Views
3 years ago

VOL. 31 N 10 ~ JANVIER 2015 ~ GRATUIT ~ fugues.com

GROS PLAN SUR_LES

GROS PLAN SUR_LES ACTUALITÉS DE L’ANNÉE Bilan 2014 être commentés avant d’être de nouveau présenté au prochain synode sur la famille en octobre 2015. DROITS DES LGBT ET COMPÉTITIONS SPORTIVES INTERNATIONALES Bonne nouvelle, le Comité olympique canadien (COC) s’est associé avec You Can Play pour protéger les athlètes olympiques LGBTQ. Le COC et son Conseil d’administration ont modifié le Règlement général de l’organisation. Le message sur la diversité et l’inclusion sera inclus dans le Programme scolaire olympique canadien. Une lueur d’espoir compte tenu de la résistance qu’il existe dans le sport encore de nos jours malgré de nombreuses initiatives locales. Autre bonne nouvelle, le Comité olympique international (COI) serait prêt à inclure dans sa charte l’orientation sexuelle comme protégée contre toute forme de discrimination selon son Président, Thomas Bach. All Out et Athlete Ally, les deux organismes LGBTQ qui ont fait leur représentation auprès du CIO souhaitent que l’identité de genre soit ajoutée. En fait, les derniers Jeux olympiques d’hiver présentés à Sotchi, et les lois anti-gaies promulguées en Russie quelques mois avant les Jeux ont braqué les projecteurs sur les contradictions éthiques des fédérations internationales sportives. Pour manifester leur mécontentement, plusieurs villes à travers le monde ont décidé d’ouvrir des «Maisons de la Fierté» pour attirer l’attention des médias sur la situation des personnes LGBT en Russie. À Montréal, à l’initiative du Conseil québécois LGBT et d’Équipe Montréal, une «Maison de la Fierté» s’est improvisée au bar Lounge L’un et L’autre, ouvrant chaque soir les portes à des organismes communautaires montréalais. Cette maison a reçu la visite d’élus municipaux et provinciaux. Parallèlement à cette initiative, plusieurs hôtels de ville du Québec et au Canada ont hissé des drapeaux arc-en-ciel montrant leur solidarité avec les communautés LGBTQ russes et dénonçant de fait la législation discriminatoire de Moscou. Bien sûr, cette mobilisation n’a pas fait reculer les autorités russes. Mais elle a eu le mérite d’ébranler les comités et fédérations de grands événements sportifs internationaux. Ils doivent maintenant ///////////// 026 FUGUES.COM JANVIER 2015 JACQUES ROGGE DU CIO LA PREP OU TE TRAITEMENT PRÉVENTIF tenir compte de cette pression. Pas encore de décisions, entre autres de tenir compte des droits de la personne, et plus spécifiquement des droits des personnes LGBT avant d’attribuer les compétitions à un pays, mais la graine est semée. Les comités organisateurs sportifs savent qu’ils devront rendre des comptes. D’autant que de plus en plus d’athlètes LGBT sortent du placard. Ils n’attendent plus la fin de leur carrière sportive, et la plupart reçoivent le soutien de leurs coéquipiers, équipes, entraineurs, etc. La pression n’est plus seulement à l’extérieur des stades et des installations sportives mais à l’intérieur. D’autant que la Coupe du monde de soccer aura lieu en 2018 en Russie et en 2022 au Qatar. D’une part, le soccer est l’un des sports, sinon le sport le plus populaire et le plus homophobe actuellement, d’autre part, les deux pays hôtes ne tiennent pas les personnes LGBT en haute estime, bien au contraire. Au Qatar, les visiteurs qui souhaitent rester plusieurs jours au moins doivent passer un test du dépistage de VIH et les autorités souhaiteraient trouver un moyen pour s’assurer qu’aucun gai ne mette le pied sur son territoire. Sotchi marque peut-être un tournant – encore timide mais peut-être décisif – dans la lutte contre l’homophobie dans le monde du sport mais aussi à l’échelle de la planète. 6 DENIS DANIEL BOULLÉ PRÉVENTION ET SANTÉ Des modèles mathématiques suggèrent que la mise en place d’un dépistage universel et répété (pour identifier les personnes infectées le plus vite possible) accompagné d’une mise sous traitement immédiate des personnes infectées par le VIH (traitement comme prévention), pourrait vaincre l’épidémie en 30 à 40 ans dans des pays comme l’Afrique du Sud et encore plus vite au sein de populations à risque dans les pays riches. La (nouvelle) stratégie de prévention qui a fait le plus fait parler d’elle cette année est sans nulle doute le traitement pre-exposition (PrEP) qui consiste à fournir un traitement de manière continue ou ponctuelle (comme l’étudie Ipergay) à des personnes séronégatives. Il devient clair, plus que jamais, que prévention et traitement sont indissociables. Encore faut-il que les individus connaissent leur statut VIH. L’information du public, l’accès aux diverses méthodes de prévention, au dépistage et aux traite-

501031EX