The Red Bulletin Decembre 2019 (FR)

online.magazines

L

e port d’Amsterdam, le cinquième plus

grand d’Europe, n’a jamais accueilli

de bateau comme celui-ci auparavant :

chaque surface lisse y est recouverte de

capteurs solaires, il dispose d’éoliennes

mobiles de 12 mètres de portée sur les

côtés et de huit réservoirs pour un total

de 62 kilos d’hydrogène pur dans la

salle des machines. Voici l’Energy

Observer, le premier navire autonome

en énergie au monde, 30 mètres de

long et 12 de large. Sur le pont se tient

Jérôme Delafosse, 48 ans, explorateur

et auteur à succès. Avec le capitaine

Victorien Erussard, 40 ans, ils ont

mis au point un projet fou : pour

convaincre le monde qu’une transition

énergétique grâce à des solutions

durables est possible, les Malouins

veulent faire le tour du monde avec

leur bateau pendant six ans.

the red bulletin : Jérôme, vous

êtes plongeur, réalisateur de films

documentaires et auteur de

romans. Est-ce que vous vous

réveillez tous les matins avec une

nouvelle idée ?

jérôme delafosse : Mes métiers

ne semblent différents que lorsqu’on

les considère de l’extérieur. En fait,

j’ai toujours été intéressé par les deux

mêmes choses : vivre l’aventure et

raconter des histoires.

Que cherchez-vous à faire avec

l’Energy Observer ?

Prouver que nous pouvons répondre

à nos besoins énergétiques avec des

ressources renouvelables qui respectent

l’environnement si nous les

utilisons intelligemment. Notre équipe

le démontre dans les conditions les

plus difficiles avec le tout premier

catamaran autonome aux énergies

renouvelables et à l’hydrogène. Mais

cela s’applique aussi bien à la voiture

qu’à la maison, dans les industries et

partout où l’énergie est nécessaire. Et

les 11 000 milles nautiques que nous

avons déjà parcourus depuis deux ans

prouvent que l’avenir, c’est l’énergie

renouvelable.

Que fait l’Energy Observer différemment

des autres ?

Lorsque les conditions le permettent,

quand le soleil brille ou que le vent

souffle assez fort, nous naviguons

grâce aux énergies renouvelables.

Avec le surplus d’énergie, nous produisons

de l’hydrogène par électrolyse

de l’eau de mer grâce aux énergies

CAPITAINES

Le chef d’expédition

Jérôme Delafosse

(à droite) et le second

capitaine Jean-Baptiste

Sanchez au poste de

pilotage.

NIVEAU D’ÉNERGIE

Un ordinateur de bord à

côté de la barre indique

le niveau de production

des panneaux solaires

(rouge) et le niveau de

charge des bouteilles

d’hydrogène (vert).

« 11 000 milles

nautiques déjà

parcourus :

voilà la preuve

que l’avenir,

c’est l’énergie

renouvelable. »

THE RED BULLETIN 69

More magazines by this user
Similar magazines