La puissance d'En Haut - Mission Chrétienne Globale

spcm.org

La puissance d'En Haut - Mission Chrétienne Globale

10 ♦

Ce qui constituait la puissance qu’ils avaient reçue, la clef

suprême et absolument indispensable de leur succès, fut la

puissance de faire fléchir à la fois le cœur de Dieu et celui des

hommes, la puissance d’implanter des convictions de salut dans

les pensées des hommes. Ce fut là, sans aucun doute, ce qu’ils

avaient compris que Christ leur donnerait. Il avait donné à

l’Eglise la mission de convertir le monde entier. Tous les revêtements

de puissance que j’ai mentionnés plus haut n’étaient que

des moyens, qui ne pouvaient leur permettre d’atteindre leur

objectif que s’ils étaient animés et rendus efficaces par la

puissance de Dieu. Il ne fait pas de doute que les apôtres

l’avaient compris. Ils ont offert leur vie toute entière sur l’autel,

et ont fait le siège du Trône de la Grâce, dans un esprit d’entière

consécration à leur œuvre.

Ils reçurent effectivement les dons que j’ai déjà mentionnés.

Mais, par dessus tout, ils reçurent la puissance de convaincre

les hommes de la nécessité de leur salut. Cette puissance se

manifesta immédiatement. Ils commencèrent à s’adresser à la

multitude. Il est merveilleux de voir que trois mille se convertirent

sur le champ. Mais observez qu’ils ne manifestèrent aucune

puissance nouvelle à cette occasion, à part celle de parler en

langues. Ils n’accomplirent aucun miracle, et n’employèrent le

don des langues que pour se faire comprendre. Qu’il soit bien

compris qu’ils n’avaient pas eu le temps de manifester un seul

des dons de l’Esprit que je viens de mentionner. Ils n’avaient pas

eu non plus le temps de manifester la sainteté dans leur vie, ni

aucun des puissants dons et grâces de l’Esprit.

Ce qu’ils dirent à cette occasion, tel que nous le relate

l’Evangile, n’aurait pas pu produire l’impression constatée, si

cela n’avait pas été dit par des hommes possédant une nouvelle

puissance, celle de convaincre les auditeurs de la nécessité de

leur salut. Cette puissance n’était pas celle de l’inspiration, car

ils n’ont fait que proclamer un certain nombre de faits qu’ils

connaissaient. Ce n’était pas la puissance de l’éducation et de la

culture humaines, car ils n’en avaient pas beaucoup non plus.

Ce n’était pas la puissance de l’éloquence humaine, car il semble

qu’ils n’en aient pas eu beaucoup. C’était Dieu qui parlait en eux

et par eux.

C’était la puissance d’en haut, Dieu en eux qui était en train

de convaincre ceux qui les écoutaient de la nécessité de leur

salut. Cette puissance de conviction demeura en eux et sur eux.

More magazines by this user
Similar magazines