Aufrufe
vor 3 Monaten

E_1930_Zeitung_Nr.045

E_1930_Zeitung_Nr.045

20 REVUE AUTOMOBILE

20 REVUE AUTOMOBILE 1930 - N°45 ...et montagnes russcs. On rencontre frequemment sur les routes des cuvettes formees de deus cotes opposees en ligne droite. Ce sont les montaglies russcs particulierement appreoiees des roatamores du volant. II convient de ne pas desLu dans.laquelle K! est un coefficient num^rique variable avec le nombre de cylindres, n, le nombre des cylindres, D, l'alesage en centimetres, L, la course en centimetres, ", le regime du moteur en tours par seconde, ä la vitesse maximum de la voiture sur route. Cette formule paraissait repondre ä la realite ä l'«poque oü eile a ete etablie. Mais ä l'aisage, eile a conduit ä des injustices fiscales flagrantes, tres prejudiciables ä la coneurrence commerciale et aux usagers. Teile firme avait obtenu pour «n vehieule une puissance fiscale de 7 chevaux, alors que teile autre pour un vehieule ä moteur plus faible se • voyait imposer pour 10 chevaux. Pour remedier ä cet etat de choses, par une nouvelle circulaire du 11 avril 1927, le ministre a deeide que pour les moteurs du type courant, qu'il est logique de considSrer comme tous ä peu pres analogues, on taxerait sur le meine regime de vitesse. Dans la formule fiscale, K a ete unifie pour tous les moteurs, quel que soit le nombre de cylindres, et la vitesse o a ete fixee ä 30 tours par seconde, ce qui «orrespond au regime de 1800 tours ä la minutre pour les vehicules de tourisme. On a donc finalement: P = 0,00015 XnxD'xLxM qui est uniqnement proportionnelle ä la cylindree. Et ses consequences. Les constructeurs sont donc incites, pour livrer des voitures de faible puissance fiscale, ä adopter des cylindrees de plus en plus petites, quitte ä arugmenter de plus en plus le rGgime de vitesse, pour en tirer quand meme la puissance dont on a besoin. G'est ainsi qu'au Heu de tirer 45 CV d'un moteur quatre cylindres 100/140 d'une cylindree de 4 lit. 400, on les tire d'un moteur six cylindres de 70/100 d'une cylindree de 2 lit. 400. Mais dans le premier cas le moteur tournait ä 2000 tours au plus, tandis que le second doit tourner ä 4000. Comme la consommation au cheval-heure est a peu pres la meme, dans Tun et l'autre cas, on releve sur la route la meme consommation aux 100 kilometres, c'est-ä-dire 16 ä 17 litres. Le petit moteur est evidemment plus leger, il est plus facile ä tourner ä la main quand le demarreur mecanique est defaillant. Ce sont ä peu pres ses seuls avantages qui sont payes par de multiples inconvenients. Les tres grandes vitessos de rotation sont fatalement une source de vibrations et de bruit; ij faut adopter des vilebrequins d'une grosseur excessivq pour eviter les : vibrations et le trash; il faut eealsf* ment adopter'pour les arbres cardans des tnbe'J minces dß tres grand diametre. Dans le pont, il faut une demultiplica-tion ex& geree depassant 5 4 1, qui s'obtient en reduisant ä l'exces le nombre des dents du pignon, 7 ä 9 dents par cxemple. Avec ces demultiplications. il est difficile d'avoir des ponts eilencieux. En un mot, ces vitesses excessives de rotation soulevent dane la construetion de toute la voiture une s4rie de difficulte», pour lesquelles la clientele est devenue extremement exigeante; l'absence de A pres la teinpete La machine ä ecrire suisse de pr^cision construite par E. Paillard &. Co., Yverdon - Ste - Croix. Avantages exclusifs, mais prix Standard normal. — Mise ä l'essai gratuite. Lors des dernitres tempttes sur les cötej de Grande-Bretagne, de puissantes vaguej j'atattirent sur le quai de Penlance, eausant des dlus de 5 m&tres de distance. • Une partie de la dtatusee du quai fut fertement endommagee par la riolence de» TSguea, raais Im section traitee une annee auparavant en Colai par semipen£tratiaB rejirta entiereraent et n'eut aueun degat. premxer clidie a ete pns au moment ou la teinpete s^Tissait. L«e second montre Tamoncellement des pierrej sur feaauss^e en Colas. Le eltch^ de dessous montre la oiauss^e du quai en Colas rest^e parfaitement inete apres lenl^vement des mit Kupplungs- und Bremsbelag 8t-Pierre 2, LAU 8 ANNE ANDRlt BOSS Fbg.du Lac 11, NEUOHATEL A . CTBAnUAH Place du Molard 9, QENEVE HÖCHSTE SICHEEHEIT COLAS S.A. GENEVE: So, rue de Lausanne — LAUSANNE: ^1, Avenue Rudionnet 54, •^nssFMEN Z ü RIC H: P. Landis, Ing. Dir. Stauffacherstrasse Telephon Selnau 65.30 CH. RUBIE G E N E V E: 19, nie Plantamour, Telephone 25.996 Telegrammes Ferodo

Mo 45 - 1930 REVUE AUTOMOBILE 21 »ibrations et eilenoe sont en effet pour eile obligatoires aujourd'hui. II est clair aussi que le regime de vitesse des organes metalliques ayant double, leur usiire sera plus rapide. II eerait plus logique, taut en cherchant quand meine la Iegerete de pouvoir revenir ä des moteura plus laieonnablee. intennediaires par exempie entre les moteure d'autrefois et les moteurs actuels. Par exemple,. pour la puüs'snce indiquÄe plus haut adopter le moteur quatre cylindres 80/140 de 3 lit. 800 au regime de 2600 tours ä la minute. Quant aux camions.« En ce qui concerne les vehiculea industriels, camions et camionnettes, la meme circulaire modifiee par celle du ler septembre 1928 s'exprime ainsi qu'il suit: A l'avenir, la distinction entre vehicules de tourisme ou camionnettes d'une part et camions d'autre part, se fera, ies vehicules 1 etant recus sur chässis, d'apres le poids du chässi» nu. bandages comprk. Suivant que ce poids sera superieur ou inferieur ä 2250 kg., on evaluera forfaitairement la vitesse de rotation du moteur a 1200 ou ä 1800 tours par minute. Pour tous les chässis de poids compris entre 1250 kg. et 2250 kg., il sera inscrit simultanement sur le proces-verbal de reception du service des mines: deux puissances. — Une premiere puissance calculee sur la base d'une vitesse de 1800 tours-minutes (30 par eeconde) qui sera mentionnee au; proces-verbal coirnne devant etre «dmise quand le chässis supportera une carrosserie destinee au tourisme. — Une deuxieme puissance calculee sur la baee d'une vitesse de 1500 tours (2& par seconde) qui sera mentionnee en meme temps comme devant etre admises quand le chässis comportera une carrosserie destinee a un Service de transports en commun ou au transport des marchandises. Ces regles peuvent etre applitjuees sur la demande des interesses aux vehicules dont la reception a eu lieu soit a titre d'unite isolee. soit ä titre de modele type d'une serie de vehicules semblables. On voit tout de suite que lä encore le mode d'imposition manque de logique, puisqu'il aboutit ä cette erreur que si le chässis d'une camionette a, la Chance de depasser un poids de 1250 kg,, il est degreve paT rapport a un autre qui n'en pese que 1200. C'est une prime ä I'augmentation du poids, ä l'augmentation de l'usure des bandages, des routes e* de la consommation d'eseence. Ce qu'on aurait du faire. Gast le contraire qui aurait du avoir heu ; on pouvait, par exemple, ei on tenait ä diviser les vehicules en troig categories. les definir comme il suit: ' 1. Les camions ou autobue d'un poids en Charge Buperieur a 3500 kg. eeront taxesi sur une vitesse de 1200 tours ä la minute. 2. Les camionnettes d'un poids 1 en Charge maximum inferieur ä 3500 kg. seront taxe pour une vitesse de 1500 tours minute. 3. Les voitures de tourisme d'un poids en chaTge maximum inferieur ä 3500 kg. seront taxes pour une vitesse de 1800 toure minute. La conclusion de ce qui precede est qu'il faut arriver ä une modification complete du mode d'imposition fiscale. Par quoi le reniplacer? On «. propose le poids, les bandages, 'l'essence, etc.. L'impöt base 6ur le poids conduirait ä des difficultes insurmontables d'application. en raison meme de la diversite des engins. L'impöt base sur lee bandages serait d'une injufitioe absolue, la vie d'un bandage est trop variable pour servir de base «quitable. Un pneu neuf peut etre mis hors de service ä son premier jour par une cause accidentelle. La Yertte a rimpot sur l'essence. Reste l'essence; c'est la «olution la plus facile ä envisager. Une surtaxe relativement minime donnerait au budget la ressource cherchee. L'impöt sur les automobiles a rapporte en 1928. en chiffres ronds, 690 millions, et la quantite d'essence livree ä la consommation pendant le meme tempe a ete de 20 millions de litres. C'est dire qu'une surtaxe de 0 fr. 35 environ par litre suffirait ä remplacer completement la taxe actuelle. Ce mode de taxation supprimerait toute parperasse ; plus de permis de circulation, plus de declaration 4 faire lorsqu'on laisse sa voiture au repos, etc.. L'Etat y trouverait s«o compte, et l'usager aussi, puisqu'en fait il ne paierait que proportionnellement ä l'emploi effectif de sa voiture. II suffirait de faire d*grever par le fisc les quelques entreprises qui utilisent de l'eseence pour d'autres usages que la force motrice. comme les teinturiers, les usines de caoutchouc. etc.. Ou un moyen terme. On peut auesi envisager un autte mode de taxation qui comprendrait une Partie fixe et une partie variable, par exemple : — Une taxe fixe comprenant X % du prix de vente du chassis nu, et Y par metre carre de surface oecupee sur le aol par les quatre points d'impact dee roues extremes. — Une taxe complementaire variable avec l'emploi effectif de la voiture et imposee «ur l'eesence ä raison de 15t ä 20 Centimes par litre. Cette metbode pousserait les construeteurs ä construire bon marche des vehicules peu encombrants et economiques de consommation. Elle avantagerait nettement la petite voiture. En tout cas, U faut essayer au plut tot de ce debarrasser de la formule actuelle qui conduit de plus en plus versi 'le moteur d'aleeage minuscule, tournant des vitesses folles avec un l'alesage du ayant des portees aussi groseeg que l'alesage du cylindre, avec des vibrations dans toute la voiture, des ponts ä demultiplication exvgeree, etc.. Est-il logique d'etre oblige de construire une camionnette ou un camion avec un moteur minuscule, travaillant toujours a pleine Charge, k unregime de 4 a 5000 tours? On ne saurait trop repeter que la consommation n'est pas proportionnelle ä la valeur de la cylindree brüte, mais ä la puissance qu'on en tire. Un moteur de 2 litres de cylindree dont on tire 45 eh., consommera en moyenne 18 litres aux 100 kilometres, et cette consommation est la meme avec un moteur de 5 litres de cylindree qui fournirait la meme puissance. Personnellement, j'ai eu entre les mains deux voitures de ce genre: un quatre cylindres 72/120, et un quatre cylindres 112/140; le premier tournant a 3200 tours et le eecond ä 1800 ä 2000 au Un p!6ton sytnpathique disparait. Depuis le ler aoüt dernier, l'Etat de Hesse, en Allemagne, a decid'e de pousser activement la motorisation oomplete de son service postal. Bientöt la sympäthkiue Silhouette du facteur rural qui cheminait saus se presser de Porte en porte •deviendra un souvenir du passd dans cet etat moderne. Les facteurs seront en nombre plus r£duit et disposeront chaeun d'une auto späcialement construite oomportant des Sieges pour quatre passagers et un compartiment pour le courrier. Les passageTs payeront leur traversee et 1© courrier sera distrlbue" deux fois par jour au lieu d'une. D'oü deonomie de temps, d'hommes et d'argent. —o~ Au pays des honnÄtes gens. Impressjons de Suede. Lorsque vous voyagez dans les coinsles plus recules d'un continent, que vous sortez des chemins battus du tourisme, vous croyez devoir renoncer aux conforts et au bienetre des grands centres. Aussi ( queMe ne fut pas ma surprise l'automne dernier, lorsque, poussant jusqu'ä l'extreme Nord de la Suede, j'y trouvai une cuisine plus fine qu'on n'en saurait trouver au co2ur meme de iLondres. (La finesse de la cuisine anglaise! Red.) Le paysage des parttes reculees de* la Suede oü nous avons 6t& aussi loin que peut penetrer utie auto n'a rien de bien imposant: Ia terre est ondule'e de plis recouverts de forets d 1 © pirvs et de sapins sur des centaines de plus, les deux voitures pesaient le meme poids, et la consommation etait voisine de 17 litres aux 100 kilometres pour les deux, avec une vitesse de marche ahsolument comparable. La logique veut que l'on adopte un type inter-' mediaire, par exemple un alesage d'au moins 75 mm dans tous les cas. Le moteur en cas de defaillance du demarreur peut etre tourne ä la main, sans exiger un athlete et on peut realiser des vitesses raisonnables avec une demultiplication inferieure ä 4,5 dans le pont et un regime maximum de 2500 tours. On y reviendra fatalement. kilometres. Le seul bruit qu'on entende est celui de la cogn^ee du budheron en train d'abattre les troncs qui feront les poteaux telegraphiques europeens ou qui seront d£taill^s en menus 'brins pour d'evenir la prosaique allumette en usage dans toutes les mains. Les paysans suädois sont d'une honne*tet6 exemplaire. Un soir nous nous fitions arret6s ä une auberge oü, avec ila delicieuse simplicite caracteristiqtie d'un pays oü toutes les carrieres sont ouvertes au talent, >\e proprietaire et sa femme partagerent notre table. Durant la nuit je fus eveille' par un tambourinement pressant ä ma porte. L'auberge 6tait-elle en feu ou attaquee par des brigands de 4a foret ? Non, car la ßuede n'abrite pas de tels monstres. C'etait tout simplement l'occupant d'une chaumiere aupres dfe laquelle nous avions fait halte dans la journee fort loin de Tauberge, qui nous y rejoSgnait pour me rendre un crayon en argent que j'avais laisse chez lui par megarde en prenant des notes. Quelques jours plus tard Tun des notres oubiiait un livre dans une hötellerie; ä midi, oomme nous aviions arrete la Vauxhatl pour d^jeuner dans la foret, nous entendimes le touf-touf halotant et cliquotarit d'une vieMle auto. Ouawd !l'antique ferraüle fut ä