11.11.2019 Views

LG_228

Au paradis artificiel d’une fumette responsable Après le cannabis médical en début d’année, le gouvernement luxembourgeois entend légaliser le récréatif d’ici deux ans. Une étape subséquente et commune à toutes les législations étrangères qui ont entrepris ce libéralisme. L’ambition est de produire un chanvre local pour approvisionner une distribution nationale à destination d’une consommation autorisée uniquement à domicile. Des licences seront vendues aux producteurs et distributeurs soumis à un catalogue de règles respectives. Face à la gronde des trois pays voisins et pour éviter des contrôles à ses frontières, le Luxembourg désire cantonner la vente à ses résidents. Un véritable casse-tête dans la mesure où l’adresse n’est pas toujours inscrite sur les cartes d’identité, qu’il faut veiller à la protection des données personnelles et que l’Union européenne interdit «toute discrimination exercée en raison de la nationalité»1 . La mesure censée éviter un tourisme de la drogue oublie que les frontaliers se côtoient, se mélangent et se connaissent depuis des siècles. Autre obstacle juridique: les trois conventions internationales de l’ONU sur le contrôle des stupéfiants qui les limitent à des fins médicales et scientifiques. Le Canada, signataire comme le Luxembourg et souvent cité en exemple, est dorénavant considéré comme «fraudeur» auprès de l’Organe internationale de contrôle des stupéfiants.

Au paradis artificiel d’une fumette responsable
Après le cannabis médical en début d’année, le gouvernement
luxembourgeois entend légaliser le récréatif d’ici deux ans.
Une étape subséquente et commune à toutes les législations
étrangères qui ont entrepris ce libéralisme. L’ambition est de
produire un chanvre local pour approvisionner une distribution
nationale à destination d’une consommation autorisée uniquement
à domicile. Des licences seront vendues aux producteurs et
distributeurs soumis à un catalogue de règles respectives.
Face à la gronde des trois pays voisins et pour éviter des contrôles à ses
frontières, le Luxembourg désire cantonner la vente à ses résidents.
Un véritable casse-tête dans la mesure où l’adresse n’est pas toujours
inscrite sur les cartes d’identité, qu’il faut veiller à la protection des
données personnelles et que l’Union européenne interdit «toute
discrimination exercée en raison de la nationalité»1
. La mesure censée
éviter un tourisme de la drogue oublie que les frontaliers se côtoient,
se mélangent et se connaissent depuis des siècles.
Autre obstacle juridique: les trois conventions internationales de l’ONU
sur le contrôle des stupéfiants qui les limitent à des fins médicales et
scientifiques. Le Canada, signataire comme le Luxembourg et souvent
cité en exemple, est dorénavant considéré comme «fraudeur» auprès
de l’Organe internationale de contrôle des stupéfiants.

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

NOVEMBRE 2019 | n˚ 228

www.gemengen.lu

Marc Payal

Directeur

Fujitsu

PHILIPPE DANN ET CHRISTOPHE RUPPERT

EBRC

La Cyber-Résilience, un impératif économique

DOMINIQUE ROGER ET GERRIT CANIPEL

ALD AUTOMOTIVE

Vers de nouveaux modèles de mobilité

AINHOA ACHUTEGUI

NEIMËNSTER

S’armer du courage d’oser


TRUST US

WITH YOUR SENSITIVE DATA

DEVELOP AND BOOST

YOUR AGILITY AND SECURITY

TRUSTED ADVISORY SERVICES

It is an international team of 300 experts at your service

to advise you in Risk Management, Cyber-Resilience,

IT transformation and to help you achieve your goals.

Discover our “Trusted Services Europe”

Advisory

Managed

Services

Cloud Security Resilience Data Centre

www.ebrc.com


EDITO

PAR JULIEN BRUN

Au paradis artificiel d’une fumette responsable

Après le cannabis médical en début d’année, le gouvernement

luxembourgeois entend légaliser le récréatif d’ici deux ans.

Une étape subséquente et commune à toutes les législations

étrangères qui ont entrepris ce libéralisme. L’ambition est de

produire un chanvre local pour approvisionner une distribution

nationale à destination d’une consommation autorisée uniquement

à domicile. Des licences seront vendues aux producteurs et

distributeurs soumis à un catalogue de règles respectives.

Face à la gronde des trois pays voisins et pour éviter des contrôles à ses

frontières, le Luxembourg désire cantonner la vente à ses résidents.

Un véritable casse-tête dans la mesure où l’adresse n’est pas toujours

inscrite sur les cartes d’identité, qu’il faut veiller à la protection des

données personnelles et que l’Union européenne interdit «toute

discrimination exercée en raison de la nationalité» 1 . La mesure censée

éviter un tourisme de la drogue oublie que les frontaliers se côtoient,

se mélangent et se connaissent depuis des siècles.

Autre obstacle juridique: les trois conventions internationales de l’ONU

sur le contrôle des stupéfiants qui les limitent à des fins médicales et

scientifiques. Le Canada, signataire comme le Luxembourg et souvent

cité en exemple, est dorénavant considéré comme «fraudeur» auprès

de l’Organe internationale de contrôle des stupéfiants.

Le cannabis est un sujet de débat qui déchaine les passions où chacun

y va de son prosélytisme. La littérature scientifique est pourtant

préférable à l’angélisme et l’heuristique de la peur. Elle démontre

qu’une consommation occasionnelle est peu ou pas dangereuse pour

un cerveau adulte, c’est-à-dire formé, mature et d’environ 24 ans.

Cette drogue est même moins nocive que l’alcool ou le tabac 2 ; dès lors

comment en vouloir à l’avocat qui, après une journée de plaidoiries,

s’allumera un petit joint pour se détendre? Ou encore à l’ouvrier,

boulanger, journaliste qui, au détour d’un barbecue, fera tourner le

bédo entre amis? Ni même à l’étudiant ès lettres qui, dans l’écriture

désespérée de son mémoire, avale quelques fumées parfumées, oubliant

que le génie de Baudelaire précédait la recherche de son inspiration?

Ce qui est inoffensif pour un adulte biologique engendre néanmoins

des risques aigus irréversibles pour le développement cognitif des

jeunes. Outre l’anxiété, les troubles de la mémoire et les difficultés à

anticiper, la littérature scientifique prouve également que le cannabis

précipite le développement de la schizophrénie sur les sujets à risque.

Si le rôle d’amplificateur est confirmé, les débats sont encore en

cours quant à la causalité présumée et donc au facteur déclencheur

de la maladie. Dès lors, que penser de ce jeune qui depuis sa première

taffe jusqu’à sa dizaine de joints quotidiens ne peut plus trouver le

sommeil sans fumette? Comment éviter l’inéluctable déscolarisation

de celui dont l’hippocampe et le cortex préfrontal inondés de THC

altèrent la mémoire à court-terme, le rendant incapable de planifier

à long terme? Lui dont les pétards ne se roulent pas exclusivement

dans sa chambre mais se mélangent dans les Vodka Red-Bull d’un

samedi soir, multiplie par quinze les risques d’accident de voiture.

L’argument politique dénonçant l’inefficacité de la répression est

relativement faible sur le plan philosophique dans la mesure où ce

n’est pas parce qu’on lutte mal contre un ennemi qu’il est bon d’en

faire un ami. Nonobstant, l’Islande qui affichait le plus haut niveau

de consommation chez les jeunes il y a 20 ans a désormais le plus bas

taux d’Europe. Passant d’une politique de répression à une politique

de prévention, les compétences psycho-sociales des adolescents

ont été développées et d’importants moyens ont été investis dans

l’extra-scolaire, la culture et l’aide aux familles.

Là où le cannabis récréatif est tout à fait acceptable pour les adultes

aux comportements responsables, il devient ô combien dangereux

pour les plus jeunes. Toute la problématique réside dans le fait que

la majorité légale de 18 ans n’est pas une frontière. Une loi faisant

l’économie de cette préoccupation ne donnerait-elle pas raison à

Baudelaire dans Les paradis artificiels condamnant avec nostalgie

que «s’il existait un gouvernement qui eût intérêt à corrompre ses

gouvernés, il n’aurait qu’à encourager l’usage du hachich»? n

[1] Article 18 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union européenne.

[2] Selon les chiffres de l’OMS, l’alcool et le tabac sont respectivement responsables de 49.000 et 78.000 morts par an en France. Pour comparaison, toutes les drogues confondues

représentent 6.500 décès annuels en Europe.


4

LG

NOVEMBRE 2019

SOMMAIRE

ECONOMIE

26 | MICHAEL PECHNER

Payconiq Luxembourg

COVERSTORY

08 | MARC PAYAL

Fujitsu

Vos paiements simplifiés

LEGAL

36 | BÉNÉDICTE D’ALLARD

Arendt Regulatory & Consulting

Vers une société intelligente

Passer à la deuxième étape

de la mise en conformité RGPD

ICT

12 | PHILIPPE DANN ET

CHRISTOPHE RUPPERT – EBRC

ECONOMIE

22 | LIS DAHM, JEAN-PASCAL NEPPER ET

PATRICK WIES – KPMG

MOBILITÉ DURABLE

40 | PASCAL FABER

Athlon Luxembourg

La Cyber-Résilience,

un impératif économique

Un client roi aux attentes multiples

La mobilité polymorphe

ICT

14 | BENJAMIN MORIS ET LAURE ELSEN

Charles Kieffer Group

ECONOMIE

24 | BGL BNP Paribas

MOBILITÉ DURABLE

42 | DOMINIQUE ROGER

ALD Automotive

Healthy people, healthy business

100 ans d’histoire en quelques clics

Vers de nouveaux modèles de mobilité


LG

NOVEMBRE 2019

5

MOBILITÉ DURABLE

48 | MARCEL COLBACH ET PASCAL

MAQUINAY – Paul Wagner & Fils

RECHERCHE & INNOVATION

60 | THOMAS KALLSTENIUS

LIST

LETZEBUERGER GEMENGEN

Publication éditée par Euro-Editions S.A.

www.gemengen.lu

Société éditrice

Euro-Editions S.A.

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange

Régie publicitaire

Julien Malherbe

marketing@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 30

Électromobilité & photovoltaïque

MOBILITÉ DURABLE

52 | MANUEL LANGE

Merbag

Sortir vainqueur de la course

contre le changement climatique

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

68 | Fonds du Logement

Administration

Lucia Ori

Tél. 58 45 46-29 • Fax 58 49 19

admin@euroeditions.lu

Raouf Hatira • Tél. 58 45 46 23

secretariat@euroeditions.lu

Rédaction

Julien Brun

julien@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26

Martina Cappuccio

martina@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26

Pierre Birck

Adeline Jacob

Raouf Hatira

Stéphane Etienne

Le nouvel Actros,

un condensé de technologie sur les routes

Une nouvelle offre locative

Conception et réalisation graphique

Sophie Glibert

sophie@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 25

PORTRAIT

80 | AINHOA ACHUTEGUI

neimënster

Photographie

Marie De Decker

Eric Devillet

Agence Kapture

Impression

Imprimerie Centrale

S’armer du courage d’oser

© Euro-Editions

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la

rédaction ne peuvent être exploités qu’avec l’accord

de leurs auteurs. Publiés ou non, ils ne seront pas

restitués. Les reportages signés n’engagent que

leurs auteurs. Les prix figurant dans cette revue

sont indicatifs et peuvent être sujets à des variations

dont l’éditeur ne pourrait nullement être tenu pour

responsable.


6

LG

NOVEMBRE 2019

INDEX

08 | MARC

PAYAL

Directeur

Fujitsu

12 | PHILIPPE

DANN

Head of Risk

& Business Advisory

EBRC

12 | CHRISTOPHE RUPPERT

Senior Consultant Business

Continuity Management –

Practice Lead

EBRC

14 | LAURE

ELSEN

Directeur marketing

Charles Kieffer Group

14 | BENJAMIN

MORIS

Facility Manager

Charles Kieffer Group

22 | LIS

DAHM

Senior Advisor

en Consulting

KPMG Luxembourg

22 | JEAN-PASCAL

NEPPER

Partner et Head

of Transformation

KPMG Luxembourg

22 | PATRICK

WIES

Partner responsable

du secteur public

KPMG Luxembourg

Copyright: Mike Zenari

Copyright: Mike Zenari

Copyright: Mike Zenari

26 | MICHAEL

PECHNER

CEO

Payconiq Luxembourg

30 | FREDDY

BRAUSCH

Partner

Linklaters LLP

30 | CLAUDE

KREMER

Founding Partner

Arendt & Medernach

30 | JACQUES

ELVINGER

Partner and Head of

Investment Funds

Elvinger Hoss Prussen

35 | EMILE

EICHER

Président du Syndicat

des Villes et Communes

luxembourgeoises (Syvicol)

36 | BÉNÉDICTE

D’ALLARD

Manager

Arendt Regulatory

& Consulting

40 | PASCAL

FABER

Country Manager

Athlon

42 | DOMINIQUE

ROGER

Administrateur délégué

ALD Automotive

42 | GERRIT

CANIPEL

Directeur commercial

ALD Automotive

48 | MARCEL

COLBACH

Directeur technique

Paul Wagner & Fils

48 | PASCAL

MAQUINAY

Directeur du département

énergie

Paul Wagner & Fils

52 | MANUEL

LANGE

Chef de vente camions &

véhicules spéciaux

Merbag

59 | TOM

JUNGEN

Bourgmestre

Roeser

60 | CLAUDE

TURMES

Ministre de l’Energie et de

de l’Aménagement

du territoire

60 | THOMAS

KALLSTENIUS

CEO

LIST

68 | MICHAL

ZAGLANICZNY

Chef de projet

Fonds du Logement

68 | ERIC

SCHMIT

Chargé d’opération

Fonds du Logement

72 | PHILIPPE ZIMMER

Directeur commercial

Compagnie

Luxembourgeoise

d’Entreprises (CLE)

79 | MICHEL

GLODEN

Bourgmestre

Commune de Schengen

80 | AINHOA

ACHUTEGUI

Directrice

neimënster


your regulatory

consultants

GDPR compliance support

DPO as a service

arendt.com


8

LG

NOVEMBRE 2019

COVERSTORY

Vers une société intelligente

La transformation digitale est source de nombre d’incertitudes

et de risques, mais elle est également créatrice

d’opportunités et de valeurs. L’intelligence artificielle, la

robotique, l’automatisation, la maximalisation des données,

la cybersécurité, sont autant de briques technologiques qu’il

nous faut assembler pour bâtir la société intelligente de

demain. Interview de Marc Payal, directeur de Fujitsu.

Comment la transformation digitale peutelle

entraîner de la création de valeur?

La digitalisation des entreprises, en

cours depuis près de cinq ans, engendre

de nouveaux processus, technologies et

produits. Ce qui a pour effet de susciter

des comportements différents chez les

utilisateurs. Les exemples sont nombreux et

l’un des plus emblématiques est Netflix qui

était à l’origine, spécialisée dans la location

et l’achat de DVD. Crée en 1997, c’est bien

l’évolution technologique des années 2000

qui a permis à cette entreprise américaine

de disrupter son activité, de dématérialiser

l’ensemble de son modèle commercial, de

proposer une nouvelle expérience client,

basée sur la simplification et de devenir le

leader mondial de la VOD.

D’autres secteurs connaissent également

des tentatives de métamorphoses, à l’instar

des assureurs et des banques, exclusivement

présents en ligne. Faisant l’économie d’un

réseau d’agences physiques, il s’agit d’un

autre modèle commercial, qui s’adresse à

un marché, de facto, beaucoup plus grand.

La transformation digitale et les nouvelles

technologies entraînent un changement

d’approche des produits. Cela peut prendre

différentes formes selon les secteurs

d’activités, mais ce qui est commun à tous,

c’est la différenciation concurrentielle,

l’optimisation du fonctionnement interne

et l’accès à un marché plus important.

La transformation digitale est créatrice

d’incertitudes et de risques mais également

d’opportunités et de valeurs;

comment gérer ces deux aspects?

Quand le vent se lève, certains sortent

pour construire des éoliennes là où d’autres

s’enferment à double tour chez eux.

“Activ8 a déjà

été sollicité

par une vingtaine

de grands noms

de la Place”

Notre rôle est d’aider nos clients à maîtriser

les risques et à transformer les menaces en

opportunités. Bien souvent, les idées se

trouvent au sein des entreprises, mais faut-il

encore être en capacité de tendre des ponts

transversaux entre les différents services

pour les faire émerger. Car un même sujet

peut concerner une multitude de services à

la fois.

C’est pourquoi nous avons élaboré une

méthodologie de cocréation qui consiste

à réunir autour de la même table, une

équipe pluridisciplinaire (informaticiens,

économistes, comptables, commerciaux,

juristes, etc.). Cet atelier de travail nommé

«Activ8» est un lieu d’échanges. Animé

par nos médiateurs, il se structure en huit

étapes afin d’explorer de nouvelles idées.

Lorsqu’une ou deux idées ont été identifiées

comme intéressantes, nos consultants

créent des prototypes pour illustrer les

avantages de ces solutions.

«Activ8» a déjà été sollicité par une

vingtaine de grands noms de la Place.

La donnée est-elle véritablement l’or

noir du XXI e siècle?

Nombreux sont ceux à y croire, mais encore

faut-il en extraire la valeur. La plupart des

entreprises ne disposent pas encore de

données structurées et les outils basés sur

l’intelligence artificielle peuvent leur venir

en aide.

La conscience collective associe l’IA à un

robot très intelligent qui prendrait des

décisions non contrôlées, mais la réalité est

loin de ce fantasme cinématographique. Il

faudrait plutôt parler d’une multitude de

systèmes qui réalisent chacun, une tâche

précise. L’IA, couplée à la robotique,

peut automatiser les tâches répétitives et

remplacer les processus souvent désuets.

Le workshop de John McCarthy en

1956 est fréquemment nommé comme

la naissance de l’intelligence artificielle.

Depuis, les algorithmes n’ont pas

tellement évolué. Les raisons du succès

récent de l’IA sont liées à la puissance de

calcul devenue abordable et la quantité

élevée de données disponibles sur les

réseaux sociaux, permettant du «machine

learning» (ML).

Quel rôle joue le cloud?

Le cloud peut être lié à l’avènement d’une

société intelligente dans la mesure où il offre

la consommation de services à la demande.

Les entreprises peuvent bénéficier de

nouvelles technologies, sans perte de temps

et sans investissements lourds.

Il s’agit d’un moyen de proposer des services

clients plus flexibles, potentiellement à

moindre coûts, et de fournir un levier

d’accélération pour l’adoption des nouvelles

technologies.

Dans quelle mesure la sécurité informatique

est-elle intrinsèque aux nouvelles

technologies?

Les entreprises sont doublement exposées

aux piratages informatiques. En effet,

cela peut s’avérer très dommageable pour

leur image de marque et même poser des

problèmes au regard des réglementations

en vigueur.

Les nouvelles attaques deviennent plus

intelligentes et rendent ainsi leurs détections

plus difficiles. Inactifs durant des mois,

des softwares malveillants peuvent passer

en dessous des radars et coordonner leurs


Marc Payal


10 LG

NOVEMBRE 2019

COVERSTORY

activités depuis des lieux géographiques

différents. De nouveaux outils, basés sur des

moteurs d’intelligence artificielle, peuvent

venir en aide aux entreprises.

D’où la nécessité pour l’Europe en général

et le Luxembourg en particulier, d’identifier

et de former les talents en cybersécurité.

L’enjeu est d’autant plus grand à l’ère

des réseaux sociaux, de l’instantanéité,

résolument opposée aux temps longs des

études.

“L’IA, couplée à la

robotique, peut automatiser

les tâches

répétitives et remplacer

les processus

souvent désuets”

Un mot sur la gouvernance pour conclure…

La réglementation nécessaire à l’encadrement

doit impérativement s’accompagner

d’une éthique de gouvernance dans les

entreprises. Les politiques européennes

et nationales et les normes internationales

conduisent à instaurer des standards de

bonnes pratiques. Mais les dirigeants

pourraient aller plus loin en se dotant d’une

éthique propre à la culture interne des

entreprises. Ces valeurs propres à chaque

entité, seraient autant de digues internes à

ne pas franchir.

Les entreprises européennes sont désormais

prêtes à prendre plus de risques dans la

recherche et le développement de nouveaux

produits. Ainsi, l’Europe pourrait prendre une

place au juste milieu entre les Etats-Unis du

«j’essaye tout» et l’Asie du «je planifie tout».

L’IA, la robotique, le cloud, la cybersécurité,

les compétences et la gouvernance

sont autant d’éléments qu’il nous faut

imbriquer dans la société pour qu’elle

devienne véritablement intelligente. C’est

ce que Fujitsu propose comme approche

à ses clients, tout en conservant une place

centrale pour l’humain. n

Fujitsu

Parc d’activités Capellen

89c rue Pafebruch

L-8308 Mamer

www.fujitsu.com/lu


The Cisco Networking Academy

offers lectures, online training materials,

interactive tools, and hands-on workshops

to ensure candidates gain the knowledge

and skills they need to succeed

in a technology-driven market.

3 formats available:

· Evening courses

· Seminars

· Inhouse and tailor-made trainings

Exploratory Foundational Career-Ready

NETWORKING

Networking Essentials

Mobility Fundamentals

CCNA R&S : Introduction

to Networks, R&S Essentials,

Scaling Networks, Connecting

Networks

CCNP R&S : Switch, Route,

TShoot

SECURITY

Introduction

to Cybersecurity

Cybersecurity Essentials

IotT Security

CCNA Security

CCNA Cyber Ops

IoT

Introduction to loT

loT Fundamentals

Connecting Things,

Big Data & Analytics

OS & IT

NDG Linux Unhatched

NDG Linux Essentials

IT Essentials

NDG Linux I

NDG Linux II

PROGRAMMING

CLA : Programming Essentials in C

CPA : Programming Essentials in C++

PCAP : Programming Essentials

in Python

CLP :

Advanced Programming in C

CPP :

Advanced Programming in C++

CERTIFICATION

ALIGNED

E-LEARNING

BLENDED

LEARNING

For further information:

www.LLLC.lu

formation@LLLC.lu

www.competence.lu

cisco@competence.lu


12 LG

NOVEMBRE 2019

ICT

La Cyber-Résilience,

un impératif économique

Toute organisation, qu’elle soit issue du public ou du privé, sera

tôt ou tard amenée à mettre en place un plan de résilience si

elle veut survivre dans un marché toujours plus concurrentiel.

Pour aider les entreprises à définir et utiliser des dispositifs de

continuité d’activité efficaces, EBRC a développé le «Cyber-

Resilience Portal», un outil en ligne centralisant l’ensemble du

processus BCMS (Business Continuity Management System)

et visant à créer un système de Management documenté. Le

point avec Philippe Dann, Head of Risk & Business Advisory, et

Christophe Ruppert, Senior Consultant Business Continuity

Management – Practice Lead.

Quelle innovation le Cyber-Resilience

Portal apporte-t-il aux entreprises qui ont

mis en place une démarche de Business

Continuity ou qui souhaitent la mettre en

place?

Ph.D.: Notre offre de services couvre

principalement les activités liées à la gestion

des risques, de la conformité à la sécurité

opérationnelle, et à la transformation

informatique. Bien souvent, il existe un

décalage entre les niveaux d’exigences

exprimés par les métiers et la capacité réelle

qu’a l’informatique en place à les atteindre.

Notre objectif est de faire en sorte que ces

deux parties soient alignées afin qu’en cas

Philippe Dann et Christophe Ruppert


LG

NOVEMBRE 2019

13

d’incident majeur, l’entreprise dispose de

la réponse adaptée aux besoins du métier

et qu’elle soit délivrable par l’IT. Pour

ce faire, nous accompagnons nos clients

dans l’élaboration d’une étude de BIA

(Business Impact Analysis) suivie d’un

plan de Business Continuity. L’innovation

apportée par EBRC consiste à centraliser

l’ensemble de ces travaux d’analyse par

activité et service au sein d’une plateforme

centrale Cyber-Resilience Portal. Audelà

de l’aspect pratique et sécuritaire de

centralisation du stockage BIA et autres

composants d’un système de gestion de la

continuité d’activité, le Cyber-Resilience

Portal permet, et ce en temps réel, de créer

des scénarios facilitant la prise de décision.

N’oublions pas qu’une démarche de Business

Continuity s’inscrit dans la durée suivant

la méthode PDCA (Plan Do Check Act).

Cyber-Resilience Portal facilite la mise en

place de ce processus récurrent qui permet

d’améliorer la résilience des organisations en

donnant aux dirigeants les moyens de choisir

parmi les meilleures options. Notre solution

leur donne la possibilité de disposer des

différentes alternatives à leur disposition et

d’arbitrer leur décision en maîtrisant le ROI

potentiel de chaque amélioration envisagée.

CR: Grâce à notre accompagnement, nos

clients pourront s’approprier les bonnes

pratiques de continuité d’activité et s’inscrire

dans une démarche d’amélioration continue

en se basant sur la norme ISO 22301. Celleci

spécifie les exigences pour planifier, établir,

mettre en place et en œuvre, contrôler,

réviser, maintenir et améliorer de manière

continue un système de Management

documenté afin de se protéger des incidents

perturbateurs, réduire leur probabilité de

survenance, s’y préparer et s’en rétablir

lorsqu’ils surviennent.

Quelle est votre valeur ajoutée par

rapport à la concurrence?

Ph.D.: Notre valeur ajoutée, tant pour la

réalisation de missions de services que pour le

développement du Cyber-Resilience Portal,

réside dans notre parfaite connaissance

de l’ISO 22301. Notre méthodologie est

basée sur cette norme et nous l’adaptons

en permanence en fonction de l’actualité.

La norme ISO 22301 sera mise à jour cette

année, avec une publication prévue pour

fin 2019, pour devenir une norme chapeau

qui englobera aussi bien les aspects sécurité

de l’information que les niveaux de qualité.

Nous nous y sommes préparés. Nous

pouvons également apporter à nos clients

de précieux retours d’expérience. En effet,

un autre élément différenciateur est que

nous sommes plus que des théoriciens de

la continuité, car nous avons suivi le même

trajet que celui conseillé à nos clients,

et que nous avons obtenu la certification

ISO 22301 en 2016.

Quels sont les principaux marchés couverts

par vos services?

CR: Notre équipe aux profils très variés

nous permet d’avoir une approche assez

diversifiée. Nos clients et nos prospects

proviennent de secteurs d’activité tels que

la finance, les assurances, le transport, la

santé, l’agro-alimentaire ou l’aéronautique.

Nous accompagnons régulièrement des

clients jusqu’à l’obtention de la certification

ISO 22301. C’est le cas notamment

d’Arendt Services, un PSF spécialisé offrant

une gamme complète de services aux

entreprises pour leur installation et leur

gestion au Luxembourg, et la Banque de

Patrimoines Privés, première institution

financière luxembourgeoise à avoir mis

en place un système de Management de

continuité d’activité en totale conformité

avec la norme.

“Nous pouvons

apporter à nos

clients un précieux

retour d’expérience

car nous avons

nous aussi obtenu

la certification

ISO 22301”

Comment vos clients peuvent-ils valoriser

l’apport d’une mission de résilience?

Ph.D.: Ils disposent d’un indéniable

avantage commercial et concurrentiel qui

les différencie de leurs concurrents. Ainsi,

des clients que nous avons accompagnés

jusqu’à l’obtention de la certification

ISO 22301 ont gagné des parts de marché

grâce à la garantie supplémentaire qu’ils

sont en mesure d’offrir. Ils ont notamment

remporté des appels d’offres parce qu’ils

pouvaient prouver, grâce à leur certification,

qu’ils avaient mis en place toutes les

mesures assurant une continuité d’activité.

Dans une économie «digital-dépendante»,

le risque prend une tout autre ampleur

de par la fulgurance de sa propagation

et sa capacité à impacter votre chaîne de

valeur. Pouvoir anticiper et se préparer,

disposer de solutions prêtes à l’emploi,

tels sont les objectifs d’une démarche de

normalisation. La Cyber-Résilience ne

consiste pas seulement à répondre à des

obligations réglementaires, elle est devenue

un impératif business, un vecteur tangible

de confiance. n

Comment entreprendre

une démarche de résilience?

La Business Resilience peut se résumer en

cinq points.

Partir du métier pour évaluer les impacts.

La première démarche consiste à considérer

le métier et à analyser les écarts entre la

situation existante et les exigences formulées

par la norme ISO 22301.

Identifier les activités critiques. Au niveau de

chaque équipe, les effets d’une interruption

de l’activité doivent être évalués selon

différents critères comme le délai de reprise

(Recovery Time Objective ou RTO), l’objectif

de point de reprise informatique (Recovery

Point Objective ou RPO) et le délai maximal

d’interruption admissible (Maximum

Acceptable Outage ou MAO).

Evaluer avec l’IT sa capacité de continuité

des activités. Cette étape va permettre de

faire la liste des actions à mettre en place

pour aligner l’informatique avec les besoins

du business.

Définir les composants de gestion de crise et

les exercer. Il est important de pouvoir faire

des exercices de gestion de crise proches de

la réalité. C’est ce que propose notamment la

plateforme de simulation et d’entraînement

du Cybersecurity Competence Center (C3)

avec lequel EBRC a conclu un partenariat.

Sensibiliser et informer les collaborateurs.

La Cyber-Résilience est l’affaire de tous.

Chaque collaborateur, à son niveau, doit

savoir quelle attitude adopter en situation de

crise.

EBRC

5, rue Eugène Ruppert

L-2453 LUXEMBOURG

+352 26 06 1

www.ebrc.com


14 LG

NOVEMBRE 2019

ICT

Healthy people,

healthy business

Charles Kieffer Group a ouvert les portes de son nouveau

«experience room» au public le 7 novembre dernier.

L’occasion pour l’entreprise de revoir entièrement son concept

d’exposition guidant la clientèle au travers des produits et

services qu’elle propose. Laure Elsen, directeur marketing, et

Benjamin Moris, Facility Manager, nous font visiter les lieux

et nous en montrent les avantages.

Initier le changement

Présente depuis 73 ans sur le marché,

l’entreprise CK Charles Kieffer group, s’est

réinventée et prévoit son évolution sur le

long terme.

«Par le biais d’un bureau de stratégie, nous

avons sondé le marché pour connaître

sa perception de notre entreprise. Sur

base des résultats de cette étude, nous

avons créé une nouvelle charte graphique.

Nous avons ensuite repensé notre

showroom notamment pour qu’il reflète

ces changements visuels, mais aussi pour

y intégrer une nouvelle philosophie dans

la manière de découvrir nos domaines de

compétences ainsi que la large gamme

de nos produits», explique Laure Elsen.

Pour ce faire, CK a fait appel à un cabinet

d’architectes hollandais spécialisé dans

l’aménagement de lieux d’expérience ainsi

qu’à des acteurs locaux pour la réalisation

des travaux.

Des changements esthétiques

Partant d’un showroom classique, CK a

voulu donner à ce nouvel espace le cachet

familial qui la caractérise. Souhaitant créer

une ambiance cosy et agréable, Laure

Elsen explique avoir «mêlé technologie et

matières chaleureuses comme le bois et le

cuir que nous avons associé à des tapisseries,

tapis et parquet. Sur une surface de 700 m 2 ,

l’espace combine l’ancien et le moderne et

reflète ainsi l’historique et les traditions de

la société». Les coloris choisis varient quant

à eux du bleu-vert déterminé par la nouvelle

charte aux couleurs de certains fournisseurs

comme Konica Minolta.

Outre les différents produits exposés, la

technologie est présente dans la décoration

de l’espace au travers d’un mur d’écrans

diffusant des publicités, situé au-dessus

de la réception. «Nous avons beaucoup

investi dans l’audiovisuel pour que le

client découvre nos dernières technologies

d’affichage instantanément en franchissant

la porte», commente Benjamin Moris.

“Aider les clients à

se projeter dans de

nouvelles manières

de travailler”

L’entreprise reste donc dans la tradition

en continuant à proposer des produits

print comme à son origine, mais maintient

son cap vers l’avenir avec ses produits

technologiques et solutions de pointe.

«Nous sommes très respectueux de

l’héritage de Charles Kieffer, décédé

en 2013, et voulions garder l’empreinte

qu’il a donnée à l’entreprise. L’identité

fondamentale et les valeurs de l’entreprise

viennent de son créateur et nous ne faisons

que poursuivre ce qu’il a entrepris, tout en

innovant au gré des besoins du marché»,

ajoute le Facility Manager.

Une nouvelle philosophie

«L’évolution de notre espace d’exposition

suit celle de notre société. Jusqu’ici, il ne

donnait à voir qu’une présentation générale

de l’entreprise; aujourd’hui, nous voulons

valoriser chaque aspect de nos activités et

les avons donc séparés en ilots distincts,

mais tout de même rassemblés au sein d’un

même showroom, pour une expérience

globale», détaille Benjamin Moris. A peine

passées les portes de l’entreprise, le client

visualisera en effet onze ilots indépendants:

audiovisuel, postprint, solution printing,

Neopost, large format, HP, photocopieurs,

solutions, innovation, production printing

et scanning.

Le Facility Manager ajoute: «A chaque ilot

correspondra un domaine d’activité avec

son matériel maniable sur place, ainsi qu’un

expert commercial et pourra fonctionner

en totale autonomie. Tous les stands sont

ainsi munis d’un écran sur lequel on peut

faire des simulations. Des salles de réunions

permettront par ailleurs d’accueillir les

intéressés et les groupes de visiteurs».

Le pôle dédié à l’innovation est modulable

et se renouvelle avec les technologies

qu’il présente. Il montre ainsi aux clients

l’évolution de certaines d’entre-elles,

comme la réalité virtuelle, et les possibilités

qu’elles pourront offrir sur le long terme.

Au-delà des ilots, d’autres espaces dédiés

présentent des produits spécifiques; on note

par exemple la présence d’un couloir dédié

aux copieurs, ainsi qu’un grand panneau

sur lequel sont disposés des dizaines de

connecteurs du département audio. De

manière plus traditionnelle, l’«experience

room» contient également une bibliothèque

d’échantillons d’une centaine de matières

que les visiteurs peuvent toucher. «Ils

pourront ainsi tester différentes sortes de

papiers, vinyles et autres matériaux sur

lesquels nous pouvons imprimer», détaille

Laure Elsen.

Son nom, «experience room», s’explique

par la volonté de l’entreprise d’offrir aux

visiteurs, une expérience pratique . «Nous

aidons les clients à se projeter dans de

nouvelles manières de travailler, grâce aux

outils que nous proposons. Nous avons

exposé nos produits les plus fonctionnels

et encourageons les visiteurs à les tester sur

place afin qu’ils puissent se rendre compte

par eux-mêmes de leurs performances»,

conclut Laure Elsen. n

Charles Kieffer Group

2, rue Léon Laval

L-3372 Leudelange

sales@ck-group.lu

www.ck-group.lu


LG

NOVEMBRE 2019

15

Benjamin Moris et Laure Elsen


16 LG

NOVEMBRE 2019

ICT

MERCREDI 9 OCTOBRE 2019

cegecom fête ses 20 ans

L’opérateur du groupe artelis, leader des télécommunications sur la Grande Région,

a organisé une belle soirée de festivités le 9 octobre dernier à l’Atrium de la Banque

Degroof Petercam. L’événement a eu lieu en présence de Xavier Bettel, Premier

ministre et ministre de la Digitalisation. L’intervention du Prof. Dr. Dr. h.c. Michael

Backes, directeur fondateur du Helmholtz Center for Information Security (CISPA),

sur le thème de la cybersécurité a été suivie d’un cocktail dînatoire.

L’opérateur, toujours aussi fringant fête ses deux décennies sans aucune ride.

Depuis sa création en 1999, l’opérateur enchaîne les succès. Aujourd’hui, le groupe

artelis, né du partenariat entre cegecom et VSE NET en 2006, reporte un chiffre

d’affaires annuel de 60 millions d’euros et compte 180 collaborateurs. Le groupe est

désormais leader du secteur des télécommunications de la Grande Région.

1

1. Georges Muller, directeur de cegecom

2. Xavier Bettel, Premier ministre et ministre de la Digitalisation

3.Michael Backes, directeur fondateur du Helmholtz Center for Information Security (CISPA)

2 3


PUBLIREPORTAGE

Mario Kratz, Managing Director SAB,

Johny Basher, Senior Corporate Advisor à la BIL,

Robert Schweich, Managing Director SAB.

INDUSTRIE

La BIL, partenaire

de la success-story SAB

Mario Kratz et Robert Schweich ont repris SAB

en 2003. Spécialisée dans les pièces de mécanique

générale et à destination du secteur sidérurgique,

l’entreprise a connu un développement fulgurant, avec

le soutien et l’accompagnement de la BIL. Elle compte

aujourd’hui une centaine de collaborateurs.

Parler de success-story pour évoquer le parcours de

SAB est loin d’être exagéré. L’entreprise basée à

Grevenmacher a réussi, en l’espace d’une quinzaine

d’années, à prendre pied sur la plupart des marchés

européens qui comptent dans le secteur de la sidérurgie,

tout en se développant aussi à l’international

(Taïwan, Corée du Sud, Brésil). Et pourtant, il s’agissait

au départ d’un véritable pari. « Avec Mario, nous

travaillions pour un acteur majeur du secteur, se

souvient Robert Schweich, l’un des deux associés à

la tête de SAB. Nous constations qu’il était difficile

de répondre à des demandes spécifiques des clients,

en dehors des processus standards mis en place par

l’entreprise. En outre, nous souhaitions réellement

changer de vie. C’est ainsi que l’idée de lancer notre

propre société a germé. »

Un succès immédiat

Robert Schweich et son partenaire Mario Kratz se

lancent donc à deux, dans un local loué. Et le succès

est immédiat. « À cette époque, nous souhaitions

seulement faire de la vente de pièces à la demande,

pas nous occuper de leur conception. Mais nos clients

nous ont rapidement fait savoir qu’ils souhaitaient

que nous concevions et fabriquions également les

produits, explique Mario Kratz. Cela permettait de

répondre réellement à la volonté de nos clients

d’obtenir des pièces personnalisées. »

« Notre banque est un

véritable partenaire pour

notre business, un allié

en qui nous avons

pleinement confiance. »

Robert Schweich,

Managing Director SAB

Toutefois, cette nouvelle orientation exigeait de

s’installer dans des locaux plus grands, permettant

d’accueillir plus de matériel et un personnel croissant.

Les deux entrepreneurs collaborent alors avec une

banque de la Place. « Le problème, c’est que nous

n’avions quasiment jamais de contact avec eux. On

ne nous écoutait pas vraiment, et nous avions

l’impression qu’il n’y avait pas beaucoup de volonté,

de leur côté, d’intensifier la collaboration, indique

Robert Schweich. Pour cette raison, mais aussi parce

que nous souhaitions diversifier nos risques, nous

avons souhaité faire appel à une deuxième banque.

Nous avons été reçus à la BIL, et leurs collaborateurs

nous ont longuement écoutés. Nous avons tout de

suite eu un bon feeling. »

De meilleures conditions, un meilleur conseil

C’est en 2013 que le premier investissement de taille

est réalisé grâce à la BIL. À l’étroit, SAB doit en effet

s’installer ailleurs, dans une nouvelle usine construite

à Grevenmacher, qui est aujourd’hui encore le siège

de l’entreprise. « Nous avons obtenu des meilleures

conditions pour notre prêt, explique Mario Kratz.

Mais, surtout, le contact personnel que nous avons

eu avec le conseiller de la BIL a été excellent. Il nous

a beaucoup écoutés pour comprendre notre projet et

notre marché, il a posé de nombreuses questions.

Depuis cette époque, c’est le même interlocuteur que

nous avons à la BIL, et nous en sommes vraiment

très heureux. »

100

C’est le nombre d’employés que compte

aujourd’hui SAB.

Les deux Managing Directors de SAB poursuivent

actuellement le développement de l’entreprise, toujours

conseillés par la BIL. « Dès que nous avons un investissement

en tête, nous en parlons à notre conseiller

Avec l’aide d’experts connaissant parfaitement

votre marché, nous nous engageons à concevoir pour

vous des produits élaborés et à développer des solutions

novatrices répondant aux besoins des grandes entreprises,

PME, professions libérales et indépendants.

Vous avant tout

« À la BIL, nous estimons que tout

conseiller doit faire preuve de

curiosité. Son rôle est ainsi de bien

comprendre les activités de chaque

client, de s’informer sur le secteur

et de suivre les tendances des différentes

industries. Ce n’est qu’à

cette condition qu’il est possible

d’avoir une conversation professionnelle

avec un entrepreneur et

de partager avec lui ses propres

réflexions. En outre, cette bonne

connaissance permet, à terme,

d’anticiper les besoins du client

pour son développement futur et

de lui faire part de nos commentaires

afin qu’il puisse mener à bien

ses projets. »

Johny Basher

Senior Corporate Advisor à la BIL

bancaire, qui nous conseille toujours avec justesse.

Notre banque est un véritable partenaire pour notre

business, un allié en qui nous avons pleinement

confiance. La BIL veut que nous réussissions, et il est

clair que l’accompagnement qu’ils nous ont offert au

cours des dernières années a été déterminant dans

notre succès », conclut Robert Schweich. La joint venture

nommée VCL, qui a été créée en 2014 avec Paul

Wurth, constitue d’ailleurs un autre chapitre majeur

de la success-story de SAB. La boucle est bouclée.

Banque Internationale à Luxembourg SA, 69 route d'Esch, L-2953 Luxembourg, RCS Luxembourg B-6307 - T: 4590-1 www.bil.com Novembre 2019


18 LG

NOVEMBRE 2019

ICT

1

MARDI 22 OCTOBRE 2019

Succès confirmé pour la Startuppers Night IV

Plus de 500 invités se sont retrouvés au Technoport de Belval dans une ambiance

conviviale pour découvrir les dernières nouveautés de l’écosystème startups

du Luxembourg et se détendre. Une belle réussite pour cette quatrième édition

organisée par la BIL qui a fait salle comble. Entrepreneurs, startups, membres

d’incubateurs ou d’accélérateurs ont fait le déplacement pour découvrir les dernières

nouveautés technologiques de la région et profiter des animations proposées.

1. Faut-il le présenter?

2. Pierre-Olivier Rotheval, Head of Marketing & Innovation @ Banque Internationale à Luxembourg

3. JuB, notre rédacteur qui teste la réalité virtuelle de Virtual Rangers

4. JuM, Monsieur marketing de LG en séance de tir (à gauche)

5. Compétition de robotique par Planète Sciences et PM-Robotix

6. Martina, notre rédactrice (à gauche), participant à un jeu développé par Digi-Sports

2

3

4

5

6


LG

NOVEMBRE 2019

19

Marc Hansen

au Digital X à Cologne

Le 30 octobre 2019, Marc Hansen, ministre délégué à la Digitalisation,

s’est rendu au Digital X 2019 à Cologne. Il s’agit d’une

des plus grandes initiatives de numérisation intersectorielle

pour petites et moyennes entreprises en Europe.

des entreprises et de la société dans leurs

démarches administratives auprès de l’État”.

D’un autre côté, il a également rappelé que

l’inclusion numérique constituera une partie

importante du développement numérique

continu du Luxembourg.

©MinDigital

Marc Hansen a débuté sa visite par une tableronde

intitulée “Re-Invent Europe: Moving

into a self-determined digital future”. Il y a

notamment rappelé que le gouvernement

continuera à investir dans les infrastructures

numériques et de connectivité dans le but de

soutenir l’ambition du pays à se positionner

comme hub digital et de données.

De plus, Marc Hansen a souligné que la

création du ministère de la Digitalisation

cristallise la volonté du gouvernement d’aller

de l’avant dans la transformation numérique

du pays. Dans ce contexte, Marc Hansen a

déclaré: “Nous voulons créer de nouveaux

produits et services pour faciliter la vie

Le gouvernement a mis en place une

stratégie nationale pour l’économie des

données et une vision de l’intelligence

artificielle. Celles-ci devront enrichir

les entreprises luxembourgeoises et la

société civile et continuer à promouvoir

la diversification de l’économie. Marc

Hansen a achevé sa visite à Cologne par

une visite des stands du Digital X au

cours de la laquelle il a pu s’informer sur

les nombreuses innovations numériques

présentées lors de cet événement. n

Communiqué par

le ministère de la Digitalisation

Matériels agricoles I Motoculture I Matériels communaux et forestiers

L’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire *

100% électrique

• Faible coût d’entretien

• Unité de chargement externe ou intégré

• Cabine confort pour 2 personnes

• Batterie Lithium-Ion 40 kWh

• Autonomie jusqu’à 150 km

• 2 longueurs de châssis Work & Work-L

• Charge utile maxi. 1135 kg

Agri-Distribution

14, Nidderpallenerstrooss

L-8551 Noerdange

Nombreuses versions

disponibles !

100% électrique

• Puissant et dynamique

• Raccordement électrique 400 V

• 2 moteurs électriques séparés

(traction & hydraulique)

• Autonomie jusqu’à 5 heures

100% électrique

e-Serie

• Faible coût d’entretien

• Unité de chargement intégrée

• Peut être utilisé pendant la phase de charge

• Modèle E5 : batterie au plomb-acide

• Modèle E6 : batterie Lithium-Ion

• Autonomie jusqu’à 5 heures

Nombreux accessoires

disponibles !

Contactez Thomas SCHILTZ !

+352 236 37-209

Ouvert le samedi

* Henri Bergson, philosophe français

+352 236 37 200 www.wowey.eu info@wowey.eu /Agri-Distribution


20 LG

NOVEMBRE 2019

BRÈVES ÉCONOMIQUES

PAR RAOUF HATIRA

La BCEE,

une banque responsable

Profitant de sa présence aux assemblées

annuelles du FMI et de la Banque

mondiale à Washington, la BCEE a

organisé un diner en l’honneur de certains

de ses partenaires institutionnels. Cet

événement a également été l’occasion

pour la BCEE d’annoncer officiellement

son adhésion en tant que premier

participant bancaire luxembourgeois aux

“Principles for Responsible Banking” des

Nations unies.


Source: SIP

Légère hausse

du chômage des résidents

Le nombre de demandeurs d’emploi

résidents disponibles inscrits à l’ADEM

s’établit à 14.692 au 30 septembre 2019.

Sur un an, cela constitue une hausse de

110 personnes, soit de 0.8%. Le taux

de chômage, corrigé des variations

saisonnières, calculé par le STATEC,

s’établit à 5.3%. Par contre, le nombre

de demandeurs d’emploi non-résidents

disponibles inscrits à l’ADEM a baissé

de 10.1% par rapport à septembre 2018.


Source: Statec

La BIL opte exclusivement

pour la carte Visa

La BIL a annoncé la conclusion d’un

partenariat exclusif avec Visa, le numéro

un mondial de la carte bancaire. Dans un

souci de simplification des procédures, et à

partir du mois de janvier 2020, les clients de

la BIL disposeront de nouvelles cartes Visa,

en remplacement des anciennes cartes

Mastecard. La banque assure que la majorité

de ses clients ne subira pas de changement

de tarif dans sa cotisation annuelle.


Source: BIL

Plan de licenciement

chez RBC Luxembourg

Malgré un chiffre d’affaires annuel

record sur le dernier exercice et une

augmentation de son chiffre d’affaires

dans les services d’actifs au Luxembourg,

un plan de licenciement serait en cours

chez RBC Investor & Treasury Services.

En effet, 305 emplois seraient concernés

par ce plan à compter de janvier 2020.

Selon RBC, tous les employés affectés

seront traités équitablement, grâce à des

départs naturels ou des redéploiements.


Source: RBC

L’économie luxembourgeoise est «robuste»

Selon l’agence de notation Moody’s, l’économie luxembourgeoise

est qualifiée de robuste, affichant un rythme supérieur

à la moyenne européenne. La croissance du PIB réel atteindra

2,4 % en 2019/2020, soit un niveau comparable à celui de

2018 et bien supérieur à la croissance moyenne de la zone

euro, estimée à 1,2 % sur la même période. Le secteur bancaire

devrait tirer profit de la délocalisation de services financiers du

Royaume-Uni en préparation du Brexit selon la même source.


Source: Moody’s

Hausse à deux chiffres du prix du logement

Les prix des logements ont augmenté de 11.4% sur une année

au deuxième trimestre 2019. Cette hausse des prix à la vente

est relativement homogène sur les différents segments:

appartements existants, appartements en construction et

maisons anciennes. En 2018-2019, le prix moyen par m 2 des

appartements existants se situe à 5.742 euros/m 2 , celui des

appartements en construction à 6.646 euros/m 2 . Le prix moyen

d’une maison unifamiliale atteint 742.335 euros.


Source: Statec

Cactus renforce son engagement

dans le photovoltaïque

En collaboration avec Enovos, la chaîne de supermarchés

Cactus a récemment mis en service deux installations

photovoltaïques supplémentaires sur les toitures de son

supermarché à Bettembourg et de sa centrale logistique à

Windhof. Ce projet commun entre Enovos et Cactus répond

au premier appel d’offre émis par l’Etat en vue de mettre en

place des installations photovoltaïques de grande envergure

sur le territoire luxembourgeois.


Source: Cactus S.A.

Le prix de l’innovation

dans l’artisanat

Le Prix de l’Innovation dans l’Artisanat

récompense les entreprises artisanales qui

se distinguent par leur approche innovante

et leur esprit entrepreneurial. Pour cette

6 e édition, douze projets sur 56 dossiers

entrés ont été retenus par le jury du

concours. Deux entreprises s’affronteront

dans chacune des six catégories. Le

vainqueur du Grand Prix «The Hands of

Innovation by Mutualité des PME» sera

dévoilé le 5 décembre 2019 lors d’une

cérémonie officielle aux Rotondes.

Source: Chambre des métiers

Se nourrir sainement,

un enjeu de santé publique

Le ministère de la Protection des

consommateurs réfléchit à introduire

le système Nutri-Score, qui permet

d’évaluer les qualités nutritionnelles

des aliments selon un système de

cotation sur les étiquettes. Il fonctionne

selon le principe d’une classification en

cinq lettres et cinq couleurs. L’objectif

de Nutri-score est de contribuer à

promouvoir une alimentation saine.

Parallèlement, il incite les fabricants

à reformuler la composition de leurs

produits en vue d’en améliorer les

propriétés nutritionnelles.


Source: SIP

HOME EXPO 2019,

une affluence record

Avec une fréquentation en hausse de

25%, l’édition 2019 de HOME EXPO est

un cru exceptionnel. En effet, plus de

36.000 visiteurs ont franchi les portes de

cette manifestation réunissant en même

temps HOME & LIVING et la Semaine

Nationale du Logement. De nombreux

produits ont été officiellement lancés

durant les neuf jours, ainsi que des projets

immobiliers, des offres spéciales et

autres remises accordées exclusivement

pendant la durée de cette manifestation.

Source: Chambre de commerce

L’intelligence artificielle

au service de la finance

La Commission de surveillance du

secteur financier et le Centre for

Security, Reliability and Trust ont signé

une convention-cadre, le 24 octobre,

pour appliquer l’intelligence artificielle à

l’analyse des prospectus dans le secteur

des fonds d’investissement. Ce projet

de recherche est lancé pour une durée

de trois ans, en collaboration avec

l’Université du Luxembourg.


Source: CSSF


Bringing the future

to your business

today.

ARTIFICIAL INTELLIGENCE

DATA ANALYTICS

INTELLIGENT AUTOMATION

kpmg.lu/lighthouse

www.kpmg.lu

© 2019 KPMG Luxembourg, Société coopérative, a Luxembourg entity and a member firm of

the KPMG network of independent member firms affiliated with KPMG International Cooperative

(«KPMG International»), a Swiss entity. All rights reserved.


22 LG

NOVEMBRE 2019

ECONOMIE

Un client roi

aux attentes multiples

Menée pour la deuxième année consécutive par KPMG,

l’étude Customer Experience Excellence dévoile les marques

préférées des consommateurs au Luxembourg. Dans une

interview croisée, Patrick Wies, Partner responsable du

secteur public, Jean-Pascal Nepper, Partner et Head of

Transformation, et Lis Dahm, Senior Advisor en Consulting,

nous livrent les bonnes pratiques et les défis auxquels sont

confrontées les entreprises ou institutions face aux attentes

d’un marché B2C en constante évolution.

En quoi consiste l’étude Customer

Experience Excellence?

JPN: KPMG a racheté il y a cinq ans la

société KPMG Nunwood, spécialisée dans

l’analyse de l’expérience client. Depuis son

acquisition, ce type d’analyse s’est étendu

à d’autres pays grâce à l’étude Customer

Expérience Excellence qui a été cette

année menée à travers 20 pays, dont le

Luxembourg, et auprès d’un total de 85.000

consommateurs dans le monde.

Au Luxembourg, où notre étude est la seule de

ce type, nous avons interrogé un échantillon

de plus de 1.000 résidents luxembourgeois,

sélectionnés et interrogés par TNS Ilres. Cet

échantillon représente toutes les couches de

la population et la diversité des nationalités

présentes au Luxembourg. Nous avons

également dressé une liste de presque 80

marques issues de dix secteurs différents et

dont la présence est étendue dans le pays.

Lis Dahm, Jean-Pascal Nepper et Patrick Wies


LG

NOVEMBRE 2019

23

Nous avons ensuite demandé aux personnes

interrogées d’évaluer ces marques selon six

dimensions: leur intégrité, leur capacité

à répondre à leurs attentes, le temps et

l’effort que demande la collaboration avec

une marque donnée, la personnalisation

des services, la capacité à résoudre les

problèmes rencontrés et l’empathie

envers les clients. En fonction des scores

attribués pour chacun de ces piliers, nous

avons établi un classement et révélé les

dix gagnants. L’objectif de l’étude est de

donner à voir de bonnes pratiques, sans

forcément critiquer les autres approches,

c’est pourquoi nous n’avons pas publié

davantage de résultats. Cette étude est

très enrichissante pour nos clients et

suscite beaucoup d’intérêt de leur part.

Elle leur permet de remettre en question

leurs pratiques ou de simplement mieux

appréhender ce que les consommateurs

valorisent en général.

Quels sont les secteurs qui se sont

démarqués?

JPN: Le secteur financier et notamment les

banques ont à nouveau enregistré un très bon

score au Luxembourg et à l’international,

avec une valorisation particulière des piliers

personnalisation, attentes, temps et efforts.

Ce qui démontre qu’ils restent bel et bien

des partenaires privilégiés au quotidien

pour les consommateurs.

LD: Le secteur public gagne quant à lui

cinq places dans le classement général.

Cette remontée s’explique notamment par

l’amélioration de la perception de deux

marques, à savoir Guichet.lu (passant

de la 16 à la 5 e place) et de l’arrivée du

Bierger-Center, se classant directement

en 3 e position. Le secteur public a

récemment déployé de grands efforts dans

sa relation avec les citoyens, notamment

via la digitalisation de ses services, dont

la disponibilité et l’accessibilité ont été

très appréciées. Ce secteur fait par ailleurs

preuve d’une forte empathie envers les

citoyens, il comprend leur situation, parle

leur langue,… c’est une grande flexibilité

que les autres pays n’offrent pas forcément!

PW: Le secteur public enregistre des résultats

très intéressants; on observe de la part des

institutions une prise de conscience quant à la

manière dont les citoyens les perçoivent. Les

acteurs publics ont tendance à se sous-évaluer

et cette nouvelle reconnaissance devrait

les encourager à poursuivre leurs efforts

d’amélioration de l’expérience citoyen.

Comment ont évolué les attentes des

consommateurs depuis l’année dernière?

PW: Elles ont augmenté! Les consommateurs

ne se contentent plus de comparer

des entreprises d’un même secteur qui sont

concurrentes. Les marques sont mises en

compétition avec celles de tous les autres

secteurs et sont comparées avec tout ce que

les clients peuvent consommer d’autre comme

services ou produits. La pression sur les marques

augmente ainsi terriblement puisqu’elles

doivent opérer une veille concurrentielle

bien plus large. Cela peut être très inspirant

et donner de bonnes idées à adapter dans son

propre secteur. Toutefois, chaque innovation

devenant rapidement obsolète, elles doivent se

renouveler très régulièrement.

Le multiculturalisme du Luxembourg,

impliquant une grande diversité dans les

habitudes de consommation, vient amplifier

cette difficulté. Pour y parer, les marques

doivent connaître leurs clients et leurs

préférences et créer une relation forte avec

eux afin de savoir quelle approche privilégier.

Ernster se classe pour la deuxième

année de suite en première position.

Quelles en sont les raisons?

LD: En discutant avec l’enseigne à ce

sujet, nous avons appris que ses employés

partageaient une véritable passion pour

le livre qu’ils parvenaient à transmettre à

leurs clients. Leurs échanges réguliers avec

la clientèle débouchent sur une meilleure

connaissance de ses attentes: en connaissant

les habitudes de lectures des visiteurs, les

libraires peuvent eux-mêmes proposer une

meilleure sélection des ouvrages qui seront

disponibles en boutique.

De plus Ernster porte un soin particulier

au recrutement; pour y travailler, il faut

disposer d’une vraie passion pour le secteur

du livre et d’une volonté d’interagir avec

la clientèle. Enfin, le personnel parle

différentes langues et peut conseiller des

ouvrages dans chacune de celles-ci.

Comment les marques peuvent-elles

améliorer leur classement et s’aligner

davantage aux attentes des consommateurs?

JPN: Elles peuvent par exemple

améliorer l’expérience employé, car si ce

dernier évolue dans un environnement

de travail épanouissant, cela améliorera

automatiquement sa capacité à donner une

bonne expérience aux clients. Elles doivent

également veiller à mieux connaitre leurs

clients en procédant par exemple à l’analyse

de leurs données.

LD: Les entreprises doivent surtout rester

agiles pour ne pas se laisser dépasser. Si

elles cessent d’innover, elles perdront

rapidement des clients. Les consommateurs

cherchent la meilleure qualité de service et

n’hésiteront pas à passer à la concurrence

pour l’obtenir.

JPN: Les marques entrent en compétition

face à un montant de dépenses et un temps

limité du consommateur. Elles doivent

donc réussir à capter son attention très

rapidement, ce qui est un défi constant. De

plus, cette tendance s’accélère, ce qui rend

la difficulté encore plus grande… n

KPMG

39, Avenue John F. Kennedy

L-1855 Luxembourg

info@kpmg.lu

www.kpmg.lu


24 LG

NOVEMBRE 2019

ECONOMIE

100 ans d’histoire

en quelques clics

Développée par le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C²DH),

l’exposition virtuelle «BGL: L’histoire d’un siècle» retrace l’histoire de BGL BNP Paribas

de 1919 à nos jours. Ce projet marque le centenaire de la banque et se base essentiellement

sur les archives de l’institution financière. Il met en lumière son rôle, sa participation

dans l’économie et le développement du Grand-Duché de Luxembourg. Rendez-vous sur

www.depuis100ans.lu!


LG

NOVEMBRE 2019

25

De 1914 à 1918, le monde s’est arrêté.

La violence et les conflits armés ont

bouleversé le début du siècle dernier. En

1919, peu après la fin de la Première Guerre

mondiale, l’espoir renaît en Europe et au

Luxembourg. Cette année charnière marque

notamment la réorientation de l’économie

luxembourgeoise, alliée à l’émergence de

nouveaux besoins de financement. Cette

conjoncture acte la signature de la constitution

de la Banque Générale du Luxembourg, le

29 septembre 1919. L’exposition virtuelle

«BGL: L’histoire d’un siècle» a pour but de

retracer ce siècle d’existence en offrant une

représentation moderne et didactique de son

histoire sur un support digital.

Une interface ergonomique

Les chercheurs du Luxembourg Centre

for Contemporary and Digital History

(C 2 DH) se sont concentrés sur les archives

de la banque (textes, documents, images,

photographies ou encore vidéos). Ils les ont

compilés pour créer la visite virtuelle tout

en la combinant à la réalisation d’une future

thèse de doctorat sur l’histoire de BGL BNP

Paribas. La banque a effectivement joué un

rôle important dans le développement de la

place financière luxembourgeoise et dans

l’économie du territoire en général.

«Nous sommes très heureux d’avoir pu nous

appuyer sur l’Université du Luxembourg

comme partenaire dans ce projet. Les

chercheurs ont puisé dans l’énorme

réservoir d’informations disponibles dans

nos archives pour en présenter une synthèse

de manière structurée et interactive

dans un outil digital accessible au grand

public», a notamment déclaré Geoffroy

Bazin, président du Comité exécutif de

BGL BNP Paribas et responsable pays du

Groupe BNP Paribas au Luxembourg,

lors du lancement de l’exposition virtuelle.

Son interface, ergonomique et facile

d’utilisation, permet de visualiser les

différentes époques et moments clés de

l’histoire de la banque en quelques clics.

“Un aperçu

chronologique

mêlé aux contextes

politiques et socioéconomiques”

De la traversée des époques…

L’exposition a été conçue en trois parties pour

proposer une expérience personnalisée en

offrant aux visiteurs différentes possibilités

de découverte: une ligne de temps, une carte

évolutive des implantations de la banque, et

des dossiers portant sur l’architecture, les

métiers de la banque et la marque BGL.

La ligne de temps présente toutes les

évolutions de la banque et offre un

aperçu chronologique mêlé aux contextes

politiques et socio-économiques des

différentes époques traversées. Il est très

facile de relier et recouper les événements

entre eux pour comprendre les rouages et

leurs influences dans le développement de

BGL BNP Paribas.

Cette traversée des époques a notamment

été marquée par l’architecture de la banque,

dont le siège se trouve aujourd’hui au

Kirchberg. La BGL a connu de nombreuses

mutations, entre transformation, rénovation

ou encore nouvelle construction, qui lui ont

permis de s’ancrer au Grand-Duché. En

plus du siège de la banque, de nombreuses

agences sont créées dans les quatre coins du

pays pour élargir son rayon d’action, même

en dehors des frontières puisqu’une agence

ouvre, dès 1921 en France, à Thionville.

… jusqu’au développement des métiers

d’un secteur

L’histoire de la marque prend également

une place importante dans l’exposition

virtuelle. Il y est notamment question de

l’évolution de son logo au fil des années

ou du sponsoring d’événements tels que le

BGL BNP Paribas Luxembourg Open qui

fait partie des «International Series» depuis

2009.

Le dernier dossier, «métiers de la banque»,

revient quant à lui sur les principales

activités et initiatives développées par

la BGL durant un siècle. L’institution a

toujours agi comme banque universelle, les

différents documents de l’acte constitutif

ont été soigneusement conservés et mis

en ligne. Sa politique de crédit permet à la

société luxembourgeoise de se moderniser

et participe, aussi, à l’amélioration de la

vie de la population (dont l’apparition du

financement pour les études supérieures,

postuniversitaires et du perfectionnement

professionnel en 1986). Également banque

des entreprises dès sa création, BGL BNP

Paribas a progressivement élargi ses activités

pour devenir une banque des marchés

(1929), puis une banque d’investissement

et de financement avec la création de la

Compagnie Foncière et Hypothécaire du

Luxembourg» (Cofhylux) en 1935 et une

banque privée. n

BGL BNP Paribas

50, avenue J.F. Kennedy

L-2951 Luxembourg

www.bgl.lu


26 LG

NOVEMBRE 2019

ECONOMIE

Vos paiements simplifiés

Michael Pechner

Issue d’un projet de recherche et de développement soutenu

par le gouvernement, la solution de paiement Digicash a été

conçue autour de l’utilisateur, de ses pratiques et de ses besoins.

Cette solution de paiement mobile est proposée par Payconiq,

établissement de paiement agréé et supervisé par la CSSF.

Interview de Michael Pechner, CEO de Payconiq Luxembourg.

Pouvez-vous revenir sur la success story

de Payconiq et de Digicash?

Tout le mérite revient à une équipe d’entrepreneurs

luxembourgeois composée de Raoul

Mulheims, Georges Berscheid et Jonathan

Prince. Ils ont créé Digicash dans les prémices

de la digitalisation des moyens de paiement et

plus largement celle du pays.

Développée en 2012, l’application Digicash

a été adoptée par la BCEE, Post, BGL

BNP Paribas, BIL et ING. Cette solution

ayant besoin d’un volume important pour

prospérer, et le marché luxembourgeois

étant relativement restreint, il fallait donc

s’internationaliser.

Payconiq est née du hub d’innovation d’ING

au Pays-Bas, à l’annonce de la directive

européenne PSD2 qui permet aux clients des

banques d’autoriser une partie tierce à avoir

accès à leurs données financières.

Digicash a donc saisi l’opportunité en 2017

de confier les rênes de la startup à un groupe

bénéficiant d’une puissance de frappe bien plus

élevée en Europe: Payconiq International. Ce

rachat nous permet de développer de nouveaux

produits tout en se lançant à l’international.

Qu’en est-il du paiement transfrontalier?

Les résidents luxembourgeois pourront

très prochainement faire des paiements et

en recevoir depuis ou vers la Belgique et les

Pays-Bas. Les commerçants luxembourgeois

pourront ainsi bénéficier des utilisateurs

belges et néerlandais et le règlement des PV

reçus de l’autre côté de la frontière se fera en

quelques clics.

Les Européens utilisent encore beaucoup

de solutions de paiement qui nous viennent

des Etats-Unis et les Asiatiques favorisent

tellement Alipay qu’elle pénètrera un jour

notre marché. Entre ces deux grandes forces,

l’Europe doit être en mesure de proposer

des solutions européennes. Payconiq a les

moyens de conquérir l’Europe depuis le

Luxembourg. L’entreprise a son siège social

au Grand-Duché et toutes les décisions

stratégiques sont prises ici. C’est une solution

qui soutient nos commerçants, nos banques,

notre marché et nos consommateurs et qui

peut jouer un rôle encore plus important à

l’échelle européenne. n

Que représente Digicash aujourd’hui?

Entre l’argent liquide, les chèques, les cartes de

crédit et l’e-banking, les moyens de paiement

sont nombreux mais restent pourtant

relativement fastidieux. Le téléphone mobile

est une solution beaucoup plus simple

lorsqu’il s’agit de virer de l’argent à un proche,

payer son achat auprès d’un commerçant

ou régler une facture par exemple. Il suffit

d’ouvrir l’application, de scanner le QR code

et d’apposer son empreinte digitale.

La simplicité et la sécurité font le beau succès

que nous connaissons: 25% de la population

résidente a téléchargé l’application, quelques

10.000 transactions sont réalisées chaque jour

et 5.000 nouvelles activations par mois.

Intégrée à Guichet.lu, Digicash est la solution

de paiement auprès des administrations

publiques. L’utilisateur peut régler sa taxe

communale, son parking ou son PV de

stationnement, presqu’instantanément.

Présentation du CEO

Michael Pechner a travaillé pendant plus de

20 ans dans le milieu bancaire et financier

chez Citibank (Londres, Amsterdam, Zurich),

BNP Paribas Fortis (Bruxelles), Barclays

(Londres). Le Luxembourgeois décide de

revenir au pays à la suite du Brexit en 2017 et

prend la direction commerciale de la Bourse

de Luxembourg. Bénéficiant d’une solide

expérience opérationnelle et commerciale dans

le milieu des industries financières et bancaires,

il a rejoint Payconiq en début d’année 2019.

Payconiq

9-11 rue Joseph Junck

L-1839 Luxembourg

www.digicash.lu


LG

NOVEMBRE 2019

27


28 LG

NOVEMBRE 2019

ECONOMIE

EY Luxembourg enregistre

une croissance de 8,3%

PAR ADELINE JACOB

Le 14 octobre dernier, EY Luxembourg a convié la presse à sa

conférence annuelle pour y présenter ses résultats financiers de

l’exercice fiscal 2019. A l’ordre du jour: analyse de la croissance

du chiffre d’affaires et perspectives de développement.

Alain Kinsch, Olivier Maréchal, Bernard Lhoest et Bart Van Droogenbroek

l’externalisation de certains services qui ne

constituent pas leur cœur de métier (comme

la comptabilité ou la Tax Compliance).

«L’innovation réside dans l’importante

couche de digitalisation dont nous dotons

ces services. Il ne s’agit pas de travailler

plus rapidement ou moins cher, mais

de servir différemment, via l’utilisation

de la robotisation, de la blockchain ou

de l’intelligence artificielle», développe

Alain Kinsch. Au-delà, EY continuera

d’investir dans les secteurs qui lui sont

chers et dans lesquels il se distingue déjà,

à savoir le Private Equity, le Real Estate,

l’entrepreneuriat et les startups.

“Nous

recherchons

une certaine

consistance et

stabilité dans la

croissance”

Reflet de sa bonne santé économique, mais

aussi de celle du pays, EY Luxembourg

annonce une croissance de 8,3%. Le

chiffre d’affaires du cabinet s’est élevé

à 236 millions d’euros pour son année

fiscale clôturant au 30 juin 2019. «Nous

recherchons une certaine consistance et

stabilité dans la croissance, si possible dans

une croissance élevée. Je crois que c’est ce

que nous sommes parvenus à réaliser au

cours des dix dernières années», affirme

Alain Kinsch, Country Managing Partner

d’EY Luxembourg. Sur les cinq dernières

années, la société a en effet enregistré une

hausse exceptionnelle de 54%, un taux tel

qu’il ne s’observe généralement que dans

les pays en développement. L’accroissement

est de plus marqué par une progression au

sein de chacune des lignes de service du

cabinet.

L’audit – domaine dans lequel le cabinet

a conquis le plus de parts de marché –

enregistre une croissance de 8,8%, soit le

double de celle engrangée au niveau du

groupe. EY se montre également satisfait du

taux de croissance de son département fiscal

(6,5%) compte tenu des transformations

qui touchent le métier. Enfin, c’est le

domaine du conseil, dans lequel la société

a beaucoup investi, qui affiche la meilleure

progression avec 10,9%.

Parmi les facteurs qui expliquent la

tendance ascendante dans les différents

départements, citons la perspective du

Brexit qui a engendré un besoin accru de

services de conseil et un élargissement des

activités en termes d’audit et de fiscalité.

D’autre part, les partners luxembourgeois

mettent l’accent sur la transformation

numérique dans laquelle EY a beaucoup

investi et qui se manifeste par le

développement de produits «technology

enabled». Un tournant digital qui

s’accompagnera du lancement officiel, en

janvier, d’une large gamme de «Managed

services» consistant à proposer aux clients

Pour ce faire, EY Luxembourg pourra compter

sur une équipe toujours plus nombreuse

et diversifiée. En douze mois, la société a

procédé à quelques 500 engagements et

compte aujourd’hui plus 1.500 collaborateurs.

Ceux-ci sont d’ailleurs de plus en plus recrutés

hors Union européenne et forment un vivier

professionnel de 70 nationalités faisant

d’EY Luxembourg un véritable laboratoire

de diversité. Une pluralité recherchée

dans les genres également. «Une de nos

priorités est de donner la possibilité aux

collaboratrices de faire carrière dans les Big

Four, c’est-à-dire de devenir associées»,

indique Alain Kinsch. Le cabinet luxembourgeois

s’est ainsi fixé pour objectif

de doubler, en six ans, le pourcentage de

femmes associées (de 14% à 28%).

Ce tour d’horizon donne un avant-goût

de la nouvelle stratégie à long terme d’EY

Luxembourg. Intitulée «ambition 2026»,

celle-ci prendra le relais de la «vision 2020»

arrivant à échéance l’an prochain. n


2-4 rue Pierre Hentges

L-1726 Luxembourg

T +352 27 494 600

formation@LLLC.lu

NOUVELLE FORMATION UNIVERSITAIRE

Master Commerce Électronique

avec l’Université de Strasbourg

LE MASTER COMMERCE ÉLECTRONIQUE :

UN ATOUT DE POIDS POUR ÉVOLUER

DANS LE MONDE DE LA DIGITALISATION

La digitalisation du 21 e siècle est l’un des

piliers de l’évolution de notre société. Bien

qu’elle soit souvent perçue comme une

menace, elle peut également constituer

un atout et le témoignage d’une avancée

technologique et sociétale. Or, toute

évolution engendre des changements

plus ou moins brutaux et qui dit changement

dit adaptation. L’adaptation aux

transformations digitales, comme

l’augmentation des communications

virtuelles ou les transactions commerciales

et financières en ligne, touche tant

la sphère du privé que le monde professionnel

et peut se faire de différentes

manières. La formation est un outil de

poids permettant aux salariés d’acquérir

des connaissances et des savoir-faire en

lien avec ces mutations et d’acquérir les

aptitudes nécessaires pour ne pas subir

mais devenir acteur de ces changements.

Elle devient alors un dispositif de promotion

sociale et de sécurisation des

parcours professionnels. Dans ce cadre,

le Luxembourg Lifelong Learning Center

de la Chambre des salariés propose en

janvier 2020, la première promotion du

Master Commerce Électronique en

collaboration avec l’Université de

Strasbourg en horaire aménagé.

LE MASTER EN UN COUP D’OEIL

OBJECTIFS

› former des managers capables d’intégrer des connaissances pluridisciplinaires

(économie numérique, management, droit, technologies et marketing)

› acquérir des méthodes et du savoir-faire à valider (gestion de projet, veille et intelligence

économique, entrepreneuriat…).

Début

de la formation :

Janvier 2020

Formation sur 1 an,

environ 425 hrs.

PUBLIC CIBLE

› titulaire d’un diplôme de niveau Bac+4 dans le domaine de l’administration économique

et sociale (AES), du droit, de l’informatique, du marketing ou équivalent

› ou au minimum trois ans d’expérience professionnelle en gestion, en marketing ou en informatique ;

possibilité d’une VAPP (validation des acquis professionnels et/ou personnels).

LIEU ET HORAIRES

Luxembourg, en journée, les vendredis et les samedis.

… AUTRES OFFRES DE FORMATIONS SUPÉRIEURES | Hiver 2019-2020

FORMATIONS UNIVERSITAIRES

• Master Marketing et Communication

Novembre 2019

• Licence Sciences de Gestion

Novembre 2019

• Master Contrôle de Gestion et Audit Organisationnel

Janvier 2020

• Master Management de Projets Logistiques et Master Achat International (1 formation - 2 masters) 2020

FORMATIONS SPÉCIALISÉES

www.LLLC.lu

• Diplôme d’université : Techniques de Relaxation et Sophrologie

Janvier 2020

• Diplôme Risk Management

Février 2020

Rubriques :

Formations universitaires

Formations spécialisées


30 LG

NOVEMBRE 2019

ECONOMIE

UCITS: Present

at the creation

Thirty years ago, Freddy Brausch, Claude Kremer and Jacques

Elvinger became part of one of Luxembourg’s greatest success

stories when they helped to implement the UCITS Directive

into national law. While UCITS funds were initially designed

for European retail investors, today they are distributed into

over 70 countries worldwide. UCITS funds are one of the

main pillars of the Luxembourg financial industry, with over

EUR 3.7t in assets under management.

The beginning

Back in the 1970s there was a widespread

call for a level playing field in the crossborder

sale of investment funds – also

referred to as fund distribution. There had

been discussions, back and forth, about how

financial products and investment funds

should be regulated. Then in the mid-

1980s Jacques Delors, the then President

of the European Commission, presented

his White Book for the completion of the

internal market of the EC. This included,

among many other proposals, one that

was aimed at creating a pan-European

investment fund market. At the time, selling

investment funds into other European

countries was a complicated process for

asset managers. Before the creation of

the Undertakings for the Collective in

Transferable Securities (UCITS), the

distribution of funds was time consuming

and tied up with red tape that differed from

country to country.

The objective of the proposed Directive

was to have one financial product in Europe

for all types of savers and investors. In 1985

the UCITS Directive was officially adopted

by the European Council. Luxembourg

understood the benefits of such a market

very quickly while its neighbouring

countries were still focused primarily on

their domestic markets. The Grand Duchy

was the first country to implement the new

Directive.

Freddy Brausch, Claude Kremer and

Jacques Elvinger were in the early stages of

their careers as lawyers when they became

part of the government and the financial

regulator’s advisory teams. Together they

helped to implement the UCITS Directive

in Luxembourg law, unaware at the time

that they were crafting one of the pillars of

today’s industry.

“The pressure at the time was that Spain

and Portugal were about to become

members of the European Community. So,

the other members thought it was the right

time and they didn’t want to wait until new

countries came in, raising further questions

and objections. I think this was also one of

the drivers for the European Commission

to come up with a first version of the

UCITS Directive in 1985”, says Claude

Kremer, Founding Partner of Arendt &

Medernach.

“If you want to

be better than the

others, you have to

move fast. Timing

is important…”

Having previous experience in pioneering

the Eurobond project, Luxembourg

decided to take a lead in transposing the

UCITS Directive into national law. At the

time, the Grand Duchy was already familiar

with cross-border fund management, as a

hand full of international financial actors

from countries such as Japan, the US and

Switzerland, had set-up Luxembourg fund

structures without the benefit of a specific

law.

Copyright: Mike Zenari

As a small country with a very small

domestic market it came naturally to

Luxembourg to take a wider view. Where

Germany and France, for example, became

concerned about protecting their domestic

retail distribution network, Luxembourg

policy makers working alongside the

regulator, were able to concentrate on the

needs of the global community at large.

Government and the financial industry

side by side

Nevertheless, it took the Luxembourg

authorities three years to implement

the UCITS Directive. The timeframe

illustrates how complex it was to find an

acceptable legal form.

To understand the needs of the market

Freddy Brausch, Claude Kremer, Jacques

Elvinger and their respective teams, spent

hundreds of hours discussing with different

stakeholders including the regulator, other


law firms, financial advisors and fund

promotors. Fortunately, Luxembourg is

known as a place where the financial centre

actors and the government are open for

discussion and meet on a frequent basis.

“One of our strengths is the easy way

of taking the appropriate decisions in a

timely manner in this country. This is

only possible due to an ongoing active

consultation between policy makers,

regulators and practitioners”, says Jacques

Elvinger, Partner and Head of Investment

Funds at Elvinger Hoss Prussen.

“The big challenge in these situations is

always putting it into an acceptable and

legal form. How do you translate ideas

and needs into legislation? You have

to know and understand the different

needs of the market that sometimes may

be contradictory. During that process,

you cannot permit yourself to lose sight

of the objective which is to provide the

market with solutions. This goes beyond

complexities and challenges. It was not only

complex and challenging at the start. It was

all along the road”, adds Freddy Brausch,

Partner at Linklaters LLP.

The implementation of the UCITS

Directive built credibility and put

Luxembourg on the map. But the impact

reached further. State revenues were

growing as the assets under management

in funds increased. And then there was

the impact on all the professions that

grew up around the fund; depositaries,

administrators, transfer agents and all kinds

of new professions that did not exist before.

Players came to settle in Luxembourg and

started new operations. This was a big driver

for the growth of the economy because it

created jobs and a lot of activity that was not

there before. Luxembourg built a unique

asset management ecosystem which ties

together the institutions, infrastructure and

regulatory expertise needed for the success

of the industry. It is today the backbone of

Luxembourg’s financial industry.

Freddy Brausch, Claude Kremer and Jacques Elvinger

Facing challenges together

This might all sound like a leisure cruise,

however, it has not always been plain

sailing. Over time Freddy Brausch, Claude

Kremer and Jacques Elvinger joined forces

as promotors in chief and even crisis

managers for the UCITS brand.

Jacques Elvinger: “I remember one situation

where the three of us had to get on a plane

to Asia and convince the Asian regulators

that the UCITS model was indeed solid

and credible. Working as a team, going

out as a team and selling the country as

joint ambassadors is our strength. Other

countries recognised this unity”.

The flexibility built in to address the broad

needs of the market and the community

spirit of the Luxembourg fund industry

ecosystem - competitors working together –

has enabled the UCITS product to meet all

the challenges thrown at it over the last three

decades; from the original implementation,


32 LG

NOVEMBRE 2019

ECONOMIE

The UCITS Directive has proved its worth

over the past three decades. The future

continues to look bright considering the

recent developments on the Alternative

Investment Fund Managers Directive

(AIFMD). There is an ever-growing

demand for fund products, especially from

developing markets in Asia and Latin

America that are opening up their local

fund industry. The need to finance pensions

is still there and is even increasing, like the

need to invest into all asset classes such

as infrastructure and private equity. The

potential for the fund industry is still huge.

to through a series of updates issued by the

European Commission, as well as through

the market highs and lows.

Maintaining leadership is like dancing,

timing is important

Over the past 30 years, Luxembourg has

demonstrated its leadership in the global

asset management industry. The financial

industry has survived several major

transformations, and, in the future, it will

continue to face challenges. Leadership

cannot be assumed, in order to be in a

leading position, you need to anticipate and

manage change.

According to Claude Kremer, Luxembourg’s

leadership comes down to three key

points. First of all, a timely reaction by

the government to industry proposals and

initiatives. The second important element

is the responsibility of the Commission de

Surveillance du Secteur Financier (CSSF).

And last but not least courage.

“Leadership and courage go hand in hand.

Courage at all levels is crucial. Be it at the

level of the government, the CSSF and

of the industry participants”, highlights

Freddy Brausch.

Jacques Elvinger adds: “Never underestimate

your competitors. We need to

stand up, speak up wherever we are and keep

using our traditional strategies. We have to

stay true to ourselves and keep doing what

we are good at. This means keep using the

language skills we have in Luxembourg and

our strengths such as the easy way of taking

decisions in this country”.

“If you want to be better than the others,

you have to move fast. Timing is important.

It is like music and dancing, it all depends

on timing”, says Claude Kremer.

Confident about the future

There is one thing that all three like to

express and that is gratitude. They are

grateful to have been – and still remain – a

part of this process.

Freddy Brausch: “We really enjoyed the

experience we have had over the past 30

years. It has been a privilege to move the

UCITS Directive in the right direction

and, on numerous occasions, to sell this

country and its strengths to the other side

of the world. We had many opportunities to

face unknown audiences and visit countries

that we were not familiar with”.

Copyright: Mike Zenari

“Working as a team,

going out as a team

and selling

the country as joint

ambassadors is

our strength”

“We have every reason to be confident

about the future. Luxembourg has become

a powerhouse both in the classic and

mainstream area. It is very reassuring

that we are able to adapt ourselves to the

changes of the industry so that we can grow

there where the market pushes us”, says

Jacques Elvinger.

Claude Kremer remains philosophical: “If

we continue to do our homework, I’m not

concerned at all”.

Freddy Brausch, Claude Kremer and

Jacques Elvinger led the industry through

one of its most important developments

to date, repeatedly teaching us about

leadership and vision, the power of working

together, and the importance of flexibility

and pragmatism. n

LEO Mag September 2019,

Luxembourg for Finance,

Marjolein Van Hoof.


Athlon,

leasing automobile

sur mesure

Leasing opérationnel

Gagnez du temps et de l'argent

Renting financier

La formule minimaliste

Gestion de Flotte

Faites confiance à notre expertise

ATHLON LUXEMBOURG

Ecoparc Windhof

22, rue de l’Industrie

L-8399 Windhof

Grand-Duché de Luxembourg

T. : +352 49 77 701

F. : +352 49 77 74

info.luxembourg@athlon.com

www.athlon.com/lu

www.athlon.com/lu


34

LG

NOVEMBRE 2019

BRÈVES MINISTÉRIELLES

PAR RAOUF HATIRA

Ministère du Logement

Le nouveau ministre du Logement Henri

Kox a énoncé les grandes lignes de sa

politique de logement. La priorité est

donnée à l’augmentation substantielle

de l’offre de logement abordable. Le

parc locatif public sera agrandi. Deux

réformes prévues vont dans ce sens: le

nouveau Pacte Logement 2.0 et la refonte

de la loi sur les aides individuelles et le

subventionnement des constructions

d’ensembles.


Source: SIP

Ministère de l’Energie

Comment travailler ensemble au niveau

régional? Comment coordonner l’offre

technologique des constructeurs avec

les contraintes en matière de point de

recharge et d’électricité disponible? Ce

sont les questions abordées lors d’une

conférence internationale sur l’électromobilité,

organisée par le ministère de

l’Energie, en présence de plusieurs

représentants de pays européens.

L’objectif est d’apporter des réponses

pour espérer respecter les accords de

Paris et l’objectif zéro carbone 2050.


Source: SIP


Ministère de la Santé

Selon les données chiffrées du

registre de la médecine scolaire de la

direction de la santé, 5% des élèves de

l’enseignement secondaire de l’année

2018 étaient obèses et presque 8%

avaient une surcharge pondérale. Pour

répondre à cette problématique, une

journée nationale de sensibilisation

intitulée “comment motiver les jeunes à

manger sain?” a eu lieu, dans le contexte

du plan cadre national “Gesond iessen,

Méi beweegen” (GIMB) 2018-2025.


Source: SIP

Ministère de l’Education

nationale

Le ministre Claude Meisch a inauguré le 15

octobre la première Foire de l’éducation

au développement durable. Une quarantaine

de stands y ont réuni services

ministériels, administrations, écoles, associations

et ONG. Un plan d’action pour

l’éducation au développement durable sera

élaboré sous peu, en collaboration avec le

ministère du développement durable.


Source: SIP


Ministère de la Protection des consommateurs

L’événement annuel “La sécurité dans mon assiette”, organisé

par le Commissariat du gouvernement à la qualité, à la fraude

et à la sécurité alimentaire, en collaboration avec le ministère

de la Protection des consommateurs, le 14 octobre dernier, a

rencontré un large succès. Le fonctionnement du système des

alertes rapides et la mise à disposition des informations sur

les rappels de denrées alimentaires par les autorités sont les

thèmes qui ont suscité le plus d’intérêt parmi l’audience.


Source: SIP

Visite de la Chengdu Qingbaijiang Railway Freight Station - Cérémonie

officielle - François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Mobilité et

des Travaux publics, entouré de Marc Wengler, Marc Huebsch et LIU Xiadiu

Ministère de la Mobilité

Lors de son voyage en Chine le 18 octobre dernier, le

ministre de la Mobilité, François Bausch, a visité la Chengdu

Qingbaijiang Railway Freight Station. Un premier train test de

marchandises est parti de Chengdu vers le terminal intermodal

de Bettembourg-Dudelange. Ce train parcourra une distance

de 10.000 km en deux semaines, tout en passant par la

Russie, Belarus, la Pologne et l’Allemagne, avant d’arriver à

Bettembourg.


Source: SIP

Ministère de l’Intérieur

La ministre de l’Intérieur, Taina Bofferding, a présenté un

projet de règlement grand-ducal visant à réformer la formation

générale des fonctionnaires en service provisoire, et qui

introduit un cycle de formation pour les employés communaux.

Par ailleurs, la ministre a informé les membres de la commission

centrale de la publication prochaine d’un guide sur la gestion

par objectifs dans le secteur communal. Des séances de

formation seront organisées sur ce thème début 2020.


Source: SIP

Ministère de la Fonction publique

Le ministère a présenté en ligne la première publication sur

les chiffres clés de la fonction publique de l’Etat. Le secteur

de l’éducation occupe presque la moitié des agents (49,5%).

Le travail partiel a augmenté de 12% entre 2016 et 2018. Les

femmes constituent un petit peu plus de la moitié (52%) de

la totalité des agents avec une moyenne d’âge de 40,6 ans.

Ce sont aussi elles qui bénéficient d’une grande majorité des

temps partiels avec un peu plus de 83%.


Source: SIP

©MMTP

Ministère de l’Economie

Lors de sa visite à l’”European Astronaut

Centre” à Cologne, le ministre de

l’Économie, Étienne Schneider, a

annoncé la création au Luxembourg

d’un centre de recherche dédié aux

ressources spatiales. S’inscrivant

dans l’initiative SpaceResources.lu

lancée en février 2016, le nouveau

centre se focalisera sur la recherche

scientifique relative à l’extraction, à

la transformation et au traitement de

ressources qui existent dans l’espace,

comme l’eau ou le régolithe.


Source: SIP

Ministère de la Famille

et de l’Intégration

La ministre de la Famille et de

l’Intégration, Corinne Cahen, a assisté

à l’inauguration de deux nouvelles

structures pour adolescents en

situation de handicap mental au sein

de l’entité “De Park” du Centre hospitalier

neuro-psychiatrique. L’offre

des deux pavillons inaugurés

s’adresse à des adolescents présentant

un handicap mental avec, dans

la plupart des cas, des troubles

d’adaptation et du comportement.


Source: SIP

Ministère de l’Intérieur

Les communes n’ayant pas soumis

le projet d’aménagement général

(PAG) ‘’nouvelle génération’’ au vote

provisoire du conseil communal au

1 er novembre se verront pénalisées,

selon le ministère de l’Intérieur. Les

sanctions prévues par la loi dans

ce cadre deviendront applicables.

Aucune modification ponctuelle du

PAG ne pourra être adoptée et aucune

nouvelle procédure d’adoption d’un

plan d’aménagement particulier

(PAP) ne pourra être entamée aussi

longtemps que la saisine du conseil

communal n’aura pas été effectuée.


Source: SIP

Ministère de la Justice

Avec 23 autres pays européens, le

Luxembourg a décidé de se joindre

à l’initiative de l’EUCPN (European

Crime Prevention Network) pour

lancer une campagne de prévention

contre la traite des êtres humains.

L’objectif principal de cette campagne

est d’aider, de protéger et d’informer

les victimes ou victimes potentielles

sur leurs droits au niveau européen.


Source: SIP


LG

NOVEMBRE 2019

35

Pour, avec et en faveur

des communes

PROPOS RECUEILLIS PAR ADELINE JACOB

Promoteur et défenseur de l’autonomie et des intérêts

communaux, le Syndicat des Villes et Communes

luxembourgeoises (Syvicol) a pour mission d’examiner toutes

les questions qui intéressent l’administration des communes

grand-ducales et de créer des ponts dans leurs relations

avec les autorités gouvernementales et les pouvoirs publics.

Interview d’Emile Eicher, président du syndicat.

Emile Eicher

sensibilisation à l’intention des communes.

En outre, il a fait partie dès le départ du

groupe de travail interministériel chargé de

préparer un programme destiné à succéder

au Pacte Logement lorsque celui-ci viendra

à échéance.

Quel rôle le Syvicol entend-il endosser

dans la refonte de la loi communale?

Le syndicat salue l’initiative de la ministre

de l’Intérieur, Taina Bofferding, d’avoir

adopté, pour la refonte de la loi communale,

une approche participative très large qui

permettra à toutes les parties concernées de

s’impliquer dans la réforme. Les communes

en particulier pourront ainsi articuler leurs

besoins de réforme et leurs propositions par

voie directe.

Quels sont les principaux dossiers à

l’ordre du jour?

Le Syvicol revendique de longue date sa

consultation systématique sur tout projet

de loi ou de règlement grand-ducal ayant

des implications pour les communes, à

l’instar des chambres professionnelles.

Depuis le 1 er juillet 2019, par circulaire

du Premier ministre, tous les membres du

gouvernement ont été invités à solliciter son

avis lorsque nécessaire. Le syndicat se réjouit

de cette avancée qui constitue une étape

importante vers une institutionnalisation de

la consultation du secteur communal dans

la procédure législative et réglementaire.

Depuis la prise d’effet de cette circulaire,

c’est-à-dire en trois mois, le syndicat a ainsi

été saisi de pas moins de douze dossiers, ce

qui a contribué à un élargissement de son

champ d’activités.

Parmi les principaux dossiers à l’ordre

du jour, nous pouvons mentionner, à

titre d’exemples, la réforme de la tutelle

administrative, l’analyse du projet de loi

relatif au patrimoine culturel récemment

déposé ou encore la préparation du Pacte

Logement 2.0 en collaboration avec les

autorités compétentes.

Justement, comment le syndicat accompagne-t-il

les communes sur les problématiques

du logement et du Pacte Climat?

Le Syvicol entretient d’excellentes relations,

faites d’échanges réguliers, avec les

autorités responsables du Pacte Climat

ainsi qu’avec le ministère du Logement.

En collaboration avec ce dernier, il a

organisé au cours des dernières années une

série de manifestations d’information et de

Au stade actuel, le Syvicol suit le processus

avec grand intérêt et attend avec impatience

les résultats des différentes étapes de

la consultation, qu’il espère pouvoir

analyser avec la ministre en temps utile.

Parallèlement, il mène un processus de

réflexion interne pour identifier ses propres

priorités et objectifs dans ce vaste dossier.

Il se réjouit par ailleurs d’avoir été

étroitement associé à la préparation du

projet de loi portant sur la réforme de

la tutelle administrative, élément crucial

d’une modernisation du fonctionnement

des communes, que la ministre a annoncé

vouloir injecter dans la procédure législative

à brève échéance. n


36 LG

NOVEMBRE 2019

LEGAL

Passer à la deuxième

étape de la mise

en conformité RGPD

La mise en œuvre du Règlement Général sur la Protection

des Données, entré en vigueur le 25 mai 2018, n’a pas lieu

sans son lot de difficultés. Si la première année a été marquée

par la mise en place de la documentation (registre, politiques

et notices), par des débats sur le positionnement entre

responsable de traitement et éventuel sous-traitant ou sur

la nécessité de nommer ou non un Data Protection Officer

(DPO), «il faut désormais se focaliser sur le déploiement

opérationnel». Bénédicte d’Allard, Manager chez Arendt

Regulatory & Consulting (ARC), nous aide à comprendre les

grands chantiers qui s’annoncent. Interview.

S’assurer de la gouvernance établie

La documentation mise en place doit être

revue au moins annuellement, pour en améliorer

l’efficacité si nécessaire et tenir compte

des changements survenus dans les processus.

Ensuite, les entreprises doivent s’assurer de

la bonne compréhension des règles et de

l’allocation des responsabilités au travers

des différents niveaux hiérarchiques. Les

départements Compliance et/ou Audit interne

doivent enfin enrichir leurs plans de contrôle.

Les entreprises ayant nommé un DPO

peuvent aujourd’hui faire un premier bilan

et décider d’un recalibrage de la fonction

par exemple en termes de ressources/

profil(s) alloués ou bien même décider

d’externaliser la fonction de DPO. En

effet, l’externalisation permet de libérer

les ressources internes et de profiter d’une

expertise inspirée des meilleures pratiques

du marché. Le recours à un DPO externe

peut être attractif dans de nombreux cas.

Documenter les instructions vis-à-vis

des sous-traitants

Il est impératif de s’assurer de la bonne application

des principes décrits dans les contrats

de sous-traitance. Les instructions données

aux sous-traitants doivent être documentées

et déclinées de manière pratique. Les points

de contact respectifs ainsi que le protocole

à suivre en cas de demande d’accès, de

violation de données ou de fin de relation

doivent être explicités (délai de notification,

retour ou effacement des données, etc.).

Clarifier les exigences de conservation

et d’effacement des données

Une table de conservation des données

a probablement déjà été insérée dans la

politique d’archivage et les entreprises

connaissent les données qu’elles peuvent ou

doivent conserver et pour quelles durées.

En revanche, il est rare que les employés

aient été formés en détail à l’utilisation de

cette table et en comprennent l’application

dans leur travail au quotidien et dans leurs

différentes tâches.

Pour y parvenir, nous conseillons aux

organisations d’avoir en premier lieu

une vue claire par processus et de relier

les traitements de données listés dans

le registre avec les différentes durées de

conservation. Par la suite, l’organisation

devra en informer les employés et les former

en fonction de leurs besoins journaliers.

Se conformer à la table de conservation

des données

C’est peut-être là le plus gros défi et la

difficulté est d’autant plus grande du fait de

la multiplicité des supports.

Les documents papiers nécessitent un

archivage et une indexation permettant le

suivi des durées de conservation. Pour ce qui

est des données informatiques, il faut revoir

chaque application et évaluer les options,

valider une solution d’effacement, de

masquage ou d’anonymisation des données

périmées. Une approche pragmatique est

indispensable, en fonction de la sensibilité

des données traitées (approche par le

risque) et de la difficulté de mise en place

(toute nouvelle application doit proposer

une solution d’effacement). Des données

informatiques non structurées peuvent

également être présentes dans l’espace

personnel de l’employé par exemple.

Des instructions précises sur les bonnes

pratiques à adopter pourront dissuader ou du

moins encadrer la dispersion de ces données.

Assurer la sécurisation informatique des

données personnelles

Le RGPD énonce en des termes généraux

l’exigence de protection des données d’un

point de vue technique. Les organisations

restent pourtant responsables vis-à-vis des

personnes concernées. Occupées à d’autres

tâches plus prioritaires ou moins coûteuses,

force est de constater que les entreprises ont


souvent repoussé dans le temps, l’évaluation

approfondie du niveau de sécurité des

données personnelles qu’elles traitent.

La certification CARPA sur laquelle le

régulateur luxembourgeois (CNPD) travaille

actuellement et l’ISO 27701 promue

par la CNIL pourront être des moyens

de s’assurer de la sécurisation technique des

données.

Quelle solution pour les organisations

qui n’auront ni la taille, ni le budget

pour s’engager dans un processus de

certification?

Il existe de grands principes intangibles

à la sécurité informatique qui sont tout

à fait adaptés à de petites ou moyennes

structures: restreindre au maximum et avoir

une vue claire sur les droits d’accès, revoir

régulièrement le bien-fondé de ces droits,

minimiser les données traitées, distinguer

les logs utiles, techniques et non nécessaires,

effacer ces derniers et documenter cette

classification dans une politique interne.

La confidentialité doit être améliorée,

d’abord en sensibilisant les employés, et

également grâce à des moyens techniques

comme l’encryptage des emails, des

appareils numériques et des serveurs, ainsi

que le recours à la destruction physique

des appareils et disques durs, lorsqu’ils sont

décommissionnés. Les sauvegardes (back

up) doivent également être hautement

sécurisées, avec un nombre faible de

personnes autorisées à y accéder.

Le tout est de définir une politique de

sécurité raisonnable tenant compte du

niveau d’impact et de probabilité, et enfin,

de sensibiliser et former régulièrement les

employés, pour qu’ils acquièrent les bons

réflexes. n

Bénédicte d’Allard

“S’assurer

de la bonne

compréhension

des règles

et de l’allocation

des responsabilités”

Arendt Regulatory & Consulting

41A Avenue J-F Kennedy

L-2082 Luxembourg

Tél.: 26 09 10 1

arendt.com


38 LG

NOVEMBRE 2019

BRÈVES COMMUNALES – CENTRE

PAR PIERRE BIRCK

BERTRANGE

Le centre Atert a accueilli l’événement

«Zero Waste, Do It Yourself», le 19

octobre dernier. De nombreux ateliers

ont été organisés tout au long de la

journée autour de multiples produits

qu’il est possible de réaliser soi-même:

déodorant, savon liquide, sacs en tissu,

etc. Un atelier cuisine avec Anne Faber

était également prévu.


Source: bertrange.lu

HESPERANGE

Un concert de bienfaisance a été

organisé par l’école de musique de

Hesperange au sein de la salle «Marie-

Thérèse Gantenbein» au CELO,

dimanche 20 octobre. Une quête a

été effectué à la fin de l’événement.

Les dons ont été recueillis pour l’ONG

«Kindernothifle Luxembourg» qui

soutient les enfants dans le besoin

dans les régions les plus pauvres du

monde.


Source: hesperange.lu

LAROCHETTE

Les parents d’élèves élisent tous

les trois ans leurs représentants

de parents d’élèves. Les élections

ont eu lieu le 24 octobre dernier au

centre culturel de Larochette. Tous

les parents dont l’enfant est scolarisé

dans l’école fondamentale a le droit

de vote. Le service scolaire de la

commune compte notamment sur

eux et leurs idées pour rendre l’école

plus innovante.


Source: larochette.lu

MERSCH

La centrale d’énergie biomasse à

Mersch, située dans la rue des Prés, a

ouvert ses portes le samedi 26 octobre

dernier. Des experts en ont profité

pour livrer des explications techniques

à propos du fonctionnement de

la nouvelle centrale qui permet la

production de chaleur écologique.

Une visite guidée en luxembourgeois

et en français, ainsi qu’une exposition

d’un broyeur de branches ont

également été prévus.


Source: mersch.lu

SANDWEILER

Le 10 novembre dernier s’est déroulée la Fête internationale

de l’amitié au centre culturel de la commune de Sandweiler,

organisée par la commission pour l’intégration et en

collaboration avec le collège échevinal. De nouveaux pays ont

été ajoutés, à savoir la Thaïlande, Israël et la Croatie. L’objectif

d’un tel événement est de rassembler, mais aussi faire découvrir

les différentes cultures à travers des stands d’information, de

dégustation et d’artisanat.


Source: sandweiler.lu

Accueil de LL.MM. le roi et la reine des Belges et de S.A.R. le Grand-Duc,

par le bourgmestre de la ville de Luxembourg, Lydie Polfer

LUXEMBOURG-VILLE

Leurs majestés le Roi Philippe et la Reine Mathilde des

Belges se sont rendus au Grand-Duché le 15 octobre dernier,

accompagnés de Son Altesse Royale le Grand-Duc, et ont

été accueillis par Lydie Polfer, bourgmestre de la capitale.

Cette visite d’Etat s’est accompagnée d’une présentation des

membres du collège échevinal et du conseil communal, avant

de se terminer par une réception au péristyle de l’Hôtel de Ville.


Source: vdl.lu

NIEDERANVEN

La digitalisation des processus a été intégrée à la commune de

Niederanven. Il est en effet possible de régler les factures avec

Digicash. Jusqu’au 31 décembre 2019, 5 euros seront offerts

pour la première facture payée.


Source: niederanven.lu

LUXEMBOURG-VILLE

L’économie circulaire était au rendez-vous à la Foundry au

Luxembourg, le 6 novembre dernier, avec Romain Poulles,

fondateur du Centre d’économie circulaire au Luxembourg.

Cet événement avait pour objectif d’expliquer les opportunités

infinies de ce concept, pour les startups mais aussi pour les

entreprises existantes.


Source: vdl.lu

©SIP / Jean-Christophe Verhaegen

STEINSEL

Les Lëtzebuerger Naturfoto-Frënn,

en collaboration avec la commission

culturelle de Steinsel ont invité

l’ensemble des concitoyens de la

commune au vernissage de l’exposition

de photographie «Best of LNF 2019».

Celle-ci aura lieu le vendredi 22

novembre prochain à la galerie d’art

«Am Duerf». L’exposition sera ouverte

le samedi 23, le dimanche 24 et le lundi

25 novembre.


Source: steinsel.lu

STRASSEN

«All you need to know about the

Grand-Duchy of Luxembourg», c’est

l’intitulé de la série de six conférences

qui a démarré le 7 octobre dernier et

qui s’achèvera ce 18 novembre. Les

premières concernaient notamment

l’histoire du pays, l’économie nationale,

la monarchie et les différentes institutions

politiques ou encore la culture.

La dernière session concernera les

challenges actuels et les perspectives

de développement économique.

La conférence sera en anglais et se

déroulera à l’école fondamentale Ben

Heyart de la commune de Strassen.


Source: strassen.lu

CONTERN

Le Syndicat Intercommunal de Gestion

informatique (SIGI) a organisé sa 195 e

réunion du Comité ce 5 novembre au

siège du SIGI situé à Contern. Il y était

notamment question de la création de

plusieurs postes et des budgets.


Source: contern.lu

HESPERANGE

IMS Luxembourg, en collaboration

avec la commune de Hesperange,

a organisé une nouvelle édition de

l’événement «Solar4Business» pour

les entreprises intéressées par le

développement du capital solaire, entre

innovations, tendances et opportunités

au niveau des énergies plus durables.

Pour rappel, Hesperange est certifiée

«gold» pour ses initiatives en la matière

(Pacte Climat).


Source: IMS Luxembourg


Elmen, le projet phare de Kehlen

Située entre Kehlen, Koerich et Mamer, le nouveau quartier Elmen, qui s’étend sur 27 hectares

et soutenu par la Société Nationale des Habitations à Bon Marché (SNHBM), regroupera

375 maisons et 375 appartements pour un total d’environ 2.000 habitants. L’objectif est d’allier

qualité de vie, durabilité et mixité de fonctions pour garantir un cadre de vie agréable.

Les communes de Kehlen et Mamer, la

SNHBM, les ministères du Logement, de

l’Intérieur, et du Développement durable et

des Infrastructures et la Ligue HMC sont

les acteurs du projet Elmen. Il comprendra

trois types de places: la place centrale, avec

une brasserie, des bureaux, une crèche,

ou encore un supermarché, des places de

quartiers pour les zones de rencontre et

enfin des places de ruelles qui relieront les

différentes zones entre elles.

Les rues seront plus étroites pour

restreindre l’utilisation de la voiture. Cette

conception urbanistique s’accompagnera

de parkings centralisés et répartis dans le

nouveau village; sans oublier les nombreuses

pistes cyclables prévues qui favoriseront la

mobilité douce.

Les architectes ont imaginé un village et

des bâtiments qui repensent nos façons de

vivre. Ils favoriseront la vie de quartier,

la proximité et les interactions entre les

habitants. Tourné sur le vivre ensemble,

Elmen misera également sur l’entraide et la

solidarité car les réflexions s’étendront aussi

au principe de partage, que ce soit pour les

objets encombrants et peu utilisés ou la

mobilité avec le «carsharing».

Un écoquartier aux multiples caractéristiques

Les acteurs du projet se sont appuyés sur

les aspects durables et environnementaux

pour le concevoir. Les eaux pluviales seront

drainées de façon naturelle, des bassins

de rétention, tout comme des espaces

verts seront dispersés dans le village. Le

photovoltaïque sera également mobilisé.

L’énergie produite sera autoconsommée,

quant au surplus, il sera réinjecté dans le

réseau. Les six structures de la place centrale

utiliseront le même réseau urbain de froid et

de chaud grâce à la première centrale du pays

basée sur des concentrateurs solaires. Les

bâtiments répondront à la classe d’efficacité

nZEB (nearly Zero Energy Building).

Les 375 maisons unifamiliales seront par

exemple toutes construites en bois.

Elmen englobera une série de paramètres

qui feront de lui un écoquartier pas uniquement

centré sur l’énergie. Le nouveau

quartier de la commune de Kehlen fait

également partie du projet INTERREG

«GReENEFF». Celui-ci soutient la mise en

place d’aménagements urbains durables et la

construction de logements sociaux à haute

performance énergétique. n


40 LG

NOVEMBRE 2019

MOBILITÉ DURABLE

La mobilité

polymorphe

Athlon Luxembourg est un acteur du leasing au Grand-Duché

depuis 28 ans déjà. Ce spécialiste de la location à destination

des professionnels connaît les problématiques de la mobilité

du pays et adapte sa gamme de produits et de services en

conséquence. Interview de Pascal Faber, Country Manager.

De nombreuses entreprises du pays sont

inquiètes quant aux problématiques de

mobilité que rencontrent quotidiennement

leurs employés; quelle solution

Athlon peut-elle leur apporter?

Les bouchons et le manque de places de

stationnement engendrent des retards

devenus presque systémiques. Nombreuses

sont celles à vouloir assurer une meilleure

mobilité à leurs salariés et le partage

de véhicules est l’un des services qui

tend à se démocratiser dans les milieux

professionnels.

Que ce soit depuis le domicile des employés

ou pour les rendez-vous journaliers

uniquement, le «Corporate carsharing»

se présente comme une solution efficace.

Les horaires séparant l’utilisation

professionnelle et privée du véhicule sont à

l’appréciation des employeurs.

Il y a quelques années encore, les entreprises

et les communes étaient propriétaires de

leur propre parc automobile et devaient

faire face à une gestion lourde et à des coûts

importants. Notre service de leasing étant

presqu’entièrement digitalisé via notre

application «Car2Use», l’employé accède

au véhicule via son téléphone mobile, la

réservation se fait par mail et la personne

responsable gère le parc sur une plateforme

digitalisée.

Le partage de voitures optimise les

déplacements et participe, à son échelle, à

la réduction du nombre de voitures sur les

routes.

“Le partage de

voitures optimise

les déplacements

et participe,

à son échelle,

à la réduction

du nombre

de voitures

sur les routes”

Quels sont les autres maillons de la

chaîne de mobilité que vous offrez?

En effet, la mobilité ne se définit plus

uniquement par l’utilisation de sa voiture,

qui participe aux embouteillages du matin

et du soir et reste huit heures durant sur

un parking. Avec l’avènement du digital

et du télétravail, l’employé souhaite

disposer d’une palette de services la plus

étendue possible afin de choisir son mode

de déplacement. La voiture n’est souvent

nécessaire que quelques jours par semaine

et peut se combiner avec le train, le tram,

le bus mais aussi le taxi, le (e)vélo et la

e-trottinette, la moto et le scooter, etc.

Ces derniers sont autant de maillons qui, mis

bout à bout, forment la chaîne de mobilité.

À nous de les relier entre eux afin de les

offrir dans un seul catalogue de services.

Les voitures électriques sont-elles

l’avenir du leasing opérationnel?

Il y a clairement un dynamisme de l’électrique;

les autonomies sont en hausse, de

plus en plus de modèles sont proposés et

les prix se démocratisent (notamment via

les aides de l’Etat). Combiné à l’intérêt

des consommateurs, tout laisserait donc à

penser à un succès assuré.

Certes, la part de l’électrique a plus que doublé

l’année passée mais elle reste néanmoins

toujours minoritaire dans le volume total.

Je pense que dans la période de transition

dans laquelle nous sommes, l’électrique a

certes des parts à prendre mais aux côtés de

l’essence, l’hybride et même le diesel.


Pascal Faber

Nos clients sont souvent frontaliers et

parcourent une moyenne de 35.000 km

par an, et ce, contre les 20.000 km pour

un résident privé. D’où le succès du

diesel mais avec la multiplication des

bornes de recharges et l’augmentation

des autonomies, nul doute du potentiel de

l’électrique.

Nous assurons un conseil avisé pour que

nos clients puissent faire le meilleur choix

aux travers de ces différentes possibilités.

Parlez-nous de votre offre «FlexDrive»…

Pour les clients qui veulent franchir le cap et

passer à l’électrique nous avons développé

notre produit «FlexDrive». L’autonomie

d’un véhicule électrique peut parfois être

un frein quand on part en déplacement ou

pour les vacances. «FlexDrive» permet de

choisir des véhicules électriques durant la

semaine et le cas échéant de faire appel à un

véhicule plus grand (monospace ou SUV)

pour les déplacements longues distances.

Cette offre «FlexDrive» transforme donc

le paradigme traditionnel du leasing en

adaptant le véhicule aux besoins du trajet.

Dans cette même chaîne de mobilité,

viennent se greffer les autres possibilités

comme le train, tram, taxis, (e)vélo,

e-trottinettes, etc.

«FlexDrive» est une solution tant

économique qu’écologique et nous y

incorporons toujours plus de services

de mobilité annexes car nos clients nous

demandent, de plus en plus fréquemment,

d’autres moyens de déplacement. n

Athlon

22, rue de l’Industrie

L-8399 Windhof

www.athlon.com/lu


Dominique Roger


LUXEMBOURG

LG

NOVEMBRE 2019

43

Vers de nouveaux

modèles de mobilité

En tant que plus ancienne société de leasing opérationnel de

dimension internationale au Luxembourg, ALD Automotive

veille depuis bientôt 35 ans à adapter ses offres de mobilité

à la réalité des utilisateurs. Alors que Gerrit Canipel,

directeur commercial, nous parle de l’application Mobilité,

récompensée par les Link2Fleet Awards, Dominique Roger,

administrateur délégué, revient avec nous sur l’historique de

l’entreprise. Interview.

Parlez-nous de l’histoire de l’entreprise…

Au fil de notre évolution, l’entreprise a reçu

différentes dénominations; de 1985 à 1997

nous avons été appelés Hertz Leasing, puis

jusqu’en 2000 Axus, de 2000 à 2003 Hertz

Leasing et depuis lors ALD Automotive,

sous l’actionnariat du groupe Société

Générale.

Depuis sa création et pendant ses dix

premières années, l’entreprise a connu ce

que j’appelle une phase d’évangélisation, au

cours de laquelle peu d’offres comparables

à la nôtre existaient. Le marché se montrait

donc timide… De 1994 à 2015, les différents

clients et prospects ont progressivement

compris l’intérêt de la formule et notre

activité a commencé à prendre un certain

essor.

Depuis 2015, nous vivons une phase

de transformation vers des solutions

de mobilité et une approche client plus

sophistiquées. La clientèle est en effet

perdue dans une masse d’informations

et exprime très clairement un besoin

en conseil sur les nouvelles tendances

environnementales, automobiles, fiscales et

de mobilité.

Comment ALD a-t-elle évolué en conséquence?

Concernant l’élargissement du spectre

de nos activités, nous avons réalisé notre

première acquisition en 2006, avec le

rachat de Locarlux. Nous avons ensuite

racheté Parcours (2016) et Autolux (2017).

A partir de 2015, nous avons entre autres

mis l’accent sur le développement de notre

ligne métier de location courte-durée,

triplant le nombre de véhicules en quatre

ans.

Au fil de notre histoire, on note une

constante qui nous a démarqué de la

concurrence: nous avons toujours agi

localement, apporté plus de valeur à nos

clients par nos offres et conseils ainsi

qu’assuré la pérennité et la stabilité de

l’entreprise au Luxembourg. Nous veillons

également à rester flexibles pour adapter

nos offres à la réalité du client. Au-delà

de ces trois axes principaux, nous sommes

engagés à différents niveaux et sommes

pour cela labellisés Entreprise Socialement

Responsable (ESR), SuperDrecksKëscht,

Great Place to Work et avons reçu le prix

luxembourgeois de la qualité du MLQE.

De manière générale, dans tous nos

comportements, nous veillons à préserver

MOBILITÉ DURABLE

l’environnement et à favoriser le bienêtre

de nos collaborateurs, fournisseurs,

partenaires et transporteurs. Détenir

30% de part de marché fait de nous le

leader de la location longue durée au

Luxembourg. Cette position entraine un

sens de responsabilité car elle nous engage

à donner l’exemple.

A travers nos deux sites situés à Strassen

et à Kehlen, nous rassemblons aujourd’hui

une flotte de 13.500 véhicules en leasing

opérationnel ainsi que 1.000 véhicules en

location court et moyen termes.

“Faire la liaison

entre les réalités

qui affectent

l’industrie

de l’automobile

et celle des besoins

de nos clients”

Quels sont les défis qui attendent ALD

Automotive?

Tout en nous positionnant par rapport à une

mobilité qui est repensée en permanence,

nous devons continuer à faire la liaison

entre les réalités qui affectent l’industrie

de l’automobile et celles des besoins de nos

clients. Ces défis vont de pair avec ceux du

pays, dont les principales préoccupations

concernent le logement et la mobilité.

Nous participons à la résolution de la

problématique de la mobilité en B2B, mais

aussi de plus en plus dans une relation B2C

que nous essayons de développer, grâce

à un ensemble de solutions de mobilité.

Nous avons déjà amorcé des changements

en ce sens avec le développement d’offres

proposant le bon moyen de transport au

bon moment. n

1985

DATE OF CREATION

ISO 9001-2000

easyDriving

CREATION

2003

2008

BEST LEASING

IMS

& FLEET MANAGEMENT

MEMBER

SOLUTIONS

2008

TREASURY

2005

CENTRE ALD GROUP

2006

LOCARLUX

ACQUISITION

CAR CENTER

IN CAPELLEN & 2

HRONE AWARDS

2009

ISO

9001-2008

2010

2011

CSR RECOGNITION

EUROPEAN CSR

AWARD LUXEMBOURG

2012

2013

2014

2 FLEET

AWARDS

2015

MORE THAN

10 500 VEHICLES IN

FULL-SERVICE LEASING

LOUEUR DE L’ANNÉE

RENTAL & LEASING

COMPANY OF THE YEAR

2016

2016

PARCOURS

ACQUISITION

ISO

9001-2015

2017

12 000 CONTRACTS

AND 81 PEOPLE

CERTIFIED MADE

IN LUXEMBOURG

BEST WORKPLACE

LUXEMBOURG

2017

AUTOLUX

ACQUISITION

2018

2019

Best Workplaces

2019


44 LG

NOVEMBRE 2019

MOBILITÉ DURABLE

People Profit Planet: une approche générale de mobilité

Gerrit Canipel, directeur commercial

Notre application Mobilité donne un fil conducteur à nos échanges avec les

clients. A travers celle-ci, nous les aidons à dresser le portrait des priorités

actuelles de mobilité de l’entreprise à travers neuf dimensions (coûts directs

et indirects, gestion de la flotte, environnement, productivité, image de

l’entreprise, niveau de flexibilité des collaborateurs, avantages donnés aux

employés, accessibilité de l’entreprise). Nous tentons ensuite de construire

avec eux le modèle vers lequel ils souhaitent évoluer dans le futur.

L’ensemble de nos solutions est alors proposé selon l’approche des

trois «P», à savoir People, Profit, Planet. Chaque entreprise doit en effet

trouver un équilibre entre l’humain, le financier et l’environnement,

en fonction de sa stratégie. Grâce à notre questionnaire, l’application

pourra définir lequel de ces trois axes l’entreprise souhaite privilégier

et donnera ainsi à voir toutes les solutions que nous proposons en ce

sens, sous forme pyramidale.

Ainsi pour l’axe Planet les trois niveaux de solutions consistent à 1.

éviter, 2. réduire et 3. compenser les émissions nocives. Pour les éviter,

la solution ALD Bike propose le leasing de différents types de vélos

attribués individuellement ou partagés. Nous pouvons également leur

apporter des conseils juridiques et fiscaux pour favoriser le télétravail.

Pour réduire le niveau de CO 2

, ALD Switch prévoit une mensualité

comprenant l’utilisation d’une voiture plus petite, économique et

écologique au quotidien. Le reste de la mensualité constitue une

provision qui servirait à la location d’un véhicule plus adapté à des

besoins ponctuels. Notre offre Efficient Driving propose par ailleurs de

réaliser un audit sur l’utilisation de la flotte au sein de l’entreprise afin

de déterminer quel type de véhicule sera le plus adapté à l’utilisation

qui en sera faite par les employés. Enfin, notre application Car & Bike

Sharing peut facilement être utilisée pour la réservation et l’utilisation

d’une flotte de véhicules partagés au sein d’une société.

Enfin, nous proposons également aux entreprises de compenser leurs

émissions de carbone grâce à l’offre ALD Carbone Offset. En contrepartie

de leur participation à un projet climatique, notre partenaire My Climate

crée des certificats à destination des entreprises participantes.

Cet outil nous permet de montrer visuellement chaque étape de

la construction d’un plan de mobilité taillé sur-mesure autour des

axes People Profit et Planet. Si l’aspect Planet favorise le respect de

l’environnement, l’axe Profit permet quant à lui d’améliorer le contrôle

de l’entièreté des coûts liés à un véhicule que ce soit au niveau de son

utilisation, détention ou gestion.

ALD Automotive

270, route d’Arlon

8010 Strassen

www.aldautomotive.lu


Conduisez votre toute nouvelle

BMW Série 1 en leasing tout inclus !

Nouvelle BMW Série 1

BMW 118i Advantage

à partir de

€ 430 TTC/mois*

Pour un contrat de 36 mois et 10.000 km par an.

ÉQUIPEMENTS

• Boite manuelle - Essence

• Jantes alu 16’’

• Intérieur tissus Anthracite

• Park Distance Control (PDC) avant et arrière

• Cruise Control

• Navigation avec informations trafic en temps réel

• Combiné d’instruments digital et écran tactile

• Plusieurs couleurs disponibles

Vous souhaitez une durée ou

un kilométrage différent ? C’est possible !

Demandez votre offre sur-mesure !

Les services inclus dans votre formule ALL IN

Financement

sans acompte

Contrôle technique

Assurances

Assistance et dépannage

Entretien et

réparations

Pneus été & hiver

illimités (Crevaisons

couvertes)

Taxe de roulage

(Immatriculation et

vignette)

Tarifs et remises

préférentiels

Dégâts locatifs de fin

de contrat couverts

(hors sinistre)

Véhicule de remplacement

immédiat

Comment profiter de cette offre limitée ?

Contactez nous au +352 310 53 660 ou privatelease@axus.lu et demandez l’offre Private Lease BMW série 1

Le modèle présenté est un exemple. Vous pouvez profiter de l’offre Private Lease pour le véhicule de votre choix,

selon la durée et le kilométrage qui vous conviennent. Alors n’hésitez plus, demandez-nous votre offre sur-mesure.

+352 310 53 660

privatelease@axus.lu

Lundi - Vendredi de 8h a 18h

(*)Loyer mensuel TTC. Offre en location à long terme réservée aux particuliers résidents luxembourgeois– 36 mois et 30.000 km - Paiement par domiciliation bancaire.

Amortissement et charges financières, taxes, entretiens et réparations, assurances, pneus hiver et été selon usure normale, assistance routière et véhicule de remplacement

inclus. Offre via « Lease Corner » (une division d’Axus Luxembourg SA) – 270 route d’Arlon – L-8010 Strassen. Pour une offre sur mesure, contactez Axus Luxembourg. Sous

réserve d’acceptation de votre dossier financier par notre assureur crédit et après signature de notre contrat cadre et accord sur les conditions générales qu’il contient.

Hors carburant.


46 LG

NOVEMBRE 2019

MOBILITÉ DURABLE

JEUDI 10 OCTOBRE 2019

Un nouveau centre logistique

pour ALD Automotive

Avec 13.200 véhicules en leasing professionnel, 1.000 en location court-terme et

4.500 par an destinés à la revente, ALD Automotive a décidé de s’équiper d’un

nouveau car center dernier cri dans la zone d’activités de Kehlen.

L’acteur numéro 1 du leasing automobile sur le marché luxembourgeois s’est ainsi

équipé d’outils adaptés pour opérer les plus grandes flottes, d’un modèle digital et

automatisé de reprise et inspection des véhicules ainsi que d’espaces réservés à leur

nettoyage. Son CarLab lui permettra par ailleurs de photographier les véhicules

retournés, et ce, sans intervention humaine nécessaire. Enfin, le centre logistique

d’ALD Automotive comprendra un centre dédié à la revente des véhicules d’occasion

d’une capacité totale de stockage de plus de 900 véhicules. De quoi soutenir

l’entreprise dans le développement de ses activités, de plus en plus orientées vers

les nouvelles mobilités.

Dominique Roger, General Manager, ALD Automotive


Le Transporter 6.1

La légende, mise à jour.

Transporter 6.1 Fourgon

2.0 TDI 90 ch

> Avec 3 places

> Climatisation manuelle

> Autoradio « Composition Audio »

+ Interface pour téléphone mobile

> Plancher universel dans

le compartiment de charge

> ...

Prix net

18.590,- € HTVA

Soit un avantage de

6.240,- € HTVA

230,- € HTVA/mois *

FinancialRenting.

sans acompte

48 mois / 60.000 km

Capable de tout transporter sur la route.

Il y a plus de 70 ans, il était la solution aux problèmes de transport. Aujourd’hui,

le Transporter 6.1 Fourgon est plus performant que jamais. Avec sa remarquable hauteur de chargement,

son offre de place généreuse et ses systèmes innovants d’aide à la conduite, il veille à ce que vous,

votre équipe et votre matériel arriviez au travail en toute sécurité.

Découvrez nos offres de lancement ainsi que la liste des partenaires Volkswagen Utilitaires

au Luxembourg sur : volkswagen-utilitaires.lu

Consommation moyenne : 7,6 l/100 km. Émissions CO2 : 199 g/km. (2)

Les valeurs de CO2, consommation et puissance indiquées sont actuellement en cours d’analyse.

Il n’est pas exclu que le résultat de ces analyses entraînera une mise à jour de ces valeurs.

* Exemple de tarif FinancialRenting. avec une durée du contrat de 48 mois, sans acompte, kilométrage total 15.000 km/an. Photos non contractuelles.


48 LG

NOVEMBRE 2019

MOBILITÉ DURABLE

Électromobilité & photovoltaïque

Paul Wagner & Fils est une société spécialisée dans les

métiers de l’installation électrique et mécanique. Outre les

domaines de l’énergie, la sécurité, le chauffage, la ventilation,

la climatisation et la communication, l’entreprise couvre

également la gestion énergétique, les bornes de recharges et

le photovoltaïque avec un département dédié. Interview du

directeur technique Marcel Colbach et de Pascal Maquinay à

la tête du département énergie.

Comment pourrait-on présenter Paul

Wagner & Fils?

MC: Fondée à Luxembourg-Ville en 1984,

l’entreprise est installateur et prestataire de

services dans le domaine de l’équipement

technique. Ses activités la mènent à œuvrer

dans les bâtiments de bureaux, les hôpitaux,

les maisons de retraite, les écoles et lycées,

industries, etc. Elle assure également des

installations spécialisées dans les réseaux

informatiques, la sécurité des tunnels, les

prisons, etc.

Nous comptons 350 collaborateurs, dont

un personnel technique composé d’électriciens,

d’installateurs, de techniciens et

d’ingénieurs.

Parlez-nous de vos bornes de recharge…

PM: Nous avons déjà installé une centaine

de bornes de recharge chez nos clients,

la demande a significativement évolué

ces derniers mois et tout laisse à penser à

un crescendo pour 2020. Les institutions

étatiques et paraétatiques, sociétés de leasing,

compagnies de transport et entreprises sont

confrontées aujourd’hui à une demande

en infrastructure de charge du fait d’un

nombre croissant de véhicules électriques

en circulation. Nous accompagnons

étroitement ces clients au long du «switch

électrique» en identifiant avec eux les

solutions adéquates à leur besoin, de sorte

à garantir une mobilité maximale tout en

veillant à une maîtrise des coûts.

Notre offre en infrastructure de recharge

ne se limite pas à la fourniture d’une borne,

mais s’inscrit toujours dans un concept

intégral et évolutif. Nous analysons avec le

client les besoins actuels et futurs en tenant

compte principalement de trois aspects:

- Le premier est fonctionnel; si un client

privé peut généralement charger son véhicule

de manière «lente» pendant la nuit, une

entreprise doit maximiser l’utilisation de sa

flotte et charger plus rapidement ses véhicules.

- Pour l’aspect technique cela revient à

veiller à la mise en place d’une installation

électrique évolutive de sorte à anticiper les

besoins futurs et éviter les investissements

supplémentaires. Soit le client dispose d’un

raccordement à un réseau de moyenne

tension et il n’y a pas de restriction en

termes de nombre de bornes, soit il est

raccordé à un réseau basse tension. Dans ce

deuxième cas, nous pouvons gérer plusieurs

bornes via un système de plage horaires.

- Un autre volet important est la vocation

finale d’une borne: s’agit-il d’une borne à

destination publique avec refacturation

de l’utilisateur ou à un cercle restreint

d’utilisateurs? Nous proposons par exemple

des bornes «Chargy OK» compatibles

avec la mKaart Chargy, qui peuvent venir

compléter le réseau des 800 bornes de

charge déployées dans le pays d’ici 2020.

MC: Les réponses à ces questions auront

une incidence sur le matériel à installer,

sur l’installation électrique et finalement

l’interaction avec l’utilisateur final. Afin

de pouvoir répondre à cette multitude de

besoins différents, nous disposons d’une

large gamme de solutions à destination de

tous les segments de clients: des solutions

pragmatiques pour la recharge à domicile

aux chargeurs ultra-rapides à destination

de grandes structures. En parallèle, nous

suivons de près l’évolution technologique

du secteur et développons en permanence

notre offre en accord avec l’industrie

automobile.

Qu’en est-il de la demande en panneaux

photovoltaïques?

PM: Il y a cinq ans, nous avions déjà réalisé

l’installation photovoltaïque des toits du

Lycée de Rédange, qui est toujours la plus

importante du pays puisqu’elle atteint une

puissance de 1.400 kwc. Actuellement

nous réalisons des installations sur les

toitures de Cactus, Post, Luxtram. Nous

travaillons également sur un vaste projet

photovoltaïque au sol à Junglinster et

Beidweiler, où nous installerons une

puissance de 7 MWc.

MC: Nous réalisons les devis sur-mesure,

les travaux d’installation, la mise en

opération avec garantie matériel, services

de maintenance et outils de supervision.

Nous accompagnons nos clients dans leurs

démarches administratives afin de les faire

bénéficier des subventions étatiques.

“Bornes de recharge:

tout laisse à penser

à un crescendo

pour 2020”

Vous êtes également actifs dans le

remplacement de l’ancien éclairage par

du LED…

MC: En effet, les grands bâtiments comme

les centres commerciaux par exemple,

dont le réseau d’éclairage est ancien,

peuvent réaliser d’importantes économies

d’énergie grâce au LED. Nous réalisons

l’étude de remplacement en calculant le

montant des économies et nous proposons

des financements. L’Etat subventionne ces

projets et nous réalisons également toutes

les démarches administratives. n

Paul Wagner et Fils S.A

9, rue Robert Stumper

L-2557 Luxembourg

info@pwagner.lu

www.pwagner.lu


LG

NOVEMBRE 2019

49

Marcel Colbach et Pascal Maquinay


50 LG

NOVEMBRE 2019


LG

NOVEMBRE 2019

51

Electrifier

le secteur du transport

MOBILITÉ DURABLE

Le garage Losch Truck Van & Bus surfe sur la vague de

l’e-mobilité en proposant trois produits phare. Le premier,

l’e-Crafter de Volkswagen Véhicules Utilitaires, est un

utilitaire adapté aux entreprises effectuant des déplacements

urbains. Le second, l’eTGM de la marque MAN est un camion

100% électrique davantage adapté au transport de grands

volumes; le van eTGE a quant à lui été décliné de manière

à s’adapter au transport de passagers. Tour d’horizon des

nouveautés du garage Losch dans la gamme électrique.

En élargissant son offre électrique, Losch

participe à la réduction des émissions

de CO 2

produites par les déplacements

ou livraisons nécessaires à l’activité des

entreprises. Le garage propose également

des solutions électriques pour le transport

de passagers. Ces solutions conviennent

essentiellement au transport urbain

pour lequel les conducteurs d’utilitaires

parcourent en moyenne entre 70 et 100 km

par jour.

L’e-Crafter, utilitaire électrique

Grand gagnant du trophée européen du

transport durable 2018 dans la catégorie

«Utilitaires et voitures de livraison»,

l’e-Crafter est le premier utilitaire zéro

émission de Volkswagen Véhicules

Utilitaires. Pouvant transporter des charges

utiles allant jusqu’à 1,72 tonnes selon les

versions, son autonomie maximale est de

173 km. En conditions réelles, l’utilitaire

possède une autonomie réelle de 100 km.

En analysant plus de 210.000 profils de

conduite, la marque a en effet déterminé

que cette configuration serait parfaitement

adaptée aux transports effectués par la

majorité des entreprises exerçant dans les

centres urbains.

le véhicule ne rencontre pas de difficulté

grâce à sa capacité de franchissement de

20%.

A l’aide d’une borne de recharge CCS de

40 kW en courant continu, l’e-Crafter

peut être rechargé à 80% en l’espace

de 45 minutes. Les bornes de recharge

domestique de 7,2 kW en courant alternatif

dont les entreprises peuvent plus facilement

s’équiper suffisent à un chargement de la

batterie à 100% en 5 heures et 20 minutes.

Les véhicules peuvent ainsi être chargés

pendant la nuit afin d’être à nouveau

opérationnels en début de journée.

Equipé d’une batterie au lithium-ion d’une

capacité de 35,8 kWh, l’utilitaire consomme

21,54 kW aux 100 km lorsqu’il transporte une

charge utile de 0,975 tonnes, ce qui est peu

énergivore. D’autres atouts viennent renforcer

le confort d’utilisation qu’il offre, comme

l’aide au stationnement avec protection

latérale, ses seize capteurs à ultrasons, sa

caméra multifonction et de recul, le freinage

anti-multicollisions ainsi que l’assistant par

vent latéral compris par défaut.

eTGM et eTGE,

les nouveautés électriques de MAN

Sa particularité est que ses unités auxiliaires,

comme la direction assistée, le compresseur

d’air et la climatisation, sont également

actionnées de manière électrique. Par

ailleurs, pendant la conduite, son énergie

cinétique est convertie en énergie électrique

et est alors stockée dans la batterie.

“L’e-Crafter,

gagnant du

trophée européen

du transport

durable 2018

dans la catégorie

«Utilitaires

et voitures

de livraison»”

Présenté en septembre dernier lors du

COMTRANS 2019 à Moscou, l’eTGM

a été livré pour la première fois au

Luxembourg au début du mois d’octobre

à la société Biogros. Cette dernière a en

effet vu dans cette acquisition un moyen de

durabiliser son transport de marchandises

afin qu’il soit davantage en accord avec la

philosophie générale de l’entreprise.

L’eTGE, également présenté en septembre,

est quant à lui disponible en version

3,5 tonnes et possède une autonomie

d’environ 173 km. Depuis cette année,

ce van de la marque MAN est également

disponible en version combi afin de

s’adapter au transport de passagers. n

Conservant un volume de chargement

de 10,7 m 3 grâce au positionnement de la

batterie dans le soubassement du véhicule,

ce dernier jouit d’une puissance de 136 ch

(100kW) avec une vitesse de pointe pouvant

atteindre 90 km/h. Dans les rues en pente,

Lourd de ses 26 tonnes, l’eTGM de la

marque MAN a l’avantage premier de

n’émettre aucune émission. Particulièrement

silencieux, son moteur électrique de

264 kW d’une puissance de 360 ch assure

une autonomie allant de 180 à 200 km.


52 LG

NOVEMBRE 2019

MOBILITÉ DURABLE

Le nouvel Actros, un condensé

de technologie sur les routes

Le transport longue distance se numérise de plus en plus.

La preuve avec le nouvel Actros de Mercedes-Benz Trucks.

Le camion contient une foule d’innovations qui apportent des

réponses adaptées à la sécurité et permettent d’économiser

jusqu’à 5% du carburant par rapport à la version précédente.

Tour d’horizon des principaux points forts de cette cinquième

génération tant attendue avec Manuel Lange, chef de vente

camions & véhicules spéciaux chez Merbag.

Manuel Lange

Une meilleure rétrovision et une aérodynamique

optimisée

Il s’agit d’une première mondiale. Le

rétroviseur principal et le grand angle ont été

remplacés par la MirrorCam. Ce système se

compose de caméras électroniques montées

à gauche et à droite du cadre de pavillon

et de deux écrans quinze pouces montés

à l’intérieur de la cabine. Le chauffeur

a ainsi une meilleure vue de tout ce qui

se passe à l’arrière et autour du camion,

même lorsqu’il est en train d’effectuer une

manœuvre importante comme braquer à

gauche ou à droite ou faire marche arrière.


LG

NOVEMBRE 2019

53

La MirrorCam résout le problème de

l’angle mort: la caméra s’ajuste de manière

optimale à chaque démarrage et l’écran

affiche la même image complète quel

que soit l’angle. Des fonctions auxiliaires

facilitent les manœuvres de stationnement

ou de dépassement d’un autre véhicule.

Autre avantage: la MirrorCam, avec ses

caméras aux dimensions plus réduites que

les rétroviseurs extérieurs classiques, offre

moins de résistance à l’air et augmente

l’aérodynamisme du camion.

Un poste de conduite multimédia

intuitif et truffé de fonctionnalités

Outre les deux écrans quinze pouces

pour la MirrorCam, le poste de conduite

contient deux écrans centraux en couleur

entre dix et douze pouces. Au lieu de

combiner des instruments conventionnels

avec compteur de vitesse, compte-tours

et jauge de carburant, le premier est un

écran plat fournissant des informations

sur toutes les situations de conduite et de

fonctionnement importantes. Le deuxième

contient des boutons virtuels actionnables

par une simple pression du doigt pour des

fonctions comme l’éclairage, le chauffage

et la climatisation, le GPS ou la téléphonie

et peut héberger et gérer des applications

tierces. Une multitude de connexions et

de raccordement des appareils mobiles est

également possible. Le chauffeur dispose

ainsi d’un meilleur confort de travail et

peut garder toute sa concentration pour la

conduite.

Un assistant de freinage d’urgence avec

une reconnaissance des personnes

L’assistant de freinage d’urgence a une

version améliorée que nous sommes les

seuls à proposer sur le marché. L’Active

Break Assist 5 déclenche non seulement un

freinage maximal lorsqu’il détecte un risque

de collision avec le véhicule qui précède

ou un obstacle mais il assure également

une plus grande sécurité des piétons. La

combinaison des systèmes radar et caméra

3D améliore la réaction du camion face

aux personnes qui traversent, se figent de

panique ou s’approchent en sens inverse ou

sur la voie de circulation du camion.

Un système de conduite partiellement

autonome

L’Actros est également le premier camion

au monde à offrir un système de conduite

autonome de niveau 2, à savoir une conduite

partiellement automatisée dans toutes

les plages de vitesse. Grâce à une caméra

qui suit le marquage des deux côtés de la

chaussée, le système Active Drive Assist

permet de maintenir le camion dans sa

voie tout en respectant les distances avec

le véhicule qui précède. Pendant un laps de

temps ne pouvant pas excéder 30 secondes et

pour autant que le camion se trouve sur une

route pourvue de marquages des deux côtés,

le chauffeur peut lâcher son volant sans que

cela ait une incidence sur sa conduite.

Une nouvelle dimension pour la conduite

économique

Le problème du régulateur de vitesse est

son manque d’utilisation optimale dans

les descentes, les côtes, les ronds-points,

les carrefours ou les routes régionales

sinueuses. Ce n’est plus le cas à présent

avec le Predictive Powertrain Control

nouvelle génération qui utilise un système

de positionnement par satellite et des

cartes numériques précises contenant des

données sur la topographie, le tracé des

courbes, les caractéristiques géométriques

des carrefours et des ronds-points ainsi

que des panneaux de signalisation. Une

fois le régulateur de vitesse enclenché, il

permet de mouvoir le camion de la manière

la plus économe possible dans toutes les

situations et de soulager au maximum le

chauffeur dans sa conduite, aussi bien sur

les autoroutes que sur les routes intra- et

extra-urbaines.

Un diagnostic à distance et une planification

intelligente des passages à

l’atelier

Notre portail client Mercedes Benz

Uptime permet de relier en permanence

le camion à notre centrale localisée en

Allemagne grâce à une mise en réseau

intelligente en temps réel. Le système de

télédiagnostic entièrement automatique

vérifie en permanence et en temps réel

l’état des systèmes du véhicule. Quelques

secondes suffisent pour interpréter les

données, identifier les conditions critiques

qui pourraient aboutir à une panne et

fournir des recommandations d’actions

concrètes pour que des mesures adéquates

soient prises bien avant que le problème

ne devienne grave. Le chauffeur sait

que son camion est entièrement fiable.

Le gestionnaire de flotte peut plus

facilement planifier les visites d’atelier et la

disponibilité des véhicules et exploiter ses

camions de manière encore plus efficace. n

L’Arocs, la version chantier

Outre l’Actros 5 pour les transports longue

distance, nous avons également lancé l’Arocs 5,

un véhicule destiné aux chantiers et aux travaux

publics. Il existe en version tracteur de semiremorque,

porteur, malaxeur à béton ou encore

en benne lourde. Il bénéficie des mêmes

technologies innovantes que l’Actros 5: de la

MirrorCam au poste de conduite multimédia en

passant par l’Active Break Assist, l’Active Drive

Assist et le Predictive Powerbrain Control.

Merbag S.A. – Site Leudelange

3, rue Nicolas Brosius

L-3372 Leudelange

Tél.: 26 37 26-1

www.merbag.lu


54 LG

NOVEMBRE 2019

MOBILITÉ DURABLE

VENDREDI 25 OCTOBRE 2019

Car Avenue

lance le JUKE nouvelle génération

C’est dans les locaux de Nissan Infinity Car Avenue à Alzingen, que la presse a

été conviée, le 25 octobre dernier, à la présentation en avant-première du JUKE

nouvelle génération, le dernier né de la marque nipponne. Ce modèle atypique,

précurseur dans le segment des crossovers compacts, est apparu pour la première

fois sur le marché il y a dix ans. Nissan en a vendu plus d’un million d’exemplaires

à travers le monde. Avec le JUKE, Nissan a créé un nouveau segment, celui des

crossovers compacts. Tout en gardant l’esprit de son prédécesseur, le nouveau

JUKE s’est transformé aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur. Le design est dans

l’air du temps, les équipements de confort et de connectivité sont au rendez-vous.

Le nouveau modèle a des atouts à faire valoir dans le segment très concurrentiel

des crossovers compacts. La production commence bientôt à l’usine Nissan de

Sunderland au Royaume-Uni. Vendu à partir de 20.990 euros, les précommandes

sont déjà ouvertes aux clients luxembourgeois.


Votre PartenaIre en:

• Équipement technique du bâtiment

• Gestion technique des bâtiments &

service

• Technique de I‘informatique, de la

communication et de la sécurité

• Production et fourniture d‘énergie

• Utilisation rationelle de I‘énergie

• Centrales électriques et thermiques

• Installations d‘aération et de

ventilation

• Technique de salle blanche

• Recherche & développement

Ihr starker Partner In:

• Technischer Gebäudeausrüstung

• Gebäudemanagement & Service

• Daten-, Kommunikations-

& Sicherheitstechnik

• Contracting

• Energie-Effizienz

• Kraftwerks- & Energietechnik

• Industrieller Lufttechnik

• Reinraumtechnik

• Forschung & Entwicklung

PAUL WAGNER ET FILS S.A.

9, rue Robert Stumper

Z. A. Cloche d‘Or

L-2557 Luxembourg

Tel. +352 48 19 91 1

Fax +352 49 61 48

info@pwagner.lu

www.pwagner.lu

best in energy performance


56 LG

NOVEMBRE 2019

MOBILITÉ DURABLE

Les utilitaires électriques,

faut-il franchir le pas?

Avec la hausse des prix du carburant et le durcissement des règles de circulation pour les

véhicules polluants, l’utilitaire électrique semble être une sérieuse alternative. Les instances

européennes se sont engagées à réduire de 15% les émissions de CO 2

d’ici 2025. Pour

atteindre ces objectifs, les véhicules utilitaires devront être plus verts. Néanmoins, convaincre

une corporation, abreuvée au diesel depuis des générations, de changer requiert de solides

arguments. Pour les utilisateurs, artisans et autres administrations, réduire les coûts est le nerf

de la guerre. L’utilitaire électrique, avec des batteries de plus en plus performantes, est alors

une alternative économique et écologique particulièrement adaptée à la ville. Reste à franchir

le pas. Voici une sélection des utilitaires électriques les plus en vue sur le marché.

RENAULT MASTER ZE

RENAULT KANGO ÉLECTRIQUE

PEUGEOT PARTNER ÉLECTRIQUE

Source photo: Renault

Source photo: Renault

Source photo: Peugeot

Autonomie: 120 km

Capacité batterie: 57 kwh

Prix: 58.600 euros*

Autonomie: 230 km

Capacité batterie: 44kwh

Prix: 26.265 euros*

Autonomie: 170 km

Capacité batterie: 22.5 KWh

Prix: 27.850 euros*

NISSAN E-NV200 VAN

CITROËN BERLINGO ELECTRIC

Source photo: Nissan

Source photo: Citroën

Autonomie: 200 km

Capacité batterie: 40 KWh

Prix: 32.620 euros*

Autonomie: 170 km

Capacité batterie: 22.5 KWh

Prix: 28.100 euros*

*Prix TTC chez les concessionnaires au

Grand-Duché du Luxembourg hors primes.


Veranstaltungen nachhaltiger machen

Organiser les événements plus durables

Ein Angebot für Vereine, Gemeinden,

Gemeindesyndikate, Verbände, Clubs, regionale

Tourismusbüros, Naturparks usw. mit dem Ziel,

die Auswirkungen von Veranstaltungen auf

Umwelt und Klima zu reduzieren.

Une offre pour les associations , communes,

syndicats, fédérations, clubs, offices régionaux

de tourisme, parcs naturels, etc., avec l’objectif

de réduire l’impact des événements sur l’environnement

et le climat.

➡ Individuelle

Begleitung

➡ Workshops

➡ Logo Green Events für

ihre Veranstaltung

➡ Accompagnement

individualisé

➡ Workshops

➡ Logo Green Events

pour vos événements

Green Events - eine Initiative des Ministeriums

für Umwelt, Klima und nachhaltige Entwicklung

Green Events - une initiative du Ministère de

l’Environnement, du Climat et du Développement durable

Info: ➡ www.greenevents.lu

Koordination und Beratung /

Coordination et Conseil


58 LG

NOVEMBRE 2019

BRÈVES COMMUNALES – SUD

PAR PIERRE BIRCK

ROESER

Déjà jumelée à Turi en Italie, la

commune de Roeser a signé, dans

la salle des fêtes François Blouet,

un autre pacte de jumelage avec la

ville allemande de Simmern, située

dans le Hunsrück. La cérémonie

s’est déroulée en présence de Dan

Biancalana, vice-président du SYVICOL,

d’Heinrich Kreft, l’ambassadeur fédéral

d’Allemagne au Luxembourg, ainsi

que de Tom Jungen et Andreas

Nikolay, respectivement bourgmestres

de Roeser et Simmern.


Source: syvicol.lu

DIPPACH

La commission des sports, en

collaboration avec la commune de

Dippach, organisera une cérémonie

officielle du mérite sportif le 22

novembre prochain au hall sportif

à Schouweiler. L’objectif sera de

mettre en évidence les performances

sportives locales des citoyens et

citoyennes de Dippach.


Source: dippach.lu

ESCH-SUR-ALZETTE

La nouvelle structure d’accueil

éducatif «D’Heemelmaus» du CIGL

Esch a été inaugurée le vendredi

11 octobre dernier, en présence de

Georges Mischo, bourgmestre. Dédié

aux enfants scolarisés à l’éducation

précoce et au cycle un de l’école

fondamentale du Brill, ce service offre

une capacité d’accueil de 45 places

pour les enfants de trois à six ans.

Source: administration.esch.lu

FRISANGE

La journée mondiale de l’AVC a eu

lieu ce 29 octobre. La commune de

Frisange et l’asbl Blëtz ont organisé

un événement dédié à cet effet le 17

octobre au château de Bettembourg.

L’association en a également profité

pour proposer deux actions: l’une

pour contrôler gratuitement sa tension

artérielle dans plus de 41 pharmacies

et l’autre, un contrôle des carotides au

CHEM, HRS et CHL.


Source: frisange.lu

MAMER

La première fête de l’inclusion et de la citoyenneté s’est

déroulée ce 15 novembre. Organisée par la commune de

Mamer au sein de la salle des fêtes au Mamer Schlass, celleci

avait pour thème «tous différents, tous égaux». Des ateliers

de danse, de cuisine et de musique ont animé toute la journée

jusqu’en fin de soirée. Cet événement a été organisé par la

commission de l’inclusion sociale.


Source: eventsinluxembourg.lu

DIFFERDANGE

Le 1535° Creative Hub situé à Differdange rassemble plus de

500 professionnels. Ce lieu de travail a ouvert ses portes pour

la sixième fois le dimanche 13 octobre dernier. Les plus curieux

ont pu découvrir les 70 entreprises et autres startups qui y sont

installées. Toutes travaillent de près ou de loin dans l’industrie

créative: la culture, l’art, les médias ou encore l’animation.


Source: 1535.lu

KAYL

«Comment créer un site internet efficace et performant?»,

c’est le nom de l’atelier organisé par Editus Luxembourg le 19

novembre prochain. Il s’agira de découvrir les bonnes pratiques

en matière de référencement naturel, ainsi que de connaître

les leviers marketing pour générer plus de trafic sur un site

internet. Un temps d’échange et de networking est également

prévu pour les participants.


Source: eventsinluxembourg.lu

KAYL

«Velo Union Esch» a présenté le

parcours officiel de la 71 e édition de la

«Flèche du Sud» l’année prochaine. La

commune de Kayl a été choisie pour

accueillir le départ et l’arrivée de la

première étape. La course aura lieu le

20 mai prochain.


Source: kayl.lu

KÄERJENG

La future Maison de soins de la

commune sortira de terre en mars

2022. La piste cyclable «Mierbaach»

à Bascharage sera interdite d’accès

pour les vélos et les piétons durant

la durée des travaux d’aménagement

d’une route qui mènera à ce bâtiment.


Source: kaerjeng.lu

STEINFORT

Le collège des bourgmestre et

échevins, ainsi que le conseil communal

de la commune de Steinfort ont offert

un cadeau leurs citoyens et citoyennes

ayant plus de 60 ans à l’occasion de la

Journée internationale des personnes

âgées le dimanche 20 octobre dernier.

Organisé par la commission du 3 e âge,

ce geste s’accompagnait également

d’une collation au Centre Roudemer.


Source: steinfort.lu

DIFFERDANGE

Suite à la démission de Roberto

Traversini (Déi Gréng), c’est Christiane

Brassel-Rausch qui est devenue la

nouvelle bourgmestre de la ville de

Differdange. Elle devient ainsi la

première femme à ce poste dans la

troisième ville du Grand-Duché.


Source: differdange.lu

RUMELANGE

Deux visites guidées seront organisées

les 23 et 24 novembre prochains au

Musée national des mines de fer de

Rumelange. Ces visites souterraines

ont un objectif immersif: celui de voir

la mine comme les mineurs l’ont vue,

avec des lampes à carbure. Il sera ainsi

possible de découvrir le travail du

mineur.

Source: eventsinluxembourg.lu


LG

NOVEMBRE 2019

59

Roeser mise

sur la qualité de vie

PAR PIERRE BIRCK

Située à quelques kilomètres au sud de la capitale, Roeser

s’est développée au fil du temps, doublant sa population

depuis les années 1990. Tom Jungen, bourgmestre, présente

sa commune et les initiatives mises en place pour améliorer la

qualité de vie et le bien-être de ses habitants.

Tom Jungen

Il est donc nécessaire d’offrir des logements

à prix abordables pour les personnes à

faibles ou moyens revenus. A Berchem, un

nouveau lotissement sortira de terre. Sur

ces 25 hectares, 30% des logements seront

à coût modéré», indique-t-il.

Les élus envisagent également la création

d’un château d’eau supplémentaire à plus

long terme pour répondre aux besoins

d’une population grandissante.

Un nouveau campus scolaire

De telles évolutions démographiques nécessitent

obligatoirement un réajustement

au niveau des infrastructures, notamment

scolaires et périscolaires. «Pour le moment,

aucun enfant n’est sur liste d’attente

dans notre maison relais. Nous essayons

toujours d’avoir une vision à moyen et long

termes pour anticiper les besoins futurs.

Un nouveau campus scolaire est en cours

de construction à cet effet à Berchem.

Celui-ci contiendra 250 places et pourra

également accueillir 65 enfants dans un

centre d’éducation différenciée.

Précurseur d’actions pour le climat

Composée de sept villages (Berchem,

Roeser, Bivange, Crauthem, Kockelscheuer,

Livange, Peppange), la commune de

Roeser fait figure de précurseur en matière

d’environnement. «Elle a été la première

au Luxembourg à s’engager dans l’Alliance

pour le Climat dans les années 1990, puis

à être certifiée à 50% du Pacte Climat»,

explique Tom Jungen, le bourgmestre.

Ce résultat s’explique par plusieurs initiatives,

comme le remplacement de l’ancien éclairage

par des LED, l’installation de panneaux

photovoltaïques sur plusieurs bâtiments

comme le hall sportif ou la maison relais. «Nous

avons également acquis quatre véhicules

électriques et misons sur les e-bikes pour les

petits déplacements. Une borne Chargy est

d’ailleurs installée dans la commune, d’autres

seront implantées très prochainement. Nous

privilégions aussi l’usage de la mobilité douce.

La mise en place d’un système de partage de

vélos est aussi à l’étude», étaye le bourgmestre.

Une commune en pleine croissance

Sa proximité par rapport à Luxembourg-

Ville a fait de Roeser une commune en

pleine expansion démographique. Elle

culmine aujourd’hui à 6.500 habitants et

Tom Jungen estime une croissance de 2.500

habitants supplémentaires d’ici 15 à 20 ans.

«Les logements à coût modéré font partie

des priorités du mandat actuel. Les prix de

l’immobilier au Luxembourg augmentent, il

devient difficile de se loger dans notre pays.

Qualité de vie et cohésion sociale

L’ensemble des initiatives menées par

le collège des bourgmestre et échevins

répondent à un défi majeur, celui de

maintenir et d’améliorer la qualité de vie

et la cohésion sociale. «Nous ne souhaitons

pas devenir une cité dortoir, mais bien créer

et perpétuer une vie sociale, associative et

commerciale. En favorisant le déploiement

de logements à coût modéré, le risque de

perdre une certaine mixité sociale diminue.

Notre commune comprend à ce jour 88

nationalités différentes et les enfants ont un

rôle essentiel en matière d’intégration et de

vivre ensemble», conclut Tom Jungen. n


Sortir vainqueur

de la course contre le

changement climatique

La conférence «Energy Transition Dialogue» organisée par le

Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) s’est

déroulée le jeudi 24 octobre dernier en présence de plusieurs

personnalités politiques et économiques à Mondorf-les-Bains.

La transition énergétique fait partie des mesures politiques

majeures entamées au Luxembourg. En tant qu’acteur de

cette transition, le pays entend jouer un rôle clé en matière de

décarbonisation et dans le développement d’énergies durables.

De l’innovation aux pratiques du consommateur

La transition énergétique est en marche

et le Luxembourg entend devenir un

modèle et une source d’inspiration. Cette

prise de conscience au sujet de la cause

environnementale doit pour autant se

réaliser d’un point de vue international.

L’écosystème luxembourgeois, de par son

appétence pour la transformation digitale,

les innovations en matière de mobilité et

d’électromobilité, de conception des villes

de demain, des technologies énergétiques

intelligentes à faibles émissions de carbone

ou tout simplement au sujet des nouveaux

modèles commerciaux et de consommation

pour l’utilisateur final, est propice à ces

réflexions.

Ces sujets ont été abordés par les nombreux

acteurs du secteur de l’énergie qui se

sont réunis pour la conférence «Energy

Transition Dialogue». Qu’ils soient issus

des secteurs privé ou public, de diverses

institutions ou universités, tous ont livré

leurs expertises ou leurs visions du monde

de demain. L’objectif était de présenter l’état

actuel du secteur de l’énergie au Luxembourg

et les différents challenges auxquels il est

confronté en termes d’électrification et de

décarbonisation.

En guise d’ouverture, Thomas Kallstenius,

CEO du LIST, est revenu sur l’importance

de la thématique. «Nous sommes conscients

qu’il est nécessaire de passer par une

transition énergétique pour limiter les

problèmes environnementaux. La question

est de savoir comment et par quels moyens».

Claude Turmes

“Le Luxembourg

a un rôle essentiel

à jouer”

Favoriser le développement des énergies

renouvelables

Claude Turmes, le ministre de l’Energie et de

l’Aménagement du territoire, a notamment

insisté sur le rôle essentiel du Luxembourg.

«La recherche sera un catalyseur. Le LIST

contribue à la création et à la conceptualisation

de solutions plus vertes et durables pour le

Luxembourg», a-t-il indiqué. La transition

énergétique se concrétisera par la mise en place

de plusieurs initiatives, comme la construction

de bâtiments à énergie positive, les panneaux

solaires, les pompes à chaleur, l’adoption des

voitures électriques, les éoliennes ou encore le

recours à l’intelligence artificielle.

En favorisant le développement des énergies

renouvelables le Luxembourg pourra devenir

le fer de lance de la transition énergétique

en Europe. Cela passe également par un

changement des modes de vie, notamment en

matière de mobilité car le secteur des transports

routiers résidents et non-résidents reste très

polluant à l’heure actuelle. L’Université du

Luxembourg, le Luxembourg Institute of

Socio-Economic Research (LISER) et le LIST

veulent s’associer pour participer à cet élan.

«Le Luxembourg a les capacités de devenir

un hub de nouvelles solutions pour le climat,

avec la possibilité de créer une marque

luxembourgeoise autour d’elles. La finance

est notre domaine de prédilection, nous

devrions donc organiser un marché des

technologies vertes et le lier à la finance», a

ajouté Claude Turmes.


Thomas Kallstenius

La technologie et la digitalisation ne suffisent

pas

L’ensemble des intervenants ont tous une

observation commune: la technologie et la

digitalisation ne suffisent pas. La transition

énergétique implique en effet une multitude

d’acteurs: des décideurs politiques aux

régulateurs en passant par les responsables

commerciaux aux côtés des producteurs

d’électricité. Bertrand Piccard, le copilote de

l’avion solaire Solar Impulse et pionnier des

technologies durables, a notamment déclaré:

«nous avons des solutions, des technologies ou

des produits qui peuvent créer de la croissance,

des emplois, et contribuer à l’économie tout

en protégeant l’environnement. Beaucoup de

personnes ou d’entreprises refusent encore ce

changement alors qu’il n’y a aucune raison

de ne pas les employer. Les réglementations

doivent évoluer pour favoriser leur utilisation».

Les chercheurs du LIST et Bertrand Piccard

se sont ensuite rencontrés dans l’aprèsmidi

pour discuter de la collaboration

avec la Fondation Solar Impulse. Celle-ci

sélectionne 1.000 solutions financièrement

rentables et favorables à la protection de

l’environnement. Le LIST livrera son

expertise en participant à l’évaluation de la

durabilité de ces 1.000 solutions. «Le LIST

a pour objectif de rassembler toutes les

parties prenantes du secteur de l’énergie»,

a conclu Thomas Kallstenius. La course

contre le changement climatique est d’ores

et déjà lancée. n

Luxembourg Institute

of Science and Technology

5 Avenue des Hauts-Fourneaux

L-4362 Esch-sur-Alzette

www.list.lu


62 LG

NOVEMBRE 2019

RECHERCHE & INNOVATION

1

2

MERCREDI 16 OCTOBRE 2019

L’enjeu de la propriété intellectuelle

dans le secteur de la santé

3

4

Mercredi 16 octobre dernier, experts de la propriété intellectuelle et professionnels

de différents secteurs se sont donné rendez-vous au Centre Hospitalier de

Luxembourg pour le deuxième volet des «Afterworks de la Propriété Intellectuelle»,

organisé par l’IPIL et le ministère de l’Economie. Conséquentes, les innovations

dans le domaine de la santé permettent de répondre à de multiples besoins et celles-ci

résultent d’un long processus avant d’être viables: de l’idée, à l’investissement, en

passant par la recherche jusqu’à son aboutissement. La propriété intellectuelle

permet de sécuriser les travaux et aident les chercheurs dans l’élaboration de

nouvelles solutions en matière de santé: applications, softwares ou hardwares,

substances, systèmes, etc. L’événement s’est clôt avec une table ronde réunissant

tous les intervenants. De nombreuses thématiques y ont été abordées dont celle de

l’importance de la propriété intellectuelle pour les startups.

1. Pierre Kihn, conseil en propriété industrielle, Office Freylinger; Vincent Wellens, avocat à la Cour,

NautaDutilh Avocats Luxembourg et Didier Lecomte, conseil en propriété industrielle, Lecomte & Partners

2. Didier Lecomte

3. Marc Jacobs, Chairman, Molecular Plasma Group S.A.

4. Françoise Liners, chargée de la direction, direction des technologies de la santé, ministère de l’Economie

5. Fabrice Mouche, Head of Business Development Office, Luxembourg Institute of Health

6. Elisabeth Letellier, Principal Investigator and Research Scientist, Life Sciences Research Unit, University of Luxembourg

7. Onur Emul, Deputy Manager, IPIL

5

6 7


Where

tomorrow

begins

Some dream.

Some discover.

Some change the world for the better.

We connect it all.

At LIST, we build the bridges that connect the

world of academia with the real change that’s

happening in the market. It’s research and

innovation made in Luxembourg. And it’s at

your service.

LIST.lu

* detail of LIST’s work on digital twin applications


64 LG

NOVEMBRE 2019

RECHERCHE & INNOVATION

Étienne Schneider annonce

la création au Luxembourg

d’un centre d’innovation

dédié aux ressources spatiales

Jan Wörner et Étienne Schneider

Frank De Winne et Étienne Schneider

Marc Serres, Étienne Schneider et Jan Wörner

Visite de l’”European Astronaut Centre” de l’ESA

Photos ©Luxembourg Space Agency Photos ©Luxembourg Space Agency Photos ©Luxembourg Space Agency Photos ©Luxembourg Space Agency

Lors de sa visite à l’”European Astronaut Centre” à Cologne

en date du 18 octobre 2019, le Vice-Premier ministre, ministre

de l’Économie, Étienne Schneider, a annoncé, en présence

du directeur général de l’ESA, Jan Wörner, la création au

Luxembourg d’un centre de recherche dédié aux ressources

spatiales.

Cette structure sera implantée en collaboration

et en concertation avec les

acteurs et les institutions de la recherche

luxembourgeoise qui sont déjà partenaires de

la Luxembourg Space Agency (LSA) depuis

sa création en septembre 2018. S’inscrivant

dans l’initiative SpaceResources.lu lancée

en février 2016, le nouveau centre se

focalisera sur la recherche scientifique

relative à l’extraction, à la transformation

et au traitement de ressources qui existent

dans l’espace, comme l’eau ou le régolithe.

À terme, il est envisagé d’étendre les activités

de cette structure pour en faire un véritable

centre d’innovation dédié aux ressources

spatiales avec une dimension internationale.

Pour y parvenir, le Luxembourg est en

train d’explorer les pistes de coopération

avec l’Agence spatiale européenne (ESA)

afin d’atteindre leurs objectifs communs

en matière de recherche spatiale. De plus

grande envergure, le centre d’innovation

aura alors surtout une portée européenne en

incluant d’autres fonctions supplémentaires

comme le support aux entreprises ou la

gestion des connaissances. n

Communiqué par

le ministère de l’Économie

“La recherche

scientifique relative

à l’extraction,

à la transformation

et au traitement

de ressources

qui existent

dans l’espace”


The mind is like

an umbrella.

It’s most useful

when open.

Walter Gropius

Exceptional prints are always related to good design and the creative minds

behind them. We bring together the components of our work as a printing

company with the work of creative personalities and good design that

inspires people.

Open up your umbrella. We welcome your open-mindedness. #ic_stories

15, RUE DU COMMERCE • L-1351 LUXEMBOURG

WWW.IC.LU • MESSAGE@IC.LU • @IMPRIMERIECENTRALE


66 LG

NOVEMBRE 2019

BRÈVES COMMUNALES – NORD

PAR PIERRE BIRCK

WILTZ

Le Syndicat Intercommunal pour la

gestion des déchets a informé de la

fermeture des installations de collecte à la

rue Charles Lambert à Wiltz pour la fin de

l’année. Le SIDEC, en collaboration avec

les communes concernées, proposera un

nouveau parc sur le territoire communal

très prochainement. Les terrains actuels

seront utilisés pour la construction d’une

nouvelle école fondamentale.


Source: wiltz.lu

WEISWAMPACH

Un appel à candidatures pour le renouvellement

du conseil d’administration

de l’office social RESONORD a été

lancé le 24 octobre dernier par le

collège des bourgmestre et échevins.

Les délégués, quant à eux, sont nommés

par le conseil communal de la

commune de Weiswampach.


Source: weiswampach.lu

ELL

Le 19 octobre s’est déroulé le championnat

luxembourgeois de puzzle en

équipe à Ell au centre Camille Ney. Le

vainqueur est notamment reparti avec

la somme de 100 euros. L’événement a

été organisé par le D.T. Ell et Spillfabrik.


Source: puzzle.lu

BETTENDORF

Le Club Senior Nordstad a organisé

une conférence sur les fleurs de Bach

ce 6 novembre à Moestroff. Celles-ci

désignent des extraits liquides de

plantes qui influencent les émotions ou

les humeurs négatives. Elles font partie

de la naturothérapie et ont été créées

par le médecin Edward Bach dans les

années 1930. Au total, 38 fleurs ont été

découvertes.


Source: visit-eislek.lu

BECKERICH

Fin octobre, cinq communes luxembourgeoises

ont été certifiées «European

Energy Award Gold» à Locarno en

Suisse pour leurs efforts en matière de

protection du climat. Les communes de

Tandel, Ell, Schifflange, Parc Hosingen

et Beckerich se sont vues récompensées

pour leur score de 75%.


Source: pacteclimat.lu

ETTELBRUCK

Le centre des arts pluriels Ettelbruck accueillera, le 18

novembre prochain à 19 heures, une conférence sur la langue

luxembourgeoise après la Seconde Guerre mondiale. Animée

par Fernand Fehlen, enseignant-chercheur à l’Université de

Luxembourg, celle-ci retracera l’histoire de la langue dans le

développement du Grand-Duché. L’événement est organisé

en collaboration avec l’Institut de langue et de littérature

luxembourgeois de l’unité de recherche IPSE de l’Université

du Luxembourg, le Centre national de littérature et le Centre

national de l’audiovisuel.


Source: ettelbruck.lu

VIANDEN

«X-Perience Trail», la nouvelle course à pied aura lieu à Vianden

le 1 er décembre prochain et passera le long des points attractifs

de la commune comme le château, la chapelle Bildchen ou

encore le mont Saint-Nicolas. Deux parcours de 11 et 19

kilomètres seront proposés aux participants qui pourront

découvrir la commune par le sport et la compétition.


Source: visit-eislek.lu

PREIZERDAUL

Le 5 novembre dernier, le collège des bourgmestre et échevins

ainsi que le conseil communal ont invité l’ensemble de leurs

citoyens à leur quatrième atelier citoyen au centre culturel «Op

der Fabrik». Plusieurs thématiques ont été soulevées: mobilité,

patrimoine, tourisme, loisir, jeunesse ou énergie et économie

locale. Toutes les idées ont été écoutées et discutées pour

développer la commune de façon positive et citoyenne.


Source: preizerdaul.lu

ETTELBRUCK

La commune a intégré la solution de

stationnement connecté RMS Trafic

pour ses parkings. Près de 1.000

places sont monitorées en temps réel

grâce à ce système doté de capteurs.

De nombreux bénéfices sont avérés,

tant pour la ville que pour les usagers.

L’application permet d’identifier

les cas d’usages classiques comme

l’occupation des places de parking

standards, les parkings minutes,

livraisons ou encore ceux dédiés au

carsharing.Pour la ville, elle permet par

exemple de mieux gérer les infractions.

Source: Communiqué de presse

WILTZ

Le centre culturel à Eschweiler,

village et section de la commune

de Wiltz, se retrouve aujourd’hui

muni d’un défibrillateur externe

automatique (AED). L’appareil

est intelligent. Lors d’un arrêt

cardiaque, il parvient à expliquer

lui-même comment il doit être

utilisé et ne nécessite donc pas de

connaissances spéciales. D’autres

défibrillateurs de ce type sont

installés dans la commune, comme

au «Pëtz» à Weidingen et dans

l’Avenue Nicolas Kreins à Wiltz.


Source: wiltz.lu

DIEKIRCH

La 10 e édition automne du Festival

cinéma du Sud a eu lieu ce 1 er novembre

au Ciné Scala de la commune. Le film

projeté pour l’occasion s’appelle «Zero

Impunity» et a été réalisé par Nicolas

Blies, Stéphane Hueber-Blies et Denis

Lambert en 2018. Ce documentaire

revient sur les crimes sexuels dans les

zones de guerre. Il donne la parole aux

victimes, qu’elles viennent de Syrie,

d’Ukraine ou encore de République

Centrafricaine.


Source: diekirch.lu

CLERVAUX

Des cours pour mieux utiliser

Photoshop ont été organisés tout

au long du mois de novembre.

Les prochains auront lieu les 19 et

26 novembre et se poursuivront

le 3 décembre. Les retouches, le

peaufinage des détails ou les montages

photos y seront notamment étudiés.

L’initiative est prise en charge par le

Lycée Edward Steichen.


Source: clervaux.lu


LG

NOVEMBRE 2019

67

Diddeleng an PADEM:

Zesumme fir d’sozial Verännerung

Mat verschidden Aktiounen hëlleft d’Stad Diddeleng der ONGD PADEM bei der Realisatioun

vun hire Projeten, verzielt eis de Pascal Hus, zanter 13 Joer Administrateur vun PADEM.

Dir sidd zanter 2015 zu Diddeleng,

heescht dat och, datt d’Stad Iech

zanterhier ënnerstëtzt?

Scho virdrun! PADEM kritt vun Ufank

un Subsiden vun “Diddeleng Hëlleft”,

dat si méi wéi 15 Joer hier, an huet eis

bei verschiddene Projeten ënnerstëtzt.

Si bleiwen eis trei, an ech soen hinnen

dofir villmools Merci! D’Stad Diddeleng

invitéiert eis och zanter méi wéi 10 Joer

op hiren traditionellen Weltmaart an et

mécht eis ëmmer nach vill Freed un dëser

Manifestatioun deelzehuelen, déi an enger

ganz flotter Atmosphär ofleeft.

Virdrun war t’ONGD zu Bieckerech.

PADEM hat e spezielle Lien mam Camille

Gira an d’Noriicht vu sengem Dout huet

d’Memberen vun der ONGD déif getraff.

Hëlleft d’Gemeng Iech och nach

anescht?

All Joer invitéiere mir eis Partner aus den

Entwécklungslänner, fir d’lëtzebuergesch

Bevëlkerung fir d’Problematik vun der

Entwécklung ze sensibiliséieren. Mir

profitéieren vun dëser Occasioun, fir mat

eise Partner an themateschen Atelieren

zesummenzeschaffen: Fir dës Atelieren

stellt d’Stad Diddeleng eis e Sall, mat allem

wat gebraucht gëtt fir ze schaffen, zur

Verfügung – Bureauen, Videoprojekteren,

Internetzougang – dat ass ganz wäertvoll.

D’Gemeng hëlleft eis och indirekt duerch

hir vill Connectiounen, wat villes méi

einfach mécht. Fir d’Organisatioun vun

dëser internationaler Renconter vum

leschte Joer, huet de Cottage Logis Hôtel

eis eng Reduktioun um Zëmmerpräis vun

eise Partner accordéiert, well mer vun

Diddeleng sinn an vun “Diddeleng Hëlleft”

ënnerstëtzt ginn.

Dir hat och op enger Konferenz am

CNA deelgeholl?

Jo! Dat war e Ronndëschgespréich, dat

am Kader vun der Woch vun der mentaler

Gesondheet organiséiert gouf. Mat

PADEM BIPOL hu mir eng Branche

speziell fir bipolar Persounen zu Lëtzebuerg

– et sinn der 10.000 – hir Familljen an

d’Leit an hirem Ëmfeld an d’Liewe geruff.

Fir dëst Ronndëschgespréich hu mir mam

Service Égalité des Chances vun der Stad

Diddeleng zesummegeschafft.

Villes verbënnt Iech also mat der Stad

Diddeleng, ass dat alles?

Mat der Gemeng jo, mee ech muss elo hei

d’Louise ernimmen, eis Bénévole, déi eis

zanter méi wéi 10 Joer hëlleft, an d’Alice,

Ambassadrice vun der Stad Diddeleng,

mee och Ambassadrice vum Projet, dee

mir mat Enovos hunn, an deen et erlaabt

a 60 Schoulen am Senegal Elektresch

z’installéieren, wouvunner 10.000 Schüler

profitéiere wäerten. Mir hunn och eng ganz

fest Verbindung zum Lycée Nic Biever an

zu villen Diddelenger Donateuren.

E Wonsch?

D’Stad mécht scho vill fir PADEM,

haut wéilte mer gutt Verbindungen mat

Diddelenger Entreprisen opbauen. n

Fir méi Informatiounen:

www.padem.org


68 LG

NOVEMBRE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Une nouvelle offre locative

Située à quelques pas de la gare de Diekirch, une nouvelle

résidence du Fonds du Logement se prépare à accueillir ses

premiers habitants en début d’année 2020. En s’entourant de

l’expertise de bureaux spécialisés comme Holweck Bingen

Architectes, Dal Zotto & Associés et BEST ingénieursconseils,

le Fonds a essentiellement privilégié la qualité des

espaces de vie et la durabilité de la construction. Les différents

partenaires participant au projet nous en ont donné les détails

dans une interview croisée. Explications.

Enfin, la commune a utilisé le terrain

comme atelier de garage et d’entreposage,

avant une révision du PAG qui l’a reclassé

en zone d’habitat en 2003.

“Chaque

appartement

dispose d’un accès

à une terrasse

ou un balcon”

Un terrain idéalement situé

Lorsque le Fonds du Logement fait

l’acquisition d’une parcelle de 17,30 ares

située à 200 m de la gare et proche du

centre-ville et de ses écoles et commerces,

on y projette, dans un premier temps, la

construction de maisons unifamiliales.

Le Fonds entend finalement exploiter la

position centrale des lieux en y construisant

une résidence de seize unités de logements

destinés à la location.

Architecture générale

Si les logements devaient au départ être

répartis en deux bâtiments distincts, les plans

architecturaux ont été adaptés en faveur de

la réalisation d’une seule résidence desservie

par deux cages d’escaliers et ascenseurs.

Ralph Bingen, architecte associé, gérant

du bureau Holweck Bingen Architectes,

nous décrit le projet: «Les seize unités de

logement sont réparties sur quatre niveaux,

à raison de deux appartements au rez-dechaussée,

cinq appartements aux premier et

deuxième étage et quatre appartements au

troisième étage, réalisé en retrait. Chaque

logement dispose d’une double orientation,

pour garantir la luminosité. Bien que les

volumes soient compacts, nous avons pensé

l’agencement des pièces de vie de manière

optimale avec, par exemple, les cuisines

ouvertes sur séjours avec accès à un balcon

ou une terrasse afin de privilégier les grands

espaces».

Florian Bylow, architecte associé dans le

même bureau poursuit: «L’architecture

contemporaine du bâtiment favorise sa

bonne intégration dans le paysage de la

ville. Nous avons en effet intégré à certains

pans de sa façade des matériaux nobles

comme des panneaux Trespa plus sombres,

qui lui donnent du relief. En divisant le

bloc en différents niveaux, l’apparence

générale du bâtiment a été rendue moins

imposante et plus accueillante. Il s’intègre

ainsi plus harmonieusement dans son

environnement».

Enfin, le Fonds du Logement a veillé à la

mixité au sein de la résidence en prévoyant

des appartements d’une à trois chambres à

coucher.

«La résidence ne comprenant pas de

sous-sol, un parking extérieur de seize

emplacements, soit un par logement, a été

réalisé à l’arrière du projet. Les caves et les

locaux techniques prendront place, quant

à eux, sur une partie du rez-de-chaussée»,

explique Michal Zaglaniczny, chef du projet

au Fonds du Logement.

Dépollution et fondations

Avant de s’atteler à la construction, le Fonds

du Logement a toutefois dû relever d’autres

défis. Le site hébergeait au siècle dernier

une activité d’extraction d’argile pour la

fabrication de briques, par la suite remblayé

pour héberger un dépôt de carburants.

Le bureau BEST ingénieurs-conseils, en

charge de l’étude statique, des infrastructures

et des aménagements extérieurs fait alors

face à une première difficulté, celle de la

dépollution des sols. Dany Winbomont,

associé-gérant du bureau BEST Ingénieursconseils,

explique: «Nous avons organisé

le terrassement et l’évacuation d’une partie

du terrain en surface et sur une certaine

profondeur pour ensuite l’emmener dans une

décharge à l’étranger en vue de son traitement.

De plus, le terrain n’était pas de bonne

portance, puisqu’il s’agissait d’un remblai,

nous avons opté pour un renforcement du sol

par la mise en œuvre de colonnes ballastées.

Pour les mettre en place, nous avons

procédé au forage du sol et repoussé la terre

latéralement avant de remplir le trou formé

par des pierres concassées. Cette technique a

l’avantage d’éviter un nouveau terrassement

de sols pollués».

Concernant le niveau de pollution du

terrain, Eric Schmit, chargé d’opération

du projet au Fonds du Logement, ajoute:

«Nous procédons depuis le début des

travaux, et jusqu’en avril 2020, à l’analyse

de la nappe phréatique. Aujourd’hui, le

bâtiment et son parking couvrent une

partie de la surface et empêchent les pluies

de pénétrer le sol et d’entrainer avec

elles la pollution résiduelle vers la nappe

phréatique. On observe au fil du temps

une nette diminution de sa pollution, dont

le niveau se rapproche des valeurs seuils

et va très probablement revenir à un taux

acceptable dans les prochains mois».


LG

NOVEMBRE 2019

69

Michal Zaglaniczny, Dany Winbomont, Paolo Dal Zotto, Eric Schmit, Ralph Bingen et Florian Bylow


70 LG

NOVEMBRE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Technique spécialisée du bâtiment

Le bâtiment, de classe énergétique AAA et

de conception passive, possède une isolation

de 24 cm. Paolo Dal Zotto, gérant-associé

du bureau d’ingénieurs-conseils Dal Zotto

& Associés, mandaté pour la mise en place

des techniques spéciales du bâtiment,

explique avoir privilégié la laine de roche

pour l’isolation des murs pour des raisons

écologiques.

«Chaque appartement dispose d’une

ventilation mécanique double flux qui

permet d’échanger l’air pour en garantir

la qualité optimale. Celui-ci est filtré et

préchauffé par un système de récupération

de l’énergie de l’air extrait, le tout afin de

limiter la consommation d’énergie. La

résidence est également équipée d’une

chaudière gaz à condensation, nécessitant

peu d’entretien et très fiable à l’utilisation.

Les panneaux solaires thermiques dont

est équipé le bâtiment permettent par

ailleurs de produire 60% de l’eau chaude

sanitaire lui étant nécessaire. La résidence

ne consomme ainsi pas plus de 2.000 m 3

de gaz par an, soit une réduction de 90%

par rapport à la consommation classique

d’une résidence équivalente non-isolée»,

développe Paolo Dal Zotto.

“L’architecture

contemporaine

du bâtiment

favorise sa bonne

intégration dans le

paysage de la ville”

Le système de lecture à distance des

consommations, à présent devenu un

standard pour les nouvelles constructions

ou rénovations du Fonds, permet par

ailleurs de détecter rapidement les

problèmes techniques et de les résoudre

dans de rapides délais.

Michal Zaglaniczny précise par ailleurs

que le Fonds a mis en place un système

de rétention des eaux pluviales sur le toit

plat de l’immeuble ainsi qu’à l’arrière du

parking, afin de limiter les débits d’eaux

de pluie rejetées dans les canalisations et

conclut en indiquant que le coût total du

projet, dépollution comprise, s’élève à

environ 3,3 millions d’euros hors taxes. Une

belle prouesse pour le Fonds du logement

qui devrait accueillir les premiers habitants

de cette résidence locative en début d’année

2020. n

Fonds du Logement

52, Boulevard Marcel Cahen

L-1311 Luxembourg

info@fondsdulogement.lu

www.fondsdulogement.lu


Vun der Iddi, iwwert integréiert Konzepter, bis zur Ëmsetzung.

Kommunal Entwécklungsstrategien

Schoul & Kannerbetreiung

Bezuelbaren Wunnraum

Ëffentlech Gebaier

mcluxembourg.lu

26 00 22


72 LG

NOVEMBRE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

CLE, de l’ambition pour demain

A l’aube de son cinquantième anniversaire, la Compagnie Luxembourgeoise d’Entreprises

(CLE) est engagée dans une profonde réflexion quant à son rôle, son fonctionnement et son

attractivité. Un processus d’introspection qui doit lui permettre de marquer de son empreinte

le secteur de la construction de demain. Coup d’œil sur une entreprise qui se donne les moyens

de ses ambitions avec Philippe Zimmer, directeur commercial.

La Compagnie Luxembourgeoise d’Entreprises

(CLE) est une entreprise générale

luxembourgeoise du groupe CFE qui

s’est taillée une solide réputation dans le

domaine de la construction en bâtissant

pour le compte d’institutions européennes,

financières ou de promoteurs immobiliers.

Au fil du temps, CLE s’est dotée de sa

propre force de production et s’est ouverte

aux marchés résidentiels publics et privés

ainsi qu’à celui du génie civil.

Bâtir plus vert

Soucieuse d’améliorer son empreinte

écologique, CLE tente de limiter son

impact sur l’environnement en privilégiant

les matériaux durables comme le bois.

«La volonté est d’instaurer des ratios de

consommation de bois par mètre carré

construit. Les entrepreneurs doivent

nécessairement prendre en compte le

cycle de vie des matériaux, leur durabilité

et leur rentabilité mais aussi limiter les

pertes autant que possible», confie Philippe

Zimmer.

L’investissement écologique de la société se

matérialise également dans la gestion de ses

déchets, autant sur chantier qu’au bureau.

CLE est certifiée SuperDrecksKëscht®

fir Betriber, un label de qualité en matière

de tri sélectif des déchets. Sur chantier,

l’entreprise dispose d’un contrat cadre

pour trier bois, gravats, acier, carton et

plastique. Elle s’équipe également de

détecteurs de lumière, de thermostats et de

kits antipollution, autant de dispositions qui

lui ont valu l’obtention de la certification

ISO 14001.

Toutes ces initiatives en faveur d’un secteur

de la construction plus vert font entrer la

société dans une nouvelle ère, marquée

par les concepts d’économie circulaire ou

de “cradle-to-cradle” et faisant écho à la

stratégie Rifkin. Pour Philippe Zimmer,

CLE a un rôle de précurseur à jouer au

Luxembourg en termes de construction

durable. La société est d’ailleurs résolue à

devenir une référence en matière de zéro

déchet et de zéro énergie dans le secteur.

Une ambition somme toute très terre à

terre, puisque CLE peut déjà se targuer

d’avoir érigé les deux premiers bâtiments

certifiés BREEAM au Grand-Duché. Cette

évaluation, très exhaustive et qui compte

parmi les plus reconnues, permet de

calculer la performance environnementale

d’un bâtiment et garantit le respect de

l’environnement sur toute la durée de

vie de l’édifice, de sa conception à sa

déconstruction. Inauguré le 27 septembre

dernier, le projet NAOS (Belval) a obtenu

la certification BREEAM Excellent. CLE

a également reçu une triple certification

pour le chantier de la BGL BNP Paribas:

BREEAM excellent et ses équivalents

français et allemand HQE Excellent et

DGNB Gold.

Ce palmarès est le fruit d’un investissement

considérable en moyens humains et

technologiques. Pour répondre aux plus

hauts standards, la Compagnie travaille

avec deux référents BREEAM qui

interviennent dès la phase de soumission

et qui accompagnent ensuite les équipes

chantier. «Notre dernière initiative

consiste à proposer aux maîtres d’ouvrages

l’installation de compteurs intelligents sur

chantiers. En détectant les pertes d’eau, les

ruptures de canalisation ou encore les pics

de consommation électrique, ces dispositifs

permettent d’élever de trois points le score

BREEAM d’un projet», indique Philippe

Zimmer.

Construire plus efficacement

Bien sûr, la recherche d’alternatives plus

écologiques ne détourne pas la société

de son objectif de performance. Pour

améliorer la gestion de ses chantiers,

l’entreprise s’est laissée gagner par une

philosophie japonisante en intégrant les

méthodes de gestion LEAN, le triple C

et 5S qui trouvent leurs sources dans le

toyotisme. Mises en place en partenariat

avec le Luxembourg Institute of Science and

Technology (LIST), ces techniques visent

l’amélioration de la gestion des chantiers

et de la performance de l’entreprise par

l’élimination des procédures ou ressources

superflues.

Dans l’esprit du directeur commercial,

«le LEAN et le triple C (Centre de

Consolidation et Collaboration) sont des

programmes permettant d’augmenter

l’efficience; il s’agit de minimiser les pertes

inutiles dans le dispatching, le rangement,

ou les ressources humaines. Quant à la

technique industrielle du 5S que nous

implémentons aussi, elle nous servira

directement dans la continuité du LEAN

et sera avantageusement complétée par

le CCC. L’ensemble est une évolution

intelligente».

Edifier avec ingéniosité

Pour la Compagnie, le secteur de la

construction est confronté à de nombreux

défis auxquels il faut répondre avec créativité

et ambition. C’est pourquoi elle accorde

une importance particulière au recrutement

et à ses ressources humaines: «La société

se développe grâce à l’intelligence des

employés que nous recrutons; l’un de

nos slogans est “L’ambition a besoin


LG

NOVEMBRE 2019

73

d’ambitieux”», explique Philippe Zimmer.

Si se doter des collaborateurs les plus

compétents qui soient constitue déjà un

défi, CLE s’efforce également d’attirer les

“millennials” en répondant à leurs attentes

dans le domaine du numérique, grâce au

BIM ou à la digitalisation. Les équipes

de l’entreprise utilisent déjà divers outils

électroniques de suivi des ouvrages et les

visites de sécurité, par exemple, se font via

un logiciel sur tablette.

“Devenir une

référence en

matière de zéro

déchet et de zéro

énergie”

En évolution constante, la société s’est

récemment vue confier la réalisation de

nouveaux projets d’envergure avec un

bâtiment d’environ 80.000 m 2 à Hamm,

une tour d’habitation de seize niveaux à

Belval et un nouveau quartier sans voiture

de 36 maisons en structure bois au standard

passif et suivant le règlement Lenoz.

CLE se dirige sans conteste sur la voie de

l’innovation. n

Compagnie Luxembourgeoise

d’Entreprises

Westside Village, B

89, rue Pafebruch

L-8308 Capellen

www.cle.lu


74 LG

NOVEMBRE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Conférence BIMLUX 2019

L’événement leader de la transformation digitale dans le

secteur de la construction au Grand-Duché de Luxembourg

revient pour sa 4 e édition le 19 novembre 2019 au Centre de

Congrès européen de Luxembourg.

Ce rendez-vous annuel désormais incontournable,

qui a fait salle comble lors de

sa précédente édition, prend une nouvelle

ampleur en 2019 avec un programme de

conférences enrichi et une zone d’exposition

doublée. Au vu des évolutions certaines en

termes de digitalisation dans le secteur de la

construction, le CRTI-B – désigné centre

de compétence pour répondre aux enjeux

du numérique en matière de «Building

Information Modelling» ou BIM – propose

chaque année avec ses partenaires l’Ordre

des Architectes et des Ingénieurs-Conseils

(OAI), Neobuild, et le Luxembourg

Institute of Science and Technology

(LIST), un état des lieux de ce nouveau

processus de travail. Pour cette édition,

BIMLUX 2019 propose un programme

encore plus complet avec une conférence

principale en matinée et huit conférences

thématiques l’après-midi, regroupant

plus de 30 orateurs, experts nationaux

et internationaux en matière de BIM.

La conférence plénière sera introduite

par Marc Hansen, ministre délégué

à la Digitalisation et s’achèvera avec

l’intervention de Christoph Krause,

keynote speaker de cette édition et

responsable du Kompetenzzentrum

DigitalesHandwerk Koblenz, intitulée “Let

me broaden your digital horizon” et portant

sur les opportunités de progrès qu’offre la

transformation digitale. Dès la pause de

midi et tout au long de l’après-midi, les

visiteurs pourront profiter des expositions

mais aussi de huit conférences thématiques

avec deux sessions pour chacune d’elle.

Un large choix de thèmes allant de la

transition vers le BIM au BIM éclairé par

la recherche, en passant par l’impact du

BIM sur les soumissions et appels d’offre,

l’optimisation de la collaboration autour

de la maquette numérique, le BIM dans

la construction d’infrastructures, Le BIM

et la smart city ou encore l’optimisation

de l’exploitation et de la maintenance des

bâtiments avec le BIM seront autant de

facettes abordées lors de ces conférences.

Car si le secteur de la construction dans le

monde entier accuse un certain retard en

matière de digitalisation, son potentiel de

développement est en nette progression,

notamment grâce au BIM. BIMLUX est

l’occasion unique au Luxembourg de faire

le point des nouvelles approches induites

par le BIM par le biais d’exemples concrets,

de retours d’expérience et d’analyses

récentes. Inscriptions en ligne: bimlux.lu n

Source: BIMLUX

BIMLUX 2019

19 novembre de 9h30 à 17h30

Accueil & badges 8h30

European Convention Center

4, place de l’Europe Kirchberg

Inscriptions en ligne: bimlux.lu


COMPAGNIE

LUXEMBOURGEOISE

D’ENTREPRISES

Créée en 1970 au Luxembourg, CLE est un des acteurs majeurs du

domaine de la construction.

Recouvrant le marché privé et public, CLE est une entreprise générale

de construction qui réalise des bâtiments administratifs, résidentiels

ou industriels, allant jusqu’à la construction d’ouvrages d’art ou

de génie civil.

POURQUOI NOUS CHOISIR ?

AVANT TOUT, DES HOMMES ET DES FEMMES PASSIONNÉS !

Nouveau siège ING quartier de la Gare

DES VALEURS FORTES

Une stratégie claire : créer de la valeur pour le client dans chaque

segment.

Un savoir-faire et une capacité d’exécution à la pointe.

Une culture d’entreprise axée sur l’implication et l’épanouissement

du talent de chacun.

Une capacité d’adaptation aux changements multiples.

Dynamique de développement.

Lycée Français «Vauban» au Ban de Gasperich

Extension BGL BNP au Kirchberg

NOS DOMAINES D'APPLICATION

∆ Immeubles de bureaux

∆ Immeubles résidentiels

∆ Complexes industriels

∆ Centres commerciaux

∆ Centres sportifs

∆ Écoles et crèches

∆ Centres culturels et musées

∆ Parkings

∆ Génie civil

∆ Bouwteam

LËTZEBUERG BAUEN

COMPAGNIE LUXEMBOURGEOISE

D'ENTREPRISES S.A.

Westside Village - Bâtiment B

89, rue Pafebruch I L-8308 Capellen

T. +352.44.65.49.1 I F. +352.45.44.18

E. info@cle.lu I www.cle.lu

Nous formons le personnel et construisons des équipes adéquates pour réaliser cette ambition.


76 LG

NOVEMBRE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

DU SAMEDI 12 AU DIMANCHE 20 OCTOBRE 2019

HOME EXPO 2019, record battu!

Plus de 36.000 visiteurs ont franchi les portes de HOME EXPO cette année

(rassemblement de HOME & LIVING EXPO et de la Semaine Nationale du

Logement). L’édition 2019 rentre dans l’histoire du salon comme celle qui aura

réuni le plus de visiteurs. Et ce, à la grande satisfaction des organisateurs et des

partenaires de Luxexpo The Box, le ministère du Logement, la FEDAM et les

artisans. «Exposants, partenaires et organisateurs ont travaillé main dans la main

pour faire venir les clients» nous explique Morgan Gromy, CEO de Luxexpo The

Box. De nombreux produits ont été officiellement lancés durant les neuf jours, ainsi

que des projets immobiliers, des offres spéciales et remises ont été accordées, les

campagnes de communication ont été alignées. À noter que HOME EXPO 2020

aura lieu du 10 au 18 octobre 2020 et les premiers espaces et stands sont d’ores et

déjà en cours de commercialisation.

Photographe: © Marie De Decker


LG

NOVEMBRE 2019

77

1 2

©SIP / Jean-Christophe Verhaegen

3 4

1. S.A.R. le Prince Guillaume, Grand-Duc Héritier de Luxembourg et S.A.R. la Princesse Stéphanie, Grande-Duchesse Héritière de Luxembourg

2. Raymond Schadeck, président du conseil d’administration de Luxexpo The Box

3. Henri Kox, ministre du Logement, délégué à la Défense et à la Sécurité intérieure

4. Lex Delles, ministre des Classes moyennes et du Tourisme et Taina Bofferding, ministre de l’Intérieur et de l’Egalité entre les femmes et les hommes


78 LG

NOVEMBRE 2019

BRÈVES COMMUNALES – EST

PAR PIERRE BIRCK

MONDORF-LES-BAINS

Chaque citoyen et chaque club sportif

de la commune ayant réalisé un exploit

sportif ont été invités à s’inscrire à la

manifestation des sportifs méritants

l’été dernier. Organisé par la commune

et la commission de la jeunesse et

du sport, cet événement a eu lieu

ce vendredi 8 novembre au centre

culturel de Mondorf-les-Bains.

Source: mondorf-les-bains.lu

WALDBREDIMUS

Une nouvelle rubrique est aujourd’hui

disponible sur le site internet de

la commune, sous «la commune»,

puis «l’administration» avec l’onglet

«Jugendpompjeeën». Celle-ci est dédiée

au centre incendie de Moutfort.

L’objectif est d’impliquer les jeunes

entre 6 et 16 ans et de leur apprendre

la cohésion de groupe, le respect et

le travail d’équipe, en plus de toucher

de plus près au métier de pompier.

Les curieux peuvent d’ores et déjà

contacter la structure par email à

jungendpompjeeen.moutfort@

gmail.lu afin de connaître les dates

des prochains exercices.


Source: waldbredimus.lu

REMICH

Les 26 et 27 octobre derniers, Remich

a effectué un bond dans le passé,

avec l’organisation du premier marché

médiéval de la ville, en collaboration avec

«Lorraine Médiévale». Un spectacle de

feu, des artistes de scène ou encore des

saltimbanques ont animé le week-end.

Des commerçants et artisans, tels que

forgerons, potiers d’étain, sculpteurs

ou encore barbiers, étaient également

présents pour faire découvrir certains

métiers du Moyen Âge.


Source: visitremich.lu

ECHTERNACH

Le 21 novembre prochain, l’orchestre

symphonique Capitol et la soprano

Sara Bennett présenteront l’«Hymne

à l’Amour», un concert du classique

au pop en cinq octaves. Les succès

mondiaux d’Andrew Lloyd Webber,

Whitney Houston ou encore Edith Piaf

seront au programme. L’événement se

déroulera au Trifolion.

Source: eventsinluxembourg.lu

MERTERT

L’Automobile Club du Luxembourg a lancé la campagne de

l’éclairage et des pneus jeudi 24 octobre au parking CIMW

Mertert. Tous les ans, l’ACL propose une vérification gratuite

des pneus et des feux de voitures pour plus de sécurité sur la

route.


Source: mertert.lu

DALHEIM

L’administration communale a informé ses habitants sur la tenue

de deux dates de chasses en battue, le 5 novembre et le 12

décembre prochain, sur les lots 447 et 448. Conformément au

règlement grand-ducal, elle rappelle que «l’accès à la forêt se

fait aux risques et périls propres du public» et qu’il est «interdit

de perturber de manière délibérée le bon déroulement de la

chasse en battue de quelque manière que ce soit».


Source: dalheim.lu

REMICH

Le marché de Noël de Remich démarrera samedi 30 novembre

prochain et se tiendra pendant les quatre week-ends avant

Noël à la place Dr. F. Kons. Deux concerts sont d’ores et déjà

prévus pour le premier week-end, en plus d’un atelier bricolage

pour enfants.


Source: bierger.remich.lu

BERDORF

Le projet éolien régional «Wandpark

Mëllerdall» concerne l’installation

de cinq éoliennes sur le territoire

des communes de Beaufort, Bech,

Berdorf, Consdorf et Waldbillig. Le

mercredi 23 octobre, une réunion

s’est déroulée à ce propos au centre

culturel «A Schmadds» à Berdorf. Le

but était notamment de présenter ce

projet qui s’inscrit dans le cadre de

la stratégie nationale sur les énergies

renouvelables.


Source: berdorf.lu

BOUS

Le centre culturel de Bous a accueilli,

le dimanche 3 novembre dernier,

une bourse des collectionneurs. Les

exposants ont proposé divers objets

tels que des babioles, des cartes

postales, des timbres, des pièces

de monnaies, des porcelaines, des

jouets ou encore des livres et bandes

dessinées.


Source: bous.lu

JUNGLINSTER

Organisée par l’association locale

Equiclic, l’exposition «Eco-Logis»

s’est déroulée le 7 novembre dernier

au centre culturel Am Duerf de la

commune. Celle-ci avait pour but de

sensibiliser le public sur l’impact du

logement dans son environnement,

de questionner les préjugés liés à la

construction durable et écologique,

et de valoriser d’autres alternatives et

techniques de construction.


Source: junglinster.lu

GREVENMACHER

Le Big Band de la Musique Militaire

Grand-Ducale a organisé un concert

de bienfaisance au centre culturel et

sportif de Grevenmacher ce vendredi

15 novembre. L’entrée était de dix

euros et la recette de ce concert a été

récoltée pour financer les activités et

les services de la Fondation Autisme

Luxembourg.


Source: grevenmacher.lu

SCHENGEN

Des travaux de débroussaillage, de

taille de saules têtard et d’enlèvement

de déchets ont été réalisés par

des bénévoles au «Lamert», près

d’Elvange, section de la commune

de Schengen, le 9 novembre dernier.

L’initiative a été organisée par

l’association natur&emwelt.

Source: eventsinluxembourg.lu


LG

NOVEMBRE 2019

79

À Schengen,

un impératif de qualité

PAR ADELINE JACOB

Commune mosellane, Schengen est connue aussi bien pour

ses domaines viticoles que pour son statut d’Européenne,

deux particularités qui font tout son attrait. Michel Gloden,

bourgmestre, Alex Borri, chef du service technique, et Guy

Legill, secrétaire, nous présentent les projets et défis de cette

commune unissant pas moins de neuf localités et symbole

d’une Europe sans frontières.

Michel Gloden

Une politique qui devra s’accompagner

d’une adaptation concomitante des

infrastructures scolaires. Les sites actuels

atteignant bientôt le maximum de leurs

capacités, deux alternatives sont pour

l’instant à l’étude: leur extension ou le

lancement d’une nouvelle construction.

En ce qui concerne ses futurs ouvrages,

justement, la commune planche déjà sur

leur durabilité et performance énergétique.

«Tous les bâtiments neufs seront équipés de

modules de gestion à distance de manière

à ce que nous puissions contrôler l’énergie

consommée dans chacun de ceux-ci, que

ce soit pour le chauffage ou l’électricité. Il

s’agit de faire un geste à la fois écologique

et économique. Ces modules ont été prévus

au budget 2020», annonce Alex Borri.

Autre geste pour l’environnement qui

rejoindra cette mesure prévue pour l’an

prochain: l’installation de deux nouvelles

bornes Chargy – l’une à Bech-Kleinmacher

et l’autre Remerschen – qui porteront à

quatre le nombre de ces installations dans

la commune.

Loger plus en maintenant la qualité de vie

En réponse à la crise du logement qui

frappe le pays, la commune de Schengen

s’est engagée à acheter de nombreuses

parcelles non constructibles en vue de les

réintroduire sur le marché en tant que

terrains à bâtir. «L’objectif n’est pas de

réaliser une plus-value sur la vente mais

de proposer des terrains à prix réduits.

La commune les revendra en effet au prix

d’achat augmenté uniquement des frais

d’aménagement et des coûts du PAP. Un

terrain d’un are acheté 18.000 euros sera

revendu approximativement 40.000 euros

compte tenu des divers aménagements

qui seront réalisés. Un montant environ

50% moins élevé que la moyenne actuelle.

Il s’agit de notre projet phare», indique

Michel Gloden.

D’autres projets devraient être lancés en

2021, après approbation du nouveau PAG

par le ministère de l’Intérieur. «Le feu vert

du gouvernement nous permettra de débuter

les études concernant les PAP des nouveaux

quartiers. Nous misons sur une croissance

contrôlée pour conserver la structure

villageoise et l’environnement rural qui

caractérisent la commune. Nous voulons

éviter les grosses résidences qui réduiraient

de manière considérable la qualité de vie

dans nos villages. Il nous faut trouver une

symbiose entre la densité et la praticabilité

des implantations et de l’urbanisme pour

maintenir une bonne qualité de vie. Pour

ce faire, nous devons éviter de créer une

demande disproportionnée par rapport

à l’offre qui sera disponible. À nous donc

de ne pas surévaluer l’ampleur du projet»,

expliquent le bourgmestre et son équipe.

Porter haut les couleurs du drapeau

luxembourgeois

La commune a cela de particulier qu’elle

porte un nom connu aux quatre coins du

monde. Ainsi, le petit village de Schengen,

avec ses 600 âmes, accueille chaque année

quelques 100.000 visiteurs, célébrités

ou anonymes venus découvrir une page

du récit européen. «Nous avons reçu de

nombreuses personnalités cette année

encore: des monarques, des chefs d’Etats,

des ministres, etc. Cela engendre un

important travail de représentation pour

la commune. Nous faisons en quelque

sorte du «nation branding» (promotion

de l’image de marque nationale) pour

l’Etat. Le nombre de visiteurs que nous

accueillons croît d’environ 5% chaque

année. Cette progression est, selon moi,

le signe de la professionnalisation de la

promotion touristique. Les membres de

Schengen ASBL font à ce titre un travail

exemplaire», conclut le bourgmestre. n


80 LG

NOVEMBRE 2019

PORTRAIT

S’armer du courage d’oser

PAR MARTINA CAPPUCCIO

C’est alors que le soleil déclinant teintait de sa lumière automnale les voûtes du cloître de

l’Abbaye de Neumünster, qu’Ainhoa Achutegui, sa directrice, a accepté de nous livrer son

histoire. Assise au pied d’une exposition de l’artiste luxembourgeoise Désirée Wickler, elle

nous parle de son parcours marqué par la force d’une conviction féministe, une passion

dévorante pour la création artistique, la dureté d’un travail acharné et ce sourire éclatant qui

semble l’avoir toujours animée.

Naissance d’un amour pour l’art

Ainhoa Achutegui nait à Caracas, au

Venezuela. Alors qu’elle est âgée de cinq

ans, son père, diplomate, s’installe dans

la capitale autrichienne pour des raisons

professionnelles et emmène sa famille

avec lui. Malgré la distance, la petite

Ainhoa garde des liens très forts avec son

pays natal où elle passe ses jeunes étés. A

Vienne, le foyer familial ne manque jamais

d’animation et devient un lieu de rencontres

et d’échanges avec les communautés latinoaméricaines

et caraïbéennes.

C’est dans l’émerveillement de l’enfance

que nait sa sensibilité artistique. Tous

les dimanches, sa mère les emmenait

religieusement, ses frères et elle, au

musée d’art moderne de Vienne. C’est

également de ses parents, qu’elle décrit

comme cinéphiles fanatiques, qu’elle hérite

d’une passion pour les arts visuels. Leurs

montagnes de cassettes-vidéos étaient

chacune l’occasion nouvelle d’un moment

de partage et de découvertes que l’enfant

dévorait avec avidité.

L’illusion cinématographique

L’élève studieuse et appliquée qu’elle était

grandit. Elle se mue progressivement en

une adolescente ne laissant passer aucune

occasion offerte par un exposé ou une

dissertation de faire éclore les débuts

d’une conviction qu’elle appelait déjà, sans

doute prématurément, féministe. Poussée

à prendre son envol vers la France et ses

universités par ses professeurs du Lycée

français, l’étudiante ne s’en sent pas encore

la maturité et opte pour un cursus en

philosophie et sciences du théâtre à Vienne.

Ce premier parcours académique est

évidemment tourné vers le théâtre, mais

la matière dont elle tirera l’enseignement

le plus utile pour sa vie personnelle est

la philosophie. Qu’est-ce qu’un genre?

Que signifie être femme? «Simone de

Beauvoir disait très justement «on ne nait

pas femme, on le devient». Cette citation

a pris pour moi tout son sens à la lecture

de l’approche théorique du féminisme de

Judith Butler. Tous nos comportements

sont déterminés par des schémas sociaux

liés à notre genre. Les Gender Studies

et mes lectures féministes m’ont montré

qu’il était possible de renverser ces codes,

de dépasser ce conditionnement et d’oser

davantage, en tant que femme», nous

explique-t-elle.

“Oser davantage,

en tant que femme”

Au terme de ce cursus, Ainhoa Achutegui

est persuadée qu’elle dédiera sa carrière

au cinéma d’auteur. Tout en enchainant

de petits boulots à différents niveaux

de production, elle entame un master

en gestion de projet dans l’objectif de

consolider les compétences nécessaires

à la vie professionnelle à laquelle elle

se destine. Mais le monde du cinéma

ne correspond ni à ses attentes, ni à

sa philosophie de travail. Trouvant

celui-ci trop proche de considérations

économiques et trop éloigné des arts, elle

se passionne davantage pour la danse et

le théâtre: «Le problème du cinéma est

que le résultat final doit être parfait. En

m’investissant dans des projets en danse et

en théâtre, j’ai découvert une ambiance de

travail qui laissait la place à la spontanéité,

à l’erreur et à l’humeur de l’artiste,

donnant lieu à des prestations uniques».

Sensible à la performance, au laid ou

encore à l’engagement, c’est à travers

les danses contemporaine, conceptuelle

ou engagée qu’elle retrouve l’expression

spontanée du vrai qui la touche tant. En

se lançant sur cette nouvelle voie, Ainhoa

Achutegui a également entamé un second

cursus en gestion de projets culturels.

Au carrefour des possibles

A tout juste 26 ans, trois propositions

professionnelles intéressantes s’offrent à

elle. Accumulant une certaine expérience

dans la production cinématographique, on

lui propose deux postes dans ce domaine.

Mais c’est la troisième offre qui retient

son attention. Assistante du directeur

artistique du Werkstätten und Kulturhaus

(WUK) à Vienne depuis quelques mois

à peine, ce dernier remet sa démission et

la recommande pour sa succession. Elle

accepte pour une simple raison: il s’agit du

défi qui lui serait le plus difficile à relever.

Sans dénigrer l’importance de l’expérience

dans un parcours professionnel, Ainhoa

Achutegui insiste également sur le

pouvoir du potentiel qui ne demande

qu’à se concrétiser en compétences

à un poste donné: «En tant que

femme, nous devons valoriser notre

potentiel! Ce poste m’a demandé un

énorme investissement, nous avions

103 artistes en résidence et une

programmation variée. Je n’ai jamais

autant travaillé dans ma carrière, mais

c’était aussi la plus belle expérience de

ma vie», se souvient-elle.


Ainhoa Achutegui


Défendre et s’engager

Ce poste qu’elle espérait tant finit même

par dépasser ses attentes. Passion et

enthousiasme transparaissent d’ailleurs avec

force lorsqu’elle évoque les missions qui lui

sont confiées: «J’aime particulièrement l’art

lorsqu’il est engagé, vecteur d’un message.

neimënster me permet de m’inscrire

dans cette lignée en programmant des

conférences, expositions ou encore

spectacles enrichissants, sur des sujets

sociétaux forts et variés. J’aimerais encore

faire évoluer neimënster en renforçant la

résidence d’artistes, pour qu’ils investissent

véritablement le lieu!».

“Laisser la place

à la spontanéité,

à l’erreur et

à l’humeur

de l’artiste,

donnant lieu

à des prestations

uniques”

L’art de diriger

C’est une histoire d’amour qui poussera la

jeune femme à s’établir au Luxembourg.

Postulant à distance auprès du Centre des

Arts Pluriels d’Ettelbruck (CAPE), elle est

directement engagée en tant que directrice

artistique. Elle doit alors s’acclimater à

une autre approche de la culture: le public

luxembourgeois, à mille lieues du viennois,

se sent concerné par la programmation du

CAPE et lui donne son avis au terme de

chaque spectacle. Elle qui avait jusqu’ici dû

se battre pour attirer les spectateurs devait à

présent entendre leurs critiques, élogieuses ou

mécontentes, dès la fin d’une représentation.

Mais la nouvelle directrice se prend au jeu; elle

se nourrit de leurs échanges et apprend même

le luxembourgeois pour renforcer ce lien.

Son équipe très soudée la porte et, petit à

petit, elle réussit la prouesse de donner au

CAPE une visibilité à l’échelle nationale

mais aussi internationale.

Au bout de huit ans pourtant, lorsque

le poste de directrice à l’Abbaye de

Neumünster se libère, elle ne peut

ignorer cette opportunité et décide de

postuler, malgré l’avis défavorable de

son entourage. «Tout le monde était

persuadé qu’ils n’embaucheraient qu’un

homme luxembourgeois d’un certain

âge. J’ai travaillé dur pour passer les tests

d’embauche car je savais que je possédais

de l’expérience nécessaire pour assumer

ce rôle. Je voulais prouver qu’une jeune

femme pouvait être sélectionnée pour la

phase finale, même si elle ne décrochait pas

le poste», dit-elle pleine d’entrain.

Connue pour son engagement féministe,

on lui propose en 2015 la présidence

du planning familial. «Le poste est

particulièrement exposé aux critiques

publiques, mais je crois en la cause et j’ai

accepté cette responsabilité sans hésiter»,

explique-t-elle. Depuis son arrivée, des

dossiers comme le remboursement de la

contraception, la suppression de la taxe

tampon ou encore la présence soudaine

d’un titulaire de classe lors des séances

d’information en école primaire sont

traités. Elle conclut sur une note d’espoir:

«Je suis pour l’égalité entre les femmes

et les hommes et les quotas sont un bon

moyen d’y parvenir. A compétences égales,

je pense qu’une femme assumerait aussi

bien ses responsabilités qu’un homme;

or, sans ces quotas, les hommes seraient

sans doute privilégiés, surtout pour les

postes à responsabilité. Je pense que les

femmes doivent arrêter de se sous-évaluer,

s’entraider davantage et surtout, oser…». n


Alle reden. Einer macht.

Der neue Actros.

Wir bringen die Zukunft auf die Straße - mit zahlreichen Innovationen,

wie MirrorCam, Active Drive Assist, Multimedia Cockpit und Predictive

Powertrain Control, die den Fernverkehr, so wie Sie ihn kennen,

revolutionieren.


DANS UN MONDE QUI CHANGE

COMMANDEZ EN LIGNE

L’ESPRIT LÉGER

PAIEMENT AVEC VOTRE MASTERCARD

Assurance perte, défaut ou casse

de l’article incluse. *

En agence, au 42 42-2000 et sur bgl.lu

La banque

d’un monde

qui change

* Offre soumise à conditions et sous réserve d’acceptation du dossier. Détails des prestations assurances disponibles en agence ou sur bgl.lu

BGL BNP PARIBAS S.A. (50, avenue J.F. Kennedy, L-2951 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg : B 6481) Communication Marketing novembre 2019

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!