burkina Faso,Ouagadougou.Ses nouveaux clients sont les premiers bénéficiairesde bons d’alimentation du PAM en Afrique. Ilsarrivent à peine d’un centre de distribution procheet, avec un bon d’une valeur d’environ 3 dollars, ilspeuvent acheter du maïs, de l’huile, du sucre, du selet du savon.Comme l’explique Annalisa Conte, directeur de paysdu PAM au Burkina Faso, “nous nous sommesrendus compte que la hausse des prix des produitsalimentaires avait créé une grave vulnérabilité dansles quartiers urbains. Le pouvoir d’achat des citadinss’était trouvé à tel point érodé qu’ils devaient acheterleur savon à crédit dans les mêmes magasins queceux qui faisaient partie du programme dedistribution de bons”.Lepremierprogrammededistributiondebonsd’alimentationorganiséparlePAMenAfriqueaétélancéauBurkinaFaso,oùleprixdesproduitsalimentairesdegrandeconsommationavaiténormémentaugmenté.Lesfamillesreçoiventdesbonsqu’ellespeuventutiliserpouracheterdumaïs,del’huile,dusucre,duseletdusavondanslesmagasinsagréésparlePAM.27

More magazines by this user
Similar magazines