24.08.2023 Views

Revue Lespwisavann N°0

"L’intention qui accompagne ce recueil est simple : contribuer à enrichir la réflexion historique dans la Caraïbe." SOMMAIRE : - Historien Guadeloupéen ou Historien de l'Histoire de la Guadeloupe - Un point de vue sur la situation sociale actuelle en Guadeloupe - Entrevue avec Raymond B. GAMA

"L’intention qui accompagne ce recueil est simple : contribuer à enrichir la réflexion historique dans la Caraïbe."

SOMMAIRE :
- Historien Guadeloupéen ou Historien de l'Histoire de la Guadeloupe
- Un point de vue sur la situation sociale actuelle en Guadeloupe
- Entrevue avec Raymond B. GAMA

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

d’abord, il faut dire une chose, c’est que pour bien situer cette

question il nous faut remonter aux années 1970 - 80. Enfin, disons

à partir de 1978, pour une petite équipe dont Jean - Pierre,

Claude (Jean-Pierre Sainton et Claude Hoton) avec Baba (disons…

Barfleur Junior), j’avais écrit notamment un premier texte qui

était destiné à une réflexion commune…. À la suite d’une longue

série de discussions que nous avons menées en particulier à

Fauvette (ndlr : quartier de la commune de Port - Louis, en

Guadeloupe)... Nous recherchions l’expression qu’il y avait sous

tout cela, et c’est vrai qu’il faut l’assumer aussi, c’est principalement

ce que j’essayais de leur transcrire comme une priorité,

comme un révélateur de ce que nous avions à faire : traduire en

un mot toute le substance que nous percevions dans le mouvement

de masse des travailleurs agricoles déclenché à partir de

1971 et qui inspirait une nouvelle intellectualité. Je me souviens…

c’est Jean - Pierre qui l’avait " sorti ", en disant que c’est comme

un " homme de savane ". Et alors, ce fut dorénavant " lespwi

savann "…

Il est vrai qu’en tant qu’historiens (puisque c’était notre formation

à tous), nous savions ce qu’étaient " les nègres de savanes

"… Mais, bon… cette une expression qui au plan historique a une

signification bien particulière… C’était des nègres esclaves que le

maître mettait quelque part sur l’habitation et qui, en quelque

sorte, servaient de vigiles... Donc, ce n’est pas cela que nous

avions à encencer. Au contraire, nous avions à exprimer l’idée que

dans le marronnage qui s’opère dans et hors du système esclavagiste,

il y avait toujours un lieu que le nègre occupait au dépens

du maître, voire à l’intérieur même de sa maisonnée ou des bois

debouts, et qui représentait on savann. C’est cet espace - là qu’il

nous faut chercher pour y loger. Et, quand vous atteignez cet

espace, quand vous y habitez en permanence… la liberté prend

un sens qui n’est pas formel, qui n’est de l’ordre de la déclaration

seule. Je parle là, au plan de l’esprit pour les hommes d’une

époque donnée, pour les nègre marrons d’hier et d’aujourd’hui !

Donc, c’est cette conjonction qu’il y avait avec le mot " savane ",

avec le son " savann "… c’est (je résume) l’idée d’une liberté intégrale,

totale et qui envahit tout l’être au point de libérer le nègre

marron de toute contrainte. Ce n’est pas simplement son corps

qui se libére à ce moment là, mais son esprit aussi et ainsi toutes

les représentations opérées sous l’effet d’un environnement totalement

hostile. Et symboliquement, nous ramenions ceci au plan

intellectuel, nous transposions ceci sur le terrain de l’intellect. En

tout cas, c’est ce que j’avais à dire, c’est ce que j’avais à expliquer,

c’est ce que je tentai de faire partager à mes jeunes cama-

32

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!