Philosophie magazine-Hors-série avril 2019

billagate

Dossier Games of Thrones

GAME OF

THRONES

de Tocqueville, c’est-à-dire à la liberté. Seulement,

les humains sont rarement à la hauteur

des gens qui leur veulent tant de bien, et Daenerys

est confrontée à son plus grand dilemme

quand un affranchi lui demande s’il peut, librement,

retourner à sa condition d’esclave. Que

faire ? L’en empêcher, c’est-à-dire le « [forcer]

d’être libre » 15 ? Ou bien étendre le champ de la

liberté jusqu’à la liberté de se nuire ? En élisant

la seconde option, en autorisant qui le souhaite

à se soumettre, Daenerys montre paradoxalement

qu’elle est une vraie démocrate et qu’en

elle-même, la liberté (et l’éventualité de son

mauvais usage) l’emporte sur l’idée sublime

qu’elle se fait de la liberté.

Revenons au Nord. Pourquoi la figure

de Jon Snow vous semble-t-elle

particulièrement intéressante ?

\ Snow est celui qui introduit des

nuances dans le meurtre. Tous les crimes

ne se valent pas. Tous les forfaits ne sont

pas à la même enseigne. Snow n’est pas la

vertu même. Mais il n’est jamais content

de lui. Ce qui fait de son personnage l’adversaire

en chef de tous ceux qui, à l’inverse,

ne font jamais assez de mal pour

défendre leurs intérêts. L’affrontement

moral se joue entre celui qui doute sans

cesse de lui-même et ceux qui ne doutent

jamais que la souffrance des autres est un

moindre mal quand elle leur est utile. C’est

un conflit entre les isolistes, au sens sadien,

et les camusiens. L’isolisme (que théorise

le marquis de Sade dans Les Infortunes de

la vertu) est de dire que la douleur d’autrui

ne me concerne pas mais qu’elle me fait

jouir, et que, par conséquent, je n’ai aucune

raison de ne pas faire souffrir l’autre. C’est

la version morale du solipsisme. En vérité,

c’est une position très faible, qui dépend

d’autrui par le plaisir (ou l’intérêt) que sa

souffrance procure. Les Lannister sont fragiles,

comme tous ceux dont le pouvoir est

l’unique horizon. Tuez-leur un enfant, vous

les énervez. Retirez-leur le sceptre, vous

les tuez. Au fond, la haine des Lannister

pour les Stark n’est qu’un avatar de la

© 2019 Home Box Office, Inc. All Rights Reserved, HBO.

RAPHAËL ENTHOVEN

Philosophe, écrivain et

journaliste, il anime

le programme Philosophie

tous les samedis sur Arte.

Il a notamment publié Little

Brother (Gallimard, 2017),

Vermeer. Le jour et l’heure

(Fayard, 2017), livre

d’entretiens avec Jacques

Darriulat, et vient de faire

paraître, à la suite des

Morales provisoires (Éditions

de L’Observatoire, 2018 ;

rééd. Livre de Poche, 2019)

de Nouvelles Morales

provisoires (Éditions de

L’Observatoire, 2019).

PHILOSOPHIE MAGAZINE

HORS-SÉRIE

Cinquante nuances de noir

22

You know nothing, Jon Snow Ygrid (à gauche), compagne

puis adversaire de Jon Snow, meurt dans ses bras lors de l’assaut

de Châteaunoir par les Sauvageons. Ses dernières paroles, presque

socratiques : « Tu ne sais rien, Jon Snow » (saison 4, épisode 9).

More magazines by this user
Similar magazines