06.12.2023 Views

Journal asmac No 6 - décembre 2023

Sauvetage - Histoires d’hôpitaux et de carottes Politique - Un guide sur la santé planétaire Médecine du sport - Prévention et traitement des blessures Déficits immunitaires secondaires - La substitution par immunoglobulines en hématologie

Sauvetage - Histoires d’hôpitaux et de carottes
Politique - Un guide sur la santé planétaire
Médecine du sport - Prévention et traitement des blessures
Déficits immunitaires secondaires - La substitution par immunoglobulines en hématologie

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

<strong>Journal</strong><br />

N o 6, <strong>décembre</strong> <strong>2023</strong><br />

<strong>asmac</strong><br />

Le journal de l’Association suisse des médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de clinique<br />

Sauvetage<br />

Histoires d’hôpitaux<br />

et de carottes<br />

Page 24<br />

Politique<br />

Un guide sur la santé<br />

planétaire<br />

Page 6<br />

Médecine du sport<br />

Prévention et traitement<br />

des blessures<br />

Page 41<br />

Déficits immunitaires<br />

secondaires<br />

La substitution par<br />

immunoglobulines en<br />

hématologie<br />

Page 44


Coopérative<br />

Plus de temps pour l’essentiel<br />

A votre service !<br />

La Caisse des Médecins vous soutient avec de nombreux produits informatiques et<br />

services pour l’administration de votre cabinet. Vous pouvez donc vous concentrer sur<br />

le travail médical. Les patient·es s’en réjouissent également.<br />

Informations et offres supplémentaires<br />

caisse-des-medecins.ch<br />

La Caisse des Médecins : une coopérative<br />

professionnelle à vos côtés<br />

publix.ch


Sommaire<br />

Sauvetage<br />

Histoires d’hôpitaux et de carottes<br />

Illustration de la page de<br />

couverture: Stephan Schmitz<br />

Editorial<br />

5 Save our souls<br />

Politique<br />

6 Ensemble pour le climat et la santé<br />

8 Beaucoup d’engagement et une<br />

décision pour l’environnement<br />

10 L’essentiel en bref<br />

Formation postgraduée/<br />

Conditions de travail<br />

12 Conseils et outils pour le début<br />

de carrière<br />

15 Dans l’univers des médecinsassistant(e)s<br />

<strong>asmac</strong><br />

16 <strong>No</strong>uvelles des sections<br />

22 <strong>asmac</strong>-Inside<br />

23 Conseil juridique de l’<strong>asmac</strong><br />

Perspectives<br />

41 Actualités sur la prise en charge<br />

médicosportive: La médecine<br />

du sport entre danse et tradition<br />

44 Aus der «Therapeutischen<br />

Umschau» – Übersichtsarbeit:<br />

Immunoglobulin-Substitutionstherapie<br />

bei hämatologischen<br />

Patienten mit sekundärem Antikörpermangel<br />

50 Le lieu particulier<br />

mediservice<br />

51 Boîte aux lettres<br />

52 Le dilemme de la numérisation<br />

54 Impressum<br />

Point de mire: Sauvetage<br />

24 Les situations d’urgence:<br />

comment s’y préparer?<br />

28 Sauvetage d’une carotte tessinoise<br />

30 Le salut et ses vertus probiotiques<br />

34 Une source d’inspiration pour<br />

les constructions futures<br />

38 Prévenir le suicide pour éviter<br />

la souffrance<br />

<strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong>: nous cherchons de nouveaux membres<br />

pour la rédaction<br />

Vous avez de multiples centres d’intérêt et vous voulez marquer le <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong><br />

de votre empreinte?<br />

Si vous voulez vous faire une idée de notre travail, nous vous invitons cordialement à participer<br />

à une séance de la rédaction. Les principales tâches de la rédaction:<br />

• planification thématique des numéros<br />

• recherche d’auteurs<br />

• participation régulière aux séances (six séances du soir et une retraite)<br />

Cela vous intéresse? Écrivez-nous à l’adresse journal@<strong>asmac</strong>.ch.<br />

<strong>No</strong>us nous réjouissons d’accueillir de nouveaux visages.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 3


Bonus FOMF<br />

Code*<br />

INVS1223<br />

Médecine Interne Générale<br />

Update Refresher<br />

19. – 22.03.2024 Genève<br />

04. – 07.06.2024 Lausanne<br />

31 h<br />

Médecine Interne<br />

Update Refresher<br />

05. – 09.12.<strong>2023</strong> Lausanne<br />

39 SSMIG<br />

Cardiologie<br />

Update Refresher<br />

13. – 14.06.2024 Genève<br />

14 h<br />

Endocrinologie-Diabétologie<br />

Update Refresher<br />

06. – 07.06.2024 Livestream<br />

12 h<br />

Information / Inscription<br />

tél. 041 567 29 80 | info@fomf.ch | www.fomf.ch<br />

Présence sur place ou participation via Livestream<br />

* valable jusqu’au dernier jour du cours, 10 CHF sur la réservation du cours & l’adhésion, non remboursable rétroactivement<br />

Du rire et du rêve<br />

pour nos enfants hospitalisés<br />

Grâce à vos dons, les enfants<br />

hospitalisés reçoivent chaque<br />

semaine la visite des docteurs<br />

Rêves. Merci pour votre soutien.<br />

www.theodora.ch<br />

©Pierre-Yves Massot<br />

IBAN CH51 0900 0000 1006 1645 5<br />

230127_FT_Annonce_VSAO_190x134mm.indd 2 01.02.23 16:11


Editorial<br />

Save our souls<br />

Regula Grünwald<br />

Rédactrice en chef<br />

du <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong><br />

Trois points, trois traits, trois points. Cet appel de détresse<br />

fut lancé par le paquebot britannique «Slavonia»<br />

après avoir heurté une falaise au large des Açores en<br />

1909. Une première dans l’histoire de la navigation<br />

internationale. L’appel à l’aide a été entendu, et tous les passagers<br />

ont pu être sauvés. Trois ans plus tôt, la Conférence radiotélégraphique<br />

internationale de Berlin avait adopté le «SOS» comme<br />

signal de détresse standard, officiellement introduit en 1908. On lui<br />

attribua par la suite les significations «Save our souls» (Sauvez<br />

nos âmes) ou encore «Sure of sinking» (Sur le point de couler).<br />

A l’origine, le SOS était une combinaison de signes en morse sans<br />

signification, mais très facile à mémoriser et à reconnaître.<br />

<strong>No</strong>s numéros d’urgence actuels sont eux aussi simples et faciles<br />

à retenir, mais ce qui se cache derrière est très complexe. Un article<br />

de notre édition consacrée au thème «Sauvetage» montre comment<br />

se préparer au mieux à une situation d’urgence. Des études sur<br />

la prévention du suicide chez les jeunes indiquent que certaines<br />

situations d’urgence ne devraient même pas exister. Un autre<br />

article met en lumière les progrès réalisés par la Suisse dans ce<br />

domaine. Le désir de sécurité fait partie des besoins fondamentaux<br />

de l’être humain. C’est pourquoi la croyance en un sauveur divin<br />

joue un rôle déterminant dans de nombreuses religions. <strong>No</strong>us nous<br />

sommes penchés sur cette question à l’aune du judaïsme et du<br />

christianisme.<br />

Mais il n’y a pas que les vies humaines qui peuvent être sauvées:<br />

au Ballenberg, près de Brienz, plus de cent bâtiments historiques<br />

issus de toutes les régions de Suisse sont rassemblés sur 66 hectares.<br />

En revanche, les plantes cultivées et les races que la fondation<br />

ProSpecieRara souhaite préserver et protéger sont réparties<br />

dans tout le pays. Dans le cas de la variété de carotte tessinoise<br />

«Gniff», il a fallu une astuce particulière pour y parvenir. Vous en<br />

saurez plus en lisant l’article dans le Point de mire.<br />

L’<strong>asmac</strong> ne prétend certes pas sauver le monde, mais au moins<br />

apporter sa contribution à une planète plus saine, en publiant<br />

un guide sur la santé planétaire. Des informations fondées, des<br />

exemples marquants et des conseils pratiques visent à alimenter<br />

la réflexion et inciter à l’action. Vous trouverez un article à ce<br />

sujet à la rubrique Politique. On peut également y découvrir les<br />

décisions prises par le Comité central de l’<strong>asmac</strong> et l’Assemblée<br />

des délégués de mediservice lors de leur séance d’automne.<br />

Avec le dernier numéro de cette année, nous prenons congé de<br />

Camille Bertossa, qui, avec son regard de jeune médecin-assistante,<br />

a partagé avec humour son quotidien pas toujours très rose. Quant<br />

à vous, chers lectrices et lecteurs, nous nous réjouissons d’ores et<br />

déjà de vous retrouver l’année prochaine. La rédaction du <strong>Journal</strong><br />

<strong>asmac</strong> vous remercie chaleureusement de votre intérêt et vous<br />

souhaite, ainsi qu’à vos proches, de joyeuses fêtes et une bonne et<br />

heureuse nouvelle année.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 5


Politique<br />

Ensemble<br />

pour le climat<br />

et la santé<br />

Le changement climatique représente<br />

la plus grande menace pour la santé de notre siècle.<br />

Avec sa Stratégie Planetary Health, la FMH veut encourager<br />

les médecins à assumer leur part de responsabilité<br />

dans ce domaine. L’<strong>asmac</strong> aussi apporte sa contribution.<br />

Philipp Thüler, responsable politique et communication / directeur adjoint de l’<strong>asmac</strong>vsao<br />

Les étés deviennent plus chauds,<br />

la neige manque en hiver, les<br />

glaciers fondent, les tempêtes<br />

et les intempéries, les inondations,<br />

les chutes de pierres, les glissements<br />

de terrain et les périodes de sécheresse<br />

sont en augmentation dans le<br />

monde entier et également en Suisse.<br />

<strong>No</strong>us ressentons, voyons et assistons au<br />

changement climatique. De nombreux<br />

changements comme l’augmentation de<br />

la température moyenne, du niveau de la<br />

mer, la fonte des glaciers sont déjà en<br />

cours et irréversibles. Il est donc urgent<br />

d’agir pour limiter au maximum l’ampleur<br />

de ces changements.<br />

La nécessité de réduire les émissions<br />

de gaz à effet de serre est indiscutable,<br />

puisqu’il s’agit d’une des principales<br />

causes du changement climatique. En signant<br />

et ratifiant l’Accord de Paris de 2015,<br />

la Suisse s’est engagée à réduire de moitié,<br />

d’ici 2030, les émissions de gaz à effet de<br />

serre par rapport au niveau de 1990.<br />

Quel rapport avec le corps médical?<br />

Il est également incontesté que les médecins<br />

ont une responsabilité et un intérêt<br />

à s’engager. Le changement climatique se<br />

répercute directement sur la santé et,<br />

comme l’a formulé la FMH, il représente<br />

la plus grande menace pour la santé de<br />

ce siècle. La sauvegarde et l’amélioration<br />

des ressources naturelles stabilisent le climat<br />

et protègent la santé, car le changement<br />

climatique se répercute aussi sur la<br />

santé.<br />

Cela se manifeste en particulier lors<br />

de fortes chaleurs. La chaleur peut provoquer<br />

épuisement et coup de chaleur<br />

ou aggraver des maladies préexistantes,<br />

notamment cardiovasculaires ou respiratoires.<br />

Les nuits tropicales entravent la<br />

récupération nocturne, les maladies psychiques<br />

augmentent aussi. La surmortalité<br />

due à la chaleur a atteint 6,9% durant<br />

l’été record 2003, ce qui correspond à environ<br />

1000 décès supplémentaires.<br />

Emissions élevées dans le secteur<br />

de la santé<br />

On constate cependant aussi des effets indirects,<br />

par exemple des modifications<br />

dans les écosystèmes qui ont pour conséquence<br />

une propagation accrue de vecteurs<br />

tels que les moustiques et les tiques,<br />

les agents pathogènes et les plantes allergènes.<br />

L’augmentation de la concentration<br />

de polluants atmosphériques tels que<br />

l’ozone et les poussières fines a aussi des<br />

effets négatifs sur la santé. A cela s’ajoute<br />

que sur le plan mondial, le secteur de la<br />

santé génère 4,6% des émissions totales,<br />

en Suisse ce chiffre se situe entre 5,9 et<br />

6,7% suivant les sources. Une réduction<br />

des émissions dans le secteur de la santé<br />

peut donc apporter une contribution importante.<br />

Le corps médical l’a reconnu. Les<br />

«Médecins en faveur de l’environnement»,<br />

une association qui est née «de la<br />

préoccupation face à un environnement<br />

toujours plus malade qui menace notre<br />

santé et la vie des générations futures»,<br />

ont fait et font œuvre de pionnier dans<br />

ce domaine. L’association s’engage déjà<br />

depuis 1987 sur le plan médical pour éviter<br />

et empêcher les effets nuisibles sur<br />

l’environnement.<br />

La Stratégie Planetary Health<br />

de la FMH<br />

La FMH se penche aussi sur le sujet. En<br />

octobre 2021, elle a adopté le document<br />

«Santé planétaire: stratégie du corps médical<br />

suisse sur les possibilités d’action<br />

concernant le changement climatique»,<br />

un projet initié par l’Association suisse<br />

des étudiants en médecine (swimsa) avec<br />

le soutien de l’<strong>asmac</strong>. La stratégie a été<br />

élaborée dans un groupe de travail élargi<br />

dans lequel la swimsa et l’<strong>asmac</strong> siègent<br />

aussi. Avec cette stratégie, la FMH veut<br />

encourager les mesures pour promouvoir<br />

la santé planétaire et établir «un système<br />

sanitaire qui favorise durablement la promotion<br />

de la santé tout en étant résilient<br />

au changement climatique», en particulier<br />

par «des mesures proportionnées et<br />

financièrement supportables».<br />

Dans la stratégie, la FMH a fixé des objectifs<br />

dans quatre domaines: le corps mé-<br />

6<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Politique<br />

Les hôpitaux et cabinets médicaux peuvent contribuer à un usage parcimonieux des ressources, par exemple en triant les déchets de manière systématique.<br />

Photo: Adobe Stock<br />

dical s’engage pour l’information en rassemblant<br />

et diffusant les connaissances et<br />

compétences en matière de santé planétaire.<br />

En outre, le corps médical s’engage<br />

pour la réduction active des émissions de<br />

gaz à effet de serre et pour le ménagement<br />

des ressources. Il doit également apporter<br />

sa contribution à l’adaptation en s’engageant<br />

pour que la Suisse et son système de<br />

santé s’ajustent face au climat qui évolue.<br />

Et finalement, les médecins suisses<br />

doivent assumer un rôle exemplaire pour<br />

une politique qui protège et promeut la<br />

santé publique et la santé planétaire.<br />

A la FMH, la division Santé publique<br />

et le groupe de travail Planetary Health<br />

sont responsables de la mise en œuvre de<br />

la stratégie. L’<strong>asmac</strong> dispose depuis peu<br />

aussi d’un tel groupe de travail qui est<br />

dirigé par <strong>No</strong>ra Höger et Mirjam Arn.<br />

Que peuvent entreprendre les<br />

médecins?<br />

Les premiers résultats concrets des différents<br />

travaux en cours sont déjà disponibles:<br />

l’<strong>asmac</strong> Zurich/Schaffhouse a élaboré<br />

un guide «Planetary Health» pour<br />

les membres de l’<strong>asmac</strong>. L’association faîtière<br />

l’a traduit en français et en italien<br />

et publié sur le site web de l’<strong>asmac</strong>. En<br />

plus d’un aperçu des conséquences du<br />

changement climatique sur la santé, il<br />

comprend des recommandations pratiques<br />

pour les médecins sur la manière<br />

d’aborder le sujet et d’élever leur voix afin<br />

d’assumer leur responsabilité particulière<br />

en la matière.<br />

La FMH a publié une boîte à outils<br />

pour les cabinets médicaux. Elle comprend<br />

une septantaine de mesures dans<br />

14 catégories, notamment: consommation<br />

d’eau, déchets et recyclage, produits<br />

chimiques, chauffage et énergie, communication,<br />

formation continue et alimentation.<br />

Les mesures sont réparties en trois<br />

niveaux d’efficacité: les mesures «bronze»<br />

nécessitent peu d’efforts et peuvent généralement<br />

être mises en œuvre immédiatement.<br />

Les mesures «argent» nécessitent<br />

des efforts plus importants et les mesures<br />

«or» exigent de présenter des preuves de<br />

mise en œuvre.<br />

On citera comme exemples de mesures:<br />

l’introduction d’un tri strict des<br />

déchets, un chauffage adapté, la mise en<br />

œuvre de consultations téléphoniques,<br />

la suppression des places de parking<br />

gratuites, l’adaptation de la médication,<br />

l’utilisation systématique de matériel de<br />

bureau durable, l’application d’une stratégie<br />

d’investissement durable et bien<br />

d’autres encore. Les cabinets médicaux<br />

peuvent même s’inscrire et saisir les mesures<br />

réalisées. Si un cabinet remplit 75%<br />

des mesures «or» et qu’il peut en attester,<br />

il peut obtenir le certificat FMH «Cabinet<br />

respectueux de l’environnement».<br />

Mesures pour les hôpitaux<br />

Les mesures décrites dans la boîte à outils<br />

sont également une source d’inspiration<br />

personnelle et peuvent, le cas échéant,<br />

aussi être réalisées dans les hôpitaux. A<br />

noter que pour les hôpitaux, le projet<br />

«Green Hospital» financé par le Fonds national<br />

a publié une liste de mesures pour<br />

un «hôpital écologique et efficient». Il vaut<br />

la peine d’y jeter un œil. D’après Matthias<br />

Stucki, responsable du projet et spécialiste<br />

de l’environnement, 50% des hôpitaux<br />

suisses pourraient réduire de moitié leur<br />

empreinte écologique.<br />

Dans la profession de médecin, il<br />

existe toute une série de possibilités pour<br />

entreprendre quelque chose contre les<br />

émissions de gaz à effet de serre et en faveur<br />

d’un environnement plus sain. Il suffit<br />

donc de saisir ces opportunités et de<br />

s’engager personnellement ou de poursuivre<br />

son engagement.<br />

Sites web avec informations<br />

sur le sujet<br />

– <strong>asmac</strong>: www.<strong>asmac</strong>.ch/planetary-health<br />

– FMH: www.planetary-health.fmh.ch<br />

– Green Hospital: www.greenhospital.ch<br />

@vsao<strong>asmac</strong><br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 7


Politique<br />

Le Comité central de l’<strong>asmac</strong> a été marqué par une atmosphère collégiale,<br />

des discussions constructives et quelques votes<br />

Beaucoup d’engagement<br />

et une décision<br />

pour l’environnement<br />

Outre les sujets récurrents que sont la bureaucratie,<br />

les conditions de travail et le pilotage des admissions, les délégués<br />

du Comité central de l’<strong>asmac</strong> se sont aussi penchés sur le thème<br />

de la santé planétaire et ont marqué le coup en tant que<br />

délégués de mediservice vsao-<strong>asmac</strong>: le <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong> ne paraîtra<br />

plus qu’en ligne à partir de la mi-2024.<br />

Regula Grünwald, rédactrice en chef du <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong>. Photo: Severin <strong>No</strong>wacki<br />

Commençons par une bonne nouvelle:<br />

les cotisations de l’<strong>asmac</strong><br />

n’augmenteront pas l’année<br />

prochaine, malgré le déficit de<br />

CHF 276 500.– inscrit au budget 2024. Simon<br />

Stettler, directeur de l’<strong>asmac</strong>, a souligné<br />

que cette perte n’était en aucun cas le<br />

résultat d’une mauvaise gestion ou d’une<br />

diminution du nombre de membres. «Ce<br />

déficit reflète plutôt nos nombreux projets,<br />

activités et groupes de travail qui entraînent<br />

une augmentation des dépenses.» Comme<br />

l’<strong>asmac</strong> dispose d’une assise financière<br />

solide avec une fortune d’environ quatre<br />

millions de francs, et que la situation financière<br />

reste difficile dans de nombreux hôpitaux<br />

et donc pour les membres de l’<strong>asmac</strong>,<br />

le Comité central de l’<strong>asmac</strong> (CC) a décidé,<br />

lors de sa séance du 25 novembre <strong>2023</strong>, de<br />

ne pas augmenter les cotisations. Il a adopté<br />

sans modifications le budget 2024.<br />

Systèmes incompatibles et<br />

saisies multiples<br />

La suite de l’ordre du jour a mis en évidence<br />

les nombreux projets en cours à l’<strong>asmac</strong> et<br />

ceux prévus pour 2024. L’<strong>asmac</strong> a organisé<br />

en juin <strong>2023</strong> une table ronde sur les thèmes<br />

des conditions de travail, de la bureaucratie<br />

et de la formation postgraduée. Cette discussion<br />

a réuni des représentantes et représentants<br />

de la FMH, de l’Association des<br />

médecins dirigeants d’hôpitaux (AMDHS),<br />

de l’Institut suisse pour la formation médicale<br />

postgraduée et continue (ISFM), de<br />

l’Office fédéral de la santé publique (OSFP)<br />

et de l’association des hôpitaux H+. Ces<br />

derniers ont défini différentes pistes qui<br />

sont depuis lors explorées par de plus petits<br />

groupes. L’association est cependant aussi<br />

active en dehors de ce cadre. En publiant le<br />

manuel «Plus de médecine et moins de<br />

bureaucratie!» en mai <strong>2023</strong>, l’<strong>asmac</strong> a mis<br />

un point final à la campagne du même<br />

nom, a expliqué Philipp Thüler, responsable<br />

politique et communication. Toutefois,<br />

un sondage auquel environ 700 personnes<br />

ont participé a montré que les<br />

systèmes incompatibles et les saisies multiples,<br />

notamment, représentaient une<br />

contrainte considérable. «La bureaucratie<br />

reste donc un sujet important.» Des propositions<br />

de solutions sont actuellement élaborées<br />

à l’aide d’exemples concrets.<br />

8<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Politique<br />

Photos: màd<br />

Durée de travail et conciliation<br />

travail – vie privée<br />

Cette année, la semaine de 42+4 heures, au<br />

sujet de laquelle l’<strong>asmac</strong> a élaboré et publié<br />

une fiche d’information, a aussi suscité un<br />

grand intérêt, notamment dans les médias.<br />

En effet, la réduction de la durée de travail<br />

répond à un désir et besoin des membres,<br />

mais rencontre aussi des oppositions. Certains<br />

chirurgiens n’ont ainsi pas hésité à<br />

critiquer publiquement cette idée. L’<strong>asmac</strong><br />

a pris cette critique au sérieux et cherché le<br />

dialogue afin de trouver des solutions communes<br />

permettant de renforcer la formation<br />

postgraduée également dans le domaine<br />

de la chirurgie.<br />

La conciliation entre travail et vie privée<br />

est un autre besoin partagé par de nombreux<br />

membres. Ici aussi, l’<strong>asmac</strong> s’engage<br />

à différents niveaux. Ainsi, les membres<br />

peuvent faire appel à un coaching téléphonique<br />

gratuit proposé par le Bureau UND.<br />

«Souvent, des moyens simples suffisent<br />

pour améliorer une situation difficile», a<br />

déclaré Yvonne Stadler-Niederer, responsable<br />

droit. En outre, l’<strong>asmac</strong> participe à un<br />

projet de la Haute Ecole Spécialisée de la<br />

Suisse du <strong>No</strong>rd-Ouest (FHNW) qui vise,<br />

entre autres, à analyser les répercussions<br />

des obligations de prise en charge sur la<br />

carrière et à développer des mesures pour<br />

éviter les obstacles à la carrière.<br />

L’<strong>asmac</strong> entend aussi se positionner<br />

clairement dans la santé planétaire, un domaine<br />

qui ne figure pas parmi ses sujets<br />

phares. Le groupe de travail sur la santé<br />

planétaire constitué en été a pour mission<br />

de rendre le sujet plus visible au sein de<br />

l’association et de mettre à profit les synergies<br />

correspondantes avec d’autres institutions.<br />

Comme le montre un sondage réalisé<br />

par le groupe de travail, nombreux sont<br />

les médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de<br />

clinique à approuver un engagement sur le<br />

thème de la santé planétaire alors que seul<br />

un petit nombre d’établissements mettent<br />

en œuvre des mesures concrètes.<br />

Les répercussions du changement climatique,<br />

la numérisation, la pénurie de<br />

personnel qualifié, l’augmentation des<br />

coûts: d’autres pays font face à des défis<br />

semblables à ceux rencontrés en Suisse.<br />

Pour déterminer si un renforcement du<br />

réseau au niveau européen permettra<br />

d’engendrer une valeur ajoutée, le CC a<br />

décidé, après discussion, de demander le<br />

statut d’observateur auprès de l’organisation<br />

European Junior Doctors (EJD).<br />

Dans une année, la collaboration sera évaluée<br />

et une décision quant à la marche à<br />

suivre sera prise.<br />

Le <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong> passe en mode<br />

numérique<br />

Juste avant le repas de midi, les délégués de<br />

mediservice vsao-<strong>asmac</strong> ont dû prendre<br />

une décision importante pour l’avenir du<br />

<strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong>. L’effondrement du marché<br />

publicitaire et l’augmentation des coûts<br />

de production placent cette publication<br />

face à des défis financiers. En même temps,<br />

les efforts croissants en faveur de la santé<br />

planétaire soulèvent la question de savoir si<br />

une édition imprimée du <strong>Journal</strong> répond<br />

encore aux besoins actuels. C’est pourquoi<br />

le Comité directeur et la direction de mediservice<br />

ont proposé de faire du <strong>Journal</strong><br />

<strong>asmac</strong> une publication exclusivement numérique,<br />

probablement à compter d’août<br />

2024. Si les avis étaient encore partagés<br />

lors de la dernière Assemblée des délégués,<br />

cette fois, les délégués ont été unanimes: les<br />

sections présentes ont adopté la propo sition<br />

sans discussion. Le budget 2024, qui prévoit<br />

une perte supportable de CHF 18 500.–, a<br />

également été adopté à l’unanimité.<br />

Croissance record<br />

Le pilotage des admissions est un sujet qui<br />

occupe bien des sections. Les cantons<br />

avaient jusqu’au 30 juin <strong>2023</strong> pour établir<br />

leurs règles relatives à la fixation des<br />

nombres maximaux. Presque tous les cantons<br />

ont répondu à cette exigence, toutefois<br />

au prix d’interprétations parfois très<br />

différentes. 1 L’<strong>asmac</strong> continue d’observer<br />

la situation et apporte si nécessaire un soutien<br />

aux sections. Pour ce faire, elle échange<br />

régulièrement avec les juristes des sections<br />

et monitore les réglementations cantonales<br />

et leurs répercussions.<br />

Reste à savoir si ce sont les nombreux<br />

engagements et prestations de l’<strong>asmac</strong> ou<br />

la campagne de recrutement à large échelle<br />

durant l’année du jubilé 2022 qui ont attiré<br />

de nouveaux membres. Une chose est sûre:<br />

le nombre de nouveaux membres est très<br />

réjouissant. Avec 1431 nouvelles adhésions<br />

jusqu’à fin septembre <strong>2023</strong>, l’<strong>asmac</strong> a déjà<br />

enregistré plus d’inscriptions que pour<br />

toute l’année 2022. Un bilan définitif ne<br />

pourra cependant être établi qu’au printemps<br />

2024, lorsque les sorties auront été<br />

comptabilisées.<br />

1 Un aperçu de l’état actuel du pilotage des admissions<br />

est paru dans le numéro 5/23.<br />

Du sang frais au CD<br />

De nombreuses ressources sont nécessaires<br />

pour s’attaquer aux défis du moment<br />

et faire avancer les projets. C’est dans ce<br />

contexte que les délégués ont élu à l’unanimité<br />

Fabrice Juchler, Fabian Kraxner et<br />

Loredana Mitruccio au Comité directeur<br />

(voir encadré). Grâce à Fabrice Juchler, médecin<br />

bilingue qui a grandi dans le canton<br />

de Vaud et qui travaillera à partir de l’année<br />

prochaine à l’Hôpital cantonal de Fribourg,<br />

la Suisse romande est désormais aussi représentée<br />

au CD. En tant que délégué tarifaire<br />

de l’<strong>asmac</strong>, il connaît parfaitement<br />

l’association et est convaincu que l’<strong>asmac</strong><br />

peut influencer et améliorer le système de<br />

santé en Suisse. Fabian Kraxner, membre<br />

de la direction de l’ASMAC Zurich et de la<br />

rédaction du <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong>, n’est pas non<br />

plus un inconnu. Il souhaite maintenant<br />

partager son expérience et son savoir-faire<br />

à l’échelon national pour renforcer l’association.<br />

Clara Ehrenzeller, jusqu’ici représentante<br />

de l’Association Suisse des Etudiants<br />

en Médecine (swimsa), quittera le<br />

CD après deux ans, conformément au tournus<br />

établi. Loredana Mitruccio lui succédera<br />

dès janvier 2024. Svenja Ravioli est un<br />

visage connu de longue date au CD. Le CC<br />

l’a confirmée dans ses fonctions, malgré un<br />

séjour prolongé à l’étranger.<br />

La croissance de l’effectif du CD est<br />

réjouissante, a déclaré An gelo Barrile,<br />

président de l’<strong>asmac</strong>, et a ajouté que les<br />

nouveaux visages sont toujours les bienvenus,<br />

en particulier ceux venant de la<br />

Suisse latine.<br />

<strong>No</strong>uveaux membres du<br />

Comité directeur de l’<strong>asmac</strong><br />

Fabrice Juchler<br />

Médecin-assistant<br />

au cabinet Flühli,<br />

Lucerne<br />

Délégué tarifaire<br />

de l’<strong>asmac</strong> depuis<br />

mars 2021<br />

Fabian Kraxner<br />

Chef de clinique<br />

en psychiatrie,<br />

Hôpital Affoltern<br />

Membre de la direction<br />

de l’ASMAC<br />

Zurich; Conseiller<br />

municipal (exécutif)<br />

à Hedingen<br />

Loredana Mitruccio<br />

(dès janvier 2024)<br />

Etudiante à l’Università<br />

della Svizzera<br />

Italiana à Lugano<br />

Membre de la swimsa<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 9


Politique<br />

Qu’y a-t-il de plus personnel<br />

que la menace qui pèse sur<br />

notre existence?<br />

La particularité de la crise climatique est qu’elle nous<br />

concerne tous. Chacune et chacun de nous ressent<br />

déjà les conséquences de ces changements environnementaux<br />

drastiques. Cette crise menace notre existence<br />

ou du moins notre manière de vivre.<br />

Et si nous poursuivons la réflexion, nous constaterons qu’en<br />

Suisse, chaque jour en septembre et octobre de cette<br />

année a été trop sec et trop chaud, et qu’il régnait<br />

une chaleur inhabituelle au début de l’été. Différentes<br />

questions se posent donc: n’avonsnous<br />

pas déjà connu cette situation ces<br />

dernières années? Quand avons-nous<br />

pour la dernière fois vécu un «vrai»<br />

hiver? Vaut-il encore la peine d’apprendre<br />

à nos enfants à skier? Pouvons-nous<br />

raisonnablement entreprendre<br />

des vols de vacances? La liste<br />

pourrait être élargie à volonté.<br />

Sincèrement, c’est très pénible<br />

de se pencher sur ce thème. Admettre<br />

que plus ou moins tous les éléments de<br />

notre quotidien sont remis en question.<br />

Prendre conscience du fait que l’Europe,<br />

une bulle de prospérité, sera aussi touchée<br />

par des changements importants, que le monde<br />

de nos enfants sera totalement différent du nôtre et<br />

cela déjà à cause des changements climatiques actuels qui<br />

sont irréversibles. C’est difficile à supporter.<br />

<strong>No</strong>us cherchons donc des solutions. <strong>No</strong>us négocions<br />

(«Je prends la voiture aujourd’hui, en échange, je ne mangerai<br />

pas de viande demain»), minimisons («Chez nous, ce ne sera<br />

pas si grave»), cherchons un prétexte («La crise climatique est<br />

tellement complexe, qu’est-ce que tu veux que j’y fasse?!»),<br />

suscitons l’émotion («Ces activistes veulent nous prescrire ce qui<br />

est juste»), faisons des projections («Dommage pour ces animaux<br />

qui ne peuvent pas s’adapter assez vite aux changements climatiques!»),<br />

fuyons nos responsabilités («Tant que les États-Unis et<br />

la Chine émettent autant de CO2, ma contribution est sans effet»)<br />

et ainsi de suite. Des livres et dissertations paraissent déjà sur<br />

les mécanismes psychologiques de défense par rapport à la<br />

catastrophe climatique qui nous menace.<br />

La plupart des discussions sont vouées à se noyer dans<br />

l’émotionnel ou en sont du moins fortement empreintes.<br />

Les activistes climatiques du collectif «Dernière génération»<br />

L’essentiel<br />

en bref<br />

suscitent la panique, alors que Donald Trump incarne le déni.<br />

Comment pouvons-nous garder la tête froide et préserver notre<br />

capacité d’agir?<br />

Entre-temps, pas un jour ne passe sans que je sois d’une<br />

manière ou d’une autre confrontée à la crise climatique: que ce<br />

soit le temps estival en octobre, le nouveau jouet en plastique<br />

des enfants ou le parking plein devant la maison.<br />

Ce n’est pas drôle. Pourtant, c’est cette prise de<br />

conscience qui me motive au changement.<br />

Et si je suis honnête: j’ai besoin d’un peu<br />

de panique pour continuer.<br />

En référence à Hannah Arendt:<br />

personne n’a le droit de détourner<br />

le regard.<br />

Car il n’y a rien de plus personnel<br />

que la menace qui pèse sur<br />

notre existence.<br />

<strong>No</strong>ra Höger,<br />

coresponsable du groupe de travail<br />

de l’<strong>asmac</strong> Santé planétaire<br />

Photo: màd<br />

10<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Vous avez<br />

S100235<br />

manqué<br />

medifuture?<br />

Construisez<br />

votre avenir<br />

maintenant.<br />

suva.ch/jobs/<br />

medecine<br />

En tant que plus grand employeur pour la médecine du<br />

travail et la médecine d’assurance en Suisse, la Suva est<br />

compétente pour l’appréciation et la prévention des<br />

accidents et des maladies professionnelles. L’activité de<br />

nos médecins comprend les conseils médicaux, les<br />

examens ainsi que les visites d’entreprises, et évolue dans<br />

un cadre interdisciplinaire alliant travail, pré vention,<br />

médecine et droit. Laissez-nous vous présen ter comment<br />

nous pourrons bientôt nous investir ensemble en faveur<br />

d’un quotidien plus sûr et d’une société en meilleure santé.<br />

Suva – Un travail, une mission.<br />

Corinne Schmucki, Talent Acquisition Manager,<br />

se réjouit de vous lire ou de vous entendre:<br />

corinne.schmucki@suva.ch, 041 419 68 43<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 11


Formation postgraduée / Conditions de travail<br />

Conseils et outils<br />

pour le début de<br />

carrière<br />

De quels points faut-il tenir compte sur le parcours vers le titre<br />

de spécialiste? Quelles sont les disciplines intéressantes?<br />

Et quels sont les avantages et inconvénients de l’engagement à l’hôpital<br />

ou de l’activité indépendante en cabinet? Le congrès de carrière medifuture<br />

a apporté des réponses à ces questions et à d’autres encore.<br />

Regula Grünwald, rédactrice en chef du <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong>, Photos: Yanik Gasser/pixters.ch<br />

Grâce aux exposés variés, instructifs et parfois amusants, les participants à medifuture ont obtenu un aperçu des différentes facettes<br />

de la profession de médecin.<br />

12<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Formation postgraduée / Conditions de travail<br />

Faire connaissance des disciplines<br />

méconnues, obtenir des<br />

conseils pour la planification de<br />

sa carrière, échanger avec des<br />

collègues, bien manger. D’après un sondage,<br />

il faut dire pas tout à fait représentatif,<br />

les attentes vis-à-vis du congrès de carrière<br />

de cette année organisé par l’<strong>asmac</strong><br />

et mediservice vsao-<strong>asmac</strong> étaient claires.<br />

«Votre destin vous appartient»<br />

Les deux médecins-assistants Afreed Ashraf<br />

et Willi Balandies ont ouvert la série d’exposés<br />

avec un enregistrement en direct de leur<br />

podcast avec Jana Siroka, médecin adjointe<br />

au service des urgences/IMC de la Clinique<br />

Arlesheim et membre du Comité directeur<br />

de l’<strong>asmac</strong> et du Comité central de la FMH.<br />

Elle a, sans attendre, donné un conseil important<br />

aux environ 450 participants: la période<br />

d’assistanat est un défi qui exige beaucoup<br />

de sacrifices de la part des jeunes médecins.<br />

Il est donc d’autant plus important<br />

de s’accorder de l’espace et du temps lorsque<br />

le stress est trop grand ou qu’une situation<br />

est trop difficile. «Discutez-en dans l’équipe,<br />

unissez-vous. Exigez d’être traités d’égal à<br />

égal et demandez un feed-back. Car votre<br />

destin vous appartient.»<br />

Une bonne planification évite<br />

les détours<br />

Christoph Hänggeli, directeur de l’Institut<br />

suisse pour la formation médicale postgraduée<br />

et continue (ISFM), a expliqué les<br />

points importants à observer pour gérer<br />

avec facilité les questions d’organisation en<br />

lien avec la formation médicale postgraduée.<br />

Il a souligné que le système de la formation<br />

postgraduée en Suisse offre de nombreuses<br />

libertés en ce qui concerne le travail<br />

à temps partiel, les séjours à l’étranger et le<br />

choix de la filière. «Avec près de 150 qualifications,<br />

vous avez un choix énorme et il n’y<br />

a pas de mauvaise décision, car vous êtes<br />

partout les bienvenus.» Néanmoins, Christoph<br />

Hänggeli a rappelé l’importance de<br />

bien se préparer et a présenté quatre outils<br />

importants: le logbook électronique qui sert<br />

à documenter la formation postgraduée et<br />

donne un bon aperçu de l’avancement de la<br />

formation du médecin-assistant ou de la<br />

médecin-assistante, à condition de mettre<br />

ré gulièrement à jour les données. Pour si<br />

possible éviter les retards sur le parcours<br />

vers le titre de spécialiste, il a recommandé<br />

de vérifier régulièrement si l’on respecte le<br />

programme de formation postgraduée en<br />

question et de consulter le registre des établissements<br />

de formation postgraduée certifiés,<br />

dans lequel on trouve, d’une part,<br />

Des discussions animées entre de futurs collègues de travail? Les exposants n’ont pas ménagé leurs<br />

efforts pour attirer la prochaine génération, avec un grand enthousiasme, des activités intéressantes<br />

et des cadeaux originaux.<br />

toutes les institutions reconnues et, d’autre<br />

part, les concepts de formation postgraduée<br />

et les résultats de l’enquête sur la qualité<br />

qui fournit d’importantes informations<br />

sur le niveau de la formation postgraduée<br />

pro posée. Et pour finir, il a mentionné le<br />

site www.siwf.ch/fr qui propose des infomations<br />

utiles sur tous les processus et des<br />

données de contact pour d’éventuelles<br />

questions. Christoph Hänggeli a souligné<br />

que celles et ceux qui choisissent la profession<br />

de médecin optent pour l’apprentissage<br />

tout au long de la vie: «La demi-vie<br />

des connaissances médicales est courte.<br />

Les trois choses les plus importantes dans<br />

cette profession sont donc la formation, la<br />

for mation et, vous l’avez deviné, la formation.»<br />

Présentation des sociétés de<br />

discipline<br />

Jusqu’ici, tout baigne. Mais quelle filière<br />

choisir? Pour Eric Jaunin et Iulia Crisan, l’affaire<br />

est claire: «Celui qui aime la physiologie<br />

et la pharmacologie trouvera sa place en<br />

anesthésiologie», a déclaré Iulia Crisan lors<br />

de la table ronde des sociétés de discipline.<br />

En effet, dans son travail, elle peut combiner<br />

les tâches pratiques et intellectuelles. De<br />

plus, elle doit souvent trouver les bons mots<br />

pour rassurer les patients avant une opération.<br />

«Les entretiens ne durent pas longtemps»,<br />

a-t-elle expliqué avec un clin d’œil,<br />

«et si nous faisons bien notre travail, les<br />

patients ne se souviennent plus de notre<br />

nom lorsqu’ils se réveillent. <strong>No</strong>us sommes<br />

les héros invisibles.» Pour Yvette von Aarburg<br />

et Astrid Beerlage, le travail en hématologie<br />

et oncologie est tout sauf invisible.<br />

«<strong>No</strong>us accompagnons et soutenons souvent<br />

les patients et leurs proches pendant une<br />

longue période. C’est un travail gratifiant,<br />

même si ça ne finit pas toujours bien», a<br />

expliqué Astrid Beerlage. Pour Stefanie<br />

Mosimann, la médecine interne générale<br />

présente un attrait particulier en raison de<br />

la variété des sujets abordés et d’une certaine<br />

flexibilité. Tout est possible: travailler<br />

en cabinet, à l’hôpital ou dans la recherche.<br />

«Celui qui aime et cherche la diversité sera<br />

à l’aise dans cette discipline.» La gynécologie<br />

est aussi une discipline variée, a expliqué<br />

Claudia Becker. Elle couvre toute<br />

une palette: de la procréation au carcinome<br />

mammaire. «Un médecin qui aime opérer y<br />

trouvera son compte et celui qui manie le<br />

bistouri avec moins d’enthousiasme aussi.»<br />

Informations, activités et cadeaux<br />

Les participants en quête d’informations<br />

détaillées ont pu déambuler dans les couloirs<br />

de l’exposition pendant les pauses où<br />

plus de cinquante stands les attendaient.<br />

De nombreux hôpitaux, sociétés de discipline<br />

et institutions du secteur de la santé<br />

ont répondu à leurs questions, informé sur<br />

leur travail ou leurs prestations et distribué<br />

des cadeaux. Sur certains stands, les visiteurs<br />

ont même directement pu passer à la<br />

pratique en suturant une plaie, en intubant<br />

et ventilant une poupée ou en effectuant<br />

sur un simulateur certaines étapes d’une<br />

opération, une appendicectomie ou une<br />

cholécystectomie. La simulation de microanastomoses,<br />

le contrôle du curriculum<br />

vitae et la possibilité de réaliser gratuitement<br />

une photo de candidature ont aussi<br />

rencontré un franc succès.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 13


Formation postgraduée / Conditions de travail<br />

Annonce<br />

Employé/e ou indépendant/e?<br />

Quatre exposés tenus en allemand et en<br />

français ont montré ce que peut être la vie<br />

après l’obtention du titre de spécialiste:<br />

Brigitte Nyfeler, médecin-cheffe au centre<br />

des urgences du Lindenhofspital à Berne,<br />

Lars Frauchiger, médecin agréé et propriétaire<br />

d’un cabinet de chirurgie orthopédique<br />

et traumatologie de l’appareil locomoteur,<br />

Julien Vaucher, médecin-chef à la<br />

clinique de médecine interne générale à<br />

l’Hôpital cantonal de Fribourg, et Patrick<br />

Ruedin, spécialiste en médecine interne,<br />

néphrologie et hypnose médicale dans un<br />

cabinet de groupe.<br />

En médecine d’urgence, il faut souvent<br />

prendre des décisions rapides, a expliqué<br />

Brigitte Nyfeler: «Il faut fixer les priorités et<br />

accepter que l’on ne peut pas toujours tout<br />

analyser en détail.» Elle apprécie cependant<br />

d’avoir un travail passionnant et très<br />

varié. «Chaque jour est différent.»<br />

Quant à Lars Frauchiger, il a entamé<br />

une activité indépendante il y a quelques<br />

années. Ce fut un saut dans l’inconnu, a-t-il<br />

reconnu. «<strong>No</strong>us apprenons tout sur la médecine,<br />

mais personne ne nous enseigne<br />

comment établir un business plan ou un<br />

budget.» Il vaut donc la peine de solliciter<br />

un appui à temps pour ces questions. Mais<br />

dans l’ensemble, il est satisfait de son choix.<br />

«Même si j’ai beaucoup de travail, c’est plus<br />

calme qu’à l’hôpital.»<br />

Et qu’en est-il des loisirs? «Je n’ai pas le<br />

temps de chômer», a répondu Lars Frauchiger<br />

en riant, tout en ajoutant: «On peut facilement<br />

travailler à temps partiel, notamment<br />

dans un cabinet de groupe. Et je suis<br />

libre dans mes décisions.» A l’hôpital, il y a<br />

bien des choses qui échappent à notre<br />

contrôle et les services du soir et du weekend<br />

font aussi partie intégrante du travail, a<br />

admis Brigitte Nyfeler. «Mais le travail à<br />

temps partiel est possible. Et quand on a terminé<br />

son service, on peut rentrer chez soi.»<br />

Faire beaucoup avec peu de moyens<br />

L’après-midi, les participants ont eu droit à<br />

un programme haut en couleur: Michael<br />

Harder, médecin adjoint du service de paraplégiologie,<br />

a donné une vue d’ensemble<br />

des nombreuses prestations médicales du<br />

Centre suisse des paraplégiques à <strong>No</strong>ttwil.<br />

Dieter Hahnloser, responsable du service de<br />

chirurgie coloproctologique à l’Hôpital universitaire<br />

de Lausanne, et Anna Wang, spécialiste<br />

en chirurgie plastique et chirurgie<br />

de la main à l’Hôpital cantonal d’Aarau, ont<br />

répondu aux questions actuelles concernant<br />

la chirurgie. Et le médecin de famille<br />

Raphael Stolz a parlé de ses expériences de<br />

responsable médical de l’OpenAir St-Gall et<br />

du Camp scout fédéral 2022.<br />

Les conditions dans lesquelles Martin<br />

Rohacek, spécialiste en médecine interne et<br />

médecine d’urgence, travaillant depuis huit<br />

ans en Tanzanie sont très particulières. L’espérance<br />

de vie moyenne atteint 65 ans et<br />

correspond donc à celle des années 1940 en<br />

Suisse et les maladies non transmissibles<br />

représentent un fardeau important. «<strong>No</strong>mbreux<br />

sont les patients qui nous consultent<br />

très tard. <strong>No</strong>us tentons d’y remédier par<br />

un dépistage dans les villages pour détecter<br />

à temps l’hypertension, les maladies cardiaques<br />

et pulmonaires ou les tumeurs.»<br />

A l’origine, Martin Rohacek avait prévu de<br />

rester deux ans en Tanzanie. Pourquoi est-il<br />

toujours là-bas? «Le travail est pénible, mais<br />

nous pouvons faire beaucoup avec peu de<br />

moyens et aider un grand nombre de personnes.<br />

C’est une expérience qui marque.»<br />

sympathisch l<br />

einfach l<br />

effizient l<br />

pex ll<br />

Die sympathische<br />

Ärztesoftware<br />

La tête et le ventre pleins<br />

Les participants à medifuture en diront-ils<br />

autant? «D’excellents exposés, une bonne<br />

ambiance, un bon mix entre les exposés et<br />

les différents stands», disait l’une, et «j’ai<br />

passé un super bon moment et beaucoup<br />

appris», déclarait l’autre. Encore une édition<br />

couronnée de succès lors de laquelle<br />

les nombreux étudiants ont pu s’informer<br />

sur leurs options de carrière et, qui sait,<br />

puiser leur inspiration pour s’engager dans<br />

une certaine direction. Et comment était le<br />

repas? «Parfait!»<br />

pex II ist ein hocheffizienter Assistent mit einem ausgeklügelten<br />

TarMed-Abrechnungs- und Informationssystem. Die Ärztesoftware<br />

besticht durch eine einfache, übersichtliche Bedienung und klaren<br />

Arbeitsabläufen. Mit einer Vielzahl an Softwareoptionen lässt sich<br />

Ihre persönliche pex II Lösung zusammenstellen. Zudem ist eine<br />

Vernetzung mit internen und externen Stellen jederzeit möglich.<br />

Delemed AG l Medical Software<br />

Talstrasse 4 l CH-3122 Kehrsatz-Bern<br />

Tel. +41 (0)31 950 27 27<br />

info@delemed.ch l www.delemed.ch<br />

Ihr Partner für medizinische Software<br />

Remerciements<br />

<strong>No</strong>us remercions chaleureusement<br />

tous les sponsors et exposants pour leur<br />

soutien. <strong>No</strong>us remercions tout particulièrement<br />

les Services psychiatriques<br />

universitaires de Berne qui ont sponsorisé<br />

le concours et aussi les intervenantes<br />

et intervenants. Sans eux, medifuture<br />

<strong>2023</strong> n’aurait pas vu le jour.<br />

Le prochain congrès de carrière se<br />

déroulera le 2 novembre 2024 au Stade<br />

du Wankdorf à Berne.<br />

14<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Formation postgraduée / Conditions de travail<br />

Dans l’univers des médecins-assistant(e)s<br />

Le début de la fin ou<br />

la fin du début?<br />

Dernièrement, pendant la<br />

formation, je me suis fait la<br />

réflexion que le début d’une<br />

carrière médicale ressemblait<br />

fortement aux épreuves d’un triathlon.<br />

Comme dans le sport, le métier de<br />

médecin exige d’identifier rapidement<br />

ses forces, ses faiblesses et ses limites<br />

et d’essayer de prendre les bonnes mesures<br />

au bon moment.<br />

<strong>No</strong>us voici donc sur la ligne de départ,<br />

gorgés de confiance et d’excitation, avec<br />

un objectif précis en tête, le tout mêlé<br />

d’un sentiment d’angoisse face aux obstacles<br />

et problèmes éventuels.<br />

Comme pour un triathlon, la journée<br />

commence par un plongeon (au sens<br />

littéral) dans le travail, où il est primordial<br />

de doser sa vitesse pour éviter de s’épuiser<br />

dès la première bouée. Il est donc important<br />

de ralentir la cadence, de maintenir<br />

un pouls stable et de réfléchir à la manière<br />

dont on peut répartir habilement l’énergie<br />

restante en vue des prochaines étapes.<br />

Une fois la première étape passée,<br />

la zone de transition offre l’occasion de se<br />

concentrer brièvement avant de repartir.<br />

Car la deuxième étape ne laisse aucune<br />

place à la réflexion; il faut pédaler aussi<br />

vite que possible et montrer ce dont<br />

nous sommes capables. Peut-être parviendrons-nous<br />

même à dépasser nos concurrents.<br />

Mais il ne faut surtout pas se réjouir<br />

trop vite, car des concurrents encore plus<br />

forts, mieux préparés, plus expérimentés<br />

et mieux équipés nous talonnent de près.<br />

Il est essentiel de ne pas se laisser décourager<br />

et de ne jamais perdre l’objectif de<br />

vue, ce qui est, je l’avoue, plus facile à dire<br />

qu’à faire. En effet, ceux qui parviennent<br />

à dépasser leurs concurrents reçoivent<br />

généralement des encouragements et des<br />

félicitations, car ils ne sont qu’à quelques<br />

pas du succès. Les plus faibles sont tout<br />

au plus encouragés par compassion s’ils<br />

ne sont pas oubliés.<br />

Un deuxième accès de faiblesse<br />

menace à la nouvelle arrivée dans la zone<br />

de transition. La force dans les jambes<br />

s’amenuise. Un apport supplémentaire en<br />

sucre s’avère indispensable pour affronter<br />

la troisième étape. La motivation perd<br />

alors de sa vigueur et vous préférez peutêtre<br />

renoncer aux deux minutes de pause<br />

à ce moment-là, alors que l’objectif est si<br />

proche.<br />

Malgré l’épuisement croissant, vous<br />

vous ressaisissez et vous vous lancez dans<br />

la course. Les jambes en coton, vous parcourez<br />

les derniers mètres jusqu’à la ligne<br />

d’arrivée.<br />

Et maintenant? Avez-vous gagné<br />

votre place sur le podium ou avez-vous<br />

dû abandonner la course avant la fin? Comment<br />

distinguer les gagnants des perdants?<br />

Est-ce même nécessaire? Et avez-vous<br />

réellement atteint votre objectif?<br />

Car la compétition ne s’arrête pas<br />

à la ligne d’arrivée: l’adrénaline qui<br />

monte lorsque la course est terminée<br />

exalte vos ambitions et vous vous fixez<br />

aussitôt un nouvel objectif.<br />

Ma sagesse personnelle en cette fin<br />

d’année, qui déclenche éventuellement<br />

aussi chez vous une réflexion positive<br />

sur l’année écoulée: le succès ne signifie<br />

pas que vous êtes le ou la meilleure.<br />

Le succès signifie que vous avez atteint<br />

votre objectif dans un laps de temps<br />

défini, que vous avez eu un objectif en<br />

tête, que vous n’avez pas abandonné et<br />

que vous avez persévéré. Mais le succès<br />

signifie aussi que vous avez tiré la sonnette<br />

d’alarme au bon moment, que vous<br />

avez agi en respectant vos ressources<br />

personnelles et que vous avez arrêté la<br />

course avant de vous épuiser.<br />

Identifier et gérer ses ressources personnelles<br />

est, selon moi, le plus important<br />

pour pouvoir donner le meilleur de soimême<br />

à chaque étape, que ce soit dans le<br />

sport ou dans la médecine.<br />

Camille Bertossa,<br />

médecin-assistante en<br />

première année de<br />

formation postgraduée<br />

Photo: màd<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 15


<strong>asmac</strong><br />

<strong>No</strong>uvelles<br />

des sections<br />

Bâle<br />

Repas de diplôme de<br />

l’ASMAC Bâle<br />

Environ 160 médecins fraîchement diplômés<br />

se sont retrouvés le vendredi 20 octobre<br />

<strong>2023</strong> dans la Halle 7 à Bâle pour participer<br />

au traditionnel repas de diplôme<br />

orchestré par l’ASMAC Bâle.<br />

A cette occasion, l’ASMAC Bâle a organisé<br />

un débat sur le thème de la «compatibilité<br />

entre travail et famille à l’hôpital».<br />

Le D r méd. Daniel Steffens et les membres<br />

du comité, la D re méd. Susanna Stöhr et<br />

Arno Moritz ont permis aux jeunes médecins<br />

de comprendre comment les conditions<br />

de travail en milieu hospitalier évoluent.<br />

Les participants ont reçu de nombreux<br />

et précieux conseils pour prendre<br />

un bon départ à l’hôpital et sur la manière<br />

de gérer le stress. De plus, les hôtes ont eu<br />

l’occasion d’échanger avec le comité et la<br />

direction de l’ASMAC Bâle.<br />

Dans la halle industrielle 7 à Bâle, les<br />

convives ont savouré un repas festif dans<br />

le cadre duquel les jeunes médecins ont<br />

obtenu des réponses à bien des questions<br />

et trinqué à leur réussite. La soirée s’est déroulée<br />

dans une atmosphère propice à la<br />

réflexion, mettant en évidence le soutien<br />

et le réseau que l’ASMAC Bâle propose à<br />

ses membres.<br />

Une fois de plus, le repas de diplôme<br />

a été couronné de succès. Il permet non<br />

seulement de renforcer les liens entre les<br />

jeunes médecins, mais constitue aussi une<br />

plateforme d’information et d’échange<br />

importante pour l’entrée dans la profession.<br />

Jenny Settembrini, responsable de la<br />

communication ASMAC Bâle<br />

Berne<br />

Ateliers pour planificatrices<br />

et planificateurs<br />

<strong>No</strong>us organisons une série de trois ateliers<br />

pour les planificatrices et planificateurs<br />

des services. La première partie enseigne<br />

les bases nécessaires pour la planification<br />

des services. La deuxième partie aborde<br />

l’établissement de l’horaire de service et<br />

dans la troisième partie, il s’agit d’analyser<br />

les horaires de service.<br />

L’atelier de base:<br />

Vous passez souvent de longues soirées à<br />

plancher sur les horaires de service de votre<br />

département et ne voyez finalement plus<br />

que des symboles PEP danser devant vos<br />

yeux? Vous aimeriez savoir comment on<br />

peut judicieusement intégrer le travail à<br />

temps partiel dans l’horaire de service? Vous<br />

hésitez parfois quant à la manière d’éviter<br />

les écueils pour appliquer correctement la<br />

loi sur le travail? Vous voulez savoir comment<br />

établir un horaire de service correct?<br />

Simon Schneider (avocat et directeur<br />

suppléant de l’ASMAC Berne), le D r méd.<br />

Philipp Rahm (conseiller en matière de pla­<br />

Photo Bâle: màd; Photo Berne: Adobe Stock<br />

16<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


<strong>asmac</strong><br />

nification des services de l’<strong>asmac</strong>) et Susanne<br />

Nüesch (médecin hospitalier spécialiste<br />

au centre universitaire des urgences,<br />

Hôpital de l’Ile, responsable de la planification<br />

des services pour les médecins-assistant[e]s)<br />

assurent un programme passionnant<br />

et répondent volontiers à toutes vos<br />

questions.<br />

Date: Jeudi 18 janvier 2024, 18h30 à 21h,<br />

repas compris<br />

Lieu: Salle de conférence de l’<strong>asmac</strong>,<br />

Bollwerk 10, 3011 Berne<br />

(à côté de la gare de Berne)<br />

Inscription jusqu’au 10 janvier 2024 à<br />

l’adresse www.vsao-bern.ch<br />

Soleure<br />

Une année pleine de<br />

moments forts<br />

L’année <strong>2023</strong> de l’ASMAC Soleure a été<br />

marquée par toute une série d’évènements<br />

heureux. <strong>No</strong>us avons débuté l’année avec<br />

une formation pour la planification des<br />

services lors de laquelle Philipp Rahm,<br />

conseiller en matière de planification des<br />

services de l’<strong>asmac</strong>, a répondu à toutes les<br />

questions. Malgré la complexité du sujet,<br />

nous avons eu une discussion et un<br />

échange animés qui nous ont permis de<br />

clarifier de nombreux points. Sans oublier<br />

l’apéro en guise de conclusion, car avec un<br />

verre à la main, la discussion est souvent<br />

bien plus agréable.<br />

La «grève féministe» de cette année ne<br />

nous a pas non plus échappé. <strong>No</strong>us avons<br />

ouvert un café des grévistes au Bürgerspital<br />

de Soleure en collaboration avec le<br />

ssp Soleure. Il a rencontré un franc succès<br />

et nous a permis d’envoyer un signal interprofessionnel<br />

pour davantage de solidarité<br />

et d’égalité.<br />

En été, nous voulions rencontrer nos<br />

membres sur place, c’est-à-dire à Soleure<br />

et Olten. Quoi de mieux qu’un stand de<br />

glaces? Pendant deux journées estivales,<br />

nous avons donc distribué au Bürgerspital<br />

de Soleure et à l’Hôpital cantonal d’Olten<br />

d’excellentes glaces locales «Kalte Lust» et<br />

mené d’innombrables discussions intéressantes.<br />

Un régal!<br />

Dans l’intention de combler les lacunes<br />

après les études, l’ASMAC Soleure a<br />

organisé en automne deux ateliers «Soft<br />

Skills» sur les thèmes «Time Management»<br />

et «Feedback». Ces ateliers étaient<br />

dirigés par la Dre méd. Regula Fankhauser<br />

(médecin adjointe SoH, MME) et la Dre<br />

méd. Kate Gurevich (médecin-assistante<br />

SoH, ASMAC Soleure) et ont permis aux<br />

médecins-assistant(e)s de différents niveaux<br />

et disciplines de se retrouver. Dans<br />

le cadre de l’atelier «Time-Management et<br />

Self-Leadership», les participants ont pu<br />

réfléchir à leurs objectifs personnels et<br />

reçu des conseils sur la manière de les<br />

atteindre. Le tout s’est terminé dans une<br />

atmosphère décontractée autour d’un<br />

apéro. L’atelier «Feedback» était consacré<br />

à la manière de donner un retour aux<br />

supérieurs hiérarchiques, aux pairs et aux<br />

sous-assistant(e)s. Avec ces ateliers axés<br />

sur la pratique, nous espérons enseigner<br />

des compétences pratiques aux médecins-assistant(e)s<br />

et chef(fe)s de clinique<br />

pour leur travail et leurs loisirs.<br />

Suis-nous sur Instagram (www.instagram.com/vsao-so)<br />

et Facebook pour ne<br />

pas manquer les prochains évènements.<br />

Kate Gurevich et Mirjam Nussbaumer,<br />

membres du comité de l’ASMAC Soleure<br />

Les informations pour les ateliers consécutifs<br />

seront publiées sur notre site web au<br />

plus tard au début 2024.<br />

Photos: màd<br />

AG 2024<br />

Save the Date:<br />

Assemblée générale 2024<br />

25 avril 2024, dès 19h00<br />

au PROGR Berne<br />

Janine Junker, directrice de l’<strong>asmac</strong> Berne<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 17


<strong>asmac</strong><br />

Tessin<br />

Rencontre à Lugano:<br />

un échange sur la profession<br />

de médecin<br />

L’<strong>asmac</strong>, des étudiants en médecine de<br />

cinquième année et l’ASMACT (section <strong>asmac</strong><br />

Tessin) se sont retrouvés le mercredi<br />

25 octobre à Lugano. La manifestation organisée<br />

par Maria Grazia Mele, responsable<br />

de la coordination de la formation<br />

médicale et universitaire, a été l’occasion<br />

de discuter une série de thèmes importants<br />

en lien avec la profession de médecin<br />

et l’avenir du corps médical en Suisse.<br />

L’événement a notamment rassemblé<br />

le président de l’<strong>asmac</strong>, Angelo Barrile, le<br />

président de l’ASMACT, Davide Giunzioni,<br />

et la vice-présidente de l’ASMACT, Giorgia<br />

Lo Presti. La discussion a porté sur des<br />

thèmes importants tels que les prestations<br />

médicales, la politique de la santé, les<br />

contrats et conventions, les conditions de<br />

travail et la situation générale du corps médical<br />

en Suisse.<br />

Le programme «Coach my Career» et<br />

l’importance du premier engagement de<br />

médecin-assistant(e) figuraient parmi les<br />

thèmes centraux. Les étudiants ont pu faire<br />

part de leurs préoccupations concernant<br />

les défis éventuels à surmonter au début de<br />

leur carrière, et l’<strong>asmac</strong> a informé sur les<br />

ressources et offres de soutien proposées<br />

pour gérer ces difficultés.<br />

La discrimination fondée sur le genre<br />

dans le domaine médical et la question de<br />

savoir comment l’aborder ont également<br />

été traitées. La discussion a montré l’importance<br />

de promouvoir la diversité et<br />

l’égalité des genres dans la profession de<br />

médecin.<br />

En outre, elle a permis d’aborder les<br />

efforts pour réduire la durée de travail<br />

des médecins dans toute la Suisse, notamment<br />

avec l’introduction de la semaine<br />

de 42+4 heures dans les hôpitaux tessinois<br />

de l’EOC (Ente Ospedaliero Cantonale) dès<br />

2025. Cette étape est considérée comme importante<br />

pour encourager le bien-être des<br />

médecins et améliorer la qualité de la prise<br />

en charge des patientes et patients.<br />

La rencontre a mis en évidence la nécessité<br />

d’un dialogue entre les futurs médecins<br />

et les représentants expérimentés de la<br />

branche pour pouvoir affronter les défis et<br />

chances liés à la profession de médecin en<br />

Suisse.<br />

Giorgia Lo Presti, vice-présidente de l’ASMACT<br />

Angelo Barrile, Maria Grazia Mele, Davide Giunzioni et Giorgia Lo Presti (de gauche à droite) se sont<br />

retrouvés à Lugano pour discuter avec les étudiants en médecine de l’avenir de la profession de médecin.<br />

Photos: màd; Adobe Stock<br />

18<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Annonce<br />

Un engagement de l’association des éditeurs SCHWEIZER MEDIEN en faveur de la presse professionnelle suisse – q-publikationen.ch<br />

«Lors du choix du média,<br />

nous veillons à la qualité, au taux<br />

de pénétration et à l’impact.<br />

La certification Q nous aide<br />

dans cette démarche.»<br />

ANJA HÄNNI<br />

Head of Print, Radio, OOH<br />

dentsu Switzerland<br />

C’est pourquoi nous publions nos annonces dans les médias professionnels et<br />

spécialisés: passez par les médias certifiés Q pour vous adresser directement à vos groupes cibles, sans<br />

perte de diffusion. Cela vous permettra d’accroître l’impact de votre campagne tout en réduisant les coûts.<br />

Q-PUBLICATIONS: CIBLÉ – COMPÉTENT – TRANSPARENT<br />

<strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong> – le journal de l’association suisse des médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de clinique – FACHMEDIEN,<br />

vsao@fachmedien.ch


<strong>asmac</strong><br />

St-Gall /<br />

Appenzell<br />

Les évènements se précipitent<br />

à la section St-Gall /<br />

Appenzell<br />

<strong>No</strong>us avions envisagé l’automne <strong>2023</strong> avec<br />

sérénité. En effet, nous avions prévu de lancer<br />

notre nouveau site web, d’organiser une<br />

table ronde en novembre pour mieux nous<br />

coordonner sur le plan politique et renforcer<br />

la position de l’<strong>asmac</strong> dans les négociations,<br />

et terminer l’année le 16 novembre<br />

<strong>2023</strong> par notre assemblée générale.<br />

A notre grand regret, de sombres<br />

nuages sont apparus au début septembre.<br />

Des rumeurs circulaient au sujet de la<br />

situation financière catastrophique du<br />

réseau hospitalier de St-Gall, à tel point<br />

qu’une suppression massive de postes serait<br />

inévitable. Le 27 septembre, l’<strong>asmac</strong><br />

St-Gall/Appenzell a été invitée à une<br />

conférence de presse organisée à très<br />

brève échéance lors de laquelle le président<br />

du conseil d’administration et le<br />

CEO des hôpitaux Grabs, St-Gall et Uznach<br />

informeraient au sujet d’une suppression<br />

de postes. Le mauvais pressentiment s’est<br />

confirmé. Le jour suivant, notre comité a<br />

pris connaissance de cette nouvelle avec<br />

d’autres partenaires sociaux. Et elle était<br />

tout sauf anodine: une réduction de<br />

440 postes, dont 120 dans les soins, doit<br />

permettre de couvrir un déficit annuel<br />

de 50 millions de francs. Une absurdité si<br />

l’on pense que jusqu’à récemment, on s’efforçait<br />

de pourvoir les postes vacants dans<br />

ce domaine. Les déclarations rassurantes<br />

selon lesquelles les collègues dans les services<br />

ne seraient pas concernés, vu que la<br />

réduction touchera principalement les<br />

postes dans l’administration, n’ont pas<br />

vraiment calmé les esprits.<br />

L’<strong>asmac</strong> St-Gall/Appenzell a accueilli<br />

cette nouvelle avec un sentiment partagé.<br />

D’un côté, nous comprenons qu’un déficit<br />

annuel de 50 millions de francs menace la<br />

survie à long terme du réseau hospitalier.<br />

De l’autre, nous nous demandons pourquoi<br />

le déficit reste aussi élevé, malgré la fermeture<br />

de plusieurs hôpitaux au cours des dernières<br />

années (Flawil, Rorschach, Wattwil).<br />

Les hôpitaux du canton ne gagnent apparemment<br />

pas d’argent dans le contexte actuel.<br />

Le conseil d’administration doit être<br />

parvenu au même constat et a donc décidé<br />

de supprimer des postes pour rapidement<br />

redresser la situation financière.<br />

<strong>No</strong>us espérons que cette réduction de<br />

postes touchera en premier lieu l’appareil<br />

administratif. Il y a pourtant déjà certains<br />

postes de médecins qui sont supprimés,<br />

en partie dans le service de médecine de<br />

premier recours. Ces postes avaient pourtant<br />

été spécialement créés pour compenser<br />

les postes de formation supprimés<br />

dans les hôpitaux régionaux fermés. Les<br />

responsables des cliniques concernées ne<br />

sont pas à envier, car ils se battent pour<br />

chaque poste et tentent de préserver au<br />

mieux les innovations réalisées ces dernières<br />

années.<br />

Au nom de l’<strong>asmac</strong>, nous demandons<br />

que soient trouvées des solutions durables.<br />

La suppression de postes dans le<br />

réseau hospitalier de St-Gall marque un<br />

tournant. De nombreux autres hôpitaux<br />

centraux sont aussi confrontés à des difficultés<br />

financières et la pression sur les<br />

prestataires de soins est énorme. Dans<br />

l’immédiat, les tarifs ne permettent pas de<br />

réagir à l’évolution des conditions économiques,<br />

comme par exemple l’augmentation<br />

des frais de salaire et d’énergie ou le<br />

renchérissement. Au final, c’est le personnel<br />

qui paie la facture en étant contraint<br />

d’assumer une masse de travail encore<br />

plus importante avec un effectif réduit.<br />

Pendant ce temps, les hôpitaux privés font<br />

des bénéfices. Les interventions lucratives<br />

avec une évolution postopératoire favorable<br />

sont réalisées en masse dans ces établissements.<br />

Lorsque des complications<br />

surviennent ou que des patients gériatriques<br />

et multimorbides doivent être pris<br />

en charge, ils sont envoyés sans hésiter<br />

dans les centres hospitaliers qui, en plus<br />

de cela, assument la quasi-totalité de la<br />

formation pré- et postgraduée de la relève<br />

médicale. La situation dans le canton de<br />

St-Gall montre bien qu’à long terme, ce<br />

système est voué à l’échec.<br />

<strong>No</strong>tre section reste à l’affût. Le comité<br />

ne peut cependant pas le faire sans le soutien<br />

des membres. De premières approches<br />

et la marche à suivre ont été discutées lors<br />

de l’assemblée générale du 16 novembre.<br />

Faites-nous part de vos idées et communiquez-nous<br />

les problèmes que vous rencontrez,<br />

car ce n’est que si nous en avons<br />

connaissance que nous pouvons réagir.<br />

<strong>No</strong>tre nouveau site web www.vsao-sg.ch<br />

vous facilite grandement la tâche. Quant à<br />

la table ronde prévue, nous demandons à la<br />

politique de réfléchir à des solutions durables<br />

et au conflit évoqué ci-dessus. <strong>No</strong>us<br />

sommes impatients d’en connaître les résultats.<br />

Le même format organisé à l’échelon<br />

national nous laisse espérer qu’un dialogue<br />

fructueux permettra de trouver des<br />

solutions appropriées.<br />

Severin Baerlocher, Président du comité de la<br />

section St-Gall/Appenzell<br />

Photo: Hôpital cantonal de St-Gall<br />

20<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


<strong>asmac</strong><br />

Zurich /<br />

Schaffhouse<br />

La force en clinique et au<br />

quotidien: entraînement<br />

à la résilience pour les<br />

chef(fe)s de clinique<br />

Qu’est-ce que la résilience? La résilience<br />

est la capacité d’un individu à se développer<br />

et à ne pas perdre de vue ses objectifs<br />

même dans des situations difficiles. Il est<br />

très important d’entraîner cette résilience.<br />

En effet, elle nous permet d’aborder les défis<br />

du quotidien de manière appropriée et<br />

d’améliorer durablement notre qualité de<br />

vie, tout en nous donnant la capacité de<br />

récupérer rapidement après des revers et<br />

de gagner en force psychique.<br />

Cette année, l’ASMAC Zurich a pour la<br />

première fois organisé un entraînement à<br />

la résilience pour les chef(fe)s de clinique.<br />

Lors de quatre soirées en octobre et novembre<br />

<strong>2023</strong>, des spécialistes ont présenté<br />

huit facteurs qui renforcent la résilience et<br />

montré comment s’y entraîner dans le travail<br />

quotidien en clinique et dans le privé.<br />

Les participants ont pu partager leurs expériences<br />

avec leurs collègues et approfondir<br />

la réflexion sur le sujet.<br />

Les ateliers étaient animés par une experte<br />

et un expert en la matière: la D r méd.<br />

Bernadette Ruhwinkel, cheffe de clinique<br />

et médecin adjointe en psychiatrie, superviseure<br />

et coach de santé, connaît bien les<br />

particularités du travail quotidien et notamment<br />

du travail d’équipe interdisciplinaire.<br />

Michael Buchmann, D r en agronomie<br />

et coach de résilience, est spécialiste<br />

de l’entraînement à la résilience individuelle<br />

et d’équipe. Les deux codirigent<br />

depuis 2019 l’atelier de résilience à Winterthour.<br />

<strong>No</strong>us sommes heureux du succès rencontré<br />

par ce premier entraînement à la<br />

résilience et remercions tous les participants<br />

d’avoir fait le déplacement<br />

<strong>No</strong>us établissons un nouveau département<br />

pour la recherche et t’invitons à<br />

participer le mercredi soir 17 janvier 2024<br />

au premier évènement consacré à la recherche<br />

à l’Université de Zurich avec des<br />

intervenantes et intervenants intéressants<br />

et un apéro de networking. Inscris-toi sans<br />

attendre: www.vsao-zh.ch.<br />

Dominique Iseppi, assistante de communication,<br />

ASMAC Zurich / Schaffhouse<br />

Photo: màd<br />

Inscris-toi sans attendre:<br />

évènement consacré à la recherche<br />

le 17 janvier 2024<br />

La recherche est un élément important de<br />

la médecine. Elle est à la base de toutes les<br />

mesures médicales. Jusqu’ici, la recherche<br />

n’est pas accessible à tous et le travail de<br />

recherche ne bénéficie souvent pas de la<br />

reconnaissance nécessaire.<br />

Faites la promotion de l’<strong>asmac</strong><br />

Vous êtes déjà membre de l’<strong>asmac</strong>? Super! C’est bon à savoir, car plus nous sommes nombreux,<br />

plus notre voix compte. <strong>No</strong>us récompensons les membres qui font activement la<br />

promotion de l’<strong>asmac</strong>. En effet, rien ne vaut une recommandation formulée par conviction<br />

personnelle. Pour chaque nouveau membre recruté, vous recevez un petit cadeau, p. ex. une<br />

lunchbox, un bon pour des livres ou un bon CFF, chacun d’une valeur de 50 francs. Vous avez<br />

aussi la possibilité de faire un don à une organisation caritative.<br />

Vous trouverez toutes les autres informations sur notre site web www.<strong>asmac</strong>.ch/campagnede-recrutement.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 21


vsao<br />

<strong>asmac</strong>-Inside<br />

Tabea Adamina<br />

Lieu de domicile: Muri près de Berne<br />

Membre de l’<strong>asmac</strong> depuis: mai <strong>2023</strong><br />

L’<strong>asmac</strong> en trois mots:<br />

orientée services, compréhensive,<br />

engagée<br />

Depuis sept mois qu’elle<br />

travaille à l’<strong>asmac</strong> en tant<br />

que collaboratrice Service<br />

et projets, Tabea Adamina<br />

a déjà beaucoup appris sur les médecins<br />

et sur le secteur de la santé en<br />

général.<br />

Avant son engagement auprès de<br />

l’association, elle n’avait eu affaire à<br />

cette branche que de manière marginale.<br />

Elle a d’abord suivi un apprentissage<br />

de commerce, puis fréquenté une école<br />

de tourisme. Après plusieurs années<br />

durant lesquelles elle s’est consacrée<br />

à ses enfants et sa famille, elle a repris<br />

le chemin de la vie professionnelle et<br />

travaillé pendant huit ans pour Suisse<br />

Tourisme.<br />

D’origine valaisanne, le tourisme<br />

est son domaine de prédilection.<br />

Aujourd’hui, elle vit avec son mari et<br />

ses trois enfants à Muri bei Berne.<br />

Pendant son temps libre, elle aime<br />

rencontrer ses amis, lire et explorer les<br />

environs. Elle se détend particu lièrement<br />

en jardinant et adore profiter<br />

des vacances pour voyager et découvrir<br />

de nouveaux endroits en famille.<br />

Tabea a énormément de plaisir<br />

à travailler à l’<strong>asmac</strong>: «C’est formidable<br />

de travailler dans une équipe aussi<br />

serviable et motivée.» En tant que<br />

collaboratrice au sein du département<br />

Service et projets, ses tâches sont diverses<br />

et variées. Elle gère la centrale téléphonique<br />

et participe à la comptabilité<br />

débiteurs, à la gestion des membres,<br />

à l’enregistrement des nouveaux<br />

membres ainsi qu’à l’organisation du<br />

congrès de carrière medifuture de<br />

l’<strong>asmac</strong>. Les nombreux contacts avec les<br />

membres lui permettent d’en apprendre<br />

chaque jour davantage: «Les membres<br />

ont toujours de nouvelles questions et de<br />

nouveaux problèmes à nous soumettre.<br />

Cela rend le quotidien passionnant,<br />

et je suis toujours heureuse de pouvoir<br />

leur apporter mon aide.»<br />

Tabea se sent à sa place à l’<strong>asmac</strong>.<br />

Elle trouve important que les médecins<br />

qui exercent dans les hôpitaux ne<br />

soient pas surchargés en permanence.<br />

«Je suis très motivée par le fait que<br />

l’<strong>asmac</strong> s’engage pour de meilleures<br />

conditions de travail dans les hôpitaux,<br />

et de pouvoir contribuer à faire avancer<br />

cette importante cause.»<br />

Photo: màd<br />

22<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


vsao<br />

Conseil juridique de l’<strong>asmac</strong><br />

Service de piquet:<br />

qu’est-ce qui compte comme<br />

temps de travail?<br />

Lorsque je suis de piquet,<br />

il arrive fréquemment que je<br />

sois appelé et que je donne<br />

des instructions depuis mon<br />

domicile. Est-ce que ce temps compte<br />

comme temps de travail?<br />

Selon l’art. 14, al. 1, de l’ordonnance 1<br />

relative à la loi sur le travail (OLT 1),<br />

«est réputé service de piquet le temps<br />

pendant lequel le travailleur se tient,<br />

en sus du travail habituel, prêt à intervenir<br />

pour remédier à des perturbations,<br />

porter secours en cas de situation d’urgence,<br />

effectuer des visites de contrôle ou<br />

faire face à d’autres situations particulières<br />

analogues».<br />

L’art. 15 b, al. 1, OLT 1 dispose que<br />

«l’intégralité du temps mis à la disposition<br />

de l’employeur au cours d’un service<br />

de piquet effectué dans l’entreprise<br />

compte comme durée du travail».<br />

Quant à l’art. 15 b, al. 2, OLT 1,<br />

il prévoit que «le temps consacré à un<br />

service de piquet effectué en dehors<br />

de l’entreprise compte comme durée<br />

du travail dans la mesure de l’activité<br />

effectivement déployée pour l’employeur».<br />

En l’occurrence, le fait de répondre<br />

à des questions et/ou donner des instructions<br />

depuis son domicile constitue bel<br />

et bien du travail, dans la mesure où cette<br />

prestation est fournie dans le cadre<br />

d’un service de piquet, et au bénéfice de<br />

l’employeur. Selon l’art. 15 al. 2 précité,<br />

ce temps compte donc bel et bien comme<br />

durée du travail et va venir s’ajouter<br />

aux heures accomplies à l’hôpital, durant<br />

l’activité normale ou dans le cadre du<br />

service de piquet.<br />

Se pose à ce stade la question<br />

suivante: comment comptabiliser cette<br />

activité effectuée depuis chez moi pour<br />

le compte de mon employeur?<br />

Concrètement, la façon la plus simple<br />

de fonctionner serait de créer un document<br />

et de noter chaque intervention,<br />

en indiquant la date, l’heure de l’appel,<br />

le motif de la demande (très globalement),<br />

ainsi que la durée de «l’intervention»,<br />

soit de l’appel. Ce document serait<br />

à présenter à l’employeur à la fin de la<br />

période de piquet, de façon à ce que le<br />

temps consacré soit intégré dans la durée<br />

hebdomadaire de travail.<br />

Valentine Gétaz Kunz,<br />

juriste de l’ASMAVal<br />

Photo: màd<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 23


Point de mire: Sauvetage<br />

Les situations d’urgence:<br />

comment s’y préparer?<br />

Les simulations permettent de s’entraîner de manière ciblée<br />

aux situations d’urgence et d’optimiser les processus.<br />

Elles permettent d’avoir un regard spécifique sur les compétences<br />

non techniques («<strong>No</strong>n Technical Skills»), un aspect des<br />

soins médicaux qui n’est souvent pas suffisamment valorisé.<br />

Kai Kranz, responsable de secteur Continuous Medical Education, Innovation & Development,<br />

Institut suisse de médecine d’urgence (SIRMED), Helge Regener, directeur du SIRMED<br />

Dans la salle de déchocage, des personnes de divers horizons<br />

professionnels se rencontrent. Une simulation leur permet de<br />

s’exercer et d’améliorer leur collaboration.<br />

24<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

Photos: SIRMED<br />

Vous avez déjà vécu cette situation?<br />

Un patient hospitalisé<br />

est victime d’un arrêt circulatoire.<br />

Vous commencez la<br />

réanimation en attendant que l’équipe<br />

de réanimation vous rejoigne. Après avoir<br />

récupéré une circulation spontanée, le<br />

patient est transféré aux soins intensifs.<br />

Bien qu’il ait survécu, vous éprouvez un<br />

étrange sentiment de frustration. Les<br />

actes se sont enchaînés dans l’agitation et<br />

le chaos: faire de la place, allonger la personne,<br />

déclencher l’alarme REA, massage<br />

cardiaque, défibrillation, respiration artificielle,<br />

adrénaline et ainsi de suite. Même<br />

si, pendant la réanimation, les intervenants<br />

ont pensé à tout, cela ne s’est pas<br />

passé sans malentendus, contraintes et<br />

échanges tendus. Une fois le calme revenu,<br />

vous vous demandez si ce que vous<br />

avez vécu correspond réellement au déroulement<br />

normal d’une prise en charge<br />

d’urgence intrahospitalière. La réponse<br />

est: oui et non. Oui, parce que la situation<br />

décrite est fréquente dans la réalité et<br />

semble plausible compte tenu de la nécessité<br />

d’agir. Et non, parce qu’il existe aussi<br />

d’autres scénarios possibles auxquels<br />

vous avez, espérons-le, déjà été confronté(e).<br />

Ceux-ci peuvent être le fruit du hasard<br />

ou le résultat d’une planification<br />

consciente.<br />

Un expert observe la simulation depuis la salle de contrôle et l’enregistre pour le débriefing qui suit.<br />

Les compétences transversales<br />

sont souvent négligées<br />

Pour comprendre comment la situation<br />

décrite peut se produire, il suffit de jeter<br />

un œil aux structures de formation dans le<br />

secteur de la santé. Dans le jargon de la formation,<br />

on parle de compétence lorsqu’une<br />

personne est capable de mener à<br />

bien une tâche professionnelle ou de résoudre<br />

un problème. Cela nécessite des<br />

connaissances spécifiques et certaines aptitudes.<br />

C’est sur cette base que la structure<br />

de formation de nombreuses professions<br />

de la santé a été réorientée vers une<br />

approche axée sur les compétences. Un<br />

examen plus attentif montre toutefois que<br />

ces compétences concernent souvent en<br />

premier lieu des aspects spécifiques à la<br />

discipline et sont axées sur l’individu. Les<br />

compétences transversales telles que le<br />

travail d’équipe, le leadership, la communication,<br />

etc. sont généralement reléguées<br />

au second plan, bien que leur grande influence<br />

sur la sécurité et l’efficacité des<br />

soins aux patients soit prouvée depuis<br />

longtemps [2], [7]. Ces compétences transversales<br />

ou interpersonnelles sont également<br />

appelées compétences non techniques<br />

(«<strong>No</strong>n Technical Skills») et sont<br />

considérées comme un complément essentiel<br />

aux compétences techniques<br />

(«Technical Skills») [5]. Pour simplifier, on<br />

peut dire que les compétences techniques<br />

permettent de définir les mesures<br />

concrètes de prise en charge des patients,<br />

tandis que les compétences transversales<br />

aident à appliquer les compétences techniques<br />

de manière fiable dans différentes<br />

conditions.<br />

La situation décrite au début revêt un<br />

certain caractère de normalité dans la mesure<br />

où les aspects de la mise en œuvre<br />

dans la collaboration interprofessionnelle<br />

ne sont pas suffisamment pris en compte<br />

dans la formation. Conscients de ce phénomène,<br />

l’Organisation mondiale de la<br />

Santé (OMS) et l’Office fédéral de la santé<br />

publique (OFSP) appellent à développer la<br />

formation interprofessionnelle dans les<br />

professions de la santé [3], [12]. Afin de<br />

pouvoir offrir aux patients un traitement<br />

optimal et à faible risque, il est nécessaire<br />

d’ancrer davantage les compétences non<br />

techniques dans la formation professionnelle<br />

de base, postgraduée et continue.<br />

L’utilité des formations par simulation a<br />

été démontrée [4], [6], [9], [11].<br />

Une formation régulière améliore<br />

les processus<br />

Les hôpitaux, et en particulier les services<br />

d’urgence, les salles d’opération et les unités<br />

de soins intensifs, constituent des environnements<br />

à haut risque et sont donc<br />

considérés comme des organisations à<br />

haute fiabilité ou «High Reliability Organi­<br />

Le SIRMED propose des cours pour les profanes<br />

et les professionnels<br />

L’Institut suisse de médecine d’urgence (SIRMED) est une société anonyme d’utilité<br />

publique, portée à 50% par la Fondation suisse pour paraplégiques (FSP) et à 50% par la<br />

Garde aérienne suisse de sauvetage (Rega). Le SIRMED propose des formations professionnelles,<br />

des cours ainsi que des formations de perfectionnement en médecine de<br />

sauvetage et d’urgence pour les professionnels et les profanes. Il prend de ce fait une<br />

part active au développement de la médecine de sauvetage et d’urgence ainsi qu’à la<br />

formation en matière de sauvetage en Suisse.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 25


Point de mire: Sauvetage<br />

sations» (HRO) [1], [10]. Les HRO se distinguent<br />

par une fiabilité particulière des<br />

processus; cela signifie qu’elles fournissent<br />

leurs prestations même dans des<br />

conditions difficiles, sous peine de conséquences<br />

graves. Dans ce contexte, on parle<br />

de «haute performance» lorsque l’efficacité<br />

de travail est particulièrement élevée<br />

[8]. La «haute fiabilité» repose sur différents<br />

principes fondamentaux, tels que le<br />

haut niveau d’expertise du personnel ainsi<br />

que le bon déroulement des processus.<br />

Pour y parvenir, un entraînement en<br />

continu est essentiel [10]. Les formations<br />

par simulation permettent de se préparer à<br />

certaines situations. Le débriefing relatif<br />

aux processus, à la collaboration au sein<br />

de l’équipe ainsi qu’au comportement individuel<br />

permet d’acquérir des connaissances<br />

pertinentes qui peuvent contribuer<br />

à optimiser les processus [6].<br />

Conditions réelles dans le scénario<br />

de simulation<br />

Les simulations sont utilisées depuis un<br />

certain temps déjà, notamment en médecine<br />

d’urgence et en anesthésiologie, et<br />

d’autres disciplines y ont de plus en plus<br />

recours. Il s’agit souvent de promouvoir<br />

de manière ciblée la collaboration entre<br />

les équipes, ce que nous voulons illustrer<br />

par l’exemple d’un entraînement en salle<br />

de «déchocage». Les personnes admises<br />

en salle de déchocage sont souvent dans<br />

un état critique. Il est donc essentiel de<br />

leur fournir des soins efficaces. Des<br />

équipes réelles participent à l’entraînement<br />

selon le principe «train as you fight».<br />

Lors de la simulation, elles sont confrontées<br />

à des situations de travail choisies délibérément,<br />

appelées scénarios, dans un<br />

environnement de travail réaliste. Un lien<br />

très fort avec le contexte de travail respectif<br />

se crée lors des entraînements en salle<br />

de déchocage. Les scénarios peuvent être<br />

choisis de manière ciblée et reposent idéalement<br />

sur une analyse préalable des besoins.<br />

Il est ainsi possible de s’entraîner à<br />

des événements qui se produisent rarement<br />

au quotidien. Avant de commencer<br />

un scénario de simulation, une équipe est<br />

constituée et reçoit quelques informations<br />

sur le contexte (heure, lieu, ressources,<br />

Les principes du «Crisis Resource Management»<br />

(CRM) sont considérés comme code de<br />

la collaboration au sein de l’équipe.<br />

Les messages fondamentaux CRM<br />

Connaissance de la situation<br />

– Connait son environnement de travail<br />

– Utilise toutes les informations disponibles<br />

– Reconnaît et prévient les erreurs de fixation<br />

– Connaît ses limites et demande de l’aide à temps<br />

– Réévalue constamment la situation (principe du 10 pour 10)<br />

– Dirige son attention de manière consciente<br />

Prise de décision<br />

– Anticipe et planifie à l’avance<br />

– A des doutes et vérifie soigneusement<br />

– Utilise des aide-mémoires, les consulte et vérifie<br />

– Définit les problèmes et présente des options de solution<br />

– Planifie sa marche à suivre et priorise de manière dynamique<br />

Communication<br />

– Dit ce qui le préoccupe, ce qui n’est pas clair et où a besoin<br />

de soutien<br />

– Communique les résultats à haute voix<br />

– Ferme les circuits de communication (closed loop/boucle<br />

fermée)<br />

– Entretient des relations respectueuses<br />

Travail d’équipe<br />

– Assume sa fonction de leader ou assume son rôle dans l’équipe<br />

– Soutient ses collègues dans leurs réflexions et leurs actions<br />

–Trouve un consensus sur la situation<br />

– Répartit la charge de travail (principe du 10 pour 10)<br />

Inspiré de : Rall, Gaba 2005 et Jordi et al 2009<br />

Institut suisse de médecine d’urgence | www.sirmed.ch 04 / 2021<br />

22_307_SIR_Memokarte_CRM-Merksaetze_A6_DE_FR_IT.indd 1 25.04.22 11:48<br />

Qu’est-ce qui a été efficace/moins efficace? Et qui a agi comment et pour quelles raisons? Lors du débriefing, les personnes présentes réfléchissent<br />

à la simulation.<br />

26<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

etc.). Le scénario lui-même dure généralement<br />

entre 10 et 25 minutes. Les patients<br />

sont soit des mannequins, soit des patients<br />

simulés. L’équipe est tenue d’appliquer<br />

concrètement toutes les mesures du<br />

traitement.<br />

Le débriefing révèle les points<br />

faibles<br />

Lors du débriefing qui suit, l’équipe réfléchit<br />

à la simulation avec des experts, en<br />

mettant l’accent sur les compétences non<br />

techniques. La conversation guidée doit<br />

montrer quelles stratégies de traitement<br />

et quelles approches de coopération ont<br />

été bénéfiques et lesquelles moins. Les<br />

normes de traitement respectives et les<br />

concepts de travail d’équipe tels que le<br />

«Crisis Resource Management» (CRM)<br />

servent de référence. L’échange permet<br />

d’instaurer une compréhension réciproque<br />

et d’élaborer des formes de collaboration<br />

productives.<br />

Recourir délibérément à ce type de<br />

formations permet aux organisations de<br />

travailler sur un point faible connu dans<br />

la prise en charge des patients, de reconnaître<br />

l’expertise des individus et des<br />

équipes, de renforcer l’efficacité et d’obtenir<br />

des informations importantes sur les<br />

performances institutionnelles. Et l’application<br />

systématique des mesures décrites<br />

contribuera à éviter les situations telles<br />

que celles décrites précédemment.<br />

Bibliographie<br />

[1] Baker, D. P., Day, R.,<br />

& Salas, E. (2006). Teamwork<br />

as an essential component of<br />

high-reliability organizations.<br />

Health services research,<br />

41(4 Pt 2), 1576–1598. https://doi.<br />

org/10.1111/j.1475-6773.2006.00566.x<br />

[2] Buljac-Samardzic, M.,<br />

Doekhie, K. D., & Van Wijngaarden,<br />

J. D. H. (2020). Interventions to<br />

improve team effectiveness within<br />

health care: A systematic review of<br />

the past decade. Human Resources<br />

for Health, 18(1), 1–42. https://doi.<br />

org/10.1186/s12960-019-0411-3<br />

[3] Bundesamt für<br />

Gesundheit (2013). Bericht der<br />

Themengruppe «Interprofessionalität».<br />

04/09/<strong>2023</strong> https://www.bag.<br />

admin.ch/bag/de/home/das-bag/<br />

publikationen/forschungsberichte/<br />

forschungsberichte-interprofessionalitaet-im-gesundheitswesen.<br />

html<br />

[4] Draycott, T., Sibanda, T.,<br />

Owen, L., Akande, V., Winter, C.,<br />

Reading, S., & Whitelaw, A. (2006).<br />

Does training in obstetric<br />

emergencies improve neonatal<br />

outcome? BJOG: an international<br />

journal of obstetrics and gynaecology,<br />

113(2), 177–182. https://doi.<br />

org/10.1111/j.1471-<br />

0528.2006.00800.x<br />

[5] Flin, R., O’Connor, P., &<br />

Crichton, M. (2008). Safety at the<br />

sharp end – A guide to non-technical<br />

skills. CRC Press, Tayler &<br />

Francis Group.<br />

[6] Kranz, K., & Regener, H.<br />

(2020). So tun als ob – Simulation<br />

für die Aus-, Fort- und Weiterbildung.<br />

Rettungsdienst, 43(11),<br />

1070–1077.<br />

[7] Krüger, A., Gillmann, B.,<br />

Hardt, C., Döring, R., Beckers, S.<br />

K., & Rossaint, R. (2009). Teaching<br />

non-technical skills for critical<br />

incidents: Crisis resource<br />

management training for medical<br />

students. Der Anaesthesist, 58(6),<br />

582–588. http://www.ncbi.nlm.nih.<br />

gov/pubmed/19189061<br />

[8] Pawlowsky, P., &<br />

Mistele, P. (2008). Hochleistungsmanagement<br />

– Leistungspotentiale<br />

in Organisationen gezielt<br />

fördern (P. Pawlowsky & P. Mistele,<br />

Hrsg.). Gabler-Verlag.<br />

[9] Shapiro, M. J., Morey, J.<br />

C., Small, S. D., Langford, V.,<br />

Kaylor, C. J., Jagminas, L., Suner,<br />

S., Salisbury, M. L., Simon, R., &<br />

Jay, G. D. (2004). Simulation based<br />

teamwork training for emergency<br />

department staff: does it improve<br />

clinical team performance when<br />

added to an existing didactic<br />

teamwork curriculum? Quality &<br />

Safety in Health Care, 13(6),<br />

417–421. https://doi.org/10.1136/<br />

qhc.13.6.417<br />

[10] Weick, K. E., & Sutcliffe,<br />

K. M. (2015). Managing the<br />

Unexpected – Sustained Performance<br />

in a Complex World (third<br />

edition). Wiley.<br />

[11] Weile, J., Nebsbjerg, M.<br />

A., Ovesen, S. H., Paltved, C., &<br />

Ingeman, M. L. (2021). Simulation-based<br />

team training in<br />

time-critical clinical presentations<br />

in emergency medicine and critical<br />

care: a review of the literature.<br />

Advances in Simulation, 6(1), 3.<br />

https://doi.org/10.1186/s41077-021-<br />

00154-4<br />

[12] World Health Organization<br />

(2010). Framework for Action<br />

on Interprofessional Education &<br />

Collaborative Practice. 04/09/<strong>2023</strong><br />

https://www.who.int/publications/i/item/framework-for-action-on-interprofessional-education-collaborative-practice<br />

Annonce<br />

Votre agence matrimoniale au coeur de Zurich<br />

Service Personalisé | Compétent | Sérieux<br />

Löwenstrasse 25, 8001 Zürich<br />

T +41 44 534 19 50<br />

M +41 79 774 00 84<br />

<strong>No</strong>us serions ravis<br />

de vous rencontrer.<br />

Kathrin Grüneis<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 27


Point de mire: Sauvetage<br />

Sauvetage<br />

d’une carotte<br />

tessinoise<br />

ProSpecieRara préserve de l’extinction les variétés devenues rares.<br />

Parfois les stratégies habituelles de sauvetage d’une variété échouent.<br />

Les dernières semences d’une variété refusent de germer; les quelques<br />

spécimens survivants continuent de se raréfier. Tel est le sort qui<br />

guettait la variété de carotte tessinoise «Gniff» il y a quelques années.<br />

Il fallait impérativement trouver une nouvelle méthode.<br />

Philipp Holzherr, coresponsable du secteur plantes, ProSpecieRara<br />

La carotte «Gniff» est un trésor<br />

culturel tessinois. Violette sur<br />

le pourtour, blanche au centre,<br />

de forme conique, aux épaules<br />

larges et à la pointe effilée, elle ne ressemble<br />

à aucune autre. Peu sucrée, elle se<br />

caractérise par son goût herbacé prononcé,<br />

avec un soupçon d’arôme de rose.<br />

Cette carotte a traversé les âges en tant<br />

que variété locale typique. Au début du<br />

XX e siècle, elle était sans doute très répandue<br />

au Tessin. Comme la semence de<br />

cette carotte hors du commun n’était pas<br />

multipliée par une organisation centrale<br />

de sélection variétale, mais dans les jardins<br />

privés et les petites exploitations<br />

horticoles, elle présentait des caractéristiques<br />

variables. Et alors que la «Gniff»<br />

avait parfois la réputation d’être réservée<br />

aux cochons, on disait que c’est dans le<br />

village de Brè près de Lugano que<br />

poussent les «Gniff» les plus savoureuses.<br />

Dans le dialecte tessinois, le mot «Gniff»<br />

(les Tessinois prononcent «niff») ne se réfère<br />

pas seulement à la couleur violette.<br />

Dans la région de Lugano et dans le Val<br />

Blenio, il est tout simplement synonyme<br />

de carotte.<br />

Dépression endogamique<br />

La carotte «Gniff» a partagé le sort de bien<br />

des variétés anciennes – elle était cultivée<br />

de moins en moins souvent, à tel point<br />

que ProSpecieRara, au début du nouveau<br />

millénaire, ne puisse plus trouver de semences<br />

qu’en six endroits. Et malheureusement,<br />

la qualité de cette semence était<br />

très préoccupante. D’une part, ces «Gniff»<br />

ne correspondaient plus au profil de la<br />

Liste rouge: variétés fruitières les plus rares?<br />

Toutes les plantes ne peuvent pas être<br />

multipliées par semences, c’est-à-dire de<br />

manière générative. Les fruits et les baies,<br />

par exemple, mais aussi de nombreuses<br />

plantes aromatiques et ornementales, font<br />

partie des plantes à multiplication végétative.<br />

Elles poussent en permanence sous<br />

forme d’arbres ou d’arbustes dans les jardins<br />

d’institutions ou dans les jardins privés,<br />

où elles sont cultivées et entretenues.<br />

Si nécessaire, elles sont multipliées par<br />

bouturage, greffage ou division racinaire.<br />

Parmi les plus de 2400 variétés de fruits ProSpecieRara, près de 40% figurent sur<br />

la liste rouge. Cela signifie que ces variétés n’existent plus que sur un ou deux arbres.<br />

Planter de nouveaux arbres est donc une urgence absolue. ProSpecieRara publie<br />

pour cela chaque automne un extrait de la liste rouge avec pour objectif de mieux<br />

protéger au moins 40 variétés par an.<br />

Toute personne ayant la place pour accueillir un arbre fruitier et l’envie de se lancer<br />

dans les variétés fruitières anciennes et parfois méconnues est invitée à planter un<br />

arbre figurant sur la liste rouge. Les jardins familiaux, où l’on peut planter des arbres de<br />

petite taille (p. ex. basse tige ou en espalier), s’y prêtent également. Les arbres multivariétés,<br />

où deux ou trois variétés différentes poussent sur le même arbre, sont également<br />

intéressants pour les espaces limités. Si vous avez déjà un arbre fruitier dans votre<br />

jardin, vous pouvez également greffer une variété très rare.<br />

Vous trouverez de plus amples informations sur www.prospecierara.ch/liste-rouge.<br />

Photos: ProSpecieRara<br />

28<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

Pourquoi est-il<br />

important de préserver<br />

la diversité?<br />

ProSpecieRara a été créée en 1982<br />

en tant que fondation suisse à but<br />

non lucratif, afin de protéger de l’extinction<br />

les plantes cultivées et les<br />

races d’animaux de rente menacées.<br />

Aujourd’hui, ProSpecieRara s’engage<br />

pour la conservation et l’utilisation<br />

de plus de 1500 plantes de plein<br />

champ, 2400 variétés de fruits,<br />

1000 variétés de plantes d’ornement,<br />

400 variétés de baies et 38 races.<br />

Le destin de la variété de carotte traditionnelle tessinoise «Gniff» n’a parfois tenu qu’à un fil.<br />

Grâce à un travail de conservation et de sélection méticuleux, elle a finalement pu être sauvée.<br />

variété. D’autre part, le semencier Sativa<br />

Rheinau rencontrait de graves problèmes<br />

lors de la multiplication et en a conclu que<br />

les populations souffraient probablement<br />

de dépression endogamique. Celle-ci se<br />

présente lorsque trop peu de plantes semencières<br />

sont reproduites entre elles sur<br />

plusieurs générations. Elle peut conduire<br />

à l’extinction de la variété.<br />

Conservation dans les champs avec<br />

de nombreux avantages<br />

En temps normal, les semences de plus<br />

de 1700 variétés de plantes de plein champ<br />

et de plantes d’ornement dont ProSpecie­<br />

Rara a la charge sont conservées par un<br />

vaste réseau: des conservateurs de variété<br />

bénévoles, formés dans le cadre de cours<br />

de culture de semences, cultivent les variétés<br />

dans leurs jardins, récoltent les<br />

graines et les renvoient à ProSpecieRara,<br />

où elles sont stockées dans la séminothèque<br />

– le cœur de la fondation – avant<br />

d’être renvoyées ultérieurement dans le<br />

réseau. Cette conservation sur l’exploitation,<br />

appelée également «on farm», dans<br />

laquelle les variétés sont conservées en les<br />

faisant vivre dans les jardins et les champs<br />

(et non pas congelées dans le pergélisol),<br />

présente de nombreux avantages: les<br />

variétés s’adaptent ainsi aux variations<br />

des conditions environnementales, se<br />

confrontent aux maladies qui peuvent<br />

survenir et développent des résistances le<br />

cas échéant.<br />

Une culture de niche rendue possible<br />

par une reprise de la sélection<br />

Cette conclusion alarmante a convaincu<br />

ProSpecieRara d’aller au-delà des méthodes<br />

de sauvetage d’une variété, et<br />

d’avoir recours à celle, classique, de l’hybridation.<br />

Elle espérait assainir la population<br />

en apportant du «sang neuf» à la<br />

«Gniff». C’est ainsi que ProSpecieRara<br />

a lancé ce projet de sélection en 2012 en<br />

collaboration avec Sativa Rheinau, en<br />

mettant l’accent sur la préservation des<br />

caractéristiques variétales. La «nouvelle<br />

Gniff» conserve ainsi sa forme conique et<br />

continue de séduire par sa couleur violette<br />

et blanche. Le projet a pour but de<br />

rendre la variété de carotte plus robuste<br />

et plus résistante. Le nouveau type de<br />

variété doit dans une certaine mesure se<br />

prêter à la production agricole et devenir<br />

accessible à un plus grand nombre de personnes.<br />

Les semences devraient être disponibles<br />

début 2025, suivies de peu par les<br />

carottes dans les commerces de légumes.<br />

Contribution à la sécurité<br />

alimentaire<br />

Entre-temps, la variété «Gniff» originelle a<br />

elle aussi pu être préservée. Comme par<br />

miracle, Sativa Rheinau est parvenue, à<br />

La diversité des caractéristiques<br />

des anciennes variétés et races est<br />

synonyme d’un vaste pool génétique<br />

dans lequel nous pouvons puiser<br />

en cas de besoin. Ce pool a d’autant<br />

plus d’importance que l’essentiel<br />

de l’alimentation mondiale repose<br />

aujourd’hui sur un nombre dangereusement<br />

faible d’espèces, de variétés<br />

et de races. Certaines propriétés sont<br />

susceptibles d’être à nouveau recherchées<br />

suite à l’apparition soudaine<br />

de maladies, aux changements climatiques<br />

ou à de nouveaux besoins des<br />

consommateurs. Le maintien d’une<br />

diversité aussi large que possible est<br />

donc une réassurance pour l’avenir.<br />

ProSpecieRara dépend du soutien<br />

de donatrices et donateurs.<br />

Plus d’informations sur<br />

www.prospecierara.ch/don<br />

force de sélection avisée, à assainir la population.<br />

La «Gniff» d’origine est donc à<br />

nouveau disponible. La variété nouvelle<br />

appelée «Gniffola» possède toutefois de<br />

meilleurs atouts s’il s’agit de la cultiver à<br />

plus large échelle. Toutes deux contribuent<br />

à diversifier la base de notre alimentation<br />

future, à l’instar de tous ceux qui<br />

préservent les variétés menacées d’extinction<br />

en les cultivant, en les multipliant ou<br />

en les utilisant pour cuisiner. En effet, ce<br />

n’est que si les variétés rares sont utilisées<br />

de manière diversifiée et restent présentes<br />

dans l’esprit et le cœur des gens qu’elles<br />

seront protégées à long terme.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 29


Point de mire: Sauvetage<br />

Le salut et ses<br />

vertus probiotiques<br />

Esclavage, maladie, mort: le judaïsme et le christianisme<br />

connaissent de nombreuses situations dans lesquelles les croyants<br />

prient pour leur salut – et en font l’expérience. Mais qu’est-ce que le salut?<br />

Et qui est le sauveur? <strong>No</strong>us nous sommes penchés sur la question,<br />

entre histoire et religion.<br />

D r Florian Lippke, maître-assistant à la chaire d’exégèse de l’Ancien Testament<br />

et d’histoire des religions de l’Orient ancien, Université de Fribourg<br />

Photo: Adobe Stock<br />

30<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

échapper à l’armée égyptienne, font partie<br />

des lectures liturgiques. Ce récit a été mis<br />

en scène majestueusement dans de nombreux<br />

films. Ce texte sur le salut retentit<br />

dans les églises chrétiennes peu de temps<br />

avant la célébration de Pâques. Le message<br />

est clair: le christianisme célèbre ici<br />

aussi une expérience de salut. Tout comme<br />

l’affranchissement des Israélites de la répression<br />

égyptienne, le salut des chrétiens<br />

s’opère ainsi à Pâques. Concrètement,<br />

l’humanité est délivrée de la mort, et de<br />

ses péchés.<br />

Avec la sortie d’Egypte, le peuple d’Israël est affranchi de l’esclavage.<br />

Dans les cultures et les religions<br />

anciennes, le salut (synonyme<br />

de délivrance) n’est<br />

jamais pensé de manière abstraite.<br />

Il est toujours concret. Soit il est<br />

précisé qui a sauvé, soit de quoi la personne<br />

a été délivrée. Ainsi, dans le monde<br />

antique, le salut est notamment associé à<br />

l’affranchissement de l’esclavage, à la guérison<br />

de la maladie et – dans les cas extrêmes<br />

– à la délivrance de la mort. A<br />

l’aune de ces exemples, il apparaît manifestement<br />

que le salut part d’une situation<br />

de souffrance ou d’angoisse, pour<br />

aboutir à un nouvel état où l’harmonie et<br />

la justice sont rétablies. En langage universel,<br />

on pourrait dire que le salut transforme<br />

une situation hostile en situation<br />

bienfaisante, contribuant ainsi à offrir<br />

une vie meilleure – le salut a donc des vertus<br />

probiotiques.<br />

La sortie d’Egypte<br />

La sortie d’Egypte, suivie de l’entrée en<br />

Terre sainte, est au cœur de l’histoire<br />

du peuple d’Israël. Cet exode est même relaté<br />

dans les Dix Commandements, qui<br />

s’ouvrent sur ces paroles de Dieu: «Je suis<br />

l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du<br />

pays d’Egypte, de la maison de servitude»<br />

(Exode 20.2). Il est bien sûr fait allusion ici<br />

à la délivrance des Israélites de l’esclavage<br />

en Egypte. Il est intéressant de noter que<br />

même un texte légaliste comme les Dix<br />

Commandements ne commence pas par<br />

une loi, mais par une référence au salut ou<br />

à la libération. Tous ceux qui voient le judaïsme<br />

exclusivement comme une religion<br />

fondée sur la loi, qui ne tient compte<br />

que des commandements, des interdictions,<br />

etc. sont ici détrompés. Le récit-clé<br />

au cœur de la tradition juive est une histoire<br />

de salut. La libération de l’oppression<br />

et le chemin vers la liberté sont thématisés<br />

avant même toute loi. La liberté et le salut<br />

sont ici unis d’une manière indissoluble.<br />

Un message clair pendant la veillée<br />

pascale<br />

Quiconque a déjà assisté à une messe de<br />

la nuit de Pâques a peut-être remarqué<br />

que les textes relatant la sortie d’Egypte,<br />

à l’instar de la traversée de la mer Rouge,<br />

lorsque le peuple d’Israël parvient à<br />

Salut et substitution<br />

Les événements décrits dans le <strong>No</strong>uveau<br />

Testament en lien avec Pâques ne sont pas<br />

particulièrement positifs: maltraitance,<br />

crucifixion et mort de Jésus-Christ sont<br />

largement traitées. Deux aspects transforment<br />

toutefois ces scènes en situations<br />

de salut. Premièrement, la doctrine chrétienne<br />

soutient que Jésus est mort pour les<br />

péchés des hommes, en particulier des<br />

croyants. Il serait donc mort pour le salut<br />

des hommes. Du point de vue de l’histoire<br />

des religions, cela peut être apparenté à<br />

une substitution ou une expiation, à savoir<br />

la compensation d’une faute. Dans les<br />

deux cas, il en résulte que les personnes<br />

ou les croyants sont «sauvés» d’une situation<br />

fâcheuse. Psychologiquement, cette<br />

délivrance d’une situation difficile peut<br />

être assimilée à un salut de la mort psychique,<br />

sociale ou physique. Comme si<br />

Jésus­ Christ offrait une nouvelle vie. Ce<br />

qui nous amène au deuxième point.<br />

Le salut comme résurrection<br />

Deuxièmement, Pâques ne se termine pas<br />

avec la mort, mais a son point culminant<br />

dans la résurrection. Du point de vue de la<br />

sociologie religieuse, les parcours de vie<br />

des croyants et le parcours historique de<br />

Jésus-Christ sont ici menés en parallèle.<br />

Dans ce cas, le message est le suivant: à<br />

l’instar de Jésus-Christ qui est mort et ressuscité,<br />

chaque croyant mourra et ressuscitera.<br />

La mort n’est pas une fin mais une<br />

étape du chemin vers la résurrection.<br />

<strong>No</strong>us jonglons ici avec les thèmes théologiques<br />

les plus complexes qui soient – qui<br />

ont fait et font encore l’objet de nombreux<br />

débats et discussions. Mais sur le plan thématique,<br />

il est clair pour tous qu’il s’agit de<br />

structures de salut rendues possibles par<br />

un «sauveur», un «rédempteur».<br />

Mais qui est le sauveur?<br />

Mais qui est le sauveur dans la foi chrétienne?<br />

Il y a une réponse simple et une<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 31


Point de mire: Sauvetage<br />

réponse complexe. La réponse simple est<br />

la suivante: dans le christianisme, c’est Jésus<br />

qui sauve de la mort. Mais ce Jésus a<br />

un nom évocateur. Le nom de «Jésus» (du<br />

grec ancien Iēsūs) signifie «Yahvé sauve» ou<br />

«Yahvé est le salut». Translittéré de l’hébreu<br />

et de l’araméen, ce nom est Yeshua.<br />

Ce mot est une combinaison de Ya, une<br />

abréviation de Yahvé et du verbe yasha,<br />

qui signifie «délivrer» ou «sauver». Ainsi,<br />

la figure centrale du sauveur dans le <strong>No</strong>uveau<br />

Testament (Jésus) renvoie au salut<br />

par le Dieu de l’Ancien Testament (Yahvé).<br />

Encore une histoire complexe de salut,<br />

entre l’Ancien et le <strong>No</strong>uveau Testament,<br />

entre le judaïsme et le christianisme. On<br />

pourrait presque penser que dans ces religions,<br />

rien n’est possible sans le salut.<br />

Salut religieux<br />

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet,<br />

par exemple sur certains «noms de salut»<br />

bibliques. <strong>No</strong>n seulement Jésus se<br />

traduit par «Dieu sauve», mais le nom du<br />

prophète Isaïe vient lui aussi de l’hébreu<br />

jš ˛ et signifie «Dieu est secours/salut». Le<br />

successeur de Moïse, qui conduit le peuple<br />

hébreu vers la Terre promise, s’appelle Josué,<br />

que l’on peut traduire par «Dieu a sauvé».<br />

Et la liste ne s’arrête pas là. Un livre<br />

entier est consacré aux sauveurs d’Israël.<br />

Mais comme le terme hébreu signifie aussi<br />

bien «sauver» que «juger», le livre n’est pas<br />

directement identifiable à son titre. Le<br />

livre des «Juges» (Shophetim) est en fait<br />

un «livre des sauveurs» qui relate les actes<br />

de salut de Dieu par les chefs de tribus<br />

(juges/sauveurs).<br />

Le besoin humain de sécurité<br />

Dans pratiquement toutes les religions<br />

d’Eurasie, mais aussi au-delà, la croyance<br />

en un sauveur divin joue un rôle décisif.<br />

Yahvé, Christ, Mithra, Zeus Soter, Isis – le<br />

salut sous l’apparence divine prend de<br />

nombreux noms et formes. Tous ont en<br />

commun la défense d’individus et de<br />

groupes opprimés et accablés. Les figures<br />

salvatrices religieuses et divines sont donc<br />

essentielles, car elles répondent au besoin<br />

humain de bien-être et de sécurité: être<br />

sauvé, c’est retrouver la sécurité. Et le désir<br />

de sécurité est tout à fait humain. On<br />

comprend pourquoi l’historien Yuval<br />

<strong>No</strong>ah Harari qualifie l’homme d’être profondément<br />

religieux: la question de<br />

l’homme, de son bien-être et de son salut<br />

est en effet une question-clé dans la religion.<br />

Annonce<br />

CERTIFIÉ<br />

HAUTE QUALITÉ:<br />

<strong>Journal</strong><br />

<strong>asmac</strong><br />

N o 5, octobre <strong>2023</strong><br />

Le journal de l’Association suisse des médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de clinique<br />

Publication<strong>2023</strong><br />

COMPÉTENT<br />

TRANSPARENT<br />

Le label de qualité<br />

• Etabli et reconnu pour son lectorat<br />

• Réputé pour son contenu indépendant<br />

• Pour une publicité sans perte de diffusion<br />

Langue<br />

Comprendre,<br />

taire, transmettre<br />

Page 28<br />

Politique<br />

Pilotage des<br />

admissions –<br />

quo vadis?<br />

Page 6<br />

Obésité<br />

<strong>No</strong>uveaux médicaments,<br />

nouveaux espoirs<br />

Page 40<br />

Plaies ouvertes à la main<br />

Conseils pratiques pour<br />

les urgences<br />

Page 44<br />

www.votrepublication.ch<br />

230064_vsao_5_#FR_(01-02)_UG.indd 1 25.09.23 13:26<br />

WWW.Q-PUBLIKATIONEN.CH<br />

32<br />

Q_Titel_Inserat_180x133mm_fr.indd 1 07.02.18 14:47<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

Photo: Shutterstock<br />

Le vitrail de l’église Saint-Nicolas à Gloucester en Angleterre traite<br />

de la résurrection de Jésus.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 33


Point de mire: Sauvetage<br />

La villa d’industriel construite en 1872 à Berthoud (BE) se distingue par une ornementation enjouée et des frises découpées à la scie.<br />

Une source<br />

d’inspiration pour<br />

les constructions<br />

futures<br />

Le Musée suisse en plein air de Ballenberg<br />

a sauvé plus de 100 bâtiments historiques et les a reconstruits<br />

près de Brienz. Il fait découvrir à ses visiteurs<br />

la culture rurale de la Suisse d’autrefois et plus encore.<br />

Regula Grünwald, rédactrice en chef du <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong>, Photos: Severin <strong>No</strong>wacki<br />

34<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

L’idylle à l’état pur: au Musée suisse en plein air de Ballenberg, on se sent transporté quelques siècles en arrière. A gauche, une ferme de Therwil (BL)<br />

datant de 1675, à droite, une maison d’habitation de Villnachern (AG), 1635.<br />

Il était une fois une villa construite<br />

dans le style «chalet suisse» et richement<br />

décorée de frises découpées<br />

à la scie, au cœur d’un magnifique<br />

parc. Un fabricant de textile prospère<br />

y vivait avec sa famille et plusieurs domestiques<br />

dans des pièces spacieuses et élégantes.<br />

Leur bonheur fut toutefois de<br />

courte durée. Face à la situation économique<br />

précaire au lendemain de la Première<br />

Guerre mondiale, l’entreprise se retrouva<br />

en difficulté financière. La famille<br />

fut finalement contrainte de liquider l’entreprise<br />

et de vendre la villa ainsi que le<br />

terrain de l’usine attenant. Peu à peu, de<br />

nouvelles constructions ont été érigées sur<br />

le terrain de l’usine et dans le parc, jusqu’à<br />

ce que la villa se retrouve enchâssée entre<br />

rues et immeubles d’habitation. Des familles<br />

modestes vécurent un certain<br />

temps dans cette bâtisse autrefois cossue.<br />

Lorsque celles-ci ont dû déménager, la villa<br />

s’est dégradée et a été menacée de démolition.<br />

Par chance, la Fondation Ballenberg<br />

l’a fait démonter pour la reconstruire<br />

le plus fidèlement possible dans le Musée<br />

suisse en plein air de Ballenberg.<br />

L’histoire de cette villa de Berthoud<br />

construite en 1872, que l’on aperçoit depuis<br />

l’entrée ouest du musée, témoigne du<br />

passé de nombreux autres bâtiments historiques<br />

qui se trouvent aujourd’hui sur le<br />

site de Ballenberg. Et pourtant, elle est<br />

unique en son genre.<br />

Un intérêt naissant pour les maisons<br />

paysannes<br />

A la fin du XIX e siècle, le folklore a commencé<br />

à s’intéresser à la culture quotidienne<br />

des classes sociales inférieures et<br />

moyennes et à la rendre accessible au<br />

grand public dans des musées dédiés.<br />

C’est à cette époque que fut fondé le premier<br />

musée de plein air sur l’île suédoise<br />

de Skansen, près de Stockholm, en 1891.<br />

Il faudra toutefois attendre encore un<br />

certain temps avant qu’un tel musée ne<br />

voie le jour en Suisse. La recherche sur<br />

les maisons paysannes qui, à partir des<br />

années 1930 et 1940 en particulier, a renforcé<br />

la conscience de leur valeur et permis<br />

de documenter les constructions, les<br />

habitats et les aspects de la vie quotidienne<br />

des paysans a fait émerger la volonté<br />

de sauver et de collectionner les<br />

maisons paysannes historiques. Le Musée<br />

suisse en plein air de Ballenberg a finalement<br />

ouvert ses portes en 1978 avec 16 objets<br />

exposés.<br />

La notion de monument est<br />

négociable<br />

Aujourd’hui, 103 bâtiments historiques de<br />

différentes époques – en général avant la<br />

motorisation qui a débuté au XIX e siècle –,<br />

de presque toutes les régions du pays et de<br />

différentes classes sociales sont rassemblés<br />

sur une surface de 66 hectares. On y<br />

trouve une maison vigneronne zurichoise<br />

à colombages et une maison de journalier<br />

argovienne au toit de chaume, ainsi qu’un<br />

grenier à blé et une maison d’artisan de<br />

Une rareté de nos jours: quand il faut rénover<br />

le toit de chaume de la maison de journalier<br />

de Leutwil (AG), datant de 1803, le Musée suisse<br />

en plein air Ballenberg doit faire appel à des<br />

spécialistes du nord de l’Allemagne ou de<br />

Lettonie.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 35


Point de mire: Sauvetage<br />

Une maison à colombages typique de la région du lac de Zurich. Les décharges obliques de cette<br />

maison vigneronne de Richterswil (ZH, à gauche), construite vers 1780, sont plus nombreuses que ce<br />

qui est techniquement nécessaire, mais témoignent de l’évolution de la construction en pan de bois.<br />

Préserver l’artisanat<br />

Le musée en plein air de Ballenberg<br />

donne un aperçu de la vie quotidienne<br />

rurale et artisanale en Suisse. Les<br />

bâtiments historiques avec leurs<br />

cuisines, chambres et salons aménagés<br />

de manière traditionnelle ne constituent<br />

qu’une partie de l’exposition.<br />

En effet, le musée entend également<br />

préserver d’anciens métiers, parfois<br />

presque oubliés. On y trouve ainsi,<br />

à l’intérieur comme à l’extérieur,<br />

de nombreux artisans qui fabriquent<br />

des bardeaux, du charbon, brûlent<br />

de la chaux, tressent de la paille et des<br />

paniers, sculptent, forgent, filent<br />

et tissent de manière traditionnelle.<br />

Les visiteurs peuvent eux aussi mettre<br />

la main à la pâte et gratter des sgraffites,<br />

fabriquer du sérac, sculpter du<br />

bois ou mélanger une teinture miraculeuse<br />

dans le cadre d’un atelier.<br />

Fondation d’utilité publique, le musée<br />

s’autofinance à 80% et dépend de dons<br />

et de legs pour entretenir ses maisons<br />

et proposer une médiation moderne.<br />

Plus d’informations sur<br />

www.ballenberg.ch/fr/dons.<br />

Le Ballenberg entend documenter la vie paysanne,<br />

dont fait partie cette modeste étable à foin construite<br />

au XIX e siècle à Spiringen (UR).<br />

Berne, une étable à foin d’Uri, un manoir<br />

tessinois et une imposante maison paysanne<br />

genevoise avec pigeonnier. Les bâtiments<br />

proviennent du milieu agricole<br />

ou artisanal, à l’exception de la villa d’industriel.<br />

«En reprenant cette villa, nous<br />

n’avons pas été tout à fait cohérents. Elle<br />

est cependant un bel exemple du style<br />

36<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

Pour une fois, pas de bois: les murs de la maison paysanne genevoise avec pigeonnier, construite<br />

en 1762 et transformée plusieurs fois par la suite, sont faits de moellons et de galets et crépis.<br />

chalet, très prisé à l’époque, qui reflète la<br />

nostalgie de la société aisée pour une vie<br />

rurale idyllique et tranquille. C’est pourquoi<br />

Ballenberg l’a conservée», explique<br />

Riccarda Theiler, responsable de l’architecture<br />

et d’étude de l’habitat au Musée<br />

suisse en plein air de Ballenberg, lors<br />

d’une visite. Heureusement – car la façade<br />

richement décorée et le pignon délicatement<br />

sculpté sont dignes d’intérêt. «On<br />

assiste à une prise de conscience plus marquée<br />

quant aux ouvrages dignes de protection;<br />

la notion de monument historique<br />

fait l’objet de négociations permanentes»,<br />

explique Riccarda Theiler. La valeur de<br />

l’architecture représentative, comme celle<br />

des châteaux ou des bâtiments seigneuriaux,<br />

n’a guère été remise en question par<br />

le passé. «L’attention accrue portée à l’histoire<br />

des maisons paysannes, des usines,<br />

des logements ouvriers ou encore des<br />

constructions d’après-guerre des années<br />

1950 est relativement récente.»<br />

Il est judicieux de conserver les bâtiments<br />

sur leur site d’origine, souligne Riccarda<br />

Theiler. «Au Ballenberg, nous n’avons<br />

que des bâtiments qui ont aujourd’hui disparu.»<br />

A ce jour, il nous manque qu’une<br />

maison engadinoise. «<strong>No</strong>us en accueillerions<br />

volontiers une malgré l’arrêt officiel<br />

de la collection. Ces maisons d’habitation<br />

de pierre aux murs crépis de blanc de l’Engadine<br />

avec leurs encorbellements et leurs<br />

sgraffites sont toutefois très appréciées et<br />

protégées en conséquence. C’est une bonne<br />

chose.» Lors du déménagement d’un bâtiment,<br />

la construction d’un objet est documentée<br />

jusque dans les moindres détails<br />

afin de pouvoir le reconstruire le plus fidèlement<br />

possible sur le nouveau site. Mais<br />

même si la structure est encore bonne et<br />

que peu de matériaux doivent être remplacés,<br />

le bâtiment perd quelque chose. «Il est<br />

arraché à son contexte, au paysage environnant,<br />

à son agglomération. Cela change<br />

beaucoup de choses.» Parallèlement, la<br />

démolition de bâtiments historiques entraîne<br />

la perte d’une partie de la culture et<br />

de l’histoire du site d’origine. «Autrefois,<br />

chaque région avait des modes de construction<br />

spécifiques qui s’adaptaient aux changements<br />

structurels et économiques. Aujourd’hui,<br />

il est difficile de distinguer un<br />

nouveau bâtiment à Neuchâtel d’un nouveau<br />

bâtiment à St. Moritz.» Il est certes<br />

nécessaire de densifier le bâti déjà existant<br />

et de créer de nouveaux espaces de vie.<br />

Toutefois, il est également important de<br />

bien regarder avant d’ajouter de nouvelles<br />

constructions à des sites historiques. «Autrefois,<br />

les gens construisaient de manière<br />

durable et écologique. Cela ne signifie pas<br />

que nous devons tout copier. Mais les anciens<br />

bâtiments – que ce soit sur le Ballenberg<br />

ou ailleurs – peuvent servir de source<br />

d’inspiration.»<br />

1<br />

Office fédéral de la statistique (édité par):<br />

Les monuments historiques en Suisse: premiers<br />

résultats. Statistique des monuments 2016 et<br />

statistique des pratiques culturelles. Neuchâtel 2018<br />

Pas de maison engadinoise<br />

à l’horizon<br />

En 2016, l’Office fédéral de la statistique<br />

a recensé quelque 272 000 objets individuels<br />

présentant des qualités patrimoniales<br />

particulières. 75 084 d’entre eux<br />

étaient sous protection, dont 2752 classés<br />

comme monuments historiques d’importance<br />

nationale et 72 332 comme monuments<br />

historiques d’importance régionale<br />

ou locale. En Suisse, la conservation des<br />

monuments historiques relève en premier<br />

lieu de la responsabilité des cantons. Près<br />

de la moitié des objets protégés sont recensés<br />

dans cinq cantons.<br />

Le grenier à blé datant de 1760 se trouvait à Ostermundigen, un peu à l’écart de la ferme.<br />

Une chance – car la maison a brûlé en 1797.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 37


Point de mire: Sauvetage<br />

Prévenir<br />

le suicide pour éviter<br />

la souffrance<br />

Chaque année, environ 1000 personnes mettent fin à leurs jours en Suisse.<br />

Les idées suicidaires se manifestent souvent à l’adolescence.<br />

Les programmes de prévention en milieu scolaire peuvent faire baisser le nombre<br />

de tentatives de suicide, mais ils doivent bénéficier d’un financement garanti<br />

pour pouvoir être mis en œuvre sur le long terme.<br />

Maya Cosentino, doctorante et cheffe de clinique adjointe, Clinique universitaire de psychiatrie et psychothérapie<br />

pour enfants et adolescents, Université de Berne, Global Health Policy, London School of Hygiene and Tropical Medicine<br />

Prof. D r méd. Michael Kaess, professeur ordinaire et directeur, Clinique universitaire de psychiatrie et psychothérapie<br />

pour enfants et adolescents, Université de Berne<br />

Selon leurs dires, plus de 4 % des jeunes en Europe ont déjà fait une tentative de suicide. Pour prévenir les tentatives de suicide,<br />

il est nécessaire d’introduire sur le long terme des programmes efficaces de prévention du suicide<br />

Photos: Adobe Stock<br />

38<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Point de mire: Sauvetage<br />

Le suicide reste l’une des principales<br />

causes de décès dans le<br />

monde; environ 1 décès sur 100<br />

est un décès par suicide [1].<br />

Dans les pays à hauts revenus, le suicide<br />

est la première cause de mortalité liée à la<br />

maladie chez les jeunes [2]. Plus de 4% des<br />

jeunes en Europe déclarent avoir déjà fait<br />

une tentative de suicide [3]. Le comportement<br />

suicidaire chez les jeunes est donc<br />

un problème important et croissant.<br />

Plus de tentatives de suicide<br />

pendant la pandémie<br />

La souffrance qu’un suicide génère pour<br />

les familles touchées et l’environnement<br />

social, ainsi que les coûts pour la société<br />

sont considérables. Les tendances actuelles<br />

en Suisse sont préoccupantes [4].<br />

La pandémie de COVID-19 s’est accompagnée<br />

d’une augmentation substantielle<br />

des urgences en pédopsychiatrie et d’une<br />

aggravation de la pénurie de ressources<br />

déjà existante au sein du système de soins<br />

psychiatriques pour enfants et adolescents<br />

[5]. En 2021, les hospitalisations<br />

pour des tentatives de suicide présumées<br />

chez des jeunes ont nettement augmenté<br />

en Suisse par rapport à 2020, en particulier<br />

chez les filles [5]. La Suisse ne fait pas exception:<br />

une étude portant sur les données<br />

de 18 pays a montré que le nombre de<br />

consultations aux urgences pédiatriques a<br />

globalement diminué pendant la pandémie<br />

COVID-19, mais que le nombre de visites<br />

aux urgences pour des tentatives de<br />

suicide a considérablement augmenté [6].<br />

Source de la tendance suicidaire<br />

Le comportement suicidaire résulte d’une<br />

interaction complexe entre des facteurs<br />

neurobiologiques, sociaux, familiaux et<br />

environnementaux. Les événements difficiles<br />

et les facteurs de stress ainsi que les<br />

dépressions et autres troubles psychiques<br />

constituent des facteurs de risque significatifs<br />

[7]. L’enfance et l’adolescence représentent<br />

la période de développement au<br />

cours de laquelle le comportement suicidaire<br />

se manifeste souvent pour la première<br />

fois. Les études indiquent également<br />

que la plupart des troubles de santé<br />

mentale chez l’adulte commencent au<br />

cours de la petite enfance et de l’adolescence<br />

[8]. Selon la théorie psychologique<br />

et interpersonnelle de Thomas Joiner,<br />

trois facteurs de risque provoqueraient le<br />

comportement suicidaire: l’appartenance<br />

contrariée («thwarted belongingness»), la<br />

perception d’être un fardeau («perceived<br />

burdensomeness»), ainsi que la capacité<br />

acquise – par exemple par la préparation<br />

mentale, les actes d’automutilation et suicidaires<br />

ou la prise de substances – à se<br />

donner la mort («acquired capability for<br />

suicide») [9]. L’automutilation est donc<br />

liée à un risque accru de comportements<br />

suicidaires [10].<br />

Renforcer les compétences<br />

socioaffectives<br />

Les jeunes suicidaires ne demandent de<br />

l’aide que rarement ou très tardivement<br />

[11, 12]. Les spots publicitaires publics de<br />

prévention du suicide destinés aux jeunes<br />

n’ont pas réussi à modifier leur attitude<br />

vis-à-vis de la prévention du suicide ni<br />

leur propension à demander de l’aide [13].<br />

Dans son guide de prévention du suicide<br />

«Live Life», fondé sur des données factuelles,<br />

l’Organisation mondiale de la Santé<br />

(OMS) recommande de promouvoir les<br />

compétences socioaffectives chez les<br />

jeunes [14]. Cette recommandation est en<br />

accord avec les résultats de la recherche<br />

qui indiquent que les programmes de prévention<br />

du suicide en milieu scolaire qui<br />

renforcent les compétences socioaffectives<br />

telles que les stratégies de gestion du<br />

stress et de résolution des problèmes, ainsi<br />

que l’autorégulation des émotions, des<br />

pensées et des actions chez les jeunes, obtiennent<br />

des résultats positifs et peuvent<br />

être considérés comme efficaces [15, 16,<br />

17]. Les jeunes sont ainsi incités à prendre<br />

en main leur propre santé mentale. De<br />

plus, ces programmes ont la capacité d’atteindre<br />

la plupart des jeunes, y compris les<br />

plus vulnérables.<br />

Tentatives de suicide réduites de<br />

moitié grâce au programme<br />

Le programme international «Youth Aware<br />

of Mental Health» (YAM) vise à améliorer<br />

les capacités d’adaptation liées au stress<br />

et à modifier les perceptions négatives.<br />

Ce programme universel en milieu scolaire<br />

a été analysé dans le cadre d’une<br />

étude multicentrique, randomisée et contrôlée<br />

portant sur plus de 11 000 jeunes<br />

de dix pays européens [15]. Par rapport<br />

au groupe de contrôle, YAM a réduit le<br />

risque de pensées suicidaires graves chez<br />

les adolescents de près de 50 % et le<br />

nombre de tentatives de suicide de plus<br />

de 50 %. Il est intéressant de noter que les<br />

interventions ciblant le personnel scolaire<br />

ou les élèves vulnérables n’ont pas<br />

eu d’effet significatif.<br />

Une étude de l’évaluation des mesures<br />

de prévention primaire du suicide<br />

pour les enfants et les adolescents suggère<br />

que les mesures en milieu scolaire empêchent<br />

les tentatives de suicide à court<br />

terme et peut-être aussi à long terme, tandis<br />

que les effets d’autres mesures en milieu<br />

communautaire sont restés incertains<br />

[16]. Les programmes de prévention<br />

du suicide en milieu scolaire se sont révélés<br />

particulièrement efficaces lorsqu’ils<br />

sont de courte durée et prévoient un suivi<br />

[17]. On estime que de tels programmes<br />

permettent de prévenir une vingtaine<br />

de tentatives de suicide («number needed<br />

to treat») [17]. Cela suggère qu’un programme<br />

d’intervention dans une ou deux<br />

salles de classe peut prévenir au moins<br />

une tentative de suicide.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 39


Point de mire: Sauvetage<br />

La distribution contrôlée d’analgésiques<br />

en plus petits conditionnements<br />

ainsi que le traitement de la dépression<br />

sont d’autres mesures de prévention<br />

considérées comme potentiellement efficaces<br />

chez les jeunes.<br />

Plan d’action: mise en œuvre à la<br />

traîne<br />

En novembre 2016, l’Office fédéral de<br />

la santé publique (OFSP) a adopté un plan<br />

d’action pour la prévention du suicide en<br />

Suisse, qui vise à réduire le taux de suicide<br />

de 25 % d’ici 2030 par rapport à 2013 [18].<br />

Selon le dernier rapport d’avancement,<br />

des mesures supplémentaires sont nécessaires<br />

pour atteindre les objectifs visés.<br />

Actuellement, les programmes de prévention<br />

primaire du suicide – à savoir les mesures<br />

prises avant l’apparition de problèmes<br />

de santé – destinés aux jeunes ne<br />

sont pas souvent mis en œuvre en Suisse et<br />

ne sont guère ancrés de manière systématique<br />

[19]. Par ailleurs, les programmes<br />

existants peinent à obtenir un financement<br />

durable et complet.<br />

Sauver des vies a un coût<br />

Pour mettre en œuvre durablement<br />

et efficacement la prévention primaire du<br />

suicide des jeunes, il est nécessaire d’introduire<br />

en Suisse des programmes de<br />

prévention du suicide en milieu scolaire.<br />

La coordination, le financement et la mise<br />

en œuvre effective d’une stratégie nationale<br />

de prévention du suicide nécessitent<br />

une direction étatique. Selon le rapport<br />

d’avancement sur la mise en œuvre du<br />

plan d’action national, il manque à la<br />

Confédération une compétence législative<br />

globale en matière de prévention du suicide,<br />

qui permettrait d’introduire des<br />

mesures descendantes et favoriserait un<br />

ancrage durable [19]. Un financement<br />

suffisant permettrait de développer et de<br />

mettre en œuvre des programmes de prévention<br />

du suicide à long terme, en milieu<br />

scolaire, et donnerait aux écoles la possibilité<br />

de conclure des contrats avec des prestataires<br />

de programmes. Jusqu’à présent,<br />

les fonds sont en grande partie affectés à<br />

des mesures exigées par un lobby plus fort<br />

et moins stigmatisé, alors qu’il serait judicieux<br />

de les allouer selon un ordre de priorité.<br />

En effet, seule la disponibilité à long<br />

terme de moyens financiers permettra de<br />

mettre en œuvre durablement des programmes<br />

de prévention du suicide efficaces<br />

et, ainsi, de sauver des vies.<br />

Bibliographie<br />

[1] World Health Organization.<br />

Suicide worldwide in 2019:<br />

global health estimates.<br />

[2] Miniño A. Mortality<br />

among teenagers aged 12–19 years:<br />

United States, 1999–2006. NCHS<br />

Data Brief. 2010(37):1–8.<br />

[3] Carli V, Hoven CW,<br />

Wasserman C, Chiesa F, Guffanti G,<br />

Sarchiapone M, Apter A, Balazs J,<br />

Brunner R, Corcoran P, Cosman D.<br />

A newly identified group of<br />

adolescents at “invisible” risk for<br />

psychopathology and suicidal<br />

behavior: findings from the SEYLE<br />

study. World psychiatry. 2014<br />

Feb;13(1):78–86.<br />

[4] Zechmeister I, Kilian R,<br />

McDaid D. Is it worth investing in<br />

mental health promotion and<br />

prevention of mental illness? A<br />

systematic review of the evidence<br />

from economic evaluations. BMC<br />

public health. 2008 Dec;8(1):1–1.<br />

[5] Schuler D, Tuch A,<br />

Sturny I, Peter C. Psychische<br />

Gesundheit. Kennzahlen 2021<br />

(Obsan Bulletin 01/<strong>2023</strong>).<br />

Neuchâtel: Schweizerisches<br />

Gesundheitsobservatorium. <strong>2023</strong>.<br />

[6] Madigan S, Korczak DJ,<br />

Vaillancourt T, Racine N, Hopkins<br />

WG, Pador P, Hewitt JM, AlMousawi<br />

B, McDonald S, Neville RD.<br />

Comparison of paediatric<br />

emergency department visits for<br />

attempted suicide, self-harm, and<br />

suicidal ideation before and during<br />

the COVID-19 pandemic: a<br />

systematic review and meta-analysis.<br />

The Lancet Psychiatry. <strong>2023</strong><br />

Mar 9.<br />

[7] Beautrais AL. Risk<br />

factors for suicide and attempted<br />

suicide among young people.<br />

Australian & New Zealand <strong>Journal</strong><br />

of Psychiatry. 2000 Jun;34(3):420–<br />

36.<br />

[8] Patton GC, Coffey C,<br />

Cappa C, Currie D, Riley L, Gore F,<br />

Degenhardt L, Richardson D,<br />

Astone N, Sangowawa AO, Mokdad<br />

A. Health of the world’s adolescents:<br />

a synthesis of internationally<br />

comparable data. The Lancet.<br />

2012 Apr 28;379(9826):1665–75.<br />

[9] Joiner T. Why people<br />

die by suicide. Harvard University<br />

Press; 2005.<br />

[10] Plener PL, Kaess M,<br />

Schmahl C, Pollak S, Fegert JM,<br />

Brown RC. <strong>No</strong>nsuicidal self-injury<br />

in adolescents. Deutsches<br />

Ärzteblatt International. 2018<br />

Jan;115(3):23.<br />

[11] Lustig S, Koenig J,<br />

Resch F, Kaess M. Help-seeking<br />

duration in adolescents with<br />

suicidal behavior and non-suicidal<br />

self-injury. <strong>Journal</strong> of psychiatric<br />

research. 2021 Aug 1;140:60–7.<br />

[12] Kaess M, Schnyder N,<br />

Michel C, Brunner R, Carli V,<br />

Sarchiapone M, Hoven CW, Wasserman<br />

C, Apter A, Balazs J, Bobes J.<br />

Twelve-month service use,<br />

suicidality and mental health<br />

problems of European adolescents<br />

after a school-based screening for<br />

current suicidality. European child<br />

& adolescent psychiatry. 2020 Dec<br />

15:1–0.<br />

[13] Ftanou M, Ross A,<br />

Machlin A, Spittal MJ, King K,<br />

Nicholas A, Hocking J, Robinson J,<br />

Reavley N, Pirkis J. Public service<br />

announcements to change<br />

attitudes about youth suicide: A<br />

randomized controlled trial.<br />

Archives of suicide research. 2021<br />

Oct 2;25(4):829–44.<br />

[14] World Health Organization.<br />

Live Life: An Implementation<br />

Guide for Suicide Prevention in<br />

Countries. 2021.<br />

[15] Wasserman D, Hoven<br />

CW, Wasserman C, Wall M,<br />

Eisenberg R, Hadlaczky G, Kelleher<br />

I, Sarchiapone M, Apter A, Balazs J,<br />

Bobes J. School-based suicide<br />

prevention programmes: the<br />

SEYLE cluster-randomised,<br />

controlled trial. The Lancet. 2015<br />

Apr 18;385(9977):1536–44.<br />

[16] Morken IS, Dahlgren A,<br />

Lunde I, Toven S. The effects of<br />

interventions preventing self-harm<br />

and suicide in children and<br />

adolescents: an overview of<br />

systematic reviews. F1000Research.<br />

2019;8.<br />

[17] Walsh EH, McMahon J,<br />

Herring MP. Research Review: The<br />

effect of school-based suicide<br />

prevention on suicidal ideation<br />

and suicide attempts and the role<br />

of intervention and contextual<br />

factors among adolescents: a<br />

meta-analysis and meta-regression.<br />

<strong>Journal</strong> of child psychology<br />

and psychiatry. 2022<br />

Aug;63(8):836–45.<br />

[18] Federal Office of Public<br />

Health. Action plan on suicide<br />

prevention in Switzerland.<br />

Available from: https://www.bag.<br />

admin.ch/bag/en/home/<br />

strategie-und-politik/politische-auftraege-und-aktionsplaene/aktionsplan-suizidpraevention.html<br />

[accessed 28<br />

January <strong>2023</strong>].<br />

[19] Federal Office of Public<br />

Health. Zwischenstand Umsetzung<br />

Nationaler Aktionsplan Suizidprävention<br />

Schlussbericht.<br />

Available from: https://www.bag.<br />

admin.ch/bag/de/home/strategie-und-politik/politische-auftraege-und-aktionsplaene/aktionsplan-suizidpraevention.html<br />

[accessed 28 January <strong>2023</strong>].<br />

40<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Perspectives<br />

Une danseuse du Ballet de Bâle effectue les tests sous la<br />

supervision d’un spécialiste, afin d’identifier ses faiblesses<br />

et de les contrer de manière ciblée.<br />

Actualités sur la prise en charge médicosportive:<br />

prévention et traitement des blessures sportives<br />

La médecine du<br />

sport entre danse et<br />

tradition<br />

Photos: Hôpital cantonal de Bâle-Campagne<br />

Une déchirure du ménisque ou une tendinite sont certes pénibles<br />

pour les personnes concernées, mais leurs conséquences sont encore plus<br />

impactantes chez les athlètes de haut niveau. Un encadrement médical<br />

professionnel – de la prévention aux soins aigus – est donc essentiel.<br />

D r méd. Julian Röhm, Prof. D r méd. D r phil., ingénieur diplômé HES Andrej M. <strong>No</strong>wakowski,<br />

Clinique d’orthopédie et de traumatologie, Centre de l’appareil locomoteur, Hôpital cantonal de Bâle-Campagne (KSBL)<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 41


Perspectives<br />

Le physiothérapeute identifie les forces et faiblesses du danseur à l’aide de différents exercices.<br />

Il ne pourrait y avoir de contraste<br />

plus marqué entre la lutte et le ballet:<br />

la lutte, une tradition suisse<br />

bien vivante, est une discipline qui<br />

impose des exigences physiques élevées<br />

en termes de force, d’endurance et de<br />

résistance. Les lutteurs d’une stature<br />

impressionnante pèsent souvent plus de<br />

100 kilos, à l’inverse des danseurs de ballet,<br />

nettement plus filiformes, même s’ils<br />

n’en sont pas moins athlétiques. L’art,<br />

l’expression et la maîtrise du corps sont<br />

pour eux au premier plan.<br />

Si l’on s’intéresse d’un peu plus près à<br />

ces deux sports, on s’aperçoit rapidement<br />

qu’ils nécessitent tous deux une discipline,<br />

un entraînement et un contrôle du<br />

corps hors du commun. Les orthopédistes<br />

du sport et les physiothérapeutes de l’Hôpital<br />

cantonal de Bâle-Campagne (KSBL)<br />

se sont penchés sur ces deux disciplines.<br />

Travail de prévention dans le ballet<br />

Les danseuses et danseurs de ballet sont<br />

non seulement des artistes, mais aussi des<br />

sportifs de haut niveau. Leur corps et leur<br />

santé sont leur capital et ils doivent les<br />

entraîner et les protéger en conséquence.<br />

La prévention et l’encadrement médical<br />

professionnel sont donc devenus essentiels<br />

dans la danse sportive également.<br />

Depuis 2021, le KSBL est le partenaire<br />

médical officiel du Theater Basel et y<br />

assure l’encadrement médicosportif du<br />

Ballet de Bâle. En collaboration avec le<br />

physiothérapeute employé par le Theater<br />

Basel, une équipe de médecins et physiothérapeutes<br />

du sport a développé un<br />

concept de prévention visant à réduire au<br />

minimum le risque de blessures aux tendons,<br />

aux ligaments et aux os.<br />

Des entraînements individuels aux<br />

effets positifs<br />

Dans un premier temps, 28 danseuses et<br />

danseurs ont été soumis à des tests de présaison<br />

à l’automne 2022. La batterie de<br />

tests comprenait dix exercices visant à<br />

identifier et documenter les forces et les<br />

faiblesses de chaque participant. Pendant<br />

la saison, ils ont suivi, en plus de l’entraînement<br />

de ballet collectif, des modules<br />

individuels afin de combler les éventuelles<br />

lacunes. Une répétition de la batterie de<br />

tests en août <strong>2023</strong> a montré les premiers<br />

effets positifs. Des tests supplémentaires<br />

doivent être réalisés afin d’obtenir des résultats<br />

scientifiques concrets ou encore<br />

d’émettre des recommandations relatives<br />

à l’entraînement de danse. A l’avenir, une<br />

mise en œuvre des tests à l’échelle nationale<br />

est envisageable. Outre leur travail de<br />

prévention, les spécialistes du KSBL sont<br />

également à la disposition de la compagnie<br />

de ballet pour les soins aigus. Grâce<br />

à des consultations d’urgence avec imagerie<br />

et administration des premiers soins,<br />

les danseurs peuvent rapidement identifier<br />

leurs troubles et faire soigner leurs<br />

blessures, afin de remonter sur scène sans<br />

tarder.<br />

Soins aigus lors de la fête de la lutte<br />

Contrairement au travail de prévention,<br />

les soins aigus dans le cadre d’un grand<br />

événement sportif placent les médecins<br />

du sport devant un tout autre défi. Organisée<br />

tous les trois ans, la Fête fédérale de<br />

lutte suisse et des jeux alpestres (FFLS) est<br />

l’un des plus grands événements sportifs<br />

de Suisse. Le KSBL a été sollicité pour<br />

42<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Perspectives<br />

L’équipe de médecins du sport du KSBL s’est occupée des athlètes blessés lors de la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres 2022 à Pratteln.<br />

l’encadrement médical des athlètes dans<br />

l’arène de lutte dans le cadre de la planification<br />

de la FFLS 2022 à Pratteln.<br />

La plus grande arène mobile en plein<br />

air de Suisse présentait un diamètre de<br />

250 mètres et une capacité d’accueil de<br />

plus de 50 000 spectateurs. Au total,<br />

274 lutteurs se sont affrontés lors de<br />

1790 passes sur les sept cercles de sciure.<br />

Les lutteurs doivent faire usage à la fois<br />

de force et de dynamisme pour mettre<br />

leurs adversaires sur le dos. Des plaques de<br />

force enfoncées dans le sol ont permis de<br />

mesurer des forces de pointe allant jusqu’à<br />

1 tonne. Les blessures aux extrémités inférieures,<br />

en particulier au genou, font partie<br />

des blessures les plus fréquentes chez les<br />

lutteurs. Il était donc nécessaire de disposer<br />

d’un système de soins médicaux primaires<br />

efficace. Le service d’orthopédie<br />

était présent sur place pendant trois jours<br />

avec sept orthopédistes du sport, épaulés<br />

par un médecin urgentiste certifié et des<br />

ambulanciers. Les blessures ayant conduit<br />

à l’interruption ou l’abandon d’un combat<br />

ont été documentées. Il s’agissait de transporter<br />

rapidement et en toute sécurité les<br />

lutteurs blessés hors de la grande arène<br />

afin de pouvoir les examiner et les soigner<br />

dans un poste sanitaire à l’abri des regards<br />

du public sur place et des 800 000 téléspectateurs.<br />

Pour ce faire, l’équipe a utilisé<br />

un camion tout-terrain équipé d’une structure<br />

spéciale et d’un brise-vue pour le<br />

transport en position couchée.<br />

Se préparer pour réagir vite<br />

L’encadrement médicosportif d’un événement<br />

sportif majeur comme la FFLS est<br />

essentiel pour garantir la santé et la sécurité<br />

des athlètes. Pour cela, il est particulièrement<br />

important de disposer d’un personnel<br />

médical qualifié et expérimenté,<br />

d’un équipement médical adapté aux blessures<br />

typiques du sport à encadrer et d’une<br />

communication efficace entre les équipes<br />

médicales. Une préparation minutieuse<br />

permet de réagir rapidement à différents<br />

scénarios.<br />

Bibliographie<br />

Saner M, Steiner C, Röhm J, Müller SA,<br />

Suter T, <strong>No</strong>wakowski AM. Primärversorgung<br />

von gehunfähigen Schwingern bei einem<br />

sportlichen Grossanlass, 38. Jahreskongress<br />

GOTS, Luxemburg <strong>2023</strong><br />

https://blog.primeo-energie.ch/<br />

schwingen-und-kraftwirkung/<br />

Maliachovas NK, Klukowska-Rötzler J,<br />

Sauter TC, et al. Severity and pattern of<br />

injuries caused by Swiss wrestling<br />

(Schwingen): first retrospective study at a<br />

level I University Emergency Department in<br />

Switzerland. BMJ Open Sport & Exercise<br />

Medicine 2018;4:e000270.<br />

doi:10.1136/ bmjsem-2017-000270<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 43


Perspectives<br />

Aus der «Therapeutischen Umschau»* – Übersichtsarbeit<br />

Immunoglobulin-<br />

Substitutionstherapie<br />

bei hämatologischen<br />

Patienten mit sekundärem<br />

Antikörpermangel<br />

Thomas R. Braschler 1 und Sacha Zeerleder 1, 2<br />

Einführung<br />

Der Antikörpermangel als Untergruppe<br />

der Immundefizienzen wird entsprechend<br />

seiner Ätiologie eingeteilt in primäre und<br />

sekundäre Formen. Ein primärer Antikörpermangel,<br />

«Primary Antibody Deficiency»<br />

(PAD), basiert auf einer Gruppe heterogener,<br />

genetischer Krankheiten, die<br />

zu einem Mangel an und / oder einer Dysfunktion<br />

der Antikörper führen. Die Prävalenz<br />

liegt über alle Altersgruppen verteilt<br />

bei ca. 1:1200, im Kindesalter liegt sie<br />

etwas tiefer. Die sekundäre Immundefizienz<br />

hingegen ist eine Folge von exogenen,<br />

erworbenen Ursachen, wie zum Beispiel<br />

neoplastischen und / oder autoimmunen<br />

Krankheiten, viralen Infektionen (z. B.<br />

HIV, Malaria) oder Medikamentennebenwirkungen.<br />

Der sekundäre Antikörpermangel<br />

(«Secondary Antibody Deficiency»,<br />

SAD) als Untergruppe der sekundären<br />

Immundefizienz kommt deutlich häufiger<br />

vor als der primäre Antikörpermangel und<br />

1<br />

Abteilung für Hämatologie, Luzerner Kantonsspital,<br />

Luzern, Schweiz<br />

2<br />

Universitätsklinik für Hämatologie und<br />

Hämatologisches Zentrallabor, Inselspital,<br />

Universitätsspital Bern, Schweiz<br />

* Der Artikel erschien ursprünglich in der<br />

«Therapeutischen Umschau» (2022), 79(6),<br />

295–300.<br />

hat meist eine multifaktorielle Ätiologie,<br />

wobei die zugrunde liegende Krankheit<br />

wie auch die entsprechende Therapie einen<br />

relevanten Beitrag zum – vielfach<br />

temporären – Antikörpermangel leistet<br />

(Tabelle 1). Die chronische lymphatische<br />

Leukämie (CLL), das Multiple Myelom<br />

(MM) und Lymphome sind klassische<br />

hämatologische Krankheiten, die zu einem<br />

sekundären Antikörpermangel führen<br />

können. Die zur Therapie dieser<br />

Krankheiten verwendeten Medikamente,<br />

wie zum Beispiel alkylierende Substanzen,<br />

Purin-Analoga und Proteasom Inhibitoren,<br />

führen durch die Lymphozytendepletion<br />

respektive die Hemmung der<br />

Proliferation zu einer sekun dären Immundefizienz<br />

mit Störung der zellulären und<br />

vielfach auch der humoralen Immunität<br />

im Sinne eines Antikörpermangels. Die<br />

verzögerte Immunrekonstitution nach allogener,<br />

aber zum Teil auch autologer<br />

Stammzelltransplantation ist eine weitere<br />

Ursache des sekundären Antikörpermangels.<br />

Durch die breite Anwendung<br />

von therapeutischen Antikörpern und seit<br />

Kurzem auch von neuen zellulären Therapien<br />

mit zielgerichteter B-Zell-Depletion<br />

hat die Häufigkeit des sekundären Antikörpermangels<br />

deutlich zugenommen.<br />

Ein sekundärer Antikörpermangel führt<br />

zu einer erhöhten Infektanfälligkeit und<br />

trägt signi fikant zur Morbidität und Mortalität<br />

von hämatologischen Krankheiten<br />

und deren Therapien bei [1]. Dieser sekundäre<br />

An tikörpermangel wird in der klinischen<br />

Praxis vielfach mit der Verabreichung<br />

von Immunglobulinen behandelt.<br />

Der vorliegende Artikel befasst sich mit<br />

den Ursachen des sekundären Antikörpermangels,<br />

gibt einen Überblick über die Effektivität<br />

und die Indikationsstellung der<br />

Immun globulin-Substitutionstherapie.<br />

Ursachen eines sekundären<br />

Antikörpermangels bei hämatologischen<br />

Patienten<br />

Hämatologische Neoplasien sind häufig<br />

mit einem sekundären Antikörpermangel<br />

assoziiert, einer sogenannten Hypogammaglobulinämie.<br />

Mehr als 80 % der Patienten<br />

mit einer CLL haben eine Hypogammaglobulinämie<br />

und 25 bis 50 % der<br />

Patienten sterben schliesslich an infektiösen<br />

Komplikationen [2]. Hier ist anzumerken,<br />

dass mit zunehmendem Alter der<br />

Patienten, deren Komorbiditäten sowie<br />

der Krankheitsdauer die Prävalenz der<br />

Hypogammaglobulinämie zunimmt. Circa<br />

45 – 83 % der Patienten mit MM haben<br />

einen sekundären Antikörpermangel und<br />

gemäss einer Studie sterben 45 % dieser<br />

Patienten innerhalb von sechs Monaten<br />

nach Diagnose an infektiösen Komplikationen,<br />

wobei Pneumonien, Infektionen<br />

des Urogenitaltraktes und Septikämien<br />

als häufigste Ursachen identifiziert wurden<br />

[2].<br />

44<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Perspectives<br />

Erwiesenermassen führt auch die<br />

Thera pie von hämatologischen Neoplasien<br />

zu einer sekundären Immundefizienz.<br />

Hochdosierte Steroide über längere<br />

Perioden führen nicht nur zu einer Suppression<br />

der zellulären Abwehr, sondern<br />

auch zu einem Immunglobulin-Mangel [3].<br />

Chemo therapie mit alkylierenden Substanzen<br />

(Cyclophosphamid, Chlorambucil,<br />

Melphalan, Bendamustin, Busulfan) induzieren<br />

eine Myelosuppression mit dem Risiko<br />

von infektiösen Komplikationen mit<br />

Erregern wie S. aureus, Strep. pneumo niae,<br />

H. influenza und K. pneumoniae. Eine Behandlung<br />

mit Purin-Analoga (z. B. Fludarabin)<br />

induziert durch die Lymphozytendepletion<br />

eine humorale und zellu läre<br />

Immunsuppression mit dem Risiko von<br />

opportunistischen bakteriellen wie viralen<br />

Infektionen [1]. Die Kombination dieser<br />

Zytostatika mit spezifisch gegen B-Zellen<br />

gerichteten Antikörpern (Immunochemotherapie,<br />

Kombination mit z. B. Rituximab),<br />

wie sie bei der Behandlung von lymphoproliferativen<br />

Krankheiten eingesetzt<br />

wird, kann zu einer schweren und lang<br />

anhaltenden Hypogammaglobulinämie<br />

von 18 bis 24 Monaten führen. Auch als<br />

Monotherapie kann eine Behandlung mit<br />

Rituximab abhängig von Dosis, Frequenz<br />

und Therapiedauer zu einer Hypogammaglobulinämie<br />

von sechs bis neun Monaten<br />

oder gar länger führen [4]. Die durch<br />

Rituximab induzierte Hypogammaglobulinämie<br />

geht dann auch mit einem erhöhten<br />

Infektionsrisiko einher [5]. Auch<br />

therapeutische Antikörper, die gegen andere<br />

B-Zell-Antigene (z. B. CD19, CD22) gerichtet<br />

sind, führen zu einer Hypogammaglobulinämie<br />

[1]. Therapeutische Antikörper,<br />

die Antigene auf Plasmazellen<br />

erkennen (z. B. anti-CD38), führen zu einer<br />

effizienten Plasmazell-Depletion und sind<br />

daher bei der Behandlung des MM sehr<br />

wirkungsvoll. Die Behandlung mit diesen<br />

Antikörpern geht mit einem erhöhten Risiko<br />

von bakteriellen und viralen Infektionen<br />

einher [6], jedoch interessanterweise<br />

nicht zwingend mit einer Hypogammaglobulinämie.<br />

Inhibitoren der Bruton-Tyrosinekinase<br />

(BTK), die zur Behandlung von<br />

lymphoproliferativen Krankheiten eingesetzt<br />

werden, induzieren ebenfalls eine<br />

Hypogammaglobulinämie.<br />

Blinatumomab, ein bispezifischer<br />

T-Zell-Antikörper («bispecific T-cell engager»,<br />

BiTE), der bei der akuten lymphatischen<br />

Leukämie eingesetzt wird, erkennt<br />

CD3 auf T-Zellen und CD19 auf B-Zellen<br />

und bringt so B- und T-Zellen in Kontakt.<br />

Die aktivierten, zytotoxischen T-Zellen<br />

Tabelle 1. Übersicht sekundäre Immundefizienze mit potenziell sekundärem Antikörpermangel<br />

bei hämatologischen Malignitäten.<br />

Hämatologische Krankheiten<br />

Leukämien<br />

Plasmazelldyskrasie<br />

Lymphome<br />

Therapien<br />

Medikamente<br />

Antikörpertherapien<br />

Zelluläre Therapien<br />

Entfernen von Antikörpern<br />

– Chronisch Lymphatische Leukämie<br />

– Akute Lymphatische Leukämie<br />

– Multiples Myelom<br />

– Smouldering Myeloma<br />

– MGUS<br />

– Hodgkin Lymphom<br />

– Diffus grosszelliges B-Zell Lymphom<br />

– Mantelzell Lymphom<br />

– Follikuläres Lymphom<br />

– Marginalzonen Lymphom<br />

– Burkitt Lymphom<br />

– M. Waldenström<br />

– Alkylantien (z. B. Cyklophosphamid,<br />

Melphalan)<br />

– Steroide<br />

– Proteasome inhibitoren (z. B. Bortezomib)<br />

– Purin-Analoga (z. B. Fludarabin, Cladribin,<br />

Bendamustin)<br />

– Mycophenolat-Mofetil<br />

– (Tyrosin) Kinase Inhibitoren (z. B.<br />

Imatinib, Dasatinib, Ibrutinib, Idealisib)<br />

– Anti-CD20 (z. B Rituximab, Ofatumumab,<br />

Obinutuzumab)<br />

– Anti-CD19 (z. B. Blinatumumab)<br />

– Anti-CD22 (z. B. Epratuzumab)<br />

– Anti-CD38 (z. B Daraumumab,<br />

Isatuximab)<br />

– Anti-CD52 (Alemtuzumab)<br />

– Anti-BAFF (Belimumab)<br />

– Allogene Stammzelltransplantation<br />

– Doner Lymphozyten Infusion<br />

– CD19-gerichtete «chimeric antigen<br />

receptor<br />

– T-cells» (CAR-T)<br />

– BCMA-gerichtete «chimeric antigen<br />

receptor<br />

– T-cells» (CAR-T)<br />

– Plasmapherese<br />

– Immunadsorption<br />

– Anti-FcRn (z. B. Rozanolixizumab)<br />

Anmerkungen: CD: Cluster of differentiation; BAFF: B-cell maturation antigen; CAR:<br />

Chimeric Antigen Receptor; FcRn: neonataler Fc-Rezeptor. Tabelle adaptiert aus [1].<br />

zerstören die B-Zellen (lymphatische<br />

B-Zell-Blasten wie auch physiologische<br />

B-Zellen), was zu einer ausgeprägten<br />

B-Zell-Depletion und in der Folge zu einer<br />

Hypogammaglobulinämie führt [1].<br />

Die nur langsame Immunrekonstitution<br />

des lympha tischen Kompartiments bei<br />

Patienten nach allogener Stammzelltransplantation<br />

führt zu einer zellulären<br />

wie humoralen Immundefizienz. Das Auftreten<br />

einer Graft­ versus-Host(GvHD)-<br />

Reaktion und die dadurch notwendige Immunsuppression<br />

verzögern die Immunrekonstitution<br />

zusätzlich und kann zu einer<br />

lang dauernden sekundären Immundefizienz<br />

mit Hypogammaglobulinämie füh­<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 45


Perspectives<br />

ren. Die kumulative Inzidenz einer Hypogammaglobulinämie<br />

bei Patienten nach<br />

allogener Stammzelltransplantation beträgt<br />

nach einem Jahr 24 % und nach drei<br />

Jahren 27 %. Als Risikofaktoren für eine<br />

Hypogammaglobulinämie bei diesen Patienten<br />

wurden lymphatische Malignitäten,<br />

die Behandlung mit Mycophenolat-Mofetil,<br />

tiefe Immunglobulin(IgG)-Spiegel vor<br />

der Transplantation und akute GvHD Grad<br />

2 bis 4 identifiziert [7]. Die negative Auswirkung<br />

des sekundären Antiköpermangels<br />

in dieser Patientengruppe wird durch<br />

eine Studie eindrücklich belegt: Patienten<br />

nach allogener Stammzelltransplantation,<br />

die im ersten Jahr nach Transplantation<br />

IgG-Spiegel von weniger als 4 g / l aufwiesen,<br />

zeigten eine 18 % höhere transplantations-assoziierte<br />

Mortalität, respektive<br />

eine 17 % tiefere Überlebensrate [8]. Die<br />

neuen zellulären Therapien mit «Chimeric<br />

Antigen Receptor(CAR)»-T-Zellen werden<br />

erfolgreich zur Behandlung von aggressiven<br />

B-Zell-Lymphomen eingesetzt. Diese<br />

CAR-T-Zellen reagieren mittels chimärem<br />

Antigenrezeptor (z. B. anti-CD19) spezifisch<br />

mit den Tumorzellen, z. B. Lymphomzellen.<br />

CAR-T-Zellen mit einem chimären<br />

Rezeptor gegen CD19 induzieren ebenfalls<br />

eine sehr effiziente und vielfach langanhaltende<br />

B-Zell-Depletion und somit auch<br />

eine Hypogammaglobulinämie. In einer<br />

Studie mit CAR-T-Zell-Infusion wurde zwischen<br />

Tag 15 und 30 in 35 %, zwischen Tag<br />

31 bis 60 in 27 % und zwischen Tag 61 und<br />

90 in 46 % eine Hypo gammaglobulinämie<br />

(IgG-Spiegel < 4 g / l) rapportiert [9]. In einer<br />

anderen Studie zeigen 67 % der Patienten<br />

90 Tage oder noch länger nach<br />

CAR-T-Zell-Infusion eine Hypogammaglobulinämie<br />

mit IgG-Spiegeln von < 4 g / l<br />

oder es wurde eine Immun globulin-<br />

Substitutionstherapie nötig [10]. Hier gilt<br />

anzumerken, dass die Häufigkeit des Auftretens<br />

der Hypogammaglobulin ämie von<br />

CAR-T-Präparat zu CAR-T­ Zell­ Präparat<br />

unterschiedlich ist, wobei dies wahrscheinlich<br />

nicht – oder nicht nur – an den<br />

verschiedenen Präparaten, sondern auch<br />

an den verschiedenen Therapieprotokollen<br />

liegt, die unterschiedliche Definitionen<br />

der Hypogammaglobulinämie aufweisen<br />

und verschiedene Zeitpunkte der<br />

IgG-Messung vorschreiben [11]. Obschon<br />

viele dieser Patienten bereits eine intensive<br />

Vorbehandlung mit Rituximab-enthaltenden<br />

Therapieschemata erhielten und<br />

vor CAR-T-Therapie verminderte Immunglobulin-Spiegel<br />

aufweisen, führt die CAR-<br />

T-Zell-Therapie zusätzlich zu einer weiteren<br />

Verminderung dieser Spiegel [11]. Infektiöse<br />

Komplikationen nach CAR-T-Zell-<br />

Therapie sind häufig und tragen signifikant<br />

zur Mortalität bei. In 23 – 42 % der Patienten<br />

tritt im ersten Monat nach CAR-T-Zell-<br />

Therapie eine infektiöse Komplikation<br />

auf, danach – bis Tag 90 nach CAR-T-Zell-<br />

Infusion – werden diese Komplikationen<br />

noch bei 21 % der Patienten beobachtet [11].<br />

Ein direkter Zusammenhang zwischen<br />

der Hypogammaglobulinämie und infektiösen<br />

Komplikationen kann bei Kindern<br />

in den ersten 28 Tagen nach CAR-T-Zell-<br />

Infusion belegt werden, eine entsprechende<br />

Assoziation konnte jedoch bei Erwachsenen<br />

Patienten noch nicht bestätigt werden.<br />

Therapie der sekundären<br />

Hypogammaglobulinämie<br />

mit Immunglobulinen<br />

Die IgG-Substitutionsbehandlung ist in<br />

der Behandlung des primären und sekundären<br />

Antikörpermangels zentral. Im Jahre<br />

1952 wurden bei einem achtjährigen<br />

Knaben mit rezidivierenden schweren<br />

Infektionen aufgrund einer Aggammaglobulinämie<br />

zum ersten Mal Immunglobuline<br />

verabreicht. Diese erste Substitutionsbehandlung<br />

wurde monatlich subkutan<br />

in Dosen von 3,2 g verabreicht und<br />

führte dazu, dass während einem Jahr<br />

keine Infektionen mehr aufgetreten sind<br />

[12]. In den folgenden Jahren wurden Immunglobuline<br />

hauptsächlich intramuskulär<br />

appliziert. Die Therapie zeigte jedoch<br />

Tabelle 2. Vergleich intravenös vs. subkutanes Immunglobulin.<br />

Pharmakokinetik<br />

Dosierung<br />

Patientenfreundlichkeit<br />

Nebenwirkungen<br />

Reaktion an der Injektionsstell<br />

Patientenzufriedenheit<br />

Intravenös immunglobuline<br />

– Fluktuierende Spiegel<br />

– Alle 3 – 4 Wochen<br />

– Dosis ev. Bestimmt durch Volumen<br />

Toleranz<br />

– Tiefe Talspiegel mit Wirkungsverlust<br />

– Meist gebunden an Spital / Poliklinik<br />

– Gefässzugang erforderlich<br />

– Spezialisiertes medizinisches Personal<br />

nötig<br />

– Erhöhtes Risiko von Nebenwirkungen<br />

– Dosis- und Frequenz-abhängige<br />

– Nebenwirkungen<br />

– Selten<br />

– Bevorzugt durch Patienten, die Angst vor<br />

Nadeln und Eigenverabreichung haben<br />

– Nicht zuverlässige Patienten<br />

Subkutan Immunglobuline<br />

– Konstante Spiegel<br />

– Alle 1 – 2 Wochen<br />

– Frequenz bestimmt durch Dosis,<br />

toleriertes Volumen und Präferenz Patient<br />

– Höhere Talspiegel mit geringem Risiko<br />

Wirkungsverlust<br />

– Meistens zu Hause möglich<br />

– Gefässzugang nicht erforderlich<br />

– Selten, meist milder als bei IglV<br />

– Kann bei Patienten eingesetzt werden<br />

die bei IglV Reaktionen hatten<br />

– Irritation, Schwellung, Verhärtung und<br />

Juckreiz an der Injektionsstelle normal;<br />

Symptome klingen rasch ab<br />

– Erhöhte QoL (Unabhängigkeit, Flexibilität)<br />

– Verminderte Belastung Infrastruktur<br />

– Tiefere Kosten<br />

Anmerkungen: IgSC: subkutane Immunglobuline; IgIV: intravenöse Immunglobuline; QoL: Quality of Life. Tabelle angepasst gemäss [13].<br />

46<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Perspectives<br />

beträchtliche Nebenwirkungen, wie lang<br />

dauernde Schmerzen an der Injektionsstelle<br />

und nicht selten schwere allergische<br />

Reaktionen. Erst mit der weiteren Optimierung<br />

der Immunglobulinproduktion<br />

wurde es möglich, die Präparate intravenös<br />

zu verabreichen und randomisierte<br />

klinische Studien belegten, dass die<br />

intrave nöse Verabreichung dieser Präparate<br />

gegenüber der intramuskulären Applikation<br />

betreffend Effizienz und Sicherheit<br />

überlegen war [13].<br />

Die Indikation zur Immunglobulin-<br />

Substitutionsbehand lung bei sekundärem<br />

Antikörpermangel stützt sich im klinischen<br />

Alltag auf Empfehlungen, die grösstenteils<br />

auf klinischer Erfahrung und Daten<br />

aus der Behandlung der primären Immundefizienzen<br />

beruhen. Das ist dann<br />

auch der Grund, weshalb nationale Fachgesellschaften<br />

und Autoritäten ihre eignen<br />

Empfehlungen betreffend Indikation<br />

zur Immunglobulin-Substitutionstherapie<br />

bei sekundärem Antikörpermangel herausgeben.<br />

Es liegen kontrollierte Studien<br />

vor, die zum Beispiel bei CLL den Benefit<br />

einer Immunglobulin-Substitutionstherapie<br />

zeigen. Eine placebo-kontrollierte,<br />

doppelblinde Studie in 81 Patienten mit<br />

CLL zeigte eindrücklich, dass eine Substitutionsbehandlung<br />

mit Immunglobulinen<br />

zu einer signifikanten Reduk tion der<br />

bakteriellen Infektionen führte [14]. Weitere<br />

kontrollierte, randomisierte Studien<br />

mit einer jedoch bescheidenen Anzahl<br />

CLL-Patienten bestätigten die Resultate<br />

dieser Studie. Eine placebo-kontrollierte<br />

Studie in 82 Patienten mit Multiplem Myelom<br />

mit sekundärer Hypogammaglobulinämie<br />

zeigte eine signifikante Verminderung<br />

der schweren infektiösen Komplikationen<br />

während der Substitutionstherapie<br />

mit Immunglobulinen [15]. Eine Cochrane-Analyse<br />

aus dem Jahr 2008 kam zum<br />

Schluss, dass Immunglobulin-Substitutionstherapie<br />

bei Patienten mit CLL und<br />

Multiplem Myelom zwar das Auftreten<br />

von infektiösen Komplikationen vermindert,<br />

jedoch keinen Einfluss auf die Mortalität<br />

hat. Die Autoren relativierten ihre<br />

Aussage aber auch, da die Anzahl ausgewerteter<br />

Patienten nicht hoch sei und für<br />

eine verlässliche Aussage eine grössere<br />

Anzahl Patienten benötigt werde [16]. Eine<br />

kürzlich publizierte grosse Kohortenstudie<br />

mit rituximab-behandelten Patienten<br />

zeigte, dass die Immunglo bulin-Substi tutionsbehandlung<br />

das Risiko auf schwere<br />

infektiöse Komplikationen signifikant<br />

ver mindert [17]. Allgemein bleiben nebst<br />

der beschränkten Anzahl der in den placebo-kontrollierten<br />

Studien eingeschlossenen<br />

Patienten auch die Hete rogenizität<br />

der verwendetet Patientengruppen sowie<br />

die verwendeten unterschiedlichen Definitionen<br />

der Hypogammaglobulinämie<br />

ein Problem. Es fehlen aktuellere kontrollierte<br />

Studien mit einer hohen statistischen<br />

Aussagekraft, die eine verlässliche<br />

Aussage des Effekts der Immunglobulin-<br />

Substitution auf die Mortalität respektive<br />

die infektiösen Komplikationen erlauben.<br />

Das dürfte dann auch der Grund sein, weshalb<br />

die Europäische Gesellschaft für medizinische<br />

Onkologie ESMO («European<br />

Society for Medical Oncology») mit ihren<br />

Empfehlungen betreffend Substitutionstherapie<br />

mit Immunglobulinen bei CLL<br />

sehr zurückhaltend ist, da diese zu keiner<br />

bewiesenen Verbesserung des Überlebens<br />

der CLL-Patienten führt. Die ESMO empfiehlt<br />

daher den Einsatz der Immunglobulin-Substitution<br />

nur bei schwerer Hypogammaglobulinämie<br />

und wiederholten<br />

(schweren) Infektion [1].<br />

Welche Patienten profitieren<br />

potenziell von einer Immunglobulin-<br />

Substitutionstherapie, mit welcher<br />

Dosis und wie lange soll man<br />

behandeln?<br />

Angesichts der nicht glasklaren Datenlage<br />

betreffend Wirksamkeit haben in verschiedenen<br />

Ländern nationale Expertengremien<br />

und Autoritäten Empfehlungen<br />

aufgestellt, um festzulegen, welche Patienten<br />

mit sekundärem Antikörpermangel<br />

für eine Immunglobulin-Substi tutionsbehandlung<br />

qualifizieren. Auch die<br />

Europäische Arzneimittelbehörde («European<br />

Medical Agency», EMA) hat kürzlich<br />

ihre Empfehlung zur Behandlung von Patienten<br />

mit sekundärem Antikörpermangel<br />

mit Immunglobulinen angepasst. Den<br />

meisten Empfehlungen ist die Anfor derung<br />

des Nachweises einer Hypogammaglobulinämie<br />

bei einer unter liegenden<br />

hämatologischen Krankheit gemein. Die<br />

Definition einer Hypogammaglobulinämie<br />

hingegen wird sehr unterschiedlich<br />

gehandhabt, wobei IgG-Werte von < 4 g / l,<br />

< 5 g / l oder schlichtweg zweimalig gemessen<br />

unter dem Referenzwert für IgG als<br />

Definition verwendet werden. Viele Empfehlungen<br />

fordern auch, dass die Patienten<br />

schwere und / oder wiederholte infektiöse<br />

Episoden hatten [1, 18]. Angesichts<br />

dieses unübersichtlichen Wildwuchses<br />

an Empfehlung hat sich ein paneuropäisches<br />

Experten panel, zusammengesetzt<br />

aus renommierten Immunologen und<br />

Hämato-Onkologen, bemüht, mittels der<br />

Delphi­ Methode eine «Europäische Expertenempfehlung»<br />

zu erarbeiten. Diese<br />

Empfehlung berücksichtigt sehr gelungen<br />

die einschlägigen nationalen (europäischen<br />

und nicht europäischen) Empfehlungen.<br />

Die Empfehlung beginnt mit der<br />

Defini tion der verschiedenen Schweregraden<br />

der Infektionen (1), gefolgt von einer<br />

Stellungnahme betreffend Zeitpunkt der<br />

Bestimmung der Serum-Immunoglobuline<br />

(2), wann eine Substitutionstherapie<br />

begonnen werden sollte (3) und der zu<br />

wählenden Dosis (4). Abgeschlossen wird<br />

mit einer Empfehlung, wann eine Substitutionstherapie<br />

wieder sistiert werden<br />

kann (5). Nachfolgend ein auf Schweizer<br />

Verhältnisse angepasster Vorschlag, der<br />

die Europäischen Empfehlungen berücksichtigt<br />

[18]:<br />

1. Definition einer Infektion bei<br />

Patienten mit hämatologischen<br />

Neoplasien<br />

– schwere Infektion: erfordert eine akute<br />

intravenöse An tibiotikatherapie und<br />

geht mit einer immediaten und meist<br />

verlängerten Hospitalisation oder gar<br />

der <strong>No</strong>twendigkeit einer intensivmedizinischen<br />

Behandlung einher<br />

– rezidivierende Infektionen: wiederholte<br />

Infektionen, mindestens dreimal pro<br />

Jahr trotz adäquater antimikrobieller<br />

Prophylaxe<br />

– persistierende Infektion: keine Verbesserung<br />

trotz Breitband-Antibiotika oder –<br />

nach erfolgter Keimidentifika tion und<br />

Resistenzbestimmung – gerichteter adäquater<br />

Antibiotikatherapie<br />

2. Zu welchem Zeitpunkt sollten die<br />

Gammaglobulin-Spiegel gemessen<br />

werden und was genau muss<br />

gemessen werden?<br />

– vor dem Start einer Anti-Tumor-Therapie<br />

(z. B. Immuno[chemo]-Therapie,<br />

Stammzelltransplantation, zelluläre<br />

Therapie)<br />

– bei pädiatrischen Patienten ist es wichtig,<br />

die Werte gemäss der altersspezifischen<br />

<strong>No</strong>rmwerten zu interpretieren<br />

– die Autoren empfehlen eine regelmässige<br />

Kontrolle (alle acht bis zwölf Wochen),<br />

auch unter Substitution (Talspiegel)<br />

– die Messung sollte eine Bestimmung<br />

der Isotypen IgG, IgM und IgA beinhalten;<br />

bei Patienten mit / nach Behandlung<br />

eines Multiplen Myeloms ist eine<br />

regelmässige Immunfixation und Bestimmung<br />

der leichten Ketten im Serum<br />

sinnvoll<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 47


Perspectives<br />

48<br />

Zusammenfassung<br />

Hämatologische Malignitäten und Immunochemotherapien sind häufig mit einer sekundären<br />

zellulären und humoralen Immunschwäche assoziiert. Durch die zunehmende<br />

Ver wendung von effektiven therapeutischen Antikörpern und zellulären Therapien, die<br />

gerichtet Antikörper-produzierende Zellen (B- und Plasma-Zellen) eliminieren, nimmt die<br />

Häufigkeit des sekundären Antikörpermangel-Syndroms in der täglichen hämatologischen<br />

Praxis zu. Diese Übersichtsarbeit gibt einen kurzen Überblick über die Ätiologie des sekundären<br />

Antikörpermangels bei hämatologischen Patienten und widmet sich in der Folge<br />

der Wirksamkeit und Indikationsstellung für eine Immunglobulin-Substitutionstherapie<br />

sowie Überlegungen zur entsprechenden Präparatewahl in dieser Patientengruppe.<br />

Abstract: Immunglobulin Substitution Therapy in<br />

Hematological Patients with secondary Antibody<br />

Deficiency<br />

Hematological malignancies and immunochemotherapy are frequently associated with<br />

secondary cellular and humoral immunodeficiencies. Due to the growing application<br />

of effective therapeutic antibodies, and cellular therapies specifically targeting and hence<br />

depleting antibody producing cells (B- and plasma cells) the incidence of secondary antibody<br />

deficiencies in the daily practice is increasing. This article will provide a short<br />

overview of the etiology of secondary antibody deficiencies in hematological patients.<br />

Then, it will discuss the efficacy and indication of immunoglobulin substitution therapy<br />

in these patients and finally address the choice of the respective preparation.<br />

3. Wann sollte bei Patienten mit<br />

hämatologischer Neoplasie eine<br />

Immunglobulin-Substitutionstherapie<br />

gestartet oder zumindest<br />

erwogen werden?<br />

– bei einem IgG-Spiegel < 4 g / l unter adäquater<br />

antimikrobieller Prophylaxe<br />

während oder nach einer schweren Infektion<br />

oder bei rezidivierenden oder<br />

persistierenden Infektionen<br />

– bei allen Patienten nach allogenen<br />

Stammzelltransplantation, im Besonderen<br />

wenn sie tiefe IgG (< 4 g / l) oder / und<br />

eine GvHD haben, die mit Immunsupressiva<br />

behandelt wird<br />

– bei Patienten nach CAR-T-Zell-Therapie<br />

sollte immer eine Substitution<br />

durchgeführt werden<br />

– bei Patienten mit einer trotz adäquater<br />

antibiotischer Therapie schweren, rezidivierenden<br />

oder persistierenden Infektion<br />

kombiniert mit einer milden<br />

Hypogammaglobulinämie von 4 bis<br />

6 g / l und / oder einer ungenügenden<br />

Impfantwort gegen Pneumokokken<br />

4. Wie muss dosiert werden?<br />

– Die Dosierung der Immunglobulin­<br />

Substitutionstherapie sollte gewichtsadaptiert<br />

erfolgen. Bei adipösen Pa tienten<br />

sollte die Dosis gewichtsadaptiert an<br />

das Ideal- oder angepasstes Körpergewicht<br />

(engl. «ideal» oder «adjusted body<br />

weight») angepasst werden.<br />

– Bei hämatologischen Patienten mit einem<br />

sekundären Antikörpermangel<br />

sollte die Dosierung 0.4 g / kg Körpergewicht<br />

alle drei bis vier Wochen betragen.<br />

– Bei Patienten, bei denen die Infektion<br />

trotz dieser Dosis alle drei bis vier Wochen<br />

nicht unter Kontrolle ist respektive<br />

Rezidive auftreten, muss eine Erhöhung<br />

der Dosis erwogen werden.<br />

5. Wann kann die Immunglobulin-Substitution<br />

wieder gestoppt werden?<br />

– bei Patienten, die eine klinisch signifikante<br />

Periode ohne infektiöse Komplikationen<br />

hatten oder bei denen Zeichen<br />

einer immunologischen Erholung<br />

sichtbar sind<br />

– bei Patienten ohne infektiöse Komplikationen<br />

für mindestens sechs Monate<br />

und mit Zeichen einer immunologischen<br />

Erholung<br />

– auch nach Absetzen der Substitution<br />

sollten die Immunoglobulin-Spiegel<br />

regelmässig gemessen werden und bei<br />

Wiederauftreten von infektiösen Kompli<br />

ka tionen niederschwellig eine erneute<br />

Immunglobulin- Substitutionstherapie<br />

gestartet werden.<br />

Wahl des Präparates<br />

und der Verabreichungsroute<br />

Seit der ersten Verabreichung 1952 wurden<br />

die Produktionsprozesse der Immunglobulin-Präparate<br />

optimiert. Im Vordergrund<br />

dieser Produktionsoptimierung stand eine<br />

Erhöhung des Gehaltes und der Reinheit<br />

des gewonnenen IgG aus einem Pool von<br />

gesunden Plasmaspendern. Die Präparate<br />

mit einem Mindestanteil von 96 % IgG bestehen<br />

hauptsächlich aus den IgG-Subklassen<br />

IgG1 (ca. 56 – 69 %) und IgG2 (26 – 32 %),<br />

zudem enthalten sie einen geringen Anteil<br />

IgG3 und IgG4. Die erhältlichen Präparate<br />

weisen auch eine IgA-Konzentration von<br />

< 0.9 mg / ml auf. Die Optimierung der<br />

Produktionsprozesse schliesst auch eine<br />

effi zientere Pathogen-Inaktivierung ein,<br />

was die Sicherheit dieser Immunglobulin­<br />

Präparate weiter erhöht [13].<br />

Die Therapie mit Immunglobulinen<br />

wird meist gut vertragen. Überempfindlichkeiten<br />

bis hin zur Anaphylaxie können<br />

auftreten, sind aber selten. Das Auftreten<br />

dieser Nebenwirkung kann einen Zusammenhang<br />

mit der Infusionsgeschwindigkeit<br />

haben, kann aber auch bei der ersten<br />

Infusion oder bei einer primären Hypooder<br />

Agam maglobulinämie mit oder ohne<br />

bestehenden IgA-Mangel auftreten. Beim<br />

Auftreten einer milden allergischen Reaktion<br />

kann die Infusion gestoppt werden<br />

und bei schneller Regredienz der Symptome<br />

nach einer Pause mit tieferer Infusionsgeschwindigkeit<br />

wieder aufgenommen<br />

werden [13]. Bei einer schwereren<br />

Reaktion bis hin zur Anaphylaxie muss<br />

die Infusion gestoppt werden und die entsprechenden<br />

notfallmedizinischen Massnahmen<br />

(Volumensupport, H1- und H2-<br />

Blocker, Steroide, evtl. Sauerstoff) müssen<br />

schnell eingeleitet werden. Selten kann<br />

die Immunglobulin-Substitution einen<br />

positiven direkten An tiglobulin-Test verursachen<br />

und in sehr seltenen Fällen kann<br />

dieser mit einer Hämolyse vergesellschaftet<br />

sein. Im Immunoglobulinpräparat enthaltene<br />

Isoagglutinine verursachen die<br />

sehr seltene Komplikation, wobei diese<br />

vor allem bei hohen Substitutionsdosen<br />

(> 0.5 g / kg KG) an Nicht-O-Blutgruppenempfänger<br />

auftritt. Hersteller haben zwischenzeitlich<br />

dieses Problem mit teils<br />

selektiver Reduktion von Isoagglutininen<br />

(Anti-A und Anti-B) in der Herstellung<br />

gelöst. Das sehr seltene Auftreten von<br />

thromboembolischen Komplika tionen<br />

wird ebenfalls beschrieben. Das plötzliche<br />

Zusammenspiel von Anstieg der Viskosität<br />

in Kombination mit vorbestehenden<br />

Risikofaktoren für thromboembo lische<br />

Ereignisse dürfte hier sicher eine Rolle<br />

spielen, vor allem bei höheren Dosierungen<br />

(> 0.5 g / l kg KG). Eine vergleichbare<br />

Ätiologie hat wahrscheinlich auch die<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Perspectives<br />

sehr selten beschriebene Niereninsuffizienz<br />

als Komplikation dieser Behandlung.<br />

In seltenen Fällen kann vor allem bei hochdosierter<br />

Behandlung mit Immunglobulinen<br />

(> 1 g / kg KG) eine aseptische Meningitis<br />

auftreten [13].<br />

Die subkutane Serumverabreichung<br />

hatte sich schon im Zeitalter von Emil von<br />

Behring vor mehr als 100 Jahren etabliert.<br />

Im Rahmen der verschiedenen Optimierungen<br />

der Prozesse in der Produktion mit<br />

dem Ziel, den Ertrag der Immunglobuline<br />

im Produkt zu steigern und die Sicherheit<br />

der Produkte zu verbessern, wurden über<br />

die letzten Dekaden verschiedene Verabreichungsrouten<br />

– intramuskulär, intravenös<br />

und dann auch wieder subkutan – verwendet.<br />

Mittlerweile wird der grösste Teil<br />

der Immunglobulin­ Präparate bei Antikörpermangel<br />

intravenös oder subkutan<br />

verabreicht. Die subkutane Immunglobulin-Verabreichung<br />

führt im Gegensatz<br />

zur intravenösen Verabreichung zu einer<br />

langsameren Absorption und Verteilung<br />

der IgG im Körper. Zudem vermindert eine<br />

sub kutane Verabreichung auch die Häufigkeit<br />

von schweren systemischen Nebenwirkungen.<br />

Bei Patienten mit hämatolo gischen<br />

Maligni täten mit einem sekundären<br />

Antikörpermangel, die für eine Immunglobulin-Substitutionstherapie<br />

qualifizieren,<br />

müssen die Vor- und Nachteile der<br />

intravenösen und subkutanen Verabreichung<br />

diskutiert werden und die Patienten<br />

sollten auch aktiv in den Entscheid<br />

einbezogen werden. Die Tabelle 2 gibt<br />

eine kurze allgemeine Übersicht über die<br />

Unterschiede zwischen subkutaner und<br />

intravenöser Verab reichung. Die Möglichkeit<br />

einer subkutanen Immunglobulin-Substitutionstherapie<br />

sollte – wenn<br />

es die Begleitumstände des Patienten erlauben<br />

– immer ernsthaft geprüft werden<br />

[13, 18].<br />

Prof. Dr. med. et phil. Sacha Zeerleder<br />

Abteilung Hämatologie<br />

Luzerner Kantonsspital<br />

Spitalstrasse<br />

6000 Luzern 16<br />

Schweiz<br />

sacha.zeerleder@luks.ch<br />

Literatur<br />

[1] Patel SY, Carbone J,<br />

Jolles S. The Expanding Field of<br />

Secondary Antibody Deficiency:<br />

Causes, Diagnosis, and Management.<br />

Front Immunol. 2019;10:33.<br />

[2] Dhalla F, Lucas M,<br />

Schuh A, Bhole M, Jain R, Patel<br />

SY, et al. Antibody deficiency<br />

secondary to chronic lymphocytic<br />

leukemia: Should patients<br />

be treated with prophylactic<br />

replacement immunoglobulin?<br />

J Clin Immunol. 2014;34(3):277 – 82.<br />

[3] Wirsum C, Glaser C,<br />

Gutenberger S, Keller B, Unger S,<br />

Voll RE, et al. Secondary Antibody<br />

Deficiency in Glucocorticoid Therapy<br />

Clearly Differs from Primary<br />

Antibody Deficiency. J Clin Immunol.<br />

2016;36(4):406 – 12.<br />

[4] Kimby E. Tolerability<br />

and safety of rituximab<br />

(MabThera). Cancer Treat Rev.<br />

2005;31(6):456 – 73.<br />

[5] Cohen SB, Emery P,<br />

Greenwald MW, Dougados M, Furie<br />

RA, Genovese MC, et al. Rituximab<br />

for rheumatoid arthritis refractory<br />

to anti-tumor necrosis factor<br />

therapy: Results of a multicenter,<br />

randomized, double-blind, placebo-controlled,<br />

phase III trial evaluating<br />

primary efficacy and safety<br />

at twenty-four weeks. Arthritis<br />

Rheum. 2006;54(9):2793 – 806.<br />

[6] Johnsrud JJ, Susanibar<br />

S, Jo-Kamimoto J, Johnsrud AJ,<br />

Kothari A, Burgess MJ, et al. Infection<br />

Risk Associated with Daratumumab.<br />

Open Forum Infect Dis.<br />

2017 Fall;4(Suppl 1):S702 – 3.<br />

[7] Arai Y, Yamashita K,<br />

Mizugishi K, Kondo T, Kitano T,<br />

Hishizawa M, et al. Risk factors for<br />

hypogammaglobulinemia after<br />

allo-SCT. Bone Marrow Transplant.<br />

2014;49(6):859 – 61.<br />

[8] <strong>No</strong>rlin AC, Sairafi D,<br />

Mattsson J, Ljungman P, Ringden<br />

O, Remberger M. Allogeneic stem<br />

cell transplantation: low immunoglobulin<br />

levels associated with<br />

decreased survival. Bone Marrow<br />

Transplant. 2008;41(3):267 – 73.<br />

[9] Hill JA, Li D, Hay KA,<br />

Green ML, Cherian S, Chen X, et<br />

al. Infectious complications of<br />

CD19-targeted chimeric antigen<br />

receptor-modified T-cell immunotherapy.<br />

Blood. 2018;131(1):121 – 30.<br />

[10] Cordeiro A, Bezerra<br />

ED, Hirayama AV, Hill JA, Wu QV,<br />

Voutsinas J, et al. Late Events after<br />

Treatment with CD19-Targeted<br />

Chimeric Antigen Receptor Modified<br />

T Cells. Biol Blood Marrow<br />

Transplant. 2020;26(1):26 – 33.<br />

[11] Wat J, Barmettler S.<br />

Hypogammaglobulinemia After<br />

Chimeric Antigen Receptor (CAR)<br />

T-Cell Therapy: Characteristics,<br />

Management, and Future Directions.<br />

J Allergy Clin Immunol<br />

Pract. 2022;10(2):460 – 6.<br />

[12] Bruton OC. Agammaglobulinemia.<br />

Pediatrics.<br />

1952;9(6):722 – 8.<br />

[13] Wasserman RL. Progress<br />

in gammaglobulin therapy<br />

for immunodeficiency: from subcutaneous<br />

to intravenous in fusions<br />

and back again. J Clin Immunol.<br />

2012;32(6):1153 – 64.<br />

[14] Cooperative Group<br />

for the Study of Immunoglobulin<br />

in Chronic Lymphocytic L, Gale<br />

RP, Chapel HM, Bunch C, Rai KR,<br />

Foon K, et al. Intravenous immunoglobulin<br />

for the prevention of<br />

infection in chronic lymphocytic<br />

leukemia. A randomized, controlled<br />

clinical trial. N Engl J Med.<br />

1988;319(14):902 – 7.<br />

[15] Chapel H, Dicato M,<br />

Gamm H, Brennan V, Ries F, Bunch<br />

C, et al. Immunoglobulin replacement<br />

in patients with chronic<br />

lymph ocytic leukaemia: a comparison<br />

of two dose regimes. Br J<br />

Haematol. 1994;88(1):209 – 12.<br />

[16] Raanani P, Gafter-Gvili<br />

A, Paul M, Ben-Bassat I, Leibovici<br />

L, Shpilberg O. Immunoglobulin<br />

prophylaxis in hematological<br />

malignancies and hematopoietic<br />

stem cell transplantation.<br />

Cochrane Database Syst Rev.<br />

2008(4):CD006501.<br />

[17] Barmettler S, Ong MS,<br />

Farmer JR, Choi H, Walter J. Association<br />

of Immunoglobulin Levels,<br />

Infectious Risk, and Mortality With<br />

Rituximab and Hypogammaglobulinemia.<br />

JAMA Netw Open.<br />

2018;1(7):e184169.<br />

[18] Jolles S, Michallet M,<br />

Agostini C, Albert MH, Edgar D,<br />

Ria R, et al. Treating secondary<br />

antibody deficiency in patients<br />

with haematological malignancy:<br />

European expert consensus. Eur J<br />

Haematol. 2021;106(4):439 – 49.<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 49


Perspectives<br />

Le lieu particulier<br />

Là où rêve et réalité<br />

se confondent<br />

Tharshika Thavayogarajah, membre de la rédaction du <strong>Journal</strong> <strong>asmac</strong><br />

Dubrovnik, la «perle de l’Adriatique»,<br />

est sans aucun doute<br />

l’un des endroits les plus<br />

fascinants que la Croatie ait<br />

à offrir. La ville est connue pour sa beauté<br />

naturelle à couper le souffle et sa riche<br />

histoire, mais aussi pour avoir servi de<br />

cadre à certains événements célèbres de<br />

la littérature et du cinéma, comme pour<br />

la série «Game of Thrones».<br />

Un lieu d’histoire<br />

Anciennement connue sous le nom de<br />

Raguse, Dubrovnik possède un riche<br />

héritage historique qui remonte à l’Antiquité.<br />

La ville était autrefois une puissance<br />

maritime et un important centre<br />

de négoce. Avec ses remparts bien<br />

con servés, ses bâtiments historiques<br />

et ses charmantes places, la vieille ville<br />

de Dubrovnik, un site classé au patrimoine<br />

mondial de l’UNESCO, témoigne<br />

de ce passé.<br />

La ville a également joué un rôle<br />

phare pendant la Renaissance et le siècle<br />

des Lumières, ce qui en a fait un centre<br />

d’échanges intellectuels et culturels.<br />

De nombreux penseurs, écrivains et<br />

artistes célèbres ont visité et influencé<br />

Dubrovnik, ce qui se reflète dans la<br />

diversité culturelle de la ville.<br />

Un lien avec «Game of Thrones»<br />

Pour les fans de «Game of Thrones»,<br />

Dubrovnik est un véritable lieu de<br />

pèlerinage. Le décor impressionnant<br />

de la ville a servi de lieu de tournage<br />

pour King’s Landing, la capitale du<br />

monde fictif de Westeros. Flâner dans<br />

les ruelles étroites et sur les majestueux<br />

remparts de la ville nous donne la<br />

sensation d’être immergés dans les<br />

intrigues et les jeux de pouvoir de la série.<br />

L’architecture et l’atmosphère de<br />

Dubrovnik gomment les frontières<br />

entre la réalité et la fiction.<br />

Un lieu pour rêver et se détendre<br />

Dubrovnik est un véritable lieu de<br />

retraite. La beauté méditerranéenne de la<br />

ville, les eaux azur de la mer Adriatique<br />

et le paysage pittoresque offrent un cadre<br />

parfait pour échapper au stress du<br />

quotidien. Les plages tranquilles et les<br />

charmants cafés invitent à oublier le<br />

temps et à profiter de l’instant présent.<br />

Les contes de l’océan<br />

En tant que puissance maritime,<br />

le destin de la ville était étroitement<br />

lié à la mer, comme en témoignent les<br />

zones portuaires historiques et les<br />

histoires de marins. La côte de la Croatie,<br />

dont Dubrovnik fait partie, est riche<br />

en traditions maritimes. Les poèmes et<br />

les histoires de la région font souvent<br />

référence à la mer, à la liberté des vagues<br />

et aux aventures maritimes. Cette<br />

tradition littéraire, associée à l’histoire<br />

réelle de la ville, confère à Dubrovnik<br />

une atmosphère unique qui fascine les<br />

visiteurs.<br />

En résumé: un lieu de diversité<br />

et d’inspiration<br />

Dubrovnik est sans aucun doute un site<br />

qui joue un rôle significatif tant dans<br />

l’histoire réelle que dans la littérature et<br />

l’imaginaire. La combinaison de son<br />

importance historique, de sa beauté<br />

époustouflante et de sa diversité culturelle<br />

en fait un lieu d’inspiration et de<br />

rêve. Mon quotidien de médecin est<br />

souvent ponctué d’effervescence et de<br />

responsabilités. A Dubrovnik, je parviens<br />

à m’évader du quotidien, à me plonger<br />

dans le passé tout en m’inspirant des<br />

impulsions créatives de la littérature<br />

et de l’histoire.<br />

Tharshika<br />

Thavayogarajah<br />

est membre de la<br />

rédaction du <strong>Journal</strong><br />

<strong>asmac</strong> depuis <strong>2023</strong>.<br />

Médecin et chercheuse<br />

en hématologie, elle<br />

affectionne particulièrement<br />

la culture, la musique et la<br />

littérature. Intéressée par le journalisme<br />

depuis le début de ses études, elle a<br />

déjà auparavant volontiers écrit des<br />

articles sur des sujets relatifs à la<br />

politique de formation.<br />

Photos: màd<br />

50<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


mediservice<br />

Boîte aux lettres<br />

Naviguer et faire ses achats<br />

en ligne en toute sécurité<br />

J’entends souvent parler de<br />

cyberattaques ciblant des<br />

entreprises. Mais pour moi,<br />

en tant que particulier,<br />

quels sont les risques d’Internet,<br />

et comment puis-je m’en protéger?<br />

Il n’y a pas que les entreprises – tout un<br />

chacun peut devenir la cible de cybercriminels.<br />

Lorsque l’on clique sur une<br />

annexe jointe à un e-mail qui semble<br />

fiable (le «phishing»), ou qu’on télécharge<br />

un programme sur une page d’apparence<br />

inoffensive, un virus peut se glisser dans<br />

notre ordinateur. Le logiciel malveillant<br />

(ou «malware») peut paralyser l’appareil,<br />

détruire des données, photos et documents,<br />

ou soutirer des données personnelles<br />

(mots de passe, informations de<br />

carte de crédit …).<br />

Adhésion à<br />

mediservice <strong>asmac</strong><br />

Zurich propose deux cyberassurances<br />

pour les particuliers:<br />

– Pour une somme modique,<br />

l’assurance «Zurich Cyber Safe Surf»<br />

offre une excellente couverture<br />

en cas d’attaques de hackers,<br />

et rembourse les coûts jusqu’à<br />

CHF 3000.–.<br />

– L’assurance «Zurich Cyber Shop &<br />

Pay» vous protège lors de vos achats<br />

en ligne et de l’utilisation de<br />

l’e-banking. C’est vous qui choisissez<br />

la somme d’assurance: de<br />

CHF 10 000.– à 50 000.–.<br />

Grâce à votre adhésion à mediservice<br />

vsao-<strong>asmac</strong>, vous profitez d’avantages<br />

exclusifs chez Zurich.<br />

Photos: màd<br />

Quand des hackers vident le compte<br />

Lors du shopping en ligne aussi, les<br />

choses peuvent mal tourner: lorsque les<br />

articles commandés sont défectueux,<br />

endommagés ou n’arrivent jamais, par<br />

exemple. Ou alors, quand on réserve des<br />

vacances de rêve en ligne pour se rendre<br />

compte à l’arrivée que les choses sont tout<br />

autres! Le pire des scénarios: vos données<br />

d’accès à l’e-banking se retrouvent dans<br />

de mauvaises mains et votre compte est<br />

subitement vidé.<br />

La prudence, meilleure des protections<br />

La meilleure protection contre tout<br />

type de cyberattaques consiste à rester<br />

prudent et vigilant: l’e-mail qui se<br />

termine par un code de pays étranger<br />

provient-il réellement de votre service<br />

de livraison? Votre banque vous demanderait-elle<br />

vos données personnelles de la<br />

sorte? Et en quel honneur auriez-vous<br />

soudain gagné plusieurs millions?<br />

N’ouvrez jamais les pièces jointes<br />

d’e-mails dont vous ne connaissez pas<br />

l’expéditeur, ne cliquez pas sur les<br />

bannières douteuses et soyez très prudent<br />

lorsque vous voulez télécharger des<br />

programmes en ligne. Soyez également<br />

vigilant lors de vos sessions de shopping<br />

en ligne: lorsqu’une offre semble trop<br />

belle pour être vraie – c’est souvent le cas!<br />

Lisez aussi les textes en petits caractères<br />

et vérifiez les délais de résiliation des<br />

services sur abonnement.<br />

Enregistrez une copie hors ligne<br />

de vos données importantes<br />

N’utilisez pas votre prénom et votre date<br />

de naissance en guise de mot de passe.<br />

Remplacez des lettres par des chiffres et<br />

employez des caractères spéciaux: en<br />

utilisant «5Olei1!?!» plutôt que «Soleil123»,<br />

vous donnerez du fil à retordre<br />

aux pirates. Par ailleurs, effectuez des<br />

sauvegardes régulières de vos données<br />

importantes, puis déconnectez l’appareil<br />

du réseau. Néanmoins, même en faisant<br />

preuve de la plus grande prudence, le<br />

risque zéro n’existe pas.<br />

Il vous suffit de vous rendre dans la<br />

rubrique des adhérents pour découvrir<br />

les possibilités qui s’offrent à vous:<br />

www.zurich.ch/fr/partenaire/login<br />

Votre code d’accès: TqYy4Ucx<br />

Vous pouvez nous joindre du lundi au<br />

vendredi, de 8h à 18h, au 0848 890 190<br />

Lorsque vous contactez Zurich, n’oubliez<br />

pas de mentionner votre adhésion<br />

à mediservice vsao-<strong>asmac</strong>.<br />

Katrin Schnettler Ruetz,<br />

Senior Content Strategist<br />

chez Zurich Suisse<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 51


mediservice<br />

Le stress numérique est le plus répandu chez les employées et employés de la tranche d’âge des 25 à 34 ans.<br />

Le dilemme de la<br />

numérisation<br />

Le stress en général et le stress numérique en particulier ont<br />

des effets négatifs sur la santé physique et mentale. Dans un premier temps,<br />

il est utile de se pencher sur le sujet et de se poser la question suivante:<br />

suis-je moi aussi soumis/e au stress numérique?<br />

Sara Steinmann, rédactrice de Visana<br />

Photo: màd<br />

52<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


eDossier 1 / Gestion du stress <strong>2023</strong> numériq ue<br />

mediservice<br />

Fred, l’homme de Néandertal, entend<br />

un bruit suspect. Il se réveille<br />

en sursaut de sa sieste, en<br />

alerte: était-ce un tigre à dents<br />

de sabre? En une fraction de seconde, les<br />

hormones se bousculent, adrénaline en<br />

tête. Son corps lui signale un état d’alerte<br />

maximal et deux options: le combat ou la<br />

fuite.<br />

Le tigre à dents de sabre numérique<br />

Même si ce ne sont pas des tigres à dents<br />

de sabre qui déclenchent de telles situations<br />

dans le travail quotidien, notre corps<br />

réagit toujours de la même manière en cas<br />

de stress. Le stress numérique au travail<br />

peut provoquer de tels moments. Les facteurs<br />

de stress les plus souvent cités dans<br />

ce domaine sont la surveillance des performances<br />

et l’atteinte à la vie privée, le<br />

manque de fiabilité des outils techniques,<br />

l’incertitude quant à l’utilisation de la<br />

technologie numérique, la disponibilité<br />

permanente des informations et la joignabilité<br />

permanente.<br />

Effets négatifs sur le corps<br />

et le psychisme<br />

Les personnes qui ressentent souvent un<br />

stress numérique au travail souffrent davantage<br />

de troubles physiques tels que les<br />

maladies cardiovasculaires et les troubles<br />

du système digestif. De plus, le stress numérique<br />

pèse également sur le mental et<br />

entraîne des troubles psychiques. Les personnes<br />

concernées se sentent ainsi fatiguées<br />

et épuisées, elles manquent souvent<br />

d’énergie. De plus, il leur est difficile de se<br />

déconnecter: les sujets professionnels ne<br />

leur sortent pas de la tête, même après le<br />

travail. En outre, les personnes stressées<br />

par le numérique sont plus souvent irritables<br />

et nerveuses.<br />

Stratégies antistress et détente active<br />

Comment les personnes concernées<br />

peuvent-elles apprendre à mieux gérer<br />

les facteurs de stress numérique? Les stratégies<br />

antistress peuvent aider à améliorer<br />

ses propres compétences en matière de<br />

stress. Il s’agit notamment de fixer des limites,<br />

d’optimiser la gestion du temps ou<br />

d’essayer d’accepter la réalité et de considérer<br />

les exigences comme constructives.<br />

Le sport et l’activité physique réduisent<br />

le stress et s’intègrent facilement dans la<br />

vie quotidienne. Une promenade en forêt,<br />

un tour à vélo ou quelques heures sans<br />

smartphone apportent un changement<br />

bienfaisant et orientent les pensées vers<br />

d’autres directions. A propos: le stress numérique<br />

est le plus répandu chez les employées<br />

et employés de la tranche d’âge<br />

des 25–34 ans.<br />

Rabais exclusifs sur les<br />

primes des assurances<br />

complémentaires<br />

Grâce au partenariat entre mediservice<br />

vsao-<strong>asmac</strong> et Visana, vous bénéficiez,<br />

ainsi que tous les membres de votre<br />

ménage, de rabais uniques sur les<br />

primes des assurances complémentaires<br />

de Visana:<br />

– jusqu’à 10% de rabais collectif<br />

sur l’assurance complémentaire<br />

d’hospitalisation<br />

– 20% de rabais de santé sur<br />

l’assurance complémentaire<br />

d’hospitalisation<br />

Faites-vous conseiller<br />

mediservice vsao-<strong>asmac</strong> se tient volontiers<br />

à votre disposition. Contactez-nous<br />

par téléphone au numéro 031<br />

350 44 22, par courriel: info@mediservice-<strong>asmac</strong>.ch<br />

ou obtenez davantage<br />

d’informations en consultant le site<br />

Internet www.mediservice-<strong>asmac</strong>.ch.<br />

eDossier «Gestion du stress numérique»<br />

Visana s’engage pour la gestion de la santé en entreprise (GSE) et<br />

propose en ligne des eDossiers thématiques. Ceux-ci contiennent<br />

des conseils utiles pour un travail favorable à la santé, notamment<br />

à la maison. L’offre du centre de compétences GSE de Visana<br />

comprend des conseils, des séminaires, des ateliers santé ou des<br />

exposés introductifs ainsi que des aides pratiques, des exemples<br />

de bonnes pratiques et le magazine pour la clientèle entreprises<br />

Business News. Vous trouverez de plus amples informations<br />

ainsi que les eDossiers ici: www.visana.ch/edossiers > Gestion du<br />

stress numérique.<br />

Santé au travail<br />

Gestion du stress<br />

numérique<br />

eDossier, Visana<br />

Le stress numérique: qu’est-ce que c’est?<br />

Une définition<br />

Le stress numérique au poste de travail<br />

Conséquences sur la santé<br />

Le stress désigne un état d'activation psychique ou<br />

physique accru, en raison d’un manque d’équilibre entre<br />

les exigences et les conditions (ressources) individuelles<br />

pour gérer ces exigences.<br />

Le stress devient un problème pour la santé lorsque la<br />

durée et l’intensité des sollicitations sont importantes.<br />

On parle de stress numérique en cas de conséquences<br />

négatives suite aux sollicitations en lien avec les médias<br />

numériques. Il peut être déclenché par de nombreux<br />

facteurs.<br />

Les employés/es qui ressentent un stress numérique élevé souffrent plus souvent d'atteintes à la santé<br />

spécifiques:<br />

Facteurs de stress/<br />

exigences<br />

Ressources<br />

Maladies du système<br />

musculo-squelettique<br />

Maladies cardiovasculaires<br />

Troubles psychiques<br />

Maladies du système<br />

digestif<br />

Personnes subissant peu<br />

de stress<br />

Personnes subissant un<br />

stress numérique intense<br />

Source: Gesund digital arbeiten?!, 2020<br />

3<br />

<strong>2023</strong><br />

eDossier / Gestion du stress numérique<br />

7<br />

<strong>2023</strong><br />

eDossier / Gestion du stress numérique<br />

vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong> 6/23 53


Impressum<br />

Adresses de contact des sections<br />

N o 6 • 42 e année • Décembre <strong>2023</strong><br />

Editeur<br />

AG<br />

VSAO Sektion Aargau, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier,<br />

Auf der Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch,<br />

tél. 044 250 43 23, fax 044 250 43 20<br />

mediservice vsao-<strong>asmac</strong><br />

Bollwerk 10, case postale, 3001 Berne<br />

Tél. 031 350 44 88<br />

journal@<strong>asmac</strong>.ch, journal@vsao.ch<br />

www.<strong>asmac</strong>.ch, www.vsao.ch<br />

Sur mandat de l’<strong>asmac</strong><br />

Rédaction<br />

Regula Grünwald (rédactrice en chef),<br />

Maya Cosentino, Kerstin Jost, Fabian Kraxner,<br />

Bianca Molnar, Patricia Palten, Léo<br />

Pavlopoulos, Lukas Staub, Tharshika<br />

Thavayogarajah, Anna Wang<br />

Comité directeur <strong>asmac</strong><br />

Angelo Barrile ( président), <strong>No</strong>ra Bienz<br />

(vice- présidente), Severin Baerlocher,<br />

Christoph Bosshard (invité permanent), Clara<br />

Ehrenzeller (swimsa), Marius Grädel- Suter,<br />

Fabrice Juchler, Fabian Kraxner, Richard<br />

Mansky, Gert Printzen, Svenja Ravioli,<br />

Patrizia Rölli, Martin Sailer, Jana Siroka,<br />

Impression et expédition<br />

Stämpfli SA, entreprise de communication,<br />

Wölflistrasse 1, 3001 Berne, tél. 031 300 66 66,<br />

info@staempfli.com, www.staempfli.com<br />

Maquette<br />

Oliver Graf<br />

Illustration de la page de couverture<br />

Stephan Schmitz<br />

Annonces<br />

Zürichsee Werbe AG, Fachmedien,<br />

Markus Haas, Laubisrütistrasse 44, 8712 Stäfa<br />

Tél. 044 928 56 53<br />

vsao@fachmedien.ch<br />

Tirage<br />

Exemplaires imprimés: 22 850<br />

Certification des tirages par la REMP/FRP<br />

<strong>2023</strong>: 21 648 exemplaires<br />

Fréquence de parution: 6 numéros par année<br />

L’abonnement est inclus dans la contribution<br />

annuelle pour les membres de l’<strong>asmac</strong><br />

ISSN 1422-2086<br />

L’édition n o 1/2024 paraîtra en<br />

février 2024. Sujet: Vide.<br />

© <strong>2023</strong> by <strong>asmac</strong>, 3001 Berne<br />

Printed in Switzerland<br />

BL/BS<br />

VSAO Sektion beider Basel, Geschäftsleiterin und Sekretariat:<br />

lic. iur. Claudia von Wartburg, Advokatin, Hauptstrasse 104,<br />

4102 Binningen, tél. 061 421 05 95, fax 061 421 25 60,<br />

sekretariat@vsao-basel.ch, www.vsao-basel.ch<br />

BE VSAO Sektion Bern, Schwarztorstrasse 7, 3007 Berne, tél. 031 381 39 39,<br />

info@vsao-bern.ch, www.vsao-bern.ch<br />

FR<br />

ASMAC section fribourgeoise, Rue du Marché 36, 1630 Bulle,<br />

presidence@asmaf.ch<br />

GE Associations des Médecins d’Institutions de Genève, case postale 23,<br />

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4, 1211 Genève 14, info@amig.ch, www.amig.ch<br />

GR<br />

JU<br />

NE<br />

VSAO Sektion Graubünden, 7000 Coire, Samuel B. Nadig,<br />

lic. iur. HSG, RA Geschäftsführer/Sektionsjurist, tél. 081 256 55 55,<br />

info@vsao-gr.ch, www.vsao-gr.ch<br />

ASMAC section Jura, 6, Bollwerk 10, 3001 Berne, secretariat@<strong>asmac</strong>.ch,<br />

tél. 031 350 44 88<br />

ASMAC section neuchâteloise, Joël Vuilleumier, avocat,<br />

Rue du Musée 6, case postale 2247, 2001 Neuchâtel,<br />

tél. 032 725 10 11, vuilleumier@valegal.ch<br />

SG/AI/AR VSAO Sektion St. Gallen-Appenzell, Bettina Surber, Oberer Graben 44,<br />

9000 St-Gall, tél. 071 228 41 11, fax 071 228 41 12,<br />

Surber@anwaelte44.ch<br />

SO<br />

TI<br />

TG<br />

VD<br />

VS<br />

VSAO Sektion Solothurn, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier,<br />

Auf der Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch,<br />

tél. 044 250 43 23, fax 044 250 43 20<br />

ASMAC Ticino, Via Cantonale 8-Stabile Qi, 6805 Mezzovico-Vira,<br />

segretariato@<strong>asmac</strong>t.ch<br />

VSAO Sektion Thurgau, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier,<br />

Auf der Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch,<br />

tél. 044 250 43 23, fax 044 250 43 20<br />

ASMAV, case postale 9, 1011 Lausanne-CHUV,<br />

asmav@asmav.ch, www.asmav.ch<br />

ASMAVal, p.a. Maître Valentine Gétaz Kunz,<br />

Ruelle du Temple 4, CP 20, 1096 Cully, contact@asmaval.ch<br />

Suisse centrale (LU, ZG, SZ, GL, OW, NW, UR)<br />

VSAO Sektion Zentralschweiz, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier,<br />

Auf der Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch,<br />

tél. 044 250 43 23, fax 044 250 43 20<br />

ZH/SH<br />

VSAO ZH/SH, RA lic. iur. Susanne Hasse,<br />

Geschäftsführerin, <strong>No</strong>rdstrasse 15, 8006 Zurich, tél. 044 941 46 78,<br />

susanne.hasse@vsao-zh.ch, www.vsao-zh.ch<br />

Publication<strong>2023</strong><br />

CIBLÉ<br />

COMPÉTENT<br />

TRANSPARENT<br />

Label de qualité Q-publication<br />

de l’association médias suisses<br />

54<br />

6/23 vsao /<strong>asmac</strong> <strong>Journal</strong>


Les meilleurs<br />

pronostics pour<br />

votre famille.<br />

Vous êtes dans la force de l’âge, réalisez<br />

vos objectifs et fondez une famille. Prémunissez-vous<br />

contre la perte de gain et<br />

assurez votre avoir de vieillesse afin de<br />

garantir un avenir radieux à vos proches.<br />

Faites le check-up épargne :<br />

va-cooperative.ch<br />

Couverture du risque<br />

Prévoyance<br />

Partenaire de<br />

AndreaMag ®<br />

300 mg magnésium (12.3 mmol)<br />

• Comprimés effervescents au goût agréable<br />

• Disponible dans les arômes orange et framboise<br />

• Végétalien<br />

Admis aux<br />

caisses-maladies<br />

Plus<br />

d’information:<br />

Andreabal SA, 4123 Allschwil<br />

www.andreabal.ch<br />

Andreamag®, C : magnésium 300mg (12.3mmol). I : carence en magnésium, pour couvrir un besoin accru pendant la grossesse et la période d’allaitement et lors du<br />

sport de compétition, tendance aux crampes des mollets, pour les crampes musculaires, éclampsie et pré-éclampsie, troubles tachycardiques du rythme cardiaque.<br />

P: adultes et enfants à partir de 12 ans : 1 comprimé effervescent par voie orale 1 fois par jour. CI : insuffisance rénale, bloc A.V., exsiccose. IA : tétracyclines, sels ferreux,<br />

cholécalciférol. EI : occasionnellement : diarrhée. P : 20 et 60 comprimés effervescents. CV: liste D. 04/2020. Pris en charge par l’assurance-maladie. Vous trouvez de<br />

plus amples informations sur www.swissmedicinfo.ch. Andreabal SA, Binningerstrasse 95, 4123 Allschwil, Tél. 061 271 95 87, Fax 061 271 95 88 www.andreabal.ch


Admis par les<br />

caisses-maladie 1<br />

Traumatismes aigus? Éraflures?<br />

Traumaplant uniquement!<br />

2<br />

Traumatismes<br />

aigus et contus 3<br />

Douleurs articulaires<br />

et musculaires 3 Éraflures 3<br />

• cicatrisante 4<br />

• analgésique 5<br />

• anti-inflammatoire 6<br />

Traumaplant ® Pommade (médicament phytothérapeutique)<br />

C: 1 g: Symphyti x uplandici herbae recentis praeparatio (2-3:1) 100 mg I: Contusions, entorses, douleurs articulaires et musculaires, éraflures. P: Enfants > 6 ans et ad.;<br />

traiter lieu affecté 1–5x par jour. CI: Hypersensibilité à l’un des composants, peau lésée. P: Ne pas utiliser avec des compresses hermétiques. IA: Aucune interaction connue.<br />

G/A: Selon l’avis du médecin. EI: Rares: Réactions allergiques cutanées. E: Tube 100 g*. Cat. D. Pour des informations détaillées, voir www.swissmedicinfo.ch.*admis par les<br />

caisses-maladie V02.0921<br />

Références: 1. OFSP Liste des spécialités. www.spezialitaetenliste.ch, consulté le 26.06.<strong>2023</strong>. 2. Contrairement à d’autres préparations topiques indiquées pour des<br />

«traumatismes contus», Traumaplant peut également être utilisée en cas d’éraflures et d’autres blessures de la peau sans saignement. Information sur le médicament;<br />

www.swissmedicinfo.ch, consulté le 26.06.<strong>2023</strong>. 3. Traumaplant ® . www.swissmedicinfo.ch, consulté le 26.06.<strong>2023</strong>. 4. Barna M et al. Wound healing effects of a Symphytum<br />

herb extract cream: Results of a randomized, controlled double-blind study. Wien Med Wochenschr 2007; 157(21-22): 569-574. 5. Kucera M et al. Topischer<br />

Beinwellextrakt: Studie bestätigt rasche Wirksamkeit bei Myalgien durch Überlastung oder akute stumpfe Traumen. J Pharmakol Ther 2012; 21(4): 112-117. 6. Casetti F<br />

et al. Beinwellsalbe. Klinischer Nutzen und Wirkmechanismus in der Haut. Z Phytother 2014; 35(6): 268-272. Les références sont disponibles sur demande.<br />

Biomed AG, Überlandstrasse 199, CH-8600 Dübendorf<br />

© Biomed AG. 06/<strong>2023</strong>. All rights reserved.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!