L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

safari.tanzanie.com

L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

Les Dossiers Techniques - CENTRAVET MATERIEL – Reproduction même partielle interdite sans autorisation

2.1. Généralités :

Le recueil d’éléments pouvant orienter les conclusions de l’examen oculaire est le

préalable indispensable à toute consultation ophtalmologique :

� âge, sexe et race de l’animal,

� motif de la consultation,

� antécédents pathologiques de l’animal,

� circonstances d’apparition des signes motivant la consultation,

� traitements déjà mis en place.

La consultation d’ophtalmologie n’est pas dissociable de l’examen général, car des

signes oculaires secondaires sont à rechercher :

� susceptibles d’être liés à une maladie générale : la prise de température,

l’auscultation, la palpation (abdomen, nœuds lymphatiques, articulations)

doivent toujours précéder l’examen des yeux ;

� susceptibles d’être liés à une atteinte de voisinage : infections et inflammations de

la peau des paupières, de l’oreille, des glandes salivaires…

2.2. Examen de l’œil à l’œil nu :

Comme l’anamnèse et l’examen général de l’animal, ce temps précède obligatoirement

l’examen instrumental de l’œil.

Il s’effectue dans une pièce éclairée.

De simples observations effectuées avant d’explorer la vision et de réaliser instrumental sont

déjà riches d’enseignements.

Les fentes palpébrales doivent être symétriques, ouvertes (leur fermeture traduit une douleur,

Figure 1) ; leur forme, notamment sur les bords doit rester régulière : pas de zones en relief,

(tumeurs, papillomes, orgelet, chalazion, dermoïde…) ni de fissure des bords palpébraux

(plaie, colobome) (Figure 2), pas d’enroulement (entropion) (Figure 1), pas d’éversion

(ectropion), pas de ptose de la paupière supérieure…

La fréquence de clignements est assez difficile à évaluer, mais un peu d’habitude rend son

appréciation réalisable : beaucoup de clignements sont bilatéraux chez les carnivores (85%

chez le chien, 70% chez le chat), unilatéraux chez le cheval (30% de bilatéraux seulement),

leur fréquence varie selon les espèces (15 à 25 en 5 mn pour le chien, 1à 5 pour le chat, 25

pour le cheval).

Figure 1 – Chiot Shar Pei âgé de 3 semaines :

entropion spastique (blépharospasme)

Figure 2 – Retriever Golden âgé d’un an : dermoïde

conjonctivo-palpébral et colobome palpébral

Dossier technique ophtalmologie 8 septembre 2006

More magazines by this user
Similar magazines