26.11.2020 Views

Maintenance & Entreprise n° 621

Dossier : Maintenance ferroviaire

Dossier : Maintenance ferroviaire

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

621 - Janvier - Février - Mars 2011

25 euros

TECHNOLOGIE :

Les services à l’industrie

L’entretien des

compresseurs

page 33

www.maintenance-entreprise.com

ÉNERGIE :

Groupes

électrogènes

en support

page 38

FOCUS :

Les grands

arrêts

page 40

MANUTENTION :

Assurer

La sécurité

page 50

Dossier Maintenance ferroviaire

p.20

ME-621.indd 1 24/01/2011 12:06:21


SOMMAIRE

L’actualité

> ÉDITORIAL

Transports européens : la France au carrefour. 5

> ACTUALITÉS

• Berner SE affirme un statut européen...... 6

Maintenance conditionnelle.

Les formations Prüftechnik en 2011........ 8

• Carl Source prend le tramway de Rabat....12

• Salon Europropre - Multiservices Expo.....13

• Réaliser un audit efficacité énergétique....14

• Lyon reçoit l’industrie française ...........16

• Innovation et maîtrise des risques

au congrès Lambda Mu..................18

Maintenance Expo et Midest 40 e édition.. . 19

Références

> FERROVIAIRE

• Les enjeux du rail européen...............20

• Optimisation des flux dans les sites

de maintenance.........................22

• Pièces détachées.

Réduire les délais d’approvisionnement....24

• Connecteur unipolaire pour applications

ferroviaires..............................26

• Méthodes. Amélioration

de la performance industrielle............28

• Un exemple de virtualisation.............30

• Un atelier européen de maintenance......31

> COMPRESSEURS

• Innovation.

Compresseurs à pistons rotatifs...........32

• Expertise. Les bienfaits de l’entretien. . . . . . 33

• Le contrôle intelligent selon CompAir.....36

> ÉNERGIE

• Groupes électrogènes.

Un savoir-faire et une offre spécifiques ....38

> ARRÊTS DE MAINTENANCE

• La technologie au service de la sécurité....40

• Endel. L’excellence à pied d’œuvre.........43

> GMAO

• La GMAO sur téléphone portable.........44

• Des trophées pour les projets . . . . . . . . . . . . . . .

Lean 6 Sigma...........................45

> PRATIQUE

• Les loueurs à l’heure d’Internet...........46

• Déchets. Réduire les coûts de gestion . . . . . . . .

des déchets.............................48

> MANUTENTION

• Sécurité au travail. Systèmes de manutention

et rayonnages industriels.................50

> GESTION

• Retour d’expérience.

Inventaire et maintenance automatisée . . . .53

Magazine

DR

DR

> NOUVEAUX PRODUITS . . . . . . . .52

> L’Agenda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62

> BULLETIN D’ABONNEMENT . . .63

> BIBLIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64

> INDEX ENTREPRISES CITÉES

INDEX ANNONCEURS . . . . . . . . . .66

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

3


Edito

Les services à l’industrie

CONCEPTION ÉDITORIALE

& RÉALISATION

MRJ – 24, rue Firmin-Gillot

75015 Paris

Tél. 01 56 08 59 00

Fax 01 56 08 59 01

(La rédaction n’est pas responsable des documents qui

lui sont adressés, sauf demande express, ceux-ci ne

sont pas retournés)

RÉDACTION

01 56 08 59 00

RÉDACTEUR EN CHEF

Jean-François Romain

(jf.romain@mrj-corp.fr)

Ont participé à ce numéro

Stacy Blanquin, Daniel Joly,

Cinthia Lefort, François Ngyuen,

François Précope, Christian Savary

Maquette/secrétariat de rédaction

Philippe Guérin Communication

(06 74 29 31 70)

PUBLICITÉ

01 56 08 59 00

CHARGÉ DE CLIENTÈLE

Patrick Barlier

(p.barlier@mrj-corp.fr)

DIFFUSION ET ABONNEMENTS

Prix du numéro : 25 euros

Abonnements 4 numéros : 85 euros

Étranger : 100 euros

Règlement par chèque bancaire

à l’ordre de MRJ

COMITÉ D’ORIENTATION

l Pr A. Aoussat (ENSAM -CPI)

l Mme F. Asensio (AFSM)

l M. P. Cros (FIM),

l Me A.-J. Darmon (avocat au Barreau de Paris)

l Mme D. Eyraud (FIEEC),

l M. Fabiani (SNCT)

l M. Gabriel (ESSTIN-Univ. Nancy I)

l Guy Planchette (IMdR-SdF)

l Pr Tahiri (ENIM, Maroc)

l Pr Zwingelstein (Univ. Paris XII)

IMPRESSION

Jouve 2 - 33, rue Saint-Léonard BP3

53100 Mayenne

N° ISSN : 1154-6433

Dépôt légal : à parution

Membre du REPM-EMPN (Réseau Européen

de la Presse spécialisée en Maintenance – European

Professional Maintenance Press Network)

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

Jérémie Roboh

MAINTENANCE & ENTREPRISE est édité

par MRJ

24, rue Firmin-Gillot - 75015 Paris

Photos de couverture : Compair, Endel, Eneria,

GHH Valdunes, Stil

Dans ce numéro : un encart jeté Europropre

Maintenance & Entreprise est membre

du Syndicat de la presse professionnelle

Transports européens :

la France au carrefour

Dans le cadre de sa campagne dédiée à la

prévention des risques et aux bonnes pratiques

dans les activités de maintenance,

l’Agence européenne pour la sécurité et la

santé au travail (EU-OSHA dont le siège est à

Bilbao) vient de publier son nouveau rapport.

Intitulé « La maintenance sûre dans la pratique

», ce rapport donne des informations

sur « les initiatives prises avec succès sur le

lieu de travail » et montre comment « il est

possible de gérer les risques de sécurité et de santé en y associant la

maintenance ». Il est plus que temps de diffuser le plus largement possible

ces bonnes pratiques de gestion de la santé et de la sécurité au travail

(SST) qui sont au cœur même d’une maintenance sûre et fiable. Voici

les adresses où l’on peut télécharger gratuitement en un clic le rapport

complet (mais il est en anglais),

http://osha.europa.eu/en/publications/reports/safe-maintenance-

TEWE10003ENC, et, en français, un résumé des grandes lignes :

http://osha.europa.eu/fr/publications/factsheets.

Le dossier de ce numéro est dédié à la maintenance ferroviaire à l’occasion

du salon Sifer qui se tient à Lille prochainement. Sa position géographique

en Europe fait de la France une plaque tournante des déplacements

et des transports au sein de l’Union. Un avantage dont profite déjà

largement le secteur routier à travers les nombreuses implantations de

plates-formes logistiques sur notre territoire. Pourquoi le secteur ferroviaire,

qui se restructure actuellement sous l’impulsion de l’ouverture des

marchés, ne bénéficierait-il pas lui aussi de notre situation privilégiée de

carrefour européen ?

Il apparaît que depuis quelques mois le marché des industries mécaniques

retrouve des couleurs avec l’augmentation de la demande à l’export. Sur le

marché intérieur, le marché est porté par le redémarrage du cycle biennal

traditionnellement observé concernant les investissements de renouvellement.

Parmi les secteurs à suivre, la sous-traitance mécanique, le découpage-emboutissage

et le décolletage enregistrent des progressions sensibles.

Si les carnets de commandes se remplissent de plus en plus, la tendance

est à la hausse selon l’ensemble des indicateurs, notamment ceux

que suit et analyse le Symop. Côté débouchés, les secteurs aujourd’hui les

plus dynamiques sont, d’après la FIM (Fédération des industries mécaniques),

la manutention, le BTP et… les matériels de grande cuisine (!?).

Le gouvernement vient donc d’annoncer un plan pour la construction de

600 éoliennes au large des côtes françaises. Si la fabrication des différents

éléments pourrait bien échapper aux constructeurs français susceptibles

de répondre aux appels d’offres, on ose espérer que la maintenance

délicate et rémunératrice de ces équipements offshore ne sera

pas externalisée et se verra confiée à la main-d’œuvre nationale. Osons

un peu de nationalisme économique, n’en déplaise à Bruxelles.

Jean-François Romain

Rédacteur en chef

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

5


Actualités

BRÈVES

Formation

Le catalogue Formation

2011 d’Eureka Industries,

spécialiste des technologies

des pompes, est

désormais consultable

en ligne à partir du lien

http://fr.calameo. com/

read/00012574579f2a

2f754a8.

Il est enrichi d’une dizaine

de nouvelles formations

dont une consacrée au

développement durable en

milieu industriel.

Entreprise >

Berner SE affirme un statut

européen

Traitement

de l’air

La marque Euromate

disparaît

Depuis 18 ans, Air Liquide

Welding propose des

solutions de traitement

de l’air dans les domaines

des fumées de soudage

et coupage, matériels

présentés parfois sous la

marque Euromate.

Cette marque disparaît

désormais du catalogue

au profit du seul nom Air

Liquide Welding.

Marché :

Sabena Technics

au service de la

Marine

La Marine nationale a

confié la maintenance MCO

de sa flotte de 6 Falcon

10 à Sabena Technics

pour une durée de 12

ans. Le contrat passé

par la Simmad (structure

intégrée de maintien en

condition opérationnelle des

matériels aéronautiques de

la Défense) sera opéré à

Landivisiau pour l’entretien

courant et à Dinard pour

les interventions plus

importantes.

Depuis novembre 2010, la holding du groupe Berner dont le siège se situe à

Künzelsau a effectué sa transformation en une société anonyme européenne.

Berner SE (Societas Europaea) avait déjà franchi une étape intermédiaire au

début de l’année en passant du statut de SARL à SA. La société anonyme européenne

facilitera l’activité transfrontalière des entreprises allemandes présentes sur le marché

européen. Berner demeure une entreprise familiale. Une introduction en bourse n’est

aucunement envisagée et cette étape permet également de régler la succession d’entreprise

au sein de la famille. Jörn Werner (directeur général), Ulrich Lindner et Lothar

Aulich demeurent au directoire de Berner SE. n

Ennovia et Siveco signent

deux accords de partenariat

stratégiques

Société spécialisée en ingénierie de maintenance, Ennovia s’associe à l’éditeur

Siveco afin de proposer une offre commune englobant l’audit de maintenance,

l’établissement de plans de maintenance, la rédaction de gammes de maintenance

et le renseignement de la GMAO Coswin. Plus récemment, Ennovia et Siveco

ont collaboré sur le projet du CHI de Villeneuve-Saint-Georges. L’activité d’ingénierie

et les études de maintenance représentent 75 % de l’activité d’Ennovia. « Siveco propose

une solution logicielle souple et ouverte qui nous permet de transférer directement

le résultat de nos travaux d’ingénierie de maintenance dans Coswin », commentait Jean-

Yves Kbaier, gérant d’Ennovia.

Pionnier du marché de l’externalisation des systèmes de gestion avec plus de 10 années

d’expérience, Aspaway propose des infrastructures et des solutions applicatives

en ligne à la demande (ASP, SaaS, Cloud) notamment en s’appuyant sur les services

d’outsourcing d’IBM.

Sa collaboration avec Siveco vise à développer une offre complète incluant les services

d’hébergement, l’administration d’infrastructures ainsi que des solutions pour le

stockage, la sauvegarde, la disponibilité et la répartition de charge. Aspaway assure

l’hébergement des bases de données Carrefour pour les plus de 800 magasins utilisateurs

de la GMAO de Siveco. n

DR

6

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Actualités

L’éditeur Osys

intègre une solution

de maintenance

Concernant le partenariat Osys et SOA People

annoncé dans M&E 620 (p. 9), contrairement à

ce qui est rapporté, Osys est bien l’éditeur de

solutions MES tandis que SOA People est l’intégrateur

SAP… La solution MES proposée par Osys comprend 11

champs d’applications, tels que l’acquisition de données,

l’analyse des performances, le suivi des fabrications,

le contrôle de la qualité et la gestion des ressources.

Osys (filiale du groupe Bodet, spécialiste européen de

la gestion des temps de présence) vient également

de s’associer avec l’éditeur de solutions GMAO Dimo

Maint, les deux sociétés étant également partenaires

autour de l’offre Sage ERP X3. Osys vise à élargir sa

solution Quartis en offrant une solution complète incluant

la gestion de la maintenance. Les responsables

des partenariats, Sandrine Klimezak chez Dimo Maint

et Jacky Duluc, au sein d’Osys, ont annoncé travailler

actuellement sur le développement d’un connecteur

permettant la parfaite interopérabilité des solutions

des deux éditeurs. n

DR

Nomination >

Michel Laroche

reconduit au Cetim

Michel Laroche est réélu

au poste de président du

conseil d’administration

du Cetim (Centre technique des industries

mécaniques). Diplômé de l’École

centrale de Paris et de l’IEP de Paris,

M. Laroche a occupé des postes de direction

au sein du groupe PSA Peugeot-Citroën,

Peugeot, Citroën, Almec

Industrias Mecanicas (Brésil), Quillery,

Peugeot outillage électrique, Lurem. Il a ensuite été président

du directoire des pompes Salmson puis du groupe Wilo AG.

Il a présidé le comité des relations internationales de la Fédération

des industries mécaniques, Europump (Association

européenne des constructeurs de pompes), AFCP (Association

française des constructeurs de pompes, aujourd’hui Profluid).

M. Laroche devra notamment conduire la révision des objectifs

prioritaires du Cetim dans le cadre de la rédaction du contrat

de performances 2012-2015 passé avec l’État et la Fédération

des industries mécaniques. n

Station d’essai en eau de mer

naturelle

en températures élevées

Corrosion localisée

sur un cordon de soudure

sur un acier 304L

Réfrigérant

Bactérie Sulfato-Réductrice

(Desulfovibrio vulgaris)

vue au MEB

Expertises

Corrosion et Bio corrosion

Mise en évidence de corrosion microbienne

Des expertises basées sur:

Une inspection approfondie des installations,

de l’historique de l’exploitation et de la

maintenance des systèmes,

Des analyses métaux, biofilms, dépôts de

corrosion, eau et environnement industriel.

Un rapport de synthèse

avec des préconisations de solutions

Une équipe pluridisciplinaire :

Microbiologistes, corrosionnistes

et physico-chimistes

Pour un rendez-vous, une information, un devis :

02 33 01 83 40

corrodys@corrodys.com

145 Chemin de la Crespinière

BP 48 – 50130 Cherbourg-Octeville

France

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

7


Actualités

Ressources humaines >

Randstad rejoint le

Réseau maintenance

Afim

Le 2 e groupe mondial de services en ressources

humaines rejoint les partenaires du Réseau maintenance

Afim. Randstad propose des services en

termes de recrutement, travail temporaire, approche

directe, conseil, formation, reclassement… Ce partenariat

permettra de promouvoir l’emploi en maintenance

en relayant les demandes et les offres d’emploi par

secteur et région. Lors du dernier Forum national de la

maintenance organisé par l’Afim, Randstad a présenté

une conférence sur la sécurité des intérimaires en maintenance

et les résultats de l’enquête réalisée en 2009

auprès de 780 intérimaires ayant effectué une mission

chez six grands prestataires de maintenance. Randstad

et l’Afim mèneront en 2011 des études de terrain et

publieront régulièrement des indicateurs sur la santé et

la sécurité des intérimaires, population la plus exposée

pour les métiers de maintenance. n

Maintenance conditionnelle >

Les formations

Prüftechnik en 2011

Prüftechnik propose plusieurs thèmes de formation en

vibration et alignement laser en 2011.

Concernant l’analyse vibratoire : analyser des tendances

de valeur globales, détecter un problème d’alignement ou

d’équilibrage, équilibrer un ventilateur sur site, détecter un

défaut de roulement ou un problème d’engrenage, mettre

en évidence une fréquence de résonance et, naturellement,

comment utiliser un appareil Prüftechnik pour analyser des

vibrations.

En matière d’alignement laser : apprendre les méthodes classiques,

savoir utiliser un appareil laser Prüftechnik pour aligner

2 machines tournantes ou plus, mesurer des lignes de centres

sur diesel, compresseur, turbines, ligne de propulsion de bateaux,

mesurer une planéité, une rectitude avec un laser ou un

niveau électronique de haute précision, aligner des machines

particulières comme les génératrices dans l’éolien… Ces cours

sont fortement orientés « terrain » et visent à apporter des

compétences liées aux travaux de maintenance. n

(Rens. tél. 03 27 25 52 33, info@pruftechnik.fr )

8 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Manutention >

Still dans le

Grand Nord

Still reprend Manusom, société spécialisée

dans l’entretien et la réparation de chariots

élévateurs et appareils de magasinage,

située à Rivery près d’Amiens (80). Créée

en 1979 par deux techniciens, Jean-Marc Godet

et Jean Cavaré, l’entreprise compte 15 personnes

dont 12 techniciens dédiés à l’après-vente. Still

poursuit ainsi son développement et renforce sa

présence sur la Somme en étendant sa démarche

de proximité vis-à-vis de ses clients. Jacques

Arrighi, directeur SAV de Still explique que Still

Nord couvre les départements de l’Aisne (02), des

Ardennes (08), de la Marne (51), du Nord (59),

du Nord-Pas de Calais (62), de la Somme (80).

Still possède également une agence de location

à Reims (51). n

Conjoncture >

Indicateur Symop

DR

En 2010, les commandes ont dépassé 2009,

mais n’ont pas encore rattrapé les chiffres

de 2008 « Après la forte remontée en

juillet, la demande en biens d’équipements de

production oscille depuis plusieurs mois. Ainsi,

l’affaiblissement observé en novembre sur données

brutes (– 9 % par rapport au mois précédent)

vient entamer la hausse d’octobre (+11 %

par rapport à septembre). La tendance reste toujours

à une amélioration de la demande avec des

progressions mensuelles plus faibles. L’indicateur

reste peu ou prou au même niveau que les mois

précédents à 67 points. Sur l’ensemble de l’année

2010, les commandes auront progressé de

32 % par rapport à 2009, mais restent encore en

retrait de 25 % par rapport à 2008. » n

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

9


Aéronautique >

Magasin central

Air France Industries

à Orly

Le stockage et la préparation de pièces détachées

pour la maintenance des avions ont fait l’objet d’un

projet pilote en vue de mettre en place les moyens

de stockage pour l’ensemble des références des pièces

détachées nécessaires à la maintenance des avions et de

les regrouper dans un nouveau magasin central entièrement

automatisé, sur le site d’Orly. La surface réservée

au stockage est de 1 000 m² pour 47 000 références. Le

flux entrant et sortant est de 100 mouvements par heure

pour une capacité potentielle de 400/heure. La solution

retenue, proposée par l’espagnol Ulma Handling Systems

présente de nombreux avantages : un système de stockage

entièrement automatique doté de 4 postes de préparation,

une optimisation des surfaces de stockage grâce à

l’utilisation de la hauteur, un contrôle en ligne systématique

de chaque “kit” de préparation (en temps réel), et

une technologie avancée à base de transstockeurs de la

nouvelle génération avec double fourche “half reach” et

double profondeur de stockage. n

Événementiel >

Une nouvelle équipe

pour Industrie Lyon

Le prochain salon Industrie 2011 se tiendra à Lyon

Eurexpo du 5 au 8 avril avec des nouveautés au

service des exposants et des visiteurs (voir plus loin

dans ce numéro) orchestrées par une nouvelle équipe. Sébastien

Gillet a été nommé directeur du salon Industrie

en remplacement de Benoît Gauthier. Sébastien Gillet, 37

ans, a fait toute sa carrière dans l’organisation de salons. Il

a ainsi collaboré, depuis sa création, à la réussite du CFIA

(Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire)

dont il est le directeur depuis quatre ans. Avec cette nomination,

GL Events Exhibitions entend mettre en œuvre

les synergies entre ses manifestations dédiées au secteur

industriel : développer la qualité des services proposés aux

participants, enrichir le contenu des événements et accroître

les échanges commerciaux entre professionnels. Benoît

Gauthier continuera d’apporter son concours à l’organisation

d’Industrie Lyon en assurant le suivi des relations

institutionnelles et en contribuant au programme des animations

et des conférences du salon. À noter la tenue

conjointe d’Industrie Lyon avec le premier CEPI (Carrefour

des équipements pour les process industriels). n

10 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Actualités

Équipements de production >

Honeywell conclut l’absorption totale de Sperian

Après trois ans d’existence, la marque Sperian Protection

– créée en 2007 par le groupe Bacou-Dalloz

pour fédérer ses activités et acquérir une image

mondiale – s’efface à son tour et se fond au sein de l’entité

Honeywell Safety Products « pour former une entreprise

unique et globale d’équipements de protection individuelle

unique et internationale. Les activités seront regroupées sous

le nom de Honeywell Safety Products et continueront à faire

partie intégrante de Honeywell Automation & Control Solutions

Life Safety », précise-t-on autour de William Hayes, le

président de Honeywell Safety Products qui prend la tête

de l’ensemble des activités regroupées. n

Technologie >

CTDEC et Quasar Solutions ensemble

pour le pilotage machine

Dans le cadre du pôle de compétitivité

Arve Industries et en

collaboration avec l’Université

de Savoie, le CTDEC a donné naissance

à une technologie de pilotage des outils

machines qui peut être mise en œuvre

au travers de Copilot PRO. Ce superviseur

permet d’effectuer le pilotage de la

position des outils suite à la mesure sur

pièces des cotes de fabrication. Le module

QS-SPC de la suite Quasar permet de

suivre le niveau de la qualité en cours de

fabrication par la gestion de gammes de

contrôle constituées de caractéristiques.

Quasar travaille avec le CTDEC afin de

créer des connecteurs entre les deux produits.

Quasar véhiculera les informations

mesurées dans Copilot Pro qui pourra calculer

les correcteurs et agir directement

sur le réglage de machine. L’utilisateur final,

régleur ou opérateur, bénéficiera alors

d’un outil très performant, à la fois de pilotage

et de suivi de sa production destiné

à l’industrie de la mécanique. n

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

11


GMAO

Carl Source

prend le tramway

de Rabat

La capitale du Maroc a choisi la GMAO Carl Source

Transport pour assurer l’exploitation du parc roulant

et des installations du métro.

Carl Software a annoncé avoir remporté le marché GMAO

du tramway de Rabat, la capitale du Maroc, une référence

qui vient compléter une liste de prestigieuse dans ce

domaine (métros de New York, Marseille, Turin, Séoul…

tramways de Grenoble, Madrid, Nantes, Ténérife…). Outil

de gestion central de l’exploitation, la GMAO Carl Source

Transport gérera le parc roulant et les installations

fixes au travers d’une configuration complète : gestion

des équipements, des stocks, des finances, des travaux

et des achats. Des interfaces sont également prévues

avec le système de comptabilité, d’électronique embarquée

et de SAE.

Le tramway entre en service début 2011. Dans la capitale

marocaine, cet ouvrage d’intérêt public est particulièrement

stratégique : premier tramway du royaume chérifien,

l’ouvrage transportera plus de 60 millions de voyageurs par

an et marquera un pas significatif dans la modernisation des

modes de transports publics du pays. Les deux premières

lignes du réseau qui s’étendent sur un itinéraire cumulé de

20 km desserviront les villes de Rabat et de Salé. À terme,

le réseau s’enrichira de deux autres lignes.

Une solution globale métier

Conçu en partenariat avec les opérateurs et les régies de

transport, Carl Source Transport se présente comme une

solution globale métier, dédiée à la gestion du matériel

roulant et des installations fixes. Carl Source Transport

intègre nativement les technologies Internet les plus récentes

(Web 2.0, Java, XML…). Carl Source peut notamment

être déployé dans des architectures Open Source

(navigateur, base de données, serveur d’application). «Là

où un progiciel GMAO se contente de gérer la maintenance,

Carl Source Transport a l’objectif de prendre en charge l’intégralité

des processus associés : patrimoniaux, financiers,

réglementaires, qualités, énergies, plans et géo-localisation

», précise l’éditeur.

À la différence d’autres logiciels de maintenance, Carl

Transport gère aussi bien les spécificités des matériels

roulants (bus, métros, tramways, trains…) que des installations

fixes (bâtiments, dépôts, rails, caténaires, abris

bus, stations d’alimentation, escalators, distributeurs de

billets, portillons d’accès, tunnels de lavage…). Carl Transport

est également adapté aux spécificités des remontées

mécaniques. n

12 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


communiqué

> Événement

Salon Europropre

- Multiservices

Expo

Evénement majeur dédié à l’hygiène et à la propreté

industrielle Europropre-Multiservices Expo propose

tous les deux ans une vision globale de tous les

produits, matériels, solutions et innovations.

L’industrie du nettoyage est en pleine mutation : nouvelles

contraintes réglementaires, préoccupations environnementales

grandissantes, durcissement des exigences

en matière de sécurité. Europropre - Multiservices 2011

est le seul salon en France entièrement dédié à tous les

acheteurs de ce marché. Europropre - Multiservices Expo

est la vitrine unique en France apportant une vision globale

de tous les produits, matériels, solutions et innovations

pour un regard novateur sur l’hygiène, la propreté

et le multiservice.

Pour un regard novateur

sur l’hygiène, la propreté et

le multiservices

Au programme cette année : RSE (responsabilité sociale

de l’entreprise), santé dans l’environnement de travail et

l’évolution des pratiques d’hygiène dans le monde seront

notamment les thèmes abordés lors des conférences. Lors

de tables rondes, les produits verts et les écolabels, l’automatisation

dans la propreté et les attentes des donneurs

d’ordre du secteur tertiaire seront les trois grands axes

de débat.

En outre, l’innovation sera au cœur du salon avec la remise

de Trophées de l’Innovation. Coorganisé par Tarsus et le

magazine Services sous l’égide de la FEP (Fédération des

entreprises de propreté), les Trophées de l’innovation récompenseront

les exposants les plus innovants dans quatre

catégories : machines, produits, services, petits matériels

et accessoires.

Les 5, 6 et 7 avril 2011, Europropre investit le pavillon 1 de

Paris Expo - Porte de Versailles où plus de 200 exposants

rencontreront 12 000 visiteurs en quête de solutions. Retrouvez

le programme complet de cet événement et demandez

votre Badge d’Accès gratuit sur le site Internet :

www.europropre.com.

Pour toute demande d’information :

info@europropre.com n

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

13


Actualités

DR

Robotique ABB >

Matériel d’occasion

en échange standard

L

a

SCOP (Société coopérative ouvrière de production) SNBR,

située à Sainte-Savine près de Troyes dans l’Aube, est spécialisée

dans la maçonnerie, la taille de pierre et la sculpture.

Son périmètre d’activités comprend aussi bien la restauration de

monuments anciens, la rénovation d’édifices, églises et façades,

que la sauvegarde du patrimoine architectural. L’entreprise mise

sur la complémentarité du savoir-faire traditionnel et de la maîtrise

des techniques modernes et a notamment développé une

technologie robotique pour façonner des éléments de grandes

dimensions dans leur matériau d’origine. Choisi pour sa robustesse

et sa précision, le robot IRB 6400 d’ABB commençait à pâtir

du travail éprouvant de la pierre et de son utilisation intensive.

Pour permettre à SNBR de remplacer son matériel sans prendre

de retard ni modifier son installation, ABB a proposé de remplacer

l’ancien robot par un modèle identique, simplifiant l’installation et

la programmation du nouvel outil. Grâce à l’atelier de rénovation

d’ABB, un IRB 6400 d’occasion sous garantie a ainsi pris la relève,

pour un moindre coût. n

Optimisation énergétique >

Réaliser un audit

efficacité énergétique

Bosch Rexroth met à disposition des entreprises une

équipe de spécialistes pour leurs projets d’optimisation

énergétique de leurs installations électriques,

pneumatiques, mécaniques et hydrauliques. L’objectif étant

de faire des préconisations techniques chiffrées pour déterminer

le retour sur investissement (y compris les coûts totaux

de possession, TCO ou Total Costs of Ownership). Nestlé

a été, en juin 2010, la première société à faire appel à cette

expertise et le comportement énergétique de toutes les installations

d’un site de production a été audité sous un angle

multi-technologique.

Cette prestation de services et logiciels proposée par Bosch

Rexroth offre des bénéfices immédiats et quantifiables : suppression

du gaspillage, réduction des coûts d’exploitation

et amélioration des impacts environnementaux (analyse du

cycle de vie), de la nocivité, (éco-conception, éco-recharge),

réduction du nombre de composants avec réduction à la

source des poids et volumes de toutes les pièces.

L’Audit Efficacité Énergétique prend en compte le respect des

normes et des certifications, la mise à disposition d’outils

de mesure et de guides de bonne pratique, les possibilités

d’information et de contrôle. Cette offre a été sélectionnée

pour le Pack Innovation 2010 sur le salon Emballage

Paris. n

GMAO >

Mister Maint

d’ITM chez Areva

Le site d’Areva à Jeumont s’est équipé récemment

de la toute nouvelle version de Mister

Maint. Areva avait une double problématique,

tout d’abord gérer l’ensemble des équipements de

production présent sur Jeumont, mais également assurer

la gestion patrimoniale du site. Areva souhaitait

également que le produit mis en place apporte

un haut degré de sécurité et de paramétrage. ITM a

accompagné l’ensemble du projet, depuis la récupération

de l’ensemble des données d’anciens produits

afin d’éviter un travail fastidieux de saisi, en passant

par le paramétrage et la personnalisation complète

de la GMAO, la mise en place d’une solution full

web pour la saisie des demandes d’intervention et,

bien sûr, la formation des utilisateurs. « Mister Maint

est aujourd’hui étendu progressivement chez Areva et

s’intègre parfaitement à l’ensemble sur système d’information

existant », se félicite Olivier Szobel, directeur

commercial ITM. L’éditeur a emménagé dans de

nouveaux locaux de 900 m 2 à Mouvaux (59) annonce

une nouvelle version de Mister Maint comportant de

nombreuses nouveautés prenant en compte l’évolution

des besoins des services maintenance en terme

de sécurité, d’accessibilité et de planification. n

14 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Événement

> Industrie Lyon 2011

Lyon reçoit l’industrie

française

C’est au cœur de la région Rhône-Alpes que l’industrie française s’est donné

rendez-vous en 2011. L’organisateur du salon Industrie a choisi la capitale

des Gaules pour présenter un événement renouvelé. Le choix devrait être

bon car, on le sait, les Lyonnais savent recevoir…

S

ébastien Gillet, directeur

des salons Industrie

et CEPI, croit discerner

l’amorce d’une nouvelle

dynamique à quelques semaines de

l’ouverture du salon Industrie Lyon

2011 (5, 6, 7 et 8 avril 2011) : « Cette

4 e édition lyonnaise s’annonce comme

un bon cru, en effet, à l’image du marché,

le salon Industrie Lyon poursuit sa

lancée positive, reflétant ainsi la réalité

du secteur. En tant qu’organisateur, il

était important que le renouveau du salon

Industrie se fasse au cœur de la région

Rhône -Alpes, symbole et berceau

de l’industrie française. »

L’évolution du salon devrait se décliner

autour du concept de proximité à

l’égard des exposants comme des visiteurs.

Une soirée Innovation sera placée

sous le signe de la convivialité et

du business. Le journal Industrie infos,

des navettes gratuites au départ des différentes

zones de production de la région

vers le site d’Eurexpo seront autant

d’efforts vers les visiteurs. Nouveauté

2011 : la création du CEPI, carrefour des

équipements pour les process industriels,

qui viendra s’associer à Industrie

Lyon (voir plus bas).

Créé en 2005, le salon réunit cette

année 800 exposants répartis en 10

secteurs complémentaires : Machine

Outil, Surfaces & Thermic, Form & Tôle

Assemblage – Montage, Soudage, Robotique,

Contrôl France, Informatique

Industrielle (logiciels CAO/FAO, GDT/

PLM, GMAO ou encore des logiciels de

suivi de production), Outillage, Soustraitance.

50 000 m² bruts d’exposition

et 20 000 visiteurs, issus de tous

les secteurs industriels y compris les

fonctions maintenance (12 % des visiteurs).

Animations,

proximité et

convivialité

Les grands sujets qui animent l’activité

industrielle comme l’innovation,

les gains de productivité, la sécurité et

la protection de l’environnement dans

les sites industriels ou encore la formation

et bien d’autres… feront l’objet

de démonstrations et/ou de débats

importants.

La force de l’ancrage d’Industrie Lyon

en région se traduit par une mobilisation

forte et sans précédent de tous

les acteurs importants : organisations

professionnelles et consulaires, collectivités

territoriales, pôles de compétitivité

et laboratoires de recherche.

Avec un programme également

conséquent sur le CEPI, chaque visiteur

pourra trouver des réponses concrètes

à ses questions.

Le principe de l’animation récurrente

Industrie 2020 est de valoriser les différents

potentiels de développement

dans le secteur de la production, du

contrôle et de l’automatisation ainsi

que leurs applications. En 2011, seront

mis en évidence l’environnement

dans la mécanique avec la présentation

d’une « usine propre » en maquette

animée, des démonstrateurs dans le

domaine de l’usinage et de la fusion

des poudres et des présentations dans

les domaines de la robotique et de la

mécatronique.

Trophées de

l’Innovation et

Trophées Mécasphère

Nouveau en 2011, le « Centre d’Expertise

Technique » permettra d’apporter

aux visiteurs un conseil technologique

avec le concours du Cetim et des partenaires

Intercut (Centre technique du

décolletage, Arts et Métiers, ENISE).

Concrètement, les visiteurs confrontés

à des interrogations techniques

(sur la conception de pièces mécaniques,

l’usinage, les outils, la robotique…)

pourront déposer leurs questions sur le

site Internet d’Industrie Lyon et venir

récupérer sur le salon, les réponses en

complément de leur visite sur les stands

des exposants.

Créé en 2008, le concept Mécasphère

évolue. Sur l’espace réservé se succéderont

les partenaires présentant des

services en matière de financement,

de protection des brevets, d’innovation,

d’assurance, de développement

à l’international, de la sécurité… selon

un calendrier de rencontres réparties

durant tout le salon. Par ailleurs, La

FIM (Fédération des industries mécaniques)

organisatrice de cet Espace,

proposera quatre grands débats (un

16 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Actualités

par jour) autour des thèmes suivants

de l’accompagnement à l’export, des

pôles de compétitivité, de la surveillance

des marchés et de la prévention des

risques et la prolongation des installations.

Créé sur Industrie Paris 2010, le Village

Nucléaire se renouvelle en 2011 à Lyon

avec le soutien du Pôle Nucléaire de

Bourgogne.

Les Lyon d’Or changent de nom et deviennent

les Trophées de l’Innovation.

Une soirée de remise des prix sera organisée

le 5 avril. Organisés par la FIM,

les Trophées Mécasphère viendront

récompenser deux entreprises mécaniciennes

qui se seront distinguées

dans le domaine de l’éco-conception

et l’export.

Initié sur la zone de sous-traitance d’Industrie

Lyon, le principe des business

dating sera étendu à d’autres secteurs

spécifiques des salons. Le principe est

de réserver un bureau à des visiteurs

prescripteurs pendant une demi-journée

pour leur permettre des contacts

rapides (10 minutes) avec les exposants

qui ont émis le souhait de les rencontrer.

Le CEPI un événement

inédit dédié au

process industriel

CEPI, carrefour des équipements pour

le process industriel, a été voulu et

conçu comme un rendez-vous de spécialistes,

attachant autant d’importance

à l’exposition des savoir-faire et

aux conférences. Ce nouvel événement

trouve en Rhône-Alpes, première région

industrielle de France, un environnement

privilégié pour le lancement de

sa première édition et ses ambitions

d’ouverture vers l’Europe du Sud et le

Maghreb.

Le CEPI bénéficie du soutien actif des

grandes instances de la profession :

FIM, SNCT (Syndicat national de la

chaudronnerie et tuyauterie et maintenance

industrielle), Profluid, GEP

(Groupement des entreprises parapétrolières

et paragazières), UIC, GIFIC

(Groupement interprofessionnel des

fournisseurs de l’industrie chimique),

SFGP (Société française de génie des

procédés).

En plus des conférences techniques,

plusieurs actions ont été pensées pour

favoriser les échanges entre clients et

fournisseurs des ateliers de démonstration

technique, des rendez-vous d’affaires

personnalisés et individuels, une

plate-forme Internet où trouver des

informations sur les marchés et… un

grand dîner de gala donneurs d’ordre/

équipementiers de près de 500 convives.

n

F. P.

Premier Partenaire de Service

Les échangeurs de chaleur à plaques représentent

des investissements majeurs. Vous avez

donc tout intérêt à préserver leurs performances

en confiant leur maintenance aux spécialistes

thermiques d’Alfa Laval.

Nos experts assurent la qualité, la productivité et

l’efficacité thermique de vos échangeurs dans un

centre de maintenance dédié au reconditionnement

des échangeurs à plaques.

Contactez l’équipe thermique de notre

département Service et Après-Vente pour le

reconditionnement de vos échangeurs à plaques

Alfa Laval sas

Parc Technologique de Lyon / Immeuble Séquoia 3

97 Allée Alexandre Borodine / 69792 Saint-Priest Cedex

Tél. : +33 4 69 16 77 52 / Fax : +33 4 69 16 77 90

E-mail : sav@alfalaval.com

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

17


Actualités

> Événement

Innovation et maîtrise des

risques

À La Rochelle, le 17 e congrès « Lambda Mu » a mis en exergue

la nécessité pour l’innovation de résoudre la contradiction entre prise de

risque et principe de précaution.

Pour sa 32 e année

d’existence,

le congrès biennal

Lambda Mu s’est déroulé

à La Rochelle (Charente-Maritime)

où s’est tenue la 17 e édition

sur la maîtrise des risques.

Devenu le plus grand rendez-vous

francophone de la maîtrise des

risques et de la sûreté de fonctionnement,

ce congrès biennal

organisé par l’Institut pour la maîtrise

des risques (IMdR) est dédié

à la recherche et au développement,

l’innovation, l’application

et l’étude prospective de la maîtrise

des risques. Il a rassemblé

480 ingénieurs, chercheurs, risk

managers, dirigeants de sociétés

de service et universitaires durant

les trois jours du congrès (du 5 au

7 octobre dernier) et près de 150

étudiants ingénieurs pendant une

journée de tutoriels.

« Innover c’est prendre des risques,

mais ne pas innover c’est

aussi prendre des risques », a déclaré

en ouverture Yves Ramette,

DGA de la RATP, et président

du congrès. Déclaration reprise

dans son bilan de clôture par Elie

Fadier, directeur de recherche à

l’INRS et président du comité de

programme, questionnant les

atouts et les difficultés de l’accompagnement

de l’innovation

par la maîtrise des risques.

Ainsi, le dilemme que peuvent

constituer l’innovation et la maîtrise

des risques peut trouver une

première réponse à travers les

bons compromis entre des systèmes

ultra-sûrs et des systèmes

ultra-performants. L’interdisciplinarité

peut être une assise louable

pour favoriser à la fois :

– la tolérance à la prise de risque,

qui reste indispensable à la

démarche d’innovation dans une

société qui a fait de l’obligation

de résultat la priorité de ses préoccupations

en matière de maîtrise

de risques ;

– la résolution des contradictions

liées au principe de précaution, ce

dernier inhibant en bonne partie

l’innovation. L’interdisciplinarité favorise

et accentue le dialogue et

les échanges entre les différents

métiers de la communauté industrielle

et académique de la maîtrise

des risques, rôle que tient l’IMdR

dans ses travaux de recherche et

d’animation.

De l’apport des

sciences humaines

et sociales

L’interdisciplinarité se manifeste

notamment dans l’apport

des sciences humaines et sociales,

un apport émergent dans la

maîtrise des risques et dans les

congrès Lambda Mu. Face à des

systèmes de plus en plus complexes,

il s’agit de mieux appréhender

les interactions entre les hommes,

la technique et l’environnement.

La participation soutenue aux sessions

consacrées à ces thèmes (un

tiers des congressistes) témoigne

de l’évolution en cours. De même,

les travaux consacrés aux risques

projets, environnementaux et des

entreprises ont sensiblement augmenté

au sein des 180 communications

de ce congrès.

Pour la troisième édition, deux prix

IMdR ont récompensé des travaux

de recherche menés en collaboration

avec l’industrie. Ils ont été

remis par Sébastien Giraud, directeur

adjoint du pôle de compétitivité

sur les risques, à Jeanne

Feillée (université Pierre et Marie

Curie/SNCF pour sa thèse sur la

dégradation du fil caténaire de

contact dans l’espace et le temps),

et à Rima Ghemraoui (ENS Cachan

– Paris IX/Cemagref) pour sa thèse

sur une méthode innovante intégrant

la santé-sécurité en conception.

n F. P.

l’IMdR en bref

Placé sous la présidence d’Yves Ramette, directeur

général adjoint de la RATP, le 17 e congrès

Lambda Mu avait pour partenaires Air Liquide,

CEA, CNES, EDF, PSA Peugeot Citroën, RATP,

Renault, Safran, SNCF. Le prochain congrès aura

lieu en octobre 2012. Créé le 1 er juillet 2002,

grâce à l’appui de 14 groupes industriels, l’Institut

pour la maîtrise des risques (IMdR) est une

association loi 1901 dont la vocation est d’aider

les acteurs socio-économiques à adopter une

démarche préventive face aux risques dans le

secteur industriel. L’IMdR, présidé par Jean-

Paul Langlois, est garant du contenu scientifique

du congrès.

18 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Actualités

> Événement

Maintenance Expo

et Midest 40 e édition

Les deux événements ont

reflété le contexte économique

actuel en affichant une

augmentation mesurée

mais encourageante de la

participation des industriels

exposants et des visiteurs

professionnels.

DR

Maintenance

Expo qui s’est

tenue en novembre

dernier

a accusé une certaine stabilité,

malgré la présence de nouveaux

exposants venus pour certains du

Canada et de Belgique, preuve du

potentiel du secteur en France. La

quarantième édition du Midest

qui se tenait conjointement a bien

reflété le contexte économique

en affichant une augmentation

mesurée mais encourageante

d’exposants et de visiteurs. Les

industriels ont été sensibles à la

présence de Christian Estrosi, alors

ministre chargé de l’Industrie, accompagné

de Jean-Claude Volot,

le médiateur des relations interentreprises

industrielles et de la

sous-traitance. Les résultats des

entrées montrent que 40 424 visiteurs

professionnels (de 74 pays)

sont venus à Villepinte, dont 6 000

spécifiquement ont profité de leur

déplacement pour découvrir l’offre

en maintenance.

Pour cette édition du 40e anniversaire,

une quinzaine de Trophées

spéciaux ont été décernés

aux entreprises présentes depuis

l’origine et restées fidèles au salon.

Lors d’une grande soirée, une

table ronde a réuni Yvon Jacob,

ambassadeur de l’industrie, Jean-

Claude Volot, le médiateur, Jérôme

Frantz, président de la Fédération

des industries mécaniques,

Bruno Estienne, Président

de la Fédération de la plasturgie,

Guy Métral, président de la CCI

de Haute-Savoie et Jean-Claude

Monier, président du Midest et du

CENAST (Centre national de la

sous-traitance). Outre les nombreuses

conférences, notons le

succès rencontré par la formule

des conférences flash du Cetim

de 20 minutes sur des sujets

technologiques.

Une douzaine d’entreprises se

sont vues attribuer les Trophées

du Midest. Parmi les lauréats, la

maintenance sera particulièrement

intéressée par Helicofice,

un drone dédié à l’inspection

industrielle non destructive, primé

dans la catégorie Innovation.

Créée en 1993, la société Cofice

est spécialisée avec 15 personnes

dans les démarches qualité,

et plus particulièrement

l’inspection, réception, expédi-

En 2010,

M. Estrosi,

alors ministre

de l’Industrie,

affirmait par

sa présence

la volonté du

gouvernement

à soutenir les

industriels

français

tion de produits, le contrôle non

destructif et l’audit qualité. Cette

entreprise du Nord est certifiée

ISO 9001 (version 2008), MASE

et Lloyd’s Register (inspections

navales). Son personnel contrôleur

est niveau II Cofrend, qualification

requise pour la pratique en

autonomie. Le drone Helicofice

embarque des équipements de

mesures non destructives (mesures

d’épaisseurs, sonde température

et gaz, contrôle visuel)

dédié à l’inspection d’infrastructures

industrielles hautes, dangereuses

ou difficiles d’accès.

Midest a été l’occasion de lancer

officiellement Emergence

Industrie, événement marocain

qui se déroulera du 17 au 20 mai

2011 au Parc des Expositions de

Casablanca (OFEC) et rassemblera

Sistep Midest, seul salon

professionnel marocain dédié à

la sous-traitance industrielle, et

Mima, salon international des

machines, équipements et services

pour l’industrie. En France,

rendez-vous du 15 au 18 novembre

2011 pour les prochaines

éditions de Midest et de Maintenance

Expo. n F. P.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

19


FERROVIAIRE

> Événement

Les enjeux du rail

européen

Du 5 au 7 avril prochain, 230

entreprises de l’industrie ferroviaire

de 13 pays européens sont attendues

à Lille Grand Palais à l’occasion de

la 7 e édition du SIFER, le seul salon

en France exclusivement dédié à

l’industrie ferroviaire. L’occasion pour

M&E de dédier un dossier à ce secteur

en plein développement.

DR

Les dernières avancées

technologiques seront

présentées au SIFER en

quatre pôles d’activités

déclinant matériel roulant, infrastructures,

technologies du transport

passager et aménagement

intérieur des véhicules. Constamment

en recherche de compétitivité

et de performances, l’industrie

ferroviaire doit aujourd’hui

faire face à l’européanisation du

réseau ferré et donc à une standardisation

des matériels. Encore

émergent, un secteur dédié au

matériel d’équipement et d’entretien

des véhicules ferroviaires

se dessine avec des entreprises

spécialisées dans la maintenance

des bogies et des essieux ou les

équipements d’accès aux trains.

Le premier enjeu de cette industrie

est aujourd’hui la fiabilité : de

la conception du matériel à sa

maintenance, l’objectif premier

des entreprises aujourd’hui est

d’optimiser la fiabilité de leurs

produits et services. Des innovations

technologiques aux instruments

de contrôle en passant par

la maintenance préventive, le but

est de réduire au maximum les

temps d’immobilisation dus à des

pannes et autres réparations.

Imaginer des

solutions standard

La multiplication des opérateurs

dans des réseaux ferrés nationaux

désormais ouverts suscite

également de nouveaux enjeux.

L’interopérabilité, c’est-à-dire la

possibilité de faire circuler des

trains sur des réseaux ferrés de

différents pays et ce, sans entrave,

est devenue stratégique

pour un marché devenu continental.

L’objectif des intervenants

de l’industrie ferroviaire est de

trouver des solutions techniques

et des règles de sécurité communes

à tous les réseaux européens.

Les matériels doivent se standardiser

et les fabricants comme les

prestataires de services de maintenance

et d’entretien doivent

s’adapter à cette nouvelle donne,

indispensable au développement

des chemins de fer en Europe.

Le premier

événement

en France

intégralement

dédié au secteur

ferroviaire

Enfin, grande préoccupation des

acteurs du ferroviaire, le passager

demeure au cœur de toutes les

innovations. Que cela soit dans

la fabrication même du matériel

roulant ou dans la finition intérieure

des rames, l’objectif est de

satisfaire à ses exigences. Limiter

le temps d’attente, éviter les

pannes, assurer un confort optimal

dans les rames, informer au

mieux les voyageurs dans les gares…

l’ensemble des intervenants

du secteur est concerné. n

F. P.

Visites techniques

L’organisateur du SI-

FER proposera des visites

techniques guidées

dans différents

sites ferroviaires de

la région lilloise et

notamment une visite

d’Eurotunnel. Christian

Maquaire, le directeur

industriel, présentera

le groupe et animera

la visite des ateliers

de maintenances ferroviaires

de la zone de

quais de chargements/

déchargements des navettes

Eurotunnel et du

sas du tunnel de service.

20 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


FERROVIAIRE

> Logistique

Optimisation des flux dans

les sites de maintenance

Spécialisée dans l’accompagnement à la conception et à l’exploitation

des systèmes complexes, LGM s’attache à adapter les bonnes pratiques

de l’organisation industrielle de la maintenance aux problématiques

de ses clients. L’optimisation – en cours – des flux logistiques dans les sites

de maintenance de la SNCF en est une illustration majeure.

Les quelque 50 sites

de maintenance de la

SNCF réalisent l’entretien

de l’ensemble de

son parc de matériel roulant. Entre

deux services commerciaux,

le matériel moteur et remorqué

fait l’objet de nombreux déplacements

intermédiaires : acheminement

sur un lieu de stationnement

et/ou de nettoyage intérieur/extérieur

des rames, vers

un chantier pour formation d’une

nouvelle rame (remise en composition)

ou pour réalisation d’opérations

logistiques (relevés d’enregistrements

de vitesse, complément

de liquide lave-glace, pleins

de sable…), acheminement vers

un atelier de maintenance puis

vers un chantier pour formation

d’une nouvelle rame…

DR

Une question de

méthode

Le problème : certains de ces

flux ne sont pas, ou pas toujours,

programmés ; ce qui génère

d’importantes contraintes

de circulation, une mauvaise

adéquation entre les ressources

et la charge et des temps d’attente

supplémentaires. Exemple

de flux concerné : le passage à

la station-service pour réalisation

d’un plein de combustible

Des contrats stratégiques

Dans le cadre de l’arrivée des nouveaux

matériels Régiolis et Régio 2N programmée

entre 2005 et 2010, la SNCF lance un

important plan d’investissement en installations

de maintenance à l’échelle nationale.

LGM accompagne alors la Direction

du Matériel et ses Technicentres, assurant

la coordination des différents acteurs. En

2007, lors du renouvellement national des

TER, 3 directions régionales souhaitent être

accompagnées dans l’organisation de la

maintenance liée à l’arrivée progressive

des nouvelles rames. LGM dote les trois

directions d’une « feuille de route » traçant

les besoins en installations de maintenance

jusqu’en 2020, en prenant en compte les

prévisions de commande ainsi que l’exploitation

des nouveaux matériels.

22 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


FERROVIAIRE

de traction pour les locomotives

diesel. « Nous cherchions un

prestataire pour insuffler de la

méthode dans les équipes mouvement

logistique et travailler sur

l’adéquation charges/ressources

de l’activité mouvement logistique

», explique Denis Archeny,

chef du pôle organisation à la division

produit train et logistique,

en charge du dossier à la SNCF.

Pour cela, il fallait un outil capable

de simuler différents scénarios

d’organisation, de comparer

les performances obtenues afin

de choisir la meilleure solution.

Baptisé SIFLE (SImulation de

Flux Logistiques en Etablissement),

l’outil a été développé

par LGM conjointement avec la

société 1Point2, son partenaire

informatique dans le cadre du

contrat « optimisation des équipes

mouvements sur les sites de

maintenance ».

Évaluation

des scénarios

d’organisation

DR

“SIFLE” un exemple d’optimisation

organisation industrielle de la maintenance

Certains grands systèmes

tels que les trains, les avions,

les bateaux… ont une

durée d’exploitation souvent

très longue. Leur coût

d’acquisition est loin d’être

déterminant tant les coûts

d’utilisation et notamment

de maintenance engagent

l’exploitant sur le long terme.

Or ces coûts, dits de

possession, sont impactés

par les choix de conception.

Plus on intègre les besoins

de la maintenance en

amont dans la conception

des systèmes et plus on va

maîtriser leurs conditions

de réalisation et donc, leur

disponibilité et leur coût

d’exploitation. On parle

alors de Soutien Logistique

Intégré (SLI) qui permettra

de mettre en place une organisation

industrielle de

la maintenance.

La suite logique est alors de

chercher à optimiser cette

« En partant de la modélisation

du site considéré, l’outil que nous

avons créé permet d’ajuster le dimensionnement

des effectifs, des

installations et des flux à une modification

des données entrantes

», explique Bénigne Bertillon,

chef du projet chez LGM. Un

exemple d’application à installer

: quelle organisation mettre

en place pour faire face à une

augmentation du parc de matériel

roulant sur un site (type de

donnée entrante) ? C’est alors la

capacité de SIFLE à simuler et à

évaluer les différents scénarios

d’organisation qui fait sa pertinence

opérationnelle. « Lorsque

tous les paramètres ont été

pris en compte, nous validons un

scénario ; c’est lui qui fixe alors

l’organisation mouvement/logistique

à mettre en place pour

répondre à la problématique initiale

», conclut Denis Archeny.

En 2004, LGM entrait à la SNCF

pour former des personnels (700

à ce jour) à son métier historique,

le Soutien Logistique Intégré

(SLI). Désormais, la SNCF

est devenue un client majeur de

LGM pour le secteur ferroviaire.

La société, située en région parisienne,

a su diversifier son offre

métier et évoluer sur des projets

d’envergure. Aujourd’hui, LGM est

très présente en gestion de projet,

organisation et optimisation

de la maintenance sur des périmètres

élargis. Ainsi le dernier

contrat SIFLE «optimisation des

équipes mouvements sur les sites

de maintenance » portait sur

18 établissements supplémentaires

répartis dans toute la France.

Au terme de cette collaboration

avec la SNCF, ce sont tous les sites

majeurs de maintenance de

l’exploitant, soient une cinquantaine

qui auront été traités. n

organisation industrielle en

tenant compte des spécificités

de chaque secteur. Cette

compétence fait appel à des

savoir-faire en dimensionnement

de ressources physiques,

en optimisation de

flux, en gestion de configuration,

en analyse du retour

d’expérience…

Le projet SIFLE est une des

résultantes de ce travail d’optimisation

dans un contexte

industriel complexe.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

23


FERROVIAIRE

> Pièces détachées

Réduire les délais

d’approvisionnement

Geoparts gère le stockage des

pièces détachées pour les ateliers

de réparations et de maintenance de

la SNCF dans le plus grand entrepôt

européen de ce type. Les enjeux :

optimiser les surfaces de stockage et

la gestion des pièces de façon à réduire

les délais d’approvisionnement malgré

l’augmentation des références.

DR

Prestataire logistique

de la SNCF depuis

juillet 2007,

Geodis Logistics, via

sa division Geoparts, a repris la

gestion des pièces détachées

de l’opérateur ferroviaire en région

parisienne. Un contrat qui

a été reconduit jusqu’en 2017.

Le site francilien Geoparts SNCF

de Moissy-Cramayel est l’unique

surface de stockage ferroviaire

en France et le plus grand entrepôt

de pièces industrielles en

Europe.

Slotting et

compactage

L’objectif de la SNCF était de

réduire les coûts de fonctionnement

liés à la gestion des pièces

détachées et d’en optimiser la

logistique. Geoparts a d’abord

entrepris de réorganiser l’entreposage

selon le principe de slotting,

autrement dit déterminer

comment placer chaque pièce au

meilleur endroit pour être le plus

productif possible. Le prestataire

s’est également attaché à améliorer

le compactage des produits

stockés. Ainsi, à mesure des prélèvements

et des réceptions de

produits, certains emplacements

se vident et d’autres sont créés. Il

s’agit de vérifier en temps réel la

surface disponible dans les premiers,

et de la comparer avec les

quantités reçues, de manière à

ouvrir un minimum de surfaces

nouvelles.

Réduire

l’immobilisation

des rames

La réduction des coûts s’est accompagnée

d’une efficacité accrue.

« Nous avons pu réduire

d’environ 40 % notre surface de

stockage. Soit 75 000 m 2 contre

plus de 120 000 m 2 , tandis que

nous sommes passés de moins

60 000 à 88 000 références, analyse

Christophe Bernard, directeur

des opérations chez Geoparts.

Dans le même temps, nous

avons divisé par 5 le délai d’approvisionnement

des établissements

Le site

Geoparts

de Moissy-

Cramayel

est l’unique

surface de

stockage

ferroviaire en

France et le

plus grand

entrepôt

de pièces

industrielles

en Europe

de réparations des trains, qui était

de 16 jours il y a encore deux ans.

En septembre 2010, 75 % des flux

ont été livrés à J+3, et 25 % à J+1.

Ces derniers concernent les sites

dédiés aux TGV. »

M. Bernard rappelle que la SNCF

occupe 87 sites de réparation éclatés

en… 407 ateliers, soit autant de

points de livraison en France. Pour

l’opérateur ferroviaire, et in fine,

les usagers, la progression logistique

est énorme. « Il y a deux ans,

la SNCF pâtissait de 25O rames de

TGV immobilisées pendant 8 à 10

semaines en moyenne. Aujourd’hui,

seules 40 rames sont bloquées à

peine 10 jours, se félicite Christophe

Bernard. En cas d’urgence,

nous sommes capables de livrer

une pièce sous six, voire quatre

heures seulement. Chez Geoparts,

nous mettons alors à disposition du

personnel dédié. Et dans les deux

heures, nous devons être capables

d’informer notre client de la disponibilité

d’un matériel. »

Le nerf de la guerre d’un entrepôt,

ce sont les chariots élévateurs et

de manutention. Chez Geoparts,

24 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


FERROVIAIRE

c’est Still qui couvre la majorité

des besoins, comme le signale

Christophe Bernard : « Nous utilisons

des chariots à mât rétractable

FM-X, des préparateurs de commandes

grande hauteur EK, des

chariots élévateurs électriques RX

20, un tracteur R06, ainsi que des

transpalettes électriques à conducteur

porté EGU-S et accompagnant

EXU. Et, enfin, des gerbeurs électriques

à conducteur accompagnant

EGV et assis SD. Du déchargement

des camions au stockage jusqu’au

picking à 10 mètres de hauteur,

nous exploitons une bonne part

de la gamme Still. »

La gestion des

chariots au cœur

du process

Le parc de chariots est donc essentiel

pour accompagner l’activité

de Geoparts. « L’analyse de

parc chariots est l’un des fers de

lance d’une optimisation logistique,

prévient M. Bernard. Il faut

que l’on fasse évoluer notre parc

pour répondre à l’augmentation

du cross-docking sur la plateforme.

Nous stockons de plus en

plus haut. J’attends aussi beaucoup

de l’outil informatique de

gestion de parc StillReport pour

DR

Christophe

Bernard,

directeur

des opérations,

Geoparts

m’aider à optimiser l’utilisation et

la maintenance de mes chariots. »

Disponible via Internet, cette solution

informatique pointue intègre

un planning de maintenance

permettant de voir l’état général

d’un parc, l’historique des réparations

et les prévisions. L’objectif

étant de réaliser de la maintenance

préventive afin d’éviter les

casses et de réduire les coûts.

Le prestataire logistique fait

d’ailleurs évoluer son offre de

services pour la SNCF : « Nous

venons de récupérer la logistique

des éléments de literie de notre

client. Nous commençons à optimiser

les aller-retour de linge

par RFID, pour éviter les pertes et

les vols. Depuis plus de 10 mois,

nous gérons également le service

bagages de la SNCF. Un usager

peut ainsi faire enlever son bagage

à domicile et le faire livrer

à l’arrivée. » n

C. L.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

25


FERROVIAIRE

> Alimentation électrique

Connecteur unipolaire

pour applications

ferroviaires

Pour satisfaire au besoin d’alimentation électrique important et dans

un environnement particulier comme les ateliers d’entretien et de

maintenance, la connexion unipolaire de puissance s’inscrit comme le moyen

le plus sûr et le plus rapide pour intervenir. Maréchal Electric fait alors la

preuve de son « savoir-ferroviaire ».

T

out matériel roulant

est par principe soumis

à des opérations

constantes et récurrentes

de maintenance et de vérification

en atelier. Ces interventions

impliquent des besoins importants

en énergie électrique : le

métro Siemens/CAF d’Alger (Algérie)

peut en fournir une parfaite

illustration. Maître d’œuvre sur

le métro d’Alger, Siemens a choisi

Marechal Electric pour fournir les

connecteurs spécifiques destinés à

l’alimentation électrique des rames

à l’intérieur de l’atelier de maintenance.

Voyons pourquoi…

Fournisseur

de solutions et

de puissance

Pour des raisons de sécurité du

personnel, les voies dans l’enceinte

du bâtiment ou au sein de l’atelier

sont dépourvues de troisième rail

ou de caténaire. Il est donc nécessaire

d’alimenter électriquement la

chaîne de traction du train par une

source de courant externe. Cela

permet de faire pénétrer les machines

à l’intérieur de l’atelier sur

l’une des voies disponibles comme

d’effectuer la manœuvre inverse

(sortie d’atelier).

Cette source d’énergie extérieure

est fournie par les armoires

TGBT du bâtiment, et amenée au

train au moyen d’un câble-guirlande

guidé par trolley suspendu

sur une infrastructure placée

au-dessus de chaque entre-voie.

L’extrémité du câble est équipée

d’une prise mobile unipolaire que

l’opérateur vient connecter sur

la prise d’atelier (PAT) du train,

en général placée latéralement

sur les longerons de caisse ou sur

un des bogies. Après verrouillage

électromécanique de la prise, le

courant transité permet l’avancement

du train jusqu’à ce qu’il soit

totalement engagé dans l’atelier,

le câble se rétractant progressivement

au cours de cette manœuvre

effectuée à faible vitesse.

Alliance

de la sécurité

et de la facilité

d’utilisation

La principale priorité sur cette

typologie d’installation reste

d’assurer la sécurité du personnel

(tension : 750 V d.c. courant

200 A). La solution Connecteur

Unipolaire SP de Maréchal Electric

réduit fortement les risques

grâce à son système électromécanique

de verrouillage et une

étanchéité automatique IP65/

IP66 à l’enclenchement (poussière

et jets d’eau).

La prise PAT (photo ci-dessus)

installée sur les rames CAF est

constituée d’un connecteur SP sur

boîtier mural fixé directement sur

le bogie, équipé d’un micro-switch

quatre contacts (1N0+1NF) détectant

la présence de la prise mobile

lorsqu’elle est connectée sur

le train. L’actionnement de ce micro-switch

envoie un signal sur témoin

lumineux en cabine conducteur

ainsi qu’au convertisseur qui

gère la chaîne de traction.

La prise mobile SP (photo ci-contre)

raccordée au câble-guirlande

est équipée de deux contacts

pilotes reliés électriquement au

DR

26 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Besoin d’une connexion

étanche et sûre ?

DR DR

Prise PAT avec prise

mobile connectée

contacteur du TGBT

commandés par la bague

de verrouillage des socles

SP. Ce dispositif constitue

une véritable parade

contre les accidents en

empêchant tout risque

de coupure en charge.

Facile à manipuler et non

orientée, la connexion du

SP est aisée lors de chaque

branchement. Cette

prise PAT alimente également

le train en statique

sur banc d’essai de

traction.

Alstom Transport, un

autre fabricant de systèmes

et d’équipements

ferroviaires, a également

validé et commandé la

solution de connexion

SP pour sa fonction

PAT sur le programme

du tramway d’Istanbul

en Turquie. Hormis une

variante au niveau de la

fixation, une quarantaine

de rames sont dotées

du connecteur unipolaire

de puissance SP avec

micro-switch similaire à

celui de Siemens/CAF.

« Maréchal Electric fournit

des solutions évolutives,

sûres et durables également

pour les opérations

de nettoyage et travaux

sur ou à proximité des

voies, en France comme à

l’international », précise

le fabricant. Le métro CAF

d’Alger représente ainsi

80 ensembles connecteurs,

micro- switch, et

une trentaine de prises

mobiles. Le tramway

d’Is tan bul a pour sa part

fait appel à 40 ensembles

connecteurs, microswitch

et prises mobiles.

n F. P.

Les prises PAT fournissent

l’énergie au plus près du

besoin dans tout l’atelier

La prise de courant étanche

et résistante à la corrosion














Retrouvez nos solutions sur www.marechal-electric.com

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

27


FERROVIAIRE

> Méthodes

Amélioration de la

performance industrielle

Au Technicentre alsacien

de la SNCF, un projet

d’amélioration de la

performance industrielle

appelé « Bischheim à

Grande Vitesse » a permis

de diviser par deux la durée

d’immobilisation d’une

rame TGV pour rénovation.

Un succès obtenu par

l’engagement des 1 000

collaborateurs du site.

S

itué dans la banlieue

de Strasbourg,

le Technicentre de

Bischheim est le

plus ancien centre de maintenance

TGV de la SNCF. Comptant

plus de 1 000 salariés, il a

pour mission d’assurer l’entretien

lourd des rames TGV Sud/

Est et Atlantique. Il assure aussi

la réparation de pièces complètes

comme les bogies (châssis situés

sous la voiture où sont fixés les

essieux) ou les portes automatiques.

En 2006, le Technicentre de

Bischheim se trouve en première

ligne pour le lancement du TGV

Est. Il a pour mission de réaliser

la transformation des rames aux

couleurs du nouveau design créé

par Christian Lacroix.

Afin de respecter les délais, la direction

du Technicentre décide

de lancer un programme d’amélioration

de sa performance industrielle,

inspiré de l’industrie

automobile et baptisé Bischheim

à Grande Vitesse (BGV). En 2007,

à mi-chemin de l’objectif de performance

fixé, elle a fait appel à

Marris Consulting pour accélérer

la démarche et assurer de manière

pérenne son déploiement

uniforme dans tous les ateliers

de l’usine.

La première

étape a

consisté à

reconstituer

dans le détail

le parcours

d’une rame

et du flux

logistique

des pièces

détachées

Un gain de plus

de 30 jours

sur le délai

d’immobilisation

En appliquant les principes de la

théorie des contraintes, Marris

Consulting a aidé la direction du

Technicentre à fixer un objectif

global commun, en cohérence

avec l’attente de son client : réduire

le temps d’immobilisation

des rames pour rénovation. La

première étape a consisté à reconstituer

dans le détail le parcours

d’une rame et du flux logistique

des pièces détachées

neuves ou réparées afin d’en

identifier les goulots d’étranglement.

Le site a alors mis en place des

cellules de management spécialisées

sur les méthodes et sur l’ordonnancement,

et les a dotées

de procédures, de modes de travail

et d’outils nouveaux. Ainsi,

le Technicentre a pu améliorer

considérablement l’organisation

et l’enchaînement des opérations,

ainsi que le passage de relais entre

les différents ateliers.

Impliqués dans la réalisation

du projet commun Bischheim à

Grande Vitesse, les chefs d’ateliers

ont pu coordonner leurs

efforts et ajuster le rythme de

travail. Par exemple, des pièces

démontées de la rame sont

aujourd’hui traitées au fil de

28 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


FERROVIAIRE

DR

DR

l’eau, et non plus en un lot unique

une fois l’opération de démontage

totalement achevée.

Ces ajustements ont permis de

passer de plus de 70 jours par

rame à 38 jours, alors même

que les travaux à effectuer sur

une rame augmentaient de

25 000 heures à 37 000 heures

pour les nouvelles rames TGV

Atlantique.

Une démarche

volontaire

et fédératrice

Pour Bruno Maggioli, directeur

industriel du Technicentre

de Bischheim et chef du projet

Bischheim à Grande Vitesse, la

réussite d’un tel projet s’appuie

sur une démarche volontaire de

tous, la capacité à mettre toutes

les énergies au service d’un

objectif global fédérateur, ainsi

qu’une bonne communication à

tous les niveaux. Durant toute

l’année 2008, les consultants de

Marris Consulting ont été présents

dans les ateliers aux côtés

des chefs d’équipes, pour les

aider à diffuser les messages et

à mobiliser leurs équipes.

En parallèle, une opération importante

de rénovation des locaux

industriels a été conduite,

afin de fournir aux salariés des

conditions de travail favorables

à l’obtention de la performance

recherchée. Enfin, les moyens dédiés

à une communication adaptée

avec tous les salariés ont permis

à chacun de s’approprier la

démarche et de s’engager dans

un processus d’amélioration de

la productivité devenue naturelle,

continue et durable.

À l’échelle nationale, le projet

Bischheim Grande Vitesse fait

aujourd’hui figure de bon exemple

à suivre. Deux ans après sa

mise en œuvre, les améliorations

de productivité sont toujours

au rendez-vous. La communication

continue de jouer

un rôle essentiel pour faire appel

à la bonne volonté de tous

et permettre à chacun de mesurer

le chemin qui a déjà été

parcouru, notamment grâce à

des albums photos qui présentent

l’avant et l’après de chaque

avancée.

Une démarche

pérenne et

reproductible

Pendant trois ans, le Technicentre

de Bischheim a bénéficié d’un

accompagnement régulier par les

consultants externes pour l’aider

à s’approprier pleinement la démarche

puis à l’étendre à d’autres

Les nouvelles

méthodes

ont permis

de passer de

70 jours par

rame à 38

jours, alors

même que

les travaux

à effectuer

sur une rame

augmentaient

de 25 000

heures à

37 000 heures

pour les

nouvelles

rames TGV

Atlantique

activités. La direction du Technicentre

a lancé une réflexion sur

l’adaptation du projet BGV aux

nouveaux défis qu’elle doit relever.

En effet, l’arrivée des rames

TGV à deux niveaux et le besoin

de son client SNCF de réduire

encore la durée d’indisponibilité

des rames conduiront à réaliser

les maintenances au fil de

l’eau quelque que soit le modèle

et non plus par séries du même

modèle. n

Le management

par les contraintes

Fondée par Philip Marris, spécialiste du management

par les contraintes (MPC), Marris Consulting

est une société de conseil en management

focalisée sur les activités industrielles et dotée

d’un savoir-faire spécifique au niveau de la production,

en faisant évoluer les compétences et

les comportements (à tous les niveaux hiérarchiques),

ainsi que les méthodes, process, organisation,

outils, etc., dans toutes les composantes

de la performance : manufacturing (performance

des machines, animation de la production…),

Supply Chain (gestion des flux et des stocks,

planification et prévisions…), R&D et industrialisation

des produits et des processus, efficacité

commerciale, achats et approvisionnements.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

29


FERROVIAIRE

> Poste de travail

Un exemple de

virtualisation

La direction informatique du Technicentre industriel SNCF de Nevers

a introduit la virtualisation des postes de travail pour en simplifier

l’administration et réduire les coûts.

« La virtualisation

du poste de travail permet

de réduire de moitié

le coût total de

possession »

Rattachés à la direction

nationale du

matériel, 25 000

agents assurent

l’entretien courant et la rénovation

de tous les trains de la

SNCF ou encore définissent les

spécificités des trains de demain.

Spécialisé dans l’entretien et la

rénovation du matériel TER (Train

Express Régional) et des essieux,

le Technicentre industriel de Nevers

regroupe près de 1 000 personnes

pour quelque 650 postes

utilisateurs fixes et portables et

cinq serveurs physiques dans lesquels

sont stockées de nombreuses

données critiques.

La direction informatique du Technicentre

a décidé de faire le pari de

la virtualisation du poste de travail

afin de simplifier ses processus

d’administration et, notamment,

de les centraliser en un point unique.

Les différents profils des utilisateurs

(intérimaires, prestataires

externes, stagiaires) répondaient

tout à fait à l’enjeu de la virtualisation

qui permet de créer des

masters « type » en fonction des

besoins. Après consultation, c’est

la solution de l’éditeur Neocoretech

qui a été retenue pour ses

fonctionnalités avancées, sa simplicité

d’utilisation et son positionnement

financier compétitif

au regard des traditionnelles solutions

du marché plus compliquées

à mettre en œuvre et ne permettant

pas de mesurer un retour sur

investissement à court terme. Un

premier déploiement sur 40 postes

de travail a d’ores et déjà été

réalisé.

Une même

ressource

centralisée

Avec la solution Desktop Virtualization

(« ndv ») de Neocoretech,

les déploiements peuvent

être gérés de manière centralisée

par les administrateurs, sans que

ceux-ci aient besoin de

compétences techniques

spécifiques. La solution

offre une facilité de mise

en œuvre et d’exploitation

sans précédent, une solution

« tout-en-un ». La

solution de virtualisation

mise en œuvre permet

ainsi de faire fonctionner

plusieurs PC virtuels

de manière indépendante

sur une même ressource

physique centralisée et sécurisée

en salle informatique. Le responsable

informatique peut créer des

fichiers « masters », les cloner et

les mettre à disposition en un clic

sur une infrastructure donnée.

Le déploiement de la solution a

également permis de bénéficier

d’une approche particulièrement

sécurisée au niveau du poste de

travail. La solution permet notamment

de mettre des postes à

disposition des utilisateurs à distance,

depuis un boîtier Wyse. À

chaque redémarrage, les machines

« non persistantes » retrouvent

leur configuration d’origine.

On repart avec un poste « flambant

neuf » tous les matins, quelles

que soient les modifications

apportées par les utilisateurs.

Cette approche va être utilisée

pour les salles de formation,

permettant ainsi de garantir un

poste « propre » après chaque

session de formation.

Réduire les coûts

de maintenance

« L’un des principaux intérêts de

la virtualisation est la réduction

des coûts de maintenance des

postes », relève Jérémy Verrier

du Technicentre Industriel de la

SNCF de Nevers, poursuivant : « La

virtualisation du poste de travail

présente un intérêt indéniable dans

la gestion d’une flotte de PC. Le

Technicentre de Nevers renouvelle

20 à 25 % de son parc informatique

tous les ans. L’approche “client léger”

au travers de la virtualisation

du poste de travail permet de réaliser

des économies significatives

avec un coût total de possession

(TCO) 50 % inférieur aux offres de

la concurrence. » n

C. L.

30 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


FERROVIAIRE

> Services ferroviaires

Un atelier européen

de maintenance

En implantant son atelier européen de maintenance dans le Nord de la

France, GHH-Valdunes se positionne comme le premier opérateur privé sur

le marché des essieux-montés dans l’Union.

L

es mesures imposées

par l’Union européenne

ont ouvert aux acteurs

privés un marché

de la maintenance qui était

jusqu’alors réservé aux opérateurs

publics, tels que la DB en

Allemagne, la SNCF en France,

Trenitalia en Italie. L’opportunité

est de taille puisqu’une étude récente

a estimé ce marché à environ

18 milliards d’euros. Bruxelles

souhaite ainsi redynamiser

le fret par l’arrivée de nouveaux

entrants, une démarche qui devrait

inciter tous les acteurs du

secteur à optimiser leur performance

(réduction des coûts et

des délais, meilleur service) en

préservant le très haut niveau

de sécurité qu’exige le transport

ferroviaire.

Dans le contexte de crise et un

marché ultraconcurrentiel du fret

ferroviaire dont la libéralisation a

été lancée au début des années

2000, GHH Valdunes a choisi de

conforter son leadership européen

en développant une offre

globale qui couvre la conception,

la fabrication de produits d’équipements

ferroviaires et, dorénavant,

la maintenance des essieux

montés de wagons dédiés au fret

ferroviaire.

De la fabrication à

la maintenance

Le premier constructeur européen

de roues, d’axes, d’essieux-montés

et de triangles

de frein à usage ferroviaire est

DR

né du rapprochement en 2008

du groupe franco-belge Valdunes

et de l’allemand GHH. Le

groupe emploie quelque 1 000

salariés répartis sur cinq sites :

Oberhausen (Allemagne), Valenciennes,

Liège, Dunkerque et

Fresnes-sur-Escaut. La nouvelle

activité de services s’appuie

sur un outil de pointe, un atelier

de maintenance unique en

son genre – l’European Wheelset

Centre – implanté sur le

site de Trith-Saint-Léger dans

le Nord-Pas de Calais. Accélérant

ainsi la croissance de ses

activités de services, le groupe

ambitionne, grâce à ce nouvel

atelier, de quintupler son chiffre

d’affaires dans les services d’ici

quatre ans, c’est-à-dire franchir

la barre des 10 millions d’euros

à l’horizon 2014.

Au sein de l’un des principaux

corridors de fret européen, la

nouvelle activité de services va

chercher à capter les besoins du

marché ferroviaire européen dans

un rayon de 800 km autour du

Valenciennois, soit une grande

L’atelier

peut prendre

en charge

100 types

d’essieux

différents,

avec une

capacité de

4000 essieux

montés

par an

partie du territoire français, le

Benelux, l’Allemagne, la Suisse,

et l’Italie septentrionale.

Délais ultracourts

et qualité

irréprochable

Inauguré officiellement en juin

2010 en présence de Michael

J. Walter, PDG du groupe, l’atelier

de maintenance aura nécessité

un investissement total de

deux millions d’euros. Il affiche

une capacité de maintenance de

4 000 essieux-montés par an qui

devrait être atteinte d’ici quatre

ans. Plus de 100 types d’essieuxmontés

différents sont pris en

charge par l’entreprise qui adapte

ses processus aux diverses exigences

de maintenance de ses

clients.

Alors que le délai moyen peut

atteindre quatre mois en période

de pointe dans les ateliers

actuels, GHH-Valdunes veut garantir

des délais ultracourts, pas

plus de quinze jours ouvrés pour

la maintenance, transport inclus.

Cette performance inédite à ce

jour s’explique par plusieurs facteurs

: le centre a été aménagé en

appliquant la logique lean-manufacturing,

l’atelier est piloté

par huit opérateurs polyvalents

et accrédités, enfin GHH-Valdunes

offre la capacité unique de

pouvoir produire à la demande

le type de roues nécessaires aux

essieux-montés dont la maintenance

lui est confiée. n

J. P.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

31


Compresseurs

> Innovation

Compresseurs à pistons

rotatifs

Protégé par sept brevets, le Delta Hybrid proposé par Aerzen est une

machine inédite sur le marché mondial qui réunit pour la première fois les

deux technologies : surpression et compression.

«

Entre la plage

de pression

de nos surpresseurs

GM de + 1 000 mb à – 500

mb, et celle de + 2 000 mb à

– 850 mb de nos compresseurs

VM/VML, il y avait une

place à prendre pour répondre

aux besoins économiques

de pressions intermédiaires

», analyse Brice Ladret,

président d’Aerzen France,

poursuivant : « Le Delta Hybrid

représente à ce jour la

meilleure combinaison possible

entre coûts d’investissement,

de fonctionnement et

étendue des possibilités. De

plus, sa conception a donné

lieu au dépôt de sept brevets,

ce qui signifie que nous disposons

d’une machine unique,

dotée des meilleurs atouts

dont les performances ont

été testées dans nos ateliers

pendant quatre ans sur différentes

applications. »

Parmi les avantages : une

plage de fonctionnement de

– 700 mb à + 1 500 mb, couvrant

une grande part des besoins

; des températures d’aspiration

jusqu’à + 60 °C ; un

rendement énergétique accru

jusqu’à 15 % par comparaison

avec le rendement d’un

surpresseur traditionnel ; au

choix deux modèles de rotor

à vis suivant l’application. Les

rotors, en acier forgé et usinés

dans la masse, assurent

un jeu constant, sans frottement

et, par conséquent, un

meilleur rendement énergétique.

Les niveaux sonores

vont de 70 et 81 dB(A),

selon la taille grâce à l’utilisation

d’un nouveau silencieux

breveté, sans matériau

absorbant, un cône d’aspiration

breveté qui réduit le

bruit d’aspiration de l’air et

les pertes de charge, un ca-

pot d’insonorisation optimisé.

L’encombrement et le poids ont

été réduits de 1,87 à 4,45 m 2 au

sol et de 590 à 2 015 kg selon le

modèle. Enfin, le Delta Hybrid

est équipé de roulements ayant

une durée de vie de fonctionnement

(à une pression différentielle

de 1 000 mb) supérieure

à 60 000 heures.

« Il faut savoir que sur une durée

de 10 ans d’exploitation, le coût

énergétique d’un compresseur

représente environ 90 % du coût

global, rappelle B. Ladret, les

autres 10 % comprenant pour

moitié son entretien et son acquisition.

» En outre, l’augmentation

de 5 % du débit volumétrique

a pour conséquence immédiate

une consommation

d’énergie de + 5 %. Il est donc

primordial d’accorder un soin

tout particulier au rendement

énergétique : la forme des brides

d’aspiration et de refoulement

a permis d’optimiser le flux de

gaz dans l’étage de compression

et de réduire le débit de

fuite interne. Par ailleurs, l’entraînement

poulies/courroies/

moteur offre un dimensionnement

précis de la machine par

rapport aux besoins de l’application,

évitant ainsi le gaspillage

de l’énergie. « Avec un

gain énergétique de 15 %, nous

sommes heureux du résultat obtenu…

» n

32 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Compresseurs

> Expertise

Les bienfaits de l’entretien

Les exploitants d’installations industrielles doivent adopter une approche

proactive et considérer le cycle de vie des compresseurs et leurs coûts

d’entretien. Christian Savary explique comment retirer tous les bénéfices

d’un bon entretien.

disponibles. Cela peut amener les

sociétés à utiliser des pièces de

rechange autres que des pièces

d’origine, ce qui s’avère toujours

risqué. La réparation étant effectuée

en urgence, le coût de la mobilisation

de l’équipe d’entretien

est également plus élevé.

DR

En cette période d’incertitude

économique, les

industriels cherchent

naturellement à réaliser

de nouvelles économies tout

en améliorant l’efficacité de leurs

outils de production. Cela peut se

traduire par le report du remplacement

des équipements et notamment

des compresseurs d’air ; il est

par conséquent essentiel que les

sociétés révisent leurs programmes

de services et d’entretien afin de

garantir un fonctionnement optimal

de leurs installations.

Dans l’article qui suit, Christian

Savary, directeur général France

du fabricant de compresseurs

CompAir détaille les trois principales

approches d’entretien des

compresseurs, puis présentera

quelques conseils dans l’optique

de maximiser les performances

d’un système d’air comprimé.

L’entretien de routine

Les études réalisées dans ce sec-

teur indiquent que de nombreux

systèmes d’air comprimé peuvent

gaspiller jusqu’à 30 % de l’air

comprimé à cause de fuites, de

gestion des systèmes médiocres

ou d’un entretien inapproprié.

Si l’on ajoute à cela le fait que

plus les machines sont anciennes,

moins elles sont économes en

énergie, il devient évident que la

mise en œuvre d’un programme

d’entretien minutieux peut rapidement

porter ses fruits.

Les différentes options

d’entretien

Le premier type d’entretien peut

être qualifié de réactif et implique

que les équipes de maintenance

n’interviennent qu’en cas

de panne ou dysfonctionnement.

Mais cette approche présente

plusieurs inconvénients. Inévitablement,

le compresseur va

tomber en panne au plus mauvais

moment et les pièces nécessaires

ne seront pas forcément

La fonction

diagnostic du

contrôleur

fournit une

analyse

détaillée des

64 derniers

défauts

enregistrés

L’entretien planifié

La plupart des sociétés choisissent

donc de mettre en place un

programme d’entretien planifié

grâce à un contrat de services

avec le fabricant du compresseur,

l’entretien étant ainsi effectué à

intervalles programmés.

L’entretien est alors adapté au

type de la machine, à son application

et à son environnement

d’exploitation, et son impact sur

le fonctionnement de l’ensemble

du site est pris en compte.

Des études indépendantes montrent

que la mise en œuvre d’un

système d’entretien planifié

exhaustif peut se traduire par

l’élimination de 70 à 75 % des

pannes, la réduction des temps

d’immobilisation de 35 à 45 % et

l’augmentation de la productivité

jusqu’à 25 %.

L’entretien planifié offre de nombreux

avantages en termes de

fonctionnement ininterrompu

des compresseurs, d’efficacité

énergétique et de débit d’air.

L’utilisation de l’équipe d’entretien

du fabricant et de pièces de

rechange approuvées évite les

problèmes possibles d’annulation

de la garantie et permet de

prévoir les coûts à des fins de planification

budgétaire.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

33


Compresseurs

L’entretien prédictif

Avec l’entretien prédictif, le compresseur

est équipé de capteurs

connectés à un système de surveillance

à distance opéré par le

fabricant du compresseur.

Le système surveille ainsi le compresseur

en permanence et utilise

les données collectées pour déterminer

si l’entretien est requis

ou si une pièce est trop sollicitée

et risque de présenter une défaillance.

L’équipe d’entretien du

fabricant peut alors agir de manière

proactive en rassemblant

les seules pièces requises et en

intervenant sur site avant que le

problème ne survienne.

Ce système offre tous les avantages

d’un programme de maintenance

planifié tout en garantissant

que l’entretien ne soit effectué

qu’en cas de nécessité, de

manière parfaitement adaptée à

chaque installation.

Par comparaison avec l’entretien

purement réactif, les sociétés qui

adoptent l’entretien prédictif peuvent

réaliser des économies substantielles

de l’ordre de 30 à 40 %.

Un cas récent d’utilisation de l’entretien

prédictif de Comp Air a permis

à une société de conditionnement

et d’exportation alimentaire

australienne de réduire ses coûts

d’entretien de 64 %.

Les responsables d’installations

peuvent également recevoir régulièrement

des rapports détaillés

sur les performances de l’ensemble

de leur système de compression,

dans l’optique de les aider à

améliorer d’avantage les rendements

de leur installation.

Maximiser l’efficacité

Outre le choix du type de maintenance

adapté à l’installation, les

responsables d’usines doivent également

s’assurer que leur prestataire

de services intègre les contrôles

suivants dans ses plans d’entretien.

Tout d’abord, les cartouches

de filtres doivent être remplacés

au moins une fois par an pour limiter

les chutes de pression, assurant

une consommation d’énergie réduite

du compresseur pour fournir

la pression requise. En outre, un air

mal filtré peut entraîner une hausse

de la température interne du

compresseur, ce qui se traduit par

une augmentation de la consommation

totale d’énergie.

Pour les machines lubrifiées, il est

également capital de remplacer

régulièrement l’huile en utilisant

la qualité appropriée et recommandée

par le fabricant, de manière

à garantir la longévité et la

fiabilité de la machine.

Des contrôles réguliers pour vérifier

l’absence de toute fuite d’air

doivent également être réalisés.

L’air n’étant pas un produit dangereux,

les fuites dans le réseau

d’alimentation n’affectent pas la

sécurité et passent souvent inaperçues.

Cependant, toute fuite du

réseau implique une perte d’énergie,

parfois de l’ordre de 20 % :

pour dire les choses clairement,

le compresseur doit travailler plus

pour produire la pression d’air requise

au point d’utilisation.

Une simple procédure de détection

des fuites peut permettre

d’identifier rapidement tout

problème et de lancer une action

corrective à moindre coût.

Importance du

dimensionnement

Déterminer la taille de compresseur

la mieux adaptée à une application

est un point important,

en particulier parce que le coût

de l’investissement n’est qu’un

élément de l’équation totale. Le

point crucial consiste à déterminer

le coût de fonctionnement du

compresseur tout au long de sa

durée de vie opérationnelle.

Un système d’air comprimé mal

conçu, utilisant des pressions plus

élevées pour compenser, et susceptible

de fuir, se traduit par une

consommation d’énergie plus importante

que nécessaire, et donc

par des coûts de fonctionnement

plus élevés. Afin d’éviter cette situation,

il suffit de procéder à un

audit du système d’air comprimé

afin d’identifier les besoins potentiels/actuels

et d’évaluer la

consommation en énergie.

Un site disposant d’un système

d’air comprimé peut être surveillé

Expert

DR

sur une période donnée afin de

collecter des données quantifiables

à l’aide d’un outil de collecte

de données reliée à chaque compresseur

du réseau. Les résultats

permettent d’analyser les données

prises en temps réel et de sélectionner

les compresseurs avec le

meilleur rendement énergétique.

Une combinaison de différentes

tailles de compresseurs à vitesse

fixe et variable peut être recommandée.

L’audit peut également

déterminer si une installation de

plusieurs compresseurs nécessite

un meilleur contrôle par le biais

d’un système de contrôle de gestion

de l’air dédié.

En conclusion, étant donné le besoin

de réaliser des économies

dans de nombreux domaines, il

est important que les exploitants

et les ingénieurs adoptent une approche

proactive et considèrent

cycle de vie des compresseurs et

leurs coûts d’entretien. n


Christian Savary

Christian Savary est directeur général, division

CompAir, Gardner Denver France SAS. Pour plus

d’informations sur les programmes d’entretien

proposés par CompAir, visitez le site :

www.compair.fr ou contactez l’auteur

christian.savary@compair.com

34 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Compresseurs

> Innovation

Le contrôle intelligent

selon CompAir

CompAir intègre à ses compresseurs à

vis un contrôleur à écran tactile intégré

qui s’avère facile d’utilisation et garantit un

fonctionnement fiable en aidant au diagnostic

des dysfonctionnements.

DR

Monté sur les

compresseurs

CompAir à vitesse

fixe ou

réglable de la gamme L30 – L132,

le Delcos XL affiche une analyse

détaillée du système, y compris

de la pression sur le réseau et du

débit hebdomadaire moyen, sous

la forme de graphiques et de diagrammes

de tendances, sans nécessiter

aucun autre équipement

de surveillance. L’analyse de ces

tendances permet aux utilisateurs

de définir des paramètres

de fonctionnement précis pour

leur compresseur. Le système de

commande – multilingue – assure

ensuite un contrôle permanent

de ces paramètres, contribuant

ainsi à la réduction des coûts

d’exploitation généraux.

L’horloge temps réel du contrôleur

permet aux utilisateurs de démarrer

et d’arrêter leur compresseur

à des horaires prédéterminés afin

de mettre le système sous pression

avant la production et de bénéficier

ainsi d’une disponibilité

instantanée d’air comprimé.

Le deuxième réglage de pression

du contrôleur Delcos XL permet

d’adapter le débit du compres-

seur à la demande des

ateliers de manière très

efficace. Cela réduit la

marche au ralenti du compresseur

et est particulièrement utile

en période de production réduite,

par exemple le week-end, ou

lorsque des opérations d’entretien

sont en cours. Le réglage de

pression secondaire permet également

à deux unités Delcos XL

d’être séquencées sans qu’aucun

autre équipement ne soit nécessaire.

Les commandes de refroidissement

et de séchage intégrées du

Delcos XL permettent, si nécessaire,

un fonctionnement continu

du ventilateur de refroidissement,

ainsi que le démarrage du sécheur

avant le compresseur afin de garantir

une fonctionnalité maximale

lors de la demande d’air.

Identification

rapide des défauts

La fonction de diagnostic du

contrôleur permet de tester les

entrées et sorties du compresseur,

et d’identifier rapidement

les défauts afin de réduire les

temps d’arrêt. Une analyse détaillée

des 64 derniers défauts

est enregistrée par le contrôleur,

indiquant pour chacun d’eux la

date, l’heure, la température et la

pression du compresseur relevées

lors de sa survenance.

Pilotable sur site, le contrôleur

peut également communiquer

avec des interfaces externes

telles qu’un PC, permettant ainsi

de commander à distance le

compresseur. En cas de coupure

de courant, le Delcos XL peut

être configuré pour redémarrer

automatiquement le compresseur,

sans aucune intervention

humaine, afin de minimiser les

temps d’arrêt.

Toutes les fonctions du contrôleur

sont clairement structurées

en cinq menus principaux, accessibles

via l’écran tactile et convivial

haute résolution. Une page

d’accueil permet de connaître

d’un seul coup d’œil l’état du

compresseur, les utilisateurs pouvant

ainsi identifier rapidement

tout défaut. Tous les menus peuvent

être protégés par un code

afin d’éviter toute utilisation incorrecte

ou malveillante.

Rappelons que, filiale du groupe

Gardner Denver (spécialiste mondial

de compresseurs, pompes,

souffleur et autres équipements

de transfert de fluides), CompAir

est l’un des principaux fabricants

mondiaux de solutions d’air et

de gaz comprimés. La gamme de

produits comprend des compresseurs

à vis, sans huile, centrifuges,

à piston ou portables, ainsi que

des accessoires afin de couvrir

un large éventail d’applications

et d’industries. n F. P.

36 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Énergie

> Groupes électrogènes

Un savoir-faire et une

offre spécifiques

Les solutions de production autonome d’énergie ont démontré leur utilité,

parfois incontournable pour assurer le fonctionnement d’installations

sensibles. Eneria propose groupes électrogènes et onduleurs pour garantir la

continuité d’alimentation d’une électricité de qualité. Son responsable des

grands comptes services et maintenance, François Nguyen, témoigne…

DR

Maintenance & Entreprise. En

quelques mots, pouvez-vous nous

décrire l’activité d’Eneria concernant

les groupes électrogènes ?

François Nguyen. Eneria est une

filiale du Groupe Monnoyeur, société

familiale française, concessionnaire

exclusif de Caterpillar

pour la France depuis 1929. Eneria

est également partenaire, et

distributeur pour la France, des

onduleurs de la marque General

Electric. Spécialiste de la production

d’énergie et de la motorisation,

Eneria fournit et garantit à

ses clients des solutions globales

et compétitives pour répondre

à leurs besoins d’énergie ou de

motorisation, dans le respect de

l’environnement.

Eneria propose des solutions

globales pour la production

d’énergie en fonction des attentes

et des exigences de ses

clients. Elle conçoit les installations,

les met en place chez

le client, et assure leur maintenance.

Elle intervient dans de

nombreux domaines : groupes

électrogènes fixes ou mobiles

(jusqu’à 20 MW), centrales électriques

(pour la production, le

secours, l’effacement jours de

pointe…), cogénération, alimentations

électriques de qualité

(zéro coupure), éoliennes, biomasse…

Eneria ne propose pas

de groupes électrogènes en location,

néanmoins nous pouvons

être amenés à répondre

à des demandes ponctuelles

de nos clients sous contrats de

maintenance.

M&E. À quels besoins spécifiques

répondent vos produits et

pour quelle typologie de clientèle

?

François Nguyen. Pour les groupes

électrogènes de production, il

existe bien sûr les groupes électrogènes

« de carrières », mais

la principale activité dans ce

domaine est la cogénération. La

cogénération est la production

simultanée d’énergie thermique

et mécanique à partir d’un seul

combustible, grâce à ce procédé

nous pouvons fournir de l’électricité

et de la chaleur permettant

d’alimenter des réseaux de

chauffage. La production électrique

est ainsi revendue à EDF. Les

groupes électrogènes fonctionnant

au gaz et biogaz que nous

proposons pour cette application

fonctionnent de 3 600 h à

8 700 h/an.

Dans le domaine de la cogénération,

Eneria participe également

au développement des

ENR (énergies renouvelables)

avec des procédés de méthanisation

et de gazéification de la

biomasse. Grâce à ce procédé,

nous pouvons fournir de l’électricité

et de la chaleur permettant

d’alimenter des réseaux de cha-

38 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


DR

leur ou des processus industriels

(serres, malteries, usines…)

Pour les groupes électrogènes de

secours ou de semi-production,

les applications et les secteurs

d’activité sont très variés : agroalimentaire,

grande distribution,

secteur hospitalier, établissement

de type ERP (établissement recevant

du public), data centers,

banques et tous secteurs industriels

où il est stratégique d’assurer

une continuité de fonctionnement

des équipements.

Une utilisation particulière

concerne l’application des

contrats EJP (effacement jours

de pointe) que nos clients ont

passés avec EDF et qui les engage

à se déconnecter et à autoproduire

l’électricité dont ils ont

besoin. Aujourd’hui, avec les nouveaux

acteurs de la fourniture

d’électricité, on voit apparaître

des contrats d’un nouveau type

proposant d’autres solutions

d’ajustement ou d’effacement.

Nos clients possédant un groupe

électrogène pour assurer le secours

électrique de leurs installations

peuvent ainsi valoriser leur

matériel en souscrivant ce type

de contrat.

Pour apporter un complément

de services et une solution com-

plète de secours sans coupure,

Eneria propose également des

onduleurs, statiques et dynamiques

qui satisfont aux besoins de

tous les secteurs où les équipements

exigent une haute qualité

de courant. Il s’agit, par exemple,

des scanners et des plateaux biomédicaux,

ou encore des équipements

informatiques. L’onduleur

assurera alors le relais entre la

coupure de l’alimentation principale

et le démarrage du groupe

électrogène.

M&E. Au-delà de l’offre de produits

et d’équipements, avezvous

été amené à développer

une prestation de services particuliers

?

François Nguyen. Chez Eneria

la commercialisation d’un produit

s’est toujours accompagnée

d’une offre complète de service

et de maintenance. Nous offrons

à nos clients une gamme

de prestations allant de la simple

visite de maintenance préventive

jusqu’à un contrat de garantie totale.

Eneria propose des extensions

de garantie, s’engage sur les

délais d’intervention, les délais

de livraison de pièces et même

sur la disponibilité des groupes

électrogènes.

EN BREF

Notre implantation régionale

permet une proximité avec le

client et une grande réactivité

lors de nos interventions. Notre

logistique de pièces détachées

répond à 98 % des demandes

sous 48 heures (en fait, la plupart

du temps, la livraison est effectuée

dès le lendemain avant

13 heures).

Chez Eneria nous pensons que

la qualité du service trouve son

origine dans la compétence technique

de nos équipes, c’est pourquoi

nos techniciens sont régulièrement

formés aux dernières

technologies du groupe électrogène.

Nous accueillons aussi nos

clients dans notre centre de formation

agréé pour les sensibiliser

à la bonne utilisation de leurs

matériels.

Nous capitalisons un retour d’expérience

qui permet aujourd’hui

à nos 180 techniciens sur le terrain

d’intervenir et de maintenir

tous les types de groupes électrogènes

quelles qu’en soient la

marque ou l’application.


Propos recueillis


par J.-F. Romain

Assurer un service

de proximité

Concessionnaire exclusif de Caterpillar en France,

Belgique, Pologne, Roumanie et Algérie,

Eneria distribue l’ensemble des moteurs et groupes

électrogènes de marque Caterpillar. Eneria

propose une gamme complète de services et

de prestations de maintenance, pour les installations

de moteurs et groupes électrogènes.

La qualité de son réseau et de son organisation

logistique garantit l’efficacité et la réactivité

lors des interventions. Les trois zones du réseau

d’Eneria se divisent en quatre secteurs pour

l’activité groupes électrogènes et onduleurs (soit

12 secteurs en France) et sont composées d’une

équipe de 50 à 70 spécialistes qui assure un suivi

technique et commercial aux clients.

Eneria dispose en parallèle d’équipes de maintenance

spécialisées dans les moteurs industriels

et les éoliennes.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

39


Arrêts de maintenance

> Focus

La technologie au service

de la sécurité

Toujours nécessaires et récurrents, les arrêts de maintenance dans les

sites industriels exigent l’ordonnancement des tâches de centaines

de collaborateurs internes et d’intervenants externes. Ces situations

complexes comportent aussi un volet de management des risques d’un

niveau élevé. Des mois de préparation sont nécessaires pour relever les défis

multiples en matière de sécurité, de qualité, de budget, de planification et

d’application.

DR

Les arrêts de maintenance sont

des tâches nécessaires et récurrentes

dans l’industrie.

Aucune installation ne peut

se passer entièrement d’interventions

et d’entretiens. Les tâches de centaines

de collaborateurs internes et externes

doivent alors être précisément coordonnées.

Il s’agit de situations complexes

pouvant comporter le plus souvent un

niveau de risques élevé en matière de

sécurité et exigeant des mois de préparation.

Elles doivent être réalisées dans

le strict respect des conditions de sécurité,

de qualité, de budget, de planification

et d’application.

« Z-Safety satisfait à ces exigences avec

des systèmes de sécurité caractérisés par

une grande sécurité, un meilleur suivi et…

un budget optimal », expliquent les responsables

du groupe. Fort de plusieurs

années d’expérience dans les usines pé-

trochimiques et les centrales électriques

(coordination sécurité – gestion du personnel

de sécurité – location et gestion

sur site d’équipements de sécurité – vendor

management – entretien d’équipements

de sécurité et de travail) et grâce

à une réflexion créative en concertation

avec des responsables sécurité,

ils ont imaginé de nouvelles solutions

pour d’anciens problèmes. Cela a également

permis de maintenir les coûts sous

contrôle, voire de les diminuer.

Du Safety Shop sur

site au Z-Matic

La plupart d’entre nous sont déjà familiarisés

avec le Safety Shop sur site. Lors

d’un arrêt, les utilisateurs viennent y

chercher leurs équipements de sécurité,

leurs outils et leurs pièces (appartenant

ou non au client). Grâce à l’enregistrement

des utilisateurs et au scanning

de chaque pièce (chacune d’entre elles

possède une puce permettant de la suivre

à la trace), on sait à tout moment

qui utilise quel matériel. Le shop trace

l’utilisation du matériel et en facilite le

prêt sûr et correct. Ce faisant, le client

utilise de manière optimale les équipements

de sécurité loués tout en bénéficiant

d’une diminution considérable

du risque de perte. En outre, le logiciel

Le Z-Matic peut réunir

jusqu’à 500 casiers de

stockage et de distribution

automatique

de traçage permet de définir l’origine

des dommages éventuels et produit un

rapport précis quant à la rotation du

matériel. Tous ces avantages permettent

de rentabiliser le shop en à peine

quelques jours.

Alternative

économique

Le Z-Matic constitue une alternative

très économique au shop avec magasinier.

Il s’agit d’un outil de gestion

entièrement automatique pour la

distribution d’équipements de travail

techniques. Il existe en deux versions

complémentaires : un conteneur de

bureau transparent et un conteneur

DR

40 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Réaménagée, la salle

de contrôle centralisée

offre à l’opérateur

jusqu’à 32 écrans de

surveillance

DR

maritime robuste. L’utilisateur décide

lui-même comment configurer le Z-

Matic. Il peut choisir entre une vingtaine

de configurations différentes,

en fonction du type de matériel à y

stocker. S’il s’agit exclusivement de

petites références, le conteneur peut

accueillir 500 casiers. Mais le système

est extrêmement souple et modulaire

à tous égards. Il est par exemple possible

de gérer simultanément un nombre

illimité de conteneurs. Cela permet

notamment de retirer un article

depuis un Z-Matic et de le retourner

dans un autre.

Le Z-Matic se prête parfaitement à la

distribution d’équipements nécessitant

un entretien. Mesurer la durée de chargement

et ne distribuer que des articles

entretenus sont deux fonctions faciles

à paramétrer. Grâce à un badge personnalisé,

les collaborateurs peuvent

retirer les équipements de protection

individuelle ainsi que les outils correspondant

à leur profil d’utilisateur

et les retourner en toute sécurité une

fois leurs tâches terminées. Les menus

conviviaux accompagnés de photos et

de descriptions textuelles extrêmement

claires réduisent presque à néant le risque

de mauvais choix.

Chaque utilisation

est enregistrée

Le client dispose d’une plate-forme logistique

incroyablement fiable et d’un

excellent aperçu sur qui utilise quoi et

où. Les données de distribution sont

transmises tous les jours de manière

automatique afin de pouvoir remplacer

et compléter ce qui est nécessaire. Le

rapport régulier offre un meilleur aperçu

de l’utilisation : une consommation

trop élevée de certains équipements

peut indiquer une mauvaise utilisation ;

une consommation trop faible peut en

revanche mettre l’accent sur un risque

de sécurité important.

Le choix d’un système automatisé à prix

fixe constitue un compromis rentable

entre une gestion de magasin automatisée

et le contrôle complet sur la distribution

et la récupération du matériel.

Dans plusieurs pays, le container shop

s’est révélé être une alternative fiable

et économique. Par ailleurs, la technologie

sur laquelle se base le système

peut également être intégrée dans une

structure fixe de manière à créer un

shop sur site qui soit automatisé et

permanent.

Z-Monitoring :

la situation actuelle

en un clin d’œil

Lors d’arrêts ou de transformations, il

est souvent nécessaire de pénétrer dans

des espaces confinés afin de réaliser des

inspections, des tâches de nettoyage

et d’entretien ou des réparations. Ces

tâches comportent divers dangers : asphyxie,

étourdissement, intoxication,

incendie, explosion… C’est pourquoi le

travail en espaces confinés doit être

considéré comme une activité à haut

risque qui nécessite des gardes veillant

sur la sécurité des individus se trouvant

dans les espaces confinés d’installations.

Z-Monitoring est un concept innovant

qui améliore l’efficacité de cette surveillance

par la mise en œuvre de caméras,

de dispositifs d’enregistrement

et de capteurs dont les informations

sont centralisées pour suivi. Au lieu de

placer un garde de sécurité à chaque

ouverture d’une installation, un opérateur

suffit pour garantir la sécurité

de plusieurs installations. Grâce à des

caméras intérieures et extérieures, à

des détecteurs de gaz, à des lecteurs

de badges et à une communication en

duplex, le système offre la possibilité

de suivre de près la situation en espace

confiné.

Modulaire et

économique

Grâce à la transmission sans fil, le système

s’installe en un clin d’œil. Il est

également entièrement modulaire :

le client décide lui-même du nombre

d’endroits qu’il souhaite surveiller ainsi

que des composants à y installer.

Le client définit le nombre de trous

d’homme à surveiller : une solution

flexible et économique qui répond parfaitement

aux besoins réels en matière

de sécurité.

« Le système offre un seuil de rentabilité

entre 10 et 15 jours. Dans certains cas

extrêmes, ce seuil est atteint après déjà

3 jours ! », annonce le Z-Group, voulant

incarner l’innovation. À peine 6 ans

après son introduction et plusieurs projets

fructueux, le système a subi une

profonde mise à niveau mettant en œuvre

l’échantillonnage permanent des

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

41


Arrêts de maintenance

gaz et des caméras haute résolution

au profit de la sécurité.

Échantillonnage

permanent

Les capteurs de gaz ne sont plus intégrés

à la colonne. En revanche, les gaz sont

extraits des espaces confinés à un débit

contrôlé afin de permettre aux têtes de

mesure de les analyser. Ce dispositif accroît

une nouvelle fois la sécurité : étant

donné que les têtes de mesure sont moins

sujettes à l’usure et moins exposées à la

saleté, on observe une amélioration considérable

des mesures. Dès que l’échantillonnage

présente un dysfonctionnement,

une alarme de débit auditive et visuelle

est enclenchée. Grâce à la nouvelle

technique d’analyse, l’opérateur présent

dans la chambre de contrôle centralisée

sait précisément quels gaz se trouvent

dans quelle colonne.

Surveillance caméra

améliorée

Grâce à l’utilisation de caméras haute

résolution, les images sont plus nettes

que jamais, que ce soit dans la colonne

ou en dehors, de jour comme de

nuit. L’agencement des écrans dans la

chambre de contrôle centralisée a été

totalement revisité. À présent, l’opérateur

bénéficie de deux fois plus d’écrans

qu’auparavant : 32 au lieu de 16.

Température et PID

Désormais, une option permet d’intégrer

au système des mesures de température

et des mesures PID. « Pour ces

dernières, nous utilisons des détecteurs à

photo-ionisation équipés d’une ampoule

de 10,6 eV et mesurant la présence de

composés organiques volatils. »

Z-Tracker : localisation

permanente et

précise

Dans les environnements de travail

dangereux, les personnes exécutant

les travaux de révision sont toujours

soumises à des procédures de sécurité

strictes. Le Z-Tracker permet de suivre

en temps réel la localisation exacte de

milliers de collaborateurs. L’appareil est

en connexion permanente avec le dispatching

et localise les collaborateurs

au mètre près. Le système vous aide à

intervenir rapidement en cas de situations

d’urgence : vous savez parfaitement

où chacun se trouve et combien

de personnes se trouvent encore dans

la zone de danger.

Le Z-Tracker n’est pas plus grand qu’un

appareil GSM normal et offre une combinaison

unique de fonctions qui peuvent

sauver des vies. L’appareil a été

spécifiquement conçu pour les conditions

extrêmes : antidéflagrant (certification

ATEX) et muni d’une batterie

avec une grande autonomie (jusqu’à

18 heures). L’appareil est petit et ne

pèse que 225 g ; il ne gêne donc pas le

travail dans des conditions normales.

Communication et

localisation précises

Le Z-Tracker émet des signaux en permanence,

nous explique-t-on : « À tout

moment, vous pouvez consulter la localisation

exacte de vos collaborateurs. L’appareil

envoie en outre un signal d’avertissement

lorsque des collaborateurs pénètrent

des zones interdites ou dangereuses.

Via la fonction push-to-talk, vous pouvez

interpeller/avertir les collaborateurs

concernés. Inversement, les collaborateurs

peuvent demander de l’assistance

via le Z-Tracker. La fonction homme mort

vous avertit en cas d’absence de mouvement

pendant une certaine durée. »

« Le Z-Tracker détermine la position de

vos collaborateurs au mètre près » : en

effet, l’appareil définit non seulement la

latitude et la longitude, mais également

Management de la sécurité

Z-Group SA, qui a démarré ses activités

en 1999, est un groupe ouest-européen

de fournisseurs de services industriels

spécialisés dans les secteurs de la pétrochimie

et de l’énergie. Les activités

principales du Z-Group se concentrent

sur le « Safety Management » (Z-Safety

Services) dans les niches de marché

spécifiques, alors que les divisions

« Technology Systems » (Z-Safety Systems)

et « Interim Staffing » (Z-Project

Les caméras

haute résolution

produisent des

images qui sont

plus nettes

de jour comme

de nuit

la hauteur où se trouvent les collaborateurs.

Un point qui s’avère crucial en

cas de travaux particulièrement risqués,

par exemple dans des tours et colonnes.

L’appareil permet également une communication

permanente et une localisation

précise dans les bâtiments, les

espaces confinés et installations.

Évacuation rapide et

efficace

Grâce au Z-Tracker, le dispatching central

peut suivre l’emplacement exact

de milliers de collaborateurs en temps

réel. Et, en cas de situations d’urgence,

les responsables peuvent directement

vérifier qui se trouve dans la zone de

danger, et précisément où. Cela permet

des évacuations et des opérations de

sauvetage rapides et efficaces. n

C. L.

Staffing) se focalisent sur les activités

complémentaires qui se caractérisent

également « par une approche de marché

innovante et une fourniture de services

créative ». Aujourd’hui, avec son

siège social à Dilsen-Stokkem (Belgique),

le Z-Group compte plus de 500

collaborateurs à temps plein répartis

en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne

et en France.

DR

42

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Arrêts de maintenance

communiqué

> Focus

L’excellence

à pied d’œuvre

Coutumière des grands arrêts, Endel est souvent l’opérateur d’une étape qui

ponctue la vie des installations tous les cinq à six ans. Si l’arrêt d’une usine

est synonyme de travaux de grande envergure sur le matériel défectueux, il

ne se résume pas à des opérations de maintenance destinées à réparer ou à

remplacer les équipements obsolètes.

T

outes les entreprises ne se

ressemblent pas : l’originalité

d’Endel la distingue sensiblement

de ses concurrents

dans le paysage des grands arrêts, en

particulier auprès de ses clients du pétrole

et de la chimie.

Une organisation

minutieuse

Les grands arrêts exigent une organisation

préalable dont dépendent un certain

nombre d’interventions in situ. Mais

la donne est parfois tout autre. Les entreprises

sélectionnées par les clients de

l’industrie chimique et pétrochimique

font valoir des attentes extrêmement

précises. Ces dernières portent à la fois

sur la qualité d’un service qui consiste

à réparer, à renforcer ou à remplacer

les éléments défectueux, voire à définir

des interventions en amont par le biais

de travaux d’inspection ou d’études de

faisabilité, et sur les travaux effectifs.

À ces exigences s’ajoutent celles d’une

durée d’intervention courte, fixée en

général entre trois et six semaines.

L’entreprise sélectionnée se voit enfin

confier le pilotage de tous les corps de

métiers annexes, dont les échafaudages

et la peinture. C’est à elle qu’il revient

de garantir la bonne marche des

travaux les plus simples, de s’assurer

par exemple qu’il n’y ait pas de fuite

sur les joints au démarrage. À elle aussi

de garantir la conformité du protocole

opératoire avec les directives nationales

et européennes, par exemple celle des

équipements sous pression (DESP).

Des travaux d’inspection préalables aux

interventions sont le fait du client luimême,

voire de l’entreprise sélectionnée

pour procéder aux travaux qui s’imposent.

Ces derniers dépendent d’un grand

nombre de paramètres, qu’un incident

est systématiquement susceptible de

remettre en cause. La maintenance

industrielle dispose globalement d’un

certain nombre de techniques qu’elle

mobilise dans le cadre des grands arrêts.

Mais la fiabilité, la réactivité – en

un mot la valeur ajoutée – d’une entreprise

se mesurent à l’aune des imprévus

qui scandent le cours des interventions

soigneusement envisagées.

Réagir aux imprévus

L’improbable vivacité d’Endel, en 2006,

dans le cadre de l’arrêt d’une raffinerie

en Seine-et-Marne en témoigne très

clairement. Un four, qui s’était affaissé

à la suite d’une surchauffe, avait alors

entraîné la détérioration d’une série de

tubes de four en acier que les équipes

d’Endel ont remplacés. L’intervention,

gérée dans un contexte difficile – les attentes

des clients bénéficient d’un droit

naturel d’immuabilité ! –, a consisté à

élaborer et à mettre en place de manière

extrêmement rapide une structure de

soutènement visant au remplacement

des tubes de four en acier.

Bien qu’elle ait l’occasion d’apparaître

dans des situations exceptionnelles, l’excellence

de l’entreprise allie l’art à la manière

: elle est le fait d’éléments propres

et qui font sa valeur ajoutée. Le cœur de

l’expertise d’Endel bat au cœur de ses bureaux

d’études : des équipes spécialisées

dans le management de projets complexes

sont l’antichambre d’interventions,

où nos compétences remarquables en

chaudronnerie la disputent à celle de la

soudure. Cette expertise distingue sensiblement

Endel de ses concurrents dans le

cadre d’arrêts complexes, en particulier

chez les clients de l’industrie pétrolière.

En octobre et novembre 2008, l’arrêt

d’une raffinerie à La Mède a donné lieu à

un chantier qui devait ressembler à celui

de la raffinerie des Flandres, prévu pour

le début de l’année 2010 et qui n’aura

pas lieu. Mais à cette occasion, Endel

s’est distingué en mobilisant près de 80

chaudronniers en une semaine pour répondre

à une autre situation d’urgence.

Et le client d’applaudir l’extraordinaire

capacité de l’entreprise à faire un usage

systématiquement performant de ses

ressources humaines et techniques.

Les grands arrêts participent donc naturellement

de l’avenir de l’entreprise, a

fortiori dans un contexte où l’industrie

connaît de grands bouleversements, et où

les clients du pétrole et de l’industrie ne

pourront pas compter sans l’excellence

de fins connaisseurs et praticiens de la

maintenance industrielle… sur le vif. n


A.G., pour ENDEL

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

43


GMAO

> Ipiranga

La GMAO sur téléphone

portable

Siveco propose un nouveau concept de GMAO mobile sur téléphone portable.

Développée spécialement pour une compagnie pétrolière brésilienne, Coswin

Mobile Edition est une version html de l’application Coswin 7i, accessible sur

un téléphone portable équipé d’une connexion Internet.

T

out commence par la

demande de la compagnie

pétrolière brésilienne

Ipiranga qui

manifeste le besoin d’une interface

HTML «allégée» capable de

fonctionner sur des navigateurs

installés sur des mobiles 3G. En

tant qu’interlocuteur privilégié

avec son client, Siveco Brésil retransmet

les détails spécifiques

du projet à l’équipe R&D de Siveco

en France, à Montpellier, à

qui est demandé de trouver la

solution la plus adaptée. L’éditeur,

soucieux de proposer des

solutions technologiques innovantes

et d’étendre les modes de

connexion et d’utilisation de sa

GMAO, développe alors pour Ipiranga

Coswin Mobile Edition.

En retour, le téléphone portable

devient ainsi le terminal de référence

pour les techniciens de

maintenance d’Ipiranga qui sont

répartis à travers tout cet immense

pays. La connexion à l’application

de GMAO via le réseau

de téléphonie mobile se trouve

en outre grandement favorisée

par la très bonne couverture que

compte le territoire brésilien.

Du concept à la

réalisation

La première étape du projet

constitue tout naturellement la

phase d’analyse ou d’étude de

EN BREF

faisabilité. La seconde sera la

mise à jour de l’application afin

de la rendre compatible avec

l’ensemble des contraintes du

navigateur mobile. La dernière

étape consistera à se conformer

aux besoins spécifiques du client,

avec la mise en place des écrans

et des diagrammes, puis la mise

en place de la base de données

Coswin. Ipiranga avait besoin d’un

ensemble relativement restreint

de fonctionnalités telles que les

feedbacks OT (avec changement

d’état système, feedbacks des actions

et des commentaires), la

consultation d’articles en magasin

et le workflow.

Les premiers tests effectués sur

émulateur (même version de téléphone

portable et même navigateur

que le client) ont été

satisfaisants. La version Coswin

Mobile Edition développée pour

Compagnie brésilienne de pétrole, Ipiranga utilise

Coswin 7i pour la gestion de son réseau de

stations service. La version full web installée est

l’une des plus vastes implantations de l’éditeur,

avec la gestion de près de 4 000 stations-service

à travers le pays et plus de 800 utilisateurs. Les

objectifs du logiciel sont de contrôler et réduire

les coûts de maintenance des stations essence à

travers la gestion du magasin et des équipements

et la gestion des contrats de sous-traitance.

Ipiranga a été testée sur un navigateur

Opera Mini version 4.

Elle fonctionne actuellement sur

leur propre environnement. Et

les techniciens de maintenance

d’Ipiranga l’utilisent avec succès

dans les différentes stations services

du sud du pays.

Les avantages de

la solution

L’utilisation de Coswin Mobile

Edition se fait en mode connecté.

Un collaborateur itinérant

pourra donc consulter et modifier

en temps réel toutes les

données présentes dans l’application.

Cette solution est particulièrement

adaptée pour l’utilisation

des modules suivants dans

Coswin : création d’OT, sorties

d’articles, demande d’intervention

et workflow. Soulignons que,

contrairement à Coswin Mobile

qui nécessite l’achat d’un PDA

et restreint son utilisation à un

mode déconnecté, Coswin Mobile

Edition s’utilise sur un simple

téléphone portable équipé d’une

connexion Internet haut débit.

Siveco Group évalue actuellement

le potentiel de cette solution

pour d’autres clients. À

terme, l’objectif est d’élargir la

palette des caractéristiques techniques

disponibles : les types de

navigateurs, le choix des opérateurs,

les modèles de téléphone

portable… n

44

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


GMAO

> Maintenance et qualité

Des trophées pour les

projets Lean 6 Sigma

L’Université lean 6 sigma organise le premier concours du meilleur projet

déployé suivant le DMAIC de M. Hary. Ce concours s’adresse à toute

personne ayant déployé dans son entreprise un projet d’amélioration des

performances suivant la démarche.

C

’est le 1 er avril prochain

que seront remis les

trophées du premier

concours du meilleur

projet lean 6 sigma dans les salons de

l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Ce

concours s’adresse à toute personne

ayant déployée au sein de l’entreprise

un projet d’amélioration des performances

suivant le DMAIC de M. Hary.

Trois catégories sont proposées pour

concourir : projets industriels, projets

transactionnels ou de services, projets

de sociétés de services. Le jury est

composé de Hugue Mollet (professeur

aux Mines ParisTech), Maurice Pillet

(docteur agrégé de génie mécanique,

professeur à l’université de Savoie),

Bernard Murry (président de l’UL6S,

master blalck belt).

Partenaire depuis 2009 du réseau de

l’Université Lean 6 Sigma, Corim Solutions

sera présent à cet événement.

Plus qu’un éditeur et intégrateur de

logiciels GMAO, Corim Solutions s’affirme

depuis 1986 comme un acteur

global de maintenance avec une gamme

d’applications qui prend en charge

Pour participer

au concours

… et peut-être remporter un iPad,

adresser candidature avant le 25 février

2011 à :

bernard.murry@ul6s.com

ou se rendre sur le site :

www.universite-lean6sigma.com

l’intégralité des processus nécessaires

au bon suivi technique et financier

des équipements et des actifs afin

d’orienter l’organisation maintenance

vers une politique d’amélioration

continue.

Intégrer

la maintenance dans

la démarche Qualité

Corim Solutions a ainsi ajouté à son

expérience des processus maintenance

l’expertise Lean 6 Sigma en management

du système de qualité. Corim

Dimo Maint

Jean Luc Sanjose

nommé responsable commercial

En ce début d’année, Jean-Luc Sanjose

se voit confier la responsabilité

commerciale de Dimo Maint. Filiale à

100 % de DIMO Gestion, Dimo Maint est

le résultat de la fusion entre Ithec International

et Dimo Gestion. Diplômé en

marketing et management européen à

l’école de commerce IDRAC Lyon et d’un

BA(Hons) en Business Administration

au sein de la Bristol Business School

(Royaume-Uni), Jean-Luc Sanjose a

démarré sa carrière en 2004 comme

ingénieur d’affaires au sein d’une SSII

toulousaine spécialisée dans les projets

d’informatique mobile. Ayant intégré

Solutions apporte quant à elle au réseau

de l’Université Lean 6 sigma son

approche de la maintenance par les

processus, son expertise en organisation

et rappelle la nécessité d’intégrer

la maintenance dans toute démarche

Qualité.

Créée en 2003, l’Université lean 6 sigma

a pour vocation l’échange des pratiques

d’amélioration des performances suivant

le Lean 6 Sigma et la certification

de compétences telles que Green Belt,

Black Belt, Lean coach à partir des exigences

normatives internationales en

vigueur. n

Dimo Gestion en 2006 en tant qu’ingénieur

commercial GMAO, M. Sanjose

travaille au départ sur la vente de la

solution Axel auprès des moyennes et

grandes entreprises et réussit le lancement

de l’activité sur le marché hospitalier

(santé). En 2009, il a participé à

la réorganisation commerciale liée à

la fusion des activités GMAO de Dimo

Gestion et d’Ithec International. Dimo

Maint compte 1 500 clients, une gamme

élargie de 4 solutions (MicroMaint,

MiniMaint, MaxiMaint et AxelMaint),

25 collaborateurs et 2,5 M€ de chiffre

d’affaires en 2010.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

45


Pratique

> Location

Les loueurs à l’heure

d’Internet

Peu affectée par la crise, la location d’équipements et de matériels est en

train de vivre une mutation avec le recours aux plates-formes sur Internet.

M&E. Quels sont aujourd’hui les

attentes et les besoins des donneurs

d’ordre en matière de location

de matériels ?

Alexandre Woog. Le matériel

doit répondre à un besoin précis

pour une durée précise. Toutefois,

avec les retards dans les

travaux, un prolongement de la

durée de location doit toujours

être possible. Généralement, c’est

la maintenance et le service qui

deviennent le plus important et

qui peuvent être facturés de façon

élevée, quitte à diminuer le

prix de la location pour attirer

le client.

Vis-à-vis d’une éventuelle typologie,

il s’avère que nous retrouvons

tout type de profil sur

e-loue, du particulier bricoleur

du dimanche qui a besoin d’une

perceuse pour une journée seulement,

à la location d’un échafaudage

par des professionnels pour

toute la durée d’un ravalement

de façade (par exemple), jusqu’à

une bétonnière, un groupe électrogène,

un appareil de levage…

les professionnels peuvent chercher,

sur notre site, à avoir du matériel

d’appoint, voire même du

matériel de remplacement (c’est

notamment le cas si un appareil

tombe en panne, ou se casse). »

M&E. En quoi la crise a-t-elle affecté

ce secteur ?

Alexandre Woog. Dans la mesure

où la crise économique a engendré

moins de constructions

immobilières, le nombre de locations

de matériels a pu être, dans

une certaine mesure, en chute.

Pourtant, dans le même temps,

la crise économique pousse à la

location, notamment du fait que

l’achat n’est plus possible, les financements

étant bloqués.

M&E. Quelles seraient les évolutions

récentes de ce marché ?

Alexandre Woog. La location de

matériel existe depuis très longtemps,

mais la gamme de clientèle

s’est élargie récemment, notamment

avec les particuliers qui

réalisent eux-mêmes de gros travaux

par souci d’économie, mais

également avec les petites structures

professionnelles disposant

de moyens d’investissement limités.

M&E. Quel est l’apport de l’Internet

? Est-il maîtrisé par les

loueurs traditionnels et les entreprises

? Que peuvent apporter

les nouveaux opérateurs

comme vous ?

Alexandre Woog. Internet permet

de faire jouer la concurrence

et apporte une réelle transparence

sur les prix… lorsqu’ils sont

affichés. Grâce à Internet, nous

permettons également de faire

une réservation et un paiement

en ligne (ce qui n’est pas proposé

par les gros organismes comme

Loxam ou Kiloutou). Ce canal évite

au client de se déplacer pour

rien et lui fait gagner du temps en

magasin, ce qui permet de gérer

plus de clients et d’augmenter la

productivité tout autant que le

chiffre d’affaires.

Une plate-forme comme la nôtre

permet d’apporter un canal

de distribution supplémentaire.

Nous agissons donc en apporteur

d’affaires. Pour les loueurs

qui le souhaitent, nous proposons

également un paiement en ligne

sécurisé, ainsi qu’une gestion de

leur parc de matériel et de leur

activité de location (stock, disponibilité,

planning, fichier client,

statistiques…).

Généralement, les loueurs de matériels

s’adressent à des clients

professionnels, il s’agit donc d’un

marché en « b to b ». Et dans ce

cas, les offres ne sont réservées,

sur www.e-loue, que par des pros.

Mais notre plate-forme est aussi

très intéressante pour ceux qui

voudraient élargir leur clientèle à

des marchés de particuliers.

En tant que nouvel opérateur du

marché, nous jouons aussi le rôle

de comparateur de prix, ce qui est

très bénéfique pour le client. De

plus, on indique la disponibilité

du matériel à proximité au plus

près de chez le client, les horaires

d’ouverture des magasins, etc.

Propos recueillis

par J.-F. Romain

Plate-forme locative

e-loue est une plate-forme locative qui met en

relation les propriétaires et les locataires d’objets.

Le site s’adresse aussi bien aux particuliers

qu’aux professionnels, et permet une gestion

simple et intuitive des plannings de réservation,

des stocks, du parc de matériels, des

clients…

46

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Pratique

> Déchets

Réduire les coûts de

gestion des déchets

La gestion des déchets représente pour toutes les entreprises et toutes

les activités industrielles une contrainte d’autant plus lourde que la

réglementation se fait plus pressante et que les taxes augmentent.

Cependant, les leviers d’optimisation ne manquent pas.

Le montant des dépenses affectées

chaque année pour gérer

et traiter les 26 millions de

tonnes de déchets industriels

en France s’élève à 4,9 milliards d’euros.

23 millions de tonnes constituent des

déchets dits banals, assimilables aux

ordures ménagères par leurs filières de

collecte et de traitement, et 3 millions

sont des déchets dits dangereux.

Dans un contexte où les engagements

du Grenelle environnement se sont traduits

il y a deux ans par des objectifs

quantifiés et un plan d’actions ambitieux

concernant les déchets, ceux-ci

sont aujourd’hui et plus que jamais au

cœur des préoccupations des entreprises

et des industries. L’un de ces objectifs

est notamment de réduire d’ici

2012 de 15 % les déchets incinérés et

stockés, et pour ce faire la TGAP (taxe

générale sur les activités polluantes)

est amenée à augmenter, voire même à

être doublée sur certains déchets dans

le but de favoriser ainsi la prévention

et le recyclage des déchets.

Chaque étape est

un poste de dépense à

optimiser

« En conséquence, les industriels sont

aujourd’hui amenés à revoir et à optimiser

davantage la gestion de leurs déchets,

et notre rôle est de les y aider, poste par

poste, de la collecte au traitement, sans

oublier le transport ou le stockage », explique

Bruno Costes, consultant et spécialiste

de la gestion des déchets de la

société Expense Reduction Analysts. Il

considère en effet que chaque étape de

la gestion des déchets est potentiellement

source d’optimisation et d’économie.

Ainsi, la simple classification des

déchets peut générer des dépenses inutiles.

« En analysant cette classification et

en requalifiant correctement chaque déchet,

les économies peuvent aller jusqu’à

15 % », commente Bruno Costes.

Autre étape du processus de gestion

des déchets que l’on peut optimiser : le

stockage, avec par exemple la mise en

place de compacteurs, qui permettent

de multiplier par cinq la capacité de

stockage. Cette réduction du volume

des déchets permet aussi d’optimiser

leur collecte et leur transport.

Le tri et le traitement des déchets

constituent eux aussi des postes de

dépenses importants et sur lesquels il

existe de nombreux points d’optimisation,

comme la possibilité de faire appel

à des prestataires et outils de traitement

différents et spécialisés en fonction

de la nature des déchets.

« La gestion et le traitement des déchets

est une catégorie de dépenses qui nécessite

des compétences et des connaissances

techniques et logistiques particulières, très

spécifiques, ainsi qu’une veille permanente

du marché, des prestataires, des nouvelles

techniques et technologies. Au sein

des entreprises, ce sont les responsables

QHSE (qualité/hygiène/sécurité/environnement)

qui sont en général en charge de

ce type de dépenses, et malheureusement

le large spectre de leurs responsabilités ne

leur permet pas d’être aussi spécialisés ou

de passer suffisamment de temps sur le

sujet », note Bruno Costes.

Les spécialistes d’Expense Reduction Analysts

ont tous une spécialité, qu’ils approfondissent

et enrichissent chaque jour au

contact du marché : ce savoir-faire et ces

compétences permettent aux entreprises

de bénéficier non seulement d’une analyse

approfondie et poste par poste de

leur gestion des déchets, mais aussi de

la mise en place et du suivi de nouveaux

prestataires, processus et outils nécessaires

pour optimiser cette importante ligne

budgétaire. « Les économies réalisées par

les entreprises que nous accompagnons

sont parfois impressionnantes, commente

M. Costes. L’analyse très détaillée des dépenses,

la compréhension des contraintes

et objectifs de l’entreprise ainsi que le

temps passé et le recul que nous apportons

sur chaque dossier nous permettent

d’amener une vision nouvelle et de trouver

ainsi des points d’optimisation concrets,

toujours dans un souci de préservation ou

d’amélioration de la qualité. »

Les consultants d’Expense Reduction

Analysts accompagnent les entreprises

durant un an et demi, 18 mois pleins, notamment

sur la délicate phase de mise

en place des nouvelles solutions, et en

assurant durant tout ce temps un véritable

transfert de compétences vers la

personne en charge de ce poste au sein

de l’entreprise. « Il s’agit là d’un véritable

partenariat, conclut, non sans satisfaction,

Bruno Costes, source non seulement

d’économies immédiates pour l’entreprise,

mais aussi de valeur ajoutée humaine,

puisqu’il lui permet de former le responsable

interne adéquat, assurant ainsi la

pérennité des économies générées. » n

C. L.

48

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

49


Manutention

Mécalux

> Sécurité au travail

Systèmes de

manutention et

rayonnages industriels

En février dernier Préventica et le Cisma organisaient à la Maison de la

mécanique, à Paris, une table ronde sur l’impact de la sécurité dans le choix

et l’utilisation des équipements de manutention, levage et stockage. Daniel

Joly, DG de Mécalux France est intervenu sur la sécurité en entrepôts.

La société Mécalux intervient

dans le domaine du stockage,

du rayonnage, de la manutention

et de l’automatisation

des entrepôts. Je pensais que les entrepôts

étaient des environnements sûrs.

J’ai découvert que le taux de fréquence

et le taux de gravité des accidents y

étaient deux à trois fois supérieurs à

la moyenne nationale, et étaient plus

importants même que dans le secteur

du BTP. Je me suis alors dit qu’il fallait

travailler sur ce sujet, d’autant plus que

les chefs d’entreprise doivent garantir

la santé et la sécurité de leurs salariés

au sein de leurs établissements. Le Document

unique d’évaluation des risques

y participe, car il recense tous les risques

éventuels de l’entreprise. Une fois

ce document établi, on élabore un plan

d’actions, selon deux axes, l’un portant

sur l’organisation et l’autre sur les équipements.

Les contraintes de la

réglementation

Concernant l’organisation du travail, les

actions peuvent porter sur :

– l’optimisation des flux internes ;

– la mise en place éventuelle d’une alternance

de tâches ;

– une réduction des cadences de travail

;

– le conditionnement, afin de faciliter

la préhension des charges ;

– une réduction des charges unitaires.

Jusqu’en décembre 2009, les femmes

travaillant en entrepôt pouvaient porter

des charges allant jusqu’à 15 kg et les

hommes jusqu’à 105 kg dans certaines

conditions. Une nouvelle norme vient

d’être publiée, qui limite ces valeurs à

15 kg, pour les hommes comme pour

les femmes, et 25 kg dans certaines

conditions, sans jamais dépasser 10

tonnes manœuvrées dans une journée.

L’un des principaux leviers de réduction

des accidents est la mécanisation

des opérations de manutention. Celle-ci

peut se traduire par l’utilisation

d’un simple transpalette, d’un chariot

élévateur, en passant par de véritables

installations, partiellement ou totalement

automatisées.

Les installations les plus modernes sont

capables d’alimenter les postes de picking

de plusieurs centaines de colis par

heure. Sur la partie stockage, beaucoup

d’actions ont été réalisées afin d’améliorer

la sécurité des utilisateurs. Néanmoins,

dix accidents mortels sont survenus

en France ces vingt dernières années,

causés, dans la majorité des cas, de

chocs immédiats sur les rayonnages, ou

de défauts de maintenance. Pourtant,

les rayonnages n’ont jamais été aussi

sûrs qu’aujourd’hui. Un arsenal de normes

et de recommandations encadre

leur conception : la norme EN 15512,

ainsi que le document D771, distribué

par la CRAM et réalisé par l’INRS, répertoriant

toutes les bonnes pratiques

liées à l’activité de rayonnages.

Le risque, concernant les rayonnages,

se situe au niveau de l’exploitation. En

effet, les palettiers sont des ouvrages

très techniques, mais peu d’entreprises

en sont conscientes.

Des contrôles

systématiques

Pourtant, il est possible de stocker, sur

une seule travée de rayonnages, l’équivalent

du chargement d’un camion, soit

une masse de 24 tonnes, sur quelques

centaines de kilos de rayonnages seulement,

sans que, la plupart du temps,

ces installations soient vérifiées par des

intervenants compétents et formés. Le

risque majeur ne porte donc pas sur le

dimensionnement et le calcul des rayonnages,

mais sur leur durée de vie.

Là encore, il existe une norme, l’EN

15635, permettant une utilisation de

rayonnages en toute sécurité. Elle met

l’accent sur un contrôle systématique

et régulier des rayonnages, et préconise

la réalisation d’un contrôle annuel

par un expert extérieur. Cependant, elle

est relativement peu connue. Nous,

constructeurs, avons pour mission d’informer

nos clients, ce que nous faisons

dans notre documentation. Nous leur

proposons également d’auditer leurs

installations. Il nous reste à travailler,

sur le plan syndical éventuellement,

afin de rendre obligatoires les visites

de contrôle annuelles. n


Daniel Joly

50

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Gestion

> Retour d’expérience

Inventaire et maintenance

Spie Sud-Ouest et Cinetic Service mettent en œuvre un système d’inventaire

mobile et temps réel reposant sur la RFID, pour gérer la maintenance d’un

équipement particulièrement sensible.

La garnison de Montauban

(Midi-Pyrénées)

abrite une base

de soutien matériel de

l’armée et un Centre national de

maintenance automatisé… des

parachutes (CMAP). Des milliers

de parachutes en partent et y reviennent

par containers entiers,

pour équiper les régiments et les

lieux d’interventions. Le niveau

de maintenance doit être au plus

haut, question de sécurité vitale

pour un équipement tout particulièrement

sensible.

Tous les parachutes doivent être

inspectés et reconditionnés régulièrement,

leurs pièces strictement

vérifiées dans le détail.

Pour le CMAP de Montauban, gérer

de façon efficiente le stock,

c’est aussi savoir immédiatement,

et de façon totalement

fiable, le nombre précis de parachutes

en stock central et en

circulation, leurs dates de mise

en service et de renouvellement

prévues, etc. Une gestion complexe

quand on sait que le parachute

est un équipement se composant

de plus d’une quinzaine

de pièces avec des durées de vie

spécifiques, que les parachutes

ont des conditions d’exploitation

qui ont une incidence sur leur pérennité

(saut en milieu humide,

saut sur terre…) et qu’il existe,

en outre, différentes catégories

de parachutes militaires : parachutage

humain avec ouverture

automatique ou avec ouverture

commandée, parachutage de matériel

et d’approvisionnement…

Le maintien en condition opérationnelle

de la CMAP est géré par

le groupement d’entreprises Spie

Sud-Ouest et Cinetic Service sur

la base d’un marché quinquennal.

En 2009, le groupement d’entreprises

concourt à un appel d’offres

lancé par la DGA (direction

« Un équipement complexe de

plus d’une quinzaine de pièces avec des

durées de vie spécifiques »

générale de l’armement) pour

améliorer le système d’informations

afin de lui donner plus

de réactivité : il lance un appel

d’offres au terme duquel Jidelec

est sélectionné. « Jidelec offrait

le meilleur rapport qualité/

prix, avec une solution éprouvée

sur d’autres cas de maintenance

de pièces détachées », témoigne

Jean-Luc Bidondo, chef du service

maintenance industrielle de

Spie Sud-Ouest. « Trois ou quatre

sociétés nationales ont répondu,

Jidelec avait en plus l’avantage

d’être implantée sur la région. »

La durée de vie

d’un parachute

dépend

fortement de

ses conditions

d’exploitation,

saut en zone

humide ou

terrain sec

par exemple

Maintien en

condition

opérationnelle

Jérôme Delorme, directeur de

Jidelec, reconnaît pour sa part

que le projet, initialisé en mars

2010, a amené sa société à innover

pour satisfaire à cette application

de gestion des équipements

en temps réel reposant

sur la technologie RFID : « Nous

52 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


automatisés

avons pu proposer une solution à

haute performance compte tenu

du caractère sensible de l’équipement,

mais qui rentre dans notre

cœur d’expertise en ingénierie

mobile. »

L’acquisition du « Système Informatique

Lecteur Enregistreur »

(SILE) a été conduite par l’unité

de management des opérations

Les prestataires

Filiale régionale multitechnique de Spie

SA, Spie Sud-Ouest opère les activités du

groupe (génie électrique, climatique et

mécanique) dans une région qui couvre

le territoire des trois régions administratives

du Grand Sud-Ouest en France (Aquitaine,

Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon)

ainsi que le Portugal et l’Espagne.

Avec 50 implantations, l’entreprise est à

même de proposer un service de proximité

et une offre diversifiée multitechnique

et multimétiers. Spie Sud-Ouest emploie

3 580 personnes.

Jidelec développe et commercialise des

solutions pour la collecte de données au

service des entreprises et des collectivités

locales. Les solutions clés en main

proposées associent logiciels métiers et

matériels (terminaux durcis, PDA tactiles

Jérôme

Delorme,

directeur

de Jidelec :

« Notre

société a

innové pour

satisfaire

à cette

application de

gestion des

équipements

en temps réel

reposant sur

la technologie

RFID. »

Windows Mobile), périphériques d’identification

automatique (RFID UHF, datamatrix).

Elle est l’un des partenaires historiques

du fabricant de terminaux Psion en

France. Ses principaux domaines d’intervention

sont les utilities (relève de compteurs

d’eau, gaz, électricité), le transport

de voyageurs (délivrance de titres de transport),

la logistique et la maintenance (traçabilité

des flux logistiques ou des biens

d’équipements, interventions terrain, inventaires).

La société dont le siège est

à Toulouse compte 25 personnes. Parmi

ses références, quelques grands comptes

et importantes PME/PMI comme Thalès,

Dekra, Air France, groupe Poult (biscuits

à marque de distributeurs), Veolia et naturellement

le ministère de la Défense et

Spie.

d’armement terrestre (UM-TER)

de la Direction des opérations de

la Direction générale de l’armement

(DGA). La direction des

opérations conduit les programmes

et opérations d’armement

et exécute les travaux d’études

amont. En liaison avec les étatsmajors

et en assurant la cohérence

entre programmes, la direction

des opérations est chargée

de l’acquisition des systèmes

d’armes, équipements de défense,

matériels et logiciels au profit

des forces dans le respect des

coûts, délais et performances.

Ce « grand service de programmes

» est composé de ce que l’on

pourrait appeler des « super-segments

de management » : les dix

unités de management. L’objectif

est de veiller à la bonne adéquation

des ressources aux projets

et de généraliser les meilleures

pratiques, dans un souci d’efficacité

et de simplicité. Il s’agit

également de donner la priorité

à l’opérationnel. L’unité de management

TER conduit les opérations

d’armement du domaine

terrestre aussi bien pour les armées

que pour la gendarmerie.

Dans son domaine, elle exécute

les programmes de recherche.

Jidelec a fourni un système complet

de mise à jour des stocks depuis

des sites distants : parc de

terminaux mobiles durcis communicants

(c’est le PDA Psion

Workabout Pro qui a été retenu),

intégrant, outre un mode 3G,

une électronique spécifique pour

répondre au cahier des charges

et permettant l’exploitation des

puces RFID d’identification des

parachutes.

L’application a été testée en juin

2010 et tourne aujourd’hui en

grandeur réelle. Un parachute a-

t-il été utilisé ? Il est alors grossièrement

replié par le militaire

utilisateur avant d’être restitué à

sa base : l’agent de maintenance

sur place, doté du terminal fourni

par Jidelec, scanne alors en quelques

clics à la réception les différentes

pièces constitutives de

l’équipement et saisit un compte

rendu d’intervention. Ces informations

sont immédiatement remontées

au système d’information

central, à savoir le système

informatique lecteur enregistreur

(SILE). Les parachutes sont ensuite

renvoyés par container à

Montauban pour révision et remise

en circulation. n

F. P.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

53


Nouveaux produits

> Outils à main

Facom élargit la

gamme Protwist

Avec les 200 références de sa gamme Protwist, Facom propose une

solution complète de vissage et élargit son offre avec un nouveau tournevis

à zone de frappe.

ce aux efforts, aux chocs, à

l’abrasion, à la casse et aux

produits chimiques. Enfin,

la lame en acier au carbone

silicium 73MO très robuste

et très résistante. La gamme

Protwist Shock est constituée

de 13 références unitaires

de différentes dimensions et

empreintes différentes, repérables

avec des codes couleur

et des pictogrammes.

Des outils

résistants à la

corrosion

Les clés et tournevis de la

gamme Inox utilisent l’acier

inoxydable X46Cr13 utilisé

en coutellerie alimentaire

haut de gamme, pour des

outils de chirurgie ou des disques

de frein. Cet acier présente

le meilleur compromis

entre résistance à la corrosion,

caractéristiques mécaniques

et usinabilité.

Pourquoi utiliser des outils

Inox ? L’utilisation de tournevis

et clés en acier inoxydable

est indispensable pour

conserver les caractéristiques

antirouille des vis Inox. Lors

du vissage, un outil standard

dépose inexorablement des

particules métalliques qui

finissent par rouiller, contaminant

les vis Inox. Seul un

tournevis Inox garantit la

non-contamination de la vis

DR

et donc sa grande résistance

à la corrosion. Les outils en

acier inoxydable Facom ne

subissent aucune détérioration

lors d’une stérilisation (y

compris les parties soft des

manches). Ces résultats ont

été mesurés suite à des tests

de stérilisation en autoclave

et tests bactériologiques réalisés

au sein de Enilbio (École

nationale d’industrie laitière

et des biotechnologies).

Le cœur du manche en polyamide

assure à l’utilisateur

une extrême résistance aux

efforts et aux chocs évitant

la casse. La liaison manchelame

est à toute épreuve.

La lame a une grande résistance

à la flexion. Le revêtement

soft du manche a

été conçu pour résister aux

chocs et aux produits chimi-

Le nouveau Protwist

Shock permettra

aux professionnels

de « décoller » une

vis bloquée ou un collier récalcitrant

en appliquant des

chocs légers sur le tournevis.

On pourra également

s’en servir comme burin ou

chasse-goupille. Ce tournevis

a été étudié pour une sécurité

des utilisateurs et une

prise en main optimale. Le

modèle offre une transmission

optimale du choc et une

réduction notoire du rebond

du marteau et des vibrations

dans la main. La liaison entre

la lame et l’insert métallique,

assurée par un polyamide

spécifique, permet une

excellente transmission de

l’énergie de frappe et l’atténuation

du contre-choc à

l’origine du rebond et des vibrations

dans le manche.

La robustesse et le confort

d’utilisation du tournevis

sont dus aux quatre éléments

le constituant : l’insert métallique

large et bombé, intégré

dans le manche pour

protéger la zone de frappe ;

le revêtement soft du manche

assure un grip efficace

et confortable pour une utilisation

en toute sécurité lors

de la frappe ; l’association des

différents polymères techniques

constituant le manche

garantit une grande résistanques.

La précision du vissage

est optimisée. La prise en

main ferme et confortable

du manche évite l’échauffement

de la paume de main,

les frottements de la peau et

limite les efforts, permettant

de visser avec un maximum

de confort et d’optimiser le

passage du couple. Les tournevis

Inox intègrent aussi des

codes couleurs et pictogrammes

pour repérer facilement

le bon outil.

Conseils

d’utilisation et

précautions

d’emploi

Pour assurer leur longévité,

les outils Inox doivent être

entretenus et essuyés régulièrement

afin d’éviter les

risques de contamination

par les outils

ou vis en acier ordinaire.

L’idéal étant

de ne pas entreposer

des outils en acier

inoxydable avec des

outils en acier ordinaire.

Les outils Inox

présentent une très

grande résistance à

la corrosion, mais

sont susceptibles

de finir par rouiller

s’ils ne sont pas correctement

entretenus.

n C. L.

54

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Protection des mains.

Gant chauffant ZES de Rostaing

Nouveaux produits

Le gant ZES (Zone Energizer System) de

Rostaing est le premier gant chauffant

pour applications industrielles. Grâce

à un système électronique programmable,

il est désormais possible de réchauffer

les mains à intervalles réguliers

définis en fonction des conditions

de travail ou d’intervention en milieux

de froid extrême. Selon les différentes

contraintes mécaniques, il est possible

de choisir entre différents matériaux

ou de les combiner : cuirs, textiles, textiles

enduits… Doublures : en fonction

des exigences d’isolation, de confort et

de dextérité, différentes doublures sont

disponibles. Une membrane imper-respirante

complémentaire pourra assurer

l’étanchéité du gant. Si nécessaire, une

protection contre les risques de coupure

sera apportée par des doublures à base

de para-aramide ou de Dyneema®. Coupe

et montage : choix entre différents

types de coupe ou de montage selon la

dextérité et la résistance recherchées.

Coloris, design et accessoires : possibilité

d’adjonction de bandes rétroréfléchissantes

haute visibilité, de broderies,

serrages autoagrippant, mousquetons…

Le système de chauffe : le concept de

gant chauffant ZES prend en compte

l’adaptation du système de chauffe qui

agit sur le dos de la main et des doigts. Il

intègre un système électronique exclusif

basé sur un tissu chauffant. Ce système

fonctionne sur batteries rechargeables

offrant une autonomie de 2 à 4 heures

DR

(50 cycles de chauffe de 3 minutes).

Il est programmable afin d’adapter les

temps de chauffe aux contraintes de

travail : températures et durée d’exposition.

Protection des mains.

Gants pour le soudage

Vêtement de travail.

Textiles techniques pour

travailler en confort

DR

DR

Le WorkGuard 43-216 de Ansell Healthcare est un gant de

protection pour soudeurs assurant des niveaux de protection

élevés contre les projections de métal en fusion et la chaleur

par conduction. Outre une protection thermique, ce gant particulièrement

durable offre également une bonne protection

contre l’abrasion, les coupures et la perforation. Fabriqué en

cuir fendu très résistant à l’usure, le gant est renforcé au niveau

de la paume et doté de coutures en Kevlar. Confortable

grâce à sa doublure en coton, ce gant pour travaux lourds

est pourvu d’une manchette allongée qui porte sa longueur

totale à 41 cm protégeant l’avant-bras. Sa conception avec

crispin garantit de surcroît un enfilage et un retrait aisés (ce

gant est certifié de catégorie III pour la protection contre les

hautes températures).

S’inspirant des vêtements de sport, Concept propose un

t-shirt, Iceberg Coolmax haute performance. Légère, souple

et perméable à l’air, cette maille est très agréable à

porter. Pour accroître le confort et gérer les variations

de températures quotidiennes ou saisonnières, Concept

conseille de l’associer au nouveau pull STOP’R avec membrane

coupe-vent et imper-respirante. Cette combinaison

des tissus techniques accentue le transfert rapide d’humidité

et l’effet thermorégulateur. T-shirts, pulls et blousons

de la gamme Newind au look sport sont élaborés

dans l’atelier Tricots Bonnemaille à Mazamet (81), pour

la conception de nouveaux modèles et la réalisation de

prototypes et de petites séries. L’unité de production est

basée en Roumanie.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

55


40 ans d’expérience en maintenance

50 techniciens à votre service

• Dépannage sur site

• Pièces mécaniques diverses de moyennes

et grandes dimensions (max 40 t.)

• Usinage sur site

• Réparation par soudure, rechargement

Contact : f.lorcerie@aref.fr Tél. : +33 473 801 768

www.aref.fr

Mesure des bruits

dans l’environnement.

Le Smart Noise

Monitor DUO

01dB-Metravib a

créé un nouveau

concept de mesure

acoustique et

un nouveau produit

associé, réunis sous

un même nom

DUO. Ce « Smart

Noise Monitor »,

présenté officiellement

le 5 octobre dernier, s’impose comme le parfait intermédiaire

entre les solutions de sonométrie classique et de

surveillance acoustique, avec trois atouts phares : une conception

« tout intégré » pour une simplicité de synchronisation

et de codage qui facilitent les interventions de l’acousticien ;

un calibrage immédiat des appareils après la mise en place

de la source sonore étalon sur les microphones ; une solution

sans fil Wi-Fi et communicante (via le modem 3G intégré) qui

permet le suivi des mesures à distance en temps réel, sur l’ensemble

des instruments installés, ainsi que le rapatriement

des informations sans intervention de l’opérateur in situ. Accessibles

au travers d’une page Web dBDUO, les Smart Noise

Monitor DUO peuvent être configurés, vérifiés, interrogés et

testés en toute simplicité, sans aucune application à installer.

Santé/Sécurité au

travail. Une première

pour la protection de la

tête

EVO 8 Blue est le premier casque

de sécurité au monde développé

pour être conforme à

la norme EN14052 qui vise à

réduire le nombre d’accidents

mortels sur les chantiers et en

industrie constatés jusqu’à présent

malgré le port de casques répondant

à la norme EN397. En effet, la

norme

EN14052 exige la réalisation d’un test beaucoup plus violent

porté sur tout le contour de la tête (EN397, test de 5kN

effectué seulement sur le dessus du casque). Les secteurs

concernés par ce produit sont évidemment les plus exposés

au risque tels les chantiers élevés, les industries minières, les

industries de l’énergie, l’industrie pétrochimique. Ce casque

intègre un insert en EPS, un harnais en textile renforcé et une

molette de serrage. Les ventilations sont en option, le casque

pouvant offrir une isolation électrique jusqu’à 440 V.

DR

DR

56 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


DR DR

Produits de

maintenance.

Gamme Jelt 100 %

naturelle

La nouvelle gamme de produits

de maintenance JELT

BIO+ développée par ITW

Spraytec est 100 % naturelle

biodégradable, conçue sans

aucun solvant et sans COV, et

réalisée uniquement à base

d’huiles végétales. Elle couvre

une large palette de besoins

spécifiques en maintenance

industrielle avec quatre produits

adaptés : JELT/Graisse BIO+ graisse multi-usages

biodégradable, JELT/DEGRIP’LUB BIO+ dégrippant lubrifiant

biodégradable, JELT/Nettoyant BIO+ nettoyant

dégraissant biodégradable et enfin JELT/Huile de coupe

BIO+ lubrifiant biodégradable.

Dégrippant

multifonction

ininflammable

Avec le KF5 Ultra, CRC KF offre le premier

dégrippant multifonction ininflammable

au PTFE avec un système

unique de double diffusion. Pour faciliter

les opérations de maintenance,

d’entretien et de protection, cette solution

polyvalente, en une seule application,

dégrippe les pièces, en chasse

l’humidité, nettoie les résidus, lubrifie

les surfaces et les protège de la corrosion.

Grâce au système exclusif de

double diffusion, l’application est parfaitement

réalisée et dans des conditions

de sécurité optimales puisque

la formulation au PFTE et le propulseur

sont ininflammables. La texture

huileuse invisible est capable de pénétrer

même dans les porosités les

plus fines pour dégripper les pièces

bloquées. Il traite toutes les pièces, en métal, alliage,

plastique ou en caoutchouc en déposant un film adhérent

qui diminue les frottements, l’usure et les phénomènes

d’échauffement, particulièrement sensibles

sur les pièces en mouvement. Le KF5 Ultra repousse

l’eau, l’humidité et la condensation des pièces métalliques

traitées. Sa formule au PFTE renforce son action

contre les résidus et les salissures et crée en plus une

barrière anti-poussière.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

57


Nouveaux produits

DR

Pour des réparations

d’urgence

Spécialiste de la réparation, Sinto propose

une gamme de produits pour tout réparer

facilement et rapidement : colles, adhésifs,

joints, mastics, stop rouille, dégrippants… en

petits conditionnements. Dans la gamme :

Dégrip’ Goutte (une goutte suffit pour dégripper

tous types de mécanismes, supprimer

les grincements) ; Ruban Colle pour tout

fixer sans clouer, une fixation double face superpuissante.

Mastic Époxy Universel pour souder, assembler,

boucher en 5 minutes tous les matériaux, ce mastic résiste

à l’eau, aux chocs et aux intempéries (convient pour réparer

les fuites de canalisations, pompes, etc.). Stylo Stop Rouille,

antirouille qui ne coule pas pour protéger les métaux contre

la formation de la rouille ou la stopper lorsqu’elle s’est installée

(stylo avec bille-feutre qui s’alimente automatiquement

en appuyant sur l’embout). Colle Cyanocrilate pour collages

délicats grâce à la prise ultra rapide. Ruban Autosoudable pour

colmater les fuites de durite et pour tous types de tuyauteries

et isolations électriques (fonctionne par étirement du

ruban). Colle Néoprène Gel haute résistance pour tous les

matériaux. Ou encore le Joint moteur qui remplace les joints

de toutes formes et de toutes dimensions…

Chauffage.

Locarest répond aux

besoins ponctuels

Soufflants, radiants,

fuel ou électriques,

les systèmes de

chauffage proposés

par Locarest

peuvent être loués

pour des opérations

ponctuelles comme

pour le chauffage

de locaux en

période hivernale dans l’industrie (chauffage d’un poste

de travail), les entrepôts de stockage, les magasins… Les

systèmes au fuel, avec une capacité de chauffe de 900 à

3 000 m 3 , sont équipés d’échangeur pour l’évacuation des

gaz de combustion, ce qui permet de chauffer en toute sécurité

un local occupé. Ces matériels, installés à l’extérieur

d’un bâtiment ou d’une structure, sont équipés d’une gaine

qui dirige l’air chaud vers le lieu à chauffer pour des volumes

allant jusqu’à 4 000 m 3 . Pour les locaux non équipés

en source d’énergie, Locarest dispose d’une offre complète

de groupes électrogènes permettant de s’adapter à toutes

les situations.

DR

58

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Informatique mobile.

Une tablette robuste

multi usages

Motion Computing propose sa première tablette PC ultra

légère et renforcée. Ce modèle CL900 est équipée du dernier

processeur Intel®Atom « OakTrail » offrant un équilibre

entre performance et autonomie. La tablette est protégée

par une coque renforcée et répond aux standards IP-52 et

MIL-STD-810G, résistant aux chocs, à l’humidité et à la

poussière. Son écran en verre Gorilla supporte à la fois la

technologie capacitive ‘Dual Touch’ et le stylet actif. Cela

permet la navigation au doigt et la capture d’informations

au stylet. Cette tablette PC, polyvalente et sous Windows

7, s’adapte aux applications de l’entreprise, hébergées directement

sur la tablette ou disponibles sur le Cloud. Elle

peut intégrer des périphériques tels qu’un lecteur de codes

à barres et un lecteur d’empreintes digitales.

Pour des conditions

extrêmes

Second modèle de la série

introduite par Logic Instrument,

le Fieldbook C1 est

un PC convertible qui offre

les avantages d’une tablette

PC et d’un ordinateur portable.

Son poids plume (2,5 kg)

et sa poignée permettent

un transport facile

et une utilisation

dans des conditions

extrêmes : il

est conforme à la norme

MIL-STD-810G garantissant

résistance aux chocs, vibrations,

intempéries ainsi qu’aux chutes (jusqu’à

1,22 m), et il est capable de fonctionner dans des environnements

oscillant entre -20 °C et +50 °C. L’écran tactile

orientable Dual mode (tactile et Digitizer) permet de le

configurer comme un ordinateur portable ou comme une

tablette PC, pour une utilisation au bureau et en situation

de mobilité.

60 M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Informatique mobile.

PC Terra MOBILE

robuste et semi-renforcé

Le Terra MOBILE 1330, Notebook Robuste (à gauche), est

doté d’une coque en magnésium pouvant amortir une chute

de 70 cm, un clavier étanche, un système antivibrations

pour protéger le disque dur embarqué, des trappes pour

protéger les connectiques de la poussière. Compact, il ne

pèse que 2 kg et est muni d’une poignée ergonomique pour

faciliter son transport. Sous Windows XP Professionnel, il

est doté du processeur Intel Celeron Processeur SU2300

(1,20 GHz). Il embarque un disque dur de 320 Go S-ATA

et 2 Go de mémoire RAM de type DDR2.

Pour sa part, le Notebook Mobile 1430 (image de droite)

dispose d’une coque semi-renforcée. 20 fois plus stable

qu’un PC classique, il résiste mieux aux chocs thermiques.

Son écran 14 pouces et son disque dur sont protégés des

vibrations et des chutes. Il est équipé d’un lecteur d’empreinte

digitale (3 kg, processeur Core 2 Duo T6570 à 2,10

GHz, disque dur de 320 Go S-ATA, 3 ports USB 2.0 et un

port PCMCIA de type III).

Alarme et prévention.

Détection de fuite d’eau

Le HWG-WLD proposé par QL3D peut identifier les fuites

d’eau ou les inondations sur toute la longueur de son

capteur. Celui-ci est constitué d’un câble extrêmement

sensible aux fuites de liquide et dont la longueur de détection

peut aller de 0,4 à 85 mètres. Le câble détecte le

plus petit volume d’eau, d’éthylène glycol ou tout autre

liquide conducteur. Quelques gouttes de liquide ou même

une simple condensation d’eau suffisent pour déclencher

l’alarme. Le câble peut être séché et réutilisé. Le HWG-

WLD intègre un serveur Web et une prise en charge SNMP.

Quand une fuite de liquide est détectée, il peut envoyer

un e-mail d’alarme ou déclencher une sirène, une pompe

ou tout autre dispositif.

Janvier-Février-Mars 2011 - M & E - N°621

61


Agenda

Manifestations & Salons

Février 2011

9 & 10

MAINTENANCE

Schweiz 2011

Le salon de référence de la

maintenance en Suisse, organisé

par EasyFairs.

Zürich, Suisse

www.easyfairs.com

Du 22 au 24

PROCEED

Salon professionnel de la soustraitance,

de la fourniture et

des services industriels.

Parc des expositions Metz

Métropole

www.metz-expo.com

23 & 24

MAINTENANCE

Allemagne 2011

Le salon de référence de la

maintenance industrielle en

Allemagne, organisé par Easy-

Fairs.

Duisburg, Allemagne

www.easyfairs.com

Mars 2011

17 & 17

NAVAL MEETING 2011

Convention d’affaires internationale

sur l’innovation dans

les industries navale et nautique.

Palais des Congrès, Bordeaux

Rens. : presse@bordeaux-expo.

com

Mécatronique et automation

Une nouvelle manifestation industrielle

Du 17 au 18

CONGRÈS DU DLR

L’événement annuel de l’association

des distributeurs,

loueurs et réparateurs de matériels.

Reims

www.dlr.fr

Du 22 au 24

RIST - RISF

Rencontres interrégionales de

sous-traitance du Sud-Est, et

Rencontres industrielles des

services et de la fourniture,

organisées par les CCI de la

Drôme et de l’Ardèche.

Parc des expositions, Valence

www.rist.org

Du 29 au 31

EUROPE SITL

Semaine internationale du

transport et de la logistique.

Pour découvrir l’ensemble des

produits et services innovants

dédiés à l’approvisionnement,

la distribution, les infrastructures

et l’immobilier logistique,

les systèmes de manutention

et la supply chain.

Paris Expo, Porte de Versailles

www.sitl.eu

ÉDITEUR

10 e Forum DIMO Gestion

Le Centre des Congrès de Lyon accueille le Forum Dimo

Gestion qui tient sa 10 e édition le 22 mars 2011, sur le thème

« De l’art du management au management de l’art ». Les

« grands » invités annoncés pour ce dixième anniversaire

sont Françoise Nyssen, des éditions Acte Sud, Sylvie Burgat

directrice des Biennales de Lyon et Jean-Louis Foulqier, le

créateur des Francopholies de La Rochelle. Des artistes se

mêleront aux partenaires exposants sur un espace élargi.

À noter des ateliers sur le thème de la maintenance et de

la qualité (www.dimo-gestion.fr).

Du 29 au 31

MACHINE TO

MACHINE 2011

La 6 e édition du salon MtoM

est le rendez-vous des nouvelles

technologies et applications

et fait le point sur

l’évolution des machines

intelligentes reliées par des

réseaux et des technologies

mobiles et sans fil qui sont

gérées par des centres informatiques

capables de décider.

Pour les secteurs les plus

variés, bâtiment intelligent

& domotique, géolocalisation,

gestion de flotte, relève

à distance, RFID, télémétrie,

télésurveillance… Le salon

s’accompagne d’un programme

de conférences. MtoM se

tient dans une manifestation

consacrée à l’électronique

professionnelle et qui comprend

également les salons

rts Embedded Systems (solutions

embarquées), Display et

ESDT (Electronic System Design

and Testing).

Paris Expo, Porte de Versailles

www.salons-solutions-electroniques.com

Du 29 au 31

MAINTEC 2011

Le salon de référence de la

maintenance en Grande-Bretagne,

organisé par EasyFairs.

Birmingham, Royaume-Uni

www.easyfairs.com

Les professions de la mécatronique et de

l’automation regrettaient l’absence d’une

manifestation leur permettant de mettre en

valeur la complémentarité de leur savoirfaire.

C’est ainsi que le lancement d’« Innovative

Mechatronics Automation - IMA »,

répond à cette attente, à l’initiative des deux

organisations professionnelles Artema (syndicat

des industriels de la mécatronique)

et Gimelec (groupement des industries de

l’équipement électrique, du contrôle-commande).

Cet événement original se déclinera

à Lyon (5 et 6 octobre 2011) et à Nantes (6

et 7 décembre 2011) avant d’investir le parc

des expositions de Paris (Porte de Versailles)

les 1 er et 2 février 2012.

Avril 2011

Du 4 au 8

FOIRE DE HANOVRE

2011

La première manifestation industrielle

et technologique

européenne regroupe 13 salons

: Industrial Automation,

Motion Drive & Automation,

Energy, Power Plant Technology,

Wind, MibiliTec, Digital

Factory, ComVac, Industrial

Supply, CoilTechnica, Surface

Technology, MicroNanoTec,

Research & Technology. Cette

année, la France est le pays invité

d’honneur.

Hannover Messe (Allemagne)

www.hannovermesse.de

Du 5 au 7

SIFER 2011

Le salon international de l’industrie

ferroviaire.

Lille, Grand Palais

www.sifer2011.com

Du 5 au 8

INDUSTRIE LYON

2011

Le salon des professionnels des

technologies de production, se

tient conjointement à STIM,

salon de la sous-traitance industrielle.

Parc des expositions, Lyon

www.industrie-expo.com

Du 5 au 8

CEPI LYON 2011

Le carrefour des équipements

pour les process industriels.

Eurexpo Lyon

www.cepi-expo.com

62

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


6 & 7

MAINTENANCE 2011

Le salon de référence de la

maintenance industrielle en

Belgique, organisé par Easy-

Fairs.

Antwerp expo, Anvers,

Belgique

www.easyFairs.com/

MAINTENANCE-BE

13 & 14

UNDERHALLSTEKNIK

2011

Le salon de référence de la

maintenance industrielle en

Europe du Nord, organisé par

EasyFairs.

Malmö, Suède

www.easyfairs.com

Mai 2011

Du 2 au 6

CEMAT

Salon de la manutention, de

la logistique, du transport et

du stockage.

Deutsche Messe, Hannovre

(Allemagne)

www.globalfairs.fr/-Cemat

Du 10 au 12

OUEST INDUSTRIES

Salon interrégional de l’industrie,

dédié à la sous-traitance

industrielle et aux équipements

de production.

Parc Expo Rennes

www.ouest-industries.com

18 & 19

PREVENT’OUEST

Le rendez-vous de référence

pour la qualité de vie au travail.

Rennes

www.preventica.com

Attention : afin de s’assurer

de la tenue des manifestations

annoncées, nous invitons nos

lecteurs à se renseigner

auprès des organisateurs

avant de pla nifier une visite.

Du 24 au 26

CIEN

La deuxième édition du Carrefour

des Industries électroniques

et numériques, organisé

par la Fédération des Industries

Electriques, Electroniques

et de Communication

(FIEEC) et les syndicats GFIE,

SIMTEC, SITELESC, et SPDEI. ).

Un salon pour toute la filière

électronique et numérique.

Paris Expo Porte de Versailles

www.cien-expo.com

Du 25 au 27

SEPEM INDUSTRIES

CENTRE OUEST

Le salon de la sous-traitance

industrielle.

Angers

www.sepem-industries.com

Juin 2011

Du 7 au 9

IRE 2011

International Rental Exhibition

(IRE) est le salon européen

de la location, se tenant

conjointement au congrès

annuel de l’association européenne

de la location (ERA,

Europen Rental Association).

RAI Exhibition Center,

Amsterdam (Pays-Bas)

www.ireshow.com

Sept. 2011

Du 27 au 29

PREVENTICA LYON

Le rendez-vous de référence

pour la qualité de vie au travail.

Lyon Eurexpo

www.preventica.com

Octobre 2011

Du 4 au 6

MESUREXPOVISION

Le salon de la mesure, du test,

de la simulation et des solutions

vision, conjointement

au congrès international de

métrologie.

Paris Expo, Porte de Versailles

www.cien-expo.com

www.mesurexpovision.com

ME 621


Biblio

DR

> Énergie

Or noir : le véritable

état de nos réserves

L’auteur analyse les risques

d’épuisement des

réserves mondiales et

évalue les possibilités

apportées par les nouveaux pétroles

non conventionnels (pétroles

lourds, sables asphaltiques

ou schistes bitumineux) et

par le nouvel eldorado énergétique

: l’Arctique. Dans cet ouvrage

de spécialiste, mais rédigé

dans un langage accessible à

tous, sont abordés de manière

didactique les différents enjeux

économiques et politiques posés

par le chiffrage des réserves

mondiales de pétrole. Docteur en géologie, Yves Mathieu a

occupé les fonctions de chef de projet Réserves et ressources

mondiales en hydrocarbures à l’Institut français du pétrole. À ce

titre, il a participé à l’évaluation des richesses en pétrole dans

les principaux pays producteurs du globe.

Yves Mathieu, Le dernier siècle du pétrole ? La vérité sur les

réserves mondiales, le point de vue d’un géologue, Éditions

Technip, 160 pages.

> Santé

Gérer les accidents

du travail

L’entreprise peut se sentir

démunie lorsqu’il s’agit

d’aborder les différentes

étapes de la gestion

administrative des accidents du

travail. Comment s’effectue la

gestion des arrêts de travail ?

Quels enjeux financiers se dissimulent

derrière la notion de

tarification des accidents du

travail ? Quels sont les recours

en cas de désaccord avec les décisions

de la Sécurité sociale ?

La gestion des accidents professionnels

représente un véritable enjeu financier pour

l’entreprise. Un ouvrage complet, pratique et didactique

pour maîtriser, notamment, les impacts des nouvelles

procédures d’instruction et de tarification. Cet ouvrage

intègre le décret de juillet 2009 entré en vigueur le 1 er janvier

2010, qui réorganise les procédures d’instruction des

ATMP, et le décret du 5 juillet 2010 qui revoit la tarification

des ATMP à compter de 2012.

Les accidents du travail, gestion – tarification – contentieux,

éditions Gereso, 179 pages.

DR

> Fonction

Un nouveau guide

pour les responsables maintenance

C

onsultant et expert reconnu

dans le métier maintenance,

mais aussi dans le Six Sigma

et le Lean, Jean-Paul Souris

propose un guide pratique visant à donner

les clés d’une bonne conduite d’une

gouvernance quotidienne de la fonction

« maintenance ». Il fournit tout ce qu’il

faut savoir pour mettre en place une

politique de maintenance et bâtir un

plan de maintenance préventive. Les

termes de GMAO, Amdec (analyse des

modes de défaillances, de leurs effets

et de leur criticité), gammes, Hazop ou

autre analyse fonctionnelle trouvent

une définition claire. L’organisation de

la fonction en interne ou en mode d’externalisation,

les techniques d’audit et

la gestion singulière en cas de crise ne

sont pas omises. Autres points développés

: les méthodes pour bien accorder

la qualité et la maintenance, pour

définir les indicateurs de maintenance,

mais aussi pour penser la maintenance

en conception (avoir une vision globale

du processus, une culture de la fiabilité,

s’armer des bons outils et concevoir des

aides nécessaires au diagnostic). Enfin,

un chapitre est accordé aux différentes

démarches que l’auteur connaît bien,

TPM, Lean Manufacturing et Six Sigma.

Enfin, l’auteur dresse le profil idéal du

responsable maintenance, accompagné

de quelques propositions pour réussir

le recrutement de ces professionnels

qui exercent, malgré ses difficultés,

« un métier à la fois divers et enrichissant

».

DR

Jean-Paul Souris, Le guide du parfait

responsable maintenance - Assurer

l’efficacité, la qualité et la rentabilité

de sa maintenance industrielle, Lexitis

Éditions, collection « Les pratiques de la

performance », 208 pages.

64

M & E - N°621 - Janvier-Février-Mars 2011


Index des entreprises

et organismes

cités dans ce numéro

01dB-Metravib 56

1Point2 23, 66

ABB 14

Aerzen 32

Afim 8

Air France 10, 53, 66

Air France Industries 10

Air Liquide Welding 6

Alstom Transport 27

Ansell Healthcare 55

Areva 14

Aspaway 6

Berner 6

Bodet 7

Bosch Rexroth 14

Carl 12

Carrefour 6, 10

Caterpillar 38, 39

Cemagref 18

Centre national de la soustraitance

19

Centre technique du décolletage

16

Cetim 7, 16, 19

Cinetic Service 52

Cisma 50

Cofice 19

CompAir 36

Concept 55

Corim Solutions 45

CRC KF 57

CTDEC 11

Dekra 53

Dimo Gestion 45

Dimo Maint 7

e-loue 46

Endel 43

Eneria 38, 39

ENISE 16

Ennovia 6

Eureka Industries 6

Eurotunnel 20

Expense Reduction Analysts

48

Facom 54

Fédération de la plasturgie

19

Fédération des entreprises

de propreté 13

Fédération des industries

mécaniques 7, 16, 19

Gardner Denver 36

General Electric 38

Geodis Logistics 24

Geoparts 24, 25

GHH-Valdunes 31

GL Events Exhibitions 10

Groupement des entreprises

parapétrolières et

paragazières 17

Groupement interprofessionnel

des fournisseurs

de l’industrie

chimique 17

Honeywell Safety Products

11

IBM 6

INRS 18

Institut pour la maîtrise

des risques 18

Intercut 16

Ipiranga 44, 54

Ithec International 45

ITM 14

lean 6 sigma 45

LGM 23

Locarest 58

Logic Instrument 60

Manusom 9

Maréchal Electric 26, 27

Marris Consulting 28, 29

Mécalux France 50

Monnoyeur 38

Motion Computing 60

Neocoretech 30

Nestlé 14

Osys 7

Poult (Groupe –) 53

Préventica 50

Profluid 17

Prüftechnik 8

Psion Teklogix 53

QL3D 61

Randstad 8

RATP 18

Rostaing 55

Sabena Technics 6

Services 13, 31

Siemens 26

Sinto 58

Siveco 6, 44

SNBR 14

SNCF 22, 24, 25, 28-31

SOA People 7

Société française de génie

des procédés 17

Spie 52

Still 9, 25

Syndicat national de

la chaudronnerie et

tuyauterie et maintenance

industrielle 17

Tarsus 13

Thalès 53

Trenitalia 31

Ulma Handling Systems10

Université Pierre et Marie

Curie 18

Veolia 53

Z-Group 41, 42

Index des annonceurs

Aceltis 10

Alfa Laval 17

Aref 56

Carl 4

Cepi 61

Cimi 65

Compair 35

Corim 41

Corrodys 7

Dimo 51

Documation 3 e couv.

Eau forte 25

Eneria 13

Euro Propre 59

Farnell 15

Fuchs 11

Furmanite 45

Gates 4 e couv.

Industrie Lyon 57

M2M 60

Maintenance Expo 49

Manupiece 8

Maréchal Electric 27

Masterlock 10

Midest 49

Préventica 12

Sepem 66

Sifer 21

Siveco 2 e couv.

SRS 58

Texrope 47

Van Beest 32

Vogelsang 56

Au sommaire du prochain numéro

Numéro 622 - avril-mai-juin 2011

• Dossier spécial

Maintenance préventive et conditionnelle

Outils de diagnostic

Mesures et contrôles industriels

Quoi de neuf en thermographie ?

• Focus région : le Grand Ouest

Quelle maintenance pour l’aéronautique

Les sites agroalimentaire

Les chantiers navals

• Technologie pratique de maintenance

Le graissage et la lubrification :

– choix des produits,

– sous-traitance de prestation,

– les analyses d’huile

Salons professionnels : CEPI, Industrie Lyon, SIFER, SEPEM Angers,

Préventica

www.maintenance-entreprise.com


QUAD-POWER ® III

Le « must » technologique de la courroie trapézoïdale

Durée de vie améliorée

Rendement optimal

Plage de températures élargie

Puissance transmissible exceptionnelle

Entretien réduit

En remplacement de vos courroies trapézoïdales ou en détermination de nouvelles

transmissions, Quad-Power® III de Gates vous assure le meilleur choix pour votre

application. Avec une puissance transmissible de 15% plus élevée en moyenne,

Quad-Power® III fiabilisera vos transmissions quelque soit la courroie trapézoïdale

d’origine - notamment à des températures extrêmes. La nouvelle génération de

courroies trapézoïdales flancs nus de Gates fonctionne parfaitement dans une plage

de températures de -40°C à +110°C sans perdre ni de sa capacité ni de sa longévité.

Installer la Quad-Power® III, c’est vous garantir des gains de maintenance

et de consommation énergétique.

Pour plus d’information visitez www.gates.com/europe/quad-power

ou envoyez un courriel à inforequest@gates.com.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!