29.08.2018 Views

Guide des communes 2018

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

Best of & <strong>Guide</strong> <strong>2018</strong> | n˚ 213<br />

www.gemengen.lu<br />

Dan Kersch<br />

Ministre de l’Intérieur<br />

Ministre de la Fonction publique<br />

et de la Réforme administrative<br />

INTERVIEWS POLITIQUES<br />

PORTRAITS<br />

ICT<br />

RGPD<br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION


DANS UN MONDE QUI CHANGE<br />

COMMANDEZ EN LIGNE<br />

L’ESPRIT LÉGER<br />

PAIEMENT AVEC VOTRE MASTERCARD<br />

Assurance perte, défaut ou casse<br />

de l’article incluse. *<br />

En agence, au 42 42-2000 et sur bgl.lu<br />

La banque<br />

d’un monde<br />

qui change<br />

* Offre soumise à conditions et sous réserve d’acceptation du dossier. Détails <strong>des</strong> prestations assurances disponibles en agence ou sur bgl.lu<br />

BGL BNP PARIBAS S.A. (50, avenue J.F. Kennedy, L-2951 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg : B 6481) Communication Marketing juillet <strong>2018</strong>


PRÉFACE<br />

Mosaïque énonciatrice<br />

Au fil <strong>des</strong> écrits et <strong>des</strong> contributions se tisse, mensuellement dans<br />

notre magazine et au travers de nos pages, une littérature qui<br />

compose mo<strong>des</strong>tement un tableau <strong>des</strong> politiques et <strong>des</strong> courants<br />

économiques du pays. Le <strong>Guide</strong> <strong>des</strong> Communes propose à son<br />

lecteur les articles favoris de la rédaction mais aussi quelques inédits.<br />

Vous trouverez au programme de cette édition, <strong>des</strong> interviews<br />

ministérielles, <strong>des</strong> portraits de personnalités que nous avons<br />

rencontrées, <strong>des</strong> reportages au cœur <strong>des</strong> parcs naturels du pays et<br />

<strong>des</strong> dossiers ICT, Economie, RGPD, Logement & Construction,<br />

Développement durable, ainsi que le recensement de toutes les<br />

<strong>communes</strong> grand-ducales.<br />

Les sujets qui ont animé cette année académique n’ont pas manqué<br />

dans le microcosme luxembourgeois et nous retiendrons pêle-mêle<br />

la digitalisation <strong>des</strong> secteurs privé et public et leurs lots de défis<br />

passés et à venir, notamment la cyber-résilience <strong>des</strong> systèmes de<br />

sécurité informatiques; la modernisation du secteur hospitalier en<br />

général, l’avènement de l’e-santé en particulier et la réforme <strong>des</strong><br />

services de secours; le harcèlement sexuel au travail; trois lectures<br />

claires sur la nouvelle législation relative à la protection <strong>des</strong> données<br />

qui peut-être une véritable nébuleuse aux yeux de beaucoup, une<br />

interview exclusive et économique du Professeur Kate Raworth de<br />

l’Université d’Oxford sur la croissance et l’économie de marché et<br />

bien plus encore…<br />

Si nul doute que la majorité de ces thèmes seront reconduits<br />

dans les éditions à venir, le programme de la rentrée s’annonce<br />

déjà prometteur en nouveautés avec en premier lieu les élections<br />

législatives d’octobre, la sortie du Royaume-Uni de l’Union<br />

européenne en mars 2019 et les effets de l’entrée en vigueur <strong>des</strong><br />

«Regulatory Technical Standards» sur l’authentification forte et<br />

l’accès aux comptes de la PSD2 en septembre.<br />

Alors que les collaborateurs se croisent encore dans les couloirs<br />

sur le chemin de leurs vacances, toute l’équipe de Lëtzebuerger<br />

Gemengen vous souhaite une agréable rentrée académique <strong>2018</strong>.<br />

Bonne lecture n<br />

La rédaction LG


SOMMAIRE<br />

COVERSTORY<br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

050 | MARC SPAUTZ<br />

000 | CSV<br />

006 | DAN KERSCH<br />

000 | Ministre de l’Intérieur, de la Fonction publique et de la Réforme administrative<br />

Les jeux sont-ils déjà faits?<br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

056 | CLAUDE HAAGEN<br />

000 | LSAP<br />

Un mandat sous le signe de la simplification<br />

Rouge au cœur<br />

ICT<br />

010 | NICOLAS SCHMIT<br />

000 | Ministre du Travail, de l’Emploi et<br />

000 | de l’Économie sociale et solidaire<br />

ECONOMIE & FINANCE<br />

038 | KATE RAWORTH<br />

000 | Professeur et Chercheur<br />

000 | à l’Université d’Oxford<br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

058 | FRANÇOIS BAUSCH<br />

000 | déi gréng<br />

La digitalisation: moteur ou frein à l’emploi?<br />

ICT<br />

026 | MARCO BERTAMÉ<br />

000 | Telindus Luxembourg<br />

Un donut au service de l’avenir<br />

ECONOMIE & FINANCE<br />

040 | PHILIPPE KOPS ET<br />

000 | DOMINIQUE FIORE<br />

000 | Mutualité <strong>des</strong> p.m.e.<br />

Transformer les défis en opportunités<br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

084 | GILLES CHRISTNACH<br />

000 | Betic<br />

La transformation digitale <strong>des</strong> <strong>communes</strong><br />

Les garanties édificatrices<br />

Concevoir les solutions de demain


LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

094 | GILLES HEMPEL<br />

000 | AIS<br />

PORTRAIT<br />

114 | ANOUK AGNES<br />

LETZEBUERGER GEMENGEN<br />

Publication éditée par Euro-Editions S.A.<br />

www.gemengen.lu<br />

Société éditrice<br />

Euro-Editions S.A.<br />

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange<br />

L’AIS innove pour le logement<br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

096 | ADRIEN STOLWIJK ET<br />

000 | JEAN-LUC WEIDERT<br />

000 | Schroeder & Associés<br />

La mobilité et la revitalisation urbaine:<br />

les défis d’une commune<br />

DEVELOPPEMENT DURABLE<br />

104 | FERNAND HENGEN ET<br />

000 | LAURENT BUSANA<br />

000 | B.E.S.T. Ingénieurs-Conseils<br />

Vers une qualité optimale de l’eau<br />

DEVELOPPEMENT DURABLE<br />

108 | ALAIN JACOB<br />

000 |LAMESCH<br />

La passion de l’engagement<br />

PORTRAIT<br />

118 | MARA ESTEVES MACHADO<br />

La réussite à la clé<br />

PORTRAIT<br />

122 | BLANCHE WEBER<br />

Le Mouvement d’une vie<br />

PORTRAIT<br />

126 | MARINA ANDRIEU<br />

Régie publicitaire<br />

Julien Malherbe<br />

marketing@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 30<br />

Administration<br />

Lucia Ori<br />

Tél. 58 45 46-29 • Fax 58 49 19<br />

admin@euroeditions.lu<br />

Raouf Hatira • Tél. 58 45 46 23<br />

secretariat@euroeditions.lu<br />

Rédaction<br />

Julien Brun<br />

julien@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26<br />

Martina Cappuccio<br />

martina@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26<br />

Eric Harsch<br />

Raouf Hatira<br />

Stéphane Etienne<br />

Serge Garcia Lang<br />

Conception et réalisation graphique<br />

Sophie Glibert<br />

sophie@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 25<br />

Photographie<br />

Marie De Decker<br />

Eric Devillet<br />

Mouvement<br />

luxembourgeois<br />

pour la Qualité<br />

et l’Excellence<br />

PERFORMANCE DURABLE<br />

Impression<br />

Imprimerie Centrale<br />

LAMESCH, un partenaire essentiel<br />

Quand volonté et opportunités se rejoignent<br />

GUIDE DES COMMUNES<br />

134 | CARTE DU LUXEMBOURG<br />

148 | CARTE PACTE CLIMAT<br />

151 | FICHES COMMUNALES<br />

© Euro-Editions<br />

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.<br />

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la<br />

rédaction ne peuvent être exploités qu’avec l’accord<br />

de leurs auteurs. Publiés ou non, ils ne seront pas<br />

restitués. Les reportages signés n’engagent que<br />

leurs auteurs. Les prix figurant dans cette revue<br />

sont indicatifs et peuvent être sujets à <strong>des</strong> variations<br />

dont l’éditeur ne pourrait nullement être tenu pour<br />

responsable.


6<br />

LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

COVERSTORY<br />

Un mandat<br />

sous le signe<br />

de la simplification<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

En un mandat, Dan Kersch, ministre de l’Intérieur, de la<br />

Fonction publique et de la Réforme administrative, a fait<br />

passer un nombre impressionnant de réformes. Abolition <strong>des</strong><br />

commissariats de district, loi omnibus, réforme <strong>des</strong> fabriques<br />

d’église, création du CGDIS, nouvel examen-concours de la<br />

fonction publique, fusion <strong>des</strong> <strong>communes</strong> et réforme de leurs<br />

finances: le ministre a accepté de revenir avec nous sur cinq<br />

années bien remplies. Explications.<br />

Que retenez-vous de vos cinq années de<br />

mandat?<br />

Beaucoup de lois importantes ont été votées<br />

au niveau <strong>des</strong> deux ministères dont j’ai<br />

la responsabilité. Je me souviens de la loi<br />

omnibus, une <strong>des</strong> plus remarquables que j’ai<br />

fait voter à la Chambre, visant à simplifier un<br />

bon nombre de démarches administratives,<br />

notamment dans l’aménagement communal<br />

mais aussi dans beaucoup d’autres domaines.<br />

En tant qu’ancien bourgmestre, il me tenait à<br />

cœur de faciliter les démarches administratives<br />

pour les <strong>communes</strong>.<br />

Je me suis également attelé à l’abolition <strong>des</strong><br />

commissariats de district dont le personnel a<br />

été intégré au sein du ministère de l’Intérieur.<br />

Cette nouvelle organisation du ministère de<br />

l’Intérieur a vu la création d’une direction du<br />

conseil juridique qui conseille les <strong>communes</strong>;<br />

cette réforme a porté ses fruits.<br />

De manière générale, nous avons accéléré<br />

les démarches administratives pour les<br />

<strong>communes</strong>. Bien sûr, il ne faut jamais se<br />

reposer sur ses lauriers, même si nous avons<br />

avancé ces dernières années, il restera toujours<br />

<strong>des</strong> améliorations à faire.<br />

La réforme <strong>des</strong> fabriques d’église a<br />

également beaucoup fait parler d’elle…<br />

J’ai en effet voulu clarifier la situation de<br />

propriété <strong>des</strong> édifices religieux relevant du<br />

culte catholique. En effet, aucun titre de<br />

propriété n’existait et dans la plupart <strong>des</strong><br />

cas, personne ne semblait savoir à qui en<br />

revenait la charge.<br />

“La création<br />

du CGDIS<br />

est le projet<br />

phare<br />

de mon mandat”<br />

Ainsi, en en attribuant la propriété à une<br />

commune ou bien au Fonds de gestion<br />

<strong>des</strong> édifices religieux et autres biens<br />

relevant du culte catholique sous tutelle de<br />

l’Archevêché, le responsable désigné en a<br />

officiellement la charge d’entretien.<br />

La gestion <strong>des</strong> fabriques d’église manquait<br />

de transparence et avait encore <strong>des</strong> structures<br />

anti-démocratiques, pourtant la décision de<br />

les abolir n’a pas été populaire auprès de tous<br />

et nos opposants sont même allés jusqu’à<br />

nous poursuivre en justice. Le Conseil<br />

d’Etat, la Chambre <strong>des</strong> Députés et même<br />

les juridictions nationales m’ont finalement<br />

donné raison en statuant que les fabriques<br />

d’église n’avaient jamais été propriétaires <strong>des</strong><br />

biens qu’elles avaient administrés.<br />

Le 1 er juillet dernier, le CGDIS a unifié<br />

les sapeurs-pompiers et la protection<br />

civile. Comment s’est passée cette<br />

transition?<br />

Les interventions suite aux intempéries<br />

dans le Mullerthal ont été gérées par le<br />

Centre de Gestion <strong>des</strong> Opérations (CGO)<br />

du CGDIS, même si officiellement il<br />

n’existait pas encore. De plus, l’incendie<br />

de grande ampleur d’Esch a nécessité<br />

l’intervention de plus de 100 pompiers et<br />

notre nouvelle structure s’est alors avérée<br />

optimale. La mise en place de la nouvelle<br />

chaîne de commandement avec l’appel de<br />

pompiers venus de tout le pays pour aider a<br />

bien fonctionné et nous a donné à voir un<br />

beau symbole d’entraide.<br />

Il s’agit du projet phare de mon mandat.<br />

Même si sur le terrain il existait déjà <strong>des</strong><br />

coopérations entre la protection civile


et les sapeurs-pompiers, il y avait aussi<br />

<strong>des</strong> rivalités. Notre démarche a visé à<br />

réunir les forces et prendre en compte les<br />

problématiques du terrain pour créer un<br />

seul et même service de secours unifié. Ce<br />

projet a nécessité la participation de tous<br />

les acteurs concernés, soit une multitude<br />

de structures différentes avec <strong>des</strong> intérêts<br />

variés qu’il fallait réunir autour d’une<br />

solution qui convienne à tous, et ce, avant<br />

le lancement du projet.<br />

Auparavant, les <strong>communes</strong> avaient<br />

l’obligation de mettre en place un<br />

corps de sapeurs-pompiers bénévole<br />

ou professionnel, avec la possibilité de<br />

collaborer avec une autre commune pour<br />

y parvenir. Aujourd’hui, cette obligation<br />

n’existe plus. Nous avons créé le CGDIS,<br />

un établissement public conjointement géré<br />

par les <strong>communes</strong> et l’Etat. Ce dernier se<br />

charge de l’organisation de ce service qui<br />

est mis à la disposition <strong>des</strong> <strong>communes</strong>. Le<br />

bourgmestre garde toutefois une certaine<br />

autorité sur le CGDIS lorsqu’il estime que<br />

son intervention est nécessaire, ainsi, son<br />

autonomie est conservée.<br />

Cette nouvelle organisation permet aux<br />

<strong>communes</strong> d’économiser les frais liés aux<br />

infrastructures afin de les réinvestir dans<br />

les ressources humaines, soit <strong>des</strong> sapeurspompiers<br />

professionnels qui pourront<br />

offrir un soutien plus grand aux bénévoles.<br />

Le coût total sera réparti de manière égale<br />

entre l’Etat et les <strong>communes</strong>, abstraction<br />

faite <strong>des</strong> coûts à charge exclusive de l’Etat.<br />

A l’heure actuelle, 4.000 bénévoles sont<br />

actifs par rapport à un nombre de 400<br />

professionnels dans le système, d’où la<br />

nécessité de renforcement <strong>des</strong> ressources<br />

humaines. Nous avons également pris<br />

beaucoup de mesures pour encourager<br />

le bénévolat, comme la création future<br />

Dan Kersch<br />

d’un système d’indemnisation transparent<br />

unifié dans le pays, la défiscalisation de<br />

ces indemnités, l’augmentation <strong>des</strong> congés<br />

pour formation <strong>des</strong> pompiers, l’attribution<br />

d’une allocation de reconnaissance, …<br />

Quelles ont été les fusions de <strong>communes</strong><br />

que vous avez gérées pendant votre<br />

mandat?<br />

J’ai réalisé quatre fusions de <strong>communes</strong><br />

en cinq ans, j’ai donc respecté le même<br />

rythme qui a été mis en place par mes<br />

prédécesseurs. Aujourd’hui, les nouveaux<br />

collèges échevinaux sont en place et nous<br />

sommes en train de relancer le processus<br />

<strong>des</strong> fusions. Le président du SYVICOL et<br />

moi-même avons rencontré à ce titre les<br />

collèges échevinaux <strong>des</strong> 51 <strong>communes</strong> de<br />

moins de 3.000 habitants pour leur signifier<br />

que le gouvernement encourage ces fusions


8<br />

LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

COVERSTORY<br />

et s’engage à les supporter logistiquement,<br />

administrativement et financièrement.<br />

Nous les avons entendus tour à tour pour<br />

connaître leur avis sur la réorganisation<br />

territoriale car ce sont eux qui sont les plus<br />

concernés par la politique locale, et ce, sans<br />

les obliger à fusionner. Si les <strong>communes</strong><br />

sont impliquées depuis le début, la fusion<br />

ne pourra que mieux se passer.<br />

Parlez-nous également de la réforme<br />

<strong>des</strong> finances communales. Quel était<br />

l’objectif premier de celle-ci?<br />

Avant la réforme, les <strong>communes</strong> les moins<br />

dotées recevaient à peu près 2.000 euros de<br />

recettes par habitants, quand les <strong>communes</strong><br />

les plus favorisées en percevaient environ<br />

3.600. Dans le cadre de notre réforme,<br />

le gouvernement a décidé d’allouer<br />

une allocation supplémentaire de 100<br />

millions aux <strong>communes</strong> afin de réduire<br />

ces disparités. Aucune commune n’a vu<br />

son allocation diminuer par rapport à<br />

l’ancien système; de plus, même si certaines<br />

<strong>communes</strong> du Nord se sentent lésées, ce<br />

sont pourtant celles qui reçoivent la somme<br />

la plus grande par habitant, et cela était déjà<br />

le cas avant la réforme.<br />

Toutefois, il faut admettre que 23<br />

<strong>communes</strong> auraient reçu <strong>des</strong> allocations<br />

supplémentaires si l’ancien régime avait<br />

été maintenu, mais toutes les autres<br />

sont gagnantes. Ces 23 <strong>communes</strong> sont<br />

néanmoins presque toutes dans le premier<br />

tiers <strong>des</strong> <strong>communes</strong> qui ont le plus grand<br />

budget.<br />

“J’invite<br />

ceux qui pensent<br />

qu’il y a une baisse<br />

de niveau à passer<br />

l’examen-concours<br />

de la fonction<br />

publique”<br />

Où en est le processus de digitalisation<br />

du secteur public?<br />

C’est un <strong>des</strong> domaines pour lequel le<br />

gouvernement luxembourgeois a fait le plus<br />

d’efforts au cours <strong>des</strong> cinq dernières années.<br />

Notre initiative «Einfach Lëtzebuerg» était<br />

un moyen de faire participer la population à<br />

nos projets de simplification <strong>des</strong> démarches<br />

administratives et de les inviter à nous<br />

communiquer leurs idées d’amélioration.<br />

Nous ne pouvions bien sûr pas tout réaliser,<br />

mais beaucoup d’idées étaient intéressantes<br />

et nous ont donné <strong>des</strong> pistes d’évolution.<br />

Par ailleurs, la plateforme Guichet.lu a<br />

beaucoup évolué, notamment concernant<br />

son <strong>des</strong>ign rendant ses fonctionnalités plus<br />

intuitives et les langues dans lesquelles il est<br />

disponible. De plus en plus de démarches<br />

administratives sont également réalisables<br />

par ce biais, comme les services liés à<br />

l’assurance maladie.<br />

Les examens-concours de la fonction<br />

publique ont récemment eu lieu, un<br />

dernier mot sur leur réforme?<br />

Nous venons de recevoir les premiers<br />

résultats <strong>des</strong> examens nouvelle génération<br />

qui sont très positifs. J’invite par ailleurs<br />

ceux qui pensent qu’il y a une baisse de<br />

niveau à les passer! Le niveau de difficulté<br />

est maintenu mais nous demandons à<br />

présent <strong>des</strong> compétences plus centrées sur<br />

nos besoins. Pour cette réforme, nous nous<br />

sommes inspirés <strong>des</strong> examens de la fonction<br />

publique de pays étrangers, notamment de<br />

Belgique, et les résultats jusqu’à présent<br />

recueillis sont très encourageants. n


Profitez d’une exonération<br />

de 50 % de vos impôts<br />

sur les revenus locatifs<br />

Vous êtes propriétaire d’un logement inoccupé ?<br />

Vous voulez investir dans l’immobilier ?<br />

Le partenaire <strong>des</strong> <strong>communes</strong> dans la lutte contre la pénurie du logement vous offre plein d’avantages :<br />

Loyer garanti<br />

Remise en état du logement<br />

Récupération en cas de besoin<br />

Encadrement de l’occupant<br />

Avantages fiscaux<br />

Nous recherchons <strong>des</strong> logements que nous prenons nous-mêmes en location afin de vous garantir le<br />

paiement régulier du loyer. Votre bien sera mis à disposition d’un ménage à revenu mo<strong>des</strong>te.<br />

Contactez-nous au :<br />

26 48 39 52<br />

ou consultez notre site internet :<br />

www.ais.lu<br />

pour plus d’informations !


10 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 208 - MARS <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

La digitalisation:<br />

moteur ou frein<br />

à l’emploi?<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

La digitalisation en marche dans tous les secteurs de<br />

l’économie luxembourgeoise bouleverse le marché du travail.<br />

La plupart <strong>des</strong> métiers sont voués à évoluer et la formation<br />

professionnelle continue semble se présenter comme une<br />

solution en faveur du maintien <strong>des</strong> emplois. Nicolas Schmit,<br />

ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et<br />

solidaire, nous dresse un état <strong>des</strong> lieux de la transformation<br />

économique à l’œuvre aujourd’hui.<br />

La formation professionnelle continue<br />

pourrait-elle être un soutien au processus<br />

de digitalisation de l’économie?<br />

Nous sommes dans une période de<br />

transformation économique et écologique<br />

avec la digitalisation, qui exige une<br />

qualification, voire une requalification,<br />

<strong>des</strong> personnes. L’Etat a un rôle accru<br />

dans le soutien <strong>des</strong> entreprises pour les<br />

aider à faire face à un nouveau modèle<br />

économique; sans remettre en cause la<br />

formation continue classique, nous pensons<br />

qu’un certain nombre d’entreprises faisant<br />

face à une réelle transformation de leurs<br />

métiers ont besoin que nous repensions<br />

le concept de formation continue pour<br />

l’adapter à ce nouveau contexte et soutenir<br />

la transformation en cours.<br />

Ainsi, avec notre projet «Luxembourg<br />

Digital Skills bridge», nous voulons<br />

créer un pont entre les compétences<br />

d’hier, d’aujourd’hui et de demain pour<br />

permettre aux personnes de conserver leur<br />

emploi tout en s’adaptant à un nouveau<br />

contexte économique et professionnel.<br />

Concrètement, la démarche consiste dans un<br />

premier temps en une bonne évaluation <strong>des</strong><br />

compétences existantes et <strong>des</strong> besoins futurs<br />

de compétences de l’entreprise. Ensuite,<br />

l’objectif est de préparer les salariés à obtenir<br />

les compétences dont ils auront besoin pour<br />

permettre à l’entreprise d’évoluer. Dans ce<br />

processus, l’Etat est alors prêt à prendre<br />

en charge les salaires pendant la période<br />

de requalification du personnel en utilisant<br />

l’instrument du chômage partiel pour<br />

soulager financièrement les entreprises qui<br />

doivent s’adapter rapidement.<br />

“A ce stade,<br />

les indicateurs<br />

ne montrent pas<br />

une <strong>des</strong>truction<br />

massive <strong>des</strong><br />

emplois due à la<br />

digitalisation”<br />

Certaines personnes ne pourront<br />

toutefois pas effectuer cette transition de<br />

métier; plutôt que de les licencier, nous<br />

encourageons les entreprises à travailler sur<br />

<strong>des</strong> solutions d’emploi à l’extérieur. Nous<br />

avons presque 7.000 emplois non pourvus<br />

à l’ADEM, il faudrait donc les identifier et<br />

mettre en place <strong>des</strong> formations continues<br />

pour permettre aux salariés devant être<br />

réorientés d’y accéder.<br />

Une version finale du projet Digital<br />

Skills bridge devrait être présentée à<br />

la fin du mois de mars afin de lancer<br />

les projets pilotes rapidement dans les<br />

entreprises dans lesquelles les processus de<br />

digitalisation sont à l’œuvre.<br />

Quel est l’état du marché du travail<br />

luxembourgeois à l’heure actuelle?<br />

Tout d’abord, on note que la première<br />

catégorie de profils recherchés par l’ADEM<br />

correspond à l’étude et au développement<br />

informatique. On retrouve ensuite les<br />

postes en maintenance <strong>des</strong> bâtiments et <strong>des</strong><br />

locaux ainsi que le personnel de cuisine au<br />

niveau <strong>des</strong> profils les plus recherchés.<br />

Les nouvelles technologies viennent donc<br />

effectivement bouleverser le marché de<br />

l’emploi: <strong>des</strong> suppressions d’emplois


sont attendues, <strong>des</strong> compétences en<br />

informatiques seront exigées à terme dans<br />

tous les métiers,… Mais les indicateurs<br />

sur l’emploi au Luxembourg ne montrent<br />

pas à ce stade une <strong>des</strong>truction massive <strong>des</strong><br />

emplois pour autant.<br />

Pour faire face à ces changements,<br />

l’ADEM est en train de mettre en place<br />

un système où tout demandeur d’emploi<br />

aura droit à un bilan de ses compétences<br />

en informatique. Nous voudrions offrir à<br />

chacun d’entre eux, selon son niveau et les<br />

perspectives professionnelles qui s’ouvrent<br />

à chacun, une formation de base, une<br />

amélioration ou un perfectionnement <strong>des</strong><br />

compétences en informatique. A travers<br />

une amélioration intensive de la formation<br />

continue, nous allons pouvoir améliorer<br />

la correspondance entre les formations<br />

proposées et les besoins du marché du<br />

travail.<br />

Enfin, bien que le chômage ait retrouvé <strong>des</strong><br />

niveaux très bas (5,6% actuellement), mon<br />

objectif reste de revenir à un chômage autour<br />

de 4%, ce que je considère correspondre au<br />

plein emploi pour le Luxembourg. Nous<br />

devons donc aussi aider les personnes les<br />

plus vulnérables sur le marché du travail,<br />

c’est-à-dire les personnes handicapées, en<br />

reclassement ou encore les personnes plus<br />

âgées. Le chômage de longue durée est quant<br />

à lui en baisse de plus de 9%.<br />

Comment prévoir les impacts de la<br />

digitalisation à long terme?<br />

La digitalisation n’aura pas qu’un impact<br />

sur l’emploi mais aussi sur la fiscalité, sur la<br />

sécurité sociale et d’autres indicateurs encore.<br />

Ce phénomène constitue un défi majeur pour<br />

les années à venir et si nous voulons le relever,<br />

notre croissance doit être positive.<br />

Nicolas Schmit<br />

L’évolution positive de notre croissance<br />

ne peut durer que si l’on a une économie<br />

qui tourne bien. Croire que l’on a assez de<br />

croissance et assez d’emplois pour refroidir<br />

le moteur, nous mènerait tout droit à un<br />

chômage qui augmente.<br />

Il fut un temps où le secteur bancaire était<br />

le moteur de notre économie en termes de<br />

création d’emplois, mais ce n’est plus le cas,<br />

aujourd’hui ce secteur n’en crée plus. Il y<br />

aura un grand changement dans ce milieu<br />

sur les qualifications requises qui seront de<br />

plus en plus élevées, mais l’emploi y a une<br />

légère tendance à baisser. On ne peut donc<br />

pas figer l’économie et préconiser une telle<br />

approche est très dangereux.<br />

La croissance qualitative n’est pas suffisante<br />

et avoir plus de 3% de croissance n’entre<br />

pas forcément en conflit avec nos idéaux<br />

écologiques. Bien sûr, il faut travailler


12 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 208 - MARS <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

sur l’énergie et limiter nos émissions de<br />

CO 2 , nous devons également recourir à<br />

davantage d’énergies renouvelables pour<br />

respecter nos objectifs climatiques ce qui<br />

permettra également de créer <strong>des</strong> emplois<br />

à ce niveau, mais il serait naïf de croire que<br />

tout cela pourra être accompli en changeant<br />

de modèle de croissance du jour au<br />

lendemain. Nous avons peut-être accumulé<br />

du retard dans certains domaines, je pense<br />

à la mobilité par exemple où pendant un<br />

certain temps les investissements ont été<br />

insuffisants et surtout beaucoup trop lents,<br />

mais nous ne rattraperons pas ces retards en<br />

figeant la croissance et le développement<br />

économique de notre pays.<br />

La fonction publique est en constante<br />

recherche de candidats, comment<br />

expliquez-vous ce phénomène?<br />

Les métiers de la fonction publique ont<br />

tendance à se complexifier: les profils<br />

recherchés doivent inclure <strong>des</strong> compétences<br />

en nouvelles technologies, ainsi qu’un bon<br />

nombre de soft skills. Un Etat moderne<br />

a donc besoin de personnes hautement<br />

qualifiées.<br />

“Mon objectif<br />

reste de revenir<br />

à un chômage<br />

autour de 4%”<br />

Pour moderniser la fonction publique, il<br />

faudrait aussi y introduire de la formation<br />

continue de qualité et relever le niveau de<br />

qualification de base pour certains emplois.<br />

Par exemple, les exigences qui s’adressent<br />

aux fonctionnaires de l’ADEM ou de<br />

l’inspection du travail deviennent de plus en<br />

plus élevées. Il faut donc beaucoup insister<br />

sur la formation de base ou bien investir<br />

dans la formation dès la signature du<br />

contrat afin que ces personnes soient bien<br />

préparées aux métiers qui les attendent,<br />

car certaines fonctions demandent <strong>des</strong><br />

compétences techniques, un sens de la<br />

négociation, <strong>des</strong> connaissances en droit et<br />

bien d’autres aptitu<strong>des</strong> encore.<br />

Actuellement il y a <strong>des</strong> centaines de postes<br />

à pourvoir dans la fonction publique, il faut<br />

donc que nous développions la formation<br />

et les compétences. En ce qui me concerne,<br />

nous ne sommes pas face à un problème<br />

d’ouverture de la fonction – car elle n’est<br />

pas fermée aux étrangers, nous sommes<br />

d’ailleurs souples au niveau <strong>des</strong> langues<br />

lorsque nous devons l’être, dans le secteur<br />

médical, par exemple – mais plutôt face à<br />

un problème de compétences à créer pour<br />

pouvoir y accéder. Trop de candidats ne<br />

réussissent pas l’examen d’entrée, c’est<br />

pourquoi le ministère de la Fonction<br />

publique est en train de revoir les métho<strong>des</strong><br />

de recrutement. Nous souhaitons encore<br />

améliorer la qualité de la fonction publique<br />

afin qu’elle soit à la hauteur <strong>des</strong> exigences<br />

de notre temps. n


INFODATA LUXEMBOURG | 22, ZONE INDUSTRIELLE | L-8287 KEHLEN | T. +352 33 16 48 | INFO@INFODATA.LU | WWW.INFODATA.LU


Brice Lecoustey


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

15<br />

L’avènement du Digital<br />

ICT<br />

Semblablement au siècle <strong>des</strong> Lumières, l’avènement du monde digital se cherche, expérimente,<br />

essaie, se trompe et se réinvente au travers de formidables accélérations. À la différence<br />

près qu’«une évolution est préférable à une révolution». Brice Lecoustey, associé à la tête<br />

du département Conseil pour le secteur commercial et public chez EY Luxembourg, nous<br />

explique la transformation digitale du service public.<br />

Quelle est l’importance de la digitalisation<br />

pour le secteur public?<br />

La digitalisation se compose de trois<br />

grands domaines technologiques que<br />

sont la connectivité, la robotisation et<br />

l’intelligence artificielle. Ces technologies<br />

sont aujourd’hui matures, accessibles à <strong>des</strong><br />

prix abordables et tendent crescendo à une<br />

convergence. L’expérience client s’en trouve<br />

transformée, chaque citoyen souhaitant<br />

également voir son administration utiliser<br />

les nouvelles technologies.<br />

De la convergence technologique est<br />

née une certaine exigence: celle d’une<br />

réduction <strong>des</strong> temps de traitements <strong>des</strong><br />

démarches administratives relatives à la<br />

justice, à la police, à la caisse de santé et<br />

bien évidemment, aux <strong>communes</strong>. À l’instar<br />

de ce qui se fait déjà dans de nombreuses<br />

entreprises, la robotisation est un moyen d’y<br />

parvenir.<br />

Nous connaissons depuis deux ans une<br />

formidable accélération, se matérialisant par<br />

<strong>des</strong> initiatives qui se multiplient par réaction<br />

mécanique, presque physique. Toutes les<br />

conditions sont aujourd’hui réunies pour<br />

que le probable devienne enfin réalité.<br />

Quelles réponses apportez-vous aux<br />

craintes de voir la robotisation remplacer<br />

<strong>des</strong> emplois et par la même, les interactions<br />

humaines?<br />

Les interrogations sont en effet<br />

nombreuses, mais légitimes. Il faut pouvoir<br />

les aborder avec raison gardée en toute<br />

réflexion.<br />

La robotisation est certes un moyen de<br />

parvenir à <strong>des</strong> économies mais elle ne diminue<br />

pas pour autant la demande de services<br />

publics, c’est même tout le contraire. La<br />

connectivité couplée à la robotique fluidifie<br />

les traitements, créant un niveau certain<br />

de qualité, une attente plus exigeante, mais<br />

aussi une nécessité de relations humaines.<br />

La robotisation automatise les opérations<br />

répétitives et les tâches dévalorisantes,<br />

réalisées pour l’heure par la main de l’homme.<br />

Le fonctionnaire d’Etat ou l’agent communal<br />

peut alors consacrer plus de temps au cœur<br />

de sa mission et au citoyen, constituant de<br />

facto, une amélioration de la qualité de ses<br />

conditions de travail.<br />

“Une évolution<br />

est préférable<br />

à une révolution”<br />

Lorsqu’un processus est compressé à<br />

80% par la digitalisation, il doit être<br />

régulièrement programmé. Celui qui le<br />

réalise actuellement pourra alors gérer les<br />

exceptions du mécanisme et réaliser un<br />

travail de contrôle <strong>des</strong> traitements. Les<br />

nouvelles technologies sont régulièrement<br />

confrontées aux angoisses d’adaptabilité<br />

<strong>des</strong> collaborateurs; certains pensant<br />

que <strong>des</strong> compétences d’ingénierie sont<br />

nécessaires à l’utilisation de la robotique. À<br />

l’image du passage de la machine à écrire<br />

à Word, quelques semaines d’entrainement<br />

suffisent bien souvent, sans compter que<br />

les interfaces sont toujours plus intuitives<br />

et que les nouvelles générations s’adaptent<br />

bien plus rapidement aux nouvelles<br />

technologies.<br />

Quelle est la maturité actuelle de la<br />

digitalisation <strong>des</strong> services publics au<br />

Luxembourg?<br />

Il faut reconnaître les avancées en<br />

termes de connectivité. Les institutions<br />

et les administrations ont en effet<br />

grandement amélioré leurs processus<br />

communicationnels, Guichet.lu ou encore les<br />

fichiers <strong>des</strong> résidents et les dossiers de soins<br />

partagés en sont quelques bons exemples.<br />

Il n’y a pas si longtemps, les démarches<br />

administratives d’un simple changement<br />

d’adresse étaient encore relativement<br />

lour<strong>des</strong> mais aujourd’hui, le citoyen n’a<br />

plus besoin de se rendre dans son ancienne<br />

commune qui communique directement<br />

avec la nouvelle. Il en va de même avec le<br />

DSP qui accompagne désormais le patient<br />

tout au long de ses traitements médicaux.<br />

Dans ces deux exemples, on remarque le<br />

soin méthodologique à placer le citoyen et le<br />

patient au centre <strong>des</strong> préoccupations, ce qui,<br />

entre autres, implique la protection de leurs<br />

données personnelles.<br />

Si les progrès de connectivité sont<br />

indéniables, il suffit néanmoins de se rendre<br />

à la cité judiciaire pour constater que la<br />

digitalisation n’est pas encore généralisée.<br />

Force est de constater que les magistrats et<br />

les avocats préfèrent leurs lourds dossiers<br />

de papiers aux tablettes et autres supports<br />

numériques. La digitalisation <strong>des</strong> données<br />

et la dématérialisation <strong>des</strong> documents<br />

pourraient pourtant simplifier bon nombre<br />

de procédures judiciaires.<br />

La prochaine étape devrait être<br />

l’identification <strong>des</strong> zones publiques où la<br />

robotisation peut apporter une amélioration<br />

dans le traitement de l’information, et ce,<br />

dans l’objectif d’augmenter la rapidité <strong>des</strong><br />

processus de traitement. Le secteur public<br />

peut tirer ses pistes de réflexion du secteur<br />

privé, comme avec l’automatisation <strong>des</strong> flux<br />

de paiements dans la trésorerie qui pourrait<br />

facilement être appliquée à la CNS.<br />

Enfin, l’intelligence artificielle pourra<br />

dans un autre temps, réaliser un premier<br />

aiguillage du citoyen vers le bon service<br />

qu’il requiert. Les agents conversationnels<br />

ou «chatbot» sont <strong>des</strong> logiciels programmés<br />

pour simuler une conversation en langage<br />

naturel qui commence déjà à pointer leurs<br />

algorithmes dans certaines sociétés.


16 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

Au vu de la petitesse du territoire et par<br />

conséquent <strong>des</strong> investissements limités<br />

que nécessite la transformation digitale<br />

du service public, ne devrions-nous pas<br />

faire partie <strong>des</strong> meilleurs élèves de la<br />

scène internationale?<br />

La réactivité et la flexibilité du pays sont<br />

clairement <strong>des</strong> avantages et de nombreux<br />

chantiers sont déjà mis en œuvre par le<br />

Centre <strong>des</strong> Technologies de l’Information<br />

de l’Etat (CTIE). La motivation est<br />

néanmoins un sujet d’importance capitale<br />

dans la mesure où la transformation<br />

digitale du service public ne se fera pas<br />

sans que les acteurs de la fonction publique<br />

ne se sentent totalement impliqués. La<br />

communication seule resterait stérile à<br />

l’avènement de la robotisation, il faut<br />

éduquer les consciences, renseigner<br />

quant aux améliorations et rassurer les<br />

inquiétu<strong>des</strong>.<br />

Menaces de santé publique, <strong>des</strong> libertés<br />

individuelles et démocratiques; entendezvous<br />

les méfiances quant au tout digital?<br />

Bien sûr. Et ce sont autant de choix de société<br />

qu’il nous faut prendre avec prudence et raison.<br />

La relation digitale d’un professeur avec les<br />

parents d’élèves n’est souhaitable que dans les<br />

classes surchargées par exemple. Je ne pense<br />

pas que le citoyen veuille d’une administration<br />

où les automatisations remplaceraient les liens<br />

humains et encore moins une société où l’on<br />

capitaliserait financièrement sur ses données<br />

personnelles.<br />

L’imagerie cérébrale nous fait par exemple<br />

savoir que plus tôt l’enfant est exposé aux<br />

écrans, plus il a de chance de développer<br />

une addiction digitale, de l’agressivité et <strong>des</strong><br />

troubles autistiques et bipolaires.<br />

L’évolution digitale doit rester au service de<br />

l’individu, ce qui requiert une intelligence<br />

collective accrue.<br />

Quid de la politique gouvernementale<br />

«Digital Lëtzebuerg»?<br />

Une stratégie nationale qui introduit<br />

la modernisation technologique dans<br />

les processus financiers, industriels, de<br />

recherche ou de logistique va de pair avec<br />

celle de l’administration. La transformation<br />

digitale <strong>des</strong> services de l’Etat est l’une<br />

<strong>des</strong> conditions à la réussite de la stratégie<br />

économique du numérique et à l’attraction<br />

<strong>des</strong> entreprises internationales du 4.0.<br />

L’écosystème luxembourgeois est dynamique,<br />

il multiplie les synergies, les partenariats<br />

public-privé portent leurs fruits, les<br />

incubateurs fusionnent et, dans un effet de<br />

boule de neige, <strong>des</strong> acteurs internationaux<br />

installés depuis moins d’un an sur le<br />

territoire font venir d’autres acteurs de<br />

l’étranger.<br />

Le Luxembourg ne met pas en place <strong>des</strong><br />

initiatives isolées mais est en passe de se<br />

constituer un savoir-faire qui constituera<br />

son ADN économique de demain.<br />

Des terres noires du charbon, puis rouges<br />

de l’acier sur lesquelles s’est construit<br />

le secteur financier, il semblerait que le<br />

Luxembourg soit en passe de se construire<br />

une autre réputation internationale, celle<br />

du digital. n


marcwilmes<strong>des</strong>ign.lu<br />

SCHENGEN<br />

REMERSCHEN<br />

WINTRANGE<br />

SCHWEBSANGE<br />

ELLANGE-GARE<br />

WELLENSTEIN<br />

BECH-KLEINMACHER<br />

REMICH<br />

LUXEMBOURG<br />

SMALL COUNTRY WITH<br />

GREAT WINES...<br />

BOUS<br />

STADTBREDIMUS<br />

HETTERMILLEN<br />

GREIVELDANGE<br />

EHNEN<br />

WORMELDANGE<br />

AHN<br />

NIEDERDONVEN<br />

MACHTUM<br />

GREVENMACHER<br />

MERTERT<br />

WASSERBILLIG<br />

ROSPORT<br />

WWW.VINS-CREMANTS.LU


18 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 208 - MARS <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

«Changer de paradigme:<br />

de la cyber-sécurité<br />

à la cyber-résilience»<br />

Les écrans ont envahi notre quotidien, la digitalisation pénètre<br />

crescendo nos processus de travail, la connectivité se propage<br />

jusque dans l’ensemble de nos objets et cette 3 e Révolution<br />

Industrielle que nous appréhendons à peine, se voit déjà<br />

éclipsée par l’avènement de l’omniprésente intelligence<br />

artificielle de la 4 e Révolution Industrielle. L’histoire nous<br />

dira si c’est pour Le Meilleur <strong>des</strong> mon<strong>des</strong> 1 ou pour un monde<br />

meilleur mais une chose est certaine: plus le digital s’étend et<br />

plus la question de sa sécurité devient primordiale. Interview<br />

de Philippe Dann et Yves Reding, respectivement Head of<br />

Risk and Business Advisory Services et CEO d’EBRC.<br />

Yves Reding et Philippe Dann<br />

son cadre de cyber-résilience qui constitue<br />

une approche plus globale, holistique qui<br />

prend en compte <strong>des</strong> solutions intégrant<br />

cyber-sécurité, Business Continuity<br />

Management, gestion de crise, stratégie de<br />

réponse et organisation de la résilience».<br />

La cyber-résilience est couverte par<br />

plusieurs référentiels internationaux, dont<br />

l’ISO 27001 (sécurité de l’information) et<br />

l’ISO 22301 (continuité d’activité). Une<br />

entreprise doit pouvoir s’organiser en<br />

amont <strong>des</strong> menaces, identifier les cyberattaques<br />

ou incidents non intentionnels,<br />

les contrer sans délais ou du moins limiter<br />

leurs dégâts, et puis, en aval, répondre,<br />

récupérer et rebondir.<br />

La cyber-résilience se définit par la<br />

capacité d’une entité à produire de<br />

manière continue les résultats attendus<br />

malgré <strong>des</strong> cyber-événements négatifs<br />

(accidents, erreurs, malveillances, etc.).<br />

La cyber-résilience peut être considérée<br />

à plusieurs niveaux: à l’échelle d’une<br />

confédération de pays; comme l’Union<br />

européenne, d’un pays; d’une entreprise;<br />

d’une activité; ou même d’un système IT.<br />

Au-delà de l’aspect statique de résistance,<br />

elle est fondamentalement dynamique<br />

et assure ainsi l’agilité et la continuité<br />

nécessaires d’une organisation pour mener<br />

à bien ses activités. Se préparer, identifier,<br />

protéger, détecter et récupérer en sont les<br />

cinq piliers.<br />

Dans la tempête<br />

Si le digital est un océan de possibilités qui<br />

simplifient la navigation <strong>des</strong> organisations<br />

étatiques, publiques et privées, il est aussi<br />

un monde de dangers lorsque les éléments<br />

se déchainent. Face aux cyber-attaques<br />

qui, depuis les abimes du Net font<br />

surface tels <strong>des</strong> monstres polymorphes, la<br />

cyber-sécurité mise sur l’invulnérabilité<br />

de ses systèmes de protection. Le<br />

problème est qu’à l’image du phénomène<br />

psychologique, le sujet ou le système reste<br />

toujours dépendant de ses fragilités. «Les<br />

événements de 2017 ont démontré les<br />

insuffisances du schéma binaire attaquesprotections»,<br />

explique Yves Reding, et<br />

d’ajouter «les entreprises ont désormais<br />

besoin d’un changement de paradigme,<br />

basé sur la résilience: la question n’est<br />

plus de savoir si les protections mises<br />

en place permettront d’éviter les cyberattaques,<br />

mais de savoir quand celles-ci<br />

auront lieu, comment les mitiger, les<br />

gérer, y répondre, et comment rebondir<br />

et accélérer. EBRC a, de ce fait, renforcé<br />

Méthodologies<br />

2017 a été l’année <strong>des</strong> ransomwares.<br />

Certaines entreprises internationales<br />

ont été touchées de plein fouet. Même<br />

si le mot d’ordre est de ne pas payer, il<br />

est de notoriété publique que certaines<br />

organisations s’y résignent, et notamment<br />

les hôpitaux qui ne veulent prendre aucun<br />

risque pour leurs patients. La panique, le<br />

non «savoir-faire» et le non «commentfaire»<br />

obligent certains dirigeants à se<br />

soumettre au chantage. «Le statut de<br />

victime n’est pourtant pas inéluctable dès<br />

lors qu’ils sont entourés d’un écosystème<br />

performant», assure Philippe Dann.<br />

Cet écosystème de cyber-résilience doit


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

19<br />

être intégré afin d’assurer une réactivité<br />

immédiate. Chez EBRC, il est assuré par<br />

une équipe de conseillers et d’experts mais<br />

également par la combinaison entre son<br />

SOC (Security Operations Centre) et son<br />

CERT (Computer Emergency Response<br />

Team), connectés par ailleurs à d’autres<br />

CERTs, publics ou privés. Avoir recours<br />

à <strong>des</strong> compétences pointues adéquates est<br />

primordial et c’est pourquoi EBRC vient<br />

de signer un partenariat avec l’un <strong>des</strong><br />

leaders mondiaux en investigation sécurité,<br />

qu’est OpenText - Guidance Software.<br />

EBRC dispose déjà d’une cinquantaine<br />

de profils actifs dans la cyber-résilience, et<br />

propose non seulement ses services à ses<br />

450 clients mais également sur l’ensemble<br />

du territoire français, grâce à son alliance<br />

avec Digora, présent dans les gran<strong>des</strong><br />

villes.<br />

Les procédures mises en place par EBRC<br />

pour ses clients managés sont autant<br />

d’automatismes qui permettent de prévenir<br />

et de détecter en temps réel les failles ou<br />

les attaques informatiques et appliquer<br />

immédiatement les bonnes stratégies<br />

de réponses. Face aux nouvelles cybermenaces,<br />

il est vital de pouvoir se référer<br />

aux bons consultants et experts du CERT<br />

et du SOC, intégrés dans l’organisation,<br />

afin de prendre immédiatement les bonnes<br />

décisions. Le conseil est ici central car il<br />

va jusqu’à faire appliquer les meilleures<br />

pratiques du marché, organiser <strong>des</strong> plans<br />

de communication internes (à <strong>des</strong>tination<br />

<strong>des</strong> collaborateurs) mais aussi externes<br />

(clients, fournisseurs, autorités). La cyberrésilience<br />

s’étend sur toute la chaine, de<br />

la prévention jusqu’aux analyses sécurité<br />

forensic. Après une cyber-attaque, il est<br />

essentiel de disposer <strong>des</strong> outils et <strong>des</strong><br />

compétences adéquats, afin de remonter<br />

aux origines <strong>des</strong> attaques et de recueillir<br />

les preuves qui constitueront les dossiers<br />

présentés à la justice. La cyber-résilience<br />

est au cœur de la directive européenne NIS<br />

(Security of Network and Information<br />

Systems), qui devra être transposée<br />

dans les législations nationales pour mai<br />

<strong>2018</strong>. En tant qu’opérateur de services<br />

digitaux, EBRC a anticipé cette nouvelle<br />

directive qui concernera les opérateurs de<br />

services essentiels comme les hôpitaux, les<br />

aéroports, les fournisseurs d’électricité,<br />

les infrastructures bancaires et de marché,<br />

mais également les infrastructures<br />

digitales tels que les centres de données et<br />

les opérateurs de services cloud.<br />

Là où la cyber-sécurité ne peut qu’ériger<br />

<strong>des</strong> murs censés résister à <strong>des</strong> attaques<br />

toujours plus sophistiquées et complexes,<br />

EBRC offre une détection préventive<br />

de pointe et <strong>des</strong> réponses immédiates et<br />

intelligentes totalement intégrées dans<br />

ses services de Data Centre, de continuité<br />

d’activité, Cloud et d’outsourcing IT.<br />

L’une <strong>des</strong> tâches quotidiennes <strong>des</strong> équipes<br />

opérationnelles du CERT d’EBRC<br />

est la veille technologique et l’analyse<br />

permanente <strong>des</strong> nouvelles vulnérabilités<br />

du marché. Elle permet de prévenir et de<br />

détecter les cyber-menaces. Les services<br />

cyber-résilience EBRC, certifiés de bouten-bout<br />

et couvrant toute la chaine de<br />

services (CERT, SOC, centre de secours,<br />

services managés PCI-DSS, consultants<br />

et équipes d’experts), sont conçus afin de<br />

permettre aux entreprises et organisations<br />

les plus critiques de poursuivre leurs<br />

objectifs dans un environnement digitalisé,<br />

en s’immunisant au maximum contre les<br />

cyber-menaces.<br />

Enjeux<br />

Historiquement, les réponses aux<br />

cyber-attaques étaient élaborées en<br />

fonction de scénarii préétablis. Mais les<br />

récents événements montrent qu’elles<br />

pénètrent toujours plus discrètement les<br />

systèmes. Les piratages informatiques<br />

d’organisations sensibles qui se retrouvent<br />

régulièrement à la une <strong>des</strong> journaux<br />

relèvent moins du vol d’informations<br />

sensibles qu’à l’exploit de dégradation<br />

de l’image de marque. Les menaces<br />

dormantes sont les plus difficiles à<br />

identifier et sont les plus dangereuses: plus<br />

elles sont discrètes et silencieuses, plus<br />

elles peuvent faire de dégâts. «Cela revient<br />

à chercher une aiguille dans une botte de<br />

foin», sourit Yves Reding.<br />

La technologie permet aujourd’hui de<br />

repérer les comportements suspects et<br />

les actions inhabituelles (téléchargement<br />

de fichiers sensibles, connexion trop<br />

longue à un poste, clef usb étrangère au<br />

système, etc.). Mais les enjeux ne sont pas<br />

uniquement économiques et menacent<br />

désormais les démocraties, les libertés<br />

individuelles et même notre propre<br />

capacité à nous affranchir de ce qui nous<br />

détermine. Les réseaux sociaux constituent<br />

la première source d’information pour<br />

plus de 40% <strong>des</strong> jeunes électeurs en France<br />

et 60% aux Etats-Unis 2 . Or il est de<br />

notoriété publique que les campagnes de<br />

dénigrement, ou «bashing» ont pesé dans<br />

les élections présidentielles américaines et<br />

françaises, tout comme dans le Brexit.<br />

Les autorités européennes sont conscientes<br />

<strong>des</strong> risques et tentent d’y apporter <strong>des</strong><br />

solutions. L’Agence européenne chargée de<br />

la sécurité <strong>des</strong> réseaux et de l’information<br />

(ENISA) a organisé une simulation<br />

d’attaques de grande ampleur en 2016. Cet<br />

exercice CyberEurope, étalé sur plusieurs<br />

mois et auquel EBRC a participé, a été<br />

clôturé par un exercice de cyber-résilience<br />

de deux journées. Cet exercice simulait<br />

<strong>des</strong> attaques sur <strong>des</strong> sociétés du secteur<br />

technologique cotées sur <strong>des</strong> bourses<br />

européennes, sur <strong>des</strong> services digitaux<br />

primordiaux dont <strong>des</strong> prestataires Cloud,<br />

pour se terminer par celles de simulations<br />

d’attaques physiques de drones sur <strong>des</strong><br />

centres de données. «Trois semaines<br />

seulement après l’exercice, un opérateur<br />

de services essentiels européen majeur<br />

subissait une attaque massive réelle, selon<br />

un <strong>des</strong> scénarii relativement proche de<br />

l’exercice… L’exercice CyberEurope était<br />

particulièrement révélateur <strong>des</strong> nouvelles<br />

menaces à venir et nous a incité, depuis<br />

lors, à renforcer notre approche intégrée<br />

de cyber-résilience et à développer<br />

de nouvelles alliances sur un plan<br />

international. Face à une menace globale,<br />

il faut une approche globale», conclut Yves<br />

Reding. n<br />

1 Le Meilleur <strong>des</strong> mon<strong>des</strong> ou «Brave New World»,<br />

est un roman d’anticipation dystopique écrit en<br />

1931 par Adlous Huxley.<br />

“2017 a démontré<br />

les insuffisances<br />

du schéma<br />

binaire attaquesprotections”<br />

2 Chiffres France Inter, consultables sur https://<br />

www.franceinter.fr/politique/les-reseaux-encampagne-vaste-audience-et-petites-manipulations


20 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

Un secteur<br />

en pleine mutation<br />

La digitalisation en marche dans le secteur <strong>des</strong> assurances est<br />

un véritable bouleversement. Le Groupe Bâloise Assurances<br />

à Luxembourg embrasse ce changement avec enthousiasme<br />

et développe dans ce cadre <strong>des</strong> applications et produits en<br />

ligne innovants au service de sa clientèle. Daniel Frank,<br />

administrateur-directeur et COO, nous présente les dernières<br />

innovations de l’entreprise ainsi que les opportunités créées<br />

par la digitalisation dans ce secteur.<br />

Quelles sont vos dernières innovations<br />

concernant l’assurance automobile?<br />

La première phase de notre projet<br />

d’innovation en matière d’assurance<br />

automobile a démarré avec l’application<br />

«Game of Roads» où les participants<br />

pouvaient tenter de devenir le meilleur<br />

conducteur du Luxembourg et ainsi gagner<br />

une voiture. Pendant une période de huit<br />

mois, les joueurs pouvaient accumuler<br />

<strong>des</strong> points en conduisant de manière<br />

responsable et prudente. La deuxième<br />

version de cette application, appelée «Game<br />

of Roads Experience», avait comme objectif<br />

l’encadrement <strong>des</strong> jeunes conducteurs en les<br />

faisant participer à <strong>des</strong> missions spéciales,<br />

impliquant une conduite responsable sous la<br />

pluie par exemple. C’est suite au succès de<br />

cette expérience que nous avons décidé de<br />

développer notre produit GoodDrive.<br />

Cet outil télématique, décliné sous la<br />

forme d’application, permet de mesurer le<br />

style de conduite du client et d’y adapter<br />

sa prime d’assurance. Pendant une phase<br />

d’observation de minimum deux semaines<br />

ou 500 km, le conducteur peut ainsi<br />

prouver ses aptitu<strong>des</strong> de conduite en vue de<br />

diminuer sa prime annuelle. L’application se<br />

présente comme une option supplémentaire<br />

pour le conducteur qui pourra choisir d’y<br />

avoir recours ou non.<br />

Pouvant se connecter au véhicule via<br />

Bluetooth, l’application détecte lorsque la<br />

voiture se met en mouvement afin de lancer<br />

l’analyse qu’il est aussi possible de démarrer<br />

manuellement. L’analyse enregistre les<br />

freinages brusques et collecte les données<br />

liées aux accélérations et à la prise de<br />

virages. Nous avons également accès à une<br />

moyenne générale de l’allure.<br />

Cette application a été développée en<br />

partenariat avec la startup luxembourgeoise<br />

Motion-S qui gère ces données et nous<br />

en transmet une version anonymisée et<br />

consolidée.<br />

“Simplifier<br />

les procédures<br />

de la souscription<br />

d’une assurance<br />

à la déclaration<br />

d’un sinistre”<br />

A ce jour, nous sommes les seuls au<br />

Luxembourg à posséder une application<br />

innovante permettant de mesurer le style<br />

de conduite et d’établir un tarif en fonction.<br />

Les jeunes ont trois fois plus d’accidents<br />

que le reste de la population et leurs primes<br />

sont donc d’entrée plus élevées, mais avec<br />

cette application, nous tentons plutôt<br />

d’évaluer au cas par cas le profil de chaque<br />

conducteur, sans les pénaliser par rapport<br />

à leur âge. En adaptant les primes, nous<br />

incitons donc les jeunes automobilistes<br />

– pour qui de telles économies sont très<br />

intéressantes – à adopter une conduite sûre.<br />

Toujours dans le domaine de l’assurance<br />

automobile, nous avons également lancé<br />

le produit SimplyDrive by Bâloise en<br />

collaboration avec ALD Automotive qui<br />

offre au particulier une formule similaire<br />

au leasing professionnel. En effet, à la<br />

place d’acheter un véhicule, les particuliers


Daniel Frank


22 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

ont maintenant la possibilité de louer une<br />

voiture ainsi que tous les services y étant<br />

associés. Pendant 12 à 48 mois, les clients<br />

doivent simplement payer une mensualité<br />

fixe comprenant absolument tout ce dont<br />

un conducteur peut avoir besoin (location<br />

du véhicule, assurance, maintenance,<br />

pneus, taxes,…). Ainsi notre client n’aura<br />

plus de surprises comme son coût mensuel<br />

restera le même tout au long de la période<br />

de leasing.<br />

Quelles sont les fonctions de votre<br />

application Valoo?<br />

L’application Valoo, en partenariat avec<br />

la startup française CBien, est la première<br />

sur le marché luxembourgeois à dresser un<br />

inventaire digital de tous les biens de valeur<br />

qu’un particulier peut posséder (appareils<br />

électroniques, bijoux, voitures, matériel<br />

de sport,…). Elle permet également<br />

d’enregistrer une version scannée de leurs<br />

factures et leurs photos ainsi que tout autre<br />

document utile par rapport à un objet.<br />

Au niveau <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> d’ajout,<br />

l’utilisateur peut scanner le code barre de<br />

l’objet pour que toutes les informations<br />

qui y sont relatives soient enregistrées,<br />

ou encore tout encoder manuellement<br />

ou en scanner la facture. Pour de jeunes<br />

personnes s’installant pour la première fois<br />

de manière indépendante, cette application<br />

est très pratique puisqu’elle permet l’ajout<br />

au fur et à mesure de biens.<br />

Lors d’un sinistre ou d’un vol, si toutes<br />

les données sont déjà dans le système, la<br />

déclaration peut être réalisée en quelques<br />

clics seulement. De notre côté nous<br />

recevons les informations très rapidement<br />

et pouvons donc agir dans les meilleurs<br />

délais.<br />

Quant à la valeur <strong>des</strong> biens, elle est<br />

calculée de manière objective sur base <strong>des</strong><br />

informations encodées dans l’application<br />

et <strong>des</strong> règles standards de calcul de vétusté,<br />

et ce, par un organisme neutre, ce qui offre<br />

une bonne base de négociation pour le<br />

remboursement. L’utilisateur peut suivre<br />

régulièrement l’évolution de la valeur<br />

de ses biens mise à jour par le système et<br />

peut même procéder à la vente, au prêt<br />

ou à l’emprunt en ligne d’un objet au<br />

sein de la communauté <strong>des</strong> utilisateurs de<br />

l’application.<br />

Quels sont les avantages de l’assurance<br />

habitation en ligne GoodStart?<br />

GoodStart propose en quelques clics une<br />

offre d’assurance habitation ciblée pour<br />

les appartements en location. Permettant<br />

une simplification <strong>des</strong> démarches<br />

administratives liées à l’assurance<br />

habitation, ce produit vise essentiellement<br />

une clientèle jeune mais est en pratique<br />

ouvert à tous.<br />

Facilitant l’accès à la location, cette offre<br />

standardisée se base sur une surface<br />

habitable relativement basse, souvent<br />

privilégiée par les plus jeunes. Le tarif de<br />

l’assurance est calculé rapidement en ligne,<br />

et s’il convient, le client peut alors décider<br />

de souscrire l’assurance qui prendra effet<br />

immédiatement. Le certificat d’assurance<br />

pourra également être délivré en ligne,<br />

afin qu’il puisse rapidement être transmis<br />

au propriétaire pour pouvoir signer le bail.<br />

“Réinvestir<br />

le temps gagné<br />

dans le contact<br />

humain”<br />

Quels sont les enjeux de la révolution<br />

digitale pour le secteur <strong>des</strong> assurances?<br />

Avec ces nouvelles applications, Bâloise a<br />

débuté le processus de digitalisation de ses<br />

services et entend bien poursuivre sur cette<br />

voie. Toutes ces innovations sont issues<br />

d’une réflexion interne mais nous avons<br />

également intégré un panel d’une vingtaine<br />

de personnes choisies au hasard à qui nous<br />

avons proposé de venir échanger avec<br />

nous sur leurs besoins et leurs attentes par<br />

rapport à l’assurance. Cette expérience a<br />

été très enrichissante; elle nous a permis de<br />

penser à certains aspects que nous n’avions<br />

pas envisagés jusque-là.<br />

L’enjeu principal de la digitalisation est<br />

de pouvoir être plus réactif dans notre<br />

communication avec le client et de lui offrir<br />

un confort plus grand avec <strong>des</strong> démarches<br />

simplifiées et transparentes. En nous<br />

donnant accès à ses données, l’utilisateur<br />

n’aura plus besoin de les encoder luimême<br />

à chaque démarche; les procédures<br />

seront ainsi grandement facilitées, de<br />

la souscription d’une assurance à la<br />

déclaration d’un sinistre.<br />

Nous voulons également simplifier notre<br />

langage pour permettre aux clients de<br />

mieux comprendre les différentes modalités<br />

d’un contrat, pour rendre notre métier<br />

plus transparent. Avec la digitalisation,<br />

tout le déroulement du processus pourra<br />

être suivi, étape par étape. Ainsi, le client<br />

saura toujours où en est le traitement de<br />

son dossier et comment sont calculées ses<br />

indemnités.<br />

Digitaliser ne veut pas dire se distancier<br />

du client, au contraire. La digitalisation<br />

nous permet de simplifier et d’automatiser<br />

les démarches administratives pour mieux<br />

nous concentrer sur notre relation au<br />

client. Nous allons donc réinvestir le temps<br />

gagné par la digitalisation de nos processus<br />

dans le contact humain avec nos clients.<br />

Nous ne souhaitons pas uniquement traiter<br />

<strong>des</strong> dossiers, mais aider nos clients et être à<br />

leur écoute en investissant dans la relation<br />

humaine.<br />

Le problème principal auquel nous faisons<br />

face dans nos projets de digitalisation est<br />

la recherche de main d’œuvre qualifiée en<br />

informatique. Nous avons donc développé<br />

une stratégie de recrutement en offrant <strong>des</strong><br />

stages universitaires valorisants et axés sur<br />

l’innovation avec la proposition, au terme<br />

du stage, d’un CDI avec un programme<br />

de formation et d’encadrement assuré par<br />

Bâloise pendant plusieurs mois.<br />

D’autres innovations plus ou moins<br />

lointaines comme la voiture autonome<br />

viendront modifier les habitu<strong>des</strong> au niveau<br />

Groupe Bâloise Assurances à Luxembourgs<br />

déjà à relever ces nouveaux défis car nous<br />

savons qu’ils peuvent arriver très vite sur le<br />

marché luxembourgeois. n


L’énergie<br />

tout compris<br />

- financement<br />

- installation<br />

- exploitation<br />

©visible.be v18828 - image : Adobe Stock<br />

lea-services.lu<br />

T. +352 26 55 33 1<br />

LEA (leasing energy access)<br />

est un service développé<br />

en partenariat par<br />

Engie Cofely Services &<br />

Weishaupt Luxembourg.


24 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

Le secteur public<br />

luxembourgeois<br />

en mode digital<br />

Aujourd’hui plus que jamais, la transformation digitale du<br />

secteur public prend tout son sens. Dans un environnement<br />

toujours plus digitalisé, le secteur public constitue le<br />

fer de lance de la transformation digitale de l’économie<br />

toute entière. Où se situe le Luxembourg en matière de<br />

modernisation et de numérisation de son service public? Tour<br />

d’horizon avec Philippe Pierre, associé en charge du secteur<br />

public à Luxembourg et responsable mondial Institutions<br />

européennes chez PwC, et Thierry Kremser, associé en<br />

charge de la technologie pour le secteur public chez PwC<br />

Luxembourg.<br />

Dans un environnement de plus en plus<br />

digitalisé, comment le secteur public<br />

appréhende-t-il son développement<br />

numérique?<br />

PP: Le secteur public a entamé sa<br />

digitalisation depuis quelques années déjà, en<br />

contribuant à dynamiser la transformation<br />

digitale de l’économie et à simplifier les<br />

démarches administratives <strong>des</strong> citoyens.<br />

La digitalisation de la société doit toutefois<br />

s’appréhender à travers deux niveaux: au<br />

niveau européen et au niveau local. Pour le<br />

premier, l’Union européenne a développé<br />

une stratégie dédiée pour permettre aux 28<br />

Etats membres de coordonner leurs efforts<br />

de digitalisation lorsqu’ils fournissent <strong>des</strong><br />

services publics aux citoyens et entreprises.<br />

Le cœur de cette stratégie réside dans<br />

le principe d’interopérabilité, qui vise à<br />

définir une approche commune lorsque<br />

les administrations mettent en ligne<br />

leurs services. Pour les citoyens comme<br />

pour les entreprises, ce nouveau cadre<br />

d’interopérabilité européen favorisera la<br />

communication avec leurs administrations<br />

nationales et celles <strong>des</strong> autres Etats membres<br />

de l’Union européenne. Il permettra<br />

d’échanger les informations localement,<br />

nationalement et dans l’ensemble de<br />

l’Union européenne de manière plus fluide.<br />

Un exemple concret dans lequel ce nouveau<br />

cadre peut s’appliquer? On peut penser<br />

notamment au remboursement de frais de<br />

soins médicaux reçus dans un autre pays que<br />

celui de sa résidence, ou encore à la gestion<br />

<strong>des</strong> questions relatives à la fiscalité et aux<br />

droits de douane.<br />

TK: Au niveau national, l’ensemble <strong>des</strong> Etats<br />

membres doivent s’aligner sur les directions<br />

données par Bruxelles. Les administrations<br />

doivent aussi faciliter les démarches qu’elles<br />

rendent aux citoyens et aux entreprises. Pour<br />

s’assurer que les pays membres de l’Union<br />

européenne assurent une transition efficace<br />

vers une économie et une société numérique,<br />

la Commission européenne publie chaque<br />

année le Digital Economy & Society Index<br />

(ou DESI), un rapport dans lequel elle<br />

évalue les 28 pays membres en matière de<br />

digitalisation du secteur public. Dans son<br />

rapport de 2017, la Commission a positionné<br />

le Luxembourg à la cinquième place. Un<br />

positionnement plus qu’encourageant, surtout<br />

en matière de connectivité, de compétences<br />

numériques et d’utilisation d’Internet. Le pays<br />

progresse aussi significativement en ce qui<br />

concerne l’usage <strong>des</strong> technologies numériques<br />

par les administrations publiques.<br />

Justement, quelle est la démarche du<br />

Luxembourg en ce qui concerne la<br />

digitalisation du secteur public?<br />

PP: La modernisation <strong>des</strong> services publics vise<br />

bien sûr à simplifier l’expérience <strong>des</strong> citoyens<br />

et <strong>des</strong> entreprises lors de leurs démarches<br />

administratives, mais pas seulement.<br />

La digitalisation du secteur public est aussi<br />

une question de compétitivité: pour qu’un<br />

pays reste attractif et compétitif au niveau<br />

international, l’efficacité de l’administration<br />

doit être au rendez-vous. Le Luxembourg<br />

investit depuis plusieurs années déjà dans la<br />

modernisation de ses outils informatiques et<br />

dans la création de systèmes d’informations<br />

innovants pour les utilisateurs. Le but est<br />

d’attirer et de développer de nouvelles<br />

activités sur son territoire. La démarche du<br />

Luxembourg est clairement entrepreneuriale!<br />

TK: Notre pays dispose de nombreux<br />

atouts pour assurer une digitalisation de son<br />

service public réussie. Les infrastructures<br />

de communication de qualité et<br />

l’hyperconnectivité <strong>des</strong> citoyens créent un<br />

environnement favorable à la modernisation<br />

de l’administration. À ce titre, le pays a lancé en<br />

2016 le programme «Einfach Lëtzebuerg» qui<br />

vise à simplifier les démarches administratives<br />

<strong>des</strong> citoyens et <strong>des</strong> entreprises et à entamer<br />

un dialogue plus direct entre l’administration<br />

et les citoyens du pays. De plus, un certain<br />

nombre d’initiatives ont vu le jour récemment,<br />

notamment au travers du CTIE (le Centre<br />

<strong>des</strong> technologies de l’information de l’Etat), et<br />

montrent que le pays est sur la bonne voie pour<br />

digitaliser le secteur public.


Quelles initiatives vous viennent à<br />

l’esprit?<br />

PP: Depuis le 1 er juillet 2016, un nouveau<br />

règlement européen sur l’identification<br />

électronique et les services de confiance<br />

pour les transactions électroniques est entré<br />

en vigueur – il s’agit du règlement eIDAS<br />

(ou Electronic IDentification And trust<br />

Service). Il contribue à faciliter les échanges<br />

numériques en permettant, entre autres,<br />

d’instaurer un cadre légal lors de la signature<br />

électronique à distance de documents. La<br />

technologie induite par ce règlement permet<br />

d’améliorer considérablement l’expérience<br />

utilisateur puisqu’elle simplifie largement les<br />

procédures lors de signatures de documents à<br />

distance. Elle offre la possibilité aux citoyens<br />

et entreprises luxembourgeois de réaliser <strong>des</strong><br />

démarches en ligne dans n’importe quel pays<br />

membre de l’Union européenne sans devoir<br />

avoir recours à un moyen d’identification<br />

électronique du pays en question.<br />

“La digitalisation<br />

du secteur public<br />

est aussi<br />

une question<br />

de compétitivité”<br />

TK: Citons également la récente ouverture<br />

de la première ambassade digitale au<br />

Luxembourg. L’Estonie a en effet décidé de<br />

conserver ses données e-gouvernementales<br />

dans un data centre basé au Luxembourg<br />

– une première mondiale! Un exemple de<br />

plus qui montre que la stratégie du pays en<br />

matière de modernisation du service public<br />

est payante et va dans la bonne direction. n<br />

PwC Luxembourg<br />

2 Rue Gerhard Mercator<br />

L-1014 Luxembourg<br />

www.pwc.lu<br />

Thierry Kremser et Philippe Pierre


26 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

La transformation<br />

digitale<br />

<strong>des</strong> <strong>communes</strong><br />

Si la modernisation du secteur privé s’opère via les entreprises,<br />

celle du secteur public ne se fera pas sans le concours <strong>des</strong><br />

<strong>communes</strong>. Elles aussi doivent développer leur écosystème<br />

digital afin de répondre aux besoins toujours plus exigeants de<br />

notre société, et cela au profit du citoyen. Telindus et Tango<br />

se sont stratégiquement rapprochés en regroupant leurs<br />

forces et en combinant <strong>des</strong> solutions de téléphonie et d’ICT<br />

avec la volonté d’être <strong>des</strong> générateurs de valeur au profit de<br />

leurs clients respectifs. Interview de Marco Bertamé, Sales<br />

Manager pour le secteur public chez Telindus.<br />

Où se place le Luxembourg en matière de<br />

connectivité?<br />

Le pays dispose d’infrastructures de<br />

télécommunication de haute qualité et d’une<br />

connectivité importante reliée aux principaux<br />

hubs européens de l’internet. Grâce à un grand<br />

volume de fibres optiques et de centres de<br />

données à la pointe, le Luxembourg bénéficie<br />

d’infrastructures performantes et sécurisées<br />

pour l’hébergement de l’information digitale.<br />

Néanmoins le secteur public doit davantage<br />

se moderniser afin de proposer le meilleur<br />

service au citoyen et lui permettre de joindre<br />

plus facilement un agent de sa commune par<br />

exemple. L’une <strong>des</strong> initiatives que le service<br />

public pourrait prendre rapidement serait de<br />

moderniser son infrastructure et de passer<br />

de l’analogique vers un mode «full IP» afin<br />

de profiter pleinement de la convergence<br />

entre les téléphonies fixe et mobile et les<br />

technologies de l’information. Les <strong>communes</strong><br />

demandent <strong>des</strong> solutions toujours plus<br />

fiables et localement gérées. On constate que<br />

leur exigence pour le niveau de service, de<br />

réactivité et de sécurité a nettement augmenté<br />

ces dernières années.<br />

Quelles sont les besoins <strong>des</strong> <strong>communes</strong> en<br />

téléphonie fixe et mobile?<br />

L’unification de la téléphonie fixe et mobile est<br />

devenue une nécessité dans la mesure où les<br />

employés communaux doivent être toujours<br />

plus mobiles et joignables à tout moment.<br />

En combinant la téléphonie fixe et la<br />

téléphonie mobile, il est désormais possible<br />

d’être contacté à un numéro professionnel<br />

unique choisi par la commune. Via son<br />

téléphone portable, l’employé peut alors<br />

répondre à un appel sur son numéro fixe.<br />

“Ces deux dernières<br />

années, Telindus<br />

Luxembourg<br />

a été élue meilleur<br />

opérateur télécom<br />

de l’année<br />

au Luxembourg”<br />

Etant donné que les appareils mobiles sont<br />

intégrés dans la plateforme de communication<br />

de la commune, le système est combiné<br />

au statut de présence. On sait ainsi quand<br />

l’employé est à nouveau joignable et on<br />

peut lui envoyer un message (chat) et éviter<br />

d’attendre qu’il finisse sa communication.<br />

Et pour ce qui est de la téléphonie mobile?<br />

Telindus powered by Tango propose son<br />

application sécurisée «Web Selfcare»<br />

qui apporte davantage d’indépendance et<br />

d’autonomie. Nos clients professionnels<br />

peuvent ainsi prendre la main sur la<br />

gestion de leurs abonnements mobiles. Ils<br />

peuvent, en cas de besoin (vol, perte, nouvel<br />

employé ou départ d’employé) administrer<br />

leur compte en temps réel et activer ou<br />

désactiver <strong>des</strong> cartes SIM. Les factures<br />

peuvent également être visualisées sous<br />

différents formats. Ce sont une flexibilité<br />

et une réactivité fortement appréciées par<br />

notre client la Ville de Luxembourg.<br />

Un mot sur votre offre cloud…<br />

Nous assistons actuellement à une convergence<br />

<strong>des</strong> technologies de l’information en<br />

général et de la téléphonie fixe et mobile<br />

en particulier. Telindus a développé en<br />

collaboration avec Tango, le service FMU


(Fixed Mobile Unification) et propose une<br />

solution cloud entièrement gérée qui offre<br />

beaucoup d’avantages.<br />

Telindus propose <strong>des</strong> solutions cloud<br />

hébergées dans les centres de données de<br />

LuxConnect qui assurent les plus hauts<br />

standards en la matière, à savoir le Tier IV.<br />

On y trouve la performance, la redondance,<br />

la sécurité ainsi qu’une disponibilité assurée<br />

et gérée par <strong>des</strong> spécialistes 24h/24 et 7j/7.<br />

Qu’en est-il de la connectivité internet?<br />

Là aussi, Telindus powered by Tango<br />

apporte <strong>des</strong> réponses: désormais, une<br />

centrale téléphonique unique avec une racine<br />

commune à tous les bâtiments et services<br />

suffit. Ce faisant, les <strong>communes</strong> réduisent<br />

drastiquement leurs frais de communication.<br />

Ces deux dernières années, Telindus<br />

Luxembourg a été élue meilleur opérateur<br />

télécom de l’année au Luxembourg, une belle<br />

récompense qui motive plus encore à proposer<br />

au marché luxembourgeois <strong>des</strong> solutions<br />

toujours plus innovantes. Au printemps 2019,<br />

Telindus et Tango seront réunis dans un seul<br />

bâtiment ultra-moderne à Bertrange. Outre<br />

les nombreuses synergies que cela permettra,<br />

un laboratoire technique reprenant toutes les<br />

nouvelles technologies y sera intégré. n<br />

Telindus Luxembourg<br />

81-83 Route d’Arlon<br />

L-8009 Strassen<br />

www.telindus.lu<br />

Marco Bertamé<br />

PARCOURS PROFESSIONNEL<br />

DE L’INTERVENANT<br />

Après <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> d’ingénieur en informatique,<br />

Marco Bertamé commence dans la société en<br />

1984 comme programmeur pour une solution<br />

innovante. Il passe ensuite de la technique au<br />

commercial et gère un magasin avant d’assurer<br />

le rôle de gestionnaire de comptes (Account<br />

Manager). Aujourd’hui, Sales Manager pour<br />

le secteur public, il s’occupe notamment de<br />

certains grands comptes comme par exemple,<br />

l’Education nationale et de nombreuses<br />

<strong>communes</strong>.


Paul Denzle et Pascal Casel


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

29<br />

1 gigabit<br />

dans chaque foyer<br />

connecté à Eltrona<br />

et du ultra-haut débit. C’est une aubaine<br />

que peu de pays européens connaissent.<br />

Pour ce qui est <strong>des</strong> performances, il suffit<br />

de se référer aux calculs de Netflix quant<br />

aux vitesses <strong>des</strong> fournisseurs de services<br />

Internet: 4,44 est la valeur d’Eltrona qui est<br />

classé numéro 1 au Luxembourg et je vous<br />

défie de trouver une meilleure note dans un<br />

pays européen et même au monde. (ndlr:<br />

USA: 4.00, Singapour: 4.20, NL: 4,09).<br />

Dans les années soixante-dix, la télévision a connu au<br />

Luxembourg un engouement si considérable qu’il a fallu<br />

constituer une infrastructure qui répondait à la demande.<br />

Ce réseau de câbles coaxiaux permet aujourd’hui à Eltrona<br />

d’offrir à ses clients le haut débit (100 Mbit/s), et très<br />

prochainement du ultra-haut débit (1 Gbit/s). Interview de<br />

Paul Denzle, administrateur délégué d’Eltrona.<br />

Depuis 2008 et la politique du<br />

«Digital Lëtzebuerg», le pays se dote<br />

d’infrastructures qui accroissent sa<br />

connectivité, peut-on dire que vous en<br />

êtes un acteur?<br />

La connectivité à haut débit est devenue<br />

indispensable à l’économie du pays, d’où<br />

l’importance de l’infrastructure et <strong>des</strong><br />

services qui vont de pair. La connectivité<br />

internet a pris de plus en plus d’importance<br />

ces dernières années, et ce, pour les<br />

entreprises mais aussi pour les particuliers.<br />

C’est pourquoi les bureaux d’étu<strong>des</strong><br />

qui planifient un nouveau quartier font<br />

appel à nos services afin d’élaborer un<br />

réseau d’infrastructures qui permettra<br />

la connectivité <strong>des</strong> habitations et <strong>des</strong><br />

bâtiments. Nos ingénieurs réalisent les<br />

plans détaillés dans l’espace public mais<br />

également <strong>des</strong> bâtiments, <strong>des</strong> résidences et<br />

<strong>des</strong> maisons unifamiliales.<br />

Il ne suffit pas uniquement de se doter<br />

d’infrastructures comme les centres de<br />

données et <strong>des</strong> implantations <strong>des</strong> GAFA<br />

mais il faut aussi que les citoyens puissent<br />

avoir accès à du haut débit. Ce qui implique<br />

de facto, le challenge <strong>des</strong> installations<br />

internes.<br />

Peut-on dire que le haut débit est<br />

désormais devenu la norme?<br />

Nous constatons une augmentation de la<br />

consommation internet dans les foyers et<br />

toutes nos offres relèvent désormais du 100<br />

Mbit/s. Avec la multiplication <strong>des</strong> écrans<br />

au sein <strong>des</strong> foyers et la consommation de<br />

la vidéo, il est devenu indispensable que la<br />

bande passante soit excellente.<br />

Le câble coaxial d’Eltrona, beaucoup plus<br />

performant que la paire torsadée «twisted<br />

pair», permettra bientôt de <strong>des</strong>servir du<br />

ultra-haut débit 1Gbit/s. Les tests sont<br />

actuellement en cours dans nos laboratoires<br />

et seront dans quelques semaines réalisés<br />

sur le terrain. Le déploiement commercial<br />

est estimé d’ici l’été.<br />

L’objectif est d’être en capacité de <strong>des</strong>servir<br />

la totalité de nos clients et ainsi, devenir<br />

le leader du marché luxembourgeois de<br />

l’ultra-haut débit.<br />

“Le câble coaxial<br />

de notre réseau<br />

permet le haut<br />

débit et le ultrahaut<br />

débit”<br />

Pourquoi préférer le câble coaxial à la<br />

fibre optique?<br />

Les habitations n’ont pas besoin de faire<br />

<strong>des</strong> trous dans les murs et de déchirer la<br />

tapisserie pour accéder à une connexion<br />

internet plus rapide. Les nouvelles<br />

constructions devront juste se doter d’une<br />

infrastructure coaxiale…<br />

La même infrastructure qui <strong>des</strong>sert la<br />

télédistribution depuis plus de 50 ans<br />

permet aussi de <strong>des</strong>servir une connexion<br />

internet ultra rapide. Le câble coaxial de<br />

notre réseau a été conçu pour le transport de<br />

signaux vidéo et permet celui du haut débit<br />

Quelles sont vos offres de prédilection?<br />

«Eltrona Home» est notre produit phare<br />

composé d’un bouquet de plus de 100<br />

chaînes télévisées, d’un abonnement<br />

internet illimité en haut débit (100 Mbit/s)<br />

et de la téléphonie fixe, le tout pour 59<br />

euros par mois.<br />

Nous proposons la même offre avec la<br />

téléphonie mobile en plus, dont 20 giga<br />

de données en Europe et au Luxembourg,<br />

2.500 appels, 2.500 sms et 5.000 mms à<br />

seulement 99 euros par mois.<br />

Enfin, les plus jeunes qui délaissent la<br />

télévision linéaire au profit de la toile,<br />

préfèrent notre offre «Internet Only» à<br />

19,95 euros.<br />

Nous sommes donc compétitifs par rapport<br />

aux prix du marché, tout en gardant un très<br />

haut niveau. n<br />

Les offres<br />

Eltrona<br />

100Mbit/s<br />

(Internet Only):<br />

19,95 Eur./mois.<br />

+ 100 chaînes TV<br />

+ téléphonie fixe<br />

(Forfait Easy):<br />

59,00 Eur./mois.<br />

+ 1 abonnement mobile<br />

(Forfait Cosy):<br />

99,00 Eur./mois.


30 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

ICT<br />

Une entreprise tournée<br />

vers le futur<br />

En 72 ans, Charles Kieffer Group est passé d’une petite<br />

structure au grand groupe bien connu au Luxembourg<br />

aujourd’hui. Un de ses doyens, Joseph Frisch, Partner<br />

General Manager Business Operation, revient avec nous<br />

sur l’historique de la société et nous présente les dernières<br />

nouveautés proposées par son partenaire Konica Minolta en<br />

Office, Production et Industrial Printing.<br />

Retracez-nous l’historique de l’entreprise<br />

en quelques mots…<br />

Fondé en 1946, Charles Kieffer Group<br />

s’est dès le début ancré dans les domaines<br />

de l’impression et de l’audiovisuel. Son<br />

fondateur a alors établi un lien très fort<br />

avec les <strong>communes</strong>, qui a perduré au fil<br />

<strong>des</strong> années grâce à nos services et solutions<br />

diversifiés dans les mon<strong>des</strong> de l’audiovisuel,<br />

de l’impression, de l’archivage, <strong>des</strong> produits<br />

de finitions et façonnages ainsi que de<br />

l’informatique.<br />

Le succès du groupe se base en partie sur son<br />

identité et son management luxembourgeois<br />

ainsi que sur son implantation nationale qui<br />

facilite les prises de décisions rapi<strong>des</strong>. De<br />

plus, nous visons toujours l’adaptation aux<br />

deman<strong>des</strong> du marché. Ainsi nous avons été<br />

les premiers dans notre domaine d’activité<br />

à proposer du scanning au Luxembourg.<br />

Le regroupement de toutes nos activités<br />

en un seul site nous a encore fait gagner en<br />

efficacité.<br />

Damien Georges, Frédéric Legros, Joseph Frisch et Tom Frisch


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

31<br />

Par ailleurs, nous nous sommes entourés<br />

<strong>des</strong> bons partenaires partageant notre<br />

soif d’évolution technologique. Notre<br />

collaboration avec Minolta existe depuis<br />

plus de 35 ans maintenant et a été renforcée<br />

suite à la fusion avec Konica en 2003. Ainsi,<br />

CK a bénéficié de ce partenaire devenu<br />

acteur et innovateur mondial et collabore<br />

depuis lors étroitement et efficacement avec<br />

Konica Minolta dans le but de proposer<br />

<strong>des</strong> solutions influençant le marché dans les<br />

différents domaines de la bureautique. Ces<br />

solutions permettent de faciliter les processus<br />

et d’assurer une meilleure gestion générale <strong>des</strong><br />

flux de données dans une entreprise ou dans<br />

<strong>des</strong> institutions telles que les <strong>communes</strong>.<br />

Notre personnel représente une force<br />

majeure pour l’entreprise grâce à sa<br />

performance au niveau de la technologie<br />

actuelle et future. Combiné avec l’étendue<br />

de ses domaines d’activité, CK se positionne<br />

comme un interlocuteur unique et de<br />

confiance pouvant proposer <strong>des</strong> solutions à<br />

tous les niveaux.<br />

Nous sommes une équipe tournée vers<br />

l’avenir et diversifions notre offre dans tous<br />

les domaines face à la perte de vitesse de<br />

l’impression pour répondre à <strong>des</strong> besoins de<br />

plus en plus larges allant de solutions IT à<br />

l’ennoblissement d’un document.<br />

“Nous avons su<br />

nous entourer<br />

<strong>des</strong> bons partenaires<br />

partageant notre<br />

soif d’évolution<br />

technologique”<br />

Quelles sont les dernières évolutions qu’a<br />

connu le monde de l’Office Printing?<br />

La toute nouvelle gamme multifonctions<br />

A4-A3 couleur de Konica Minolta offre une<br />

sécurité renforcée ainsi qu’une meilleure<br />

gestion <strong>des</strong> coûts et de l’information,<br />

combinée au navigateur Web embarqué qui<br />

permet de connecter facilement la plupart<br />

<strong>des</strong> logiciels métiers afin d’automatiser le<br />

traitement <strong>des</strong> informations.<br />

L’essor du scanning et de la dématérialisation<br />

nécessite <strong>des</strong> produits capables de répondre<br />

de manière professionnelle et cette<br />

nouvelle gamme propose une vitesse de<br />

numérisation révolutionnaire recto-verso<br />

en un seul passage de 240 scans à la minute<br />

fort appréciable de la part <strong>des</strong> <strong>communes</strong>.<br />

La protection contre la cybercriminalité<br />

est également une priorité pour la marque<br />

qui a ainsi renforcé sa sécurité par <strong>des</strong><br />

processus comme la protection <strong>des</strong> PDF<br />

par mot de passe ou un disque dur en miroir<br />

pour garantir la sauvegarde optimale <strong>des</strong><br />

données, parmi bien d’autres procédés.<br />

Enfin, la gamme offre <strong>des</strong> solutions de<br />

mobilité avancées grâce à son interconnexion<br />

avec tous les terminaux de l’entreprise.<br />

En effet, tous les outils de travail peuvent<br />

facilement être connectés en WiFi, NFC ou<br />

Bluetooth et permettent ainsi aux utilisateurs<br />

d’être plus mobiles et productifs.<br />

L’avantage principal de l’IQ-501 est de<br />

pouvoir automatiser de nombreuses tâches<br />

au niveau du contrôle et de l’ajustement de<br />

la qualité, ce qui permettra à l’utilisateur de<br />

gagner beaucoup de temps. Par exemple,<br />

ce module peut gérer automatiquement la<br />

couleur, effectuer une registration rectoverso<br />

automatique, en temps réel et en<br />

cours de production ainsi que la validation<br />

colorimétrique grâce à son système de<br />

calibrage automatique pendant la séance<br />

d’impression.<br />

Quelles sont les nouveautés en matière<br />

d’Industrial Printing?<br />

Konica Minolta poursuit son développement<br />

et s’est lancée dans l’Industrial Printing.<br />

Ainsi, <strong>des</strong> effets tels que la 3D, l’emballage,<br />

l’ennoblissement du document ou encore le<br />

labelling sont à présent réalisables.<br />

Tout d’abord l’imprimante numérique<br />

à étiquettes AccurioLabel 190 vous<br />

permettra de créer <strong>des</strong> autocollants à la<br />

demande avec une performance haut de<br />

gamme numérique.<br />

La presse d’impression IFOIL S de MGI<br />

vient quant à elle compléter les imprimantes<br />

JET varnish 3DS et Meteor Unlimited<br />

Colors pour l’insertion de dorures à chaud<br />

et de gaufrages personnalisés de manière<br />

entièrement numérique. Il est également<br />

possible d’imprimer sur ces dorures pour<br />

produire <strong>des</strong> effets métallisés multicolores.<br />

Enfin, la JET varnish 3D de MGI applique<br />

un vernis sélectif 2D et 3D pour les<br />

formats numériques ou l’impression offset<br />

principalement pour les couvertures de<br />

livres, les cartes d’invitation et de visite,<br />

les brochures et packagings. Elle peut<br />

également réaliser <strong>des</strong> gaufrages et de la<br />

dorure numérique. n<br />

Y a-t-il également <strong>des</strong> nouveautés dans<br />

le monde du Production Printing?<br />

En début d’année, Konica Minolta a lancé<br />

sa nouvelle gamme de presses numériques<br />

couleur de production AccurioPress. Celleci<br />

intègre le nouveau module intelligent<br />

d’optimisation de la qualité IQ-501.<br />

Charles Kieffer Group<br />

2, rue Léon Laval<br />

L-3372 Leudelange<br />

sales@ck-group.lu<br />

www.ck-group.lu


32 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 208 - MARS <strong>2018</strong><br />

RGPD<br />

La transparence<br />

du traitement<br />

Le 25 mai, le Règlement Général sur la Protection <strong>des</strong><br />

Données (RGPD) sera applicable en Europe. Anciennement<br />

commissaire à la CNPD, Georges Wantz, directeur<br />

Technology & Entreprise Application chez Deloitte<br />

Luxembourg, revient avec nous sur les démarches qu’il reste<br />

à accomplir dans le secteur public pour une mise à jour avant<br />

l’application du règlement.<br />

Comment épauler le secteur public<br />

dans sa préparation à cette nouvelle<br />

réglementation?<br />

La nouveauté de ce règlement est surtout<br />

qu’il provoque une prise de conscience:<br />

la protection <strong>des</strong> données est un droit<br />

fondamental en Europe qu’il est temps de<br />

faire respecter.<br />

Ainsi, il vise à supprimer les démarches<br />

administratives telles que <strong>des</strong> notifications<br />

et <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> d’autorisation auprès de la<br />

CNPD en les remplaçant par un principe<br />

d’obligation pour tout responsable de<br />

traitement de données à caractère personnel<br />

de prouver qu’il protège les données<br />

personnelles et qu’il informe les citoyens <strong>des</strong><br />

traitements qui seront opérés sur celles-ci. Il<br />

restreint également leur usage au traitement<br />

initial seul et oblige à la suppression de ces<br />

données une fois le traitement fini.<br />

Le secteur public est touché par ce règlement<br />

car les <strong>communes</strong> traitent constamment<br />

<strong>des</strong> données à caractère personnel de leurs<br />

citoyens ou même de leurs employés. Elles<br />

devront donc analyser leurs besoins en<br />

traitement <strong>des</strong> données et les mesures de<br />

sécurité qui doivent être mises en place<br />

par rapport à ceux-ci. Il ne s’agit dès lors<br />

pas uniquement de mesures informatiques,<br />

mais surtout organisationnelles. De plus, la<br />

démarche devra à présent être entièrement<br />

transparente pour laisser la possibilité au<br />

citoyen de consulter ses données et d’en<br />

connaître le traitement.<br />

Comment identifier les données concernées?<br />

Une donnée à caractère personnel est une<br />

donnée liée directement ou indirectement<br />

à une personne physique. La question<br />

essentielle à se poser dans ce cadre est<br />

«pourquoi dois-je traiter cette donnée?».<br />

La définition du traitement est également<br />

très large: la collecte, la <strong>des</strong>truction, le<br />

stockage, et tout autre démarche effectuée<br />

avec les données est identifiée comme un<br />

traitement et pour chacun d’entre eux, une<br />

finalité, primaire ou annexe, doit être définie<br />

entre autres pour identifier le moment<br />

où la donnée pourra être supprimée. Il<br />

est important de définir le responsable<br />

du traitement pour remettre en cause sa<br />

légitimité et savoir s’il a le consentement,<br />

la base ou l’obligation légale de traiter ces<br />

données.<br />

“Les amen<strong>des</strong><br />

pourront s’élever à<br />

20 millions d’euros<br />

ou atteindre 4%<br />

du chiffre d’affaires”<br />

Quel sera le rôle d’un délégué à la<br />

protection <strong>des</strong> données?<br />

Premièrement, il devra assumer un rôle<br />

de conseil au sein de son organisme. Il<br />

sera également la personne de contact en<br />

cas d’exercice de droit d’une personne<br />

dont les données à caractère personnel<br />

ont été utilisées et devra justifier dans ce<br />

cas le traitement opéré. Il aura aussi la<br />

responsabilité de traiter avec la CNPD en<br />

cas de problème décelé par l’autorité.<br />

Le délégué devra impérativement être une<br />

personne indépendante, c’est-à-dire qu’il ne<br />

pourra pas être trop impliqué dans le traitement<br />

<strong>des</strong> données à caractère personnel pour ne<br />

pas manquer d’impartialité. En fonction de<br />

la taille de l’entité, il est envisageable que<br />

ce délégué s’occupe également de réunir la<br />

documentation garantissant la conformité du<br />

traitement <strong>des</strong> données, bien que cela ne fasse<br />

pas partie de ses obligations.<br />

En faisant appel à un conseiller externe<br />

pour cette tâche, un organisme aurait la<br />

garantie de ses bonnes compétences en<br />

la matière et pourrait même réaliser <strong>des</strong><br />

économies. En revanche, cette personne<br />

serait moins disponible et moins réactive<br />

qu’un employé interne à l’entité. Le juste<br />

milieu entre ces deux alternatives serait de<br />

faire appel à un seul délégué pour plusieurs<br />

entités au sein d’un même groupe, ou dans<br />

le cas <strong>des</strong> <strong>communes</strong>, d’attribuer cette tâche<br />

au Syvicol pour assurer l’harmonie et la<br />

cohérence <strong>des</strong> traitements au sein de toutes<br />

les <strong>communes</strong> luxembourgeoises.


Pensez-vous que les <strong>communes</strong> soient<br />

suffisamment préparées?<br />

Les <strong>communes</strong> ne semblent pas encore<br />

tout à fait saisir l’ampleur de la démarche<br />

et je pense qu’il leur faudra un délai plus<br />

long avant de se mettre à jour quant à cette<br />

règlementation.<br />

Le règlement prévoit <strong>des</strong> mesures<br />

contraignantes, sous la forme d’amen<strong>des</strong><br />

par exemple, en cas de non-respect. Ces<br />

dernières pourront s’élever à 20 millions<br />

d’euros ou atteindre 4% du chiffre d’affaires<br />

d’une entreprise selon les cas de figure, ce<br />

qui représente un incitateur fort pour les<br />

organismes devant appliquer ce règlement.<br />

A échelle européenne, les autorités de<br />

contrôle auront pour obligation de vérifier<br />

sa mise en application et les organismes<br />

ne l’appliquant pas devront en assumer les<br />

conséquences économiques.<br />

Quel conseil pourriez-vous donner aux<br />

<strong>communes</strong> à l’aube de ces changements?<br />

Le plus important est d’adopter une<br />

démarche pragmatique et d’avancer étape<br />

par étape pour ne rien oublier et ne pas<br />

s’éparpiller. La protection <strong>des</strong> données ne<br />

sera jamais effective à 100%. Le règlement<br />

impose qu’il y ait une réflexion à ce sujet et<br />

que <strong>des</strong> mesures soient prises pour favoriser<br />

au maximum cette protection <strong>des</strong> données.<br />

Cette démarche, bien que laborieuse, est en<br />

réalité plutôt simple. Il faut bien s’informer<br />

sur le niveau de détails à fournir et sur les<br />

processus à mettre en place, la mise en<br />

application est quant à elle assez simple. La<br />

première étape pour une commune sera de<br />

se renseigner sur la protection <strong>des</strong> données<br />

et d’en comprendre l’impact sur son entité.<br />

Il faut donc commencer par désigner une<br />

personne en charge de l’identification<br />

Georges Wantz<br />

et de la caractérisation <strong>des</strong> traitements<br />

et <strong>des</strong> problèmes qui y sont liés et de les<br />

prioritiser. Il faudra ensuite d’établir un<br />

plan de résolution pour être le plus en règle<br />

possible le 25 mai <strong>2018</strong>. n


34 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 210 - MAI <strong>2018</strong><br />

RGPD<br />

Un partenaire de conformité<br />

Le Règlement Général sur la Protection <strong>des</strong> Données (RGPD)<br />

entrera en application le 25 mai <strong>2018</strong>. Ce texte entend offrir un<br />

cadre harmonisé aux Etats-membres en matière de protection<br />

<strong>des</strong> données à caractère personnel, et de ce fait, une plus grande<br />

sécurité pour les personnes concernées. MGSI accompagne<br />

les multinationales, les PME, les sociétés artisanales, les<br />

associations et les organisations vers leur conformité.<br />

Explications de la CEO de MGSI, Mélanie Gagnon.<br />

Qu’est-ce qui changera avec l’application<br />

du RGPD?<br />

Un <strong>des</strong> principaux objectifs est de redonner<br />

le contrôle aux personnes concernées sur<br />

leurs données à caractère personnel, en<br />

intégrant de nouveaux droits, notamment<br />

le droit à la portabilité et le droit à<br />

l’effacement. Aussi, elles auront le droit,<br />

sous certaines conditions, de ne pas faire<br />

l’objet d’une décision fondée exclusivement<br />

sur un traitement automatisé, y compris le<br />

profilage.<br />

Ce cadre législatif veut atténuer la<br />

fragmentation actuelle <strong>des</strong> lois nationales<br />

de protection <strong>des</strong> données, tout en laissant<br />

Mélanie Gagnon


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

35<br />

une certaine marge de manœuvre aux<br />

Etats-membres qui pourront par exemple<br />

choisir l’âge minimum du consentement <strong>des</strong><br />

enfants.<br />

Les entreprises établies hors de l’UE qui<br />

offrent <strong>des</strong> biens et services aux personnes<br />

concernées dans l’Union et/ou suivent le<br />

comportement de ces personnes, devront se<br />

soumettre au RGPD.<br />

En outre, <strong>des</strong> principes de protection<br />

<strong>des</strong> données devront être implantés dès<br />

la conception <strong>des</strong> produits, services ou<br />

systèmes exploitants <strong>des</strong> données à caractère<br />

personnel (Privacy by Design).<br />

Certaines entreprises et les organismes<br />

publics devront aussi nommer un délégué à la<br />

protection <strong>des</strong> données ou «Data Protection<br />

Officer (DPO)». Le DPO est un acteur clé<br />

au sein de la gouvernance de l’organisation,<br />

ayant notamment pour mission d’informer,<br />

conseiller, contrôler le respect du RGPD et<br />

de permettre le dialogue avec l’autorité de<br />

contrôle (la Commission Nationale pour la<br />

Protection <strong>des</strong> Données au Luxembourg).<br />

Devant l’ampleur de la tâche, quel est<br />

l’état d’esprit <strong>des</strong> acteurs de la place?<br />

Dans la mesure où les sanctions peuvent<br />

atteindre jusqu’à 4% du chiffre d’affaires<br />

annuel mondial ou 20 millions d’euros, je<br />

dirais qu’il est plutôt à la crainte. Certains<br />

observent la concurrence pour repérer si<br />

<strong>des</strong> démarches de conformité sont déjà<br />

mises en place et d’autres tentent de savoir<br />

si <strong>des</strong> sanctions toucheront leur secteur<br />

d’activités. Mais il ne faut pas oublier que<br />

la CNPD peut également imposer <strong>des</strong><br />

mesures correctrices, comme par exemple<br />

ordonner la rectification ou l’effacement<br />

de données à caractère personnel ou la<br />

limitation du traitement.<br />

Et parmi les bons élèves…<br />

MGSI remplira le rôle de DPO pour la<br />

Chambre <strong>des</strong> Députés et accompagne<br />

plusieurs organisations et entreprises,<br />

notamment Luxair Group et Post Group<br />

dans leur mise en conformité.<br />

“Une équipe<br />

d’experts<br />

multidisciplinaires,<br />

spécialisée en<br />

protection <strong>des</strong><br />

données”<br />

Quelles sont les principales étapes d’une<br />

mise en conformité?<br />

Le 25 mai étant à nos portes, la priorité<br />

est donc d’analyser votre obligation de<br />

nommer ou non un DPO, de définir<br />

son rôle et ses responsabilités au sein de<br />

l’entreprise conformément au RGPD.<br />

Ensuite, il est nécessaire de procéder à un<br />

inventaire <strong>des</strong> traitements de données à<br />

caractère personnel effectués au sein de<br />

chaque service/département de l’entreprise:<br />

cette démarche permet d’avoir une vue<br />

d’ensemble pour procéder à une analyse<br />

d’écarts avec le RGPD et prioriser les<br />

actions à mettre en œuvre pour la mise en<br />

conformité.<br />

Par la suite, il est essentiel de mettre<br />

en place <strong>des</strong> procédures permettant aux<br />

individus d’exercer leurs droits, d’identifier<br />

les sous-traitants et revoir les contrats<br />

pour respecter les exigences du RGPD<br />

et bien entendu se former sur le sujet,<br />

notamment en assistant aux différentes<br />

formations offertes par MGSI. Il faut<br />

veiller à mettre en place <strong>des</strong> mesures de<br />

sécurité appropriées en prenant en compte<br />

notamment, la nature <strong>des</strong> données.<br />

Les données de catégories particulières,<br />

dites «sensibles» requièrent de plus<br />

gran<strong>des</strong> précautions…<br />

Le RGPD entend par «données de<br />

catégories particulières» toutes données<br />

qui renseignent notamment les origines<br />

ethniques ou raciales, les opinions<br />

politiques, philosophiques ou religieuses,<br />

l’appartenance syndicale, la santé ou la vie<br />

sexuelle. En principe, le traitement de ces<br />

données est interdit, sauf exceptions, par<br />

exemple, si la personne concernée a donné<br />

son consentement explicite.<br />

Comment pourrait-on présenter MGSI?<br />

C’est une équipe d’experts multidisciplinaires,<br />

spécialisée en protection <strong>des</strong><br />

données et en sécurité de l’information<br />

dont la mission est d’accompagner<br />

les organisations dans leur mise en<br />

conformité avec les exigences du<br />

RGPD. Nous sommes un partenaire<br />

officiel de l’IAPP (International Association<br />

of Privacy Professionals) et donnons<br />

<strong>des</strong> formations de deux jours pour les<br />

certifications CIPP/E et CIPM. Nous<br />

offrons également <strong>des</strong> formations de deux<br />

jours permettant de prendre connaissance<br />

<strong>des</strong> éléments clés du RGPD afin de mettre<br />

en place une démarche de conformité au<br />

sein <strong>des</strong> entreprises et organismes.<br />

MGSI peut dès lors former et assister<br />

les DPO internes ou bien être mandatée<br />

en qualité de DPO externe. Son<br />

expertise inclut les spécificités juridiques,<br />

organisationnelles, techniques et de sécurité<br />

selon les secteurs d’activités, et ce, dans le<br />

respect <strong>des</strong> principes d’indépendance et<br />

d’absence totale de conflit d’intérêt.<br />

Pour plus d’informations, MGSI organise<br />

un événement sur la protection <strong>des</strong> données<br />

les 29 et 30 mai, rdv sur www.ldpd.lu n


36 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 210 - MAI <strong>2018</strong><br />

RGPD<br />

La protection<br />

<strong>des</strong> données au cœur<br />

de l’actualité<br />

Le 25 mai, le nouveau Règlement Général sur la Protection <strong>des</strong><br />

Données (RGPD) entrera enfin en application. Carlo Harpes,<br />

fondateur et directeur d’itrust consulting, revient avec nous<br />

sur les premières implémentations de la réglementation au<br />

sein <strong>des</strong> entreprises au Luxembourg et aux démarches qu’il<br />

reste à entreprendre tant dans le secteur privé que public.<br />

Interview.<br />

Au Luxembourg, y a-t-il eu une prise de<br />

conscience par rapport à l’importance<br />

de la protection <strong>des</strong> données?<br />

Cette prise de conscience ne fait que<br />

commencer, à la veille de la mise en<br />

application de la réglementation. Après<br />

avoir eu deux ans pour s’y préparer, les<br />

acteurs concernés ne s’en inquiètent<br />

qu’aujourd’hui et nous sommes plus<br />

que jamais sollicités dans ce cadre.<br />

Heureusement, il n’est jamais trop tard<br />

pour se mettre en règle. Il n’y aura pas de<br />

pénalités au premier jour, l’important est<br />

donc d’entamer les démarches pour être à<br />

jour le plus rapidement possible.<br />

Comment se sont passées vos premières<br />

implémentations?<br />

Depuis le mois d’octobre, un petit nombre<br />

de clients ont commencé à travailler sur<br />

leur mise en conformité. Cela nous a permis<br />

de nous intégrer dans un certain rythme<br />

et de poser les priorités. Maintenant que<br />

les démarches importantes ont été mises<br />

en place, nous avançons peu à peu pour<br />

atteindre un bon niveau de conformité<br />

avant la date butoir. Les entreprises vivent<br />

ce changement comme une lourdeur. Nous<br />

tentons alors de les soulager et de leur<br />

montrer la marche à suivre pour rendre<br />

cette adaptation moins difficile.<br />

Au départ, il est important d’implémenter<br />

une bonne politique générale de sécurité<br />

sans quoi aucune protection <strong>des</strong> données<br />

ne pourra vraiment être garantie. Notre<br />

méthodologie est plus large et s’étend<br />

à la sécurité générale <strong>des</strong> informations<br />

de l’entreprise. Par exemple, notre outil<br />

d’analyse de risque, TRICK Service,<br />

permet de mesurer le niveau de sécurité<br />

requis de façon détaillée et a été étendu aux<br />

exigences du RGPD.<br />

Il faut ensuite analyser les processus,<br />

s’assurer de leur légitimité et en informer<br />

les personnes concernées. Pour chacun<br />

de ces points, nous avons créé une<br />

méthodologie ou <strong>des</strong> documents types<br />

pour l’aide à l’implémentation. Par ailleurs,<br />

un dirigeant doit s’assurer que tous ses<br />

employés connaissent et appliquent la<br />

réglementation.<br />

“Notre<br />

méthodologie pour<br />

l’implémentation<br />

du RGPD s’étend<br />

à la sécurité<br />

générale de<br />

l’entreprise”<br />

Comment améliorer votre approche?<br />

Nous nous sommes aperçus que la<br />

plupart <strong>des</strong> entreprises ne voyaient pas<br />

la nécessité d’avoir un niveau de sécurité<br />

bien documenté. Suite à ces remarques,<br />

nous avons adapté notre stratégie; nous<br />

proposons alors aux clients de réaliser<br />

eux-mêmes les démarches en interne et<br />

leur offrons en parallèle un coaching, forts<br />

de nos compétences et de notre savoirfaire.<br />

Nous leur donnons nos outils et<br />

nos modèles puis n’intervenons plus que<br />

ponctuellement pour les aider dans leurs<br />

démarches.<br />

Depuis le 26 mars dernier, nous avons<br />

établi un partenariat avec la Fédération<br />

<strong>des</strong> Artisans pour le coaching de près de<br />

70 entreprises. Nous avons ainsi créé <strong>des</strong><br />

formations génériques en auditoire suite<br />

auxquelles nous organisons <strong>des</strong> workshops<br />

par thème où chaque personne peut poser<br />

<strong>des</strong> questions spécifiques. Ces formations<br />

donnent un point de départ aux entreprises<br />

et leur apportent une base pour leur mise<br />

en conformité avant le 25 mai; d’autres<br />

workshops seront encore organisés par<br />

la suite pour poursuivre ces démarches.<br />

Au total, nous proposons dix ateliers<br />

thématiques et jusqu’ici, les workshops<br />

proposés ont rencontré un franc succès.


Que penser du rôle qu’a joué la CNPD<br />

dans l’information aux entreprises par<br />

rapport au RGPD?<br />

La CNPD a investi beaucoup dans la<br />

sensibilisation, ce qui est utile. Elle a<br />

longtemps annoncé la création d’un<br />

outil qui aurait aidé les entreprises à se<br />

conformer au RGPD. Cette annonce a<br />

découragé les entreprises privées comme<br />

la nôtre à créer leur propre outil, puisque<br />

l’organe de référence se proposait<br />

d’en fournir un gratuit. Or, le simple<br />

questionnaire d’audit qui en est sorti<br />

n’est en rien une aide pour se mettre<br />

en règle; les secteurs public et privé<br />

ont besoin d’une aide, d’un coaching<br />

et d’outils concrets pour atteindre les<br />

objectifs fixés par le RGPD. De plus, le<br />

secteur public n’a pas pris les devants<br />

pour montrer l’exemple, comme on aurait<br />

pu s’y attendre et encore aujourd’hui de<br />

nombreuses entités publiques doivent se<br />

mettre à jour et se pencher sur la mise<br />

en application imminente du règlement.<br />

Quels conseils adresseriez-vous aux entreprises<br />

face à cette nouvelle réglementation?<br />

Tout d’abord nous conseillons à toute<br />

entreprise n’ayant pas encore enclenché le<br />

processus de prendre cette réglementation<br />

au sérieux. Même si la date butoir est<br />

passée, il n’est jamais trop tard pour s’y<br />

conformer.<br />

Nous voyons cette réglementation comme<br />

une opportunité pour les entreprises<br />

d’améliorer certains de leur processus et<br />

d’éliminer toutes les données inutiles.<br />

Nous leur conseillons par ailleurs<br />

d’améliorer la façon dont sont documentés<br />

les processus, surtout dans les petites<br />

entreprises où il n’y a pas de culture de la<br />

documentation pour les décisions prises<br />

au quotidien. Apprendre à recueillir et<br />

documenter <strong>des</strong> décisions peut avoir <strong>des</strong><br />

effets positifs au niveau de l’amélioration<br />

de l’efficacité du management, au-delà<br />

du fait que la réglementation oblige cette<br />

documentation. Ce règlement peut pousser<br />

Carlo Harpes<br />

les entreprises à adopter un nouveau mode<br />

de fonctionnement dont les bienfaits s’en<br />

ressentiront dans l’exercice quotidien de<br />

leur activité.<br />

Pour les plus gran<strong>des</strong> entreprises, nous<br />

les encourageons à poursuivre sur leur<br />

lancée d’application d’un management<br />

de la sécurité et de la protection <strong>des</strong><br />

données, et ce, au travers d’un changement<br />

de culture dans l’entreprise supporté<br />

par une documentation adéquate. Nous<br />

avons également élaborés 50 points<br />

d’améliorations <strong>des</strong> prochaines normes<br />

internationales ISO sur la gestion et<br />

la protection <strong>des</strong> données à caractère<br />

personnel qui pourraient aider les<br />

dirigeants dans leurs démarches. n


38 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

ECONOMIE & FINANCE<br />

Un donut<br />

au service de l’avenir<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

Le 7 mars, l’INDR: Institut National pour le Développement<br />

durable et la Responsabilité sociale <strong>des</strong> entreprises a fêté<br />

ses dix ans à la Chambre de Commerce. L’INDR a reçu<br />

pour l’occasion Kate Raworth, Professeur et Chercheur à<br />

l’Institut <strong>des</strong> changements environnementaux de l’Université<br />

d’Oxford, venue présenter son ouvrage Dougnhut Economics.<br />

LG Magazine a eu le privilège de la rencontrer. Interview.<br />

Qu’est-ce que l’économie en donut?<br />

C’est un compas, une boussole, un repère<br />

afin de guider l’humanité vers la prospérité<br />

du XXI e siècle. L’anneau intérieur<br />

matérialise les fondements sociaux sous<br />

lesquels il est interdit d’aller sans menacer<br />

les droits individuels (eau, nourriture,<br />

revenus, éducation, égalité <strong>des</strong> sexes, etc.).<br />

L’anneau extérieur représente le plafond<br />

planétaire et les limites écologiques que<br />

nous ne pouvons pas dépasser pour que la<br />

terre reste un endroit viable (acidification<br />

<strong>des</strong> océans, pollutions chimiques,<br />

appauvrissement de la biodiversité, etc.).<br />

Plus on s’enfonce dans le donut, plus les<br />

inégalités croissent et en le dépassant c’est<br />

notre propre tombe que nous creusons;<br />

entre ces deux anneaux, il est un espace sûr<br />

et équitable dans lequel le progrès peut et<br />

doit tenir.<br />

Votre modèle pourrait-il se substituer à<br />

la ligne de croissance héritée du XX e ?<br />

Cette ligne continue qui incarne la<br />

croissance économique ne suffit plus. Nous<br />

sortons d’un siècle de développements<br />

sans précédent qui auront permis à une<br />

partie de la population mondiale d’accéder<br />

à une meilleure vie mais qui, depuis trois<br />

décennies est aussi une extraordinaire<br />

source d’inégalités entre les pays. Les 92%<br />

de la croissance mondiale pour l’année<br />

2017 sont allés remplir <strong>des</strong> poches déjà<br />

pleines. Ce modèle est dégénératif en<br />

cela qu’il creuse les inégalités, accroît la<br />

pauvreté et dégrade les écosystèmes.<br />

Toute la question est donc de savoir quelle<br />

est la mentalité économique qui nous<br />

donnera les meilleures chances de réussite.<br />

On ne peut penser l’économie de demain<br />

avec les outils du XX e comme le bénéfice<br />

financier ne saurait rester l’unique valeur<br />

d’une entreprise, barricadée pour elle et<br />

ses actionnaires. L’économie extractive qui<br />

favorise l’exploitation à outrance relève du<br />

XX e siècle. Dès lors, la société du XXI e<br />

ne doit plus seulement se préoccuper<br />

<strong>des</strong> impacts négatifs sur la société et<br />

l’environnement mais intégrer dès le<br />

projet d’entreprise, les formes de valeurs<br />

qui seront restituées positivement à la<br />

société et à l’environnement. Il ne s’agit<br />

plus uniquement de limiter le rejet de gaz à<br />

effet de serre mais de favoriser l’utilisation<br />

d’énergies renouvelables et de les<br />

partager. En outre, l’entreprise s’inscrira<br />

positivement dans la commune dans<br />

laquelle elle est implantée et contribuera<br />

activement au bien-être de ses habitants.<br />

“Un compas,<br />

une boussole,<br />

un repère afin<br />

de guider<br />

l’humanité<br />

vers la prospérité<br />

du XXI e siècle”<br />

C’est pourquoi vous prônez une<br />

économie de partage qui est générative<br />

et distributive dès l’élaboration du<br />

projet d’entreprise…<br />

Notre modèle s’appuie sur <strong>des</strong> dispositifs<br />

ultérieurs de redistribution de la valeur<br />

comme par le biais <strong>des</strong> impôts progressifs<br />

par exemple. J’appelle à développer <strong>des</strong><br />

activités qui sont génératives et distributives<br />

de valeurs dès le début du projet, et par<br />

«valeur» je n’entends pas uniquement<br />

l’argent mais aussi les terres, les technologies<br />

et les entreprises elles-mêmes. Cela passe<br />

par l’ancrage de ces objectifs dans les statuts<br />

de l’entreprise mais aussi par d’autres formes<br />

de propriétés comme les coopératives et les<br />

entreprises aux mains <strong>des</strong> travailleurs. Un<br />

exemple: les idées innovantes qui découlent<br />

de la recherche publique ne devraient plus<br />

être bétonnées dans <strong>des</strong> brevets mais être<br />

accessibles à tous.<br />

Pourquoi avoir adopté une approche<br />

systémique de l’économie?<br />

J’ai écrit ce livre afin de trouver les<br />

voies qui permettront de répondre aux<br />

impératifs socio-écologiques. Il est temps<br />

que nous reconnaissions les profon<strong>des</strong><br />

interdépendances qui régissent l’économie


globale, le dérèglement climatique et<br />

les conditions sociales. Les sciences<br />

économiques sont depuis trop longtemps<br />

tenues dans le rationnel et la logique.<br />

J’attends aujourd’hui <strong>des</strong> vagues de pensées<br />

qui permettront de les penser différemment<br />

et c’est pour cela que j’en appelle aussi à<br />

l’histoire, la littérature et l’art pour penser<br />

l’économie.<br />

Politiques, CEO, activistes, parents,<br />

étudiants, citoyens, peu importe le lieu<br />

géographique et le statut social, chacun<br />

peut à son échelle penser les interactions<br />

entre ses actes, sa communauté, sa société,<br />

son entreprise, son gouvernement et la<br />

nature.<br />

Les nouvelles générations sont conscientes<br />

<strong>des</strong> dérèglements climatiques, <strong>des</strong> crises<br />

financières, <strong>des</strong> niveaux extrêmes de<br />

pauvreté et <strong>des</strong> inégalités qui se creusent.<br />

Elles savent que les crises financières et<br />

environnementales qui en découlent ne<br />

respectent ni drapeaux, ni frontières.<br />

Peut-on considérer que les acteurs<br />

tels que l’INDR, outillés du label ESR,<br />

poussent les entreprises à lier leurs<br />

pratiques commerciales aux limites<br />

sociales et environnementales?<br />

J’utiliserais plutôt le verbe «inciter» mais<br />

oui; à la condition que le niveau du label ne<br />

<strong>des</strong>cende pas avec le temps, sans quoi tout<br />

le monde pourrait l’obtenir, ce qui lui ferait<br />

perdre son pouvoir d’attraction.<br />

Je suis régulièrement amenée à présenter<br />

le donut au sein <strong>des</strong> entreprises et l’une de<br />

mes premières questions est: «quelles sont<br />

vos activités qui impactent la société?». Une<br />

fois qu’on connait les pressions mises sur<br />

l’environnement et la société, nous pouvons<br />

alors penser à un autre modèle commercial<br />

qui pourrait y remédier. À l’image d’une<br />

psychothérapie, plus profondément nous<br />

<strong>des</strong>cendons dans l’analyse et mieux on se<br />

connait. Le donut est une invitation dans ce<br />

voyage afin de comprendre que si l’objectif<br />

<strong>des</strong> compagnies est de croître, cela ne se fait<br />

pas sans conséquences. n<br />

Kate Raworth


40 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

ECONOMIE & FINANCE<br />

Les garanties édificatrices<br />

Les entreprises du secteur de la construction, du génie civil et<br />

du parachèvement doivent engager <strong>des</strong> sommes importantes<br />

tout au long <strong>des</strong> chantiers et c’est pourquoi la Mutualité <strong>des</strong><br />

p.m.e. leur donne <strong>des</strong> garanties qui permettent de libérer de<br />

la trésorerie. La garantie de dispense de retenue, de bonne<br />

exécution et de restitution d’acompte sont les trois garanties<br />

principales de la Mutualité <strong>des</strong> p.m.e. Interview et explications<br />

de Dominique Fiore, conseiller PME, et de Philippe Kops,<br />

directeur adjoint de la Mutualité <strong>des</strong> p.m.e.<br />

Parmi vos différentes garanties, quelle<br />

est la plus prisée?<br />

DF: La garantie de dispense de retenue est<br />

la plus demandée et représente à elle seule,<br />

un peu plus de 100 millions d’euros qui sont<br />

garantis par la Mutualité <strong>des</strong> p.m.e. Elle<br />

permet d’encaisser 100% du marché lors<br />

de la facturation. En effet, nous émettons<br />

une lettre de garantie qui permet à notre<br />

client d’encaisser la totalité de sa facture.<br />

Et notamment pour les grands chantiers<br />

publics où les maîtres d’ouvrages retiennent<br />

systématiquement 10% sur les factures qui<br />

leur sont adressées. Après la réception<br />

définitive <strong>des</strong> travaux et une fois que toutes<br />

Philippe Kops et Dominique Fiore


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

41<br />

les réserves formulées ont été levées, la<br />

garantie nous est alors retournée.<br />

PK: La plupart <strong>des</strong> garanties ont un<br />

impact significatif sur la trésorerie<br />

de l’entreprise dans la mesure où la<br />

liquidité libérée peut être redistribuée<br />

ailleurs. L’un <strong>des</strong> grands avantages de<br />

choisir la Mutualité est que nos garanties<br />

n’affectent pas les lignes de crédits<br />

bancaires de nos clients, ce qui libère une<br />

marge de main-d’œuvre supplémentaire<br />

à la banque qui peut alors proposer<br />

d’autres services complémentaires aux<br />

entreprises.<br />

Est-ce que la tendance <strong>des</strong> investisseurs<br />

est à vouloir toujours plus de garanties?<br />

PK: Le domaine <strong>des</strong> garanties est un<br />

secteur très dynamique parce qu’il existe<br />

un besoin croissant de couvrir les différents<br />

risques liés à un chantier de construction.<br />

Il suffit de faire l’expérience d’un seul<br />

chantier arrêté pour cause de faillite pour en<br />

comprendre l’importance. C’est pourquoi<br />

le montant total engagé par la Mutualité<br />

<strong>des</strong> p.m.e., toutes garanties confondues,<br />

avoisine les 150 millions d’euros.<br />

DF: La garantie de bonne fin et de bonne<br />

exécution est la plus risquée dans la<br />

mesure où la Mutualité garantit, selon les<br />

clauses du contrat, l’exécution complète<br />

<strong>des</strong> travaux. Elle est néanmoins de plus<br />

en plus demandée car elle apporte plus de<br />

confiance quant à l’intégrité financière de<br />

l’entrepreneur.<br />

“Il suffit<br />

de faire<br />

l’expérience<br />

d’un seul chantier<br />

arrêté pour cause<br />

de faillite<br />

pour comprendre<br />

l’importance<br />

<strong>des</strong> garanties”<br />

Et pour ce qui est de la restitution<br />

d’acompte…<br />

DF: Les garanties de restitution<br />

d’acompte que nous émettons jouent<br />

un rôle déterminant pour nos clients en<br />

termes de préfinancement <strong>des</strong> chantiers.<br />

Les maîtres d’ouvrage sont alors assurés<br />

d’un remboursement complet de<br />

l’acompte payé en cas de non-respect du<br />

contrat par l’entreprise engagée. Ce qui<br />

permet à nos clients d’éviter de contracter<br />

de nouvelles lignes de crédit bancaires<br />

importantes.<br />

PK: Les chantiers du plateau du<br />

Kirchberg et de la Cloche d’or sont de<br />

tailles importantes. Pensez un instant à<br />

l’entrepreneur qui doit commander 2.500<br />

portes auprès de son fournisseur; l’acompte<br />

qui lui est demandé serait bien plus utile à<br />

la préparation du chantier.<br />

La Mutualité <strong>des</strong> p.m.e. dispose de 500<br />

à 600 entreprises bénéficiaires de nos<br />

garanties et l’un de nos atouts est la rapidité<br />

à laquelle nous pouvons émettre ces<br />

garanties.<br />

Qui sont vos bénéficiaires?<br />

PK: La Mutualité <strong>des</strong> p.m.e. est une<br />

société coopérative de caution mutuelle,<br />

ce qui implique que nos clients sont<br />

aussi nos associés. Seules les entreprises<br />

luxembourgeoises qui acquièrent <strong>des</strong> parts<br />

à la Mutualité peuvent prétendre à ce titre.<br />

Toute personne ou PME de tous secteurs<br />

confondus ayant un projet clair et réaliste<br />

peut s’adresser à nous pour obtenir <strong>des</strong><br />

conseils. Nous aidons aussi les entreprises<br />

déjà établies, celles qui souhaitent racheter<br />

un concurrent, étendre leur domaine<br />

d’activité, se délocaliser ou encore<br />

moderniser leurs installations. Connaissant<br />

les régimes <strong>des</strong> ai<strong>des</strong> étatiques, nous<br />

pouvons véritablement optimiser le plan de<br />

financement.<br />

Quelles sont les missions générales de la<br />

Mutualité <strong>des</strong> p.m.e.?<br />

PK: Quatre phases principales jalonnent<br />

notre intervention dans l’accompagnement<br />

de nos clients. Dans un premier temps de<br />

conseil, il s’agit de comprendre les projets et<br />

si besoin, d’aider à établir une planification<br />

jusqu’à leur aboutissement. Nous assurons<br />

ensuite la médiation entre notre client et les<br />

différents acteurs qui mettront en place le<br />

financement du projet comme les banques,<br />

la SNCI, le ministère de l’Economie, etc.<br />

Après avoir établi un plan de financement<br />

en tenant compte <strong>des</strong> différentes ai<strong>des</strong><br />

étatiques possibles, le facilitateur que nous<br />

sommes assume tout ou partie <strong>des</strong> risques<br />

financiers en cautionnant <strong>des</strong> crédits auprès<br />

<strong>des</strong> banques ou encore en émettant <strong>des</strong><br />

garanties auprès <strong>des</strong> acteurs économiques<br />

ou organismes. Aussi, nous souhaitons<br />

accompagner nos clients sur le long terme,<br />

en faisant le suivi <strong>des</strong> décisions prises et en<br />

leur apportant <strong>des</strong> conseils de gestion. n<br />

Mutualité <strong>des</strong> p.m.e.<br />

113 Rue Adolphe Fischer<br />

L-1521 Luxembourg<br />

info@mpme.lu<br />

www.mpme.lu


42 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 210 - MAI <strong>2018</strong><br />

SANTÉ<br />

Partenaire du secteur<br />

public et de la santé<br />

Arendt Business Advisory est la société de conseils stratégiques,<br />

économiques, financiers et commerciaux d’Arendt & Medernach.<br />

Elle est née début 2017 de la volonté de son CEO, Philippe<br />

Wery, de faire du conseil autrement pour le marché local. Dans<br />

ce contexte, Arendt Business Advisory vient de recruter Thierry<br />

Barré, spécialiste du secteur public et plus particulièrement de la<br />

santé, qui a notamment participé aux créations de la CNS et <strong>des</strong><br />

Hôpitaux Robert Schuman. Interview croisée.<br />

Comment se positionne Arendt Business<br />

Advisory sur le marché luxembourgeois<br />

déjà très concurrentiel du conseil?<br />

PW: Le marché du conseil a été<br />

historiquement construit par les Big Four<br />

et les stratégistes internationaux dont les<br />

méthodologies sont souvent très standardisées<br />

et proviennent de l’étranger. Leur modèle<br />

principalement pyramidal n’est pas toujours<br />

adapté aux réalités du marché local qui<br />

demande de plus en plus <strong>des</strong> approches surmesure.<br />

Autour gravite une multitude de<br />

petites sociétés de conseils de taille humaine<br />

mais spécialisées soit dans une solution<br />

précise, soit dans un segment économique<br />

restreint. Il n’existait donc que peu ou pas<br />

de cabinets de conseils disposant d’une<br />

compétence juridique et inversement. Il s’agit<br />

d’une force pour Arendt Business Advisory<br />

et Arendt & Medernach. Si nous sommes<br />

indépendants de l’étude, nous travaillons<br />

néanmoins en synergie et nos clients, que sont<br />

les organisations publiques et privées, peuvent<br />

ainsi être assurés de la conformité légale de<br />

toutes nos recommandations; ce qui constitue<br />

un gain de temps considérable par rapport à ce<br />

qui se fait sur le marché.<br />

TB: Dans le secteur public en général et<br />

celui de la santé en particulier, on sait toute<br />

l’importance accordée à l’humain. Le rapport<br />

qualité-prix reste pour autant primordial et<br />

nos conseils doivent répondre aux besoins<br />

réels de nos clients tout en étant applicables<br />

concrètement dans leurs organisations.<br />

C’est pourquoi Arendt Business Advisory<br />

ne cherche pas les ressources disponibles<br />

mais bien les ressources les plus à même de<br />

posséder les expériences nécessaires pour<br />

résoudre les problématiques rencontrées.<br />

C’est là une de nos réponses au changement<br />

de paradigme du marché du conseil.<br />

Il nous serait impensable de produire de<br />

gran<strong>des</strong> idées qui resteraient uniquement<br />

dans les hautes sphères: prendre la mesure<br />

de leurs applications sur le terrain nous est<br />

indispensable. Nous apportons <strong>des</strong> solutions<br />

non pas génériques mais spécifiques aux<br />

besoins et notre approche est basée sur<br />

l’écoute et la compréhension. Ne pas tirer<br />

le meilleur d’une collaboration avec une<br />

société de conseil devient intolérable dès<br />

lors que c’est l’argent public qui le finance.<br />

“Nous n’avons pas<br />

d’autre agenda<br />

que celui de faire<br />

évoluer nos clients”<br />

La petitesse du territoire est-elle ici une<br />

force?<br />

TB: Le Luxembourg est un microcosme<br />

qui pourrait devenir un véritable laboratoire<br />

européen. En effet, un quart <strong>des</strong> travailleurs<br />

frontaliers européens est concentré dans<br />

la Grande Région, de sorte que toutes les<br />

problématiques de gestion quotidienne<br />

du modèle européen (sur les échanges de<br />

données à caractère médical, social, bancaire,<br />

financier...) sont représentées ici. Les défis<br />

sont donc considérables et les solutions à<br />

apporter doivent être ambitieuses.<br />

Je pense tout particulièrement à la santé et la<br />

mise en place d’un système communicationnel<br />

transfrontalier plus performant entre les<br />

acteurs régionaux allemands, belges, français<br />

et luxembourgeois. Un grand projet européen<br />

qui essaierait d’englober toute l’Europe n’a ici<br />

que peu de sens: il faut prendre la réalité locale,<br />

régionale et l’étendre ensuite à l’Europe. C’est<br />

en revenant à une organisation territoriale, au<br />

plus près <strong>des</strong> problématiques de la population<br />

que le Luxembourg peut être un laboratoire<br />

européen.<br />

Quels soins particuliers apportez-vous<br />

au service public qui nécessite <strong>des</strong><br />

conseils spécifiques?<br />

PW: Certes nous menons <strong>des</strong> affaires mais<br />

nous mettons aussi un soin tout particulier<br />

à la manière dont nous les menons.<br />

Notre objectif est d’apporter une réelle<br />

valeur ajoutée au secteur public, qu’il soit<br />

gouvernemental, ministériel, communal<br />

ou parapublic et nous n’avons pas d’autre<br />

agenda que celui de faire évoluer nos clients<br />

et de leur offrir <strong>des</strong> solutions pour eux et les<br />

citoyens.<br />

Le groupe Arendt est multiservice et a<br />

notamment à cœur de promouvoir la<br />

place luxembourgeoise, son droit, sa place<br />

financière, son accueil pour les affaires, et sa<br />

culture au travers de nos différents bureaux


internationaux. Luxembourg mise beaucoup<br />

sur la modernisation de sa Place à travers <strong>des</strong><br />

initiatives ambitieuses comme l’étude Rifkin<br />

et la digitalisation de l’administration mais si<br />

le secteur public a <strong>des</strong> visions ambitieuses de<br />

ces sujets, il se heurte parfois à l’ampleur et<br />

la diversité de la tâche pour les transformer<br />

en un programme coordonné d’initiatives<br />

concrètes. Le risque est dans ces projets<br />

d’ampleur telle que la Troisième Révolution<br />

industrielle qui s’étale sur plusieurs<br />

décennies de s’éparpiller et in fine de les<br />

abandonner.<br />

Arendt Business Advisory développe <strong>des</strong><br />

approches et <strong>des</strong> méthodologies spécifiques<br />

pour le secteur public et transforme les<br />

plans stratégiques en <strong>des</strong> plans tactiques<br />

et opérationnels. Nous préconisons une<br />

gestion de contenus plus qu’une gestion<br />

de programme. Une démarche centrée<br />

sur l’écoute et la mise en commun <strong>des</strong><br />

contributions de toutes les parties prenantes<br />

pour chaque thématique analysée. Notre<br />

objectif est d’offrir <strong>des</strong> prestations<br />

permettant de faire gagner du temps, de<br />

la visibilité mais aussi de l’argent car nous<br />

sommes conscients qu’il est public.<br />

TB: Ayant participé à la création de<br />

la Caisse Nationale de Santé et à la<br />

fusion <strong>des</strong> Hôpitaux Robert Schuman,<br />

je sais d’expérience que travailler avec<br />

les professionnels de la santé que sont<br />

les médecins nécessite une approche<br />

spécifique.<br />

La nouvelle loi hospitalière entend<br />

transformer le secteur hospitalier<br />

et replacer le patient au centre <strong>des</strong><br />

préoccupations. Un accent tout particulier<br />

est mis sur la documentation et, au vu du<br />

nombre d’acteurs différents répartis sur le<br />

territoire, c’est une tâche importante.<br />

D’autre part, placer le patient au centre peut<br />

permettre de fédérer plus facilement tous<br />

les acteurs de la santé. Les ministères de la<br />

Sécurité sociale et de la Santé se partagent<br />

respectivement la maîtrise <strong>des</strong> dépenses et<br />

l’adéquation <strong>des</strong> ressources déployées et <strong>des</strong><br />

besoins. À un autre niveau, les Institutions<br />

de Sécurité Sociale (ISS) que sont la CNS, la<br />

Caisse pour l’Avenir <strong>des</strong> Enfants mais aussi<br />

la Caisse nationale d’assurance pension et<br />

le Fonds de compensation, font office de<br />

bras financiers. Enfin les prestataires de<br />

soins sont répartis entre la médecine de<br />

Philippe Wery et Thierry Barré<br />

ville, les centres hospitaliers et les hôpitaux<br />

de suite. Chacun, à sa façon et suivant son<br />

domaine, accueille et apporte au patient les<br />

soins nécessaires.Pour renforcer cette idée<br />

de centrage sur le patient, l’agence eSanté,<br />

créée par la loi de décembre 2010, a lancé la<br />

phase pilote <strong>des</strong> Dossiers de Soin Partagés<br />

(DSP). Chaque personne affiliée auprès<br />

du Centre Commun de la Sécurité Sociale<br />

(CCSS) en disposera d’un, sur le principe<br />

de l’alimentation par les prestataires de<br />

soins et une gestion par le patient, qui<br />

en possède les droits. Il peut ainsi avoir<br />

une vue globale de sa situation médicale,<br />

actuelle et passée, et de celles de ses ayants<br />

droits, comme ses enfants par exemple. Par<br />

ce centrage, le législateur a souhaité que<br />

le patient devienne un acteur de sa propre<br />

santé et non plus un simple spectateur.<br />

Cette vision stratégique est un gros défi<br />

en ce qui concerne sa mise en œuvre<br />

complète et Arendt Business Advisory a<br />

toute compétence pour supporter sa pleine<br />

réalisation. n


44 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

SANTÉ<br />

Les techs au service<br />

de la santé<br />

Nos systèmes de santé entendent améliorer la prise en charge<br />

<strong>des</strong> patients, la qualité et la sécurité <strong>des</strong> soins, les conditions<br />

de travail du personnel soignant et les nouvelles technologies<br />

sont autant d’outils qui portent <strong>des</strong> promesses d’efficacité et<br />

de qualité. De la prévention individuelle jusqu’à l’échange<br />

et l’étude <strong>des</strong> données médicales, notre système linéaire<br />

de diagnostic et de traitement se métamorphose toujours<br />

plus autour du patient. Interview croisée d’Anne Desfossez,<br />

Associate Partner en charge du secteur de la santé, et de Patrick<br />

Wies, Partner responsable du secteur public chez KPMG.<br />

Comment expliquez-vous l’engouement<br />

que suscite l’e-santé?<br />

AD: On peut effectivement parler<br />

d’engouement quand on considère que<br />

depuis 2012, les investissements globaux<br />

dans les startups «Health Techs» ont triplé.<br />

Croissance démographique, vieillissement<br />

de la population, maîtrise <strong>des</strong> coûts qui<br />

font pression sur les systèmes: la santé doit<br />

aujourd’hui faire face à <strong>des</strong> défis importants<br />

alors que le risque de manquer de ressources<br />

soignantes et médicales se fait toujours plus<br />

ressentir. Le foisonnement <strong>des</strong> technologies<br />

de la santé offre donc <strong>des</strong> opportunités<br />

formidables pour répondre à ces challenges.<br />

Toutefois, les stratégies de digitalisation<br />

n’auront de succès que si elles s’inscrivent<br />

dans <strong>des</strong> stratégies plus globales à l’échelle <strong>des</strong><br />

entreprises, <strong>des</strong> nations voire de l’Europe.<br />

PW: L’essor <strong>des</strong> nouvelles technologies peut<br />

être un formidable outil de mutation pour les<br />

sociétés modernes et plus particulièrement<br />

dans le suivi <strong>des</strong> maladies chroniques, le<br />

maintien à domicile <strong>des</strong> personnes âgées,<br />

la lutte contre les déserts médicaux, la<br />

prévention et le transfert d’expertises.<br />

Concrètement, comment la technologie<br />

peut-elle améliorer la prise en charge<br />

<strong>des</strong> patients?<br />

AD: Peut-être un scenario d’anticipation<br />

peut-il rendre les choses plus concrètes…<br />

Imaginez madame Weber, personne<br />

âgée, récemment veuve et qui habite une<br />

commune isolée <strong>des</strong> centres urbains.<br />

Avec son autorisation, son domicile a<br />

été équipé d’un système domotique qui<br />

étudie ses habitu<strong>des</strong>. L’augmentation<br />

de la consommation peut renseigner<br />

la possibilité d’une perte de mobilité,<br />

d’insomnie ou de motivation et les capteurs<br />

de mouvements peuvent détecter une chute<br />

ou un changement dans sa démarche.<br />

En cas d’alarme et si elle ne répond pas<br />

à l’appel téléphonique <strong>des</strong> services de<br />

secours, les proches de madame Weber ou<br />

ses voisins sont prévenus. Si personne ne<br />

peut vérifier son état, alors une équipe de<br />

secours est envoyée sur les lieux. Durant le<br />

trajet, dont l’itinéraire est calculé en temps<br />

réel selon les conditions de circulation, les<br />

secouristes lisent le Dossier numérique<br />

de Soins du Patient dans lequel se trouve<br />

son historique médical. Sur le chemin de<br />

l’hôpital, les équipes médicales sur place,<br />

son médecin traitant et sa famille sont<br />

prévenus de la gravité de la situation.<br />

Ce scénario ne relève encore que de la<br />

science-fiction mais plusieurs éléments<br />

sont déjà actuellement en cours d’implémentation.<br />

PW: D’un processus linéaire de diagnostic<br />

et de traitement, nous tendons vers un<br />

système de santé qui se structure autour du<br />

patient. Chaque individu disposera bientôt<br />

d’un Dossier de Soins Partagé qui offrira<br />

une vue globale de sa situation médicale<br />

et de celles de ses ayants droits. Le DSP,<br />

qui est alimenté par les prestataires de<br />

soins et géré par le patient, entend le<br />

responsabiliser pour qu’il devienne un<br />

acteur de sa santé. Je pense qu’à terme,<br />

d’autres protagonistes seront intéressés<br />

par cette notion de responsabilité. Un peu<br />

à l’image <strong>des</strong> boîtes noires que <strong>des</strong> sociétés<br />

d’assurance proposent d’installer dans les<br />

véhicules de leurs clients, ce qui mène à <strong>des</strong><br />

ajustements de la facturation en fonction du<br />

mode de conduite.<br />

L’avènement de l’e-santé trouve néanmoins<br />

<strong>des</strong> adversaires, peut-il se faire<br />

sans une large acceptation?<br />

AD: Il existe aujourd’hui <strong>des</strong> objets<br />

qui, n’étant pas reconnus comme <strong>des</strong><br />

dispositifs médicaux, échappent à toute<br />

réglementation alors même qu’ils relèvent<br />

du domaine médical: je pense, par exemple,<br />

à certaines applications qui permettent<br />

d’émettre <strong>des</strong> diagnostics sur base de<br />

symptômes documentés par le patient luimême.<br />

Il est naturel que les applications<br />

existantes dans le domaine public, non<br />

développées par <strong>des</strong> professionnels de la<br />

santé et échappant à tout contrôle qualité,<br />

puissent soulever certaines craintes. De<br />

plus, à terme, l’introduction <strong>des</strong> nouvelles<br />

technologies modifiera de manière<br />

substantielle les mo<strong>des</strong> traditionnels<br />

de prise en charge. Dans ce nouveau<br />

contexte, le rôle <strong>des</strong> professionnels de la<br />

santé sera voué à évoluer; il est clair qu’une<br />

transition culturelle devra se faire.


PW: Les interrogations sont nombreuses et,<br />

pour un sujet aussi important que la santé,<br />

souvent bien légitimes. D’un côté il y a les<br />

utilisateurs de ces technologies qui aimeraient<br />

les voir plus encore pénétrer le secteur et de<br />

l’autre, les professionnels qui ne souhaitent<br />

prendre aucun risque pour les patients.<br />

La médecine occidentale est héritière de<br />

son histoire, elle acceptera les disruptions<br />

technologiques tant qu’ils respecteront<br />

scrupuleusement les principes scientifiques.<br />

D’où l’importance <strong>des</strong> discussions éthiques<br />

et <strong>des</strong> décisions qui les accompagnent mais le<br />

développement technologique doit avoir lieu.<br />

L’utilisateur de ces technologies sera-t-il<br />

un patient, un patient à risque, un citoyen,<br />

un individu ou un consommateur?<br />

AD: C’est une question intéressante<br />

et tout dépend de ce qu’on entend par<br />

«technologies de la santé». Il faut pouvoir<br />

faire la distinction entre ce qui relève du<br />

bien-être et ce qui appartient au médical.<br />

Dans la mesure où moins de la moitié <strong>des</strong><br />

pays membres de l’Union européenne ont<br />

déjà mis en place un cadre d’évaluation de<br />

la fiabilité <strong>des</strong> objets connectés, on peut<br />

dire que la frontière législative entre les<br />

deux n’est pas encore bien définie mais tend<br />

à le devenir.<br />

D’une façon générale, toutefois, je dirais,<br />

que la technologie sera utile à tous les<br />

niveaux: pour l’individu, qui utilisera <strong>des</strong><br />

informations en ligne ou <strong>des</strong> applications<br />

pour prendre soin, au quotidien, de sa<br />

santé, et qui ce faisant, participera à<br />

l’effort de prévention souhaité par les<br />

gouvernements. La technologie facilitera<br />

aussi le quotidien <strong>des</strong> patients et <strong>des</strong><br />

patients à risque en facilitant leur accès aux<br />

soins et aux informations et en facilitant<br />

leur suivi.<br />

PW: La technologie qui évolue à l’échelle<br />

mondiale aura toujours un temps d’avance<br />

sur les cadres juridiques nationaux voués<br />

à la réglementer. Une montre connectée<br />

qui donne <strong>des</strong> indications de rythme<br />

Anne Desfossez et Patrick Wies<br />

cardiaque et d’activité sportive n’est pas<br />

un objet médical à proprement parler mais<br />

permet néanmoins un suivi chronique,<br />

incitant à <strong>des</strong> comportements vertueux qui<br />

améliorent la santé de son propriétaire.<br />

Est-ce un jeu ou un outil? Qui recueille les<br />

données? Où sont-elles stockées? À quoi<br />

servent-elles? Sont-elles commercialisées?<br />

Voilà autant de questions qui intéressent le<br />

législateur.<br />

On entend de-ci de-là que les Américains<br />

inventent une technologie que les Chinois<br />

copient et que les Européens réglementent;<br />

de sorte que l’Europe serait une Lumière<br />

juridique pour le monde numérique.<br />

Nonobstant la véracité du constat, une telle<br />

ambition implique <strong>des</strong> consommateurs<br />

avertis, et donc, <strong>des</strong> citoyens éclairés. n


Découvrez notre<br />

nouveau site internet<br />

www.gemengen.lu<br />

Un an après le renouveau de LG magazine, notre site internet fait peau neuve<br />

dans la continuité de l’identité visuelle que nous avons voulu donner à notre<br />

support. Moderne, dynamique et intuitif, www.gemengen.lu se veut un pont<br />

entre les acteurs public et privé.<br />

Notre nouveau site traite l’actualité économique et politique pour mieux informer<br />

ses lecteurs, tout en contribuant à donner de la visibilité à ses partenaires.


acc<br />

adapth<br />

centre de compétence national pour l'accessibilité <strong>des</strong> bâtiments<br />

Auffin<strong>des</strong>treifen*<br />

Richtungsfeld*<br />

Bordstein 6cm*<br />

Sperrfeld*<br />

Nullabsenkung*<br />

(c) ADAPTH<br />

*Signalétique podotactile au passage pour piétons selon la norme DIN 32984<br />

36 route de Longwy<br />

L-8080 Bertrange<br />

T 43 95 58 - 1<br />

adapth@adapth.lu<br />

www.adapth.lu<br />

le ccnab, une initiative du


48 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

À l’assaut <strong>des</strong> législatives<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

Avec un score aux élections communales de 2,65%, le Parti<br />

Pirate a confirmé celui <strong>des</strong> dernières législatives sans pour<br />

autant faire mieux. À Luxembourg-Ville, son président et tête<br />

de liste Sven Clement a récolté 1.995 votes, «ce qui est plus<br />

que le conseiller communal de l’ADR Roy Reding», dit-il et<br />

d’ajouter que «c’est le signe d’une volonté de renouveau».<br />

L’une <strong>des</strong> critiques qui vous est<br />

régulièrement adressée est qu’il n’y a<br />

qu’une seule personnalité au Parti Pirate,<br />

la vôtre…<br />

Ce n’est pas tout à fait vrai dans la mesure où<br />

nous avons quand même eu deux conseillers<br />

communaux à Pétange avec Marc Goergen et<br />

Flor Starsky, un autre à Remich avec Daniel<br />

Frères et nous avons tout de même réussi<br />

<strong>des</strong> scores à cinq points et plus avec <strong>des</strong> listes<br />

incomplètes à Clervaux et Kehlen. Il ne faut<br />

pas oublier que nous restons un petit parti<br />

avec trois employés et quelques 420 adhérents,<br />

même si nous espérons terminer l’année <strong>2018</strong><br />

en passant la barre <strong>des</strong> 500.<br />

Sven Clement et Julien Brun


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

49<br />

Ce qui m’amène à penser que le Parti<br />

Pirate est plus que Sven Clement. Au<br />

niveau national, il est toujours bon d’avoir<br />

quelques personnalités qui sortent du lot.<br />

Ce qui est notre cas avec nos quatre têtes<br />

de listes pour les législatives: Ben Allard au<br />

Nord, Daniel Frères à l’Est, Marc Goergen<br />

au Sud et moi-même au Centre.<br />

«Quand je pense que, nous autres<br />

citoyens qui ne demandons qu’à partager<br />

le savoir et la culture, les puissants et<br />

politiciens de tous poils ne cessent de<br />

nous traiter de Pirates…»; reconnaissezvous<br />

cette citation et peut-on penser que<br />

l’opposition qui y est faite est l’essence<br />

de votre parti?<br />

Elle appartient au Suédois, Rick Falkvinge,<br />

qui un peu éméché au soir du réveillon<br />

de 2006, lance le Parti Pirate. Ce n’est là<br />

qu’une composante seulement de notre<br />

parti politique. Il y fait aussi clairement<br />

allusion aux utilisateurs d’internet et aux<br />

politiciens qui n’y comprennent rien.<br />

Rappelez-vous de ce qui se disait sur l’affaire<br />

“Medicoleak” (ndlr: En janvier 2012, Sven<br />

Clement s’était introduit dans la base<br />

de données du service médicosportif du<br />

ministère <strong>des</strong> Sports où étaient stockées<br />

<strong>des</strong> informations médicales relatives à<br />

49.000 athlètes. Il a été condamné par<br />

la justice). Entre François Biltgen, alors<br />

ministre de la Justice qui parlait «de vol et<br />

de recel» dont la peine encourue va de 5 à 10<br />

ans et les 500 euros qui m’ont été infligés par<br />

le tribunal, on voit la marge…<br />

L’origine du parti prend source dans<br />

l’incompréhension politique du digital.<br />

Dans un monde qui évolue si vite, comment<br />

se fait-il que les politiques ne portent leurs<br />

fruits qu’au bout de 10 ou 15 ans et que<br />

nos systèmes électoraux archaïques ne<br />

permettent pas la participation citoyenne<br />

comme ils le devraient?<br />

C’est pourquoi les politiciens doivent<br />

comprendre ce sur quoi ils légifèrent et<br />

la Chambre <strong>des</strong> Députés devrait mieux<br />

représenter la société.<br />

“Plus de la moitié<br />

de l’électorat travaille<br />

pour l’Etat...”<br />

la xénophobie ou d’un quelconque rejet de<br />

l’autre. L’eurobaromètre de 2017 montre<br />

que 72% <strong>des</strong> Luxembourgeois pensent que<br />

l’immigration est une force pour le pays.<br />

Une minorité qui décide pour une<br />

majorité ou faire marcher la machine<br />

à naturaliser; est-ce là l’avenir de<br />

la population lorsque les étrangers<br />

résidents seront majoritaires?<br />

Je pense que c’est un vrai problème auquel<br />

nous n’avons pas une seule réponse. Brader<br />

la nationalité risquerait de provoquer<br />

un rejet et une ferme opposition <strong>des</strong><br />

Luxembourgeois. La naturalisation relève<br />

aussi de l’intime et du sentiment.<br />

Et si toutes les étu<strong>des</strong> montrent que la<br />

langue luxembourgeoise ne s’est jamais<br />

aussi bien portée, le sentiment de peur de<br />

ne plus pouvoir le parler dans son pays<br />

peut amener à un repli identitaire. Il est de<br />

la responsabilité du politique que de tenir<br />

compte <strong>des</strong> peurs et d’y répondre avec<br />

rationalisme.<br />

Les grands partis qui se sont emparés <strong>des</strong><br />

débats sur le référendum, sont les mêmes<br />

qui aujourd’hui reculent dans certains<br />

conseils communaux. Sous prétexte qu’un<br />

conseiller communal ne maîtrise pas assez<br />

bien le luxembourgeois, ils utilisent le<br />

français. À la peur <strong>des</strong> électeurs, cela risque<br />

d’ajouter de la colère.<br />

Le problème ne serait-il pas plus<br />

largement celui du candidat-fonctionnaire<br />

et du manque de représentation du<br />

secteur privé au sein de la classe politique<br />

toute entière?<br />

La classe politique est majoritairement<br />

composée de fonctionnaires et d’avocats<br />

et on peut y voir une déconnexion avec la<br />

réalité du terrain. Je ne me limite cependant<br />

pas à l’opposition public et privé car on peut<br />

être fonctionnaire et néanmoins proche de<br />

ce qui se fait dans le privé.<br />

Il ne faut pas oublier que plus de la moitié<br />

de l’électorat travaille pour l’Etat, une<br />

société étatique ou dépend de la caisse <strong>des</strong><br />

pensions. Il y a un donc un problème de<br />

démocratie dans le sens où la minorité qui<br />

génère la richesse dont profite la majorité<br />

<strong>des</strong> électeurs n’a pas de droit de vote au<br />

niveau national. Il faut donc trouver un<br />

moyen pour la représenter à la Chambre<br />

<strong>des</strong> Députés et cela pourrait commencer<br />

par <strong>des</strong> élus qui viendraient du secteur<br />

privé.<br />

Le droit de vote <strong>des</strong> résidents étrangers<br />

a échoué pour plusieurs raisons diverses<br />

mais dont aucune ne relève du racisme, de<br />

La loi du 24 février 1984 sur le régime <strong>des</strong><br />

langues est pourtant claire: «Lorsqu’une<br />

requête est rédigée en luxembourgeois, en<br />

français ou en allemand, l’administration<br />

doit se servir, dans la mesure du possible,<br />

pour sa réponse de la langue choisie par le<br />

requérant»…<br />

Force est de constater que cela n’est<br />

pourtant pas respecté pour les questions<br />

en luxembourgeois. Ce qui participe à la<br />

gronde générale <strong>des</strong> électeurs.<br />

L’idée de tout traduire en luxembourgeois,<br />

y compris le droit est une idée au mieux,<br />

dérisoire et au pire, complètement folle. Le<br />

multilinguisme fait partie intégrante de la<br />

culture de ce pays et il suffit de se plonger<br />

dans les archives nationales pour s’en rendre<br />

compte. Des premiers actes de naissance<br />

rédigés en français sous Napoléon, puis en<br />

allemand avec l’imprimerie, de nouveau<br />

en français après la Seconde Guerre<br />

mondiale et le formidable essor de la<br />

langue luxembourgeoise dans les années<br />

80, aujourd’hui le luxembourgeois est aussi<br />

vivant du monde digital et <strong>des</strong> milliers de<br />

sms, mails ou commentaires au quotidien. n


50 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 210 - MAI <strong>2018</strong><br />

Les jeux sont-ils déjà faits?<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

Avec 30,44% <strong>des</strong> voix et 209 sièges, le CSV est sans conteste<br />

le grand gagnant <strong>des</strong> élections communales de 2017.<br />

Le «Chrëschtlech-Sozial Vollekspartei» s’est même offert<br />

le luxe de s’implanter dans le Sud, et notamment à Esch-sur-<br />

Alzette, jusqu’alors bastion historique du LSAP. Le vent <strong>des</strong><br />

sondages en poupe, certains commentateurs vendraient déjà<br />

la peau de l’ours à quelques mois <strong>des</strong> élections législatives,<br />

mais «les communales ne sont pas les législatives», rappelle<br />

Marc Spautz, président du Parti chrétien-social.<br />

Le CSV espère-t-il profiter de sa lancée<br />

<strong>des</strong> communales pour remporter les<br />

élections législatives ainsi que le poste<br />

de Premier ministre?<br />

Je l’espère, oui, mais il ne faudrait pas<br />

confondre les deux pour autant car ce n’est<br />

pas tout à fait le même électorat puisque les<br />

résidents non-luxembourgeois ne votent<br />

pas aux législatives. À en croire les dernières<br />

élections et les sondages, c’est une bonne<br />

affaire pour nous mais je préfère gagner les<br />

élections et non les sondages.<br />

Quelle stratégie politique face à une<br />

hypothétique coalition DP, LSAP, déi<br />

Gréng?<br />

Notre objectif est de gagner les élections<br />

mais aussi que les trois autres partis ne<br />

reçoivent pas plus que 30 sièges. Car,<br />

malgré les déclarations de non-coalition,<br />

il est certain que dans le cas contraire, ils<br />

feront tout pour que nous restions encore<br />

cinq ans dans l’opposition.<br />

C’est ensuite aux électeurs de nous dire qui<br />

sont les gagnants avec qui nous pourrions<br />

engager les négociations.<br />

Il faut dire que c’est la première fois dans<br />

l’histoire qu’une coalition fait tout pour<br />

laisser le plus grand parti politique du pays<br />

dans l’opposition. Le CSV a 23 sièges,<br />

les socialistes et les libéraux 13; c’est là<br />

une grande différence. Je pense que le<br />

message <strong>des</strong> électeurs, il y a cinq ans, a été<br />

celui d’une coalition entre le CSV et les<br />

libéraux, mais ils ont préféré celle que l’on<br />

connaît. Si je tourne la page aujourd’hui,<br />

j’espère que les électeurs nous donneront<br />

un mandat pour qu’il ne soit plus possible<br />

de constituer un gouvernement sans le<br />

CSV.<br />

On vous sent très virulent contre le<br />

gouvernement, est-ce que la campagne<br />

aurait déjà commencé?<br />

Nous venons de présenter nos listes<br />

et allons bientôt faire de même avec<br />

notre programme mais cela ne doit pas<br />

nous empêcher de critiquer l’action<br />

gouvernementale, ainsi que les cadeaux<br />

faits à gauche et à droite. Leur campagne<br />

a commencé dès le lendemain de la<br />

gifle électorale qu’ont reçu les partis<br />

de la coalition gouvernementale aux<br />

communales.<br />

“Je préfère gagner<br />

les élections et<br />

non les sondages”<br />

Quel regard portez-vous sur la communication<br />

du DP?<br />

On voit bien qu’ils se servent du poste<br />

de Premier ministre pour faire passer le<br />

message que Xavier Bettel est une personne<br />

conviviale et qu’il a <strong>des</strong> facilités pour<br />

discuter avec les gens mais il faut aussi<br />

regarder la réalité. S’il est présent sur la<br />

scène internationale avec Macron, Michel<br />

et Merkel, il est aussi le grand absent de la<br />

politique nationale qu’il cède à ses ministres.<br />

Manque-t-il une génération de jeunes<br />

au CSV?<br />

Certes, Vivianne Reding est la plus âgée<br />

avec 67 ans mais nous avons beaucoup<br />

de candidats de 20 à 40 ans. C’est là un<br />

grand changement au sein du parti même<br />

si, ne l’oublions pas, Michel Wolter avait<br />

commencé à 21 ans.<br />

Quels seront les grands thèmes <strong>des</strong><br />

élections législatives selon vous?<br />

Je dirais les politiques sociales et de travail.<br />

Même si le gouvernement déclare que la<br />

situation est meilleure qu’avant et que,<br />

certes, notre situation est meilleure que<br />

celle de nos voisins, le «Sozialalmanach»<br />

de la Caritas, ainsi que les déclarations de<br />

la Chambre <strong>des</strong> Salariés dénoncent tout<br />

de même <strong>des</strong> problèmes de pauvreté et<br />

d’emplois.<br />

Quel regard portez-vous sur les 120<br />

millions d’euros d’investissements<br />

luxembourgeois d’ici 2028 en<br />

terres lorraines pour améliorer les<br />

infrastructures de mobilité?<br />

Ce n’est pas la première fois et je crois<br />

qu’il est important que nous cherchions<br />

<strong>des</strong> solutions de mobilité et l’une d’elle, est<br />

la construction de P&R à la frontière. Le<br />

Luxembourg profite de la main-d’œuvre<br />

frontalière et il faut investir dans <strong>des</strong> projets<br />

précis, notamment en matière de mobilité.<br />

C’est un bon début mais je suis sûr qu’il<br />

y aura d’autres projets transfrontaliers à<br />

l’avenir.<br />

Pensez-vous que la situation<br />

démocratique actuelle sera tenable<br />

lorsque les résidents étrangers seront<br />

majoritaires dans le pays?<br />

Le CSV pense à la création d’une<br />

Chambre, qui, à l’image <strong>des</strong> chambres<br />

professionnelles, représenterait les intérêts<br />

<strong>des</strong> résidents non-luxembourgeois et <strong>des</strong><br />

frontaliers et prendrait position sur tous les<br />

sujets qui les concernent.<br />

Avec le résultat clair de 80% contre le<br />

droit de vote <strong>des</strong> étrangers aux élections<br />

législatives, je ne vois pas ce qu’on pourrait<br />

faire d’autre d’ici les cinq à dix ans à venir. n


Marc Spautz


52 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

Créer <strong>des</strong> perspectives<br />

positives<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

Le 22 mai dernier, déi Lénk a dévoilé son programme électoral<br />

provisoire. Quelques jours plus tard, Carole Thoma, son porteparole,<br />

a prêté sa voix au parti afin de nous communiquer ses<br />

ambitions pour le Luxembourg. A quatre mois <strong>des</strong> élections<br />

législatives, le parti de gauche s’attaque aux questions sociales,<br />

économiques, écologiques et démocratiques qui touchent le<br />

pays. Explications.<br />

Quels sont les priorités de votre<br />

programme en vue <strong>des</strong> prochaines<br />

élections législatives?<br />

Nous estimons que le Luxembourg a<br />

besoin de transitions sociales, écologiques,<br />

économiques et démocratiques; ce sont les<br />

quatre piliers sur lesquels notre programme<br />

est fondé.<br />

Au Luxembourg certaines personnes<br />

travaillent 40 heures par semaine et vivent<br />

tout de même sous le seuil de pauvreté.<br />

Une de nos priorités est donc de relever<br />

le salaire social minimum pour que les<br />

personnes travaillant à temps plein puissent<br />

vivre dignement grâce à leur salaire.<br />

Nous voulons également réduire le taux de<br />

chômage et à ce titre, l’Etat a un rôle majeur<br />

à jouer en se positionnant comme employeur<br />

en dernier ressort. Pour ce faire, l’offre de<br />

services publics au niveau de l’Etat et <strong>des</strong><br />

<strong>communes</strong> devrait être développée pour offrir<br />

un travail, rémunéré au salaire minimum,<br />

à l’ensemble <strong>des</strong> personnes pour lesquelles<br />

l’Adem n’aurait pas trouvé d’emploi.<br />

Peut-on parler de déficit de démocratie<br />

lorsque l’on analyse le système électoral<br />

luxembourgeois?<br />

Effectivement et c’est la raison pour<br />

laquelle nous aimerions également relancer<br />

la discussion sur le droit de vote pour les<br />

résidents étrangers. Ces derniers sont<br />

également <strong>des</strong> travailleurs, locataires ou<br />

propriétaires au Luxembourg et sont donc,<br />

à ce titre, concernés par les évolutions<br />

législatives du pays. Nous devrions déjà<br />

commencer par donner davantage de<br />

pouvoir aux délégations en entreprises,<br />

les salariés pourraient ainsi mieux se faire<br />

entendre à ce niveau.<br />

“Relever le<br />

salaire social<br />

minimum pour<br />

que les personnes<br />

travaillant à temps<br />

plein puissent vivre<br />

dignement grâce<br />

à leur salaire”<br />

Le volet démocratique de la campagne<br />

déi Lénk est par ailleurs mis en évidence<br />

dans notre programme électoral puisque<br />

nous invitons tous les citoyens à prendre<br />

connaissance de sa version provisoire<br />

et à la commenter pour la faire évoluer.<br />

Nous sommes par ailleurs le seul parti à<br />

avoir créer une proposition de nouvelle<br />

constitution, comprenant de nombreuses<br />

alternatives. Nous pensons qu’un débat<br />

public avec une participation active de la<br />

population est en tout cas nécessaire pour<br />

revoir en profondeur la constitution.<br />

Pensez-vous que le pays puisse assumer<br />

une croissance prévue à 3,1% d’ici<br />

à 2021 au regard <strong>des</strong> problèmes de<br />

mobilité et de logement déjà existants à<br />

l’heure actuelle?<br />

Nous ne critiquons pas la croissance en soi,<br />

mais nous ne pouvons pas la faire dépendre<br />

essentiellement de la place financière car<br />

cette situation n’est pas durable. Nous<br />

voudrions que la croissance concerne<br />

davantage de secteurs économiques et qu’elle<br />

débouche sur une meilleure répartition <strong>des</strong><br />

richesses dans tous les secteurs et dans toutes<br />

les classes sociales. De plus, cette croissance<br />

n’a pas été planifiée, il devient donc urgent<br />

de se pencher sur <strong>des</strong> sujets tels que le<br />

logement et la mobilité.<br />

Nous pensons qu’il faut investir dans les<br />

transports en commun afin de développer<br />

une plus grande offre et de les rendre<br />

gratuits pour tous dans le but de réduire<br />

l’impact de la mobilité individuelle sur<br />

le trafic. De plus, les infrastructures de<br />

mobilité doivent se développer au-delà


<strong>des</strong> frontières luxembourgeoises et au sein<br />

de la Grande Région pour créer davantage<br />

d’offre de transport en commun frontaliers.<br />

Au niveau du logement, nous travaillons<br />

depuis <strong>des</strong> années sur un projet à trois<br />

facettes. Tout d’abord, nous voudrions<br />

augmenter les taxes sur les logements et<br />

terrains inoccupés pour éviter la spéculation<br />

et inciter les propriétaires à leur mise<br />

sur le marché. Ensuite, nous devons<br />

dédier davantage de terrains publics à la<br />

construction. Enfin, nous devons renforcer<br />

les droits <strong>des</strong> locataires et leur information;<br />

par exemple, beaucoup ne savent pas que les<br />

loyers sont plafonnés par les commissions<br />

de loyer. De plus, nous avons émis une<br />

proposition de loi visant à donner la<br />

charge <strong>des</strong> frais d’agence immobilière<br />

aux propriétaires plutôt qu’aux locataires,<br />

mais elle n’a pas été retenue par les autres<br />

partis. Le Luxembourg a besoin de 6.500<br />

nouveaux logements par an et le marché ne<br />

peut pas supporter une telle charge à l’heure<br />

actuelle, l’Etat doit donc jouer un rôle dans<br />

la construction massive de logements.<br />

Comment opérer une transition écologique<br />

dans le pays?<br />

Nous voudrions arriver à long terme<br />

à 100% de consommation d’énergies<br />

renouvelables. Pour cela, nous voulons<br />

commencer par inscrire les objectifs de la<br />

COP21 dans la législation. Par ailleurs nous<br />

estimons que nous pourrions fournir <strong>des</strong><br />

efforts supplémentaires et pousser notre<br />

engagement plus loin. Par exemple, le<br />

Luxembourg pourrait produire davantage<br />

d’énergies renouvelables et pousser à la<br />

consommation <strong>des</strong> produits de l’agriculture<br />

biologique locale afin de réduire son<br />

export. Nous avons en effet une agriculture<br />

importante, mais peu consommée, nous<br />

voulons donc encourager la population à<br />

consommer davantage les produits locaux.<br />

Comment trouver les ressources économiques<br />

pour financer de tels projets?<br />

Nous souhaitons également une nouvelle<br />

réforme fiscale pour financer nos meures<br />

Carole Thoma<br />

sociales. Par exemple, nous voudrions<br />

élever les taxes sur le capital et les rendre<br />

ainsi plus importante que celles sur les<br />

salaires. Nous voudrions également élever<br />

les taxes sur les entreprises et baisser en<br />

contrepartie les impôts sur les ménages.<br />

En mettant en place ces éléments, nous<br />

libérerions suffisamment de ressources<br />

pour nos projets. n


54 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 207 - FÉVRIER <strong>2018</strong><br />

Les Terres Rouges<br />

devenues orange<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

Le 14 novembre dernier, la commune d’Esch-sur-Alzette a<br />

accueilli son nouveau bourgmestre, Georges Mischo. Cette<br />

victoire du CSV dans un bastion historiquement socialiste<br />

promet de grands changements à bien <strong>des</strong> niveaux. Georges<br />

Mischo a accepté de commenter une partie de son programme<br />

et d’ainsi nous communiquer sa vision à moyen terme pour la<br />

deuxième ville du pays. Rencontre.<br />

Parcours<br />

Professeur d’éducation physique jusqu’il y<br />

a peu, Georges Mischo a été plongé dans<br />

le monde politique dès son plus jeune âge<br />

par le biais de l’engagement de son père.<br />

Développant un intérêt certain pour la<br />

politique communale et nationale, ce n’est<br />

qu’à la deuxième invitation du CSV en 2011<br />

qu’il prend la décision de se présenter sur les<br />

listes de son parti aux élections communales,<br />

sous l’impulsion de François Biltgen et de<br />

François Maroldt. «Cet engagement je l’ai<br />

pris très au sérieux, quand je m’investis c’est<br />

à 100%», explique le bourgmestre.<br />

Esch change de couleur<br />

Pour la première fois, la commune d’Eschsur-Alzette<br />

a, à sa tête, un bourgmestre<br />

CSV en la personne de Georges Mischo.<br />

C’est également une première défaite pour<br />

le LSAP qui ne fait pas partie de la coalition<br />

au pouvoir. «Je ne m’attendais pas à cette<br />

victoire, j’espérais que le CSV progresserait<br />

et même qu’il fasse partie de la coalition,<br />

mais je n’avais pas pensé devenir le prochain<br />

bourgmestre», nous confie-t-il.<br />

Selon lui, les résultats <strong>des</strong> élections<br />

communales peuvent notamment s’expliquer<br />

par le besoin de changement ressenti dans<br />

la commune. Face à un LSAP vieillissant, la<br />

liste du CSV proposait une équipe jeune et<br />

dynamique ainsi qu’un programme innovant:<br />

«Je pense que ce qui a plu à notre électorat<br />

est le renouveau que nous symbolisons»,<br />

explique Georges Mischo.<br />

Mais il n’entend pas s’arrêter sur cette<br />

victoire; ainsi il se présentera également aux<br />

législatives pour le CSV. Il tient toutefois<br />

à préciser: «Même si les sondages sont<br />

plutôt en notre faveur, ils n’ont jamais été<br />

suffisants pour remporter <strong>des</strong> élections,<br />

nous ne nous reposons donc pas sur nos<br />

lauriers ou sur nos avancées aux élections<br />

communales».<br />

“Ce qui a plu<br />

à notre électorat,<br />

c’est le renouveau<br />

que nous<br />

symbolisons”<br />

Une vision sur le long terme<br />

En 2017, Esch-sur-Alzette enregistrait<br />

un taux de chômage de 13,2%, la<br />

positionnant ainsi comme la moins bonne<br />

élève du Sud. Georges Mischo compte<br />

régler ce problème à la source: l’offre de<br />

formations. La métropole du fer compte<br />

environ 3.400 élèves et ses écoles peinent<br />

à tous les accueillir dans <strong>des</strong> conditions<br />

optimales. «Beaucoup de bâtiments doivent<br />

être rénovés et l’offre d’établissements<br />

scolaires et de maisons relais renforcée<br />

dans les quartiers Wobrécken et Kleppen<br />

afin de désengorger les autres écoles de la<br />

commune», constate-t-il.<br />

Cette évolution initiée dans les écoles est<br />

la première étape d’une redynamisation du<br />

marché de l’emploi dans la commune. En<br />

proposant une offre de formation plus grande,<br />

notamment en valorisant les métiers de<br />

l’artisanat, le bourgmestre entend élargir les<br />

possibilités d’emplois et créer <strong>des</strong> partenariats<br />

avec <strong>des</strong> entreprises locales afin de favoriser<br />

les stages en entreprise ou les contrats<br />

d’apprentissage. «Nous voulons créer <strong>des</strong><br />

tremplins pour l’emploi», ajoute-t-il.<br />

Ces changements se répercuteraient à tous<br />

les niveaux: si la commune propose davantage<br />

d’établissements scolaires et crée de l’emploi,<br />

elle devra également renforcer l’offre<br />

résidentielle et les Eschois pourront travailler à<br />

proximité de leur domicile et désengorgeront<br />

les routes. De plus, les commerces pourront à<br />

nouveau fleurir dans <strong>des</strong> quartiers dynamiques<br />

et hautement fréquentés.


La mobilité, un problème de taille<br />

Esch-sur-Alzette souffre de grands<br />

problèmes de circulation. Les Eschois se<br />

retrouvent régulièrement coincés dans<br />

d’interminables embouteillages sur le<br />

boulevard J.F. Kennedy, à proximité de la<br />

gare. «Nous voulons réaliser au plus vite<br />

un boulevard entre Micheville et Eschsur-Alzette<br />

afin de faciliter l’accès <strong>des</strong><br />

frontaliers français à la ville», explique<br />

Georges Mischo. Mais au-delà de la<br />

mobilité, le stationnement pose également<br />

question. «Avant la création de nouveaux<br />

emplacements, nous devons promouvoir<br />

certains parkings existants souvent<br />

méconnus du grand public. Par exemple, le<br />

parking du Brill propose un tarif avantageux<br />

et pourtant il n’est pas utilisé au maximum<br />

de son potentiel», poursuit-il.<br />

Pour favoriser la mobilité douce, le projet<br />

de piste cyclable reliant Belval et Esch-sur-<br />

Alzette fait actuellement l’objet d’une étude<br />

de faisabilité dont le principal obstacle<br />

reste la nécessité de traverser le site<br />

d’ArcelorMittal. «Nous allons également<br />

renforcer notre collaboration avec notre<br />

réseau de transport communal, TICE,<br />

alimenté au gaz naturel. Pour le compléter,<br />

nous sommes en contact avec la startup<br />

Kuss Bus pour tenter de mettre en place un<br />

système de bus sur commande», prévoit le<br />

bourgmestre.<br />

A plus grande échelle, le projet d’un couloir<br />

reliant sur l’A4 Esch à Luxembourg et<br />

qui serait dédié à un bus à haut niveau de<br />

service ainsi qu’à une piste cyclable fait de<br />

plus en plus parler de lui. «Je pense que cela<br />

serait la manière la plus efficace et la moins<br />

Georges Mischo<br />

onéreuse de régler les problèmes de trafic<br />

routier sur cet axe et dans le sud du pays».<br />

Enfin, le bourgmestre veut négocier avec<br />

les CFL dans le but d’établir de meilleures<br />

connexions avec le reste du pays. Ce dernier<br />

est réaliste: «Pour que les usagers utilisent<br />

les transports en commun, il faut que nous<br />

leur garantissions un certain confort et<br />

cela passe par de bonnes connexions et <strong>des</strong><br />

horaires intéressants». n


Claude Haagen


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 207 - FÉVRIER <strong>2018</strong><br />

57<br />

Rouge au cœur<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

À quelques mois <strong>des</strong> élections législatives, les partis politiques<br />

du pays affûtent encore leurs programmes. Pour l’heure,<br />

les groupes de travail du LSAP planchent sur les sujets qui<br />

alimenteront les débats à venir. Une occasion pour LG de<br />

revenir sur l’état du socialisme luxembourgeois. Interview de<br />

Claude Haagen, président du LSAP.<br />

Comment expliquez-vous la débâcle<br />

<strong>des</strong> communales d’octobre dernier,<br />

y-a-t-il une perte de confiance chez les<br />

électeurs?<br />

Certes nos derniers résultats sont en effet<br />

moins bons que les communales de 2011<br />

et 2005 pour lesquelles nous avions fait<br />

de très bons scores. Si nous avons perdu<br />

la ville d’Esch-sur-Alzette, nous restons<br />

néanmoins la deuxième force politique<br />

du pays. C’est donc une défaite mais<br />

certainement pas une «débâcle».<br />

Pour ce qui est de la confiance <strong>des</strong><br />

électeurs, il ne faudrait pas perdre de vue<br />

que durant les élections communales, les<br />

citoyens votent en fonction de ce qui a été<br />

réalisé au cours <strong>des</strong> six dernières années<br />

et en fonction <strong>des</strong> programmes <strong>des</strong> six<br />

prochaines.<br />

Le socialisme en général et le LSAP en<br />

particulier fait-il encore espérer?<br />

Je le pense, oui. Il ne faut pas oublier<br />

que le LSAP a réalisé <strong>des</strong> projets<br />

sociétaux ambitieux au sein de la coalition<br />

gouvernementale, je pense au congé<br />

parental, à la réforme fiscale ou encore à la<br />

séparation de l’église et de l’état (qui n’est<br />

pas vraiment un sujet populaire).<br />

Si notre programme électoral n’est pas<br />

encore rédigé, nous devrons encore<br />

y inscrire <strong>des</strong> programmes sociaux et<br />

notamment ceux qui favoriseront la<br />

répartition du capital au niveau de la<br />

population résidente et frontalière.<br />

Le LSAP n’est-il pas victime de<br />

l’embourgeoisement <strong>des</strong> électeurs?<br />

Certes, la distinction entre les régimes<br />

«d’ouvriers» et «d’employés» a disparu<br />

mais il ne faut pas oublier que le régime<br />

unique <strong>des</strong> «salariés» est aussi une victoire<br />

du LSAP. Cela ne signe pas pour autant<br />

la mort du socialisme mais implique que<br />

nous repensions nos orientations tout en<br />

préservant nos valeurs.<br />

Je prends pour exemple la digitalisation qui<br />

va nécessiter de nombreux cadres législatifs<br />

à venir. Avec les embouteillages et les<br />

problèmes de mobilité, nous devons penser<br />

<strong>des</strong> solutions telles que le télétravail qui va<br />

nécessiter de nombreux cadres législatifs.<br />

Notre famille politique a une légitimité de<br />

par ses connaissances, son histoire et ses<br />

valeurs en droit du travail qui sont de réels<br />

atouts dans l’élaboration de la législation en<br />

la matière.<br />

Dix jeunes socialistes ont récemment<br />

appelé à rajeunir et à féminiser le LSAP<br />

dans une tribune du Tageblatt, fautil<br />

pour cela refondre le LSAP d’ici les<br />

législatives?<br />

Il existe <strong>des</strong> discussions diverses et notamment<br />

sur la composition du parti pour les années<br />

à venir mais ce ne sont pas pour autant <strong>des</strong><br />

divisions. Je suis personnellement favorable<br />

au rajeunissement et à la féminisation du<br />

LSAP et de son pouvoir exécutif mais il serait<br />

inutile de refondre le parti pour en arriver là.<br />

La force du LSAP, c’est le dialogue: la tribune<br />

dont vous parlez en fait partie et je discute<br />

régulièrement avec ses signataires.<br />

Faisant référence à la création d’un<br />

grand parti de gauche qui ferait barrage<br />

à la droite en cas d’une victoire trop<br />

écrasante du CSV aux législatives,<br />

Etienne Schneider a répondu à un<br />

confrère de Paperjam «j’y pensais»;<br />

dès lors le CSV est-il un partenaire de<br />

coalition envisageable pour le LSAP?<br />

Je sais déjà que cette question me sera<br />

posée au moins une fois par semaine durant<br />

les six prochains mois. Je ne connais pas<br />

pour l’heure le programme électoral du<br />

CSV comme ils ne peuvent pas connaître le<br />

nôtre et je continuerai de répondre que tout<br />

dépendra <strong>des</strong> résultats <strong>des</strong> élections.<br />

Pour ce qui est d’un hypothétique grand<br />

parti de gauche, avec quel parti de gauche<br />

le LSAP pourrait-il se fondre? Je ne partage<br />

pas cette idée, déjà mort-née, et lui nonplus<br />

d’ailleurs: ce qu’Etienne Schneider a<br />

voulu dire, c’est qu’à la suite de la défaite<br />

du Parti Socialiste français, Emmanuel<br />

Macron a profité d’un regroupement<br />

de sensibilités politiques diverses. C’est<br />

tout autre chose qu’«un grand parti de<br />

gauche» et n’oublions pas qu’une élection<br />

présidentielle française reste bien différente<br />

d’une élection législative luxembourgeoise.<br />

Existe-t-il un déficit démocratique à<br />

Luxembourg dès lors que sur les 3.575<br />

candidats aux communales de 2017,<br />

seuls 267 étaient <strong>des</strong> résidents nonluxembourgeois<br />

(qui représentent<br />

47,7% de la population) et que sur les<br />

285.319 électeurs inscrits, les «résidents<br />

étrangers» n’étaient que 34.340?<br />

Je crois que le gouvernement ainsi que<br />

tous les partis politiques ont fait <strong>des</strong> efforts<br />

afin de sensibiliser les résidents nonluxembourgeois<br />

à exprimer leurs voix.<br />

S’inscrire sur les listes de sa commune<br />

reste néanmoins une décision personnelle<br />

et force est de constater que beaucoup qui<br />

le pourraient ne le font pas. Je ne sais pas<br />

pourquoi.<br />

Les élections communales sont pourtant<br />

l’occasion de s’identifier à sa ville et aux<br />

projets qui ont été réalisés et ceux à venir. n


58 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 212 - JUILLET <strong>2018</strong><br />

Transformer les défis<br />

en opportunités<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

INTERVIEW POLITIQUE<br />

Au terme d’un mandat particulièrement chargé dans la<br />

coalition DP-LSAP-déi gréng, François Bausch, ministre du<br />

Développement durable et <strong>des</strong> Infrastructures et tête de liste<br />

déi gréng pour le Centre, s’apprête à affronter de nouvelles<br />

élections. Le ministre a accepté de revenir avec nous sur son<br />

mandat et nous parle <strong>des</strong> ambitions <strong>des</strong> Verts pour l’avenir<br />

du pays.<br />

Que retenez-vous de vos cinq années de<br />

mandat?<br />

Nous avons fait un pas vers un changement<br />

de paradigme de la mobilité grâce aux<br />

investissements réalisés, notamment<br />

dans de nouvelles infrastructures (gares,<br />

tram,…), ou encore grâce à l’approche de<br />

la mobilité que nous avons développée avec<br />

le MoDu 2.0. Il est très important que la<br />

prochaine législature continue à développer<br />

les approches de mobilité tant pour le<br />

développement économique du pays, que<br />

pour la qualité de vie <strong>des</strong> habitants.<br />

J’ai également pris le parti de revoir<br />

entièrement la loi sur l’aménagement<br />

du territoire, tout en considérant l’avis<br />

<strong>des</strong> <strong>communes</strong> concernant les nouveaux<br />

plans sectoriels. Cette première étape<br />

pourra, je l’espère, servir de base au<br />

prochain gouvernement pour entièrement<br />

reformuler le plan directeur de<br />

l’aménagement du territoire. Je pense<br />

également que la participation citoyenne<br />

devra continuer à être au centre <strong>des</strong><br />

démarches pour une plus grande efficacité.<br />

Le bilan de notre gouvernement est positif<br />

que ce soit au niveau du chômage, de la<br />

création d’emplois, <strong>des</strong> finances publiques,<br />

<strong>des</strong> investissements réalisés,... Si les<br />

électeurs nous confirment qu’ils souhaitent<br />

voir reconduire le gouvernement actuel,<br />

nous ne serions pas déçus puisque nous<br />

savons que cette coalition fonctionne. Quoi<br />

qu’il arrive, nous respecterons la volonté<br />

<strong>des</strong> électeurs et resteront ouverts à d’autres<br />

coalitions.<br />

Quels sont les grands thèmes <strong>des</strong><br />

prochaines élections législatives pour<br />

déi gréng?<br />

La manière dont nous allons gérer la<br />

croissance et diversifier notre économie<br />

dans le futur est une question centrale pour<br />

les citoyens. A mon sens, nous devrions<br />

tendre vers une diversification de notre<br />

économie grâce au secteur qui a le plus<br />

de potentiel, à savoir les technologies de<br />

l’environnement.<br />

“Diversifier notre<br />

économie grâce au<br />

développement <strong>des</strong><br />

technologies de<br />

l’environnement”<br />

Protéger l’environnement et la nature c’est<br />

protéger les conditions nécessaires à la<br />

survie de l’humain. La question de l’écologie<br />

est pour moi la plus importante du XXI e<br />

siècle. Derrière cela se cachent d’énormes<br />

opportunités, notamment de développement<br />

économique: créer <strong>des</strong> éoliennes, un<br />

tram, investir dans les technologies de<br />

l’environnement,… cela crée une croissance<br />

positive. Ce domaine nous offre de<br />

très gran<strong>des</strong> perspectives de croissance<br />

économique tout en améliorant la qualité de<br />

vie, c’est le levier d’une croissance qualitative.<br />

Par exemple, la création du tram a profité<br />

à <strong>des</strong> entreprises luxembourgeoises en<br />

leur faisant bénéficier d’un rayonnement<br />

international en plus d’avoir créé de<br />

l’emploi au Luxembourg. Créer un tram<br />

dernière génération à la technologie de<br />

pointe a non seulement favorisé la mobilité<br />

douce dans le pays mais a également<br />

profité au tourisme. D’autres entreprises<br />

luxembourgeoises s’illustrent aujourd’hui<br />

dans la recherche de produits isolants<br />

durables et qualitatifs: ces produits nous<br />

aideront à avoir une meilleure efficience<br />

énergétique et représentent pour nous une<br />

opportunité économique.<br />

La croissance prévisionnelle de 3,1%<br />

sur la période 2017-2021 ne risque-telle<br />

pas de déboucher sur <strong>des</strong> problèmes<br />

de logement et de mobilité…<br />

Je ne pense pas que nous soyons arrivés<br />

à une impasse dans ces domaines, mais<br />

certains changements doivent être effectués<br />

au niveau du développement spatial du pays.<br />

Aujourd’hui la plupart d’entre nous<br />

travaille à <strong>des</strong> dizaines de kilomètres de<br />

notre lieu d’habitation lui-même excentré<br />

par rapport à l’endroit où les loisirs sont<br />

consommés, ce qui crée <strong>des</strong> problèmes de


mobilité puisque nous avons absolument<br />

besoin d’une voiture pour effectuer ces<br />

trajets. Il faut donc que nous réfléchissions<br />

à créer <strong>des</strong> zones d’habitation là où l’on<br />

retrouve <strong>des</strong> emplois.<br />

De plus, parmi les 500 hectares inscrits<br />

dans le plan sectoriel dédié au logement,<br />

presque la moitié appartient au secteur<br />

public. Parmi ces 250 hectares, nous<br />

avons l’objectif clair de créer <strong>des</strong> zones<br />

de logements abordables, également<br />

locatifs, où nous devrons mélanger les<br />

fonctionnalités. Ces friches sont réparties à<br />

travers le pays et sont une grande ressource<br />

pour le développement économique et<br />

urbain du pays.<br />

Bien que le Luxembourg soit limité dans<br />

son développement par ses frontières, les<br />

pays frontaliers ont <strong>des</strong> friches industrielles<br />

qu’il serait possible de valoriser. Le moteur<br />

économique luxembourgeois peut aider au<br />

développement de ces régions laissées à<br />

l’abandon depuis le déclin de la sidérurgie.<br />

A terme, <strong>des</strong> emplois pourraient être créés<br />

à la frontière et ainsi diminuer les trajets <strong>des</strong><br />

frontaliers.<br />

Suite au décès de Camille Gira et au<br />

départ de Françoise Folmer, déi gréng<br />

est-il prêt à affronter les législatives<br />

dans la circonscription Nord?<br />

La perte de Camille Gira a été aussi<br />

soudaine que tragique et Claude Thurmes,<br />

son remplaçant, n’occupe pas une<br />

position facile. Son parcours politique est<br />

directement lié à celui de Camille Gira et<br />

je pense que nous avons fait le bon choix en<br />

lui demandant de prendre la relève. Il a très<br />

vite accepté, notamment en mémoire de son<br />

prédécesseur, et se lance à 100% dans cette<br />

bataille avec l’équipe soudée qui l’entoure.<br />

De plus, nous avons réussi à rassembler une<br />

équipe jeune dans le Nord qui comprend<br />

aujourd’hui une majorité féminine et<br />

plusieurs candidats de moins de 40 ans.<br />

Tous ancrés dans leur région, ils sont menés<br />

par un Claude Thurmes expérimenté.<br />

Le taux de résidents étrangers vivant au<br />

Luxembourg s’élève aujourd’hui à 47,9%.<br />

Existe-t-il un déficit démocratique au<br />

Luxembourg dès lors qu’une part aussi<br />

importante de la population résidente ne<br />

peut pas voter lors <strong>des</strong> législatives?<br />

Nous avons déjà proposé un référendum à<br />

ce sujet qui n’a pas abouti et nous devons<br />

le respecter. Nous avons toutefois réformé<br />

François Bausch<br />

le processus d’obtention de la double<br />

nationalité par la suite et avons d’ailleurs<br />

compté trois fois plus de naturalisation<br />

l’année dernière grâce à cette démarche;<br />

toutes ces personnes peuvent aujourd’hui<br />

voter.<br />

L’Etat et les collectivités locales doivent<br />

motiver leurs résidents à utiliser davantage<br />

les instruments de participation active dont<br />

on dispose déjà, comme le vote aux élections<br />

communales et européennes, pour parvenir<br />

à un meilleur niveau de participation de la<br />

part <strong>des</strong> résidents étrangers.<br />

Je pense que l’intégration <strong>des</strong> résidents<br />

doit être une question prioritaire et cela<br />

passe notamment par un apprentissage<br />

renforcé de la langue luxembourgeoise<br />

pour favoriser l’inclusion. Il faut toutefois<br />

empêcher de faire de cette langue un outil<br />

d’exclusion. n


PRODUITS & SERVICES<br />

POUR BRANCHER VOS<br />

OBJETS CONNECTÉS<br />

ROUTER<br />

SWITCH<br />

RACK<br />

UPS<br />

HVAC<br />

SECURITY<br />

DATA CABLES<br />

& MANAGEMENT<br />

WIFI ACCESS POINT<br />

CONTROLLER<br />

VIDEO COMMUNICATION<br />

ELECTROMOBILITY<br />

PRODUITS<br />

DE STOCK<br />

LIVRAISON<br />

RAPIDE<br />

E-SHOP<br />

E-ORDERING<br />

EXPERTISE<br />

& FORMATION<br />

MINUSINES S.A. le partenaire <strong>des</strong> professionnels TIC, <strong>des</strong> électriciens, installateurs et bureaux d’étu<strong>des</strong><br />

8, Rue François Hogenberg - L-1735 LUXEMBOURG<br />

B.P. 2212 - L-1022 LUXEMBOURG<br />

+352 49 58 58 -1 +352 49 58 66/67 info@minusines.lu<br />

www.minusines.lu


FLÉCKEN<br />

A LÉINEN<br />

www.flecken-a-leinen.lu<br />

D‘Online-Plattform fir Reparatur- a Léin- Servicer<br />

zu Lëtzebuerg<br />

Plateforme en ligne pour <strong>des</strong> services<br />

de réparation et d‘emprunt au Luxembourg<br />

Mat der Ënnerstëtzung vun:<br />

Aktiounen vum Minstär<br />

fir nohalteg Entwécklung<br />

an Infrastrukturen<br />

mat de Gemengen,<br />

der Chambre <strong>des</strong> Métiers<br />

an der Chambre de Commerce


62 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 207 - FÉVRIER <strong>2018</strong><br />

SOCIÉTÉ<br />

Harcèlement sexuel au travail:<br />

notion et sanction<br />

Aux termes de l’article L. 245-2 du code du<br />

travail «Constitue un harcèlement sexuel<br />

à l’occasion <strong>des</strong> relations de travail au sens<br />

du présent chapitre tout comportement<br />

à connotation sexuelle ou tout autre<br />

comportement fondé sur le sexe dont celui qui<br />

s’en rend coupable sait ou devrait savoir qu’il<br />

affecte la dignité d’une personne, lorsqu’une<br />

<strong>des</strong> conditions suivantes est remplie:<br />

1. le comportement est non désiré,<br />

intempestif, abusif et blessant pour la<br />

personne qui en fait l’objet;<br />

2. le fait qu’une personne refuse ou accepte un<br />

tel comportement de la part de l’employeur,<br />

d’un salarié, d’un client ou d’un fournisseur<br />

est utilisé explicitement ou implicitement<br />

comme base d’une décision affectant les droits<br />

de cette personne en matière de formation<br />

professionnelle, d’emploi, de maintien de<br />

l’emploi, de promotion, de salaire ou de toute<br />

autre décision relative à l’emploi;<br />

3. un tel comportement crée un<br />

environnement intimidant, hostile, dégradant,<br />

humiliant ou offensant à l’égard de la personne<br />

qui en fait l’objet. Le comportement visé peut<br />

être physique, verbal ou non verbal.<br />

4. L’élément intentionnel du comportement<br />

est présumé».<br />

Il appartient à chaque individu de déterminer<br />

quel comportement il veut accepter et<br />

quelle conduite il juge opportune. En effet<br />

le harcèlement sexuel, qu’il porte préjudice<br />

à l’environnement de travail de la victime<br />

ou qu’il soit utilisé comme base d’une<br />

décision affectant ses droits (chantage sexuel<br />

ou harcèlement quid pro quo), doit être<br />

ressenti comme offensant et indésirable par<br />

celui qui en fait l’objet. Que cette attention<br />

à connotation sexuelle soit délibérée ou<br />

involontaire de la part de son auteur est sans<br />

importance. Si la personne qui fait l’objet<br />

de cette attention est gênée par celle-ci, ce<br />

comportement doit être considéré comme<br />

harcèlement sexuel.<br />

Il s’agit donc d’une notion essentiellement<br />

subjective dans le chef de la victime.<br />

L’employeur a l’obligation de s’abstenir<br />

de tout fait de harcèlements sexuels à<br />

l’occasion <strong>des</strong> relations de travail, de veiller<br />

à ce que tout harcèlement sexuel dont il a<br />

connaissance cesse immédiatement et de<br />

prendre toutes les mesures de prévention<br />

nécessaires pour assurer la protection de la<br />

dignité de toute personne à l’occasion <strong>des</strong><br />

relations de travail.<br />

“Le harcèlement<br />

sexuel à l’occasion<br />

<strong>des</strong> relations de<br />

travail constituant<br />

une faute grave…”<br />

La violation de ces obligations accessoires<br />

par rapport aux obligations principales<br />

découlant du contrat de travail est de nature<br />

à engager la responsabilité de l’employeur.<br />

En effet, le salarié victime d’un acte<br />

de harcèlement sexuel peut refuser de<br />

poursuivre l’exécution du contrat de travail<br />

et résilier le contrat de travail sans préavis<br />

pour motif grave avec dommages et intérêts<br />

à charge de l’employeur dont la faute,<br />

appréciée par référence à l’article L. 245-4,<br />

a occasionné la résiliation immédiate.<br />

L’employeur de son côté doit veiller<br />

à ce que tout harcèlement dont il a<br />

connaissance, cesse immédiatement en<br />

prenant <strong>des</strong> mesures adéquates à l’égard de<br />

la personne qui en est l’auteur.<br />

Le harcèlement sexuel à l’occasion <strong>des</strong><br />

relations de travail constituant une faute<br />

grave au sens de la législation du travail, ces<br />

mesures peuvent aller jusqu’au licenciement<br />

de la personne dont le comportement est<br />

intolérable, outrageant et offensif.<br />

Lorsqu’il n’est pas reproché à l’employeur<br />

d’avoir commis les faits invoqués, mais<br />

de ne pas avoir pris toutes les mesures<br />

nécessaires pour faire cesser le harcèlement<br />

sexuel, la victime doit rapporter la preuve<br />

qu’elle avait informé l’employeur dans le<br />

mois de sa démission du comportement<br />

inadmissible de l’auteur de l’attention à<br />

connotation sexuelle ressentie comme<br />

offensante et indésirable et que l’employeur<br />

n’a pas pris immédiatement, dès qu’il en ait<br />

connaissance, <strong>des</strong> mesures pour faire cesser<br />

ce harcèlement sexuel à son égard.<br />

La responsabilité de l’employeur n’est<br />

engagée du faut d’actes de harcèlement<br />

sexuel commis par un de ses salariés que<br />

s’il a commis une faute en omettant de faire<br />

cesser immédiatement ce harcèlement dès<br />

qu’il en a eu connaissance ou de prendre les<br />

mesures de prévention nécessaires.<br />

Dès lors que la connaissance de faits<br />

de harcèlement par l’employeur est la<br />

condition nécessaire de son omission fautive<br />

de prendre les mesures appropriées pour les<br />

faire cesser, il incombe au salarié, en cas de<br />

contestation afférente de l’employeur, de<br />

rapporter d’abord cette preuve.<br />

L’employeur doit connaitre les faits précis<br />

reprochés à l’auteur du comportement<br />

à connotation sexuelle non désiré <strong>des</strong><br />

rumeurs ne sauraient être considérées<br />

comme suffisantes pour valoir information<br />

au sens de la loi.<br />

L’employeur de son côté doit veiller<br />

à ce que tout harcèlement dont il a<br />

connaissance, cesse immédiatement en<br />

prenant <strong>des</strong> mesures adéquates à l’égard de<br />

la personne qui en est l’auteur.<br />

Le harcèlement sexuel à l’occasion <strong>des</strong><br />

relations de travail constituant une faute<br />

grave au sens de la législation du travail, ces<br />

mesures peuvent aller jusqu’au licenciement<br />

de la personne dont le comportement est<br />

intolérable, outrageant et offensif.<br />

L’auteur d’un harcèlement sexuel peut aussi<br />

se voir infliger d’autres sanctions, comme<br />

une mutation, un avertissement ou toute<br />

autre mesure <strong>des</strong>tinée à éloigner de la<br />

victime l’auteur présumé.


L’employeur doit être attentif à l’usage<br />

qu’il faut de son pouvoir disciplinaire.<br />

Le principe de proportionnalité doit être<br />

respecté.<br />

Il appartient certes à l’employeur de choisir<br />

celles <strong>des</strong> sanctions qui lui paraît la plus<br />

adéquate pour faire immédiatement cesser<br />

ledit comportement, sauf à respecter<br />

l’article L.245-4 (2) dernière phrase qui<br />

lui interdit de prendre <strong>des</strong> mesures au<br />

détriment de la victime du harcèlement<br />

sexuel.<br />

Il appartient en outre aux juridictions<br />

du travail, pour le cas où l’employeur a<br />

décidé de licencier le salarié fautif qui<br />

querelle la sanction abusive, de rechercher<br />

si cette dernière était justifiée et si le<br />

comportement du salarié constituait un<br />

motif de licenciement. L’employeur dans sa<br />

décision doit tenir compte <strong>des</strong> antécédents<br />

professionnels, de la situation sociale et<br />

de tous les éléments pouvant influer sur la<br />

responsabilité du salarié.<br />

Il a été retenu par exemple qu’était<br />

justifié le licenciement d’un salarié qui<br />

«draguait lourdement le personnel féminin<br />

d’une société» (TLUX, 28/06/1999,<br />

3209/99). A l’inverse a été déclaré abusif<br />

le licenciement immédiat d’un salarié<br />

dont le harcèlement consistait à faire<br />

<strong>des</strong> remarques à connotation sexuelle<br />

«qui pour être totalement déplacées et<br />

témoigner du niveau intellectuel de celui<br />

qui les a faites, n’auraient éventuellement<br />

plus été continuées, si leur auteur avait<br />

été sérieusement sermonné» (C.S.J.,<br />

12/11/2009, 34066). n<br />

David Giabbani<br />

Source photo: Etude Giabbani


64 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

SOCIÉTÉ<br />

Le green <strong>des</strong> beaux jours<br />

Situé au cœur <strong>des</strong> trois frontières, le domaine de 107 hectares<br />

de gazons, de forêts et de plans d’eau est entouré par un mur<br />

de pierre de l’époque napoléonienne. Non loin du château qui<br />

porte le même nom, le Golf de Preisch est la référence <strong>des</strong><br />

greens de la Grande Région depuis presque 20 ans. Philippe<br />

Giot, qui en est le directeur général délégué, nous en fait une<br />

visite guidée.<br />

Dans l’ère du temps<br />

Le golf de Preisch s’inscrit dans son<br />

époque avec l’organisation d’événements<br />

d’entreprise, de renforcement d’équipe ou<br />

encore de séminaires, mais aussi de journées<br />

d’initiation, le dimanche, pour permettre<br />

à tous de découvrir <strong>des</strong> installations de<br />

premier ordre.<br />

Idéalement situé<br />

Sorti de terre en 1998, le Golf de Preisch<br />

possède trois parcours de neuf trous,<br />

logiquement nommés Allemagne, France<br />

et Luxembourg. Trois parcours <strong>des</strong>sinés par<br />

les meilleurs concepteurs et qui permettent<br />

de se renouveler à chaque visite. L’idée forte<br />

du lieu est de rendre le golf ludique et de<br />

susciter de nouvelles vocations. «Ce sport<br />

évolue et les comportements changent avec<br />

cette évolution», note Philippe Giot, son<br />

directeur. «De plus en plus, les golfeurs<br />

veulent découvrir de nouveaux parcours sans<br />

nécessairement rester fidèles au même club».<br />

Un club équipé d’un restaurant accessible<br />

à tous mais aussi d’un lounge avec billard,<br />

d’une salle de musculation et de deux<br />

simulateurs pour parfaire sa technique les<br />

jours de mauvais temps sont à disposition<br />

<strong>des</strong> membres. Une salle permet d’accueillir<br />

<strong>des</strong> séminaires de toute dimension, de<br />

quatre à deux cents personnes, tandis que le<br />

Bistrot swing est le lieu idéal pour organiser<br />

mariages, fêtes de famille et banquets.<br />

Moderne, idéalement situé à 20 minutes<br />

de Luxembourg et 45 minutes de Metz, le<br />

Golf de Preisch est un espace de tranquillité<br />

facilement accessible par l’autoroute A13.<br />

Une école de qualité<br />

Le domaine dispose aussi de sa propre<br />

académie, le Preisch Performance Golf<br />

Center où trois professeurs accompagnent,<br />

forment et conseillent, débutants et joueurs<br />

confirmés. Le Club Junior compte 70 enfants<br />

qui se répartissent selon les calendriers<br />

scolaires français et luxembourgeois.<br />

«Le golf est un sport d’intégrité morale<br />

dans la mesure où le joueur compte luimême<br />

ses coups et applique une certaine<br />

rigueur», explique le directeur. Le swing<br />

est en effet un geste complexe qui demande<br />

de la concentration, de la discipline et de<br />

l’application, il n’est donc pas étonnant<br />

que de nombreux parents constatent une<br />

amélioration <strong>des</strong> résultats scolaires au fil<br />

<strong>des</strong> entrainements.<br />

“Trois parcours<br />

de neuf trous,<br />

logiquement<br />

nommés<br />

Allemagne, France<br />

et Luxembourg”<br />

«Nous disposons ici de conditions<br />

exceptionnelles pendant près de huit mois<br />

par an». Vue plongeante sur la Moselle au<br />

Sud, sur le Luxembourg au Nord et sur<br />

l’Allemagne à l’Est, le club dépayse dès<br />

les premiers pas. Sur la route, un terrain<br />

de cricket transporte dans l’Angleterre,<br />

tandis que le château <strong>des</strong> lieux lorgne sur<br />

les greens.<br />

Ceux qui n’ont jamais tenté un swing ne<br />

devraient pas hésiter à le faire sur le practice<br />

du club, ludique et parfaitement exposé.<br />

A ses côtés, un putting range et un chipping<br />

range complètent les possibilités de<br />

s’améliorer, à quelques pas du club house. n<br />

Golf de Preisch<br />

1 rue du vieux moulin<br />

F-57570 Basse-Rentgen (France)<br />

Tél : +333 82 83 00 00<br />

www.golf-de-preisch.com


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

65<br />

Philippe Giot


66 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 207 - FÉVRIER <strong>2018</strong><br />

SOCIÉTÉ<br />

Fourchettes responsables<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

Lorsqu’il y a 40 ans, Änder Schanck quitta son poste pour<br />

rejoindre la ferme familiale pour un cinquième de son salaire,<br />

beaucoup de ses amis le prirent pour un fou. Il fit ce choix<br />

avec la conviction à l’âme que l’agriculture industrielle est une<br />

folie du XX e siècle et que seules les productions biologiques<br />

donnent une chance à l’humanité. Retour sur un engagement<br />

qui aura su préserver toute son intégrité. Interview du<br />

directeur du groupe Oikopolis.<br />

Änder Schanck<br />

La folie <strong>des</strong> grandeurs<br />

Aux lendemains de la Seconde Guerre<br />

mondiale, à seulement trois générations<br />

de la nôtre, les terres agricoles étaient<br />

labourées de charrues tractées par<br />

<strong>des</strong> bœufs. L’Europe en ruine avait<br />

besoin de se nourrir et bientôt la<br />

mécanisation et la chimie, qui s’étaient<br />

considérablement améliorées durant la<br />

guerre, allaient pénétrer le marché de la<br />

production alimentaire, et par la même,<br />

nos sols.<br />

La course à la productivité, appuyée par<br />

la mondialisation a, en 70 ans, transformé


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

67<br />

le paysan en chef d’entreprise, forcé à<br />

l’endettement afin d’industrialiser son<br />

mode de production. En même temps, la<br />

grande distribution a fini de tuer le petit<br />

commerce en regroupant sous son toit,<br />

le boucher, le poissonnier, le boulanger,<br />

l’épicier,... La grande distribution règne<br />

désormais en maîtresse absolue sur la<br />

chaîne de valeur et impose ses volontés,<br />

«à l’image de Mercure, dieu de la<br />

mythologie romaine, du commerce et<br />

<strong>des</strong> voleurs», dénonce Änder Schanck.<br />

Afin de proposer les prix les plus bas du<br />

marché à ses clients, les grands magasins<br />

mettent la pression sur les grossistes,<br />

qui la mettent sur les transformateurs,<br />

qui la rajoutent à leur tour sur les<br />

producteurs. Alors que les deux premiers<br />

peuvent licencier et s’industrialiser plus<br />

encore pour faire baisser leurs coûts<br />

de fonctionnement, le producteur n’a<br />

pas d’autre choix que d’augmenter sa<br />

production, et donc, d’utiliser <strong>des</strong> engrais<br />

chimiques.<br />

Sur les mêmes parcelles que celles de<br />

leurs aïeuls, les bœufs et les tracteurs étant<br />

remplacés par de véritables formules 1 de<br />

la fauche, les moissonneuses-batteuses<br />

récoltent désormais dix fois plus de blé.<br />

Pour une paire de chaussures (équivalent<br />

à 150 euros), nos grands-pères agriculteurs<br />

devaient vendre 100 kilos de blé,<br />

aujourd’hui il faut une tonne.<br />

Alors voilà qu’au premier maillon de la<br />

chaîne <strong>des</strong> consommateurs, une conscience<br />

collective se repend et la Bête inhumaine<br />

jamais rassasiée de profits pense désormais<br />

se racheter une vertu. Änder Schanck<br />

dénonce le modèle économique hérité<br />

d’Adam Smith où «le libéralisme favorise<br />

les individualismes où chacun ne pense<br />

qu’en fonction de ses propres intérêts».<br />

“Retrouver<br />

une situation où<br />

les fermes ne sont<br />

plus écrasées<br />

par la pression<br />

<strong>des</strong> prix ne peut<br />

se faire sans<br />

briser la chaîne<br />

de valeur qui les<br />

asservissent”<br />

Le roi est mort, vive le roi?<br />

L’essoufflement du système ne fait aucun<br />

doute et les Accords de Paris illustrent<br />

cette conscience collective qui aujourd’hui<br />

s’étend du consommateur aux entreprises<br />

soucieuses de leur image. L’étude Rifkin fait<br />

la part belle à un développement durable<br />

et tout le monde se met à espérer un autre<br />

système de production.<br />

La grande distribution suit le mouvement<br />

et consacre de plus en plus de rayons aux<br />

produits bios. Mais peut-on parler de<br />

changements de paradigme dès lors que<br />

la grande distribution continue de faire<br />

pression sur tous les acteurs de la chaîne<br />

de distribution et que le producteur,<br />

même biologique, reste toujours le dernier<br />

maillon qui doit en supporter la plus<br />

grande charge?<br />

Un autre modèle<br />

Pionnier dans l’agriculture biologique<br />

luxembourgeoise, le groupe Oikopolis<br />

s’est lancé dans la commercialisation<br />

<strong>des</strong> produits bios afin de rendre possible<br />

ce marché. Le projet débute en 1988<br />

avec l’association agricole «BIOG» qui<br />

regroupe <strong>des</strong> cultivateurs biologiques et<br />

biodynamiques du Luxembourg. Au fil<br />

<strong>des</strong> années, il construit une économie<br />

structurée et axée sur la collaboration. Son<br />

premier magasin «NATURATA» prend<br />

place au Rollingergrund à Luxembourg-<br />

Ville et à ce jour le groupe en compte dix<br />

dont trois boutiques fermières sur tout le<br />

territoire national.<br />

Outre les boutiques fermières<br />

susmentionnées, le groupe OIKOPOLIS<br />

compte sept «NATURATA Bio Marchés»<br />

plus un magasin en ligne, à savoir<br />

NATURATA Bio@home. A quoi s’ajoute<br />

le grossiste BIOGROS SA, dont la<br />

tâche est – entre autres activités – d’aller<br />

chercher les denrées chez les producteurs<br />

afin d’approvisionner les magasins.<br />

OIKOPOLIS Participations SA regroupe<br />

à la fois <strong>des</strong> cultivateurs, <strong>des</strong> collaborateurs<br />

mais aussi <strong>des</strong> clients qui participent à son<br />

capital. «Notre valeur guide est de proposer<br />

<strong>des</strong> produits biologiques qui sont dans la<br />

mesure du possible locaux».<br />

Aujourd’hui fort d’une dizaine de magasins<br />

répartis sur tout le territoire, d’une<br />

vingtaine de producteurs et de plus de<br />

350 employés, le groupe souhaiterait que<br />

son modèle de fonctionnement soit plus<br />

largement répandu.<br />

«Retrouver une situation où les fermes<br />

ne sont plus écrasées par la pression <strong>des</strong><br />

prix ne peut se faire sans briser la chaîne<br />

de valeur qui les asservit», nous dit Änder<br />

Schanck. Le directeur s’inspire <strong>des</strong> modèles<br />

de fonctionnements de la nature où <strong>des</strong><br />

millions d’années d’évolution a permis<br />

l’interdépendance <strong>des</strong> éléments.<br />

Les tables ron<strong>des</strong> où se réunissent<br />

tous les acteurs, <strong>des</strong> consommateurs<br />

aux producteurs en passant par les<br />

transformateurs, les grossistes, les magasins<br />

bios et les gran<strong>des</strong> surfaces permettent<br />

le dialogue. Les prix sont alors fixés sur<br />

un consensus qui prend en compte les<br />

problématiques de chacun.<br />

Utopie diraient les uns? Cela fait 25 ans<br />

que ces tables ron<strong>des</strong> régissent Oikopolis,<br />

favorisent l’économie circulaire ainsi que le<br />

commerce associatif. n


68 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

SOCIÉTÉ<br />

Petit par la taille,<br />

grand par les vins<br />

Le Grand-Duché est peut-être un petit pays mais il compte<br />

de grands vins à la diversité impressionnante. Pourtant, en<br />

dépit de leurs indéniables qualités, les vins et crémants de<br />

la Moselle luxembourgeoise voient leurs ventes baisser<br />

d’année en année. Pour remédier à cet épineux problème,<br />

l’Institut Viti-Vinicole a préparé un vaste plan d’actions.<br />

Le point avec les présidents Antoine Clasen, Josy Gloden<br />

et Ern Schumacher <strong>des</strong> trois groupements de producteurs<br />

(négoce, coopérative et vignerons privés) ainsi qu’avec le<br />

directeur de l’Institut Viti-Vinicole, Robert Ley.<br />

«Tout a commencé par une étude entamée<br />

il y a deux ans pour le compte du ministère<br />

de l’Agriculture», explique Robert Ley.<br />

«Le but de cette étude était de comprendre<br />

pourquoi la consommation <strong>des</strong> vins locaux<br />

avait tendance à s’éroder depuis plusieurs<br />

années. Cette érosion est principalement<br />

due au fait que la physionomie du pays<br />

a énormément changé en quelques<br />

décennies. Le Luxembourg compte à<br />

présent près de 50% d’étrangers et la<br />

plupart d’entre eux ignorent qu’il existe <strong>des</strong><br />

vins luxembourgeois. Ils viennent avec leurs<br />

habitu<strong>des</strong> de consommation et boivent<br />

généralement ici les mêmes vins que dans<br />

leur pays d’origine».<br />

Une grande diversité de cépages<br />

«Nous pâtissons également de l’ancienne<br />

image <strong>des</strong> vins luxembourgeois», ajoute<br />

Ern Schumacher de l’Organisation<br />

Professionnelle <strong>des</strong> Vignerons Indépendants.<br />

«Autrefois, ceux-ci étaient essentiellement<br />

constitués de Rivaner et d’Ebling et <strong>des</strong>tinés<br />

à la consommation courante. Ce n’est plus<br />

le cas aujourd’hui. Depuis une vingtaine<br />

d’années, les vins luxembourgeois ont<br />

beaucoup gagné en qualité, non seulement<br />

par une forte diminution <strong>des</strong> rendements<br />

mais aussi par une grande diversité dans<br />

les cépages: du Rivaner à l’Auxerrois en<br />

passant par le Pinot blanc, le Pinot gris, le<br />

Pinot noir, le Chardonnay, le Riesling et le<br />

Gewürztraminer. Ce gain en qualité a un<br />

coût qui se répercute sur les prix, ce que<br />

les consommateurs ne comprennent pas<br />

toujours».<br />

«Nous produisons <strong>des</strong> vins modernes, pas<br />

trop élevés en alcool, frais, fruités, qui se<br />

boivent facilement et qui accompagnent<br />

parfaitement tous les types de plats. En<br />

quelques années, nous avons réussi à créer<br />

<strong>des</strong> vins gastronomiques d’un très bon<br />

niveau et nous n’avons pas à rougir de la<br />

comparaison avec d’autres régions à la<br />

notoriété viticole bien établie. Le problème,<br />

c’est que la qualité de nos produits est<br />

encore trop méconnue», commente Josy<br />

Gloden <strong>des</strong> Domaines Vinsmoselle.<br />

“Nos vins peuvent<br />

sans problème<br />

soutenir<br />

la comparaison<br />

avec d’autres<br />

régions viticoles<br />

au nom plus<br />

prestigieux”<br />

Modifier radicalement la stratégie marketing<br />

«C’est pourquoi il est devenu impératif<br />

de modifier radicalement notre stratégie<br />

marketing. Nous ne devons plus seulement<br />

nous adresser aux Luxembourgeois qui<br />

connaissent et apprécient nos produits<br />

mais aussi aux consommateurs étrangers<br />

qui composent aujourd’hui la moitié de la<br />

population», poursuit Antoine Clasen de<br />

la Fédération luxembourgeoise <strong>des</strong> vins et<br />

spiritueux.<br />

«Nous avons ainsi créé un comité<br />

stratégique composé de différents groupes<br />

de travail et dont le but est de mettre<br />

en avant les qualités de nos produits.<br />

Concrètement, trois chantiers ont été<br />

identifiés. Le premier consiste à mettre<br />

en place une image commune à tous les<br />

vins luxembourgeois et créer un signe<br />

de reconnaissance suffisamment fort<br />

pour que les consommateurs puissent<br />

immédiatement identifier nos produits<br />

comme étant <strong>des</strong> vins luxembourgeois.<br />

A l’avenir, toutes les bouteilles de vin<br />

luxembourgeois porteront le même logo


qui s’inspire du X de la nouvelle signature<br />

commune du pays Luxembourg – Let’s<br />

Make It Happen. Dans le même ordre<br />

d’idées, nous allons inciter les restaurateurs<br />

à promouvoir nos produits en leur<br />

décernant un label d’ambassadeur <strong>des</strong> vins<br />

luxembourgeois s’ils remplissent certains<br />

critères. Nous allons aussi lancer l’initiative<br />

appelée «De gudde Patt» (Le bon pot)<br />

qui consiste à placer un autocollant<br />

sur toutes les vitrines <strong>des</strong> brasseries et<br />

bistrots qui proposent au moins un vin<br />

et un crémant luxembourgeois dans leur<br />

carte. Nous comptons ensuite créer <strong>des</strong><br />

événements autour de nos produits au<br />

Luxembourg dans un premier temps, puis<br />

chez nos voisins géographiques que sont<br />

l’Allemagne, la Belgique et la France.<br />

Le troisième chantier concerne l’AOP<br />

(Appellation d’Origine Protégée) - Moselle<br />

luxembourgeoise. Mise en place en 2014,<br />

elle regroupe les vins équilibrés d’entrée<br />

de gamme avec la mention d’origine<br />

Côtes de, les vins classiques de la Moselle<br />

luxembourgeoise ou vins de coteaux et les<br />

vins de terroir issus <strong>des</strong> meilleurs vignobles<br />

de la Moselle luxembourgeoise. Nous<br />

voulons davantage communiquer sur cette<br />

classification pas toujours bien comprise par<br />

le consommateur et également mettre en<br />

évidence par ce biais l’un ou l’autre cépage<br />

typique de la Moselle luxembourgeoise».<br />

«A terme, nous voulons faire évoluer les<br />

mentalités à propos de nos produits»,<br />

conclut Robert Ley. «Ici, au Luxembourg,<br />

on pense toujours que les vins d’ailleurs<br />

sont meilleurs. Nombreux sont les gens<br />

qui sont prêts à dépenser une cinquantaine<br />

d’euros pour un vin au nom prestigieux<br />

même si la qualité ne dépasse pas celle d’une<br />

<strong>des</strong> meilleures bouteilles luxembourgeoises<br />

Antoine Clasen, Robert Ley, Josy Gloden et Ern Schumacher<br />

pour un prix deux à trois fois moindre. Nos<br />

produits sont non seulement très bons mais<br />

souvent moins chers car, à la différence<br />

d’autres régions viticoles, les circuits de<br />

distribution sont ici très courts. Le rapport<br />

qualité-prix de nos vins est exceptionnel et<br />

il est plus que temps de le faire savoir au<br />

plus grand nombre, à commencer par les<br />

résidents de ce pays». n<br />

Fonds de Solidarité Viticole<br />

8, rue Nic Kieffer<br />

L-5551 Remich<br />

www.vins-cremants.lu<br />

info@vins-cremants.lu


70 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 212 - JUILLET <strong>2018</strong><br />

PARC NATUREL<br />

Le Parc Naturel de la Haute-Sûre:<br />

Gardien de l’eau<br />

PAR ERIC HARSCH<br />

Le nord-ouest du Luxembourg est connu pour sa diversité naturelle avec ses vallées profon<strong>des</strong>,<br />

ses pentes rai<strong>des</strong> boisées et ses surfaces agricoles. Mais il est surtout connu pour le lac de barrage<br />

et ses rives, importante source d’eau potable du pays et élément intégral de sa géographie, lui<br />

conférant à juste titre l’identité de région d’eau du Luxembourg. Sur ce territoire est établi le<br />

Parc naturel de la Haute-Sûre, le plus ancien <strong>des</strong> trois parcs luxembourgeois, qui s’étend sur<br />

une superficie de 162 km 2 et qui englobe cinq <strong>communes</strong>. Hébergée dans l’ancienne draperie,<br />

l’équipe du Parc vise à concilier la protection naturelle et le développement régional durable.<br />

Entretien avec Christine Lutgen, directrice du Parc.<br />

Christine Lutgen<br />

«Les origines du Parc naturel sont<br />

étroitement liées à son identité de région<br />

d’eau. Dès le lancement du projet du<br />

mur de barrage en 1955, la volonté de<br />

protéger l’eau du lac de barrage par le<br />

biais d’un parc a ressurgi périodiquement.<br />

L’idée de l’Etat de créer un parc national<br />

autour du lac, dont le seul but aurait été<br />

la protection de l’eau, s’est concrétisée en<br />

1986 avec le «Plan global» du ministère de<br />

l’Aménagement du territoire».<br />

“Nous tentons<br />

d’intégrer<br />

la thématique<br />

de l’eau à tous<br />

nos projets”<br />

«Cependant, les <strong>communes</strong> et la<br />

population, notamment les agriculteurs,<br />

se sont opposés à un tel projet, craignant<br />

que les mesures contraignantes en faveur<br />

de la protection naturelle sapent le<br />

développement économique régional.<br />

Ainsi, les <strong>communes</strong> ont proposé un<br />

contre-projet suggérant la mise en place<br />

d’un parc naturel selon le modèle français,<br />

conciliant la protection environnementale<br />

et le développement», explique Christine<br />

Lutgen.


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

71<br />

Crédit photo: Caroline Martin<br />

Crédit photo: Pierre Haas<br />

Crédit photo: Guy Krier<br />

Crédit photo: Felsen Caroline ©ORT Martin MPSL Joelle Mattias<br />

Crédit photo: Caroline Martin<br />

Crédit photo: Guy Krier<br />

Crédit photo: Guy Krier<br />

Crédit photo: Guy Krier


72 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 212 - JUILLET <strong>2018</strong><br />

PARC NATUREL<br />

Crédit photo: Caroline Martin<br />

Crédit photo: Guy Krier<br />

Elle poursuit: «Reposant fortement sur une<br />

approche «de bas en haut», le projet du parc<br />

naturel a franchi un premier pas décisif avec<br />

la fondation du syndicat intercommunal<br />

SYCOPAN en 1989. Le syndicat a joué<br />

un rôle indispensable dans la promotion<br />

de cette vision et a par ailleurs appuyé<br />

l’élaboration de la loi sur les parcs naturels<br />

créant ainsi le cadre légal nécessaire en<br />

1993. Le 6 avril 1999, le Parc naturel<br />

de la Haute-Sûre fut finalement établi,<br />

englobant initialement sept <strong>communes</strong>».<br />

La protection de l’eau dans toutes ses<br />

dimensions<br />

«En dépit de l’omniprésence de l’eau,<br />

la communication du rôle global du<br />

Parc posait un défi. Lors de notre bilan<br />

obligatoire dressé en 2006-2007 en vue du<br />

renouvellement du label de Parc naturel,<br />

nous nous sommes rendu compte que la<br />

grande diversité de nos projets masquait<br />

nos priorités. Ainsi, nous avons décidé de<br />

mettre en évidence davantage le sujet de<br />

l’eau et nous tentons depuis lors d’intégrer<br />

cette thématique à tous nos projets, de<br />

manière transversale».<br />

«Si l’accent est souvent mis sur le volet<br />

écologique du développement durable,<br />

nous œuvrons simultanément en faveur du<br />

développement économique et touristique<br />

de la région. Découlant d’une initiative du<br />

LEADER, le premier projet phare du Parc,<br />

à savoir la création de produits régionaux<br />

portant le label «vum Séi», illustre bien<br />

cette approche globale. Ainsi, nous avons<br />

appuyé les agriculteurs dans la mise au<br />

point de mo<strong>des</strong> de production alternatifs<br />

pour générer <strong>des</strong> revenus, tout en assurant<br />

l’exploitation durable du terrain et <strong>des</strong><br />

ressources. En même temps, ce label de<br />

qualité promeut la marque du Parc audelà<br />

<strong>des</strong> ses frontières. Cette collaboration<br />

en matière d’agriculture s’est poursuivie<br />

au cours <strong>des</strong> années. Entres autres, la<br />

coopération agricole dite «LAKU»,<br />

coordonnée par le Parc, a élaboré un<br />

catalogue de mesures volontaires afin de<br />

protéger l’eau du lac de barrage».<br />

“La collaboration<br />

avec les <strong>communes</strong><br />

est à la base du bon<br />

fonctionnement<br />

du Parc”<br />

«Le Parc ne peut d’ailleurs pas promulguer<br />

<strong>des</strong> mesures contraignantes qui interdisent<br />

certaines activités, ou instituer <strong>des</strong><br />

zones de protection, actes qui relèvent<br />

<strong>des</strong> compétences <strong>des</strong> ministères et de<br />

l’Administration de la gestion de l’eau.<br />

Ainsi, nous adoptons une approche qui<br />

repose sur la pédagogie et la sensibilisation.<br />

Je peux citer, à titre d’exemple, le bateau<br />

solaire, qui permet aux visiteurs de<br />

découvrir l’histoire, la vocation et les<br />

démarches écologiques du lac de barrage<br />

tout en protégeant l’eau et en amplifiant la<br />

valeur touristique de la région».<br />

«En outre, nous avons lancé une campagne<br />

de sensibilisation sur le problème <strong>des</strong><br />

déchets sur les plages aux rives de la Sûre.<br />

La mise en place d’un mini-centre de<br />

recyclage sur la plage d’Insenborn l’année<br />

dernière s’inscrit dans une approche<br />

positive qui tente de canaliser les efforts du<br />

public et d’encourager un comportement<br />

respectueux de l’eau».<br />

La coopération importe<br />

«La collaboration avec les <strong>communes</strong><br />

est à la base du bon fonctionnement du<br />

Parc. Les <strong>communes</strong> sont généralement<br />

conscientes de leurs obligations en matière<br />

de protection naturelle et favorisent de plus<br />

en plus <strong>des</strong> approches régionales. Dans<br />

cette optique, elles considèrent le Parc<br />

comme premier partenaire, qui agit en tant<br />

que coordonnateur et facilitateur et dispose<br />

<strong>des</strong> connaissances nécessaires».<br />

«Cette approche régionale se manifeste<br />

notamment dans la mise en œuvre du Pacte<br />

climat, qui se fait conjointement avec les<br />

<strong>communes</strong> du Parc naturel de l’Our. Nos<br />

évaluations annuelles <strong>des</strong>sinent l’image d’un<br />

progrès continu et ont révélé que parmi<br />

les 66% dex mesures implémentées, 16%<br />

sont attribuables aux Parcs naturels. Si nos<br />

<strong>communes</strong> sont performantes dans certains<br />

domaines comme la communication, elles<br />

font aussi face à de lourds défis, surtout<br />

en ce qui concerne la mobilité. De ce fait,<br />

le Parc s’est joint au projet INTERREG<br />

‘Last Mile’ qui vise à élaborer un concept<br />

de mobilité qui répond aux besoins réels <strong>des</strong><br />

touristes et <strong>des</strong> habitants».<br />

«L’amélioration de la coopération avec<br />

les <strong>communes</strong> demeure une priorité. En<br />

vue d’assurer un bon démarrage de notre<br />

collaboration avec les nouveaux conseils<br />

communaux issus <strong>des</strong> élections de 2017, le<br />

Parc a réalisé une tournée <strong>des</strong> <strong>communes</strong><br />

dans l’objectif de stimuler un échange<br />

de vues et de priorités. En automne, on<br />

organisera une journée de réflexion pour<br />

concrétiser les résultats de ces échanges et<br />

renforcer la coopération. Quant au Parc,<br />

j’estime que la continuité et la stabilité<br />

structurelle sont importantes pour gagner<br />

et conserver la confiance <strong>des</strong> gens». n


Pour réaliser vos projets<br />

dans le respect de notre<br />

environnement<br />

environnement.ic.lu<br />

IMPRIMERIE CENTRALE SOCIÉTÉ ANONYME • 15, RUE DU COMMERCE • L-1351 LUXEMBOURG<br />

T +352 48 00 22-1 • F +352 49 59 63 • BOÎTE POSTALE 2477 • L-1024 LUXEMBOURG • WWW.IC.LU • MESSAGE@IC.LU


74 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

PARC NATUREL<br />

La quête du développement<br />

régional durable<br />

PAR ERIC HARSCH<br />

Le Parc naturel Mëllerdall, qui a reçu ce label en<br />

2016, représente le plus jeune <strong>des</strong> trois parcs naturels<br />

luxembourgeois et englobe onze <strong>communes</strong> dans l’est<br />

du pays. Structure qui avance le développement régional<br />

durable, le parc est un acteur à visages multiples. Claude<br />

Petit, directeur du parc, présente un tour d’horizon de la<br />

nature multidimensionnelle du Parc naturel Mëllerdall.<br />

Claude Petit<br />

«Bien que l’idée d’un parc naturel dans<br />

la région du Mëllerdall ait circulé depuis<br />

plus de quinze ans, cette conception doit<br />

se développer au sein de la région. Ce sont<br />

notamment les <strong>communes</strong> elles-mêmes<br />

qui doivent s’emparer d’une telle vision<br />

et avancer dans ce processus par un effort<br />

collaboratif», raconte Claude Petit qui a<br />

rejoint le projet en 2012.<br />

Projet dirigé par le «Syndicat Mullerthal»<br />

à partir de 2009, les étu<strong>des</strong>, l’une<br />

préparatoire et l’autre détaillée, prévues<br />

par la loi relative aux parcs naturels de<br />

1993, ont fixé les cadres thématiques et<br />

financiers du parc. Le directeur explique:<br />

«Ces étu<strong>des</strong> ont bénéficié d’une approche<br />

très participative réunissant <strong>des</strong> parties<br />

prenantes diversifiées. Dans le cadre de<br />

l’étude détaillée, réalisée au bout d’un an et<br />

demi, nous avons tenu une soixantaine de<br />

réunions, tables ron<strong>des</strong> etc. sans compter<br />

les meetings internes. Ce fut une période<br />

très intense et excitante».<br />

Tout au long de ce processus, le projet a<br />

pu compter sur l’expérience et le savoir <strong>des</strong><br />

homologues <strong>des</strong> autres parcs: «Leur conseil<br />

primordial était de réaliser <strong>des</strong> projets dès le<br />

début afin d’acquérir la visibilité nécessaire<br />

et de rendre le concept abstrait de parc<br />

naturel plus tangible au public».<br />

Une quête à visages multiples<br />

En effet, la vocation d’un parc naturel s’avère<br />

assez vague pour un néophyte. Claude<br />

Petit éclaircit: «L’objectif primaire d’un<br />

parc naturel est le développement régional<br />

durable. Contrairement à son nom, les<br />

aspects économiques et sociaux sont mis sur<br />

un pied d’égalité avec l’environnement et la<br />

protection naturelle, soulignant l’approche<br />

holistique adoptée pour concrétiser le<br />

développement durable. A travers ces trois<br />

volets, l’homme et la population régionale<br />

sont mis au cœur <strong>des</strong> efforts».<br />

Alors que la vision globale et la gestion <strong>des</strong><br />

trois parcs naturels sont presque identiques,<br />

les priorités thématiques divergent selon le


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

75<br />

Felsen Naturpark Mëllerdall © Naturpark Mëllerdall Uli Fielitz<br />

Larochette Felsen ©Naturpark ©ORT MPSL Mëllerdall Joelle Uli Mattias Fielitz<br />

Felsen ©ORT MPSL Joelle Mattias<br />

©Naturpark Mëllerdall Pierre Haas<br />

Echternach©Naturpark Mëllerdall Raymond Clement


76 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

PARC NATUREL<br />

Bongerten ©Naturpark Mëllerdall Anna Voelske<br />

©Naturpark Mëllerdall Anna Voelske<br />

contexte spécifique <strong>des</strong> différentes régions.<br />

«L’étude détaillée a relevé six fils thématiques<br />

qui sont censés guider le travail du parc suivant<br />

les trois volets, ainsi qu’un sujet spécial.<br />

Chaque thème et ses projets concomitants,<br />

comme l’agriculture et l’exploitation<br />

forestière, tentent de concilier les divers<br />

volets du développement durable et portent<br />

le message qu’un parc naturel œuvre bien<br />

au-delà de la protection naturelle». Quant<br />

au sujet spécial, l’accent est actuellement mis<br />

sur la géologie, qui est d’ailleurs une partie<br />

intégrante de la marque du Mëllerdall et<br />

incarne une valeur touristique.<br />

Le succès de la candidature déposée auprès<br />

de l’UNESCO en novembre dernier<br />

pour obtenir le label de géoparc mondial<br />

amplifierait la renommée internationale<br />

et l’attrait touristique de la région. Le<br />

directeur précise: «Tout comme le parc<br />

naturel, l’objectif d’un géoparc consiste<br />

dans le développement régional, avec<br />

une emphase sur la géologie. Au vu <strong>des</strong><br />

objectifs similaires <strong>des</strong> deux labels, il<br />

importe d’en assurer la complémentarité<br />

et de communiquer cette constellation<br />

parallèle de façon claire».<br />

La communication revêt une importance<br />

majeure pour présenter la vocation du parc<br />

aux divers publics et pour rapprocher <strong>des</strong><br />

perspectives différentes: «Outre les voies de<br />

communication traditionnelles et en ligne,<br />

notre projet phare est l’offre d’un large<br />

éventail d’activités. Il s’agit de transmettre<br />

l’idée du développement durable par le<br />

biais d’une activité attrayante à un public<br />

très diversifié et d’ainsi transporter les<br />

messages de la vocation du parc de manière<br />

interactive».<br />

Une quête collaborative<br />

Plateforme pour élaborer <strong>des</strong> projets<br />

régionaux, le parc naturel permet également<br />

aux <strong>communes</strong> de participer à <strong>des</strong> projets<br />

européens, comme le projet «LIFE-IP<br />

Zero Emission Protection Areas» qui est<br />

réalisé conjointement avec onze partenaires<br />

allemands: «Il met en relief la protection<br />

climatique dans toutes ses dimensions,<br />

cherchant avant tout un usage d’énergie<br />

efficace et identifiant les opportunités pour<br />

la population régionale d’entrer dans la<br />

production d’énergies renouvelables».<br />

“Les aspects<br />

économiques<br />

et sociaux sont<br />

mis sur un pied<br />

d’égalité avec<br />

l’environnement”<br />

«Ce projet révèle d’ailleurs la volonté <strong>des</strong><br />

<strong>communes</strong> de coopérer dans la mise en<br />

œuvre du Pacte Climat, bien que celuici<br />

n’ait pas été abordé au niveau régional<br />

comme le font les Parcs naturels de l’Our et<br />

de Haute-Sûre. La protection climatique,<br />

tout comme les efforts en faveur du<br />

développement durable, s’inscrivent dans<br />

le cadre socio-économique avancé par<br />

l’étude stratégique de 2016 réalisée par le<br />

ministère de l’Economie».<br />

Sa genèse, son mode de gestion par le<br />

biais d’un syndicat mixte composé de<br />

représentants communaux et étatiques,<br />

ainsi que ses projets qui sont souvent<br />

coordonnés avec d’autres acteurs régionaux<br />

comme LEADER ou l’Office Régional<br />

du Tourisme Région Mullerthal – Petite<br />

Suisse Luxembourgeoise, témoignent<br />

d’une approche axée fortement sur la<br />

coopération et la collaboration. Selon<br />

Claude Petit: «Vu l’incorporation du<br />

parc dans un réseau d’acteurs multiples,<br />

l’ouverture d’esprit et la volonté de<br />

coopérer sont incontournables et<br />

constituent l’un <strong>des</strong> facteurs contribuant<br />

au succès d’un tel projet».<br />

Regardant vers l’avant, Claude Petit<br />

espère renforcer et mener à bien les projets<br />

entamés et réaliser <strong>des</strong> résultats tangibles<br />

sur le terrain en faveur de la population<br />

régionale, tout en consolidant davantage<br />

la coopération à tous les niveaux. Et, dans<br />

ce cadre, il souhaite que le parc serve<br />

d’exemple de ce qui peut être atteint par<br />

le biais d’une collaboration efficace sur le<br />

plan régional. n


78 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 210 - MAI <strong>2018</strong><br />

PARC NATUREL<br />

Parc naturel<br />

de l’Our:<br />

huit <strong>communes</strong>,<br />

une vision<br />

PAR SERGE GARCIA LANG<br />

Regroupant huit <strong>communes</strong> du nord-est <strong>des</strong> Ardennes<br />

luxembourgeoises, au tripoint entre la Belgique, l’Allemagne<br />

et le Luxembourg, le Parc naturel de l’Our œuvre à concilier<br />

la protection de la nature, la promotion culturelle et le<br />

développement économique de la région. L’organisme, issu<br />

de l’ancien syndicat intercommunal de la vallée de l’Our<br />

(SIVOUR) et officialisé par le règlement grand-ducal du<br />

9 juin 2005, gère une surface de 306 km 2 avec environ<br />

16.000 habitants. Christian Kayser, son directeur, a participé<br />

à son développement dès la première heure.<br />

© Photo Raymond Clement<br />

Christian Kayser<br />

© Photo Joëlle Mathias<br />

«Le Parc naturel de l’Our fut, en 1999, le<br />

deuxième parc naturel à être fondé dans<br />

le cadre d’une loi créée six ans plus tôt -<br />

la loi luxembourgeoise relative aux parcs<br />

naturels. Celle-ci a attribué, en août 1993,<br />

la gestion de l’initiative au Département<br />

de l’aménagement du territoire. Le label<br />

«Parc naturel» est décerné pour une<br />

durée de dix ans. A la fin de cette période,<br />

un bilan est dressé. Si les <strong>communes</strong><br />

impliquées en expriment le souhait, le<br />

label peut être reconduit pour une durée<br />

de dix ans, à condition que le patrimoine<br />

naturel et culturel ait été sauvegardé et<br />

promu conformément à la loi précitée.<br />

Les projets typiques d’un Parc naturel<br />

s’articulent notamment autour du tourisme<br />

durable, de l’agriculture raisonnable et<br />

de l’environnement. Le nôtre en est à sa<br />

deuxième phase. Après le bilan positif <strong>des</strong><br />

dix premières années, la phase actuelle, qui<br />

a démarré en 2015, se poursuivra jusqu’en<br />

2025», explique Christian Kayser.<br />

Il poursuit: «La gestion d’un Parc naturel<br />

s’apparente à celle d’une commune ou<br />

d’un ministère. Chacun <strong>des</strong> syndicats<br />

assurant la gestion d’un Parc naturel, en<br />

l’occurrence, ceux de la Haute-Sûre, du<br />

Mullerthal et de la vallée de l’Our, dispose<br />

d’un bureau et d’un comité. Le comité,<br />

c’est le conseil d’administration. Chaque<br />

commune participante y est représentée<br />

par un délégué et compte un nombre<br />

équivalent de représentants <strong>des</strong> ministères<br />

concernés. Ces délégués, au nombre de 16<br />

dans notre syndicat, élisent le président, le<br />

vice-président, ainsi que le bureau exécutif<br />

du syndicat, qui m’emploie. Emile Eicher,<br />

bourgmestre de la commune de Clervaux,<br />

est notre président depuis la phase initiale».<br />

Le principe de collaboration<br />

Les syndicats intercommunaux sont <strong>des</strong><br />

entités publiques et, en tant que telles,<br />

elles participent et contribuent au <strong>des</strong>sein<br />

stratégique national.<br />

«Ces dernières années, les <strong>communes</strong><br />

se sont vues attribuer, au-delà de leurs<br />

missions originaires, un nombre croissant<br />

de missions facultatives, qu’il s’agit de<br />

mener à bien. Quand nous avons lancé<br />

l’initiative, nous comptions 14 <strong>communes</strong><br />

participantes, de petite taille. Cela a<br />

entraîné une culture de la collaboration,<br />

contrairement au sud du pays, où les<br />

<strong>communes</strong> sont plus importantes et plus<br />

à même d’agir de façon autonome. Par<br />

exemple, une petite commune n’aura pas


les ressources administratives nécessaires<br />

pour participer à un projet européen. Et<br />

quand elle décidera d’agir concrètement<br />

sur le terrain, elle touchera rapidement à<br />

ses limites géographiques. L’idée du Parc<br />

naturel est de se rassembler afin d’être plus<br />

efficaces. Nous réunissons <strong>des</strong> représentants<br />

<strong>des</strong> <strong>communes</strong> et de l’Etat qui s’échangent<br />

et s’accordent sur <strong>des</strong> mesures à prendre».<br />

«En effet, entre une commune située au sud<br />

ou au nord du Parc, les priorités peuvent<br />

être divergentes. Mais la fréquence de nos<br />

réunions et le fait qu’elles se déroulent<br />

à toutes sortes de niveaux – technique,<br />

environnemental, économique, et cetera –<br />

favorise considérablement le processus de<br />

démarche commune. Notre philosophie<br />

est d’aborder les défis au niveau régional<br />

plutôt que strictement local. Au-delà<br />

de la plateforme, nous nous entendons<br />

comme prestataire de services pour les<br />

<strong>communes</strong> du Parc. Imaginons qu’une<br />

de ces <strong>communes</strong> ait une idée. Elle vient<br />

nous consulter, et notre équipe tentera de<br />

convertir cette idée en projet et ce projet<br />

en réalisation, notamment en impliquant<br />

d’autres <strong>communes</strong> susceptibles d’y être<br />

intéressées. Nous sommes source de<br />

propositions, et notre démarche consiste<br />

à obtenir un consensus régional. Ce mode<br />

de fonctionnement est commun aux trois<br />

Parcs naturels luxembourgeois».<br />

“Nous sommes<br />

source de<br />

propositions et<br />

notre démarche<br />

consiste à obtenir<br />

un consensus<br />

régional”<br />

L’union fait la force<br />

Concernant l’étude stratégique de 2015,<br />

inspirée <strong>des</strong> théories économiques de Jeremy<br />

Rifkin, Christian Kayser explique: «Parmi les<br />

activités s’inscrivant dans cette démarche, il<br />

y a par exemple le Pacte Climat, dans lequel<br />

nous sommes engagés. Il se trouve que les<br />

<strong>communes</strong> membres du Parc naturel de la<br />

Haute Sûre et du nôtre sont les seules à aborder<br />

ce Pacte à un niveau régional. Nous avons pu<br />

convaincre le gouvernement du bien fondé<br />

de notre démarche et, notamment, obtenu<br />

une réglementation financière favorable en<br />

vue d’encourager les habitants de l’ensemble<br />

<strong>des</strong> <strong>communes</strong> du Parc à opter pour <strong>des</strong><br />

solutions domestiques énergétiquement<br />

efficientes. Par exemple, en ce qui concerne<br />

les appareils électroménagers, les systèmes<br />

de chauffage, la rénovation immobilière… le<br />

taux est identique pour chaque habitant d’une<br />

commune du Parc, qu’il habite à Tandel ou à<br />

Wincrange».<br />

«Dans un autre registre, celui de la<br />

communication, nous avons décidé de créer<br />

un seul site web, et non huit. Nous avons<br />

également fait effectuer un seul sondage par<br />

TNS-ILRES pour toutes les <strong>communes</strong> du<br />

Parc. De manière générale, nous délibérons,<br />

réglementons, organisons, informons et<br />

sensibilisons…ensemble. Dans le contexte<br />

du Pacte Climat, cela a porté ses fruits.<br />

En effet, quatre <strong>communes</strong> du Parc se<br />

sont vu décerner le plus haut niveau de<br />

certification, les autres ont obtenu un score<br />

qui dépasse les 50%. Quand on sait que<br />

l’approche régionale <strong>des</strong> activités du Parc<br />

contribue à raison de 16 à 18% aux résultats<br />

obtenus à l’issue de l’audit du Pacte Climat,<br />

on se rend compte de notre engagement en<br />

matière de développement durable».


80 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 210 - MAI <strong>2018</strong><br />

PARC NATUREL<br />

© Photo Pierre Haas<br />

Un travail de longue haleine<br />

«Cela fait 18 ans que je travaille pour le<br />

Syndicat pour l’Aménagement et la Gestion<br />

du Parc Naturel de l’Our. J’ai pu constater<br />

que la réussite de ce genre d’initiative est<br />

tributaire de la confiance que lui accordent<br />

les acteurs impliqués. N’oublions pas<br />

que chaque commune est déjà, au départ,<br />

membre de nombreux autres syndicats.<br />

Or, nous ne pouvons obtenir <strong>des</strong> résultats<br />

positifs qu’en fédérant un effort collectif.<br />

Un organisme comme le nôtre n’intervient<br />

pas dans le principe, fondamental, de<br />

l’autonomie <strong>des</strong> <strong>communes</strong>. Contrairement<br />

à celui de nos confrères allemands et<br />

français, notre avis n’est pas requis, mais<br />

facultatif. Il faut également tenir compte<br />

du fait que les intérêts politiques et/ou<br />

économiques peuvent diverger d’une<br />

commune à une autre. Il y a donc lieu<br />

d’établir un équilibre et de trouver <strong>des</strong><br />

solutions qui conviennent à tous. Je ne puis<br />

que me féliciter de l’engagement qu’ont pris<br />

les <strong>communes</strong> de ce Parc, conjointement<br />

avec le gouvernement, le ministère de<br />

l’Environnement et le département de<br />

l’aménagement du territoire ces dernières<br />

années. Notre taux de participation à <strong>des</strong><br />

projets subsidiés est d’ailleurs supérieur à<br />

celui de certaines «gran<strong>des</strong>» <strong>communes</strong> du<br />

Grand-Duché».<br />

“Notre approche<br />

régionale contribue<br />

à raison de 16 à 18%<br />

aux résultats obtenus<br />

à l’issue de l’audit<br />

du Pacte Climat”<br />

«Nous estimons que le paysage est le<br />

capital d’une région et d’un Parc naturel.<br />

Or, la nature et l’environnement sont<br />

sujets à <strong>des</strong> transformations permanentes.<br />

Nous nous devons de thématiser les<br />

développements négatifs et de promouvoir<br />

les changements positifs. Cela passe bien<br />

entendu par la communication. Nous avons<br />

notamment organisé une exposition du<br />

photographe Raymond Clement autour<br />

de notre patrimoine paysager. Par la suite,<br />

les deux autres Parcs naturels ont rejoint le<br />

projet. Chaque Parc s’est doté d’un thème<br />

spécifique: Nous, c’était la nature et les<br />

paysages. La collaboration entre Parcs<br />

naturels est d’ailleurs très étroite. Nous<br />

avons par exemple mis au point un système<br />

d’information géographique commun, pour<br />

les <strong>communes</strong> que nous servons, ce qui<br />

nous a entre-autre permis de réaliser une<br />

économie d’échelle. Nous nous sommes<br />

également chargés, ensemble, d’assurer les<br />

formations y étant relatives».<br />

«Notre activité est particulièrement<br />

variée. Pour revenir au domaine de la<br />

culture, elle peut consister à initier ou<br />

accompagner l’organisation d’expositions<br />

et de festivals ainsi que de promouvoir <strong>des</strong><br />

artistes et galeries de la région. Si le rôle<br />

<strong>des</strong> offices régionaux de tourisme est de<br />

commercialiser la culture dans un contexte<br />

interrégional lui-même inclus dans une<br />

stratégie nationale, le nôtre est de trouver<br />

de nouvelles impulsions pour le tourisme et<br />

la culture». n


Street smart<br />

flexibility<br />

by Volvo<br />

The new Volvo 7900 Electric gives you completely new opportunities<br />

to develop public transport – and your entire city. Clean and silent, and with<br />

advanced safety systems, it can run anywhere. Bringing people where<br />

they actually want to go. Imagine entering the bus in an apartment building,<br />

jumping off inside a hospital, shopping mall or railway station.<br />

The new 7900 Electric gives you maximum flexibility; both operational and<br />

charging flexibility, with uncompromised passenger capacity. You can charge<br />

on-route, at the end stop or in the depot. Or in any combination. Giving you<br />

freedom of choice for superior flexibility. That’s street smart, by Volvo.<br />

The new<br />

VOLVO 7900 ELECTRIC<br />

For street smart cities


82 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

Une réponse<br />

aux besoins urgents<br />

en logement<br />

Les membres de l’OAI proposent leur aide pour assister les<br />

<strong>communes</strong> dans leur rôle de maître d’ouvrage de projets de<br />

logement abordable motivés par le Pacte de Logement. En<br />

effet, la gestion <strong>des</strong> projets de logements <strong>des</strong>tinés à la vente<br />

va au-delà <strong>des</strong> missions de base <strong>des</strong> <strong>communes</strong>. Dès lors, les<br />

membres de l’OAI peuvent leur proposer une assistance sous<br />

la forme de prestations reprises dans la circulaire OAI n°14 aux<br />

administrations communales, disponible sur son site internet.<br />

Rencontre avec Jos Dell, président de l’OAI, Marc Feider,<br />

vice-président de l’OAI et Pierre Hurt, directeur de l’OAI.<br />

Quelles sont les solutions proposées par<br />

l’OAI pour remédier à l’insuffisance de<br />

l’offre de logements au Luxembourg?<br />

PH: L’OAI vient de faire parvenir aux députés<br />

et aux membres du Gouvernement ses 18<br />

propositions pour avancer dans le domaine du<br />

logement. Elles peuvent être consultées sur le<br />

site www.oai.lu rubrique «avis oai». L’Ordre<br />

salue le revirement <strong>des</strong> décideurs politiques<br />

consistant à mettre enfin l’accent sur l’offre<br />

de logements, dont l’insuffisance criante est la<br />

véritable cause du problème actuel de pénurie<br />

en ce domaine. Il importe de cumuler et de<br />

mettre en œuvre tous azimuts les multiples<br />

propositions en discussion. Nous devrions par<br />

exemple mettre en place un cadre propice au<br />

développement de nouvelles formes d’habitat<br />

telles que «Baugruppen» et les habitats<br />

intergénérationnels.<br />

MF: Les <strong>communes</strong> doivent disposer de<br />

personnes qualifiées et s’adjoindre les<br />

services de conseils professionnels externes;<br />

le recours aux hommes de l’art que sont<br />

les architectes et les ingénieurs-conseils<br />

indépendants, est indispensable afin<br />

d’assurer un développement durable et de<br />

qualité. Il faut aussi généraliser l’obligation<br />

d’assurance RCP (responsabilité civile et<br />

professionnelle) et de garantie décennale aux<br />

promoteurs, en vue de protéger le maître de<br />

l’ouvrage et les utilisateurs. Un code de la<br />

construction aurait le bénéfice d’assurer la<br />

hiérarchisation, la cohérence et la lisibilité<br />

de tous les textes légaux en la matière.<br />

JD: Nous devons en effet réussir à<br />

fluidifier les procédures et notamment<br />

avec l’aide de l’outil «<strong>Guide</strong> de<br />

l’urbanisme» que nous devons rendre<br />

encore plus performant. En plus de<br />

l’amélioration <strong>des</strong> outils statistiques, la<br />

généralisation du calcul sur base <strong>des</strong> prix<br />

de vente réalisés et l’instauration d’une<br />

surveillance systématique du dispositif<br />

légal et réglementaire, nous devrions<br />

rétablir un régime de TVA favorable<br />

(taux super-réduit de 3% en matière de<br />

construction ou rénovation et en général<br />

de 12% sur les prestations <strong>des</strong> professions<br />

libérales).<br />

“Permettons l’accès<br />

à un logement<br />

abordable et digne<br />

pour tous”<br />

Et pour ce qui est de l’augmentation de<br />

l’offre de terrains à bâtir?<br />

PH: Il faut permettre une augmentation<br />

raisonnable de la densité du bâti tout<br />

en garantissant la qualité de vie et<br />

notamment en renvoyant les hauteurs<br />

maxima constructibles. La stimulation de<br />

l’offre de logements locatifs tant au niveau<br />

<strong>des</strong> investisseurs publics que privés est<br />

indispensable. Enfin, l’instauration de taxes<br />

sérieuses doit être imposée aux terrains mis<br />

en spéculation.<br />

MF: Le 23 avril prochain, l’OAI organisera,<br />

à la Coque (Luxembourg-Kirchberg), une<br />

table ronde avec la présence du ministre du<br />

Logement Marc Hansen, du ministre de<br />

l’Intérieur Dan Kersch, et les députés Henri<br />

Kox et Marc Lies. Nos 18 propositions<br />

serviront de base au débat placé sous le<br />

thème «Noutstand Wunnengsbau! Wat<br />

maachen?».<br />

Une autre table ronde sera organisée le 18<br />

septembre à l’amphithéâtre de la Coque.<br />

Nous prévoyons alors d’y inviter les têtes<br />

de liste de partis disposant d’une fraction<br />

politique à la Chambre <strong>des</strong> Députés.


Quelles sont les nouveautés de votre<br />

3 e édition du guide «architectour.lu»?<br />

JD: Cette troisième édition a, comme<br />

les éditions précédentes, l’ambition de<br />

promouvoir le pays dans le cadre de la<br />

campagne «Luxembourg – Let’s make it<br />

happen» du ministère de l’Économie, du<br />

site www.inspiringluxembourg.com et du<br />

site www.visitluxembourg.com. A ce titre, il<br />

s’affirme comme le guide de référence sur le<br />

Luxembourg à l’étranger.<br />

Lors de son élaboration, nous avions lancé un<br />

appel à propositions parmi les membres de<br />

l’OAI qui ont répondu avec enthousiasme en<br />

nous remettant pas moins de 315 réalisations.<br />

C’est sur base de celle-ci que le comité de<br />

sélection a créé 14 nouveaux itinéraires à<br />

travers le pays.<br />

Lors de son élaboration, nous avions<br />

lancé un appel à propositions parmi les<br />

membres de l’OAI qui ont répondu avec<br />

enthousiasme en nous remettant pas<br />

moins de 315 réalisations. C’est sur base<br />

de celle-ci que le comité de sélection a<br />

créé 14 nouveaux itinéraires à travers le<br />

pays.<br />

MF: Cette initiative s’inscrit complémentairement<br />

dans les autres actions de<br />

l’OAI en matière de promotion de ses<br />

membres et de leur savoir-faire. Citons<br />

par exemple le <strong>Guide</strong> OAI Références<br />

<strong>2018</strong> (www.guideoai.lu), le livre «Design<br />

First, Build Smart – laix.lu Luxembourg<br />

Architectes Ingénieurs-conseils eXport»,<br />

ou encore le Bauhärepräis OAI (www.<br />

bhp.lu). n<br />

Jos Dell, Marc Feider et Pierre Hurt


84 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

Concevoir<br />

les solutions de demain<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

Le pays vient à peine de passer la barre symbolique <strong>des</strong><br />

600.000 habitants que l’hypothèse du million laisse déjà<br />

nos spéculations à l’inquiétude. Le marché de l’emploi<br />

promet d’assimiler la croissance démographique à condition<br />

qu’elle soit qualitative mais qu’en sera-t-il de la mobilité<br />

déjà congestionnée, de l’offre du logement saturée et <strong>des</strong><br />

infrastructures scolaires, sportives, culturelles et médicales?<br />

Rencontre avec un concepteur de solutions mises au service<br />

de la qualité de vie <strong>des</strong> citoyens. Interview de Gilles<br />

Christnach, administrateur délégué de Betic, bureau<br />

d’Ingénieurs-Conseils qui propose la conception, le suivi<br />

et la réception de toutes les installations techniques du<br />

bâtiment.<br />

Le pays connait une forte croissance<br />

démographique qui engendre, de fait,<br />

<strong>des</strong> problématiques d’infrastructures;<br />

peut-on dire que le Luxembourg n’a pas<br />

finit de voir les chantiers de construction<br />

pousser comme <strong>des</strong> champignons?<br />

Assurément oui, et la réussite de ces défis<br />

dépend <strong>des</strong> choix de projets que nous<br />

prenons aujourd’hui. Ils doivent être adaptés<br />

aux besoins et prendre le contrepied<br />

<strong>des</strong> solutions techniques usuelles. Ceci<br />

implique une contribution plus importante<br />

<strong>des</strong> bureaux d’étu<strong>des</strong> dans les processus de<br />

réflexions actuelles, car plus tôt nous sommes<br />

intégrés au projet et plus rapidement nous<br />

pouvons orienter nos concepts en prenant<br />

aussi en compte les évolutions futures.<br />

Je pense d’ailleurs que les politiques pourraient<br />

intégrer encore davantage les ingénieurs<br />

et les architectes dans leurs prises de<br />

décisions.<br />

Notre métier d’ingénieur consiste à pousser<br />

nos réflexions afin de trouver non pas<br />

les solutions par défaut mais celles qui<br />

sont adéquates aux enjeux. Nous pouvons<br />

concevoir un parking de 1.000 places<br />

mais nous pouvons aussi aider à étudier la<br />

pertinence de tel ou tel projet.<br />

À l’image <strong>des</strong> architectes qui sont régulièrement<br />

consultés pour définir une esthétique<br />

architecturale, souhaiteriez-vous<br />

peser plus encore dans les choix <strong>des</strong><br />

installations techniques?<br />

Le léitmotiv de Betic – et je pense plus<br />

largement, celui de tout bon ingénieur – est<br />

«la technique est morte vive la technique».<br />

Nous aimons penser de manières<br />

différentes et au-delà <strong>des</strong> conceptions<br />

habituelles. Nous constatons en effet que<br />

plus tôt nous contribuons aux projets,<br />

mieux ils s’enchainent.<br />

Le plaisir que nous tirons de notre travail<br />

réside en la concrétisation de nos concepts<br />

innovants et nous ne connaissons de limites<br />

que celles <strong>des</strong> lois de la physique – et aussi<br />

parfois celles <strong>des</strong> budgets qui nous sont<br />

confiés. Je pense que dans chaque cœur<br />

d’ingénieur et de modeleur, réside une<br />

essence créative qui, exploitée comme il<br />

se doit, se met au service de l’innovation et<br />

donc de la société.<br />

De toute évidence, votre philosophie<br />

trouve <strong>des</strong> adeptes, puisque de six<br />

collaborateurs en 2002, vous comptez<br />

aujourd’hui quelques 50 Béticiens…<br />

Si notre développement est en effet régulier<br />

et constant, il n’en est pas moins sain. Certes,<br />

à nos débuts en 2000, nous ne voulions pas<br />

recruter plus de deux collaborateurs par an<br />

contre trois ou quatre aujourd’hui, mais nous<br />

apportons une attention toute particulière à<br />

leur intégration. Chaque nouvelle recrue<br />

est parrainée et doit suivre un programme<br />

d’accompagnement personnalisé afin de<br />

s’imprégner de la culture de l’entreprise.<br />

La gestion de projets implique une parfaite<br />

synergie entre les ingénieurs, les modeleurs,<br />

l’équipe administrative, mais aussi<br />

l’ensemble <strong>des</strong> personnes impliquées dans<br />

le projet: architectes, maîtres d’ouvrage,<br />

installateurs, exploitants... La machine doit<br />

donc être parfaitement huilée!<br />

“Nous ne<br />

connaissons<br />

de limite<br />

que les lois<br />

de la physique”<br />

Vos domaines d’activités sont variés et<br />

les projets sur lesquels vous travaillez,<br />

tous aussi différents les uns que les<br />

autres; ne risquez-vous pas que vos<br />

collaborateurs développent une forme<br />

de schizophrénie professionnelle?<br />

(Rires) non, puisqu’on adore ça! La<br />

conception énergétique, les audits techniques<br />

ainsi que les étu<strong>des</strong> <strong>des</strong> installations<br />

de chauffage, de ventilation, de climatisation<br />

et d’électricité sont <strong>des</strong> domaines intellectuels<br />

passionnants. Maternités, crèches<br />

et écoles, gares, lycées, installations sportives,<br />

bâtiments résidentiels ou de bureaux,<br />

morgues; comment ne pas être enthousiaste<br />

à l’idée d’accompagner toutes les étapes de<br />

la vie? Même sur un marché du recrutement<br />

où les compétences techniques se font rares,<br />

nous mettons un point d’honneur à trouver<br />

<strong>des</strong> personnes engagées et motivées!<br />

Nous recherchons moins un ingénieur<br />

qui aura appliqué dix fois la même<br />

technique que celui qui en aura conçues dix<br />

différentes. La «vue hélicoptère» et l’œil<br />

nouveau nous sont indispensables.


Gilles Christnach


86 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

Permettez-moi d’illustrer mon propos par<br />

l’exemple du nouveau Lycée Technique<br />

pour Professions de Santé d’Ettelbruck.<br />

Cela fait huit années que nous conceptualisons<br />

<strong>des</strong> installations spécifiques aux<br />

lycées selon un modèle déjà innovant mais<br />

nous avons encore voulu nous réinventer.<br />

Le bâtiment s’est inscrit dès les premières<br />

réflexions dans une philosophie de recyclage<br />

de ses matériaux de construction en<br />

prévision du jour de son démantèlement.<br />

Nous nous sommes alors demandés pourquoi<br />

nous devions installer <strong>des</strong> gaines de<br />

ventilation dès lors que le couloir pouvait<br />

remplir la même fonction. Un lycée est constitué<br />

de salles de classes et de longs couloirs<br />

qui ne se remplissent qu’entre les cours et que<br />

nous avons dans ce cas utilisés pour amener<br />

de l’air frais dans les salles de classes.<br />

Parlez-nous de l’union de l’esthétique<br />

et de la technique…<br />

Comme dans la vie, une union doit être<br />

harmonieuse et si les projets architecturaux<br />

tendent à la modernité et à la durabilité, ils<br />

remplissent également certaines fonctions<br />

afin de répondre aux besoins de leurs usagers.<br />

Toute notre mission consiste à trouver <strong>des</strong><br />

solutions pour que les techniques soient<br />

efficaces et simples d’utilisation.<br />

“La technique<br />

est morte<br />

vive la technique”<br />

L’architecture résolument moderne de la<br />

gare de Belval-Université en est un bon<br />

exemple: elle ressemble à un mille-pattes en<br />

mouvement mais son enveloppe a été conçue<br />

afin d’éviter la surchauffe, de protéger du<br />

soleil, tout en restant lumineuse.<br />

Au Luxembourg, les niveaux de conception<br />

<strong>des</strong> bâtiments sont relativement élevés, ce<br />

qui assure un bon équipement. Mais dans la<br />

mesure où il faut deux ans pour paramétrer<br />

un bâtiment, cela laisse tout le temps à<br />

l’exploitant de perdre sa motivation si la<br />

technique est trop complexe.<br />

La technique ne devrait jamais imposer <strong>des</strong><br />

comportements à l’utilisateur mais c’est à<br />

l’utilisateur d’imposer son comportement<br />

à la technique.<br />

Ceci est peut-être encore plus important<br />

pour les personnes à mobilité réduite…<br />

Certainement et là plus qu’ailleurs, la<br />

technique doit servir les usagers. Je pense<br />

tout particulièrement à l’extension du<br />

Tricentenaire à Heisdorf qui héberge <strong>des</strong><br />

personnes en situation d’handicap ainsi<br />

que <strong>des</strong> enfants dans le cadre d’un foyer de<br />

jour. Regarder un fauteuil roulant passer<br />

du couloir à la chambre puis à la salle de<br />

bain, met en évidence l’importance de la<br />

motorisation <strong>des</strong> portes, par exemple.<br />

Notre métier est sublime dès lors que nous<br />

pouvons rendre la vie <strong>des</strong> gens plus simple<br />

et nous sommes conscients que c’est aussi<br />

une grande responsabilité. n


MANAGED COM<br />

Réinventez votre<br />

communication d‘entreprise<br />

Nos services MANAGED COM vous permettent<br />

de disposer d’une véritable plateforme de communication<br />

au sein de votre entreprise.<br />

www.cegecom.lu<br />

plan K<br />

plan K


Carlos Da Costa


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

89<br />

Qualité et flexibilité<br />

au service du client<br />

Créée en 2011, Art Thermic est aujourd’hui menée par<br />

Carlos Da Costa, son gérant et fondateur. Spécialisée dans<br />

le chauffage sanitaire, la ventilation, la climatisation et les<br />

énergies renouvelables, l’entreprise conseille ses clients et<br />

propose <strong>des</strong> services et produits adaptés à leur besoin dans<br />

l’optique de leur faire réaliser <strong>des</strong> économies d’énergie.<br />

Interview.<br />

Qui sont vos clients?<br />

A nos débuts, notre clientèle était<br />

essentiellement composée de promoteurs<br />

immobiliers, cette tendance s’est<br />

légèrement atténuée puisqu’ils ne<br />

représentent plus qu’un tiers de nos<br />

comman<strong>des</strong>. Aujourd’hui, ce sont les<br />

particuliers qui occupent deux tiers de<br />

notre activité. Au total nous réalisons plus<br />

de 100 chantiers de toutes tailles par an.<br />

Notre culture implique que chaque<br />

monteur soit capable de travailler dans<br />

tous nos domaines d’activité. Nous<br />

mettons d’ailleurs régulièrement à jour<br />

les compétences de notre équipe pour les<br />

former aux nouveaux produits et techniques<br />

de montage.<br />

Qu’est-ce qui différencie Art Thermic<br />

de ses concurrents?<br />

Nous avons noué un partenariat avec la<br />

banque belge BNP Paribas pour accorder<br />

<strong>des</strong> prêts rapi<strong>des</strong> à nos clients devant faire<br />

face à de gran<strong>des</strong> dépenses inattendues. En<br />

effet, lorsqu’une chaudière tombe en panne<br />

ou doit être remplacée, de grosses sommes<br />

sont parfois nécessaires. Nous aidons alors<br />

les clients à constituer rapidement un<br />

dossier que nous remettons à la banque.<br />

Cette dernière pourra donner une réponse<br />

pour un prêt en deux heures seulement.<br />

Nous sommes également réparateurs et<br />

monteurs agréés de SFA Benelux pour<br />

les cabines de douche Sanibroyeur,<br />

SaniLife, Kinedo et Grandform, ce qui<br />

est un véritable atout. Enfin, notre service<br />

traditionnel de dépannage est accessible<br />

24h/24 et 7j/7.<br />

Comment aider vos clients à mieux<br />

gérer leur consommation énergétique?<br />

Lorsque nous mettons en œuvre notre travail<br />

nous veillons à utiliser les bons produits et<br />

isolants pour favoriser l’économie d’énergie.<br />

Pour les nouvelles constructions, les normes<br />

actuelles imposent une étanchéité parfaite<br />

du bâtiment et nécessitent une coordination<br />

entre tous les corps de métier impliqués.<br />

Cela signifie que nous devons collaborer<br />

avec d’autres entreprises pour garantir<br />

l’efficience énergique de l’ensemble du<br />

bâtiment.<br />

Notre label «Energie fir d’Zukunft+:<br />

Artisan Certifié Maison Passive», est<br />

témoin de notre expertise en énergies<br />

renouvelables et garantit à nos clients<br />

l’utilisation de produits et techniques<br />

favorisant une consommation d’énergie<br />

relativement basse. De plus, Art Thermic<br />

est en partenariat avec le principal<br />

fournisseur d’énergie au Luxembourg,<br />

Enovos et participe au programme de<br />

subvention enoprimes qui récompense les<br />

économies d’énergie engendrées par les<br />

consommateurs en les aidant à effectuer<br />

<strong>des</strong> travaux d’efficacité énergétique. Nous<br />

accompagnons donc les clients lors de la<br />

constitution <strong>des</strong> dossiers leur permettant de<br />

recevoir une aide à ce niveau.<br />

Parmi nos produits les plus efficients d’un<br />

point de vue énergétique, nous proposons<br />

<strong>des</strong> pompes à chaleur, <strong>des</strong> Ventilations<br />

Mécaniques Contrôlées (VMC) et <strong>des</strong><br />

panneaux solaires. Des panneaux solaires<br />

thermiques peuvent en effet être intégrés<br />

dans un système de chauffage performant,<br />

comme solution d’appoint pour le<br />

chauffage et comme complément pour<br />

fournir de l’eau chaude sanitaire.<br />

Ces produits peuvent être interconnectés<br />

dans un système domotique afin de favoriser<br />

une gestion intelligente et automatisée de la<br />

production et de la dépense d’énergie. Au<br />

début de chaque projet, nous tentons de<br />

déterminer quelles sont les habitu<strong>des</strong> de<br />

consommation du client pour lui proposer<br />

une installation correspondant à ses besoins<br />

et lui permettant de réaliser <strong>des</strong> économies.<br />

“Notre partenariat<br />

avec la banque<br />

belge BNP Paribas<br />

permet aux clients<br />

d’effectuer <strong>des</strong><br />

deman<strong>des</strong> de prêts<br />

rapi<strong>des</strong>”<br />

Les chaudières classiques de type B1<br />

seront interdites en Europe à partir de<br />

septembre <strong>2018</strong>. Quelles alternatives<br />

proposez-vous à ce type d’installations?<br />

Nos fournisseurs ont arrêté de livrer ce<br />

type de chaudière depuis un an déjà, nous<br />

sommes donc prêts depuis longtemps à<br />

fournir <strong>des</strong> alternatives. Nous proposons<br />

en effet <strong>des</strong> chaudières à condensation de<br />

classe A car elles nécessitent uniquement<br />

un changement de la cheminée, ce qui<br />

limite les coûts. Des systèmes plus efficaces<br />

existent, comme <strong>des</strong> pompes à chaleur, mais<br />

l’investissement est alors plus important<br />

au départ. Notre objectif est d’avoir une<br />

clientèle satisfaite, nous conseillons donc<br />

les clients au cas par cas et faisons passer<br />

leur intérêt avant tout. n<br />

Art Thermic<br />

7 Rue de Sanem<br />

L-4664 Niederkorn<br />

www.arthermic.lu


90 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

Du changement<br />

sur tous les fronts<br />

Mobilité, logement, environnement et encadrement <strong>des</strong><br />

enfants: Marion Zovilé-Braquet, bourgmestre de la commune<br />

de Contern depuis novembre dernier, s’attaque à toutes les<br />

difficultés rencontrées par la commune ces dernières années<br />

afin d’améliorer la qualité de vie <strong>des</strong> habitants. Bénéficiant<br />

d’une expérience de plusieurs années au sein du conseil<br />

communal, la bourgmestre nous présente aujourd’hui les<br />

dossiers prioritaires qui l’attendent au cours de son mandat.<br />

Rencontre.<br />

1,5 km sépare la gare de la zone industrielle<br />

et aucun moyen de transport en commun<br />

ne leur permet de se rapprocher. A ce sujet,<br />

nous avons rencontré François Bausch,<br />

ministre du Développement durable et <strong>des</strong><br />

Infrastructures, pour mettre en place une<br />

phase test d’un projet mettant à disposition<br />

<strong>des</strong> travailleurs une navette aux heures de<br />

pointes, financée à la fois par le ministère<br />

et la commune, permettant de relier la<br />

zone industrielle à la gare. Si le projet<br />

fonctionne, alors nous chercherons une<br />

solution à long terme dans cette direction.<br />

Parlez-nous de votre parcours politique<br />

avant de devenir bourgmestre de Contern…<br />

La commune compte 47 associations bénévoles,<br />

de nombreuses personnes s’engagent<br />

donc quotidiennement pour faire évoluer<br />

leur commune. Très tôt, je me suis engagée<br />

dans la vie associative, notamment en tant que<br />

présidente de l’association <strong>des</strong> parents d’élèves<br />

pendant quinze ans. C’est par le biais de mes<br />

engagements dans nos quatre villages que j’ai<br />

été approchée par le milieu politique.<br />

Quand j’ai choisi Contern comme ma<br />

commune de résidence, c’était parce qu’elle<br />

était proche de la capitale tout en étant à<br />

la campagne. Depuis lors, la région s’est<br />

beaucoup développée au point de perdre<br />

petit à petit son caractère naturel et de<br />

rendre la circulation insupportable aux<br />

heures de pointe. Mes prédécesseurs ont en<br />

effet décidé de collaborer avec l’Etat pour<br />

créer et développer la zone industrielle de<br />

Contern car elle se situait stratégiquement à<br />

proximité de l’aéroport du Findel. Toutefois,<br />

malgré les points positifs, le développement<br />

de cette zone a eu un effet néfaste sur<br />

la circulation dans la commune, qui est<br />

maintenant devenue très difficile.<br />

J’ai alors participé pour la première fois aux<br />

élections communales en 2005, sans être<br />

élue, mais deux ans plus tard, je suis entrée<br />

au conseil communal.<br />

Quels sont les dossiers les plus urgents à<br />

traiter dans la commune?<br />

Mon objectif en tant que bourgmestre est<br />

de rendre la vie plus agréable aux habitants<br />

de la commune, car la qualité de vie s’y est<br />

vraiment dégradée ces dernières années.<br />

Je souhaiterais notamment créer <strong>des</strong> «shared<br />

space» dans les villages et nous collaborons<br />

à ce titre avec <strong>des</strong> bureaux d’étu<strong>des</strong> pour<br />

leur mise en place; pour commencer nous<br />

voudrions rétrécir les ban<strong>des</strong> d’accès<br />

à la commune et créer <strong>des</strong> ban<strong>des</strong> de<br />

stationnement décorées d’arbres aux entrées<br />

<strong>des</strong> villages afin de réduire la vitesse de<br />

circulation et la densité du trafic au sein de<br />

ceux-ci.<br />

“Au cours <strong>des</strong> cinq<br />

prochaines années,<br />

nous pensons<br />

accueillir plus<br />

de 1.000 nouveaux<br />

habitants”<br />

Nous comptons par ailleurs plus de 400<br />

entreprises dans la commune et je souhaite<br />

faire en sorte que nous puissions cohabiter<br />

harmonieusement. De plus, la zone<br />

compte encore 18 hectares appartenant au<br />

ministère de l’Economie, ce qui signifie<br />

qu’au terme de son développement,<br />

la commune comptera près de 6.000<br />

travailleurs quotidiens. Pour résoudre les<br />

problèmes de trafic que cette situation<br />

engendre, la gare de Sandweiler, a été<br />

déplacée sur le terrain de notre commune<br />

le long de la rue principale vers Contern.<br />

Les travailleurs de la zone industrielle<br />

utilisent peu le train car un trajet d’environ<br />

Parmi les priorités, nous devons également<br />

faire face à une crise du logement; nous étions<br />

d’ailleurs une commune prioritaire au niveau<br />

<strong>des</strong> plans sectoriels pour l’agrandissement de<br />

l’offre à ce niveau. Aujourd’hui nous avons<br />

pour projet, en collaboration avec la Société<br />

Nationale <strong>des</strong> Habitations à Bon Marché<br />

(SNHBM), de construire dans le centre 180<br />

unités de logements sociaux, appartements<br />

et maisons confondus. En effet, tous les<br />

travailleurs de la région doivent se loger<br />

et s’ils habitaient à proximité de leur lieu<br />

de travail, les problèmes de circulation en<br />

seraient également réduits. Toutefois, nous<br />

sommes conscients du trafic supplémentaire<br />

que ce projet engendrera et nous<br />

réfléchissons notamment à la création d’un<br />

accès stratégique à cette zone résidentielle.<br />

De plus, les prix de l’immobilier sont<br />

très élevés et nous essayons de créer <strong>des</strong><br />

logements plus accessibles. Des maisons<br />

et appartements sont en constructions<br />

au centre de Contern et il y a également<br />

plusieurs projets en planification à Moutfort<br />

et à Oetrange. Au total, au cours <strong>des</strong> cinq<br />

prochaines années, nous pensons accueillir<br />

près de 1.000 nouveaux habitants.<br />

En vue de de ces nouvelles arrivées, nous<br />

devons également adapter notre réseau<br />

routier pour ne pas l’encombrer davantage.<br />

En effet, plusieurs milliers de voitures<br />

transitent déjà par Contern pour rejoindre<br />

leur travail, sans même s’arrêter dans la<br />

commune, ce qui encombre inutilement nos<br />

routes. Nous devons dès lors nous attaquer<br />

à ce problème pour que les habitants<br />

vivent leurs trajets plus sereinement, qu’ils<br />

cessent de pâtir de la pollution sonore<br />

et que la qualité de l’air soit améliorée.<br />

En collaborant davantage avec la zone<br />

industrielle, nous souhaitons trouver <strong>des</strong><br />

solutions qui conviennent à tous.


Marion Zovilé-Braquet


92 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

Au-delà de ces priorités, quelles sont les<br />

initiatives qui vous tiennent à cœur?<br />

Ma priorité concerne les enfants et leur<br />

éducation, car ils représentent le futur.<br />

Sur un même site, nous retrouvons notre<br />

école, qui a dix ans, un hall sportif et une<br />

maison relais. Nous sommes déjà obligés<br />

de penser dès aujourd’hui à la construction<br />

d’une nouvelle école et d’une maison relais<br />

ainsi qu’à <strong>des</strong> infrastructures culturelles<br />

et sportives dans le futur. Nous devons<br />

nous en soucier dès maintenant, car avec<br />

les nouvelles constructions de logements,<br />

la population va augmenter et le trafic<br />

également. Nous devons donc penser à<br />

l’accueil de tous les enfants dès aujourd’hui<br />

pour garantir un nombre de places suffisant<br />

à la fois à l’école et en maison relais. Il est<br />

important de fournir un bon encadrement<br />

et une qualité d’enseignement optimale<br />

à nos enfants pour les accompagner et<br />

leur proposer du repos afin qu’ils puissent<br />

s’épanouir.<br />

Quels sont vos projets en matière<br />

d’environnement?<br />

Nous sommes une commune très engagée<br />

au niveau de l’environnement. Certifiés<br />

à plus de 50% dans le cadre du Pacte<br />

Climat, nous avons développé une charte<br />

donnant <strong>des</strong> indications pour aider la<br />

commune à respecter ses engagements<br />

environnementaux. Ainsi nous encourageons<br />

nos associations à utiliser moins de plastique<br />

dans leurs pratiques et nous leur donnons les<br />

moyens de trier correctement leurs déchets.<br />

“Ma priorité<br />

concerne<br />

les enfants et<br />

leur éducation,<br />

car ils représentent<br />

le futur”<br />

Actuellement nous tentons de développer<br />

<strong>des</strong> actions de sensibilisation dans les écoles<br />

car nous pensons qu’en touchant les plus<br />

jeunes, les bonnes pratiques se répandront<br />

plus rapidement dans les familles et dans la<br />

communauté. Nous voudrions par exemple<br />

créer une journée dont le thème serait axé<br />

sur le tri déchets, en rassemblant les jeunes<br />

de l’école et de la maison <strong>des</strong> jeunes. Avec<br />

l’aide du ministère de l’Environnement,<br />

nous voudrions créer une partie théorique<br />

avec <strong>des</strong> présentations numériques et<br />

interactives, puis proposer une activité dans<br />

les bois où nous pourrions tous ensemble<br />

collecter les déchets et leur expliquer<br />

comment chacun est recyclé et dans quel<br />

but.<br />

Au niveau de la mobilité douce, nous<br />

devons continuer à promouvoir les<br />

pistes cyclables mais aussi favoriser les<br />

trajets à pieds. En effet, les routes sont<br />

actuellement mal reliées entre elles et nous<br />

voudrions créer une jonction piétonne<br />

entre les différents quartiers pour que<br />

l’accès pé<strong>des</strong>tre dans la commune soit<br />

facilité. Enfin, au cours <strong>des</strong> six dernières<br />

années, la verdure a petit à petit disparu<br />

dans nos localités. Nous souhaitons<br />

dès lors mettre en place un «plan vert»<br />

favorisant la création d’espaces verts qui<br />

contribueraient au bien-être et à la qualité<br />

de vie <strong>des</strong> habitants de la commune. n


UN FABRICANT<br />

S’ENGAGE À VOS CÔTÉS<br />

WWW.WAKO.LU<br />

Portes et fenêtres en aluminium et PVC<br />

Savez-vous pourquoi tous nos clients<br />

recommandent la solution Wako ?<br />

L’exigence d’une qualité impeccable pour tous nos produits,<br />

Une large gamme de portes, fenêtres et vérandas<br />

pour répondre à toutes vos attentes,<br />

Un menuisier professionnel, proche de chez vous,<br />

qui vous guide dans vos choix et vous accompagne<br />

jusqu’au service après-vente.<br />

UN FABRICANT<br />

S’ENGAGE À VOS CÔTÉS


94 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

L’AIS innove<br />

pour le logement<br />

Toujours en quête de logements pour accomplir au mieux<br />

sa mission, l’Agence Immobilière Sociale (AIS) s’attaque<br />

aujourd’hui au dossier <strong>des</strong> Baulücken, ces friches urbaines<br />

constructibles. Gilles Hempel, directeur de l’AIS, revient sur<br />

ce projet.<br />

En <strong>2018</strong>, l’Agence Immobilière Sociale<br />

(AIS) a franchi la barre symbolique <strong>des</strong><br />

500 logements en gestion. Un jalon dans le<br />

développement de l’Agence créée en 2009,<br />

instrument de lutte contre l’exclusion sociale<br />

par le logement. «Nous transformons <strong>des</strong><br />

logements vi<strong>des</strong> en logements sociaux. C’est<br />

le cœur de notre métier. Nous essayons<br />

de trouver <strong>des</strong> logements inoccupés, par<br />

exemple de personnes qui sont parties<br />

en maison de retraite ou qui ont reçu un<br />

héritage mais qui n’en ont pas besoin, pour<br />

mettre ce bien à disposition <strong>des</strong> personnes à<br />

revenus mo<strong>des</strong>tes», détaille Gilles Hempel,<br />

directeur de l’AIS.<br />

Trouver <strong>des</strong> logements au Luxembourg<br />

est une mission de haut vol, tant les biens<br />

sont rares et profitent en premier lieu<br />

au secteur privé. Pourtant, les avantages<br />

de proposer un logement à l’AIS sont<br />

nombreux: l’agence est inscrite sur le bail<br />

et elle garantit le versement <strong>des</strong> loyers.<br />

Les propriétaires n’ont aucune relation<br />

directe avec les occupants. Tout est géré<br />

par l’AIS et les services sociaux.<br />

Loyers et entretien garantis<br />

«Nous sommes les interlocuteurs <strong>des</strong><br />

propriétaires, nous payons tous les<br />

mois le loyer. Mais nous garantissons<br />

aussi l’état du logement, son entretien<br />

et, éventuellement, sa rénovation. Le<br />

propriétaire peut aussi récupérer son<br />

bien en cas de besoin», continue-t-il.<br />

«Les propriétaires ont la garantie d’une<br />

location sans soucis, sans risques. Depuis<br />

2017, ils ont aussi un avantage fiscal avec<br />

une exonération à 50% sur les revenus<br />

locatifs. Cela compense une bonne partie<br />

de la perte par rapport au marché dit<br />

classique. Ils n’ont également jamais<br />

de perte lorsque le logement est vacant<br />

puisque le loyer continue d’être versé».<br />

Reste que le parc de logements est<br />

limité, d’où l’idée de se pencher sur les<br />

Baulücken, friches constructibles qui<br />

sont souvent laissées à l’abandon par leurs<br />

propriétaires. Ces derniers attendent<br />

souvent de réaliser une plus-value lors<br />

de leur vente, ou bien le bon moment<br />

pour y construire. «Nous proposons<br />

aujourd’hui de louer ces Baulücken, de<br />

les entretenir et d’en assurer la gestion»,<br />

explique Gilles Hempel. Quel intérêt<br />

pour l’AIS de gérer de simples terrains?<br />

Tout simplement en les valorisant de<br />

manière temporaire.<br />

Des préfabriqués bien intégrés<br />

«Nous avons développé avec Polygone et<br />

Banice Architectes une solution d’habitat<br />

préfabriqué qui pourrait être installé ou<br />

démonté en très peu de temps». Sur le<br />

modèle <strong>des</strong> préfabriqués de chantier,<br />

mais avec un habillage pour parfaitement<br />

s’insérer dans l’environnement urbain,<br />

ces conteneurs aménagés permettraient<br />

de valoriser les friches et, surtout, de<br />

loger ceux qui en ont le plus besoin<br />

«Nous nous proposons d’utiliser le<br />

terrain tant que le propriétaire n’en a pas<br />

le besoin et, comme dans le cadre de nos<br />

locations classiques, de le lui rendre dans<br />

les meilleurs délais quand il en fait la


demande», continue le directeur de l’AIS.<br />

Une belle opportunité pour les<br />

propriétaires de fonciers qui verraient ainsi<br />

les réseaux d’eau et d’électricité arriver sur<br />

leurs terrains, les trottoirs entretenus, avant<br />

d’en reprendre possession.<br />

“Nous proposons<br />

de louer<br />

les Baulücken”<br />

«Nous recherchons aujourd’hui <strong>des</strong><br />

Baulücken dans tout le pays. Cela<br />

permettra également aux propriétaires<br />

d’éviter d’éventuelles taxes sur les<br />

logements et terrains vacants». Une<br />

alternative positive pour mobiliser <strong>des</strong><br />

terrains et favoriser l’intégration du plus<br />

grand nombre. «Notre objectif est d’en<br />

faire <strong>des</strong> logements qui ressemblent à<br />

<strong>des</strong> constructions classiques, pour ne pas<br />

déranger le voisinage».<br />

L’autonomie au cœur du projet<br />

Une fois le cofinancement de ce projet<br />

validé par l’Etat, les premiers Baulücken<br />

sociaux devraient pousser dans tout le pays.<br />

«L’idée est de poser les premier modules<br />

cette année. Ils s’inscriront en plus dans<br />

le cadre de l’économie circulaire, car ils<br />

pourront être récupérés, déplacés et seront<br />

fabriqués en matériaux recyclables».<br />

Comme toujours avec l’AIS, les occupants<br />

resteront accompagnés, dans leur<br />

quotidien, par un encadrement social.<br />

«Nous ne faisons pas du logement social<br />

classique mais de l’inclusion sociale. Le<br />

logement est un tremplin vers l’autonomie<br />

pour ces personnes qui ne gagnent souvent<br />

que le salaire social minimum. En leur<br />

enlevant le poids du logement, elles<br />

peuvent se consacrer à la recherche d’un<br />

emploi. Notre travail commence vraiment<br />

quand nous remettons les clés à un locataire<br />

et il s’achève lorsqu’elles nous sont rendues.<br />

Depuis huit ans, plus de 200 locataires<br />

nous ont ainsi quittés et 10% d’entre eux<br />

sont devenus propriétaires». Maisons<br />

individuelles, appartements ou modules<br />

temporaires sur les Baulücken: l’AIS met<br />

tout en œuvre aujourd’hui pour dépasser les<br />

objectifs ambitieux qu’elle se fixe. n<br />

Agence Immobilière Sociale<br />

202b rue de Hamm<br />

L-1713 Luxembourg<br />

Tél: 26 48 39 52<br />

www.ais.lu


96 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

La mobilité<br />

et la revitalisation urbaine:<br />

les défis d’une commune<br />

Conseiller et guide <strong>des</strong> <strong>communes</strong> en vue d’un réaménagement urbain visant à implémenter et<br />

encourager une mobilité durable dans leurs localités, le bureau d’étu<strong>des</strong> Schroeder & Associés<br />

prend en compte une multitude de facteurs dans sa planification de projets. Forts d’un premier<br />

succès dans la commune de Bertrange pour lequel la population a véritablement été impliquée,<br />

Jean-Luc Weidert et Adrien Stolwijk, tous deux administrateurs, ingénieurs et aménageursurbanistes,<br />

nous expliquent les défis rencontrés par une commune en termes de mobilité.<br />

Quel est l’objectif premier d’un réaménagement<br />

urbain?<br />

AS: Beaucoup de <strong>communes</strong> veulent rendre<br />

aux centres urbains un espace-rue avec un<br />

niveau de qualité de vie plus élevé où le<br />

citoyen et la mobilité douce sont mis au centre<br />

de la conception tandis que les voitures sont<br />

tolérées, mais n’en sont plus l’élément central.<br />

Il s’agit donc de rééquilibrer la position <strong>des</strong><br />

différents usagers et de veiller à ce que chacun<br />

puisse trouver sa place dans ce système fragile.<br />

Avec nos collègues architectes, urbanistes<br />

et paysagistes nous créons une équipe<br />

multidisciplinaire pour rechercher une<br />

nouvelle atmosphère dans l’espace public<br />

où le citoyen se sent à l’aise, confortable,<br />

en sécurité et commence par conséquence<br />

à changer son comportement par<br />

exemple en faveur de la mobilité active.<br />

L’aménagement de zones de rencontre<br />

et de zones résidentielles à 20km/h et de<br />

places publiques et espaces verts ainsi que<br />

la recherche de solutions au niveau du<br />

stationnement sont <strong>des</strong> outils importants<br />

dont peut se munir une commune pour y<br />

arriver, comme on peut l’observer dans le<br />

«Shared Space» à Bertrange.<br />

Quelle est la place de l’implication<br />

citoyenne dans ce processus?<br />

JLW: Notre objectif à Bertrange était de<br />

réaliser un projet avec et pour les habitants<br />

de la commune, il est donc très important de<br />

tenir compte de leur avis.<br />

Les outils pour intégrer le citoyen<br />

dans la planification sont nombreux:<br />

<strong>des</strong> questionnaires sous forme<br />

d’un «Foussgängercheck» et d’un<br />

«Mobilitéitscheck», <strong>des</strong> workshops organisés<br />

en soirée ou le week-end, <strong>des</strong> visites <strong>des</strong><br />

lieux,… Le but est d’écouter et de comprendre<br />

les soucis que les citoyens rencontrent au<br />

quotidien, d’analyser ensemble les points<br />

forts et faibles et de discuter de leurs idées<br />

pour améliorer la qualité de vie et la mobilité<br />

de manière durable dans leur commune.<br />

Qui connaît mieux le terrain que ceux qui le<br />

fréquentent chaque jour! Nos expériences<br />

au cours <strong>des</strong> dernières années au niveau <strong>des</strong><br />

processus participatifs avec la population<br />

nous ont montré que souvent deux groupes<br />

de notre société se sentent moins impliqués<br />

dans ce processus. Pour y remédier, nous<br />

cherchons par exemple le contact direct avec<br />

les maisons de retraite et les clubs senior d’un<br />

côté et les maisons <strong>des</strong> jeunes de l’autre. Sur<br />

base de ces informations «de première main»<br />

provenant de tous les citoyens, nous essayons<br />

de créer un concept sur-mesure, réalisable<br />

et fonctionnel; donc une solution durable à<br />

échelle humaine.<br />

AS: Les mentalités changent finalement<br />

aussi au Luxembourg et le réaménagement<br />

du centre de Bertrange était pour nous le<br />

premier projet de «Shared Space» où les<br />

décisions politiques étaient liées étroitement<br />

aux avis de la population dans l’optique que<br />

chacun y trouve sa place: les habitants, les<br />

commerçants, les enseignants, les jeunes, les<br />

plus âgés,… Cette approche a entre temps été<br />

suivie par un bon nombre de <strong>communes</strong>, ce<br />

qui demande – ne le cachons pas – un certain<br />

courage politique.<br />

Quels changements doivent être réalisés<br />

pour apaiser le trafic dans une localité?<br />

JLW: D’abord il faut se demander pourquoi<br />

et pour qui on veut apaiser le trafic. Les<br />

infrastructures qu’on retrouve aujourd’hui<br />

dans beaucoup de <strong>communes</strong> ont été réalisées<br />

pour la circulation motorisée et sont par<br />

conséquent souvent surdimensionnées visà-vis<br />

<strong>des</strong> autres usagers. Elles incitent les<br />

automobilistes à rouler à vitesse élevée, avec<br />

tous les problèmes qui y sont liés.<br />

Le réaménagement <strong>des</strong> entrées en localités est<br />

un premier outil important pour bien doser<br />

et influencer l’arrivée en agglomération. Puis<br />

c’est la réorganisation de la hiérarchie routière<br />

(mélange entre 50km/h, 30km/h et 20km/h)<br />

qui est la base d’un apaisement du trafic à<br />

l’intérieur d’une localité. Le réaménagement<br />

de l’espace-rue doit donner plus de place<br />

aux piétons/cyclistes et suggérer aux<br />

automobilistes un comportement adéquat à<br />

l’intérieur de l’agglomération. Dans un centre


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

97<br />

urbain, le piéton doit donc être mis au centre<br />

de la conception, car nous commençons<br />

chaque déplacement (même celui en voiture<br />

ou en transport en commun) tout d’abord<br />

à pied – et ceci chaque jour! Offrir une<br />

plateforme où les gens se rencontrent et la vie<br />

sociale retrouve sa place au cœur d’une localité<br />

est la preuve d’un projet réussi!<br />

Adrien Stolwijk et Jean-Luc Weidert<br />

AS: Entre temps, nous assistons beaucoup<br />

de <strong>communes</strong> pour établir <strong>des</strong> deman<strong>des</strong><br />

auprès du MDDI et <strong>des</strong> Ponts et Chaussées<br />

en vue d’une réduction de vitesse sur voirie<br />

étatique dans certains tronçons à l’intérieur<br />

<strong>des</strong> localités. Ces deman<strong>des</strong> doivent remplir<br />

certaines conditions, comme <strong>des</strong> comptages<br />

de vitesses et <strong>des</strong> piétons, la documentation<br />

<strong>des</strong> «Points of Interests» (POI), tels que<br />

les écoles, commerces, services, etc. Un<br />

aménagement adéquat y est évidemment à<br />

prévoir en cas d’autorisation étatique.<br />

Comment favoriser la mobilité douce dans<br />

une commune?<br />

JLW: Nous développons par exemple avec<br />

les citoyens, les services techniques, les<br />

responsables communaux et les autorités<br />

étatiques un «Plan directeur de pistes<br />

cyclables» qui définit la vision finale d’un<br />

réseau cohérent et continu à travers la<br />

commune. Ce réseau doit en plus s’intégrer<br />

dans un réseau régional et national pour<br />

garantir la continuité au-delà de la commune.<br />

La planification pour le piéton nous demande<br />

un travail très détaillé pour réussir à améliorer<br />

et sécuriser ses infrastructures. Sur base d’un<br />

relevé minutieux, il s’agit de définir <strong>des</strong> actions<br />

concrètes sous forme d’un catalogue de<br />

mesures. Echelonné sur base de priorités, ce<br />

catalogue est l’outil de travail de la commune<br />

pour les années à venir – et ceci sans perdre<br />

de vue le budget qu’une commune doit se<br />

donner année par année pour la réalisation <strong>des</strong><br />

mesures sur base d’un «Massnahmenkatalog»<br />

et d’un plan de phasage établi par nos<br />

ingénieurs. Une signalétique continue ciblée<br />

pour piétons est non seulement importante<br />

pour la lisibilité du réseau mais aussi du côté<br />

éducatif. Beaucoup d’éléments subjectifs sont<br />

à considérer lors de l’établissement du concept<br />

de la mobilité douce et nous devons trouver<br />

le bon dosage avec tous les intervenants et<br />

groupes d’intérêts pour les encourager à<br />

délaisser leurs véhicules.<br />

Sachant que la multimodalité sera la clé<br />

d’une mobilité durable, les infrastructures<br />

de la mobilité douce formant le raccord<br />

au transport en commun jouent un rôle<br />

important lors du choix du mode de transport.<br />

Surtout qu’il s’agit souvent du «last or first<br />

mile» d’une personne dans la chaîne de<br />

mobilité de son déplacement journalier.


98 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

LOGEMENT & CONSTRUCTION<br />

AS: Entretemps nous remarquons que de<br />

plus en plus de responsables communaux<br />

se rendent compte qu’un réaménagement<br />

de l’espace public doit répondre aux<br />

objectifs du «Design for all» qui garantit<br />

un aménagement adéquat pour tous<br />

les âges (enfants, personnes à mobilité<br />

réduite, personnes âgées, poussettes,<br />

mal-voyants, etc.). Là aussi, la mise<br />

en place d’un catalogue de mesures se<br />

greffant sur un budget pluriannuel de<br />

la commune doit être proposé. Parlons<br />

encore brièvement de l’élaboration du<br />

concept «Séchere Schoulwee» qui est un<br />

outil très important d’une commune afin<br />

de sensibiliser les parents aux avantages<br />

d’une marche à pied vers l’école. Sur<br />

base <strong>des</strong> questionnaires <strong>des</strong>tinés aux<br />

enfants et aux parents, il s’agit d’abord<br />

d’analyser leur comportement. Suivant<br />

les lieux de domicile <strong>des</strong> enfants et leurs<br />

catégories d’âge, <strong>des</strong> chemins sécurisés<br />

vers l’école sont définis et mis en place.<br />

Des visites <strong>des</strong> lieux sont organisées,<br />

<strong>des</strong> logos et slogans développés avec les<br />

enfants. Dans certains cas, le nombre de<br />

bus scolaires peuvent être réduits avec<br />

l’installation de Pedibus ou de Velosbus<br />

dans un rayon d’un ou deux kilomètres<br />

d’une école.<br />

Quels sont les défis d’une commune<br />

concernant la multimodalité et les<br />

transports en commun?<br />

JLW: Citons d’abord l’arrêt de bus, celuici<br />

doit être attractif pour l’utilisateur;<br />

<strong>des</strong> abris, <strong>des</strong> supports pour vélos, <strong>des</strong><br />

aménagements en faveur de la mobilité<br />

réduite en sont quelques exemples. Etant<br />

donné que l’aménagement <strong>des</strong> arrêts de bus<br />

est à 100% la tâche <strong>des</strong> <strong>communes</strong>, elles<br />

sont de plus en plus nombreuses à établir<br />

<strong>des</strong> concepts cohérents au niveau de la<br />

sécurisation et de la mise en conformité <strong>des</strong><br />

arrêts de bus, <strong>des</strong> passages piétons,…<br />

AS: En vue de mieux cibler les besoins<br />

<strong>des</strong> habitants et <strong>des</strong> visiteurs, la commune<br />

peut, suivant les besoins, installer <strong>des</strong> offres<br />

sous forme d’un City-Bus ou un bus sur<br />

demande et ceci en complément à l’offre<br />

du transport en commun régional. Mais<br />

la promotion du transport en commun<br />

va même plus loin: l’urbanisation d’une<br />

commune doit y être adaptée (réduction du<br />

nombre d’emplacements dans le logement<br />

et aux lieux de travail proches <strong>des</strong> lignes<br />

de bus et haltes ferroviaires, aménagement<br />

d’un espace convivial dans les quartiers,…),<br />

et la commune a le moyen de le promouvoir<br />

par le biais du PAG et <strong>des</strong> PAP.<br />

“Une planification<br />

avec les citoyens<br />

pour les citoyens!”<br />

Quels impacts ces changements ont-ils<br />

sur le métier d’ingénieur-conseil?<br />

AS: En plus de notre compétence en<br />

matière d’ingénierie, les collaborateurs de<br />

notre unité «Mobilité et Développement<br />

urbain» qui est composée de 17<br />

universitaires travaillant exclusivement<br />

dans la conception, sont formés au niveau<br />

médiation et psychologie afin d’être plus à<br />

l’écoute <strong>des</strong> besoins de tous les acteurs d’une<br />

commune et de pouvoir proposer ainsi <strong>des</strong><br />

solutions cohérentes qui conviennent à<br />

tous dans l’esprit d’une planification «Avec<br />

les citoyens et pour les citoyens». Chaque<br />

projet est spécifique et nous le traitons<br />

comme tel, nous essayons de trouver le<br />

dosage approprié qui convient à chaque<br />

commune pour favoriser la mobilité douce<br />

et garantir une meilleure qualité de vie.<br />

Ainsi, nous créons <strong>des</strong> concepts uniques<br />

et sur-mesure. Au vu de la formation<br />

«aménageur-urbaniste» supplémentaire<br />

de nos collaborateurs, l’interaction entre<br />

la mobilité et l’aménagement urbain est<br />

garanti.<br />

Le véritable expert est l’habitant de la<br />

commune, car il connait au mieux ses<br />

besoins et les manques à combler. Nous<br />

devons le comprendre pour trouver <strong>des</strong><br />

solutions qui seront acceptées par la suite.<br />

Pour y parvenir, nous formons souvent<br />

une équipe pluridisciplinaire afin de créer<br />

un projet cohérent rassemblant tous les<br />

aspects de la vie communale. Les personnes<br />

chargées de la conception et de la réalisation<br />

communiquent sans arrêt et s’échangent les<br />

informations. Cette particularité combinée<br />

à l’écoute du citoyen nous permet de rester<br />

en phase avec la réalité du terrain.<br />

JLW: Au niveau de la mobilité, l’idéal serait<br />

de ne plus devoir soigner uniquement<br />

les symptômes, mais de résoudre le<br />

problème à la source. Pour ce faire, il est<br />

proposé de rassembler toutes les fonctions<br />

d’une commune à de courtes distances<br />

et de pouvoir ainsi habiter, travailler et<br />

consommer ses loisirs de préférence sur<br />

le même lieu et de devenir ainsi moins<br />

dépendant de son véhicule.<br />

A terme, le concept de «smart cities»<br />

permettrait de planifier la mobilité grâce<br />

aux besoins relevés au sein de la société.<br />

Il serait alors possible d’ajuster la mobilité<br />

selon les comportements généraux analysés<br />

et de proposer ainsi aux personnes le<br />

mode de transport approprié au moment<br />

de sa demande, de favoriser davantage<br />

la multimodalité, de réagir avec <strong>des</strong> feux<br />

tricolores intelligents et <strong>des</strong> concepts de<br />

stationnement flexibles et innovants,…<br />

L’évolution de la technologie et l’analyse<br />

<strong>des</strong> informations récoltées par différentes<br />

applications et capteurs pourraient<br />

anticiper les problèmes de circulation et<br />

les éviter en proposant <strong>des</strong> itinéraires et<br />

mo<strong>des</strong> de transport alternatifs. Le but<br />

est de réduire davantage la surface <strong>des</strong><br />

infrastructures routières, et d’offrir ainsi<br />

un espace maximal dédié au piéton et au<br />

cycliste en vue d’une meilleure qualité de<br />

vie à l’intérieur <strong>des</strong> agglomérations. n<br />

Schroeder & Associés<br />

Ingénieurs-conseils<br />

8, rue <strong>des</strong> Girondins<br />

L - 1626 Luxembourg<br />

www.schroeder.lu


enoprimes<br />

A vos côtés dans vos projets de rénovation énergétique<br />

Vous souhaitez entamer, dans votre commune, <strong>des</strong><br />

rénovations significatives au niveau énergétique ? Vos<br />

travaux portent p.ex. sur l’isolation, un meilleur système<br />

de chauffage ou de ventilation pour bâtiments publics,<br />

tels que centres sportifs, écoles, etc. ?<br />

Répondant à la volonté européenne de favoriser<br />

les économies d’énergie, le programme enoprimes<br />

d’Enovos récompense vos démarches en vous proposant un<br />

soutien financier et <strong>des</strong> conseils pour la réalisation <strong>des</strong><br />

travaux prévus.<br />

enoprimes.lu<br />

Energy for today. Caring for tomorrow.<br />

enovos.eu


100 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 212 - JUILLET <strong>2018</strong><br />

DÉVELOPPEMENT DURABLE<br />

L’art de gérer les zones d’activités<br />

économiques régionales<br />

PAR ERIC HARSCH<br />

La mise en place de zones d’activités économiques (ZAE) a pour objectif de favoriser<br />

l’implantation d’entreprises sur le territoire luxembourgeois. Les ZAE à caractère régional,<br />

qui accueillent surtout <strong>des</strong> activités industrielles légères et artisanales, sont gérées par le biais<br />

d’un syndicat intercommunal. Dans l’est du pays, le SIAEG gère deux ZAE régionales au<br />

Potaschberg et au Port de Mertert. Entretien avec Léon Gloden, président du SIAEG.<br />

Léon Gloden<br />

«La volonté de trouver un site approprié<br />

pour l’implantation d’entreprises dans l’est<br />

du pays a mené en 1988 à la création du<br />

Syndicat intercommunal pour la création,<br />

l’aménagement, la promotion et l’exploitation<br />

d’une zone d’activités économiques à caractère<br />

régional dans le canton de Grevenmacher<br />

(SIAEG). En 1989, la ZAE régionale<br />

Potaschberg fut établie par règlement grandducal,<br />

divisée en deux terrains au Potaschberg<br />

et au Port de Mertert. Aujourd’hui, le SIAEG<br />

qui rassemble 8 <strong>communes</strong> assure la gestion<br />

de 47 hectares au Potaschberg, répartis entre<br />

les <strong>communes</strong> de Grevenmacher et de Biwer,<br />

ainsi qu’environ 7.3 ha au Port de Mertert,<br />

dont la majorité est une ZAE nationale gérée<br />

par l’Etat», raconte Léon Gloden, députémaire<br />

de Grevenmacher, qui a succédé à<br />

Nicolas Soisson comme président du SIAEG<br />

en début de l’année.<br />

«La structure du syndicat reflète<br />

l’organisation d’un conseil communal.<br />

Ainsi, le bureau, composé d’un président et<br />

deux vice-présidents, dirige et surveille les<br />

travaux d’aménagement et prend en charge<br />

les relations avec, entres autres, le ministère<br />

de l’Economie qui y envoie deux délégués.<br />

Le Comité siège un délégué de chaque<br />

commune, à l’exception <strong>des</strong> <strong>communes</strong> <strong>des</strong><br />

sites d’implantations qui sont représentées par<br />

deux délégués, leur conférant un poids accru<br />

lors de la prise de décision. Globalement, le<br />

Comité assume l’administration du syndicat et<br />

représente les intérêts <strong>des</strong> <strong>communes</strong>».<br />

«Le traitement <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> d’implantation<br />

<strong>des</strong> entreprises, représente l’une <strong>des</strong> tâches<br />

principales épaulées du syndicat. Suite à la<br />

soumission de la demande auprès du SIAEG,


LA CONSTRUCTION<br />

AU SERVICE DU CITOYEN<br />

Ensemble residentiel - Huncherange<br />

info@fondsdulogement .lu<br />

www.fondsdulogement.lu


102 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 212 - JUILLET <strong>2018</strong><br />

DÉVELOPPEMENT DURABLE<br />

SIAEG<br />

les entreprises sont convoquées à une réunion<br />

durant laquelle elles <strong>des</strong>sinent les gran<strong>des</strong><br />

lignes de leur projet. Le bureau procède<br />

ensuite à une pré-sélection qu’il transmet<br />

au Comité qui devra donner son accord par<br />

le biais d’un vote. Les facteurs qui guident la<br />

prise de décision du bureau incluent, entres<br />

autres, la création d’emplois pour la région,<br />

la diversification économique ou encore la<br />

pertinence <strong>des</strong> activités pour l’identité de la<br />

région».<br />

La ZAE Potaschberg<br />

«Le site au Potaschberg héberge actuellement<br />

quatorze entreprises de nature très diversifiée.<br />

Je peux citer, à titre d’exemple, Carlex, qui<br />

produit <strong>des</strong> fenêtres pour Bentley, Merce<strong>des</strong><br />

et Lamborghini, ou Bernard Massard,<br />

premier producteur de vins effervescents au<br />

Luxembourg. Nous avons également <strong>des</strong><br />

entreprises qui s’inscrivent dans <strong>des</strong> travaux<br />

plus classiques comme la menuiserie ou le<br />

traitement du métal, par exemple l’entreprise<br />

«OST Fenster» qui est spécialisée dans la<br />

fabrication de fenêtres ou de portes d’entrée<br />

en bois et en bois-aluminium. En tout, le site<br />

compte à peu près 1.330 employés».<br />

«Si le site a actuellement atteint sa pleine<br />

capacité, le nouveau plan directeur sectoriel<br />

relatif aux ZAE (PSZAE), approuvé en<br />

avril, prévoit l’aménagement de 32 ha<br />

supplémentaires au Potaschberg. Néanmoins,<br />

une partie du nouveau zoning empiète sur le<br />

terrain d’un agriculteur qui déposera, à juste<br />

titre, une réclamation qui sera incluse dans<br />

l’avis de la commune de Grevenmacher. Le<br />

syndicat délibère actuellement sur sa prise<br />

de position face à l’ensemble du PSZAE. De<br />

toute façon, il proposera d’ajuster le zoning<br />

en relocalisant une partie du terrain envers le<br />

«Wecker Gronn», proposition déjà faite en<br />

2014 mais non-retenue lors de l’élaboration<br />

<strong>des</strong> plans actuels».<br />

«Bien que nous continuions nos efforts<br />

d’attirer de nouvelles entreprises, j’espère<br />

réorienter nos efforts davantage sur la mise en<br />

valeur <strong>des</strong> entreprises existantes et de rendre<br />

leurs activités plus visibles au public. Vu leur<br />

qualité et leurs contributions, ces entreprises<br />

constituent une excellente carte de visite pour<br />

la région».<br />

Une approche plus globale<br />

«Comme l’indique son nom, le syndicat<br />

assume plusieurs rôles quant à la gestion de la<br />

ZAE et nous essayons désormais de progresser<br />

vers <strong>des</strong> approches plus globales concernant<br />

certains services et de créer <strong>des</strong> synergies.<br />

Ainsi, le bureau collabore avec une entreprise<br />

chargée d’élaborer un concept qui permettrait<br />

de gérer les déchets de manière intégrée<br />

sur tout le site. En outre, nous explorons<br />

la possibilité de mettre en place un parking<br />

central commun, en vue de permettre aux<br />

entreprises d’utiliser leur terrain actuellement<br />

dédié aux places de parking pour <strong>des</strong> activités<br />

de production».<br />

“Les entreprises<br />

constituent<br />

une excellente<br />

carte de visite<br />

pour la région”<br />

«L’extension du Potaschberg, ainsi que<br />

le lancement du «Financial centre» et<br />

l’avancement du Plan d’aménagement<br />

particulier dans la rue de Flaxweiler, créeront<br />

un afflux important de passants. Ceci posera<br />

un défi notamment en matière de transport<br />

auquel le syndicat s’attaque de manière<br />

prioritaire. Ainsi, nous sommes entrés en<br />

contact avec le ministère du Transport pour<br />

explorer <strong>des</strong> solutions, surtout en assurant une<br />

meilleure connexion du Potaschbierg avec<br />

la gare de Wecker par les transports publics.<br />

Par ailleurs, j’envisage le réaménagement <strong>des</strong><br />

bretelles d’accès à l’autoroute en vue d’éviter<br />

les perturbations majeures de trafic que l’on<br />

voit ailleurs dans le pays».<br />

«Outre ces efforts, nous visons également<br />

à améliorer le cadre de vie et de travail. Les<br />

magasins de détail se trouvant exclusivement<br />

au centre de Grevenmacher, la mise en place<br />

de certains services comme une crèche, une<br />

salle de sport ou la restauration améliorerait<br />

la qualité du site. On a d’ailleurs tenu une<br />

réunion avec les autres syndicats gérant <strong>des</strong><br />

ZAE régionales et avec la participation de<br />

la secrétaire d’Etat à l’Economie Francine<br />

Closener pour explorer ces avenues de<br />

réflexion. En même temps, il s’agit de relier<br />

le Potaschberg avec le centre urbain de<br />

Grevenmacher en vue de permettre aux<br />

employés de jouir <strong>des</strong> avantages de la ville.<br />

Si le Citybus électrique qui a récemment été<br />

lancé à Grevenmacher prospère, son service<br />

pourra potentiellement être élargi pour<br />

<strong>des</strong>servir le Potaschberg, s’inscrivant dans la<br />

mobilité durable». n


104 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

DÉVELOPPEMENT DURABLE<br />

Vers une qualité<br />

optimale de l’eau<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

Avec ses équipes spécifiquement dédiées d’une part à<br />

l’alimentation en eau et d’autre part à son assainissement,<br />

B.E.S.T. Ingénieurs-Conseils offre son expertise dans ces<br />

domaines aux <strong>communes</strong>, aux syndicats de <strong>communes</strong> et à<br />

l’Etat. Fernand Hengen et Laurent Busana, associés-gérants,<br />

reviennent avec nous sur les difficultés et les défis que<br />

représente ce type de projets ainsi que sur les particularités<br />

techniques et les normes à respecter concernant de tels<br />

chantiers. Interview.<br />

Quels types de services proposezvous<br />

en matière d’alimentation en eau<br />

potable?<br />

LB: La sécurisation de l’approvisionnement<br />

en eau potable du Luxembourg passe par<br />

la protection <strong>des</strong> sources et <strong>des</strong> forages<br />

existants ainsi que par la recherche de<br />

nouvelles ressources. Notre équipe<br />

hydrogéologie réalise les étu<strong>des</strong> pour la<br />

délimitation <strong>des</strong> zones d’alimentation et<br />

la mise en application <strong>des</strong> programmes<br />

de protection pour une cinquantaine de<br />

points de prélèvement répartis dans le pays.<br />

En plus, nos clients entendent pérenniser<br />

leur service d’alimentation en valorisant<br />

de nouvelles sources dont l’identification<br />

et le captage constituent une tâche<br />

supplémentaire de cette équipe.<br />

Vous n’êtes pas sans savoir que la qualité<br />

de l’eau potable luxembourgeoise n’est<br />

pas toujours optimale, puisqu’à grande<br />

échelle, les eaux accusent <strong>des</strong> teneurs<br />

tant en nitrates qu’en pestici<strong>des</strong>. Pour<br />

y remédier, les opérateurs poursuivent<br />

activement la délimitation <strong>des</strong> zones de<br />

protection. Toutefois, <strong>des</strong> améliorations ne<br />

sont perceptibles qu’à long terme et cette<br />

démarche doit parfois être complétée par<br />

la mise en place temporaire de stations de<br />

traitement afin de se conformer aux normes<br />

de qualité.<br />

C’est précisément dans le domaine de la<br />

production et de la distribution de l’eau<br />

captée que nous mettons à disposition une<br />

véritable expertise en matière d’équipements<br />

électromécaniques <strong>des</strong> composants du<br />

réseau, tels que les stations de pompages, les<br />

installations de traitement et les réservoirs<br />

de stockage. Nos spécialistes dédiés à<br />

l’ingénierie de l’eau potable sont parmi<br />

les plus expérimentés au Luxembourg. En<br />

collaboration avec nos services d’étu<strong>des</strong><br />

constructives, nous élaborons <strong>des</strong> solutions<br />

complètes et modernes, de la conception<br />

constructive aux systèmes de télégestion en<br />

passant par les équipements hydrauliques.<br />

Dans le domaine hydraulique, nous offrons<br />

également <strong>des</strong> diagnostics détaillés <strong>des</strong><br />

réseaux de distribution avec élaboration de<br />

plans directeurs pour que l’infrastructure<br />

soit à même de répondre aux besoins<br />

d’une population croissante. Le service eau<br />

potable, fort de huit collaborateurs, couvre<br />

ainsi le spectre entier d’étu<strong>des</strong> en matière<br />

d’infrastructures d’approvisionnement<br />

en eau. Nous planifions chaque année<br />

environ quatre réservoirs à travers le<br />

pays. Récemment, nous avons clôturé les<br />

chantiers <strong>des</strong> réservoirs d’Echternach et<br />

de Syren, et nous venons d’entamer la<br />

construction de celui de Beaufort.


Quels types de prestations proposez-vous<br />

concernant l’assainissement <strong>des</strong> eaux?<br />

FH: Notre équipe de 22 personnes se<br />

charge de la planification <strong>des</strong> composants<br />

d’infrastructures de dépollution <strong>des</strong> eaux<br />

urbaines, tels que <strong>des</strong> réseaux de collecte<br />

et <strong>des</strong> bassins de retenue d’eaux. Au niveau<br />

<strong>des</strong> stations d’épuration, nous collaborons<br />

étroitement avec <strong>des</strong> partenaires<br />

allemands très expérimentés au niveau <strong>des</strong><br />

équipements techniques spécifiques à ce<br />

domaine. En l’occurrence, nous sommes<br />

en train de réaliser <strong>des</strong> stations d’épuration<br />

à Bous, à Consdorf et à Hoscheid. Tout<br />

récemment, nous venons de terminer la<br />

construction d’une station à Junglinster.<br />

L’assainissement de zones habitées et la<br />

construction de stations d’épuration vont<br />

de pair et demandent un suivi vigilant<br />

à chaque étape pour obtenir un résultat<br />

optimal.<br />

Le service assainissement génère un chiffre<br />

d’affaires deux fois supérieur à celui de<br />

l’alimentation en eau potable, et ce, pour<br />

un nombre équivalent de projets à traiter.<br />

Ceci s’explique par l’envergure <strong>des</strong> projets<br />

que le pays est obligé de réaliser en raison<br />

de son retard dans la mise en application<br />

<strong>des</strong> directives européennes.<br />

Une dépollution efficace et durable<br />

tant au niveau qualitatif qu’au niveau<br />

organisationnel requiert un certain niveau<br />

de centralisation. Ce principe se heurte<br />

dans bien <strong>des</strong> cas à une topographie<br />

désavantageuse qui nécessite <strong>des</strong><br />

investissements considérables pour assurer<br />

l’acheminement <strong>des</strong> effluents vers une<br />

station d’épuration commune. En cas de<br />

situation très défavorable, les <strong>communes</strong>,<br />

souvent de faible taille, sont obligées<br />

de recourir à <strong>des</strong> petites stations locales<br />

qui doivent composer autant avec les<br />

fluctuations de la charge polluante à traiter<br />

qu’avec la faible capacité autoépuratoire<br />

<strong>des</strong> cours d’eau récepteurs pour lesquels<br />

le rejet représente une charge difficile à<br />

absorber. Leur gestion est confiée à un<br />

syndicat expérimenté dans l’exploitation de<br />

tels systèmes.<br />

Fernand Hengen et Laurent Busana<br />

Quels sont les prochains défis dans ces<br />

domaines?<br />

FH: L’objectif de notre travail dans le<br />

domaine de l’assainissement est le bon<br />

état <strong>des</strong> eaux de surface, en respectant les<br />

critères qualitatifs fixés par les directives<br />

cadres pour le rejet dans le milieu naturel.<br />

Sachant qu’il y a urgence de combler le<br />

retard en matière d’épuration <strong>des</strong> eaux, le<br />

prochain défi pour les <strong>communes</strong> va être de<br />

trouver les capacités financières nécessaires<br />

à la mise en place rapide <strong>des</strong> infrastructures<br />

de dépollution. Et ceci dans le contexte<br />

d’une révision à la baisse <strong>des</strong> subsi<strong>des</strong><br />

alloués par le ministère du Développement<br />

durable et <strong>des</strong> Infrastructures.<br />

Autre difficulté à laquelle nous sommes<br />

confrontés: aussi bien le marché de<br />

l’approvisionnement en eau potable que<br />

celui de l’assainissement connaît une<br />

forte demande au niveau <strong>des</strong> équipements<br />

techniques. Or, seules trois à quatre<br />

entreprises spécialisées dans le montage et la<br />

mise en place de tuyauteries, d’installations


106 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

DÉVELOPPEMENT DURABLE<br />

de pompage, d’adduction, de traitement et<br />

d’épuration d’eaux agissent sur le marché<br />

national. Avec pour conséquence que les<br />

prix pratiqués sont élevés.<br />

LB: D’autre part, l’Administration de la<br />

gestion <strong>des</strong> eaux pousse les opérateurs<br />

communaux à clôturer l’audit technique<br />

de leurs infrastructures d’eaux potable et<br />

usée comprenant un diagnostic relevant<br />

les points faibles et les déficiences de<br />

celles-ci. A ce titre, nous sommes par<br />

exemple en train de réaliser les calculs<br />

liés à la vérification de maints réseaux de<br />

distribution et de collecte <strong>des</strong> eaux.<br />

Ces dossiers techniques sont complétés par<br />

<strong>des</strong> plans directeurs traçant le renouvellement<br />

par étapes <strong>des</strong> infrastructures dans le but<br />

de pouvoir répondre aux besoins d’une<br />

population toujours plus nombreuse. Les<br />

dossiers techniques débouchent d’ailleurs<br />

souvent sur <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> de projets de<br />

renouvellement de la part de nos clients.<br />

“L’assainissement<br />

de zones habitées<br />

et la construction<br />

de stations<br />

d’épuration<br />

vont de pair”<br />

Comment garantissez-vous la sécurité<br />

<strong>des</strong> intervenants sur un chantier?<br />

FH: Lors de l’exécution <strong>des</strong> travaux,<br />

nous assurons également <strong>des</strong> missions de<br />

coordination de la sécurité et de la santé<br />

sur les chantiers. Nous mandatons ainsi un<br />

collaborateur possédant un agrément de<br />

l’ITM afin qu’il suive le chantier pour le<br />

maître d’ouvrage et détermine si toutes les<br />

normes de sécurité y sont bien respectées<br />

par tous les intervenants. Ainsi, chaque<br />

entreprise sur chantier doit remettre son<br />

dossier de sécurité au coordinateur qui<br />

vérifiera si toutes les normes de sécurité et<br />

de santé sont bien en voie d’être respectées<br />

par les travailleurs. Le coordinateur<br />

intervient ensuite sur terrain et notifie<br />

par le biais de rapports les situations<br />

dangereuses observées dans l’objectif de les<br />

éliminer et d’améliorer la sécurité sur les<br />

chantiers. n


GOLF DE PREISCH<br />

Restaurant + terrasse - golf indoor : 2 simulateurs | Practice avec zone de frappe synthétique<br />

Zones d’entraînement : putting, chipping et bunker | Nombreuses compétitions pour les membres<br />

3 parcours | 27 trous 107 hectares de pur bonheur<br />

Venez vous détendre à Preisch,<br />

c’est l’heure du tee...<br />

UNE ACADÉMIE DE GOLF À LA POINTE DE LA TECHNIQUE<br />

Cours Carte verte • Cours Perfectionnement • Club Junior<br />

Initiations gratuites tous les dimanches d’avril à octobre<br />

Du lundi au vendredi de 8h à 19h / Wkd et jours fériés de 7h à 19h<br />

1, rue du Vieux Moulin • F-57570 Basse-Rentgen • info@golf-de-preisch.com • Tél. +33 3 82 83 00 00<br />

www.golf-de-preisch.com


108 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

DÉVELOPPEMENT DURABLE<br />

LAMESCH,<br />

un partenaire essentiel<br />

La diversité <strong>des</strong> activités que propose la société LAMESCH<br />

lui permet de répondre aux besoins <strong>des</strong> <strong>communes</strong> qu’il<br />

s’agisse de problématiques liées à la gestion <strong>des</strong> déchets ou<br />

bien à <strong>des</strong> questions d’assainissement. Entretien avec Alain<br />

Jacob, administrateur directeur général.<br />

Alain Jacob<br />

Source photo: Lamesch<br />

au principe du pollueur/payeur. Chaque<br />

maison individuelle est dotée de plusieurs<br />

poubelles (papier/carton, déchets<br />

biodégradables, déchets résiduels et sachet<br />

PMC) qui permettent au ménage de réaliser<br />

un tri qualitatif. Les poubelles de déchets<br />

résiduels sont équipées depuis plusieurs<br />

années d’un transpondeur qui s’active lors<br />

de la collecte. Ainsi, les <strong>communes</strong> sont<br />

en capacité de facturer chaque ménage<br />

en fonction de sa production de déchets.<br />

Cependant, les résidences ne bénéficiaient<br />

pas de ce système jusqu’il y a environ<br />

deux ans. Pour répondre à ce besoin,<br />

nous proposons désormais aux <strong>communes</strong><br />

d’équiper les logements collectifs<br />

d’e-Container.<br />

Quels services offrez-vous dans le<br />

domaine de la gestion <strong>des</strong> déchets?<br />

Historiquement, notre société a toujours<br />

collecté les déchets et plus particulièrement<br />

ceux <strong>des</strong> ménages par le biais <strong>des</strong> <strong>communes</strong>.<br />

Ces collectes en porte-à-porte ont évolué<br />

au fil <strong>des</strong> années et selon les changements<br />

de législation. Les problématiques<br />

environnementales liées à la gestion <strong>des</strong><br />

déchets ont fondamentalement changé<br />

notre façon de travailler et d’appréhender<br />

notre approche aux détritus. Aujourd’hui,<br />

chacun est sensibilisé aux règles de tri qui<br />

permettent d’optimiser le recyclage et la<br />

valorisation <strong>des</strong> matières, ce qui n’était<br />

pas le cas il y a plusieurs décennies. Les<br />

nouvelles législations concernant la gestion<br />

<strong>des</strong> déchets poussent les <strong>communes</strong> à être<br />

toujours plus exigeantes en termes de tri<br />

et ce sont ces exigences qui permettront<br />

de préserver notre environnement et de<br />

sensibiliser les Hommes à l’économie<br />

circulaire. Notre offre de services s’est<br />

adaptée à la demande <strong>des</strong> <strong>communes</strong> et<br />

“Les poubelles<br />

de déchets<br />

résiduels sont<br />

équipées d’un<br />

transpondeur<br />

qui s’active lors<br />

de la collecte”<br />

Qu’est-ce qu’un e-Container et comment<br />

l’utilise-t-on?<br />

L’e-Container est tout simplement<br />

une poubelle intelligente équipée d’un<br />

container. Les sachets de déchets sont<br />

déposés dans un tiroir de 15 ou 20 litres<br />

qui, lorsqu’il se referme, tombe dans le<br />

container. Ces poubelles sont proposées<br />

pour <strong>des</strong> containers de 240 litres et pour<br />

<strong>des</strong> containers allant de 660 à 1.100 litres.<br />

Chaque ménage est équipé d’une carte<br />

à puce qui déverrouille le tiroir. Chaque<br />

ouverture du tiroir est comptabilisée<br />

et donne lieu à facturation. Ce système<br />

Source photo: Lamesch<br />

permet à chaque habitant d’être facturé<br />

de manière équitable, selon la quantité de<br />

déchets produits.<br />

Aujourd’hui, on dispose du recul nécessaire<br />

pour affirmer que la mise en place <strong>des</strong><br />

e-Containers dans les résidences a permis<br />

de baisser la quantité <strong>des</strong> déchets résiduels<br />

tout en renforçant les quantités <strong>des</strong><br />

fractions recyclables et valorisables.<br />

L’assainissement est aussi un volet<br />

important dans vos activités, quels<br />

services proposez-vous?<br />

L’assainissement est un domaine vaste allant<br />

du simple débouchage jusqu’à la réparation<br />

de canalisation. Nous intervenons aussi<br />

bien sur <strong>des</strong> canalisations d’eaux usées que<br />

d’eaux de pluie. Le débouchage d’avaloirs<br />

est une activité qui rencontre beaucoup<br />

de succès auprès <strong>des</strong> <strong>communes</strong>. En effet,<br />

avec le temps et les intempéries, les avaloirs<br />

finissent par s’obstruer et il est essentiel<br />

de les nettoyer pour éviter tout problème<br />

d’écoulement <strong>des</strong> eaux.


LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> 109<br />

En assainissement, les activités sont<br />

complémentaires. Par exemple, si l’on ne<br />

parvient pas à déboucher une canalisation,<br />

on doit chercher quel est le problème. Pour<br />

cela, une inspection caméra est nécessaire:<br />

après nettoyage <strong>des</strong> canalisations, une caméra<br />

est introduite dans le tronçon et inspecte<br />

l’état du conduit. À partir de ce constat, on<br />

peut définir la nature du problème et choisir<br />

la solution adaptée. Un simple fraisage peut<br />

suffire à déboucher la canalisation; en cas de<br />

problème plus important ou de canalisations<br />

endommagées, une réparation peut être<br />

nécessaire. L’atout principal de notre société<br />

est de pouvoir proposer une solution quel<br />

que soit le problème et quel que soit le type<br />

de canalisations.<br />

La canalisation vit et s’abîme au fil <strong>des</strong><br />

années et souvent quand un problème<br />

survient, il est déjà tard et les solutions<br />

peuvent être coûteuses. Afin d’anticiper ces<br />

problèmes, nous préconisons aux <strong>communes</strong><br />

et aux industriels <strong>des</strong> inspections caméra<br />

préventives. À la suite de ces inspections,<br />

nous remettons un rapport écrit qui explique<br />

en détail l’état <strong>des</strong> conduites et selon le<br />

constat, nous proposons les solutions<br />

qui s’imposent. En cas d’obstruction, un<br />

simple fraisage peut être suffisant. Dans<br />

le cas contraire et si l’étanchéité de la<br />

canalisation n’est plus assurée, la réparation<br />

est nécessaire.<br />

La réparation de canalisation est réalisée<br />

sans travaux de tranchée et sans excavation<br />

et consiste à mettre en place un chemisage<br />

qui réhabilite totalement ou partiellement<br />

le réseau depuis l’intérieur à l’aide de<br />

gaines.<br />

Les techniques de réparations diffèrent<br />

légèrement selon le type <strong>des</strong> canalisations:<br />

• sur <strong>des</strong> conduites allant jusqu’à 1.200mm<br />

de diamètre: une gaine en fibre de verre,<br />

imprégnée d’une résine thermodurcissante,<br />

est insérée dans la conduite à rénover, mise<br />

sous pression et durcie par polymérisation<br />

aux rayons UV.<br />

• sur <strong>des</strong> conduites de 50 à 250mm de<br />

diamètre avec <strong>des</strong> cou<strong>des</strong> à angle droit<br />

aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur<br />

de l’habitation: une gaine textile souple<br />

imprégnée de résine est introduite dans<br />

la conduite au moyen d’air comprimé et<br />

durcie à l’eau chaude.<br />

Cette activité est très complexe. Aussi afin de<br />

la rendre plus accessible, un film explicatif<br />

est disponible sur notre site Internet<br />

lamesch.lu dans la rubrique Assainissement<br />

– Réparation de canalisations. n<br />

LAMESCH Exploitation s.a.<br />

12, ZI Wolser 2<br />

B.P. 75<br />

L-3201 Bettembourg<br />

lamesch@lamesch.lu<br />

www.lamesch.lu


110 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

DÉVELOPPEMENT DURABLE<br />

Buvez équitable!<br />

Le prix du lait est actuellement à 30 centimes d’euros le litre avec une tendance à la baisse, alors<br />

qu’un minimum de 44 centimes serait nécessaire afin que les exploitants agricoles gagnent<br />

leur pain. La chaine de valeur se développe depuis <strong>des</strong> décennies toujours plus au détriment<br />

<strong>des</strong> producteurs de lait; D’fair Mëllech est née du refus de subir sans agir. Rencontre avec son<br />

gérant, Fredy de Martines.<br />

décence du revenu <strong>des</strong> producteurs. C’est<br />

pourquoi nous réalisons régulièrement <strong>des</strong><br />

opérations de dégustation et d’information<br />

en gran<strong>des</strong> surfaces. Depuis les premières<br />

commercialisations de nos produits en<br />

2011, nous avons réussi à fidéliser une large<br />

clientèle, ce qui explique en partie notre<br />

croissance annuelle de 25%.<br />

C’est pourquoi nous mettons un soin<br />

tout particulier au développement d’une<br />

production durable. Nos 48 fermes qui sont<br />

toutes de tailles familiales, sont soumises à<br />

<strong>des</strong> bilans annuels qui prennent en compte<br />

tout ce qui entre (fourrages et engrais,..) et<br />

tout ce qui sort (lait et viande), et ce, dans<br />

le but de réduire nos émissions de CO 2 . n<br />

D’où vient le lait et pour quels produits?<br />

Dans quel contexte a été créé D’fair<br />

Mëllech?<br />

Suite à la crise du lait de 2008 qui a conduit<br />

les grèves dans les rues, 48 producteurs<br />

de lait luxembourgeois ont décidé de<br />

créer leur propre marque. Notre objectif<br />

était de redonner un pouvoir d’influence<br />

au producteur agricole sur les marchés.<br />

Nous avons donc souhaité inscrire notre<br />

démarche dans un projet européen en nous<br />

basant sur le concept de «lait équitable» de<br />

l’«European Milk Board» qui nous permet<br />

aujourd’hui de commercialiser nos propres<br />

produits laitiers. D’fair Mëllech est partie<br />

intégrante de l’économie solidaire.<br />

L’un de nos objectifs permanent est d’unir<br />

la confiance <strong>des</strong> consommateurs à la<br />

Le lait provient de 48 fermes qui<br />

sont réparties sur tout le territoire<br />

luxembourgeois. D’fair Mëllech compte<br />

neuf produits différents dont par exemple<br />

<strong>des</strong> laits chocolatés, du beurre, de la crème<br />

fraîche, <strong>des</strong> glaces à sept parfums et bien sûr,<br />

le lait. Nous travaillons aussi à l’élaboration<br />

de notre premier fromage qui sera un brie<br />

luxembourgeois. Enfin, l’emballage et la<br />

distribution sont assurés par Luxlait et la<br />

laiterie Thiry de Schouweiler.<br />

“D’fair Mëllech est<br />

partie intégrante<br />

de l’économie<br />

solidaire”<br />

Vous êtes en première ligne pour constater<br />

le changement d’habitu<strong>des</strong> <strong>des</strong> consommateurs;<br />

peut-on dire que la qualité et<br />

les circuits courts en sont <strong>des</strong> conditions?<br />

Le milieu agricole en général et celui du lait<br />

en particulier est ravi de constater que les<br />

consommateurs sont toujours plus soucieux<br />

de soutenir l’agriculture locale et de la<br />

qualité <strong>des</strong> produits qu’ils achètent. Nos<br />

agriculteurs cherchent un contact direct<br />

avec le consommateur et le commerçant et<br />

nous savons que leur solidarité pour un prix<br />

juste est intrinsèque à la transparence d’un<br />

produit de qualité.<br />

Produits D’fair Mëllech<br />

Lait chocolaté frais<br />

Fairtrade (0.5 litre)<br />

Lait chocolaté UHT<br />

Fairtrade (1 litre)<br />

Lait UHT<br />

3.5% de matière grasse<br />

et 1.5% de matière grasse<br />

(1 litre)<br />

Beurre<br />

(250 gr)<br />

Crème fraîche<br />

(0.5 litre)<br />

Lait frais écrémé<br />

3,5% de matière grasse<br />

et 1,5% de matière grasse<br />

(1 litre)<br />

Glaces à 7 parfums


Notre métier c’est le conseil et le suivi<br />

pour une installation dans les règles de l’art<br />

et en accord avec la législation<br />

Art Thermic • 7 Rue de Sanem • L-4664 Niederkorn<br />

Tel. 26 51 14 80 • www.arthermic.lu


114 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 207 - FÉVRIER <strong>2018</strong><br />

La passion de l’engagement<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

PORTRAIT<br />

Elle pénètre la pièce avec l’assurance de ceux qui gèrent la pression <strong>des</strong> responsabilités sans<br />

sourciller. Dans son col Claudine qui laisse sagement à penser aux écoliers de l’entre-deuxguerres,<br />

sa prestance presqu’intimidante fait oxymore. Un regard gris-bleu chaleureux et un<br />

large sourire suffisent pourtant à mettre à l’aise son interlocuteur. Itinéraire d’une femme<br />

réfléchie, sincère et engagée, portrait d’Anouk Agnes.<br />

L’édification d’une personnalité<br />

Trois générations de femmes étaient<br />

réunies dans le pavillon familial où Anouk a<br />

grandi, entourée de sa mère, sa grand-mère<br />

et de son grand-frère. L’enfant est plutôt<br />

bonne élève même si elle a une tendance<br />

à la paresse qui la pousse à ne réviser<br />

uniquement ce qu’il suffit pour avoir la<br />

moyenne. Elle développe très tôt le goût<br />

<strong>des</strong> livres, tout d’abord en chinant dans<br />

la bibliothèque rose et autres littératures<br />

de jeunesse, puis vers <strong>des</strong> lectures plus<br />

consistantes à force d’après-midis pluvieux<br />

sous le ciel gris de Bonnevoie.<br />

Dès ses onze ans, elle passe ses vacances<br />

d’été en colonie avec le CISV Luxembourg<br />

où <strong>des</strong> adolescents du monde entier<br />

partagent, trois semaines durant, le même<br />

campement. S’émouvoir <strong>des</strong> paysages<br />

lointains, caresser l’inconnu et embrasser<br />

les cultures qui lui sont étrangères<br />

marqueront son affection <strong>des</strong> voyages pour<br />

ne plus la quitter.<br />

Sa mère se remarie avec Marcel Mart,<br />

ministre DP de l’Economie, puis de l’Energie<br />

et <strong>des</strong> Transport sous les gouvernements<br />

Werner (1969-1974) et Thorn (1974-1977). À<br />

défaut de combler la transparence ineffaçable<br />

d’un père absent, la jeune-fille gagne de cette<br />

nouvelle union, l’influence culturelle d’un<br />

homme engagé. La table <strong>des</strong> repas familiaux<br />

s’anime souvent de débats sociétaux, culturels<br />

et politiques parfois le reconnaît-elle, à<br />

l’exaspération de sa mère et de son frèreainé.<br />

Ces discussions alimentent ses propres<br />

réflexions et adoucissent de raison les utopies<br />

de son adolescence.<br />

Dans les méandres du lycée, elle souhaite<br />

s’évader de ses bêtes noires que sont les<br />

mathématiques, la physique et la chimie<br />

pour se réfugier dans les sciences humaines.<br />

Tournant autour <strong>des</strong> auteurs allemands,<br />

volant dans la poésie française et dansant<br />

sur la musicalité de la langue italienne, elle<br />

quitte l’Athénée pour le Lycée Michel-<br />

Rodange et passe un Bac L. Puis sans réelle<br />

conviction, Anouk choisit de faire du droit<br />

parce que, c’est bien connu, il mène à tout.<br />

Après une maîtrise à Paris Assas, un master<br />

à Munich et un passage sur les bancs de<br />

Science Po à Londres, elle sait enfin qu’elle<br />

restera hermétique au droit <strong>des</strong> affaires.<br />

Ce qui la passionne, c’est la philosophie et<br />

l’histoire du droit, les droits de l’homme, le<br />

droit constitutionnel et international.<br />

“Investir dans<br />

<strong>des</strong> entreprises<br />

polluantes,<br />

c’est perdre<br />

de l’argent”<br />

La vie active<br />

Diplômes en poche, Anouk part en 1998<br />

pour New-York à la Représentation<br />

Permanente du Luxembourg auprès <strong>des</strong><br />

Nations unies pour le compte du ministère<br />

<strong>des</strong> Affaires étrangères. Dans l’hémicycle<br />

de l’ONU, elle suit, non sans fascination,<br />

les débats de l’Assemblée générale de la<br />

commission économique et sociale et<br />

notamment ceux <strong>des</strong> objectifs du millénaire<br />

(réduction de la faim dans le monde,<br />

éducation <strong>des</strong> enfants, campagnes de<br />

vaccinations, etc.).<br />

De retour au Luxembourg en 1999, elle<br />

intègre Lux-Development et découvre<br />

que le Grand-Duché est l’un <strong>des</strong> leaders<br />

mondiaux dans la contribution financière<br />

pour l’aide au développement <strong>des</strong> pays<br />

pauvres. À seulement 25 ans, elle part<br />

pour la Namibie puis pour les Balkans<br />

(Monténégro et Kosovo) où elle gère<br />

<strong>des</strong> projets concrets de construction<br />

d’écoles, de formation d’infirmières et<br />

d’équipement en matériel d’hôpitaux. Elle<br />

aide aussi les populations locales à trouver<br />

<strong>des</strong> débouchées professionnelles dans ces<br />

régions reculées où le charme <strong>des</strong> paysages<br />

jure si souvent avec l’impasse de l’existence<br />

qu’est la pauvreté. Un accident de voiture<br />

l’oblige à rentrer au pays en 2004; la jeune<br />

femme intègre alors la Banque asiatique<br />

de développement et refait son baluchon<br />

pour Manille jusqu’en 2005. De retour au<br />

Luxembourg, elle rejoint le ministère <strong>des</strong><br />

Finances.<br />

Alors ministre <strong>des</strong> Finances, Luc Frieden<br />

est en charge de la politique de stratégie,<br />

d’innovation, de compétitivité et du<br />

développement <strong>des</strong> services financiers. De<br />

cette volonté de promouvoir la Place à<br />

l’international naît, entre autre, Luxembourg<br />

for Finance pour lequel Anouk Agnes<br />

dirige la stratégie. Elle y découvre les<br />

fonds d’investissements et la renommée<br />

internationale de Luxembourg en la matière.


Anouk Agnes


116 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 207 - FÉVRIER <strong>2018</strong><br />

PORTRAIT<br />

À l’Alfi depuis 2012, elle en est aujourd’hui<br />

la directrice générale adjointe et ses<br />

dossiers de prédilection sont entre autres<br />

la microfinance, les fonds d’investissements<br />

socialement responsables et les fonds<br />

d’investissements verts. «Leader dans la<br />

microfinance, le Luxembourg a ouvert<br />

la voie aux investissements socialement<br />

responsables et a montré qu’on peut faire<br />

de l’argent tout en faisant du bien», dit-elle.<br />

Elle a pu constater que dans les pays où<br />

les enfants peinent à manger à leur faim,<br />

il est très difficile de parler d’écologie et<br />

sur les rives <strong>des</strong> fleuves, jonchant le sol <strong>des</strong><br />

bidonvilles et jusqu’aux cimes <strong>des</strong> arbres,<br />

les détritus sont partout. On sait déjà que<br />

l’argent public <strong>des</strong> pays riches ne pourra pas<br />

suffire au financement du développement<br />

durable <strong>des</strong> régions défavorisées et tous<br />

les experts s’accordent à dire que les 100<br />

milliards annuels avancés suite aux Accords<br />

de Paris sont sous-évalués. L’une <strong>des</strong><br />

solutions réside peut-être dans les fonds<br />

d’investissement verts qui connaissent<br />

de plus en plus de succès et Anouk Agnes<br />

peut l’observer quotidiennement: «les<br />

investisseurs constituent <strong>des</strong> portefeuilles<br />

qui leur rapportent <strong>des</strong> rendements<br />

financiers et préfèrent les entreprises qui<br />

ont <strong>des</strong> impacts positifs sur l’environnement<br />

parce qu’ils savent dorénavant qu’investir<br />

dans <strong>des</strong> entreprises polluantes, c’est perdre<br />

de l’argent».<br />

Un attrait…<br />

Soyons honnête, Anouk Agnes serait<br />

politiquement intéressante à plusieurs<br />

aspects. L’hypothétique candidature aurait<br />

la crédibilité d’un parcours de poids; sa<br />

batterie de diplômes et son lourd CV<br />

attestent d’une vision internationale de la<br />

Place et d’une connaissance <strong>des</strong> marchés<br />

financiers qui changeraient du traditionnel<br />

«candidat-enseignant».<br />

“Faire de la<br />

politique ne se<br />

résume pas<br />

à une carte de parti<br />

et à <strong>des</strong> campagnes<br />

électorales”<br />

La maman quadragénaire a ensuite une<br />

personnalité qui mériterait d’être connue<br />

avec <strong>des</strong> valeurs humanistes et sociales de<br />

terrain, une fibre écolo (avec entre autres<br />

une aversion pour les sachets en plastique)<br />

et une culture autrement sortie <strong>des</strong> fiches<br />

Wikipédia puisque sensible à la littérature,<br />

la poésie, l’art moderne, la danse classique<br />

et le cinéma d’auteur. Enfin, la dame a un<br />

physique plus qu’avantageux, ce qui n’est<br />

pas sans déplaire à l’électorat de tous bords<br />

confondus.<br />

Pourquoi dès lors celle qui pourrait<br />

parfaitement répondre à un mandat<br />

européen ou même à un poste ministériel<br />

ne s’est-elle jamais présentée?<br />

Elle nous promet que «ce n’est pas<br />

d’actualité». Certes, elle s’est toujours<br />

intéressée à la politique de son pays et tant<br />

ses évolutions que son sort la concernent<br />

intimement mais «l’intérêt ne suffit pas,<br />

faut-il encore s’identifier à un programme<br />

et s’engager dans un parti», rappelle-telle<br />

et d’ajouter dans une presque fausse<br />

mo<strong>des</strong>tie que «rien ne dit qu’une famille<br />

politique voudrait de moi». Pour l’heure,<br />

ses engagements écologiques et sociaux<br />

s’incarnent parfaitement dans son activité<br />

professionnelle et comme elle aime à le<br />

rappeler, «faire de la politique ne se résume<br />

pas à une carte de parti et à <strong>des</strong> campagnes<br />

électorales». Assurément, mais les caresses<br />

du temps qui passe renforceront peut-être<br />

plus encore son intérêt. n


Professionell Sécherheet fir Doheem a Betriber<br />

Alarmsystemer | Videoiwwerwaachung | Kofferfort’en, …


118 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 208 - MARS <strong>2018</strong><br />

La réussite à la clé<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

PORTRAIT<br />

Dans ces dernières pages de magazine, le lecteur est habitué<br />

à lire <strong>des</strong> portraits de personnalités qui ont une longue<br />

expérience dans leur domaine. Ce mois-ci, LG a souhaité<br />

remonter le temps et mettre le focus sur le dynamisme<br />

caractéristique de la jeunesse. Interview de Mara Esteves<br />

Machado, jeune femme de 32 ans, chargée de relation à la BIL<br />

et qui ne manque pas d’ambition…<br />

Itinéraire d’une intégration<br />

Son histoire prend lieu dans les paysages<br />

du Nord portugais où les levers de<br />

soleils accouchent de lumières or qui<br />

s’entremêlent aux montagnes de terres.<br />

Couchée sur les bords du fleuve Tâmega, la<br />

ville de Chaves (qui signifie clé en portugais)<br />

connait une importante émigration qui<br />

s’intensifie dans les années 70. Les habitants<br />

s’arrachent à leurs campagnes natales pour<br />

s’en aller vers <strong>des</strong> promesses d’eldorados.<br />

En quête de main-d’œuvre qualifiée et<br />

bon marché, les Etats-Unis, la Suisse,<br />

l’Allemagne mais aussi et surtout la France<br />

(qui compte aujourd’hui deux millions<br />

d’habitants d’origine portugaise) accueille<br />

cette diaspora avec enthousiasme. Si les<br />

liens culturels avec l’hexagone remontent<br />

jusqu’à Fernando Pessoa et Voltaire, ceux<br />

de l’immigration prennent source à la fuite<br />

de l’autoritarisme salazariste <strong>des</strong> années 50.<br />

Au pays de l’intranquillité 1 , les nouvelles<br />

de ceux qui sont partis donnent le courage<br />

de vaincre la peur de tout laisser.<br />

La famille Esteves pose ses valises à Paris<br />

quelques années durant; le temps pour la<br />

petite Mara et son grand frère d’apprendre<br />

la langue de Molière à l’école de la<br />

République et au père de la maîtriser sur<br />

les chantiers. Le Luxembourg est alors<br />

dans ses 20 splendi<strong>des</strong> (1985-2007) et l’âge<br />

d’or de son secteur financier fait croître<br />

dans son sillage, celui de la construction.<br />

Professora, Maîtresse puis Joffer, à six ans<br />

seulement, la petite Mara est une nouvelle<br />

fois replongée dans le bain froid d’une<br />

culture qu’elle ne connait pas et sa nouvelle<br />

institutrice lui traduit un an durant, toutes<br />

les explications du luxembourgeois au<br />

français. La salle de classe est à l’image du<br />

pays, multiculturelle et - le quartier de la<br />

gare oblige - les étrangers y sont mêmes<br />

plus nombreux que les autochtones.<br />

Pourtant, si les cours de récrés peuvent être<br />

<strong>des</strong> lieux où la moindre différence, aussi<br />

insignifiante qu’une couleur de cheveux,<br />

un surpoids, <strong>des</strong> lunettes ou <strong>des</strong> taches<br />

de rousseurs, est exploitée pour asséner<br />

les cruautés innocentes de l’enfance, les<br />

gamins restent néanmoins indifférents aux<br />

nationalités et aux origines. Ce qui compte<br />

c’est d’avoir le coéquipier qui nous fera<br />

gagner le match de football et d’être copine<br />

avec la plus habile à la corde à sauter.<br />

“L’amour<br />

de la littérature<br />

commence souvent<br />

par ce regard<br />

parental ranimant<br />

les voix séchées<br />

sur papier”<br />

La mère, femme de ménage le jour, oublie<br />

la fatigue accumulée à la nuit tombée et<br />

conte à ses enfants, <strong>des</strong> histoires piochées<br />

dans la bibliothèque familiale. De ce rituel<br />

du soir, la jeune femme garde encore<br />

aujourd’hui en mémoire la tendresse d’un<br />

1 Référence au Livre de l’Intranquillité du poète Fernando Pessoa.


Mara Esteves Machado


120 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 208 - MARS <strong>2018</strong><br />

PORTRAIT<br />

baiser maternel déposé sur sa joue avant<br />

qu’elle ne s’endorme et le goût <strong>des</strong> livres<br />

inscrit au cœur. L’amour de la littérature<br />

commence souvent par ce regard parental<br />

ranimant les voix séchées sur papier.<br />

La fillette pioche de temps à autre dans<br />

le réservoir à évasions du foyer et à ses<br />

douze ans seulement, elle engloutit sans<br />

indigestion Le Rouge et le Noir de Stendhal<br />

et Les Misérables de Victor Hugo. Deux<br />

chefs-d’œuvre de la littérature française<br />

certes, mais habituellement au regard du<br />

lecteur aguerri.<br />

Adolescente, elle étudie le commerce<br />

au Lycée Michel Lucius où elle se voit<br />

déjà femme d’affaires. Diplômée de<br />

l’Ecole de Commerce et de Gestion, elle<br />

s’envole pour Lisbonne où elle passe<br />

une licence en sciences politiques et en<br />

relations internationales et un master en<br />

communication. Son rêve de petite fille<br />

qui passait ses vacances d’été au Portugal<br />

en se disant qu’un jour, elle reviendrait y<br />

étudier se réalise enfin. La Portugaise au<br />

Luxembourg devient Luxembourgeoise au<br />

Portugal, elle en profite pour apprendre<br />

l’histoire de ses origines et goûte la vie<br />

lisboète.<br />

Le temps du travail<br />

De retour au pays - diplômes en poche et<br />

souvenirs estudiantins en tête - la jeune<br />

femme se lance sur le marché du travail et<br />

décroche sa première expérience dans une<br />

société de distribution et de commerce en<br />

ligne. Elle intègre ensuite en 2015 le centre de<br />

contacts de la BIL. Aujourd’hui, “Relationship<br />

Manager”, elle s’occupe de la gestion<br />

courante, <strong>des</strong> placements, <strong>des</strong> épargnes et <strong>des</strong><br />

prêts <strong>des</strong> employés de la banque.<br />

“Participer<br />

à la concrétisation<br />

<strong>des</strong> objectifs<br />

personnels<br />

<strong>des</strong> clients”<br />

Si les employés sont <strong>des</strong> clients comme les<br />

autres, ils sont aussi <strong>des</strong> collègues que l’on<br />

croise régulièrement dans les couloirs, à la<br />

cantine ou autour d’un verre après le travail.<br />

«Une force», dans son métier de conseil<br />

dit-elle, et d’ajouter qu’«au sein de la même<br />

maison, il y a une proximité qui facilite les<br />

prises de rendez-vous et nous parlons aussi le<br />

même langage». Le sentiment de participer<br />

à la concrétisation <strong>des</strong> objectifs personnels<br />

<strong>des</strong> clients est certainement la récompense la<br />

plus gratifiante de son travail.<br />

Elle s’identifie beaucoup à la BIL qui avec<br />

162 printemps reste une banque moderne<br />

où le dynamisme de la jeunesse a toute sa<br />

place. Une culture jeune et sans âgisme, à<br />

l’image de son équipe où Mara profite de<br />

l’expérience <strong>des</strong> séniors au quotidien.<br />

La jeune femme de 32 ans assume l’ambition<br />

d’aller «le plus loin possible» dans sa<br />

carrière, et ce, avec la certitude que sa<br />

hiérarchie l’épaule non pour répondre à<br />

<strong>des</strong> quotas de diversité mais bien pour ses<br />

qualités propres. Une employée épanouie,<br />

qui si la motivation reste intacte pourrait<br />

bien faire la une de couverture d’un LG à<br />

venir… n


L’énergie<br />

tout compris<br />

- financement<br />

- installation<br />

- exploitation<br />

©visible.be v18828 - image : Adobe Stock<br />

lea-services.lu<br />

T. +352 26 55 33 1<br />

LEA (leasing energy access)<br />

est un service développé<br />

en partenariat par<br />

Engie Cofely Services &<br />

Weishaupt Luxembourg.


122 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

Le Mouvement<br />

d’une vie<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

PORTRAIT<br />

Connue pour son franc parlé et son fervent engagement<br />

écologique, Blanche Weber, présidente du Mouvement<br />

Ecologique luxembourgeois (MECO), est un personnage<br />

contrasté. Entre détermination et sens de l’écoute, fraîcheur<br />

et mo<strong>des</strong>tie, c’est avec un grand sourire et la conviction dans<br />

le regard qu’elle nous a accueilli au cœur du paisible quartier<br />

du Pfaffenthal.<br />

Les prémices d’un engagement<br />

Ayant grandi dans le sud du pays, Blanche<br />

est très vite entrée en contact avec le<br />

monde de la politique. Héritant d’une<br />

volonté d’engagement prononcée de la<br />

part de son père, lui-même très impliqué<br />

en politique, la lycéenne s’est intéressée<br />

très jeune aux publications de la section<br />

«Jeunes et environnement» du Mouvement<br />

Ecologique avant d’en devenir membre à<br />

l’âge de 16 ans.<br />

Touchée par les interventions télévisées<br />

par <strong>des</strong> personnes engagées, notamment<br />

de Théid Faber, son prédécesseur, et par<br />

l’engagement <strong>des</strong> bénévoles qu’elle côtoie,<br />

elle se sent rapidement dans son élément.<br />

Quelques années plus tard, la jeune femme<br />

part pour Sarrebruck afin de poursuivre <strong>des</strong><br />

étu<strong>des</strong> en sociologie mais reviendra peu de<br />

temps plus tard au Luxembourg, rattrapée<br />

par ses ambitions écologiques.<br />

Tournant politique<br />

Année européenne de l’environnement et<br />

<strong>des</strong> élections communales luxembourgeoises,<br />

1987 a également été un moment<br />

charnière pour Blanche Weber qui<br />

s’est vu offrir un poste temporaire au<br />

MECO. Souhaitant dans un premier<br />

temps poursuivre ses étu<strong>des</strong> après cette<br />

parenthèse, elle change d’avis lorsqu’un<br />

poste permanant lui est proposé au terme<br />

de son contrat d’intérimaire. «Pendant<br />

<strong>des</strong> années, le Mouvement Ecologique<br />

n’avait pas eu les moyens d’engager,<br />

cette occasion était donc unique. Je n’ai<br />

jamais regretté ma décision par la suite»,<br />

raconte-t-elle, pleine d’aplomb.<br />

En effet, c’est cette même année que Robert<br />

Krieps, alors ministre de l’Environnement,<br />

avait accordé les premières subventions<br />

étatiques au Mouvement, ce qui lui avait<br />

permis de grandir, tout en gardant son<br />

indépendance par rapport à l’Etat et par là<br />

même, un regard critique sur ses actions.<br />

Alors engagée en tant que coordinatrice<br />

<strong>des</strong> actions du Mouvement, Blanche Weber<br />

a également été élue présidente par les<br />

membres, deux fonctions différentes qu’elle<br />

assume avec fierté et dynamisme.<br />

“Sans ces bénévoles<br />

passionnés et<br />

investis, le MECO<br />

n’aurait jamais pris<br />

autant d’ampleur”<br />

Le partage au cœur de la réflexion<br />

Fraîchement employée au sein du<br />

Mouvement, Blanche enchaîne la rédaction<br />

d’articles, la coordination de projets, les<br />

réunions et leurs rapports.<br />

Elle a l’opportunité de se consacrer à<br />

temps plein à son engagement et connaît<br />

sa chance: «Le Mouvement Ecologique<br />

comprend <strong>des</strong> centaines de bénévoles qui<br />

donnent de leur temps après leur journée<br />

de travail. Sans ces membres passionnés<br />

et investis, le MECO n’aurait jamais<br />

pris autant d’ampleur», tient-elle à<br />

souligner.


Blanche Weber


124 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 209 - AVRIL <strong>2018</strong><br />

PORTRAIT<br />

Et pour cause, l’engagement de ses<br />

collaborateurs, leur sens de l’écoute et<br />

leur volonté de partage d’opinions visant à<br />

construire ensemble les bases d’un monde<br />

meilleur sont autant d’éléments qui l’ont<br />

d’emblée séduite à son arrivée. Portant à ses<br />

débuts un intérêt particulier au thème de la<br />

participation citoyenne, elle trouve dans ce<br />

mode de fonctionnement une base saine à la<br />

réflexion sur <strong>des</strong> questions écologiques. En<br />

tenant compte <strong>des</strong> contraintes de chaque<br />

secteur impliqué dans une problématique,<br />

ce système favorise également la mixité<br />

sociale.<br />

Combat actuel<br />

Lors de leur congrès annuel le 24 mars<br />

dernier, le Mouvement Ecologique a<br />

annoncé ses revendications nationales<br />

dont la pierre angulaire était l’urgence de<br />

changer nos mo<strong>des</strong> de vie et de production<br />

afin de tenir compte <strong>des</strong> limites de notre<br />

système écologique. «La biodiversité<br />

se dégrade toujours au Luxembourg, la<br />

problématique du changement climatique<br />

ainsi que les problèmes de mobilité et de<br />

logement sont évidents, nous ne pouvons<br />

poursuivre cette logique de croissance»,<br />

nous explique Blanche Weber.<br />

Selon la présidente, la croissance de<br />

3,1% annoncée pour le Luxembourg<br />

d’ici 2021 n’est pas compatible avec les<br />

plans de développement durable du pays:<br />

«Les ressources dont nous disposons<br />

sont limitées, toute croissance est donc<br />

forcément en opposition avec l’idée<br />

de durabilité». Elle ajoute cependant:<br />

«Nous encourageons la croissance pour<br />

la production d’énergies alternatives et<br />

l’agriculture locale, mais nous ne pensons<br />

pas qu’une croissance globale puisse être<br />

bénéfique».<br />

“Financer notre<br />

système social<br />

sans avoir recours<br />

à cette logique de<br />

forte croissance”<br />

En ce sens, le Mouvement prône plutôt<br />

un développement économique plus<br />

durable avec notamment une promotion<br />

de l’économie régionale et de l’économie<br />

solidaire. Blanche Weber explique: «Il<br />

nous faut réfléchir à la manière dont nous<br />

pourrions financer notre système social<br />

sans avoir recours à cette logique de forte<br />

croissance. Certaines pistes à explorer<br />

seraient l’augmentation de la taxation<br />

écologique. Nous pourrions également<br />

envisager une fiscalité sur les capitaux<br />

financiers».<br />

Pour limiter cette croissance, le MECO<br />

s’oppose par ailleurs à l’implantation de<br />

certaines entreprises dans le pays. Trop<br />

polluantes, une superficie territoriale<br />

trop importante, trop énergivores, trop<br />

de trafic engendré, pas assez de taxes<br />

payées, concurrence directe avec les<br />

produits régionaux,… la présidente du<br />

Mouvement estime qu’il ne faut pas<br />

accueillir une entreprise à tout prix sur le<br />

sol luxembourgeois. «La finalité politique<br />

luxembourgeoise semble toujours œuvrer<br />

pour la productivité et la rentabilité, mais<br />

une telle croissance n’a pas de finalité<br />

humaine», et d’ajouter dans ce contexte:<br />

«Si notre défi principal est écologique,<br />

nous n’oublions toutefois pas la dimension<br />

sociale de nos actions», conclut-elle. n


Elevator Technology<br />

Platz sparen –<br />

Parken leicht gemacht.<br />

Entdecken Sie die Autopark- und Fahrradparksysteme von Wöhr.<br />

Kostenloses Preisangebot und Beratung unter 40 08 96.<br />

luxembourg@thyssenkrupp.com<br />

www.thyssenkruppascenseurs.lu<br />

www.woehr.de


126 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

Quand volonté et opportunités<br />

se rejoignent<br />

PAR MARTINA CAPPUCCIO<br />

PORTRAIT<br />

Avide de nouvelles expériences, Marina Andrieu, Executive Director et Co-Founder de<br />

l’association Women In Digital Empowerment (WIDE), est arrivée à la tête de son entreprise<br />

suite à un parcours pour le moins atypique. Avec détermination et dynamisme elle partage<br />

avec nous sa volonté de faire partie intégrante <strong>des</strong> changements qui secouent la société et nous<br />

livre les détails de son cheminement, de ses succès mais aussi de ses espoirs.<br />

Le changement au cœur<br />

Les technologies de l’information et de<br />

la communication ont connu un véritable<br />

essor dans les années 90. L’invention du<br />

circuit intégré et du microprocesseur<br />

améliorant grandement la puissance <strong>des</strong><br />

ordinateurs et l’ouverture de l’Internet au<br />

commerce ont fortement contribué à la<br />

démocratisation <strong>des</strong> ordinateurs, si bien<br />

que petit à petit, ils se sont immiscés dans<br />

l’intimité <strong>des</strong> foyers.<br />

L’adolescente qu’elle était alors se souvient<br />

de ces bouleversements: «Au lycée,<br />

j’étais parmi les premières à avoir accès<br />

à la maison à un ordinateur connecté à<br />

internet», se souvient-elle. Très intéressée<br />

par ce secteur, c’est pourtant vers un bac<br />

en économie qu’elle se tournera et ne<br />

reviendra à son amour pour la technologie<br />

que bien <strong>des</strong> années plus tard…<br />

A 18 ans, la jeune femme a besoin de<br />

changement. Décidée à apprendre une<br />

nouvelle langue, elle part pour le Royaume-<br />

Uni pour parfaire son anglais et travaille dans le<br />

secteur de l’hôtellerie. Elle y restera finalement<br />

plusieurs années. Observant déjà dans ce<br />

secteur l’importance d’une bonne gestion <strong>des</strong><br />

ressources humaines pour l’épanouissement du<br />

personnel et celui de l’entreprise, elle revient<br />

en France à l’âge de 24 ans pour reprendre <strong>des</strong><br />

étu<strong>des</strong> dans ce domaine.<br />

Luxembourg, pays d’opportunités<br />

En 2008, Marina Andrieu débute sa<br />

carrière dans les ressources humaines et<br />

le recrutement au Luxembourg. Pendant<br />

cinq ans, elle observe les mo<strong>des</strong> de<br />

fonctionnement de son métier et dresse<br />

un état <strong>des</strong> lieux: «Avec l’avènement <strong>des</strong><br />

nouvelles technologies, j’ai vite constaté<br />

que nos pratiques étaient vouées à évoluer<br />

et ai immédiatement voulu faire partie<br />

intégrante de ce changement», nous<br />

explique-t-elle.<br />

“J’ai cherché<br />

<strong>des</strong> cours de code et<br />

de programmation<br />

au Luxembourg,<br />

sans succès”<br />

A 32 ans, elle décide alors de concrétiser<br />

l’un de ses plus vieux rêves, à savoir<br />

fonder sa propre entreprise: «A ce<br />

tournant de ma vie je me suis dit que si<br />

je ne trouvais pas le courage de monter<br />

mon projet, je ne le ferais jamais. Je me<br />

suis alors lancée».<br />

Mais la jeune entrepreneuse prend<br />

rapidement conscience <strong>des</strong> compétences<br />

techniques qu’elle doit acquérir avant de<br />

voir aboutir ses ambitions. «J’ai cherché<br />

<strong>des</strong> cours de code et de programmation<br />

au Luxembourg, sans succès. Pourtant,<br />

à l’étranger, ce type d’initiatives existait<br />

déjà!», raconte-t-elle. Inspirée par ces<br />

projets et venant déjà du monde de la<br />

formation, Marina Andrieu esquisse alors<br />

les premières ébauches de son projet…<br />

La mise en place d’une collaboration<br />

Il y a cinq ans, au détour d’un forum en<br />

ligne, Marina fait la connaissance de Marie-<br />

Adélaïde Gervis qui partage alors avec elle<br />

sa volonté d’organiser <strong>des</strong> événements pour<br />

les femmes dans les nouvelles technologies.<br />

«Nos objectifs étaient complémentaires: je<br />

m’intéressais plutôt aux formations de code<br />

et elle à l’organisation d’événements, nous<br />

avons donc très vite décidé de nous associer<br />

et de créer, la même année, l’association<br />

WIDE», se souvient-elle.<br />

Et le succès est vite au rendez-vous: dès le<br />

premier événement en janvier 2014, une<br />

liste d’attente a dû être créée tellement<br />

l’engouement général était grand! Depuis,<br />

l’association redouble d’efforts et organise<br />

de nombreuses activités pour donner plus<br />

de visibilité aux femmes dans le secteur


Marina Andrieu


128 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 211 - JUIN <strong>2018</strong><br />

PORTRAIT<br />

<strong>des</strong> technologies, notamment <strong>des</strong> ateliers<br />

de code ou sur d’autres sujets plus ciblés<br />

comme la blockchain ou les ICO. WIDE<br />

organise par ailleurs <strong>des</strong> conférences<br />

dédiées aux femmes entrepreneuses ou<br />

travaillant dans le domaine <strong>des</strong> technologies<br />

et met en place <strong>des</strong> collaborations dans<br />

le cadre de projets nationaux, européens<br />

et internationaux. On note également<br />

parmi leurs activités la mise en place de<br />

formations ou de projets éducatifs, seuls ou<br />

en partenariats. Les possibilités offertes par<br />

l’association sont presque infinies… «Nous<br />

développons nos activités en fonction <strong>des</strong><br />

deman<strong>des</strong> <strong>des</strong> parties prenantes, ensuite<br />

nous cherchons à construire <strong>des</strong> projets<br />

qui pourraient répondre à ces besoins»,<br />

précise-t-elle.<br />

Un engagement parallèle<br />

Son engagement pour la promotion<br />

du secteur <strong>des</strong> technologies va au-delà<br />

de l’association WIDE puisqu’elle<br />

a été mandatée par la Commission<br />

européenne pendant quatre années en<br />

tant qu’ambassadrice au Luxembourg<br />

pour la promotion <strong>des</strong> compétences<br />

informatiques dans le cadre de l’initiative<br />

EU Code Week. «Cette expérience m’a<br />

permis de rencontrer <strong>des</strong> ambassadeurs<br />

d’autres pays et de voir quelles étaient les<br />

pratiques et difficultés rencontrées». Elle<br />

poursuit: «Cet échange de pratiques est très<br />

enrichissant. On note par exemple que les<br />

pays de l’est de l’Europe comptent un taux<br />

de 50% d’acteurs féminins dans ce domaine<br />

alors que les pays plus à l’Ouest atteignent<br />

seulement 10 à 15%».<br />

“Nous développons<br />

nos activités<br />

en fonction<br />

<strong>des</strong> deman<strong>des</strong><br />

que nous recevons<br />

du marché”<br />

Opérer un changement de mentalités<br />

L’association WIDE a noué de prestigieux<br />

partenariats depuis sa création, notamment<br />

avec <strong>des</strong> lycées luxembourgeois et le<br />

LIST pour la création d’une plateforme<br />

en ligne, ou encore avec l’ONU pour<br />

<strong>des</strong> événements tels que le «Girls in ICT<br />

day». Persévérante et déterminée, Marina<br />

Andrieu considère son travail comme une<br />

passion et elle n’entend pas changer de voie<br />

aussitôt: «Nous pensons qu’il est nécessaire<br />

de poursuivre nos efforts et de ne pas<br />

s’arrêter en si bon chemin».<br />

Les stéréotypes présents dans la société<br />

éloignent les acteurs féminins de ces<br />

professions. Les étu<strong>des</strong> réalisées à la suite<br />

<strong>des</strong> ateliers organisés par WIDE montrent<br />

qu’au-delà de l’initiation qu’ils proposent,<br />

leur premier apport est d’encourager<br />

les participantes et de leur insuffler une<br />

certaine confiance en elles, car à l’heure<br />

actuelle, la seule caractéristique qui semble<br />

manquer aux jeunes femmes pour accéder à<br />

ces métiers est le courage d’entreprendre. n


130 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 212 - JUILLET <strong>2018</strong><br />

PORTRAIT<br />

Une fortune de Hasards,<br />

d’Esthétismes et d’Infinis<br />

PAR JULIEN BRUN<br />

Ses traits délicats, ornés d’une chevelure auburn dissonent<br />

sans heurts avec la sévérité d’un premier regard noisette.<br />

Lucie Hoffmann n’est pas de ces beautés froi<strong>des</strong> et<br />

rébarbatives mais simplement d’une prudence qui sait devoir<br />

parler de son parcours à un inconnu. Ne pas trop en dévoiler<br />

tout en en disant assez; exercice ô combien délicat que celui<br />

d’un portrait. Itinéraire d’une chef d’entreprise de 30 ans,<br />

qui a brillamment su passer du monde artistique à celui de<br />

l’entrepreneuriat digital.<br />

Hasards<br />

Avec un papa ingénieur et une maman<br />

artiste, aucun hasard à ce que la créativité<br />

eut tenu une place toute particulière<br />

dans son enfance. La fillette est comme<br />

immergée dans le bain de l’inventivité qui<br />

est encouragée, incitée et sollicitée par ses<br />

parents. Si Lucie a un joli coup de crayon<br />

et s’essaie régulièrement à la peinture, elle<br />

témoigne aussi d’une puissante volonté de<br />

comprendre le réel qui l’entoure. Les repas<br />

familiaux sont dès lors immanquablement<br />

épicés de conversations sur l’art conceptuel<br />

et contemporain, l’Histoire, l’actualité et<br />

la politique. Les idéaux tant économiques<br />

que philosophiques de la jeune fille se<br />

reconnaissent dans le libéralisme et<br />

perdureront jusqu’à l’âge adulte.<br />

“Une œuvre d’art<br />

est un rendez-vous<br />

avec l’éternité dans<br />

la transcendance<br />

de l’être humain”<br />

La lycéenne choisit une filière artistique et<br />

se passionne pour les mathématiques et plus<br />

particulièrement pour leurs dimensions<br />

philosophiques. Après son Bac, comme<br />

toute bercée de l’Infini, du Hasard et de<br />

l’Esthétisme, l’universitaire choisit l’histoire<br />

de l’Art.<br />

De ses années universitaires, elle garde le<br />

souvenir amer d’«une épreuve par laquelle<br />

il faut bien passer pour être diplômé».<br />

À l’ULB (Université Libre de Bruxelles),<br />

Lucie passe sa première année la tête dans<br />

les bouquins, se refusant à la vie estudiantine<br />

et son cortège d’insouciances où les soirées<br />

sont toujours désinvoltes. L’étudiante<br />

sérieuse part ensuite pour Berlin, une<br />

ville jeune, à la culture artistique forte et<br />

aux scènes undergrounds où elle s’autorise<br />

une vie sociale mais uniquement avec <strong>des</strong><br />

personnes qui ont déjà une vie active et plus<br />

particulièrement entrepreneuriale.<br />

Esthétismes<br />

L’art se définit généralement à travers les<br />

émotions de l’admirateur qui pose un regard<br />

naturellement romantique sur l’œuvre.<br />

L’œuvre d’art devient alors une nourriture de<br />

l’âme qui forme le goût et rend meilleur. On<br />

voit mieux, on entend mieux, on comprend<br />

mieux le monde après avoir été ébranlé de<br />

son ivresse. C’est un regard étrange, une<br />

perspective différente, un sens divergeant qui<br />

se posent sur le réel, tissant un lien permanant<br />

dans la rencontre de l’autre. Une œuvre d’art<br />

est un rendez-vous avec l’éternité dans la<br />

transcendance de l’être humain.<br />

Mais lorsqu’on le renvoie à son étymologie<br />

latine, l’ars est aussi et peut-être d’abord, la<br />

technique ou le geste qui fabrique. Selon<br />

Rimbaud, «Le Poète se fait voyant par un<br />

long, immense et raisonné dérèglement<br />

de tous les sens», de sorte que l’artiste a<br />

toujours un temps d’avance sur ce qui sera;<br />

le musicien entend et fait le bruit que fera le


Lucie Hoffmann


132 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong> - LG 212 - JUILLET <strong>2018</strong><br />

PORTRAIT<br />

monde de demain comme le romancier le<br />

perçoit, l’influence et l’écrit. L’hypersensibilité<br />

de l’artiste relèverait plus de l’intuition que<br />

de la raison raisonnante. Lucie sait que les<br />

parts irrationnelles de l’artiste ne sont pas<br />

déraisonnables pour autant mais elle aime trop<br />

le rationnel. Elle n’est bien évidemment pas<br />

étrangère à l’émotion mais son intérêt porte<br />

davantage à percer les mystères de l’œuvre,<br />

à définir ses contextes et à chercher les clés<br />

de sa genèse. Pas étonnant dès lors que son<br />

sujet de mémoire de fin d’étu<strong>des</strong> porte sur les<br />

interactions entre l’art et les sciences.<br />

Au détour d’un job dans une galerie, Lucie<br />

se découvre un vrai goût pour le commerce<br />

mais n’arrive pas comprendre l’origine<br />

émotionnelle qui conduit à l’achat ou<br />

l’impulsion qui mène à l’acquisition d’une<br />

œuvre. Elle ne perçoit pas le besoin de<br />

l’acheteur qui lui semble pourtant essentiel<br />

à son nouveau désir entrepreneurial.<br />

Infinis<br />

Revenant de son séjour berlinois, elle<br />

travaille pour une startup, puis dans un<br />

cabinet financier de fusions et acquisitions<br />

et y découvre avec passion, la mise en<br />

relation d’entreprises ou dans le jargon,<br />

le B2B. L’idée originelle et originale de<br />

Vendimus est simple: mettre en relation<br />

<strong>des</strong> entreprises dans un souci commercial,<br />

afin de créer <strong>des</strong> pistes convergentes et ainsi<br />

générer <strong>des</strong> opportunités.<br />

“La recherche<br />

effrénée d’une<br />

proximité”<br />

Avec nulle autre arme que sa conviction,<br />

la voilà partie défendre son idée devant les<br />

entrepreneurs. Elle écoute les remarques,<br />

considère les critiques et repositionne son<br />

offre de services. Force est de constater<br />

qu’elle y trouve oreilles favorables puisque<br />

l’entreprise a déjà <strong>des</strong> clients dès son<br />

lancement et travaille rapidement avec <strong>des</strong><br />

multinationales qui la font grandir; trois<br />

ans après sa création, Vendimus enregistre<br />

une centaine de clients à travers le monde.<br />

Lucie Hoffmann explique ce succès par<br />

le fait que ses 14 collaborateurs ont su<br />

rester à l’écoute <strong>des</strong> clients, anticiper les<br />

changements <strong>des</strong> marchés et adapter l’offre<br />

en fonction de leurs besoins.<br />

«Nos collaborateurs sont formés en continu<br />

par nos clients», dit-elle et d’ajouter que<br />

«cette proximité est unique sur le marché».<br />

Un très grand marché même, car s’il<br />

s’étend principalement sur l’Europe, il va<br />

jusqu’en Israël. La clientèle est partout,<br />

alors Lucie va partout, elle passe la moitié<br />

de la semaine à l’étranger et reconnaît<br />

que le client est devenu une obsession.<br />

Non pas celle d’un requin commercial<br />

qui chasse sans vergogne n’importe quel<br />

client, mais plutôt celle de la recherche<br />

effrénée d’une proximité. Lucie souhaite<br />

moins une relation de prestation que de<br />

partenariat, différence de forme diront les<br />

uns, peut-être mais qui implique de facto,<br />

une différence de fond. n


Christian Simon<br />

Conducteur<br />

de chantier<br />

Luis Pinheiro<br />

Chef d’équipe<br />

façadiers<br />

Vous avez un projet ? Nous le réalisons !<br />

Avec la majorité <strong>des</strong> corps de métier en interne et plus de 37 ans d’expérience,<br />

nous ferons de votre maison votre plus belle réussite.<br />

clk.lu<br />

E gudde Projet brauch e staarke Partner<br />

Le bon plan aux mains d’un partenaire solide<br />

(+352) 88 82 01 2, Zone Industrielle L-9166 Mertzig www.clk.lu


134 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong>


Communes<br />

Beaufort<br />

Bech<br />

Beckerich<br />

Berdorf<br />

Bertrange<br />

Bettembourg<br />

Bettendorf<br />

Betzdorf<br />

Bissen<br />

Biwer<br />

Boulaide<br />

Bourscheid<br />

Bous<br />

Clervaux<br />

Colmar-Berg<br />

Consdorf<br />

Contern<br />

Dalheim<br />

Diekirch<br />

Differdange<br />

Dippach<br />

Dudelange<br />

Echternach<br />

Ell<br />

Erpeldange-sur-Sûre<br />

Esch-sur-Alzette<br />

Esch-sur-Sûre<br />

Ettelbruck<br />

Feulen<br />

Fischbach<br />

Flaxweiler<br />

Frisange<br />

Garnich<br />

Goesdorf<br />

Grevenmacher<br />

Grosbous<br />

Habscht<br />

Heffingen<br />

Helperknapp<br />

Hesperange<br />

Junglinster<br />

Käerjeng<br />

Kayl<br />

Kehlen<br />

Kiischpelt<br />

Koerich<br />

Kopstal<br />

Lac Haute-Sûre<br />

Larochette<br />

Lenningen<br />

Leudelange<br />

Lintgen<br />

Lorentzweiler<br />

Luxembourg-Ville<br />

Mamer<br />

Manternach<br />

Mersch<br />

Mertert<br />

Mertzig<br />

Mondercange<br />

Mondorf-les-Bains<br />

Niederanven<br />

Nommern<br />

Parc Hosingen<br />

Pétange<br />

Preizerdaul<br />

Putscheid<br />

Rambrouch<br />

Reckange-sur-Mess<br />

Redange-sur-Attert<br />

Reisdorf<br />

Remich<br />

Roeser<br />

Rosport-Mompach<br />

Rumelange<br />

Saeul<br />

Sandweiler<br />

Sanem<br />

Schengen<br />

Schieren<br />

Schifflange<br />

Schuttrange<br />

Stadtbredimus<br />

Steinfort<br />

Steinsel<br />

Strassen<br />

Tandel<br />

Troisvierges<br />

Useldange<br />

C. Vallée de l’Ernz<br />

Vianden<br />

Vichten<br />

Wahl<br />

Waldbillig<br />

Waldbredimus<br />

Walferdange<br />

Weiler-la-Tour<br />

Weiswampach<br />

Wiltz<br />

Wincrange<br />

Winseler<br />

Wormeldange<br />

C-3<br />

D-4<br />

A-4<br />

D-3<br />

B-5<br />

B-6<br />

C-3<br />

D-4<br />

B-4<br />

D-4<br />

A-3<br />

B-3<br />

C-5<br />

B-2<br />

B-4<br />

D-4<br />

C-5<br />

C-5<br />

C-3<br />

A-6<br />

B-5<br />

B-6<br />

D-4<br />

A-4<br />

B-3<br />

B-6<br />

B-3<br />

B-3<br />

B-3<br />

C-4<br />

C-5<br />

C-6<br />

B-5<br />

B-3<br />

D-4<br />

B-3<br />

B-4<br />

C-4<br />

B-4<br />

C-5<br />

C-4<br />

A-5<br />

B-6<br />

B-5<br />

B-2<br />

B-5<br />

B-5<br />

A-3<br />

C-4<br />

D-5<br />

B-5<br />

B-4<br />

C-4<br />

B-C-5<br />

B-5<br />

D-4<br />

B-4<br />

D-4<br />

B-3<br />

B-6<br />

C-6<br />

C-5<br />

C-4<br />

B-2<br />

A-5<br />

B-4<br />

B-2<br />

A-3<br />

B-5<br />

A-4<br />

C-3<br />

D-5<br />

C-5<br />

D-4<br />

B-6<br />

B-4<br />

C-5<br />

B-6<br />

C-6<br />

B-3<br />

B-6<br />

C-5<br />

D-5<br />

B-5<br />

B-5<br />

B-5<br />

C-3<br />

B-1<br />

B-4<br />

C-4<br />

C-3<br />

B-4<br />

A-3<br />

C-4<br />

C-5<br />

C-5<br />

C-5<br />

B-1<br />

B-2<br />

A2<br />

A2<br />

D-5<br />

135<br />

LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong>


136 LG<br />

BEST OF & GUIDE <strong>2018</strong><br />

Beaufort<br />

Bech<br />

Beckerich<br />

Berdorf<br />

Bertrange<br />

Bettembourg<br />

Bettendorf<br />

Beaufort<br />

Beaufort-Château<br />

Befort<br />

Dillingen<br />

Grundhof, ancienne forge<br />

Grundhof-Dillingen<br />

Krehwinkel<br />

Mühlenbach<br />

Roederhof<br />

Schmittenwehr<br />

Altrier<br />

Altrier-Hemstal<br />

Bech<br />

Blumenthal<br />

Geyershof<br />

Grassenberg<br />

Graulinster<br />

Hemstal<br />

Hersberg<br />

Jacobsberg<br />

Kinsickerhof<br />

Kreuzenhöcht<br />

Marscherwald-Kobenbour<br />

Rippig<br />

Waldhof<br />

Zittig<br />

Zittig-Moulin<br />

Beckerich<br />

Elvange<br />

Hovelange<br />

Hovelange-Halte<br />

Huttange<br />

Leitrange<br />

Leitrange (Ferme de)<br />

Levelange<br />

Noerdange<br />

Oberpallen<br />

Schweich<br />

Berdorf<br />

Birkelt<br />

Bollendorf-Pont<br />

Dosterthof<br />

Grundhof<br />

Halsbach<br />

Hammhof<br />

Heisbich<br />

Hungershof<br />

Kalkesbach<br />

Langent<br />

Laufenwehr<br />

Posselt<br />

Schleiterhof<br />

Seitert<br />

Weilerbach<br />

Bartringen<br />

Bertrange<br />

Bertrange-Gare<br />

Bofort<br />

Findelshof<br />

Grevels<br />

Helfenterbruck<br />

Lorentzscheuer<br />

Niedert<br />

Tossenberg<br />

Abweiler<br />

Bettembourg<br />

Fennange<br />

Huncherange<br />

Krackelshof<br />

Noertzange<br />

Bettendorf<br />

Bleesbruck<br />

Broderbour<br />

Clairefontaine<br />

Clemenshof<br />

Betzdorf<br />

Bissen<br />

Biwer<br />

Boulaide<br />

Bourscheid<br />

Bous<br />

Clervaux<br />

Gilsdorf<br />

Hirzenhof<br />

Keiwelbach<br />

Kempchen<br />

Moestroff<br />

Morgenflissen<br />

Moschbierg<br />

Niederberg<br />

Sasselbach<br />

Schrö<strong>des</strong>chhof<br />

Selz<br />

Unterfoos<br />

Unterherel<br />

Banzelt<br />

Berg<br />

Betzdorf<br />

Betzdorf-Moulin<br />

Haupeschhof<br />

Maison forestière<br />

Mensdorf<br />

Olingen<br />

Roodt-sur-Syre<br />

Bissen<br />

Bissen-Forges<br />

Bissen-Moulin<br />

Roost<br />

Biwer<br />

Boudier<br />

Boudierbach<br />

Breinert<br />

Breinertknupp<br />

Brouch<br />

Hagelsdorf<br />

Wecker<br />

Wecker-Gare<br />

Weydig<br />

Baschleiden<br />

Bauschleiden<br />

Boudlerbach<br />

Boulaide<br />

Boulaide-Moulin<br />

Flebour<br />

Poteau de Harlange<br />

Schaulsmühle<br />

Surré (Syr)<br />

Asselborn<br />

Bourscheid<br />

Bourscheid-Moulin<br />

Closdelt<br />

Enteschbach<br />

Fischeiderhof<br />

Flebour-Lipperscheid<br />

Flebour-Michelau<br />

Friedbusch<br />

Goebelsmühle<br />

Kehmen<br />

Lipperscheid<br />

Schlindermanderscheid<br />

Upperscheld<br />

Welscheid<br />

Windhof<br />

Baumhof<br />

Michelau<br />

Scheidel<br />

Assel<br />

Bous<br />

Emeringerhof<br />

Erpeldange-sur-Sûre<br />

Heisbourgerhof<br />

Herdermühle<br />

Rolling<br />

Scheuerberg<br />

Clerf<br />

Clervaux<br />

Drauffelt<br />

Colmar-Berg<br />

Consdorf<br />

Contern<br />

Dalheim<br />

Eselbom<br />

Fischbach<br />

Fossen<br />

Grindhausen<br />

Heiderscheid<br />

Heinerscheid<br />

Heinerscheid-Route<br />

Hupperdange<br />

Kaesfurt<br />

Kalborn<br />

Kalborn-Moulin<br />

Katzfeld<br />

Kirelshof<br />

Lausdorn<br />

Lieler<br />

Marnach<br />

Mecher<br />

Munshausen<br />

Reuler<br />

Roder<br />

Siebenaler<br />

Tintesmühle<br />

Urspelt<br />

Weicherdange<br />

Berg<br />

Brongershof<br />

Brosiushof<br />

Carlshof<br />

Colmar<br />

Geismühle<br />

Lellingerhot<br />

Welsdorf<br />

Altro<strong>des</strong>chhof<br />

Breitweiler<br />

Colbette<br />

Consdorf<br />

Consdorf-Moulin<br />

Crispent<br />

Gemenerhof<br />

Juckenfeld<br />

Kalkesbach<br />

Kobenbour, v. Marscherwald<br />

Kriespelt<br />

Marscherwald<br />

Melicksheck<br />

Michelshof<br />

Neuro<strong>des</strong>chhof<br />

Osterholz<br />

Rosswinklerhof<br />

Scheidgen<br />

Stoppelhof<br />

Theinshof<br />

Wolper<br />

Wolperhof<br />

Brücherhof<br />

Brüchermühle<br />

Contern<br />

Contern-Barrière<br />

Cröntgeshof<br />

Kackerterhof<br />

Medingen<br />

Moutfort<br />

Mühlbach-Moulin<br />

Oetrange<br />

Oetrange-Moulin<br />

Pleitrange<br />

Mühlbach<br />

Buchholzerhof<br />

Dalheim<br />

Filsdorf<br />

Heidscheuer<br />

Hunnenbusch<br />

Leymühle<br />

Reckingerhof<br />

Welfrange<br />

Communes, localités et/ou lieux-dits


Diekirch<br />

Differdange<br />

Dippach<br />

Dudelange<br />

Echternach<br />

Ell<br />

Erpeldange-sur-Sûre<br />

Esch-sur-Alzette<br />

Esch-sur-Sûre<br />

Ettelbruck<br />

Diekirch<br />

Friedhof<br />

Herrenberg<br />

Differdange<br />

Fond de Gras<br />

Fond de Hussigny<br />

Kaalbreck<br />

Kuelesgrund<br />

Lasauvage<br />

Maison-Cronière<br />

Moulin à scories<br />

Niederkorn<br />

Obercorn<br />

Schlackenmühle<br />

Vesquenhaff<br />

Bettange<br />

Dippach<br />

Dippach-Barrière<br />

Dippach-Gare<br />

Löftgermühle<br />

Schouweiler<br />

Schouweiler-Halte<br />

Sprinkange<br />

Sprinkange-Ferme<br />

Budersberg<br />

Burange<br />

Dudelange<br />

Bel-Air<br />

Echternach<br />

Felsbuch<br />

Felsmühle<br />

Kefferbour<br />