AUTOINSIDE Édition 10 – Octobre 2019

autoinside

ÉDITION 10 OCTOBRE 2019

Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA)

AUTO

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Centre de compétences Autobau

Lieu de découverte et de pèlerinage

Pages 8 à 12

Élections fédérales 2019

Tout sur les élections

du 20 octobre aux Conseils

national et des États.

Pages 35 à 46

WorldSkills

Damian Schmid

revient sur son aventure

à Kazan.

Pages 52 à 54

Visites de garages

En tournée avec le conseiller

de service à la clientèle

de l’UPSA René Schoch.

Pages 76 à 78


Le plus grand assortiment

de batteries.

Pour les meilleurs garages.

Best

Price!

Avec sa gamme de batteries très complète,

Derendinger couvre plus de 90% du marché

en qualité d’origine et de première monte.

Les meilleures batteries pour voitures,

motos, véhicules utilitaires et poids lourds.

Les véhicules modernes ont besoin de batteries

hautement performantes. Les batteries

Varta font marcher le «cœur» de

n’importe quel véhicule. Qu’il s’agisse d’une

voiture avec ou sans système start-stop,

d’une moto ou d’une fourgonnette: la meilleure

solution s’appelle toujours Varta.

Commander on-line et

collectionner des Happy Points.


Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Élections fédérales 2019

Tout sur les élections

du 20 octobre aux Conseils

national et des États.

Pages 35 à 46

WorldSkills

Damian Schmid

revient sur son aventure

à Kazan.

Pages 52 à 54

Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA)

Visites de garages

En tournée avec le conseiller

de service à la clientèle

de l’UPSA René Schoch.

Pages 76 à 78

SOMMAIRE

Octobre 2019

5 Éditorial

6 En bref

Maintenance automobile

8 Autobau : le centre de compétences

au bord du lac de Constance

14 Markus Aegerter explique pourquoi

le thème des occasions a autant

d’importance

16 Un cours UPSA prépare à la vente

d’occasions

20 Un rinçage utile

22 Les dangers des isocyanates

24 Chauffages autonomes : la

post-installation en vaut la peine

26 Métalliser des pièces facilement

28 Clearcarrep, le nouveau concept de

carrosserie

30 Les avantages de la gestion

numérique des sinistres

32 Nouveaux produits

Politique & droit

35 Pierre-Daniel Senn explique

les élections fédérales

36 L’UPSA soutient les candidats

44 Entretien avec la conseillère

nationale Magdalena

Martullo-Blocher

Formation

48 La nouvelle chronique du champion

olympique Dario Cologna

52 L’aventure de Damian Schmid

aux WorldSkills à Kazan

56 Sondage : les diplômés interrogés

58 « Sway » : comment gérer les

travaux dangereux

60 Business Academy

62 Cours de formation continue

régionaux

Produits & prestations

64 Bilan du SAS 2019

70 Anniversaire de KSU A-Technik

Technique & environnement

72 Arguments pour le diesel

75 Bilan intermédiaire du projet avec

Mobility

Association & sections

76 En route avec René Schoch,

conseiller de service à la clientèle

79 Thomas Jenni est « au service de la

relève »

82 Journée des garagistes suisses

2020

84 L’Auto Zürich Car Show : plus

qu’un simple salon

86 Succès du stand de l’UPSA

88 Championnats des métiers à Bâle

Véhicules utilitaires

89 Aperçu du salon transport.ch

Commerce & service

après-vente

92 L’atelier du futur : solutions IT

94 DeBeer-Innovation-Day

95 Payer moins d’impôts dès

maintenant

96 Garages

Votre partenaire

pour un garage

convivial:

AWS Architekten AG

AWS Architekten AG

Profitez de notre longue et solide expérience:

Conseil et planification pour les

nouvelles constructions ou les

transformations de concessions

automobiles et de garages

Clarification des besoins et de site,

analyses

Solutions sur mesure, avec un

plafonnement clair des coûts

Optimisation des processus

d’exploitation

Evaluation des coûts, estimations de

la valeur vénale, études d’utilisation

Demandez un entretien sans engagement.

ÉDITION 10 OCTOBRE 2019

AUTO

INSIDE

98 Sondage du mois,

aperçu & mentions légales

Centre de compétences Autobau

Lieu de découverte et de pèlerinage

Pages 8 à 12

En couverture :

Centre de compétences

au bord du

lac de Constance

(Photo Autobau)

AUTOINSIDE | Octobre 2019

AWS Architekten AG

Muristrasse 51 | CH-3006 Berne

T +41 31 351 33 55

architekten@aws.ch | www.aws.ch


AUTREFOIS, COMME

AUJOURD´HUI. L´HUILE,

C´EST MOTOREX.

À découvrir sur www.motorex.com

OIL FINDER

follow us

© FotoStudioZumbrunn


ÉDITORIAL

Élections 2019 : chaque voix compte !

Chère lectrice, cher lecteur,

La campagne électorale bat son plein

en Suisse. Les élections au Parlement

fédéral se tiendront le 20 octobre.

Jamais autant de nouveaux candidats

n’avaient brigué un siège sous la

Coupole de Berne. L’UPSA se réjouit

qu’à côté des candidats connus,

de nouvelles personnes souhaitent

s’engager en faveur de meilleures

conditions-cadres pour les garagistes.

Ces nouveaux candidats se présentent

dans ce numéro, et nous espérons

qu’ils obtiendront de bons résultats

aux élections.

Pour l’économie et la branche de l’automobile,

il est essentiel que soient

élus des hommes et des femmes politiques

prêts à se battre pour de meilleures

conditions générales, et notamment

pour des mesures raisonnables

en matière de politique environnementale

et sociale, pour l’extension des

infrastructures de manière à assurer un

trafic motorisé fluide, ainsi que pour la

promotion de la formation duale.

Les débats sur le climat en particulier

mettent notre branche à rude épreuve.

Le trafic motorisé est stigmatisé

comme la source de pollution numéro

un. On oublie cependant que par

rapport au volume de circulation, les

émissions ont diminué.

Le risque, pour la politique suisse,

est de prendre des mesures hâtives

sans avoir effectué au préalable une

analyse complète pour déterminer

les technologies de propulsion qui

offrent les meilleures chances d’investissement

sur le plan écologique

et économique. On vise une réduction

drastique des valeurs limites de CO 2

par l’encouragement unilatéral de la

mobilité électrique. Or, les véhicules

électriques se prêtent surtout aux

trajets courts, alors que la plupart des

trajets se font sur longue distance.

Il est donc essentiel de promouvoir la

fabrication sans CO 2

de carburants

synthétiques comme l’hydrogène ou le

GNC, à condition toutefois que l’électricité

nécessaire à cette fabrication

provienne des énergies renouvelables.

Une tâche herculéenne nous attend

par conséquent afin que l’économie et

nous tous puissions compter à l’avenir

sur une mobilité qui fonctionne bien et

qui reste financièrement abordable.

Chacune et chacun d’entre nous

peut contribuer à ce que la politique

travaille dans le sens de solutions

globales bien conçues en votant pour

les candidats qui les défendent.

Chaque voix compte ! J’espère de

tout cœur que tous les électeurs de la

branche automobile se rendront aux

urnes le 20 octobre. Je vous remercie

pour votre engagement.

Meilleures salutations,

Urs Wernli

Président central


EN BREF

Le patriarche de Volkswagen,

Ferdinand Piëch, est décédé

Ferdinand Piëch.

Ferdinand Piëch, l’ancien

président du directoire et du

conseil de surveillance de VW,

ancien capitaine d’industrie

est décédé le 25 août dernier à

l’âge de 82 ans. C’est sa veuve,

Ursula Piëch, qui l’a annoncé.

Ferdinand Piëch a conservé son

enthousiasme pour l’ingénierie

et pour l’automobile jusqu’à la

fin de sa vie. Il laisse derrière lui

une grande famille constituée

de treize enfants et de plus de

26 petits-enfants. Il a épousé

Ursula en troisièmes noces en

1984. M. Piëch était président du

comité directeur Volkswagen de

1993 à 2002. Il a ensuite dirigé le

conseil de surveillance de l’entreprise

pendant de nombreuses

années. Le point de rupture

survient en 2015 quand M. Piëch

perd la lutte de pouvoir qui

l’oppose à Martin Winterkorn,

patron du groupe à l’époque.

L’acteur Stefan Gubser roule

désormais en Volvo

L’acteur suisse Stefan Gubser,

connu bien au-delà de nos

frontières, est le nouvel ambassadeur

de Volvo Suisse. Stefan

Gubser défendra les intérêts

sociaux et les valeurs cardinales

du constructeur haut de gamme

suédois vis-à-vis du monde

extérieur et assistera Volvo

dans les domaines de la sécurité

et du développement durable.

M. Gubser roule désormais en

break haut de gamme V90 T8

Twin Engine. « En tant que père

de famille et philanthrope qui

s’engage en faveur de questions

sociales, mais qui se préoccupe

aussi de questions environnementales,

Stefan Gubser défend

précisément les valeurs qui

comptent aux yeux de Volvo »,

affirme Sascha Heiniger,

Director Corporate & Brand

Communication chez Volvo Car

Switzerland SA.

Stefan Gubser.

Le concept de garage Le Garage

fête ses 20 ans

Fin août, plus de 300 invités ont

fêté les 20 ans de Le Garage, le

Le Garage a célébré bruyamment son anniversaire.

concept de garage indépendant

d’ESA, dans la halle couverte

de Berthoud. Un dîner de gala

festif, un discours de bienvenue

et de félicitations de Burgdorfer

Gasthausbrauerei AG ainsi

que des numéros musicaux

de Gustav accompagné de son

groupe ont ponctué la soirée.

Dans son allocution de bienvenue,

Giorgio Feitknecht, CEO

d’ESA, a salué le concept et

a remercié les partenaires de

Le Garage pour leur fidélité

au cours des vingt dernières

années. Dans son discours,

M. Feitknecht a souligné que

certaines choses ont changé

ces deux dernières décennies,

mais que beaucoup de choses

sont restées identiques : « Nous

respectons et encourageons la

liberté d’entreprendre et nous tenons

à ce que cette dernière soit

également à l’avenir une valeur

cardinale de Le Garage, comme

ces vingt dernières années. »

VW présente sa nouvelle image

de marque

Lever de rideau pour « New

Volkswagen » : la marque a présenté

sa nouvelle image et son

nouveau logo au salon IAA de

Francfort. L’avenir de Volkswagen

est électrique, entièrement

connecté et globalement neutre

Le nouveau logo de VW.

en CO 2

. Au travers de sa nouvelle

image de marque, Volkswagen

se présente au monde entier

sous un jour plus moderne et

plus authentique. Le nouveau

logo 2D d’apparence plate est

plus clair et se réduit à ses

éléments essentiels. L’image

de la marque et son logo visent

surtout une grande flexibilité et

des applications numériques.

La réorientation de l’image de

Volkswagen constitue l’une des

plus importantes opérations de

rebranding au monde. Sa mise en

œuvre devrait être achevée d’ici

la mi-2020.

Coca-Cola roule dorénavant au

GNC dans toute la Suisse

Coca-Cola HBC Suisse lance

un message important par son

engagement en faveur d’un

développement durable accru : la

filiale suisse du fabricant américain

de boissons met en service

la plus grande flotte nationale

de véhicules au gaz naturel et

au biogaz. Début septembre, à

Hinwil, les collaboratrices et

collaborateurs de Coca-Cola se

sont vu remettre les 52 premiers

véhicules GNC sur les 180 prévus

au total. En échange, ils se

sont séparés de leurs anciens

modèles diesel. « Remplacer

notre flotte par des véhicules

Le concept de garage

partenarial de votre ESA


EN BREF

Coca-Cola convertit son parc de véhicules au GNC.

GNC nous permettra de réduire

une nouvelle fois significativement

notre empreinte carbone »,

explique Patrick Wittweiler,

chargé de la durabilité chez Coca-

Cola HBC Suisse en qualité de

Country Sustainability Manager.

Édition spéciale : le cirque Knie

sous tension

À l’occasion du centenaire du

cirque national suisse, l’artiste

Rolf Knie (70 ans) a mis en scène

l’histoire de la dynastie avec le

spectacle Circus Musical. Le

sponsor principal, Mitsubishi,

présente désormais un modèle

spécial inspiré par Knie, l’Outlander

PHEV. L’Outlander PHEV Rolf

Knie Edition sera revêtu d’un film

portant un motif de cirque dessiné

par Rolf Knie. Le film sera

appliqué sur les rétroviseurs

extérieurs et sur le couvercle

du porte-boisson avant. Un autocollant

de chapiteau du même

design de cirque orne le capot.

AUTOINSIDE encore

plus écologique

Le patron de Mitsubishi Suisse Bernd Hoch (à g.) et Rolf Knie.

En raison des directives relatives

à l’envoi de la Poste, les magazines

imprimés doivent obligatoirement

être emballés. Dans

la plupart des cas, il s’agit d’un

film plastique. Mais AUTOINSIDE

a choisi un plastique biodégradable

très écologique puisqu’il

est fabriqué entièrement à partir

de déchets organiques (essentiellement

des épluchures de

pommes de terre). Il est produit

à Vicenza, au nord de l’Italie,

grâce à l’énergie solaire. La

fabrication à partir de déchets

rend ce film encore plus durable

que les films biodégradables

comparables produits à base de

canne à sucre, d’amidon de maïs

ou de soja. En effet, ces matières

premières font concurrence à

la production alimentaire et

menacent les forêts tropicales

d’Asie ou d’Amérique du Sud. Le

film que nous avons choisi est

100 % biodégradable et peut être

jeté avec les déchets verts. Il est

plus cher que les films conventionnels,

mais ceci n’a aucune

répercussion sur le prix de

l’abonnement à AUTOINSIDE.

AUTOINSIDE

reste n°1

Les médias de l’UPSA confirment

leur position de leader auprès du

lectorat de la branche automobile

suisse. Qu’ils soient imprimés

ou en ligne, les médias de l’Union

professionnelle suisse de l’automobile

prennent de l’ampleur.

Le tirage total d’AUTOINSIDE

certifié par la REMP (Recherches

et études des médias publicitaires)

est désormais passé à

12 760 exemplaires par mois.

Cela correspond à une légère

augmentation de 0,27 % par

rapport à l’année précédente et

consolide la croissance de ces

dernières années. Le tirage vendu

représente plus de 85 % de

ces 12 760 exemplaires certifiés.

Depuis 2013, AUTOINSIDE a pu

augmenter son tirage de 13,8 %

sur un marché de l’imprimerie

en recul. L’édition qui paraît onze

fois l’an atteint ainsi quelque

32 000 lectrices et lecteurs de

manière ciblée dans un segment

de marché clairement défini.

Le nombre de personnes qui

fréquentent les sites Internet de

l’UPSA continue lui aussi d’augmenter

fortement : upsa-agvs.ch,

les 21 sites des sections, metiersauto.ch

et checkenergieauto.

ch touchent chaque mois près

de 73 000 utilisateurs. Cette

croissance a pour conséquence

une augmentation des recettes

publicitaires avec les médias de

l’UPSA, ce qui profite de nouveau

à l’association. AUTOINSIDE,

UPSA en ligne et la newsletter

de l’UPSA atteignent chaque

mois près de 200 000 contacts

publicitaires multisupports pour

les annonceurs de l’UPSA.

MEMBRE

Nouveaux Membres UPSA

Bienvenue !

L’UPSA a accueilli douze nouveaux

membres en août 2019. Ces entreprises

emploient 54 personnes

au total. Nous leur souhaitons la

bienvenue !

Section Argovie

> > Auto MPark GmbH, Buchs

> > Garage Steffen, Kleindöttingen

Section Soleure

> > Garage Marti AG, Hägendorf

Section Thurgovie

> > Autogarage Toni GmbH, Lengwil

Section Vaud

> > Garage Autosport-Bex Sàrl, Bex

Section Suisse centrale

> > J. Windlin AG, Nutzfahrzeug-Center,

Kriens

Section Zurich

> > Evoluzionecar F. Manganelli & A.

Manganelli, Samstagern

> > Pacific Motors AG, Zurich

> > Spezialwerchstatt AG, Hittnau

Section Berne

> > Garage Widmer AG Wikartswil,

Walkringen

> > Jäggi Classics GmbH,

Hinterkappelen

Section Berne, SG EM/HAG

> > Garage Iljazi GmbH, Utzenstorf

Die Marke Ihrer Wahl


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Petit-déjeuner des garagistes à

l’Autobau Factory, à Romanshorn

Tout sous le

même toit

Les cycles de produits et d’innovations sont de plus en plus complexes

et rapides. Le meilleur moyen de rester dans la course est de

se regrouper en clusters pour échanger des connaissances et des

services. Un tel centre de compétences dans la branche automobile

existe par exemple à Romanshorn, juste à côté de l’Autobau

Erlebniswelt. Jürg A. Stettler

Avec Rent4Ring, Fredy Alexander Lienhard a créé une entreprise de voitures de sport florissante à Nürburgring, avant de revenir en Suisse il y a presque deux ans. Il a alors pris les

La vitesse et la diffusion des innovations technologiques

se sont considérablement accrues.

Il a fallu 84 ans pour que la moitié de la population

américaine possède un véhicule, et

seulement 10 ans pour l’accès à l’Internet. Les

cycles de produits et d’innovations sont non

seulement toujours plus rapides, mais également

de plus en plus complexes. Bien souvent,

les connaissances dans un domaine délimité

ne suffisent plus à suivre le rythme du progrès

ou de la concurrence. Il existe une solution :

le cluster. Dans ces centres de compétences,

les collaborateurs de différentes entreprises

se connaissent et peuvent ainsi échanger

leurs connaissances et leurs compétences de

façon directe et rapide. Dans la Silicon Valley

et ses innombrables start-up, de tels clusters

font constamment émerger des innovations.

Toutefois, pas besoin d’aller aussi loin

pour trouver des exemples réussis de clusters

et de centres de compétences. Dans la branche

automobile, l’Autobau Factory, juste à côté de

l’Autobau Erlebniswelt, à Romanshorn, en est

l’illustration.

Ce centre abrite plusieurs petites entreprises

indépendantes, parmi lesquelles un tailleur

de pierres, qui n’est pas vraiment concerné

par l’automobile. La majorité des sociétés

présentes est cependant étroitement liée à

la branche. L’architecture du centre de compétences

est unique, avec sa large rampe qui

donne accès à une vaste halle d’atelier de

quelque 1900 mètres carrés et onze box-ateliers

sur trois côtés de la halle. La forme en U

recouverte d’un toit offre au centre un espace

généreux pour manœuvrer, qui peut éventuellement

se transformer en espace événementiel

dans une ambiance d’atelier. Cette première

construction industrielle à usage mixte située

dans le canton de Thurgovie et détentrice du

label Minergie brille également par ses échangeurs

de chaleur par récupération d’eau et

ses 162 mètres carrés de panneaux photovoltaïques

sur le toit. Cela permet d’alimenter

en électricité la station de recharge destinée

aux véhicules électriques de l’Autobau Erlebniswelt,

ainsi que la pompe à chaleur de la

Factory. Le bâtiment économise ainsi jusqu’à

47,4 tonnes de CO 2

par an.

Les entreprises locataires sont des spécialistes

de la restauration de véhicules et de

la carrosserie, ou du domaine du smart-re-

8

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

La renommée du cluster automobile du lac

de Constance augmente d’année en année,

comme l’illustre le dernier locataire en date,

qui vient de la périphérie de Zurich : Golden

Classic Cars. « Nous avons cherché pendant

deux ou trois ans le site adéquat. Quand j’ai

vu l’offre des box libres, je n’ai pas hésité », raconte

Claude Stephan Wüthrich, propriétaire

de Golden Classic Cars. Sa principale activité

est la location d’anciennes Corvette, notamment

des C3 des années 1967 à 1982. La remise

en état, l’achat et la vente font également

partie du travail quotidien du spécialiste Corvette.

« Lorsqu’une Corvette revient de location

avec un éclat ou une bosse, je peux l’emmener

dans la halle et la faire réparer dans

notre carrosserie. C’est très pratique de pouvoir

utiliser les synergies au sein d’Autobau

Factory. »

rênes d’Autobau Erlebniswelt et du cluster de compétences Autobau Factory (photo) en tant que managing director.

pair. L’Autobau Factory est ainsi devenue un

centre de compétences de la branche automobile

pour toute la Suisse orientale. Les 82 emplacements

sous le bâtiment sont également

très prisés. Depuis près de deux ans, Fredy

Alexander Lienhard, fils du fondateur d’Autobau

et pilote de course, actuel Managing Director

d’Autobau AG, est ainsi responsable de

la destinée de l’Erlebniswelt et du cluster avec

ses petites entreprises indépendantes. « Autobau,

c’est pour mon père le fruit du travail de

toute une vie. Il en est le pionnier, il a su partager

sa passion pour les voitures et sa collection

avec des mordus de l’automobile comme

lui », explique Fredy A. Lienhard. « Deux ans

après l’Erlebniswelt, Autobau Factory voyait

le jour. C’est une réminiscence du concept de

Meilenwerk, malheureusement disparu. En

2011, nous avons mis en œuvre l’idée d’un

centre de compétences automobile, et avons

construit le site. » Comment nous avons ensuite

trouvé les premiers locataires ? Fredy

A. Lienhard explique : « Nous avons délibérément

veillé à accueillir des entreprises qui

se complètent, et qui ne se disputent pas les

clients. Dès l’ouverture, le taux d’occupation

était de 80 %. Cinq locataires sont fidèles à l’Autobau

Factory depuis 2011. »

Karl Tobler, d’Erlen-Garage, membre de l’UP-

SA de longue date, apprécie lui aussi ces synergies

: « Comme son nom l’indique, mon garage

était situé à l’origine à Erlen. Pour nous,

ce nouvel emplacement est idéal. Il y a une

tôlerie-zinguerie, une carrosserie, etc. Tout

cela sous le même toit. » L’avantage est réel,

car on n’a même pas besoin de quitter le bâtiment

avec le véhicule d’un client. De la station

de lavage utilisée en commun, le véhicule

peut rejoindre directement le garage en

sous-sol, à la disposition du client ou du collectionneur,

parfaitement prêt et propre. « Nos

clients sont principalement des propriétaires

de voitures de sport ou de voitures de collection.

C’est également idéal pour les visiteurs de

l’Erlbeniswelt », ajoute Karl Tobler. Avec son

fils Marcel, il est le spécialiste de la restauration,

de la réparation et de l’entretien des voitures

de sport de tout type. On le constate en

jetant un œil dans le double box d’Erlen-Garage

: sur la plate-forme élévatrice se trouve

une ancienne BMW M3, à côté une superbe

Mercedes 300 SL Cabrio, et derrière un Sauber

C3 normalement exposé à Autobau. Karl Tobler

explique : « Mon fils pratique le sport automobile,

et son expérience de la course nous

est très utile lorsque nous devons nous occuper

de véhicules récents ultrapuissants. Fredy

A. Lienhard précise : « Karl Tobler effectue

tous les remplacements des courroies de distribution

de nos Ferrari. C’est en outre un véritable

génie en matière de carburateur. Beaucoup

travaillent aujourd’hui à tâtons, mais lui

sait exactement ce qu’il faut faire. »

Vincenzo Bonifacio, de Carolac, occupe également

un double box. Qu’il s’agisse de dommages

de peinture légers ou sévères, ou de

peintures spéciales, Vincenzo Bonifacio, avec

son équipe, est le partenaire idéal dans le cluster

automobile de Romanshorn. « Lorsque nous

avons quitté notre site près de Saint-Gall il y a

Suite en page 10

AUTOINSIDE | Octobre 20199


MAINTENANCE AUTOMOBILE

huit ans et demi, cela n’a pas été facile au début

», admet le dirigeant de Carolac. « Il a fallu

reconstituer une nouvelle clientèle. » L’avantage

de taille d’Autobau est son ambiance

agréable. Lorsqu’un client entre ici, cela débouche

sur une commande dans 99 % des cas.

Le site incarne la compétence, qu’il faut bien

entendu fournir en retour. » V. Bonifacio travaille

avec Hakan Kirgiz de Delltech, l’un des

meilleurs débosseleurs du monde. N’est-ce pas

contradictoire pour ce carrossier qui pourrait

gagner plus en refaisant la peinture ? « Non, car

certains clients préfèrent le débosselage. Si le

client est satisfait, je le suis aussi. Il est clair

qu’on ne peut pas tout faire sans poncer ni repeindre,

mais nous essayons de résoudre ainsi

tout ce qui peut l’être », ajoute Vincenzo Bonifacio,

tandis qu’il examine le travail de Hakan

Kirgiz sur une BMW avec peinture spéciale.

une clientèle pour les youngtimers. « Selon moi,

cette idée fonctionne parfaitement. On peut exploiter

les synergies et offrir aux clients une réparation

complète dans un espace très restreint,

car on peut emmener la voiture chez le carrossier

juste à côté », explique le spécialiste. « Grâce

à Autobau, nous n’avons pas seulement des voitures

‘normales’ ici, mais souvent des clients peu

ordinaires et des véhicules spéciaux. Cela rend

notre travail d’autant plus varié et passionnant. »

Les visites pour la protection ou l’esthétique

de ces véhicules spéciaux se font à quelques

mètres de là, chez Luka Filipo de ProXart. Le

spécialiste du plaxage et du marquage est locataire

du cluster depuis deux ans. Il accorde

une grande importance à la qualité et fait parfois

démonter certaines pièces de carrosserie

« in house », de façon à pouvoir mieux poser les

films de protection. Grâce aux événements qui

se déroulent à l’Erlebniswelt, il compte désormais

de nombreux collectionneurs parmi ses

clients, qui souhaitent protéger leurs voitures

de collection des éclats. « Je me suis parfaitement

intégré ici, nous travaillons main dans

la main. Prochainement, pour l’Autobau Erlebniswelt,

je vais plaxer la nouvelle version de la

Porsche 935, fabriquée à seulement 77 exemplaires

dans le monde pour le 70 e anniversaire

de la marque. J’ai hâte ! »

La visite dans la Factory se poursuit avec la rencontre

de Bernhard Ernst, lui aussi l’un des premiers

locataires. Fredy A. Lienhard confie : « Il

est davantage impliqué dans le B2B, dans la restauration

des équipements d’avions de ligne ou

Stephan Peterer de Zeus Automobiltechnik est

également un locataire de la première heure :

« je ne voulais pas simplement ouvrir un garage

n’importe où à la campagne. Ce concept global

m’a convaincu dès le départ, et c’est toujours le

cas aujourd’hui. » Spécialisé dans la vente d’accessoires

et dans les ajustements de châssis et de

jantes, S. Peterer essaie par ailleurs de constituer

Autobau Erlebniswelt et Factory à Romanshorn

Autobau Erlebniswelt conjugue exposition de

voitures et lieu d’organisation d’événements, un

concept auquel aucun passionné d’automobiles

ne peut rester insensible. Sur l’ancien site industriel

de Romanshorn, on peut admirer la collection

du pilote automobile suisse Fredy A. Lienhard,

également ancien propriétaire de la société Lista.

Des voitures de sport légendaires, des bolides

pure race issus des courses les plus spectaculaires,

des modèles cultes célèbres dans le

monde entier et des voitures de collection magnifiques

y sont exposés. Juste à côté se trouve le

centre de compétences Autobau Factory. Toutes

les informations sur ces deux sites exceptionnels

pour les amateurs d’automobiles peuvent être

consultées sur www.autobau.ch.

Le spécialiste en carrosserie Vincenzo Bonifacio de Carolac (à droite) vérifie le travail de

Hakan Kirgiz, l’un des meilleurs débosseleurs du monde (entreprise Delltech).

Golden Classic Cars loue d’anciennes Corvettes, en particulier les C3, comme activité

principale. Les US-Muscle-Cars peuvent également être restaurées.

Stephan Peterer de Zeus Automobiltechnik fait partie des premiers locataires d’Autobau

Factory. Il s’est spécialisé dans la vente d’accessoires et l’ajustement des châssis

et des jantes.

10

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Dans le double-box de l’Erlen-Garage de Karl et Marcel Tobler, une ancienne BMW M3 côtoie une Mercedes 300 SL Cabrio, tandis qu’en arrière-plan, un Sauber C3 est en

préparation pour l’Erlebniswelt.

de jets privés. Mais l’automobile est aussi l’une

de ses passions. Il s’occupe actuellement d’une

Lancia de notre exposition. » Pour finir, le managing

director d’Autobau AG montre un box

portant le logo Ferrari : « Patrick Hegemann,

avec sa Scuderia 69, est aussi très intéressant. Il

vient de se mettre à son compte et n’a pas encore

changé les panneaux. C’est un spécialiste hors

pair des véhicules rares. Il peut arriver qu’une

voiture reste dans son box une année entière.

La restauration d’une Ferrari 275 à empattement

court par exemple, demande énormément

de temps et un savoir-faire incroyable que

Patrick possède. »

Suite en page 12

«hostettler autotechnik ag

m’offre le meilleur service de livraison

et un service sensationnel.»

Gaetano Cicero

Garage Martino GmbH

à Goldach

«Mes collègues et moi vous

fournissons plusieurs fois par jour.»

Alessa Fritschi

Service de livraison

filiale de Gossau

Tout en stock livré juste à temps

hostettler autotechnik ag

Téléphone 021 644 21 64

info@autotechnik.ch / www.autotechnik.ch


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Six questions à Fredy Alexander Lienhard, managing director d’Autobau AG :

Quel locataire souhaiteriez-vous encore

accueillir dans votre cluster dans l’idéal ?

Fredy Alexander Lienhard : Nous avons beaucoup

d’idées et de désirs. Un locataire du secteur

de la distribution par exemple, pour des voitures

courantes ou des modèles premium. Ce qui serait

bien, c’est une plate-forme de transaction

pour un concessionnaire qui aurait de nombreux

clients dans la région du lac de Constance,

mais qui ne serait pas encore représenté, et qui

pourrait recevoir et livrer ici les véhicules. Un

représentant de Koenigsegg, de Pagani ou d’un

constructeur de répliques serait également tout à

fait envisageable.

Comment attirez-vous l’attention des gens

sur le centre de compétences, situé directement

à côté de l’Erlebniswelt ?

Lors des visites (environ 15 000 visiteurs à l’Erlebniswelt

chaque année), nous parlons de la

Factory et recommandons à chacun d’y faire

un petit tour. Concernant la commercialisation,

nous voulons également améliorer les liens existants.

Nous avons pensé à une vidéo à 360

degrés pour la Factory, comme cela existe pour

l’Erlebniswelt.

Vous offrez une place généreuse aux

locataires...

À l’époque, nous avions en effet prévu les choses

en grand. La surface utile au centre de la halle

est très vaste par rapport à la surface louée. La

station de lavage utilisée en commun est également

importante et très appréciée. Toutefois, les

82 emplacements de l’étage inférieur, dans le Car

Lounge, sont encore plus prisés. Nous avons une

liste d’attente considérable pour ces places. De

tels emplacements sont recherchés et simples à

gérer d’un point de vue technique. Nous réfléchissons

aux possibilités de les augmenter.

Une nouvelle extension de Factory estelle

prévue ?

Nous avons envisagé la construction d’une deuxième

unité, en misant sur les emplacements, et

en sommes déjà à la planification. On pourrait y

accueillir en outre des entreprises de nettoyage

et de remise en état. Nous avons encore du terrain

constructible, par exemple à l’intérieur de

notre circuit. Cependant, une fois la construction

achevée, elle est définitive. C’est pourquoi

tout projet doit être correctement planifié et

conçu en détail. Nous avons également étudié

la surélévation de la

Factory actuelle, mais

ce n’était pas possible

pour des raisons de

statique. Nous avons

encore d’autres idées...

Fredy A.Lienhard,

Managing Director

Autobau AG

Pouvez-vous en dire plus ?

Il me faudrait quelque chose à utiliser lors des

événements. Un hôtel pourrait aussi être une

bonne idée. Autour de Romanshorn, il n’y a

pas encore de bel hôtel d’affaires. On le ressent

en tant que site d’organisation événementielle.

Cela apporterait en outre des échanges

supplémentaires.

Y a-t-il des défis à relever ?

Bien entendu, l’enjeu majeur, en tant que loueur,

est de trouver le bon mix d’entreprises. Toutes

sont différentes, avec des pratiques de travail diverses,

ce qui peut engendrer ici ou là de petites

frictions. L’essentiel, c’est que les entreprises

exploitent les synergies, et cela fonctionne très

bien. En cas de divergences d’opinions, nous

sommes à la disposition de chacun en tant qu’interlocuteur

neutre. <

Exactement ce qui

convient aux pros

Tous les produits SONAX efficaces pour l’entretien de

votre véhicule se trouvent chez votre ESA.

esa.ch


SPONSORED CONTENT

Les conseils pneus et roues de Pirelli

Nous transformons l’hiver

en été

Pour AUTOINSIDE, Elio Rullo, spécialiste des pneus, répond quatre fois par an à des questions concernant l’activité

pneus et roues. Destinés à en optimiser l’utilisation, les articles sont proposés par Pirelli, partenaire du magazine

spécialisé pour les garagistes suisses.

L’innovation du nouveau P ZERO Winter réside dans la bande de roulement,

composée de trois zones différentes qui font chacune état de caractéristiques

propres. L’épaulement extérieur délivre les performances

sur chaussée sèche. Il se distingue par une séquence de blocs affichant

une faible densité de lamelles et une rigidité élevée afin de reprendre

les efforts latéraux développés dans les virages. L’épaulement intérieur

dispose d’une forte densité de lamelles et de rainures multidirectionnelles

pour des performances maximales sur la neige. Deux agencements

de blocs centraux plus rigides au centre de la bande de roulement

garantissent une réaction de direction précise, tandis que deux

rainures longitudinales permettent d’évacuer parfaitement l’eau.

Un défi complexe : le Pirelli P ZERO Winter.

Dans notre guide du mois de mai dernier, je vous ai raconté sur quoi

porte la R&D de Pirelli actuellement. Un pneu n’est pas seulement rond

et noir. Il est la seule liaison entre le véhicule et la route. Nos centres

de technologie et de recherche de Milan et de Breuberg (Allemagne) se

penchent essentiellement sur l’interaction optimale entre l’adhérence,

la consommation de carburant et la résistance au roulement, qui sont

les trois principaux facteurs.

L’idée sous-jacente du P ZERO Winter : il y a aussi des journées ensoleillées

et sèches d’octobre à avril au cours desquelles les conducteurs

souhaitent tirer parti des performances habituelles de leur voiture.

Les constructeurs de voitures de sport sont à la recherche d’un produit

UHP tel que le P ZERO Winter. Ce dernier, qui vient d’être lancé, est

disponible dans près de 30 dimensions dès 18 pouces pour les marques

haut de gamme et de prestige. Les premières homologations ont par

ailleurs déjà été engrangées et d’autres sont en cours de préparation. <

www.pirelli.ch / elio.rullo@pirelli.com

L’adhérence joue un rôle tout particulier en hiver. Nos clients qui

conduisent des voitures haut de gamme et de prestige souhaitent également

que leurs performances soient maintenues pendant la saison

froide. Il s’agit d’une tâche captivante et délicate pour nos ingénieurs.

Nous sommes donc fiers du résultat que nous avions présenté en mars

au Salon de l’auto de Genève et que nous commercialisons maintenant

pour l’hiver. Nous avons en effet pratiquement réussi à relever ce défi

majeur avec le P ZERO Winter : spécialement conçu pour les véhicules

du segment UHP, ce pneu combine toutes les caractéristiques

d’un pneu d’hiver avec la performance sans précédent proche de celle

d’un pneu été.

En principe, les pneus d’hiver sont fabriqués à base de mélanges de

gomme plus tendres que ceux des pneus d’été. Dans des conditions

froides mais sèches, un pneu d’hiver ordinaire atteint notamment ses

limites de performances lors de changements rapides de charge ou dans

les virages. Le mélange plus tendre et la densité spécifique des lamelles

favorisent un échauffement accéléré du pneu du fait de ses propres

mouvements, ce qui conduit à terme à une usure accrue du pneu.

Elio Rullo travaille dans la

branche des pneus depuis

30 ans. Il connaît parfaitement

cette activité en Suisse. Il a

occupé plusieurs fonctions au

sein de Pirelli Tyre (Suisse) SA,

dont celle de responsable du sport

automobile. Il est aujourd’hui

chargé du service à la clientèle et

de la technique.

AUTOINSIDE | Octobre 201913


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Interview de Markus Aegerter, directeur de l’UPSA

Les occasions, une

deuxième marque rentable

Alors qu’environ 300 000 voitures neuves se vendent chaque année en Suisse, près de 860 000 occasions changent de

propriétaire sur la même période. Ce seul chiffre vient étayer l’importance du commerce de voitures d’occasion. En tant

que responsable de la représentation de la branche, Markus Aegerter est chargé de la question des occasions à l’UPSA.

Il explique aux membres de l’UPSA qu’il ne faut pas faire de distinction entre l’acheteur d’une voiture neuve et celui qui

acquiert une occasion. Sandro Compagno

M. Aegerter, pourquoi la question des occasions revêt-elle autant

d’importance à l’UPSA ?

Markus Aegerter, membre de la direction de l’UPSA : Les importateurs

et les constructeurs marquent de leur empreinte le marché

des voitures neuves. Les marges des garagistes sont faibles et ceux-ci

doivent respecter de nombreuses normes parfois restrictives. Nous

constatons par ailleurs que les concessionnaires de marques sont eux

aussi soumis à des directives toujours plus nombreuses dans l’activité

occasion. Une évolution que nous prenons au sérieux.

Le garagiste peut faire preuve de plus d’esprit d’entreprise avec

les occasions qu’avec les voitures neuves et souvent réaliser de

meilleures marges. Les marges ne risquent-elles pas de s’éroder du

fait de la comparabilité des offres sur des plateformes en ligne ?

Il est vrai que les plateformes en ligne jouent un rôle important dans

l’évolution des prix des voitures d’occasion. Elles offrent toutefois

aussi aux garagistes une fenêtre de présentation de leurs produits à

un public bien plus large. Les concessionnaires qui se sont installés

sur le marché de l’occasion savent comment utiliser cet instrument

efficacement.

Il existe quelques champions du commerce de l’occasion qui se

concentrent totalement sur ce segment. Comment le petit garagiste

peut-il se démarquer de ces mastodontes ?

De nombreux grands revendeurs d’occasion connus en Suisse se distinguent

surtout par une politique de prix agressive et une publicité

voyante. Ils s’adressent à un public sensible aux prix. Le prix est naturellement

un argument important lors de l’achat d’une occasion,

mais ce n’est pas le seul ! Les promesses de qualité, des services hors

pair, des offres complémentaires surprenantes ou tout simplement

un superbe accueil comptent tout autant. Le garagiste UPSA peut facilement

sortir du lot en servant une personne intéressée par une

occasion avec la même ardeur qu’un client cherchant à configurer

une voiture neuve chez lui.

« Les concessionnaires de marques ressentent aussi une pression

grandissante dans l’activité occasion » Markus Aegerter.

L’UPSA Business Academy propose un cours d’une journée consacré

à la gestion des occasions. Quels en sont les contenus ?

Des questions économiques telles qu’un calcul préalable et d’autres

considérations liées aux coûts globaux occupent le premier plan.

Nous essayons aussi de mettre en évidence l’importance d’une gestion

optimale des stocks, de la présentation adéquate des véhicules

et des activités promotionnelles idéales délivrées par le personnel approprié.

Les processus individuels allant de la prise en charge à la re-

14

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

vente sont expliqués en détail et font l’objet

de discussions avec les participants. Notre

responsable de séminaire, un professionnel

de longue date de la branche automobile titulaire

d’un diplôme postgrade en économie

d’entreprise, présente clairement le potentiel

considérable de l’activité occasion.

Les membres de l’UPSA ont-ils ici un retard

à rattraper ?

Lorsque je parle de la gestion de leurs occasions

avec des garagistes, la plupart sont

persuadés qu’ils feraient du bon travail. C’est

assurément le cas. La majorité des participants

à nos cours confirment toutefois qu’ils

ont appris des choses nouvelles et qu’ils discernent

un potentiel d’optimisation. On peut

toujours apprendre et faire mieux.

De nombreux garagistes prétendent qu’il

est plus simple et plus agréable de vendre

des occasions au lieu de configurer pendant

des heures une voiture neuve avec un

client. Votre expérience vous permet-elle

de confirmer ?

Oui, je l’ai déjà entendu. Les discussions sur

telle ou telle option, sur les différentes motorisations,

sur les technologies de propulsion,

sur la taxe sur le CO 2

et autres disparaissent.

Le véhicule est comme il est et le garagiste

peut convaincre le client de ses préférences.

de ne pas être exposé à un risque de réparation.

Il est prêt à payer une prime pour cela.

L’acheteur d’une occasion est quant à lui ravi

de ne pas avoir à subir l’amortissement du

véhicule et d’obtenir le modèle de son choix

à un prix plus avantageux. Il sait que le véhicule

a déjà eu un ou des propriétaires et que

le compteur affiche un certain kilométrage.

Le fichier de clients existant et sa gestion

sont l’alpha et l’oméga de la vente de

voitures. Les concessionnaires de marques

ont souvent une clientèle attitrée fidélisée.

Comment le revendeur d’occasions peut-il

se constituer un fichier de clients ?

Comme je l’ai dit, je conseille de mettre tous

les clients sur un pied d’égalité. Ainsi seulement,

ils se montreront fidèles et un fichier

pourra être constitué. L’acheteur d’une occasion

est lui aussi content que le revendeur

le contacte après l’achat pour lui demander

s’il est satisfait. Il apprécie de percevoir par

la suite l’estime de son garagiste. Les occasions

doivent être considérées comme une

deuxième marque rentable et performante.

Il faut donc s’occuper de la clientèle de ce

segment comme il se doit.

Avez-vous déjà acheté vous-même une

occasion ?

Oui, j’ai déjà acheté beaucoup d’occasions et

mes expériences ont été majoritairement positives,

même si en tant que client, je n’ai pas

toujours eu l’impression que l’on me traitait

aussi sérieusement que pour l’achat d’une

voiture neuve. Mais dans l’ensemble, j’en tire

un bilan positif. Bien avant de rejoindre l’UP-

SA, j’ai acheté une seule fois un tout-terrain

à un revendeur à la sauvette et je n’ai eu que

des ennuis par la suite. Cela m’a servi de leçon,

car j’ai ensuite acheté toutes mes autres

voitures à des garagistes. <

En quoi l’acheteur d’une voiture neuve diffère-t-il

de celui qui veut une occasion ?

L’acheteur d’une voiture neuve veut pouvoir

configurer lui-même son véhicule selon ses

désirs. Il apprécie de profiter d’une garantie

qui dure généralement plusieurs années et

Véhicules de reprise ?

Véhicules de stock ?

Vendez les rapidement et au meilleur prix

du marché.

Nous vous assistons pour une gestion des

occasions proactive.

www.carauktion.ch

+41 55 533 40 00

AUTOINSIDE | Octobre 201915


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Cours de gestion des occasions à l’UPSA Business Academy

Faire sortir de l’ombre le

marché de l’occasion

Les chiffres des immatriculations de véhicules neufs sont souvent le sujet dominant, mais les occasions ne sont pas moins

importantes, y compris sur le plan économique. Et il est possible d’apprendre à bien gérer ses occasions, par exemple à

l’aide d’un cours de l’UPSA. Sascha Rhyner

Début juin à Saint-Gall. La météo ne sait pas

ce qu’elle veut. Vêtus en conséquence, les participants

du cours UPSA de gestion des occasions

entrent dans le centre de formation de

la section Saint-Gall de l’UPSA : certains sont

en short, d’autres en imperméable. Il en va de

même pour la vente d’occasions : personne ne

sait au juste comment la gérer avec succès. C’est

justement pour cette raison que Silvio Forster,

Alex Gerner, Murat Memeti, Georgios Konyaris,

Salvatore Spitaleri et Max Schenkel se sont

rendus à Saint-Gall.

Les attentes ont été rapidement définies : « Apprendre

quelque chose et le mettre en œuvre »,

« de meilleurs chiffres de vente », « ouvrir de

nouveaux horizons », « comment convaincre les

clients » ou « les présentations ». Jürg Dällenbach

connaît les besoins des garagistes et l’immense

potentiel du marché de l’occasion. « Il

y a tous les ans plus de 800 000 changements

de propriétaires », déclare le responsable pédagogique

qui a lui-même « de l’essence dans les

veines », comme il le dit lui-même. Plus de la

moitié d’entre eux sont traités par des concessionnaires

de marques ou par des garagistes indépendants.

L’ancien concessionnaire automobile

qui a accumulé de l’expérience en Suisse

et à l’étranger fournit d’autres faits impressionnants

: « L’âge moyen des voitures circulant sur

les routes suisses est de neuf ans. » Plus les occasions

sont âgées, plus les ventes sont réalisées

de particulier à particulier.

Sur cette base, on voit vite quelles sont les occasions

les plus prisées de Suisse : VW est là aussi

en tête du classement, devant BMW, Audi

et Mercedes. En revanche, Skoda, qui a depuis

remplacé VW dans les véhicules neufs, est en léger

retrait par rapport au peloton de tête.

Lors de ses séminaires, J. Dällenbach attache

beaucoup d’importance aux échanges mutuels,

qui sont particulièrement fructueux en petits

groupes. Divers univers se confrontent en effet

dans la salle de cours : du petit garagiste

ayant quelques occasions sur son parvis, au

gros importateur qui dispose de près de 100 véhicules.

« À tout moment, les voitures doivent

être prêtes à rouler immédiatement, et il faut

un plan de charge des batteries », explique

M. Dällenbach. La présentation des véhicules

revêt elle aussi beaucoup d’importance, sur Internet

et dans la concession. Un bon revendeur

d’occasion doit laver et nettoyer régulièrement

ses voitures.

Un parvis recouvert de gravier et abritant un

camping-car est peu engageant. M. Dällenbach

prodigue aussi des conseils sur l’utilisation de

plantes vertes décoratives : « Elles ne doivent

pas être trop hautes pour que rien ne puisse

tomber sur les voitures, que ce soit des feuilles,

de la résine ou des déjections d’oiseaux. Et elles

ne doivent surtout pas entraver la vue des occasions.

» En guise de source d’inspiration, il

16

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

montre des exemples qu’il a glanés au cours de

ses missions de consultant à l’étranger.

Le formateur raconte surtout des success stories

pratiques qui se sont passées en Suisse. Il

explique ainsi qu’un garage avait ouvert son

département des occasions le dimanche. « En

conséquence, cette entreprise était en mesure

de faire le plein de contrats le lundi », ajoute-til.

Il évoque un établissement assorti d’un drivein

: « Cela attirait jusqu’à 40 % de gens en plus

sur le parvis. »

Il ne fait pas de doute qu’Internet et ses différentes

plates-formes sont devenus les principaux

instruments de marketing pour l’activité

occasions. Les clients recherchent la voiture

de leurs rêves sur Autoscout24 ou sur Car4you.

« Nous saisissons notre smartphone environ

120 fois par jour », affirme M. Dällenbach. La

présence est donc importante. Max Schenkel

indique d’autres possibilités. « J’insère encore

des annonces dans les journaux. Les personnes

plus âgées y prêtent attention », affirme

le garagiste de Winterthour. « Le jeu en vaut la

chandelle, car il suffit qu’un seul d’entre eux

devienne client. » Il fait aussi du marketing ciblé

sur WhatsApp. Jürg Dällenbach donne une

dernière astuce gratuite aux participants, qui

leur permettra de faire du marketing avec des

moyens simples : « Demandez aux clients pourquoi

ils sont venus. »

Jürg Dällenbach explique aux participants l’importance

d’une stratégie de prix dynamique.

« 30 à 40 % des occasions ont plus de 100 jours.

C’est pourquoi il faut ajuster les prix en permanence

», indique le formateur en prenant un

Jürg Dällenbach dans son élément : il élabore avec les participants le top 10 des occasions les plus demandées.

exemple concret pour montrer ce à quoi cela

pourrait ressembler. « Les nouveaux arrivages

sont appréciés : près de la moitié des occasions

partent dans les 30 premiers jours. Dans de tels

cas, une stratégie de prix dynamique n’a que

peu d’effet », confirme-t-il. La différence est toutefois

considérable pour des véhicules immobilisés

plus longtemps : « Avec une tarification

ordinaire, environ 30 % des véhicules restent immobilisés.

Avec une tarification dynamique, ce

pourcentage tombe à 10 % environ. »

Les échanges mutuels entre participants

comptent beaucoup selon J. Dällenbach. Il s’agit

d’un secret essentiel pour la réussite : « Les participants

développent leur propre réseau pendant

les cours et profitent ainsi du savoir-faire

des uns des autres. Si un confrère fait quelque

chose d’intéressant dans son entreprise, les

autres peuvent prendre exemple sur lui. » Les

participants le confirment. « Je travaille dans la

vente depuis 20 ans et il me fallait de nouveau

des idées fraîches et de nouvelles impulsions »,

explique Salvatore Spitaleri. Et Silvio Forster

d’ajouter : « C’était passionnant d’écouter les histoires

des autres. J’ai retenu certaines choses. »

Les participants ont écouté avec attention les

explications concernant la présentation sur Internet.

« Comment prendre des photos ». Murat

Memeti et Silvio Forster ont retenu des astuces

qui leur permettront de prendre de belles

Suite en page 18


MAINTENANCE AUTOMOBILE

En petits groupes, les participants établissent une liste de points importants ...

... pour une vente d’occasions performante.

photos : « Je monterai les jantes d’été pour les photos à l’avenir. », indique

Silvio. Chaque participant a également expliqué comment son entreprise

présente ses voitures d’occasion sur Internet. Certains établissements ont

même spécialement aménagé un coin photo. Jürg Dällenbach montre encore

quelques exemples de photos retouchées produisent un meilleur effet

que celles prises au pied levé devant le garage.

Il faut aussi veiller à ce que la voiture soit reproduite de manière isolée, l’arrière-plan

ne devant pas détourner l’attention. « Il est conseillé d’utiliser

un trépied », révèle M. Dällenbach. Il faut aussi montrer des équipements.

Les vidéos sont de plus en plus importantes et prisées. L’UPSA Business

Academy propose là aussi des cours correspondants. Pour J. Dällenbach,

une chose est claire : la vente d’occasions est lucrative. À condition de la

faire sortir de l’ombre. <

Séminaire UPSA Business Academy

Gestion des occasions

Le prochain cours aura lieu le 7 novembre 2019 au Centre patronal à Paudex.

Jürg Dällenbach explique la stratégie de prix dynamique.

Vidéo du dernier cours : https://youtu.be/bsB9q4QuN6k


Votre moteur

devient un athlète

infatigable

Les ingénieurs de Total ont développé l’Age Resistance Technology (ART*) pour nos

lubrifiants TOTAL QUARTZ. Cette technologie de pointe assure la performance

optimale de votre moteur, améliorant jusquà 64%** sa protection contre l’usure

mécanique même dans des conditions extrêmes de température et de pression.

Choisir TOTAL QUARTZ avec ART, c’est choisir l’huile moteur qui maintient votre

moteur plus jeune plus longtemps.

www.totalsuisse.ch

* Technologie Anti-Age **Comparé aux limites officielles de l’industrie

TOTAL (SUISSE) SA - Infoline: 0800 011 011 - rm.ch-lubs@total.com


MAINTENANCE AUTOMOBILE

L’entretien des véhicules

Un nettoyage judicieux

Bien que certains fabricants de véhicules se contentent d’un unique remplissage d’huile pour leur transmission automatique,

il est recommandé de nettoyer le système de façon régulière. Grâce à un appareil facile à utiliser, ce processus de

nettoyage peut être réalisé dans de brefs délais. Harry Pfister, auto&wissen

et à droite de l’appareil sont passés en position

1 et la vanne du régulateur de débit est

fermée. Le tuyau d’air comprimé est branché

et la pression est réglée sur 8 bar avec

la vanne de régulation, en se basant sur le

manomètre présent. Les raccords adaptateurs

sont ensuite reliés à l’appareil, l’écoulement

d’huile devant être surveillé.

Le réservoir étiqueté « Huile neuve » est rempli

d’huile neuve (fig. 1 Position 3). Il faut

verser la quantité d’ATF correspondant au

remplissage à sec du véhicule avec un supplément

de 10 à 20 % pour le système de refroidissement

de la transmission. L’excédent aide ensuite

à chasser l’ATF située au fond du carter

en mélangeant l’ancienne huile à la nouvelle.

Un repère (2) peut alors être établi sur

le niveau d’huile du réservoir. Ce repère sera

utile plus tard en guise de comparaison avec

le fluide de transmission retiré. On pourra

ainsi remarquer toute différence de volume.

Fig. 1. L’appareil de nettoyage automatique ATM-M est approuvé par Daimler, coûte 4800 francs hors TVA et peut

être commandé chez www.ashuki.ch. L’achat de l’appareil s’accompagne respectivement d’une formation d’introduction

intensive sur place ou d’un cours d’une demi-journée dans un des centres du partenaire de formation, Autef.

1 - réservoir d’huile usagée ; 2 - repère de niveau d’huile ; 3 - réservoir d’huile neuve ; 4 - régulateur de débit

Les plans d’entretien de nombreux fabricants

automobiles ne préconisent pas le remplacement

de l’huile de boîte de vitesses automatique

(ATF = Automatic Transmission Fluid).

Une maintenance préventive régulière de la

transmission automatique peut toutefois être

judicieuse. Les véhicules fréquemment utilisés

pour des trajets courts, avec un coffre ou

un pont chargé (véhicules commerciaux de

service ou de fonction, de police, etc.), ou tractant

régulièrement une remorque présentent

davantage de matières solides dans l’huile de

transmission et sont donc vulnérables aux

pannes. L’ATF devrait donc être régulièrement

remplacée (tous les 60 000 km environ). Le

remplacement intégral de l’huile de boîte de

vitesses automatique est cependant presque

impossible malgré la présence d’un bouchon

de vidange du convertisseur de couple. Dans

ce cas, la solution est d’utiliser un appareil de

nettoyage comme ceux développés par la compagnie

américaine BG Products. La compagnie

Ashuki Schweiz GmbH est le revendeur spécialisé

exclusif pour la Suisse. Urban Stöckli

en est le gérant, il est également directeur du

garage Speer SA à Ebnat-Kappel. M. Stöckli et

son team d’atelier nous ont permis d’étudier

plus en détail l’utilisation de l’appareil de nettoyage

ATM-M.

Les raccords adaptateurs sont tout d’abord

branchés au système de refroidissement de la

transmission automatique. Les adaptateurs,

livrés dans une valise de rangement pratique,

sont compatibles avec près de 95 % des véhicules

(fig. 2). Les leviers situés à gauche

On s’assure ensuite que le frein de stationnement

est bien tiré avant de démarrer

le moteur du véhicule. Ensuite, le levier

du sélecteur est amené en position « D ».

Lorsque l’adaptation est correcte, l’ATF de la

transmission coule dans le réservoir « Huile

usagée » (1) et est renvoyé dans la transmission

automatique. Le débit de retour

dans la transmission peut être ajusté à une

Fig. 2. Des adaptateurs sont disponibles pour près de

95 % des véhicules.

20

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

valeur médiane avec la vanne du régulateur

de débit (4) située à l’avant de l’appareil de

nettoyage. Avec un peu d’expérience, il est

possible de diagnostiquer une obstruction du

filtre ou du tamis en se basant sur le débit

de retour.

Le liquide de nettoyage BG « Quick Clean »

est ensuite versé dans le réservoir « Huile

usagée » (fig. 3). Cet additif dissout les dépôts

parvenus jusque dans le réservoir

« Huile usagée », où ils sont retenus par un

tamis. De cette façon, contrairement à un

remplacement d’ATF classique, il n’y a aucun

risque de « contamination croisée ». Les

propriétés nettoyantes de l’huile ATF neuve

pourraient en effet détacher d’éventuels dépôts

et obstruer le système ou les vannes.

On laisse alors le véhicule fonctionner au

ralenti avec le liquide de nettoyage pendant

environ dix minutes, en augmentant légèrement

le régime avec le sélecteur de vitesse sur

« D ». On passe ensuite les différentes vitesses

du véhicule.

Au terme du nettoyage, le régulateur de débit

est fermé et l’huile du carter de transmission

est à nouveau pompée dans le réservoir par

l’appareil. Dès que l’huile ne coule plus de manière

régulière, le moteur doit être éteint. On

peut déjà voir à ce stade la différence de couleur

(plus sombre) de l’ATF usagée par rapport

à l’huile neuve. S’il était marron clair comme

un café crème, cela pourrait indiquer un problème

d’étanchéité de l’échangeur de chaleur.

Dans ce cas peu courant, il faudrait en premier

lieu remplacer l’échangeur thermique.

Si un filtre ATF est intégré à la transmission

automatique, sa cartouche filtrante doit maintenant

être renouvelée. Le carter d’huile automatique

doit pour ce faire être démonté. Le

contenu du carter d’huile doit également être

vidé dans le réservoir « Huile usagée ». L’aimant

et le carter d’huile doivent être nettoyés

et remontés avec un nouveau joint.

Dans certaines transmissions automatiques

modernes, un tamis est installé en lieu et

place du filtre. Ce tamis ne doit pas obligatoirement

être remplacé et peut également être

nettoyé avec le « Quick Clean ». Si la transmission

ne permet plus de passer correctement

les vitesses, le tamis doit toutefois être

remplacé au préalable.

Le levier situé sur le côté gauche de l’appareil

doit être passé en position 2 et le régulateur

Fig. 3. Marcel Müller, mécatronicien automobile au garage Speer SA, verse le « Quick Clean » dans le réservoir

« Huile usagée ».

de débit légèrement ouvert. L’huile neuve est

ainsi pompée dans le carter sans aspirer d’air.

À la fin de cette opération, il faut démarrer le

moteur et passer chaque rapport. Dès lors, le

niveau du réservoir « Huile neuve » diminue

et celui du réservoir « Huile usagée » remonte.

L’huile neuve repousse l’huile usagée hors du

circuit de transmission vers l’appareil et la

renvoie dans le réservoir qui lui est dévolu.

Dès que les niveaux des deux réservoirs

sont égaux, le régulateur de débit est ajusté

de façon à ce que l’écoulement corresponde au

débit de retour de l’huile. On s’assure de cette

façon que le réservoir « Huile neuve » termine

de se vider au moment même où l’huile usagée

atteint le repère préalablement établi. Avant

que ce dernier ne soit vide, l’ATF s’écoulant

dans le réservoir « Huile usagée » doit être de

moins en moins sombre jusqu’à devenir claire.

Il s’agit de l’excédent de 10 à 20 %.

Dès que l’huile usagée atteint le repère, le levier

situé sur le côté droit de l’appareil doit

être placé en position 3. Le « circuit d’huile

usagée » est ainsi coupé et la circulation n’a

lieu plus qu’avec le réservoir « Huile neuve ».

On déverse l’additif BG « ATC Plus » dans

ce réservoir. L’additif améliore la stabilité

à l’oxydation et les propriétés de protection

anti-usure de l’ATF concernée. Un additif universel

destiné aux transmissions à variation

continue (CVT) et automatisée (DSG) est également

disponible. Ces types de transmission

peuvent aussi être nettoyés et les adaptateurs

nécessaires sont disponibles eux aussi. Le moteur

peut être arrêté après un délai d’environ

deux minutes. Le régulateur de débit est coupé

dès que le réservoir d’huile neuve est vide.

Les tuyaux reliant l’appareil au véhicule sont

finalement démontés et le niveau d’huile ATF

est contrôlé. Le bon fonctionnement de la

transmission automatique est vérifié à l’occasion

d’un essai.

Un nettoyage dure environ de 15 à 30 minutes.

Le temps nécessaire à l’éventuel remplacement

du filtre dépend du modèle du

véhicule. Lors de la restitution du véhicule,

l’huile usagée et les éventuels résidus récupérés

peuvent être montrés au client dans le

réservoir « Huile usagée ». <

Fig. 4. Le liquide de nettoyage se trouve au milieu.

Les deux récipients sur les côtés sont des additifs

pour transmission automatique : CVT et DSG.

AUTOINSIDE | Octobre 201921


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Isocyanates

Une protection corporelle

est indispensable

Des aérosols se forment lors de travaux de peinture au pistolet avec des systèmes de peinture

à base de polyuréthane. Ce produit chimique contient des isocyanates, un composé

susceptible de causer des problèmes de santé. Une étude a déterminé dans quelle mesure

les carrossiers peuvent se prémunir contre cette substance. Carla Stampfli

Si une voiture nécessite une peinture neuve,

le garagiste pulvérise une couche de peinture

de finition sur la carrosserie. Problème :

la plupart des peintures de finition, tout

comme de nombreux autres systèmes de

peinture, contiennent du polyuréthane et

des isocyanates, nocifs pour la santé. Si les

collaborateurs ne se protègent pas suffisamment,

ces substances sont absorbées par la

peau et atteignent les poumons par les voies

respiratoires. Résultat : la peau, les yeux et les

voies aériennes sont irrités. Les isocyanates

peuvent en outre déclencher des allergies, en

particulier de l’asthme.

Les inspections du travail des cantons du

Valais, de Fribourg, de Neuchâtel et du Jura

ont notamment souhaité étudier les effets de

mesures de protection dans le cas d’une exposition

à des isocyanates. En collaboration

avec l’Institut universitaire romand de santé

au travail, ils ont inspecté 31 entreprises de

carrosserie représentatives dans les quatre

cantons et publié les résultats dans le cadre

d’une étude nommée « Pulvérisation au pistolet

de vernis et peintures contenant des

isocyanates dans les carrosseries un état

des lieux dans quatre cantons suisses ».

Celle-ci conclut que le plafond de concentration

d’isocyanates est toujours dépassé dans

la cabine de peinture. Et massivement dans

de nombreux cas : 60 % des résultats des

mesures sont dix fois supérieurs au plafond

de 0,02 mg/m 3 , les valeurs les plus élevées atteignant

même 1 mg/m 3 . L’étude a révélé que

les collaborateurs qui travaillent avec un demi-masque

filtrant sont largement plus exposés

que ceux qui utilisent un masque ventilé.

L’absorption d’isocyanates par les collaborateurs

a plusieurs causes. L’absence d’une

infrastructure adaptée telle qu’un dispositif

d’aspiration au poste de nettoyage en est une

d’après l’étude. Les collaborateurs prennent

aussi des risques s’ils ne portent pas de protection

respiratoire adéquate ou si l’atelier ne

dispose pas de concepts de protection cutanée

adaptés. Enfin, les collaborateurs entrent en

contact avec la substance s’ils n’ont pas été

assez formés et se protègent donc insuffisamment.

Cela peut arriver, par exemple, s’ils retirent

la protection respiratoire juste après les

travaux de peinture et s’ils ne respectent pas

le temps d’attente, ajoute l’étude.

Les résultats ont été déterminés comme suit :

les valeurs des isocyanates ont, d’une part,

été mesurées à l’aide de l’exposition dans l’air

et, d’autre part, en analysant des échantillons

d’urine des collaborateurs. Des experts ont

par ailleurs évalué des questionnaires médicaux

remplis par les carrossiers. À ce propos,

l’étude a indiqué que 28 % des quelque 97 personnes

interrogées se plaignent de toux, de

rhinite, de picotements dans la gorge ou dans

les yeux ou encore d’irritations de la peau.

Chez 68 % des sondés, les symptômes se sont

manifestés pendant le travail.

Il n’est pas surprenant que l’étude ait été réalisée

par les inspections du travail des cantons.

Les cantons sont en effet responsables des

contrôles depuis 2015. En d’autres termes, ils vérifient

que les lois en vigueur dans le domaine

de la sécurité au travail et de la protection de

la santé dans la branche sont mises en œuvre.

La Suva continue toutefois d’être chargée de la

prévention des maladies professionnelles.

22

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Comment les garagistes et leurs collaborateurs

peuvent-ils se protéger des isocyanates nocifs

pour la santé ? C’est là qu’intervient la solution

par branche pour la sécurité au travail et la protection

de la santé de la branche automobile

et des deux-roues (SAD). La SAD constitue un

instrument complet permettant aux entreprises

de mettre en œuvre systématiquement

la sécurité au travail et la protection de la santé

(directive CFST 6508). La solution en ligne

« asa-control » représente l’outil principal : dans

la base de données, les garagistes trouvent non

seulement les documents applicables, mais ils

peuvent aussi saisir les données de l’entreprise

et rédiger des rapports d’évaluation de dangers,

des instructions et des fiches de maintenance.

Les contenus de la SAD sont régulièrement

mis à jour et complétés, y compris en

ce qui concerne la pulvérisation de peintures

à base de polyuréthane. La SAD informe en

outre régulièrement ses membres à l’aide de

newsletters consacrées à des modifications législatives

et à de nouveaux sujets importants. <

Plus d’informations sur :

www.safetyweb.ch

« S’assurer du fonctionnement irréprochable de la cabine de peinture »

M. Baumann, l’étude CFST montre que les collaborateurs

interrogés ne sont pas suffisamment au

courant des conséquences des isocyanates sur

leur santé. Que conseille la solution par branche

SAD aux entreprises en la matière ?

Karl Baumann, directeur de la solution par

branche SAD : Dans la newsletter du 3 e trimestre

2017, nous avions informé nos membres des

dangers des isocyanates pour la santé. Nous leur

avions expliqué où trouver, dans « asa-control »,

les mesures nécessaires pour protéger leur santé.

Suite à l’étude exhaustive citée, nous avons à

nouveau fourni des informations à nos membres

SAD en août 2019 dans une autre newsletter

consacrée aux mesures de protection.

Que peuvent faire les garagistes afin que leurs

peintres ne s’exposent pas aux isocyanates

nocifs pour leur santé ?

L’étude a montré que les collaborateurs entrent

en contact avec les isocyanates nocifs dans

la cabine de peinture, mais aussi en dehors de

celle-ci. Ils peuvent, par exemple, être exposés à

la substance lorsqu’ils apprêtent des pièces dans

l’atelier ou dans la salle de mélange. Je saisis

cette occasion pour évoquer quelques mesures

de protection :

• Former et instruire les collaborateurs.

• S’assurer du fonctionnement irréprochable de

la cabine de peinture.

• Porter systématiquement un EPI (préparation

et nettoyage inclus).

• Dans la mesure du possible, rechercher des

alternatives et utiliser des produits sans

isocyanates.

Quelle est la mission de la solution par branche

SAD concernant la sensibilisation à l’utilisation

de systèmes de peinture à base de polyuréthane ?

La solution par branche aide ses membres à

mettre en œuvre la directive CFST 6508 aussi

simplement que possible en parallèle de leur

activité quotidienne. Nous attirons l’attention

des entreprises sur de tels dangers et les informons

de propositions de solutions potentielles.

Nous conseillons à chaque entreprise, qu’il

s’agisse d’un garage, d’un carrossier, d’un atelier

deux roues ou d’un spécialiste du pneu, de

s’affilier à notre solution par branche SAD. Nous

mettons à leur disposition les outils nécessaires

en vue d’une mise en œuvre simple.

Karl Baumann, directeur de la solution par

branche SAD.

febiTruck

SOLUTIONS

MADE IN GERMANY

Meilleur choix, meilleure qualité : febi bilstein propose pour tous les

types de véhicules européens courants les pièces de rechange

adaptées en qualité première monte certifiée. En outre, nous avons

également dans la gamme des pièces febiPLUS, qui ne sont

généralement proposées que par l’OE.

Retrouvez l‘ensemble de la gamme :

partsfinder.bilsteingroup.com

Ferdinand Bilstein GmbH + Co. KG | Wilhelmstr. 47 | 58256 Ennepetal/Germany


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Solutions de chauffage

Une post-installation

vaut-elle la peine ?

Les chauffages autonomes amènent le véhicule à sa température de fonctionnement en hiver avant même de démarrer.

C’est non seulement agréable pour le conducteur, mais le garagiste y trouve lui aussi son compte. Bernd Jörg, Director

Retail and Service Business chez Webasto Europe, explique comment. Carla Stampfli

avec les clients existants tout comme avec de

nouveaux clients, et le taux d’utilisation de

l’atelier peut durablement augmenter.

N’importe quel garage peut-il s’occuper de

la vente, du montage et de l’entretien ?

En principe, n’importe quel garage peut

vendre des chauffages autonomes Webasto.

Seuls des établissements agréés ont toutefois

le droit de les installer et de les entretenir.

Webasto propose des kits de montage spécifiques pour la plupart des véhicules.

Bernd Jörg,

Webasto Europe.

Gratter le givre sur

le pare-brise dès

qu’il fait froid ? En

installant un chauffage

autonome

dans son véhicule,

plus besoin de le

faire ! Une solution

de chauffage permet

en effet d’amener

l’habitacle et le moteur à la température

de fonctionnement avant même de démarrer.

Les avantages sont nombreux : la phase de

démarrage à froid disparaît et le moteur s’use

moins. La sécurité routière s’en trouve améliorée

grâce à des vitres dépourvues de givre

et de buée. Enfin, la voiture chauffée évite

au conducteur de porter un manteau, si bien

que la conduite est plus agréable et plus sûre.

Par ailleurs, le chauffage autonome achemine

de l’air extérieur dans la voiture stationnée

en été et l’habitacle est ainsi refroidi. Les

chauffages autonomes ne sont pas intéressants

que pour les automobilistes. Les gara-

gistes aussi peuvent en tirer des bénéfices.

AUTOINSIDE s’est entretenu avec Bernd Jörg.

Il est Director Retail and Service Business

chez Webasto et chargé du marché européen.

M. Jörg, un chauffage autonome peut-il être

installé dans tous les véhicules ?

Bernd Jörg : Webasto propose des kits de

montage spécifiques permettant à presque

tous les véhicules d’accueillir un chauffage

autonome. Des entreprises spécialement formées

sont aussi en mesure de post-installer

un chauffage autonome sans qu’un kit spécifique

au véhicule soit nécessaire.

Comment les garagistes peuvent-ils générer

des ventes supplémentaires en installant

des chauffages autonomes Webasto ?

Plus de 60 % des propriétaires de voitures

sont disposés à acheter un chauffage autonome.

La post-installation de chauffages autonomes

Webasto permet aux garagistes de

réaliser de nouvelles recettes et des marges

attractives. L’activité peut être développée

Que doit faire un garage qui souhaite installer

des chauffages autonomes Webasto ?

Pour pouvoir installer et entretenir officiellement

des chauffages autonomes Webasto,

un garagiste doit satisfaire à certaines conditions.

Celles-ci concernent par exemple

l’équipement de l’atelier ou la participation

d’un certain nombre de collaborateurs

à des formations techniques régulières

chez Webasto.

L’entreprise qui décide de post-installer des

chauffages autonomes doit-elle investir ?

Deux personnes doivent obligatoirement

suivre une formation technique à la post-installation

auprès de Webasto et se perfectionner

tous les deux ans. La formation dure

deux jours. Seule la configuration d’un système

de diagnostic sur PC engendre des coûts

supplémentaires. <

Plus d’informations sur :

www.lorch-gruppe.com

24

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

Carrosserie et peinture

Réduction de coûts et gains de temps avec

SONAX PROFILINE

La gamme d’atelier de SONAX PROFILINE constitue la série spéciale pour un detailing professionnel pour l’utilisateur professionnel.

pd. La ligne PROFILINE développée pour les

utilisateurs est un outil prisé des professionnels

dans les garages suisses depuis des années. Elle

est demandée car elle permet de travailler efficacement,

de réduire les coûts et de gagner du

temps. La gamme désormais élargie inclut encore

plus de produits high-tech pour un travail

rapide et efficace.

Des plans d’atelier entièrement remaniés et

des vidéos d’application adaptées sont également

disponibles. L’application correcte,

expliquée clairement et simplement, garantit

une consommation de produits chimiques

aussi basse que possible. L’efficacité accrue représente

un autre avantage de taille d’une approche

selon un plan, le bon produit permettant

de résoudre le problème posé. Les plans

sont structurés simplement et réduisent aussi

bien la durée de formation que le taux d’erreur

au strict minimum pour les nouveaux collaborateurs.

Des images et des pictogrammes

intelligibles informent rapidement et sans

équivoque sur les domaines d’application, les

temps d’action, le bon ratio de mélange et les

accessoires adaptés.

ESA stocke une sélection exhaustive d’outils

de résolution de problèmes allant du detailing,

qui englobe le polissage et le lustrage, au

nettoyage. Il s’agit d’articles qui satisfont les

exigences les plus strictes. Des produits sont

également disponibles pour polir des surfaces

peintes pour une valorisation professionnelle

de véhicules. Ils ont été conçus de manière optimale

en fonction de l’état de la peinture et de

l’application et garantissent ainsi un résultat de

polissage parfait et dépourvu d’hologrammes.

Une utilisation simplifiée permettant de réduire

les coûts et de gagner du temps constitue

l’objectif principal de la série PROFI-

LINE. La capacité d’innovation technique et

l’engagement en faveur de la sécurité et du

confort de conduite de l’automobiliste font de

SONAX un véritable leader du marché depuis

des décennies. Demandez les plans d’atelier

auprès d’ESA. <

Recrutement professionnel

Vous cherchez des candidats dans le secteur automobile ?

Profitez de ce partenariat exclusif et

bénéficiez, en tant que membre de l’UPSA,

d’un soutien professionnel dans

le recrutement de personnel et de

conditions spéciales avantageuses.

Notre équipe de spécialistes se tient

à votre disposition.

Contactez-nous

058 307 27 33

agvs-upsa@manpower.ch

www.manpower.ch


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Le rêve de tout carrossier peintre

Un pistolet pour métalliser

Laquer des éléments chromés et métalliser des pièces prend normalement beaucoup de temps. Une solution pour les

carrossiers peintres s’offre à présent au plus grand nombre... mais à utiliser correctement. Jürg A. Stettler

Qu’y a-t-il de plus beau qu’une voiture brillant

au soleil, avec ses éléments chromés

parfaitement polis dans lesquels tout se

reflète ? Si tous les clients en rêvent, les carrossiers

peintres doivent suer pour obtenir ce

résultat, qu’ils utilisent la bonne vieille méthode

de la galvanisation, la vaporisation au

chrome ou la métallisation au moyen de solutions

d’argent. Il semblerait qu’Axalta Coating

Systems ait à présent trouvé une solution

pour leur faciliter la vie : une peinture chromée

à appliquer au pistolet qui promet une métallisation

parfaite. Le procédé a été inventé par

l’entreprise allemande CSM d’Obrigheim. Qu’il

s’agisse de pièces pour une voiture de sport,

une guitare électrique ou un avion, cette méthode

de peinture au pistolet offre de toutes

nouvelles possibilités et, partant, de nouveaux

champs d’activité.

Eugen Wüest utilise le nouveau procédé de peinture chromée au pistolet pour métalliser son YAK-52, un avion

d’entraînement de l’armée russe du début des années 1980.

Axalta propose aux garagistes intéressés un

set de démarrage contenant tous les principaux

composants, mais aussi une journée

de formation. L’entreprise garantit ainsi que

chaque garage puisse utiliser ce procédé spécial

de peinture sans souci. « Nous recevons

un très grand nombre d’inscriptions à notre

formation », déclare Volker Wistorf, responsable

technique d’Axalta Coating Systems

Switzerland Sàrl. « Les six premiers cours, ouverts

à cinq entreprises chacun, se sont remplis

en un éclair. »

Le procédé permet de conférer un rendu métallique

à presque toutes les surfaces (métal,

bois, verre ou plastique). Plusieurs couleurs

sont à disposition, y compris les teintes

or, bronze et cuivre. Il convient, tout d’abord,

d’appliquer une couche de base, puis de la sécher.

Celle-ci offre un support lisse et sans

défaut à la couche métallique réfléchissante.

Un flambage de toute la surface permet d’activer

et de polariser la couche de base. Le processus

de métallisation en tant que tel commence

immédiatement après l’application de

la solution d’activation. À l’aide d’un pistolet à

double composante, on vaporise une solution

de sels d’argent mélangée à une solution réductrice.

Mises en contact, ces deux matières

provoquent une réaction chimique qui donne

forme à un film métallique régulier. Après

un rinçage abondant à l’eau, le chromage est

encore recouvert de deux couches de vernis

transparent pour lui offrir une protection

meilleure et durable contre les intempéries.

Cela paraît simple et rapide, mais la méthode

tient-elle réellement ses promesses ?

AUTOINSIDE s’est renseigné auprès d’Eugen

Wüest, qui utilise le procédé. Et ce, non sur

de petites pièces, mais sur un YAK-52, avion

d’entraînement de l’armée russe datant du début

des années 1980 ! « C’est un excellent procédé,

mais il faut travailler avec une grande

précision », indique le fan d’aéronautique, titulaire

d’une licence de pilote privé et producteur

de porcelets d’engraissement à Wilihof (LU).

« Lorsqu’on applique les deux composantes,

tout est métallisé en 60 secondes. » Le point

délicat est que même la plus petite impureté

sur la couche de base se remarque. « Un cheveu

oublié a l’air d’un boa constrictor, à l’arrivée.

Et s’il reste ne serait-ce qu’un chouïa de solution

saline, on le voit aussi. »

Les grandes surfaces ou les détails qu’il s’agit

de recouvrir proprement d’un film avec des

inscriptions sont les plus difficiles à traiter.

Mais, au fait, pourquoi vouloir métalliser

toute la surface d’un avion ? L’homme de

55 ans éclate de rire : « J’adore les défis et l’originalité.

J’ai déjà passé des milliers d’heures à

remettre en état ce biplace doté d’un moteur

de neuf cylindres de 360 ch. Maintenant, je

transforme mon YAK-52 en premier avion entièrement

métallisé au monde. » Pour ce faire,

le Lucernois a construit une cabine de pulvérisation

spéciale et une installation destinée

à récupérer les 4000 litres d’eau distillée. « La

surface doit être extrêmement propre. Il faut

tout d’abord la poncer avec un papier abrasif à

360, puis monter progressivement au papier à

1500. Car, une fois que la couche métallique ultrafine

est appliquée, il est presque impossible

de l’enlever », précise Eugen Wüest. Au départ,

il prévoyait deux à trois jours pour métalliser

son avion, mais il devra probablement y

passer entre 20 et 30 jours. « La métallisation

sera superbe, avec tous ces rivets sur la carlingue

! Je partage volontiers mes expériences

avec autrui. Les personnes intéressées peuvent

me contacter. » <

Plus d’informations sur :

www.chromlack24.ch

26

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


La pièce de rechange d’origine pour les véhicules à fonction Start-Stop et les voitures

dotées d’un équipement de pointe

Sur 10 véhicules Start-Stop AGM récemment fabriqués, 8 sont équipés d’une batterie VARTA

La meilleure solution pour une rechange vraiment équivalente

www.varta-automotive.fr/agm

Le VARTA ® Partner Portal permet aux garages

de gagner un temps précieux et les assiste

pour qu’ils puissent fournir un service de batterie

efficace et précis. Inscrivez vous! Gratuit !

Ces constructeurs automobiles font confiance à VARTA ® :

Audi Bentley BMW Bugatti Chevrolet Chrysler Citroën Ferrari

Fiat Ford GMC Honda Hyundai Jaguar Kia Lamborghini

Land Rover Maserati Mercedes-Benz Nissan Opel Peugeot Porsche

Renault Seat Škoda Vauxhall Volkswagen Volvo

Tout démarre avec


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Ils ont créé le concept de carrosserie : Reto Neff (responsable de

l’expertise des véhicules chez Helvetia), Enzo Santarsiero (CEO hez

André Koch SA) et Heinz Bachmann (responsable des ventes ESA pour

la carrosserie et dirigeant de Clearcarrep).

Clearcarrep

Réparer plutôt que remplacer :

tout le monde y gagne

Clearcarrep est le nouveau concept de carrosserie d’ESA et de Betag Innovation AG. Leur collaboration a donné naissance

à la société Clearcarrep AG L’idée de « réparer plutôt que remplacer » est au cœur de ce concept. Clearcarrep bénéficie du

soutien de Helvetia Assurances et d’André Koch SA pour son réseau de réparation Helvetia. Sandro Compagno

« Clearcarrep est un outil qui vise à augmenter

l’activité des carrosseries. » C’est par

cette déclaration qu’Enzo Santarsiero, CEO

d’André Koch et hôte organisateur, a ouvert

la journée d’information Clearcarrep ce lundi

à Urdorf (ZH), à laquelle ont participé près

de 50 carrossiers de Suisse alémanique partenaires.

Réparer plutôt que remplacer, cela

s’inscrit dans l’air du temps, a estimé E. Santarsiero

: « Vous pourrez d’une part accroître

la rentabilité de votre entreprise, et d’autre

part faire un geste pour l’environnement.

Vous pourrez ainsi communiquer cette

nouveauté à votre clientèle en ayant bonne

conscience. »

Les pièces de carrosserie remplacées en Suisse

sont bien plus nombreuses que dans les autres

pays. C’est un « problème de riches », a expliqué

Reto Neff, responsable de l’expertise des

véhicules chez Helvetia. Reste que ces changements

de pièces sont peu intéressants pour

les carrossiers. « Ce sont surtout les constructeurs

qui gagnent sur les pièces de rechange.

Tandis qu’en cas de réparation, on facture

également les heures de main d’œuvre », a

assuré R. Neff pour inciter les carrossiers présents

à adhérer au concept.

Pièce maîtresse de Clearcarrep : les formations

offertes ainsi qu’un logiciel qui enregistre les

commandes de réparation et les stocke (de

manière anonyme) dans un cloud. Les cours

visent à améliorer peu à peu la qualité des réparations

pour atteindre un niveau uniforme.

En outre, la durée du cycle devrait ainsi se

réduire, ce qui augmenterait la rentabilité.

Des interfaces avec les solutions logicielles

existent déjà avec des entreprises de renom ;

d’autres sont à l’étude.

Le logiciel fourni permet aux carrossiers partenaires

d’accéder à l’ensemble des données

et aux comparatifs avec les concurrents du

réseau. Par exemple, on peut comparer les

temps de passage et les heures facturées.

28

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Heinz Bachmann, responsable des ventes

ESA pour la carrosserie et dirigeant de Clearcarrep,

a présenté aux carrossiers présents,

outre les principales caractéristiques de

Clearcarrep, une étude de l’IBIS (« International

Bodyshop Industry Symposium »), qui

s’est penchée sur les perspectives de la carrosserie

dans le monde. L’analyse conclut que la

multiplication des systèmes d’assistance à la

conduite dans les véhicules modernes, notamment

le freinage automatique d’urgence,

va réduire considérablement les dommages

de carrosserie, de l’ordre de 30 % d’ici 2030.

Dans ce contexte, on ignore si le nombre de

dommages insignifiants va continuer à augmenter

en Suisse. « Les accrochages lors de

manœuvres de parcage, notamment, sont en

hausse », a constaté l’expert d’Helvetia. La

mentalité suisse compte aussi : « Personne

n’aime rouler dans une voiture abimée. »

d’assistance ne savent pas détourner

es impacts...

À une époque de forte réduction du nombre

d’accidents, et donc de commandes pour

la branche, le concept Clearcarrep promet

de belles perspectives pour toutes les parties

prenantes : les clients bénéficient d’une réparation

de grande qualité, dans un délai court

et à un prix raisonnable. Helvetia Assurances

garantit également de meilleurs tarifs, des délais

de réparation courts et la fidélisation de

la clientèle grâce à la qualité fournie. Enfin, les

carrossiers peuvent accroître leur rentabilité

par une meilleure efficacité et la facturation

d’heures de main d’œuvre. <

Plus d’informations sur :

clearcarrep.ch

Outre la réparation des problèmes de carrosserie,

a insisté Heinz Bachmann, la

remise à neuf des vitrages est également

importante. Exécutée avec professionnalisme

et savoir-faire, la réparation des

vitres est une activité intéressante financièrement,

d’autant plus que les systèmes

Intérêt manifeste : Heinz Bachmann d’ESA en train de présenter Clearcarrep.

UPSA Garantie

avec succès depuis 2005

by Quality1 AG

UPSA Garantie

by Quality1 AG

Implantée depuis plus de dix ans sur le marché, la UPSA Garantie by Quality1 AG vous aide d‘augmenter la satisfaction et la fidélisation des clients.

Pour plus d’informations:

+41 (0)55 254 30 00 | info@quality1.ch | www.quality1.ch

© Quality1 AG, Bubikon 2/2017


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Solera-Audatex

La gestion numérique de sinistres paie

Données structurées, interfaces adaptées, prévention de ruptures de médias : la gestion de sinistres recèle un énorme

potentiel d’amélioration de l’efficacité par des outils numériques.

Actuellement quelque peu incommode, la communication

avec l’assureur peut désormais se

dérouler électroniquement. Une fois la réparation

validée, parfois en 30 à 60 secondes, la

commande peut être envoyée à l’établissement

de carrosserie et de peinture devant réaliser la

réparation, qu’il s’agisse d’un service interne ou

d’un partenaire externe. Les doubles saisies disparaissent

systématiquement. Les ruptures de

médias relèvent du passé.

« Qapter » est un ensemble professionnel d’outils de traitement de sinistres de Solera, partenaire d’Audatex.

sco/pd. En un peu plus de 50 ans, la saisie

et le calcul de sinistres sont passés du formulaire-type

analogique à l’enregistrement

intelligent et graphique de dégâts de carrosserie.

Les plateformes Internet sont des outils

courants aujourd’hui. « La prochaine étape de

l’évolution de la gestion des sinistres sera définie

par des technologies telles que la reconnaissance

de photos, la prise en compte de

données télémétriques et l’intelligence artificielle

», affirme Robert Hasler, de l’éditeur de

logiciels suisse Audatex. Celles-ci sont actuellement

au stade beta.

Le département de recherche de Solera, partenaire

d’Audatex, étudie et développe la reconnaissance

de photos à l’aide de l’intelligence

artificielle (IA). Les premiers résultats sont prometteurs,

d’après M. Hasler. « Les premiers produits

sont déjà utilisés sur des projets pilotes

productifs. La plupart des petits et moyens dégâts

sur l’enveloppe du véhicule seront calculés

automatiquement d’ici deux à trois ans selon

une approche optimiste à réaliste. La solution

Solera génère un calcul de sinistre avec des

données structurées. Au besoin, ce calcul peut

être traité davantage de manière harmonieuse

par le biais de « Qapter », l’ensemble professionnel

d’outils de traitement de sinistres. À l’heure

actuelle, Solera-Audatex propose divers procédés

d’enregistrement initial du sinistre :

Qapter Online, une application Internet pour

saisir et calculer des sinistres.

Qapter Go, une application pour tablette dont

le mode 3D permet au collaborateur chargé de

l’accueil des clients dans un garage de saisir et

d’évaluer lui-même des dégâts simples.

Qapter Sync, une application pour smartphone

qui documente photographiquement des sinistres

plus graves.

Audasmart, un weblink pour smartphone qui

permet au propriétaire du véhicule de documenter

photographiquement les dégâts sans devoir

amener son véhicule au garage.

Les solutions ont un point commun : elles

se fondent sur des données structurées qui

peuvent être échangées dans toute l’entreprise.

Les garages peuvent ainsi charger leur service

clientèle d’enregistrer et de calculer des sinistres.

En cas de sinistre plus grave, la saisie

peut être confiée à un spécialiste pour y

être finalisée avant d’être renvoyée au garage.

L’interface B2B, avec le Dealer Management System,

garantit le maintien du processus déployé.

La commande de pièces est l’une des premières

étapes du processus de réparation. Comme le

calcul du sinistre de Solera-Audatex se base

sur les données du constructeur, les pièces à

remplacer font l’objet de listes complètes dans

une large mesure. Une définition correcte des

variantes d’exécution est toutefois nécessaire.

Les relations d’affaires entre le fournisseur,

le garage et l’établissement de carrosserie et

de peinture sont sauvegardées une fois et

peuvent être invoquées à chaque commande.

R. Hasler : « Les expériences et les enregistrements

que nous avons accumulés jusqu’à présent

font état de gains de temps de 15 à 20

minutes par sinistre lors de l’utilisation de la

plateforme de commande Global InPart, aussi

bien pour le fournisseur que pour l’établissement

de carrosserie et de peinture. »

Outre l’avantage financier dû aux gains de

temps, à l’allègement de la charge de travail et

à une baisse du taux d’erreurs, la numérisation

s’accompagne aussi d’une utilité immatérielle, à

savoir la satisfaction des clients grâce à des réactions

plus rapides à leurs demandes.

Au cours des prochaines années, deux

progrès essentiels sont attendus dans le domaine

de la gestion de sinistres : des comités

internationaux (l’UE notamment) veilleront

à ce que les données collectées pendant

l’utilisation d’un véhicule puissent être utilisées

de manière bien plus large, bien que les

constructeurs s’y opposent. Et le progrès technologique,

en particulier l’IA, transformera à

nouveau la réglementation des sinistres en ce

sens que la majorité d’entre eux pourront être

calculés automatiquement. <

30

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

Tout OPTIMAL

Nouvelle marque interne d’ESA

ESA lance sa nouvelle marque, OPTIMAL. Cette marque interne se rattache au segment de prix médian et offre une

qualité exigeante à un prix compétitif. OPTIMAL est idéale pour les clients qui achètent en fonction du prix mais qui

attendent une qualité proche du haut de gamme.

pd. ESA se lance dans un premier temps

avec une gamme de produits de freinage

qui contient, en partie, des solutions techniques

très pointues. Depuis septembre

2019, les pièces de freinage OPTIMAL sont

disponibles dans les huit magasins d’ESA.

La gamme OPTIMAL sera graduellement

élargie par d’autres groupes de produits. ESA

a opté pour une marque interne afin de satisfaire

la croissance parfaitement réjouissante

qui prévaut dans le domaine des pièces de

service et d’usure.

Les réparations en fonction de l’argus ne

cessent en outre de gagner en importance.

Avec OPTIMAL, ESA étoffe son immense sélection

de catégories de prix et de marques

et propose aux copropriétaires et aux clients

une solution de plus. Outre la diversité de

produits offerte, ESA met également ses

connaissances en marketing à la disposition

des clients et cherche à leur montrer

comment réaliser de manière ciblée des

réparations en fonction de l’argus et comment

les commercialiser. Soutenus par des

activités de marketing sur mesure d’ESA,

les garagistes conseillent leurs clients en

conséquence. À l’occasion du lancement de

la nouvelle marque interne OPTIMAL, ESA

accorde une remise supplémentaire de 10 %

jusqu’à fin 2019. <

Plus d’informations sur :

www.esa.ch

esa.ch

Je veux tout.


MAINTENANCE AUTOMOBILE

KW Automotive AG

kwsuspensions.ch

> Premier fournisseur en deuxième monte d’un surbaissement continu pour la Toyota GR Supra

pd. Avec une répartition de

poids de près de 50/50, une

propulsion arrière et un moteur

turbo à six cylindres en ligne de

trois litres, la nouvelle Toyota GR

Supra (JTSC) est un successeur

digne de ce nom de la légendaire

Toyota Supra Mk4. Alors

qu’elle est tout juste disponible,

le fabricant de suspensions KW

Automotive est en mesure de

fournir une suspension à corps

fileté assortie d’un certificat.

« Malgré le centre de gravité bas

de la GR Supra, la variante 3 de

notre suspension à corps fileté

KW permet un surbaissement

continue de 15 à 35 mm sur

l’essieu avant et de 20 à

40 mm sur l’axe propulseur dans

le cadre de la certification des

pièces », déclare Peter Banz,

directeur de KW Automotive.

Avec la variante 3 de KW, la

dynamique de conduite devient

plus sportive, sans pénalités

de confort au quotidien.

La suspension KW amortit

harmonieusement les à-coups

sur chaussées ondulées et

prévient toute conduite fébrile.

Les mouvements de tangage et

de roulis de la carrosserie sont

ainsi significativement réduits.

Les amortisseurs réglables

permettent de configurer soimême

davantage la suspension

préréglée et recommandée

de la Toyota GR Supra pour le

quotidien en fonction de la sensibilité

de conduite personnelle

du conducteur.

La section droite de la soupape

de détente à basse vitesse peut

être réduite ou augmentée pour

configurer l’amortissement avec

précision. Le confort de conduite

s’améliore en ouvrant la détente.

Les mouvements de tangage et

de roulis de la carrosserie s’atténuent

considérablement et la

maniabilité gagne encore plus en

dynamisme en la fermant. « Il incombe

à la détente de maintenir

la carrosserie sur la route alors

que la compression influence

l’engagement des ressorts et

soutient le châssis », explique

Peter Banz. La variante 3 de

la suspension à corps fileté KW

est disponible pour la nouvelle

Toyota GR Supra (JTSC) à partir

de 2520 francs. <

La Toyota GR Supra surbaissée avec la variante 3 de la suspension à corps fileté KW.

Autef GmbH

autef.ch

> Prêts pour les ADAS sur le marché de l’occasion

pd. Les ADAS (Advanced Driver

Assistance Systems) sont de plus

en plus fréquents. Désormais,

même les petites citadines sont

équipées de systèmes de caméra

et de radar, alors qu’il n’y a pas

si longtemps, ceux-ci étaient

réservés au segment premium.

Le nombre d’assistants à la

conduite intégrés va continuer

d’augmenter, car à partir de 2022,

l’UE obligera les constructeurs à

équiper leurs nouveaux modèles

de différents systèmes. Ces

nouvelles technologies vont également

apparaître de plus en plus

souvent sur les retours de leasing

ou les véhicules échangés.

Pour les ateliers et les carrosseries,

la manipulation des ADAS

représente une difficulté. En cas

de réparation du pare-brise et des

pare-chocs, les systèmes d’assistance

à la conduite, autrement dit

les caméras et les radars, doivent

être de nouveau calibrés. Une

légère divergence de quelques

degrés a des répercussions importantes

sur le fonctionnement

et l’exactitude des ADAS, ce qui

altère la sécurité. Un système

fonctionnant parfaitement met

le client en confiance et accroît

le plaisir de conduire.

Un spécialiste qualifié effectue

les réparations à l’aide d’un

système de calibrage dédié.

La société Autef GmbH, centre

de cours pour la technique

automobile établi à Reiden (LU),

propose en permanence des

cours sur la manipulation des

ADAS. Des experts qualifiés

et expérimentés indiquent les

points essentiels pour garantir

le bon fonctionnement des

assistants de sécurité et donc

la satisfaction des clients.

Toutes les informations sur les

prochains cours figurent sur

autef.ch/index.php/kursangebot-sidebar/sicher

heits-undkomfortsysteme.

<

Autef propose en permanence des cours sur la manipulation des ADAS.

32

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Würth AG

wuerth-ag.ch

> Apprendre la préparation professionnelle des véhicules

pd. Les véhicules d’occasion se

vendent mieux et plus rapidement

s’ils laissent une bonne

impression, sur la carrosserie

comme dans l’habitacle. Il

est donc utile de préparer les

véhicules de manière professionnelle.

Au cours du séminaire

pour clients « préparation

professionnelle des véhicules »,

les garagistes apprendront

comment rehausser la valeur

d’un véhicule et en tirer profit.

Ce séminaire donne un aperçu

des principales techniques et

méthodes pour préparer un

véhicule avec professionnalisme.

Durant cette journée,

les participants découvriront

le déroulement ordonné des

étapes de travail ainsi que

l’utilisation appropriée des

principaux outils et du matériel

de travail. Le séminaire permet

en outre de parcourir les tâches

du métier relativement nouveau

de « préparateur de véhicules »,

et révèle la place cruciale de

ce poste pour un garage ou un

concessionnaire automobile.

Cette journée peut donc constituer

une aide précieuse pour

l’évolution professionnelle

personnelle et pour le développement

de l’entreprise. Il s’agit

d’un cours d’introduction

dispensé par des formateurs

qualifiés.

Le prochain séminaire se

déroulera le 13 novembre 2019

de 9 h 00 à 16 h 00. Le tarif du

séminaire est de 90 francs.

Toutes les informations et les

modalités d’inscription figurent

sur wuerth-ag.ch/fr/ch/loesungen_services/services/kundenseminare/kundenseminare.

Le séminaire peut également

être organisé en interne au

sein d’une entreprise, ou pour

un groupe précis dans l’un des

centres des artisans Würth. <

Au cours du séminaire « préparation professionnelle des véhicules », les participants

découvriront en une journée les principales techniques et méthodes pour préparer un

véhicule avec professionnalisme.

DESA AUTOGLASS SA

desa-autoglass.ch

> Desa Autoglass SA Le partenaire compétent des garagistes

pd. Depuis plus de 20 ans, Desa

Autoglass SA propose exclusivement

des prestations de

service dans le domaine des

vitres pour véhicules et s’est

imposée sur le marché par sa

compétence et son écoute des

clients. Grâce à ses 30 filiales et

à ses ateliers mobiles, l’engagement

pris par Desa de réaliser

des interventions rapides et

simples, partout en Suisse et

sur n’importe quels types de

véhicules, n’est pas un vain mot.

Pour le garagiste, les interventions

sur place ainsi que les

procédures efficaces, conjointement

avec la forte expérience

acquise par Desa, représentent

une simplification maximale des

opérations de traitement des

bris de vitres.

L’étalonnage des systèmes

d’assistance à la conduite fait

naturellement aussi partie de

nos compétences.

Les garagistes peuvent se

concentrer sur leurs travaux

d’atelier, et le temps ainsi gagné

leur permet d’augmenter leurs

bénéfices.

La tranquillité d’esprit est également

assurée car les prestations

de garantie très étendues

complètent à merveille l’offre

professionnelle de Desa.

Nos garagistes partenaires

nous l’affirment : confier la

réparation des vitres à un spécialiste

Desa, c’est gagner du

temps et de l’argent. <

Desa Autoglass SA exploite 30 filiales ainsi que des ateliers mobiles, et offre à ses

clients une excellente compétence professionnelle.

AUTOINSIDE | Octobre 201933


MAINTENANCE AUTOMOBILE

Tunap Group

tunap.com

> Nettoyage rapide des soupapes encrassées avec la technologie Tunap Valve Clean

pd. Un nettoyage rapide au lieu associés aux composants bio en Microflex 936. Ainsi, le

d’un démontage très fastidieux : augmentation dans le carburant nettoyage est efficace et ne

telle est la promesse de Tunap contribuent à une aggravation comporte aucun risque d’endommager

avec son nouveau système des problèmes.

le moteur.

Valve Clean visant à éliminer les

dépôts autour des soupapes.

Perte de puissance, problèmes

d’allumage, consommation

accrue de carburant et ratés au

point mort sont des symptômes

de l’encrassement des soupapes

et des conduits d’admission.

Ceux-ci apparaissent par la

combinaison du retour des gaz

d’échappement et de la ventilation

du carter ainsi qu’à cause

de l’absence d’effet de rinçage

physique du carburant dans les

moteurs à injection directe.

Des types de conduite défavorables

comme de fréquents

trajets courts ou des arrêts

et redémarrages successifs

Les codes d’erreur correspondants,

par exemple « mélange air/

carburant défectueux » ou « perte

de compression », permettent à

l’atelier professionnel d’identifier

la cause du problème.

Le système Tunap peut être

utilisé rapidement et facilement

sans devoir démonter la culasse.

Avec les granulés de nettoyage

Microflex 933, les soupapes sont

nettoyées à l’aide d’air comprimé

sans dépôt ni dégâts. En même

temps, le produit et les saletés

sont aspirés. Les éventuelles

particules résiduelles peuvent

ensuite être dissoutes sans

laisser de trace avec la solution

de neutralisation

Outre le fait que le système permet

de gagner environ 70 % de

temps, le procédé coûte au client

final jusqu’à 2000 euros de moins

que le démontage usuel requis

jusqu’ici. Ceci rerpésente un

grand avantage pour les clients

sensibles aux prix qui accordent

Le système Tunap Valve Clean.

de l’importance à une réparation

rapide. L’image du garage

en profite aussi, en évitant des

factures de réparation élevées

et inattendues. Ces granulés

n’abîment pas le matériel et ne

nuisent pas à l’environnement.

Ils sont dépourvus d’étiquettes,

c’est-à-dire qu’ils ne présentent

aucun danger pour la santé de

l’utilisateur et ne contiennent

aucun ingrédient allergène. <

Texa

texadeutschland.com

> Échanges nourris et vif intérêt au SAS de Fribourg

pd. Début septembre, le Swiss

Automotive Show a ouvert ses

portes à de nombreux visiteurs

venus de toute la Suisse. Garagistes,

carrossiers ou vitriers :

tous ont pris le chemin de la

belle ville de Fribourg.

La marque Texa est fière d’avoir

fait partie de l’événement pour

Au SAS, Texa a présenté notamment le RCCS.

la troisième fois déjà. Elle y a

une nouvelle fois présenté

de nombreux produits et a été

satisfaite du vif intérêt qu’ils

ont suscité. L’un des produits

phares a naturellement été

le RCCS, qui couvre actuellement

le plus grand nombre de

tableaux d’étalonnage sur le

marché. De nombreux visiteurs

s’y sont intéressés, et

les échanges ont été nourris.

Avec le RCCS, le vitrier ou le

garagiste peut actuellement

traiter 42 constructeurs et faire

son choix dans un pool complet

de tableaux de calibrage et

d’accessoires englobant plus de

30 positions. Le public suisse a

également pu découvrir pour la

première fois le Doppler, disponible

dès à présent, avec son

cadre adapté pour le calibrage

des radars VAG et Mazda.

Grâce à sa très grande variété

d’utilisation et à sa structure

compacte, le RCCS est la meilleure

solution pour les novices

en calibrage, mais aussi pour

les professionnels chevronnés.

Par rapport aux appareils de

ses concurrents, Texa possède

une longueur d’avance en

fabriquant des produits d’avenir,

par exemple des réflecteurs à

l’inclinaison réglable pour le

calibrage des radars.

Les appareils d’entretien des

climatisations étaient aussi à

l’honneur. Ont notamment été

présentés les modèles 705R,

707R, 712R (qui fait depuis peu

partie de la ligne Konfort),

760R et le modèle haut de

gamme 780R Bi-Gas, validé

par bon nombre de constructeurs,

au nombre desquels

Mercedes-Benz. Le SAS a une

nouvelle fois démontré que

le fabricant italien garant de

l’innovation et de la qualité

conserve à juste titre son rôle

de leader. <

34

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

Élections fédérales 2019

Les membres de l’UPSA

doivent aller aux urnes

Pierre Daniel Senn est vice-président de l’UPSA et garagiste à Neuchâtel. Il suit la politique de très près et définit les

manifestations de l’UPSA. Pour AUTOINSIDE, il parle des élections fédérales de l’automne prochain et appelle les

membres de l’UPSA à se rendre aux urnes. André Bissegger

M. Senn, en tant que membre du conseil d’administration de

l’Association suisse du commerce, vous suivez de près la politique

et définissez les manifestations de l’UPSA. Selon vous, qui sera le

vainqueur des élections fédérales de l’automne ?

Pierre Daniel Senn : Je suis membre du comité directeur de l’USAM : mais

cela ne me donne pas le don de divination ; les sondages indiquent un

recentrage politique ; il ne faut pas oublier que nous avons 26 élections

particulières et que les personnes comptent beaucoup pour les électeurs ;

il n’est pas sûr que les thèmes actuellement débattus soient si importants

cet automne ; une surprise reste possible.

Le débat sur le climat fera l’objet de vifs débats et ne se calmera

pas. De quel résultat seriez-vous donc satisfait ?

Il est important que ce débat soit fondé sur des éléments objectifs ; il faut

que le thème du climat soit traité en tant que tel et ne soit pas confondu

avec celui, tout aussi important de la pollution. Ces problèmes ont des

causes différentes et appellent des solutions différentes. Il est important

que l’augmentation de la fiscalité ne soit pas systématiquement la réponse

à tous les problèmes.

Comment les membres de l’UPSA peuvent-ils influencer l’élection ?

Comme le disait Gandi, il faut montrer

l’exemple, car l’exemple n’est pas une solution,

mais la solution. Il faut donc d’abord aller voter,

puis faire voter son entourage et ses connaissances.

Il faut exprimer ses opinions et les assumer

pour être crédible.

Outre le soutien des candidats, comment l’UPSA exerce-t-elle son

influence politique ?

Pour avoir une influence politique, il faut former une majorité : c’est

pourquoi l’UPSA doit d’abord se coordonner avec les autres acteurs de la

branche automobile, puis convaincre les autres milieux professionnels

(représentés à l’USAM), puis enfin arriver avec le soutien de l’économie au

niveau des partis politiques.

L’UPSA est une « voix de la raison » en matière de politique des

transports. La politique entend-elle encore cette voix en ces temps

de polarisation croissante ?

La raison seule ne suffit pas pour emporter la conviction politique ; comme

je l’ai dit, il faut des alliances ; plus les soutiens sont larges et moins le

débat est polarisé. Voilà notre défi. Il ne sert à rien d’avoir raison tout seul.

Selon vous, quelles tâches seront imposées au cours de la

prochaine législature tant en matière de politique des transports

que de politique commerciale ?

Les prochains thèmes politiques sont déjà connus : il y aura notamment le

débat sur le CO 2

et le débat sur la politique de concurrence (Fair-Preis-Initiative)

; personnellement je vois un retour du thème des prélèvements

obligatoires avec la réforme de l’AVS, du 2 e pilier, du congé parental, de l’assurance

maladie, de l’imposition de la famille, de la valeur locative, etc. <

Pierre Daniel Senn.

Le trafic individuel motorisé est ralenti par la

politique avec toujours de nouvelles taxes et

conditions. L’UPSA se sent-elle abandonnée

par les politiciens après tout,

l’industrie automobile est un très gros

employeur et apporte une contribution

significative à l’économie nationale ?

Chaque branche économique joue un

rôle important et complémentaire des

autres ; la politique des transports a

connu de grands succès récemment

(Gothard, fonds routier notamment)

; la taxation des moyens de

transport ne doit pas être un but en

soi, mais correspondre à une prestationde

l’État.

Les candidats

L’UPSA soutient de nombreux candidats qui souhaitent se faire élire ou

réélire au Conseil national et au Conseil des États. Tous s’engagent pour

la branche automobile et s’intéressent à la politique des transports.

Aux pages suivantes, AUTOINSIDE propose le portrait de candidats se

présentant pour la première fois à l’élection ou souhaitant passer de la

Chambre basse à la Chambre haute du Parlement.

MIDLAND.CH

AUTOINSIDE | Octobre 201935


POLITIQUE & DROIT

Élections fédérales

Proposition de vote

L’UPSA soutient les candidats suivants pour les élections fédérales du 20 octobre 2019 pour leur élection ou réélection :

ARGOVIE GRISONS TESSIN

Thierry Burkart, PLR, Conseil nat. (réel.) et Conseil des États Marin Schmid, PLR, Conseil des États (réélection) Marco Chiesa, UDC, Conseil nat. (réel.) et Conseil des États

Roland Frauchiger, PEV, Conseil nat. et Conseil des États

Benjamin Giezendanner, UDC, Conseil national

BÂLE CAMPAGNE

LUCERNE

Peter Schilliger, PLR, Conseil national (réélection)

Fabio Regazzi, UDC, Conseil national (réélection)

VAUD

John Desmeules, PLR, Conseil national

Christoph Buser, PLR, Conseil national SCHAFFHOUSE François Olivier, PLR, Conseil des États (réélection)

Daniela Schneeberger, PLR, Conseil nat. (réélection) Hannes Germann, UDC, Conseil des États (réélection) Jean-Pierre Grin, UDC, Conseil national (réélection)

Thomas Hurter, UDC, Conseil national (réélection)

BERNE

VALAIS

Thomas Knutti, UDC, Conseil national SCHWYZ Jean-Luc Addor, UDC, Conseil national (réélection)

Nadja Pieren, UDC, Conseil national (réélection)

Petra Gössi, PLR, Conseil national (réélection)

Albert Rösti, UDC, Conseil national (réélection) Heinz Theiler, PLR, Conseil national ZOUG

Christian Wasserfallen, PLR, Conseil national (réélection)

Gerhard Pfister, PDC, Conseil national (réélection)

SOLEURE

FRIBOURG Christian Imark, UDC, Conseil national (réélection) ZURICH

Jacques Bourgeois, PLR, Conseil national (réélection) Walter Wobmann, UDC, Conseil national (réélection) Hans-Ulrich Bigler, PLR, Conseil national (réélection)

Jean-Daniel Chardonnens, UDC, Conseil national

Doris Fiala, PLR, Conseil national (réélection)

Johanna Gapany, PLR, Conseil des États

Jacqueline Hofer, UDC, Conseil national

Jean-François Rime-Blanchar, UDC, Conseil national (réél.)

Christian Müller, PLR, Conseil national

Emanuel Waeber, UDC, Conseil national

René Truninger, UDC, Conseil national

Albert Vitali, PLR, Conseil national (réélection)

Jean-Daniel Chardonnens, UDC, candidat au Conseil national pour le canton Fribourg

Pour l’extension des autoroutes

jas. Le propriétaire d’un parc de véhicules,

exploitant de taxis et voyagiste Jean-Daniel

Chardonnens souhaite conquérir un siège au

Conseil national pour l’UDC du canton de Fribourg.

Le président du club économique du

Grand Conseil siège à la commission interparlementaire

du gymnase de Payerne, de la

commission consultative pour l’aménagement

du territoire et, depuis peu, à la commission

de construction de la route de contournement

de Pré-vers-Noréaz.

À Berne, le grand conseiller de 54 ans souhaite

s’engager en faveur d’un pouvoir d’achat plus

élevé pour les contribuables suisses : « Je me

bats pour les PME, un maillon essentiel de

notre économie locale, car elles représentent

plus de 95 % de nos emplois. » Et le directeur

de l’entreprise de transport bien connue Jean-

Louis Voyages fondée par son père en 1972

et de Taxi Étoile à Bulle d’ajouter : « Je me

bats pour protéger notre agriculture qui subit

la pression de la mondialisation. Je voudrais

qu’elle soit responsable en matière d’environnement

tout en étant financièrement

indépendante. »

Le politicien UDC et carrossier diplômé estime

en outre que des tronçons autoroutiers

très fréquentés devrait être élargis à six voies

et il rejette le « Road Pricing ». Et quel est son

cheval de bataille concernant la branche automobile

? « Je suis contre de nouveaux impôts

sur les carburants et en tant que patron d’une

entreprise de bus, je suis critique vis-à-vis des

prix de plus en plus bas des vols. »

Pour le conducteur d’une voiture hybride, le

rôle des bus permettant de se rendre de A à

B de manière écologique est trop souvent minimisé.

« On pourrait par exemple réfléchir à

un taux de TVA plus bas pour les voyages en

bus afin d’inciter une meilleure utilisation. »

Pendant son temps libre, le père de deux enfants

aime faire de la moto ou du ski en hiver.

Il est en outre passionné par le tir et fait partie

de l’association de tir de Fétigny (FR). <

Jean-Daniel Chardonnens.

36

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

John Desmeules, PLR, candidat au Conseil national, canton de Vaud

Un garagiste engagé

John Desmeules.

jas. Avec John Desmeules, le président du

PLR arrondissement de Morges, c’est un fin

connaisseur de la branche qui se présente

au Conseil national. L’homme de 41 ans est

le propriétaire du Garage Desmeules Sàrl à

Montricher ; il s’est toujours passionné pour

la branche automobile, dans laquelle il est

très engagé. Mécanicien d’automobiles de

formation, il est membre du comité de la

section vaudoise de l’UPSA depuis 2013. Ce

premier-lieutenant du bataillon mécanisé 18/4

est très actif dans le domaine de la formation et

estime qu’en politique, il est essentiel de savoir

écouter. « Il est important de prendre le temps,

en politique aussi, et de connaître les attentes

des concitoyens qui nous font confiance. »

Président du Conseil communal, John

Desmeules veut se faire entendre à Berne

avec deux revendications centrales : la promotion

de la formation duale et la mobilité.

« La population suisse doit pouvoir se déplacer

rapidement et en toute sécurité. Un réseau

routier sûr et durable doit être créé. » Ce

membre actif du Kiwanis Club de Cossonay

juge important de transmettre ses connais-

sances et son expérience. Il est ainsi membre

de la commission de formation de l’UPSA depuis

2013, et travaille comme expert au centre

UPSA d’Yverdon-les-Bains. John Desmeules

explique : « Mon élection au Conseil national

serait un grand pas en avant. Comme une

victoire à une course automobile, elle n’est

pas seulement due au pilote : elle ne peut se

gagner que grâce à une solide équipe. »

Pour la branche automobile, le candidat du

PLR veut se positionner clairement : « Je souhaite

m’impliquer notamment pour légiférer

sur le CO 2

. Je veux également promouvoir

les véhicules hybrides et électriques, tout en

veillant parallèlement à ce que les moteurs

à combustion et les autres types de motorisation

ne soient pas oubliés. » Pendant son

temps libre, John Desmeules aime bien skier.

Il fait en outre partie de la société de gymnastique

de Montricher, des sociétés de tir de

Morges et de Montricher ainsi que du club de

tir au pistolet de Lausanne. <

Prêt pour

le virage

numérique

de demain.

brainsnhands.ch

La numérisation est un sujet central pour bon nombre de garagistes

suisses. Chez vous aussi? Mettez toutes les chances de votre côté pour

assurer la pérennité de votre entreprise avec Stieger Software! Grâce

à des outils totalement intégrés, vous bénéficiez de processus efficacement

connectés et d‘un flux continu des données soit des conditions

optimales pour accroître méthodiquement votre productivité et offrir

une véritable plus-value à vos clients. Avec les solutions informatiques

globales de Stieger, vous préparez votre garage à relever les défis

numériques de demain.

we drive your business

Stieger Software AG ❙ Hauptstrasse 71 ❙ CH-9422 Staad ❙ +41 (0)71 858 50 80

Stieger Academy ❙ Grundstrasse 1 ❙ CH-5436 Würenlos ❙ +41 (0)56 437 68 68

www.stieger.ch ❙ info@stieger.ch


POLITIQUE & DROIT

Roland Frauchiger, PEV, candidat au Conseil national et au Conseil des États pour le canton d’Argovie

« Les PME forment le principal pilier »

Roland Frauchiger.

cst. Roland Frauchiger est maire de Thalheim

(AG) depuis 2010. Depuis 2014, il représente le

PEV Argovie au Grand Conseil. Il se porte can-

Johanna Gapany, PLR, candidate au Conseil des États pour le canton de Fribourg

« Tracer la voie pour l’avenir »

jas. Pour le compte du PLR, Johanna Gapany

défie les deux élus en fonction pour les

élections au Conseil des États du canton de

Fribourg, le président PS Christian Levrat et

Beat Vonlanthen du PDC.

À Berne, elle veut s’engager en faveur du financement

sûr des retraites et des caisses-maladies,

mais elle souhaite aussi défendre le

pouvoir d’achat des Suisses en réduisant

les taxes et les impôts. Et aussi encourager

de nouvelles technologies pour créer des

emplois. « Ces prochaines années, de grands

sujets tels que le financement des retraites,

la réforme de la santé et les infrastructures

seront en jeu au niveau du Parlement. Nous

devons dès à présent poser les bases de notre

avenir et les jeunes doivent avoir un droit de

regard », explique J. Gapany.

L’économiste d’entreprise HES de 31 ans qui

est cheffe de projets dans un hôpital privé

peut déjà se prévaloir d’une belle carrière

didat au Conseil national, comme en 2015 déjà,

et désormais aussi au Conseil des États.

L’environnement, les transports, l’aménagement

du territoire, la construction, l’énergie, les

finances et la sécurité font partie des préoccupations

principales de l’ancien membre du conseil

d’administration et CEO du groupe Amag. À

Berne, Roland Frauchiger souhaite également

s’engager en faveur des PME et d’une économie

équitable et durable : « Les PME sont les véritables

piliers de notre économie. De très nombreuses

entreprises de la branche automobile

sont des entreprises familiales qui s’occupent

avec ferveur de leurs clients et offrent des emplois

intéressants à leurs collaborateurs. J’ai moimême

travaillé dans des PME familiales. Je les

soutiens avec conviction. »

Concernant les transports, le politicien de 59

ans favorise un développement modéré et ciblé

des capacités routières tel qu’une autoroute A1

à six voies. Roland Frauchiger veut lutter contre

politique. Elle siège au Grand Conseil fribourgeois.

De 2012 à 2016, elle a été vice-présidente

des Jeunes libéraux radicaux de Suisse. En 2013,

elle a dirigé la campagne du PLR fribourgeois

pour les élections au Conseil national. J. Gapany

siège au sein de l’exécutif de Bulle, la deuxième

ville du canton. Elle est conseillère municipale

de sa ville d’origine depuis 2016 et s’occupe de

la sylviculture, des déchets, de l’élimination, des

sports et de la voirie. Dans le cadre de ses mandats

politiques, elle est membre de plusieurs

conseils d’administration et comités.

La candidate PLR se prononce pour l’encouragement

des énergies renouvelables

et s’engage en faveur du développement de

tronçons autoroutiers très fréquentés : « Ma

préoccupation majeure consiste à adapter

l’infrastructure de transport, d’énergie et de

télécommunications en fonction des besoins

de chaque région et de chaque branche pour

garantir des conditions de travail et de vie optimales.

»

les excès de réglementation tels que l’interdiction

du diesel dans les villes. Il se bat pour atteindre

des objectifs politiques dans un cadre

techniquement réalisable, citant par exemple

la baisse des émissions de CO 2

. Enfin, il est favorable

à la promotion des propulsions alternatives

et du stockage d’énergie.

Roland Frauchiger est marié et a trois enfants

adultes. L’ingénieur mécanicien diplômé a travaillé

à l’EPF en tant qu’assistant, puis dans l’entreprise

familiale Frauchiger Technik AG. Il a

ensuite rejoint Amag où il a occupé un poste

pendant plus de dix ans. Il a fondé sa propre

entreprise de services de gestion en 2008. Depuis

2010, l’entrepreneur indépendant exploite

la maison d’hôte Thalner Bär avec son épouse,

un hobby qui lui prend beaucoup de temps.

Pendant son temps libre, Roland Frauchiger

s’adonne à la randonnée et aux voyages. Il est

également fasciné par les livres, les minéraux

et les modèles réduits de trains. <

Pendant son temps libre, Johanna Gapany

aime découvrir la montagne, voyager et passer

du temps avec sa famille et ses amis. <

Johanna Gapany.

38

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

Benjamin Giezendanner, UDC, candidat au Conseil national pour le canton d’Argovie

Développer les infrastructures

Benjamin Giezendanner.

sco. La population du canton d’Argovie

ne cesse de croître. Avec plus de 650 000

habitants, il s’agit aujourd’hui du quatrième

canton le plus peuplé du pays. « Cette croissance

rapide et les besoins en mobilité accrus

pèsent sur les infrastructures de transport »,

constate Benjamin Giezendanner (37 ans). Il

sait de quoi il parle. En tant que CEO et copropriétaire

de la société Giezendanner Transport

AG, lui et ses 200 collaborateurs sont

confrontés tous les jours aux embouteillages

croissants sur les routes suisses. C’est l’une

des raisons pour lesquelles il candidate au

Conseil national pour la section argovienne

de l’UDC.

Benjamin Giezendanner souhaite une extension

des infrastructures routières, notamment

six voies pour l’A1, ainsi que l’élimination

des goulots d’étranglement dans les

agglomérations par la construction de routes

de contournement. Il ne doit pas y avoir de

guerre de tranchées entre les transports publics

et le trafic individuel motorisé, souligne

le candidat UDC, qui siège au Grand Conseil

argovien depuis ses 18 ans. « La politique de

transfert modal de la route au rail doit continuer

d’être une priorité. »

Ancien commandant de compagnie, Benjamin

Gienzendanner s’engage pour une armée

crédible et forte. Du côté de l’économie, il défend

une politique fiscale modérée pour les

familles, les classes moyennes et les PME.

Benjamin Giezendanner est marié et père

de deux enfants. Il consacre ses loisirs à sa

famille, au VTT, à la randonnée et à l’étude

de l’histoire. <

Jacqueline Hofer, UDC, candidate au Conseil national du canton de Zurich

Une spécialiste de la politique industrielle

abi. « Plus de PMU pour Zurich » : Jacqueline

Hofer de Dübendorf (ZH), candidate au Conseil

national, est une spécialiste avérée, engagée et

très expérimentée de la politique industrielle.

Cette gestionnaire de biens immobiliers indépendante

âgée de 49 ans se met avec succès au

service de l’économie locale et préside depuis

2015 l’association Frauen-KMU Zürich. Passionnée

de la Patrouille Suisse, elle s’engage au

sein de différentes associations commerciales

et industrielles ainsi qu’auprès de Femmes PME

Suisse.

Sa position est claire : « Je m’engage pour une

Suisse où la liberté et la responsabilité individuelle

sont renforcées. Ceci requiert une économie

forte, des finances solides, l’encouragement

ciblé des PME, des places d’apprentissage et des

centres de formation qualifiés, des emplois sûrs

et la sécurité dans chaque phase de la vie. »

Elle s’investit aussi en faveur d’une défense

nationale forte et crédible. En ce qui concerne

la politique des transports, elle souhaite créer

des conditions-cadres favorables à la branche

automobile qui permettent d’optimiser les

infrastructures et d’encourager la fluidité du

trafic. « Nous ne pouvons pas édicter en permanence

des nouvelles taxes et répercuter les

coûts sur la voiture », affirme-t-elle.

J. Hofer connaît la politique sous toutes ses

coutures : elle est députée au Grand Conseil

zurichois depuis 2011 et conseillère municipale

à Dübendorf depuis 2018. Auparavant,

elle était membre du Grand Conseil communal

de Dübendorf à compter de 2008 et l’a présidé

durant la législature 2015-2016. Elle a été

membre du Comité central de l’UDC Suisse,

présidente de l’UDC Femmes du canton de Zurich

et membre de la direction du parti cantonal

zurichois. En parallèle, elle s’est déjà portée

candidate à deux reprises au Conseil national

et a perdu les deux fois, à quelques voix près

seulement. Jamais deux sans trois ? Cette fois

pourrait être la bonne pour cette fan de tir

au pistolet. <

Jacqueline Hofer.

AUTOINSIDE | Octobre 201939


POLITIQUE & DROIT

Thomas Knutti, UDC, candidat au Conseil national pour le canton de Berne

Agriculteur et chauffeur professionnel

Thomas Knutti.

abi. abi. Après une défaite de justesse il y

a quatre ans, le Bernois Thomas Knutti fait

une nouvelle tentative et candidate au Conseil

national.

Le politicien chevronné bien connu originaire

de Weissenburg, qui siège depuis 2010 au

Grand Conseil du canton de Berne, est considéré

comme proche du peuple, pragmatique,

actif et dynamique : le politicien de 45 ans,

qui est également président de la commune

de Därstetten, a par exemple déposé et cosigné

plus de cent interventions au parlement

cantonal, dont notamment des motions en

faveur d’une réorganisation du transport par

poids lourds ou de la prévention de zones à

30 km/h « absurdes et entravant la circulation

sur les routes cantonales ». Il a siégé et

siège toujours au sein de divers comités et associations.

Il est par exemple membre fondateur

et président de l’association de défense

d’animaux sauvages et d’élevage vis-à-vis de

grands carnassiers dans le canton de Berne.

M. Knutti connaît personnellement les défis

de la politique des transports. Après sa formation

agricole, le politicien UDC a été chauffeur

de poids-lourd pendant quelque temps,

en Suisse et à l’étranger, avant de reprendre

l’exploitation agricole de ses parents. Il s’assied

encore régulièrement au volant d’un

camion dans le cadre de son activité accessoire

de chauffeur. Sa revendication est donc

claire : « Il faut développer le réseau routier

national pour éliminer les goulets d’étranglement

les plus graves. »

Pour le paysan de montagne, qui affirme qu’il

ne manque jamais de yogourts et de minipic

dans son frigo, l’agriculture et la politique

d’asile constituent également des sujets politiques

prioritaires. Il préconise d’expulser

fermement les demandeurs d’asile déboutés.

M. Knutti a un fils. Pendant son temps libre,

il aime skier, partir en randonnée ou jouer

au tennis. <

Heinz Theiler, PLR, candidat au Conseil national pour le canton de Schwyz

Garagiste dans l’âme

abi. Heinz Theiler est conseiller cantonal

de Schwyz depuis 2012. Il vise désormais le

Conseil national. Pour lui, une chose est claire :

« Les préoccupations concrètes sont au centre

de mon action politique. » Une politique économique

saine en fait aussi partie. « Il faudrait

plus de discernement concernant la réglementation

: quand les entrepreneurs passent plus

de temps à remplir des formulaires qu’à gérer

leur entreprise, il est temps d’agir ! »

Le politicien de 49 ans originaire de Goldau

et père de deux fils adultes sait bien où le bât

blesse pour les entreprises : le tôlier en carrosserie

diplômé est propriétaire et directeur de

Carrosserie H. Theiler GmbH à Goldau depuis

2001, et l’année prochaine, il reprendra la

présidence de l’union des arts et métiers du

canton de Schwyz dont il est actuellement le

vice-président. Vu son métier, la branche automobile

lui tient particulièrement à cœur. « Je

suis garagiste dans l’âme et je suis solidaire

des garagistes », souligne-t-il.

Une politique de formation solide et une politique

climatique raisonnable figurent aussi

parmi les priorités du vice-président du PLR

cantonal. Le passionné de musique, de randonnée

et de voile a une vision claire concernant

la politique climatique : « Dans une société

mature, ce ne sont pas les interdictions qui

comptent, mais plutôt la responsabilité individuelle

: la contribution à une politique climatique

raisonnable commence par ses propres

actes en tant que membre d’une famille, que

consommateur, que citoyen et que garagiste.

Pour son combat électoral qui le mènera peutêtre

à Berne, M. Theiler s’est livré à une activité

quelque peu spéciale : il a importé une

fourgonnette Citroën HY d’Alsace et l’a convertie

en coffee truck. À bord de son « Theiler

Express », il sillonne le canton depuis le printemps

et discute par exemple avec la population

sur les marchés hebdomadaires. <

Heinz Theiler.

40

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

René Truninger, UDC, candidat au Conseil national pour le canton de Zurich

Non à la discrimination

cst. René Truninger a été élu au Grand Conseil

du canton de Zurich en 2015 alors qu’il se présentait

pour la première fois à l’élection. En

mars de cette année, il a été confirmé dans

son mandat, enregistrant les meilleurs résultats

dans le district de Pfäffikon. Le politicien

de 52 ans, qui est également président de fraction

au grand conseil communal d’Illnau-Effretikon,

vise maintenant le Conseil national.

À Berne, le membre de l’union cantonale des

arts et métiers de Zurich souhaite notamment

s’engager sur les sujets suivants : pour une économie

de libre marché et contre une augmentation

des taxes et impôts, pour la liberté et

la responsabilité individuelle ainsi que pour

l’indépendance de la Suisse et contre l’adhésion

rampante à l’UE. René Truninger s’engage

enfin en faveur du fédéralisme et contre l’expansion

massive du secteur public.

Dans le domaine des transports, René Truninger

préconise un rapprochement entre les acteurs

publics et privés. « Les transports publics

sont importants. Pourtant, pour répondre aux

besoins croissants de mobilité de notre société,

il faut absolument accorder à la branche

automobile et au trafic individuel motorisé

l’importance qu’ils méritent », déclare-t-il. « À

mes yeux, le trafic privé est fortement désavantagé

actuellement, par exemple du fait de

la suppression de places de stationnement

de courte durée et de l’introduction de plus

en plus fréquente de zone à 30 km/h sur les

routes principales. Je souhaite lutter contre la

discrimination à l’égard de la voiture. »

René Truninger est marié et à deux filles. Le

père de famille a suivi une formation commerciale

chez l’importateur automobile Suzuki Automobiles

Suisse SA. Il est copropriétaire de

l’entreprise famille Autoverwertung Truninger

AG depuis plus de 20 ans.

dans la nature. Il se passionne aussi pour

les voyages. <

Pendant son temps libre, René Truninger aime

recharger ses batteries en faisant du sport

René Truninger.

Emanuel Waeber, UDC, candidat au Conseil national pour le canton de Fribourg

Plus d’entrepreneuriat, moins de bureaucratie

Emanuel Waeber.

sco. Emanuel Waeber est secrétaire général de

l’UDC Fribourg depuis un an. Le politicien parfaitement

bilingue de 61 ans cherche désormais

à passer du législatif du canton de Fribourg à

Berne. Au Conseil national, il souhaite se battre

contre le centralisme et le socialisme croissants.

Son crédo : « À une époque de mutations et d’incertitudes,

les valeurs et l’identité sont des vertus

importantes. »

Le programme de M. Waeber s’articule en

quatre points. Il souhaite s’engager :

• en faveur de la voie bilatérale et contre

l’accord-cadre institutionnel avec l’UE,

• en faveur d’une plus grande liberté d’entreprendre

et contre la bureaucratie,

• en faveur de finances publiques équilibrées,

d’impôts modérés et de la classe moyenne,

• et en faveur de l’harmonisation de l’âge de

la retraite pour les hommes et les femmes

dans la prévoyance vieillesse.

Sur les questions relatives aux transports, le

cousin du garagiste et membre du conseil d’administration

d’ESA, Hubert Waeber, vise l’égalité

de traitement entre trafic individuel motorisé

et transports publics subventionnés : « L’automobile

est une branche dynamique qui propose

des emplois importants et qui se montre innovante,

de la sous-traitance à la vente. Je me bats

contre de nouvelles taxes et des impôts plus

élevés et je préconise l’extension de la capacité

du réseau routier. » Le Grand Conseil du canton

de Fribourg a récemment admis un postulat de

M. Waeber visant à développer le réseau routier.

Emanuel Waeber est marié et a deux enfants

adultes. L’économiste d’entreprise peut se targuer

d’une carrière bien remplie dans le secteur

privé. Il a notamment été vice-directeur chez

EY et chez BDO AG, ainsi qu’associé dans un

cabinet de conseil spécialisé dans la sélection de

cadres et le coaching. Il était lieutenant-colonel

à l’armée.

M. Waeber est passionné de sport, que ce soit

en tant que randonneur de montagne, amateur

de sports d’hiver, président de l’association fribourgeoise

d’unihockey ou président du comité

d’organisation de la fête cantonale fribourgeoise

de lutte suisse 2019 à Heitenried. <

AUTOINSIDE | Octobre 201941


POLITIQUE & DROIT

Christian Müller, PLR Zurich, candidat au Conseil national

L’industrie a besoin de bonnes

infrastructures

Christian Müller est le propriétaire du garage Ford

Wehntal F. + Ch. Müller AG à Steinmaur (ZH).

cantonal PLR zurichois. Toutes les interventions

de ce garagiste, qui est aussi président

de la section UPSA Zurich, concernent

les transports : gestion du trafic dans l’Unterland

zurichois, trajets à vide des bus de

nuit dans le canton de Zurich, élimination

de l’engorgement de Kleinandelfingen sur

l’A4, prolongation de l’écobonus pour les véhicules

de livraison, etc.

Mécanicien d’automobiles de métier et

propriétaire du garage Ford Wehntal F. + Ch.

Müller AG à Steinmaur, il siège depuis 2015

au conseil législatif du canton de Zurich. C.

Müller souhaite à présent s’engager au niveau

fédéral. Il serait ainsi le premier garagiste à

être élu au Conseil national depuis le départ

de son collègue de parti zurichois, Markus

Hutter, en 2014.

Libéraux-Radicaux souhaitent développer rapidement,

doit répondre à la croissance continue

de la population. « La situation actuelle

sur les routes, sans cesse embouteillées, nuit à

la place économique suisse. » Sa participation

au projet de l’UPSA avec Mobility montre qu’il

est ouvert à de nouvelles formes de mobilité.

Depuis juin, une Ford Focus de son garage est

à la disposition des membres de Mobility à la

gare de Dielsdorf.

Christian Müller est marié et père de deux

enfants. Sportif, il aime faire du ski ou du

snowboard en hiver. Ses autres hobbies sont

le tennis, le VTT, la randonnée et le tir. <

sco. Il suffit de consulter le site web de

Christian Müller (54 ans) pour se rendre

compte des priorités politiques du conseiller

Politiquement parlant, C. Müller pense que

la gestion des infrastructures, et notamment

des infrastructures de transport, que les

> Quelques questions à Christian Müller

sco. Comme garagiste, Christian Müller

s’engage évidemment pour des thèmes liés

aux transports. Mais quelle est le position

du conseiller cantonal PLR zurichois sur les

autres sujets ? AUTOINSIDE l’a interviewé.

Christian Müller, que pensez-vous...

... des rapports entre la Suisse et l’UE ?

« La voie bilatérale est importante. L’absence

d’entraves techniques au commerce contribue

grandement à la prospérité de notre pays. En

fin de compte, nous en profitons tous. »

... de l’âge de la retraite ?

« Il sera indispensable de relever l’âge de

la retraite à moyen terme. Si nous voulons

assurer l’avenir de l’AVS, nous devons travailler

plus longtemps. À mon avis, il faut

relever l’âge de la retraite par paliers, en favorisant

de nouveaux modèles de travail afin

que les travailleurs âgés puissent rester actifs

plus longtemps. »

... de la politique environnementale ?

« Nous devons nous soucier de notre environnement.

Il y a lieu de protéger nos ressources,

et pas seulement de viser une réduction du

CO 2

. Je m’oppose aux taxes d’incitation, dont

le seul but est la redistribution. »

... la grève des écoliers ? « Les vacances d’été

ont montré à quel point les écoliers tiennent

aux manifestations du vendredi : personne

n’est descendu dans la rue… J’ai l’impression

que beaucoup préféraient manifester plutôt

qu’aller à l’école, et qu’ils ont en partie été instrumentalisés.

»

... aux zones 30 dans les localités : « J’y suis

favorable, à condition que cela améliore la sécurité

routière. Mais les zones 30 ne servent

à rien en termes de réduction du bruit. Il faut

pour cela des revêtements de route et des

pneus adaptés. »

… de l’immigration : « Nous avons besoin

de migrants, ne serait-ce que pour des

raisons économiques, pour la main-d’œuvre.

Mais nous devons pouvoir contrôler leur provenance.

L’accord sur la libre-circulation de

l’UE ne nous permet plus d’accueillir que des

contingents limités des États dits tiers : c’est

problématique. Il est par ailleurs important

d’intégrer les migrants. C’est pourquoi je propose

le préapprentissage d’intégration dans

mon entreprise. »

Grasshopper ou le FC Zurich ? « Grasshopper

! Et n’oublions pas l’EHC Kloten, que je

soutiens en tant que sponsor véhicule. » <

42

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

Thierry Burkart, PLR Argovie, candidat au Conseil des États

Partenaire fiable des

garagistes suisses

Depuis quatre ans, Thierry Burkart (44 ans) joue un rôle actif par ses interventions au sein de l’influente commission des

transports du Conseil national. Il s’est ainsi battu avec succès pour le devancement par la droite sur les autoroutes et

l’extension anticipée de l’A1 à six voies en Argovie. À présent, ce fin connaisseur de la politique des transports est candidat

au Conseil des États. Sandro Compagno

Thierry Burkart pense qu’il faut apporter une

réponse adéquate à l’essor de la mobilité.

« Pour ce faire, il est nécessaire d’intégrer au

débat les transports publics, le trafic individuel

et la mobilité douce, et non de les faire

jouer l’un contre l’autre. » Son engagement

en tant que vice-président du Touring Club

Suisse (TCS) et membre de la Ligue suisse

pour l’organisation rationnelle du trafic (Litra)

témoigne de son ouverture face aux différents

modes de transport. Il explique aussi le

grand nombre d’interventions lancées par T.

Burkart dans le domaine de la politique des

transports. En juin de cette année encore,

il interpellait le Conseil fédéral au sujet des

possibilités qu’il envisage pour favoriser les

pneus silencieux. Et au mois de mai, il déposait

une motion visant à mettre en place un

financement fédéral à long terme pour l’assainissement

du bruit routier. À propos de bruit :

son mode de transport préféré n’est ni la voiture,

ni un transport public, mais une Vespa

couleur menthe de 1963.

Thierry Burkart se bat pour que la Suisse

reste attractive en tant que lieu de résidence

et pôle économique. Cela passe par une politique

fiscale favorable aux familles, aux

classes moyennes et aux PME. « Elles jouent

un rôle capital pour notre économie et dynamisent

l’entrepreneuriat. » Dans ce contexte,

il est pour la réduction de la bureaucratie et

des règlementations et s’oppose à de nouvelles

charges administratives et fiscales pour

les citoyens et les entreprises.

Après quatre ans à la Chambre basse, il est

à présent candidat au Conseil des États où

il succèderait à Philipp Müller, ancien président

du PLR. Il a de bonnes chances d’y

parvenir. À Berne, Thierry Burkart poursuit

une « ligne politique droite, convaincue et

citoyenne ». Son horizon est très clairement

libéral mais, comme il le dit lui-même, « il

ne m’empêche pas de former des majorités

au-delà des lignes partisanes dans l’intérêt

de la cause. »

Le candidat est clairement contre une adhésion

de la Suisse à l’UE. « Je défends la voie bilatérale,

et je souhaite que notre pays fasse

preuve d’assurance dans toutes les négociations

avec Bruxelles. » À côté de son mandat

au Conseil national, il travaille à 40 %

comme avocat dans une étude à Baden. Il

consacre le peu de temps libre dont il dispose

à la randonnée, aux voyages et à la musique

(rock). C’est également un amateur de

lutte et de handball.

À la Journée des garagistes suisses de 2020,

Thierry Burkart participera à une table ronde

avec Jürg Röthlisberger (directeur de l’Office

fédéral des routes) et Christian Bach, chercheur

à l’Empa. Reste à savoir s’il interviendra

alors en tant que conseiller national ou

conseiller aux États. <

Moyen de transport et véritable curiosité : la

Vespa de Thierry Burkart a douze ans de plus que

le candidat argovien au Conseil des États.

(photo Kurt Reichenbach, Schweizer Illustrierte)

AUTOINSIDE | Octobre 2019 43


POLITIQUE & DROIT

Entretien avec Magdalena Martullo-Blocher, conseillère nationale et dirigeante d’EMS

« Les responsables

politiques connaissent trop

peu la technologie »

CO 2

: - 85 % Énergie : - 50 % Eau : - 40 % À la tête d’EMS-Chemie, Magdalena Martullo-Blocher s’engage depuis des années

pour une meilleure protection de l’environnement. La conseillère nationale UDC explique dans un entretien pourquoi elle

juge les interventions étatiques inutiles voire néfastes, et quels sont ses objectifs pour la prochaine législature à Berne.

Sandro Compagno

Madame Martullo, les cycles de développement

dans l’industrie sont très longs. Vous

étudiez aujourd’hui les produits qui sortiront

demain. Quels produits seront commercialisés

par EMS-Chemie en 2029 ?

Magdalena Martullo-Blocher : Nous développons

dans le monde entier, et directement

avec les constructeurs et leurs sous-traitants,

de nouvelles pièces et des solutions de systèmes.

La priorité pour nous reste le remplacement

des métaux par des plastiques performants.

Grâce à nos solutions, les constructeurs

réalisent des économies sur la production. En

outre, les pièces issues de nos plastiques spéciaux

sont bien plus légères, en moyenne, elles

ne pèsent que la moitié du poids habituel. Un

véhicule plus léger a besoin de moins de carburant

et émet donc moins de CO 2

. Notamment

en Europe, les constructeurs automobiles sont

confrontés à des objectifs de CO 2

très stricts.

Nous offrons des solutions pour cela.

Outre les véhicules diesel et à essence, des

technologies de motorisation alternatives

sont dans les starting-blocks ou déjà sur le

marché. Je pense à l’électrique, au GNC, à

l’hydrogène... La technologie qui va s’imposer

est-elle décisive pour EMS-Chemie d’un point

de vue économique ?

Nous travaillons depuis des années sur

le développement concret de motorisations

alternatives. Pour ces nouvelles technologies

également, des plastiques ultra-performants

d’EMS sont nécessaires. Nous recevons parfois

de nouvelles exigences sur nos plastiques

spéciaux. Par exemple, on nous demande maintenant

des plastiques ignifugés ou résistant

aux liquides de refroidissement. Surtout à

l’heure où les constructeurs sont si fortement

contraints de procéder à des évolutions, ils ont

La conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher souhaite continuer à défendre la branche automobile.

besoin de réduire le poids des véhicules et les

coûts. Nous pouvons les aider en cela. Face à

la concurrence féroce, ils misent aussi sur un

design attractif. Et dans ce domaine, nous offrons

du plastique robuste, avec des surfaces

élégantes pour l’habitacle.

La crise entre les États-Unis et la Chine, le

Brexit qui s’annonce, la pression à la hausse

sur le franc suisse, la situation absurde des

taux d’intérêt freinent l’économie. Comment

faites-vous face à cette conjoncture en tant

que cheffe d’entreprise ?

La branche automobile est un marqueur de

la situation économique. L’achat d’une voiture

représente un investissement important. Dès

que les gens sont dans l’incertitude quant aux

perspectives économiques, ils retardent cet

achat. C’est ce que nous constatons à l’heure

actuelle, principalement en Chine et en Europe.

La guerre commerciale inquiète tout le

monde, la conjoncture économique mondiale

recule. En outre, en Europe et notamment en

Allemagne, les pouvoirs politiques qui édictent

constamment de nouvelles règles (je pense

à l’interdiction du diesel, à la promotion de

l’électrique, aux péages, etc.) créent de l’incertitude,

tout comme la politique climatique des

Verts et de la gauche, phénomène typique du

boom économique, avec la diabolisation de la

circulation routière et les nouvelles taxes et règlementations.

Chez EMS, nous nous sommes

44

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

adaptés dès le début de l’année 2018 à un environnement

devenu plus contraignant, avec des

programmes d’efficacité à l’échelle mondiale.

EMS-Chemie investit chaque année massivement

dans la R&D. Les résultats dépendent

beaucoup de la qualification des collaborateurs.

N’avez-vous pas de mal à recruter

les profils adéquats ? Domat/Ems n’est pas

l’endroit le plus connu du monde...

Nous sommes très innovants dans le secteur

des plastiques, et donc un employeur

intéressant au plus haut niveau. Concernant

le personnel, EMS est très active dans tous

les domaines. Ainsi, nous éveillons la curiosité

des enfants pour les sciences naturelles

et la technique. Quelque 450 enfants

assistent à nos cours pendant les vacances,

et avec « Emsorama », nous gérons un centre

d’expériences ouvert au public sur notre

site de Domat/Ems. Depuis septembre, nous

nous rendons en outre dans les villages

reculés avec notre « Emsorama Mobil » et

proposons aux petits comme aux grands

de réaliser des expériences dans les salles

de sport. Tout le monde est ravi ! Avec nos

140 apprentis dans 13 métiers et 100 autres

apprentis que nous formons pour des entreprises

tierces, nous sommes la plus grosse

entreprise formatrice des Grisons. Cette

année, nous avons reçu deux prix de formation

nationaux pour notre système d’apprentissage.

Nous entretenons également

des relations étroites avec les hautes écoles

afin de former des ingénieurs. C’est grâce à

cette relève que nous pouvons autant innover

et attirer de nouveaux spécialistes.

L’industrie automobile, et dans son sillage

EMS-Chemie, se distingue plus que jamais

par une grande capacité d’innovation. Vos

polymères, par exemple, permettent d’économiser

du poids, du carburant et du CO 2

.

Honnêtement, l’industrie serait-elle aussi

innovante sans la pression permanente

du législateur ?

Oui, car le marché fonctionne et les constructeurs

font face à une forte pression concurrentielle.

Les consommateurs réclament aussi

moins de carburant pour faire des économies

sur leurs trajets. Nous avons prospéré grâce à

notre stratégie avant les directives étatiques.

Malheureusement, les responsables politiques

ne maîtrisent pas assez les sujets techniques,

les perspectives de l’innovation et les applications

concrètes. Cela devient risqué lorsqu’ils

veulent adopter des règles détaillées ou

répondre à des objectifs partiels détachés de

leur contexte. On le constate à propos des motorisations

actuelles. En réalité, les nouveaux

moteurs diesel sont les plus écologiques.

Mais à cause du scandale du diesel, dont les

pouvoirs politiques avec leurs entreprises homologuées

sont aussi en partie responsables,

on veut purement et simplement punir les moteurs

diesel. Comme les véhicules électriques

si vantés par les politiques présentent encore

de nombreuses lacunes et doivent être alimentés

en Europe généralement à l’énergie provenant

du charbon ou du nucléaire, les gens

achètent pour finir plus de véhicules à essence.

Or, cela augmente les émissions de CO 2

! Les

acquis en matière de protection de l’environnement

n’ont pas été obtenus par le législateur,

mais par les avancées technologiques des

entreprises. L’argent que les écologistes et la

gauche prennent de la poche des citoyens est

généralement placé dans des subventions inadaptées

au marché ou réaffecté. Avec 12 centimes

d’augmentation du prix de l’essence, en

plus des autres taxes, bientôt seuls les riches

pourront se permettre de conduire une voiture.

Mais que fait-on dans les régions retirées

qui ne sont pas si bien desservies par les

transports publics ? Et que fait-on du tourisme

en montagne ?

À propos du CO 2

: dans les débats actuels

sur le climat, votre parti, l’UDC, fait cavalier

seul. Avez-vous raté le coche ?

Au contraire : à la différence des Verts et de la

gauche, l’UDC mise sur le progrès et non sur le

retour en arrière. Si nous ne voulons pas renoncer

à nos modes de vie modernes, il faut

favoriser le développement de l’innovation

technologique. Mais cela ne viendra jamais de

l’État. À nous d’inventer des solutions viables !

Par exemple, chez EMS, nous consacrons

chaque année 15 millions de francs à l’environnement

et à la sécurité. Nous avons réduit nos

émissions de CO 2

de plus de 85 % : la meilleure

performance en Suisse. Depuis 2001, nous

avons diminué de 40 % notre consommation

d’eau, et même plus que divisé par deux notre

consommation énergétique grâce à des centaines

de mesures et à des chasseurs d’énergie

spécifiques. En pratique, de nombreuses mesures

sont appliquées partout en Suisse.

Suite en page 46

Ce qui nous anime

La diversité

Pièces de Bosch La qualité

et diversité sur laquelle les

garages peuvent compter.

bosch-werkstattwelt.ch

Nous émeut, ce qui vous touche.


POLITIQUE & DROIT

L’UDC et le PLR ont actuellement une très

courte majorité au Conseil national. Malgré

cela, à Berne, durant la législature maintenant

écoulée, les politiques menées n’ont

pas été très conservatrices. Qu’est-ce qui

n’a pas fonctionné ?

Une majorité fragile demande une très grande

cohésion au sein des partis. Malheureusement,

le PLR a souvent des dissidents pour

de nombreuses réglementations, par exemple

pour le quota de femmes ou les réglementations

du marché du travail. Ils sont maintenant

carrément passés du côté des Verts

et ont voté pour l’augmentation du prix de

l’essence. Concernant les déplacements privés,

on ne peut compter que sur l’UDC. Nous

sommes les seuls à défendre l’automobile et

à nous opposer fermement à l’augmentation

des prix et aux réglementations !

nant l’accord de libre-échange, nous avons bien

avancé. Avec la réforme de l’imposition des

entreprises, la Suisse restera attractive pour les

entreprises étrangères, et nous assurons des

recettes fiscales et des emplois. Nous avons pu

empêcher l’application de nombreuses règles

pour les petites et moyennes entreprises. Dans

mon canton des Grisons, nous avons fait des

progrès en matière de tourisme et nous avons

pu pérenniser les redevances sur l’eau. Notre

agriculture est préservée. Il y a donc beaucoup

de choses positives à relayer. Les défis sont cependant

considérables. Je suis prête !

Quels sont vos objectifs pour la prochaine

législature ?

Le plus important et le plus critique pour

la Suisse, c’est le contrat-cadre de l’UE, auquel

nous devons continuer de nous opposer

après les élections. Les autres partis ne visent

malheureusement que les élections et vont

promouvoir ensuite ce contrat. C’est de toute

façon ce qu’ils ont dit. L’UDC est le seul parti

qui lutte encore pour les droits populaires et

pour la démocratie. Si ce contrat-cadre entre

en vigueur, il faudra alors adopter le droit de

l’UE. Nos voix seront alors sans valeur. Ce n’est

pas bon non plus pour l’économie, car nous de-

Quel bilan personnel tirez-vous de vos

quatre années passées à Berne en tant que

conseillère nationale pour les Grisons ?

Au cours de ces quatre années, j’ai fait beaucoup

pour la Suisse et pour le canton des Grisons.

Ainsi, le contrat-cadre de l’UE qui prévoit

que la politique de transport soit transférée à

l’avenir à l’UE n’a pas (encore) été signé. Concervrons

alors adopter de nombreuses réglementations

et en absorber les coûts. L’autre enjeu

sera l’emploi. Avec les Verts et la gauche, ce

sera difficile. Nous avons donc un rôle crucial

à jouer !

Pourquoi les garagistes des Grisons devraient-ils

voter pour vous le 20 octobre ?

Parce que j’ai fait mes preuves à Berne et que je

m’engage avec hardiesse aussi pour eux. Pour

une Suisse forte, et des Grisons forts. <

Son parcours

À la surprise générale, Magdalena Martullo-

Blocher, dirigeante d’EMS, a été élue il y a

quatre ans au Conseil national avec l’UDC

Grisons. Cette brillante cheffe d’entreprise

s’engage, en tant que membre de la

commission économique influente, pour une

Suisse ouverte mais indépendante et forte,

avec moins de réglementations et une baisse

des impôts et des taxes. Elle se positionne

contre la politique climatique des Verts et de la

gauche qui prône de taxer davantage l’essence

et le pétrole, d’augmenter les taxes sur le CO 2

et de favoriser les interventions étatiques.

46

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

Caisse de pensions Mobil

La nouvelle plateforme

électronique est en ligne !

Le nouveau portail en ligne « connect » permet aux clients de la CC Mobil et de la CP Mobil de communiquer facilement

et efficacement avec leur caisse de compensation et leur caisse de pensions.

pd. L’importance de la communication électronique

ainsi que les besoins des clients dans ce

domaine ne cessent de croître. Les deux caisses

se réjouissent du remplacement de l’ancienne

solution Internet « PartenaireWeb » et sont

ravies de pouvoir mettre à la disposition des

clients « connect », une plateforme en ligne plus

complète et conviviale. Avec cette solution, le

traitement de certaines tâches administratives

devient encore plus simple et efficace.

Les avantages du nouveau portail en ligne

« connect » en bref :

Simple : l’accent est mis sur une utilisation

intuitive.

Efficace : les utilisateurs obtiennent rapidement

une vue d’ensemble. Divers messages

peuvent être saisis facilement et efficacement

en ligne.

Pratique : les informations, les réponses, ainsi

que les nouveaux documents sont rapidement

disponibles et clairement présentés.

« connect » permet une communication

presque sans papier si les clients le souhaitent.

Voyez par vous-mêmes : une vidéo explicative

est disponible sur les sites Internet akmobil.ch

et pkmobil.ch. Si vous n’avez pas

encore accès au portail en ligne ou si vous

avez encore besoin de la connexion en deux

étapes (code SMS supplémentaire), veuillez

contacter l’équipe de la CC Mobil ou de la

CP Mobil, qui se tient à votre disposition. <

Plus d’informations et vidéo explicative :

akmobil.ch | pkmobil.ch

Pour faire de bonnes affaires

Équipements de peinture d’ESA

Les cabines de peinture et les postes de préparation TRICON, dont ESA est le distributeur depuis près de 20 ans, sont

développés et construits en fonction des besoins précis des peintres. L’utilisation des installations est à la fois intuitive,

adaptée à la pratique, économique et efficace.

La commande est assurée par un écran tactile.

Chaque fonction, y compris les températures,

est gérée et surveillée individuellement par

le biais de pictogrammes multicolores. Les

consommations instantanées et les périodicités

de maintenance y sont affichées. Toute

l’installation peut être surveillée à distance en

la reliant à Internet.

Le régime des turbines est réglé électroniquement

en fonction de la phase de peinture, ce

qui garantit des économies d’énergie considérables.

Le système « Save Heat », qui commande

l’activation des turbines grâce à l’air

comprimé utilisé dans la cabine, permet de

réaliser des économies supplémentaires.

Le brûleur à gaz constitue la pièce maîtresse

d’une cabine de peinture. Seuls des brûleurs

de prémélange Premix de RIELLO sont utilisés.

L’air et le combustible sont parfaitement

mélangés dans la conduite d’aspiration. Il en

résulte une combustion efficace pour un rendement

élevé et de faibles émissions de bruit

et de gaz d’échappement. La chaleur obtenue

est en outre valorisée de

manière optimale dans un

échangeur de chaleur.

Les coûts de maintenance

modérés et le potentiel d’économies

qui en découle en

exploitation représentent

d’importants avantages des

équipements TRICON. Les

spécialistes d’ESA se feront

un plaisir de conseiller

les clients intéressés, aussi

bien pour la construction d’installations

neuves que pour des conversions. Concernant

la planification, le bureau d’architectes interne

se tient à la disposition des clients, tandis que

le service technique clientèle s’occupe du montage

et de la maintenance des équipements. <

Plus d’informations

sur : esa.ch

AUTOINSIDE | Octobre 201947


FORMATION

Colonne

La passion comme moteur

vers le succès

Dario Cologna a remporté quatre titres olympiques, il est champion du monde, a remporté la Coupe du

monde à quatre reprises et est l’un des meilleurs fondeurs de tous les temps. Le Grisonnais de

33 ans exerce la fonction d’« ambassadeur UPSA de l’efficacité et des performances exceptionnelles ».

Dans une série d’articles en quatre parties, il décrit sa recette pour se hisser au sommet et explique

comment il réussit à garder son niveau dans sa vie de sportif. Aujourd’hui : la motivation.

48

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

« Comme tout le monde, j’ai aussi des jours où je préférerais rester

dans mon lit le matin : parce que je suis encore fatigué, qu’il ne fait

pas beau ou parce que je n’ai simplement pas envie. En automne, lorsqu’il

fait déjà nuit durant ma deuxième séance d’entraînement, c’est

aussi difficile par moments. Cependant, je n’annule que rarement une

séance, car lorsque j’ai un planning, je le respecte. J’annule uniquement

si c’est absolument nécessaire. En ce qui me concerne, je dois

sortir et faire mon boulot. Parce que pour moi, le ski de fond, c’est

ça : un métier que j’exerce avec passion et qui me procure beaucoup

de plaisir. Cette passion pour le métier qu’on exerce est importante,

qu’on soit sportif de haut niveau, mécanicien en maintenance d’automobiles,

mécatronicien d’automobiles ou restaurateur de véhicules.

Jusqu’à présent, je n’ai jamais eu de difficultés à me motiver, même à

la reprise de la saison. C’est pourquoi je n’ai jamais travaillé ma motivation

avec un coach spécialisé ou lu des guides à ce sujet. C’est sans

doute dû à mon ambition : je veux montrer ce dont je suis capable et

qu’on me prenne au sérieux.

Je me motive avec des objectifs à long terme que je souhaite atteindre.

Il s’agit surtout de grands événements sportifs, précisément des courses

comme celles des Jeux Olympiques. Cela m’aide aussi à me motiver

pour des objectifs intermédiaires. Ma préparation dure sept mois, c’est

long. C’est pourquoi les objectifs intermédiaires sont importants :

d’une part, je veux me prouver à moi-même que je suis prêt, d’autre

part, je ne veux pas rester en arrière à l’entraînement. J’imagine que

pour les jeunes professionnels, la situation est semblable lorsqu’il n’y

a pas d’examens importants.

Lorsqu’il n’y a pas de grandes compétitions durant la saison, je me

focalise sur d’autres courses intéressantes qui seraient sinon plutôt

des étapes intermédiaires avant les grands événements, par exemple

la Coupe du Monde à Davos. Ma motivation, c’est la médaille d’or et

non l’événement. Gagner est la plus belle chose pour un sportif de

haut niveau et c’est toujours mon objectif. Je ne veux pas simplement

participer à une compétition. J’essaie toujours d’en tirer le maximum.

Ce n’est pourtant pas très facile, mais je sais que si j’y parviens, je suis

à la tête de la course !

Bien sûr, il y aussi des échecs. J’analyse alors ce qui s’est passé et je

regarde vers l’avant. Il faut à la rigueur quelques adaptations ponctuelles

ou de nouvelles impulsions, mais il n’est pas nécessaire de

tout remettre en question. Et il ne faut pas hésiter à demander conseil,

quel que soit le statut que l’on a dans l’équipe. Il est important pour

moi de rester flexible, tout en ne perdant pas de vue mon projet à

long terme. »

AUTOINSIDE | Octobre 201949


SPONSORED CONTENT

AutoScout24 Une tarification efficace pour les prestataires

Optimizer Pro: un juste prix grâce à l’intelligence

artificielle

AutoScout24 dispose d’une base de données de plus de 3,5 millions de véhicules. Celle-ci fournit les

dernières informations spécifiques au marché automobile. Grâce à l’Optimizer Pro, les clients d’AutoScout24

peuvent accéder à cette base de données et aligner les prix de leurs offres sur le

marché de manière optimale et flexible.

En tant que première plateforme du

marché de la vente en ligne de voitures

neuves et d’occasion, AutoScout24 ne

cesse de lancer, en étroite collaboration

avec ses clients, de nouveaux produits

et outils destinés à façonner l’avenir

numérique de la branche automobile.

Lorsque le processus de vente en ligne

est aussi simple, rapide et efficace que

possible pour le prestataire, cela représente

une véritable valeur ajoutée. La

tarification parfaite des offres constitue

un point de départ capital.

Connaître l’offre et la demande, définir

les prix en toute flexibilité

Avec l’Optimizer Pro, AutoScout24 propose

un produit qui, associé à l’intelligence

artificielle, aide les prestataires

à définir un prix optimal compte tenu

de la situation du marché et de la demande.

Grâce à l’apprentissage automatique,

AutoScout24 calcule des

valeurs indicatives pour les offres en

s’appuyant sur sa propre base de données.

Les concessionnaires peuvent

ainsi adapter leurs prix au marché de

manière flexible, simple et efficace.

AutoScout24 fournit en outre de nombreuses

informations sur l’état actuel

de la demande et des statistiques du

marché. En quelques clics, le concessionnaire

obtient une vue d’ensemble

de l’offre et de la demande, ainsi que de

tous les paramètres pertinents pour son

offre de vente, le tout récapitulé clairement

sur une page. Concrètement,

le service présente notamment la fréquence

de recherche d’un véhicule particulier,

le nombre d’alertes e-mail lancées

pour une voiture ou la fréquence à

laquelle ses propres offres et des offres

comparables sont consultées. Si un

prix diverge des prix moyens d’offres

comparables, AutoScout24 en informe

activement le prestataire.

L’Optimizer antérieur étoffé

Cela fait bien longtemps qu’AutoScout24

offre à ses clients une vue d’ensemble

du marché. L’Optimizer existant permettait

déjà de déterminer rapidement

les prix de vente actuels et de comparer

des offres. Avec l’Optimizer Pro,

AutoScout24 propose désormais à ses

prestataires un véritable plus qui devrait

générer des effets positifs dans la pratique

quotidienne de la tarification grâce

à l’intelligence artificielle et à des données

pertinentes sur l’offre et la demande.

Listes personnalisables de véhicules comparables

Données concernant les véhicules comparables

Notification en cas de divergences de prix

Informations sur l’offre et la demande basées sur des données

Valeurs indicatives pour une tarification précise

50

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

Prix indicatif

AUTOINSIDE | Octobre 201951


FORMATION

WorldSkills

L’aventure inouïe de Damian

Schmid à Kazan

Il s’en est fallu de peu pour que Damian Schmid, 20 ans, remporte une médaille aux WorldSkills. Mais le mécatronicien

d’automobiles du Toggenburg revient tout de même de Russie plus riche qu’avant, car il y a fait le plein d’impressions,

d’expériences et d’amitié. André Bissegger

52

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

Peu avant la dernière épreuve, Damian Schmid

avait « un bon sentiment », comme il l’a révélé

dans un entretien. Un sentiment mitigé toutefois

par une certaine tristesse à l’idée qu’il ne

participerait plus jamais à une telle compétition.

Après l’annonce du classement, le jeune

homme a par conséquent accusé « une légère

déception » : « Je m’étais très bien préparé et

je m’attendais à gagner une médaille. C’est

dommage que je n’y sois pas parvenu. » Cette

déception n’a pas disparu, même après son retour

de Kazan : « Je ne suis pas entièrement

satisfait, même si ma performance et mon

classement ont été bons, dit-il. Je reste un peu

déçu. Flavio et moi nous attendions à un meilleur

résultat. » Damian Schmid s’est en effet

préparé au concours avec Flavio Helfenstein,

garagiste à Hildisrieden (LU) et médaillé d’or

aux WorldSkills de 2011. Il y a mis toute son

énergie.

Pour se hisser sur la troisième marche du

podium, il ne manquait que sept points au

candidat, qui en a comptabilisé 746 au total.

Arrivé cinquième, il a tout de même remporté

un diplôme. Olivier Maeder, responsable de

la formation à l’UPSA, qui était venu apporter

son soutien au mécatronicien d’automobiles

VU à Kazan, est heureux de son résultat : « Damian

a réalisé une superbe performance. En

fin de compte, il a talonné de près les candidats

asiatiques, qui sont très forts. Cela prouve

que notre formation professionnelle est tout à

fait à la hauteur au plan mondial. »

Notons que le jeune mécatronicien d’automobiles

travaille d’ordinaire sur des véhicules utilitaires,

et non sur des voitures de tourisme

comme à Kazan. « Cela ne m’a pas désavantagé,

affirme pourtant l’intéressé. Je m’étais bien

préparé sur les voitures de tourisme. » Il n’a

pas non plus « loupé » d’épreuves, comme il

dit. « Je n’ai tout simplement pas réussi à atteindre

le maximum partout. »

La nervosité a joué un rôle, mais aussi le

spectacle offert par ses concurrents. Damian

Schmid, originaire de Nesslau (SG), faisait

partie d’un groupe comportant des candidats

indiens et chinois. Pendant les quatre journées

de compétition, tous les candidats effectuaient

les mêmes épreuves en même temps.

« Bien sûr, on se concentre sur soi-même,

mais cela n’empêche pas de voir ce que font

les autres et où ils en sont. »

Les épreuves que le jeune homme a trouvées

les plus difficiles ont été les « postes électriques

», néanmoins c’est aussi celles qu’il a

préférées. « En fait, ce que j’ai trouvé le plus

dur, c’est la technique du moteur, car on avait

très peu de temps pour réaliser l’épreuve. »

En tout, Damian Schmid a dû passer par huit

postes, du contrôle du châssis aux pannes du

véhicule en passant par le freinage.

Le Suisse a passé 14 jours en Russie, et s’y est

senti très bien accueilli. « Le pays s’est vraiment

présenté sous son meilleur jour. » La délégation

helvète, qui comptait 41 participants,

42 experts et trois chefs d’équipe, a eu l’occasion

de découvrir la région et ses habitants.

Conduite par un guide, elle s’est par exemple

rendue dans un village tatar et a visité un hippodrome

historique. « Je m’étais imaginé la

Russie tout à fait autrement, et j’ai été surpris

en bien. »

Damian Schmid est par conséquent rentré

chez lui avec plein d’impressions positives et

de bons souvenirs. Il évoque le défilé dans le

stade devant plus de 40 000 spectateurs, la

cérémonie d’ouverture en grande pompe ou

encore le soutien infaillible qu’il a reçu de sa

famille, de ses amis et de ses supporters pen-

Suite en page 54

Damian Schmid (en bas à g.) a vécu une cérémonie d’ouverture en grande pompe à Kazan. Plus de 40 000 spectateurs ont assisté à la cérémonie dans le stade.

AUTOINSIDE | Octobre 201953


FORMATION

dant le concours. « C’était très important pour

moi, et cela m’a rempli de fierté. »

Mais l’équipe formée par les candidats est sans

doute ce qui l’a le plus marqué : « C’était inouï.

L’ambiance était extraordinaire, et nous avons

beaucoup ri. » Les rencontres régulières qui

ont eu lieu avant le départ ont permis de renforcer

les liens entre les membres de l’équipe,

qui se sont soutenus mutuellement tout en se

réjouissant des succès remportés. « Je me suis

fait beacoup de nouveaux amis. Et je reverrai

régulièrement certain d’entre eux. » De manière

générale, les participants seront amenés

à se recroiser, peut-être en qualité d’experts

lors des SwissSkills, qui sait ?

Pour l’instant, il s’agit pour Damian Schmid

de se replonger dans son travail quotidien

sur les véhicules utilitaires. « J’ai beaucoup

appris pendant l’entraînement et pendant

le concours, et je vais intégrer ces nouvelles

choses à mon travail, assure-t-il. Je suis curieux

de voir comment celui-ci évoluera. »

Dans un futur proche, le jeune homme a prévu

de faire son école de recrues avant de commencer

des études en technique automobile

à Bienne. <

SwissSkills 2020 : s’inscrire maintenant !

Tu as toi aussi envie de montrer de quoi tu es

capable et de te mesurer à tes collègues de toute

la Suisse, et peut-être plus tard du monde entier ?

Dans ce cas, inscris-toi aux SwissSkills, les championnats

suisses des métiers, qui se dérouleront

du 9 au 13 septembre 2020 au parc d’exposition

Bernexpo. Un millier de jeunes professionnels des

métiers les plus divers s’y affronteront pour décrocher

le titre de champion suisse. En tant que mécatronicien(ne)

d’automobiles né(e) en 1999 ou après,

tu peux y participer si tu as passé la procédure

de qualification (examen de fin d’apprentissage)

durant l’été 2020 au plus tard et que tu as obtenu

la note d’au moins 4,8 dans les connaissances

professionnelles et les travaux pratiques. Tu peux

t’inscrire dès à présent sur la liste des personnes

intéressées pour les épreuves préliminaires des

SwissSkills 2020.

www.agvs-upsa.ch/fr/epreuves-preliminairespour-les-swissskills-2020-liste-des-personnesinteressees-parmi-les-jeunes

Damian Schmid en compagnie de Flavio Helfenstein (au milieu). Parallèlement à la compétition, les candidats ont pu découvrir le pays.

54

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


www.andrekoch.ch

www.standox.ch

André Koch SA

8902 Urdorf-Zürich

Tel. 044 735 57 11

DES ÉCONOMIES

D’ÉNERGIE XTREME.

LE SYSTÈME XTREME: UN SÉCHAGE ÉCONOMIQUE À 40°C OU 20°C.

Avec le système Xtreme, vous pouvez sécher l‘ensemble de la peinture appliquée

à 40°C ou même à 20°C. Cela vous permettra d‘économiser jusqu‘à 70% des

coûts d‘énergie. Le nouveau Apprêt Mouillésur-Mouillé VOC-Xtreme U7650 est

prêt à être recouvert d‘une couche de base après seulement 5 minutes de temps

de séchage. Après application de le vernis VOC-Xtreme K9580, le véhicule peut

quitter la cabine après seulement 15 minutes à 40°C la cabine est donc libérée

pour la prochaine mission. Le temps total de traitement est de 75 minutes sans

séchage forcé il n’y a pas plus économique !

NEU!

An Axalta Coating Systems Brand


FORMATION

Enquête « Diplômés 2019 »

Faire de sa passion son métier

L’enquête « Diplômés 2019 » le montre : nombreux sont ceux qui ont fait de leur passion pour les voitures et les moteurs

leur métier. Pour les garages, le stage de préapprentissage reste le principal instrument leur permettant de trouver des

jeunes adaptés. De leur côté, les diplômés se plaignent de la pression et du stress.

lh/abi. En mai de chaque année, peu avant les

examens de fin d’apprentissage, l’UPSA interroge

les diplômés à propos de leurs études

et de leur avenir professionnel. Cette année,

1354 personnes ont répondu aux questions,

dont 74 femmes. Les mécanicien(ne)s en

maintenance d’automobiles représentent près

de la moitié des sondés.

En voici les conclusions essentielles :

• Concernant la méthode de candidature

préférée des diplômés, 57,4 % d’entre

eux citent Internet, devant les réseaux

sociaux (42,3 %) et les salons professionnels

(37,8 %). Les jeunes utilisent surtout

orientation.ch et myOrientation. Les sites

Internet des sections et metiersauto.ch

jouent aussi leur rôle. (Illustration 1)

Où préférez-vous chercher des informations sur la formation professionnelle ?

Illustration 1

Salons professionnels

Radio

Télévision

Cinéma

Réseaux sociaux

Internet

• Comme l’an passé, le stage constitue

pour les jeunes à la recherche d’un

apprentissage la principale base de décision

pour choisir ou pour rejeter un

métier. Près des trois quarts des sondés

indiquent que le stage influe particulièrement

sur le choix de leur métier. Les

discussions avec les parents (22,7 %) et

avec des amis (17,6 %) revêtent également

de l’importance. Nombreux

étaient les diplômés qui étaient déjà

fascinés par les voitures pendant leur

enfance et qui rêvaient d’un métier

dans l’automobile. (Illustration 2)

• Lorsqu’il a fallu choisir l’entreprise

formatrice, l’ambiance dans l’entreprise

et le climat d’apprentissage, mais aussi la

distance avec le domicile étaient déterminants.

La possibilité d’une maturité

professionnelle et la marque furent des

critères secondaires.

Journaux, magazines

Affiches

Courrier de candidature, dépliants

Autres

Quelles personnes ou quels éléments ont influencé votre choix professionnel ?

Illustration 2

Stage de préapprentissage

Salon professionnel

Test d’aptitude/test d’intérêt/test de choix du métier

Discussions avec les parents

Discussions avec d’autres membres de la famille

Discussions avec des amis

Discussions avec des conseillers d’orientation ou d’autres spécialistes

Discussions avec des enseignants, préparation au métier

Visite du CIP (sans entretien de conseil)

Plates-formes d’information sur Internet

Autres

56

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

• Le profil professionnel envisagé correspondait

à la réalité pour de nombreuses

personnes interrogées. Sur

751 participants, 44,2 % ont toutefois

indiqué que la pression et le stress

sont trop intenses. 39 % se sont plaint

du manque de variété. Plus de la

moitié a considéré que les objectifs

pédagogiques à l’école professionnelle

et dans les CI étaient exigeants, le

volume de matières étant toutefois

perçu comme adéquat. Le tableau ne

peut cependant pas être si noir, car

82 % des sondés recommandent la

formation à d’autres. (Illustration 3)

• Plus d’un tiers des sondés souhaitent

suivre une formation continue ou

complémentaire juste après leur

formation initiale. Les formations

complémentaires de mécatronicien

d’automobiles (26,4 %) ou de mécanicienne

en maintenance d’automobiles

(14,6 %) sont particulièrement prisées.

Il est aussi réjouissant que 33,7 % des

personnes interrogées puissent rester

dans leur entreprise formatrice et

que 8,2 % aient pu trouver un nouvel

emploi dans leur métier. Un cinquième

envisage toutefois de basculer dans

une autre branche. (Illustration 4). <

Comment se présente votre avenir professionnel ?

Illustration 4

D’abord le service militaire

Formation continue/complémentaire

Je reste dans l’entreprise formatrice

J’ai un nouvel emploi dans le métier que j’ai appris

Je cherche un emploi

Je passe dans une autre branche

Pourquoi le profil professionnel envisagé à l’époque ne correspond-il pas à la réalité ?

Illustration 3

Trop peu de variété

Pression et stress trop intenses

Trop exigeant

Trop peu exigeant

Trop difficile physiquement

Autres

Questions à Olivier Maeder, responsable de la formation de l’UPSA

« Apprendre à gérer le stress »

Olivier Maeder, que pense l’UPSA des

résultats de l’enquête ?

Olivier Maeder : Les résultats sont comparables

à ceux de l’année dernière. Je suis ravi que de

nombreux diplômés s’intéressent à l’une de

nos formations continues. On constate aussi

que la popularité des formations complémentaires

de mécanicien en maintenance d’automobiles

et de mécatronicien d’automobiles

s’accroît grâce à la perméabilité du système.

Il est frappant que des sujets tels que la pression

et le stress et le manque de variété soient

souvent cités.

Que conseille l’UPSA en la matière ?

La pression et le stress font partie de la vie

professionnelle de nos jours. Il est donc logique

que les jeunes en fassent l’expérience

pendant leur formation initiale et qu’ils apprennent

à les gérer. Il serait utile que les

formateurs abordent la question avec les

élèves et qu’ils les informent aussi de l’importance

de l’activité saisonnière et de la

saison des pneus.

Est-ce que cela suffira ?

Il faudrait prêter plus d’attention à la question

de la variété. La variété devrait toutefois être

assurée par les divers objectifs de formation

prescrits dans le plan de formation et dans le

programme de formation. La nouvelle thématique

dans le module didactique d’une journée

« Gérer de jeunes adultes et dénouer les

tensions » est également recommandée dans

ce contexte.

Le stage de préapprentissage est très

important. Il influence les jeunes en fin de

scolarité dans le choix de leur métier,

mais aussi dans la sélection de leur

entreprise formatrice. Que conseille

l’UPSA aux garagistes ?

Pour les écoliers, l’ambiance dans l’entreprise

et le climat pédagogique sont des

points importants pour le choix de l’entreprise

formatrice. Les entreprises doivent en

être conscientes. Nous conseillons à toutes

les entreprises d’utiliser notre journal de

stage. Il est d’ailleurs désormais disponible

au format électronique. Il permet de garantir

que les apprentis connaîtront un stage varié

et de documenter les travaux. La variété du

stage permet en outre à l’entreprise de bien

évaluer le jeune. Nous proposons aussi aux

formateurs le module didactique d’une journée

« Sélectionner les apprentis ». <

AUTOINSIDE | Octobre 201957


FORMATION

Travaux dangereux

« Sway » offre de la clarté

Les apprentis peuvent désormais effectuer des travaux dangereux au cours de leur formation initiale dès l’âge de 15 ans.

Les entreprises formatrices doivent cependant respecter certaines règles. Grâce à la nouvelle notice d’utilisation électronique,

les garagistes accèdent facilement et rapidement à l’ensemble des informations et documents importants. Carla Stampfli

C’est top : la notice d’utilisation électronique « Sway » guide les entreprises au fil des mesures de sécurité au travail et de protection de la santé.

Imaginons que de jeunes apprentis portent de

lourdes charges, travaillent dans des locaux de

chimie et réparent des batteries de démarrage :

lorsqu’une entreprise formatrice demande à

des apprentis de 15 ans de réaliser des travaux

dangereux, elle doit respecter certaines mesures

de sécurité au travail et de protection de

la santé. Ces mesures sont détaillées dans l’annexe

2 des plans de formation et concernent

les métiers de la technique automobile : mécatronicien(ne)

d’automobiles, mécanicien(ne)

en maintenance d’automobiles, assistant(e) en

maintenance d’automobiles.

Pour éviter que les garagistes ne croulent sous

une montagne de documents et finissent par

s’y perdre, l’application « Sway - sécurité au

travail » a été créée, sous forme de notice d’utilisation

électronique.

Voici comment fonctionne « Sway - sécurité

au travail » : la notice d’utilisation électronique

guide le garagiste pas à pas à travers l’annexe

2. Des explications sont d’abord données

sur les travaux dangereux susceptibles

de se présenter dans un atelier de réparation

automobile pendant la formation initiale. Les

activités concernées par les travaux dangereux

sont ensuite détaillées, et les risques sont décrits.

Enfin, les mesures d’accompagnement

relatives aux thèmes de la prévention pour la

formation et l’apprentissage sont répertoriées.

Il est expliqué comment les mettre en œuvre

et à quelle fréquence elles doivent être contrôlées

par le personnel de l’entreprise.

Exemple d’interprétation de travaux dangereux

recensés par « Sway - sécurité au

travail » : lever, porter et déplacer manuellement

de lourdes charges, ou travaux à genoux

ou en position accroupie, ou encore

travaux à hauteur d’épaule ou au-dessus. La

notice d’utilisation électronique se termine

par la liste des fiches techniques de la Suva

(Caisse nationale suisse d’assurance en cas

d’accident) et de la Commission fédérale

de coordination pour la sécurité au travail

(CFST).

58

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

Il y a peu de temps encore, seuls les jeunes

de plus de 16 ans étaient autorisés à exécuter

des travaux dangereux pendant leur formation

professionnelle. Avant 16 ans, l’entreprise

devait demander une dérogation. Que faut-il

entendre par « travaux dangereux » ? Il s’agit

de travaux qui, de par leur nature ou les conditions

dans lesquelles ils sont effectués, sont

susceptibles de porter atteinte à la santé, à la

sécurité ou au développement physique et psychique

des jeunes.

La nouvelle Ordonnance sur la protection

des jeunes travailleurs, entrée en vigueur le

1 er aout 2014, a abaissé à 15 ans l’âge minimal

pour exécuter des travaux dangereux.

Les mesures d’accompagnement des plans de

formation des métiers de la technique automobile

(mécatronicien(ne) d’automobiles, mécanicien(ne)

en maintenance d’automobiles,

assistant(e) en maintenance d’automobiles)

s’appliquent depuis le 1 er mai 2017. En informant

scrupuleusement les apprentis, les

mesures visent à augmenter sensiblement la

sécurité au travail. Concernant les formations

initiales non techniques de la branche automobile,

par exemple employé(e) de commerce

CFC, spécialiste du commerce de détail CFC

ou assistant(e) du commerce de détail AFP,

aucune tâche dangereuse n’a été définie. Par

conséquent, les ordonnances et autorisations

de formation pour ces métiers n’ont pas fait

l’objet de modifications.

La notice d’utilisation électronique « Sway -

sécurité au travail » relative à l’annexe 2 est

disponible sur www.metiersauto.ch, rubrique

Formation professionnelle, métiers de la technique

automobile, mécatronicien(ne) d’automobiles,

mécanicien(ne) en maintenance

d’automobiles, assistant(e) en maintenance

d’automobiles. Elle est également disponible

sous la rubrique « Pour les formateurs ». <

Protection des jeunes travailleurs : « Sway », pour s’y retrouver

plus facilement

Thomas Jäggi, chef de projet pour la formation

initiale et la formation professionnelle supérieure

à l’UPSA, explique les avantages de la notice

d’utilisation électronique relative à l’annexe 2 des

plans de formation.

Thomas Jäggi, comment est née l’idée d’une

notice d’utilisation électronique pour l’annexe 2 ?

L’idée m’est venue un soir à la maison, alors que

je déballais mon nouvel ordinateur portable et

après avoir testé les nombreuses applications

de la palette Office 365. La prise en main facile

de « Sway » m’a immédiatement enchanté. À ce

moment-là, je m’occupais justement de peaufiner

l’annexe 2, que j’ai donc utilisée tout d’abord

comme environnement d’essai. C’est alors que j’ai

eu l’idée d’une notice d’utilisation électronique.

Pourquoi l’UPSA avait-elle à cœur de réaliser

cette notice ?

L’UPSA réfléchit constamment à la manière

d’aider et de décharger ses membres et leurs

collaborateurs. « Sway » facilite considérablement

la mise en œuvre de la « Protection des

jeunes travailleurs ».

Pour les garagistes, quels sont les avantages

d’utiliser « Sway » ?

Du point de vue des garagistes, la notice d’utilisation

permet d’accéder directement et facilement à

tous les documents mis en lien par l’appli « Sway »,

comme l’annexe 2 ou les fiches techniques de

la SUVA et de la CFST. « Sway » fonctionne en

autoformatage et peut donc être utilisée sur smartphone

ou tablette. Du point de vue de l’UPSA, nous

pouvons mettre à jour l’appli et ajouter au fur et

à mesure les nouveautés éventuelles sans devoir

changer les liens.

Que se passe-t-il si une entreprise ne respecte

pas les mesures énoncées dans l’annexe 2 ?

Dans le pire des cas, elle perd l’autorisation de

formation. Mais pour en arriver à ce stade, il

faudrait vraiment que le garagiste fasse tout à

l’envers ... Or, je suis absolument d’accord avec

nos garagistes sur le fait que la sécurité des

collaborateurs est essentielle, et encore plus

celle des nouveaux apprentis. Avec « Sway »,

nous proposons un moyen de gérer facilement

la question de la conformité à l’annexe 2 de l’ordonnance

sur la formation. Les jeunes apprentis

peuvent ainsi découvrir plus aisément toutes les

embûches du métier.

Thomas Jäggi, responsable de la formation initiale

et de la formation professionnelle supérieure au

sein de l’UPSA.

Les mesures d’accompagnement de la nouvelle

Ordonnance sur la protection des jeunes travailleurs

sont en vigueur depuis mai 2017. Quel bilan

en tire l’UPSA ?

Après l’entrée en vigueur de l’annexe 2, les

cantons avaient deux ans pour vérifier les

autorisations de formation en conséquence,

les compléter et les renouveler. On peut donc

estimer que toutes les autorisations de formation

des entreprises formatrices sont désormais

mises à jour. Les retours des responsables de la

sécurité au travail et des cantons étaient insignifiants.

Il est cependant évident que l’annexe

2 occasionne un surcroît de travail, mais cela

est profitable du point de vue de la sécurité au

travail et de la protection de la santé.

Tout pour assurer le nettoyage

et le soin parfaits.

Chemuwa Autozubehör AG

info@chemuwa.ch, Tél. 055 256 10 10

LIVRAISONS JUSQU‘AU 3 FOIS LE JOUR


FORMATION

UPSA Business Academy

OKTOBER

Lehrgang DAB+

In Zusammenarbeit mit der Schweizer-Radiobranche,

DAB+-Experten der SRG sowie

Fahrzeug-Spezialisten wurde ein DAB+

Lehrgang mit AGVS Kompetenz ausweis

entwickelt.

> > 3. Dezember 2019, Bern

Berufs- und Praxisbildnerschulung

Kaufmann/-frau EFZ (BiVo 2012)

Einführung in die Umsetzung der kaufmännischen

Grundbildung im Automobil-

Gewerbe.

> > 10. Oktober 2019, Bern

> > 22. Oktober 2019, Winterthur

Facebook, Xing, Twitter et WhatsApp

dans la vente automobil

> > 4 octobre 2019, Yverdon

> > 6 juillet 2020, Yverdon

Elektro-Instruktion für Hochvolt-Systeme

in Elektro- und Hybridfahrzeugen

> > 03./04. Oktober 2019, Horw

> > 25./26. Oktober 2019, TBZ Zürich

> > 21./22. November 2019, STFW Winterthur

> > 17./18. Dezember 2019, St. Gallen

> > 09./11. Januar 2020, BBZ Goldau

> > 21./22. Januar 2020, Bildungszentrum Bern

Weitere Ausbildungspartner unter :

agvs-upsa.ch/de/berufsbildung/hochvoltzertifizierung

NOVEMBER

Finanzielle Führung in Garagenbetrieben

Kennen Sie die Finanzzahlen in Ihrem

Unternehmen und wissen Sie, wie Sie

diese beurteilen müssen ? Dieser Kurs

richtet sich an Inhaber, Geschäftsführer

und Finanzverantwortliche von Garagenbetrieben,

die ihre Kompetenz in Finanzund

Controlling-Fragen auffrischen oder

vertiefen wollen. Sie lernen wichtige

Finanzentscheide im Betrieb zu beurteilen,

vorzubereiten und durchzuführen.

> > 5. November 2019, Bern

> > 6. November 2019, St. Gallen

AK TU ELL

Occasionsmanagement

Die Teilnehmer lernen, wie sie ihre

Occasionsfahrzeuge richtig bewirtschaften.

Dazu gehören unter anderem die

Präsentation, der Eintauschprozess und die

dynamische Preisstrategie.

> > 6. November 2019, Bern

AK TU ELL

Séminaire de gestion des occasions

Les participants apprennent comment

bien gérer leurs véhicules d’occasion. La

présentation, le processus de reprise et la

stratégie dynamique de prix en font partie.

> > 7 novembre 2019 à Paudex

Das Google Basics Training für den Autohandel

Der Google Basics Einsteigerkurs gibt einen

Einblick in die wichtigsten Werkzeuge und

Massnahmen für eine verbesserte Sichtbarkeit

in Google. Sie lernen, wie Sie ihr

Unternehmen dort optimal präsentieren und

mögliche Marketingangebote wie Google

Adwords selbst steuern können.

> > 11. November 2020, Bern

> > 10. Februar 2020, St. Gallen

> > 27. April 2020, Horw

> > 7. September 2020, Winterthur

60

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

Fit für Elektromobilität Wie begegne

ich E-Fahrzeug-Kunden auf Augenhöhe

?

Ein Angebot der Sanu Future Learning AG

Die Teilnehmer (Führungskräfte und

Verkaufspersonal im Fahrzeughandel)

verstehen, was die Popularität von

elektrischen Fahrzeugen antreibt,

erhalten gutes Grundlagenwissen zur

E-Mobilität und dem dahinterliegenden

System (Infrastruktur, Energie, Batterie)

und kennen konkrete Schritte, um sich

besser auf diese neue Marktchance einzustellen.

Anmeldung unter www.sanu.

ch/19SMEM.

> > 15. November 2019, Biel

Direction financière de garages ce qu’il

faut savoir

> > 19 novembre 2019, Paudex

AGVS DIDAKTIKMODULE

Der Besuch dieser Weiterbildung ist für

alle Berufsbildner der technischen Grundbildungen

in den Betrieben, die über keinen

tertiären Abschluss verfügen, bis Ende 2020

obligatorisch.

« Die Instrumente der BiVo 2018

kompetent einsetzen »

> > 8. Oktober 2019, Mülenen

> > 4. Dezember 2019, Horw

> > 10. Dezember 2019, Goldau

> > 12. Dezember 2019, Bern

« Lernende selektieren »

> > 19. November 2019, Bern

> > 10. Dezember 2019 St. Gallen

> > 9. Januar 2020, Goldau

> > 21. Januar 2020, Winterthur

> > 29. Januar 2020, Bern

« Junge Erwachsene führen NEU

und Krisen überwinden »

> > 27. November 2019, Bern

> > 11. Februar 2020, Goldau

Weitere Daten und Orte jeweils online.

MODULES DIDACTIQUES DE L’UPSA

Les formateurs professionnels doivent être

toujours à jour ce que prouve la nouvelle

ordonnance de formation récemment

entrée en vigueur. La participation à cette

formation continue est obligatoire pour

tous les formateurs professionnels des

formations initiales techniques dans les

entreprises ne disposant pas d’un diplôme

tertiaire et ce jusqu’en 2020. Les formateurs

professionnels peuvent librement choisir

le module d’une journée qu’ils souhaitent

suivre :

« Utiliser avec compétence les

instruments des nouvelles ordonnances

de formation » ou « Sélectionner les

personnes en formation »

Veuillez consulter notre site web pour les

prochains cours.

JANUAR 2020

Meine Wirkung als

Führungsverantwortliche/r

Von den Grundregeln der Kommunikation über

Ihre Rolle als Führungsperson. Wie gehen Sie

mit aktuellen Herausforderungen um ? Aktuelle

Führungssituationen werden im Seminar besprochen

und Sie erhalten so die Gelegenheit,

gemeinsam Lösungen zu erarbeiten.

> > 9. Januar 2020, Bern

Die Kurse sind in der Kurssprache ausgeschrieben.

Les cours sont proposés dans la langue

correspondante. D’autres cours seront proposés

ultérieurement. Mise à jour sur agvs-upsa.ch.

Formation turbo pour vendeur auto 2020

La communication avec l’autre, la conquête et

la fidélisation de la clintèle ainsi que la technique

de vente constituent l’essentiel de cette

formation intensive. Il s’agit d’une formation

moderne, vivante, animée par des intervenants

qui sont tous professionnels de leur branche.

> > 20. 31. janvier 2020 à Paudex

Basisseminar für Automobil-

Verkaufsberater

Während zehn Tagen werden die jungen

oder angehenden Automobil-Verkaufsberater/innen

im Detail mit den eigentlichen

Verkaufsbelangen (Verkaufspsychologie,

Kommunikation, Verkaufsmethodik) auf ihre

tägliche Arbeit vorbereitet.

> > Januar 2020, Bern

Facebook, Xing, Twitter und

WhatsApp im Autoverkauf

Der Workshop zeigt neuartige Möglichkeiten

auf, wie Sie die verschiedenen Plattformen

für sich selber einsetzen können,

um noch erfolgreicher zu verkaufen. Dieser

Workshop ist speziell für die Automobilbranche

konzipiert.

> > 11. November 2019, Horw

> > 28. Januar 2020, Bern

> > 6. April 2020, St. Gallen

Diese und weitere interessante Themen

finden Sie online in der Business Academy.

Retrouvez ces thèmes, et bien d’autres,

dans la Business Academy en ligne.

agvs-upsa.ch, Rubrik :

Berufsbildung/AGVS Business Academy

La formation continue est la route qui nous permet de

rouler vers notre avenir

L’offre de formations continues de l’UPSA est certifiée et de haute qualité. Profitez-en !

www.agvs-upsa.ch, Rubrique : Formation/UPSA Business Academy

AUTOINSIDE | Octobre 201961


FORMATION

Formation initiale et continue dans la branche

automobile : événements régionaux à venir

AARGAU

Automobildiagnostiker

Informationsabend :

Dienstag, 19. November 2019, 18 Uhr

Ort : Weiterbildungszentrum, Lenzburg

> > wbzlenzburg.ch

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Ort : Handelsschule KV Aarau

> > hkvaarau.ch

BERN

Automobil-Verkaufsberater/in

Ort : Mobilcity, Bern

> > agvs-upsa.ch

Automobildiagnostiker/in BP

Nächster Studienbeginn :

Mittwoch, 12. August 2020

Ort : GIBB

> > gibb.ch

Betriebswirt/in im Automobilgewerbe HFP

Nächster Studienbeginn :

Im August 2021

Ort : GIBB

> > gibb.ch

Werkstattkoordinator/in im

Automobilgewerbe

Nächster Studienbeginn :

Freitag, 14. August 2020

Ort : GIBB

> > gibb.ch

CHUR / ZIEGELBRÜCKE

Automobildiagnostiker/in

Informationsabende :

Donnerstag, 7. November 2019,

Berufsschulareal 1, Ziegelbrücke

Donnerstag, 14. November 2019,

Bahnhofpark 2a, Sargans

Donnerstag, 21. November 2019,

Gürtelstrasse 48, Chur

jeweils ab 19 Uhr

Start Lehrgang : August 2020

ibW Höhere Fachschule Südostschweiz, Chur

> > ibw.ch

HORW

Automobildiagnostiker/in und

Automobil-Werkstattkoordinator

Ort : AGVS Ausbildungszentrum, Horw

> > agvs-zs.ch

ST. GALLEN

Automobildiagnostiker/in

Neu mit Einführungstagen

Informationsabend : 22. Januar 2020, 19 Uhr

Start Lehrgang : August 2020

Ort : AGVS Ausbildungszentrum, St. Gallen

> > agvs-abz.ch

La caisse de pensions des associations professionnelles UPSA ASTAG 2roues Suisse carrosserie suisse

Au plus près de la branche ?

Pas nous : nous sommes en

plein cœur de la branche.

Nous sommes des professionnels de la prévoyance et nous connaissons donc les besoins

de la branche mieux que n’importe quelle autre caisse de pensions. Demandez-nous

conseil ! Simplicité, sens de l’accueil et compétence, tels sont nos maîtres-mots. CP MOBIL,

Wölflistrasse 5, 3006 Berne, téléphone 031 326 20 19, www.pkmobil.ch

140110_PKM_Ins_df_Mittendrin_AGVS.indd 2 10.01.14 14:06

62

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

THURGAU

Automobildiagnostiker/in

Ort : Gewerbliches Bildungszentrum,

Weinfelden

> > gbw.ch

PAUDEX

Brevet fédéral de conseiller de vente en

automobile

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > romandieformation.ch

WINTERTHUR

Kundendienstberater im Automobilgewerbe

Informationsabend :

Montag, 21. Oktober 2019, 19 Uhr.

Start Lehrgang : Januar 2020

Ort : STFW

> > stfw.ch/akb

Automobil-Verkaufsberater

Ort : STFW

> > stfw.ch/aavb

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Ort : STFW

> > stfw.ch/abwa

Automobildiagnostiker

Automobil-Werkstattkoordinator

Ort : STFW

> > stfw.ch/ad und stfw.ch/adwo

ZÜRICH

Betriebswirt im Automobilgewerbe

berufsbegleitend,

jeweils freitags

Ort : TBZ

> > tbz.ch

Automobil-Werkstattkoordinator/in BP

und mit Zertifikat AGVS

berufsbegleitend,

jeweils am Donnerstagabend

Ort: TBZ, Zürich

> > tbz.ch

Diplôme fédéral de gestionnaire

d’entreprise de la branche automobile

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > romandieformation.ch

Coordinateur d’atelier automobile

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > romandieformation.ch

SION

Diagnosticien d’automobiles

Lieu : École Professionnelle Technique et

des Métiers (EPTM), Sion

> > formationcontinuevalais.ch

Coordinateur d’atelier automobile

Lieu : EPTM, Sion

> > formationcontinuevalais.ch

GENÈVE

Diagnosticien d’automobiles

Prochaine session : novembre 2019

Lieu : Centre de formation UPSA Genève

> > formation-upsa-ge.ch/web/

formations-4-2/

YVERDON

Diagnosticien d’automobiles

Prochaine session : janvier 2020

Cours du jour, le mercredi (dernier

semestre le mardi)

Lieu : Centre de formation UPSA-VAUD,

Yverdon-les-Bains

> > formation.upsa-vd.ch

Aufbaukurs Automobiltechnik

Grundlagen

Die Teilnehmenden erlangen fehlende,

theoretische Grundlagen nach einer dreijährigen

EFZ-Ausbildung oder einer vierjährigen

Ausbildung EFZ im Autogewerbe, die

bereits ein paar Jahre zurückliegt. Sie können

danach den Z- und P-Kompetenzbereichen

während des Vorbereitsungskurses auf

die Berufsprüfung folgen. Der Kurs startet

am 16. November 2019 und dauert bis am

9. Mai 2020 und findet an neun Samstagen

in Präsenzunterricht statt. Weitere

Informationen gibt es unter gibb.ch/weiterbildung/fahrzeugtechnik/aufbaukurs-automobiltechnik-grundlagen.

Les sections nous informent

Pour une publication dans AUTOINSIDE,

envoyez-nous vos informations sur les événements

et formations à venir dans

la branche automobile à l’adresse

myfuture@agvs-upsa.ch. Vous trouverez les

informations relatives à toutes les

formations continues sur agvs-upsa.ch/fr/formation/formation-professionnelle-superieure

ON PEUT PORTER UN BIJOU.

OU LE CONDUIRE.

R62 JBM/FC Jetblack-mat-face polie

NOUVEAU: R62 JB Jetblack

Red Heat

Vibrant Sky

50 YEARS OF GREAT PASSION.

La RONAL Design R62 vous donne une apparence personnelle grâce aux

éléments design de couleur. Rendez-vous sur ronal-wheels.com

Mean Green

Peut être commandé comme accessoire en option:

kit d’application avec instructions de montage


PRODUITS & PRESTATIONS

Sandro Piffaretti (à g.), délégué du conseil d’administration de SAG, et Olivier

Métraux, président du conseil d’administration.

Swiss Automotive Show 2019

Projeté dans une

nouvelle dimension

Avec le déménagement de Niederbipp (BE) à Fribourg, le Swiss Automotive Show est devenu une nouvelle référence

pour la branche de la sous-traitance automobile suisse. Avec près de 7000 visiteurs, le SAS a enregistré une fréquentation

record. Carla Stampfli, Sandro Compagno et Reinhard Kronenberg

« J’ose affirmer que le Swiss Automotive Show

est la nouvelle référence pour la branche de

la sous-traitance automobile en Suisse »,

a affirmé Olivier Métraux, président du

conseil d’administration de Swiss Automotive

Group (SAG), au terme de deux journées

de salon réussies. En réalité, ce qui à ses débuts

en 2016 n’était qu’un modeste « salon

interne » dans l’entrepôt national de SAG à

Niederbipp est devenu en trois ans à peine

l’un des principaux salons spécialisés de la

branche automobile suisse. Le système d’accès

électronique du Forum Fribourg a témoigné

de l’ampleur de la manifestation. Les organisateurs

ont recensé 6780 visiteurs sur les

deux journées du salon, soit une hausse de

29 % par rapport à l’année précédente.

Les chiffres, mais aussi l’offre proposée aux

spécialistes au Forum Fribourg, ont été décisifs

pour le succès du salon. Le programme

était en effet unique en son genre en Suisse :

148 exposants, dont de nombreux issus du

secteur des OEM, ont présenté leurs produits

et leurs services. Pour les professionnels de

la branche automobile, le salon a été l’occasion

idéale d’avoir pour une fois des échanges

personnels avec les fabricants, d’obtenir des

renseignements, mais aussi de donner un

feed-back. « Ce lien direct avec les fabricants

des produits qu’on utilise tous les jours, on

ne peut l’avoir nulle part ailleurs », affirme

René Wasem, responsable du marketing chez

Matik, une marque SAG.

Le stand Matik était le point névralgique de

l’espace dédié aux véhicules utilitaires, qui

s’est largement agrandi et a permis à des exposants

tels que Continental, Hengst Filter ou

Optibelt d’échanger avec leurs clients. Le SAS

avait également mis l’accent sur le domaine

de la carrosserie. Les responsables de SAG,

réunis autour de Sébastien Moix, le directeur

du marketing et le patron du salon, avaient

invité à cette fin André Koch SA en qualité de

co-organisateur. Le SAS couvre ainsi toute la

branche automobile suisse, des garagistes aux

carrossiers. Un aspect qu’Enzo Santarsiero, le

CEO d’André Koch SA, a fait trôner au cœur

de son Networking Lounge : « Aujourd’hui

et demain, les carrossiers et les garagistes

seront concernés dans la même mesure par

des nombreux défis. Nous souhaitons inciter

les entreprises à la coopération. Nous devons

saisir l’opportunité de se préparer ensemble

aux réparations qui seront nécessaires à l’avenir.

» Après tout, les exigences posées aux

entreprises de carrosserie et aux garages se

recoupent toujours plus avec l’évolution technologique

des véhicules, notamment dans le

domaine de l’électronique automobile et des

systèmes d’assistance à la conduite.

64

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


Joël Souchon, CEO SAG Suisse

La gamme complète

de produits

anti-fouines par

un seul fournisseur !

Les courses automobiles en réalité virtuelle ont été

très prisées au SAS.

Traitement

préalable

Répulsifs

olfactifs

Près de 7000 visiteurs se sont laissé inspirer par des

nouveautés et par des produits et des services éprouvés

pendant les deux journées du salon.

Les petits visiteurs tels que Lana et Anthony ont aussi

bien profité du SAS.

Ceux qui ont prêté l’oreille aux déclarations

des visiteurs et des exposants pendant les

deux journées n’ont entendu que des commentaires

positifs. « Pour nous sous-traitants, le

SAS est le principal salon spécialisé de Suisse

et un magnifique événement. Il n’y aucun autre

endroit où nous pouvons toucher autant de garagistes

», affirme Christian Filomeno, responsable

commercial Automotive chez Osram, au

nom de ses confrères exposants.

Le pilote de Moto2 Tom Lüthi a signé des autographes

lors du SAS, au plus grand bonheur de ses fans.

Répulsifs à

ultrasons

Protection

mécanique

Répulsifs à

haute tension

Accessoires

Alors que 108 exposants avaient présenté leurs

produits et leurs services à Niederbipp en 2018,

ce chiffre est passé à 148 en 2019. Du fabricant

de pneus à l’éditeur de logiciels en passant par

des fournisseurs de lubrifiants, des spécialistes

d’outillage de peinture et d’appareils de diagnostic,

ils ont montré, sur 9000 m 2 , tout ce

qui fait vibrer les garagistes et les carrossiers.

Suite en page 66

Les produits et les services ont occupé le devant de la

scène, mais les visiteurs n’ont pas oublié de nouer des

contacts et de discuter.

ANS

GARANTIE

AUTOINSIDE | Octobre 2019

www.stop-go.de/fr


PRODUITS & PRESTATIONS

André Rösler, Senior Category Manager Lubrifiant

SAG Suisse SA : « Vu les exigences des constructeurs

automobiles, des variétés d’huiles toujours plus nombreuses

s’imposeront à l’avenir. Avec nos bidons Castrol

de faible contenance, nous rendons service aux ateliers.

Outre la présentation de nos produits, nous cherchons

à montrer aux clients présents que nos collaborateurs

disposent d’un grand savoir-faire. Les entretiens sont

très positifs et un bon accueil est réservé à notre offre

spéciale, l’assortiment de doseurs de 20 litres pour les

huiles de moteur et de boîte de vitesse. »

Armend Tunaj et Michele Cianni (à g.), conseillers

techniques de vente Sika : « Notre produit phare au SAS

est le Sika Fast 2590, un adhésif universel destiné aux

petites réparations. Sika Fast 2590 convient tant pour le

travail des garagistes que pour celui des carrossiers.

Nous exposons en outre des produits pour la réparation

des plastiques et des phares. Mieux vaut réparer que

remplacer : grâce aux heures facturées, la création de

valeur reste au sein de l’entreprise. »

De nombreux fabricants, dont plusieurs venus d’Allemagne, n’ont

pas fait mystère de leurs intentions commerciales au Forum

Fribourg. « Nous souhaitons toucher ici autant d’ateliers de carrosserie

que possible et augmenter notre part du marché suisse »,

a déclaré Sven Hommel, responsable commercial d’EMM, qui a fait

sa promotion auprès de clients dans le domaine de la carrosserie et

de la peinture avec un système de gobelet efficace et peu onéreux,

le Colad Snaplid. Sa voisine, Marta Kizewska, du fabricant polonais

de peinture Novol, a fait de la publicité pour son vernis transparent

565-00, qui fait état de propriétés très intéressantes : « Il sèche en à

peine cinq minutes. C’est exactement ce qu’il faut pour la Suisse, où

chaque minute coûte de l’argent. »

L’entretien des contacts était au centre des préoccupations dans les

différents lounges des marques SAG Derendinger, Technomag et

Matik. « Nous avons décidé de mettre en place une zone de repos

spacieuse. Les visiteurs peuvent s’y détendre, y discuter avec des

spécialistes de la branche et renforcer leurs relations d’affaires. Aujourd’hui,

tout va très vite, et les contacts sociaux sont plus importants

que jamais », a indiqué Claudio Binder, Head of Key Account

Management et chef de la marque Derendinger par intérim.

Le lounge Derendinger a été très fréquenté pendant les deux journées,

tout comme celui de Technomag situé juste en face. « Je suis

Suite en page 68

Chanteuse/Compositrice

Shana Pearson.

Votre spécialiste de l‘engrenage

Révisions de boîtes automatiques et manuelles,

boîtes de transfert, différentiels et convertisseurs.

6014 Luzern · Téléphone 041 259 09 59 · www.automaten-meyer.ch

66

ins_auto_inside_f_91x63_rz.indd 1 07.02.17 06:57

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


PRODUITS & PRESTATIONS

Alessio Savoldell, Andreas Stocker et Xavier Keysener

(de g. à dr.), Jasa : « Notre produit phare est le pistolet de

peinture Satajet X 550, le premier à pouvoir être ajusté

individuellement. Jusqu’à présent, le peintre devait

adapter son pistolet. Maintenant, il a la possibilité de

le programmer grâce à son réglage personnalisé. Nous

profitons aussi du SAS pour développer notre réseau et

discuter de spécialiste à spécialiste. »

David Vahlkamp et Goswin de Rouw, Senior Director Sales

& Marketing EMEA Arnott Air Suspension Products (à

dr.) : « C’est notre première participation au salon et nous

présentons nos produits de suspension pneumatique. Nous

voulons attirer l’attention de la clientèle sur le fait que nos

pièces sont désormais disponibles en Suisse par le biais de

SAG. L’organisation du SAS est fantastique. Il n’y a rien à

redire en ce qui concerne le soutien et la serviabilité. »

Daniel Frank, Category Manager, et Roland Netzer (à

dr.), responsable du service à la clientèle, E. Klaus AG :

« Comme nos racines sont en Suisse orientale, le SAS

de Fribourg nous offre l’opportunité de rencontrer des

garagistes de toute la Suisse. Nous y présentons nos compétences

en matière de révision de buses et d’injecteurs

à rampe commune. Ces pièces coûtent très cher, cela vaut

la peine de les réparer. »

« Les retours directs que nous avons obtenus de la part

des garagistes ici nous aident à améliorer continuellement

nos produits. » Hans-Peter Müller (à g.),

Mann-Filter.

« Il règne ici une superbe ambiance de salon, qui nous

donne envie d’échanger avec des professionnels. Le

Swiss Automotive Show met clairement en évidence

l’attrait d’un tel salon interne. » Andreas Henkelmann,

ZF Aftermarket.

Samira Karaga, Sales Manager Lemania Energy : « C’est

notre première visite du SAS. Ici, nous avons l’opportunité

de fournir directement aux clients des renseignements

techniques sur nos accessoires pour batteries tels que

les boosters de démarrage ou les testeurs de batterie. Le

salon est parfaitement organisé. On sent que l’équipe s’est

pleinement investie. »

Protégez vos apprentis et vous-même avec un Safety Bag!

Le nouveau

Safety Bag

est arrivé !

Le contenu du Safety Bag peut différer de l’image.

Le set sécurité / Safety Bag comprend l’équipement de protection individuelle (EPI) qui est prescrit par la loi comme

une paire de lunettes de sécurité, chaussures de sécurité, bouchons d’oreilles de sécurité, gants de sécurité ainsi

qu’une brochure sur la sécurité au travail. Fourni dans un sac à dos pour tout transporter pratiquement. Vous pouvez

commander le Safety Bag avec ou sans chaussures de sécurité.

Vous trouverez sur www.safetyweb.ch des informations complémentaires ainsi qu’un formulaire de commande.

be safe!


PRODUITS & PRESTATIONS

confondu. Le salon a dépassé nos attentes,

pourtant ambitieuses », s’est extasié le chef de

marque Kurt Wyssbrod, qui a aussi célébré le

70 e anniversaire de Technomag au SAS. « Je

suis fier que nous ayons pu continuer d’écrire

la success story du SAS de manière aussi impressionnante

à Fribourg. »

Les produits et les services ainsi que les

contacts directs entre les fabricants et les

professionnels ont naturellement été prioritaires

pendant les deux journées du salon

à Fribourg. Outre l’aspect technique, les organisateurs

ont également permis aux 6780

visiteurs de découvrir d’autres facettes. Avec

ses 800 places et ses menus gratuits tels que

le curry thaïlandais ou les pâtes ainsi que le

buffet de salades et les desserts, le restaurant

ne laissait aucun désir inassouvi. Les

enfants ont pu s’amuser à l’atelier de maquillage,

dans un château gonflable et au sein

d’un espace de jeux vidéo. Les personnes intéressées

ont pu se mesurer en duel en mode

numérique lors de courses de voitures virtuelles

ou en mode analogique au babyfoot

quelques mètres plus loin.

Lors de la soirée de divertissement, le SAG

n’avait rien laissé au hasard : vendredi soir, lors

de l’Aftershow, la première journée du salon

s’est terminée dans une bonne ambiance avec

la chanteuse et compositrice Shana Pearson

et sa musique pop-soul assortie de reprises

merveilleuses. Le lendemain, les projecteurs

étaient braqués, entre autres, sur Tom Lüthi.

Les petits et grands ont saisi l’occasion pour

décrocher des autographes et prendre des selfies

avec le pilote de Moto2.

Le dimanche était la journée des collaborateurs

des entreprises SAG. Ils ont pu s’informer

directement auprès des quelque 150 exposants.

Une occasion que les fabricants ont appréciée.

« Nous tirons parti de cette opportunité pour

diffuser nos produits au sein de SAG », a déclaré

Lukas Thöni, Managing Director d’Optibelt.

Les plus petits ont pu se divertir et les

proches ont beaucoup apprécié la manifestation.

« Ma fille et moi venons pour

la deuxième fois à la journée des collaborateurs

SAG. C’est génial de découvrir les

marques et les entreprises avec lesquelles

travaille mon mari tous les jours », a affirmé

une proche. « Je trouve aussi sympathique

que les enfants aient un espace

pour s’amuser. »

Le mot de la fin était réservé à Sébastien Moix.

Le directeur du marketing de Swiss Automotive

Group (SAG) et patron du salon avait

toutes les raisons de tirer un bilan positif du

Swiss Automotive Show. « Tout a fonctionné à

merveille, ce qui n’était pas forcément évident,

car le SAS se tenait sur un nouveau site et, avec

150 exposants, l’offre était plus importante que

jamais », a-t-il affirmé l’air réjoui, avant d’ajouter

: « Nous sommes également très satisfaits

de la fréquentation ! » La transition de l’entrepôt

national de SAG à Niederbipp (BE) vers le

Forum Fribourg, plus moderne et mieux adapté,

en a donc valu la peine.

Un SAS s’achève, et un autre se prépare. La

cinquième édition du salon spécialisé de SAG

se déroulera les 28 et 29 août 2020 au Forum

Fribourg. Sébastien Moix vise une nouvelle

étape. Il veut en effet attirer 180 exposants

et 8000 visiteurs : « Il y a toujours une marge

de progression. » <

Votre manifestation

fait encore

plus bouger les

choses au centre

de compétences

pour l’automobile

et le transport !

Vous trouverez chez nous les conditions

cadres idéales pour réussir vos formations,

réunions et événements juste à la sortie

d’autoroute de Wankdorf.

Contact : téléphone 031 307 15 70,

info@mobilcity.ch, www.mobilcity.ch

68

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

Auto-i-dat

Gagner du temps et améliorer le résultat

Dans le secteur de l’automobile et de la carrosserie aussi, la numérisation a pour seuls objectifs de simplifier les processus,

de gagner du temps, d’augmenter l’efficacité et d’améliorer le résultat d’exploitation. Une application qui remplit tous ces

critères est proposée par le groupe DAT en Allemagne et testée par auto-i-dat.

pd. En substance, l’application « YouCit » (« you

see it ») optimise un processus habituellement

(trop) chronophage pour les garagistes et carrossiers

: la saisie des sinistres et la communication

avec les experts des assurances. Au moins

une fois sur deux, l’expert en sinistres doit se

présenter sur place pour évaluer les dommages.

Pour cela, il doit tenir compte des heures d’ouverture

de l’entreprise de réparation. De plus,

les conditions d’évaluation du véhicule ne sont

pas toujours optimales, ce qui rend une détection

de fraude difficile. C’est là que commence

réellement le processus de validation et que

l’application « YouCit » entre en action : l’évaluation

des dommages se fait en ligne. Dans

ce contexte, différentes variantes peuvent

être appliquées :

Option 1 : l’expert du centre d’appel contacte

le réparateur ou le garage et lui envoie un lien

par SMS sur son téléphone portable. Ce lien

permet d’accéder au site Internet « YouCit ».

Une connexion vidéo est alors établie pour la

communication. Le réparateur suit ensuite les

instructions de l’expert et prend des photos

du sinistre.

Option 2 : par le biais d’une application optionnelle,

le réparateur ou le garagiste peut appeler

le centre d’appel de l’assurance et capturer les

images du sinistre pour ainsi dire par commande

à distance.

Option 3 : l’expert envoie le lien vers « YouCit »

par SMS au preneur d’assurance, reste connecté

avec lui via l’application et lui donne des directives

par liaison vidéo ou vocale pour la description

du sinistre et la prise de photos.

Le système « YouCit » peut être configuré de

manière individuelle et utilisé sans préparation

ni points techniques spécifiques. Les avantages

sont évidents : il suffit de disposer d’un

smartphone et d’une connexion stable à Internet.

L’application est vite installée et simple

d’utilisation. Toutes les personnes concernées

gagnent du temps et les images peuvent être intégrées

dans d’autres systèmes à volonté.

aut-i-dat ag est en train de tester le système

avec des clients et une assurance pilotes. Les

personnes intéressées peuvent contacter le

directeur Wolfgang Schinagl ou le responsable

des produits René Mitteregger

(044 497 40 40, w.schinagl@auto-i-dat.ch). <

Plus d’informations sur :

auto-i-dat.ch

Le TechTeam recommande :

L'expérience technique

au service des ateliers

Les pros de l'atelier du TechTeam le savent bien :

sans solution de diagnostic performante et sans

outils de contrôle et de réglage efficaces, les ateliers

n'y voient plus clair. C'est pourquoi ils misent sur les

outils expérimentés d'Hella Gutmann Solutions.

Pour des diagnostics efficaces et rapides, des réparations

guidées sur les marques et les modèles les plus courants,

des calibrages précis des systèmes d'éclairage modernes,

des codages efficaces des systèmes d'aide à la conduite

avec ou sans caméra, et bien plus encore.

Pour en savoir d'avantage : www.hella-gutmann.ch


PRODUITS & PRESTATIONS

Entretien avec Robert Stäuber et Ferdinand Smolders

Le client comme boussole

L’entreprise KSU A-Technik fête cette année son 40 e anniversaire. Durant ces quatre décennies, cette société anonyme

familiale est devenue un fournisseur complet de premier plan pour les ateliers en Suisse. Robert Stäuber, membre de son

conseil d’administration, et Ferdinand Smolders, son directeur, portent un regard confiant sur les 40 prochaines années.

Sandro Compagno

Une équipe bien rodée : Ferdinand Smolders, directeur (à g.) et Robert Stäuber, membre du conseil d’administration de KSU A-Technik.

Monsieur Stäuber, KSU A-Technik n’a cessé de

s’agrandir depuis sa fondation en 1979. Comment

voyez-vous l’entreprise dans dix ans ?

Robert Stäuber, membre du conseil d’administration

de KSU A-Technik : Nous

nous sommes toujours axés sur les besoins

de notre clientèle. Notre croissance, organique

ou due à des acquisitions, a toujours

suivi ce cap. À l’avenir aussi, nous entendons

continuer à proposer à nos clients toutes les

solutions susceptiples de leur permettre d’accroître

leur efficacité. Beaucoup de choses auront

changé dans dix ans. Mais nous sommes

persuadés qu’il faudra toujours entretenir,

réparer, contrôler et laver les voitures. C’est

pourquoi nous pensons que notre positionnement

de fournisseur global pour la maintenance

des moyens de transport sera toujours

valable d’ici là.

Monsieur Smolders, en tant que directeur

opérationnel de votre entreprise, dans

quels domaines voyez-vous le plus fort

potentiel de croissance ?

Ferdinand Smolders, directeur de KSU

A-Technik : Historiquement parlant, la clientèle

de KSU était constituée essentiellement

d’ateliers automobiles. Ils restent d’ailleurs

au cœur de nos activités. Mais des branches

voisines comme les véhicules utilitaires, les

transports publics ou l’aéronautique ont des

besoins similaires à ceux des garagistes.

Les moyens de transport sont multiples

et variés, et tous doivent être entretenus

d’une manière ou d’une autre. C’est dans ce

domaine que nous souhaitons étoffer nos

compétences de base en fournissant des solutions

aux entreprises de maintenance de

tous les moyens de transport.

Vous l’avez mentionné : à côté de l’automobile,

KSU A-Technik AG est également un

fournisseur important pour l’aéronautique.

Comment ce secteur évoluera-t-il ?

Smolders : Nous distribuons les outils de la

marque Snap-on, un fabricant très bien positionné

dans le segment de l’aéronautique et

qui effectue aujourd’hui un travail de pionnier

dans des domaines comme la sécurité et

l’optimisation des processus, notamment au

moyen de systèmes de contrôle entièrement

automatisés. Cette technologie gagnera demain

en importance pour d’autres branches,

ce qui favorisera notre croissance. Dans tous

les secteurs, les exigences en matière d’efficience

augmenteront.

Les systèmes de propulsion évoluent ;

l’électromobilité est fortement encouragée

et connaît par conséquent une forte

croissance. Comment cette évolution se

traduit-elle pour KSU ?

Smolders : D’après nous, les véhicules auront

toujours besoin d’être entretenus, réparés, lavés

et contrôlés régulièrement, et ce indépendamment

de leur système de propulsion.

Stäuber : Pour vous donner un exemple, il est

peu probable que dans un avenir proche, nous

soyons uniquement entourés de voitures

volantes. On aura donc certainement encore

besoin de pneus un certain temps… Les systèmes

de levage, les machines de montage

et d’équilibrage des pneus et en particulier

les bancs de géométrie seront ainsi toujours

utiles à plus ou moins long terme.

70

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


PRODUITS & PRESTATIONS

KSU A-Technik est certifiée depuis peu

selon ISO 9001.2015. Quel est l’impact de

cette certification sur l’entreprise ?

Stäuber : D’une part, nous avons constaté

l’apparition toujours plus fréquente de directives

correspondantes chez certains de nos

clients. D’autre part, après 40 ans d’existence

et un changement de génération au sein de

l’entreprise, nous avons ressenti le besoin de

nous demander si la manière dont nous travaillions

était encore adéquate aujourd’hui, ou

s’il fallait y apporter des modifications. Avec

cette certification, nous avons dû réétudier de

près l’ensemble de nos processus et les redéfinir

pour certains.

Et comment le garagiste, qui est votre

client, en profite-t-il ?

Smolders : L’analyse des opportunités et des

risques ainsi que la stratégie qui en découle

sont au centre de toute certification. La définition

des responsabilités, la mesurabilité des

non-conformités et les mesures inférées sont

des thèmes majeurs en rapport avec la garantie

d’un excellent service à la clientèle. Aujourd’hui,

nous avons intégré le service clients technique

aux départements de vente correspondants.

Ainsi, le client est bien encadré et a moins

d’interlocuteurs. Nous enregistrons, traitons et

évaluons systématiquement les réclamations.

Nous quantifions la qualité de notre service et

voyons ainsi où il faut agir concrètement. Tous

les clients bénéficient des améliorations des

processus qui en résultent.

Votre entreprise était un exposant très

régulier de la halle 7 du Salon de l’auto.

Quels sont vos projets pour 2020 ?

Stäuber : La disparition de la halle 7 marque la

fin d’une époque. Cela fait déjà un certain temps

que nous retravaillons notre positionnement

sur le marché et développons des activités intéressantes

pour servir encore mieux nos clients.

En tant que fournisseur complet pour les entreprises

de maintenance de tous les moyens de

transport, nous visons une présence ciblée sur

certaines plates-formes et dans des salons pour

entrer en contact avec nos clients, qui viennent

d’horizons très variés. Ainsi, nous serons par

exemple au salon transport-CH en novembre.

Tout de même, la halle 7 laissera un grand

vide. Elle était un véritable rendez-vous

de la branche. Comment conserverez-vous

un contact personnel avec vos clients à

l’avenir ?

Smolders : Bien que beaucoup de choses se

fassent aujourd’hui par la voie numérique, nous

continuons à croire qu’un lien direct avec le

client est extraordinairement important, particulièrement

lorsqu’il s’agit de biens d’investissement.

Le client veut se sentir compris et se voir

proposer des solutions convaincantes. Or, cela

n’est pas possible sans contacts personnels. Il y

a un certain temps, nous avons créé des locaux

d’exposition chez nous, à Wohlen, qui servent

aussi de centre de formation. Cet automne déjà,

nous y recevons de nombreux clients qui souhaitent

pouvoir observer le fonctionnement

des produits et s’entretenir avec nos spécialistes

pour comprendre leurs avantages. Nous

avons par ailleurs prévu des tournées d’exposition

thématiques. Nous commencerons en novembre

avec le « Hunter Roadshow ». Et nous

avons déjà reçu énormément d’inscriptions

pour les démonstrations live. <

Plus d’informations sur :

ksu.ch

TUNAP AUTOMOTIVE

QUALITÉ. CONFIANCE. SAVOIR-FAIRE.

VOTRE PARTENAIRE

POUR:

TUNAP AG

Weinfelderstrasse 19

8560 Märstetten

Tel. 071 659 04 04

Fax 071 659 04 08

info-ch@tunap.com

Solutions spéciales

chimique-technique

Pour l’usage

journalier dans

le garage

Excellent qualité

de service et

durabilité

environnementale

TUNAP.CH


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

Diesel

« Il faudra du temps pour

rehausser l’image du diesel »

Une enquête récente menée dans toute l’Europe par AutoScout24.de conclut : pour 63 % des automobilistes, le diesel est hors

de question. Les spécialistes en revanche croient toujours en cette motorisation éprouvée si elle arrive à se recentrer sur son

point fort, les longues distances. Cela peut aider les distributeurs à argumenter. Reinhard Kronenberg

C’est une course contre la montre : une partie

de la société et, dans son sillage, le monde

politique exigent de plus en plus fermement

des véhicules plus écologiques. Ceci oblige les

constructeurs à investir des milliards dans

de nouveaux concepts. Or le marché s’avère

encore trop réduit pour refinancer ces investissements.

Jusqu’à présent, les constructeurs

trouvent les fonds nécessaires pour développer

des moteurs alternatifs grâce aux SUV et

au segment premium. En raison de leur poids,

ces véhicules se prêtent parfaitement à un

moteur diesel ou éventuellement à essence,

en tout cas à un moteur à combustion. Pourtant,

ce type de moteur est voué à disparaître.

Le diesel est particulièrement touché, même

s’il a longtemps été la meilleure option en

termes de réduction des émissions de CO 2

.

L’exemple du diesel révèle avec quelle rapidité

une technologie qui a fait ses preuves

peut être soudain accusée de tous les maux.

Au vu des nouvelles immatriculations, le diesel

a perdu près de 30 % de parts de marché

entre 2015 et 2018. Pour l’année en cours,

on enregistrait fin août un nouveau recul de

13 %. « Les clients ne rêvent plus d’une voiture

diesel », constate René Mitteregger, spécialiste

des données chez auto-i-dat ag. Dans

le brouhaha des contestations, on parle peu

d’une réalité : la toute nouvelle génération

de diesel, basée sur les normes 6d-Temp ou

Euro 6d, est plus propre que jamais. Cela suffira-t-il

à endiguer la chute du diesel ? Pas sûr.

On est en train de jeter le bébé avec l’eau du

bain. Avec la dégringolade du diesel, tout le

monde est perdant : l’environnement, les automobilistes,

les constructeurs, les importateurs

et le commerce.

• L’environnement est perdant, car les

moteurs diesel sont remplacés par des moteurs

à essence, qui émettent plus de CO 2

.

Christian Bach.

72

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

• Les automobilistes sont perdants parce

que le choix des modèles diesel est toujours

plus limité ; en effet, les technologies

d’épuration sont devenues si contraignantes

pour les constructeurs qu’elles ne

sont plus rentables pour un grand nombre

de véhicules. On perd ainsi une motorisation

qui consomme moins et qui occasionne

moins de frais. Les véhicules diesel

des automobilistes ne cessent en outre de

perdre de la valeur.

• Les constructeurs sont perdants, car

ils doivent continuer d’investir dans le

diesel, parallèlement aux moteurs alternatifs,

pour pouvoir répondre aux exigences

toujours plus élevées en termes

de valeurs d’émissions. Cet effort de

développement est rentable uniquement

si les véhicules en question se vendent,

ce qui n’est pas le cas au vu des chiffres.

• Les importateurs sont perdants parce

que la préférence vers les moteurs à

essence gâte le bilan carbone de toute

la flotte et ils risquent ainsi de fortes

amendes. Ces coûts sont répercutés sur

le prix des véhicules neufs, mais l’acheteur

n’est pas disposé à payer trop cher.

• Au bout de cette chaîne funeste se

trouve le commerce : la faible demande

en véhicules diesel allonge les temps

d’immobilisation ; les prix de vente et

donc les marges diminuent, et le commerce

est perdant. Du reste, les automobilistes

ont une oreille moins attentive

aux arguments défendant le diesel.

Face à une telle situation, il est intéressant de se

tourner vers des experts neutres comme Christian

Bach, responsable du département Technologies

de propulsion automobile de l’Empa.

Monsieur Bach, peut-on encore sauver le

diesel ?

Christian Bach : Oui, sans doute. Mais les

voitures diesel ne seront très probablement

plus des modèles ordinaires. On les utilisera

essentiellement pour leur point fort, c’est-àdire

les longs trajets. Pour un usage mixte ou

des distances courtes, les véhicules hybrides,

au gaz ou électriques offrent des solutions

plus appropriées et moins coûteuses.

Quelle argumentation conseillez-vous

aujourd’hui à un concessionnaire qui veut

vendre un diesel ?

Les vendeurs doivent désormais mieux

connaître l’utilisation que leurs clients font

du véhicule. Si le nouveau véhicule est

destiné à parcourir de longs trajets, je recommanderais

comme auparavant d’acheter

un diesel. Mais pas pour de petits

déplacements. Autre critère, l’environnement

géographique du véhicule : en milieu

urbain, le diesel n’est pas idéal, ou alors

seulement dans la version Euro 6d-temp ou

Euro 6d, car les villes doivent souvent lutter

contre des valeurs de NOx trop élevées

dans l’air. Dans les régions campagnardes,

le taux de NOx dans l’air est plus faible. On

peut donc encore rouler avec un véhicule

Suite en page 74

Les spécialistes des vitres automobiles

au service des garagistes

simplicité, rapidité, professionnalisme

Remplacement | Réparation |

Vitres teintées | Service à domicile

www.desa-autoglass.ch


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

diesel de la norme Euro-5 à Euro-6b. Par contre, les voitures diesel

sans filtre à particules doivent absolument être mises à la casse !

Concernant les émissions d’oxydes d’azote, les moteurs diesel à

partir de la norme Euro-6d sont bien plus propres et comparables

avec un moteur à essence. L’industrie et le commerce

communiquent-ils trop peu à ce sujet ?

Je ne crois pas. Mais il faudra du temps pour rehausser l’image du

diesel. Les faibles émissions de NOx ne suffiront pas à elles seules.

Il faut montrer comment et à quel coût les émissions de CO 2

peuvent

être réduites, par exemple grâce au diesel synthétique. À mon avis, on

en parle trop peu.

Qui a intérêt à acheter un diesel aujourd’hui ?

Les véhicules diesel conviennent essentiellement aux longues distances.

Pour les trajets courts ou à faible charge, c’est-à-dire les déplacements

urbains, les filtres à particules ne peuvent parfois pas être suffisamment

régénérés, ce qui peut entraîner des problèmes. Du reste,

pour les petits trajets, il existe des motorisations plus intéressantes.

30 % des trajets les plus longs effectués en voiture représentent

70 % de tous les kilomètres parcourus. Un marché idéal pour le

diesel, estimez-vous. Pour quelles raisons ?

Le diesel a une densité énergétique élevée, ce qui permet de longs

parcours pour un volume de réservoir faible ; de plus, avoir un diesel

est simple et pratique, car faire le plein est très rapide, et il y a partout

des stations diesel.

Vous plaidez pour que le diesel devienne un carburant renouvelable

afin de réduire les émissions de CO 2

. Comment fabrique-t-on du

diesel renouvelable ?

En raison de l’importance des longs trajets, nous n’avons pas d’autre

choix si nous voulons réduire significativement les émissions de CO 2

.

Cela ne peut se faire que sous forme d’un diesel synthétique : un hydrocarbure

artificiel, produit à partir de gaz de synthèse (eau et carbone)

et de CO 2

. Reste que la production du gaz de synthèse nécessite

énormément d’électricité renouvelable. Il faut la trouver quelque part

sans que ce soit au détriment des populations, par exemple à partir

d’installations photovoltaïques dans les régions désertiques.

Plus les normes en matière d’émissions sont strictes, plus l’épuration

des gaz d’échappement des moteurs diesel est complexe et coûteuse.

Ne craignez-vous pas que ce ne soit bientôt plus rentable pour

les constructeurs, ou que les automobilistes ne soient plus disposés

à payer des coûts toujours plus élevés ?

Si, en effet. Dans les segments sensibles aux prix, celui des citadines

ou des modèles compacts de la classe moyenne inférieure, le diesel va

tout simplement disparaître. Mais cela dépend aussi du degré de maturité

des technologies concurrentes. Récemment encore, le moteur

diesel était bien supérieur au moteur hybride, à gaz ou électrique en

termes de durée de vie, de réponse aux besoins quotidiens, de performance

et d’entretien. Cela a bien changé ces derniers temps. Sur les

courtes et moyennes distances, ces technologies sont nettement plus

avantageuses que le diesel.

Cela veut dire que le diesel va disparaître à plus ou moins long

terme ? À quel horizon selon vous ?

Tout dépend si le diesel peut s’adapter et devenir un véhicule à faibles

émissions de CO 2

. Ceci est par ailleurs le cas pour tous les concepts

de motorisation et ne sera réalisable que si la production et l’exploitation

peuvent basculer vers les énergies renouvelables à un coût raisonnable.

Au risque de me répéter, je pense que le diesel n’a pas d’avenir

pour les courtes et moyennes distances. <

RUST X

Dégrippant avec Graphite

GYSO SA | CH-1023 Crissier | CH-8302 Kloten | gyso.ch

74

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

Projet pilote UPSA et Mobility

Un bilan intermédiaire positif

Le projet pilote de l’UPSA et de Mobility, dans le cadre duquel Mobility utilise des véhicules de garage, se poursuivra

jusqu’à la fin du mois de janvier 2020. Bilan et perspectives possibles pour la coopération. Sandro Compagno

sera transformé en collaboration permanente

ou non.

Ils vont dans le même sens : Urs Wernli, président central de l’UPSA (à g.), et Roland Lötscher, CEO de Mobility

(photo Karl Baumann).

Cela se déroule « à merveille », se réjouit

Karl Baumann, qui coordonne la coopération

pour le compte de l’UPSA en tant que chef de

projet. Pour justifier son assertion, il évoque

la longue liste d’attente de garagistes intéressés.

Il a dû en faire patienter beaucoup

ces derniers mois : « Nous nous contenterons

des quelque 60 garages UPSA actuellement

impliqués d’ici fin janvier 2020. » Au début,

M. Baumann visait 30 à 50 établissements

pilotes. Mais la demande fut tellement forte

que ce chiffre a été rapidement atteint, et

même dépassé.

L’UPSA et Mobility sont des partenaires différents

aux objectifs divergents, mais avec

un point commun : leur volonté d’utiliser de

manière aussi efficace que possible le parc de

voitures. La coopérative Mobility, comptant

près de 200 000 membres, peut étoffer la

flotte qu’elle propose et densifier son réseau

d’emplacements avec le concours des garagistes

UPSA. Les garagistes peuvent quant à

eux toucher un nouveau groupe de clients

avec leurs véhicules existants, proposer des

prestations de mobilité plus complètes et

faire enfin circuler les véhicules jusqu’à présent

pas ou peu utilisés.

En décembre, l’UPSA et Mobility souhaitent

faire une analyse approfondie de l’utilisation

et étudier notamment la rentabilité des

différents garages. Sur cette base, le comité

de pilotage, dirigé par le président central

de l’UPSA Urs Wernli et le CEO de Mobility

Roland Lötscher, décidera si le projet pilote

En août, les deux chefs de projet Brigitte

Buchmann (Mobility) et Karl Baumann

(UPSA) ont fait un premier point de la situation

: les 60 établissements pilotes ont pu

communiquer leurs retours à l’aide d’un questionnaire

et d’un séminaire. Le chef de projet

UPSA se réjouit non seulement d’un taux de

réponse de 78 % à son enquête, mais aussi de

chiffres positifs. Les voitures avaient en effet

parcouru plus de 100 000 kilomètres à la

fin juin. Karl Baumann : « Nous avons donc

atteint le premier objectif du projet pilote :

faire circuler des véhicules immobilisés. » <

La liste d’attente reste ouverte

Les résultats de l’analyse détermineront

si la coopération entre l’UPSA et Mobility

se poursuivra après janvier 2020 et sous

quelle forme. Karl Baumann, chef de projet

UPSA : « Au final, l’opération doit valoir le

coup financièrement pour les garages. »

L’Uranais est optimiste. Il estime en effet

que la collaboration sera maintenue. Les

garagistes intéressés sont priés de le

contacter (karl.baumann@agvs-upsa.ch) :

« Nous serions ravis d’ajouter d’autres

entreprises à notre liste d’attente. Si le

projet se pérennise, Mobility et l’UPSA

décideront s’il est intéressant d’ouvrir de

nouveaux emplacements et en détermineront

la localisation. Nous informerons les

garages de nos conclusions. »

WAVETECH SPÉCIAL ET UNIQUE

- Plus grande puissance de lavage

- Meilleur nettoyage même dans les zones critiques

- Nettoyage régulier

- Incroyablement doux

- Effet autonettoyant

- Séchage rapide

- Look incroyable

BROSSES DE NOUVELLE TECHNOLOGIE

AUTOINSIDE | Octobre 201975


ASSOCIATION & SECTIONS

Les conseillers de service à la clientèle de l’UPSA

« Le contact personnel

reste primordial »

Ils parcourent la Suisse de long en large, cumulant des dizaines de milliers de kilomètres chaque année : ce sont les conseillers

de service à la clientèle de l’UPSA. AUTOINSIDE a accompagné René Schoch pendant toute une journée. Au programme :

des discussions constructives, le rechargement des voitures électriques et les véhicules non rendus. Carla Stampfli

René Koch (à g.), conseiller de service à la clientèle, salue l’équipe de VF Autotechnik AG à Staad (SG), qui vient de rejoindre l’UPSA.

Après un contrôle d’entreprise et quatre visites

chez des garagistes en Suisse orientale, la journée

de travail de René Schoch touche à sa fin.

« Une journée tout à fait satisfaisante », estime

le conseiller, en descendant de sa voiture de

fonction UPSA, une Ford Mondeo break de

couleur blanche. « Cela fait toujours plaisir

d’aller saluer un nouveau membre ». Nous y

reviendrons plus tard.

Avec Gaetano Gentile, Robert Mühlheim, Kurt

Pfeuti et Fabrice Prieto, René Schoch est l’un

des cinq conseillers de service à la clientèle

de l’association suisse des garagistes. Ils recueillent

les impressions du terrain auprès des

ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CHRYSLER - CONTINENTAL - COOPER - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - G

Vous avez les voitures, nous les pneus d‘hiver.

Chez nous vous recevez des pneus d‘hiver de dix marques de fabricants renommés - tout d‘une seule source. Produits de qualité

à des prix honnêtes - livrés dans toute la Suisse jusqu‘à trois fois par jour.

ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CHRYSLER - CONTINENTAL - COOPER - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - G


ASSOCIATION & SECTIONS

Martin Egger (à dr.), directeur du garage UPSA Kaufmann AG situé à Wittenbach (SG), en pleine discussion avec René Schoch.

garagistes de l’UPSA, communiquent les informations

sur la branche et écoutent les suggestions.

Ils expliquent aux entreprises nonmembres

les avantages de l’adhésion à l’UPSA.

Les conseillers se préparent longuement aux

visites d’entreprises, car une présentation sérieuse

est la clé du succès. Prospecter de nouveaux

membres fait partie des objectifs. « Il

est en outre essentiel de savoir comment vont

les garagistes, comment ils s’imposent sur le

marché, quels sont les problèmes rencontrés »,

déclare René Schoch. Ces informations aident

ensuite l’association à répondre plus précisément

aux attentes de ses membres et à améliorer

ses prestations de service.

« Dans la plupart des cas, nos journées se déroulent

sans encombre », affirme le conseiller

avant de se mettre en route. Mais il y a toujours

une part d’incertitude. Nous en avons

l’illustration alors qu’il s’apprête à accomplir

sa première mission de la journée. Il doit

contrôler un garage référencé comme entreprise

relevant du fonds de formation professionnelle,

mais qui ne paie pas ses cotisations.

« Une telle vérification est rare », affirme René

Schoch, tout en avançant dans une zone industrielle.

Tel un détective, il scrute les voies

sinueuses. Aucune trace de ce garage. « On dirait

que l’entreprise a mis la clé sous la porte. »

Les renseignements pris sur place confirment

ses doutes. Il en prend note et retourne à sa

voiture.

Avant de se rendre chez un nouveau membre,

René Schoch fait un crochet qui n’avait pas été

prévu chez Allemann-Team AG à Amriswil

(TG). « En règle générale, nos rendez-vous

sont annoncés », explique-t-il. Mais s’ils ont

le temps, les conseillers de service font parfois

des petites visites spontanées. Ce garage

UPSA offre entre autres le CheckEnergieAuto

comme prestation de proximité. René Schoch

souhaite savoir s’il reste des questions sur le

CEA et si le garage a encore assez de supports

d’information CEA. Bilan : « Tout va bien, l’entreprise

tourne bien, nous sommes satisfaits. »

René Schoch est responsable des sections

Saint-Gall, Appenzell, Liechtenstein,

Glaris, Thurgovie, Schaffhouse, ainsi que

d’une partie de la section Zurich. Cela représente

quelque 900 garages UPSA, et les visites

effectuées chaque année l’amènent à parcourir

environ 35 000 kilomètres. « L’objectif est de

rendre visite à chaque membre une fois tous

les deux ans », précise René Schoch, lui-même

conseiller de service à la clientèle depuis plus

de trois ans. La plupart des membres apprécient

ce contact personnel, bien que ce ne

soit pas indispensable. « Outre les visites,

nous sommes là à tout moment pour les garagistes

», affirme René Schoch. Les conseillers

reçoivent de nombreux appels téléphoniques

de membres ayant besoin d’un conseil sur une

question précise, qui peut par exemple concerner

la conduite à tenir lorsqu’un apprenti pose

problème ou des cas de clients n’ayant pas

payé leurs factures. « Qu’il s’agisse du service

juridique, de la formation initiale et continue

ou des finances, nous faisons alors intervenir

nos experts. Ils se saisissent de la question et

apportent leur aide autant que possible. »

René Schoch est maintenant arrivé à Staad

(SG), chez VF Autotechnik AG. La rencontre

avec ce nouveau membre est le temps fort de

la journée. L’entreprise a décidé de rejoindre

l’UPSA notamment pour la solution par branche

Suite en page 78

OODYEAR - JEEP - LANCIA - LEXUS - MG - MICHELIN - MOBIL - MOTOREX - NOKIAN - OSRAM - PANOLIN - PIRELLI - ROVER - THULE - TOYOTA - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA

Commandez maintenant:

> E-Shop: shop.fibag.ch

> E-Mail: orders@fibag.ch

> Hotline: 062 285 61 30

Fibag SA

Lischmatt 17

4624 Härkingen

OODYEAR - JEEP - LANCIA - LEXUS - MG - MICHELIN - MOBIL - MOTOREX - NOKIAN - OSRAM - PANOLIN - PIRELLI - ROVER - THULE - TOYOTA - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA


ASSOCIATION & SECTIONS

sécurité au travail et protection de la santé.

Avec la SAD, le garage bénéficie ainsi d’un partenaire

pour mettre en œuvre correctement la

directive 6508 de la CFST. René Schoch remet

au propriétaire, Vigan Isufi, la plaquette

de l’UPSA ainsi qu’un dossier contenant des

informations sur les offres des partenaires et

les prestations de service. Au cours de l’entretien,

les questions en suspens sont clarifiées

et on aborde des thèmes comme la conduite

d’essai. Vigan Isufi raconte alors qu’il a vu un

jour un client se volatiliser avec le véhicule :

« C’était rageant. Depuis lors, j’accompagne les

clients qui veulent essayer un véhicule. » En

guise de sécurité supplémentaire, René Shoch

lui recommande le contrat d’utilisation pour

les courses d’essai de l’UPSA. La charge de travail

des garages pendant les vacances d’été et

le manque de main-d’œuvre dans la branche

sont évoqués. « Il faut absolument que les

choses bougent », estime le propriétaire, qui

en trois mois n’a reçu qu’une seule candidature

à une offre d’emploi. René Schoch note tout

cela avant de prendre congé de son hôte.

Il poursuit sa route vers Wittenbach (SG),

pour rendre visite à un autre membre de

l’UPSA. Martin Egger, dirigeant du garage

Kaufmann AG, l’accueille. Tout d’abord, René

Schoch lui fait part des principaux thèmes de

l’UPSA, de ses prestations de service et des

offres réservées aux partenaires. La discussion

tourne ensuite autour des émissions de CO 2,

des contrats de concessionnaire, de la charge

de travail et de l’électromobilité. Martin Egger

mentionne à ce propos l’attente des clients, qui

veulent récupérer leur voiture électrique entièrement

rechargée par le garagiste après l’entretien.

Le chef d’entreprise demande si l’UPSA

peut se pencher sur cette question, d’autant

plus que certains garages facturent le rechargement,

d’autres non : « Je pense que la meilleure

solution serait d’introduire un forfait. » René

Schoch note cette suggestion.

Les conseillers de service à la clientèle de

l’UPSA consignent toutes leurs visites et établissent

ensuite un rapport dans lequel ils

Tout est là : le conseiller de service à la clientèle et sa voiture forment une équipe inséparable.

mentionnent également les propositions des

garagistes. À la fin de chaque semaine, ils rédigent

un bilan hebdomadaire qui est adressé

ensuite aux membres de la direction et aux

cadres de l’UPSA. Au cours de réunions régulières,

l’association exploite ces rapports et réfléchit

aux améliorations à apporter.

Avant la fin de la journée, René Schoch ajoute

deux remarques dans ses notes : d’un côté, un

Adhésion à l’UPSA : les avantages et les tarifs

Les domaines de la formation, de la représentation

de la branche et de la communication sont

au cœur de l’activité de l’association professionnelle

des garagistes suisses. Outre la formation

initiale et continue, l’UPSA offre des prestations

de service adaptées au marché. Qu’il s’agisse

de la prévoyance vieillesse, de la formation

initiale et continue, des certificats de travail, du

matériel de bureau, des finances, du droit, de la

sécurité, de la bourse de l’emploi, des indemnités

journalières ou de l’assurance des soins, de la

téléphonie, de l’environnement, de la vente, de

l’expédition ou des solutions d’assurance pour

les clients, les garagistes de l’UPSA peuvent bénéficier

de prestations de service avantageuses.

L’UPSA représente également les intérêts et les

préoccupations des garagistes en tant que chefs

d’entreprise à l’égard des autorités, des responsables

politiques et des acteurs économiques.

garage qui ne souhaite pas adhérer. De l’autre,

une entreprise qui vise l’adhésion. « Les visites

montrent bien l’importance d’être sur le terrain

», estime-t-il. On peut échanger, évoquer

différentes questions et clarifier les zones

d’ombre. « Le contact personnel reste primordial,

même à l’ère du numérique. » <

Plus d’informations sur :

agvs-upsa.ch

Les médias de l’UPSA publient en ligne et sur

papier des articles de qualité sur les actualités

de la branche.

Pour devenir membre de l’UPSA, il faut remplir

des critères minimaux, comme la présentation du

numéro d’entreprise, une image globale positive

et l’inscription au registre du commerce. Le

comité de la section concernée se prononcera

sur l’acceptation définitive après avoir examiné

et évalué l’entreprise demandant l’adhésion.

Pour adhérer à l’UPSA, une cotisation de

base annuelle de 350 francs par entreprise est

demandée. À cela s’ajoute un montant dégressif

individuel calculé selon l’effectif de l’entreprise.

Ainsi, pour une entreprise de 1 à 20 employés, ce

montant sera de 60 francs par personne, de

42 francs par personne de 21 à 30 employés, de

37 francs de 31 à 40 employés, etc.

NOUS AVONS

LA BONNE SOLUTION

POUR VOS REMISES

DE CLEFS

BOPP Solutions AG

Industriestrasse 6 | 8305 Dietlikon | Schweiz

T +41 44 883 33 88 | F +41 44 883 33 89

info@bopp-solutions.ch | www.bopp-solutions.ch

78

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION & SECTIONS

Portrait

Au service de la relève

Des bourses des places d’apprentissage aux entretiens de postulation fictifs en passant par les visites au sein des

écoles : Thomas Jenni, directeur de la section UPSA Soleure, s’investit depuis de nombreuses années pour la relève

professionnelle. Quel est son moteur ? Carla Stampfli

Thomas Jenni, directeur de la section UPSA Soleure, simule un entretien d’embauche avec une élève de 9 e année.

« La performance et la motivation, explique

Thomas Jenni aux élèves de l’école secondaire

de Gerlafingen (SO), sont les éléments

les plus importants de toute candidature. Les

entreprises doivent sentir que vous êtes l’apprenti

qu’il leur faut. »

En ce jeudi matin, Thomas Jenni rend visite

à une classe de 9 e année. Son objectif : initier

les élèves au processus de postulation par

des exemples théoriques et pratiques. Âgé de

56 ans, il est responsable de projet en marketing

de formation professionnelle à la

kgv (union cantonale des arts et métiers de

Soleure) et directeur de la section UPSA du

même canton. Il débute par cette remarque :

« Si vous êtes intéressés par un apprentissage

dans la branche automobile, je vous donnerai

volontiers des informations plus détaillées

après notre atelier de postulation. » Cet atelier

fait partie du projet « Rent a Boss », mis

sur pied par les associations économiques

soleuroises pour lutter contre la pénurie de

main-d’œuvre qualifiée. Pourquoi « Rent a

Boss » ? Parce que le projet permet de « louer »

des responsables d’entreprise pour des visites

dans les écoles. « Cette initiative profite à tout

le monde : les écoliers bénéficient d’un aperçu

Suite en page 80

Command Livré.

Le N° 1 des dispositifs d’attelage et des solutions rapides. www.hirschi.com

rz_28700817002_Hirschi_187x29mm_Geliefert_f.indd 1 30.08.17 10:28

AUTOINSIDE | Octobre 201979


ASSOCIATION & SECTIONS

réel du quotidien professionnel et les entreprises

d’un contact direct avec les jeunes. »

Qu’il soit en train de promouvoir l’apprentissage

dans le canton ou de diriger la section

UPSA Soleure, Thomas Jenni met tout en

œuvre depuis de nombreuses années pour

favoriser les contacts entre les jeunes et les

entreprises. Deux choses lui tiennent à cœur

dans le soutien de la relève : il souhaite d’une

part que la branche automobile, comme les

autres branches, ait assez de personnes à

former. D’autre part, il veut que les écoliers

décrochent un contrat d’apprentissage. « Ma

mission est d’aider les jeunes à trouver un

débouché après l’école », explique-t-il, en

soulignant que c’est le seul moyen d’éviter

qu’ils ne « restent sur le bord du chemin » et

doivent, tôt ou tard, recourir à l’aide sociale.

« Je suis persuadé que chaque élève peut trouver

un débouché. » Les succès qu’il a rencontrés

avec des projets comme « Rent a Boss »

lui donnent raison, et le poussent à continuer

de mettre son énergie en faveur de la relève

professionnelle.

Thomas Jenni s’intéresse à la relève professionnelle

pour ainsi dire depuis qu’il travaille

dans la branche automobile. Économiste d’entreprise

de formation, il a travaillé pendant

30 ans chez Amag, dont 20 en tant que responsable

du département technique. « À ce

poste, je m’engageais déjà pour la formation

professionnelle. J’ai alors noué des contacts

précieux qui me sont utiles aujourd’hui encore

», dit-il. Les contacts sont d’ailleurs,

d’après lui, la clé de voûte de la promotion

de la relève : seul un bon réseau permet de

bâtir des ponts entre les entreprises formatrices

et les écoles. Le contact humain est

aussi l’une des raisons pour lesquelles Thomas

Jenni œuvre depuis cinq ans au sein de

la kgv. Il fréquente les près de 4000 membres

de l’union, peut assister aux assemblées générales

des associations professionnelles et

à des journées de formation continue des

enseignants. De temps à autre, il a aussi l’occasion

de discuter avec le directeur cantonal

de l’instruction publique. « Tout cela contribue

à nouer des liens importants et à faire

connaître nos idées et nos projets. »

En ce qui concerne sa propre relève, Thomas

Jenni n’a pas trop de souci à se faire : tandis

que l’une de ses filles a mis un pied dans le

domaine de la santé, l’autre s’apprête à commencer

des études d’art et de communication

à la Haute école des arts de Berne. « Je

n’ai pas réussi à les convaincre de choisir un

métier dans la branche automobile. Mais ma

femme et moi sommes tout de même parvenus

à leur transmettre le virus des virées sur

la route », dit-il en souriant. Il n’est pas rare

en effet que la famille au grand complet parte

faire un tour en camping-car pendant son

temps libre.

À côté de l’apprentissage d’intégration et de

« Rent a Boss », Thomas Jenni gère aussi des

bourses de places d’apprentissage, il soutient

les écoles lors des soirées des parents et organise

les journées « Erlebnistage Beruf » lors

desquelles des entreprises formatrices de

tout le canton proposent des stages. Notre

homme s’assure toujours que la branche automobile

y est bien représentée. Une entreprise

sur dix était d’ailleurs un garage de l’UPSA

lors des journées de stage du mois de juin.

« Ce projet est bien accueilli par les entreprises

», dit-il. Et pas seulement par elles : il

arrive que son équipe reçoive des lettres de

remerciement, et même parfois des cadeaux

comme des petits pains cuits au four à bois.

« Ces feed-back positifs constituent notre ré-

À propos de débouché : cette année, la section

UPSA Soleure a pu signer davantage de

contrats d’apprentissage qu’en 2018. Thomas

Jenni, qui la dirige depuis 2012, est heureux

de ce bilan : « Malgré une situation tendue

sur le marché de la main-d’œuvre qualifiée,

nous nous en sommes très bien tirés ». C’est

notamment dû au fait, souligne-t-il, que la

branche automobile propose des formations

initiales et des métiers attrayants. « Nos

formations constituent une bonne base et

ouvrent des portes tant du côté de la formation

continue que vers d’autres branches. »

Initier les élèves au processus de postulation est l’une des tâches de Thomas Jenni.

80

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION & SECTIONS

compense et nous encouragent à continuer

de nous engager pour la relève professionnelle

», indique-t-il.

De quel projet est-il particulièrement fier ?

Thomas Jenni cite le préapprentissage d’intégration.

Celui-ci permet à des migrants

titulaires du livret F ou N d’effectuer un

préapprentissage d’un an chez un garagiste

de l’UPSA dans les sections de Soleure, de

Zurich, du Valais et de Suisse centrale. La

première volée s’est montrée très convaincante.

« Les participants ont donné le meilleur

d’eux-mêmes et ont fait très bonne

impression », affirme-t-il l’air réjoui. Neuf

participants sur douze ont même décroché

un contrat d’apprentissage. Pour la deuxième

volée, qui commencera bientôt, douze

participants sont à nouveau dans les starting-blocks.

L’atelier de postulation de Gerlafingen arrive

à présent à son terme. Thomas Jenni se félicite

de l’engagement des élèves. Seuls les

jeux de rôle, dans lesquels sont recréés des

entretiens de postulation fictifs, l’ont laissé

quelque peu sur sa faim : « Ils se sont bien

défendus, mais certains d’entre eux n’étaient

pas assez préparés. » Il est bon qu’il y ait des

personnes qui, comme Thomas Jenni,

se chargent d’y remédier et

de les guider jusqu’aux portes

des entreprises. <

Quel regard Thomas Jenni porte-t-il sur l’avenir

? Il se déclare sûr de la force de la branche

automobile et du potentiel de la relève professionnelle,

car malgré les évolutions technologiques,

la branche possède les structures

et les bases nécessaires pour continuer de se

développer. En guise d’illustration, il fait

remarquer que « de nombreuses branches

ne savent même pas ce qu’est un dossier de

formation en ligne. Or l’UPSA en propose un

depuis plusieurs années. Si nous parvenons

à rester en phase avec notre époque et que

nous proposons des méthodes et des places

de formation modernes, nous n’aurons aucun

problème à recruter des jeunes. »

Thomas Jenni s’efforce à représenter la branche automobile lors d’événements pour les jeunes diplômés.


ASSOCIATION & SECTIONS

Journée des garagistes suisses 2020

La relation automobilistegaragiste

sous la loupe

La prochaine édition de la Journée des garagistes suisses tournera autour de la relation entre garagiste et

automobiliste, de la formation initiale et continue, ainsi que du débat écologique et de ses conséquences.

En effet, celui-ci s’est de plus en plus durci ces derniers mois et concerne directement la branche automobile

ainsi que les membres de l’UPSA. Reinhard Kronenberg

Le 14 janvier 2020, au Kursaal de Berne,

l’environnement et le climat seront abordés

sous l’angle de la branche automobile :

l’UPSA a invité le célèbre politologue suisse

Claude Longchamp à expliquer comment

les tendances sociales prennent forme et finissent

par influer sur le débat politique en

se basant sur l’exemple du débat écologique

actuel. Le sujet dominant dans le cadre de

cette discussion est le CO 2

. Les valeurs limites

devront être successivement réduites

dans les décennies à venir, le Conseil fédéral

venant d’annoncer l’objectif de réduire

les émissions de CO 2

à zéro d’ici 2050. Pascal

Previdoli, directeur adjoint de l’Office fédéral

de l’énergie (OFEN), présentera le calendrier

de la Confédération. Il évaluera l’évolution

du trafic individuel motorisé (TIM) du point

de vue de la Confédération et esquissera le

rôle des garagistes en tant que principale interface

avec les automobilistes.

Après l’exposé de Pascal Previdoli, le directeur

de l’Office fédéral des routes (OFROU)

82

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION & SECTIONS

Jürg Röthlisberger, le conseiller national PLR

Thierry Burkart et le chercheur de l’Empa

Christian Bach, spécialiste de la motorisation,

discuteront notamment du rôle des garagistes

dans le cadre de la mobilité du futur.

Le 14 janvier, l’UPSA accordera une attention

particulière à la relation entre client et garagiste

et s’appuiera à cet égard sur une étude

de marché représentative. Celle-ci sera effectuée

en automne 2019 dans toute la Suisse et

les résultats seront présentés au Kursaal par

l’institut Link. Le présentateur Röbi Koller

discutera avec Markus Hutter, garagiste, et

Markus Aegerter, membre de la direction de

l’UPSA, de l’impact du résultat de cette étude

pour les membres et l’association. L’objectif

du programme est de fournir aux membres

et aux partenaires de la branche des conseils

concrets leur permettant de renforcer la relation

avec leurs clients.

Des retrouvailles particulières auront lieu vers

midi, lorsque les trois médaillés des championnats

SwissSkills 2019 monteront sur

scène : Florent Lacilla (or), Damian Schmid

(argent) et Steve Rolle (bronze) représentent

le nec plus ultra de la relève des mécatroniciens

d’automobiles suisses. Avec Olivier

Maeder, responsable de la formation au sein

de la direction de l’UPSA, les jeunes professionnels

évoqueront leur apprentissage et

parleront des défis auxquels ils sont actuellement

confrontés.

Les participants auront en outre une occasion

unique d’apprendre directement du responsable

de la stratégie du groupe Volkswagen

comment l’un des plus grands constructeurs

automobiles du monde et le plus grand d’Europe

s’oriente vers l’avenir. Il s’agit non seulement

de savoir quelles formes de propulsion

seront encore proposées, mais aussi de

connaître le rôle que le commerce jouera dans

les projets futurs de VW. Ce point ne devrait

pas uniquement intéresser les concessionnaires

des marques du groupe Volkswagen.

Et parce que la Journée des garagistes suisses

s’articule aussi toujours autour de l’inspiration,

l’UPSA a invité deux intervenants

très spéciaux : Mireille Jaton et Philip Keil.

Mireille Jaton a remporté le concours oratoire

international « Speaker Slam » à Munich

au printemps 2019 et est considérée depuis

comme la « meilleure oratrice d’Europe ». Elle

montrera de manière ludique comment trouver

sa propre voix et faire une entrée réussie.

Philip Keil compte également parmi les meilleures

intervenants dans l’espace germanophone.

Il assurera le programme dans le cadre

du traditionnel Dîner des garagistes. Le

commandant de bord a vécu une expérience

limite en 2009, lorsqu’un vol de routine avec

190 passagers à bord s’est soudain transformé

en situation d’urgence. M. Keil a réussi à éviter

la catastrophe littéralement à la dernière

seconde. Par la suite, il s’est mis à rechercher

les causes d’accidents aériens et il applique

depuis les connaissances acquises aux défis

qui se posent dans le monde des entreprises.

Les inscriptions à la Journée des garagistes

suisses 2020 sont ouvertes. <

Informations complémentaires et

inscription sur :

agvs-upsa.ch/fr/colloque2020

www.osram.com/ledriving-spotlights

LEDriving ® feux de travail

et de circulation

Un travail acharné sous un

meilleur éclairage

Avec les feux de travail* et de circulation** OSRAM LEDriving ® ,

vous bénéficiez d’une visibilité totale, même là où d’autres projecteurs

ne fournissent plus suffi samment de lumière dans l’obscurité.

Vous avez le choix entre trois séries: Multifonctionnel, fonctionnel

et mince.

Votre véhicule mérite OSRAM le numéro 1 de l’industrie automobile

* Les feux de travail à LED OSRAM ne sont pas homologués ECE. Cela signifi e

qu’ils ne doivent pas être utilisés sur la voie publique pendant la conduite.

** Les feux de circulation doivent être installés par paires pour les

véhicules 12/24 V.

La lumière, c’est OSRAM


ASSOCIATION & SECTIONS

« Auto Zurich Classic », l’exposition de la halle 6, fait la part belle aux véhicules historiques jusqu’aux youngtimers.

L’Auto Zurich Car Show du 31 octobre au 3 novembre 2019

Du salon à l’événement

La 33 e édition de l’Auto Zurich Car Show ne présentera pas seulement les dernières nouveautés de la branche automobile,

mais rendra également hommage aux nombreux passionnés de voitures anciennes par une exposition spéciale. Avec le

nouveau format de la halle 6, l’« autotecnica.ch » et la plateforme « Brain-Village », ce salon automobile traditionnel se

transforme en véritable événement de branche. Jürg A. Stettler


ASSOCIATION & SECTIONS

À l’instar de nombreux autres salons, l’Auto Zurich Car Show doit évoluer

pour faire face à un secteur des foires de plus en plus exigeant.

C’est pourquoi, l’année dernière, les organisateurs et le président du

conseil d’administration Karl Bieri ont, entre autres, recruté un nouveau

membre dans le conseil d’administration, à savoir Marco Parroni,

responsable de projet en Formule E et responsable du marketing à

la banque Julius Bär. « Nous nous éloignons de l’exposition classique

pour transformer le salon en un véritable événement », explique Marco

Parroni à propos de ses idées.

La première étape dans cette évolution est l’édition du 31 octobre au

3 novembre 2019 avec un format de salon supplémentaire. Les visiteurs

auront toujours la possibilité d’admirer les principales nouveautés

des différentes marques dans les halles zurichoises. Le salon inclura

20 premières suisses ainsi que toutes les nouveautés provenant du salon

international de l’automobile IAA de Francfort, et bien plus encore.

Depuis quelques années, les technologies du futur comme la mobilité

autonome et connectée ou les dernières tendances en matière d’électronique

grand public ont aussi leur place dans les halles zurichoises dans

le cadre du « CE Trend-Tour ». Dans les éditions futures, une exposition

sous le nouveau label « Auto Zurich Classic » sera consacrée dans la

halle 6 à l’histoire des voitures anciennes jusqu’aux voitures modernes.

« Les voitures anciennes sont de plus en plus populaires. La petite collection

que nous avons présentée l’année dernière l’a bien montré. Cette

année, nous souhaitons étendre et harmoniser davantage l’exposition

de ces classiques de l’automobile », annonce Karl Bieri. L’Auto Zurich

Car Show simplifie d’ailleurs la tâche aux exposants. Tout ce qu’ils ont

à faire, c’est de mettre à disposition leur véhicule. L’équipe de l’Auto

Zurich Car Show se charge de tout, y compris du montage du stand.

L’avenir de la mobilité : un sujet incontournable également au salon zurichois.

Du côté de l’« autecnica.ch », ce ne seront pas les grands classiques

rares et les bijoux rutilants qui attendront les visiteurs, mais beaucoup

de nouveautés passionnantes en matière de pièces automobiles, d’équipements

d’ateliers et de stations-service, de lavage automobile, de logiciels,

d’accessoires et de tuning. Dans le cadre de l’Auto Zurich Car

Show, ce salon propose à tous les garagistes, fournisseurs de garages,

prestataires du secteur automobile, centres d’opération et ateliers les

conditions idéales pour entretenir leurs relations dans le domaine B2B.

Durant les quatre jours, le « Brain-Village », la plateforme d’information

des écoles professionnelles et des hautes écoles spécialisées

du canton de Zurich, vaut à coup sûr le détour. Plusieurs conférences

intéressantes auront lieu sur les quelque 300 mètres carrés. Ces dernières

années, le « Brain Village » a attiré chaque fois entre 250 et

300 élèves du niveau secondaire II venus s’informer sur l’actualité

des métiers de l’automobile. Ils peuvent de surcroît y découvrir

des postes de travail équipés en direct lors des championnats zurichois

des métiers ainsi que les défis auxquels les apprentis d’aujourd’hui

doivent faire face au quotidien. Lors de ces championnats,

la section UPSA Zurich, de concert avec l’Union suisse des carrossiers

et avec les écoles professionnelles TBZ, STFW, GBW et BBW, cherche

les meil-leur(e)s mécatronicien(ne)s d’automobiles, mécanicien(ne)

s en maintenance d’automobiles et assistant(e)s en maintenance d’automobiles

de Zurich. L’apprenti champion se qualifiera ainsi pour les

SwissSkills 2020.

Une opportunité à ne pas manquer, donc, pour nouer des contacts, obtenir

des informations et découvrir les nouveautés du secteur. <

Faire l’expérience de l’innovation : c’est ce que propose une fois encore l’« autotecnica.ch »

dans le cadre du salon. (Source : Messe Frankfurt GmbH / Pietro Sutera)

Infos pratiques

Dates / horaires d’ouverture : du jeudi 31 octobre au dimanche 3 novembre

2019, de 10 heures à 21 heures (samedi et dimanche de 10 heures à 19

heures) ; lieu : Messe Zürich ; prix : adultes CHF 19., bénéficiaires AVS/AI

CHF 12., écoliers/étudiants/apprentis CHF 10., billet de soirée (je/ve dès

18 heures) CHF 12., billet familial (2 adultes, 1 à 4 enfants de moins de 16

ans) CHF 39., abonnement CHF 30. ; pour de plus amples informations :

www.auto-zuerich.ch


SPONSORED CONTENT

JobCloud

Les erreurs d’appréciation à

éviter dans le recrutement

Vous recrutez de nouveaux collaborateurs? Les erreurs d’appréciation peuvent intervenir à chaque étape du processus et

devenir un véritable obstacle dans la prise de décisions. Découvrez ci-dessous les erreurs d’évaluation que les recruteurs

commettent régulièrement et des conseils pour les éviter.

L’effet de primauté

pd. Une candidate a envoyé un très bon

dossier de candidature. Dès les premières

minutes de l’entretien, elle renvoie une attitude

sympathique et positive ou négative.

Les décideurs auront alors automatiquement

tendance non seulement à rester sur cette

première impression tout au long des 90

prochaines minutes, mais également à se la

confirmer constamment.

L’effet de suite

Connaissez-vous cette grille d’évaluation invisible

qui apparaît soudain lorsque le premier

candidat s’est montré convaincant et

adéquat? Tous les candidats suivants sont

alors mesurés à cette personne. Et au lieu de

considérer chaque candidat de façon neutre,

nous avons tendance à comparer. Ce qui n’est

ni objectif, ni juste.

L’effet « glue »

Certains candidats n’ont pas de grands changements

à mentionner sur leur CV. Ils sont

fidèles, loyaux et très prudents dans leur recherche

d’emploi. Ils réfléchissent bien avant

de postuler. Les personnes qui n’ont pas

reçu de promotion depuis longtemps sont

malheureusement toujours sous-estimées et

doivent se montrer particulièrement convaincantes

en entretien d’embauche.

L’effet de projection

Le candidat est la copie conforme du supérieur?

Même parcours, mêmes hobbies ou

même prénom? Nous avons tous tendance à

chercher des points communs avec les autres

et sommes ravis de pouvoir en trouver. Les

personnes nous semblent alors plus sympathiques

et nous confortent dans notre décision.

Les candidats ayant des ressemblances

avec le recruteur sont souvent mieux perçus

que ceux qui n’en ont pas mais qui correspondent

pourtant mieux au profil recherché.

Ces erreurs de perception peuvent grandement

influencer vos décisions et vous mener

à ne pas toujours engager les candidats les

plus adéquats. Mais comment éviter ces biais

de perception ?

Conseil 1 : L’objectivité est la carte maîtresse

du recrutement et elle ne peut être atteinte

qu’en séparant très nettement l’observation

et l’évaluation. Dans un premier temps, tenez-vous-en

strictement aux réponses du

candidat et à vos observations. Ne faites une

évaluation qu’à la toute fin. Gardez toujours

le profil requis sous les yeux et rappelez-vous

sans cesse à quoi devrait ressembler le candidat

idéal.

Conseil 2 : Chaque personne présente à

l’entretien devrait avoir le même formulaire

standardisé devant elle durant l’entretien

d’embauche. Ce formulaire doit mentionner

clairement qui tient quel rôle durant l’entretien.

Le formulaire se base sur le profil requis,

qui a été établi par le manager en collaboration

avec le supérieur hiérarchique, et permet

une évaluation précise. Il est à remplir par

chaque participant car la première évaluation

doit toujours se faire seul. Puis les décideurs

se réunissent et échangent leurs remarques.

Leader sur le marché de l’emploi en ligne

depuis plus de 20 ans, JobCloud détient les

plateformes d’emploi les plus populaires de

Suisse : jobup.ch, leader en Suisse romande,

et jobs.ch, N°1 en Suisse alémanique. Rendez-vous

sur www.jobcloud.ch/leblog pour

de plus amples informations, des conseils,

des check-lists et des articles sur les thèmes

du recrutement et du marché RH. <

86

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION & SECTIONS

Forte affluence au stand de l’UPSA

> Succès pour les métiers de l’automobile au salon des métiers « ab’19 ».

crc. De nombreux élèves se sont informés sur

les métiers attrayants de la branche automobile

lors de leur visite du salon argovien des

métiers « ab’19 ». La section Argovie de l’UPSA

présentait du 3 au 8 septembre 2019 les nombreux

avantages d’une formation dans cette

industrie dynamique.

La mobilité est omniprésente et les voitures

fascinent toutes les classes d’âge. Surtout à

l’heure actuelle où l’électromobilité est un sujet

très médiatisé. Ce n’est donc pas une surprise

que de nombreux élèves et enseignants aient

visité le stand de l’UPSA. Sous la direction

d’experts de la formation professionnelle et

de jeunes spécialistes ayant suivi une formation

dans le secteur de l’automobile, les jeunes

ont pu assembler un modèle réduit, travailler

sur un modèle de transmission et simuler un

éclairage sur le tableau lumineux. Ils ont également

pu consulter la mémoire des défauts

avec un appareil de diagnostic sur une voiture

neuve de la marque Opel. Les élèves ont pu

repartir avec un modèle réduit construit par

leurs soins en guise de souvenir du stand de

l’UPSA.

Ralph Jung (responsable CI et chef de stand)

était ravi du grand nombre de visiteurs et des

nombreuses questions des élèves, des enseignants

et des parents. Beaucoup d’entre eux

souhaitaient savoir quelles exigences scolaires

et manuelles étaient requises pour mener à

bien une formation de mécatronicien(ne) d’automobiles,

de mécanicien(ne) en maintenance

d’automobiles ou d’assistant(e) en maintenance

d’automobiles.

Selon Ralph Jung, le salon « ab’19 » a de nouveau

été une excellente plate-forme pour présenter

de plus près la branche automobile. <

Système d’ étalonnage

radar et caméra de pointe

Panneaux spécifiques

au véhicule avec

fermeture rapide

Facile à régler

grâce au réglage de

la hauteur électrique

h

Transport en toute

sécurité grâce à

des rouleaux

intégrés À l‘épreuve du futur

grâce à l’ajustement

variable de l‘angle

d‘inclinaison

Toujours dans la

bonne position grâce à

l‘auto-centrage à 3 points

Merci de votre visite au

www.texadeutschland.com

Le responsable CI et chef de stand Ralph Jung (au milieu) est satisfait de l’écho enregistré au salon des métiers « ab’19 ».

AUTOINSIDE | Octobre 201987


ASSOCIATION & SECTIONS

Championnats des métiers des deux Bâle

Une mécatronicienne a gagné

Pour la troisième fois déjà, la section UPSA des deux Bâle a organisé les championnats des métiers des mécatroniciennes

et mécatroniciens d’automobiles à l’occasion du salon Auto/Mobil Basel, qui a eu lieu du 12 au 15 septembre 2019.

Les seize participants aux championnats des métiers des deux Bâle ont séduit les organisateurs et les experts par leur motivation et leur élan.

mb. Cette année, le salon Auto/Mobil Basel avait, pour la première fois,

bien plus à proposer qu’une exposition de voitures neuves. La mobilité

sous toutes ses formes était le thème principal durant les trois jours

de salon. D’ailleurs, ce dernier ne s’appelle plus AutoBasel, mais a été

rebaptisé Auto/Mobil Basel.

Lors des journées des exposants, seize candidats ont mis leurs compétences

à l’épreuve juste à côté de l’entrée principale dans la halle 2.0.

FIGAS Votre professionnel de la branche

professionnel discret personnel

FIGAS

L’Auditeur d‘entreprise

évalue l’équipement mobilier et les biens

immobiliers de la branche automobile


établit des évaluations d’entreprise


accompagne les discussions lors de processus

de succession


sert d’intermédiaire entre les exploitations de

la branche automobile au niveau national

Tout a commencé jeudi soir, lors de l’avant-première, par le tirage au

sort officiel des dossards, répartissant les candidats en deux groupes.

Les spectateurs ont ainsi à tout moment pu voir en direct sur les moniteurs

quels candidats étaient affairés sur les exercices des championnats

et consulter les scores intermédiaires.

Les choses sérieuses ont ensuite commencé le vendredi. À partir

de midi, les seize jeunes professionnels ont mis leurs compétences à

l’épreuve à huit postes. Ils devaient notamment démonter une boîte de

vitesses, résoudre des pannes de moteur et établir des diagnostics sur

des éléments électriques parmi les plus modernes, trouver des erreurs

sur un appareil d’éclairage et de signalisation, effectuer des mesures sur

la mécanique du moteur et réaliser une géométrie de direction. Lors

de l’examen oral et de l’examen écrit, les candidats ont pu faire état de

leurs connaissances théoriques en plus de leur savoir-faire pratique. Le

tout sous la supervision rigoureuse et permanente de neuf experts qui

ont observé avec vigilance chaque phase du travail des candidats.

Les vainqueurs ont été désignés le dimanche suite à trois journées de

compétition exigeantes, passionnantes, mais aussi très riches en enseignements.

La première place revient à Vera Häner, suivie de Dario

Paolo et de Serafin Botta.

Mais pour les organisateurs, il n’y avait que des vainqueurs, car les

seize jeunes mécatroniciennes et mécatroniciens d’automobiles motivés

et pleins d’élan ont fait état de beaucoup de courage, d’enthousiasme

et d’ambition, rien qu’en osant relever ce défi. « Grâce au travail

magnifique des candidats et des experts, cette manifestation restera

gravée à jamais dans nos mémoires », a déclaré Ruedi Blaser, co-organisateur

et instructeur au centre de formation de l’UPSA de Sissach. Les

organisateurs étaient particulièrement ravis de voir gagner une femme

motivée et engagée. <

FIGAS Fiduciaire de la branche automobile suisse SA

Mühlestrasse 20 | 3173 Oberwangen

Téléphone +41 31 980 40 50 | www.figas.ch

Une entreprise du groupe OBT

Les participants aux championnats des métiers

Vera Häner, Dario Paolo, Serafin Botta, Lukas Turnsek, Miljan Dedic,

Dean Kunz, Alessio Dietrich, David Metthez, Deniz Yüksel, Joey Abt,

Diren Teke, Louis Schulz, Prince Pulikottil, Davide Ruggieri, Fabian

Kym et Benjamin Scheurer.

88

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


VÉHICULES UTILITAIRES

10 e édition de transport-CH du 14 au 17 novembre à Berne

Le principal salon du

secteur fête ses 10 ans

Sous le slogan « eVOLUTION », la dixième édition de transport-CH ouvrira ses portes le 14 novembre 2019. Tous

les deux ans, le parc d’exposition de Bernexpo se transforme en rendez-vous incontournable de la branche

des véhicules utilitaires. Le directeur de l’exposition Jean-Daniel Goetschi confie dans un entretien ce que les

visiteurs du plus grand salon des véhicules utilitaires de Suisse pourront découvrir. Jürg A. Stettler

Le nouveau Mercedes-Benz Actros

« Edition 1 » en série limitée à 400 exemplaires

sera sans aucun doute une des attractions

phares de transport-CH.

AUTOINSIDE | Octobre 201989


VÉHICULES UTILITAIRES

La branche des véhicules utilitaires suisse se

retrouve tous les deux ans à Berne au salon

transport-CH, qui se tiendra cette année du

14 au 17 novembre 2019. Cet événement est

devenu un rendez-vous majeur de la branche,

un salon de référence et une plate-forme pour

les innovations. Les technologies de motorisation

alternatives ont le vent en poupe, dans

le domaine de l’utilitaire aussi.

transport-CH illustre cette tendance à l’occasion

de sa 10 e édition, et pas uniquement

par son slogan « eVOLUTION ». Les visiteurs

pourront même effectuer des conduites d’essai

sur des véhicules de différentes catégories,

à moteur électrique ou à gaz. Une piste

d’essai d’environ 600 mètres de long a été

aménagée à cet effet.

Les nouveautés des principaux constructeurs

font bien sûr partie des éléments phares

du salon. Ainsi, le F-Max du joint-venture

américano-turc Ford Trucks, élu « Truck of

the Year 2019 », la plus haute distinction de

la branche des véhicules utilitaires, pourra

être examiné sous toutes ses coutures. Autre

attraction : le nouvel Actros « Edition 1 » de

Mercedes-Benz. La série « Edition 1 », limitée

à 400 exemplaires, séduit par la performance

de son moteur, par son efficacité encore améliorée

et par un pack sécurité supplémentaire

comprenant un assistant de régulation de distance,

un airbag conducteur et l’Active Brake

Assist de la cinquième génération. Ce pack

peut être complété par un Active Drive Assist

ou un assistant de changement de direction.

Iveco offrira à transport-CH la première présentation

de son S-Way, jusqu’alors jamais

dévoilé en Suisse. Ce camion est équipé d’une

cabine flambant neuve, d’une remarquable

efficacité énergétique ainsi que d’une technologie

et d’une connectivité de pointe qui

L'édition spéciale du modèle T de Renault en l'honneur

du légendaire constructeur de camions français Berliet.

ouvrent une nouvelle ère dans la gestion de

flottes et la vie à bord. Renault présentera

l’édition spéciale du modèle T en l’honneur

de Berliet, le légendaire constructeur français

de poids lourds. Celle-ci est facilement reconnaissable

au logo Berliet d’origine noir et or,

à l’inscription « 125 Years of Greatness » sur

le pare-soleil, ainsi qu’à l’emblème évoquant

une locomotive à vapeur au dos et sur les côtés

de la cabine.

Volvo Trucks souligne son savoir-faire dans

le domaine des technologies de motorisation

alternatives et propose aux visiteurs d’essayer

un modèle entièrement électrique, ainsi

L’essentiel en bref

Le salon suisse des véhicules utilitaires

transport-CH est le salon de référence et le rendez-vous

incontournable de la branche utilitaire.

Au parc d’exposition de Bernexpo du jeudi 14 novembre

au dimanche 17 novembre 2019, plus de

30 000 visiteurs sont attendus. Huit halles et une

aire extérieure accueilleront sur quelque 50 000

mètres carrés 250 exposants qui représenteront

plus de 600 marques.

transport-CH est ouvert tous les jours de

9 h 00 à 18 h 00 (jusqu’à 16 h 00 le dimanche).

Afin que les exposants et les clients puissent

qu’un camion au gaz naturel (GNL). Outre ces

deux moteurs alternatifs, la Fédération des

coopératives Migros exposera sur l’aire extérieure

une troisième variante, un camion à

piles à combustible (hydrogène). On pourra

également admirer sur cette aire les véhicules

de SWISSINT engagés par l’armée suisse pour

la promotion de la paix.

Au salon transport-CH, du 14 au 17 novembre

2019, avec près de 250 exposants et

600 marques représentées, il y en aura pour

tous les goûts ! <

Plus d’informations sur :

transport-ch.com

se détendre une fois la journée terminée, les

restaurants du « Village » ainsi que le Blick-Café

(halle 2.1) restent ouverts après la fermeture du

salon, jusqu’à 23 h 00. À partir de 18 h 00, l’accès

à ces espaces du salon est gratuit.

Prix d’entrée : adultes CHF 22. ; AVS, apprentis,

étudiants, soldats en uniforme

CHF 15. ; groupes à partir de 12 personnes, par

personne de plus de 16 ans CHF 15. ; gratuit

pour les enfants jusqu’à 16 ans accompagnés

d’un adulte.

Moins de tracas pour

les indépendants.

Demandez

une offre:

0848 820 820

L’assurance des chefs d’entreprise de la Suva offre une protection

financière unique en son genre aux personnes exerçant une activité

lucrative indépendante en cas de maladies professionnelles

et d’accidents du travail ou durant les loisirs. Les membres de

la famille travaillant dans l’entreprise sans percevoir de salaire soumis

à l’AVS peuvent également en bénéficier. Infos complémentaires:

www.suva.ch/chefsentreprise.

SuvaRisk_Gips_187x63_f_coa_0001 1 18.01.18 10:58

90

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


VÉHICULES UTILITAIRES

Entretien avec Jean-Daniel Goetschi, CEO d’Expotrans SA, la société organisatrice du salon

Pour les professionnels

Monsieur Goetschi, de nombreux salons

connaissent actuellement des difficultés :

des exposants majeurs sont absents et

certaines expositions doivent même être

annulées. Comment transport-CH réussit

à continuer d’avoir du succès ?

Jean-Daniel Goetschi : c’est probablement

dans notre ADN. Dans les coulisses de

transport-CH, le salon suisse des véhicules

utilitaires, il n’y avait dès le début que des

professionnels de la branche, et pas des organisateurs

de salon. C’est donc un salon fait

par et pour des professionnels. Depuis maintenant

bientôt 20 ans, nous n’avons jamais

dérogé à ce principe. De plus, nous nous

sommes constamment remis en question

et avons écouté attentivement les retours

des exposants. Avec nos partenaires de patronage,

les groupements spécialisés et de

branche, nous entretenons des relations très

étroites et franches. C’est la condition pour

porter un regard toujours neuf sur les besoins

de la branche des véhicules utilitaires

dans sa diversité. En tant que professionnels

de l’utilitaire, nous savons pertinemment

que nous ne devons jamais nous reposer sur

nos lauriers. Si nous le faisions, le secteur

évoluerait très rapidement sans nous.

Avez-vous déjà songé à passer du rythme

bisannuel à un salon annuel ?

Cette question revient sans cesse. Elle fait

partie des pistes de réflexion. Mais en fin de

compte, les signaux de la branche sont clairs :

le rythme bisannuel, en alternance avec l’IAA

Véhicules utilitaires d’Hanovre, répond aux

attentes de la plupart de nos partenaires et

de nos clients. Cependant, nous nous devons

d’assurer tous les deux ans la fidélisation de

la clientèle et de relancer quasiment entièrement

toute la machine publicitaire, ce qui entraîne

un net surcroît de travail et des risques.

Aussi avons-nous décidé, en amont de cette

10 e édition, de maintenir nos actions de communication

dans les années intermédiaires.

transport-CH est devenu ces derniers mois

une plate-forme pour la branche des véhicules

utilitaires, suivie continuellement par la

« communauté » sous la forme de rencontres

virtuelles sur le web ou sur les médias sociaux

d’une part, et d’autre part lors du rendez-vous

réel à l’occasion du salon tous les deux ans.

Quelles nouveautés attendent les visiteurs

à partir du 14 novembre ?

Pour cette édition anniversaire, notre slogan

est « eVOLUTION ». Ce n’est pas un hasard.

Nous voulons faire évoluer transport-CH,

mais sans tout « ré-volutionner ». Autrement

dit, nous maintenons les solutions éprouvées

tout en intégrant les nouveautés en douceur

dans notre concept. Par exemple, les technologies

de motorisation alternatives bénéficieront

d’encore plus d’espace. Nous répondons

aux attentes, en tant que plate-forme

de connaissances, par un séminaire qui se

tiendra le jour de l’ouverture, dans le cadre de

mobility-forum.org. Nous voulons nous améliorer

sans cesse, être toujours plus professionnels.

Avez-vous organisé quelque chose de

spécial pour cet anniversaire ?

Ce n’est pas nous qui sommes au cœur du

salon, mais les exposants et les visiteurs :

c’est pour cela que nous invitons tous nos

partenaires à une soirée anniversaire à

Berne, le 13 novembre 2019, pour fêter cela

et lancer la 10 e édition de transport-CH. Les

événements phares seront mis en scène par

les exposants eux-mêmes. Il s’agira des modèles

et des offres présentés, qui marqueront

cette édition.

Quelles sont les principales tendances qui

se nichent sous le slogan « eVOLUTION » et

que l’on pourra découvrir au salon ?

Le terme « eVOLUTION » conjugue le passé et

le présent tout en regardant vers le futur. Les

Jean-Daniel Goetschi, CEO d’Expotrans SA, la société

organisatrice du salon.

exposants incarneront cette idée avec les modèles

présentés : il y aura des premières, mais

également des « joyaux du passé ». Concernant

les technologies de motorisation, tout ce qui

existe sera là : véhicules électriques, au gaz, à

l’hydrogène, sans oublier les modèles diesels

dernier cri. Le public découvrira également

beaucoup de choses dans les autres domaines,

notamment l’aftermarket. Le numérique et les

thématiques comme la technologie blockchain

feront leur entrée au salon.

À titre personnel, qu’est-ce qui vous

réjouit le plus ?

Deux choses : les premiers visiteurs qui vont

déambuler dans les halles dès le jeudi et la

dernière fondue au « Chalet Fribourgeois » dimanche

en fin d’après-midi, quand nous pourrons

dire, du moins je l’espère : « waouh, nous

venons de passer quatre jours formidables ! » <

depuis

1964

CORTELLINI &

MARCHAND AG

Le plus complet des services de

réparation de boîtiers

électroniques pour auto

de Cortellini & Marchand AG

www.auto-steuergeraete.ch

061312 40 40

Rheinfelderstrass 6, 4127 Birsfelden

Vous cherchez, nous trouvons

Votre service de recherche pour

pièces automobiles d’occasion

www.gebrauchte-fahrzeugteile.ch

AUTOINSIDE | Octobre 201991


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

Série « L’atelier de demain », 3 e partie

Plus d’efficacité grâce aux

solutions IT intelligentes

Aujourd’hui, les solutions logicielles sont aussi incontournables pour les garages que les caisses à outils

traditionnelles. Au moment de déterminer les travaux à effectuer, l’Internet des objets peut également

représenter un gain d’efficacité. Sandro Compagno

Le processus est logique et a fait ses preuves :

après avoir accueilli le client (AI 09/19), on

détermine les travaux à effectuer. Or cette

étape peut elle aussi devenir plus rapide et

plus efficace : tel est l’un des résultats d’un

projet d’étude effectué par l’Université de

Saint-Gall (voir encadré).

Différents fournisseurs proposent des solutions

logicielles couvrant tous les processus

de l’atelier. Leurs principales composantes

sont les suivantes :

• travaux administratifs (données

de la clientèle, comptabilité)

• planificateur d’atelier (planification des

capacités, gestion des véhicules de prêt)

• application d’accueil (accueil mobile

du véhicule, listes de contrôle)

• planificateur en ligne (prise de

rendez-vous, service de réservation)

• saisie du temps (temps de travail par

mandat, planification des vacances)

• comptabilité des salaires

• interface avec le fabricant/l’importateur

Ces composantes sont réunies au sein d’une

solution logicielle globale, ce qui permet

d’éviter les « trous » entre les différents systèmes

et les saisies multiples de mêmes données.

Autres avantages : l’accès aux données

depuis différents terminaux et des processus

plus simples, plus rapides et plus efficaces.

Ces solutions logicielles sont faites pour les

entreprises de toutes tailles.

L’Internet des objets offre lui aussi de nouvelles

possibilités : les systèmes intégrés

92

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

dans les véhicules modernes transmettent

des données aux techniciens à des fins de

diagnostic, parfois à distance. Il est ainsi

possible de prévoir les travaux de maintenance,

ce qui a un intérêt pour l’automobiliste

tout comme pour le garagiste.

Le premier gagne en sécurité, car les défauts

peuvent être diagnostiqués et réparés avant

qu’une panne ne survienne. Le second peut,

quant à lui, se positionner comme un partenaire

pour l’automobiliste en l’aidant à éviter

les pannes. Le diagnostic à distance permet

en outre de gérer le volume de travail de

l’atelier et de repousser à un moment plus favorable

les réparations non urgentes.

Deux approches prévalent pour prévoir les

travaux de maintenance : dans l’approche

« pull » (active), le personnel de l’atelier

consulte régulièrement les données du véhicule

afin de déterminer les travaux nécessaires.

Dans l’approche « push » (passive),

c’est le véhicule qui transmet des données

ou signaux d’alerte au garage. Cela s’effectue

soit directement par le véhicule connecté dès

l’usine, soit au moyen d’un « dongle » placé

après coup dans la prise OBD. Autosense,

joint venture de Swisscom et Amag, est un

exemple récent d’une telle mise en réseau.

Les fournisseurs rassemblent des données

sur le véhicule, les traitent et les rendent

accessibles aux automobilistes ou aux assureurs,

par exemple, au moyen d’une application.

Cependant, les solutions ajoutées après

coup ont un désavantage majeur : elles ne

peuvent que recevoir des données du véhicule,

et pas lui en envoyer ; la communication

est donc limitée. Les ateliers recevant

des informations sur l’état du véhicule via

un dongle et l’application smartphone du

client ne peuvent pas envoyer d’alertes ou de

messages d’erreur directement à la voiture,

mais doivent communiquer avec le client de

manière « classique ». Ainsi, ces solutions

ajoutées sont moins avantageuses que les

systèmes installés dès l’usine, toujours plus

répandus aujourd’hui.

En raison de leurs coûts de mise en place et

de leur complexité, ces outils conviennent

surtout aux entreprises de taille moyenne et

aux grandes entreprises. <

Série : l’atelier de demain

Fixer un rendez-vous, réparer un véhicule,

envoyer une facture, etc. : les processus en

place dans les ateliers suivent plus ou moins

le même modèle. Les nouvelles technologies

permettent cependant de simplifier et d’accélérer

ces processus. Dans le cadre d’un projet

d’étude de l’Université de Saint-Gall (HSG),

Fabienne Rudolf, Michèle Odermatt, Pascal

Inauen et Sophie Stopp se sont penchés sur

les processus mis en œuvre dans les ateliers

automobiles ainsi que sur les technologies

numériques et ont élaboré des propositions

très concrètes pour l’atelier de demain.

L’UPSA y était dirigée par le service représentation

de la branche, et la HSG par le

professeur d’informatique de gestion Andrea

Back.

AUTOINSIDE commente les résultats de

cette étude dans une série de six épisodes.

Prochain épisode

AI 11/19 : Pièces de rechange

Digtal Werkstatt 4.0

Online Buchungs System

Werkstatt Prozess Board

booking.gcsag.ch

...die passende IT-Lösung!

Tel. 058 521 30 30 ¦ info@gcsag.ch

AUTOINSIDE | Octobre 201993


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

DeBeer-Innovation-Days 2019

Les nombreux avantages

d’une collaboration

À la fin du mois d’août Carbesa a organisé la deuxième des quatre « journées de l’innovation » DeBeer à MobilCity à Berne.

La journée de l’innovation DeBeer a suscité un vif intérêt.

esc/pd. Urs May, le directeur de Carbesa, a

accueilli les nombreux visiteurs professionnels

et leur a présenté l’entreprise Glas Trösch

SA ainsi que sa filiale Carbesa. Carbesa est le

fournisseur suisse leader de produits consommables

de marque destinés aux entreprises

automobiles. Des partenariats de longue

date avec des fabricants de marques connues

ainsi que des relations clients basées sur la

confiance et le contact personnel constituent

les piliers de cette entreprise de servicestrès

compétente.

L’assortiment de Carbesa se compose de

plus de 7000 biens d’investissement et de

consommation en stock à destination des

carrosseries, des garages, des ateliers de

peinture automobile ainsi que de l’industrie

et du commerce. Dans son exposé, Urs May

a souligné que toute l’entreprise et lui-même

continuaient à croire en l’avenir de la branche

automobile, malgré l’actuelle « hystérie climatique

», et que c’est également la raison pour

laquelle Carbesa a décidé de compléter son

portefeuille d’articles par le large assortiment

de produits de la marque DeBeer, conformes

aux normes VOC. « Ces produits se caractérisent

par une grande disponibilité et un très

bon rapport qualité-prix », a indiqué Urs May.

La marque DeBeer Refinish appartient à

Valspar Corporation, elle-même détenue

par la société américaine Sherwin-Williams,

la plus grande entreprise mondiale

de peintures et de revêtements. En Suisse,

la gamme DeBeer est exclusivement représentée

par Carbesa, qui a d’ailleurs déjà une

centaine de clients pour ces produits-là et

leur propose, dans le nouveau centre de formation

d’Oensingen, des formations complètes

sur cette gamme.

Ce fut ensuite au tour de Giuseppe Ciappa,

membre de la direction d’André Koch SA, qui

a parlé de la collaboration avec Glas Trösch

SA et des avantages que Carbesa offre pour

la distribution des produits DeBeer. Carbesa

investit dans la relation avec la clientèle

ainsi que dans la formation initiale et continue

; l’entreprise propose également un support

de qualité à ses clients. Giuseppe Ciappa

a évoqué les défis croissants que la branche

de la carrosserie et de la peinture doit relever

actuellement : coûts généraux, complexité

accrue des véhicules, contraintes de temps

imposées par les constructeurs aux compagnies

d’assurances, processus de gestion

des sinistres, palette de couleurs OEM sans

cesse étoffée et numérisation.

En effet, dans la démonstration qui a suivi, les

visiteurs ont pu tester les produits eux-mêmes

et découvrir notamment le nouveau spectrophotomètre

de Valspar. Grâce aux nouvelles

mises à niveau matérielles et logicielles, celui-ci

est intuitif et convivial : il s’agit d’un des

spectrophotomètres les plus perfectionnés du

marché. Il effectue des mesures de cinq angles

différents tandis que le modèle précédent

exécutait les mesures du spectre selon trois

angles. Ainsi, le processus de détermination

de la couleur est plus rapide et bien plus précis.

La prochaine journée de l’innovation DeBeer

aura lieu le 22 octobre 2019 au nouveau centre

de formation d’Oensingen. <

Plus d’informations sur :

carbesa/innovation-day.html

94

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


« Apéritif des garagistes » Figas 2019

RFFA : dernière

chance pour l’optimisation

fiscale

pd. Lors de la votation populaire du 19 mai 2019, le peuple a accepté

la loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS

(RFFA). Cette loi entrera en vigueur au 1 er janvier 2020.

#futureproofed

Pour les PME et leurs propriétaires, deux aspects en particulier

sont importants :

• la réduction de l’impôt sur le bénéfice pour les personnes

morales ;

• l’augmentation de l’imposition partielle des dividendes.

Nous vous expliquons les principaux changements et vous montrons

des moyens d’optimiser votre situation fiscale. Mais attention :

le temps presse. Les dividendes ne peuvent être perçus à un taux

d’imposition partiel inférieur que jusqu’à la fin de l’année. Afin que

la charge fiscale liée à une perception extraordinaire des dividendes

reste supportable, des mesures peuvent par exemple être prises par

le biais de la prévoyance professionnelle. Nos intervenants invités de

CP Mobil vous indiqueront les différentes solutions. <

Informations complémentaires et inscription :

figas.ch/garagistenapero

Relier

aujourd’hui

à demain.

Depuis plus de 100 ans, ZF est à la pointe du

progrès technologique. Avec des marques

renommées, des innovations numériques et des

solutions taillées sur mesure, ZF Aftermarket

fournit un soutien à ses clients dès aujourd’hui

et les accompagne sur la voie du marché de la

rechange de demain.

Rendez-vous sure aftermarket.zf.com

S’inscrire maintenant

Les rendez-vous auront lieu comme suit :

• jeudi, 31 octobre 2019 Auberge du Lion d’Or, Farvagny (FR)

• jeudi, 7 novembre 2019 Centre de Loisirs des Franches-Montagnes,

Saignelégier, (JU)

• mardi, 12 novembre 2019 Rest. La Croisée Malvilliers, Boudevilliers (NE)

• lundi 9 décembre 2019 Centre Patronal, Paudex (VD)

AUTOINSIDE | Octobre 2019


GARAGES

Panolin

panolin.com/fr

> De l’Oberland zurichois au marché mondial

sco. Comment une entreprise

familiale de Madetswil, dans

l’Oberland zurichois, a-t-elle

pu devenir l’un des acteurs

mondiaux dans le secteur des

huiles et des lubrifiants ? Grâce

à sa grande créativité, à sa propension

au risque élevée, à son

savoir-faire technologique et à

son flair pour les tendances. La

famille Lämmle fête les 70 ans

de Panolin.

Que ce soient les ascenseurs

de la tour Eiffel, les systèmes

hydrauliques de la gigantesque

roue du « London Eye » ou

encore les écluses du Canal de

Panama, tous ces mécanismes

fonctionnent avec et grâce

aux lubrifiants de Madetswil.

Pour l’entreprise familiale des

Lämmle, ces trois exemples

sont tous des mandats phares

au rayonnement énorme.

À l’occasion de son anniversaire,

Panolin a présenté trois

nouvelles innovations, dont un

complément à la HLP Synth.

Avec Panolin Sprint, les Lämmle

mettent une nouvelle huile

hydraulique biodégradable

sur le marché. « Cette huile

écologique haute performance

est 20 à 30 % meilleur marché

que notre Panolin HLP Synth,

mais elle est dotée de la technologie

Panolin et compatible

avec la HPL Synth », a expliqué

Tim Lämmle, vice-président de

Panolin International Inc.

Silvan Lämmle a présenté une

deuxième innovation de l’entreprise

de distribution suisse, le

« Second life concept » : le

1 er septembre, Panolin a transformé

une grande partie des

huiles minérales classiques

en huiles de base recyclées.

« Le cycle des matériaux est

ainsi bouclé », a déclaré Silvan

Lämmle. Le principe est simple :

au terme de leur durée d’utilisation,

les huiles usagées ne

seront plus éliminées, mais

re-raffinées. « Sur le plan

technique, ces huiles de base

recyclées sont meilleures que

les huiles minérales traditionnelles,

affirme Silvan Lämmle.

Grâce à des chaînes moléculaires

plus pures, les lubrifiants

recyclés produisent moins de

dépôts, sont plus résistants au

vieillissement et préservent les

ressources. » De telles huiles

recyclées devraient constituer

environ 35 % des produits de

Panolin.

Patrick Lämmle, président du

CA de Panolin International

Inc., a présenté la troisième

nouveauté. Le Panolin eCool

HP est un fluide synthétique

destiné aux composants dans

l’électromobilité. Il sera utilisé

pour le refroidissement des batteries,

des moteurs électriques

et des câbles. Depuis 18 mois,

Panolin travaille avec l’un des

principaux constructeurs de

stations de rechargement et intervient

dans le refroidissement

des câbles de recharge. <

Panolin fête ses 70 ans.

Hostettler Autotechnik AG

autotechnik.ch

> Le nouveau pneu d’hiver premium tourisme Winguard Snow’G3 de Nexen Tire est arrivé

pd. Le fabricant coréen de

pneus Nexen Tire, qui est l’un

des leaders mondiaux dans

l’industrie du pneu, a étoffé son

portefeuille de pneus d’hiver

avec le nouveau Winguard

Snow´G3. La troisième génération

de ce pneu très vendu offre

des performances améliorées

sur la neige ainsi que sur les

routes sèches ou mouillées.

Le Winguard Snow´G3 se

distingue par le grand confort

qu’il apporte à la conduite, sa

sécurité accrue et sa longue

vie. Un nouveau mélange de

silice assure une stabilité

remarquable sur la neige et sur

route mouillée, même à grande

vitesse. Son design exceptionnel,

doté d’une structure diagonale

et de nombreuses lamelles,

maximise l’évacuation de l’eau

et offre la plus grande stabilité

et et la plus grande sécurité qui

soient sur les routes enneigées.

Avec le Winguard Snow´G3,

Nexen Tire propose à ses

clients un excellent pneu d’hiver

pour toutes les conditions

routières à la saison froide. « En

complétant notre gamme de

pneus d’hiver par le Winguard

Snow´G3, nous continuons

de miser sur la croissance et

sur une présence accrue sur

le marché, en particulier le

marché européen », souligne

John Bosco Kim, responsable

des ventes et du marketing

chez Nexen Tire Europe s.r.o.

« Nous avons mis toute notre

expérience et nos compétences

techniques au service de ce

nouveau pneu d’hiver haute

performance. Nos investissements

considérables dans nos

centres de recherche et de

développement dans le secteur

des voitures de tourisme nous

permettent de proposer à nos

clients des produits de haute

qualité et un rapport qualité-prix

optimal. »

Le Winguard Snow´G3 est déjà

disponible dans 25 dimensions

pour cet hiver. Ce pneu complète

à la perfection l’éventail

des pneus d’hiver de Nexen

Tire et le portefeuille de la

marque. <

Le nouveau pneu Winguard Snow’G3.

96

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


GARAGES

3M

3mschweiz.ch

> Belles perspectives pour la carrosserie avec le film de covering 3M série 2080

pd. Utilisation facile, finition l’ensemble de la branche est courbes et cavités des différents

brillante, à la fois durable et la couche de protection sur

designs de véhicule. La

stable au quotidien : le nouveau les films brillants qui protège performance élevée de cette

film de covering 3M série 2080 contre les rayures et les traces nouvelle génération de films se

offre une multitude d’avantages de raclette. Le Protective Film reflète aussi dans les prestations

dans la création d’un look distinctif

Layer (PFL) confère aux cou-

de garantie étendues :

pour les véhicules. Cette leurs brillantes un finish unique 3M propose, pour les nouveaux

nouvelle génération de films à ce jour. Il s’agit du seul film

pour le car wrapping, une méthode

de protection qui s’adapte aux

de plus en plus populaire, courbes et aux cavités lors de

remplace les anciennes séries l’application. Une fois l’installation

1080 et 1380.

terminée, il est retiré.

Ainsi, la surface brillante reste

exempte de rayures et autres

traces de raclette.

Avec plus de 100 couleurs, le

film de covering 3M série 2080

offre une très grande variété

pour l’habillage complet de

véhicules. La nouvelle génération

de produits offre diverses

améliorations technologiques.

Elle est à la fois plus confortable

à appliquer et plus simple

à installer, incluant des prestations

de garantie complètes.

La grande nouveauté pour

De plus, tous les films de la série

sont composés des technologies

3M éprouvées Controltac

et Comply qui garantissent une

application facile et sûre. Le

film de covering 3M de série

2080 convient pour presque

toutes les formes de carrosserie

et s’adapte à toutes les

produits, jusqu’à huit ans de

garantie pour les applications

verticales et jusqu’à trois

ans pour les applications

horizontales. <

Le nouveau film de covering 3M de série 2080 remplace les anciennes séries 1080 et

1380.

Glas Trösch AG

glastroesch.com

> La perfection en quelques gestes seulement

pd. Le chrome, la peinture et le

cuir ont un point commun : avec

le temps, ils se ternissent. Grâce

à un entretien minutieux et à une

préparation professionnelle des

véhicules, vous pouvez prévenir

ce phénomène, augmenter la

valeur de vente des voitures

d’occasion et offrir à vos clients

réguliers des prestations de

service supplémentaires.

Depuis plus de 50 ans, Ma-Fra

est synonyme de produits de

nettoyage rapides et faciles à

utiliser, sans compromettre

l’environnement. L’agent antirouille

P-Ray pour enlever les

poussières de rouille et le shampooing

Flux auto-séchant pour

un lavage soigné du véhicule

sont deux produits indispensables

pour un nettoyage professionnel.

Ensuite, l’application

des pâtes abrasives et à polir de

marque Scholl redonnent à la

peinture son brillant rapidement

et, avant tout, sans laisser d’hologrammes.

Pour finir, l’application

de la cire Premium Vintage

Wax protègera la peinture des

intempéries, et ce pendant de

nombreux mois.

L’entretien de l’habitacle ne doit,

lui non plus, pas être négligé. En

effet, en plus du propriétaire du

véhicule, les acheteurs potentiels

prennent, eux aussi, au

moins une fois place sur le siège

du conducteur. Le nettoyant

universel Pulimax permet de

nettoyer les garnitures de

toit, les sièges et les éléments

en matière synthétique des

véhicules en un seul passage.

Pour le bon entretien des selleries

cuir, Ma-Fra propose le kit

d’entretien du cuir Charme Care.

Afin de peaufiner le nettoyage,

il restera à nettoyer les vitres

du véhicule à l’intérieur et à

l’extérieur.

La combinaison des marques

Ma-Fra et Scholl offre tout pour

une préparation esthétique

Une cliente ravie du résultat.

rapide et professionnelle du véhicule.

Vous trouverez les bons

produits d’entretien d’automobiles

pour vos besoins chez Glas

Trösch AG, filiales Carbesa et

Autoglas. <

AUTOINSIDE | Octobre 201997


SONDAGE DU MOIS

QU’EST-CE QUI VOUS A

PARTICULIÈREMENT PLU

LORS DU SAS À FORUM

FRIBOURG ?

Cette année, le Swiss Automotive Show a eu

lieu pour la première fois à Forum Fribourg. Il a

remporté un franc succès ! Les participants au

sondage AUTOINSIDE ont donné leur avis : 53 %

d’entre eux sont enthousiasmés, tout leur a plu.

17 % ont particulièrement apprécié le contact

direct avec les équipementiers et 7 % ont salué les

exposés techniques. 13 % étaient malheureusement

absents, mais affirment ne pas vouloir manquer

l’édition 2020 du SAS. Seuls 10 % ont déclaré ne

pas être satisfaits. (État au vendredi 13 septembre

2019)

53%

17%

7%

13%

10%

Tout m’a plu, je suis ravi(e).

Le contact direct avec les équipementiers

Les exposés techniques, de toute évidence

Je n’ai pas pu m’y rendre, mais 2020 sans faute

Rien, je suis déçu(e).

APERÇU DE L’ÉDITION 11 D’AUTOINSIDE NOVEMBRE 2019

Le prochain numéro paraîtra le 4 novembre 2019 et abordera les thèmes suivants :

Des camionnettes aux camions :

tout sur les utilitaires

Qu’il s’agisse de systèmes d’assistance ou de

solutions de post-équipement, AUTOINSIDE aborde

des questions et des solutions cruciales.

Le GNC, une option pour les clients

de flottes

Les valeurs limites de CO 2

étant toujours plus

strictes, les responsables de flottes pensent de

plus en plus aux motorisations alternatives.

Transport-CH : les tendances

actuelles de la branche

Le salon phare fait par et pour des professionnels

dans le secteur des utilitaires présente les

tendances actuelles de la branche.

Le magazine spécialisé au plus fort tirage de la branche automobile suisse

91 e année, 11 numéros en allemand et en français

Tirage septembre 2018 certifié REMP : 12 725 exemplaires dont 9548 en allemand et 3117 en français

Éditeur

Union professionelle suisse de

l’automobile (UPSA)

agvs-upsa.ch

Éditions

AUTOINSIDE

Wölflistrasse 5, Case postale 64

CH-3000 Berne 22

Téléphone : +41 (0)31 307 15 15

verlag@agvs-upsa.ch, autoinside.ch

Administration et gestion des abonnements

Abonnement annuel

CHF 110. (TVA incluse)

Numéro à l’unité

CHF 11. (TVA incluse)

Contact : Anina Zimmerli

Téléphone : +41 (0)31 307 15 43

anina.zimmerli@agvs-upsa.ch, agvs-upsa.ch

S’abonner maintenant !

agvs-upsa.ch/fr/abo

Rédaction

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 81

newsdesk@agvs-upsa.ch

Rédaction : Sandro Compagno (sco,

responsable Gestion du contenu), Reinhard

Kronenberg (kro, responsable Journalisme),

Jürg A. Stettler (jas, rédacteur mobilité),

Carla Stampfli (cst, rédactrice mobilité),

André Bissegger (abi, rédacteur mobilité),

Jean-Philippe Pressl-Wenger (jppw, correspondant

Suisse romande), Andreas Senger

(se, domaine technique), Bruno Sinzig (si,

domaine spécial Formation), Raoul Studer

(rst, domaine spécial Politique)

Autres articles de : Harry Pfister, Lisa Habegger,

Chris Regez, Monique Baldinger.

Conception : Robert Knopf, Christoph Pfister,

Fatma Bindal.

Commercialisation

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Contact : Erich Schlup, Key Account Manager

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 83

Portable : +41 (0) 79 256 29 23

vermarktung@agvs-upsa.ch

Responsabilité générale

Rédaction et commercialisation

Georg Gasser

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0)43 499 19 99

ggasser@agvs-upsa.ch

Impression / envoi

Galledia Print AG

Burgauerstrasse 50, CH-9230 Flawil

galledia.ch

Contact : Michael Rottmeier

Téléphone : +41 (0)58 344 97 44

michael.rottmeier@galledia.ch

Réimpression ou reproduction d’articles,

même partielle, uniquement avec l’accord

des médias de l’UPSA. Nous déclinons toute

responsabilité pour les manuscrits et les

photos envoyés spontanément. L’administrateur

des pages auxquelles renvoient les liens

est seul responsable de leur contenu.

98

Octobre 2019 | AUTOINSIDE


Nettoyage de pièces pour

professionnels : se conformer aux

exigences tout en ménageant la

peau et l’environnement.

NOUS NOUS EN CHARGEONS!

mewa.ch/fr/est-professionnel


Pièces d'éclairage ...

... des plus grands

fabricants.

Nous proposons un très large assortiment de projecteurs

et autres pièces d'éclairage en qualité d'origine. Dans ce

domaine, nous nous approvisionnons auprès d'équipementiers

automobiles de renommée mondiale, présents en première

monte (Hella, Valeo, Magneti-Marelli, et Osram).

La gamme complète d'éclairage chez

Technomag.

Plus de 370‘000 articles livrables de suite

www.technomag.ch

More magazines by this user
Similar magazines